Version classiqueVersion mobile

Études d’histoire de la profession d’avocat

 | 
Jean-Louis Gazzaniga

Préface

André Cabanis et Jacques Krynen

Texte intégral

1C’est en pleine réussite professionnelle, disons même en plein rayormement, que Jean-Louis Gazzaniga a décidé de quitter l’Université et le Barreau.

2On ne peut plus apprécié de ses étudiants, certains trente ans après avoir suivi ses enseignements se souviennent encore : chez ce professeur, la montée en chaire s’accompagnait toujours d’un large et franc sourire, le cours consistant d’instinct à faire partager son plaisir. En pédagogue-né, face à des auditoires a priori médiocrement motivés par l’étude du passé juridique, il savait rendre attractives les matières réputées austères, familières les données les plus lointaines, simples les questions complexes. Pas de cours sans anecdotes piquantes, sans images ou surprenantes comparaisons qui frappent les esprits. Avec lui, le droit romain, le droit canonique et les institutions de l’ancienne France exerçaient une séduction que l’on croyait évanouie depuis longtemps. Mis à portée dans une langue sobre et précise, l’édit du préteur, la rédaction des coutumes et l’équité des Parlements surgissaient à l’évidence indispensables à l’intelligence des codes et de la jurisprudence modernes, le Concordat de Bologne, la Déclaration des quatre articles et la bulle Unigenitus traçaient directement la voie à la loi de séparation. Et le cours de se poursuivre aux portes de l’amphithéâtre, les étudiants faisant cercle autour de lui. Rarement autorité professorale a suscité tant de chaleur.

3Fort d’une thèse de doctorat ayant aussitôt fait date (L’Eglise du Midi à la fin du règne de Charles VII, Picard, 1976), la renommée scientifique de notre ami n’a aussi jamais cessé de grandir, en France comme à l’étranger. Nombre de ses travaux successifs d’histoire ecclésiastique ont été réunis et publiés en Allemagne dans la prestigieuse Bibliotheca eruditorum (Keip Verlag, 1995). Tout en restant fidèle à sa première spécialité, il s’ouvrit très vite au droit privé, œuvrant avec son maître Paul Ourliac à une Histoire du droit privé francais de l’an mil au Code civil (Albin Michel, 1985), aujourd’hui et pour longtemps le livre de référence. On ne s’étonne pas que les Presses Universitaires de France lui aient commandé une Introduction historique au droit des obligations (1992). Car c’est en observateur des réalités contemporaines qu’il justifiait et poursuivait l’étude du droit privé ancien, voire même en expert : son Droit de l’eau (en collaboration avec Jean-Paul Ourliac, Litec, 1979) avait reconstitué sur la longue durée le développement de contentieux des plus techniques, aujourd’hui au carrefour de droits fort médiatiques, ceux de l’environnement, de la consommation, de l’aménagement du territoire. Encore cette liste impressionnante de grands ouvrages ne rend-elle pas complètement compte du temps passé plume à la main, pour des études d’histoire locale ou coloniale, et de manière plus remarquable encore pour aider à la promotion de la recherche des autres, comme en témoignent ces Pages d’histoire (1997) rassemblant une centaine de comptes rendus d’ouvrages, parus dans une foule de revues spécialisées.

4Professeur d’exception, mais en outre avocat à la Cour d’appel de Toulouse dès 1977, Jean-Louis Gazzaniga s’est imposé sans attendre dans cette autre activité, qu’il jugeait complémentaire. Tout l’y disposait, bien au-delà d’une nature avare de sommeil. Son éloquence fit merveille au Palais, ses qualités de juristes lui valurent le respect des confrères, un désintéressement aussi louable que désuet la reconnaissance des clients. Dans ce milieu animé d’une confraternité vigilante, l’Ordre lui montra toute son estime en lui confiant la direction du Centre de formation des avocats. S’il y a laissé le souvenir d’une direction ardente et efficace, le présent ouvrage, qui pourtant ne regroupe qu’une partie des écrits qu’il consacra vingt années durant à l’histoire du Barreau, atteste combien plaider, consulter, former au surplus de jeunes praticiens ne fit alors en rien chuter sa fièvre d’érudit. L’histoire de l’avocature avait été abandonnée aux amateurs de pittoresque, il se sentit mis en demeure de l’ériger au rang d’histoire savante. Publication après publication, il en exhuma le colossal matériau documentaire, en révéla les lignes de faîte par-delà les apparentes ruptures de la chronologie, inaugura toutes sortes de pistes bientôt explorées par des dizaines de thésards. Pas plus qu’à l’Université il ne fit ici cavalier seul. Réalisant combien une telle histoire supposait d’efforts communs, il fonda une société, et la dizaine de colloques qu’il organisa donna le jour à la Revue de la Société internationale pour l’Histoire de la profession d’avocat.

5Ceux qui connaissaient depuis longtemps Jean-Louis, cet homme tellement ouvert et dévoué aux autres, n’ont pas été surpris de sa décision d’entrer dans les ordres. Il y songeait depuis l’adolescence, sans pouvoir mettre à exécution son projet, ne souhaitant pas s’éloigner de sa mère en grande dépendance à son égard. C’est après son décès qu’il lui parut possible d’abandonner l’Université et le Barreau, sans que rien ne puisse l’en dissuader, sans se laisser retenir par tout ce qu’il avait eu le temps d’accumuler au registre de la notoriété, du respect, et de l’admiration.

6Arrêtons-là cet avant propos avant qu’il ne bascule dans le panégyrique, même si ce genre littéraire, celui qui correspond à la vie des saints, peut paraître adapté pour un prêtre. S’agissant de notre ami, il est en tout cas prématuré de se préoccuper de sa canonisation, sauf à imaginer prochaine son élévation au canonicat. Au surplus, rien que de très humain chez lui, avec un sens de l’humour des plus fins, parfois un peu acéré, même s’il se défend de cette tentation. Chez lui, la charité chrétienne vient atténuer ce qu’une conscience aiguë des faiblesses de ce monde peut provoquer comme jugements sévères.

7 Il a choisi d’intituler ce recueil Par la parole et par l’écrit, deux modes de communication qu’il cultiva avec passion, où nous le vîmes exceller, et qui résument si bien sa vie. Ces quelque lignes devaient le rappeler. Ses collègues le regrettent, ses confrères sans aucun doute aussi, les uns et les autres sachant que ses qualités devraient lui valoir, dans sa nouvelle communauté de clercs et de fidèles, une réussite d’un ordre plus élevé, un rayonnement plus vaste encore.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search