Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

Titre I : Droit public

Chapitre III : Saint Paul et la preuve de la citoyenneté romaine1

Texte intégral

  • 1 Inédit. Établi à partir de Temps apostoliques, p. 177, 188 n. 1, de « À propos de la venue de saint (...)
  • 2 Cf notamment Ac 13, 16 s. ; 22,3 ; 23, 6 ; 26, 4-8 ; 28, 17-20.
  • 3 Selon une tradition rapportée par saint Jérôme (In Philemonem, 7, 672), la famille de Paul aurait é (...)
  • 4 Ac 21, 39 : Ταρσεὑς τῆς Κιλικίας, οὐκ ἀσήμου πόλεως πολίτης. Tarse, ville importante dès le IIe mil (...)
  • 5 Ac 22, 28 : ’Εγὼ δὲ Καὶ γεγέννημαι ’Ρωμαῖος. Le tribun Lysias, lui, a acheté sa citoyenneté, et avo (...)
  • 6 [seston (w.), « Tertullien et les origines de la citoyenneté romaine de S. Paul » (Neotestamentica (...)
  • 7 [Cf infra, ch. VII.]

1Saint Paul était juif et fier de l’être : il revendique à maintes reprises sa qualité de juif (et de Pharisien)2. Mais il gardait de l’attachement à la ville de ses ancêtres3 et de sa naissance, Tarse, en Cilicie, qu’il qualifie de « cité qui n’est pas sans renom »4, et surtout il était tout aussi fier d’être citoyen romain, et de l’être de naissance5, comme il le dit au tribun Lysias à Jérusalem [: « Parce que, dans la cité romaine, en présence d’un nouveau citoyen il est dans la situation d’un ingénu en face d’un affranchi -ce que n’est pas, de son propre aveu, l’imprudent et naïf tribun militaire-, il fait figure de notable. A-t-il voulu tirer de cet avantage un surcroît de considération, donc de sauvegarde ? C’est probable, mais il ne pouvait s’en prévaloir que pour le moment de son arrestation et auprès du tribun. Il est en effet certain que devant un tribunal romain, fût-il celui de César, seule importait la qualité de citoyen romain : quelle qu’en fût l’origine, elle suffisait à autoriser le transport du prisonnier à Césarée et l’appel à César »6. Sur ce plan, et bien que cela n’ait aucune conséquence juridique, « l’ingénu » Paul était également supérieur au gouverneur Félix, né esclave7.]

  • 8 [hubaut (m. a.), Paul de Tarse, Tournai, 1989, p. 7-8.]
  • 9 [vidal-naquet (p.), « Du bon usage de la trahison » (préface à josephe, La guerre juive, trad. P. S (...)
  • 10 Sur l’origo, cf bruguière (m.– b.), « Le domicile dans les droits antiques », Mélanges dédiés à Gab (...)
  • 11 [Navarque et compagnon d’armes d’Auguste, originaire de Rhosos (près de Tarse) ; cf roussel (p.), « (...)
  • 12 [mélèze-modrzejewski (j.), « Les tourments de Paul de Tarse » (Histoire du droit social, Mélanges e (...)
  • 13 [Essentiellement par l’épigraphie, cf sartre, L’Orient romain, p. 398 ; ils n’abandonnaient pas pou (...)
  • 14 cullmann (o.), Dieu et César, Neuchâtel, 1956, p. 66.
  • 15 [seston (w.), l.c., p. 600.]

2[Certains auteurs ont mis en doute cette qualité8 ou trouvé des difficultés d’interprétation dans ce qu’ils ont pris pour un cumul de nationalités9. En réalité il n’y a rien de tel ; il n’existe pas au Ier siècle de nationalité ou de citoyenneté juive, que ce soit pour les juifs de Palestine ou pour ceux de la Diaspora, puisqu’il n’existe plus d’État juif. La citoyenneté de Tarse est celle de l’origo, liée à la famille (plus précisément à la ligne agnatique) et au lieu de naissance10, qui ne s’oppose en rien à la citoyenneté romaine. « Être citoyen romain, au Ier siècle de notre ère, tout en restant citoyen de sa cité d’origine, n’est pas un état comparable à la situation de celui qui possède aujourd’hui une double nationalité... Séleucos de Rhosos11 et Paul de Tarse ont bien deux patries ; mais il n’y a aucune commune mesure entre les liens qui les rattachent à leur cité natale, « patrie de la nature » ou « du lieu », comme le dit Cicéron, et la citoyenneté romaine, symbole d’appartenance à une communauté œcuménique, « patrie civique » à l’échelle de l’Empire mondial des Romains »12. Une incompatibilité, au moins morale, entre la qualité de juif et celle de citoyen romain, est pour la mentalité du temps un anachronisme : on connaît d’ailleurs de nombreux juifs citoyens romains13. L’idée est particulièrement étrangère à Paul et à sa conception de l’État, « voulu de Dieu »14, donc légitime. « Paul est libre de s’y intégrer et – pourquoi se refuser à le reconnaître ?– il le fait avec fierté. L’appel à César sera pour lui la reconnaissance du droit de l’Empire romain à rendre ici-bas la justice », reconnu par tous les chrétiens des temps apostoliques : pour les Actes, « que saint Paul ait pu se proclamer tout à la fois « Juif, fils de Juif » et « citoyen romain, fils de citoyen romain », ne fait pas le moins du monde scandale. Autrement dit, politiquement et sociologiquement, pour lui et pour ses lecteurs, il n’y a point d’objection à être l’un et l’autre »15]

  • 16 [welles (c. b.), « Hellenistic Tarsus », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Mélanges R. Mouterd (...)
  • 17 [baslez (m. – f.), l. c., p. 22.]
  • 18 [cadbury (h. j.) et lake (k.), The beginnings of Christianity, IV, p. 284.]
  • 19 [Sur les affranchis et le droit de cité (à l’époque républicaine), lemosse (m.), « L’affranchisseme (...)

3Nous ne savons pas l’origine précise de la citoyenneté romaine de Paul. Elle ne vient pas de sa qualité de Tarsiote, car les habitants de Tarse n’avaient pas reçu en bloc la citoyenneté romaine, à la différence de ce qui était advenu pour d’autres villes d’Orient. Elle a donc été accordée à sa famille, à l’un de ses ancêtres, dans des circonstances particulières ; ce fut vraisemblablement, comme pour beaucoup d’autres, au cours des guerres civiles du Ier siècle av. J.-C. ; Tarse y avait pris le parti de César, position difficile, voire dangereuse, dans un Orient massivement « client » de Pompée, mais qui devint avantageuse plus tard, surtout après Philippes. Divers Tarsiotes furent alors récompensés par l’octroi de la citoyenneté romaine16, et peut-être, parmi eux, la famille de Paul ; Paul étant né au début du Ier siècle de notre ère, peut-être vers 1517, c’est sans doute son grand-père, voire plutôt son bisaïeul, et non son père (qui n’était probablement pas né en 49-45), qui bénéficia le premier de ce privilège. Mais cela reste une hypothèse : pour certains, la citoyenneté romaine de la famille de Paul pourrait remonter à Pompée18 ; on ne peut d’autre part exclure qu’un ancêtre de Paul ait acquis la citoyenneté romaine par achat, ou même à la suite d’un affranchissement19.

  • 20 [Cf notamment renan (e.), Les apôtres, Paris, 1886 ; armogathe (j. – r.), Paul ou l’Impossible Unit (...)
  • 21 [mélèze-modrzejewski (j.), ibid., p. 398.]
  • 22 [baslez (m. – f.), l. c., p. 25-26.]
  • 23 [Nous savons seulement qu’en milieu juif le fils porte un prénom différent de celui du père (mélèze (...)
  • 24 [Selon baslez (m. – f.), l. c., p. 25-26, plutôt qu’un surnom héréditaire, Saül serait le nom donné (...)
  • 25 Ac 13, 9.
  • 26 [L’utilisation d’un double nom n’est pas rare : citons le cas de Silas (nom donné par les Actes) ou (...)

4Nous ne connaissons pas non plus les tria nomina que Paul possédait, comme tout citoyen romain. [Si l’hypothèse précédente est fondée, le premier « Romain » de la famille dut s’appeler Caius Iulius ; le cognomen Paulus est habituellement interprété comme une transformation de Saül par assimilation phonétique20, avec un sens complètement différent : « Šaul, « Désiré », « Demandé (par Dieu) », est devenu Paulus, « petit homme », « le faible », « le fragile », surnom modeste en soi mais valorisé par la gloire des grands généraux qui l’ont porté, tels Aemilius Paulus père et fils, héros de Cannes et vainqueur de Persée »21 ; on peut remarquer de même que le nom de Saül « sonne mal en grec, au moins sous la forme hellénisée Saoulos, qui est celle utilisée par l’auteur des Actes : il évoque nonchalance et comportement efféminé, pour ne pas dire plus ! »22]. Rien ne permet de connaître le praenomen de l’Apôtre23. Mais les Actes, qui ne le désignent d’abord que sous son nom de Saül24, indiquent lors de la rencontre avec Sergius Paulus à Chypre qu’il s’appelait aussi Paul, Σαῦλος δέ, ὁ καὶ Παῦλος25, et ne lui donnent plus ensuite que ce nom26.

