Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

Titre III : Droit privé

Chapitre VII : IUS civile : le procurateur Félix et le second mariage de la « Reine » Drusilla1

Texte intégral

  • 1 L’essentiel de ce chapitre est emprunté à dauvillier, Les temps apostoliques, p. 215-217, et p. 13- (...)

1Le mariage du procurateur Félix et de Drusilla, princesse juive et reine d’Émèse, fit en son temps scandale en Judée, au moins dans les milieux pieux ; il fit aussi probablement quelque bruit à Rome, mais certainement moins que le projet de mariage, un peu plus tardif, entre le futur empereur Titus et la sœur de Drusilla, Bérénice. D’un point de vue juridique, il a l’intérêt de présenter un conflit de lois, entre le Droit romain -ius Quiritium, ius ciuile- et le Droit pérégrin que constitue la Loi juive, conflit résolu nécessairement au profit du Droit romain.

  • 2 Fille cadette de Marc Antoine et d’Octavie, femme de Drusus (fils cadet de Livie), mère de Germanic (...)
  • 3 [Le nom d’Antonius Felix est donné par tacite, Hist, 5, 9. Il a néanmoins été contesté, notamment p (...)
  • 4 [Pallas, affranchi en 31, fut chargé des comptes (a rationibus) et accumula une colossale fortune ; (...)
  • 5 [duff (a. h. m.), Freedmen in the Early Principale, Oxford, 1958, 2e éd. ; boulvert (g.), Esclaves (...)
  • 6 tacite, Hist., 5, 9.
  • 7 tacite, Ann., 12, 54.

2Antonius Felix, procurator de Judée, que nous avons rencontré dans le procès de saint Paul, était de fort modeste origine : c’était un affranchi de la mère de l’empereur Claude, Antonia la jeune2, d’où le nom qu’il portait3. Il avait pour frère un autre parvenu, plus célèbre encore que lui, Pallas, le favori d’Agrippine4. Tous deux sont de ces affranchis impériaux qui jouèrent un rôle exceptionnel dans les affaires de l’Empire sous le règne de Claude et au début du règne de Néron et suscitèrent la jalousie et la haine des milieux politiques traditionnels5. Tacite a flétri Félix en termes incisifs : Per omnem saeuitiam ac libidinem ius regium seruili ingenio exercuit, « En manifestant toutes sortes de cruautés et d’excès de pouvoir, il exerça les prérogatives d’un roi avec l’âme d’un esclave »6. En tant que procurator, il avait en effet recueilli les prérogatives des anciens rois de Judée (et ses mariages, que nous allons retrouver, n’avaient pu qu’enfler sa prétention). Selon Tacite encore, cuncta malefacta sibi impune ratus tanta potentia subnixo, « il se persuadait qu’appuyé sur une telle puissance, il pouvait impunément commettre tous les méfaits »7.

  • 8 [C. Ummidius C. f. Ter. Durmius Quadratus, né vers 12 av. J.-C., mort en 60 ap. J.– C., fut questeu (...)
  • 9 tacite, Ann., 12, 54.

3Tacite toutefois commet des erreurs sur la carrière de Félix et sur les circonstances de son arrivée en Judée, erreurs qui peuvent être corrigées grâce à Josèphe. Au dire de Tacite, la Judée (réannexée par Rome depuis la mort d’Hérode Agrippa Ier) aurait d’abord été partagée en deux : Félix aurait gouverné la Samarie, tandis que la Galilée aurait été attribuée à Ventidius Cumanus. Ces deux peuples se pillaient mutuellement, lâchaient des bandes de brigands, parfois se livraient de vraies batailles. Les deux procuratores trouvaient leur profit dans le butin qu’ils rapportaient. Ils s’en réjouirent, puis firent intervenir leurs soldats, qui furent taillés en pièces. Le légat de Syrie, Ummidius Quadratus8, arrêta l’embrasement, et Claude, informé des motifs de la rébellion, lui donna pouvoir de juger ces deux personnages. Mais Quadratus prit Félix parmi ses assesseurs, ce qui refroidit ceux qui voulaient l’accuser, de sorte que Cumanus paya pour les forfaits que tous deux avaient commis, et le calme fut rendu à la province9.

  • 10 josèphe, Guerre juive, 2, 12, 1-7 ; Ant., 20, 5, 3-4 ; 20, 6, 1-3.

4Mais on ne peut retenir ce récit. Josèphe, qui est mieux informé que Tacite des affaires de Judée et qui n’a aucun intérêt ici à dissimuler ou déformer la réalité, retrace avec précision ce que fut l’administration du procurator Ventidius Cumanus : elle fut marquée par nombre d’incidents sanglants et par une bataille qui, en Galilée même, mit aux prises Galiléens et Samaritains. Son récit montre bien que Cumanus avait juridiction sur ces deux pays, et ce dernier, qui aurait été acheté par les Samaritains, apparaît comme largement responsable de ces troubles. Finalement le grand prêtre Jonathas et des notables juifs et samaritains se rendirent à Tyr auprès du légat de Syrie Quadratus pour mettre Cumanus en accusation. Quadratus vint en Judée pour rétablir l’ordre, fit mettre en croix ou décapiter un certain nombre de factieux et envoya le procurator comparaître devant le tribunal impérial, qui le condamna à l’exil10.

  • 11 josèphe, Guerre juive, 2, 12, 8 ; Ant., 20, 7, 1.

5Ensuite, poursuit Josèphe, à la demande du grand prêtre Jonathas, Claude envoya Félix, frère de Pallas, comme procurator de la Judée, de la Samarie, de la Galilée et de la Pérée -ce qui précise bien l’étendue de la province11.

  • 12 [Sur les sicaires, cf smith (m.), « Zealots and Sicarii : their Origins and Relations », HTR, 64, 1 (...)
  • 13 D’où leur nom : de sica, qui désigne ces poignards courts et faciles à dissimuler.
  • 14 josèphe, Ant., 20, 8, 5 ; Guerre juive, 2, 13, 2-3.

6Félix prenait ses fonctions en 52, alors que se présentaient les premiers signes de la guerre juive, et Josèphe le présente sous un jour peu sympathique. Le pays était à nouveau rempli de brigands ; chaque jour le procurator arrêtait nombre d’entre eux, les jugeait et les faisait mettre en croix. Il réussit par un subterfuge à prendre vivant Éléazar, fils de Dinée, qui commandait une bande de brigands et ravageait le pays depuis vingt ans. Il engagea sa foi qu’il ne lui ferait aucun mal s’il se rendait ; là-dessus il le fit enchaîner avec un grand nombre de ses compagnons et les envoya à Rome pour être jugés et exécutés. Félix était irrité contre le grand prêtre Jonathas, qui l’admonestait souvent, l’exhortant à mieux diriger les affaires de Judée, car il craignait que le peuple ne le chargeât de reproches pour sa fâcheuse initiative de jadis. Moyennant une grosse somme d’argent, Félix persuada le plus fidèle ami de Jonathas, un certain Dora, de Jérusalem, qui soudoya des sicaires12 : ceux-ci, sous prétexte de venir prier au Temple, entourèrent le grand prêtre et le poignardèrent. Ce meurtre, bien entendu, demeura impuni. Les sicaires s’enhardirent : mêlés à la foule, ils cachaient sous leurs vêtements de courts poignards13, frappaient leur victime, puis s’associaient bruyamment à l’indignation du peuple. Chaque jour amenait son meurtre ; chacun attendait la mort à tout moment et on ne se fiait même plus à ses amis14. Si la vénalité de Félix, que nous retrouverons, n’arrangeait certes pas la situation, le tableau tracé par Josèphe reflète surtout l’atmosphère empoisonnée du début d’une guerre qui fut civile avant d’être étrangère.

  • 15 Sur la date de l’arrestation de Paul, voir supra ch. V.
  • 16 Ac 21, 38.

7Des imposteurs entraînaient le peuple au désert, en lui promettant de lui montrer des miracles et de libérer le pays. Beaucoup les suivaient et Félix les livrait au supplice. À ce moment vint à Jérusalem un faux prophète égyptien, qui réussit à rassembler trente mille personnes, qu’il amena du désert jusqu’au Mont des Oliviers. De là, il annonçait qu’il s’emparerait de Jérusalem et que, sur un ordre de lui, les remparts s’écrouleraient. À l’aide d’un bon nombre de cavaliers et de l’infanterie lourde romaine, Félix devança l’attaque de l’Égyptien, tua quatre cents de ses adeptes et en fit prisonniers deux cents. Mais l’Égyptien lui-même réussit à s’enfuir et disparut ; le reste de la cohue se dispersa. Cette rébellion eut lieu peu avant l’arrestation de saint Paul à la Pentecôte 5815. Le tribun qui arracha Paul aux mains des juifs déchaînés crut avoir affaire à cet Égyptien ; les Actes mentionnent seulement quatre mille sicaires que ce dernier avait entraînés au désert16 (il est vrai qu’il ne faut pas accorder une valeur absolue aux chiffres que citent les historiens antiques).

  • 17 josèphe, Ant., 20, 8, 6 ; Guerre juive, 2, 13, 5-6.

8Mais à peine ce mouvement réprimé, les zélotes se répandirent en formant des bandes dans le pays. Ils excitaient le peuple à la révolte contre Rome, menaçaient de mort ceux qui se soumettaient à sa domination, tuaient dans les bourgades les principaux citoyens, pillaient leurs maisons et y mettaient le feu17.

