Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

La prise d’armes de Louis de Condé en 1562

Éric Gasparini

Note de l’éditeur

Abréviations : deux éditions des Mémoires de Condé ont servi à cette étude ; elles seront référencées ainsi :

Mémoires de Condé ou recueil pour servir à l’histoire de France, contenant ce qui s’est passé de plus mémorables dans ce royaume sous les règnes de françois II et Charles IX, Nouvelle édition, Amsterdam, aux dépens de la compagnie, 1740 ou MCA.

Mémoires de Condé, servant d’éclaircissement et de preuves à l’histoire de Monsieur de Thou, Èd. D.F. Secousse, Londres 1743 ou MCL.

Texte intégral

"Les protestants d’alors étaient d’ardents chrétiens, convaincus, mais raisonnant encore, chose fâcheuse pour la guerre civile"
Michelet, Renaissance et Réforme

  • 1 Schéma qui est largement applicable aux gentilshommes catholiques ainsi que le montre Joli CORNETTE (...)
  • 2 Ibid., p. 75 et s.
  • 3 Déclaration faicte par Monsieur le Prince de Condé pour montrer les raisons qui l’ont contraint d’e (...)

1En 1559, le coup de lance malheureux de Gabriel de Lorges, comte de Montgomery et capitaine de la Garde écossaise, a ouvert un espace à la contestation politique, dans la mesure où la mort prématurée d’Henri II et la jeunesse de ses successeurs François II et Charles IX ont provoqué un incontestable déclin de l’autorité royale. C’est dans ce contexte, renforcé par l’impossibilité de la concorde religieuse et les échecs des partisans de la tolérance civile, que se développe depuis la conjuration d’Amboise la politisation de la Réforme française, politisation qui place au premier plan la noblesse réformée. Les "Ides" de mars 1560 ont en effet révélé le mûrissement des réflexions nobiliaires sur la nature du pouvoir. À l’orée de la première guerre civile, la division religieuse apparaît ainsi pleine d’une "dérégulation globale de la société politique". L’engagement d’une partie de la noblesse dans la Réforme, sans que soit minorée la sincérité de ses aspirations religieuses, est animé par une série de mobiles politiques dont les contours peuvent être définis dans le concept de "bien public". Il s’agit en fait de retrouver les conditions permettant au second ordre de développer ses vertus civiles par la participation aux affaires du royaume1. Bien évidemment le facteur social ne saurait être occulté. Ainsi, en 1559, l’accession au pouvoir des Guises a pu également apparaître aux gentilshommes huguenots, engagés comme leurs homologues catholiques dans les rets de la relation féodo-vassalique, comme une perspective de blocage2. D’où les reproches récurrents adressés depuis au gouvernement royal, accusé de défavoriser la noblesse protestante ou encore de diviser les gentilshommes en les distinguant religieusement3

  • 4 Voir CONSTANT (J.-M), "Clans, partis nobiliaires et politiques au temps des guerres de religion", d (...)
  • 5 PASQUIER (Estienne), Lettre V à Monsieur de Fonssomme, Lettres historiques pour les années 1556-159 (...)

2Sur ce mécontentement d’une partie des nobles se greffent les tensions entre factions aristocratiques4. Estienne Pasquier, en observateur habile et prudent de ce temps, les a dénoncées : "Cecy nous est un certain prognostic que l’un & l’autre (l’un grand prince, l’autre grand seigneur) seront quelque jour conducteurs de deux contraires partis, qui ne sont encores formez"5. Ce qui conduit certains historiens contemporains à conclure à la "réquisition" de la Réforme française par quelques grands à des fins personnelles. De cette dynamique du conflit, qui emporte les efforts de conciliation des modérés, émerge du côté protestant la figure de Louis de Bourbon, prince de Condé. À partir de la mort d’Henri II, les Bourbons, qui sortent d’une longue période de mise à l’écart, s’appuient sur les circonstances pour réclamer leur place légitime au conseil du roi. On a abondamment débattu la question de savoir si l’engagement de Condé était dicté par l’adhésion sincère à la nouvelle confession ou par des intérêts politiques. Toujours est-il que que la conjuration d’Amboise, quel qu’ait été le degré d’implication du prince, l’indécision et la pusillanimité d’Antoine de Bourbon, premier prince du sang, ont placé son cadet au premier rang de la contestation nobiliaire.

  • 6 Sur la littérature politique pendant les guerres de religion, voir FRAGONARD (M.), La plume et l’ép (...)
  • 7 PASQUIER (Estienne), Lettre V à Monsieur de Fonssomme, op. cit., p. 46-47.

3La gestation du drame de 1562, qui est connue et sur laquelle il n’est pas besoin de revenir ici, est nourrie par ailleurs par une intense propagande politique6. Ecoutons Pasquier une fois encore : "Maintenant commencent à courir parmy le peuple, plusieurs livres, ou, pour mieux dire, libelles diffamatoires, tant d’une part que d’autre"7. Les conjurés d’Amboise avaient déjà pris soin de justifier leur entreprise, et il n’est pas étonnant que la prise d’armes du prince de Condé soit accompagnée par la publication de plusieurs textes dans lesquels co-existent protestation religieuse et justification politique. Cette littérature illustre les angoisses et les interrogations du temps. Elle se veut justificatrice de la révolte des religionnaires, mais elle est également porteuse des aspirations politiques de la noblesse. De fait, elle oscille constamment entre l’attachement à l’ordre existant et l’espoir d’un ordre nouveau, l’horizon politique de ses promoteurs, celui du pouvoir en définitive, semblant comme obscurci par une tension entre l’emploi de la force et le souci de la légitimité.

