Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Une légitimité à contre-courant du xixe siècle : le IIe empire de R. Th. Troplong

Michel Ganzin

Texte intégral

  • 1 Verbo "légitime".

1Le lexicographe E. Littré énonce dans son dictionnaire une des meilleures définitions de la légitimité en distinguant "la dynastie légitime qui règne en vertu d’un droit traditionnel par opposition aux princes qui régnent par des coups d’État ou par la volonté nationale"1. Il aborde en effet la problématique de la légitimité moderne et, de manière incidente, la question de la prise du pouvoir qui se débat dans l’alternative légitimité illégitimité.

2Notion métajuridique, la légitimité qui assure tout à la fois le titre du pouvoir et la justification de l’obéissance, évoque pour une institution, une exigence supérieure de justice se référant à une norme supérieure, juridique ou éthique, fondamentale pour la collectivité.

  • 2 Le savant et le politique, Plon, Paris 1959 et Economy and Society, California Press, 1978.

3Ce concept qui émerge en pleine lumière essentiellement lors des crises, repose comme l’a démontré Max Weber2 sur trois fondements possibles. Le fondement traditionnel implique une obéissance à un pouvoir émanant d’une autorité ancestrale. La légitimité charismatique est celle où l’on attribue un don exceptionnel au dominant. Enfin la légitimité rationnelle ou légale est fondée sur un système de règles établies, une norme juridique supérieure (la constitution) qui assure un titre aux gouvernants.

4Après avoir détruit une légitimité multi-séculaire, la Révolution, en quête d’un nouveau principe, la fonde sur la souveraineté nationale et sur l’idée démocratique. La césure de 1789 explique donc que cette légitimité, sujette à incertitude, engendre au XIXe siècle une instabilité constitutionnelle chronique et que l’épreuve du temps ait été nécessaire pour que la société adopte une légitimité moderne, assise sur la consécration des gouvernements par le suffrage universel.

  • 3 BLUCHE (F.), Le Bonapartisme, Paris 1981, p. 29.

5Résultante des Révolutions de 1789 et de 1848, le bonapartisme se situe dans cette perspective puisque à l’issue d’un coup d’État facile, il tente, du fait de l’illégitimité formelle de la prise du pouvoir et d’un régime monopoliste, d’enraciner, dans une construction originale, une légitimité cumulant "l’autorité agissante et la démocratie passive"3

  • 4 Proclamation du 14 janvier 1852.
  • 5 Œuvres de Napoléon III, Paris 1869, t. 3, p. 112. Message du 31 octobre 1849.

6Depuis la Révolution, chaque régime prétend avoir découvert, selon les termes de Jouvenel, "le mystère du gouvernement" et détenir une formule miraculeuse. En 1849, Napoléon III4, affirme, sans ambages "tout un système a triomphé le 10 décembre. Car le nom de Napoléon est à lui seul un programme” 5.

  • 6 AGULHON, Coup d’état et République, Presses de la FNSP, Paris 1997.
  • 7 GUIRAL(P.), "Historiographie du Second Empire", RHMC, 1974, p. 1-17. fait preuve d’une appréhension (...)
  • 8 EISENMANN (Ch.), "Napoléon, précurseur de la dictature idéologique, Politique, 1947, t. 4, p. 781, (...)

7Néanmoins le Second Empire, victime de la légende noire tissée par Hugo, fut perçu les Républicains comme un régime se caractérisant par son immoralité et sa frivolité ; une dictature portant la tache originelle d’un coup d’État coupable d’avoir renversé la République6. Passé au crible de la critique historique, le bonapartisme dans sa seconde mouture, a continué, jusqu’à ces dernières années7, à être victime de cette légende8.

  • 9 Nommé substitut au tribunal de Sartène en 1819, il fut muté à Bastia comme substitut du procureur g (...)
  • 10 Les privilèges et les hypothèques, Paris 1833 ; La vente, Paris 1837 ; La prescription, Paris 1835  (...)
  • 11 De l’influence du christianisme sur le droit civil des Romains, Paris 1843 ; Du pouvoir de l’État s (...)
  • 12 En 1840, il fut élu à l’Académie des sciences morales et politiques où il succéda à Daunou et, en 1 (...)

8Le juriste R. Th. Troplong (1795-1869) alors que rien ne le prédisposait au départ à jouer ce rôle, consacra une partie de sa carrière à légitimer le bonapartisme et se mua en théoricien du régime. Après ses études de droit, Troplong fut intégré dans la magistrature en 18199. Par la suite, la maturité le conduisit à entreprendre une œuvre gigantesque qu’il acheva en 1856, la confection de traités, s’attachant à commenter exégétiquement les articles du code civil10. Sa notoriété de publiciste11 permit alors à Troplong, type même de la "capacité" moderne, d’accumuler les honneurs12.

  • 13 RÉMUSAT (Ch. de), Mémoires de ma vie, 1958, vol. 4, p. 186, affirme que Troplong passait pour avoir (...)
  • 14 Documents historiques servant au rétablissement de l’empire : Rapport de Troplong du 7 novembre 185 (...)
  • 15 "De l’esprit démocratique dans le code civil", RL, 1848, t. II, p. 128-166, et RL 1850, 1.1, p. 21  (...)
  • 16 Plon, Paris 1853, 71 pages.

9La révolution de 1848 et la seconde république constituèrent une césure dans sa pensée et dans sa carrière. Ce juriste de haute volée qui faisait figure de libéral conservateur13 se lança alors dans l’arène politique après avoir fait une rencontre opportune avec Louis Napoléon Bonaparte qui, selon toute vraisemblance, ressentit le besoin de s’attacher un homme capable de le seconder dans son entreprise. L’inquiétude qu’il ressentit à la vue d’une révolution démocratique et socialiste l’incita à se transformer en soutien du prince président puis en thuriféraire de l’empereur et à lui témoigner une fidélité sans faille jusqu’à sa mort. Après le coup d’état, il participa à la rédaction de la constitution de janvier 1852 et devint, la même année, premier président de la Cour de cassation et président du Sénat. Désormais, il se fit le théoricien attitré du régime à la fois au Sénat14 et dans diverses publications15, notamment dans un opuscule de 1853 Du principe d’autorité depuis 1789 16.

  • 17 Ibid., p. 50-51.
  • 18 Ibid.

10Malgré un apport indéniable, ce penseur politique est toujours resté dans l’ombre. De prime abord, ce catholique semble s’en tenir, dans sa recherche de légitimation de l’Empire au postulat de saint Thomas que la Monarchie avait officiellement abandonné au XVII siècle : "tout pouvoir vient de Dieu [...]"17 mais "le pouvoir [...] a besoin de l’adhésion du peuple pour se promulguer" 18. En réalité, sa quête qui vise tout à la fois à légitimer un régime : la démocratie couronnée et un nouveau César, l’entraîne à greffer sur ce schéma des fondements historique, providentiel, charismatique et légaux qui aboutissent à une notion de légitimité complexe, originale et protéiforme.

I – La démocratie régulée : un régime légitimé par le sens de l’histoire

  • 19 Du principe d’autorité, op. cit., p. 50.
  • 20 Ibid., p. 7.
  • 21 Ibid., p. 69.
  • 22 Ibid., p. 52.
  • 23 Ibid., p. 54 "c’est donc vainement qu’on essaierait de contester la légitimité de l’Empire".
  • 24 Des républiques, op. cit., p. 584.

