Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

La monarchie française selon le cardinal de Bernis : la légitimité sans la force

Philippe Nélidoff

Texte intégral

  • 1 D’une bibliographie abondante, on retiendra surtout : MASSON (F.), Les Mémoires et les lettres du c (...)

1Le cardinal de Bernis est l’un de ces personnages fameux et attachants qui ne laissent pas indifférents et qui passionnent les biographes1. Il est vrai que ses attraits sont nombreux pour l’historien de la France au XVIIIe siècle. Homme des Lumières, dans le voisinage d’un Voltaire ou d’un Loménie de Brienne, il traverse hardiment le siècle entre la mort de Louis XIV et la chute de Robespierre, en incarnant cette sociabilité et cette intelligence du monde qui est celle de la noblesse mais aussi des salons parisiens et de la Cour sous le règne de Madame de Pompadour. Sa riche et complexe personnalité le situe à la fois dans le monde ancien, celui de la tradition et de la fidélité à la monarchie dont il sera l’un des grands serviteurs mais aussi dans un monde nouveau, celui des talents et de la nécessaire régénération de l’État monarchique. Académicien à moins de trente ans, il incarne parfaitement ce siècle des écrivains qui par leurs mérites, leur force de séduction et leurs influents protecteurs parviennent à l’antichambre des grands et de là se hissent dans l’entourage immédiat des princes, des rois et des papes en tant que conseillers, ambassadeurs ou ministres.

2On a tout dit de ce personnage haut en couleur qui correspond si bien, jusqu’à son embonpoint et à ses habitudes libertines (réelles ou supposées) à l’image que l’on se fait du XVIIIe siècle français. On connaît ses débuts difficiles de cadet languedocien sans ressource, ses démêlés avec le cardinal de Fleury dont "l’immortalité désespérait [ses] ennemis", ses relations passionnées et orageuses avec la marquise de Pompadour à laquelle il dût à la fois son ascension prodigieuse et sa disgrâce dorée, ou encore ses liens tumultueux avec son successeur au ministère, le calculateur et cynique Stainville, "depuis duc de Choiseul", comme se plaît à l’écrire Bernis. De la deuxième partie de sa vie après son départ de la Cour à la fin de l’année 1758, on connaît sans doute moins son action pastorale en tant qu’archevêque d’Albi dont il fut le dernier titulaire, pour l’Ancien Régime de 1764 à sa mort, trente ans plus tard. Il est vrai qu’il n’y résida qu’un peu plus de quatre ans puisqu’il fut appelé à Rome en raison de sa dignité cardinalice à la mort du pape Clément XIII pour le conclave de 1769 où il joua un rôle éminent dans l’élection de Clément XIV puis dans celle de Pie VI en 1774. Ayant retrouvé un vaste champ d’action pour ses talents de négociateur, Bernis fera merveille à Rome en représentant la France auprès du Saint-Siège. De là son rôle essentiel dans les affaires ecclésiastiques, en particulier en ce qui concerne la question des Jésuites et celle de la constitution civile du clergé.

  • 2 On se référera à l’édition des Mémoires du cardinal de Bernis publiée au Mercure de France, Le Temp (...)
  • 3 RICHET (D.), La France moderne, l’esprit des institutions, Flammarion, collection Champs, Paris 197 (...)

3Bourré de talents, travailleur infatigable, diplomate dans l’âme, le cardinal de Bernis dont la vie fut si bien remplie nous a laissé pour mieux le connaître et surtout avoir une idée de sa conception du pouvoir politique et de son exercice des Mémoires malheureusement inachevés aujourd’hui d’un accès facile2. Rédigés dans une période où "tout bascule"3, y compris dans le mouvement des idées politiques et des mentalités, ces Mémoires constituent comme le testament politique de l’homme d’État. Certes, on ne saurait y trouver une véritable conception doctrinale du pouvoir politique. Bernis n’est pas un théoricien du pouvoir mais surtout un acteur et un politique. Excellent connaisseur du système de Cour et de l’entourage du roi, Bernis parle d’ailleurs avant tout de lui-même et a surtout en vue de justifier son action. Mais en parlant de lui-même, il parle aussi des autres, dresse des portraits dans un langage toujours poli et souvent acerbe, donne des conseils à ses successeurs au ministère. Son expérience des affaires de l’État lui permet aussi de se rendre compte avec lucidité et même effroi de la fragilité d’un régime monarchique miné par les intrigues de la Cour, la faiblesse du travail gouvernemental, l’instabilité ministérielle, les affrontements stériles, une incapacité à la réforme qui devient chronique et surtout, même s’il ne le dit pas clairement, le peu de goût de Louis XV pour le dur métier de roi.

4Sans aborder les fondements religieux de la monarchie française et de sa légitimité parce qu’ils ne sauraient être remis en question, Bernis à travers ses Mémoires, nous semble préconiser plusieurs moyens de consolidation de l’édifice monarchique. Il y a d’abord le thème traditionnel du renforcement de la participation de la noblesse à la vie politique du royaume (I). Il y a aussi la question centrale des relations entre le pouvoir royal et ses parlements toujours agités par les querelles politico-religieuses (II). Enfin, à l’été 1758, alors qu’il est au faîte de sa puissance ministérielle, Bernis proposera au roi un véritable plan de réforme du gouvernement royal (III).

I – Distinguer la noblesse

  • 4 Mémoires, p. 48 et 49.
  • 5 Ibidem, p. 160 et 161.
  • 6 Ibidem, p. 157.

5Le cardinal de Bernis est profondément attaché au rôle traditionnel de la noblesse dans la société et dans l’État. Le premier chapitre des Mémoires intitulé sobrement "De ma naissance" consacre tout un développement aux origines historiques de son nom de famille : "Pierre-Bernis", fort ancien, dit-il, dans la province de Languedoc [et] cité avec distinction dans l’histoire de la première croisade. S’il reconnaît "le mérite fortuit de la naissance", il rappelle, "pour l’honneur de sa race", que les aînés ont été de grands seigneurs et que les cadets dont il descend ont été distingués par leur fidélité à leurs princes, par leur attachement à la religion catholique, par leurs services militaires et par la plus exacte probité"4. Ainsi, les Bernis portent-ils le titre de seigneurs d’une terre, "une des principales du Vivarais", située entre Nîmes et Lunel. Amené à prouver sa noblesse au moment de son entrée au chapitre noble de Lyon en 1748 dont les chanoines portent le titre de comte puis dix ans plus tard lorsqu’il deviendra commandeur dans l’ordre prestigieux du Saint-Esprit, Bernis se réjouit d’une appartenance à la noblesse5 prouvée jusqu’en 1116, ce qui lui vaudra d’accéder à la loge du roi à Versailles6 alors qu’il est encore parfaitement inconnu de tous.

  • 7 Ibidem, p. 147.
  • 8 Ibidem, p. 167.
  • 9 Ibidem, p. 79.
  • 10 Ibidem, p. 107.

