Version classiqueVersion mobile

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme

 | 
Patrick Arabeyre

Livre premier. L’homme et l’œuvre

Chapitre I. L’homme et son temps

Texte intégral

I. Une vie d’universitaire et de parlementaire (1455-1516)

  • 1 Tel É. Dufour, 1864, p. 7-33. Parmi les historiens anciens du Quercy, l’abbé Guillaume Lacoste (175 (...)
  • 2 A. Viala, 1953, t. I, p. 165, 235-236, 239, 242-243, 264, 289, 481-482 ; t. II, p. 454,456,459 et i (...)
  • 3 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 107-109, 111, 130, 148.
  • 4 P. Ourliac, 1992 et 1994. Les différents articles de MM. Gilles et Ourliac donnent en partie la tra (...)

1L’homme s’efface derrière l’œuvre. Les anciens auteurs, qui ont à la fois admiré et moqué la Repetitio, savaient peu de chose sur celui qui l’avait composée. Hormis de quelques érudits cadurciens1, Guillaume Benoît était presque inconnu des modernes avant que les historiens du droit toulousains, André Viala2, Henri Gilles3 et Paul Ourliac4 ne lui consacrassent d’importantes études. Au demeurant, la biographie de Guillaume Benoît reste à écrire ; les pages qui suivent n’en dessinent que les contours.

Un étudiant à l’université de Toulouse

  • 5 Par exemple Barthélemy de Chasseneuz (C. Dugas de la Boissonny, 1977) ou Charles Du Moulin (J.-L. T(...)

2Comme souvent chez les juristes5, l’auteur est, dans son œuvre même, prodigue de détails sur sa vie ou, plus exactement, sur sa carrière.

  • 6 La forme occitane de Benedicti est Benech ; mais il ne semble pas que notre Guillaume ait jamais ét (...)
  • 7 I.218.38 (ces indications sont celles du tome, du folio et du numéro de paragraphe de la Repetitio (...)
  • 8 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 9. L’opinion est ancienne : Gabriel de Lurbe déjà, auteur, à la fin du (...)

3Ainsi Guillaume Benoît (en latin : Gulielmus Benedicti6) apprend-il lui-même à ses lecteurs, au détour d’une phrase de la Repetitio, rapprochant une date d’une autre, qu’il est né le 21 décembre 1455 à Toulouse7. Pour ne pas avoir connu cette information, on crut à Cahors que Benoît était natif de la ville dont il avait illustré le studium8. Ce n’était pas sans argument. Certes, l’indication du lieu de naissance, donnée par l’intéressé lui-même, ne saurait être discutée, mais le doute subsiste quant à l’extraction toulousaine de la famille du juriste.

  • 9 F. Vindry, 1912, p. 350-351 et 354.
  • 10 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87.
  • 11 G. Lacoste, 1885, t. III, p. 219 n. 2. Lorsque l’évêque de Cahors Bégon de Castelnau fit sa premièr (...)

4Selon F. Vindry9, Guillaume Benoît était le fils d’un certain Jean Benoît qui, pour A. Navelle10, était originaire de Cahors. Tout deux omettent de donner la moindre référence, mais la tradition locale paraît soutenir cette opinion. Guillaume Lacoste, auteur d’une histoire de la province du Quercy au XVIIIe siècle, était fermement convaincu que Benoît « était d’une maison bourgeoise de Cahors » qu’il voyait apparaître au XIVe siècle11.

  • 12 A. Navelle, 1992, t. II, p. 97-98.
  • 13 Sans doute le même que le Jacobus Benedicti, un parmi les procureurs (avec Bernard Lauret et Nicola (...)
  • 14 Gallia regia, n° 21497.
  • 15 Gallia regia, n° 21474.
  • 16 BNF, Languedoc 100 (Notices biographiques de personnages et auteurs languedociens, XVIe- XVIIIe siè (...)
  • 17 Biographie toulousaine, 1823, t. I, p. 54-55 : « La famille de Benoît, établie à Toulouse [depuis G (...)
  • 18 A. Viala, 1953, t. I, p. 236, 243 et 264.

5Toutefois, on rencontre, à la fin du XVe et au XVIe siècles, de nombreux Benoît (Benoist) dans le Midi toulousain. La plus grande partie d’entre eux a pu être rattachée par A. Navelle aux seigneurs de Pechbonnieu et Cépet, importante famille d’hommes de lois et de parlementaires des XVe-XVIIesiècles12. Jacques Benoît († 1482-1486)13, docteur en décrets et en lois, est le père de : Jean Benoît († 1488-1490), docteur en droit, époux de la fille du conseiller au Parlement Antoine Boix (1481-1502) ; de Nicolas [I] Benoît, docteur ès lois et conseiller au Parlement (1492-1502), époux de la fille du conseiller Jean Doulx (1472-1483) ; de Charles [I] Benoît († 1518-1519) enfin, docteur en droit, capitoul en 1495, qui, nommé par le Parlement à la régence de la cour des appellations civiles de la sénéchaussée en 150114, devint lieutenant clerc du sénéchal (1505-1514)15 ; ce Charles est l’époux de la fille du premier président Nicolas de Saint-Pierre (1504-1507) et son fils, Nicolas [II] Benoît, fut également conseiller au Parlement (1545-1557). Pour les bénédictins de l’histoire des provinces au XVIIIe siècle16, pour les auteurs de la Biographie toulousaine en 182317 et dans une certaine mesure encore pour A. Viala18, il semblait évident que Guillaume Benoît était un membre de cette famille de robe.

  • 19 L’inventaire-sommaire des layettes des Archives municipales de Toulouse (p. 269) livre le nom d’un (...)

6La réalité est sans doute différente. Il est clair aujourd’hui, grâce aux importants dépouillements généalogiques effectués par A. Navelle, que le lien qui pourrait relier Guillaume Benoît et les siens à la famille des Benoît de Pechbonnieu n’a pas été trouvé19. Bien plus, que le futur parlementaire ait omis d’évoquer tout au long de la Repetitio les liens familiaux qu’il aurait entretenus avec maints de ses (futurs) collègues est difficilement imaginable.

  • 20 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86.

7Admettons pour l’heure que Guillaume Benoît, dont le père se serait installé à Toulouse à l’époque de la naissance du futur juriste, était issu d’une famille quercinoise. Pierre Benoît, prêtre recteur de Saint-Quintin en 1509 et prieur de Ciurac, dans le diocèse d’Albi, était son frère20. Assurément, Cahors et Toulouse sont les deux patries qui se partagent le cœur de notre juriste.

  • 21 II.133.27.
  • 22 P. Arareyre, 1990, p. 295.
  • 23 III.5.45 : dominas Bernardus de Rosergio… qui sui gratia confirmations sacramentum et deinde cleric (...)

8Au fil des digressions de la Repetitio, Guillaume Benoît, à plusieurs reprises, se souvient. La mention de certaines dates ou de certains lieux fait surgir des lambeaux d’un passé qui plonge parfois au-delà de la mémoire et de la parole : voulant situer dans le temps l’histoire d’un duel à Toulouse, il utilise la formule suivante : de tempore meo adhuc cum infans essem nec fari possem21. En vérité, son plus ancien souvenir remonte à l’âge de huit ans. À propos du martyre de saint Saturnin et des pieuses femmes qui lui donnèrent une sépulture, les « Saintes Puelles », Benoît en vient à évoquer la haute figure de l’archevêque de Toulouse Bernard de Rosier22, originaire précisément, selon lui, du petit village de Mas-Saintes-Puelles, près de Castelnaudary. De l’illustre prélat, il reçut la confirmation, puis la tonsure, en 146323.

  • 24 Sur l’université de Toulouse à la fin du Moyen Âge, outre les articles et ouvrages cités dans les n (...)
  • 25 H. Gilles, 1992, p. 249.

9Guillaume Benoît fit tout naturellement ses études à l’université de Toulouse24. Devant la difficulté qu’il y a à connaître les maîtres et encore davantage les élèves du studium en cette fin du XVe siècle25, on en est encore une fois réduit à suivre au plus près les précieuses indications que laisse tomber, çà et là, l’auteur de la Repetitio.

  • 26 I.215.10 : a cujus nativitate [Charles VIII] anno sequenti Tolosœ jura civilia audire coepi.

10Quelques dates stimulent ici aussi la mémoire. À propos de la minorité des rois, Benoît rappelle que Charles VIII fut couronné à l’âge de treize ans, puisqu’il était né en 1470. Il croit devoir alors préciser que l’année suivante (1471), il prenait ses premières inscriptions en droit civil26. Comme on le verra, l’auteur de la Repetitio sur la décrétale Raynutius ne fera pas d’autre allusion à des études de droit canonique : Benoît, c’est un fait certain, a commencé par étudier les lois. Il était alors âgé de seize ans.

  • 27 I.81.152 : Et ita vidi pluries servari, prœsertim tempore quo leges incoepi audire Tolosœ in audito (...)
  • 28 H. Gilles, 1983, p. 136-137 (voir aussi A. Viala, 1953, t. I, p. 244).
  • 29 H. Gilles, 1992, p. 252 n. 17.
  • 30 Inv.-somm. AM Toulouse, t. I, AA 1-60, par E. Roschach, Toulouse, 1891, p. 172 : Sentence du consei (...)
  • 31 Antérieurement à son entrée à la Cour, Matthieu Bosquet avait exercé, sans doute dès 1488 et de 149 (...)

11Se souvenant de l’attitude observée par les officiers royaux à l’égard des clercs délinquants, à l’époque où il commençait à apprendre le droit, il donne le nom de son maître : Jean Bosquet27. On sait peu de chose de lui. Juge de Lauragais, successeur probable dans cette fonction de Nicolas de Rosier († 1474), le frère de l’archevêque, et exerçant celle-ci jusque vers 1510, il avait commencé sa carrière comme professeur de droit civil à la Faculté et avait sans doute cumulé l’enseignement avec la judicature, au moins jusqu’en 148628. Il est le prédécesseur de Jean de Boyssoné l’Ancien, dit Luscus, dans la première chaire de droit civil29. Plus tard, on croit comprendre que le conseiller au Parlement Benoît eut l’occasion de rendre une sentence favorable à son ancien maître30. Il devait alors bien connaître le fils de Jean Bosquet, Matthieu, nommé conseiller très peu de temps avant lui, en 150231, car on les retrouvera tous deux en qualité de rapporteurs au procès du maréchal de Gié.

  • 32 A. Viala, 1953, t. I, p. 243.
  • 33 É. Dufour, 1864, p. 8.
  • 34 I.81.152 : Ibi, post eum [Jean Bosquet] extraordinarie legentibus duobus acutissimi ingenii baccala (...)
  • 35 Sur le rôle des bacheliers : Histoire des universités en France, 1986, p. 58 (les formes de l’ensei (...)
  • 36 Biographie toulousaine. 1823, t. II, p. 359 ; H. Amilhau, 1882, p. 135-145 ; F. Vindry, 1912, p. 14 (...)

12Benoît a gardé son admiration de débutant dans l’apprentissage du droit pour d’autres personnages que son maître. Dans le même passage de la Repetitio qui a éveillé ses souvenirs d’étudiant, il fait de grands éloges de deux bacheliers « qui faisaient alors des conférences »32 et dont « il apprit d’eux seuls tout ce que, à son tour, il enseigna lui-même »33 : Pierre de Saint-André et Antoine Topigonis 34. En fait de conférences, ces deux étudiants « avancés » assistaient leur maître, comme cela incombait à leur grade, en se chargeant des lectures dites « extraordinaires » (par opposition aux cours « ordinaires » qui étaient, en principe, l’apanage des docteurs régents)35. La rencontre avec ces hommes remarquables est située vers 1472, peu après les débuts de Guillaume Benoît à la faculté de droit civil ; elle sera, à n’en pas douter, d’une certaine importance pour le futur docteur et conseiller. Pierre de Saint-André, d’abord juge-mage à Carcassonne (1483-1497) puis conseiller au Grand Conseil (1497-1507), fut successivement chancelier de Milan et gouverneur de Gênes (9 juin-30 novembre 1507), deuxième président au parlement de Toulouse (reçu le 11 mars 1507) et enfin premier président (reçu le 30 mai 1509), charge éminente qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 152536.

  • 37 Dans la question An occidere peccatores liceat reproduite dans le troisième tome de ses œuvres, Ben (...)
  • 38 Gallia regia, n° 18730 et 18661. Voir aussi E. Albe, « Inventaire raisonné des archives municipales (...)
  • 39 É. Dufour, 1864, p. 8.

13En comparaison, Antoine de Topignon (ou de Toupignon) est un personnage secondaire. Benoît lui témoigne toutefois la même déférence qu’au futur premier président37, car il ne fut peut-être pas sans influence sur sa carrière cadurcienne. Antoine de Topigonis, licencié en lois, exerça en effet les charges de lieutenant natif du sénéchal de Quercy puis de juge-mage en la sénéchaussée, de 1484 à 1491 et sans doute au-delà38. Pour É. Dufour, « c’est apparemment lui qui appela le jeune Guillaume Benoît dans la capitale de la province soumise à sa juridiction, et lui fit obtenir le titre de juge d’appel des justices ordinaires du ressort »39. On verra ultérieurement ce qu’il faut penser de cette assertion.

  • 40 II. 91. 153 : quœ fuit una de conclusionibus quas tenui repetendo Tolose l. I C. qui accus. non. po (...)
  • 41 A. Molinier, 1879, p. 599. Comme on le voit, la repetitio n’est autre que le commentaire d’un texte (...)
  • 42 M. Fournier, 1892, p. 319.

14L’étape suivante du cursus universitaire que dut franchir Benoît fut le baccalauréat. Effectivement, le vénérable docteur se souvient aussi de ses débuts dans l’enseignement. Un véritable petit traité de droit pénal inséré dans la Repetitio lui fournit l’occasion de préciser, à propos des contumaces, que, dans le cadre d’une procédure pénale « inquisitoire », la charge de la preuve incombe au ministère public qui mène l’accusation. Quod onus legitimœ probationis agere et accusare sunt paris conditionis était ainsi l’une des conclusions d’une repetitio que le jeune Benoît soutint le 1er août 1477, alors qu’il était bachelier chargé de cours ordinaire40, sans doute en remplacement d’un docteur41. Benoît avait vingt-deux ans et il portait ce grade après six ans (au plus) d’études en droit civil, ce qui paraît conforme aux statuts42.

  • 43 G. Boyer, 1932, p. 68-69 : d’après les audiences du Parlement, ce furent basochiens, clercs du séné (...)
  • 44 III.13.163.
  • 45 Sur la violence des étudiants toulousains à la fin du XVeet au XVIe siècle, se reporter à la thèse (...)
  • 46 I.232.33 : dictum fuit per arrestum in Parlamento, me scholari existente Tolosœ, anno Domini M CCCC (...)
  • 47 II.88.112 (sentence rappelée III.49.38). Benoît dit aussi avoir vu « à Toulouse » (mais quand ?) un (...)
  • 48 Il pourrait peut-être s’agir d’Antoine Hunault qui, convaincu de meurtre, fut décapité et son corps (...)

15Malheureusement, là s’arrêtent les confidences de Benoît sur son parcours. On ne sait rien d’autre que ce qui touche à ses premières années à la faculté de droit civil de Toulouse. Trois autres souvenirs d’écoliers affleurent encore à sa mémoire, mais, s’ils ne manquent pas d’intérêt, ils n’offrent guère de précision supplémentaire. Les deux premiers peuvent être situés vers 1479, date à laquelle le docteur se qualifie toujours d’étudiant. Dans le premier, il raconte que, cum [erat] Tolosœ in studio, un immense charivari s’éleva contre « la Ligone », une dame sexagénaire qui se remariait pour la cinquième fois avec un homme beaucoup plus jeune qu’elle. Cette affaire très pittoresque, que G. Boyer situe en mai 147843, fut portée devant le Parlement en 147944 et force est de croire qu’elle dut faire grand bruit à Toulouse pour qu’on se la rappelât si volontiers près d’une quinzaine d’années après. L’anecdote a le mérite de rappeler le caractère remuant et parfois violent du milieu étudiant dans lequel le futur professeur a évolué45. Benoît évoque une deuxième fois sa situation à la même époque en rapportant un arrêt du Parlement concernant le président Morlhon46. Un troisième souvenir enfin n’est pas daté : celui d’un assassin décapité à Toulouse tempore quo [audiebat] leges47 ; ce qui avait frappé les esprits, c’est qu’il s’était imprudemment vanté, avant de commettre son crime, d’obtenir une grâce royale qui lui permît d’échapper à une juste condamnation ; mais la lettre de rémission fut reconnue subreptice48.

  • 49 I.127.420 : de quo latissime dixi in c. Cum causa, de emp. et ven. [Extra., 3, 17, 6] quod repetii (...)
  • 50 Le même que Jean Rubéi, archidiacre de Tomès, fondateur en 1473 du collège Saint-Michel à Cahors (M (...)
  • 51 Il ne nous semble donc pas qu’on puisse comprendre ici que Guillaume Benoît « l’emporta au concours (...)
  • 52 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 9. Un certain Pons Buffet, docteur en droit canon, apparaît comme témoi (...)

16Les éléments de connaissance du cursus ultérieur de Guillaume Benoît font cruellement défaut et notre source habituelle d’information, la mémoire de l’auteur, fort curieusement, s’est tue. Du chemin parcouru entre le baccalauréat et le doctorat, on ignore tout ; des conditions d’obtention du grade le plus élevé, on ne saura presque rien. À vingt-sept ans, le civiliste se retrouve docteur régent – probablement en droit canon puisqu’il commente alors une décrétale – à Cahors. Il nous l’apprend lui-même en citant par deux fois une repetitio sur la décrétale Cum causa dont il a traité la matière en 111 conclusions. C’était le 16 décembre 1482, « l’année où il a été docteur régent dans la présente université »49 et il se souvient que Jean Rubéi, savant bachelier et futur official de Cahors50, « répondit sous lui », c’est-à-dire que le disciple (installé sur une chaire plus basse que celle du maître) a soutenu la discussion qui l’opposait à lui dans le cadre de l’exercice traditionnel de la dispute51. La répétition de la décrétale Cum causa est donc probablement le principium, c’est-à-dire la leçon inaugurale du nouveau docteur. Pour G. Lacoste, Guillaume Benoît avait succédé à Guillaume Buffet, dont le fils, Jean, seigneur de Salvezou, était dans le même temps professeur à Cahors52.

  • 53 P. Arabeyre, 1990, p. 297. En 1411, le chancelier reçut le pouvoir d’abréger le temps de lecture d’ (...)
  • 54 Dans l’ordonnance de 1414, il fut décidé que le bachelier ès lois serait reçu bachelier en décrets (...)
  • 55 P. Ourliac, 1994, p. 148 estime toutefois qu’il fut reçu à Cahors « docteur régent in utroque ».
  • 56 Guillaume Benoît est explicitement qualifié de docteur en décrets dans un acte du 8 mars 1490 (n. s (...)
  • 57 AD Lot, 3 E 570/1, fol. 31 (registre du notaire Géraud Neulat, 1487-1498, étendues).
  • 58 E. Albe, 1926, p. 30, n° 41, d’après BM Cahors, Livre tanné, fol. 142. Parmi les témoins, on note l (...)

17Comment et où Guillaume Benoît est-il devenu docteur ? Cela demeure mystérieux. À un bachelier en droit civil, il fallait, dans la rigueur des anciens statuts de l’université de Toulouse, avoir lu six ans pour accéder à la licence. Mais les ordonnances rendues par les réformateurs apostoliques depuis 1394 avaient assoupli ces règles. Il ne fallut ainsi que six ans environ au bachelier en droit civil Bernard de Rosier pour franchir les étapes qui le séparaient du doctorat en droit canon (trois ans à compter du baccalauréat in utroque)53. Son exemple prouve en outre que l’on pouvait, par un jeu d’équivalences, suivre un double cursus de droit civil et de droit canon54. On ignore assez longtemps si Benoît fut titré dans les deux droits comme le fut, dès le baccalauréat, le futur archevêque. Rien ne dit qu’il le fût au moment de son recrutement à Cahors55 où il enseigna, dès 1482, le droit canonique56. Le seul point de repère certain n’est pas antérieur à 1489 où on le voit apparaître avec le grade de docteur in utroque dans un acte notarié portant procuration57. Enfin, le dernier jalon de sa carrière universitaire que l’on connaisse soulève plus de problèmes qu’il n’en résout. En effet, le 24 février 1491 (n. st.), Guillaume Benoît « docteur in utroque », en compagnie d’Antoine de Petrucia, autre docteur fameux de l’université de Cahors, ayant étudié sous Jacques de Lacoste (Jacobus de Costa), docteur en lois, recevait le doctorat (en droit civil) et prêtait serment entre les mains des consuls de Cahors58.

  • 59 Les réflexions qui suivent émanent d’une discussion avec M. le Professeur Gilles que nous tenons à (...)
  • 60 Histoire des universités en France, 1986, p. 94. La « sélectivité » des études de droit canonique, (...)
  • 61 La réforme de 1516 prend acte de cette évolution en supprimant la moitié des régences en droit cano (...)

18Que penser de ce dernier texte ? Deux hypothèses se présentent à l’esprit59. Ou bien Guillaume Benoît n’avait pas terminé ses études de droit civil à Toulouse. Il aurait alors passé son doctorat en droit canon pour pouvoir devenir docteur régent à Cahors et, en 1491, son doctorat en droit civil pour pouvoir avoir le titre de docteur in utroque. Le raisonnement se heurte toutefois à la mention de ce dernier titre dès 1489, comme on l’a vu plus haut. Ou bien Benoît a effectivement passé son doctorat en droit civil à Toulouse, et l’acte de 1491 lui permettait de faire reconnaître ce titre à Cahors. L’ennui est qu’une telle démarche donne à penser qu’il avait envie d’abandonner l’enseignement du droit canonique pour celui de droit civil, ce qui ne correspond guère à ce que l’on sait par ailleurs. Néanmoins, cette dernière option doit être considérée comme la plus satisfaisante. Elle est conforme à l’opinion de J. Verger qui, s’appuyant sur les remarques d’A. Gouron, observe que, dans les universités du Midi, « les cursus dans les deux droits étaient beaucoup plus souvent le fait de civilistes qui se donnaient une formation complémentaire en droit canonique que l’inverse »60. À Toulouse, au XVIe siècle, les canonistes postulent et obtiennent des chaires de droit civil. Ces passages sont motivés, au moins en partie, par l’intérêt. Comme le montrent les statistiques, le nombre des étudiants en droit canon diminue considérablement, celui des étudiants en droit civil croît très fortement : les professeurs en lois perçoivent donc une part beaucoup plus grande des droits universitaires61.

  • 62 Rivalité au demeurant bien réelle si l’on en croit A. Viala, 1953, t. I, p. 243, 470 et surtout p.  (...)
  • 63 P. Ourliac, 1992, p. 78.

19La compétition à laquelle se livrent, dans l’esprit du biographe de Guillaume Benoît, les deux universités méridionales62 pour mériter d’avoir assuré tout ou partie de sa formation n’aurait qu’un intérêt secondaire si ne venait se loger ici une autre incertitude. La lecture de la Repetitio, dont la rédaction est, sans doute possible, antérieure à 1495, révèle la réalité d’au moins un séjour parisien de l’auteur à cette époque. Sur la foi de ce témoignage, on a pensé que l’étudiant toulousain avait pu être attiré par la réputation de la faculté de Décret de Paris, où il aurait suivi les cours de Robert Gaguin, ce que semble suggérer l’épithète déférente que Benoît accole à son nom : dominas meus colendissimus. « Écarté ou désenchanté des cercles parisiens », il aurait ensuite obtenu une chaire à l’université de Cahors63.

  • 64 P. Ourliac, 1994, p. 151-152.
  • 65 K. Davies, 1954. p. 162, citée par F. Collard, 1996 (a), p. 111 n. 197. Plus généralement, voir che (...)
  • 66 F. collard, 1994, p. 213.
  • 67 F. Collard, 1996 (a), p. 54.
  • 68 Aucun de ses écrits juridiques n’a été conservé. Plus généralement, il ne reste « à peu près rien » (...)

20Guillaume Benoît a bien connu Robert Gaguin : s’il n’a eu accès à sa bibliothèque, il a certainement eu entre les mains un manuscrit du Compendium de Francorum origine et gestis qui ne parut qu’en 1495, et qu’il cite abondamment. On reviendra sur cette information capitale ; retenons pour l’instant que Benoît n’a pu prendre des notes sur le Compendium vers 1482, avant son élévation au doctorat64, car le début de la rédaction ne peut en être située antérieurement à 148865. Il n’est pas moins vrai qu’il considère l’humaniste comme son « maître » et qu’on peut continuer à y voir la conséquence des études parisiennes du Toulousain. Comment l’expliquer autrement ? Gaguin ne s’est rendu qu’une fois à Toulouse, comme vicaire général des Trinitaires afin de négocier une union avec les mercédaires de Barcelone66, mais en 1461 Benoît n’avait que six ans. À l’inverse, si ce dernier était un étudiant avancé en 1480, son « maître » de quarante-sept ans venait tout juste de décrocher le doctorat67, et ce n’est sans doute pas faire injure à son talent de canoniste que de douter qu’il attirât, par l’enseignement de cette matière, les étudiants en Décret de province68.

  • 69 À titre de comparaison, Bernard de Rosier, évoquant dans sa répétition sur la décrétale Raynutius i (...)
  • 70 L’hypothèse d’un doctorat cadurcien nous semble devoir être également écartée : pourquoi, dans ce c (...)

21Il faut conclure sur le chapitre des études. Notre conviction demeure que Guillaume Benoît est bien un doctor Tolosanus, bien qu’il n’y fût jamais regens. L’hypothèse d’un doctorat parisien est peu documentée ; le titre décerné par Benoît à Gaguin est un argument à lui seul insuffisant69. Certes, le professeur cadurcien ne fait nulle allusion à la fin de ses études toulousaines, mais il convient de faire remarquer ici qu’il évoque ses grades dans la Repetitio par le biais des répétitions qui les accompagnent. Or, seule la régence implique un cours inaugural, ce qui peut expliquer l’absence d’allusion à la collation même de la dignité de docteur70.

  • 71 Quelques fugitives allusions peuvent être relevées. I.113.229 : Parisiis fuit mihi alias dictum quo (...)
  • 72 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108 et pour ce qui suit n. 138.

22La déception qu’entraîne de telles approximations vient du fait que, si Benoît n’est pas avare en confidences sur sa vie, comme on déjà pu le vérifier, il garde un étrange silence sur son ou ses séjours parisiens71. En suivant ici H. Gilles72, on peut toutefois affirmer, sans grand risque d’erreur, qu’aux alentours de 1490, Guillaume Benoît eut l’occasion, au cours d’un séjour à Paris (certain celui-là), de se lier avec Robert Gaguin et le petit groupe d’humanistes qui gravitait autour de lui. Le premier n’a sans doute pas été, au sens classique du terme, l’élève du second, mais il aurait été reçu, pendant les vacances scolaires par exemple, dans son cercle de lettrés. Peut-on préciser la date de ce séjour ?

  • Il est forcément antérieur à septembre 1495 puisque c’est seulement alors que Benoît a pu prendre connaissance du manuscrit du Compendium73 qui a été imprimé après le 30 septembre de cette année74.
  • Il est également antérieur à l’époque de la composition de la Repetitio dont le Tractatus Normaniœ fait partie intégrante, à savoir 1492-1493 (compte non tenu des additions ultérieures de l’auteur)75.
  • La communication du manuscrit du Compendium ne peut pas être antérieure à 1488 pour la raison indiquée ci-dessus.
  • 76 P. Ourliac, 1992, p. 78-79 et 1994, p. 151-152.
  • 77 Ibid. et voir plus loin, p. 98.
  • 78 Cette réflexion sera développée au chapitre consacré à l’œuvre et à ses sources (p. 194).

23« Provincial, ignorant le grec, parlant le latin barbare du Palais, [Benoît] dut se sentir étranger dans un milieu où dominaient les Flamands et les Bourguignons et où la rhétorique cicéronienne se déployait dans l’admiration mutuelle ». Comme l’a dit P. Ourliac, les cercles parisiens n’étaient guère accueillants aux inconnus76. Quel profit Benoît a-t-il tiré de ce ou de ces séjours auprès de Robert Gaguin ? Le bénéfice de certaines relations est un fait davantage supposé qu’avéré, tant il est difficile d’évaluer les échanges intellectuels que les milieux toulousain et parisien ont pu entretenir à cette époque. Il n’est pas inutile toutefois de mettre en avant, comme on l’a fait77, les liens privilégiés avec d’importantes familles que suppose l’existence d’élèves du professeur cadurcien aussi illustres que Louis [II] de Rochechouart ou bien Louis [II] d’Amboise. Une réflexion sur le rôle de Guillaume Benoît dans les débuts de l’humanisme à Toulouse, suscitée cette fois par l’étude des sources de la Repetitio, complétera ultérieurement ces premières remarques. C’est à la même occasion que l’on tentera d’évaluer, d’autre part, le fruit que le juriste a pu tirer d’un éventuel accès à la bibliothèque « humaniste » de Gaguin : n’est-ce pas ainsi qu’il aurait pu, par exemple, avoir connaissance aussi rapidement du Livre de l’art de faulconnerie de Guillaume Tardif, compilé en 1492 et édité en 149378 ?

  • 79 I.72.64. La teneur de ce souvenir sera exposée et discutée ultérieurement (p. 323).
  • 80 I.202.215 (additio) : et ita teneri, vidi et audivi magnifico et illustri viro domino Guidoni de Ro (...)
  • 81 II.90.140 : Cujus purgationis procession expost hoc anno Domini M CCCCCVII vidi in bibliotheca regi (...)
  • 82 Cette réflexion sera développée au chapitre consacré à l’œuvre et à ses sources (p. 194).
  • 83 Voir plus loin, p. 112. Mentionnons au passage que, dans le Tractatus de ducatu Normanniœ, Benoît f (...)

24Trois autres souvenirs supposent des séjours « septentrionaux » dont le second et le troisième ne peuvent être situés dans la fourchette chronologique précitée et impliquent donc des déplacements ultérieurs. À Saint-Denis, à une date indéterminée, Benoît dit avoir vu dans le trésor royal de l’abbaye la couronne du sacre et celle de la reine79. À Nantes, en octobre 1500, il a vu et entendu soutenir au chancelier Gui de Rochefort qu’un père pouvait dans certains cas être tenu de verser, de son vivant, la légitime à son fils pour lui éviter une condamnation80. À Blois, en 1507, il a vu dans la bibliothèque du roi « nouvellement érigée » par Louis XII, le manuscrit du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc81. Cette visite de la bibliothèque de Blois, à rapprocher de la mission de Guillaume Benoît à Rouen (1507-1508), est peut-être à l’origine de nouvelles lectures qui seront intégrées dans les additions successives de l’auteur à la Repetitio. L’utilisation de l’Opus regale de Jean Louis Vivald publié pour la première fois en 1507 (mais sans doute composé et présenté à Louis XII auparavant, peut-être dès 1502) en serait une preuve82. Enfin, il faut ajouter au décompte des séjours évoqués par Benoît lui-même au moins trois déplacements dans le cadre de diverses missions que lui confia le parlement de Toulouse : en 1509 (au Grand Conseil), en 1510-1511 (auprès du roi) et encore en 1515 (auprès du roi)83.

