Version classiqueVersion mobile

Études d’histoire de la profession d’avocat

 | 
Jean-Louis Gazzaniga

Troisième partie. Le barreau de Toulouse

Le barreau de Toulouse à la Belle Époque1

Texte intégral

  • 1 Extrait de Barreau, politique et culture à la Belle Époque (colloque de l’Université de Nancy II), (...)
  • 1 1DIEUZAIDE (Jean) et SAINT-SAENS (Marc), Toulouse tel qu’elle fut vers 1900, Toulouse 1978.
  • 2 2GODECHOT (J.), "Un grand village 1815-1914", in Histoire de Toulouse, dirigée par Ph. Wolff, Toulo (...)
  • 3 Le chiffre n’est peut-être pas très exact ; il est sans doute faussé pour des raisons budgétaires. (...)
  • 4 4SENTOU (J.), Fortunes et groupes sociaux a Toulouse sous la Révolution, Toulouse 1969 et pour une (...)

1Toulouse à la Belle Époque se présente à nous aujourd’hui, comme un album de photographies jaunies faisant revivre un passé révolu1. Cependant, par-delà la vision quelque peu nostalgique, apparaît une réalité : au tournant du siècle, Toulouse est une ville moyenne, au centre d’un pays essentiellement agricole qui conserve, par bien des aspects, des allures rurales. C’est un grand village2. Le recensement de 1891 lui attribue un peu moins de 150 000 habitants et il n’y en aura guère plus de 160 000 en 19143. Pour l’essentiel, la population vient de la campagne qui s’est peu à peu vidée et que grossit un monde d’artisans, de commerçants, de boutiquiers et de petits fonctionnaires. Le haut du pavé est tenu par les professions libérales, que dominent les avocats et quelques médecins, et par le grand commerce. Les fortunes sont d’ailleurs assez médiocres, immobilières pour les plus importantes, ou constituées de modestes rentes4.

  • 5 ROCACHER (J.) et PRIN (M.), Le Chateau Narbonnais, la Cour d’appel, le palais de justice, Toulouse  (...)

2Toulouse entre lentement dans le XXe siècle. Cependant, la ville se transforme. Depuis quelques années, on agrandit, on reconstruit, on perce de grandes artères et des boulevards. Le nom des rues dit assez l’époque : Alsace-Lorraine, Metz, Strasbourg, Carnot. On rénove de vieux quartiers, en traçant la rue de Languedoc (1889-1904) qui prolonge la rue Alsace-Lorraine, et toute proche, la rue Ozenne (1908) du nom d’un mécène et bienfaiteur de la ville. L’une et l’autre mènent au palais de justice. Le tribunal et la Cour d’appel sont géographiquement excentrés ; on vient d’en terminer les dernières constructions sur l’emplacement de l’ancien château Narbonnais, où siégeait autrefois le Parlement de Toulouse. Si les bâtiments manquent de noblesse, ils rappellent, ce qui vaut mieux pour les Toulousains, une longue tradition5.

  • 6 DEVAUX (O.), L’Enseignement à Toulouse sous le Consulat et l’Empire, Presses de l’Institut d’études (...)
  • 7 Comme le note J. Sentou, "Ainsi s’expliquerait le rayonnement social de la faculté de droit de Toul (...)
  • 8 Sur les habitudes du passé et la place que les anciens avocats occupaient toujours au sein du barre (...)
  • 9 En ce début de siècle, le palais est encore tout agité des procès Jaurès, au cours desquels Ebelot (...)

3Cette tradition a fait de Toulouse une ville de juristes. L’université, l’une des plus anciennes (1229) et le Parlement, le second du royaume (1444), ont regroupé l’élite de la société. Lors de la réorganisation napoléonienne, Toulouse a retrouvé tout naturellement sa faculté de droit6 ; elle est devenue le siège d’un tribunal, puis d’une Cour d’appel. Très vite, magistrats et avocats ont renoué avec les habitudes de l’Ancien Régime, reformant cette société de juristes que la Révolution n’était pas parvenue à détruire7. Seuls signes des temps nouveaux, magistrats et avocats font désormais jeu égal et ces derniers mêmes occupent souvent les premières places8. La réputation des avocats toulousains n’est plus à faire ; elle dépasse largement le Sud-Ouest. On raconte dans les annales de l’ordre que de nombreux avocats parisiens, parmi les plus célèbres, ont trouvé dans leurs confrères méridionaux de redoutables adversaires. On cite toujours la plaidoirie d’Auguste Albert contre Berryer, celle de Jacques Piou contre Jules Favre et surtout les nombreuses joutes oratoires auxquelles se livrait Henri Ebelot contre Dufaure, Falateuf, Waldeck-Rousseau9.

  • 10 Les registres de délibérations du Conseil de l’ordre, parfaitement conservés depuis 1810, les disco (...)

4Quoiqu’il en soit de ces anecdotes, une chose est certaine, à la fin du XIXe siècle, le barreau de Toulouse est important. Il l’est en nombre, il l’est également en qualité. Le barreau occupe dans la vie judiciaire une place de choix, il tient dans la ville l’un des premiers rangs. Ce sont ces deux aspects que nous voudrions évoquer sommairement10.

- I -

  • 11 Le récit plein d’humour de cette élection dans FERRAS (E.), Robés et toqués, Toulouse, 1889.
  • 12 Ainsi, Charles César-Bru, Julien Bonnecase, Joseph Magnol, Paul Thomas, Joseph Barthélemy et Achill (...)

5Depuis 1888, le barreau de Toulouse compte plus de cent membres ; cette année-là, en effet, 108 avocats sont inscrits au Tableau et doivent élire pour la première fois quinze d’entre eux au Conseil de discipline11. Tout le XIXe siècle, et surtout la deuxième moitié, voit un accroissement constant du nombre des avocats. Ce nombre va profondément varier pendant toute la période que nous étudions. Dès 1890, il n’y a plus que 103 avocats inscrits, ils ne sont plus que 76 en 1906, le chiffre le plus bas au début du XXe siècle. Par la suite, on peut noter une très faible remontée qui se poursuit jusqu’à la veille du premier conflit mondial. Ainsi, le barreau de Toulouse a perdu une quarantaine de ses membres en une vingtaine d’années. On ne peut l’expliquer par une baisse du recrutement ; bien au contraire, comme nous le verrons, le chiffre très élevé des stagiaires, plus de quatre-vingt, se maintient et aurait même tendance à augmenter. On ne peut mettre en avant le nombre des avocats décédés, Timbal (1891), Rumeau (1893), Gardelle (1894), Ebelot (1902), Albert (1903), Guiot (1903), de Peyralade (1906)…, qui figuraient parmi les plus anciens, et d’autres relativement plus jeunes comme Albert Passama (1901), voire très jeunes comme Paul Lauzeral et Ernest Ferras. Le départ de quelques jeunes avocats pour l’université est sans influence12. La raison est ailleurs.

  • 13 PLAS (P.), "La professionnalisation des avocats au début des années 20. Enjeux, ruptures et nouveau (...)
  • 14 Les lettres sont discutées lors de la séance du Conseil du 25 mai 1901.
  • 15 Mémoire du barreau de Clermont-Ferrand, Deux mots sur l’assistance judiciaire, hier, aujourd’hui, d (...)

6À la fin du siècle dernier et au début du XXe siècle, on assiste aux origines de la professionnalisation13. L’avocat assume de plus en plus de fonctions et pèsent sur lui de plus en plus de charges. La question est évoquée au Conseil le 25 mars 1901, lors de la réception des correspondances des bâtonniers de Rouen et du Havre, qui expliquent la raison de la diminution du nombre des avocats. Les avocats mettent toujours en avant l’assistance judiciaire, aggravée par la loi Constans (1897) et la législation sur les accidents du travail (1898) et bien sûr la patente14. Ainsi, commence à se creuser le fossé entre ceux qui exercent vraiment et ceux qui se contentent de porter le titre. Peu à peu, ces derniers ne peuvent s’offrir cette espèce de luxe de figurer au Tableau des avocats. La réforme de 1920 consacrera la fin de cette évolution. Ajoutons, et c’est en tout cas l’opinion des barreaux, que la profession par sa lourdeur attire moins les jeunes15.

  • 16 C’est également le titre qu’ils tiennent à voir figurer dans la notice qui leur est consacrée dans (...)

7Dans l’état actuel de nos connaissances, il est très difficile de savoir le motif qui a déterminé le départ de tel ou tel avocat, mais on ne peut écarter le refus de l’évolution. On pourrait citer plusieurs exemples de propriétaires terriens, érudits et volontiers dilettantes, qui gardaient leur inscription pour avoir une position. Cette inscription finit par ne plus présenter que des inconvénients ; ils préfèrent se faire omettre. En revanche, ils aiment bien garder le titre et continuent à figurer comme avocats dans les annuaires toulousains16.

8Le nombre des stagiaires est beaucoup plus stable. On en compte 87 en 1891 et 89 en 1901. Chaque année une trentaine de jeunes licenciés en droit se font inscrire sur le Tableau des avocats stagiaires. L’inscription est une étape normale pour un jeune juriste : c’est le plus souvent une période d’attente, le prolongement de ses études. La plupart d’entre eux, au terme des trois ans, changent tout naturellement d’orientation. Bien peu, en effet, demandent leur inscription sur le grand Tableau. Les données chiffrées ne manquent pas d’intérêt. Ainsi en 1890, 32 licenciés ont prêté serment, trois d’entre eux sollicitent leur inscription comme avocat et l’un d’eux n’y figure déjà plus en 1900 ; un quatrième demande à prolonger son stage, sera inscrit en 1894 jusqu’en 1898.

9La génération de 1890 ne compte donc plus que deux avocats : Henri Dastarac et Raymond Boyer. En 1895, ils étaient également trente-deux à prêter serment, quatre seront inscrits au grand Tableau, ils ne seront plus que trois en 1910 : Raymond Coste, Paul Sarrut et Gaston Frezouls. On peut faire les mêmes constatations en 1900 et en 1905. Certaines années ne sont plus représentées, telles 1893 ou 1898.

