Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

II. Droits des obligations

Chapitre XIV : La parabole des mines ou des talents et le « contrat pour faire fructifier » (§ 100-103) du code de Hammurabi1

Texte intégral

  • 1 La base de cette étude est l’article de j. dauvillier, « La parabole des mines ou des talents et le (...)
  • 2 Découverte à Suse en 1902 par J. de Morgan, publiée et traduite en 1903 par le P. Vincent Scheil (C (...)

1Les Évangiles témoignent de la diffusion d’une institution du droit suméro-akkadien, qui s’était répandue dans tout le Proche-Orient, en Judée et sans doute aussi en Phénicie, ainsi probablement qu’en Grèce et à Rome sous une forme différente, et qui était encore pratiquée au IIIe siècle de notre ère. C’est le contrat qui est décrit dans les § 100-103 du Code de Hammurabi2. Il ne porte pas de nom particulier et ne se ramène à aucun type de contrat connu du droit grec, du droit romain ou des droits modernes. Aussi nous l’appellerons, en reprenant les termes mêmes du Code de Hammurabi, le contrat « pour vendre, acheter et faire fructifier ».

  • 3 La date du règne de Hammurabi, sixième roi de la dynastie de Babylone, a été longuement discutée et (...)
  • 4 boyer (g.), « Les études d’assyriologie juridique », RHD, 4e série, 11e année, 1932, p. 501 s. ; «  (...)

2Rien de surprenant que ce contrat se retrouve en Judée environ dix-huit siècles après le texte législatif qui nous en fait connaître l’existence3. Le droit babylonien, tel qu’il s’est constitué en recueillant nombre d’institutions sumériennes, à la fin du IIIe et au début du IIe millénaire, a exercé une influence considérable dans tout le Proche et le Moyen-Orient, depuis l’Élam jusqu’à la Palestine. Sans doute, son exacte diffusion est imparfaitement connue, par suite de l’absence de textes syriens et phéniciens. Mais quelques indices nous le laissent deviner. Les seuls textes juridiques phéniciens que nous possédions, qui ont été découverts à Ras-Šamra, sont rédigés en akkadien et reproduisent le droit babylonien. Des institutions émergent çà et là, qui ne peuvent s’expliquer que par son rayonnement4.

3Il semble bien que dans tout le Proche-Orient se soit constitué un droit commun commercial, à base de droit babylonien, notamment dans le domaine des obligations.

  • 5 Expositio Euangelii secundum Lucam, c. XIX, lib. VIII, PL, t. XV, col. 1792.
  • 6 Commentarii in quatuor euangelistas, In Matth., XXV, éd. Lyon, 1615, col. 516.
  • 7 Évangile selon saint Matthieu, 6e éd., Paris, p. 480 ; Évangile selon saint Luc, 6e éd., Paris, 194 (...)

4Il ne peut s’agir en effet que de ce contrat babylonien dans deux passages des textes évangéliques : la parabole des talents, rapportée par saint Matthieu, xxv, 14-30, et celle des mines, dans saint Luc, xix, 11-27. Bon nombre d’exégètes, frappés par les détails qui divergent, y ont vu deux paraboles différentes, énoncées par le Seigneur. Mais le fond apparaît tellement identique, qu’il semble bien que ces deux récits se rattachent à une même parabole, transmise par deux traditions différentes, ce qui explique les quelques variantes de détail. Telle était la pensée de saint Ambroise5, celle de Maldonat6, et plus près de nous celle du P. Lagrange7, qui, le premier parmi les exégètes, a songé à rapprocher cette parabole du contrat babylonien.

  • 8 d. buzy, Les Paraboles traduites et commentées, Paris, 1932, p. 542 s.

5 L’identité devient encore plus frappante, si l’on admet l’hypothèse proposée par le P. Buzy8 : dans la parabole des mines auraient été fondues deux paraboles primitivement différentes, la parabole des mines proprement dite, et celle du prétendant à la royauté, dont la brève narration se poursuivrait parallèlement à la première.

6Les paraboles des talents et des mines ont le même sens, qui se rapporte à la Parousie. Car les auditeurs de la prédication évangélique croyaient que le Royaume de Dieu allait être aussitôt établi.

7Dans le récit de saint Luc, le Seigneur donne l’exemple d’un monarque, tel qu’il en existait de son temps dans le Proche et le Moyen-Orient, κύριος, en syriaque malkâ. Ce roi a des serviteurs, δούλοι, ’abh, qui sont, non pas des esclaves, mais des hommes libres, et même de hauts personnages, qui sont placés vis-à-vis de lui dans un état de subordination. Ce sont des termes identiques qui, dans les langues orientales, désignent esclaves et fonctionnaires. Cet homme de famille noble, ἄνθρωπος εὐγενής, appelé à régner, doit recevoir l’investiture d’un souverain étranger. C’était la situation politique de nombre d’États du Proche-Orient, placés sous la suzeraineté romaine, et notamment de la Judée. En 40 A.C., Hérode était allé à Rome recevoir d’Antoine, d’Octave et du Sénat le titre de roi de Judée. La même aventure s’était répétée en 4 A.C. avec les fils d’Hérode : Auguste avait nommé ethnarque Archelaos, tandis que Philippe et Hérode Antipas étaient faits tétrarques.

8Saint Matthieu ne précise pas la qualité du personnage : c’est un homme qui est appelé à partir à l’étranger.

9D’après le récit de saint Luc, le futur roi, avant son départ pour ce lointain voyage, prend dix serviteurs et remet à chacun d’eux la propriété d’une mine (έδωκεν indique bien un transfert de propriété, comme παρέδωκεκ dans saint Matthieu et correspond à iddîn dans le Code de Hammurabi). Chacun de ces serviteurs reçoit une somme égale, équivalente à 100 deniers.

10Dans le texte de saint Matthieu, la somme distribuée est plus considérable et la distribution est inégale, ἐκάστῳ κατὰ τὴν ἰઠίαν δύναμιν, « à chacun suivant ses capacités ». Le premier serviteur reçoit cinq talents, soit 30000 deniers, le second deux talents, soit 12000 deniers, le troisième un seul talent, soit 6000 deniers. Le maître remet le plus d’argent au plus avisé, à celui qui manifeste le plus d’aptitude commerciale. Notons que ce texte semble plus près des paroles du Christ : ce roi serait un bien mince personnage de donner une mine, 100 deniers à chacun de ses serviteurs. Au contraire, il est plus vraisemblable qu’il remette des sommes plus considérables à de hauts fonctionnaires, qui sont des grands de son royaume.

11Il serait fallacieux de donner en francs actuels une appréciation de la valeur de ces monnaies antiques. Le seul moyen d’en estimer la valeur est de tâcher de déterminer ce qu’il était possible, en ces temps et en ces pays, d’acheter avec chacune d’elles.

  • 9 schwalm (m. b.), La vie privée du peuple juif à l’époque de Jésus-Christ, Paris, 1910, p. 342 s., p (...)
  • 10 josèphe, Ant., 17, 11, 4, 5.

12Or, nous n’avons sur ces points que bien peu d’informations. Le denier romain, qui était une monnaie d’argent du poids de 3 gr. 90, appelé en hébreu dinar, en araméen dinàrâ, constituait la base du système monétaire juif. C’était la solde journalière du soldat, comme le salaire de l’ouvrier agricole. La Mišna(h) nous apprend qu’une paire de bœufs valait 200 zuz tyriens, pièce d’argent de 3gr. 556, un peu plus faible que la drachme attique ou le denier romain. A l’opposé, la mine et le talent étaient non des monnaies réelles, mais des monnaies de compte, qui servaient d’unité pour apprécier les comptes en banque, les fortunes ou les revenus des impôts. À l’époque chrétienne, la mine est l’équivalent de 100 drachmes grecques ou de 100 deniers romains, et le talent correspond à 60 mines, ou 6000 deniers9. D’après Josèphe, la Transjordanie et la Galilée rapportaient à Hérode 200 talents, la Batanée, la Trachonitide et le Hauran 100 talents, l’Idumée, la Judée et la Samarie 600 talents10.

13En remettant les mines ou les talents, le maître donne l’ordre de les faire valoir : πραγματεύσασθε ἐν ᾧ ἔρχομαι, « faites-les fructifier jusqu’à ce que je revienne ». Notons que ce mot faire fructifier est le terme caractéristique qu’on retrouve dans la description du contrat mésopotamien.

14Le maître n’exige pas que la somme ait fructifié dans une mesure déterminée. À la rigueur, il ne sévirait pas, si on lui remettait le simple intérêt, τόκος, qu’un banquier aurait donné. Mais il demande davantage. Et c’est à cet ordre que répondent les bons serviteurs.

15Dans le récit de saint Luc, chaque serviteur a reçu une somme égale, et lorsqu’après un assez long temps, le maître revient, le premier apporte dix mines, 1000 deniers, le second cinq mines, 500 deniers. La proportion est considérable et n’a rien de commun avec l’intérêt qu’aurait donné un banquier. Elle s’accorde parfaitement avec le contrat pour faire valoir du droit babylonien.

