Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

Titre II : Droit pénal

Chapitre VI : Le jugement de Saint Jacques le Majeur par un prince allié de Rome1

Texte intégral

  • 1 Établi à partir de Temps apostoliques, p. 130, et 657-660, et de notes manuscrites.

1Le destin des Douze après la Pentecôte ne nous est généralement pas connu par le Nouveau Testament : la Tradition seule nous dit qu’il finirent tous, sauf saint Jean, martyrs de leur foi ; des traditions plus ou moins respectables nous indiquent où ils ont exercé leur ministère. Saint Jacques le Majeur, parce qu’il fut le premier d’entre eux à être martyrisé, est le seul dont les Actes nous font connaître la fin.

  • 2 Mt 10,3 ; Mc 3, 18.
  • 3 Fils de Clopas (Κλωπᾶς), ou Cléophas, et sans doute d’une certaine Marie qui accompagna la Sainte V (...)
  • 4 Temps apostoliques, p. 665-667. Saint Jacques de Jérusalem fut lapidé, ce qui entraîna la révocatio (...)

2Il faut ici rappeler que l’Écriture nous présente trois personnages du nom de Jacques, et non deux comme on le croit souvent : deux font partie des Douze, Jacques le Majeur, qui va nous retenir ici, et Jacques le Mineur, fils d’Alphée (en araméen Halphai)2. Le troisième, « frère » (c’est-à-dire cousin) du Christ, Jacques « le Juste » ou « de Jérusalem »3, n’en fait pas partie, mais joue néanmoins un rôle essentiel dans l’Église de Jérusalem jusqu’à son martyre illégal par le grand prêtre Anne ou Ananie en 624.

  • 5 ʼΙάκωβος, Ya‘a qôbh, signifierait « que la Divinité protège » ou aurait peut-être le sens de « perd (...)
  • 6 Temps apostoliques, p. 659, n. 3, et 660.

3 Jacques le Majeur5 est fils de Zébédée et probablement de Salomé, et frère de Jean ; tous deux pratiquaient la pêche dans le Lac de Génésareth avec leur père Zébédée et formaient apparemment avec lui une société familiale. Les deux frères furent appelés ensemble par le Christ, qui, à cause de l’impétuosité de leur caractère, les surnomma βοανηργές, « fils du tonnerre ». Avec Simon Pierre, ils formaient le groupe des disciples privilégiés. Nous n’avons pas de détails sur ses activités après la Pentecôte. Nous savons en revanche qu’il fut parmi les Douze le premier à être martyrisé, sur l’ordre d’Hérode Agrippa Ier, en 43 ou plus vraisemblablement 446.

  • 7 Qui refusa de prêter à Agrippa lui-même mais prêta à son épouse Cypros, dont il admirait la vertu e (...)
  • 8 josèphe, Ant., 18, 6, 1-9.
  • 9 josèphe, Guerre juive, 2, 9, 5.

4Hérode Agrippa, fils d’Aristobule et de Bérénice, petit-fils d’Hérode le Grand et de la princesse Mariamne, avait eu une jeunesse aventureuse et désordonnée. Encore enfant, « peu avant la mort d’Hérode le Grand » selon Josèphe, il avait été emmené à Rome, où il avait été élevé avec des membres de la famille impériale, dont le futur empereur Claude ; il était devenu l’ami de Drusus, fils de Tibère, ainsi que de son épouse Antonia, qui avait une grande sympathie pour sa mère Bérénice. Après la mort de celle-ci, il fit de grandes dépenses en festins et en libéralités, notamment pour s’attirer l’amitié des affranchis impériaux. Mais après la mort de Drusus, il dut revenir, endetté, en Palestine. Josèphe décrit en détail ses efforts pour rétablir sa fortune, ses rapports, d’abord amicaux, puis tendus et hostiles, avec sa sœur Hérodiade et son oncle Hérode Antipas, le Tétrarque (qui lui reprocha vite sa pauvreté et l’argent qu’il lui donnait), son inimitié envers son frère Aristobule, ses emprunts aux affranchis de sa mère et à l’alabarque d’Alexandrie, Alexandre7, et son retour en Italie, tandis que sa femme restait en Palestine avec leurs enfants. Il fut reçu par Tibère à Capri, mais cette faveur s’effaça vite, l’empereur ayant appris qu’Agrippa devait au trésor trois cent mille pièces d’argent qu’il n’avait pas rendues dans les délais légaux. Antonia cependant lui prêta cet argent en souvenir de sa mère. Revenu en grâce auprès de Tibère, il fut chargé de veiller sur le petit-fils de celui-ci, mais préféra s’attacher au petit-fils d’Antonia, Caius, le futur Caligula, et remboursa sa bienfaitrice par un emprunt à un affranchi samaritain de l’empereur8. Il s’efforça aussi de se venger d’Hérode Antipas en l’accusant devant l’empereur, qui refusa de recevoir l’accusation9.

