Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

La création d’un consulat d’Italie à Toulouse le fascisme italien dans le sud-ouest de la France

Olivier Bataillé

Texte intégral

1Mars 1925 : le gouvernement italien de Mussolini crée le consulat de première catégorie, première classe, à Toulouse.

211 juin 1940 : le consul général d’Italie quitte la ville sous escorte policière, à destination de son pays. La guerre entre les deux sœurs latines a éclaté la veille.

3Ces dates sont les plus importantes de l’histoire du consulat d’Italie à Toulouse. Elles encadrent une période durant laquelle le consulat vit à l’heure du fascisme. Il n’y a alors rien d’étonnant à ce que, fruit du fascisme, l’histoire du consulat soit liée à celle des relations mouvementées du régime de Mussolini avec la République française.

4L’époque est particulièrement troublée et les relations entre la France et l’Italie sont souvent tendues, toujours complexes. L’Europe de l’entre-deux-guerres est secouée de soubresauts de toutes sortes. L’arrivée et la consolidation du fascisme au pouvoir en Italie est un événement considérable. Il ne s’agit pas simplement d’un nouveau gouvernement, mais d’une nouvelle doctrine, d’une nouvelle philosophie, qui prend en main les destinées de la péninsule. Le fascisme veut renouer avec la grandeur de la Rome antique. Finie l’Italie pays de seconde zone. Désormais, l’Europe devra compter avec la nation italienne. Et indéniablement, toute la politique du continent se trouve modifiée par les revendications et les gesticulations du Duce. Celui-ci entend se servir des importantes communautés italiennes installées dans les différents pays européens, en France notamment, pour faire pression sur ces États.

5En France, un facteur majeur de tension provient de la présence sur le sol français de militants antifascistes ayant fui l’Italie nouvelle de Mussolini. Ceux-ci ne désarment pas et entendent continuer la lutte par tous les moyens afin d’abattre le régime fasciste. L’opinion publique française est divisée vis-à-vis du nouveau régime fasciste. Une grande partie de la droite l’admire car il a su endiguer la menace révolutionnaire et rétablir l’ordre. À l’opposé, la gauche lui est profondément hostile et les nombreux opposants au fascisme, réfugiés en France, entretiennent soigneusement le rejet de l’Italie fasciste. D’ailleurs, l’influence négative des réfugiés italiens, fortement liés à la gauche sous la bannière de l’antifascisme joue un grand rôle dans la non-réalisation d’un front commun avec l’Italie contre l’Allemagne. Cette influence (qui s’exerce à travers des groupes de pression hostiles à tout rapprochement franco-italien) devient particulièrement sensible sur les rapports franco-italiens à partir de 1936.

6Quant aux dirigeants français, traumatisés par l’effroyable saignée de la première guerre mondiale, ils ne sont pas décidés à s’engager dans une nouvelle guerre. Partagés entre une alliance avec Mussolini -qui semble-t-il y est, un temps, favorable- et le rejet du régime fasciste, ils ne parviennent pas à trancher. Cette attitude hésitante, alimentée par l’instabilité ministérielle de la troisième République -en vingt ans se succèdent quatorze ministres des Affaires étrangères dans quarante-et-un gouvernements-, pousse finalement l’Italie fasciste dans les bras de l’Allemagne nazie.

7Pourtant, Mussolini semble le mieux à même de contenir l’appétit sans cesse plus aiguisé du nouvel homme fort de l’Allemagne, Hitler. Pour preuve, le Duce, qui n’apprécie guère le Führer, est le seul à réagir contre la tentative allemande d’Anschluss de 1934.

8La capitale assoupie d’une province reculée qu’est Toulouse dans ces années d’entre-deux-guerres, semble bien éloignée de toutes ces préoccupations. Et pourtant, elle est durant quinze ans le théâtre de l’affrontement entre fascistes et antifascistes.

  • 1 Les rivalités entre fascistes et antifascistes de la région toulousaine, donneront rapidement lieu (...)

9L’enjeu en est le contrôle de l’importante communauté italienne vivant dans la région. La violence des altercations s’explique par le fait que chaque camp considère la lutte comme une affaire hautement symbolique. Le régime de Mussolini crée un consulat de toutes pièces et entend en faire le propagateur des thèses fascistes et de sa politique à l’égard des colonies italiennes implantées à l’étranger. Les antifascistes souhaitent prendre leur revanche sur le régime fasciste qui les a, sinon chassé d’Italie, tout au moins contraint à l’exil. Ceux-ci sont d’autant plus virulents que nombre de chefs de file de l’antifascisme demeurent dans le sud-ouest et sont décidés à ne pas laisser passer la chance qui leur est offerte de combattre le fascisme. Le consulat italien va dès lors constituer le point de mire de la colère des exilés antifascistes appuyés par une grande partie des notables locaux français1.