25Somme toute, Guillaume Benoît aura peu voyagé, mais certains de ses déplacements auront sans doute pesé de leur poids sinon sur sa carrière, du moins sur le travail de documentation de son œuvre.

Un professeur à l’université de Cahors

  • 84 Cette chronologie sera développée et discutée au chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire (la (...)

26Retrouvons Guillaume Benoît dans le Quercy. Hormis le séjour parisien des années 1488-1492, le professeur demeura et enseigna à Cahors de 1482 à 1499. Là, il lut pendant plus de seize ans les Décrétales et plus spécialement la décrétale Raynutius, dont il avait probablement entrepris le commentaire dès les premières années de son enseignement. Si, comme on le verra, la rédaction de cette œuvre, qui est véritablement l’œuvre d’une vie, fut terminée dans les années 1492-1493, son embellissement fut le souci constant de son auteur qui la compléta, plus qu’il ne la continua, jusqu’en 1515 sans jamais, avant de disparaître, se décider à la publier84.

  • 85 L. Ayma, 1879, t. II, p. 311. L’ouvrage de Louis Ayma est la traduction de l’histoire des évêques d (...)

27À Cahors, Guillaume Benoît acquit un certain crédit qui ne se limita pas aux salles d’étude de l’Université. Il apparaît clairement comme un des notables de la ville. L’évêque Antoine Allemand voulut instituer huit chapellenies dans son église cathédrale en vertu d’une bulle d’innocent VIII (1er mars 1490) qu’il soumit au chapitre le 28 janvier 1491. Dans l’acte notarié qui en rend compte figurent, entre autres témoins, le nom de Jean Rubéi, licencié en droit civil et en droit canon, official de Cahors, en compagnie de celui de son maître, Guillaume Benoît, professeur de droit civil et de droit canon, régent en l’université de Cahors85.

  • 86 Géraud de Sabanac ? (É. Dufour, 1864, p. 8 n. 3 d’après « Ms. Charte de Douelle » ?).

28Comme beaucoup de ses contemporains, ses collègues dans l’enseignement du droit, il ne songea pas à négliger le Palais au profit de l’École. On va le découvrir juge ; on le retrouvera plus loin consultant. En 1490 par exemple, il fut choisi comme arbitre pour résoudre les difficultés élevées entre le seigneur de Cessac et les habitants de Douelle, touchant l’exécution de la sentence qu’avait rendue, en juillet 1312, sur ces mêmes différends, « Raymond de Sabanac »86.

  • 87 II.45.25 : Ego vero in consulendo, quin imo semel in judicando tanquam judex appellationum Caturci…(...)
  • 88 Pour M.-J. Baudel et J.-P. MALINOWSKI, 1876, t. III, p. 202 (reprenant É. Dufour cité plus haut), c (...)

29Il ne dédaigna pas les charges, et les profits qui les accompagnaient. Le cumul d’une chaire et d’un office de judicature était courant à cette époque. Benoît nous révèle lui-même qu’il fut juge des appels du Quercy87, mais on a quelque difficulté à savoir à quel moment il exerça effectivement cet office88.

  • 89 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 147-149.
  • 90 I.136-137.37-44 et I.140.18-25.
  • 91 La consultation concernant l’office de chambrier de l’église cathédrale de Lyon (III.31v°-34) et ce (...)

30Le professeur et le juge fut aussi un consultant. La plupart des maîtres de l’époque, romanistes et canonistes, étaient des praticiens, car, comme on l’a fort bien dit, « leur enseignement sert leur prestige que seule une riche clientèle peut consacrer ». Guillaume Benoît donna de nombreuses consultations sans qu’on puisse pour autant lui appliquer le reproche qu’adressait Alciat aux docteurs contemporains, celui d’avoir écrit « de gros volumes de réponses et quelques commentaires »89. S’agissant de notre canoniste, c’est l’inverse qui est vrai : son commentaire, auquel il travailla sans relâche jusqu’à sa mort, occupe 400 folios dans les éditions anciennes et demeure inachevé. En revanche, seules quelques-unes de ses consultations (sept au total) sont passées à la postérité. Ce petit nombre résulte très probablement du choix effectué par l’éditeur des œuvres de Guillaume Benoît en 1544, qui les a imprimées pour la première fois. Il y en eut à l’évidence bien d’autres, dont on peut conjecturer du contenu d’après les renvois auxquels l’auteur procède lui-même tout au long de la Repetitio ; on peut ainsi dénombrer plus d’une quinzaine de consultations supplémentaires, toutes antérieures à 1492-1493. Mais les références sont bien trop laconiques pour qu’on puisse mieux les dater ou même seulement en saisir le contenu ; seule l’argumentation de deux d’entre elles est exposée assez largement90. En revanche, pour certaines des sept consultations imprimées, on peut, quoique avec peine, reconstituer les circonstances des casus qui les ont suscitées. Elles paraissent toutes se rapporter à l’époque qui a suivi la composition de la Repetitio 91.

  • 92 III.42-43v° et I.160.28 (additio). M.-J. Baudel et J.-P. malinowski, 1875, t. II, p. 318 évoquent p (...)

31Deux parmi toutes ces affaires concernent directement Cahors et prouvent que Guillaume Benoît s’est beaucoup intéressé aux procès de la ville, de son université et de son évêché, et cela jusqu’à la veille même de son départ en 1499. La quœstio de canonicatu traite, en dépit de son titre, de la chancellerie de l’Université, vacante par la mort de Charles Allemand et disputée entre deux compétiteurs pourvus le même jour par le pape dans une vacance du siège épiscopal. Le prétendant en faveur de qui Guillaume Benoît s’était déclaré, en « n’épargnant ni le papier ni l’encre » (papyro non parcens nec atramento), obtint l’office au possessoire par arrêt du parlement de Toulouse du mois de septembre 150092.

  • 93 Cet arrêt figure dans le recueil des 278 arrêts des parlements de Paris et de Toulouse qui forme la (...)
  • 94 E. Albe, 1926, p. 77, n° 897 (26 juin 1502). Résumé de l’affaire d’après G. Lacoste, 1886, t. IV, p (...)

32Mais il est une autre affaire pour laquelle Benoît avait donné toute la mesure de son talent de consultant et qui lui valut une renommée certaine. En 1493, le roi, ayant appris la maladie de l’évêque de Cahors Antoine Allemand, destina l’évêché à Benoît de Jean de Saint-Moris, son procureur en cour de Rome et coadjuteur même du précédent prélat (lettres du 12 novembre 1493). Mais, le lendemain de Noël 1493, les chanoines élurent Antoine de Luzech († 1509), protonotaire apostolique, chanoine de Cahors et abbé d’Eysse. Charles VIII nomma alors Benoît de Jean et fit approuver sa nomination par le pape. Le chapitre, de son côté, travailla à faire confirmer, par le métropolitain de Bourges, l’élection d’Antoine de Luzech (« comme faite en vertu des décrets du concile de Bâle et de la Pragmatique Sanction »). On attribue la lenteur qu’y mit l’archevêque à la crainte de déplaire au roi « qui le tourmentait sans cesse pour qu’il ne donnât pas gain de cause au chapitre ». Antoine de Luzech était notamment soutenu par l’Université et le Clergé. Le litige fut d’abord porté au Grand Conseil et ensuite au parlement de Paris. L’affaire traîna en longueur, ce que l’Histoire générale de la province de Quercy de G. Lacoste attribue en particulier aux mémoires que dressa Guillaume Benoît en faveur de l’évêque élu et qui « firent beaucoup de bruit dans toutes les Cours et Universités du royaume. Ce savant en recueillit une riche moisson de gloire qui rejaillit sur l’université de Cahors ». Benoît de Jean prit en 1494 le titre d’évêque de Cahors, mais, pendant que le roi était en Italie, Antoine de Luzech obtint les lettres des commissaires de l’archevêque de Bourges. Cette confirmation (23 juin 1495), jointe aux mémoires de Guillaume Benoît, portèrent le parlement de Paris à le maintenir sur son siège par un arrêt contre lequel Benoît de Jean se pourvut et, par un second du 8 juillet 149893, il lui fut permis d’appeler de la confirmation de l’archevêque de Bourges à d’autres commissaires. En 1501, Antoine de Luzech n’était pas encore sacré évêque et était toujours en procès pour le siège de Cahors avec Benoît de Jean qui se tenait toujours à Rome et dont le pape favorisait les intentions. Enfin ils s’accordèrent, l’année suivante : le titre demeura à Antoine de Luzech, un dédommagement fut accordé à Benoît de Jean. Immédiatement après, Antoine de Luzech se fit sacrer par les évêques de Montauban, Sarlat et Condom (19 juin 1502) à Puy-l’Évêque et le dimanche suivant, il entrait à Cahors94.

  • 95 I.77.116 [main] ; cette consultation est également évoquée I.186.29 [main],
  • 96 Publié dans l’édition de la Pragmatique procurée par Pinsson en 1666, p. 611-687. L’enseignement de (...)
  • 97 [2e épître] : In illo patrocinio (ut referunt) seu litigiosa oratione totidem pater tuus [Feydeau s (...)

33Curieusement et malheureusement, le texte de la consultation qu’a donnée Guillaume Benoît le 23 juin 1495 en faveur d’Antoine de Luzech et dont l’érudition cadurcienne s’est complu à croire l’intervention décisive, n’a pas été publiée dans l’édition de 1544. On connaît seulement cette consultation par l’allusion qui figure dans une addition de la Repetitio 95 et on devine que Benoît eut affaire à forte partie. Le consultant de la partie adverse était le catalan Guillaume de Monserrat, que d’aucuns considèrent comme un professeur à l’université de Cahors et qui puisa peut-être dans cette affaire la matière de son Commentum super Pragmatica Sanctione publié à Paris en 150196. Mais ce fut le « candidat » de Benoît qui l’emporta et Claude Feydeau, préfacier de la Repetitio, trouve des accents dithyrambiques dans son épître adressée à son fils pour rappeler la « pluie » ou plutôt la « grêle » d’autorités que semblait avoir fait tomber le canoniste dans le discours qu’il prononça en faveur d’Antoine de Luzech devant l’archevêque de Bourges97.

  • 98 La subtile matière des substitutions, rappelle-t-il au moment d’en traiter, remplit si bien la bour (...)
  • 99 II.108.376 : Et alias lucratus fui aurum de quodam abbate qui catharm mutus effectus volebat, imo f (...)
  • 100 É. Dufour, 1864, p. 9 n. 2 (d’après l’inventaire manuscrit des actes de dénombrement de la sénéchau (...)
  • 101 A. Navelle, 1992, t. II, p. 87-98. Voir plus haut, à propos de la famille de Guillaume Benoît.

34Au-delà de la gloire, Benoît ne devait pas dédaigner le bénéfice, tout matériel celui-là, que pouvaient procurer les consultations98. Il l’avoue avec malice à propos de l’une d’entre elles qu’il fit pour le compte d’un abbé devenu muet qui voulait résigner son abbatiat en faveur d’un parent99. C’est ainsi que, sur ses revenus de consultant et d’autres, il acquit en quelques années trois domaines en Quercy : Coronzac, Tréganty (ou Trégantou) et Averro, près de Cahors100. En revanche, il est désormais impossible de lui attribuer, comme on l’a souvent fait, la seigneurie de Pechbonnieu, aux portes de Toulouse, qui appartenait précisément aux Benoît de Pechbonnieu101.

  • 102 Ce dont Guillaume Benoît se souvient I.71.57, I.75.93 et I.113.233.
  • 103 Histoire des universités en France, 1986. p. 78-79 et 83.
  • 104 Guillaume Benoît aurait enseigné dans le couvent des Cordeliers si l’on en croit la formule portée (...)
  • 105 Tous ces renseignements sont tirés des articles anciens mais malheureusement irremplacés de M.-J. B(...)
  • 106 Cité dans un petit article présentant, d’après une lettre de rémission, « un tableau en raccourci d (...)
  • 107 I.132.484 : sicut videmus in prœsenti universitate quod in collegio beati Nicolai de Peregrino, de (...)
  • 108 La source de ce chiffre est une mention du Livre tanné de la ville de Cahors rapportée par E. Albe (...)
  • 109 Histoire des universités en France, 1986, p. 81.

35La judicature et les consultations assurèrent peut-être à Guillaume Benoît une bonne fortune ; mais seule la chaire qu’il occupa à l’université de Cahors lui procura la réputation dont il jouit encore bien longtemps après sa mort. Que peut-on dire de l’enseignement qui y était dispensé ? À vrai dire, ce studium, dont les statuts s’inspiraient de ceux de Toulouse, est mal connu. Don du pape Jean XXII à sa ville natale en 1332102, l’université, incapable d’étendre son rayonnement au-delà de son propre diocèse, paraît n’avoir eu qu’une activité réduite103. L’organisation des études nous échappe quelque peu, mais on ne se trompera guère en affirmant qu’elle faisait la part belle à l’enseignement des deux droits. Les cours ordinaires se faisaient à la Chartreuse ou dans les autres monastères de la ville104. À l’époque de Benoît, un certain renouveau, auquel sa présence n’aurait pas été étrangère, se faisait sentir. Les statuts des collèges de Pélegry et de Rodez, respectivement fondés en 1365 et 1371, furent réformés en 1420 et 1466 dans un sens favorable aux études juridiques. Ces deux collèges, auxquels vint s’ajouter, en 1473, celui de Saint-Michel, créé, on l’a vu, par Jean Rubéi, fournissaient à la faculté de droit et à ses docteurs un précieux noyau d’étudiants105. Ainsi, le 9 septembre 1495, Guillaume Benoît prêta serment aux prieur et collégiats du collège de Pélegry d’en observer les statuts, en qualité de docteur régent en décrets in facultate canonica « pensionné » par le collège106 ; ce mode de rétribution est confirmé par un passage de la Repetitio dans lequel l’auteur évoque la nécessité d’être originaire du diocèse de Cahors pour être choisi comme collégiat dans cet établissement107. Que dire d’autre, qui ne puisse être démenti ? On voit répéter, dans la bibliographie ancienne, que l’Université était alors fréquentée par plus de quatre mille étudiants, dont douze cents pour la seule faculté de droit108, chiffres qui paraissent extravagants quand on les compare au nombre d’étudiants qui figurent sur les rôles des suppliques de l’époque du Grand Schisme : 61 en 1378 ; 97 en 1394109.

  • 110 M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t. II, p. 317 et 1876, t. III, p. 219, 230 et E. Albe, 1926 (...)
  • 111 Répertoire bibliographique des livres imprimés à Toulouse au XVIesiècle, 1975, E. Mareschal, n° 8 e (...)

36Au total, le véritable signe d’un redressement de l’université de Cahors à la fin du XVe siècle et au début du suivant est la présence de quelques maîtres d’une réelle valeur : en droit canonique, Guillaume Benoît bien sûr, mais aussi Martin de Barambour et peut-être Guillaume de Monserrat, que l’on a déjà rencontré ; en droit civil, Antoine de Petrucia110, auteur d’un Tractatus de viribus juramenti, publié à Lyon, en 1511, puis à Toulouse, en 1522 et 1535111

  • 112 [1reépître] et I.77.116 [main],
  • 113 Ce dernier, dans le discours adressé à son maître au moment de son élévation au doctorat, cite égal (...)
  • 114 Par sa bulle de facultés, Georges d’Amboise avait le droit de déléguer son autorité à la personne d (...)

37La réputation de Benoît tire aussi son origine de la présence, dans les rangs de ses étudiants, d’illustres personnalités. Claude Feydeau, dans son épître liminaire à la Repetitio adressée à feu le savant professeur, ainsi que l’éditeur du commentaire, dans une addition au texte, rapportent le nom de quatre d’entre eux112. Trois sont de futurs cardinaux : Amanieu d’Albret, François-Guilhem de Clermont-Lodève et Louis [II] d’Amboise ; le quatrième est Louis [II] de Rochechouart113. Les trois derniers cités sont des membres de la famille d’Amboise, tous neveux de Louis, l’évêque d’Albi, et de Georges, l’archevêque de Rouen114.

  • 115 Dictionnaire de biographie française, t. I, 1933, col. 1299-1301 ; P. Imbart DE La Tour, 1944, t. I (...)

38Amanieu d’Albret († 1520) n’est autre que le second fils d’Alain le Grand, sire d’Albret et le frère de Jean d’Albret, qui devint roi de Navarre par son mariage avec Catherine de Foix. « Il vit les dignités pleuvoir sur lui », comme le disent ses biographes, quand César Borgia reçut la main de sa sœur, Charlotte d’Albret. En dépit des leçons de droit canonique de son bon maître cadurcien, il mena une carrière ecclésiastique jugée aujourd’hui comme le « pire exemple » de la décadence du clergé sous Louis XII. En vingt ans, il occupa dix sièges, soit comme administrateur d’évêché soit comme évêque, et régit plus de vingt abbayes ; il fut en sus élevé au cardinalat le 28 septembre 1500. Il prit le parti du concile de Pise, ce qui ne le priva qu’un temps de ses bénéfices car Léon X les lui rendit en 1517. On retiendra ici qu’à un moment ou à un autre, le cardinal d’Albret, « par des trafics scandaleux », a contrôlé tous les évêchés de Foix, Béarn et Navarre dont l’étendue correspondait à la zone d’influence de sa puissante famille115.

  • 116 Gallia regia, n° 13733.
  • 117 Le 2 mars 1512, Guillaume Benoît est rapporteur d’un arrêt du Parlement concernant l’archevêque d’A (...)
  • 118 Dictionnaire de biographie française, t. VIII, 1959, col. 1507-1508 ; J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 93 (...)

39Les trois autres élèves de Benoît appartiennent au tentaculaire « clan d’Amboise ». François-Guilhem de Clermont-Lodève (1480-1541) était en effet fils de Tristan-Guilhem de Clermont-Lodève († 1497), qui avait été lieutenant de Louis d’Amboise en Languedoc en 1480-1484116, et de Catherine d’Amboise, sœur du cardinal Georges d’Amboise. Élevé par son oncle et destiné à l’Église, il était bachelier en théologie (frotté de droit canonique peut-on désormais ajouter) et âgé de vingt et un ans lorsqu’il fut nommé évêque de Saint-Pons, en 1501. Transféré à l’archevêché de Narbonne dès 1502 et préconisé cardinal l’année suivante, il allait devenir le cardinal d’Auch après son transfert en 1507117. Arrêté par Jules II à Rome en 1511, il fut enfermé un temps au château Saint-Ange. Après la mort du pape, il fut nommé légat en Avignon (1514). Ses scandaleuses permutations de bénéfices et ses cumuls en ont fait un prélat aussi peu digne que le cardinal d’Albret118.

  • 119 III.27.31v°. Cette consultation fut rédigée après le 19 avril 1496 (date d’un arrêt du parlement de (...)
  • 120 Notice et bibliographie dans G. Souchal, 1976, p. 596-597.

40Il faut faire un sort particulier à Louis [II] d’Amboise, lui aussi neveu de Louis [I] et de Georges d’Amboise, car, pour avoir été son maître (et son conseiller, comme on va le voir), Guillaume Benoît obtint probablement la protection très recherchée de ses oncles et au-delà, celle du nouveau roi. Louis [II] (1477-1517), nommé, très jeune, archidiacre de Narbonne, fut évêque d’Autun (1501-1503) puis d’Albi (1503-1517). Il est le troisième fils de Charles d’Amboise ou de Chaumont, l’aîné de la famille († 1481). On sait qu’il étudia au collège de Navarre, puis à la faculté des arts (sous Jean de Lentement) et donc qu’il apprit le droit canon sous Guillaume Benoît à Cahors. Coadjuteur de son oncle Louis [I] dès 1496, désigné par le chapitre pour lui succéder en cas de démission ou de mort (22 mai 1497), questeur de la Sainte-Chapelle de Bourges, entre autres, il prit possession du siège d’Albi au décès de son titulaire. La résignation de l’évêché d’Albi par Louis [I] avait soulevé quelques difficultés puisque Guillaume Benoît donna à cette occasion une consultation destinée, semble-t-il, à garantir les droits de l’oncle face aux prétentions du neveu119. Créé cardinal par Jules II en juin 1506, Louis [II] suivit le roi en Italie où il mourut, ayant résigné son évêché en 1510120.

  • 121 L. de Lacger, 1912-1913 ; G. Souchal, 1976, p. 511-519 ; J.-L. Gazzaniga, 1995, index et surtout M. (...)
  • 122 Il avait débuté dans la carrière comme membre de l’administration de Charles VII dans le Languedoc (...)
  • 123 H. Gilles, 1965, p. 68-69.
  • 124 BMT, ms. 589, fol. 12.
  • 125 A. Renaudet, 1916, p. 234, 236, 303-304, 315. 350. etc. Sur Jean Raulin, Dictionnaire des lettres f (...)

41En dépit d’une brillante carrière, il « apparaît comme une réplique un peu pâle de son prédécesseur ». Son rôle politique est loin d’avoir été aussi important que celui de Louis [I] († 1503)121. Frère aîné du cardinal d’Amboise, ce dernier fut en effet l’homme de Louis XI, en particulier dans le Midi122. Il assura les différentes charges de lieutenant du roi en Languedoc (1473-1484), aux fins de surveiller le gouverneur Jean II de Bourbon, de lieutenant général en Roussillon et en Cerdagne (1474-1497) et de lieutenant général gouverneur du Rouergue (1481). Il succéda au cardinal Joffroy au riche évêché d’Albi (1474-1503). Son titre de président des États de Languedoc lui fut confirmé en 1477 et il sera dans l’histoire le seul à le porter123. Il fut membre du Conseil sous Charles VIII, connut une courte disgrâce pour ses sympathies « orléanistes » (une tradition chez les d’Amboise) puis fit voir sa réhabilitation en bénissant le mariage du roi en 1491. Toujours spécialiste du Conseil en ce qui concernait le Languedoc, il fut désigné pour administrer les domaines d’Armagnac en 1497. Il fut enfin l’un des « conseillers les plus secrets » de Louis XII. Benoît, dans un discours de 1499, le qualifie de totius Francie regni moderator… et censor equissimus124. Louis [II], sans égaler l’influence de son oncle, eut aussi quelque rôle dans les affaires méridionales : il intervint notamment dans l’affaire du mariage de la nièce du roi, Germaine de Foix, avec Ferdinand d’Aragon. Ne négligeons pas, surtout, les liens qu’ont entretenus les deux Louis avec les cercles humanistes parisiens. Louis [II] en particulier avait été l’élève au collège de Navarre de Jean Raulin. Après que celui-ci fut entré comme novice à Cluny en 1497, le futur évêque le pria de le diriger, ce que Raulin accepta comme en témoigne sa correspondance125.

  • 126 Voir L. de Rochechouart, 1859.
  • 127 Gallia regia, n° 21422-21423. L. DE Rochechouart, 1859, t. I, p. 172-177 et 219-227.
  • 128 F. Avril et N. Reynaud, 1993, p. 253, 419 et 421.
  • 129 P. Ourliac, 1994. p. 152.
  • 130 F. Collard, 1996 (a), p. 82 ; S. charrier, 1996, p. 37-38. Voir aussi L. Thuasne, 1903, t. I, p. 22 (...)
  • 131 Voir Gallia christiana, t. II, col. 1095 et 1271 et surtout C. Couderc, 1893, p. 207 n. 3 (« Ne fau (...)
  • 132 F.-A. de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, t. XVII (1872), col. 298.

42Guillaume Benoît pouvait compter sur de solides appuis : il était naturel d’en tirer profit ; l’avènement du duc d’Orléans allait l’y aider. L’année 1498-1499 fut la dernière année de son professorat à Cahors. Le point d’orgue de cette carrière d’enseignant fut la remise des insignes du doctorat, le 5 février 1499, au quatrième de ses illustres élèves, Louis [II] de Rochechouart. À vrai dire, ce dernier est sans doute le moins « illustre » des quatre ; sa famille126 l’est davantage que lui. Deux membres de la branche des Rochechouart, seigneurs de Chamdeniers, François et Antoine, ont occupé, à la même époque, l’office de sénéchal de Toulouse (1502-1522 et 1522- 1545)127. François, conseiller écouté de Louis XII, exerça, de 1508 à 1512, les fonctions de gouverneur de Gênes ; grand seigneur cultivé, il fit exécuter en 1510 deux remarquables manuscrits à peintures128. Ces deux personnages relèvent de la première branche aînée alors que Louis [II] relève de celle, alors cadette, des Mortemart. On a suggéré que Guillaume Benoît avait été lié, par le biais du neveu, avec l’oncle, Louis [I] de Rochechouart († 1495 ou 1496), évêque de Saintes, qui réunissait chez lui de « doctes personnes »129. Prélat ouvert à l’humanisme, à la tête d’une bibliothèque de 200 volumes, il accueillait en effet chez lui les meilleurs esprits du temps lors de banquets qui ont été célébrés par Gaguin dans sa correspondance130. En fait, il semble que l’on ait souvent confondu l’élève de Benoît avec son oncle ou même avec son frère, Pierre, également évêque de Saintes. Il s’agit fort probablement de Louis [II], archidiacre d’Aunis et abbé de Montierneuf (élu en 1500 puis en 1501 ; mort en 1505). Dans l’acte de son élection, il est clairement désigné en qualité de decretorum professor eximius 131. On n’omettra pas enfin de signaler que ce personnage était également allié à la famille d’Amboise ; sa mère Marguerite est une fille de Pierre d’Amboise et donc une sœur de Louis et de Georges132.

  • 133 Nous pensons consacrer ultérieurement une étude spéciale à ce beau document que M. Fournier (Les st (...)
  • 134 I.60.213 [main] : hœc quœstio fuit plene disputata per duos juvenes scholares in doctoratu domini L (...)
  • 135 BMT, ms. 589, fol. 1-10.
  • 136 BMT, ms. 589, fol. 11v°-12v° : Benoît évoque tour à tour les figures de Charles, seigneur de Chaumo (...)
  • 137 Qui avait suivi les leçons, à Pavie, des monarchœ juris Jason de Mayno et Lancelot Dèce (BMT, ms. 5 (...)
  • 138 BMT, ms. 589, fol. 10-21. Voir E. Albe, 1926, p. 32 n. 53 (mention du serment prêté entre les mains (...)

43Les cérémonies qui entourèrent le doctorat de Louis de Rochechouart sont narrées au long dans le manuscrit 589 de la bibliothèque municipale de Toulouse133. Deux notes additionnelles de la Repetitio y font allusion134. Le 7 janvier 1499 avaient été affichées sur les portes de la cathédrale de Cahors les conclusions d’une répétition de Guillaume Benoît sur la première décrétale du titre De electione et electi potestate (Extra., 1,6, 1). Le 15 janvier suivant, une première solennité eut lieu. Le maître fit un bref discours et s’adressa successivement au recteur de l’Université, Paulus de Cruce, à l’évêque, Antoine de Luzech, au « protonotaire d’Albret » et à l’« élu d’Albi », c’est-à-dire à ses deux anciens élèves Amanieu d’Albret et Louis [II] d’Amboise, enfin à l’official, aux consuls et aux officiers royaux. Il répéta ensuite la décrétale, mais le texte de l’exercice ne fut pas conservé. Après le repas, un jeune étudiant, argua contre les conclusions de Guillaume ; Louis répondit alors « sous lui », conformément à l’usage135. Enfin, le 5 février 1499, après deux discours de l’impétrant et du professeur, lequel fit un éloge appuyé de la famille d’Amboise136 puis de son élève137, on conféra les insignes du doctorat à Louis de Rochechouart138.

  • 139 I.13.46 (additio) :… fuit anno M CCCCXCVIII per dominum nostrum regem Ludovicum XII anno regni sui (...)

44Ce fut le dernier acte que Guillaume Benoît accomplit à l’université de Cahors. Nommé par faveur royale (grâce au cardinal d’Amboise ?) conseiller lai au parlement de Bordeaux au mois de mars 1499, il prenait séance le 22 avril suivant. Renouant avec son habitude, il apprend lui-même cette nouvelle au lecteur de la Repetitio, une première fois par le biais de l’allégation de la grande ordonnance de Blois sur la justice de mars 1499 ; une seconde fois à propos d’un arrêt du parlement de Bordeaux daté du 23 juin 1499 (additions de l’auteur)139.

  • 140 1reépître de Claude Feydeau : Talabardo Benedicto professori jurium solertissimo cathedra patris ca (...)
  • 141 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87. Le 23 juin 1508, un procès oppose Guillaume Benoît et Raymonde d (...)

45A cette époque, Guillaume Benoît n’avait pas atteint sa quarante-quatrième année. Laissa-t-il la chaire à Talabard, son fils ? C’est probable140. Car Benoît avait alors fondé famille. Il était marié avec la toulousaine Raymonde de Limotges, fille de Jean de Limotges et Claire d’Avet, dont il avait déjà eu, semble-t-il, quatre enfants : Raymond, Talabard, Bernarde et Françoise141.

  • 142 I.130.467 (additio) et II.90.140 (texte cité note 81). On pourrait aussi signaler la présence d’un (...)
  • 143 I.195.148 : neque posset Carolus VIII rex noster modernus testamentum facere de regno…

46Désormais, une autre carrière s’ouvrait à lui. L’universitaire avait su gagner à Cahors une renommée qui, on va s’en apercevoir, avait franchi les limites du Quercy ; il souhaitait alors rencontrer les honneurs : le voilà donc parlementaire. La proximité chronologique entre sa nomination et l’avènement de Louis XII fait supposer qu’il devait une telle distinction au nouveau roi, qu’il désigne par deux fois au moins comme son « bienfaiteur »142. En outre, un passage de la Repetitio, dans lequel Benoît insiste sur l’impossibilité absolue pour le roi de France de transmettre son royaume par testament, a donné à penser que ce rappel de la règle d’indisponibilité de la Couronne avait aussi pour but d’affirmer, en vertu des nécessités de l’heure, que Charles VIII ne pouvait en aucun cas déshériter Louis d’Orléans143.

Un conseiller aux parlements de Bordeaux et de Toulouse

  • 144 III.45v°.
  • 145 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire.
  • 146 III.45 (épître ainsi datée : raptim ex Burdegala scriptum, tertio nonas februarii, c’est-à-dire du (...)
  • 147 F. Vindry, Bordeaux, 1910, p. 47 n. 42 et p. 53 n. 74. P. Roudié, 1957-1959 a publié l’inventaire d (...)
  • 148 Quid lucidius ? quid clarius ? quid denique nitidius quam tua manu scripti codices ? Nescio si aliu (...)