11La légitimité de Troplong découle pour une part de ses œuvres antérieures et se concrétise de manière formelle dans Du principe d’autorité. Dans sa pensée, toute phase de civilisation porte en elle-même un "principe d’autorité", c’est-à-dire une légitimité de type providentiel puisque le pouvoir19 assure la liberté20 et prévient les révolutions21. Ainsi apparaît l’idée centrale qui sous-tend sa thèse : la recherche de la légitimité moderne du pouvoir22 et plus précisément du Second Empire23. Dans un siècle où la politique s’explique par l’histoire, ce recours lui permet, grâce à sa source d’inspiration, le référent antique, de condamner les démocraties antiques et de faire de l’empire une forme politique consacrée par l’histoire. Quant à l’histoire nationale, elle lui fait percevoir le rôle déterminant joué par la monarchie mais également l’avènement d’une démocratie moderne issue de la Révolution française. Soucieux de garantir les conquêtes de 1789 tout en évitant que la révolution ne rebondisse indéfiniment, persuadé par ailleurs que la monarchie est désormais datée, il opte, au nom de l’histoire, pour une via media : une démocratie "bien réglée"24.

– L’histoire condamne deux régimes

  • 25 Du Principe d’autorité, op. cit., p. 70.
  • 26 Ibid., p. 41.

12Parfaitement conscient de l’opprobre que suscite le coup d’état, Troplong se hâte de se disculper en proclamant son hostilité au pouvoir tyrannique25 et entreprend de l’occulter grâce à une légitimité dont la finalité est dualiste. Sous un angle négatif, elle vise à récuser l’opinion des opposants selon laquelle l’Empire "ne saurait être qu’un intermède [...] une dictature improvisée” 26. Sous un angle positif, il s’attache à légitimer le régime par une histoire qui enseigne l’échec des démocraties antiques et le fait que la monarchie, en dépit de son principe d’autorité est datée. La modernité exige donc une démocratie régulée.

L’échec de la démocratie antique

  • 27 Revue de législation, op. cit., 1835, t. 1, p. 161 : il affirme qu’il n’est pas un de ces "esprits (...)
  • 28 Des républiques, op. cit. ; De la chute de la République romaine, op. cit. ; De la chute de la Répu (...)

13Ce recours à l’histoire et, de manière plus spécifique à l’Antiquité, constitue la référence de prédilection de Troplong. Il revivifie27 ainsi ce référent antique qui, après avoir connu son apogée sous la Révolution française, demeure simplement au XIXe une référence obligée pour tous les esprits cultivés. La prégnance de l’Antiquité, dans sa pensée, ne doit pas dissimuler la sélectivité du référent. Dans son analyse de la démocratie grecque et de la république romaine28, il s’attache à retracer une histoire jalonnée par les crises et marquée par l’échec inéluctable, sans jamais perdre de vue la démocratie révolutionnaire qui lui apparaît comme une projection des républiques antiques.

  • 29 Rapport sur le Sénatus-consulte, 7 et 10 novembre 1852, Dalloz, op. cit., p. 204. "De la chute", Mo (...)
  • 30 Des républiques, op. cit., p. 567.
  • 31 Troplong parle de "l’exercice direct et collectif du peuple souverain" ibid., p. 567.
  • 32 Ibid., p. 586-587 : "La souveraineté se déploie sur la place publique : c’est le mouvement perpétue (...)
  • 33 Ibid., p. 589.
  • 34 Ibid., p. 564 et 582.
  • 35 Ibid., p. 597.

14Associant de manière traditionnelle la démocratie antique à un cadre dimensionnel réduit29, il la définit comme une ’’tyrannie de la multitude" 30caractérise par la place prépondérante accordée au peuple. Troplong qui ne peut souffrir cette souveraineté31 lance une charge sans concession contre cette démocratie athénienne32 où la prétendue liberté du peuple ne donna lieu qu’à la démagogie ou à la tyrannie33. Quant à l’égalité, assimilée au nivellement, elle conduisit à Sparte et à Athènes34 à une "guerre de classes"35.

  • 36 Ibid.
  • 37 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 449.
  • 38 Il s’appuie sur Montesquieu qui note que cette vertu fit singulièrement défaut à la fin de la Répub (...)

15Lorsque Troplong aborde la République romaine, il l’enserre entre deux monarchies, celles des Tarquins et l’Empire. Reprenant Bodin, il note que cette République conserva toujours un caractère oligarchique. En revanche, le régime mixte décrit par Polybe36 néglige, à ses yeux, la prépondérance de l’aristocratie qui exploite un peuple sans protection37. Cet état de choses prépara la chute en suscitant la licence38 et l’anarchie d’abord avec les Grecques, puis avec la lutte des factions et ce jusqu’au moment où Auguste réussit à adapter le régime à l’empire que Rome s’était donné, en fondant le Principat.

  • 39 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", Dalloz périodique, op. cit., p. 205. "On emprunta la rép (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Encore de la révolution impériale, op. cit., p. 449.
  • 42 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", Dalloz, op. cit., p. 204.

16À son sens, la démocratie jacobine engendrée par la Révolution française, n’est qu’une simple resucée de la démocratie antique39. Le résultat fut déplorable puisque ce "gouvernement anonyme et tumultueux" 40se caractérisa par la violence de ses proconsuls et par l’excès41. La république ne pût donc s’acclimater sur le sol français : "elle pérît par ses propres excès et ne se livra à ces excès que par ce qu’elle n’était pas dans les instincts de la nation". Elle ne fut donc qu’ "un intervalle brillant au-dehors et terrible au-dedans entre deux monarchies" 42.

  • 43 Du principe, p. 13.
  • 44 Des républiques, op. cit., p. 616 et 626.

17Ce tableau impitoyable lui permet de condamner le "clergé de la Révolution" 43républicain et socialiste qui, oubliant que l’histoire et les caractères de la démocratie antique se confortent pour établir son échec, ose, à la suite de Saint-Simon et de Fourrier faire appel à "l’idée chimérique" 44de l’égalité des biens et à celle d’un État omnipotent sur le plan social.

  • 45 Des républiques, p. 562 : "L’excès en effet a été dans la nature d’Athènes et de Sparte. Leur gouve (...)
  • 46 Ibid., p. 565.

18Somme toute, le référent antique devient entre ses mains une arme politique à double tranchant. D’une part, il démontre la faillite45 des républiques antiques, d’autre part il assure la légitimité du césarisme sous la forme du bonapartisme puisque les hommes du XIXe siècle ne peuvent extraire qu’un seul enseignement de cette démocratie : elle ne sera qu’un intermède entre deux monarchies tant qu’elle ne sera pas sous "la haute pensée d’un chef"46.

La monarchie : une nécessité historiquement datée

  • 47 De Republica, Paris 1980, Les Belles Lettres, 1. I, livre I, XXXV, 54, p. 232 : "S’il me fallait ad (...)
  • 48 Œuvres choisies de Vico [...] Principes de la philosophie de l’histoire, trad. J. Michelet, Hachett (...)

19L’excellence de la monarchie découle de l’admiration qu’il voue à deux de ses maîtres : Cicéron47 et Vico. La lecture de Vico lui permet de découvrir un principe monarchique conçu comme une nécessité pour les peuples qui trouvent dans cette forme de régime le repos et l’égalité de tous grâce à l’inégalité au profit d’un seul48.

  • 49 II s’explique dès lors que l’on transpose à la monarchie ce qu’il écrit en 1835 à propos de la just (...)
  • 50 Troplong fait remarquer qu’en France la monarchie fut en réalité tempérée (Du Principe..., p. 68) d (...)
  • 51 "De l’esprit démocratique", op. cit., RL, 1848, t. 2, p. 129.
  • 52 Ibid., p. 6 et "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.
  • 53 Du principe d’autorité, op. cit., p. 10.

20Il est donc logique qu’il perçoive d’un œil favorable la monarchie d’ancien régime49 et qu’il insiste sur le fait que, dans notre histoire50 : "Il est plus d’une fois arrivé à la démocratie de vivre d’accord avec la royauté et de faire faire ses affaires par un monarque" 51. Au fond, la monarchie a bénéficié de l’appui constant de l’opinion jusqu’en 1789 ; date à laquelle le divorce entre l’institution et la nation a provoqué la Révolution. Dès lors la Révolution qui signifia le triomphe de l’élément démocratique engendra une instabilité chronique qui ballotta le pays52 jusqu’à ce que Napoléon premier sauve le principe d’autorité en fondant un régime puissant et régulier53.

