Version classiqueVersion mobile

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme

 | 
Patrick Arabeyre

Conclusion générale

Texte intégral

1L’enquête menée sur les conceptions politiques de Guillaume Benoît a livré une ample moisson, à la mesure d’une œuvre elle-même colossale. Du foisonnement des gloses et des notations, la pensée d’un homme fait l’unité ; mais cette unité est-elle aussi celle d’un groupe ? de quelle idéologie relève cette pensée ? Autrement dit, peut-on discerner quelle est la part du Méridional, de l’universitaire et du futur parlementaire dans l’auteur de la Repetitio in cap. Raynutius, de testamentis ?

Guillaume Benoît : un universitaire méridional

  • 1 I.42.8 (hic), I.67.8 (prœsens civitas Cadurci), I.95.11 (habitatores hujus civitatis Caturci), I.95 (...)
  • 2 III. 17.230-232.
  • 3 I.68.14 (Tolosa nostra), I.88.227 (civitas nostra Tolosa), I.95.10 (cives nostri Tolosani), I.121.3 (...)
  • 4 I.17.84 (l’or de Toulouse), I.18.93 (Charlemagne et Toulouse), I.18.96 (supplice infligé aux blasph (...)
  • 5 II.62.12. Voir, sur l’historiographie de Clémence Isaure, la thèse de M.-L. Couadam, 1985.
  • 6 Nous remercions Pierre Bonin de nous avoir suggéré cette remarque.
  • 7 Le Midi, davantage qu’une réalité, ne serait-il qu’une idée ? (universitaire ? parlementaire ?) : v (...)

2Étudiant à Toulouse, professeur à Cahors, conseiller au parlement de Toulouse, Guillaume Benoît a mené une existence et une carrière presque exclusivement méridionales. Sa vie et son ambition se partagent très tôt entre Toulouse et Cahors. Tout au long de la Repetitio, ces deux pôles orientent, sinon sa pensée, du moins son sentiment sur les choses. Quand il parle à ses étudiants, il désigne la cité de Cahors comme le lieu où ils se trouvent, eux et lui : hic ou in hac civitate ou in prœsenti civitate (Caturci)1 ; son attachement à la ville qui est peut-être celle de sa famille est sensible et il lui arrive d’en évoquer l’histoire2. Mais le lien qui l’unit à Toulouse semble encore plus fort : la capitale méridionale est Tolosa nostra ou civitas nostra Tolosa ; ses habitants ou ses docteurs sont cives/doctores nostri 3. Au surplus, maints détails prouvent une excellente connaissance des traditions proprement toulousaines4 : l’exemple le plus remarquable est qu’à propos des legs, il en vient, peut-être le premier, à raconter l’histoire de Clémence Isaure et de la fondation des Jeux floraux5. Surtout, il sollicite, sur des points cruciaux de ses démonstrations, le passé du Languedoc : quand il développe sa fameuse théorie du contrat d’union du pays au royaume ou quand il évoque la « préhistoire » du parlement de Toulouse. Ce sont là des témoignages d’une forte conscience méridionale. Les écrits de Bernard de Rosier, au milieu du XVe siècle, et ceux de Nicolas Bertrand, dans le premier quart du suivant, attestent, avant et après lui, la vigueur de ce sentiment. Au demeurant, les constructions historico-juridiques imaginées par Benoît pour la défense des privilèges de la province auront un écho jusqu’au XVIIIe siècle, alors que les constructions purement historiographiques de la Renaissance seront assez vite disqualifiées par l’histoire érudite et critique du XVIIe siècle (Catel), parce qu’elles portaient sur des récits entièrement légendaires6. En somme, Benoît ne participe guère à l’élaboration de l’historiographie fabuleuse de la chère cité de ses études. Mais les traditions et surtout les structures du pays de Languedoc font vibrer en lui la fibre particulariste. L’expression de « patriotisme institutionnel » (Colette Beaune) est, semble-t-il, la mieux adaptée pour qualifier cet état d’esprit7.

