Version classiqueVersion mobile

Le nouveau testament et les droits de l’Antiquité

 | 
Jean Dauvillier

Titre I : Droit public

Chapitre I : Le tribut à César1

Texte intégral

  • 1 Inédit. Le manuscrit est inachevé. Quelques indications dans Temps apostoliques, p. 678.
  • 2 Mt 22, 15-22 ; Mc 12, 13-17 ; Lc 20, 20-26.
  • 3 [Sur les diverses sectes du temps, voir supra, Avant-propos, et infra, note bibliographique à la fi (...)
  • 4 [Sur les Hérodes, leur parti et leurs moyens d’action, note bibliographique à la fin du chapitre.]

1Saint Matthieu, saint Marc et saint Luc2 nous rapportent la démarche entreprise auprès du Christ par les Pharisiens3, après qu’ils aient tenu conseil, afin de le perdre et de le livrer aux autorités romaines. Avant d’entreprendre cette démarche, ils s’étaient concertés et accordés avec les Hérodiens4.

  • 5 Mt 22, 17.
  • 6 Mc 12, 14.
  • 7 Le mot désigne indifféremment le recensement et l’impôt.
  • 8 Lc 20, 22.
  • 9 [Sur l’impopularité du tribut, theissen (g.), « Jésus et la crise sociale de son temps », marguerat(...)
  • 10 [Cf belayche (n.), « Les figures politiques des Messies en Palestine dans la première moitié du Ie  (...)
  • 11 noth (m.), Geschichte Israels, Göttingen, 1963, 5e éd., p. 384-385.
  • 12 [sartre (m.), L’Orient romain, p. 371.]
  • 13 [Sur la situation politique et « l’atmosphère » du temps, note bibliographique à la fin du chapitre (...)

2« Est-il permis de payer le tribut à l’empereur ou non ? », ἔξεστιν δοῦναι κῆνσον Καίσαρι ἢ οὔ ; Telle est la question rapportée par saint Matthieu5, et saint Marc emploie des termes semblables6. Κῆνσος· est la transcription grecque du latin census7. Saint Luc emploie le terme ɸόρος : ἔξεστιν ἡμᾶς Καίσαρι ɸόρον δοῦναι ἢ οὔ ;8 Les interlocuteurs du Christ se disaient qu’en se présentant comme le Messie, Jésus ne pourrait que prescrire de refuser le tribut, ce qui leur permettrait de le dénoncer aux autorités romaines et de le faire condamner ; si au contraire il répondait affirmativement, dans leur pensée, il renoncerait par là à se poser en représentant des espérances messianiques, et perdrait son prestige auprès de ceux qui l’écoutaient9. Comme l’a justement écrit Martin Noth, l’attente d’un roi messianique à venir, inspirée par les anciens prophètes de Judée, s’était transformée, au cours des longs siècles de domination étrangère, en l’espoir d’un libérateur politique10. Plus on s’était révolté contre le régime romain en Palestine, plus s’étaient accentués les traits d’un vainqueur messianique mettant fin à la puissance étrangère détestée. Comparé à cette image, Jésus de Nazareth ne pouvait être le Messie attendu. Et à cette image ne s’étaient pas incorporés les traits du Messie souffrant, tel qu’Isaïe les avait décrits. Car les gardiens humains d’une tradition sacrée sont toujours enclins à défendre cette tradition contre une nouveauté vivante11. Même si les diverses sectes s’accommodaient plus ou moins du pouvoir romain dans la pratique, elles s’accordaient cependant toutes dans cette idée d’un Messie libérateur et restaurateur de la souveraineté d’Israël. [En outre, « l’impatience est vive. Car si le rêve d’État et l’attente messianique sont relativement anciens, l’attente imminente de leur réalisation est chose nouvelle. Depuis le milieu du Ier siècle av. J.-C., l’exaspération messianique paraît de plus en plus pressante. Il semble que les spéculations des docteurs sur la date du salut aboutissent parfois à la placer dans les années 30 ap. J.-C., bien que beaucoup se refusent à proposer une date exacte. Il est sûr que c’est là l’une des préoccupations essentielles des Juifs au tournant de l’ère12 ».] Dès lors le piège tendu au Christ paraissait parfait : dans les deux cas, ses ennemis seraient débarrassés de lui13.

  • 14 Mt 22, 19.

3Le Seigneur répond aux provocateurs en les invitant à lui montrer la monnaie du tribut : ἐπιδείξατε μοι τὸ νόμισμα τοῦ κήνσου14. Et ses adversaires lui présenteront un denier, οί δὲ προσήνεγκαν αυτῷ δηνάριον. C’est une monnaie romaine, le denarius, qu’ils produisent, et à la seconde question posée par le Christ, « De qui sont cette image et cette inscription ? », ils avouent que l’image et l’inscription sont celles de César. Alors Jésus leur dit : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

  • 15 [Sur les monnaies, note bibliographique à la fin du chapitre.]

4Les Romains se réservaient en effet la frappe de la monnaie d’argent15, marque de souveraineté, et le denier romain portait l’effigie de l’empereur, alors que sur les pièces de bronze frappées en Palestine figuraient des emblèmes empruntés au règne végétal : épis, palmes, feuilles de vigne.

