Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

La justification d’un coup d’état selon un chroniqueur breton engagé

Hervé Le Roy

Note de l’éditeur

Cet article est tiré de la troisième partie de notre thèse dont il synthétise certains développements. Nous ne pouvons qu’y renvoyer pour de plus amples renseignements fondés sur les sources détaillées. Les rapides références données dans cet article utilisent le tome second des Grandes Croniques de Bretaigne d’Alain Bouchart, publiées par M L. Auger et G. Jeanneau sous la direction de B. Guenée, Collection des Sources d’Histoire médiévale, éditions du C.N.R.S., Paris 1986.

Texte intégral

1Alain Bouchart, dernier chroniqueur de la Bretagne ducale, avec ses Grandes Croniques de Bretaigne publiées en 1514, est très représentatif du nouveau personnel administratif des officiers que la construction des États modernes bureaucratiques a suscité. Déjà sa famille de petite noblesse bénéficie d’une tradition séculaire de service du prince. Alain Bouchart d’abord notaire est secrétaire puis maître des requêtes du dernier duc François II, avant de devenir conseiller et maître des requêtes cette fois du roi de France Charles VIII, auquel il s’est vite rallié, dès septembre 1491. Juriste de l’entourage ducal, sans doute proche du chancelier Chauvin, il accomplit des missions politico-diplomatiques dans les affres de la fin de l’indépendance bretonne. On a raisonnablement conjecturé que, malgré sa fidélité à l’État ducal, il aurait éprouvé une certaine sympathie pour les barons révoltés d’abord contre Landais puis contre François II et sa fille Anne de Bretagne. Installé à Paris, il semble avoir été tenu à distance par la duchesse-reine qui, passablement rancunière, ne lui pardonnait peut-être pas certaines amitiés compromettantes avec de grands féodaux armoricains. Si Bouchart, pour mériter le titre de chroniqueur, lui a présenté le début de son œuvre, on peut être assuré qu’elle n’aurait pas supporté le récit final décrivant la déchéance de François II (sa rédaction courant 1514 est d’ailleurs postérieure à sa disparition).

2En effet, Bouchart cherche à expliquer de façon cohérente et globale le naufrage de l’indépendance bretonne, là où son émule Pierre Le Baud se refusait à juger ses contemporains, théoriquement au nom d’une saine objectivité historique, mais sans doute aussi par opportunité, pour ne pas s’attirer de ressentiments. Relatant les événements dramatiques et controversés qu’il avait vécus, Bouchart est obligé de s’engager, fût-ce à mots couverts et par allusions, pour éclaircir les péripéties de guerre civile qui ont scellé définitivement le destin de la principauté.

3Le bouc émissaire propitiatoire sera évidemment Pierre Landais, le trésorier général de Bretagne, devenu de fait le véritable maître de la Bretagne, en réalité sorte de Richelieu armoricain, mais malheureux puisque son autoritarisme et son anglophilie devaient provoquer l’insurrection des barons encouragés de France par les Beaujeu. La dénonciation de celui que Bouchart vilipende comme un insatiable dictateur, lui permettra d’utiliser des notions traditionnelles sur la tyrannie.

4Cependant, pour ses lecteurs avisés, Bouchart ne peut complètement exonérer de toute responsabilité François II, certes officiellement victime de Landais, mais en fait consentant et assez responsable. Aussi, notre auteur esquisse-t-il par petites touches un portrait assez pitoyable de François II, dont la psychologie ne cesse de se dégrader sous la maléfique emprise des favoris, dont Landais pousse à un paroxysme insupportable les tares congénitales.

5Les dernières pages de son ouvrage sont ainsi les plus spontanées et les plus originales puisqu’elles ne démarquent plus les précédents chroniqueurs bretons, et qu’on y retrouve plutôt dans leur tonalité, des analogies avec des auteurs comme Commynes ou Basin, contempteurs de certains monarques, même si évidemment Bouchart ne peut aller aussi loin et aussi explicitement qu’eux, pour respecter la forme officieuse de son œuvre.

6Notre juriste va aussi exprimer les sentiments ambigus de ce nouveau corps des officiers qui, avec leurs charges de plus en plus patrimonialisées, se dévouent non plus seulement à la personne du suzerain comme dans la période féodale, mais de plus en plus à un "Bien commun" abstrait et à une chose publique pérenne (ce qui justifiera leur ralliement massif à la tutelle française). Conscient de son irremplaçable utilité, ce groupe cohérent, resté aristocratique par bien des aspects (future noblesse de robe), entend bien se manifester en certaines circonstances face au monarque, par des remontrances ou même des oppositions plus ou moins marquées, émanées de ses plus hauts dignitaires et de ses instances les plus éminentes.

7Mais Bouchart montre aussi que dans les circonstances exceptionnelles qui imposent un choix politique crucial, éventuellement contre un pouvoir princier dénaturé, ce "quatrième ordre" (selon certains analystes du temps comme Claude de Seyssel) ne peut agir seul, mais doit réaliser autour de lui l’unanimité nationale, en réconciliant, autour du Bien public qu’il garantit, les diverses forces politiques autonomes du pays que sont les barons, les prélats, les nobles et le peuple (c’est-à-dire surtout les bourgeois).

8Nous verrons d’abord, selon Bouchart, le long processus qui métamorphose graduellement un pouvoir princier parfaitement légitime en une abominable tyrannie complètement illégitime. Dans un premier temps, le duc abandonnant les principes traditionnels de concertation va imposer une autorité discutable et discutée : s’isolant de la société et de ses corps organiques, tombant sous la coupe des favoris de son entourage, François II éloigné de ses loyaux sujets, va de plus en plus méconnaître la réalité politique, d’où des déboires d’une gravité croissante (I).

9L’infâme Landais va profiter de ces travers pour subjuguer François II, intervertir entre eux la relation de domination, et imposer à la Bretagne sa dictature sous couvert d’un fantoche ducal. L’assassinat du chancelier de Bretagne dévoile les faux-semblants de cette tyrannie, donc son illégitimité, ce qui provoque la réaction instinctive des barons. Mais leur premier "putsch" unilatéral échoue devant l’incompréhension des autres Bretons qui ont pu douter, faute d’explications, du désintéressement de leurs motivations. Au contraire, le ralliement graduel des grands corps de l’État permet la réussite de leur second coup de force, en donnant une véritable légitimité au mouvement, qui devient d’unanimité nationale, au nom du Bien public désintéressé cautionné par les officiers (II).

