Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Force, légitimité et pouvoir dans le xiième panégyrique latin et dans l’Histoire Auguste

Christian Bruschi

Texte intégral

  • 1 Le Monde, 5 sept. 1962.

1Le Bas-Empire est perçu comme une période propice aux coups de force, aux usurpations. Le pouvoir y aurait été à la merci des armes. En 1962, après l’attentat du Petit Clamart, Sirius publie un éditorial dans le journal Le Monde rapprochant cet événement des mœurs du Bas Empire1. La fin du monde romain aurait permis à des usurpateurs de prendre le pouvoir en éliminant physiquement l’empereur ou les empereurs en place dans cadre d’une guerre civile quasi-permanente.

  • 2 Constantin est le fils de Constance Chlore, César de Dioclétien et de Maximien, puis Auguste. Julie (...)
  • 3 Constantin part de Bretagne pour conquérir le pouvoir impérial. Maxime commande en 383 les troupes (...)

2Cette vision n’est pas conforme à la réalité historique pour deux raisons. Dans la période dite de l’anarchie militaire au IIIème siècle, les coups de force ont souvent réussi, il n’en va pas de même aux IVe et Ve siècles où les tentatives nombreuses n’ont pas abouti, à l’exception de celles se prévalant d’une certaine légitimité comme Constantin en 312 ou Julien en 360-3612. De plus, les entreprises usurpatrices ont généralement une signification régionale. Elles sont la manifestation des rapports conflictuels entre la périphérie et le centre. Elles se sont produites en grand nombre en Bretagne ou en Afrique et ne revêtent pas le caractère d’une guerre civile généralisée3

3Quoiqu’il en soit, ces coups de force s’inscrivent dans un contexte institutionnel particulièrement flou. Si l’on fait abstraction de la brève période de la tétrarchie, l’époque ignore tout système de succession. Quant aux critères de légitimité, ils demeurent tellement évanescents, qu’il s’agisse du principe dynastique, de la cooptation ou de l’association au pouvoir impérial, ou de l’adhésion de l’armée que l’on peut douter de leur réelle portée.

4Dans le jugement relatif au règne d’un empereur, tient-on compte de la manière dont s’est effectuée la prise du pouvoir ou s’appuie-t-on essentiellement sur son œuvre pour déterminer s’il a été un bon prince ou un tyran ?

  • 4 La damnatio memoriae est la condamnation par le Sénat de la mémoire de l’empereur défunt et de ses (...)

5La divinisation ou, au contraire, la damnatio memoriae ont illustré cette vision a posteriori qui ne saurait être appréhendée seulement comme une décision de gratitude ou de revanche du Sénat et qui mérite d’être mise en rapport avec le concept de légitimité4. Le pragmatisme romain juge plus sur les actes que sur l’origine du pouvoir et peut déboucher sur ce que l’on pourrait considérer comme une légitimité post mortem.

  • 5 Épître aux Romains, 13, 1.
  • 6 Histoire ecclésiastique, IX, 29, 2.
  • 7 BREHIER (Louis), Les institutions de l’Empire byzantin. Albin Michel, 1970, p. 14 et s.
  • 8 BREHIER (Louis), op. cit., p. 14 cite Sickel, Das Byzantinische Krönengrecht bis zum Jarhundert, 18 (...)

6Le christianisme commence à faire sentir ses effets au IVe siècle. 11 place la source du pouvoir en Dieu, comme l’a dit saint Paul dans l’Épître aux romains 5. Le fameux discours d’Eusèbe de Césarée prononcé pour le trentième anniversaire de l’avènement de Constantin marque un tournant puisqu’il y affirme que l’empereur reçoit et revêt l’image de sa suprême royauté du Seigneur de l’univers. Le même Eusèbe, dans l’Histoire ecclésiastique, avait présenté Constantin comme l’envoyé de Dieu tout en insistant sur sa filiation (légitimité dynastique) : "empereur, fils d’empereur, homme pieux, fils d’un homme très pieux et très sage en tout, fut suscité par le Roi souverain, Dieu de l’univers et Sauveur, contre les tyrans très impies"6. Mais cette conception ne va pas s’imposer d’un coup. L’empire protobyzantin, puis byzantin substitue à l’empereur chef de guerre l’empereur chef de cour ; le succès ou la défaite des armes n’est plus l’œuvre exclusive de la fortune de l’empereur. Pour autant, le changement n’est pas aussi grand qu’il pourrait paraître. Le principe dynastique est mieux respecté à Byzance qu’à Rome mais il n’empêche pas les usurpations. Il n’y a pas de loi de succession au trône bien définie et la providence divine provoque l’avènement d’un souverain dont l’Empire a besoin dans une période donnée7. Cette intervention de la providence divine ne permet-elle pas aussi de justifier a posteriori les coups de force, les assassinats des empereurs en place et les usurpations sans que la façon d’accéder au pouvoir soit un critère de légitimité8 ?

7Dans les œuvres littéraires du Bas Empire, et non de la période proto-byzantine ou byzantine, contenant des développements susceptibles d’aider à la compréhension du rapport entre force et légitimité, deux retiennent plus particulièrement l’attention : le XIIème Panégyrique latin et les écrivains de l’Histoire Auguste.

  • 9 GALLETIER (Edouard), coll. G. Budé (Les Belles Lettres, Paris 1955) ; mais les traductions proposée (...)

8Les onze Panégyriques latins, plus celui de Trajan par Pline pris comme modèle du panégyrique du bon prince, célèbrent des empereurs sur l’ensemble d’un siècle, de 289 à 389. Deux sont consacrés à Maximim, deux à Constance Chlore, cinq à Constantin, un à Julien et un à Théodose. La plupart des auteurs demeurent anonymes9.

  • 10 Op. cit., p. 51-52.
  • 11 Nous le savons par deux constitutions du code théodosien, l’une du 6 février 390, est adressée à Dr (...)

9Dans l’archétype, le premier discours après celui de Pline est celui dédié à Théodose qui fut pourtant le dernier à être prononcé. Comme le remarque Édouard Galletier, "Outre le discours de Pline, nous trouvons en tête trois textes dont le titre offre tout à la fois le nom de l’orateur et celui du prince [...] tous les trois dans l’ordre chronologique inverse, 389, 362 et 321". Pacatus prononce ce discours en 389, entre juin et septembre, à Rome devant le Sénat10 Pacatus est gaulois, originaire de Bordeaux, pense-t-on ; il est l’ami d’Ausone et de Symmaque. Grâce à Théodose et à la suite de son panégyrique, il occupe d’importantes fonctions, proconsul d’Afrique en 390 et comte de la chose privée en 39311. Est-il païen ? nous ne pouvons l’affirmer même s’il est étroitement lié aux milieux sénatoriaux restés très attachés à la religion traditionnelle.

  • 12 Op. cit., XII, 1, P- 68.
  • 13 STEIN (E.), Histoire du Bas Empire, Paris 1959, t. I, p. 202 ; PETIT (P.), Histoire générale de l’E (...)

10Quant il prononce en 389, son panégyrique, il le fait en tant que gaulois ; dès le début, il fait référence à son rude et grossier langage transalpin12 ? En effet, il vient exprimer sa gratitude, lui qui, en Gaule, a souffert de la tyrannie de Maxime qui vient d’être vaincu et exécuté par Théodose. Ce n’est donc pas un panégyrique d’avènement, pas plus qu’un éloge funèbre mais en 389, Théodose, empereur depuis dix ans, vient de vaincre l’usurpateur Maxime qu’il avait cependant reconnu comme Auguste en 384, lui laissant nommer un des consuls13. Il a donc besoin d’un surcroît de légitimité pour faire oublier cette légitimité temporaire qu’il avait concédée à son rival.

  • 14 GIBBON (E.), Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, traduit de l’anglais par M.F. Gu (...)
  • 15 Histoire Auguste, R. Laffont, Paris 1994, p. IX-CLXXIV ; mais les traductions proposées dans cette (...)

11L’Histoire Auguste est constitué d’une série de biographies impériales, dans lesquelles l’on trouve des empereurs légitimes comme des usurpateurs. Œuvre étonnante, elle a été l’objet depuis Edward Gibbon14 d’approches critiques qui sont parfaitement répertoriées par André Chastagnol dans la remarquable synthèse servant d’introduction au texte de la traduction de l’Histoire Auguste qu’il donne dans la collection Bouquins15 André Chastagnol invoque les délices de l’imposture. Contrairement à ce qu’a voulu faire croire l’auteur, l’ouvrage n’aurait pas été écrit par six auteurs différents mais par un seul et il ne date pas des règnes de Dioclétien ou de Constantin auxquels les biographies sont adressées mais d’une période plus avancée du IVe siècle.

