Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Mai – juin 1958 

Une république meurt. Une république naît

Germain Sicard

Texte intégral

1La présente communication s’inscrit dans le cadre de la problématique du présent colloque : comment et pourquoi un pouvoir est-il contesté et remplacé par un autre ? C’est un problème capital de l’histoire politique.

2Pourquoi ceux qui avait l’habitude d’obéir se mettent-ils à contester ? Pourquoi ceux qui avaient été les fidèles sujets du roi se sont-ils rebellés en 1789 ? Pourquoi, le 4 septembre 1870, le pouvoir impérial est-il renversé en présence d’un Corps législatif élu, alors qu’il avait été légitimé par le plébiscite ? Pourquoi, au mois de mai 1958, les défections se sont-elles multipliées autour du gouvernement Pflimlin, régulièrement investi selon la procédure établie par la constitution républicaine ? Et cela malgré les réussites qu’avec le recul du temps on ne peut contester à la période des "Trente Glorieuses" ?

3C’est, par la conjonction de trois oppositions que le Pouvoir a quitté les dirigeants de la quatrième République ; l’opposition de Charles de Gaulle et des gaullistes, l’opposition globale de l’armée française à un processus de négociation avec le F.L.N. conduisant à l’abandon à ce dernier des personnes et des territoires de l’Algérie française, la mobilisation des "pieds noirs" pour le maintien de cette Algérie française dans le cadre de la France.

4I – Le processus le plus ancien, le mieux organisé, le plus déterminé, réside dans l’action publique ou souterraine des gaullistes, qui ne s’étaient jamais ralliés au "système" de la Quatrième République. Ce courant sera finalement, le seul bénéficiaire des événements d’Algérie (ou de la "Révolution du 13 mai 1958").

5Les divergences entre le gaullisme politique et le "système" remontent aux années de la Résistance. Certes, le général de Gaulle a accueilli et utilisé des hommes de gauche, tels R. Cassin, J. Moulin, D. Mayer ; certes, il emploie à partir de 1942 les termes de "république" et "démocratie" dans ses discours ; certes, il signe comme président du gouvernement provisoire de la République française, l’ordonnance "rétablissant la légalité républicaine". Mais Charles de Gaulle, et avec lui les gaullistes conscients méprisent le personnel, les comportements, les institutions de la Troisième République, qu’ils accusent d’avoir conduit la France à l’effondrement de 1940.

6Il faut rappeler, tant cette réalité est occultée par le "politiquement correct", que le général de Gaulle a gouverné en souverain, avec les pouvoirs exceptionnels d’un chef de guerre, de 1940 à 1945 (mis à part les trois mois de co-gouvernement avec le général Giraud, de juin à octobre 1943) à travers des institutions successivement dénommées "France libre", "France combattante", Gouvernement provisoire de la République Française.

7Le général de Gaulle s’est considéré dès le 18 juin 1940 comme le chef charismatique, le guide du peuple français, et a joué son rôle avec autant de détermination que d’habileté. C’est lui qui a fait placer dans son obédience tous les réseaux de Résistance et qui bénéficie de l’image de "Premier Résistant de France".

8Le 26 août 1944, c’est lui qui convoque et conduit l’immense cortège triomphal de l’Arc de triomphe de l’Étoile à Notre-Dame (parcours plus impérial que républicain). Le 13 novembre 1945, c’est lui qui sera élu par l’Assemblée nationale (dont il ne fait point partie), chef du gouvernement provisoire de la République française, ce qui ratifie solennellement toute les décisions qu’il a prises depuis le 18 juin 1940.

9C’est en fonction de son tempérament autoritaire, de son expérience de gouvernement monocratique, et de sa propre vision de la France, qu’il concevait la forme de gouvernement la mieux adaptée, en 1945, aux destinées de la Patrie.

  • 1 L’ordonnance constitutionnelle du 17 août 1945, conçue et signée par le général de Gaulle dispose q (...)

10Les citoyens ratifient son choix lors du référendum du 21 octobre 1945 (référendum, institution disparue depuis 1870 ( !), pris en application de l’ordonnance constitutionnelle du 17 août 1945 (ordonnance, autre catégorie législative disparue depuis 1848, remise en vigueur par Charles de Gaulle). Les électeurs (et électrices) répondent à la première question "oui" à 96 % et "oui" à 66 % à la seconde, limitant les prérogatives de l’Assemblée constituante, ce qui allait à l’encontre de la tradition républicaine des Assemblées constituantes souveraines1. Le texte ainsi approuvé devient la loi constitutionnelle du 2 novembre 1945.

11Les élections aboutissent, compte tenu des circonstances, et notamment du discrédit de la droite, à la victoire de trois partis à peu près d’égale force, Parti communiste, S.F.I.O., M.R.P. (héritier de la démocratie chrétienne, et catalyseur du centre droit). De Gaulle continue à gouverner, mais les dissensions s’aggravent entre gaullistes et gauche majoritaire. Félix Gouin, président de l’Assemblée dénie à de Gaulle le pouvoir d’intervenir dans l’élaboration de la constitution. De Gaulle redoute l’évolution vers une constitution influencée par la tradition de la IIIe République, et le "régime d’Assemblée", à la manière de la Ière et de la IIe République. Le président de la République n’aurait guère qu’une fonction symbolique ("inaugurer les chrysanthèmes").

12De Gaulle jugeant qu’il ne maîtrise plus le processus politique en dépit de sa popularité personnelle, prépare son départ. Dans son discours du 31 décembre 1945, il avertit les députés : "Si vous ne tenez pas compte des nécessités absolues d’autorité, de dignité et de responsabilité du gouvernement, vous irez à une situation telle qu’un jour ou l’autre vous regretterez amèrement d’avoir choisi la voie que vous aurez prise".

13Prenant prétexte de critiques socialistes contre les dépenses militaires, il convoque les ministres, le 20 janvier, un dimanche (après avoir averti les principaux gouvernements étrangers) et lit une brève déclaration : "Le régime exclusif des partis a reparu. Je le réprouve. Mais à moins d’établir par la force une dictature dont je ne veux pas, et qui sans doute tournerait mal, je n’ai pas les moyens d’empêcher cette expérience. Il faut donc que je me retire". Pas plus que Thiers en mai 1873, de Gaulle ne fut ni retenu ni rappelé. Il en conçut un supplément d’amertume contre "le système", et l’ingratitude des politiciens.

14Jusqu’au 31 mai 1958, Charles de Gaulle n’est plus qu’un simple citoyen. Mais sa grande voix couvre de temps en temps la cacophonie des discours politiques.

  • 2 De Félix Gouin à Pierre Pfimlin, on compte vingt gouvernements pour onze années. Les plus durables (...)

15Il multiplie les critiques contre le projet constitutionnel socialo-communiste, qui sera repoussé par le référendum du 15 mai 1946 (le M.R.P. également s’est prononcé contre). Il n’est guère plus satisfait du second projet sur lequel s’étaient accordés malaisément les leaders du tripartisme (P. C., socialistes, M.R.P.). Ce projet est accepté par référendum le 15 octobre 1945, et devient la constitution de la IVe République. Mais il n’échappe pas à une grave faiblesse : il n’a été adopté que par une maigre majorité : neuf millions de voix pour, huit millions contre, et huit millions d’abstentions. Il manque donc d’une solide légitimité. À cette faiblesse s’ajoutera la nécessité de coalitions hétéroclites et fragiles. L’instabilité gouvernementale, fléau majeur de la IIIe République, est à peine diminuée2.

16Entre temps, Charles de Gaulle a réussi sa rentrée politique par le fameux "discours de Bayeux" prononcé dans cette ville à l’occasion du second anniversaire de son débarquement en Normandie (16 juin 1946), confirmé par le discours d’Épinal (22 septembre). De Gaulle critique radicalement la Quatrième République, dans ses pratiques et ses hommes. Cette attitude antiparlementaire lui vaut le soutien de la majeure partie de la droite, en quête d’un "homme fort" pour sauver la patrie. Ce discours de Bayeux comporte aussi un projet constitutionnel, armature désormais du discours politique gaulliste, et esquisse de la constitution de 1958, qui régit encore la France. De Gaulle répète que la France, dans un monde dangereux a besoin d’un régime politique stable. Certes, il s’accommode de l’étiquette républicaine, mais à ses yeux, la pièce maîtresse de l’organisation publique doit être le chef de l’État, véritable souverain, placé au dessus des partis, de leurs querelles, des petites ambitions des politiciens et des "comités Théodule". "Au chef de l’État d’accorder l’intérêt général (dont il est le garant et l’interprète) avec l’orientation qui se dégage du Parlement. À lui la mission de nommer les ministres et d’abord, bien entendu, le premier, qui dirige la politique et le travail du gouvernement". De Gaulle n’est pas attiré par le "présidentalisme à l’américaine", mais plutôt par les solutions de la monarchie parlementaire et du Second Empire. Le chef de l’État est chef des armées, préside tous les conseils, nomme aux principaux emplois publics, promulgue les lois. À lui notamment le rôle d’arbitrer, au gré des contingences politiques, notamment "dans les moments de grande confusion, en invitant les pays à faire connaître sa décision souveraine. Le chef de l’État peut dissoudre l’Assemblée nationale.

17Un tel chef d’État doit être élu de manière à représenter les intentions et les opinions du pays, par un collège électoral qui comprend les parlementaires, mais s’étend bien au-delà et englobe toutes les notabilités élues.

18Ce discours de Bayeux suscite la réprobation, vive ou nuancée, de la gauche et constitue le décalogue du mouvement gaulliste, qui se renforce d’une tradition antiparlementaire.

  • 3 Les dirigeants gaullistes sont issus de la Résistance (à l’exception de l’ambassadeur L. Noël) soit (...)

19De Gaulle ne se contente pas de critiques et de projets, ni d’édifier sa légende en rédigeant ses "Mémoires". Il entend organiser le peuple français pour revenir au pouvoir. Le 7 avril 1947 à Strasbourg, associant une fois de plus la gloire de la patrie à ses projets personnels, à l’occasion de la commémoration de la libération de l’Alsace, il annonce : "Il est temps que se forme et s’organise le Rassemblement du peuple français". Les trois mots méritent qu’on s’y arrête : "le peuple", vocable à la saveur révolutionnaire, désigne la collectivité politique, qui fait confiance à un chef ; "France" appelle tous les citoyens, au-delà des clivages de religions, de syndicats, de partis. Le terme "rassemblement" remplace celui de parti, dédaigné. De Gaulle appelle à le rejoindre, indépendamment de leur passé, toux ceux qui veulent avant tout l’intérêt de la France. Une conférence de presse du 24 avril confirme ce lancement de R.P.F.3.