I – Entre refoulement théorique de la force et "devoir de révolte"

  • 8 Confession de foy au nom des Eglises du royaume de France, 1564, p. 4-5.
  • 9 YARDENI (M.), La conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1594), Nauwel (...)
  • 10 La propagande nobiliaire réformée répugne, ce qui est compréhensible, à utiliser le terme péjoratif (...)

4Dans sa Confession de foy de 1564, Calvin écrivait : "Nous avons esté contrains de nous deffendre avec les armes"8, résumant la déchirure ressentis par les réformés conduits malgré tout à porter les armes contre le roi. Le souci obsédant de légitimité9 qui imprègne la littérature condéenne de 1562 s’articule autour de deux pôles contraires : une protestation de loyalisme, et une justification de la violence qui passe par un retournement du thème de la conjuration10

– Loyalisme huguenot et défense de l’ordre légal

  • 11 Lors du "tumulte" d’Amboise, le loyalisme protestant a été mis en avant. Les partisans de La Renaud (...)
  • 12 "Déclaration faicte par Monsieur le Prince de Condé [...]", 1562, op. cit., p. 210 : "Premièrement (...)
  • 13 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 156 (...)
  • 14 "Ordonnance du comte de Montgomery prenant la qualité de gouverneur de Rouen", 1562, MCL, t. 3, p.  (...)
  • 15 "Traité d’association faicte par Monseigneur le prince de Condé avec les Princes, chevaliers de l’O (...)
  • 16 YARDENI (M.), op. cit., p. 121 : "La propagande est parfois un besoin psychologique de ceux qui la (...)

5Le titre particulièrement évocateur de la déclaration de Condé qui ouvre la première guerre civile pourrait à lui seul résumer le loyalisme des huguenots11. En effet, le prince désire faire entendre par ce manifeste les raisons qui l’ont contraint d’entreprendre "la défense de l’autorité du roi, du gouvernement de la Royne et du repos du royaume"12. Or, avec la guerre civile, le discours loyaliste enfle et atteint un paroxysme d’antinomie. Les réformés luttent certes contre les armées royales, cependant aucun d’entre eux n’a pris "les armes pour demander quelque chose au roy ny à la Royne sa mère ni au roy de Navarre", "nous ne lui demandons point diminution des droits qui lui appartiennent", "les villes qu’on dit être rebelles n’ont point changé de maître ny de seigneur : recognoissent plus que jamais l’obéissance qu’elles doivent à notre roy"13. À titre d’exemple, citons la proclamation du 23 septembre 1562 de Montgomery, passé à la Réforme, et enjoignant au nom du roi aux habitants des villes de Normandie de se placer sous la protection de celle de Rouen dont il prend la qualité de gouverneur14 et dont il assure la défense. Les réformés ne constituent pas "une ligue" mais au contraire témoignent "une fidèle et droicte obéissance pour l’urgent service & conservation de leurs majestés"15. Comment expliquer cette contradiction, qui n’est finalement qu’apparente ? Myriam Yardeni nous a donné pour la conjuration d’Amboise une grille d’interprétation qu’il semble possible d’appliquer au cas de 1562. Selon elle, les textes réformés ne doivent pas se comprendre seulement comme d’habiles manœuvres de justification faites à l’usage de l’étranger ; ils sont également destinés à renforcer la croyance des religionnaires dans le bien fondé de leur cause16.

  • 17 "Lettre de mondit sieur le Prince aux princes d’Allemagne", 1562, MCA, t. 3, p. 174.
  • 18 "Seconde déclaration de Monsieur le Prince de Condé", 1562, op. cit., p. 268.
  • 19 "Seconde déclaration de Monsieur le Prince de Condé", 1562, op. cit., p. 270 ; "Responce faicte par (...)

6D’où la nécessité, dont les réformés sont conscients, d’une déconfessionnalisation des revendications portées par leur littérature qui ne met plus seulement en scène les religionnaires et leur exigence de la liberté de conscience, mais la masse des sujets fidèles au monarque et soucieux du bien du royaume. Ainsi, l’entreprise condéenne est présentée comme ayant le soutien de "tous les principaux & plus grands seigneurs de France"17. La suite du Prince n’est pas seulement composée des gentilshommes réformés, c’est "la noblesse de France" qui s’est "en si bon nombre & si unanimement assemblée"18 Des appels sont d’ailleurs lancés vers tous "les bons & loyaux sujets de ceste couronne" afin de lui "prester aide"19.

  • 20 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé [...]", 1562, op. cit., p. 211. Cf. égalemen (...)
  • 21 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et ses associés à la Royne", 1562, MCA, p. 405.

7Un autre point d’orgue de la propagande nobiliaire réformée est le légalisme, nous utilisons le terme au risque de l’anachronisme, affiché par Condé et les siens. La prise d’armes a également pour mobile la conservation des lois . En avril 1562, Condé justifie son ordre de mobilisation des Églises réformées par le souci de "maintenir l’observation des édits & ordonnances de sa majesté"20. Comment alors juger séditieux ceux qui exposent leur vie et leurs biens "à fin que le roy demeure obey & l’aucthorité de ses édits soit conservée inviolable"21 ?

  • 22 "Qui sera donc celuy, Sire, de voz bons & loyaux subjects, qui pourra ou devra légitimement obéir a (...)
  • 23 "Les moyens de pacifier le trouble qui est en ce royaume envoyez à la Royne par Monsieur le prince (...)
  • 24 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et ses associés à la Royne", 1562, op. cit., p. 407.