  • 54 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204 et Du principe d’autorité, op. cit., p. (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Du principe d’autorité, op. cit., p. 24.

21En d’autres termes, si la France est demeurée monarchique par les habitudes et les instincts54, la monarchie légitime suspectée de vouloir opérer un retour à l’ancien régime et la monarchie des Orléans du fait de l’absence d’un principe de légitimité net55 et de son impuissance face à la menace révolutionnaire, se révèlent incapables d’assurer "les intérêts fondés sur [...] [les] principes de 1789"56.

22Dès lors, le sens de l’évolution historique est tracé. 11 aboutit, tout en lui empruntant son principe d’autorité, à dénier tout avenir à une idée monarchique qui a cessé de recueillir l’adhésion de la nation.

– La modernité implique une démocratie régulée

  • 57 Ibid., p. 33.
  • 58 "De l’esprit démocratique", op. cit., RL, 1848, t. 2, p. 131.
  • 59 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.
  • 60 "Quelques aperçus historiques", op. cit., RL, 1834, t. 1, p. 401.

23La civilisation moderne fondée sur la propriété, la liberté et l’égalité, moralisée par le christianisme se trouve "fort au-dessus de la civilisation antique" 57. Ceci explique que la démocratie moderne corresponde aux" nécessités du temps"58. En effet, la France du XIXe siècle, "toujours démocratique par ses mœurs" 59se caractérise par le divorce complet du politique avec tout élément de théocratie, de féodalité et de monarchie absolue60.

  • 61 "De l’esprit démocratique dans le code civil", op. cit., p. 129.
  • 62 Ibid.
  • 63 Moniteur universel, 8 octobre 1855, p 1119.
  • 64 "De l’esprit démocratique dans le code civil", op. cit., p. 32.
  • 65 La propriété, op. cit., Préface, p. 118.
  • 66 Du principe d’autorité..., op. cit., p. 161. "La démocratie, c’est la France entière, avec toutes c (...)
  • 67 "De l’esprit démocratique du Code civil", op. cit., p. 134✝ : "la démocratie véritable [...] a pour (...)
  • 68 De la propriété d’après le Code civil, A.S.M.P., op. cit. t. VII, Paris 1850, p. 118. "Notre sociét (...)

24Encore faut-il s’entendre sur le sens que Troplong confère à la démocratie. De manière apparemment déconcertante, il fait sienne l’idée tocquevillienne et considère que le XIXe siècle marque le triomphe de la démocratie : "ce qui domine notre époque c’est la démocratie ou puissance de la majorité [...] qui entraîne l’Europe entière dans un irrésistible mouvement" 61. Si cette donnée incontestable l’entraîne à reprendre le mot de Royer-Collard selon lequel la démocratie coule à plein bord62, il ne vise pas le régime qu’il relègue au second plan en affirmant que les formes politiques éminemment variables63, "ne sont pas [...] l’indice ou la cause du perfectionnement social” 64. En fait, à l’imitation de Tocqueville, il considère que la démocratie est avant tout une société. 1789 a donné naissance à une société neuve et dotée de dynamisme65. La société moderne66 se caractérise donc non seulement par la liberté et l’égalité67 mais également par le thème libéral de la conservation des intérêts acquis en 1789. Cette société prospère, dynamique et consensuelle est donc promise à un bel avenir68 à la condition d’être régulée par l’autorité.

  • 69 "La démocratie est un état normal de la civilisation, elle est un gouvernement légitime". Des répub (...)
  • 70 Ibid., p. 324.
  • 71 Ibid., p. 324-325.
  • 72 Ibid. p. 129.

25En fait, si Troplong admet que la démocratie constitue sur le plan politique un gouvernement pur dans son principe et légitime dans son exercice69, il précise immédiatement que la démocratie moderne sortit en 1789 des flancs de la monarchie70. Ainsi, tout en mettant en avant son idée de la conciliation monarchie-démocratie qui lui permet de justifier le bonapartisme, il oppose à l’image des libéraux et de certains républicains la bonne révolution de 178971 à la mauvaise révolution de 1792. Par ailleurs il entend par démocratie une forme monarchique qui s’impose (comme l’avait précisé Vico) lorsque les masses percevant les menaces pesant sur l’égalité72 confient à une seule personne le soin de l’assurer.

26En d’autres termes, puisque le monisme de l’idée démocratique et de l’idée monarchique est marqué du sceau de l’échec, Troplong se rallie à une sorte de régime mixte. Dans le dessein de convaincre ses lecteurs, il ressource l’Empire romain qui sortit de la crise d’une République, ainsi que la monarchie française.

  • 73 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 449.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid.

27Depuis César, le pouvoir impérial a reçu de manière constante l’appui du parti populaire73 et des pauvres. L’Empire a eu le mérite de réaliser non la liberté mais l’égalité en ramenant les provinces à un régime uniforme et en égalisant les droits des hommes74. De plus, il a assuré l’ordre en domptant l’anarchie et en dirigeant la multitude que la république et l’aristocratie romaines ne savaient qu’agiter ou corrompre75. Cette vue partisane de l’Empire romain lui permet de soutenir que "la monarchie a été la forme nouvelle de la démocratie victorieuse de l’aristocratie” 76.

  • 77 "De l’esprit démocratique...", op. cit., p. 143.
  • 78 Ibid., p. 131.
  • 79 Des républiques, op. cit., p. 584.
  • 80 Du principe d’autorité, op. cit., p. 35.
  • 81 Ibid. p. 68.
  • 82 Ibid., p. 66.
  • 83 Ibid., p. 48.
  • 84 "Rapport du 21 juin 1861 sur le sénatus-consulte", Dalloz périodique 1861, p. 29.
  • 85 Ibid., p. 35.
  • 86 Ibid., p. 32.
  • 87 Ibid., p. 24 à 27.

28De manière à renforcer cette idée, il fait remarquer que la monarchie capétienne, sortie d’une élection de quelques barons et évêques, a duré parce que, jusqu’en 1789, elle a toujours reçu l’appui du peuple. Ainsi Troplong découvre que, dans l’histoire "l’ordre et la démocratie ne sont pas [...] incompatibles" 77. Dans cette perspective, si la démocratie "est le dernier terme et le meilleur" 78, la seule démocratie admissible est une démocratie "bien réglée" 79. Or, l’instabilité chronique depuis 1789 exige qu’on la dote d’une traduction politique adéquate, en l’occurrence "un pouvoir sérieux et fort" 80. En fait, comme le démontre l’élection du 10 décembre 1848, la démocratie peut être gouverné par un monarque81 puisqu’on a vu une démocratie de trente-six millions d’hommes demander la monarchie (sic) puis "éteindre la République dans l’Empire"82. Toutefois, il s’agit d’une démocratie particulière. En effet, d’une part, elle a créé un monarque dont la France nouvelle ne pouvait se passer83 d’autre part, elle lui fournit une arme irrécusable, la voix du peuple84. Il est donc clair que l’Empire85 résulte de l’aspiration de l’immense majorité de la nation86 à un régime conciliant deux produits de l’histoire dans une symbiose originale où l’adhésion populaire poursuit la fonction de conforter un principe d’autorité de type monarchique87.

29Ainsi, grâce au référent antique, Troplong a toute latitude pour faire émerger la nécessité historique du grand homme qui seul est à même de mettre à jour un régime moderne

II – une légitimité historique, providentielle, légale et charismatique

30En mettant en exergue le rôle du grand homme dans l’histoire, Troplong lui attribue, en quelque sorte, le statut d’un héros providentiel, charismatique et choisi par la nation dont la mission est de réaliser une synthèse politique originale.

– Le grand homme suscité par la providence et la nation

  • 88 Du principe d’autorité, op. cit., p. 50.
  • 89 Ibid. p. 24. "Lorsqu’il existe une race privilégiée que Dieu tient en réserve [...] il est clair qu (...)
  • 90 Ibid. p. 45.
  • 91 91 Ibid., p. 45.

