Version classiqueVersion mobile

Prendre le pouvoir : force et légitimité

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Préface

Marie-Bernadette Bruguière

Texte intégral

  • 1 OURLIAC (P.), "Sociologie du concile de Bâle" (Revue d’histoire ecclésiastique 1961, p. 5-32, et Ét (...)
  • 2 OURLIAC (P.), "Un vote sur les libertés de l’Eglise" (Pouvoir et liberté. Études offertes à Jacques (...)

1Pour la troisième fois, après "Justice et politique : la Terreur dans la Révolution française" (1997) et "Droit romain, ius civile et Droit français" (1999), Études d’histoire du droit et des idées politiques accueille les actes d’une réunion de travail, la troisième "Table ronde" du réseau de laboratoires du Grand Sud, tenue à Toulouse les 16 et 17 mars 2001. Ce réseau joint au Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques le Centre d’études et de recherche en histoire des idées politiques d’Aix-Marseille III et le Centre lyonnais d’histoire du droit et de la pensée politique de Lyon III ; il va s’enrichir, en changeant de nom, de la collaboration des centres de Saint-Étienne et de Dijon. Né en 1996 en complément de l’Association française des historiens des idées politiques (AFHIP), il organise, entre les colloques ordinaires de l’AFHIP, des réunions de travail plus restreintes : "La symbiose de la modernité : république-nation" (Aix-en-Provence, 6 et 7 décembre 1996) et "Du césarisme antique au césarisme moderne" (Lyon, 11 et 12 décembre 1998) ont été publiés aux Presses universitaires d’Aix-Marseille. La troisième table ronde a été retardée par les difficultés croissantes du calendrier universitaire. Les Toulousains sont heureux de l’accueillir, dans cette université qui vit en 1982 et 1991 les deuxième et huitième colloques de l’AFHIP. C’est l’occasion de saluer la mémoire d’Henri Morel, le président-fondateur de l’AFHIP, toulousain par sa thèse, et celle de Paul Ourliac, président d’honneur de l’AFHIP, qu’Henri Morel appelait à juste titre "notre maître à tous". Qu’il nous soit permis de leur dédier le fruit de cette rencontre, dont le thème, "Prendre le pouvoir : force et légitimité" a parcouru leur oeuvre : L’idée gallicane au temps des guerres de religion (thèse d’Henri Morel en 1944 qui, retrouvée à Toulouse, va enfin pouvoir être publiée à Aix), comme après les guerres de religion, a été un moteur idéologique des luttes pour le pouvoir ; Paul Ourliac, étudiant la "Sociologie du Concile de Bâle", rappelait "l’influence souvent insoupçonnée des idées et des pratiques bâloises dans la Crise de la conscience européenne"1 : de l’esprit de Bâle procédaient pour lui Réforme et Révolution, les grands bouleversements des principes de légitimité, et plus largement, "le long succès qu’ont connu les thèses gallicanes ne fait que mieux ressortir le silence gardé sur le droit de désobéir à l’autorité légitime qui en était le fondement"2.

2Le thème de la table ronde, né d’une conversation avec Jean Bastier, a d’abord été "Coups d’Etat et révolutions de palais" : l’idée était d’analyser les techniques de prise ou de transformation du pouvoir, la révolution de palais visant avant tout à changer le titulaire du pouvoir sans modifier nécessairement les institutions, tandis que le coup d’Etat concernerait les institutions plus que les personnes (sauf si l’institution s’incarne dans une personne). Il fallait garder à l’esprit qu’il ne s’agissait pas nécessairement de subversion, mais aussi de restauration de la légitimité, l’initiative venant alors du titulaire du pouvoir, Édouard III d’Angleterre enfonçant les portes pour arrêter Mortimer, Louis XIII faisant abattre Concini, Louis XIV "prenant le pouvoir" en 1661. D’autre part, les "palais" pouvaient être plus symboliques que royaux : le 9 thermidor est ainsi une révolution de palais comparable à la prise du pouvoir par Catherine II en Russie, avec le même ressort, tuer l’autre avant d’être tué par lui, un mécanisme qu’on retrouverait dans les purges de la Révolution française ou de l’histoire soviétique ou dans la "nuit des longs couteaux". À partir de ces bases, le titre a été précisé et fixé, lors de la table ronde de Lyon en 1998, sous la forme "Prendre le pouvoir : force et légitimité", qu’il s’agit donc de présenter ici. La nécessité d’une telle présentation est apparue lors des débats de Lyon : dans l’impossibilité de traiter un thème de façon exhaustive par des communications particulières, il convient d’en brosser un tableau général qui permet sommairement de relier les points traités et d’expliquer les lacunes.

  • 3 Iconologie ou Explication nouvelle de plusieurs images, emblèmes et autres figures hiéroglyphiques (...)
  • 4 Iconologie, II, p. 174.
  • 5 Ibidem, I, p. 168-169.