20Bien que le R.P.F. n’ait pas réussi, à court terme, la percée décisive qu’attendait de Gaulle, cette initiative a marqué durablement la vie politique. L’opération lancée en 1947 ne s’est pas véritablement arrêtée, sous des vocables successifs : U.N.R. en 1958, U.N.R.-U.D.T. en 1962, U.D.R. en 1967. Les cadres du R.P.F. initial se retrouvent, à peu près, dans les avatars successifs de l’appareil gaulliste, jusqu’à nos jours. Ils comprennent des résistants, connus ou inconnus, habitués à l’action secrète, et à faire confiance absolue au général de Gaulle. Des hommes de conviction forte, de choc éventuellement. D’autres, qui se sont engagés sur des voies différentes, mais se réveillent gaullistes (Chaban, Michelet). Un électorat de droite et du centre, plus que de gauche.

21Le programme du R.P.F. est conforme au discours de Bayeux, critique sans concession du régime et de ses hommes, action pour une réforme complète dotant la France d’un gouvernement fort. Le R.P.F. est anti communiste dans le contexte de "guerre froide", anti-parlementaire, fortement nationaliste (contre l’Europe, la C.E.D., méfiant vis-à-vis des États-Unis). Dans l’ordre social, de Gaulle et le R.P.F. relèvent la tradition chrétienne d’une société juste, associant capital et travail, avec des séquelles d’étatisme colbertiste.

22L’initiative du général de Gaulle, jointe aux difficultés des gouvernements de la Quatrième république, suscite d’immenses espoirs. De Gaulle, sollicité par Ramadier, refuse de soutenir le régime, et répond : "La constitution actuelle n’assure pas la grandeur de la France, unique objet de mes préoccupations, et but suprême de ma vie". Il se borne à assurer qu’il ne sera pas un second Boulanger. Il était trop fin pour reprendre le rôle de Louis Napoléon Bonaparte.

  • 4 Les dirigeants de la "Troisième force" (SFIO, Radicaux, MRP, Modérés), confrontés à la probabilité (...)

23Des centaines de milliers de Français acclament de Gaulle dans ses voyages en province. Les élections municipales d’octobre 1947 sont un triomphe : 40 % de voix pour le R.P.F., qui s’implante dans de nombreuses villes, dont Paris. Mais le gouvernement refuse les élections anticipées, après dissolution de la Chambre, demandé par de Gaulle (27 octobre). En vu des élections de 1951, les partis au pouvoir ont inauguré l’ "apparentement", qui leur permet de maintenir une majorité de gouvernement malgré leurs désunions et le discrédit qui les atteint4.

24Malgré les initiatives personnelles du général de Gaulle, ces élections de juin 1951 ne correspondent pas à ses espérances : 25 % des voix, 117 sièges sur 626 font peser une menace permanente sur la coalition de la "Troisième force", mais sans l’obliger à céder.

25De Gaulle refuse tout compromis : "Ce sera l’opposition jusqu’à ce que le régime s’écroule". Mais un certain nombre de gaullistes influents sont attirés par le pouvoir. Ils soutiennent Pinay (président du Conseil du 6 mars au 3 décembre 1952). En juillet 1952, la fondation des "Républicains sociaux" entérine les ralliements. De Gaulle fustige ceux qui "vont à la soupe". En mai 1953, il rend leur liberté aux députés gaullistes. Il ne dissout par le R.P.F. mais s’en est éloigné. Dans sa conférence de presse de novembre 1953, il condamne la Communauté européenne de défense (qui sera rejetée le 30 août, par les votes coalisés du R.P.F. et des communistes).

  • 5 L’opération désastreuse de Dien Bien Phu avait abouti à la destruction d’une bonne partie du corps (...)

26De Gaulle se rappelle au souvenir des Français qui se lassent de l’enlisement de la guerre en Indochine. Le 7 avril 1954, il annonce qu’il viendra à l’Arc de triomphe de l’Étoile le dimanche 9 mai, pour rendre hommage au Soldat Inconnu et invite les anciens combattants à le rejoindre. Espérait-il un mouvement de foule irrésistible, comme celui du 25 août 1944 ? Il exprimait aussi la certitude d’incarner une légitimité fondamentale, née de l’appel du 18 juin 1940. Mais la chute de Dien Bien Phu est connue le 6 mai. Tandis que les communistes et leurs compagnons de route se sentent confortés par les événements, que le "lâche soulagement" conduit aux "accords de Genève"5, l’heure est à l’affliction plus qu’à l’exaltation pour les Français encore patriotes. La foule, sur les Champs Élysées, n’atteint pas la densité de celle de 1944. De Gaulle remonte les Champs Élysées dans une voiture décapotable, sous les acclamations. Il dépose une gerbe au Tombeau du Soldat Inconnu et se retire. La foule se disperse.

27Le 30 juin 1955, après quinze mois de silence, de Gaulle prononce une nouvelle conférence de presse dans laquelle il renouvelle ses critiques contre le régime, et ses déplorations des faiblesses françaises. Il conclut que "le changement de régime, par conséquent le salut, ne viendront que du réveil de l’esprit public". Il entend contribuer à ce réveil, tout en répétant qu’il n’est pas l’homme des aventures.

28De Gaulle s’est tenu à l’écart de l’affaire de Suez (novembre 1956). L’État-Major l’en avait informé, et il s’était montré favorable à l’opération, mais en déplorant que le gouvernement ne se soit pas assuré de la neutralité des U.S.A.

  • 6 Un mouvement insurrectionnel de grande envergure a été organisé par Messali Hadj contre les Europée (...)

29Depuis le 1er novembre 1954, les attentats se multiplient en Algérie. Sous son gouvernement, en août 1945, avait été durement réprimée la révolte de Sétif, qui avait entraîné le massacre de plus de cent Européens6. Le 27 octobre 1957, dans une conversation avec son beau-frère Vendroux, il prophétise que l’enlisement du régime en Algérie allait le ramener au pouvoir.

30Pendant les douze années de la Quatrième République, de Gaulle, pour les siens, a été le "géant de l’Histoire", enchaîné par les "lilliputiens" du système. Cependant, il reste dans la pénombre, comme la statue du Commandeur, ne sortant du silence que pour fustiger les incapables, impénétrable, hautain, figure mythique disponible pour les espoirs de millions de Français.

  • 7 Le "poujadisme", du nom de son leader P. Poujade, associe des réactions de défense corporative des (...)

31Au-delà des cercles gaullistes, bien des hommes politiques conservent respect et faveur pour le "connétable". Les mouvements contestataires (poujadisme), qui ont été contrés dans leur développement par les notables de la Quatrième République compléteront, le moment venu, les rangs des gaullistes7.

32Tandis que les gouvernements se succèdent et s’essoufflent, le régime est affaibli par la double opposition résolue des communistes et des gaullistes. Les événements d’Algérie incitent des citoyens de plus en plus nombreux à souhaiter un gouvernement fort, et résolument patriote.

33Les gaullistes se réaniment et multiplient les réseaux d’information, de pénétration dans les milieux de l’administration et de l’armée. Qui sont-ils ? O. Guichard, G. Palewski, Baumel, Bénouville, Foccard, Frey, Michelet et surtout Michel Debré, Jacques Soustelle, Jacques Chaban-Delmas, ce dernier à la fois gaulliste et radical, il appartient au gouvernement Félix Gaillard, comme ministre de la guerre ; il est dans les institutions.

34Soustelle, fidèle entre les fidèles, intellectuel de gauche, ancien chef du B.C.R.A. à Londres, leader du R.P.F. en 1951, nommé gouverneur général de l’Algérie par Mendès France, sera l’un des défenseurs éloquents et sincères de l’Algérie française. Il a gagné la confiance des Pieds Noirs.

  • 8 "Il faut détruire le régime" (n° 1 du 23 mars 1957) ; "Que les Algériens sachent surtout que l’aban (...)

35Michel Debré, maître des requêtes au Conseil d’État, sénateur, fustige énergiquement les faiblesses du gouvernement, les complicités avec les rebelles d’Algérie dans son Courrier de la Colère. Il invite tous les Français à se mobiliser pour la défense de la patrie et de l’Algérie française et même à détruire le régime8.

  • 9 Les élections du 2 janvier 1956, qui font suite à la dissolution de la Chambre des députés par le p (...)

36Les gaullistes, faute de pouvoir prendre le pouvoir, contribuent à chute des gouvernements Edgar Faure, qui a osé dissoudre l’Assemblée, perd les élections le 2 janvier 1956, contre le "Front républicain"9. Guy Mollet socialiste, président du Conseil est accueilli à Alger par de violentes manifestations. Il tombe le 21 mai 1957. Félix Gaillard se maintient jusqu’en avril 1958, tandis que l’exaspération et la déception des Français s’accroissent.

37À mesure que les "nains" révèlent leur impuissance à résoudre les problèmes de l’Algérie, que les parlementaires se révèlent incapables de réformer le régime, le temps travaille pour de Gaulle. Les gaullistes espèrent que les Français d’Algérie (Pieds Noirs) et l’armée réagiront de telle sorte que l’appel à de Gaulle s’imposera.

38II – Qu’en est-il de l’armée, la "Grande Muette", traditionnellement apolitique, et dont les cadres humiliés, déchirés par l’abandon de l’Indochine française, redoutent un nouvel abandon en Algérie, sous couvert de "décolonisation".

39L’armée en Algérie est un acteur majeur, et inévitable des événements : près de 500 000 hommes, des dizaines de milliers d’officiers. La plupart des officiers d’active ont accompli plusieurs années de service en Indochine, ont combattu le Viet-Minh, ont laissé tant de leurs frères d’armes morts sur cette terre. Ils n’ignorent pas que les prisonniers du Viet-Minh ont été soumis à des conditions de détentions si épouvantables que peu ont survécu. Ils n’ignorent pas qu’ils ont dû abandonner à leur sort, la honte au cœur, tant de ces populations qui avaient cru à la protection de la France et qui s’accrochaient vainement aux camions ou bateaux en retraite. Ils ont médité sur les caractères de la "guerre révolutionnaire".