I – L’isolement néfaste de François II

A – L’altération du gouvernement traditionnel

10Bouchart, pour prémunir le prince contre un exercice trop solitaire de son autorité, toujours périlleux car l’éloignant des réalités politiques concrètes et humaines, valorise tout au long de son œuvre le fonctionnement des mécanismes de concertation qui caractérisent un gouvernement "à grand conseil" selon l’idéal alors toujours proclamé. La souplesse de ces modalités institutionnelles ou informelles doit pallier, par une franchise et un respect réciproques, l’absence d’un véritable contrôle politique. Bien de son temps, cette époque charnière entre Féodalité et Ancien Régime, Bouchart veut concilier dans cette large fonction de conseil les structures censées représentatives, où les principaux aristocrates conservent leur importance, et les instances étatiques revigorées par la montée des officiers. Ainsi, le dynaste ne doit-il jamais évincer de ses conseils ses auxiliaires naturels que sont ses grands feudataires, en particulier pour leur substituer ses favoris. Pour avoir transgressé cette règle, Louis XI et François II vont éprouver des dramatiques mécomptes. Le sage monarque doit maintenir un équilibre judicieux entre ses divers conseillers, pour rester un véritable arbitre indépendant entre les forces sociales qu’il doit accorder. Son ascendant incontesté et incontestable doit lui faire synthétiser, selon le Bien public transcendant, toutes ces suggestions particulières. Éclairant le prince, lui faisant reconnaître certaines vérités que les courtisans par flagornerie cherchent à occulter, les organes de conseil sont aussi des intermédiaires entre le pouvoir et la société. Logiquement un gouvernement trop partisan ne peut les supporter puisqu’ils pourraient porter une contradiction incompatible avec son autoritarisme, (ce qui se vérifiera d’autant plus qu’il dérivera vers la tyrannie, comme nous le verrons). En fait, selon les auteurs du temps, le monarque ennemi du gouvernement "à grand conseil" va fatalement tomber dans une redoutable alternative : ou bien, muré dans sa solitude, il devient un autocrate facilement soupçonneux, sinon haineux, comme le Louis XI de Thomas Basin, ou bien il devient un fantoche manipulé par son favori, conseiller trop exclusif pour ne pas devenir inexorablement son véritable inspirateur.

11Ainsi, le monarque avisé, incarnant seul l’intérêt général, doit-il maintenir une harmonie entre les exigences d’une large concertation et celles de son indépendance supérieure (seules des circonstances exceptionnelles peuvent y déroger). Il doit posséder des conseillers influents dans chacune des grandes matières gouvernementales, mais en veillant que leur autorité ne déborde pas hors de leur domaine normal de compétence.

12En sourdine, Bouchart laisse entendre que les insuffisances de la personnalité de certains princes peuvent laisser jouer un rôle important aux grands officiers. En effet, ces hauts dignitaires joignent souvent en leur personne de grandes responsabilités administratives avec une origine aristocratique, ce qui leur permet d’incarner et la force montante de l’État et les traditionnelles prérogatives de la noblesse. Ils représentent, avec leur compétence officielle avérée et circonscrite, les antagonistes des favoris abhorrés qui ne doivent leur ascendant qu’à la faveur intime du prince qu’ils ont captée par leurs manigances occultes. Le respect que tous, y compris le prince, doivent porter à leurs éminentes fonctions leur donne normalement autonomie et franchise pour faire valoir, sans encourir de disgrâce, par leurs suggestions et remontrances, la fraction du Bien public qu’ils ont en charge. Avec cette déontologie de dévouement, ils cherchent toujours à faire primer cette utilité désincarnée et morale, quitte à contrarier parfois un prince trop pressé et mal informé, en lui recommandant de reconsidérer sa position. Cependant, le monarque reste libre de tenir plus ou moins compte de ces remarques, puisqu’il bénéficie normalement d’une perspective beaucoup plus étendue, avec tous les aspects très diversifiés que peut revêtir l’intérêt général, au-delà du domaine quand même limité assigné à chaque dignitaire. Ces notions sont illustrées par Bouchart à propos d’un désaccord marqué et persistant entre le conseil ducal et François II, sur l’exportation des blés, le prince surmontant finalement les réticences en invoquant miséricorde et gratitude au-dessus d’une préoccupation nationale, certes légitime, mais ici trop égoïste.

  • 1 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, t. II, p. 470-471.

13La prérogative monarchique laisse au prince une grande liberté dans le choix de ses conseillers les plus influents, mais à condition qu’il maintienne une retenue dans le rôle dévolu à chacun, pour éviter des confusions catastrophiques de genres et d’attributions. Bouchart qui ne veut pas passer ici pour un thuriféraire trop exclusif de la noblesse, précise que les vertus morales et les aptitudes techniques doivent être déterminantes dans l’appréciation du souverain, indépendamment de l’extraction sociale. De même, le prince dispose de beaucoup de latitude pour sélectionner ses intimes, car ces dilections humaines relèvent d’abord d’un ordre privé. Encore faut-il que cette familiarité domestique ne se transforme pas en une véritable influence politique selon la tendance fatale des favoris. (D’autres auteurs contemporains montrent la faveur d’intimes sans forcément s’offusquer, le terme même de "mignon" n’étant pas alors forcément péjoratif). Mais l’anecdote où Lescun abuse horriblement François II en l’amusant pendant l’exécution de Landais à son insu, montre que Bouchart est bien conscient de la difficulté de séparer radicalement domaine privé et public dans un gouvernement très personnalisé1.

14Au total, les mécanismes subtils de cette concertation sont assez fragiles et demandent pour ne pas se fausser une ferme volonté du prince de faire respecter par tous l’esprit de cette monarchie "à grand conseil" dont Bouchart vient de tracer les grands principes.