  • 17 KARPIK (L.), Les avocats. Entre l’État, le public et le marché XIIIe-XXe siècles, Paris 1995.
  • 18 CHARLE (Christophe), "Le recrutement des avocats parisiens 1880-1914", in Avocats et barreaux en Fr (...)
  • 19 Tels Raymond Boyer, docteur en droit, inscrit en 1890, qui deviendra bâtonnier en 1924-1925, ou Gab (...)

10L’écart entre le nombre des avocats stagiaires et des avocats se retrouve à l’époque dans la plupart des grands barreaux de villes universitaires17. Le palais est le débouché naturel de la faculté de droit. Ce sont généralement de bons étudiants qui s’inscrivent au stage. Comme l’a parfaitement noté Christophe Charles, la formation juridique est de meilleure qualité18. On retrouve un certain nombre de lauréats de la faculté. Certes, parmi ces derniers, doit-on compter de futurs professeurs de faculté de droit, de futurs magistrats, mais également d’authentiques avocats qui illustreront leur ordre19.

  • 20 Nous avons mené notre enquête uniquement sur les docteurs en droit, inscrits au barreau entre 1895  (...)
  • 21 Depuis la réforme du décret du 30 avril 1895, certains candidats soutenaient une thèse en sciences (...)

11Comme on peut le constater, le doctorat en droit est très recherché. De 1895 à 1905, 153 docteurs portent le titre d’avocat, dans le même temps la faculté de droit a délivré 265 grades de docteur. La plupart de ceux qui portent le titre d’avocat sont inscrits sur le Tableau du stage20. La grande majorité met à profit ces trois années pour rédiger la thèse. Ce n’est que très exceptionnellement qu’un avocat au grand Tableau obtient le grade de docteur : Gaston Frezouls, inscrit en 1895, soutient sa thèse en 1905, Gabriel Timbal et Julien Bonnecase ne sont plus stagiaires lorsqu’ils soutiennent leur deuxième thèse21. La plupart quittent le barreau. Ainsi, le stage et le doctorat apparaissent comme une espèce de passage obligé vers toutes les carrières juridiques ou judiciaires.

  • 22 Voir en dernier lieu deux études de MARTINAGE (R.), "Barreau et magistrature à Amiens au début de l (...)
  • 23 Sur les rapports étroits entre le barreau et l’université, voir la contribution de POUMARÈDE (J.), (...)
  • 24 Ainsi, Charles César-Bru, Joseph Magnol, Julien Bonnecase et Jacques Maury.

12Que deviennent ces stagiaires ? Il est très difficile de répondre exactement à cette question ; on ne saurait être exhaustif. On peut cependant donner quelques éléments de réponse. Certains stagiaires entrent dans l’administration, un au moins devient sous-préfet. Plusieurs achètent des charges d’avoué près d’une Cour d’appel ou d’un tribunal civil, on peut citer parmi tant d’autres Hector Cancel, Malpel et Malaret, avoué au tribunal civil de Bagnères-de-Bigorre. La grande majorité rejoint la magistrature. Le stage est le passage obligé. Les liens entre la magistrature et le barreau sont d’ailleurs très étroits ; on passe assez facilement de l’un à l’autre. Plusieurs avocats, après dix ou vingt ans d’exercice, rejoignent un tribunal ou une cour ; quelques-uns y font directement de belles carrières. Les magistrats de leur côté n’hésitent pas à revenir à la barre, quelques-uns d’entre eux sont même contraints (l’épuration de 1883, ou l’application des lois anticléricales...)22. Plusieurs font carrière, nous l’avons dit, à l’université. Citons notamment Charles César-Bru, Paul Thomas, Joseph Magnol, Joseph Barthélemy, Achille Mestre et Julien Bonnecase et enfin en 1910 Jacques Maury. Ces professeurs maintiennent toujours un lien étroit entre la faculté et le palais23. La plupart d’entre eux se sont contentés de leur passage au stage, ont été le plus souvent de brillants stagiaires et lauréats de la Conférence24.

  • 25 Parvenu à la faculté de droit de Paris, il se rappellera ses années toulousaines et son passage au (...)
  • 26 Parmi d’autres sujets proposés, le casier judiciaire, la réhabilitation en matière pénale, le jury (...)

13Au palais d’ailleurs se fait sentir l’influence des maîtres de la faculté. Les civilistes sont très écoutés, comme en témoignent les nombreuses thèses soutenues. Le prestige de Maurice Hauriou est indéniable en cette fin du XIXe siècle et le barreau compte deux de ses meilleurs disciples Joseph Barthélemy et Achille Mestre25. Mais c’est incontestablement Georges Vidal qui exerce la plus grande autorité auprès de nombreux jeunes avocats. Professeur de droit criminel depuis 1878, spécialiste de sciences pénitentiaires, il a formé de nombreux élèves en leur enseignant non seulement le droit pénal, mais aussi la sociologie pénale et les a plus particulièrement intéressé au sort des détenus et des jeunes délinquants. Il inspire et suscite les thèses de futurs avocats : Félix Morin traite des Comités de défense des enfants traduits en justice (1899), Joseph Rozès des Enfants vagabonds (1900), Armand Praviel du Patronage des libérés (1901) et Joseph Magnol qui reprend son cours à la faculté, étudie l’ Administration pénitentiaire26. Georges Vidal entraîne ses élèves dans les Œuvres qu’il anime : Rozès est secrétaire du Comité de défense des enfants traduits en justice à Toulouse, aux côtés de Magnol, de Vignaux et du bâtonnier Favarel. Armand Praviel est membre de la Société de patronage des libérés et d’assistance par le travail. Ce dernier lui dédie respectueusement sa thèse "vous avez fait tout ce qu’il était possible de faire pour nous arracher à une vie égoïste et inutile, pour nous communiquer la charité et le dévouement qui vous animent".

14L’influence de Vidal se fait également sentir dans le choix des discours de rentrée des lauréats de la Conférence du stage. Ainsi, Gheusi évoque l’Assistance par le travail des vagabonds et mendiants (1895), Rouilleaut l’Emploi du pécule des condamnés (1897), Coste la Protection de l’enfance criminelle (1898) et encore Joseph Magnol une Visite à la colonie pénitentiaire de Mettray (1899).

  • 27 Nous avons consulté le seul volume de ce Guide, gazette des étudiants de Toulouse conservé à la bib (...)

15Le lien avec l’université est maintenu par les associations et les revues étudiantes. Ainsi, le Guide gazette des étudiants de Toulouse, revue hebdomadaire qui paraît à partir de juillet 1894, reprend les informations concernant les jeunes juristes. Il publie chaque année le nom des lauréats de la Conférence du stage, les élections du Conseil de discipline et du bâtonnier, et très régulièrement les sujets proposés à la Conférence du stage. A la fin du siècle, deux jeunes stagiaires sont successivement président de l’association générale des étudiants, Lapart et Nigoul, l’un et l’autre lauréat de la Conférence27.

16Si la formation juridique revient à la faculté, la formation professionnelle est assurée par le bâtonnier. Très régulièrement il réunit les stagiaires, leur propose un sujet qui doit servir de prétexte à une joute oratoire qui prépare à la plaidoirie. Les meilleurs des stagiaires concourent pour un prix de la Conférence du stage. Depuis 1892 trois récompenses sont attribuées. Si les discours des lauréats manifestent leur jeune talent et laissent augurer d’une belle carrière -plusieurs lauréats deviennent bâtonnier et acquièrent une place dans leur ordre- le discours du bâtonnier est l’occasion de rappeler des règles essentielles. Le discours de rentrée a très souvent des allures de programme.

  • 28 OZANAM (Y.), "L’ordre des avocats à la Cour d’appel de Paris vu par ses bâtonniers : analyse d’un s (...)

17Le chef de l’ordre, investi pour l’année de cette "paternelle autorité", donne sa conception de la profession d’avocat et dispense ses Conseils aux stagiaires28.

  • 29 Ainsi le portrait de l’avocat dans l’éloge qu’il consacre à Dumoulin "libre des entraves qui captiv (...)

18L’ordre des avocats est fondé sur la tradition. "La loi est la force des barreaux" (Laportalière, 1893) ; cette tradition fait sa noblesse, sur laquelle insistent tous les avocats. Les bâtonniers ne pouvant faire eux-mêmes l’éloge de la profession, se réfugient derrière les auteurs qui ont vanté ses mérites : La Bruyère, le chancelier Daguesseau et Henrion de Pansey29. Cette noblesse tient à la liberté et l’indépendance à laquelle tous les avocats sont attachés.

  • 30 L’indépendance est le fondement même des ordres, comme l’avait reconnu le chancelier Daguesseau. Qu (...)

19"L’indépendance de l’avocat […] c’est […] la liberté absolue pour lui de se déterminer, de parler et d’agir, en n’écoutant que la seule voix de sa conscience, ce guide sûr et infaillible que Dieu a placé en chacun de nous" (Laumond-Peyrormet, 1900)30.

20Le bâtonnier n’oublie pas qu’il s’adresse avant tout à de jeunes confrères "l’espérance du barreau" pour leur apprendre leurs devoirs. "Chacun est prompt à proclamer ses droits, seuls les avocats s’entretiennent de leurs devoirs" (Ebelot, 1897). L’avocat est un auxiliaire de justice, on attend de lui discrétion, probité, dévouement et désintéressement. Cela va de soi. Les bâtonniers insistent tous, en revanche, sur la vaste culture que doit posséder un avocat. Ils fixent une espèce de programme des connaissances qui doivent faire de lui un humaniste. Rien ne paraît avoir changé depuis Camus qui, à la fin du XVIIIe siècle, recommandait aux débutants de posséder "la science de toutes les grandes choses et de tous les arts". Les acquérir impose un travail constant ; plusieurs bâtonniers en font le thème de leur discours et mettent en garde les jeunes contre la trop grande-facilité. Il faut passer du temps dans son cabinet pour préparer le dossier et les plaidoiries (L. Puget, 1896) ; il faut sans cesse remettre à jour ses connaissances juridiques car "ce qui était acquis est remis en question" (Ebelot, 1897).

