Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

L’espoir d’une restauration d’après la correspondance inédite du prétendant François de Bourbon

Ludovic Sérée de Roch

Texte intégral

  • 1 WARREN (R. de), Les prétendants au trône de France, Paris, 1947, p. 145-149 ; AUGE, Les "blancs d’E (...)
  • 2 RIALS (S.), "Mariage morganatique et droit royal français", Légitimité, 1984, n° 31, p. 7-11.

1S.A.R. François de Bourbon, Infant d’Espagne, duc de Séville, appartient à une branche de la Maison de Bourbon peu connue, dont le chef prétend au trône de France1. Les membres de cette famille, actuellement les plus proches cousins des souverains espagnols, ne sont plus dynastes en Espagne du fait du mariage morganatique, en 1847, de S.A.R. Henri, Marie, Ferdinand de Bourbon, duc de Séville, avec Hélène, Marie de l’Assomption de Castelvy et Shelly Fernandez de Cordoba2.

  • 3 Arch. Mun. Toulouse. Registre de l’État-civil. L’acte de baptême, du 21. IV. 1853, indique que les (...)
  • 4 On sent tout au long des lettres le mécontentement et la frustration du prince écarté de la success (...)
  • 5 PAPET-VAUBAN (C.), op. cit., 1996, p. 28.

2François, Marie, Trinité, Henri, Gabriel, Michel, Raphaël, Edmé, Bonaventure, issu de ce mariage morganatique, est né le 29 mars 1853, à 17 heures, n° 1 rue Caffarelli, à Toulouse3. Il combat dans les rangs carlistes jusqu’à l’avènement d’Alphonse XII, puis prend part à la campagne de Cuba. Il revient en Espagne avec le grade de général de brigade. La persécution dirigée contre son père et son frère aîné se retourne alors contre lui4. Tout est mis en œuvre pour retarder son avancement (général de brigade à vingt-trois ans, il met plus de seize ans à atteindre le grade de général de division)5. Le prince occupe alors un poste de commandant de corps d’armée aux îles Baléares.

  • 6 Lettre du 15. XI.1903. Madrid.
  • 7 BULLON de MENDOZA (A.) & SERRAO (J.-V.), La contrarevolucion legitimista (1688-1876), Madrid, Compl (...)
  • 8 LEMAIRE (A.), Les lois fondamentales de la Monarchie française d’après les théoriciens de l’Ancien (...)
  • 9 "Ce ne sont pas mes droits indiscutables qui sont fantaisistes [...] ce sont les rêves de fou du du (...)
  • 10 Signalons que le comte de Paris et Don Carlos entretiennent de bons rapports. Le comte de Paris app (...)

3 Général de division de réserve, chef de la branche (son frère aîné étant mort sans descendance mâle), il revendique, le 5 septembre 1894, ses droits au trône de France, non comme un étranger, mais comme un Bourbon, né à Toulouse6, jugeant la politique des deux premières branches de la famille trop espagnole (la branche carliste revendique le trône d’Espagne au nom de la primogéniture et de la légitimité ; la branche alphonsiste règne sur l’Espagne en la personne d’Alphonse XIII)7 De ce fait, la Maison des Bourbon-Séville se trouve être la première branche de la famille à pouvoir accéder au trône de France : d’une part, la clause empêchant la réunion des couronnes de France et d’Espagne sur une seule personne dans le traité d’Utrecht8 étant valable, les Bourbon-Séville remplissent les conditions puisqu’ils ne peuvent régner sur l’Espagne9 ; d’autre part, la Maison d’Orléans ne peut prétendre au trône puisque, dans l’ordre dynastique, elle se place bien après la Maison de Bourbon-Séville10.

  • 11 LA PERRIERE (H. de), Du droit de succession à la couronne de France dans la dynastie capétienne. Th (...)

4Dès 1894, plusieurs légitimistes français reconnaissent le général François de Bourbon comme Roi de France. Celui-ci prend alors le titre de duc d’Anjou et anime pendant quelques années un parti légitimiste11.

  • 12 Cette famille, originaire de l’Ariège, a compté des receveurs des douanes à Aston et Aulus. Antonin (...)

5Notre analyse repose sur soixante-douze lettres inédites du prince, conservées dans des archives privées et dont nous avons pu faire des photocopies, rédigées en français, entre le 5 août 1898 et le 4 avril 1909, et adressées au représentant toulousain du parti, le publiciste Antonin Moulis12.

I – Un homme providentiel pour un mouvement de légitimité nationale

  • 13 REMOND (R.), La droite en France, Paris, Aubier, 1968, p. 159.
  • 14 Lettre du 4. X. 1906. Madrid.
  • 15 GIRARDET (R.), Le nationalisme français (1871-1914), Paris, Colin, 1966, p. 276.

6Le paysage politique français est en pleine mutation de 1898 à 1909. De nouveaux partis apparaissent (le parti radical et radical-socialiste en 1901, le parti socialiste de France et parti socialiste français, puis SFIO en 1905 ; une partie de la droite, ralliée après 1892, forme l’Action libérale populaire, etc.). À l’inverse, cette période coïncide avec l’effacement des courants bonapartistes et monarchistes. Cet affaiblissement est accéléré par l’émergence du nationalisme, avec le boulangisme et l’affaire Dreyfus13. Conscient de ce recul, François de Bourbon définit une légitimité nationale, offensive, reposant sur des sentiments d’union, de paternité et d’amour pour la patrie14, largement influencée par la doctrine de Barrès (aimer la France, c’est combattre les ennemis de l’intérieur, la cohésion étant acquise au prix d’une opposition à tout ce qui est étranger15).

A – Un homme providentiel

  • 16 Chevalier Grand-croix de l’ordre du Mérite militaire en 1878 ; Grand-croix de l’ordre de Saint-Henn (...)
  • 17 C’est à lui que l’on doit le plan de défense des îles, mis en œuvre depuis. Il devient Lieutenant g (...)
  • 18 Il est populaire et respecté au point que, pendant les premières années de la République, ni sa rés (...)
  • 19 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.
  • 20 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.
  • 21 Lettre du 19. X. 1903. Madrid.

7Le prince revient en Espagne, après la campagne de Cuba, couvert d’honneurs et de décorations pour sa conduite sur les champs de bataille16. Aux Baléares, il laisse le meilleur souvenir dans l’esprit de ses subordonnés, dont il fait l’admiration par sa profonde connaissance des affaires militaires17. Il est aimé, à Madrid, pour son caractère courtois et énergique, pour son attachement à l’honneur et à la justice18. Il est élu député aux Cortès en 1896. Les persécutions dont il est l’objet renforcent sa position : "Le procès, loin de me nuire, n’a fait que croître ma popularité, c’est ainsi comme s’expliquait encore hier un homme de grand talent et prestige Mgr l’évêque de Zamora. Les journaux mal informés par de fausses nouvelles remplies du venin et sorties de la préfecture de Madrid, donnaient à tous les vents une tournure contraire aux faits, alors qu’on m’ordonnait de me taire"19. Le prince soutient, à diverses reprises, que les persécutions se poursuivent en France. Il se sent accusé à tort, victime d’une répression arbitraire et aveugle qui tente de le ridiculiser20, alors même qu’il n’est pas connu : "On ne veut pas me laisser monter [...] et Dieu, croyez-le, s’en chargera. La Sainte Vierge m’a mené maintes fois au plus rude des combats et elle m’a fait sortir victorieux ! Elle ne m’abandonnera pas"21.