5Comme le denier porte l’effigie de César et qu’on l’accepte dans les transactions, c’est que les contradicteurs du Christ reconnaissent le gouvernement romain. Le denier est le symbole de l’impôt ; on peut donc le payer à César, sans être moins libre et moins obligé de rendre à Dieu ce qu’on lui doit. L’obéissance est due au pouvoir temporel, quand il n’impose rien de contraire à la Loi de Dieu. Et le Seigneur pose en même temps le principe nouveau, qui est la distinction du spirituel et du temporel.

  • 16 Pr 8, 15-16.

6Dans la tradition de l’Ancien Testament, non seulement les rois juifs, désignés par Yahwe(h) et sacrés par les prophètes, recevaient leur pouvoir de Dieu, mais il en était ainsi de tous les rois, même des rois païens, comme en témoigne le livre des Proverbes : « C’est par moi que les rois règnent et que les princes ordonnent ce qui est juste. C’est par moi que gouvernent les chefs et les grands, tous les juges de la terre »16.

  • 17 [Sur les Esséniens, Temps apostoliques, p. 91-107, avec bibliographie, et note bibliographique à la (...)
  • 18 [Sur les provinces romaines et l’administration, voir luzzato (g.) et mansuelli (g.a.), Roma e le p (...)
  • 19 Hérode le Grand était Iduméen, et non juif ; son pouvoir lui vint de son second mariage, avec la pr (...)
  • 20 Ils sont d’ailleurs citoyens romains et portent le nom de Iulius, depuis Antipater, père d’Hérode l (...)

7Malgré l’extrême division religieuse et politique qui régnait en Palestine, les principaux partis ou sectes s’accordaient implicitement sur un point : Sadducéens, Pharisiens et Esséniens17 comprenaient la nécessité d’obéir à l’Empire, même quand ils gardaient au fond du cœur un sentiment de regret de l’indépendance juive et d’hostilité contre Rome18. Tous les rabbins en renom ont été partisans de la soumission, jusqu’au jour où Aqiba prêcha la révolte. Certains juifs voyaient même dans la domination romaine un préservatif contre la tyrannie des Hérodes19. Ces derniers étaient soutenus par un parti, qui arrivera à ses fins avec la restauration de la dynastie en la personne d’Hérode Agrippa ; mais ils n’étaient pas moins favorables à Rome20.

  • 21 [Sur les Zélotes, note bibliographique à la fin du chapitre. Cf également infra, ch. VII.]
  • 22 brandon (s. g. f.), The Trial of Jesus of Nazareth, Londres, 1968, imagine au contraire que le Chri (...)

8Il en était autrement de tout un parti en Israël, qui finira par l’emporter et déclencher la guerre sainte : c’étaient les Zélotes21. Ceux-ci ne reconnaissaient comme légitime que le pouvoir de Yahwe(h), et regardaient comme une apostasie de se soumettre à un pouvoir humain, surtout exercé par des païens. Divers apocryphes, les psaumes de Salomon et le livre d’Hénoch rendent le même son. Certains ont pensé que Judas Iscariote appartenait à ce courant, et que sa trahison serait due à sa déception devant le refus du Christ de prôner une guerre sainte22.

  • 23 Lc 23, 2.

9La réponse du Christ, déjouant le piège tendu par ses adversaires, ne pouvait que déplaire, pour des raisons diverses, à tous ces partis. Malgré la clarté de la réponse, ses adversaires ne désarmeront pas. Plus tard, lorsque Notre Seigneur est livré par les Sanhédrites à Pilate et qu’ils l’accusent devant lui, ils déclarent qu’ils l’ont trouvé soulevant le peuple et lui interdisant de payer le tribut à l’empereur, en se proclamant le Christ Roi : Τοῦτον εύραμεν διατρἐɸοντα τὸ ἔθνος ἡμῶν καὶ κωλύοντα ɸόρους Καίσαρι διδόναι, καὶ λέγοντα ἑαυτὁν Χριστὸν βασιλέα εἶναι23.

  • 24 [Sur la Galilée, notes bibliographiques en fin de chapitre.]
  • 25 Lc 23, 5.

10Après avoir enquêté sur ce point (des témoins pouvaient facilement être trouvés, qui puissent rapporter la réponse précédente), et demandé à Jésus quelle était la royauté à laquelle il prétendait, Pilate déclare aux accusateurs qu’il ne trouve aucun fait délictueux dans cet homme. Ceux-ci reviennent à la charge, en l’accusant de soulever le peuple par son enseignement depuis la Galilée, où il a commencé, et qui passe traditionnellement pour un foyer quasi permanent d’agitation toujours prête à se réveiller24, jusque dans la Judée25. Est-ce de nouveau l’accusation d’inciter à refuser le tribut, qui serait dû par les Juifs aussi bien dans les tétrarchies (dans la Galilée) que dans la province de Judée ? Cela paraît vraisemblable, cette accusation s’associant à celle d’aspirer à la royauté et donc de se dresser contre Rome.

11Quelle est la nature de ce census, ou ɸόρος ? Et était-il établi de telle sorte que chaque juif devait payer un denier ?