21Le bâtonnier Laumond-Peyronnet (1899), reprend à son compte les remarques de La Bruyère "la fonction de l’avocat est pénible et laborieuse".

22Enfin, le chef de l’ordre doit envisager l’avenir ; il le fait avec confiance, mais en rappelant que les tâches sont nombreuses, que les charges sont de plus en plus lourdes (L. Puget et H. Ebelot).

  • 31 Nous n’avons pu retrouver les archives de la Société de jurisprudence ; nous avons consulté quelque (...)

23Tout ce que le jeune avocat n’a pas appris du bâtonnier ou du maître qui le forme et qu’il appelle familièrement le "patron", il l’apprend lors des réunions de la Société de jurisprudence. Cette société a été fondée le 1er mars 1812 par François Heloin, jeune avocat toulousain, avec quinze de ses confrères. Elle avait pour but de préparer les jeunes stagiaires aux difficultés de la barre. Deux réunions par semaine dans une des chambres de la cour, puis du tribunal civil, les entraînaient à la plaidoirie à partir de dossiers réels que leur transmettaient des hommes d’affaires. Quelques anciens, quelques magistrats se mêlaient à ces débats. Pour être admis dans la compagnie, il fallait présenter un mémoire sur une question de droit. La formation était semble-t-il excellente, si l’on considère qu’elle accueillait dans son rang les lauréats de la conférence, les aspirants au doctorat, et bon nombre de futurs bâtonniers et magistrats31.

*

24Les registres de délibération du Conseil de discipline, parfaitement conservés depuis la restauration de l’ordre en 1810, permettent de suivre l’évolution de la profession et, pourrait-on dire, sa vie interne.

  • 32 Ainsi en 1897, il n’y avait pas moins de neuf candidats. Quant aux qualités exigées, le chroniqueur (...)

25Rappelons tout d’abord quelques règles d’organisation. C’est généralement en juillet que les avocats procèdent à l’élection du bâtonnier – droit qu’il leur a été définitivement rendu en 1870- et des membres du Conseil de discipline pour l’exercice suivant. Le bâtonnier est élu tous les ans ; sa réélection la deuxième année est une formalité. Les comptes rendus succincts ne nous permettent pas de savoir si l’élection a été âprement disputée. Seules les indications spirituelles d’Ernest Ferras ou de Paul Duserm, chroniqueurs à la Gazette des tribunaux du Midi, rendent une ambiance qui n’est pas toujours sereine32. Le bâtonnier est généralement un homme d’expérience, qui a derrière lui entre vingt et trente ans d’exercice du barreau et jouit d’une certaine considération.

  • 33 Si le doyen n’est plus membre de droit du Conseil de discipline, il continue cependant à disposer d (...)

26Le Conseil est installé généralement en octobre et l’une des premières tâches en novembre, parfois au tout début du mois de décembre, est de dresser le Tableau des avocats et des stagiaires. Comme les ordres le répètent inlassablement, ils sont maîtres de leur Tableau. Chaque avocat est inscrit à sa date de prestation de serment ; le doyen de l’ordre jouit d’un réel prestige et exerce une autorité morale. Il s’agit à l’époque de Célestin Guiot, inscrit en 1830 et qui se maintient jusqu’en 1903 ; à son décès c’est le bâtonnier Pillore, inscrit en 1852 qui devient doyen33.

  • 34 L’affaire a connu de nombreux rebondissements. En juillet 1893, l’avocat avait offert au Conseil sa (...)

27L’inscription, la radiation, la suspension, ou la simple omission du Tableau sont de la compétence du Conseil et paraissent bien retenir l’essentiel de ses activités. Évoquons quelques exemples significatifs de l’évolution du barreau toulousain. Ainsi demandent tout naturellement à ne plus figurer sur le Tableau, un avocat nommé à des fonctions administratives (1893), un avocat nommé juge de paix (novembre 1896) et les jeunes agrégés qui rejoignent leurs facultés. Mais l’omission peut être une sanction. Ne doit plus être inscrit celui qui est sans domicile connu et ne paie pas sa cotisation (1894), ou celui qui exerce comme agent d’affaires. Ce dossier retient le Conseil pendant plusieurs années Le jeune avocat est d’abord suspendu pour deux mois (1891) : on lui reproche en outre de n’être jamais chez lui et de recevoir ses clients dans un café du boulevard Saint-Aubin. Deux ans plus tard, le Conseil le suspend pour six mois. Enfin en 1894, il est définitivement radié de l’ordre34.

  • 35 De nombreux magistrats demandent leur intégration dans l’ordre des avocats à la fin du XIXe siècle. (...)
  • 36 La Cour d’appel de Toulouse en 1885 avait été amenée à se prononcer sur la résidence des avocats : (...)

28De la même façon et avec la même rigueur, le Conseil veille aux inscriptions. Certaines ne font aucune difficulté : notamment pour d’anciens magistrats (novembre 1893, décembre 1894 et juillet 1896)35. D’autres sont soumises à une simple formalité : ainsi, l’inscription d’un avocat déjà inscrit à Gaillac, ne sera reçue qu’après le transfert de son cabinet à Toulouse (décembre 1894)36. Dans quelques cas, le refus est motivé par des incompatibilités professionnelles ou pour raison de moralité. Ainsi, à propos d’un agent d’affaires, défenseur officieux devant le Tribunal de simple police : "des renseignements recueillis, il résulte même qu’il use, pour la recherche de sa clientèle, de procédés absolument incompatibles avec la dignité, non seulement de l’avocat, mais même de l’agent d’affaires, qu’il se procure avant les audiences les noms de ceux qui sont, ou vont être poursuivis et sollicite leur défense par l’envoi de sa carte d’avocat, avec l’indication du tarif de ses honoraires. Dans de telles, conditions, il y a lieu de rejeter sa demande" (mars 1895).

  • 37 On retrouve ces questions dans tous les traités de déontologie et dans la jurisprudence concernant (...)

29De même, le barreau ne peut accueillir celui qui a été "proclamé indigne d’une chambre d’avoués" (décembre 1897). L’inscription est également refusée à un commis greffier de justice de paix (décembre 1897). Tous ces exemples confirment la position dominante des barreaux, qui affirment constamment être maître de leur Tableau37.

  • 38 Gazette des tribunaux du Midi, 25 novembre 1900, signé J.R.
  • 39 Gazette des tribunaux du Midi, 25 novembre 1903, et NELIDOFF (Philippe), "Trois avocats toulousains (...)

30Au titre des inscriptions, on doit retenir le 13 juillet 1903 celle de Marguerite Dilhan, l’une des toutes premières femmes avocates. Les registres du Conseil de discipline, comme à l’accoutumée, restent très neutres. La chronique toulousaine, en revanche, exprime avec plus de détails la réaction des avocats. Dès le vote de la loi du 1er décembre 19Q0, avant même sa promulgation par le président Loubet, la Gazette des tribunaux du Midi consacrait ses "Echos du palais" à cette étonnante nouveauté. Le titre même de l’article "Ma chère maîtresse" dit assez le sentiment de l’auteur38 : un ironique mépris. Pour sa part, il n’y avait rien à craindre, les femmes n’allaient pas arriver de si tôt au palais. Il ne se doutait pas que la seule étudiante à la faculté de droit de Toulouse, allait demander deux ans plus tard son inscription. Il imaginait moins encore que quelques mois seulement après son inscription, maître Dilhan allait plaider aux assises et être ainsi la première femme au "grand criminel". En novembre 1903, en effet, Marguerite Dilhan défend aux assises de la Haute-Garonne une belle-mère accusée d’avoir, avec la complicité de son mari, assassiné son gendre. Elle plaide assistée du bâtonnier Gamard-Clairin. Elle le fait, assure-t-on, avec talent et correction. Comme le souligne Paul Duserm dans le compte rendu de la Gazette des tribunaux du Midi : "intervention utile dans les débats, questions pleines d’à-propos, contradiction des témoignages, soulignées de dépositions utiles à la cause, rien n’a été négligé. Enfin, la plaidoirie elle-même, fort logique, l’argumentation solide, le débit net, malgré la sonorité un peu grêle -voix de femme naturellement- ont prouvé que la jeune avocate pouvait aborder la barre"39.

  • 40 Le Conseil cite à l’appui de son argumentation l’opinion de Mollot, elle-même fondée sur la positio (...)

31Si l’inscription de Marguerite Dilhan n’a pas fait de difficulté, celle de l’abbé Lucien Crouzil, en revanche, a soulevé un important débat. Le 5 mars 1903, l’abbé Crouzil, licencié en droit et professeur de droit civil ecclésiastique à l’Institut catholique de Toulouse, demande à être autorisé à prêter serment. Une commission est aussitôt désignée pour examiner sa candidature. Consciente "du caractère exceptionnel d’une telle demande", elle sollicite l’avis du Conseil de discipline du barreau de Paris. L’avis défavorable lui parvient le 12 mars : "Le Conseil. […] estime qu’il n’y a pas lieu de la part du bâtonnier, de présenter un prêtre libre au serment d’avocat, en raison de l’incompatibilité connue entre le caractère sacerdotal et la profession d’avocat, incompatibilité qui entraînerait certainement le rejet de la demande d’admission au stage"40.

32Le Conseil de Toulouse est d’un avis quelque peu différent. Il entend nettement distinguer la demande de prestation de serment de celle de l’admission au stage : "Juger autrement serait méconnaître la distinction fondamentale entre le titre d’avocat et l’exercice de la profession d’avocat. Or cette distinction est fondée sur le texte de l’ordonnance de 1822. La licence en droit est la seule condition exigée pour être autorisé à prêter serment. Ainsi, la demande de Monsieur l’abbé Crouzil ne peut soulever, en effet, que l’examen d’une simple question d’incompatibilité ; laquelle doit être réservée, conformément au texte de l’ordonnance du 20 novembre 1822 au conseil de l’ordre et à la jurisprudence de la Cour de cassation, jusqu’à la demande d’admission au stage.