16D’après saint Matthieu (chacun a reçu une somme inégale), la proportion est moindre, mais elle est caractéristique : c’est la proportion du double. Or c’est le minimum exigé par le droit babylonien. Celui qui a reçu cinq talents, 30000 deniers, en rapporte dix, 60000 deniers ; celui à qui on a confié deux talents, 12000 deniers, en remet quatre, soit 24000 deniers.

17Le texte n’indique pas exactement de quelle façon ont procédé les bons serviteurs pour tirer profit de ce qu’ils avaient reçu. Ils se sont certainement livrés à des opérations commerciales, qui consistaient à acheter des marchandises, du blé, du vin, de la laine, des dattes, pour les revendre. Ils ont pu commercer sur place, mais plus vraisemblablement ils ont organisé des caravanes et fait le commerce à l’étranger, ce qui était beaucoup plus fructueux. On ne saurait sans doute tirer l’énonciation de ces voyages d’affaires de l’expression qu’emploie saint Matthieu, πόρευθεις ἐργασάτο ἐν αὐτοίς, « il s’en alla les faire fructifier ». C’est une tournure sémitique, qui n’a pas de sens bien défini. Mais cela n’est pas exclu par le texte.

18D’ailleurs, ici, à cause de l’enseignement que vise la parabole, qui est le retard apporté à la Parousie, on insiste sur l’absence du maître et sur son retour, et non sur les voyages qu’ont pu entreprendre les serviteurs.

19Quant au mauvais serviteur, il serre la mine dans un mouchoir, έν σουδαρίῳ comme font encore les paysans de la Palestine (c’est ce que rapporte saint Luc), ou il fait un trou en terre pour y cacher le talent (c’est le récit de saint Matthieu). Et il se contente de rapporter la mine ou le talent qui lui avait été remis. Il est puni, bien qu’il ait remboursé le capital – uniquement pour ne l’avoir pas fait fructifier. Le maître ordonne de lui enlever la somme qu’il a reçue, et de le jeter dans les ténèbres extérieures.

  • 11 Dt 23, 19 et 20 ; Lv 25, 35-37.
  • 12 Talmud de Jérusalem, Baba me‘sia, III, 8 (12). « Si quelqu’un donne des “maot” (de l’argent monnayé (...)
  • 13 Dt 15, 6.

20Il y a donc bien obligation non pas de rendre le seul capital, mais de faire fructifier l’argent. Nous ne sommes pas en présence du prêt gratuit conclu entre juifs11, ni du δάνεια grec, ni du mutuum romain, où l’emprunteur est seulement tenu de rendre des choses de genre, en même quantité et de la même qualité que celles qui avaient été reçues. Ce n’est pas non plus un dépôt, même un dépôt irrégulier, opération qui était pratiquée par les changeurs et les banquiers juifs12. On ne saurait non plus y découvrir un prêt à intérêt, opération qui était pratiquée entre juifs et gentils13, aussi bien que chez tous les peuples du monde antique. Aucun intérêt déterminé n’est spécifié par le maître. D’après saint Luc, chacun des bons serviteurs remet une somme différente ; elle varie du quintuple au décuple. Et dans le récit de saint Matthieu, si l’on suppose gratuitement des intérêts de 100 %, il faudrait en outre imaginer que l’absence du maître eût duré exactement un an.

21Tous les traits de la parabole s’expliquent au contraire, si l’on considère que le Seigneur a bien visé le contrat babylonien « pour vendre, acheter et faire fructifier ». Et il n’est pas d’expression qui revienne plus souvent que ce dernier terme dans les deux récits évangéliques. Les bons serviteurs désignent au maître le profit qu’ils ont réalisé et le lui remettent, en attendant de lui leur récompense : κύριε, ἡ μνᾶ σου δέκα προσηργάσατο μνᾶς, « Seigneur, ta mine a rapporté dix mines » ; ἡ μνᾶ σου, κύριε, ἐποίησεν πέντε μνᾶς, « Seigneur, ta mine a produit cinq mines » ; ἴδε ἄλλα πέντε τάλαντα έκέρδησα, « vois, j’ai gagné cinq autres talents ».

  • 14 Quant aux ennemis du monarque, ceux qui, après son départ, ont comploté contre lui et ont envoyé de (...)

22À cause du sens allégorique de la parabole, le récit ne pouvait décrire le partage des bénéfices entre le maître – qui représente Dieu-et ses serviteurs. Saint Matthieu insiste sur le sens allégorique, qui est la béatitude finale. Pour saint Luc, le maître donne une récompense temporelle, qui est magnifique, bien au-delà du gain qu’on pouvait attendre d’une opération commerciale. Mais ici le capitaliste n’était-il pas un futur roi ? Le serviteur qui a gagné dix mines reçoit le gouvernement de dix villes, et celui qui a gagné cinq mines le gouvernement de cinq villes. Et cela montre que la récompense céleste sera hors de proportion avec ce que nous aurons œuvré ici-bas14.

23Le contrat sur lequel repose le sens littéral de la parabole était fréquemment pratiqué en Babylonie. Il semble avoir été imaginé par les Sumériens, avant d’avoir été recueilli dans la codification qu’effectua Hammurabi.

24À côté des sociétés commerciales et de la société en commandite, ce contrat permettait aux gens riches – grands propriétaires, palais et temples- de faire valoir leurs capitaux, sans gérer personnellement un commerce. Et les commerçants qui avaient l’esprit entreprenant et aventureux, mais manquaient de capitaux, trouvaient par là le moyen d’exercer leur industrie (le Code de Hammurabi a d’ailleurs été surnommé « code des marchands »).

  • 15 [Cf par exemple arnaud (d.), Le Proche-Orient ancien, de l’invention de l’écriture à l’hellénisatio (...)

25Un capitaliste remettait des fonds à un caravanier, qui achetait des marchandises qu’il supposait capables de plaire dans les régions où il se rendrait, et qui y atteindraient un haut prix. Une fois en route, il vendait, achetait pour revendre plus loin, et ainsi de suite sur le chemin du retour. Toutes ces opérations étaient faites au comptant et au nom personnel du caravanier. À cause de l’insécurité des chemins, une escorte accompagnait parfois la caravane : très tôt, dans tout le Proche et Moyen Orient, un droit international embryonnaire a autorisé la circulation des caravanes moyennant le paiement de taxes aux autorités locales15, mais le brigandage est resté longtemps endémique sur les pistes caravanières. Si la caravane n’avait pas été dépouillée en chemin par des bandits, elle revenait avec un profit considérable, qui était partagé entre le capitaliste et le caravanier.

  • 16 [Sur les caravanes des IIIe et IIe millénaires, cf edzard (d. o.), « Karawane », RLA 5, 1980, p. 41 (...)
  • 17 [Au IIIe millénaire, la Mésopotamie commerce avec les pays de l’Indus, cf klengel (h.), Handel und (...)
  • 18 [Sur le commerce mésopotamien, note bibliographique en fin de chapitre.]
  • 19 arnaud, l. c., p. 60.
  • 20 Cf notamment ungnad (a.), « Das Haus Egibi », Archiv für Orientforschung, 14, 1941-1944, p. 57-64 ; (...)

26La Babylonie était en effet un riche pays d’exportations agricoles ; elle regorgeait d’orge, de millet, de blé. On y faisait le commerce de l’amidonnier, des dattes, des bœufs, de l’huile d’olive ou de sésame. C’était aussi un centre industriel important, surtout pour le commerce de la laine, et un vaste marché, unissant la Phénicie à la Perse et à l’Inde. Les fleuves, les canaux, les pistes caravanières16 permettaient des relations faciles avec l’extérieur et les pays lointains, dès les plus hautes époques17. [Très tôt aussi existe un commerce à longue distance portant sur des objets de luxe, qui permet de faire d’énormes bénéfices avec un volume de marchandises relativement restreint18. « De Syrie venaient les bois, flottés sur l’Euphrate, le vin pendant au moins une partie <du IIe millénaire>, de l’huile de cyprès et de cèdre, de la gomme de conifères, de la myrte et du « roseau doux » (sorte de canne à sucre) ; de Kargamis les chevaux. Par le golfe Persique, le point d’aboutissement du commerce indien et africain, arrivaient l’ivoire et l’ocre rouge, base pour les peintures de fresques »19.] Des archives de firmes commerciales importantes (au Ier millénaire) ont été découvertes en Babylonie, aussi bien qu’en Assyrie orientale et en Cappadoce20. Aussi l’argent judicieusement employé devenait une source indéfinie de profits.

  • 21 Ces nouveaux fragments, découverts à Nippur en 1914, ont été publiés et transcrits par poeble, Hist (...)
  • 22 g. boyer estimait que ce contrat remontait sans doute à l’époque sumérienne : la dénomination des p (...)
  • 23 szlechter (é.), l.c., p. 102-103.

