Version classiqueVersion mobile

Études d’histoire de la profession d’avocat

 | 
Jean-Louis Gazzaniga

Première partie. L’ordre et la profession

La formation des avocats aux xviie et xviiie siècles1

Texte intégral

  • 1 Extrait de État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Hommage offert à Yves Durand (tex (...)
  • 1 LA ROCHE FLAVIN, Treze Parlements de France, Bordeaux 1616, L. III, c. II-XXVII, p. 301.
  • 2 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L. III, c. III-LXXII, p. 330.

1Dans le vaste ouvrage qu’il consacre aux Treze Parlements de France, La Roche Flavin insiste sur l’importance de la formation intellectuelle des hommes de loi : "l’ignorance est fort dangereuses à toutes personnes, mais principalement à ceux qui font profession de la Justice, soient-ils juges ou advocats"1. S’agissant des avocats, précisément, auxquels il consacre tout un livre, il développe sa pensée : "celui qui veut estre bon advocat, se doit equipper de cent outils, outre la science du droit qui est le fondement de notre art, il faut qu’il ait parfaitement estudié en la grammaire, en la rhétorique, dialectique, la science des mœurs, les politiques, les poètes et les historiens. Et quant aux autres sciences, il doit en scavoir pour le moins, les principes et les maximes"2.

  • 3 LOISEL (A.), "Pasquier ou dialogue des avocats", dans Dupin, profession d’avocat, Paris 1832 et THI (...)
  • 4 HENRYS (C.), Plaidoyers, arrests et harangues, Paris 1658, Il s’agit d’une harangue prononcée devan (...)
  • 5 C’est en comparant l’avocat au procureur "habile praticien" que Jean Albert a été amené à rappeler (...)

2Même en tenant compte du ton souvent polémique et ironique de l’auteur, on ne peut négliger ce programme de travail qu’il fixe aux jeunes avocats. Le projet est ambitieux : proposé à la fin du XVIe siècle, il est repris tout au long de l’Ancien Régime. Loisel dans le Dialogue des avocats, rapporte, plus sobrement, les mêmes conseils qu’il met dans la bouche d’Étienne Pasquier3. Avocats et magistrats dans leurs discours, harangues, recueils d’arrêts, traités de procédure, ou parfois plus simplement dans leurs souvenirs, rappellent inlassablement les mêmes conseils. Claude Henrys, avocat du roi à Montbrison, considère qu’un avocat doit avoir des connaissances très vastes afin "qu’il puisse parler de tout, qu’il cognoisse les véritez universelles et qu’il sache les principes de chaque science pour en tirer des conséquences nécessaires"4. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, l’avocat toulousain Albert, fixe le programme de ce que doit savoir celui qui se destine au barreau : "il faut scavoir le droit civil et le droit canon, auxquels la vie d’un homme ne suffit pas. Il faut s’estudier à l’éloquence, qui entraîne avec soi la plupart des arts libéraux, puisqu’un orateur doit scavoir parler de tout savamment et éloquemment : il doit scavoir les ordonnances et les coutumes, à toutes lesquelles choses ne pourraient s’appliquer si on exerçait un office de procureur"5.

  • 6 Bretonnier, dans sa préface aux Questions de droit, éd. 1742, par Boucher d’Argis. On peut rapproch (...)

3Bonaventure de Fourcroy indiquait au jeune Bretonnier, à son arrivée au Palais, "qu’un avocat devait bien savoir ses humanités, surtout l’histoire, qu’il appelait la porte de toutes les sciences ; il faut pour ainsi dire, qu’un avocat ait vécu dans tous les siècles […] Il voulait en second lieu, qu’un avocat sache à fond le droit romain, qui est la mère de toutes les loix. Il disait que sans la science du droit on ne pouvait devenir un habile praticien […] on ne pourrait jamais devenir un bon jurisconsulte"6.

  • 7 Traité du choix et de la methode des études..., nlle éd., 1759-XXIX, Étude des gens de robbe, p. 28 (...)
  • 8 4Lettres sur la profession d’avocat, Paris 1772, réédité au XIXe siècle par Dupin.
  • 9 GUYOT, Répertoire..., v° barreau. Ce passage est largement inspiré de Daguesseau.
  • 10 DELAMALLE (M.), Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau, Paris (...)

4Claude Fleury, dans son Traité des études, regrette qu’il n’y ait pas assez d’enseignement pratique : "les grands principes des affaires les plus ordinaires". Les "gens de robe […] ont besoin de logique, d’arithmétique, d’économique, d’une grande connaissance du détail de la vie, du ménage de la campagne, du commerce, de la banque et de toutes les manières de subsister et de s’enrichir. Car la plupart des affaires se décident plus par le fait que par le droit"7, ce qui n’était pas si mal vu. A la veille de la Révolution, Camus, dans ses lettres adressées au père d’un futur avocat8, et Guyot, dans le Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, reprennent les mêmes thèmes : la science d’un avocat, en effet, "doit être celle que peut acquérir une étude profonde des loix et de la jurisprudence […] ses ornements doivent être ceux d’un homme familier avec les belles lettres et les beaux arts", et, pour le reste il doit en savoir "autant qu’il lui est besoin pour en parler en bon advocat"9. Au lendemain de la Révolution, Delamalle, qui rappelle la formation de sa jeunesse, leur fait écho10.

  • 11 L’essentiel de l’ouvrage porte sur l’éloquence et les règles pour préparer une plaidoirie. On trouv (...)

5On pourrait multiplier les exemples, tous confirmeraient le souci d’assurer à l’avocat une excellente formation : programme idéal qui devait former le parfait avocat vir probus dicendi qu’il était sans doute si difficile de trouver. Pour Henrys, c’était pratiquement impossible. La formation était une telle préoccupation pour les avocats, qu’elle a fini par devenir un genre littéraire, où plusieurs se sont essayés L’ouvrage de Pierre Biarnoy de Merville, Règles pour former un avocat, tirées des plus fameux auteurs (Paris 1711), réédité tout au long du XVIIIe siècle et à partir de 1753 par Antoine Gaspard Boucher d’Argis, est l’un des plus célèbres11.

  • 12 Le modèle de "Petit-Jean" n’était pas si mauvais juriste si l’on en croit la tentative d’identifica (...)

6Armé de tant de recommandations, l’avocat peut espérer briller au barreau. Mais les suivait-il ? Ces conseils n’étaient-ils pas de simples vœux ? Ces exigences, en tout cas, tranchent avec l’opinion que l’on a généralement des avocats d’Ancien Régime, ignorants et chicaneurs. Se pose alors, à celui qui veut étudier la formation des avocats, la question de son effectivité. Les auteurs que nous venons de citer, et quelques autres, révèlent le bagage souhaité des avocats ; il s’en faut de beaucoup qu’ils rendent compte de ce qu’ils savaient réellement. Les sources dont nous disposons nous permettent de dépasser ce programme idéal, pour atteindre une espèce de formation type, commune à l’ensemble du barreau. Il est difficile d’aller au-delà. Cependant, il ne faudrait pas en conclure trop vite que ces conseils inlassablement répétés sont restés lettres mortes, que tous les avocats correspondaient aux caricatures que nous a laissées la littérature. Si tous les avocats n’étaient pas de savants jurisconsultes, tous ne se donnaient pas le ridicule d’un "Petit-Jean"12.