  • 27 [Sur la citoyenneté romaine, note bibliographique en fin de chapitre.]
  • 28 La conversion de saint Paul date de 34 environ, mais son apostolat ne commença que plusieurs années (...)
  • 29 Sur la date de l’arrestation de Paul, cf infra, ch. VII, n. 15.
  • 30 Ac 25, 10-12 ; sur sa signification procédurale, voir infra, ch. V.
  • 31 Ac 25, 11.
  • 32 [Ep. X, 96, 4 : Fuerunt alii similis amentiae quos, quia ciues Romani erant, adnotaui in urbem remi (...)
  • 33 [NICOLET (C.), Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1967, p. 34- 36.]

5Sa citoyenneté romaine27 est pour saint Paul une égide qu’il brandit à maintes reprises dans les procès, les ébauches ou les menaces de procès qui jalonnent sa carrière apostolique : il lui doit assurément d’avoir pu accomplir un quart de siècle environ d’apostolat28. Sans cette protection juridique, la prédication de Paul aurait pu s’interrompre beaucoup plus tôt, vers 51, lors des incidents d’Antioche de Pisidie ou de Thessalonique, et presque certainement au moins en 58 après son arrestation à Jérusalem29. Rappelons la célèbre déclaration de Paul au gouverneur Festus en 6030 : « Je suis devant le tribunal de César ; c’est là que je dois être jugé. Je n’ai fait aucun tort aux juifs ; tu le sais fort bien toi-même. Si je suis coupable, je ne refuse pas de mourir. Mais s’il n’y a rien de fondé dans les accusations que ces gens-là portent contre moi, personne n’a le droit de me livrer à eux par complaisance. Καίσαρα ἐπικαλοῦμαι (je demande à comparaître devant César) »31. [« L’anecdote, célèbre à juste titre, ... nous enseigne très précisément ce que l’on gagne à être citoyen romain : au premier chef, un statut civil qui protégeait l’individu face aux magistrats ou hauts fonctionnaires impériaux, dans le droit fil de la tradition républicaine. La citoyenneté romaine, c’est donc avant tout, et presque exclusivement, le bénéfice de cette sorte d’habeas corpus avant la lettre qu’est le droit d’appel au peuple romain, désormais représenté par César » (plus exactement le droit d’exiger d’être jugé par ce peuple romain représenté par César). « À la limite, cela signifie, comme pour saint Paul, l’arrêt de la procédure locale en cours, le voyage à Rome sous escorte militaire (mais un accusé qu’on amenait de si loin n’était pas mal traité). La procédure se prolongera au moins jusqu’au IIe siècle après J. – C. Lorsqu’il est obligé de procéder à des enquêtes et à des poursuites contre les chrétiens en Bithynie – sur plainte des clergés locaux-, Pline le Jeune, par exemple, réserve le cas de ceux qui sont citoyens romains pour les envoyer à Rome32. Telle est donc apparemment la principale dimension du droit de cité sous l’Empire : c’était avant tout un système de garantie civil et judiciaire. » En effet, « durant tout le Haut-Empire, la citoyenneté a changé de nature. Sans doute est-ce un statut personnel, avantageux surtout au point de vue procédural ; sans doute ouvre-t-elle la voie, fort étroite, qui conduit une infime minorité au pouvoir administratif ; mais elle a perdu ce qui était son trait essentiel sous la République : elle ne garantit plus la participation politique »33.]

  • 34 PAUL, Sententiae, 5, 26, 1 ; ulpien, lib. 8° de officio proconsulis, D 48, 6, 7 : Lege Iulia de ui (...)
  • 35 [CICÉRON, Verrines, II, V, 62, 162 ; 63, 163 et 164 ; 64, 165 ; 65, 166 et 178. Rappelons que le De (...)
  • 36 [CARCOPINO (J.), « Observations sur le De suppliciis », Mélanges de Visscher, III, RIDA 4, 1950, p. (...)
  • 37 [J. CARCOPINO souligne, p. 259 s., que les témoins affirment seulement avoir entendu Gauius se dire (...)

6La citoyenneté romaine permet d’être jugé par le tribunal impérial ; elle permet aussi, en cas de condamnation à mort, d’être décapité, et elle protège contre les sévices corporels auxquels apparemment les autorités romaines procédaient libéralement quand elles cherchaient à éclaircir une querelle locale entre pérégrins : l’ordre du tribun Lysias de donner les verges à Paul, quand il ignore encore sa qualité de citoyen, est un bel exemple de cette désinvolture. On ne peut mieux le comparer qu’au « passage à tabac » et aux autres vexations illégales parfois encore usitées de nos jours. Mais un citoyen romain ne peut être flagellé qu’en exécution d’une sentence régulièrement rendue ; cette peine accompagnait normalement la condamnation à mort. En revanche celui qui détient l’autorité publique et fait flageller, enchaîner, torturer ou frapper un citoyen tombe, au temps de saint Paul, sous le coup de la lex Iulia de ui publica34, et déjà sous la république plusieurs lois avaient prévu cette protection. [Certes, il y a eu ce qu’on aime aujourd’hui à nommer des « bavures », dont la plus célèbre mais peut-être en même temps la plus contestable, est exposée par Cicéron dans la dernière partie des Verrines, le De suppliciis : « Qui ne se souvient... des tribulations subies par Publius Gavius, depuis son internement aux Latomies de Syracuse jusqu’à son exécution infamante sur la croix des esclaves ? Et qui ne se rappelle l’énergie farouche avec laquelle le malheureux, exposé, avant son supplice, aux verges du licteur sur le forum de Messine, répéta, sous les coups qui l’ensanglantaient, la protestation qui a traversé les âges et retentit toujours dans nos âmes comme un suprême appel à la liberté et à la dignité humaine : ciuis Romanus sum35 ? »36. Il est vrai que, selon Jérôme Carcopino, cette affirmation de Gauius pouvait bien être mensongère, puisque sa ville d’origine, Compsa, n’aurait été incorporée à la cité romaine qu’après l’écrasement de Spartacus, dont Gauius aurait été l’allié et l’espion, ce qui lui avait valu cette mort infamante ; Gauius, citoyen ou imposteur37, coupable ou innocent, avait en tout cas été condamné par l’autorité légitime, et dans une province menacée par la guerre, où l’on pouvait donc déroger au droit commun ; sa plainte n’en a pas moins été, à juste titre, jugée par Cicéron capable d’émouvoir l’opinion. A fortiori devait-on se scandaliser de toute atteinte au statut privilégié d’un citoyen romain simplement soupçonné d’une infraction quelconque, avant enquête ou jugement, et surtout après la promulgation de la lex Iulia de ui publica.]

  • 38 2 Co 11, 24.
  • 39 2 Co 11,25.
  • 40 Ac 16, 22-23. Cf infra ch. V.
  • 41 1 Th 2, 2.
  • 42 Ac 22, 25-29.
  • 43 Pro Flacco, 47.
  • 44 Vespasianus, 3, 1.
  • 45 suétone, Claudius, 25 : Claudius ciuitatem romanam usurpantes in campo Esquilino securi percussit.
  • 46 Ac 21, 37-38.

7Néanmoins cette protection n’était pas toujours d’une efficacité immédiate : saint Paul nous dit lui-même qu’il a cinq fois été fouetté par ordre des juifs38 (en toute illégalité), mais aussi qu’il a été battu de verges, donc sur ordre d’autorités « romaines », trois fois39 : nous connaissons une de ces occasions, à Philippes40, où, dit l’Apôtre, « nous avons été maltraités et outragés »41, et il évita de justesse une récidive à Jérusalem en révélant sa citoyenneté au centurion42. On est amené à se demander comment saint Paul prouvait cette citoyenneté. Saint Luc ne nous dit évidemment rien à ce propos : il n’avait nulle raison d’exposer ce que ses contemporains savaient parfaitement. Il semble que saint Paul n’ait pas rencontré de scepticisme quand il a excipé de sa citoyenneté, que ce soit devant les magistrats de Philippes ou devant le tribun Claudius Lysias. On a fait observer que les usurpations devaient être fort rares, en raison de la gravité de la répression, qui pouvait aller jusqu’à la peine de mort. Certes, Cicéron43 ou Suétone44 font allusion à des non-citoyens qui veulent acheter des juges pour faire établir en justice une citoyenneté contestée, mais le risque était grand et l’empereur Claude fit décapiter à l’Esquilin des gens qui s’étaient fait passer faussement pour citoyens romains45. Reste à savoir comment cette citoyenneté (ou son absence) pouvait être démontrée ; ni les magistrats de Philippes ni le tribun Lysias (qui a d’abord pris Paul pour un agitateur égyptien et a été tout étonné de l’entendre parler grec46) n’avaient à l’égard de l’apôtre un préjugé favorable qui les aurait portés à la crédulité, il leur a donc fallu des preuves.

  • 47 II Tm 4, 13.

8L’hypothèse la plus vraisemblable est que saint Paul emportait dans ses voyages des pièces qui faisaient foi de cette qualité, en même temps que les livres et les parchemins auxquels il fait allusion en écrivant à Timothée47.