15Bien sûr, François II ne saura pas maintenir cet équilibre et cette pondération nécessaires. Cependant, il aurait pu rester un prince heureux s’il avait su garder auprès de lui le fameux Tanguy du Chastel ostensiblement louangé par Bouchart : Tanguy incarne le type de l’inspirateur, du mentor bénéfique, dont l’habileté supérieure permet dans les crises de pallier les faiblesses évidentes du monarque. Grâce à lui, François II, d’abord désorienté, va surmonter les premières menaces de Louis XI, amené même, provisoirement, à résipiscence afin de conjurer la redoutable ligue dite du Bien public. Par son calme et sa sagacité, le Grand maître d’hôtel sait rasséréner François II en lui communiquant avec doigté son assurance. Bien qu’il soit l’éminence grise du prince durant toute la brillante campagne militaire du Bien public, il sait ne pas abuser de cette position et ne perturbe pas le fonctionnement des instances normales de conseil et de décision. Sage, sachant borner de lui-même son emprise sur le duc, il ne devient pas un favori despotique haï de tous, car sa faveur reste secrète, donc supportable, c’est-à-dire qu’il ne l’étale pas ostensiblement pour la faire redouter (comme en usera plus tard Landais). Significativement, le déclin de François II et de son régime commence pour Bouchart lorsque le monarque, cédant à l’ivresse de la victoire et aux médisances de ses courtisans, va se débarrasser de son instigateur salvateur avec beaucoup d’ingratitude et de désinvolture.

  • 2 Idem, p. 389, 390, 397-399 et 409-411 (sur Tanguy).
  • 3 Idem, p. 445, 447-448 (sur l’opposition concernant l’exportation des blés).

16La disgrâce de Tanguy est pour Bouchart symptomatique de la néfaste mutation affectant désormais la psychologie de François II, de plus en plus suggestionné par les "mignons" qui l’isolent délibérément de ses conseillers intègres et dévoués. L’empire de la diffamation s’étend sur le trop influençable duc qui perd, face aux médisances, la prudente circonspection des débuts heureux de son règne. L’élimination, politique avant d’être physique, du chancelier Chauvin, ne fera qu’accentuer et dramatiser des traits déjà nettement perceptibles dans le renvoi de Tanguy. Tout d’abord, "le duc [...] ne print pas en gré la resmonstrance que son grant maistre luy fist et s’en courrouça. Aussi avoit ja esté [...] pratiqué par aucuns de ses mignons de sa maison[...]" : Le grand officier s’attire l’aversion et la suspicion de François II pour avoir fait son devoir avec une franchise qui a mécontenté son prince, devenu très susceptible depuis qu’il se croit définitivement vainqueur de Louis XI. Les courtisans jaloux de son ascendant ont bien su prévenir le duc contre sa trop consciencieuse Cassandre. Rudoyé, relégué, ne pouvant plus venir se justifier devant François II qui lui refuse désormais tout accès à sa personne, Tanguy sera excusé d’abandonner bientôt son ingrat seigneur pour rallier son ancien ennemi, le pragmatique Louis XI. En attendant, il refuse hautainement de devenir l’obligé de la maîtresse ducale pour recouvrer la faveur de son maître qui ne lui est plus directement accessible2. De même, dans l’affaire des blés que son Conseil veut réserver aux seuls Bretons au nom du Bien public et de la promesse de François II lui-même, le duc se montre extrêmement irritable, vite impatienté de toute remarque3

  • 4 Idem, p. 417, 433-434 et 453 (sur l’anglophilie du duc et de Landais).

17Plus tard, le chancelier Chauvin, avec la franchise afférente à son rang, pâtit de l’explication qu’il impose en privé au prince fallacieux sur sa diplomatie occulte, manigancée par Landais et qui met dans une situation intenable vis-à-vis de Louis XI ses grands officiers4. Là dessus, les perfidies de Landais viennent obérer tout esprit critique chez François II, et c’est l’infamante et subite arrestation du chancelier sans que son maître lui permette de s’expliquer devant lui. Le calvaire enduré non seulement par Chauvin mais aussi par sa famille, en particulier son épouse, montre à quel point le duc contrevient à son obligation générale de respect et de protection pour ses principaux collaborateurs et leurs proches parents, selon le lien d’affection hautement proclamé dans les anciennes monarchies.

18On a nettement l’impression que la promptitude de ces totales disgrâces semble aussi une échappatoire, par incapacité psychologique du prince à soutenir une confrontation physique avec des interlocuteurs suffisamment intègres et libres pour lui marquer des vérités déplaisantes, avec des reproches précis à son encontre. En se dérobant à une confrontation désagréable, mais combien humaine, qui leur permettrait de contester certaines imputations calomnieuses, François II porte une grave entorse au devoir moral traditionnel du prince de s’enquérir à fond et loyalement de l’opinion et de l’état d’esprit de ses serviteurs. Ce prince manque d’ailleurs visiblement de charisme, comme on le constate dans les circonstances cruciales, lorsqu’il ne sait pas s’imposer.

B – Des insuffisances amplifiées par les favoris

  • 5 Idem, p. 435.

19Vivant désormais dans une atmosphère de défiance qu’entretiennent autour de lui ses favoris, François II utilise, comme on le voit dans sa dangereuse diplomatie anglophile, des voies obliques et des émissaires secrets, en marge des institutions traditionnelles. L’habile Louis XI sait d’ailleurs retourner à son profit cette maladroite duplicité, en mettant en porte-à-faux le chancelier Chauvin stupéfait d’apprendre du roi les tractations occultes de Landais qui ridiculisent et anéantissent sa mission officielle. Cette méprisable "marchandie" ne correspond-elle pas à la mentalité bourgeoise de ses promoteurs, Landais et le "petit secrétaire" Gueguen, qui ne peuvent sans doute comprendre ni estimer la droiture inhérente aux hauts dignitaires de l’Etat ? Visiblement, François II commet une faute en tenant à l’écart des véritables décisions les prudents dignitaires de son Conseil ducal, plutôt anglophobes. La critique proférée par François II contre Louis XI peut se retourner contre son trop soupçonneux rival, avec ses procédés spécieux, sans les mûres délibérations nécessaires ("[...] puis qu’il ne se fyoit en personne, c’estoit signe que l’on ne se devoit pas en luy fier[...]’’5). Bouchart qui déplore l’aversion réciproque du duc et de son roi, la met principalement au compte de leurs instigateurs boutefeux, ordinairement des favoris : on peut penser, selon un thème courant, illustré en particulier par Commynes, que les deux hommes laissés seul à seul, auraient pu se réconcilier car la vérité aurait gagné à s’exposer simplement entre eux, pour empêcher des malentendus aux tragiques conséquences.

