Version classiqueVersion mobile

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme

 | 
Patrick Arabeyre

Livre premier. L’homme et l’œuvre

Chapitre II. L’œuvre d’une vie

Texte intégral

1La Repetitio in cap. Raynutius, de testamentis est un commentaire de la décrétale du même nom (Extra., 3, 26, 16) qui relate un casus très complexe relatif aux successions et aux substitutions. La lecture qu’en a donnée Guillaume Benoît, on l’a souvent dit, est d’une nature un peu particulière. Une « répétition » est ordinairement une leçon qui permet aux étudiants d’exercer leurs talents en commentant un texte précis qui leur a été soumis. Ici, elle est l’œuvre d’un maître, ce qui ne suffit toutefois pas à expliquer ses proportions inhabituelles. Car l’érudition de Benoît est telle qu’en quatre cents folios, il ne parvient, en commentant chaque mot de la décrétale, qu’à expliquer les deux premières phrases.

  • 1 Comme juriste spécialiste des successions, il est encore cité par D. Lebrun (1640-1708), Traité des (...)

2Cette œuvre singulière, reflet d’un enseignement qui fut d’abord oral, fut citée jusqu’au XVIIIe siècle1. Elle n’eut pourtant pas, tant s’en faut, une grande fortune critique. Le plus souvent, on l’utilisa sans commentaire, et quand on porta un jugement sur elle, il ne fut pas toujours favorable.

  • 2 On retrouvera les nombreuses références bibliographiques concernant la vie et l’œuvre de Boyssoné d (...)
  • 3 H. Jacoubet, 1930, p. 99 n. 61 (d’après le ms. BMT 835, fol. 36 et v°), cité par P. Ourliac et H. G(...)
  • 4 Voir par exemple l’opinion d’un Budé que rapporte P. Ourliac, 1994, p. 149. On se souviendra ici qu (...)

3Le plus fameux est celui de Jean de Boyssoné. Le célèbre humaniste toulousain, qui occupa la première chaire de droit civil à l’Université dès 1525 et jusqu’en 15392, consacra une élégie très malveillante à Benoît, dont H. Jacoubet a donné l’analyse suivante : « Raynut était mal vêtu. Benoît le vêtit. Mais Raynut a froid. Le vêtement est mal cousu, plein de morceaux volés. Il l’a rejeté aussitôt, car si chacun était venu redemander sa pièce, il serait resté nu avec sa honte. Il a donc préféré faire la chose spontanément »3. C’était là une critique acerbe de la méthode bartoliste que l’humanisme juridique n’eut de cesse de fustiger et dont la Repetitio pouvait figurer, à bien des égards, un fâcheux exemple, sinon une caricature4. En ce premier tiers du XVIe siècle, la forme surtout déplaisait, mais il est juste d’ajouter que le fond n’intéressait plus guère. Le mépris affiché pour l’œuvre trouvait aussi sa source dans la désaffection dont commençait alors de souffrir le droit canonique dans le cœur des juristes toulousains.

  • 5 G. DE Lurbe, De illustribus Aquitaniœ viris a Constantino magno usque ad nostra tempora libellus, B (...)
  • 6 D. Simon, Nouvelle bibliothèque historique…. Paris, 1692,1. I, p. 44-45.
  • 7 P. Taisand, La vie des plus célèbres jurisconsultes, 1721, p. 67 : «… sans parler de son stile, qui (...)
  • 8 Cité par J. Brejon, 1937, p. 258.
  • 9 C. Du Moulin, Cominentariorum in consuetudines Parisienses epitome, tit. I, de feudis, dans Opera o (...)
  • 10 B. D’argentré, Commentarii in consuetudines ducatus Britanniœ, art. 219 (des donations), gl. 7, Ams (...)
  • 11 A. Mornac, In libros Codicis secundum, tertium et quartum observationes, sur Cod., 3, 34, 12, Paris (...)
  • 12 C. Le Bret, Décisions de plusieurs notables questions traitées en l’audience du Parlement de Paris,(...)
  • 13 J.-L. Brunet, Traitez des droits et libertez de l’Église gallicane, 1731, t. I, éd. Libellas d. Ber (...)

4Plus tard, on se souvint surtout de la science déployée par Benoît et du tour de force accompli. Ainsi en est-il de Gabriel de Lurbe, auteur d’une galerie des hommes illustres de l’Aquitaine, à la fin du XVIe siècle5. Denis Simon, dans sa Bibliothèque du droit (1692) a eu à propos du juriste toulousain quelques formules expressives : « Son stile est aussi un peu grossier, quoiqu’il ait mêlé beaucoup d’antiquitez. Il a appliqué toute la matière testamentaire à tous les mots du chapitre Raynutius. On pourrait sur le même pied faire venir tout le Droit sur les mots du Pater, mais à la méthode près, nous avons eu peu d’auteurs de sa force qui ayent écrit depuis »6. Taisand reprend la même opinion dans ses Vies des plus célèbres jurisconsultes (1721), mais avec moins d’indulgence7. Quant aux auteurs qui utilisèrent la Repetitio, ils évoquèrent souvent l’auteur avec respect. Pour Tiraqueau (1488-1558), Benoît est primœ classis nostrorum Gallicorum scriptorum8. Du Moulin (1500-1566) le qualifie de vir senatorius et eruditissimus, mais lui reproche ailleurs d’avoir manqué de jugement pour avoir voulu trop en dire9. D’Argentré (1519-1590) le juge docte et d’expérience10. Mornac (1544-1619) assure qu’il possédait parfaitement le droit romain et le droit français11. Le Bret (1558-1655) l’appelle « grand personnage en la profession de droit »12. Au XVIIIe siècle, toutefois, le canoniste Brunet (1688-1747) estime que Benoît, « sur le chapitre Raynutius, a trouvé le moyen de placer et tout ce qu’il sçavoit et ce qu’il ne sçavoit pas, ou du moins ne sçavoit guères, aussi a-t-il enfanté un gros volume »13. L’impression de confusion l’emporte alors sur celle de science.

5Au total, les jugements portés par les juristes furent mitigés. Voici pourtant une somme de près de quatre cents feuillets, dans son édition in-folio la plus complète, que l’on crut bon de publier plus de cinq ans après la disparition de son auteur (1523) et de réimprimer neuf ou dix fois jusqu’en 1611. Il faut croire que la pesante Repetitio de Guillaume Benoît sut trouver un public ; mais peut-être est-ce parce que l’intérêt de celui-ci n’alla pas au seul domaine du droit des successions. Par bien des aspects en effet, la Repetitio portait, explicitement ou non, la marque des idées politiques de son auteur et ces idées-là, quoique parfois perdues dans un véritable maquis de digressions, suscitèrent la curiosité dès la parution de l’ouvrage. Des auteurs aussi différents que Grassaille ou Hotman y ont trouvé des arguments qui avaient peu de chose à voir avec la connaissance des décrétales sur les testaments et les dernières volontés. C’est ce matériau que l’on souhaite retrouver aujourd’hui. Mais, pour y parvenir, il convient d’entrer plus avant dans la connaissance d’une œuvre déroutante et bien souvent dénigrée. La présente partie est consacrée à ce travail d’approche qui permettra d’aborder la réflexion suivante : en quoi la Repetitio présente-t-elle une argumentation digne d’une « œuvre politique » ?

I. Plusieurs œuvres en une seule

6La Repetitio de Guillaume Benoît, dont il ne subsiste aucun manuscrit, a été imprimée neuf fois (1523 ; 1527 ; 1529/30 ; 1544, 1552 ; 1562, 1575, 1582, 1582- 1611). Sans préjudice des descriptions qui seront faites plus tard, il faut indiquer dès à présent que l’édition de 1544 est la première à comporter la troisième partie de la Repetitio ainsi que d’autres œuvres de l’auteur réimprimées ensuite sans changement. Elle est également la seule à avoir adopté une disposition typographique particulière permettant, peut-être, de distinguer l’origine des additions au texte original.

  • 14 Chaque mot ou groupe de mots de la décrétale appelant, comme on le verra, un commentaire découpé en (...)

7L’édition in-folio qu’a procurée Barthélemy Vincent à Lyon en 1582 (5 tomes en 1), la première à comprendre la continuation d’Étienne Ranchin, est ici l’édition de référence14. En voici la structure :

8Premier tome : Repetitio.

  • Pièces liminaires : 2 épîtres liminaires de Claude Feydeau, adressée l’une à (feu) Guillaume Benoît, l’autre à Talabard, son fils, 1520 (p. 4-5 et 6-8). 2 épigrammes de Jean et Jacques Feydeau (p. 9). Proœmium de Guillaume Benoît (p. 10-16).

  • Première partie de la Repetitio (1-236 ff.) : commentaire de la décrétale Raynutius jusqu’à l’institution d’héritier.

9Deuxième tome : Repetitio (suite).

  • Deuxième partie (1-145 ff.) : les substitutions.

10Troisième tome.

  • Repetitio : troisième partie (1 -19 ff).

  • Autres œuvres (20-54 ff.).

11Quatrième tome.

  • Index (84 ff).

12Cinquième tome.

    • 15 Cet Étienne Ranchin (v. 1510-1583/7), élève de Cujas et professeur à Montpellier vers 1580, est le (...)

    Continuation de la Repetitio par Étienne Ranchin15 avec index (66 + 9 ff).

13Une première constatation s’impose ici : sous le titre global de Repetitio in cap. Raynutius, de testamentis, a été éditée l’ensemble des œuvres de Guillaume Benoît ; le commentaire inachevé de la décrétale, parce qu’il en occupait plus des quatre cinquièmes, méritait toutefois de donner son nom à l’ensemble du recueil. Il est lui-même divisé en trois parties très inégales qui occupent les deux premiers tomes et le début du troisième ; ce dernier comprend en outre les seuls autres écrits du parlementaire toulousain que nous ont transmis les éditeurs.

14Certains d’entre ces écrits ont déjà été évoqués, au fil de la biographie de Guillaume Benoît. L’édition de 1582 comporte au total onze textes, que l’on peut ranger sous trois rubriques différentes. La première comprend le seul véritable « traité » rédigé par Benoît auquel on peut adjoindre deux « questions » qui tiraient peut-être leur origine de consultations, mais dont on a gommé tout contexte ; la seconde regroupe les consultations proprement dites, au nombre de sept ; la troisième n’est constituée que du seul discours de réception du professeur cadurcien au parlement de Bordeaux.

*

Traités ou questions

    • 16 Cité par le P. Lelong, Bibl. hist. France, n° 11969.

    Sur l’histoire du duché de Normandie : Gulielmi Benedicti, utriusque juris doctoris famosissimi, Tolosanique senatoris clarissimi, de ducatu Normaniœ, Aquitaniœ, et comitatu Andegavice, Cenomaniœ, Turonensi, de Ponthieu, Ebroicarum et Pictaviœ tractatus, quo dictos ducatus et comitatus illustrissimo Francorum regi coronœque Franciœ pertinere apertissime lectoribus demonstratur (III.20-26v°. 1 -125)16.

  • 17 Rappelons ici que c’est dans une incidente de la première version du traité que Benoît évoque sa re (...)

15Ce traité est en réalité une brève histoire des possessions anglaises en France (Normandie et Aquitaine) dont l’information est, pour l’essentiel, tirée du Compendium super origine et gestis Francorum de Robert Gaguin17.

  • 18 II.7.27 [main] : de quo plene dixit iste doctor in suo tractatu contra Anglos. En dépit de l’identi (...)
  • 19 I.88.225 [main] : Qualiter ducatus Aquitaniœ ad Anglos pervenerat et qualiter cum ex post perdideru (...)
  • 20 III.26.125.
  • 21 Voir plus haut, p. 109.

16Deux additions de la Repetitio font allusion à ce traité. L’une, due à l’éditeur, le dénomme Tractatus contra Anglos, révélant ainsi le véritable objectif poursuivi par Guillaume Benoît18. L’autre, écrite par l’auteur, fournit quelques éléments contextuels19. D’une part, le traité a été écrit par le maître à la demande de ses « nobles » étudiants cadurciens qui, sans doute, n’oubliaient pas que la province du Quercy avait plusieurs fois changé de mains avant et pendant la Guerre de Cent Ans. Il a été rédigé, d’autre part, à la même époque que la Repetitio, ce que semble confirmer une incise désignant Charles VI comme l’arrière-grand-père du roi Charles VIII nunc regnans20. Il est du même coup difficile, sinon impossible, de rapprocher la rédaction du traité avec le séjour du conseiller Benoît en Normandie à l’occasion du règlement d’une affaire jugée à l’Échiquier de Rouen, mission qui lui avait été confiée par Louis XII en 1507- 150821.

  • 22 Le traité se situe après : Duas habens filias – I.6v°-37 (III.22.37-38 : ut vidistis in verbo Duas (...)

17L’examen attentif de cette œuvre en apprend davantage. Elle recèle en effet, dans les éditions imprimées, deux versions successives du texte, une version brève (1-50) et une version longue (51-125), que l’auteur dit avoir reprise de la première à la demande pressante de ses auditeurs. De surcroît, les nombreuses références dont le texte des deux versions est émaillé semblent prouver que le traité a été compris comme une partie intégrante de la Repetitio. On peut même déterminer la place qu’il occupait au sein du commentaire : il se situerait quelque part entre la fin du chapitre Et uxorem nomine Adelasiam et le début du chapitre Condidit II22.

  • Sur la légitime : Quœstio de legitima (III.46.1-11).

  • « S’il est permis de tuer les pécheurs » : Habes, lector, hoc in tractatu Matthei Bossi Veronensis, canonici regularis, ad Archuanum Buzacharinum elegantissimam epistolam de causis et occasionibus delinquendi (1502 ou 1503). Quant subsequitur [fol. 47] Gulielmi Benedicti de pœnis delinquentium quœstio, an scilicet peccatores occidere liceat. Qui hac in re materiam susceptam ea dexteritate prosequuntur, ut ubi tum epistolam, tum dictam quœstionem perlegeris, te subinde relegere non pigebit (III.46v°-51v°.l-58).

  • 23 Voir plus loin. p. 146 (III.47 note c).

18Ce texte est d’un grand intérêt pour la datation de la Repetitio23.

Consultations

  • Sur l’évêché d’Albi : Gulielmi Benedicti, juris utriusque doctoris eruditissimi, quœstio de episcopatu, seu potius tractatus, quo clarissime qualiter et quando alteri possit episcopatus conferri lectoribus demonstratur (III.27-31v°. 1-82).

  • 24 Voir plus haut, p. 99.

19Il s’agit de la fameuse consultation que rédigea par Guillaume Benoît à propos de la résignation de l’évêché d’Albi par Louis [I] d’Amboise en faveur de son neveu Louis [II]24. Elle peut être située entre l’arrêt du parlement de Paris du 19 avril 1496 cité III.29.26 (et évoqué ci-après) et la résignation du 22 mai 1497.

  • Sur l’office de chambrier de l’église cathédrale de Lyon : Arrestum Parisiis in Parlamento habitum [19 avril 1496] super camerariatu Lugdunensis ecclesiœ, extractum a suo originali per dominum Gulielmum Benedictum, cujus postea sequitur [fol. 33] quœstio sive tractatus, quomodo aut quando conferri possit dictus camerariatus (III.31 v°-34.1-12).

20Les deux compétiteurs étaient Antoine Dars et François d’Estaing (futur évêque de Rodez).

  • Sur le mariage : Gulielmi Benedicti de matrimonio ejusque contractibus quœstio brevissima, juris studiosis tum utilis, tum necessaria (III.34v°-35.1 -6).

  • 25 Dictionnaire de biographie française (« Gilbert de Chabannes »), t. VIII, col. 98-99.

21Cette consultation a été composée à propos du contrat de mariage (16 novembre 1469) conclu entre Gilbert de Chabannes (ca. 1439-1493), seigneur de Curton, gouverneur du Limousin (1469), et sa première épouse, Françoise de La Tour († 1484), fille de Bertrand de La Tour-d’Auvergne, comte de Boulogne et d’Auvergne et de Louise de La Trémoïlle25.

  • Sur le privilège du for (à propos d’un prêtre homicide) : Processus prœventionalis coram infradictis reverendissimis [dont Pierre de Rosier, évêque de Lavaur] agitatus in quendam Joannem [Cascanelli], presbyterum, homicidam variisque criminibus prœventum [février 1511/12]. Quem postea sequitur [fol. 37v°] succincta admodum Gulielmi Benedicti quœstio de homicidio, qualiter scilicet et quomodo puniendus sit dictus presbyter homicida (III.35v°-41v°. 1-41).

  • 26 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 33. Dans le processus est reproduit le texte du mandement de Jean Dufra (...)

22L’affaire se situe en 1511-1512. Voici comment elle est rapportée dans l’Histoire du Quercy de G. Lacoste : « L’évêque de Montauban venait de dégrader et livrer au bras séculier un curé du diocèse, natif du Rouergue, accusé et convaincu de plusieurs crimes, entre autres d’avoir assassiné un commandeur de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, à la table duquel il avait été invité, d’avoir voulu se tuer dans la prison et d’avoir renié Dieu, la religion et la sainte Vierge. Assisté de six autres évêques, il fit cette triste cérémonie sur un grand échafaud qu’on avait dressé sur la place Saint-Étienne de Toulouse. Guillaume Benedicti fit, à ce sujet, un traité sur l’homicide que l’on trouve à la suite de son [sic] Repetitio in capite [sic] Raynutius avec le procès-verbal de la dégradation »26.

  • Sur la chancellerie de l’université de Cahors : Gulielmi Benedicti quœstio de canonicatu [le chancelier est un chanoine du chapitre cathédral], juris pontificii studiosis admodum utilis (III.42-43v°.1-21).

  • 27 Les circonstances de cette affaire ont été exposées plus haut, p. 94. Voir I.160.28 (additio) et no (...)

23La querelle opposait Pierre de Puteo, pour Laurent Algas, hispanus, à Pierre Allemand (neveu de l’évêque de Cahors Antoine Allemand), pour Louis de Thesio. Le prétendant en faveur de qui Guillaume Benoît s’était déclaré obtint l’office au possessoire par arrêt du parlement de Toulouse du mois de septembre 150027.

  • Sur l’office de trésorier de la Sainte-Chapelle de Bourges : Gulielmi Benedicti de thesauraria Sanctœ Capellœ civitatis Bituricensis quœstio brevissima, juris utriusque studiosis tum utilis, tum admodum necessaria (III.44-45.1-12).

24Le contexte de cette consultation est obscur. Elle a forcément été donnée après le 26 décembre 1498, date à laquelle Louis XII donna à son ex-épouse Jeanne de France le duché de Berry.

  • Sur la vente : Gulielmi Benedicti quœstio de venditione, quœ lectoribus juri utrique addictis maximam adferet commoditatem (III.52-54.1-20) ; avec transcription de l’arrêt du parlement de Bordeaux du 22 février 1502/3 (fol. 54).

25L’affaire opposait Gaston de Montferrand et Jean bâtard de Cardonne à propos de la vente de la terre de Veyrines.

Discours

26Discours de réception au parlement de Bordeaux : Gulielmi Benedicti ad dominos prœsidentes et jurisconsultos parlamenti Burdegalœ prœclara oratio, qua in senatu habita, receptus est in consiliarium die XXII aprilis 1499. Dictœ orationi Guliel. Bened. hanc prœposuit epistolam : Gulielmo Benedicti S. du Fau S. (III.45-45v°).

  • 28 Voir plus haut, p. 102.

27Lancelot Du Fau (mort vers 1523), conseiller au parlement de Bordeaux en 1488, était le fils de Jean Du Fau et de Jeanne, bâtarde de Bourbon, petit-fils du duc Charles Ierde Bourbon ; il fut conseiller et président (17 mai 1498-août 1514) puis évêque de Luçon (1515)28.

*

  • 29 Voir respectivement p. 86, 87 et 101.
  • 30 I.5.57 ; I.100.69 ; I.104.125-126 ; I.145.14 ; I.153.59 ; I.161.14 (?) ; I.181.12-15 ; I.192.111 ; (...)

28Tel est le corpus des œuvres de Guillaume Benoît aujourd’hui disponible. Il ne recouvre certainement pas l’ensemble des écrits du docteur toulousain. La Repetitio recèle en effet certaines mentions d’œuvres disparues. On a déjà évoqué, dans le chapitre consacré à la biographie de l’auteur, l’existence de trois repetitiones, datées respectivement de 1477, 1482 et 1499. La première portait sur une question de procédure pénale à propos d’une loi du Code (Cod., 9, 1, 1) ; la seconde sur la lésion et le juste prix, à propos cette fois de la décrétale Cum causa (Extra., 3, 17, 6) ; la troisième sur les élections ecclésiastiques à propos de la première décrétale du titre De electione et electi potestate (Extra., 1,6, 1)29. Enfin, on sait déjà que Benoît a fait directement allusion, dans la Repetitio, à un certain nombre de consultations, une quinzaine environ, différentes de celles qui ont été retenues par les éditeurs ; encore ne s’agit-il là forcément que de consultations antérieures à la rédaction du commentaire (1492-1493). Malheureusement, les références sont, à quelques exceptions près, trop laconiques pour qu’on puisse les dater ou même seulement en saisir le contenu30.

29Ces différents écrits, pour importants qu’ils aient été aux yeux de Guillaume Benoît – les consultations sont bien souvent très lucratives – ne pouvaient rivaliser avec la grande œuvre qu’était la Repetitio. L’auteur lui a apporté tous ses soins jusqu’à ses dernières années. En forçant quelque peu le trait, on pourrait avancer qu’elle a été conçue comme la somme des productions littéraires de son auteur comme le suggère, par exemple, l’intégration en son sein du Traité sur le duché de Normandie.

30L’examen approfondi de la Repetitio s’impose désormais. Toutefois, la connaissance exacte de la transmission matérielle (rédaction et tradition) est un préalable nécessaire à la mise en valeur de la structure et des sources.

II. Histoire de la Repetitio

31La Repetitio n’est pas une œuvre datée, quoique d’assez nombreux indices permettent de proposer, pour sa « lecture » et pour sa rédaction, une datation assez précise. Ce n’est pas davantage une œuvre figée. Le survol de n’importe laquelle des éditions de la Repetitio révèle que le texte primitif a été assorti de compléments qui n’ont pas été confondus avec lui par les éditeurs successifs, mais ont été au contraire signalés sous forme de gloses ou d’insertions. La Repetitio enfin n’a pas été publiée du vivant de l’auteur mais seulement en 1523. Les éditeurs ont donc joué un rôle dans l’établissement du texte dont on dispose aujourd’hui. Ces quelques constatations suggèrent l’importance, pour la compréhension de l’œuvre, de son histoire, c’est-à-dire des circonstances de sa rédaction puis de sa transmission.

1. La rédaction du texte primitif

  • 31 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108 ; P. Ourliac, 1992, p. 79 et 1994, p. 148.
  • 32 Charles VIII rex noster modernus/nunc regnans : I.12.38 ; I.14.56 ; I.70.40 ; I.87.217 ; I.89.6 ; I (...)
  • 33 I.12.38 [main] ; I.13.46 (additio) ; I.14.56 (additio) ; I.87.216 (additio) ; I.97.39 (additio) ; I (...)

32Les auteurs modernes31 s’accordent pour penser que Benoît dut commencer le commentaire de la décrétale Raynutius à son arrivée à Cahors en 1482 et qu’il l’avait terminé avant la mort de Charles VIII puisque, dans le texte, il cite toujours ce dernier comme « roi régnant »32 et qu’à l’inverse, les passages où son successeur Louis XII est évoqué sont toujours signalés comme des additions33. Ces mêmes auteurs ont également relevé les indications suivantes, qui permettent de fixer plus précisément le terminus ad quem :

    • 34 Relevé en premier lieu par A. Viala, 1953, t. I, p. 289. II.106.341 : Cujus exemplo nondum anni dec (...)

    un arrêt du parlement de Toulouse daté du 22 mars 1486 (n. st.) est cité comme rendu moins de dix ans avant la rédaction de l’œuvre34 ;

    • 35 A. Navelle, 1992, t. VII, p. 269.
    • 36 I.232.33 : dictum fuit per arrestum in Parlaniento, me scholari existente Tolosœ, anno Domini M CCC (...)

    le deuxième président au parlement de Toulouse Antoine de Morlhon, mort peu après le 7 septembre 149735, est cité comme vivant36 ;

    • 37 A. Viala, 1953, t. II, p. 484.
    • 38 I.78.132 : nunc in parlamento Tolosœ regio prœsidens [1472-1795].

    le premier président Bernard Lauret, décédé avant le 8 août 149537, est également donné comme vivant38 ;

    • 39 E. Albe, « Inventaire raisonné des archives municipales de Cahors. XVe-XVIe siècles », 1926, p. 67, (...)
    • 40 I.163.36 : quod nunc pertinet reverendo in Christo patri et domino meo domino Antonio Alemandi epis (...)

    l’évêque de Cahors Antoine Allemand, décédé le 18 décembre 149339, vit encore40.

  • 41 Voir p. 89. F. Collard, 1996 (a), p. 280.

33À ces différents points de repère assurés (et qui semblent suggérer que la Repetitio a été rédigée avant novembre 1493), il convient d’en ajouter un autre, déjà évoqué mais qu’il faudra discuter : l’utilisation répétée par Guillaume Benoît d’un manuscrit du Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin avant sa parution à Paris le 30 septembre 149541.

34Peut-on aller plus loin dans la précision chronologique ? Une lecture attentive de la Repetitio le permet en effet. Les indices proviennent de diverses origines.

  • 42 Ordonnances des rois de France, t. XX, p. 258. Citée explicitement I.70.40 et I.87.217 ; sans doute (...)
  • 43 Isambert, t. XI, p. 323-379. Citée explicitement I.13.46 (additio) ; I.14.56 (additio) ; I.87.217 ( (...)
  • 44 II.64.33.
  • 45 ADHG, B 10, fol. 22v°-23 (I.88.227). L’arrêt sur les francs-fiefs (A. Viala, 1953, t. II, p. 195 et (...)

35En premier lieu, Guillaume Benoît mentionne, au fil du commentaire, de très nombreuses sources normatives (ordonnances, arrêts des parlements, bulles), dont beaucoup se rapportent à des décisions contemporaines. Examinons les références aux ordonnances : l’acte de Charles VIII le plus proche de l’époque de la rédaction du texte original est l’ordonnance de Moulins du 28 décembre 1490 « sur l’administration de la justice en Languedoc »42. Le premier acte de Louis XII cité dans une addition est la grande ordonnance sur la réformation de la justice de mars 1499 (n. st.)43. Les renvois aux arrêts du parlement de Toulouse suggèrent la même approximation. La décision la plus récente citée dans le texte primitif est un arrêt du 6 avril 1489 (n. st.)44 ; la suivante, qui n’est autre que le célèbre arrêt sur les francs-fiefs du 23 décembre 1495, figure dans une addition45.

  • 46 I.81.152 ; une addition [main] le désigne comme premier président (donc après 1509).
  • 47 I.86.206 : Hœc profecto considerans magnificus ille vir atque superillustris dominus Gulielmus de R (...)

36En second lieu, certaines notations renvoyant à des faits ou à des personnalités contemporains fournissent de nouvelles indications chronologiques. Le futur premier président Pierre de Saint-André, par exemple, est cité en qualité de juge-mage de Carcassonne, charge qu’il exerça de 1483 à 149746. Mais plus précises sont les deux allusions au chancelier Guillaume de Rochefort, décédé le 12 août 1492, que Benoît semble considérer comme toujours vivant47.

  • 48 Sur cette voie d’appel, R. Doucet, 1948, t. II, p. 534 ; A. Viala, 1953, t. II, p. 427-430 et surto (...)
  • 49 II.101.272.
  • 50 P.-R. Gaussin, 1976, p. 240.
  • 51 T. Godefroy, Histoire de Charles VIII, 1684, p. 614-615 (éd. reprise dans les Ordonnances des rois (...)
  • 52 I.200.193.
  • 53 Le P. Anselme, Histoire généalogique…, 1. I, p. 252. Voir, sur la succession de Nevers disputée ent (...)
  • 54 Gallia regia, t. IV, n° 16206 (B. Quilliet, 1986, p. 123 évoque le mois de novembre 1491). I.133.49 (...)
  • 55 Y. Labande-Mailfert, 1975, p. 100. II.132.24 : Benoît salue en la duchesse de Bretagne la rejetonne (...)
  • 56 I.218.52-53 (succession : le roi mineur).
  • 57 I.195.148 :… nunquam consueverunt reges de ipso regno testarinam reges Franciœ nunquam potuerunt (...)
  • 58 Y. Labande-Mailfert, 1975, p. 132.

37Plusieurs événements évoqués par l’auteur peuvent être rapportés à l’année 1491. Examinant les différentes voies de recours contre les arrêts des cours souveraines, notre futur parlementaire ne semble connaître à Toulouse, comme à Paris, que la « proposition d’erreur »48. C’est ainsi qu’ont été, selon lui, admis à recourir à cette voie les « enfants du prince condamné par le parlement de Paris au mois d’août 1477 » dans le cadre d’un procès encore pendant dont, ajoute-t-il, « j’ignore ce qu’il sera jugé »49. Or, le prince en cause ne peut être que Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, dont l’exécution a été prononcée le 4 août 147750. Et il est bien établi que ses enfants, Jean, duc de Nemours, et Louis, comte de Guise, puis duc de Nemours, ont bénéficié de lettres de restitution prises à l’encontre de l’arrêt précédent : ces lettres datent de juillet 1491 et ont été enregistrées au parlement de Paris le 17 février 1492 (n. st.)51. Autre exemple : la succession au comté de Nevers. Dans la Repetitio, le dernier comte de Nevers de la maison de Bourgogne, Jean de Clamecy, est donné pour mort52. Benoît, traitant de la primogéniture, évoque en effet un procès à propos du comté entre ses filles, dont l’aînée est précisément la mère (et non l’épouse comme le dit Benoît) d’Engilbert de Clèves, premier comte de Nevers de la nouvelle maison. Or, Jean de Clamecy est décédé le 25 septembre 149153. Ce n’est pas tout. Deux autres événements fournissent de précieux jalons. En premier lieu, lorsque Benoît entreprend de justifier la règle selon laquelle les gouverneurs doivent être choisis parmi les princes de sang royal, il mentionne l’exemple de Louis d’Orléans, à qui le roi avait donné la charge du gouvernement de la Normandie ; or, cela fut fait par lettres de juin 149154. Désireux, en second lieu, de donner un exemple de mariage contracté in pacis reformationem, il fait une claire allusion au mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne qui fut célébré le 6 décembre 149155. D’autres éléments, quoique plus vagues, méritent aussi d’être consignés. Si Benoît disserte longuement de la question de la minorité du roi, c’est peut-être parce que Charles VIII (né le 30 juin 1470) n’a pas atteint vingt-cinq ans au moment où il rédige56. Enfin, P. Ourliac avait fort judicieusement indiqué que la prise de position appuyée de Guillaume Benoît en faveur de la règle d’indisponibilité de la Couronne avait pour but de combattre l’idée que Charles VIII pourrait déshériter par un testament Louis d’Orléans57. En poussant un peu avant cette idée, on pourrait observer que cet « avertissement » aurait beaucoup perdu de sa portée après la naissance du dauphin Charles-Orland, le 10 octobre 149258.

38Somme toute, la fourchette chronologique que l’on peut dégager de ce qui précède aurait pour terminus a quo le 6 décembre 1491 (mariage de Charles VIII) et pour terminus ad quem le 12 août 1492 (mort de Guillaume de Rochefort). Comme la validité du premier terme peut être discutée – l’allusion qui le fonde apparaît dans la deuxième partie de la Repetitio, dont on a quelque raison de penser qu’elle est plus récente que la première –, la date du 25 septembre 1491 (mort de Jean de Clamecy) sera retenue de préférence. L’hypothèse suivante peut dès lors être formulée : la Repetitio, du moins sa première partie, aurait été achevée à la fin de l’année 1491 pour être lue avant la fin de l’année 1492. Deux éléments supplémentaires viennent conforter cette assertion, sans doute de façon décisive.

    • 59 I.127.425 :… si capiens ab aliquo domino terras et possessiones in perpertuam locationem enuntiativ (...)

    Discutant de l’origine de la catégorie de colons du Bas-Empire que l’on nomme les adscripticii (assimilés aux « serfs de la glèbe »), Benoît se demande s’ils peuvent le devenir par contrat. Il donne alors en exemple un formulaire de louage (considéré comme un bail à cens)… dont la date fictive est 149259.

    • 60 III.47 note c.

    L’auteur des annotationes à la lettre de Matteo Bosso qui précède la question An peccatores occidere liceat renvoie sur le sujet de l’otium à la Repetitio (I.176.52 etc.) de Guillaume Benoît, dominus meus, […] quam fecit anno Domini M CCCCXCII [1492]60.

  • 61 I.236.
  • 62 Voir plus haut, p. 96. On reconnaîtra volontiers qu’il s’agit là d’un terme bien tardif pour une an (...)

39Ainsi peut se comprendre désormais l’explicit qui figure à la fin de la première partie de la Repetitio et qui a été repris dans toutes les éditions : Gulielmus Benedictus ad jurisprudentiœ studiosos. Hœc jam, dilectissimi fratres, de testamento Raynutii quoad ejus hœredum institutionem scripta sufficiant, reliquo illius substitutionem concernente ad annum proximum reservato. Ex academia Caturcensi, tertia die octobris vigilia cujus his in œdibus hospites sumus gloriosi Francisci 61. La lecture de la première partie aurait été achevée à Cahors, le 3 octobre [1492], « veille de la saint-François », au couvent des Cordeliers62.

  • 63 Une allusion à l’œuvre de Bernard Lauret dans la deuxième partie (II.64.35) a pu faire penser que B (...)

40Le libellé de cet explicit donne aussi à penser que la deuxième partie de la Repetitio a été présentée aux étudiants très peu de temps après la première, l’année suivante probablement. Cette partie, comme la troisième, ne comporte malheureusement pas d’explicit ; de surcroît, les indications chronologiques y sont beaucoup plus rares et moins assurées que dans la première63.

  • 64 On verra ultérieurement ce qu’il faut penser de l’apparent inachèvement du commentaire (p. 165).

41L’abondance d’informations, parfois très précises, sur l’époque de la rédaction ne doit pas conduire à un raisonnement trop strictement chronologique. Comme il sera rappelé plus loin, à propos du genre très particulier de la repetitio, l’œuvre de Benoît est avant tout le fruit d’un enseignement oral, d’une « lecture ». Le commentaire de la décrétale Raynutius a été commencé dès l’arrivée du nouveau docteur à Cahors ; sa mise au point est le fruit de plusieurs années (une dizaine ?) d’enseignement et d’écriture. Les indications datées permettent seulement de cerner l’achèvement de ce travail. On peut ainsi avancer qu’une fois la composition menée à son terme, les deux premières parties de la Repetitio ont été lues, dans l’état qui nous a été transmis, pour la première fois en 1492-149364.

  • 65 Pour le détail des références aux œuvres contemporaines de l’auteur, voir plus loin, p. 176 et suiv (...)

42Un certain nombre parmi les innombrables allégations et citations de la Repetitio renvoient à des œuvres contemporaines. L’actualité de ces sources, dont Benoît ne pouvait avoir pris connaissance que peu avant la rédaction de son commentaire, ne laisse parfois de surprendre. La production la plus récente des juristes italiens, celle du canoniste Felino Sandei et du civiliste Jason de Mayno, par exemple, est parfaitement assimilée, si l’on en juge par un emploi abondant ; les œuvres dernièrement publiées des juristes méridionaux, comme le Viatorium utriusque juris de Jean Berbier (Lyon, 1487-1490) ou les Casus in quibus judex secularis potest manus in personas clericorum sine metu excomniunicationis imponere de Bernard Lauret (Lyon, ca. 1490) sont déjà connues65.

43La rédaction du commentaire de la décrétale Raynutius en avait-elle rendu le texte intangible ? Le scrupule de son auteur et le souci de la publication allaient en décider.

2. Les additions

  • 66 Le corpus des additions portées dans l’édition de 1582 (à partir duquel nous allons désormais raiso (...)

44En bon universitaire, Guillaume Benoît n’a cessé, jusqu’aux dernières années de sa vie, non de remanier, mais d’augmenter l’œuvre issue de l’enseignement qu’il avait dispensé du haut de sa chaire cadurcienne. Le travail, comme on va le voir, a été poursuivi par le responsable de la première édition. De ces différentes additions les impressions successives ont conservé la marque, toutes avec beaucoup de scrupule, mais par le biais de diverses dispositions typographiques66.

  • 67 Disposition dont témoignera jusqu’aux éditions les plus récentes le proœmium de Guillaume Benoît et (...)

45On décompte environ 811 additions, dont la longueur varie d’une ligne à plus de quatre feuillets de l’édition de 1582. Dès la première édition (1523), deux types ont été distingués. Les premières, annoncées dans le texte par la mention additio – présentation respectée dans toutes les éditions ultérieures – sont, de très loin, les moins nombreuses (69). Les secondes (742) se présentaient à l’origine sous forme de gloses marginales introduites par des appels de notes alphabétiques67 ; en 1582, elles se trouvent intégrées dans le corps du texte mais en sont demeurées distinctes pour avoir été placées entre crochets carrés et signalées en marge par une « main » en manchette.

  • 68 Ce registre, quelle qu’en soit la nature, n’a sans doute été consulté qu’après 1503, date de la pro (...)