3Il a semblé bon, pour commencer, d’illustrer notre thème grâce à l’Iconologie de Cesare Ripa, dont la traduction par Jean Baudoin en 1644 à Paris était dédiée au chancelier Séguier. Les trois vignettes choisies, après avoir décoré les programmes de la réunion, sont reproduites sur la couverture de ce volume. La légitimité, bien sûr, n’y figure pas, puisque le mot est relativement tardif, mais l’autorité (à l’évidence légitime) en tient lieu : "Je ne pense pas (écrit Baudoin) que la Puissance ou l’Autorité se puisse mieux peindre qu’en ce portrait, qui la représente comme une Dame vénérable, assise dans un magnifique trône, et vêtue d’une belle robe, couverte de pierreries ; avec deux Clefs en la main droite, un Sceptre en la gauche, et à ses côtés un double trophée d’Armes et de Livres. On la peint âgée, pour ce qu’au dire de Cicéron, une Vieillesse honorable est si pleine d’Autorité qu’elle surpasse de bien loin tous les autres plaisirs de la vie, comme étant la source de la Prudence et de la Sagesse, d’où il s’ensuit aussi que les jeunes doivent obéir et les vieillards doivent commander. Elle est assise en un Trône, à cause que cette action, propre aux Souverains et aux premiers Magistrats, est une marque d’Autorité et de tranquillité d’esprit. À raison de quoi les juges, qui ont puissance d’absoudre et de condamner, ne le peuvent faire selon les Lois, s’ils ne sont assis. Son habillement est plein d’éclat et de pompe, pour montrer la grande prééminence qu’ont sur autrui les personnes de condition et d’autorité. Les Clefs signifient cette même puissance, et particulièrement la spirituelle, comme il nous est déclaré par ces paroles de Jésus-Christ, parlant à saint Pierre, Je te donnerai les Clefs du Royaume des Cieux, où sera lié tout ce que tu lieras sur le terre, et tout ce que tu délieras y sera pareillement délié. Or ce qu’elle hausse la main droite, comme si elle voulait élever au Ciel les Clefs qu’elle tient, est pour nous apprendre, comme dit saint Paul, Que toute puissance vient de Dieu, et par conséquent que tous ceux qui relèvent de celle d’autrui sont obligés de la reconnaître et de s’y assujettir. Quant au Sceptre qu’elle porte, il est une marque de la puissance temporelle, comme les Armes qui se voient à ses côtés en sont une autre, et les Livres un signe exprès de l’Autorité des Écritures"3. La Force n’étant représentée dans l’Iconologie qu’en tant que vertu, nous avons choisi pour compléter l’illustration de notre thème la Tyrannie et la Rébellion. Pour la Tyrannie, "cette impérieuse Maîtresse n’a point de marque ni d’enseigne qui ne lui soit convenable. Elle est armée, et se tient debout, pour montrer que la Vigilance et la Force lui sont nécessaires afin de se maintenir. Sa Couronne est de fer, pour ce qu’elle ne se fait obéir que par toutes sortes de cruautés et de violences. Aussi est-ce pour cette même raison qu’au lieu de Sceptre, qui est une marque d’Empire et de Gouvernement légitime, elle tient une Épée nue, un Mors et un Joug, pour ce qu’elle se sert de ces choses comme d’instruments propres à tenir en bride ceux qu’elle a faits ses esclaves"4. Quant à la Rébellion, "À voir la mine de ce jeune homme, qui regarde derrière lui avec une posture qui n’est pas moins altière qu’extravagante, on juge aussitôt que c’est un Rebelle. Il est armé d’un Corselet et d’un Javelot qu’il tient à deux mains : joint que pour Cimier il porte la figure d’un Chat et qu’il foule aux pieds un Joug rompu. On le représente jeune, pour ce qu’en cet âge-là, celui qui se porte à la Rébellion souffre difficilement l’Empire d’autrui ; de manière que le sang qui bout dans ses veines lui fait tout entreprendre sans rien craindre, comme le remarque Aristote. Il ne va jamais sans être armé, à cause que les continuelles appréhensions qu’il a de quelque surprise, veulent qu’il soit toujours en état ou d’attaquer ou de se défendre. Un Chat lui sert de Cimier, pour ce que cet animal abhorre naturellement d’être sujet et dans la contrainte. Aussi lisons-nous que les Suèves et les anciens Bourguignons le soulaient porter en leurs drapeaux pour une marque de liberté. Son action dédaigneuse et ses yeux qu’il tourne derrière lui, montrent le peu de respect que les Rebelles ont accoutumé de porter à leurs Seigneurs ; et que depuis qu’ils en viennent là, ils ne sont jamais en sûreté, de quelques armes dont ils se couvrent. Par le Joug qu’il foule aux pieds se doit entendre la puissance des Lois, et c’est en ce même sens que le prend Virgile, lorsque parlant du destin d’Énée, il dit Que sous le Joug des Lois il rangerait les hommes. Car on peut dire véritablement que les sujets sont sous le joug de leur Prince. Que si les Rebelles tâchent de le secouer, c’est leur humeur altière et ingrate qui les y pousse, et qui les porte au mépris des Lois, sans faire état de l’obéissance qu’ils sont obligés de rendre à leurs Souverains. C’est donc à bon droit que pour faire voir ici l’insolence de la Rébellion, nous lui mettons un Joug sous les pieds, qu’elle foule avec un mépris manifeste"5.

  • 6 Outre les travaux de B. MENU sur le droit égyptien, on peut voir plus généralement GRIMAL (N.), His (...)

