Version classiqueVersion mobile

Études d’histoire de la profession d’avocat

 | 
Jean-Louis Gazzaniga

Avant- propos

Jean-Louis Gazzaniga

Texte intégral

1Il y a une vingtaine d’années, la Conférence des bâtonniers de France s’inquiétait de la piètre image que l’on avait de la profession d’avocat. Une étude fort sérieuse, établie à sa demande, notait parmi les raisons avancées d’un tel discrédit : les lenteurs de la justice et le coût élevé des procès dont les avocats étaient rendus responsables, la facilité avec laquelle la plupart d’entre eux étaient capables de plaider toutes les causes et cette irritante question, toujours posée, comment peut-on défendre quelqu’un que l’on sait coupable ? Après le constat, la même étude proposait divers moyens de nature à corriger ces critiques. On pouvait être surpris de trouver en bonne place l’histoire de la profession d’avocat. Les arguments avancés pour justifier ce choix ne manquaient cependant pas de pertinence...

2Lorsque le public et les avocats eux-mêmes auraient appris, par des études sérieuses, l’origine et l’évolution de la profession, la place que le barreau a tenue depuis longtemps dans la société, peut-être y aurait-il alors un changement dans l’opinion. Se contenter de redire que les avocats sont avant tout des auxiliaires de justice, qu’ils assurent "par la parole et par l’écrit", la défense des personnes dans leur honneur et leurs intérêts, ne suffit pas. Ne convient-il pas plutôt de rappeler qu’il fut un temps où "les avocats formaient les juristes et la doctrine" et participaient ainsi à l’élaboration de droit ; qu’il ont été à des heures décisives, porteurs d’idées nouvelles ; qu’ils ont défendu, et souvent à des époques et dans des circonstances où il y avait quelque péril à le faire, des valeurs fondamentales comme la liberté ou l’indépendance ; que nombre d’entre eux, à la barre ou l’abandonnant, au palais ou à la ville, se sont fait un nom en littérature ou en politique ? Pourquoi ne pas rappeler également que les critiques actuelles formulées contre la profession sont aussi anciennes que la profession elle-même, ce qui relativise beaucoup leur portée ? L’histoire conduite jusqu’à une date récente mettrait, en outre, en évidence que la profession d’avocat n’appartient pas au passé, qu’elle a su s’adapter et maintenir, par-delà les mutations, les valeurs qui l’ont fondée ; que les avocats continuent d’exercer les fonctions qui étaient les leurs et qui ne se limitent pas à la seule défense de leurs clients. L’histoire, enfin, ferait aussi apparaître les ombres d’une profession qui, à côté des grandeurs, a connu ses faiblesses.

3Dans une telle perspective, il fallait moins entreprendre l’histoire de quelques hommes -même si certains d’entre eux ont mérité ou mériteraient une étude- que celle de la profession toute entière. L’histoire d’un ordre qui s’est construit peu à peu et qui, malgré les permanences, a connu de nombreuses adaptations et l’histoire, plus difficile à conaître, de l’exercice d’une fonction qui dans le quotidien nous échappe en grande partie, sauf l’apparence et la caricature que l’on en donne trop souvent...

4Le projet était ambitieux, mais il était séduisant. C’est pour contribuer à son élaboration, qu’avec le bâtonnier de Capella et l’efficace complicité du bâtonnier Viala, nous avons pris le pari d’intéresser la profession elle-même à son histoire.

5Le Centre de formation professionnelle de Toulouse nous offrait un cadre expérimental idéal. Un cours d’histoire de la profession est rapidement mis au programme des études ; des conférences sont organisées et assez bien suivies, ce qui était un premier encouragement. En 1987, la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat (S.I.H.P.A.) est créée sous la présidence éphémère du regretté bâtonnier Boyer. La présence de six avocats et deux universitaires étrangers nous suffisait à l’époque pour justifier le caractère international de nos prétentions. Nous ne reculions alors devant aucune ambition, sans doute avec une certaine insouciance, mais avec le soutien de quelques maîtres et amis, A. Brunois, M. Duby, J. Imbert, P. Ourliac, P. Raynaud et G. Vedel pour ne citer que ceux qui ne sont plus. Quelques mois plus tard, un premier bulletin voyait le jour, modeste contribution ronéotée qui allait devenir les années suivantes une revue. Très vite, les barreaux et les Centres de formation professionnelle, les avocats qui retrouvaient le goût de l’histoire et les universitaires nous prêtaient leur concours, de jeunes chercheurs entraînés par leurs directeurs livraient les prémices de leurs travaux.

  • 1 SUR (B.), Histoire des avocats en France des origines à nos jours, Dalloz, Paris 1998.
  • 2 On retrouve les mêmes noms dans les différents ouvrages collectifs et revues, dans les conseils d’a (...)