7Les mémoires et recueils de plaidoiries qu’ils ont laissés, les ouvrages qu’ils ont publiés, et qui sortaient souvent du simple domaine juridique, sont un bon témoignage de leur science et de leur culture. Il convient donc, dans une telle étude, de se garder d’une double tentation : généraliser une formation exigeante que seul un petit nombre d’avocats a suivie, sans réduire pour autant à l’ignorance, la pratique du palais.

8Considérons que tous les avocats dans leur diversité -sous l’Ancien Régime elle est extrême- avaient reçu quelque savoir à l’École d’abord (I), au Palais (II) ensuite. Et que si tous ne sont pas devenus des maîtres, la formation n’en porte pas seule la responsabilité.

- I -

  • 13 Pour La Roche Flavin, c’est un devoir qui incombe au père, op. cit., L. III, c. VIII, p. 296.
  • 14 Les références sont diverses, mais la plupart des travaux insistent sur l’importance de la famille (...)
  • 15 FUMAROLI (M.), L’age de l’éloquence. Rhétorique et "res literaria" de la Renaissance au seuil de l’ (...)
  • 16 La notice de P. Bougerol, en tête des Œuvres de Scipion du Périer, nlle éd., Avignon 1759.

9La première formation du jeune avocat est souvent domestique. Le goût du droit et les premières connaissances, il les tient de son père13. Le réseau d’alliances qui s’est rapidement tissé dans le monde judiciaire, et qui va se maintenir tout au long de l’Ancien Régime, favorise cette "école familiale". Le "milieu" est ici essentiel. Fils d’avocat ou de procureur, le jeune homme baigne très tôt dans une ambiance qui va guider son choix. Toutes les études consacrées aux avocats ont montré cette emprise familiale14. On pourrait en citer plusieurs exemples. Le célèbre Jérome Bignon, avocat puis magistrat, plus érudit que jurisconsulte, suit les leçons de son père Roland Bignon, qui, "dédaignant l’enseigement universitaire et à plus forte raison celui des jésuites […] prit soin lui-même de l’éducation de son fils"15. Scipion du Périer devait à son père, François, l’ami de Malherbe, le goût des belles lettres16. Daguesseau rapporte tout ce que lui apprenait le sien, qu’il suivait fréquemment dans ses déplacements. Portalis a d’abord été l’élève de son père, professeur de droit canonique à la Faculté d’Aix-en-Provence ; comme Laviguerie, avocat au parlement de Toulouse, fils d’un professeur de droit français.

  • 17 DAINVILLE (F. de), L’éducation des Jésuites, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris 1978, p. 107.
  • 18 VIGUERIE (J. de), Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les pères de la doctrine chrétienne e (...)

10Ce que son père ne lui apprenait pas, le futur avocat allait l’acquérir dans les collèges que tenaient alors Jésuites, Oratoriens et Doctrinaires. Les fils d’avocats, de procureurs et de magistrats en formaient la principale clientèle, avec bien des nuances. Au collège des Jésuites de Châlons-sur-Marne, les fils d’avocats et de procureurs forment tout au long du XVIIe siècle, la part la plus importante du recrulement17. Au collège de Brive au XVIIe siècle, les fils d’avocats sont mieux représentés que les fils de procureurs. À Avallon, au début du XVIIIe siècle, les fils de notaires dominent nettement. À Toulouse, au collège de l’Esquile, où la noblesse parlementaire tient le premier rang, il y a cependant quelques fils d’avocats, mais peu de fils de procureurs18. On pourrait citer quelques exemples, que révèlent de trop rares biographies : Mathieu Terrasson (1734), avocat au Parlement de Paris, qui jouit d’une sérieuse réputation de plaideur et d’érudit, a été élève des Jésuites de Lyon ; Furgole, le célèbre jurisconsulte toulousain, a été formé par les Doctrinaires de Moissac ; J.-B. de Laviguerie, que nous venons d’évoquer, a fréquenté également les Jésuites. Les futurs révolutionnaires fréquentent les mêmes collèges : Robespierre et Camille Desmoulins, Louis le Grand ; Danton et Bailly, le collège de Troyes ; Barbaroux, les Oratoriens de Marseille ; Saint Just, ceux de Soissons ; Barrère de Vieuzac a été envoyé à l’école militaire de Sorèze ; Nicolas Bergasse a été formé par les Oratoriens, avant d’aller lui-même enseigner la rhétorique à Condom et à Auch.

  • 19 Cité par DURANDE (P.), "Un avocat stagiaire au parlement de Paris en 1781, J.-P. Brissot", Discours (...)
  • 20 Bourdaloue est également recommandé par Daguesseau : "celui que l’on peut lire avec le plus de frui (...)
  • 21 DAINVILLE (F. de), op. cit., p. 203.
  • 22 Cité dans CHARTIER (R.), COMPERE (M.-M.) et JULIA (D.), L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siè (...)

11Tous ces collèges assuraient ce que l’on pourrait appeler la formation de base. Celle-ci était dans les grandes lignes identique. Les élèves étaient préparés aux belles lettres, ils avaient appris le latin, parfois le grec ; ils avaient tous suivi un enseignement de rhétorique, qui venait en bonne place dans les programmes. La rhétorique était étudiée principalement à partir des auteurs anciens, que l’élève devait d’abord traduire. Brissot, qui critique tout, se plaint d’avoir passé sept ans au collège de Chartres à se perfectionner "dans l’art de faire des thèmes, des versions et de mauvais vers latins" ; il reconnaît cependant : "le latin du moins était fortement su"19. Chez les Jésuites, au XVIIIe siècle, l’enseignement avait fait quelques progrès : les grands orateurs français étaient au programme, Fléchier et Bourdaloue préférés à Bossuet pour l’éloquence de la chaire20, et Patru pour l’éloquence du barreau21. Progressivement, dans la plupart des collèges, on détacha l’enseignement de l’histoire de la rhétorique, dont elle ne formait, à l’origine, qu’un élément sous la forme de l’érudition. Elle fit son entrée dans les programmes, chez les Jésuites semble-t-il assez tôt, dans les autres collèges plus tardivement. Ainsi, au collège d’Arras, en 1774, on enseigne "l’histoire des origines à l’assassinat d’Henri IV", avec cette justification "de toutes les histoires, il n’en est point de plus intéressante pour l’homme qui pense, que celle de la Patrie, l’avocat surtout ne peut se dispenser de l’étudier ; elle seule peut graver dans son esprit les véritables principes du gouvernement de la Nation, en lui présentant le tableau de ses mœurs, de ses loix, et de ses coutumes"22. L’importance de l’histoire était déjà dans les recommandations de Claude Fleury et du chancelier Daguesseau qui la considérait comme "une seconde philosophie".

  • 23 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., p. 388.
  • 24 MADRANGE (A.), Les avocats au Parlement de Toulouse, 1610-1715, mémoire de DES, Faculté de droit de (...)
  • 25 GIRARD (V.), Histoire du barreau de Grenoble de 1750 à nos jours, thèse de droit, Grenoble 1996, da (...)