  • 18 Les juifs de Césarée s’efforçaient sans succès d’obtenir l’égalité civique avec les Grecs de Césaré (...)
  • 19 josèphe, Ant., 20, 8, 7.
  • 20 josèphe, Guerre juive, 2, 13, 7.

9Puis les juifs de Césarée, qui voulaient tout diriger, se prirent de querelle avec les Syriens et il y eut de chaque côté bon nombre de blessés et de morts18. Un jour que les juifs l’avaient emporté, Félix, qui s’y était rendu en toute hâte, les invita à se tenir tranquilles. Comme ils persistaient, le procurator lança contre eux ses soldats, qui en tuèrent beaucoup, en prirent d’autres vivants et pillèrent leurs maisons. D’après les récits des Antiquités, les plus modérés des juifs et les plus élevés en dignité supplièrent Félix de rappeler les soldats, à quoi il consentit19. Dans la Guerre juive, Josèphe ajoute que, voyant la sédition continuer, Félix choisit des notables appartenant aux deux partis et les envoya à Néron en députation20.

  • 21 josèphe, Ant., 20, 8, 8 ; Guerre juive, 2, 13, 7.

10À Jérusalem même, les grands pontifes, les prêtres et les chefs du peuple s’insultaient, se lapidaient réciproquement et commandaient des bandes de révoltés. Le pays était en pleine anarchie21. Tel est le tableau que brosse Josèphe du temps où Félix fut procurator. Il n’est probablement guère noirci : la situation ne cesse manifestement pas de s’aggraver jusqu’au début de la « guerre juive » proprement dite, et les qualités ou défauts des divers procurateurs n’y changent pas grand-chose.

  • 22 [Il est vrai que le pays semble alors totalement ingouvernable et que tous les procurateurs ont été (...)
  • 23 [Sur le crimen repetundarum et plus généralement sur la corruption à Rome, notes bibliographiques e (...)
  • 24 Suétone, Claude, 28, 2 : nec minus, Felicem, quem cohortibus et alis prouinciaeque Iudaeae praeposu (...)
  • 25 [Selon D. 23, 2, 58 (Marcien), 24, 1, 32, 28 (Ulpien), et 23, 2, 44 (Paul), la Lex Iulia d’Auguste (...)
  • 26 [Il faudrait lire [illus]trium reginarum maritum, selon herrmann (l.), 1968, p. 437 (ce qui ne réso (...)
  • 27 tacite, Hist., 5, 9 : Antonius Felix… Drusilla Cleopatrae et Antonii nepte in matrimonium accepta, (...)
  • 28 [Certes, chausson (f.) (« Theoclia, sœur de Sévère Alexandre », MÉFRA, 109, 2, 1997, p. 659-690) do (...)
  • 29 plutarque, Antoine, 87. [Sur Séléné et son jumeau Alexandre Hélios, freyburger (m.-l.) et roddaz (j (...)
  • 30 suétone, Caligula, 26 et 35.
  • 31 [Alexandre de Judée est mort en 7 av. J.-C. ; sa veuve Glaphyra s’est remariée avec Juba ; Séléné é (...)
  • 32 [Peut-être princesse de Parthie ou d’Émèse, cf settipani, l.c., p. 438-439.]
  • 33 [L’historicité de Drusilla de Maurétanie est acceptée par kokkinos, l. c., p. 126, n. 2 ; sullivan (...)

11Félix, ce parvenu, qui semble avoir été aussi un relatif incapable22 et un concussionnaire23, a fait, d’après Suétone, une série de brillants mariages : il fut l’époux de trois reines24 [, dont deux au moins étaient en même temps citoyennes romaines (de tels mariages sont permis aux affranchis, au moins depuis le début du principat25)]. Malheureusement Suétone ne donne pas d’autres précisions. Deux seulement de ces trois femmes sont nommées par d’autres sources, et elles s’appelleraient toutes deux Drusilla, ce qui a conduit certains à juger corrompu le texte de Suétone26. Selon Tacite, Félix aurait épousé une Drusilla, petite-fille d’Antoine et de Cléopâtre, devenant ainsi le petit-gendre d’Antoine, dont Claude était le petit-fils27. On pense généralement que cette Drusilla aurait été la première femme de Félix, mais son existence n’est pas autrement attestée, et Tacite a pu commettre une erreur, bien que celle-ci paraisse assez grossière28. [Des enfants d’Antoine et de Cléopâtre, seule Cléopâtre Séléné, née en 40 av. J.-C., a été, à notre connaissance, épouse et mère : mariée vers 20 av. J.-C. à Juba II de Maurétanie29, elle en eut un fils, Ptolémée, roi de Maurétanie en 23 ap. J.-C. à la mort de son père, et exécuté en 40 sur l’ordre de son cousin Caligula30 ; mais on ne lui connaît pas de fille, et il semblerait difficile, chronologiquement, qu’une éventuelle fille ait pu être l’épouse de Félix dont elle aurait été largement l’aînée31. En revanche, bien que nous ignorions tout d’une postérité de Ptolémée et de son épouse Urania32, ils pourraient avoir eu des filles, dont cette Drusilla, arrière-petite-fille (et non petite-fille) d’Antoine et de Cléopâtre33 : Tacite ne se serait trompé que d’un degré de parenté ; le terme regina serait employé ici pour « princesse », seule l’autre Drusilla ayant véritablement, à notre connaissance, été reine].

  • 34 Félix, revenu à Rome en disgrâce, n’aurait plus été en position de contracter de brillants mariages (...)
  • 35 Cf van den born (a.), dans Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Turnhout-Paris, 1960.

12Plus connue, mieux attestée et seule véritablement intéressante pour nous est l’autre Drusilla, vraisemblablement la dernière femme de Félix34, celle qui est son épouse en Orient, et qui appartient à la famille royale de Judée35.

  • 36 [Hérode Agrippa Ier était fils d’Aristobule (fils d’Hérode le Grand et de la princesse hasmonéenne (...)
  • 37 josèphe, Ant., 19, 9, 1.
  • 38 josèphe, Ant., 18, 6, 1. [Sur Hérode Agrippa, voir supra, ch. VI.]
  • 39 josèphe, Guerre juive, 2, 10, 5-6.
  • 40 [Sur Drusilla, fille de Germanicus, et l’affection passionnée de Caligula pour elle (qui serait all (...)

13Drusilla de Judée est la plus jeune des quatre enfants d’Hérode Agrippa Ier et de Cypros36 : à la mort d’Hérode Agrippa Ier en 44 ap. J.– C., son fils, Hérode Agrippa II, avait dix-sept ans, sa fille aînée Bérénice, seize, la cadette, Mariamne, dix ans, et la dernière, Drusilla, six ans37 ; elle était donc née en 38. Son nom, au contraire de ceux de ses sœurs, est étranger tant à la dynastie hasmonéenne qu’à la famille des Hérodes. Mais Hérode Agrippa, dans sa jeunesse, avait été élevé avec le fils de Tibère, Drusus ; il était très lié avec lui et était devenu aussi l’ami d’Antonia la jeune, femme de Drusus l’ancien, frère cadet de Tibère38 (cette même Antonia dont Pallas et Félix étaient les affranchis), ainsi que de « Caïus (Caligula), qui était alors simple particulier », et qui devenu empereur, le fit roi39 en 37 : le nom de Drusilla donné l’année suivante à sa nouvelle fille est sans doute une marque de reconnaissance ; [plus encore qu’aux deux Drusus ou à l’impératrice Livie, l’hommage va sans doute à Drusilla, la sœur préférée de Caligula40].

  • 41 josèphe, Ant., 19, 9, 1.
  • 42 Il faut sans doute voir dans cet incident de simples excès d’une soldatesque probablement ivre, don (...)

14À l’annonce de la mort d’Hérode Agrippa, ses sujets, qui le détestaient à l’exception d’un groupe de juifs, font éclater leur joie et célèbrent de grands banquets, particulièrement à Césarée, où les soldats envahissent le palais. À défaut des filles du monarque, ils s’emparent de leurs statues, les transportent dans des lupanars, les placent sur la terrasse, et se livrent à toutes sortes d’outrages que, dit Josèphe, la décence interdit de rapporter41. Des historiens ont tiré argument de cette scène pour dire que déjà Bérénice était célèbre par son dévergondage. Cela aurait du poids s’il s’était agi de la seule Bérénice. Mais les soldats s’étaient emparés des statues des trois filles d’Hérode, y compris Drusilla, qui à six ans ne pouvait être bien dévergondée42.

  • 43 Selon le droit juif, la fille qui n’est pas nubile peut être mariée par sa famille : son père ou à (...)
  • 44 josèphe, Ant., 20, 7, 1. [Sur la Commagène, .notes bibliographiques en fin de chapitre. Épiphane ép (...)
  • 45 Sur celui-ci, dauvillier, Les temps apostoliques, p. 218 s.
  • 46 [Émèse – aujourd’hui Homs-, sur l’Oronte, est la capitale d’un petit royaume dont le premier roi co (...)
  • 47 [settipani, l. c., p. 448. La sœur d’Aziz, Iotape, a épousé Aristobule de Judée, frère d’Hérode Agr (...)
  • 48 josèphe, Ant., 20, 7, 1.
  • 49 [Cf settipani, l. c., p. 448 ; sur Sohémos, barrett (a. a.), “Sohaemus King of Emese and Sophene”, (...)
  • 50 Il n’y eut pas d’enfant du mariage, et Aziz eut pour successeur son frère Sohémos.

