Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Louis-Auguste Blanqui

La légitimité de la force ou l’utopie des barricades ?

Édouard Dockes

Texte intégral

  • 1 "Avis au peuple", écrit à la Prison de Belle-île-en-Mer, le 10 février 1851, envoyé (mais non lu) c (...)

"Les doctrines diverses qui se disputent aujourd’hui les sympathies des masses pourront un jour réaliser leurs promesses d’amélioration et de bien être, mais à la condition de ne pas abandonner la proie pour l’ombre.
"Elles n’aboutiraient qu’à un lamentable avortement si le peuple [...] négligeait le seul élément pratique assuré, la force !
"Les armes et l’organisation, voilà l’élément décisif du progrès, le moyen sérieux d’en finir avec la misère ! Qui a du fer, a du pain"1

1Ce texte illustre bien l’intérêt et les limites du propos de Louis-Auguste Blanqui. Ce socialiste est entré dans l’histoire par des formules lapidaires et une foi indéfectible dans un programme simple : prendre le pouvoir par la force. Il resta fidèle toute sa vie à l’objectif d’une révolution politique radicale, car, même légitime, la recherche du progrès social, sera, d’après lui, nécessairement vouée à l’échec, si elle ne se libère pas, au préalable, de l’oppression, si elle n’utilise pas la force, oppression et force qui restent indissociables de l’État.

  • 2 Friedrich Engels, dans Volkstaat (1874), le présente comme un représentant du "communisme utopique (...)
  • 3 Léo Hamon partage l’opinion de A. Decaux qui le considère comme "un remarquable critique des erreur (...)
  • 4 Instructions pour une prise d’armes (1868-69) et autres textes, établis et présentés par Miguel Abe (...)

2Il peut paraître paradoxal de qualifier d’utopiste un militant qui a toujours essayé d’agir sur le réel, qui a toujours condamné les descriptions d’un monde meilleur et rejeté l’abstraction et la théorie pour prôner l’action. Sans reprendre le commentaire d’Engels2, remarquons que, si son analyse sociale reste classique, quoique succincte, il est souvent pertinent sur les limites et les dangers des espoirs libéraux ou socialistes de son époque qu’il considère comme chimériques3. Aussi en essayant de se libérer de leurs erreurs, il légitime l’utilisation d’une violence radicale, seule à même, selon lui, d’ébranler le carcan social et politique, et s’autorise une description minutieuse d’un système idéalisé, transcendant l’union et le génie des prolétaires en une force nouvelle et irrésistible : la barricade4.

  • 5 Évidemment, on ne peut dire que Blanqui a rédigé une "utopie" au sens politique du terme puisqu’il (...)
  • 6 Défense du citoyen Louis-Auguste Blanqui devant la Cour d’assises au "Procès des Quinze" (12 janv. (...)

3Utopie5 dirigiste ou préfiguration du réalisme marxiste ? Il n’est pas dans notre propos de trancher. Cependant, il reste intéressant d’étudier un socialiste fidèle aux mythes de l’action politique du XVIIIe siècle, un « moraliste » qui affirme que le constat d’une misère imputable à une minorité d’oppresseurs fait de la révolte "un devoir [pour les] hommes de cœur et d’intelligence"6. L’action devient alors la seule activité légitime ; il délaisse donc l’analyse de la société et ne s’intéresse aux écrits de ses contemporains qu’à travers leurs projets ou réalisations concrètes.

4De père conventionnel girondin, puis sous-préfet de Napoléon, le destin des frères Blanqui semble illustrer les conflits du XIXe siècle sur l’héritage de la Révolution française, tant sur le rôle de l’État sur la société entre libéralisme et dirigisme, que sur la définition du progrès fondé sur la croissance économique ou la modification des structures sociales.

5Adolphe, le frère aîné (1798- 1856), l’économiste libéral, attaché au développement de la puissance productive même au prix de la misère ouvrière, et Louis- Auguste, "l’Enfermé", qui, refusant la logique de ce système qu’il pense fondé irrémédiablement sur l’oppression du plus grand nombre, fera de l’insurrection l’indéfectible vocation de sa vie, considérant la prise du pouvoir violente et radicale comme un préalable nécessaire à toute action sociale efficace .

  • 7 Instructions, op. cit., p. 29.
  • 8 Même si Marx le considère comme le chef du "parti proprement prolétarien" des révolutionnaires fran (...)
  • 9 "La peur engendrée par son activisme, n’a-t-elle pas finalement, contribué, à plusieurs reprises, a (...)

6De 1827, date de ses premières blessures sur les barricades, à sa mort en 1881, alors qu’il était rédacteur de « Ni Dieu, Ni maître », Louis-Auguste Blanqui (1805-1881) restera fidèle à sa devise "le devoir d’un révolutionnaire, c’est la lutte toujours, la lutte quand même, la lutte jusqu’à l’extinction"7, lutte qu’il mènera contre deux Monarchies, deux Républiques et un Empire. Ce radicalisme révolutionnaire le conduisit à être condamné deux fois à mort et à passer trente-deux ans de sa vie en prison mais il fut considéré, déjà de son vivant, comme un spécialiste de l’organisation des sociétés secrètes, un stratège de l’insurrection, un véritable symbole révolutionnaire8 utilisé par ses partisans comme par les pouvoirs publics9.

  • 10 GEOFFROY (Gustave), L’Enfermé, Paris 1896 ; DOMMANGET (M.), op. cit.
  • 11 PAZ (Maurice), Un révolutionnaire professionnel, Auguste Blanqui, Fayard, 1984.
  • 12 Polémique autour du document Taschereau du 31 mars 1848, l’accusant d’avoir coopéré avec la police (...)

7Sa vie de "révolutionnaire professionnel" lui a assuré une historiographie importante bien que souvent partisane, les uns rendant hommage à la ténacité et à la sincérité de "l’Enfermé"10, les autres, critiquant une action minoritaire trop radicale qui négligeait les revendications sociales et les travaux des mouvements socialistes de la seconde moitié du XIXe siècle, en font un autocrate sectaire portant en lui les germes du terrorisme moderne11, sans oublier de relever les zones d’ombres de son existence12.

  • 13 Pour deux avis opposés, quoique nuancés, sur le parallélisme des deux doctrines, la bibliographie c (...)

8Si la plupart de ses biographes insistent sur l’homme d’action, ses écrits n’en sont pas moins délicats à étudier. La constance de ses convictions pour un coup d’État révolutionnaire, mené par une élite s’emparant des moyens d’oppression de l’État pour réformer la société civile pendant une période transitoire, permet de discuter de son rôle dans la pensée politique. La controverse porte, non sur la filiation de Blanqui envers la "Conjuration des Égaux", mais plutôt sur sa postérité de pré-marxiste au regard des caractères et des conséquences de la révolution d’octobre13.

  • 14 BLANQUI (Louis- Auguste), Oeuvres I – Des origines à la Révolution de 1848, rass. et prés, par Domi (...)
  • 15 "Je ne suis pas un professeur de politique et de socialisme, je suis un homme d’action et d’applica (...)
  • 16 Sur les influences du blanquisme : BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 40-54.

9Quant aux sources14, elles reflètent bien son activité incessante mais aussi sa volonté de privilégier une action concrète et immédiate plutôt que de laisser à la postérité une nouvelle théorie15 qui, comme tant d’autres œuvres de ces contemporains, serait abandonnée à la « critique rongeuse des souris ». Pour lui, on a assez théorisé, "la parole est au fait". Ce slogan en fait, certes, un auteur inscrit dans son siècle, un commentateur percutant, un tribun qui séduit parfois par la clarté de son propos et surtout par la simplicité radicale de son programme, cependant il ne faut pas négliger l’étude de ses idées car il lègue une somme de notes, de lettres et de publications qu’on qualifie souvent d’éclectiques, une pensée dispersée, qui, si elle emprunte beaucoup16, se modifie sans cesse et permet bien des interprétations, en font, par sa volonté d’agir sur le réel et de privilégier l’action politique, un penseur socialiste original.

10Communiste révolutionnaire, à une époque où les pères fondateurs puis les premières organisations ouvrières prônent une action pacifique centrée sur une réforme de la société civile, Blanqui, au contraire, reflète la permanence, parfois très minoritaire, d’un courant révolutionnaire important au lendemain de la révolution de Juillet, où convergent les tendances sociales des républicains de l’action et un mouvement ouvrier attaché au mythe de l’action émancipatrice du combat.

  • 17 la Société des amis du peuple jusqu’en 1832 (le procès des Quinze et l’émeute des 5 et 6 juin lors (...)

11L’échec des sociétés secrètes des années 1830-183417, et plus encore l’action répressive de la Seconde République, loin de détourner Blanqui de l’action politique, renforça ses conviction sur l’âpreté de la lutte à mener, sur la nécessité pour abattre l’oppression de l’État aux mains d’une minorité privilégiée de rationaliser l’insurrection.

12Nous étudierons tout d’abord ses certitudes sur la nécessité de prendre le pouvoir, préalable nécessaire à toute réforme de la société civile (I), puis ses conclusions sur la nécessaire rationalisation de l’action, initiée par la conspiration (II).

I – Le rôle du pouvoir : nécessité d’une action politique violente et radicale

  • 18 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 18-19, p. 123-124.
  • 19 Cité par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 75.

13"Les doctrines diverses [...] n’aboutiraient qu’à un lamentable avortement si le peuple [...] négligeait le seul élément pratique assuré, la force !"18. Après cette analyse succincte des travaux de ses contemporains, on comprend que Blanqui n’ait guère cherché à approfondir l’analyse de la société et qu’il considère que "les vrais socialistes sont les révolutionnaires"19 On peut au moins lui reconnaître une vie en accord avec cette philosophie de l’action et remarquer qu’il rejoint ainsi les idées de Marx et Engels lorsqu’ils affirmaient que "tout pas fait en avant, tout mouvement réel importe plus qu’une douzaine de programmes".

14Si Blanqui ne peut prétendre au titre de théoricien novateur et rigoureux, son activité de pamphlétaire mordant et efficace dessine bien souvent une pensée en contrepoint. Sans systématisme, n’hésitant pas à se contredire, s’il écrit, s’il expose des idées, son objectif reste une analyse des répercussions concrètes pour le peuple des différentes doctrines. Ses critiques essayent de s’inscrire dans le réel. Ses oppositions négligent parfois les principes, au nom d’une étude pragmatique des projets ; sa foi dans une révolution politique radicale menée par une élite se veut un constat de l’échec ou de l’inutilité des solutions alternatives. Sa fidélité au programme de Gracchus Babeuf dénote certes une faiblesse dans l’analyse des dangers autoritaires et liberticides d’une dictature du (ou plutôt pour le) prolétariat. Elle le définit comme un penseur convaincu que l’égalité est la vocation de l’homme raisonnable, qu’une société fondée sur la misère du plus grand nombre ne peut se maintenir que par la force et l’ignorance et qu’il ne reste qu’à trouver le moyen d’abattre cette force pour que l’humanité retrouve le chemin de la raison et du progrès. Ainsi l’originalité de sa pensée se révèle plus facilement en déterminant à quelles idées il s’oppose et son programme doit être éclairé par son refus de se résigner aux échecs des expériences passées. Lorsqu’il prône une action politique, il faut l’étayer par ses critiques des projets qui négligent l’influence du pouvoir de l’État sur la société. Lorsqu’il prône une violence sans concession, il serait réducteur de ne pas rappeler sa vision des désillusions des républicains libéraux et des socialistes réformateurs.

Le pouvoir de l’État en question

  • 20 "Procès des Quinze" (1832), op. cit., p. 74.
  • 21 "Qui fait la soupe doit la manger", article destiné au Libérateur, mars 1834, Textes choisis, op. c (...)
  • 22 Id, p. 101.

15Il faut agir car "les oisifs exercent un indigne pillage sur les masses laborieuses"20. Blanqui reprend la distinction vulgarisée par Saint-Simon entre la classes des bourdons et celle des abeilles. Pour lui, l’oppression est le résultat de l’accaparement de la terre, de l’argent et des moyens de production. Il dénonce la soi-disant liberté contractuelle, en montrant que, privés des "instruments du travail", les prolétaires "n’ont d’autres liberté que celle de choisir leur maître"21. Ce partage inéquitable des fruits du travail perdure grâce à "l’ignorance, fille de l’asservissement, [qui] fait du pauvre un instrument docile des privilégiés". Il "ne voit dans la main qui l’exploite que la main qui le nourrit, toujours prêt, sur un signe du maître, à déchirer le téméraire qui essaye de lui montrer une destinée meilleure"22

  • 23 "Entre instruction et communisme, le lien est si étroit que l’une ne saurait se faire sans l’autre, (...)
  • 24 "Le communisme avenir de la société", Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152.

16Seul l’avènement d’une République égalitaire pourra renverser l’équilibre des forces et initier le chemin de l’émancipation des masses, c’est-à-dire l’égalité réelle, garantie par la communauté de biens. Ce "communisme" doit être la fin de l’histoire et ne pourra progresser qu’étroitement associé à l’instruction23 Cette dernière ne sera complète que "le jour où [...] pas un seul homme ne pourra être la dupe d’un autre. Ce jour-là, nul ne voudra souffrir l’inégalité de fortune. Or le communisme seul satisfait à cette condition..."24.

  • 25 "Procès des Quinze" (1832), op. cit., p. 73.
  • 26 Leur "meilleur auxiliaire, ou plutôt [leur] dernière planche de salut", Critique sociale [t. 1], op (...)

17À travers cette brève synthèse de ses convictions socialistes, transparaît à la fois l’influence des philosophes du XVIIIe siècle par sa foi intangible dans le progrès, et celle des socialistes du début du XIXe siècle par son analyse de la société. Il se rattache plus spécifiquement à Babeuf et Buonarroti par sa conception de la lutte des classe, véritable "guerre entre les riches et les pauvres, les riches [étant] l’agresseur"25. De cette "lutte à mort" découle la nécessité d’abattre le clergé, la bourgeoisie, l’armée et l’État qui maintiennent, comme la clef de la préservation de leur privilège, l’immobilisme des esprits, la résignation du peuple et l’ignorance26.

  • 27 Mss 9591 f° 374, cité par VILLEPONTOUX (M.J.) et LE NUZ (D.), "Révolution et Dictature", in Blanqui (...)
  • 28 L’ignorance est l’apanage du peuple et le gage de son innocence. Les dominants, eux, sont "d’ignobl (...)
  • 29 Une des originalités de Blanqui semble être son refus de limiter la lutte des classes à une confron (...)

