Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

Titre II : Droit pénal

Chapitre V : Les procès de Saint Paul

Texte intégral

  • 1 Chapitre établi à partir de « À propos de la venue de saint Paul à Rome », BLE, 1, 1960, p. 3-26, d (...)
  • 2 2 Co 11,23-25.

1L’apostolat de saint Paul est parsemé de rencontres avec la justice1, qu’il s’agisse de tentatives irrégulières des autorités juives, d’arrestations et d’ébauches de procès devant des autorités romaines, ou de procès véritables : saint Paul lui-même rappelle aux Corinthiens qu’il est ministre du Christ bien plus que ses critiques, « par les travaux, par les emprisonnements, infiniment plus par les coups. Souvent j’ai été à la mort. Cinq fois j’ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet ; trois fois j’ai été battu de verges ; une fois lapidé »2. Dès l’Antiquité en outre, des légendes ont été forgées à partir d’interprétations erronées des Actes ou des épîtres de saint Paul, et ont ajouté des épisodes judiciaires inexistants, voire totalement invraisemblables. Nous allons retracer ici ce que l’on peut reconstituer sur ce sujet, en rappelant dès maintenant que nous sommes renseignés de façon très inégale sur ces épisodes.

  • 3 Sur saint Paul à Philippes, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 184, n. 2.
  • 4 AC 16, 19-21.

2Soulignons d’emblée que si nous ne connaissons pas tous les épisodes auxquels saint Paul fait allusion, tous ces sévices sont parfaitement illégaux à l’égard d’un citoyen romain et ne peuvent donc jamais résulter d’un véritable procès. L’affaire de Philippes3, en Macédoine, vers 50-51, est à cet égard très claire. Philippes était un municipe, dont les citoyens avaient ce privilège envié qu’était la Cité romaine. Les magistrats placés à la tête de ce municipe, les duouiri, étaient communément appelés préteurs, selon un usage qui semble assez répandu, et c’est ainsi que les Actes les désignent (τοῖς στρατηγός) : c’étaient donc des magistrats romains, à la différence des politarques macédoniens. Ils vont néanmoins faire preuve d’une grande légèreté. Les maîtres de l’esclave pythonisse, délivrée par saint Paul de l’esprit qui la possédait, ameutent la foule et amènent Paul et Silas devant ces « préteurs ». L’accusation portée par eux ne distingue pas encore entre judaïsme et christianisme. « Ces gens-là bouleversent notre cité. Ce sont des juifs, qui prêchent des pratiques qu’il ne nous est permis ni d’admettre, ni de suivre, à nous autres Romains »4.

  • 5 In Verrem, 5, 62 (De suppliciis). Même s’il est possible que ce Gauius ait tenté d’usurper la citoy (...)

3Tout infatués de leur dignité de citoyens romains, ces Philippiens accusent nos missionnaires de porter le trouble dans la cité et de tenter de corrompre les mœurs et la religion romaine, pour y substituer des pratiques empruntées au judaïsme. Sur ce, ces « préteurs », oublieux de toute règle de droit, sans enquête, ni interrogatoire, ni plaidoyer, pour donner à la foule une première satisfaction, ordonnent de faire arracher leurs vêtements à Paul et à Silas et de les battre de verges. Cette sentence, dans ces conditions, était parfaitement illégale, et l’aurait été même si elle avait été rendue à la suite d’une procédure régulière. Celui en effet qui détient l’autorité publique et fait flageller, enchaîner, torturer ou frapper un citoyen romain tombe sous le coup de la lex Iulia de ui publica. Il est probable que Paul et Silas ont tenté de protester, mais leur voix a dû être couverte par les cris du peuple (Cicéron nous retrace une scène analogue où un prisonnier est fouetté sans pitié, tandis qu’il s’écrie inter dolorum crepitumque plagarwn : « Ciuis Romanus sum »5).

  • 6 Ac 16,37-39.

4Paul et Silas sont jetés en prison et délivrés miraculeusement par un tremblement de terre. Le jour venu, les « préteurs » envoient les licteurs dire au geôlier de les relâcher. Était-ce un revirement de leur part et avaient-ils commencé à réfléchir sur les illégalités qu’ils avaient commises ? Avaient-ils été surpris par ce tremblement de terre imprévu, où ils auraient vu une manifestation divine ? Ou estimaient-ils purement et simplement qu’après cette satisfaction donnée à la foule, la flagellation et l’emprisonnement momentané constituaient un châtiment suffisant pour ce qu’ils regardaient comme des actes de prosélytisme en faveur du judaïsme ? Paul et Silas protestent : « Ils nous ont fait battre de verges en public et sans jugement, nous, des citoyens romains, et ils nous ont jetés en prison. Et ils nous feraient maintenant sortir en cachette ! Non, non ! Qu’ils viennent en personne nous élargir ». Les Actes nous rapportent que lorsque les licteurs répétèrent ces paroles aux préteurs, ceux-ci furent effrayés en apprenant qu’ils avaient affaire à des citoyens romains. Ils vinrent donc leur faire des excuses, les élargirent et les prièrent de quitter la ville6. Ces magistrats locaux, qui agissaient avec tant de désinvolture, mis en présence des multiples illégalités qu’ils avaient commises, avaient tout lieu de redouter l’issue du procès qui pouvait leur être intenté. Paul et Silas montraient beaucoup de condescendance en se contentant de recevoir leurs excuses.

5Nous ne connaissons pas les deux autres occasions où saint Paul a été battu de verges : l’ordre donné par le tribun Lysias lors de l’arrestation à Jérusalem n’a pas été exécuté, et de toute façon cet épisode est postérieur à la deuxième lettre aux Corinthiens. Nous ignorons aussi quand il a « reçu des Juifs trente-neuf coups de fouet ». Le pouvoir romain tolérait au profit des Synagogues de la Diaspora une juridiction pénale sur les juifs, pour des délits mineurs. Celles-ci pouvaient condamner à la flagellation, qui s’était substituée à la bastonnade, et que la Loi limitait à trente-neuf coups, pour les délits religieux ou encore à l’encontre des débiteurs insolvables. C’était, au dire de Josèphe, la punition la plus honteuse. On sait que les autorités juives de la Diaspora usaient et abusaient de ce droit. À l’encontre d’un citoyen romain comme Paul, ces condamnations étaient illégales et tombaient sous le coup de la lex Iulia de ui publica. Elles n’en avaient pas moins été, par cinq fois, prononcées et exécutées, ce qui témoigne du mépris que les autorités juives professaient pour la légalité romaine, toutes les fois qu’elles pouvaient s’y soustraire.

  • 7 Ac 14, 19.
  • 8 Ac 14,2 et 5.

6Nous savons en revanche quand Paul a été lapidé : lors de son voyage missionnaire avec Barnabé, à Lystres en Lycaonie, en dépit du miracle que Paul vient d’accomplir (la guérison de l’infirme de naissance), des juifs venus d’Antioche de Pisidie et d’Iconium gagnent les foules, lapident Paul et, le croyant mort, le traînent hors de la ville7. Cette lapidation est bien entendu illégale, puisque seule l’autorité romaine a le droit de condamner à mort, après un procès régulier ; elle serait de toute façon, encore une fois, impossible à infliger à un citoyen romain ; il s’agit ici d’une tentative de lynchage. Ce n’était d’ailleurs pas la première : à Iconium, peu de temps auparavant, les juifs restés incrédules avaient excité les païens, et ces deux factions, leurs chefs en tête, s’étaient mises en branle pour lapider Paul et Barnabé8.

  • 9 Ac 13,50-51.

7Un peu plus tôt encore s’était produit peut-être un épisode judiciaire, en tout cas une intervention des autorités : à Antioche de Pisidie, des juifs ont monté la tête à des femmes de condition, sans doute épouses ou parentes de magistrats locaux, qui étaient prosélytes ; les magistrats, duouiri et decemuiri (τοὑς πρὡτους τῆς πόλβως), expulsent ou laissent expulser Paul et Barnabé du territoire de la cité, sans qu’on puisse déterminer s’il y avait une procédure régulière et un décret d’expulsion, ou un simple tumulte populaire, encouragé ou soutenu par les autorités locales9. D’Antioche comme d’Iconium, certains meneurs tenaces ont suivi les Apôtres pour tenter de s’en débarrasser définitivement, et ont organisé la lapidation manquée de Lystres.

  • 10 Ac 17, 5-9.
  • 11 Les politarques, au nombre de cinq ou six, administrent la ville de Thessalonique, qui a le statut (...)
  • 12 Les politarques, bien que mis en émoi, se rendaient sans doute compte de l’exagération de l’accusat (...)

8C’est bien en revanche une tentative de procès qu’on trouve à Thessalonique10, à l’encontre de Paul et Silas, même si les juifs se sont entourés de vauriens de la lie du peuple, ont provoqué des attroupements, semé l’agitation dans la ville et attaqué la maison de Jason, un parent de Paul, chez qui logeaient les missionnaires : il s’agissait de s’emparer de Paul et de Silas et de les traduire devant le δῆμος sous l’inculpation de crimen maiestatis ; à défaut de Paul et Silas qui n’étaient pas alors dans la maison, ils traînent Jason et quelques chrétiens devant les politarques11, en criant : « Ces individus qui ont bouleversé le monde entier, les voilà maintenant ici et Jason les reçoit chez lui. Tous ces gens-là contreviennent aux édits de César, en prétendant qu’il y a un autre roi, Jésus ». L’accusation était bien le crimen maiestatis, qui pouvait conduire à la peine de mort (comme dans le cas de Jésus lui-même). Remarquons que le δῆμος ou sénat de Thessalonique, aussi bien que les politarques, s’ils pouvaient sans doute juger Jason, étaient incompétents à l’égard de Paul et Silas, citoyens romains12.

  • 13 Frère aîné du philosophe Sénèque, il était né M. Annaeus Nouatus, mais avait pris le nom de L. Iuni (...)
  • 14 Rien de commun, évidemment, entre la situation de Gallion à Corinthe et celle de Pilate à Jérusalem (...)
  • 15 Ac 18, 12-17. [Il semble surprenant que s. dockx (« Lieu et date de l’épître aux Philippiens », RB, (...)
  • 16 Rien ne permet de considérer, comme l’ont fait certains exégètes, que Gallion était animé d’un prof (...)

9 À Corinthe, la tentative de procès va tourner court, peut-être parce qu’on ne s’adresse pas ici à des magistrats locaux plus ou moins compétents, faciles à intimider et (semble-t-il) parfois piètres juristes, mais à un haut personnage. Les Actes mettent en relief l’impartialité du proconsul d’Achaïe Gallion13 : devant son tribunal à Corinthe, en 51, les juifs accusent Paul de persuader les hommes d’adorer Dieu d’une manière contraire à la Loi. Ils n’osent pas, comme à Philippes et à Thessalonique, l’accuser de se révolter contre l’Empire romain : ils ne pouvaient fournir, en matière de crimen maiestatis, de preuves capables d’ébranler un proconsul romain14. Ils s’en tiennent à une accusation plus vague : la religion juive est une religion légale, protégée par la loi romaine. Enseigner un culte à l’encontre de la loi juive, c’est violer en même temps la loi romaine. Les juifs demandent donc à Gallion de condamner Paul, qui cherchait à détruire la loi juive. D’après eux, la loi impériale devait prévenir toute tentative de corrompre une religion protégée par la loi romaine. Gallion ne se prête pas à cette ambiguïté. Sans même laisser à Paul le temps d’ouvrir la bouche pour se justifier, il déclare : « S’il était question d’une injustice ou de quelque méfait, je vous écouterais, juifs, comme de raison. Mais puisqu’il s’agit de discussions sur des mots, des noms, et sur votre loi à vous, cela vous regarde ; je ne veux pas, moi, en connaître ». Et il les renvoya de son tribunal15. Visiblement, Gallion ne distingue pas le christianisme du judaïsme : dans ce procès que les juifs veulent intenter, il voit seulement des discussions qui les opposent entre eux sur des questions qui concernent leur religion. Ces paroles laissaient-elles apparaître quelque mépris à leur égard ? Sans doute les Romains considéraient généralement sans bienveillance cette nation, qui leur semblait si étrange et volontiers turbulente, et un édit de Claude venait d’expulser les juifs de Rome. Mais nous ne savons quelle était l’attitude personnelle de Gallion. C’est forcer le sens de ces termes que d’y découvrir l’expression de l’antisémitisme que professerait le proconsul16. Celui-ci précise bien qu’il ne se refuse pas à rendre justice aux juifs, mais à condition qu’ils se plaignent d’un délit de droit commun ou d’un agissement contraire au droit. On voit bien poindre, de la part des accusateurs, la notion de religio illicita à l’encontre des chrétiens, celle qui servira plus tard à motiver les persécutions. Mais Gallion se refuse à laisser dévier la discussion sur ce terrain. Du reste la séparation des chrétiens vis-à-vis du judaïsme n’était pas encore consommée. Il estime que la souveraineté romaine n’a pas pour mission d’assurer l’orthodoxie juive, de servir de bras séculier à l’encontre de ceux qui seraient regardés comme hérétiques ; de plus, n’étant pas un expert en affaires orientales ni en théologie, il serait sans doute incapable de déterminer ce qui est ou non conforme à la religion juive, donc d’apprécier le bien-fondé ou l’inanité de l’accusation.

  • 17 Sic HENNEQUIN (L.), « Delphes (Inscription de) », DBS, 2, 369-370, qui parmi les historiens et les (...)

10 Rien ne permet d’assurer, sous prétexte que cela illustre le caractère qu’on lui prête, que Gallion, en refusant de poursuivre les débats, puis de rendre une sentence, ait agi en administrateur machiavélique, préférant les sentences équivoques aux solutions nettes et tranchées. Il est profondément injuste de lui reprocher d’avoir manqué à son devoir de magistrat en chassant Paul de son tribunal, en ne permettant même pas à l’accusé d’exposer son point de vue et de présenter sa défense, et d’avoir livré l’Apôtre et ses fidèles aux vexations de leurs ennemis17. Que ressort-il d’un examen impartial, sur le plan du droit, de cette affaire, qui se situe dans le domaine de la cognitio extra ordinem ? Gallion constate, in limine litis, que l’accusation formulée par les juifs est dénuée de fondement juridique. Sa conviction est faite et dans cette procédure extra ordinem la liberté du juge est entière. Il déclare donc que l’accusation est irrecevable et déboute les plaignants. Dès lors il serait illogique de poursuivre les débats et de donner la parole à la défense, puisqu’il n’y a plus d’accusé. Il ne reste qu’à renvoyer les accusateurs. Que Gallion n’ait pas laissé Paul ouvrir la bouche ne témoigne d’aucun manquement au droit, ni d’aucun mépris à son égard. Le proconsul prend le parti qui lui était le plus favorable : il ne pouvait mieux marquer que Paul était innocent. Aurait-il dû accepter de recevoir l’accusation, de nouer le procès, au besoin de faire arrêter le prévenu, en attendant d’avoir effectué son enquête, quitte à prononcer alors une sentence d’absolution ? L’attitude du proconsul apparaît comme dictée par l’esprit de justice et par le bon sens, bien plus certes que plus tard celle de Félix et de Festus. Elle fait honneur au sens du droit que saint Paul et saint Luc reconnaissent aux Romains. Gallion s’est précisément comporté comme aux siècles suivants, au temps des persécutions, les apologistes chrétiens le réclameront vainement des empereurs et des magistrats romains. Comment peut-on lui en faire grief ?

  • 18 Ac 18, 18.

11Ce sont certainement les Grecs païens, qui avaient assisté à l’audience et avaient peut-être maille à partir avec la colonie juive, qui se saisissent du chef de la synagogue Sosthène et le frappent. Il est invraisemblable que par dépit les juifs se soient livrés à ces voies de fait en présence du magistrat romain. Une variante, qu’on retrouve dans la Pešitta et dans l’Harkléenne, porte πάντες οἱ ῞Ελληνες, « tous les Grecs ». Que le proconsul ne s’en soit pas soucié, c’est qu’il y voyait sans doute une approbation de sa décision et qu’il estimait que cet accusateur calomnieux méritait bien cette leçon. On est mal venu de reprocher à Gallion de n’être pas intervenu en faveur de ce personnage peu intéressant. Et cela laisse deviner, par surcroît, qu’à ses yeux, Paul n’était sans doute nullement antipathique. Peut-être du reste le gouverneur avait-il été mis au courant par ses informateurs de l’activité de l’Apôtre à Corinthe : il savait dans ce cas qu’elle ne présentait aucun danger pour la souveraineté romaine et c’était une raison de plus pour ne pas admettre qu’il fût mis en accusation devant son tribunal. Saint Paul quittait le tribunal du proconsul parfaitement justifié. Ceux qui à Corinthe voudraient à l’avenir s’attaquer à lui étaient obligés de tenir compte de cet avertissement. Il est contraire à la vérité de dire que Gallion a livré Paul, ainsi que ses fidèles, aux vexations de ses ennemis. Au témoignage des Actes18, l’Apôtre a poursuivi longtemps encore son séjour dans cette cité : cela prouve qu’il y jouissait de la sécurité et de la liberté nécessaires à la proclamation du message.

12Deux « épisodes judiciaires » de la vie de saint Paul semblent bien n’être que des légendes : il s’agit du prétendu procès de Paul devant l’Aréopage d’Athènes, et de celui d’Éphèse, à la suite duquel il aurait été exposé aux bêtes.

  • 19 [É. DELEBECQUE, l. c., p. 84 : « Le mot καταγγελεύς est un hapax du N.T., mais on ne le rencontre p (...)
  • 20 Ac 17, 17-18. [Pour certains, « Résurrection » aurait été compris comme le nom d’une déesse compagn (...)
  • 21 Ac 17, 19-20.
  • 22 À Athènes, l’Aréopage (ἡ ἐν ’ Αρείῳ πάγῳ βουλή) était le tribunal le plus ancien de la cité (la lég (...)