4Le portrait de l’Autorité révèle clairement les deux sources de la légitimité, l’origine divine du pouvoir et son juste exercice ; dans l’éventuelle faille entre les deux peut se glisser la force, pour rétablir ou recréer une légitimité brisée. L’idée apparaît dans tout l’Orient antique : "le souverain fut engendré par son père Atoum, alors que le ciel n’existait pas encore, ni la terre, ni les hommes", chantent déjà les Textes des Pyramides. Mais le Pharaon défunt est jugé dans l’au-delà. Si Maât, "Vérité-Justice", l’accompagne de son vivant, il lui est soumis : "accomplis la justice tant que tu dureras sur la terre", prescrit, à la Xe dynastie, Kheti III à son fils Merikarê. La restauration de Maât justifie un nouveau pouvoir après une période troublée : la "prophétie de Neferty" décrit les catastrophes de la "première période intermédiaire", "le pays tout entier a péri, il ne subsiste rien, le disque solaire, voilé, ne brillera plus [...], et privés de lui, les hommes seront sourds", mais Amenhemat "juste de voix" "unira les Deux Puissantes. Alors Maât reviendra à sa place et le mal sera chassé à l’extérieur". L’usurpateur Horemheb justifie son pouvoir par la faveur divine : Horus "connaissait le jour de son avènement, quand il lui donnerait la royauté qui lui revenait ; en attendant, dès qu’il ouvre la bouche et répond au roi, le palais se satisfait de ses paroles [...], son prestige est immense devant tout le peuple [...] Après que des jours nombreux se furent ensuite écoulés [...], le coeur de ce dieu auguste Horus désira établir son fils sur le trône éternel". En Mésopotamie, dès le XXVe siècle, Lougalzaggisi d’Ourouk se dit le grand vicaire d’Enlil, qui lui a donné la royauté du pays, soumettant tous les pays à sa loi du levant au couchant. Mais la mission royale est de faire régner l’ordre et la justice, comme le rappelle (outre le préambule du Code d’Hammourabi) le rituel de couronnement des rois d’Assyrie : "Étends le pays par ton juste sceptre, qu’Assour t’accorde que tes ordres soient écoutés et obéis et t’accorde justice et paix ! ". La faveur divine légitime une usurpation, mais les dieux peuvent reprendre au prince ingrat ce qu’ils lui avaient donné : "quand cet homme monta sur le trône, il n’envoya pas de salutations à la déesse et ne vit jamais la face de la déesse. Maintenant c’est toi que la déesse a touché de son doigt, et tu es monté sur le trône de la maison de ton père", écrit au XVIIIe siècle le prince de Kahat au roi de Shoubat-Enlil : l’usurpateur a perdu le trône, recouvré par le légitime souverain. La Bible illustre fréquemment des idées comparables, notamment dans la substitution de David à Saul. Tout cela est aujourd’hui bien connu6 et il n’a pas paru nécessaire d’alourdir notre programme en y consacrant des communications particulières, pour lesquelles il aurait d’ailleurs fallu faire appel à des auteurs extérieurs à notre réseau.

  • 7 Iliade, I, 238-239 ; Odyssée, XIX, 109-111 ; VLACHOS (G.), Les sociétés politiques homériques, Pari (...)
  • 8 VLACHOS (G.), l.c.
  • 9 TURCHETTI (M.), Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, Paris 2001. Il nous permet de p (...)

5En Grèce aussi, dès les poèmes homériques, les rois, "nourrissons de Zeus", "rendent la justice, et au nom de Zeus maintiennent le droit" ; "un roi parfait, redoutant les dieux, vit selon la justice. Grâce à son bon commandement, les noirs sillons portent le blé et l’orge". La souveraineté légitime est symbolisée par les noms des filles d’Agamemnon : "Chrysothémis est le nom qui lie intimement le souverain de Mycènes la dorée à la justice divine : Thémis, la fidèle compagne de Zeus ; Laodice est la justice du peuple ou la justice due au peuple qu’il gouverne ; Iphianassa exprime la suprématie de puissance qui se rattache de façon inéluctable à l’exercice de la souveraineté"7. Mais les rois peuvent s’écarter de la justice, et la légitimité du pouvoir chancelle ; le trouble s’introduit et les dynasties peuvent disparaître8. Au fil de l’histoire grecque, le thème reparaît, "le droit est le roi de toute chose" pour Pindare, et pour Aristote (dans l’Éthique à Nicomaque) "on considère la justice comme la plus parfaite des vertus, et ni l’étoile du soir, ni l’étoile du matin ne sont aussi admirables" ; mais pour un ambitieux, tel l’Etéocle des Phéniciennes, "s’il faut violer la justice, c’est pour la souveraineté qu’il est le plus beau de le faire". L’ordre du monde est alors déchiré et la force décide du pouvoir. Publié quelques mois après notre réunion, l’ouvrage de Turchetti sur tyrannie et tyrannicide, avec sa vaste bibliographie, dispense ici de longs développements9.

  • 10 MARTIN (P.M.), L’idée de royauté à Rome, 2 vol., Clermont-Ferrand 1982-1994.
  • 11 Id., p. 376-377, 378, 472, 473 n 138.