6Dans le même temps, l’histoire de la profession était enseignée à Montpellier par notre ami H. Vidal, à Paris par notre confrère B. Sur qui allait trouver dans son enseignement la matière d’un ouvrage1. À Paris, nous pouvions également compter sur Y. Ozanam, archiviste du barreau, qui a été dès l’origine un des précieux collaborateurs de la S.I.H.P.A. Les rencontres informelles prenaient très sérieusement l’allure de colloques : les barreaux de Nantes (1990), Barcelone (1991), Metz (1992), Cahors (1993), Perpignan (1993), Clermont-Ferrand (1994), Tarbes (1995) et Toulouse (1997) nous accueillaient. L’Association d’histoire de la justice alors présidée par R. Badinter, le Centre d’histoire judiciaire de Lille animé par J.-P. Royer, le Centre d’histoire de la France contemporaine de l’Université de Paris-Nanterre, dirigé par G. Le Beguec, nous associaient à leurs travaux et publications2. La S.I.H.P.A. contribuait à l’histoire des barreaux : paraissaient ainsi en 1992, l’Histoire des avocats et du barreau de Toulouse et en 1996, l’Histoire des avocats de Bigorre et des Hautes-Pyrenées.

  • 3 FILLON (C.), La profession d’avocat et son image dans l’entre-deux guerre, Lyon 1994 ; GIRARD (V.), (...)
  • 4 KARPIK (L.), Les avocats entre l’Etat, le public et le marché (Xlle-Xxe siècles), Gallimard, Paris  (...)
  • 5 Avocats et notaires en France. Les professions judiciaires et juridiques dans l’histoire contempora (...)

7Les dates des publications disent assez que les années 1990 marquaient un tournant pour l’histoire des avocats. Les universitaires, historiens et historiens du droit confiaient à leurs élèves des thèses sur l’histoire de tel ou tel barreau3 tandis qu’ils s’essayaient à des synthèses plus vastes. L. Karpik livrait le point de vue du sociologue4, J.-L. Halperin, en associant universitaires et professionnels, dirigeait des travaux plus juridiques5. De ce mouvement, la S.I.H.P.A. a eu sa part.

8Ce rappel explique et justifie le présent ouvrage : recueil d’articles écrits au cours de ces années, au gré des colloques, des anniversaires ou offerts à des amis à l’occasion de Mélanges. Ce recueil a les disparates du genre qu’accuse la diversité des approches de la profession d’avocat. Nous avons laissé les différentes études telles qu’elles ont été écrites à leur date, là où en étaient nos connaissances et notre conception de l’histoire d’une profession qui ne se laisse pas facilement circonscrire. On notera les inévitables répétitions et forcément le caractère inachevé propre à ce type d’ouvrage. Ce n’est pas une histoire de la profession d’avocat que l’on va lire.

9Ce livre est pour nous également un devoir de reconnaissance. Plus que prévenir le lecteur, nous souhaitons que cet avant-propos soit d’abord l’expression de tous mes remerciements. Ceux que j’adresse à tous ceux qui m’ont donné l’occasion de m’intéresser à cette histoire, à laquelle au départ, rien ne me destinait ; ceux qui, aujourd’hui, ont fait un livre de ces travaux dispersés, André Cabanis et Jacques Krynen, et tous ceux très nombreux qui par leur contribution, témoignage d’amitié et de fidélité, ont permis sa réalisation.

Notes

1 SUR (B.), Histoire des avocats en France des origines à nos jours, Dalloz, Paris 1998.

2 On retrouve les mêmes noms dans les différents ouvrages collectifs et revues, dans les conseils d’administration manifestant ainsi un même intérêt pour l’histoire des professions judiciaires et des "acteurs" de la justice II suffit pour s’en convaincre de parcourir la revue de la S.I.H.P.A. et Histoire de la justice au cours de ces années. Parmi les publications on peut retenir quelques exemples, Une autre justice (1789- 1799), sous la direction de R. BADINTER, Fayard, Paris 1989 ; Justice et république(s), sous la direction de J.-P. Royer, Lille 1994 ; Avocats et barreaux en France (1910-1930). Nancy 1994 et Barreau, politique et culture à la belle époque, Limoges 1997, deux études publiées sous la direction de G. Le BEGUEC.

3 FILLON (C.), La profession d’avocat et son image dans l’entre-deux guerre, Lyon 1994 ; GIRARD (V.), Histoire du barreau et des avocats de Grenoble de 1750 à nos jours, Grenoble 1996 ; PLAS (P.), Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges de la Révolution francaise à la seconde guerre mondiale, Paris IV 1996 ; DERASSE (N.), La défense dans le procès criminel sous le Révolution et le 1er Empire (1789-1810), Lille 1998 ; ASTAING (A.), Droits et garanties dans le procès criminel d’ancien régime (XVIe-XVOIIIe siècles), Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1998 et BELLAGAMBA (U.), Les avocats à Marseille : praticiens du droit et acteurs politiques (XVIIIe-XIXe siècles), Presses universitaires d’Aix-Marseille 2001.

4 KARPIK (L.), Les avocats entre l’Etat, le public et le marché (Xlle-Xxe siècles), Gallimard, Paris 1995.

5 Avocats et notaires en France. Les professions judiciaires et juridiques dans l’histoire contemporaine, L.G.D.J., Paris 1996 et Les structures du barreau et du notariat de l’ancien régime à nos jours, Presses universitaires de Lyon, Lyon 1996, études dirigées par J.-L. HALPERIN.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search