46À quoi correspondent ces différentes sortes d’additions ? Les (additions) sont composées, pour plus de la moitié (36 sur 69), de références, après l’allégation de certaines ordonnances royales, à un registre d’enregistrement dit « de la chambre des Enquêtes » du parlement de Toulouse, lequel semble aujourd’hui perdu68. Quant aux [mains], un peu plus de la moitié d’entre elles (389, soit 52,4 %) se présentent comme des renvois internes à un passage précédent ou suivant de la Repetitio ; les (additions) ne comportent jamais ce type de renvois.

  • 69 Voir les références correspondantes p. 94 et suiv. La visite de la bibliothèque de Blois par Benoît (...)
  • 70 I.70.35 [main],
  • 71 I.152.43 [main].

47Sur l’ensemble des additions, les compléments qui échappent à la catégorie des simples renvois internes (742 – 389 = 353 + 69 = 422) répondent à des objectifs divers. Environ la moitié (207, soit 49 %) marque une volonté d’actualisation du texte : tel est le cas en particulier de toutes les (additions). Ce souci transparaît tout d’abord dans la mention d’événements postérieurs à l’époque de la rédaction primitive. Moins d’une dizaine (8) rapporte les épisodes marquants de l’activité ou de la carrière de Benoît après 1492-1493 (intervention dans la querelle de succession à l’évêché de Cahors, 1495 ; collation du doctorat à Louis de Rochechouart, 1499 ; nomination au parlement de Bordeaux, 1499 ; présence aux côtés du chancelier à Nantes, 1500 ; nomination au parlement de Toulouse, 1503 ; mission à l’Échiquier de Rouen, 1508)69. Quelques mentions seulement touchent à des « faits d’actualité » tant de portée locale (mort du président Aufréri, 151170) que nationale (victoire de Ravenne et mort de Gaston de Foix, 151271).

  • 72 Voir références note 43. Sont également cités l’édit du 9 octobre 1501 sur la chasse en Languedoc : (...)
  • 73 Arrêts du parlement de Toulouse datés : 23 décembre 1495 (I.88.227) (additio) ; 1498/9 (I.71.45) (a (...)

48Mais la préoccupation principale de l’auteur de ces additions est la mise à jour de certaines sources ou de leurs références. Un soin tout particulier a été apporté à l’actualité des sources normatives. De récentes ordonnances de Charles VIII avaient été mentionnées dans le texte primitif ; quelques actes de son successeur apparaissent dans les additions, à commencer par la grande ordonnance sur la justice de mars 1498/9 citée au moins six fois72. S’agissant des arrêts du parlement de Toulouse, le souci de précision est le même. Une addition donne la date de l’arrêt sur les francs-fiefs concernant Toulouse (23 décembre 1495) dont seule l’instance avait été initialement évoquée ; on décompte ensuite trois ou quatre arrêts pour la période 1499-1503 (auxquels s’ajoutent trois arrêts du parlement de Bordeaux) et neuf arrêts datés des années 1506-1514 correspondant à la période où Guillaume Benoît exerçait la charge de conseiller. Au total, si l’on ajoute à ces références trois mentions de procès en instance, deux d’arrêts non datés ainsi que deux actes du pape Léon X, on obtient le chiffre d’environ 33 additions destinées à actualiser les sources normatives73.

  • 74 L’insertion, sur plus de quatre folios, de larges extraits du De laudibus et triumphis trium lilior (...)
  • 75 Pour le détail des références aux œuvres contemporaines de l’auteur, voir n. 65.

49Enfin, de nombreux compléments sont destinés à introduire de nouvelles références à des sources « littéraires » contemporaines ou tout récemment publiées. C’est ainsi qu’apparaissent pour la première fois dans les additions : les poèmes de Baptiste Spagnuoli, dit le Mantouan (Paris, 1494) ; les œuvres d’Étienne Aufréri (Lyon, 1512 et 1513) ; le traité de Jean Ferrault (Lyon, ca. 1512) et celui de Jean Louis Vivald (Saluces, 1507 ; Lyon, 1508)74 ; les lettres de Matteo Bosso (1492-1498-1502) ou les consultations de Philippe Dèce (Venise, 1508). L’impression d’œuvres jusqu’alors connues en manuscrit est à l’origine de l’ajout de nouvelles références (tel est le cas pour le Compendium de Gaguin)75. Cette catégorie d’additions comprend environ 130 références (dont 94 aux œuvres d’Aufréri). Il faut leur adjoindre les mentions que représentent les références au registre des ordonnances précité et qui se rapportent sans doute davantage à un recueil « littéraire » qu’à un document d’archives (36).

50Les compléments restants (422 – 207 = 215) sont de simples suppléments au texte.

  • 76 23 juin 1495, consultation de Guillaume Benoît en faveur d’Antoine de Luzech prétendant au siège ép (...)

51Ainsi a-t-on travaillé à enrichir la première rédaction de la Repetitio et cela, si l’on se fonde sur les additions comportant une indication de date, dès 1495 et jusqu’en 151576. Qui a effectué ce travail et dans quelle but ?

  • 77 Il arrive même que, dans une addition [main], Benoît renvoie à une autre des ses propres additions  (...)
  • 78 Mentions telles que hoc anno, anno prœsenti, etc.
  • 79 I.4.38 et I.4.39 [mains]. Il faut leur ajouter quatre additions supplémentaires au proœmium de l’au (...)
  • 80 Voir p. 148.

52La réponse à la première de ces questions paraît de prime abord évidente : c’est l’auteur lui-même qui a souhaité compléter son texte. L’emploi de la première personne est fréquent77 ; la présentation des indications chronologiques (1495-1515)78 suggère des insertions progressives. La lecture de l’édition princeps (1523) enfin semble enlever tout doute sur le sujet puisque la Repetitio est publiée, à en croire la page de titre, cum additionibus ejusdem autoris. Certes, les deux éditions suivantes (1527 et 1529/30) annoncent de « nouvelles additions » effectivement signalées en marge par la mention ADDITIO ; mais, à l’examen, seules deux d’entre elles (sur 15) sont véritablement « nouvelles »79. Les éditions suivantes n’apportent pas de modification sensible au corpus décrit plus haut80.

  • 81 Le mélange de la première et de la troisième personne se rencontre par exemple chez Chasseneuz (exe (...)
  • 82 I.77.116 et II.7.27 [mains] ; I.17.86 [main] ; I.104.126 [main] : et ita credo dominum meum hic int (...)

53Toutefois, Guillaume Benoît ne peut être considéré comme le seul auteur de ces compléments. En effet, alors que l’usage de la première personne est habituel chez lui, dans le texte comme dans les additions (dixi/dicam, loquor/loquimur, videmus/videbimus, etc.), la troisième personne (dixit, decidit, concludit, etc.) apparaît dans un certain nombre des seules additions. On pourrait hésiter à en tenir compte81 si maintes formules, telles que iste doctor, per hunc doctorem, dominas meus82, n’étaient pas encore plus explicites.

  • 83 2eépître. p. 7-8.

54Qui s’exprime ainsi ? On pourrait penser que le « réviseur » de la Repetitio en vue de l’impression posthume de 1523 n’est autre que Claude Feydeau, l’auteur des deux épîtres liminaires adressées à Guillaume Benoît et à son fils en 1520. Mais son rôle se borne, en réalité, à désigner le véritable éditeur : Talabard Benoît. Feydeau n’affirme-t-il pas en effet que Guillaume continuera de dispenser éternellement son enseignement grâce à l’édition de la Repetitio que Talabard a entourée de tous ses soins et de son travail, testimonium gestorum suorum ac suœ ingentis prudentiœ ? La Repetitio, précise-t-il, a été en effet revisa, elimata et polita par ses soins (quoiqu’on ne saurait rien y ajouter quo perfectior esse queat83 !).

  • 84 Quelques exemples dans les deux sens. I.11.23 [main] : 1523, dixit ; 1582, dixi. – I.88.226 [main]  (...)
  • 85 Par exemple F. Collard, 1996 (a), p. 291 note la difficulté de démontrer que Robert Gaguin est le s (...)

55La double origine des additions – le mélange, surtout, de la première et de la troisième personne – a, semble-t-il, gêné les éditeurs ultérieurs : c’est sans doute pourquoi ils ont cru devoir procéder à des corrections dans l’un ou l’autre sens dont l’absence de systématisme introduit une confusion certaine84. On peut toutefois conserver certaines certitudes. Selon toute vraisemblance, Guillaume Benoît est l’auteur : 1) de toutes les additions qui ont été considérées ci-dessus comme destinées à l’actualisation du texte, ce qui englobe toutes les (additiones) ; 2) de tous les renvois comprenant un usage clairement établi de la première personne. En l’absence de tout manuscrit, la discrimination entre les additions d’auteur et les additions d’éditeur demeure, pour toutes les autres occurrences (les renvois internes non personnalisés et les simples compléments), indécidable, comme souvent en pareil cas85.

56L’édition de 1544 vient cependant jeter une dernière lueur sur cette délicate question. Une note à l’usage du lecteur y indique en effet que « certaines additions de l’auteur qui remplissaient jusqu’alors les marges » (nonnullas additionnes ipsiusmet authoris quœ antehac margines explebant) ont été insérées dans le texte. Mais en procédant effectivement de la sorte, l’éditeur a laissé en marge toute une série d’additions, désormais signalées dans le texte par une astérisque. Faut-il considérer ces dernières comme des additions d’auteur indignes d’être intégrées au texte ou comme des additions qui n’étaient pas primitivement de l’auteur ? Rappelons ici que cette édition est la première à comprendre la troisième partie de la Repetitio ainsi que les autres œuvres de Benoît et que sa préparation a probablement donné lieu à une correction du texte, peut-être sur manuscrit. On incline donc à penser que les additions demeurées marginales dans l’édition de 1544 (au nombre de 427) sont les additions d’éditeur (pour l’essentiel des renvois internes : 364, soit 85,2 %), même si quelques contre-exemples flagrants empêchent d’accorder un plein crédit à cette hypothèse. Il convient enfin de signaler que le scrupule de l’éditeur de 1544 n’a pas été celui des éditeurs suivants qui ont introduit l’ensemble des additions dans le texte (sans pour autant faire disparaître la note liminaire au lecteur devenue pourtant incompréhensible).

3. Éditions souhaitées, éditions posthumes

  • 86 Voir plus loin, p. 156.

57Il nous faut ici répondre à la seconde question posée ci-dessus : quel but Guillaume Benoît poursuivait-il en accomplissant ce travail de complément ? Améliorer son texte, bien entendu ; le publier de son vivant, assurément aussi. Une première indication pourrait en être donnée par l’examen de la densité des additions dans les différentes parties de la Repetitio (1 re partie de la 1re partie, fol. 1-134 : 518 ; 2e partie de la 1re partie, fol. 134-235 : 202 ; 2e partie, fol. 1-145 : 50 ; 3e partie, fol. 1-19 : 41). Ces chiffres ne marqueraient-ils pas la volonté de l’auteur de compléter son texte au fil d’une révision systématique mais progressivement interrompue ? D’autres explications peuvent être avancées. L’éditeur de 1544 dit avoir négligé d’imprimer de nouvelles additions de l’auteur qui lui avaient été communiquées par ses héritiers en même temps que le contenu du troisième tome86. L’analyse du contenu offre une autre solution : le développement très important des digressions dans la première partie suscitait probablement davantage que dans le seconde, à l’exposé plus resserré autour de la matière des substitutions, l’adjonction de compléments.

  • 87 III.45 v° : Accipite igitur, clementissimi patres, suscipite, inquam, ea frontis hilaritate qua sol (...)

58Mais il est des preuves plus convaincantes. Le discours que Guillaume Benoît prononça au parlement de Bordeaux le 22 avril 1499, à l’occasion de sa réception comme conseiller dans cette Cour, révèle clairement le désir de l’auteur de la Repetitio de voir publier ce qu’il pouvait déjà considérer comme l’œuvre de sa vie. Dans sa péroraison en effet, il soumet le « Testament des canonistes » (Testamentum canonistarum), puisque tel est le nom qu’il donne alors à son commentaire, au jugement de ses collègues et il le leur dédie. Il ajoute qu’il leur est particulièrement redevable que ce « petit ouvrage » (opus hoc tenue), fort d’un si favorable soutien, puisse être ainsi publié sans crainte87. S’il ne s’agit d’un véritable projet d’impression de la Repetitio, cela y ressemble fort. Pour le moins, convenons que le commentaire (ou une première version de celui-ci) était alors achevé et susceptible, aux yeux de son auteur, de diffusion dans le public, puisqu’il pouvait faire l’objet d’une solennelle dédicace à la si « glorieuse assemblée » (cœtus tam gloriosus) bordelaise.

  • 88 Éd. 1582, p. 10-16.

59Le désir de Guillaume Benoît de publier son travail grandit après sa désignation au parlement de Toulouse. Les éditions successives de la Repetitio comportent en effet une véritable préface de l’auteur, malheureusement non datée : Proœmium domini Gulielmi Benedicti, utriusque censurœ doctoris, in suprema curia senatoris Tolosœ curia senatoris meritissimi [donc après 1503], ad scholares inclytœ universitatis Caturcensis 88. L’ancien professeur destine cette fois le fruit de son enseignement à ses étudiants et fait mine de leur adresser l’ouvrage comme s’il le livrait au public pour la première fois. Il n’a eu, avoue-t-il, d’autre ambition que de rassembler en un « bref abrégé » (brevi sub compendia !) l’enseignement de la « redoutable » (tremenda) décrétale Raynutius. « De la même manière qu’il est triste de mourir sans héritier, il apparaît ô combien déplorable aux professeurs de droit de ne rien laisser d’écrit à leurs élèves » (Sicut triste est decedere sine hœrede, ita miserrimum videtur juris professoribus discipulis suis nihil scriptum relinquere). Répugnant à s’exécuter (cum nihil habentis inutilis sit donatio) mais vaincu par les raisons de ses élèves, il entreprend donc le commentaire de la fameuse décrétale qu’il conduira jusqu’à son terme aussi vite que possible (adfinem usque quam citius potero perducam). La rapidité d’exécution n’est pas sans inconvénient, laisse-t-il entendre, mais le mérite de l’editio soluta qui en résulte est que la rusticité de la langue le préserve du soupçon de mensonge ; il semble également s’excuser plus loin du style parlé, reflet de l’enseignement oral dont est issue la Repetitio. À ce propos, Benoît ne donne pas à son « opuscule » le titre qui lui est resté mais, comme dans le discours de 1499, celui de Testamentum canonistarum – « le testament à l’usage des canonistes » ? – qu’il dit cette fois avoir été donné par ses étudiants (per vos jam baptizatuni).

  • 89 En dépit de veilles incessantes (ibid., p. 11 et 1reépître de Claude Feydeau, p. 4-5).

60Le souci de la perfection et le manque de loisir89 ont très certainement empêché le savant professeur de faire imprimer son œuvre, qu’il retouchait encore un peu moins de deux ans avant sa disparition. Les adjonctions au texte primitif n’aident pas à déterminer une chronologie du travail de révision : les (additiones) comme les [mains] comptent des références aux dates extrêmes 1495 et 1515 ; la différence est de nature : les premières correspondant plutôt à des compléments ; les secondes plutôt à des renvois.

  • 90 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 65.

61L’impression de désordre que laisse la méthode d’exposition provient, pour une part, de ce souci permanent des additions. Découvrant de nouvelles sources ou de nouveaux auteurs, Benoît les rajoutait au texte initial sans rien modifier aux développements antérieurs. Cette pratique n’aurait sans doute pas disparu si une ou plusieurs éditions avaient paru du vivant de l’auteur. Dans les éditions successives de son commentaire sur la Coutume de Bourgogne publiées de son vivant (1reédition : 1517), Barthélemy de Chasseneuz (1480-1541) a fait lui-même de constantes additions. Comme le dit fort justement C. Dugas de La Boissonny, « cette méthode crée d’apparentes distorsions ou contradictions dans le fil de la pensée, mais cela a l’avantage, en contrepartie, de mieux faire saisir les étapes de son travail »90.

  • 91 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 180 ; mais curieuse (...)

62Un peu plus de six ans après la mort de Guillaume Benoît, le 28 janvier 1523 (n. st.), Jean Rémy achevait d’imprimer à Lyon, pour le compte du libraire Simon Vincent (privilège du Parlement pour quatre ans daté du 14 janvier 1522, n. st.), la Solennis ac perutilis repetitio c. Raynutius, Extra, de testamentis, utpote que de testamentis, ultimis voluntatibus, institutionibus, substitutionibus et hujusmodi jurium difficultatibus pertractet, juris utriusque monarche ac luminis domini Guillelmi Benedicti, Caturcensis academie regentis, consiliarii regii ac primo parlamenti Burdegalensis, deinde Tholosani senatoris meritissimi, cum additionibus ejusdem autoris, numeris ac repertorio affabre compacto. Le volume se présente comme un in-quarto compact de 463 ff. (sans l’index) imprimé en caractères gothiques sur deux colonnes ; il ne comprend que les deux premières parties91.

  • 92 Éd. 1582. p. 4-5 et 6-8.
  • 93 Suit un éloge de la famille d’Amboise à l’occasion duquel on apprend que Georges d’Amboise fut à To (...)
  • 94 Jeu de mot étymologique sur le nom de Guillaume Benoît /Benedictus.

63Cette édition, comme toutes celles qui ont suivi, s’ouvre sur deux épîtres datées de 1520 et signées d’un certain Claude Feydeau Fromenteus 92. Dans la première, adressée à feu Guillaume Benoît, il se dit parisien, bachelier en droits « lisant » à l’université de Cahors, licencié ès arts et « collégiat » du collège de Rodez. Emporté dans un éloge dithyrambique de l’illustre professeur et de l’université de Cahors, plus ancienne que celle de Toulouse ( !), il rappelle les noms de quelques-uns de ses élèves illustres (Amanieu d’Albret, Louis de Rochechouart, Guillaume-François de Clermont et Louis [II] d’Amboise)93. Et surtout, il déclare avoir lu et admiré le si remarquable ouvrage de Benoît, qui est appelé ici pour la première fois Repetitio, opus operosissimum magis divinum quam humanum, hœc efficacissima decisio et miraculosa. Fils et successeur de Guillaume dans la même chaire, élu cette année-là moderator de la ville, c’est-à-dire consul, Talabard, que Feydeau considère comme un « autre Guillaume » (alter Gulielmus), s’est chargé de le publier avec son frère unique Raymond : qu’il en soit mille fois remercié et béni94.

  • 95 Sur la famille Feydeau, voir les dictionnaires de la noblesse de Chaix d’Est-Ange (t. XVIII, p. 119 (...)
  • 96 E. Wickersheimer, 1979, t. I, p. 34.
  • 97 Parent d’Amé de Laubespin, conseiller au parlement de Toulouse, 1492-1516 (F. Vindry, 1912, p. 177) (...)
  • 98 É. Maugis, 1916, t. III. p. 141. B. Quilliet, 1986, p. 200 : un certain Guillaume Feydeau, doyen de (...)
  • 99 Claude Feydeau rend ici hommage aux autres docteurs régents de l’Université, tels que le canoniste (...)

64Dans la seconde épître, il s’adresse cette fois directement à Talabard Benoît, recteur de l’Université et consul. Il y évoque plus longuement les relations qui semblent s’être nouées entre les deux familles95. Antoine Feydeau, médecin du duc de Bourbon96 et Pierre Feydeau, son frère, trésorier du même duc, tous deux consanguinei de Claude, connaissaient les deux Benoît. L’admiration qu’ils leur portaient s’était aussi répandue apud Borbonios par l’intermédiaire du toulousain Jean de Laubespin, licencié ès droits et auditeur des comptes du duc97, lequel avait récemment épousé la fille unique d’Antoine de Villeneuve, également médecin du duc. Michel Feydeau, frère des précédents, licencié ès droits, jadis avocat au parlement de Paris, maintenant sénéchal (?) de la Marche ; Guillaume Feydeau, conseiller au parlement de Paris, négociateur et fameux canoniste98 ; Martial Feydeau, son frère, père de Claude, licencié en droit, avocat parisien promu conseiller au parlement de Rouen pour ses legationes, en particulier en Angleterre : tous ne cessaient de rappeler, entre autres gesta clarissima, la magnifique plaidoirie de Guillaume Benoît en faveur de la confirmation par l’archevêque de Bourges d’Antoine de Luzech, candidat à l’évêché de Cahors, contre le sire de Tregnac originaire de la Marche (Benoît de Jean ?) et défendu par les Feydeau. Ce sont ces éloges qui ont poussé Claude Feydeau à venir étudier à Cahors pour profiter de la présence de Talabard99. Feydeau rappelle ensuite les bienfaits dispensés par ce docteur aux étudiants que sa réputation a attirés à Cahors, tel Gérard Garini, alias de Buxo, ou bien Jean Feydeau, licencié en droit civil, fils de Michel et filleul de Claude, prosapiœ nostrœ Feydeorum spes omnis atque lilius. Mais c’est Guillaume Benoît qui continuera de dispenser éternellement son enseignement grâce à l’édition de la Repetitio que Talabard a entourée de tous ses soins et de son travail. Ces épîtres sont assorties de deux épigrammes, l’un de Jean Feydeau déjà cité, l’autre de Jacques Feydeau.

  • 100 Sur l’implantation commerciale de Simon Vincent et des Vincent à Toulouse, voir M. Lecoq-Thomassin, (...)

65L’héritage intellectuel de Guillaume Benoît, on le voit, n’a pas été conservé chez ses collègues ou amis toulousains. Il demeure à Cahors, dans sa famille et chez ces étudiants, ou ceux de son fils, à qui il avait, de son vivant, dédié la Repetitio. L’édition de ses œuvres, en revanche, est exclusivement aux mains des libraires Vincent, à Lyon100.

  • 101 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 233 ; par S. von Gü (...)
  • 102 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 257 ; par S. von Gü (...)
  • 103 Voir plus haut, p. 150.

66Les deuxième et troisième éditions de la Repetitio, tout en dérivant de la première, sont très proches l’une de l’autre. Un nouveau privilège du Parlement pour quatre ans est donné à Simon Vincent le 14 janvier 1527 (n. st.), qui prélude à une impression par les soins de Sébastien Gryphe datée, à l’explicit, de 1526101, puis une autre due à Denis de Harsy datée de 1529 (à l’explicit) ou 1530 (pages de titre des deux parties)102. Les ressemblances sont nombreuses : ces éditions, toujours présentées sous format in-quarto en caractères gothiques sur deux colonnes, comprennent toutes deux 463 feuillets (sans l’index) et l’on n’y trouve toujours que les deux premières parties de la Repetitio. Le texte est certes assorti, comme l’annonce le titre, de « nouvelles » additions, mais l’examen a prouvé que seul un tout petit nombre d’entre elles pouvaient être considérées comme telles103. Ces deux éditions comportent enfin, pour la première fois, un bois gravé représentant « Guillaume Benoît enseignant » (fol. IV v°).

  • 104 Édition décrite par S. von Gültlingen, t. IV, p. 135-136 (Denis de Harsy). Sur l’équipe Fraguier (j (...)
  • 105 Talabard Benoît, décédé entre 1542 et 1546 (A. Navelle, 1992, t. II, p. 87), est peut être à l’orig (...)

67L’édition suivante, la quatrième, revêt une importance particulière quant à l’histoire de l’œuvre, comme on a l’a déjà maintes fois fait observer. La Repetitio est alors passée dans le fonds du libraire Antoine Vincent104. Or, le privilège, daté du 3 janvier 1544 (n. st.), nous apprend que ce dernier « a grant soing, estude, labeur et diligence, fraiz, mises et despens… auroit recouvert des heritiers de feu maistre Guillaume Benedicti… une partie de la Répétition du chapitre Raynutius et quelque nombre de conseilz dudict Benedicti et quelques aultres »105. Cette nouveauté est confirmée dans une épître d’Antoine Vincent à un certain Claude de Tourvéon datée du 1er janvier 1545 (n. st.). Le libraire, encouragé par ce dernier à donner une édition révisée à l’occasion de la publication de ces compléments, paraît toutefois ne s’être livré, selon son propre aveu, qu’à une relecture du texte et à une refonte de l’index. Il déclare en outre avoir repoussé, pour l’heure, l’impression de nouvelles additions de l’auteur qui lui avaient été communiquées par le même truchement.

  • 106 Voir plus haut. p. 151.
  • 107 Elle y figure à trois reprises et sera reproduite en 1552 et encore en 1562.

68Somme toute, l’édition de 1544 n’offre pas, en dépit de l’annonce, une nouvelle version du texte déjà publié, qu’elle respecte presque intégralement. Son mérite est ailleurs : il réside dans la publication de la troisième partie de la Repetitio et d’autres œuvres de Guillaume Benoît ; dans la tentative, pas toujours assurée, de distinguer les additions de l’auteur d’avec celles de son premier éditeur106 ; dans la présentation améliorée du texte par la rédaction de summœ correspondant à chaque paragraphe numéroté ; dans l’élaboration d’un nouvel index. Cette édition in-folio, imprimée pour la première fois en caractères romains sur deux colonnes, comporte aussi une gravure représentant Benoît au milieu de ses élèves différente de la précédente107.

  • 108 Édition décrite par H. Baudrier, t. V, p. 262.
  • 109 Le « Catalogue des principaux canonistes » dressé par l’abbé Lenglet Du Fresnoy que contient le Com (...)

69L’édition de 1552, exécutée par Pierre Fradin pour le même Antoine Vincent, marque la fin des efforts de révision ou de complément. Toutes les additions ont passé dans le texte et toute glose marginale a disparu. Le découpage et la distribution intérieure du volume en quatre tomes (première partie : 235 + deuxième partie : 145 + troisième partie et autres œuvres : 54 ff. + index) sont fixés pour les éditions ultérieures. Celles de Symphorien Barbier pour Jean (II) Frellon et Antoine Vincent de 1562108 et celle de Barthélemy Vincent de 1575 n’apportent aucun changement notable. Un cinquième tome contenant la continuation d’Étienne Ranchin s’ajoute au quatre précédents en 1582 ; la dernière édition de Barthélemy Vincent en 1611 se présente comme un retirage de la précédente109.

  • 110 C’est bien à son manuscrit que semble renvoyer Benoît II.128.207 : ut plene dixi supra eo in verbo (...)

70Par manque de temps et excès de scrupule, Guillaume Benoît était mort sans s’être résolu à confier l’œuvre qui lui était si chère à un imprimeur. Il laissait à son fils Talabard le soin ou plutôt la charge de publier le manuscrit d’un commentaire volumineux, inachevé et truffé d’additions110. Quel était le vrai visage du texte dont il avait sans aucun doute rêvé l’impression ? À ses yeux, il était devenu bien autre chose que la simple mise par écrit du cours professé à Cahors dans les années 1480. Le « Testament des canonistes » relevait d’une autre ambition mais, demeuré en l’état, qu’était-ce pour ses éditeurs, en dépit de proportions inouïes, sinon un exercice universitaire, une lecture, une « répétition » ?

III. Structure et esprit de la Repetitio

  • 111 Épigramme de Jacques Feydeau, éd. 1582, p. 9.

71La Repetitio in cap. Raynutius, de testamentis est le titre retenu par les éditions imprimées. Son mérite est de faire apparaître clairement la structure de l’œuvre. Le sujet est la décrétale Raynutius ; la manière dont il a été traité est la répétition. L’examen du fond et de la forme est indispensable à la compréhension intime de la Repetitio. Une fois recueillies les informations correspondant à ces différents aspects, on pourra enfin saisir l’esprit d’une œuvre-labyrinthe miroir d’une décrétale-labyrinthe111, au plan très complexe, qui ne laisse pas aisément dévoiler ses trésors. Pour surmonter ce qui nous déroute tant dans ce commentaire, il est temps désormais d’en pénétrer les arcanes.

1. La décrétale : Hœc decretalis omnibus semper tremenda

  • 112 Éd. 1582, p. 10 : Quia hœc decretalis omnibus semper tremenda visa fuit ejusque materia nobis canon (...)
  • 113 Voir en annexe le texte de la décrétale avec l’indication des passages commentés par Guillaume Beno (...)

72La subtilité du commentaire de Guillaume Benoît n’a d’égale que celle de la décrétale sur laquelle il porte. « Parce que cette décrétale a toujours paru effrayante et sa matière presque inconnue de nous autres canonistes, longtemps j’ai différé de me lancer sur cet océan avec un petit navire », avoue-t-il, avec une emphase non dépourvue de fausse modestie, au début de son proœmium 112. Qu’avait donc de si redoutable ce texte113 ?

  • 114 Selon la définition donnée par G. Fransen, 1972, p. 12.
  • 115 De testamentis et ultimis voluntatibus, Extra., 3, 26, 16.
  • 116 La seule analyse que nous connaissons est celle de F. Roumy, 1998, p. 305, que nous reprenons volon (...)

73Une décrétale, comme chacun sait, est « une lettre émanant d’un pape (ici : Innocent III, 1198-1216) répondant à une consultation ou à une demande émanant d’un évêque (ici : l’évêque de Tusculum, ancienne ville du Latium, près de Frascati), d’un dignitaire ecclésiastique ou d’un haut personnage »114. La décrétale Raynutius, ainsi désignée, comme c’est l’usage, par le premier mot de celle-ci, est tirée de la compilation établie sur l’ordre du pape Grégoire IX en 1234, au titre des testaments et des dernières volontés115. Elle permettait toutes les subtilités sur une matière très subtile, les successions et les substitutions. Cette réelle complexité ne doit pas dispenser de l’analyser116.

  • 117 P. Ourliac et J. DE Malafosse, 1968, t. III, p. 482 : La substitution dite vulgaire est une institu (...)

74L’affaire (cas us) qu’elle relate est la suivante : Raynutius avait institué dans son testament ses deux filles, Alterocha et Adjecta ; à la première, qui était pubère, Raynutius laissait, en sus de la dot qu’il lui avait donnée, une maison et un jardin ; à la seconde, impubère, tout le reste de ses biens [fin de la première partie de la Repetitio]. Mais il avait ajouté qu’Alterocha et l’enfant qu’elle attendait succéderaient à sa sœur dans le cas où cette dernière mourrait sans enfants (= substitution fidéicommissaire117). Le testateur une fois mort, les tuteurs de l’impubère la marièrent à un certain Pierre [fin de la deuxième partie de la Repetitio]. Elle en eut un fils, mais mourut finalement sans enfants ; le veuf jouit paisiblement pendant assez longtemps des biens de sa première épouse, se remaria [fin de la troisième partie de la Repetitio], conçut des fils de cette union puis décéda à son tour. Alterocha, la fille aînée (et son fils), arguant du fidéicommis, réclama alors restitution de la part de sa sœur. Raynier, le tuteur des enfants de son beau-frère, lui opposa une prescription acquisitive sur les biens en question et réclama en sus : les parts de succession de la femme (tierce) et de la mère du testateur (tierce) qui, échappant à la substitution, eussent dû revenir à la fille décédée, ainsi que la quarte dite trébellienne, qui eût dû permettre à Adjecta, comme héritière instituée au cas de fidéicommis, de retenir le quart de la succession.

75Dans un premier temps, le juge ordonna : en faveur d’Alterocha, la restitution des biens à la sœur aînée ; en faveur de Raynier, la déduction des deux tierces et de la quarte trébellienne. Le juge d’appel, en l’occurrence le cardinal dont la sentence allait être confirmée par le pape, décida en revanche que les tierces ne pouvaient être déduites qu’à concurrence de la légitime due à Alterocha ; pour le reste, il confirma pour les uns l’attribution de la quarte trébellienne et pour les autres la restitution des biens du testateur.

76La décrétale, on le constate, est riche d’enseignements sur des aspects très ardus de la technique des successions. Les principaux sont les suivants ;

  • la prescription acquisitive ne s’applique pas en cas de substitution fidéicommissaire au profit du grevé de substitution ;

  • certains statuts connaissent l’existence d’une tertia au profit de la femme et aussi de la mère ;

77et surtout :

  • la légitime et la trébellianique sont deux limites au droit de disposer par testament.

  • 118 Une part de la succession et non une part de la « quotité disponible » comme pour la trébellianique (...)
  • 119 Art. « Innocent III. Législation, les testaments », dans Dictionnaire de droit canonique, t. V, col (...)

78En matière de succession en effet, les droits de la famille et ceux de l’individu sont concurrents ; pour les concilier avait été imaginée l’institution de la « réserve » ou plutôt, dans le cas qui nous occupe, de la « légitime » sur laquelle le droit de la famille est absolu, le testateur ne pouvant aliéner qu’une partie de son patrimoine118. La décrétale pose à la fois le principe de la protection des descendants du testateur à l’égard des héritiers et, conjointement, celle des héritiers institués face aux légataires (dans le cas présent face aux substitués). Plus précisément, la décrétale Raynutius est connue pour réserver aux descendants du testateur (à la fois Alterocha et son fils et les fils du mari d’Adjecta) une quotité dite « quarte légitime » tout en admettant, au profit de l’héritier institué, la quarte dite « Falcidie » (qui permet à l’héritier institué de retenir le quart de la succession en face de légataires) ou plutôt, dans le cas présent, la quarte dite « Trébellienne » ou « trébellianique » (qui permet à l’héritier institué, en l’occurrence Adjecta, de retenir le quart de la succession au cas de fidéicommis)119.

  • 120 Même si les légistes médiévaux se montraient à l’ordinaire plutôt hostiles au cumul, comme le souli (...)

79L’idée générale est que le droit canonique, en distinguant, dans la décrétale Raynutius, les deux quartes et en admettant au bénéfice du descendant institué héritier par testament le cumul de la légitime et de la falcidie (de la trébellianique), rejoignait en ce cas les prescriptions du droit romain120.

  • 121 Cela même aboutissait à légitimer des pratiques tout à fait étrangères au droit romain (P. Ourliac (...)
  • 122 III.45 v° (ultimarum voluntatum fere inexpertes).
  • 123 Éd. 1582, p. 10 (ejus materia nobis canonistis fere incognita).
  • 124 III.45 v° (Cogitanti mihi quonam pacto canonistas… legistis successionum materia onustis œquare pos (...)

80Cette « rencontre » est d’autant plus remarquable que la matière des testaments apparaissait précisément comme l’une des principales différences existant entre les deux droits121. Mais les canonistes coulés dans le moule de l’école bartoliste se sont employés, dans ce domaine comme dans d’autres, à rapprocher les solutions du droit romain avec celles du Corpus juris canonici. Ce n’est donc pas sans une certaine exagération que Benoît prétend, dans le discours de 1499 comme dans le proœmium, que les canonistes sont « presque novices dans le domaine des dernières volontés »122 ou bien que « la décrétale leur en était presque inconnue »123. C’est pourtant la justification avouée de son entreprise, que de « hisser les canonistes au niveau des civilistes qui sont chargés de la matière des successions »124.

2. La répétition : Repetitio in cap. Raynutius, de testamentis

81Il faut maintenant s’attacher à la manière. Même si Guillaume Benoît semble s’être refusé à considérer son commentaire comme une répétition, ses éditeurs le considérèrent, non sans raison, comme tel.

  • 125 P. Ourliac et H. Gilles, 1971,p. 111.

82Qu’est ce qu’une repetitio ? C’est en principe une leçon qui permet aux étudiants d’exercer leurs talents en commentant un texte précis qui leur a été soumis. Force est de reconnaître que l’exercice prend ici des proportions considérables. Rappelons encore une fois que Benoît, au bout de quatre cents folios, ne parvient qu’à expliquer les deux premières phrases de la décrétale (c’est-à-dire dix lignes et les trois quarts de la onzième d’un texte qui en compte soixante et demi dans les éditions anciennes). Même à la fin du XVe siècle, cela semble un exploit assez exceptionnel : les « répétitions » ne comportent en général que quelques feuillets125.

  • 126 C. H. Bezemer, 1987.
  • 127 Ibid., p. 15.
  • 128 Ibid., p. 21.

83Le genre de la répétition n’a fait l’objet d’aucune étude particulière, à l’exception de celle, très fouillée, de C. Bezemer qui porte sur les répétitions de Jacques de Révigny († 1296)126. La définition qu’il donne de cette forme d’enseignement mérite d’être citée : « un cours sur une certaine loi ou un certain paragraphe du Corpus juris civilis (selon l’auteur lui-même, pareille définition peut être donnée pour les répétitions des canonistes, étant admis que les canons du Décret ou des Décrétales faisaient l’objet de répétitions) qui était donné à des moments spéciaux à côté des cours normaux, pendant lequel on étudiait de manière approfondie un sujet qui n’avait pas été ou qui avait été insuffisamment analysé pendant les cours normaux, et qui pouvait être suivi d’un débat entre le professeur et les étudiants »127. On connaît mal l’évolution du genre dans les derniers siècles du Moyen Âge, a fortiori chez les canonistes. Seule certitude : la tendance à la systématisation et à l’approfondissement qui était canalisée dans la répétition se manifeste toujours plus après le XIIIe siècle : les répétitions deviennent de plus en plus grandes et tendent à bousculer les cours normaux128.