47Le discours d’installation de Guillaume Benoît, prononcé le 22 avril 1499, a été publié dans le troisième tome de ses œuvres144. Son principal intérêt réside dans la volonté affichée du nouveau conseiller de dédier son ouvrage sur les dernières volontés et les successions à ses collègues bordelais145. Il donne aussi l’impression que le professeur cadurcien fut bien accueilli à Bordeaux, où sa réputation semble l’avoir précédé. On en veut pour preuve l’épître que Benoît a placée en tête de ce discours et qui est signée « Du Fau »146 ; il s’agit très probablement de Lancelot Du Fau († 1523), petit-fils, par sa mère bâtarde, de Charles Ier duc de Bourbon, et qui fut conseiller au parlement de Bordeaux en 1488, puis conseiller et président de 1498 à 1514 et enfin évêque de Luçon en 1515147. À l’évidence il a lu la future Repetitio et la prodigieuse érudition qui y est déployée l’a stupéfait ; il ne sait s’il doit reconnaître en son collègue un nouveau Praxitèle, un nouveau Salomon ou un nouvel Aristote148 ! Le parlement de Bordeaux n’était-il pas indigne d’un tel conseiller ?

  • 149 G. D. Guyon, 1976, p. 23 et 1996, p. 289.
  • 150 A. Viala, 1953, t. II, p. 289-300.

48Au demeurant, on ne connaît guère les collègues de Guillaume Benoît. L’auteur des Decisiones Burdegalenses, l’illustre Nicolas Bohier, par exemple, n’a pu côtoyer l’auteur de la Repetitio, car il ne devint conseiller qu’en 1511 et tiers président en 1518149. Né en 1462, le parlement de Bordeaux a déjà derrière lui plusieurs années d’existence au début du XVIe siècle. Mais il a difficilement grandi à l’ombre tutélaire de ses deux grands voisins : Paris et Toulouse. Plus anciens, n’avaient-ils pas été amputés pour permettre la constitution de son ressort ? Le parlement de Bordeaux se rapprochait le plus par son histoire de celui de Toulouse, mais l’orgueil de cette dernière Cour se manifestait avec beaucoup d’intransigeance à son endroit, notamment sur la question des limites de leurs souverainetés respectives, ce qui créa des tensions permanentes jusqu’au règne de François Ier150.

  • 151 I.227.32 – I.89.10 – II.63.24 (additiones).
  • 152 II.64.33 (additio). Voir aussi une allusion à la jurisprudence du parlement de Bordeaux, II.67.50.
  • 153 III.52-54 (avec copie d’un arrêt du parlement de Bordeaux du 22 février 1502/3).

49Guillaume Benoît a retenu de son passage au parlement de Bordeaux quelques actes remarquables ; il cite dans ses additions à la Repetitio trois arrêts des 24 juin et 22 juillet 1499 ainsi que du 21 avril 1501151 auxquels il faut ajouter une décision en matière bénéficiale qui a été prise en 1502 (ou 1503), me stante consiliario in curia parlamenti Burdegalœ152. Enfin, Benoît n’avait pas alors renoncé à ses activités de consultant : il a laissé le texte d’une quœstio de venditione se rapportant au litige élevé entre Gaston de Montferrand et Jean bâtard de Cardonne à propos de la vente de la terre de Veyrines153. Peut-être fut-il chargé de quelque mission à l’extérieur ? Rappelons ici que c’est lors de son séjour bordelais que Guillaume Benoît s’est rendu à Nantes en octobre 1500, dans la suite du chancelier Gui de Rochefort, et probablement celle du roi et de la reine.

  • 154 F. Vindry, 1912, p. 178-179.
    La date des lettres du roi est donnée dans la Repetitio : … et deinde (...)
  • 155 Ce même jour, si l’on en croit J.-B. Dubédat, 1885. t. I, p. 100, les audiences souffrirent des cra (...)
  • 156 ADHG, B 12, fol. 231v°.
  • 157 ADHG, B 12, fol. 300 (appel du juge du Vivarais).

50Le 1er septembre 1503, Guillaume Benoît était nommé, par lettres du roi, conseiller lai au parlement de Toulouse sur la résignation de Jean Nicolaï, devenu maître des requêtes154. Il fut reçu le 13 novembre, lors de la séance de rentrée de l’année parlementaire 1503-1504155, mais permission lui fut donnée dès le surlendemain (15 novembre) « d’aller a Bordeaux et ailleurs pour donner ordre a ses affaires et demourer par trois sepmaines »156. Il réapparut au Parlement le 12 janvier 1504 pour siéger le matin à la Grand Chambre et l’après-midi à la Chambre des Enquêtes ; le 16 février suivant, les registres mentionnent son premier rapport157.

  • 158 Présentation générale de l’histoire du Parlement dans J.-L. Gazzaniga, 1994 (a).

51Ainsi s’était enfin accompli, par le simple effet de la volonté royale, le vieux rêve d’un homme de quarante-huit ans. Benoît était né à Toulouse, il y avait commencé ses études et les avaient menées à l’Université en tout ou partie. Cahors, pays d’origine ou patrie d’adoption, se trouvait dans le ressort, mais Toulouse était la capitale de la province et son Parlement s’y reconnaissait la vocation, sinon le droit, de s’occuper de tout158. Comment ne pas avoir ardemment désiré d’y siéger ?

  • 159 Le Parlement faisait subir aux nouveaux officiers un véritable examen pour vérifier leurs connaissa (...)
  • 160 D’après A. Viala, 1953, t. I, p. 191, pendant le premier quart du XVIe siècle, sur un total de 56 v (...)

52Ce désir fut-il réciproque ? Benoît jouissait d’une grande réputation de science, c’est entendu et on peut supposer que le droit d’examen de la compétence juridique des candidats que se réservait la Cour, dès les environs de 1500, n’inquiéta guère le professeur cadurcien159. Mais son nom n’avait pas figuré au nombre des trois propositions ordinairement présentées au roi au moment de la vacance d’un office, puisqu’il avait été transféré directement de l’autre Cour méridionale160. La faveur royale avait pourvu à cela, mais on peut soupçonner que l’accueil ne fut pas, à Toulouse, aussi enthousiaste qu’à Bordeaux ; au reste, le discours d’installation du nouveau conseiller, s’il a jamais existé, ne nous est pas parvenu.

  • 161 Voir plus haut, note 62.
  • 162 A. Viala, 1953.t. I, p. 236.
  • 163 Ibid., t. II, p. 295-298 et 1. I, p. 234-235.
  • 164 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à sa postérité (p. 135).
  • 165 Références dans P. Ourliac, 1992, p. 80 n. 9 et 1994, p. 149 n. 4. L’affaire défraya longuement la (...)
  • 166 L’affaire apparaît dans les registres dès le 13 novembre 1507 et s’étire tout au long de l’année pa (...)
  • 167 ADHG, B 14. fol. 633v°-634. Sur cette affaire, A. Viala, 1953, t. I, p. 165-166. Benoît semble s’êt (...)

53En quoi Guillaume Benoît aurait-il pu risquer de déplaire ? Il était un ancien étudiant de l’Université, mais peut-être n’y avait-il pas pris tous ses grades. On enquêtait, ne l’oublions pas, sur le mérite intellectuel de l’impétrant, auprès du syndic161. Au reste, il n’avait pas enseigné à Toulouse, mais à l’université rivale de Cahors. Autre élément d’appréciation, non défavorable celui-là : l’origine géographique. La plupart des conseillers de notre période venaient de provinces du ressort. Benoît était né à Toulouse et le Quercy fournissait un personnel nombreux au Parlement162. Benoît était aussi passé par la Cour de Bordeaux, qui avait d’ailleurs contesté, en vain, la souveraineté du parlement de Toulouse sur le Quercy ; il n’était pas le seul : Jean de Selve aurait aussi suivi ce chemin, mais ce qui commençait de l’emporter à la fin du XVe siècle, c’était les attaches étroitement locales163. Enfin, P. Ourliac a vu l’écho d’une promotion critiquée dans l’élégie malveillante que Jean de Boyssoné consacra à la Repetitio 164 : Benoît aurait contribué à faire écarter du Parlement l’oncle de ce dernier, le professeur de droit civil Jean de Boyssoné l’Ancien, dit Luscus, accusé d’avoir fait délivrer des diplômes universitaires falsifiés165. L’intransigeance n’attire pas l’amitié, mais c’était celle de la Cour. Car l’implication de notre conseiller dans la longue instruction de l’affaire (1507-1509) n’est rien moins qu’évidente, alors que les conseillers Étienne Aufréri et Raymond Béral furent chargés de faire les « inquisitions » et le conseiller Jean Séguier de rapporter l’arrêt définitif du 12 janvier 1509166. On peut voir une meilleure preuve de cette supposée intransigeance dans l’incident que le sourcilleux conseiller souleva en rapportant devant la Grand Chambre, le 11 janvier 1511, les propos de Jean Reynier, juge de Villelongue, qui avait accusé des parlementaires d’avoir, à l’occasion d’un procès, « prins des taces et flascons (d’argent) a demy douzaines voire a douzaines »167.

  • 168 E. Albe, 1926, p. 31, n° 48.
  • 169 Ibid., t. I, p. 236, 242 et 270.
  • 170 Voir note 92 (affaire de la chancellerie de l’université de Cahors).

54Quand Benoît prit séance, le personnel du Parlement était en train de se renouveler. Le premier président Jean Sarrat mourrait en fonction le 24 avril 1504 et le roi choisit pour le remplacer Nicolas de Saint-Pierre, déjà second président, au détriment des conseillers Jean Nicolaï et Jean de Selve, promis l’un et l’autre à d’autres honneurs. Son décès, le 7 août 1507, devait marquer la fin d’une courte présidence ; elle précéda la nomination de Pierre de Saint-André, qui était alors tout à la fois deuxième président et gouverneur de Gênes. Ce remarquable magistrat n’est autre que celui qui, avec Antoine de Topignon, enseigna à Guillaume Benoît, jeune étudiant en droit civil, « tout ce qu’il savait », comme il l’a confié lui-même. Au demeurant, le nouveau conseiller était loin d’être un inconnu aux yeux de ses collègues et il n’est pas sans intérêt de rappeler les noms de ceux qui avaient pu à un moment ou un autre croiser sa route. Le troisième président Jean de Morlhon († 1508) par exemple, fils du vénérable Antoine de Morlhon, paraît avoir eu des biens en Quercy ; en outre, le 26 janvier 1496, il avait reçu à Cahors le doctorat in utroque sous les professeurs Pons Buffet et Antoine de Petrucia168 et, dans les années 1517-1520, il fut chancelier de cette même université169. On le retrouvera aux côtés de Guillaume Benoît au moment de l’affaire Lomagne. À propos de cette même affaire, il convient d’évoquer l’autre grand nom de la faculté de droit canonique toulousaine, le conseiller Étienne Aufréri, que son contemporain connaissait déjà et dont la promotion à la présidence aux Enquêtes, le 25 juin 1504, suivit de près, elle aussi, son arrivée à Toulouse170. Parmi les conseillers, citons Matthieu Bosquet, conseiller de 1502 à 1520, qui était, comme on l’a vu, le fils du maître en droit civil de Benoît à Toulouse, Jean Bosquet. Nicolas Benoît, de la famille des Benoît de Pechbonnieu, était mort, peu avant de côtoyer son homonyme, en 1502. Jean Robert, gendre de Guillaume depuis 1509, ne devint conseiller qu’en 1519. Enfin, lorsque l’ancien conseiller bordelais s’installait, l’avocat général au Parlement Antoine Duprat, nommé maître des requêtes le 13 octobre 1503, quittait la Cour mais c’était pour y revenir en cette qualité et jouer un rôle actif dans le procès du maréchal de Gié. Benoît eut, en revanche, l’occasion de siéger quelque temps en compagnie d’un autre protagoniste de ce même procès, le futur premier président au parlement de Paris, Jean de Selve, nommé à Rouen en 1505 ; de même, à partir de 1509, il put connaître l’humaniste Jean de Pins, conseiller jusqu’en 1524.

55Les registres des arrêts, les références d’A. Viala et quelques citations tirées de la Repetitio permettent de suivre sommairement les différents épisodes de la carrière parlementaire de Guillaume Benoît à Toulouse.

  • 171 ADHG, B 16, fol. 481v° (prisonnier appelant des capitouls au sénéchal de Toulouse).
  • 172 ADHG, B 16, fol. 495. Le 9 septembre 1516, la Cour se déclare « advertie du trespas de feu maistre (...)
  • 173 Sur les 130 mois (la Cour siège ordinairement du lendemain de la saint-Martin à la mi-septembre, so (...)
  • 174 Sur la question de l’assiduité des conseillers à cette époque, voir A. Viala, 1953, t. I, p. 151-15 (...)
  • 175 Le 24 mars 1514. pour « aller a Pamyés pour executer l’arrest donné entre l’evesque de Pamyés d’une (...)
  • 176 ADHG, B 15, fol. 189.
  • 177 Exemples : 1503-1504 : absence entre le 8 mai et le 12 juin 1504 ; 1509-1510 : absence entre le 15  (...)

56Conseiller, Benoît le demeura jusqu’à sa mort : il rapporta sa dernière affaire le 31 juillet 1516171 et était encore en exercice le 26 août, soit une dizaine de jours avant de disparaître172. Au reste, les registres d’audience témoignent d’une assez grande assiduité173. Lors des sessions 1505-1506, 1506-1507, 1512-1513 et 1513-1514, années de forte présence, Guillaume Benoît siégea respectivement pendant 201, 149, 196 et 170 journées. On le voit alors apparaître à la Grand Chambre et bien davantage à la Chambre des Enquêtes, le matin comme l’après-midi (de relevée). Bien sûr, durant toutes ces années, il s’absenta assez souvent174. Il accomplit, comme on le verra, diverses missions auprès du roi : en 1507-1508 (sa plus longue absence : sept mois), en 1510-1511 (près de deux mois), en 1515 (trois mois) ; ou auprès du Grand Conseil : en 1509. Il dut partir aussi en commission judiciaire, comme le prouvent deux congés donnés en 1514175. Un cas d’absence de force majeure était l’épidémie, dès lors qu’elle prenait un caractère de gravité obligeant le Parlement à quitter Toulouse. À la rentrée de 1506-1507 précisément, la Cour se transporta à Montauban et ne revint à Toulouse que le 8 février 1507 ; Benoît ne se montra pas avant le 9 janvier. Autre circonstance exceptionnelle : la prorogation des séances. Le 6 septembre 1512176, on décida qu’elles se prolongeraient jusqu’au 10 novembre suivant ; Benoît ne juge pas utile de siéger au-delà du 24 septembre. On a vu plus haut que le nouveau conseiller bénéficia d’un « congé d’installation » : on lui donna trois semaines ; il prit deux mois. Benoît prit enfin des congés pour convenance personnelle. Mais, comme seules ont été consignées dans les registres, semble-t-il, les absences donnant droit au versement du plein traitement, il n’est point question de ceux-ci. Ils ont pu s’étendre jusqu’à trois mois comme en 1509-1510, où le conseiller n’apparaît en séance que le 18 février177.

  • 178 Arrêt du 26 avril 1505 cité I.47.62-63 et I.112.221 = arrêt concernant Raimond Pagèse et Anne de No (...)
  • 179 1503-1504 : 12 ; 1504-1505 : 24 ; 1505-1506 : 23 ; 1506-1507 : 15 ; 1507-1508 : 1 ; 1508-1509 : 16  (...)

57Il nous faut dire un mot du travail accompli. Benoît l’évoque lui-même. Neuf arrêts du parlement de Toulouse situés dans la période où il fut conseiller sont mentionnés dans les additions de la Repetitio ; s’y ajoute, pour la même période (1504-1514), l’allusion à deux procès en instance. Vérification faite, deux seulement de ces différentes affaires ont été rapportées par lui178. Il y en eut bien d’autres et les registres d’arrêts permettent de faire le compte de ces rapports. Ils s’élèvent au nombre de 181 pour les 13 sessions auxquelles Benoît participa, soit une moyenne de 14 par an ; en réalité le nombre de ceux-ci oscille entre 1 rapport pour l’année parlementaire 1507-1508 et 24 pour 1504-1505179. Dégager une typologie de ces interventions est chose délicate, car le dispositif des arrêts décourage bien souvent toute analyse sur le fond des causes jugées. Pour autant qu’on puisse la saisir, l’activité de Benoît n’est guère spécialisée, ni au regard la géographie (7 rapports concernent le Quercy ou des appels du sénéchal du Quercy) ni au regard de la matière (8 rapports concernent des affaires criminelles ; 33 des affaires bénéficiales).

  • 180 Voir l’introduction aux fonds du parlement de Toulouse rédigée par l’archiviste F. Galabert, introd (...)
  • 181 Relations parfois contradictoires. Si le 16 janvier 1509, la Cour estima, sur le rapport de Benoît, (...)

58Au bout de dix ans d’exercice, c’est-à-dire à partir de 1512-1513, Guillaume Benoît ne siégea plus à la Chambre des Enquêtes, mais seulement à la Grand Chambre. Ainsi se vérifie l’usage, dûment observé pour le siècle suivant, selon lequel les nouveaux conseillers étaient tout d’abord affectés aux Enquêtes ; l’ancienneté leur permettait ensuite d’entrer dans ce que l’on appellera plus tard le tour de service de la Grand Chambre180. Il est important de relever que le long séjour de Benoît aux Enquêtes fut sans doute marqué par une étroite collaboration avec son président, Étienne Aufréri181.

  • 182 I.13.46 (additio) : arrêt rendu me stante consiliario in dicta curia. Voir A. Viala. 1953, t. I, p. (...)

59Évoquons trois affaires dont Benoît s’est fait l’écho dans la Repetitio. L’affaire Gineste tout d’abord (1504-1509)182. Dans le cadre de la tutelle que prétendait exercer le Parlement sur les juridictions royales subordonnées, la Cour se préoccupa de contrôler les rapports entre les officiers juges et les « fonctionnaires » qui les entouraient. Il s’agissait en particulier de limiter le nombre des lieutenants et d’empêcher leur révocation inconsidérée. Guillaume Benoît, au cœur d’un exposé de la Repetitio portant sur les offices, mentionne dans une addition le procès qui opposa à partir de 1504, devant le Parlement, Jean Gineste et Jean Guarrigues à propos des fonctions de lieutenant clerc du sénéchal de Rouergue. Les deux personnages avaient été nommés et destitués par les sénéchaux qui s’étaient succédé. Benoît relate le début de cette affaire qui, en dépit de l’intervention du roi, était toujours en instance au Parlement en 1509 et encore en 1514.

  • 183 La sécularisation définitive intervint en 1514 (H. Gilles, 1992, p. 166 [1979]).
  • 184 I.64.6 [main]. Voir p. 497.

60Un autre procès, qui était en cours depuis la Noël 1510, voyait s’affronter Pierre de Rosier, évêque de Lavaur et prévôt du chapitre cathédral de Saint-Étienne, avec les chanoines, à propos de la sécularisation du chapitre183. La décision soudaine et unilatérale de ceux-ci d’abandonner l’habit régulier semble avoir choqué Benoît qui assimile leur attitude à celle des moines de Saint-Martin de Tours, lesquels furent, sur la foi du Compendium de Robert Gaguin, durement châtiés de leur témérité184.

  • 185 Mentionné dans le dictionnaire d’E. Wickersheimer, 1979, p. 94.
  • 186 II.90.133 [main]. Voir J.-B. Dubédat, 1885, t. I, p. 123 et ADHG, B 14, fol. 774v° (21 juin 1511) e (...)

61Enfin, Benoît mentionne la mémorable condamnation pour hérésie de Gondisalvus de Molina (Gonzalve de Molina), dont le cadavre fut brûlé sur la place Saint-Étienne, en 1511. Ce docteur en médecine185 « avoit irreveremment mis sus une serviete le precieux corps de Nostre Seigneur, que le recteur de l’eglise metropolitaine de Sainct Estienne de Tholose lui avoit administré en son lit, ou il estoit malade », comme le rapporte l’arrêt du 21 juin. Le Parlement, à l’instigation de l’inquisiteur de la foi, fit alors injonction au juge-mage de Toulouse et à l’official de lui « faire ensemble procès ». Ordre fut ensuite donné, le 19 novembre, de délivrer à l’exécuteur de la haute justice le corps de feu Gonzalve de Molina, « en son vivant déclaré hérétique ». L’exemple de ce malheureux médecin vient à l’esprit de Benoît lorsque, dans un passage de la Repetitio, il juge valide le testament du condamné à mort qui décède avant l’exécution de la sentence sauf en cas de crime de lèse-majesté et, précisément, en cas de crime d’hérésie186.

  • 187 I.2.17 (additio) : Et ita fuit arresto in possessorio successionis domus de Ferrieres ad utilitatem (...)
  • 188 ADHG, B 13, fol. 490v°.
  • 189 BNF. P. Orig., 290. n° 10 et 13. Ces références m’ont été fournies par M. le Professeur Gilles que (...)
  • 190 ADHG, B 13, fol. 582 et 694v°.
  • 191 À la vérité un peu moins si l’on considère que Benoît devait être présent à Toulouse au moment du j (...)
  • 192 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire.

62Un souvenir ayant trait à cette époque revêt une certaine importance. Benoît dit en effet, dans sa répétition, avoir siégé à l’Échiquier de Rouen pour une affaire jugée en février 1508. On s’y montra favorable à la règle de la légitimation par mariage subséquent pour autoriser le droit des filles d’un prêtre à succéder187. Un arrêt du parlement de Toulouse du 17 décembre 1507 donnant permission aux conseillers Sacaley et Benoît de se rendre à l’Échiquier de Normandie « pour assister au jugement de certain procès nommé esd. lettres [patentes du roy] avecques certains autres conseillers des autres ses cours de Parlement » confirme cette assertion188. Mais ce déplacement répondit peut-être à d’autres raisons si l’on en juge par deux quittances datées de 1508 qui font mention des gages dus à Guillaume Benoît pour cinq mois entiers qu’il a été « prés et a l’entour de sa personne [le roi] occupé pour ses principales affaires dequelz led. seigneur ne veult estre faicte aucune mention »189. La consultation des registres montre en effet que, si le conseiller Étienne Sacaley est de retour au Parlement dès le 16 mars 1508, notre canoniste ne réapparaît que le 11 juillet suivant aux Enquêtes190. Ces sept mois d’absence191 correspondent à l’évidence à l’accomplissement d’une ou plusieurs missions différentes de celle qui le mena à la Cour normande. Pourquoi ne pas rapprocher ce déplacement d’avec celui qui conduisit Guillaume Benoît à Blois en 1507 (ancien style) ? Le voyage à Rouen suggère enfin un rapport avec la rédaction du Traité sur le duché de Normandie dont on parlera ultérieurement192.

63Mais il est encore deux affaires « politiques » auxquelles Guillaume Benoît eut à s’intéresser mais dont il ne souffle mot.

  • 193 Pour un premier récit de l’affaire : B. Quilliet, 1986, p. 306-325, passim et F. J. Baumgartner, 19 (...)
  • 194 R. de Maulde la Clavière, 1885, p. XCIII, XCIX et CVII.

64Le procès du maréchal de Pierre de Rohan-Gueménée, maréchal de Gié, est une des « procédures politiques » majeures du règne de Louis XII, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Maulde La Clavière193. On se souvient que le roi, par lettres patentes du 14 mars 1505, avait dessaisi brusquement le Grand Conseil, lui avait retiré la connaissance de l’affaire et l’avait transportée au parlement de Toulouse. Or, dès l’origine, d’anciens ou futurs officiers de cette Cour avaient participé à l’instruction. Le 12 juillet 1504, en effet, une information secrète avait été confiée au breton Amaury de Quènequevilly et au prédécesseur de Guillaume Benoît au parlement de Toulouse, Jean de Nicolaï, maître des requêtes de l’hôtel. Le 30 septembre suivant, le Grand Conseil avait ouvert, de son côté, une instruction supplémentaire et rectificative qui fut commise aux conseillers Nicolaï et Pierre de Saint-André, futur premier président à la Cour méridionale, que Benoît, nous le savons, connaissait fort bien. Enfin, le 28 octobre 1504, un complément d’instruction fut assigné à une commission de six conseillers, dont quatre étaient des « Méridionaux », au moins d’adoption : Nicolaï, Saint-André, Antoine Duprat et Jean de Selve194.

  • 195 Sur le procès au parlement de Toulouse, ibid., p. CXVI-CXXI.
  • 196 Ibid., p. 600 : « Premierement, pour ungne consultation et retenue de conseil que monsieur le conse (...)

65On s’est interrogé sur le choix du parlement de Toulouse : était-ce parce qu’il passait pour « fort strict », comme le dit Maulde ? était-ce parce que l’éloignement de la Cour faisait espérer aux adversaires du maréchal de pouvoir davantage qu’à Paris peser sur la procédure195 ? De fait, la reine mettait tout en œuvre pour parvenir à ses fins : à Toulouse, elle faisait prendre consultation sur consultation, signée de jurisconsultes et de conseillers au Parlement. Benoît lui-même, mentionné dans un « mémoire pour menus frais de la procédure finale » du 23 juillet 1505, reçut deux écus d’or pour avoir apporté sa participation à une « consultation et retenue de conseil » faite par le conseiller Georges d’Olmières le 11 mai précédent196.

  • 197 Précisons ici que Maulde s’est appuyé pour l’essentiel sur les pièces figurant au Trésor des charte (...)
  • 198 Rajouter la présence aux audiences des 21 juin et 10 juillet 1505 rapportées par Maulde (p. 423 et (...)
  • 199 ADHG, B 12, fol. 611.
  • 200 Le 30 juin, Benoît est admis au conseil avec les commissaires (ADHG, B 12, fol. 614v°) ; par la sui (...)
  • 201 Voir ADHG, B 13, fol. 73v° et R. de Maulde la Clavière, 1885, p. 522, 557, etc. Sa carrière est int (...)

66Les documents édités par Maulde ne livrent malheureusement pas d’autre indication sur le rôle tenu par Benoît lors du procès197. Mais la lecture des arrêts du Parlement nous en apprend un tout petit peu plus. Les débats s’étalèrent du 16 juin au 19 juillet 1505. Le rôle des commissaires « méridionaux » fut important. Parmi les officiers nommés par le roi « en tant que mestier est, conseilliers en lad. Court pour ceste matière seulement » figurent les noms d’Accurse Maynier et Philippe des Astards, alors conseillers au Grand Conseil, futurs tiers président et conseiller au Parlement ; s’y ajoutent les maîtres des requêtes Nicolaï et Duprat ainsi que le président à l’Échiquier de Normandie Jean de Selve. Notre conseiller, quant à lui, assista à la quasi-totalité des neuf séances de l’été198 ; bien plus, on apprend que, le 23 juin 1505, « fut advisé et ordonné, actendu la gravité de la matière, que lessusd. maistres Matthieu Bosquet et Guillaume Benoist conseillers raporteront le procès, l’un communiquant avecques l’autre »199. Toutefois, les registres ne comportent aucune trace de cette activité : Bosquet est à l’évidence le véritable rapporteur de l’affaire200 ; le 7 mars 1506, il sera même désigné pour exécuter l’arrêt concernant le maréchal201. On connaît la conclusion du procès : Gié obtint un supplément d’enquête et l’affaire fut renvoyée à la rentrée suivante. Le parlement de Toulouse reprit ses travaux en décembre et, le 9 février 1506, il rendit son arrêt. Il condamna le maréchal mais le déclara, en dépit des pressions, absous du crime de lèse-majesté.

  • 202 A. Viala, 1953, II, p. 454 : ADHG, B 14, fol. 53v° (procès relatif à l’évêché de Lectoure). C’est s (...)
  • 203 Sur le détail de cette affaire : J.-B. Dubédat, 1885, t. I. p. 116-121 et surtout A. Viala, 1953, t (...)
  • 204 Qui figurait en qualité de témoin au contrat de mariage de Jean Robert et Bernarde Benoît, la propr (...)
  • 205 Benoît fut absent pour cette raison du 22 novembre 1510 au 11 janvier 1511.
  • 206 Pour P. Ourliac, 1992, p. 88-89, c’est Benoît qui dut rédiger ce mémoire. Nous discuterons cette op (...)
  • 207 Le 19 février 1511, Étienne Aufréri, président aux Enquêtes, et Jean Séguier, conseiller, sont char (...)

67Guillaume Benoît prit également part aux conflits nés entre le parlement de Toulouse et le pouvoir judiciaire du roi. La Cour méridionale se considérait comme souveraine et supportait mal que le roi évoquât en son Conseil des procès ouverts devant elle. Organisé sous le règne de Charles VIII en une cour complète et avec les caractères d’une véritable juridiction suprême, le Grand Conseil se mit en effet, au début du XVIe siècle, à utiliser toute la gamme des moyens d’action à sa disposition à l’égard de la Cour pour lui renvoyer des procès (comme celui du maréchal de Gié) ou la contrôler, notamment grâce aux évocations. Le Parlement n’opposa certes pas un refus constant de se laisser dessaisir : le 15 janvier 1509, il permit ainsi au conseiller Benoît d’aller rapporter un procès évoqué devant le Grand Conseil202. Mais l’échec de toutes ses tentatives de résistance modifia son attitude. En 1510-1511, les prétentions royales provoquèrent un grave incident : l’affaire Lomagne203. Gaston de Lomagne, seigneur du Claux, avait obtenu et présenté à la Cour des lettres d’évocation d’une affaire de succession qui l’opposait aux parentes de feu le conseiller Raymond Engilbaud. L’avocat du roi Barthélemy Robin204 prononça en faveur du refus d’obéissance à cet acte des paroles (5 février 1510) qui lui valurent un ajournement devant le Grand Conseil : on lui fit défense d’y comparaître (5 septembre 1510). L’affaire s’envenima. Le Parlement désigna alors (16 novembre 1510) le premier et le tiers président, Pierre de Saint-André et Accurse Maynier, les conseillers Jean de Morlhon et Guillaume Benoît pour aller présenter au roi ses remontrances205. Le mémoire évoquait en particulier le prétendu contrat d’après lequel le Parlement aurait été concédé à titre de privilège au Languedoc lors de la réunion du comté de Toulouse à la Couronne206. L’ambassade toulousaine fut mal accueillie : le 10 janvier 1511, les conseillers qui la composaient informèrent la Cour que le roi avait refusé de les voir. Mais le plus spectaculaire était à venir : le 22 janvier, le maître des requêtes Adam Fumée, accompagné de six archers de la garde, vint, au nom du roi, intimer au Parlement l’ordre de cesser la résistance, le menaçant même à cet effet de l’envoi de 200 hommes d’armes et de 500 archers. Le Parlement s’inclina207.

  • 208 II.84.54 (additio) = arrêt du 18 juillet 1514 portant condamnation contre Bernard Gasquet à être fu (...)

68Dans les loisirs que lui laissait un travail de parlementaire parfois tumultueux, Guillaume Benoît continua le commentaire de la décrétale Raynutius, et cela presque jusqu’à sa mort ; comme on le verra, ses compléments ont été introduits, sous forme de glose, par les éditeurs successifs. Le dernier arrêt cité est de juillet 1514 : il sanctionnait le bourreau de Toulouse pour avoir traité avec dérision des cadavres de pendus pour adultère208.

  • 209 ADHG, B 16, fol. 51-52 ; fol. 52v° : pour faire ledit voyage, on baille 200 1.t. au premier préside (...)
  • 210 ADHG, B 16, fol. 113-113v°. Benoît est naturellement mentionné comme conseiller lai dans les lettre (...)
  • 211 Benoît dès le 21 avril ; les autres le 25 avril (ADHG, B 16, fol. 132 et 134).
  • 212 F. Vindry, 1912, p. 178 ; Catalogue des actes de François Ier, t. V, p. 299, n° 16218.
  • 213 Voir ADHG, B 16, fol. 512 : Choix de sujets à proposer au roi pour la nomination à l’office de cons (...)