6En ce qui concerne Rome, la fascinante étude de Paul M. Martin sur l’idée de royauté10 a bouleversé les idées reçues sur la royauté romaine : l’élection du roi serait un choix restreint, parmi les descendants en ligne utérine, troublé par la lente montée du principe agnatique : un conflit de légitimité qui éclaire d’un jour nouveau l’histoire des Tarquins et le rôle de Brutus. De plus, les hasards de la génétique amenèrent des résurgences masquées de ce principe à la fin de la république : "César prétendait descendre, par Romulus, les rois d’Albe et Ascagne, d’Énée et de Vénus ; cette lignée, qui a pour origine une déesse et qui passe par la Vestale Ilia, n’est pas purement agnatique. Par la mère de sa tante Julia, il prétendait descendre d’Ancus Marcius, donc de Numa. Il était d’autre part apparenté par les femmes aux trois hommes qui, avant lui, avaient exercé récemment sur Rome un véritable regnurn, par des liens très exactement semblables à ceux qui, jadis, donnaient un droit à la succession royale" (Marius, Cinna, Sylla). À la recherche d’un héritier, il choisit d’adopter Octave qui "avait, en plus de ses qualités personnelles, l’avantage génétique -si l’on peut dire- de descendre de la soeur de César par une lignée exclusivement féminine". De même, dans la complexe succession des Julio-Claudiens, l’essentiel est "l’appartenance au sang d’Auguste et, corollaire de cette condition, les liens avec l’unique descendante d’Auguste en ligne directe, sa fille Julie, seule à pouvoir transmettre ce sang.... S’il voulait maintenir dans son sang l’héritage princier, Auguste n’avait d’autre choix que la règle de succession en ligne utérine. Encore une fois, sans le dire, il ressuscitait une antique coutume royale. Marcellus, fils de sa soeur, était son gendre ; associant à son règne son second gendre Agrippa, il désignait pour héritiers les fils de sa fille ; enfin, prévoyant l’intérim de son troisième gendre, il réservait le pouvoir au seul nepos -avec Claude- qui lui restait : Germanicus". Dans les générations suivantes, où les généalogies se compliquent et où le meurtre perturbe fréquemment les plans de succession, "on n’a pas assez pris garde que ces mariages consanguins et ces assassinats de palais étaient guidés par le souci de préserver sur le trône les derniers restes du sang d’Auguste transmis par les femmes"11. Ainsi Néron, descendant direct d’Auguste (en ligne d’ailleurs exclusivement féminine) était, quoi qu’en disent Tacite ou Suétone, plus légitime héritier que Britannicus, qui ne descendait, par son père comme par sa mère, que d’Octavie.

  • 12 TACITE, Histoires, I, 4 : euulgato imperii arcano, posse principem alibi quam Romae fieri.
  • 13 CARCOPINO (J.), "L’hérédité dynastique chez les Antonins", REA 51 (1949), p. 262-321, repris dans P (...)
  • 14 SETTIPANI (C.), Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaine (...)
  • 15 Id., p. 269-273. Rubellius Plautus serait pour certains le frère de Rubellia Bassa, épouse d’Octavi (...)
  • 16 Id., p. 273.
  • 17 Id., p. 285-287.
  • 18 Id., p. 288-294. L’hypothèse de Carcopino (l’épouse d’Antonin serait l’arrière-petite-nièce de Traj (...)
  • 19 SETTIPANI, l.c., p. 278-279 et 299.
  • 20 Id., p. 295-300.
  • 21 MARTIN (P.M.), l.c., II, p. 243.
  • 22 Voir les tableaux de SETTIPANI, l.c. Plus généralement, ROMAN (Y.), Empereurs et sénateurs, Paris 2 (...)

7Si César et, par Mécène, Auguste pouvaient connaître ces anciennes traditions, cette science paraît oubliée des historiens du IIe siècle, où le mythe de la désignation du bon prince par adoption va triompher. Néanmoins, les parentés par les femmes pourraient revêtir une importance longtemps ignorée dans cette période dont l’absence à notre programme est un de nos regrets : la concurrence déloyale du Ve centenaire du Parlement de Provence nous a en effet privés d’une communication de Marc Pena sur les Antonins. Sans prétendre y suppléer, on peut relever quelques points. Les découvertes récentes, grâce à l’épigraphie, à l’onomastique et à la prosopographie, ont définitivement éliminé les schémas partiaux et simplistes de Tacite et de ses émules. Le secret de l’empire n’est pas (du moins pas seulement) "qu’on pouvait faire un prince ailleurs qu’à Rome"12, ou que les prétoriens pouvaient perturber la succession (par la désignation de Claude après l’assassinat de Caligula) ; il est encore moins cet "empire républicain" où le choix inspiré du titulaire du pouvoir appellera toujours le meilleur à succéder. Dans la recherche d’une nouvelle légitimité dès après l’année des quatre empereurs, dans les luttes pour le pouvoir entre force et légitimité, d’autres facteurs interviennent, encore imparfaitement connus, mais où l’on devine un rôle oublié (ou peut-être délibérément occulté) des liens familiaux : Jérôme Carcopino l’a dès longtemps signalé pour les Antonins dont il a révélé les parentés13, mais le phénomène paraît beaucoup plus large. Si les liens des autres dynasties avec les Julio-Claudiens restent incertains ou imprécis, deux possibilités sont tout de même fascinantes : si Domitia, l’épouse de Domitien et fille de Corbulon, avait vraiment pour grand-mère maternelle lunia Lepida, donc Julie II pour trisaïeule14 l’inquiétude de Titus face à l’ambition de son frère s’éclaire d’un jour nouveau. Il existerait d’autre part une alliance, plus ou moins lointaine, entre la famille de Nerva et Rubellius Plautus, dont la mère Julie était petite-fille de Tibère et (par sa mère) arrière-petite fille d’Octavie15. De plus, une soeur de Nerva a peut-être épousé le frère d’Othon, et une autre le neveu de Vespasien Titus Flavius Sabinus16. Nerva pourrait donc ne pas avoir été uniquement choisi pour son âge et son célibat. Enfin, la mère de Trajan pourrait être la soeur de Marcia Furnilla, épouse de Titus17 Hadrien, on le sait, a épousé la petite nièce de Trajan, Sabine ; sa grand-mère paternelle devait en outre être la tante de Trajan. Une parenté encore assez obscure relie à Hadrien Marc-Aurèle et sa tante Annia Galeria Faustina, l’épouse d’Antonin le Pieux18. Il apparaît en outre que Rupilia Faustina, grand-mère de Marc-Aurèle, pourrait être la petite-fille de Vitellius : Suétone affirme que Vespasien maria somptueusement la fille de Vitellius, mais ne donne pas le nom de cet époux ; il pourrait être Rupilius Libo Frugi (d’où les noms de Galeria Fundania, épouse de Vitellius, dans la descendance de Rupilia Faustina)19. Par Rupilius Libo, père de Rupilia Faustina, Marc-Aurèle aurait des ascendances plus prestigieuses encore : en effet20, Rupilius Libo avait pour grand-père maternel M. Licinius Crassus Frugi (consul en 27), qui comptait lui-même Sylla et Pompée parmi ses quadrisaïeuls maternels, et dont l’épouse Scribonia était probablement l’arrière-petite-fille de L. Cornélius Cinna et d’une autre fille de Pompée ! Enfin, les Licinii Crassi Frugi sont Licinii par adoption, mais, par le sang, Calpurnii Pisones : on a ici la clé de la prétention de Marc Aurèle à descendre de Numa, signalée par l’Histoire Auguste ; les Calpurnii, sans qu’on sache sur quelles bases, se prétendent numaïdes depuis les temps de la seconde guerre punique21. Il est difficile de croire que ces diverses ascendances, réelles ou forgées, n’aient pas eu un certain rôle dans les luttes pour le pouvoir. Et il ne faut pas oublier que ces ascendances et alliances prestigieuses sont partagées par divers rivaux, déclarés ou soupçonnés, des empereurs du second siècle22.