15Elle était alors déjà promise43 à Épiphane, fils du roi de Commagène Antiochus IV, qui s’engageait à se faire circoncire mais refusa plus tard de tenir sa promesse, ce qui rompit le projet44. Son frère Hérode Agrippa 1145 la maria alors au roi d’Émèse46 Aziz (C. Iulius Azizus), fils de Sampsigeramos II et peut-être d’une soeur d’Antiochus III de Commagène (Aziz serait dans ce cas cousin du premier fiancé de Drusilla)47, et qui accepta effectivement de se convertir au judaïsme48. [Comme le second mari de Bérénice, Aziz devait être beaucoup plus âgé que son épouse : son frère cadet et successeur Sohémos serait né au plus tard vers 10 ap. J.-C.49, et Aziz serait donc d’au moins vingt ans l’aîné de Drusilla.] Nous ignorons la date de ce mariage, que Drusilla a dû contracter fort jeune encore, et qui ne dura guère : Aziz mourut, nous dit Josèphe, « la première année du règne de Néron », donc en 54, et sa femme, alors âgée de seize ans, l’avait déjà quitté50.

  • 51 Certains identifient ce personnage à Barjésus (Baryéšu’, en araméen « fils de Jésus »), appelé égal (...)
  • 52 Bien qu’Hérode de Chalcis ait laissé trois fils, l’un, Aristobule, de sa première femme Mariamne, l (...)
  • 53 Pour tenter – en vain- de faire taire la rumeur, elle épousa Polémon de Cilicie (qui la prit pour s (...)

16Josèphe nous raconte les circonstances de cette rupture. Félix, récemment nommé procurator de Judée, rencontra (nous ne savons où ni à quelle occasion) la jeune reine, qui passait pour la plus belle femme du temps, et se prit de passion pour elle. Il lui envoya un juif cypriote de ses amis, nommé Simon, qui se prétendait magicien51, pour essayer de la décider à quitter son mari pour l’épouser, en promettant de la rendre heureuse si elle ne le dédaignait pas. Or Drusilla (à qui on n’avait certes pas demandé son sentiment pour la marier à Aziz) était apparemment malheureuse et voulait échapper à la haine de sa sœur Bérénice. Veuve d’Hérode de Chalcis en 48-49, Bérénice vivait à Césarée de Philippe avec son frère Agrippa 1152, dont elle était unanimement considérée comme la maîtresse53. Jalouse de la beauté de sa sœur (de dix ans sa cadette), Bérénice cherchait à lui faire tout le mal possible : nous ignorons comment elle pouvait nuire à Drusilla, qui devait vivre à Émèse et non près d’elle, et quel rôle joua Aziz dans cette querelle. Toujours est-il que Drusilla, trouvant apparemment la protection de son époux insuffisante, se laissa persuader et abandonna son mari pour Félix, peut-être en 52 ou 53.

  • 54 [Sur le divorce en droit juif, notes bibliographiques en fin de chapitre, et infra, ch. X, « Le mar (...)
  • 55 [Dans le droit assyrien et anatolien, la promesse de mariage à l’égard d’une impubère peut être rév (...)
  • 56 En droit juif, la fille nubile (et elle seule) se donne elle-même en mariage, cf Temps apostoliques(...)
  • 57 Bien que la nubilité soit une question de fait, on s’accordait à la juger normalement complète vers (...)
  • 58 [Tout au moins en Judée. Il semble toutefois que la règle ait été assouplie dans certaines communau (...)
  • 59 josèphe, Ant., 15, 7, 10, trad. Arnauld d’Andilly adaptée par J. A. C. Buchon.
  • 60 Il en était de même d’Aziz (C. Iulius Azizus).
  • 61 [Rien n’indique que de son côté Aziz, abandonné par sa femme, l’ait répudiée. Nous ignorons – sa co (...)

17Or il y avait là une double transgression de la Loi : seul le mari avait le droit de répudiation54, et il était interdit à une juive d’épouser un païen. Il n’existe qu’un cas dans lequel la femme peut rompre son mariage, mais il ne peut s’appliquer à Drusilla : la fille non encore nubile qui a été mariée par sa famille a le droit de maintenir ou de rompre ce mariage55, une fois nubile (les rabbins ont à ce propos institué le refus, mi ’un)56. Or Drusilla, mariée par son frère, n’était pas nubile lors de ce mariage. Mais elle était toujours mariée avec Aziz en 52, lors de l’arrivée de Félix en Palestine : alors âgée de quatorze ans, elle était certainement nubile57, et n’avait donc pas profité en temps utile de son droit de rupture. On ne connaît qu’un cas (irrégulier) de « répudiation » par la femme58 : la très redoutable Salomé, sœur d’Hérode le Grand et bisaïeule de Drusilla, dont les intrigues avaient semé la mort dans sa famille, a osé envoyer un acte de répudiation à son second mari, Costobaros, « contre l’usage de nos lois qui ne donnent ce pouvoir qu’aux maris et ne permettent même pas aux femmes répudiées de se remarier sans leur consentement. (Salomé) entreprit néanmoins de sa propre autorité ce qu’elle n’avait pas le droit de faire »59 ; Drusilla a-t-elle osé agir de même ? On s’étonne dans ce cas que Josèphe n’ait pas signalé un scandale aussi considérable. Mais Drusilla jouissait, comme toute sa famille, de la citoyenneté romaine60 (son frère Agrippa avait même été nommé préteur à Rome) : à ce titre, elle pouvait, selon le Droit romain, répudier son mari, ce qu’elle a dû faire61. De toute façon, ce premier obstacle disparut vite avec la mort d’Aziz.

  • 62 suétone, Claude, 25. [Cf botermann (h.), Das Judenedikt des Kaisers Claudius. Römischer Staat und C (...)
  • 63 josèphe, Ant., 20, 7, 2. [Notons que Josèphe, descendant des Hasmonéens par sa mère (josèphe, Autob (...)
  • 64 Remarquons que Suétone emploie pour Félix le terme maritus : trium reginarum maritum.
  • 65 Sur le mariage romain, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 384, et notes bibliographiques en (...)
  • 66 Sur Bérénice, dauvillier, Les temps apostoliques, p. 219-222 ; « À propos d’un procès plaidé devant (...)
  • 67 josèphe, Ant., 20, 7, 2.

18Le second obstacle était dirimant, Félix n’ayant évidemment nulle envie de se convertir au judaïsme, ce qui l’aurait mis comme procurator dans une situation impossible et aurait pu lui attirer des ennuis à Rome même : il n’y avait pas encore bien longtemps que l’empereur Claude avait chassé les Juifs de Rome62. Au regard du droit juif, l’union de Drusilla et de Félix resta illégale et fut très mal vue ; Josèphe la désapprouve vivement63. Au regard du droit romain en revanche, l’union était parfaitement valide64 : le mariage romain65, qui est purement consensuel et ne comporte pas de cérémonies publiques (tout au plus des cérémonies coutumières), nécessite en revanche le ius conubii, et n’est donc possible qu’entre personnes possédant la citoyenneté romaine, ou à la rigueur avec certaines catégories de Latins. Mais il n’y avait pas ici de doute : en tant que citoyenne romaine, Drusilla pouvait conclure des iustae nuptiae, comme sa sœur Bérénice tentera en vain de le faire avec Titus66 ; politiquement, en outre, le mariage de l’affranchi (même devenu chevalier !) Félix avec une princesse orientale (surtout s’il avait déjà conclu deux unions royales) a dû amuser les Romains plus que les choquer : rien de commun évidemment avec la position de Titus. De son mariage avec Félix, Drusilla eut un fils nommé Agrippa, qui devait périr avec sa femme dans l’éruption du Vésuve du 24 août 79, sous le règne de Titus67.

  • 68 Cf supra chapitre V.
  • 69 Ac 24, 24, trad. delebecque (é.), Paris, Belles-Lettres, 1982, p. 118. D’après une variante des Act (...)
  • 70 delebecque (é.), Les Actes des Apôtres, note p. 118.

19Drusilla apparaît dans les Actes quand Paul est amené devant son mari68 en 58 : Μετά δέ ἡμέρας τινὰς παραγενόμενος ὁ Φῆλιξ σὑν Δρουσίλλῃ τῇ ἰδίᾳ γυναικὶ οὔσῃ’Ιουδαίᾳ, μετεπεμψατο τὁν Παῦλον καὶ ἤκουσεν αὐτοῦ περὶ τῆς εἰς Χριστὁν ’ Ιησοῦν πίστεως, « Quelques jours après, Félix vint avec Drusilla sa propre épouse, qui était une Juive, fit venir Paul et l’entendit sur la foi en un Christ Jésus »69. Peut-être peut-on estimer que « Ιδίᾳ souligne discrètement l’anomalie de la situation des « époux » ; car Drusilla... ne pouvait être légalement la femme du procurateur »70, tout au moins aux yeux d’un juif. Mais il s’agit tout au plus d’un sous-entendu. Les termes employés par saint Luc attestent qu’elle avait publiquement la qualité d’uxor. C’est bien d’ailleurs le mot qu’emploie la version latine des Actes. Au regard du Droit romain, qui l’emporte nécessairement sur un Droit pérégrin, Drusilla était une épouse légitime. Saint Luc, bien sûr, ne porte pas de jugement sur la légitimité de ce mariage au regard de la Loi chrétienne (Drusilla n’était pas chrétienne), ni, de façon expresse, au regard de la Loi juive : pour cela, il lui aurait fallu apprécier la validité du premier mariage de Drusilla, ce qu’il n’était pas en position de faire et qui d’ailleurs ne le concernait pas.