  • 6 Idem, p. 474-475.
  • 7 Idem, p. 395.

20Même après la chute de Landais, François II ne saura jamais restaurer une véritable confiance avec ses féaux : les barons, se sentant toujours menacés par un coup de force, appelleront préventivement l’intervention française qui ruinera définitivement l’indépendance bretonne6 Ne serait-ce que par feinte, le prince aurait dû instamment recouvrer la familiarité de ses vassaux pour les amadouer et dissiper toute crainte et tout malentendu, au moins momentanément. Ainsi avait procédé vingt ans auparavant le subtil Louis XI pour désagréger la terrifiante ligue du Bien public. En insistant sur la relation particulière que le roi avait renouée avec chacun des rebelles, "apaisé" après avoir "parlementé", Bouchart semble souligner les vertus émollientes du dialogue retrouvé7.

21Au total, dans l’esprit d’une monarchie "à grand conseil", l’obligation de sincérité qui pèse sur les conseillers et justifie leur droit de remontrance et de doléance s’impose également au prince, pour la bonne régulation de ce régime, car le souverain n’obtiendra cette franchise nécessaire que si lui-même agit à leur égard avec suffisamment de clarté et de rectitude. Or, on l’a compris, François II va s’éloigner de plus en plus de cet idéal de monarchie "éclairée" par de multiples concertations, institutionnelles ou informelles.

22Dans les textes justifiant leur révolte, les barons vont vitupérer de même l’entourage princier qui a isolé d’eux leur monarque et les a ainsi dessaisis de leurs prérogatives politiques naturelles. Ce thème de l’écran déformant interposé entre les corps constitués et le souverain pour lui masquer la réalité correspond à une plainte habituellement ressassée par tous les mécontents, puisque ce filtre n’est que la concrétisation du scandaleux accaparement opéré par les courtisans sur la personne du prince.

23Depuis la mésaventure normande, Bouchart, tout au long du règne de plus en plus calamiteux de François II, vérifie l’implacable causalité : solitude du pouvoir d’où maladresses et déboires faute d’appréhension objective de la réalité donc raidissement psychologique du prince contesté, donc autoritarisme, suspicion et rebuffades à l’encontre des Bretons sincères qui, découragés, l’abandonnent finalement. Le terme logique de cet engrenage diabolique est la tyrannie paroxystique de Landais, lorsque le pouvoir du favori est totalement coupé des forces vives du pays qui vont le rejeter comme un élément étranger, tandis que François II complètement retranché de ses loyaux conseillers est rendu inconscient de la terrible inversion des rôles qu’a opéré son trop exclusif favori le maniant comme un pantin.

24On l’a compris, pour Bouchart, selon une opinion rebattue de son temps, les favoris impudents, instigateurs trop intéressés, sont les boucs-émissaires tout trouvés pour expliquer les mécomptes de François IL Ils forment le grain de sable qui vient dérégler l’agencement traditionnel du gouvernement, car ils détiennent par leur intimité avec le prince, une puissance considérable de fait que contrebalancent de plus en plus difficilement les autres groupes et institutions officielles. C’est l’effet d’une propension presque fatale qui pousse les courtisans à transformer leur familiarité privée en une véritable influence politique, car il leur faut maintenir à tout prix une faveur forcément fragile puisque dépendante de la disposition d’un prince toujours sollicité par des concurrents qui s’agrègent à des coteries hostiles et multiformes. Si le prince n’a pas une ferme volonté de gouverner par lui-même et de cantonner strictement le rôle de ses commensaux au seul plan domestique, il sera fatalement entraîné par ses intimes dans leurs antagonismes habituellement interprétés en termes politiques. Pour éliminer les rivaux, les camarillas multiplient les cabales et cherchent à monopoliser le crédit du prince, donc son pouvoir. Bénéficiant d’une autorité toujours contestable, assurée par des manigances occultes, les intrigants s’unissent cependant pour supplanter les auxiliaires traditionnels du prince qui peuvent blâmer leurs méthodes. Leurs insinuations retranchent graduellement le prince de ses sujets et d’une réalité qui lui est travestie, puisqu’ils lui font assimiler tout mécontentement contre le sérail à une pernicieuse subversion politique, comme on l’a vu pour Tanguy.

25L’arrivisme forcené des courtisans leur fait immanquablement abuser de leur position privilégiée, sans que le prince puisse en contrepartie se reposer sur leur fidélité. Bouchait vitupère à plusieurs reprises leur duplicité et leur trahison souvent odieuses.

26Cependant, au-delà de la dénonciation générique et convenue des perversions des favoris, le récit de Bouchart répugne à montrer concrètement l’ascendant des favoris français (comme le fameux Lescun), pourtant véhémentement dénoncé par les barons bretons.

  • 8 Idem, p. 409-410.

27Bien que la maîtresse du duc, Antoinette de Maignelais, bénéficie d’une certaine bienveillance de Bouchart, elle ne peut oublier qu’elle n’est qu’une courtisane, frustrant honteusement la duchesse légitime. Afin d’assurer son emprise contestable et peut-être momentanée, elle veut obliger, à la manière des autres favoris, les principaux auxiliaires de François II à lui faire allégeance ce que refusera hautement l’intègre Tanguy. Cependant, clairvoyante, elle sait pondérer son ascendant qui reste surtout d’incitation sur son amant8.