  • 26 Cf luzzatto (g.), « Tributum », NsDI, 19, 1973, p. 851-853.
  • 27 [Cf notamment eck (w.) éd., Lokale Autonomie und römische Ordnungsmacht in der kaiserzeitlichen Pro (...)
  • 28 [Sur les finances, outre la bibliographie sur les impôts indirects qu’on trouvera au ch. II et la b (...)
  • 29 josèphe, Ant., 19, 299. Il fut supprimé par Hérode Agrippa II.

12À la fin de la République et sous le Haut Empire, l’impôt direct, tributum26 ou stipendium, n’est payé que par les provinciaux, et apparaît comme une marque de sujétion. Rome et l’Italie sont exemptes d’impôts. Toutes les provinces, autres que la Sicile et l’Asie, versaient un impôt appelé stipendium. Les finances des provinces romaines restent cependant mal connues, faute de documentation suffisante : parmi les provinces orientales, seule l’Égypte a fourni, grâce aux papyri, des renseignements importants. Mais il n’existait pas d’uniformité entre les provinces, et Rome avait largement conservé, en matière fiscale comme dans les autres domaines, les institutions d’avant la conquête27, ce qui interdit l’extrapolation d’une province à l’autre. Nous devons nous contenter d’indications fragmentaires28 : ainsi savons-nous qu’à Jérusalem existait un impôt sur les maisons, dont on ignore s’il était au profit du Temple ou de Rome29.

  • 30 [Selon hopkins (k.), « Trade and Taxes in the Roman Empire 200 BC-AD 400 », JRS, 70, 1980, p. 101-1 (...)

13Le stipendium était assis à la fois sur le sol – tributum soli- et sur les personnes – tributum capitis-. Il ne s’agit pas d’un impôt égal pour tous. Un tel impôt aurait été de peu de profit, du point de vue fiscal30.

  • 31 [Cf hinrichs (f. t.), Histoire des institutions gromatiques, Paris, 1989, p. 155- 165.]
  • 32 [sartre (m.), L’Orient romain, p. 81.]

14Toute terre pérégrine est soumise au tributum soli : seule la concession du ius italicum en dispense une terre provinciale31. [« Il peut être fondé sur la valeur de la production agricole, sur la valeur intrinsèque du bien-fonds ou, plus largement, sur la valeur de l’ensemble de la propriété foncière, y compris les outils, les animaux, les bâtiments agricoles, les moyens de transport, les réserves, en un mot l’instrumentant fundi. C’est par pure hypothèse que l’on estime généralement que la propriété foncière urbaine n’y est pas soumise »32.]

  • 33 [sartre (m.), ibid., p. 82.]
  • 34 appien, Syriakè, 50. Mais ceci pourrait n’être que postérieur à la guerre juive et à l’imposition d (...)

15Cet impôt s’étendait à la formule mobilière et aux personnes. C’est un impôt sur le capital ou les revenus. [« Le maître paie pour ses esclaves (comme pour les femmes de sa famille), ce qui revient à imposer indirectement les propriétaires fonciers et les entrepreneurs de toutes sortes qui utilisent des esclaves non seulement pour leur confort, mais comme force de production. De plus, à en juger par les déclarations exigées des individus lors des recensements, on peut se demander si le tributum capitis n’englobe pas en réalité la totalité des biens autres que fonciers ; chacun doit déclarer non seulement ses esclaves, mais aussi ses locataires éventuels, ses créances, ses bijoux, ses vêtements de prix (Ceci est attesté à Rome, mais la formula censualis en vigueur dans les provinces autres que l’Égypte semble y être la même). Dans ces conditions, le tributum capitis frapperait l’ensemble des biens non fonciers d’une famille considérée comme unité fiscale »33.] Le tributum capitis de la Syrie rapportait 1 % du capital estimé, τοῦ τιμήματος, au moins à partir du règne de Vespasien ; Appien dit des Juifs qu’ils étaient obligés de payer le ɸόρος τῶν σωμάτων le plus élevé34.

  • 35 [Sur les recensements augustéens, bibliographie en fin de chapitre.]

16Cet impôt de capitation, ɸόρος σωμάτων ou ἐπίκεϕάλιον, passait dans l’Antiquité pour une marque de servitude. Il était en tout cas la marque de la sujétion. C’est pour établir quelles étaient les ressources de l’empire, destinées à servir de base aux impôts directs35, qu’Auguste avait rendu un édit impérial, auquel fait allusion saint Luc, ἐξῆλθε δόγμα παρὰ Καίσαρος Αὐγούστου, qui prescrivait le recensement de tout l’empire, ἀπογραϕή, en l’an 27 avant Jésus-Christ.

  • 36 [Attesté par une inscription de Q. Aemilius Secundus (CIL, III, 6687= ILS, 2683 : iussu Quirini cen (...)
  • 37 [schürer (e.), The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ, (éd. revue et complétée (...)

17Lorsqu’Archélaos fut chassé de son royaume en 6 P. C., un census fut établi en Judée36, réduite en province romaine37. La population a été dénombrée en listes, suivant l’âge, le rang et la fortune. Les personnes qui avaient quelque ressource étaient imposées d’après leur revenu ainsi établi, et devaient le tributum ex censu. Parfois, il prenait l’allure d’un impôt sur les métiers, χειρωνάξιον.

  • 38 ulpien, lib. 2° de censibus, D 50, 15, 3, pr.