6À cette noblesse à laquelle il se réfère en maints passages de ses Mémoires, Bernis associe principalement "le sens de l’honneur"7 gravé dans son âme, dit-il, depuis son enfance ainsi que "la vertu" dont il fait le principe8. Ailleurs, il évoquera "une façon de penser noble"9 ou encore "l’air le plus noble"10 qu’avait son parent, le cardinal Melchior de Polignac, l’un des négociateurs du traité d’Utrecht de 1713, dont il fréquentait assidûment la maison durant sa jeunesse famélique à Paris et qui fut peut-être son modèle.

  • 11 Ibidem, p. 145.
  • 12 Oeuvres du cardinal de Bernis, de l’Académie française, collationnées sur les textes des premières (...)

7Bernis désapprouve fermement la politique de domestication de la noblesse dont il attribue l’origine à Henri IV "qui a commencé cet ouvrage [que] Louis XIV a fini"11. Il en résulte, selon lui, "la multiplication des courtisans et des intrigues [...] beaucoup de vanités et point de vraie hauteur". Cette critique du monde impitoyable de la Cour se retrouve dans plusieurs passages des Mémoires mais aussi dans l’œuvre poétique de Bernis, ainsi dans le poème intitulé "sur la Cour" qui commence ainsi : "Heureux qui n’a point vu le dangereux séjour / où la fortune éveille et la haine et l’amour [...] les cœurs y sont émus, mais les fronts y sont calmes / Et toujours les cyprès s’y cachent sous les palmes / Théâtre de la ruse et du déguisement / Le poison de la haine y coule sourdement..." et se termine ainsi : "Fuyez de cet aspic les feux étincelants / Il vous perdra, mortels, s’il connaît vos talens"12.

  • 13 Mémoires, p. 146.

8Reprenant le thème de la décadence aristocratique, Bernis reconnaît que parmi les grands seigneurs, beaucoup sont "moins ignorants" que "du bon vieux temps"... Il y a des écrivains mais beaucoup moins de "généraux et d’habiles ministres". Bernis regrette cette évolution car dit-il "ce ne sont pas tant les livres qui forment les grands hommes, ce sont les affaires, l’élévation de l’âme et l’honneur"13.

  • 14 Jean-François Boyer (1675-1755), fils d’un avocat parisien, évêque de Mirepoix, précepteur du Dauph (...)
  • 15 Mémoires, p. 126.
  • 16 BLUCHE (F.), Louis XV, Librairie Académique Perrin, 2000, p. 187. Cette tendance à la fermeture du (...)

9Il désapprouve aussi la politique menée dans le recrutement épiscopal par Jean-François Boyer14, successeur du cardinal de Fleury à la Feuille des bénéfices qui "n’aimait pas la noblesse et préférait être trompé par des gens obscurs"15 alors même que "de 1743 à 1774, au temps du règne personnel (de Louis XV), il n’y aura que trois roturiers sur cent quarante-cinq nouveaux prélats"16

  • 17 Sur le thème des rites et stratégies relatifs aux alliances dans la noblesse, voir : CHAUSSINAND-NO (...)
  • 18 Mémoires, p. 162-163.

10Afin d’éviter les mésalliances17 en occupant des fils de la noblesse, Bernis recommande même la création de chapitres nobles18 à côté d’autres chapitres cathédraux dont les chanoines proviendraient de la roture, ce qui marque son attachement à la notion de dignité et de rang social.

  • 19 Ibidem, première partie, chapitre XXIII, De la noblesse, p. 163 à 171.

11Bernis consacre tout un chapitre de ses Mémoires à la noblesse19. Après avoir concédé qu’ "aux yeux de la raison, il n’y a point d’autre noblesse que celle des sentiments et des vertus", il entreprend une réflexion sur l’idée de noblesse à laquelle se joint nécessairement celle de liberté et de puissance. Ainsi passe-t-il en revue, de manière méthodique, les différents attributs de la noblesse : la profession militaire ou législative, l’ancienneté de la race, l’illustration acquise par la grandeur des emplois exercés ou celle des alliances contractées, le pouvoir et la domination sur quelque partie de l’État, enfin la pureté et l’authenticité de la noblesse. Ces différents critères lui permettent de distribuer la noblesse en onze classes différentes depuis les descendants des maisons souveraines jusqu’aux anoblis récents, en accordant une grande place aux mérites, qu’il s’agisse bien sûr de la valeur militaire mais aussi du service du Prince et de l’État à travers la magistrature, les arts libéraux, les professions de santé et toutes celles utiles à la vie économique. Il ne peut s’empêcher toutefois d’éprouver la plus grande répugnance à l’égard de ceux qui ont acquis la noblesse par de l’argent car "rien n’est plus ignoble, dit-il, que d’obtenir le prix de la vertu avec de l’argent qui est le plus souvent le fruit du vice". La profession des armes et l’administration de la justice devraient, à ses yeux, constituer des "sources assez fécondes" pour remédier à l’épuisement des anciennes familles, ajoutant même qu’ "il faut bien un siècle pour décrasser un roturier de la rouille de la roture".

  • 20 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1371.
  • 21 Mémoires, p. 501.
  • 22 Ibidem, p. 166.

12Très sensible aux dangers que constituent la mésalliance qui est un "mélange impur de sang noble et roturier" et la dérogeance, Bernis se tourne vers le roi, protecteur naturel de la noblesse pour qu’il lui assure "une distinction convenable des emplois et des dignités qui lui fassent préférer, comme autrefois, l’honneur à l’argent". Encore faut-il que la véritable noblesse réponde aux sollicitations royales en particulier pour tout ce qui concerne le service de l’État. Ainsi est amorcée une évolution importante selon laquelle la noblesse de Cour s’empare de la monarchie administrative20. Et Bernis de critiquer l’attitude du maréchal de Belle-Isle, prisonnier des vieilles mentalités nobiliaires qui était, dans "la vieille erreur qu’un duc et pair et un maréchal de France ne pouvait pas, sans déroger, être secrétaire d’État, comme s’il était au-dessous de quelque dignité que ce soit de gouverner un grand royaume"21. "Rien n’étant plus noble que de rendre la justice"22, Bernis attache également une grande importance à ces grands juges royaux que sont les membres du parlement eux aussi associés très étroitement à l’essence même de la monarchie française.

II – Gouverner les parlements

  • 23 ANTOINE (M.), Louis XV, Fayard, 1989, réédition Hachette, Pluriel, Paris, 1991, p. 712. Voir égalem (...)

13Bernis entre au Conseil d’en haut le 2 janvier 1757, trois jours seulement avant l’attentat de Damiens dans lequel on a pu voir l’un des "fruits de la haine"23 des milieux parlementaires les plus exaltés dont l’idéologue fut l’avocat Le Paige qui avait fait paraître quatre ans plus tôt ses Lettres historiques sur les fonctions essentielles du Parlement.

  • 24 Mémoires, deuxième partie, chapitre XXIX, Des affaires du Parlement au mois de décembre 1756 et de (...)

