Version classiqueVersion mobile

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme

 | 
Patrick Arabeyre

Avant-propos

Gérard Giordanengo

Texte intégral

1Dans la galerie des plus célèbres jurisconsultes, Guillaume Benoît (1455-1516) n’occupe pas les premiers rangs. À son époque, la science juridique est en proie à une crise profonde et sa spécialité, le droit canonique, n’arrive pas à se remettre des remous du Grand Schisme et des querelles conciliaires. On est alors plus prédisposé aux regards nostalgiques vers un âge d’or disparu qu’aux renouvellements indispensables. Pourtant, sur la gravure qui orne la fin du prologue de son œuvre dans l’édition de 1526, des étudiants vêtus à la dernière mode, certains arborant une barbe taillée à la François Ier, écoutent gravement le cours sur le chapitre Raynutius des Décrétales que leur lit le docteur in utroque Guillaume Benoît. Et l’on sait par ailleurs que les étudiants se pressaient à son cours. Leur air sérieux, voire ennuyé – mais qui a jamais prétendu qu’un cours de droit est amusant ? –, ne doit donc pas tromper, ils savaient pourquoi ils venaient. En dépit de la crise, il était donc encore des professeurs qui avaient du succès et dont les œuvres étaient imprimées. Il convient donc de s’intéresser à ces gros volumes d’abord difficile, que les jugements négatifs des historiens, ne voulant sans doute pas avouer qu’ils n’y comprenaient à peu près rien, ont contribué à faire négliger.

2La thèse de Patrick Arabeyre sur l’œuvre du professeur de droit canonique et civil de l’université de Cahors ne remet pas en cause la plupart des critiques contre les productions de ce temps, mais elle montre à l’évidence qu’il faut les prendre en compte si l’on veut approfondir l’histoire des idées politiques. Il a eu le courage de lire attentivement ce gros in-folio de quatre cent soixante-trois feuillets, d’en dresser le plan (il y en a tout de même un !) et d’en donner une synthèse toute en nuances. Car c’est peu dire que la pensée de Guillaume est assénée à petites touches ; il fallait donc à la fois tout lire et tout rassembler sans trahir : on a tôt fait, par une lecture rapide, de déformer la pensée ondulante du juriste quercinois.

3Rien, dans la vie de cet ancien étudiant de l’université de Toulouse, devenu professeur dans la petite université de Cahors avant de siéger comme conseiller au parlement de Bordeaux puis à celui de Toulouse, ne se prête à une biographie haute en couleurs. Onze ans d’études, dix-sept ans d’enseignement et dix-sept ans de magistrature, entrecoupés de quelques voyages à caractère administratif auprès du roi et d’un séjour à Paris où il fréquenta l’historien Robert Gaguin : une vie au rythme ternaire qui ne permet guère que l’élaboration d’une fiche prosopographique.

4Signe distinctif cependant : ce gros in-folio tassé et touffu, en belles lettres de forme gothique, pour commenter seulement les onze premières lignes du seizième chapitre du titre vingt-six, au quatrième livre des Décrétales, qui traitent des successions testamentaires et des substitutions. Cette œuvre singulière aurait sans doute depuis longtemps trouvé des lecteurs si son abord n’était pas si difficile que le curieux qui ouvre la Solennis et perutilis repetitio c. Raynutius, Extra, de testamentis, du juris utriusque monarchi ac luminis domini Guillelmi Benedicti se hâte de la refermer. Par un singulier tour de force en effet, l’infatigable commentateur aborde dans son œuvre rien moins que la succession au royaume de France, la nature du pouvoir royal et les relations de la royauté avec l’Église gallicane ! Sur ce point, Guillaume ressemble à bon nombre de ses contemporains, en épuisant la matière il épuise le lecteur et rien, semble-t-il à un regard superficiel, ne vient racheter un latin rebutant et un exposé sans fioritures mais « à saut et à gambades ».