18Ulpien nous apprend38 que dans la province de Syrie, le tributum capitis frappait toute la population, depuis l’âge de quatorze ans pour les hommes, douze ans pour les femmes, jusqu’à l’âge de soixante-cinq ans. Auguste n’avait accordé qu’à Beyrouth l’exemption d’impôts, en lui concédant le ius italicum.

19Pour la plus basse classe de la population, qui n’avait rien à présenter aux déclarations du cens, le tributum capitis devait revêtir la forme d’un impôt de capitation. Cet impôt aurait alors été d’un denier, d’après le témoignage des synoptiques.

  • 39 Cf infra, chapitre VII.

20Cet impôt était-il affermé aux publicains ou perçu en régie par les soins du gouverneur ? Était-il affermé aux mêmes publicains qui levaient les autres impôts, notamment les portoria ? Était-il levé non seulement dans la province de Judée mais encore dans l’étendue des tétrarchies ? [Nous n’avons pas ici d’indications précises. Il paraît néanmoins vraisemblable qu’il ait été affermé à des publicains, comme les autres impôts, ce qui facilitait la tâche du gouverneur et lui permettait de se concentrer sur sa responsabilité principale, le maintien de l’ordre, toujours difficile dans cette région39. Il pouvait y avoir plusieurs sociétés de publicains, ce qui garantissait mieux la rentrée des fonds. L’accusation portée contre le Christ de « soulever le peuple en Galilée », qui paraît liée au prétendu refus de l’impôt, semble impliquer que le tributum était dû également dans les tétrarchies].

Bibliographie

Notes bibliographiques :

Sur les diverses sectes du temps, Pharisiens, Sadducéens, Esséniens, Zélotes :

– Sectes : outre la bibliographie des Temps apostoliques, p. 88-89, waechter (l.), « Die unterschiedliche Haltung der Pharisäer, Sadduzäer und Essener zur Heimarmene nach dem Bericht des Josephus », ZRGG, 21, 1969, p. 97-114 ; neusner (j.), Early Rabbinic Judaism, Leyde, 1975 ; Le Judaïsme à l’aube du christianisme, Paris, 1986 ; livingstone (j.), « Sadducees versus Pharisees. The Tannaitic Sources », Mélanges Morton Smith, Leyde, 1975, p. 206-217 ; charlesworth (j.h.), « The Concept of the Messiah in the Pseudepigrapha », ANRW, II, 19, 1, 1979, p. 188-218 ; stone (m. e.), Scriptures, Sects and Visions. A Profile of Judaism from Ezra to the Jewish Revolts, Philadelphie, 1980 ; wilcox (m.), « Jesus in the Light of his Jewish Environment », ANRW, II, 25, 1, Berlin-New York, 1982, p. 131-195 (bibliographie p. 186-195) ; laperrousaz (e.m.), L’attente du Messie en Palestine à la veille et au début de l’ère chrétienne, Paris, 1982 ; sanders (e. p.), Judaism. Practice and Belief, 63 BCE-66 CE, Londres, 1992.

– Sadducéens : le moyne (j.), Les Sadducéens, Paris, 1972 ; mantel (h.), « The Sadducees and the Pharisees », avi-yonah (m.) et baras (z.) éd., The World History of the Jewish People, VIII, Jérusalem, 1977, p. 99-123 ; saldarini (a.j.), Pharisees, Scribes and Sadducees in Palestinian Society, Wilmington, 1988 ; porton (g.g.), « Sadducees », ABD, New-York, 1992, V, p. 892-895 ; légasse (s.), « Les Juifs, au temps de Jésus, croyaient-ils à l’immortalité de l’âme ? », BLE, 98, 2, 1997, p. 103-121 ; sur l’identification de certains « hérodiens » avec les Sadducéens, mc eleney (n.j.), « Orthodoxy in Judaism of the First Christian century », JSJ, 4, 1973, p. 39, n. 10.

– Pharisiens : alon (g.), « The Attitude of the Pharisees to the Roman Rule and the House of Herod », Scripta Hierosolymitana, 7, 1961, p. 53-78, repris dans Jews, Judaism and the Classical World, Jérusalem, 1977 ; nicklesburg (g.w.e.), Resurrection, Immortality and Eternal Life in Intertestamental Judaism, Cambridge (Mass.), 1972 ; neusner (j.), Rabbinic Traditions about Pharisees before 70, Leyde, 1971 ; From Politics to Piety. The Emergence of Pharisaic Judaism, Englewood Cliffs (NJ), 1973 ; The Idea of Purity in Ancient Judaism, Leyde, 1973 ; finkelstein (l.), Pharisaism in the Making : Selected Essays, New York, 1972 ; rivkin (e.), The Hidden Revolution : The Pharisees ’ Search for the Kingdom Within, Nashville, 1978 ; mason (s.), Flavius Josephus on the Pharisees : a Composition-Critical Study, Leyde, 1991 ; saldarini (a. j.), « Pharisees », ABD, V, 1992, p. 289-303 ; weiss (h. f.), « Kirche und Judentum im Matthäusevangelium. Zur Frage des « Antipharisaeismus » im ersten Evangelium », ANRW, II, 26, 3, Berlin-NewYork, 1996, p. 2038-2098 ; hadas-lebel (m.), Hillel. Un sage au temps de Jésus, Paris, 1999. Plus généralement, will (é.) et orrieux (c.), Ioudaïsmos-Hellenismos. Essai sur le judaïsme judéen à l’époque hellénistique, Nancy, 1986.