14Toute l’année 1756 avait été marquée, écrit Bernis qui consacre deux chapitres aux affaires du parlement par "des actes qui trahissaient le mécontentement des (Cours souveraines) et le murmure des peuples"24.

  • 25 Mémoires, p. 342.

15Les années 1750 voient en effet la résurgence de ces affaires politico-religieuses liées au jansénisme et "au zèle ardent et un peu soupçonneux"25 des parlements pour tout ce qui concerne de près ou de loin le gallicanisme. En même temps, le ministère entreprend une grande réforme fiscale par la création de l’impôt proportionnel du vingtième et la France, avec la politique du renversement des alliances négociée par Bernis va s’engager dans la guerre de sept ans qui va nécessiter de nouvelles ressources financières et donc l’intervention des parlements.

  • 26 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 652. Bernis utilise lui-même le terme de "guerre" entre l’arch (...)
  • 27 Ibidem, p. 628. L’hôpital général englobe huit maisons de refuge et de correction dont les principa (...)
  • 28 Mémoires, p. 345.

16Au sein du Conseil du roi, l’heure est de nouveau à la fermeté. Cette politique déjà tentée sans grand succès par le cardinal de Fleury en 1732 est alors incarnée par Jean-Baptiste de Machault d’Arnouville, à la fois contrôleur général des finances et garde des Sceaux, avec les encouragements de Madame de Pompadour. Les affrontements entre le ministère et le parlement de Paris ont repris à la faveur de la nomination à l’archevêché de Paris de Stéphane de Beaumont qui réactive, avec le soutien du roi, une politique ouvertement anti-janséniste. La "guerre des billets de confession"26 puis l’affaire de l’hôpital général, "l’une des administrations les plus importantes de la capitale et de sa banlieue"27 dont la surintendance est retirée au parlement de Paris, l’affaire des filles-hospitalières du faubourg Saint-Marcel "ranimèrent", selon Bernis qui fait preuve d’une grande complaisance à l’égard de nombreux dérèglements de discipline constatés dans ces maisons, "les germes presque éteints des divisions et du fanatisme"28.

  • 29 Ibidem.
  • 30 Le deuxième édit prévoit les dispositions suivantes : compétence exclusive de la grand’Chambre pour (...)
  • 31 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 928.
  • 32 Mémoires, p. 361.

17Machault se lance à la fin de l’année 1756 dans l’entreprise jugée "téméraire" par Bernis de vouloir "tout d’un coup par l’emploi de la force et de l’autorité enchaîner les corps les plus nerveux et les plus puissants de l’État"29. Par lit de justice du 13 décembre 1756 sont enregistrés trois édits concernant, le premier, les matières ecclésiastiques et en particulier la bulle Unigenitus et les refus de sacrements, et les deux autres plus directement le parlement. Outre la suppression de la troisième et de la quatrième chambres des enquêtes, cette réforme modifie la discipline intérieure du parlement30 dans un sens favorable à la grand’Chambre -dont on espère le soutien- et surtout dans le sens d’une limitation du droit de remontrance et de l’interdiction de la cessation du service de la justice. Mal préparé, ce coup de force qui annonçait le "coup de majesté"31 de Maupeou devenu chancelier en 1771 mais qui, en 1756, est premier président du parlement de Paris et donc dans une fonction très différente, entraîna "un trouble extrême dans Paris"32 et son dénouement avec l’attentat contre le roi.

  • 33 Ibidem, p. 353.
  • 34 Ibidem, p. 380.
  • 35 Ibidem, p. p. 364.
  • 36 Ibidem, p. 353.
  • 37 KRYNEN (J.), "Une assimilation fondamentale. Le Parlement "Sénat de France", dans A Ennio Cortese, (...)
  • 38 Mémoires, p. 351.
  • 39 Sur la doctrine parlementaire de la monarchie, consulter : RENOUX-ZAGAME (M.-F.), "Du juge-prêtre a (...)
  • 40 Mémoires, p. 351-352.
  • 41 Malesherbes, Remontrances de la Cour des Aides de Paris, 18 février 1771, publiées par BADINTER (E. (...)
  • 42 Ibidem, p. 352.
  • 43 Ibidem, p. 342.
  • 44 Ibidem, p. 356.

18Rompant avec cette tactique d’affrontement, la politique de Bernis qui aura la haute main sur les affaires de l’Église et celles du parlement et dont le principe sera d’éviter le choc de ces deux grands corps pour le bien de l’État sera celle de la concertation et du ménagement. Les termes qu’il emploie dans ses Mémoires, sont ceux "de confiance et de concert"33 ou encore de "communication et de concert"34. Alors qu’il n’a jamais "vécu avec les gens de robe"35 Bernis a une haute idée de la magistrature et considère que le parlement est "la partie de la Nation qui a conservé le plus de mœurs et d’intégrité"36. Sans se prononcer sur la nature exacte des relations nouées entre la monarchie et les parlements, ni utiliser l’assimilation fondamentale entre le parlement et le Sénat romain37, Bernis considère que ce sont "des corps qui ont jeté de [...] profondes racines dans les fondements de la monarchie"38. Il n’est donc pas éloigné des thèses fréquemment développées et depuis longtemps39 dans les milieux parlementaires favorables à la consubstantialité entre la monarchie et les parlements, ces derniers étant les détenteurs de toutes leurs prérogatives traditionnelles depuis l’administration de la justice jusqu’à la participation légitime à la puissance législative royale par l’exercice effectif du droit de remontrance. Leur existence même avec leurs fonctions essentielles ne saurait donc être mise en cause sous peine de changer de régime. "Les détruire serait passer de la monarchie au despotisme" car il est nécessaire de "mettre un frein au despotisme des ministres, d’éclairer quelquefois leur ignorance, de rectifier leurs fautes et de remédier aux caprices des favoris, tout en parant aux inconvénients des minorités des princes"40. Tout en reconnaissant ce rôle éminent des parlements dans la Constitution de l’État, sans aller jusqu’à présenter les parlementaires comme "les Ministres des lois"41 Bernis considère qu’après avoir été suffisamment éclairé, le roi doit être "le maître dans son royaume"42. Afin de ne pas compromettre "la toute-puissance et indépendance royale", il est donc nécessaire également de "renfermer infailliblement les parlements dans les limites de leurs fonctions essentielles"43. Il déplore la fermentation des esprits dans certains milieux parlementaires, considère comme excessive la théorie de l’union des classes, ce "système d’un seul parlement en France dont chaque parlement n’est qu’une portion ou classe particulière" ou encore la propension à éclaircir "le mystère de l’incarnation du parlement avec le Roi et [...] l’espèce de procession de puissance souveraine résultante de cette union merveilleuse"44

  • 45 Ibidem, p. 350.