13Lors du passage de saint Paul à Athènes, les Actes rapportent : « Il s’entretenait dans la synagogue avec les Juifs et les hommes pleins de piété, et sur l’agora, n’importe quel jour, au hasard des rencontres. Certains philosophes épicuriens et stoïciens conféraient avec lui, et quelques-uns disaient : « Qu’est-ce qu’il peut vouloir dire, ce perroquet ? » Et d’autres : « On dirait un faiseur de battage19 pour des divinités étrangères », [parce qu’il annonçait l’Évangile de Jésus et de la Résurrection]20 ». Alors, l’ayant amené à l’Aréopage, ils dirent : « Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine que tu enseignes ? Car ce sont d’étranges propos que tu nous fais entendre. Nous voudrions donc savoir ce que cela veut dire »21. Certains auteurs ont cru, à la suite de saint Jean Chrysostome, que Paul avait été traduit devant le tribunal de l’Aréopage22 afin d’y être jugé pour prosélytisme en faveur de divinités étrangères. Il aurait pu, dans ce cas, encourir la peine de mort, s’il était établi qu’il troublait la religion de l’État et voulait détruire les dieux de la cité. Certains ont même imaginé que Paul aurait parlé debout sur ce bloc de pierre qu’on appelait « la pierre du crime » (λίθος ὕβρεως), tandis que l’accusateur se serait tenu sur « la pierre de l’implacabilité (λίθος ἀναιδείας). D’autres, adoptant une position atténuée, pensent qu’il a été traduit devant l’Aréopage qui aurait joué éventuellement le rôle d’une chambre de mise en accusation, pour renseigner ce tribunal sur la nature exacte de son enseignement. La doctrine aurait paru inoffensive par son absurdité : les Grecs ne concevaient pas la possibilité d’une résurrection des morts. On n’aurait même pas jugé utile de l’expulser.

  • 23 Ac 17, 21.
  • 24 [Sur l’accusation d’impiété, cf notamment Cohen (d.), « The Prosecution of Impiety in Athenian Law  (...)
  • 25 [Pour é. delebecque, l.c., p. 84, ce verbe, chez Luc, suggère en général une certaine vivacité, pas (...)
  • 26 Ac 17, 22-31.
  • 27 Ac 17, 32. [Cf bibliographie dans Temps apostoliques, p. 214. m. – f. baslez, Saint Paul, p. 158 (e (...)

14Mais d’abord, il n’est nullement certain que Paul ait comparu devant le tribunal de l’Aréopage : Άρειος Πάγος peut désigner aussi bien cette juridiction que la colline d’Arès elle-même, où l’on pouvait converser plus aisément. Tous les termes de ce récit excluent un procès. Lorsque les philosophes stoïciens et épicuriens demandent à l’Apôtre de leur expliquer cette nouvelle doctrine qu’il enseigne, Luc fait cette remarque : « Tous les Athéniens en effet, et les étrangers résidant parmi eux, n’avaient d’autre passe-temps que de dire ou d’écouter du nouveau23 ». Il n’est pas question d’enquête, ni de convocation, ni d’acte d’accusation (ç’aurait été celle d’impiété, ἀσεβείας γραɸή, particulièrement grave24). Le terme έπιλαβόμενοι signifie soit : « s’étant emparés de lui », soit « l’ayant pris amicalement par la main »25. Dans le premier cas, ce terme serait dépourvu de sujet, car on n’imagine pas les philosophes faisant office de policiers et procédant à l’arrestation. Cela exclut le premier sens et ne laisse que la possibilité du second. Le discours de Paul26 est un exposé philosophique et religieux, non un plaidoyer pour sa défense. Il ne s’adresse pas aux aréopagites, mais aux Athéniens en général. On n’a nullement l’impression du déroulement d’un procès. Tout se termine lorsque Paul évoque la résurrection des morts, non par une sentence judiciaire, mais par des moqueries ou par ces paroles d’aimable dédain : « Nous t’entendrons là-dessus une autre fois »27.

  • 28 [Sur Éphèse et les séjours qu’y fit saint Paul, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 186, n. 1 (...)
  • 29 Ac 19, 31.

15 À Éphèse28, les Actes ne nous rapportent que le début d’émeute déclenché par les orfèvres, excités par un certain Démétrius, fabricant de temples d’Artémis en argent, qui redoutait, si la prédication de Paul réussissait, la fin ou le déclin d’un commerce lucratif. La foule surexcitée se réunit en masse au théâtre, entraînant deux compagnons de Paul, Gaïus et Aristarque ; Paul, qui souhaitait parler au peuple, en a été dissuadé par ses disciples et par certains asiarques, « qui l’avaient en amitié »29. Le terme d’asiarques désignait ceux qui avaient présidé le κοινὸν ’ Ασίας, l’assemblée provinciale d’Asie, composée de délégués nommés par les villes de la province : ils se réunissaient chaque année pour célébrer le culte de Rome et d’Auguste et les jeux donnés à ce propos. Ils pouvaient à cette occasion émettre des adresses, auxquelles le pouvoir impérial accordait une grande importance politique. Ces asiarques ou grands prêtres de l’Asie étaient de très grands personnages, qui avaient exercé les magistratures les plus importantes de leur cité, et avaient été désignés aux suffrages de leurs concitoyens par l’illustration de leurs ancêtres et l’importance de leur fortune personnelle. Après l’expiration de leur fonction, ils conservaient cette dénomination à titre honorifique. Lors de l’émeute des orfèvres, certains de ces asiarques font donc prier Paul de ne pas se risquer au théâtre, où s’était illégalement assemblée la foule déchaînée, qui menaçait de le lyncher. Sans doute n’étaient-ils pas convertis, mais ils appréciaient l’élévation de pensée de l’Apôtre.

  • 30 Ac 19, 32.
  • 31 Ac 19, 35-40.
  • 32 [Cf DELEBECQUE (É.), l. c., p. 95-96, pour une analyse du style et du vocabulaire de ce discours.]

16Au théâtre, « on poussait ici et là des clameurs contradictoires, l’assemblée étant en pleine confusion ; et la plupart ignoraient la raison de leur rassemblement »30. L’émeute fut calmée par l’intervention très ferme d’un autre haut personnage, le secrétaire ou « grammateus » (γραμματεύς)31. Sans doute s’agit-il du secrétaire de l’assemblée (γραμματεύς τοῦ δῆμου), plutôt que de celui du Conseil (τῆς βουλῆς), ou de celui du Sénat (τῆς γερουσίας), qui étaient personnages moins importants. Chargé de préparer et de rédiger les décrets de l’assemblée, il proposait l’objet de ses délibérations et prenait part au recrutement du Conseil. Ses fonctions en faisaient en fait le chef de la cité d’Éphèse, bien qu’officiellement les stratèges fussent au-dessus de lui. C’est ce qui explique son intervention, qui relève des devoirs de sa charge ; assurément l’assemblée était irrégulière, et il est donc venu exercer son influence pour mettre un terme à cette irrégularité. Resté païen, il n’hésite pas, dans son habile discours32, à exalter la déesse Artémis pour flatter la vanité de la foule, ramener le calme et disperser cette assemblée illégale. Mais en passant il justifie Paul et les chrétiens d’Éphèse : « ces hommes que vous avez amenés ne sont coupables ni de sacrilège, ni de blasphème envers notre déesse ». Tout en prêchant la doctrine chrétienne, Paul et les autres prédicateurs avaient soin de ne pas prononcer de paroles outrageantes à l’égard de la déesse Artémis.

17Le secrétaire, avec calme et fermeté, rappelle les manifestants à la légalité, et leur fait entrevoir les risques auxquels les expose leur conduite : « si Démétrios et les artisans de sa maison ont une chose à dire contre quelqu’un, il y a des jours d’audience, il y a des proconsuls ; qu’on s’intente entre soi des accusations. Mais, si vous avez quelque désir de pousser plus loin, que la solution appartienne à l’assemblée légale. Nous risquons en effet une accusation d’émeute pour celle d’aujourd’hui, puisqu’il n’existe aucun motif qui nous permette de rendre compte de cette manifestation ». Cette agitation pourrait en effet être considérée comme portant atteinte à l’autorité romaine (surtout, encore une fois, dans la mesure où cette foule voulait lyncher un citoyen romain), ce qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences pour la cité d’Éphèse ; les auditeurs, qui le savaient, se sont calmés et sont rentrés chez eux.

  • 33 Ac 20, 1.
  • 34 [Pour A. DECAUX, L’avorton de Dieu. Une vie de saint Paul, Paris, 2003 (ouvrage de vulgarisation, m (...)
  • 35 weiss (j.), Beiträge zur paulinischen Rhetorik, Göttingen, 1897.
  • 36 belser, Apostelgeschichte, Vienne, 1905.
  • 37 Rm 16, 4. [Mais saint Paul ne précise nullement où et dans quelles circonstances Aquila et Priscill (...)
  • 38 feine, Die Abfassung des Philiperbriefs in Ephesus, Gütersloh, 1916.
  • 39 Épîtres aux Colossiens, à Philémon, aux Éphésiens et aux Philippiens. [Sur ces épîtres, bibliograph (...)

18Cette attitude des autorités éphésiennes rend peu vraisemblable l’hypothèse d’un procès fait à Paul à la suite de ces événements ; les Actes nous disent d’ailleurs que Paul, « ayant fait venir les disciples et les ayant exhortés, les embrassa et s’en alla poursuivre sa route vers la Macédoine »33, sans un mot sur d’autres péripéties. Certains cependant ont évoqué une captivité de Paul à Éphèse34, ainsi qu’une condamnation aux bêtes, à laquelle il aurait échappé. D’après J. Weiss, c’est à l’occasion de l’émeute des orfèvres que saint Paul, accusé d’être la source de ces troubles, aurait été exposé aux bêtes par voie d’exécution sommaire35. Belser36 croit que dans une autre émeute de la populace éphésienne, l’Apôtre, malgré son titre de citoyen romain, aurait été traîné à l’amphithéâtre et c’est alors qu’Aquila et Priscilla lui auraient sauvé la vie, « en exposant eux-mêmes leurs têtes »37. Et à la suite de Feine38, divers exégètes ont soutenu que l’Apôtre aurait subi à Éphèse un long emprisonnement, terminé par une condamnation aux bêtes, à laquelle il aurait d’ailleurs échappé. L’épître aux Philippiens aurait été écrite pendant cette captivité et se rapprocherait davantage des grandes épîtres. L’allusion à la libération prochaine ne viserait pas la captivité romaine. Pour certains, les quatre « épîtres de la captivité39 » auraient été écrites au cours de cet emprisonnement à Éphèse. Cela augmenterait l’obscurité des dernières années de saint Paul, puisqu’on ne pourrait se fonder sur ces épîtres pour y puiser quelques informations, même fragmentaires.

  • 40 [Acta Pauli, IX, (Écrits apocryphes chrétiens, p. 1151-1161) ; l’épisode d’Éphèse, dont l’existence (...)
  • 41 La comparaison entre la cruauté des païens et celle des fauves est traditionnelle : on la trouve à (...)
  • 42 [Tout aussi imaginaire est, pour la même raison, la condamnation de Paul « aux mines » (Acta Pauli, (...)

19Cette captivité nous paraît dénuée de fondement, et ne repose que sur des informations de second ordre. Les sources semblent bien des légendes rapportées dans les Actes apocryphes de Paul40, et dont le point de départ est une interprétation littérale de 1 Co 15, 32 : « Si c’est dans des vues humaines que j’ai livré combat contre les bêtes à Éphèse, que m’en revient-il ? », ce qu’il faut entendre dans un sens métaphorique41. Or, il est invraisemblable qu’un citoyen romain ait été condamné ad bestias : ce genre de peine ne pouvait être appliqué qu’à un pérégrin42. Une condamnation à mort ne pouvait émaner que du gouverneur et Paul pouvait même demander à être jugé directement par le tribunal impérial (ce qu’il fera plus tard). Et à cette époque, les gouverneurs romains ne persécutaient pas les chrétiens. De plus, nous savons que certains asiarques étaient favorables à l’Apôtre : sans doute se seraient-ils bien gardés de le livrer au gouverneur.

  • 43 [Il serait la « bête cornue » d’Ap 13, 11-15, selon schwartz (j.), « Ti. Claudius Balbillus, préfet (...)
  • 44 [BASLEZ (m. – f.), l. c., p. 215-217]

20[Pour Mme Baslez, qui place en 51-54 le séjour éphésien de Paul, la conjoncture aurait été défavorable à Paul pendant l’hiver 53- 54 avec le passage à Éphèse de Ti. Claudius Balbillus, préfet d’Égypte en 55, mais aussi homme d’influence « qui alliait le charisme du thaumaturge aux préjugés de l’intellectuel antisémite »43. Paul aurait, « semble-t-il, désigné l’auteur de ses malheurs. Par une expression codée, volontairement énigmatique et ambiguë, que seuls les destinataires pouvaient comprendre : c’était une tradition de la diatribe et du genre épistolaire antique. Quand il indique que la menace de mort qui a pesé sur lui à Éphèse lui est venue sous forme de « réponse » émanant de la bureaucratie impériale (2 Co, 1, 9), il ne peut prendre ce terme dans son sens technique de confirmation en appel envoyée de Rome car, dans ce cas, la sentence de mort aurait été immédiatement exécutoire – or elle n’a pas eu lieu. Paul paraît plutôt faire une allusion discrète mais précise à la personne de Balbillus que l’amitié et la faveur de Claude avaient promu au rang d’officier de liaison entre les cités grecques et la cour, rédacteur (ad responsa) des « réponses » officielles à leurs sollicitations ou à leurs questions »44. L’hostilité de Balbillus aurait pu peut-être faire momentanément échec à la sympathie des asiarques, mais on voit mal un préfet en route vers sa province fomenter des émeutes dans l’Empire (et aucun procès officiel contre Paul ne pouvait aboutir à une condamnation ad bestias). Peut-on d’autre part être sûr que les Corinthiens connaissaient suffisamment Balbillus et ses déplacements pour percer le code ? Mais si Balbillus a vraiment joué un rôle dans les « tribulations » de Paul en Asie, et s’il apparaissait vraiment aux chrétiens comme une « bête » monstrueuse, le « combat contre les bêtes » de Paul ne pourrait-il être simplement une allusion à cet affrontement ?]

  • 45 [Il y a parfois des rémissions, quand les condamnés sont trop nombreux et les bêtes apparemment las (...)
  • 46 [baslez (m. – f.), l. c., p. 215-220.]

21Même si on admet que cette condamnation ait été prononcée lors d’un autre séjour de saint Paul à Éphèse, ou qu’on ait été en présence d’une tentative d’exécution sommaire due à la populace, le silence de Luc reste inexplicable. Cela supposerait un miracle plus éclatant encore que ceux qui sont rapportés dans les Actes. Jamais un condamné ne sortait vivant d’une exposition aux bêtes45. Et même dans l’hypothèse où la condamnation n’aurait pas été exécutée, mais où l’Apôtre aurait subi un long emprisonnement, saint Luc aurait dû parler nécessairement de cet épisode, plus important que bien d’autres qu’il mentionne. [Mme Basiez, qui croit à la réalité du « combat contre les bêtes », ne dit rien sur la façon dont Paul aurait pu en réchapper et semble hésiter : « même après condamnation, le gouverneur pouvait encore faire sortir le malheureux de l’amphithéâtre s’il était convaincu de son statut de citoyen ; mais la foule s’obstinait parfois à exiger son spectacle et le gouverneur finissait par céder à ses pressions... »46. Une fois les bêtes lâchées, il n’y avait plus rien à faire. Inversement, Paul aurait-il dit « avoir combattu contre les bêtes » s’il avait simplement été menacé d’un tel sort ?].

  • 47 [Pour decaux, l. c., il n’y a qu’un procès à Rome, qui se termine par la condamnation et le martyre (...)

22Venons-en enfin aux épisodes judiciaires les plus importants de la carrière de Paul, les deux procès « romains »47, les plus intéressants juridiquement, les seuls véritables procès.

  • 48 Sur le naziréat, Nb 6, 1-21.
  • 49 1 Co 9, 20 ;
  • 50 La date de l’arrestation de Paul se déduit des Actes, plus précisément de « la relation du voyage d (...)
  • 51 Ac 21, 27-29.

23En 58, saint Paul se rend à Jérusalem pour y apporter le produit de la collecte qu’il vient de faire dans les diverses Églises. Il reçoit bon accueil de Jacques et de la communauté. Toutefois, des rumeurs circulaient, qui le représentaient conseillant aux juifs de la Dispersion d’abandonner la circoncision et les coutumes traditionnelles. Pour y couper court, Jacques et les presbytres lui demandent de se purifier au Temple avec quatre chrétiens qui avaient fait un vœu de naziréat48. Saint Paul, qui considérait qu’il fallait « se faire juif avec les juifs »49, y condescendit. Le temps de la purification touchait à sa fin, quand, à la pentecôte50, des juifs d’Asie reconnaissent saint Paul et ameutent la foule, en déclarant qu’il prêchait contre la Loi et qu’il avait introduit des païens dans le Temple : ils l’avaient rencontré dans la ville en compagnie de l’Éphésien Trophime, qui n’était effectivement pas juif, mais grec51.

  • 52 [Sur les trois parvis du Temple, le parvis intérieur n’est accessible qu’aux prêtres et aux lévites (...)
  • 53 [On ne peut souscrire à l’opinion de j. mélèze-modrzejewski, « Les tourments de Paul de Tarse », (...)