69Les 11 janvier 1515, Benoît était présent à la séance où fut annoncée la mort du roi Louis XII ; le lendemain 12 janvier, Pierre de Saint-André, premier président, Jean de Morlhon et Guillaume Benoît, conseillers, furent désignés pour faire la révérence au nouveau roi, au nom de la Cour209. Ce n’est que le 26 mars que les lettres de confirmation du Parlement parvinrent jusqu’à Toulouse210 ; les trois ambassadeurs devaient réapparaître peu après211. Ce voyage fut le dernier acte connu de Guillaume Benoît : il mourut le 4 septembre 1516, dans sa soixante et unième année212. Il fut remplacé par Jean de Rivière, reçu conseiller lai le 12 novembre suivant213.

  • 214 Sur ce qui va suivre, A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87 et les deux épîtres liminaires de Claude Fe (...)
  • 215 Talabard est toujours consul le 8 avril 1521 (E. Albe, 1926, p. 91, n° 929).
  • 216 Raymond, chanoine de Cahors, accompagne François de Genouillac, fils du célèbre Galiot, grand maîtr (...)

70Il laissait une veuve, Raymonde de Limotges, toujours vivante en 1518, et quatre enfants214. Talabard († avant 1546), seigneur de Trégantou, considéré comme « un autre Guillaume » par Claude Feydeau, lui succéda dans sa chaire de droit canonique et était en 1520 recteur de l’Université et consul de Cahors215. À la même date, Raymond (toujours vivant en 1546) était chanoine de Cahors216 ; prêtre prieur de Corneilhan, recteur de Bioule, il fut peut-être aussi chanoine de Saint-Étienne de Toulouse. Ce sont les deux fils de Benoît qui, toujours au témoignage de Claude Feydeau, décidèrent de l’impression de la Repetitio que seul Talabard dut préparer. On dispose enfin de quelques renseignements sur les deux filles dont les unions durent maintenir la balance égale entre le Quercy et le Toulousain dans le cœur de Guillaume Benoît : l’une, Bernarde, née avant 1487, épousa en 1509 Jean Robert, conseiller au parlement de Toulouse de 1519 à 1562 ; l’autre, Françoise, épousa la même année Bertrand de Tustal, alias de Ricart, seigneur de Costerauste en Quercy et bourgeois de Gourdon.

II. Le milieu toulousain

  • 217 Pour le milieu parlementaire, encore une fois A. Viala, 1953, surtout 1. I, p. 287-298.

71Pour comprendre l’atmosphère dans laquelle a grandi, enseigné et écrit Guillaume Benoît, il faudrait essayer de cerner les contours du milieu intellectuel méridional de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. La tâche est difficile car très peu de travaux ont été menés sur le sujet217. De ce que l’on peut savoir de la vie universitaire à Cahors, il est à craindre que nous ayons déjà dit l’essentiel. S’agissant des travaux des universitaires et des parlementaires toulousains, en revanche, presque tout reste à dire et on ne peut, pour l’heure, que rêver de pouvoir disposer d’une étude aussi fouillée que celle qu’avait produite, en son temps, Augustin Renaudet pour Paris.

72Dans ces conditions, les pages qui suivent ont une ambition très limitée. Il ne s’agit que de présenter la petite dizaine d’auteurs méridionaux, pour l’écrasante majorité d’entre eux toulousains, du moins par la formation, qui ont laissé des écrits « politiques » à l’époque de Guillaume Benoît. Nous en avons déjà cité certains, pour ce que l’auteur de la Repetitio les avait connus ou fréquentés ; nous supposons qu’il a pu rencontrer et/ou lire les autres.

Les universitaires

  • 218 III.5.45. Voir P. Arabeyre, 1990 et 1992.
  • 219 III.5.45. Il s’agit très probablement du De laudibus sanctorum Abel et Stephani prothomartyris ment (...)

73Le plus grand canoniste qu’ait produit l’université de Toulouse au XVe siècle est probablement Bernard de Rosier. L’éloge appuyé que Guillaume Benoît a inséré à la suite de la mention déjà citée de la Repetitio a suscité l’intérêt des biographes en raison des précieuses informations dont il s’accompagne218. Sous la plume de Benoît, Bernard de Rosier est marqué des traits sous lesquels on ne cessera de le dépeindre ensuite : une science inépuisable, une œuvre considérable, de grandes qualités d’évêque (bâtisseur, érudit, humble). Au demeurant, ces louanges quelque peu compassées le font apparaître comme un personnage déjà lointain, presque « historique ». Que demeurait-il, dans les jeunes années de Benoît, de l’enseignement que Bernard de Rosier dispensa pendant plus de vingt ans à ses élèves ? Notre futur docteur in utroque, qui arriva trop tard à la Faculté pour suivre ses cours, n’y songe guère : a-t-il lu les pulchra volumina dont il vante la rédaction par le futur archevêque et au nombre desquels figuraient les compilations juridiques et les traités ecclésiologiques en faveur du pouvoir pontifical, que de Rosier avait laissés après sa mort au chapitre de l’église Saint-Étienne ? Benoît se souvient seulement d’avoir « vu et lu » un des trois livres – aujourd’hui tous perdus – que le chanoine de Saint-Étienne avait composés à la louange du protomartyr et qu’une fois devenu archevêque, il avait fait attacher au chœur de la cathédrale219.

  • 220 H. Gilles, 1992, p. 314-316.

74Entre Bernard de Rosier († 1475) et Jean d’Ayma († 1530 ou 1531), titulaire de la deuxième chaire de droit canonique vers 1521220 et premier commentateur du concordat de Bologne, il n’est guère qu’un seul canoniste à mériter de la postérité – mais il est d’importance : c’est Étienne Aufréri. Conseiller au parlement de Toulouse depuis quinze ans lorsque Guillaume Benoît y fut reçu, cet auteur, dont l’œuvre était pour une large part destinée à composer un « Corpus parlamenteum » (F. Aubert), sera étudié plus loin, avec les parlementaires.

  • 221 Ainsi que nous l’a fait remarquer M. Gilles, c’est l’habitude, à Toulouse, dans la première moitié (...)

75On ignore jusqu’au nom du maître en droit canonique de Guillaume Benoît. Cet anonymat ne doit pas toutefois le faire mépriser, car la science de son élève témoigne grandement en sa faveur. Comme les régents des années de jeunesse de notre auteur demeurent également des inconnus, on ne pourra pas davantage juger de cet enseignement par comparaison. Il faut donc se déplacer dans le temps d’une génération. Sous le règne de Louis XII, quatre « docteurs toulousains », qui n’enseignèrent pas tous à Toulouse221, peuvent être cités. Certes, leur notoriété est faible et, à une exception près, ils sont ignorés de la Repetitio ; l’œuvre de ces contemporains de Benoît est cependant loin d’être négligeable.

  • 222 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 138 et 140.
  • 223 M. fournier et L. Dorez, 1902, t. III, p. 403 et 406 ; 434 ; 461-462 ; 467 et 480.
  • 224 D’après A. Navelle, 1992, t. X, p. 114.
  • 225 F. Vindry, 1912, p. 193 n. 172 (voir aussi A. Viala, 1953, t. I, p. 85 n. 8, 174 n. 1 et 261).
  • 226 R. Doucet, 1921, p. 138 (Catalogue des actes de François Ier, n° 16782). Voir aussi J. Thomas, 1910 (...)

76Vidal de Thèbes († 1521)222 est le premier d’entre eux. Ce Méridional a fait ses études de droit à la faculté de Décret de Paris. Bachelier en décrets le 17 juin 1495, investi de la première lecture ordinaire le 5 mars 1498, il se vit décerner la licence le 11 avril suivant223. Toujours à Paris, il fut le promoteur, dès 1499, avec Jean Chappuis, d’une édition générale de tous les textes – les six collections classiques : Décret de Gratien, Décrétales de Grégoire IX, Sexte, Clémentines, Extravagantes de Jean XXII, Extravagantes communes – auxquels on appliqua pour la première fois le terme de Corpus juris canonici. On le retrouve ensuite à Toulouse à partir de 1505224. Tour à tour professeur à la faculté de droit et vicaire de l’archevêque, il fut nommé conseiller clerc au Parlement le 10 août 1518 et reçu le 12 novembre225. Comme par effet de symbole, il fit partie, la même année, de la commission chargée de poursuivre les opposants au Concordat de l’université de Paris, encore une fois rivale de Toulouse226.

  • 227 N. Bertrand, Opus de gestis Tholosanorum, Toulouse, 1515, fol. 50-59. Dorde Ysarn, conseiller depui (...)
  • 228 Ibid., fol. 51.
  • 229 M. Fournier et L. Dorez, 1902, t. III, p. 128 et 155 (20 février 1486).
  • 230 M. Pelletier, 1960. t. I, p. 187-188, notice n° 5.
  • 231 A. Renaudet, 1916, p. 551, 554, 664. Il ne doit pas être confondu avec le Jean Cordier, également d (...)
  • 232 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900. t (...)
  • 233 BM Besançon, ms. 398 (XVe -XVIe s.), fol. XIIv° : Processus verbalis super legatione et gestis apud (...)
  • 234 R.D. Pétri Cordier Galli lucothecii (sic) viri consularis, christianissimi Francorum regis Francisc (...)
  • 235 R.D. Petri Cordierii Galli, viri consularis, in Adami protoplasti culpam ode monocolos, sacris doct (...)
  • 236 Seul manuscrit connu : Leyde, Bibliothèque de l’université royale, BPL 41, fol. 395v°-408v°. Pour u (...)
  • 237 A. Navelle, 1992, t. VIII, p. 235-237 (famille de Pins, celle de l’humaniste Jean de Pins, conseill (...)
  • 238 L. DE Penna, Lectura super tribus libris Codicis, [Lyon, ] 1538, épître dédicatoire de Jean Chappui (...)
  • 239 M. Gilles nous a confié n’avoir jamais rencontré de Pierre Cordier régent à Toulouse.

77Nicolas Bertrand a inséré, dans ses « Gestes des Toulousains », un bref opuscule sur les docteurs célèbres de la cité, dédié au président des Enquêtes (1512-1521) Dorde Ysarn227. Bernard de Rosier, Bernard Lauret et Étienne Aufréri y figurent en bonne place, parmi les juristes. Au détour d’une phrase apparaît un autre nom, celui de Pierre Cordier (magnus doctor Tholosanus). Cet auteur est cité pour avoir publié (en 1509), avec Jean Chappuis, le commentaire des trois derniers livres du Code de Lucas de Penna, que Bertrand compte également au nombre des docteurs de l’université méridionale228. Il faut probablement l’identifier avec un étudiant du diocèse d’Autun, bachelier en Décret à Paris en 1486 et plus tard docteur régent en la même faculté229. Pierre Cordier exerça les fonctions de conseiller au Grand Conseil le 10 mai 1516 « en considération des ambassades qu’il a effectuées auprès de l’empereur et d’autres rois »230. On sait aussi qu’il fut envoyé en mission en Écosse et au Danemark par le concile de Pise231. Il fut abbé commendataire de Fontaine-Daniel (1527-1529) et prieur de Saint-Gilles-de-Surgères (1526-1530)232. De ses œuvres, outre une relation demeurée manuscrite de ses ambassades233, un discours prononcé en 1516 devant l’empereur Maximilien234 et un opuscule intitulé In Adami protoplasti culpam ode monocolos 235, on retiendra surtout un traité écrit en faveur du concile de Pise contre le cardinal Cajetan, dont on aura l’occasion de reparler236. Peut-on, au vu de ces maigres données, faire de Cordier un docteur ayant enseigné à Toulouse ? Les quelques mentions d’une famille Cordier repérées par A. Navelle237 ne sauraient, à elles seules, valablement étayer l’indication précitée de Nicolas Bertrand. Mais la préface de l’édition de l’œuvre de Lucas de Penna vient corroborer son témoignage : Pierre Cordier se considérait lui-même et peut donc, à bon droit, être considéré comme un docteur de Toulouse et de Paris238, même s’il n’enseigna probablement pas à l’université méridionale239.

  • 240 Pour plus de détail, se reporter à P. Arabeyre, 2000.
  • 241 Éd. Paris, les frères de Marnef pour Simon Vincent (?), 1512 (Moreau, 1512, n° 410 ; Lecoq, n° 302) (...)
  • 242 D’après l’adresse au lecteur de l’édition de 1512, fol. [2v°-3].
  • 243 J. Montaigne, Tractatus celebris, Paris, 1512, fol. [2-2v°] : Etsi haud dubitem, gloriosissime ques (...)
  • 244 Sur Jean Salat, voir : F. Vindry, 1912, p. 146-147, n° 11 ; R. Doucet, 1921, p. 191-192, 199,258 et (...)
  • 245 Sur Nicolas Bohier, voir : F. Vindry, 1910, p. 41-42, n° 20 ; A. Viala, 1953, t. I, p. 235 (le parl (...)

78Un voile de mystère entoure encore davantage la personnalité de Jean Montaigne 240. Ce juriste est l’auteur d’un fort intéressant traité sur l’autorité comparée du Grand Conseil et du Parlement (Tractatus celebris de auctoritate et preeminentia sacri magni concilii et parlamentorum regni Francie ac de precedentia ipsorum) paru en 1512241, mais composé dès 1510242. Dans l’épître dédicatoire, adressée au chancelier Jean de Ganay243, Montaigne se présente comme un conseiller du cardinal-évêque d’Albi Louis II d’Amboise. Il raconte aussi que c’est l’« affection » qu’il porte à certains conseillers du Grand Conseil qui l’a poussé à rédiger son ouvrage, spécialement celle qu’il témoigne à l’un d’entre eux, Jean Salat. Frère d’un président au parlement de Paris, Pierre Salat († avant 1486), ce personnage eut un carrière qui connut une étape dans le Midi. Échevin (1479) puis maire de Bourges plusieurs fois à partir de 1496, il occupa également les fonctions de lieutenant général en Berry (1489-1498) et de maître des requêtes du duc d’Orléans (1492). Il apparaît en terre méridionale en 1506 à la faveur de sa nomination comme deuxième président au parlement de Toulouse (reçu le 3 mars). C’est dans cette ville que Jean Montaigne le rencontra, alors qu’il étudiait le droit à l’Université. Salat siégea moins d’un an à la Cour, car il fut reçu maître des requêtes au parlement de Paris dès le 5 décembre 1506, au lieu d’Antoine Duprat. Il avait épousé Marie de Ganay, fille d’un cousin germain du chancelier, de la branche berrichonne des Ganay244. Et, de fait, la suite de la carrière de Jean Montaigne se déroula, toujours selon ses dires, à Bourges, dans la suite de Jean Salat. Il y enseigna le droit et fut présenté à Jean de Ganay l’année de la première entrée de Louis XII à Bourges (entre mars 1506 et janvier 1507). Il y connut également Nicolas Bohier (1469-1539), le célèbre commentateur de la coutume de Berry, lui-même conseiller au Grand Conseil depuis le 17 mars 1508245.

  • 246 Père Lelong, Bibl. hist. France, suppl., n° 32770. Le père Lelong s’appuyait sur les Mémoires du pè (...)
  • 247 C. Dugas de la Boissonny, 1977, p. 215-216. Sur cette liste, voir P. Arabeyre, 2002.
  • 248 Exquisitissirnus de utraque bigamia solennisque tractatus viri clarissimi Joannis Montaigne, juris (...)
  • 249 Cette indication m’a été fournie par M. Gilles que nous remercions encore une fois (voir les dixain (...)
  • 250 H. Jacoubet, 1923, p. 69-71, 106 et 112. Dans la deuxième partie de sa vie, Jean Montaigne a égalem (...)
  • 251 Ce que pense aussi J. Poujol, 1977, p. 264.
  • 252 A. Navelle, 1992, t. II, p. 275-282 (Pierre, Colombe, Jean cités entre 1524 et 1597).

79Le lien qui rapproche ce dernier juriste et notre Jean Montaigne est très étroit, si étroit qu’on a pu penser qu’il pouvait s’agir d’une seule et même personne. La particularité de l’ouvrage de l’ancien étudiant toulousain est en effet qu’il n’a jamais paru qu’accompagné des additions dont l’avait assorti Nicolas Bohier. Il n’en fallut pas davantage au père Lelong pour affirmer, dès le XVIIIe siècle que « c’est Boïer lui-même, qui avait été conseiller au Grand Conseil, qui est le véritable auteur du texte de ce traité, où il s’est déguisé sous le nom de Jean de Montaigne »246. Nous pouvons affirmer, tout au contraire, que les auteurs sont différents comme l’épître précitée le montre assez. Jean Montaigne était un auteur suffisamment connu pour que Barthélemy de Chasseneuz (1480-1541) le mentionne, en même temps que Bohier, dans une liste des docteurs français célèbres, liste insérée dans le Catalogus gloriœ mundi (1529)247. Outre le Tractatus celebris, il a laissé un autre ouvrage, fort rare : De bigamia, dont une seule édition est connue (Lyon, après 1513)248. Au reste, Jean Montaigne a été en rapport avec Jean de Boyssoné : celui-ci lui a consacré quatre dixains où il a fait son éloge funèbre ; il le cite dans l’une de ses lettres comme l’un des grands juristes qu’il a connus. C’est également Boyssoné qui nous apprend qu’il enseigna à Avignon249. On sait aussi qu’il fut professeur à Aix et qu’il était mort en 1540, date à laquelle ont paru les œuvres d’Antoine de Gouvéa (1505-1566), qui a fait son épitaphe250. Au total, nulle raison ne s’oppose à ce qu’il ait effectivement, comme il le prétend, étudié à Toulouse251. Quelques mentions tirées des dépouillements d’A. Navelle semblent même confirmer l’existence d’une famille Montaigne dans la cité méridionale252.

  • 253 La bibliographie concernant Guillaume de Monserrat est très mince ; voir N. Antonio, Bibliotheca Hi (...)
  • 254 Le texte en est reproduit par F. Pinsson dans son édition de la Pragmatique Sanction en 1666 (p. 61 (...)
  • 255 Le texte en est reproduit dans les Tractatus universi juris, t. XVI, fol. 178-183v°.
  • 256 G. DE Monserrat, Tractatus de successione regum, dans Tractatus plurimorum doctorum, Lyon, Jean Mar (...)
  • 257 C’est l’opinion d’E. Sciacca, 1985, p. 698 et n. 5. Le traité aurait été écrit après l’assemblée de (...)
  • 258 I.77.116 [main],
  • 259 C. Samaran, 1910, p. 350 reprenant, sans autre référence, M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t (...)

80Toujours sous le règne de Louis XII, un juriste dont nous avons quelque raison de penser qu’il connut Guillaume Benoît, non pas à Toulouse mais à Cahors, intéresse le présent propos. Guillaume de Monserrat était un catalan originaire de Tarragone. Parti à Paris, où il alla peut-être décrocher son grade de licencié en décrets, il se plaça sous la protection du chancelier Gui de Rochefort (1497-1507)253. Il commença par publier, à Paris en 1501, un commentaire sur la Pragmatique Sanction, réédité en 1503 et 1509, qu’il dédia à Georges d’Amboise254. Puis, en 1519, parut à Lyon, chez Jean Marion, un Tractatus de successione regum, adressé à Gui de Rochefort255 ; pour cette dernière indication et pour d’autres raisons, on peut en faire remonter la rédaction aux années 1506-1507. Le traité ou plutôt la consultation, comme la désigne lui-même son auteur256, était destiné à démontrer, non sans réserve, que François d’Angoulême était le légitime héritier du trône257. L’intérêt qui s’attache à Guillaume de Monserrat vient du fait qu’il est cité dans une addition de la Repetitio pour avoir soutenu une dispute contre Guillaume Benoît dans l’affaire de la succession d’Antoine Allemand à l’évêché de Cahors258. On suivra donc volontiers C. Samaran quand il affirme que Monserrat enseignait dans la cité quercinoise à la même époque259.

81Le point commun entre tous ces auteurs, sauf Jean Montaigne, est leur intérêt pour les questions de droit canonique : Monserrat commente la Pragmatique, Thèbes publie le Corpus, Cordier prend le parti du concile de Pise. C’est une constante toulousaine, dans la période 1438-1516. Avec le Concordat, de telles réflexions perdront toutefois de leur actualité. Montaigne traite déjà d’une affaire autrement importante : l’autorité des parlements.

Les parlementaires

  • 260 Sur Antoine de Morlhon : C. Tournier, 1911, p. 214-223 et 343-347 ; A. Degert, 1921, p. 174 et 185  (...)
  • 261 Voir p. 467 et la bibliographie afférente.
  • 262 Sur Bernard Lauret, essentiellement A. Viala, 1953, t. I. p. 179-185 (avec tableau généalogique) ; (...)

82Les parlementaires auteurs d’ouvrages politiques n’en sont pas moins toujours obnubilés par la question cruciale des relations entre les deux justices. Avant l’arrivée de Guillaume Benoît, deux présidents s’étaient fait connaître pour leur science : Antoine de Morlhon († 1497) et Bernard Lauret († 1495). Négligeons le premier, deuxième président de 1472 à 1497260, dont il sera question à propos de la grande ambassade conduite auprès du pape en 1478261. Dans la même période, la personnalité de Bernard Lauret, premier président de 1472 à 1495, a dominé le Parlement et, à vrai dire, l’a dirigé à sa volonté262.

  • 263 H. Gilles, 1965. p. 130 n. 17.
  • 264 H. Stein, 1919. p. 463.
  • 265 D’après N. Valois, 1882, p. 614-615 n. 4 et 188.3, p. 145 n. 3 ; A. Viala, 1953,t. I, p. 180 et t. (...)
  • 266 A. Viala, 1953, t. II, p. 266-267.
  • 267 C. Tournier, 1920 raconte comment, en 1482, il fut reconnu coupable d’abus d’influence pour avoir f (...)

83Issu d’une famille de très petite noblesse de Pézenas, Bernard Lauret s’instruisit à l’université de Montpellier et devint professeur in utroque, au moins dès 1455. Vers cette époque, il fut désigné par les Montpelliérains comme délégué aux États de Languedoc où il gagna sans doute la confiance de l’entourage royal. Il commença à plaider à la Cour de Toulouse avant d’être nommé avocat du roi au Parlement par Louis XI, dès 1461. La carrière est lancée ; un moment interrompue au moment des événements de 1467, elle se continua magnifiquement dès lors que l’avocat du roi – comme le procureur général Morlhon – fut réintégré avec les honneurs. Champion intransigeant des droits du prince et du Parlement, mais sachant battre en brèche les intérêts du monarque quand il plaidait pour des particuliers, pour reprendre les expressions d’A. Viala, Lauret fut avec constance l’homme de Louis XI. En 1472, il accéda à la présidence sans cesser de porter le titre de professeur in utroque ; la même année il avait été désigné comme commissaire du roi aux États de Languedoc et il le sera, en tant que premier président, encore en 1482-1484 et en 1492263. Pendant les vingt-trois ans qu’il demeura en fonction, on put parler du « parlement de Lauret » ; il supprima les clans rivaux, imposa ses alliances, conseilla les familles importantes de la région. Particulièrement apprécié en haut lieu, il accomplit toute une série d’ambassades importantes et fut chargé, par Louis XI, de juger, avec d’autres, les assassins de son frère (1473)264. Après la mort du roi, on retrouve Lauret en 1484 et au Conseil du roi et au Grand Conseil (en compagnie du tiers président Garcias Faure)265. Il fit partie de nombreuses commissions judiciaires du Parlement, notamment dans la période 1484-1494 et tint un rôle dans l’opposition de la Cour à l’enregistrement des provisions du nouveau gouverneur, Pierre de Beaujeu, en 1490266. « Mais il est dans la vie de cet homme des actes moins honorables » (A. Viala). Et il est vrai que Lauret se distingua aussi par une activité privée sans scrupules et une action publique parfois critiquable267.

  • 268 Un seul manuscrit connu : Cordoue, Bibl. del Cabildo 12, fol. 77-79 (XVes.), d’après A. Garcia y Ga (...)
  • 269 (1584-1586) tome XI/1 (In quibus casibus etc.) et XVI, fol. 301-302 (De potestate seculari super ec (...)
  • 270 (1614) t. Il, p. 1648. Ajouter une édition à Cologne, en 1597, avec la Repetitio d’Aufréri.

84Fuit et Tholose ille ierarcha justicie Bernardus Laureti, jurium omnium sapidissimus athleta ac pugil justicie invictissimus : ainsi s’exprime Nicolas Bertrand dans son opuscule sur les docteurs toulousains célèbres. L’avocat prodigue également ses louanges au traité qu’a laissé Bernard Lauret, les Casus in quibus judex secularis potest manus in personas clericorum sine metu excommunicationis imponere. Cet opuscule, au titre évocateur, eut un immense succès. Six éditions incunables et six éditions, au moins, parues au cours du XVIe siècle268, sans oublier les réimpressions dans les Tractatus universi juris269 et la Monarchia de Goldast270, en apportent la preuve.

  • 271 Il n’existe pas de biographie de cet important personnage. Se reporter (avec précaution) à G. Cléme (...)

85Au moment où Guillaume Benoît accède au parlement de Toulouse, une personnalité importante est sur le point de quitter la Cour : le conseiller Jean de Selve. Celui-ci n’est autre que le Jean de Selve († 1529) qui fut premier président au parlement de Paris en 1520 et qui traita à Madrid la délivrance de François Ier en 1525271. Les débuts méridionaux de sa vie et de sa carrière, qui seuls nous intéressent ici, sont assez mal connus.

  • 272 Selon M. Gilles, Jean de Selve n’aurait pas été régent.
  • 273 F. Vindry, 1912, p. 166 n° 67, écrit qu’il était conseiller au parlement de Bordeaux. A. Viala, 195 (...)
  • 274 A. Viala, 1953, t. I, p. 318 n. 2.
  • 275 A. Viala. 1953, t. I, p. 282 n. 3 et A. Naveli. e, 1992, t. X, p. 32.
  • 276 G. Lafaille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, t. II, 1701. p. 6 : « Celuy-ci [Jean de Sel (...)
  • 277 R. de Maulde la Clavière, 1885, p. CIV-CV n. 3 et CVII.
  • 278 F. Vindry, 1912, p. 166.
  • 279 ADHG, B 12, fol. 346 et 398.
  • 280 ADHG, B 13, fol. 404. Il est en revanche difficile d’expliquer la présence à la Grand Chambre d’un (...)
  • 281 F. Vindry, Rouen, 1910, p. 229, 230 et 253, notice 2.
  • 282 F. Vindry, Bordeaux. 1910, p. 7 : reçu premier président (sur résignation de Pierre Mondot de La Ma (...)
  • 283 J. K. Farge, 1985, p. 189 et 1992, p. 32 : « On croit Jean de Selve… favorable aux nouveautés parce (...)
  • 284 Selon A. Floquet, 1840, t. I. p. 387-391, qui tire cette information d’un témoignage de Michel de L (...)

86Originaire du Bas-Limousin, Jean de Selve était le fils de Fabien de Selve, seigneur du Breuil, notaire royal à La Roche-Canillac. Docteur en droit puis avocat mais probablement pas professeur à Toulouse272, il fut reçu conseiller le 12 novembre 1500273. La ville de Montpellier l’avait auparavant pensionné comme son représentant dans les années 1495-1497274. Il demeura quatre ans dans la cité méridionale, où il épousa successivement Marie (1501), fille du conseiller Pierre Desbruyères, puis Cécile de Boix (1503), sans doute la fille du conseiller Antoine Boix275. La tradition toulousaine a conservé le souvenir de sa rencontre avec Antoine Duprat, alors avocat du roi ; il devait lui succéder, après quelque intervalle, à la première présidence du parlement de Paris276. Tous deux siégèrent comme juges dans le procès du maréchal de Gié, au Grand Conseil, en 1504277 ; Selve se trouvait encore à Toulouse en juillet 1505 pour cette raison278. Par deux fois, le conseiller fut sur les rangs pour la première présidence. Le 24 avril 1504, il fut l’un des trois candidats nommés par le Parlement à la succession de Jean Sarrat, mais c’est Nicolas de Saint-Pierre qui fut choisi279 ; les 4 et 5 août 1507, il fut une nouvelle fois présenté afin de le remplacer ; ce fut alors Pierre de Saint-André qui fut désigné280. Son destin devait s’accomplir ailleurs. Nommé président à l’Échiquier de Normandie dès 1504 puis reçu premier président en 1508281, Jean de Selve laissa à Rouen « d’impérissables souvenirs de ses talents et de son courage civique ». Sa brillante carrière se poursuivit à Bordeaux où il fut reçu premier président en 1515282. Nommé vice-chancelier du Milanais en 1516, il fut élevé, en 1520, à la plus haute dignité du parlement de Paris. Le parcours éloquent de ce juriste, personnalité aussi conservatrice et traditionaliste283 qu’Antoine Duprat, témoigne avec force de l’existence d’une pépinière toulousaine de la haute fonction publique dans la première partie du règne de François Ier284.

  • 285 Six éditions connues : Pavie, s.n., 15 février 1509 (BM Angers, J 280). – Paris, Galliot du Pré, 15 (...)
  • 286 Voir p. 540.

87Au tout début du XVIe siècle paraissait, sous la signature de Jean de Selve, un épais volume intitulé Tractatus de bénéficio285, dont nous dirons ailleurs l’importance286. Doit-on le lui attribuer ? En dépit des apparences, la question est embrouillée. Dans la plus ancienne édition conservée à la Bibliothèque nationale, l’auteur est désigné comme originaire du Limousin, conseiller au Parlement et docteur in utroque (fol. 1). L’ouvrage est précédé d’une épître de présentation écrite par Georges II d’Amboise (né en 1488) à son oncle Georges, le cardinal-archevêque de Rouen († 1510), épître dans laquelle le jeune d’Amboise se déclare l’« auditeur » de Jean de Selve (fol. 1 v°). Le colophon porte l’indication d’une impression à l’université de Paris, à la date du 29 avril 1504 (fol. CC7v°) ; le privilège, enfin, est daté du 21 avril 1514 (fol. CC8).

  • 287 F. Vindry, 1912, p. 166.
  • 288 F. Vindry, Rouen, 1910, p. 230.
  • 289 La date du 18 février 1505 donnée par A. Navelle, 1992, t. X, p. 32, correspond à la réception, com (...)
  • 290 F. AUBERT, 1894, t. I. p. 80 : le 3 décembre 1511, me Jean de Selva présente au Parlement les lettr (...)
  • 291 Voir Correspondance politique de Odet de Selve …, publiée par Germain Lefèvre-Pontalis, Paris, 1888 (...)
  • 292 Moreau, 1514, n° 966.