33En conséquence, notre commission, est d’avis qu’il y a lieu pour Monsieur le bâtonnier, faire droit à la demande de Monsieur l’abbé Crouzil en le présentant à la prestation de serment d’avocat".

  • 41 Lucien Crouzil (1875-1947) a fait toutes ses études à Toulouse à la faculté de droit où il suivait (...)

34Le Conseil adopte les conclusions du rapport le 17 mars 190341

  • 42 La comparaison des différents budgets montre non seulement une augmentation des dépenses, mais un s (...)

35Le Conseil ne limite pas ses activités à ces questions ; il connaît toute la vie du barreau. L’organisation interne de l’ordre est de sa compétence. Il lui appartient de désigner les membres des différentes commissions, notamment celle de vérification des comptes et le bureau d’assistance judiciaire, ainsi que "les fonctionnaires du Conseil" (Mollot), le secrétaire, le trésorier, l’archiviste et le conservateur de la bibliothèque. Ce dernier poste est particulièrement important et le Conseil veille scrupuleusement à sa désignation et au bon fonctionnement de la bibliothèque. Celle-ci crée bien des difficultés au bibliothécaire, qui se plaint fréquemment des disparitions d’ouvrages ! (mars 1890, février 1901). L’élaboration du budget devient de plus en plus complexe. La Commission de vérification des comptes est des plus exigeante. La bibliothèque est le poste le plus important avec le traitement du bibliothécaire, l’abonnement aux revues et l’achat de livres42. En 1896, le bâtonnier propose la formation dans les locaux dépendants du palais, d’un bureau de consultations gratuites pour les indigents. Il rappelle à cette occasion que les avocats ont toujours assisté les plus démunis ; qu’un tel bureau existait en 1811, mais a été supprimé en 1823 parce que "il n’est point d’avocat plaidant ou consultant, soit parmi ceux qui ont fait autrefois la gloire du barreau toulousain, soit parmi ceux qui s’efforcent de marcher sur leurs traces, qui ne se montre digne de son honorable profession et dont le cabinet ne soit constamment ouvert aux indigents, qui ont besoin de ses secours et de ses lumières".

36L’argument reste toujours valable, cependant le Conseil approuve l’opportunité de la décision. Ce bureau sera composé d’un membre, ou ancien membre du Conseil de l’ordre et de deux avocats stagiaires. Il siégera une fois par semaine le vendredi "de quatre heures à six heures du soir" dans la bibliothèque. Ceux qui voudront bénéficier des consultations devront en faire la demande au bibliothécaire (juin 1896).

  • 43 La nature et le mode de règlement des honoraires des avocats a toujours suscité de vives opposition (...)
  • 44 Ce jeune homme n’est manifestement pas fait pour être avocat ; quelques années plus tard on lui rep (...)
  • 45 100 francs sont alloués le 23 janvier 1895 à un ancien avocat "qui se trouve dans une situation mal (...)

37Le Conseil intervient également dans les conflits qui opposent les avocats à leurs clients. Tout d’abord, le recouvrement des honoraires qu’il doit autoriser. La question a toujours fait difficulté et les barreaux ont des positions opposées43. Les différends sont parfois plus graves. Ainsi, cet avocat accusé d’avoir violé le secret professionnel ; en l’espèce le Conseil ne retient pas l’accusation (mars 1890). Les rapports sont quelquefois plus violents. Tel cet avocat qui, devant le juge de paix, gifle l’adversaire de son client qui l’aurait interrompu par ces mots : "vous devriez retourner à l’école et vous y apprendrez à ne pas confondre vitesse avec chien courant". La juridiction paternelle du Conseil le condamne à un avertissement tenant compte "de son jeune âge, de son inexpérience et la vivacité naturelle de son caractère" (février 1893)44. Le Conseil peut être amené à autoriser le bâtonnier à venir en aide à un ancien confrère nécessiteux45. Il refuse en revanche de désigner un avocat d’office pour le tribunal de commerce ; une telle désignation ne peut être accordée que pour le tribunal civil, ou la Cour d’appel. Les demandes de prolongation du stage sont généralement repoussées ; en 1898 enfin, le Conseil décide que les certificats de fin de stage donnent lieu au versement d’une contribution de cinq francs.

  • 46 GAINETON (J.-L.), "Chronique d’une naissance ou la création de la conférence des bâtonniers de Fran (...)

38Le Conseil connaît aussi des questions plus générales. Ainsi l’accroissement des tâches des avocats, notamment depuis la loi du 8 décembre 1897, autorisant l’assistance des avocats à l’instruction, et la loi du 9 avril 1898 qui accorde de plein droit l’assistance judiciaire aux victimes d’accidents professionnels dans les actions en responsabilité contre leur patron. À ce propos, le barreau de Clermont-Ferrand adresse un mémoire "deux mots sur l’assistance judiciaire hier, aujourd’hui et demain" (février 1902). On se préoccupe aussi de l’augmentation des charges qui, nous l’avons dit, serait à l’origine de la diminution très sensible du nombre des avocats. La grande affaire, et tout cela est lié, tient à la création du "congrès annuel des délégués des barreaux, pour traiter des questions intéressant l’ordre tout entier". Les propositions et les initiatives sont multiples. Cette question parfaitement étudiée par maître Gaineton46, montre toutes les résistances de la profession à s’organiser. Si le bâtonnier prend part à la conférence des bâtonniers de mai 1902, en revanche, le barreau refuse d’adhérer aux travaux de cette même conférence (janvier 1903).

39Le Conseil répond également à des consultations juridiques posées par des avocats eux-mêmes, ou d’autres barreaux. Ainsi, lorsqu’un avocat communique une pièce à l’un de ses confrères, peut-il ensuite retirer cette pièce du débat et rétracter la communication ? Le Conseil, sur avis de la Commission qu’il avait nommée à cet effet, répond par la négative. C’est d’ailleurs l’occasion de rappeler que "la communication spontanée et complète de toutes les pièces dont un avocat veut faire usage, constitue un des premiers devoirs de l’avocat" (mars 1891). Le barreau de Lectoure (Gers) et celui de Bernay (Eure) interrogent le Conseil de Toulouse sur les questions d’organisation professionnelle. En revanche, le Conseil refuse d’émettre un avis sur une question posée par un avoué de Foix concernant le secret professionnel (décembre 1900).

40Enfin, le Conseil est le témoin de la vie de l’ordre. Il se réjouit des honneurs et s’attriste des peines. On félicite régulièrement les lauréats de la Conférence du stage qui depuis 1892, comme nous l’avons dit, peuvent obtenir trois récompenses. De vives félicitations sont adressées à maître Pillore (juillet 1890) et maître Rumeau (mai 1891), qui viennent d’être nommés chevalier de la Légion d’honneur. Le Conseil affirme aussi son indépendance. Le 16 mai 1891, il est appelé à délibérer sur la prochaine venue du président de la République et sur la présence des avocats à cette occasion.

  • 47 La position est traditionnelle, on la retrouve notamment à Paris affirmée dans une décision du Cons (...)

41Le Conseil prenant uniquement en considération les précédents, tels qu’ils résultent de la délibération du Conseil de discipline en date du 9 septembre 1839 et de ce qui s’est fait en 1852, ainsi que les traditions relatives aux obligations professionnelles, décide qu’il y a lieu de s’abstenir47.

  • 48 L’offre était particulièrement maladroite, mais la position du Conseil confirme la tradition de l’o (...)

42Une même indépendance et une même égalité doit régner entre les confrères. Ainsi, le Conseil refusera à un avocat de faire précéder son nom sur le Tableau, du titre de baron (décembre 1894) et de même n’acceptera pas le portrait qu’un avocat veut offrir pour la bibliothèque ; une telle offre "n’est pas dans les usages du barreau de Toulouse" (mars 1897)48

- II -

43Évoquons quelques-uns des avocats toulousains qui forment "le barreau de la Belle Epoque". Nos renseignements sont moins nombreux et plus divers. Les avocats toulousains font partie de la famille judiciaire qui, à Toulouse, comme nous l’avons dit, est une tradition léguée par l’Ancien Régime. Seule une étude sociale complète, qui dépasse le cadre de ce travail, permettrait d’affiner le tableau d’ensemble. D’ores et déjà et compte tenu des quelques renseignements qui sont en notre possession nous pouvons noter, ce qui est une constante dans la profession, que plusieurs avocats ont succédé à leur père (Lauzeral, Ebelot) ; plusieurs autres sont fils de magistrat (Barrière-Falvy, Edmond Caze, Paul Desarnauts, Raymond Deyres, Bernard Fort). Quelques familles enfin, Timbal, Remaury et Boyer, maintiennent au barreau une remarquable permanence. Essayons cependant de dégager quelques individualités.

  • 49 Outre l’éloge du bâtonnier Serville, voir celui prononcé par A. Thouroude, à la rentrée solennelle (...)

44Huit bâtonniers se sont succédé pendant la période que nous avons étudiée : maîtres Favarel, Massol, de Laportalière, Puget, Ebelot, Laumond-Peyronnet, Serville et Gramard-Clairin. Henri Ebelot est sans doute le plus remarquable et incontestablement l’un des plus grands avocats toulousains de sa génération. L’éloge prononcée par le bâtonnier Serville qui lui consacre tout son discours de rentrée, veut être l’hommage solennel de tout le barreau toulousain. Né à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) en 1831, fils d’un avocat de cette ville ; il gagne Paris à dix-sept ans et se présente spontanément à Lamartine, à l’époque tout puissant. Ce dernier le recommande à Bonjean, alors avocat à la Cour de cassation. Il reste deux ans son secrétaire. Rentré à Saint-Gaudens en 1850, il commence son droit, se fait recevoir avocat. Ce n’est qu’en 1865 qu’il s’installe à Toulouse, où il va très vite gagner la célébrité. Il plaide de grandes affaires et s’oppose, nous l’avons dit, aux meilleurs avocats parisiens. À vingt ans de distance, ses pairs l’avaient porté deux fois au bâtonnat, en 1877 et en 1897. Il avait été maire de Toulouse en 187049

  • 50 On peut lire son portrait dans le Franc parleur toulousain (1900) et son éloge prononcée à la rentr (...)