31La quête de légitimité incite Troplong à insérer, dans toutes ses recherches, Napoléon III dans une lignée historique qui part de César et passe par Napoléon 1er, de manière à démontrer que le grand homme, doté de charisme et suscité par la providence est au fond le résultat des excès révolutionnaires et de la lassitude entraînée par les guerres civiles. Il s’appuie donc sur Bossuet88 pour établir que, dans un temps de crise, le pouvoir est suscité par la providence divine : "ce sont les combinaisons providentielles de la Révolution même qui l’ont [Napoléon] fait surgir comme une de ces forces inespérées que Dieu tient en réserve pour les grandes crises des peuples" 89. De manière à asseoir sa démonstration et à lui conférer une touche moderne, il associe la nation et la providence en soutenant que "l’élection de la nation a uni sa voix à celle de la providence"90. En effet, à ses yeux, l’élection de la nation présente, le mérite insigne de conférer au Second Empire91 tout à la fois stabilité, durée et légitimité dans la prise du pouvoir qu’il fait fallacieusement remonter à décembre 1848 ( !).

  • 92 Ibid. "Il n’y a qu’une [...] sorte de consécration magique qui puisse faire qu’un homme et une fami (...)
  • 93 Ibid. p. 42-43. Ainsi il infirme le jugement de Joseph de Maistre, qui considérait que Napoléon 1er (...)
  • 94 Du principe d’autorité, op. cit., p. 51. "Cicéron a dit admirablement que les chefs et les conserva (...)
  • 95 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.

32Il renforce enfin cette légitimité légale en soulignant son aspect charismatique puisqu’il écrit qu’un prince qui s’appelle Napoléon appartient à "une race privilégiée" 92et poursuit (contrairement à l’assertion de Maistre) "une mission dynastique" 93. Il étaye son argument en s’appuyant sur Cicéron qui soutient que celui qui crée, conserve ou restaure un empire reçoit une mission de Dieu car il ne peut "accomplir cette mission que grâce à une force surnaturelle et grâce à un esprit que n’ont pas les autres hommes" 94. Ainsi, il dégage, alors qu’il l’a récusée par ailleurs, une loi de l’histoire : le grand homme est un sauveur suscité par "la providence" 95.

  • 96 S’il admet que César est un ambitieux, qui mit un terme à la République, Il l’exonère de toute resp (...)
  • 97 "De la chute", op. cit., p. 1119.
  • 98 Ep. ad Caesarem II, 2,4.
  • 99 "De la chute", op. cit., p. 435.

33César, le fondateur du système, est l’objet d’un portrait qui tourne incontestablement à l’hagiographie96. Troplong fait de César l’héritier du parti démocratique qui, des Gracques à Marius, se dressa contre les abus criants du Sénat97. Accentuant la thèse de Salluste98, il en fait le protecteur du peuple99 et le sauveur du régime qui substitua l’ordre, l’unité aux abus et aux inégalités de la République. Tel est le schéma originel que ses héritiers n’ont plus qu’à démarquer.

  • 100 Du principe d’autorité, op. cit., p. 24.
  • 101 Ibid., p. 44, "Un homme a été appelé par le peuple pour fermer l’abîme des révolutions [...] cet ho (...)
  • 102 Ibid., p. 28.
  • 103 Ibid., p. 19.
  • 104 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.
  • 105 Du principe d’autorité, op. cit., p. 45.

34Napoléon Ier, ce jeune héros et grand législateur, fut, à l’instar de César, suscité par la providence pour résorber la commotion révolutionnaire100. Toutefois, il existe une différence avec César dans la mesure où Napoléon 1er a le mérite de fonder le système moderne. "Appelé par le peuple" 101, il incarna ainsi la démocratie dont il garantit les avantages tout en étant son tuteur chargé de prévenir ses égarements102. Parallèlement, en fondant la quatrième dynastie103, il créa une monarchie "appropriée aux temps modernes" 104. Ainsi apparaît le nom autour duquel la postérité peut se ranger105

  • 106 Ibid., p. 41.
  • 107 Ibid., p. 20.
  • 108 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204 "Il rajeunit aux yeux de l’Europe le pl (...)
  • 109 Ibid., p. 45.
  • 110 "De l’esprit démocratique", op. cit., p. 326.
  • 111 Du principe d’autorité..., op. cit., p. 45.

35Tout était donc prêt pour que le neveu vienne couronner cette lignée. Napoléon III est le grand homme providentiel qui sauva la nation106 de deux périls : le retour à l’Ancien Régime et la voie révolutionnaire107. Héritier d’un "grand nom" 108, Napoléon III reprend le système dans la mesure où l’élu de la nation et de la providence109 n’a qu’à suivre "le sillon" 110tracé par l’oncle pour faire rentrer la France au port. Toutefois, en associant la nation entière par le biais du suffrage universel à l’idée dynastique, Napoléon III a le mérite d’inventer un système politique durable111 légitimé tout à la fois par la nation, l’histoire et la providence.

– "Le symbole monarchique de la démocratie organisée"

  • 112 De manière à renforcer cet aspect, il fait remarquer que si l’hérédité est un principe de l’ancien (...)
  • 113 Du principe d’autorité, op. cit., p. 20. Troplong affirme que l’empire assure "les intérêts légitim (...)
  • 114 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1866", Dalloz périodique, p. 106.

36L’Empire peut se prévaloir de l’hérédité du fait que la quatrième dynastie revêt la forme d’une monarchie héréditaire112. Sous son autre face, conformément aux vœux de la nation113, l’Empire fixe la révolution à sa phase libérale, puisqu’il assure "la révolution de 1789 sans les idées révolutionnaires [...] l’égalité sans les folies égalitaires, l’amour du peuple sans le charlatanisme socialiste" 114. Il en résulte que sur le terrain démocratique cette formule le rend plus fort que la république.

  • 115 Ibid. p. 54.
  • 116 Ibid. p. 54.
  • 117 Ibid. p. 8.
  • 118 Ibid. p. 53.
  • 119 "Rapport sur le sénatus-consulte du 29 janvier 1861", Dalloz périodique 4, p. 29.
  • 120 Ibid. p. 45.
  • 121 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 205.

37Adaptant au XIX siècle le schéma thomiste, il considère qu’il existe entre la nation qui se donne un gouvernement et celui que la providence a désigné115 un mariage qui attribue le principe d’autorité ou de légitimité à celui qui unit à "la force qui vient de Dieu, la force qui vient du peuple" 116. À partir du moment où il soutient que le pouvoir "se promulgue par l’adhésion des peuples” 117, cette légitimité présente un aspect moderne et légal incontestable. Il met donc au premier plan le suffrage universel (dont il néglige la domestication) en soutenant que ce dernier "excelle à trouver, dans les grands périls sociaux, l’homme de qui dépend le salut public" 118Troplong confère à cette légitimité un fondement légal en affirmant que "le consentement des hommes intervient avec un caractère souverain et décisif". En effet, cette volonté du peuple, tout à la fois arme et bouclier de l’empereur119, manifestée par "l’élection de la nation entière, réunie dans ses comices"120, confère au régime un fondement démocratique puisque, lors de chaque consultation, cette délégation expresse du pouvoir est ratifiée par le renouvellement du contrat121 liant la nation à son chef.

  • 122 Ibid., p. 204.
  • 123 Ibid.
  • 124 Ibid.
  • 125 Ibid.

38Bref, ce système a "tous les avantages de la République sans en avoir les dangers"122. "La monarchie dans l’empire" signifie donc "l’ordre dans la révolution et la règle dans la démocratie" 123. En devenant "le symbole monarchique de la démocratie organisée" 124, l’Empire crée un système qui repose en réalité sur le grand homme " trait d’union du pouvoir et du peuple"125.