88A première vue, ces indications concordent plus ou moins avec ce que l’on sait de la carrière de Jean de Selve. Le 2 août 1504, il était encore conseiller en exercice au parlement de Toulouse287. À Rouen, la charge de quatrième président ne fut vacante qu’après la mort de Jean de Nepveu, le 30 août de la même année288, et Selve ne semble porter son nouveau titre qu’au mois de février 1505289. Il aurait donc pu être qualifié, au moment de la parution du « Traité du bénéfice » (1504 ?), de simple conseiller, mais il demeure très étonnant qu’il ne soit pas dit « conseiller au parlement de Toulouse ». Le doute s’insinue. On ne peut en effet passer sous silence l’existence d’un autre Jean de Selve, conseiller au parlement de Paris, nommé le 3 décembre 1511290 ; ce personnage n’est autre que le frère du précédent, sans doute son aîné († 1521)291. Comme la dissonance des dates a fait penser aux bibliographes que la date d’impression était manifestement erronée et qu’il fallait lire 29 avril 1514 et non 1504292, le titre de conseiller [au parlement de Paris] désignerait en réalité le second Jean de Selve.

89Ces précisions ne résolvent pourtant pas toutes les difficultés. En premier lieu, le fait que le privilège de 1514 autorise, à y bien regarder, une réimpression du traité pourrait faire penser que la date de 1504 n’est pas si aisément contestable. Pourtant, cette objection n’en est pas une, car l’indication, donnée à la fin de l’index, la rend solidaire de celle donnée dans le privilège : l’erreur est manifeste. En second lieu, l’épître dédicatoire a été forcément rédigée du vivant de Georges d’Amboise, donc avant 1510. Il en résulte que, si l’existence d’une édition antérieure à celle de 1514 est évidente, la date de 1504 ne peut être retenue plutôt qu’une autre. Qui fut donc le maître de Georges II, alors qu’il n’était que trésorier de la cathédrale de Rouen, un maître qui était, de toute évidence, un expert en droit bénéficial ? Jean de Selve l’aîné, docteur assez obscur, dont on aurait reconnu l’épithète de conseiller pour la réimpression du traité, en 1514 ? Ou bien Jean de Selve, le cadet et aussi l’illustre, qui fut nommé en 1504 à Rouen ?

  • 293 Nous devons cette découverte à Jean-Marc Châtelain, conservateur à la Réserve des imprimés de la Bi (...)
  • 294 II ne porte pas alors le titre de grand archidiacre qu’il n’obtient qu’en octobre 1509 (Dictionnair (...)
  • 295 L’auteur est cité à la page de titre : Tractatus perutilis de beneficio clarissimi utriusque censur (...)
  • 296 Ce Jean de Selve avait également composé un bref Tractatus perutilis de jurejurando imprimé à Pavie (...)

90La découverte de la première édition du « Traité de bénéfice », conservée à la Bibliothèque municipale d’Angers, tranche la question293. L’ouvrage a été imprimé à Pavie le 15 février 1509, comme l’indique le colophon. La dédicace de Georges II d’Amboise à son oncle y figure294, ainsi que deux tables, mais pas d’index. L’auteur est cité à plusieurs reprises, toujours avec le même qualificatif : « Jean de Selve, docteur in utroque, de Limoges »295. À une date où le conseiller de François Ier était déjà premier président à Rouen, il ne peut donc s’agir que du futur conseiller au parlement de Paris (1511), dont le titre apparaît normalement dans la deuxième édition, celle de 1514296. Il demeure, et c’est ce qui importe ici, que le Tractatus de beneficio est l’œuvre d’un Méridional, sinon de formation, du moins d’inspiration, comme on le démontrera.

  • 297 Aucun travail biographique n’a été entrepris depuis la notice rédigée par E. Roschach, 1897-1898. M (...)
  • 298 Nicolas Bertrand n’aurait jamais été régent selon M. Gilles. Il semble toutefois qu’il ait donné de (...)

91Enfin, on n’omettra pas de mentionner l’ouvrage le plus célèbre de la période, l’Opus de Tholosanorum gestis de l’avocat au Parlement Nicolas Bertrand († après 1527)297. Celui-ci, né vers 1467, était fils de Jacques Bertrand, notaire royal et apostolique, greffier en 1465 des enquêtes civiles à la cour du Sénéchal, puis procureur au parlement de Toulouse. Il suivit les cours de l’Université. En 1493, il était bachelier en droit civil et en droit canon. Au mois de novembre 1499, devenu licencié in utroque jure, il était élu capitoul pour le quartier Saint-Barthélemy. Il sortait de charge au mois de décembre de l’année suivante et fut attaché de façon permanente au tribunal de la justice municipale en qualité d’assesseur, fonction qu’il conserva plusieurs années. Vers 1506, il était docteur en droit civil et en droit canon, et commençait sa carrière d’avocat298. En 1510, à la suite de la lettre adressée par le roi Louis XII au parlement de Toulouse pour avoir son avis sur le conflit de la cour de France avec le Saint-Siège, il écrivit une consultation juridique où il discutait les griefs du roi contre le pape Jules II Au mois de novembre de cette même année, il fut réélu capitoul pour son quartier. En 1519, il était devenu lieutenant principal du viguier de Toulouse.

92En 1515, il publia, chez l’éditeur toulousain Jean Grandjean, l’ensemble de ses œuvres historiques, comprenant une chronique générale de Toulouse jusqu’à la fin du comté, un traité des docteurs toulousains, un extrait des Annales de la maison commune de 1389 à 1475, un mémoire sur le parlement de Toulouse, une série de notes historiques et archéologiques sur la ville, le récit sommaire de l’incendie de 1463, le procès-verbal de la cérémonie de l’élévation des reliques de saint Simon, saint Jude et sainte Suzanne en 1512, une étude géographique des Commentaires de César, le mémoire sur l’affaire de Jules II, un discours public sur l’avènement du roi François Ier, etc. ; le tout assorti de huit épîtres aux présidents Saint-André, Tournier, Maynier et Ysarn, à l’abbé de Saint-Sernin, Laurent Allemand, à l’évêque de Rieux, Pierre-Louis de Voltan, au chancelier de France, Antoine Duprat, et à l’évêque de Rodez, François d’Estaing. C’était convoquer la meilleure société toulousaine. Guillaume Benoît a certainement connu tous ces gens. Pourtant, les deux auteurs s’ignorent. Le conseiller ne fait jamais allusion à l’avocat, dont il aurait pu lire les œuvres, écrites pour certaines avant 1515, de la même façon qu’il avait pris connaissance de celles d’Aufréri avant leur publication. Bertrand, quant à lui, n’intègre pas le nom de Benoît à sa liste des docteurs ayant mérité de la postérité.

Étienne Aufréri

  • 299 Nicolas Bertrand, Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. 51 : Hinc fuit insuper ille sci (...)
  • 300 Les renseignements d’ordre biographique concernant Étienne Aufréri sont à prendre dans E. Cabié, 18 (...)

93En revanche, le même Nicolas Bertrand compte Étienne Aufréri/Stephanus Aufrerius (souvent appelé Aufrère au XVIe siècle) parmi les gloires de l’université de Toulouse299. Guillaume Benoît, de quelques années son aîné, a bien connu le président Aufréri ; il a travaillé sous son autorité à la Chambre des Enquêtes ; il a lu et utilisé presque toutes ses œuvres : les additions aux Decisiones capelle Tholosane de Jean Corsier, la Glose au Stilus curie Parlamenti de Guillaume Du Breuil, le Recueil des arrêts du parlement de Toulouse, le Recueil des ordonnances royales, la Repetitio de la Clémentine Ut clericorum. Pour toutes ces raisons, il importe d’accorder à ce grand juriste quelques moments d’attention300.

La vie

  • 301 Tous ces détails sont donnés par la lettre-préface de Pierre Antoine à l’édition de la Repetitio su (...)
  • 302 E. Cabié, 1887 : « la protection de son évêque ne fut pas étrangère à son élévation : Pierre du Lio (...)
  • 303 A. Navelle, 1992,t. I, p. 90.
  • 304 Ainsi nommé dans deux arrêts des 15 février (ADHG, B 11, fol. 545) et 30 juin 1502 (fol. 628).

94Étienne Aufréri est né aux environs de 1458, à Poitiers, de parents pauvres. Venu très jeune à Toulouse, il y fit de bonnes études, devint notaire et s’y maria301. Il était bachelier en droit et conseiller à l’officialité en avril 1481, bachelier in utroque jure, d’après un texte du 11 mai 1482 et, peu après, docteur en droit canonique puis en droit civil. Le 10 juillet 1483, il fut reçu official de l’archevêque de Toulouse Pierre du Lion, qui était aussi abbé de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame du Pin au diocèse de Poitiers302. Devenu veuf, il entra dans les ordres et remplit les fonctions de trésorier archiépiscopal. Il est mentionné en 1493 comme recteur de Gargas et Saint-Pierre de Lages303, puis comme recteur de l’église paroissiale de Puybusque304.

  • 305 En compagnie de Pierre de Rosier, aussi docteur régent (M. fournier. Les statuts et privilèges des (...)
  • 306 Éd. 1533. fol. 1.

95En 1486, il obtint une chaire de droit canonique à l’université de Toulouse ; dans un arrêt du parlement de cette ville du 21 juillet, il est déjà cité comme docteur régent305. Le 29 novembre de la même année306, il terminait la Repetitio de la Clémentine Ut clericorum qui était certainement son principium, c’est-à-dire la leçon inaugurale du nouveau docteur.

  • 307 Le Parlement proposa Aufréri le 13 novembre 1488 (ADHG, B 8, fol. 1v°) ; le roi le nomma le 4 décem (...)
  • 308 Arrêts des 18 mars (ADHG, B 8, fol. 48) et 6 juin 1489 (fol. 94). Par ce dernier arrêt, la Cour déc (...)
  • 309 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 105-106 (1971) et p. 241 (1991).
  • 310 AMT, AA 3, n° 302.
  • 311 III.42.4 et 43.20. Voir aussi ADHG, B 10, fol. 383 : Georges de Marsan et Étienne Aufréri, constitu (...)
  • 312 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 106 (1971). Sur Thomas Aufréri, voir A. Navelle, 1992, I. p. 91.

96Comme Guillaume Benoît, mais beaucoup plus jeune, puisqu’il avait alors une trentaine d’années, l’universitaire devint parlementaire. Le 4 décembre 1488, il était reçu en l’office de conseiller clerc, en remplacement de Louis Luillier307. Les faits marquants de la carrière d’Étienne Aufréri au parlement de Toulouse sont connus. Dès 1489, il accompagna Antoine de Morlhon, second président, en ambassade exceptionnelle auprès du roi à Amboise308. Il fut souvent nommé rapporteur ou commissaire, chargé de l’enquête ou de l’exécution d’arrêts, presque toujours en matière ecclésiastique ; on note ainsi sa présence dans une quantité de procès à propos de bénéfices. Aux exemples donnés par J.-L. Gazzaniga309, on peut ajouter qu’il reçut commission d’exécution du fameux arrêt sur les francs-fiefs du 23 décembre 1495310 et, à la lecture de la Repetitio de Guillaume Benoît, qu’il eut part à l’affaire de la chancellerie de l’université de Cahors (septembre 1500)311. On le voit également participer à plusieurs procès aux côtés de son frère Thomas, seigneur d’Aiguevives et capitoul en 1506. Les deux frères possédaient une maison dans les faubourgs du Château Narbonnais, rue de Londres312.

  • 313 ADHG, B 12, fol. 378.
  • 314 Enregistrement : ADHG, B 1900, fol. 216. Pour A. Viala, 1953, t. II, p. 416 n. 4, seules cinq promo (...)
  • 315 ADHG, B 12, fol. 399.
  • 316 F. Vindry, loc. cit.
  • 317 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 67-74 (1979). Notons également que, dans le cadre de la fameuse affaire L (...)
  • 318 I.70.35 [main],

97Le 8 juin 1504313, on lui confia l’administration de la charge de président des Enquêtes, dont il assumait les fonctions depuis plusieurs années à la place de Guillaume Bardin le Jeune. Peu après, le 25 juin, il était nommé président314, puis reçu le 13 juillet315. Il était en exercice dès le 15 juillet 1504 et conserva cet office jusqu’à sa mort316. Peu de temps avant de disparaître, Aufréri eut à intervenir en une circonstance mémorable. En 1510, Louis XII, à la suite de la rupture avec Jules II, demanda au parlement de Toulouse son opinion sur la conduite à tenir. La réponse, lue devant la Cour le 22 août, était l’œuvre du président aux Enquêtes317. Étienne Aufréri décéda à Toulouse le 10 septembre 1511 et fut enterré dans le Couvent des Cordeliers de observantia, pressente tota curia et omni magistratu et statu dictœ civitatis 318.

Les œuvres

  • 319 Pour une vue d’ensemble : se reporter à l’article précité de F. Aubert dans le Dictionnaire de biog (...)

98L’ensemble est considérable. Plusieurs études partielles permettent d’en connaître assez bien les contours319. Les œuvres laissées par Aufréri sont de deux sortes : des ouvrages de droit canonique, sans doute les premiers en date, et des commentaires, des compilations de textes et d’arrêts de droit civil.

99I. L’édition annotée des Decisiones capelle Tholosane est l’œuvre du président des Enquêtes qui connut la diffusion la plus large.

  • 320 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 130.

100Composées entre 1392 et 1400, les « décisions de la chapelle toulousaine » relataient les conclusions prises à la diligence de l’official de l’époque, Jean Corsier. Elles furent reprises, commentées, complétées et mises au goût du jour, à la fin du XVe siècle, par son lointain successeur, Étienne Aufréri. Le recueil constitue « un bel exemple de l’application pratique du droit canonique et aussi un témoignage du recul progressif de la compétence ecclésiastique au profit des juridictions laïques »320.

  • 321 Dans la Repetitio [1486], Aufréri cite deux fois les « Décisions » secundum ordinem meum, mais jama (...)
  • 322 BMT, ms. 377 (fin XVe-début XVIe s.), fol. 110-154 ; BNF, lat. 3353 (XVes.), fol. 133-194 ; BSG, ms (...)
  • 323 Lyon, Jacques Sacon (pour S. Vincent ?), 1503 (Baudrier, t. XII, p. 316 ; Lecoq, n° 293) = BMT, Rés (...)
  • 324 S. Charton-le Clech, 1993, p. 198-199.

101Aufréri dut s’occuper de ce travail à partir du jour où il entra à l’officialité321. La tradition est abondante : trois manuscrits sont conservés322 ; la première édition parut dès 1503 et on en compte plus d’une vingtaine jusqu’au début du XVIIe siècle, dont quatre du vivant de l’auteur323. La présence de l’ouvrage dans maintes bibliothèques de notaires et secrétaires du roi au XVIe siècle témoigne, entre autres exemples, de ce grand succès324.

  • 325 F. Aubert, 1909, p. XIII et XXXI-XXXII.

102II. La Glose (Additiones seu glosse) au Stilus curie Parlamenti de Guillaume Du Breuil est une œuvre qui, à l’inverse de la précédente, a souvent été mal jugée, sans doute sous l’influence des sévères appréciations de Du Moulin. Ainsi, F. Aubert estime encore qu’il s’agit d’une glose « volumineuse, pédante et inutile »325.

  • 326 Comme le note P. Guilhiermoz, 1892, p. XXVII n. 2. Les gloses renvoient à la Repetitio Clementinœ e (...)
  • 327 C’est le meilleur texte, selon F. Aubert, 1909, p. XXXI-XXXII. Le manuscrit (décrit par P. Guilhier (...)
  • 328 La première édition du Stilus avec la glose d’Aufréri est celle qui parut à Lyon, chez S. Vincent, (...)
  • 329 Paris, 1551 (d’après l’éd. Descousu de 1542 pour P. Guilhiermoz, 1892,p. 175) ; la glose d’Aufréri (...)

103Le texte remonte aux dernières années du XVesiècle ; la date de 1495, avancée à plusieurs reprises pour sa composition, n’est pas fondée326. La Glose est mêlée au Stilus dans le seul manuscrit qui en soit conservé (BNF, ms. lat. 4644, fol. 18-145)327. Le travail d’Aufréri ne demeura toutefois pas confidentiel. Il fut reproduit dans plusieurs éditions (cinq au total) de la première moitié du XVIe siècle procurées par le juriste autunois Hugues-Celse Descousu328, avant d’être publié, à plusieurs reprises, par Du Moulin à la suite du Stilus329.

104III. Les traités de procédure. Deux textes contemporains du Stilus de Du Breuil, retouchés ou remaniés par Aufréri, sont contenus dans le ms. lat. 4644 et admis dans les éditions de Descousu et de Du Moulin. Ces travaux, élaborés vers 1497 (?), ont de toute évidence été conçus à l’usage de la Chambre des Enquêtes du Parlement.

  1. Le traité De forma arrestorum est un remaniement du chapitre VIII du Style de la Chambre des Enquêtes 330, à l’usage du parlement de Toulouse331.
  2. Le traité De modo conficiendi processus commissariorum est le Style des Commissaires 332 ; le texte en est reproduit intégralement sauf la date (1497 pour 1336) et le nom de la ville de Toulouse inséré dans le modèle de procès-verbal333.
  • 334 Voir J. Poumarède, 1996, p. 375-376.

105IV. Étienne Aufréri est aussi le premier arrêtiste toulousain334. Le Recueil des 74 arrêts du parlement de Toulouse est le « Traité des arrêts » que cite abondamment Guillaume Benoît. Cet ouvrage a été étudié en détail par Jean-Louis Gazzaniga.

  • 335 Descousu, Lyon, 1513, 4e partie, fol. 10-16. – Descousu, Paris. 1542. – Du Moulin, Paris. 1551.

106Les affaires s’échelonnent entre le 1er août 1444 et 1472 (plus un arrêt de 1499, le 75e de la collection). Selon l’auteur précité, Benoît et Aufréri ont tous deux puisé à une source identique et antérieure. Or, le recueil n’existe pas en manuscrit (il ne figure pas dans le ms. BNF, lat. 4644). Guillaume Bardin l’Aîné ou le Jeune pourraient être à l’origine d’une collection d’arrêts qu’Aufréri mit en forme. On peut donc attribuer au président des Enquêtes le « Traité des arrêts » tel qu’il se présente aujourd’hui dans les différentes éditions de Descousu. Au total, il existe trois éditions complètes de la collection des arrêts toulousains335.

  • 336 Éd. Du Moulin 1551, préface :… Tertia pars habet veteres constitutiones regias, quœ non minus authe (...)

107V. Le Recueil des ordonnances royales est peut-être « l’ouvrage le plus original » (H. Gilles) d’Aufréri. De même que le recueil des arrêts, l’ouvrage ne figure pas dans le ms. BNF lat. 4644. Souvent cité par Guillaume Benoît, il a été publié, pour la première fois, à Lyon en 1513 par H.-C. Descousu. Du Moulin, en l’éditant, y a apporté d’importantes modifications336.

  • 337 F. Aubert, 1916, surtout p. 225-226.

108Ces ouvrages de droit civil – compilations de textes, d’arrêts, d’ordonnances et de gloses – ont été composés à l’époque où Aufréri était conseiller. C’est ce qui a fait dire à F. Aubert, que nous suivons ici volontiers, qu’il « avait préparé dans les dernières années du XVe siècle, à l’usage du parlement de Toulouse, un recueil, un Corpus Parlamenteum, dont les principaux éléments se trouvent dans le ms. BNF lat. 4644 et que Descousu a reproduits dans sa première édition du Stilus de Guillaume Du Breuil (1513) »337.

  • 338 Une addition de la Repetitio en témoigne : I.70.35 [main],
  • 339 Lyon, Jean Moylin (dit de Cambrai) et Jacques Sacon, 1512 (Baudrier, t. XII, p. 370-371). – Paris. (...)
  • 340 Lyon, B. Bonnyn (pour V. de Portonariis ?), 1533 (Baudrier, t. V, 447-448). Il existe aussi : une é (...)

109VI. L’« œuvre ayant le plus contribué à la renommée d’Étienne Aufréri et la plus personnelle » (F. Aubert) est sans doute la Repetitio Clementine prime Ut clericorum, de officio et potestate judicis ordinarii, terminée le 28 novembre 1486 et publiée pour la première fois en 1512338. La répétition, ses additions et deux traités (de recusationibus et de testium reprobationibus) furent imprimés trois fois sous le titre Opuscula aurea339, puis présentés dans leur édition la plus complète en 1533 (Opusculorum avidissimus cumulus)340.

  • 341 Antoine Duprat porte dans cette dédicace le titre de premier président au parlement de Paris, charg (...)
  • 342 En fonctions jusqu’à sa mort, en 1531, il fut aussi chanoine de Luçon et abbé de Saint-Satur-sous-S (...)
  • 343 F. Vindry, 1912, p. 182 n° 129.
  • 344 J. Poujol, 1955, p. 49 et surtout p. 204, semble s’appuyer sur les préfaces de Pierre Antoine et d’ (...)

110Les circonstances qui entourent la publication de ces œuvres sont particulièrement instructives. Aufréri en avait préparé l’impression ainsi qu’une dédicace pour Antoine Duprat, au plus tôt au début de 1508341. L’édition posthume de 1512 a été assurée par un certain Pierre Antoine, d’Issoire en Auvergne, jurium doctor Tholosanus, qui l’a assortie d’une préface, également adressée à Duprat, natif, comme lui, « d’Issoire en Auvergne ». Ce personnage fut nommé conseiller ordinaire au Grand Conseil sur la démission de Nicolas Bohier en 1517 avant d’être pourvu de l’office de maître des requêtes ordinaire de l’Hôtel en 1525342. Dans sa préface, on apprend qu’après la disparition d’Aufréri, il est devenu l’éditeur des Opuscula aurea, avec l’intervention de Jean de Clausa, lui-même conseiller lai au parlement de Toulouse de 1506 à 1521343. Le lien qui rattache les deux docteurs toulousains à Duprat est confirmé par la lecture de la dédicace d’Aufréri au futur chancelier. Un certain sentiment de « sympathie » (amor intimus) semble unir le président aux Enquêtes et l’ancien avocat du roi au parlement de Toulouse. C’est beaucoup et ce n’est pourtant pas assez pour donner à croire que Duprat a été l’élève d’Aufréri, comme l’affirme J. Poujol ; au reste, la chose est impossible, car Aufréri n’est l’aîné de Duprat que de cinq ans (1458 et 1463)344. Pour expliquer la chaleur de leur amitié, il suffit de rappeler que les deux hommes se sont côtoyés au Palais pendant près de huit ans (1495-1503).

*

  • 345 Dans une étude sur les « patrons de l’humanisme français » d’après les lettres de dédicace, E. F. R(...)

111Il n’est pas de notre propos de pousser plus avant l’inventaire. Tenter de mettre au jour les liens qui unissent ces auteurs serait l’objet d’une autre étude. Une simple juxtaposition des dédicataires de leurs œuvres laisse apercevoir quelques utiles relations345.

112À l’époque de Guillaume Benoît, les d’Amboise sont au faîte de leur puissance. Louis, l’évêque d’Albi († 1503), est l’homme fort du Midi. Le professeur cadurcien, qui compta son neveu au nombre de ses étudiants, lui doit sans doute son accession au parlement de Toulouse. Jusqu’à sa mort, en 1510, Georges d’Amboise est le véritable « premier ministre » de Louis XII. Guillaume de Monserrat lui dédie son commentaire sur la Pragmatique ; Jean de Selve, par l’intermédiaire de son neveu et élève, lui dédie son traité sur le bénéfice. Plus tard, Jean Montaigne se déclarera conseiller de Louis II d’Amboise.

  • 346 A. Viala, 1953, t. I, p. 235.
  • 347 J. d’Ayma, Concordata unacum commentariolis, Toulouse, 1525, fol. 41.

113Après la disparition du cardinal-archevêque de Rouen, Jean de Ganay exerce un certain pouvoir sur le roi. Il est le dédicataire du traité de Jean Montaigne. Des relations existent alors entre Toulouse et Bourges. Nicolas Bohier, qui semble avoir été le protecteur du jeune étudiant, aurait été pressenti pour être conseiller à la Cour méridionale346. Jean d’Ayma lui fera grand éloge347.

  • 348 Les Decisiones capelle Tholosane et les Opuscula aurea d’Étienne Aufréri, l’Opus de Tholosanorum ge (...)
  • 349 Outre les articles du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XIV, col. 1144- (...)

114L’arrivée d’Antoine Duprat à la chancellerie est-il le signe de la diffusion des idées toulousaines, comme le croyait Gabriel Hanotaux ? Il est non seulement le dédicataire de la répétition d’Aufréri, avec lequel il avait noué, semble-t-il, des liens étroits, mais aussi celui du traité de Vincent Cigauld et de la glose de Jean d’Ayma348. Comme dans le cas de Jean de Selve, on démêle malheureusement à grand peine les débuts méridionaux du chancelier349. Son passage à Toulouse est cependant un des éléments éclairants, quoique assez mal documenté, du tableau.

  • 350 A. Viala, 1953, t. II, p. 484.
  • 351 Ibid., p. 10-11 et suiv. et 162, 184.
  • 352 H. Gilles, 1965, p. 130n.
  • 353 A. Viala, 1953, t. I, 105 n. 1. Comme maître des requêtes, Duprat assista à 10 séances en 1504 (du (...)

115Né probablement en 1463, à Issoire, Antoine Duprat se forma peut-être en Italie. Il semble qu’il soit devenu rapidement avocat. En 1490 (A. Buisson) ou 1493 (C. Vellet), il est lieutenant général du bailli royal de Montferrand. En 1494-1495, il aurait assisté au Conseil royal présidé par Pierre de Beaujeu, lieutenant général de Charles VIII pendant l’expédition de Naples, ainsi qu’à une ou des séances du Grand Conseil. Nommé le 11 août 1495, il est reçu le 10 septembre350 avocat général au parlement de Toulouse, à la place de Jean Sarrat. Il se montre, dans cette fonction, un défenseur intransigeant des droits du roi, notamment contre l’évêque de Mende351 et les prétendants à la succession du comté de Comminges. En 1497-1498, il est commissaire du roi aux États de Languedoc352. Le 13 octobre 1503, il est reçu maître des requêtes, mais ne quitte pas véritablement le Midi, puisqu’une de ses premières missions est de prendre part au procès du maréchal de Gié (1504-1506)353. Là commence la carrière parisienne de Duprat. Le 2 novembre 1506, il est nommé président au parlement de Paris en remplacement de Jean de Ganay, devenu premier président et, le 31 janvier 1508, il accède enfin à la première présidence, toujours en remplacement de Jean de Ganay, nommé cette fois chancelier.

Conclusion

116Partagée entre Cahors et Toulouse, la vie de Guillaume Benoît, sans avoir été modeste, disparaît en grande partie dans l’ombre de son œuvre, qui est elle-même la source principale de la connaissance de sa carrière. Pourtant, la Repetitio n’a pas été conçue en vase clos. L’étude des sources révélera l’étendue de l’érudition et de la science du canoniste. La présence à Toulouse, dans les premières années du XVIe siècle, d’auteurs « politiques » aussi différents que Pierre Cordier, Jean Montaigne, Nicolas Bertrand, Jean de Selve ou Étienne Aufréri suggère l’existence d’un milieu intellectuel dont l’influence reste à décrire. La réflexion de Guillaume Benoît, rédigée très peu de temps avant cette époque et imprimée très peu après, porte la marque doctrinale des années de jeunesse et d’enseignement, mais ne délivrera son message qu’à des lecteurs du début du règne de François Ier.

Notes

1 Tel É. Dufour, 1864, p. 7-33. Parmi les historiens anciens du Quercy, l’abbé Guillaume Lacoste (1755-1831), auteur d’une Histoire générale du Quercy imprimée en 1883-1886 par L. Combarieu et F. Cangardel, évoque à plusieurs reprises Guillaume Benoît (voir infra). En revanche, l’Histoire politique, ecclésiastique et littéraire du Quercy d’Antoine de Cathala-Coture (1632-1724), publiée à Montauban, en 1785, l’ignore totalement.

2 A. Viala, 1953, t. I, p. 165, 235-236, 239, 242-243, 264, 289, 481-482 ; t. II, p. 454,456,459 et index.

3 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 107-109, 111, 130, 148.

4 P. Ourliac, 1992 et 1994. Les différents articles de MM. Gilles et Ourliac donnent en partie la trame du présent chapitre.

5 Par exemple Barthélemy de Chasseneuz (C. Dugas de la Boissonny, 1977) ou Charles Du Moulin (J.-L. Thireau, 1980).

6 La forme occitane de Benedicti est Benech ; mais il ne semble pas que notre Guillaume ait jamais été désigné de cette façon.

7 I.218.38 (ces indications sont celles du tome, du folio et du numéro de paragraphe de la Repetitio dans l’édition de 1582) : Similiter Barba, qui eleganter hoc c. repetiit anno Domini M CCCCLV quo ego Tolosœ natus fui, die beati Thomœ in mense decembri. Voir aussi Proœmium, p. 10 note c.

8 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 9. L’opinion est ancienne : Gabriel de Lurbe déjà, auteur, à la fin du XVIe siècle, d’un De illustribus Aquitaniœ viris, accole au nom de Guillaume Benoît l’épithète de Cadurcensis (Bordeaux, 1591, p. 89).

9 F. Vindry, 1912, p. 350-351 et 354.

10 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87.

11 G. Lacoste, 1885, t. III, p. 219 n. 2. Lorsque l’évêque de Cahors Bégon de Castelnau fit sa première entrée dans cette ville, le 12 septembre 1370, il prêta serment aux chanoines de défendre leurs droits : dans le procès-verbal de ce serment se trouve mentionné un Raymond Benedicti, hebdomadier, « qui appartenait à la famille d’où est sorti Guillaume Benoît ». Voir aussi t. IV, p. 9-10.

12 A. Navelle, 1992, t. II, p. 97-98.

13 Sans doute le même que le Jacobus Benedicti, un parmi les procureurs (avec Bernard Lauret et Nicolas de Rosier) du « scindicat faict par les consulz. d’Aux pour s’opposer à l’imposition de quatorze mil escuz accordée par les Estatz à Charles duc de Guyenne », 27 juin 1471 (H. Stein, 1919, p. 770).

14 Gallia regia, n° 21497.

15 Gallia regia, n° 21474.

16 BNF, Languedoc 100 (Notices biographiques de personnages et auteurs languedociens, XVIe- XVIIIe siècles, fol. 47 ter : famille « des plus illustres de Toulouse »).

17 Biographie toulousaine, 1823, t. I, p. 54-55 : « La famille de Benoît, établie à Toulouse [depuis Guillaume] est alliée aux maisons les plus distinguées de cette ville et de la province. Elle a donné sept conseillers au Parlement et onze capitouls, depuis l’an 1434 ».