  • 23 MARTIN (P.M.), l.c., II, p. 233-256 notamment : les gentes énéades, dominantes au Ve siècle, auraie (...)
  • 24 CARCOPINO (J.), Virgile et les origines d’Ostie, Paris, 2e éd., 1968. MARTIN (P.M.), l.c. ; BRACCES (...)
  • 25 CARCOPINO (J.), Les étapes de l’impérialisme romain, Paris 1961, p. 209- 256 ; REYDELLET (M.), La r (...)
  • 26 ANDREAE (B.), Praetorium Speluncae. L’antro di Tiberio a Sperlonga ed Ovidio (Antiqua et nova. Sezi (...)

8Très tôt aussi dans l’histoire de Rome, une autre légitimité est apparue, celle des origines troyennes. Mêlée souvent aux ascendances royales, elle a eu son importance dans les luttes pour le pouvoir sous la république23. Elle a trouvé cependant sa principale utilité en politique extérieure : le mythe troyen permet d’unir force et légitimité dans la construction de l’empire romain ; Rome réunit sous son autorité des peuples qui sont ses parents ; en conquérant l’Asie, elle reprend la terre de ses ancêtres ; parce que ses fondateurs sont troyens et pélasges et s’intègrent à l’histoire légendaire de la Grèce, elle évite l’injure de "barbare" (dès le IVe siècle), et son pouvoir apparaîtra légitime : elle fait reculer l’aire de la barbarie (et dans un premier temps détruit des ennemis des Grecs). Virgile, pour Auguste, donne à ces divers éléments leur forme définitive dans l’Énéide, justifiant à la fois la "mission" de Rome (Tu regere imperio populos, Romane, mementod./ Hae tibi erunt artes, pacisque imponere morem, / Parcere subiectis et debellare superbos, VI, 853-855) et celle de la famille impériale issue d’Énée24. De cette synthèse visionnaire naîtront, à plus ou moins long terme, "l’impérialisme renversé" cher à Jérôme Carcopino, les images royales de l’Antiquité tardive étudiées par Marc Reydellet, et la volonté pour les nouveaux États nés à partir du Ve siècle de récupérer une légitimité romaine, par des généalogies pseudo-impériales ou par de nouvelles légendes troyennes25 : tous moyens de légitimer des prises de pouvoir. Mais si les Claudii prétendaient descendre, non d’Énée mais d’Ulysse, et si Tibère a mis en scène avec tant d’insistance le mythe d’Ulysse dans la grotte de Sperlonga26, peut-être trouverait-on là un nouvel indice quant aux rivalités entre Jules et Claudes ?

  • 27 Notamment Teodorico il Grande e i Goti d’Italia. Alti del XIII Congresso internationale di studi su (...)
  • 28 En ce qui concerne les conflits de légitimité dans l’Église, qu’il s’agisse de "l’Église au pouvoir (...)

9Longtemps mal connu, voire caricaturé, le Haut Moyen Âge a été éclairé notamment par les travaux du Centre d’études de Spolète27, par les publications de Karl-Ferdinand Werner, de J.M. Wallace-Hadrill, de Janet Nelson, de Rosamund Mac Kitterick, de Patrick Wormald, de David Dumville, de Patrick Geary, d’Olivier Guillot ou de Jean-Pierre Poly, qu’il est impossible de détailler ici, mais qui permettaient d’écarter la période de notre programme28

  • 29 (École française de Rome, 1996) FASANO GUARINI (E.), "Congiure "contro alla patria" e congiure "con (...)
  • 30 CROUZET (D), "Le connétable de Bourbon entre "pratique", "machination", "conjuration" et "trahison" (...)
  • 31 KAMEN (H.), "Conspiracy : a marginal disorder in the Spain of Philip II ?" ; C. VIVANTI, "La congiu (...)

10De même le XVIe siècle, longtemps mal aimé de la recherche historique (en France au moins) bénéficie désormais de nombreux travaux, dont ceux d’Arlette Jouanna, et des éditions commentées de bon nombre d’auteurs essentiels. Nous avons pu nous borner à un seul sujet. Pour le XVIe et surtout le XVIIe siècle, le colloque de Rome de 1993, dirigé par Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini, "Complots et conjurations dans l’Europe moderne" a étudié successivement les "Images et doctrines du complot"29, les "Relations internationales"30 et les "Luttes pour le pouvoir"31. Il était inutile d’y revenir. Enfin, sur des périodes plus récentes et largement étudiées, l’ouvrage déjà cité de Mario Turchetti peut fournir analyses et bibliographie.