24[L’accusation est sans nul doute calomnieuse : les accusateurs ne se sont emparés que de Paul (qui, en tant que juif, avait parfaitement le droit d’entrer au Temple), et non « des Grecs » (au pluriel, alors qu’il semble bien n’y avoir dans ce cas parmi les amis de Paul que le seul Trophime) qu’ils prétendent avoir vus (peut-on croire qu’ils n’en auraient pas au moins capturé un ?). Une telle violation du Temple52 de la part de Paul paraît bien invraisemblable. Comment l’homme qui avait pris soin, à Éphèse, pour ne pas compromettre sa mission, de ne pas insulter Artémis mais de la laisser simplement hors de ses propos, l’homme qui devant le Sanhédrin va se vanter de sa qualité de juif et de pharisien, fils de pharisien, aurait-il eu l’idée, à l’égard du Temple, d’une provocation stupide, qui n’aurait pu que susciter, outre peut-être sa perte et celle de ses compagnons, une recrudescence de haine locale envers le christianisme ? Invraisemblable aussi l’idée qu’il ait ainsi risqué d’envoyer Trophime à la mort, pour rien53 ; or comme tout le monde à Jérusalem, il connaissait nécessairement le statut du Temple.]

  • 54 josèphe, Ant., 15, 11, 5, et Guerre, 5, 5, 2 et 6, 2, 4. Deux inscriptions en grec avec cette inscr (...)
  • 55 Comme le rappelle j. mélèze-modrzejewski, « Les tourments... », l’interdiction des temples aux étra (...)
  • 56 M. Meila, 6, 1 ; B Meila, 20 a.

25Pour calomnieuse qu’elle fût, l’accusation n’en était pas moins mortellement dangereuse. En effet, dans le parvis des gentils, accessible à tous, une inscription en grec et en latin figurait à l’entrée, barrée par un petit mur, de l’escalier qui conduisait à la terrasse sur laquelle était construit le sanctuaire54 : « Que nul étranger ne pénètre à l’intérieur de la barrière et de l’enceinte qui entoure le Temple. Celui qui sera pris s’imputera à lui-même que mort s’ensuive »55. [À l’époque romaine, il est évident que les lévites n’ont plus le droit de procéder à l’exécution sommaire et immédiate ; mais le coupable sera nécessairement condamné par l’autorité romaine, puisque Rome n’a pas jugé utile de modifier la règle. Dans la pratique, il est clair ici que la foule n’a pas l’intention d’attendre un procès, mais bien de lyncher Paul sur place, ce qui est d’ailleurs une extension curieuse de la règle : les pancartes ne visent que l’étranger qui sera entré, et ne disent mot du juif qui les aurait introduits ; certes, la Mišna(h), en matière de profanation, assimile l’incitation au crime lui-même56, mais il paraît douteux que Rome ait accepté une telle extension].

  • 57 Cf ch. III. [On a fréquemment souligné que Paul avait manifestement une solide connaissance du droi (...)

26Alors qu’on s’apprête à mettre Paul en pièces, le tribun militaire Claudius Lysias, avec quelques troupes, l’arrache des mains des émeutiers (la forteresse Antonia jouxtait le Temple), le fait enchaîner, tente sans succès de s’informer dans le tumulte et ordonne à ses hommes de porter Paul en sûreté dans la forteresse tandis que la foule hurle « À mort ! ». Paul s’adresse en grec au tribun (fort surpris) et lui demande la permission de parler à la foule, à laquelle il entreprend d’expliquer qui il est ; lorsqu’il en arrive à l’ordre reçu du Christ sur le chemin de Damas (« Poursuis ta route, parce que je vais te renvoyer, moi, au loin, chez les païens »), les cris de mort reprennent, avec l’agitation, et le tribun n’a que le temps de faire entrer Paul dans l’Antonia, en ordonnant, sans autre forme de procès, de lui donner la question par le fouet. C’est alors que Paul invoque sa qualité de citoyen romain57.

  • 58 Il avait été nommé en 47 par Hérode de Chalcis. Josèphe rapporte à son propos, après sa destitution (...)
  • 59 Ac 23, 2-3. Ananie devait en effet être assassiné par les zélotes en septembre 66, au commencement (...)
  • 60 Ac 23, 4-5. [Paul, soit qu’il n’ait réellement pas identifié le grand prêtre, soit qu’il manie l’ir (...)

27Lysias le fait alors comparaître, libre de ses chaînes, devant le Sanhédrin ; il ne s’agit pas d’un procès, mais d’une mesure d’information, décidée par le tribun, qui cherche à comprendre de quoi exactement Paul est accusé. Le Sanhédrin est présidé par le grand prêtre Ananie, fils de Zébédée58. Dès que Paul ouvre la bouche pour se justifier, reparaît la haine des sadducéens à l’encontre des chrétiens. Le grand prêtre ordonne aux exécuteurs qui étaient auprès de lui de frapper l’Apôtre sur la bouche, en violation des règles les plus élémentaires de procédure prescrites par la Tora(h). Le tribun dut être stupéfait en entendant cet homme, qui n’était sans doute qu’un pérégrin, donner l’ordre de frapper un citoyen romain. Paul prédit au grand prêtre qu’il encourra la vengeance divine, pour cette offense au droit : « Dieu te frappera, toi, muraille récrépie ! Eh quoi ! tu sièges pour me juger selon la Loi, et au mépris de la Loi, tu me fais frapper ! »59. Aussitôt une partie du Sanhédrin se scandalise : « Ceux qui se tenaient auprès dirent : « Tu insultes l’archiprêtre de Dieu ? ». Paul dit : « J’ignorais, frères, que c’était l’archiprêtre, puisqu’il est écrit : Tu ne parleras pas mal d’un chef de ton peuple »60.

  • 61 Ac 23, 6.

28Paul met aussitôt à profit les divergences doctrinales entre pharisiens et sadducéens pour diviser l’assemblée : « Frères, je suis pharisien, fils de pharisien ; c’est à cause de notre espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement »61. Des auteurs lui ont reproché de s’être ainsi déclaré pharisien. C’est oublier que partout et toujours Paul se fait une gloire d’appartenir au peuple juif, au peuple élu, et parmi les juifs à un parti qui professait les grands principes de la Révélation, l’immortalité de l’âme, l’existence des anges, la vie à venir et la résurrection. Il pouvait se déclarer pharisien, comme ceux qui soutenaient ces vérités, à l’encontre des sadducéens qui niaient l’existence des esprits et l’immortalité de l’âme.

  • 62 Ac 23, 9.

29Les paroles de Paul produisirent immédiatement leur effet. Les scribes pharisiens, qui constituaient la majorité de ce groupe du Sanhédrin, prennent aussitôt la parole pour défendre leur doctrine. Il y eut donc une grande clameur. Quelques-uns d’entre eux se levèrent même et protestèrent avec énergie : « Nous ne trouvons rien de mal en cet homme. Et si un esprit lui avait parlé ? ou un ange ? »62. C’est donc un petit groupe parmi les scribes qui proclame l’innocence de saint Paul. Il semble que ces scribes, plutôt que de former un parti bienveillant au message chrétien, aient été entraînés par la logique des idées. Comme Paul parle de la résurrection des morts, il apparaît à l’ensemble des pharisiens qu’on ne peut le condamner : cela risquerait de paraître une condamnation de leurs doctrines. Quelques-uns d’entre eux, dans le feu de la discussion, émettent cette hypothèse qu’un esprit ou un ange a pu lui parler. Peut-être est-ce une allusion au récit qu’avait précédemment fait Paul devant la foule des juifs, que Jésus de Nazareth lui était apparu sur le chemin de Damas. Ces scribes interprètent cette vision à leur façon : ils ne voient dans celui qui était apparu à Paul qu’un esprit ou un ange, et non Jésus de Nazareth qui était ressuscité. Il reste qu’ils ne manifestent pas d’hostilité vis-à-vis de la personne de l’Apôtre, en qui ils reconnaissent un pharisien authentique. Mais ils sont minoritaires.

  • 63 [BASLEZ (m. – f.), l. c., p. 256-257.]
  • 64 Ac 23, 10-24. [L’escorte compte deux cents soldats, avec soixante-dix cavaliers et deux cents « lan (...)
  • 65 Ac 23, 26-30. [Lysias « arrange » quelque peu le rôle qu’il a joué au début face à un citoyen romai (...)

30Comme la discussion gagnait en violence, sans pouvoir assurément éclairer Lysias sur le chef d’accusation, le tribun, craignant que les sanhédrites ne mettent Paul en pièces, fait descendre la troupe pour l’enlever au milieu d’eux. Là-dessus, plus de quarante juifs (manifestement des Zélotes63) forment un complot, s’engagent sous peine d’anathème à ne manger ni boire avant d’avoir tué Paul – curieuse déviation du sentiment religieux-. Les grands prêtres et les Anciens (donc les sadducéens) acceptent d’entrer dans ces vues et de faciliter cet assassinat. Mais Lysias, averti par le neveu de Paul, prend l’initiative d’expédier Paul à Césarée au procurator Félix, avec une forte escorte pour éviter tout guet-apens64 : manifestement il ne veut pas courir de risque au sujet de ce citoyen romain mêlé à une affaire à laquelle lui, le tribun, ne comprend pas grand chose. Lysias envoie aussi à Félix un rapport : « Claudius Lysias à Son Excellence le procurateur Félix, salut. Cette personne, capturée par les juifs, allait être mise à mort par eux. Je suis intervenu avec ma troupe et, apprenant qu’il est un Romain, je l’ai délivré. Voulant découvrir la raison pour laquelle ils l’accusaient, je l’ai fait comparaître devant leur Sanhédrin, et j’ai trouvé qu’on l’accusait sur des questions touchant leur Loi, mais qu’il n’encourait aucune charge entraînant la mort ou la prison. Mais comme on m’a dénoncé que se préparait une machination contre lui, sur le champ je te l’envoie en donnant l’ordre aux accusateurs également de dire leurs griefs devant toi »65.

  • 66 [Cf bibliographie sur la cognitio dans Temps apostoliques, p. 188, n. 3.]

31Cinq jours plus tard, Ananie, avec quelques Anciens et l’avocat Tertullus, arrive à Césarée. Le procès régulier va commencer. Son déroulement donne à première vue l’impression qu’on est en présence de la procédure accusatoire. Félix invite les grands prêtres et les anciens à se porter accusateurs (Festus, plus tard, fera de même) : le grand prêtre Ananie, devant le tribunal de Félix, se fait même assister par l’avocat Tertullus. Normalement, l’accusateur devait soutenir lui-même son réquisitoire. Il est vrai qu’Ananie pouvait prétendre qu’il ne parlait pas le grec avec assez d’aisance. Mais la procédure suivie est différente de la procédure accusatoire qui se déroulait devant les quaestiones perpetuae, où le jury avait un rôle passif et se bornait à marquer les points dans le débat entre l’accusation et la défense. Tertullus invite lui-même Félix à interroger le prévenu, pour reconnaître le bien-fondé des accusations. Sans doute cet interrogatoire n’était pas inconnu de la procédure accusatoire, mais ici on a le sentiment qu’il constitue l’essentiel des débats, avec les vérifications qui résultent de l’enquête. Le procurator a un rôle actif et dispose en effet du pouvoir d’enquête, en tant qu’il a reçu du prince délégation de l’imperium. La procédure mise en œuvre est la procédure inquisitoire, qualifiée de cognitio, dont usent les gouverneurs de province66. On peut admettre des accusateurs, mais le rôle essentiel est détenu par le magistrat, qui recherche lui-même la vérité. Et c’est ce que nous constatons en examinant les débats.

  • 67 [Cf seston (w.), « L’empereur Claude et les chrétiens », RHPhR, , 3, 1931, p. 275- 304, particulièr (...)
  • 68 C’est à cette occasion que les Actes font connaître la dénomination que les juifs donnaient aux chr (...)
  • 69 Ac 24, 5-8 [(version « longue », restituée par E. Delebecque, citée ici entre < >).]

32Le grand prêtre dépose devant Félix une plainte (ἒγκλημα) contre Paul, en l’accusant de susciter des troubles dans le monde entier67 : c’est le représenter comme un agitateur politique, contrariant la souveraineté romaine, c’est invoquer contre lui le crimen maiestatis. Ananie et Tertullus le qualifient de chef de la secte des nazaréens68 et ajoutent qu’il a même essayé de profaner le Temple, s’efforçant de soutenir l’accusation par une plaidoirie. [Comme pour le Christ, le chef d’accusation a été modifié, de façon à intéresser davantage l’autorité romaine. Tertullus et les plaignants, qui ignorent la lettre de Lysias à Félix, vont tenter de déformer les faits et, semble-t-il, de calomnier Lysias : selon la « version longue » des Actes, Tertullus affirma : « Ayant trouvé en cet homme une peste, un homme qui soulève des émeutes pour tous les Juifs de l’univers, le chef de file de la secte des Nazôréens, un homme qui, de surcroît, a tenté de profaner le Temple, mais aussi que nous avons pris de force <et voulu juger selon notre Loi, -mais, survenu, le tribun Lysias, avec une grande violence, l’a tiré de nos mains et emmené, non sans avoir donné l’ordre que ses accusateurs viennent devant toi->, un homme duquel, une fois que tu auras toi-même procédé à son interrogatoire sur tous ces faits, tu pourras découvrir ce dont nous l’accusons, nous »69.]

  • 70 [delebecque (é.), « Saint Paul avec ou sans le tribun Lysias en 58 à Césarée (Actes, XXIV, 6-8) », (...)
  • 71 [baslez (m. – f.), l. c., p. 259.]
  • 72 [josèphe, Guerre juive, 2, 12. Le récit de Josèphe assez confus, n’indique pas ce qui était exactem (...)

33[À l’évidence, Tertullus ment effrontément : ceux qui se sont saisis de Paul ne voulaient nullement le juger selon la loi juive (ce qui aurait déjà été illégal envers un citoyen romain), mais bien le tuer, ce qui a suscité l’intervention de Lysias ; celui-ci n’a fait que son devoir de responsable du maintien de l’ordre70. Certes, « l’intervention du tribun représentait pour les Juifs un déni de justice » et on peut croire qu’à leurs yeux, « le cas du tribun Céler, où l’empereur Claude avait donné raison aux autorités de Jérusalem, servait de référence »71 ; Mais c’est là une vue évidemment partiale, et il paraît tout à fait excessif, même si c’est ce qu’a pu tenter Tertullus, par une astuce d’avocat, de rapprocher le cas de Lysias de celui du tribun Celer au temps de l’empereur Claude : lors des affrontements entre Galiléens et Samaritains où un pèlerin galiléen avait été tué, Celer, comme le procurateur Cumanus, avait été apparemment incapable de rétablir l’ordre et de maîtriser la situation, qui avait dégénéré en troubles, bagarres et brigandages généralisés ; le légat de Syrie Quadratus avait fait crucifier ou décapiter plusieurs meneurs et envoyé à Rome les principaux chefs juifs et samaritains, ainsi que Cumanus et Celer, pour que l’empereur tranche l’affaire. Claude avait tranché en faveur des juifs et exilé Cumanus ; « quant à Celer, il le renvoya à Jérusalem chargé de chaînes, ordonna de le livrer aux coups des Juifs et, après l’avoir traîné sur tout le pourtour de la cité, de lui couper la tête »72. Mais il n’y a pas de commune mesure entre un officier qui laisse dégénérer des incidents au point de mettre le pays à feu et à sang, et celui qui, comme Lysias, évite au contraire une émeute et un ou plusieurs meurtres par la rapidité de son intervention.]

  • 73 [Sur la carrière de Félix, cf ch. VII.]
  • 74 Ac 24, 10-21.

34Félix invite alors Paul à parler, d’un signe de tête, et l’Apôtre répond : « Sachant que, depuis bien des années, tu es juge pour cette nation73, c’est avec confiance que je présente la défense de ma cause, parce que tu peux découvrir qu’il ne s’est pas écoulé plus de douze jours depuis celui où je suis monté, pour m’y prosterner, à Jérusalem, qu’on ne m’a trouvé, ni dans le Temple m’entretenant avec qui que ce soit ou créant de la tension dans un attroupement, ni dans les synagogues ni par la ville, et que, même, ils sont incapables de <rien> te mettre sous les yeux sur ce dont ils m’accusent à présent. Je reconnais cependant ceci devant toi : c’est selon la Voie, appelée par eux une secte, que je rends un culte au Dieu de nos Pères… Je suis venu pour faire des aumônes destinées à mon peuple, ainsi que des offrandes, au cours desquelles je fus trouvé purifié, dans le Temple, sans attroupement ni tumulte, mais, si je le fus, c’est par certains Juifs venus d’Asie, lesquels auraient dû être présents devant toi et faire leur accusation de tout ce qu’ils avaient contre moi. Ou alors qu’ils disent, ceux ici présents, quel délit ils ont trouvé en moi placé devant le Sanhédrin, à moins qu’il ne s’agisse de cette seule parole que j’ai clamée quand je fus debout au milieu d’eux : Si je suis jugé, moi, aujourd’hui, devant vous, c’est à cause de la résurrection des morts »74.

  • 75 Ac 24, 22. De même, quand Festus exposera le cas de Paul au roi Agrippa II, il se dira embarrassé p (...)
  • 76 LEMOSSE (M.), Cognitio, Paris, 1944, p. 57-59.
  • 77 AC 28, 18.