18 A. Viala, 1953, t. I, p. 236, 243 et 264.

19 L’inventaire-sommaire des layettes des Archives municipales de Toulouse (p. 269) livre le nom d’un Jean Benoît, lieutenant du juge des appellations civiles de la sénéchaussée en exercice le 31 août 1499 (AMT, II 70). Le personnage est absent des généalogies fournies par A. Navelle mais sans doute faut-il l’y rattacher tout de même quand on s’aperçoit que Charles [I] Benoît de Pechbonnieu fut nommé en 1501 juge des appellations civiles de la sénéchaussée (Gallia regia, n° 21497). En outre, la date de 1499 rend difficile de croire qu’il puisse s’agir du père de Guillaume.
Le même inventaire donne encore (p. 444) les noms des marchands « Guillaume et Bertrand de Benoît » en 1501 et 1521 (AMT, II 19). Le premier cité est peut-être le même que ce « Guillaume Benoist » qui fut condamné, le 21 juin 1505 (« Guillaume Benoist, alias Lerault »), pour « reparacion des malefices et crimes commis et perpetrés par led. Leraut » a être fustigé « moderement » (ADHG, B 12, fol. 610 v°) ; le 5 mars 1510 pour « juremens et blasphesmes », « a avoir des verges par l’executeur de la haulte justice a tout le long des allees du palays royal de Tholose ». La Cour lui fit en outre défense « sur peine de fouet et d’estre mis en la caige et plongé en la riviere de Garonne, de non doresenavant jurer ne blasphemer le nom de Dieu » (ADHG, B 14, fol. 405-405v°). À noter que, dans les deux cas, l’appel provient de la sénéchaussée du Quercy.

20 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86.

21 II.133.27.

22 P. Arareyre, 1990, p. 295.

23 III.5.45 : dominas Bernardus de Rosergio… qui sui gratia confirmations sacramentum et deinde clericalem tonsuram anno Domini millesimo CCCCLXIII mihi contulit, archiepiscopus existens.

24 Sur l’université de Toulouse à la fin du Moyen Âge, outre les articles et ouvrages cités dans les notes suivantes (A. Molinier, M. Fournier, H. Gilles, etc.), il faut également connaître J. Puget, 1929-1930 et C. smith, 1958.

25 H. Gilles, 1992, p. 249.

26 I.215.10 : a cujus nativitate [Charles VIII] anno sequenti Tolosœ jura civilia audire coepi.

27 I.81.152 : Et ita vidi pluries servari, prœsertim tempore quo leges incoepi audire Tolosœ in auditorio doctissimi viri atque eloquentissimi domini Joannis Bosqueti, legum doctoris, nunc judicis Lauraguesii.

28 H. Gilles, 1983, p. 136-137 (voir aussi A. Viala, 1953, t. I, p. 244).

29 H. Gilles, 1992, p. 252 n. 17.

30 Inv.-somm. AM Toulouse, t. I, AA 1-60, par E. Roschach, Toulouse, 1891, p. 172 : Sentence du conseiller Guillaume Benoît réintégrant Jean Bosquet, docteur ès droits, juge de Lauragais, en la possession de conférer les notes, protocoles, instruments et autres actes judiciaires des notaires créés par les capitouls, décédés ès villes et lieux de sa jugerie appartenant totalement au roi… avec défense aux capitouls d’inquiéter les collationnaires… ; dans les autres lieux de la jugerie… les capitouls sont réintégrés en leur droit de collation… : sentence conforme prononcée par un commissaire de la Cour le 23 février 1517 après arrêt du 14 (AA 13, recueil de copies 1328-1553, n° 149).

31 Antérieurement à son entrée à la Cour, Matthieu Bosquet avait exercé, sans doute dès 1488 et de 1494 à 1502, les fonctions de syndic des États de Languedoc en la sénéchaussée de Toulouse (H. Gilles, 1965, p. 285). Voir aussi note 201.

32 A. Viala, 1953, t. I, p. 243.

33 É. Dufour, 1864, p. 8.

34 I.81.152 : Ibi, post eum [Jean Bosquet] extraordinarie legentibus duobus acutissimi ingenii baccalaureis, videlicet Petro de Sancto Andrea, nunc doctore et judice majore Carcassonœ, et domino Antonio Topigonis, nunc licentiato et judice majoris presentis senescalliœ Caturcensis, legum margarita summe dotatis, a quibus accepi hœc pauca quœ trado vobis… Quo tempore, scilicet M CCCCLXXII mense maii die tertia dicti mensis [arrêts du parlement de Toulouse des 13 et 20 mai 1472]…

35 Sur le rôle des bacheliers : Histoire des universités en France, 1986, p. 58 (les formes de l’enseignement universitaire en général) ; A. Molinier, 1879, p. 589-599 ; M. Fournier, 1892, p. 299-300 (l’enseignement du droit à l’université de Toulouse).

36 Biographie toulousaine. 1823, t. II, p. 359 ; H. Amilhau, 1882, p. 135-145 ; F. Vindry, 1912, p. 140 n. 3 ; A. Viala, 1953, index ; N. Bulst, 1992, p. 282-283 ; A. Navelle, 1992, t. IX, p. 220.

37 Dans la question An occidere peccatores liceat reproduite dans le troisième tome de ses œuvres, Benoît évoque un procès à la sénéchaussée de Quercy où siégeait en 1500 le juge-mage Antoine Topignon : stante judice majore magistro Antonio Trupignon, meo legum prœceptore, anno Domini M CCCCC (III.49.32).

38 Gallia regia, n° 18730 et 18661. Voir aussi E. Albe, « Inventaire raisonné des archives municipales de Cahors. XVe-XVIesiècles », 1926, p. 29, 55, 59, 63, 66, et la note précédente.

39 É. Dufour, 1864, p. 8.

40 II. 91. 153 : quœ fuit una de conclusionibus quas tenui repetendo Tolose l. I C. qui accus. non. pos. [Cod. 9, 1, 1] anno Domini M CCCCLXXVII, die I augusti, baccalarius ordinarie legendo existens. Il ne nous semble pas qu’on puisse comprendre ici que Guillaume Benoît « obtint son baccalauréat … après une repetitio où il critiquait les aveux obtenus par la torture » (P. Ourliac, 1994, p. 147).

41 A. Molinier, 1879, p. 599. Comme on le voit, la repetitio n’est autre que le commentaire d’un texte particulier : ici une loi du Code qui faisait partie, pour ses neuf premiers livres, des lectures ordinaires (M. Fournier, 1892, p. 286).

42 M. Fournier, 1892, p. 319.

43 G. Boyer, 1932, p. 68-69 : d’après les audiences du Parlement, ce furent basochiens, clercs du sénéchal et étudiants qui s’unirent pour organiser le charivari qui commémora le remariage de Catherine Aligonne. « Il semble que Benoît, alors étudiant à Toulouse, ait assisté et, peut-être, participé au charivari, si l’on en juge par l’indulgence qu’il montre pour cet usage ».

44 III.13.163.

45 Sur la violence des étudiants toulousains à la fin du XVeet au XVIe siècle, se reporter à la thèse de S. Cassagnes-Brouquet, 1982 (a) et aussi 1982 (b).

46 I.232.33 : dictum fuit per arrestum in Parlamento, me scholari existente Tolosœ, anno Domini M CCCCLXXIX, inter Anto. de Morlhone, tunc et nunc secundum prœsidentem in parlamento Tolosœ…

47 II.88.112 (sentence rappelée III.49.38). Benoît dit aussi avoir vu « à Toulouse » (mais quand ?) un homme qui, après avoir été condamné à avoir la main tranchée, était mort de ses blessures (II.90.144).

48 Il pourrait peut-être s’agir d’Antoine Hunault qui, convaincu de meurtre, fut décapité et son corps mis en quatre quartiers, par arrêt du parlement de Toulouse du 2 avril 1475 (J.-L. Gazzaniga et N. Ghersi, 1996, p. 282).

49 I.127.420 : de quo latissime dixi in c. Cum causa, de emp. et ven. [Extra., 3, 17, 6] quod repetii die XVI decembris, anno M CCCCLXXXII et ejus materiam expedivi per centum et XI conclusiones. Et respondit sub me magister Joan. Rubey, tunc baccalarius doctissimus quem de prœsenti videtis officialem Caturcensem. II.91.155 : quœ fuit una de centum et decem conclusionibus quas publice tenui anno quo fui doctor regens in prœsenti universitate Caturcensi M CCCCLXXXII in mense decembri, repetendo c. Cum causa, de empt. et vendi. Cette deuxième allusion voisine d’assez près avec la mention de la repetitio de 1477 (II.91.153), quoiqu’il s’agisse ici d’action civile (lésion et juste prix).

50 Le même que Jean Rubéi, archidiacre de Tomès, fondateur en 1473 du collège Saint-Michel à Cahors (M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t. II, p. 318 ; M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises, 1891, t. II, p. 628-630, n. 1467) ?

51 Il ne nous semble donc pas qu’on puisse comprendre ici que Guillaume Benoît « l’emporta au concours sur Jean Rubéi » (P. Ourliac, 1994, p. 147-148). Sur le rôle des répétitions et des disputes dans l’enseignement du droit au Moyen Âge : H. Gilles, 1992, p. 74-75 (1970).

52 G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 9. Un certain Pons Buffet, docteur en droit canon, apparaît comme témoin, en compagnie de Guillaume Benoît, dans l’acte du 8 mars 1490 cité note 56. Selon M. Gilles, le Jean Buffet qui fut juge ordinaire de Toulouse vers 1418 (Gallia regia, n° 21578) était d’une famille quercinoise.

53 P. Arabeyre, 1990, p. 297. En 1411, le chancelier reçut le pouvoir d’abréger le temps de lecture d’un bachelier que la voix publique déclarerait « suffisant et idoine » (A. Molinier, 1879, p. 607).

54 Dans l’ordonnance de 1414, il fut décidé que le bachelier ès lois serait reçu bachelier en décrets après trois ans de cours (ibid.).

55 P. Ourliac, 1994, p. 148 estime toutefois qu’il fut reçu à Cahors « docteur régent in utroque ».

56 Guillaume Benoît est explicitement qualifié de docteur en décrets dans un acte du 8 mars 1490 (n. st.) (E. Albe, 1926, p. 30, n° 39, d’après BM Cahors, Livre tanné, fol. 142) et de docteur régent en décrets dans un autre du 9 septembre 1495 (voir plus loin, p. 96). En 1490, sur la demande de Guillaume Benoît, « docteur ès décrets, régent de la faculté de Droit canon », on fait reproduire les principales pièces concernant la fondation, les statuts et les privilèges de l’Université (E. Albe, 1926, p. 66, n° 851).

57 AD Lot, 3 E 570/1, fol. 31 (registre du notaire Géraud Neulat, 1487-1498, étendues).

58 E. Albe, 1926, p. 30, n° 41, d’après BM Cahors, Livre tanné, fol. 142. Parmi les témoins, on note la présence de Jean Rubéi. Cet acte est cité par A. Viala, 1953,t. I, p. 243 avec une petite erreur : il faut lire Jacques Lacoste et non Guillaume Lacoste.

59 Les réflexions qui suivent émanent d’une discussion avec M. le Professeur Gilles que nous tenons à remercier vivement de son aide.

60 Histoire des universités en France, 1986, p. 94. La « sélectivité » des études de droit canonique, toujours dans le Midi, serait beaucoup plus forte. Il y aurait là une explication sociale : « la masse des étudiants en droit canon, juristes tout-venant, souvent sans grande aspiration intellectuelle ou sociale, n’aspirant qu’à quelque paisible prébende » s’opposerait à « l’élite des étudiants en droit civil, moins nombreux, mieux encadrés et mieux formés, plus riches et surtout plus ambitieux ». A. Viala, 1953, t. I, p. 242 ne dit pas autre chose quand il souligne, à propos des diplômes des parlementaires toulousains de la fin du XVesiècle, que « l’importance du droit profane l’emportait… très largement sur le droit canonique, qu’on avait tendance à ne considérer que comme un complément d’instruction ou le domaine des spécialistes ». Le cursus de Guillaume Benoît semble avoir répondu à cette double préoccupation.

61 La réforme de 1516 prend acte de cette évolution en supprimant la moitié des régences en droit canon (H. Gilles, 1992, p. 249). M. Gilles nous a fait en outre observer que « les doctores legum étaient mieux armés pour exercer, sinon la profession d’avocat, qui leur sera bientôt interdite, du moins pour élaborer des consultations qui leur permettaient d’accroître de façon fort sensible leurs revenus ».

62 Rivalité au demeurant bien réelle si l’on en croit A. Viala, 1953, t. I, p. 243, 470 et surtout p. 245 : A Toulouse, « le syndic de l’Université s’opposait à l’admission au Parlement s’il estimait que le postulant avait violé ses privilèges, par exemple en changeant d’université et en se prévalant de diplômes passés devant la seconde ». Même si le Parlement ne semble plus prêter aucune attention à ces susceptibilités dès 1469, on peut penser que l’admission du conseiller Benoît aurait été plus difficile si ses grades les plus élevés avaient été acquis à Cahors.

63 P. Ourliac, 1992, p. 78.

64 P. Ourliac, 1994, p. 151-152.

65 K. Davies, 1954. p. 162, citée par F. Collard, 1996 (a), p. 111 n. 197. Plus généralement, voir chez ce dernier auteur tout ce qui a trait à la genèse du Compendium : p. 89, 93, etc.

66 F. collard, 1994, p. 213.

67 F. Collard, 1996 (a), p. 54.

68 Aucun de ses écrits juridiques n’a été conservé. Plus généralement, il ne reste « à peu près rien » de l’enseignement dispensé par la faculté de Décret de Paris (P. Ourliac et H. Gilles, 1971. p. 108-109). Le seul témoignage, mais il n’est pas négligeable, est la glose de la Pragmatique Sanction publiée par Cosme Guymier en 1486.

69 À titre de comparaison, Bernard de Rosier, évoquant dans sa répétition sur la décrétale Raynutius insérée dans la Tripertita consultacionum, ses maîtres en droit civil et droit canonique, use d’une formule bien plus explicite :… dominos meos in utroque jure patres dominos Johannem de Fabrica legum et Bertandum de Clusello canonum professores… (Turin, Bibl. nat.. G-I-25, fol. 187).

70 L’hypothèse d’un doctorat cadurcien nous semble devoir être également écartée : pourquoi, dans ce cas, ne jamais l’évoquer, alors que la chose serait bien connue de tous les auditeurs du maître ?

71 Quelques fugitives allusions peuvent être relevées. I.113.229 : Parisiis fuit mihi alias dictum quod mulieres, matrimonio soluto, non tenentur partem debitorum solvere, sed habent partem conquastuum et mobilium integram ex consuetudine quœ ibi servatur… et peut-être I.136.31 : Et nunc œtate nostra Parisiis duos habemus cœcos a natura in arte musicœ et rhetorices optime eruditos, in eisdem publice docentes ; et fere omnia instrumenta musica plus quant melodiose sonantes.

72 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108 et pour ce qui suit n. 138.

73 Tractatus de ducatu Normaniœ etc., III.23.50 : Hœc… ex Gaguino, domino meo colendissimo, qui suam de gallico in latinum quoad gesta Franciœ translationem – quœ utinam impressa foret – non mihi Parisiis existenti et cum eo conversanti subticuit, imo communicavit, recitata sufficiant.
Autre allusion 1.72.72 après une citation du Compendium : Et de pluribus aliis per discursum sui operis, quod utinam esset impression.

74 Date de la préface de l’historien : F. Collard, 1996 (a), p. 280.

75 Ces conclusions seront formulées au chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire (la rédaction du texte primitif). L’argument selon lequel la date de novembre 1493 est un terminus ad quem pour la composition de la Repetitio parce qu’« un passage… fait allusion à l’évêque de Cahors Antoine Allemand, décédé en novembre 1493, et le donne comme vivant [I.163.36] » (P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 108 n. 138) n’est qu’un des éléments de la détermination de cette fourchette.

76 P. Ourliac, 1992, p. 78-79 et 1994, p. 151-152.

77 Ibid. et voir plus loin, p. 98.

78 Cette réflexion sera développée au chapitre consacré à l’œuvre et à ses sources (p. 194).

79 I.72.64. La teneur de ce souvenir sera exposée et discutée ultérieurement (p. 323).

80 I.202.215 (additio) : et ita teneri, vidi et audivi magnifico et illustri viro domino Guidoni de Rochefort, juris aquilœ, cancellario Franciœ, anno Domini M CCCCC mense octobris, tenendo cancellariam Nanetis in expeditione quarundam litterarum. Était-ce à l’occasion de l’entrée de Louis XII et d’Anne de Bretagne à Nantes en 1500 (P. Lelièvre, 1975, p. 81) ?
Précisons ici que les additions au texte primitif de la Repetitio sont de deux sortes : celles qui sont introduites par la mention « additio » entre parenthèses sont citées (additio) à la suite de la référence ; les additions insérées entre crochets carrés et indiquées en marge par une « main » en manchette sont citées [main]. Sur la nature de ces additions, voir au chapitre suivant (histoire de la Repetitio : les additions).

81 II.90.140 : Cujus purgationis procession expost hoc anno Domini M CCCCCVII vidi in bibliotheca regia, per christianissimun regem dominum regem Ludovicum XII benefactorem meum noviter et magnifice Blesis erecta, in œternam rei memoriam depositum et in pergameno scriptum. Sur le manuscrit du procès en nullité, Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, éd. P. Duparc, 1977,t. I, p. XII : il s’agit certainement de l’actuel ms. BNF, lat. 5970, exemplaire remis à Charles d’Orléans ou à Dunois et conservé dans la bibliothèque du château de Blois avant d’entrer dans la bibliothèque du roi avec l’avènement de Louis XII. Sur la bibliothèque, P. Thibault, 1989, p. 22 et suiv. : « On sait que Louis XII fit édifier ses nouvelles constructions en brique et pierre entre 1498 et 1501 ».

82 Cette réflexion sera développée au chapitre consacré à l’œuvre et à ses sources (p. 194).

83 Voir plus loin, p. 112. Mentionnons au passage que, dans le Tractatus de ducatu Normanniœ, Benoît fait allusion, à propos de la confiscation de la Guyenne en 1369, aux processus et legitima documenta in thesauro chartarum regiarum Parisiis existentia (III.22.43 et III.26.114).

84 Cette chronologie sera développée et discutée au chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire (la rédaction du texte primitif ; les additions).

85 L. Ayma, 1879, t. II, p. 311. L’ouvrage de Louis Ayma est la traduction de l’histoire des évêques de Cahors (Series et acta episcoporum Cadurcensium) de Guillaume Lacroix (1574-1614) parue à Cahors en 1621.

86 Géraud de Sabanac ? (É. Dufour, 1864, p. 8 n. 3 d’après « Ms. Charte de Douelle » ?).

87 II.45.25 : Ego vero in consulendo, quin imo semel in judicando tanquam judex appellationum Caturci… Voir aussi peut-être III.18.261 : Una talis litera [lettre de rémission] non diu est [1487] fuit senescallo Caturcensi prœsentata… quam possetenus impugnavi. Et finaliter causa ad parlamentum Tolosœ devoluta per appellationem…

88 Pour M.-J. Baudel et J.-P. MALINOWSKI, 1876, t. III, p. 202 (reprenant É. Dufour cité plus haut), c’est Antoine de Topignon, juge-mage en la sénéchaussée du Quercy, qui l’aurait fait nommer juge d’appel des justices ordinaires du ressort (donc avant 1482 ?). A. Viala, 1953, t. I, 239 n. 5 relève à raison que Guillaume Benoît porte le titre de juge d’appeaux de la sénéchaussée de Quercy dans le procès-verbal de la soutenance de ses thèses de doctorat en décrets par Louis de Rochechouart d’après BMT, ms. 589, fol. 1 (donc en 1499) ; c’est ce qui a fait écrire faussement que la ville de Cahors, pour honorer le mérite de Guillaume Benoît, le fit nommer à cette occasion juge des appellations (G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 19). Le seul point avéré est donc que l’auteur de la Repetitio portait le titre à l’époque de la rédaction de la deuxième partie (1493 ?). La consultation de la Gallia regia aurait dû trancher ces incertitudes, mais Benoît y demeure malheureusement introuvable.

89 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 147-149.

90 I.136-137.37-44 et I.140.18-25.

91 La consultation concernant l’office de chambrier de l’église cathédrale de Lyon (III.31v°-34) et celle, célèbre, sur la résignation de l’évêché d’Albi par Louis [I] d’Amboise en faveur de son neveu Louis [II] (III.27-31 v°) sont contemporaines (1496-1497) ; la question de l’office de trésorier de la Sainte-Chapelle de Bourges (III.44-45) comme la quœstio de canonicatu (III.42-43v°) pourraient avoir été traitées juste avant le départ de Benoît de Cahors (1498-1499) ; la quœstio de venditione (III.52-54) se situe à l’époque où son auteur était conseiller au parlement de Bordeaux (1500-1503) ; enfin la procédure contre un prêtre homicide natif du Rouergue, dégradé et livré au bras séculier par l’évêque de Montauban, a donné lieu à la rédaction d’une consultation sur le privilège du for (III.35v°-41v°) qui date des années 1511-1512. Pour d’autres références aux consultations tant publiées que seulement mentionnées par l’auteur, voir le chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire (p. 142).

92 III.42-43v° et I.160.28 (additio). M.-J. Baudel et J.-P. malinowski, 1875, t. II, p. 318 évoquent peut-être un précédent de cette affaire. Il est à noter qu’on voit apparaître ici le futur collègue de Benoît à Toulouse Étienne Aufréri, conseiller au Parlement et commissaire subrogé.

93 Cet arrêt figure dans le recueil des 278 arrêts des parlements de Paris et de Toulouse qui forme la quatrième partie de l’édition du Stilus de Guillaume Du Breuil édité à Lyon en 1513 par H.-C. Descousu (n° 194, fol. 9-9v°). Étienne Aufréri est très probablement l’auteur de la collection des arrêts du parlement de Toulouse qui commence au n° 204 et se termine au n° 278 (J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 108-109 [1971]).

94 E. Albe, 1926, p. 77, n° 897 (26 juin 1502). Résumé de l’affaire d’après G. Lacoste, 1886, t. IV, p. 13-17 et 21-22.

95 I.77.116 [main] ; cette consultation est également évoquée I.186.29 [main],

96 Publié dans l’édition de la Pragmatique procurée par Pinsson en 1666, p. 611-687. L’enseignement de Monserrat à Cahors n’est attesté que par M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t. II, p. 320, repris par C. Samaran, 1910, p. 350.

97 [2e épître] : In illo patrocinio (ut referunt) seu litigiosa oratione totidem pater tuus [Feydeau s’adresse au fils de Benoît] in materia electionis allegavit leges atque decretales tantosque canones ac tantas veteris et novi Testamenti authoritates totque historias atque exempla innumerabilia poetarum et philosophorum dicta, ut divinus magis quant humanus contemplaretur ; in tanta verum majori copia atque abundantia dabantur ex ore suo leges et canones quant imber et grando e cœlo in terram labi videatur. Comme on le verra, cette peinture du style de l’auteur, qui procède par accumulation de références de toute nature et pas seulement juridiques, n’est pas dépourvue, au-delà de l’exagération, d’une certaine vérité.

98 La subtile matière des substitutions, rappelle-t-il au moment d’en traiter, remplit si bien la bourse des consultants qu’elle a rapporté à Balde et à son frère plus de 20 000 ducats (II.3.7).

99 II.108.376 : Et alias lucratus fui aurum de quodam abbate qui catharm mutus effectus volebat, imo fecit procuratorium ad resignandum suam abbatiam in curia Romana secundum meum consilium : quœ resignatio fuit per summum pontificem admissa et provisum de abbatia cuidam suo nepoti.

100 É. Dufour, 1864, p. 9 n. 2 (d’après l’inventaire manuscrit des actes de dénombrement de la sénéchaussée de Quercy [déb. XVIe s.] déposés en 1732 aux archives des trésoriers de France à Montauban, n° 130 : fiefs de Coronzac et de Tréganty). – A. Viala, 1953,t. I, p. 264 (d’après les dénombrements de la sénéchaussée de Quercy, 1501-1503, BM Cahors, fonds Greil, reg. 138, fol. 81). – J. Lartigaut, 1978, p. 445-446.

101 A. Navelle, 1992, t. II, p. 87-98. Voir plus haut, à propos de la famille de Guillaume Benoît.

102 Ce dont Guillaume Benoît se souvient I.71.57, I.75.93 et I.113.233.

103 Histoire des universités en France, 1986. p. 78-79 et 83.

104 Guillaume Benoît aurait enseigné dans le couvent des Cordeliers si l’on en croit la formule portée à l’explicit de la première partie de la Repetitio : Ex academia Caturcensi, tertia die octobris vigilia cujus his in œdibus hospites sumus gloriosi Francisci (I.236v°).

105 Tous ces renseignements sont tirés des articles anciens mais malheureusement irremplacés de M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875-1878. Voir aussi S. Guenée, 1978, t. II, p. 125-134 et, pour les circonstances de la fondation, A. D. Edwards, 1970, p. 266-273.

106 Cité dans un petit article présentant, d’après une lettre de rémission, « un tableau en raccourci de la vie universitaire de Cahors à la fin du Moyen Âge » : C. Samaran, 1910, p. 351 n. 1 d’après M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises, 1891, t. II. p. 649-650, n. 1478. La lecture de l’acte fait apparaître comme témoin Anthonius de Petrucia, legum doctor regens in dicta universitate Caturci, in facultate legali, dont il sera question ci-après.

107 I.132.484 : sicut videmus in prœsenti universitate quod in collegio beati Nicolai de Peregrino, de quo stipendia nos regentes capimus, nemo (ex fundatione et statuto illius) eligi potest in collegiatum si non sit de hac diœcesi Caturcensi oriundus…

108 La source de ce chiffre est une mention du Livre tanné de la ville de Cahors rapportée par E. Albe (1926, p. 75, n° 894) : « Pas d’Université sans empêchement dans le royaume de France, excepté l’Université de Cahors où cette année il y eut plus de douze cents étudiants ».

109 Histoire des universités en France, 1986, p. 81.

110 M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t. II, p. 317 et 1876, t. III, p. 219, 230 et E. Albe, 1926. p. 31, 71. 72, 75, 79. 87, 92, 101, 103, 105. Cet Antonius de Petrucia, professeur et avocat, doit être distingué d’Antoine de Peyrusse qui a également enseigné à Cahors à la fin du XVIe siècle. Martin de Barambour et Antoine de Petrucia furent les maîtres du préfacier de la Repetitio, Claude Feydeau, qui leur rend un hommage appuyé dans sa 2e épître adressée à Talabard Benoît. À noter que Guillaume de Monserrat n’est pas évoqué dans cette épître.

111 Répertoire bibliographique des livres imprimés à Toulouse au XVIesiècle, 1975, E. Mareschal, n° 8 et N. Vieillard, n° 12.

112 [1reépître] et I.77.116 [main],

113 Ce dernier, dans le discours adressé à son maître au moment de son élévation au doctorat, cite également (BMT, ms. 589, fol. 8) le « protonotaire de Biron » qu’il faut sans doute identifier avec Gui de Gontaut-Biron, seigneur de Puybeton, frère de l’évêque de Sarlat (1492-1519) Armand de Gontaut-Biron (F.-A. de LA Chenaye-Desbois. Dictionnaire de la noblesse, 1866, t. IX, col. 417).

114 Par sa bulle de facultés, Georges d’Amboise avait le droit de déléguer son autorité à la personne de son choix. C’est ainsi que François-Guilhem de Clermont-Lodève, en 1504, et Louis de Rochechouart, en 1504-1505, ont rempli le rôle de vice-légats (F. Janin, 1996, p. 160).

115 Dictionnaire de biographie française, t. I, 1933, col. 1299-1301 ; P. Imbart DE La Tour, 1944, t. II, p. 280 ; F. J. Baumgartner, 1996, p. 174.

116 Gallia regia, n° 13733.

117 Le 2 mars 1512, Guillaume Benoît est rapporteur d’un arrêt du Parlement concernant l’archevêque d’Auch opposé à un certain Jean Cordier (ADHG, B 15, fol. 51v°).

118 Dictionnaire de biographie française, t. VIII, 1959, col. 1507-1508 ; J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 93 (1992).

119 III.27.31v°. Cette consultation fut rédigée après le 19 avril 1496 (date d’un arrêt du parlement de Paris auquel il est fait allusion, III.29.26) et avant la bulle du 22 mai 1497. Louis [II] semble avoir été pressé que son oncle lui cède l’évêché d’Albi (L. DE Lacger, 1912, p. 532-533 ; J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 93 [1992]).

120 Notice et bibliographie dans G. Souchal, 1976, p. 596-597.

121 L. de Lacger, 1912-1913 ; G. Souchal, 1976, p. 511-519 ; J.-L. Gazzaniga, 1995, index et surtout M. Harsgor, 1980, p. 940-955.

122 Il avait débuté dans la carrière comme membre de l’administration de Charles VII dans le Languedoc vers 1455 (M. Harsgor, 1980, p. 940).

123 H. Gilles, 1965, p. 68-69.

124 BMT, ms. 589, fol. 12.

125 A. Renaudet, 1916, p. 234, 236, 303-304, 315. 350. etc. Sur Jean Raulin, Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, 1992, p. 836.

126 Voir L. de Rochechouart, 1859.

127 Gallia regia, n° 21422-21423. L. DE Rochechouart, 1859, t. I, p. 172-177 et 219-227.

128 F. Avril et N. Reynaud, 1993, p. 253, 419 et 421.

129 P. Ourliac, 1994. p. 152.

130 F. Collard, 1996 (a), p. 82 ; S. charrier, 1996, p. 37-38. Voir aussi L. Thuasne, 1903, t. I, p. 228 et A. Renaudet, 1916, p. 116 et index.

131 Voir Gallia christiana, t. II, col. 1095 et 1271 et surtout C. Couderc, 1893, p. 207 n. 3 (« Ne faut-il pas identifier Louis de Rochechouart avec le docteur qui soutint ses deux thèses devant l’université de Cahors en janvier et février 1499 ? »).

132 F.-A. de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, t. XVII (1872), col. 298.

133 Nous pensons consacrer ultérieurement une étude spéciale à ce beau document que M. Fournier (Les statuts et privilèges des universités françaises, t. II. p. 650, n. 1480) avait songé en son temps publier.

134 I.60.213 [main] : hœc quœstio fuit plene disputata per duos juvenes scholares in doctoratu domini Ludovici de Rochechoard, prioris Maciniaci, die quinta februarii anno Domini M CCCCXCVIII in universitate Caturcensi celebrato, qua die doctor iste [Guillaume Benoît] prefato domino insignia doctoralia contulit cum maxima pompa post repetitionem cap. I de election.
I.77.116 [main] : de quibus omnibus decretum concilii Basiliensis concernentibus… habetur plene in repetitione ca. I de elect. quam iste doctor [Guillaume Benoît] tunc in universitate Caturcensem regens fecit die XV mensis januarii et duabus sequentibus anno Domini M CCCCXCVIII, cujus materiam in decem resoluit conclusiones, de quibus sub eo respondit [Louis de Rochechouart]. quarum conclusiones tenor sequitur… Eo tempore in dicta universitate audiebant sub isto doctore tres inter cœteros excellentes et generosi scholares, scilicet

135 BMT, ms. 589, fol. 1-10.

136 BMT, ms. 589, fol. 11v°-12v° : Benoît évoque tour à tour les figures de Charles, seigneur de Chaumont, Hugues, seigneur d’Aubijoux, Jean, évêque de Langres, Louis, évêque d’Albi, Aimery. grand maître de Rhodes, Pierre, évêque de Poitiers, Jacques, abbé de Cluny et Georges, archevêque de Rouen et cardinal (sur tous ces personnages, se reporter à G. Souchal, 1976).