  • 129 Turin, Bibl. nat., G-I-25, fol. 186-209 : c’était la leçon inaugurale ou principium du nouveau doct (...)
  • 130 Corpus juris canonici cum glossis diversorum, t. Il, Decretales, Lyon, 1624, col. 1181-1186.
  • 131 Repetitio… super cap. Rainutius, Pérouse, s.d. [XVe s.].
  • 132 Repetitio in c. Raynuntius, ms. Eichstätt, Universitätsbibl. 486, fol. 171-192 (K. Pennington, Hist (...)
  • 133 Repetitio super c. Raynutius, Cologne, 1488 (ibid.).
  • 134 Repetitio… super capitula Raynucii (sic), s.1.n.d. [Toulouse ?, 1479 ? : v. Pellechet, n° 1837], 11 (...)
  • 135 Éd. 1582, p. 10 note c.
  • 136 F. Roumy, 1998, p. 305 (à propos de l’adoption) : « La décrétale Raynutius, selon Andreas de Barbat (...)
  • 137 Disputatio in c. Raynutius, Bourges. 1567 et Quœstionum illustrorum liber ; ejusdem disputatio cont (...)

84La décrétale Raynutius était fréquemment choisie, semble-t-il, à Toulouse comme exercice d’école : un commentaire de Bernard de Rosier à ses débuts dans l’enseignement en a été conservé129. Il y en eut d’autres, plus célèbres. Mentionnons rapidement la glose ordinaire des Décrétales due à Bernard de Parme (XIIIe siècle) qui se montre très prolixe sur celle-ci130 pour en arriver à la période post-classique du droit canonique (1378-1500). Pierre de Ubaldis (un des frères de Balde, † après 1400)131, Paulus de Doctis/Dotti († après 1455)132 , Lanfrancus de Oriano († 1488)133 ont tour à tour laissé des répétitions sur la décrétale Raynutius. Mais la plus connue et la seule que semble connaître Benoît est la Repetitio d’André de Barbatia († 1479)134 : une note apposée au texte du proœmium indique que le maître bolonais commenta la décrétale l’année où naquit le docteur cadurcien, en 1455135 . Le texte du premier, quoique assez copieux, est bien plus bref que celui du second mais, sur certains points dernièrement mis en évidence, la continuité de la réflexion entre les deux canonistes est sensible136. Au XVIe siècle enfin, le juriste protestant François Hotman publia une brève Disputatio in c. Raynutius dans laquelle il ignore la Repetitio de son prédécesseur méridional137.

85La manière de Guillaume Benoît est particulière. S’appuyant sur ce qui a été établi jusqu’ici, on peut enfin espérer la comprendre. Mais cela ne sera possible qu’à condition de dénoncer les objectifs contradictoires de l’auteur. Car le résultat de ses efforts est un assemblage non abouti, composite, un hybride en quelque sorte.

3. Le résultat : une chimère ?

  • 138 Le développement qui suit doit beaucoup à H. Gilles, 1992, p. 71-74 (1970). dont l’exposé, quoique (...)
  • 139 À Toulouse, sur une partie seulement des Décrétales ; la décrétale Raynutius était comprise dans le (...)

86Quand Guillaume Benoît commença à enseigner à Cahors, il se conforma sans nul doute aux exigences universitaires de l’époque138. La première place dans l’enseignement était occupée par le cours magistral, destiné à bien faire connaître aux étudiants les textes essentiels. Professeur de droit canonique, Benoît lisait donc, c’est-à-dire commentait, le Corpus juris canonici et plus précisément les Décrétales. Gageons en effet que l’enseignement dit ordinaire, que l’on confiait aux enseignants titulaires tels que lui, devait porter, à Cahors comme à Toulouse, sur la collection de Grégoire IX139.

  • 140 Ibid., p. 282.
  • 141 Le programme était fixé dans des puncta taxata dont certains ont été conservés (M. Fournier, 1892, (...)

87Dans cette façon de procéder, il n’y avait pas de place pour une division par spécialités telle que nous la connaissons. Forme normale de l’enseignement depuis des siècles, la lecture présentait donc de sérieux inconvénients. Le premier était que certains docteurs pouvaient avoir la tentation de s’étendre sur un simple titre voire sur un seul canon140. C’était pour éviter cet abus qu’à Toulouse, on fixait le programme à suivre au cours de l’année ; celui-ci comportait les parties des livres que le professeur devait traiter ainsi que le temps qu’il fallait consacrer aux différents titres141. Le second inconvénient touchait davantage à la méthode même de la lecture : comme il fallait suivre l’ordre du recueil commenté, cela pouvait entraîner des développements très disparates. On s’accorde à penser que l’adoption du genre dit du « traité » et son développement dès la fin du XIIIe siècle dans les facultés de droit est une tentative de remédier à cette difficulté.

  • 142 Comme dans cet avertissement où Benoît exige l’attention de ses étudiants au vu de la difficulté de (...)
  • 143 H. Gilles, 1992, p. 74-75 (1970).
  • 144 Voir le plan des études à Padoue au XVIesiècle donné par H. Coing, 1977, t. II/1, p. 53-54. À Orléa (...)
  • 145 Voir plus haut, p. 147.

88Réexaminons la Repetitio de Guillaume Benoît à la lumière de ces précisions. Comme on l’a déjà suggéré, elle est à la fois le reflet d’un enseignement oral et le fruit d’une composition écrite. Dans quelle mesure emprunte-t-elle les caractères de l’un ou de l’autre ? Le sujet et le style renvoient invinciblement au premier aspect. Le cadre traditionnel de la lecture – chaque mot de la décrétale est commenté – a été conservé ; les formules oratoires abondent et les piques lancées aux étudiants ne sont pas rares142. Il ne s’agit pas pour autant d’une lectura au sens où on l’entendait habituellement, car celles qui ont été conservées portent sur un recueil ou au moins sur un titre : on parlera de la lecture (aujourd’hui perdue) de Bernard de Rosier sur le Sexte ou de celle de Jean Antoine de San Giorgi sur le IVe livre des Décrétales. La répétition n’étant pas autre que le commentaire d’un texte particulier, « dans ce sens on peut dire qu’une lecture n’est qu’une suite de répétitions sur les passages des livres retenus par le programme »143. Les éditeurs du manuscrit de Benoît, s’en tenant à l’aspect formel de l’œuvre qu’ils avaient entre les mains, y reconnurent, à bon droit, le texte d’une répétition, de proportions certes extraordinaires, mais une répétition tout de même. Or, le commentaire d’un seul canon pouvait difficilement, pour les raisons qui ont été dites, occuper seul le programme d’une année de cours, même si l’on constate, d’après certains exemples du XVIesiècle144, une tendance générale à développer les cours autour d’un petit nombre de textes. Tout cela pourrait plaider pour une refonte considérablement augmentée à l’écrit d’une parmi les répétitions du maître proférées lors de sa lecture ordinaire des Décrétales. Il a pourtant été montré que la lecture de la décrétale Raynutius avait pris place dans le cadre d’une année d’enseignement145.

89La seule façon de concilier ces observations contradictoires paraît la suivante. Dans la décennie 1482-1492, Guillaume Benoît a lu les décrétales du programme, tout en préparant, autour du commentaire de Raynutius, une succession d’exposés sur les testaments et les successions, qui aurait pu donner lieu à la rédaction d’un ou plutôt de plusieurs traités. Mais le professeur cadurcien a souhaité en composer la matière – et sans doute la matière exclusive – de son cours. C’est ce qu’il fit pour la première fois lors de l’année 1492-1493 (= première partie de la Repetitio) et la version écrite, sans doute assortie des compléments et des ornements nécessaires, recouperait ainsi la lecture de cette dernière version. La répétition de la décrétale Raynutius avait fini par occuper toute l’année, mais c’était parce que, sous le couvert d’une lectura traditionnelle, Benoît avait introduit dans ce cours l’embryon d’un exposé systématique. Au demeurant, de nombreux chapitres correspondent peu ou prou à de véritables traités autonomes, à preuve le copieux exposé sur les successions ab intestat inséré dans le chapitre Et uxorem nomme Adelasiam ou bien les sept tractatus ayant pour objet les différents types de substitutions introduits sous la rubrique Si absque liberis moreretur II. Il n’est pas jusqu’à l’abondance des renvois internes à l’œuvre, auxquels Benoît, en dehors des additions, à très souvent recours, qui ne laisse deviner une volonté persistante de donner à l’ensemble sa cohérence.

  • 146 III.45 v° :… quod fieri facile aliter non poterat quant si testamentum Raynutii ejusque elegantia s (...)

90On voudrait trouver une confirmation, sinon une preuve, de cette façon de procéder dans les formules dont use Guillaume Benoît lui-même dans le discours de 1499 pour expliquer son dessein ; elles demeurent malheureusement quelque peu obscures. Pour permettre aux canonistes de se hisser au niveau des civilistes en matière de successions, il jugea que « cela ne pouvait facilement se faire autrement que si l’on commentait le testament de Raynutius (et chacun de ses termes), comme on (qui ?) l’avait fait depuis longtemps dans le cours d’une lecture ordinaire, en y ajoutant ensuite des traits tirés du carquois des modernes »146.

  • 147 C. H. Bezemer, 1987, p. 21-22 (et C. M. Ridderikhoef, 1981, p. 141-147).
  • 148 J.-L. Thireau, 1985, p. 34-35.

91Les incertitudes qui pèsent sur la véritable nature du lien existant entre version orale et version écrite de la Repetitio doivent inciter à ne pas attribuer à Benoît plus que ce qui lui est dû. D’une part, la démarche du professeur cadurcien s’inscrit dans une tendance propre aux derniers siècles du Moyen Âge : des volumes traditionnels des deux Corpus juris, de moins en moins de lois ou de canons sont analysés. Comme on l’a noté, il est des indices de l’existence, au XVIe siècle, de cours annuels qui ne consistent plus qu’en l’examen de quelques lois, réduits en quelque sorte à des répétitions gigantesques147. D’autre part, grâce aux efforts déployés par les docteurs humanistes, un autre courant (qu’il ne faut peut-être pas considérer comme « contraire ») a tendu vers la systématisation de l’enseignement du droit : ce qui était alors visé était la substitution aux commentaires suivant le plan des Corpus de cours professés selon un ordre logique148. Avant de disparaître, la répétition, dans la forme hypertrophiée caractéristique du dernier état du genre, aurait donc contribué à l’introduction progressive de nouveaux modes d’enseignement. Dans ce cadre, Guillaume Benoît peut sans doute être crédité d’avoir commencé à emprunter, de très loin sans doute, une voie nouvelle.

  • 149 P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985, p. 128-131.
  • 150 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 63 (à propos de la méthode de Chasseneuz).
  • 151 J. Brejon, 1937, p. 231 (à propos de la méthode de Tiraqueau).

92Sur ses épaules pèse pourtant toujours aussi lourdement la routine de ses maîtres. Pour celui qui ouvre pour la première fois la Repetitio, la méthode traditionnelle, la méthode bartoliste éclate à chaque page. La langue et le style sentent la « barbarie fétide » du latin du Palais ; les sinuosités de la scolastique commandent le raisonnement ; les citations d’autorités parfois obscures abondent en sens contraire149. Et Guillaume Benoît n’est pas un tenant attardé de cette école. Dans la première moitié du XVIe siècle, Barthélemy de Chasseneuz († 1541) et André Tiraqueau († 1548) la représentent encore à leur façon, pour ne citer que deux auteurs dont la méthode a été étudiée avec quelque précision. « On en arrive… à une sorte de "raisonnement à tiroir" où les arguments favorables et défavorables se suivent, s’enchaînent et parfois se contredisent dans un apparent désordre »150. L’exposé répond à « une succession de divisions et de subdivisions, de limitations et de restrictions, d’ampliations et d’extensions »151. L’examen de certaines matières politiques enchâssées dans la Repetitio fournira l’occasion de donner quelques exemples de ce procédé d’exposition.

  • 152 Éd. 1582, p. 10 :… non ut sim novorum inductor, sed per diversos prolixe dictorum brevis transcript (...)
  • 153 Ibid., p. 14.

93Au demeurant, cette méthode est en quelque sorte revendiquée par Guillaume Benoît lui-même, qui s’exprime ainsi dans son proœmium : « j’ai entrepris en tremblant de lire cette décrétale, non pas dans le dessein d’introduire des nouveautés, mais dans celui de transcrire et de résumer brièvement les opinions prolixes des uns et des autres… »152. Plus loin, il justifie la rusticitas sermonis de son ouvrage par la rapidité de son élaboration, rapidité qui a pour vertu d’écarter le soupçon du factice153.

  • 154 Éd. 1582, 5e tome.
  • 155 Cum omnibus bonis ei relictis a patre : I.29.192, II.73.135 et peut-être I.104.124. – Tandem sine l (...)
  • 156 Voir le texte de la décrétale en annexe (p. 569).
  • 157 II.145.117 : Quœ omnia vobis sufficiant pro nuptias ornando et matrimonia : de quorum materia et su (...)

94Il est facile de voir dans cet esprit de labyrinthe propre à la méthode bartoliste la cause de l’inachèvement d’un commentaire conçu sur le mode du gigantisme. Quand Étienne Ranchin entreprit, à la fin du XVIe siècle, d’en terminer avec la Repetitio de Guillaume Benoît, il mena promptement son affaire en 66 folios sans s’astreindre à gloser chaque mot de la décrétale. Mais, tout en rendant hommage aux qualités de compilateur de son prédécesseur, Ranchin, dans son adresse au lecteur, soulignait avec raison – c’était la justification de sa Continuatio – que la matière principale du canon, à savoir la légitime et les deux quartes, n’avait pas été traitée154. Quelques menus indices laissent toutefois à penser que Benoît avait mené son commentaire au-delà de ce qui a été publié. Plusieurs renvois internes (17) se réfèrent en effet à des membres de phrase de la décrétale placés après Tutores impuberis, dernier groupe de mots glosé. La plupart de ces passages sont placés peu après celui-ci155 ; deux d’entre eux en revanche (Quant Adjectœ et viro suo donaverat et Quant ipsa Petro vendiderat supradicto) se lisent bien plus loin156. Mieux, la dernière phrase de la deuxième partie renvoie « au quatrième livre de ce volume »157. Qu’en penser ? L’hypothèse la plus simple est d’imaginer que Benoît avait poursuivi le commentaire de la décrétale, qu’il avait peut-être professé cette suite mais que la version écrite n’en était pas à proprement parler rédigée. On se souviendra ici que la préface de l’éditeur de 1544 laissait entendre que les héritiers du docteur cadurcien conservaient alors d’autres manuscrits de leur parent.

  • 158 On a, semble-t-il, des preuves de la mixité (occasionnelle ?) de son auditoire :… causa latius inve (...)

95La Repetitio se présente donc comme un de ces monstres fabuleux que l’on nomme chimère, un hybride composé à la fois d’un cours rédigé (et sans doute réécrit) et de la lointaine esquisse d’un traité sur les successions. Dans cette dernière perspective, celle d’une somme, la démesure est moins sensible, surtout si l’on songe à ce qu’aurait pu représenter la matière de plusieurs années de cours. Comme on va le voir à propos du plan de l’œuvre, le projet de Guillaume Benoît, à savoir réunir autour des enseignements du testament de Raynutius la science des canonistes et des civilistes158, n’était pas si déraisonnable. C’est même un des aspects qui contribuent à en faire « une des œuvres les plus originales de cette époque » (H. Gilles).

4. Un projet ambitieux

  • 159 Éd. 1582, p. 16.

96Guillaume Benoît, à la fin du proamium, donne le plan de la décrétale et annonce les matières qu’il va être amené à traiter au fil du commentaire singula verba sequendo 159. La décrétale se divise en trois parties principales (la cause soumise en appel au pape ; la sentence de l’auditeur désigné par le pape ; la confirmation de cette sentence par le pape). La première est subdivisée en cinq parties (le testament de Raynutius ; les faits apparus après la mort du testateur ; la « question » née du testament et de ce qui s’est ensuivi, avec les allégations des parties ; la sentence du juge ; l’appel des deux parties) ; la seconde en quatre (le cardinal corrige sur un point la sentence du premier juge ; la confirme sur un second ; la complète sur un troisième ; confirme le reste).

  • 160 Voir le texte de la décrétale en annexe (p. 569).

97Le commentaire de Guillaume Benoît ne dépasse guère l’étude de la première partie de la première partie, à savoir le testament de Raynutius, elle-même subdivisée en deux : l’institution (particulière et universelle) d’héritiers et la substitution160. Mais le traitement de « matières adjacentes », comme l’auteur les appelle lui-même, ont fait éclater ce cadre : la Repetitio traitera tout à la fois des successions ab intestat, du testament (formes et conditions, institution d’héritier, adition d’hérédité, suité) et des substitutions. Voici le sommaire caché de la Repetitio :

Première partie

  • Raynutius de Clera (fol. 1 -6) : le nom

  • Duas habens filias (fol. 6 v°-37) : le droit des femmes à succéder

  • Matrem insuper Cleram (fol. 37-40 v°) : puissance paternelle et testament

  • Et uxorem nomine Adelasiam (fol. 40 v°- 134) : la succession ab intestat

1. Héritiers naturels et légitimes

(a) descendants

cas particulier :
le droit des églises et des clercs aux biens des intestats (décisions)

  1. la propriété ecclésiastique

  2. droit sur les alleux

  3. droit sur les fiefs

  4. droit sur les biens emphytéotiques

  5. cas particulier du royaume de France

(b) ascendants

(c) collatéraux

2. Héritiers seulement naturels

3. Héritiers seulement légitimes

4. Héritiers par alliance

5. Le Fisc

  • In extremis positus (fol. 134 v°-138) : testament, acte de dernière extrémité

  • Condidit I (fol. 138-144) : testament, acte volontaire

  • Condidit II (fol. 144-146 v°) : testament, acte libre

  • Testamentum I (fol. 146 v°-157 v°) : les formes du testament

  • Testamentum II (fol. 157 v°-160 v°) : la révocabilité du testament

  • Testamentum III (fol. 160 v°-166 v°) : le codicille

  • Testamentum IIII (fol. 166 v°-171) : la donation à cause de mort

  • Alerochœ filiœ ultra dotem (fol. 171-172 v° } la dot

  • Dotem quam ei dederat (fol. 172v°-177v°)

  • Domum (fol. 177v°-180v°) et hortum (fol. 180v°-182) : immeuble et dépendances

  • In eodem testamentum relinquens I (fol. 182-209 v°) : l’institution d’héritier

  • In eodem testamentum relinquens II (fol. 209 v°-214 v°) : l’exhérédation

  • Adjectœ impuberi (fol. 214 v°-223) : institution de mineurs

  • Reliquit (fol. 223-229) : institution d’héritier sous condition

  • Cœtera bona (fol. 229-235 v°) : objet de l’institution

Deuxième partie

  • Adjiciens ut Alterocha (fol. 2 v°-5) : prétérition, exhérédation, institution, substitution

  • Et soboles quam gestabat in utero (fol. 5-10 v°) : substitués nés ou à naître

  • Eidem impuberi succederent (fol. 10 v°-13) : énoncé de la substitution

  • Si absque liberis moreretur I (fol. 13-16) : inutilité de cette clause

  • Si absque liberis moreretur II (fol. 16-79 v°) : les différents types de substitutions (traités)

  1. La substitution vulgaire

  2. La substitution pupillaire

  3. La substitution exemplaire

  4. La substitution bréviloque ou réciproque

  5. La substitution compendieuse

  6. La substitution fidéicommissaire

  7. Les legs et les fidéicommis particuliers

  • Mortuo itaque testatore I (fol. 80-111)

le « complet achèvement du testament » : décès du testateur et adition d’hérédité

  • Mortuo itaque testatore II (fol. 111-129 v°) : la suité et la transmission

  • Cuidam Petro tradiderunt (fol. 129 v°-145 v°) : le mariage

Troisième partie

  • Quœ filium ex eo suscipiens (fol. 2-6) : la filiation

  • Qui cum alla matrimonium contrahens (fol. 6-19) : les secondes noces

  • Tutores impuberi (fol. 19-19 v°) : la tutelle

  • 161 P. Ourliac, 1992, p. 77.
  • 162 Jugement très mesuré dans P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108-109.

98Le commentaire de Guillaume Benoît, œuvre de compilateur, n’ajouterait pas grand chose à la connaissance des décrétales ? Mais son intérêt réside précisément dans le reflet qu’il donne d’un enseignement oral, ainsi que dans les digressions dont il est émaillé et dont on se persuadera bientôt qu’elles en font tout le prix. Il se comprend mieux désormais comment l’auteur finit, en voulant tout traiter, par traiter de tout, « comme si, toujours selon l’heureuse formule de Denis Simon, il voulait faire venir tout le droit des mots du Pater »161. La Repetitio vaut donc bien mieux que sa réputation162. Sur le fond, et pour s’en tenir au seul domaine du droit canonique, il serait loisible de démontrer que Benoît eut le mérite d’avoir su tirer les conclusions de l’évolution qu’avait subie le droit de l’Église au XVe siècle. L’examen des idées politiques de l’auteur apportera d’autres réponses. Sur la forme encore, l’emploi des sources est un nouvel indice d’une originalité certaine.

IV. Sources de la Repetitio : le Droit

  • 163 É. dufour, 1864, p. 23.

99Un érudit cadurcien de la fin du XIXe siècle, un de ceux, fort rares, qui « depuis quatre siècles » ont lu Benoît, exprime à merveille son art très particulier de la digression et de la source ornementale163 :

« Je passe force sentences, définitions ou remarques, et des meilleures ; car si l’on voulait rappeler tout ce qui a du trait, de la valeur, il faudrait reproduire l’ouvrage entier – véritable mosaïque, en laquelle les opinions de l’auteur sont artistement encadrées en une foule incroyable de passages, empruntés à tous les écrits qui avaient alors paru, que leurs auteurs fussent vivants ou morts, depuis deux mille ans ou la veille, quelque fût d’ailleurs leur caractère : prophètes, théologiens, philosophes, rhéteurs, historiens sacrés et profanes, légistes, jurisconsultes, moralistes, poètes, médecins ; – démêlant, choisissant, adaptant avec une profusion excessive, mais non sans une rare dextérité, tous les morceaux se rapportant, plus ou moins directement, à ces thèses et susceptibles de les orner ».

  • 164 III.45.
  • 165 Voir, dernièrement. J. Krynen, 1988, p. 132-133.

100L’érudition de Guillaume Benoît est, il est vrai, prodigieuse ; elle ne s’applique pas au seul domaine du droit. Parmi les contemporains, cette science des sources a suscité l’admiration de Du Fau ou provoqué la raillerie de Boyssoné. Voici ce qu’écrit le premier dans l’épître qui accompagne le discours du conseiller Benoît au parlement de Bordeaux (1499) : Quicquid divini, pontificii, Cœserei, poetici, philosophici ac historici juris est, haud aliter quant legum et canonum cœterorumque jurium conditores in scrinio pectoris habere dignosceris164. L’allusion à la célèbre formule – le prince possède omnia jura in scrinio pectoris sui 165– est claire : l’érudition du nouveau conseiller est telle, selon son estimé collègue, qu’il est réputé « détenir dans sa poitrine » tout le droit, ou plutôt toutes les sources du droit. Et l’énumération qui suit le confirme : Benoît maîtrise tout aussi bien les droits divin, canonique et romain que le « droit poétique, philosophique ou historique ». Sa science, considérable, s’étend hors des limites des sources proprement juridiques, mais n’est-ce pas parce qu’il a en quelque sorte rapporté tous les champs du savoir au domaine du droit ?

  • 166 Éd. 1582. p. 14.
  • 167 Ibid., p. 15.
  • 168 Ibid., p. 16. Les références sont donc toujours précises, sauf dans le cas où une allégation vient (...)

101Bien sûr, il ne s’agit ici que d’une formule. Mais elle nous paraît s’appliquer avec beaucoup de pertinence à cet aspect de la méthode dont il est fait usage dans la Repetitio. Benoît l’évoque lui-même dans son proœmium, dans lequel il dresse un véritable tableau des sources de son œuvre :… aggredior id divino auxilio, singula verba hujus famosœ decretalis insequendo et materias adjacentes pertractando, usibusque ac moribusque hujus regni et presentis ducatus Aquitaniœ possetenus applicando (christianissiniorum regum et curiœ Franciœ ordinationibus et arrestisadductis)… Nec vetera Romanorum exterorumque prœsertim regni exempla nec Francorum historiam tacebo166 . Suit une justification très appuyée de la mise en exergue des grands hommes (de l’Antiquité) et de leurs hauts faits. Les Pères de l’Église ont bien su utiliser l’histoire des « gentils » ; les autorités du droit ont fait de même : Pariter summi pontifices in jure dicendo, quid aliud quant facta quœ contigerant narravere ? Summus etiam imperator et cœteri deinde civilis sapientiœ conditores philosophorum, poetarum, physicorum dicta retulere 167. Plus loin, le recours explicite aux autorités est pleinement assumé et revendiqué : Idcirco prœstantes dignitate viros et doctrina excellentes… referens, non tacebo a quibus voce mortua didici atque viva… Nec bene sapienti conveniret aliorum sibi attribuere ingenia et eorum tacere nomina, quia vere aliquid novi afferre non possumus quod propriunt nostrum esse possit : cum nihil majores nostri omiserint quod intactum ad hoc usque tempus permaneret168.

  • 169 P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985. p. 128 : « pour toute question ils invoquent comme les scolast (...)
  • 170 P. Ourliac, 1992. p. 79.
  • 171 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 70-71.

102Le choix et le traitement des sources dans la Repetitio correspond-il à ces déclarations ? Un des reproches les plus véhéments que les humanistes du XVIe adressèrent à leurs prédécesseurs portait précisément sur l’usage immodéré des citations169. Benoît n’échappe pas à cette critique, que formule très clairement Jean Boyssoné dans ses sarcasmes élégiaques. La surabondance ornementale des sources juridiques, que viendra souligner plus loin la statistique, est patente. « Fidèle à la méthode bartoliste, [Benoît] en a tous les travers : il cite les légistes, les canonistes, les ultramontains, beaucoup que personne ne connaît et dont l’obscurité fait tout le crédit »170. On a pu parler ainsi, pour Chasseneuz, de la construction de véritables « Tours de Babel » juridiques171. Dans ce domaine, l’originalité est ailleurs : conformément à ce qu’il a annoncé, Benoît a recours aux ordonnances royales et à la jurisprudence des parlements et, si besoin est, au droit coutumier.

  • 172 Excellente présentation dans P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 109.

103Comme le laisse également deviner le proœmium, la curiosité de Benoît s’est étendue à d’autres domaines. Les références à l’Antiquité et aux textes bibliques sont constantes. La connaissance d’auteurs contemporains, pas seulement juridiques, n’est pas rare. L’histoire surtout est pour lui, plus qu’un recueil d’exemples, un des fondements du raisonnement juridique : histoire antique, histoire du royaume et, comme on l’a déjà constaté, événements contemporains172.

104La Repetitio renferme un océan d’allégations et de citations. Dans une étude qui ne se veut pas une monographie de l’œuvre (le véritable sujet en serait alors le droit savant des successions) et où les aspects exclusivement juridiques ne seront donc pas examinés, il a paru inutile d’entrer dans certains détails. C’est pourquoi, s’agissant de l’analyse de l’origine et de la densité des auctoritates, on n’a pas procédé à la détermination des trop nombreuses références aux textes fondamentaux (Corpus juris civilis et canonici). De surcroît, les raisonnements qui suivent s’appliquent le plus souvent au nombre des auteurs et œuvres cités par Benoît et non au nombre des citations. On décompte ainsi dans l’ensemble de la Repetitio environ 282 auteurs ou œuvres différents.

1. Le Droit savant

  • 173 J.-L. Thireau, 1980, p. 136. Voir aussi P. Legendre, 1962, 149-152.
  • 174 J.-L. Thireau, 1993, p. 24.

105Les historiens du droit ont fait justice, depuis quelque temps déjà, des accusations portées à l’encontre des principaux juristes de l’École (Bartole, Balde, Paul de Castro, etc.), en particulier leur prétendue soumission aux autorités173. En revanche, le jugement porté sur leurs successeurs et épigones demeure défavorable. « C’est seulement chez les commentateurs tardifs [XVe et XVIe siècles], influencés par le nominalisme, qu’apparaît une nette propension à accorder la préférence absolue soit aux opinions des maîtres, Bartole et Balde, soit à la commune opinion soit encore, après avoir exposé les avis les plus divergents, à inviter le lecteur à choisir lui-même, justifiant ainsi les sarcasmes des humanistes »174.

  • 175 À titre de comparaison, on notera que, d’après la table des auteurs et des ouvrages cités par Chass (...)
  • 176 I.208.271 [main] : Bartolus fuit alter Pythagoras cui tanta veneratio ab auditoribus tributa est ut (...)
  • 177 I.3.25 : doctor egregius, juris civilis luminare majus.
  • 178 I.208.271 : [opinio Bartoli] in qua semper esse consuevit substantia veritatis (citation de Ludovic (...)
  • 179 I.215.16.
  • 180 III.18.263. – I.201.198. – II.98.228 et 99.253.
  • 181 II.36.43 : Ecce nobilis Baldus semper de rege Francorum laudabiliter est ubique locutus.

106Ces observations se vérifient ici. Sur un total d’environ 13600 allégations, Bartole (environ 1960 = 14,4 %) et encore davantage Balde (environ 2300 = 16,9 %) se taillent la part du lion, soit plus de 31 % des références de la Repetitio, à eux deux ; si on ajoute à ce chiffre le résultat obtenu par Panormitain (environ 4 %), on constate qu’un tiers des références de l’ouvrage renvoie à ces seuls trois auteurs (35,3 %)175 . Grande est la révérence dont fait preuve Benoît à leur égard : Bartole fut un autre Pythagore176 et le « premier astre du droit civil »177 ; son opinion recèle toujours la « substance de la vérité »178 et comme son élève Balde, il fit preuve d’une précocité remarquable179. Bien entendu, les superlatifs abondent également sur le compte du Pérugin : summus doctor, lucerna juris, seraphicus ille180 ; sa faveur supposée à l’égard du roi de France, en outre, n’est pas pour déplaire181.

  • 182 Voir les exemples fournis par L. Mayali, 1982, p. 95-103.
  • 183 II.38.58.
  • 184 I.233.44 et II.120.109.
  • 185 II.122.132.
  • 186 I.43.9 : plus fidei adhibeo in eo quod dixit legendo quam consulendo. Le respect d’une telle hiérar (...)

107Au demeurant, ces éloges n’empêchent pas certains désaccords : ils témoignent d’une forme d’argumentation ad personam coutumière aux juristes médiévaux182. Il arrive ainsi que l’opinion de Bartole soit nimis rigorosa183 et même – ô surprise – que in aliquibus erravit ou male dixit 184; quant à Balde, il se contredit parfois185 et, en dépit de son prestige, l’opinion qu’il avance dans une consultation n’a pas l’autorité qu’elle aurait eue si elle avait été prononcée au cours d’une lecture186.

  • 187 I.201.198.
  • 188 I.188.55.
  • 189 I.189.66.
  • 190 I.208.269 et II.89.133.
  • 191 I.156.85,I.189.65 et II.100.258.
  • 192 I.184.15.
  • 193 II.24.71.
  • 194 II.58.44.
  • 195 I.201.198.
  • 196 II.44.16.
  • 197 I.169.26.
  • 198 II.55.9 : omissis opinionibus quœ potius rudes intellectus gravarent quam acuerent.
  • 199 1155.11 : hanc conclusionem teneo cum singulœ aliœ sint vel ineptœ aut non verœ vel divinativœ.

108La force d’une opinion vient de l’autorité de celui qui l’a formulée. Bartole et Balde ne sont pas les seuls à la détenir : Oldrade de Pontemérite aussi le qualificatif de lucerna juris187 et Ange de Gambilonibus celui de doctor seraphicus 188. Comme Balde, Benoît considère Jean d’André comme totius juris fundamentum189. Jacques Butrigario fut totius Italiœ excellentior homo190 ; Barthélemy de Salicet, clarus doctor, familiaris veridicus ac in nullo veritatis adversator et ille noster prœceptor 191; Florient de Saint-Pierre (Florianus), summus doctor192, André de Barbatia, summus ille Barbatius193 ; François de Accoltis (Aretinus) discute un passage subtilius quam alter de mundo194. Enfin, les « modernes » Alexandre Tartagna et Jason de Mayno se voient décerner le titre de vertices legum 195. Au reste, les auteurs ainsi consacrés ne sont pas davantage que les deux grands maîtres de l’École à l’abri de toute critique. Benoît avoue ainsi que, sur un point subtil de la substitution exemplaire, Ange de Gambilonibus valde [ei] saturat intellectum196 ou que, reprenant l’opinion de Tartagna, Paul de Castro était nimium promptus in consulendo 197. Il est certaines opinions enfin qu’il vaut mieux taire, parce qu’elles alourdissent l’esprit plus qu’elles ne l’affinent198 ou bien tout simplement parce qu’elles sont ineptes199.

109L’autorité des docteurs, on le constate, est chose certaine pour Guillaume Benoît. Fort de ce principe, il parvient sans défaillir à alléguer dans sa Repetitio pas moins de 124 juristes ou œuvres juridiques différents. Parmi ceux-ci, le droit civil l’emporte largement (82, soit les deux tiers). Il ne faut pas s’en étonner : on se souvient que la matière des testaments est mixte et surtout que l’ambition du professeur cadurcien est de transmettre à ses chers élèves canonistes la science accomplie des légistes sur le sujet.

  • 200 I.5.55
  • 201 I.100.71.
  • 202 I.69.26.
  • 203 I.101.78.
  • 204 I.91.10 et II.136.45.
  • 205 II.121.120.
  • 206 Dont il semble regretter parfois la subtilité I.56.162 : Et hoc jure… utimur, postposita quorundant (...)
  • 207 I.85.194. Pierre de Belleperche fut garde des sceaux.
  • 208 II.4.26.
  • 209 I.57.180 et II.116.69.
  • 210 Auteur d’une Practica aurea, il est également cité par Benoît in arbore successionis regni Franciœ.(...)
  • 211 I.48.76 et I.219.56 (Benoît indique ici que, selon Bartole, il faut croire Faure quand il allègue u (...)
  • 212 I.69.34, I.95.19 et I.105.127 : Fuitclarœ scientiœ doctor noster Tolosanus, loci de Rapistagno a (...)
  • 213 II.24.74 : sed contrariant opinionem tenuerunt citramontani nostri quos Jason vocavit subtiles, sci (...)
  • 214 Ibid. Voir P. Ourliac, 1992, p. 87.
  • 215 La contribution des Tractatus de Terrevermeille aux réflexions de Benoît sur le droit public de la (...)
  • 216 Seule citation : I.88v°.3 (Repetitio in L.F., 2, 55). Ce juriste marseillais fut professeur à Avign (...)

110Benoît ne cite guère de glossateurs, à l’exception bien entendu d’Accurse (legum civilium glossator eximius)200 ; il connaît Bulgarus (legum doctor antiquus)201, Pillius (?)202, Placentin203, Roffredus (doctor antiquus ; practicus doctor)204 et Ubertus de Bobbio205 ; surtout, après Accurse, Azon et Odofredus. En revanche, il se réfère plus volontiers aux juristes français206 : assez peu à Pierre de Belleperche (dont il se souvient qu’il fut chancelier de Philippe le Bel)207 ou à Jacques de Révigny (de Aurelianis)208 ; bien plus souvent à Guillaume Du Breuil (styli curiœ Parlamenti scriba/transcriptor)209, à Pierre Jacobi210 et au doctor illustris Jean Faure (regnicola noster ; qui oriundus erat patriœ Engolismensis et sic de regno Franciœ)211. Il reconnaît enfin en Guillaume de Cunh, dont il sait qu’il est originaire de Rabastens, un doctor Tolosanus très apprécié212, car il est un des rares auteurs français que les docteurs italiens connaissent213. Il lui arrive ainsi d’opposer aux opinions de Bariole, Balde et d’Arétin celles des Tolosani et citramontani nostri, bien que les Italiens critiquent leur trop grande subtilité214. Pour le XVe siècle et sans parler des contemporains de Benoît, dont il sera question plus loin, on doit citer les noms du juriste nîmois Jean de Terrevermeille († ca. 1430), dont Benoît a contribué à assurer la postérité215, et celui du juriste avignonnais Jean Raynaud216.

  • 217 Dont la liste demeure incomplète. Les spécialistes de Chasseneuz et de Du Moulin disent que l’on ne (...)
  • 218 I.85.194 et II.28.113. Pour F. C. von Savigny, 1850, t. V, p. 401 (suivi en cela par D. Quaglioni, (...)
  • 219 I.153.60 : Dinus quare damnatus.
  • 220 II.93.182.
  • 221 I.184.15.
  • 222 Auteur d’un Repertorium super operibus Bartoli (Milan, 1481) très souvent réédité au XVIesiècle (Ly (...)
  • 223 F. C. von Savigny, 1850, t. VI, p. 324-327 et surtout Dizionario biografico degli italiani, t. 15, (...)
  • 224 Auteur de fameux et très répandus traités (de servitutibus prœdiorum et surtout de cautelis, les «  (...)