18En effet, Blanqui considère que la société est dominée, structurée par trois formes de pouvoir qui peuvent guider ou opprimer le peuple. Elles sont, par ordre d’importance, les idées, le capital et les armes. Complémentaires pour maîtriser la société, "si l’une vient à faire défaut, les deux autres ne tardent pas à s’échapper"27. Pour Blanqui, ces trois "forces" sont "accaparées" par une minorité d’oisifs qui regroupe le clergé, la bourgeoisie et l’aristocratie ou plutôt les officiers supérieurs auxquels il joint les "milices bourgeoises" de la garde nationale. Chacune de ces castes ne recherche que la préservation de ses propres privilèges. Cependant, conscientes28 de leurs faiblesses respectives29, elles unissent leurs forces pour arrêter "le souffle du progrès".

  • 30 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 172.
  • 31 VILLEPONTOUX (M.-J.) et LE NUZ (D.), op. cit., p. 105.

19Par leur poids sur la société et leur monopole des postes politiques et administratifs, "la triade Sabre- Écu- Goupillon"30 transforme à cet effet la fonction de l’État. Le Parlement, loin de représenter les intérêts de la Nation, est l’expression exclusive des chicanes, des luttes d’influence et des négociations entre ces minorités. Le gouvernement devient alors, pour Blanqui, le lieu où se fédèrent, s’arbitrent les intérêts particuliers de chacun, s’accordant toujours sur le premier d’entre eux : l’exclusion du peuple. Cette domination sociale ne subsiste que par la puissance de l’appareil d’État qui entretient, surveille la cohésion des chaînes du peuple, "mainten[ant] l’inégalité et l’oppression, l’ignorance et la misère"31, expression de son illégitimité mais aussi de sa place prééminente sur l’évolution ou la stagnation de la société.

  • 32 Si "le christianisme et l’opium sont deux poisons identiques par leurs effets et par l’étrange prop (...)
  • 33 Projet de discours (août 1867), Textes choisis, op. cit., p. 187-188.

20Blanqui ne néglige ni les responsabilités directes du clergé -son anticléricalisme est récurent et virulent32 – ni celles des bourgeois qui profitent impunément d’une inégale répartition des richesses. De même, il considère que les campagnes en seraient encore à un système féodal sans Paris. Mais il s’attache particulièrement à la portée du pouvoir. Malheur à ceux qui relativisent la fonction de l’État, coupables d’un véritable crime moral : "Quelle est donc cette thèse [...] étrange, qui place toute l’activité d’un peuple en dehors de son gouvernement et l’en déclare radicalement indépendante ? [...] Audacieux démenti à l’évidence et à l’histoire, par conséquent une sottise. Pis que cela, elle est une immoralité et un crime"33

  • 34 Dès 1832, il affirme que la pression fiscale pèse pour "les cinq sixièmes" sur les travailleurs, et (...)
  • 35 "Procès des Quinze", op. cit., p. 74. Il évoluera sur le caractère altruiste du peuple, même celui (...)
  • 36 "Procès des Quinze", op. cit., p. 77.
  • 37 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.

21Au-delà de la nécessité morale d’associer l’État et la Nation, on retrouve une conception assez socialiste des causes de la misère et de l’accaparement des richesses. En effet, Blanqui présente, avec constance, le système fiscal comme un mécanisme essentiel pour permettre aux riches de piller les pauvres34. Plus remarquable est sa conception du rôle des lois dans la spoliation des fruits du travail. La législation industrielle et commerciale garantit et définit les règles de l’exploitation du travail par le capital. Ce cadre légal est fondamental pour empêcher une remise en cause directe et populaire du système, la force et l’aspiration naturelle du peuple à la justice et à l’égalité étant une certitude pour Blanqui, du moins en 183235. Dans ce contexte social tendu, la maîtrise de l’appareil d’État, permettant de définir et d’utiliser la notion d’ordre public, est fondamentale. La population n’est maintenue sous la domination d’une minorité que grâce à la mainmise sur l’appareil d’État, ce qui permet aux mêmes individus d’être "tout à la fois législateur, juge et soldats"36. Cette situation souligne l’illégitimité de l’État, d’un pouvoir qui s’écarte de son fondement : l’intérêt général du plus grand nombre. Le maintien de la misère, l’injustice et l’exploitation par l’ignorance et la force ont, sans aucun doute, pour cause principale l’attitude des "oisifs" attachés "naturellement" à la préservation de leurs intérêts, mais il condamne un gouvernement qui renie sa fonction première en favorisant ou en laissant subsister cette situation : "Ce sont les gouvernements qui perdent ou qui sauvent les nations. [...] Tout sort d’eux, le bien et le mal. Ils savent à merveille se faire un honneur de l’un, comment ne seraient-ils pas responsables de l’autre ? [...] On ne mange pas une bouché sans leur permission. [...] Quand une nation, affligée d’un mauvais gouvernement, n’a plus la volonté ou la force de le changer, elle tombe en agonie [...] La question de gouvernement est une question de vie ou de mort. "Rien ne serait plus funeste que [...] de persuader [les masses] que leur bien-être matériel n’est pas de la compétence de l’État"37

  • 38 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.

22L’État est ainsi le maître ou la véritable âme de la société, comptable des structures, de l’honneur, mais aussi du pain de la nation, responsable de tout, du "bien" comme du "mal" ; si l’on peut apprécier l’action d’un gouvernement, il semble bien que, pour Blanqui, nul ne doit commettre le sacrilège de penser une activité sociale sans ce garant de l’intérêt général. Sans oser faire allusion aux conclusions du livre de Job sur l’impossibilité de condamner celui qui est « créateur de toute chose », ni discuter sur les risques totalitaires d’une telle conception de l’État, rappelons le pamphlétaire virulent qu’est Blanqui. Resituons ce texte par son objet : une critique des espoirs apolitiques du mouvement mutuelliste des années 1860, que Blanqui accuse de s’être rendu naïvement à la propagande du libéralisme économique et de négliger l’oppression du système et le poids de l’État, de croire à la "politique du laisser- passer et du laisser- faire, [...] alors même qu’il n’est permis ni de faire, ni de passer"38. Constatons donc simplement que Blanqui considère qu’une action sociale qui laisserait le gouvernement, un tel pouvoir de réglementation et d’oppression, aux mains des nantis serait, si ce n’est vouée à l’échec, du moins réduite à une portée marginale ne pouvant menacer l’ordre établi. La virulence du propos ne reflète que la certitude d’un auteur sur la toute puissance de l’action de l’État sur la structure de la société, garant des droits, responsable des injustices et coordinateur indispensable des révolutions sociales.

  • 39 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 187.

23"Ah ! on prétend émanciper le peuple à l’encontre même de l’action gouvernementale [...] ! Chimère ! Trahison, peut-être. Le peuple ne peut sortir du servage que par l’impulsion de la grande société, de l’État. [...] L’État n’a pas d’autre mission légitime"39. La légitimité du pouvoir peut et doit donc s’apprécier au vue de son action émancipatrice contre "l’inégalité et l’oppression", contre la domination exercée tant par les idées, le capital et les armes. Le but d’un gouvernement légitime doit être de redonner au peuple la maîtrise de ces trois forces.

  • 40 "Une gendarmerie des riches contre les pauvres" (1867), cité par DOMMANGET (M), op. cit., p. 55.

24Cette responsabilité et cette capacité d’agir sur la société désigne comme seul objectif d’action efficace de renverser ce "gendarme"40 pour retourner ses armes contre les forces des nantis. Ainsi si son objectif est une action sociale, la lutte contre la misère, s’il pense que l’instruction pourra seule libérer les masses, Blanqui préconise néanmoins comme seul préalable valable une action politique, la prise du pouvoir par les armes, car une action centrée sur les idées ou le capital est vouée à l’échec.

  • 41 La presse d’opposition, constamment menacée et étroitement contrôlée par les lois, "ne dépasse guèr (...)
  • 42 Les diverses écoles socialistes "se disputent avec acharnement au bord d’un fleuve pour décider si (...)
  • 43 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 2021, p. 124.

25En effet, une action purement théorique, analysant la société et annonçant un monde meilleur, n’agissant que sur les idées est inutile, tant parce qu’elle ne pourra éclairer qu’une minorité déjà cultivée, "un îlot dans un océan d’ignorance", que parce que son influence sera contenue, combattue par les tenants de l’ordre et de l’obscurantisme41 La fascination de Blanqui pour l’action le fait même flirter avec une condamnation générale des théoriciens : il dénonce les querelles d’écoles, il brocarde les discussions stériles et sectaires42, et son volontarisme le fait tomber dans une conception optimiste de la force : "Qui a du fer, a du pain. [...] La France hérissée de travailleurs en armes, c’est l’avènement du socialisme. [...] obstacles, résistances, impossibilités, tout disparaîtra"43.

  • 44 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 158-159.
  • 45 BULWERLYTTON (Lord E.), The coming race of the New Utopia (1870) ; BUTLER (Samuel), Erewhone (1872)
  • 46 "Ne faut-il pas admirer la fatuité de ces Lycurgue qui se croient tenus [...] de minuter article pa (...)
  • 47 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 161-162.
  • 48 II reproche aux saint-simoniens (en outre de leur trahison mystique) d’être devenus des "piliers de (...)

26Néanmoins, nombre de ses remarques sur les projets utopistes restent pertinentes. S’il reconnaît qu’elles ont montré les défauts de l’ordre existant et inspiré l’espoir dans un avenir meilleur, Blanqui ne leur pardonne pas leur programme de transformation sociale. Outre la prétention de régir minutieusement, par des "lois perpétuelles", l’avenir et la volonté des générations futures44, il relève déjà la critique des contre-utopies45 sur le caractère oppressif de ces "paradis neufs", où "tout est réglé d’avance, comme un papier de musique, pour de pauvres petits automates"46 Pour Blanqui, l’avenir ne pouvant avoir de "parenté avec les trois ou quatre systèmes, sortis tout équipés de cervelles fantaisistes", "la manie serait innocente" s’ils n’avaient eu une influence politique contre-révolutionnaire. Si Cabet et son Icarie, n’a péché que par naïveté en croyant utile et possible d’essayer de sortir de la société, Blanqui accuse les saint-simoniens, les fouriéristes et les positivistes d’être coupables de compromission avec l’ennemi47, par leur foi dans une évolution pacifique de la société et leur volonté d’influencer les dirigeants, si ce n’est, s’ils y ont réussi, de trahison48.

  • 49 Voir supra le § 20 du "Toast" qui fait des armes et de la discipline le moteur de l’– histoire et d (...)
  • 50 DOMMANGET (M.), op. cit., p. 49.
  • 51 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 153.
  • 52 Qui fera toujours primer l’intérêt matériel, individuel et immédiat à ceux de ses prochains, sauf c (...)

27Plus généralement, Blanqui refuse l’optimisme béat dans l’avenir ou dans la nature humaine49 Aux espoirs de collaboration entre les classes, à ceux qui espèrent "consommer la révolution par l’amour"50, il répond que "la fraternité, c’est l’impossibilité de tuer son frère"51. Sa lecture pessimiste de la psychologie humaine52 explique celle de la situation politique de son époque ; il ne voit qu’une classe dominante de dominants consciente de l’exploitation de la misère, de l’égoïsme de ses intérêts et de la nécessité d’empêcher toute évolution pour préserver ses privilèges de leur contradiction avec l’intérêt général, qui démontre, d’après lui, qu’on ne pourra faire l’économie d’une révolution politique. Tous les espoirs d’une évolution sociale préalable resteront étroitement surveillés, contrôlés, limités et leurs tentatives de réalisation ne seront tolérés que dans la mesure où elles ne menaceront pas l’ordre établi.

  • 53 Terme qu’il emploie pour marquer la dérive apolitique du "mutuellisme", l’opposant à "la grande ass (...)
  • 54 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.
  • 55 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 183-185 : outre le carcan législatif et la répression (...)

28Cette conception rejaillit sur son analyse de la "coopération"53 qui revient, d’après lui, à "convaincre les prolétaires qu’on [peut] faire route, les membres garrottés et un bandeau sur les yeux"54 Le garrot, c’est l’action de l’État ; le bandeau, c’est l’ignorance55. Plus précisément, il considère ces associations de production ou de crédit comme nécessitant, outre une conscience politique, des capacités techniques de gestion et comptabilité qui excluent de fait l’immense majorité du prolétariat. Ces entreprises resteront pour lui réservées "à une élite intellectuelle" qui se distingue de la masse des miséreux tant parce qu’elle a conscience de l’exploitation capitaliste et de la nécessité d’y réagir que parce que elle a les moyens intellectuels et financiers de prendre des risques. Le "mutuellisme" n’est donc pas un programme qui pourra libérer de la misère économique et morale l’ensemble du prolétariat.

  • 56 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 186.

29Blanqui présente "les sociétés de production" comme "le piège le plus funeste où puisse tomber le prolétariat". Pour lui, quel que soit le succès de ces entreprises le résultat ne peut être que de détourner la minorité éclairée, les "protecteurs naturels" du peuple, d’une action émancipatrice générale : "L’échec, c’est la ruine et le découragement. Le succès, pis encore, c’est la division des ouvriers en deux classes : d’un côté, la grande masse ignorante, abandonnée, sans appui, sans espoir, dans les bas-fonds du salariat ; de l’autre, une petite minorité intelligente, préoccupée désormais de ses seuls intérêts privés [...] une espèce de demi-bourgeoisie, plus égoïste" car plus fragile56

  • 57 "L’épargne pour moyen, la capitalisation pour but, consécration du vieil ordre et reniement du soci (...)
  • 58 "Amorce pour attirer le peuple hors de sa route naturelle dans une impasse [...] souffler aux malhe (...)
  • 59 Loc.cit., p. 188 et 189
  • 60 "Tout sans l’ État, rien par l’ État. Indifférentisme politique et religieux" ; "Coopération et réa (...)
  • 61 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 187.

30Il accuse les partisans de ces formes de coopération de s’être rendus sans condition, sans garantie et malgré le déséquilibre des forces, aux principes de l’ennemi et d’essayer de devenir des capitalistes57. Un tel espoir contre-nature et aléatoire n’aurait pour effet que de les détourner de l’activité politique58. Ces conclusions sont sans appel : non seulement il considère ce mouvement comme un "anachronisme’’ "dans les conditions politiques actuelles", car "ils riveront leurs chaînes au lieu de les briser"59 mais les espoirs apolitiques60 du congrès de Genève en 1866 de l’Association internationale des travailleurs sont pour Blanqui une véritable trahison, un "coup" habile de la réaction pour renforcer "la sécurité de l’ordre actuel"61.

  • 62 "Grève et coopération" (octobre 1867), op. cit., p. 19091.
  • 63 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 1889.