12Après le collège, le futur avocat doit "fréquenter" la faculté de droit. Depuis François Ier (1519-1535) en effet, seuls les gradués en droit peuvent être admis au serment. Tous les auteurs sont unanimes : la formation est médiocre. Cela tient à plusieurs causes. Il y a d’abord ceux qui ne respectent pas le temps d’étude nécessaire, et "se contentent de saluer les escholes comme en passant et escloent avant d’être formés"23. À Toulouse, un arrêt du Parlement du 7 août 1554 décide que nul ne peut être avocat sans le titre de docteur ou de licencié en droit. De 1670 à 1686, la plupart sont docteurs. De 1686 à 1715, simplement licenciés, il y en a encore plusieurs qui ne sont que bacheliers24. Il fallait en principe trois ans pour obtenir la licence. Des licences d’études sont accordées à ceux qui avaient plus de vingt-cinq ans ; mais, sans aucune condition d’âge, beaucoup n’effectuaient qu’un court passage à l’université. On sait la réputation de ces facultés qui, en quelques jours, quelques heures -si l’on en croit Charles Perrault- délivraient les diplômes que l’on achète. Plusieurs facultés en effet accordaient facilement des dérogations : certaines s’étaient spécialisées dans la délivrance de diplômes de complaisance : Reims, Valence et Orange avaient acquis cette célébrité. À Orange, où bien des avocats grenoblois "allaient se former", on achetait la licence pour 65 livres 6 sols et le doctorat pour 129 livres 6 sols ; les étudiants allaient, selon une expression commune, "se faire rincer à la fleur d’Orange"25.

  • 26 LE FRANC (A.), La vie quotidienne au temps de la Renaissance, p. 192-196 ; et, plus généralement GI (...)
  • 27 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L. III, c. XXVII-XXVIII, p. 463-464. Lazare du Crot, avocat au Parlement (...)

13Sans aller à de tels excès, la plupart des facultés dispensaient un enseignement de mauvaise qualité. Les universités avaient, en effet, assez vite perdu le prestige dont elles jouissaient encore au XVIe siècle. Le temps n’était plus où le jeune Henri de Mesmes venait à Toulouse prendre ses grades à la faculté de droit, alors fameuse26. Il faut certes faire la part de l’exagération, du ton polémique de certains ouvrages et de cette habitude traditionnelle des hommes de la pratique de critiquer toute forme d’enseignement qui peut avoir une couleur théorique ; mais on ne peut manquer d’être sensible à la convergence des critiques : l’enseignement n’est pas bon, et il est, ce qui est plus grave, inadapté. Il faut lire à nouveau La Roche Flavin : "Et le mal procède de la mauvaise et très pernicieuse coutume des universités de France. Lesquelles, au lieu de lire les bonnes matières du droict, qui sont originairement en usage en ce royaume, comme les contrats, pactes, transactions, stipulations, testaments, légats, fideicommis, codicille, substitutions, légitimes, cartes, succession ab intestat et autres semblables, se mettent à expliquer les titres parlant de charges et fonctions des officiers romains du tout dissemblable au nostre et des servitudes personnelles des cerfs et esclaves, des juridictions des Romains, différents de nostres […] ce que debvroit estre prohibés par le roi ; ou par arrests des parlements, ou docteur régent de s’y amuser, ni abuser la jeunesse et de ne s’arrêter à l’explication des mots, des antiquailles des Romains"27.

  • 28 GAZZANIGA (J.-L.), "Quand les avocats formaient les juristes et la doctrine", dans Droits n° 20, 19 (...)

14Jusqu’en 1679, en effet, seuls le droit romain et le droit canonique sont enseignés. À la fin de leurs études, les jeunes étudiants ignorent tout des coutumes, des ordonnances royales et de la procédure. Cette carence fait la fortune des ouvrages des praticiens qui forment la doctrine28.

  • 29 CHENE (C.), L’enseignement du droit francais en pays de droit écrit (1679-1793), Paris-Genève 1982. (...)
  • 30 ALBERT, Arrests de la cour du parlement de Toulouse, 2e éd., 1731, p. 19.

15Après l’édit de Saint-Germain, un professeur de droit français -presque toujours un ancien avocat- doit enseigner le droit appliqué devant les diverses juridictions. La plupart se sont acquittés parfaitement de leur tâche, mais la place que les autres professeurs leur ont réservée ne leur a jamais permis d’exercer une réelle influence sur l’enseignement juridique29. Albert, avocat au Parlement de Toulouse, évoque les réformes de Louis XIV qui "n’a pas voulu apparemment que la jeunesse s’en tint à ce qu’elle a appris en trois ou quatre ans aux universités ; puisque c’est si peu de chose, qu’un jeune homme sortant de là, ne sait pas plus de droit qu’un écolier qui scait les quatre règles d’arithmétique aux matématiques"30.

  • 31 "Ausi dirais-je, en passant, que le cours de droit se fait encore plus mal que tous les autres, quo (...)
  • 32 "Il est vrai que la science que l’on acquiert aujourd’hui dans ces écoles publiques, n’est guère ca (...)
  • 33 Cité par DURRANDE (P.),1 Un avocat stagiaire...", art. cit., p. 20-21.

16Ce n’est guère mieux au XVIIIe siecle ; les critiques sont aussi nombreuses. Plusieurs envisagent une réforme des études juridiques, et notamment de l’enseignement du droit romain. C’est l’opinion du président Bouhier et de Duclos31. Le Répertoire de Guyot, tout en envisageant une réforme générale reprend des critiques plus sévères encore32. J.-P. Brissot ne voit dans les facultés de droit et l’enseignement qu’un "marché public où, sans aucune pudeur, des professeurs avides vendent à des hommes ignorants un titre que le savoir seul devrait obtenir ; que l’impudence ne rougit pas d’emporter l’argent à la main, que le public crédule accrédite encore par son respect aveugle. Et, dans ces parades qu’on intitule thèse, examen, dont le fruit est le titre prostitué de licencié, bachelier, quelle science y enseigne-t-on ? La connaissance inutile d’un droit moitié barbare, moitié raisonné, fait pour d’autres temps, d’autres pays. Rédigé par des jurisconsultes mercenaires et ignorants, tiré de l’oubli par un siècle barbare proné par la chicane"33. Même en faisant la part de l’outrance des propos, cette critique regroupe celles que nous avons déjà rencontrées.

  • 34 Tous cependant n’ont pas perdu leur temps à l’université. Ainsi. Henri Cochin, qui fait ses études (...)
  • 35 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L IV, c 1-105, p. 305.

17Ainsi, pour ceux qui n’avaient pas eu la chance de bénéficier de l’enseignement d’un père ou d’un oncle, plus exceptionnellement d’un précepteur, pour compléter leur formation, au sortir de la faculté tout était à faire34. Ces connaissances que l’université n’avait pas su leur donner, les avocat allaient l’acquérir au Palais, "là où les jeunes gradués, ou nouveaux advocats, se façonnent"35.

- II -

  • 36 Né à Figeac en 1571, il reste procureur douze ans, obtient sa licence en droit à Toulouse en 1607, (...)
  • 37 Camus conseille d’aller chez un ami sûr avec sous le bras l’ordonnanœ de 1667 et le Commentaire de (...)
  • 38 Art. cit. Ajoutons, ce qui a son importance, que le jeune avocat peut, chez un procureur, commencer (...)