  • 16 Hermès, 24, 1889, p. 337-392.
  • 17 Emperors and Biography, Oxford 1971, p. 16.
  • 18 Op. cit., p. LXXXIII.

12L’hypothèse a été lancée par un élève de Mommsen, Hermann Dessau dans la revue Hermès de 188916. Cette hypothèse est aujourd’hui unanimement admise. La datation qui emporte la préférence des spécialistes se situe entre 392 et 394 ou 396, durant la période de l’usurpateur Eugène ou dans les années qui la suivent immédiatement. Cette datation est notamment retenue par Ronald Syme17. Un élément joue justement en sa faveur comme l’écrit André Chastagnol : "il est presque sûr que c’est plutôt le panégyriste Pacatus qui, après avoir retenu en l’arrangeant une expression de Florus l’historien (I, 6, 8), a servi de source immédiate à l’Histoire Auguste". Et André Chastagnol ajoute "ce qui n’est pas sans importance puisque le discours de Pacatus a été prononcé devant l’empereur Théodose et le Sénat en 389"18.

  • 19 Op. cit., p. CL

13On a comparé l’imposture de l’Histoire Auguste à la mystification d’Ossian car, comme James Macpherson, son auteur a recours au faux document mais comme le note André Chastagnol19, le faux document est une invention bien antérieure au IVe siècle, comme le "décret de Thémistocle", gravé sur pierre, fabrication postérieure de deux siècles à la bataille de Salamine. Ce qui importe, ce n’est pas tant ce que nous apprend l’auteur sur le plan historique mais ce qu’il nous apprend sur ses intentions et ses idées. Qu’il traite d’une période éloignée de plus d’un siècle, voire de deux siècles pour les premières biographies, n’a d’intérêt que par rapport au contexte dans lequel il écrit. L’imagination débordante de l’auteur qui, comme il a été vu, invente ses sources et cite des auteurs qui n’ont jamais existé, n’est pas rédhibitoire mais élargit au contraire sa liberté de pensée. L’auteur qui s’adresse à Dioclétien et à Constantin, n’hésite pas à leur prêter des propos qui sont de son invention. Pacatus et l’auteur de l’Histoire Auguste sont donc contemporains. Tous deux ont largement puisé dans le passé de Rome pour traiter leur sujet. Leurs œuvres respirent la fin d’un monde et se présentent sous certains aspects comme un bilan, plus particulièrement pour ce qui est du pouvoir pris entre force et légitimité.

14La finalité des deux œuvres n’est pas la même. La première vise à consolider la légitimité d’un empereur après sa victoire sur un usurpateur avec lequel il avait d’abord pactisé. La seconde vise à démontrer que les usurpations ne font pas nécessairement des tyrans. Cependant des préoccupations essentielles leur sont communes : les deux auteurs ont à juger du rôle de la force dans l’accession au pouvoir et de ce qui constitue la légitimité, aussi bien de la légitimité a priori déterminée par les conditions d’arrivée au pouvoir que de la légitimité a posteriori déterminée par ce que le souverain a fait du pouvoir.

I – Force et accession au pouvoir

  • 20 La première biographie concerne Hadrien, op. cit., p. 16-57, la dernière Carin, p. 1167 à 1169.

15Les deux auteurs n’ont pas la même démarche. Pacatus vient à Rome, à titre officiel, en tant que rhéteur gaulois, célébrer un homme qui a su garder l’empire face à un usurpateur, ou du moins à un rival présenté comme tel. L’auteur de l’Histoire Auguste ne s’intéresse pas à un seul empereur, ses biographies concernent tous ceux qui sur un siècle et demi ont accédé à l’Empire20. L’un et l’autre examinent cependant la façon de gouverner en la mettant en rapport avec le type d’accession.

Rejet ou acceptation de la force

  • 21 Ammien Marcellin, 25, 5, 3 ; STEIN (E.), op. cit., 1. I, p. 170 ; PETIT (P.), op. cit., p. 625.
  • 22 Op. cit., XII, 12, p. 78-79.
  • 23 Idem.

16Pacatus ne rejette pas la force par principe. Il ne s’enferme pas dans une dialectique force-légitimité en condamnant la force au nom de la légitimité. Son propos est d’opposer ceux qui désirent ardemment le pouvoir, quels que soient les moyens pour y parvenir à ceux qui sont en quelque sorte contraints de l’accepter. Théodose entre dans la seconde catégorie où, d’après Pacatus, il n’a pas son pareil. Ne pas désirer le pouvoir a pu être mis en valeur dans d’autres circonstances. À la mort de Julien en 363, Saturninus Secundus Salutius, haut fonctionnaire civil, préfet du prétoire d’Orient, refusa le pouvoir impérial21. C’est le désir du pouvoir qui est en soi condamnable pour Pacatus, même si l’assassinat de l’empereur, le sang versé sont des extrémités encore plus condamnables. Il s’exclame : "Seul donc, Auguste, seul, dis-je, de tous ceux qui ont régné jusqu’ici, tu as concédé d’être empereur". Et il ajoute qu’il a accepté malgré lui (invitas) alors que d’autres ont acheté les suffrages des légions, ou même ont profité du vide du pouvoir22. Mais l’orateur rappelle aussi que Théodose n’était pas de la famille des empereurs précédents et qu’il a été appelé en tiers. L’expression est digne d’intérêt et renvoie au droit. Le droit romain reconnaît dans certains cas un droit au tiers qu’il tient directement et personnellement du contrat, il peut le faire valoir au moyen d’une action utile alors qu’il n’est pas partie au contrat. Pour conclure Pacatus affirme, reprenant ce qu’il vient de dire, que ni la brigue, ni l’occasion (entendu comme moment favorable ou propice où l’on peut tenter sa chance), ni la parenté ont provoqué son avènement23.

  • 24 Idem.

17Après avoir conclu sur ce point, il dresse le contre-portrait de Théodose à travers les usurpateurs, non pas seulement de Maxime mais en général : parricides publics parce qu’ils se sont emparés du sceptre par l’assassinat de leurs maîtres et ont acheté l’Empire avec le prix du sang24. Le crime de parricide est le crime public par excellence puisqu’il atteint l’empereur qui, depuis Auguste et Caligula, Tibère l’ayant refusé, porte le titre de père de la patrie. Le panégyriste semble rempli d’horreur par la conquête du pouvoir par l’assassinat, mais peut-être s’agit-il d’un effet pour célébrer a contrario Théodose.

  • 25 Op. cit., Avidius Cassius, III, 3, p. 194.

18Toute autre est la vision de l’Histoire Auguste. Ce qui compte, c’est le fait : porter le nom d’empereur et revêtir la pourpre. Dans la vie d’Avidius Cassius, s’adressant à Dioclétien, l’auteur expose sans ambiguïté l’objet de son ouvrage : "En effet je me suis proposé, Dioclétien Auguste, d’évoquer dans mon ouvrage tous ceux qui ont porté le nom d’empereur, que ce soit pour une cause juste ou injuste, afin que tu connaisses tous ceux qui ont porté la pompe, Auguste"25.

  • 26 Op. cit., Didius Iulianus, VI, 5, p. 292.
  • 27 Idem, VI, 6-7, p. 294.

19La légitimité transparaît à travers la force. Cette dernière se justifie par la fonction de chef de guerre de l’empereur. L’auteur l’illustre parfaitement au sujet de la lutte entre Didius Iulianus et Septime Sévère. Le second, à la tête de ses troupes, marche sur Rome tandis que le premier est abandonné par les cohortes prétoriennes. Il tente alors, par de vains efforts, d’opposer la vieille Rome à la Rome brutale et barbarisée. "Voyant ce qui se passait, il demanda au Sénat d’aller au devant de l’armée de Sévère avec les vierges vestales et tous les autres prêtres et de l’interpeller en tenant les bandelettes des victimes, tentant une vaine chose contre des soldats barbares"26. Mais Didius Iulianus est ridiculisé, et Plautius Quantillus, consulaire et augure, s’oppose à cette tentative et lui rétorque avec superbe que ne devait pas être empereur celui qui n’était pas capable de résister par les armes à son adversaire et il reçut le soutien de nombreux sénateurs27.

  • 28 Op. cit., Pertinax, VI, 3, p. 262.
  • 29 Ammien Marcellin, XXV, 5, 3.