31Néanmoins, il rend hommage aux sociétés de résistance et à la grève qui lui paraissent un moyen efficace et surtout "à la portée tous" pour se défendre contre les agressions du capital62. Il entrevoit même la portée politique de la grève lorsqu’il préconise le développement des "société d’assurance mutuelle pour la sauvegarde des droits du Travail et de la résistance au Capital" qui doivent centrer leur action sur des revendications politiques comme une "liberté complète de la presse", celle de réunion et d’association et sur l’enseignement gratuit, obligatoire, complet (et bien entendu laïc)63

  • 64 C’est d’ailleurs une des critiques les plus pertinentes du blanquisme qui, centré sur les conspirat (...)
  • 65 "Grève et coopération" (octobre 1867), op. cit., p. 191.

32Mais cette dernière idée sur la grève n’est qu’une allusion isolée qui ne sera pas développée dans sa doctrine ou par ses partisans64, Blanqui reste persuadé qu’elle ne peut être qu’un "moyen défensif contre l’oppression du capital", insuffisant pour vaincre car étranger aux "changements politiques [qui sont, pour lui, ] reconnus seuls capables d’opérer une transformation sociale"65.

  • 66 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 22, p. 124.

33Si l’action par "la grande association" est un préalable à tout espoir de réforme sociale, Blanqui met en garde sur la nature de cette action politique : "pour les prolétaires qui se laissent amuser par des promenades ridicules dans les rues, par des plantations d’arbres de la liberté, par des phrases sonores d’avocats, il y aura de l’eau bénite d’abord, des injures ensuite, enfin de la mitraille, de la misère toujours !"66.

La question du pouvoir : la dictature, forme nécessaire de l’action politique

  • 67 Lettre de nov. 1879, cité par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 55.

34Sa conception de la société, renforcée par l’expérience de 1848, l’amène à limiter ses convictions républicaines. L’action politique ne peut répondre aux attentes du peuple si elle respecte les règles posées par ses ennemis ou par des idéalistes. Pour lui, tous les espoirs démocratiques sont voués à l’échec tant que régnera l’ignorance, tant que les cyniques et les manipulateurs pourront faire mentir les principes les plus élevés et travestir leurs intérêts personnels sous le masque de l’intérêt général. Si la question sociale ne pourra être posée que par la politique, celle-ci doit d’abord être résolue par "la solution la plus énergique et la plus irrévocable"67

  • 68 Ibid.
  • 69 Cité par DOMMANGET (M), op. cit., p. 50

35Ainsi ses critiques sur le Mutuellisme rejoignent celles des espoirs de réformes sociales. Poser la question sociale par une voie politique pacifique, en respectant le cadre légal des oppresseurs, revient encore à "mettre la charrue devant les bœufs"68. On ne persuade pas par de beaux discours ceux qui ne s’intéressent cyniquement qu’à leurs intérêts personnels et qui sont conscients que la misère du peuple est la condition de leur domination. Il considère même avec mépris toutes les avancées sociales qu’il présente comme autant de leurres lâchés par l’ennemis pour retarder l’explosion libératrice. 11 les qualifie de "pilules soporifiques contre les agitations populaires". Convaincu qu’une politique des petits pas ne peut déboucher que sur des progrès "ridicules" et des concessions "hypocrites", il qualifie, par exemple, le projet de loi de 1849 sur une Caisse nationale des retraites de "véritable mât de cocagne, savonné de haut en bas, avec une timbale et une montre d’argent à la cime"69.

  • 70 "Sans réforme politique, pas de réforme sociale possible", "la seconde est le but, la première le m (...)

36Plus généralement poser une réforme politique ou même une révolution comme préalable reste illusoire si elles laissent "intact l’appareil d’État entre les mains de la bourgeoisie". De ce fait, même Louis Blanc et ses projets d’ateliers sociaux, malgré ses convictions sur la nécessité de l’action politique70, aurait dû soupçonner que les anciens maîtres n’auraient jamais laissé des réformes réelles se réaliser ou perdurer. Par sa participation au gouvernement provisoire et malgré son opposition, Louis Blanc cautionnait l’expérience et l’échec des ateliers nationaux, alors même qu’ils ne ressemblaient en rien aux ateliers sociaux qu’il préconisait dans L’Organisation du travail. Responsable, puisqu’il ne s’est pas opposé par la force à l’action du gouvernement, cette erreur d’appréciation est qualifié de véritable "trahison" par Blanqui. Pour lui, une activité politique ne doit pas se suffire d’une influence exercée et il est inacceptable de négocier, de faire des concessions aux ennemis du peuple. La politique, c’est prendre le pouvoir et ce pouvoir doit être utilisé pour agir sur la société sans faillir.

  • 71 En s’aliénant les paysans par l’impôt, en maintenant "les états majors", "la magistrature" et "les (...)

37Toute autre attitude n’est ni plus ni moins qu’une trahison. Son opinion est particulièrement tranchée envers tous les membres du gouvernement provisoire de février 1848, collectivement coupables d’avoir "tué la révolution" et d’être "responsable] du sang de tant de milliers de victimes". "La réaction n’a fait que son métier en égorgeant la démocratie. Le crime est aux traîtres que le peuple confiant avait acceptés pour guides et qui ont livré le peuple à la réaction"71

  • 72 Ibid., §1.

38Il n’a aucune indulgence pour eux, d’autant plus que, très actif et à l’apogée de son influence durant cette période, il avait annoncé les dangers et les erreuçs qui condamnaient à la répression le mouvement ouvrier. Il les accuse donc tous individuellement, même Lamartine, Louis Blanc ou Albert, d’avoir prémédité les conséquences de leurs actes. De là, la trahison ineffaçable, de là l’importance du choix des dirigeants au lendemain d’une future révolution. Il faut éviter de se briser encore sur "l’écueil [de] la déplorable popularité de bourgeois déguisés en tribuns"72.

  • 73 "Pétition de la Société républicaine centrale du 6 mars", Textes choisis, op. cit., p. 112.
  • 74 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 166.

39Même s’il se méfie de la liberté offerte par le mandat représentatif, il ne dénonce pas le principe de la légitimité des urnes. Cependant, dès le 6 mars 1848, il plaide pour l’ajournement indéfini des élections et l’envoi dans les départements de citoyens chargés d’y apporter la lumière démocratique. Car, "depuis 50 ans, la contre-révolution parle seule à la France"73 et des élections prématurées ne peuvent qu’annoncer un retour du royalisme or une "majorité acquise par la terreur et le bâillon n’est pas une majorité de citoyens, mais un troupeau d’esclaves"74.

  • 75 "Un an de dictature parisienne en 48 aurait épargné à la France [...] le quart de siècle [qui s’ach (...)
  • 76 "Pétition du 14 mars", Textes choisis, op. cit., p. 114.

40Sans liberté et sans instruction, les élections ne peuvent convoquer qu’un peuple sans discernement, un "tribunal aveugle". Paradoxalement il légitime sa position et la nécessité d’une dictature parisienne pendant une durée imprécise75 par ses convictions républicaines : "c’est un sacrilège de faire mentir à leur propre salut des millions d’hommes, d’arracher à leur inexpérience la sanction de leur esclavage"76.

  • 77 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152.
  • 78 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 14, p. 123.
  • 79 Elle est l’objet de six des neufs décrets qu’il préconise dans "Adresse de la société républicaine (...)
  • 80 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 164-169.
  • 81 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

41Sa méfiance envers les élections va au-delà d’un simple constat du conservatisme des mentalités provinciales. Pour lui, il faut se méfier de l’optimisme des lendemains de révolutions et des "phrases sonores d’avocats" ; "la race des naïfs et des simples"77 reste la proie des belles promesses. Il ne suffit donc pas de confier les destinées du pays à de nouveaux "tribuns" de la plèbe promettant de libérer le peuple de l’oppression des Patriciens ; il faut encore "se prémunir contre de nouveaux traîtres"78, contre les "tartufes" de la révolution. Il ressort de cette méfiance une véritable ambiguïté sur la nature et l’efficacité des "lumières" que l’on se doit d’apporter au peuple avant d’organiser des élections libres et justes. En effet, si, en 1848, l’organisation précise d’une liberté de la presse "pleine et entière" est une priorité79, cette revendication disparaît dans les "dispositions immédiates" exposées dans la Critique sociale80, où la seule référence que l’on peut trouver à la liberté d’expression est un "Aucune liberté pour l’ennemi". Ne faut-il pas en conclure que l’expérience de 1848 a fait tomber Blanqui dans une condamnation du débat démocratique lui-même ? Il ne suffit plus de briser le monopole de la propagande réactionnaire pour convaincre naturellement le peuple au progrès. Seule l’instruction complète pourra dissiper "les ténèbres". "Les masses ne comprennent pas et se défient. Défiance trop légitime, hélas ! La race des vampires est toujours là, prête à recommencer l’exploitation sous de nouveaux masques"81.

  • 82 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 1516, p. 123.

42La "Comédie des programmes" et la séduction des "jongleurs", des "escamoteurs" prêts à trahir la confiance et les intérêts du peuple condamnent toute légitimité démocratique. Il ne reste qu’une légitimité de fait, reposant sur les premières mesures ou l’objectif des dirigeants. La légitimité des gouvernants ne peut ainsi être que matérielle, fondée sur leurs seuls actes. Cependant Blanqui précise bien que leur première mesure doit être d’empêcher toute répression, et de mettre les armes sous le contrôle direct du peuple : "Traîtres seraient les gouvernants qui, élevés sur le pavois prolétaire, ne feraient pas opérer à l’instant même : 1° le désarmement général des gardes bourgeoises ; 2° l’armement et l’organisation en milice nationale de tous les ouvriers. Sans doute il est bien d’autres mesures indispensables ; mais elles sortiront naturellement de ce premier acte, qui est la garantie préalable, l’unique gage de sécurité pour le peuple"82.

  • 83 Comme l’invasion de la chambre le 15 mai 1848, pour contester (entre autre) les résultats des élect (...)
  • 84 "Pétition du 14 mars", op. cit., p. 114.
  • 85 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

43Plus qu’une mesure conservatoire, ce peuple en armes soutenant une "dictature parisienne" se réfère explicitement au précédent des sans-culottes de 179383. Le gouvernement révolutionnaire n’a pas besoin d’autre légitimité, d’autre limite que celle du contrôle du peuple de Paris. Ce centralisme jacobin est légitime car, pour Blanqui, "Paris, le cœur et le cerveau de la France"84 "n’est point une cité municipale cantonnée dans ses intérêts personnels, c’est [la] véritable représentation nationale"85.

44Ce contrôle du peuple en armes est d’autant plus fondamental qu’il semble que le droit de résistance à l’oppression réservé à ce peuple soit la seule concession de Blanqui aux droits de l’individu face à l’État. En effet son opposition au libéralisme politique est autant une attitude doctrinale qu’une leçon de ses expériences.

  • 86 "Il n’y a pas de liberté quand on manque de pain" ; "Discours, 22 mars 1848", Textes choisis, op. c (...)
  • 87 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 154.
  • 88 Voir supra.
  • 89 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 166

45En partisan d’une égalité réelle et de la communauté de biens, il se méfie d’une liberté individuelle ne reposant que sur une égalité chimérique de droit86 : "La liberté qui plaide contre le communisme, [il] la conna[ît], c’est la liberté d’asservir, la liberté d’exploiter à merci, la liberté des grandes existences avec les multitudes pour marchepied. Cette liberté-là, le peuple l’appelle oppression et crime"87. Son analyse du rôle du gouvernement88explique son rejet des conceptions libérales de l’État. La proclamation de la liberté reste une duperie puisqu’il n’y a pas de vraie liberté de la presse, ou de liberté d’association et de coalition et qu’il n’est permis de faire que ce qui ne menace pas les privilèges des dominants alors qu’eux-mêmes conservent la liberté d’exploiter et d’accaparer les richesses. Cette absence de liberté des pauvres contre les riches, entraîne bien plus qu’une simple réaffirmation de l’égalité des droits : "En 1848, les républicains, oubliant 50 années de persécutions ont accordé liberté pleine et entière à leur ennemis. L’heure était solennelle et décisive. Elle ne reviendra plus. [...] Les vainqueurs [...] donnaient l’exemple. Quelle fut la réponse ? L’extermination. Affaire réglée. Le jour où le bâillon sortira de la bouche du travail ce sera pour entrer dans celle du capital"89.

  • 90 Sur la difficulté d’instituer un nouvel ordre : "les tenants des anciennes institutions deviennent (...)
  • 91 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 1634.
  • 92 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 151.

46Reprenant, comme Babeuf, les leçons de Machiavel90 pour légitimer la dictature, il considère que les révolutions n’opèrent pas de "transformations subites" de la société. Seul "l’espoir et la crainte ont changé de camp"91 mais les forces de la réaction subsistent et n’en sont que plus déterminées. Il faut donc agir rapidement avant qu’elles ne se reprennent. Ainsi outre le désarmement des "gardes bourgeoises", le gouvernement révolutionnaire ne peut pas préserver une liberté qui maintiendrait la force des anciens maîtres. Au contraire, la « philosophie blanquiste » enseigne que, dans la "guerre à mort" entre les classes, celui qui ménage son adversaire savonne la propre planche de son destin. La nécessité fait loi et Blanqui ne s’embarrasse pas des moyens si l’objectif est certain : "La République victorieuse n’aura pas de temps à gaspiller en luttes inutiles. Trop d’obstacles exigeront des années de tranchées ouvertes, pour s’amuser à l’attaque en règle d’une haie qui peut se franchir à la course. L’armée, la magistrature, le christianisme, l’organisation politique, simples haies. L’ignorance, bastion formidable. Un jour pour la haie ; pour le bastion, vingt ans. La haie gênerait le siège ; – rasée"92.

  • 93 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 165.

47Cette solution énergique et irrévocable de la question politique est claire ; les résistances de l’armée, du clergé, de la magistrature et des institutions politiques seront "rasé[e]s" en "un jour" ! Blanqui précise sa pensée dans ses "Dispositions immédiates" pour éradiquer la propagande cléricale et la force des armes : l’"expulsion [immédiate et hors des frontières] de toute l’armée noire, mâle et femelle", la "suppression de l’armée" remplacée par une "armée sédentaire" et l’organisation des ouvriers en "milices nationales". En matière judiciaire, Blanqui démontre un fort attachement aux jurys populaires du XIXe siècle et ses opinions sur les magistrats et les lois : "Plus de code pénal, ni de magistrature ; Arbitre au civil, jurés au criminel"93. Pour tranchée que soit sa conception des réformes, remarquons néanmoins qu’il considère le peuple, malgré son ignorance, capable d’assurer sa défense et sa justice.