45Quant au bâtonnier Laumond-Peyronnet (1853-1921), il était fils de notaire et petit-fils d’avocat. Inscrit en 1874, lauréat de la Conférence du stage en 1877, année même où il soutient son doctorat. Il commence une brillante carrière de civiliste, sans négliger quelques grandes affaires criminelles. On vantait ses qualités, sa parfaite probité. Avec une certaine ironie, le chroniqueur de la Gazette des tribunaux du Midi lui trouvait la plus belle tête de magistrat qui soit. Il est élu bâtonnier en 189950.

46Aux côtés des bâtonniers, on compte une bonne centaine d’avocats dont certains ont obtenu de retentissants succès à la barre, quelques-uns ont tenu une place dans la ville et d’autres, sûrement les plus nombreux, ont correctement rempli leur profession et dont nous ne savons rien. Quelques-uns dominent, beaucoup sont oubliés.

  • 51 Sur les avocats à l’Académie de législation, il suffit de renvoyer à Ourliac (P.), "Le barreau de T (...)

47Plusieurs avocats se retrouvent à l’Académie de législation. Institution originale créée à Toulouse en 1851 pour réunir professeurs de faculté, magistrats et praticiens, elle réserve toujours une large place aux membres du barreau. L’Académie vient de perdre deux de ses membres les plus anciens et des plus éminents, l’un des fondateurs, le bâtonnier Prosper Timbal (✝ 1891) et le bâtonnier Astrie-Rolland (élu en 1859,✝ 1893). Pendant la période que nous avons retenue, seize avocats vont siéger à l’Académie, depuis Auguste Albert l’un des fondateurs en 1851, jusqu’à Deniau et Laurens, élus en 1905. On compte parmi eux plusieurs bâtonniers, ou futurs bâtonniers, Albert, Pujos, Laportalière, Massol, Serville, Theulle, Laumond-Peyronnet, Boscredon, Peyrusse et Hubert. La présidence de l’Académie était organisée par l’alternance des divers représentants, plusieurs avocats ont été élus présidents : Albert Passama, les bâtonniers Pujos, Laportalière et Theulle. Seuls quelques-uns participent activement aux travaux de l’Académie ; les avocats ne sont pas toujours les plus assidus51.

  • 52 MONESTIER (J.), "Les avocats mainteneurs de l’Académie des Jeux Floraux", in Revue de la Société in (...)
  • 53 Jules Rolland est né à Albi en 1853. Après ses études il part pour Paris, où il se fait inscrire co (...)
  • 54 Paul Desarnauts, le futur bâtonnier, est reçu le 7 juin 1896 par Antonin Deloume.
  • 55 François Tresserre est le type parfait de l’avocat qui n’a jamais exercé, mais tient cependant à co (...)

48L’Académie des jeux floraux accueille volontiers les avocats52. À la fin du XIXe siècle, Auguste Albert, élu en 1859, est un des doyens de la Compagnie. Il avait débuté à Toulouse dans le cabinet du célèbre Alexandre Fourtanier – avec Philippe Feral et Tajan, l’un des restaurateurs du barreau modeme- et s’est tout de suite imposé comme un énergique et infatigable plaideur. Quelques-unes de ses plaidoiries contre Lachaud, Berryer, Jules Favre, sont restées longtemps dans la mémoire des Toulousains. Le bâtonnier Serville qui fait son éloge à l’Académie de législation le présente comme l’émule des plus grands et avec Henri Ebelot, l’un des réformateurs de l’art de plaider. Aux Jeux floraux, il donne des lectures historiques. En 1901, au soir de sa vie, il évoque ses souvenirs : "Les chefs de la magistrature toulousaine de 1839 à 1842, appréciés par un avocat stagiaire d’alors, devenu quasi doyen de son ordre" dont le texte malheureusement n’a pas été inséré dans le recueil. Auguste Marchal, élu en 1877 s’intéresse à la littérature, comme en témoigne une Étude sur l’œuvre dramatique du second Dumas (1896), une autre sur Louis Veuillot journaliste et moraliste (1900). En 1902 il célèbre le centenaire de Victor Hugo et salue la parution des Oberlé, dernier roman de René Bazin. Jules Rolland, qui meurt prématurément en 1896, a abandonné depuis longtemps le barreau pour l’histoire littéraire et le journalisme53. De Peyralade, Paul Desarnauts et Laportalière, sont les derniers élus54. Quant à François Tresserre, avocat catalan, il préfère la poésie au droit. Reçu en 1897, il adresse son remerciement en vers55.

  • 56 Un certain nombre de chroniques d’Ernest Ferras ont été recueillies dans Robés et Toqués, Toulouse  (...)

49Dans la diversité des carrières, il faut préserver une place à ceux qui donnaient régulièrement des chroniques dans les journaux toulousains : journaux littéraires, politiques, ou judiciaires. Charles Maurice Bellet, collabore à l’Âme latine, Louis Ebelot, fils du bâtonnier, publie dans le Télégramme (de tendance catholique social), de Peyralade dans l’ Express du Midi, organe royaliste et au Messager. Depuis 1881, le barreau de Toulouse dispose d’un journal La Gazette des Tribunaux du Midi qui est l’organe du palais et dans une large mesure, celui des avocats. Dès l’origine les avocats tiennent une grande place au comité de direction qu’ils conserveront toujours. Les avocats trouveront le meilleur accueil dans les colonnes du journal, et comme le journal veut avant tout informer, il publiera les nouvelles de l’ordre. La chronique du palais est tenue par Ernest Ferras, et après son décès prématuré par Paul Duserm. L’un et l’autre avaient le style net, concis, incisif qui convient au genre ; d’un mot ils parvenaient à dépeindre un personnage, en quelques lignes rendre une situation56.

  • 57 Pas plus qu’il ne paraît s’intéresser aux grand débats qui agitent alors le pays. Rien notamment ne (...)
  • 58 Le plus célèbre, Vincent Auriol, n’est encore qu’un jeune stagiaire qui fait ses débuts au barreau (...)
  • 59 C’est le cas d’Eugène Reynès, qui évoque la rupture dans ses Souvenirs d’un vieux journaliste, t. I (...)
  • 60 "À la fin de sa vie, rappelle le bâtonnier Remaury, Jacques Piou, doyen de l’ordre, ne plaidait plu (...)

50Du journalisme à la politique il n’y a qu’un pas, quelques avocats toulousains l’ont franchi. En fait, assez peu. Curieusement ce grand barreau est resté en marge de la grande politique57. Parmi les hommes politiques, si l’on peut citer quelques noms, aucun n’est vraiment au premier rang58. Certes, plusieurs avocats ont animé la politique locale, Henri Ebelot est maire de Toulouse en 1870 ; le bâtonnier Rumeau, conseiller municipal sur la liste républicaine, Henri Joffary, élu sur la liste conservatrice. Louis Ebelot est conseiller général de Saint-Béat et Paul Lauzeral, maire de Montpitol. Un seul, Jacques Piou a atteint la notoriété. Fils d’un haut magistrat -son père sera premier président à Toulouse jusqu’à la guerre de 1870- il commence une brillante carrière au barreau. Le bâtonnier Serville qui avait été son secrétaire, lui rendra solennellement hommage. Excellent plaideur, la barre ne lui suffit pas. Il s’intéresse très tôt à la politique. Il affiche des idées monarchistes. Élu conseiller général de la Haute-Garonne en 1878, il en devient député en 1885. Il siège à droite et se fait très vite remarquer à la tribune comme un redoutable orateur, notamment lors de son intervention contre l’expulsion des princes. Réélu dans l’arrondissement de Saint-Gaudens contre Cruppi, il fonde alors la droite constitutionnelle, abandonne le parti monarchiste et se soumet à la politique du ralliement ; certains ne le lui pardoneront jamais59. En 1893, il est battu par Bepmale, également avocat, maire radical de Saint-Gaudens. Ayant retrouvé son siège en 1898, il se fait remarquer au moment de l’Affaire Dreyfus. En 1901, il fonde l’Action libérale populaire qu’il va animer pendant trente ans. Battu en 1902, Piou abandonne la Haute-Garonne pour la Lozère, où il est régulièrement élu jusqu’à la Première Guerre mondiale. S’il ne se présente plus, il ne renonce pas à jouer quelque rôle. Au palais, à Toulouse, Jacques Piou avait cessé de paraître depuis longtemps, mais il n’en restait pas moins auréolé du prestige de sa carrière et de son titre de doyen de l’ordre. Il meurt en 1932 à 94 ans. L’avocat et homme politique toulousain a laissé une œuvre considérable de publiciste, dont une vie d’Albert de Mun et une Histoire du ralliement qui ne manque pas d’intérêt. Il collaborait régulièrement à L’Observateur, à La Revue des deux mondes et au Figaro60.

  • 61 Est-ce le Parti catholique qui avait entraîné l’ensemble des confrères a "bouder" la séance solenne (...)
  • 62 Maître Lozeu de Peyrelade (1850- 1903), avocat conservateur, a enseigné l’économie politique à la f (...)
  • 63 Albert Passama (1854-1901), inscrit au barreau de Toulouse en 1874, lauréat de la Conférence du sta (...)
  • 64 En 1888, il est rapporteur au 12e congrès des juristes catholiques qui avait choisi un thème d’actu (...)