  • 22 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.
  • 23 Lettres du 5. VIII. 1898. Madrid ; 18. VI. 1903. Madrid ; 26. XI.1903. Madrid.

8L’image qu’il souhaite donner de lui-même est celle d’un général d’honneur, patriotique22, et d’un chef lucide et responsable : "Un général avant de livrer une bataille, doit compter ses forces. La livrer pour la perdre, c’est une folie"23.

  • 24 BASTIER (J.), "La crise de l’État républicain, d’après la Revue des Vivants d’Henry de Jouvenel 192 (...)
  • 25 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

9François de Bourbon appartient à une génération de militaires (en avance sur celle de la première guerre mondiale)24, marquée par les horreurs de la guerre et bien déterminée à lutter contre le désordre établi par le décri de la parole et l’exaltation de l’action : "Moi, soldat, qui connaît le monde, qui ait souffert et qui sait envisager les situations telles qu’elles sont (sic) [...] je préfère compter les miens véritables [...] ne pas faire le charlatan [...] et agir"25.

  • 26 Lettre du comte de La Bravardière du 111V. 1901.

10Il est pour ses partisans l’homme providentiel capable d’incarner les forces du renouveau : "Nous avons un Chef militaire et politique dans la providentielle personnalité de Mgr le duc d’Anjou. C’est la porte de France qu’il s’agit de lui ouvrir. Je crois que le mieux serait de la forcer et, malgré l’âpreté et la fatigue de la lutte, je m’efforcerai encore de le tenter"26.

  • 27 Lettre du 25. X.1903. Madrid.
  • 28 Lettre du 6. XII. 1903. Madrid.
  • 29 Lettre du 5. III. 1907. Madrid.

11Le prince manifeste à plusieurs reprises la nécessité de consolider sa situation matérielle afin d’être véritablement indépendant et de se "donner tout à la France !"27. Il revendique également une plus grande liberté d’action qui lui permettrait d’apparaître en digne descendant d’Henri IV28, sa situation de militaire l’empêchant d’intervenir dans la polémique publique : "je voudrais enfin devenir libre, afin de pouvoir faire entendre mon droit, mes idées toutes françaises et patriotes. Attaché à mon sabre d’ici je ne puis me remuer comme je le voudrais et comme l’intérêt du parti l’exige"29.

  • 30 Lettre du 3. II.1901. Saragosse.
  • 31 Lettre du 6. XII. 1903. Madrid.

12Ses difficultés d’action sont compensées par le fait que le prince parvient assez facilement à se rendre en France "incognito" pour organiser son parti30, et qu’il dispose, en outre, de solides relations familiales, qu’il ne cesse de faire valoir à ses partisans : "Pensez que mon aîné est le Dauphin, et que je suis d’avis à ne rien brusquer avec lui, car il y a des plans diplomatiques qui pourraient nous aider considérablement, dans un moment donné"31.

B – Un mouvement de légitimité nationale

  • 32 RIALS (S.), "Lecture de Joseph de Maistre", Mémoire, 1984, n° 1, p. 21-46.
  • 33 BASTIER (J.), "Correspondance inédite de Louis de Bonald", Annales de l’Université Jean Moulin, Lyo (...)
  • 34 "Notre appel aux Défenseurs des Opprimés, de la Liberté et du Droit", L’Étoile Française, 23. VI. 1 (...)
  • 35 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.
  • 36 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

13La religion, selon lui, à la base même de toute société harmonieuse, est constamment présente dans sa réflexion. Le prince, tenant d’un catholicisme intransigeant et d’un traditionalisme élaboré à partir des écrits de Rivarol, Barruel, Maistre32 et Bonald33, est convaincu que les principes révolutionnaires ébranlent les structures fondamentales qui régissent l’État et qu’un gouvernement aux abois, attentateur à la liberté, accomplit une œuvre antifrançaise et inhumaine. Cette politique de haine, de proscriptions illégales, d’expropriations et de vols, ramène à l’époque héroïque "où le christianisme, au nom de sa religion faite toute d’amour et de bonté, luttait contre la barbarie qui couvrait de sa pourpre ensanglantée la société humaine"34. L’idée qui sous-tend sa réflexion est qu’il existe un ordre naturel que toute action humaine doit défendre, et il écrit : "Les catholiques se plaignent de ce qui leur arrive et ils n’ont pas le courage de défendre le Christ l’épée à la main, seul et unique moyen qui fera arrêter l’invasion protestante de la République jacobine qui asservit la France !"35 Les facteurs de désordre sont la transgression des principes divins, la négation illégitime de la diversité et des inégalités au nom d’une prétendue raison universelle venant remplacer les dogmes intangibles hérités du passé. Ce défi lancé à l’autorité divine, révolte sacrilège, appelle un châtiment terrible : "Les persécutions naissent pour éprouver et réveiller le zèle des fidèles, et leur rappeler qu’il ne suffit pas de s’immobiliser dans la pratique et l’observance des devoirs religieux, en déplorant platoniquement les horreurs des temps présents. Si l’Église est sortie victorieuse et grande des persécutions de ses ennemis, qui sont ceux de notre maître à tous grands et petits, si elle a pu traverser des époques autrement terribles et tragiques que celles où nous vivons, c’est que le sang de ses martyrs, répandu en rosée féconde, faisait éclore des énergies indomptables et proclamait hautement cette maxime : La foi qui n’agit pas n’est point une foi sincère !"36

  • 37 Lettre du 21. IX. 1902. La Toja.
  • 38 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.
  • 39 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.
  • 40 lettre du 26. XL.1903. Madrid.

14François de Bourbon propose d’enrayer le mal démocratique par l’instauration d’un régime autoritaire. Les concepts d’ordre et d’obéissance au chef sont fondamentaux et auréolés d’une perfection absolue, au nom de la foi en l’existence d’une intention divine : "Croyez que c’est l’évangile ce que l’on dit"37. La revendication d’un pouvoir fort est fondée sur la nécessité de sauvegarder la structure et les valeurs de la société. L’acceptation de l’ordre divin est un devoir éthique, tout comme l’obéissance au roi, représentant de Dieu sur terre : "Dans le parti traditionnel, l’autorité doit être plus respectée que dans un autre quelconque"38. Cette domination doit être exercée par un seul homme "la voix du vrai chef, de la vraie légitimité"39 ou par une minorité. Le modèle idéal d’organisation est militaire, théocratique et autoritaire : "Je tiens, donc, absolument à ce que l’on sache que le parti légitimiste grand ou petit, repoussera toujours tout élément ou personnalité qui ne représente honneur, patriotisme, progrès, vénération pour l’Armée et gloire pour la France"40

  • 41 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

15François de Bourbon participe également à l’essor du spiritualisme mystique, à l’exaltation de l’élan vital et de l’irrationnel : "A la France, livrée par des hommes sans conscience, aux mains de l’anarchie triomphante, c’est une volonté d’indomptable énergie, qui forte dans son droit et pouvant lever haut, bien haut son front, rétablisse avec audace l’ordre et la justice, qui ont depuis longtemps cessé d’y régner en ce beau pays des Francs ! [...]"41

  • 42 Lettre du comte de La Bravardière du 111V. 1901.

16Le prince dénonce la décadence française, séduisant une partie de l’opinion, inquiète et pessimiste. Il exploite, dans un climat psychologique et social d’incertitude, le complexe d’infériorité à l’égard de l’Allemagne du fait de la défaite, et l’affaiblissement démographique : "Pour moi l’écrasement national dans lequel nous gémissons n’est que la conséquence de nos revers de 1870 et nous ne reprendrons notre place dans le monde qu’à la condition d’une revanche. Revanche qui ne peut sortir que d’une crise désirable le plus tôt possible ; autrement la politique machiavélique de l’Allemagne du Nord nous réduira fatalement à la servitude"42.