10Entre les deux camps, les autorités françaises tentent, tant bien que mal, de garder une attitude de stricte neutralité, qui mécontente bien souvent les deux partis, sans mettre fin au désordre.

11Toulouse constitue donc une sorte d’échantillon, à la fois de la lutte entre partisans et adversaires de Mussolini en France, et de la politique française envers l’Italie durant les années vingt et trente. L’implantation du fascisme italien dans la région toulousaine s’effectue de deux manières complémentaires. D’une part, des autorités consulaires officielles sont implantées dans la région. Un consulat est créé à Toulouse pour remplacer l’ancien consul honoraire. Des agences consulaires sont également implantées dans les chefs-lieux des départements de la région à forte présence italienne. C’est ce qui constitue le "fascisme officiel". D’autre part, de nombreuses et diverses associations, organisations, comités, etc., voient le jour. Elles sont toutes créées, encadrées ou soutenues par les autorités consulaires italiennes. Il s’agit là du "fascisme officieux". Le but de toutes ces structures, officielles ou officieuses, est le même : le contrôle idéologique de la communauté italienne de la région toulousaine.

I – Installation et développement du consulat Le fascisme officiel

  • 2 Districts consulaires de Bastia, Bordeaux, Chambéry, Le Havre, Lyon, Marseille, Metz, Nancy, Nice, (...)

12C’est à partir de l’année 1925 que les autorités fascistes italiennes décident de s’implanter à Toulouse, dans le cadre d’une vaste réorganisation des services consulaires en France qui porte à quatorze le nombre des districts consulaires en France2.

13Les motifs de la création du consulat italien ne sont pas forcément ceux avancés par le gouvernement romain. L’étude des modalités de sa création ainsi que celles de la nomination des agents consulaires à Toulouse permettra de le confirmer.

A – Les raisons de la création d’un consulat d’Italie à Toulouse

14La présence d’une forte colonie italienne dans la région et la volonté de répondre à leurs besoins, est le motif officiel avancé par le gouvernement de Mussolini pour créer un consulat en lieu et place du consul honoraire, dont le principal défaut, à ses yeux, est de ne pas être italien.

  • 3 Archives du ministère des Affaires étrangères italien (M.A.E.), Rappresentanze diplomatiche, Franci (...)

15C’est la raison pour laquelle le 5 février 1925, le ministère des Affaires étrangères italien écrit à son ambassade parisienne pour lui signaler que le Commissariat royal de l’émigration, conscient de la forte immigration italienne dans le sud-ouest de la France, étudie l’opportunité d’installer un consulat de première catégorie à Toulouse à la place de l’agence consulaire3.

  • 4 PAIRAULT (A.), "La politique italienne d’émigration", in Revue politique et parlementaire, 10 décem (...)

16En fait, la création du consulat fait partie intégrante du contrôle de l’émigration par Rome. Ce ne sont pas les autorités fascistes qui ont inventé un tel contrôle ; celui-ci existe depuis la fin du XVIIIe siècle. À cette date, le gouvernement italien prend en main l’organisation et le contrôle de l’émigration dans le double but de protéger les migrants et de s’assurer le maximum de compensation d’ordre économique et politique à ce qu’il appelait une "hémorragie de richesse humaine"4.

  • 5 Association catholique fondée au début du XXe siècle par Monseigneur Bonomelli, évêque de Crémone, (...)
  • 6 Association fondée à la fin du XIXe siècle par Loria, philanthrope israélite, pendant socialiste de (...)

17L’instrument essentiel de cette politique est le Commissariat royal de l’émigration", créé en janvier 1901. Le commissariat est nominalement rattaché au ministère des Affaires étrangères mais jouit en fait d’une très grande autonomie et d’importantes ressources. Il assure la diffusion de ses informations ou instructions diverses par l’intermédiaire des agents consulaires et des oeuvres d’assistance italienne (telle que l’Opera Bonomelli5ou l’Umanitaria 6).