– Esséniens : paul (a.), « Intertestament », Paris, Cahiers Evangiles, 14, 1975 ; laperrousaz (e. m.), Qumrân. L’établissement essénien des bords de la mer Morte. Histoire et archéologie du site, Paris, 1976 ; delcor (m.), Qumrân. Sa piété, sa théologie et son milieu, Paris et Louvain, 1978 ; neusner (j.), green (w.s.) et frerichs (e.), Judaisms and their Messiahs at the Turn of the Christian Era, Cambridge, 1987 ; jongeling (b.), A Classifted Bibliography of the Finds in the Desert of Judah, 1958-1969, Leyde, 1971 ; moraldi (l.), I manoscritti di Qumrân, Turin, 1971 ; fitzmyer (j.a.), The Dead Sea Scrolls. Major Publications and Tools for Studies, Missoula, 1975 ; vermès (g.), The Dead Sea Scrolls. Qumrân in Perspective, Londres, 1977 ; « Biblical Studies and the Dead Sea Scrolls, 1947- 1987. Retrospect and Prospects », JSJ, 39, 1987, p. 113-128 ; The Complete Dead Sea Scrolls in English, New York, 1997 ; delcor (m.), « Le statut du roi d’après le Rouleau du Temple », Henoch, 3, 1981, p. 47-48 ; baumgarten, « Exclusion from the Temple : Proselytes and Agrippa I », vermès et NEUSNER éd., Essays in honor of Y. Yadin, Oxford, 1982, p. 216-225 ; SCHIFFMAN, « Sectarian Law in Dead Sea Scrolls. Courts, Testimony and the Penal Code », Brown Judaic Studies, 33, Chico (Californie), 1983 ; dupont-sommer (a.) et philonenko (m.), éd., La Bible. Écrits intertestamentaires, Paris, 1987 (coll. Pléïade) ; vermès (g.) et goodman (m.) éd., The Essenes according to the Classical Sources, Sheffïeld, 1989 ; piattelli (d.), « ‘Missione’ e ‘proselitismo’ : effetti dell’insurrezione maccabaica nel pensiero di Qumrân e nella letteratura rabbinica », Apollinaris, 62, 1989, p. 355-374 (bibliographie) ; garcia martinez (f.), The Dead Sea Scrolls Translated. The Qumran Texts in English, Leyde-New York-Cologne, 1994 ; charlesworth (j.h.), The Dead Sea Scrolls. Hebrew, Aramaic and Greek Texts with English Translations, I, Rule of the Community and Related Documents, Tübingen-Louisville, 1994 ; II, Damascus Document, War Scroll and related documents, Tübingen-Louisville, 1995 ; paul (a.), Les Manuscrits de la mer Morte. La voie des Esséniens retrouvés, Paris, 1997, « Les révélations de la mer Morte. Un bilan du cinquantenaire », NRTh, 121, 2, 1999, p. 197-217 ; shanks (h.), The Mystery and Meaning of the Dead Sea Scrolls, New York, 1998 (tr. fr. L’énigme des manuscrits de la mer Morte, Paris, 1999) ; du buit (m.) et al., dossier « Qumrân et les manuscrits de la mer Morte », La Terre Sainte. Cinquante ans d’archéologie, dir. briend (p.), I, Du Jourdain à la Samarie, Paris, 2003, p. 385-516 (recueil d’articles de Bible et Terre Sainte et du Monde de la Bible) ; magness (j.), Que sait-on de Qumrân ? Les nouvelles interprétations. L’histoire des manuscrits de la mer Morte. La découverte du site et la vie quotidienne, Paris, 2003.]

– Zélotes : farmer (w. r.), Maccabees, Zealots and Josephus. An Inquiry into Jewish Nationalism in the Graeco-Roman Period, Westport, 1956 ; applebaum (s.), « The Zealots : the Case for Revaluation », JRS, 61, 1971, p. 155-170 ; brandon (s. g.f.), Jésus et les Zélotes, Paris, 1975 ; hengel (m.), Die Zeloten. Untersuchungen zur jüdischen Freiheitbewegung in der Zeit von Herodes 1 bis 70 n. Chr., Leyde, 1976, 2e éd. (tr. angl. The Zealots : Investigations into the Jewish Freedom Movement in the Period from Herod to 70 AD, Edimbourg, 1989) ; horsley (r. a.), « The Zealots : their Origin, Relationship and Importance in the Jewish Revolt », Nov. Test., 28, 1986, p. 159-192 ; Jesus and the Spirale of Violence. Popular Jewish Resistance in Roman Palestine, San Francisco, 1987 ; bohrmann (m.), Flavius Josèphe, les Zélotes et Yavné, Berne, 1989 ; mendels (d.), The Rise and Fall of Jewish Nationalism, New York, 1992