18Au palais, tout commence assez souvent chez un procureur. Quelques futurs avocats y apprennent les premiers éléments du droit et de la procédure, avant d’aller à l’université. À la fin du XVIe siècle, Gabriel Cayron, qui a laissé un ouvrage de procédure, fréquente d’abord l’étude d’un procureur, devient procureur lui-même à Toulouse pendant douze ans avant d’aller à près de quarante ans prendre ses grades à la faculté de droit pour devenir avocat36. Pour Pasquier, l’étude d’un procureur est la meilleure voie car le jeune avocat doit savoir la procédure qui est "comme les cérémonies en fait de religion". C’est le conseil que donne Camus à l’extrême fin de l’Ancien Régime : avant même de commencer les études "la vraie manière de connaître parfaitement la procédure est de fréquenter les études des procureurs où elle se fait"37 Ce conseil, l’a suivi notamment Berryer père, qui rapporte dans ses souvenirs : "j’avais fait mon droit en même temps que je m’étais formé à la pratique comme clerc de procureur". Le jeune Barnave, fils de procureur, se forme tout naturellement au cabinet familial. Quant à Brissot, il "apprend la chicane" chez un procureur d’abord à Chartres, puis à Paris, ce qu’il critiquera quelques années plus tard38.

  • 39 LOISEL (A.), Pasquier ou dialogue des avocats, op. cit., p. 212.
  • 40 BOUCHER D’ARGIS, Histoire de la profession d’avocat..., p. 81. Devant le Parlement de Metz, un jeun (...)

19Jeune licencié, inscrit au barreau après avoir prêté serment, l’avocat commence son stage. Il est novus advocatus, ou, comme on dira plus couramment, avocat écoutant : "sont ceux qui vont aux audiences et assistent aux plaidoyers pour écouter et apprendre. Le jeune stagiaire commencera par s’attacher à un maître, un patron, qu’il suivra aux audiences, qui lui apprendra le métier. Étienne Pasquier évoque le souvenir de Baptiste du Mesnil "celui que j’écoutais plus volontiers […] je m’adonnay tellement à l’ouir, que je le pris patron et miroir de mes actions"39. Bretonnier, nous l’avons dit, a profité des leçons de Fourcroy ; Gin, avocat au Parlement de Paris, a suivi les traces de Doulcet qu’il appelle son "second père dans la carrière du barreau". Il a recueilli ses travaux qui forment la matière de son ouvrage, Analyse raisonnée du droit francais (1782). Que lui apprend ce "patron" ? Il le mettra en garde contre l’impatience de plaider. Tous les auteurs le répètent inlassablement : "à cause de quoi les jeunes avocats ne doivent se hâter ni hasarder de plaider sans avoir été longuement auditeurs et assidus aux plaidoiries" (La Roche Flavin). C’est le même conseil que l’on retrouve chez Henrys, Daguesseau et encore, au début du XIXe siècle, sous la plume de Delamalle : "mûrissez donc vos études, fortifiez vos moyens, ajoutez aux préparations intérieures la fréquentation du Palais, l’habitude aux audiences, les conférences diverses et croyez que vous serez recompensé de votre attitude". Boucher d’Argis, quant à lui, recommande de ne pas trop attendre mais de travailler sous la conduite d’un bon maltre et de ne pas commencer par une affaire d’éclat, mais de faire son apprentissage avec de petites affaires : il note à l’attention des jeunes confrères : "il faut qu’un avocat travaille pour lui pendant dix années afin d’être ensuite en état de travailler pour le public"40.

  • 41 GAZZANIGA (J.-L.), "Les avocats canonistes et gallicans (XVIIe-XVIIIe siècles)", dans Hommage à Rom (...)
  • 42 Basnage abandonne très vite le droit et le barreau ; il quitta la France le lendemain de la révocat (...)
  • 43 Préface des Oeuvres de Cochin, éd. Paris 1751,t. 1, p. II.

20Dans les quelques notices biographiques que nous avons pu lire, ou les rares mémoires d’avocats, on insiste toujours sur ce long temps de préparation, dont on vante toujours la qualité. Charles Févret, célèbre avocat au Parlement de Dijon et canoniste distingué, a fréquenté plusieurs universités étrangères pour parfaire sa formation, avant de plaider sa première affaire41. Henri Basnage fils († 1710), qui avait reçu sa première formation au cabinet de son père –"l’un des plus habiles avocats du parlement de Rouen" (Bayle) –, prête serment à vingt ans mais préfère, avant d’exercer, aller suivre les cours à la faculté de Valence42. Le célèbre Henry Cochin s’est préparé pendant trois ans : "reçu en 1706 au serment d’avocat, lorsqu’il entendit Messieurs Nivelle, Dumont et Begon, qui étaient alors à la tête de la plaidoirie, il jugea que le scavoir, sans qu’ils en fassent montre, était l’âme de leurs discours. Il en conclut, qu’avant d’entrer en lice, il fallait encore s’y préparer par la méditation. Pendant environ trois ans, il fréquenta les audiences, il assista à des conférences qui se tenaient chez les bons jurisconsultes, entre autres chez M. Doremieux et du reste il se consacra tout entier à des études sérieuses"43.

21Après lui avoir appris la "patience", le "patron" le conseillera sur ses lectures afin qu’il apprenne le droit qu’il ne sait pas, et qu’il complète la culture du collège. En fait, ce temps de longue préparation à la barre, il le consacrera à l’étude. Loisel fait dire à Pierre Pithou, que les jeunes arrivés "un peu crus au barreau, doivent faire fonds, provision d’estudes pour s’en servir ci-après”.

  • 44 Voir la préface de BRETONNIER à ses Questions de droit, éd. Paris 1742 par Boucher d’Argis. On peut (...)
  • 45 Domat avait été un familier de son père, et Daguesseau se souvient des leçons qu’il avait reçues, d (...)

22Pour avoir quelques idées de cette "provision d’études”, reprenons les grandes lignes du programme que fixait Fourcroy au jeune Bretonnier. Ce célèbre avocat parisien, "grand orateur et savant jurisconsulte" avait accepté d’accorder à son élève des conférences particulières dans sa maison de campagne. L’essentiel est pour lui le droit romain, "la mère de toutes les lois". Il convient de commencer par les Offices de Cicéron pour connaître le droit des gens, avant le droit civil, puis les Institutes de Justinien, qui forment "toute l’économie" du droit", et enfin poursuivre par les Paratitles de Colombet sur le Digeste et de Cujas sur le Code. Ce n’est que dans un deuxième temps que le jeune pourra passer aux traités particuliers : les contrats : "la matière la plus facile et du plus grand usage", le mariage, la tutelle, les successions etc. Le meilleur guide, selon lui, est Cujas : "il est comme le soleil, digne d’admiration, même dans ses éclipses". Cependant, on doit considérer que le droit romain, s’il est essentiel, "n’est pas la loi de la France". Le jeune avocat doit confronter celui-ci avec la jurisprudence des Parlements : il peut suivre Henrys et Papon, et les divers arrêtistes des Parlements méridionaux. Maynard pour Toulouse, Boyer pour Bordeaux, Guy Pape pour Grenoble44. Le programme est assez proche de celui que Daguesseau fixe à son fils en 1716. On retrouve Cicéron, Cujas, qu’il recommande vivement, Vinnius et Godefroy, plutôt comme lecture de vacances ! L’histoire du droit romain est empruntée à Doujat. Pour le droit français, il faut s’en remettre à Domat : "personne n’a mieux approfondi que cet auteur, le véritable principe des loix et ne l’a expliqué d’une manière plus digne d’un philosophe, d’un jurisconsulte et d’un chrétien"45. Camus et Delamalle conseillent la lecture des mêmes auteurs.

  • 46 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., LIII, c. II-XI, p. 298.
  • 47 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., LIV, c. III, p. 386-387.