20La capacité guerrière est un critère décisif dans le choix de l’empereur, comme dans le jugement porté sur son œuvre. L’auteur de l’Histoire Auguste y fait encore référence pour Pertinax. N’écrit-il pas : "L’armée appréhendait de servir sous un vieil empereur"28. Pertinax a alors soixante-sept ans. Ammien fait part d’une réaction au sujet de la succession de Julien, mort à la suite d’une blessure qui lui a été infligée lors d’une bataille contre l’armée sassanide. Réunis en conciliabule restreint, les chefs de l’armée choisissent le nouvel empereur. Avant Jovien, le premier pressenti est Salutius, qui refusera, comme cela a déjà été précisé mais un militaire de haut rang, avait dit, vu son âge : "Que ferez-vous d’un empereur qui ne conduira pas la guerre..."29.

21Mais au-delà de la force, critère de légitimité, l’auteur s’interroge sur le caractère légitime des usurpations qui dépendrait de la qualité de l’empereur renversé ou assassiné : était-il un bon ou un mauvais empereur ?

  • 30 Op. cit., Trente tyrans, XXVI, 1, p. 901.
  • 31 Op. cit., Marcus Antoninus, XXIX, 9, p. 159.
  • 32 Op. cit., Avidius Cassius, p. 202.

22Évoquant Gallien qui fit l’objet de la damnatio memoriae, il écrit, en précisant qu’il le fait avec un sentiment de honte : "Je poursuis, mais j’en ai honte, tant les tyrans (terme pour désigner les usurpateurs) furent nombreux sous Gallien, par la faute de cette peste. En effet il se vautrait tellement dans la luxure qu’il méritait des rebelles en grand nombre..."30. L’usurpateur est quasiment investi d’une fonction de justicier. L’auteur est encore plus clair dans les paroles qu’il prête à Marc Aurèle. Il éprouve pour lui une certaine admiration, notamment pour sa quête de la vérité. N’écrit-il pas pour conclure sa biographie : "Il ne croyait pas aveuglément ceux qui le soutenaient, mais consacrait toujours du temps pour savoir ce qui était vrai"31. Dans la vie d’Avidius Cassius on apporte à Marc Aurèle la tête de Cassius et on lui demande ce qui serait arrivé si Cassius avait été vainqueur et lui en conséquence vaincu, voire assassiné. Il répond que le respect des dieux et la façon dont il vit ont empêché que Cassius ait pu vaincre. Mais, ne s’arrêtant pas là, il énumère les empereurs assassinés et il en donne les raisons, il conclut que jamais un bon empereur n’a été vaincu ou assassiné. Néron ne l’a-t-il pas mérité ? Il fallait le faire pour se débarrasser de Caligula. Galba a été victime de son avarice. De même et au prix d’une fantaisie historique, Pertinax (qui a régné alors que Marc Aurèle était mort depuis treize ans)... En revanche Auguste, Trajan, Hadrien, Antonin le pieux n’ont pas été renversés par leurs adversaires, pourtant en grand nombre, qui ont été éliminés. Mieux encore, ils l’ont été contre la volonté de l’empereur ou à son insu...32

23Au terme d’un tel raisonnement l’usage de la force est pleinement justifié par le comportement de l’empereur en place même s’il mène à l’élimination physique de ce dernier. Et, froidement pragmatique, l’auteur croit constater que seuls les mauvais empereurs ont été éliminés, quel que soit leur mode d’accession au trône.

24Prolongeant cette logique, il démontrera que l’usurpateur ne fait pas nécessairement un mauvais empereur.

Usurpateur et tyran

25Les termes "tyran" (tyrannus, du grec turanos’), "tyrannie" (tyrannidis), "tyrannicide" (tyrannicida) sont fréquents tant dans Pacatus que dans l’Histoire Auguste. Quand il s’empare du pouvoir tout usurpateur, y compris dans l’Histoire Auguste, est appelé tyran, qu’il intervienne iusta causa ou iniusta causa. Ce qui ne signifie pas qu’il le restera après. En contrepartie tout tyran n’est pas un usurpateur comme le révèle l’exemple maintes fois cité de Domitien ou de Commode.

  • 33 Op. cit., p. 80.
  • 34 La littérature chrétienne célèbre souvent un retrait de la vie publique pour développer une vie int (...)
  • 35 Op. cit., XII, p. 79-80.

26Dans les louanges adressées à Théodose, Pacatus revient sur le désir du pouvoir qu’il juge néfaste et qui laisse présager le mauvais prince . A l’inverse celui qui ne désire pas le pouvoir sera un bon prince. Il s’en explique à l’aide d’une argumentation assez élaborée. Celui qui ne désire pas l’Empire est, après son accession au pouvoir et malgré sa fonction, un particulier (privatus)33. Et comme particulier il respecte les autres particuliers. Pacatus valorise ainsi ce qui est privé et en fait un garant de la res publica. Il n’est pas le seul à la fin de l’antiquité à mettre l’accent sur l’importance du privé34 en opposition à une immixtion du public dans les affaires des particuliers et à y voir un signe du bon fonctionnement des relations entre la puissance publique et les sujets. L’homme public, caractéristique de la civilisation antique grecque et romaine, recule face à l’homme privé. Pacatus pousse encore plus loin son raisonnement au sujet du respect des lois. Il affirme que "Ceux qui ont désiré l’Empire avec avidité (qu’ils soient ou non des usurpateurs), ont une vie affranchie des lois. Leur cruauté réclame le droit de mettre à mort sans jugement, leur cupidité celui de piller les particuliers, leur passion libidineuse celui de souiller l’honnêteté et ce en toute impunité"35.

27Pacatus oppose le droit que s’octroie celui qui a le pouvoir au respect des lois, en jouant sur les termes lus et lex. Il ne dit pas que le pouvoir doit s’exercer dans le cadre des lois mais il est conscient que celui qui a le pouvoir en abuse et qu’un homme public a de la difficulté à ne pas en abuser. Il sait en revanche que les particuliers sont soumis aux lois. Théodose sur le trône est resté un particulier, qui continue à craindre de verser le sang humain et qui ne convoite pas le bien d’autrui, et comme particulier il ne s’autorise pas ce que les lois ne lui permettaient pas de faire avant qu’il ne devienne empereur. Pacatus n’exprime pas une théorie antique de l’État de droit. Pour lui le pouvoir impérial est arbitraire par nature, l’empereur faisant la loi se situe au-dessus des lois mais si celui qui le détient reste un particulier, il demeure soumis aux lois comme tout particulier. Il subvertit le thème du privé corrompant le public. Ce n’est pas l’intérêt privé qui l’emporte sur la chose publique, c’est au contraire le privalus (particulier) qui sauve la chose publique parce qu’il ne se met pas au-dessus des lois.

  • 36 Op. cit., Severus, V, 1, p. 314.
  • 37 Op.cit., Alexander Sévèrus, XXIV, 4, p. 588. L’auteur oppose clairement le public et le privé au su (...)
  • 38 Op. cit., Avidius Cassius, XIII, 8, p. 208.

28L’auteur de l’Histoire Auguste a une opinion sensiblement différente. Quand quelqu’un devient un homme public, il devient un autre homme. Évoquant Septime Sévère il écrit que jusque-là il a mené sa carrière militaire en privatus (particulier)36, et quand il fut proclamé empereur par les légions, il changea d’attitude, agissant à l’égard de ses soldats, comme à l’égard de la population des provinces de façon à les gagner à sa cause en tant qu’homme public. L’auteur précise alors que le Sénat l’a déclaré ennemi public comme s’il voulait bien montrer qu’il était définitivement sorti de son statut de privatus. Généralement, il donne au public sa préférence par rapport au privé37. Toujours pragmatique, l’auteur ne considère pas que l’usurpateur assurera nécessairement le pouvoir comme un tyran. Pour lui, il n’y a pas de rapport de conséquence entre l’accession du pouvoir et la suite du règne. Et il en arrive même à regretter l’échec d’une usurpation quand il pense que l’usurpateur aurait été un bon empereur. N’écrit-il pas au sujet d’Avidius Cassius : "S’il avait obtenu le pouvoir, il eut fait un bon empereur non seulement clément, mais probe, efficace, en un mot excellent"38.

  • 39 Théodore de Bèze développe dans l’ouvrage Du droit des magistrats sur leurs sujets (1575), publié p (...)

29Sans le dire ainsi, l’auteur expose la distinction élaborée au XVIe siècle entre le tyran usurpateur que l’on appellera le tyran d’origine et le tyran par exercice du pouvoir que l’on appellera le tyran manifeste ou d’exercice39, mais les deux catégories lui apparaissent étanches, sans rapport nécessaire entre elles comme si le tyran d’origine pouvait ne pas être tyran d’exercice et inversement.

  • 40 Antoninus Eliogabalus, XXXIV, 4, 5 ; op. cit., p. 542 "Deinde illud, quod clementia tua solet decer (...)