28Malgré son loyalisme qui le dissuade de trop honnir François II, Bouchart ne peut, on l’a compris, taire complètement ses travers notoires dénoncés déjà par ses adversaires. Tout au long du récit les défauts d’abord véniels et encore latents de François II vont graduellement s’aggraver en faussant les règles de mesure nécessaires au bon gouvernement. La faiblesse de tempérament du prince est implicitement incriminée, qui l’a rendu incapable d’amender sa légèreté, de réfréner ses emportements et ses passions, et de contrarier posément l’irrésistible tentation des favoris. Même dans le cas extrême de Landais, la défaillance et la complaisance du duc enclenchent le processus fatal. En effet, l’étiologie de sa décrépitude intellectuelle suit une évolution très perceptible, avec des paliers selon les favoris. Ce déclin aboutira à la cruelle déchéance finale où le monarque n’est plus qu’un jouet ballotté entre Landais et les barons révoltés. Certes, si son caractère s’altère sous l’influence de ses favoris, on trouve bien à l’origine de cet engrenage maudit, François II qui a d’abord regimbé à assumer pleinement son office princier, avec l’ascèse personnelle et la tension intellectuelle et morale requises pour un authentique exercice de cette charge suprême.

29Ce duc, montré "effrayé" à plusieurs reprises, semble incapable de prendre des décisions cruciales sans instigateur domestique. Son influençabilité exagérée lui fait adopter sans réflexion les insinuations les plus graves de ses favoris contre ceux qui devraient rester ses conseillers ordinaires. Sa pusillanimité le rend incapable de ne pas exempter ses favoris des règles pourtant strictes que son conseil avait obtenues de lui. De même, dans sa diplomatie contestée par son Conseil, Bouchart le présente avec irrévérence comme fantasque et suggestionné par Charles le Téméraire.

  • 9 Idem, p. 472.

30Et même si l’on aboutit finalement, sous la dictature de Landais, à une sorte d’infantilisation, celle-ci est à la fois subie et tolérée par le prince démissionnaire, qui a donc consenti, au moins par passivité, à l’omnipotence du trésorier. Cette absence ne s’assimile pas à un irrémédiable gâtisme puisque, d’après Bouchart, l’élimination de Landais lui redonne une certaine capacité. Même s’il reste ballotté entre les opinions parfois contradictoires de ces nouveaux inspirateurs français, François II n’en reste pas moins passionnellement obnubilé et aveuglé par l’impolitique revanche qu’il veut tirer de ses barons révoltés, faisant une fois de plus primer le sentiment sur la raison9.

II – La réaction inévitable contre une tyrannie démasquée

A – La domination obsidionale de Landais

  • 10 Idem, p. 444-445, 452, 457-458 et 468.

31Landais, le favori quintessentiel, le mauvais génie de François II selon Bouchart, utilise, encourage et amplifie tous les errements du duc afin d’imposer aux Bretons son odieuse dictature. Poussant à leur paroxysme les vices congénitaux des courtisans, Landais abusant son maître le confine loin de ses sujets et des réalités dans une véritable claustration, ce qui lui permet progressivement d’intervertir entre eux le rapport de domination. Dans sa relation, Bouchart montre l’ascendant croissant, bientôt hégémonique, du trésorier. Il franchit un palier irréversible lorsqu’il devient le seul maître effectif de la politique nationale. Profitant de la familiarité, de l’affection et de la confiance que François II lui accorde imprudemment, le favori, comme corollaire de son omnipotence, le relègue à un rang de fantoche symbolique : conditionné par ses perfidies, le duc opine toujours à ses volontés10.

32Finalement, l’emprise du tyran sur sa victime résulte d’une sorte d’envoûtement, mais d’ordre psychologique et non pas issue des pratiques de la magie noire. Ici, Bouchart se montre humaniste très rationaliste, car il se refuse d’utiliser l’adéquation traditionnelle entre tyrannie et satanisme que pourtant certains Bretons avaient employée. On relève seulement que Landais a su inciter le duc à des plaisirs néfastes qui l’ont épuisé tant psychiquement que physiquement : il est établi depuis l’Antiquité que le tyran exploite les dépravations pour assurer son pouvoir. Dès lors, le despote est bien obligé de séquestrer de fait le prince pour que sa défaillance ne se révèle pas au grand jour, ce qui démasquerait aussitôt l’usurpation : seule cette fallacieuse apparence de l’autorité ducale légitime explique l’étonnante patience endurée par les Bretons.

33Évidemment, Bouchart polarise sa problématique sur la perversité de Landais, afin d’éluder la véritable question fondamentale pour la destinée de la Bretagne, puisque le trésorier recherche l’alliance anglaise pour rompre avec la France. De même, François II doit être disculpé de cette anglophilie pratiquée par son trésorier et honteuse selon Bouchart, alors qu’elle est en fait absolument nécessaire à l’indépendance armoricaine, comme le démontrera l’avenir.

  • 11 Idem, p. 452-453, 457, 466-467 et 472.

34Dessaisi à son insu du gouvernement, François II, malgré ses complaisances, est aussi la victime de ses favoris, et bien sûr, de l’infâme Landais. Déjà les "mignons" sont venus altérer par leurs médisances les belles qualités dont François II faisait montre à son avènement, ce qui a développé une excessive émotivité et, face aux déboires, une sorte de psychorigidité. Landais ne se contente plus d’attiser l’aversion du prince pour ses loyaux conseillers. Le tyrannique favori le chambre proprement, en interposant ses créatures tout autour de sa personne, dès lors inaccessible. Cette véritable séquestration détermine la stupéfiante apathie de François IL Significativement, Bouchart effectue de fréquentes allusions à la "Chambre" ducale, ce huis clos du confinement du monarque prête-nom. Les conjurés successifs viendront y chercher Landais qui s’y réfugiera finalement avec l’espoir d’une suprême protection. La dépendance scandaleuse du prince se dénoue là où elle était instituée, et par un geste hautement symbolique de tradition par la main ducale qui livre à la justice immanente l’indigne favori, comme pour mieux marquer, physiquement, la fin de l’accaparement du souverain11.

35Cependant, pour obvier à l’attachement entêté de leur suzerain, les barons devront lui imposer une nouvelle claustration domestique, comme s’il leur fallait employer à leur tour le détestable procédé du tyran, mais cette fois très momentanément, seulement pour l’éliminer, la dictature disparaissant par ses propres méthodes, selon une sorte de parallélisme des formes.

  • 12 Idem, p. 456-457, 459 et 472.