23Le "patron", enfin, conduira le jeune avocat au Palais : il y écoutera les plaidoiries et y prendra ses premières leçons d’éloquence. Il sera attentif aux grandes causes plaidées par les maîtres réputés, mais il peut aussi tirer profit des petites affaires mal plaidées46. Le conseil reste judicieux, tant il est vrai que c’est par la pratique que s’apprend cet exercice périlleux qu’est la plaidoirie. Il faut suivre à nouveau La Roche Flavin : "un vieux proverbe Jura et legis in scholis audiuntur est in Palatiis et foro dicuntur, étant certain que la vray science du droict ne s’apprend pas seulement par la continuation des estudes, ains par la fréquentation ordinaire des plaidoyries et jugemens des Palais […] ce qui doit inciter les plus doctes licenciés ou gradués, sortant des universités de continuer leurs estudes et assister ordinairement les audiences des Palais pour toujours se parfaire et consommer davantage […] La science du droit sans l’expérience qui s’acquiert au Palais mesme es audiences ressembleroit aux espreuves des grandes machines qui se font sur de petits modeles ou à ceux qui sans avoir vu l’ennemi, se sont exercités à des combats imaginaires. C’est là que s’apprend la vray science, laquelle, comme dit Aristote, ne se peut rendre solide que par expérience. C’est là que les jeunes gradués, ou nouveaux advocats se façonnent, lesquels pendant qu’ils ont affluence de biens, le dissipe et n’en tiennent compte, puis après s’en repentent, mais tard. Ainsi doivent plutôt faire comme les chevaux d’Arabie, lesquels, comme nous avons dit, pendant qu’ils ont l’eau a commandement, ils en boivent pour la soif passée, présente et à venir"47.

  • 48 GILLET (F.-P.), Plaidoyez et autres œuvres, nelle éd., 1718, 2 vol. : il a notamment laissé une tra (...)
  • 49 GiLLET, op. cil., p. 76.
  • 50 FLEURY, op. cit., p. 235.
  • 51 FLEURY, op. cit., p. 234.

24Après avoir entendu de bonnes plaidoiries, le stagiaire doit s’exercer chez lui en essayant d’imiter les maîtres qu’il a pris comme modèles : c’était déjà le conseil de Quintilien. Il pourra d’ailleurs lire les grands orateurs anciens, Démosthène et Cicéron, qu’il traduira ; cela lui sera un excellent exercice. Gillet, avocat au Parlement de Paris, dont on a édité les plaidoiries et surtout un Discours sur le génie de la langue francaise48, recommande les traductions : "si je me suis appliqué à traduire dans ma jeunesse, ce n’a été que par rapport à l’utilité que j’espérais tirer de ce travail, pour une profession dont j’ai toujours fait mon capital"49. Ils liront également les recueils des avocats français, Le Maistre, Patru, Erard ; Camus met au premier rang Cochin. Ces ouvrages ne dispensent pas de la lecture des traités de rhétoriques, celle d’Aristote, le De Oratore de Cicéron, Quintilien pour les conseils généraux, note Daguesseau. Ce qui doit retenir le jeune avocat, plus que la forme et l’éloquence, c’est véritablement l’argumentation : "j’entends, l’art de persuader effectivement lprécise Fleury...] j’entends ce qui fait qu’un avocat gagne plus de cause qu’un autre […] ce qui fait qu’un homme se rend maistre des esprits par la parole"50. Il faut éviter l’éloquence pour l’éloquence, les discours qui "chatouillent l’oreille en passant et ne font le plus souvent qu ennuyer"51.

  • 52 SUR (B.), Histoire des avocats en France des origines à nos jours, Dalloz, Paris 1998, p. 68.
  • 53 Le duc l’avait également nommé gardien des livres de sa bibliothèque. On lui doit notamment une Dis (...)
  • 54 MOPPERT (E.), op. cit.

25Pour se perfectionner, le jeune avocat assistera aux conférences qui sont organisées par certains barreaux. À Paris, grâce au legs de Etienne de Riparfonds (✝ 1704), la bibliothèque de l’Ordre des avocats a été créée. Fourcroy et le bâtonnier Nivelle l’ont organisée et enrichie ; elle permettra la réunion des stagiaires pour discuter des principales questions de droit qu’ils rencontrent au Palais. C’est dans la bibliothèque qu’auront lieu à partir de 1710 les fameuses "conférences du stage"52. À Nancy, François-Xavier Breye († 1736) a l’idée de réunir quelques jeunes confrères pour discuter de la législation particulière de la Lorraine. Le projet plaît au duc Léopold qui le charge de dresser un plan de travail et d’organiser de véritables conférences, dont il assurera le secrétariat. Mort très jeune, on ignore ce que sont devenues ces conférences53. Le barreau de Metz avait organisé des conférences contradictoires pour former les jeunes avocats (règlement de 1761)54.

  • 55 REVILLOUT (M.), Un maître de conférences au milieu du XVIIe siècle. Jean de Soudier de Richesource, (...)

26Il peut également participer à des conférences privées. Ainsi, celles qui étaient organisées dans les années 1663 à Paris par Houdard de Richesource. Encouragé par Pellisson et protégé par Fouquet, ce personnage dont nous ne savons pratiquement rien, avait ouvert à Paris, rue de la Huchette, une Académie d’orateurs où prédicateurs et avocats venaient prendre des leçons. Cette académie fut éphémère, car trop liée à la fortune du surintendant. Sa grande époque se situe en 1660-1661. Plusieurs avocats parisiens l’ont fréquentée et, parmi les orateurs sacrés, le jeune Fléchier55.

  • 56 RICHESOURCE, Conférences académiques et oratoires, Paris 1661. Il a également publié La rhétorique (...)
  • 57 Conférences académiques, 3e série, p. 68-70.

27Les conférences, tenues avec quelques interruptions, ont été éditées en cinq séries. La première, parue en 1661, est dédiée tout naturellement à Fouquet56. Ce premier volume précise le règlement de l’académie, ouverte "à toutes les personnes qui ont de l’esprit et qui se plaisent aux belles choses". Deux types de conférences sont organisées, publiques et privées, à raison de trois conférences publiques par semaine l’après-midi et de conférences particulières tous les matins à 10 heures. Les sujets sont proposés six semaines à l’avance et donnent lieu à deux discours auxquels répond un modérateur. Les sujets les plus divers sont proposés : "quelle est la science la plus utile et la plus agréable ?", "si l’orateur persuade plus facilement les hommes que les femmes ?", "si c’est l’éloquence ou la prudence qui a jeté les premiers fondements de la société civile ?". La deuxième série comprend notamment cette question : "si la gloire d’un auteur célèbre est plus grande que celle d’un parfait orateur ?". Et parmi les sujets proposés dans la troisième série : "si l’éloquence de la chaire est plus difficile que celle du barreau ?" À cette question s’affrontent un ecclésiastique, qui parle en faveur de l’éloquence de la chaire, et Aliez, avocat, qui soutient le contraire. Il avance plusieurs séries de raisons. Tout d’abord, le prédicateur parle dans un lieu éminent, l’avocat "au contraire parle dans un lieu bas, en posture de suppliant, devant des magistrats qui sont au-dessus de luy, pour qui il a du respect, à des juges dont les visages lui donnent de la crainte". L’homme d’Eglise choisit son sujet. L’avocat traite un sujet imposé. À la barre, il doit répondre, répliquer à des questions et sur des sujets qu’il n’a pas préparés. Certes, le prédicateur doit persuader des esprits et des cœurs souvent rebelles, mais l’avocat a devant lui des juges "ignorants ou préoccupés" et il "est obligé d’éclairer l’esprit des uns et régler la volonté des autres". On fait silence dans une église et nul ne contredit celui qui parle de la chaire. L’avocat est interrompu par l’adversaire et surtout par "le murmure et le bruit confus qui se fait autour de lui et par les juges eux-mêmes qui le pressent souvent de conclure et qui par certains signes de teste luy marquent leur impatience et leur dégoust". Et de conclure que l’avocat, qui a plus de mal à convaincre, doit aussi recevoir plus de louanges ! Malgré la pertinence de certains arguments, l’ensemble est loin d’être convaincant. Richesource conclut d’ailleurs en faveur des prédicateurs, car l’avocat a en face de lui des juges intéressés et sans passion, du haut de la chaire l’homme d’Église s’adresse à une assemblée diverse et passionnée, au sens d’enfermée par les passions, et parfois rebelle, qu’il faut convaincre et convertir57.