18Pendant longtemps, l’action italienne à l’étranger consiste à obtenir pour ses émigrés de meilleures conditions de travail et d’assistance, tout en assurant le rapatriement maximum d’épargnes.

  • 7 PAIRAULT (A.), op. cit. .

19Ce qui change avec l’arrivée au pouvoir du fascisme est que la politique italienne d’émigration prend un caractère nettement marqué de politique d’expansion, pour ne pas dire d’impérialisme. Ainsi, lorsque le ministre des Affaires étrangères italien, Grandi, assure que l’Italie ne doit plus être un "vivier humain"7 destiné à alimenter les nations démographiquement pauvres, la France est très nettement visée dans cette affirmation. La dialectique fasciste s’emploie même à bannir le terme d’ "émigrant" afin de lui substituer celui de "citoyen italien à l’étranger".

  • 8 Resta del Car lino, 7 avril 1927.

20Tout un plan d’action est prévu afin que ces "citoyens italiens à l’étranger" résistent à l’assimilation dans le pays d’accueil et restent fidèles à leur patrie d’origine. De véritables colonies doivent être créées ; les unions perpétueraient la race italienne, ce qui suppose un mode de vie quasi-autarcique. Les Italiens deviennent, selon ce schéma, des conquérants portant plus loin les frontières de la mère-patrie, "frontières idéales et peut-être aussi, un jour, frontières matérielles", selon un journal bolonais8. Dans ce projet, les consuls détiennent une place essentielle, en tant que coordinateurs des activités de ces colonies et liens avec la patrie.

  • 9 En mai de la même année, Mussolini condamne l’émigration dans un discours retentissant.

21Afin de mettre en oeuvre sa nouvelle politique, Mussolini, par un décret-loi du 28 avril 1927 supprime le commissariat royal à l’émigration pour le remplacer par une direction générale des Italiens à l’étranger au ministère des Affaires étrangères. La nouvelle direction reprend les organes dépendant de l’ancienne structure après des réorganisations destinées, selon Grandi, à les mettre "en harmonie avec les nouveaux principes fascistes en ce qui concerne l’émigration"9.

22Ces nouveaux principes sont définis par Mussolini en personne dans une lettre au commissariat à l’émigration en 1923. Il s’agit de "substituer à l’ancienne émigration chaotique une émigration de travailleurs conscients de leur propre valeur, encadrés de techniciens et de chefs italiens, dont le labeur ne servirait pas uniquement à augmenter les capitaux étrangers et qui deviendraient des éléments actifs de la pacifique expansion morale et économique de la patrie italienne en créant des centres d’italianité hors du Royaume, centres compacts et doués d’une vie autonome", tandis que l’envoi d’agents italiens dans les milieux de l’émigration italienne doit entretenir la volonté "d’être partout Italien, avant tout Italien, rien qu’italien".

23En 1927, le Duce précise encore un peu plus sa pensée. La politique fasciste en matière d’émigration doit consister en "un ensemble complexe de mesures, d’organismes et de directives grâce auxquels l’exode désordonné des masses découragées se transforme en déplacement conscient d’énergies productives qui sert d’instrument pour le développement de la nation". Pour cela, la politique fasciste s’applique à tous les stades de l’émigration ; avant le départ, durant le voyage et a posteriori, dans le pays d’accueil. Dans ce dernier cas, la protection et l’encadrement des Italiens sont dévolus aux consuls. C’est pourquoi la politique fasciste substitue aux consuls honoraires des consuls de carrière italiens, comme c’est le cas à Toulouse en 1925.

  • 10 Le terme de fuorusciti signifie littéralement ceux qui sont "sortis au-dehors". Cette appellation d (...)
  • 11 Mussolini en personne attache une importance particulière aux affaires toulousaines.

24La politique italienne d’émigration évolue également, suite à l’arrivée du fascisme au pouvoir en Italie, vers la prédominance de plus en plus marquée de l’idée purement politique et nationale sur toute autre considération. Rome entend bien profiter du consulat pour répandre ses thèses parmi ses expatriés. La présence d’un grand nombre defuorusciti 10 à Toulouse et dans ses environs, dont plusieurs chefs de l’opposition au fascisme comme Silvio Trentin, Luigi Campolonghi, Alceste de Ambris, Guiseppe Sarragat, Francesco-Saverio Nitti, Pietro Nenni ou encore Francesco Frôla, rend la tâche d’autant plus ardue et importante aux yeux de Rome11.