*

3Est-ce à dire que l’œuvre a été conçue en vase clos ? La réponse est évidemment négative. La mise en lumière d’un petit groupe d’auteurs politiques toulousains actif dans les premières années du XVIe siècle (Étienne Aufréri, Jean de Selve, Jean Montaigne, Nicolas Bertrand) constitue un élément de preuve indirect. L’étude des sources, dont l’étendue et la qualité a de quoi surprendre, emporte la conviction. À bien des égards, la Repetitio porte la trace d’un contact avec la littérature humaniste, historique et politique parisienne ; on n’ose parler d’une contamination.

  • 8 I.132.484 : Nam fuit tempus quod Tolosœ inter vulgares idioma gallicum vix intelligebatur, et minus (...)

4En cette fin du XVe siècle, époque de la rédaction de l’œuvre (1492-1493), l’usage du français effectue des progrès décisifs dans le Midi : « Il y eut un temps, rapporte Benoît, où les gens du commun à Toulouse comprenaient mal le français, et encore plus difficilement à Cahors ; mais aujourd’hui on le comprend bien partout et même les enfants le parlent »8. Cela dit, il faut surtout voir l’origine de certaines des plus remarquables citations contenues dans la Repetitio dans les différents séjours parisiens de son auteur, clairement attestés, quoique encore mystérieux. La lecture extrêmement attentive du Compendium de Robert Gaguin et, peut-être à la même occasion, du « Grand traité de la loy salique » ou de la glose de la Pragmatique Sanction de Cosme Guymier, ainsi que de divers humanistes italiens, au premier rang desquels Jean Louis Vivald, est, sur bien des points, à l’origine du façonnement de l’esprit politique de Benoît. Il faudrait aussi mentionner la prise de connaissance, vraisemblablement encore à Paris, de la dernière livraison des juristes italiens. Le domaine même du droit fournit certaines manifestations de la connexion Nord/Sud. Significativement, c’est en expliquant que ni les Français ni les Anglais ne tiennent leurs enfants en puissance que Benoît en vient à évoquer Troyens, Francs et Gaulois.

5D’une certaine manière pourtant, les idées politiques de Benoît sont le fruit d’une résistance aux influences extérieures (non méridionales et non juristes). Le traitement de deux des principaux thèmes abordés dans la Repetitio illustre assez bien ce point de vue.

6– S’agissant de la succession au royaume de France, il apparaît que les fondements juridiques en demeurent, aux yeux d’un juriste de profession, mal assurés. L’étrangeté de ces règles au regard du droit savant n’est garantie que par l’assentiment de Balde, l’invention de Terrevermeille et la force de l’histoire. Les considérations parisiennes, les constructions déficientes en droit, à l’évidence, sont ignorées, volontairement ou non. Ces réticences ont certes toujours été celles des Méridionaux, mais elles sont aussi celles des juristes du XVe siècle Jean de Terrevermeille, Jean Juvénal des Ursins ou Noël de Fribois.

7– Les différents thèmes du cycle légendaire de la monarchie française, tels qu’ils s’étaient développés à partir du règne de Charles V, n’avaient guère connu de faveur chez les Méridionaux avant 1450. Dans un contexte de franche réticence (Bernard de Rosier) ou d’extrême timidité (Hélie de Bourdeille) envers les mythes éprouvés de la monarchie française, les « avancées » de Benoît sont d’autant plus remarquables. Mais l’héritage des juristes supposait, dans ce domaine également, bien des réserves : elles sont celles du canoniste Gaguin.

8La réflexion de Benoît est très étroitement liée, plus que chez tout autre, aux sources qu’il utilise. À s’inquiéter de l’âge et de l’origine des arguments, on croit comprendre qu’il existe une communauté et une continuité d’inspiration chez bien des juristes du XVesiècle, transcendant les clivages Nord-Midi. D’une part, ils placent tous leur confiance dans les sources juridiques ; d’autre part, ils se transmettent les uns aux autres, en cercle fermé, à la fois sources anciennes et découvertes propres. Le même processus a agi dans les séquences consacrées à l’établissement de la loi d’hérédité et à l’exaltation de la mystique royale : Benoît sait si bien « recycler » les meilleurs arguments que son message sera transmis sans difficulté à bien des docteurs du XVIe siècle, ceux qui ont compté parmi ses lecteurs les plus attentifs : Chasseneuz, Grassaille ou Hotman selon les cas.