137 Qui avait suivi les leçons, à Pavie, des monarchœ juris Jason de Mayno et Lancelot Dèce (BMT, ms. 589, fol. 13).

138 BMT, ms. 589, fol. 10-21. Voir E. Albe, 1926, p. 32 n. 53 (mention du serment prêté entre les mains des consuls de Cahors).

139 I.13.46 (additio) :… fuit anno M CCCCXCVIII per dominum nostrum regem Ludovicum XII anno regni sui I, quo sua gratia mihi contulit officium consiliarii in sua suprema parlamenti Burdegalœ curia, salubriter Blesis ordinatum quod … – I.227.33 (additio) : … quo anno receptus fueram in mense aprili in consiliarium regium in dicta curia. – Addition de l’éditeur (?) I.60.213 [main] :… et fuit prefatus doctoratus [celui de Louis de Rochechouart] ultimus actus quem fecit in dicta universitate, quia sequenti mense martio fuit per dominum nostrum regem Ludovicum creatus consiliarius regius in suo parlamento Burdegalœ

140 1reépître de Claude Feydeau : Talabardo Benedicto professori jurium solertissimo cathedra patris canonicœ successori (1520). 2cépître de Claude Feydeau à Talabard, Cœsaris et Pontificis jurium comiti illustrissimo Universitatis ejusdem doctori regenti (1520) : si Talabard était véritablement comte ès lois à cette époque, il devait au moins avoir enseigné depuis vingt ans, soit depuis le départ de son père de Cahors. Voir G. LACOSTE, 1886, t. IV, p. 20-21.
Une fois devenu conseiller, Guillaume n’oublia pas l’université de Cahors. Le 22 janvier 1503, certains régents de l’Université « dont ils forment la majeure et la plus saine partie » nomment des procureurs afin de trouver un accord avec les consuls au sujet du droit de banc dû par les écoliers de la ville et que les consuls voudraient faire payer aux régents. Antoine de Peyrusse est du nombre ; Benoît, conseiller au parlement de Bordeaux, est représenté par J. de Barrol, licencié en droit canonique (E. Albe, 1926, p. 79, n° 906).

141 A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87. Le 23 juin 1508, un procès oppose Guillaume Benoît et Raymonde de Limotges aux sœurs de celle-ci, Jeanne et Bertrande, et à un certain Pierre de Trebonsio, marchand de Montgiscard (ADHG, B 2334 [anc. B 2015, arrêts latins], fol. 345-346v°).

142 I.130.467 (additio) et II.90.140 (texte cité note 81). On pourrait aussi signaler la présence d’un membre éminent de la famille d’Orléans à Toulouse à partir de 1502 : l’archevêque Jean d’Orléans, cardinal de Longueville († 1533), fils de François de Dunois († 1491), lui-même fils du grand Dunois. Mais, comme nous l’a fait justement remarquer M. Gilles, il faut indiquer qu’il ne reçut les ordres qu’en 1516 et la consécration épiscopale qu’en 1517, à Paris ; il ne fit son entrée à Toulouse qu’en 1521. Le diocèse a été dirigé par ses vicaires généraux pendant la plus grande partie de son épiscopat.

143 I.195.148 : neque posset Carolus VIII rex noster modernus testamentum facere de regno…

144 III.45v°.

145 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire.

146 III.45 (épître ainsi datée : raptim ex Burdegala scriptum, tertio nonas februarii, c’est-à-dire du 3 février 1500 au plus tôt).

147 F. Vindry, Bordeaux, 1910, p. 47 n. 42 et p. 53 n. 74. P. Roudié, 1957-1959 a publié l’inventaire de sa bibliothèque (1523) : tous les grands commentateurs y sont représentés et, outre « Martinus Leuther » et les « Adagia Herasmi », « Guillelmus de Montsarrat ».

148 Quid lucidius ? quid clarius ? quid denique nitidius quam tua manu scripti codices ? Nescio si alium te Praxitelem vocem aut alium in prudentia Solomonem, cum te subtilissimum Aristotelem nemo est qui ignoret. Quicquid divini, pontificii, Cœsarei, poetici, philosophici ac historici juris est, haud aliter quam legum et canonum cœterorumque jurium conditores in scrinio pectoris habere dignosceris. O felix Burdegala quœ tanto meruit honorari municipe, sed felicior curia quœ forsan inmerito te meruit habere senatorem !

149 G. D. Guyon, 1976, p. 23 et 1996, p. 289.

150 A. Viala, 1953, t. II, p. 289-300.

151 I.227.32 – I.89.10 – II.63.24 (additiones).

152 II.64.33 (additio). Voir aussi une allusion à la jurisprudence du parlement de Bordeaux, II.67.50.

153 III.52-54 (avec copie d’un arrêt du parlement de Bordeaux du 22 février 1502/3).

154 F. Vindry, 1912, p. 178-179.
La date des lettres du roi est donnée dans la Repetitio : … et deinde in favorem ipsius idem dominas rex eum transtulit in suam curiam parlamenti Tolosœ, unde oriundus erat, et hoc die prima septembris anno Domini M CCCCCIII (1.60.213 [main]).
Les autres indications figurent dans l’acte de la réception : « La Court, aprés qu’elle a eu veu certaines lettres du roy nostre sire, par lesquelles led. seigneur translatoit maistre Guillaume Benoist, son conseillier ou parlement de Bordeaux, a ce parlement et au lieu de maistre Jehan Nicolas, conseillier lay en icelui, auquel led. seigneur avoit donné ung office de maistre de requestes en son Grant Conseil, ensemble la requete baillee par led. Benoist par laquelle requeroit estre receu oud. office, ordonne que led. Benoist fera serement en ensuivant les ordonnances, s’il a donné ou promis, fait donner ou promectre or ne argent ne autre chose equipolent pour estre translaté et avoir led. office et s’il jure que non, qu’il sera receu en icelluy en faisant le serement accoustumé. Et bientot après, en ensuivant lad. ordonnance et deliberacion, icellui Benoist, que la Court a fait entrer a son mandement, prepositis sacrosanctis eloquiis, a faict et presté serement de n’avoir donné ne promis, ne fait donner ne promectre or, argent ne autre chose equipolent pour avoir obtenu et obtenir du roy lesd. translacion et office, bien avoit baillé son office de conseillier qu’il avoit ou parlement dessusd. de Bordeaulx. Et, ce fait, lad. Court l’a receu et reçoit aud. office de conseillier et lui a fait prester le serement acoustumé » (ADHG, B 12, fol. 231-231v°, lundi 13 novembre 1503). Dès le lendemain, Benoît siège en la Grand Chambre (ibid., fol. 231v°).

155 Ce même jour, si l’on en croit J.-B. Dubédat, 1885. t. I, p. 100, les audiences souffrirent des craintes d’invasion des Espagnols par le Roussillon : « À cause de l’occupation de la guerre, la Cour n’a pu faire lire les ordonnances concernant les présidents, conseillers, etc., mais a parlé aux officiers subalternes et aux capitouls pour donner des ordres, en vue de la police, défense et garde de la ville ». Voir Histoire générale de Languedoc, t. XI, p. 173-174.

156 ADHG, B 12, fol. 231v°.

157 ADHG, B 12, fol. 300 (appel du juge du Vivarais).

158 Présentation générale de l’histoire du Parlement dans J.-L. Gazzaniga, 1994 (a).

159 Le Parlement faisait subir aux nouveaux officiers un véritable examen pour vérifier leurs connaissances théoriques et surtout pratiques (A. Viala, t. I, p. 245-246). On raconte que l’illustre Jean de Coras aurait tremblé pendant l’épreuve (J.-L. Gazzaniga, 1994 (a), p. 8).

160 D’après A. Viala, 1953, t. I, p. 191, pendant le premier quart du XVIe siècle, sur un total de 56 vacances, la Cour parvint à faire agréer 14 de ses candidats ; 21 fois, le roi passa outre aux choix qu’exerça le Parlement ; enfin il procéda à 21 désignations directes, comme ce fut le cas en faveur de Guillaume Benoît.

161 Voir plus haut, note 62.

162 A. Viala, 1953.t. I, p. 236.

163 Ibid., t. II, p. 295-298 et 1. I, p. 234-235.

164 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à sa postérité (p. 135).

165 Références dans P. Ourliac, 1992, p. 80 n. 9 et 1994, p. 149 n. 4. L’affaire défraya longuement la chronique de 1507 à 1509 : voir, pour plus de détail, H. Gilles, 1992, p. 250-251.

166 L’affaire apparaît dans les registres dès le 13 novembre 1507 et s’étire tout au long de l’année parlementaire 1507-1508. Or, comme on le verra plus loin, Benoît est absent du Parlement entre le 17 décembre 1507 et le 11 juillet 1508. À la rentrée suivante, il est très assidu mais ne siège pourtant pas le jour du prononcé de l’arrêt de condamnation de Boyssoné (ADHG, B 14. fol. 50v°-52v°).

167 ADHG, B 14. fol. 633v°-634. Sur cette affaire, A. Viala, 1953, t. I, p. 165-166. Benoît semble s’être précédemment opposé au juge de Villelongue qui aurait contesté la réalité d’une commission donnée au conseiller pour aller à Montgiscard (31 juillet 1509, ADHG, B 14, fol. 262v°-263v°).

168 E. Albe, 1926, p. 31, n° 48.

169 Ibid., t. I, p. 236, 242 et 270.

170 Voir note 92 (affaire de la chancellerie de l’université de Cahors).

171 ADHG, B 16, fol. 481v° (prisonnier appelant des capitouls au sénéchal de Toulouse).

172 ADHG, B 16, fol. 495. Le 9 septembre 1516, la Cour se déclare « advertie du trespas de feu maistre Guillaume Benoist en son vivant conseiller lay du roy nostre sire en icelle » (ibid., fol. 512).

173 Sur les 130 mois (la Cour siège ordinairement du lendemain de la saint-Martin à la mi-septembre, soit 10 mois) que comptent les 13 sessions durant lesquelles Guillaume Benoît siégea au parlement de Toulouse (de 1503 à 1516), la durée cumulée de ses absences donne le chiffre très approximatif de près de 23 à 25 mois, soit l’équivalent de 2 sessions et demi.

174 Sur la question de l’assiduité des conseillers à cette époque, voir A. Viala, 1953, t. I, p. 151-152.

175 Le 24 mars 1514. pour « aller a Pamyés pour executer l’arrest donné entre l’evesque de Pamyés d’une part et le sindic du chapitre d’icelle eglise d’autre » (ADHG, B 15, fol. 481), Benoît s’absenta du 30 mars au 7 avril suivant. Le 10 avril 1514 congé lui fut également donné pour « aller parachever l’enquete du procureur general … a l’encontre du seigneur de Bruniquel » (ADHG, B 15, fol. 494v°).

176 ADHG, B 15, fol. 189.

177 Exemples : 1503-1504 : absence entre le 8 mai et le 12 juin 1504 ; 1509-1510 : absence entre le 15 novembre 1509 et le 18 février 1510 ; 1510-1511 : absence entre le 12 avril et le 8 mai, puis entre le 19 mai et le 1erjuillet, enfin entre le 7 et le 23 juillet 1513 ; 1513-1514/1514-1515 : absence à partir du 30 août 1514 puis jusqu’au 5 janvier 1515 ; 1515-1516 : absence du 28 novembre 1515 au 4 janvier 1516, puis du 5 mars au 21 avril 1516.

178 Arrêt du 26 avril 1505 cité I.47.62-63 et I.112.221 = arrêt concernant Raimond Pagèse et Anne de Noé transcrit le 22 avril et prononcé le 26 avril 1505 ; rapporteur : Jacques de Durfort (ADHG, B 12, fol. 566v°-567). – Arrêt du 31 mars 1507 cité I.202.208 = arrêt concernant François de Manas maintenu en la possession des biens qui appartenaient à Bertrand de Manas son aïeul et à Bertrand de Manas, sieur de Montbardon, son père, à la réserve de la seigneurie de Montbardon et des autres biens légués au chapitre de l’église métropolitaine d’Auch par Philippe de Manas ; rapporteur : Guillaume Benoît (ADHG. B 13, fol. 270v°-271v°). – Arrêt du 13 septembre 1507 cité I.143.56 = arrêt concernant le notaire Jean Maynial transcrit le 30 août et prononcé le 13 septembre 1507 ; rapporteur : Matthieu Bosquet (ADHG, B 13, fol. 432-432v°). – Arrêt de 1509/10 avant Pâques cité I.88.228 = introuvable. – Arrêt du 29 mars 1510/11 cité I.143.56 = introuvable. – Arrêt d’avril 1511 avant Pâques cité I.131.467 = arrêt du 14 avril 1511 portant règlement des contestations survenues entre Jean de Châteauneuf, baron de Caumont, et les habitants de sa baronnie, au sujet du guet ; rapporteur : Jean de Clausa (ADHG, B 14, fol. 721-722). – Arrêt du 19 novembre 1511 cité II.90.133 = arrêt portant ordre de délivrer à l’exécuteur de la haute justice le corps de feu Gonzalve de Molina, en son vivant déclaré hérétique, pour être brûlé sur la place de Saint-Étienne (ADHG. Recueil Puget. t. I, p. 367). – Arrêt de juin 1514 cité I.75.103 = arrêt du 9 juin 1514 permettant à l’archevêque de Toulouse de statuer sur le fait de la double élection à l’évêché de Pamiers de Bernard de Lordat et de Jean de Michaële, et de confirmer ou infirmer leur élection ; rapporteur : Guillaume Benoît (ADHG, B 15, fol. 529). – Arrêt de juin-juillet 1514 cité II.84.54 = arrêt du 18 juillet 1514 portant condamnation contre Bernard Gasquet à être fustigé et banni perpétuellement de la sénéchaussée de Toulouse pour punition et réparation de l’abus et crime par lui commis comme exécuteur de la haute justice ; rapporteur : Jean de Pieux (ADHG, B 15, fol. 558-559). – Pour les deux instances (affaire Gineste et conflit entre le prévôt et le chapitre cathédral de Saint-Étienne), voir ci-après.

179 1503-1504 : 12 ; 1504-1505 : 24 ; 1505-1506 : 23 ; 1506-1507 : 15 ; 1507-1508 : 1 ; 1508-1509 : 16 ; 1509-1510 : 8 ; 1510-1511 : 7 ; 1511-1512 : 10 ; 1512-1513 : 19 ; 1513-1514 : 16 ; 1514-1515 : 12 ; 1515- 1516 : 18.

180 Voir l’introduction aux fonds du parlement de Toulouse rédigée par l’archiviste F. Galabert, introduction demeurée manuscrite mais consultable en salle de lecture des Archives départementales de la Haute-Garonne (p. 3). A. Viala, 1953, t. I, p. 85 se fonde sur l’absence d’arrêts rendus par la Chambre des Enquêtes pendant la période pour affirmer qu’elle n’eut qu’un rôle préparatoire à celui de la Grand Chambre. La consultation des registres d’arrêts montre, à notre sens, une intense activité, qui semble en effet avoir été le produit de celle des nouveaux conseillers.

181 Relations parfois contradictoires. Si le 16 janvier 1509, la Cour estima, sur le rapport de Benoît, que le président Aufréri avait bien procédé dans l’exécution d’un arrêt concernant l’archevêque d’Auch (ADHG, B 14, fol. 56-56v°), elle jugea en revanche, selon le même rapporteur, devoir casser, le 13 août 1505. toute une procédure conduite par le commissaire Aufréri depuis le 6 octobre 1501 (ADHG, B 12, fol. 642 ; exécution de l’arrêt du 21 juillet 1501 ordonnant la restitution de la place de Verfeil à Delphine de Goson : ADHG, B 11. fol. 461).

182 I.13.46 (additio) : arrêt rendu me stante consiliario in dicta curia. Voir A. Viala. 1953, t. I, p. 481-482.

183 La sécularisation définitive intervint en 1514 (H. Gilles, 1992, p. 166 [1979]).

184 I.64.6 [main]. Voir p. 497.

185 Mentionné dans le dictionnaire d’E. Wickersheimer, 1979, p. 94.

186 II.90.133 [main]. Voir J.-B. Dubédat, 1885, t. I, p. 123 et ADHG, B 14, fol. 774v° (21 juin 1511) et 795v° (16 et 18 juillet 1511) ; Recueil Puget, t. I, p. 367. C’est peut-être cette affaire qui a inspiré à Nicolas Bertrand la rédaction de sa Repetitio de inquisitione hœreticorum, Toulouse, 1512.

187 I.2.17 (additio) : Et ita fuit arresto in possessorio successionis domus de Ferrieres ad utilitatem filiarum magistri Joannis de Ferrieres domini dicti loci quondam presbyteri qui matrimonium cum quadam nobili domicella patriœ Delphinatus eum esse in sacris ignorante, cum dictus Ferrieres esset Normannus ; quod arrestum fuit prononciatum in mense februarii, anno Domini M CCCCVII, me in judicando dictum processum de mandato domini nostri regis assistente Rhotamagi in scaquario – I.59.203 (additio) : Et ita fuit servatum in scaquario regio Rhotomagensi quoad successionem domus de Ferrieres ducatus Normanniœ : ubi per arrestum in quo mandatas per regem prœsens fuit et opinans cum pluribus excellis dignitate viris pariter illuc ire mandatis… in mense februarii, anno prœsenti Domini M CCCCCVII.

188 ADHG, B 13, fol. 490v°.

189 BNF. P. Orig., 290. n° 10 et 13. Ces références m’ont été fournies par M. le Professeur Gilles que nous remercions vivement ici. Indiquons en outre que Jean de Selve, ancien collègue de Benoît à Toulouse, exerçait, depuis 1505, la charge de quatrième président puis, à partir de 1508, celle de premier président à l’Échiquier de Normandie. Enfin, Georges d’Amboise était archevêque de Rouen depuis 1493.

190 ADHG, B 13, fol. 582 et 694v°.

191 À la vérité un peu moins si l’on considère que Benoît devait être présent à Toulouse au moment du jugement rendu par la Cour à propos de son différend avec les sœurs de sa femme, c’est-à-dire le 23 juin 1508 (ADHG, B 2334, arrêt latin cité ci-dessus note 141).

192 Voir le chapitre consacré à l’œuvre et à son histoire.

193 Pour un premier récit de l’affaire : B. Quilliet, 1986, p. 306-325, passim et F. J. Baumgartner, 1996, p. 136-139. L’ouvrage de base est précisément celui de R. de Maulde la Clavière, Procédures politiques du règne de Louis XII, 1885. Du côté de la bibliographie toulousaine, on peut toujours consulter, mais avec précaution, J.-B. Dubêdat, 1885, t. I, p. 105-110 et l’Histoire générale de Languedoc, t. XI, p. 178-180.

194 R. de Maulde la Clavière, 1885, p. XCIII, XCIX et CVII.

195 Sur le procès au parlement de Toulouse, ibid., p. CXVI-CXXI.

196 Ibid., p. 600 : « Premierement, pour ungne consultation et retenue de conseil que monsieur le conseiller mon frere [Georges d’Olmières] fist le XIe jour de may mil cinq cent cinq, a maistre Martin de Stagno trois escus d’or, a Bertrandi deulx [escuz] d’or, a Guyny deulx escuz d’or, a Benedicti deulx escus d’or, a de Vuchalibus deulx escus d’or, a de Nogerolis deux escus d’or, a Bonefidey deux escus d’or, qui monte tout quinze escus d’or soleil ».

197 Précisons ici que Maulde s’est appuyé pour l’essentiel sur les pièces figurant au Trésor des chartes des ducs de Bretagne et conservées aux Archives départementales de la Loire-Atlantique (ibid., p. CXXXI note 1). Le procès apparaît dans les comptes rendus de 13 séances du Parlement (16 juin. 18 juin, 23 juin, 30 juin. 1erjuillet, 8 juillet, 16 juillet, 18 juillet, 19 juillet 1505 = registre des arrêts B 12, fol. 606-606v°, 607v°-608, 611-611v°, 614v°, 615-615v°, 619, 625, 626v° et 627-628 ; 20 décembre 1505, 8 janvier, 9 février et 7 mars 1506 = registre des arrêts B 13, fol. 27, 37, 56-56v° et 73v°).

198 Rajouter la présence aux audiences des 21 juin et 10 juillet 1505 rapportées par Maulde (p. 423 et 438).

199 ADHG, B 12, fol. 611.

200 Le 30 juin, Benoît est admis au conseil avec les commissaires (ADHG, B 12, fol. 614v°) ; par la suite, chaque fois que mention est faite d’un rapporteur, il s’agit de Matthieu Bosquet (fol. 615 et 627-628). Le 18 juillet, il est dit que « led. de Rohan sera oy et examiné » par Jean de Selve, François de Luynes et Matthieu Bosquet « sur l’informacion ou inquisicion faicte » par Antoine Duprat et François de Luynes « commissaires députez en ceste partie ». Enfin, le seul nom de Bosquet figure en marge de l’arrêt définitif rendu le 9 février 1506 (B 13, fol. 56-56v°).

201 Voir ADHG, B 13, fol. 73v° et R. de Maulde la Clavière, 1885, p. 522, 557, etc. Sa carrière est intéressante : Matthieu Bosquet avait exercé pendant quelques jours en 1495 la charge d’avocat du roi près le Parlement ; en 1501, il se fit accorder la charge de juge-mage en la sénéchaussée de Beaucaire, mais vit ses droits contestés ; l’année suivante, il connut un échec du même genre et dut renoncer à l’office de conseiller ordinaire du roi au Grand Conseil dont il venait d’être pourvu (H. Gilles, 1965, p. 119 n. 55). Voir aussi note 31.

202 A. Viala, 1953, II, p. 454 : ADHG, B 14, fol. 53v° (procès relatif à l’évêché de Lectoure). C’est sans doute par erreur que le même auteur évoque p. 459 n. 2 un autre congé donné le 15 janvier 1512 à Benoît afin « d’aller rapporter au Grand Conseil le procès sur l’évêché de Lectoure ».

203 Sur le détail de cette affaire : J.-B. Dubédat, 1885, t. I. p. 116-121 et surtout A. Viala, 1953, t. II, p. 454-458. Sur le développement de la compétence du Grand Conseil, voir M. pelletier, 1960.

204 Qui figurait en qualité de témoin au contrat de mariage de Jean Robert et Bernarde Benoît, la propre fille de Guillaume, passé le 14 février 1509 (A. Navelle, 1992. t. II, p. 87).

205 Benoît fut absent pour cette raison du 22 novembre 1510 au 11 janvier 1511.

206 Pour P. Ourliac, 1992, p. 88-89, c’est Benoît qui dut rédiger ce mémoire. Nous discuterons cette opinion ultérieurement (p. 389 et n. 676).

207 Le 19 février 1511, Étienne Aufréri, président aux Enquêtes, et Jean Séguier, conseiller, sont chargés de voir au registre secret les appointements de la Cour rendus dans le procès du seigneur du Claux afin d’en délivrer à l’avocat général Robin, qui devait se rendre au Grand Conseil, les extraits nécessaires, avec les mémoires relatifs au même procès et à son évocation audit Grand Conseil (ADHG, B 14, fol. 669).

208 II.84.54 (additio) = arrêt du 18 juillet 1514 portant condamnation contre Bernard Gasquet à être fustigé et banni perpétuellement de la sénéchaussée de Toulouse pour punition et réparation de l’abus et crime par lui commis comme exécuteur de la haute justice (ADHG, B 15, fol. 558).

209 ADHG, B 16, fol. 51-52 ; fol. 52v° : pour faire ledit voyage, on baille 200 1.t. au premier président et 100 1.t. à chacun des deux conseillers.

210 ADHG, B 16, fol. 113-113v°. Benoît est naturellement mentionné comme conseiller lai dans les lettres confirmant les officiers du parlement de Toulouse, datées du 7 janvier 1515 (ADHG, B 1900, fol. 293).

211 Benoît dès le 21 avril ; les autres le 25 avril (ADHG, B 16, fol. 132 et 134).

212 F. Vindry, 1912, p. 178 ; Catalogue des actes de François Ier, t. V, p. 299, n° 16218.

213 Voir ADHG, B 16, fol. 512 : Choix de sujets à proposer au roi pour la nomination à l’office de conseiller lai en la Cour vacant par le décès de Guillaume Benoît (9 septembre 1516).

214 Sur ce qui va suivre, A. Navelle, 1992, t. II, p. 86-87 et les deux épîtres liminaires de Claude Feydeau à la Repetitio. Voir aussi É. Dufour, 1864, p. 10 n. 1 et p. 32 n. 1 ; M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1876, t. III, p. 219 ; C. Samaran, 1910. p. 354.

215 Talabard est toujours consul le 8 avril 1521 (E. Albe, 1926, p. 91, n° 929).

216 Raymond, chanoine de Cahors, accompagne François de Genouillac, fils du célèbre Galiot, grand maître de l’artillerie, lors de son entrée à Cahors comme sénéchal, le 19 juillet 1532 (E. Albe, 1926, p. 101, n° 963).

217 Pour le milieu parlementaire, encore une fois A. Viala, 1953, surtout 1. I, p. 287-298.

218 III.5.45. Voir P. Arabeyre, 1990 et 1992.

219 III.5.45. Il s’agit très probablement du De laudibus sanctorum Abel et Stephani prothomartyris mentionné dans le catalogue des manuscrits qui figuraient au début du XVIesiècle dans la bibliothèque de l’église cathédrale (N. bertrand, Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. XLVIII). Voir P. Arabeyre, 1987 (a), t. I, p. 46.

220 H. Gilles, 1992, p. 314-316.

221 Ainsi que nous l’a fait remarquer M. Gilles, c’est l’habitude, à Toulouse, dans la première moitié du XVIe siècle, que les docteurs en droit s’intitulent professeurs de droit, parce que, en théorie, le doctorat confère le droit d’enseigner, mais cette expression ne désigne pas les professeurs titulaires d’une chaire universitaire qui se qualifient toujours de « docteurs régents ». C’est également le sentiment, sur un plan plus général, de R. Feenstra, 1988, p. 75-76.

222 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 138 et 140.

223 M. fournier et L. Dorez, 1902, t. III, p. 403 et 406 ; 434 ; 461-462 ; 467 et 480.

224 D’après A. Navelle, 1992, t. X, p. 114.

225 F. Vindry, 1912, p. 193 n. 172 (voir aussi A. Viala, 1953, t. I, p. 85 n. 8, 174 n. 1 et 261).

226 R. Doucet, 1921, p. 138 (Catalogue des actes de François Ier, n° 16782). Voir aussi J. Thomas, 1910, t. III, p. 82-83, 98-99 et pièces justificatives n° IX, X et XI.

227 N. Bertrand, Opus de gestis Tholosanorum, Toulouse, 1515, fol. 50-59. Dorde Ysarn, conseiller depuis 1492, était le successeur d’Étienne Aufréri à la présidence aux Enquêtes.

228 Ibid., fol. 51.

229 M. Fournier et L. Dorez, 1902, t. III, p. 128 et 155 (20 février 1486).

230 M. Pelletier, 1960. t. I, p. 187-188, notice n° 5.

231 A. Renaudet, 1916, p. 551, 554, 664. Il ne doit pas être confondu avec le Jean Cordier, également docteur à l’Université, qui défendit Pic de La Mirandole en 1488 (ibid., p. 128).

232 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900. tome I, p. 723.

233 BM Besançon, ms. 398 (XVe -XVIe s.), fol. XIIv° : Processus verbalis super legatione et gestis apud potentissimos Scotie, Dacie, Norvegie, Sclavonie et Gothorum reges, per Petrum Cordier, decretorum doctorem et christianissimi Francorum regis Ludovici duodecimi ad prefatos reges nuper delegatum oratorem (Père Lelong, Bibl. hist. France, n° 29861).

234 R.D. Pétri Cordier Galli lucothecii (sic) viri consularis, christianissimi Francorum regis Francisci ad Cœsarem Maximilianum delegati oratoris pro pace et concordia tantorum principum recitata propositio… MDXVI, s. 1. n. d. [ca. 1516] (BM Lyon, Rés. Inc. 924).

235 R.D. Petri Cordierii Galli, viri consularis, in Adami protoplasti culpam ode monocolos, sacris doctoribus et locis insignita, Turin, 1517 et Paris, 1518 (n. st.). J. Paquier, 1900, p. 37 laisse entendre qu’il connaissait l’humaniste italien Jérôme Aléandre.

236 Seul manuscrit connu : Leyde, Bibliothèque de l’université royale, BPL 41, fol. 395v°-408v°. Pour une analyse de ce traité, voir p. 551.

237 A. Navelle, 1992, t. VIII, p. 235-237 (famille de Pins, celle de l’humaniste Jean de Pins, conseiller au parlement de Toulouse, 1509-1524).

238 L. DE Penna, Lectura super tribus libris Codicis, [Lyon, ] 1538, épître dédicatoire de Jean Chappuis à Antoine Duprat : [à propos d’une allusion de Lucas de Penna à la cité dont il est originaire] Et ne prudentie proprie initi viderer, a viris quos hujusce rei non nescios censui sciscitatus didici ambage semota qualibet Lucam extitisse Tholosanum ibique doctoratus insignia consecutum. Quandoquidem et hoc ratione Tholosates doctores juribus extricandis eundem Tholosanum doctorem publice profiteri non erubescunt, quemad-modum fideli accepi assertione Petri Corderii, juris pontificii professoris optime meriti, qui Tholosano et Parrhisiensi gymnasio suis tum facundis tum fecundis gemini juris interpretationibus non exiguo fuit decori.

239 M. Gilles nous a confié n’avoir jamais rencontré de Pierre Cordier régent à Toulouse.

240 Pour plus de détail, se reporter à P. Arabeyre, 2000.

241 Éd. Paris, les frères de Marnef pour Simon Vincent (?), 1512 (Moreau, 1512, n° 410 ; Lecoq, n° 302). L’ouvrage est reproduit dans de très nombreuses éditions des Decisiones Burdegalenses de Nicolas Bohier (Lyon, 1544, 1559, 1566, 1567, 1579, 1593 ; Venise, 1576 ; Genève, 1614, 1620, 1690) et, partiellement, dans les Tractatus universi juris, t. XVI, fol. 263v°-278.