30Dans la vie d’Elagabal, s’interrogeant comment un tel individu avait accédé à l’Empire et avait pu régner presque trois ans sans succomber à un tyrannicide, il se conforme à ce qu’aurait dit Constantin : * J’ai enfin vu qu’il faut être en accord avec ce que ta clémence a l’habitude de dire : « être empereur est l’affaire de la fortune »", rejetant de la sorte toute légitimité a priori. Et il ajoute pour mieux faire comprendre ce qu’il avance en faisant toujours référence à ce qu’aurait dit Constantin : "que ne sont dignes de l’empire que ceux que la force fatale "vis fatalis" a conduit à la nécessité de régner"40 Il s’en remet totalement au destin, à cette force fatale qui choisit les empereurs, y compris s’ils le deviennent par la violence et le crime.

31Les conceptions opposées de Pacatus et de l’auteur de l’Histoire Auguste sur la prise de pouvoir par la force et ses conséquences laissent supposer des conceptions tout aussi opposées sur la légitimité.

II – La légitimité en question

32Aucun des deux auteurs n’expose une conception bien claire de la légitimité. Ils sont et l’un et l’autre marqués par l’histoire des empereurs qui révèle que la légitimité n’a pas été essentielle dans l’appréhension du pouvoir impérial.

33Pacatus n’hésite pas à multiplier les facteurs de légitimité en relation avec la conjoncture. Ces facteurs de légitimité convenus ou surprenants, censés justifier l’accession de Théodose à l’Empire, s’effacent quelque peu devant l’homme providentiel associé à la divinité. L’Histoire Auguste développe une grande méfiance à l’encontre de tout légitimisme, et préfère en définitive une sorte de légitimité a posteriori.

L’hérédité et les autres facteurs de légitimité

34Pacatus est en quête de légitimité, mais n’en fait-il pas trop pour demeurer crédible ? En revanche cette quête de légitimité est absente de l’Histoire Auguste.

  • 41 "Dies qui te primus inauguravit imperio", op. cit., XII, 3, p. 70.
  • 42 "Iacebat innumerabilibus malis segra vel potius dixerim examinata res publica, barbaris nationibus (...)
  • 43 Idem, et PETIT (P.), op. cit., p. 630.
  • 44 XII, IV ; op. cit., p. 71. IV, p. 70.

35Pacatus reprend tout le registre des légitimités possibles, en commençant par celles qui n’ont rien à voir avec l’hérédité. Il remonte à l’avènement de Théodose, dix ans auparavant41. Après la mort de Valens et la défaite d’Andrinophe, la situation de l’Empire était critique. Il la décrit de la sorte : “l’État gisait, touché ou plutôt devrais-je dire épuisé par des maux innombrables. Les peuples barbares submergeaient le nom de Rome comme un déluge"42. Théodose s’est imposé comme une nécessité en vue de remédier à cette situation pour protéger la jeunesse d’un empereur, Valentinien II, âgé de huit ans, et pour aider Gratien dans sa tâche43 Mais la nécessité peut-elle fonder la légitimité ? Le panégyriste en perçoit les limites et propose, dix ans après, de mener une enquête, toute virtuelle, auprès de chacun et de tous, pour savoir ce qu’il fallait faire à l’époque pour parer à l’affaissement de la chose publique. Cette idée lui permet de faire une référence à la plus étonnante des démocraties, celle qu’il imagine un bref instant pour convaincre ses auditeurs. Il s’exprime ainsi : "Faisons en sorte que la chose se pose de nouveau en son entier et que soit demandé à des comices générales du monde qui doit supporter le poids du pouvoir et recevoir la destinée chancelante de Rome. Les suffrages de tous, que le vote se produise par tribus ou par centuries eussent élu..." Il montre ainsi sa connaissance, au moins élémentaire, des institutions de la période républicaine. Il les ressuscite mais en les étendant à l’ensemble du monde romain. Et il ajoute que "l’on constatera que le prince nommé est celui qui aurait dû être élu par tous et entre tous"44.

  • 45 Gratien avait été assassiné en août 383 à la suite de l’usurpation de Maxime. C’est au début du règ (...)

36Dans les facteurs de légitimité, l’expérience occupe une place non négligeable. Si Théodose a remporté ses élections virtuelles, c’est du fait de sa double expérience des affaires militaires et des affaires civiles. En revanche Pacatus ne fait que suggérer l’association de Théodose à l’Empire par Gratien et Valentinien. Cette association a pourtant été le moyen institutionnel de le faire légitimement accéder au pouvoir. Sans doute ne veut-il pas le montrer obligé, non de Gratien assassiné par Maxime, mais de Valentinien II alors que ce dernier, tout juste âgé de dix-sept ans, apparaît encore placée sous sa protection45.

  • 46 Op. cit., XII, 5, p. 72.
  • 47 "Quantum tota et res publica habet hostiuin tantum una familia ostenderet triumphorum" op. cit., XI (...)
  • 48 Op. cit., XII, 6, p. 73.

37Malgré cette argumentation appuyant une légitimité non héréditaire, l’orateur n’abandonne pas toute référence à l’hérédité, même s’il laisse percer un certain embarras. Il loue les exploits similaires du père de Théodose, énumérant longuement ses victoires et regrettant l’ancien usage qui consistait à donner aux généraux romains les noms des peuples qu’ils avaient vaincus46. Et il glisse progressivement vers la filiation qui donne la légitimité, en mettant en rapport État et famille : "une seule famille (celle de Théodore) peut exposer autant de triomphes que l’État tout entier compte d’ennemis"47 Mais n’est-ce pas porter ombrage à l’empereur que de trop insister sur la gloire de son père ? Non car cette gloire ne se mesure qu’à l’aune "de la grande vertu et de l’extrême félicité du fils"48.

  • 49 Alfred de Vigny, "L’esprit pur, À Éva", Les destinées, "Si j’écris leur histoire, ils descendront d (...)
  • 50 Op. cit., XII, 6, p. 75.
  • 51 "O digna imperatore nobilitas eius esse filium principem qui princeps esse debuent" (op. cit., XII, (...)
  • 52 Op. cit., XII, 7, p. 74.
  • 53 Idem.
  • 54 Arcadius avait été nommé Auguste dès 383, à la mort de Gratien, Honorius le fut en 392.
  • 55 Op. cit., XII, 45, p. 111.

38Pourrait-on dire comme l’écrira un grand poète français du XIXe siècle que ses ancêtres descendent de lui49 ? Non, Pacatus ne va pas jusqu’à se réclamer d’une hérédité qui rétroagirait mais établit un lien de similitude entre le père et le fils pour leurs qualités remarquables50. Et de façon virtuelle, comme pour l’élection par des comices du monde, il fait de Théodose le successeur d’un empereur virtuel qui en définitive n’a jamais été empereur : "Ô digne noblesse impériale que l’empereur soit le fils de celui qui aurait du être empereur"51 Mais cette hérédité n’est pas élevée à la hauteur d’un principe, et le panégyriste par la suite sait se montrer implicitement critique de l’hérédité qui fait accéder des enfants ou de jeunes enfants inexpérimentés à l’Empire. La jeunesse n’est pas sans danger et il fait référence encore à la République qui imposait un âge minimal pour accéder aux magistratures, qu’il s’agisse des plus hautes ou de la préture et de l’édilité52. Cette jeunesse est la source de passions et de dérèglements, et sur ce point encore l’accession de Théodose à l’Empire s’est faite à point nommé alors qu’il avait le suffrage des années, l’auteur faisant encore usage d’une image électorale pour opposer l’âge mûr de Théodose à celui de Gratien et de Valentinien II au moment où ils ont accédé à l’Empire53. Pacatus, tout au long de son argumentation, manifeste donc une grande ambiguïté au sujet de l’hérédité et par voie de conséquence de la légitimité dynastique. Cette ambiguïté ne l’empêche pas d’appeler de ses vœux une dynastie théodosienne. alors même que Théodose commence à associer sa descendance à l’Empire54. Il proclame à la fin de son panégyrique : "Nous savons que rien ne sera tenté [contre l’Etat] tant que l’Empire sera à toi et aux tiens"55.

  • 56 "Auspicium crudelitatis [...] dedit anno aetatis duodecimo" op. cit., Commodus Antoninus, I, 9, p.  (...)
  • 57 "Exemplo Pii, qui Verum et Marcum Antoninos per adoptionem filios rei publicae reliquit. Hoc melius (...)
  • 58 "Et reputanti mihi, Diocletiane Auguste, neminem facile inagnoruin virorum optimum et utilem filium (...)