  • 94 "Révocation immédiate des fonctionnaires moyens et supérieurs. Maintien provisoire des employés" ; (...)

48Il ne reste au gouvernement qu’à s’assurer de la fidélité de l’appareil d’État94 et à contrôler le capital avant d’attendre les fruits de l’instruction gratuite, obligatoire et complète.

  • 95 Voir supra.
  • 96 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 169.
  • 97 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 154.
  • 98 "À eux, prix infaillible de l’intrigue, la gérance, c’est-à-dire la disposition discrétionnaire des (...)
  • 99 "Jusqu’ici, la communauté n’a donné d’elle au monde qu’une manifestation hideuse, le cloître" ; Cri (...)
  • 100 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

49Il est particulièrement remarquable que Blanqui ne considère pas le capital comme une "haie" au même titre que les autres forces de la société. Au contraire, fidèle au principe selon lequel "instruction et communauté cheminent de front et ne peuvent se devancer d’un pas"95, il prévient que "les tentatives prématurées pour [imposer une communauté de biens, sans que les mentalités ne soient éclairées, ] dans un milieu réfractaire, n’enfanteraient que des désastres"96 Il les détaille précisément et dénonce tout autant le risque d’oppression, "de sacrifice de l’individu et [de] négation de la liberté"97, que celui de détournement du système par des "charlatans de communisme", "des tartufes de la communauté"98. Surtout, sur ce point, il tire les conséquences de sa conception de la force peuple et de sa réaction inéluctable à l’injustice ou à ce qu’il a appris à considérer comme tel99, réaction qu’aucun gouvernement ne peut contenir durablement. Fondement des ses espoirs de révolution contre l’oppression des nantis, ce peuple invite aussi le gouvernement révolutionnaire à "la prudence". Ainsi, "l’attaque au principe de la propriété serait inutile autant que dangereuse"100.

  • 101 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 169.
  • 102 "Discours, 22 mars 1848", op. cit., p. 116. Sur l’ambiguïté des aspirations du peuple, entre libert (...)

50En attendant que l’instruction généralisée libère les esprits des traditions et engendre "la soif de l’égalité"101, la lutte contre le capital doit préserver les structures du système économique mais empêcher que les bourgeois puissent ruiner les espoirs révolutionnaires, en fuyant avec leurs capitaux et en fermant les fabriques, laissant les ouvriers sans salaire, ni ouvrage, comme en 1848. Il faut assurer, préserver les intérêts purement matériel des masses : "Il n’y a pas de liberté quand on manque de pain. [...] Du travail et du pain ! L’existence du peuple ne peut rester à la merci des frayeurs et des rancunes du capital"102

  • 103 "Remplacement de toutes les contributions directes ou indirectes par un impôt direct, progressif, s (...)
  • 104 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 164.

51Ainsi, au-delà d’une réforme intéressante des impôts103, il ne préconise comme "dispositions immédiates dans l’ordre économique" que l’instauration d’un statu quo des emplois et des salaires. Certes, "les chefs d’industrie et de commerce" qui s’y déroberaient, risquent "l’expulsion du territoire" et la mise en "régie" de leurs entreprises. Mais quand on sait que "les ennemis sérieux de la république" doivent subir le même sort que le clergé et que l’ensemble des biens de ces expulsés doivent être réunis au domaine de l’État, on peut trouver que les bourgeois sortent relativement épargnés du projet blanquiste. Blanqui craint particulièrement la force du capital qui, à la différence des idées et des armes, montre toute sa puissance sur le quotidien par son absence, par la fuite et la dissimulation des capitaux, ruinant l’économie et affamant les ouvriers. Ainsi, il annonce, au lendemain de la révolution, "la disparition [inéluctable] du numéraire" c’est-à-dire des liquidités ; il espère que "les meubles, voire les immeubles, ne [pouvant] ni se cacher, ni fuir" suffiront à maintenir l’économie104. N’étant pas très explicite, on ne peut que supposer qu’il annonce une période d’économie de troc, voire la création de nouveaux assignats gagés sur les nationalisations, à moins qu’il ne faille imaginer un système de salaire en action de l’entreprise.

  • 105 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 168.

52Sa prudence est encore plus grande en ce qui concernent les campagnes où "il faut déclarer nettement que nul ne pourra jamais être forcé de s’adjoindre avec son champ à une association quelconque". Il faudra aussi préciser que les sanctions contre les biens des ennemis de la république le seront "à titre d’amende” pour ménager "le principe de propriété". D’ailleurs "il sera indispensable également d’annoncer que ces arrêts respecteront les petits et moyens propriétaires, attendu que leur hostilité, sans importance quand elle existe, ne mérite pas une représaille"105.

  • 106 BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 10 et 50.
  • 107 Critique sociale [t 1], op. cit., p. 154.
  • 108 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 159.

53Reflet d’un communiste révolutionnaire qui essaye de tenir compte de la réalité des mentalités ouvrières et surtout paysannes, ces mesures très prudentes n’en seront pas moins largement reprises par les critiques de la réalité des convictions socialistes de Blanqui106. Effectivement son idée de gouvernement révolutionnaire qui n’évite une guerre civile et le retour de la réaction, que s’il privilégie la préservation des conditions matérielles de vie du peuple à l’instauration de ses idéaux, n’est guère optimiste sur l’implication politique et les aspirations du prolétariat. Mais n’est-ce pas une leçon réaliste de ce siècle de révolutions ? tant sur la lassitude de l’immense majorité de la population française à l’égard de l’agitation politique parisienne que sur les risques d’oppression de ceux qui désirent accélérer la marche de l’histoire et instaurer le bonheur du peuple "au forceps"107. Par ailleurs, s’il est clair que son programme de dictature parisienne se limite sur bien des aspects à une reprise de l’expérience de 1793, on peut remarquer que Blanqui reste cohérent avec sa conception de la vocation de sa génération. Son refus d’être un visionnaire idéaliste de plus, le fait (comme d’autres plus célèbres) négliger la description de la marche vers le communisme après la période dictatoriale. Il se contente de préciser les quelques mesures à prendre au lendemain de l’insurrection et ajoute quelques conseils généraux de prudence sur le fonctionnement et la politique du gouvernement révolutionnaire. Son refus d’élaborer tout un programme prévisionnel est un caractère fondamental du blanquisme car "Demain ne nous appartient pas, ne nous regarde pas. Notre seul devoir est de lui préparer de bons matériaux pour son travail [...]. Le reste n’est plus de notre compétence"108.

  • 109 "Discours, 22 mars 1848", op. cit., p. 116.
  • 110 "... par couches si épaisses qu’il semble impossible de les soulever. [...] De là, pour nous, l’imp (...)
  • 111 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 165.

54Pour Blanqui, une république démocratique ne pourra fonctionner, le communisme ne pourra se construire que lorsque "l’universalité des lumières" sera atteinte. La devise "Liberté-Égalité-Fratemité" cessera d’être "une vaine décoration d’opéra", un "hochet"109 pour amuser des enfants, lorsque les générations futures, éclairées par la science, entendront le sens profond de ces mots. Non seulement le futur leur appartient, mais quel penseur peut imaginer précisément les institutions et la société d’un peuple de savants ? De ce fait, elles seules seront compétentes et capables de concevoir et de construire le futur. Les dirigeants au lendemain de la révolution devront tenir compte de l’étendue des "ténèbres [qui] couvrent la France"110. Comme on l’a vu à de multiples reprises, pour Blanqui, la lutte contre l’ignorance est l’unique moyen efficace pour changer la société ; ainsi son programme de gouvernement révolutionnaire n’évoque comme action politique volontariste que l’instauration de l’instruction obligatoire, gratuite et complète : la "constitution d’un corps enseignant des trois degrés, primaire, secondaire et supérieur"111.

  • 112 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 155.

55Il est intéressant de remarquer qu’une des constantes du programme de Blanqui et plus généralement de son mode de raisonnement semble une priorité absolue donnée à la rationalité des moyens sur les principes des fins. Quand il pose que le respect de "la liberté d’autrui" implique que "la liberté [légitime] a pour limite l’égalité"112, il en conclut que la communauté des biens doit être le moyen, le préalable à l’épanouissement de la liberté. En attendant, toute revendication libérale risque de camoufler une volonté d’asservir, de retarder l’avènement de l’égalité réelle. On retrouve le même raisonnement pour les réformes sociales dépendant de l’instruction, elle-même assujettie à l’éradication des forces obscurantistes, fruit de l’action d’une dictature du peuple, résultat de l’insurrection. Ce système de poupées russes réduit, comme une peau de chagrin, l’objet des réflexions de Blanqui et, ce qui semble plus gênant, l’utilisation de ses convictions progressistes.

  • 113 Rapporté par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 55.
  • 114 "Discours (août 1867)", op. cit., p. 187.

56Ce système justifie une légitimité du pouvoir qui ne repose ni sur sa source ou le mode de désignation des dirigeants, ni sur ses limites ou l’encadrement des compétences et du fonctionnement du gouvernement. Le but poursuivi seul doit être l’élément d’appréciation de l’action de l’État, quand bien même le "Communisme et l’universalité des lumières" reste un objectif lointain. En attendant, il semble bien que la lente formation du peuple aux idées et à la gestion du capital se traduise par l’accaparement de ces deux forces par l’État. Cependant, il paraît important de noter que Blanqui détermine la légitimité du gouvernement révolutionnaire sur une première mesure qui ne peut souffrir de retard et doit donner au peuple une maîtrise directe et définitive de la troisième force : les armes. Il semble donc que Blanqui admette une limite ou une faille dans son raisonnement : le rôle de l’État est indispensable "quoique tout pouvoir soit oppresseur par nature"113. La nécessité des milices ouvrières et d’une armée sédentaire ne doit pas être lue comme l’annonce d’une ère de chaos et de violence mais comme la volonté de donner une réalité au droit de résistance à l’oppression, car "Rien n’est fatal à une nation comme la sécurité absolue de son gouvernement. Il s’emporte alors vers les régions de la mort et rien ne l’arrête, tout le précipite"114.

57Cette limite établie, Blanqui peut privilégier la rationalité des moyens sur les idéaux de ses fins. Ce qui est valable dans ses discours de 1848 comme dans les rares écrits où il se projette avec prudence dans l’avenir est flagrant dans sa conception de l’activité politique. Ayant posé, comme préalable pour sortir de l’oppression des nantis, la prise du pouvoir, toute autre activité qui s’en éloigne se condamne par son inutilité. Le devoir de sa génération se résume donc à réussir une insurrection. Si la raison et la science ne peuvent servir à décrire le futur, elles doivent par contre déjouer les pièges qui permettent à une minorité de vaincre la révolte légitime du plus grand nombre. Prendre le pouvoir lui semble suffisamment aléatoire pour que Blanqui fasse de la rationalisation de l’insurrection le centre de son activité et l’illustration de ses convictions socialistes.

II – La prise du pouvoir : Un "stratège de l’insurrection"

  • 115 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 20, p. 124.

58Rationaliste pragmatique, persuadé de la double nécessité de prendre le pouvoir pour sortir de l’oppression et initier les réformes, Blanqui a fait de l’insurrection le centre de sa réflexion. Il faut vaincre pour que les espérances prennent enfin un aspect concret ; il faut surtout vaincre malgré le déséquilibre des forces. Pour ce faire, il faut rationaliser la lutte urbaine en n’hésitant pas à tirer des leçons de l’expérience et de l’organisation de l’adversaire : la stratégie et la discipline doivent s’intégrer aux émeutes populaires. "Les armes et l’organisation, voilà l’élément décisif du progrès, le moyen sérieux d’en finir avec la misère ! Qui a du fer, a du pain"115.

Analyse et stratégie des luttes urbaines

  • 116 Instructions pour une prise d’armes, op. cit., p. 21. En 1830, "selon l’opinion générale [même dans (...)
  • 117 Instructions, op. cit., p. 21.
  • 118 Ibid. Désorganisation du gouvernement, démoralisation de l’armée contre une population ouvrière dét (...)

59Sa conception de "véritable guerre à mort entre les classes" doit être pris au sens premier. La confrontation armée est inévitable et Blanqui prévient que le cynisme et la détermination de l’adversaire ne doivent pas être sous-estimés. Le peuple, même celui de Paris, ne peut par sa simple présence sur le pavé s’assurer de la victoire. La vision romantique de la force et de la légitimité de l’élan populaire spontané, du ralliement citoyen des forces armées et de la fuite désordonnée des gouvernants n’est qu’une charmante vue de l’esprit et au mieux un accident de l’histoire. En effet, si, en 1830, le gouvernement fut "surpris et terrifié par une prise d’armes [...] qui était à mille lieux de ses prévisions"116, la monarchie de Juillet a su se doter des moyens pour assurer l’ordre. Le gouvernement "s’est mis à étudier la guerre des rues, et il a repris bientôt la supériorité naturelle de l’art et de la discipline sur l’inexpérience et la confusion"117 L’exception de février 1848 ne remet pas en cause l’appréciation de Blanqui, considérant que le refus de Louis-Philippe de tirer sur le peuple fut déterminant, comme l’atteste la répression de juin alors même que la situation politique semblait favorable aux ouvriers118.

  • 119 Pour une analyse générale de l’échec de juin : Instruction, op. cit., p. 2125. Voir aussi pour une (...)
  • 120 Par exemple : BUGEAUD (Maréchal), La guerre des rues et des maisons [1849], manuscrit inédit, prés, (...)
  • 121 Instructions., op. cit., p. 25 (chemins de fer, télégraphe, canons rayés et fusils Chassepot)

60Blanqui dénonce donc le caractère empirique de la position et de la construction des barricades et surtout leur isolement entre elles, ainsi que le nombre et la discipline aléatoires des défenseurs. Cette situation permet à l’armée de concentrer ses forces et de prendre une à une les barricades, "extermin[ant] ainsi en détail l’insurrection"119. Pour lui, l’élan populaire spontané, "l’enthousiasme de celui qui soulève ses chaînes" ne suffit plus pour déstabiliser le pouvoir. Outre l’importance de tirer les leçons de l’inexpérience et des erreurs passées, il faut prévenir les échecs futurs en tenant compte du renforcement de l’État. Les efforts de centralisation, l’amélioration de la fidélité de l’armée et la rationalisation de la police politique seraient déjà suffisants pour rendre la lutte inégale. Il faut encore compter avec les études stratégiques des conflits urbains120, si ce n’est avec "les récentes conquêtes de la science et de l’art militaire"121.

  • 122 "Des milliers de jeunes gens instruits [...] frémissent sous un joug abhorré. Pour le briser songen (...)