  • 71 Ac 24, 22.
  • 72 Ac 24, 24, variante latine.
  • 73 ᾽Εγκράτεια (Ac 24, 25) désigne la maîtrise de soi, la continence, la résistance aux passions, et c’ (...)
  • 74 Ac 24, 24-25.
  • 75 delebecque (é.), Actes des Apôtres, note p. 119 [Dans ce cas on pourrait se demander si Drusilla, l (...)

20Saint Luc remarque que Félix savait exactement ce qui concernait la Voie71 : la doctrine chrétienne ne lui était donc pas inconnue -alors que visiblement elle l’était de Gallion et de Festus, ses autres juges romains. S’en était-il enquis par simple curiosité ou par désir d’être informé de l’état d’esprit de ceux qu’il gouvernait ? Drusilla avait dû lui faire connaître les doctrines juives, ce qui lui avait facilité l’accès à la pensée chrétienne. Les Actes qualifient en effet son épouse de « juive » : c’est dire que, malgré son mariage irrégulier, elle restait attachée à la religion juive. D’après une variante latine des Actes, c’est elle qui aurait persuadé Félix d’interroger Paul sur sa doctrine : Felix, cum Drusilla uxore sua… quae rogabat uidere Paulum et audire uerbum, uolens igitur satisfecere ei, accessiuit Paulum72. Elle a écouté saint Paul, mais comme celui-ci discourait sur la justice, la continence73, le jugement à venir, Félix, qui ne pratiquait guère ces vertus, fut effrayé et le renvoya74. Et si dans la suite il le fit venir fréquemment, c’était dans le dessein, non de s’éclairer sur la foi chrétienne, mais de lui extorquer de l’argent -ce qui constituait de sa part le crimen repetundarum. Nous ignorons quelle fut la réaction de Drusilla, qui ne devint pas chrétienne. Selon le texte occidental des Actes, c’est Drusilla qui aurait fait maintenir saint Paul en captivité75 pendant les deux années suivantes.

  • 76 Ac 26, 27, trad. delebecque. Selon sordi (m.), Studi Romani, 8, 1960, p. 401- 402, suivie par basle (...)
  • 77 Pour harnack, Chronologie der altchristlichen Literatur, Leipzig, 1897, I, p. 235-237, Félix serait (...)
  • 78 josèphe, Ant., 20, 8, 9.
  • 79 Ac 24, 10. tacite, Ann., 12, 54, parle aussi d’un long séjour de Félix en Palestine, iam pridem Iud (...)
  • 80 prat (f.), « Chronologie biblique », DBS, 1, p. 1291-1293, place le rappel de Félix en 59 ou 60 ; s (...)
  • 81 [mazar (b.) et dunayevsky (i.), « En Gedi, Fourth and Fifth Seasons of Excavations, Preliminary Rep (...)
  • 82 dauvillier, Temps apostoliques, p. 13-14.

21« Deux années s’étant accomplies, Félix reçut un successeur en Porcius Festus »76 : en 60, Félix quitte la Palestine. Cette date a été beaucoup discutée, et certains ont cru devoir l’avancer à 54 ou 5577. Les juifs de Césarée saisissent en effet l’occasion pour se rendre à Rome et accuser Félix devant Néron, qui était prêt à le condamner, et Félix n’aurait été sauvé que grâce au crédit de son frère Pallas78. Or Pallas est disgracié en 55 ; toutefois, on a vu qu’il avait conservé de l’influence après sa destitution et il a certainement pu acheter l’acquittement de son frère plus tard. Si Félix n’était resté (comme ses prédécesseurs) que deux ans en Palestine, il serait surprenant que Paul lui ait dit « tu es depuis plusieurs années (ἐκ πολλῶν ἐτῶν) juge de cette nation »79. De plus, on a vu que les données chronologiques des Actes amenaient à placer en 58 le voyage de Paul à Jérusalem et son arrestation. Le rappel de Félix ne pourrait donc intervenir qu’en 6080 [et l’archéologie confirme d’ailleurs qu’il était en place en 59 : dans le trésor d’Engaddi, trouvé en 1965, figurent en effet soixante-douze pièces de Félix de la cinquième année de Néron, soit 5981]. Son second successeur, Albinus, a pris ses fonctions à l’été 62 : Festus, premier successeur de Félix, étant mort en fonctions, cela n’a rien d’invraisemblable82.

  • 83 Ac 24,27 ; delebecque, l. c., p. 120-121.

22Avant de partir pour Rome, Félix avait apparemment remplacé la semi-liberté qu’il avait jusque-là accordée à Paul par une captivité véritable : « comme il voulait se constituer du côté des Juifs un fonds de gratitude, il avait laissé Paul emprisonné » ; l’expression χάριτα κατατίθεσθαι, « amasser un capital », « se ménager une provision », empruntée au vocabulaire de la finance, est ici « spirituellement appliquée à un Romain soucieux de soutirer de l’argent de Paul, et qui maintenant l’emprisonne pour assurer son avenir en prévision des mauvais jours... Sa précaution rappelle celle du régisseur infidèle, dont l’habileté fut admirée par Jésus »83. Mais la précaution de Félix aura été inutile. Les juifs de Césarée ont tout de même tenté de le faire condamner (ce sont ceux de Jérusalem que pouvait satisfaire l’emprisonnement de Paul), et s’ils n’y ont pas réussi, la carrière de Félix n’en a pas moins été interrompue : on n’entend plus parler de lui, ni de Drusilla, et on ignore s’ils ont ou non survécu à leur fils tué par l’éruption du Vésuve.

Bibliographie

Notes bibliographiques :

Sur les troubles et conflits sociaux :

brunt (p. a.), « Josephus on Social Conflicts in Roman Judaea », Klio, 59, 1977, p. 149-153 ; loftus (f.), « The Anti-Roman Revolts of the Jews and the Galileans », JQR, 68, 1977, p. 77-98 ; horsley (r. a.), « Josephus and the Bandits », JSJ, 10, 1979, p. 37-63 ; « Ancient Jewish Banditry and the Revolt against Rome AD 66- 70 », CBQ, 43, 1981, p. 409-432 ; isaac (b.), « Bandits in Judaea and Arabia », HSCP, 1984, p. 171-203 ; shaw (b.), « Bandits in the Roman Empire », Past and Present, 105, 1984, p. 3-52 ; bowersock (g. w.), « The Mechanics of Subversion in the Roman Provinces », Oppositions et Résistances dans l’Empire d’Auguste à Trajan, Vandoeuvres-Genève, Fondation Hardt, Entretiens sur l’Antiquité classique, 30, 1987, p. 291-317.

Sur le crimen repetundarum et plus généralement sur la corruption à Rome :

pontenay de fontette (f.), Leges repetundarum, Paris, 1954 ; frezza (p.), « Storia del processo civile in Roma all’età di Augusto », ANRW, I, 2, 1972, p. 163- 196, et Scritti, III, Rome, 2000, p. 3-36 ; perelli (l.), La corruzione politica nell ‘antica Roma, Milan, 1994 ; venturini (c.), « Quaestiones perpetuae constitutae (per une reconsiderazione della lex Calpurnia repetundarum) », Societas-Ius. « Munuscula » di allievi a F. Serrao, Naples, 1999, p. 379-461 ; id., « Concussione e corruzione : un intreccio complicato », Au-delà des frontières. Mélanges de droit romain offerts à Witold Wolodkiewicz, Varsovie, 2000, p. 1007- 1024 ; id., « Il processo accusatorio romano tra punti fermi e problematiche aperte », Seminarios complutenses de Derecho romano, 14, 2002, p. 195-215.

Sur la Commagène :

dörner (f.k.), Kommagene. Ein wiederentdecktes Königreich, Gundholzen, 1971 ; french (d.h.), « Commagene : Territorial Definitions », Asia Minor Studien, 3 : Studien zum antiken Kleinasien, Bonn, 1991, p. 11-19. Sur la dynastie royale, sullivan (r.d.), « The Dynasty of Commagene », ANRW, II, 8, p. 732-798 ; settipani, l. c., p. 447-448.

Sur Émèse :

chad (c.), Les dynastes d’Émèse, Beyrouth, 1966 ; Enquête sur le royaume d’Émèse (IIe s. a. C.-IVe s. p. C.) et sur les impératrices syriennes de la dynastie des Sévères, thèse Paris, 1967 (Beyrouth, 1972) ; sullivan (r.d.), « The Dynasty of Emesa », ANRW, II, 8, p. 198-219 ; SETTIPANI, l. c., p. 444-448. Sur le royaume et la ville (très détruite), seyrig (h.), « Antiquités de la nécropole d’Émèse », Syria, 29, 1952, p. 204-227 (=Ant. Syr., V, p. 1-24) ; « Caractères de l’histoire d’Émèse », Syria, 36, 1959, p. 184-192 (Ant. Syr., VI, Paris, 1966, p. 64-72).