  • 10 josèphe, Ant., 18, 6, 10. La description de ces États varie chez Josèphe, entre la Guerre juive et (...)
  • 11 Soit Lyon (son frère Archélaüs avait été exilé à Vienne), soit Lugdunum Conuenarum (Saint-Bertrand (...)
  • 12 josèphe, Ant., 18, 7, 2 ; Guerre juive, 2, 9, 6.

5Son amitié pour Caligula faillit lui être fatale : il exprima un jour le souhait de le voir monter vite sur le trône impérial ; dénoncé à Tibère, il fut jeté en prison où il resta pendant six mois, jusqu’à la mort de Tibère. L’avènement de Caligula en 37 fit sa fortune. Immédiatement délivré, il reçut du nouvel empereur le titre de roi, et les tétrarchies qui avaient appartenu à Lysanias et à Philippe10. Son oncle et beau-frère Hérode Antipas, poussé par Hérodiade, se rendit à Rome pour essayer d’obtenir également le titre royal. Hérode Agrippa s’empressa d’envoyer un message l’accusant d’avoir conspiré avec Séjan et de conspirer avec le roi des Parthes. Antipas se défendit mal, fut dépouillé par Caligula de sa fortune et de ses états, et exilé à Lugdunum11 avec Hérodiade, et l’empereur, en 40, donna ses états (la Galilée et la Pérée) à Agrippa12.

  • 13 Ibid., 19, 4, 1-2.
  • 14 Ibid., 19, 5, 1 (tr. Arnaud d’Andilly) ; Guerre juive, 2, 11, 2-5 (qui fait placer les tables au Ca (...)
  • 15 [Quand Agrippa, en 42, invita à Tibériade les rois vassaux ses voisins, le gouverneur de Syrie fit (...)
  • 16 [sartre, L’Orient romain, p. 320-321.]

6L’assassinat de Caligula l’année suivante ne troubla pas la fortune d’Agrippa, qui se trouvait alors à Rome et joua, d’après Josèphe, un rôle déterminant dans l’accession au pouvoir de Claude, son ami d’enfance : il aurait réussi à persuader le sénat d’accepter l’élévation de Claude au lieu de rétablir la république, et aurait également persuadé Claude, inquiet et hésitant, d’accepter le principat13. Ce zèle fut aussitôt récompensé : cette même année 41, Claude lui remit la Judée, la Samarie et l’Idumée, qui avaient fait partie du royaume d’Hérode le Grand, qui se trouvait ainsi reconstitué ; il y ajouta Abila de Lysanias et toute la montagne du Liban, « et le traité d’alliance de ce prince avec le peuple romain fut gravé sur une table de cuivre que l’on mit au milieu de la grande place du marché de Rome »14. La province romaine de Judée n’existait plus. [Claude veilla cependant à limiter de trop grandes velléités d’indépendance de son protégé en lui interdisant d’achever la construction du nouveau et énorme rempart entrepris à Jérusalem, comme de mener ou d’envisager une politique étrangère15. Mais Hérode Agrippa se montra dans l’ensemble un fidèle et efficace prince vassal de Rome, en luttant contre le brigandage endémique en Trachonitide : reprenant la politique de son grand-père, il cantonna des troupes à Sur al-Ladja, compléta le quadrillage militaire de la région, son urbanisation et la colonisation agricole, substituant des villages de cultivateurs aux groupes de pasteurs installés dans des grottes et qui étaient aussi brigands16.]