27Ce contrat a été juridiquement organisé par les § 100-103 du Code de Hammurabi21, qui s’est probablement borné à consacrer les clauses les plus usuelles dans la pratique commerciale22. Il est ainsi décrit23 :

  • 24 Translittération de scheil : Sum-ma dam-qar-um (tamkarum) a-na šamalli-im kaspa-am a-na pa-s (a-rim (...)

28Art. 100 : « Si un marchand (tamkârum) a donné à un commis (voyageur) de l’argent pour vendre (« livrer ») et acheter, et l’a envoyé en voyage (d’affaires), -le commis, lors du voyage (d’affaires) [a mis en négoce] l’argent qu’il lui a confié, et si là où il est allé il a obtenu un bénéfice (profit) », – (et ici le texte de la tablette se raccorde à celui de la stèle)– « il comptabilisera les intérêts de tout l’argent qu’il a reçu (littéralement : « les intérêts de l’argent autant qu’il a reçu »)– ils compteront ses jours, puis il satisfera son marchand ».24

29Art. 101 : « Si là où il est allé, il n’a pas obtenu de bénéfice (profit), le commis (voyageur) doublera l’argent qu’il a reçu et le donnera (ou : « donnera au double ») au marchand ».

30Art. 103 : « Si, (« au cours du voyage d’affaires, ») l’ennemi lui a fait perdre (ou : « a provoqué la perte de ») tout ce qu’il a porté, le commis jurera sur le dieu et il sera déchargé (libre) (de toute responsabilité) ».

  • 25 leemans (w. f.), The Old Babylonian Merchant, his business and his social position, Leyde, 1950 (St (...)

31Le Code de Hammurabi décrit ici l’un des aspects de l’activité d’un tamkârum. C’est un homme d’affaires, qui dispose de capitaux, et qui est à la fois banquier, courtier, commanditaire et marchand. Il fait valoir des fonds et sans se spécialiser dans un commerce déterminé, pratique un négoce d’importation et d’exportation et spécule sur les denrées. Il voyage lui-même à l’occasion et envoie au loin des agents. Il fait des affaires pour lui-même et gère aussi les biens d’autrui, comme procurator generalis, et il peut encore être gérant d’un domaine ou d’un temple. Ces hommes d’affaires étaient réunis en une corporation, dont le syndic, wakil tamkâri, exerce des fonctions administratives et agit éventuellement pour le compte du gouvernement. On le retrouve dans toutes les cités mésopotamiennes, et, dans l’ensemble des pays qui participent à cette civilisation, depuis l’Élam jusqu’à la Cappadoce, partout où se manifeste une intense activité commerciale. Il apparaît comme agent de l’autorité publique, là où les rois exploitent de grands domaines et effectuent de vastes opérations commerciales25.

32Le tamkârum conclut ce contrat avec un šamallum (ana šamallim, au génitif). Ce terme est emprunté au sumérien et désigne un voyageur (en akkadien allâkum), qui transporte des marchandises. Ce n’est pas un esclave ; il peut agir en justice et est en état de payer des sommes considérables au tamkârum, au cas où il serait fautif.

33 D’autre part, le šamallum n’est pas un contractant entièrement indépendant : il agit sous la direction du tamkârum et lui est subordonné. Il n’est pas question d’un salaire qu’il recevrait en vertu même de ce contrat -ce qui n’exclut pas que ce šamallum puisse être un employé ou un salarié du premier. C’est un commis, et on peut par certains côtés le comparer à un commis voyageur. Les contractants ne sont donc pas placés sur un pied d’égalité, comme dans la société, mais de subordination, qui laisse néanmoins une grande initiative au šamallum. De même, la parabole évangélique met en scène un maître et ses serviteurs, qui sont ses subordonnés.

34L’homme d’affaires remet au subordonné une somme d’argent « pour vendre, acheter » et tire un profit de ce capital, en entreprenant un voyage commercial (harrânum). Le capital n’est pas mis en communauté, mais la propriété en est transférée au subordonné. Et c’est le sens du terme iddîn, « a donné », qui est la troisième personne au masculin singulier du parfait du verbe nadânu, temps qui dans les langues sémitiques indique que l’action est achevée. Le subordonné, le šamallum, a l’argent à sa disposition, et est entièrement responsable du remboursement du capital et du profit. Et il doit utiliser ce capital pour l’achat et la vente de marchandises au cours de cette expédition.

  • 26 Cf translittération ci-dessus n. 17.
  • 27 driver et miles, l. c., texte et traduction, t. 2, p. 42-43, discussion t. 1, p. 193- 194, et t. 2, (...)
  • 28 finet (a.), l. c., p. 72.

35Scheil, à cet endroit où la tablette présente une lacune, avait restitué le terme ussâp26 « fera fructifier », forme intensive, qui a ici le sens causatif du verbe asapum, « augmenter, payer un intérêt ». Il en résultait ce sens : le commis au cours du voyage fera fructifier l’argent qu’on lui a remis. Driver et Miles rejettent cette lecture, tout en admettant que ce sens est satisfaisant ; ils estiment que le sens demande un terme signifiant « il a placé » ou « il a investi » l’argent, tel que ukašši ou uštankir27. André Finet estime qu’on attend un verbe de sens général « faire du négoce », et non « faire fructifier », puisque la suite du texte considère successivement le profit et la perte, et il propose de restituer [i-ma-akk] a-ar (=imakkâr), « il commercera »28. Émile Szlechter estime que le législateur avait dû plus vraisemblablement employer le verbe kašûm -la forme II, qui a valeur intensive, est kuššum- « mettre en négoce ». Notons que cette restitution présente l’avantage de tenir dans le cadre de la tablette, qui est endommagée à cet endroit. Et elle rejoint le sens de « faire fructifier » l’argent, leçon que Scheil avait adoptée en pensant déchiffrer ussâp.

36Quelle que soit la leçon adoptée, le but du placement, du commerce, du négoce, est évidemment de faire des bénéfices, d’obtenir un profit, nêmêlum, qui se trouve dans le § 101, et devait aussi se trouver dans le § 100 : faire fructifier l’argent, tel est bien le but pour lequel le contrat est conclu, et qui peut servir à le qualifier. Et dans le texte évangélique ce terme correspond exactement à l’ordre du maître, comme aux paroles des bons serviteurs qui décrivent les opérations qu’ils ont effectuées : πραγματεύσασθε, « faites fructifier l’argent » ; έργάσατο, « il les fit fructifier » ; έκέρδησεν, « il gagna » ; προσηργάσατο, « (la mine) a rapporté » ; έποίησεν, « elle a produit ».

37Le šamallum doit garder dans ses tablettes les comptes de son commerce. À son retour, il comptabilisera les intérêts de tout l’argent qu’il a reçu, c’est-à-dire qu’il déclarera au tamkârum le profit, les accroissements de l’argent qui lui avait été confié. Il doit en effet rendre un compte exact de ses affaires.

38« Ils compteront ses jours » signifie vraisemblablement que le marchand et le commis procèderont ensemble au décompte du nombre des journées de voyage. Cela peut s’entendre que le commis déclarera les dépenses effectuées pour le logement, la nourriture, les frais du voyage. Il déduira sans doute du profit ces frais et, éventuellement, s’il est salarié, une rétribution calculée sur le nombre de jours qu’a duré l’expédition. Tous deux établiront le compte final, et le commis désintéressera le marchand en lui remettant ce qu’il lui doit.

39Commis et homme d’affaires ont entre eux des rapports de débiteur et de créancier. Mais le tamkârum est beaucoup plus qu’un créancier ordinaire, puisque dans un contrat ordinaire le créancier ne contrôle pas le débiteur, et ce dernier n’est pas tenu à rembourser le double s’il n’a pas fait de profit.

40Par ailleurs, le šamallum participe au profit des opérations qu’il effectue, et reçoit une part du profit, au lieu d’intérêts fixes. Ce n’est pas sans raison que les lignes qui traitent de ce contrat particulier sont précédées par l’exposé du contrat de société. Mais ce contrat pour tirer du profit est bien distinct de la société et jamais le šamallum n’est qualifié d’associé, de tappum.

  • 29 La proportion peut être de la moitié pour chacun, ou d’un tiers pour l’un et deux tiers pour l’autr (...)

41 Le texte laisse entendre que le tamkârum est d’abord remboursé de l’argent avancé – exception faite du cas de perte par force majeure, causée par l’ennemi. Puis le profit restant, qui est d’ordinaire considérable, est partagé entre le négociant et le commis29. Aussi ne soyons pas surpris, si dans le récit de saint Luc les bons serviteurs rapportent le quintuple ou le décuple.

  • 30 CH, § 101.

42Si le commis n’a obtenu aucun bénéfice, on l’estime fautif, tellement l’argent est considéré comme une source infaillible de profit. Il est alors tenu de remettre au capitaliste le double de la somme confiée pour la faire fructifier30, car on le considère comme coupable de négligence, d’impéritie ou même de malhonnêteté, s’il a rapporté un profit moindre que le double : la correspondance avec la parabole évangélique est manifeste. La responsabilité du commis est bien plus étendue que celle qu’on rencontre dans un contrat de société. Et le capitaliste a une garantie de bénéfice fixe. Or cette proportion du double -le minimum du bénéfice que le commis est tenu de réaliser-est celle qu’on retrouve dans saint Matthieu.