8Les protestants contemplent ainsi le manque de stabilité de la législation et se plaignent que les lois royales soient changées, altérées ou révoquées22, liant l’observation de celles-ci à l’effectivité de la justice. La défense de la loi est ainsi associée au souci du maintien de la concorde entre les Français23. Or, ces arguments s’avèrent circonstanciels et éminemment politiques dans la mesure où ces lois qu’il s’agit de maintenir sont avant tout les édits de pacification. Ainsi, toute la justification condéenne de la prise d’armes tourne autour de la défense du premier édit de Saint-Germain de janvier 1562 qui "avait apporté un tel repos à toute la France, qu’il semblait que l’état de ce royaume [...] fut comme arrivé à un port heureux & tranquille"24.

  • 25 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé[...]", 1562, op. cit., p. 196.
  • 26 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 216.

9On peut également relever dans cette volonté manifeste de défendre la législation existante des accents subversifs dans la mesure où la propagande nobiliaire réformée finit par dissocier la loi de son auteur, théoriquement le monarque. L’ordre légal peut s’entendre ainsi comme un ordre autonome. Le symptôme pourrait en être l’insistance avec laquelle sont rappelées les conditions d’élaboration des édits et ordonnances. L’édit d’Amboise (8 mars 1560) a ainsi requis l’avis "de la plus notable & mieux choisie assemblée que le roy ait peu élire"25 Les édits sont faits "par l’avis des Princes du sang, des seigneurs du Conseil du Roy & des plus notables de toutes les Cours des Parlements de ce royaume assemblez & par la délibération de la plupart des Estats"26

– Le retournement du thème de la conjuration

  • 27 Comme l’a précisé CROUZET (Denis), "le soulèvement condéen se présente, et c’est ce qui fait sa for (...)
  • 28 C’est l’idée que l’on peut trouver dans un pamphlet de 1560 intitulé "Les États de France opprimés (...)

10Si le discours protestant propose une apologie de la légitime défense, celle-ci ne porte jamais contre le monarque27. La violence est toujours dirigée contre les chefs du parti catholique, les Guises ou d’autres. Dans cette perspective, on assiste contre eux à un retournement du thème de la conjuration, la violence réformée devenant alors une manifestation de justice28.

  • 29 "Le dessein de ceux de la maison de Guise" a "toujours été de semer troubles sur troubles dedans ce (...)
  • 30 "Responce au livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 449. Les Guises étaient même (...)
  • 31 "Discours de l’auteur", MCA, t. 3, p. I.

11Les textes justificatifs de la conjuration d’Amboise avaient présenté sur un ton polémiste et violent François de Lorraine et son frère le cardinal comme des suppôts de la tyrannie29. Avec eux, l’État était tombé aux mains des "griphons et harpyes"30. En 1562, au début de la première guerre civile, c’est au tour du triumvirat formé par le même François de Lorraine, le connétable de Montmorency et le maréchal de Saint-André, d’être la cible des attaques des propagandistes réformés qui dénoncent leur "merveilleuse conjuration [...] contre Dieu, le Roy & l’Etat de France"31 La polémique porte sur trois plans.

  • 32 "Lettre de Monsieur le prince de Condé aux églises réformées de France", MCA, t. 3, p. 172 ; "Lettr (...)
  • 33 "Discours de l’auteur", op. cit., p. XIII.
  • 34 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé", 1562, op. cit., p. 202.
  • 35 "Remontrance de Monseigneur le prince de Condé et ses assosiez à la Royne", 1562, op. cit., p. 409  (...)

12En premier lieu, le triumvirat est accusé de retenir la famille royale contre sa volonté32, allusion au coup de force guisard du 27 mars au cours duquel les trium virs sont allés chercher la famille royale à Fontainebleau. Ainsi : "Le Duc de Guise ayant assemblé de grandes forces trouva moyen de saisir la personne du Roy, de la Royne, de Monsieur, & leur Conseil"33. Le dessein du triumvirat était donc "d’avoir la personne du Roy & la ville de Paris tout ensemble à son commandement"34. Dans cet ordre d’idées, le massacre de Wassy n’est plus seulement une agression contre les fidèles de la religion réformée, mais le signe avant-coureur d’une conspiration visant le gouvernement royal35.

  • 36 "Lettre de Monsieur le prince de Condé aux Eglises réformées de France", 1562, op. cit., p. 172.
  • 37 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé [...]", 1562,op. cit., p. 208.
  • 38 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le truimvirat", 156 (...)
  • 39 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 156 (...)

13En second lieu, l’objectif des conjurés catholiques que caractérise "une ambition insatiable"est la ruine "de ce royaume"36. Ces personnages "montrent assez qu’ils ne prétendent qu’à disposer de tout le royaume”37. Les pamphlétaires condéens font alors appel à l’histoire romaine. La conspiration de Guise, Montmorency et Saint-André s’avère pire que celle d’Auguste, Marc Antoine et Lépide qui par leur "triumvirat méchant & infâme [...] subvertirent les loix de la République romaine"38. La conséquence de leur coup de force est l’établissement d’une tyrannie "plus dommageable & pernicieuse à ce royaume, & plus sanguinaire que ne fut celle de Sylla, celle de César"39.

  • 40 "Discours de l’auteur", op. cit., p. I.
  • 41 Le crédit scientifique dont jouissait Michelet au XIXème siècle a depuis largement été remis en cau (...)
  • 42 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 156 (...)

14En troisième et dernier lieu, le triumvirat est accusé de mettre le royaume "à la mercy des étrangers"40. Il est évident qu’ici, c’est l’Espagne qui est désignée41. En tous les cas, les conspirateurs ont "appelé & se sont signez à faire venir les armes estrangères : qui est à dire en bon langage, mettre en proye ce royaume"42. Les protestants présentent ainsi l’appel aux mercenaires et à l’or espagnol comme une trahison.