111Cela dit, Benoît mentionne bien plus fréquemment – et de loin – les commentateurs italiens217. Tout d’abord, les prédécesseurs des maîtres de l’École (XIIIe et début du XIVe siècle) : Guido da Suzarra, Jacques d’Arena ([cancellarii] officio in Francia … decoratus fuitqui fuerat doctor regens Tolosanus)218, Dinus Mugellanus219, Martino da Fano, Alberto da Gandino, Andrea Bonello ; puis Cinus de Pistoia, Riccardo Malombra (legum doctor de hœresi damnantus)220, Jacques de Belvisio, Jacques Butrigario, Oldrade de Ponte, Albéric de Rosate, Raniero da Forli, André d’Isernia, Nicolas Spinelli de Naples, Lucas de Penna et Jean de Legnano. Ensuite, Bartole, Balde (et ses frères Angelo, Nicolas et Pierre), Barthélemy de Salicet (et son oncle Richard). Après eux enfin, les bartolistes du XVe siècle : Paul de Castro, Raphaël Fulgosio, Alexandre Tartagna († 1477) bien sûr, mais aussi Jean de Platea, Raphaël de Cumes, Jean d’Imola, Florient de Saint-Pierre (sunimus doctor Florianus)221 , Ange de Gambilonibus († 1451), le feudiste Jacques Alvarottus († 1453), Antoine Mincuccius (de Pratoveteri/de Pratovecchio) († 1468)222, Jean Baptiste de Caccialupi (de San Severino) († après 1472)223 et Barthélemy Caepolla († 1477)224.

  • 225 I.43.14 : quod in meo Baldo non reperi.
  • 226 I.218.39 : De quodam alio recitat idem Bartolus quem habeo in quadam antiqua sua lectura, quœ non e (...)
  • 227 II.11.1 : mention de la publication du commentaire de Balde sur le Code avec le divinum schismatis (...)
  • 228 I.227.32 : mention de la publication des Consilia de Paul de Castro (consilium CCXXXIIII, incip. Vi (...)
  • 229 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108.
  • 230 I.159.21, I.228.43, etc. Modernes parfois accusés de trop grande subtilité (I.131.474 : Quicquid su (...)
  • 231 Auteur d’un commentaire sur les Institutes imprimé en 1483 et à Venise en 1484.
  • 232 Cité I.126.408 pour son De syndicatu imprimé à Naples en 1472.
  • 233 Cité I.31.207 pour sa Repetitio sur le c. Quamvis, de pactis [Sextus, 1, 18.2] imprimée à Toulouse (...)
  • 234 Plus romaniste que canoniste, il est l’auteur de Consilia édités dès 1482 (P. Ourliac et H. Gilles,(...)
  • 235 Fils du canoniste Marianus Socinus, ami de Politien (ibid., p. 67). Cité II.24.72.
  • 236 Abondamment cité, il semble avoir été connu et assimilé de Benoît très peu de temps avant l’écritur (...)
  • 237 Lancelot n’est allégué qu’une fois (I.31.217). Philippe six fois, dont cinq citations de ses Consil (...)
  • 238 Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 131. Mention d’une édition imprimée I.158.17 : decisio CXXVI (...)
  • 239 I.215.4 ; II.115.61 ; II.117.74 ; II.138.63. Sur cet auteur, voir p. 468 et n. 113.
  • 240 Barthélemy de Chasseneuz ne le découvre qu’en 1531, à la faveur de l’édition de ses conseils (C. Du (...)
  • 241 II.36.45 [main] : De quo habemus nunc clarius hoc decisum per Joannem Ferraldum, procuratorem fisci (...)

112Pour connaître tous ces auteurs, il faut pouvoir consulter leurs œuvres et y renvoyer. Guillaume Benoît, qui n’a sans doute pas moins que d’autres négligé de recourir aux dictionnaires et répertoires, évoque parfois les livres qu’il détient en propre (« son » Balde par exemple225) et nous révèle qu’il utilise des éditions récemment imprimées de différents docteurs comme Bartole226, Balde227 ou Paul de Castro228. Mais son goût pour une information « actualisée » va plus loin. C’est vraisemblablement lors d’un séjour parisien, comme on l’a suggéré229, qu’il a pu avoir accès à la toute dernière production des juristes italiens, les moderni, au nombre desquels figurent par exemple Alexandre (Tartagna) et Jason (de Mayno)230. Parmi les auteurs « contemporains » (qui sont compris ici comme ceux qui étaient vivants au moment où Guillaume Benoît a commencé d’enseigner à Cahors et donc de lire la décrétale, c’est-à-dire en 1482), on rencontre, outre les peu connus Christophorus Porcus231, Paris de Puteo († 1493)232 et Giorgio Natta († 1495)233, les grands noms de la discipline que sont alors François Accolti, dit l’Arétin († 1488)234, Barthélemy Socinus († 1507)235, Jason de Mayno († 1519)236 et même Lancelot († 1500) et Philippe († 1536) Dèce237. Du côté des Français, seules les Decisiones de Guy Pape († 1487), rédigées entre 1444 et 1461 et imprimées pour la première fois en 1490238, s’imposent avec abondance. Le Viatorium utriusque juris de Jean Berbier ne fait l’objet que de quatre citations239. Étienne Bertrand († 1517) est totalement ignoré240. Il faut enfin évoquer l’unique citation (en addition) de l’œuvre du juriste manceau Jean Ferrault, dont l’auteur de la Repetitio avait pu prendre une connaissance tardive en manuscrit et même peut-être en imprimé241.

  • 242 I.189.65.
  • 243 II.74.148.
  • 244 Pour affirmer l’existence de l’adoption, Benoît donne pour preuve le cas de Jean Calderini qui avai (...)
  • 245 I.211.19. « Au cours du XVe siècle, en France, le droit canonique représente une discipline qui est (...)

113Bien entendu, Guillaume Benoît n’aurait garde d’omettre ses collègues canonistes et leurs œuvres qu’il cite en nombre, mais dans une mesure inférieure aux civilistes (40). L’énumération commence avec les grands noms du XIIIesiècle : Vincent d’Espagne, Sinibaldo Fieschi (Innocent IV), Barthélemy de Brescia, Bernard de Parme (auteur de la glose ordinaire des Décrétales, Bernardus glossator noster242), Bernard de Compostelle le Jeune, Henri de Suse (Hostiensis) et enfin Guillaume Durand (de consilio sapientium hujus regni in quo ipse erat 243). Viennent ensuite les principaux canonistes du siècle suivant : Jean Lemoine, Guy de Baysio (Archidiaconus), Guillaume de Montlauzun, Henri Bohic, Jean Calderini et surtout Jean d’André244, sans parler d’autres bien moins connus, tels Lapus, Paul de Liazariis ou Frédéric de Sienne. Après Balde, les docteurs de l’époque post-classique sont tous présents à l’appel : Gilles Bellemère, Antoine de Butrio, Pierre d’Ancharano, François Zabarella et, bien sûr, Nicolas de Tudeschis (Panormitain), le plus cité (537 allégations sur 13600, soit environ 4 %) ; la seconde génération est représentée par le groupe compact de leurs élèves : Dominique de San Geminiano, Ludovicus Romanus, Jean d’Anagni († 1457), Marianus Socinus († 1467), Philippe de Franchis († 1471), Barthélemy de Bellencinis († 1478) et André de Barbatia († 1479). On leur adjoindra Jean Milis, auteur du Repertorium juris, dictionnaire encyclopédique composé entre 1430 et 1440 et, peut-être, le français Hélie Régnier245.

  • 246 II.51.31 : Petrus de Ancharano consil. LXIIII sed in meo libro est consilium LXVII incip. Similiter (...)
  • 247 II.90.139 : videatis plene… in quadam quœstione… impressa in fine prima consiliorum partis Andreœ B (...)
  • 248 Le Repertorium (cité I.200.193), dédié à Sixte IV, a été publié pour la première fois à Rome en 148 (...)
  • 249 Cité pour ses commentaires : sur le livre IV des Décrétales, imprimé à Pavie en 1476 ; sur les Fief (...)
  • 250 Sa lecture sur les Décrétales (Venise, 1489-1497. d’après K. Pennington, cité à la note précédente) (...)
  • 251 I.223.91 : qui pulchre loquitur.
  • 252 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 128-129. Benoît fait en effet la différence entre les antiquœ dec (...)
  • 253 Ibid., p. 134-135. Voir I.86.204.
  • 254 Ibid., p. 106-107 n. 130.
  • 255 Première approche dans P. Ourliac et H. GILLES, 1971, p. 130. Pour le détail de sa vie et de ses œu (...)
  • 256 Trois citations : I.78.132 ; II.64.33 ; II.66.47. Sur cet auteur et les multiples éditions de son œ (...)

114Benoît, toujours soucieux de son information, donne quelques précisions sur certains ouvrages de canonistes qu’il détient ou dont il a consulté l’impression, par exemple les Consilia de Pierre d’Ancharano246 et ceux d’André de Barbatia247. Surtout, comme il s’en était préoccupé en matière de droit civil, il a su tirer son miel de la lecture des tous récents auteurs. On remarque qu’il connaît le Repertorium utriusque juris de Jean Bertachini († fin XVe – début XVIe siècle)248, dictionnaire plus récent que celui de Jean Milis, mais surtout qu’il semble déjà familier des grands canonistes de la fin du siècle, Jean Antoine de San Giorgi (Præpositus) († 1509), également feudiste249, et plus encore de Felino Sandei († 1503)250, qu’il cite abondamment251. Attentif à la jurisprudence romaine, Benoît se réfère aux Decisiones Rotœ pour lesquelles il utilise peut-être l’édition refondue que procura Jean François de Pavinis en 1474252 ; non moins intéressé par la pratique administrative de la bureaucratie pontificale, il cite également les règles de chancellerie de Paul II et d’Innocent VIII, et sans doute la glose d’Alphonse de Soto sur ces dernières253. Quid des Français ? On a déjà relevé le délaissement du droit canonique à cette époque. De l’enseignement dispensé à la faculté de Décret de Paris, il ne subsiste que le cours de Cosme Guymier († 1503)254, dont la célèbre glose de la Pragmatique Sanction de Bourges, imprimée pour la première fois à Paris en 1486, est largement utilisée par notre professeur. À Toulouse, seul Étienne Aufréri († 1511), contemporain et collègue de Guillaume Benoît au Parlement, peut prétendre à quelque notoriété. Ses écrits de canoniste (mais dans une moindre mesure que ses travaux d’arrêtiste) ont été connus de l’auteur de la Repetitio, à savoir l’édition commentée et complétée des Decisiones capelle Tholosane (Lyon, 1503) et davantage la répétition sur la Clémentine Ut clericorum (Lyon, 1512)255. Pour être complet il faut ajouter que Benoît connaît aussi les Casus in quibus judex secularis potest manus in personas clericorum sine metu excommunicationis imponere du premier président Bernard Lauret († 1495)256.

  • 257 BMT, ms. 589, fol. 2v°-3.
  • 258 Imerius, Hugolinus, Placentinus, Martinus, Jean Bassien, Azon, Accurse, Odofredus, Jacques de Révig (...)
  • 259 Innocent IV, Bernard de Parme, Geoffroy de Trani, Henri de Suse, Gui de Baysio, Jean Lemoine, Le Co (...)
  • 260 Trente ans plus tard, dans une liste des grands juristes français (26 noms) insérée par Chasseneuz (...)

115Le 15 janvier 1499, dans le discours introductif à la répétition que fit Guillaume Benoît sur la première décrétale du titre De electione et electi potestate (Extra., 1, 6), le professeur rendit hommage aux maîtres de l’École, donnant lui-même, en quelque sorte, la table des auteurs utilisés dans son oeuvre257. Sa liste comporte tout d’abord, dans l’ordre chronologique, tous les grands légistes258 et canonistes259. Elle donne aussi les noms de toute une série de juristes méridionaux, classés à part : Jacques de Arena, de Maguelonne ; Jean Faure, d’Angoulême ; Guillaume Durand, de Mende ; Pierre Jacobi, de Narbonne ; Jean Capreoli, de Rodez ; Eustache Poeta et Guillaume de Cunh, de Toulouse ; Bonald, de Périgueux ; Pierre Auriol, Gredonensis ; de Sabanac, de Clusel et de Montlauzun, de Cahors et de Toulouse ; leur sont adjoints un « Français », Jacques de Révigny et un « Breton », Henri Bohic. Enfin trois auteurs « encore vivants » méritent une citation et le choix qui a en été fait est significatif : il s’agit de Jason, de Felinus et de Cosme Guymier. Lorsque l’on aura à examiner, à maintes reprises, la manière dont Benoît utilise la glose de la Pragmatique, on se souviendra que le canoniste parisien passait sans doute, aux yeux de son collègue toulousain, pour le plus grand juriste français vivant260.

*

  • 261 C’est encore la règle à laquelle obéit Chasseneuz (C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 69).
  • 262 I.184.15 et I.194.136. Autres formules : II.105.319 (d’après Bartole), II.127.190, II.141.84 (d’apr (...)
  • 263 II.44.14 : Et hœc est communis opinio in qua omnes unanimiter conveniunt excepto Jasone … sed non e (...)
  • 264 Sur tous ces aspects, excellents développements dans P. Ourliac, 1937, p. 47-49 et 1965 repris dans (...)

116Nous ne dirons que quelques mots sur la méthode dont use Benoît pour mettre en œuvre ces innombrables sources juridiques, car elle ne paraît pas d’une grande originalité. À dire les choses rapidement, cette mise en œuvre obéit pour l’essentiel à un des principes du raisonnement de l’époque, la révérence pour la commune opinion. L’érudition que déployaient les juristes tels que le nôtre suscitait en effet une difficulté. L’autorité des docteurs, renforcée par leur nombre et leur infinie variété, confère certes au jugement une apparente sécurité mais la diversité même des opinions ne conduit-elle pas en retour à l’incertitude ? Comment trancher ? Quelle est la meilleure opinion ? Celle de Bartole et Balde (peut-être déjà celle de Jason et de Panormitain) en premier lieu, mais quid lorsque les avis des auteurs les plus éminents sont partagés ? En ce cas, les juristes de l’école bartoliste finissante estiment non seulement que la meilleure opinion est la plus vraie, mais aussi la plus probable, c’est-à-dire la plus communément approuvée. Autrement et plus clairement dit, l’opinion commune est aussi la plus probable et par conséquent la plus sûre261. C’est ce sentiment (appelé tutiorisme) que trahissent, entre autres, les formules suivantes de l’auteur de la Repetitio : in hac opinione… quievit commuais schola doctorum ou bien hœc est tutior opinio quam velut communem tenet utraque schola, scilicet legistarum et canonistarum 262. Il arrive ainsi que même un juriste de première force comme Jason, par exemple, ne puisse avoir raison, aux yeux de Benoît, contre la commune opinion263. Un tel besoin de sécurité est sans doute le signe, comme on l’a dit, d’une absence de confiance dans l’opinion propre au détriment de l’opinion des autres264.

  • 265 Une telle rapidité dans la prise de connaissance des auteurs les plus récents n’est pas l’apanage d (...)
  • 266 Pour Felinus, voir ci-dessus p. 178. Pour Jason, il n’est que de citer l’opinion d’Alciat rapportée (...)
  • 267 Ibid., p. 142. À partir du XIV’siècle, « l’idée de l’Utrumque jus le cède à la dogmatique d’un Jus (...)

117S’il y a une originalité dans les constructions proprement juridiques de Guillaume Benoît, elle ne paraît donc pas résider dans la méthode ; cette originalité se perçoit davantage dans le choix même des sources. S’agissant précisément des sources juridiques, elle est dans le soin apporté à la connaissance des plus récentes265 : le recours fréquent à Felinus et Jason, deux maîtres réputés pour la richesse de leur information, en est une preuve et peut-être la marque d’une ambition analogue à la leur266. Elle est aussi et surtout dans l’usage commun des deux droits qui se mêlent intimement sous la plume du canoniste, comme chez presque tous ceux du XVe siècle. Balde avait ouvert la voie, encourageant par son exemple les juristes à assortir leurs commentaires sur les décrétales de références au droit civil267.

  • 268 J.-L. Thireau, 1990, p. 156 et n. 18. Voir aussi J.-L. Thireau, 1993. p. 31-32 à propos de l’argume (...)
  • 269 Voir plus loin, p. 362 et suiv.
  • 270 I.61.235 allégué dans B. DE Chasseneuz, Consilia, Lyon, 1588, Cons. VIII, n° 23-28, fol. 31 (citati (...)
  • 271 Éd. 1582, p. 14 note h.

118Examinons l’autorité du droit romain chez Benoît. Elle est naturellement très forte, surtout dans la matière testamentaire où l’ascendant des légistes est avoué et reconnu. Ce n’est pas tout. Dans l’esprit, elle est renforcée, aux yeux du canoniste, par la valeur intrinsèque du jus commune, par « la raison supérieure dont il était censé porteur ». Il n’est pas inutile d’évoquer ici le témoignage de Balde, pour qui les Français ne suivaient pas le droit romain par obligation, mais au nom de la seule raison268, car un tel jugement n’est pas inconnu de Guillaume Benoît, comme on le verra269. Au XVIe siècle, Barthélemy de Chasseneuz, se préoccupant de rappeler l’absence de force contraignante du droit romain en France, alléguera l’autorité de l’auteur de la Repetitio qui avançait que jamais les lois romaines n’avaient été reçues en Gaule270. Cette opinion est à rapprocher d’un passage d’une glose du proœmium (qu’on ne peut malheureusement pas attribuer à Benoît avec certitude), où l’autorité précitée de Balde (in Cad., 7, 45,13) est explicitement invoquée à propos de la valeur d’exemple de l’histoire : Cum igitur ex qualibet historia resultet ratio aliqua sequendi aut fugiendi, judex non dicitur sequi historiam sed quia ratio ita vult, sicut Franci, qui servant rationem legis Romanœ non quia lex hoc dicat, cui non subjiciuntur… sed quia ratio sic vult, quœ non circumscribitur loco, velut a principio nata cum genere humano271. Le trait est tout à fait dans l’esprit des docteurs du XVIesiècle, lesquels, on a pu le constater, se sont à ce propos souvenus de son autorité. Cet exemple n’est pas isolé.

  • 272 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 109 et 111.
  • 273 J.-L. Thireau, 1990, p. 167-168.

119L’utilisation du droit canonique appelle également quelques remarques que nous empruntons pour l’essentiel à H. Gilles272. Le jugement selon lequel « le mérite de Guillaume Benoît a été d’avoir su tirer les conclusions de l’évolution qu’avait subie le droit de l’Église au XVe siècle et d’établir une synthèse beaucoup plus large » est bien entendu le nôtre. Encore une fois, l’originalité du professeur cadurcien est dans la manière. Car l’ambition de Benoît est de construire, à propos de la décrétale Raynutius, un exposé qui mêle non seulement les deux droits, mais également ce « nouveau droit royal qui, depuis la Pragmatique et [plus tard] sous le régime des concordats, devient une source importante du droit canonique ». Ces nouvelles sources résident dans les ordonnances et les arrêts rendus par les parlements. Ainsi apparaissent sous la plume de Guillaume Benoît quelques éléments de ce droit canonique propre à la France qui fera dire, pour le XVIe siècle, qu’« au droit canonique, droit de l’Église universelle est appelée à se substituer une législation ecclésiastique nationale promulguée par l’État, un véritable droit ecclésiastique français »273.

2. Le « Droit du royaume »

120À côté des canonistes et des romanistes qui demeurent à leur rang, Benoît a fait une place au nouveau « droit royal », un droit qui ne s’applique pas au seul domaine des affaires de l’Église. De quoi s’agit-il exactement ?

  • 274 A. Rigaudière, 1990, p. 46-48.

121Ce droit est tout d’abord celui des ordonnances. La Repetitio compte ainsi près de 105 mentions d’actes royaux. Les occasions de leur allégation correspondent assez bien aux domaines d’application de la législation royale pendant les trois derniers siècles du Moyen Âge, c’est-à-dire l’organisation de la justice, de la procédure, de l’administration, de la police, de l’armée, des finances et de la fiscalité, en un mot, pour reprendre la formule d’A. Rigaudière : « le droit public entendu dans son sens le plus large »274. Comme on l’a déjà noté, il faut adjoindre à ces différents secteurs les questions ecclésiastiques.

  • 275 Comme l’a fait justement remarquer G. Giordanengo, 1989, p. 303.

122Un essai de périodisation par règnes de ces textes donne un résultat contrasté. Les articles mentionnés proviennent d’ordonnances promulguées sous saint Louis (9 citations), Philippe le Hardi (1), Philippe le Bel (20), Philippe de Valois (2), Charles V (3), Charles VI (8), Charles VII (16), Louis XI (11), Charles VIII (18) et Louis XII (10). Un premier mouvement fait considérer à part les textes imputés à saint Louis et Philippe le Bel, qui doivent, pour l’essentiel, leur faveur à la « destinée éclatante » des ordonnances de réformation de 1254 et de 1303, la seconde ayant assuré le relais de la première275. On pourrait dès alors conclure à une mise en relief de l’activité législatrice des Valois et spécialement des derniers représentants de la lignée. L’interprétation des données quantitatives ne saurait cependant déboucher sur quelque autre considération avant que ne soient déterminées la ou plutôt les sources de la connaissance des actes royaux par Benoît.

  • 276 J. Brejon, 1937, p. 99.
  • 277 G. Giordanengo, 1989, p. 305-307.
  • 278 P. Contamine, 1995, p. 205-209.

123Le nombre des citations est surprenant. J. Brejon a constaté, par exemple, que l’œuvre de Tiraqueau, en plein XVIe siècle, faisait « une part très réduite au droit émané du prince »276. Benoît, quant à lui, est attaché aux textes législatifs dans la mesure où il dispose de sources particulièrement prolixes. L’existence de recueils d’ordonnances est un fait nouveau de l’époque. Il est bien connu que dans la France médiévale, les lois du roi n’avaient guère suscité de compilations équivalentes à celles qui furent établies en Sicile ou dans la péninsule ibérique. On ne rencontre guère leur transcription que dans les archives des administrations royales (parlements, chambre des comptes, bailliages et sénéchaussées)277. Au début du XVIe siècle pourtant, comme l’a récemment montré P. Contamine, des instruments de travail furent élaborés au sein des institutions judiciaires afin de permettre « une consultation plus aisée et plus précise de ces textes ». Les instruments aboutissaient parfois à de véritables livres, destinés à des bibliothèques tant privées que publiques ; les exemples donnés par l’auteur précité sont très explicites278.

  • 279 (additiones) I.12.38 ; I.13.48 ; I.13.50 ; I.14.51 ; I.45.41 ; I.60.219 ; I.62.241 ; I.62.247 ; I.6 (...)
  • 280 Se reporter aux analyses d’André Viala sur la « vérification des lettres patentes du roi » (1953, t (...)
  • 281 Voir A. Viala, loc. cit. et t. I, p. 11-13 (présentation des sources utilisées par l’auteur dans le (...)

124Il semble que Benoît ait puisé à ces deux types de sources. Collection officielle du Parlement et recueil privé fournissent respectivement 36 et 41 références explicites, souvent pour les mêmes textes. L’observation attentive du mode de citation rend toutefois les choses quelque peu obscures. Dans le texte de la rédaction primitive de la Repetitio, nulle indication n’accompagne la mention des ordonnances. En revanche, par le biais des additions, 36 références à un registre d’enregistrement ont ensuite été signalées279. Le décalage chronologique est troublant, mais on pourrait imaginer que le conseiller au Parlement songea à préciser l’origine de certaines de ses citations à une époque où la proximité des archives lui donnait tout loisir de le faire, c’est-à-dire après 1503. Mais une autre question se pose : à quels documents faut-il rapporter ces citations ? Lorsque le parlement de Toulouse fut établi, on entreprit de tenir des volumes d’enregistrement, de telle sorte que deux volumes, aujourd’hui cotés B 1899 (années 1444 à 1481) et B 1900 (1481 à 1516), étaient déjà consultables au temps de Guillaume Benoît280. Or, notre conseiller vise à chaque référence un liber ordinationum regiarum camerœ inquestarum Parlamenti. Cet intitulé étrange ne peut désigner les registres aujourd’hui conservés : les références aux folios ne correspondent à aucune de ceux des deux registres conservés ; de nombreux actes, tels ceux de saint Louis ou Philippe le Bel, ne sauraient figurer dans les volumes d’enregistrement de la Cour. Benoît renvoyait-il ainsi à une collection propre à la Chambre des Enquêtes et aujourd’hui perdue ? Il n’est pas interdit de le penser, mais le fait qu’on ne trouve trace nulle part, à notre connaissance, de l’existence de ces registres affaiblit sensiblement cette dernière hypothèse281.

  • 282 [mains] 1.5.63 ; I.11.26 ; I.13.44 ; I.13.48 et 50 ; I.14.51 ; I.62.241 et 246 ; I.68.10 ; I.69.32  (...)
  • 283 Stilus Parlamenti, arrestorum, processuum et ordinationum…. éd. Celse-Hugues Descousu, Lyon, S. Vin (...)
  • 284 Éd. Du Moulin Paris, 1551.
  • 285 P. contamine, 1995, p. 205-209.
  • 286 Ordinationes regie, 1513, fol. I.

125Pour tenter d’élucider ce mystère, il faut se pencher sur la deuxième source explicite dont use le juriste, à savoir le « Recueil des ordonnances » d’Étienne Aufréri, recueil auquel 41 citations d’actes royaux font référence282. Inconnu en manuscrit, ce recueil a été publié, pour la première fois, à Lyon en 1513, par Hugues-Celse Descousu283. Du Moulin, en l’éditant, y a apporté d’importantes modifications284. Cette collection présente bien des analogies avec certaines de celles qu’a décrites P. Contamine285. Les articles des ordonnances s’y trouvent regroupés par matières, formant ainsi une cinquantaine de chapitres. Comme dans le recueil sorti des presses de Galliot Du Pré en 1515, on remonte au temps de saint Louis, puis on emprunte aux ordonnances de Philippe le Bel, Louis le Hutin, Philippe de Valois, Jean le Bon (appelé Jean Ier), Charles V, Charles VI, Charles VII, Louis XI et Charles VIII286 ; quelques décisions des cours de Paris et de Toulouse sont également annoncées dans l’incipit de l’ouvrage. Un fait établi est que Benoît renvoie à la collection imprimée par Descousu, car il en cite précisément les têtes de chapitre. Par voie de conséquence, les emprunts du conseiller permettent d’attribuer avec certitude l’œuvre à Étienne Aufréri, dont le nom est explicitement cité dans la Repetitio alors qu’il ne l’était pas dans l’édition Descousu.

  • 287 Seule une addition portée en I.70.35 signale, par exemple, la publication de la répétition de la Cl (...)
  • 288 Pour être complet, il faut également noter que certaines ordonnances sont signalées par un numéro d (...)

126Au vu de ces indications, une nouvelle hypothèse peut être émise quant à la nature des références au « livre des ordonnances royales de la chambre des Enquêtes ». Ne s’agirait-il pas en l’occurrence du manuscrit du recueil d’Aufréri, lui-même président aux Enquêtes, recueil dont Benoît aurait eu la primeur ? Ce ne serait pas la première fois que le conseiller aurait utilisé les œuvres de son collègue avant publication287. Le tout aurait été revu à la faveur de la publication de 1513. Il faut toutefois admettre, pour conforter cette idée, que les deux collections n’étaient pas identiques car les références ne sont pas systématiquement doubles288. Seule une étude approfondie du travail d’Aufréri, qui n’a jamais été faite, permettrait de résoudre la difficulté et, de manière plus générale, de mesurer avec précision l’apport qu’il a fourni à celui de Benoît.

  • 289 I.14.59 (1470) ; I.33.247 (Paris. 1290/1) ; I.58.186 (Paris et Toulouse) ; I.58.199 (Toulouse) ; I. (...)

127Le recours aux œuvres du président aux Enquêtes est également patent dans le choix effectué par le futur conseiller dans les arrêts des cours souveraines, deuxième source du « droit royal ». Qu’en est-il de cette catégorie de citations ? Sur 71 mentions d’actes différents289, 40 se rapportent à des décisions de la Cour toulousaine (1444-1514), les 31 références restantes se répartissant comme suit : 25 renvoient à des décisions du parlement de Paris (1290/1-1477) ; 5 à des arrêts et instances du parlement de Bordeaux ; une à un arrêt de la Chambre des comptes de Paris. Les arrêts les plus récents (1486-1514) sont ceux de Toulouse ; en effet, si l’on excepte deux actes de 1463 et 1477, tous les arrêts du parlement de Paris cités remontent au plus tard à 1400.

  • 290 L’œuvre d’Aufréri renseigne, par exemple, Tiraqueau sur la jurisprudence toulousaine (J. Brejon, 19 (...)
  • 291 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 103-210 (1971). L’auteur a édité dans cet article les 74 arrêts du parlem (...)
  • 292 [mains] I.33.247 et 249 ; I.58.186 ; I.59.199 ; I.60.213 et 216 ; I.62.242 ; I.70.35 ; I.71.49 ; I. (...)
  • 293 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 104 n. 8 (1971), a donné les références fournies par Benoît aux numéros d (...)
  • 294 Voir plus haut, p. 95 et n. 93.

128Les informations reposent, comme précédemment, sur deux types de sources : la connaissance « archivistique » (les registres du Parlement) et « littéraire » (le recueil d’Étienne Aufréri290) pour les arrêts des parlements de Toulouse et de Bordeaux ; la seule, ou presque, connaissance « littéraire » pour les arrêts du parlement de Paris. En effet, comme l’avait déjà montré J.-L. Gazzaniga291, Benoît cite abondamment (28 fois)292 un « Traité des arrêts » qu’il attribue explicitement à Étienne Aufréri. Cette œuvre ne figure dans aucun manuscrit et n’a été imprimée pour la première fois qu’en 1513, par les soins du juriste Descousu, avec, entre autres le « Recueil des ordonnances » dont il a été question plus haut. Elle comprend 278 décisions des cours parisienne et toulousaine, mais les arrêts du parlement de Toulouse proprement dit commencent au numéro 204 et sont donc seulement au nombre de 74. On peut discuter de savoir si Benoît, lorsqu’il cite Aufréri, a sous les yeux un original, qui fait aujourd’hui défaut, ou l’édition de 1513, ce qui n’est pas impossible car toutes les références figurent dans des additions. Il demeure que les deux versions sont proches puisque la numérotation utilisée par Benoît est la même que celle de l’édition de 1513. Dans quelle proportion le futur conseiller a-t-il utilisé le recueil de son collègue293 ? La partie « toulousaine » a été, tout compte fait, peu sollicitée (6 références) car elle ne contient que des arrêts de la période 1444-1472. L’étroitesse de cette fourchette chronologique a d’ailleurs fait penser qu’un conseiller plus ancien que le président aux Enquêtes (Guillaume Bardin l’Aîné ?) avait pu être à l’origine de la collection qu’Aufréri mit en forme. Tous les renvois à des arrêts postérieurs à 1472 sont donc des citations « directes » de Benoît, soit 34. C’est la lecture de la partie « parisienne » du recueil imprimé par Descousu qui a servi le plus l’auteur de la Repetitio (22 citations) ; à quatre ou cinq exceptions près, toutes les mentions d’arrêts des cours parisiennes sont tirées de cette source. Il faut ajouter ici, même si Benoît n’en a tiré nul profit, que cette dernière collection a été davantage actualisée que la précédente, puisqu’on y trouve au moins un arrêt de 1498 rendu dans le cadre de l’affaire de la succession de l’évêché de Cahors294. En tout état de cause, le recueil des arrêts parisiens, sur la foi du témoignage de Benoît, doit pouvoir être attribué à Étienne Aufréri.

  • 295 I.47.56 . Voir aussi I.132.477.
  • 296 I.132.477. Voir aussi I.102.101, 112.124, 113.227.
  • 297 I.55.156. Voir aussi I.60.220,91.7, 97.44, 200.194 ; II.117.77 et 118.87.
  • 298 I.46.49. Voir aussi (sous l’influence de Masuer) I.60.220, 116.270.
  • 299 Voir p. 364.

129Enfin, Benoît n’hésite pas non plus à recourir, si besoin est, au droit coutumier. Il se réfère ainsi à certaines coutumes, peu nombreuses au demeurant : coutumes de Normandie (consuetudo Normaniœ)295, de la prévôté et vicomté de Paris (in prœpositura et vicecomitatu Parisiensi, in eorum consuetudinibus)296, du duché d’Aquitaine (consuetudo prœsentis ducatus Aquitaniœ)297 ou d’Auvergne (consuetudo Alverniœ ou Arverniœ)298. Pour être complet, il faudrait aussi évoquer cette « coutume générale du royaume » à laquelle il est souvent fait référence mais dont on se réserve d’évaluer à un autre propos la nature299.

  • 300 II.116.70.
  • 301 II.119.103.
  • 302 Il n’existe pas d’étude récente sur Jean Masuer. Se reporter à : A. Esmein, 1919, p. 807-808 ; F. O(...)
  • 303 J. Brejon, 1937, p. 104 : vir in interpretandis nostris consuetudinibus Gallicis maximus ou legum e (...)
  • 304 I.98.45.

130Surtout, Benoît emprunte beaucoup à la Practica forensis de l’auvergnat Jean Masuer. Ce dernier est l’auteur coutumier par excellence, à l’endroit duquel on ne ménage pas les superlatifs : optimus Arverniœ et pressentis regni Franciœ consuetudinarius, magnus ille consuetudinarius300, ou bien magister Johannes Masuerii, magnus Arverniœ consuetudinarius301. Sa biographie est mal connue : il naquit vers 1370 à Montferrand, fit des études de droit à Orléans puis s’installa à Riom, où il mourut en 1463. Son œuvre est plus un traité de procédure qu’un recueil de coutumes, mais on y trouve un bon exposé de celle d’Auvergne. Le genre était en faveur au XVe siècle, les sources étaient le droit romain, les commentateurs et les styles, la composition répondait à la méthode universitaire. Il n’en fallait pas davantage pour que la Practica rencontrât au XVIe siècle un succès assez considérable302. Tiraqueau, par exemple, en fait de fréquentes mentions et estime vivement son auteur dans des termes proches de l’auteur de la Repetitio303. On constate ici que le renom de l’ouvrage était déjà grand à l’époque de Benoît qui le cite pas moins de 68 fois. Cependant, là s’arrête l’intérêt du juriste toulousain pour les « coutumiers ». Seule la mention d’un Liber consuetudinum peut faire supposer la connaissance du Grand Coutumier de France de Jacques d’Ableiges304.

*

  • 305 P. Ourliac, 1992, p. 92.
  • 306 Voir, à ce propos, la conclusion de l’enquête de G. Giordanengo, 1999 sur l’utilisation des termes (...)
  • 307 Cité par J.-L. Thireau, 1990, p. 175.

131Selon Paul Ourliac, le droit commun ne représentait pas autre chose pour Guillaume Benoît que « le droit généralement accepté, celui des ordonnances royales, des coutumes ou des statuts de chaque province, enfin des règles de droit romain ou du droit canonique que l’usage a confirmés »305. Déjà, dès la fin du XIVe siècle, la liaison droit commun-ordonnances royales, peut se rencontrer306. Il est frappant de rapprocher cette conception, qui semble effectivement être celle de notre juriste de la fin du XVe siècle, avec celle que déclareront avoir du « droit français » les juristes de la seconde moitié du XVIe. Voici comment Étienne Pasquier, par exemple, énumère les éléments constitutifs de celui-ci : « Et pouvons dire qu’il [le droict dont nous usons en la France] gist en quatre parties : la premiere, es ordonnances royaulx ; la seconde despend des coustumes des diverses provinces ; la troisieme, des maximes generalles que nous avons transplantees en France, non de tout le droict des Romains, mais d’une partie d’iceluy ; la quatriesme, des arrestz de chaque Parlement »307.

  • 308 Se reporter aux considérations de C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 64-65.

132L’examen de la nature et du traitement des sources juridiques dans la Repetitio ne visait pas, on l’a dit, à définir les fondements généraux du droit chez son auteur. Il s’agissait de mettre en valeur le caractère original du travail accompli. Cette originalité rejoint celle que l’on a cru déceler dans la forme de l’ouvrage. C’est que, de la même manière que Chasseneuz a su bâtir un type de commentaire spécifique destiné à expliquer la coutume (de Bourgogne) à la lumière des deux droits308, Benoît a voulu disserter de la matière testamentaire sous un triple exposé de droit romain, de droit canonique et de « droit français ». La méthode et les sources s’adaptent au sujet qu’elles traitent.

V. Sources de la Repetitio : les Lettres

1. Les Lettres et l’Humanisme

  • 309 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 147.
  • 310 « Il y avait déjà longtemps que les auteurs d’œuvres juridiques affichaient leur ambition d’incorpo (...)

133« Le modernisme est le fait des humanistes dont se méfient instinctivement les canonistes. Ils se sentent quant à eux solidaires de la législation des Décrétales qu’ils étudient et que tant de réformateurs attaquent »309. Guillaume Benoît est fidèle à l’enseignement de l’École. L’objectif qu’il poursuit en rédigeant la Repetitio est, tout autant que ses pairs, de « conserver et de maintenir ». Le respect en tout point de la communis doctorum opinio en est à la fois la garantie et la preuve. Cela est vrai pour la matière proprement juridique, dans laquelle le professeur cadurcien a fait œuvre, en le revendiquant hautement, de compilateur310. La seule étude des sources laisse toutefois supposer que la Repetitio n’est pas que cela.

  • 311 A. Viala, 1953,t. I, p. 291 et suiv.
  • 312 Voir J. Brejon, 1937, p. 327-335 et J.-L. Thireau, 1980, p. 140-149.

134Il faut maintenant rappeler que sur 282 auteurs et ouvrages cités par Benoît, les 124 « juristes » ne l’emportent pas sur les 158 « autres ». Cherchant à établir les caractères propres aux auteurs de l’École de Toulouse, A. Viala avait mis en évidence la richesse de leur information. Avec la pré-Renaissance, dont Benoît était, selon lui, le représentant, « se manifeste chez ces savants un immense désir d’apprendre »311. Comme Tiraqueau ou Du Moulin312, mais bien avant eux, l’auteur de la Repetitio fait montre d’une grande culture, étalée avec une égale complaisance.