19À ces considérations doctrinales somme toute équilibrées, il ajoute certains arguments de bon sens considérant qu’il n’est pas envisageable de "supprimer en une seule fois tous les parlements de France"... parce que cela "occasionnerait un ébranlement général [...] de la machine de l’État"45, ni même de rembourser, faute de moyens financiers les charges des magistrats protégés par le statut patrimonial de l’office, ou encore de se passer de leur intervention pour l’enregistrement des édits bursaux surtout en tant de guerre.

  • 46 Ibidem, p. 344.
  • 47 Ibidem, p. 369 et p. 374.

20Bernis condamne donc le recours à la voie autoritaire que le ministère a été parfois tenté d’utiliser à l’égard des parlements, qu’il s’agisse de la multiplication des lits de justice, des lettres de cachet, des mesures d’exil prises à l’encontre des parlementaires les plus en vue. Il considère même que l’on "compromet l’autorité royale par des actes peu réfléchis et par des reculades indécentes, que c’est affaiblir la monarchie que "d’exposer l’autorité du Roi aux résistances des parlements"46. Afin de ramener la paix dans les relations entre le pouvoir royal et ses parlements, il conseillera à Louis XV, avec succès en septembre 1757 de réunir le parlement de Paris à Versailles et de parler aux magistrats "en père plutôt qu’en maître"47, en pardonnant les résistances pourvu qu’ils reprennent le service judiciaire, étant sauf le droit de remontrance.

  • 48 Ibidem, p. 350.
  • 49 Ibidem, p. 349.
  • 50 Ibidem, p. 353.
  • 51 Ibidem, p. 380.
  • 52 ROYER (J.-P), Histoire de la Justice en France, PUF, collection droit fondamental, Paris 1995, p. 1 (...)
  • 53 Mémoires, p. 378.
  • 54 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1203.
  • 55 FELIX (J.), Finances et politique au siècle des Lumières, le ministère L’Averdy 1763-1768, Comité p (...)
  • 56 Mémoires, p. 379.

21Selon Bernis, "un ministre sage et éclairé doit essayer d’abord de prévenir les affaires ou les conduire de manière que le Roi, le clergé et les parlements ne se trouvent jamais en opposition"48. "Il faut [aussi] arrêter dès l’origine celles qui peuvent agiter le parlement, surtout celui de Paris qui donne le ton à la province"49 et reçoit le soutien du public contre l’exil des magistrats et toutes les mesures d’autorité. Il faut surtout avoir de grands ménagements pour les parlementaires. "On peut tout faire avec eux par la douceur, la sagesse et en suivant les règles et les formes"50. C’est ainsi qu’il interviendra pour que Damiens soit jugé par la grand’Chambre du parlement de Paris et non par la prévôté de l’hôtel ordinairement compétente pour la police et la justice dans l’enceinte des demeures royales ni par une commission de conseillers d’État et de maîtres des requêtes (déjà constituée) pour montrer que le roi "[avait] égard à la fidélité de la grand’Chambre". Il préconise également de discuter des édits et des déclarations, avant leur présentation officielle avec les membres les plus sages des parlements, de convenir avec eux de l’époque de leur présentation, de la forme et du fond, de prendre le temps de répondre aux objections. Enfin, comme l’intérêt gouverne le monde, Bernis suggère de récompenser les parlementaires dévoués au bien de l’État par des distinctions méritées, d’utiliser "les honneurs et la fortune pour donner aux magistrats des débouchés selon le mérite"51 Ainsi les parlementaires seront-ils plus enclins à soutenir les réformes proposées par le gouvernement royal qui saura récompenser leur travail et leurs talents plutôt que d’entrer dans une opposition stérile encouragée par l’absence réelle de possibilité de promotion. A une époque où les charges de judicature notamment dans les Cours souveraines connaissent "une baisse constante et grave"52 de leur valeur vénale et donc de leur prestige, il y avait là un argument de poids dans cette tentative de pacification des relations entre le pouvoir royal et les parlements. Mathieu Molé, président à mortier au parlement de Paris et l’un des interlocuteurs de Bernis, avec le président d’Ormesson et Joly de Fleury lors de la crise de 1757, succédera à Maupeou dans la fonction convoitée de premier président du parlement de Paris53 et continuera cette politique de concertation même après le départ de Bernis, ainsi en 1760 pour opérer une combinaison de la législation fiscale entre le contrôleur général Bertin et les chefs de l’opposition parlementaire54. Le conseiller Murard sera également nommé à la présidence de la chambre des enquêtes55. De la même manière, Bernis n’hésitera pas à faire appel aux parlementaires qui avaient été exilés pour des nominations d’intendants aux colonies et dans les provinces56.

22Les relations entre le pouvoir royal, les parlements et l’Église étant apaisées par cette politique de conciliation, sorte de troisième voie entre celle de l’autorité et celle de la soumission aux volontés des grands juges, Bernis allait ensuite s’attacher à une grande réforme du travail gouvernemental.

III – Renforcer le gouvernement

  • 57 Ibidem, p. 190.
  • 58 Ibidem, p. 235-236.
  • 59 Ibidem, p. 299.
  • 60 Ibidem, p. 421.
  • 61 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 735.
  • 62 Mémoires, p. 519.
  • 63 Après la bataille de Creveld (23 juin 1758), les alliés font retraite grâce à une diversion en Hess (...)

23De retour à Versailles à l’été 1755 après son ambassade de Venise où il s’était appliqué à acquérir "la réputation d’un ambassadeur le mérite"57, Bernis se dit effrayé de la situation de l’État. Sans doute, accentue-t-il les traits dans ses Mémoires pour augmenter, par un effet de contraste, l’ampleur du redressement qu’il tentera de réaliser au ministère. "Les finances du royaume [...] n’avaient que l’apparence de la bonne administration ; car, depuis le traité Aix-la-Chapelle, l’État avait dépensé tous les ans bien au-delà de ses revenus [...] tout l’argent du royaume se trouvait entre les mains des financiers. Le commerce était florissant, mais sans protection de la part de la marine guerrière [...] Notre milice, quoique assez nombreuse, n’était ni bien composée ni bien disciplinée, et nos places frontières mal pourvues et mal réparées [...] Point d’union dans le Conseil, guerre ouverte entre M. d’Argenson et M. de Machault [...] le débordement du luxe le plus scandaleux, la misère du peuple, nulle vraie lumière dans le Conseil, aucun courage de citoyen à la Cour, nuls généraux de terre ni de mer à la veille de la guerre"58. Issu de l’entourage de Madame de Pompadour, Bernis est choisi par le roi pour la négociation délicate et secrète du renversement des alliances sur l’échiquier européen qui devait se conclure par "ce chef d’œuvre de sagesse et de politique"59 que fut, selon Bernis, la signature du traité de Versailles le 1er mai 1756. Artisan de ce rapprochement entre la France et l’Autriche qui allait entraîner la guerre de sept ans contre la Prusse de Frédéric II, Bernis connaît alors une ascension politique rapide. Pressenti d’abord pour l’ambassade de Madrid, le roi l’appelle à siéger au Conseil d’en haut au début de l’année 1757 avec rang de ministre d’État puis il devient le 28 juin secrétaire d’État aux Affaires étrangères, "charge dont il remplissait les principales fonctions depuis deux ans"60, puisque le titulaire officiel Rouillé avait été progressivement dépossédé au profit de Bernis de ses principales attributions. Cette désignation constituait elle-même un tournant dans l’histoire gouvernementale en inaugurant l’entrée en force de la noblesse d’épée aux secrétariats d’État61. Gardant le contrôle des affaires de l’Église et des parlements, Bernis dit s’occuper sérieusement au Conseil de quatre choses : "mettre une forme dans le gouvernement, soulager la finance, forcer la Cour de Vienne à la paix pour l’hiver 1759 et prévoir les moyens pour le cas où la guerre continuerait"62. Il n’hésite d’ailleurs pas à intervenir dans la conduite militaire de la guerre63

  • 64 Mémoires, p. 242.
  • 65 Ibidem, p. 246.