  • 43 "Discours de l’auteur", op. cit., p. XIII ; "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à l (...)

15La conspiration des Grands catholiques permet ainsi aux libellistes condéens de légitimer la violence réformée, exaltant non seulement le droit de résistance mais encore le devoir de révolte. Condé a beau jeu alors de proclamer que sa prise d’armes est rendue nécessaire par le désir d’affranchir "le Roy & la Royne d’une si indigne servitude", indiquant au passage que ses troupes sont constitués de "Français naturels, sans aucunes forces étrangères"43.

II – Le "Repos Public"44 ou "remettre sus l’ancien et légitime gouvernement du royaume"45

  • 44 "Les recusations envoyees à la cour de parlement de Paris, par Monseigneur le Prince de Condé et se (...)
  • 45 "Histoire de l’Estat de la France", cité par JOUANNA (A), Le devoir de révolte : la noblesse frança (...)

16Depuis la conjuration d’Amboise, la littérature réformée est porteuse d’un projet politique qui se veut, sous les auspices du "Bien" ou "Repos" public, une entreprise de restauration de la légitimité traditionnelle. Ses accents propagandistes au profit de Condé sont conjugués aux idéaux politiques nobiliaires du temps et dépassés dans la vision plus large d’une nouvelle distribution du pouvoir.

– Conseil des princes du sang ou protectorat condéen

  • 46 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité du Roy François second", 1560, op. cit., p. 450.

17Les conjurés d’Amboise avaient placé leur entreprise sous les auspices des princes du sang et accompagné leurs justifications d’une véritable semonce aux Bourbons se désolant que ceux-ci "ne se souvenaient de ce qu’ils doyvent au roy"46. Semonce désespérée, ou connivence destinée à dégager Condé, le capitaine "muet", des responsabilités de la conjuration, la question vaut d’être posée ! Quoiqu’il en soit, la littérature réformée est forte d’une récurrence tendant à prouver la nécessité et la légitimité de leur présence au conseil du roi. Mais au-delà d’une simple participation aux affaires, ne s’agit-il pas en réalité de placer la royauté sous leur tutelle ?

  • 47 Ibid., p. 459.
  • 48 Ibid., p. 453.
  • 49 Ibid., p. 454.

18Dès 1560, la question avait été posée sous l’angle juridique de la minorité royale. Or à cette époque, François II, âgé de seize ans, était majeur selon les ordonnances de 1374, 1403 et 1407. Se fondant sur le droit romain, et sa théorie de la majorité complète à vingt-cinq ans, les publicistes réformés contestaient cet ordre des choses en avançant l’idée que l’âge de quatorze ans ne constitue pas une "majorité qui emporte pleine puissance [...] mais une condition moyenne entre la minorité précédente du quatorzième an et la majorité subséquente le vingtcinquième"47. Et de citer à l’appui de leur démonstration l’exemple de Saint-Louis qui "n’entreprit à gouverner seul le royaume devant l’an 1224, c’est-à-dire environ le 21ème an de son âge"48 ou encore celui de Charles VI qui n’aurait gouverné qu’à partir de sa vingt-deuxième année49.

  • 50 Ibid., p. 452.
  • 51 "Seconde déclaration de Monsieur le prince de Condé", 1562, op. cit., p. 262.
  • 52 ’’Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 218.
  • 53 "Déclaration [...]", op. cit., p. 199 ; "Seconde déclaration [...]", op. cit., p. 252.
  • 54 ’’Traité entre Elisabeth Reine d’Angleterre et le Prince de Condé", 1562, MCL, t. 3, p. 689. Dans u (...)

19La conséquence partisane qu’en tirent les réformés à l’orée de la guerre civile est qu’il faut remettre les affaires du royaume au gouvernement légitime des princes du sang. Ils accordent même valeur "constitutionnelle" à cet argument : "Le royaume de France durant les jeunes ans du roy est gouvernée selon les lois et ordonnances du royaume par les princes du sang, par l’exclusion des autres seigneurs d’autorité en ce royaume"50. Les textes condéens font du Conseil des princes l’un des pivôts de l’ordre politique du royaume. En effet, Louis de Condé n’est pas seulement "officier & serviteur" du roi, il est "Conseiller nay", et "a cet honneur d’en être parent & issu de la maison & du sang & qui pour cet occasion a plus de droit & privilège de demourer aupres de sa majesté"51. Partant, la polémique huguenote en vient à légitimer la perspective d’un véritable protectorat exercé par Condé sur le royaume. Le Prince est l’un des "protecteurs de la Couronne de France"52. Il lui appartient de "droict naturel de garder le roy, les sujets de sa majesté"53. Condé lui-même se revêt de cette dignité ainsi que le montre le préambule du traité d’Hampton Court qu’il signe avec Elisabeth d’Angleterre le 20 septembre 1562. Le prince, qui frise ici la haute trahison, y revendique le titre de défenseur de son roi, mais aussi des lois et de la liberté du royaume de France54.

– L’appel aux corps intermédiaires

  • 55 JOUANNA (sous la dir. de A.), Histoire et Dictionnaire des guerres de religion, op. cit., p. 165.
  • 56 L’appel à la noblesse et à son sens civique se retrouve dans les œuvres de l’Écossais John Knox. Su (...)