  • 313 III.9.41.
  • 314 I.152.45. Le poète serait-il confondu avec le toulousain L. Statius Ursulus qui fut, sous Néron, un (...)
  • 315 Tacite n’est cité que par l’intermédiaire de l’index du Commentaire de César par Raymond Marlian (I (...)
  • 316 II.135.39.
  • 317 III.13.153.

135Le style rocailleux que Benoît emprunte à l’École et au Palais ne trahit guère son excellente connaissance de la littérature latine (47 auteurs et œuvres différents). Le canoniste multiplie les mentions et citations des philosophes et des rhéteurs : Caton, Cicéron (fons eloquentiœ)313, Sénèque, Quintilien et Boèce ; des écrivains : Pline l’Ancien, Pline le Jeune, Apulée, Macrobe, Végèce et Cassiodore ; des auteurs de théâtre : Plaute, Térence et encore Sénèque pour ses Tragédies ; des poètes : Virgile, Tibulle, Horace, Ovide, Lucain, Silius Italicus, Juvénal, Martial, Claudien et le « toulousain » Stace314 ; des grammairiens : Varron, Aulu-Gelle, Festus et Servius ; des historiens surtout315 : Salluste et le Pseudo-Salluste pour son Oratio ad Cœsarem de republica, César, Tite-Live (lacteus eloquentiœ rivus)316, Suétone, Quinte-Curce, Pomponius Mela et Solin, Florus, Justin, Eutrope, Dictys de Crète (Trojani excidii vetustior historiographus)317, Orose et, toujours avec abondance, Valère-Maxime.

  • 318 Deux mots grecs apparaissent dans la Repetitio : à propos de l’otium, Benoît évoque la vertu qu’Ari (...)
  • 319 I.136.33 ; II.144.106 ; III.4.20.
  • 320 Sur le Corpus hermeticum, voir J. Berlioz, 1994, p. 60. Le Liber de VI rerum principiis également c (...)
  • 321 Diodore de Sicile, si précieux pour la connaissance de la Gaule, a été traduit du latin par Le Pogg (...)
  • 322 II.100.260.

136De même, Benoît met un point d’honneur à citer des auteurs grecs (29 auteurs et œuvres différents, mais peu de citations) qu’il connaît évidemment par la version latine de leurs œuvres318 ou par intermédiaire. Homère319, Hésiode, Ésope, Platon, Aristote, Dioscoride, Galien mais aussi Hermès Trismégiste320 sont les noms les plus remarquables. Les historiens et les géographes sont particulièrement appréciés : Hérodote, Diodore de Sicile321, Strabon, Flavius-Josèphe (excellens Judœorum historiographus)322, Plutarque et Appien.

  • 323 L’ouvrage, qui décrivait, en vers homériques, les épisodes de la vie du Christ d’après le Nouveau T (...)

137L’intérêt de Benoît pour la culture antique ne le fait évidemment pas négliger la pensée chrétienne. Sans parler de la Bible, qu’il allègue à tout propos et notamment pour ses livres historiques, il cite des auteurs antiques, les apologistes latins, tels Lactance et Fulgence ainsi que Pierre Chrysologue (Petrus Ravenatensis) ; ou grecs, tels Eusèbe de Césarée, Eudocie (pour son Homerocentona 323) et Denis l’Aréopagite ; et, bien entendu, les Pères de l’Église (au nombre de 9) : Origène, Cyprien, Basile de Césarée, Jean Chrysostome, Ambroise, Jérôme, Augustin, Grégoire le Grand et Isidore de Séville.

  • 324 I.20.105 [main] et I.64.7 (d’après Rolevinck). Voir Dictionnaire de spiritualité ascétique et mysti (...)
  • 325 II. 137.53. Jacques Legrand, né peut-être à Toulouse, est l’auteur d’un Sophilogium, manuel de mora (...)
  • 326 Summa moralis : I.2.9 (d’après Gaguin ?) ; II. 131.15, II. 135.39. Voir Dizionario biografico degli (...)

138Il n’ignore pas davantage les théologiens, moralistes et philosophes médiévaux (26 auteurs et œuvres différents) : Bède le Vénérable, saint Boniface, Jean Scot Érigène, saint Anselme de Cantorbéry, Hugues de Saint-Victor, saint Bernard de Clairvaux, Jean de Salisbury, Alain de Lille, Alexandre Neckam, Alexandre de Halès, saint Bonaventure, saint Thomas, Albert le Grand, Gilles de Rome, François de Meyronnes, Nicolas de Lyre, sainte Brigitte de Suède (dont les Révélations ont été imprimées en 1492)324, Henri de Langenstein, Barthélemy de Pise, Jacques Legrand († 1422)325, Paul de Sainte-Marie († 1435) et saint Antonin de Florence (1389-1459)326, également connu de Benoît pour ses Chroniques. La grande majorité de ces auteurs, il faut bien l’avouer, est d’un usage courant ; on notera a contrario l’absence surprenante de Guillaume d’Occam, de Marsile de Padoue ou de Jean Gerson. Mais ce n’est pas tout pour le Moyen Âge. En dehors des historiens, dont il sera traité ultérieurement, il faut encore citer, sur 17 autres noms : le médecin Arnaud de Villanova, le poète Gautier de Châtillon, diverses légendes et sommes (dont celle de Baptiste de Salis), et un certain nombre d’encyclopédies et d’encyclopédistes : le Secret des Secrets, Papias, Huguccio, Barthélemy L’Anglais et Jean de Gênes.

  • 327 J.-L. Thireau, 1980, p. 143-144.
  • 328 II. 100.260-261.
  • 329 II.96.218. L’authenticité de cette correspondance avait pourtant été contestée par Lorenzo Valla (1 (...)
  • 330 II.145.116 :… quœ si quis animadverterit, multam in hac fabula Evœ similtudinem inveniet a qua init (...)
  • 331 I.212.30 :… et si ingrata proles Redemptoris et sanctorum non moveatur, saltem gentilium exemplo in (...)
  • 332 Un seul exemple : Horace cité par la glose d’Accurse (II.100.258).

139Ces énumérations suffisent à prouver l’étendue de l’érudition de Benoît, dont la culture et les préoccupations dépassent à l’évidence le domaine du droit. Comparées aux listes dressées par C. Dugas à la lecture des œuvres de Chasseneuz ou par J.-L. Thireau à celle des œuvres de Du Moulin, elles sont loin de paraître pauvres. On pourrait presque reprendre ici ce qui a été dit sur le compte du juriste parisien, à savoir que la curiosité de Benoît, comme celle des humanistes, est universelle327. Il faut souligner toutefois que les citations tirées de la Bible, des Pères de l’Église, des théologiens et autres auteurs médiévaux ne dévoilent rien d’autre que les fondements d’une culture traditionnelle. Et la multiplication des allégations aux auteurs de l’Antiquité ne suscite pas d’emblée un commentaire d’une autre nature. Benoît se plaît toujours à rapporter, par exemple, que Platon avait eu la prescience de la venue du Christ, d’après Boèce et saint Augustin328, ou que Sénèque avait échangé une correspondance avec saint Paul, d’après saint Jérôme329. Les mondes antique et chrétien se mêlent souvent : ainsi la mauvaise nature de Pandore, évoquée d’après Hésiode, fait de l’héroïne mythologique le pendant païen d’Ève330. Sous un jour positif, l’exemple des Anciens peut toucher tous ceux que l’enseignement du Rédempteur ne parvient pas à émouvoir331. Au reste, la lecture des ouvrages de droit a dû également contribuer à la formation de la culture antique de Benoît332.

140Cela posé, le goût de l’Antiquité est le signe révélateur d’un autre sentiment. Il est incontestable que le juriste toulousain ne se contente pas de mentionner fréquemment les œuvres des Anciens. Les écrits de bon nombre d’auteurs modernes touchés par les nouvelles idées lui sont familiers. Le dernier pan de la bibliothèque imaginaire de Benoît se compose, hors historiens et juristes, d’une vingtaine d’auteurs, que l’on peut répartir entre auteurs ecclésiastiques (4) et ceux qu’il faut bien nommer « humanistes » (12).

  • 333 I.220.61. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 20, p. 136-138.
  • 334 Proœmium, p. 11 note o. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 15, p. 593-595.
  • 335 Voir p. 314 et suiv.
  • 336 I.12.29. Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 20 et 133.

141Au nombre des premiers, italiens pour la plupart, figurent : Angelo Carletti da Chivasso ou Angélus de Clavasio (1414-1495), auteur de la Summa dite angelica éditée en 1486333 ; Bernardino de Busti (ca. 1450-1513/1515), auteur d’un Mariale édité en 1492334 ; le théologien Jean Louis Vivald, dont le De laudibus et triumphis trium liliorum publié pour la première fois à Saluces en 1507 (Opus régale) fera l’objet d’une étude spéciale335 ; les auteurs enfin du célèbre Malleus maleficarum édité en 1486, à savoir les dominicains Henri Kramer et Jacques Sprenger336.

  • 337 Pour nombre d’entre eux, se reporter à B. Quilliet, 2002, index.
  • 338 II.143.102. Voir P. Ourliac, 1994, p. 150. Dernière nouvelle du Décaméron de Boccace, Griselda fut (...)
  • 339 De nobilitate : I.24.132 (Bonartisius de Montemagno, orator optimus) ; II.131.20 (Bonatumsius Pisto (...)
  • 340 II.84.59. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 14, p. 618-633. E. Beltran, 1992, p. 158 re (...)
  • 341 I.141.34. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 13, p. 640-646 et Dictionnaire des lettres (...)
  • 342 I.142.44. Une autre lettre citée par Benoît est celle qu’Æneas adressa au duc de Ferrare Borso d’Es (...)
  • 343 I.126.405, I.142.41 ; II.133.31. Sur la diffusion des œuvres du futur pape Pie II : Dictionnaire de (...)
  • 344 I.16.77. I.84.178 ; III.17.231. Marliano/Marlian fut professeur à Dole, puis (1461-1463) à Louvain, (...)

142Au nombre des seconds, on rencontre tout à la fois des auteurs prestigieux et rares. Parmi les humanistes337, Benoît se souvient tout d’abord des précurseurs du XIVe siècle et des générations suivantes. Il emprunte à François Pétrarque (1304- 1374) l’histoire de Griseldis, exemple de la soumission que les femmes doivent à leur mari338. Il connaît de Buonaccorso da Pistoia ou da Montemagno le Jeune († 1429) la Quœstio de nobilitate et cite, sans toutefois la lui attribuer, sa Réponse de Catilina à Cicéron, faux discours répondant aux Catilinaires 339. De la correspondance de Leonardo Bruni dit Aretino (ca. 1370-1444), il mentionne une lettre qui évoquait les sépultures de Cyrus, d’Alexandre et de César340 ; de celle du Pogge (1380-1459), il retient une missive envoyée au pape Nicolas V341 ; de celle enfin d’Æneas Silvius (1405-1464), poeta et orator maximus/poeta suninius, il isole un texte de 1444 adressé à Jean de Eich dans lequel la postérité a reconnu un court traité appartenant à la tradition anti-curiale, le De curialium miseriis 342. Il est vrai que l’œuvre avait rencontré une grande faveur, de même que l’Historia de duobus amantibus, Eurialus et Lucretia (1444) que Benoît allègue par trois fois343. D’une diffusion plus limitée fut l’index des Commentaires de César, œuvre imprimée dès 1477, que l’on doit au juriste et humaniste milanais Raimondo (de) Mar (ig) liano/Raymond Marlian († 1475), vir utique clarissimus et eruditissimus 344.

  • 345 II.8.30. Voir A. Renaudet, 1916, p. 149-150.
  • 346 I.6.63 [main] ; III. 12.114 [main].
  • 347 I.167.13 [main], I.176.54 [main], I.230.5 [main] ; II.6.20 (additio) ; III.8-9.34-35.
  • 348 Voir Dictionnaire de théologie chrétienne, t. IX, col. 1918-1923 ; Dictionnaire de spiritualité asc (...)
  • 349 I.11.24 [main]. Voir J. Engels, 1974, p. 10.
  • 350 Voir Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. IX, col. 1338 et Dizionario biogr (...)
  • 351 Proœmium (après 1503), p. 12 note a ; I.143.51 [main] ; I.144.63 [main] : I.216.19 [main].
  • 352 I.10.16 [main] ; I.10.18 [main] ; 1.64.5 [main] ; I.111.202 [main] ; II.64.33 [main] (même lettre q (...)

143Le plus remarquable est que Benoît semble connaître des humanistes qui lui sont exactement contemporains. Quand il rédige la Repetitio, Jean Pic de La Mirandole (1463-1494) n’est pas encore mort ; son Contra Astrologos, qui parut ensuite, en 1495, est déjà cité par notre juriste dans ce qui ne peut être qu’une addition non signalée par les éditeurs345. Benoît apprécie également les œuvres, publiées à Bologne de 1481 à 1488, de Baptiste Spagnuoli dit le Mantouan, poeta novissimus (1447-1516), tout particulièrement l’élégie Contra poetas impudice scribentes346 et les Parthenicœ Marianœ en l’honneur de Notre-Dame du Mont Carmel347. Figure méconnue de l’humanisme chrétien, le Carme mantouan exercera une profonde influence sur la poésie religieuse européenne et française ; on disait de lui qu’il avait recueilli « l’héritage des tendresses virgiliennes, purifiées par l’inspiration évangélique » (A. Renaudet)348. Deux autres Italiens de l’époque figurent aussi dans la bibliothèque du professeur cadurcien. Le premier est Rafaello Maffei/Raphael Regius Volaterranus (ca. 1440- 1520) de Bergame, professeur à Padoue puis à Venise, auteur d’un commentaire moralisé des Métamorphoses d’Ovide imprimé en 1496349. Le second, particulièrement apprécié de Benoît, est le peu connu Matteo Bosso (1428-1502). Humaniste véronais, il était chanoine régulier de la congrégation du Latran et fut peut-être le confesseur de Laurent de Médicis ; il entretint des relations avec Ange Politien et Pic de La Mirandole350. L’auteur de la Repetitio fait de longues citations de ses Lettres. De la première partie de sa correspondance, éditée en 1492 puis en 1493, il ne retient rien mais de la deuxième, qui contient 232 lettres (éd. 1498), il utilise quatre lettres351 et de la troisième, qui en comprend 100 (éd. 1502), six352. On ignore complètement quelle fut la diffusion en France des écrits de cet humaniste et il n’en est que plus surprenant de le trouver cité par un professeur de droit canonique de Cahors.

  • 353 I.11.26 (addition non signalée). Voir Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 6 (...)
  • 354 I.23.132 [main]. Das Narrenschiff a été publiée en 1494 ; la version latine (Stultifera navis) et l (...)

144S’agissant des Français, notre juriste ne cite guère que Guillaume Tardif (ca. 1440 – ca. 1500), auteur d’un Livre de Part de faulconnerie, compilé en 1492 et publié pour la première fois en 1493353. Pour être complet, il faut également signaler une citation probable de la version latine (1497) de la Nef des fous de Sébastien Brant354.

  • 355 Sur les conditions de documentation (bibliothèques, livres imprimés) à la fin du XVesiècle, voir le (...)

145L’abondance des sources citées par Benoît, mais plus encore leur actualité, retient l’attention et soulève certaines difficultés. De quels livres le juriste méridional a-t-il pu disposer ? Dans quelles bibliothèques a-t-il eu la chance de puiser ? Ces questions se posaient déjà à l’examen des sources juridiques ; la présentation des écrits humanistiques les réitère avec une acuité nouvelle dans la mesure où Benoît paraît avoir été particulièrement sensible, dans le domaine des lettres tout autant que dans celui du droit, à l’attrait de la nouveauté. Ajoutons que les conditions de la documentation ont été améliorées, pour tous les écrivains de cette génération, par les facilités offertes par l’essor de l’imprimerie355.

  • 356 M. Flodr, 1973, p. 2, 31, 86, et 294.

146Le cas des auteurs « classiques » (juristes et canonistes, auteurs antiques, auteurs médiévaux) offre peu d’intérêt dans le cadre d’une étude superficielle telle que celle-ci. Pour bon nombre d’entre eux en effet, la notoriété des œuvres rend impossible de déterminer les exemplaires utilisés tant il existe d’éditions manuscrites et/ou imprimées. La consultation du répertoire de Miroslav Flodr montre, par exemple, que la quasi-totalité des auteurs antiques cités précédemment avaient été imprimés en 1492- 1493 (pour les grecs dans une traduction latine). Florus, Horace, Juvénal, Lucain, Salluste, Sénèque, Solin, Tite-Live, Valère-Maxime et Végèce avaient connu une impression parisienne ou lyonnaise ; Aristote (ca. 1480), Caton (ca. 1488/9), Ésope (moralisé, ca. 1484) et Térence (1479) avaient même été imprimés à Toulouse356.

  • 357 Pour ce qui suit, nous empruntons beaucoup à J. Verger, 1995, p. 407-416 et 1996, p. 100-112.
  • 358 N. Bertrand, Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. 48.
  • 359 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, 1991, p. 42-55. Pour plus d’information sur d’autres bibli (...)
  • 360 D’après un inventaire publié par M.-H. Jullien de Pommerol, 1979.

147Comment ces auteurs étaient-ils connus ? Des bibliothèques « publiques » existaient auprès des universités méridionales. Maîtres et étudiants pouvaient s’y rendre pour combler les lacunes de leurs propres collections357. Malheureusement, on ne sait rien aujourd’hui d’une éventuelle bibliothèque médiévale des universités de Toulouse ou de Cahors. Les bibliothèques placées auprès des cathédrales et des collégiales pouvaient offrir leurs ressources, essentiellement en matière religieuse, au clergé de leurs établissements : la bibliothèque de Bernard de Rosier se trouvait encore à l’époque de Nicolas Bertrand dans l’église cathédrale de Toulouse358. Les bibliothèques mendiantes, dans le Midi comme ailleurs, étaient riches : à Toulouse, l’essentiel du fonds ancien de la Bibliothèque municipale en provient. Le droit n’y était certes guère représenté, mais elles abondaient en textes bibliques, exégétiques et théologiques. Cela dit, c’étaient en réalité les collèges qui possédaient, depuis longtemps, les bibliothèques les plus notables. Il suffira de mentionner l’existence à Toulouse, à l’époque de Guillaume Benoît, d’un important reliquat de la bibliothèque du pape Benoît XIII que le cardinal de Foix avait récupéré en 1429 avant de l’envoyer au collège qu’il avait fondé dans cette ville359. À Cahors, la bibliothèque du collège de Pélegry comptait plus d’une centaine de volumes à la fin du XIVe siècle360. À la lecture des inventaires de ces bibliothèques, on s’aperçoit qu’elles étaient, aux trois quarts, composées de livres de droit ; le reste, qui relevait surtout des arts libéraux et de la théologie, était fort traditionnel.

  • 361 B. Guenée, 1980, p. 178 (à propos des historiens). Étienne Bertrand était ainsi capable de rédiger (...)
  • 362 I.200.193. Sur cet ouvrage, voir plus haut, p. 177 ; sur les dictionnaires, tables et concordances (...)
  • 363 J. Berlioz, 1994, p. 91. Cela est aussi vrai pour les auteurs grecs connus dans la version latine d (...)

148Au reste, il ne faudrait pas laisser croire que tous les auteurs et titres cités, notamment dans le domaine du droit, étaient connus de première main. C’est un fait bien connu que les intellectuels du temps utilisaient les facultés d’une prodigieuse mémoire pour retrouver citations scripturaires ou juridiques361. Il n’en est pas moins vrai que, pour l’universitaire, rompu aux exercices scolaires fondés sur la parfaite connaissance des textes fondamentaux, tout aussi bien que pour le jurisconsulte, tenu de se porter garant de la validité des autorités qu’il invoque, l’exactitude des références est un devoir autant qu’une gloriole ; d’où le recours aux florilèges et aux répertoires. Dans le domaine des citations juridiques, la masse des références, provoquée par l’utilisation de certains « mots-clés », confirme ce propos. Benoît lui-même, au chapitre de la primogéniture, avoue la lecture du répertoire de Jean Bertachini au mot nepos362. De la même manière, de très nombreux florilèges existaient au Moyen Âge qui enfermaient le recueil des citations de grands auteurs363.

149Il demeure que Benoît jouissait d’une véritable connaissance, étendue et approfondie, des œuvres. La chose est évidente quand il s’agit des auteurs contemporains. On a vu que de nombreux compléments à la Repetitio introduisaient de nouvelles références à des sources « littéraires » publiées tout récemment. Sous cette rubrique figurent les poèmes de Baptiste Spagnuoli (Paris, 1494) ; les œuvres d’Étienne Aufréri (Lyon, 1512 et 1513) ; le traité de Jean Ferrault (Lyon, ca. 1512) et celui de Jean Louis Vivald (Saluces, 1507 ; Lyon, 1508) ; les lettres de Matteo Bosso (1492-1498-1502) ; les consultations de Philippe Dèce (Venise, 1508) ; le Livre de l’art de faulconnerie de Guillaume Tardif publié pour la première fois en 1493 ; le Contra astrologos de Pic de La Mirandole, paru en 1495. L’impression d’œuvres jusqu’alors connues en manuscrit était aussi à l’origine de l’ajout de nouvelles références : tel est le cas pour le Compendium de Gaguin.

  • 364 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108.
  • 365 F. Collard, 1996 (a), p. 98-100.
  • 366 E. Beltran, 1992. p. 156.

150La rencontre avec le général des Trinitaires a naturellement donné à penser que Benoît avait puisé « à pleines mains » dans la très riche bibliothèque qu’il avait réunie364. Malheureusement, la dispersion ultérieure des ouvrages rassemblés par Gaguin au couvent des Mathurins nous fait ignorer la majeure partie des volumes présents de son temps365. On en est donc réduit à des supputations. La richesse des bibliothèques parisiennes de l’époque est avérée. La mention de l’ouvrage très récent de Guillaume Tardif est peut-être un indice de l’accès à une bibliothèque particulièrement fournie en œuvres d’humanistes italiens contemporains, si l’on en juge par l’abondance des citations qu’en donne cet auteur366.

  • 367 I.72.64.
  • 368 II.90.140.
  • 369 P. Arnauldet, 1904, p. 153 ; 1910, p. 304 et 324 ; Des livres et des rois, 1992, p. 172 et p. 122-1 (...)

151Le conseiller Guillaume Benoît se rendit à Paris dans le cadre de diverses missions que lui confia le parlement de Toulouse : en 1509 (au Grand Conseil), en 1510-1511 (auprès du roi) et encore en 1515 (auprès du roi). En outre, différents souvenirs évoqués dans la Repetitio attestent la réalité de séjours septentrionaux antérieurs, sans parler de celui qui lui fit connaître Gaguin. À Saint-Denis, à une date indéterminée, Benoît dit avoir vu dans le trésor royal de l’abbaye la couronne du sacre et celle de la reine367. Surtout, à Blois, en 1507, il a vu dans la bibliothèque du roi « nouvellement érigée » par Louis XII, le manuscrit du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc368. Comme on l’a dit plus haut, il s’agit certainement de l’actuel manuscrit latin 5970 de la Bibliothèque nationale de France, exemplaire remis à Charles d’Orléans ou à Dunois et conservé dans la bibliothèque du château de Blois avant d’entrer dans la bibliothèque du roi à l’avènement de Louis XII. Cette visite de la bibliothèque de Blois, qui doit être rapprochée de la mission de Guillaume Benoît à Rouen (1507- 1508), est peut-être à l’origine de nouvelles lectures. L’utilisation du De triumpho trium liliorum de Jean Louis Vivald publié pour la première fois en 1507 (mais sans doute composé et présenté à Louis XII auparavant, peut-être dès 1502) en porterait témoignage. La lecture des inventaires de la bibliothèque royale de Blois publiés par P. Arnauldet révèle la présence d’ouvrages tels que le livre de Tardif (fr. 2003 ou Vélins impr. 1623), un Fasciculus temporum (lat. 4946), les Révélations de sainte Brigitte (lat. 3325) et les versions latine et française du traité de Jean Ferrault (lat. 4777 et fr. 5208) ; dans les imprimés : la Nef des folz du monde, version française de l’œuvre de Sébastien Brant (Rés. Vélins 607)369.

  • 370 Sur Gaguin et son milieu, S. charrier, 1996, p. 33-73. Voir aussi A. Renaudet, 1916, p. 118- 121.
  • 371 F. Collard, 1996 (a), p. 54.
  • 372 Voir p. 100.

152La nature et la qualité des liens que Benoît tissa à Paris sont d’une évaluation difficile, tant les échanges intellectuels que les milieux toulousain et parisien ont pu entretenir à cette époque sont insaisissables. Il n’est toutefois pas inutile de mettre en avant, comme on l’a déjà fait, les liens privilégiés avec d’importantes familles que suppose l’existence d’élèves du professeur cadurcien aussi illustres que Louis [II] de Rochechouart ou bien Louis [II] d’Amboise. On pourrait aussi mentionner Gui de Rochefort puisque Benoît évoque à son propos un souvenir personnel, son séjour à Nantes en octobre 1500, dans la suite du chancelier. L’allusion aux Rochefort nous ramène à Robert Gaguin et à son entourage370, car on sait qu’il fut familier avec les deux chanceliers. Parmi les personnes qui sont « culturellement proches » du Trinitaire, peu de juristes pourtant apparaissent, mis à part Thomas Basin ou Guillaume Tardif371. Les relations communes doivent être recherchées du côté de Louis de Rochechouart, l’évêque de Saintes, dont Gaguin appréciait tout particulièrement le caractère et la culture372, ou Jean d’Amboise, l’évêque de Langres. L’humaniste toulousain Jean de Pins fut aussi un correspondant de Gaguin ; après qu’il lui eut envoyé des vers, l’historien ne lui ménagea pas les compliments ni les encouragements. Il n’est pas jusqu’au poète italien Fausto Andrelini qu’il ne faille citer ici, car il enseigna un temps à Toulouse.

153Tout cela est peu de chose. Toutefois, en l’absence d’une étude approfondie sur la diffusion de l’humanisme (en particulier de l’humanisme italien) en France pour la période d’avant les guerres d’Italie, les quelques notations intéressant Toulouse que l’on peut connaître n’en prennent que plus de valeur.

  • 373 E. Beltran, 1992, p. 147-149 et 155.
  • 374 Tripertita consultacionum, Turin, Bibl nat., G-I-25, fol. 102 (avant 1435).
  • 375 P. Arabeyre, 1987 (a), t. I, p. 2, 45, 47, 51, 59, 63, 91. Le manuscrit de présentation porte une i (...)
  • 376 E. Beltran, 1992, p. 159.
  • 377 Ibid., p. 158.
  • 378 Sur le séjour d’Andrelini à Toulouse, voir P. Imbart de La Tour, 1944, t. Il, p. 353 et 356 ; A. Re (...)

154Pour E. Beltran, l’« humaniste européen » Jean Serra (ca. 1400 – ca. 1470), d’origine espagnole, est un de ceux qui ont accompli une « révolution de premier plan » en ayant réussi à introduire l’enseignement des studia humanitatis dans les universités de Montpellier (vers 1447) et de Toulouse (vers 1455-1458). Plusieurs de ses écrits ont été composées dans le contexte de ce deuxième séjour : le De contemplacione amicicie (1455) est dédié à l’archevêque Bernard de Rosier (BNF, ms. lat. 8756) ; le De agro noviter sato est l’un des témoins de son enseignement à l’université de Toulouse en 1458 ; le De institutione rethorica dialogus (ca. 1460) se voulait également destiné au prélat toulousain373. Pour qui scrute les témoignages toulousains du cheminement de l’humanisme sous les règnes de Charles VII et de Louis XI, le nom de Bernard de Rosier est essentiel. Dans ses écrits de jeunesse déjà, il citait Coluccio Salutati374. Jean Serra, on vient de le voir, lui a dédié certaines de ses œuvres. Il n’est pas le seul : on conserve un exemplaire du Semita recta ad montent salutis de l’humaniste franciscain Lorenzo Traversagni de Savone, assorti d’une dithyrambique épître dédicatoire à l’archevêque, datée du 29 juin 1460 (BNF, ms. lat. 3231)375. Or, en 1480, le même Traversagni devait séjourner au collège de Narbonne de Paris et prononcer un Discours dans lequel il proposait d’enseigner la nouvelle rhétorique376. Dans les mêmes années, en 1476 exactement, les Lettres de Leonardo Bruni ont été copiées à Toulouse à l’intention de Pierre de Saint-André377. Plus tard, à l’automne 1491, alors que Benoît était sur le point, à Cahors, de rédiger la Repetitio, arrivait à Toulouse l’humaniste italien Fausto Andrelini378. Présenté par son adversaire Balbi comme un hérétique, il avait dû quitter Paris pour enseigner à Toulouse et à Poitiers. À son retour, dans le courant de l’année 1492, Andrelini assura sa position, son rival ayant décidé de poursuivre sa carrière hors de France. On sait peu de chose sur son passage dans la cité méridionale. Les événements sont mentionnés par Gaguin ; dans une lettre adressée à Bernard André, il évoque le retour d’Andrelini à Paris : malgré ses succès à Toulouse, le poète « a fini par regagner, les mains vides, nos estrades ».

  • 379 Pour P.-F. Girard, 1922. p. 40-45, l’édition de Chappuis est à placer dans la liste des ouvrages «  (...)
  • 380 A. Degert, 1907 ; P. Imbart de La Tour, 1944, t. IL p. 356 ; S. Charrier, 1996, p. 61.

155Avec le couple Guillaume Benoît – Robert Gaguin, on détient enfin une preuve, si frêle soit-elle, des contacts entre écrivains méridionaux et parisiens. Dans les premières années du XVIe siècle, le mouvement s’accélère. Pierre Cordier, qui est sans doute un doctor Tholosanus, fait carrière à l’université de Paris. Il s’associe avec Jean Chappuis pour publier, en 1509, le commentaire des trois derniers livres du Code de Lucas de Penna379. C’est en collaboration avec le même Chappuis que Vidal de Thèbes, méridional qui avait fait ses études de droit à la faculté de Décret de Paris, se fit le promoteur, dès 1499, d’une édition générale de tous les textes du Corpus juris canonici. On le retrouve ensuite à Toulouse à partir de 1505. Cette année-là, Jean de Pins († 1537) publie sa Vita Philippi Beroaldi. Ami et correspondant de Gaguin, l’homme était un Toulousain né vers 1470, qui étudia à Paris et à Bologne. Sa carrière fut brillante : conseiller au parlement de Toulouse (1509), évêque de Pamiers puis de Rieux, il participa aussi à des ambassades en Italie380. La vigueur de l’humanisme à Toulouse est alors patente. Il n’est alors que de lire l’Opus de Nicolas Bertrand pour s’en persuader définitivement (1515).

  • 381 J. Verger, 1995. p. 411-412.
  • 382 P. Ourliac, 1994, p. 149.
  • 383 B. Guenée, 1980, p. 108 citant R. Doucet, 1956. p. 12-13 et 83-89.
  • 384 Voir G. D. Guyon, 1976.
  • 385 Pour Tiraqueau et Du Moulin, voir les ouvrages de J. Brejon et de J.-L. Thireau. C. Dugas donne en (...)

156C’est donc bien dans les bibliothèques privées telles que celle de Guillaume Benoît que l’on peut esquisser les modestes débuts de l’humanisme méridional381. Sur un plan général, la bibliothèque de Benoît n’est pas fondamentalement différente de celle d’Alciat, de Budé ou de Lizet382. Le nombre accru des traductions et les gros tirages de l’imprimerie naissante ont favorisé le développement et la diversification des lectures. Ainsi, la bibliothèque de Nicole Gilles en 1499 compte une centaine d’ouvrages dont une quarantaine de livres manuscrits et une soixantaine de livres imprimés383. Les ressources dont a disposé Benoît sont supérieures (282 auteurs ou œuvres différents cités dans la Repetitio). Sa bibliothèque pourrait sans doute se comparer à celle de Nicolas Bohier384 ; elle est, toutes choses égales par ailleurs, à peine moins riche que celle de Tiraqueau, de Chasseneuz ou Du Moulin, qui appartiennent toutefois à une autre génération385. À ce titre comme à d’autres, Guillaume Benoît est bien le premier des grands docteurs français du XVIe siècle.

  • 386 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 67-68.
  • 387 J. Brejon, 1937, p. 330.

157Le professeur de Cahors était-il encore un homme du Moyen Âge ou déjà un humaniste ? À la même question, si artificielle au demeurant, C. Dugas répond que Chasseneuz « était à la fois l’un et l’autre »386. La formation de juriste de Benoît est, pour l’époque, tout à fait classique ; ses séjours parisiens lui ont sans doute donné le goût des Lettres. Mais les Lettres, dans la Repetitio, demeurent au service du Droit. Benoît, sans cesser de traiter de questions juridiques, ajoute à ses exposés tout un appareil de connaissances annexes qui sont aussi à l’origine d’un renouvellement de la méthode. Comme chez Tiraqueau, par exemple, l’utilisation des Lettres à des fins juridiques est chose patente387. Il en est de même, et de façon plus éclatante encore, de l’Histoire.

2. L’Histoire

  • 388 Éd. 1582, p. 14 : Nec vetera Romanorum exterorumque prœsertim regni exempta nec Francorum historiam (...)
  • 389 B. Guenée, 1980, p. 33-35.
  • 390 B. Guenée, 1980. p. 346-350.

158« Et je n’omettrai pas les "exemples" anciens des Romains et des autres peuples, surtout les "exemples" et l’histoire du royaume de France », déclare Benoît dans la préface de la Repetitio388. Il y aurait une belle étude à mener sur le goût et le maniement de l’histoire chez les juristes. On a dit que l’« histoire était plus intimement et plus fructueusement liée à la pratique du droit » qu’à la science du droit389. Le praticien aime en effet à s’appuyer sur une histoire bien documentée, éloignée de l’histoire rhétorique ou théologique, une histoire proche par certains aspects de notre érudition contemporaine. Mais le canoniste et l’enseignant qu’est Guillaume Benoît cherche aussi dans l’histoire, comme il le dit lui-même dans sa préface, plus que des preuves, des exemples ou des antécédents390. De quels matériaux use-t-il dans la Repetitio et dans quelle intention ?

  • 391 I.152.43 [main],
  • 392 Voir É. DUFOUR, 1864, p. 26 (III. 17.230-232).

159Il arrive, tout d’abord, que Benoît rapporte des souvenirs ou des témoignages oraux. Leur nature proprement historique est toutefois peu importante. Le juriste confie surtout au lecteur l’histoire de sa vie, comme on a pu le vérifier tout au long du chapitre précédent. Il donne aussi des éléments d’histoire locale et rend compte de certaines traditions. Quelques mentions seulement touchent à des « faits d’actualité », de portée rarement nationale (victoire de Ravenne et mort de Gaston de Foix, 1512)391. Évoquant ses déplacements, il donne parfois des détails précieux : l’allusion à une visite du trésor de Saint-Denis ou de la bibliothèque de Blois sont de bons exemples de l’intérêt de ces notations. L’auteur a même eu des préoccupations archéologiques et certains ont pu juger que les indications qu’il donnait de l’antiquité de la ville de Cahors étaient judicieuses392.

  • 393 I.133.497-498 (voir p. 385) ; I.88.227 (voir p. 414) ; voir aussi I.95.11.
  • 394 I.63.266. Benoît déclare également avoir vu une consultation portant sur l’exemption du monastère d (...)
  • 395 I.118.300.
  • 396 I.132.482 (arrêt d’enregistrement de l’ordonnance de 1432 sur l’interdiction aux étrangers de tenir (...)
  • 397 II.36.44 ; voir 376 n. 587.
  • 398 III.22.43 et 26.114 (ut clare de iis omnibus et singulis constat per legitima documenta in thesauro (...)

160Benoît est surtout soucieux de la solidité de sa documentation. Il connaît les archives de différentes institutions, qu’il dit à maintes reprises avoir consultées lui-même. On a pu déjà apprécier sa connaissance des arrêts du parlement de Toulouse et, peut-être grâce aux ressources de la même Cour, des ordonnances royales. Mais ce n’est pas tout. Parmi les archives civiles, il fait mention des archives des États de Languedoc et de celles du Capitole de Toulouse393 ; dans les fonds ecclésiastiques, celui de l’archevêché de Toulouse et de l’évêché de Cahors lui ont été ouverts394 ; d’un acte conservé dans les protocoles du notaire Raymond Combet de Cahors, il a pris un double395. Les références à des établissements éloignés de ses terres d’origine ou d’élection sont plus révélatrices encore de son goût pour les archives et les bibliothèques. Dans la bibliothèque du roi, il a « vu » le manuscrit du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc ; aux archives du parlement de Paris, il a peut-être copié un arrêt du parlement de Poitiers de 1432, dont il dit avoir un double « pris sur les registres »396. Quant à la bulle de Clément V accordant au roi de France cent jours d’indulgence, Benoît en a « vu » un extrait pris sur l’original, ce qui ne prouve pas qu’il ait eu accès au Trésor des chartes, mais peut-être au Liber liliorum conservé dans la bibliothèque du roi397. Il faut toutefois relever qu’il fait par deux fois la même référence au prestigieux fonds parisien dans son Tractatus de ducatu Normaniœ, à propos du traité de Brétigny398.