  • 43 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 36 & 43-45 ; BASTIER (J.), "La Bible et la Réaction. Louis de Bonald (...)
  • 44 Lettre du 9. X.1904. Madrid.
  • 45 Lettre du 2.1 V. 1905. Jaca.

17Son analyse transpose sans grande originalité dans le champ politique, l’influence des thèmes de la Chute et de la Rédemption. La fin de la monarchie est dépeinte comme une véritable descente aux enfers, et l’avènement de l’Antéchrist43. Le prince est convaincu que le pays est gouverné par des dégénérés, manipulés par des forces obscures : "la France, gouvernée par un bloc dit gouvernemental, mais en réalité animé d’un esprit du mal, qui a sacrifié tout ce qui était respectable"44. La République, ayant brisé les cadres traditionnels, ne peut apporter que désastre et injustice aux Français : "cette union d’hommes néfastes pour ce beau pays de France, qui s’appelle la République"45.

  • 46 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.
  • 47 Lettre du 11. XL 1906. Madrid.
  • 48 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

18L’ennemi le plus menaçant se trouve à l’intérieur même de la nation, la crise ayant pour origine la décadence spirituelle et la corruption des valeurs. François de Bourbon dénonce la direction et l’esprit qui s’inspirent de l’athéisme dominant dans les enseignements primaire, secondaire et supérieur et propose une réforme spirituelle, visant à restaurer l’âme de la France, à rétablir l’homme dans sa dignité et à réaffirmer l’importance des communautés naturelles46. Sa Restauration aspire à une purification et une sélection des élus : "Vous me parlez de prélats et des syndicats catholiques [...] ! Que vont-ils faire ? Rien [...] ils ont tous très peur de la République et comme des poltrons ils se laissent chasser de leurs églises ! Ici on commence à suivre la même marche que la république française en matière d’associations ! [...] mais les catholiques savent prendre un fusil pour défendre la religion [...] ils ne savent pas chanter des cantiques [, ..]mélodieux [...] ! Voyez la différence !"47 Le développement de nouvelles catégories sociales fait osciller le prince entre la défense de l’Ancien Régime et la fascination pour les mouvements de masse. François de Bourbon aime le peuple. Sa pensée se teinte souvent de populisme. Opposé à tout ce qui est susceptible de diviser la nation, le prince pense que l’élite gouvernante doit être l’expression du pays réel. Sa correspondance rend compte de nombreuses tentatives d’ouverture vers les milieux ouvriers : "j’agirai avec les culottes rouges et les blouses honnêtes des ouvriers tout en respectant et faisant justice à la noblesse fidèle"48. Le prince a une conception élitiste de la société, que cette élite soit aristocratique, guerrière ou même ouvrière. En ce qui concerne l’aristocratie, cette dernière ne signifie pas nécessairement la noblesse, dont les traditionalistes ont stigmatisé en leur temps l’incapacité, voire la dégénérescence. Son élite doit avoir pour qualités la loyauté, le courage, la bravoure, l’esprit de chevalerie, l’esprit de sacrifice, le contrôle de soi, l’amour du défi, le goût de la rigueur, de la contrainte de soi, la volonté et la rectitude.

  • 49 POLIAKOV (L.), Histoire de l’antisémitisme. L’Europe suicidaire 1870-1933, Paris, Calmann-Lévy, 197 (...)

19Les thèmes de la décadence et du complot sont largement indissociables, dans la mesure où le déclin de la nation est le résultat des manœuvres de sociétés secrètes tramant de sombres desseins. Juifs et francs-maçons sont accusés d’exercer un rôle majeur dans la propagande anti-chrétienne49.

  • 50 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.
  • 51 BRUGUIERE (M.-B.), "Jacobinisme et déchristianisation : une ville à deux visages, Toulouse dans les (...)
  • 52 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.
  • 53 Ibid.

20L’analyse du complot, en simplifiant l’espace politique, permet l’économie d’un examen attentif des réalités et la dénonciation de puissances occultes : "Il sera également intéressant de montrer dans quelles mains est détenue la justice et comment elle est rendue. Appliquant notre méthode critique à la magistrature debout et portant notre investigation dans les préfectures et sous-préfectures, il nous sera facile d’y montrer la puissance prépondérante du judaïsme et de la franc-maçonnerie. Ainsi nous démontrerons clairement qu’une minorité exotique qui ne dépasse pas un million d’individus, après avoir mis la main sur les sources principales de notre énergie nationale, fait la loi à trente-sept millions de catholiques, les asservit et les désagrège"50. Identifié au jacobinisme, l’idéal maçonnique apparaît comme l’incarnation diabolique d’une force hostile au dogme chrétien51 Le rôle des francs-maçons dans l’avènement de la Troisième République, l’identité avec le républicanisme, le mystère entourant leurs réunions, permettent de multiplier les attaques et de développer facilement cette thèse. Pour le prince, les juifs et les francs-maçons sont responsables de la faillite française : "Un gouvernement sans pudeur, sans dignité, composé de sectaires et d’exotiques venus on ne sait d’où, soutenu par les adeptes et les commanditaires de la tyrannie juive et franc-maçonne, prétend courber, sous son joug despotiquement immoral, la totalité des catholiques français"52. Le prince souhaite révéler en matière économique la véritable situation financière, afin de pouvoir expliquer comment, dans un avenir très prochain, la France va se retrouver en situation de banqueroute53.

  • 54 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.
  • 57 Lettre du 11. XI.1906. Madrid.
  • 58 Lettre du 9. XI.1907. Madrid.

21Défenseur de l’ordre naturel et des traditions, le prince lutte pour la famille, cellule organique fondamentale permettant le développement harmonieux de l’individu et les corps intermédiaires54. L’exaltation du régionalisme, organique et communautaire, administratif et social, est une condamnation de la tradition centralisatrice jacobine : "je tiens à respecter au Gascon, ce qui est de la Gascogne, au Breton, ce qui est de la Bretagne (sic), et faire effacer des rivalités et donner une certaine décentralisation qui loin d’être un élément de désagrégation, soit un lien d’union tenant en compte les tendances, qu’il serait fou de méconnaître"55. Observons à cet égard le respect pour son enracinement toulousain : "Je lui ai aussi témoigné ma vive peine à cause des événements qui m’ont fermé les portes de ma chère ville natale, de cette belle Toulouse dont le soleil fait battre mon cœur de joie !"56. François de Bourbon s’attriste lorsque Moulis est contraint de quitter Toulouse : "cette chère ville où le beau soleil du midi brille [...] pour aller vous installer dans ce froid pays belge"57 Notons également l’attachement très fort du prince aux Toulousains : "Vous avez, cher Moulis, le cœur chaud comme tout Toulousain, calmez-vous et ayez toujours confiance en moi"58.

II – Prendre le pouvoir et chasser le régime républicain en place

  • 59 CABANIS (A. & D.), La société française aux XIXème et XXème siècles, Toulouse, Privât, 1991, p. 254 (...)
  • 60 BLED (J.-P.), Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 346.
  • 61 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 113 et s.

22Le paysage politique français est en pleine mutation durant cette période, du fait de l’effacement des courants bonapartistes et monarchistes59. Les bonapartistes, divisés entre Jéromistes et Victoriens, sont affaiblis. Les monarchistes, depuis la mort du comte de Chambord, perdent l’espoir d’une restauration60, et sont divisés entre carlistes et orléanistes61. Leurs effectifs diminuent à la Chambre et le Ralliement leur porte un coup sévère.