  • 17 josèphe évoque longuement ces épisodes dans Antiquités, mais les passe sous silence dans la Guerre (...)
  • 18 pelletier (a.), Legatio ad Caium, trad., Paris, 1972, p. 259-260, n. 4.
  • 19 josèphe, Ant., 19, 7, 3-4.

7Habile à gagner la bienveillance des puissants, Hérode Agrippa l’était aussi à gagner la faveur du peuple. Il recherchait la popularité auprès des Juifs et suivit l’unique voie qui y conduisait, en se conciliant le parti des Pharisiens. À Rome déjà, il était intervenu pour persuader Caligula de renoncer à faire mettre sa statue dans le Temple de Jérusalem, et pour inspirer à Claude les mesures qui calmèrent les troubles d’Alexandrie17 ; sans doute voulait-il se faire reconnaître comme juif, ce qui fut toujours difficile pour les membres de sa famille : « l’ascendance juive d’Agrippa I se réduisait au fait que son père Aristobule était fils de la juive Mariammé (I), elle-même petite-fille, par sa mère, Alexandra, d’Hyrcan II, le dernier des Hasmonéens »18. Lorsqu’il était à Jérusalem, il se montrait zélé pour les prescriptions juives, ne laissait pas passer un seul jour sans offrir un sacrifice au Temple, supportait volontiers les dépenses du culte et se montrait très libéral à l’égard de ceux qui s’adressaient à lui. Cela lui a valu les éloges de Josèphe19 et du Talmud.

  • 20 Ibid., 19,7,5 ; 19,9, 1.

8Cette attitude n’était du reste qu’hypocrisie : au dehors du territoire juif, il ne se souciait plus des observances légales, il avait fait élever, dans son propre palais de Césarée, des statues en l’honneur de ses filles, et il fréquentait le théâtre grec. Plus habile (ou plus hypocrite) que son grand-père, c’est à Beyrouth qu’il a fait construire un théâtre et un amphithéâtre où il a fait donner des combats de gladiateurs20, alors qu’Hérode le Grand avait fait construire à Jérusalem un hippodrome, un théâtre et un amphithéâtre (ces derniers extra muros), et célébré des jeux isolympiques dans la Ville sainte. Son double jeu se reflète même sur ses monnaies : celles qu’il fit frapper à Jérusalem ne portent pas d’effigie, mais ailleurs elles sont à l’effigie de l’empereur ou d’Agrippa lui-même.

  • 21 Les arrestations des apôtres et le « procès » d’Étienne avaient été des initiatives (illégales) du (...)
  • 22 Ac 12, 1-4.

9C’est ce personnage ambitieux et hypocrite qui déclencha la première persécution contre les chrétiens ordonnée par une autorité séculière21, c’est-à-dire la première persécution légale. Le prince vassal de Rome avait en effet recouvré le droit de justice : « Le roi Hérode entreprit de maltraiter quelques membres de l’Église. Il fit périr par le glaive Jacques, le frère de Jean. Voyant que cela plaisait aux juifs, il fit de plus arrêter Pierre. On était au jour des azymes… Son intention était de le faire comparaître devant le peuple, après la pâque22 ».

  • 23 Temps apostoliques, chronologie, p. 18.
  • 24 Ac 11,26.
  • 25 Temps apostoliques, p. 693.

10Quelle a été la raison de cette persécution ? Sans doute Hérode Agrippa a-t-il été excité par le Sanhédrin. Il cherchait à se rendre populaire et les Actes précisent qu’il a voulu par là plaire à ses sujets. Il n’y a aucune raison de penser, avec Loisy, que cette persécution a été provoquée par le décret de l’assemblée de Jérusalem, qui admettait les gentils dans la communauté chrétienne sans les astreindre aux observances légales du judaïsme, décret qui vraisemblablement n’a été pris qu’en 4923. Hérode, comme les Sanhédrites, considérait sans doute le christianisme comme une hérésie venue de l’intérieur du judaïsme plus que comme une nouvelle religion ; ce n’est d’ailleurs que vers 43, peu avant sa persécution, que les disciples du Christ, à Antioche, « reçurent pour la première fois le nom de chrétiens »24, ce nom qui « apparaît pour la première fois en milieu païen et à propos de leur conversion. Il n’a pu être inventé par les juifs, car il signifie « disciple du Messie », et laisse entendre que Jésus est le Messie véritable. Aux yeux de la population païenne, ce groupe n’apparaît plus comme une simple secte juive. Le centre de gravité s’est déplacé : même si ce groupe a sans doute encore des liens avec le judaïsme, il est constitué déjà dans sa majorité par des convertis d’origine païenne, qui ne sont pas soumis aux observances juives »25. Mais la situation n’est pas la même à Antioche et dans les états d’Hérode Agrippa, surtout à Jérusalem : y connaissait-on déjà ce nom de chrétiens ? Peut-être toutefois Hérode avait-il déjà pris conscience de la dissemblance du christianisme. En tout cas, le mobile de cette persécution est d’ordre politique et bassement intéressé.