20Constamment renouvelé dans les libelles contestataires, l’appel aux corps intermédiaires illustre la conviction que la personne royale ne saurait seule incarner l’autorité légitime. Cette conviction déborde du cadre juridico-politique posé naguère par les textes justificatifs de la conjuration d’Amboise, à savoir la minorité royale, et exprime avec particulièrement de vigueur l’idéal aristocratique qui anime l’état-major protestant et irradie la propagande réformée. De fait, en renouant avec la vieille revendication médiévale de la participation des corps et ordres qui constituent le royaume aux affaires publiques, la polémique réformée présente ce partage du pouvoir comme la véritable tradition monarchique de la France. Les textes, sortant du strict champs confessionnel, élaborent une "vigoureuse critique"55 du gouvernement des Valois qui propulse la noblesse au premier plan56.

  • 57 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 449-450.
  • 58 "Traité d’Association [...]", 1562, op. cit., p. 215. L’ "Avertissement sur la Protestation de Mons (...)
  • 59 Selon A. JOUANNA, les textes réformés "révèlent le caractère passionnel qu’a pris l’inquiétude des (...)
  • 60 Dans ses Discours, François de la Noue exalte la noblesse française estimant que "de ceste grosse s (...)
  • 61 "Lettre de Monsieur le Prince à la Royne sur ce qu’elle luy avoit proposé au parlement premier", 15 (...)
  • 62 CROUZET (D.), La genèse de la Réforme française, SEDES, Paris 1996, p. 536.

21Les libellistes protestants font appel à son sens civique dans la mesure où "le commun populaire de France" est "occupé à ses propres affaires à sa manière accoustumée [...] les marchands plus empêchés à retirer leurs emprunts qu’à penser à l’État public"57. L’engagement des nobles est bien sûr motivé par le "service du roy", mais il découle également du droit de regard qu’ils ont dans "la conservation de sa couronne"58. L’un des moteurs de la contestation de la noblesse réformée est sans aucun doute l’inquiétude59 de voir la royauté dériver vers l’absolutisme et favoriser dans les cercles du pouvoir son abaissement60 au profit de ses créatures61. On peut sans doute voir ici, entre autres choses bien sûr, un procès d’intention adressé au système du gouvernement par le conseil privé tel qu’il se développe à partir du règne d’Henri II. Quoi qu’il en soit, dans le discours politique réformé, l’exercice du pouvoir doit passer par une régulation nobiliaire62

  • 63 Mémoires des occasions de la guerre appelée le Bien public, rapportez à l’estat de la guerre présen (...)
  • 64 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 465.
  • 65 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et de ses associés à la Royne", 1562, op. cit., p. 423.

22Bien évidemment, les États-généraux constituent l’espace institutionnel privilégié de cette monarchie délibérative dont rêvent les gentilshommes. L’assemblée des trois ordres sera plus tard présentée comme "le seul et souverain remède en ce royaume, pour pourvoir au désordre public et qui seule a droict et authorité d’y remédier"63. Mais les États-généraux ne sont pas cantonnés par la propagande réformée au rôle du dernier recours apte à remédier à la pathologie politique et sociale du royaume. L’idéal nobiliaire d’une monarchie ternaire (Roi, noblesse, tiers-état) rehausse l’institution en lui conférant une place de choix dans leur conception de la légitimité : "Jamais ne s’est trouvé Roy de France bien entendant ses affaires [...] qui ait failli d’assembler les États de son royaume"64. En effet, la majesté du monarque est associée à "l’authorité de ses Estats"65.

23Les libelles protestants utilisent à cette fin deux arguments.

  • 66 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 216 ; "Remontrance de Mgr le prince de Condé et se (...)
  • 67 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 460.

24Tout d’abord, ils font des États-généraux le centre d’impulsion de la loi. Derrière la protestation légaliste des huguenots se cache en fait une conception subversive de l’élaboration de la loi, qui est masquée par l’alibi de la pérennisation des coutumes du royaume. Les libellistes condéens insistent sur la nécessité de respecter les procédures traditionnelles, les formes légales. En fait, il s’agit d’affirmer qu’il appartient aux États de contribuer par leurs délibérations à l’élaboration des édits royaux66. Dès 1560, ce partage du pouvoir législatif avait été mis en exergue : " Nul, hors de Dieu ne peut remédier à la défectuosité de la nature, c’est qu’il est requis que tout ce qu’ils [les rois] feront soit conduit et expédié selon l’avis des gens à ce députés ou pour le moins approuvés par les gens des trois états"67.

  • 68 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 215.
  • 69 "Brief discours et véritables conjurations de ceux de la maison de Guise, contre le roy et son roya (...)

25Par ailleurs, la propagande réformée revivifie la théorie du consentement au profit des États. Si le gouvernement de Catherine de Médicis est légitime, c’est parce qu’il a été établi et reconnu par l’assemblée des trois ordres68. Les réformés utiliseront d’ailleurs l’histoire institutionnelle du royaume et notamment l’épisode de la réunion de Tours de 1484 afin de prouver qu’il appartient aux États de pourvoir "au gouvernement selon les lois et les coutumes"69. Les expressions de "consentement général", "voix publique" ou encore "esprit commun" vont alors servir à ancrer la légitimité de l’institution dans le concert d’une monarchie tempérée.

*
* *

  • 70 DENIS (P.) et ROTT (J.), Jean Morély et l’utopie d’une démocratie dans l’Église, Droz, Genève 1993, (...)