40Ils n’ignorent pas qu’à Paris les communistes et leurs compagnons de route soutiennent les rebelles du F.L.N. dans leur lutte. Ils sont prompts à accuser d’impéritie les civils, les "politiques". L’insurrection, commencée le 1er novembre 1954, a fait lentement tâche d’huile, et les forces de maintien de l’ordre, notoirement insuffisantes au début, ont eu du mal à s’adapter aux conditions d’un combat inattendu dans un terrain difficile. Après l’année 1956 d’incertitude, l’échec retentissant de l’expédition de Suez qui enfle les espoirs des nationalistes maghrébins, l’armée procède à un contrôle de plus en plus efficace des frontières, à l’organisation des groupes offensifs chargés de poursuivre et détruire les groupes de fellaghas. L’ennemi, les fellaghas, est difficile à accrocher. En outre l’armée est chargée de suppléer à la sous-administration du pays, par le développement des sections administratives spécialisées conçues par le général Parlange. Les officiers des SAS seront, sur le terrain, à la fois administrateurs, enseignants, travailleur sociaux, voire infirmiers.

  • 10 MONTAGNON, La guerre d’Algérie, ch. 26 : "La lutte F.L.N.-M.N.A." La rivalité des deux mouvements q (...)

41Le F.L.N. élimine progressivement le M.N.A.10. D’emblée, le F.L.N. a annoncé son but, l’élimination en Algérie de la colonisation et de la souveraineté française et il ne variera pas. D’emblée, il use de la terreur pour faire basculer de son côté les populations incertaines et châtier les partisans de la puissance française. "Jouer la France, c’est risquer sa vie". C’est par dizaines de milliers que l’on compte les villageois assassinés par le F.L.N., hommes, femmes et enfants. Quant aux militaires français faits prisonniers, on ne retrouve le plus souvent que leurs cadavres affreusement mutilés. On imagine les sentiments de leurs frères d’armes.

  • 11 La proclamation des leaders du F.L.N., qui deviendrait le GPRA, en date du 31 octobre 1954, précéda (...)

42Il y a eu, certes, des déserteurs parmi les militaires musulmans. Cependant, l’armée française peut organiser des groupes d’autodéfense et recruter des supplétifs (harkis) jusqu’à 210 000 ; à coup sûr plus nombreux que les moujdahids11.

  • 12 Le 30 septembre éclatent deux bombes, l’une au "Milk Bar" de la rue d’Isly, l’autre à la cafétéria (...)

43Le moment culminant de l’offensive F.L.N. est le développement à Alger même, d’un terrorisme aveugle. À partir du 30 septembre 1956, des bombes explosent et tuent dans les quartiers à dominante européenne12. Le délégué général, le socialiste Robert Lacoste, un patriote, délègue à l’armée les pouvoirs nécessaires pour rétablir l’ordre et la paix, avec mission pour la 10ème division parachutiste du général Massu, de découvrir et traquer les terroristes. Après quelques mois de luttes dans l’ombre, le calme est revenu à Alger en novembre 1957, et ne sera plus troublé jusqu’au changement de cap en 1960, que par des attentats sporadiques, tel celui qui aura lieu le jour de la célébration du cinquantenaire de l’Université d’Alger.

44Les soldats ont agi en combattants qu’ils sont, désireux d’obtenir les renseignements qui permettent de neutraliser les terroristes, sans respecter forcément les principes de la procédure pénale. Une campagne contre les "tortures" les interrogatoires "musclés", les exécutions sommaires, se développe à partir de février 1957. Pour "les Pieds Noirs", les parachutistes ont brisé le terrorisme, et leur prestige est grand. Quant aux musulmans, en Terre d’Islam, Dieu est avec les vainqueurs.

  • 13 MUELE (R.), La guerre d’Algérie en France, 1954-1962, Presses de la Cité, Paris 1994.

45De l’autre côté, la guerre contre les Français contribue à souder les moudjahids dans un véritable patriotisme algérien. Les chefs de l’insurrection se sont rencontrés et organisés au "congrès" de la Soumman (août 1956). Pour contrecarrer les effets des événements de mai-juin 1958 dans les mentalités, ils constituent, le 19 septembre 1958, un gouvernement provisoire de la République algérienne. Sur le territoire métropolitain, le F.L.N. lèvera, bon gré ou non, des ressources considérables sur les musulmans installés en France par centaines de milliers13.

46Les militaires qui n’ont ménagé ni leur sang ni leur peine, redoutent qu’un gouvernement ne "négocie" avec ceux qu’ils sont chargés de combattre sur le terrain. L’appel du 18 juin 1940, invitant tous les Français à continuer à combattre pour la France, fournit le modèle d’un esprit de résistance à tous les abandons, même contre le pouvoir "légal".

47Les militaires, qui sont-ils ? D’innombrables lieutenants et capitaines, ces "centurions" évoqués pour quelques uns d’entre eux, sous le voile des héros des romans de Lartéguy. Des colonels en situation de responsabilités, tels Bigeard, Jeanpierre, Trinquier, Thomaso. Au sommet, des généraux pour lesquels l’Algérie est française et doit le rester ; Massu, Allard (commandant le corps d’armes d’Alger), Jouhaud. En métropole, plusieurs des commandants de région sont prêts à donner un "coup de balai" (Miquel à Toulouse).

48Le commandant en chef, Raoul Salan, né à Roquecourbe (Tarn) en 1899, le général le plus décoré de France, dira-t-on, énigmatique, surnommé "le mandarin". Engagé volontaire en 1917 à dix-huit ans, accomplit une brillante carrière dans la résistance et en Italie. Il commande de multiples opérations en Indochine, avec détermination et bonheur. De Lattre, qui s’y connaissait en hommes, lui faisait confiance. Il lui avait succédé comme commandant en chef en Indochine (1952-1953).

  • 14 L’un des adjoints de Salan, le commandant Rodier est tué. L’enquête permet d’arrêter assez vite les (...)

49En Algérie, il s’applique, sans s’engager dans les factions, à étouffer le F.L.N.. Certains activistes le jugent trop républicain, au point d’organiser le 16 janvier 1957, un attentat au bazooka contre lui. Les exécutants seront arrêtés et leur procès fait, sans que toute la vérité soit faite sur une opération dans lesquelles de hautes personnalités gaullistes avaient participé14 Salan ne cherche par la popularité. Les ministres comptaient sur son loyalisme. Il n’est pas de la "famille" gaulliste.

50III – Chacun sait, en 1957-1958, que rien ne peut être accompli ni en métropole ni en Algérie sans ou contre l’armée. Les Européens d’Algérie ou "Pieds Noirs" constituent aussi une force essentielle. Qui sont-ils ces "Pieds Noirs", que l’idéologie anticoloniale s’est appliquée à discréditer ? Un million de personnes, d’origine fort diverses : espagnole, maltaise, alsacienne, descendants des exilés de 1848, des patriotes de 1870, de tous ceux, misérables attirés par les plans de colonisation, venus conquérir une terre ingrate à force de travail acharné et au prix d’une lourde mortalité.

51Génération après génération, ils ont asséché, défriché, labouré, constituant des zones maraîchères, des vignobles à forte production, des terres à blé. On vantera la fortune de quelques-uns (Borgeaud), l’influence des "gros colons" dans les institutions représentatives. La plupart ne sont pas plus à l’aise que les métropolitains, ouvriers, boutiquiers, fonctionnaires, médecins. Avant 1939, ils se divisaient politiquement comme en métropole. Ils ont tous la fierté d’avoir constitué l’armée d’Afrique, qui a repris le combat au côté des alliés dès novembre 1942. Près de 160 000 "Pieds Noirs" mobilisés, avec un peu plus de 50 000 algériens musulmans. "Pieds Noirs" et musulmans combattent en Tunisie, puis en Italie. Le corps expéditionnaire française, sous le commandement du général Juin, jouera un rôle déterminant dans la guerre contre l’Allemagne. La fierté d’avoir combattu pour la France marque les "Pieds Noirs". Leur hymne "les Africains" le chante : "C’est nous les Africains qui revenons de loin, venant des colonies pour sauver le pays...". La plupart de ceux qui ont entre trente-cinq et soixante ans en 1958, sont d’anciens combattants, liés par les risques courus, le respect de l’armée, la confiance dans les chefs. Qui méconnaît cela ne peut comprendre ces événements de mai-juin 1958.

52Il y a certes, dans cette population, des "libéraux", quelques bourgeois aisés (Chevallier), autour de l’archevêque d’Alger, des "chrétiens progressistes" du secrétariat social. Quelques communistes ont soutenu la rébellion (aspirant Maillot). Mais cela ne fait pas nombre. Les émeutes de Sétif en mai 1945 durement réprimées, au temps où de Gaulle présidait, ont été un coup de tonnerre. Les "Pieds Noirs" se savent menacés par l’insurrection indépendantiste : elle a commencé le 1er novembre 1954 par l’assassinat, symbolique de l’instituteur Monnerot, du cheik Hadj Sadok et de six européens. Les Pieds Noirs ont compris : le projet du F.L.N. pour eux, c’est "la valise ou le cercueil". Certes, à Paris, ministres et chefs du gouvernement affirment, l’un après l’autre, que l’Algérie c’est la France, et que la mission de l’armée est sans ambiguïté : rétablir l’ordre et la sécurité, protéger les habitants contre la rébellion.

53Année après année, ces déclarations et promesses seront répétées. Année après année, les attentats se multiplient, l’insécurité a gagné presque tout le pays : l’attaque de Philippeville le 20 août 1955 aboutit à la mort de 71 civils et d’une centaine de musulmans francophiles. Parmi les souvenirs qui hantent la mémoire des Européens, le guetapens de Sakamody, le 27 février 1956 : une famille de voyageurs français est massacrée : sous les yeux du chef de famille, sa belle-mère, sa femme, sa fille ont été violées et égorgées, et lui tué le dernier.

54Les Pieds Noirs, dans leur quasi totalité, font confiance à l’armée pour anéantir la rébellion et rétablir la sécurité. Ils considèrent que la métropole doit les soutenir et les maintenir, eux qui ont été invités par la France à coloniser le pays et qui ont combattu sans réticence pour la France en 1914-1918 et 1939-1945.

55Ils redoutent cependant que cette métropole ne se lasse, que les politiques prêtent une oreille complaisante à ceux qui proposent des "négociations". Ainsi la nomination comme Haut Commissaire, par Guy Mollet, du général Catroux est ressentie comme une insulte, et le premier pas dans la trahison. Le 6 février 1956, Guy Mollet est reçu par l’émeute à Alger. Catroux abandonne, est remplacé par Robert Lacoste, ardent démocrate, mais résolument patriote, partisan de l’ "Algérie française".