11À l’évidence, Jacques n’a pas été condamné pour un crime religieux : s’il avait été accusé de blasphème contre la Loi (peut-être justement en se disant « disciple du Messie »), il aurait été lapidé, comme le voulait la Loi. Ce ne fut pas le cas. Il fut inculpé probablement d’un crime politique, de déloyauté envers le monarque. [Il était facile de renouveler la fausse interprétation de la royauté du Christ et de voir dans toute prédication à ce sujet un acte de sédition.] En tant que roi, ami et allié du peuple romain, Hérode Agrippa jouissait du ius gladii. Jacques fut condamné à mort et décapité. Cette peine, en exécration chez les juifs, était empruntée au droit romain. Mise à part l’absence de sens du droit, condamnation et exécution se situent dans une atmosphère romaine, qui correspond à la personnalité très romanisée du roi.

12Cette mort, nous disent les Actes, avait plu non seulement aux Sanhédrites, instigateurs des premières persécutions contre les disciples du Christ plusieurs années auparavant, mais à l’ensemble des juifs. C’est un premier témoignage du rejet du christianisme par la masse de la nation juive.

  • 26 Pierre avait déjà été arrêté deux fois et battu de verges par ordre du Sanhédrin (Ac 4, 1-22 ; 5, 1 (...)

13Hérode n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Il cherche à frapper la communauté chrétienne à la tête, en faisant arrêter Pierre, bien connu pour être le « premier » des Apôtres et le porte-parole de la communauté26. Son dessein est bien de le faire exécuter lui aussi, mais, désireux de ménager les susceptibilités de ses sujets, il ne veut pas souiller la fête de la pâque par une exécution capitale. Celle-ci passée, il produirait Pierre devant le peuple et le condamnerait à mort en sa présence. Ainsi espérait-il accroître encore sa popularité.

  • 27 Ac 12, 12 : « Marie, mère de Jean surnommé Marc » : le futur évangéliste porte un nom juif et un pr (...)

14Mais Pierre, dans sa prison, est délivré miraculeusement par un ange, se réfugie dans la maison de Marie, mère de Jean dit Marc27, le futur évangéliste, où de nombreux chrétiens s’étaient réunis en priant pour sa délivrance, puis quitte les états d’Hérode, qui le fit vainement rechercher. De dépit, Hérode fit exécuter les gardes.

  • 28 Ac 12, 20-23. josèphe, Ant., 19, 8, 2, raconte plus longuement cette mort.

15La persécution ne se prolongea pas, car Hérode survécut peu à ces événements : il fit célébrer à Césarée de grandes fêtes en l’honneur de l’empereur, probablement à l’occasion des victoires et du triomphe de Claude sur les Bretons ; tandis qu’il y recevait des ambassadeurs, le peuple, impressionné par son costume autant que par son discours s’exclama : « c’est un dieu qui parle, et non un homme ! ». Hérode accepta cette flatterie, impie aux yeux des juifs, « mais à l’instant même l’ange du Seigneur le frappa, parce qu’il n’avait pas rendu gloire à Dieu »28.

  • 29 josèphe, Ant., 19, 9, 1-2.
  • 30 Ac 26, 28 et 26, 32. Cf plus haut ch. V.