24Depuis longtemps, il déplore que l’on ait abandonné le système de méritocratie instauré par Louis XIV pour le jeu des coteries, des ambitions personnelles et des intrigues ministérielles. "Les affaires les plus graves, écrit-il, sont traitées comme dans un café"64. Il compare la France à "un homme blessé" et regrette "l’espèce de léthargie dont le gouvernement est attaqué"65.

  • 66 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1143.
  • 67 Ibidem, p. 176.
  • 68 La famille des Phelipeaux monopolise la charge de secrétaire d’État à la Maison du roi de 1690 à 17 (...)
  • 69 Mémoires, p. 516.
  • 70 Louis de Sillery, marquis de Puysieux (1702-1771), ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères (...)

25Au sein du Conseil d’en haut, son rôle est de plus en plus influent depuis le double renvoi le 1er février 1757 du comte d’Argenson et de Jean-Baptiste de Machault qui fut certainement "l’un des grands ministres réformateurs du règne de Louis XV"66 et un "véritable homme d’État"67. Il s’y retrouve en compagnie du marquis de Paulmy qui a succédé à son oncle, le comte d’Argenson, à la Guerre, remplacé ensuite par le maréchal de Belle-Isle, de Moras qui a remplacé Machault à la Marine, titulaire également du contrôle général des finances, mais aussi du chancelier Guillaume de Lamoignon, de Rouillé, du maréchal d’Estrées et de Saint-Florentin qui fait partie de la plus importante des dynasties ministérielles, celles des Phelipeaux68. Soutenant le parti de la paix par résignation après la défaite de Rossbach (5 novembre 1757), Bernis souhaite surtout affermir le gouvernement royal. Afin de renforcer le Conseil, il demande et obtient la nomination de deux nouveaux ministres, l’un "qui soit au fait des lois et des formes"69 qui sera Berryer et "un ministre politique" en la personne de Louis de Sillery, marquis de Puysieux70.

  • 71 Mémoires, troisième partie, chapitre IV : Plan de gouvernement proposé et accepté dans l’été de 175 (...)
  • 72 BURDEAU (F.), Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Ed. Montchrestien, colle (...)
  • 73 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 747.

26À l’été 1758, Bernis présente au roi un "plan de gouvernement qui vise à remettre une direction dans les affaires du royaume"71. Il insiste dans ce mémoire sur "la nécessité de [...] l’accord et de la correspondance de toutes les parties du gouvernement [qui doivent aboutir] à un centre pour y recevoir un mouvement et une direction [commune]. Ce centre est [certes] nécessairement le Roi pour donner des ordres mais pour [lui] épargner les longues discussions nécessaires à la bonne conduite des affaires, Bernis propose que toutes les affaires de l’État soient discutées dans [des] comités composés du Conseil d’en haut et, si nécessaire de tout le Conseil, avec la participation obligatoire du contrôleur général des finances". Ces comités approfondiraient toutes les affaires intérieures et extérieures majeures sans le roi pour que les avis soient donnés plus franchement. Ils se réuniraient trois fois par semaine chez le ministre d’État le plus constitué en dignité. Toutes les décisions seraient prises à la pluralité des voix et signées par tous puis soumises au roi pour les maintenir ou les réformer. Le plan comporte également une diminution significative des dépenses de chaque département ministériel alors même que les ministères sont en pleine expansion72. Cette réduction des dépenses qui commencera par celles de la Maison du roi puis celle des Affaires étrangères que Bernis, voulant montrer l’exemple diminuera de moitié et qui devait continuer pour chaque ministère, entraînera de vives résistances car elle supposait "la mise à nu de la gestion ministérielle de chaque département"73. Par ce plan, le Conseil du roi devenait, selon Bernis "le premier ministre [du roi]. Il ne s’agissait [plus] que d’en bien choisir les membres et d’y introduire le zèle, l’expérience, la maturité et les lumières".

  • 74 Mémoires, p. 229.

27En réalité, ce plan de réforme revenait à propulser Bernis au rang au moins officieux de principal ministre. Ne remarque-t-il pas lui-même, avec quelque malice qu’ il "avait suffi de trois ans d’ambassade pour qu’il soit regardé comme le ministre le plus habile et la plus grande ressource"74. Il avait également écrit au roi "pour lui faire sentir combien il était nécessaire [...] ou de décider par lui-même ou de donner à un ministre capable l’autorité pour faire aller la machine du dedans et du dehors". Par politesse, il refusait par avance ce poste, proposait le maréchal de Belle-Isle et ajoutait même qu’à la paix, le roi pourrait toujours rétablir "la forme ordinaire du gouvernement".

  • 75 Même opinion exprimée par le marquis d’Argenson dans son journal, citée par Bernis dans ses Mémoire (...)

28Convaincu avec d’autres75 de la nécessité de faire appel à un principal ministre surtout en tant de guerre alors même que Louis XV n’avait que peu de goût pour le travail, Bernis rappelle que le cardinal de Fleury gouverna la France "avec tout le pouvoir d’un premier ministre et toute la simplicité d’un favori modeste. Il eut tout le pouvoir d’un premier ministre sans en avoir ni le nom, ni la représentation. Jamais ministère ne fut plus long, plus absolu ni moins orageux". Il reprend à son compte les observations du cardinal de Fleury qui, dans une lettre au cardinal de Tencin écrit : "un principal ministre n’a pas besoin d’avoir la connaissance approfondie de toutes les affaires que les différents départements sont chargés de débrouiller [...] Il ne lui faut qu’un esprit juste et du bon sens pour gouverner [...]".

  • 76 Bernis est déclaré cardinal par le pape Clément XIII (qu’il avait connu à Venise) le 2 octobre 1758 (...)
  • 77 Mémoires, p. 389.
  • 78 Ibidem, p. 388.
  • 79 Ibidem, p. 396.