Sur les Hérodes, leur parti et leurs moyens d’action :

daniel (c.), « Nouveaux arguments en faveur de l’identification des Hérodiens et des Esséniens », RQ, VII, 27, 1970, p. 397-402 ; gabba (e.), « Le finanze del re Erode », Clio, 1979, p. 5-15 ; braund (d.), Rome and the Friendly Kingship, Londres-Canberra, 1984 ; gracey (m.h.), « The Army of the Judaean Client Kings », freeman et kennedy éd., The Defence of the Roman and Byzantine East, Oxford, 1986, p. 311-323 ; sartre (m.), L’Orient romain, Paris, 1991, p. 61-65, 157-158, 320-321, 358-361 ; D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique, IVe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2001, p. 529-577. Sur les membres de la dynastie, cf perowne (s.), The Later Herods, Londres, 1958 ; harlow (v.), The Destroyer of Jesus. The Story of Herod Antipas, Tetrach of Galilee, Oklahoma City, 1954 ; caiati (g.), Erode Antipa e Erodiade, Sapri, 1962 ; bruce (f.f.), « Herod Antipas, Tetrarch of Galilee and Peraea », Annals of the Leeds University Oriental Society, 5, 1963-1965, p. 6-23 ; sandmel (s.), Herod, Profile of a Tyrant, Philadelphie, 1967 ; schalit (a.), König Herodes : der Mann und sein Werk, Berlin, 1969 ; grant (m.), Herod the Great, Londres, 1971 ; hoehner (h.w.), Herod Antipas, Cambridge, 1972 ; sullivan (r.d.), « The Dynasty of Judaea in the First Century », ANRW, II, 8, 1977, p. 296-354 ; braund (d.), « Four Notes on the Herods », CQ, 33, 1983, p. 239-242 ; schwartz (d.r.), Agrippa I. The Last King of Judea, Tübingen, 1990 ; kokkinos (n.), The Herodian Dynasty. Origins, Role in Society and Eclipse, Sheffield, 1998.]

Sur la situation politique, l’Orient romain, et l’« atmosphère » du temps :

ricciotti (g.), Roma e la Palestina, Quaderni del Impero Romano e il Mediterraneo, 4, 1946 ; DE fraine (j.), « Israël. Le « peuple » des origines à Adrien » et « Le territoire d’Israël des origines à Adrien », Populus Dei, I, Israel ; II, Ecclesia. Studi in onore del Cardinal Alfredo Ottaviani per il cinquantesimo di sacerdozio (18.6.1966), 2 vol., Communio 10-11, Rome, 1969, p. 337-363 et 364- 387 ; cazelles (h.), « Le milieu religieux, social et politique de la Judée au temps de Jésus », Studi Ottaviani, II, Ecclesia, p. 661-702 ; paltiel (e.), From Protectorate ta Empire. A Study of Roman Policy in Judaea and Other Ethnic States in the Eastern Provinces of the Empire from ca 14 to ca 73 CE, Diss. Pennsylvania University, Philadelphie, 1976 ; rhoads (d. m.), Israel in Revolution : 6-74 CE. A Political History based on the Writings of Josephus, Philadelphie, 1976.[Sur l’Orient romain, outre les travaux de sartre (m.) précités (avec de très abondantes bibliographies), applebaum (s.), « Judaea as a Roman Province : the Countryside as a Political and Economic Factor », ANRW, II, 8, New York-Berlin, p 355-396 ; frézouls (e.), Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines, Leyde, 1987 ; dentzer (j.– m.) et orthmann (w.) éd., Histoire de la Syrie, II, Sarrebrück, 1989 ; schur (n.), History of Samaritans, Francfort-sur-le-Main, 1989 ; COURT (J. et K.), The New Testament World, Cambridge, 1990 ; solin (H.) et kajava (m.), Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History, Helsinki, 1990 ; millar (f.), The Roman Near East (31 B.C.– A.D. 337), Cambridge (Mass.)-Londres, 1993 [c.r. shaw (b.), CPh, 90, 1995, p. 286-296, et kennedy (d.), dans humphrey (j. h.), The Roman and Byzantine Near East, 2, Portsmouth (r. i.), 1999, p. 76-106 (JRA supplement, 31)] ; bowersock (g. w.), Studies on the Eastern Roman Empire, Goldbach, 1994 ; lepelley (c.) dir., Rome et l’intégration de l’Empire, II, Etudes régionales, Paris, 1998 ; ball (w.), Rome in the Near East, Londres, 2000 ; villeneuve (f.), « Juifs et Nabatéens, un voisinage difficile », MdB, 127, 2000, p. 48-50.]

Sur les monnaies :