26L’Histoire est-elle un éternel recommencement ? Toujours est-il ques les prises d’armes huguenotes de 1567 et 1569 s’accompagnent à nouveau de la publication de textes éminemment politiques dans lesquels est exalté l’idéal nobiliaires de partage du pouvoir. À ce titre, la surprise de Meaux révèle en 1567 que la Réforme s’est politisée et aristocratisée. Pourtant, les aspirations de la Cause sont loin d’être résumées par la propagande nobiliaire du temps. Bientôt, Jean Morély et Pierre de la Ramée, le fameux Ramus, qui ont l’oreille de Coligny, vont demander à ce que l’Assemblée des fidèles joue un plus grand rôle au sein des églises réformées70 Leurs velléités démocratiques sont encore plus lourdes de subversion que l’idéal aristocratique des libellistes condéens, car en tempêtant contre la discipline et la hiérarchie de "Ceux de Genève", ils posent enfin la question de l’avenir : la multitude peut-elle faire entendre sa voix ?

Notes

1 Schéma qui est largement applicable aux gentilshommes catholiques ainsi que le montre Joli CORNETTE selon lequel, "la montée de la tension religieuse, à l’occasion de la crise iconoclaste de 1561-1562, contribua davantage encore à précipiter de nombreux gentilshommes dans la guerre : une croisade contre l’Autre, mais aussi une révolte contre le fonctionnement de l’État" (La monarchie entre Renaissance et Révolution : 1515-1792, Seuil, Paris 2000, p. 76).

2 Ibid., p. 75 et s.

3 Déclaration faicte par Monsieur le Prince de Condé pour montrer les raisons qui l’ont contraint d’entreprendre la défense de l’autorité du roi, du gouvernement de la Royne, et du repos de ce royaume, 1562, dans MCA, t. 3, p. 208.

4 Voir CONSTANT (J.-M), "Clans, partis nobiliaires et politiques au temps des guerres de religion", dans Genèse de l’État moderne : prélèvement et redistribution, actes du colloque de Fontevraud, CNRS, Paris 1987, p. 221-226.

5 PASQUIER (Estienne), Lettre V à Monsieur de Fonssomme, Lettres historiques pour les années 1556-1594, Droz, Genève 1966, p. 46.

6 Sur la littérature politique pendant les guerres de religion, voir FRAGONARD (M.), La plume et l’épée, la littérature des guerres de religion à la Fronde, Gallimard, Paris 1989 ; GUILLEMINOT (G.), "La polémique en 1561 : les règles du jeu" dans Le Pamphlet en France au XVIème siècle, ENSJF, Paris 1983, p. 47-58.

7 PASQUIER (Estienne), Lettre V à Monsieur de Fonssomme, op. cit., p. 46-47.

8 Confession de foy au nom des Eglises du royaume de France, 1564, p. 4-5.

9 YARDENI (M.), La conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1594), Nauwelaerts, Louvain 1971, p. 121.

10 La propagande nobiliaire réformée répugne, ce qui est compréhensible, à utiliser le terme péjoratif de conjuration. Nous ne pouvons que souscrire à l’analyse de M.H. SMITH : "Dans les luttes qui opposent le pouvoir royal à la noblesse, ce sont d’autres formes qui l’emportent. Des formes qui peuvent être violentes, mais qui se distinguent, par leur caractère manifeste et un souci constant de légitimité, des assassinats et des attentats qui chez Boccace déjà, puis chez Machiavel [...] sont pratiquement synonymes de congiura ("Complots, révoltes et tempéraments nationaux : Français et Italiens au XVIème siècle", in M. BERCÉ (Y.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, École Française de Rome, 1993, p. 108).

11 Lors du "tumulte" d’Amboise, le loyalisme protestant a été mis en avant. Les partisans de La Renaudie, loin d’être des mutins ou des séditieux, étaient déjà présentés dans les écrits justificatifs de l’entreprise comme de très humbles et tres fidèles sujets et serviteurs du roi. Le tumulte ne visait pas le monarque : " Et de ce nous ne nous prenons au Roy, ni à la Royne sa mère, de la débonnaireté desquels nous sommes tous persuadés, mais aux Tyrans qui nous les desrobent, contre tout droit et raison" ("Responce au Livre inscrit, Pour la Majorité du Roy François second", 1560, MCL, t. 1, p. 465).

12 "Déclaration faicte par Monsieur le Prince de Condé [...]", 1562, op. cit., p. 210 : "Premièrement donc il proteste que ce n’est nulle passion particulière qui le meine : ains que la seule considération de ce qu’il doit à Dieu, avec le devoir qu’il a particulièrement à la couronne de France, sous le gouvernement de la Reine, & finalement l’affection qu’il porte à ce royaume".

13 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 1562, MCA, t. 3, p. 364 ; "Seconde déclaration de Monsieur le prince de Condé", 1562, MCA, t. 3, p. 267 : "lesdites villes sont en pareille obéissance & subjection qu’elles ont toujours été".

14 "Ordonnance du comte de Montgomery prenant la qualité de gouverneur de Rouen", 1562, MCL, t. 3, p. 706-707.

15 "Traité d’association faicte par Monseigneur le prince de Condé avec les Princes, chevaliers de l’Ordre, Seigneurs, Capitaines, Gentilshommes & autres de tous estais", 1562, MCA, t. 3, p. 218.

16 YARDENI (M.), op. cit., p. 121 : "La propagande est parfois un besoin psychologique de ceux qui la subissent et c’est probablement le cas pour les protestants des premières guerres de religion".

17 "Lettre de mondit sieur le Prince aux princes d’Allemagne", 1562, MCA, t. 3, p. 174.

18 "Seconde déclaration de Monsieur le Prince de Condé", 1562, op. cit., p. 268.