  • 58 Il procède par affirmations, en essayant de prouver que toutes les autres sciences ne sont pas les (...)

28À ces diverses conférences, nous avons relevé la présence d’une vingtaine d’avocats, la plupart participant une ou deux fois, deux d’entre eux une dizaine, Prieur et de Riencourt ; un seul, Philippe Cattier, avocat au Parlement de Paris, intervient quarante fois. Il soutient notamment que "l’éloquence est la plus utile de toutes les sciences parce qu’elle est la plus étendue"58. Ces exercices peuvent habituer le jeune avocat au discours : il devra bientôt affronter la barre et plaider devant des juges. La plupart des auteurs lui conseillent de choisir une petite affaire ; il faut prévenir les jeunes contre les dangers des causes difficiles, tellement certains se flattent dès leur arrivée au Palais d’être "plus éloquents que Lemaistre et Patru" (Bretonnier). À l’issue de leur première plaidoirie, ils demanderont à leurs confrères de les reprendre, "de les avertir des défauts qu’ils peuvent commettre contre la prononciation" (Bretonnier).

29Après quelques années, cinq ans pour certains, dix ans pour La Roche Flavin et Boucher d’Argis, l’avocat peut se lancer. S’il a retenu tous les conseils qu’on lui a donnés, peut-on considérer que sa formation est achevée ? Certainement pas. Son "patron" et l’expérience lui auront appris que l’avocat n’a jamais fini d’apprendre, et que sa première qualité est l’ardeur au travail. C’est l’ultime conseil que l’on trouve chez tous les auteurs. Seul le travail lui permettra d’acquérir les connaissances toujours indispensables, et seul il lui permettra de compenser les autres qualités naturelles qui peuvent lui faire défaut. C’est ce que conseille Henrys aux avocats de Montbrison.

*

  • 59 GAZZANIGA (J.-L.), "Note sur les avocats toulousains d’après les arrêtistes", dans Mélanges Louis B (...)

30Ainsi pourrait être présentée la formation idéale de l’avocat. A-t-elle été effective ? La réponse à cette question, nous l’avons dit, est plus difficile. On peut toutefois avancer quelques éléments. La réputation que certains avocats avaient acquise auprès de leurs confrères est un premier critère. Les mentions, notamment dans les recueils d’arrêts de "savant" ou "célèbre jurisconsulte" peuvent témoigner de l’estime dans laquelle on les tenait au Palais. Mais, cependant, trop fréquemment ou généreusement répétées, ne. peut-on y voir autre chose qu’une simple formule de style ?59 L’étude de leurs bibliothèques permet des conclusions plus sérieuses. On peut juger de l’intérêt qu’ils portaient à certaines matières et de leur curiosité. Dominent, certes, les traités juridiques, mais l’on retrouve fréquemment des ouvrages d’histoire ; les ouvrages religieux et de littérature arrivent en bonne place

  • 60 GAZZANIGA (J.-L.), "Quand les avocats formaient les juristes", art. cit.
  • 61 Jacques Bouchard, avocat parisien, a traduit les Lettres de Pline ; Jean Galaud, un Toulousain, l’É (...)
  • 62 On pourrait en citer bien d’autres : Guy Allard et Nicolas Chorier sont les historiens du Dauphiné, (...)

31La participation des avocats à la vie culturelle de leur province et la place qu’ils tenaient dans les académies locales est un autre élément. Mais, seules les œuvres qu’ils ont laissées, permettent de nous rendre compte de la qualité de leur formation, complétée par l’expérience professionnelle. Tous le rappellent avec insistance : c’est au terme de vingt ou trente ans de pratique qu’ils ont accepté de livrer au public le fruit de leurs travaux. Il faut mettre au premier rang les ouvrages juridiques. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les avocats forment avec les magistrats l’essentiel de la doctrine. La qualité des travaux est très inégale, mais certains sont très remarquables et désignent des juristes de tout premier rang60. Les avocats ne se sont pas limités au droit ; ils ont publié en tout domaine et leur curiosité est infinie. On retrouve cependant le fond de leur formation, et c’est ce qui nous intéresse ici. Leur parfaite connaissance du latin les préparait à donner des commentaires du droit romain, à le mettre en français ; les meilleurs d’entre eux traduisaient les auteurs latins. Gillet, dont nous avons parlé, s’y est essayé : mais il n’est pas le seul61. L’histoire, et plus spécialement l’histoire locale, est un autre domaine de prédilection. Jean Chenu est l’historien du Berry, Pierre Louvet du Beauvaisis62. D’autres préféraient la littérature, et l’on compte parmi eux plusieurs poètes dont le grave Fourcroy ; d’autres encore, les sciences ; un assez grand nombre se consacraient aux questions ecclésiastiques : à l’époque les occasions ne manquaient pas ; quelques-uns enfin, plus curieux, préferaient la critique d’art (Dupuy du Grez), ou l’histoire des tremblements de terre (Louis du Thaoun). Ceux-là avaient poussé fort loin la connaissance des "véritez universelles" et des "principes de chaque science", que recommandait Claude Henrys.

32De tels exemples, que l’on pourrait multiplier, précisent certes la formation des avocats, mais ne nous éloignent-ils pas de la réalité en présentant des praticiens assez exceptionnels ? Le mieux n’est-il donc pas de reconnaître qu’après avoir présenté la formation que l’avocat aurait dû connaître, nous ne saurons jamais celle qu’il possédait réellement.

Notes

1 LA ROCHE FLAVIN, Treze Parlements de France, Bordeaux 1616, L. III, c. II-XXVII, p. 301.

2 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L. III, c. III-LXXII, p. 330.

3 LOISEL (A.), "Pasquier ou dialogue des avocats", dans Dupin, profession d’avocat, Paris 1832 et THIREAU (J.-L.), "Lumières et ombres de la profession d’avocat au tournant des XVIe et XVIIe siècles d’après les dialogues des avocats au parlement de Paris", dans Revue de la S.I.H.P.A. n° 5, 1993, p. 5167.

4 HENRYS (C.), Plaidoyers, arrests et harangues, Paris 1658, Il s’agit d’une harangue prononcée devant le présidial de Montbrison consacrée à l’avocat, p. 352-368. Voir à la même époque Laurent Bouchel : "Et à cette considération lle conseil] les advocats doivent estre scavans, de droite’ conscience, diligens, studieux et eloquents et doivent avoir esté estudié pour le moins cinq ans en université fameuse, et avoir degré, pour approbation de leur sçavoir", dans La bibliothèque ou Thrésor du droit francais...., éd. J. Béchefer, Paris 1667,t. I, v° advocat, p. 73.