242 D’après l’adresse au lecteur de l’édition de 1512, fol. [2v°-3].

243 J. Montaigne, Tractatus celebris, Paris, 1512, fol. [2-2v°] : Etsi haud dubitem, gloriosissime questor, opus assumptum, inferiori loco insertumEoque me impulit, cum ingenii et spiritus tarditas et obumbratio … tum … ineffabilis affectionis devictus instantia, quant sincera fide ad aliquos Magni Concilii metuendissimos dominos meos gero, singulariter spectabilis viri magistri Johannis Salati bonis literis, ac multa rerum experientia referri inter ordinarios domus regie requestarum magistros merito computati, cui multum honoris debeo, quod (dum Theolosano pretorio secundo loco prefectus foret) me in alma legum nutrice Theolosana achademia publice jura legentem, inde metropolim Biturigum Aquitanieque primatialem sedem suo sumptu adduxit, ubi solarium de publico mihi (ut jura populariter docerem) constitui fecit et propriam domum (pro tutela tenenda) gratis assignavit, meque tue sublimitati, dum in minori esses officia, in divi Dominici templo eo anno quo invictissimus et triumphator princeps noster ibidem faustum primum ingressum fecit, pro reverentia tue dignitatis fastigio exhibenda humanissime representavitNon pretereo silentio doctissimum timorate atque conscientie virum, magistrum Nicolaum Boeri, ejusdem concilii dignissimum assessorem, cujus familiari admodum, in complurimis causis, consuetudine, dum causarum patroni Bituris agereret officium, pro libito fretus sum

244 Sur Jean Salat, voir : F. Vindry, 1912, p. 146-147, n° 11 ; R. Doucet, 1921, p. 191-192, 199,258 et 279-280 ; A. Viala, 1953, t. I, p. 126 (Jean Salat serait lui-même le fils aîné d’un maître des requêtes du duc d’Orléans) ; M. Harsgor, 1980, p. 435 et 1209 ; M. Popoff, 1996, n° 2232.

245 Sur Nicolas Bohier, voir : F. Vindry, 1910, p. 41-42, n° 20 ; A. Viala, 1953, t. I, p. 235 (le parlement de Toulouse aurait proposé la candidature de Nicolas Bohier comme conseiller, mais sans succès) ; M. Pelletier, 1960,1. I, p. 213-214, n° 39 et surtout G. D. Guyon, 1976. Sur Nicolas Bohier, « éditeur juridique » chez Simon Vincent à Lyon, voir M. Lecoq-Thomassin, 1983, p. 265-269.

246 Père Lelong, Bibl. hist. France, suppl., n° 32770. Le père Lelong s’appuyait sur les Mémoires du père Niceron : « comme il a été fort bien prouvé par M. Michault de Dijon, dans son article de Boerius, inséré dans le tome XLIII des Mémoires du P. Niceron » [t. 43, 1745, p. 54-79].

247 C. Dugas de la Boissonny, 1977, p. 215-216. Sur cette liste, voir P. Arabeyre, 2002.

248 Exquisitissirnus de utraque bigamia solennisque tractatus viri clarissimi Joannis Montaigne, juris utriusque licenciati…. Lyon, s.d., après 1513 ? (dédié à Charles Robertet, élu évêque d’Albi en décembre 1510, mais institué par le pape seulement le 14 mars 1515 : L. de Lacger, 1921, p. 308) : voir Baudrier, t. XII. p. 28, 29. Réimprimé dans les Tractatus universi juris, t. IX, fol. 121v°-132.

249 Cette indication m’a été fournie par M. Gilles que nous remercions encore une fois (voir les dixains XXVIII, XXIX, XLVI et XLVII de la première centurie dans l’édition d’H. Jacoubet). E. DE Teule, 1887, p. 26 et p. 28, relève sa présence à l’université d’Avignon en 1524 et 1533.

250 H. Jacoubet, 1923, p. 69-71, 106 et 112. Dans la deuxième partie de sa vie, Jean Montaigne a également été en relation avec Boniface Amerbach et André Alciat.

251 Ce que pense aussi J. Poujol, 1977, p. 264.

252 A. Navelle, 1992, t. II, p. 275-282 (Pierre, Colombe, Jean cités entre 1524 et 1597).

253 La bibliographie concernant Guillaume de Monserrat est très mince ; voir N. Antonio, Bibliotheca Hispana vetus, Madrid, 1788. t. II, p. 236 (add.) et surtout p. 345-346 ; P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 120 ; E. Cortese, 2000, p. 135-136. Le « Guillaume de Montsarrat », venu de Catalogne et mort à Paris, à propos duquel s’élève en 1501 un procès au parlement de Paris concernant l’inventaire de ses biens (B. d’Alteroche, 2002, p. 111), ne doit pas être le nôtre, compte tenu de la date du décès.

254 Le texte en est reproduit par F. Pinsson dans son édition de la Pragmatique Sanction en 1666 (p. 617-687). Quelques notations dans l’Histoire de l’Église, 1962, t. XIV/1, p. 354-360, passim.

255 Le texte en est reproduit dans les Tractatus universi juris, t. XVI, fol. 178-183v°.

256 G. DE Monserrat, Tractatus de successione regum, dans Tractatus plurimorum doctorum, Lyon, Jean Marion (pour Simon Vincent), 1519, fol. 1 (Lecoq, n° 160).

257 C’est l’opinion d’E. Sciacca, 1985, p. 698 et n. 5. Le traité aurait été écrit après l’assemblée des notables convoquée à Plessis-lès-Tours par Louis XII qui avait pour principal objet de dénoncer l’accord conclu à Blois (1504) avec Maximilien, lequel prévoyait, entre autre, le mariage entre la fille du roi de France, Claude, et Charles d’Habsbourg, le futur Charles-Quint. À l’occasion de cette assemblée Claude de France fut au contraire fiancée à l’héritier présomptif du trône, François d’Angoulême. Voir aussi J. Poujol, 1955, p. 229.

258 I.77.116 [main],

259 C. Samaran, 1910, p. 350 reprenant, sans autre référence, M.-J. Baudel et J.-P. Malinowski, 1875, t. II, p. 320.

260 Sur Antoine de Morlhon : C. Tournier, 1911, p. 214-223 et 343-347 ; A. Degert, 1921, p. 174 et 185 ; A. Viala, 1953, index ; A. Navelle, 1992. t. VII, p. 265-276. Voir aussi J.-L. Gazzaniga et N. Ghersi, 1996, p. 278 n. 44 (affaire de blasphème qui intéresse Antoine de Morlhon, liée à un procès beaucoup plus important, dont on ne connaît que quelques incidents en 1468).

261 Voir p. 467 et la bibliographie afférente.

262 Sur Bernard Lauret, essentiellement A. Viala, 1953, t. I. p. 179-185 (avec tableau généalogique) ; voir aussi : A. Degert, 1921, p. 173-174 ; M. Bonnafous, 1927-1928, p. 42, 46, 124, 133, 162 ; P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 130 et n. 286 ; A. Navelle, 1992, t. VI, p. 168-173 (avec d’importants compléments à la généalogie d’André Viala).

263 H. Gilles, 1965. p. 130 n. 17.

264 H. Stein, 1919. p. 463.

265 D’après N. Valois, 1882, p. 614-615 n. 4 et 188.3, p. 145 n. 3 ; A. Viala, 1953,t. I, p. 180 et t. II. p. 404 ; M. Harsgor, 1980, p. 209 et 311-317.

266 A. Viala, 1953, t. II, p. 266-267.

267 C. Tournier, 1920 raconte comment, en 1482, il fut reconnu coupable d’abus d’influence pour avoir fait maintenir en fonction son « serviteur et gérant d’affaires » Pierre de Villemur, capitaine du guet, suspendu par les capitouls pour pillages et vols notoires commis à l’occasion des veilles.

268 Un seul manuscrit connu : Cordoue, Bibl. del Cabildo 12, fol. 77-79 (XVes.), d’après A. Garcia y Garcia, F. Cantelar Rodriguez et B. Alonso Rodriguez, Catâlogo de los manuscrites y incunables de la Catedral de Côrdoba, Salamanque, 1976, p. 23.
Éditions incunables (voir R. Feenstra, 1962, p. 247-248) : Lyon, ca. 1491-1495 (?). – Toulouse, Henri Mayer, ca. 1494 ou Lyon, ca. 1490. – Paris, 1495-1497. – Paris, ca. 1497. – Paris, ca. 1498. – Paris, 1500. Éditions du XVIe siècle (ibid., p. 253 et Répertoire bibliographique des ouvrages imprimés à Toulouse au XVIe siècle) : Paris, 1505. – Paris. 1510. – Paris, 1517. – Lyon et Toulouse, Compagnie des Cinq Plaies, 1513. – Toulouse, N. Vieillard, 1534. – Toulouse, N. Vieillard. 1538.

269 (1584-1586) tome XI/1 (In quibus casibus etc.) et XVI, fol. 301-302 (De potestate seculari super ecclesiis).

270 (1614) t. Il, p. 1648. Ajouter une édition à Cologne, en 1597, avec la Repetitio d’Aufréri.

271 Il n’existe pas de biographie de cet important personnage. Se reporter (avec précaution) à G. Clément-Simon, 1903 (la trame du paragraphe qui suit est empruntée aux p. 45-47) ; M. Popoff, 1996, n° 43 et 2289 et aux différentes biographies de François Ieret aux index de leurs ouvrages : R. Doucet, 1921 ; J. Jacquart, 1994 et R. J. Knecht, 1998. L’étude de R. J. Kalas, 1987, qui porte sur la famille de Selve, ne renseigne qu’imparfaitement sur les débuts toulousains du premier président et ne fait aucune allusion à Jean de Selve l’Aîné dont il sera question plus loin.

272 Selon M. Gilles, Jean de Selve n’aurait pas été régent.

273 F. Vindry, 1912, p. 166 n° 67, écrit qu’il était conseiller au parlement de Bordeaux. A. Viala, 1953, t. I, p. 235 semble reprendre cette indication mais le désigne ailleurs simplement comme un « ancien avocat » (voir p. 191 n. 3 et 241 n. 3).

274 A. Viala, 1953, t. I, p. 318 n. 2.

275 A. Viala. 1953, t. I, p. 282 n. 3 et A. Naveli. e, 1992, t. X, p. 32.

276 G. Lafaille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, t. II, 1701. p. 6 : « Celuy-ci [Jean de Selve] étoit lié d’amitié avec le chancelier Duprat. Ils s’étoient connus à Toulouse du tems que Selva y exerçoit l’office de conseiller au Parlement et l’autre celui d’avocat général. Ils firent tous deux bien du chemin en peu de tems ; celui-cy fut chancelier de France et l’autre premier président au Parlement de Paris ».

277 R. de Maulde la Clavière, 1885, p. CIV-CV n. 3 et CVII.

278 F. Vindry, 1912, p. 166.

279 ADHG, B 12, fol. 346 et 398.

280 ADHG, B 13, fol. 404. Il est en revanche difficile d’expliquer la présence à la Grand Chambre d’un conseiller nommé Jean de Selve le 14 janvier 1508 (ADHG. B 13, fol. 519).

281 F. Vindry, Rouen, 1910, p. 229, 230 et 253, notice 2.

282 F. Vindry, Bordeaux. 1910, p. 7 : reçu premier président (sur résignation de Pierre Mondot de La Marthonie), en exercice le 28 mai 1515. Son successeur François de Belcyer fut reçu vers 1519 sur résignation.

283 J. K. Farge, 1985, p. 189 et 1992, p. 32 : « On croit Jean de Selve… favorable aux nouveautés parce que certains humanistes [dont Érasme] en faisaient le dédicataire de leurs livres. Or, Selve restait entièrement traditionaliste ».

284 Selon A. Floquet, 1840, t. I. p. 387-391, qui tire cette information d’un témoignage de Michel de L’Hospital, Jean de Selve était profondément respecté du roi « qui. lorsqu’on lui annonçait sa visite, se levant aussitôt, contre son habitude, lui allait au devant par honneur ».

285 Six éditions connues : Pavie, s.n., 15 février 1509 (BM Angers, J 280). – Paris, Galliot du Pré, 1504 ou 1514. – Paris, s.d. = 1521 (Moreau, 1521, n° 221). – Lyon, 1521 (Baudrier, t. XII, p. 379. – Lyon, 1531 (Baudrier, t. V, p. 152). – Paris, 1628 (avec des notes de Du Moulin). Réimprimé dans les Tractatus universi juris, t. XV/1, fol. 2-110.

286 Voir p. 540.

287 F. Vindry, 1912, p. 166.

288 F. Vindry, Rouen, 1910, p. 230.

289 La date du 18 février 1505 donnée par A. Navelle, 1992, t. X, p. 32, correspond à la réception, comme conseiller au parlement de Toulouse, de Georges d’Olmières à la place de Jean de Selve, dont on dit alors qu’il a été nommé président à l’Échiquier de Normandie (ADHG, B 12, fol. 520).

290 F. AUBERT, 1894, t. I. p. 80 : le 3 décembre 1511, me Jean de Selva présente au Parlement les lettres qui le nomment à l’office de conseiller clerc tenu par me Pierre Gouffier, mais « vacant par incompatibilité à cause de l’acceptation qu’il avait faicte de l’office de conseiller du dit seigneur en son Grand Conseil » (12 décembre) ; É. Maugis, 1916, t. III, p. 145.

291 Voir Correspondance politique de Odet de Selve …, publiée par Germain Lefèvre-Pontalis, Paris, 1888, p. XI-XIII et n. 7 et surtout H. de Frondeville, 1953, p. 21-22.

292 Moreau, 1514, n° 966.

293 Nous devons cette découverte à Jean-Marc Châtelain, conservateur à la Réserve des imprimés de la Bibliothèque nationale de France, à qui va ici le témoignage de toute notre gratitude. Il nous faut aussi remercier chaleureusement Valérie Neveu, conservateur à la Bibliothèque universitaire d’Angers, qui a bien voulu se charger pour nous d’examiner l’édition de Pavie conservée à la Bibliothèque municipale de cette même ville.

294 II ne porte pas alors le titre de grand archidiacre qu’il n’obtient qu’en octobre 1509 (Dictionnaire de biographie française, t. II, col. 503). Il a alors vingt et un ans, âge qui pourrait celui de son baccalauréat.

295 L’auteur est cité à la page de titre : Tractatus perutilis de beneficio clarissimi utriusque censure doctoris domini Joannis de Selva, Galli, Lernovicensis ; dans l’introduction au traité, où l’auteur se nomme : Joannes de Selva, jurium doctor, natione Gallus, Lernovicensis ; au début de la table : Tabula super tractatu de beneficio Joannis de Selva, utriusque censure doctoris, Galli, Lernovicensis. On peut ajouter qu’un des possesseurs de l’ouvrage au XVIesiècle a écrit sur la page de titre : Obiit Joannes de Selva, proprœtor in Curia parlarnenti, vir magnat eruditionis et virtutis, mense decembri.

296 Ce Jean de Selve avait également composé un bref Tractatus perutilis de jurejurando imprimé à Pavie le 14 août 1515 (BM Beaune, C 112/9). L’ouvrage comprend, comme le Tractatus de bénéficio, une épître de Georges II d’Amboise à son oncle, dans laquelle il désigne clairement de Selve comme son précepteur (fol. 1v°) ; elle est datée de Pavie, septembre 1508.

297 Aucun travail biographique n’a été entrepris depuis la notice rédigée par E. Roschach, 1897-1898. M. Fournié a toutefois donné récemment (2002) une contribution importante concernant l’hagiographie dans l’œuvre de Nicolas Bertrand. Les études récentes menées sur la confrérie des Corps-Saints de Saint-Sernin ont révélé qu’il en faisait partie (p. 177).

298 Nicolas Bertrand n’aurait jamais été régent selon M. Gilles. Il semble toutefois qu’il ait donné des cours à la faculté de droit toulousaine : nous remercions vivement Mlle Géraldine Cazals de nous avoir indiqué que Guillaume de La Perrière atteste précisément avoir suivi ses cours en compagnie de François Bertrand, le propre fils de Nicolas, d’après la préface de l’édition révisée des Gestes des Tolosains, Toulouse, 1555, fol. [A IIIv°].

299 Nicolas Bertrand, Opus de Tholosanorum gestis, Toulouse, 1515, fol. 51 : Hinc fuit insuper ille scientie culmen ac experientia praxique suffultus nostris temporibus Stephanus Auffrerii, inquestarum Parlamenti Tholosane curie preses prefectusque pretorio, qui preclaras (etsi eodem tempore circa justicie actus Tholose deditus existeret) ad Tholosanam capellam edidit additiones aliaque aurea opuscula que nuper ad auras pervenere.

300 Les renseignements d’ordre biographique concernant Étienne Aufréri sont à prendre dans E. Cabié, 1887 ; F. Aubert, 1916, p. 218-226 et Dictionnaire de biographie française, t. IV, col. 479-482 ; A. Viala, 1953, t. I, p. 288-289 et index ; P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 129-130 ; A. Navelle, 1992, t. I, p. 90-91. J.-L. Gazzaniga enfin s’est particulièrement intéressé à cet auteur ; les lignes qui suivent s’inspirent de très près de ses différents travaux : 1971, p. 298-306 ; 1995 (index) et dernièrement, 1994 (b) et 1996 (avec S. Peralba).

301 Tous ces détails sont donnés par la lettre-préface de Pierre Antoine à l’édition de la Repetitio sur la Clémentine Ut clericorum. Dans le cours de la répétition, datée de 1486, Aufréri dit avoir vingt-huit ans (éd. 1533, fol. 13v°).

302 E. Cabié, 1887 : « la protection de son évêque ne fut pas étrangère à son élévation : Pierre du Lion fut en même temps abbé du Pin… : son séjour dans le couvent (attesté en octobre 1483) dut lui donner naturellement l’occasion d’attacher à sa maison cet enfant du pays ».

303 A. Navelle, 1992,t. I, p. 90.

304 Ainsi nommé dans deux arrêts des 15 février (ADHG, B 11, fol. 545) et 30 juin 1502 (fol. 628).

305 En compagnie de Pierre de Rosier, aussi docteur régent (M. fournier. Les statuts et privilèges des universités françaises, 1890, t. I, p. 870).

306 Éd. 1533. fol. 1.

307 Le Parlement proposa Aufréri le 13 novembre 1488 (ADHG, B 8, fol. 1v°) ; le roi le nomma le 4 décembre (ADHG, B 8, fol. 8). Voir A. Viala, 1953, t. Il, p. 483 et t. I, p. 190 n. 2. Il était en exercice dès le 5 décembre 1488 et encore le 22 juin 1504 (F. Vindry, 1912, p. 57, n° 41). On le voit apparaître, le 10 janvier 1493, dans un « état des gages du parlement de Toulouse » aux côtés du premier président Bernard Lauret (Histoire générale de Languedoc, t. XII, Preuves, 123, col. 291-292).

308 Arrêts des 18 mars (ADHG, B 8, fol. 48) et 6 juin 1489 (fol. 94). Par ce dernier arrêt, la Cour déclare qu’elle n’approuve pas les réponses faites par le président de Morlhon et le conseiller Aufréri, ses commissaires, à certains articles dressés par le duc de Bourbon, gouverneur de Languedoc, sur l’autorité et les prérogatives du Parlement. Sur cet épisode des rapports orageux qu’entretint le Parlement avec les gouverneurs (il s’agit ici de la contestation des prérogatives de Pierre de Beaujeu, nommé en 1488), voir A. Viala, 1953, t. II, p. 266.

309 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 105-106 (1971) et p. 241 (1991).

310 AMT, AA 3, n° 302.

311 III.42.4 et 43.20. Voir aussi ADHG, B 10, fol. 383 : Georges de Marsan et Étienne Aufréri, constitués comme vicaires par l’archevêque d’Auch, devront statuer sur le fait de l’élection de Bertrand de Roquelaure à l’évêché de Lectoure (23 janvier 1498).

312 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 106 (1971). Sur Thomas Aufréri, voir A. Navelle, 1992, I. p. 91.

313 ADHG, B 12, fol. 378.

314 Enregistrement : ADHG, B 1900, fol. 216. Pour A. Viala, 1953, t. II, p. 416 n. 4, seules cinq promotions au Parlement antérieures à 1515 fournirent matière, comme celle d’Aufréri, à la formalité de la transcription. La Cour voulait assurer ainsi un caractère incontestable à l’acte.

315 ADHG, B 12, fol. 399.

316 F. Vindry, loc. cit.

317 J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 67-74 (1979). Notons également que, dans le cadre de la fameuse affaire Lomagne, il fut chargé, avec le conseiller Jean Séguier, de voir au registre secret les appointements de la Cour rendus dans le procès du seigneur du Claux afin d’en délivrer à l’avocat général Robin, qui devait se rendre au Grand Conseil, les extraits nécessaires, avec les mémoires relatifs au même procès et à son évocation audit Grand Conseil (ADHG, B 14, fol. 669 ; 19 février 1511).

318 I.70.35 [main],

319 Pour une vue d’ensemble : se reporter à l’article précité de F. Aubert dans le Dictionnaire de biographie française ; pour les Decisiones : J.-L. Gazzaniga, 1994 (b) ; pour la Glose au Stilus de G. Du Breuil : F. Aubert, 1909 et 1916 ; pour le Recueil des arrêts du parlement de Toulouse : J.-L. Gazzaniga, 1995, p. 103-210 (1971).

320 P. Ourliac et H. Gilles, 1971, p. 130.

321 Dans la Repetitio [1486], Aufréri cite deux fois les « Décisions » secundum ordinem meum, mais jamais ses additiones. Dans l’additio à la Repetitio [préparée pour l’édition après 1508, publiée pour la première fois en 1512], il cite souvent et les Decisiones et ses additiones.

322 BMT, ms. 377 (fin XVe-début XVIe s.), fol. 110-154 ; BNF, lat. 3353 (XVes.), fol. 133-194 ; BSG, ms. 1649 (XVIe s.). Voir J.-L. Gazzaniga, 1994 (b) et 1996 (avec S. Peralba).

323 Lyon, Jacques Sacon (pour S. Vincent ?), 1503 (Baudrier, t. XII, p. 316 ; Lecoq, n° 293) = BMT, Rés. B. XVI.172. – Lyon. Nicolas Wolff (impr.) et Étienne Gueynard (libr.), 1505 (Baudrier, t. XI. p. 201). – Lyon, François Fradin (pour S. Vincent), 1508 (22 avril) (Baudrier, t. XI, p. 101 ; Lecoq, n° 19). – Lyon, Jean de Vingle (impr.) et Étienne Gueynard (libr.), 1508 (6 juillet) (Baudrier, t. XI, p. 213). – Lyon, Jacques Myt (pour S. Vincent), 1512/3 (Lecoq, n° 54). – Lyon, Jacques Myt (pour S. Vincent), 1516 (Lecoq, n° 101). – Lyon. Antoine Du Ry (pour Simon Vincent), 1522 et 1527 (Lecoq, n° 179 et 232). – Lyon. Jean Crespin, 1527 (Baudrier, t. IV, p. 20). – Lyon, Jean Crespin, 1528. – Lyon, Antoine du Ry (pour Jacques Giunta), 1531 (Baudrier, t. VI, p. 141-142).-Lyon, B. Bonyn pour J. Giunta, 1538 (Baudrier, t. VI, p. 177). – Lyon, B. Bonyn pour V. de Portonariis, 1538. – Lyon, B. Bonyn, 1543. – Lyon. 1560. – Francfort. N. Bassæus, 1575. – Lyon, S. Beraud, 1579. – Venise, 1599 et 1613. – Francfort. 1609. – Francfort, 1614.
 – Lyon, 1616 et/ou 1617.

324 S. Charton-le Clech, 1993, p. 198-199.

325 F. Aubert, 1909, p. XIII et XXXI-XXXII.

326 Comme le note P. Guilhiermoz, 1892, p. XXVII n. 2. Les gloses renvoient à la Repetitio Clementinœ et aux Decisiones capelle Tholosane : elles ont donc été composées après. Dans la Repetitio [1486], Aufréri ne cite jamais cette œuvre ; dans l’additio en revanche [préparée pour l’édition après 1508, publiée pour la première fois en 1512], au moins une fois (éd. 1533. fol. 31).

327 C’est le meilleur texte, selon F. Aubert, 1909, p. XXXI-XXXII. Le manuscrit (décrit par P. Guilhiermoz, 1892, p. 174-175) est du commencement du XVIe siècle, puisque Descousu l’a très certainement utilisé pour son édition de 1513. Le copiste était du Languedoc et il est fort probable qu’il a écrit sous la surveillance d’Aufréri.

328 La première édition du Stilus avec la glose d’Aufréri est celle qui parut à Lyon, chez S. Vincent, en 1513 (BM Lyon 126.613 ; Lecoq, n° 76). Elle est dédiée à Nicolas Bohier. Cette édition paraît avoir principalement utilisé le ms. 4644. Elle contient aussi, comme on le verra, divers arrêts des parlements de Paris et de Toulouse ainsi que le texte intitulé De forma arrestorum (F. Aubert, 1909. p. LVI-LVII). – 2eéd. Descousu, Lyon, S. Vincent, entre 1513 et 1516. Avec l’opuscule de Jean Valaguier (Lecoq, n° 277). – 3e éd. Descousu. Paris, Pierre Vidoue pour Galliot du Pré ; Lyon, pour S. Vincent, 1525 (Lecoq, n° 212). – 4e éd. Descousu, Paris, Pierre Vidoue pour Galliot du Pré, 1530. Avec les traités de Jean Ferrault (De juribus et privilegiis specialibus christianissimi regis Francorum) et celui de Jean Montaigne sur l’autorité du Grand Conseil et des Parlements. – 5e éd. Descousu, Louis Grandin pour Galliot du Pré, Paris, 1542 (F. Aubert, 1909. p. LVIII-LXII). Rappelons enfin que la première édition incunable du Stilus (Toulouse, Henri Mayer, ca. 1488) est dépourvue de la glose d’Aufréri (F. AUBERT, 1909. p. LI).

329 Paris, 1551 (d’après l’éd. Descousu de 1542 pour P. Guilhiermoz, 1892,p. 175) ; la glose d’Aufréri y est publiée à part, après le Stilus, à la différence des éditions Descousu où chaque alinéa du Stilus était suivi de la glose correspondante ; avec des corrections par l’ajout des propres gloses de Du Moulin. – Paris, 1558. – Œuvres complètes : 1612 (tome III) ; 1658 (tome II) et 1681 (tome II, p. 445-486).

330 Éd. P. Guilhiermoz, 1892, p. 214-234 ; analyse : p. XXVI-XXVII.

331 BNF, lat. 4644, fol. 146-194. Éd. Descousu, Lyon, 1513 et Du Moulin, 1551, p. 356-378.

332 Éd. P. Guilhiermoz, 1892, p. 235-264 ; analyse : p. XXV-XXVI.

333 BNF, lat. 4644, fol. 194-222v°. Éd. Descousu, Lyon, 1513 et Du Moulin, 1551, p. 146-157.

334 Voir J. Poumarède, 1996, p. 375-376.

335 Descousu, Lyon, 1513, 4e partie, fol. 10-16. – Descousu, Paris. 1542. – Du Moulin, Paris. 1551.

336 Éd. Du Moulin 1551, préface :… Tertia pars habet veteres constitutiones regias, quœ non minus authentica sunt, licet inter vulgo gallice impressas non habeantur. Hic omisi, et ad suos fontes relegavi, plurimas constitutiones, quœ vulgo gallice habe[n]tur, et forensi corrupta latinitate huc inutiliter erant insertœ, cum utilius et fidelius gallice legantur. Sed pluribus constitutionibus Philippi Pulchri et Philippi Valesii novi additis, insignia quœdam adjeci capita ex constitutionibus Caroli Magni et Ludovici Pii, quarum exemplar habeo. Et hanc partent divisi in quinquaginta titulos…

337 F. Aubert, 1916, surtout p. 225-226.

338 Une addition de la Repetitio en témoigne : I.70.35 [main],

339 Lyon, Jean Moylin (dit de Cambrai) et Jacques Sacon, 1512 (Baudrier, t. XII, p. 370-371). – Paris. Jean Petit. 1514 (Moreau, 1514. n° 759). – Lyon, J. Sacon, 1515 (?).

340 Lyon, B. Bonnyn (pour V. de Portonariis ?), 1533 (Baudrier, t. V, 447-448). Il existe aussi : une édition de la fin du XVIe siècle à laquelle a été jointe le traité de Bernard Lauret (Cologne, Henricus Falckenburg, 1597) et les réimpressions des traités et des additions de la Repetitio (mais pas de la Repetitio elle-même) contenues dans les Tractatus universi juris (De recusatione : t. III/1 ; De testibus : t. IV ; De potestate secularium super ecclesiasticis personis : t. XI/1 ; De potestate Ecclesie/ecclesiastica : t. XIII/1, fol. 126-130v° ; De potestate secularium/seculari super ecclesiis/ecclesiasticis personis, etc. : t. XVI, fol. 286-301).

341 Antoine Duprat porte dans cette dédicace le titre de premier président au parlement de Paris, charge dont il ne fut pourvu que le 31 janvier-8 février 1508.

342 En fonctions jusqu’à sa mort, en 1531, il fut aussi chanoine de Luçon et abbé de Saint-Satur-sous-Sancerre. Voir Dictionnaire de biographie française, t. III, col. 31 et M. Pelletier, 1960, catalogue, n° 40.

343 F. Vindry, 1912, p. 182 n° 129.

344 J. Poujol, 1955, p. 49 et surtout p. 204, semble s’appuyer sur les préfaces de Pierre Antoine et d’Étienne Aufréri pour avancer cette idée. Pourtant, rien de tel n’y est dit. La phrase la plus significative de l’épître d’Aufréri est la suivante : Verum enimvero hec nostra tenuissima opera, si aspectum mererentur, fidelibus primum optassent subjacere oculis quant omnibus speculum fieri in publieum, nec profecto adeo levia scripta tanto dirigenda viro presumere deberem. Sed non potui non existimare illum quem apud me semper habuisti amorem intimum. illam etiam quam erga omnes habes benignitatem, omnia equo accipere animo.

345 Dans une étude sur les « patrons de l’humanisme français » d’après les lettres de dédicace, E. F. Rice, 1971, a bien mis en évidence, au plan national, l’influence des Ganay, Briçonnet et autres Duprat, au demeurant hommes de tradition, qui auraient cherché par ce biais à conforter leur emprise sur le pouvoir.

346 A. Viala, 1953, t. I, p. 235.

347 J. d’Ayma, Concordata unacum commentariolis, Toulouse, 1525, fol. 41.

348 Les Decisiones capelle Tholosane et les Opuscula aurea d’Étienne Aufréri, l’Opus de Tholosanorum gestis de Nicolas Bertrand et peut-être l’ouvrage de Vincent Cigauld figurent dans l’inventaire de la bibliothèque des Duprat dressé en 1557, à la mort du fils unique du chancelier (M. Connat et J. Mégret, 1943, n° 169, 171, 181 et 427).

349 Outre les articles du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XIV, col. 1144- 1146 et du Dictionnaire de biographie française, t. XII, col. 503-505, on peut se reporter à la peu précise biographie d’A. Buisson, 1935 et aux indications fournies par A. Viala, 1953 (index). Tout dernièrement, C. Vellet, 1993.

350 A. Viala, 1953, t. II, p. 484.

351 Ibid., p. 10-11 et suiv. et 162, 184.

352 H. Gilles, 1965, p. 130n.

353 A. Viala, 1953, t. I, 105 n. 1. Comme maître des requêtes, Duprat assista à 10 séances en 1504 (du 14 mai au 15 juillet) et à 46 du 21 juin 1505 au 9 février 1506. L’assistance des maîtres des requêtes Duprat et Nicolaï (présent 52 fois, du 13 juin 1505 au 16 janvier 1506) dut être en cette circonstance particulière imposée par le roi. Ce nonobstant, l’absence des maîtres des requêtes au parlement de Toulouse est, selon Viala, « remarquable ». Voir aussi t. II, p. 450-451 (Jean de Selve faisait aussi partie de la commission).

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search