35Félix qui, d’après les Actes, était « instruit des choses de la Voie », devait déjà avoir une idée assez claire de l’affaire avec ces deux déclarations et la lettre de Lysias. Mais il ne va pas trancher tout de suite ; il convient de faire une enquête, et il renvoie l’affaire à plus tard, avec une déclaration caractéristique, « Quand le tribun Lysias sera descendu, διαγνώσομαι »75. Or, διαγνώσομαι signifie à la fois « je rendrai une sentence », et « j’instruirai votre affaire », comme le traduit judicieusement M. le chanoine Osty. Διαγιγνώσκειν et le substantif διάγνωσις correspondent exactement aux termes latins cognoscere et cognitio. Ils s’opposent à κρίνειν, qui désigne l’acte du juge qui se borne à prononcer une sentence, d’après les preuves que les parties ont apportées à leur guise. Διαγνώσομαι, διάγνωσις s’appliquent à l’acte du juge qui a un rôle actif, recherche lui-même la vérité, procède à une enquête, pénètre la situation de chacun, et ainsi éclairé rend alors sa sentence76. De même, plus tard, lorsqu’à Rome saint Paul convoquera les notables de la communauté juive, il ne dira pas qu’après l’accusation, sa défense l’a innocenté, mais qu’après enquête (littéralement : après avoir procédé à des interrogatoires, qui apparaissent comme le pivot du procès, ἀνακρίσαντες), les Romains voulaient le relâcher, parce qu’il n’y avait rien en lui qui méritât la mort77. Saint Paul et le rédacteur des Actes ont bien saisi le trait essentiel de cette procédure de la cognitio, aussi bien devant le tribunal du procurator que devant le tribunal impérial. Remarquons que dans tous ces débats, l’attitude de l’Apôtre et celle des juifs laissent entendre que le procurator détenait le ius gladii, même à l’encontre d’un citoyen romain. Il est du reste possible que dans ce denier cas la sentence de mort dût être ratifiée par le gouverneur de Syrie.

  • 78 À vrai dire, et malgré l’affirmation de J. mélèze-modrzejewski, l. c., p. 411 (« le Sanhédrin a cer (...)
  • 79 Ac 24, 26.
  • 80 Ac 24, 27.
  • 81 [La prison en tant que peine n’existe pas en droit romain. Cf rivière (y.), « Carcer et vincula : L (...)

36Mais Félix ne va mettre aucun zèle à faire son enquête. Il a certes interrogé Paul à plusieurs reprises, y compris sur ses conceptions religieuses, et on peut supposer qu’il a entendu les éventuels témoins de l’accusation78. Mais il s’est bien gardé de faire « descendre » à Césarée le tribun Lysias, ce qui a dû soulager les accusateurs ; il n’avait d’ailleurs pas vraiment besoin d’un nouveau témoignage du tribun, puisqu’il avait sa lettre. Félix a des raisons personnelles (et inavouables) pour faire traîner l’affaire ; sachant que Paul apportait à Jérusalem le produit d’une collecte, il espère que Paul achètera sa liberté79. On sait que cette attente va durer deux ans, jusqu’au départ de Félix pour Rome, lors duquel, « comme il voulait se constituer du côté des Juifs un fonds de gratitude, il avait laissé Paul emprisonné »80 ; il s’agit bien sûr d’une détention préventive81, et cette captivité a dû être assez douce, mais elle s’est scandaleusement prolongée, de façon anormale.

  • 82 Festus est le seul gouverneur de Judée auquel Josèphe ne reproche rien. On peut penser qu’à l’inver (...)

37Le nouveau procurator, Porcius Festus, va montrer, au moins au début, un peu plus de sens de la justice82.

  • 83 Ananie a été déposé en 59 et remplacé par Ismaël, fils de Phabi. Le pluriel employé par les Actes l (...)
  • 84 Saint Luc évoque à nouveau (Ac 25, 3) un projet d’embuscade sur le trajet entre Césarée et Jérusale (...)
  • 85 Ac 25, 16.

38 À peine arrivé, il « monte » à Jérusalem, et aussitôt les grands prêtres83 et les notables juifs réitèrent leurs accusations contre Paul, demandant qu’il soit amené à Jérusalem84, et essayant de se le faire livrer. Festus répond : « Ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un accusé, qu’il n’ait été confronté avec ses accusateurs et qu’il n’ait eu la faculté de se défendre contre l’accusation »85. Et il les invite à se porter accusateurs devant son tribunal de Césarée.

  • 86 AC 25, 19.

39Après les débats, il reconnaît qu’ils n’ont chargé Paul d’aucun des crimes dont il le soupçonnait – vraisemblablement de provoquer la sédition ou au moins de susciter des troubles au préjudice de l’autorité romaine ; le débat porte uniquement sur la religion juive, et « sur un certain Jésus, qui est mort et que Paul affirme être encore en vie »86. Exposant ainsi l’affaire à Agrippa un peu plus tard, Festus ajoute qu’il s’est aussitôt rendu compte de l’innocence de Paul, mais qu’il ne peut relâcher celui-ci puisqu’il a demandé à être jugé par l’empereur. Mais on se demande pourquoi Festus n’a pas alors prononcé auparavant cette sentence d’absolution. En réalité, il veut se donner bonne conscience, maintenant qu’il est délivré d’une pesante alternative : ou suivre sa conscience d’honnête magistrat romain et s’attirer la haine des juifs, ou se les concilier et condamner un innocent. Et l’on peut se demander ce qui serait arrivé si Paul avait été pérégrin : le Sanhédrin ne se serait pas contenté d’une condamnation mineure et seul le procurateur pouvait prononcer une condamnation à mort ; devant l’insistance et même les menaces plus ou moins déguisées du Sanhédrin, aurait-il résisté jusqu’au bout, ou cédé, comme Ponce Pilate, à la fois par crainte personnelle et par peur de l’émeute, la situation locale étant encore plus tendue qu’au temps de Pilate ?

  • 87 [Festus semble avoir eu un bien piètre sens politique et une aussi piètre connaissance du droit : s (...)

40Dans une position analogue, Gallion, convaincu qu’on avait maquillé en crime politique une querelle religieuse, avait débouté les accusateurs sans même demander à Paul de se défendre. Festus (qui, il est vrai, est en Judée et non à Corinthe), va chercher à donner une satisfaction aux juifs : au lieu de prononcer une sentence d’absolution, il demande à Paul de consentir à monter à Jérusalem, pour être jugé sur les griefs des juifs en sa présence. C’est lui proposer de renoncer à son droit de citoyen romain (et c’est pour cela qu’il demande son assentiment) et de se soumettre à la juridiction prétendue du Sanhédrin. Saint Paul avait tout à redouter d’un tel tribunal ; même s’il échappait au guet-apens en route, sa condamnation était certaine. Sans doute, la présence du procurator laissait entendre que celui-ci se réservait de ratifier la décision du Sanhédrin, même si cette assemblée portait une condamnation mineure, a fortiori si elle le jugeait digne de mort, puisque seul le gouverneur avait pouvoir en la matière. Mais saint Paul pouvait se demander jusqu’où irait la faiblesse de ce procurator, si désireux de plaire aux juifs et dont la conduite semblait maintenant prête à se modeler sur celle de Pilate87. Il refusa tout net.

  • 88 On est surpris de trouver dans ricciotti, Saint Paul Apôtre, Paris, 1952, p. 423, cette affirmation (...)
  • 89 AC 25, 11.

41Saint Paul entendait être jugé par la justice romaine, la seule dont relevait un citoyen romain88. Et c’était un droit pour tout citoyen, en quelque partie de l’empire qu’il résidât, d’être jugé au criminel à Rome même, par le tribunal impérial. L’empereur possédait en effet l’imperium proconsulare, qui emportait la prérogative d’exercer à Rome même et en Italie, comme en province, la justice criminelle suprême, sans aucune des limitations qui affectaient auparavant l’imperium domi attribué aux consuls. C’est en tant que délégué de l’empereur que le procurator pouvait juger ; son tribunal était donc déjà celui de César ; mais devant ses vacillations, saint Paul réclame d’être jugé par l’instance suprême. « Je suis devant le tribunal de César ; c’est là que je dois être jugé. Je n’ai fait aucun tort aux juifs ; tu le sais fort bien toi-même. Si je suis coupable, je ne refuse pas de mourir. Mais s’il n’y a rien de fondé dans les accusations que ces gens-là portent contre moi, personne n’a le droit de me livrer à eux par complaisance. Καίσαρα ἐπικαλοῦμαι »89.

  • 90 Un appel, en effet, comme l’indique Q. Ceruidius Scaeuola (lib. 4° regularum, D 49, 5, 2), nécessit (...)
  • 91 Ac 25, 27. Au contraire, lorsqu’il s’agit d’un appel, le juge dont on appelle doit nécessairement d (...)

42Trompés par les termes de la Vulgate, Caesarem appello, qui rendent cette expression, bon nombre d’auteurs ont cru que saint Paul avait interjeté appel devant l’empereur. Mais c’est une erreur de donner à ces termes le sens technique d’appeler. En réalité, aucune sentence, même interlocutoire, n’avait été rendue par les procuratores successifs Félix et Festus. Saint Paul invoque, en sa qualité de citoyen romain, le droit d’être jugé directement par le tribunal impérial, et décline la compétence du tribunal du procurat or. Il serait plus juste de comparer cette demande à un déclinatoire de compétence. Επικαλοῦμαι a le sens général d’invoquer, d’appeler à son secours, de citer à comparaître, en même temps que d’interjeter appel. Ce n’est qu’en donnant à ce terme un sens large, qui relève de la langue vulgaire, qu’on peut traduire : « J’en appelle à César ». Le sens littéral est : « J’invoque le secours de César », et pour employer la langue du droit, il faudrait traduire : « Je demande à comparaître devant César »90. Il est si vrai qu’on n’est nullement en présence d’un appel que Festus, lorsqu’il propose à Agrippa II d’entendre saint Paul, sous le prétexte de l’aider à établir son rapport, en réalité pour satisfaire la curiosité du roi et de Bérénice, laisse clairement apparaître que l’envoi de ce rapport n’est pas obligatoire. « Je trouve en effet déraisonnable, dit-il, de transférer un prisonnier sans indiquer en même temps les accusations (ou les charges, αἰτίας) qui ont été portées contre lui »91.

  • 92 Ac 25,7-12.

43 Dans l’organisation judiciaire romaine, chaque juge était juge unique, comme les autres magistrats qui exerçaient une juridiction, soit pour trancher un procès criminel ou administratif, soit pour organiser un procès civil. Mais il était, comme eux, assisté d’un conseil, qu’il devait consulter avant de prendre une décision. Festus consulta son conseil et ne put que faire droit au déclinatoire de compétence de Paul92.

  • 93 Ac 25, 25.
  • 94 Ac 26, 31-32. [On ne voit pas trace du « malaise » évoqué par j. mélèze-modrzejewski, l. c., p. 405 (...)

44En attendant le départ de Paul pour Rome, Festus lui fait exposer sa cause devant Agrippa et Bérénice, dont la curiosité a été éveillée. Comme Festus lui-même93, Agrippa et son entourage concluent : « Cet homme-là ne fait rien qui mérite la mort ou la prison », et Agrippa résume très clairement la situation juridique en disant à Festus : « Il aurait pu, cet homme-là, être déjà relâché, sans son appel à César »94.

  • 95 Ac 27, 1-2.
  • 96 Cf ch. VIII.
  • 97 [Sur les séjours de saint Paul en Italie et à Rome, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 191, (...)

45Saint Paul est remis, avec quelques autres prisonniers, à un centurion de la cohorte Augusta nommé Iulius, et embarqué sous escorte militaire d’abord à destination de Myre, où devait s’effectuer un changement de navire. La commission dont était chargé le centurion lui donnait pouvoir de prendre par réquisition la place nécessaire aux prisonniers, mais nous savons mal comment s’exerçait ce droit, si le capitaine du navire était tenu d’assurer un passage gratuit, si l’État romain payait la place des prisonniers, ou si ceux-ci (s’ils avaient quelques ressources) étaient tenus d’y contribuer. Luc et Aristarque avaient pu s’embarquer avec Paul95, comme simples passagers. Après bien des péripéties96, saint Paul arrive à Rome où il va demeurer deux ans97.

  • 98 Ac 27, 42.
  • 99 Notamment Jacquier, le P. Renié, le chanoine Osty, dom Dupont (dans la Bible de Jérusalem), la trad (...)
  • 100 C 9, 4, 4.
  • 101 Cette constitution paraît inspirée par le même esprit d’automatisme que la loi des citations : au l (...)
  • 102 Ac 12, 19.
  • 103 Ac 16, 27.

46Parmi ces péripéties, une, lors du naufrage à Malte, présente quelque intérêt en matière de droit pénal : les soldats ont envisagé de tuer les prisonniers pour éviter des évasions, et le centurion les en a empêchés98. Jacquier, dans son édition des Actes, a cru que chaque captif était lié par le bras à un soldat, ce qui paraît bien peu vraisemblable pendant un long voyage en mer, et surtout pendant quinze jours de tempête. De nombreux commentateurs99 ont cru que le gardien qui laissait échapper un prisonnier était lui-même mis à mort, en se référant à une constitution de Valens et Gratien de 371100, postérieure de plus de trois siècles au voyage de Paul ; ce texte tardif ne prouve rien pour le droit classique, et l’utiliser est anachronique101. Il est de plus évident que si un tel texte avait existé au temps de saint Paul, le centurion n’aurait pu y déroger. Les prétendus exemples invoqués ne sont nullement probants. Si Hérode Agrippa a fait mettre à mort les gardiens après la délivrance miraculeuse de Pierre102 (ce qui est très vraisemblable), c’est là une réaction brutale de despote, qui semble dans le caractère du personnage ; mais Hérode, simple vassal de Rome, n’était pas tenu par les règles romaines et n’avait pas été formé avec l’esprit de justice et de légalité propre au droit romain. L’exemple du geôlier de Philippes n’est pas plus probant : croyant, après le séisme, que Paul et Silas se sont évadés, il veut se suicider, dans son affolement, et c’est Paul qui l’en empêche103. L’homme craignait une punition exemplaire, parce qu’on lui avait recommandé de veiller sur ses prisonniers, mais rien n’indique quel aurait été ce châtiment.

  • 104 Ac 28, 16-27.
  • 105 Ac 28, 28-31. Là se terminent les Actes.
  • 106 Ph 1,13.
  • 107 Ph 4, 22. Pour ceux qui attribuent cette lettre à une « captivité d’Éphèse », les convertis du prét (...)
  • 108 Ph 1, 14-17.

47À Rome, saint Paul était autorisé à loger en particulier avec le soldat qui le gardait : c’était le régime de la custodia militaris. Il pouvait donc aller et venir à son gré, et il loua un logement. C’était vraisemblablement, plutôt qu’une demeure particulière ou domus, un appartement (coenaculum) dans une maison de rapport à plusieurs étages (insula). Aussitôt installé, suivant le principe dont il ne s’était jamais départi, Paul se ménagea une entrevue avec les juifs les plus considérables de Rome, et se mit à leur parler de l’Évangile. Il recueillit quelques adhésions, mais rencontra une résistance marquée de la part des autres104. Il se tourna à nouveau vers les Gentils, « il accueillait tous ceux qui venaient jusqu’à lui, proclamant le royaume de Dieu, enseignant ce qui touche au Seigneur Jésus-Christ avec un franc-parler total, sans entrave »105. Cet apostolat vis-à-vis des païens eut plus de succès : par l’épître aux Philippiens106, nous savons qu’il fit des conversions « dans tout le prétoire », c’est-à-dire dans la garde prétorienne installée à Rome, et dans « la maison de César », c’est-à-dire parmi les fonctionnaires, esclaves ou affranchis, de la cour impériale107. Les chrétiens, à qui il avait redonné du courage, redoublèrent de hardiesse pour annoncer la parole de Dieu ; mais il déplorait que d’aucuns le faisaient dans un esprit de jalousie et de discorde108, sans doute les judaïsants, qui lui restaient opposés.

  • 109 On a parfois pensé que saint Luc aurait eu l’intention, dans un autre ouvrage, de traiter la captiv (...)
  • 110 Ph 2,24.

48Les Actes109 se terminent sans rien mentionner de l’issue du procès, au terme de ces deux années. Comme nous savons que Paul reprit ses courses apostoliques, il recouvra donc sa liberté. L’Apôtre du reste s’y attendait et écrivait aux Philippiens qu’il avait bon espoir de venir bientôt en personne110. Il est difficile de reconstituer exactement de quelle façon cette captivité prit fin et on ne peut qu’émettre diverses hypothèses.

  • 111 eusèbe, HE, 2,22.
  • 112 Sommaire des chapitres, en tête du livre 2, chap. 22.
  • 113 2 Tm 4, 17 ; cette expression figure dans le Ps. 22 (21), 22. Notons que c’est une expression prove (...)
  • 114 HE, 2, 22, 8.

49Eusèbe insiste sur les deux séjours romains de saint Paul et sur les deux procès qu’il a soutenus et dont l’issue a été si différente111. Dans le premier procès, l’Apôtre a présenté sa défense (ἀπολογησάμενος) et a été absous (ἀπελὐθῇ) de toute accusation112. Ces termes laissent entendre que les débats se sont déroulés d’une façon normale devant la justice. Chaque fois, il aurait comparu devant le tribunal impérial, tenu par Néron en personne. Saint Paul ferait allusion à sa libération à la suite de son premier procès et à Néron lui-même, connu pour sa cruauté, lorsqu’il écrit dans la seconde épître à Timothée : « J’ai été délivré de la gueule du lion »113. Eusèbe explique ainsi l’acquittement qui mit fin à cette première captivité : « Il est vraisemblable qu’au commencement de son règne, Néron était plus doux et reçut facilement la défense de Paul en faveur de la doctrine »114. Mais cet écrivain a-t-il disposé ici de documents que nous n’avons plus, ou ne donne-t-il pas plutôt son interprétation personnelle sur la façon dont Paul recouvra la liberté ? Si nous ne pouvons négliger ce que dit Eusèbe, nous ne pouvons non plus le tenir pour décisif.

  • 115 [Cf zanon (g.), Le strutture accusatorie della cognitio extra ordinem nel principato, Padoue, 1998  (...)
  • 116 Au dire de dion cassius, Histoire romaine, 60, 4, Claude rendait la justice au tribunal impérial as (...)
  • 117 Ibid., 60, 16.
  • 118 [Sur le tribunal impérial, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 193, n. 3.]