  • 15 Sur les groupements politiques mobilisés pour la défense de l’Algérie française, cf. BROMBERGER (M. (...)
  • 16 Les associations d’anciens combattants constituent le principal réseau encadrant les Français d’Alg (...)

56À mesure que le temps passe, que le réseau international du F.L.N. s’étoffe, que les pressions internationales contre la France se multiplient, que les partisans des "négociations" se renforcent, les Pieds Noirs s’organisent, notamment autour de l’Union des Français d’Afrique du nord15 et du Comité d’entente des anciens combattants16. Les gaullistes, de leur côté, s’activent, multiplient les contacts, les réseaux. Delbecque est à la fois envoyé de Soustelle et de Chaban Delmas, Me Biaggi fréquente les différents groupes "activistes". L’Écho d’Alger (A. de Sérigny) est le porte-parole principal de l" ’Algérie française" et des "Pieds Noirs".

57À mesure que les gouvernements à Paris, sont plus fragilisés par les oppositions contraires des communistes et des gaullistes (et poujadistes), les Pieds Noirs, les officiers, jugent qu’il est indispensable d’organiser la résistance aux abandons qui se profilent derrière les "négociations".

58Certes, sur le terrain, l’armée française "a l’offensive et presque la victoire". La plus grande partie du territoire a été pacifiée. Mais le F.L.N. continue à recruter, ses réseaux en métropole se reconstituent après les arrestations. Les pays amis de la France sont gênés pour la défendre à l’O.N.U. L’idée qu’il faudra négocier" se répand, au-delà des communistes, chez les socialistes, les démocrates chrétiens.

59Dans cette conjoncture de 1957 et 1958, où chances et inquiétudes s’enchevêtrent, l’alliance des gaullistes et des Pieds Noirs, de l’armée va entraîner la dislocation de la Quatrième République.

60Le régime a perdu peu à peu son prestige. Des Français de plus en plus nombreux pensent que des réformes constitutionnelles sont indispensables pou redonner autorité et stabilité au gouvernement Félix Gaillard est renversé le 15 avril 1958. La longue vacance du pouvoir au sommet porte au paroxysme l’inquiétude des uns, le désir des autres de mettre fin à un régime impuissant, et à le remplacer par un véritable gouvernement de salut public. L’ombre de Clemenceau plane.

  • 17 Le F.L.N., ouvertement soutenu par la Tunisie, a organisé sur le territoire des bases de départ pou (...)

61Soustelle et les gaullistes ont contribué à démolir des majorités fragiles, mais sans pouvoir eux-mêmes former un gouvernement. Billères, Mendès France, Berthoin, Bidault, Pleven se récusent ou doivent renoncer. Survient l’affaire de Sakiet Sidi Youssef (7 février 1958) exploitée par la Tunisie et le F.L.N. contre la France17. L’armée a le sentiment d’être mal soutenue, les Pieds Noirs d’être trahis par une métropole veule. De divers côtés, on prépare des opérations destinées à faire pression sur Paris. À Alger, Delbecque est au cœur des rencontres. Depuis décembre 1957, il a accompli vingt-huit voyages à Alger, véritable "commis voyageur" du gaullisme, sous la couverture de Chaban Delmas. Robert Lacoste, pressenti par des militaires et des civils pour former un Comité de salut public à Alger se récuse. Il sait que la pacification de l’Algérie progresse, que de nouvelles municipalités se mettent en place, que les musulmans, bravant les menaces de mort du F.L.N. y participent, et s’initient aux responsabilités administratives. Il pense -et l’avenir lui donnera raison- que toute négociation avec le F.L.N. se terminera par l’abandon et l’assassinat de ces musulmans. Toutefois il ne se décide pas à rompre avec la S.F.I.O. et la tradition républicaine.

  • 18 Dans un entretien du 8 mai 1954, de Gaulle confiait au général Ely, chef d’état-major général : "C’ (...)

62À qui s’adresser ? Le 26 avril 1958, à Alger, les divers "activistes" ont organisé une manifestation imposante. Trente mille manifestants déferlent, organisés par les associations d’anciens combattants, avec une délégation de parlementaires, qui exigent un "gouvernement de salut public". À Paris, les tractations continuent. Le président de la République, conscient de la gravité de l’heure, fait sonder dès le 5 mai le général de Gaulle, qui continue à déclarer qu’il n’acceptera pas le pouvoir d’un putsch. On parle de plus en plus de son retour, comme du remède suprême. De Gaulle, encore silencieux, se tient au courant des événements, et invite les siens à préparer une ambiance nouvelle18.

63Le tempo s’accélère, et la mobilisation des esprits, à Alger, va crescendo. Soustelle a multiplié les appels au général de Gaulle. À partir du 28 avril, l’Élysée est bombardé de lettres réclamant le retour au pouvoir du général de Gaulle (campagne orchestrée par Foccard, Marie-Madeleine Fourcade). Dans son éditorial du 11 mai, Sérigny écrit dans l’Écho d’Alger : "Parlez, parlez vite, mon général, vos paroles sont des actes".

  • 19 Texte du télégramme : "Général Salan à général Ely, "La crise actuelle montre que les partis politi (...)

64Le général Salan mesure bien la gravité de la situation. Après avoir conféré avec ses subordonnés, il adresse le 9 mai 1958, un télégramme à son supérieur, le général Ely, chef d’état-major général, pour qu’il en informe le président de la République. Il décrit l’angoisse de la population, l’inquiétude de l’armée, espère la constitution d’un gouvernement fermement décidé à maintenir la souveraineté française, met en garde contre un "cessez le feu" qui ne serait que l’abandon de l’Algérie au F.L.N. et à ses vengeances19. Le président de la République pressent finalement le leader M.R.P. Pierre Pflimlin, qui prépare un gouvernement de centre gauche, en laissant entendre qu’il cherchera à négocier avec le F.L.N.

65On apprend à Alger, le 10 mai, que trois militaires français prisonniers ont été condamnés à mort et exécutés par les fellaghas en Tunisie. Cette nouvelle porte l’exaspération à son comble chez les civils et les militaires.

66À Paris, la police est chargée de surveiller les gaullistes les plus redoutés (dont Soustelle) pour empêcher qu’ils ne rejoignent Alger. Le général Ely envoie à Alger le général Petit (d’obédience gaulliste) qui lui confirme l’état de tension extrême, l’imminence d’une manifestation de masse des Pieds Noirs, le fait que l’armée dont dépend tout le maintien de l’ordre, n’envisage pas de tirer sur la population. Le 12 mai, Soustelle a demandé à de Gaulle l’autorisation de partir pour Alger. Pas de réponse.

67Les divers chefs de réseau activistes à Alger décident une manifestation spectaculaire pour le 13 mai, jour, où, à Paris, le président Pflimlin sollicite, selon le rite constitutionnel, l’investiture de la Chambre des députés.

68Lagaillarde, le plus combatif des leaders étudiants, qui peut compter sur des centaines de militants de choc, étudiants ou non, annonce qu’il prendra de force le "gouvernement général", à Alger (bâtiment qui abrite les principaux services d’État).

69Delbecque, en attendant Soustelle, piégé à Paris par la police, manoeuvre pour unir toutes les forces potentielles d’insurrection et d’assurer la présence gaulliste dans le "Comité de salut public" projeté. Ni Salan, ni Massu ne seront mis au courant.

70Le général Salan a annoncé qu’il irait déposer une gerbe à la mémoire des trois soldats français assassinés, avec son état-major, au monument aux morts élevé au cœur d’Alger. À Paris, le général El y intervient auprès de Pflimlin pour lui faire comprendre que toute annonce de négociation avec le F.L.N. sera ressentie comme une provocation par l’armée et la population en Algérie.

71Au matin du 13 mai, la grève générale est décrétée à Alger par diverses organisations. Les magasins se ferment. Par toutes les avenues, la foule descend vers le "Forum", immense espace entre l’Alger du XIXe et celui du XXe siècle. Cent mille, deux cent mille personnes ou plus ? Pour maintenir l’ordre des C.R.S. peu nombreux, le 3ème R.C.P. (colonel Trinquier) de cœur avec les partisans de l’Algérie française. Avant de quitter Alger (et de sortir de l’histoire), Robert Lacoste a interdit la manifestation. Nul ne s’en soucie.

72Des officiers et des politiques ont commencé à étudier les modalités de transfert du mouvement d’Algérie en métropole, avec la logistique de l’armée de l’air.

  • 20 La composition malaisée du Comité de salut public d’Alger, qui a été successivement porté de sept à (...)

73En fin d’après-midi, aussitôt après que Salan et son état-major aient quitté le terre-plein du monument aux morts, la tension monte. La foule s’attaque aux grilles du "gouvernement général". Les C.R.S. ripostent par des grenades lacrymogènes. Lagaillarde fait enfoncer les grilles par un camion, et la foule envahit les locaux administratifs, les uns après les autres. La rue et le G.G. sont aux mains des insurgés. Vers 20 heures arrive Massu, qu’on fait prévenir. Il est furieux. Le colloque, certainement difficile, avec les chefs de l’insurrection, gaullistes et Pieds Noirs et les militaires se termine par la mise sur pied d’un "Comité de salut public". Il se compose d’officiers et de civils : Lagaillarde, Martel, les gaullistes Delbecque et Neuwirth, Alain de Sérigny (Écho d’Alger) et quelques autres20.

74La nuit tombée, le mouvement patriotique et insurrectionnel est victorieux à Alger, avec les enthousiasmes et les incertitudes des révolutions.

75À Paris, Pflimlin est investi à 3 heures du matin le 13 mai, par 280 voix pour, 120 contre. La nouvelle du "putsch" a dû renforcer la majorité de gauche. Désormais, et pour trois semaines, l’Algérie et la métropole vivent dans deux mondes séparés.

76Le général Salan a pris contact, dans la soirée du 13 mai, par ligne spéciale, avec le président Félix Gaillard, qui expédie, pour quelques heures encore les affaires courantes. Il en reçoit délégation pour assurer le maintien de l’ordre en Algérie, la protection des personnes et des biens. Cette délégation sera confirmée le lendemain à contre cœur sans doute, par Pflimlin, nouveau président du Conseil. Cette mesure – discrète- assure le maintien de la souveraineté républicaine, tandis que le nouveau ministre de la Défense nationale, de Chevigné, se fait fort de mater l’insurrection en arrêtant généraux et colonels.