39L’Histoire Auguste rejette l’hérédité comme critère du bon empereur, et comme ce qui importe, c’est d’être un bon ou un mauvais empereur, l’hérédité ne peut être qu’écartée. Le long développement consacré aux tares et aux dérèglements précoces de Commode démontre que bien que fils d’empereur, il n’aurait jamais dû accéder au pouvoir : "il avait douze ans lorsqu’il manifesta les premiers signes de cruauté"56. C’est surtout dans la vie de Septime Sévère qu’il instruit le procès de l’hérédité et, au-delà, de toute légitimité dynastique. Il décrit Septime Sévère au moment de sa mort rempli de joie de laisser la direction de l’Empire, avec des pouvoirs égaux, à ses fils comme Antonin le pieux l’avait fait pour Marc Aurèle et Lucius Verus. Encore que ces derniers n’étaient que des enfants adoptifs, disait-il, alors que Bassianus (qui deviendra Caracalla) et Géta (qui sera assassiné par Bassianus) ont été engendrés par lui57. Et puis, après avoir évoqué le comportement crapuleux de Caracalla, il s’adresse à Dioclétien : "Ayant réfléchi à la question, Dioclétien Auguste, il est clair qu’il n’y a pratiquement aucun des grands hommes qui ait laissé un fils parfait et utile [à la chose publique]. Dans l’ensemble soit ces hommes moururent sans enfants, soit ils en eurent de tels qu’il aurait été meilleur pour les affaires des hommes qu’ils disparurent sans postérité"58.

  • 59 Op.cit., XXI, 1, p. 334.
  • 60 Op. cit., XXI, 2, p. 334.
  • 61 Op. cit., XXI, 3, p. 334.
  • 62 Op. cit., XXI, 4, p. 334. Numen a ici plutôt le sens de divinité glorieuse.
  • 63 Op.cit., XXI, 6-10, p. 334.

40L’auteur de l’Histoire Auguste destine cette charge contre l’hérédité à un empereur, Dioclétien qui, justement, n’a été ni fils, ni père d’empereur et qui s’est efforcé de mettre sur pied un système de succession non fondée sur l’hérédité, la tétrarchie. Mais il ne s’arrête pas là, il veut convaincre et il multiplie les exemples dans lesquels les grands hommes n’ont pas eu de fils capables de continuer ce qu’ils avaient entrepris, ou pire ont laissé des criminels leur succéder. Et il commence par Romulus et Numa Pompilius "qui n’ont pas laissé d’enfants capables de servir l’Etat"59 Puis il cite pêle-mêle des hommes d’État et des écrivains qui n’ont pas eu des enfants dignes d’eux, ainsi Cicéron pour qui il aurait été préférable de ne pas avoir de fils (son fils aurait été ivrogne)60. Mais aussi Auguste "qui n’a pu avoir de bon fils adoptif"61. Il tient à affirmer que les fils par le sang sont pires que les fils adoptifs, car au moins pour ces derniers, le Pieux et Marc ont été, parmi les Antonins, des numina (sommets ou divinités glorieuses) de l’État62. Ils font contraste avec Commode, le fils par le sang de Marc et Bassianus (Caracalla), encore une fois nommé, le fils de Septime Sévère dont les crimes, vrais ou imaginaires, sont alors détaillés : assassinat de son frère Géta, inceste avec sa belle-mère (ce qui est une calomnie et Iulia Domna était sa mère et non sa belle-mère), mise à mort de Papinien le temple du droit et le trésor de la jurisprudence63.

41En définitive, en faisant un bilan de l’histoire romaine, l’auteur rejette non seulement la légitimité héréditaire ou dynastique, mais se révèle hostile à tout légitimisme, comme il a indiqué pour lui peu importe les causes qui provoquent l’accession au pouvoir.

42Mais n’y aurait-il pas, chez Pacatus, une opposition entre une conception nouvelle et une conception traditionnelle de la légitimité ?

La légitimité entre rupture et continuité

  • 64 Op. cit., XXI, 30, p. 97 ; Hérodote, IV, 3 : "Tant qu’ils nous voyaient les armes à la main, ils se (...)
  • 65 "In medio rei publicae sinu, omnium suffragio militum, consensu provinciarum, ipsius denique ambitu (...)
  • 66 Idem.

43Peut-on déceler, dans le XIIème Panégyrique, des indices annonçant une nouvelle légitimité ? Théodose est présenté comme l’homme providentiel, celui qui, par sa seule présence, change le cours des choses. L’autorité du maître suffit sans qu’il ait à prendre les armes. Même sans armée, sa seule apparition aurait pu vaincre l’usurpateur Maxime. Pacatus rappelle alors ces Scythes légendaires qui, d’après Hérodote, ne prirent pas les armes pour combattre leurs esclaves révoltés mais se contentèrent de montrer leurs fouets pour provoquer chez eux un réflexe "pavlovien" de soumission64. Cependant l’apparition de l’homme providentiel se produit alors qu’il occupe le pouvoir depuis dix ans et qu’il provient du cœur de l’État et non de sa périphérie comme Maxime. Le panégyriste insiste particulièrement sur ce point et relie la providence au choix de Théodose "au milieu de la chose publique, par le suffrage de tous les soldats, l’assentiment de toutes les provinces et enfin par le soutien de l’empereur en place"65 tandis que Maxime a aspiré à prendre le titre de tyran dans un coin perdu du monde, à l’insu des légions et contre les provinces66. Il célèbre l’homme providentiel tout en se référant à un légitimisme appuyé.

  • 67 Op. cit., XII, 47, p. 113.
  • 68 Dans les constitutions impériales de la fin du IVème siècle et du début du Vème siècle, l’adjectif (...)
  • 69 Op. cit., XII, 6, p. 73.

44Cet homme providentiel n’est-il qu’un homme ou est-il aussi un dieu ? Trouve-t-on encore dans le panégyrique des allusions au culte impérial alors même que l’empereur qu’il célèbre a voulu rompre avec tout paganisme d’État ? Certes le terme divin est associé au nom de l’empereur, notamment dans la péroraison, mais lui-même n’est pas qualifié de divin67. Il s’agit de la terminologie officielle utilisée aussi dans les constitutions68 même après la disparition du culte impérial. Plus intéressant est le développement introduit entre l’esprit divin et la beauté du corps69. Est-ce l’esprit divin qui, avant de descendre dans un corps, choisit une demeure digne de lui ou est-ce sa venue qui modèle le corps qu’il habite ?

  • 70 Idem.
  • 71 "Qui gentibus adoratur, cui toto orbe terrarum privata vel publica vota redduntur, a quo petit navi (...)
  • 72 Adoro signifie d’abord adresser la parole, puis adresser une prière, enfin adorer, rendre un culte. (...)
  • 73 "Ut crebro civilique progressu non publica tantum opera lustraveris, sed privatas quoque aedes divi (...)

45L’esprit divin anime Théodose qui est en quelque sorte associé à la divinité70 et c’est parce qu’il est associé à la divinité, qu’il est considéré comme un dieu. "Il est adoré par les nations, et à lui le monde entier adresse ses prières publiques ou privées, le marin lui demande la mer sereine, le voyageur le retour, celui qui va combattre d’heureux présages"71. La démarche de Pacatus est assez élaborée et rien ne permet d’affirmer que, pour lui, l’empereur est un dieu. Il reste dans l’ambiguïté en ce qui concerne l’origine de ce qui est divin en lui, jouant de la philosophie néo-platonicienne qui influence à la fois païens et chrétiens. Il n’est pas dieu, mais un esprit divin l’habite. Il est si près d’être un dieu qu’il est associé à la divinité sans être dieu lui-même. Qu’il soit adoré par ses sujets n’est pas la conséquence du culte impérial. Adorer appartient bien à la terminologie officielle, y compris durant l’Empire chrétien72. En revanche les prières lui sont adressées par l’univers entier comme s’il était susceptible de commander les éléments naturels, ce qui sort des attributions terrestres et fait dépendre de lui aussi bien le ciel que la terre. Mais Pacatus ne dit pas que Théodose peut commander les éléments naturels. Il dit seulement que des prières lui sont adressées en ce sens, que ces prières soient publiques ou privées. Peut-être est-ce le rapport public/privé très présent dans le panégyrique qui est déterminant ? Théodose continue de se conduire comme un particulier au sommet de l’Etat et il reçoit les prières non seulement publiques, mais privées car la relation à ses sujets est empreinte d’une certaine intimité et chacun lui confie ses angoisses particulières, ce qui accroît l’affection qui lui est portée. Dans la péroraison, il revient sur cette relation qui lui permet d’être mieux protégé par l’amour de ses sujets que par une garde militaire73.

  • 74 Ce n’est pas une damnatio memoriae comme elle a pu exister auparavant, puisque c’est l’empereur et (...)