  • 31 Ibid., § 103.

43Mais le contrat est aléatoire : le droit babylonien prévoit que si au cours du voyage le commis a été attaqué par des « ennemis » qui lui ont enlevé tout ce qu’il possédait, il est libéré de l’obligation de rendre profit et capital. Il lui suffit de prêter serment de la véracité de sa déposition31. C’est la mise en œuvre de la notion de force majeure. Le terme nakrum désigne un ennemi public, quelqu’un qui est en guerre avec le roi. Cela peut s’entendre du brigand, qui est hostis humani generis, comme du pirate. Pour éviter d’être tué ou pris comme esclave, le šamallum s’enfuit, et abandonne entre les mains de l’ennemi l’argent ou les marchandises qu’il transportait. Il est alors libéré de ses obligations : les risques sont pour le capitaliste.

  • 32 cuq (é.), Etudes sur le Droit babylonien, p. 285-293.
  • 33 dareste (r.), « Le Code babylonien d’Hammurabi », Journal des Savants, 1902, oct.-nov., p. 6, et NR (...)
  • 34 kohler (j.) et peiser (f. e.), Hammurabi’s Gesetz, t. 1, Übersetzung juristische Wiedergabe, Erläut (...)
  • 35 schorr (m.), « Urkunden des altbabylonischen Zivil-und Prozessrechts », dans Vorderasiatische Bibli (...)
  • 36 delaporte (l.), La Mésopotamie, les civilisations babylonienne et assyrienne, Paris, 1923, p. 99.
  • 37 cruveilhier (p.), Introduction au Code d’Hammourabi, Paris, 1937, p. 16, 23, 33 ; Commentaire du Co (...)
  • 38 [Pour sauren (h.), « Der internationale Handel, sein Recht im Kodex Hammurabi », ZSS (RA), 100, 198 (...)

44Les auteurs se sont interrogés sur la nature juridique de ce contrat « pour vendre, acheter » et tirer un profit. Édouard Cuq a voulu le rattacher au contrat de société et le nomme « contrat de société du négociant avec son commis »32. Dareste33, Kohler et Peiser34 le désignent comme un rapport entre un négociant et un commis, sans toutefois le rattacher au contrat de société. Schorr35, Delaporte36, Cruveilhier37 le qualifient de contrat de commission38.

  • 39 szlechter (é.), Etude sociologique du contrat de société en Babylonie, Paris, 1945, p. 97-106 ; Le (...)
  • 40 [Toutefois, « à Ur, les capitalistes abandonnaient les bénéfices commerciaux en ne gardant que les (...)
  • 41 [Sur les dangers des transports par caravanes, cooper (e. n.), « Trade, Trouble and Taxation along (...)

45Mais il s’agit d’une institution originale, sui generis, probablement créée par les Sumériens, pratiquée et codifiée par les Babyloniens. Sans appartenir à aucune de ces catégories juridiques, ce contrat pour faire fructifier combine des éléments empruntés à la fois au prêt, à la société et au louage de services -ainsi que l’a judicieusement noté Émile Szlechter39. Comme les relations commerciales s’effectuaient principalement à l’étranger, loin du domicile du commerçant, celui-ci a exigé des garanties pour assurer le remboursement du capital confié à un commis, qui est son subordonné et qui doit exécuter ses instructions, et pour obtenir un profit considérable. Ce contrat comporte le partage des bénéfices entre les deux parties40 ; à cet égard il apparaît comme un prêt avec participation au profit et garantie pour le capitaliste d’un bénéfice fixe, au moins du double. En revanche, c’est un contrat aléatoire que conclut le capitaliste : le commis est protégé par une exemption totale à l’encontre des événements causés par la force majeure : attaque d’ennemis ou de bandits41. Naturellement cet aspect du contrat n’apparaît pas dans la parabole évangélique ; on ne pourrait l’adapter à son sens allégorique.

  • 42 [Les navires de Sargon ont atteint l’embouchure de l’Indus, la presqu’île d’Oman, Bahrein, et la Mé (...)
  • 43 [garelli (p.), Le Proche-Orient asiatique, des origines aux invasions des peuples de la mer, Paris, (...)
  • 44 [id., ibid., p. 103.]
  • 45 [id., ibid., p. 126.]
  • 46 [margueron (j. c.), éd., Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du Colloque de St (...)

46Le Code de Hammurabi ne spécifie pas que ce contrat concerne uniquement le commerce terrestre. Le plus souvent, pour commercer au loin, le commis organisera des caravanes, utilisera les fleuves et les canaux qui servaient de voies de communication, aussi bien que les pistes caravanières. Ce contrat, qui intéresse le Droit caravanier et le Droit fluvial, n’exclut pas les expéditions maritimes42. [Dès l’époque de Sargon d’Accad, les navires de Meluhha, de Magan et de Dilmun accostent à Agadé, « ce sont les produits du Sud arabique et de l’Inde, le cuivre, l’or, les pierres précieuses, qui arrivaient par cette voie »43. Sous la IIIe dynastie d’Ur, « la voie maritime restait libre. On faisait venir du golfe Persique du cuivre, de l’or, de l’ivoire, des pierres précieuses et des pierres de construction », mais du cuivre venait aussi d’Asie mineure, et l’argent d’Élam, donc par voie terrestre44. Plus avant dans le IIe millénaire, « c’est par Mari que passaient les bois de charpente, les pierres, les vins et l’huile d’olive dont avait besoin la Babylonie. Et si celle-ci préférait importer son cuivre du golfe Persique, les régions du moyen Euphrate avaient intérêt à faire venir ce minerai de Chypre par l’intermédiaire des villes syriennes. C’est également à travers le territoire de Mari qu’était acheminé l’étain d’Iran à destination de la côte méditerranéenne »45. Les découvertes plus récentes, à Émar, Ebla, ou d’autres sites syriens, confirment l’importance des routes commerciales terrestres46 : le commerce de mer, sur le golfe Persique et sur l’océan Indien, paraît alors avoir moins d’importance que le commerce terrestre].

47Ce contrat caravanier a été pratiqué dans tout le Proche et le Moyen Orient. Dès la première dynastie babylonienne, de nombreux actes concrets relatent une reddition de comptes au retour d’une caravane. Mais nous ne savons pas toujours si nous sommes en présence d’un šamallum ou d’un associé, qui participe à une société commerciale.

  • 47 Cf eisser (g.) et levy (j.), Die altassyrischen Rechtsurkunden vont Kültepe, Mitteilungen der Vorde (...)
  • 48 garelli (p.) et nikiprowetzky (v.), Le Proche-Orient asiatique. Les empires mésopotamiens, Israël, (...)

48On retrouve ce contrat dans les tablettes cappadociennes de Kaniš, aujourd’hui Kültepe47, où au XIXe siècle avant notre ère les Assyriens avaient établi une colonie marchande prospère et solidement organisée, qui comptait bon nombre de filiales en Anatolie. Mais on peut remarquer que le Droit assyrien n’est pas absolument identique au Droit babylonien. Le tamkârum ne présente pas exactement le même aspect que celui décrit par le Code de Hammurabi48. Il apparaît comme une sorte d’officier ministériel, mais qui pratique aussi des opérations bancaires et commerciales. Il agit vis-à-vis du šamallum comme bailleur de fonds et supporte les risques. Lors du partage des profits, il reçoit les deux tiers, tandis que le commis ne garde que le dernier tiers (šalištum).

  • 49 san nicolo (m.) et ungnad (a.), Neubabylonische Rechts- und Verwaltunsurkunden, t. 1, 1-5, Leipzig, (...)
  • 50 boyer (g.), « De la science juridique et de sa méthode dans l’ancienne Mésopotamie », Mélanges, t. (...)

49À l’époque néobabylonienne, une soixantaine d’actes du VIe siècle avant notre ère attestent la persistance de ce contrat pour vendre, acheter et obtenir un profit49. Mais les clauses montrent souvent qu’on ne le distingue pas suffisamment d’opérations juridiques différentes. Cette confusion résulte de l’absence de systématisation juridique, et du caractère purement interprétatif de volonté présumée que présentent les dispositions légales : rien n’interdit aux contractants de convenir de règles différentes, qui vont parfois jusqu’à dénaturer l’opération. Ajoutons que la règle de droit législative ou coutumière a surtout valeur d’exemple, dont doivent s’inspirer le scribe, le juge et l’administrateur, mais qui n’est pas destinée à être suivie à la lettre et ne doit pas être interprétée strictement50 (la même conception se retrouve en Extrême-Orient, notamment dans l’ancien Droit chinois).

  • 51 schwalm, l. c., p. 232 s., 308 s., 329 s.
  • 52 Bâbhâ mêṣî‘â, V, 3 (5).
  • 53 Dt 23, 20.