23L’émergence du nationalisme accélère cet affaiblissement. Conscient de cette situation, François de Bourbon souhaite prendre le pouvoir et chasser le régime républicain en place en regroupant les nostalgiques de la monarchie et de l’Empire, en disposant d’une organisation structurée et de moyens d’actions.

A – En regroupant les nostalgiques de la monarchie et de l’Empire

  • 62 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

24Le prince tente de regrouper autour de sa personne les nostalgiques de la monarchie et l’Empire dans un même rejet du régime républicain en place : "La croisade du XXème siècle s’impose et il faut que tous comprennent que ni avec le duc d’Orléans, ni avec le prince Napoléon en tant d’années, on n’a rien, rien, rien fait !"62.

1 – Les monarchistes

  • 63 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.

25Fort de sa légitimité et de son droit, le prince soutient que les légitimistes ne devraient pas reconnaître le duc d’Orléans, "l’ennemi acharné des vrais Bourbons, de ceux qui firent la grandeur de la France, et la vraie cause des malheurs qui ont fait sa faiblesse et l’ont fait tomber de son ancien piédestal de gloire !"63.

  • 64 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.

26Il se montre toutefois désireux d’attirer les cadres de ce parti. Il fait savoir au comte de Saint-Semin, que dans une réunion extraordinaire de prêtres, un évêque et l’aumônier de Clairvaux (où fut interné le duc d’Orléans) ont dit qu’ils ne voulaient plus du duc d’Orléans qu’ils considèrent comme un homme cynique et un incapable : "Si le comte de Saint-Sernin qui porte le nom de cette sainte basilique où j’ai reçu le baptême a de la conscience il doit quitter l’orléanisme, l’ennemi des Bourbons, l’ennemi de la France et venir à moi qui le recevrai avec les bras ouverts. Il n’aura pas à s’en repentir. Je vous le promets"64.

  • 65 Lettre du 9. X.1904. Madrid.
  • 66 Lettre du 4. IV. 1909. Madrid.
  • 67 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.
  • 68 Lettre du 26. VIII. 1904. Madrid.

27Le prince dénonce également, à plusieurs reprises, le caractère snob et mondain du parti, organisé pour des "noceurs à œillets blancs [...]"65, ayant perdu l’idée du droit et du sacrifice : "Les orléanistes avec leurs camelots du roi, ont mis le ridicule dans leur parti à la face de l’Europe ! Ce sont les bouffes-parisiennes. Il faudra organiser le parti d’une autre façon"66. François de Bourbon exprime son contentement, lorsque au mois de mai 1904, au cours d’un voyage à Paris, se sont ralliés à lui de nombreux Orléanistes fatigués et détrompés67. Le prince recommande à tous ses représentants d’attirer au niveau local les partisans dégoûtés du duc d’Orléans, en agissant de manière souple et respectueuse pour ne froisser personne : "Le Roi de France ne saurait être le Roi d’un parti. Il est père de tous ceux qui concourent à la grandeur de la patrie" Voilà la thèse de mon programme. Soyez aimable avec tous et persuadez avec raison"68.

2 – Les bonapartistes

  • 69 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

28Les Bonapartistes ont la sympathie du prince qui considère que sans la défaite de Sedan, son père (très lié à Napoléon III) aurait été roi d’Espagne : "mes bras seront ouverts à tous les amis de l’Empire. Moi-même, enfant, j’ai été le grand ami du pauvre prince impérial. Nous avons bien des fois déjeuné et joué ensemble !"69

  • 70 Ibid., 2. VIII. 1906. Grenade.

29François de Bourbon recommande à ses représentants de faire très attention à tout ce qui peut avoir rapport avec l’impératrice, d’agir avec une extrême prudence et de le prévenir, afin qu’il puisse leur dire tout ce qui sera utile pour éviter de commettre des faux pas. Le prince souhaite, en permanence, développer ses liens avec les bonapartistes : "Tâchez de faire des recrues sérieuses, réunissez des amis et dites-leur que je désire ne pas former des comités à la vue du public et ni privés et seuls connus de moi (sic). C’est la façon d’agir et de mieux réussir et le moment venu nous ouvrirons le feu de nos batteries"70

B – En ayant une organisation structurée et des moyens d’actions

  • 71 En 1895, Don Carlos explique sa position, par l’intermédiaire de son secrétaire le comte de Melgar, (...)
  • 72 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 119.

30La démarche du prince connut un relatif succès en raison de la passivité de Don Carlos (qui décourage une fraction des légitimistes)71 et de son engagement énergique pour la légitimité. En 1900, les "sévillans", sont plus nombreux que les "carlistes"72. Le prince se dote de moyens d’actions : il dispose d’une presse et d’un parti.

1 – Une presse

31François de Bourbon, conscient de l’émergence de nouvelles structures politiques (extension du suffrage universel, politisation de la société, diffusion de l’enseignement, etc.), s’attache à canaliser par la presse l’énergie de cette masse croissante de citoyens.

  • 73 Lettre du 7. II. 1902. Madrid.
  • 74 Lettre du 1. VIII. 1904. Madrid.

32Les journaux diffusant sa pensée sont dans un premier temps L’appel au Peuple, Le Journal de Paris, L’Impartial du Midi (les titres et les tirages sont modestes). Chantonet à Paris et Moulis à Toulouse se chargent de la publication des articles73. Le comte de Gardès et Moulis souhaitent fonder ou acheter un journal dans la ville natale du prince74

  • 75 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

33Dans un deuxième temps, L’Étoile Française devient le journal officiel du parti. Cet organe de combat a vocation à rallier sous l’action du prince les "Défenseurs des Opprimés, de la Liberté et du Droit" : "Que ceux qui veulent avec nous combattre et se défendre contre ce pouvoir abusif, qui ne s’appuie ni sur la naissance, ni sur l’opinion, ni sur le peuple, et qui prétend supprimer notre liberté de conscience, en même temps qu’il sape les bases sur lesquelles repose la famille chrétienne, se rallient autour de L’Étoile Française organe de lutte pour la défense de ce principe"75

  • 76 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

34De 1901 à 1909, le parti dispose de plusieurs publications, dont l’une a un tirage à cent mille exemplaires (distribuée gratuitement au peuple)76, et de deux hebdomadaires : La Royauté nationale et L’Union nouvelle.

2 – Un parti

  • 77 Valori, gallican, représentant en France de Don Carlos de 1889 à 1892, se venge du comportement de (...)

35Le prince organise et structure pendant plusieurs années un parti. Son représentant général en France est le prince de Valori77, puis le duc de La Tour d’Auvergne-Bouillon (colonel en retraite et petit-fils du Grand Turenne).

36On trouve dans les cadres influents le marquis de Mac Carthy Barney, le comte d’Almonse, le comte de Jacquelot du Boisrouvray, le comte de Saint-Rémy (ancien officier de cavalerie), le vicomte de Mazières-Mauléon, le vicomte de Vercelli de Ranzi (membre de l’automobile club de France), le baron de Girardot, le général baron Rebillot.

  • 78 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

37Le clergé est représenté par l’archevêque de Tours, les évêques de Bordeaux, de Namur, et par plusieurs prêtres78.

38On trouve parmi les parlementaires Charles Bernard, ancien député, J. Lasies, député du Gers, et parmi les publicistes le docteur Paul Desjardin de Régla, Pietri de Falconnette, rédacteur en chef de L’Étoile Française.