  • 399 B. Guenée, 1980, p. 306.

161Au demeurant, l’histoire se fait et se raconte surtout avec des livres. Benoît connaît et cite un assez grand nombre d’historiens. Une vingtaine de noms d’auteurs antiques ont été énumérés plus haut. Il faut leur adjoindre une petite demi-douzaine d’auteurs médiévaux. Cette dernière liste est d’une grande banalité : Pierre le Mangeur, Hélinand de Froidmont, Vincent de Beauvais et Martin le Polonais ont laissé des chroniques universelles ou des encyclopédies extrêmement répandues, parmi celles qui « constituent le fonds commun de la culture historique occidentale à la fin du Moyen Âge »399.

  • 400 I.120.324 ; I.147.6 ; II.140.74 ; II.145.115.

162Quelques vagues mentions de « chroniques » ou autres « histoires des Romains » ainsi que l’ouvrage de Guido delle Colonne (Trojani excidii historiographus), auteur de l’Historia destructionis Trojœ (1287)400, complètent cette galerie d’auteurs traditionnels. Dans tout cela, point d’histoire de France, point de Grandes Chroniques de France, mais, au premier chef, l’histoire de la Papauté et de l’Empire.

  • 401 R. Brun, 1968.
  • 402 I.200.195 ; II.5v°.3. II.36.41 ; II.138.62 ; III.8.17 ; III.13.160. Voir Dizionario biografico degl (...)
  • 403 Voir p. 256.
  • 404 I.176.57 [main] (le dernier mérovingien s’appelait-il Childéric/Gaguin ou Carloman/Antonin ?) et II (...)
  • 405 I.16.76 ; III. 17.233 ; I.72.66 et I.6v° [main] ; I.64.6. Autres mentions : I.11.23, I.212.33, I.21 (...)
  • 406 I.16.77 et I.73.73. Autres mentions : I.15.62, I.22.117, I.65.11 et 18. I.136.32, I.178.4, I.189.70 (...)

163S’approche-t-on du XVe siècle, de nouveaux auteurs apparaissent, qui vont combler cette lacune. L’ouvrage que Benoît nomme Mare historiarum ne doit pas être identifié, comme on pourrait le croire, avec la Mer des histoires imprimée par Pierre Le Rouge en 1488 et offerte à Charles VIII401, mais probablement avec la Mare historiarum de Giovanni Colonna (ca. 1340)402. Benoît y puise l’histoire de la mise à l’écart par Charlemagne de Bernard d’Italie403. Plus précisément, trois auteurs de chroniques très en faveur à son époque lui donnent des matériaux d’histoire ancienne de la France. Il s’agit d’Antonin de Florence (1389-1459), auteur de cette chronique que l’on appellera l’Historia antonina ; de Werner Rolevinck (1425-1502), auteur du Fasciculus temporum ; de Jacopo Filippo Foresti/Jacques de Bergame (1434-1520), auteur du Supplementum chronicarum. Au regard de l’histoire de France, le premier renseigne Benoît sur quelques détails se rapportant à l’époque des Carolingiens404 ; le second, plus abondamment cité, donne des indications sur l’origine des Francs, Clovis et Clotilde, Pépin et Charlemagne, etc.405 ; le troisième permet d’évoquer encore l’origine des Francs et Charlemagne406. Ces historiens, quoique récents, ne sont pas des novateurs : Antonin de Florence est soucieux d’user d’une belle langue, mais demeure attaché aux vieux schémas médiévaux (les âges du monde, les empires) ; comme Gaguin, Benoît a sans doute été séduit par sa grande réputation. Quant à la chronique de Werner Rolevinck, elle résume, en 1474, les connaissances historiques et géographiques les plus traditionnelles. « Plus de trente fois imprimé dans le demi-siècle qui a suivi son apparition… partout publié… traduit … présent et consulté dans tant de bibliothèques dans le dernier quart du XVe siècle et tout au long du XVIe, le Fasciculus… est le plus remarquable représentant de cette nouvelle génération d’œuvres qui, parues à l’aube des Temps modernes, concluent et prolongent à la fois la culture historique dont s’était nourri l’ensemble de l’Occident médiéval » (B. Guenée). Enfin, l’augustin de Bergame Jacopo Foresti n’est pas davantage un « pionnier de l’humanisme », pour reprendre l’expression de Franck Collard. Sa chronique universelle parue en 1483-1485 est, elle aussi, fondée sur la théorie des âges du monde et de la translation des empires. Sa qualité de représentant des lettres italiennes et le succès rapide de l’œuvre ont sans doute présenté Foresti à Benoît comme un historien dont la consultation était obligatoire, de la même manière qu’à ses contemporains Gaguin ou Paul Émile.

*

  • 407 Compte non tenu des références (24) comprises dans le Tractatus de ducatu Normaniœ.

164En réalité, Guillaume Benoît ne connaît avec quelque précision qu’un seul historien, et surtout ne connaît qu’un seul historien de la France : Robert Gaguin. La statistique atteste cette faveur : on a pu décompter, dans la Repetitio, 116 citations différentes du Compendium de origine et gestis Francorum 407.

  • 408 La connaissance de l’œuvre de Robert Gaguin est dominée par les études approfondies de Franck Colla (...)

165Le fait est d’autant plus digne d’intérêt que Gaguin (1433-1501)408 est un contemporain de Benoît (1455-1516), de vingt-deux ans son aîné. On sait en outre qu’ils se sont rencontrés ; mieux encore, que le professeur cadurcien a eu entre les mains un manuscrit de l’œuvre de son collègue parisien. Un rappel préalable des circonstances de la consultation de ce manuscrit est donc indispensable à la compréhension d’une lecture aussi attentive (1) ; il faudra ensuite se demander quel texte Benoît a connu (2), ce qu’il en a retenu (3) et dans quel esprit (4).

  • 409 Voir p. 89 et suiv.
  • 410 III.23.50 : Hœcex Gaguino, domino meo colendissimo, qui suant de gallico in latinum quoad gesta (...)

1661. Les circonstances de la consultation du manuscrit. – On a évoqué au chapitre précédent l’essentiel des éléments du dossier409. La phrase clef est la suivante. À la conclusion du Tractatus de ducatu Normaniœ, brève histoire des possessions anglaises en France, Benoît exprime sa profonde conviction quant aux droits du roi de France sur les duchés de Normandie et d’Aquitaine. Sur tout ce qui a été dit, confie-t-il, le témoignage concordant des « documents » et des « histoires » suffit et, ajoute-t-il, au premier rang de ces témoignages figure celui qui « provient de mon très vénéré maître Gaguin qui, lorsque je me trouvais à Paris et que je le fréquentais, non seulement ne m’a pas caché, mais au contraire m’a communiqué sa traduction du français au latin concernant l’histoire de France : ah ! si seulement elle était imprimée ! »410.

167Le passage est riche d’enseignements. On a discuté, toujours au chapitre précédent, de la nature du lien qui semblait unir les deux hommes. Selon toute apparence, Guillaume Benoît eut l’occasion, au cours d’un séjour à Paris, de se lier avec Robert Gaguin et le petit groupe d’humanistes qui gravitait autour de lui. Il est probable sinon certain que le premier n’a pas été, au sens classique du terme, l’élève du second, mais qu’il a été reçu, pendant les vacances scolaires par exemple, dans son cercle de lettrés.

168On a également essayé de déterminer la date de ce séjour. Il pourrait se situer entre 1488 et 1492-1493. Revenons un instant sur les termes de cette fourchette chronologique.

  • 411 Outre la référence précédente, voir 1.72.72 (après une citation du Compendium) : Et de pluribus ali (...)
  • 412 K. Davies, 1954, p. 162 citée par F. Collard, 1996 (a), p. 111 n. 197.

169Terminus a quo. Le texte que Gaguin a communiqué Benoît est un manuscrit, puisque ce dernier en souhaite, au moment de la rédaction de la Repetitio, l’impression, et cela par deux fois411. Or, si Gaguin travaillait bien au Compendium dès le milieu des années 1470, il n’exista probablement pas avant 1488 de version rédigée comparable à celle que dut utiliser Benoît pour des citations d’une grande précision412. Ce dernier argument repose, il est vrai, sur l’hypothèse que les citations n’aient pas été revues d’après les éditions ultérieures, hypothèse qui peut être discutée comme on le verra plus loin.

  • 413 Date de la préface de l’historien : F. Collard, 1996 (a), p. 280.
  • 414 Voir p. 139.

170Terminus ad quem. Il est forcément antérieur à septembre 1495 puisque c’est seulement alors que Benoît a pu prendre connaissance du manuscrit du Compendium qui a été imprimé après le 30 septembre de cette année413. Il est également antérieur à l’époque de la composition de la Repetitio dont le Tractatus Normaniœ, comme on l’a démontré, fait partie intégrante, à savoir 1492-1493 (compte non tenu des additions ultérieures de l’auteur)414.

  • 415 I.176.49.
  • 416 F. Collard, 1996 (a), p. 134 et suiv. et p. 202 et suiv.

1712. La teneur du manuscrit consulté et du texte effectivement utilisé. – Benoît désigne de fort curieuse façon, dans le passage précité, le manuscrit qui lui a été communiqué : de gallico in latinum quoad gesta Franciœ translatio. À un autre endroit, il le considère, une seconde fois, comme une nova historiœ Francorum translatio415. Deux explications viennent à l’esprit. Soit Benoît considère essentiellement le Compendium comme une traduction des Chroniques de France – et il est vrai qu’il en est pour une très large part une adaptation416 ; soit il a consulté une strate préalable du Compendium, qui aurait principalement consisté en une traduction des Chroniques de Saint-Denis. La première solution paraît plus convaincante pour la même raison que précédemment (l’exactitude des citations du Compendium de la version imprimée), mais peut se voir opposer la même observation (l’éventualité de révisions ultérieures).

  • 417 F. Collard, 1996 (a), p. 240 : « les intentions initiales de l’auteur étaient manifestement d’imite (...)

172L’étude précise du texte de la centaine de citations du Compendium figurant dans la Repetitio dépasse largement le cadre de la présente étude. Quelques considérations peuvent cependant d’ores et déjà être formulées. Une remarque s’impose d’emblée à la lecture du libellé des citations de Benoît. Les références sont faites aux livres et aux chapitres du Compendium. Or, un tel découpage ne figure dans aucune des éditions de l’œuvre de Gaguin publiées du vivant du professeur cadurcien ; à la vérité, nulle capitulation n’apparaît avant l’édition de 1577, à Francfort. Qu’en penser ? Si une telle capitulation a jamais existé sur le manuscrit, ou bien elle a été ôtée par Gaguin au dernier moment pour des raisons d’élégance – n’oublions pas que la volonté de l’auteur était d’écrire une histoire dans le goût italien, une histoire « moderne » dans une présentation susceptible de rompre avec les divisions « scolastiques »417 – ou bien elle a été omise par l’imprimeur et jamais reproduite ensuite. Cette réponse nous ramène à la question principale : Benoît a-t-il utilisé le manuscrit qui lui avait été communiqué ou bien l’une ou l’autre des éditions du Compendium parues de son vivant ?

  • 418 C’est le parti que nous avons adopté pour l’identification des citations du Compendium. Le recours (...)
  • 419 Pour tout détail relatif aux différentes éditions du Compendium : F. Collard, 1995 et F. Collard, 1 (...)

173La démarche la plus logique est de considérer que le texte des citations contenues dans la Repetitio s’apparente à celui de l’édition censée être a priori la plus proche du manuscrit, à savoir la première : l’édition Pierre Le Dru, 1495418. Or, sur 116 citations, 32 renvoient à des passages qui diffèrent sensiblement du texte de l’édition originale par la formulation ou qui, simplement, n’y figurent pas. En revanche, ces citations coïncident, selon les cas, avec le texte des deux autres éditions du Compendium parues du vivant de Gaguin : 23 correspondent au texte de l’édition de Lyon-Paris, 1497-1498 et 9 à celle de Paris, 1500-1501419. Il faut rappeler ici que Le Dru avait fourni une édition « d’exécrable qualité graphique » alors que la seconde édition du Compendium, parue à Lyon, en 1497, chez Trechsel, était dotée d’un texte scrupuleusement revu et, de surcroît, modifié ; qu’ensuite avait paru, en 1498, chez Bocard, une édition parisienne presque strictement identique à la lyonnaise et qu’en 1500-1501 seulement, l’éditeur parisien Jean Petit fit imprimer « l’ultime version revue, corrigée et prolongée par l’auteur lui-même ».

  • 420 La question a été soulevée à propos des corrections communiquées par Gaguin à l’imprimeur Le Dru (F (...)
  • 421 I.64.6 [main].

174Au total, les différences observées entre le texte donné par Guillaume Benoît et celui de l’editio princeps peuvent s’expliquer de deux manières différentes. Ou bien elles sont dues à la teneur particulière du manuscrit consulté qui aurait comporté des modifications (corrections ou additions) non reprises dans la première édition, mais seulement dans la ou les suivantes420 ; ou bien – et c’est sans doute l’hypothèse la plus vraisemblable – elles sont la conséquence des corrections effectuées par Benoît à la lecture des éditions imprimées de 1497 et de 1500. Il est en effet légitime de penser que l’auteur de la Repetitio s’était intéressé à la version imprimée d’un livre dont il avait consulté par privilège le manuscrit. La preuve en est apportée par le contenu d’une addition introduite par Benoît dans laquelle il désigne un passage du Compendium contenu dans l’édition de 1500 par l’expression suivante : in noviter impressis et additionatis chronicis421. Il demeure toutefois un embarras : pourquoi les 32 modifications issues de la lecture des différentes éditions du Compendium ne figurent-elles pas, tout comme cette dernière, sous la forme d’additions dûment signalées à la Repetitio ? On veut bien admettre que celles qu’a motivées la lecture de l’édition de 1497 aient été considérées comme des corrections et non comme des additions, mais que penser des neuf références nouvelles à l’édition de 1500 ? Il est difficile de répondre.

  • 422 F. Collard, 1995, p. 76.

175En vérité, le texte des citations de la Repetitio se révèle proche de celui de l’édition de 1497 pour une autre raison que le nombre des modifications qui en ont été reprises. En effet, la capitulation indiquée par Benoît semble identique à celle de l’édition lyonnaise si l’on veut bien considérer qu’à chaque lettrine marquant un paragraphe correspond un chapitre. Tout se passe donc comme si Benoît avait revu le manuscrit communiqué par Gaguin au moment de la parution de l’édition de 1497 – édition qui avait ouvert un second foyer de diffusion du Compendium après Paris, foyer ouvert en particulier sur la France méridionale422 – puis l’avait complété à la faveur de la lecture de celle de 1500.

  • 423 Les données chiffrées qui suivent sont empruntées à F. Collard, 1996 (a), p. 240-243.

1763. Les passages du Compendium retenus. – Les 116 citations de la Repetitio se répartissent inégalement dans le Compendium423. Alors que les livres IX et X (du règne de Jean le Bon à celui de Charles VI ; de celui de Charles VII à celui de Charles VIII) occupent près de la moitié de l’ouvrage (46,7 %), Benoît n’en tire qu’un quart de ses emprunts (29 sur 116, soit 25 %). Ces deux livres n’apparaissent, pour le volume des citations qu’en troisième (livre IX : 15 citations) et quatrième (livre X : 14 citations) positions. Le troisième livre par la taille (8,2 %), le livre VII (du règne de Louis VIII à celui de Philippe V), arrive certes au deuxième rang dans le décompte des citations de Benoît (16), mais c’est le livre III (de la fin du règne de Clotaire II à la mort de Pépin le Bref) qui occupe, de façon surprenante, la première place, avec 18 citations.

  • 424 Voir p. 295 et suiv., et p. 493 et suiv.

177Un décompte des références par « races » et par règnes donne les résultats suivants : les Mérovingiens remportent 32 suffrages ; les Carolingiens 25 ; les Capétiens directs 29 et les Valois 30. Les règnes de Charles VI (7 citations), Charles VII (6) et surtout Louis XI (8) occupent le devant de la scène à proportion, il est vrai, de la place qui leur a été réservée dans le Compendium. Mais les règnes de Charlemagne (8) et de saint Louis (8) se situent à ce même niveau tandis que ceux de Clovis et de Dagobert suscitent 4 citations chacun. L’occasion d’évaluer le degré d’attention portée à tel ou tel de ces princes remarquables nous sera donnée ultérieurement424. Pour l’heure, il convient de considérer qu’en dehors de la pesante présence de Louis XI, père du roi « moderne », la prime est donnée aux premières « races », dont l’histoire, plus qu’ailleurs, est riche d’« exemples », à l’image de l’histoire antique.

  • 425 I.9.14 et I.142.39. Voir B. Guenée, 1980, p. 44-45.
  • 426 I.64.6 [main] : in noviter impressis et additionatis chronicis ; I.196.151 : Gaguinus, chronica Car (...)
  • 427 I.142.39 (gestorum Galliœ historiographes) ; I.16.75 (Gallorum gesta exordiens) ; III.23.50 (de gal (...)
  • 428 F. Collard, 1996 (a), p. 239 : « Ainsi, Gaguin l’a dit et répété, le genre qu’il a choisi est l’abr (...)

1784. Les raisons d’une lecture. – Benoît use, pour désigner son « maître », à la fois du vieux mot d’historiens et du terme plus courant d’historiographus425. Gaguin est donc, au premier chef, un « historien ». Qu’a-t-il écrit ? des « chroniques » ou des « histoires », c’est selon426 ; surtout il a composé une « histoire de France » : gesta Galliœ, Gallorum gesta, gesta Franciœ (translatio), historiœ Francorum (translatio)427. À l’évidence, Benoît a parfaitement saisi l’objet des intentions de l’auteur qu’il prise tant : Gaguin a cherché avant toute chose à écrire une histoire nationale428. Il est significatif pourtant qu’il n’en donne jamais le titre exact ; pour notre juriste, l’histoire de France de son collègue n’est pas comprise comme un « abrégé » (compendium).

  • 429 F. Collard, 1998, p. 13 n. 59 : Gaguin exprime son dégoût au jeune Érasme en 1494 ou 1495, dans une (...)
  • 430 D’après J. Poujol, 1955, p. 240. Jacques Bonaud de Sauset est l’auteur des Commentaires du traité d (...)
  • 431 D’après J. Poujol, 1955, p. 246, 248, 254 ; E. Sciacca, 1985, p. 735 n. 105 et P. Arabeyre, 2002 d’ (...)
  • 432 D’après J. Brejon, 1937, p. 352.
  • 433 D’après E. Sciacca, 1985, p. 749-750 n. 146 et 149.
  • 434 D’après J.-L. Thireau, 1980, p. 144.
  • 435 F. Collard, 1995, p. 80.
  • 436 Ibid.
  • 437 F. Collard, 1995, p. 81.

179Guillaume Benoît est le premier lecteur connu de l’œuvre historique de Robert Gaguin. Il en est donc aussi le premier lecteur juriste. Il est loin d’en avoir été le dernier. L’intérêt des hommes de droit pour le Compendium est grand, en dépit de la piètre estime dans laquelle le canoniste Gaguin tenait lui-même les travaux des jurisconsultes429. Pour ne citer que quelques docteurs du XVIe siècle, dont certains ont également prisé la Repetitio, Jacques Bonaud de Sauset (vers 1526)430, Barthélemy de Chasseneuz (1480-1541)431, André Tiraqueau (1488-1558)432, Charles de Grassaille (1495-1582)433, Charles Du Moulin (1500-1566)434 ont lu et utilisé le Compendium. Les Duprat en possédaient six exemplaires, dont un en français435. Parmi les anonymes, dont on peut connaître les bibliothèques, les avocats sont au nombre des amateurs les plus empressés de l’histoire de France de Gaguin436. L’ouvrage, il faut en convenir, était devenu après 1520 d’une diffusion courante, à vrai dire déjà un « classique »437.

  • 438 Ibid., p. 72.

180Le Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin, première histoire de France en latin à avoir été imprimée, participe du mouvement de rénovation culturelle qui anime le « second humanisme » français (règnes de Charles VIII et de Louis XII). Il témoigne avec éclat que ce mouvement a touché l’historiographie. Dans ce domaine, les œuvres de la « nouvelle histoire » sont destinées à convaincre le monde de l’excellence du royaume de France. Et, comme l’a fort bien dit F. Collard, elles auront un rayonnement que « les volumineuses et touffues chroniques de Saint-Denis, malgré leur grand succès, sont bien incapables de proclamer au-delà des terres de langue d’oïl »438.

  • 439 L’absence de toute référence à cette source dans les écrits politiques de Bernard de Rosier est une (...)
  • 440 F. Collard, 1998, p. 44-45.

181Le premier enseignement que l’on peut tirer de la lecture assidue par Guillaume Benoît de l’œuvre de son collègue réside précisément dans cette dernière réflexion : il est incontestable qu’un des mérites du Compendium, dans sa version latine, est d’avoir touché le public des régions méridionales que les Grandes Chroniques n’avaient jamais réussi à atteindre439. Le second enseignement concerne le message transmis440. On ne peut en nier la banalité, mais sa banalité même est révélatrice des considérations ordinaires d’un clerc humaniste de la fin du XVe siècle. Or, la science historique de Benoît s’abreuve abondamment à cette source. Le besoin d’histoire de France que notre juriste paraît ressentir à chaque digression « politique » de la Repetitio est, presque à chaque fois, satisfait par cette histoire de France-là. Elle trahit, comme on l’a dit, une opinion moyenne, dont la caractéristique principale est l’exaltation de la monarchie française. Le juriste toulousain en accepte plus ou moins délibérément le propos. Chez Gaguin, Benoît trouve les contours d’une monarchie tempérée ; il rencontre aussi un état d’esprit tout empreint de pessimisme clérical. On aura l’occasion de mesurer dans quelle mesure il partagera ces sentiments et de quelle manière il saura s’en abstraire, chaque fois, par exemple, que le droit prendra le pas sur l’histoire.

*

  • 441 J.-L. Thireau, 1993, p. 27.

182La position écrasante d’une des sources historiques au regard de toutes les autres conduit à associer, dans une certaine mesure, le jugement porté sur l’écrivain et sur son lecteur privilégié. Assurément, Benoît est prisonnier d’une histoire traditionnelle, porteuse d’une réflexion politique latente mais peu développée. Cette histoire, comme celle des autres auteurs cités, est une histoire d’exemples, comme l’atteste la faveur pour le récit des Mérovingiens et Carolingiens. Elle est plus que jamais une histoire au service du droit, en ce qu’elle permet de fonder le raisonnement juridique. On est encore loin de l’histoire érudite chère à l’humanisme juridique ; on est déjà proche de son interprétation de l’histoire. « L’un [des] buts prioritaires était de moraliser et de rationaliser le droit … il fallait révéler les grands principes moraux, conformes à la nature de l’homme raisonnable dont les grandes figures de l’Antiquité [ici de l’histoire de France] présentaient tant d’illustrations édifiantes »441.

Conclusion

183Il était impossible de commencer à examiner la pensée politique de Guillaume Benoît avant d’avoir étudié de près l’histoire, la composition et les sources de la Repetitio. À négliger ce travail d’approche, le risque était double : méconnaître, d’une part, la structure d’une œuvre hors normes dont le contenu doit être évalué à la mesure de son projet ; attribuer à l’auteur, d’autre part, des idées qui ne viennent pas de lui.

184La structure déroutante et fascinante à la fois de la Repetitio est, paradoxalement, la conséquence d’un projet raisonnable : la réunion autour des enseignements du testament de Raynutius de la science des canonistes et de celle des civilistes. Le résultat est un « monstre », né du croisement d’un cours rédigé et de l’esquisse d’un traité sur les successions. La profonde originalité de l’œuvre est incontestable. Mais ce sont les amples digressions dont elle est émaillée qui font tout le prix de cette savante compilation.

  • 442 F. Roumy, 1998, p. 48 : « Les historiens du droit public, s’attachant à étudier la naissance de l’É (...)

185L’analyse des sources et de leur mise en œuvre révèle la primauté du droit et l’intrication des matières de droit privé et public. Le dosage des emprunts innombrables et multiformes que fait Benoît à la littérature de son temps laisse également voir ses ambitions. Au premier cas, le « droit du royaume » est le renfort nouveau du droit canonique et droit romain. Dans un parallélisme surprenant, l’histoire et le droit ecclésiastique « national » (la Pragmatique) renforcent l’emprise du droit savant dans la sphère du droit public. Sur le socle du jus commune se dressent les fondements d’un « droit national »442.

186Au total, l’examen des sources et de l’élaboration de la Repetitio donnent une nouvelle preuve de la volonté de son auteur de s’évader de la lecture traditionnelle. En cela, il se présente plus que jamais comme un précurseur des docteurs du XVIe siècle.

187Guillaume Benoît fut davantage un serviteur de l’École et du Palais qu’un homme d’action. La Repetitio, à laquelle il apporta tous ses soins, plus que l’œuvre de sa vie fut l’œuvre d’une vie.

Notes

1 Comme juriste spécialiste des successions, il est encore cité par D. Lebrun (1640-1708), Traité des successions, Paris, 1692 (4e éd. 1735). Comme « auteur politique », son autorité sur les origines du Parlement est encore invoquée dans des remontrances du XVIIIesiècle (P.J. S. Dufey, Histoire, actes et remontrances des parlement de France, Paris, 1826, t. II, p. 249).

2 On retrouvera les nombreuses références bibliographiques concernant la vie et l’œuvre de Boyssoné dans H. Gilles, 1992, p. 252-257. Rappelons ici que, selon P. Ourliac, 1992, p. 80 et 1994, p. 149, Guillaume Benoît aurait contribué à faire écarter du parlement de Toulouse son oncle, Jean de Boyssoné l’Ancien, en 1507 (voir plus haut, p. 105).

3 H. Jacoubet, 1930, p. 99 n. 61 (d’après le ms. BMT 835, fol. 36 et v°), cité par P. Ourliac et H. Gillles, 1971, p. 107 n. 136. H. Jacoubet, « Alciatet Boyssoné d’après leur correspondance dans le manuscrit de Toulouse, n° 834 », Revue du XVIe siècle, t. 13 (1926). p. 240, évoque une lettre de Boyssoné, datée de 1547, à son élève et ami Antoine Battendier, dans laquelle il cite les plus grands juristes français (Pierre Rebuffi mais, bien sûr, nullement Benoît) et italiens… qui ne sauraient égaler Alciat.

4 Voir par exemple l’opinion d’un Budé que rapporte P. Ourliac, 1994, p. 149. On se souviendra ici que dans l’inventaire parodique de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor qui figure dans Pantagruel (chapitre VII), Rabelais place une Preclarissimi juris utriusque doctoris Maistre Pilloti Racquedenari, De bobeliandis glosse Accursiane baguenaudis repetitio enucidiluculidissima.

5 G. DE Lurbe, De illustribus Aquitaniœ viris a Constantino magno usque ad nostra tempora libellus, Bordeaux, 1591, p. 89-90 :… inde doctor regens academiœ Cadurcensis, insignem illam et copiosam commentationem in cap. Raynutius edidit quœ ad instar satyrœ lancis variis ferculis et obsoniis refertœ, omnem testamentorum materiam continet.

6 D. Simon, Nouvelle bibliothèque historique…. Paris, 1692,1. I, p. 44-45.

7 P. Taisand, La vie des plus célèbres jurisconsultes, 1721, p. 67 : «… sans parler de son stile, qui est un peu dur, on peut dire avec vérité que ce livre… est une vaine ostentation d’une science vague et peu digérée, car il a affecté d’appliquer toute la matière des testaments à tous les mots dont est composé le chapitre Raynutius et sur ce pied là, on pourrait, dit M. Simon,… ».

8 Cité par J. Brejon, 1937, p. 258.

9 C. Du Moulin, Cominentariorum in consuetudines Parisienses epitome, tit. I, de feudis, dans Opera omnia, Paris, 1681, t. I, p. 4 n. 11 et Commentarii in consuetudines Parisienses, tit. I, § 1,gl. 1, « Le seigneur féodal », ibid., p. 37 n. 60.

10 B. D’argentré, Commentarii in consuetudines ducatus Britanniœ, art. 219 (des donations), gl. 7, Amsterdam, 1664, p. 646 n. 18 : homo experimentis doctus.

11 A. Mornac, In libros Codicis secundum, tertium et quartum observationes, sur Cod., 3, 34, 12, Paris, 1619, p. 318 : senator ille Tolosanus, juris Romani et Gallici peritissimus.

12 C. Le Bret, Décisions de plusieurs notables questions traitées en l’audience du Parlement de Paris, livre VI, décision II, dans Œuvres, Paris, 1635, p. 632.

13 J.-L. Brunet, Traitez des droits et libertez de l’Église gallicane, 1731, t. I, éd. Libellas d. Bertrandi, lettre introductive, p. 15.

14 Chaque mot ou groupe de mots de la décrétale appelant, comme on le verra, un commentaire découpé en paragraphes numérotés qui se comptent parfois en plusieurs centaines, nous reprendrons le mode de citation simple adopté par P. Ourliac, 1992 et 1994, à savoir l’indication du tome, du folio et du numéro de paragraphe (exemple : I.1.1). Les additions introduites par la mention « additio » entre parenthèses sont citées (additio) à la suite de la référence ; les additions insérées entre crochets carrés et indiquées en marge par une « main » en manchette sont citées [main].

15 Cet Étienne Ranchin (v. 1510-1583/7), élève de Cujas et professeur à Montpellier vers 1580, est le père de l’« érudit protestant et gallican » Guillaume Ranchin (1559-1605) : voir M. Lescuyer, 1999, p. 337.

16 Cité par le P. Lelong, Bibl. hist. France, n° 11969.

17 Rappelons ici que c’est dans une incidente de la première version du traité que Benoît évoque sa rencontre à Paris avec Gaguin et la communication du manuscrit du Compendium qui en fut la conséquence (voir p. 90 et 201).

18 II.7.27 [main] : de quo plene dixit iste doctor in suo tractatu contra Anglos. En dépit de l’identité du titre et du propos, le traité de Benoît n’est nullement inspiré, semble-t-il, de celui de Jean de Montreuil (1413).

19 I.88.225 [main] : Qualiter ducatus Aquitaniœ ad Anglos pervenerat et qualiter cum ex post perdiderunt et de eorum injusta querela, plene habetur in tractatu quem tempore hujus ope ris feci, ad requestam nobilium ipsius patriœ scholarium.

20 III.26.125.

21 Voir plus haut, p. 109.

22 Le traité se situe après : Duas habens filias – I.6v°-37 (III.22.37-38 : ut vidistis in verbo Duas habens filias/ut plene dixi in dicto verbo Duas habens filias ; III.24.80 : de quodixi in verbo Duas habens filias ; III.25.104 : ut vidistis in verbo Duas habens filias ; III.26.108 : ut plenius dixi in dicto verbo Duas habens filias).
Après : I.88.225 (III.23.49 : ut clare demonstravi in I. prin. art. in fine II. dec. ubi tractatus iste pacis [Brétigny]… fuit plene confutatus ; III.25.90 et 94 : ut succincte in discursu lectionis supra dixi, articulo primo, in secunda decisione, loquendo de allodiis in Ecclesiam tranferendis [ibidem ?] ; III.26.110 et 125 : [traité de Brétigny] quem vobis supra recitavi in primo articula decisio. II [ibidem ?].
Après : I.114.238 (III.20.10 : et tetigi supra de conjuge conjugem interficiente, quarto principali arti. conclusione IIII versi. III fallit ; III.23.61 et 66 : ut dixi supra in IIII artic. et IIII conclu, versi. Tertio fallit).
Mais il se situe avant : Condidit II – I. 144 et suiv. (III.23.66 : et dicam super verbo Condidit II).
Avant : I.195-196.151 (III.23.50 et 125 : ad quem tractatum [Troyes] respondebitur super verbo In eodem testamento relinquens I in XVIII limita, in materia primogeniturœ, ubi peremptoria videbitis responsa).
Avant : II.36.44 (III.26.116 : quœ ad aliud propositum reservo infra super verbo Si absque liberis moreretur II in materia pupillaris substitutions et tertio requisito ejusdem).

23 Voir plus loin. p. 146 (III.47 note c).

24 Voir plus haut, p. 99.

25 Dictionnaire de biographie française (« Gilbert de Chabannes »), t. VIII, col. 98-99.

26 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 33. Dans le processus est reproduit le texte du mandement de Jean Dufraisse, utriusque juris doctor, canonicus et archidiaconus Veterismorisii in ecclesia metropolitana Tolosana, judex appellationum curiœ archiepiscopalis et metropolitanœ Tolosanœ (fol. 36-36v°). Ce dernier n’est autre que le docteur (titulaire de la première chaire de droit canonique) qui représenta l’université de Toulouse au concile de Pise (1512) ; voir H. Gilles, 1992, p. 298-300. Sur l’intérêt de l’affaire au regard de l’exercice de la juridiction ecclésiastique, voir G. Boyer, 1929, p. 38 n. 24 et 39 n. 25.

27 Les circonstances de cette affaire ont été exposées plus haut, p. 94. Voir I.160.28 (additio) et noter la présence d’Étienne Aufréri, conseiller au Parlement et commissaire subrogé (42.4 et 43.20).

28 Voir plus haut, p. 102.

29 Voir respectivement p. 86, 87 et 101.

30 I.5.57 ; I.100.69 ; I.104.125-126 ; I.145.14 ; I.153.59 ; I.161.14 (?) ; I.181.12-15 ; I.192.111 ; I.233.34 (et 38 ?) ; II.9.54 ; II.108.376 ; II.110.405 ; III.15.204 ; III. 18.261 (?). L’argumentation des deux consultations suivantes est exposée assez largement : I.136-137.37-44 et I.140.18-25. Enfin, le sujet de la consultation évoquée I.190.89 pourrait faire penser à celle que Benoît rédigea à propos de la résignation de l’évêché d’Albi (1496-1497), si l’absence de toute mention d’une addition postérieure à 1492-1493 ne venait affaiblir cette hypothèse. Pour la consultation concernant la succession d’Antoine Allemand à l’évêché de Cahors, voir plus haut p. 94.

31 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108 ; P. Ourliac, 1992, p. 79 et 1994, p. 148.

32 Charles VIII rex noster modernus/nunc regnans : I.12.38 ; I.14.56 ; I.70.40 ; I.87.217 ; I.89.6 ; I.95.21 ; I.119.312 ; I.121.343 ; I.124.379 ; I.133.492 ; I.195.148 ; I.215.9 ; I.219.53 ; I.233.39 ; II.93.172. Louis XI domini nostri regis moderni genitor : I.5.54 ; I.13.44 ; I.71.52 ; I.121.336 ; I.130.467 ; I.133.497-498 ; I.217.34 ; I.219.47 ; II.85.65. Charles VII domini nostri regis (moderni nunc regnantis) avus paternus : I.70.39 ; I.110.188 ; II.67.52. Charles VI domini nostri regis (moderni) proavus : I.63.264 ; II.64.33. Ajouter : I.50.92 (allusion à la capacité de succéder au trône de la maison d’Orléans).

33 I.12.38 [main] ; I.13.46 (additio) ; I.14.56 (additio) ; I.87.216 (additio) ; I.97.39 (additio) ; I.119.313 [main] ; I.130.467 (additio) ; I.133.494 [main] ; II.15-16.33 (additio) ; II.90.140 ; II.101.273 (adde quod).

34 Relevé en premier lieu par A. Viala, 1953, t. I, p. 289. II.106.341 : Cujus exemplo nondum anni decem labuntur quod… Il s’agit sans doute de l’arrêt du 16 mars 1486 par lequel un notaire, poursuivi pour crime de faux aggravé de « mauvaiseté et maléfices », fut condamné, outre les peines habituelles, à la perte du poing droit et au bannissement perpétuel du royaume (ADHG. B 6, fol. 44 cité par J.-L. Gazzaniga et N. Ghersi, 1996. p. 280).

35 A. Navelle, 1992, t. VII, p. 269.

36 I.232.33 : dictum fuit per arrestum in Parlaniento, me scholari existente Tolosœ, anno Domini M CCCCLXXIX, inter Anto. de Morlhone, tunc et nunc secundum prœsidentem in parlamento Tolosœ [1473- 1497]…

37 A. Viala, 1953, t. II, p. 484.

38 I.78.132 : nunc in parlamento Tolosœ regio prœsidens [1472-1795].

39 E. Albe, « Inventaire raisonné des archives municipales de Cahors. XVe-XVIe siècles », 1926, p. 67, n° 853. Voir aussi Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. II, col. 591-593.

40 I.163.36 : quod nunc pertinet reverendo in Christo patri et domino meo domino Antonio Alemandi episcopo nostro Caturcensi … Un autre passage de la Repetitio figurant dans une addition (I.77.116 [main]) se rapporte à la succession de cet évêque : Benoît aurait donné, le 23 juin 1495, une consultation (également évoquée I.186.29 [main]) en faveur de la confirmation d’Antoine de Luzech par l’archevêque de Bourges contre les prétentions de Benoît de Jean pourvu par le pape (voir plus haut, p. 94).

41 Voir p. 89. F. Collard, 1996 (a), p. 280.

42 Ordonnances des rois de France, t. XX, p. 258. Citée explicitement I.70.40 et I.87.217 ; sans doute aussi I.14.56. Elle fut enregistrée au parlement de Toulouse le 28 avril 1491 (ADHG. B 1900. fol. 97). Benoît fait peut-être allusion, dans une addition, à l’ordonnance sur la justice de juillet 1493 comprise comme une extension de la réforme de la justice en Languedoc à la France entière (Y. Labande-Mailfert, 1975, p. 508-509) : I.70.40.