51Le barreau de Toulouse est conservateur et catholique ; de nombreux avocats forment ce que l’on pourrait appeler le parti de l’Église61. Plusieurs de ses membres ont participé à la création de l’éphémère faculté libre de droit de l’Institut catholique. Saturnin Vidal en a été doyen en 1877. Auguste Albert enseignait le droit commercial et de Peyralade, l’économie politique62. Albert Passama était professeur de droit civil et collaborait à la Revue catholique des institutions et du droit63, où l’on retrouve encore plus souvent Auguste Marchal. Ce dernier publie assez régulièrement sur les questions syndicales et économiques64. Michel de Bellomayre, auréolé du titre prestigieux d’ancien conseiller d’État, est l’un des plus distingués représentants de ce parti. Il publie en 1916 La Défense politique de l’Eglise-Documents 1885-1916, qui manifeste tout l’intérêt qu’il porte aux questions religieuses.

  • 65 Émile Carthailhac (1845-1921), plus connu comme préhistorien que comme avocat, a cependant été insc (...)
  • 66 Louis de Malafosse (1835-1919), étudiant en droit et en lettres, avocat stagiaire, il délaisse le d (...)
  • 67 Casimir Barrière-Flaw (1863-1927), passait en réalité le plus clair de son temps à s’occuper de sa (...)
  • 68 Joseph Rozès est resté l’une des figures les plus originales et attachante du "milieu" toulousain : (...)
  • 69 Voir Hommage à Armand Praviel collège d’Occitanie, Toulouse. L’historique est dû à la plume de son (...)

52Enfin, comment ne pas évoquer ceux qui ont connu leur célébrité en dehors du barreau. Nous devons citer d’abord Emile Cartailhac65, Louis de Malafosse66 et Barrière-Flavy67. À l’extrême fin du siècle, deux noms méritent de retenir l’attention. Joseph Rozès (1876-1960) qui tout en restant avocat, a consacré plus de temps à la poésie, au journalisme et à la Société des toulousains de Toulouse qu’il a présidée pendant un demi siècle68. Son camarade de promotion Armand Praviel (1875-1944) a abandonné la barre pour la littérature où il a connu une certaine re nommée. Jeune stagiaire au Messager de Toulouse et à L’Express du Midi ; il fonde en 1895 L’Echo méridional, qui deviendra en 1897 L’Âme Latine. Maître ès jeux en 1904, il est élu mainteneur en 1910 au fauteuil du cardinal Mathieu. Son œuvre est abondante : il chante le Midi, Toulouse ; il publie aussi quelques grands ouvrages historiques et, notamment en 1922, L’Assassinat de Fualdes et en 1925 L’Aventure de la duchesse de Berry. À sa mort en 1944, ses amis du collège d’Occitanie lui rendent un hommage auquel s’associeront tous les grands noms de la littérature69.

*

53Tel nous apparaît le barreau toulousain à la Belle Époque. L’époque était-elle si belle ? Les historiens aujourd’hui nous persuadent du contraire. Elle paraît l’être en revanche pour les avocats toulousains et tous ceux qui l’ont connue ont, en égrenant leurs souvenirs, parlé d’elle avec une certaine nostalgie. Bien plus tard, le bâtonnier Remaury, se rappelant du barreau des années 1920, dépeint la plupart des grands noms de l’époque, entourés de prestige et de la considération générale : Laumond-Peyronnet, Desamauts, Laportalière, Boscredon… et les plus jeunes, Arnal, Basax et Puntous…, tandis que percent les nouveaux venus que nous avons, à notre tour, connus comme nos aînés et qui rappelaient, il n’y a pas si longtemps, qu’ils avaient entendu parler de "l’âge d’or".

Notes

1 1DIEUZAIDE (Jean) et SAINT-SAENS (Marc), Toulouse tel qu’elle fut vers 1900, Toulouse 1978.

2 2GODECHOT (J.), "Un grand village 1815-1914", in Histoire de Toulouse, dirigée par Ph. Wolff, Toulouse 1974.

3 Le chiffre n’est peut-être pas très exact ; il est sans doute faussé pour des raisons budgétaires. La loi du 25 juillet 1893 avait, en effet, aggravé le budget scolaire pour les communes de plus de 150 000 habitants. COPPOLANI (J.), Toulouse au XXe siècle, Paris 1963, p. 29.

4 4SENTOU (J.), Fortunes et groupes sociaux a Toulouse sous la Révolution, Toulouse 1969 et pour une période plus proche de celle que nous étudions DALCOL (M.), Fortunes et groupes sociaux à Toulouse au début de la IIIe République (1871-1875), thèse 3e cycle, Toulouse 1982, dactyl. À l’époque, les professions juridiques -avocats, avoués, notaires- sont les plus considérées des professions libérales ; les médecins sont encore en retrait. Au début du XXe siècle, ces derniers ont pris rang parmi les notables.

5 ROCACHER (J.) et PRIN (M.), Le Chateau Narbonnais, la Cour d’appel, le palais de justice, Toulouse 1992. Les avocats installent leur cabinet près du palais ; ils occupent l’étage "noble" d’anciens hôtels particuliers des rues de la Dalbade, Nazareth, Perchepinte ou Fermat.

6 DEVAUX (O.), L’Enseignement à Toulouse sous le Consulat et l’Empire, Presses de l’Institut d’études politiques, Toulouse 1994 ; BURNEY (John M.), Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIXe siècle, Toulouse, 1988.

7 Comme le note J. Sentou, "Ainsi s’expliquerait le rayonnement social de la faculté de droit de Toulouse, que la majeure partie des enfants de la bourgeoisie toulousaine continuera à fréquenter pendant tout le XIXe siècle. Il y a dans la capitale du Languedoc une tradition juridique qui se maintiendra longtemps après la disparition du Parlement". SENTOU (J.), Fortunes et groupes sociaux..., op. cit., p. 214.

8 Sur les habitudes du passé et la place que les anciens avocats occupaient toujours au sein du barreau toulousain au début du XIXe siècle, CAPELLA (G. de), "L’institution : continuité et ruptures 1810-1850", in Histoire des avocats et du barreau de Toulouse, Toulouse 1992, p. 81-116.

9 En ce début de siècle, le palais est encore tout agité des procès Jaurès, au cours desquels Ebelot avait affronte Goblet, Viviani et Alexandre Millerand. En lui rendant hommage, le bâtonnier Serville, lors de la rentrée solennelle du stage en 1902, rappelle ces belles plaidoiries et fait d’Ebelot "un véritable chef d’école" qui a "transforme la manière du barreau toulousain".

10 Les registres de délibérations du Conseil de l’ordre, parfaitement conservés depuis 1810, les discours de rentrée des bâtonniers, des lauréats de la conférence du stage, et les nombreux éloges d’avocats peuvent donner un tableau assez exact du barreau de Toulouse à la Belle Époque. Nous avons complété notre information à l’aide des annuaires de la Haute-Garonne, des Recueils des Académies de Législation et des Jeux Floraux, qui ont accueilli de nombreux avocats.

11 Le récit plein d’humour de cette élection dans FERRAS (E.), Robés et toqués, Toulouse, 1889.

12 Ainsi, Charles César-Bru, Julien Bonnecase, Joseph Magnol, Paul Thomas, Joseph Barthélemy et Achille Mestre qui maintiennent les rapports traditionnels qui existent entre le palais et l’université, sur lesquels nous reviendrons.

13 PLAS (P.), "La professionnalisation des avocats au début des années 20. Enjeux, ruptures et nouveaux modèles", in Avocats et barreaux en France 1910-1920, études réunies par G. Le Béguec, Nancy 1994, p. 59-76.

14 Les lettres sont discutées lors de la séance du Conseil du 25 mai 1901.

15 Mémoire du barreau de Clermont-Ferrand, Deux mots sur l’assistance judiciaire, hier, aujourd’hui, demain (21 février 1902). Comme nous le verrons, ce mémoire, ainsi que les correspondances citées et celle du bâtonnier de Caen sont à l’origine de la conférence des bâtonniers.

16 C’est également le titre qu’ils tiennent à voir figurer dans la notice qui leur est consacrée dans le Dictionnaire biographique de la Haute-Garonne (1895).

17 KARPIK (L.), Les avocats. Entre l’État, le public et le marché XIIIe-XXe siècles, Paris 1995.

18 CHARLE (Christophe), "Le recrutement des avocats parisiens 1880-1914", in Avocats et barreaux en France 1910-1930, études réunies par Gilles Le Beguec, Presses Universitaires de Nancy, Nancy 1994, p. 21-34.

19 Tels Raymond Boyer, docteur en droit, inscrit en 1890, qui deviendra bâtonnier en 1924-1925, ou Gabriel Timbal, également docteur en droit, inscrit en 1899, bâtonnier en 1928-1929.

20 Nous avons mené notre enquête uniquement sur les docteurs en droit, inscrits au barreau entre 1895 et 1905 ; l’information est forcément incomplète, mais suffisante pour révéler une orientation générale. Une analyse plus affinée des chiffres fait apparaître qu’en 1895 il y a dix docteurs avocats, sur onze thèses soutenues, en 1896 sept sur dix, en 1897 onze sur dix-sept, en 1898 vingt-deux sur trente, en 1899 vingt-quatre sur quarante, en 1900 quatorze sur vingt-trois, en 1901 quinze sur vingt-trois, en 1903 dix-huit sur trente-quatre, en 1904 seize sur trente-et-un, enfin en 1905 quatorze sur vingt-sept. La grande majorité des avocats sont inscrits à Toulouse, cependant en 1900 sur quatorze docteurs portant le titre d’avocat, deux ne sont pas inscrits au barreau toulousain, en 1903 un docteur est mentionné comme avocat à Rodez.

21 Depuis la réforme du décret du 30 avril 1895, certains candidats soutenaient une thèse en sciences juridiques et une seconde en sciences politiques, les deux composant la même branche du doctorat en droit, face au doctorat des sciences économiques, nouvellement créé. IMBERT (J.), "Passé, présent et avenir du doctorat en droit en France", in Annales d’Histoire des facultés de droit, n° I, 1984, p. 11-33.

22 Voir en dernier lieu deux études de MARTINAGE (R.), "Barreau et magistrature à Amiens au début de la Ille République", in Revue du Nord 1991 et 1 Barreau et magistrature au début de la Ille République", in Università e professioni Guirediche in Europa nell ’ età liberale 1994, p. 465-481.