29Si la reconnaissance par le roi d’un Premier ministre – qui ne pouvait être que Bernis en 1758 surtout à partir de son accession à la dignité cardinalice76 qui lui procurait un surcroît d’honneurs et de prestige- se justifiait du point de vue politique pour améliorer le fonctionnement de l’État, elle se heurtait concrètement à l’existence d’une puissance qui pour n’être pas à proprement parler officielle n’en était pas moins réelle : Madame de Pompadour. Maîtresse du roi durant quelques années à partir de 1745, elle était ensuite restée sa confidente privilégiée. Menacée au moment de l’attentat de Damiens, ..."elle se rassit sur le trône, avec autant d’assurance et peut-être plus qu’auparavant"77. "Dépositaire des secrets de l’âme du roi"78 [...] elle était au fait de toutes les affaires [et] des secrets de l’État [...]"79. Ce n’était pas une (simple) maîtresse à renvoyer... Le véritable premier ministre du roi était donc la marquise de Pompadour à laquelle Bernis devait tout et qui est naturellement très présente dans ses Mémoires.

  • 80 Ibidem, p. 158. Maurepas fait lui aussi partie de la famille des Phelipeaux.
  • 81 Ibidem, p. 516. Elle s’oppose même à la nomination du duc de Nivernais, "comme parent et ami de Mau (...)
  • 82 Ibidem, p. 178 et p. 235.
  • 83 Ibidem, p. 402. "Les malheurs de la France commencèrent dès cette époque", ajoute Bemis.
  • 84 Ibidem, p. 177.
  • 85 Ibidem, p. 387.
  • 86 Ibidem, p. 420.
  • 87 Ibidem, p. 517.
  • 88 Ibidem, p. 414.
  • 89 Ibidem, p. 418.
  • 90 Ibidem, p. 370.
  • 91 Ibidem, p. 398.
  • 92 Ibidem, p. 399.
  • 93 Ibidem, p. 255.
  • 94 Ibidem, p. 305, note 1.
  • 95 Ibidem, p. 423 et p. 466.
  • 96 Ibidem, p. 471.
  • 97 Ibidem, p. 427.
  • 98 Ibidem, p. 469.
  • 99 Ibidem, p. 501.
  • 100 Ibidem, p. 428.

30Au centre de toutes les intrigues de Cour, Madame de Pompadour fait et défait les ministres. Elle obtient en 1749 la disgrâce de Maurepas "dont le système était de ne dépendre en rien des favorites"80 et s’oppose à son retour aux affaires en 1758 lorsque Bernis demande un renforcement du gouvernement81. Elle obtient ensuite le renvoi du prince de Conty qui "avait un département universel sans être [officiellement] ministre" et qui était "brouillé ouvertement avec la marquise"82. Elle joue un rôle décisif dans le double renvoi le 1er février 1757 du marquis d’Argenson et de Machault, qui fut une "faute capitale"83. Ce dernier pourtant, après avoir déplu à Madame de Pompadour, "avait trouvé le secret non de lui plaire mais de la gouverner sur les affaires de l’État"84. Il était accoutumé à "rendre compte sur le champ [à la marquise] de ce qui s’était passé entre le Roi et lui"85. De même, la voit-on intervenir avec la complicité active de Choiseul pour conserver à Rouillé la surintendance des postes et provisoirement sa place au Conseil à condition qu’il démissionne de sa fonction de secrétaire d’État aux Affaires étrangères86 au profit de Bernis en juin 1758 ou encore pour faire entrer Berryer au Conseil et le faire nommer ministre de la Marine et garde des Sceaux87 Madame de Pompadour fait nommer également des ambassadeurs : Bernis à Venise pour succéder à Chavigny à la fin de l’année 1751, Choiseul à Vienne88 avant de lui obtenir la succession de Bernis aux Affaires étrangères. Ce dernier dit craindre, s’il est nommé secrétaire d’État, que la marquise veuille nommer aux ambassades et corresponde directement avec les ambassadeurs89. Elle entretient également une correspondance avec Maupeou90 alors premier président du parlement de Paris et Bernis doit passer par elle pour que le dauphin siège au Conseil après l’attentat de Damiens91. L’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche s’adresse à elle pour proposer le traité d’union avec la France92 Le premier entretien secret de Bernis avec l’ambassadeur de Vienne : Staremberg a lieu en présence de Madame de Pompadour93. D’Argenson présente d’ailleurs l’alliance avec Vienne comme "l’ouvrage" de la marquise, une "pure affaire de Cour et de femmes [...] où les intérêts de l’État ont été mis de coté"94, ce qui est excessif car Louis XV a désiré ce rapprochement des deux grandes puissances catholiques contre Frédéric II et les États protestants. Durant la guerre avec la Prusse, Madame de Pompadour veut à tout prix que le commandement de l’armée soit confié au prince de Soubise95 à la place du maréchal d’Estrées. Elle éprouve de "l’inimitié"96, voire de la "haine"97 à l’égard du maréchal de Richelieu qu’elle parvient à faire rappeler98 et remplacer par le comte de Clermont, prince du sang. Elle veut faire nommer le marquis de Contades99 à la Guerre puis lui obtient le commandement de l’armée d’Allemagne. Elle assiste à la lecture du plan de guerre de Pâris-Duverney100 en présence du roi et du marquis de Paulmy, alors en charge de la Guerre.

  • 101 Ibidem, p. 484.
  • 102 Ibidem, p. 388.
  • 103 Ibidem, p. 481-482.
  • 104 Ibidem, p. 400.
  • 105 Ibidem, p. 521-522.

31Aux yeux de Bernis, la marquise "sans en avoir le titre, était effectivement le premier ministre du Roi"101 Ce système qui faisait d’elle "le centre de [ses] ministres"102 se révéla catastrophique, d’abord parce que le roi, peu enclin à gouverner, se détournait de l’exercice effectif de la puissance souveraine, ensuite parce que la marquise "voyait en enfant les affaires de l’État"103 et consultait beaucoup plus "l’intérêt de sa vengeance ou de son amour-propre"104 que celui de l’État. Tout le plan que Bernis proposait au roi à l’été 1758 consistait donc "à lui ôter les rênes du gouvernement pour les remettre au Conseil du roi". Concrètement, la marquise de Pompadour ne conservait que "le rôle [...] réduit [de] remettre au Roi chaque décision des comités signée par les ministres...[parce qu’] il était juste et raisonnable de l’empêcher de décider à sa fantaisie des affaires de l’État"105.

  • 106 Ibidem, p. 513.
  • 107 MEYER (J.), La France moderne. Histoire de France, t. 3, Fayard, Paris 1985, p. 278.