  • 48 [Cf sherwin-white (a. n.), Roman Society and Roman Law in the New Testament, Oxford, 1963, p. 146-1 (...)
  • 49 [baslez (m. – f.), l. c., p. 24.]
  • 50 Ac 23, 16-22.
  • 51 [baslez (m. – f.), l. c., p. 149.]

9[Divers auteurs ont estimé cette hypothèse invraisemblable, pensant notamment que les documents en question auraient été trop lourds ou encombrants pour être transportés ainsi dans une vie errante (en elle-même assez exceptionnelle), et ont supposé que la preuve devait reposer uniquement sur des témoignages48 : « La citoyenneté de Paul ne suscite pas de contestations à Jérusalem où lui-même a vécu et où sa famille est bien connue49 ». Cette notoriété de la famille de Paul à Jérusalem n’est pas certaine ; lui-même a certes fait ses études à Jérusalem, « aux pieds de Gamaliel », mais une trentaine d’années au moins auparavant ; de sa famille, nous ne connaissons à Jérusalem que son neveu, le fils de sa sœur, qui révèle à Lysias un peu plus tard le projet d’assassinat des sicaires, accepté par le Sanhédrin50 ; mais nous ignorons s’il habitait ordinairement Jérusalem ou s’il y était seulement venu, comme bien d’autres, à l’occasion de la pentecôte. À Philippes, il se serait agi « d’un accident. Paul et Silas n’avaient pas les moyens, au moment de leur arrestation, de fournir la preuve de leur identité. Dans une société qui ne connaissait ni les passeports ni les documents d’identité, qui n’enregistrait même pas les naturalisations, tout fonctionnait sur les témoignages <de parents résidents ou d’hôtes servant de garants>… Mais tout le système pouvait déraper, comme ici, en cas de flagrant délit et de comparution inopinée devant les autorités : les parents pouvaient être absents, et les relations d’hospitalité s’être distendues ; on pouvait également hésiter à reconnaître le frère ou le parent de l’hôte d’autrefois. Paul souffrit d’une absence ou d’un défaut de témoins : peut-être fit-il chercher l’un de ses parents à Thessalonique pour attester de son identité et de son statut »51.]

  • 52 [Ac 17, 5-9.]
  • 53 [N’oublions pas que le parent ou l’hôte peut également être décédé depuis sa dernière communication (...)
  • 54 [Sur l’affaire de Philippes, voir infra, ch. V.]

10[Ce raisonnement paraît juridiquement fort insatisfaisant. Il aurait fallu que l’identité et l’honorabilité du parent thessalonicien fussent elles-mêmes prouvées, ce qui demandait au moins l’envoi à Thessalonique (que 170 kilomètres, par la Via Egnatia, séparent de Philippes) d’un personnage officiel qui se serait renseigné sur place et dont la parole aurait fait foi à Philippes. En outre, un seul témoignage ne suffit pas à établir une preuve, et il aurait fallu trouver à Thessalonique au moins deux parents ou amis de Paul. Il fallait également des témoins pour Silas ; or si nous connaissons à Paul au moins un hôte et peut-être parent à Thessalonique, Jason52, nous ignorons tout de la famille de Silas, et notamment si elle était assez importante pour posséder un large réseau de répondants. Tout cela supposerait une procédure bien lourde et d’efficacité aléatoire, puisque les parents ou hôtes pourraient ne pas reconnaître quelqu’un qu’ils n’auraient pas vu depuis longtemps, et qu’il faudrait envoyer chercher plus ou moins loin des témoins incertains53. Surtout, cette éventuelle recherche de témoignages n’explique pas pourquoi les magistrats philippiens auraient fait donner les verges à Paul et à Silas en quelque sorte « préventivement », au lieu d’attendre d’être fixés sur leur qualité, en prenant le risque de s’exposer aux conséquences de la Lex Iulia de ui publica. Or il est clair qu’ils ont été effectivement fixés, puisqu’ils ont relâché Paul et Silas avec des excuses, non pas après l’arrivée d’hypothétiques témoins, mais quand ils ont bien voulu écouter le rapport de leur geôlier54. De toute façon, l’intérêt de la citoyenneté romaine étant avant tout à cette date une garantie pour le citoyen, celui-ci, lors d’un voyage, devait pouvoir la prouver sans recourir à des moyens aussi compliqués (et tous les citoyens romains n’avaient pas des parents installés dans tout l’Empire !). Il faut donc rechercher quels pouvaient être les moyens de preuve utilisés en dehors des témoins.]

11Il est exact qu’il n’existait aucun système de preuve légale pour établir cette qualité de citoyen romain. Mais cela permettait de recourir aux documents les plus divers : on peut donc formuler diverses hypothèses, sans que rien ne permette de choisir entre elles.

  • 55 Cf note bibliographique en fin de chapitre.
  • 56 Cf LÉVY (J. P.), « Les actes d’état-civil romains », RHD, 29, 1952, p. 449-486.
  • 57 LÉVY (J. P.), ibid., p. 457-458.
  • 58 La fille reçoit son nom huit jours, et le garçon, neuf jours, après la naissance. La professio semb (...)
  • 59 lanfranchi (f.), l. c., p. 105.
  • 60 lévy (j. p.), l. c., p. 460, n. 2.

12Saint Paul pouvait posséder un double de sa déclaration de naissance. Il est en effet exagéré de considérer l’état-civil romain comme inexistant55, même s’il est assez rudimentaire et repose apparemment plus sur des actes privés que sur des documents publics56. L’enregistrement des naissances, du moins pour les enfants légitimes de citoyens romains, découle des lois augustéennes Aelia Sentia et Papia Poppaea : « la première ne permettait d’affranchir qu’aux maîtres âgés d’au moins vingt ans. La seconde, loi caducaire, conférait, en fonction de l’âge et en raison du nombre des enfants, des avantages successoraux ou l’exemption de la tutelle. Pour contrôler âges et naissances, on s’explique aisément qu’ait été organisé en même temps un système de déclaration des naissances »57. Marc-Aurèle, à qui l’Histoire Auguste attribue cette initiative, n’a probablement fait qu’étendre aux enfants illégitimes la mesure augustéenne. Les citoyens romains doivent déclarer à l’autorité publique la naissance de leurs enfants légitimes : c’est la professio liberorum, qui devait normalement avoir lieu dans les trente jours qui suivaient le dies nominum58 La déclaration est en principe faite par le père, éventuellement par la mère ou le grand-père, à l’aerarium du temple de Saturne à Rome, au praeses en province, au préfet en Égypte. Nous possédons à cet égard un certain nombre de documents, essentiellement des papyrus d’Égypte. La déclaration était, semble-t-il, assez complète : nom, sexe, date et parfois lieu de naissance, souvent qualité de citoyen et d’enfant légitime, pour l’enfant, nom et domicile des parents, souvent avec l’indication de la fortune du père. Elle est apparemment reçue sans examen, accepta citra causarum cognitionem, clause qui apparaît dans les copies que l’on possède à partir du IIe siècle : on ne la trouve pas dans le seul document connu du Ier siècle, « soit parce qu’à cette époque un examen avait lieu59, soit plus probablement parce que l’expérience n’avait pas fait encore apparaître la nécessité de dégager la responsabilité de l’État »60.

  • 61 [Sur les diplômes des vétérans, note bibliographique en fin de chapitre.]
  • 62 Cette méthode est fort ancienne : elle est comparable aux « tablettes-enveloppes » mésopotamiennes (...)
  • 63 apulée, Apologia, 89. Aemilianus est l’adversaire d’Apulée, et Maximus le proconsul d’Afrique, qui (...)

13Les professiones sont conservées dans les archives publiques, recopiées, et publiées sur une Tabula albi professionum ; on en délivrait des copies aux intéressés, mais il s’agissait de copies privées, sous forme de testatio en double teneur, analogue aux diplômes délivrés aux vétérans61. Le texte est copié deux fois, et l’identité des copies vérifiée par des témoins (sept, pour les diplômes de vétérans et de façon générale), dont les noms sont gravés ; l’une des copies (scriptura exterior) est visible et peut être lue ; l’autre (scriptura interior) est cachée et protégée : on ferme le diplôme en passant dans les trous ménagés à cet effet un triple fil métallique, que l’on noue, et sur lequel chaque témoin appose son sceau, en face de son nom ; le texte est désormais infalsifiable62. C’est un acte de ce genre que produisit vers 158 Apulée dans un procès concernant l’âge de sa femme Pudentilla, l’une des rares affaires d’état-civil que nous connaissions ; on reprochait à Apulée d’avoir épousé uniquement par intérêt une femme qui aurait été plus que sexagénaire ; par la production d’une telle copie scellée du registre des naissances, il prouva (par les noms des consuls) la vraie date de naissance de Pudentilla (falsifiée pour des raisons d’intérêt par le père de celle-ci) : elle n’avait en fait qu’une quarantaine d’années : Pater eius natam sibi filiam more ceterorum professus est. Tabulae eius partim tabulario publico partim domo adseruantur, quae iam tibi ob os obiciuntur. Porrige tu Aemiliano tabulas istas : linum consideret, signa quae impressa sunt recognoscat, consules legat, annos computet, quos sexaginta mulieri adsignabat… Iube, Maxime, consules computari : nisi fallor, inuenies nunc Pudentillae haud multo amplius quadragensimum annum aetatis ire »63.