  • 126 Ibid., p. 66.
  • 127 "Rapport sur le sénatus-consul te de 1852", op. cit., p. 204.
  • 128 Ibid., p. 205.
  • 129 Du principe d’autorité, op. cit., p. 69.
  • 130 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 450. Il reprend cette idée en 1855 dans "De la ch (...)

39Telles sont les raisons qui conduisent le Second Empire à absorber une seconde fois la république126, comme il le soutient dans une assertion révélatrice : "la république est virtuellement dans l’empire à cause du caractère contractuel de l’institution et de la communication et de la délégation expresse du pouvoir par le peuple. Mais l’empire l’emporte sur la République parce qu’il est aussi la monarchie" 127. Ce système neuf128 dépend d’un "centre régulateur", le prince, élu du peuple129 qui conduit Troplong à lui conférer un aspect scientiste. Ce régime résulte d’une loi de la dynamique qui est également une loi du monde moral " Le centre de tout mouvement doit être d’autant plus fort que la circonférence est vaste" 130.

  • 131 Oeuvres, op. cit., t. 3, p. 282, Présentation des résultats du plébiscite, 31 décembre 1851 "La Fra (...)
  • 132 L’idée napoléonienne, Paris 1839, p. 378. Le discours de Lyon du 20 septembre 1852 reprend la même (...)
  • 133 Cf. Les souvenirs de Tocqueville, Paris 1978, p. 301-302.
  • 134 "Heureux les peuples qui les comprennent et les suivent", Histoire de Jules César, Paris 1865, t. 1 (...)
  • 135 Ibid., t. 2, 1866, p. 517.

40À dire vrai, on ne peut qu’être frappé par la parenté de pensée entre Troplong et Napoléon III, qui, selon toute vraisemblance, s’explique par le rôle de boîte à idées, joué par Troplong. En effet, Napoléon III qui avait tenté de se justifier en affirmant : "Je n’étais sorti de la légalité que pour rentrer dans le droit” 131, tenta d’enraciner sa légitimité, à l’aide d’une idée-force : le double pont jeté par le présent sur le passé132. Loin d’être un ouvrage innocent, L’histoire de Jules César de Napoléon III fait clairement émerger le thème de prédilection de l’empereur : l’homme de génie suscité par la providence133 pour faire accomplir un pas décisif à la nation134, ainsi que la finalité absolutoire poursuivie : "César avait l’intention de rétablir la République [...] ses anciennes formes, mais sur de nouveaux principes" 135.

  • 136 G. Coquille est un journaliste légitimiste partisan d’une monarchie chrétienne et de tendance contr (...)
  • 137 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 126-127.

41Il est évident que ce césarisme présente, comme le constate le légitimiste G. Coquille136, l’avantage incommensurable de puiser dans l’histoire la double caractéristique du bonapartisme et de le couvrir par une idéologie absolutoire "la souveraineté du peuple produisant par voie fictive ou autrement le pouvoir absolu d’un seul, l’imperium" capté au profit de "César représentant du peuple" 137.

*
* *

  • 138 Tocqueville note dans une lettre du 5 décembre 1852, "je me sens trop radicalement opposé à celui-c (...)
  • 139 GUIZOT, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris 1859, t. 2, p. 203.
  • 140 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 128, "Voilà ce que refusent de voir les démocrates [...] ils ne pe (...)
  • 141 Ibid., t. 1, p. 240.

42La condamnation des opposants à l’Empire, légitimistes, libéraux et républicains, s’explique essentiellement par l’aspect dictatorial138 du régime, accessoirement par le fait que cette idéologie se révélait dangereuse par l’attraction incontestable qu’elle exerçait sur la nation sous cet angle. C’est sans doute le libéral Guizot qui perçut le mieux la chose en écrivant "c’est beaucoup d’être à la fois une gloire nationale, une garantie révolutionnaire et un principe d’autorité" 139. Le légitimiste G. Coquille, en accusant ce régime d’absorber la souveraineté nationale surgie en 1789, s’élève avec vigueur contre l’erreur des démocrates qui ne perçoivent pas le détournement140 opéré par "Napoléon et César" représentant "le plébéianisme couronné"141.

  • 142 "De la bonne révolution, il faut prendre les bons instincts", Discours de Saint-Quentin, 10 juin 18 (...)
  • 143 L’idée napoléonienne, op. cit., p. 8.
  • 144 "Je ne reconnais à personne le droit de se dire son représentant plus que moi", Discours de Lyon, 1 (...)
  • 145 VACHEROT (E.), La Démocratie, Chamerot, Paris 1860, p. 9-10.
  • 146 GAMBETTA, Discours et plaidoyers, Joseph Reinach, 11 vol., 1881-1885, t. 1, Procès du 14 novembre 1 (...)
  • 147 Discours et plaidoyers, op. cit., t. 4, 23 avril 1875, p. 306.
  • 148 Discours et plaidoyers, op. cit., t. 1, p. 116, "Il faut choisir entre le suffrage universel et la (...)

43De leur côté, les républicains ne pouvaient tolérer une idéologie concurrente qui leur portait ombrage. Ils comprirent rapidement que le danger qui les menaçait résidait dans cette idéologie syncrétiste qui brandissait les principes de 1789, les intérêts acquis et la même référence : la Révolution française142. Par l’entremise notamment de Vacherot ou de Gambetta, les républicains, perçurent ce centrisme plébiscitaire et populaire pernicieux qui, en conciliant les "droits du peuple et le principe d’autorité"143 révélait un aspect démocratique accentué par le fait que le nouveau César admettait que le peuple conservât sa souveraineté144. Le républicain libéral Vacherot condamne donc sans ambages un "régime politique qui [...]fait du suffrage universel un instrument d’oppression" 145. Dans une perspective similaire, le radical Gambetta dénonce dans le césarisme le coup d’État146 de cette "hideuse lèpre"147qui refusa de choisir entre le suffrage universel et la monarchie : "il faudra de deux choses l’une : ou que la liberté du suffrage et l’universalité du droit succombe devant les satisfactions et les désirs d’un seul, ou que la puissance d’un seul disparaisse devant la majorité du droit populaire” 148

  • 149 OLIVIER (Émile), Dans l’Empire libéral, t. 3 p. 8 le qualifie d’oracle juridique de Napoléon III.

44Somme toute ce juriste éminent149 qui s’était fourvoyé dans la pensée politique fut condamné sans appel par la mémoire républicaine pour avoir tenté d’investir le politique en théorisant la légitimité d’un régime issu d’un coup d’état dont il s’était acharné à nier l’illégitimité formelle.

  • 150 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 128. En réalité, il fut précédé par le bonapartiste F.A Romieu qui (...)

45Pris en tenaille entre la légitimité des légitimistes et la légitimité moderne des libéraux ou des républicains, le "seul théoricien" 150du césarisme moderne, était en réalité privé de toute marge de manœuvre. Il avait donc été contraint d’édifier une légitimité complexe reposant sur trois piliers : un fondement légal ou moderne qui paradoxalement est essentiel, étayé par un fondement traditionnel (historique et providentiel) et par un fondement charismatique.

46En définitive, cette combinaison subtile forge une notion éphémère parce qu’à contre courant. À cet égard, il convient de remarquer qu’il ne saisit pas que le système bonapartiste postulant un accord constant entre l’homme providentiel et la nation présentait nécessairement un caractère fragile. En effet, d’une part, il dépendait du maintien de l’accord entre le tribun couronné et les masses et d’autre part, il s’écartait de la formule de l’avenir mise à jour par Tocqueville : le démo-libéralisme.

  • 151 GAMBETTA, "Discours au corps législatif", Journal Officiel de l’Empirefrançais, 11 janvier 1870, p. (...)

47Cette république couronnée, était donc vouée à jouer le rôle de "pont" 151entre deux républiques, ou plus exactement de précepteur de la démocratie. En effet, cette légitimité, en dépit d’une tonalité moderne et démocratique indéniable qui avait permis à la nation de faire l’apprentissage du suffrage universel, n’avait aucune chance de s’imposer face à une dynamique républicaine sous-tendue par l’idée porteuse de légitimité démocratique.