5On serait curieux de savoir de quelle façon Guillaume Benoît prononçait son cours devant un auditoire peut-être attentif. Les éditions fournissent un état du cours mis au net en 1492-1493, après le retour de Paris, enrichi d’additions jusqu’en 1515. On arrive mal à imaginer comment cet exposé en cascade pouvait être présenté en séquences. Mais le nombre d’années qu’a duré le cours montre à l’évidence que les étudiants savaient qu’on allait leur parler non pas des droits de succession mais de questions nouvelles, hors programme, et c’est ce qui les attirait. On peut aussi s’interroger sur cette liberté pédagogique : on est bien loin des puncta taxata. Oserait-on avancer que cette liberté a été possible dans la petite université qu’était alors Cahors, avec très peu de professeurs, tandis qu’ailleurs la pression des collègues n’aurait pas permis de l’envisager ?

6Ainsi, au moment même où le qualificatif devient une injure, Guillaume Benoît est un bartoliste sans complexe et sans le savoir. Il présente, exacerbés, tous les traits qui vont devenir des défauts rédhibitoires. Mais, en même temps, son intérêt pour la science politique annonce les préoccupations nouvelles qui apparaissent alors chez certains juristes contemporains, tel Cosme Guymier, qu’il connaît bien.

7Dans une forme littéraire à bout de souffle, il a exposé des idées neuves dont les « politologues » ont fait leur profit pendant un siècle. Ceux qui le lisent et le citent au XVIesiècle sont avant tout des auteurs qui s’intéressent au droit public naissant : André Tiraqueau, François Hotman, Bernard de La Roche-Flavin, Pierre Cardin Le Bret. Et, bien qu’ils aient abandonné la forme littéraire de la répétition pour le traité, ils sont encore à l’aise dans ces écrits labyrinthiques et les utilisent avec profit. Puis les juristes classiques se font plus sévères et les critiques ne manquent pas, avant que l’œuvre ne tombe dans un oubli total, concurrencée qu’elle est par des traités plus modernes, plus clairs et mieux présentés : ceux de Jean Bodin, Charles Loyseau, Pierre Cardin Le Bret …

8 Il fallait donc toute l’ardeur (et l’inconscience ?) de la jeunesse pour se lancer dans l’étude de l’œuvre prolifique et foisonnante du professeur de Cahors. De grandes qualités d’analyse étaient requises, sous peine de voir trahies des idées qui, pour être distillées de manière déroutante, n’en sont pas moins du plus haut intérêt. Pour bien comprendre Guillaume Benoît, il a fallu lire son œuvre avec soin et dans son entier, il a fallu la comprendre, ce qui n’est pas évident. Il fallait aussi apprécier sa dette envers ses prédécesseurs, ceux qu’il cite – l’imprimerie lui a fait connaître les docteurs italiens les plus récents – et ceux dont il s’est imprégné lors de ses études à Toulouse. Car le professeur de Cahors a fait siennes les idées de ce que l’on a appelé l’« École de Toulouse » (et les pages sur les œuvres de ce milieu sont aussi les bienvenues). Guillaume Benoît est persuadé de l’excellence des institutions françaises et de la perfection de la forme du gouvernement du royaume : il annonce le nationalisme juridique des humanistes. Sur la question des relations du roi et de l’Église, exégète subtil de la Pragmatique sanction de Bourges, il est le continuateur d’une certaine tradition « royaliste » et prépare en cela la voie au concordat de Bologne, conclu l’année de sa mort.

9Bref, on aura compris que, sans le commentaire approfondi et tout en nuances que l’on va lire, on ne peut ni se retrouver dans cette œuvre à tiroirs, pleine de digressions emboîtées et de raisonnements circulaires, ni bien comprendre ce qui y est exposé. Au moment même où l’histoire politique et juridique attire les historiens de tous horizons, des accessus et des synthèses de cette qualité sont indispensables.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search