  • 64 arangio-ruiz (v.), « Les tablettes d’Herculanum » (RIDA 1, 1948, p. 9-25), p. 19. Cf aussi, du même (...)
  • 65 Études de papyrologie, 6, 1940, p. 1 s.
  • 66 arangio-ruiz (v.), l. c., p. 11.

14À côté des copies des registres officiels, on trouve aussi, et dès le Ier siècle, des actes purement privés, qui se présentent sous forme de testatio, avec les mêmes garanties de protection, où est attestée une naissance. Beaucoup de ces testationes, en Égypte, concernent des enfants illégitimes, dont la naissance n’avait donc pas fait l’objet d’une professio. Mais on en a trouvé une, dans les tablettes d’Herculanum, à propos d’une fille légitime : le 24 juin 60, L. Venidius Ennychus testatus est sibi filiam natam esse ex Livia Acte uxore sua. L’utilité d’une telle testatio à côté de la professio découlerait de la clause citra causarum cognitionem. « Cela veut dire que la présentation de la professio et son enregistrement par les soins de la préfecture ne préjugeaient pas des controverses qui auraient pu surgir par la suite au sujet soit de la citoyenneté de l’enfant, soit de sa légitimité, soit de la naissance même. Par conséquent, il y a lieu de penser que, lorsqu’on pouvait craindre des contestations futures, les parents avaient tout intérêt à se prémunir en préparant tout de suite après la naissance de l’enfant cette pièce à conviction qui était la testatio »64. Il s’agit ici de tablettes de bois enduites de cire ; à la différence des plaques de bronze des diplômes militaires, elles sont évidemment peu encombrantes et légères : « en ce qui concerne la minceur des feuilles, les huit feuillets <d’un polyptyque d’Herculanum> tiennent en une épaisseur totale de 12 ou 13 mm, alors que les cinq planches du testament d’Antonius Silvanus, découvert en Égypte et publié par les soins de MM. Guéraud et Jouguet65, atteignent à peu près les 6 cm »66. [Le format du testament de Silvanus pourrait paraître encombrant pour un document emporté en voyage. Il en va tout autrement de celui des tablettes d’Herculanum, surtout si l’on pense qu’une testatio de déclaration de naissance n’a pas besoin de huit feuillets, mais seulement de trois, l’extérieur et l’intérieur avec sa couverture. On ne voit pas pourquoi Paul et les autres voyageurs auraient hésité à emporter un document moins encombrant qu’un agenda de poche moderne.]

  • 67 seston (w.) et euzennat (m.), « Un dossier de la chancellerie impériale : la ‘Tabula Banasitana’ », (...)
  • 68 [nicolet (c.), Le métier de citoyen..., p. 87-88, à qui nous empruntons la traduction citée. Sur la (...)
  • 69 [CIL, 12 593, 1.142.]
  • 70 Res Gestae Diui Augusti, 8, 4, éd. GAGÉ (J.), Paris, 1935. [Cf ramage (e.s.), « The Date of Augustu (...)
  • 71 [seston (w.), « Tertullien… », p. 310. Mais si la famille de Paul a obtenu la citoyenneté romaine a (...)

15Les déclarations de naissance mentionnaient normalement la qualité de citoyen romain et pouvaient donc la prouver. Mais il existait aussi des listes des citoyens romains, dont on pouvait de la même façon se procurer l’extrait adéquat. L’opération du census, tous les cinq ans, permettait l’établissement de ces listes, tant pour les citoyens romains vivant à Rome que pour les autres, et les nouveaux citoyens étaient enregistrés67. [Dès le Ier siècle av. J. – C., vers 80-70, la Table d’Héraclée nous fait connaître les modalités du census hors de Rome, calquées d’ailleurs sur celles de la Ville68 : « Dans les municipes, les colonies et les préfectures de citoyens romains, celui qui exercera la magistrature suprême ou qui aura la responsabilité suprême, lorsque à Rome un censeur ou un autre magistrat du peuple romain réalisera le census, que, dans les soixante jours qui suivront la date à laquelle il aura appris que l’on faisait le census à Rome, il mène également les opérations du census de tous les habitants du municipe, de la colonie ou de la préfecture qui sont citoyens romains, et qu’il reçoive sous serment la déclaration de leur nom, prénom, du nom de leur père ou de leur patron, de leur tribu, de leur surnom, de leur âge, et le compte de leur fortune, selon la formule du cens qui sera proposée par celui qui alors mènera le cens à Rome. Il prendra soin de faire transcrire tous ces renseignements sur les registres publics de son municipe. Et ces registres seront envoyés par lui à ceux qui mènent le cens à Rome, par des envoyés qui seront désignés à la majorité par les décurions (du municipe), lorsque cette affaire viendra en délibération. Et il veillera à ce que ces envoyés se rendent auprès de celui qui mène le cens à Rome et lui remettent ces livres, dans un délai qui n’excédera pas soixante jours après la date de la fin des opérations du cens à Rome. Et le censeur, ou le magistrat quel qu’il soit, qui mène le cens à Rome, dans les cinq jours qui suivront celui où les envoyés de ce municipe, de cette colonie ou de cette préfecture seront arrivés, recevra de bonne foi ces livres du cens qui lui seront remis par ces envoyés, et veillera à faire reporter sur les registres publics (de Rome) ce qui est écrit sur ces livres et à faire archiver ces registres au même endroit que les autres registres sur lesquels aura été transcrit le census du peuple »69. Grâce à cet ensemble bureaucratique, on peut suivre l’évolution du nombre des citoyens romains, Tite-Live et d’autres ayant relevé les chiffres du cens, et nous savons qu’au dernier recensement augustéen, en 14 de notre ère, à peu près quand naît saint Paul, le nombre de ces citoyens était de 4 937 00070. De plus, il existait sous l’Empire des commentarii ciuitate Romana donatorum, dont les premiers devraient dater d’Auguste71.]

  • 72 Pro Archia poeta, 4-5, notamment : Data est ciuitas Siluani lege et Carbonis : Si quis foederatis c (...)
  • 73 [lévy (j. p.), l. c., p. 467.]
  • 74 [lévy (j. p.), l. c., p. 482-486.]

16Il y eut, certes, des erreurs, des lacunes, des destructions accidentelles (voire volontaires) de documents. Le poète Archias, pour qui plaida Cicéron, dut par exemple prouver sa citoyenneté par témoins parce que les archives de sa ville, Héraclée, avaient brûlé72. Mais il semble tout à fait possible que saint Paul ait fait établir, probablement sous forme de testatio, une copie de son inscription sur ces listes. [Certes, la testatio, ici comme pour la professio liberorum, « est purement privée, et la formule qui l’introduit est caractéristique : son auteur (père ou mère), testatus est eos qui signaturi erant, prend un certain nombre de particuliers à témoins de la naissance de son enfant... En réalité, les témoins n’ont pas assisté à la naissance et ne pourront jamais attester autre chose que la présence d’un enfant, sans doute, et la déclaration du père (ou de la mère) : aussi, dans certains actes, est-elle renforcée par un serment »73. De même, les témoins ne pourront que dire qu’ils ont vu tel nom sur la liste des citoyens ; cela ne prouvera pas que l’individu qui produira la testatio sera bien ce citoyen. On sait que si une testatio était erronée ou mensongère, il était permis d’en faire la preuve74 Cela n’entachait pas de suspicion toutes les testationes. Les documents modernes ne sont pas non plus infalsifiables et peuvent eux aussi être volés ; ils n’en sont pas moins considérés normalement comme probants.]

  • 75 Le terme se retrouve chez pline le jeune (Ep. 10, 120), pour désigner le permis officiel d’user des (...)
  • 76 Ad Atticum, 10, 17, 4. La lettre est datée de Cumes le 17 des calendes de juin 705 de Rome, soit le (...)

17Reste une dernière possibilité, assez énigmatique, qui nous vient de la correspondance de Cicéron sans la précision qu’on lui voudrait, le diploma, qui semble être une pièce officielle, un authentique sauf-conduit, en somme un passeport75. Cicéron, après son retour de Cilicie, écrit à Atticus, qui doit s’y rendre : De diplomate admiraris quasi nescio cuius te flagitii insimularem. Negas enim te reperire, qui mihi id in mentem uenerit. Ego autem, quia scripseras te proficisci cogitare (etenim audieram, nemini aliter licere) eo te habere censebam, et quia pueris diploma sumpseras, « Tu t’étonnes, à propos de passeport, comme si je t’avais accusé de je ne sais quel crime. Tu protestes que tu ne peux concevoir que j’aie imaginé pareille chose. Or, comme tu m’avais écrit que tu songeais à partir, et qu’on m’avait dit que ce n’était permis à personne sans cette pièce, je pensais que tu en avais un, d’autant plus que tu en as pris un pour tes serviteurs »76. Nous n’avons malheureusement pas d’autres indications sur ce passeport, qui devait mentionner notamment la qualité de citoyen romain, et nous ignorons donc si saint Paul a pu posséder un document analogue.

18Mais il reste très probable que les citoyens romains en déplacement à travers l’Empire emportaient avec eux un document prouvant leur citoyenneté. Toutefois, saint Paul, quand il allait prêcher, le laissait probablement dans ses bagages, ce qui expliquerait qu’il n’ait pu immédiatement en user à Philippes, où tout est manifestement allé très vite.