*

9La Repetitio est l’œuvre d’une vie, une vie d’enseignant empreinte de la nostalgie de l’enseignement, comme le montrent les nombreuses formules oratoires que Benoît n’a pas retranchées de la version rédigée de son cours. On ne saurait rien comprendre à la Repetitio si on ne la lit pas comme une œuvre éminemment universitaire. Sa structure déroutante et fascinante à la fois est, paradoxalement, la conséquence d’un projet raisonnable conçu à l’usage des étudiants cadurciens : la réunion, autour des enseignements du testament de Raynutius, de la science des canonistes et de celle des civilistes. Mais le résultat est un « monstre », né du croisement d’un cours rédigé et de l’esquisse d’un traité sur les successions. La profonde originalité de l’œuvre est incontestable : elle porte la marque de la volonté de son auteur de s’évader de la lecture traditionnelle. L’analyse des sources et de leur mise en œuvre révèle la primauté du droit et l’imbrication des matières de droit privé et public. Sur le socle du jus commune se dressent les fondements d’un « droit national ». En cela, Benoît se présente plus que jamais comme un précurseur des docteurs du XVIe siècle. Ces derniers, en retour, ont su voir dans l’exercice universitaire qu’il avait laissé une œuvre éminemment politique.

Guillaume Benoît, un canoniste et un parlementaire

10Comme il était raisonnable de le penser, la lecture de la Repetitio donne, par l’ampleur de son information, une occasion unique de dresser un état des lieux du mouvement des idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme. Elle révèle la pensée d’un maître de l’Université, et donc un peu de ce qui se disait du roi ou du pape, de la loi ou de la coutume là où étaient formés les futurs cadres de l’Église, de l’État ou des provinces ; la pensée aussi d’un représentant de l’élite dirigeante du temps, fidèle reflet, à bien des égards, de la communis opinio des milieux parlementaires sur la question du pouvoir.

*

11Guillaume Benoît est un canoniste formé à l’université de Toulouse. Pour qui connaît les résonances politiques qu’a fait entendre l’enseignement du studium méridional au XVe et encore au début du XVIe siècle, l’énoncé de ce simple fait laisse apercevoir le poids d’un lourd héritage. On prendra à témoin la chronologie. L’opinion du professeur cadurcien sur les relations de l’Église et de l’État s’exprime à un moment que l’on peut symboliquement situer à égale distance entre la publication du traité contre la Pragmatique Sanction de Bourges de Bernard de Rosier (1444) et celle de la glose du Concordat de Bologne de Jean d’Ayma (1525).

12La continuité d’esprit entre les opposants à la Pragmatique et les apologistes du règne de Louis XII a pu paraître fondée sur une conception commune de l’autorité. L’université de Toulouse avait vu dans le Schisme la manifestation d’une crise du pouvoir et son obsession de la légitimité l’avait conduite à soutenir jusqu’au bout le pape de l’obédience avignonnaise. Les idées échangées à Constance, à Bâle et jusque dans les rangs de l’assemblée de Bourges de 1438, étaient discréditées auprès des Méridionaux pour tout ce qu’elles contenaient de concessions au droit de la « multitude ». Contre le roi et contre le concile, on défendit la cause de la souveraineté pontificale. Se demander comment les idées anticonciliaires du Midi ultramontain, vigoureusement exprimées par un Bernard de Rosier au milieu du XVe siècle, auraient contribué au cheminement d’une pensée « absolutiste » est une question complexe, à laquelle les réflexions de Guillaume Benoît permettent de donner quelques éléments de réponse. Il semble que, dans un premier temps, la diffusion de raisonnements moins tranchés que ceux du prévôt de Toulouse ait préparé le ralliement des Méridionaux au camp gallican, nettement exprimé lors du concile de Pise de 1511-1512. Pourtant, la répétition d’Étienne Aufréri (1486) est un témoignage indiscutable de la survie, à la fin du XVe siècle, de thèmes ultramontains dans l’enseignement dispensé à l’université de Toulouse.