36Ainsi, proie de l’insatiable Landais l’anémiant, François II connaît, selon Bouchait, une grave défaillance psychique et morale qui explique sa démission des affaires publiques12. On retrouve ici la tonalité de la contrition officielle du duc absolvant les révoltés : François II s’y présente comme la première victime de son trésorier qui a honteusement abusé de sa confiance pour établir, à son insu, une odieuse tyrannie. Mais en attendant cette délivrance, provisoirement contre son gré, François II reste inconscient de l’animosité soulevée par son favori, puisqu’il ignore, d’après Bouchart, son omnipotence et ses méfaits.

37On retrouve toujours la causalité rigoureuse entre la solitude du pouvoir et son dérèglement. Bien sûr, le gouvernement de Landais va illustrer le plus systématiquement ce conditionnement fatal. Selon un lieu commun du temps ce tyran renfermé sur ses passions, de plus en plus isolé, perd peu à peu tout contact avec la réalité qu’il finit par nier dans le paroxysme de ses irascibles emportements. Bouchart insiste sur sa surprise, corollaire de son inconscience, face à la révolte des Bretons. Le despote a cru sommairement que l’arbitraire et la violence suffiraient pour les soumettre en les terrorisant, leur lâcheté présumée les dissuadant de tout mouvement. Il a oublié, par outrecuidance, que leur obéissance était due d’abord à leur loyalisme foncier vis-à-vis de leur duc et que la monstruosité de ses excès ferait tomber le masque fallacieux. Même après la réussite du coup de force contre lui, il conserve la naïveté de croire que l’interposition de François II suffira pour le sauver, comme si un arrangement amiable pouvait encore se discuter, alors qu’il vient de menacer les insurgés de terribles représailles. Sa condamnation puis son exécution l’étonnent encore, car jusqu’au bout il compte sur l’intervention du duc !

38Si ce renversement inouï des rôles entre François II et Landais constitue la singularité de cet épisode, en revanche les instruments employés par la dictature pour établir puis maintenir son despotisme ne déparent pas la gamme des procédés outranciers habituellement utilisés dans cette catégorie de régimes, car toutes les tyrannies procédant, selon la pensée chrétienne traditionnelle, d’un orgueil démesuré, vont exprimer l’extrapolation, la projection sur la société de la psychologie perverse de leur instigateur. À elle seule, l’emprise psychologique, donc subjective, de Landais ne suffirait peut-être pas à susciter une véritable tyrannie s’il ne s’y ajoutait pas un dessein objectif d’hégémonie sur l’ensemble du pays.

  • 13 Idem, p. 457 et 472.

39Avec son outrecuidance insensée, Landais est devenu le souverain exclusif de la Bretagne et s’est arrogé significativement le "plaisir" discrétionnaire réservé aux princes ("[...] Et Landoys disposoit des affaires de Bretaigne au nom du duc à son plaisir" "mais le faisoit son trésorier tenir en sa chambre sans converser ne communiquer affin que ce pendant il disposast de sa duché tout ainsi que se luy mesme en eust esté duc"13). A ce stade un point de non-retour est atteint : le despotisme du favori que l’on pourrait jusqu’alors qualifier de tyrannie régitive, par abus de pouvoir au détriment de François II, pour reprendre la classification et la terminologie des penseurs politiques médiévaux, deviendrait là une véritable tyrannie acquisitive par usurpation totale de l’autorité suprême. (Évidemment, pour contrer la confiscation illégitime d’un règne la révolte est beaucoup plus facilement justifiée).

40Bien sûr l’entreprise de subversion de la tyrannie exige la présence d’affidés aux fonctions névralgiques. En plusieurs occurrences, Bouchart laisse deviner une faction protéiforme et tentaculaire qui, d’ailleurs, après l’exécution de son promoteur, se perpétuera, funestement puisqu’elle empêchera une sincère réconciliation nationale, la tyrannie et ses agents suscitant et utilisant toujours la discorde intestine.

41Dans toutes les tyrannies, des vexations et des exactions assez semblables manifestent l’état de guerre entre les institutions traditionnelles et le tyran qui veut s’affranchir de toute contrainte. Cette oppression, conséquence du péché, se fondera sur les sentiments impies du dictateur cherchant, par rancœur, à subvertir tout l’ordre public et même social. Ainsi Landais voudra-t-il se revancher des hiérarchies traditionnelles qui lui ont d’abord été si défavorables du fait de sa basse extraction.

  • 14 Idem, p. 469.

42Bouchart cite au premier chef la "haine", en général associée à la vengeance, parmi les motivations du trésorier. Aveuglé par sa hargne, Landais n’hésite même pas à porter atteinte au sang de la famille ducale en faisant exécuter un bâtard de Bretagne14. Chez ce roturier cette vindicte insensée, sans doute issue de sa frustration sociale, s’accompagne d’une indigne peur des représailles. Ces deux sentiments entremêlés vont entraîner une incoercible frénésie de brutalités. Sa rage s’attise encore au cuisant souvenir de sa fuite éperdue lors de la première tentative de coup d’État. Menacé par l’explosion des mécontentements, le favori choisit la fuite en avant, une surenchère dans la répression qui provoquera fatalement la réaction qu’il prétendait éviter, alors que l’échec de la première insurrection montrait que le régime, dissimulé derrière un duc encore respecté, pouvait peut-être encore éviter une révolution violente en usant de conciliation et de concessions.

43Ainsi, selon la tradition moralisante venue des Grecs, la violence, par l’aveuglement du tyran, se nourrit de l’arbitraire, et réciproquement, d’où finalement l’inévitable explosion, lorsque la société ne peut plus supporter cette exacerbation croissante.

B – Le "Quatrième État" légitime le coup de force des barons

44Cette mainmise autocratique du favori va inévitablement rencontrer la résistance, d’abord latente puis ouverte, des corps administratifs. Dans un premier temps, sans quitter le cadre légal, les officiers vont refuser de participer aux exactions de la dictature, par des abstentions caractérisées, pour ne pas entacher leurs hautes fonctions. Lorsque la tyrannie touchera à son paroxysme, en menaçant directement les destinées du pays, ils pourront alors, sous la pression d’événements dramatiques, provoquer une véritable obstruction plus manifeste donc plus positive, avant finalement de basculer activement du côté des insurgés désormais légitimés de fait par l’arbitraire injustifiable de la dictature. Relevons brièvement qu’à plusieurs reprises, Bouchart révèle l’échec du despote à circonvenir de véritables juristes qui conservent toujours assez de probité pour refuser de compromettre la justice impartiale dont ils sont chargés.