50L’Apôtre devait normalement être jugé, en tant que citoyen romain, par le tribunal impérial115. L’empereur jouissait de l’imperium militiae, qui, même à Rome, comportait en matière criminelle le pouvoir judiciaire suprême, le droit de prononcer une condamnation à mort, sans possibilité d’appel. Il était seul juge et la sentence émanait de lui seul ; mais, comme tous les magistrats romains, il était assisté d’un conseil, qu’il devait obligatoirement consulter, et où on votait à la pluralité des voix. C’est lui-même qui composait ce conseil, où il était d’usage d’appeler les plus hauts personnages de l’Empire, en nombre assez élevé116. Quand le Sénat siégeait en matière criminelle, le prince faisait lui-même le rapport, assis au milieu des consuls ou sur le banc des tribuns, en présence des préfets du prétoire et des affranchis impériaux117. Sans doute les appelait-il aussi éventuellement comme assesseurs à son tribunal. La procédure était la cognitio extra ordinem, qui reposait, on l’a dit plus haut, essentiellement sur l’enquête effectuée par le magistrat et sur l’interrogatoire de l’accusé et des témoins, les dépositions des accusateurs n’ayant que la valeur de témoignages dont il fallait apprécier le poids ; le magistrat – ici l’empereur- avait qualité pour prendre toutes les mesures qui lui paraissaient utiles à la manifestation de la vérité. Son pouvoir était discrétionnaire et il n’était lié par aucune des règles de l’ordo iudiciorum publicorum, qui s’appliquaient devant les quaestiones perpetuae118.

  • 119 [Bibliographie dans Temps apostoliques, p. 193, n. 4. Cf en outre peachin (m.), « Iudex vice Caesar (...)
  • 120 [Sur le maintien de l’ordre à Rome, nippel (w.), Public Order in Ancient Rome, Cambridge, 1995.]
  • 121 [Cf Temps apostoliques, p. 193-194, n. 5.]
  • 122 pline le jeune, Ep., 7, lettre 6.

51Mais nous ne pouvons affirmer que saint Paul ait comparu devant Néron lui-même, qui montrait peu d’empressement à rendre la justice et ne siégeait en personne que quand une cause présentait pour lui un intérêt particulier, ainsi lors de la conjuration de Pison et peut-être lorsqu’il voulut rendre les chrétiens responsables de l’incendie de Rome ; mais l’affaire de Paul en 61 n’avait nulle raison de l’intéresser particulièrement. L’empereur pouvait déléguer son imperium, lorsqu’il ne voulait pas juger lui-même ou lorsqu’il devait s’absenter. On a songé au préfet du prétoire119. Mais ce pouvait être plutôt le praefectus urbi, de rang consulaire, chargé particulièrement du maintien de l’ordre120 et de la surveillance des classes dangereuses ou suspectes (à ce titre il aura souvent plus tard à juger les chrétiens), seul préfet à pouvoir prononcer une sentence de mort (les préfets de l’annone et des vigiles devaient lui renvoyer les causes capitales)121 ; dans ce cas, le magistrat jugeait à la place du prince et non en vertu de sa juridiction ordinaire. Il est possible encore que Néron ait délégué quelque consulaire distingué, comme le fera plus tard Trajan122. Magistrat ou consulaire délégué jugeait aussi selon la cognitio extra ordinem.

52Il est fort possible que l’empereur, ou plutôt son délégué, ait prononcé une sentence d’absolution vis-à-vis de saint Paul. Le rapport de Festus, qui avait reconnu son innocence, lui était favorable. On ne pouvait découvrir dans l’activité de l’Apôtre rien qui pût donner prise au crimen maiestatis, ce que l’enquête a dû faire apparaître. [À vrai dire, la seule lecture de l’épître aux Romains aurait suffi à le prouver.] L’accusation d’être en désaccord avec les doctrines juives ne pouvait jouer contre un citoyen romain, devant un tribunal qui ne craignait pas la pression de l’émeute. [Le premier chef d’accusation, la violation du Temple, passé déjà à l’arrière-plan devant les procurateurs, ne pouvait s’appuyer sur rien, les accusateurs ayant disparu avant même le transfert à Césarée.] Et Néron, qui ne se préoccupait pas alors des chrétiens, n’avait pas encore songé à exhumer contre les chrétiens les vieilles règles de droit public qui interdisaient de professer une religion étrangère qui n’avait pas été approuvée par le Sénat. Que le procès ait duré deux ans peut s’expliquer par diverses raisons parfaitement plausibles. Les rôles du tribunal impérial étaient encombrés. Néron ne se souciait pas d’expédier les causes et ne devait pas se presser non plus de désigner quelqu’un pour décider en son nom. Le rapport de Festus, qu’apportait le centurion Iulius, avait pu être perdu lors du naufrage sur les côtes de Malte : il était dans ce cas nécessaire de demander au procurator une nouvelle relatio. Il fallait aussi rassembler les dépositions et faire venir des témoins à Rome, où ils devaient être entendus. Les manœuvres des accusateurs envoyés par le Sanhédrin, et qui étaient sans doute assistés d’avocats habiles procéduriers, ont pu encore retarder l’issue du procès. [Et il ne faut pas oublier que cette obscure affaire de violation d’interdits religieux en Judée par un juif citoyen romain, sur fond de querelles théologiques juives, ne paraissait certainement pas d’une importance urgente à Rome.]

  • 123 Ant. 20, 9, 5.

53Mais nous ne pouvons assurer en toute certitude qu’une sentence d’absolution ait été prononcée. Dans la cognitio, le magistrat – empereur ou délégué- disposait d’un pouvoir discrétionnaire. Devant l’inanité des accusations portées contre Paul, il a pu le relâcher sans le juger, ce qui était l’équivalent du non-lieu actuel. Ou encore l’Apôtre a pu être englobé dans une mesure occasionnelle de clémence : ainsi voyons-nous Albinus, lorsque s’achève sa fonction de procurator, faire exécuter ceux qui manifestement méritaient la mort (il a donc prononcé contre eux une sentence de condamnation) et faire remettre les autres en liberté, aux dires de Josèphe123. Cette dernière mesure apparaît comme un acte de clémence, qu’accompagnait sans doute une simple amende, qu’Albinus a peut-être gardée pour lui, si ce versement n’était pas une malversation dénuée de tout caractère juridique.

  • 124 C’est ce qui avait été avancé par Grossheide dans son Commentaire sur les Actes, par lake (k.), « W (...)
  • 125 D 48, 16.
  • 126 dion cassius, 60, 28. Nous empruntons cette argumentation à notre collègue et ami J.A.C. Thomas, de (...)
  • 127 suétone, Claudius, 15.
  • 128 Ac 24, 27.
  • 129 Ant., 1,302.

54Certains auteurs ont énoncé une hypothèse différente124. Le dernier verset des Actes, constatent-ils, se borne à indiquer que Paul demeura deux années entières (τὴν ὅλην διετίαν) dans le logement qu’il avait loué. Il faudrait, d’après eux, donner un sens technique au terme διετία, qui désignerait le délai pendant lequel l’accusateur devait se présenter et apporter la preuve de ses allégations. Sinon, l’accusé était automatiquement remis en liberté. Les accusateurs de Paul ne se seraient pas manifestés et en conséquence, ce délai écoulé, il aurait été relâché. S’il a été cité par le préfet du prétoire, ç’aurait été uniquement pour lui annoncer qu’il était libéré. Mais rien ne permet d’admettre l’existence d’une telle règle sous les Julio-Claudiens, ni même sous le Haut-Empire. Même dans la procédure de l’ordo, on visait plus à pénaliser les accusateurs tardifs qu’à relâcher l’inculpé sans le juger. C’est ce qui ressort du senatusconsultum turpillianum, destiné à réprimer les accusations téméraires125. Et dans la cognitio, le magistrat, qui n’est pas soumis à l’ordo, pouvait fixer lui-même la procédure qu’il suivrait. Ainsi, comme ceux qui craignaient de succomber faisaient défaut devant le tribunal impérial, pour désencombrer les rôles, Claude rendit un édit où il énonçait que, passé un certain délai, il prononcerait lui-même la sentence, même en l’absence d’une des parties126. Il tint parole et on remarque qu’il se prononçait en faveur de la partie qui comparaissait, sans distinguer si l’autre avait fait défaut par sa faute ou par nécessité127. Ainsi est organisée une procédure par défaut, en opposition avec les principes fondamentaux de l’ordo. Ajoutons que ce passage des Actes serait le seul où le mot διετία aurait un sens technique. Ce terme ne figure que deux fois dans le Nouveau Testament ; ailleurs, il indique seulement la durée du temps pendant lequel Félix a gardé Paul prisonnier128. On peut observer aussi que Josèphe emploie le terme έπταετία, parallèle à διετία, sans lui donner un sens juridique129.

  • 130 In Flaccum, 128-130.
  • 131 In Flaccum, 20, 125-135 ; cf la présentation de ce personnage dans l’édition d’A. PELLETIER, In Fla (...)

55On ne peut non plus, sans en forcer le sens, invoquer un passage de Philon qui relate le procès de Lampon. Ce greffier prévaricateur, qui était l’un des meneurs du parti nationaliste antiromain, fut poursuivi sous Tibère pour crimen maiestatis, à l’instigation du préfet d’Égypte Auillius Flaccus, peut-être devant son tribunal, s’il n’a comparu devant le tribunal impérial. Mais sa culpabilité ne devait pas être établie, et après deux ans d’emprisonnement, il réussit à éviter une condamnation. « Lampon, écrit Philon130, avait été accusé d’impiété envers l’empereur Tibère, après quoi, l’affaire traînant depuis deux ans (ἐπί διετίαν), il était au désespoir. Car le juge, mal intentionné, mettait à la traverse des retards (ὑπερθέσεις) et des délais (ἁναβολάς) : même si le prévenu parvenait à se disculper, il voulait du moins, en faisant planer sur lui pendant un temps considérable (πρὸς μήκιστον χρόνον) la crainte d’un lendemain incertain, lui rendre la vie plus pénible que la mort. Plus tard, quand il crut avoir gagné la partie, Lampon dit sur tous les tons qu’il avait été lésé dans ses intérêts -on lui avait en effet imposé la charge de gymnasiarque… ». Rien ne permet d’assurer que διετία a ici un sens juridique et que μήκιστον χρόνον signifie la période la plus longue légalement permise. Si une telle règle avait été en vigueur, Philon ne se serait pas exprimé de la sorte : il aurait pu dire seulement que Lampon avait été au désespoir, tant que cet espace de deux ans n’avait pas été atteint. Au contraire, il présente ces deux ans comme déjà écoulés : Lampon est au désespoir et ce n’est que plus tard qu’il croit avoir gagné la partie, alors qu’on lui a imposé cette liturgie qu’il considère comme ruineuse et disproportionnée avec son peu de fortune. Pourtant l’arrivée de ce terme des deux ans aurait dû signifier sa libération immédiate et mettre fin à ses craintes. Et ce juge malveillant se serait obstiné à faire traîner le procès jusqu’à atteindre le moment où lui-même serait dessaisi et dans l’impossibilité de prononcer une condamnation, ce qui n’aurait pu que nuire à son prestige. En revanche, les termes qu’emploie Philon paraissent bien plus naturels si, au bout de deux ans, le sort de Lampon était encore incertain, et si, de mauvaise grâce, le juge s’est enfin décidé à remettre le prévenu en liberté, soit en rendant une sentence d’absolution, soit seulement en le relâchant131.

56Et surtout, on sait la haine tenace avec laquelle bon nombre de juifs, et surtout la faction dirigeante du Sanhedrin, poursuivaient saint Paul. Après bien des tentatives infructueuses, après que certains d’entre eux avaient fait le serment de rien manger ni boire avant de l’avoir tué, ils avaient réussi à le faire arrêter et à le faire mettre en jugement. Là-dessus, pendant deux ans, le grand prêtre et les sanhédrites se seraient désintéressés du procès de Paul, auraient abandonné l’accusation ou ne se seraient pas manifestés au cours de l’enquête ! Pourtant, les communications étaient régulières entre Rome et Jérusalem, ne serait-ce qu’à l’occasion de la levée du tribut pour le Temple. Il était facile d’envoyer dans la capitale de l’Empire des mandataires, porteurs du dossier que les sanhédrites avaient établi à leur façon et chargés de soutenir l’accusation, assistés par des avocats. [Certes, les premiers accusateurs, les juifs d’Asie qui ont déclenché l’incident du Temple, ne sont sans doute pas venus à Rome, puisqu’ils n’étaient même pas allés à Césarée (ce qui, comme le soulignait saint Paul, était déjà irrégulier) ; mais entre Jérusalem et Césarée, comme on l’a vu, le chef d’accusation a évolué, s’est élargi à « la sédition dans le monde entier », comme disait Tertullus, et les accusateurs sont désormais des sanhédrites, dont le soudain abandon de l’affaire serait invraisemblable après leur acharnement initial.] Même si cette prétendue règle des deux ans avait existé, son application se heurterait dans l’espèce à des difficultés insurmontables.

57L’issue de ce premier procès, qui se termine à Rome par une absolution ou une libération équivalente à une grâce ou un non-lieu, témoigne du sens de la justice qui animait les plus hautes autorités romaines, même si elles n’étaient pas très expéditives, et qui jouait encore en faveur des chrétiens : grâce aux informations des Pastorales, nous savons en effet que l’Apôtre fut remis en liberté et reprit sa prédication itinérante.

  • 132 [Sur le fondement juridique des persécutions, Temps apostoliques, p. 702-709 ; wagner (g.), « Le mo (...)

58Tout autre sera l’issue du second procès : dans l’intervalle, il y a eu l’incendie de Rome et le déclenchement de la première persécution ; poursuivis d’abord comme incendiaires, les chrétiens peuvent en outre être arrêtés et condamnés à tout moment comme adeptes d’une religion qui n’a pas été officiellement autorisée132. Dès lors Paul, une fois arrêté, sera condamné d’avance.

  • 133 2 Tm4, 13.
  • 134 Cf les excellentes pages que le p. spicq, Saint Paul. Les épîtres pastorales, p. 394-402, consacre (...)
  • 135 2 Tm 1, 12 ; 2, 9.
  • 136 2 Tm 1, 16-17. Sur Onésiphore, munk plum (n.), « Onesiforus II Tim.1, 16 ; IV, 19 », TeT 1919, p. 1 (...)
  • 137 2 Tm 1, 15 ; 4, 11.
  • 138 2 Tm 4, 16.
  • 139 2 Tm 4, 11.

59 Peut-être est-ce à Troas, où il a reçu l’hospitalité de Carpos133, qu’il a été arrêté pour la seconde fois. D’autres -tel le P. Spicq134- ont supposé que c’était à Éphèse, où il comptait des ennemis acharnés, qui auraient forgé à son encontre une dénonciation calomnieuse. Saint Paul dut user à nouveau de son privilège de citoyen romain. Nous le retrouvons en effet prisonnier à Rome, d’où il écrit vers 66 la seconde épître à Timothée. Sa situation est bien différente de ce qu’elle était lors de sa première captivité. Il n’est plus libre d’aller et de venir, est enchaîné comme un malfaiteur135 dans un cachot, où un ami fidèle, Onésiphore, a eu peine à le découvrir136. À l’exception de Luc, tous l’ont abandonné, notamment ceux de la province d’Asie137 ; les disciples fidèles, comme Crescens, Tite et Tychique sont au loin ; personne ne l’a assisté lors de sa comparution en justice138. Pourtant sa parole n’est pas enchaînée ; il continue de loin à gouverner les Églises et il demande à Timothée de prendre Marc et de venir en sa compagnie139. Nous ne savons s’ils purent revoir l’Apôtre avant son martyre.

  • 140 Sur ce voyage, dion cassius, Histoire romaine, 63, 8 ; Suétone, Néron, 19, 22-23.

60D’après les indications fragmentaires que nous tenons de saint Paul, nous ne pouvons douter qu’à la suite de sa seconde arrestation, un procès se soit déroulé devant une juridiction romaine. Était-ce devant le tribunal impérial ? Il est possible que Néron ait voulu juger personnellement l’un des principaux chefs de ces chrétiens qu’il avait accusés d’être coupables de l’incendie de Rome ; il a pu ouvrir en personne ce procès avant de partir en 67 pour l’Achaïe140.

  • 141 Clem 5, 10.

61D’après Clément de Rome141, Paul accomplit son martyre έπὶ τῶν ἡγουμένων : aussi certains ont-ils pensé que le procès s’était déroulé devant l’un des préfets du prétoire, tels Tigellin ou Nymphidius. En 66 en effet, en prévision de son voyage, Néron avait institué deux préfets du prétoire au lieu d’un seul. Paul aurait été martyrisé pendant le gouvernement de ces deux préfets, en l’absence de l’empereur. Mais ces conclusions ne sont nullement évidentes. Le terme ήγούμευοι, qu’emploie Clément, a ici un sens général : ce sont les magistrats romains devant qui Paul a comparu.

62L’Apôtre a pu tout aussi bien être jugé par un autre magistrat, ainsi par le praefectus urbi, que Néron déléguait pour rendre la justice, soit durant ses absences, soit de façon habituelle. L’Apôtre a comparu et déclare qu’il a lui-même assuré sa première défense en justice. Les disciples l’ont abandonné : des chrétiens sur qui il croyait pouvoir compter n’ont pas osé témoigner en sa faveur. S’il loue Onésiphore de n’avoir pas rougi de ses chaînes, c’est que d’autres en ont rougi et ne se sont pas souciés de lui. Personne donc ne se présenta pour témoigner en sa faveur. L’Apôtre fut privé non seulement de l’aide d’un avocat (rarement admis devant le tribunal impérial) mais aussi du secours moral de tout conseiller et même de la présence muette d’amis assistant aux débats.