61Il est donc nécessaire que les révolutionnaires, délaissant leur idéaux lointains, prennent en mains le destin du peuple en devenant de véritables stratèges militaires122. Il faut constater, analyser et pallier la supériorité matérielle des troupes régulières dans les domaines de l’organisation et surtout de l’armement. Il ne suffit pas de tirer les leçons des faiblesses populaires et de rationaliser, si ce n’est de transcender, les moyens à la disposition des ouvriers, le révolutionnaire pragmatique doit encore apprendre à utiliser ou à déjouer les ruses, la tactique et la force de l’oppresseur.

  • 123 Instructions, op. cit., p. 27.

62Malgré le déséquilibre des forces et la préparation du gouvernement, la victoire reste possible. Blanqui, fidèle à sa volonté d’assimiler l’art militaire, ne parle pas de l’inéluctable marche du progrès, mais reprend les leçons des guerres révolutionnaires et napoléoniennes sur le caractère fondamental du moral et de la motivation des troupes pour faire mentir les analyses arithmétiques des confrontations. Ainsi le soldat "ne marche qu’avec répugnance, par la contrainte et par l’eau-de-vie [...] dans les luttes civiles", sa motivation ne dépasse pas la peur d’une "main de fer [qui le] retient esclave et victime d’une discipline impitoyable" et il reste "incapable de la moindre initiative". À l’opposé, les troupes populaires ne sont composées que de "volontaires, et leur mobile est l’enthousiasme, non la peur". Elles l’emporteraient même "par l’intelligence", "la fertilité des ressources, la vivacité de corps et d’esprit"... Bref, "nulle troupe au monde n’égale ces hommes d’élite"123.

  • 124 Ibid.

63Cette appréciation qui mêle ses convictions profondes et une certaine flatterie propre à galvaniser ses troupes, ne fait que renforcer la nécessité de rationaliser l’insurrection et de poser le maître mot de son programme : "L’organisation, c’est la victoire ; l’éparpillement, c’est la mort"124. Cette "organisation" doit assurer "l’unité et l’ensemble" des insurgés et se structurer en utilisant ce que Max Weber appellera la "rationalité instrumentale", c’est-à-dire l’optimisation des moyens en vue des fins à atteindre.

  • 125 op. cit., p. 36.
  • 126 Instructions, op. cit., p. 45.
  • 127 Instructions, op. cit., p. 63 et 47.
  • 128 Alignés sur "deux rangs", invités "au silence et au calme", les volontaires, après une "brève alloc (...)
  • 129 La suite du serment étant "d’obéir aux ordres des chefs, et de ne pas m’écarter un seul instant du (...)

64Cette volonté de rationaliser, d’analyser et de préparer le déroulement de l’action et la tâche des insurgés est le grand apport des Carbonari. Leur influence est déterminante sur la démarche de Blanqui, tant sur ses tentatives de sociétés secrètes, se rapprochant des ventes cloisonnées, que sur son idée de l’organisation de l’insurrection elle-même. Samuel Bernstein125 rapporte pour étayer cette filiation un brouillon d’une proclamation rédigé le 27 juillet 1830 par le jeune carbonaro Blanqui. Il pose sept directives sur l’organisation de l’insurrection où l’on peut déjà remarquer un souci de discipliner l’élan populaire en ’’l’organis[ant] en bataillon encadré par d’anciens soldats". De même, on découvre les prémisses d’une rationalisation des positions des barricades. On retrouve, comme plus tard, l’organisation de comités assurant l’intendance et le ravitaillement126 et les mêmes habitudes légalistes des carbonari, avec des réquisitions d’armes, de vivres et de matériels en échange de "récépissés réguliers valant facture" et soldés par le futur gouvernement républicain127. De même, ses Instructions révèlent un attachement aux procédures d’adhésion et aux serments de ces sociétés secrètes. Blanqui ménage, en pleine insurrection, le déroulement d’une courte cérémonie propre à marquer les esprits pour officialiser les ralliements spontanés de la population128. L’intérêt purement pragmatique de ce décorum n’est pas négligeable puisqu’il permet d’informer de l’existence d’une solde, de recenser les compétences, d’organiser et d’armer les troupes et le serment donne une idée précise des priorités de Blanqui sur la discipline et l’obéissance129. Néanmoins, le message symbolique reste clair : ils ne sont pas dans la rue pour participer à une "émotion populaire" mais bien à l’armée structurée et hiérarchisée d’un nouveau régime.

65Blanqui développe l’idée de rationalisation en dépassant le cadre des ventes et des conspirations pour adapter leurs leçons à l’élan populaire. Il définit précisément les objectifs de l’insurrection en tirant les leçons de l’expérience et en étudiant la force et la technique de l’adversaire. Ces objectifs forment la stratégie insurrectionnelle de Blanqui. Ses Instructions en forment la tactique qui se veut le résultat rationnel du recensement et de l’adaptation des moyens à la disposition du prolétariat ou du peuple de Paris.

66Si l’objectif reste de renverser le pouvoir en place, Blanqui, après une longue expérience dans les sociétés secrètes, ne croit plus à une prise directe des centres de pouvoir par quelques hommes décidés. En revanche, retenant les précédents de 1830 et de 1848, l’échec de la répression des quartiers populaires, le ralliement ou la débâcle des troupes régulières lui paraissent assurer la fuite des dirigeants et la vacance du pouvoir.

  • 130 Sur le détail et l’origine de ses conceptions sur le rôle de l’élite. V. BERNSTEIN (S.), op. cit., (...)

67Ce raisonnement ne s’est pas imposé sans discussion et sans hésitation pour cet homme formé dans les ventes carbonari dès 1824 et les sociétés des républicains de l’action de 1830 à 1834. De ces expériences, il garde la conviction que seule une élite éclairée et déterminée peut secouer le peuple de son apathie et le libérer malgré l’ignorance et la superstition130. Ses premières tentatives pour pallier l’inertie des masses, "inconscientes des causes de leur misère", en firent un spécialiste de l’organisation des sociétés secrètes.

68Le courant révolutionnaire des premières années de la monarchie de Juillet, plus particulièrement la Société des droits de l’homme, misa sur le nombre de ses adhérents. Sur ce point, la réussite de cette dernière permit une alliance entre les classes moyennes et le milieu ouvrier et elle se prévalut de très nombreuses sections réparties sur toute la France. Mais elle réunissait de multiples tendances, restait peu ou mal hiérarchisée, c’est-à-dire une société secrète ouverte et peu cloisonnée. L’échec de l’insurrection d’avril 1834 condamna, pour Blanqui, ces grandes associations, facilement surveillées et manipulées par le gouvernement et sa police, incapable de surprendre, voire même de d’agir, affaiblies par les discussions et conflits internes.

69Tirant des leçons radicales de cet échec, Blanqui posa les règles de son modèle. Adepte de l’action, voulant privilégier le secret et la détermination au nombre, il préconisait de petites cellules cloisonnées, hiérarchisées, cultivant l’anonymat des supérieurs, entraînées au combat et prêtes à répondre sans hésitation au premier mot d’ordre de la cellule suprême. Celle-ci assurait la prise de décision et devait, à l’image du cerveau dans le corps, être la seule cellule habilitée à discuter l’élaboration des projets d’actions ou l’analyse de la situation sociale et politique. Cette organisation répondait à l’espoir de structurer une véritable armée secrète, capable d’agir au moment opportun. Outre le remarquable "défilé" en 1848 de troupes dissimulées par petits groupes dans la foule, aux signes de reconnaissance invisibles pour un non initié, inspectées et comptées par le seul chef suprême, Blanqui, qui restait anonyme de tous dans la foule, on peut recenser, sur ce schéma d’organisation, la société de saisons et son échec d’insurrection en mai 1839.

  • 131 Citons pour mémoire sa participation aux émeutes du 15 mai 1848 et du 21 janvier 1871.

70Le problème récurrent de ces organisations reste le nombre restreint de leurs adhérents. La détermination du "moment opportun" devient délicate ; s’il vaut mieux que l’État soit affaibli ou en crise, l’essentiel reste d’estimer la "température" du peuple car il est indispensable qu’il suive spontanément et vienne renforcer le nombre des insurgés. De plus l’expérience blanquiste démontre que l’entraînement aux manœuvres militaires dans les frimas matinaux n’assouvit guère les ardeurs révolutionnaires des troupes et il devient vite préférable pour la cohésion du groupe que le "moment opportun" ne tarde pas trop. Ainsi, après le splendide isolement de 1839, Blanqui semble s’être tourné vers l’anticipation des grands mouvements populaires131.

  • 132 LATTA (Claude), "L’insurrection de 1839", Blanqui et les blanquistes, op. cit., p. 69-85.
  • 133 DOMMANGET (M.), op. cit., p. 78. La certitude que le peuple, au moins celui de Paris, suivra est un (...)

71L’expérience de 1839132 illustre tout à la fois la nécessité de l’implication du peuple, le caractère aléatoire du soutien d’une action secrète et confidentielle133 et la difficulté de prendre et surtout de tenir les centres du pouvoir.

72Placés dans les beaux quartiers, desservis par les grandes avenues, fréquemment à proximité de vastes places, les centres du pouvoir sont de vastes pièges pour une poignée d’insurgés isolés qui deviennent une cible idéale pour l’armée officielle. Les mouvements de troupes pour les rejoindre y sont rapides et aisés et les manœuvres même des canons s’y font comme à l’exercice. En outre, attaquer les lieux de pouvoir par surprise avertit directement des autorités qui ont appris à se tenir prêtes, à réagir à ces éventualités et ce lieu d’opération condamne le peuple à être le dernier informé. Pour Blanqui, cet objectif d’insurrection expose, sans même pouvoir construire une défense efficace, à une confrontation presque immédiate avec toute la puissance de l’armée régulière. Il rend presque impossible le ralliement de la population, entravé en plus par l’éloignement géographique des quartiers populaires.

73Une action cohérente doit s’initier dans les quartiers populaires pour permettre à l’insurrection de se trouver avant la lettre « comme un pois son dans l’eau ». La disproportion des forces entre une armée fidèle, bien équipée et entraînée aux luttes urbaines et les insurgés condamnent ces derniers à une stratégie défensive. Toute manifestation, toute action prématurée vers le centre ville limiterait les ralliements, toujours progressifs et souvent de proximité, et exposerait à une répression trop aisée en terrain découvert.

74La stratégie défensive reste la seule alternative. Il faut donc se préparer et opposer une telle résistance que la peur change de camp et que le soldat hésite à obéir aux ordres. Blanqui limite ainsi son postulat de réflexion à la seule structure victorieuse du XIXe siècle : la barricade. Il faut prévoir un combat dur et incertain ; car cette guerre de résistance contre une force bien supérieure ne conduit à la révolution qu’après la victoire d’une véritable guerre psychologique.

  • 134 Instructions, op. cit., p. 71.
  • 135 Instructions, op. cit., p. 29.
  • 136 Instructions, op. cit., p. 71.

75Conscient de la difficulté, Blanqui rédige par avance des proclamations destinées spécifiquement aux soldats ou aux officiers134. De façon plus originale que cette propagande, il annonce le rôle puissant de l’image, de l’apparence même des insurgés. Si l’organisation et l’unité du mouvement reste fondamentale pour des raisons objectives, il compte sur le rôle déstabilisateur de la surprise, de la "stupeur" des soldats, préparés à un rapide rétablissement de l’ordre face au chaos, et confrontés à "une armée parisienne en bon ordre manœuvrant selon les règles de la tactique"135. Partant pour une opération de simple police, les soldats risquent d’être moins sûr de leur supériorité à la vue non pas de barricades mais des citadelles régulières et infranchissables, occupées par des troupes qui semblent entraînées. Néanmoins, Blanqui se prépare à une véritable confrontation et espère transcender la résistance des ouvriers par la puissance de "l’organisation" et celle d’un gouvernement insurrectionnel : "Il est douteux que les troupes résistent longtemps à une insurrection organisée et agissant avec tout l’appareil d’une force gouvernementale. L’hésitation les gagnera, puis le trouble, puis le découragement, enfin la débâcle"136

  • 137 Instructions, op. cit., p. 65.
  • 138 Instructions, op. cit., p. 65-69.

76Pour savoir résister, Blanqui pose qu’un stratège révolutionnaire doit apprendre à "pressentir la méthode d’attaque [de l’armée] contre les positions républicaines"137. Il passe ainsi en revue le déroulement de la tactique militaire : du simple assaut à la baïonnette, au feu roulant sur les fenêtres en passant par l’utilisation des canons sur les immeubles ou la barricade, sans oublier les obus explosifs dans les rues, les pétards dans les allées ou les mines dans les égouts. À chaque étape de l’offensive, Blanqui détaille les réactions ou les prévisions nécessaires des insurgés. Seuls les obus incendiaires lui semblent presque impossibles à contrer, mais la retraite en bon ordre des insurgés et l’impossibilité politique même pour les tyrans de brûler Paris, permettront de s’opposer efficacement aux techniques militaires les plus radicales138.

77Néanmoins ces quelques pages soulignent la conscience de la puissance et de la violence potentielle des moyens et de la tactique de l’armée. Blanqui ne cache pas que sa stratégie défensive comprend, face à une troupe décidée, l’objectif de réussir simplement à ralentir son avancée et de lui infliger de lourdes pertes. D’après lui, seules une organisation et une optimisation parfaite de l’ensemble des moyens à la disposition du prolétariat peuvent permettre cette résistance qui doit frapper l’esprit des soldats.

Rationalisation des moyens du prolétariat

  • 139 Adaptation qui reste complexe malgré une prise en compte du manque de cadre et de la difficulté de (...)

78Rien ne doit être sous-estimé. Ainsi l’étude de ces moyens concerne autant la géographie urbaine, le mobilier urbain, le matériels disponibles chez les commerçants, que le savoir-faire des ouvriers et des artisans... Il faut aussi ne pas hésiter à chercher chez l’adversaire la solution de ses faiblesses. Le premier outil du stratège c’est l’organisation qui lui permet d’apprécier, de prévoir et de commander les mouvements de ses forces. La mesure fondamentale d’une insurrection rationnelle devient l’unité des insurgés, c’est-à-dire la constitution d’une structure centralisée, alliant discipline, obéissance et hiérarchie, une véritable organisation militaire adaptée139 aux réalités du terrain et aux compétences des insurgés.

  • 140 Blanqui reconnaît qu’il détaille parfois trop, mais il considère que "pour savoir le moins, il est (...)
  • 141 Par exemple : il prévoit même la place du porte drapeau durant les manœuvres, la couleur du fanion (...)
  • 142 "Une organisation militaire, surtout quand il faut l’improviser sur le terrain n’est pas une petite (...)