  • 79 Lettre du 9. X.1904. Madrid.
  • 80 Lettres du 18. VI.1903. Madrid et du 21. VIII.1903. Santander.
  • 81 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.
  • 82 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.
  • 83 Lettre du 4. X.1906. Madrid.

39Les adhérents sont nombreux en Anjou, Bretagne, Gironde, Languedoc, Normandie, Poitou, Vendée79. Le représentant général du prince en Bretagne et en Vendée est le fils du duc de La Tour d’Auvergne. Le marquis Desjardins de Régla constitue des comités locaux à Toulon, à Pamiers et à Montauban : "il travaille et sous peu, nous aurons une organisation complète"80. Le Gotha Français, l’Annuaire Héraldique de France 81, la Société des Dames de France, à Paris, le syndicat anglo-belge82, soutiennent activement l’action du prince. Le parti a également des représentants à l’étranger en Belgique et en Hollande83.

40Le parti légitimiste repose dans un premier temps uniquement sur des comités locaux puis sera doté, dans un second temps, à Paris, d’un Conseil supérieur-directeur.

  • 84 Lettres du 16. I.1903 et du 9. VI. 1903. Madrid.
  • 85 Lettre du 21. VIII.1903. Santander.
  • 86 Lettre du 26. IX. 1904. Madrid.
  • 87 Lettre du 1. VIII.1904. Madrid.

41En 1903, le comité parisien s’organise bien et sérieusement84. L’Étoile Française est distribuée dès la rentrée des Chambres ainsi que 100 000 programmes. Plusieurs syndicats populaires rejoignent le prince, donnant au parti une force inattendue85. Le comte de Gardès critique le manque d’organisation. Le prince prétend qu’il l’a fait exprès pour éviter des ennuis et des querelles personnelles et qu’une nouvelle organisation sera mise en place lors de son prochain voyage : "ainsi ne craignez pas que je sois mal entouré, ni mal conseillé ! J’entends tout le monde et après j’agis en conscience"86. Le Prince, lors de ses tournées dans la capitale, déplore que les chaleurs tiennent disséminés ses partisans dans les campagnes et dans les villes d’eaux, l’obligeant à attendre que la saison les ramène à Paris87.

  • 88 Lettre du 12. I.1904. Madrid.
  • 89 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.
  • 90 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.

42Des personnalités importantes souhaitent voir le prince. Celui-ci effectue, en 1904, un voyage au cours duquel le parti reçoit de sérieux renforts88. Les classes populaires, d’anciens représentants du comte de Chambord, de nombreux comités bonapartistes et orléanistes, rejoignent le prince qui s’entretient avec plusieurs évêques et des responsables politiques89. Le prince souhaite renforcer ses moyens et restructurer le parti, conscient que les bonnes volontés font ce qu’elles peuvent en attendant une véritable et sérieuse organisation. Il compte sur des personnes influentes et d’autres dont il espère l’adhésion : "tous ces éléments se réuniront au moment opportun"90

  • 91 Lettre du 6. VIL 1905. Saint-Sébastien.
  • 92 Ibid.
  • 93 Lettre du 17. XI.1905. Paris.
  • 94 Lettre du 4. X. 1906. Madrid.

43Le comité parisien réalise d’importants progrès en 1905, travaillant vite et bien : "J’ai l’adhésion de personnalités très très hautes ! Bientôt nous aurons des moyens aussi"91. Le prince ne souhaite plus créer de comités, mais s’attacher des volontés et des éléments puissants92. Le parti est désormais en mesure de loger sur place ses représentants93. L’Infante d’Espagne, demeurant à Paris, fait observer au prince qu’il reste encore un potentiel de développement important, que bien des personnes à Paris, ne connaissant pas le prince, parlent de lui remplis d’espoir et enthousiasmés, et qu’il est regrettable qu’il ne parvienne pas à réunir ces personnes puissantes et riches94

  • 95 Lettre du 6. X.1903. Madrid.
  • 96 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.
  • 97 Nous ferons une communication, au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, sur (...)
  • 98 Lettre du 18. VI.1903. Madrid.
  • 99 Lettre du 4. IV. 1909. Madrid.

44Alors que le prince souhaite donner de lui-même l’image d’un homme agissant constamment avec la plus grande noblesse et générosité95, il refuse assez curieusement de donner son argent au parti, du fait, dit-il, d’un manque de compréhension : "Un général sent ses soldats indisciplinés et voulant diriger, eux [...] leur chef ! Tout arriverait si nous étions unis"96. Son honnêteté, son histoire, propre et digne, l’empêchent de verser ce que son cœur voudrait97. Il reproche néanmoins, en permanence, aux catholiques et aux légitimistes riches et puissants, leur inaction : "Ils crient et presque aucun ne met la main à la poche pour soutenir la religion, ni la main à l’épée pour défendre le droit"98. Le prince déplore aussi le manque de générosité des militants : "Personne n’a employé une somme, même convenable, pour leur prince ! En France on a perdu l’idée du droit et personne ne se sacrifie"99.

  • 100 ROUCHY (L.), L’opposition légitimiste à Toulouse sous le second empire (1851- 1870), Toulouse, Univ (...)

45Le comité de Toulouse compte parmi ses membres Marins Mongini président de la Ligue légitimiste100, Auguste Landès, secrétaire général et Bellecour, le marquis et la marquise de Lorde-Montgaillard au château de Montégut, le vicomte Bégouen, Calvet, Cazenave père et fils, le docteur Daverède, Degeilh, Dutheil, Germa, Lapart, Pelous, Piquemal, Rous.

  • 101 Lettre du 28. V. 1905. Madrid.
  • 102 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.
  • 103 Lettres du 21. VIII. 1903. Santander ; 12.1.1904. Madrid ; 25. V.1904. Madrid.
  • 104 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.
  • 105 Lettre du 9. X.1904. Madrid.
  • 106 Lettre du 2. X.1901. S.L.
  • 107 Lettre du 6. X.1903. Madrid.
  • 108 Le prince charge le comte et la comtesse de La Tour d’Auvergne de le représenter dans la cérémonie (...)

46Alors que depuis 1895, le prince est satisfait de Moulis, très reconnaissant de sa sincère et constante fidélité101, en 1904 le comte de Gardès critique l’organisation du comité102. Moulis et le marquis de Montglat sont alors attachés à regrouper divers éléments politiques et à recueillir des moyens pour la propagande103. Moulis adresse au prétendant un compte rendu annuel de l’organisation et la liste de tous les partisans "loyaux et pleins de cœur" que compte le prince dans sa ville natale104. François de Bourbon conserve ces listes, dit-il, "pour le jour où la Providence me permettra d’agir, et il n’est pas bien éloigné ! De cette façon je saurai où sont les fidèles !"105 Le prince, en gentilhomme reconnaissant106, fait constamment à Moulis des promesses d’anoblissement : "Quant au titre je vous arrangerai tout, vous le méritez"107 Le prince est en outre le parrain de sa fille Félicie, Françoise, Hélène Moulis108.

  • 109 Lettres du 30. VIII. 1902. Madrid et du 17. XI. 1905. Paris.
  • 110 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.
  • 111 Lettre du 18. XI.1904. Paris.

47François de Bourbon s’arrête très souvent à Toulouse109, du fait de son attachement à ses habitants et de ses amitiés : "J’espère revenir bientôt et vous serrer à tous, vos loyales mains entre les miennes si heureuses d’y tenir les vôtres"110. Ses visites sont discrètement et soigneusement organisées : "Soyez prudent, n’en dites rien ; mais préparez avec soin et sans bruit les personnes que je devrais voir"111.