11Nous avons donc finalement choisi, après une indispensable introduction romaine sur le Bas-Empire, de consacrer nos travaux à la France : la seule exception, à propos de l’Angleterre des deux roses, apparaissant dans une large mesure comme la contre-épreuve de l’évolution française. Nous sommes heureux d’avoir pu, selon l’usage bien établi à l’AFHIP, associer à des historiens chevronnés de jeunes chercheurs qui, pour certains, font ici leur première communication publique.

  • 32 MESTRE (J.L.), "La tyrannie dans le théâtre de Corneille (étude juridique)", Annales de l’Universit (...)
  • 33 EDDINGS (D.), The Belgariad. I. Pawn of Prophecy ; II. Queen of Sorcery ; III. Magician’s Gambit ; (...)
  • 34 Cf. Le cadeau de César, La rose et le glaive, Le fils d’Astérix.

12Avouons cependant quelques regrets. La durée désormais traditionnelle d’un jour et demi imposait des choix, et nous avons laissé de côté les illustrations littéraires et artistiques de notre thème. Si notre ami Jean-Louis Mestre a éclairé, voici un quart de siècle, la vision cornélienne de la question32, le reste du théâtre classique, notamment les auteurs "mineurs", reste à explorer (une communication envisagée sur ce thème n’a finalement pu être organisée). Le roman historique se consacre souvent à défendre, restaurer ou consolider une légitimité : les mousquetaires de Dumas tentent de sauver Charles 1er dans Vingt ans après ; dans Le vicomte de Bragelonne, ils restaurent Charles II et interviennent dans un conflit de légitimité entre Louis XIV et son "jumeau". Le très républicain Michel Zévaco fait de ses héros des restaurateurs de légitimités menacées : Ragastens protège les princes italiens contre Alexandre VI, César et Lucrèce Borgia (Borgia), Beaurevers détend François II contre sa mère ou les Guise (Le Pré aux clercs), Pardaillan protège Charles IX (Les Pardaillan), sauve Henri IV des machinations de Philippe II (Pardaillan et Fausta, Les Amours du Chico) et des complots de Concini et des Jésuites (Le fils de Pardaillan), le chevalier de Capestang se fait le bouclier du jeune Louis XIII (Le Capitan). On pourrait faire la même analyse pour l’heroic fantasy anglaise et américaine, où la lutte entre le Bien et le Mal s’accompagne de restaurations de souverains injustement dépouillés : le Lord of the Rings de Tolkien engendre notamment le Belgarath cl dans une moindre mesure le Sparhawk de David Eddings33. Et ne pourrait-on en dire autant des aventures de Harry Potter, où la légitimité d’Albus Dumbledore triomphe, jusqu’ici, des assauts du traître Lucius Malfoy ? Même les aventures d’Astérix n’échappent pas au thème : parfois contesté, Abraracourcix retrouve toujours son bouclier, et les machinations de Brutus ne prévalent pas contre César34.

  • 35 Cf. toutefois NERAUDAU (J.P.), L’Olympe du Roi-Soleil, Paris 1986.
  • 36 Cf. nos études dans les Actes de l’AFHIP, notamment I à IV, VI, VIII et IX.

13Pour les arts, le titre complet de l’Iconologie indique à lui seul qu’une étude du thème dans la peinture et la sculpture serait fructueuse. Elle reste largement à faire35. En musique, nous avons ébauché des recherches dans les opéras36. Quant au cinéma, on peut relever que le péplum italien des "années soixante", dont les scénarios s’apparentent d’ailleurs souvent à des livrets d’opéra, présente volontiers de jeunes rois ou des princesses en butte aux intrigues de traîtres et finalement sauvés par des héros : le meilleur exemple reste La révolte des gladiateurs de Vittorio Cottafavi (1958). La saga des Star Wars utilise les mêmes ingrédients. Et parmi les chefs d’oeuvre reconnus du septième art, L’impératrice rouge de Sternberg (1934) et, bien sûr, La prise du pouvoir par Louis XIV de Rossellini (1966) illustrent notre thème de façon éclatante. On peut peut-être ajouter le Danton de Wajda. Mais il était impossible d’étudier tout cela en détail (du moins pour cette fois) ou même d’organiser une projection...

Notes

1 OURLIAC (P.), "Sociologie du concile de Bâle" (Revue d’histoire ecclésiastique 1961, p. 5-32, et Études d’histoire du droit médiéval, Paris 1979, p. 331-355), p. 355.

2 OURLIAC (P.), "Un vote sur les libertés de l’Eglise" (Pouvoir et liberté. Études offertes à Jacques Mourgeon, Bruxelles 1998, p. 117-127), p. 126. La "jonction" entre Bâle et 1789 est aujourd’hui pratiquement établie, grâce aux études sur les monarchomaques (H. MOREL, A. JOUANNA, A. LECA...) pour le XVIe siècle, et pour l’élément catholique (janséniste) par MAIRE (C.), De la cause de Dieu à la cause de la Nation, Paris 1998.