45Le chancelier Chauvin, au nom de son éminente fonction, devient la figure emblématique de cette opposition des grands corps de l’Etat. Son calvaire, en manifestant toute la cruauté de la tyrannie, provoquera finalement, selon un juste retour des choses, la perte de Landais, lorsque les Bretons horrifiés par sa fin ignominieuse commenceront à se soulever.

  • 15 Idem, p. 442-443.
  • 16 Idem, p. 446, 452-453.

46Au fil du récit, l’antagonisme entre Chauvin et Landais s’amplifie et se simplifie aussi, le chancelier devenant le parangon du dévouement au Bien public, avant d’en devenir le martyr. C’est aussi un moyen pour Bouchart d’éluder l’enjeu froidement politique de leur rivalité, en centrant progressivement le problème breton autour de cet affrontement inexpiable. Landais est d’abord ulcéré par l’intransigeante raideur du chancelier refusant toute compromission avec lui. Ce parvenu de modeste origine ne peut sans doute comprendre, donc estimer, ce point d’honneur issu des valeurs aristocratiques15. Lorsque la fureur homicide de Landais se déchaîne à l’encontre de Chauvin, Bouchart insiste sur l’humiliation inouïe subie par le chancelier normalement premier personnage de l’Etat après son prince. Son arrestation est brutale, avec "prise de corps", sans qu’il puisse se justifier devant son duc. Dans un arbitraire complet, il est incarcéré secrètement et abandonné aux implacables séides de son ennemi. Ses tortionnaires le font dépérir par inanition, à petit feu, puisqu’il succombe finalement de faim et de misère. L’aristocrate, le chancelier de Bretagne, disparaît comme un gueux, pouilleux, affamé et décharné16. L’inversion des valeurs sociales est ainsi consommée, en réalisant la volonté de nivellement inhérente à toute tyrannie, fatalement obligée, pour s’imposer, de dégrader le respect naturel dû aux hiérarchies traditionnelles. Mais cet assouvissement de la toute puissance du meurtrier marque tout à la fois son apogée et le début de sa fin, par réaction.

  • 17 Idem, p. 446.
  • 18 Idem, p. 465.

47Pour remplacer l’incommode Chauvin, Landais impose à la tête de la justice un "homme simple et paisible" qui, pense-t-il, ne lui causera aucun désagrément17 Pourtant Chrestien de Pommorio deviendra le vengeur de son prédécesseur, tant le prestige de la fonction de chancelier peut métamorphoser son titulaire, en l’obligeant à prendre des décisions cruciales devenues nécessaires. Lors du second soulèvement des barons, il refuse d’entériner, en s’opposant au scellement, l’utilisation partisane que veut faire Landais de la lèse majesté pour briser ses adversaires. Cette abrupte fin de non recevoir marque aussi la prééminence recouvrée de l’office du chancelier lorsque la légalité recommence à prévaloir. Chrestien ne peut s’incliner que devant un exprès commandement de son duc, normalement en son conseil, et non pas devant le seul Landais, fût-ce nominalement sous couvert de François II18.

  • 19 Idem, p. 466-469.

48Dans l’arrestation de Landais imposée au duc, au milieu de l’envahissement de son palais par la foule, le chancelier se fait l’incarnation de la justice impersonnelle et inflexible. Pénétrant, à la faveur de l’émeute, dans la chambre de François II, Chrestien reste, pour les formes, un officier déférent. Le chancelier, qui n’est pas un factieux de tempérament, a seul l’autorité morale suffisante pour faire saisir le potentat déchu devant son prince, car il est le seul à être suffisamment indépendant pour lui garantir un procès équitable. Cependant, au-delà des expressions conventionnelles, le chancelier précise que sa terrible requête devra s’accomplir coûte que coûte, le duc étant seulement prié de bien vouloir que l’arrestation s’effectue avec son assentiment : l’intérêt public dont le chancelier est le garant l’exige, tout comme le peuple qu’il faut pacifier : " Mon souverain seigneur, je suis contrainct de prandre et constituer prisonnier vostre tresorier Pierre Landoys, et pour ce, Monseigneur, vous plaise pour paciffier vostre peuple tollerer et permettre que il soit prins et amené à justice". François II accepte de s’en remettre à l’impartialité et à la probité du chef de sa justice. Le chancelier accompagne encore l’accusé jusqu’à sa geôle pour lui éviter d’être mis à mal. Enfin, Bouchart précise que l’instance est menée "solennellement", avec de nombreux juristes indépendants, pour que soit tenue la promesse de Chrestien. Ainsi la condamnation de Landais est-elle présentée par Bouchart comme l’antithèse de l’élimination subreptice et odieuse de son adversaire Chauvin19.

49Face à cet exécrable despotisme de Landais, Bouchart, bien que loyal serviteur de l’État ducal, éprouve visiblement indulgence et compréhension pour la révolte des magnats menacés. C’est le véritable assassinat perpétré sur le chancelier Chauvin qui, spontanément selon Bouchart, provoque la levée de boucliers des barons, en cristallisant leurs ressentiments et leurs craintes. Ils pensent aussi bénéficier d’une opinion publique commotionnée par cette tragédie. Là encore l’habileté de Bouchart est de condenser la séculaire contestation des grands féodaux face aux ducs Montfort en une simple réaction quasi instinctive contre la tyrannie circonstancielle de Landais. Notre chroniqueur sous-entend que le mutisme imposé entre le pouvoir et le pays ne laissait pas d’autre issue, les remontrances sincères servant normalement de soupape de sécurité. Le dialogue nécessaire ne peut plus se rétablir que par l’élimination, forcément violente de Landais, pour dissiper le maléfice qui subjugue François II.

  • 20 Idem, p. 453-454.