Sur le divorce en droit juif :

strarck (h. l.) et billerbeck (p.), Kommentar zum Neuen Testament aus Talmud und Midrasch, 1, Munich, 1922, p. 303-321 ; jérémias (j.), Jerusalem zur Zeit Jesu. Kulturgeschichtliche Untersuchung zur neutestamentlichen Zeitgeschichte, 2, Die sozialen Verhältnisse, Göttingen, 1937, p. 243-245 ; bonsirven (j.), Le divorce dans le Nouveau Testament, Paris-Tournai, 1948, p. 7-24 ; wambacq (b.n.), « De libello repudii », Verbum Domini, 33, 1955, p. 331-335 ; daube (d.), The New Testament and Rabbinic Judaism, Londres, 1956, p. 362-372 ; « Repudium in Deuteronomy », Mélanges M. Black, Édimbourg, 1969, p. 236-239 (=Mélanges D. Daube. Biblical Law and Literature. Collected Works of D. Daube, Berkeley, 2003, p. 933-935) ; « La femme dans le droit biblique », Mélanges D. Daube, p. 907-918 ; « The Retum of the Divorcee », Mélanges D. Daube, p. 937-948 ; brewer (d. l), « Deuteronomy 24 : 1-4 and the origin of the Jewish divorce certificate », JJS 40, 1998, p. 230-243. Sur le divorce dans les papyrus araméens d’Éléphantine, volterra (e.), « Osservazioni sul divorzio nei papiri aramaici », Studi in onore di Levi della Vida, Rome, 1953 ; yaron (r.), « Notes on aramaic Papyri », RIDA, 8, 1957, p. 229-310 ; « On Divorce in Old Testament Times », JSS, 3 , 1958, p. 117-128 ; « Aramaic Marriage Contracts : Corrigenda et Addenda », JSS, 5, 1960, p. 66-70 ; Introduction to the Law of the Aramaic Papyri, Oxford, 1961 ; verger (A.), Ricerche giuridiche sui papiri aramaici d’Elefantina, Rome, 1965, p. 75-94 ; muffs (y.), Studies in the aramaic legal Papyri from Elephantine, Leyde, 1969 ; grelot (p.), Documents araméens d’Égypte, Paris, 1972, n° 38, p. 195-197, et n° 48, p. 236-239 ; zakovitch (y.), « The Woman’s Right in the biblical Law of Divorce », The Jewish Law Annual, 4, 1981, p. 28-46 ; piatelli (d.), « La condizione giuridica della donna in Israele, ieri ed oggi », Apollinaris, 64, 1991, p. 771-798, particulièrement p. 793- 797, et n. 16 ; ceccarelli-morolli (o.), « Alcune note circa l’istituto matrimoniale nel Vicino Oriente Antico alla luce dei ‘Testi Giuridici’ », Apollinaris, 68, 1995, p. 265-292.

Sur le mariage à Rome :

volterra (e.), La conception du mariage d’après les juristes romains, Paris, 1940 ; « La conception du mariage à Rome », RIDA, 1955, p. 365 s. ; gaudemet (j.), « Iustum matrimonium », RIDA, 1949, p. 309 s. ; « Originalité et destin du mariage romain », Studi in memoria di Paolo Koschaker, 2, Milan, 1954, p. 513 s. ; corbett (p.e.), The Roman Laws of Marriage, Oxford, 1969, 2e éd. ; humbert (m.), Le remariage à Rome. Étude d’histoire juridique et sociale, Milan, 1972. [treggiari (s.), Roman Marriage. « Iusti coniuges » from the time of Cicero to the time of Ulpian, Oxford, 2e éd., 1993 (c.r. bauman (r.a.), ZSS RA, 110, 1993, p. 701 s.) ; del castillo (a.), “Reflexiones en torno a la concesión del ‘conubium’ entre libres de nacimiento y libertos”, RIDA, 41, 1994, p. 179 s. ; quistelli (a.), Il “connubium" nel diritto matrimoniale romano, Naples, 1995 ; romand (a.), Matrimonium iustum. Valori economici e valori culturali nella storia giuridica del matrimonio, Naples, 1996 ; eisenrig (g.), Die römische Ehe als Rechtsverhältnis, Vienne, 2002 ; mc ginn (t.a.j.), « The Augustan Marriage Legislation and Social Practice : Elite Endogamy versus Male ‘Marrying Down’ », Speculum Iuris…, p. 46-93].

Notes

1 L’essentiel de ce chapitre est emprunté à dauvillier, Les temps apostoliques, p. 215-217, et p. 13-15 (pour la chronologie), et complété par des notes manuscrites.

2 Fille cadette de Marc Antoine et d’Octavie, femme de Drusus (fils cadet de Livie), mère de Germanicus et de l’empereur Claude. [Cf kokkinos (n.), Antonia Augusta : Portrait of a Great Roman Lady, Londres, 1992 ; kuenzl (s.), « Antonia Minor-Porträts und Porträttypen », JRGZ, 44, 1997, p. 441-495].

3 [Le nom d’Antonius Felix est donné par tacite, Hist, 5, 9. Il a néanmoins été contesté, notamment par kokkinos (n.), « A Fresh Look at the gentilicium of Felix, procurator of Judaea », Latomus, 49, 1990, p. 126-141, sur la base d’une inscription et du passage des Antiquités juives (20, 7, 1) où josèphe, évoquant sa nomination, l’appelle Claudius Félix : il aurait donc été affranchi après son frère Pallas, non par Antonia, mais par l’empereur Claude. Mais l’inscription (AE, 1967, 525) est « lacunaire à la fois sur le nom du personnage (Ti. Claudius [Felix ?] ») et sur sa fonction (« procurateur imp. [de Judée ?] ») » (settipani (c.), Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l’époque impériale. Mythe et réalité, Oxford, 2000, p. 439, n. 2). Le texte de Josèphe pourrait être corrompu, et le changement d’une seule lettre ferait disparaître la difficulté : « Si tous les manuscrits s’accordent en effet à lire « Πέμπτει δὲ καὶ Κλαύδιον Φήλικα (Il envoya alors Claudius Felix) », l’Epitomé au moins a « Πέμπτει δἑ καὶ Κλαύδιος Φήλικα (Claudius envoya alors Felix) ». La concordance de tous les autres manuscrits n’est pas un garant suffisant ici » (settipani, ibid.) Cf aussi eck (w.), « Ordo equitum romanorum, ordo libertorum, Freigelassene und ihre Nachkommen im römischen Ritterstand », L’Ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 1999, p. 5-29. Félix accéda nécessairement au rang équestre avant d’être nommé procurateur (boulvert (g.), Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif Naples, 1970, p. 198 ; weaver (p.r.c.), Familia Caesaris. A Social Study of the Emperor’s Freedmen and Slaves, Cambridge, 1972, p. 267-294, spécialement p. 279 et 282 ; contra, millar (f.), “Some Evidence on the Meaning of Tacitus Annals XII, 60”, Historia, 13, 1964, p. 182, n. 13, demougin (s.), L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, ÉFR, 1988, p. 651-652). « Felix » était son cognomen, peut-être traduit du grec (Eutychès), compte tenu de son origine, cf gordon (m.), « The nationality of Slaves in the Early Roman Empire », JRS, 14, 1924, p. 93-111 ; lambertz (m.), Die griechischen Sklavennamen, Vienne, 1937 ; solin (h.), « Beiträge zur Kenntnis der griechische Personennamen in Rom », dans Soc. Scientiar. Fennica, Commentat. Humanar. Litterar., 48, Helsinki, 1971 (c. r. de pflaum (h.g.), « Sur les noms grecs portés par les Romains et leurs esclaves », RÉL, 51, 1973, p. 48-54) ; « Die Namen der orientalischen Sklaven in Rom », L’onomastique latine (Paris, 1975), Paris, 1977, p. 205-220 ; kajanto (i.), « The significance of non latin cognomina », Latomus, 27, 1968, p. 517-534 ; fabre (g.), Libertus, Recherches sur les rapports patron-affranchi à la fin de la République romaine, ÉFR, 1981, p. 105-106. Nous ignorons son prénom, normalement celui du patron : Tiberius ou Marcus (prénom du père d’Antonia, Marc Antoine), selon qu’il fut affranchi par Claude ou par Antonia.]