19 "Seconde déclaration de Monsieur le Prince de Condé", 1562, op. cit., p. 270 ; "Responce faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le Triumvirat", 1562, op. cit., p. 344 : "tous les bons sujets du Roy se joindront avecques moy pour délivrer ce pauvre Royaume des mains de ceux qui le veulent tyranniser".

20 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé [...]", 1562, op. cit., p. 211. Cf. également le "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 217 : "Premièrement nous proteston que nous n’apportons en cette saincte alliance aucune passion particulière ny respect de nos personnes, biens et honneurs. Mais qu’entièrement nous n’avons devant les yeux que l’honneur de Dieu, la délivrance des Majestés du roy & de la roine, la conservation des Edictz & Ordonnances faictes par eux".

21 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et ses associés à la Royne", 1562, MCA, p. 405.

22 "Qui sera donc celuy, Sire, de voz bons & loyaux subjects, qui pourra ou devra légitimement obéir aux mandements de ceuz qui, par l’avis des Estats, n’ont aucune puissance en votre conseil [...] qui osent tourner & retourner toutes choses à leur appétit, font Edicts nouveaux, renversent ceux qui ont légitimement été faits & publiez" ("Remonstrance envoyée au Roy par les habitants de la ville du Mans", 1562, MCA, t. 3, p. 187).

23 "Les moyens de pacifier le trouble qui est en ce royaume envoyez à la Royne par Monsieur le prince de Condé", 1562, MCA, t. 3, p. 290 : " & que sans l’observation d’iceluy [il s’agit ici de l’édit de janvier], il est impossible de maintenir une tranquillité entre les sujets du Roy".

24 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et ses associés à la Royne", 1562, op. cit., p. 407.

25 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé[...]", 1562, op. cit., p. 196.

26 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 216.

27 Comme l’a précisé CROUZET (Denis), "le soulèvement condéen se présente, et c’est ce qui fait sa force, comme relativement externe à une réflexion sur le droit de résistance au Magistrat tyrannique. La guerre de 1562 est formalisée de telle sorte qu’elle est l’opposé d’une guerre révolutionnaire. Elle coule dans les justifications que les conjurés d’Amboise avaient essayé de promouvoir [...]" (Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion vers 1525-vers 1610, Paris, Champ Vallon, t. 1, 1990, p. 723).

28 C’est l’idée que l’on peut trouver dans un pamphlet de 1560 intitulé "Les États de France opprimés par la tyrannie des Guises", MCL, t. 6, p. 184 : "C’est plutôt justice que violence, que de repousser la violence des ennemys d’un Roy et d’un royaume".

29 "Le dessein de ceux de la maison de Guise" a "toujours été de semer troubles sur troubles dedans ce royaume, pour bâtir l’édifice de leur tyrannie de ses ruines" (Brief discours et véritables conjurations de ceux de la Maison de Guise, 1565, MCL, t. 6, p. 163).

30 "Responce au livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 449. Les Guises étaient même présentés comme des usurpateurs : "ces gouverneurs qui se trouveraient avoir mérité mille gibets[...] se couvrent de l’autorité du Roy et la Royne mère jusques à ce qu’il ayent ravi la couronne de France de dessus le chef de nostre roy" (ibid., p. 452). Allusion polémiste à leurs prétentions dynastiques : "Et que lesdits de Guise [...] se vantent d’être légitimes successeurs de Charlemagne contre le roy et la possession de ses prédécesseurs" (Ibid., p. 471). La poésie rejoint la polémique pour les dénoncer : preuve en est ce quatrain : "François premier prédit ce point – Que ceux de la Maison de Guise – Mettraient ses enfants en pourpoint – Et son pauvre peuple en chemise".

31 "Discours de l’auteur", MCA, t. 3, p. I.

32 "Lettre de Monsieur le prince de Condé aux églises réformées de France", MCA, t. 3, p. 172 ; "Lettre de Mondit Sieur le prince aux princes d’Allemagne", 1562, op. cit., p. 174 : "les ennemis de la Religion Chrétienne & du repos d’iceluy [royaume] se sont violentement emparez de la personne de nostre Roy" ; "Remonstrance envoyée au Roy par les habitans de la ville du Mans", 1562, op. cit., p. 186.

33 "Discours de l’auteur", op. cit., p. XIII.

34 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé", 1562, op. cit., p. 202.

35 "Remontrance de Monseigneur le prince de Condé et ses assosiez à la Royne", 1562, op. cit., p. 409 : "lorsque le sieur de Guyse, par le massacre qu’il fit à Vassy, donna ouvertement à cognoistre qu’il avoit juré la guerre & à l’estât du Roy & au bien & repos de tous son peuple" ; "Responce des habitans de la ville de Rouen", MCA, t. 3, p. 180 : " il est assez notoire comme le sieur de Guyse, estant entré en ce Royaume avec main armée, s’est porté contre les Églises, tant par ce qu’il a fait à Vassy, que mesmes en la ville de Paris, apres s’estre joinct avec ceux de la ligue, s’estant emparé de la personne du Roy, & de la Royne sa mère, forçant par la puissance de ses armes & des siens, l’authorité & volonté de ladite dame".

36 "Lettre de Monsieur le prince de Condé aux Eglises réformées de France", 1562, op. cit., p. 172.

37 "Déclaration faicte par Monseigneur le prince de Condé [...]", 1562,op. cit., p. 208.

38 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le truimvirat", 1562, op. cit., p. 349.

39 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 1562, op. cit., , p. 343.

40 "Discours de l’auteur", op. cit., p. I.