43 Isambert, t. XI, p. 323-379. Citée explicitement I.13.46 (additio) ; I.14.56 (additio) ; I.87.217 (additio) ; I.97.39 (additio) ; I.133.494 [main] ; II.101.273 (additio) ; peut-être aussi I.12.38 [main] ; II.15-16.33 (additio).

44 II.64.33.

45 ADHG, B 10, fol. 22v°-23 (I.88.227). L’arrêt sur les francs-fiefs (A. Viala, 1953, t. II, p. 195 et H. Gilles, 1965, p. 76 et 272) est évoqué à propos d’un procès entre le procureur général du roi et le syndic de la ville de Toulouse adhuc pendens indecisus in Parlamento, alors qu’une (additio) donne la date de l’arrêt. Pour H. Gilles, 1965, p. 77 n. 46, l’instance avait été introduite au Parlement en novembre 1494, mais il s’agit là du procès concernant le privilège du Languedoc.

46 I.81.152 ; une addition [main] le désigne comme premier président (donc après 1509).

47 I.86.206 : Hœc profecto considerans magnificus ille vir atque superillustris dominus Gulielmus de Ruppeforti, domini nostri regis cancellarius in origine sui regni … ; I.88.222 : Et temporibus nostris prœdictum dominum de Rupeforti ita dotation superillustrem cernimus et merito cancellariam [sic pour cancellaria]…

48 Sur cette voie d’appel, R. Doucet, 1948, t. II, p. 534 ; A. Viala, 1953, t. II, p. 427-430 et surtout S. Dauchy, 1988, p. 16-29.

49 II.101.272.

50 P.-R. Gaussin, 1976, p. 240.

51 T. Godefroy, Histoire de Charles VIII, 1684, p. 614-615 (éd. reprise dans les Ordonnances des rois de France, t. XX, p. 288-290 et dans Isambert, t. XI, p. 198-199).

52 I.200.193.

53 Le P. Anselme, Histoire généalogique…, 1. I, p. 252. Voir, sur la succession de Nevers disputée entre Engilbert de Clèves et Jean d’Albret sire d’Orval, R. Surugue, 1926, p. 487-490. Le procès au parlement de Paris, dont Benoît ignore quid judicabitur, s’ouvrit après la mort de Jean de Clamecy mais l’affaire traîna en longueur. Louis XII fit hâter l’instruction et rendre l’arrêt du 4 octobre 1504.

54 Gallia regia, t. IV, n° 16206 (B. Quilliet, 1986, p. 123 évoque le mois de novembre 1491). I.133.499 (voir p. 386 n. 666).

55 Y. Labande-Mailfert, 1975, p. 100. II.132.24 : Benoît salue en la duchesse de Bretagne la rejetonne de « l’illustre maison de Foix qui demeure toujours la tutrice des Toulousains ». La mère d’Anne était en effet Marguerite de Foix, fille du comte Gaston IV.

56 I.218.52-53 (succession : le roi mineur).

57 I.195.148 :… nunquam consueverunt reges de ipso regno testarinam reges Franciœ nunquam potuerunt neque posset Carolus VIII rex noster modernus testamentum facere de regno… Voir P. Ourliac, 1992, p. 79 n. 8 et 1994, p. 156.

58 Y. Labande-Mailfert, 1975, p. 132.

59 I.127.425 :… si capiens ab aliquo domino terras et possessiones in perpertuam locationem enuntiative narretur adscripticius vel censitus, ut quia forte instrumentum super hoc confectum dicit quod anno Domini M CCCCXCII, talis baro talem boriam in perpetuum locavit tali Titio adscripticio et quod ille Titius adscripticius eam receperit

60 III.47 note c.

61 I.236.

62 Voir plus haut, p. 96. On reconnaîtra volontiers qu’il s’agit là d’un terme bien tardif pour une année universitaire censée reprendre à Cahors, comme ailleurs, dès la saint-Luc, soit le 18 octobre ( !).

63 Une allusion à l’œuvre de Bernard Lauret dans la deuxième partie (II.64.35) a pu faire penser que Benoît le donnait, à la différence de la citation de la première partie (I.78.132), pour mort (P. Ouriliac, 1994, p. 148 n. 3). Il semble bien, au contraire, que le président Lauret soit alors toujours considéré comme vivant, ce qui validerait le terminus ad quem d’août 1495 :… quem textum summe ponderavit dominus prœsidens primus Laureti, adhuc vita fruens, in suo tractatu de casibus… Voir aussi II.66.47 :… ut expresse decidit dictus dominas Laureti prœsidens in suo allegato tractatu…

64 On verra ultérieurement ce qu’il faut penser de l’apparent inachèvement du commentaire (p. 165).

65 Pour le détail des références aux œuvres contemporaines de l’auteur, voir plus loin, p. 176 et suiv., et p. 191. Indiquons toutefois dès maintenant que les citations tirées du Livre de l’art de faulconnerie de Guillaume Tardif (I.11.26), compilé en 1492 et publié pour la première fois en 1493, et du Contra astrologos de Pic de La Mirandole (II.8.30). paru après la mort de son auteur, à Bologne, le 26 juillet 1495, doivent être considérées comme des additions non signalées.

66 Le corpus des additions portées dans l’édition de 1582 (à partir duquel nous allons désormais raisonner) est sensiblement le même que celui des additions de l’édition princeps de 1523. Les différences de l’une à l’autre portent sur une douzaine d’additions dont on peut signaler l’absence ou la présence dans les deux sens. Il ne s’agit que d’additions dites de renvoi (à d’autres passages de la Repetitio) et que nous avons donc cru pouvoir négliger. Deux exceptions notables méritent d’être relevées : la mention de l’enregistrement de l’ordonnance de mars 1502 sur le guet au parlement de Paris située I.130.467 ne figure pas dans l’édition de 1523 (addition postérieure à 1552) ; la citation tirée des Lettres de Matteo Bosso située II.85.62 n’y figure pas davantage.

67 Disposition dont témoignera jusqu’aux éditions les plus récentes le proœmium de Guillaume Benoît et ses notes.

68 Ce registre, quelle qu’en soit la nature, n’a sans doute été consulté qu’après 1503, date de la promotion de Benoît au parlement de Toulouse.

69 Voir les références correspondantes p. 94 et suiv. La visite de la bibliothèque de Blois par Benoît en 1507 (II.90.140), sans doute par omission des éditeurs, n’est pas mentionnée comme une addition.

70 I.70.35 [main],

71 I.152.43 [main].

72 Voir références note 43. Sont également cités l’édit du 9 octobre 1501 sur la chasse en Languedoc : I.119.313 [main] et l’ordonnance de mars 1502 sur le guet : I.130.467 (additio ).

73 Arrêts du parlement de Toulouse datés : 23 décembre 1495 (I.88.227) (additio) ; 1498/9 (I.71.45) (additio) ; 1500 ? (II.66.48) (additio) ; 1505/6 (I.47.62-63) [main] et (additio) = (I.112.221) [main] ; 1506/7 (I.202.208) (adde quod) = (II.57.30 et II.117.74) (adde quod) ; 1507 (I.143.56) (additio) ; 1509/10 (I.88.228) (additio) ; 1510/11 (I.131.467) (additio) ; 1510/11 (I.143.56) (additio) ; 1511 (II.90.133) [main] ; juin 1514 (I.75.103) [main] ; juin/juillet 1514 (II.84.54) (additio).
Instances : I.13.46 (additio) ; I.64.6 [main].
Arrêts non datés : I.58.186 [main] ; II.117.74 (adde quod).
Arrêts du parlement de Bordeaux : 1499 (I.227.32) (adde quod) ; 1499 (I.89.10) (additio) ; 1501 (II.63.24) (adde quod). – instance : II.64.33 (additio).
Actes pontificaux : bref de Léon X adressé au parlement de Toulouse daté du 17 novembre 1513, enregistré le 4 février 1513/4 : I.70.39 [main] ; indulgence de Léon X, 1514/5 (il s’agit vraisemblablement de l’indulgence du 26 janvier 1515 envoyée à François Ier à l’occasion de son couronnement) : II.36.44 (additio).

74 L’insertion, sur plus de quatre folios, de larges extraits du De laudibus et triumphis trium liliorum de Jean Louis Vivald constitue la plus importante des additions de ce type (I.17.85 – I.22.114). C’est sans doute la magna additio à laquelle Benoît renvoie lui-même II.36.43.

75 Pour le détail des références aux œuvres contemporaines de l’auteur, voir n. 65.

76 23 juin 1495, consultation de Guillaume Benoît en faveur d’Antoine de Luzech prétendant au siège épiscopal de Cahors : I.77.116 [main], – 23 décembre 1495 : arrêt du parlement de Toulouse sur les francs-fiefs : I.88.227 (additio). – 17 novembre 1513 : bref de Léon X adressé au parlement de Toulouse enregistré le 4 février 1514 : I.70.39 [main], – 9 juin 1514 : arrêt du parlement de Toulouse donnant permission à l’archevêque de Toulouse de statuer sur le fait de la double élection à l’évêché de Pamiers : I.75.103 [main], – 18 juillet 1514 : arrêt du parlement de Toulouse condamnant Bernard Gasquet : II.84.54 (additio). – 1514/5 : indulgences de Léon X : II.36.44 (additio).

77 Il arrive même que, dans une addition [main], Benoît renvoie à une autre des ses propres additions : I.59.204 ; I.112.221 (renvoi à I.47.62-63) ; I.186.29.

78 Mentions telles que hoc anno, anno prœsenti, etc.

79 I.4.38 et I.4.39 [mains]. Il faut leur ajouter quatre additions supplémentaires au proœmium de l’auteur.

80 Voir p. 148.

81 Le mélange de la première et de la troisième personne se rencontre par exemple chez Chasseneuz (exemple dans Catalogus gloriœ mundi, Francfort-sur-le-Main, 1586, fol. 146v°).

82 I.77.116 et II.7.27 [mains] ; I.17.86 [main] ; I.104.126 [main] : et ita credo dominum meum hic intellixisse per rationes suas. Autre preuve : l’éditeur renvoie (II.100.264) à ce qui précède par un de ces numéros de paragraphes qui sont l’apanage des éditions imprimées.

83 2eépître. p. 7-8.

84 Quelques exemples dans les deux sens. I.11.23 [main] : 1523, dixit ; 1582, dixi. – I.88.226 [main] : 1523, fecit ; 1582, feci. – I.83.176 [main] : 1523, quod dicetur per dominum meum hic ; 1582, quod nunc hic per nos dicetur. – I.186.29 [main] : 1523, per hunc doctorem ; 1582, per nos.

85 Par exemple F. Collard, 1996 (a), p. 291 note la difficulté de démontrer que Robert Gaguin est le seul auteur des mentions marginales portées sur les éditions du Compendium parues à partir de 1497-1498.

86 Voir plus loin, p. 156.

87 III.45 v° : Accipite igitur, clementissimi patres, suscipite, inquam, ea frontis hilaritate qua soletis, ultimum Raynutii eulogium, noviter ampliori nomine Testamentum canonistarum baptizatum, sacro nomine vestro cordialiter dicatum. Cui longe majora a me debentur, ut vestro auspicio vestraque authoritate suffultum confidentius eat in publicum. Et le conseiller Du Fau, qui répond à Benoît dans l’épître placée en tête de ce discours (III.45), paraît juger d’une œuvre déjà diffusée : Quid lucidius ? quid clarius ? quid denique nitidius quam tua manu scripti codices ?

88 Éd. 1582, p. 10-16.

89 En dépit de veilles incessantes (ibid., p. 11 et 1reépître de Claude Feydeau, p. 4-5).

90 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 65.

91 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 180 ; mais curieusement absente de la Bibliographie des livres imprimés à Lyon au XVIesiècle de Sybille von Gültlingen. Privilège signalé dans E. Armstrong, 1990, p. 259.

92 Éd. 1582. p. 4-5 et 6-8.

93 Suit un éloge de la famille d’Amboise à l’occasion duquel on apprend que Georges d’Amboise fut à Toulouse le parrain de Georges Fromenteus, Chatriœ dominus (sire de La Châtre ?), le frère de la mère de Claude Feydeau.

94 Jeu de mot étymologique sur le nom de Guillaume Benoît /Benedictus.

95 Sur la famille Feydeau, voir les dictionnaires de la noblesse de Chaix d’Est-Ange (t. XVIII, p. 119- 123) et (avec réserve) de La Chesnaye-Desbois. Voir aussi M. Popoff, 1996. n° 1189 et Dictionnaire de biographie française, t. XIII, col. 1256-1258.

96 E. Wickersheimer, 1979, t. I, p. 34.

97 Parent d’Amé de Laubespin, conseiller au parlement de Toulouse, 1492-1516 (F. Vindry, 1912, p. 177) ?

98 É. Maugis, 1916, t. III. p. 141. B. Quilliet, 1986, p. 200 : un certain Guillaume Feydeau, doyen de Gassicourt, est assesseur au tribunal chargé de prononcer l’annulation du mariage de Jeanne de France avec Louis XII.

99 Claude Feydeau rend ici hommage aux autres docteurs régents de l’Université, tels que le canoniste Martin de Barambour (dominus meus semper colendissimus) et le civiliste Antoine de Petrucia (dominus meus, prœceptor et pater), auteur de deux répétitions (De viribus juramenti = Tractatus de viribus juramenti, Lyon, 1511 ; Toulouse, 1522 et 1535. – Super materia petitorii et possessorii). C’est à eux (et à Guillaume Benoît) que l’université de Cahors doit cet éclat qui lui permet de surclasser sa rivale déclinante : l’université de Toulouse ! Voir É. Dufour, 1864, p. 10 n. 1.

100 Sur l’implantation commerciale de Simon Vincent et des Vincent à Toulouse, voir M. Lecoq-Thomassin, 1983, p. 195-205.

101 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 233 ; par S. von Gültlingen, t. V, p. 10-11 (Sébastien Gryphe).

102 Édition décrite par M. Lecoq-Thomassin, 1983, catalogue des éditions datées, n° 257 ; par S. von Gültlingen, t. IV, p. 105-106 (Denis de Harsy).

103 Voir plus haut, p. 150.

104 Édition décrite par S. von Gültlingen, t. IV, p. 135-136 (Denis de Harsy). Sur l’équipe Fraguier (juriste toulousain ?)/Harsy, éditeurs d’ouvrages de droit civil pour les Vincent à partir de 1529, voir M. Lecoq-Thomassin, 1983, p. 280-288.

105 Talabard Benoît, décédé entre 1542 et 1546 (A. Navelle, 1992, t. II, p. 87), est peut être à l’origine de la communication de ces manuscrits à Antoine Vincent. On peut également lire, dans ce privilège, que « l’aultre partie assez mutilee et defaillant en plusieurs endroictz, que neantmoins il auroit ainsi faict imprimer, cinq ou six ans a. Et depuis, non sans aultres grandz fraiz et mises, a recouvert l’entiere et parfaicte Repetition dudict Benedicti… ». Cette édition, dont un passage de l’épître d’Antoine Vincent citée ci-après semble confirmer l’existence, n’a pu être identifiée.

106 Voir plus haut. p. 151.

107 Elle y figure à trois reprises et sera reproduite en 1552 et encore en 1562.

108 Édition décrite par H. Baudrier, t. V, p. 262.

109 Le « Catalogue des principaux canonistes » dressé par l’abbé Lenglet Du Fresnoy que contient le Commentaire de Dupuy sur le Traité des Libertés de l’Église gallicane de Pierre Pithou, éd. de 1715 (t. I, p. 235), mentionne, dans la notice consacrée à Guillaume Benoît, une édition qui aurait paru à Francfort en 1604 et que nous n’avons pu identifier.

110 C’est bien à son manuscrit que semble renvoyer Benoît II.128.207 : ut plene dixi supra eo in verbo In eodem testamentum relinquens I per duas chartas ante fi. versicu. Ad declarationem præmissorum (= I.207.254).

111 Épigramme de Jacques Feydeau, éd. 1582, p. 9.

112 Éd. 1582, p. 10 : Quia hœc decretalis omnibus semper tremenda visa fuit ejusque materia nobis canonistis fere incognito… semper distuli pelagus hoc magnum cum parva navicula ingredi

113 Voir en annexe le texte de la décrétale avec l’indication des passages commentés par Guillaume Benoît et Étienne Ranchin (p. 569).

114 Selon la définition donnée par G. Fransen, 1972, p. 12.

115 De testamentis et ultimis voluntatibus, Extra., 3, 26, 16.

116 La seule analyse que nous connaissons est celle de F. Roumy, 1998, p. 305, que nous reprenons volontiers en la précisant.

117 P. Ourliac et J. DE Malafosse, 1968, t. III, p. 482 : La substitution dite vulgaire est une institution en sous-ordre : on institue Titius et à défaut de lui Stichius. La substitution pupillaire… est déjà plus complexe : on institue un héritier à l’un de ses descendants pour le cas où il mourrait avant d’avoir l’âge de faire un testament. La substitution fidéicommissaire aboutit, en somme, à généraliser le cas précédent : le testateur dispose non seulement pour lui-même, mais aussi pour ses héritiers ; il charge le gratifié (grevé de substitution) de rendre les biens donnés à un tiers qu’il désigne (appelé ou substitué).

118 Une part de la succession et non une part de la « quotité disponible » comme pour la trébellianique : P. Ouriliac, 1937, p. 166.

119 Art. « Innocent III. Législation, les testaments », dans Dictionnaire de droit canonique, t. V, col. 1397-1398 : « Sur les biens des ascendants, les descendants ont une réserve qu’ils tiennent du droit naturel. Aussi, lorsque le fils est sommé de livrer l’hérédité du défunt, il peut déduire le montant de la réserve sur les legs et le montant de la quarte trébellienne sur les fidéicommis, dans lesquels sont comptés les fruits perçus depuis la litis contestatio ».

120 Même si les légistes médiévaux se montraient à l’ordinaire plutôt hostiles au cumul, comme le soulignait par exemple Étienne Bertrand (P. Ourliac, 1937, voir ci-après). Voir aussi et surtout M. Petitjean, 1975, ci-après.
Sur ces différents aspects, on se reportera à la bibliographie suivante :
– P. Ourliac, 1937, p. 160-169 (sur le droit méridional des successions).
– Art. « Testament », dans Dictionnaire de droit canonique, t. VII, col. 1190-1200 (surtout col. 1195).
– P. Ourliac et J. de Malafosse, 1968, t. III, p. 320 (quarte Falcidie), 328-329 (quarte légitime), 472 (les substitutions fidéicommissaires dans les pays de droit écrit), 482 (la légitime romaine dans le Midi).
– M. Petitjean, 1975, p. 205-437 (décrétale Raynutius : p. 289 ; cumul des quartes : p. 395-399).

121 Cela même aboutissait à légitimer des pratiques tout à fait étrangères au droit romain (P. Ourliac et J. DE Malafosse, 1968, t. III, p. 463). Sur le fond, toutefois, le droit romain et le droit canonique étaient également favorables au testament (P. Ourliac, 1937, p. 151 et suiv.). Il est inutile de rappeler que, plus généralement, de nombreuses matières de droit privé (les questions du mariage, de la séparation de corps, de la filiation, par exemple) étaient abandonnées aux prescriptions du droit canonique.

122 III.45 v° (ultimarum voluntatum fere inexpertes).

123 Éd. 1582, p. 10 (ejus materia nobis canonistis fere incognita).

124 III.45 v° (Cogitanti mihi quonam pacto canonistas… legistis successionum materia onustis œquare possem …).

125 P. Ourliac et H. Gilles, 1971,p. 111.

126 C. H. Bezemer, 1987.

127 Ibid., p. 15.

128 Ibid., p. 21.

129 Turin, Bibl. nat., G-I-25, fol. 186-209 : c’était la leçon inaugurale ou principium du nouveau docteur.

130 Corpus juris canonici cum glossis diversorum, t. Il, Decretales, Lyon, 1624, col. 1181-1186.

131 Repetitio… super cap. Rainutius, Pérouse, s.d. [XVe s.].

132 Repetitio in c. Raynuntius, ms. Eichstätt, Universitätsbibl. 486, fol. 171-192 (K. Pennington, History of Medieval Canon Law, t. II, 1140-1500, en préparation, accessible sur internet).

133 Repetitio super c. Raynutius, Cologne, 1488 (ibid.).

134 Repetitio… super capitula Raynucii (sic), s.1.n.d. [Toulouse ?, 1479 ? : v. Pellechet, n° 1837], 116 ff.

135 Éd. 1582, p. 10 note c.

136 F. Roumy, 1998, p. 305 (à propos de l’adoption) : « La décrétale Raynutius, selon Andreas de Barbatia dans sa Repetitio, ne pouvait bénéficier aux enfants adoptifs en raison du debitum juris naturœ, réservé aux enfants légitimes et naturels. Les juristes de la fin du Moyen Âge, à l’occasion de la décrétale, s’interrogeaient sur l’adoption, car la situation du casus correspondait, dans une certaine mesure, à ce qu’on nomme l’unio prolium ou Einkindschaft. Par ailleurs, la question de la quarte offrait une occasion de comparer le cas des enfants légitimes et naturels à celui de l’impubère adrogé ».

137 Disputatio in c. Raynutius, Bourges. 1567 et Quœstionum illustrorum liber ; ejusdem disputatio contra c. Raynutius, s.1., 1585. Cette Disputatio a été reprise dans les Opera omnia de cet auteur publiées à Genève en 1599-1600 : t. I, col. 1007-1012 (Disputatio… contra c. Raynutius… habita Biturigœ anno 1567).

138 Le développement qui suit doit beaucoup à H. Gilles, 1992, p. 71-74 (1970). dont l’exposé, quoique s’appliquant à l’enseignement du droit à Toulouse au XIIIe siècle, garde, pensons-nous, toute sa valeur ici. Voir aussi J. Barbey, 1985 et G. Giordanengo, 1995 (a).

139 À Toulouse, sur une partie seulement des Décrétales ; la décrétale Raynutius était comprise dans les titres lus ordinairement (M. Fournier, 1892, p. 293-294).

140 Ibid., p. 282.

141 Le programme était fixé dans des puncta taxata dont certains ont été conservés (M. Fournier, 1892, loc. cit. et H. Gilles, 1992, p 72-73 [1970]).

142 Comme dans cet avertissement où Benoît exige l’attention de ses étudiants au vu de la difficulté de la matière (en l’occurrence les substitutions) : Obsecro vos omnes ut tam peculiare opus audiendo non connumeretis tegulas domus minusque in acre castra edificetis, sed attente cuncta rimetis, quoniam de substitutionibus non gustabit asinus, imo nec scholaris vagus (II.3.8).
Quelques exemples de formules oratoires : I.57.174 (materia transmissionis necessaria et perutilis vobis tradetur pro pane lucrando gustanda), I.99.65 (or, domini, sane intelligatis …), I.134.501 (quœ omnia de successionibus ab intestato cum multis subjacentibus materiis satis utilibus pro dote dominœ Adelasiœ vobis sufficiant, cum qua, si bene eam intellexeritis, filias vestras forsan dotare satis congrue poteritis), I.149.22 (vos canonistœ, scite debetis quod …), I.163.44 et 164.49 (non sic, domini, non sic fecit Marcus Attilius Regulus/Alexander …), I.177.64 (hœc jam de otio pro vestrum eruditione, ut diligentius studeatis dicta vobis sufficiant), I.204.227 (advertatis tamen vos canonistœ ad unum quod …), I.209.277 (et cum his do finem huic quotidiano ac difficili articulo gratia Dei possetenus discusso ad saturitatem vestrorum, ut credo, ingeniorum), I.224.10 (procedamus, domini, ulterius et dicamus quod…), II.3.6 (or, domini, quia principalis nostra intentio et omnimoda devotio est hanc quotidianam substitutionum materiam, utcupivistis et dietim exposcebatis, declarare), II.23.63 (pro cujus intellectu scire debetis, vos canonistœ, quod …), II.79.232 (cœteras alias differentias poteritis per vos videre), II.89.119 (or, domini, scire debetis), III.3.13 (or, domini, non ita crude intelligatis quod dixi …), etc.
À noter l’utilisation fréquente de la conjonction française « or ».

143 H. Gilles, 1992, p. 74-75 (1970).

144 Voir le plan des études à Padoue au XVIesiècle donné par H. Coing, 1977, t. II/1, p. 53-54. À Orléans, à l’époque de Jean Pyrrhus d’Angleberme, dans les années 1510-1520, il semble que les professeurs les plus anciens (en droit civil, mais peut-être aussi en droit canonique) ne lisaient pas tout le Corpus mais opéraient une sélection : si cela était nécessaire pour l’enseignement, ils avaient le temps pour inter-prêter et expliquer une seule rubrique voire une seule loi ; les autres se chargeaient, de façon plus limitée, du reste (C. M. Ridderikhoff, 1981, p. 141-147).

145 Voir plus haut, p. 147.

146 III.45 v° :… quod fieri facile aliter non poterat quant si testamentum Raynutii ejusque elegantia singula verba commentarentur, prout jampridem in transcurso ordinariœ lectionis factum extiterat, aliquibus post ex pharetra modernorum excerptis.

147 C. H. Bezemer, 1987, p. 21-22 (et C. M. Ridderikhoef, 1981, p. 141-147).

148 J.-L. Thireau, 1985, p. 34-35.

149 P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985, p. 128-131.

150 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 63 (à propos de la méthode de Chasseneuz).

151 J. Brejon, 1937, p. 231 (à propos de la méthode de Tiraqueau).

152 Éd. 1582, p. 10 :… non ut sim novorum inductor, sed per diversos prolixe dictorum brevis transcriptor et summista… eandem Decretalem tremens legendam assumpsi.

153 Ibid., p. 14.

154 Éd. 1582, 5e tome.

155 Cum omnibus bonis ei relictis a patre : I.29.192, II.73.135 et peut-être I.104.124. – Tandem sine liberisestdefuncta : I.8, I.22.123, I.27.175, I.29.197, I.102.93, I.110.199, I.207.254, II.13.8. – Filios suscipiens ex eadem : I.24.136, III.6.53. – Postmodum inter Alterocham et filium ejus : II.70.92. – Quam Adjectœ et viro suo donaverat : I.163.36, I.169.26. – Quam ipsa Petro vendiderat supradicto : I.130.458. Les renvois jusqu’à I.130.458 compris figurent dans des additions d’éditeur d’après l’édition de 1544 ; les suivantes figurent dans le texte original.

156 Voir le texte de la décrétale en annexe (p. 569).

157 II.145.117 : Quœ omnia vobis sufficiant pro nuptias ornando et matrimonia : de quorum materia et substantia nihil dico quoniam textualiter et abunde eam habetis per discursum quarti libri hujus voluminis.

158 On a, semble-t-il, des preuves de la mixité (occasionnelle ?) de son auditoire :… causa latius investigandœ veritatis et utriusque facultatis zelatores in copiosa quantitate hic prœsentes satientur et unusquisque in sua facultate quid tenendum sit clare cognoscat … (I.184.11). Voir aussi I.130.459 et proœmium, p. 10.

159 Éd. 1582, p. 16.

160 Voir le texte de la décrétale en annexe (p. 569).

161 P. Ourliac, 1992, p. 77.

162 Jugement très mesuré dans P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108-109.

163 É. dufour, 1864, p. 23.

164 III.45.

165 Voir, dernièrement. J. Krynen, 1988, p. 132-133.

166 Éd. 1582. p. 14.

167 Ibid., p. 15.

168 Ibid., p. 16. Les références sont donc toujours précises, sauf dans le cas où une allégation vient soudainement à l’esprit du commentateur (III.13.145, à propos d’une consultation d’Angelo de Ubaldis : non recodor quoto, quia nunc venit in mentent consultatio).

169 P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985. p. 128 : « pour toute question ils invoquent comme les scolastiques des "autorités", c’est-à-dire qu’ils accumulent les citations en sens contraire. Budé leur reprochera de distinguer entre les espèces, de multiplier les sectes jusqu’à l’infini, de prendre le contre-pied des opinions communes, de mettre une subtilité dans chaque mot des Pandectes et un piège sous chaque lettre, de citer des auteurs qui ne sont connus de personne et dont le nom obscur fait tout le crédit ».

170 P. Ourliac, 1992. p. 79.

171 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 70-71.

172 Excellente présentation dans P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 109.

173 J.-L. Thireau, 1980, p. 136. Voir aussi P. Legendre, 1962, 149-152.

174 J.-L. Thireau, 1993, p. 24.

175 À titre de comparaison, on notera que, d’après la table des auteurs et des ouvrages cités par Chasseneuz, C. Dugas de La Boissonny estime que Bartole, Balde et Jason sont cités par le juriste bourguignon à peu près dix fois plus souvent que le reste des auteurs (p. 223). On sait qu’à Orléans, à l’époque de Jean Pyrrhus d’Angleberme (1480-1521), l’enseignement du droit civil est fondé sur l’étude du texte du Corpus, de la Glose et des commentaires de Bartole ; celui du droit canonique sur l’étude des Décrétales, de la Glose et des commentaires de Panormitain (C. M. Ridderikhoff, 1981, p. 143 et 146).

176 I.208.271 [main] : Bartolus fuit alter Pythagoras cui tanta veneratio ab auditoribus tributa est ut quœ ab eo acceperant in disputationem deducere nefas existimarent ; quin etiam, interpellati ad reddendum causant, hoc solum respondebant : ipse dixit. À rapprocher de l’exclamation de Tiraqueau à propos du même : Bone Deus quis author ! (J. Brejon, 1937, p. 226).

177 I.3.25 : doctor egregius, juris civilis luminare majus.

178 I.208.271 : [opinio Bartoli] in qua semper esse consuevit substantia veritatis (citation de Ludovicus Romanus, cons. 569). Les formules laudatives à son propos ne sont pas rares : [L.F., cap. extr. Ad reprimendum] quant Bart. alto digito et egregio ac utiliter commentavit et glossavit (II.91.157), etc.

179 I.215.16.

180 III.18.263. – I.201.198. – II.98.228 et 99.253.

181 II.36.43 : Ecce nobilis Baldus semper de rege Francorum laudabiliter est ubique locutus.

182 Voir les exemples fournis par L. Mayali, 1982, p. 95-103.

183 II.38.58.

184 I.233.44 et II.120.109.

185 II.122.132.

186 I.43.9 : plus fidei adhibeo in eo quod dixit legendo quam consulendo. Le respect d’une telle hiérarchie des sources est courante : P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 148 (n. 415 : citation de Guillaume Benoît rappelant de la même manière l’opinion de Felinus sur une consultation donnée par Panormitain à l’archevêque de Florence : I.43.9 [main] renvoyant à I.201.198 [main]).

187 I.201.198.

188 I.188.55.

189 I.189.66.

190 I.208.269 et II.89.133.

191 I.156.85,I.189.65 et II.100.258.

192 I.184.15.

193 II.24.71.

194 II.58.44.

195 I.201.198.

196 II.44.16.

197 I.169.26.

198 II.55.9 : omissis opinionibus quœ potius rudes intellectus gravarent quam acuerent.

199 1155.11 : hanc conclusionem teneo cum singulœ aliœ sint vel ineptœ aut non verœ vel divinativœ.

200 I.5.55

201 I.100.71.

202 I.69.26.

203 I.101.78.

204 I.91.10 et II.136.45.

205 II.121.120.

206 Dont il semble regretter parfois la subtilité I.56.162 : Et hoc jure… utimur, postposita quorundant doctorum citramontanorum subtilitate, quamvis laudabili … Les Français peuvent être suivis par les Italiens (I.224.6 : aliqui citramontani, ut Petrus [de Bellapertica] et quidam alii quos sequitur Cynus) Les Français et les Italiens ne sont pas toujours en désaccord (I.191.96 : est communis opinio doctorum tam citramontanorum quam ultramontanorum).

207 I.85.194. Pierre de Belleperche fut garde des sceaux.

208 II.4.26.

209 I.57.180 et II.116.69.

210 Auteur d’une Practica aurea, il est également cité par Benoît in arbore successionis regni Franciœ. Ce titre n’existe pas à proprement parler, distinctement, dans la Practica. C’est un appendice, ajouté par Pierre Jacobi en 1329 à sa rubrique : de causis ex quibus vassalus etc. Cet appendice donne d’abord un arbre généalogique des rois de France depuis Philippe Auguste, un résumé de l’histoire de France depuis cette époque, avec éclaircissements sur la question de la succession au trône et un aperçu de la dispute de l’assemblée de Vincennes (E. Perrot, 1910. p. 29 n. 1). Sur cet auteur, voir dernièrement A. Rigaudière, 1992, p. 161-210.

211 I.48.76 et I.219.56 (Benoît indique ici que, selon Bartole, il faut croire Faure quand il allègue une coutume, prœsertim ubi allegat propriœ patriœ consuetudinem). Voir aussi I.22.122 où Benoît note que Jean Faure († 1340) a composé son commentaire sur les Institutes sous le règne de Philippe de Valois.

212 I.69.34, I.95.19 et I.105.127 : Fuitclarœ scientiœ doctor noster Tolosanus, loci de Rapistagno a Tolosa quinque leucis distantis oriundus, apud Italos maxime reputationis, ut Cynus, Bartolus et Baldus et cœteri in eorum lecturis eum ut plurimum sequentes, evidenter demonstrarunt. I.59.200 : quem omnes sequuntur. Sur Guillaume de Cunh, voir dernièrement J. Krynen, 1994, p. 101-116.

213 II.24.74 : sed contrariant opinionem tenuerunt citramontani nostri quos Jason vocavit subtiles, scilicet [Guillaume de Cunh], doctor Tolosanus. Voir P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985, p. 126.

214 Ibid. Voir P. Ourliac, 1992, p. 87.

215 La contribution des Tractatus de Terrevermeille aux réflexions de Benoît sur le droit public de la succession royale sera étudié en détail au chapitre correspondant de la deuxième partie.

216 Seule citation : I.88v°.3 (Repetitio in L.F., 2, 55). Ce juriste marseillais fut professeur à Avignon où il composa un Comprehensorium feudale (1418) : voir G. Giordanengo, 1992, p. 131-132.

217 Dont la liste demeure incomplète. Les spécialistes de Chasseneuz et de Du Moulin disent que l’on ne peut les « nommer tous tant ils sont nombreux ».

218 I.85.194 et II.28.113. Pour F. C. von Savigny, 1850, t. V, p. 401 (suivi en cela par D. Quaglioni, auteur de la notice du Dizionario biografico degli italiani, t. 37, p. 244-245), le séjour toulousain de Jacques d’Arena résulte d’une confusion avec Jacques de Révigny. Mais c’est Pierre de Belleperche qui a, un temps, gardé le sceau de Philippe le Bel. Nicolas Bertrand aussi (Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. 50v°) semble confondre Jacobus de Arenis avec Jacques de Révigny.

219 I.153.60 : Dinus quare damnatus.

220 II.93.182.

221 I.184.15.

222 Auteur d’un Repertorium super operibus Bartoli (Milan, 1481) très souvent réédité au XVIesiècle (Lyon, 1504, 1511, 1514, 1517, etc.). Voir F. C. von Savigny, 1850, t. VI, p. 294-311.

223 F. C. von Savigny, 1850, t. VI, p. 324-327 et surtout Dizionario biografico degli italiani, t. 15, p. 790-797.

224 Auteur de fameux et très répandus traités (de servitutibus prœdiorum et surtout de cautelis, les « cautelles diaboliques » ridiculisées par Rabelais, Pantagruel. X). Voir F. Calasso, 1954, p. 584.

225 I.43.14 : quod in meo Baldo non reperi.

226 I.218.39 : De quodam alio recitat idem Bartolus quem habeo in quadam antiqua sua lectura, quœ non est in impressis in [Cod., 1, 3, 57]. – I.126.405 : une lectura de Nicolas Spinelli de Naples est hodie impressa post lecturam Bartoli, quia paucum scripserat super illo libro [Dig., 50, 2, 3, 2], – II.138.62 : Bartolus in quadam lectura antiqua hodie non impressa in [Cod., 1,4, 12].

227 II.11.1 : mention de la publication du commentaire de Balde sur le Code avec le divinum schismatis consilium, hodie in rub. [Cod., 6, 34] impressum (art. « Baldi de Ubaldi », Dictionnaire de droit canonique, t. II. col. 41 : consultation figurant au Commentaire sur le Code. I, 6 ; 33. après le titre De edicto divi Hadriani).

228 I.227.32 : mention de la publication des Consilia de Paul de Castro (consilium CCXXXIIII, incip. Visis et consideratis omnibus, quodquidem consilium est de verbo ad verbum in consiliis suis noviter in IIII vol. impressis consilium LXXVII), imprimés pour la première fois à Rome, en 1473 (Dizionario biografico degli italiani, t. 22, p. 231).

229 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108.

230 I.159.21, I.228.43, etc. Modernes parfois accusés de trop grande subtilité (I.131.474 : Quicquid subtilizando ac mentham et anetum decimando nonnulli dixerunt moderni …).

231 Auteur d’un commentaire sur les Institutes imprimé en 1483 et à Venise en 1484.

232 Cité I.126.408 pour son De syndicatu imprimé à Naples en 1472.

233 Cité I.31.207 pour sa Repetitio sur le c. Quamvis, de pactis [Sextus, 1, 18.2] imprimée à Toulouse en 1479 (BNF, Rés. F. 53).