77Salan a réagi vite et juste. Au petit matin du 14 mai, les Algérois découvrent les affiches apposées sur les murs par ses ordres : "Le général Salan, commandant supérieur interarmes et commandant la 10e région militaire, assume provisoirement à compter d’aujourd’hui 14 mai, les pouvoirs civils et militaires [...] Le Comité de salut public qui s’est constitué à Alger sous la pression des événements pour affirmer la volonté des populations franco-musulmanes de rester françaises, assure la liaison entre elle et le commandement qui lui transmet ses ordres [...] La population est invitée à conserver son calme dans la dignité et la discipline. L’autorité militaire invite chacun à lui faire confiance et à reprendre le travail".

78Ainsi, l’armée entérine et contrôle le mouvement insurrectionnel. Elle a pris le pouvoir, comme l’espéraient tous les partisans de l’Algérie française et les gaullistes.

79À Paris, le gouvernement Pflimlin tente de contrôler la situation en interdisant toute communication avec l’Algérie, en rassurant Salan, et l’armée et en lançant des ordres d’arrestations. Le ministre de l’Intérieur, Maurice Faure, fait ouvrir une information pour atteinte à la sûreté de l’État. La police est tiède ou divisée. Les dévouements iront en s’effilochant.

80Le 15 mai, le général Salan vient assister à la réunion du Comité de salut public au gouvernement général. Une foule considérable attend la fin des travaux et ses déclarations au balcon du gouvernement général en fin de matinée. Lui, le taciturne, trouve les mots qui vont au cœur des Algérois : "Algérois mes amis, je suis des vôtres [...] Mon fils est enterré au cimetière du Clos Salambier (quartier d’Alger). Depuis dix-huit mois je fais la guerre aux fellaghas. Je la continue et nous la gagnerons. Je crie "Vive la France et vive l’Algérie française". Un tonnerre d’applaudissements suit cette déclaration. Dans l’air chaud, sous le ciel bleu, dans cette immense caisse de résonance du "Forum", les acclamations fusent.

81Alors que Salan s’est retourné pour se retirer, Delbecque intervient près de lui "Vive de Gaulle, mon général". Salan hésite un instant, puis se retourne, reprend le micro et lance : "Et vive le général de Gaulle". La rumeur s’amplifie dans l’immense foule : "Vive la France, Algérie française, vive de Gaulle". Dans les rues, dans la nuit, les appels se poursuivent. "La clameur n’en finit plus. Elle déborde Alger, franchit la Méditerranée, atteint la France, et jusqu’au modeste village qui a nom "Colombey les deux Églises".

82Pourquoi Salan s’est-il résolu à lancer cet appel à de Gaulle ? Est-ce parce qu’il ne voyait, dans l’imbroglio, pas d’autre issue pacifique ?

83Quant au général de Gaulle, qui tout en déclarant qu’il ne serait pas le chef de factions, ne pouvait ignorer les menées des siens, et qui attendait cet appel de l’armée pour revenir au pouvoir, il réagit rapidement. Dans les six heures, il fait publier un communiqué qui le pose en candidat au gouvernement, en souverain disponible : "Aujourd’hui, devant les épreuves qui montent de nouveau vers lui, qu’il [le pays France] sache que je me tiens prêt à assumer les pouvoirs de la République" (formule césarienne qui exaspère la gauchel).

84Le 16 mai a lieu la journée de fraternisation franco-musulmane, ignorée ou mal comprise en métropole, qui entend affirmer la place des musulmans dans l’Algérie française. Ils défilent, par dizaine de milliers, derrière les drapeaux français, venus de la casbah, de Bab el Oued, et des villages proches. La manifestation célèbre l’ "intégration" dans le peuple français, la fraternisation, la paix dans l’Algérie française. Certes, l’armée a eu l’initiative et apporte le soutien logistique, mais c’est une foule qui défile joyeuse, et non contrainte. Ce jour-là, l’espoir de paix a nom France pour les musulmans. Des femmes poussent des you-you de joie, et entendent participer en égales à l’Algérie nouvelle. C’est un peu la nuit du 4 août pour les Pieds Noirs.

85Le 17 mai, Soustelle, qui a échappé à la surveillance policière, arrive à Alger via la Suisse. Salan, perplexe, lui accorde le bureau de R. Lacoste, et le titre de conseiller politique. Les activistes d’Alger, militaires et civils, précisent les plans du débarquement en métropole. Plusieurs commandants de régions militaires correspondent entre eux, et sont prêts à se rallier avec leurs troupes. Salan diffère l’exécution de ce plan "Résurrection". Le général Ely a démissionné le 16 de ses fonctions de chef d’État-major général, son successeur, Lorillot n’a guère d’ascendant sur l’armée .

86De Gaulle invite officiellement Salan à lui envoyer un mandataire, afin de confronter leur manière de voir, en termes qui entérinent la prise de pouvoir. "Soyez assuré de ma cordiale confiance".

87Le 18 mai, un envoyé de Salan (en réalité de Massu) apporte au général Miquel l’offre de commander les opérations militaires en France On espère que l’arrivée des parachutistes, des manifestations de masse organisées par les gaullistes emporteront l’enthousiasme. Les C.R.S., rassemblés par le ministre de l’Intérieur, Jules Moch, pour défendre la légalité, sont incertains. Le risque de prise d’armes par la gauche paraît mince.

88Le 19 mai, de Gaulle tient une conférence de presse très attendue sans dévoiler ses batteries. Il n’ignore pas ce que les gaullistes ont organisé et organisent en son nom. Il se veut rassurant : à son âge (67 ans) on n’a pas envie de devenir dictateur. De Gaulle réaffirme sa loyauté envers la République, rend hommage à la fois à Guy Mollet, à Robert Lacoste, à l’armée. Le Comité directeur de la S.F.I.O. déclare que de Gaulle a renié la constitution, affirmation qui, à Alger, relève la cote de de Gaulle, et abaisse encore celle des "politiciens".

89Le président Coty, bien informé de la situation, et soucieux de trouver, sans considération de son intérêt personnel, la meilleure solution pour la France, multiplie les interventions. Jules Moch, ministre socialiste de l’Intérieur cherche à faire arrêter les suspects, avec une police démotivée. Bidault affirme que le recours à de Gaulle est inévitable. Qu’il est trop tard pour négocier d’égal à égal, qu’il faudra dans quelques heures, négocier à genoux.

90Le 20 mai, Abdesselam, célèbre joueur de tennis, membre du Comité de salut public d’Alger est discrètement reçu à l’Élysée. Il confirme la détermination de l’armée et des populations d’Alger, expose que le pourrissement de la situation conduit à une intervention militaire en métropole. Il revient à Alger avec l’impression que le président Coty appellera De Gaulle auprès de lui dès que possible.

91À Paris, discussions et intrigues se poursuivent. Les soutiens à Pflimlin se réduisent. Coty l’invite à se retirer au profit d’un ministère d’Union nationale présidé par Guy Mollet. Pflimlin n’accepte de se retirer que si la combinaison pour le remplacer est prête. Les socialistes refusent toute collaboration à un ministère qui exclurait "la recherche d’ une solution libérale en Algérie". Le président Pinay, pressenti n’accepterait de former un ministre qu’avec Bidault et Lacoste à Alger. C’est l’impasse

92Miquel reçoit, le 23 mai, le plan de débarquement à Toulouse et Paris.

93Guy Mollet, en son for interne, accepterait la solution de Gaulle, mais à condition qu’il soit appelé par l’Assemblée non par une insurrection militaire.

94On presse Salan, à Alger, d’organiser l’ "opération Résurrection". Il temporise pour éviter la guerre civile. Le 24 mai, la Corse se rattache, avec enthousiasme au mouvement d’Alger. Le colonel Thomaso est proclamé "gouverneur de Corse". Est-ce la base de départ pour débarquer à Marseille et Paris ?

95Pflimlin et J. Moch n’osent pas armer des "milices populaires" ni recourir au soutien des Algériens du F.L.N. L’appel à la grève générale a été un fiasco.

96La gauche organisera, le 28 mai, une manifestation de masse de la Bastille à la Nation : cent mille, deux cent mille personnes ? En tête, Daladier, Mitterrand, Mendès France. Mais il est trop tard.

97Dans la nuit du 26 au 27 mai, de Gaulle et Pflimlin se rencontrent secrètement, c’est un dialogue de sourds. De Gaulle se déclare prêt à prendre le pouvoir, appelé par R. Coty, si Pflimlin se retire. Pflimlin argue de l’irrégularité de la procédure et refuse. De Gaulle refuse de condamner l’insurrection.

98De Gaulle a nouveau joue et avance ses pièces. Son message du 27 mai affirme : "J’ai entamé hier le processus régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement [ce n’est pas encore vrai, il anticipe]. Dans ces conditions, toute action, de quelque côté qu’elle vienne qui met en cause l’ordre public risque d’avoir de graves conséquences. J’attends des forces terrestres, navales et aériennes présentes en Algérie, qu’elles restent exemplaires sous les ordres de leurs chefs, Salan, Auboyneau, Jouhaud. À ces chefs, j’exprime ma confiance et mon intérêt de prendre incessamment contact avec eux".

99Face à ce discours de souverain, l’autorité du gouvernement Pflimlin se liquéfie. Certes l’Assemblée nationale a voté le 27 mai à minuit, pour le gouvernement à une majorité de 405 voix contre 165, affirmant sa reconnaissance à l’armée, sous le drapeau de la République.

100Les termes du choix se précisent : de Gaulle ou les parachutistes.

101Le 27 mai, la tension est à son paroxysme. Paris fixe le ciel : les paras vont-ils sauter ?

102Un conseil de cabinet est réuni dans la nuit du 27 mai au 28 mai. Pflimlin observe que son gouvernement est incontestablement le seul pouvoir légal, mais qu’il n’est plus en état de gouverner : l’armée n’obéit plus au ministre de la Défense nationale, le ministre de l’Intérieur n’est plus sûr de la police, le ministre de l’Algérie ne peut pas s’y rendre.

103À 4 heures du matin, il porte au président de la République la démission de son gouvernement, sans dater le document. De Gaulle, de son côté, ne veut former de gouvernement qu’à condition que l’Assemblée accepte ses exigences

104Coty avait chargé le président de la Chambre (Le Trocquer) et celui du Sénat (Monnerville) de sonder le général de Gaulle sur les modalités d’une procédure constitutionnelle pour son retour au pouvoir.