48L’analyse de la correspondance permet de dégager trois périodes dans l’histoire de ce parti légitimiste français :

  1. Les divers mouvements ou groupuscules (dont la fugacité va de pair avec la pugnacité des militants) se rallient aux attaques du régime et partagent des intérêts ponctuels, dus à la cristallisation du mécontentement et à la volonté d’intervenir dans la sphère du politique, d’où un semblant d’unité et une croissance certaine : "J’ai des nouvelles excellentes sur notre organisation et sur des adhérences (sic) importantes"112
  2. La conception centralisatrice de la mobilisation cède devant les divergences et les rivalités personnelles. La division des comités est l’obstacle majeur au développement du parti. Les liens ténus reposent plus sur la nécessité de regrouper des forces éparses que sur la volonté de s’allier durablement. Chacun poursuit ses objectifs. Aussi en situation d’échec, les comités s’accusent et se rendent mutuellement responsables de la faillite. Il en résulte de nouvelles querelles internes conduisant à des scissions. La lettre adressée à Moulis, en 1901, par le représentant général en Bretagne et Vendée, est très significative : "J’ai écrit de mon côté au Roi comme ami et comme représentant pour l’adjurer de laisser définitivement de côté un conseiller aussi perfide que l’est de Régla. Il est absolument urgent que les masques tombent et que Sa Majesté prenne une prompte décision car nous perdons un temps précieux et malheureusement ce n’est pas la première fois que semblable chose se produit. Notre Prince est trop bon, il hésite à exécuter ceux mêmes qui lui font le plus de mal et ce n’est que contraint et forcé par l’évidence même qu’il en arrive là [[...]] Il ne faut pas de brebis galeuses dans un parti"113. Il devient dès lors difficile de repérer des perspectives stratégiques communes ou même une définition unanime de l’enjeu de la confrontation. Le prince demande par exemple à Moulis, suite à cette lettre, de suspendre toute relation avec Nantes, tant qu’un nouveau comité ne sera pas constitué, et de s’accorder avec Régla son représentant accrédité en France114. Quelques mois plus tard, le prince ordonne à Moulis de ne plus écrire et de "faire le mort pour le moment" avec Régla. Le prince n’a plus de représentant officiel en France, au moment même où le parti a besoin de se structurer et de s’organiser. Le prince affecte toutefois de ne pas en être gêné : "De cette façon tous travaillent isolément pour le bien commun et après je déciderai"115.
  3. Le prince, lassé, juge les légitimistes trop difficiles à conduire en raison de l’esprit de querelle qui les anime116 : "Ils veulent être plus royalistes que le roi et plus papistes que le Pape ! Voilà ce qui leur enlève leur force et fait celle de leurs ennemis qui se soutiennent grâce à leur désaccord perpétuel !"117. Il reproche aux militants d’avoir oublié dans leur intransigeance que la douceur et l’union sont les armes auxiliaires de son droit118. Confronté aux conséquences des divisions, le prince constate qu’une occasion a été manquée : "La désunion des royalistes, la folie qui semble dominer leurs esprits, et la jalousie pour ses semblables, sont les causes de leur impuissance et ce qui donne plus de force aux républicains plus unis et plus hardis. Il faut absolument que j’organise mon parti d’une façon tout-à-fait différente. Nous marchions, nous commencions à nous faire connaître et des bavards sont venus entraver nos efforts"119.
  • 120 Lettre du 4.1 V. 1909. Madrid.
  • 121 STIEGLITZ (A. de), De l’équilibre politique, du légitimisme et du principe des nationalités, Paris, (...)
  • 122 Traduction : "Le journal Prager Abendslat vient de publier une intéressante information de son corr (...)
  • 123 Lettre du 29. XL 1906. Madrid.
  • 124 François de Bourbon meurt à Madrid, le 28. III.1942. Il est inhumé dans cette ville au cimetière de (...)
  • 125 Le prince contracte un premier mariage, à la Havane le 15. IX. 1877, avec Marie-Louise de la Torre (...)

49Les déchirements constants du parti résultent, il est vrai, des dissensions perpétuelles de ses membres, mais également du caractère méfiant et des hantises du prince : "Tout ceci vous prouve ma méfiance, non en vous, mais en tout"120. Sa stratégie politique manque en outre de profondeur, d’unité et de réalisme. L’exemple le plus frappant concerne les événements de Serbie121 Le prince reçoit de ses amis un article de journal122. Il s’imagine immédiatement que s’il avait des intermédiaires sûrs et prudents, il pourrait obtenir la couronne de Serbie, qui lui donnerait des moyens pécuniaires et politiques pour s’emparer du trône de France. Il écrit à Moulis : "Vous qui m’avez quelques fois (sic) parlé de ceci, c’est-à-dire de ce pays, pourriez-vous vous servir d’un moyen sûr et sérieux pour faire parler de moi à ces mécontents à titre bien juste ? Personne respecterait plus les droits du peuple et personne (sic) s’occuperait avec plus d’intérêt et de noblesse que moi pour le bonheur et prospérité de ce peuple si malheureux ! Mais si cela pouvait me nuire en France, je ne veux rien. Je voudrais, croyez-moi, quitter ce pays-ci qui m’attache les mains, et dont ma position m’empêche de remuer pour le bien de tous (sic). Faites remarquer que si j’arrive en France, un de mes fils pourrait me remplacer et de cette façon cette nation resterait sous le protectorat de la France et personne serait déranger ce pays Serbe (sic)"123. De plus, le prince ne s’est pas toujours montré capable de mettre en adéquation son discours avec les préoccupations, les inquiétudes, voire les hantises de ses contemporains. À une époque où le terrain est favorable à l’épanouissement des doctrines nationalistes, les thèmes qu’il développe (souci de l’ordre, volonté d’un État fort, défiance pour la démocratie parlementaire, rejet du cosmopolitisme et xénophobie) manquent d’originalité. Cette pauvreté conduit invariablement le parti à perdre un public et un rôle politique, d’autant que de nombreux obstacles barrent sa route et l’écartent de la scène politique. Le parti est contraint du même coup à se replier sur lui-même, retrouvant le champ clos de sa thématique, n’ayant pu s’organiser ni se structurer suffisamment pour bénéficier, comme d’autres, des crises politiques du régime. Le parti se désintègre et tombe dans l’oubli à la mort du prince124. Sa descendance perdure jusqu’à nos jours125.

Notes

1 WARREN (R. de), Les prétendants au trône de France, Paris, 1947, p. 145-149 ; AUGE, Les "blancs d’Espagne", Mém. Inéd., Droit, 1967, p. 10 et s. ; PAPET-VAUBAN (C.), "La descendance de S.A.R. Don Henri de Bourbon et de Bourbon, Infant d’Espagne, duc de Séville", Paris, Communication & Tradition, 1996, p. 7 ; VAN KERREBROUCK (P.), Nouvelle histoire généalogique de l’auguste Maison de France, Villeneuve d’Ascq, 1987, p. 378-380.

2 RIALS (S.), "Mariage morganatique et droit royal français", Légitimité, 1984, n° 31, p. 7-11.

3 Arch. Mun. Toulouse. Registre de l’État-civil. L’acte de baptême, du 21. IV. 1853, indique que les parents habitent la paroisse de Saint-Semin. Le parrain est S.A.R. l’Infant d’Espagne François de Paule-Antoine Marie de Bourbon, grand-père de l’enfant. La marraine est S.A.R. l’infante d’Espagne Marie-Christine-Isabelle de Bourbon, tante paternelle de l’enfant.