79Il faut résumer, en synthétisant ses objectifs, une présentation de l’organisation de l’armée populaire, que Blanqui reconnaît lui-même, interminable140, pointilleuse141 et un peu complexe à appliquer au cœur de l’action142. Ces recommandations minutieuses cherchent à apprendre de l’adversaire l’efficacité dans l’exécution des ordres ou des mouvements, l’intérêt d’une vision d’ensemble de la situation et la gestion rationnelle des besoins par la répartition des responsabilités et l’organisation d’une division du travail.

  • 143 Instructions, op. cit., p. 31.
  • 144 Instructions, op. cit., p. 33.
  • 145 Compétence traditionnelle. V. CLAVIER (L.) et HINCKER (L), "La barricade de juin 1848", op. cit.
  • 146 Vu sa complexité, il faut prévoir des "imprimés" (Instructions, op. cit., p. 41).
  • 147 "Sauf le cris de Vive la République poussé seulement à un signal donné" (Instructions, op. cit., p. (...)
  • 148 Décrites avec une précision géométrique : Instructions, op. cit., p .37-39.
  • 149 Instructions, op. cit., p. 35.

80Pour améliorer l’efficacité des missions, Blanqui préconise la répartition des insurgés en "compagnies ou pelotons", petits groupes de combat de soixante hommes, adaptés à l’espace urbain143. L’encadrement se limite à la direction d’un chef-"lieutenant", assisté de quatre "sergents", guides pendant les manoeuvres ou responsables de détachement144. Les "officiers" et "sous-officiers" doivent avoir de préférence une expérience militaire145 et connaître l’organisation et la tactique insurrectionnelles146. À la troupe, outre le serment d’obéissance, une stricte discipline et l’observation du silence147, on apprend les rudiments de quelques manœuvres militaires148 pour agir collectivement sans hésitation et sans se gêner. Reste à lui attribuer un fanion avec couleur et numéro spécifique pour que les "soldats" puissent remplir leur devoir et se repérer en toutes circonstances149.

81Superviser la situation dans son ensemble est la mission du chef suprême qui centralise l’information et donne les ordres. Des "capitaines", qui ne supervisent que deux compagnies, pour rester proches du terrain, gèrent la répartition des troupes dans leur "division" et servent de relais pour le centre de commandement. Aucun élément de la situation ne doit échapper à ce dernier qui assure une répartition fluide des forces, adaptée aux menaces. La règle est de briser la tradition d’isolement des différentes barricades, en leur assurant des renforts ; l’espoir serait même d’organiser des contre-attaques sur les flancs de l’offensive ennemi.

  • 150 Instructions, op. cit., p. 61.
  • 151 Instructions, op. cit., p. 67.
  • 152 Instructions, op. cit., p. 43-45. La règle générale reste l’organisation des nouvelles recrues au c (...)

82Toute cette organisation doit permettre une certaine répartition les tâches tant pour limiter et structurer la charge des responsabilités de chaque officier que pour optimiser le travail et le combat. Ainsi les compagnies, devant le double impératif de résistance et de construction des défenses, peuvent se subdiviser ou se spécialiser en constituant des "compagnies d’ouvriers non-combattants, maçons, charpentiers, etc."150 ou des "pelotons de faucheurs", sans fusil mais avec des piques plus longues que les baïonnettes, pour les combats au corps à corps151. Blanqui prévoit aussi l’éventualité d’officiers "d’état-major", ceux qui, malgré leur expérience, n’ont pas encore de troupes, qui assureraient l’encadrement immédiat et sur le terrain des nouvelles recrues152.

  • 153 Instructions, op. cit., p. 45.
  • 154 Réquisition des professionnels, "plombiers", "tourneurs", "élèves en pharmacie", "traiteurs, restau (...)
  • 155 Instructions, op. cit., p. 47 (télégraphes, chemins de fer...)

83"Tout l’appareil d’une force gouvernementale" ne serait pas complet sans ministère. Ainsi "aussitôt que la chose sera possible, le commandant en chef [doit établir] des commissions d’armement, de vivres et de sûreté publique"153 Les deux premières doivent recenser et réquisitionner tous les produits à leur disposition, assurer leur transformation154 et s’informer des besoins des troupes. Plus ambiguë est le rôle de la commission de "sûreté publique", responsable de l’impression et de l’affichage des "proclamation ou arrêtés du commandant en chef" et de la surveillance, si ce n’est du sabotage, des "moyens d’actions de l’ennemis"155 Blanqui ne détaille que les fonction de propagande et d’espionnage ce qui n’implique pas de pouvoir coercitif. Cependant, sa mission très générale de "déjouer les trames de la police et les manœuvres des contre-révolutionnaires" peut donner lieu à bien des extrapolations.

  • 156 Instructions, op. cit., p. 41.

84On voit par la complexité de cette organisation que Blanqui tient à conserver la logique rationaliste des sociétés secrètes. Il ne remet pas en cause le rôle central et moteur des "élites" disciplinées pour déclencher et mener la révolution libératrice. Leur soutien paraît indispensable pour préparer la formation des cadres insurrectionnels et pour fournir quelques troupes ayant déjà assimilées sa tactique blanquiste. De plus, dans ses Instructions, Blanqui n’évoque pas la possibilité d’encadrer un élan populaire spontané. Au contraire, il semble en rester à sa certitude qu’il faut se méfier des mouvements prématurés ou manipulés et que seul un chef "éclairé" peut déterminer le moment opportun, lorsqu’on lit : "Les hommes qui prennent l’initiative du mouvement, ont choisi d’avance un commandant en chef et un certain nombre d’officiers, dont les fonctions commencent avec l’insurrection elle-même. Aussitôt que les citoyens accourent, à la vue du soulèvement, les [organiser]"156.

  • 157 "Ne pas se claquemurer dans son quartier" ce qui entraîne la défaite et favorise même ensuite les p (...)
  • 158 Reflet d’un caractère qui flirte avec l’égocentrisme, Blanqui fait une présentation caricaturale, s (...)

85Sans revenir sur les aléas de la contagion insurrectionnelle, revenons à l’étude de la tactique et de l’optimisation des moyens à la disposition du prolétariat. Si "l’organisation" tend à tirer les leçons de l’isolement157 et de l’empirisme aléatoire des défenses des barricades, il est d’autres leçons à tirer des erreurs du passé et de l’expérience de lutte contre les forces de la réaction. La barricade, par son emplacement, sa construction et son utilisation reste au centre des réflexions de Blanqui. Il ne prétend pas inventer une toute nouvelle forme de lutte ; rationaliser celles qui ont, malgré tout, fait leur preuve158 lui paraît une tache déjà considérable, réaliste et nécessaire, si ce n’est suffisante, à la victoire.

  • 159 Blanqui nous apprend ainsi que sa barricade sur une rue de 12 mètres de largeur contient 9 186 pavé (...)

86Si la précision de la description de la barricade159 de Blanqui est devenu le symbole de sa doctrine, il reste que sa construction, loin d’être le seul aménagement urbain des insurgés, ne prend de sens qu’intégrée dans tout un ensemble défensif. Ainsi, elle devient plus un leurre, un piège funeste pour les assaillants qu’un poste de combat du peuple.

  • 160 "La liberté des mouvements de troupes [est] nécessaire à un parti comme à l’autre" (Instructions, o (...)
  • 161 "Il y a dans Paris des forteresses à volonté [...] autant qu’en peut rêver l’imagination. La fantai (...)
  • 162 Leur largeur met à découvert les assaillants et les balcons peuvent être considérés comme autant de (...)

87Tout d’abord, sa position ne peut plus se déterminer par le hasard, ni même être laissée à l’expérience ou au bon sens de ses constructeurs. Cet empirisme conduirait soit à des travaux inutiles tactiquement, soit, par nature, à l’isolement des insurgés qui en se défendant sur deux fronts entraveraient les mouvements de toutes les troupes même alliées160. Pour Blanqui, il faut l’intégrer dans un plan d’ensemble. Il en appelle à l’imagination et à la fantaisie pour rêver aux immenses citadelles qu’offre la géographie urbaine161. La barricade ne s’entend plus comme un bastion isolé, mais comme un complément aux murailles naturelles que constituent les immeubles. Derrière cette enceinte, ce n’est plus une rue qui s’insurge, mais tout un quartier qui s’organise. Il redéfinit ainsi les grands boulevards, ces "voies stratégiques" imposées par l’ennemi, en "fronts naturels d’une très grande force"162

  • 163 "Amas informe de pavés, entremêlés de voitures sur le flanc, de poutres et de planches" (Instructio (...)
  • 164 Instructions, op. cit., p. 47. Voir BUGEAUD (Maréchal), op. cit., p. 131.
  • 165 Un "modèle d’ordre et de discipline", GAUDIN (P.) et REVERCHON (C.), "Une image renversée : les pho (...)

88Une fois ce vaste périmètre de défense défini, la construction de la barricade devient essentielle pour bloquer les failles naturelles de la future citadelle insurrectionnelle. Blanqui en précise la "destination" : "Arrêter les troupes, les contraindre à un siège, résister même assez au canon". De nouveau, il faut se garder de reproduire le passé, où des barricades improbables163 ne constituaient pas "un obstacle pour l’infanterie qui [les] enlevait au pas de course", où même les plus "gros retranchements [...] n’était pas à l’abris de l’escalade"164 La barricade blanquiste préfigure les chefs-d’œuvre de la Commune165 et représente un travail considérable, impressionnant de régularité. Outre les "quatre-vingt mètres" de rue à dépaver, il faut maçonner deux murs épais et "lissés au plâtre", de trois mètres de hauteur et distants de six pour former une "fosse difficilement franchissable". Il ne restera plus qu’à protéger le mur de front (la "contre-garde") d’un "glacis de pavés" sur quatre mètres pour résister au canon. Bien évidemment, fruit d’une bonne organisation, l’ensemble de quatorze mètres ne devait pas empiéter sur le carrefour.

  • 166 BUGEAUD, op. cit., p. 13435. S’il note la possibilité d’une progression des troupes à l’intérieur m (...)
  • 167 La barricade "est plutôt une barrière qu’un champ d’action. C’est aux fenêtres que se trouve le vér (...)
  • 168 Instructions, op. cit., p. 67.
  • 169 Il faut établir deux véritables chemins de ronde au premier et au dernier étage, pour établir une c (...)
  • 170 Par des volets ou des portes doublés de tôle (Instructions, op. cit., p. 63 et 65).
  • 171 Instructions, op. cit., p. 61 et 65.

89L’ouvrage des défenseurs est loin de s’en tenir à cette première prouesse, qu’il faudra peut-être terminer entre deux assauts de l’armée. En avance sur les réflexions des stratèges militaires166, Blanqui invente une guerre urbaine où l’essentiel des insurgés doit déserter la rue. Intégrant la verticalité de l’espace urbain, les fenêtres deviennent "le véritable poste de combat", transformant la rue en un étroit défilé où les troupes régulières doivent progresser sous les tirs, les pavés et tous les objets disponibles venant des étages. La barricade n’est plus un rempart derrière lequel se massent des défenseurs mais plutôt "une barrière"167 qui transforme les assaillants en cibles immobiles, encombrées d’échelles168. La rue définie comme un piège qui expose les deux partis, il faut réaménager entièrement les "îlots ou pâtés de maisons" entre les rues barricadées, tant pour les défenseurs que contre les assaillants : percer des murs de communications aux étages169 et transformer les fenêtres en meurtrières mobiles170, mais aussi fortifier les portes d’allée, détruire les escaliers des rez-de-chaussée, percer des meurtrières dans les planchers et prévoir de l’eau bouillante pour prévenir toute intrusion de troupes et surtout d’artificiers171 Fruit de l’expérience et préfiguration des luttes modernes, Blanqui prévoit que l’enjeu et les luttes les plus meurtrières des combats de rue se situeront à l’intérieur même des immeubles.

  • 172 Que l’on peut encore compléter par la surveillance et la protection des égouts, la fabrication d’ar (...)
  • 173 Instructions, op. cit., p. 61.
  • 174 Instructions, op. cit., p. 63.

90Cette tâche immense de constructions et d’aménagements172 paraît disproportionnée mais, même inachevée, elle permet d’éviter "une oisiveté fatale chez des combattants très mal armés, sans artillerie, presque sans munitions"173. Les ouvriers insurgés se doivent d’essayer de compenser leur infériorité militaire en utilisant leur seule supériorité matérielle, leurs compétences d’artisans et de travailleurs "initiés à toutes les puissance de l’industrie". Dans le même temps, les officiers, reprenant une conception classique du moral des troupes, doivent organiser "une activité incessante", ouverte à l’ingéniosité aux improvisations des hommes de métier174, qui assurera une cohésion et un optimisme renforçant la discipline et la hiérarchie de l’organisation, tout en atténuant ses contraintes et évitant toute contestation.

  • 175 Les générations futures "seraient gens à mettre dans leur oreille, si nous ne les avions pas préven (...)
  • 176 "Le détachement chargé de construire et d’occuper la barricade doit se rendre sur le terrain avec u (...)
  • 177 Instructions, op. cit., p. 61 et 27.

91Néanmoins, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle entre l’ironie de Blanqui sur la "fatuité" de ceux qui détaillent les moindres aspects du mode de vie des générations futures175 et sa propre précision lorsqu’il s’agit de décrire la construction d’une barricade176. Blanqui a beau affirmer que la "principale force" du peuple parisien sur l’armée réside dans "la supériorité de l’intelligence et de l’adresse", la capacité d’initiative, l’ingéniosité et le savoir-faire des ouvriers qui leur permettront "d’improviser tout un matériel de guerre"177, on peut penser que ce peuple, pris dans le carcan des innombrables prescriptions, aura effectivement besoin d’imagination pour en sortir et se sentir libéré.

92Sa foi dans la raison, sa conviction qu’un cerveau (une élite) doit commander aux muscles (les masses populaires), ses convictions révolutionnaires l’amènent, dans la description même de l’insurrection idéale, à développer avec une précision infinie une organisation sociale « harmonieuse », « rationnelle », « industrieuse et disciplinée », unie dans un but commun. Si on retrouve des remarques pratiques issues de l’expérience insurrectionnelle de Blanqui et de sa volonté d’adapter la stratégie militaire à la lutte urbaine dans ses Instructions, leur précision, leur ambition, leur complexité et cette teinte dogmatique qui imprègne ses écrits, en font une description d’un système rationnel où la logique interne est privilégiée, au prix d’une certaine abstraction. On est tenté d’y voir la description mythique d’une fourmilière assumant dans un même ensemble l’enrôlement et la formation de ses membres, la défense, la survie et la construction d’une citadelle imprenable, une société négligeant l’individu au nom d’un combat, si ce n’est lointain, du moins incertain.