105Le 29 mai, une république est en coma avancé ; une autre, en gestation depuis longtemps va la remplacer.

106L’opération "Résurrection" plusieurs fois retardée, doit être engagée en métropole le 30 mai. Le temps presse. Le 29 mai, Coty a fait son choix : à 15 heures il fait lire son message : "J’ai décidé de faire appel au plus illustre des Français". Il ajoute en présentant le général de Gaulle comme chef du gouvernement, que si l’Assemblée le repousse, il se retirera aussitôt de l’Elysée.

107Ce même soir, Charles de Gaulle entre à l’Élysée à 19 h 30. Les deux hommes, et leurs conseillers, vont mettre au point, ce qui n’est pas facile, une procédure qui ne viole pas trop ouvertement la constitution, tout en entérinant les exigences du général de Gaulle : disposer des pleins pouvoirs, composer librement son gouvernement, et faire préparer le changement de Constitution par ses fidèles et alliés, hors de l’action du Parlement.

108De Gaulle écrira : "le président de la République se range à mon plan : pleins pouvoirs, congé donné au Parlement, constitution nouvelle à préparer par mon gouvernement et à soumettre au référendum". De Gaulle doit se présenter devant l’Assemblée le 1er juin.

109On peut imaginer, bien que le général se soit montré tout à fait discret dans ses Mémoires, qu’il a fallu convaincre de nombreux socialistes et radicaux, qui entreront au gouvernement ou voteront pour lui. Chantage aux parachutistes ? Promesses de maroquins ? Confidences équivoques sur les pensées véritables de de Gaulle sur l’Algérie ? Le scénario est vite bouclé. Le 31 mai, le général de Gaulle forme son gouvernement et accueille à l’hôtel Lutétia, les président des groupes parlementaires. Seuls les communistes sont absents. Mitterrand exprime son opposition. Les autres se résignent. Guy Mollet, qui a joué, en retrait, un rôle décisif de conciliateur avec la S.F.I.O., devient vice-président du Conseil ; et aussi Pflimlin qui après avoir tenté de maintenir son gouvernement, a renoncé à temps.

110De Gaulle a imposé le scénario de son investiture, afin d’exclure toute incertitude : à 15 heures, il viendra lire une déclaration, puis se retirera. Il n’entend pas subir de critiques ni d’atermoiements.

111De Gaulle juge que pour conduire le pays, l’État, la République vers le salut, il doit disposer des moyens indispensables : d’abord, les pleins pouvoirs pour six mois (le terme de la dictature romaine ( !) en espérant que cette période permettra de "rétablir l’ordre dans l’État, l’espoir en Algérie, de refaire l’union dans la Nation, ce qui permettrait aux institutions publiques de reprendre le cours normal de leur fonctionnement. Le gouvernement, s’il est investi, saisira l’Assemblée d’une proposition de réforme des articles 90 et suivants de la constitution (déterminant la procédure de révision de la Constitution). L’Assemblée donnerait mandat au gouvernement d’élaborer, puis de proposer au pays une réforme constitutionnelle qui respecterait trois principes : – le suffrage universel source de tout pouvoir – la séparation des pouvoirs exécutif et législatif – un gouvernement responsable devant les Chambres. Ces engagements devaient aider au ralliement des "démocrates". De fait 77 députés S.F.I.O. voteront l’investiture et 74 contre.

112De Gaulle ne cachait pas qu’à défaut d’obtenir l’investiture, il rentrerait à Colombey, et laisserait les parlementaires aux prises avec l’invasion militaire toute prête.

113Au total, l’Assemblée Nationale accorde son investiture par 329 voix contre 224, entérinant ainsi solennellement les conditions posées par de Gaulle. Le débat, bref, fut de haute tenue, Mitterrand, principal orateur de la gauche déclare que de Gaulle tiendra en droit son pouvoir de la représentation nationale, en fait il le tient déjà du coup de force. On sait qu’il dissertera de la république gaullienne comme du "coup d’État permanent". La même assemblée avait renouvelé sa confiance au gouvernement Pflimlin, dans la nuit du 27 au 28 mai, par 405 voix contre 165.

114Le gouvernement fait voter le 3 juin, le projet préparé par Michel Debré, devenu garde des Sceaux, qui remplace l’article 90 de la constitution de 1946 et "attribue au Gouvernement, siégeant en Conseil des ministres, après consultation de personnalités qualifiées et après avis du Conseil d’État, le soin d’établir un projet de loi constitutionnelle [...] qui serait soumise à la décision du peuple par référendum". Ce texte modifie si profondément l’ordre constitutionnel qu’il met en place un nouveau régime.

115Pour tenir compte des réserves de certains députés, le gouvernement, par lettre rectificative, accepte la création d’un Comité constitutionnel composé pour les deux tiers de membres du Parlement désignés par les commissions compétentes de l’Assemblée nationale et au Conseil de la République (comment ne pas songer au rôle, dans l’élaboration de la constitution de l’an VIII, réservé à des commissions issues des Conseils ?).

116De Gaulle refusera, en revanche, l’amendement présenté par la commission du suffrage universel de l’Assemblée, portant que le projet de constitution serait soumis à un vote du Parlement, avant référendum. Cette ultime tentative pour ménager l’autorité des parlementaires, n’était pas compatible avec la conception gaullienne d’une constitution élaborée par le président avec ses fidèles et ses auxiliaires, et soumise à l’appel au peuple.

117Au soir du 3 juin, de Gaulle avait accompli son retour au pouvoir, en souverain libre de ses actes, après un parcours sans faute. L’opération "Résurrection" désormais inutile, était décommandée.

118De Gaulle, confiant en son étoile, fidèle à son usage d’exploiter aussitôt les avantages conquis, donne ses instructions à Michel Debré, et s’envole pour Alger, en Caravelle. Il débarque le 4 juin au matin en tenue de général, accueilli par une population en délire, sûre d’avoir vaincu et assuré l’Algérie française. Accueilli par les généraux Salan, Massu, de Gaulle se fait présenter, comme en chaque ville visitée en 1944, les chefs des résistants. Le cortège officiel est acclamé dans les avenues, aux cris d’ "Algérie française, Vive de Gaulle". Au balcon du gouvernement général vers 19 heures, il se montre, lève les deux bras en signe de victoire, et clame : "Je vous ai compris" approbation saluée par une immense clameur de joie et d’applaudissements, qui se répercute d’un côté à l’autre de l’immense "forum".

119Il sera accueilli avec le même enthousiasme à Oran, Constantine et Mostaganem où il clame "Vive l’Algérie Française". Ceux qui ont fait le 13 mai et ouvert ainsi à de Gaulle le chemin du pouvoir peuvent, presque tous, s’estimer satisfaits et confiants dans l’Algérie Française.

120Ainsi follement acclamé, son pouvoir en quelque sorte confirmé, son prestige renforcé, de Gaulle revient à Paris pour diriger l’élaboration de la nouvelle constitution. Il n’est pas juriste, et laisse à Debré le soin des débats techniques, mais entend imposer les lignes générales.

121Le travail avance vite, (moins vite qu’en 1852, mais avec plus de méthode et d’ "esprit de conseil") : Debré élabore les dispositions avec l’aide d’un comité d’experts, membres du Conseil d’État, compétents, gagnés pour la plupart aux principes gaulliens Suivent les discussions, matière par matière en conseil de cabinet, puis avec le comité consultatif, en fin en conseil des ministres. Le tout, précise de Gaulle, "suivant mes indications et conformément à ce que je juge nécessaire à la République".

  • 21 Le président de la République est, à l’évidence, l’institution principale établie par la constituti (...)
  • 22 La constitution de 1958 conserve le bicaméralisme, l’élection au suffrage universel (direct pour l’ (...)
  • 23 "Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territo (...)

122L’essentiel du travail est accompli entre le vendredi 13 juin et le lundi 23 juin. Les leaders de l’ex-quatrième République, Guy Mollet, Pflimlin sont intervenus pour défendre les droits du Parlement et pour limiter le recours au référendum mais le texte définitif explicite, en gros, les orientations imposées par le général de Gaulle : rôle prépondérant du président de la République21, limitations des prérogatives du "pouvoir législatif"22, attribution au président de la République de pouvoirs exceptionnels, véritable dictature temporaire, par l’article 1623.

  • 24 Le pourcentage d’abstention a été particulièrement faible (19,5 %). La majorité de "oui" fut écrasa (...)
  • 25 L’expression la plus outrée de son pouvoir souverain par Charles de Gaulle sera formulée dans sa co (...)

123Le nouveau texte constitutionnel est adopté par le Conseil des ministres le 3 septembre, soumis au peuple par le référendum du 28 septembre 1958. Celui-ci donne une réponse "franche et massive", comme il n’y en avait pas eu depuis les plébiscites de 1851 et 185224. Le général de Gaulle tirera la leçon de sa réussite dans son allocution du 28 décembre 1958 : "Guide de la France, et chef d’État républicain, j’exercerai le pouvoir suprême dans toute l’étendue qu’il comporte désormais, et suivant l’esprit nouveau qui me l’a fait attribuer"25

124Nous n’avons pas à étendre notre réflexion aux mois qui suivent, à l’application de la constitution de 1958, à la "défrancisation" de l’Algérie.

125Durant la période de passage d’un régime moribond à un régime en gésine, de Gaulle avait joué avec une habileté hors de pair : utilisant les multiples efforts de ses partisans pour mettre à bas le gouvernement, tout en protestant de son attachement à la légitimité républicaine ; se refusant à condamner ce mouvement d’Alger qui constituait sa dernière chance de revenir aux affaires, mais en exigeant que la transmission du pouvoir se fasse selon les conditions qu’il imposait lui-même aux parlementaires, affirmant sa confiance dans l’armée dont le soutien lui était indispensable jusqu’à l’élection présidentielle.

126En ces journées capitales de fin mai et début juin 1958, le général de Gaulle entend se démarquer de la situation de juin-juillet 1940, pourtant analogue. On s’est demandé si la délégation de pouvoir constituant admise en 1958 par l’Assemblée n’était pas aussi discutable que celle qui avait été consentie et avec une majorité bien plus forte, le 10 juillet 1940 au maréchal Pétain. Puis la question est devenue sans objet du fait de l’incontestable adhésion du peuple français au fait accompli. Les constitutionnalistes ne se préoccupent guère de comparer les deux situations. Serait-ce politiquement incorrect ?