3 Iconologie ou Explication nouvelle de plusieurs images, emblèmes et autres figures hiéroglyphiques des Vertus, des Vices, des Arts, des Sciences, des Causes naturelles, des Humeurs différentes, et des Passions humaines. Oeuvre augmentée d’une seconde partie nécessaire à toutes sortes d’esprits, et particulièrement à ceux qui aspirent à être ou qui sont en effet Orateurs, Poètes, Sculpteurs, Peintres, Ingénieurs, Auteurs de Médailles, de Devises, de Ballets et de Poèmes Dramatiques. Tirée des Recherches et des Figures de César Ripa, Moralisées par J. Baudoin, Paris 1644, I, p. 24-25.

4 Iconologie, II, p. 174.

5 Ibidem, I, p. 168-169.

6 Outre les travaux de B. MENU sur le droit égyptien, on peut voir plus généralement GRIMAL (N.), Histoire de l’Égypte ancienne, Paris 1988 (abondante bibliographie) ; pour les sources, LALOUETTE (C.), Textes sacrés et profanes de l’ancienne Égypte, Paris 1984-1987 ; ARNAUD (D.), Le Proche-Orient ancien, de l’invention de l’écriture à l’hellénisation, Paris 1970 ; FOREST (J. D), Mésopotamie, l’apparition de l’État, Paris 1996 (bibliographie) ; BRIANT (P.), Histoire de l’empire perse, de Cyrus à Alexandre, Paris 1996 (bibliographie).

7 Iliade, I, 238-239 ; Odyssée, XIX, 109-111 ; VLACHOS (G.), Les sociétés politiques homériques, Paris 1974, p. 126.

8 VLACHOS (G.), l.c.

9 TURCHETTI (M.), Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, Paris 2001. Il nous permet de passer très vite sur divers auteurs et périodes qui y sont bien documentés.

10 MARTIN (P.M.), L’idée de royauté à Rome, 2 vol., Clermont-Ferrand 1982-1994.

11 Id., p. 376-377, 378, 472, 473 n 138.

12 TACITE, Histoires, I, 4 : euulgato imperii arcano, posse principem alibi quam Romae fieri.

13 CARCOPINO (J.), "L’hérédité dynastique chez les Antonins", REA 51 (1949), p. 262-321, repris dans Passion et politique chez les Césars, Paris 1958, p. 143- 222.

14 SETTIPANI (C.), Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l’époque impériale. Oxford 2000, p. 274-277.

15 Id., p. 269-273. Rubellius Plautus serait pour certains le frère de Rubellia Bassa, épouse d’Octavius Laenas, lui-même oncle maternel de Nerva. Mais Rubellia Bassa est plus probablement la tante de Rubellius Plautus (donc la belle-soeur de Julie) et la grand-mère maternelle de Nerva.

16 Id., p. 273.

17 Id., p. 285-287.

18 Id., p. 288-294. L’hypothèse de Carcopino (l’épouse d’Antonin serait l’arrière-petite-nièce de Trajan) se heurte à des obstacles chronologiques. La parenté entre la famille d’Hadrien et celle de Marc-Aurèle, attestée par Dion Cassius et (avec quelques fantaisies) Hérodien, viendrait de deux tantes d’Hadrien, mariées l’une à Annius Verus (et donc grand-mère de Faustine, épouse d’Antonin, et de M. Annius Verus, le père de Marc-Aurèle), l’autre à L. Dasumius (arrière-grands-parents de Domitia Lucilla, mère de Marc-Aurèle ; on aurait là l’explication de la "parenté" de Marc-Aurèle avec le roi des Messapiens Malemnius, fils de Dasummus, évoquée par l’Histoire Auguste).

19 SETTIPANI, l.c., p. 278-279 et 299.

20 Id., p. 295-300.

21 MARTIN (P.M.), l.c., II, p. 243.

22 Voir les tableaux de SETTIPANI, l.c. Plus généralement, ROMAN (Y.), Empereurs et sénateurs, Paris 2001.

23 MARTIN (P.M.), l.c., II, p. 233-256 notamment : les gentes énéades, dominantes au Ve siècle, auraient connu une éclipse lau IVe, face aux gentes numaïques, les Aemilii réussissant à jouer sur les deux tableaux. De nouvelles ascendances énéennes ou royales apparaissent plus tard pour renforcer des prétentions politiques.

24 CARCOPINO (J.), Virgile et les origines d’Ostie, Paris, 2e éd., 1968. MARTIN (P.M.), l.c. ; BRACCESI (L.), "Il mito di Enea in Occidente", ROMA. Romolo, Remo e la fondazione della città (catalogue de l’exposition de Rome, Musée national romain, Thermes de Dioclétien, juin-octobre 2000), Milan 2000, p. 58-67.

25 CARCOPINO (J.), Les étapes de l’impérialisme romain, Paris 1961, p. 209- 256 ; REYDELLET (M.), La royauté dans la littérature latine de Sidoine Apollinaire à Isidore de Séville, École française de Rome, 1981 ; DUMVILLE (D.), Histories and pseudohistories of the Insular Middle Ages, Aldershot 1990 ; TANNER (M.), The Last Descendant of Aeneas, Yale 1993 ; BRUGUIÈRE (M.B.), "Mythes de fondation et mission de la France : la légende troyenne", L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, CERHIP, Aix-en-Provence 1996, p. 51-75, et "De Brutus à Britannia : Troyens, Romains et saints dans le Moyen Âge britannique", Méditerranées n° 18-19, p. 89-105.

26 ANDREAE (B.), Praetorium Speluncae. L’antro di Tiberio a Sperlonga ed Ovidio (Antiqua et nova. Sezione Archeologia, 4), 1995, p. 156-157 ; Ulisse. Il mito e la memoria, catalogue (dir. B Andreae et Cl. Parisi Presicce) de l’exposition de Rome (Palais des expositions, février-septembre 1996), Rome 1996.