4 On sent tout au long des lettres le mécontentement et la frustration du prince écarté de la succession au trône d’Espagne en vertu des pragmatiques édictées. Nous ferons une communication à la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, destinée à une publication, intitulée "Regards de S.A.R. François de Bourbon, prétendant au trône de France, sur la politique espagnole (1898-1909)".

5 PAPET-VAUBAN (C.), op. cit., 1996, p. 28.

6 Lettre du 15. XI.1903. Madrid.

7 BULLON de MENDOZA (A.) & SERRAO (J.-V.), La contrarevolucion legitimista (1688-1876), Madrid, Complutense, 1995, p. 254.

8 LEMAIRE (A.), Les lois fondamentales de la Monarchie française d’après les théoriciens de l’Ancien Régime, 1907, Slatkine Megariotis Reprints, Genève, 1975, p. 336 ; BARBEY (J.), BLUCHE (F.) & RIALS (S.), Lois fondamentales et succession de France, Paris, Diffusion Université-Culture, 1984, p. 48 ; BRUGUIERE (M.-B.), "Autour du millénaire capétien : indisponibilité de la couronne et liberté individuelle”, A.N.F., n° 193,oct. 1987, p. 39-46 ; BRUGUIERE (M.-B), GILLES (H.) & SICARD (G.), Introduction à l’histoire des institutions françaises, Toulouse, Privat, 1990, p. 324 ; KRYNEN (J.), L’Empire du Roi : Idées et croyances politiques en France XIII-XVème siècle, Paris, Gallimard, 1993, p. 556.

9 "Ce ne sont pas mes droits indiscutables qui sont fantaisistes [...] ce sont les rêves de fou du duc de Madrid et sa demi-douzaine de momies [de vieux amis de France] qui sont fantaisistes, au plus haut degré ! C’est une ignorance incroyable de la part de ceux qui ne savent pas que l’article VI du traité d’Utrecht élimine Don Carlos et son fils du trône de France, car il sépare radicalement les deux couronnes de France et de l’Espagne (sic) de façon à n’être jamais réunies sur une même tête ! C’est une ignorance, une mauvaise foi de leur part, que de ne pas vouloir savoir que cette séparation a été reconnue par les traités de la Quadruple-Alliance 1720 ; de Vienne 1725 ; d’Aix-la-Chapelle 1748 et que cette séparation a été reconnue "Principe de Droit Européen". Ceci posé, il n’y a rien à discuter", lettre du 16. IX. 1905. Grenade.

10 Signalons que le comte de Paris et Don Carlos entretiennent de bons rapports. Le comte de Paris apprécie les qualités patriotiques de Don Carlos qu’il considère comme "le chef salique de la Maison d’Espagne" ; mais lui, chef de la Maison de France, ne veut pas se mêler des affaires espagnoles, pas plus qu’il ne souhaite que des princes espagnols ne se mêlent des affaires françaises.

11 LA PERRIERE (H. de), Du droit de succession à la couronne de France dans la dynastie capétienne. Thèse de Droit, Paris, Daragnon, 1908, p. 148 ; WATRIN (P), La tradition monarchique d’après l’ancien droit public français, Paris, Savaeté, 1916, p. 232 ; RIALS (S.), Le légitimisme, Paris, P.U.F., 1983, p. 125 ; COUTANT de SAISSEVAL (G.), "La Légitimité monarchique", Droit Royal Historique, p. 10 ; RIALS (S), "Contribution à l’étude de la naissance des partis politiques en France : le parti légitimiste de 1830 à 1883", Revue de la Recherche juridique. Droit prospectif (Aix-en-Provence), 1983, t. 8, p. 383 et s. ; CHIAPPE (J.-F.), La France et le roi : de la Restauration à nos jours, 1814-1994, Paris, Perrin, 1994, p. 706.

12 Cette famille, originaire de l’Ariège, a compté des receveurs des douanes à Aston et Aulus. Antonin Moulis, né à Toulouse le 13. X.1872, est le fils de Bernard Moulis, menuisier et de Cécile-Marie Chaynès, lingère, puis ouvrière à la Manufacture des tabacs. Il épouse, le 13. XI.1902, Émilie Florentine Polidor, brodeuse, fille naturelle de Léonie Polidor. Il meurt à Toulouse, le 18. IV. 1909, à l’Âge de 37 ans. Arch. Muni. Toulouse.

13 REMOND (R.), La droite en France, Paris, Aubier, 1968, p. 159.

14 Lettre du 4. X. 1906. Madrid.

15 GIRARDET (R.), Le nationalisme français (1871-1914), Paris, Colin, 1966, p. 276.

16 Chevalier Grand-croix de l’ordre du Mérite militaire en 1878 ; Grand-croix de l’ordre de Saint-Hennénegilde le 27. III. 1901, avec plaque le 12. VII. 1901 ; Chevalier de l’ordre de la Toison d’or le 24. I.1927.

17 C’est à lui que l’on doit le plan de défense des îles, mis en œuvre depuis. Il devient Lieutenant général de l’Armée espagnole, membre du Conseil supérieur de la Guerre et de la Marine.

18 Il est populaire et respecté au point que, pendant les premières années de la République, ni sa résidence ni sa personne ne sont attaquées.

19 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.

20 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.

21 Lettre du 19. X. 1903. Madrid.

22 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.

23 Lettres du 5. VIII. 1898. Madrid ; 18. VI. 1903. Madrid ; 26. XI.1903. Madrid.

24 BASTIER (J.), "La crise de l’État républicain, d’après la Revue des Vivants d’Henry de Jouvenel 1927-1935", dans Nation et République, t. 10 de la collection des idées politiques, Presses Univ. d’Aix-Marseille, 1995, p. 161-184.

25 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

26 Lettre du comte de La Bravardière du 111V. 1901.

27 Lettre du 25. X.1903. Madrid.

28 Lettre du 6. XII. 1903. Madrid.

29 Lettre du 5. III. 1907. Madrid.

30 Lettre du 3. II.1901. Saragosse.

31 Lettre du 6. XII. 1903. Madrid.

32 RIALS (S.), "Lecture de Joseph de Maistre", Mémoire, 1984, n° 1, p. 21-46.

33 BASTIER (J.), "Correspondance inédite de Louis de Bonald", Annales de l’Université Jean Moulin, Lyon III, 1979, p. 34-58 ; BASTIER (J), "Analyse d’un manuscrit inédit de Louis de Bonald : de la Révolution de juillet 1830", Acte du colloque d’Aix-en-Provence, 1981, t. 1 de la collection Histoire des idées politiques (dir. M. Ganzin), Assoc. Fr. des historiens des idées politiques, Presses Univ. d’Aix-Marseille, 1982, p. 57-82 ; BASTIER (J), "La pensée politique de Louis de Bonald", Mémoire, revue d’histoire, Paris, n° 5, 1986, p. 37-63.

34 "Notre appel aux Défenseurs des Opprimés, de la Liberté et du Droit", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

35 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.

36 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

37 Lettre du 21. IX. 1902. La Toja.

38 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

39 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.

40 lettre du 26. XL.1903. Madrid.

41 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

42 Lettre du comte de La Bravardière du 111V. 1901.

43 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 36 & 43-45 ; BASTIER (J.), "La Bible et la Réaction. Louis de Bonald, la politique de l’ordre et le Christ médiateur, dans le siècle des Lumières et la Bible", ouvrage collectif aux éditions Beauchesne (dir. Y. Belaval et D. Bourel), Paris, 1986, p. 697-717.