Bibliographie

Notes bibliographiques :

Sur la citoyenneté romaine :

frezza (p.), « Note esegetiche di diritto pubblico romano », Studi P. de Francisci, I, Milan, 1956, p. 201-211 (= Scritti, II, Rome, 2000, p. 107-117) ; doer (b.), « Civis Romanus sum. Der Apostel Paulus als römischer Bürger », Helikon, 8, 1968, p. 3-76 ; garofalo (s.), « I Romani di San Paolo », Studi Paolini, Rome, 1969, p. 43-57 ; sherwin-white (a.n.), The Roman Citizenship, 2e éd., Oxford, 1973 ; gauthier (p.), « La citoyenneté en Grèce et à Rome : participation et intégration », Ktèma, 6, 1981, p. 167-179 ; [gardner (j.f.), Being a Roman Citizen, Londres, 1993 ; DONATI GIACOMINI (P.), POMA (g.), Cittadini e non cittadini net mondo romano. Guida ai testi e ai documenti, Bologne, 1996 ; nicolet (c.), bertrand (j. – m.), nony (d.), Citoyen dans l’Antiquité, Paris, Dossier de la Documentation Française n° 8001, 1998 ; lyapoustina (e.), « Privilège de citoyenneté : être citoyen loin de Rome sous le Haut-Empire », JONES (h.), éd., Le monde antique et les droits de l’homme, Actes de la 50e session de la SIHDA (1996), Bruxelles, 1998, p. 277-282 ; moatti (c.), « Citoyenneté et intégration à Rome à la fin de la République (IIe- Ier siècle avant Jésus-Christ) », borot (l.) éd., Civisme et citoyenneté... une longue histoire, Montpellier, 1999, p. 37-50.]

Sur l’état-civil romain :

cuq (é.), « Les lois d’Auguste sur les déclarations de naissance », Mélanges Paul Fournier, Paris, 1929, p. 119-133 ; scheltema (h.j.), « Professio liberorum natorum », TvR 14, 1936, p. 86-93 ; lanfranchi (f.), Ricerche sul valore giuridico delle dichiarazioni di nas cita in diritto romano, Faenza, 1942 (repris dans Pubblicazioni della Facoltà di Giurisprudenza della Università di Modena, 1951, n° 78-79) ; schutz (f.), « Roman Registers of Birth Certificates », JRS, 1942, p. 78-91, et 1943, p. 55-64 ; montevecchi (o.), « Ricerche di sociologia nei documenti dell’Egitto greco-romano, VII, Certificati di nascità di cittadini romani », Aegyptus, 28, 1948, p. 129-167 ; LÉVY (J. P.), « Les actes d’état-civil romains », RHD, 29, 1952, p. 449-486 ; « Nouvelles observation sur les professiones liberorum », Études J. Macqueron, Aix-en-Provence, 1970, p. 439-449 ; weiss (e.), « Professio und Testatio nach der Lex Aelia Sentia und der Lex Papia Poppaea », BIDR, 51-52, 1948, p. 316-326. [mateo (a.), « Documentos administratives como elementos de prueba en el processo privado romano », OIR 6, 2000, p. 58-69.]

Sur les diplômes des vétérans :

Dans une littérature très abondante à mesure que les découvertes se multiplient, relevons notamment seston (w.), « Les vétérans sans diplômes des légions romaines », RPh, 7, 1933, p. 375-395 ; arnaud-lindet (m. – p.), « Remarques sur l’octroi de la ciuitas et du conubium dans les diplômes militaires », RÉL, 55, 1977, p. 282 s ; roxan (m.), « The Witnesses to Roman Military Diplomata », Arheološki Vestnik, 28, 1977, p. 299-331 ; Roman Military Diplomas 1954-1977, Londres, 1978 ; Roman Military Diplomas 1978-1984, Londres, 1985 ; Roman Military Diplomas 1985-1993, Londres, 1994 ; « The Distribution of Roman Military Diplomas », Epigraphische Studien, 12, 1981, p. 265-286 ; DuŠanik (s.), « The Award of the Military Diploma », Arheološki Vestnik, 33, 1982, p. 197-233 ; « Loci constitutionum fixarum », Epigraphica 46, 1984, p. 91-115 (les leges datae étaient affichées d’abord au Capitole, à l’aedes Fidei, l’ara gentis Iuliae, ou l’aedes Opis (aerarium militare), puis à la fin du Ier siècle, au murus post templum Diui Augusti, un choix final montrant que le diplôme, signum uirtutis, est devenu instrumentum ciuitatis) ; absil (m.) et le bohec (y.), « La libération des soldats romains sous le Haut-Empire », Latomus, 44, 1985, p. 855-869 ; eck (w.) et wolff (h.) éd., Heer und Integrationspolitik. Die römischen Militärdiplome als historische Quelle, Actes du Colloque international de Passau (1984), Cologne-Vienne, 1986.

Sur saint Paul :

La bibliographie sur saint Paul (même si on laisse de côté les questions théologiques et exégétiques) est immense et impossible à citer intégralement. On se limitera à quelques exceptions près aux titres parus depuis 1970 (pour les titres plus anciens, cf Temps apostoliques, p. 56, 59-61, 63-65, 67, 69, les notes des p. 175- 201, p. 203-223, 265-266, 627, 640-641). Pour éviter des répétitions, nous avons regroupé ici des références qui peuvent également concerner les chapitres V, VIII ou IX. Voir :