5 C’est en comparant l’avocat au procureur "habile praticien" que Jean Albert a été amené à rappeler cette question. Sur cette question, voir supra. Voir ALBERT(J.), Arrests de la Cour de parlement de Toulouse, 2e éd., 1731, p. 19.

6 Bretonnier, dans sa préface aux Questions de droit, éd. 1742, par Boucher d’Argis. On peut rapprocher ces remarques des conseils que le chancelier Daguesseau donne en 1719 à son fils, futur avocat au Chatelet. Le programme d’études qu’il lui fixe convient parfaitement à un avocat.

7 Traité du choix et de la methode des études..., nlle éd., 1759-XXIX, Étude des gens de robbe, p. 288.

8 4 Lettres sur la profession d’avocat, Paris 1772, réédité au XIXe siècle par Dupin.

9 GUYOT, Répertoire..., v° barreau. Ce passage est largement inspiré de Daguesseau.

10 DELAMALLE (M.), Essai d’institutions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au barreau, Paris 1816.

11 L’essentiel de l’ouvrage porte sur l’éloquence et les règles pour préparer une plaidoirie. On trouve cependant un long chapitre sur la science de l’avocat et un index des "livres de jurisprudence les plus nécessaires à un avocat ". De Merville rappelle dans la préface que seule une longue expérience de la profession lui a permis d’écrire cet ouvrage qui n’a "d’autre objet […] que de pouvoir contribuer au progrès et à la perfection des jeunes avocats, qui commencent à entrer dans une carrière qui est de soi difficile, et où il faut être aidé, quand même on aurait reçu de la nature les plus grands talents". Nous avons consulté l’édition de 1741. Biarnoy de Merville a laissé une œuvre juridique abondante : des notes sur Charles Dumoulin (1715) ; un commentaire de la coutume de Chartres (1714) ; de la coutume de Normandie (1707) ; des traités particuliers sur les tutelles, les donations, les majorités ; et un traité des matières criminelles (1732), plusieurs fois réédité par Guy du Rousseau de la Combe.

12 Le modèle de "Petit-Jean" n’était pas si mauvais juriste si l’on en croit la tentative d’identification de GAVELLE (E.), "F. Lagene, avocat au parlement de Paris et le personnage de Petit Jean, dans les Plaideurs de Racine", dans Revue du Nord 1933, p. 287-292.

13 Pour La Roche Flavin, c’est un devoir qui incombe au père, op. cit., L. III, c. VIII, p. 296.

14 Les références sont diverses, mais la plupart des travaux insistent sur l’importance de la famille judiciaire : les "lignées" d’avocats sont célèbres. Voir ACERRA (M.), "Les avocats au parlement de Paris (1661-1715)", dans Histoire, Économie, Société, 1982-2, p. 213-225. et, plus récemment, le mémoire de DAMIANI (L.), Les avocats parisiens à l’époque de la Fronde (1643-1653), mémoire soutenu à l’Université Paris IV en 1994, préparé sous la direction de M.Y. Durand.

15 FUMAROLI (M.), L’age de l’éloquence. Rhétorique et "res literaria" de la Renaissance au seuil de l’age classique, Paris-Genève, 1980, p. 552-553.

16 La notice de P. Bougerol, en tête des Œuvres de Scipion du Périer, nlle éd., Avignon 1759.

17 DAINVILLE (F. de), L’éducation des Jésuites, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris 1978, p. 107.

18 VIGUERIE (J. de), Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les pères de la doctrine chrétienne en France et en Italie (1592-1792), Publications de la Sorbonne, Paris 1976.

19 Cité par DURANDE (P.), "Un avocat stagiaire au parlement de Paris en 1781, J.-P. Brissot", Discours de rentrée de la conférence du stage, Paris, p. 6.

20 Bourdaloue est également recommandé par Daguesseau : "celui que l’on peut lire avec le plus de fruits quand on se destine à parler pour prouver et pour convaincre", Œuvres diverses, p. 237.

21 DAINVILLE (F. de), op. cit., p. 203.

22 Cité dans CHARTIER (R.), COMPERE (M.-M.) et JULIA (D.), L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècles, Paris 1976, p. 198.

23 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., p. 388.

24 MADRANGE (A.), Les avocats au Parlement de Toulouse, 1610-1715, mémoire de DES, Faculté de droit de Toulouse, 114 p., dactyl.

25 GIRARD (V.), Histoire du barreau de Grenoble de 1750 à nos jours, thèse de droit, Grenoble 1996, dactyl.

26 LE FRANC (A.), La vie quotidienne au temps de la Renaissance, p. 192-196 ; et, plus généralement GILLES (H.), "La faculté de droit de Toulouse au temps de Jean Bodin", dans Université de Toulouse et enseignement du droit. XIIIe-XVIe siècle, Toulouse 1992, p. 213-228.

27 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L. III, c. XXVII-XXVIII, p. 463-464. Lazare du Crot, avocat au Parlement de Paris, publie en 1639 le Vray style du conseil du roi, qu’il dédie "aux jeunes avocats qui des écoles de droit, entrant en celle du barreau, peuvent être en un nouveau monde".

28 GAZZANIGA (J.-L.), "Quand les avocats formaient les juristes et la doctrine", dans Droits n° 20, 1994, p. 31-41.

29 CHENE (C.), L’enseignement du droit francais en pays de droit écrit (1679-1793), Paris-Genève 1982. L’édit de Saint-Germain avait réformé les études et rendu l’obtention des diplômes plus sévère, mais les Parlements ont parfois fait difficulté à l’appliquer, ou l’ont détourné. Ainsi, à Aix-en-Provence, la veille de l’enregistrement de l’édit, la cour a reçu au serment "50 docteurs ou environ", tous "enfants ou petits enfants de Messieurs du parlement, de la cour des comptes". Voir BREGI (J.-F.), "La profession d’avocat chez les arrêtistes provençaux, dans Revue de la SIHPA n° 4, 1992, p. 35.

30 ALBERT, Arrests de la cour du parlement de Toulouse, 2e éd., 1731, p. 19.

31 "Ausi dirais-je, en passant, que le cours de droit se fait encore plus mal que tous les autres, quoique les professeurs et les agrégés soient très habiles et choisis au concours. Mais il y a certains abus de tradition qu’on ne corrigerait aux écoles et ailleurs, que par une réforme dans le plan de toutes les études", Mémoires, t. 1, p. LXXXIII. Voir, WOLODK1EWICZ (W.), "Les opinions sur le droit romain à l’aube de la Révolution", p. 298-308, et PORTEMER (J.), "La politique royale de l’enseignement du droit français au XVIIIe siècle", dans Revue d’histoire des facultés de droit 1988, n° 7, p. 15-43.

32 "Il est vrai que la science que l’on acquiert aujourd’hui dans ces écoles publiques, n’est guère capable de former un jurisconsulte ; mais enfin on peut toujours juger pendant ce temps-là de l’aptitude des sujets ; de sorte que les titres de licence qu’ ils obtiennent, devraient être plutôt regardés comme une permission de se livrer à l’étude des loix, que comme une attestation de leur savoir actuel", Répertoire de jurisprudence, t. 1, v° avocat, p. 787.