  • 152 FERRERO (G.), Pouvoirs, les génies invisibles de la cité, New York 1942, p. 288. Cf. BIANCOTTO (B.) (...)

48Ainsi se vérifie la thèse de G. Ferrero selon laquelle, d’une part l’époque contemporaine n’a point de salut en dehors de la légitimité démocratique, c’est-à-dire de "la délégation (sincère) du pouvoir par le peuple" 152, d’autre part chaque époque n’a qu’un principe de légitimité qu’elle trouve établi ou en voie de formation.

Notes

1 Verbo "légitime".

2 Le savant et le politique, Plon, Paris 1959 et Economy and Society, California Press, 1978.

3 BLUCHE (F.), Le Bonapartisme, Paris 1981, p. 29.

4 Proclamation du 14 janvier 1852.

5 Œuvres de Napoléon III, Paris 1869, t. 3, p. 112. Message du 31 octobre 1849.

6 AGULHON, Coup d’état et République, Presses de la FNSP, Paris 1997.

7 GUIRAL(P.), "Historiographie du Second Empire", RHMC, 1974, p. 1-17. fait preuve d’une appréhension plus mesurée. Il note un décollage économique et l’apprentissage du suffrage universel.

8 EISENMANN (Ch.), "Napoléon, précurseur de la dictature idéologique, Politique, 1947, t. 4, p. 781, n° 797.

9 Nommé substitut au tribunal de Sartène en 1819, il fut muté à Bastia comme substitut du procureur général en 1820.

10 Les privilèges et les hypothèques, Paris 1833 ; La vente, Paris 1837 ; La prescription, Paris 1835 ; De l’échange et du louage, Paris, 1840 ; Le contrat de société civile et commerciale, Paris 1843 ; De la transcription hypothécaire, Paris 1845 ; Le prêt, Paris 1845 ; Le mandat, le dépôt, le cautionnement et la contrainte par corps, Paris 1845-1847 ; Du nantissement, du gage et de l’antichrèse, Paris 1847 ; Le contrat de mariage, Paris 1850 ; Les donations entre époux et les donations, Paris 1855 ; La transcription hypothécaire, Paris 1856.

11 De l’influence du christianisme sur le droit civil des Romains, Paris 1843 ; Du pouvoir de l’État sur l’état de l’enseignement d’après l’ancien droit public, Paris 1844 ; De la propriété d’après le code civil, Mémoire de l’Académie des sciences morales et politiques, Paris 1850, p. 35 et s.

12 En 1840, il fut élu à l’Académie des sciences morales et politiques où il succéda à Daunou et, en 1846, devint pair de France.

13 RÉMUSAT (Ch. de), Mémoires de ma vie, 1958, vol. 4, p. 186, affirme que Troplong passait pour avoir des "tendances de Tiers Parti".

14 Documents historiques servant au rétablissement de l’empire : Rapport de Troplong du 7 novembre 1852 sur le Sénatus-consulte soumis aux délibérations du Sénat pour demander le rétablissement de l’empire. Ce rapport se trouve également dans le Dalloz périodique, p. 204 et s. ; Du principe d’autorité depuis 1789 suivi de nouvelles considérations, Plon, Paris 1853 ; "Rapport de Troplong du 29 janvier 1861 sur le Sénatus-consulte modifiant la constitution", Dalloz périodique 1861, p. 23 et s. ; "Rapport de Troplong sur le sénatus-consulte du 18-22 juillet 1866 modifiant la constitution", Dalloz périodique, 1866/ IV/ p. 105 et s.

15 "De l’esprit démocratique dans le code civil", RL, 1848, t. II, p. 128-166, et RL 1850, 1.1, p. 21 et s. et p. 321-346 ; t. II, mai août 1850, p. 181 et s. ; t. III, septembre décembre 1850, p. 5 et s. ; "Des république d’Athènes et de Sparte", RL, 1851, t. II, p. 5 et s. Cet article est paru également dans les Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques en 1852, t. VIII, p. 561-626 ; "Encore de la Révolution impériale", Gazette des tribunaux 9 mai 1852, n° 7749, p. 449-450 ; "De la chute de la république romaine", Moniteur universel, 8 octobre 1855, p. 1119-1120 ; "De la chute de la république romaine. La guerre civile", Revue contemporaine, 1855, p. 193-239 et 1856, p. 385-439.

16 Plon, Paris 1853, 71 pages.

17 Ibid., p. 50-51.

18 Ibid.

19 Du principe d’autorité, op. cit., p. 50.

20 Ibid., p. 7.

21 Ibid., p. 69.

22 Ibid., p. 52.

23 Ibid., p. 54 "c’est donc vainement qu’on essaierait de contester la légitimité de l’Empire".

24 Des républiques, op. cit., p. 584.

25 Du Principe d’autorité, op. cit., p. 70.

26 Ibid., p. 41.

27 Revue de législation, op. cit., 1835, t. 1, p. 161 : il affirme qu’il n’est pas un de ces "esprits prévenus qui dédaignent l’Antiquité".

28 Des républiques, op. cit. ; De la chute de la République romaine, op. cit. ; De la chute de la République romaine, La guerre civile. Encore de la révolution impériale, op. cit.

29 Rapport sur le Sénatus-consulte, 7 et 10 novembre 1852, Dalloz, op. cit., p. 204. "De la chute", Moniteur, op. cit., p. 1119 et Des républiques, op. cit., p. 567.

30 Des républiques, op. cit., p. 567.

31 Troplong parle de "l’exercice direct et collectif du peuple souverain" ibid., p. 567.

32 Ibid., p. 586-587 : "La souveraineté se déploie sur la place publique : c’est le mouvement perpétuel du peuple pour élire, délibérer, juger. Tout part de lui tout revient à lui [...] Souverain il n’est jamais lié par ses propres lois ; car la souveraineté ne s’épuise pas. L’acte qui l’a fait aujourd’hui en vertu de son omnipotence, il peut le défaire demain à cause de cette même omnipotence. Les limites sont incompatibles avec cette suprême puissance [...] qui est toujours le droit jusque dans ses volontés les plus ambulatoires. Le peuple souverain d’Athènes ne se repose jamais [...] Volontaire et inconstant il tient plus à sa toute puissance qu’à son infaillibilité et jamais il ne se croit plus souverain que quand il a montré à la vérité d’hier qu’elle n’est plus la vérité des jours qui suivent".

33 Ibid., p. 589.

34 Ibid., p. 564 et 582.

35 Ibid., p. 597.

36 Ibid.

37 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 449.

38 Il s’appuie sur Montesquieu qui note que cette vertu fit singulièrement défaut à la fin de la République, in De la chute, op. cit., Moniteur, p. 1119.

39 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", Dalloz périodique, op. cit., p. 205. "On emprunta la république au souvenir de l’Antiquité".

40 Ibid.

41 Encore de la révolution impériale, op. cit., p. 449.

42 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", Dalloz, op. cit., p. 204.

43 Du principe, p. 13.

44 Des républiques, op. cit., p. 616 et 626.

45 Des républiques, p. 562 : "L’excès en effet a été dans la nature d’Athènes et de Sparte. Leur gouvernement ne sut pas faire la part légitime de l’autorité ou de la liberté ; il donna trop ou trop peu à ces deux forces sociales que les bonnes constitutions mettent en équilibre. Athènes sacrifia tout à la démocratie ; Sparte sacrifia tout à la raison d’Etat [...] Les partis extrêmes du peuple athénien ayant pris la prépondérance qui mène de la démocratie à la démagogie, l’état succomba misérablement dans la licence et l’anarchie".