93Même si la prudence est de rigueur pour qualifier d’idéaliste ce critique acerbe de toute compromission et de tout écart avec un pragmatisme révolutionnaire, ce ne serait qu’un paradoxe de plus pour un penseur qui affirmait que l’éducation, salut de l’humanité, serait le fruit "des armes et de l’organisation", c’est-à-dire de la discipline, du centralisme et de l’obéissance au chef.

94Enragé autoritaire... certainement, sectaire amer de se voir confiné dans des groupuscules... probablement, "l’Enfermé" n’en a pas moins marqué son époque et la postérité par un message refusant la fatalité, la patience, dénonçant les limites ou les effets pervers des projets socialistes et par une vie qui semble exempte de tout compromis, une pensée qui pose l’insurrection comme seule réponse à l’injustice, comme seule alternative à la lutte des classes. Un radical qui légitime la violence sur un refus de se résigner à la misère de la majorité, raisonnement qui annonce, malgré ses espérances, tant d’extrémisme et d’oppression à venir.

95Si Blanqui voit bien les nombreux écueils qui menacent "la révolution de demain", l’équilibre des solutions qu’il préconise reste fragile. On pourrait conclure sur une citation relevant bien la dualité du personnage : "L’histoire connaît des chefs prolétariens, chefs des temps d’orage, chefs du travail pratique, pleins d’abnégation et d’audace, mais faibles en théorie".

  • 178 STALINE (J.), "Lénine organisateur et chef du Parti communiste de Russie, 23 avril 1920", Oeuvres, (...)

96Certes, mais n’est-il pas fondamental de rappeler que l’auteur de cet éloge s’appelle Joseph Djougachvili, dit Staline178 ?

Notes

1 "Avis au peuple", écrit à la Prison de Belle-île-en-Mer, le 10 février 1851, envoyé (mais non lu) comme "Toast" au banquet du 25 février 1851 célébrant l’anniversaire de la révolution de 1848 en l’honneur de Louis Blanc et des socialistes français réfugiés à Londres, in BLANQUI, Textes choisis, préf. et notes de VOLGUINE (V.P.), coll. "Les classiques du peuple", Éditions Sociales, Paris 1971, § 18-20, p. 123- 124. Ce "Toast" est resté célèbre par la violence de la condamnation de l’action des membres du gouvernement provisoire de février 1848, qu’il qualifie de "traîtres que le peuple confiant avaient acceptés pour guides et qui ont livré le peuple à la réaction" (op. cit., p. 122).

2 Friedrich Engels, dans Volkstaat (1874), le présente comme un représentant du "communisme utopique pré-marxiste" du fait de la faiblesse de son analyse scientifique et historique de la société et d’une conception de l’organisation de la révolution autour de la barricade qu’ il considère comme dépassée depuis 1848.

3 Léo Hamon partage l’opinion de A. Decaux qui le considère comme "un remarquable critique des erreurs et des errements de son temps" ; Alain Decaux, cité par HAMON (Léo), "Blanqui, révolté essentiel ou homme d’État potentiel", Blanqui et les blanquistes, Actes du colloque de la Soc. d’Hist. de la Rév. de 1848, SEDES, 1986, p. 29.

4 Instructions pour une prise d’armes (1868-69) et autres textes, établis et présentés par Miguel Abensour et Valentin Pelosse, "Collection Futur Antérieur", Société encyclopédique française et Éditions de la Tête de Feuilles, 1972, "Avertissement", p. 10.

5 Évidemment, on ne peut dire que Blanqui a rédigé une "utopie" au sens politique du terme puisqu’il ne décrit pas de manière minutieuse une organisation sociale globale et qu’il ne s’intéresse qu’à la prise de pouvoir. ; nous n’employons le terme utopie que dans le sens courant de rêve irréalisable.

6 Défense du citoyen Louis-Auguste Blanqui devant la Cour d’assises au "Procès des Quinze" (12 janv. 1832), Textes choisis, op. cit., p. 75.

7 Instructions, op. cit., p. 29.

8 Même si Marx le considère comme le chef du "parti proprement prolétarien" des révolutionnaires français (Oeuvres – Politique I, "Bibliothèque de la Pléiade", Gallimard, 1994, p. 566), Blanqui est plus souvent présenté comme une icône des insurgés professionnels : "Toute la contre-révolution devient pâle au seul nom de Blanqui" aurait écrit Proudhon (VOLGUINE, op. cit., p. 24). Rappelons l’opinion de Tocqueville le 15 mai 1848 sur son "air malade, méchant et immonde [il] semblait avoir vécu dans un égout et en sortir" et l’échec des négociations de la Commune pour obtenir sa libération, pour laquelle Thiers aurait déclaré : "Rendre Blanqui à l’insurrection, c’est lui envoyer une force égale à une division" (DOMMANGET (Maurice), Blanqui, E.D.I., Paris 1970, p. 80). D’autres ont eu un avis moins tranché, comme Proudhon (qui le considérait comme plus sincère et désintéressé que bien de ses détracteurs) ou Lamartine en avril 1848 rapporté par Maximilien Reubell, in MARX (K.), Œuvres, op. cit., p. 1283.

9 "La peur engendrée par son activisme, n’a-t-elle pas finalement, contribué, à plusieurs reprises, au renforcement du pouvoir qu’il prétendait détruire" ; VIGIER (Philippe), préface du colloque Blanqui et les blanquistes, op. cit., p. 7. Évoquons par exemple l’épilogue de la "prise d’arme" des 12 et 13 mai 1839 par la Société des saisons, qui mit immédiatement fin à la crise ministérielle avec la nomination du maréchal Soult, comme le constat que ses actions précédèrent toujours l’événement et furent facilement réprimées.

10 GEOFFROY (Gustave), L’Enfermé, Paris 1896 ; DOMMANGET (M.), op. cit.

11 PAZ (Maurice), Un révolutionnaire professionnel, Auguste Blanqui, Fayard, 1984.

12 Polémique autour du document Taschereau du 31 mars 1848, l’accusant d’avoir coopéré avec la police en 1839.

13 Pour deux avis opposés, quoique nuancés, sur le parallélisme des deux doctrines, la bibliographie considérable de Maurice DOMMANGET, et Samuel BERNSTEIN, Auguste Blanqui, trad. de l’anglais par Jean Vaché, Maspero, Paris 1970, p. 9-11.

14 BLANQUI (Louis- Auguste), Oeuvres I – Des origines à la Révolution de 1848, rass. et prés, par Dominique Le Nuz, préf. de Philippe Vigier, Presse Universitaire de Nancy, Nancy 1993, 700 p.

15 "Je ne suis pas un professeur de politique et de socialisme, je suis un homme d’action et d’application", cité par HAMON (L.), op. cit., Blanqui et les blanquistes, p. 29.

16 Sur les influences du blanquisme : BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 40-54.

17 la Société des amis du peuple jusqu’en 1832 (le procès des Quinze et l’émeute des 5 et 6 juin lors de l’enterrement du Général Lamarque) et la Société des droits de l’– homme jusqu’ à l’insurrection d’avril 1834.

18 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 18-19, p. 123-124.

19 Cité par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 75.

20 "Procès des Quinze" (1832), op. cit., p. 74.

21 "Qui fait la soupe doit la manger", article destiné au Libérateur, mars 1834, Textes choisis, op. cit., p. 100, où il rapproche le salariat et l’esclavage.

22 Id, p. 101.

23 "Entre instruction et communisme, le lien est si étroit que l’une ne saurait se faire sans l’autre, ni un pas en avant, ni un pas en arrière." in chapitre "Le communisme avenir de la société" [1869-1870] de La Critique sociale [Alcan, 1885,1.1], Textes choisis, op. cit., p. 148.

24 "Le communisme avenir de la société", Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152.

25 "Procès des Quinze" (1832), op. cit., p. 73.

26 Leur "meilleur auxiliaire, ou plutôt [leur] dernière planche de salut", Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 150.

27 Mss 9591 f° 374, cité par VILLEPONTOUX (M.J.) et LE NUZ (D.), "Révolution et Dictature", in Blanqui et les blanquistes, op. cit., p. 129.

28 L’ignorance est l’apanage du peuple et le gage de son innocence. Les dominants, eux, sont "d’ignobles sceptiques", font "le mal [...] sciemment, avec préméditation, par noir égoïsme. Car [ils n’ont] jamais cru à rien qu’à [leur] intérêt", Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 158-9. Outre son caractère de moraliste, condamnant l’égoïsme de "l’homme épargne" (DOMMANGET (M.), op. cit., p. 49), cette lucidité cynique des causes de la misère et des garanties de leurs privilèges transforme la question sociale en une inévitable "guerre à mort".

29 Une des originalités de Blanqui semble être son refus de limiter la lutte des classes à une confrontation bourgeois-ouvriers. Il parle plus volontiers de "riches" et de "pauvres". Ainsi le libéralisme économique, l’industrie et les gardes nationales ne font pas de la bourgeoisie le "maître de la société". Outre que cette influence se limite principalement aux villes, les campagnes restant encore largement dominé par l’aristocratie et le clergé, les révolutions et les mouvements sociaux du XIXe siècle semblent démontrer que, sans les conscrits ou les électeurs des campagnes, la domination bourgeoise reste précaire. Blanqui considère d’ailleurs les ouvriers plus accessibles à la communauté, l’industrie n’étant qu’une "création artificielle du capital, [...] un navire battu par les flots et menacé à chaque instant du naufrage" ; Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167. Cette conception d’un système capitaliste "fragile" résulte peut-être de la récurence des conflits ouvriers au XIXe siècle, mais elle sera surtout reprise comme un argument sur la faiblesse de ses convictions socialistes (BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 50).

30 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 172.

31 VILLEPONTOUX (M.-J.) et LE NUZ (D.), op. cit., p. 105.

32 Si "le christianisme et l’opium sont deux poisons identiques par leurs effets et par l’étrange propriété d’être la passion de leur victime", c’est le concept de spiritualité qu’il condamne comme "une erreur philosophique" et même "un crime politique et social". Adepte des matérialistes français du XVIIIe siècle, Blanqui estime que la notion de Dieu ou d’Être suprême implique naturellement des dogmes comme réponses à l’inexpliqué ou au discutable. Toute religion, même les nouvelles comme l’église saint- simonienne, est "rétrograde par nature", son essence étant "l’immobilisme" (VOLGUINE, op. cit., p. 27-28).

33 Projet de discours (août 1867), Textes choisis, op. cit., p. 187-188.

34 Dès 1832, il affirme que la pression fiscale pèse pour "les cinq sixièmes" sur les travailleurs, et épargne les riches oisifs (impôt indirect) ou même les favorise tout en menaçant le travail et la consommation des humbles (droit de douane). De plus le budget de l’État est dilapidé pour assurer le train de vie du roi et des hauts fonctionnaires ou pour en garantir la sécurité en finançant l’éducation religieuse et l’armée ; "Procès des Quinze", op. cit., p. 73-75. En 1867, le poids des impôts et leur utilisation restent l’ argument essentiel dans sa démonstration sur la place prédominante de l’État dans l’économie ; Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 184.

35 "Procès des Quinze", op. cit., p. 74. Il évoluera sur le caractère altruiste du peuple, même celui de Paris, pour insister dès 1848, sur l’importance de ses conditions matérielles et l’asservissement par l’ignorance.

36 "Procès des Quinze", op. cit., p. 77.

37 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.

38 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.

39 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 187.

40 "Une gendarmerie des riches contre les pauvres" (1867), cité par DOMMANGET (M), op. cit., p. 55.

41 La presse d’opposition, constamment menacée et étroitement contrôlée par les lois, "ne dépasse guère les murs des villes" et laisse les campagnes sous l’influence exclusive des "feuilles rétrogrades" et de "la propagande orale des curés", Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 163.

42 Les diverses écoles socialistes "se disputent avec acharnement au bord d’un fleuve pour décider si l’autre rive est un champ de maïs ou un champ de blé. Elles s’entêtent à résoudre la question avant de franchir l’obstacle. Eh ! passons d’abord ! Nous verrons làbas", Critique sociale (t. II), Textes choisis, op. cit., p. 46.

43 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 2021, p. 124.

44 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 158-159.

45 BULWERLYTTON (Lord E.), The coming race of the New Utopia (1870) ; BUTLER (Samuel), Erewhone (1872).

46 "Ne faut-il pas admirer la fatuité de ces Lycurgue qui se croient tenus [...] de minuter article par article le code de l’avenir ? Ils semblent craindre que ces pauvres générations futures ne sachent pas mettre un pied devant l’autre et s’empressent de leur fabriquer, qui un bourrelet, qui des brassières, qui une petite prison roulante pour leur apprendre à marcher libres" (Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 159-160).

47 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 161-162.

48 II reproche aux saint-simoniens (en outre de leur trahison mystique) d’être devenus des "piliers de l’Empire". "Leurs doctrines ont triomphé" partiellement et le prolétariat n’ en a pas été plus heureux. "Dire que ces braves gens ont été pris pour de dangereux novateurs" (Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 161).

49 Voir supra le § 20 du "Toast" qui fait des armes et de la discipline le moteur de l’– histoire et du progrès.

50 DOMMANGET (M.), op. cit., p. 49.

51 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 153.

52 Qui fera toujours primer l’intérêt matériel, individuel et immédiat à ceux de ses prochains, sauf contraintes ou impuissance. Le communisme ne sera possible que lorsque "le jugement", "la clairvoyance" seront l’apanage de tous et que les masses auront appris à "dépister la ruse sous ses derniers déguisements" ("Sale chose que l’égoïsme de l’heure vivante ! Un mélange de cynisme et d’hypocrisie !") ; Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152-153 et 1589.

53 Terme qu’il emploie pour marquer la dérive apolitique du "mutuellisme", l’opposant à "la grande association" (l’État)

54 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 188.

55 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 183-185 : outre le carcan législatif et la répression des coalitions ou le contrôle des associations, "l’excès d’impôt" réduit directement la capacité d’épargne de l’ouvrier et leur utilisation renforce les chaînes du peuple fonction du budget de l’armée et surtout finance la propagation des ténèbres cléricales.

56 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 186.

57 "L’épargne pour moyen, la capitalisation pour but, consécration du vieil ordre et reniement du socialisme, tel était leur programme." projet de discours, août 1867 ; "Coopération et réaction" (1870), loc.cit., p. 193. Il craint d’ailleurs l’exploitation des "Auxiliaires" puisque rien ne dit qu’un patron unique serait moins exigeant qu’un patron multicéphale ; Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 183.

58 "Amorce pour attirer le peuple hors de sa route naturelle dans une impasse [...] souffler aux malheureux ouvriers, la fièvre continue du profit et de la perte qui dévorera sa vie et ne lui laissera plus une pensée pour la chose publique." (loc.cit., p. 187)

59 Loc.cit., p. 188 et 189

60 "Tout sans l’ État, rien par l’ État. Indifférentisme politique et religieux" ; "Coopération et réaction" (1870), op. cit., p. 193.