16La mort du persécuteur mit un terme à la persécution. Son fils n’ayant pas encore dix-sept ans (il se trouvait d’ailleurs à Rome), l’empereur reprit le royaume et rétablit le régime des procurateurs29 ; ceux-ci n’eurent pas les mêmes raisons qu’Agrippa Ier de rechercher la popularité par des persécutions. Lorsqu’Agrippa II reçut ensuite le royaume de Chalcis à la mort de son oncle Hérode de Chalcis en 48, puis en 53 les anciennes tétrarchies de Philippe, de Lysanias et de Varus (une partie de l’Iturée), il se distingua d’ailleurs du reste de sa famille en ne manifestant nulle hostilité envers les chrétiens : on sait que le procurateur Festus, en 60, invita Paul à lui expliquer sa cause, et les Actes rapportent qu’il dit à Paul « Peu s’en faut que par tes paroles tu ne fasses de moi un chrétien ! », et qu’il regretta qu’on ne pût le remettre en liberté, malgré son innocence manifeste, parce qu’il avait réclamé d’être jugé par l’empereur30. Il contribua peu après à faire cesser la persécution déchaînée par le grand prêtre Anne et le Sanhédrin, où fut lapidé Jacques de Jérusalem, et révoqua Anne pour cette exécution illégale.

Notes

1 Établi à partir de Temps apostoliques, p. 130, et 657-660, et de notes manuscrites.

2 Mt 10,3 ; Mc 3, 18.

3 Fils de Clopas (Κλωπᾶς), ou Cléophas, et sans doute d’une certaine Marie qui accompagna la Sainte Vierge au pied de la croix (Jn 19, 25 ; Mt 27, 56 ; Mc 15, 40), et qui est vraisemblablement distincte de la tante du Seigneur avec laquelle on l’identifie souvent ; il est peu probable que deux soeurs aient porté ce même nom de Marie (Maryam). Il était frère de Josès, Joset ou Joseph, et sans doute le cousin de Jude et de Simon, qualifiés aussi de frères du Seigneur : on sait que l’hébreu et l’araméen ne disposent pas d’un terme précis pour distinguer le cousin ou le neveu, et utilisent habituellement dans ce cas le terme de frère, ainsi dans l’Ancien Testament Lot est-il dit « frère » d’Abraham dont il est en réalité le neveu [cf lightfoot (j.b.), Saint Paul’s Epistle to the Galatians, Londres, 1887, P. 252-290 ; blinzler (j.), Brüder und Schwestern Jesus, Stuttgart, 1967 ; mc hugh (j.), La Mère de Jésus dans le Nouveau Testament, Paris, 1977 ; casini (n.), « Fratelli di Gesù », Studi C. Sanfilippo, II, Milan, 1982, p. 77-101.] Les « frères » du Christ semblent s’être convertis tardivement, croyant longtemps qu’« il avait perdu le sens » (Mc 3, 20-21), cf Temps apostoliques, p. 253-256.

4 Temps apostoliques, p. 665-667. Saint Jacques de Jérusalem fut lapidé, ce qui entraîna la révocation du grand prêtre.

5 ʼΙάκωβος, Ya‘a qôbh, signifierait « que la Divinité protège » ou aurait peut-être le sens de « perdrix » (Martin NOTH, Personnennamen, 177, 197, en s’appuyant sur le sud-arabe, y voit un hypocoristique, dans lequel l’élément divin est tombé ; cf aussi R. de vaux, RB, 53, 1946, p. 423 ; G. JACOB, « Der Name Jakob », Litterae orientales, 54, avr. 1933, p. 16-19, pense au nom d’oiseau arabe : ya’qùb, espèce de perdrix (Temps apostoliques, p 131, n. 6).

6 Temps apostoliques, p. 659, n. 3, et 660.

7 Qui refusa de prêter à Agrippa lui-même mais prêta à son épouse Cypros, dont il admirait la vertu et l’amour pour son mari...[Son fils Marcus, mort jeune, fut le premier mari de la fameuse Bérénice, fille aînée d’Hérode Agrippa et de Cypros.]

8 josèphe, Ant., 18, 6, 1-9.

9 josèphe, Guerre juive, 2, 9, 5.