46 Ibid., p. 565.

47 De Republica, Paris 1980, Les Belles Lettres, 1. I, livre I, XXXV, 54, p. 232 : "S’il me fallait adhérer à une seule [forme de régime], pure de tout mélange, j’adhérerais à la royauté et je lui accorderais les plus grands éloges" ; livre I, XLV, p. 68 : "Celui qui mérite à mon avis, d’être de loin préféré aux autres [régimes], c’est la royauté. Mais à la royauté elle-même, on préférera un régime formé par un mélange harmonieusement équilibré des trois systèmes politiques de base".

48 Œuvres choisies de Vico [...] Principes de la philosophie de l’histoire, trad. J. Michelet, Hachette, Paris 1835, t. 1, p. 380. La science nouvelle, Gallimard, Paris 1993, p. 392 : "Les peuples fatigués des soupçons de l’aristocratie et de l’agitation de la démocratie vont chercher le repos sous la monarchie".

49 II s’explique dès lors que l’on transpose à la monarchie ce qu’il écrit en 1835 à propos de la justice seigneuriale : "Comment [...] peut-on soutenir qu’une institution qui a duré pendant des siècles a été radicalement mauvaise ? Comment ne voit-on pas dans le long acquiescement que les peuples lui ont donné une preuve qu’elle a eu un principe de légitimité ?", l’établissement des justices seigneuriales, 1835, op. cit., p. 165. À la durée, s’ajoute le fait que la monarchie capétienne modéra, contint puis disciplina l’élément féodal Du principe d’autorité, op. cit., p. 27 Par ailleurs, cette monarchie sut, en évoluant de la monarchie féodale à la monarchie absolue de Louis XIV, se plier aux phases variées du développement national.

50 Troplong fait remarquer qu’en France la monarchie fut en réalité tempérée (Du Principe..., p. 68) du fait qu’il existait un autre principe qui d’ailleurs évoque la thèse monarchomaque : "les rois sont faits pour les peuples et non les peuples pour les rois" Ibid., p. 46. Troplong se réfère aux instructions et mémoires de Louis XIV dont il extrait cette phrase : "c’est tout comme nous sommes à nos peuples que nos peuples sont à nous".

51 "De l’esprit démocratique", op. cit., RL, 1848, t. 2, p. 129.

52 Ibid., p. 6 et "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.

53 Du principe d’autorité, op. cit., p. 10.

54 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204 et Du principe d’autorité, op. cit., p. 16.

55 Ibid.

56 Du principe d’autorité, op. cit., p. 24.

57 Ibid., p. 33.

58 "De l’esprit démocratique", op. cit., RL, 1848, t. 2, p. 131.

59 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.

60 "Quelques aperçus historiques", op. cit., RL, 1834, t. 1, p. 401.

61 "De l’esprit démocratique dans le code civil", op. cit., p. 129.

62 Ibid.

63 Moniteur universel, 8 octobre 1855, p 1119.

64 "De l’esprit démocratique dans le code civil", op. cit., p. 32.

65 La propriété, op. cit., Préface, p. 118.

66 Du principe d’autorité..., op. cit., p. 161. "La démocratie, c’est la France entière, avec toutes ces classes et ses échelons, avec ses supériorités sorties hier des rangs inférieurs, avec ses rangs inférieurs qui demain feront montés en haut d’autres supériorités ; avec sa constante et progressive élévation du niveau des conditions [...], avec l’uniformité de ses lois, l’égalité de ses habitants et l’affranchissement de la propriété et du travail. Voilà la démocratie telle que nous l’avons toujours conçue".

67 "De l’esprit démocratique du Code civil", op. cit., p. 134✝ : "la démocratie véritable [...] a pour bases la liberté, l’égalité et la loi, la démocratie telle que je la vois formée dans les temps modernes par l’action lente et soutenue du christianisme, de la philosophie, des idées libérales, du développement de la richesse et des forces de l’esprit [...] a commencé en 1789 une ère nouvelle et dans laquelle j’ai foi malgré les épreuves qui l’attendent".

68 De la propriété d’après le Code civil, A.S.M.P., op. cit. t. VII, Paris 1850, p. 118. "Notre société moderne, dont l’aurore est en 1789, ne s’est pas usée si vite sous l’influence du principe démocratique, qu’elle ait besoin de régénérateurs. Elle a pour elle sa jeunesse, sa vigueur, ses lumières, un faisceau puissant d’intérêts légitimes, l’émulation de tous, le droit commun pour tous". Du principe d’autorité..., op. cit., p. 35. "C’est une société florissante et vigoureuse qui ne veut un pouvoir sérieux et fort que par ce qu’elle a des intérêts conservateurs à vivifier ; c’est une société qui loin de tomber dans la décadence se relève pleine d’avenir d’une chute fatale, qui se raffermît dans les voies de l’ordre pour avoir le progrès".

69 "La démocratie est un état normal de la civilisation, elle est un gouvernement légitime". Des républiques..., op. cit., p. 572. La démocratie est le "dernier terme et le meilleur, le plus parfait, le plus digne de l’homme". L’esprit démocratique du Code civil, op. cit., p. 131.

70 Ibid., p. 324.

71 Ibid., p. 324-325.

72 Ibid. p. 129.

73 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 449.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Ibid.

77 "De l’esprit démocratique...", op. cit., p. 143.

78 Ibid., p. 131.

79 Des républiques, op. cit., p. 584.

80 Du principe d’autorité, op. cit., p. 35.

81 Ibid. p. 68.

82 Ibid., p. 66.

83 Ibid., p. 48.

84 "Rapport du 21 juin 1861 sur le sénatus-consulte", Dalloz périodique 1861, p. 29.

85 Ibid., p. 35.

86 Ibid., p. 32.

87 Ibid., p. 24 à 27.

88 Du principe d’autorité, op. cit., p. 50.

89 Ibid. p. 24. "Lorsqu’il existe une race privilégiée que Dieu tient en réserve [...] il est clair que c’est à elle que les plus manifestes décrets de la providence donnent le droit de régir l’État" (Ibid. p. 45).

90 Ibid. p. 45.

91 91 Ibid., p. 45.

92 Ibid. "Il n’y a qu’une [...] sorte de consécration magique qui puisse faire qu’un homme et une famille, entre tous, se trouvent prédestinés pour cet immense office de régner" ibid. p. 53.

93 Ibid. p. 42-43. Ainsi il infirme le jugement de Joseph de Maistre, qui considérait que Napoléon 1er avait la mission de rétablir la monarchie avant de s’effacer.

94 Du principe d’autorité, op. cit., p. 51. "Cicéron a dit admirablement que les chefs et les conservateurs des cités ont une mission de Dieu ; car ceux qui fondent les empires, qui les conservent et les rétablissent, ne peuvent accomplir cette tâche que par la communication surnaturelle d’une force et d’un esprit que n’ont pas les autres hommes" (Ibid. p. 51).

95 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.

96 S’il admet que César est un ambitieux, qui mit un terme à la République, Il l’exonère de toute responsabilité dans la chute de ce régime en le qualifiant de "grand génie", de "puissant réformateur" et de "grand homme" qui, après son assassinat se mua en "demi-dieu". De plus, il s’insère dans une république romaine minée par la crise et incapable d’assurer aux citoyens l’égalité, l’ordre, le repos et le salut. Contre toute évidence, il affirme que sa victoire sur Pompée démontra "le caractère modérateur de son autorité" et sa clémence à l’égard de ses adversaires. En revanche, il ne se hasarde pas sur le terrain de l’intention présumée de César d’accéder à la monarchie. Il se borne à observer que la monarchie apparut comme une solution séduisante non seulement aux esprits sérieux qui aspiraient à l’ordre et au progrès, mais également pour les paysans, "les capitalistes" (sic) et le peuple qui perçut César comme un bouclier. Il fait remarquer que le fait de remettre la destinée d’un État à un seul homme correspond, comme le note Vico, à la sagesse de la nature qui "a voulu que partout le commandement appartienne, dans l’intérêt des faibles à l’être supérieur". En d’autres termes, l’action politique de ce "génie" qui sauva la démocratie, atteste qu’il fut le premier symbole de l’égalité politique et civile porté au pouvoir.