50Le monde juif a aussi connu ce contrat et en usait fréquemment. Rien d’étonnant à cela. En Palestine comme en Galilée, au temps du Christ, le mouvement commercial était intense. La Judée se trouvait placée sur la ligne de caravanes qui reliait l’Égypte à Antioche, à la Mésopotamie, à la Perse et à l’Arabie. Tout près de la Judée, caravanes et navires se donnaient rendez-vous à Tyr et à Sidon, où au témoignage du Talmud les juifs traitaient des affaires importantes. De la Palestine, on exportait les produits agricoles, le baume et les dattes de Jéricho, la céramique de Saron et les poissons salés de Tarichée. Toute une classe de la population se consacrait au grand commerce51. Vers le milieu du IIe siècle de notre ère, la Mišna(h), qui est alors fixée par écrit et formera le noyau des deux Talmuds de Jérusalem et de Babylone, décrit ce contrat. Un prêteur, malweh, remet de l’argent ou des marchandises à un marchand ou à un boutiquier, henwani, qui reçoit de lui un salaire afin qu’il vende, achète et partage ensuite les profits entre eux deux52. S’il n’y avait pas paiement de ce salaire, qui peut consister en deux dinars et est alors purement symbolique, le partage des bénéfices apparaîtrait comme une convention où l’argent porterait intérêt par lui-même en faveur du prêteur, ce qui est interdit entre juifs par le Deutéronome53. Le rapport de droit est considéré non plus comme un prêt, mais comme un louage de services. Ce trait, même symbolique, marque bien la subordination de celui qui traite avec le capitaliste. Nous ne sommes pas en présence d’une société, même en commandite. Et cela cadre avec le principe du droit babylonien, d’après lequel le šamallum est défrayé de ses dépenses par le capitaliste.

  • 54 Cf milliot (l.), Introduction à l’étude du Droit musulman, Paris, 1953, p. 664- 666.

51 Ce même contrat babylonien semble bien être à l’origine du contrat appelé en droit musulman modârabd54 en persan, mudâraba en arabe littéral. Admis par les sunnites et les chiites, il s’est perpétué en Iran jusqu’à nos jours. Un capitaliste remet une somme d’argent à un caravanier ou à un commerçant pour faire du négoce et obtenir un profit. Au retour de l’expédition, tous deux partagent les bénéfices par moitié, ou par deux tiers et un tiers. Si le caravanier a été dépouillé par des bandits, il ne doit rien rembourser et il lui suffit de prêter serment. En revanche, contrairement au Code de Hammurabi, il est interdit de mettre à sa charge un bénéfice forfaitaire – qui correspondrait à cette peine du double- s’il revient sans avoir commis de faute et sans avoir rapporté le profit espéré.

  • 55 Cf gernet (l.), Démosthène, plaidoyers civils, 4 vol., Paris, 1954, 1957, 1958, 1960.
  • 56 Sur le prêt maritime en droit grec, note bibliographique en fin de chapitre. Cf aussi dauvillier (j(...)
  • 57 matthiass (b.), Das foenus nauticum und die geschichtiche Entwicklung der Bodmerei, Wurzbourg, 1881 (...)
  • 58 paoli (u. e.), l. c., p. 41-51.
  • 59 Pour une discussion plus détaillée de ces points, dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat cara (...)
  • 60 arnaud (d.), Le Proche-Orient ancien..., p. 92 : les Achéens « tenaient Lesbos (le hittite Lazba) e (...)

52Il semble d’autre part vraisemblable que le prêt maritime athénien, et plus généralement grec, ait emprunté également des traits à ce contrat babylonien. Nous connaissons bien le prêt maritime athénien, ναυτικὸν δάνεισμα ou ναυτικοἱ, τόκοι, grâce aux plaidoyers du Pseudo-Démosthène55 et à l’analyse juridique d’Ugo Enrico Paoli56. Ce prêt maritime, lorsqu’il nous apparaît en droit athénien, existe depuis plusieurs siècles et a été affiné et rodé par la pratique, mais les chaînons manquants nous font malheureusement défaut, pour reconstituer avec la précision souhaitable l’apparition et l’évolution de ce contrat maritime. On doit considérer comme fantaisistes les thèses, célèbres en leur temps, de B. Matthiass57, qui donnait à ce prêt une origine indo-âryenne, ainsi qu’une formation en quatre étapes démentie par l’examen des sources grecques58. Le prêt maritime apparaît florissant dans toutes les Cités grecques de la Méditerranée qui se livraient au commerce maritime. Celles-ci pratiquaient un ensemble de règles qui devaient constituer dans ce domaine un droit commun, qui avait un caractère international. Comme le montrent les plaidoyers du Pseudo-Démosthène, ces règles ne sont pas restreintes à Athènes et aux cités alliées, mais s’appliquent à Céphalonie, à Rhodes, à Marseille, à Panticapée (Kertch, dans la Crimée actuelle), dans les Cités du Pont et à Syracuse. Il semble peu probable que ces règles se soient inspirées du Droit phénicien59. Ugo Paoli estimait que le prêt maritime avait d’abord été pratiqué par les Grecs d’Asie mineure, qui l’avaient comme façonné et adapté aux exigences du commerce de mer. Or, si les Grecs n’étaient pas en contact immédiat et direct avec les Babyloniens, ils l’étaient avec les peuples orientaux de l’Asie mineure, et avaient notamment beaucoup appris des Hittites60 (et on sait que le Droit hittite, comme tous ceux de la région, a emprunté au Droit babylonien). Le monde grec comprenait non seulement les îles de la mer Égée, mais aussi toutes les côtes de l’Asie mineure, d’où vinrent l’Iliade et l’Odyssée. Les routes caravanières qui sillonnaient l’Asie mineure aboutissaient aux Cités grecques de la côte méditerranéenne, où le commerce florissait.

  • 61 Sur le commerce milésien, roehling (j.), Der Handel von Milet, Diss. Hambourg, 1936.
  • 62 [harvey (h.d.), « The Maritime Loan in Eupolis’ « Marikas » (P. Oxy. 2741) », ZPE, 23, 1976, p. 231 (...)

53En raison même de la persistance et de la diffusion du contrat babylonien, les populations grecques de l’Asie n’ont pu l’ignorer. Et la ressemblance est trop marquée entre le ναυτικὸν δάνεισµα du Droit grec et ce contrat caravanier pour être purement fortuite, et exclure toute dérivation ou inspiration. Les marchands grecs d’Asie mineure, qui pratiquaient le commerce maritime, ont dû s’inspirer de ce contrat, qui visait le commerce terrestre, mais n’excluait pas la possibilité d’opérations maritimes. Les grandes Cités grecques d’Asie mineure, Milet, Smyrne, Éphèse, sont toutes trois situées près d’un golfe bien abrité, près de l’estuaire d’un fleuve dont la vallée est l’aboutissement d’une grande route qui par l’intérieur du plateau central de l’Anatolie conduit vers la Babylonie. C’est là, vraisemblablement à Milet61 (en contact depuis l’époque achéenne avec l’Orient), que ce contrat maritime a pu être aménagé, à une date que nous ne pouvons préciser, mais qui, pour les origines, pourrait être fort ancienne ; [le plus ancien prêt maritime grec connu, à 20 %, date de 421 av. J.– C.62].

  • 63 [Voir l’analyse détaillée du contrat grec dans dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat caravan (...)

54Considéré dans sa structure essentielle, le ναυτικὁν δάνεισμα se profile dans la même ligne que le contrat babylonien pour vendre, acheter et obtenir un profit63. Comme le contrat babylonien, le contrat grec est essentiellement un contrat aléatoire, destiné à faire fructifier l’argent que remet le prêteur, à tirer un profit en entreprenant un voyage commercial, en achetant et en vendant des marchandises dans un pays souvent étranger ou même lointain, pour le mutuel avantage des deux parties. L’emprunteur organise une expédition maritime, qui peut rapporter de gros bénéfices aux deux contractants. Mais si elle échoue par l’effet de la force majeure, l’emprunteur ne sera pas ruiné et ne devra rien rembourser, ni profit, ni capital.

  • 64 [P. Laur., I, 6 (97/8-116/7 ap. J.-C.), lignes 7-11 ; P. Oxy. inv. 21 3B 25G (2-4) a (176 ap. J.-C. (...)

55L’organisation d’une expédition maritime diffère de celle d’une caravane. Il faut armer un navire, instrument de transport indispensable, mais fragile et vulnérable : il pose des problèmes nouveaux, qui s’ajoutent aux précédents, amène l’extension des notions de risque et de force majeure, comme il permet d’apporter des garanties nouvelles. La notion de force majeure demeure essentielle à ce contrat grec et est même accrue [: les transporteurs, dans les contrats transmis par les papyri égyptiens, s’engagent à remettre les marchandises « saines et sauves de toute fraude nautique, à condition qu’aucun risque ou dommage ne soit causé par force de Zeus ou par incursion de brigands », ou qu’il n’y ait pas « incendie venu de la terre, tempête ou incursion de malfaiteurs »64]. Il semble bien que ce soient les marins qui à ce propos aient dicté la loi du contrat. Les Grecs ont complété de manière heureuse le contrat babylonien. Ils l’ont assorti d’une garantie efficace, l’hypothèque du navire ou de la cargaison. Comme le contrat babylonien, le contrat grec était conclu par écrit, et aux yeux des Grecs, cet écrit constituait un titre exécutoire, auquel pouvait s’adjoindre une clause pénale du double – où on peut découvrir aussi sans doute un emprunt au Droit babylonien.