  • 142 [M – F. BASLEZ, l. c., p. 286-293, rapproche le second procès romain de saint Paul des poursuites c (...)
  • 143 2 Tm 4, 14 ; χαλκεύς paraît désigner le métier qu’exerce celui qui travaille le cuivre ou l’airain, (...)

63Ce regret, qu’il exprime, que personne ne l’ait assisté, laisse supposer que d’autres accusations étaient formulées contre lui que celle d’être l’un des chefs des chrétiens. Sinon, ceux qui l’auraient défendu ou qui auraient témoigné en sa faveur n’auraient pu le disculper de ce grief et Paul n’aurait pas admis d’être ainsi innocenté. Ils auraient seulement risqué d’être amenés à se reconnaître chrétiens et d’être aussi condamnés. L’Apôtre n’aurait pu leur reprocher leur abstention. Nous pouvons donc supposer qu’on avait forgé contre lui diverses accusations calomnieuses, sans doute celle de susciter des troubles à l’encontre des autorités romaines142, ce qui tombait sous le coup de la Lex Iulia de maiestate. On avait pu y joindre d’autres accusations, peut-être de celles dont le vulgaire accusait déjà les chrétiens. Ce n’est pas sans raison que dans cette dernière épître à Timothée, Paul se plaint de l’opposition qu’il a rencontrée, notamment de celle d’Alexandre le fondeur (χαλκεύς), qui lui a fait beaucoup de mal143. Certains ont pensé que cet homme l’avait dénoncé et peut-être même l’avait suivi à Rome comme accusateur.

  • 144 Clem 5, 5-6.
  • 145 CULLMANN (O.), Saint Pierre, disciple, Apôtre, martyr, p. 80-85.

64Clément de Rome attribuera le martyre de Paul, comme celui de Pierre, à la jalousie (ζῆλος)144. Oscar Cullmann pense que Paul, comme Pierre, a été victime de la jalousie de certains chrétiens qui lui étaient opposés et ont été cause de son martyre145.

  • 146 2 Tm 4, 17.
  • 147 PLINE LE JEUNE, Epistulae, IV, 9, 9.
  • 148 Ac 20, 7 et 11.

65Lors de ce dernier procès, Paul a donc été jugé suivant les formes judiciaires. Bien qu’après son arrestation il ait été durement traité, il n’a pas été condamné dès sa première comparution, encore que le magistrat et les assesseurs aient été défavorablement impressionnés par l’absence de tout témoin à décharge. Il a pu faire entendre sa première défense (έν τῇ πρώτῃ μου ἀπολογία). Paul a mis à profit cet auditoire inespéré, composé d’illustres personnalités romaines, pour rendre un témoignage solennel au Christ et procéder à une apologie de la foi chrétienne. « Le Seigneur m’a assisté. Il m’a fortifié, afin que par moi la prédication se donne libre carrière et que toutes les nations l’entendent »146. Sur le fondement de ces paroles, on a pensé que Néron, s’il a personnellement siégé, n’a pas tenu ses assises à l’intérieur de son palais, mais en public, soit sur le grand marché ou sur l’un des deux forums créés par César et par Auguste, soit dans l’une des basiliques couvertes, accessibles à tous, qui donnent sur ces forums. Mais cela demeure une conjecture. Cette apologie a pu durer plusieurs heures, car on sait que les débats judiciaires étaient prolixes et normalement on mesurait largement l’eau aux parties (des clepsydres, ou horloges à eau, marquaient le temps accordé aux plaidoiries) : ainsi à l’époque de Trajan, on accorde neuf heures à la défense dans un procès de repetundae où Pline était avocat147 (on sait que Paul, pour sa part, pouvait parler toute une nuit148).

  • 149 2 Tm 4, 6-8.

66 Les juges n’ont donc pas été immédiatement convaincus des accusations formulées, et ont renvoyé à plus ample informé (ampliatio). La procédure de la cognitio se poursuivait donc. Une fois l’enquête terminée, Paul devait à nouveau comparaître et prononcer sa défense définitive avant que la sentence fût prononcée. Il n’existe pas de délai maximum sur l’ensemble du procès, qui peut durer de quelques mois à un an. Celui de saint Paul dut traîner en longueur, puisque l’Apôtre estime que sa lettre pourra parvenir à Timothée, que celui-ci aura le temps de le rejoindre avec Marc et qu’il pourra encore jouir de leur compagnie avant sa mort. L’Apôtre en effet ne se fait guère d’illusion sur la condamnation qui le guette : « Pour moi, je suis déjà offert en libation et l’heure de mon départ est proche. Jusqu’au bout, j’ai combattu le bon combat, j’ai poursuivi ma course, j’ai gardé la fidélité. Il ne me reste plus qu’à recevoir la couronne de justice qu’en ce Jour-là me donnera le Seigneur, le juste Juge… »149. Même s’il arrive à démontrer l’inanité des diverses accusations (quelles qu’elles soient) soulevées contre lui, depuis qu’en 64 Néron a imputé aux chrétiens l’incendie de Rome, du moment qu’il se reconnaît (voire se proclame) l’un des chefs de la secte réprouvée, il doit s’attendre au martyre.

  • 150 Chronicon, 2, olympiade 211 (PG, 19, 544).
  • 151 De uiris illustribus, 5 et 12.

67Comme l’empereur n’est pas soumis aux règles de l’or do, il est libre d’aggraver ou d’atténuer la peine et n’est pas lié par les définitions ni par les distinctions des délits publics. Aussi Néron ou son délégué n’était-il pas tenu de spécifier le crime qui fut retenu contre Paul et entraîna sa condamnation à mort. Eusèbe, qui est le témoin le plus ancien et généralement le mieux informé, place le martyre de saint Paul la quatorzième année du règne de Néron150, laquelle se situe entre juillet 67 et juin 68. Saint Jérôme confirme cette date et ajoute que Sénèque mourut deux ans avant saint Paul151 : c’était en avril 65. Cela place le martyre de Paul en 67, qui correspond en partie à la quatorzième année du règne de Néron.

  • 152 tacite, Annales, 3, 51 ; Suétone, Tibère, 75 ; Sénèque, De tranquillitate animi.
  • 153 HE, 2, 25, 5 et 8.
  • 154 [Bibliographie dans Temps apostoliques, p. 203.]

68Sous Tibère, un sénatus-consulte avait établi un délai de dix jours entre la condamnation et l’exécution d’un citoyen romain152. Mais comme le tribunal impérial n’était lié par aucune règle de procédure, la sentence a pu être exécutée sur le champ. Il appartenait à l’empereur ou au magistrat délégué de fixer le jour et le lieu du supplice. À cette époque, l’exécution ne se faisait plus au moyen de la hache, mais par l’épée. Elle était commandée par un centurion et effectuée par le speculator, gradé subalterne qui apparaît déjà à l’époque républicaine, et qu’on retrouve dans les armées impériales faisant partie soit de la garde, soit des légions. C’est ce que confirme Eusèbe, qui rapporte que saint Paul fut décapité153. Une tradition, qui semble remonter au IIe siècle, situe le lieu du martyre ad Aquas Saluias, à un peu plus de trois milles de Rome, sur la route d’Ardea, non loin de la route d’Ostie. Il paraît bien que le corps de saint Paul fut déposé, comme celui de saint Pierre, dans un cimetière païen, celui qui s’étendait le long de la voie d’Ostie. On a en effet retrouvé autour de Saint-Paul-hors-les-murs une nécropole romaine où se pressent des mausolées funéraires à incinération ; lors des fouilles de 1850, un colombarium païen a été dégagé près de la basilique elle-même. Là aussi (comme pour saint Pierre au Vatican), Constantin a dû, en vertu de ses pouvoirs de pontifex maximus, désacraliser une partie des champs funéraires pour construire la basilique, dont l’abside renfermait la Confession de l’Apôtre, édifiée au-dessus même de sa tombe154.

Notes

1 Chapitre établi à partir de « À propos de la venue de saint Paul à Rome », BLE, 1, 1960, p. 3-26, des Temps apostoliques, p. 178-223, 660-666, 695-700, de « Les procès de saint Paul et l’attitude de l’autorité romaine », Recueil de l’Académie de Législation, 6, 1976, p. 359-361, et de notes manuscrites.

2 2 Co 11,23-25.

3 Sur saint Paul à Philippes, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 184, n. 2.

4 AC 16, 19-21.

5 In Verrem, 5, 62 (De suppliciis). Même s’il est possible que ce Gauius ait tenté d’usurper la citoyenneté romaine, et si surtout il était déjà condamné (cf supra, ch. III), la règle à l’égard d’un « vrai » citoyen romain qui n’a été ni jugé ni condamné reste intangible en droit romain.

6 Ac 16,37-39.

7 Ac 14, 19.

8 Ac 14,2 et 5.

9 Ac 13,50-51.

10 Ac 17, 5-9.

11 Les politarques, au nombre de cinq ou six, administrent la ville de Thessalonique, qui a le statut d’urbs liberae conditions, et possède également un sénat (βουλή ou δῆμος)

12 Les politarques, bien que mis en émoi, se rendaient sans doute compte de l’exagération de l’accusation. Ils se bornent à exiger une caution de Jason et des autres chrétiens traduits devant eux – sans doute l’engagement éventuel de comparaître- et les relâchent. Nous ignorons si le procès s’est poursuivi, mais il ne paraît pas avoir conservé ce même caractère de gravité. Toutefois il est possible qu’alors les chrétiens de Thessalonique furent persécutés par leurs compatriotes, comme Paul leur en fait gloire dans la première épître qui leur est adressée (1 Th 2, 14).

13 Frère aîné du philosophe Sénèque, il était né M. Annaeus Nouatus, mais avait pris le nom de L. Iunius Annaeus Gallio après son adoption par L. lunius Gallio. Sur le personnage (qualifié par stace, Silves, 2, 7, 3, de dulcis), cf Temps apostoliques, p. 208-212. [Cf schwank (b.), « Der sogennante Brief an Gallion und die Datierung des I Thess. », BZ, 15, 1971, p. 265-266 ; dockx (s.), « Chronologie de saint Paul depuis sa conversion jusqu’à son séjour à Rome », Nov. Test., 13, 1971, p. 261-304 ; wiseman (j.), « Corinth and Rome I », ANRW, II, 7, 1, p. 438-548.]

14 Rien de commun, évidemment, entre la situation de Gallion à Corinthe et celle de Pilate à Jérusalem quant aux possibilités d’intimidation, même si un proconsul n’avait pas été un beaucoup plus haut personnage qu’un préfet ou procurateur.

15 Ac 18, 12-17. [Il semble surprenant que s. dockx (« Lieu et date de l’épître aux Philippiens », RB, 80, 1973, p. 230-246) estime que Paul a été condamné et emprisonné par Gallion, l’épître aux Philippiens datant alors de cette prétendue captivité.]

16 Rien ne permet de considérer, comme l’ont fait certains exégètes, que Gallion était animé d’un profond antisémitisme et qu’il considérait Paul comme un juif aussi méprisable que les autres. Et il est contraire aux principes de toute méthode historique de lui attribuer tout simplement ce jugement que porte Sénèque (son frère) sur les juifs et qui nous est rapporté par saint Augustin : usque eo sceleratissimae gentis consuetudo conualuit, ut per omnes iam terras recepta sit : uicti uictoribus leges dederunt (frg 42, tiré d’augustin, De ciuitate Dei, 6, 10). Nous ignorons quelle était l’appréciation personnelle de Gallion sur la nation juive, qui pouvait être beaucoup plus nuancée que celle de son frère. Que pouvons-nous dire de son attitude vis-à-vis des doctrines juives, telle qu’elle se révèle dans ses propos ? Visiblement, il les considérait comme étranges et inintelligibles (« Il n’est question que de discussions sur des mots, sur des noms et sur votre Loi à vous ». Et il ne devait guère en distinguer les doctrines chrétiennes : connaissait-il celles-ci seulement à travers le prisme déformant des propos tenus par les accusateurs de Paul ? En avait-il entendu parler en d’autres occasions, par exemple de la bouche de ses informateurs politiques, qui l’auraient mis au courant de ce mouvement nouveau que représentait la prédication chrétienne à Corinthe ? À la différence de Sergius Paulus à Chypre, il ne paraît même pas désireux de connaître la pensée chrétienne et il ne manifeste aucune ouverture vis-à-vis d’elle. On a l’impression que son attitude religieuse n’est guère différente de celle de Festus.

17 Sic HENNEQUIN (L.), « Delphes (Inscription de) », DBS, 2, 369-370, qui parmi les historiens et les exégètes se montre le plus défavorable à Gallion.

18 Ac 18, 18.

19 [É. DELEBECQUE, l. c., p. 84 : « Le mot καταγγελεύς est un hapax du N.T., mais on ne le rencontre pas dans le grec classique. Il est peut-être une création de Luc. Il suggère bien les habitués du marché d’Athènes, flâneurs, badauds, nouvellistes, camelots faisant de la réclame pour leur marchandise. L’accusation ne semble pas malintentionnée, contrairement à celle qui valut la mort à Socrate, jugé coupable d’introduire des καινά δαιµόνια chez les Athéniens. » Ce terme assurément familier n’a sûrement pas été employé dans un acte d’accusation, mais simplement dans des discussions à bâtons rompus sur l’agora ou ailleurs dans Athènes.]

20 Ac 17, 17-18. [Pour certains, « Résurrection » aurait été compris comme le nom d’une déesse compagne de Jésus. Mais selon é. delebecque, « la fin du verset, omise par le ms. D, semble bien être une glose interpolée. Parenthèse de Luc dans le texte, elle aurait sans doute été précédée de καὶ ταῦτα, et ἀνάστασιυ aurait été suivi de αὐτοῦ). »]

21 Ac 17, 19-20.

22 À Athènes, l’Aréopage (ἡ ἐν ’ Αρείῳ πάγῳ βουλή) était le tribunal le plus ancien de la cité (la légende, présentée par Eschyle dans Les Euménides, en attribuait la fondation à Athéna, pour juger Oreste meurtrier de sa mère). Il perpétuait le sénat de l’époque aristocratique et avait été réduit à l’époque démocratique à un tribunal qui jugeait les crimes de sang, et exerçait son autorité sur la morale, la religion et les cultes. Il avait toujours conservé un grand prestige et connaissait un renouveau à l’époque romaine. Il se recrutait depuis Solon parmi les archontes sortis de charge. Les membres de l’Aréopage étaient inamovibles : ils ne pouvaient être destitués que pour indignité, et par ce corps lui-même. Il devait constituer une assemblée assez nombreuse, d’au moins une centaine de personnes. Il paraît bien en effet que tous les ans y entraient tous les archontes sortis de charge, et non pas le seul archonte éponyme : le nombre des aréopagites s’accroissait donc chaque année de neuf ou de dix personnes, selon qu’on y comprend ou non le secrétaire des thesmothètes (nous remercions vivement notre collègue de la Faculté des Lettres de Toulouse, M. Delorme, de cette information). À l’époque romaine, il semble qu’en outre les citoyens athéniens et même les étrangers pouvaient y être admis par élection. Telle était la dignité dont était revêtu Denys l’Aréopagite, converti par saint Paul ; d’après Denys de Corinthe, qui était évêque de cette ville en 171, et dont Eusèbe recueillit le témoignage, il devait devenir le premier évêque d’Athènes (eusèbe, HE, 3, 4, 10).[Sur l’Aréopage, ryan (f.x.), « Die areopagitische Herrschaft und die Areopagiten », RIDA, 46, 1999, p. 43-51 ; schubert (c.), « Der Areopag als Gerichtshof », ZSS RA, 117, 2000, p. 103-132.]

23 Ac 17, 21.

24 [Sur l’accusation d’impiété, cf notamment Cohen (d.), « The Prosecution of Impiety in Athenian Law », ZSS, 105, 1988, p. 695-701.]

25 [Pour é. delebecque, l.c., p. 84, ce verbe, chez Luc, suggère en général une certaine vivacité, pas nécessairement hostile ; l’Aréopage désignerait bien le tribunal, non la colline, mais Paul aurait été simplement invité à s’expliquer librement devant lui, sans être pris au sérieux. Ceci paraît difficile à admettre, juridiquement parlant : ce serait pour le tribunal une perte de temps pure et simple.]

26 Ac 17, 22-31.

27 Ac 17, 32. [Cf bibliographie dans Temps apostoliques, p. 214. m. – f. baslez, Saint Paul, p. 158 (et n. 19, p. 350), envisage le procès comme une hypothèse possible : « On peut supposer que l’affaire prit un tour judiciaire et qu’on intenta à Paul un procès en impiété. Le conseil de l’Aréopage, devant lequel il aurait prononcé un discours, n’était ni un gymnase ni une école philosophique, mais le principal organe de gouvernement et le tribunal suprême, chargé de veiller à la pérennité de l’État : à l’époque impériale, sa compétence recouvrait les faux, les procès de magie et les causes d’impiété. Le mépris des dieux pouvait être invoqué contre un homme qui dénigrait les statues et les temples et qui déclarait caducs les sacrifices. L’empereur Claude venait de rappeler les limites à ne pas dépasser pour les adeptes d’un seul dieu, en mentionnant explicitement le « mépris des dieux » [Note 19 : Athènes, comme toutes les villes libres de l’Empire, avait gardé des prérogatives judiciaires. Depuis l’époque classique, l’Aréopage connaît des procès d’impiété – voir DERENNE (E.), Les Procès d’impiété intentés aux philosophes à Athènes au Ve et au IVe siècle av. J. – C., Liège et Paris, 1930, et OSTWALD (M.), « Early Trials for Impiety at Athens », dans From Popular Sovereignty to the Sovereignty of Law, University of California Press, 1986- ; à l’époque impériale, sa compétence est attestée pour les cas d’empoisonnement (AULU-GELLE, Nuits attiques, 12, 7) qui supportent souvent une accusation de magie, et pour des actes subversifs comme des faux (tacite, Annales, 2, 55).] » Certes. Il reste que la terminologie des Actes ne mentionne pas le conseil de l’Aréopage et n’évoque nullement un procès, et qu’on voit mal stoïciens et épicuriens, eux-mêmes peu intéressés par les dieux, se faire les défenseurs ardents de la religion officielle ; si d’ailleurs les auditeurs athéniens de Paul avaient pris ’Ανάστασις, la Résurrection, pour une déesse, ils ne pouvaient prendre l’Apôtre pour le douteux adepte d’un seul dieu, suspect de mépris des dieux (ce n’est que dans le discours sur l’Aréopage que Paul parle de Dieu au singulier, et il est clair qu’on ne lui en tient pas rigueur). Il faudrait enfin rappeler que l’Aréopage est aussi incompétent que les politarques de Thessalonique ou les duouiri de Philippes à l’égard d’un citoyen romain comme Paul, qui ne relève que du tribunal du proconsul, voire, s’il le demande, de celui de l’empereur.]

