Version classiqueVersion mobile

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme

 | 
Patrick Arabeyre

Remerciements

Texte intégral

1Le présent ouvrage reprend, avec les indispensables corrections et mises à jour, une thèse de doctorat en droit soutenue le 11 décembre 1999 à l’Université de Bourgogne, devant un jury composé de M. Jean Bart, professeur émérite à l’Université de Bourgogne et directeur de thèse, MM. Jean-Louis Gazzaniga, professeur à l’Université des sciences sociales de Toulouse, Gérard Giordanengo, professeur à l’École nationale des Chartes, Jacques Krynen, professeur à l’Université des sciences sociales de Toulouse, Michel Petitjean, directeur de recherche au C.N.R.S., Georges Pieri, professeur à l’Université de Bourgogne.

2Qu’il me soit permis de témoigner ma reconnaissance à tous ceux qui ont rendu possible l’élaboration de ce travail. En premier lieu, je remercie ceux qui ont bien voulu accepter la direction de la recherche, MM. les Professeurs Jean Bart et Jean-Louis Gazzaniga, qui en a conçu et défini le sujet. Leurs encouragements constants et chaleureux m’ont été d’un grand soutien tout au long de ces années. Je dois beaucoup aux précieux conseils et aux avis éclairés de MM. les Professeurs Henri Gilles et Jacques Krynen, à qui je suis redevable d’une relecture de certains développements, ainsi qu’aux suggestions de Monsieur le Professeur Paul Ourliac.

3Je dois exprimer ma gratitude à l’École française de Rome et plus spécialement à M. Jacques Dalarun, alors directeur des études médiévales. Mes deux séjours d’un mois dans la Ville sont l’effet de la bienveillance de Mlle Françoise Vignier, alors directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or. Je n’oublie pas aussi que l’achèvement de cette thèse a été grandement facilité par l’obtention d’un congé de formation à l’École nationale du Patrimoine. Ma reconnaissance va au directeur de cet établissement et surtout à MM. Erlande-Brandenbourg, alors directeur des Archives de France, et Gérard Moyse, directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or, qui m’ont procuré cette aide décisive.

4De nombreuses institutions m’ont apporté leur concours. Parmi celles-ci figurent la Bibliothèque et les Archives Vaticanes ; la Bibliothèque nationale de France (Réserve des imprimés et Cabinet des manuscrits) ; l’institut de recherche et d’histoire des textes ; les Archives départementales de la Haute-Garonne et du Lot ; les bibliothèques municipales de Toulouse, Lyon, Dijon et Beaune ; les bibliothèques universitaires de Toulouse et Dijon. Ma gratitude va aux conservateurs et au personnel de ces établissements.

5Elle va aussi tout particulièrement à ceux qui ont effectué pour mon compte recherches, vérifications et relectures. Je remercie tout particulièrement Mme Geneviève Douillard, conservateur aux Archives départementales de la Haute-Garonne ; M. Jean-Marc Châtelain, conservateur à la Réserve des imprimés de la Bibliothèque nationale de France ; M. Pierre Guinard, conservateur à la Bibliothèque municipale de Lyon ; et aussi : Mme Hélène Duthu, alors directeur des Archives départementales de la Lozère ; Mlle Christine Langé, alors conservateur aux Archives départementales de la Haute-Garonne ; Mlle Valérie Neveu, conservateur à la Bibliothèque universitaire d’Angers et enfin la regrettée Mme Constant-Le Stum, directeur des Archives départementales du Lot. Je n’oublie pas non plus Pierre Jugie, ancien membre de l’École française de Rome, Pierre Bonin et Adrianna Russo.

6S’agissant de la présente publication, il me faut remercier les Presses de l’Universités des sciences sociales de Toulouse dirigées par M. André Cabanis, ainsi que le Centre Georges-Chevrier de Dijon (UMR 5605) dirigé par M. Jean-Jacques Clère.

7Jamais enfin ce travail n’aurait pu être mené à bien sans le renfort, le conseil, la patience et l’affection que m’a apportés, au-delà de ce que je puis dire, mon épouse, Catherine Chédeau.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search