41 Le crédit scientifique dont jouissait Michelet au XIXème siècle a depuis largement été remis en cause. Néanmoins, nous souscrivons pleinement à ces mots : "En mars 1562, après Wassy, Guise apparut au Parlement, couvert de la protection de l’ambassadeur espagnol, et prit bientôt l’écharpe rouge. Il la porte devant l’histoire, et son parti, comme en 1815, est le parti de l’étranger" (Renaissance et Réforme, Laffont, Paris 1982, p. 542). Sur la collusion des Guises avec l’Espagne à partir des années 1565, voir CHAMPION (P.), Charles IX. La France et le contrôle de l’Espagne, Grasset, Paris 1939 et les études de BOURGEON (J.L.) sur la Saint-Barthélémy, notamment L’assassinat de Coligny, Droz, Genève 1992, p. 45.

42 "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 1562, op. cit., p. 367.

43 "Discours de l’auteur", op. cit., p. XIII ; "Response faicte par Monseigneur le prince de Condé à la requeste présentée par le triumvirat", 1562, op. cit., p. 367 : "Je n’appelle point les estrangers pour venir en ce Royaume". D’Andelot a pourtant recruté pour Condé plusieurs milliers de mercenaires allemands. Quant au Prince, il va obtenir l’aide anglaise en signant avec Elisabeth le traité d’Hampton Court (JOUANNA (A.), Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Laffont, Paris 1998, p. 115).

44 "Les recusations envoyees à la cour de parlement de Paris, par Monseigneur le Prince de Condé et ses associez", 1562, MCA, t. 3, p. 399.

45 "Histoire de l’Estat de la France", cité par JOUANNA (A), Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Fayard, Paris 1989, p. 127.

46 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité du Roy François second", 1560, op. cit., p. 450.

47 Ibid., p. 459.

48 Ibid., p. 453.

49 Ibid., p. 454.

50 Ibid., p. 452.

51 "Seconde déclaration de Monsieur le prince de Condé", 1562, op. cit., p. 262.

52 ’’Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 218.

53 "Déclaration [...]", op. cit., p. 199 ; "Seconde déclaration [...]", op. cit., p. 252.

54 ’’Traité entre Elisabeth Reine d’Angleterre et le Prince de Condé", 1562, MCL, t. 3, p. 689. Dans une lettre du 2 avril 1562 adressée à l’Empereur, Condé parle de son engagement en invoquant les termes d’office et de devoir ("Lettre de Monsieur le Prince de Condé à l’Empereur Ferdinand", MCA, t. 3, p. 228).

55 JOUANNA (sous la dir. de A.), Histoire et Dictionnaire des guerres de religion, op. cit., p. 165.

56 L’appel à la noblesse et à son sens civique se retrouve dans les œuvres de l’Écossais John Knox. Sur ce point, voir l’excellente étude de FIORENTINO (Karen), Les monarchomaques britanniques, Mémoire DEA Histoire du droit, Aix 2001, p. 38 et s.

57 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 449-450.

58 "Traité d’Association [...]", 1562, op. cit., p. 215. L’ "Avertissement sur la Protestation de Monseigneur le Prince de Condé" de 1567 résumera admirablement ce droit qu’a le second ordre de "conserver le bien public, l’état du royaume et la Couronne" (cité par JOUANNA (A.), Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Fayard, Paris 1989, p. 279).

59 Selon A. JOUANNA, les textes réformés "révèlent le caractère passionnel qu’a pris l’inquiétude des nobles devant les signes qui pouvaient leur faire croire à une évolution de type absolutiste", "Le thème polémique du complot contre la noblesse lors des prises d’armes nobiliaires sous les derniers Valois", in BERCÉ (sous la dir. de Y.M.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, op. cit., p. 487.

60 Dans ses Discours, François de la Noue exalte la noblesse française estimant que "de ceste grosse souche il est sorty abondance de tres excellens personnages qui ont grandement servy & profité à leur patrie". Néanmoins, il tente, de manière surprenante, d’expliquer son abaissement : "Mais comme tout ce qui a estre est sujet à variété & mutation, aussi est-il avenu que la pluspart de celle qui aujourd’huy a succédé aux biens des ancestres, n’a hérité la mesme vertu, ains demy ensevelie en la corruption commune, s’est abastardie & éloignée des anciennes mœurs" (Discours politiques et militaires, Droz, Genève 1967, p. 133).

61 "Lettre de Monsieur le Prince à la Royne sur ce qu’elle luy avoit proposé au parlement premier", 1562, MCA, t. 3, p. 315 : "qu’il ne sera point reproché à vostre Noblesse françoise d’avoir esté si pusilanime que de souffrir des estrangers & quelques particuliers fouler aux pieds les loix".

62 CROUZET (D.), La genèse de la Réforme française, SEDES, Paris 1996, p. 536.

63 Mémoires des occasions de la guerre appelée le Bien public, rapportez à l’estat de la guerre présente, 1567, p. 6, cité par JOUANNA (A.), Histoire et dictionnaire des guerres de religion, op. cit., p. 168.

64 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 465.

65 "Remontrance de Mgr le Prince de Condé et de ses associés à la Royne", 1562, op. cit., p. 423.

66 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 216 ; "Remontrance de Mgr le prince de Condé et ses associés à la Royne", 1562, op. cit., p. 408.

67 "Responce au Livre inscrit pour la Majorité [...]", 1560, op. cit., p. 460.

68 "Traité d’association [...]", 1562, op. cit., p. 215.

69 "Brief discours et véritables conjurations de ceux de la maison de Guise, contre le roy et son royaume, les princes de son sang et ses États", 1565, op. cit., p. 165.

70 DENIS (P.) et ROTT (J.), Jean Morély et l’utopie d’une démocratie dans l’Église, Droz, Genève 1993, p. 66 et s.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search