4 [Pallas, affranchi en 31, fut chargé des comptes (a rationibus) et accumula une colossale fortune ; il revendiquait une origine royale (il était l’homonyme du Pallas virgilien, fils d’Évandre -descendant des rois d’Arcadie-, allié d’Énée et tué par Turnus ; Évandre étant cousin d’Énée, cf virgile, Énéide, 8, 134-142, l’affranchi se trouvait ainsi cousin de l’empereur !) : quand il suggéra une loi punissant les femmes libres qui avaient une liaison avec des esclaves, « le consul désigné Barea Soranus proposa de (lui) attribuer les insignes de préteur et quinze millions de sesterces. Cornelius Scipion ajouta qu’il fallait lui adresser des remerciements officiels parce que, issu des rois d’Arcadie, il avait sacrifié une très ancienne noblesse à l’intérêt public et acceptait d’être l’un des serviteurs du prince. Claude déclara que Pallas se satisferait de l’honneur et qu’il vivrait avec les mêmes ressources réduites que par le passé. Et l’on grava sur une table de bronze, parmi les Actes publics, qu’un affranchi, qui possédait trois cents millions de sesterces, recevait force éloges pour son désintéressement digne de l’ancien temps ! » (tacite, Ann., 12, 53, 2-3, trad. P. Grimal, Paris, 1990). Pallas refusa habilement de recevoir l’anneau d’or de chevalier, préférant sa carrière « ministérielle » à l’entrée dans un milieu où on lui ferait sentir ses origines (Pline se scandalise de ce refus, Ep., 8, 6). Considéré par Tacite (Ann., 11, 29, 1) comme « l’homme le plus en faveur » en 48, il s’abstint (« par lâcheté », toujours selon Tacite) d’intervenir dans la chute de Messaline, mais fit le mariage de Claude avec Agrippine, dont il devint l’amant (Ann., 12, 1-2 ; 12, 65) ; il suggéra l’adoption de Néron (Ann., 12, 25), mais déplut à celui-ci en « sortant, par son arrogance morose, des limites convenant à un affranchi » (Ann., 13, 2) ; en 55, Pallas est « destitué de la charge que lui avait confiée Claude et qui le rendait, en quelque sorte, l’arbitre du règne », mais il a stipulé « qu’on ne lui poserait aucune question sur le passé et que l’on considèrerait ses comptes avec l’État comme réglés », et se retire « accompagné d’une grande foule » (Ann., 13, 14, 1). Grâce à sa fortune, il garde manifestement de l’influence : accusé la même année, avec Burrus, d’avoir conspiré pour faire empereur Cornelius Sulla, il est acquitté et manifeste toujours son « orgueil insupportable » (Ann., 13, 23) ; il semble avoir encore pu protéger son frère en 60 (voir ci-dessous n. 76 et 77). Il mourut finalement en 62, et l’on pensa qu’il avait été empoisonné « parce qu’il immobilisait, par sa longue vieillesse, une immense fortune » (Ann., 14, 65 ; cf aussi SUÉTONE, Néron, 35).]

5 [duff (a. h. m.), Freedmen in the Early Principale, Oxford, 1958, 2e éd. ; boulvert (g.), Esclaves et affranchis, précité ; weaver (p. r. c.), Familia Caesaris…, précité ; « Social Mobility in the Early Roman Empire. The Evidence of the Imperial Freedmen and Slaves », Past Present, 37, 1967, p. 3-20.]

6 tacite, Hist., 5, 9.

7 tacite, Ann., 12, 54.

8 [C. Ummidius C. f. Ter. Durmius Quadratus, né vers 12 av. J.-C., mort en 60 ap. J.– C., fut questeur, consul suffect en 40, et légat de Syrie vers 51. On ne sait rien de ses ancêtres, mais il pourrait avoir épousé une sœur de C. Sallustius Crispus Passienus, consul en 44 et mari successivement de Domitia, tante de Néron, et d’Agrippine la jeune. Parmi ses descendants, plusieurs fois alliés aux Annii (la famille de Marc Aurèle) et mêlés aux luttes pour le pouvoir dès le règne d’Hadrien, on trouverait le consul suffect de 118 et proconsul d’Afrique C. Ummidius Quadratus Sertorius Severus, le consul suffect de 146 C. Ummidius Quadratus Annianus Verus, le consul de 167 M. Ummidius Annianus Quadratus, le jeune « conspirateur » de 182 cité par Hérodien et Dion Cassius, et Annia Aurelia Faustina, épouse d’Élagabal. Cf syme (r.), « The Ummidii », Historia, 17, 1968, p. 72-105 (repris dans syme, Roman Papers, Il (e. badian, éd.), Oxford, 1979, p. 659-693) ; id., « Ummidius Quadratus, capax imperii », HSCP, 82, 1979, p. 287-310 (Roman Papers, III (a. r. birley, éd.), Oxford, 1984, p. 1158-1178) ; fitz (j.), Die Verwaltung Pannoniens in der Römerzeit, I, Budapest, 1993, p. 144-145 ; dabrowa (e.), The Governors of Roman Syria from Augustus to Septimius Severus, Bonn, 1998, p. 49-53 ; settipani (c.), l.c., p. 303-310.]

9 tacite, Ann., 12, 54.

10 josèphe, Guerre juive, 2, 12, 1-7 ; Ant., 20, 5, 3-4 ; 20, 6, 1-3.

11 josèphe, Guerre juive, 2, 12, 8 ; Ant., 20, 7, 1.

12 [Sur les sicaires, cf smith (m.), « Zealots and Sicarii : their Origins and Relations », HTR, 64, 1971, p. 1-19 ; nikiprowetzky (v.), « Sicaires et Zélotes : une reconsidération », Semitica, 23, 1973, p. 51-63 ; stern (m.), « Sicarii and Zealots », The World History of the Jewish People, 8, Jérusalem, 1977, p. 263-301 ; horsley (r. a.), « The Sicarii : Ancient Jewish ‘Terrorists’ », Journal of Religions, 59, 1979, p. 435-458 ; « The Zealots. Their Origin, Relationships and Importance in the Jewish Revoit », NT, 2, 1986, p. 159-192 ; horsley (r. a.) et hanson (j. s.), Bandits, Prophets and Messiahs : Popular Movements at the Time of Jesus, 2e éd., Harrisburg, 1999 (1ère éd. 1985). Cf également supra, ch. I, notes bibliographiques.]

13 D’où leur nom : de sica, qui désigne ces poignards courts et faciles à dissimuler.

14 josèphe, Ant., 20, 8, 5 ; Guerre juive, 2, 13, 2-3.

15 Sur la date de l’arrestation de Paul, voir supra ch. V.

16 Ac 21, 38.

17 josèphe, Ant., 20, 8, 6 ; Guerre juive, 2, 13, 5-6.

18 Les juifs de Césarée s’efforçaient sans succès d’obtenir l’égalité civique avec les Grecs de Césarée, ce qui avait suscité des troubles dès 44, et devait en susciter d’autres vers 59-60, quand Néron répondit à une ambassade juive qu’à Césarée, ville grecque, les Juifs n’avaient aucun droit. Cf levine (1. s.), « The Jewish-Greek Conflict in First Century Caesarea », JJS, 25, 1975, p. 381-397 ; kasher (a.), « The Isopoliteia Question in Caesarea Maritima », JQR, 68, 1977, p. 16-27.

19 josèphe, Ant., 20, 8, 7.

20 josèphe, Guerre juive, 2, 13, 7.

21 josèphe, Ant., 20, 8, 8 ; Guerre juive, 2, 13, 7.

22 [Il est vrai que le pays semble alors totalement ingouvernable et que tous les procurateurs ont été impuissants à rétablir l’ordre. Sur les divers troubles, notes bibliographiques en fin de chapitre.].

23 [Sur le crimen repetundarum et plus généralement sur la corruption à Rome, notes bibliographiques en fin de chapitre.]

24 Suétone, Claude, 28, 2 : nec minus, Felicem, quem cohortibus et alis prouinciaeque Iudaeae praeposuit, trium reginarum maritum.

25 [Selon D. 23, 2, 58 (Marcien), 24, 1, 32, 28 (Ulpien), et 23, 2, 44 (Paul), la Lex Iulia d’Auguste a interdit les mariages entre affranchis et sénateurs ou descendants de sénateurs. On débat de la portée exacte de la loi : a-t-elle autorisé (avec cette seule exception) des mariages entre ingénus et affranchis préalablement illégaux (del castillo (a.), « Reflexiones en torno a la concesión del conubium entre libres de nacimiento y libertos », RIDA, 1994, p. 179-205), ou apporté cette restriction à des mariages préalablement autorisés (treggiari (s.), Roman Freedmen during the Late Republic, Oxford, 1969) ? Mais la lex Iulia n’interdit les mariages mixtes, pour les filles, qu’aux descendantes de sénateurs en ligne masculine : Drusilla de Mauritanie ne descend de Marc Antoine que par les femmes, et les ancêtres de Drusilla de Judée n’ont pas rang sénatorial (son frère Agrippa II est le premier à accéder aux honneurs) : la question de légalité ne se pose donc pas ici, et d’autant moins que Félix avait dû accéder au rang équestre.]

26 [Il faudrait lire [illus]trium reginarum maritum, selon herrmann (l.), 1968, p. 437 (ce qui ne résout d’ailleurs pas la difficulté, puisqu’il faudrait toujours au moins deux reines). Cf aussi coltelloni-tranoy (m.), « Les liens de clientèle en Afrique du Nord, du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au début du Principat », BCTH, n. s. 24 (Afrique du Nord), 1993-1995, p. 59-82, et Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée, Paris, 1997, p. 39, n. 44 (c. r. le bohec (y.), RÉL, 75, 1997, p. 356).]

27 tacite, Hist., 5, 9 : Antonius Felix… Drusilla Cleopatrae et Antonii nepte in matrimonium accepta, ut eiusdem Antonii Felix progener, Claudius nepos esset.

28 [Certes, chausson (f.) (« Theoclia, sœur de Sévère Alexandre », MÉFRA, 109, 2, 1997, p. 659-690) donne pour épouse à Cotys de Thrace une Antonia Tryphaena, descendante d’Antoine et de Cléopâtre, et compte pour leur descendant Hérode Agrippa Ier, père de Drusilla de Judée, dernière épouse de Félix ; mais si Antonia Tryphaena était vraisemblablement l’arrière-petite-fille d’Antoine, il paraît impossible qu’elle soit celle de Cléopâtre ; on ne voit d’autre part nul moyen de placer Antonia Tryphaena dans les ancêtres d’Hérode Agrippa – voir ci-dessous n. 36- ; mais son fils (ou son neveu) Polémon a été brièvement l’époux de Bérénice, fille d’Hérode Agrippa I. Cf settipani, l. c., p. 363-366 et 439.]