234 Plus romaniste que canoniste, il est l’auteur de Consilia édités dès 1482 (P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 91 n. 22).

235 Fils du canoniste Marianus Socinus, ami de Politien (ibid., p. 67). Cité II.24.72.

236 Abondamment cité, il semble avoir été connu et assimilé de Benoît très peu de temps avant l’écriture de la Repetitio (I.192.111 : et hœc opinio prius quant viderim Ja. fuit mihi semper visa verior et veritati juris magis consona secundum quant sœpe consulta). Seuls avaient alors paru les commentaires sur le Code (première partie : Pavie, 31. III.1491 ; deuxième partie : Pavie, 31. I.1493) et le Digeste vieux (première partie : Pavie, 24. III. 1492 ; deuxième partie : Pavie, ca. 1489). Les commentaires sur l’Infortiat et sur le Digeste neuf n’ont, semble-t-il, pas été imprimés avant 1498-1499 (Indice generale degli incunaboli delle biblioteche d’Italia, art. « Maino » reprenant les répertoires d’incunables disponibles).

237 Lancelot n’est allégué qu’une fois (I.31.217). Philippe six fois, dont cinq citations de ses Consilia imprimés à Venise en 1508 (Dizionario biografico degli italiani, t. 33. p. 556) ; les citations sont toutes comprises dans des additions [main], probablement de l’auteur : I.4.39, I.34.264, I.99.60 et 63, I.103.102, I.114.244. Sous cette dernière référence, Benoît allègue une consultation de 1487 : ut singulariter decidit Philippus Decius in quodam suo consilio [main : quod nunc est impression, nutne. vigesimoquarto consil.] anno Domini millesimo CCCCLXXXVII eleganter reddito.

238 Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 131. Mention d’une édition imprimée I.158.17 : decisio CXXVII et CXXVIII in impressis.

239 I.215.4 ; II.115.61 ; II.117.74 ; II.138.63. Sur cet auteur, voir p. 468 et n. 113.

240 Barthélemy de Chasseneuz ne le découvre qu’en 1531, à la faveur de l’édition de ses conseils (C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 65-66).

241 II.36.45 [main] : De quo habemus nunc clarius hoc decisum per Joannem Ferraldum, procuratorem fisci Cenomanen., in suo tractatu de juribus et privilegiis Francorum regis… Sur l’auteur et la tradition de son traité, voir p. 540 et n. 567.

242 I.189.65.

243 II.74.148.

244 Pour affirmer l’existence de l’adoption, Benoît donne pour preuve le cas de Jean Calderini qui avait été adopté par Jean d’André « qui n’avait pas de fils » (I.108.164). Voir F. Roumy, 1998, p. 306.

245 I.211.19. « Au cours du XVe siècle, en France, le droit canonique représente une discipline qui est nettement délaissée… Sans doute, à Poitiers, Hélie Régnier compile-t-il ses Casus longi super Sexto Decretalium, de forme tout à fait classique et qui connurent un certain succès. » (P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 106).

246 II.51.31 : Petrus de Ancharano consil. LXIIII sed in meo libro est consilium LXVII incip. Similiter ad plenum.

247 II.90.139 : videatis plene… in quadam quœstione… impressa in fine prima consiliorum partis Andreœ Barbatiœ (P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 91 : édition Milan, 1489 puis Venise, 1500).

248 Le Repertorium (cité I.200.193), dédié à Sixte IV, a été publié pour la première fois à Rome en 1481. Bertachini est également cité (I.232.31) pour son Tractatus de gabellis, édité à Venise en 1489. Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971. p. 113 et 124 et Dizionario biografico degli italiani, t. 9, p. 441.

249 Cité pour ses commentaires : sur le livre IV des Décrétales, imprimé à Pavie en 1476 ; sur les Fiefs (Pavie, 1490) ; sur le tit. De appellationibus (Côme, 1474 ; Pavie, 1488). Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 92 et 112 et K. Pennington, History of Medieval Canon Law, t. II, 1140-1500, en préparation, accessible sur internet.

250 Sa lecture sur les Décrétales (Venise, 1489-1497. d’après K. Pennington, cité à la note précédente) était fort appréciée « pour l’exacte reproduction des opinions des canonistes qu’il y a réunies » (P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 92).

251 I.223.91 : qui pulchre loquitur.

252 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 128-129. Benoît fait en effet la différence entre les antiquœ decisiones (hodie per ordinem rubricatis, I.63.260) et les novœ.

253 Ibid., p. 134-135. Voir I.86.204.

254 Ibid., p. 106-107 n. 130.

255 Première approche dans P. Ourliac et H. GILLES, 1971, p. 130. Pour le détail de sa vie et de ses œuvres p. 126 et suiv. Dans la Repetitio, les « Questions de la chapelle » sont citées 6 fois ; la répétition, 18 fois. S’agissant des autres œuvres d’Aufréri utilisées par Benoît, il faut ajouter une citation de la glose du Stilus de Guillaume Du Breuil (I.80.147 [main]) ; 28 du « Traité des arrêts » ; 41 du « Recueil des ordonnances royales » (pour ces deux dernières œuvres, voir plus loin, p. 183).

256 Trois citations : I.78.132 ; II.64.33 ; II.66.47. Sur cet auteur et les multiples éditions de son œuvre à partir de 1490, voir p. 120.

257 BMT, ms. 589, fol. 2v°-3.

258 Imerius, Hugolinus, Placentinus, Martinus, Jean Bassien, Azon, Accurse, Odofredus, Jacques de Révigny (?), Dinus Mugellanus, Pierre de Belleperche, Jacques de Belvisio, Jacques Butrigario, Cinus de Pistoia, Bartole, Balde, Albéric de Rosate, Angelo de Ubaldis, Jean de Platea, les deux Salicet, les deux Raphaël, Jean de Imola, Paul de Castro, Ange de Gambilonibus et Alexandre Tartagna.

259 Innocent IV, Bernard de Parme, Geoffroy de Trani, Henri de Suse, Gui de Baysio, Jean Lemoine, Le Collectaire, Jean Calderini, Jean d’André, Jean de Legnano, Antoine de Butrio, Nicolas de Tudeschi et André de Barbatia.

260 Trente ans plus tard, dans une liste des grands juristes français (26 noms) insérée par Chasseneuz dans son Catalogus gloriœ mundi (1529), on retrouve, avec constance, Jacques de Révigny, Pierre de Belleperche, Guillaume Durand. Guillaume de Cunh, Jean Faure, Guillaume de Montlauzun, Henri Bohic et toujours Cosme Guymier (P. Arabeyre, 2002).

261 C’est encore la règle à laquelle obéit Chasseneuz (C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 69).

262 I.184.15 et I.194.136. Autres formules : II.105.319 (d’après Bartole), II.127.190, II.141.84 (d’après Hostiensis).

263 II.44.14 : Et hœc est communis opinio in qua omnes unanimiter conveniunt excepto Jasone … sed non euro.

264 Sur tous ces aspects, excellents développements dans P. Ourliac, 1937, p. 47-49 et 1965 repris dans P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 142-147 (la raison et la vérité ; l’autorité des docteurs ; la commune opinion). Voir aussi M.-F. Renoux-Zagamé, 1990, p. 135-136.

265 Une telle rapidité dans la prise de connaissance des auteurs les plus récents n’est pas l’apanage de Guillaume Benoît. Étienne Aufréri, dans les traités adjoints en addition à sa répétition sur la Clémentine Ut clericorum (1508-1511 ; éd. Lyon, 1512), cite également Jason (éd. Lyon, 1533, fol. 48), Felinus (fol. 43) et même Hippolyte de Marsiliis, † 1529 (fol. 56 v°).

266 Pour Felinus, voir ci-dessus p. 178. Pour Jason, il n’est que de citer l’opinion d’Alciat rapportée par P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 147 : « avant [Jason] si quelqu’un désirait étudier une question, il lui fallait, à cause de la confusion des anciens auteurs, se plonger dans de multiples volumes, y consacrer inutilement un temps considérable ; c’est lui qui nous a délivré de cet ennui en ramassant dans un ordre parfait tous les avis et en triant, avec une merveilleuse facilité, l’opinion commune ». Comment mieux exprimer le but poursuivi par Benoît dans la matière du droit des successions ?

267 Ibid., p. 142. À partir du XIV’siècle, « l’idée de l’Utrumque jus le cède à la dogmatique d’un Jus commune », selon la formule de P. legendre, 1965, p. 925.

268 J.-L. Thireau, 1990, p. 156 et n. 18. Voir aussi J.-L. Thireau, 1993. p. 31-32 à propos de l’argument de Balde selon lequel l’autorité du droit romain en France est comparable à celle de la jurisprudence des tribunaux : les jugements rendus par une juridiction n’obligent pas les autres, mais celles-ci peuvent s’y conformer spontanément si elles le jugent bon, pour la raison qui est en eux.

269 Voir plus loin, p. 362 et suiv.

270 I.61.235 allégué dans B. DE Chasseneuz, Consilia, Lyon, 1588, Cons. VIII, n° 23-28, fol. 31 (citation mise en exergue par J.-L. Thireau, 1990, p. 157 n. 21). Voir aussi ibid., p. 162 (à propos du rejet du jus commune, après Du Moulin) : « Le souci d’utiliser tout ce qui pouvait apparaître comme un précédent historique est … constant chez les partisans du droit français ». On ne retrouve cependant pas chez Benoît la même volonté de se référer aux ordonnances royales des XIIIeet XIVesiècles qui avaient cherché à limiter la pénétration du droit romain.

271 Éd. 1582, p. 14 note h.

272 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 109 et 111.

273 J.-L. Thireau, 1990, p. 167-168.

274 A. Rigaudière, 1990, p. 46-48.

275 Comme l’a fait justement remarquer G. Giordanengo, 1989, p. 303.

276 J. Brejon, 1937, p. 99.

277 G. Giordanengo, 1989, p. 305-307.

278 P. Contamine, 1995, p. 205-209.

279 (additiones) I.12.38 ; I.13.48 ; I.13.50 ; I.14.51 ; I.45.41 ; I.60.219 ; I.62.241 ; I.62.247 ; I.63.265 ; I.66.21 ; I.69.26 ; I.69.32 ; I.70.40 (2) ; I.71.52 ; I.83.173 ; I.84.191 (2) ; I.89.6 ; I.95.20 ; I.95.21 ; I.96.27 ; I.96.33 ; I.117.289 ; I.118.295 ; I.119.312 ; I.121.344 ; I.130.467 ; I.133.489 ; I.133.492 ; I.197.163 ; I.233.39 ; II.36.44 (2) ; II.64.33 ; II.65.36 ; II.66.46 ; II.67.50 ; II.67.52.

280 Se reporter aux analyses d’André Viala sur la « vérification des lettres patentes du roi » (1953, t. Il, p. 404 et suiv.).

281 Voir A. Viala, loc. cit. et t. I, p. 11-13 (présentation des sources utilisées par l’auteur dans le fonds du parlement de Toulouse). Ces éventuels registres sont inconnus des conservateurs des Archives départementales de la Haute-Garonne.

282 [mains] 1.5.63 ; I.11.26 ; I.13.44 ; I.13.48 et 50 ; I.14.51 ; I.62.241 et 246 ; I.68.10 ; I.69.32 ; I.79.144 ; I.80.147 ; I.83.173 ; I.87.217 ; I.91.11 ; I.92.16-17 ; I.95.5, 9 et 21 ; I.96.33 ; I.97.39 ; I.117.289 ; I.118.295 ; I.119.312 ; I.121.344 ; I.124.379 ; I.130.467 ; I.133.489 et 491-492 ; I.141.26 ; I.179.23 ; I.197.163 ; I.217.34 ; I.233.39 ; II.66.46 ; II.75.164 ; II.83.29 ; II.88.116 (additio) ; II.93.172.

283 Stilus Parlamenti, arrestorum, processuum et ordinationum…. éd. Celse-Hugues Descousu, Lyon, S. Vincent, 1513 [n. st.) (BM Lyon 126.613) : [7epartie] Septima tandem et ultima varias summatim ordinationes regias in sese continet et complectitur [Ordinationes régie] (fol. I-XLVI).

284 Éd. Du Moulin Paris, 1551.

285 P. contamine, 1995, p. 205-209.

286 Ordinationes regie, 1513, fol. I.

287 Seule une addition portée en I.70.35 signale, par exemple, la publication de la répétition de la Clémentine Ut clericorum alors que ce texte semble avoir par ailleurs inspiré maints passages de la Repetitio.

288 Pour être complet, il faut également noter que certaines ordonnances sont signalées par un numéro d’ordre par règne (exemple : I.14.56, Ludovicus XII anno Domini M CCCCXCVIII sui regni primo, ordinatione sua XL ; les trois références apparaissent en I.233.39 pour désigner la même ordonnance de Charles VIII). Or, cette numérotation ne peut correspondre à une numérotation en continu des ordonnances figurant dans le « Recueil des ordonnances » d’Aufréri, car lorsque le renvoi au recueil manque, l’ordonnance y est introuvable en dépit de l’indication du numéro ; en outre, s’agissant de l’ordonnance précitée de Louis XII, la recherche est inutile car la collection publiée par Descousu ne contient aucun acte de ce roi.

289 I.14.59 (1470) ; I.33.247 (Paris. 1290/1) ; I.58.186 (Paris et Toulouse) ; I.58.199 (Toulouse) ; I.60.213 et 216 (Paris) ; I.62.242 (Paris) ; I.70.35 (Paris, 1385) ; I.71.49 (Paris, 1385) ; I.76.111 (Paris, 1330 ?) ; I.77.126 (Paris. 1386) ; I.78.132 (Paris et Toulouse) ; I.78.134 (Toulouse, 1444) ; I.80.147 (Paris, 1399/1400) ; I.80.149 (Toulouse, 1469/70 + 1475 + 1477 ou 1478) ; I.81.152 (Toulouse, 1454/5 + 1472) + (Paris) ; I.81.153 (Toulouse, 1457/8) ; I.82.161 (Toulouse, 1463 et 1464) ; I.83.173 (arrêt de la Chambre des comptes de Paris) ; I.84.189 (Paris, 1384) ; I.88.228 (Paris, 1391) ; I.116.272 (Paris) ; I.125.389 (Paris) ; I. 145.10 (Paris et Toulouse) ; I.179.15 (Paris, 1389) ; I.232.33 (Toulouse, 1479) ; I.234.46 (Paris, 1385) ; II. 65.36 (Paris, ? et 1463) ; II.67.50 (curia parlamenti Burdegalœ) ; II.76.183 (Toulouse, 1458 ?) ; II.97.222 (Paris. 1385) ; II.101.272 (Paris, 1477) ; III.12.140 (Toulouse, privilège fiscal des veuves de docteurs ou de conseillers).
À ces 41 mentions il faut ajouter les 7 arrêts du parlement de Toulouse suivants : 1485/6 (II.106.341) ; 1486 (II.64.33) ; 1486/7 (I.14.59) ; 1487 (I.81.154) ; 1487 (II.64.33) ; 1487 (III.18.26) ; 1488/9 (II.64.33), ainsi que les 20 arrêts et instances des parlements de Toulouse et Bordeaux mentionnés dans des additions dont les références ont été données à la note 73.

290 L’œuvre d’Aufréri renseigne, par exemple, Tiraqueau sur la jurisprudence toulousaine (J. Brejon, 1937, p. 321).

291 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 103-210 (1971). L’auteur a édité dans cet article les 74 arrêts du parlement de Toulouse contenus dans le recueil d’Aufréri.

292 [mains] I.33.247 et 249 ; I.58.186 ; I.59.199 ; I.60.213 et 216 ; I.62.242 ; I.70.35 ; I.71.49 ; I.78.126, 132 et 134 ; I.80.147 et 149 ; I.81.152-153 et 155 ; I.82.161 ; I.84.189 ; I.87.218 ; I.88.228 ; I.116.272 ; I.125.389 ; I.145.10 ; I.179.16 ; I.234.46 ; II.97.222 ; II.139.66 (additio).

293 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 104 n. 8 (1971), a donné les références fournies par Benoît aux numéros de l’édition de 1513 du recueil d’Aufréri. Nous ajoutons : I.33.247 ; I.33.249 (arrêt 6) ; I.78.126 (arrêt 51 ?) ; I.84.189 (arrêt 143).

294 Voir plus haut, p. 95 et n. 93.

295 I.47.56 . Voir aussi I.132.477.

296 I.132.477. Voir aussi I.102.101, 112.124, 113.227.

297 I.55.156. Voir aussi I.60.220,91.7, 97.44, 200.194 ; II.117.77 et 118.87.

298 I.46.49. Voir aussi (sous l’influence de Masuer) I.60.220, 116.270.

299 Voir p. 364.

300 II.116.70.

301 II.119.103.

302 Il n’existe pas d’étude récente sur Jean Masuer. Se reporter à : A. Esmein, 1919, p. 807-808 ; F. Olivier-Martin, 1948, p. 418 ; P. Ourliac et J.-L. Gazzaniga, 1985, p. 107 et dernièrement F. Roumy, 1998, p. 301 et suiv.

303 J. Brejon, 1937, p. 104 : vir in interpretandis nostris consuetudinibus Gallicis maximus ou legum et consuetudinum Franciœ peritissimus. Pour de L’Hommeau, Masuer est un des grands juristes français : « Je me suis toujours estudié à descouvrir les secrets de nostre jurisprudence françoise et, pour y parvenir, posposant à l’estude les profits du Palais, depuis quelques années je me suis adonné à la lecture des livres des jurisconsultes François, comme de Faber, Masuer, Dumoulin, Chopin et autres qui ont tellement enrichi le droict François qu’il excelle maintenant par sus le droict Romain » (Deux livres de la jurisprudence françoise …, Saumur, 1605, p. 4 relevé par J.-L. Thireau, 1990, p. 173).

304 I.98.45.

305 P. Ourliac, 1992, p. 92.

306 Voir, à ce propos, la conclusion de l’enquête de G. Giordanengo, 1999 sur l’utilisation des termes jus commune et « droit commun » en France, du XIIIe au XVe siècle, p. 232-233. « La transformation du droit commun en droit supplétif était en marche ».

307 Cité par J.-L. Thireau, 1990, p. 175.

308 Se reporter aux considérations de C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 64-65.

309 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 147.

310 « Il y avait déjà longtemps que les auteurs d’œuvres juridiques affichaient leur ambition d’incorporer dans leurs textes les opinions de leurs prédécesseurs et de leurs contemporains sur le sujet qu’ils traitaient. Un bon exemple a en été donné par Gilles Bellemère qui a fait copier des passages entiers d’auteurs afin, a-t-il explicitement déclaré, d’éviter à ses lecteurs d’avoir à se reporter aux originaux » (communication écrite de M. Henri Gilles, 29 juillet 1999).

311 A. Viala, 1953,t. I, p. 291 et suiv.

312 Voir J. Brejon, 1937, p. 327-335 et J.-L. Thireau, 1980, p. 140-149.

313 III.9.41.

314 I.152.45. Le poète serait-il confondu avec le toulousain L. Statius Ursulus qui fut, sous Néron, un orateur et un professeur d’éloquence assez célèbre pour que son nom. connu de Suétone, soit passé dans les chroniques universelles de saint Jérôme et Cassiodore (P. Wolff, 1974, p. 39) ?

315 Tacite n’est cité que par l’intermédiaire de l’index du Commentaire de César par Raymond Marlian (I.16.77).

316 II.135.39.

317 III.13.153.

318 Deux mots grecs apparaissent dans la Repetitio : à propos de l’otium, Benoît évoque la vertu qu’Aristote nomme ευπρατελια (enjouement) dans l’Éthique (I.177.63) ; à propos de la lascivité il fait allusion, d’après Plutarque, au caractère de celui « qui aime son corps » : φιλοσωματο (II.140.76).

319 I.136.33 ; II.144.106 ; III.4.20.

320 Sur le Corpus hermeticum, voir J. Berlioz, 1994, p. 60. Le Liber de VI rerum principiis également cité par Benoît (I.149.27) est une œuvre latine du XIIesiècle.

321 Diodore de Sicile, si précieux pour la connaissance de la Gaule, a été traduit du latin par Le Pogge et édité à Bologne en 1472 (P. Gilli, 1994 (a), p. 77).

322 II.100.260.

323 L’ouvrage, qui décrivait, en vers homériques, les épisodes de la vie du Christ d’après le Nouveau Testament, est évoqué par Benoît à propos du Centon de Proba, qu’il dit avoir souvent lu et lui-même copié (I.10.15).

324 I.20.105 [main] et I.64.7 (d’après Rolevinck). Voir Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. I, col. 1943-1958.

325 II. 137.53. Jacques Legrand, né peut-être à Toulouse, est l’auteur d’un Sophilogium, manuel de morale très souvent réimprimé. Voir Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 733-734.

326 Summa moralis : I.2.9 (d’après Gaguin ?) ; II. 131.15, II. 135.39. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 3, p. 524-532.

327 J.-L. Thireau, 1980, p. 143-144.

328 II. 100.260-261.

329 II.96.218. L’authenticité de cette correspondance avait pourtant été contestée par Lorenzo Valla (1407-1457) : voir L. D. Reynolds et N. G. Wilson, 1991, p. 96.

330 II.145.116 :… quœ si quis animadverterit, multam in hac fabula Evœ similtudinem inveniet a qua initium cœpisse peccati accepimus… Voir le tableau de Jean Cousin (avant 1550) : Eva prima Pandora. Le rapprochement remonterait à l’Église primitive (J. Hall, 1994, p. 294-295).

331 I.212.30 :… et si ingrata proles Redemptoris et sanctorum non moveatur, saltem gentilium exemplo incitetur ad venerandum parentes.

332 Un seul exemple : Horace cité par la glose d’Accurse (II.100.258).

333 I.220.61. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 20, p. 136-138.

334 Proœmium, p. 11 note o. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 15, p. 593-595.

335 Voir p. 314 et suiv.

336 I.12.29. Voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 20 et 133.

337 Pour nombre d’entre eux, se reporter à B. Quilliet, 2002, index.

338 II.143.102. Voir P. Ourliac, 1994, p. 150. Dernière nouvelle du Décaméron de Boccace, Griselda fut traduite en latin par Pétrarque dans une de ses lettres à l’auteur en 1374. Philippe de Mézières traduisit cette version en français. Voir Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 581 et 1133-1135.

339 De nobilitate : I.24.132 (Bonartisius de Montemagno, orator optimus) ; II.131.20 (Bonatumsius Pistoriensis) et II.133.27 (Bonartusius de Montemagno). [Catilinœ] responsio invectiva contra Ciceronem/ad invectivant Ciceronis : I.142.45 [main], I.198.181 [main] ; II.88.104 ; II.94.189 ; II.98.229, II. 100.258. Voir Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 215-216.
Il est à noter que Benoît rend le De nobilitate, parfois porté au compte de Leonardo Bruni ou du Pogge, à son véritable auteur. Jean Miélot en avait fait une traduction française en 1449.

340 II.84.59. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 14, p. 618-633. E. Beltran, 1992, p. 158 relève que les Lettres de Bruni ont été copiées à Toulouse en 1476 à l’intention d’une vieille connaissance de Guillaume Benoît, Pierre de Saint-André, futur premier président au parlement de Toulouse (BNF, ms. lat. 8574).

341 I.141.34. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 13, p. 640-646 et Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 1200.

342 I.142.44. Une autre lettre citée par Benoît est celle qu’Æneas adressa au duc de Ferrare Borso d’Este (I.18.91,I.58.198).

343 I.126.405, I.142.41 ; II.133.31. Sur la diffusion des œuvres du futur pape Pie II : Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 22-23. De l’histoire des deux amants fut tirée une version française due à Octovien de Saint-Gelais.

344 I.16.77. I.84.178 ; III.17.231. Marliano/Marlian fut professeur à Dole, puis (1461-1463) à Louvain, avant de devenir chanoine aux cathédrales de Liège et de Besançon. Cet « éminent juriste mais aussi humaniste considérable ». ami du chancelier de Bourgogne Guillaume Hugonet, a rédigé son commentaire géographique concernant la Gaule dans les œuvres de César et la Germania de Tacite (fraîchement découverte) vers 1469-1470 : A. et W. Paravicini, 2000. p. 295-297 ; voir aussi C. Beaune, 1985 (a), p. 33.

345 II.8.30. Voir A. Renaudet, 1916, p. 149-150.

346 I.6.63 [main] ; III. 12.114 [main].

347 I.167.13 [main], I.176.54 [main], I.230.5 [main] ; II.6.20 (additio) ; III.8-9.34-35.

348 Voir Dictionnaire de théologie chrétienne, t. IX, col. 1918-1923 ; Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. VIII, col. 822-826 ; A. Renaudet, 1916, p. 125-126 et 258-259 ; et surtout C. Béné, 1991.

349 I.11.24 [main]. Voir J. Engels, 1974, p. 10.

350 Voir Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. IX, col. 1338 et Dizionario biografico degli italiani, t. 13, p. 341-344.

351 Proœmium (après 1503), p. 12 note a ; I.143.51 [main] ; I.144.63 [main] : I.216.19 [main].

352 I.10.16 [main] ; I.10.18 [main] ; 1.64.5 [main] ; I.111.202 [main] ; II.64.33 [main] (même lettre que I.64.5) ; II.85.62 ; III.46v°-47.

353 I.11.26 (addition non signalée). Voir Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 646.

354 I.23.132 [main]. Das Narrenschiff a été publiée en 1494 ; la version latine (Stultifera navis) et la traduction française, en 1497 (A. Renaudet, 1916, p. 240 et P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 102).

355 Sur les conditions de documentation (bibliothèques, livres imprimés) à la fin du XVesiècle, voir les développements très suggestifs de F. Collard, 1996 (a), p. 98-104 à propos du travail d’historien de Robert Gaguin.

356 M. Flodr, 1973, p. 2, 31, 86, et 294.

357 Pour ce qui suit, nous empruntons beaucoup à J. Verger, 1995, p. 407-416 et 1996, p. 100-112.

358 N. Bertrand, Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. 48.

359 M.-H. Jullien de Pommerol et J. Monfrin, 1991, p. 42-55. Pour plus d’information sur d’autres bibliothèques de collèges toulousains, voir M. Fournier, 1890.

360 D’après un inventaire publié par M.-H. Jullien de Pommerol, 1979.

361 B. Guenée, 1980, p. 178 (à propos des historiens). Étienne Bertrand était ainsi capable de rédiger une longue consultation assortie de nombreuses références sans avoir eu un seul livre sous la main (P. Ourliac, 1937, p. 47).

362 I.200.193. Sur cet ouvrage, voir plus haut, p. 177 ; sur les dictionnaires, tables et concordances en usage dans le monde des canonistes au XVe siècle, voir P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 123-126.

363 J. Berlioz, 1994, p. 91. Cela est aussi vrai pour les auteurs grecs connus dans la version latine de leurs œuvres.

364 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108.

365 F. Collard, 1996 (a), p. 98-100.

366 E. Beltran, 1992. p. 156.

367 I.72.64.

368 II.90.140.

369 P. Arnauldet, 1904, p. 153 ; 1910, p. 304 et 324 ; Des livres et des rois, 1992, p. 172 et p. 122-123.

370 Sur Gaguin et son milieu, S. charrier, 1996, p. 33-73. Voir aussi A. Renaudet, 1916, p. 118- 121.

371 F. Collard, 1996 (a), p. 54.

372 Voir p. 100.

373 E. Beltran, 1992, p. 147-149 et 155.

374 Tripertita consultacionum, Turin, Bibl nat., G-I-25, fol. 102 (avant 1435).

375 P. Arabeyre, 1987 (a), t. I, p. 2, 45, 47, 51, 59, 63, 91. Le manuscrit de présentation porte une initiale historiée du Maître de Saluces, Antoine de Lonhy (F. Avril, 1989).

376 E. Beltran, 1992, p. 159.

377 Ibid., p. 158.

378 Sur le séjour d’Andrelini à Toulouse, voir P. Imbart de La Tour, 1944, t. Il, p. 353 et 356 ; A. Renaudet, 1916. p. 122-123 ; G. Tournoy-Thoen, 1973, p. 66 ; S. charrier, 1996, p. 65-67.

379 Pour P.-F. Girard, 1922. p. 40-45, l’édition de Chappuis est à placer dans la liste des ouvrages « inspirés des tendances nouvelles ». Voir aussi l’opinion de D. Maffei, 1956, p. 95-99.

380 A. Degert, 1907 ; P. Imbart de La Tour, 1944, t. IL p. 356 ; S. Charrier, 1996, p. 61.

381 J. Verger, 1995. p. 411-412.

382 P. Ourliac, 1994, p. 149.

383 B. Guenée, 1980, p. 108 citant R. Doucet, 1956. p. 12-13 et 83-89.

384 Voir G. D. Guyon, 1976.

385 Pour Tiraqueau et Du Moulin, voir les ouvrages de J. Brejon et de J.-L. Thireau. C. Dugas donne en annexe de sa thèse la table des auteurs et ouvrages cités par Chasseneuz (525 auteurs et ouvrages différents cités).

386 C. Dugas de La Boissonny, 1977, p. 67-68.

387 J. Brejon, 1937, p. 330.

388 Éd. 1582, p. 14 : Nec vetera Romanorum exterorumque prœsertim regni exempta nec Francorum historiam tacebo…

389 B. Guenée, 1980, p. 33-35.

390 B. Guenée, 1980. p. 346-350.

391 I.152.43 [main],

392 Voir É. DUFOUR, 1864, p. 26 (III. 17.230-232).

393 I.133.497-498 (voir p. 385) ; I.88.227 (voir p. 414) ; voir aussi I.95.11.

394 I.63.266. Benoît déclare également avoir vu une consultation portant sur l’exemption du monastère de Figeac qu’il a peut-être découverte dans les archives de l’établissement (I.72.66) ; voir p. 505 n. 369.

395 I.118.300.

396 I.132.482 (arrêt d’enregistrement de l’ordonnance de 1432 sur l’interdiction aux étrangers de tenir des bénéfices dans le royaume ; voir p. 382 n. 638).

397 II.36.44 ; voir 376 n. 587.

398 III.22.43 et 26.114 (ut clare de iis omnibus et singulis constat per legitima documenta in thesauro chartarum regiarum Parisius existentia).

399 B. Guenée, 1980, p. 306.

400 I.120.324 ; I.147.6 ; II.140.74 ; II.145.115.

401 R. Brun, 1968.

402 I.200.195 ; II.5v°.3. II.36.41 ; II.138.62 ; III.8.17 ; III.13.160. Voir Dizionario biografico degli italiani, t. 27, p. 337-338 et B. Guenée, 1980, p. 108, 244 et 294.

403 Voir p. 256.

404 I.176.57 [main] (le dernier mérovingien s’appelait-il Childéric/Gaguin ou Carloman/Antonin ?) et II.78.208. Autres mentions : I.10.19 [main], I.177.63, I.216.19 ; II.139.72. Sur cet auteur, outre ce qui a déjà été dit, voir : Dictionnaire de théologie catholique, t. I, col. 1450-1454 ; Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. III, col. 856-860 et surtout F. Collard, 1996 (a), index.

405 I.16.76 ; III. 17.233 ; I.72.66 et I.6v° [main] ; I.64.6. Autres mentions : I.11.23, I.212.33, I.217.36 ; II.5v°.2, II.7.22, II.99.241,II.100.262-263, II.131.18,II.135.39 ; III.5.43. Sur cet auteur, voir : B. Guenée, 1980, index (surtout p. 307) et F. Collard, 1996 (a), p. 104, 140 et 142.

406 I.16.77 et I.73.73. Autres mentions : I.15.62, I.22.117, I.65.11 et 18. I.136.32, I.178.4, I.189.70, I.200.193 ; II.94.193, II.136.45, II.138.61 ; III.8.29, III.13.151 et 156. Sur cet auteur : Dizionario biografico degli italiani, t. 48, p. 801-803 ; C. Beaune, 1985 (a), p. 36 et J. Britnell, 1993 (source de Lemaire de Belges) ; P. Gilli, 1994 (a), p. 74 ; F. Collard, 1996 (a), index, surtout p. 143 (source de Gaguin).

407 Compte non tenu des références (24) comprises dans le Tractatus de ducatu Normaniœ.

408 La connaissance de l’œuvre de Robert Gaguin est dominée par les études approfondies de Franck Collard (essentiellement sa thèse soutenue en 1994 et publiée partiellement en 1996 ; voir en bibliographie la liste des différentes contributions de l’auteur également utilisées). Nous tenons ici à reconnaître l’étendue de notre dette à l’égard de ces travaux et à remercier leur auteur pour les quelques indications verbales qu’il a pu nous fournir. Sur Gaguin, on peut aussi consulter M. Schmidt-Chazan, 1978 et S. Charrier, 1996.

409 Voir p. 89 et suiv.

410 III.23.50 : Hœcex Gaguino, domino meo colendissimo, qui suant de gallico in latinum quoad gesta Franciœ translationem – quœ utinam impressa foret – non mihi Parisiis existenti et cum eo eonversanti subticuit, imo communicavit, recitata sufftciant.

411 Outre la référence précédente, voir 1.72.72 (après une citation du Compendium) : Et de pluribus aliis per discursum sui operis, quod utinam esset impression !

412 K. Davies, 1954, p. 162 citée par F. Collard, 1996 (a), p. 111 n. 197.

413 Date de la préface de l’historien : F. Collard, 1996 (a), p. 280.

414 Voir p. 139.

415 I.176.49.

416 F. Collard, 1996 (a), p. 134 et suiv. et p. 202 et suiv.

417 F. Collard, 1996 (a), p. 240 : « les intentions initiales de l’auteur étaient manifestement d’imiter Tite-Live ou son émule Flavio Biondo, en organisant son récit non pas en plusieurs mais en une seule décade ».

418 C’est le parti que nous avons adopté pour l’identification des citations du Compendium. Le recours aux éditions de 1497 et de 1500 n’est intervenu que lorsque les modifications du texte original l’exigeaient.

419 Pour tout détail relatif aux différentes éditions du Compendium : F. Collard, 1995 et F. Collard, 1996 (a), p. 279-321 (« publication et révision »).

420 La question a été soulevée à propos des corrections communiquées par Gaguin à l’imprimeur Le Dru (F. Collard, 1996 (a), p. 291 n. 88 : « Un problème se pose, impossible à résoudre : Gaguin avait-il renvoyé à Le Dru un texte seulement corrigé mais aussi augmenté comme celui que devaient publier Trechsel et Bocard ? »).

421 I.64.6 [main].

422 F. Collard, 1995, p. 76.

423 Les données chiffrées qui suivent sont empruntées à F. Collard, 1996 (a), p. 240-243.

424 Voir p. 295 et suiv., et p. 493 et suiv.

425 I.9.14 et I.142.39. Voir B. Guenée, 1980, p. 44-45.

426 I.64.6 [main] : in noviter impressis et additionatis chronicis ; I.196.151 : Gaguinus, chronica Caroli septimi exordiens, ita inquit… ; III.10.75 : Gaguinus, libro VI historiarum Ludovici junioris, exordiens in hœc verba…

427 I.142.39 (gestorum Galliœ historiographes) ; I.16.75 (Gallorum gesta exordiens) ; III.23.50 (de gallico in latinum quoad gesta Franciœ translatio) ; I.176.49 (nova historiœ Francorum translatio).

428 F. Collard, 1996 (a), p. 239 : « Ainsi, Gaguin l’a dit et répété, le genre qu’il a choisi est l’abrégé d’histoire nationale ».

429 F. Collard, 1998, p. 13 n. 59 : Gaguin exprime son dégoût au jeune Érasme en 1494 ou 1495, dans une des très rares lettres où il parle du droit : « jusqu’ici l’erreur des juristes a été de ne pas se satisfaire de telle ou telle loi sans remplir à profusion leurs interminables feuilles d’autres lois ».

430 D’après J. Poujol, 1955, p. 240. Jacques Bonaud de Sauset est l’auteur des Commentaires du traité de Jean de Terrevermeille, suivi du Panégyrique de la France et de son roi (1526).

431 D’après J. Poujol, 1955, p. 246, 248, 254 ; E. Sciacca, 1985, p. 735 n. 105 et P. Arabeyre, 2002 d’après le tableau des auteurs et des ouvrages cités par le juriste bourguignon annexé à la thèse de C. Dugas de La Boissonny (1977).

432 D’après J. Brejon, 1937, p. 352.

433 D’après E. Sciacca, 1985, p. 749-750 n. 146 et 149.

434 D’après J.-L. Thireau, 1980, p. 144.

435 F. Collard, 1995, p. 80.

436 Ibid.

437 F. Collard, 1995, p. 81.

438 Ibid., p. 72.

439 L’absence de toute référence à cette source dans les écrits politiques de Bernard de Rosier est une illustration manifeste de ce propos.

440 F. Collard, 1998, p. 44-45.

441 J.-L. Thireau, 1993, p. 27.

442 F. Roumy, 1998, p. 48 : « Les historiens du droit public, s’attachant à étudier la naissance de l’État, ont accordé à l’influence du droit savant sur l’évolution des institutions et des doctrines politiques un intérêt privilégié. Dans un même mouvement, les historiens du droit privé ont parfaitement saisi l’importance cruciale revêtue par le jus commune dans le développement du droit familial, y compris l’influence exercée, à partir du XVIe siècle, par les juristes savants sur l’émergence d’un droit national… ».

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search