50Mais cette première tentative, en 1484, va échouer, car, dans l’éclatement inopiné de leur fureur, les hauts feudataires ne savent pas rallier les Nantais et les serviteurs du prince qui s’interrogent sur leurs véritables motivations, faute d’explications et donc d’un minimum de concertation : Bouchart désavoue la manière trop expéditive et irrévérencieuse des barons, cet envahissement subit du château de Nantes où ils veulent, à l’instar de Landais, prendre à leur tour François II en otage, en l’isolant ainsi de ses autres sujets laissés dans l’ignorance du coup d’État qui leur est asséné comme un fait accompli. Les insurgés s’enferment avec le duc, alors qu’ils auraient dû faire l’inverse, comme l’avenir le prouvera, c’est-à-dire ouvrir le château, au moins aux représentants des corps constitués qui se seraient interposés entre eux et le peuple pour canaliser dans la même direction toutes les frustrations. Soumettant brutalement leur prince à une dépendance humiliante, les maladroits s’attirent automatiquement son indignation et celle de son peuple qui va faire échouer leur tentative par ses attroupements menaçants faute d’avoir pu éclaircir la sincérité des mutins en levant toute ambiguïté sur une éventuelle confiscation unilatérale du pouvoir20.

51En revanche, le second essai des barons en 1485 est, lui, une réussite, parce qu’un facteur nouveau et décisif intervient alors : les agents et les corps de l’État basculent les uns après les autres du côté des conjurés, permettant ainsi, avec les barons révoltés et le peuple soulevé, une véritable unanimité nationale pour abattre la dictature. Ces collaborateurs habituels et fidèles du monarque apparaissent beaucoup plus crédibles, plus désintéressés, car tout dévoués au pur Bien public, que des féodaux par trop enclins à la contestation, comme l’histoire l’atteste. Le rôle du corps administratif est ici fondamental pour le succès de la révolte, car il confère au mouvement la légitimité incontestable qui lui faisait défaut jusque là. Lui seul peut servir d’intermédiaire, de clef de voûte, pour faire correspondre les revendications des barons et du peuple avec les intérêts fondamentaux du pouvoir princier dont il reste le serviteur zélé, afin de maintenir la primauté de l’intérêt général qu’il incarne désormais, vu la défaillance du monarque neutralisé.

52Cette intervention politique des corps de l’État s’impose comme un devoir de conscience pour sauver le pays d’une atroce lutte fratricide que la tyrannie menacée provoque pour s’affermir. Les agents du prince ont évalué le moment où la tyrannie s’avérait décidément trop dangereuse pour pouvoir être supportée davantage : ils ont appliqué le fameux précepte de saint Thomas d’Aquin justifiant la révolte à la condition impérative qu’elle cause finalement moins de maux institutionnels et matériels que la prolongation de la dictature n’en susciterait. Évidemment, cette froide et objective estimation doit être réservée aux éléments les plus réfléchis du pays et de l’État, c’est-à-dire à ses corps constitués détenant une certaine forme d’autorité publique. On le voit, cette participation des cadres proto-étatiques est bien indispensable, selon Bouchait, pour légitimer puis conséquemment légaliser fictivement la révolution de palais qui fait choir Landais.

  • 21 Idem, p. 465-467.

53Concrètement, la propagation de cette salutaire insoumission commence par l’armée. Son ralliement aux insurgés qu’elle était précisément chargée d’anéantir prouve la conjonction des rancœurs de tous les nobles et du peuple. La rébellion dispose alors de sympathies, d’abord passives puis actives, parmi les membres de l’hôtel ducal. Même les serviteurs les plus familiers de François II, pourtant surveillés sinon épurés, passent à la sédition, preuve terrible de l’isolement du favori détesté. Même le dernier carré des "gardes du corps", ces parangons de fidélité, reste totalement passif lorsque le peuple envahit le château de Nantes. On ne le retrouve que pour escorter Landais vers sa geôle. Mais, comme on l’a vu, c’est le chancelier Chrestien de Pommorio, devenu le représentant de l’État et du pays, qui a le rôle décisif, en consacrant le ralliement définitif de toute la fonction publique qui peut désormais pour se justifier arguer de la justice la plus impartiale21.

54Mais, hors de la question particulière de la légitimité ainsi reconnue à cette contestation de la tyrannie, Bouchart ne peut cacher que subjectivement, malgré l’interposition conciliatrice des grands corps de l’Etat, la rancune funeste de François II contre ses barons ne s’éteindra pas, sans doute à cause des maladresses choquantes de leur premier coup de force qui l’ont durablement offusqué. En ce sens, la réaction contre Landais, pourtant inévitable et nécessaire, n’a politiquement qu’une réussite incomplète, puisqu’il a fallu contraindre le duc à se séparer du despote qu’il aurait dû renvoyer de lui-même. En partie à cause de la précipitation irréfléchie des magnats, la confiance ne sera jamais vraiment rétablie entre eux et François II. Les sentiments, fondés de part et d’autre sur un mélange de crainte et de hargne, continueront d’éclipser la sagacité politique, d’où finalement l’intervention étrangère sollicitée par tous les compétiteurs et le naufrage de l’indépendance bretonne.

Notes

1 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, t. II, p. 470-471.

2 Idem, p. 389, 390, 397-399 et 409-411 (sur Tanguy).

3 Idem, p. 445, 447-448 (sur l’opposition concernant l’exportation des blés).

4 Idem, p. 417, 433-434 et 453 (sur l’anglophilie du duc et de Landais).

5 Idem, p. 435.

6 Idem, p. 474-475.

7 Idem, p. 395.

8 Idem, p. 409-410.

9 Idem, p. 472.

10 Idem, p. 444-445, 452, 457-458 et 468.

11 Idem, p. 452-453, 457, 466-467 et 472.

12 Idem, p. 456-457, 459 et 472.

13 Idem, p. 457 et 472.

14 Idem, p. 469.

15 Idem, p. 442-443.

16 Idem, p. 446, 452-453.

17 Idem, p. 446.

18 Idem, p. 465.

19 Idem, p. 466-469.

20 Idem, p. 453-454.

21 Idem, p. 465-467.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search