28 [Sur Éphèse et les séjours qu’y fit saint Paul, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 186, n. 1.]

29 Ac 19, 31.

30 Ac 19, 32.

31 Ac 19, 35-40.

32 [Cf DELEBECQUE (É.), l. c., p. 95-96, pour une analyse du style et du vocabulaire de ce discours.]

33 Ac 20, 1.

34 [Pour A. DECAUX, L’avorton de Dieu. Une vie de saint Paul, Paris, 2003 (ouvrage de vulgarisation, mais fondé sur des travaux d’exégètes), p. 209-232, Paul aurait subi à Éphèse une longue captivité, au cours de laquelle il aurait écrit les épîtres à Philémon, aux Colossiens, aux Philippiens, la Première aux Corinthiens et l’épître aux Galates. Mais cette captivité, au moins dans sa première partie, aurait été assez douce pour lui permettre de recevoir ses amis et de correspondre avec les Églises, et même d’obtenir un « congé de prison » pour aller remettre de l’ordre dans l’Église de Corinthe au cours d’un « voyage-éclair ». Tout ceci est juridiquement fantaisiste : la prison n’existe pas en droit romain comme peine, mais seulement à titre préventif (parfois fort longuement comme on le verra plus loin), pour s’assurer de la présence de l’accusé au procès ; nous n’avons, à propos d’Éphèse, aucune allusion à un procès régulier. Les autres emprisonnements de saint Paul, « hors procès », comme à Philippes, sont brefs, le temps que les autorités se renseignent et se décident sur les mesures à prendre et les éventuelles poursuites à déclencher. Le « congé de prison » est inimaginable : si saint Paul attendait d’être jugé pour avoir fomenté le trouble dans l’Empire – seule accusation possible ici, car on n’aurait pas fait tant traîner un procès pour les dommages au commerce de Démétrios (sur quelle base juridique, d’ailleurs ?)–, on voit mal les autorités le relâchant pour lui permettre d’aller semer des troubles nouveaux, fût-ce dans une autre province. Et comment s’assurer de son retour, sauf à le faire escorter (ce qui serait un gaspillage d’hommes et d’argent invraisemblable ; Decaux exclut d’ailleurs pour ces raisons la possibilité d’un voyage de Paul en Espagne durant sa captivité romaine) ? Quant à la notion de « voyage-éclair », elle est anachronique : par terre, le voyage d’Éphèse à Corinthe est long ; par mer, il peut certes être bref, mais sa durée effective est toujours imprévisible.]

35 weiss (j.), Beiträge zur paulinischen Rhetorik, Göttingen, 1897.

36 belser, Apostelgeschichte, Vienne, 1905.

37 Rm 16, 4. [Mais saint Paul ne précise nullement où et dans quelles circonstances Aquila et Priscilla l’ont sauvé au péril de leur propre vie. À vrai dire, on voit mal comment ils auraient pu le sauver de l’exposition aux bêtes, à moins d’avoir l’imagination de l’auteur des Acta Pauli ou celle d’un scénariste de « péplum ».]

38 feine, Die Abfassung des Philiperbriefs in Ephesus, Gütersloh, 1916.

39 Épîtres aux Colossiens, à Philémon, aux Éphésiens et aux Philippiens. [Sur ces épîtres, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 63-65.]

40 [Acta Pauli, IX, (Écrits apocryphes chrétiens, p. 1151-1161) ; l’épisode d’Éphèse, dont l’existence dans cet apocryphe était indirectement connue (par l’extrait d’Hippolyte de Rome cité plus loin, et par le résumé grec de Nicéphore Calliste au XIVe siècle), n’a été retrouvé, pour la fin (IX, 13-28), qu’en 1927 dans le Papyrus de Hambourg (en grec), et pour le début (IX, 1-14), qu’en 1959, dans le Papyrus copte Bodmer 41 : Paul, allant de Damas à Jéricho, rencontre un lion qui lui demande le baptême ; Paul l’immerge par trois fois dans le fleuve, et le lion s’en va, disant « que la grâce demeure avec toi ! », et se détournant au passage d’une lionne. Plus tard, à Éphèse, le gouverneur Jérôme fait exposer Paul aux bêtes : « Le lion, après avoir regardé autour de lui et s’être fait voir tout entier, vint en courant et se coucha entre les jambes de Paul comme une brebis docile. Lorsque Paul eut achevé sa prière, le lion se remit sur ses pattes et dit à Paul d’une voix humaine : « Que la grâce soit avec toi ! » Or Paul ne s’effraya pas, mais dit à son tour : « Que la grâce soit avec toi, lion ! »... Le lion regardait Paul et Paul regardait le lion. Et Paul comprit que c’était le lion qui était venu à lui et avait été baptisé. Alors, porté par la foi, Paul dit : « Lion, serais-tu celui que j’ai baptisé ? » Et le lion répondit à Paul : « Oui. » Alors Paul reprit la parole et lui dit : « Comment as-tu été capturé ? » Le lion dit d’une voix divine : « Comme toi-même, Paul. » Lorsque Jérôme fit lancer un grand nombre de bêtes contre Paul pour le faire périr, ainsi que des archers contre le lion pour le faire périr lui aussi, alors, bien que l’air fût serein, une grêle compacte et très violente s’abattit du ciel, au point que nombreux furent ceux qui moururent et que tous les autres prirent la fuite. Elle ne toucha ni Paul ni le lion, mais les autres bêtes moururent du fait de l’abondance de la grêle… Paul, après avoir salué le lion, qui désormais ne parlait plus, sortit du stade, descendit vers le port, et embarqua sur le bateau qui partait pour la Macédoine ». Un épisode tout aussi « merveilleux » se retrouve dans le même apocryphe, dans la partie dite « Actes de Thècle » (IV, 6-13), où Thècle est également défendue par une lionne contre les autres bêtes, et exposée en vain à des ours, des lions, des taureaux, et (bizarrement) des phoques miraculeusement foudroyés. Le « combat contre les bêtes » de Paul à Éphèse était cité vers 202 par hippolyte de rome (Commentaire sur Daniel, III, 29) : « Si nous croyons que, Paul ayant été condamné aux bêtes, un lion lâché contre lui tomba à ses pieds et le lécha, comment ne croirions-nous pas aussi à ce qui est arrivé à Daniel <dans la fosse aux lions> ? »]

41 La comparaison entre la cruauté des païens et celle des fauves est traditionnelle : on la trouve à Qumrân à propos d’Alexandre Jannée (« lionceau impétueux ») ; elle sera développée dans l’Apocalypse (Ap 13, 1-2 et 11) et reparaîtra notamment chez eusèbe, HE, 5, 1, 57-58, et 2, 6, à propos des martyrs.

42 [Tout aussi imaginaire est, pour la même raison, la condamnation de Paul « aux mines » (Acta Pauli, XI), dans un passage mutilé du manuscrit copte de Heidelberg (Écrits apocryphes chrétiens, p. 1166).]

43 [Il serait la « bête cornue » d’Ap 13, 11-15, selon schwartz (j.), « Ti. Claudius Balbillus, préfet d’Égypte et conseiller de Néron », BIFAO, 49, 1950, p. 37-55. Cf baslez (m. -f.), « Le procurateur, les mages et l’apôtre : Tiberius Claudius Balbillus à Éphèse en 54 », LE BOHEC (Y.), éd., L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges M. Leglay, Bruxelles, 1994, p. 767-773.]

44 [BASLEZ (m. – f.), l. c., p. 215-217]

45 [Il y a parfois des rémissions, quand les condamnés sont trop nombreux et les bêtes apparemment lasses ou repues, comme pour certains des martyrs de Lyon en 177, mais la fin est toujours la même.]

46 [baslez (m. – f.), l. c., p. 215-220.]

47 [Pour decaux, l. c., il n’y a qu’un procès à Rome, qui se termine par la condamnation et le martyre de saint Paul. L’accusation portée contre saint Paul à Jérusalem en 58 ayant manifestement été considérée comme infondée par deux gouverneurs romains (et par le roi juif Agrippa II), il paraît invraisemblable que le tribunal impérial, qui ne délibérait pas sous la menace de l’émeute, ait été au contraire d’une telle sévérité. Si l’empereur avait sérieusement pensé que Paul était une menace pour Rome, il ne l’aurait pas laissé répandre ses idées dans la ville pendant deux ans avant de le juger (et on peut penser que Festus, qui avait négligé cette menace, aurait été remplacé). La datation la plus probable des diverses épîtres, comme le ton de celles-ci, s’oppose d’ailleurs à l’hypothèse d’un procès unique conclu par la mort. Voir infra.]

48 Sur le naziréat, Nb 6, 1-21.

49 1 Co 9, 20 ;

50 La date de l’arrestation de Paul se déduit des Actes, plus précisément de « la relation du voyage de saint Paul, antérieur à son arrestation, depuis Philippes de Macédoine jusqu’à Jérusalem. Ce récit a été manifestement rédigé d’après un journal de voyage tenu par saint Luc, qui accompagnait l’Apôtre, et qui a gardé intacts les passages à la première personne du pluriel. Quelques uns de leurs compagnons, dont les noms sont mentionnés, avaient pris les devants : « Ils nous attendirent à Troas. Pour nous, nous quittâmes Philippes par mer après les jours des Azymes, et cinq jours après nous les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours. Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec eux... (Ac 20, 5-7). Il en résulte que le douzième jour après la fin des sept jours des Azymes, le dix-neuvième jour à partir de la pâque, tombait cette année-là le premier jour de la semaine, notre dimanche. Paul et Luc ont en effet attendu à Philippes la fin des Azymes et sont partis aussitôt après, un mercredi. Ils sont arrivés à Troas un dimanche et ils y sont restés jusqu’au dimanche suivant inclus, où Paul a célébré la Cène. Si donc parmi les années possibles, nous en trouvons une dans laquelle la pâque est tombée un mercredi, nous aurons l’année du voyage. Or, si nous consultons les Tables astronomiques de C. Schoch (publiées en appendice à langdon (s.) et fotheringham (j.k.), The Venus Tablets of Ammizaduga, Oxford-Londres, 1928), nous constatons qu’en 58 la pâque est tombée le 29 mars, un mercredi ; et le dix-neuvième jour à partir du mercredi (sept jours pour la semaine des Azymes, cinq jours de voyage de Philippes à Troas et sept jours de séjour dans cette Cité) est le dimanche, veille du départ pour Jérusalem, où Paul voulait passer les fêtes de la pentecôte (Ac 20, 16). C’est là qu’il devait être arrêté, alors que les sept jours qui marquaient la clôture de son vœu de nazirat touchaient à leur fin (Ac 21, 26-27) » (Temps apostoliques, p. 14-15)

51 Ac 21, 27-29.

52 [Sur les trois parvis du Temple, le parvis intérieur n’est accessible qu’aux prêtres et aux lévites des trois familles (Gershon, Qehat et Merari). Le parvis intermédiaire est réservé aux hommes de vingt ans au moins, ayant acquitté une capitation d’un demi-sicle (Ex 30, 12-16). Seul l’accès au parvis extérieur du Temple est permis aux étrangers (et aux femmes), Dt 29, 10, et l’étranger devait être établi depuis trois générations au moins, Dt 23, 9. Voir aussi les rappels de ces règles dans les manuscrits de Qumrân, Rouleau du Temple, 39, 2-16, 40, 1-6 (cf La Bible. Écrits intertestamentaires, Paris, coll. Pléïade, 1987).]

53 [On ne peut souscrire à l’opinion de j. mélèze-modrzejewski, « Les tourments de Paul de Tarse », Mélanges Jean Imbert, p. 397-412, pour qui « l’introduction au Temple d’un païen converti mais non circoncis est un acte de bravoure » (p. 411), celui d’un Paul qui « préfigure le révolutionnaire moderne ». Ce serait bien plutôt un « acte gratuit » qui n’aurait pour la cause de Paul que des inconvénients.]

54 josèphe, Ant., 15, 11, 5, et Guerre, 5, 5, 2 et 6, 2, 4. Deux inscriptions en grec avec cette inscription ont été trouvées en 1871 et 1935, publiées par clermont-ganneau (c.), « Une stèle du Temple de Jérusalem », RA, 23, 1872, p. 214-234 et 290-296, et par iliffe (j.h.), « The thanatou Inscription from the Herod’s Temple », Quarterly Department of Antiquities of Palestine, 6, 1936, p. 1-3. Voir aussi dittenberg (w.), OGIS, II, 598 ; gabba (e.), Iscrizioni greche e latine per lo studio della Bibbia, Turin, 1958, p. 83-86 ; bickermen (e.j.), « The Warning Inscriptions of Herod’s Temple », JQR, 37, 1947, p. 387-405 et Studies in Jewish and Christian History, II, Leyde, 1980, p. 210-224 ; rabello (a.m.), « La « lex de Templo Hierosolymitano » sul divieto ai gentili di penetrare nel santuario di Jerushalaim », Miscellanea di studi in onore di Dario Disegno, Turin, 1969, p. 199-218 (publié aussi sous les titres « A proposito de la « lex de Templo Hierosolymitano » que prohibia a los gentiles la entrada en el Templo de Jerusalem », Noticias cristianas de Israël, NS, 21/3, 1970, p. 31-36 et 21/4, 1971, p. 30-34, et « The « lex de Templo Hierosolymitano » Prohibiting Gentiles from Entering Jerusalem’s Sanctuary », Christian News from Israel, 21/3, 1970, p. 28-32 et 21/4, 1971, p. 28-32).

55 Comme le rappelle j. mélèze-modrzejewski, « Les tourments... », l’interdiction des temples aux étrangers se rencontre aussi en Grèce, et sa transgression est punie, mais la sévérité du châtiment prévu à Jérusalem est unique ; il s’agit d’une mesure d’Hérode le Grand (alors que sous Antiochos III la peine était une amende de 3000 drachmes).

56 M. Meila, 6, 1 ; B Meila, 20 a.

57 Cf ch. III. [On a fréquemment souligné que Paul avait manifestement une solide connaissance du droit, tant juif que romain, cf westbury jones (j.), « St Paul, the Roman Jurist », Roman and Christian Imperialism, Londres, 1939, p. 105-181 ; fitzmeyer (j.a.), « Saint Paul and the Law », Jurist 27, 1967, p. 18-36 ; ciprotti (p.), « San Paolo e il diritto », Studi romani, 16, 1968, p. 417-430 ; benz (m.d.), NTS, 21, 1975, p. 353-379 ; tomson (p.j.), Paul and the Jewish Law. Halakha in the Letters of the Apostle to the Gentiles, Assen et Minneapolis, 1990]

58 Il avait été nommé en 47 par Hérode de Chalcis. Josèphe rapporte à son propos, après sa destitution en 59 par Hérode Agrippa II, des traits qui, sous le procurator Albinus, dénotent sa volonté de conserver la réalité du pouvoir, la cupidité qui l’animait, la corruption et la terreur par lesquelles il s’imposait, l’avidité et le mépris de toute légalité avec lesquels il exerçait son autorité. Il savait, dit-il, donner de l’argent et il essayait quotidiennement de faire sa cour par des présents au procurator et au grand prêtre qui lui avait succédé, ce qui lui avait attiré une popularité d’assez mauvais aloi. Il avait des serviteurs très pervers, qui s’adjoignaient les hommes les plus audacieux pour prendre de force la dîme des prêtres et frapper ceux qui ne leur cédaient pas. Les grands prêtres faisaient comme ces esclaves, sans que personne pût empêcher ces agissements. Aussi les prêtres, jadis nourris par les dîmes, étaient-ils exposés alors à mourir de faim (Ant. 20, 9, 2).

59 Ac 23, 2-3. Ananie devait en effet être assassiné par les zélotes en septembre 66, au commencement de la guerre juive (josèphe, Guerre, 2, 17, 9).

60 Ac 23, 4-5. [Paul, soit qu’il n’ait réellement pas identifié le grand prêtre, soit qu’il manie l’ironie comme le pense É. Delebecque (s’il a « parlé mal », c’est parce qu’il ne pouvait supposer qu’un archiprêtre l’ait traité ignominieusement), montre sa connaissance de l’Écriture par cette citation d’Ézéchiel (Ez 22, 27).]

61 Ac 23, 6.

62 Ac 23, 9.

63 [BASLEZ (m. – f.), l. c., p. 256-257.]

64 Ac 23, 10-24. [L’escorte compte deux cents soldats, avec soixante-dix cavaliers et deux cents « lanciers de la maréchaussée » (δεξιολάβοι, qui selon É. Delebecque, devaient appartenir aux forces locales de l’ordre et être des gendarmes armés de la lance, placés sous l’autorité romaine : il n’est évidemment pas question de dégarnir aussi considérablement la cohorte affectée à la protection de Jérusalem, d’où le recours à ces auxiliaires). Les fantassins ne sont allés qu’à Antipatris et sont revenus le matin suivant à Jérusalem tandis que les cavaliers terminaient le trajet avec Paul.]