khajkin (s.), « Les monnaies de Rome (Ier siècle avant-Ier siècle de notre ère) en tant que source historique » (en russe), SNSR, 3, 1970, p. 22-27 ; marion (j.), « Le thème de la grappe de raisin dans la numismatique antique », CNum, VII, 27, 1970, p. 101- 111 (frappes des procurateurs en Judée en 17-18) ; sutherland (c.h.v.), The Emperor and the Coinage, Londres, 1976 ; [burnett (a.), Coinage in the Roman World, Londres, 1987 ; burnett (a.), amandry (m.) et ripolles (p.p.), Roman Provincial Coinage, I. Julio-Claudian Period, 2e éd., Paris-Londres, 1998 (avec Supplément I) ; butcher (k.), « Coinage and Currency in Syria and Palestine to the reign of Gallienus », king (c. e.) et wigg (d. g.) éd., Coin Finds and Coin Use in the Roman World, Berlin, 1996, p. 101-112. Sur les monnaies des princes clients, sullivan (r. d.), « Royal Coins and Rome », heckel et sullivan, The Nickle Numismatic Papers, Waterloo (Ontario), 1984, p. 143-158. Cf également sartre, L’Orient romain, p. 91-103 ; weiser (w.) et cotton (h.m.), « ‘Gebt dem Kaiser, was der Kaisers ist… ’. Die Geldwärhungen der Griecher, Juden, Nabatäer und Römer im syrisch-nabatäischen Raum unter besonderer Berücksichtigung des Kurses von Sela/Melaina und Lepton nach der Annexion des Königsreiches der Nabatäer durch Rom », ZPE, 114, 1996, p. 237-287], Sur les monnaies de Palestine, kadman (l.), The Coins of Caesarea Maritima, Jérusalem, 1957 (mais à partir des Flaviens seulement) ; kloetzli (g.), « Coins from Chorozain », Stud. Bibl., 20, 1970, p. 359-369 ; hamburger (h.), « The Coin Issues of the Roman Administration from the Mint of Caesarea Maritima », IEJ, 20, 1970, p. 81-91 ; [meshorer (y.), City Coins of Eretz-Israel and the Decapolis in the Roman Period, Jérusalem, 1985]

Sur la Galilée et sa situation politique :

freyne (s.), Galilee, from Alexander the Great to Hadrian (323 BCE to 135 CE) : a Study of Second Temple Judaism, Wilmington, 1980 ; [Galilee, Jesus and the Gospels : Literary Approaches and Historical Investigations, Philadelphie, 1988 ; rappaport (u.), « How Anti-Roman was the Galilee », levine (l.i.) éd., The Galilee in Late Antiquity, New York-Cambridge (Mass.), 1992, p. 95-102 ; horsley (r.a.), Galilee. History, Politics, People, Valley Forge, 1995 ; Archaeology, History and Society in Galilee : the Social Context of Jesus and the Rabbis, Valley Forge, 1996 (c. r. critique de schwartz (j.), JJS 49, 1998, p. 155-158) ; edwards (d.r.) et Mc cullough (c.t.), Archaeology and the Galilee : Texts and Contexts in the Graeco-Roman and Byzantine Periods, Atlanta, 1997.]

Sur les recensements augustéens et le recensement de Quirinius :

pieri (g.), L’histoire du cens jusqu’à la fin de la république romaine, Paris, 1968, p. 183-201 (« La destinée du census sous Auguste »). [neesen (l.), Untersuchungen zu den direkten Staatsgaben der römischen Kaiserzeit (27 v. Chr.– 284 n. Chr.), Bonn, 1980 ; nicolet (c.), L’Inventaire du monde, Paris, 1988] ; benoit (p.), « Quirinius (recensement de) », DB, supplément 9, col. 693-720 [; raoss (m.), I censimenti di P. Sulpicio Quirinio in Siria e in Giudea al tempo di Cristo, Rome, 1985 ; charles-picard (g.), » La date de naissance de Jésus du point de vue romain », CRAI, 1995, p. 799-806 ; chabert d’hyères (s.), « L’année de la Nativité », Dossiers d’Archéologia, 249, 1999-2000, p. 92-99 ; winardy (j.), « Sur l’année où naquit Jésus. Deux témoignages concordants », ETL, 75,4, 1999, p. 419-420],

Notes

1 Inédit. Le manuscrit est inachevé. Quelques indications dans Temps apostoliques, p. 678.

2 Mt 22, 15-22 ; Mc 12, 13-17 ; Lc 20, 20-26.

3 [Sur les diverses sectes du temps, voir supra, Avant-propos, et infra, note bibliographique à la fin du chapitre.]

4 [Sur les Hérodes, leur parti et leurs moyens d’action, note bibliographique à la fin du chapitre.]

5 Mt 22, 17.

6 Mc 12, 14.

7 Le mot désigne indifféremment le recensement et l’impôt.

8 Lc 20, 22.

9 [Sur l’impopularité du tribut, theissen (g.), « Jésus et la crise sociale de son temps », marguerat (d.), norelli (e.) et poffet (j.m.) éd., Jésus de Nazareth, nouvelles approches d’une énigme, Genève, 1998, p. 125-155.]

10 [Cf belayche (n.), « Les figures politiques des Messies en Palestine dans la première moitié du Ie siècle de notre ère », tollet (d.) éd., Politique et religion dans le judaïsme antique et médiéval, Paris, 1989, p. 58-74.]

11 noth (m.), Geschichte Israels, Göttingen, 1963, 5e éd., p. 384-385.

12 [sartre (m.), L’Orient romain, p. 371.]

13 [Sur la situation politique et « l’atmosphère » du temps, note bibliographique à la fin du chapitre.]

14 Mt 22, 19.

15 [Sur les monnaies, note bibliographique à la fin du chapitre.]

16 Pr 8, 15-16.

17 [Sur les Esséniens, Temps apostoliques, p. 91-107, avec bibliographie, et note bibliographique à la fin du chapitre.]