  • 65 Sur le prêt maritime en droit romain, note bibliographique en fin de chapitre.
  • 66 seruius sulpicius, rapporté par Ulpien, libro 77° adedictum, D. 22, 2, 8.
  • 67 labeo, libro 5°pithanon a Paulo epitomatorum, D. 22, 2, 9.

56 Les Romains ont emprunté aux Grecs ce contrat maritime, qualifié de pecunia traiecticia, puis de nauticum fenus65. Au Ier siècle avant notre ère, Seruius Sulpicius semble l’avoir introduit dans le Droit romain, en lui donnant forme juridique par le moyen d’une stipulation de peine66. Il reprenait ainsi l’usage grec de la clause pénale, qui s’inspirait sans doute de la peine du double prévue par Hammurabi. Et sous le règne d’Auguste, Labéon67 mentionne qu’on a coutume de stipuler une peine à propos de la pecunia traiecticia.

  • 68 [Cf baslez (m.– f.), Saint Paul, Paris, 1991, p. 19-36].

57L’ensemble du Droit maritime romain, qui s’insérait dans le ius gentium, a été en effet emprunté aux Grecs et Alfenus Varus y a largement contribué. Notons toutefois, ce qui montre l’autonomie des Droits locaux, que les armateurs et marchands phéniciens et juifs, dans les ports de la côte syrienne et libanaise, pendant toute l’époque classique et encore au Bas-Empire, ont continué à appliquer le Droit phénicien, comme en témoignent la Mišna(h) et le Talmud. Rien n’empêche cependant que les contemporains du Christ aient connu les dérivés maritimes, grec et romain, du contrat babylonien pour faire fructifier : les Juifs, et notamment ceux de la Diaspora, [comme le montre l’exemple de saint Paul et de son « réseau familial »68], étaient amenés à connaître d’autres Droits que celui qui s’appliquait chez eux.

58Mais le milieu dans lequel s’exerce l’activité du Christ n’est pas celui des ports de la côte, mais plutôt, dans l’ensemble, un milieu plus « terrien », comme, semble-t-il, l’atmosphère de la parabole évangélique ; le contrat maritime, d’ailleurs, mettant davantage l’accent sur les risques et la force majeure, correspondrait moins à la leçon de la parabole et à son sens allégorique. C’est donc vraisemblablement au vieux contrat caravanier venu de Babylonie que pensait le Seigneur : en ce sens, on peut sans doute toujours considérer que la parabole des mines et des talents rend un son authentiquement araméen.

Bibliographie

Notes bibliographiques :

Sur le commerce mésopotamien :

bogaert, Les origines antiques de la banque de dépôt, Leyde, 1966 ; oppenheim (a.l.), « The Seafaring Merchants of Ur », JAOS, 74, 1954, p. 6-17 ; id., « Essay on Overland Trade in the First Millenium B.C., Journal of Cuneiform Studies, 21, 1967, p. 236-254 ; larsen (m. t.), Old Assyrian Caravan Procedures, Istamboul, 1967 ; weiss (h.) et young (t. c.), « The merchants of Susa. Godin V and plateau-lowland relations in the late fourth millenium », Iran, 13, 1975, p. 1-17 ; charpin (d.) et joannès (f.) éd., Marchands, diplomates et empereurs. Études sur la civilisation mésopotamienne offertes à Paul Garelli, Paris, 1991 ; moorey (p.r. s.), « Iran : A Sumerian Eldorado ? », curtis (j.) éd., Early Mesopotamia and Iran : Contacts and Conflicts 3500-1600 BC, Proceedings of a Seminar in memory of Vladimir G. Lukonin, Londres, 2e éd., 1994, p. 31-43 ; macginnis (j.d.a.), « Harrānu Texts from the British Museum », Iraq, 56, 1994, p. 117-121 ; dandamayev (m.), “The Neo-Babylonian tamkārū”, zevitz (z.), gitin (s.), sokoloff (m.), éd., Solving Riddles and Untying Knots. Biblical, Epigraphic and Semitic Studies in Honor of Jonas C. Greenfield, Winona Lake, 1995, p. 523-530 ; alster (b.), “He Who Pays with Valid Money : on the Status of Merchants in Early Mesopotamia”, Tablettes et images du pays de Sumer et d’Akkad, Mélanges offerts à Monsieur H. Limet, APHA mémoires n° 1, tunca (o.) et deheselle (d.), éd., Liège, 1996, p. 1-6 ; foster (b.), “A Sumerian Merchant’s Account of the Dilmun Trade”, ASJ 19, 1997, p. 53-62 ; visicato (g.), “A Temple Institution in the Barley Records from Sargonic Ešnunna”, ASJ 19, 1997, p. 235- 259 ; garelli (p.), « Le problème du tamkârum à l’époque paléo-assyrienne », ertem (h.) et al. éd., Emin Bilgiç ani Kitabi, ArAn 3 (1997), 1998 (Studies Bilgiç), p. 125-130 ; dercksen (j.g.) éd., Trade and Finance in Ancient Mesopotamia, MOS Studies I, Proceedings of the first MOS Symposium Leiden 1997, PIHANS 84, 1999 ; al-rawi (F.) et dalley (s.), Old Babylonian Texts from Private Houses at Abu Habbah Ancient Sippar, É-DUB-BA-A 7, 2000 ; ercksen (e.), « ‘When we met in Hattuša’. Trade according to Old Assyrian Texts from Alishar and Boğazköy », van soldt (w.) et al. éd., Veenhof Anniversary Volume, Studies Presented to Klaas Veenhof on the Occasion of his Sixty-fifth Birthday, Leyde, 2001 (FS Veenhof), p. 39-66 ; durand (j.-m.), « Une alliance matrimoniale entre un marchand assyrien de Kanesh et un marchand mariote », FS Veenhof, p. 119-132 ; kryszat, « Boebachtungen zum Archiv des Iddin-Ištar », FS Veenhof, p. 263-273 ; meuer (d. j. w.), « Long distance trade. Some remarks on the ancient Syrian economy », FS Veenhof, p. 325-340 ; michel (c.), « Correspondance des marchands de Kanish », LAPO 19, 2001, 601 p. ; « Les suites de la mort d’un tamkāru en Anatolie », CRAI, 34, p. 457-465 ; « Le commerce des Assyriens en Anatolie centrale au début du IIe millénaire av. Jésus-Christ », Méditerranées, 30-31, 2001, p. 13-33

Sur le prêt maritime en droit grec :

paoli (u. e.), « Il prestito marittimo nel diritto attico », Studi di diritto attico, Pubblicazioni della R. Università degli Studi di Firenze, Facoltà di Lettere e di Filosofia, n.s., vol. IX, p. 9-137, Florence, 1930 (p. 11, bibliographie antérieure à Gernet sur le pseudo-Démosthène). Son étude surpasse les travaux antérieurs (parmi lesquels on citera baudry (f.), V° foenus (δάνειον), Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. II, 2e partie, Paris, 1896, p. 1214 s. ; beauchet (l.), Histoire du Droit privé de la République athénienne, Paris, 1897, t. IV, p. 272 s. ; ashburner (w.), The Rhodian Sea-Law, Oxford, 1909, p. ccxii ; pringsheim (f.), Der Kauf mit fremden Geld, Leipzig, 1916, p. 4-29). Cf aussi calhoun (g. m.) « Risk in Sea Loans in Ancient Athens », Journal of Economy and Business History, 2, 1930, p. 561-584 ; schwahn, Ναυτικο τόκος, PW, t. XVI, II, 1935, col. 2034 s. ; michell (h.), The Economics of Ancient Greece, Cambridge, 1957, p. 345- 350 ; bogaert (r.), « Banquiers, courtiers et prêts maritimes à Athènes », Chronique d’Égypte, 40, 1965, p. 140-156 ; meulemans (f.) et verschueren (m.), « Het nautikon daneisma te Athene », RIDA, 12, 1965, p. 157-165 ; paoli (u. e.) et biscardi (a.), « Prestito a cambio marittimo (diritto greco) », NsDI, t. 13, 1966, p. 740-754 ; rougé (j.), Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain, Paris, 1966, p. 345-348, 351, 358, et La marine dans l’Antiquité, Paris, 1975, p. 171-177 ; erxleben (e.), « Die Rolle der Bevölkerungsklassen im Aussenhandel Athens im 4. Jahrh. v. u. Z. », Hellenische Poleis, Berlin, 1974, p. 460-520 ; de sainte-croix (g. e. m.), « Ancient Greek and Roman Maritime Loans », Debits, Credits, Finance and Profits. Essays in Honour of W.T. Baxter, Londres, 1974, p. 41-59 ; cohen (e.e.), Ancient Athenian Maritime Courts, p. 127 s. ; vélissaropoulos, (j.), Les Nauclères grecs..., p. 301-311. [harris (e.m.), « The Liability of Business Partners in Athenian Law : the Dispute between Lycon and Megacleides (Dem. 52.20-1) », CQ 39, 1989, p. 339-343 ; thür (g.), « Arnaldo Biscardi e il diritto greco (Riflessioni sul prestito marittimo SB VI 9571) », Dike 3,2000, p. 177-186],