BRONEER (O.), « The Apostle Paul and the Isthmian Games », BiAr 25, 1962, p. 1- 31, et « Paul and the Pagan Cults at Isthmia », HTR, 64, 1971, p. 169-187 ; bruce (F.F.), « St Paul in Rome », Bulletin of the John Rylands Library, 46, 1963- 1964, p. 326-345 ; 48, 1965-1966, p. 81-97 et 268-285 ; 49, 1966-1967, p. 303- 322 ; 50, 1967-1968, p. 262-279 ; decroix (j.), « Le procès de Paul à la lumière du droit romain », BTS, 109, 1969, p. 5-6 ; horsley (g. h. r.), A Study of the Letters to the Seven Churches of Asia, Manchester, 1969 ; albanese (b.), « Contributi esegetici allo studio delle vicende romane degli apostoli Pietro e Paolo », SDHI 26, 1970, p. 125-206 (=Mélanges B. Albanese, Scritti giuridici, I, Palerme, 1991, p. 835-918) ; bornkamm (g.), Paul, apôtre de Jésus-Christ, Genève, 1970 ; collange (j.– f.), Énigmes de la deuxième épître de Paul aux Corinthiens, Cambridge, 1972, L’Épître de saint Paul aux Philippiens, Paris, 1973 ; bujard (w.), Stylanalistische Untersuchungen zum Kolosserbrief, Göttingen, 1973 ; carrez (m.), « L’apôtre Paul et les zélotes », Christianisme et pouvoirs politiques. Études d’histoire religieuse, Lille, 1973, p. 7-23 ; dockx (s.), « Date et lieu de l’épître aux Philippiens », RB, 80, 1973, p. 239 s., « Chronologie paulinienne de l’année de la grande collecte », RB, 81, 1974, p. 183-195 ; meinardus (o. f. a.), St Paul in Greece, 2e éd., Athènes, 1973 ; drane (j.w.), « Tradition, Law and Ethics in Pauline Theology », Nov. Test., 16, 1974, p. 167-178 ; kuemmel (w.g.), Römerund das Bild des Menschen im Neuen Testament, Munich, 1974 ; betz (h.d.), « The Literary Composition and Function of Paul’s Letters to the Galatians », NTS, 21, 1975, p. 353-379 ; schütz (j. h.), Paul and the Anatomy of Apostolic Authority, Cambridge, 1975 ; hultgren (a.j.), « Paul’s Pre-Christian Persecutions of the Church : their Purpose, Locale, and Nature », JBL, 95, 1976, p. 97-111 ; de lestapis (s.), L’Énigme des Pastorales de saint Paul, Paris, 1976 ; catchpole (d.), « Paul, James and the Apostolic Decree », NTS, 1977, p. 428-440 ; sanders (e.p.), Paul and Palestinian Judaism : A Comparison of Patterns of Religion, Londres, 1977, Paul, the Law and the Jewish People, Londres, 1983 ; hock (r.f.), « Paul’s Tentmaking and the Problem of his Social Class », JBL, 97, 1978, p. 437-439 ; simon (m.), « Trente ans de recherche sur l’apôtre Paul », Ktèma, 3, 1978, p. 3-31 ; jewett (r.), Dating Paul’s Life, Londres, 1979 ; ollrog (w.h.), Paulus und seine Mitarbeiter. Untersuchungen zu Theorie und Praxis der Paulinischen Mission, Neukirchen, 1979 ; armogathe (j.r.), Paul ou l’impossible Unité, Paris, 1980 ; davies (w.d.), Paul and Rabbinic Judaism, 4e éd., Philadelphie, 1980 ; hengel (m.), Acts and the History of Earliest Christianity, Philadelphie, 1980 ; marschall (p.), Enmity and Other Social Conventions in Paul’s Relations with the Corinthians, Diss. Macquarie, 1980 ; sampley (p.), Pauline Partnership in Christ. Christian Community in Light of Roman Law, Philadelphie, 1980 ; bovon (f.), éd., Les Actes apocryphes des apôtres, Genève, 1981 ; gager (j.g.), « Some Notes on Paul’s Conversion », NTS, 27, 1981, p. 697-704 ; hugede (n.), Saint Paul et la Grèce, Paris, 1982 ; murphy-o’connor (j.), « Pauline Missions before the Jerusalem Conference », RB, 89, 1982, p. 83 ; theissen (g.), The Social Setting of Pauline Christianity. Essays on Corinth, Philadelphie, 1982 ; meeks (w.a.), The First Urban Christians. The Social World of the Apostle Paul, New Haven-Londres, 1983 (c. r. kyrtatas (d.), JRS 65, 1985, p. 265-167) ; dupont (j.), « Le discours à l’Aréopage », ibid., p. 384-423 ; hickling (c. j. a.), « The Portrait of Paul in Acts 26 », Nouvelles études sur les Actes des apôtres, Paris, 1984, p. 169-213 et 499- 503 ; jervell (j.), The Unknown Paul : Essays on Luke-Acts and Early Christian History, Minneapolis, 1984 ; lyall (f.), Slaves, Citizens, Sons. Legal Metaphors in the Epistles, Grand Rapids, 1984 (c. r. herrmann-otto (e.), ZSS RA, 104, 1987, p. 750-756) ; lyons (g.), Pauline Autobiography. Toward a New Understanding, Atlanta, 1985 ; schmeller (t.), Paulus und die « diatribe », Münster, 1987 ; sordi (m.), Paolo a Filemone o della Schiavitù, Milan, 1987 ; fredriksen (p.), From Jésus to Christ, Yale, 1988 ; refoulé (f.), « Date de l’épître aux Galates », RB, 95, 1988, p. 172-176 ; hubaut (m.a.), Paul de Tarse, Tournai, 1989 ; baslez (m. – f.), Saint Paul, Paris, 1991 ; « Paul et Barnabé apôtres de Chypre », MdB, 112, 1998, p. 17-23 ; baslez (m.– f.), éd., Les premiers temps de l’Église, de saint Paul à saint Augustin, Paris, 2004 ; taylor (j.), « St Paul and the Roman Empire : Acts of Apostles 13-14 », ANRW, 26, 2, p. 1189-1231 ; jewett (r.), « Mapping the Route of Paul’s “Second Missionary Journey” from Dorylaeum to Troas », Thétis, 4, 1997, p. 127-134 ; winardy (j.), « La finale des Actes : Histoire ou théologie », ETL, 73, 1, 1997, p. 103-106 ; schwerner (m.), « Paulus in Antiochien », BZ, 42, 2, 1998, p. 161-180 ; vouga (f.), « L’attrait du christianisme primitif dans le monde antique », RThPh, 130, 3, 1998, p. 257-268 ; « Paul et l’invention d’un nouveau monde », MdB, 123, 1999, p. 23-27 ; marguerat (d.), « Voyages et voyageurs dans le livre des Actes et la culture gréco-romaine », RHPhR, 78, 1, 1998, p. 33-59 ; « Paul, l’enfant terrible du christianisme », MdB, 123, 1999, p. 15-20 ; alvarez-cineira (d.), Die Religionspolitik des Kaisers Claudius und die Paulinische mission, Fribourg, 1999 (c. r. riemer (u.), Klio, 83, 2001, p. 511-512) ; aletti (j. n.), « Paul a-t-il été un écrivain ? », MdB, 123, 1999, p. 57-60 ; sartre (m.), « Dans quel monde Paul a-t-il voyagé ? », ibid, p. 41-45 ; trimaille (m.), « Que sait-on de Paul aujourd’hui ? », ibid., p. 31-36 ; donati (a.), éd., Pietro e Paolo. La storia, il culto, la memoria nei primi secoli, Milan, 2000 (catalogue de l’exposition, Palais de la Chancellerie, Cité du Vatican, 30 juin-10 décembre 2000, avec abondante bibliographie) ; ronchey (s.), « Les procès-verbaux des martyres chrétiens dans les Acta Martyrum et leur fortune », La mémoire perdue, III, MEFRA 112, 2000, p. 723-752 ; blanchetière (f.), Les premiers chrétiens étaient-ils missionnaires ? (30-135), Paris, 2002 ; trocmé (e.), Saint Paul, Paris, 2003 ; decaux (a.), L’avorton de Dieu. Une vie de saint Paul, Paris, 2003.

Notes

1 Inédit. Établi à partir de Temps apostoliques, p. 177, 188 n. 1, de « À propos de la venue de saint Paul à Rome. Notes sur son procès et son voyage maritime », BLE, 1, 1960, p. 3-26 (particulièrement 3-5), et d’un dossier manuscrit.

2 Cf notamment Ac 13, 16 s. ; 22,3 ; 23, 6 ; 26, 4-8 ; 28, 17-20.

3 Selon une tradition rapportée par saint Jérôme (In Philemonem, 7, 672), la famille de Paul aurait été originaire de Giscala, au nord de la Galilée. [Mais le père de Paul était déjà établi à Tarse, puisque son fils y est né (Ac 22, 3), et la famille a essaimé un peu partout, du Proche-Orient en Grèce et à Rome, « avec des antennes sur la Via Egnatia, qui traversait les Balkans vers l’Italie, et à Cenchrées, le port de Corinthe, où les bateaux orientaux passaient l’isthme pour gagner l’Adriatique » (baslez (m. – f.), Saint Paul, Paris, 1991, p. 29) ; le départ de Giscala remontait donc déjà à plusieurs générations. Sur la famille de saint Paul, cf baslez (m. – f.), l. c., p. 25- 36 : il s’agirait d’« une famille juive enrichie dans l’import-export, semblable à celle de Philon d’Alexandrie, son contemporain, dont les parents avaient eux aussi obtenu la citoyenneté romaine » (p. 32).]

4 Ac 21, 39 : Ταρσεὑς τῆς Κιλικίας, οὐκ ἀσήμου πόλεως πολίτης. Tarse, ville importante dès le IIe millénaire av. J.-C. [lebrun (r.), « Kummani et Tarse, deux centres ciliciens majeurs », jean (e.) et al. éd., La Cilicie : espaces et pouvoirs locaux (Ile millénaire av. J.-C.– IVe siècle ap. J.-C.). Actes de la Table ronde internationale d’Istanbul (2-5 novembre 1999), Varia Anatolica 13, 2001, p. 87-94], était une ciuitas libéra de la Cilicie. Ville cultivée et commerçante, elle était célèbre par ses écoles et profondément hellénisée. La communauté juive y était organisée avec ses chefs, ses magistrats, ses coutumes et ses tribunaux. [« L’une des plaques tournantes du commerce international, Tarse, se situait au carrefour des échanges entre le monde sémitique, le plateau anatolien, les villes grecques et les îles et, au-delà, vers l’Europe ou l’Égypte. La position de la ville était extrêmement favorable : proche des mines de fer du Taurus et de régions productrices de laine, elle constituait aussi une étape sur l’axe très ancien qui reliait Éphèse à la Syrie par les portes de Cilicie, ainsi que le terme de la route maritime empruntée par le blé et le lin égyptiens, car les bateaux remontaient facilement le Cydnos qui traversait Tarse. À l’époque romaine, l’artisanat textile s’y montrait particulièrement actif, tout comme le commerce des tissus de laine et de lin. Mais le trafic des parfums et des aromates y avait également de l’importance, de même que celui du vin, une autre des spécialités ciliciennes ; certains Juifs s’y consacrèrent » (baslez (m. – f.), l. c., p. 30) ; la famille de Paul aurait été une famille du textile (Paul, lors de ses escales, exerce le métier de « fabricant de tentes », σκηνοποιός, qu’il a dû apprendre enfant, les Pharisiens, respectueux de la Loi, faisant apprendre un métier manuel à leurs enfants), aux activités diversifiées : « La laine, et surtout le lin se révélaient de qualité fort variable selon qu’on confectionnait du rugueux « cilice » pour le marché local ou qu’on œuvrait pour l’exportation. Il y avait une production luxueuse de tissus brodés, d’étoffes de pourpre et surtout de linon fin dont Tarse abritait un nombre particulièrement élevé de fabricants. On note à différentes époques la présence de Juifs dans tous ces secteurs de production, qui impliquaient tout un réseau d’activités liées à l’importation, à la transformation, à la redistribution, et qui mettaient les négociants de Tarse en relation avec l’arrière-pays anatolien et avec le trafic portuaire » (baslez (m. – f.), l. c., p. 32) ; si la famille de Paul était de ces riches familles, elle a pu jouer un rôle en 49-45 et obtenir la citoyenneté romaine comme d’autres familles juives enrichies (Ibid., p. 20-22 et n. 5 à 10, p. 307-308). Avec son réseau de relations à travers l’Empire, elle n’appartient certes pas aux misérables λινουργοί évoqués par Dion de Pruse « chrysostome » (34, 21-23) : « de nombreux ouvriers du textile (du lin) ne possédaient aucun droit politique sans qu’on connaisse les raisons de cette exclusion. Leur situation est cause de troubles à Tarse, car ils sont tarsiens depuis toujours et possèdent quelques droits, comme celui d’assister aux assemblées, mais sans être pleinement citoyens puisque Dion propose leur intégration complète, à égalité avec les autres artisans. Il y aurait donc à Tarse des degrés dans la citoyenneté comme ceux que l’on connaît ailleurs. » (sartre (m.), L’Orient romain, p. 128-129). Le même discours de Dion indique qu’on pouvait acquérir la citoyenneté de Tarse pour 500 drachmes (id., ibid., p. 128). Sur la Cilicie, rémy (b), L’évolution administrative des provinces romaines d’Anatolie, d’Auguste à Dioclétien (31 av. J.-C.-284 ap. J.-C.), Lyon, 1986.]