46L’orateur gaulois s’inscrit bien dans une période de transition. Peu importe ses convictions religieuses, il tient compte des changements tout en ne coupant pas le fil avec la tradition romaine. Il souligne le caractère divin de l’empereur mais il le fait de telle façon qu’il ne puisse contrarier ses convictions chrétiennes. En revanche on ne rencontre pas dans son discours de référence au jugement de Dieu à travers l’histoire, ce qui n’aurait pu que confirmer a posteriori que Théodore était bien l’envoyé de la providence divine. Mais Pacatus ne s’occupe pas d’une légitimité a posteriori, il ne dit mot de la sorte de damnatio memoriae qui a frappé Maxime à la suite de sa défaite et de sa mort. Deux constitutions du Code Théodosien nous apprennent pourtant que Théodose n’a pas eu recours à la théorie de l’apparence et que, loin de valider ce que Maxime avait fait comme empereur, il a procédé à l’annulation des honneurs concédés, ainsi que des lois promulguées et des jugements prononcés74.

47Il n’en va pas de même pour l’Histoire Auguste pour laquelle la légitimité et l’absence de légitimité ont avant tout un caractère posthume.

  • 75 "Opera eius praeter lavacrum, quod Cleander nomine ipsius fecerat, nulla exstant. Sed nomen eius al (...)
  • 76 "Parricidae gladiatoris memoria aboleatur, parricidae gladiatoris statuae detrahantur. Impuri gladi (...)
  • 77 "Per senatum et populum Pertinax in deos relatus est" Helvius Pertinax, XIV, 10 ; op. cit., p. 272.
  • 78 "Hic tamen omnium durissimus et, ut uno completamur verbo, parricida et incestus, patris, matris, f (...)
  • 79 Op. cit., Divus Claudius, III, 2 et s., p. 934.

48L’Histoire Auguste ne prend pas pour seul critère la divinisation de l’empereur défunt ou au contraire sa damnatio memoriae qui peuvent résulter d’une volonté politique de circonstance. L’auteur insiste longuement sur le sort posthume réservé à Commode et sur l’acharnement dont fit preuve le Sénat à son encontre. Il le fait parce que cela est conforme à ce qu’il pense d’un empereur qui fut une calamité pour l’Etat. Il écrit : "Aucun bâtiment ne subsiste de lui, à l’exception des thermes que Cléandre avait fait construire à son nom. Le Sénat fit effacer son nom des monuments qu’il n’avait pas fait construire mais sur lesquels il avait inscrit son nom"75. Il fait entendre la clameur du Sénat à destination de Pertinax : "Que la mémoire du parricide gladiateur soit abolie, que les statues du parricide gladiateur soient abattues... Exauce-nous César : que le bourreau, soit traîné avec un croc"76. Pertinax évitera ce spectacle en faisant procéder nuitamment à l’enterrement du cadavre de Commode. Justement à la mort de Pertinax, il y eut des différences d’appréciation entre les soldats qui le détestaient et qui l’avaient tué, les gens de la cour (aulici) d’accord avec ces derniers, le Sénat et le peuple qui lui étaient attachés. Quand lulanus fut à son tour trahi par les soldats, "par le sénat et le peuple, Pertinax fut admis parmi les dieux"77 Mais la divinisation n’est pas en elle-même un critère de légitimité a posteriori. Tant s’en faut, ainsi Caracalla sera divinisé alors qu’il ne le méritait pas et qu’il compte, pour l’Histoire Auguste, parmi les empereurs les plus abominables. "Pourtant celui qui fut le plus cruel de tous, nous résumons en un mot, parricide et inceste, ennemi de son père, de sa mère, de son frère, fut rangé parmi les dieux par Marcrin, qui l’avait tué, par crainte des soldats et plus particulièrement des prétoriens"78. Parfois le souvenir laissé à la postérité et la célébration de la mémoire de l’empereur défunt par le peuple, le Sénat, le nouvel empereur ou l’armée s’accordent, ainsi pour Claude le Gothique79.

  • 80 Op. cit., Alexander Severus, LXV, 5, p. 634.
  • 81 Idem, LXVI, 2, p. 634.
  • 82 "Hi sunt, qui bonum principem Surum fecerunt, et item amici mali, qui Romanos pessimos etiam poster (...)
  • 83 Op. cit., Divus Aurelianus, XLII, 4, 5, p. 1014.
  • 84 Idem, XLII, 6, p. 1014.
  • 85 "Quae res malas principes faciat", idem XLIII, p 1014.
  • 86 Idem, XLII, 1, p. 1014.
  • 87 "Nihil esse difficilius quam bene imperare", idem, XLII, 2, p. 1016. Lactance, dans le De morte per (...)
  • 88 Rappelons que l’admiration de l’auteur pour Marc Aurèle avait pour raison la recherche directe de l (...)
  • 89 "Ut Diocletianus ipse dicebat, bonus, cautus, optimus venditur imperator", op. cit., Divus Aurelian (...)
  • 90 Idem, 5.
  • 91 La fin de l’Histoire Auguste porte sur la critique des jeux ou plus largement des spectacles offert (...)

49Mais l’auteur va plus loin dans son interrogation, qui laisse à la postérité un souvenir heureux susceptible de le légitimer post mortem, est-ce l’empereur lui-même ou est-ce son gouvernement qui ne dépend pas que de lui mais aussi de son entourage ? Domitien était un sinistre individu mais il était entouré d’hommes de bien et la conduite de l’Etat s’en ressentit. Il fut plus haï que ne le fut son gouvernement80. ce qui ne l’empêcha pas d’être voué à la damnatio memoriae. Alexandre Sévère eut la sagesse de choisir des conseillers irréprochables et dignes de respect81, ce qui fait dire à l’auteur : "Ce sont ces conseillers qui firent d’un Syrien un bon prince, de même que ce sont de mauvais amis qui firent une réputation exécrable, même pour la postérité, à des romains d’origine contaminés par leurs vices"82 Mais est-ce même suffisant pour bien gouverner ? L’Histoire Auguste se livre, dans la vie d’Hadrien, à une réflexion sur le pouvoir impérial. Il en résulte que le bon exercice du pouvoir est pratiquement impossible. Il constate que les bons empereurs ne sont qu’en petit nombre, et en énumère certains d’Auguste à Aurélien83 Il serait possible d’inscrire sur un anneau leurs noms et leurs portraits. En revanche, quelle série de mauvais84. Pourquoi ? se demande l’auteur85. Il cite alors plusieurs raisons, s’appuyant notamment sur des propos prêtés à Dioclétien : d’abord la liberté sans limite dont ils jouissent dans l’exercice du pouvoir, puis l’abondance de leurs biens, puis leur mauvais entourage (ici exposé dans le détail : amis malhonnêtes, satellites détestables, eunuques cupides, courtisans stupides et odieux), ensuite l’ignorance des affaires publiques86. Dioclétien redevenant un particulier après avoir abdiqué, aurait dit, comme pour confirmer les raisons avancées : "rien n’est plus difficile que de bien gouverner"87. Mais l’auteur avance encore d’autres raisons : ne vit-il pas enfermé dans son palais, ne connaissant pas ce qui passe véritablement dans la réalité ? Il est forcé de croire ce qu’on lui raconte88, d’où la nomination de gouverneurs qui ne conviennent pas et la révocation de ceux qui remplissent parfaitement leurs tâches. Et il prête encore la parole à Dioclétien qui aurait affirmé que l’empereur, si parfait, si avisé qu’il soit, est vendu (venditus)89. Que veut-il dire par là, non pas qu’il soit corrompu, mais joué, manipulé, il fait l’objet de tractations entre ceux qui l’approchent et que malgré ses immenses pouvoirs, il est bien peu de chose. Et il conclut une fois de plus : "Rien n’est plus difficile que d’être un bon prince"90. Pourtant, c’est d’être un bon prince qui légitime a posteriori un règne, et sans aller jusqu’à l’écrire, on sent l’auteur s’interroger non plus sur la légitimité de tel ou tel empereur, mais sur celle du pouvoir impérial lui-même. En définitive le bon prince est exceptionnel et ne peut être qu’exceptionnel. Est-ce le seul à être légitime ? Répondre à cette question, n’est-ce pas trahir la pensée de l’auteur de l’Histoire Auguste ? En effet ce qu’on appellera plus tard la légitimité a-t-elle une place dans cette pensée ? Rien n’est moins sûr, si on entend par légitimité la conformité à un ordre qui dépasse l’empereur lui-même... Il se peut qu’il y ait en revanche conformité à la grandeur de Rome et à l’intérêt bien compris des sujets de l’empereur91, mais pour lesquels seul compterait le souvenir laissé dans une mémoire collective aux contours bien imprécis.