Sur le prêt maritime en droit romain :

kaser (m.), Römisches Privatrecht, 12, Munich, 1971, p. 532-533 ; biscardi (a.), Actio pecuniae traiecticiae. Contributo alla dottrina delle clausole penali, 2e éd., Turin, 1974 ; [purpura (g.), « Ricerche in tema di prestito marittimo », AUPA, 39, 1987, p. 189-363 (c. r. castresana herrero (a.), « Sulla ‘pecunia traiecticia’ », Labeo, 41, 1995, p. 283-287) ; ANKUM (H.), « Quelques observations sur le prêt maritime dans le droit romain pré-classique et classique », Symbolés, Athènes, 1994, p. 105 s. ; « Observations sur le prêt maritime romain, sujet cher à Henryk Kupiszewski », Le droit romain et le monde contemporain. Mélanges à la mémoire de Henryk Kupiszewski, Varsovie, 1996, p. 59 s. ; giuffré (v.), « Faenus e intraprese commerciali », Sem. Compl., VII, 1995, p. 133-167 ; « Il prestito ad « interessi marittimi » nel tardo impero », Atti dell’Accademia Romanistica Costantiniana, XII° Convegno Internazionale (1995), 1998, p. 353-365 ; krampe (c.), « Der Seedarlehenssrteit des Callimachus. D. 45, 1, 122, 1, Scaevola 28 digestorum », Collatio iuris Romani. Études dédiées à Hans Ankum à l’occasion de son 65e anniversaire, I, Amsterdam, 1995, p. 207-222.]

Notes

1 La base de cette étude est l’article de j. dauvillier, « La parabole des mines ou des talents et le § 99 du Code de Hammurabi », Mélanges Joseph Magnol, Paris, 1948, p. 153-165, où l’auteur étudiait le « contrat pour faire fructifier » babylonien et ses dérivés dans les droits orientaux. Il reprit la question sous le titre « Recherches sur un contrat caravanier babylonien et sur les origines du prêt à la grosse aventure dans l’Antiquité grecque », Mélanges Gabriel Marty, Toulouse, 1978, p. 341-381, en tenant compte des nouvelles éditions du Code de Hammurabi – ou Hammourabi- (où la numérotation des paragraphes a été modifiée), des diverses découvertes archéologiques et des progrès de la connaissance des droits orientaux, et en établissant le lien (ignoré en 1948) entre ce contrat et les droits grec et romain. Nous avons donc complété l’article initial par des emprunts au second [m.-b. b.]

2 Découverte à Suse en 1902 par J. de Morgan, publiée et traduite en 1903 par le P. Vincent Scheil (Code des Lois de Hammurabi, roi de Babylone vers 2000 a. J. C., Délégation en Perse, Mémoires publiés sous la direction de M.J. de Morgan, t. 4, Textes élamites-sémitiques, 2e série, Paris, 1902, p. 11-162 ; La Loi d’Hammourabi, Paris, 1903, 1904, 1906), la stèle du musée du Louvre sur laquelle est gravé le Code de Hammurabi (ou peut-être Hammurapi, « Hammu guérit », et non « Hammu est grand ») a été complétée par diverses tablettes qui ont permis de reconstituer la partie manquante. L’ensemble a été édité par driver (g.) et miles (j. c.), The Babylonian laws, 2 vol., Oxford, 1952-1955 ; finet (a.), Le Code de Hammurapi, Paris, 1973 ; szlechter (é.), Codex Hammurapi, Rome (Université du Latran), 1977. La numérotation des articles suivie ici est celle de Szlechter.

3 La date du règne de Hammurabi, sixième roi de la dynastie de Babylone, a été longuement discutée et n’est toujours pas établie avec certitude. La majorité des spécialistes adopte la « chronologie moyenne », 1792-1750, cf garelli (p.), Le Proche-Orient asiatique des origines aux invasions des peuples de la mer, Paris, 1969, p. 227-239.

4 boyer (g.), « Les études d’assyriologie juridique », RHD, 4e série, 11e année, 1932, p. 501 s. ; « Introduction bibliographique à l’histoire du droit suméro-akkadien », Archives d’histoire du Droit oriental, t. II, Bruxelles, 1938, p. 63 s. Il nous est agréable d’exprimer notre vive gratitude à notre collègue et ami Monsieur Georges Boyer, qui nous a fourni de précieuses indications dans cette matière.

5 Expositio Euangelii secundum Lucam, c. XIX, lib. VIII, PL, t. XV, col. 1792.

6 Commentarii in quatuor euangelistas, In Matth., XXV, éd. Lyon, 1615, col. 516.

7 Évangile selon saint Matthieu, 6e éd., Paris, p. 480 ; Évangile selon saint Luc, 6e éd., Paris, 1941, p. 490-491. Le P. lagrange se contente d’indiquer d’un mot ce rapprochement. Cf aussi I. m. vosté, Parabolae selectae Domini Nostri Iesu Christi, 2e éd., t. 1, Rome, 1933, p. 506 s.

8 d. buzy, Les Paraboles traduites et commentées, Paris, 1932, p. 542 s.

9 schwalm (m. b.), La vie privée du peuple juif à l’époque de Jésus-Christ, Paris, 1910, p. 342 s., p. 401-403.

10 josèphe, Ant., 17, 11, 4, 5.

11 Dt 23, 19 et 20 ; Lv 25, 35-37.

12 Talmud de Jérusalem, Baba me‘sia, III, 8 (12). « Si quelqu’un donne des “maot” (de l’argent monnayé) à un changeur... si l’argent n’était pas lié, le changeur peut en faire usage, et il est responsable de la perte du dépôt ».

13 Dt 15, 6.

14 Quant aux ennemis du monarque, ceux qui, après son départ, ont comploté contre lui et ont envoyé des émissaires pour l’empêcher de régner, le souverain les juge et les condamne à mort, et la sentence est exécutée sur le champ : ici aussi le sens allégorique est manifeste. Mais peut-être cela se rattache-t-il en fait à une autre parabole.

15 [Cf par exemple arnaud (d.), Le Proche-Orient ancien, de l’invention de l’écriture à l’hellénisation, Paris, 1972, p. 87 : « Au XIXe, l’Anatolie était partagée entre des principautés.... en lutte les unes contre les autres mais s’entendant sur la nécessité de faire régner une sécurité relative pour les caravanes sur lesquelles elles levaient des taxes bienvenues. »]

16 [Sur les caravanes des IIIe et IIe millénaires, cf edzard (d. o.), « Karawane », RLA 5, 1980, p. 414-421, et eph’al (i.), « Karawane », ibid., p. 421-422.]

17 [Au IIIe millénaire, la Mésopotamie commerce avec les pays de l’Indus, cf klengel (h.), Handel und Händler im Alten Orient, Vienne-Cologne, 1979.]

18 [Sur le commerce mésopotamien, note bibliographique en fin de chapitre.]

19 arnaud, l. c., p. 60.

20 Cf notamment ungnad (a.), « Das Haus Egibi », Archiv für Orientforschung, 14, 1941-1944, p. 57-64 ; cardascia (g.), Les archives des Murasû, Paris, 1951 ; [wunsch (c.), Das Egibi-Archiv, I. Die Felder und Gärten, 2 vol., CM 20, 2000 (début d’une publication complète du corpus Egibi)].

21 Ces nouveaux fragments, découverts à Nippur en 1914, ont été publiés et transcrits par poeble, Historical and grammatical texts, University of Pennsylvania, The University Museum, Publications of the Babylonian section, V, Philadelphie, 1914, texte n° 93, p. 39-40. Ils ont été de nouveau publiés et traduits par Scheil, Revue d’Assyriologie, t. 13, vol. II, 1916. Une traduction allemande a été donnée par w. eilers, Die Gesetzstelle Chammurabi’s, Der Alte Orient, t. 31, cahier 3-4, Leipzig, 1932. La tablette concernant le contrat pour faire fructifier, et qui permet de combler une lacune de la stèle, à laquelle elle se raccorde, a été commentée par Édouard cuq, Etudes sur le Droit babylonien, les lois assyriennes et les lois hittites, Paris, 1929, p. 6-9.

22 g. boyer estimait que ce contrat remontait sans doute à l’époque sumérienne : la dénomination des parties, tamkârum (ou damkârum) et šamallum, est en effet écrite en caractères sumériens, dam. gar et Šaman-lá.