29 plutarque, Antoine, 87. [Sur Séléné et son jumeau Alexandre Hélios, freyburger (m.-l.) et roddaz (j.-m.), ad. Dion Cassius, Paris, 1994, p. cxxvii. Sur Juba II, DESARGES (J.), « Un témoignage masqué sur Juba II et les troubles de Gétulie », Ant. Afr., 33, 1997 (Hommage à Georges Souville), p. 111-113 ; roller (d. w.), The World of Juba II and Kleopatra Selene : Royal Scholarship on Rome ’s African Frontier, New York-Londres, 2003. Juba (lucain, Pharsale, 8, 287-289) prétendait descendre d’Hannibal (ou du moins, d’après le scholiaste de Lucain, d’une sœur d’Hannibal) et d’Héraclès (plutarque, Sertorius, 9) ; cf lipinski (e.), « Les Dii patrii de Leptis Magna », ASoc., 24, 1993, p. 41-50, ici p. 43. Il était citoyen romain, avec le nom de C. Iulius. Il se remaria, on ne sait à quelle date, avec Glaphyra, fille d’Archélaos, roi de Cappadoce, et veuve d’Alexandre (fils d’Hérode le Grand et de Mariamne I, dont elle eut des enfants). Selon josèphe (Guerre juive, II, 7, 4), Glaphyra, veuve à nouveau et retournée en Cappadoce, inspira une violente passion au tétrarque Archélaos (fils d’Hérode le Grand et de Malthacè et demi-frère de son premier mari), qui répudia pour l’épouser sa femme Mariamne ; Juba n’étant mort qu’en 23 ap. J.-C., elle fut plutôt répudiée : en 23, elle n’avait plus l’âge de susciter des passions, et Archélaos, déposé et exilé à Vienne depuis dix-sept ans (s’il vivait encore !), n’a pu la rencontrer en Cappadoce. D’après josèphe, ibid., elle mourut deux jours après avoir entendu en songe son premier mari lui dire : « Ne vous suffisait-il donc pas d’être passée à de secondes noces, sans vous marier encore une troisième fois ; et n’avez-vous point eu honte d’épouser mon propre frère ? Mais je ne vous pardonnerai pas un si grand outrage, et malgré que vous en ayez, je vous reprendrai » (trad. Arnaud d’Andilly). Cet imbroglio familial et matrimonial a pu favoriser des confusions chez Tacite, dont on a vu plus haut qu’il s’égarait quelque peu dans les affaires d’Orient.].

30 suétone, Caligula, 26 et 35.

31 [Alexandre de Judée est mort en 7 av. J.-C. ; sa veuve Glaphyra s’est remariée avec Juba ; Séléné était donc morte ou répudiée peu après 7.]

32 [Peut-être princesse de Parthie ou d’Émèse, cf settipani, l.c., p. 438-439.]

33 [L’historicité de Drusilla de Maurétanie est acceptée par kokkinos, l. c., p. 126, n. 2 ; sullivan (r.), Near Eastern Royalty and Rome, 100-30 BC, Toronto, 1990, p. 279 ; settipani, l. c., p. 438-440 (son nom, étranger à la famille d’Antoine, lui aurait été donné en l’honneur de l’impératrice Livie – Livia Drusilla-)].

34 Félix, revenu à Rome en disgrâce, n’aurait plus été en position de contracter de brillants mariages. Mais on ignore tout de la « reine » qui aurait été sa deuxième épouse, entre les deux Drusilla, ou peut-être même la première, avant Drusilla de Maurétanie ; nous ignorons aussi si ces deux mariages ont pris fin par la mort ou par un divorce.

35 Cf van den born (a.), dans Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Turnhout-Paris, 1960.

36 [Hérode Agrippa Ier était fils d’Aristobule (fils d’Hérode le Grand et de la princesse hasmonéenne Mariamne) et de Bérénice (fille de Salomé, sœur d’Hérode le Grand, et de Costobaros) ; Cypros était fille de Phasaël (fils de Phasaël, frère d’Hérode le Grand) et de Salampsio (fille d’Hérode le Grand et de la princesse Mariamne). Sur la famille, cf supra, ch. I, n. 4]

37 josèphe, Ant., 19, 9, 1.

38 josèphe, Ant., 18, 6, 1. [Sur Hérode Agrippa, voir supra, ch. VI.]

39 josèphe, Guerre juive, 2, 10, 5-6.

40 [Sur Drusilla, fille de Germanicus, et l’affection passionnée de Caligula pour elle (qui serait allée jusqu’à l’inceste), suétone, Caligula, 24. La fille de Caligula, née de Caesonia, s’appelait aussi Drusilla (suétone, Caligula, 25). Un second fils d’Hérode Agrippa Ier, mort jeune, fut nommé Drusus.]

41 josèphe, Ant., 19, 9, 1.

42 Il faut sans doute voir dans cet incident de simples excès d’une soldatesque probablement ivre, dont on ne peut tirer de conclusions sur celles que ces hommes ont voulu outrager. Bérénice elle-même, alors âgée de seize ans, avait été mariée très tôt à Marcus, fils d’Alexandre Lysimaque (frère du philosophe juif alexandrin Philon, ancien intendant d’Antonia la jeune, et devenu alabarque, άλαβάρχης, ou arabarque -magistrat suprême- des Juifs d’Alexandrie), puis après la mort rapide de celui-ci, remariée à son oncle paternel Hérode de Chalcis (Ant., 19, 5, 1), malgré l’interdiction d’un tel mariage par le Lévitique (Lv 18, 14) ; Josèphe n’a pas ici un mot de réprobation et on peut penser que les rabbins n’appliquaient plus fermement cette prescription de la Loi (la dynastie hérodienne, en matière de mariage, tendait d’ailleurs à adopter plutôt les usages des monarchies hellénistiques et pratiquait une très forte endogamie, cf n. 36 ci-dessus) [; il paraît difficile de voir dans les incidents de Césarée une réprobation à l’égard de ce mariage, dans lequel d’ailleurs la volonté de Bérénice n’avait guère dû compter], Bérénice, de fait, ne devait pas être réellement connue dans les États de son père, qu’elle avait dû quitter fort jeune encore.

43 Selon le droit juif, la fille qui n’est pas nubile peut être mariée par sa famille : son père ou à défaut sa mère ou ses frères.

44 josèphe, Ant., 20, 7, 1. [Sur la Commagène, .notes bibliographiques en fin de chapitre. Épiphane épousa la fille du préfet d’Égypte Ti. Claudius Balbillus ; mais l’une de ses sœurs, lotape, épousa Alexandre « de Judée »-C. Iulius Alexander, roi de Cilicie, arrière-petit-fils d’Alexandre, fils d’Hérode le Grand et de Mariamne, et de Glaphyra de Cappadoce],

45 Sur celui-ci, dauvillier, Les temps apostoliques, p. 218 s.

46 [Émèse – aujourd’hui Homs-, sur l’Oronte, est la capitale d’un petit royaume dont le premier roi connu, Sampsigeramos I, qui pourrait être le trisaïeul d’Aziz, est mort vers 55 av. J.-C. La dynastie sera déposée par Domitien, mais ne s’est éteinte que plus tard ; parmi ses descendants figure peut-être Iulius Bassianus, prêtre de Baal à Émèse, père et grand-père des « princesses syriennes » de la dynastie des Sévères, Iulia Domna, Iulia Avita Mamaea et Iulia Sohaemia Bassiana. Sur Émèse, notes bibliographiques en fin de chapitre.]

47 [settipani, l. c., p. 448. La sœur d’Aziz, Iotape, a épousé Aristobule de Judée, frère d’Hérode Agrippa Ier],

48 josèphe, Ant., 20, 7, 1.

49 [Cf settipani, l. c., p. 448 ; sur Sohémos, barrett (a. a.), “Sohaemus King of Emese and Sophene”, AJPh, 98, 1977, p. 153-159].

50 Il n’y eut pas d’enfant du mariage, et Aziz eut pour successeur son frère Sohémos.

51 Certains identifient ce personnage à Barjésus (Baryéšu’, en araméen « fils de Jésus »), appelé également Elymas, magicien juif et faux prophète, qui faisait partie de l’entourage du proconsul Sergius Paulus à Paphos, et voulut empêcher son maître d’embrasser la foi prêchée par Paul et Barnabé ; maudit par Paul, il fut frappé de cécité (Ac 13, 6-11). Cette identification soulève des problèmes de chronologie. Cf van den born (a.), DEB, Turnhout-Paris, 1960.

52 Bien qu’Hérode de Chalcis ait laissé trois fils, l’un, Aristobule, de sa première femme Mariamne, les deux autres, Hyrcan et Bérénicien, de Bérénice (josèphe, Guerre juive, II, 11, 6), Claude donna ses États, non à ses fils mais à son neveu et beau-frère Agrippa II (id., ibid., II, 12, 1).

53 Pour tenter – en vain- de faire taire la rumeur, elle épousa Polémon de Cilicie (qui la prit pour sa grande fortune), mais l’abandonna très vite et revint près d’Agrippa.

54 [Sur le divorce en droit juif, notes bibliographiques en fin de chapitre, et infra, ch. X, « Le mariage de la Sainte Vierge ».]