127Les militaires ont été invités à quitter les Comités de salut public qui cessent d’exister.

128Le général Salan a été remplacé au commandement de l’armée française en Algérie le 19 décembre, pour être nommé inspecteur général de la Défense nationale puis à l’honorable sinécure de gouverneur militaire de Paris. Le souverain ne tolérait d’autorité et de prestige que le sien, ou celui de ses fidèles.

Notes

1 L’ordonnance constitutionnelle du 17 août 1945, conçue et signée par le général de Gaulle dispose que les électeurs français sont appelés, par référendum, à déterminer le pouvoir de l’Assemblée constituante qui doit être élue. La première question "Voulez-vous que l’Assemblée élue ce jour soit constituante, " est destinée à choisir entre le retour à la constitution de 1875 et l’élaboration de cette nouvelle constitution. De Gaulle, les mouvements de Résistance, les partis politiques (à l’exception d’un petit nombre de nostalgiques de la IIIe République, tel Herriot) étaient pour la réponse "oui", qui l’emporte très largement. La seconde question était ainsi rédigée : "Approuvez-vous que les pouvoirs publics soient, jusqu’à la mise en vigueur de la nouvelle constitution, organisés conformément au projet de loi dont le texte figure au verso de ce bulletin". Ce projet, conçu et signé par le général de Gaulle, établissait une véritable constitution provisoire : le gouvernement, provisoire conservait toutes les prérogatives gouvernementales qu’il exerçait à Alger depuis 1943. L’Assemblée constituante devait établir dans les sept mois une constitution qui serait soumise à référendum ; faute de quoi, il serait procédé à l’élection d’une nouvelle constituante. De Gaulle, les siens, le MRP, et les modérés ont demandé aux électeurs de voter "oui". Les communistes et les socialistes, de voter "non", en faisant valoir que les dispositions de ce projet contredisaient le principe republicain de souveraineté de l’Assemblée constituante. Le "oui" l’emporte de peu. En conséquence, le projet proposé devient la loi du 2 novembre 1945.

2 De Félix Gouin à Pierre Pfimlin, on compte vingt gouvernements pour onze années. Les plus durables ont été ceux de Guy Mollet du 1er février 1956 au 21 mai 1957, d’Henri Queuille (11 septembre 1948-6 octobre 1949), d’Edgar Faure (23 février 1955 – 24 janvier 1956), de P. Ramadier (22 janvier 1947 – 18 novembre 1947), d’A. Pinay (8 mars 1952 – 23 décembre 1952), de R. Schuman (24 novembre 1947 – 19 juillet 1948). Se sont succédés comme chefs de gouvernement : F. Gouin, L. Blum, P. Ramadier, R. Schuman, A. Morice, H. Queille, G. Bidault, R. Pleven, E. Faure, A. Pinay, R. Mayer, J. Laniel, P. Mendès-France, E. Faure (2), G Mollet, Bourgès-Maumoury, F. Gaillard, P. Pflimlin.

3 Les dirigeants gaullistes sont issus de la Résistance (à l’exception de l’ambassadeur L. Noël) soit comme compagnons de Londres (Soustelle, L. Vallon, G. Palewsky, Diethelm), soit comme animateurs de la Résistance interne (Baumel, Bénouville, Chaban-Delmas). On compte parmi eux plusieurs "Compagnons de la Libération", et parmi les militants, de nombreux "médaillés de la Résistance". Les origines sociologiques sont diverses. Soustelle et Capitant, universitaires, Terrenoire, venu du syndicalisme chrétien, J. Foccard de l’import export, Chaban-Delmas de l’Inspection des finances, M. Debré du Conseil d’Etat, A. Malraux, écrivain.

4 Les dirigeants de la "Troisième force" (SFIO, Radicaux, MRP, Modérés), confrontés à la probabilité d’être mis en minorité, aux élections de 1951 à la représentation proportionnelle, face aux oppositions des communistes et des gaullistes, avaient imaginé le système des apparentements : tout en conservant leur autonomie, des listes pouvaient "s’apparenter". Si les listes apparentées obtenaient, dans un département, la majorité, elles emportaient tous les sièges de députés, et les répartissaient entre elles à proportion des suffrages obtenus. Le système n’était pas applicable en Seine et Seine-et-Oise, où le gouvernement redoutait un raz de marée gaulliste. Ce système, qui fit la joie des chansonniers, permit aux "apparentés", quoique minoritaires dans le corps électoral, de conserver la majorité à la Chambre (388 sièges sur 627). Cette combinaison permet le maintien de gouvernement de coalition, mais contribua au discrédit du "système". Les apparentements ont peu joué lors des élections de 1956, du fait de l’éclatement de la "Troisième force".

5 L’opération désastreuse de Dien Bien Phu avait abouti à la destruction d’une bonne partie du corps de bataille français (mars-mai 1954). Le gouvernement Laniel (modéré) est remplacé par celui de P. Mendès France (radical de gauche). Ce dernier s’est donné un mois pour conclure un accord, à la conférence de Genève, avec le Viet Minh. Le Nord Viet Nam (au dessus du 17e parallèle) était reconnu au Viet Minh, qui n’entendait pas renoncer au Sud. Des élections "libres" devaient avoir lieu dans chacune des parties, en vue d’une réunification.

6 Un mouvement insurrectionnel de grande envergure a été organisé par Messali Hadj contre les Européens d’Algérie, en profitant du fait que la plupart des forces militaires étaient engagées dans l’achèvement de la guerre contre l’Allemagne. Le premier mai, des manifestants se sont heurtés à la police, à Alger. Le 8 mai 1945, à Sétif et dans d’autres contrées de l’Est algérien (Kabylie, Bougie), des manifestants, souvent armés (10 000 à Sétif selon les documents officiels) s’attaquent aux Européens, massacrent et pillent. Des Européens isolés sont assassinés en plusieurs points du territoire. Les autorités reprennent la situation en main en quelques jours, et organisent contre-offensive et répression. On dénombre officiellement 113 morts européens, presque tous civils, et 2 000 musulmans victimes de la répression. "La vengeance et la haine se sont déchaînées" (Montagnon).

7 Le "poujadisme", du nom de son leader P. Poujade, associe des réactions de défense corporative des petits commerçants et artisans contre le fisc et le grand capitalisme, et les réactions antiparlementaires et nationalistes. Le mouvement est à son apogée à l’époque des élections de 1956, où les "poujadistes" obtiendront près de 13 % des suffrages, et 52 élus. Ce mouvement, qui atteste du mécontentement des classes moyennes, fournira des cadres et des suffrages à la vague de fond utilisée par le général de Gaulle en 1958.

8 "Il faut détruire le régime" (n° 1 du 23 mars 1957) ; "Que les Algériens sachent surtout que l’abandon de la souveraineté française en Algérie est un acte illégitime c’est-à-dire qu’il met ceux qui le commettent [...] hors la loi, et ceux qui s’y opposent, quel que soit le moyen employé, en état légal de légitime défense" (20 déc. 1957). On sait que celui qui avait été surnommé, pour la violence de ses propos "Michou la Colère", sera justement chargé par le général de Gaulle d’accomplir cet abandon de la souveraineté française qu’il condamnait si fort en 1957.

9 Les élections du 2 janvier 1956, qui font suite à la dissolution de la Chambre des députés par le président Edgar Faure (29 nov. 1955) voient l’avancée du "Front républicain" de gauche, dont Mendès France est le leader implicite : P C. 25 % des suffrages et 150 députés ; SFIO, 15 % et 96 députés. Le MRP se maintient avec 83 députés (11 % des suffrages) ; les modérés ont 95 sièges, et les Républicains sociaux (gaullistes), 22 sièges seulement.

10 MONTAGNON, La guerre d’Algérie, ch. 26 : "La lutte F.L.N.-M.N.A." La rivalité des deux mouvements qui entendaient l’un et l’autre représenter le patronalisme algérien, devient lutte fratricide qui fera des milliers de morts. Le F.L.N. en sortira vainqueur, sur le terrain en Algérie, dans la population algérienne en métropole, sur la scène internationale. Parmi les épisodes les plus sanglants, le massacre de la population au douar Mélouza, dans l’Hodna, d’obédience messaliste, par le FIN ; environ trois cents victimes, hommes, femmes et enfants.

11 La proclamation des leaders du F.L.N., qui deviendrait le GPRA, en date du 31 octobre 1954, précédant les violences du 1er novembre, indique clairement les buts : établissement de l’indépendance nationale pour instaurer un état algérien souverain, mobiisation de tous jusqu’à la réalisation de ce but, internationalisation du problème algérien, avec sommation à la France de reconnaître la souveraineté algérienne, une et indivisible, de libérer tous les détenus politiques, d’abolir tous les actes faisant de l’Algérie une terre française. Les Français pourraient opter pour la nationalité algérienne, ou seraient traités en étrangers.

12 Le 30 septembre éclatent deux bombes, l’une au "Milk Bar" de la rue d’Isly, l’autre à la cafétéria de la rue Michelet. Elles font trois morts et cinquante blessés, surtout des jeunes. L’enquête établira que quatre femmes ont posé les engins, dont une européenne, fille de militant communiste. D’autres attentats à la bombe auront lieu en décembre, janvier, février, faisant de nombreux morts. Le 27 décembre Amédée Froger, maire de Boufarik est assassiné. Des émeutes de la vengeance font à leur tour de nombreux morts parmi les musulmans. Les paras, munis des fichiers de la police, arrêtent et interrogent les suspects. Des langues se délient, des indices se recoupent. En quelques semaines, de nombreux terroristes sont arrêtés, les réseaux démantelés, les armes et explosifs saisis. Seize condamnés à mort seront exécutés (MONTAGNON, op. cit., ch. XXII).