13S’agissant des questions de principe, il apparaît clairement que Benoît souhaite éviter une discussion théorique épineuse et se refuse, en de maintes occasions, à reprendre les formules tranchantes de son contemporain Aufréri. Il vise certes tous les lieux communs propres à la discussion sur les deux pouvoirs dans un sens favorable au pouvoir ecclésiastique, mais il est surtout désireux de montrer la continuité de l’action protectrice des « rois très chrétiens », depuis Charlemagne, en faveur des droits de propriété et de juridiction de l’Église.

14En vérité, tout montre le bien-fondé de l’intervention du roi dans les matières ecclésiastiques. Le pape tolère cette intervention et cette tolérance a une juste origine : le « bon et juste gouvernement des rois de France » et le secours que ces derniers ont toujours apporté au Siège apostolique. C’est à bon droit, dans ce domaine, que les officiers du roi se comportent comme ils le font, non pas de leur propre autorité, mais de celle qui leur a été confiée par l’Église ou le concile général dont les princes sont les « exécuteurs ». Là où Étienne Aufréri voyait la légitimité de la compétence royale sur certaines causes dans une délégation du pape, Guillaume Benoît la voit dans une commission du concile. Dans une certaine mesure, la Pragmatique de 1438 n’a pas véritablement créé un ordre nouveau ; elle n’a fait qu’entériner une situation ancienne qui favorisait déjà l’intervention royale. À propos des élections ecclésiastiques, le roi, comme l’Église de France, se sont engagés à observer un contrat « pragmatique » par les termes duquel ils sont liés. Ce lien est indéfectible, car un contrat oblige les parties. « Dieu a soumis les lois à l’empereur, mais il ne lui a pas soumis les contrats » (Balde). Or, la Pragmatique est bien un « contrat solennel » par lequel le roi a renoncé à un pouvoir plus grand de la même façon que l’Église a renoncé, elle, au droit de « toujours » librement élire que lui avait concédé le concile, en se soumettant aux nominations auxquelles le roi procède « quelquefois ».

15Il demeure que la pression de la réalité – la généralisation des conflits bénéficiaux – a conduit les exégètes à une subtilité toujours plus grande dans la glose des règles de la Pragmatique. L’intervention croissante des pouvoirs restreint la liberté des élections. Le fait n’est pas niable : il faut donc le légitimer. Il ne s’agit nullement d’abandonner la Pragmatique, mais, bien au contraire, de l’exalter, car elle a pour elle la légitimité et la force contraignante d’une loi du roi. La solution est dans une interprétation nouvelle de l’ordonnance de 1438, qui n’en pervertit pas moins profondément le contenu. Tout cela ne semble se concevoir que dans la perspective du Concordat et on peut dire que Benoît, à sa manière, en discourt déjà.

16En somme, notre canoniste est détaché de toute opinion de principe ou plutôt, il n’a d’idéologie que royale. Le poids de la pensée ultramontaine des années passées n’a, chez lui, laissé aucune empreinte. Les oppositions de naguère s’estompent, il reste la politique d’entente entre les pouvoirs et cette politique pénètre déjà la théorie. Ce qui demeure est un « royalisme » qui, à y regarder de près, va plus loin que celui des gallicans. En dépit du rapprochement apparent entre les deux écoles, parisienne et toulousaine, il subsiste donc toujours une différence. Alors qu’au début du siècle suivant, les théologiens parisiens se radicalisent et s’essoufflent, les juristes méridionaux adoptent le parti du pouvoir. Au temps de la Pragmatique (Monserrat, Benoît), on avait exalté cette loi du roi qui avait fait du droit électoral non plus une liberté mais un privilège. Au temps du Concordat (d’Ayma), on chante la louange de cette loi du pape et du roi qui figure, en même temps que la réconciliation entre les deux puissances, le partage de la même idéologie. Ce qui s’appelait Pragmatique s’appelle désormais Concordat : incontestablement, les Méridionaux, et au premier chef Benoît, ont ouvert la voie à cette évolution décisive.