32En abandonnant le portefeuille des Affaires étrangères à Choiseul et en gardant le contrôle des affaires du clergé et du parlement, avec rang de ministre d’État, Bernis, devenu cardinal marchait sur les traces de Richelieu, Mazarin et Fleury et aspirait à devenir le principal ministre du roi, quoiqu’il s’en défende dans ses Mémoires. En osant s’opposer à la marquise de Pompadour dont il voulait désormais s’affranchir pour le bien de l’État, Bernis avait certainement surestimé la stabilité de sa position. "Moitié par légèreté, moitié par amour-propre et jalousie de pouvoir, Madame de Pompadour sollicita [sa disgrâce] avec, dit Bernis, une importunité à laquelle le Roi céda enfin"106. Il est vrai également que Louis XV semblait répugner à nommer un principal ministre, certainement conscient des "inconvénients du système du ministériat" qui pouvait apparaître à la fois "comme une usurpation de la monarchie [...] et une menace de tyrannie", une sorte "d’absolutisme par procuration"107. Peu de temps après la remise par le roi en grande pompe du chapeau de cardinal, Bernis se voyait remercié et écarté du pouvoir. La disgrâce ne sera pas trop longue puisqu’il sera nommé en 1764 -année de la mort de la marquise de Pompadour- à l’archevêché d’Albi où il succéda par l’un de ces hasards de l’Histoire à Léopold Charles de Choiseul-Stainville, le propre frère de son successeur au ministère.

  • 108 BLUCHE (F.), Le despotisme éclairé, Fayard, 1969, réédition Pluriel, Paris, p. 365.
  • 109 CHAUNU (P.), La civilisation de l’Europe des Lumières, Les grandes civilisations, Arthaud, Paris 19 (...)
  • 110 FÉLIX (J.), Finances et politique au siècle des Lumières, Le ministère L’Averdy, op. cit., p. 95.

33Dans ses fonctions ministérielles qu’il n’occupa que deux ans, Bernis a fait preuve d’une grande intelligence et de l’art consommé du diplomate-né qu’il était. On le dit aussi de caractère émotif, presque sentimental, plus sensible aux dignités qu’à l’exercice de l’autorité et de la puissance souveraine. C’est que sa conception de la monarchie française est fort éloignée du despotisme même éclairé pourtant si fort à la mode en Europe à cette époque. Ce régime est en effet beaucoup plus absolutiste que la monarchie française même si l’une de ses originalités réside dans "l’imitation politique [...] de la France du grand siècle"108 qui est restée "le modèle de la monarchie administrative"109. Bernis est favorable à une monarchie paternelle, appuyée sur les corps intermédiaires traditionnels que sont la noblesse, l’Église, les parlements, ce qui ne va pas à ses yeux sans un renforcement de l’activité gouvernementale. Trop heureux de rester à Rome où il représentera avec faste la plus grande puissance européenne qu’est encore la France, Bernis ne reprendra jamais sa carrière ministérielle interrompue. Il eut pourtant des continuateurs, en particulier le contrôleur général L’Averdy qui fut son "admirateur" et son "disciple"110. Se tenant volontairement à l’écart des bouleversements révolutionnaires qu’il réprouve, il restera fidèle jusqu’à la mort à cette conception d’une monarchie dont la légitimité traditionnelle semblait exclure à ses yeux tout recours à la force.

Notes

1 D’une bibliographie abondante, on retiendra surtout : MASSON (F.), Les Mémoires et les lettres du cardinal de Bernis, Plon et Nourrit, 1878, ainsi que du même auteur : Le cardinal de Bernis depuis son ministère (1758-1794), Plon, Paris 1884 ; BREILLAT (P), Esquisse du cardinal de Bernis, Ed. du Languedoc, Albi 1946 ; VAILLAND (R.), L’éloge du cardinal de Bernis dans le Regard Froid, Fasquelle, 1956 (rééd. Grasset 1988) ; SUDREAU (J.), "François-Joachim de Pierre de Bernis", in Travaux de recherche de la Faculté de droit et des sciences économiques, PUF, série "Sciences historiques" n° 15, Paris 1969 ; DAHOUI (S.), Le cardinal de Bernis ou la royauté du charme, Ed. Lienhart, Aubenas 1972 ; VAILLOT (R.), Le cardinal de Bernis, la vie extraordinaire d’un honnête homme, Albin-Michel, Paris 1985 ; ROUART (J.-M.), Bernis, le cardinal des plaisirs, Gallimard, Paris 1998 ; DESPRAT (J.-P.), Le Cardinal de Bernis 1715-1794, la belle ambition, Perrin, Paris 2000.

2 On se référera à l’édition des Mémoires du cardinal de Bernis publiée au Mercure de France, Le Temps retrouvé, 1980 et 1986, avec la préface de J.-M. ROUART et les notes de P. BONNET, reprise dans l’édition de poche en 2000 (les renvois indiqués dans cet article seront effectués à partir de cette dernière édition). Ces Mémoires qui ont été dictés à la fin des années 1750 et au début de la décennie suivante par Bernis à sa nièce, la marquise du Puy-Montbrun se présentent en trois parties. La première correspond à la période de sa vie allant de da naissance à l’ambassade de Venise (27 chapitres), la deuxième correspond à sa carrière publique de 1752 à la fin de 1757 (43 chapitres) et la troisième s’interrompt brutalement après un chapitre consacré à la suppression des Jésuites en France (7 chapitres).

3 RICHET (D.), La France moderne, l’esprit des institutions, Flammarion, collection Champs, Paris 1973, p. 151.

4 Mémoires, p. 48 et 49.

5 Ibidem, p. 160 et 161.

6 Ibidem, p. 157.

7 Ibidem, p. 147.

8 Ibidem, p. 167.

9 Ibidem, p. 79.

10 Ibidem, p. 107.

11 Ibidem, p. 145.

12 Oeuvres du cardinal de Bernis, de l’Académie française, collationnées sur les textes des premières éditions et classées dans un ordre plus méthodique, chez N. Delangle, Editeur, Paris 1825, p. 324-325.

13 Mémoires, p. 146.

14 Jean-François Boyer (1675-1755), fils d’un avocat parisien, évêque de Mirepoix, précepteur du Dauphin est titulaire de la feuille des bénéfices de 1743 à 1755, continue la politique antijanséniste du cardinal de Fleury. Cf. VIGUERIE(J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, 1715-1789, Ed. Robert Laffont, collection Bouquins, Paris 1995, p. 787.

15 Mémoires, p. 126.

16 BLUCHE (F.), Louis XV, Librairie Académique Perrin, 2000, p. 187. Cette tendance à la fermeture du haut-clergé et à la jonction entre clergé et noblesse, qui constitue l’un des aspects de la réaction nobiliaire se poursuit sous le règne de Louis XVI qui ne "fait évêque aucun roturier". Cf. BLUCHE (F.), L’Ancien Régime, Institutions et société, Ed. de Fallois, 1993, Le livre de poche, références, p. 124.

17 Sur le thème des rites et stratégies relatifs aux alliances dans la noblesse, voir : CHAUSSINAND-NOGARET (G.), La noblesse au XVIIIe siècle. De la féodalité aux Lumières, Ed. Hachette, Paris 1976 et Ed. Complexe, 1984, notamment le chapitre VI, p. 163-179.

18 Mémoires, p. 162-163.

19 Ibidem, première partie, chapitre XXIII, De la noblesse, p. 163 à 171.

20 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1371.