5 Ac 22, 28 : ’Εγὼ δὲ Καὶ γεγέννημαι <’Ρωμαῖος>. Le tribun Lysias, lui, a acheté sa citoyenneté, et avoue avec quelque naïveté qu’elle lui a coûté cher, Ac 22, 28. [Cf woloch m.), « St Paul’s Two Citizenships », Helikon, 11-12, 1971-1972, p. 452- 454 ; williams (w.) et wallace (r.), The Three Worlds of Paul of Tarsus, Londres-New York, 1998.]

6 [seston (w.), « Tertullien et les origines de la citoyenneté romaine de S. Paul » (Neotestamentica et patristica (Freundsgabe O. Cullmann), Leyde, 1962, p. 305- 312, et Scripta Varia, ÉFR, 1980, p. 599-606), p. 599-600.]

7 [Cf infra, ch. VII.]

8 [hubaut (m. a.), Paul de Tarse, Tournai, 1989, p. 7-8.]

9 [vidal-naquet (p.), « Du bon usage de la trahison » (préface à josephe, La guerre juive, trad. P. Savinel, Paris, 1977), p. 27, parle pour Josèphe de « diverses citoyennetés », expression juridiquement impropre.]

10 Sur l’origo, cf bruguière (m.– b.), « Le domicile dans les droits antiques », Mélanges dédiés à Gabriel Marty, Toulouse, 1978, p. 199-219, particulièrement 211-219. [thomas (y.), « Citoyens et résidants dans les cités de l’Empire romain. Essai sur le droit d’origine », mayali (l.) dir., Identité et droit de l’autre, Berkeley, 1994 (c. r. ourliac (p.), RHD, 73, 1995, p. 382 : « chacun est citoyen du lieu où son père ou son aïeul étaient nés : originem per conditionem patris ducere ») ; « Le droit d’origine à Rome. Contribution à l’étude de la citoyenneté », RCDIP, 84, 1995, p. 253-290 ; Origine et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C. – 212 ap. J.-C.), ÉFR, 1996.]

11 [Navarque et compagnon d’armes d’Auguste, originaire de Rhosos (près de Tarse) ; cf roussel (p.), « Un Syrien au service de Rome et d’Octave », Syria, 15, 1934, p. 33-74, et I GL Syrie, III, 718 ; DE visscher (f.), « Le statut juridique des nouveaux citoyens romains et l’inscription de Rhosos », Antiquité classique, 13, 1944, p. 11-35, et 14, 1946, p. 29-59 ; mélèze-modrzejewski (j.), Les lois des Romains, Camerino-Naples, 1977, p. 352-356 (VII/5).]

12 [mélèze-modrzejewski (j.), « Les tourments de Paul de Tarse » (Histoire du droit social, Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, 1989, p. 397-412), p. 402- 403 ; id., « La règle de droit dans l’Égypte romaine », Proc. XIIth International Congress of Papyrology (Ann Arbor, Michigan, août 1968), Toronto, 1970, p. 317- 377 (particulièrement p. 349-352, « La double ‘citoyenneté’ ».]

13 [Essentiellement par l’épigraphie, cf sartre, L’Orient romain, p. 398 ; ils n’abandonnaient pas pour autant les prescriptions de la Loi, la religion civique étant assez superficielle pour éviter une incompatibilité (kraabel (a.t.), « The Roman Diaspora : Six Questionable Assumptions », JJS, 33, 1982, p. 445-464) ; sous les Sévères (où le culte impérial était pourtant obligatoire), une inscription de Stobi, en Macédoine, loue un certain Ti. Claudius Polycharmus d’avoir « rempli toutes les fonctions civiques en accord avec le judaïsme » (lifshitz (b.), Donateurs et fondateurs dans les synagogues juives, Paris, 1967, n° 10) ; on peut toutefois penser qu’il y eut apostasie pour un juif de Iasos qui finance au IIe siècle les Dionysies de sa cité (CIJ 749) et plus encore pour celui qui se dit « prêtre de la Divine Fertilité », l’impératrice Poppée (sartre, l. c., p. 399 n. 1).]

14 cullmann (o.), Dieu et César, Neuchâtel, 1956, p. 66.

15 [seston (w.), l.c., p. 600.]

16 [welles (c. b.), « Hellenistic Tarsus », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Mélanges R. Mouterde, 38/2, Beyrouth, 1962, p. 43-75 (surtout p. 59 s.).]

17 [baslez (m. – f.), l. c., p. 22.]

18 [cadbury (h. j.) et lake (k.), The beginnings of Christianity, IV, p. 284.]

19 [Sur les affranchis et le droit de cité (à l’époque républicaine), lemosse (m.), « L’affranchissement par le cens », RHD 1949, p. 161-203 ; « Affranchissement, clientèle, droit de cité », Mélanges F. de Visscher, II, RIDA 3, 1949, p. 37-68 ; pavis d’escurac (h.), « Affranchis et citoyenneté : les effets juridiques de l’affranchissement sous le Haut-Empire », Ktema, 6, 1981, p. 181-192.]

20 [Cf notamment renan (e.), Les apôtres, Paris, 1886 ; armogathe (j. – r.), Paul ou l’Impossible Unité, Paris, 1980, p. 24 ; mélèze-modrzejewski (j.), « Les tourments... », p. 399.]

21 [mélèze-modrzejewski (j.), ibid., p. 398.]

22 [baslez (m. – f.), l. c., p. 25-26.]

23 [Nous savons seulement qu’en milieu juif le fils porte un prénom différent de celui du père (mélèze-modrzejewski (j.), ibid., p. 400), ce qui permettrait seulement d’exclure Caius dans le cas où le père de saint Paul aurait reçu le premier la citoyenneté romaine avec le nom de Caius Iulius.]

24 [Selon baslez (m. – f.), l. c., p. 25-26, plutôt qu’un surnom héréditaire, Saül serait le nom donné à l’enfant à sa naissance ; ses parents, « attachés aux traditions », lui donnèrent « le nom de Saül, qui avait été le grand homme de la tribu de Benjamin, fondateur de la royauté et guerrier victorieux au IXe siècle ; son histoire demeurait vivante dans les mémoires. Or le choix d’un nom n’est jamais neutre en milieu sémitique. Il recèle une réalité importante et il assure une postérité : on attribue au nouveau-né le nom d’un défunt qui eut une vie remarquable pour qu’il en devienne le substitut et l’égal. Le choix de ce nom royal était d’autant plus remarquable qu’il fut très rarement porté dans la Diaspora, sans doute parce que le règne de Saül ne s’était pas achevé à son avantage et que son souvenir s’était effacé devant les exploits de David, son successeur... Mais le père de Saül avait sans doute ses motifs. Le roi Saül s’était illustré dans la lutte contre les Iduméens, ce peuple dont était issue la dynastie hérodienne qui régnait à son époque sur la Judée et sur une partie de la Palestine. Il s’agissait d’une dynastie d’usurpateurs dont l’origine et le mode de gouvernement avaient suscité beaucoup de réticences dans la vieille aristocratie et parmi les pharisiens. Il est difficile de ne pas voir là une relation de cause à effet ».]

25 Ac 13, 9.

26 [L’utilisation d’un double nom n’est pas rare : citons le cas de Silas (nom donné par les Actes) ou Siluanus, Silvain (1 P, 5, 12), lui aussi citoyen romain, ou de « Jean, également appelé Marc » (Ac 12, 12), le futur évangéliste (qui n’était pas citoyen romain).]

27 [Sur la citoyenneté romaine, note bibliographique en fin de chapitre.]

28 La conversion de saint Paul date de 34 environ, mais son apostolat ne commença que plusieurs années plus tard, vers 37 à Damas (Ac 9, 19-25), et surtout après que Barnabé a persuadé les autres Apôtres de la sincérité de son revirement. Vers 43-44, Paul est auprès de Barnabé à Antioche, et c’est vers 45 qu’il entreprend avec Barnabé son premier voyage d’évangélisation. Son apostolat s’achève avec son martyre, vers 67 (Temps apostoliques, p. 17-19).