*

  • 9 F. Collard, 1998, p. 3-4.

17À ce monarchisme gallican qui mêle défense de l’intervention royale en matière ecclésiastique et illustration du contrat politique avec l’Église de France répond, en parallèle, une conception ambivalente de l’autorité royale elle-même. Sous l’angle de la tradition issue de l’enseignement de l’École et du droit canonique, le pouvoir royal est en effet décrit par Benoît dans ses rapports avec la souveraineté et avec la communauté. Car le moment est particulier. Nous empruntons ici à Franck Collard9 son analyse de la « chose politique » vers 1500 : « les penseurs ont désormais tout loisir de développer des considérations recentrées autour d’un système politique français parvenu, après les expériences heurtées des années 1300-1450, à la croisée des chemins menant soit vers la royauté modérée et contractuelle réclamée en 1484 [aux États généraux de Tours] et incarnée, croit-on, par le "Père du Peuple" [Louis XII], soit vers la royauté autoritaire et absolue préfigurée par Louis XI et assumée par François Ier ».

18Le pouvoir royal se fonde au premier chef sur l’exercice d’un faisceau de droits. En cela, Guillaume Benoît se rattache indubitablement à une tradition méridionale, fortement représentée de Bernard de Rosier à Charles de Grassaille. La continuité d’esprit et la communauté d’inspiration qui caractérisent les juristes de cette mouvance sont certaines et se vérifient une fois encore. La royauté française est exaltée et théorisée en fonction d’une pensée qu’on ne peut sans doute qualifier que d’absolutiste. Encore ne s’agit-il toujours que de l’expression médiévale d’un absolutisme « à la romaine », très légèrement teinté, comme on l’a vu, de cette surchristianisation de la monarchie également caractéristique de la fin du Moyen Âge français (« un roi très chrétien ne peut être qu’un roi absolu », J. Krynen).

19Face à la monarchie, la communauté existe, mais le dialogue politique s’engage seulement entre le roi et le pays, c’est-à-dire avec le pays de Languedoc. La province a ses privilèges, reconnus par un contrat, mieux : une union mystique. Entre l’exercice de l’autorité royale et la conservation des privilèges « provinciaux », il y a tension. Le roi est absolu mais il est lié par les contrats qu’il a conclus. C’est l’esprit des États de 1484 qui s’incarne, aux yeux des Méridionaux, dans le cahier de doléances approuvé du Languedoc : un nouveau contrat a été alors passé entre le roi et la province ; c’est aussi l’esprit des remontrances du parlement de Toulouse adressées à Louis XII en 1510 et que Benoît a visiblement inspirées.

  • 10 III.46.
  • 11 M.-F. Renoux-Zagamé, 1997, surtout p. 185-186.

20Le combat en faveur de l’unicité de souveraineté, véritable combat en faveur de l’absolutisme royal, est donc contrebalancé par une vision locale que l’on peut qualifier de particulariste. Cette articulation se fait autour d’un parti pris qui est celui du discours parlementaire. Le Parlement est le pilier des institutions françaises, mais pour les Languedociens, le parlement de Toulouse est censé assurer l’équilibre entre les prétentions extrêmes des officiers royaux et les revendications traditionnelles des autorités provinciales. Toute l’idéologie parlementaire est là : les parlements représentent le roi et savent, à l’occasion, se monter plus absolutistes que lui ; mais ils sont aussi les représentants du peuple, dont ils savent défendre, mieux que lui, les privilèges. Le Parlement représente à la fois le roi et le peuple :… vobis principes junguntur, prœlati adherent, cuncti denique nobiles cum cœtera vulgi caterva reverenter obsequuntur … lance Benoît en 1499 à ses collègues du parlement de Bordeaux à l’occasion de son discours de réception10. Il y a dans tout cela une expression de cette « tradition française de la monarchie limitée » (Julian H. Franklin) que n’avait pas encore reniée le Bodin d’avant La République. C’est aussi la « construction classique » de la pensée juridique française (telle que l’a définie, pour la fin du XVIe siècle, M.-F. Renoux-Zagamé en opposition à la « construction moderne », c’est-à-dire la théorie du droit divin des rois), « dont on peut montrer la permanence dans le discours des juges » et pour qui « les règles déclarées essentielles à la bonne marche des pouvoirs publics visent … pour l’essentiel à permettre…[le] dialogue entre les détenteurs du pouvoir, et, par ce biais,… entre ceux qui commandent et ceux qui obéissent »11.