97 "De la chute", op. cit., p. 1119.

98 Ep. ad Caesarem II, 2,4.

99 "De la chute", op. cit., p. 435.

100 Du principe d’autorité, op. cit., p. 24.

101 Ibid., p. 44, "Un homme a été appelé par le peuple pour fermer l’abîme des révolutions [...] cet homme n’est le vicaire de personne, si ce n’est de la nation dont il est l’élu et il doit rester son chef, lui et sa race, tant qu’il représentera son esprit et ses intérêts".

102 Ibid., p. 28.

103 Ibid., p. 19.

104 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204.

105 Du principe d’autorité, op. cit., p. 45.

106 Ibid., p. 41.

107 Ibid., p. 20.

108 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204 "Il rajeunit aux yeux de l’Europe le plus grand nom des Temps Modernes [...] pour enchaîner les tempêtes politiques et sociales, pour doter la France des conquêtes de la paix, pour raffermir et féconder les bons rapports des États".

109 Ibid., p. 45.

110 "De l’esprit démocratique", op. cit., p. 326.

111 Du principe d’autorité..., op. cit., p. 45.

112 De manière à renforcer cet aspect, il fait remarquer que si l’hérédité est un principe de l’ancien droit public, l’empire est le seul régime, prétend Troplong, qui puisse se prévaloir du droit que l’ancienne monarchie reconnaissait à la nation de choisir un roi en cas de vacance du trône. "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 204. Il s’agit toutefois d’un droit limité qui ne concurrence pas les droits du roi. Il s’agit en effet d’un droit éventuel soumis à l’hypothèse d’une vacance du trône, de sorte que la loi salique se retrouve "au-dessus des pouvoirs du roi et des droits de la nation. Cf. MOREL (H), "Les Droits de la nation sous la Régence", in Mélanges Henri Morel, PUAM, Aix, p. 431.

113 Du principe d’autorité, op. cit., p. 20. Troplong affirme que l’empire assure "les intérêts légitimes nés de la révolution de 89" et répudie "les idées révolutionnaires qui prétendent aller au-delà".

114 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1866", Dalloz périodique, p. 106.

115 Ibid. p. 54.

116 Ibid. p. 54.

117 Ibid. p. 8.

118 Ibid. p. 53.

119 "Rapport sur le sénatus-consulte du 29 janvier 1861", Dalloz périodique 4, p. 29.

120 Ibid. p. 45.

121 "Rapport sur le sénatus-consulte de 1852", op. cit., p. 205.

122 Ibid., p. 204.

123 Ibid.

124 Ibid.

125 Ibid.

126 Ibid., p. 66.

127 "Rapport sur le sénatus-consul te de 1852", op. cit., p. 204.

128 Ibid., p. 205.

129 Du principe d’autorité, op. cit., p. 69.

130 "Encore de la révolution impériale", op. cit., p. 450. Il reprend cette idée en 1855 dans "De la chute...", Moniteur, p. 1119, "C’est une loi du monde physique que, lorsque le centre d’un circonférence sert de point d’appui à un mouvement, ce centre doit être d’autant plus solide que la circonférence est plus étendue ; cette loi a aussi son application dans le monde politique. Les forces d’action et les forces de réaction doivent s’équilibrer".

131 Oeuvres, op. cit., t. 3, p. 282, Présentation des résultats du plébiscite, 31 décembre 1851 "La France a répondu à l’appel loyal que je lui avais fait [...] Plus de sept millions de suffrages viennent de m’absoudre".

132 L’idée napoléonienne, Paris 1839, p. 378. Le discours de Lyon du 20 septembre 1852 reprend la même idée, in Documents historiques relatifs au rétablissement de l’empire, Paris 1852, p. 6.

133 Cf. Les souvenirs de Tocqueville, Paris 1978, p. 301-302.

134 "Heureux les peuples qui les comprennent et les suivent", Histoire de Jules César, Paris 1865, t. 1, p. 410.

135 Ibid., t. 2, 1866, p. 517.

136 G. Coquille est un journaliste légitimiste partisan d’une monarchie chrétienne et de tendance contre-révolutionnaire qui, sous le Second Empire avait été contraint de quitter L’univers et de passer au Monde cf. SPULLER (E), Figures disparues, Alcan, Paris 1891, t. 2, p. 180. Dans son recueil d’articles, il dénonce le césarisme qu’il a tendance à voir un peu partout. Il écrit d’ailleurs dans Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 102, "La société française est envahie par le césarisme".

137 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 126-127.

138 Tocqueville note dans une lettre du 5 décembre 1852, "je me sens trop radicalement opposé à celui-ci [le nouveau gouvernement]", Égalité sociale et politique, Paris 1977, p. 218.

139 GUIZOT, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris 1859, t. 2, p. 203.

140 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 128, "Voilà ce que refusent de voir les démocrates [...] ils ne peuvent empêcher que ce commis n’ait un pouvoir absolu, le pouvoir du peuple tout entier, réuni, concentré en sa personne".

141 Ibid., t. 1, p. 240.

142 "De la bonne révolution, il faut prendre les bons instincts", Discours de Saint-Quentin, 10 juin 1850, Œuvres de Napoléon III, t. 3, p. 133.

143 L’idée napoléonienne, op. cit., p. 8.

144 "Je ne reconnais à personne le droit de se dire son représentant plus que moi", Discours de Lyon, 15 août 1850, Œuvres, op. cit., t. 3, p. 142.

145 VACHEROT (E.), La Démocratie, Chamerot, Paris 1860, p. 9-10.

146 GAMBETTA, Discours et plaidoyers, Joseph Reinach, 11 vol., 1881-1885, t. 1, Procès du 14 novembre 1868, "oui, le 2 décembre [...] se sont groupés des hommes [...] qui n’avaient ni talent, ni honneur [...] de ces gens qui, à toutes les époques, sont les complices des coups de la force, de ces gens dont on peut répéter ce que Salluste a dit de la tourbe qui entourait Catilina, ce que César dit de lui-même en traçant le portrait de ses complices, éternels rebuts des sociétés régulières [...] un tas d’hommes perdus de dettes et de crimes", p. 12-16.

147 Discours et plaidoyers, op. cit., t. 4, 23 avril 1875, p. 306.

148 Discours et plaidoyers, op. cit., t. 1, p. 116, "Il faut choisir entre le suffrage universel et la monarchie ; quand on fait de la politique et des institutions, il faut faire des institutions conformes aux principes qu’on veut faire triompher. Quand vous ferez de la monarchie, entourez-vous d’institutions monarchiques. Quand vous ferez de la République [...] entourez-vous d’institutions républicaines [...] mais si vous associez deux opinions jalouses l’une de l’autre [...] il faudra de deux choses l’une : ou que la liberté du suffrage et l’universalité du droit succombe devant les satisfactions et les désirs d’un seul, ou que la puissance d’un seul disparaisse devant la majorité du droit populaire".

149 OLIVIER (Émile), Dans l’Empire libéral, t. 3 p. 8 le qualifie d’oracle juridique de Napoléon III.

150 Du césarisme, op. cit., t. 2, p. 128. En réalité, il fut précédé par le bonapartiste F.A Romieu qui fut le premier à utiliser le concept de césarisme à propos du Second Empire dans son ouvrage publié en 1850, L’ère des césars. Cf. sur ce sujet la thèse (en préparation) de M. Robin : Le concept de Césarisme.

151 GAMBETTA, "Discours au corps législatif", Journal Officiel de l’Empirefrançais, 11 janvier 1870, p. 55.

152 FERRERO (G.), Pouvoirs, les génies invisibles de la cité, New York 1942, p. 288. Cf. BIANCOTTO (B.), La pensée politique de G Ferrero, PUAM, CERHIP VI, Aix 1994, p. 75-127.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search