*
* *

50La proximité dans le temps du XIIème Panégyrique et de l’Histoire Auguste n’en fait pas des œuvres convergentes. Au-delà de l’objet et de la finalité différentes, ressortent des visions largement opposées. Pacatus s’efforce de construire la légitimité de Théodose en rassemblant des éléments épars et en rejetant non seulement la force mais tout désir du pouvoir. L’Histoire Auguste ne croit qu’au destin et ne retient de légitimité, si elle en retient une, que celle a posteriori du bon prince, etc. Tous les deux révèlent une époque de transition où le pouvoir s’inscrit difficilement dans la durée. La notion de légitimité elle-même est incertaine. Le terme n’existe que pour la filiation et ne s’est pas encore étendu à l’accession au pouvoir et le concept, si tant est qu’il ait pu exister avant le terme, n’a pas encore reçu de contenu précis. Pourtant, Pacatus annonce, même s’il le fait de façon confuse, une légitimité dans laquelle l’hérédité et la volonté divine seraient associées. L’Histoire Auguste est-elle en revanche une sorte de testament de l’antiquité en ce domaine ? Même si certains traits peuvent le faire croire, la force fatale, la gloire posthume, la dérision est telle qu’elle empêche toute référence à un pouvoir s’inscrivant dans la durée, que cette durée résulte de l’hérédité ou d’un cadre constitutionnel. Reste le rapport entre l’homme providentiel de Pacatus et l’empereur imposé par la force du destin (la vis fatalis) de l’Histoire Auguste, qu’ont-ils de commun ? La providence, si présente dans la conception byzantine du pouvoir, n’est-elle qu’une vision christianisée de l’antique fatalité païenne ? La providence comme la fatalité s’imposent aux hommes, mais elle repose sur une notion d’ordre voulu par Dieu étrangère à la fatalité.

Notes

1 Le Monde, 5 sept. 1962.

2 Constantin est le fils de Constance Chlore, César de Dioclétien et de Maximien, puis Auguste. Julien, fils de Jules Constance, est le cousin germain de Constance.

3 Constantin part de Bretagne pour conquérir le pouvoir impérial. Maxime commande en 383 les troupes de Bretagne, à la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle, l’Afrique connaît plusieurs soulèvements, ceux de Firmus, Gildon et d’Héraclien.

4 La damnatio memoriae est la condamnation par le Sénat de la mémoire de l’empereur défunt et de ses actes avec martelage de son nom sur toutes les inscriptions officielles.

5 Épître aux Romains, 13, 1.

6 Histoire ecclésiastique, IX, 29, 2.

7 BREHIER (Louis), Les institutions de l’Empire byzantin. Albin Michel, 1970, p. 14 et s.

8 BREHIER (Louis), op. cit., p. 14 cite Sickel, Das Byzantinische Krönengrecht bis zum Jarhundert, 1898, p. 511 : "Aucun organe constitutionnel ne représente la volonté divine".

9 GALLETIER (Edouard), coll. G. Budé (Les Belles Lettres, Paris 1955) ; mais les traductions proposées sont l’œuvre de l’auteur de cette contribution.

10 Op. cit., p. 51-52.

11 Nous le savons par deux constitutions du code théodosien, l’une du 6 février 390, est adressée à Drepanius, proconsul d’Afrique, Pacatus avait en effet pour tria nomina Latinus Pacatus Drepanius, l’autre du 12 juin 393 est adressée à Drepanius, cornes rerum privatarum.

12 Op. cit., XII, 1, P- 68.

13 STEIN (E.), Histoire du Bas Empire, Paris 1959, t. I, p. 202 ; PETIT (P.), Histoire générale de l’Empire romain, Éd. du Seuil, Paris 1974, p. 632.

14 GIBBON (E.), Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, traduit de l’anglais par M.F. Guizot, (1812), Éd. R. Laffont, Paris 1983, l’Histoire Auguste a été citée à de nombreuses reprises, et ce dès le chapitre premier.

15 Histoire Auguste, R. Laffont, Paris 1994, p. IX-CLXXIV ; mais les traductions proposées dans cette contribution sont l’œuvre de son l’auteur. A. CHASTAGNOL avait déjà publié en 1970 Recherches sur l’Histoire Auguste, chez Rudof Habelt, Bonn.

16 Hermès, 24, 1889, p. 337-392.

17 Emperors and Biography, Oxford 1971, p. 16.

18 Op. cit., p. LXXXIII.

19 Op. cit., p. CL

20 La première biographie concerne Hadrien, op. cit., p. 16-57, la dernière Carin, p. 1167 à 1169.

21 Ammien Marcellin, 25, 5, 3 ; STEIN (E.), op. cit., 1. I, p. 170 ; PETIT (P.), op. cit., p. 625.

22 Op. cit., XII, 12, p. 78-79.

23 Idem.

24 Idem.

25 Op. cit., Avidius Cassius, III, 3, p. 194.

26 Op. cit., Didius Iulianus, VI, 5, p. 292.

27 Idem, VI, 6-7, p. 294.

28 Op. cit., Pertinax, VI, 3, p. 262.

29 Ammien Marcellin, XXV, 5, 3.

30 Op. cit., Trente tyrans, XXVI, 1, p. 901.

31 Op. cit., Marcus Antoninus, XXIX, 9, p. 159.

32 Op. cit., Avidius Cassius, p. 202.

33 Op. cit., p. 80.

34 La littérature chrétienne célèbre souvent un retrait de la vie publique pour développer une vie intérieure. P. BROWN (dans Histoire de la vie privée (dir. P. ARIÈS et G. DUBY), Éd. du Seuil, Paris 1985,1.1, p. 283), écrit, opposant famille et espace public dans l’Antiquité tardive : "la famille chrétienne est censée s’opposer à ce que le forum et le théâtre soient des lieux d’éducation des enfants".

35 Op. cit., XII, p. 79-80.

36 Op. cit., Severus, V, 1, p. 314.

37 Op.cit., Alexander Sévèrus, XXIV, 4, p. 588. L’auteur oppose clairement le public et le privé au sujet de l’interdiction de la prostitution masculine qu’il qualifie de honte, tout en considérant qu’un vice public est préférable à un vice privé. "Habuit in animo, ut exsoletos vetaret, quod postea Filippus fecit, sed veritas est, ne prohibens publicum dedecus in privatas cupiditates convertiret, cum homines inlicita magis prohibita poscant furore iactati" ("Il avait l’intention d’interdire les prostitués mâles, ce que fit plus tard Philippe [l’Arabe, 244-249], mais il est vrai qu’en interdisant une infâmie publique, on la convertit en des perversions privés, en effet les hommes mus par la frénésie demandent encore plus ce qui, étant interdit, est illicite").

38 Op. cit., Avidius Cassius, XIII, 8, p. 208.

39 Théodore de Bèze développe dans l’ouvrage Du droit des magistrats sur leurs sujets (1575), publié par ceux de Madgebourg, sans signature d’auteur, p. 19-12, fait la distinction entre le tyran d’origine qui provient d’une usurpation et le tyran manifeste qui est légitime en théorie.

40 Antoninus Eliogabalus, XXXIV, 4, 5 ; op. cit., p. 542 "Deinde illud, quod clementia tua solet decere, credidi, esse respiciendum : "Imperatorium esse fortuna est" ut sint imperio digni, quos ad regendi necessitatem vis fatalis adduxerit".

41 "Dies qui te primus inauguravit imperio", op. cit., XII, 3, p. 70.

42 "Iacebat innumerabilibus malis segra vel potius dixerim examinata res publica, barbaris nationibus Romano nomini velut quodam diluvio ruperfusis" XII, 3 ; op. cit., p. 70.

43 Idem, et PETIT (P.), op. cit., p. 630.

44 XII, IV ; op. cit., p. 71. IV, p. 70.

45 Gratien avait été assassiné en août 383 à la suite de l’usurpation de Maxime. C’est au début du règne de Gratien que le père de Théodose l’Ancien avait été décapité à Carthage en janvier ou février 376, ce que n’avait sans doute pas oublié son fils (PETIT (P.), op. cit., p. 629-633.

46 Op. cit., XII, 5, p. 72.

47 "Quantum tota et res publica habet hostiuin tantum una familia ostenderet triumphorum" op. cit., XII, 5, p. 73.

48 Op. cit., XII, 6, p. 73.

49 Alfred de Vigny, "L’esprit pur, À Éva", Les destinées, "Si j’écris leur histoire, ils descendront de moi".

50 Op. cit., XII, 6, p. 75.

51 "O digna imperatore nobilitas eius esse filium principem qui princeps esse debuent" (op. cit., XII, 6, p. 73.