*

  • 12 Sept exemplaires de l’édition de 1552 de la Repetitio figurent dans l’inventaire de la boutique du (...)
  • 13 J. Davies, 1979, p. 561 (Pierre Morgues, « feu conseiller au sénéchal de Toulouse ») et p. 565 (Jea (...)
  • 14 R. Doucet, 1956, p. 108. n° 33.

21L’œuvre de Guillaume Benoît, imprimée seulement en 1523, porte la marque doctrinale de ses années de jeunesse et d’enseignement, mais ne délivrera son message qu’à des lecteurs du début du règne de François Ier. L’audience de la Repetitio, dès lors, fut grande : elle est très diffusée tout au long du XVIe siècle12, comme le révèle sa présence tant dans les bibliothèques de protestants toulousains en 157213 que dans celle de l’avocat parisien Le Féron en 154814. La Repetitio a ainsi assuré la pérennité d’une certaine pensée méridionale, dont l’absolutisme trouve son dernier représentant chez Grassaille et le contractualisme un premier lecteur chez Hotman.

Notes

1 I.42.8 (hic), I.67.8 (prœsens civitas Cadurci), I.95.11 (habitatores hujus civitatis Caturci), I.95.19 (consules prœsentis civitatis Caturci), I.112.221 (statuta civitatis hujus, consuetudo hujus civitatis), I.113.232 (statutum hujus urbis), I.118.296 (in prœsenti civitate Caturci), I.118.304 (hic Caturci), I.153.54 (in prœsenti civitate Caturci), I.167.3 (in hac Caturci civitate), I.175.41 (in hac civitate) ; II.83.34, 104.311, 120.115 (hic Caturci), II.138.63 (statuta hujus civitatis Caturci), II.141.85 (hic) ; III.13.142 (in prœsenti civitate Caturci), etc.

2 III. 17.230-232.

3 I.68.14 (Tolosa nostra), I.88.227 (civitas nostra Tolosa), I.95.10 (cives nostri Tolosani), I.121.334 (civitas nostra Tolosœ), I.201.201 (nostri Tholosani), I.209.275-276 (doctores nostri Tolosani) ; II.83.34 (in nostra civitate Tolosœ), II.104.311 (in nostra civitate Tolosœ), etc.

4 I.17.84 (l’or de Toulouse), I.18.93 (Charlemagne et Toulouse), I.18.96 (supplice infligé aux blasphémateurs à Toulouse), I.62.245 (Raymond VI, comte de Toulouse), etc.

5 II.62.12. Voir, sur l’historiographie de Clémence Isaure, la thèse de M.-L. Couadam, 1985.

6 Nous remercions Pierre Bonin de nous avoir suggéré cette remarque.

7 Le Midi, davantage qu’une réalité, ne serait-il qu’une idée ? (universitaire ? parlementaire ?) : voir dernièrement P. Contamine, 1997.

8 I.132.484 : Nam fuit tempus quod Tolosœ inter vulgares idioma gallicum vix intelligebatur, et minus in hac patria Catureensi. Sed hodie bene intelligitur ubique, imo pueri jam gallice loquuntur.

9 F. Collard, 1998, p. 3-4.

10 III.46.

11 M.-F. Renoux-Zagamé, 1997, surtout p. 185-186.

12 Sept exemplaires de l’édition de 1552 de la Repetitio figurent dans l’inventaire de la boutique du marchand libraire du Palais Galliot Du Pré en 1561 (A. Parent, 1974, p. 225).

13 J. Davies, 1979, p. 561 (Pierre Morgues, « feu conseiller au sénéchal de Toulouse ») et p. 565 (Jean de L’Hospital, conseiller au parlement de Toulouse).

14 R. Doucet, 1956, p. 108. n° 33.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search