33 Cité par DURRANDE (P.),1 Un avocat stagiaire...", art. cit., p. 20-21.

34 Tous cependant n’ont pas perdu leur temps à l’université. Ainsi. Henri Cochin, qui fait ses études à la faculté de droit de Paris, apprend "l’art de bien dire" chez les orateurs grecs, latins, italiens et français, et "loin de ne donner aux premières leçons de jurisprudence qu’une attention d’écolier, il employa ses trois années de droit à se mettre dans la mémoire des compilations faites sous Justinien et principalement ses Institutes selon l’excellente méthode Vinnius : La science des lois qu’il travailla dès lors à acquérir fut celle qui, aux principes de l’équité, développés dans le Digeste, joint les coutumes que la candeur de nos pères a autorisées parmi nous, et les ordonnances où successivement nos rois ont affermi par leur sagesse le bonheur des peuples soumis à leur puissance. Ce qui s’appelle proprement le droit français". Voir la préface des Oeuvres de Cochin, éd. Paris, 1751,t. I, p. Il.

35 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., L IV, c 1-105, p. 305.

36 Né à Figeac en 1571, il reste procureur douze ans, obtient sa licence en droit à Toulouse en 1607, est inscrit comme avocat en 1618, docteur en 1625. Il a laissé un ouvrage de procédure Style et forme de procédé, tant en la cour de parlement de Toulouse..., Toulouse 1611, réédité en 1630 et 1645. Voir ASPRE (F.), "Gabriel Cayron et son livre", dans Recueil de l’ Académie de législation de Toulouse, t. XX.

37 Camus conseille d’aller chez un ami sûr avec sous le bras l’ordonnanœ de 1667 et le Commentaire de JOUSSE, le Dictionnaire de droit ou de pratique de FERRIÈRE, le Traité des obligations de POTHIER, les Institutes de droit francais d’ARNOULT. Voir Lettre sur la profession d’avocat.

38 Art. cit. Ajoutons, ce qui a son importance, que le jeune avocat peut, chez un procureur, commencer à constituer sa clientèle, parfois consolidée par le mariage avec la fille ou la nièce de son "patron".

39 LOISEL (A.), Pasquier ou dialogue des avocats, op. cit., p. 212.

40 BOUCHER D’ARGIS, Histoire de la profession d’avocat..., p. 81. Devant le Parlement de Metz, un jeune avocat devait attendre cinq ans avant de soutenir une requête. Voir MOPPERT (E.), L’avocat dans la cité de Metz, 1392 à 1789, Sarreguemines 1986.

41 GAZZANIGA (J.-L.), "Les avocats canonistes et gallicans (XVIIe-XVIIIe siècles)", dans Hommage à Romuald Szramkiewicz, Litec, Paris 1998, p. 112 et infra.

42 Basnage abandonne très vite le droit et le barreau ; il quitta la France le lendemain de la révocation de l’Édit de Nantes -contrairement à son père qui continua à plaider jusqu’à sa mort en 1695- et se consacra à des ouvrages religieux et érudits.

43 Préface des Oeuvres de Cochin, éd. Paris 1751,t. 1, p. II.

44 Voir la préface de BRETONNIER à ses Questions de droit, éd. Paris 1742 par Boucher d’Argis. On peut lire, dans Henrys, l’éloge de Fourcroy attribué à Bretonnier : "le barreau n’a jamais veu dans un même sujet et dans un si éminent degré, tous les talents de l’orateur et toutes les qualités du jurisconsulte. Je dois cette justice à son mérite et cette reconnaissance aux bontez qu’il a eu pour moi quand j’étais jeune avocat ; c’est lui qui m’a inspiré de m’attacher à l’étude du droit romain, me disant souvent, que l’étude du droit français n’était pas propre à former les jurisconsultes, il était très capable d’en juger puisqu’il savait à fond l’une et l’autre jurisprudence", voir HENRY, op. cit. L V, q. LXXVIII, p. 392. Bonaventure de Fourcroy (✝ 1681) avocat au Parlement de Paris, a laissé le souvenir d’un excellent juriste -il avait été choisi comme secrétaire des conférences du chancelier Lamoignon et on le retrouve aux côtés de Auzanet dans la préparation des grandes ordonnances-d’un érudit, d’un poète auquel on attribue quelques talents. Voir MONGREDIEN (G.), "Un avocat-poète au XVIIe siècle, Bonaventure de Fourcroy", dans Revue d’histoire littéraire de la France 1926, p. 1-13.

45 Domat avait été un familier de son père, et Daguesseau se souvient des leçons qu’il avait reçues, dans sa jeunesse.

46 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., LIII, c. II-XI, p. 298.

47 LA ROCHE FLAVIN, op. cit., LIV, c. III, p. 386-387.

48 GILLET (F.-P.), Plaidoyez et autres œuvres, nelle éd., 1718, 2 vol. : il a notamment laissé une traduction de la Seconde Philippique de Cicéron (1695).

49 GiLLET, op. cil., p. 76.

50 FLEURY, op. cit., p. 235.

51 FLEURY, op. cit., p. 234.

52 SUR (B.), Histoire des avocats en France des origines à nos jours, Dalloz, Paris 1998, p. 68.

53 Le duc l’avait également nommé gardien des livres de sa bibliothèque. On lui doit notamment une Dissertation sur le titre X des coutumes du duché de Lorraine (1725) et un Traité du retrait féodal et du retrait lignager ; il a laissé quelques pièces de vers jugées médiocres.

54 MOPPERT (E.), op. cit.

55 REVILLOUT (M.), Un maître de conférences au milieu du XVIIe siècle. Jean de Soudier de Richesource, Montpellier 1880.

56 RICHESOURCE, Conférences académiques et oratoires, Paris 1661. Il a également publié La rhétorique du barreau, ou la manière de bien plaider, de juger de la force et de la beauté d’un plaidoyer et de faire de bonnes écritures, Paris 1668. Sur l’éloquence, au début de l’âge classique, voir FUMAROLI (M.), op. cit..

57 Conférences académiques, 3e série, p. 68-70.

58 Il procède par affirmations, en essayant de prouver que toutes les autres sciences ne sont pas les plus utiles. L’ensemble est assez faible, sauf un éloge de la médecine, op. cit., 1e série, p. 34-37. Il soutient également que l’orateur a plus de peine à persuader les hommes que les femmes, idem, p. 413-415.

59 GAZZANIGA (J.-L.), "Note sur les avocats toulousains d’après les arrêtistes", dans Mélanges Louis Boyer, Toulouse-Paris 1996, p. 235-253.

60 GAZZANIGA (J.-L.), "Quand les avocats formaient les juristes", art. cit.

61 Jacques Bouchard, avocat parisien, a traduit les Lettres de Pline ; Jean Galaud, un Toulousain, l’Énéide ; Louis Estagnol, avocat à Béziers, Virgile.

62 On pourrait en citer bien d’autres : Guy Allard et Nicolas Chorier sont les historiens du Dauphiné, Claude Blondeau, du Maine ; Samuel Guichenon est un historien de la Savoie auquel on accorde quelque crédit.

Notes de fin

1 Extrait de État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Hommage offert à Yves Durand (textes réunis par Jean-Pierre Bardet, Dominique Dinet, Jean-Pierre Poussou et Marie-Catherine Vignal), Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris 2000, p. 259 à 274. Les Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse remercient François Moureau, directeur des Presses de l’Université Paris-Sorbonne, de les avoir autorisées à publier cet article.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search