52 Op. cit., XII, 7, p. 74.

53 Idem.

54 Arcadius avait été nommé Auguste dès 383, à la mort de Gratien, Honorius le fut en 392.

55 Op. cit., XII, 45, p. 111.

56 "Auspicium crudelitatis [...] dedit anno aetatis duodecimo" op. cit., Commodus Antoninus, I, 9, p. 221.

57 "Exemplo Pii, qui Verum et Marcum Antoninos per adoptionem filios rei publicae reliquit. Hoc melius quod ille filios per adoptiomen hic per se genitos rectores Romanae rei publicae daret", op. cit., Severus, XX, 1, 2, p. 332-334.

58 "Et reputanti mihi, Diocletiane Auguste, neminem facile inagnoruin virorum optimum et utilem filium reliquisse satis daret. Denique aut sine liberis viri interierunt aut taies habuerunt plerique, ut melius fuerit de rebus humanis sine posteritate discedere", op.cit., Severus, XX, 4-5, p. 334.

59 Op.cit., XXI, 1, p. 334.

60 Op. cit., XXI, 2, p. 334.

61 Op. cit., XXI, 3, p. 334.

62 Op. cit., XXI, 4, p. 334. Numen a ici plutôt le sens de divinité glorieuse.

63 Op.cit., XXI, 6-10, p. 334.

64 Op. cit., XXI, 30, p. 97 ; Hérodote, IV, 3 : "Tant qu’ils nous voyaient les armes à la main, ils se croyaient nos pareils et fils de nos pareils ; quand ils nous veront tenir pour toute arme un fouet, ils reconnaîtront bien qu’ils sont nos esclaves, et la conscience de leur indignité leur enlèvera toute idée de resistance" (La Pléïade, Gallimard, 1964, p. 288, trad. A. Berguet).

65 "In medio rei publicae sinu, omnium suffragio militum, consensu provinciarum, ipsius denique ambitu imperatoris optatum", op. cit., XII, 31, p. 97.

66 Idem.

67 Op. cit., XII, 47, p. 113.

68 Dans les constitutions impériales de la fin du IVème siècle et du début du Vème siècle, l’adjectif divus se rapporte aux empereurs défunts, ainsi Code Théodosien, 7, 18, 13 et 14 (408) dans lesquelles le divus genitor est Théodose, mort en 395 ; de même 14, 1,4 (404) dans laquelle le divus pater est aussi Théodose ; 14, 6, 3 (389) dans laquelle il est fait référence à Gratien de diva memoria ; 14,6,5 (419) qui rappelle le divin Julien ; 15,1 33 (315) qui évoque notre divin parent, Valentinien ; 14, 17, 10 (392), 12 (393) qui mentionnent le divus Constantin et Constantin de diva memoria. L’adjectif divinus se rapporte soit à ce qui émane de l’empereur comme la loi (divina sanctio) 14, 9, 3 (425), soit à la maison impériale (domus divina), 14, 16, 2 (416), 15, 3, 6 (423), soit encore à la vénération due à l’empereur (divina veneratio), 15, 5, 2 (386).

69 Op. cit., XII, 6, p. 73.

70 Idem.

71 "Qui gentibus adoratur, cui toto orbe terrarum privata vel publica vota redduntur, a quo petit navigatorus seremun, peregrinaturus reditum, pugnaturus auspicium", op. cit., XII, 6, p. 74.

72 Adoro signifie d’abord adresser la parole, puis adresser une prière, enfin adorer, rendre un culte. "Ce mot est utilisé dans les constitutions impériales pour signifier le respect du à l’empereur ou la faculté d’imploration de ses sujets à une époque où l’Empire est incontestablement chrétien : Code Théodosien, 6, 8, 1 (422) "nostrae serenitatis adoraturi" ; §, 13, 1, 7 (413) "adorandi principis facultatem" ; 6, 23, I (415), "adoraturus activitatem nostram" ; 10, 22, 3 (390)... Dans la note 1 de la page 74 (op. cit.) Edouard Galletier écrit à propos de ce que dit Pacatus : "véritable acte d’adoration pour la personne impériale et sa personne divine. Un passage tel que celui-ci m’empêche de croire que Pacatus, s’il était chrétien, put faire semblable profession". E. Galletier fait erreur car Pacatus s’inscrit ici dans une réthorique officielle, même s’il lui donne un ton plus appuyé.

73 "Ut crebro civilique progressu non publica tantum opera lustraveris, sed privatas quoque aedes divinis vestigiis consecraris, remota custodia militari turior publici amoris excubris" (op. cit., XII, 47, p. 113).

74 Ce n’est pas une damnatio memoriae comme elle a pu exister auparavant, puisque c’est l’empereur et non le Sénat qui la décide. C. th. 15, 14, 6, constitution adressée à Trifolius, préfet du prétoire. La constitution est promulguée par Théodose à Aquilée où Maxime fut vaincu, le 22 septembre 388, quelques semaines après la mort de Maxime : "Nullus sibi honorera audeat vindicare, quem tyrannica concessit audacia. Sed ad pristinam statum damnata praesumptio revocatur". "Que nul n’ose revendiquer pour lui un honneur que l’audace tyrannique lui a concédé, mais cette présomption condamnée qu’il soit rendu à son statut antérieur" ; C. th. 15, 14, 7, constitution promulguée par Théodose à Milan le 10 octobre 388 : "Omne iudicium, quod vafra mente conceptum iniuriam, non iura reddendo Maximus infandissimus tyrannorum credidit promulgandum, damnabimus. Nullus igitur, sibi lege eius, nullus iudicio blandiatur". "Nous condamnerons [dans le sens qu’a damnatio dans la damnatio memoriae] toute décision, que telle une violation du droit conçue par un esprit rusé, Maxime, le plus abominable des tyrans, a cru devoir promulguer afin qu’elle ne produise pas de droits en retour. En conséquence que nul ne se laisse séduire par une loi de Maxime ou par un de ses jugements".

75 "Opera eius praeter lavacrum, quod Cleander nomine ipsius fecerat, nulla exstant. Sed nomen eius alienis operibus incisum senatum erasit" Commodus Antonimus, op. cit., XVII, 5, 6, p. 240.

76 "Parricidae gladiatoris memoria aboleatur, parricidae gladiatoris statuae detrahantur. Impuri gladiatoris memoria aboleatur. Gladiatorum in spoliaro. Exaudi Caesar : carnifex unco trahatur", op. cit., Commodus Antoninus, XIX, 1, p. 242. XIX, 1, p. 242.

77 "Per senatum et populum Pertinax in deos relatus est" Helvius Pertinax, XIV, 10 ; op. cit., p. 272.

78 "Hic tamen omnium durissimus et, ut uno completamur verbo, parricida et incestus, patris, matris, fratris inimicus, a Maximo, qui eum occiderat, timore militum et maximo praetorianorum inter deos relatus est", op. cit., Antonimus Caracallus, XI, 5, p. 420.

79 Op. cit., Divus Claudius, III, 2 et s., p. 934.

80 Op. cit., Alexander Severus, LXV, 5, p. 634.

81 Idem, LXVI, 2, p. 634.

82 "Hi sunt, qui bonum principem Surum fecerunt, et item amici mali, qui Romanos pessimos etiam posteris tradidenint sunt vitiis laborantes" idem, LXVIII, 4, p. 636.

83 Op. cit., Divus Aurelianus, XLII, 4, 5, p. 1014.

84 Idem, XLII, 6, p. 1014.

85 "Quae res malas principes faciat", idem XLIII, p 1014.

86 Idem, XLII, 1, p. 1014.

87 "Nihil esse difficilius quam bene imperare", idem, XLII, 2, p. 1016. Lactance, dans le De morte persecutorum, 7-9, décrivant la scène de l’abdication le Dioclétien met l’accent sur le retour à l’homme privé.

88 Rappelons que l’admiration de l’auteur pour Marc Aurèle avait pour raison la recherche directe de la vérité par cet empereur, cf. supra.

89 "Ut Diocletianus ipse dicebat, bonus, cautus, optimus venditur imperator", op. cit., Divus Aurelianus, XLIII, 4, p. 1016.

90 Idem, 5.

91 La fin de l’Histoire Auguste porte sur la critique des jeux ou plus largement des spectacles offerts au peuple, auxquels les bons princes n’attachent pas d’importance. L’auteur n’est pas persuadé que ces réjouissances emportent la faveur du peuple "Sed haec omnia nescio quantum apud popuhim gratiae habeant", op. cit., Carus Carinus Numeriamus, XX, 1, p. 1166.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search