23 szlechter (é.), l.c., p. 102-103.

24 Translittération de scheil : Sum-ma dam-qar-um (tamkarum) a-na šamalli-im kaspa-am a-na pa-s (a-rim) (u ma-) ha-ri- (rim) id-di-in-ma a-na harranim it-ru-uz-zu šamallû ima harranim (kasap ip-ki)-du-sum… ussa-ap.

25 leemans (w. f.), The Old Babylonian Merchant, his business and his social position, Leyde, 1950 (Studia et documenta ad iura Orientis antiqui pertinentia, t. 3) ; boyer (g.), « Le marchand paléobabylonien », R As, t. 46, 1952, p. 116-118 et Mélanges d’histoire du Droit oriental, t. 2, Paris, 1965, p. 239-242 ; driver et miles, l.c., t. 2, p. 193.

26 Cf translittération ci-dessus n. 17.

27 driver et miles, l. c., texte et traduction, t. 2, p. 42-43, discussion t. 1, p. 193- 194, et t. 2, p. 188-202.

28 finet (a.), l. c., p. 72.

29 La proportion peut être de la moitié pour chacun, ou d’un tiers pour l’un et deux tiers pour l’autre. Le texte suggère que la part du šamallum est établie en proportion avec celle du tamkârum. Hammurabi ne pense pas qu’il incombe au législateur de fixer cette proportion, qui pourra varier suivant la volonté des parties, à propos des voyages qui sont prévus.

30 CH, § 101.

31 Ibid., § 103.

32 cuq (é.), Etudes sur le Droit babylonien, p. 285-293.

33 dareste (r.), « Le Code babylonien d’Hammurabi », Journal des Savants, 1902, oct.-nov., p. 6, et NRHD, t. 27, 1903.

34 kohler (j.) et peiser (f. e.), Hammurabi’s Gesetz, t. 1, Übersetzung juristische Wiedergabe, Erläuterung, Leipzig, 1904, p. 116, complété par kohler (j.), ungnad (a.) et koschaker (p.), t. 4-6, Leipzig, 1910-1923, qui ajoutent de nombreux documents.

35 schorr (m.), « Urkunden des altbabylonischen Zivil-und Prozessrechts », dans Vorderasiatische Bibliothek, 1913, p. 226.

36 delaporte (l.), La Mésopotamie, les civilisations babylonienne et assyrienne, Paris, 1923, p. 99.

37 cruveilhier (p.), Introduction au Code d’Hammourabi, Paris, 1937, p. 16, 23, 33 ; Commentaire du Code d’Hammourabi, Paris, 1938, p. 105-108.

38 [Pour sauren (h.), « Der internationale Handel, sein Recht im Kodex Hammurabi », ZSS (RA), 100, 1983, p. 46-79, les §§ 99-107 seraient consacrés à la société, à la commandite simple, à la commandite avec participation aux bénéfices, et à la commission.]

39 szlechter (é.), Etude sociologique du contrat de société en Babylonie, Paris, 1945, p. 97-106 ; Le contrat de société en Babylonie, en Grèce et à Rome, Paris, 1947, p. 54-61 ; « Le prêt dans l’Ancien Testament et dans les Codes mésopotamiens d’avant Hammourabi », RHPhR, 35, 1955, p. 16-25.

40 [Toutefois, « à Ur, les capitalistes abandonnaient les bénéfices commerciaux en ne gardant que les intérêts du capital, sans doute parce qu’ils devaient passer pour le trafic d’outre-mer par l’intermédiaire de ces commissionnaires accrédités sur le marché franc de Dilmun et qui jouissaient du fait de ce monopole d’une certaine autorité face à leurs commanditaires » (arnaud, l. c., p. 60).]

41 [Sur les dangers des transports par caravanes, cooper (e. n.), « Trade, Trouble and Taxation along the Caravan Road of the Mari Period », orel (s. e.) (éd.), Death and Taxes in the Ancient Near East, 1992, p. 1-15.]

42 [Les navires de Sargon ont atteint l’embouchure de l’Indus, la presqu’île d’Oman, Bahrein, et la Méditerranée, cf stieglitz (r. r.), « Long- Distance Seafaring in the Ancient Near East », Bib. Ar. 47, 1984, p. 134-142.]

43 [garelli (p.), Le Proche-Orient asiatique, des origines aux invasions des peuples de la mer, Paris, 1969, p. 92.]

44 [id., ibid., p. 103.]

45 [id., ibid., p. 126.]

46 [margueron (j. c.), éd., Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges. Actes du Colloque de Strasbourg, 10-12 mars 1977, Leyde, 1980 ; liverani (m.), Antico Oriente. Storia, società, economia, Rome-Bari, 1988 ; chavalas (m. w.) et hayes (j. l.), éd., New Horizons in the Study of Ancient Syria, Malibu, 1992 ; pinnock (f.), « Il commercio e i livelli di scambio nel Periodo Protosiriano », Ebla. All’origini della civiltà urbana, Milan, 1995 (catalogue de l’exposition de Rome, Palais de Venise, 18.3-30.6.1995), p. 148-155 (bibliographie).]

47 Cf eisser (g.) et levy (j.), Die altassyrischen Rechtsurkunden vont Kültepe, Mitteilungen der Vorderasiatisch-Ägyptischen Gesellschaft, 33, 1930 ; 35, 1935 ; garelli (p.), Les Assyriens en Cappadoce, Paris, 1963, particulièrement p. 233-244, 250-252 ; id., « Tablettes cappadociennes de collection diverses », Revue d’Assyriologie et d’Archéologie orientale, 58, 1964, p. 53-68, 111-136 ; 59, 1965, p. 19-48, 149-176 ; 60, 1966, 93-152.

48 garelli (p.) et nikiprowetzky (v.), Le Proche-Orient asiatique. Les empires mésopotamiens, Israël, Paris, 1974, p. 269-271.

49 san nicolo (m.) et ungnad (a.), Neubabylonische Rechts- und Verwaltunsurkunden, t. 1, 1-5, Leipzig, 1929-1935.

50 boyer (g.), « De la science juridique et de sa méthode dans l’ancienne Mésopotamie », Mélanges, t. 2, p. 45-85 ; « Sur quelques emplois de la fiction dans l’ancien Droit oriental », ibid., p. 87-109 ; « La preuve dans les anciens Droits du Proche-Orient », ibid., p. 181-201.

51 schwalm, l. c., p. 232 s., 308 s., 329 s.

52 Bâbhâ mêṣî‘â, V, 3 (5).

53 Dt 23, 20.

54 Cf milliot (l.), Introduction à l’étude du Droit musulman, Paris, 1953, p. 664- 666.

55 Cf gernet (l.), Démosthène, plaidoyers civils, 4 vol., Paris, 1954, 1957, 1958, 1960.

56 Sur le prêt maritime en droit grec, note bibliographique en fin de chapitre. Cf aussi dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat caravanier.... », n. 60.]

57 matthiass (b.), Das foenus nauticum und die geschichtiche Entwicklung der Bodmerei, Wurzbourg, 1881 ; dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat caravanier... », p. 360-362.

58 paoli (u. e.), l. c., p. 41-51.

59 Pour une discussion plus détaillée de ces points, dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat caravanier... », p. 363-365.

60 arnaud (d.), Le Proche-Orient ancien..., p. 92 : les Achéens « tenaient Lesbos (le hittite Lazba) et Milet d’où ils remontèrent vers l’intérieur, entrant en étroit contact avec l’Arzawa puis avec le royaume hittite. Les relations furent amicales à partir de Suppiluliuma Ier, étroites sous Mursil II ou Muwatalli : les Achéens de Milet avaient le moyen de comprendre le cunéiforme, apprirent à la cour hittite à conduire les chars et lui envoyèrent leurs dieux pour soigner le monarque hittite ».

61 Sur le commerce milésien, roehling (j.), Der Handel von Milet, Diss. Hambourg, 1936.

62 [harvey (h.d.), « The Maritime Loan in Eupolis’ « Marikas » (P. Oxy. 2741) », ZPE, 23, 1976, p. 231-233].

63 [Voir l’analyse détaillée du contrat grec dans dauvillier (j.), « Recherches sur un contrat caravanier... », p. 366-378. Cf également supra, ch. VIII.]

64 [P. Laur., I, 6 (97/8-116/7 ap. J.-C.), lignes 7-11 ; P. Oxy. inv. 21 3B 25G (2-4) a (176 ap. J.-C.), lignes 6 s. Cf meyer-termeer (a. j. m.), Die Haftung der Schiffer im griechischen und römischen Recht, Zutphen, 1978 ; vélissaropoulos, l. c., p. 333.]

65 Sur le prêt maritime en droit romain, note bibliographique en fin de chapitre.

66 seruius sulpicius, rapporté par Ulpien, libro 77° adedictum, D. 22, 2, 8.

67 labeo, libro 5°pithanon a Paulo epitomatorum, D. 22, 2, 9.

68 [Cf baslez (m.– f.), Saint Paul, Paris, 1991, p. 19-36].

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search