10 josèphe, Ant., 18, 6, 10. La description de ces États varie chez Josèphe, entre la Guerre juive et les Antiquités : dans la Guerre juive, « le territoire qui avait appartenu à Philippe se composait de la Trachonitide, de la Batanée et de la Gaulanitide ; dans Ant., la Batanée est mentionnée en dehors de la tétrarchie de Philippe, alors que celle de Lysanias s’identifie avec la Trachonitide et Abila. Cela tient à l’imprécision des termes géographiques qui désignent ces contrées : l’ancien royaume d’Iturée, qui avait Chalcis pour capitale, et où habitait une tribu arabe de Transjordanie, aramaïsée au moment de son avance vers le nord, avait été divisé en quatre en 34, quand le roi Lysanias avait été mis à mort par Antoine. La Gaulanitide, contrée de la Jordanie ainsi appelée du nom de la ville de Gaulon ou Golan, s’étendait du pied de l’Hermon au Yarmuk et est souvent considérée comme une partie de la Batanée, qu’on ne distingue pas toujours des districts voisins ; les géographes arabes donnent comme capitale à cette dernière Der‘ât, l’ancienne Edrai. Philippe, fils d’Hérode et de Cléopâtre, avait gouverné l’Iturée, la Trachonitide, la Gaulanitide et la Batanée, à laquelle s’ajoutait l’Auranitide. La tétrarchie de Lysanias était située au nord-ouest de Damas, autour d’Abila de Lysanias (aujourd’hui Suq Wadi Araba) ; l’Abilène avait fait partie de l’ancien royaume d’Iturée » (Temps apostoliques, p. 218-219 et carte hors-texte, in fine). Philippe est mort en 34, et ses états ont alors été rattachés à la province de Syrie, jusqu’en 37. [Le tétrarque Lysanias (IGR III, 1086), dont on ignore les liens éventuels avec le roi homonyme d’Iturée, vivait encore en 29-30 (Lc 3, 1), mais dut mourir avant 37.]

11 Soit Lyon (son frère Archélaüs avait été exilé à Vienne), soit Lugdunum Conuenarum (Saint-Bertrand de Comminges). josèphe (Guerre juive, II, 9, 6) le fait par erreur exiler en Espagne. Cf crouzel (h.), « Le lieu d’exil d’Hérode Antipas et d’Hérodiade selon Flavius Josèphe », Studia Patristica, 10, 1967, TU 107, Berlin, 1970, p. 275-280.

12 josèphe, Ant., 18, 7, 2 ; Guerre juive, 2, 9, 6.

13 Ibid., 19, 4, 1-2.

14 Ibid., 19, 5, 1 (tr. Arnaud d’Andilly) ; Guerre juive, 2, 11, 2-5 (qui fait placer les tables au Capitole).

15 [Quand Agrippa, en 42, invita à Tibériade les rois vassaux ses voisins, le gouverneur de Syrie fit disperser la réunion parce qu’il « ne jugeait pas utile aux Romains l’entente de tant de princes » (sartre, L’Orient romain, p. 64).]

16 [sartre, L’Orient romain, p. 320-321.]

17 josèphe évoque longuement ces épisodes dans Antiquités, mais les passe sous silence dans la Guerre juive. Mais Philon, dans la Legatio ad Caium, reproduit (§ 276-329) la lettre qu’Agrippa aurait adressée à Caligula. [Cf Grzybek (e.), « La répression à Alexandrie en 41 apr. J.-C. et le problème des délégations juives envoyées à Rome », RHD 77, 1999, p. 213-222.]

18 pelletier (a.), Legatio ad Caium, trad., Paris, 1972, p. 259-260, n. 4.

19 josèphe, Ant., 19, 7, 3-4.

20 Ibid., 19,7,5 ; 19,9, 1.

21 Les arrestations des apôtres et le « procès » d’Étienne avaient été des initiatives (illégales) du Sanhédrin. Cf Temps apostoliques, p. 653-657.

22 Ac 12, 1-4.

23 Temps apostoliques, chronologie, p. 18.

24 Ac 11,26.

25 Temps apostoliques, p. 693.

26 Pierre avait déjà été arrêté deux fois et battu de verges par ordre du Sanhédrin (Ac 4, 1-22 ; 5, 17-41).

27 Ac 12, 12 : « Marie, mère de Jean surnommé Marc » : le futur évangéliste porte un nom juif et un prénom latin, ce qui est courant dans l’élite orientale romanisée.

28 Ac 12, 20-23. josèphe, Ant., 19, 8, 2, raconte plus longuement cette mort.

29 josèphe, Ant., 19, 9, 1-2.

30 Ac 26, 28 et 26, 32. Cf plus haut ch. V.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search