65 Ac 23, 26-30. [Lysias « arrange » quelque peu le rôle qu’il a joué au début face à un citoyen romain.]

66 [Cf bibliographie sur la cognitio dans Temps apostoliques, p. 188, n. 3.]

67 [Cf seston (w.), « L’empereur Claude et les chrétiens », RHPhR, , 3, 1931, p. 275- 304, particulièrement 301-303, et Scripta varia, ÉFR, 1980, p. 569-598, surtout 595- 597.]

68 C’est à cette occasion que les Actes font connaître la dénomination que les juifs donnaient aux chrétiens : Tertullus présente Paul comme le chef de la secte des nazaréens (τῆς τῶν Ναζωραίων αἱρέσεως), Ac 24, 5. Ce terme de Ναζωραῖος est peut-être le plus ancien et est synonyme de Ναζαρηνός, habitant de Nazareth. Il correspond à l’araméen palestinien nosri, qui a le sens à la fois d’habitant de Nazareth et de chrétien ; dans ce cas il est habituellement employé au pluriel, nôsrim. Ce vocable est évidemment tiré du surnom d’origine qu’on donnait à Jésus, et qui dans le Nouveau Testament, est tantôt Ναζωραῖος tantôt Ναζαρηνός, alors que seul le premier a été employé pour désigner les chrétiens. Comment expliquer l’ω de Ναζωραῖος ? On a pu vouloir éviter toute confusion avec naziréen, qui désigne un homme consacré à Dieu et qui est donc considéré par les juifs comme un homme saint ; ce peut être aussi une sorte de moquerie, une déformation intentionnelle ridiculisante, comme ’iš-bošet, « l’homme de la honte », déformation voulue du nom d’iš-ba‘al (« l’homme de Baal ») ou, selon Albright, eš-ba’al (« Baal existe »), porté par un fils de Saül.

69 Ac 24, 5-8 [(version « longue », restituée par E. Delebecque, citée ici entre < >).]

70 [delebecque (é.), « Saint Paul avec ou sans le tribun Lysias en 58 à Césarée (Actes, XXIV, 6-8) », Revue Thomiste, 81, 1981, p. 426-434.]

71 [baslez (m. – f.), l. c., p. 259.]

72 [josèphe, Guerre juive, 2, 12. Le récit de Josèphe assez confus, n’indique pas ce qui était exactement reproché à Celer, mais seulement que Quadratus « donna l’ordre à Cumanus et au tribun des soldats Celer de s’embarquer pour Rome afin de s’expliquer devant Claude sur ce qui s’était passé » ; comme il est notamment reproché à Cumanus d’avoir tardé à écouter les demandes d’intervention des Galiléens, on peut penser que Celer avait eu aussi un comportement dilatoire. Sur ces troubles, cf infra, ch. VII.]

73 [Sur la carrière de Félix, cf ch. VII.]

74 Ac 24, 10-21.

75 Ac 24, 22. De même, quand Festus exposera le cas de Paul au roi Agrippa II, il se dira embarrassé par l’enquête (ζήτησις) qu’il avait dû mener à son propos, et ajoutera que Paul a réclamé d’être réservé à la διάγνωσις d’Auguste (Ac 25, 20-21).

76 LEMOSSE (M.), Cognitio, Paris, 1944, p. 57-59.

77 AC 28, 18.

78 À vrai dire, et malgré l’affirmation de J. mélèze-modrzejewski, l. c., p. 411 (« le Sanhédrin a certainement réuni bien des témoignages »), on peut douter de la présence de témoins, et bien évidemment de leur sincérité !

79 Ac 24, 26.

80 Ac 24, 27.

81 [La prison en tant que peine n’existe pas en droit romain. Cf rivière (y.), « Carcer et vincula : La détention publique à Rome (sous la république et le Haut-Empire) », MÉFRA, 106, 1994, p. 579-652 ; bertrand-dagenbach (c.), chauvot (a.), matter (m.) et salamito (J.M.), éd., ‘Carcer’. Prison et privation de liberté dans l’Antiquité classique, Actes du Colloque de Strasbourg (5-6 décembre 1997), Paris 1999 (avec un article de salamito (j.m.), « Sunaichmalotoi : Les compagnons de captivité de l’apôtre Paul », p. 191-210).]

82 Festus est le seul gouverneur de Judée auquel Josèphe ne reproche rien. On peut penser qu’à l’inverse de Félix, il était honnête. Il est mort en fonction en 62.

83 Ananie a été déposé en 59 et remplacé par Ismaël, fils de Phabi. Le pluriel employé par les Actes laisse deviner qu’Ananie a dû participer à cette démarche, aux côtés de son successeur et des autres chefs de la faction des sadducéens. Ces derniers paraissent s’être momentanément réconciliés dans ce dessein, car ils se heurtaient les uns les autres et avaient pris le commandement de bandes qui s’insultaient et se lapidaient réciproquement (josèphe, Ant., 20, 8, 8).

84 Saint Luc évoque à nouveau (Ac 25, 3) un projet d’embuscade sur le trajet entre Césarée et Jérusalem.

85 Ac 25, 16.

86 AC 25, 19.

87 [Festus semble avoir eu un bien piètre sens politique et une aussi piètre connaissance du droit : suggérer à un citoyen de se laisser juger par le Sanhédrin et ratifier éventuellement la condamnation à mort portée contre lui par cette assemblée était illégal et – comme toute manifestation de faiblesse- politiquement très dangereux. Il semble que Festus avait été bien peu informé sur la province où il venait d’arriver.]

88 On est surpris de trouver dans ricciotti, Saint Paul Apôtre, Paris, 1952, p. 423, cette affirmation que le cas de Paul relevait d’une double compétence, celle du procurator au regard de l’accusation de sédition, et celle du Sanhédrin au regard des accusations d’ordre religieux. Saint Paul n’était nullement justiciable du Sanhédrin. La proposition de Festus était contraire à la loi romaine. Celui-ci ne se comportait nullement « en homme de loi et en gouverneur prudent ».

89 AC 25, 11.

90 Un appel, en effet, comme l’indique Q. Ceruidius Scaeuola (lib. 4° regularum, D 49, 5, 2), nécessite au moins une sentence interlocutoire rendue contrairement aux lois, soit au civil, soit au criminel. C’est dans ce cas seulement qu’on admet qu’on puisse en appeler avant la sentence définitive. Or Félix s’était contenté pendant deux ans de remettre la cause ; Festus n’avait encore pris aucune décision, et avait seulement proposé une mesure qui semblait à juste titre périlleuse pour l’Apôtre, et pour laquelle il lui demandait d’ailleurs son assentiment. Peut-être aurait-il passé outre, et rendu alors un interlocutoire, mais il ne l’avait pas encore fait. [Cf fanizza (l.), L’amministrazione della giustizia net principato. Aspetti, problemi, Rome, 1999.]

91 Ac 25, 27. Au contraire, lorsqu’il s’agit d’un appel, le juge dont on appelle doit nécessairement délivrer des lettres dimissoires (litterae ditnissoriae) ou « apôtres » (apostoli), à l’intention de celui qui videra la cause, que ce soit l’empereur ou un autre juge (marcianus, lib. 2° de appellationibus, D 49, 6, 1). Cette règle indiquée par Marcien était certainement en vigueur bien antérieurement, dès le Ier siècle de notre ère.

92 Ac 25,7-12.

93 Ac 25, 25.

94 Ac 26, 31-32. [On ne voit pas trace du « malaise » évoqué par j. mélèze-modrzejewski, l. c., p. 405, et qui tiendrait « à la nature même du délit imputé à Paul et à une sorte d’inadéquation qu’il y avait sur ce point entre la loi juive et les conceptions du pouvoir romain qui était censé en assurer le respect », ou au fait que « ses amis chrétiens convertis s’étant entre-temps évanouis dans la nature, Paul pose à l’autorité romaine un cas quasi insoluble. C’est l’embarras de celle-ci, plutôt que la prétendue minceur du dossier (le Sanhédrin a certainement réuni bien des témoignages), qui fait traîner le dossier et permet à Paul d’éviter la sentence » (p. 411). En fait, comme on l’a vu, le dossier n’est pas mince mais vide, et ce qui fait traîner l’affaire, c’est d’abord la cupidité de Félix (jointe peut-être à une certaine lâcheté, au désir de ne pas s’attirer d’ennuis supplémentaires en libérant quelqu’un dont grand-prêtre et Sanhédrin voulaient si visiblement la mort), puis la faiblesse de Festus. Agrippa, qui est juif mais qui n’a aucun intérêt dans l’affaire, exprime parfaitement la vérité.]

95 Ac 27, 1-2.

96 Cf ch. VIII.

97 [Sur les séjours de saint Paul en Italie et à Rome, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 191, n. 3.]

98 Ac 27, 42.

99 Notamment Jacquier, le P. Renié, le chanoine Osty, dom Dupont (dans la Bible de Jérusalem), la traduction œcuménique de la Bible.

100 C 9, 4, 4.

101 Cette constitution paraît inspirée par le même esprit d’automatisme que la loi des citations : au lieu d’estimer la responsabilité du gardien, on le condamne automatiquement à une peine déterminée d’avance (celle qu’encourait celui qu’il a laissé échapper). Ceci est étranger à l’esprit du droit classique.

102 Ac 12, 19.

103 Ac 16, 27.

104 Ac 28, 16-27.

105 Ac 28, 28-31. Là se terminent les Actes.

106 Ph 1,13.

107 Ph 4, 22. Pour ceux qui attribuent cette lettre à une « captivité d’Éphèse », les convertis du prétoire et de la maison de César seraient « des convertis de la caserne prétorienne d’Éphèse » (decaux, l. c., p. 211, n. 3), ce qui paraît une curieuse terminologie.

108 Ph 1, 14-17.

109 On a parfois pensé que saint Luc aurait eu l’intention, dans un autre ouvrage, de traiter la captivité romaine, le procès de Paul, ses dernières missions et son martyre. Mgr Cerfaux (« Les Actes des Apôtres », IB, 2, P ; 339-374 ; « Les Actes des Apôtres et le christianisme primitif », Recueil Cerfaux, 2, p. 63-315) préfère considérer que Luc a seulement voulu retracer l’expansion du message chrétien, qui, par étapes successives, a été porté jusqu’à Rome ; dès que saint Paul y est arrivé et y prêche le christianisme, ce programme est réalisé...[Dans le même sens, É. delebecque (Les Actes des Apôtres, Paris, 1982, Introduction, p. xiv) : « Luc n’étant pas du collège des apôtres s’est fait leur historien. Mais il l’est seulement jusqu’à une limite qu’il lui fallait fixer. Il l’a atteinte. Si les Actes commencent à Jérusalem par ceux de Pierre, pris par Jésus comme chef des Douze, ils se terminent à Rome avec ceux de Paul. Telle était la destination de l’apôtre des Gentils (19, 21 ; 28, 16), selon sa volonté confirmée par Jésus (23, 11). »] Ajoutons que la mentalité de Luc, comme celle des historiens anciens, n’est pas la nôtre. Il limite volontairement son champ de vision. Son intérêt est centré sur les premières fondations de l’Église : celle de Jérusalem, les missions de Paul et son arrivée à Rome. Une fois sorti du cadre qu’il s’est assigné, même s’il s’agit d’un personnage dont il a longuement parlé, comme Pierre, Jean et les autres Apôtres, comme le diacre Philippe, Luc n’en dit plus rien. [Il paraît en revanche difficile d’admettre, comme on l’a soutenu, que l’arrivée de Paul à Rome marquerait la réalisation du programme fixé en Ac 1, 8, « vous serez mes témoins... jusqu’aux extrémités de la terre » : jamais au temps de l’Empire Rome n’a pu apparaître comme l’extrémité d’un monde dont on la considère au contraire comme le centre.]

110 Ph 2,24.

111 eusèbe, HE, 2,22.

112 Sommaire des chapitres, en tête du livre 2, chap. 22.

113 2 Tm 4, 17 ; cette expression figure dans le Ps. 22 (21), 22. Notons que c’est une expression proverbiale pour désigner un grand péril et qu’il n’y a pas lieu de songer spécialement à Néron.

114 HE, 2, 22, 8.

115 [Cf zanon (g.), Le strutture accusatorie della cognitio extra ordinem nel principato, Padoue, 1998 ; milazzo (f.), éd., Gli ordinamenti giudiziari di Roma imperiale. Princeps e procedure dalle leggi giulie ad Adriano. Atti del Convegno internazionale di diritto romano e del III premio romanistico G. Boulvert, Copanello 5-8 juin 1996, PFGUCMG, 1999, 40 (=ACOP 8).]

116 Au dire de dion cassius, Histoire romaine, 60, 4, Claude rendait la justice au tribunal impérial assisté des consuls, des préteurs et de ceux qui étaient chargés de l’administration du trésor public.

117 Ibid., 60, 16.

118 [Sur le tribunal impérial, bibliographie dans Temps apostoliques, p. 193, n. 3.]

119 [Bibliographie dans Temps apostoliques, p. 193, n. 4. Cf en outre peachin (m.), « Iudex vice Caesaris », Deputy Emperors and the Administration of Justice during the Principate, Stuttgart, 1996 ; absil (m.), Les préfets du prétoire d’Auguste à Commode, 2 av. Jésus-Christ- 192 ap. Jésus-Christ, Paris, 1997.]

120 [Sur le maintien de l’ordre à Rome, nippel (w.), Public Order in Ancient Rome, Cambridge, 1995.]

121 [Cf Temps apostoliques, p. 193-194, n. 5.]

122 pline le jeune, Ep., 7, lettre 6.

123 Ant. 20, 9, 5.

124 C’est ce qui avait été avancé par Grossheide dans son Commentaire sur les Actes, par lake (k.), « What was the End of St Paul’s Trial ? », Interpreter, 5, 1909, p. 146-156, et par cadbury (h.j.), Roman Law and the Trial of Paul, p. 330 s. ; sahlin (h.), Studien zum dritten Kapitel des Lukasevangeliums, U.U. A, Upsal-Leipzig, 1949 ; dabrowski (e.), « Le prétendu procès romain de saint Paul d’après les recherches récentes », Studiorum Paulinorum congressus internationalis catholicus 1961, Rome, 1963, p. 197-205. Cette hypothèse est citée sans objection par renié (j.), Actes des Apôtres, p. 355, par dupont (j.), Les Actes des Apôtres, Paris, 1954, p. 217, et par wikenhauser (a.), Die Apostelgeschichte und ihr Geschichswert, Neutestamentliche Abhandlungen, 8, 3-5, Münster, 1921, p. 290. Mais haenchen (e.), Die Apostelgeschichte, 13e éd., (MKNT), Göttingen, 1961, p. 658, indique les difficultés qui empêchent de l’admettre, et conclut que rien ne permet de croire à une libération automatique de Paul au bout de deux ans.

125 D 48, 16.

126 dion cassius, 60, 28. Nous empruntons cette argumentation à notre collègue et ami J.A.C. Thomas, de l’Université d’Oxford, à qui nous renouvelons l’expression de notre gratitude.

127 suétone, Claudius, 15.

128 Ac 24, 27.

129 Ant., 1,302.

130 In Flaccum, 128-130.

131 In Flaccum, 20, 125-135 ; cf la présentation de ce personnage dans l’édition d’A. PELLETIER, In Flaccum, introduction, traduction et notes, Paris, 1937 (Les œuvres de Philon d’Alexandrie, 31), 30-32.

132 [Sur le fondement juridique des persécutions, Temps apostoliques, p. 702-709 ; wagner (g.), « Le motif juridique des persécutions des premiers chrétiens par les autorités romaines », EThR, 75, 1,2000, p. 1-8.]

133 2 Tm4, 13.

134 Cf les excellentes pages que le p. spicq, Saint Paul. Les épîtres pastorales, p. 394-402, consacre au second procès romain de saint Paul.

135 2 Tm 1, 12 ; 2, 9.

136 2 Tm 1, 16-17. Sur Onésiphore, munk plum (n.), « Onesiforus II Tim.1, 16 ; IV, 19 », TeT 1919, p. 193-200.

137 2 Tm 1, 15 ; 4, 11.

138 2 Tm 4, 16.

139 2 Tm 4, 11.

140 Sur ce voyage, dion cassius, Histoire romaine, 63, 8 ; Suétone, Néron, 19, 22-23.

141 Clem 5, 10.

142 [M – F. BASLEZ, l. c., p. 286-293, rapproche le second procès romain de saint Paul des poursuites contre les philosophes en 65-66 : saint Paul aurait pu être considéré comme « le chef d’une secte qu’on pouvait assimiler à une école philosophique », ou comme coupable de « thaumaturgie et de magie impie ».]

143 2 Tm 4, 14 ; χαλκεύς paraît désigner le métier qu’exerce celui qui travaille le cuivre ou l’airain, et aussi l’orfèvre ; ce pourrait aussi être un cognomen, qui devrait alors être traduit par faber. Cet homme semble être éphésien, mais il n’est pas sûr qu’il faille l’identifier avec cet Alexandre que Paul a livré à Satan, 1 Tm 1, 20, ou avec son homonyme d’Éphèse, Ac 19, 33.

144 Clem 5, 5-6.

145 CULLMANN (O.), Saint Pierre, disciple, Apôtre, martyr, p. 80-85.

146 2 Tm 4, 17.

147 PLINE LE JEUNE, Epistulae, IV, 9, 9.

148 Ac 20, 7 et 11.

149 2 Tm 4, 6-8.

150 Chronicon, 2, olympiade 211 (PG, 19, 544).

151 De uiris illustribus, 5 et 12.

152 tacite, Annales, 3, 51 ; Suétone, Tibère, 75 ; Sénèque, De tranquillitate animi.

153 HE, 2, 25, 5 et 8.

154 [Bibliographie dans Temps apostoliques, p. 203.]

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search