23 Sur les rapports étroits entre le barreau et l’université, voir la contribution de POUMARÈDE (J.), à l’ouvrage collectif déjà cité Histoire des avocats et du barreau de Toulouse, p. 163-179. Sur la faculté de droit à Toulouse en général au XIXe siècle, DAUVILLIER (J.), "Le rôle de la faculté de droit à Toulouse dans la rénovation des études historiques et juridiques au XIXe et XXe siècles", in Annales de l’université des sciences sociales de Toulouse t. XXIV, 1976, p. 343-384.

24 Ainsi, Charles César-Bru, Joseph Magnol, Julien Bonnecase et Jacques Maury.

25 Parvenu à la faculté de droit de Paris, il se rappellera ses années toulousaines et son passage au stage lorsqu’il réunit, avec de futurs universitaires, de jeunes avocats pour former certains de ses disciples. BEGUEC (G. LE), "Le jeune barreau parisien au début des années 20", in Avocats et barreaux en France 1910-1930, Nancy 1994, p. 135- 136.

26 Parmi d’autres sujets proposés, le casier judiciaire, la réhabilitation en matière pénale, le jury criminel, etc.

27 Nous avons consulté le seul volume de ce Guide, gazette des étudiants de Toulouse conservé à la bibliothèque inter-universitaire, qui va du 1er juillet 1894 au 25 janvier 1897.

28 OZANAM (Y.), "L’ordre des avocats à la Cour d’appel de Paris vu par ses bâtonniers : analyse d’un siècle de discours de rentrée (1810-1910)’’, in Revue de la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat 1993, n° 5, p. 117-167.

29 Ainsi le portrait de l’avocat dans l’éloge qu’il consacre à Dumoulin "libre des entraves qui captivent les autres hommes, trop fier pour avoir des protecteurs, trop obscur pour avoir des protégés, sans esclave et sans maître, ce serait l’homme dans sa dignité originelle, si un tel homme pouvait encore exister sur la terre". La manie des citations est elle-même une tradition. Comme le note Henri Robert dans un petit ouvrage plein d’esprit, après avoir lui aussi cité Daguesseau "le plus grand magistrat de son siècle pouvait se permettre de dire du barreau plus de bien qu’un avocat ne saurait décemment le faire". ROBERT (H.), L’Avocat, coll. "Les caractères de ce temps", Paris 1923, p. 44.

30 L’indépendance est le fondement même des ordres, comme l’avait reconnu le chancelier Daguesseau. Quant à la liberté, elle garantit les droits de la défense ; elle est selon l’expression de Malesherbes, rapportée par le bâtonnier Laumond Peyronnet (1899) "le dernier rempart de la liberté nationale".

31 Nous n’avons pu retrouver les archives de la Société de jurisprudence ; nous avons consulté quelques-uns des recueils de ces travaux, qui fournissent de nombreux renseignements. Le centenaire de la société en juin 1912, célébré avec éclat, a donné lieu à d’importantes manifestations (compte rendu dans la Gazette des tribunaux du Midi des 16, 23 et 30 juin 1912). Cependant la société ne paraît plus, à cette date, susciter le même enthousiasme.

32 Ainsi en 1897, il n’y avait pas moins de neuf candidats. Quant aux qualités exigées, le chroniqueur judiciaire s’en amuse dans les colonnes de la Gazette des tribunaux du Midi "un bâtonnable pour l’année judiciaire 1897-1898 doit être bon époux, bon père de famille, bon territorial, payant régulièrement son terme, son boulanger, son tailleur..." (18 juillet 1897).

33 Si le doyen n’est plus membre de droit du Conseil de discipline, il continue cependant à disposer d’une certaine influence. Après 73 ans d’inscription au Tableau, Célestin Guiot a certainement connu l’exercice professionnel le plus long. Il peut être comparé à celui de Jacques Piou à Toulouse et de Limet à Paris, inscrit en 1841 et figurant encore au Tableau en 1913. OZANAM (Y.), "L’ordre des avocats à la cour de Paris de 1910 à 1930", in Avocats et barreaux en France 1910-1930, op. cit., p. 35-57. Guiot s’intéressait de près à la vie de l’ordre ; il est resté jusqu’en 1898 membre du bureau d’assistance judiciaire. La fidélité au barreau de Toulouse s’est prolongée après sa mort, son successeur maître Garrigue a fait don de sa bibliothèque à l’ordre (octobre 1904).

34 L’affaire a connu de nombreux rebondissements. En juillet 1893, l’avocat avait offert au Conseil sa démission qui avait été refusée, car il y allait de l’honneur de la profession. Le Conseil poursuit son enquête, mais l’avocat se désintéresse de la procédure ; il ne répond pas aux convocations. La décision de radiation (27 janvier 1894) est prise par défaut.

35 De nombreux magistrats demandent leur intégration dans l’ordre des avocats à la fin du XIXe siècle. Le mouvement avait commencé au lendemain de la loi du 30 août 1883, par la suite il s’agit soit d’une nouvelle orientation professionnelle, soit après l’âge de la retraite pour se maintenir en activité : ainsi en décembre 1894, un ancien président de chambre à la Cour de Toulouse se fait recevoir et va figurer au Tableau jusqu’en 1897. Sur la loi de 1884, voir la dernière étude de MACHELON (J.-P.), "L’épuration républicaine, la loi du 30 août 1883", in L’Épuration de la magistrature de la Révolution à la Libération, Publication de l’Association française pour l’histoire de la justice, Paris 1994, p. 87-101.

36 La Cour d’appel de Toulouse en 1885 avait été amenée à se prononcer sur la résidence des avocats : "un avocat ne peut demander son inscription au barreau du tribunal ou d’une cour, qu’autant qu’il a sa résidence au chef-lieu d’arrondissement où siège le tribunal ou la Cour, ou du moins dans une des communes de cet arrondissement", Toulouse, Il février 1885, S. 1888-2-65.

37 On retrouve ces questions dans tous les traités de déontologie et dans la jurisprudence concernant la discipline des barreaux qui s’élabore lentement au XIXe siècle devant les Cours d’appels et la Cour de cassation.

38 Gazette des tribunaux du Midi, 25 novembre 1900, signé J.R.

39 Gazette des tribunaux du Midi, 25 novembre 1903, et NELIDOFF (Philippe), "Trois avocats toulousains aux assises", in Revue de la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat, n° O, 1988, p. 63-68.

40 Le Conseil cite à l’appui de son argumentation l’opinion de Mollot, elle-même fondée sur la position prise par le Conseil de Paris à l’égard de Lacordaire.

41 Lucien Crouzil (1875-1947) a fait toutes ses études à Toulouse à la faculté de droit où il suivait les enseignements de Bressolles, Vidal et Hauriou et retrouve un de ses camarades d’enfance Achille Mestre, avec lequel il restera lié, et à l’Institut catholique. Professeur, puis doyen de la faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Toulouse, il forme de nombreux éleves. Il est difficile de savoir les raisons qui l’ont conduit à demander à prêter serment d’avocat. Il n’abusera pas du titre. À notre connaissance, il signe une seule étude sur les "Écoles presbytérales" in Revue catholique des institutions et du droit de 1904, avec le titre d’avocat. Sur l’abbé Crouzil voir la notice nécrologique que lui a consacrée l’abbé NOUBEL, dans la Chronique du supplément du Bulletin de littérature ecclésiastique, 1947, p. XLII-XLIV.

42 La comparaison des différents budgets montre non seulement une augmentation des dépenses, mais un souci de préciser et détailler les différents postes. La bibliothèque coûte relativement cher, non seulement pour les traitements du conservateur, mais également par les abonnements au Fuzier-Hermann (alors en cours de publication), au Journal officiel, à la Gazette du palais, la Gazette des tribunaux du Midi, à la Revue critique, etc. En 1899, le Conseil délibère sur l’achat de trois nouveaux livres que commande l’actualité : LOUBAT, Le risque professionnel. Commentaire de la loi du 9 avril 1898 ; SACHET, Traité théorique et pratique de la législation sur les accidents du travail et le Traité général des eaux de PICARD, antérieur à la loi du 13 avril 1898 mais alors le seul ouvrage d’ensemble sur la question.

43 La nature et le mode de règlement des honoraires des avocats a toujours suscité de vives oppositions. On a longtemps prétendu qu’il s’agissait d’un bienfait de la part du client, laissé donc a sa liberté. On considérait par là-même qu’il n’appartenait pas à l’avocat d’en réclamer judiciairement le recouvrement. L’avocat aurait manqué à l’honneur et à la dignité de sa profession. Certains donnaient cette argumentation comme la tradition des barreaux, qui cependant en la matière n’est pas très sûre. Une telle position était insoutenable et vivement critiquée. Quelques barreaux l’ont cependant maintenue et, à Paris, le recouvrement judiciaire par l’avocat était une cause de radiation. Plusieurs barreaux de province, en revanche se contentaient d’exiger de l’avocat qu’il sollicite l’autorisation du Conseil de discipline. Tel est le cas de Toulouse. Les avocats s’adressent au Conseil qui autorise le recouvrement (ainsi, parmi de nombreuses demandes 19 juin 1891, 8 mars 1895, 14 juin 1895, 21 janvier 1896, décembre 1896, juillet 1898). Sur cette question, à l’époque, une étude très claire de A. WAHL, au lendemain d’une décision du tribunal de la Seine du 1er mars 1905, "Le droit de l’avocat aux honoraires", in Revue trimestrielle de droit civil, 1905, p. 497- 534.

44 Ce jeune homme n’est manifestement pas fait pour être avocat ; quelques années plus tard on lui reproche d’avoir accepté une mission d’agent d’affaires. Il est suspendu pour un mois. Il finit par démissionner en mars 1902.

45 100 francs sont alloués le 23 janvier 1895 à un ancien avocat "qui se trouve dans une situation malheureuse et urgente".

46 GAINETON (J.-L.), "Chronique d’une naissance ou la création de la conférence des bâtonniers de France", in Revue de la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat n° 4, 1992, p. 125-141.