44 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

45 Lettre du 2.1 V. 1905. Jaca.

46 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

47 Lettre du 11. XL 1906. Madrid.

48 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

49 POLIAKOV (L.), Histoire de l’antisémitisme. L’Europe suicidaire 1870-1933, Paris, Calmann-Lévy, 1977, p. 281 et s. ; FONTETTE (F. de), Histoire de l’antisémitisme, Paris, P.U.F., 1982, p. 127 ; BERSTEIN (S.), "La Franc-Maçonnerie et la République (1870-1940)", L’Histoire, n° 49, oct. 1982,p. 28-37 ; WINOCK (M.), Edouard Drumont et Cie, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil, 1982, p. 218.

50 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

51 BRUGUIERE (M.-B.), "Jacobinisme et déchristianisation : une ville à deux visages, Toulouse dans les "années terribles" de la Révolution", A.N.F., n° spécial, En mémoire de 1793, 1993, p. 87-99.

52 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

53 Ibid.

54 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

55 Ibid.

56 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

57 Lettre du 11. XI.1906. Madrid.

58 Lettre du 9. XI.1907. Madrid.

59 CABANIS (A. & D.), La société française aux XIXème et XXème siècles, Toulouse, Privât, 1991, p. 254. NELIDOFF (P.) & DEVAUX (O.) (Sous la dir.), Christianisme et Politique dans le Tarn sous la Troisième République, Centre albigeois d’histoire du Droit et des institutions, Presses Univ. Albi, 2000.

60 BLED (J.-P.), Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 346.

61 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 113 et s.

62 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

63 Lettre du 5. VIII. 1898. Madrid.

64 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.

65 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

66 Lettre du 4. IV. 1909. Madrid.

67 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.

68 Lettre du 26. VIII. 1904. Madrid.

69 Lettre du 9. X. 1904. Madrid.

70 Ibid., 2. VIII. 1906. Grenade.

71 En 1895, Don Carlos explique sa position, par l’intermédiaire de son secrétaire le comte de Melgar, dans une lettre adressée au comte de Melqué, légitimiste breton : "Monseigneur pense que la candidature de Don François de Bourbon ne mérite pas l’honneur d’être discutée. Elle ne saurait être prise au sérieux... Elle aspire à être discutée précisément parce que la discussion viendrait lui donner une apparence de sérieux" in CALLEBAT (B), La légitimité royale au XXème siècle, Mémoire de D.E.A., Faculté de Droit de Toulouse, 1987, p. 96.

72 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 119.

73 Lettre du 7. II. 1902. Madrid.

74 Lettre du 1. VIII. 1904. Madrid.

75 "Notre appel...", L’Étoile Française, 23. VI. 1903.

76 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

77 Valori, gallican, représentant en France de Don Carlos de 1889 à 1892, se venge du comportement de Don Carlos à son égard du fait de sa politique pontificale favorable au Ralliement, en allant porter son hommage et son réel talent d’écrivain au prince. Cf. CALLEBAT (B.), op. cit., 1987, p. 95.

78 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

79 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

80 Lettres du 18. VI.1903. Madrid et du 21. VIII.1903. Santander.

81 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.

82 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

83 Lettre du 4. X.1906. Madrid.

84 Lettres du 16. I.1903 et du 9. VI. 1903. Madrid.

85 Lettre du 21. VIII.1903. Santander.

86 Lettre du 26. IX. 1904. Madrid.

87 Lettre du 1. VIII.1904. Madrid.

88 Lettre du 12. I.1904. Madrid.

89 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.

90 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.

91 Lettre du 6. VIL 1905. Saint-Sébastien.

92 Ibid.

93 Lettre du 17. XI.1905. Paris.

94 Lettre du 4. X. 1906. Madrid.

95 Lettre du 6. X.1903. Madrid.

96 Lettre du 18. VI. 1903. Madrid.

97 Nous ferons une communication, au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, sur cette question, intitulée : "Le financement d’un parti légitimiste d’après la correspondance inédite de S.A.R. François de Bourbon, prétendant au trône de France", à paraître dans Études & Documents.

98 Lettre du 18. VI.1903. Madrid.

99 Lettre du 4. IV. 1909. Madrid.

100 ROUCHY (L.), L’opposition légitimiste à Toulouse sous le second empire (1851- 1870), Toulouse, Univ. Toulouse Le Mirail, 1996, p. 10 et s.

101 Lettre du 28. V. 1905. Madrid.

102 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.

103 Lettres du 21. VIII. 1903. Santander ; 12.1.1904. Madrid ; 25. V.1904. Madrid.

104 Lettre du 26. IX.1904. Madrid.

105 Lettre du 9. X.1904. Madrid.

106 Lettre du 2. X.1901. S.L.

107 Lettre du 6. X.1903. Madrid.

108 Le prince charge le comte et la comtesse de La Tour d’Auvergne de le représenter dans la cérémonie religieuse du baptême. Lettres du 16. IX.1905. Grenade et du 24. XI.1905. Paris.

109 Lettres du 30. VIII. 1902. Madrid et du 17. XI. 1905. Paris.

110 Lettre du 2. VIII. 1906. Grenade.

111 Lettre du 18. XI.1904. Paris.

112 Lettre du 26. IX.1903. Madrid.

113 Lettre du Représentant général en Bretagne et Vendée. 26. II.1901. Nantes.

114 Lettre du 21. VIII.1903. Santander.

115 Lettre du 25. V. 1904. Madrid.

116 RIALS (S.), op. cit., 1983, p. 47.

117 Lettres du 9. VI. 1903. Madrid et du 4. X.1906. Madrid.

118 Lettre du 11. XI. 1906. Madrid.

119 Lettres du 5. III.1907. Madrid et du 9. XI.1907. Madrid.

120 Lettre du 4.1 V. 1909. Madrid.

121 STIEGLITZ (A. de), De l’équilibre politique, du légitimisme et du principe des nationalités, Paris, Pédone, 1894, p. 717.

122 Traduction : "Le journal Prager Abendslat vient de publier une intéressante information de son correspondant à Belgrade révélant le danger du mal être régnant en Serbie. Plusieurs chefs des armées et quelques personnalités politiques, de ceux qui ne pardonnent pas à la dynastie Kara Georgevitch sa protection aux régicides, se sont mis d’accord pour détrôner le roi Pedro et empêcher tout prince de cette Maison de revenir au trône de Serbie. Le plan immédiat des conjurés est d’instaurer en Serbie une régence temporaire et offrir par la suite la couronne à un autre membre d’une quelconque famille royale européenne. Ce qui a, entre autre, contribué à accélérer la formation de cette ligue conspiratrice sont les querelles suscitées par la conduite du jeune héritier de Serbie, le prince Jorge Petrovitch" B, "Contre les Kara Georgevitch", Prager Abendslat, 28. XL 1906.

123 Lettre du 29. XL 1906. Madrid.

124 François de Bourbon meurt à Madrid, le 28. III.1942. Il est inhumé dans cette ville au cimetière de San Isidro.

125 Le prince contracte un premier mariage, à la Havane le 15. IX. 1877, avec Marie-Louise de la Torre et de Bassave (de cette union naissent 5 enfants). Veuf en 1887, il épouse en secondes noces, le 15. II.1890, Félicie de Léon et de Balboa (dont il a 3 enfants).

Auteur

Docteur en droit

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search