13 MUELE (R.), La guerre d’Algérie en France, 1954-1962, Presses de la Cité, Paris 1994.

14 L’un des adjoints de Salan, le commandant Rodier est tué. L’enquête permet d’arrêter assez vite les principaux organisateurs et acteurs, Kovacs, Castille, Féchoz, qui appartiennent à des milieux extrémistes européens. Arrêtés, ils déclarent avoir voulu se débarrasser d’un homme qui n’était pas sûr défenseur de l’Algérie française. Mais au profit de qui ? Ils citent le général Cogny, qui nie et ne sera pas inquiété. Quels sont les chefs et commanditaires de l’opération ? Le procès sera bâclé. Des émissaires de Michel Debré sont intervenus. Au cours de son exil, à Madrid, Salan retrouvera ceux qui avaient tenté de l’assassiner, Castille et Fechoz. Ils ne savent pas tout, mais en révèlent assez pour que le général Salan puisse, dans ses mémoires, accuser Michel Debré et ses amis. C’est aussi le jugement de François Mitterrand, garde des Sceaux à l’époque des faits. Cf. MONTAGNON (P.), op. cit., p. 202-203.

15 Sur les groupements politiques mobilisés pour la défense de l’Algérie française, cf. BROMBERGER (M. et S.), Les treize complots du Treize Mai, op. cit.et NICK (C.), Résurrection – Naissance de la Cinquième République, op. cit.

16 Les associations d’anciens combattants constituent le principal réseau encadrant les Français d’Algérie. Le 11 juillet 1957, les délégations de 25 associations d’anciens combattants sont réunies à Alger. Le colonel Bourgouin prête serment de "s’opposer par tous les moyens à toute mesure qui menacerait l’intégrité du territoire et de l’unité française", devant les drapeaux et en présence des généraux Salan, Allard, Massu. Des milliers d’anciens combattants proclament après lui : "je le jure".

17 Le F.L.N., ouvertement soutenu par la Tunisie, a organisé sur le territoire des bases de départ pour attaquer l’Algérie, notamment au village de Sakiet Sidi Youssef. De ce village, des tirs sont dirigés contre les Français. Des avions de reconnaissance sont touchés. Le général Jouhaud, commandant de l’aviation en Algérie prépare une riposte, avec l’accord de Salan, commandant en chef en Algérie et du général Ely, chef d’état major-général. La riposte a lieu par bombardement, le 7 février, des bois où les cantonnements de fellaghas ont été localisés. Cent trente d’entre eux seront tués, selon le communiqué officiel français, mais aussi des victimes civiles. La Tunisie, faisant état de la mort de 21 enfants, proteste contre le raid, et accuse le commandement français, que le ministre défend mollement. Le gouvernement devra accepter les "bons offices" des Américains et des Anglais dans les négociations avec la Tunisie.

18 Dans un entretien du 8 mai 1954, de Gaulle confiait au général Ely, chef d’état-major général : "C’est l’armée seule qui pourra sauver la situation" non pas un putsch armé, mais "les chefs de l’armée doivent venir à lui, et tout ira bien". De Gaulle écrit le 1er janvier 1956 à Pierre Lefranc : "Si l’ambiance venait à changer alors oui, il faudrait agir. Cette ambiance nouvelle, que ceux qui le peuvent la préparent dès à présent". Comment les gaullistes n’auraient-ils pas vu un encouragement dans ces propos et dans bien d’autres ?

19 Texte du télégramme : "Général Salan à général Ely, "La crise actuelle montre que les partis politiques sont profondément divisés sur la question algérienne. La presse laisse à penser que l’abandon de l’Algérie serait envisagé par le processsus diplomatique qui commencerait par des négociations en vue d’un cessez-le-feu.
"Je me permets de vous rappeler mon entretien avec M. Pleven au cours duquel j’ai indiqué de façon formelle que les seules clauses d’un cessez-le-feu ne pouvaient être que celles-ci. Début de citation : la France, confirmant son appel au cessez-le-feu, invite les rebelles en Algérie à remettre au plus tôt leurs armes et leur garantit, avec une large amnistie, leur retour au sein de la communauté franco musulmane rénovée (fin de citation).
"L’armée en Algérie est troublée par le sentiment de sa responsabilité : à l’égard des hommes qui combattent et qui risquent un sacrifice inutile si la représentation nationale n’est pas décidée à maintenir l’Algerie dans la France, comme le préambule de la loi-cadre le stipule ; à l’égard de la population française de l’intérieur, qui est désemparée, et des Français musulmans qui, chaque jour plus nombreux, nous ont redonné leur confiance, sûrs de nos promesses réitérées de les protéger.
"L’armée française, d’une façon unanime, sentirait comme un outrage l’abandon de ce patrimoine national. On ne saurait présager de la réaction de désespoir.
"Je vous demande de bien vouloir appeler l’attention du président de la République, sur notre angoisse que seul un mouvement fermement décidé à maintenir notre drapeau en Algérie peut effacer".

20 La composition malaisée du Comité de salut public d’Alger, qui a été successivement porté de sept à quatre-quatre membres dans la nuit, atteste l’improvisation et les rivalités entre militaires, "Pieds Noirs" et activistes gaullistes. Sous la présence du général Massu, il comporte les colonels Trinquier, Thomazo, Ducasse, Alain de Sérigny, directeur de l’Écho d’Alger, Lagaillarde et Martel parmi les plus actifs des Pieds Noirs et les envoyés gaullistes Delbecque et Neuwirth.

21 Le président de la République est, à l’évidence, l’institution principale établie par la constitution de 1958. L’article 5 dispose "Le président de la République veille au respect de la constitution, il assure par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des accords de communauté et des traités". Le président de la République nomme le Premier ministre et, sur la proposition de ce dernier les autres ministres. Il préside le Conseil des ministres. Le président de la République signe les ordonnances et les décrets pris au Conseil des ministres. Il nomme les hauts fonctionnaires. Il est chef des armées. Il nomme les officiers généraux, préside les Conseils et Comité de défense nationale. Il dispose d’un délai de 15 jours après le vote d’une loi pour la promulguer, ou demander une nouvelle délibération (prérogative de la constitution de 1848), ou déférer le texte de loi au Conseil constitutionnel pour que ce dernier juge de sa constitutionnalité. Il nomme trois membres du Conseil constitutionnel (dont le président), le président et les membres du Conseil supérieur de la magistrature. Il dispose du droit de grâce. Il peut soumettre un texte à référendum. Il peut dissoudre l’Assemblée nationale. Le général de Gaulle a jugé prématuré, en 1958, de prévoir l’élection du président de la République au suffrage universel, qui rappelait trop la tradition bonapartiste. Le président est élu par un collège dans lequel les membres du Parlement sont noyés parmi les conseillers généraux, les maires et les délégués des conseils municipaux, environ 70 000 notables. La durée du mandat n’a pas suscité de débats. Entre les dix ans de brumaire (et 1852) et les 4 ans trop courts de 1848, on s’accorde sur sept ans (solution de la IIIe République) sans interdire la réélection (à la différence de la constitution de 1848), ce qui accentue le caractère "monarchique" de cette présidence.

22 La constitution de 1958 conserve le bicaméralisme, l’élection au suffrage universel (direct pour l’Assemblée nationale, indirect pour le Sénat), et réserve au Parlement le vote des lois, ce qui devrait rassurer les démocrates. Mais l’action du Parlement est désormais strictement encadré : du fait de la création d’un Conseil constitutionnel, dont l’autorité s’impose au Parlement lui-même ; du fait que le domaine réservé au législateur énuméré par l’article 34, de manière, il est vrai à englober la plupart des matières importantes. Hors de ce domaine, la législation est établie par voie d’ordonnances ou de décrets, ce qui est contraire à la tradition démocratique de la souveraineté du législateur. Le gouvernement peut obtenir du Parlement délégation pour régler par ordonnance ou décret des matières qui relèvent normalement de la loi. La procédure de travail de l’Assemblée donne priorité aux textes présentés par le gouvernement ou approuvés par lui. La procédure de mise en jeu de la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée est établie par les articles 49-1, 49-2, 49-3 de manière à rendre difficile un vote de défiance contre le gouvernement.

23 "Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire, ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate, et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le président de la République prend les mesures exigées par les circonstances, après consultation du Premier ministre, et des présidents des Assemblées et du Conseil constitutionnel. Le Parlement se réunit de plein droit et l’Assemblée nationale ne peut être dissoule". Cet article 16 est aberrant par rapport à la tradition républicaine française. Le seul précédent est celui de l’article 92 de la constitution de l’an VIII conférant pleins pouvoirs au gouvernement en cas de révolte à main armée ou de menaces contre la sûreté de l’État. Ces pouvoirs exceptionnels de l’art. 16, qui n’avaient été évoqués, ni dans le discours de Bayeux, ni dans les campagnes gaullistes, fut discuté au sein du Comité consultatif constituant et du Conseil d’Etat, sans que nul n’ose en attaquer fondamentalement le principe. Les survivants de la Quatrième République, soit impressionnés par la personnalité du général, soit reconnaissants qu’il les ait conservés auprès de lui, ne protesteront pas. Cet article 16 a-t-il été inspiré, comme on l’a dit, comme un remède à la déliquescence de la République, en 1940 ? On peut formuler en outre l’hypothèse que Charles de Gaulle, en joueur qui prévoyait de longtemps ses coups, entendait se donner les moyens de briser les résistances prévisibles des Français d’Algérie et de l’armée, à la politique de décolonisation qu’il avait choisie. Il en fit en 1961 un usage impérial et rigoureux. Et la gauche, trop heureuse que de Gaulle réprimât les résistances françaises en Algérie, se garda de critiquer la mise en application de cet article au delà cependant des conditions prévues par la constitution.

24 Le pourcentage d’abstention a été particulièrement faible (19,5 %). La majorité de "oui" fut écrasante : 35 067 000 suffrages, soit 85,14 % des votants et 67,7 % des inscrits. Les gaullistes, le M.R.P., la droite et tous les déçus de la IVe République ont voté "oui", socialistes et radicaux étant divisés. Seuls les communistes avaient résolument fait campagne pour le non. En Algérie le vote "oui", considéré comme la consécration de l’’’Algérie française", représente 96,5 % des suffrages exprimés. La constitution est promulguée le 4 octobre. Lors de l’élection présidentielle du 21 décembre 1958, Charles de Gaulle obtient 78,5 % des voix.

25 L’expression la plus outrée de son pouvoir souverain par Charles de Gaulle sera formulée dans sa conférence de presse du 31 janvier 1964 : "Il doit être évidemment entendu que l’autorité indivisible de l’État est conférée toute entière au président par le peuple, qui l’a élu, qu’il n’en existe aucune autre, ni ministérielle, ni civile, ni militaire, ni judiciaire qui ne soit confiée ou maintenue par lui, enfin qu’il lui appartient d’ajuster le domaine suprême qui lui est propre avec ceux dont il attribue la gestion à d’autres".

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search