27 Notamment Teodorico il Grande e i Goti d’Italia. Alti del XIII Congresso internationale di studi sull’Alto Medio evo (Milano, 2-6 novembre 1992), Spolète 1993, 2 vol. On aimerait voir le Centra Italiano di Studi sull’Alto Medioevo consacrer une de ses "Semaines de Spolète" au pouvoir.

28 En ce qui concerne les conflits de légitimité dans l’Église, qu’il s’agisse de "l’Église au pouvoir des laïcs" à la fin du Haut Moyen Age ou d’autres périodes (schismes, etc), on pourra trouver des indications bibliographiques dans le Dictionnaire historique de la Papauté (dir. Ph. LEVILLAIN), Paris 1994.

29 (École française de Rome, 1996) FASANO GUARINI (E.), "Congiure "contro alla patria" e congiure "contro ad un principe" nell’opera di Niccolo Machiavelli" ; MARGOLIN (J.C.), "Erasme, dans la tourmente luthérienne et sa phobie des complots" ; BORRELLI (G.), "La nécessita della congiura nelle scritture italiane della ragion di Stato" ; SMITH (M.H.), "Complots, révoltes et tempéraments nationaux : Français et Italiens au XVIe siècle" ; LAFOND (J.), "L’imaginaire de la conjuration dans la littérature française du XVIIe siècle" ; LE THIEC (G.), "Le complot de Roxelane" ; La Soltane de Gabriel Bounin (1561) et Il Solimano de Prospero Bonarelli (1619) : deux stratégies politiques à la cour de France et dans la Florence des Médicis ; GRELL (C), "Le modèle antique dans l’imaginaire du complot en France au XVIIe siècle" ; KRIEGEL (B.), "Le complot janséniste dans la Congrégation de Saint-Maur" ; COGITORE (I.), "Les conspirations comme "coups d’Etat" chez Gabriel Naudé : l’exemple antique" ; WAQUET (J.C.), "Diriger la politique, subir l’histoire : les diplomates français et les révolutions de la cour de Russie (1740-1741)" ; SOMAN (A.), "Le traître sur la sellette : réflexions sur le procès du duc de Biron (1602)".

30 CROUZET (D), "Le connétable de Bourbon entre "pratique", "machination", "conjuration" et "trahison" ; BARBICHE (B), "L’exploitation politique d’un complot : Henri IV, le Saint-Siège et la conspiration de Biron (1602)" ; PRETO (P.), "La "congiura di Bedmar" a Venezia nel 1618 : colpo di Stato o provocazione ?" ; BERENGER (J), "La conjuration des Magnats hongrois (1644-1671)" ; MALETKE (K), "Complots et conspirations contre Louis XIV dans la deuxième moitié du XVIIe siècle" ; GRESSET (M), "Les complots antifrançais en Franche-Comté dans la guerre de Succession d’Espagne" ; BELY (L), "La place de l’étranger dans les conspirations" ; O’CONNOR (J.), "Une conspiration chimérique tramée par un "comte imaginaire".

31 KAMEN (H.), "Conspiracy : a marginal disorder in the Spain of Philip II ?" ; C. VIVANTI, "La congiura d’Ainboise" ; BROWN (E.A.R.), "La Renaudie se venge : l’autre face de la conjuration d’Amboise" ; A. JOUANNA, "Le thème polémique du complot contre la noblesse lors des prises d’armes nobiliaires sous les derniers Valois" ; BERCÉ (Y.M.), "Les coups de majesté des rois de France, 1588, 1617, 1661" ; MIECK (I.), "L’assassinat de Wallenstein (1634)" ; SUTER (A.), "Les conjurations dans la Confédération suisse du début des Temps modernes" ; DEKKER (R), "Complots dans la République des Provinces-Unies au XVIIe siècle" ; PACINI (A.), "El ladron de dentro casa" : congiure e lotta politica a Genova dalla riforma del 1528 al tradimento di Gian Luigi Fieschi" ; ROMANI (M.A.), "Una corte contro il principe nella Mantova del ’500" ; PODESTA (G.L.), "Dal delitto politico alla politica del delitto (Parma 1545-1611)" ; SIGNOROTTO (G.), "Stabilità politica e trame anti-spagnole nella Milano del Seicento".

32 MESTRE (J.L.), "La tyrannie dans le théâtre de Corneille (étude juridique)", Annales de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse 1975, p. 67-83.

33 EDDINGS (D.), The Belgariad. I. Pawn of Prophecy ; II. Queen of Sorcery ; III. Magician’s Gambit ; IV. Castle of Wizardry ; V. Enchanters’ End Game, 1982-1984 ; The Malloreon. I. Guardians of the West ; II. King of the Murgos ; III. Demon Lord of Karanda ; IV. Sorceress of Darshiva ; V. The Seeress of Kell, 1987-1991 ; EDDINGS (D. et L.), Belgarath the Sorcerer, 1995 ; Polgara the Sorceress, 1997 ; The Rivan Codex, 1998. Pour les aventures de Sparhawk, EDDINGS (D.), The Elenium. I. The Diamond Throne ; II. The Ruby Knight ; III. The Sapphire Rose, 1989-1991 ; The Tamuli. I. Domes of Fire ; II. The Shining Ones ; III. The Hidden City, 1992-1994.

34 Cf. Le cadeau de César, La rose et le glaive, Le fils d’Astérix.

35 Cf. toutefois NERAUDAU (J.P.), L’Olympe du Roi-Soleil, Paris 1986.

36 Cf. nos études dans les Actes de l’AFHIP, notamment I à IV, VI, VIII et IX.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search