29 Sur la date de l’arrestation de Paul, cf infra, ch. VII, n. 15.

30 Ac 25, 10-12 ; sur sa signification procédurale, voir infra, ch. V.

31 Ac 25, 11.

32 [Ep. X, 96, 4 : Fuerunt alii similis amentiae quos, quia ciues Romani erant, adnotaui in urbem remittendos. À Lyon en 177, le gouverneur sépare des autres les chrétiens qui sont ou pourraient être citoyens romains, et écrit à l’empereur pour demander des instructions ; après réception de la réponse de Marc-Aurèle, les citoyens seront décapités ; toutefois Attale, qui semblait d’abord reconnu comme citoyen romain, sera exposé aux bêtes, puis assis sur une chaise de fer rougi ; sans doute n’a-t-on finalement pas admis qu’il était citoyen ; cf eusèbe, HE, V, I, 44, 47 et 50 : « pour être agréable à la multitude, le gouverneur avait de nouveau livré Attale aux bêtes » ; si la citoyenneté d’Attale avait été prouvée, il serait difficile d’imaginer un gouverneur romain violant aussi totalement les règles du droit romain envers un condamné, même face à une populace surexcitée, alors qu’il respecte ces règles pour « ceux qui lui semblent posséder le droit de cité romaine ».]

33 [NICOLET (C.), Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1967, p. 34- 36.]

34 PAUL, Sententiae, 5, 26, 1 ; ulpien, lib. 8° de officio proconsulis, D 48, 6, 7 : Lege Iulia de ui publica tenetur, qui, cum imperium potestatemue haberet, ciuem Romanum aduersus prouocationem necauerit uerberauerit iusseritue quid fieri aut quid in collum iniecerit, ut torqueatur, item quod ad legato oratores comitesue attinebit, si quis eorum pulsasse et siue iniuriam fecisse arguetur. ulpien, lib. 68° ad ed., D 48, 6, 10, précise : Damnato de ui publica aqua et igni interdicitur. Voir également (sous Claude), DION, Discours aux Rhodiens, 60, 24. [RUSSO RUGGIERI (C.), Quaestiones ex libero homine. La tortura degli uomini liberi nella represssione criminale romana dell’età repubblicana e del I secolo dell’impero, Milan, 2003.]

35 [CICÉRON, Verrines, II, V, 62, 162 ; 63, 163 et 164 ; 64, 165 ; 65, 166 et 178. Rappelons que le De suppliciis n’a jamais été prononcé, Verrès s’étant exilé avant la fin du procès, et que Cicéron a donc pu prendre bien des libertés avec la vérité.]

36 [CARCOPINO (J.), « Observations sur le De suppliciis », Mélanges de Visscher, III, RIDA 4, 1950, p. 229-266, repris dans Rencontres de l’histoire et de la littérature romaines, Paris, 1963, p. 13-58, sous le titre « Un Cicéron trop habile ».]

37 [J. CARCOPINO souligne, p. 259 s., que les témoins affirment seulement avoir entendu Gauius se dire citoyen, mais qu’aucune preuve n’est donnée de cette citoyenneté.]

38 2 Co 11, 24.

39 2 Co 11,25.

40 Ac 16, 22-23. Cf infra ch. V.

41 1 Th 2, 2.

42 Ac 22, 25-29.

43 Pro Flacco, 47.

44 Vespasianus, 3, 1.

45 suétone, Claudius, 25 : Claudius ciuitatem romanam usurpantes in campo Esquilino securi percussit.

46 Ac 21, 37-38.

47 II Tm 4, 13.

48 [Cf sherwin-white (a. n.), Roman Society and Roman Law in the New Testament, Oxford, 1963, p. 146-149 ; deniaux (e.), « Le passage des citoyennetés locales à la citoyenneté romaine », Les « Bourgeoisies » municipales italiennes au IIe et au Ier siècle av. J. C., Paris-Naples, 1983, p. 267-277 ; baslez (m.-F.), l. c., p. 24, 149, 309, 347.]

49 [baslez (m. – f.), l. c., p. 24.]

50 Ac 23, 16-22.

51 [baslez (m. – f.), l. c., p. 149.]

52 [Ac 17, 5-9.]

53 [N’oublions pas que le parent ou l’hôte peut également être décédé depuis sa dernière communication avec l’intéressé, ou tout simplement hors d’état de se déplacer.]

54 [Sur l’affaire de Philippes, voir infra, ch. V.]

55 Cf note bibliographique en fin de chapitre.

56 Cf LÉVY (J. P.), « Les actes d’état-civil romains », RHD, 29, 1952, p. 449-486.

57 LÉVY (J. P.), ibid., p. 457-458.

58 La fille reçoit son nom huit jours, et le garçon, neuf jours, après la naissance. La professio semble avoir souvent été faite en retard, voire négligée.

59 lanfranchi (f.), l. c., p. 105.

60 lévy (j. p.), l. c., p. 460, n. 2.

61 [Sur les diplômes des vétérans, note bibliographique en fin de chapitre.]

62 Cette méthode est fort ancienne : elle est comparable aux « tablettes-enveloppes » mésopotamiennes (cf infra, ch. XVI). Mais à Rome, on utilise des triptyques : « trois tablettes de bois reliées entre elles par une charnière de cuir et recouvertes sur les quatre faces qui ne tiennent pas lieu de couverture d’une pellicule de cire permettant d’écrire. La tablette du milieu est rabattue et liée à l’une des deux autres, les cachets des témoins étant apposés sur les fils de clôture. Deux faces des tablettes sont ainsi définitivement cachées » (ourliac (p.) et de malafosse (j.), Histoire du droit privé, I, Les obligations, Paris, 1961, p. 41).

63 apulée, Apologia, 89. Aemilianus est l’adversaire d’Apulée, et Maximus le proconsul d’Afrique, qui juge.

64 arangio-ruiz (v.), « Les tablettes d’Herculanum » (RIDA 1, 1948, p. 9-25), p. 19. Cf aussi, du même, « Tavolette cerate ercolanesi », BIDR, 53-54, 1948, p. 395.

65 Études de papyrologie, 6, 1940, p. 1 s.

66 arangio-ruiz (v.), l. c., p. 11.

67 seston (w.) et euzennat (m.), « Un dossier de la chancellerie impériale : la ‘Tabula Banasitana’ », CRAI, 1971, p. 468-490. [deniaux (e.), « civitate donati : Naples, Héraclée, Côme », Ktèma, 6, 1981, p. 133-141.]

68 [nicolet (c.), Le métier de citoyen..., p. 87-88, à qui nous empruntons la traduction citée. Sur la Table d’Héraclée, cf aussi coarelli (f.), Bimillenario della morte di Q. Orazio Flacco, Atti dei Convegni di Venosa, Napoli, Roma (1993), Venouse, 1994, p. 109-119.]

69 [CIL, 12 593, 1.142.]

70 Res Gestae Diui Augusti, 8, 4, éd. GAGÉ (J.), Paris, 1935. [Cf ramage (e.s.), « The Date of Augustus’ Res gestae », Chiron, 18, 1988, p. 71-82.]

71 [seston (w.), « Tertullien… », p. 310. Mais si la famille de Paul a obtenu la citoyenneté romaine avant 27 A.C., elle ne peut évidemment pas apparaître dans ces commentarii, quelle que soit leur forme exacte. Sur les Commentarii Augustorum,mourgues (j.– l.), « Formes diplomatiques et pratique institutionnelle des commentarii Augustorum », La mémoire perdue. Recherches sur l’administration romaine, ÉFR, 1998, p. 123-197.]

72 Pro Archia poeta, 4-5, notamment : Data est ciuitas Siluani lege et Carbonis : Si quis foederatis ciuitatibus adscripti fuissent, si tum, cum lex ferebatur, in Italia domicilium habuissent et si sexaginta diebus apud praetorem essent professi. Cum hic domicilium Romae multos iam annos haberet, professus est apud praetorem Q. Metellum, familiarissimum suum.. Heracleaene esse eum adscriptum negabis ? Adest uir summa auctoritate et religione et fide, M. Lucullus ; qui se non opinari, sed scire, non audivisse, sed vidisse, non interfuissse, sed egisse dicit. Adsunt Heraclienses legati, nobilissimi homines, huius iudicii causa cum mandatis et cum publico testimonio uenerunt ; qui hunc adscriptum Heracliensem dicunt. Hic tu tabulas desideras Heracliensium publicas, quas Italico bello incenso tabulario interisse scimus omnes ? [Sur Archias, luisi (a.), « “Pro Archia” : retroscena politico di un processo », sordi (m.), éd., Processi e politica nel mondo romano, Milan, 1996, p. 189-206 ; paulus (c.), « Das römische Bürgerrecht als begehrtes Privileg. Cicero verteigt Aulus Licinius Archias und Cornelius Balbus », manthe (u.), von ungern-sternberg (j.), éd., Grosse Prozesse der römischen Antike, Munich, 1997, p. 100-114. Sur les destructions d’archives, moreau (p.), « La mémoire fragile : falsification et destruction des documents publics au Ier siècle av. J.– C. », nicolet (c.) éd., La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques ou privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 121-147. Peut-être aurait-il fallu avoir recours, comme pour Archias, à des témoignages, ou envoyer quelqu’un aux archives de Tarse, si on avait dans un procès contesté la citoyenneté de Paul, mais cela ne s’est pas produit.]

73 [lévy (j. p.), l. c., p. 467.]

74 [lévy (j. p.), l. c., p. 482-486.]

75 Le terme se retrouve chez pline le jeune (Ep. 10, 120), pour désigner le permis officiel d’user des services de la poste impériale, le cursus publicus.

76 Ad Atticum, 10, 17, 4. La lettre est datée de Cumes le 17 des calendes de juin 705 de Rome, soit le 16 mai 49 A. C.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search