18 [Sur les provinces romaines et l’administration, voir luzzato (g.) et mansuelli (g.a.), Roma e le provincie, I, Organizzazione, economia, società, II, Topografia, urbanizzazione, cultura, Bologne, 1985, et l’ouvrage collectif, Roma y las provincias : realidad administrativa y ideologia imperial, Madrid, 1994.]

19 Hérode le Grand était Iduméen, et non juif ; son pouvoir lui vint de son second mariage, avec la princesse asmonéenne Mariamne I, dont il fit l’unique héritière du royaume juif en exterminant sa famille. Pour beaucoup de Juifs (sans parler de ceux qui rejetaient tout pouvoir humain), cette « légitimation » était insuffisante, que ce fût pour lui-même ou pour ses descendants. [Cf kasher (a.), Jews, Idumaeans and Ancient Arabs, Tubingen, 1988.]

20 Ils sont d’ailleurs citoyens romains et portent le nom de Iulius, depuis Antipater, père d’Hérode le Grand, qui en 47 fut récompensé de son soutien à César par une exemption d’impôts et la citoyenneté (josèphe, Ant., 14, 8, 1-3 ; cf gilboa (a.), « L’octroi de la citoyenneté romaine et de l’immunité à Antipater, père d’Hérode », RHD, 1972, p. 609-614).

21 [Sur les Zélotes, note bibliographique à la fin du chapitre. Cf également infra, ch. VII.]

22 brandon (s. g. f.), The Trial of Jesus of Nazareth, Londres, 1968, imagine au contraire que le Christ était un zélote (exécuté à bon droit pour sédition), qu’il a réellement interdit de payer l’impôt et que sa réponse a été déformée par les Évangiles dans une intention apologétique, ce qui est pur roman.

23 Lc 23, 2.

24 [Sur la Galilée, notes bibliographiques en fin de chapitre.]

25 Lc 23, 5.

26 Cf luzzatto (g.), « Tributum », NsDI, 19, 1973, p. 851-853.

27 [Cf notamment eck (w.) éd., Lokale Autonomie und römische Ordnungsmacht in der kaiserzeitlichen Provinzen vom 1. bis 3. Jahrhundert, Munich, 1999.]

28 [Sur les finances, outre la bibliographie sur les impôts indirects qu’on trouvera au ch. II et la bibliographie sur les impôts dans les Temps apostoliques, p. 633, cf grelle (f.), Stipendium vel Tributum, Naples, 1963 ; jones (a. h. m.), The Roman Economy, Oxford, 1974, ch. VIII, « Taxation in Antiquity » ; neesen (l.), Untersuchungen zu den direkten Staatsabgaben der römischen Kaiserzeit (27 v. Chr.-284 n. Chr.), Bonn, 1980 (c. r. critique brunt (p.a.), « The Revenues of Rome », JRS, 71, 1981, p. 161-172). On connaît mieux les réactions des contribuables que la fiscalité elle-même : corbier (m.), « L’impôt dans l’Empire romain : résistances et refus (Ier-IIIe siècle) », yuge (t.) et doi (m.), Forms of Control and Subordination in Antiquity, Leyde, 1988 ; sur la Judée, hadas-lebel (m.), « La fiscalité romaine dans la littérature rabbinique jusqu’à la fin du IIIe siècle », RÉJ, 143, 1984, p. 3-29.]

29 josèphe, Ant., 19, 299. Il fut supprimé par Hérode Agrippa II.

30 [Selon hopkins (k.), « Trade and Taxes in the Roman Empire 200 BC-AD 400 », JRS, 70, 1980, p. 101-125, particulièrement p. 116-120, la pression fiscale moyenne était finalement assez faible, très inférieure à celle que connaissaient la France ou l’Angleterre au début du XVIIIe siècle (ce qui veut dire, bien sûr, insignifiante par rapport à ce que connaissent les mêmes pays au XXe voire au début du XXIe siècle !).]

31 [Cf hinrichs (f. t.), Histoire des institutions gromatiques, Paris, 1989, p. 155- 165.]

32 [sartre (m.), L’Orient romain, p. 81.]

33 [sartre (m.), ibid., p. 82.]

34 appien, Syriakè, 50. Mais ceci pourrait n’être que postérieur à la guerre juive et à l’imposition du didrachme par Vespasien. [Sur le tribut et le didrachme sous les Flaviens, keresztes (p.), « The Jews, the Christians and Emperor Domitian », Vigiliae Christianae, 27, 1973, p. 1-28.]

35 [Sur les recensements augustéens, bibliographie en fin de chapitre.]

36 [Attesté par une inscription de Q. Aemilius Secundus (CIL, III, 6687= ILS, 2683 : iussu Quirini censu egi Apamenae ciuitatis millium homin (um) ciuium CXVII. Idem missu Quirini aduersus Ituraeos in Libano monte castellum eorum cepi), le recensement de Quirinius en Syrie a suscité de nombreuses controverses : cf notes bibliographiques en fin de chapitre.]

37 [schürer (e.), The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ, (éd. revue et complétée par vermès (g.), millar (f.), black (m.), 4 vol., Londres, 1973- 1987), I, p. 399-427.]

38 ulpien, lib. 2° de censibus, D 50, 15, 3, pr.

39 Cf infra, chapitre VII.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search