55 [Dans le droit assyrien et anatolien, la promesse de mariage à l’égard d’une impubère peut être révoquée ultérieurement par chacune des parties, sous réserve de compensations pécuniaires, cf balkan (k.), « Betrothal of Girls during Childhood in Ancient Assyria and Anatolia », AS 23, 1986, p. 1-11 (§ 28 du « code hittite », lettres et jugement en Assyrie).]

56 En droit juif, la fille nubile (et elle seule) se donne elle-même en mariage, cf Temps apostoliques, p. 378.

57 Bien que la nubilité soit une question de fait, on s’accordait à la juger normalement complète vers douze ans et demi.

58 [Tout au moins en Judée. Il semble toutefois que la règle ait été assouplie dans certaines communautés de la Diaspora, depuis l’exil. Dans la communauté juive d’Éléphantine, la femme, d’après les papyri, pouvait se présenter devant l’assemblée de la communauté, déclarer « haïr » son mari, et obtenir la dissolution du mariage, en payant une pénalité (voir notes bibliographiques en fin de chapitre). D’autre part, des tablettes néo-babyloniennes sembleraient indiquer le divorce à l’initiative de la femme comme une particularité juive à l’époque de l’exil, greenfield (j. c.), « Some Neo-Babylonian Women », La femme dans le Proche-Orient antique, p. 75- 80.]

59 josèphe, Ant., 15, 7, 10, trad. Arnauld d’Andilly adaptée par J. A. C. Buchon.

60 Il en était de même d’Aziz (C. Iulius Azizus).

61 [Rien n’indique que de son côté Aziz, abandonné par sa femme, l’ait répudiée. Nous ignorons – sa conversion au judaïsme étant due à des raisons politiques (une alliance intéressante) bien plus sans doute qu’à un réel intérêt spirituel-, s’il connaissait le droit juif du divorce, et s’il s’en souciait ; même s’il avait été un mari complaisant et s’il avait voulu s’attirer les bonnes grâces du procurator de Judée, il ne pouvait aucunement légitimer l’union de Drusilla avec un païen.]

62 suétone, Claude, 25. [Cf botermann (h.), Das Judenedikt des Kaisers Claudius. Römischer Staat und Christiani im 1. Jahrhundert, Stuttgart, 1996.]

63 josèphe, Ant., 20, 7, 2. [Notons que Josèphe, descendant des Hasmonéens par sa mère (josèphe, Autobiographie, 2-5), serait à un degré que nous ignorons le cousin d’Agrippa et de ses sœurs (ce qu’il ne dit jamais) ; né en 37-38, il est aussi à peu près exactement contemporain de Drusilla].

64 Remarquons que Suétone emploie pour Félix le terme maritus : trium reginarum maritum.

65 Sur le mariage romain, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 384, et notes bibliographiques en fin de chapitre.]

66 Sur Bérénice, dauvillier, Les temps apostoliques, p. 219-222 ; « À propos d’un procès plaidé devant la reine Bérénice », Mélanges P. Montané de la Roque, Toulouse, 1986, p. 575-587. Juridiquement, un mariage entre Titus et Bérénice aurait été parfaitement valable (en droit romain, sinon par rapport à la Loi juive), et Titus avait, paraît-il, promis à Bérénice ces iustae nuptiae (suétone, Titus, 7 ; aurelius victor, Epitome, 10), mais ne tint pas cette promesse : certes, écrit Dion Cassius, durant son séjour à Rome, « Bérénice habitait au Palais et vivait avec Titus. Elle s’attendait à l’épouser et déjà elle se comportait en tout comme si elle était son épouse » (dion cassius, Histoire romaine, 66, 15) ; mais le verbe employé par Dion Cassius, συνεγίγνετο, est l’expression caractéristique pour désigner le concubinat. Le seul obstacle (outre le fait que Bérénice était de douze ans l’aînée de Titus), qui amena l’opposition de Vespasien et finalement la rupture, était politique : l’inébranlable hostilité de l’opinion romaine à une telle union avec une « reine » orientale (qui rappelait l’épisode de Cléopâtre), même gratifiée de la citoyenneté. Peut-être faut-il y ajouter la véritable « conversion » de Titus, à la fin du règne de son père : répudiant tout ce qui avait jusque là marqué fâcheusement sa vie et fait craindre en lui un futur nouveau Néron, il embrasse une sorte d’humanisme coloré de stoïcisme, qui lui vaudra le surnom de « délices du genre humain », mais qui ne pouvait plus s’accommoder du passé sulfureux de Bérénice. [Cf keaveney (a.) et madden (j. a.), « Berenice at Rome », MH, 60, 2003, p. 39-43.]

67 josèphe, Ant., 20, 7, 2.

68 Cf supra chapitre V.

69 Ac 24, 24, trad. delebecque (é.), Paris, Belles-Lettres, 1982, p. 118. D’après une variante des Actes, Félix aurait fait appeler Paul à la demande de Drusilla, qui souhaitait entendre sa parole.

70 delebecque (é.), Les Actes des Apôtres, note p. 118.

71 Ac 24, 22.

72 Ac 24, 24, variante latine.

73 ᾽Εγκράτεια (Ac 24, 25) désigne la maîtrise de soi, la continence, la résistance aux passions, et c’est pour saint Paul un don du Saint-Esprit (Gal 5, 23). delebecque, l. c., p. 119 ; spicq (c.), Notes de Lexicographie Néo-Testamentaire, Fribourg (Suisse), 1978, I, p. 61-63. van den born, l. c., traduit par « abstinence ».

74 Ac 24, 24-25.

75 delebecque (é.), Actes des Apôtres, note p. 119 [Dans ce cas on pourrait se demander si Drusilla, loin de se convertir, n’a pas voulu se venger du sermon de Paul, telle Hérodiade mais avec moins de cruauté ; elle n’aurait d’ailleurs pu se débarrasser d’un citoyen romain reconnu comme tel comme sa tante l’avait fait du pérégrin Jean Baptiste], Bérénice, venue avec Agrippa rendre visite au successeur de Félix, Festus (pour prendre sa revanche sur Félix et Drusilla, désormais disgrâciés, dauvillier, Temps apostoliques, p. 220), entendra Paul et dira : « Cet homme-là ne fait rien qui mérite la mort ou la prison », Ac 26, 30-31 : elle se rangeait donc au nombre de ceux qui reconnaissaient l’innocence de l’Apôtre. Qu’elle ait été touchée par son discours, c’est peu probable » (dauvillier, ibid., p. 220). [La suite de la « carrière » de Bérénice confirme ce doute ; peut-être, penchant elle-même vers le pharisaïsme – dauvillier, ibid. –, a-t-elle eu une certaine sympathie, au moins momentanée, pour celui qui se disait « pharisien, fils de pharisien ». Peut-être aussi voyait-elle dans la reconnaissance de l’innocence de Paul un prétexte pour critiquer indirectement Félix.]

76 Ac 26, 27, trad. delebecque. Selon sordi (m.), Studi Romani, 8, 1960, p. 401- 402, suivie par baslez (m.-f.), Saint Paul, p. 380, ces deux ans (pour des raisons syntaxiques) viseraient la durée du mandat de Félix et non celle de la captivité de Paul. Mais on ne peut admettre un si bref séjour de Félix en Palestine.

77 Pour harnack, Chronologie der altchristlichen Literatur, Leipzig, 1897, I, p. 235-237, Félix serait destitué en 55, après la destitution de son frère Pallas : son procès, gagné grâce à l’influence de son frère, aurait eu lieu en 54. Même position chez jackson (f. j. f.) et lake (l.), The beginnings of Christianity, I, The Acts of the Apostles, 5, Londres, 1933, p. 466 et 471. On invoque en ce sens eusèbe (HE, 2, 20- 22) : la recension arménienne de sa Chronique indique 54, et celle de saint jérome 56. On retrouve la date de 54-56 dans Euthalius (Prologus in epistulas sancti Pauli) et chez saint jérome lui-même (De uiris illustribus, 7). Mais l’Égyptien rebelle avec lequel le tribun confond Paul à Jérusalem s’est révolté après l’avènement de Néron, donc après octobre 54 (mais Josèphe ne précise pas combien de temps après), et la rébellion a manifestement occupé Félix quelque temps : son procès ne peut donc avoir lieu si tôt.

78 josèphe, Ant., 20, 8, 9.

79 Ac 24, 10. tacite, Ann., 12, 54, parle aussi d’un long séjour de Félix en Palestine, iam pridem Iudaeae impositus.

80 prat (f.), « Chronologie biblique », DBS, 1, p. 1291-1293, place le rappel de Félix en 59 ou 60 ; schürer, Geschichte des jüdischen Volkes im Zeitalter Jesu Christi, Leipzig, 1909, p. 578, opte pour 61, ainsi que meyer (e.), Ursprung und Anfänge des Christentums, Stuttgart-Berlin, 1923, 3, p. 53-54. Mais cette date ne cadre pas avec les données des Actes pour l’arrestation de saint Paul et la durée de sa captivité sous Félix à Césarée.

81 [mazar (b.) et dunayevsky (i.), « En Gedi, Fourth and Fifth Seasons of Excavations, Preliminary Report », IEJ, 9, 1967, p. 141.]

82 dauvillier, Temps apostoliques, p. 13-14.

83 Ac 24,27 ; delebecque, l. c., p. 120-121.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search