21 Mémoires, p. 501.

22 Ibidem, p. 166.

23 ANTOINE (M.), Louis XV, Fayard, 1989, réédition Hachette, Pluriel, Paris, 1991, p. 712. Voir également la rubrique : "Damiens" dans le Dictionnaire de J. de VIGUERIE, op. cit., p. 894.

24 Mémoires, deuxième partie, chapitre XXIX, Des affaires du Parlement au mois de décembre 1756 et de tout ce qui a rapport à cet objet pendant mon ministère, p. 341- 367 et chapitre XXX, Suite du précédent, p. 367-381. Le chapitre XXXI est relatif au crime de Damiens p. 381-398.

25 Mémoires, p. 342.

26 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 652. Bernis utilise lui-même le terme de "guerre" entre l’archevêque de Paris et le parlement, Mémoires, p. 348.

27 Ibidem, p. 628. L’hôpital général englobe huit maisons de refuge et de correction dont les principales sont la Pitié, Bicêtre et la Salpétrière.

28 Mémoires, p. 345.

29 Ibidem.

30 Le deuxième édit prévoit les dispositions suivantes : compétence exclusive de la grand’Chambre pour la police générale ; permission nécessaire de la grand’Chambre pour assembler les chambres, nulle dénonciation que par le procureur général ; point de voix délibérative dans les assemblées des chambres avant dix ans de service ; point de dispense avant l’âge de vingt-cinq ans ; défense de cesser de rendre la justice, sous peine de désobéissance.

31 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 928.

32 Mémoires, p. 361.

33 Ibidem, p. 353.

34 Ibidem, p. 380.

35 Ibidem, p. p. 364.

36 Ibidem, p. 353.

37 KRYNEN (J.), "Une assimilation fondamentale. Le Parlement "Sénat de France", dans A Ennio Cortese, scritti promossi da Domenico Maffei, Il Cigno Edizioni, Roma 2001, t. II, p. 208-223.

38 Mémoires, p. 351.

39 Sur la doctrine parlementaire de la monarchie, consulter : RENOUX-ZAGAME (M.-F.), "Du juge-prêtre au roi-idole. Droit divin et constitution de l’État dans la pensée juridique française à l’aube des temps modernes", dans Le droit entre laïcisation et néo-sacralisation, dir. J.-L. THIREAU, PUF, Paris 1997, p. 143-186.

40 Mémoires, p. 351-352.

41 Malesherbes, Remontrances de la Cour des Aides de Paris, 18 février 1771, publiées par BADINTER (E.), Remontrances de Malesherbes, 1771-1775, Flammarion, collection Champs, Paris 1985, p. 152.

42 Ibidem, p. 352.

43 Ibidem, p. 342.

44 Ibidem, p. 356.

45 Ibidem, p. 350.

46 Ibidem, p. 344.

47 Ibidem, p. 369 et p. 374.

48 Ibidem, p. 350.

49 Ibidem, p. 349.

50 Ibidem, p. 353.

51 Ibidem, p. 380.

52 ROYER (J.-P), Histoire de la Justice en France, PUF, collection droit fondamental, Paris 1995, p. 126.

53 Mémoires, p. 378.

54 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1203.

55 FELIX (J.), Finances et politique au siècle des Lumières, le ministère L’Averdy 1763-1768, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, Etudes générales, Paris 1999, p. 107, note 57.

56 Mémoires, p. 379.

57 Ibidem, p. 190.

58 Ibidem, p. 235-236.

59 Ibidem, p. 299.

60 Ibidem, p. 421.

61 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 735.

62 Mémoires, p. 519.

63 Après la bataille de Creveld (23 juin 1758), les alliés font retraite grâce à une diversion en Hesse proposée par Bernis qui souligne gu’ "il est remarquable que ce soit le ministre des Affaires étrangères et un homme d’Eglise qui ait proposé cette diversion à un maréchal de France chargé du détail de la guerre", Mémoires, p. 508.

64 Mémoires, p. 242.

65 Ibidem, p. 246.

66 VIGUERIE (J. de), Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, op. cit., p. 1143.

67 Ibidem, p. 176.

68 La famille des Phelipeaux monopolise la charge de secrétaire d’État à la Maison du roi de 1690 à 1775.

69 Mémoires, p. 516.

70 Louis de Sillery, marquis de Puysieux (1702-1771), ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1747-1751), membre du Conseil d’en haut de 1750 à 1756 puis de 1758 à 1763.

71 Mémoires, troisième partie, chapitre IV : Plan de gouvernement proposé et accepté dans l’été de 1758, p. 519 à 526.

72 BURDEAU (F.), Histoire de l’administration française du 18e au 20e siècle, Ed. Montchrestien, collection Donnat Droit public, Paris 1989, p. 25 à 28.

73 ANTOINE (M.), Louis XV, op. cit., p. 747.

74 Mémoires, p. 229.

75 Même opinion exprimée par le marquis d’Argenson dans son journal, citée par Bernis dans ses Mémoires, p. 236, note 1.

76 Bernis est déclaré cardinal par le pape Clément XIII (qu’il avait connu à Venise) le 2 octobre 1758. Louis XV lui remet le chapeau à Versailles, le 30 novembre.

77 Mémoires, p. 389.

78 Ibidem, p. 388.

79 Ibidem, p. 396.

80 Ibidem, p. 158. Maurepas fait lui aussi partie de la famille des Phelipeaux.

81 Ibidem, p. 516. Elle s’oppose même à la nomination du duc de Nivernais, "comme parent et ami de Maurepas", Mémoires, p. 517.

82 Ibidem, p. 178 et p. 235.

83 Ibidem, p. 402. "Les malheurs de la France commencèrent dès cette époque", ajoute Bemis.

84 Ibidem, p. 177.

85 Ibidem, p. 387.

86 Ibidem, p. 420.

87 Ibidem, p. 517.

88 Ibidem, p. 414.

89 Ibidem, p. 418.

90 Ibidem, p. 370.

91 Ibidem, p. 398.

92 Ibidem, p. 399.

93 Ibidem, p. 255.

94 Ibidem, p. 305, note 1.

95 Ibidem, p. 423 et p. 466.

96 Ibidem, p. 471.

97 Ibidem, p. 427.

98 Ibidem, p. 469.

99 Ibidem, p. 501.

100 Ibidem, p. 428.

101 Ibidem, p. 484.

102 Ibidem, p. 388.

103 Ibidem, p. 481-482.

104 Ibidem, p. 400.

105 Ibidem, p. 521-522.

106 Ibidem, p. 513.

107 MEYER (J.), La France moderne. Histoire de France, t. 3, Fayard, Paris 1985, p. 278.

108 BLUCHE (F.), Le despotisme éclairé, Fayard, 1969, réédition Pluriel, Paris, p. 365.

109 CHAUNU (P.), La civilisation de l’Europe des Lumières, Les grandes civilisations, Arthaud, Paris 1971, réédition 1993, p. 193.

110 FÉLIX (J.), Finances et politique au siècle des Lumières, Le ministère L’Averdy, op. cit., p. 95.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search