47 La position est traditionnelle, on la retrouve notamment à Paris affirmée dans une décision du Conseil du 30 novembre 1851 : "il n’y a pas lieu pour l’ordre d’assister aux cérémonies publiques, l’ordre n’ayant pas de caractère politique", MOLLOT, op. cit., t. Il, p. 45, repris dans OZANAM, art. cit., Revue de la société internationale d’histoire ae la profession d’avocat n° 5.

48 L’offre était particulièrement maladroite, mais la position du Conseil confirme la tradition de l’ordre (MOLLOT, op. cit., t. Il, p. 550). En revanche, en janvier 1896, maître Paul Lauzeral avait offert au Conseil, qui l’avait accepté, le portrait de son père Eugène Lauzeral, ancien bâtonnier. En janvier 1893, le Conseil avait reçu une correspondance du. comité du musée Saint-Raymond, offrant d’exposer dans une galerie des hommes marquants de la région, des portraits d’avocats ou de bâtonniers ayant illustré leur ordre. Nous ne savons quelle suite a été donnée à cette proposition.

49 Outre l’éloge du bâtonnier Serville, voir celui prononcé par A. Thouroude, à la rentrée solennelle du stage en 1910. Les portraits charges d’Emest Ferras le campent toujours en maître incontesté du barreau toulousain ; ne l’avait-il pas surnommé "l’aigle de Saint-Gaudens" ?

50 On peut lire son portrait dans le Franc parleur toulousain (1900) et son éloge prononcée à la rentrée du stage en 1938 par Paul Charrier.

51 Sur les avocats à l’Académie de législation, il suffit de renvoyer à Ourliac (P.), "Le barreau de Toulouse et l’Académie de Législation", in Histoire des avocats..., op. cit., p. 196-217.

52 MONESTIER (J.), "Les avocats mainteneurs de l’Académie des Jeux Floraux", in Revue de la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat, n° 2, 1990, p. 37-98 (notices biographiques).

53 Jules Rolland est né à Albi en 1853. Après ses études il part pour Paris, où il se fait inscrire comme avocat et fréquente les milieux conservateurs et royalistes. Il se passionne déjà pour la littérature et se lie d’amitié avec François Coppée. Il s’intéresse a l’histoire de sa ville et donne une histoire littéraire de la ville d’ Albi en 1874. Il revient dans son pays, est élu rapidement aux Jeux floraux ; s’installe à Toulouse où on le retrouve rédacteur de L’Express du Midi, journal royaliste. Il meurt prématurément en 1896. Son éloge est prononcé le 9 janvier 1898.

54 Paul Desarnauts, le futur bâtonnier, est reçu le 7 juin 1896 par Antonin Deloume.

55 François Tresserre est le type parfait de l’avocat qui n’a jamais exercé, mais tient cependant à conserver le titre. Son éloge à l’Académie des jeux floraux est prononcé le 7 février 1943 par Armand Praviel.

56 Un certain nombre de chroniques d’Ernest Ferras ont été recueillies dans Robés et Toqués, Toulouse 1889, où l’on retrouve quelques portraits, notamment maître Deyres "avocat élégant, physionomie d’officier de cavalerie" ; maître Garrigue "le premier avocat de Toulouse quand on arrive par la route de Bayonne, au demeurant un des hommes les plus distingués du barreau toulousain" (maître Garrigue est le premier avocat à avoir installé son cabinet sur la rive gauche de la Garonne) ; maître Astrie-Rolland, "l’homme le plus spirituel de l’Ariège..." Sur Ferras, on peut lire l’éloge de P. Avezac, prononcée lors de la séance de rentrée de la Conférence du stage de 1922.

57 Pas plus qu’il ne paraît s’intéresser aux grand débats qui agitent alors le pays. Rien notamment ne paraît dans nos documents sur la position des avocats toulousains à l’égard de l’Affaire Dreyfus (cf. CHARLE (Ch.), "Le déclin de la République des avocats", in La France de l’Affaire Dreyfus, sous la direction de Pierre BIMBAUM, Paris 1994, p. 56-86). Le mouvement paraît général dans les grands barreaux, à l’exception de Paris. L’auteur note un très faible écho des interventions en faveur de Dreyfus.

58 Le plus célèbre, Vincent Auriol, n’est encore qu’un jeune stagiaire qui fait ses débuts au barreau et en politique. Il est élu député de la Haute-Garonne en 1907.

59 C’est le cas d’Eugène Reynès, qui évoque la rupture dans ses Souvenirs d’un vieux journaliste, t. II, Toulouse 1910, p. 208-212 et surtout de Charles Maurras, particulièrement sévère dans deux articles de L’Action francaise : "M.-J. Piou, ou la parole pure" (9 mai 1914) et "L’énergumène" (6 octobre 1927), repris dans Les Princes des nuées, Paris 1933, p. 125-136.

60 "À la fin de sa vie, rappelle le bâtonnier Remaury, Jacques Piou, doyen de l’ordre, ne plaidait plus et ne venait plus au palais, mais y conservait tout le prestige que lui avaient acquises ses activités professionnelles et extra-professionnelles". "Évocation", in L’Histoire du barreau, op. cit., p. 259.

61 Est-ce le Parti catholique qui avait entraîné l’ensemble des confrères a "bouder" la séance solennelle de rentrée de la cour, en octobre 1901, pour protester contre la suppression de la messe de rentrée. L’absence des avocats, à l’exception de cinq ou six d’entre eux, avait fait scandale. La célèbre "messe rouge" venait d’être supprimée à la demande d’un député. On peut lire le compte rendu spirituel de Paul DUSERM dans la Gazette des tribunaux du Midi du 20 octobre 1901. Le barreau a par la suite décidé d’instaurer sa propre messe de rentrée.

62 Maître Lozeu de Peyrelade (1850- 1903), avocat conservateur, a enseigné l’économie politique à la faculté libre de droit ; il publiait régulièrement des chroniques sous le pseudonyme de Saint-Prez, dans les journaux de tendance monarchiste de Toulouse : Le Journal de Toulouse, Le Messager de Toulouse et L’Express du Midi. Membre de l’Académie des jeux floraux en 1893, il présente plusieurs communications sur les sujets les plus divers dont L’Œuvre d’art wagnérien (1896) et une Définition de l’économie sociale (1901).

63 Albert Passama (1854-1901), inscrit au barreau de Toulouse en 1874, lauréat de la Conférence du stage, docteur en droit, est nommé professeur de droit civil à la faculté catholique en 1877. Il passe auprès de ses confrères pour un excellent juriste, spécialisé dans les affaires ecclésiastiques et les questions de Conseil de fabrique. Il collabore modestement à La Revue des catholiques des institutions et du droit, notamment en 1888 par une note sur la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles. Il était à Toulouse l’avocat de la plupart des maisons religieuses et un Conseil écouté de l’archevêché. Il participait activement à plusieurs sociétés charitables et tenait les premiers rangs à la Société de Saint-Vincent-de-Paul. II était membre de l’Académie de législation depuis 1886. Le bâtonnier Laumond-Peyronnet, lors de ses obsèques, évoque la figure attachante de cet avocat toulousain prématurément disparu et unanimement regretté.

64 En 1888, il est rapporteur au 12e congrès des juristes catholiques qui avait choisi un thème d’actualité : "Les conséquences de la déclaration des droits et des principes de 1789". Il traite pour sa part des relations de la religion et de la société civile.

65 Émile Carthailhac (1845-1921), plus connu comme préhistorien que comme avocat, a cependant été inscrit à la fin du Second Empire et n’a jamais renié cette première formation. Il a cependant vite abandonné le droit pour la paléontologie, qu’il a enseignée d’abord à la faculté des sciences (1889), puis à la faculté des lettres (1912). Il est l’un des fondateurs des Congrès internationaux d’anthropologie et de préhistoire ; il a laissé une œuvre importante, dont La France préhistorique (1889). Il compte parmi ses disciples l’abbé Breuil et le père Teilhard de Chardin. Dictionnaire de biographie francaise, t. VII et Les Mémoires de l’Académie des sciences inscriptions et belles lettres, Toulouse 1922, ainsi que Le Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France 1942- 1945, p. 438-451.

66 Louis de Malafosse (1835-1919), étudiant en droit et en lettres, avocat stagiaire, il délaisse le droit pour la faculté des sciences, où il se lie d’amitié avec Émile Cartailhac, son cadet de dix ans. Il étudie la géographie physique et s’intéresse plus spécialement à sa Lozère natale. Il publie des chroniques à L’Express du Midi sous le pseudonyme de Labora ; il a laissé un recueil de causeries Les Salons et les cercles de Toulouse. Son éloge à l’Académie des jeux floraux a été prononcé par Émile Cartailhac en 1921, quelques mois avant sa mort.

67 Casimir Barrière-Flaw (1863-1927), passait en réalité le plus clair de son temps à s’occuper de sa propriété et de travaux d’érudition qui lui ont acquis une certaine notoriété. Il était secrétaire de la Société archéologique du Midi de la France. Dictionnaire de biographie francaise, t. V, col. 607-608 ; Mémoires de l’ Académie des sciences inscriptions et belles lettres de Toulouse, 1928 et Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. 48.

68 Joseph Rozès est resté l’une des figures les plus originales et attachante du "milieu" toulousain : L’auta, organe de la Société des Toulousains de Toulouse et de nombreux journaux, ont tenu à s’assurer sa collaboration.

69 Voir Hommage à Armand Praviel collège d’Occitanie, Toulouse. L’historique est dû à la plume de son camarade de promotion Joseph Rozès.

Notes de fin

1 Extrait de Barreau, politique et culture à la Belle Époque (colloque de l’Université de Nancy II), sous la direction de Gilles Le BÉGUEC et Pascal PLAS, Presses universitaires de Limoges (PULIM), Limoges 1997, p. 191 à 202. Les Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse remercient Jacqueline Hoareau-Dodinau, directrice des Presses de l’Université de Limoges, de les avoir autorisées à publier cet article.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search