61 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 187.

62 "Grève et coopération" (octobre 1867), op. cit., p. 19091.

63 Projet de discours (août 1867), op. cit., p. 1889.

64 C’est d’ailleurs une des critiques les plus pertinentes du blanquisme qui, centré sur les conspirations clandestines violentes (Voir infra), ne s’impliquera pas dans les espoirs réformistes ou d’organisation générale des ouvriers par les syndicats.

65 "Grève et coopération" (octobre 1867), op. cit., p. 191.

66 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 22, p. 124.

67 Lettre de nov. 1879, cité par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 55.

68 Ibid.

69 Cité par DOMMANGET (M), op. cit., p. 50

70 "Sans réforme politique, pas de réforme sociale possible", "la seconde est le but, la première le moyen" cité par DOMMANGET (M.), op.cit, p. 54.

71 En s’aliénant les paysans par l’impôt, en maintenant "les états majors", "la magistrature" et "les lois royalistes" qu’il a laissés agir impunément contre les ouvriers de Limoges et Rouen et pour finir en livrant par des élections prématurées les destinées du peuple aux royalistes (’’Toast du 25 février 1851", op. cit., § 5 et s., p. 122).

72 Ibid., §1.

73 "Pétition de la Société républicaine centrale du 6 mars", Textes choisis, op. cit., p. 112.

74 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 166.

75 "Un an de dictature parisienne en 48 aurait épargné à la France [...] le quart de siècle [qui s’achève]. S’il en faut dix ans cette fois qu’on n’hésite pas." Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 166.

76 "Pétition du 14 mars", Textes choisis, op. cit., p. 114.

77 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152.

78 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 14, p. 123.

79 Elle est l’objet de six des neufs décrets qu’il préconise dans "Adresse de la société républicaine centrale au gouvernement (2 mars)", op. cit., p. 111-112.

80 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 164-169.

81 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

82 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 1516, p. 123.

83 Comme l’invasion de la chambre le 15 mai 1848, pour contester (entre autre) les résultats des élections. Résultats que Blanqui contestera de nouveau par les mouvements d’octobre 1870 et de janvier 1871.

84 "Pétition du 14 mars", op. cit., p. 114.

85 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

86 "Il n’y a pas de liberté quand on manque de pain" ; "Discours, 22 mars 1848", Textes choisis, op. cit., p. 116.

87 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 154.

88 Voir supra.

89 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 166

90 Sur la difficulté d’instituer un nouvel ordre : "les tenants des anciennes institutions deviennent des ennemis irréconciliable et les hommes appelés à bénéficier des nouvelles restent incrédule, l’expérience restant à faire. D’où résulte la passion dans l’attaque, d’un côté, et la tiédeur dans la défense de l’autre" ; MACHIAVEL (N.), Le Prince, chap. VI, Gallimard, "Folio", 1995, p. 91.

91 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 1634.

92 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 151.

93 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 165.

94 "Révocation immédiate des fonctionnaires moyens et supérieurs. Maintien provisoire des employés" ; ibid.

95 Voir supra.

96 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 169.

97 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 154.

98 "À eux, prix infaillible de l’intrigue, la gérance, c’est-à-dire la disposition discrétionnaire des biens communs. La masse des ignorants deviendrait leur proie et leur armée... absolument comme aujourd’hui, avec des conséquences bien autrement terribles : [la révolte inéluctable contre cette] tyrannie et anarchie [permettrait] le retour de la contrerévolution", bien plus durablement, "sous les terreurs vivaces du souvenir" ; Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 152.

99 "Jusqu’ici, la communauté n’a donné d’elle au monde qu’une manifestation hideuse, le cloître" ; Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 170.

100 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 167.

101 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 169.

102 "Discours, 22 mars 1848", op. cit., p. 116. Sur l’ambiguïté des aspirations du peuple, entre liberté altruiste et ressources quotidiennes, voir VILLEPONTOUX (J.) et LE NUZ (D), op. cit., p. 113 ; voir aussi Instructions pour une prise d’armes, op. cit., p. 41, où Blanqui préconise, aux premières heures de l’insurrection, d’allouer à chaque citoyen rallié et recensé "des vivres et cinq francs par jour, en indemnité de salaire".

103 "Remplacement de toutes les contributions directes ou indirectes par un impôt direct, progressif, sur les successions et sur le revenu." (Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 165).

104 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 164.

105 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 168.

106 BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 10 et 50.

107 Critique sociale [t 1], op. cit., p. 154.

108 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 159.

109 "Discours, 22 mars 1848", op. cit., p. 116.

110 "... par couches si épaisses qu’il semble impossible de les soulever. [...] De là, pour nous, l’impossibilité de voir clairement la solution du problème social" (Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 1689).

111 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 165.

112 Critique sociale [t. 1], op. cit., p. 155.

113 Rapporté par DOMMANGET (M.), op. cit., p. 55.

114 "Discours (août 1867)", op. cit., p. 187.

115 "Toast du 25 février 1851", op. cit., § 20, p. 124.

116 Instructions pour une prise d’armes, op. cit., p. 21. En 1830, "selon l’opinion générale [même dans les milieux libéraux ou républicains], l’Empire et la Restauration avaient éteint dans le peuple tout intérêt pour la politique" et pour des libertés parlementaires qui ne les concernaient pas (BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 36).

117 Instructions, op. cit., p. 21.

118 Ibid. Désorganisation du gouvernement, démoralisation de l’armée contre une population ouvrière déterminée, nombreuse et certaine de sa victoire.

119 Pour une analyse générale de l’échec de juin : Instruction, op. cit., p. 2125. Voir aussi pour une vision moins didactique : CLAVIER (Laurent) et HINCKER (Louis), "La barricade de juin 1848 : une construction politique", in La Barricade, s. la dir. Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur, Actes du colloque des 17, 18 et 19 mai 1995, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle et la Société d’histoire de la révolution de 1848, Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 209-220.

120 Par exemple : BUGEAUD (Maréchal), La guerre des rues et des maisons [1849], manuscrit inédit, prés, par Maïté Bouyssy, Ed. J.P. Rocher, Paris 1997.

121 Instructions., op. cit., p. 25 (chemins de fer, télégraphe, canons rayés et fusils Chassepot)

122 "Des milliers de jeunes gens instruits [...] frémissent sous un joug abhorré. Pour le briser songent-ils à prendre l’ épée ? Non ! la plume, toujours la plume, rien que la plume. [...] On fait un journal, on va en prison, et nul ne songe à ouvrir un livre de manœuvres, pour y apprendre en vingtquatre heures le métier qui fait toute la force de nos oppresseurs", Instructions., op. cit., p. 29.

123 Instructions, op. cit., p. 27.

124 Ibid.

125 op. cit., p. 36.

126 Instructions, op. cit., p. 45.

127 Instructions, op. cit., p. 63 et 47.

128 Alignés sur "deux rangs", invités "au silence et au calme", les volontaires, après une "brève allocution", assistent au levé du "drapeau" et jurent "de combattre jusqu’à la mort pour la République" Instructions, op. cit., p. 41-43.

129 La suite du serment étant "d’obéir aux ordres des chefs, et de ne pas m’écarter un seul instant du drapeau, ni de jour ni de nuit" Instructions, op. cit., p. 43.

130 Sur le détail et l’origine de ses conceptions sur le rôle de l’élite. V. BERNSTEIN (S.), op. cit., p. 62-63.

131 Citons pour mémoire sa participation aux émeutes du 15 mai 1848 et du 21 janvier 1871.

132 LATTA (Claude), "L’insurrection de 1839", Blanqui et les blanquistes, op. cit., p. 69-85.

133 DOMMANGET (M.), op. cit., p. 78. La certitude que le peuple, au moins celui de Paris, suivra est une des faiblesses de la tactique insurrectionnelle de Blanqui. Reflet de leur positionnement politique dans les années 1860, ou des certitudes de Blanqui sur les associations ouvertes, il ne verra pas la potentialité d’action et de propagande révolutionnaires des syndicats ouvriers.

134 Instructions, op. cit., p. 71.

135 Instructions, op. cit., p. 29.

136 Instructions, op. cit., p. 71.

137 Instructions, op. cit., p. 65.

138 Instructions, op. cit., p. 65-69.

139 Adaptation qui reste complexe malgré une prise en compte du manque de cadre et de la difficulté de manœuvrer dans les ruelles, Instructions, op. cit., p. 31.

140 Blanqui reconnaît qu’il détaille parfois trop, mais il considère que "pour savoir le moins, il est bon de savoir le plus" (Instructions, op. cit., p. 37).

141 Par exemple : il prévoit même la place du porte drapeau durant les manœuvres, la couleur du fanion et la forme des insignes des officiers dans chaque compagnie... Instructions, op. cit., p. 33.

142 "Une organisation militaire, surtout quand il faut l’improviser sur le terrain n’est pas une petite affaire" (Instructions, op. cit., p. 29).

143 Instructions, op. cit., p. 31.

144 Instructions, op. cit., p. 33.

145 Compétence traditionnelle. V. CLAVIER (L.) et HINCKER (L), "La barricade de juin 1848", op. cit.

146 Vu sa complexité, il faut prévoir des "imprimés" (Instructions, op. cit., p. 41).

147 "Sauf le cris de Vive la République poussé seulement à un signal donné" (Instructions, op. cit., p. 43).

148 Décrites avec une précision géométrique : Instructions, op. cit., p .37-39.

149 Instructions, op. cit., p. 35.

150 Instructions, op. cit., p. 61.

151 Instructions, op. cit., p. 67.

152 Instructions, op. cit., p. 43-45. La règle générale reste l’organisation des nouvelles recrues au centre de commandement, Ibid., p. 63.

153 Instructions, op. cit., p. 45.

154 Réquisition des professionnels, "plombiers", "tourneurs", "élèves en pharmacie", "traiteurs, restaurateurs" et installation "d’ateliers où les femmes et les enfants seront employés moyennant salaire", Instructions, op. cit., p. 45.

155 Instructions, op. cit., p. 47 (télégraphes, chemins de fer...)

156 Instructions, op. cit., p. 41.

157 "Ne pas se claquemurer dans son quartier" ce qui entraîne la défaite et favorise même ensuite les proscriptions, sur dénonciations des voisins, Instructions, op. cit., p. 31.

158 Reflet d’un caractère qui flirte avec l’égocentrisme, Blanqui fait une présentation caricaturale, si ce n’est méprisante, des luttes populaires et de leurs erreurs ; Instructions, op. cit., p. 21-25. Vision très largement relativisée par l’ historiographie récente.

159 Blanqui nous apprend ainsi que sa barricade sur une rue de 12 mètres de largeur contient 9 186 pavés, qui correspondent à 48 mètres de revêtement de cette même rue (Instructions, op. cit., p. 51).

160 "La liberté des mouvements de troupes [est] nécessaire à un parti comme à l’autre" (Instructions, op. cit., p. 31).

161 "Il y a dans Paris des forteresses à volonté [...] autant qu’en peut rêver l’imagination. La fantaisie les crée avec les rues [...]. Il s’agit de choisir un périmètre [quelconque] formé d’une série de rues [...] on ferme avec des barricades les issues des rues [...] on occupe [les immeubles] sur le pourtour de ce front, et voilà la forteresse. En arrière de ce périmètre, on en choisit d’autres [...] fortifiés de même, et voilà une série d’enceintes successives jusqu’à la dernière maison au centre, laquelle sert de réduit (Instructions, op. cit., p. 59).

162 Leur largeur met à découvert les assaillants et les balcons peuvent être considérés comme autant de "bastions miniatures" fournissant un angle de tir sur les flancs. (Instructions, op. cit., p. 25.) Les grands boulevards "donnent seulement de meilleurs fronts de défense, parce qu’ils sont plus droits, et mieux dégagés" ; Ibid., p. 59.

163 "Amas informe de pavés, entremêlés de voitures sur le flanc, de poutres et de planches" (Instructions, op. cit., p. 47. On repense à la description de Victor Hugo : "On eut dit que c’était le haillon d’un peuple, [...] et que le faubourg SaintAntoine l’avait poussé là à sa porte", cité par CLAVIER (L.), op. cit., p. 201.

164 Instructions, op. cit., p. 47. Voir BUGEAUD (Maréchal), op. cit., p. 131.

165 Un "modèle d’ordre et de discipline", GAUDIN (P.) et REVERCHON (C.), "Une image renversée : les photographies des barricades de la Commune", La Barricade, op. cit., p. 339.

166 BUGEAUD, op. cit., p. 13435. S’il note la possibilité d’une progression des troupes à l’intérieur même des immeubles pour rester à couvert, l’intérêt reste, pour lui, marginal.

167 La barricade "est plutôt une barrière qu’un champ d’action. C’est aux fenêtres que se trouve le véritable poste de combat" (Instructions, op. cit., p. 55).

168 Instructions, op. cit., p. 67.

169 Il faut établir deux véritables chemins de ronde au premier et au dernier étage, pour établir une continuité entre les barricades et permettre des mouvements de renfort ou de retraite "hors de la vue et de la portée de l’ennemis" à partir de la rue parallèle à la ligne de front (Instructions, op. cit., p. 55 et 61).

170 Par des volets ou des portes doublés de tôle (Instructions, op. cit., p. 63 et 65).

171 Instructions, op. cit., p. 61 et 65.

172 Que l’on peut encore compléter par la surveillance et la protection des égouts, la fabrication d’armes, ou le transport de pavés aux étages. Instructions, op. cit., p. 27, 63 et 67-69.

173 Instructions, op. cit., p. 61.

174 Instructions, op. cit., p. 63.

175 Les générations futures "seraient gens à mettre dans leur oreille, si nous ne les avions pas prévenus qu’on mange par la bouche !" (Critique Sociale [t. 1], op. cit., p. 156).

176 "Le détachement chargé de construire et d’occuper la barricade doit se rendre sur le terrain avec une voiture de sacs de plâtre, plus des brouettes, des voitures à bras, des leviers, des pics, des pelles, des pioches, des marteaux, des ciseaux à froid, des truelles, des seaux, des auges. Les réquisitions de tous ces objets seront faites chez les marchands respectifs dont les adresses se trouvent dans l’Almanach du Commerce" (Instruction, op. cit., p. 53).

177 Instructions, op. cit., p. 61 et 27.

178 STALINE (J.), "Lénine organisateur et chef du Parti communiste de Russie, 23 avril 1920", Oeuvres, t. IV, p. 278.

Auteur

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Grenoble II

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search