  • 12 Archives départementales de la Haute-Garonne (A.D. H.-G.), 2008 W 136.
  • 13 Cette loi du 31 janvier 1926 prévoit la perte de la nationalité italienne et la confiscation des bi (...)

25Les autorités françaises ne se trompent d’ailleurs pas sur la raison d’être du consulat italien. Un rapport du préfet de Haute-Garonne au président du Conseil, ministre des Affaires étrangères daté du 6 janvier 192612 stipule que "des hommes d’une docilité et d’une valeur éprouvées sont choisis dans le Sud-Ouest. Toulouse est organisée en centre de rayonnement et de convergence". Le préfet rapproche ces faits de la création à Rome d’un service pour s’opposer à la dénaturalisation des Italiens et d’un autre service ayant pour objet de se renseigner sur les Italiens à l’étranger et leur attitude par rapport à la loi sur les émigrés13.

26Les craintes du préfet ne tardent pas à se concrétiser sur le terrain.

  • 14 A.D. H.-G., M 970.
  • 15 A.D. H.-G., 2008 W 137.

27Dès septembre 1925, deux mois à peine après l’installation du consulat général dans ses nouveaux locaux, le commissaire spécial, dans un rapport du 23 septembre14, attire l’attention du préfet sur les dispositions du gouvernement italien "visant à maintenir vivace le sentiment de la mère-patrie dans l’esprit des italiens émigrés en France". Affirmation qui se concrétise dans une lettre du 13 novembre 1925, dans laquelle le préfet du Lot-et-Garonne informe son homologue haut-garonnais de ce que le consulat se livrerait auprès de ses compatriotes installés dans la région à une active propagande en vue de contrarier, dans toute la mesure du possible, leur assimilation15.

  • 16 Le Quotidien, 5 octobre 1926.

28Un mois avant la lettre de mise en garde du préfet du Lot-et-Garonne, Louis Roubaud, journaliste au Quotidien affirme déjà que les cadres italiens dans la région, tant religieux -l’Opera Bonomelli par le biais de son représentant à Agen, Monseigneur Toricella -qu’administratifs- le consulat-, s’organisent comme un évêché et un gouvernement de colonie16.

  • 17 Du fait de la présence de nombreux émigrés italiens dans la région, plusieurs journaux locaux publi (...)
  • 18 Lacronaca est signée d’un certain "Luigi". L’identité de la personne qui se cache derrière ce pseud (...)

29Toujours en octobre 1925, la chronique italienne de l’ Express du Midi, la cronaca italiana 17, dans une série d’articles étalés tout au long du mois provoque des rapports du commissaire spécial au préfet. Cette chronique dont la première parution remonte au premier février 1925, donc avant la création du consulat, soutient très largement les thèses fasciste18. Elle se fait, notamment, le relais des annonces de l’Opera Bonomelli -dont les liens avec le fascisme sont patents- et publie des nouvelles diverses sur l’Italie, nouvelles qui tendent le plus souvent à glorifier le régime de Mussolini et ses réalisations.

  • 19 A.D. H.-G., M 970.
  • 20 "Ricorda sempre che di Patria ve n’è una sola. E la tua, è l’Italia, la più bella di tutte le terre (...)
  • 21 Obéir au consul et aux représentants italiens, acheter le plus possible de produits italiens, etc.
  • 22 "Tieni sempre una condotta séria ed onesta, ricordando che la buona condotta tua all’estero vorra d (...)

30Les chroniques d’octobre 1925 ne font pas exception à la règle et le fonctionnaire de police chargé de les analyser y voit "une campagne d’italianité [sic] que l’Italie trouve moyen de poursuivre sur le sol français”19, en utilisant, ce qui peut sembler curieux, un journal nationaliste français. Ainsi, dans le numéro du 7 octobre 1925, la chronique publie il decalogo dell’emigrante (la charte de l’émigrant), sous-titrée "dix commandements pour ne pas devenir sujet français". Il s’agit d’une déclaration nationaliste tendant à rappeler aux Italiens de la région leur origine transalpine, et alternant lyrisme20, recommandations21, et même menaces à peines voilées22.

  • 23 Ce que Pedrazzi traduit par l’idée : "Italien tu es né, Italien tu demeures".

31D’autres chroniques sont consacrées pêle-mêle, à la loi contre les émigrés, à la franc-maçonnerie -jugée incompatible avec le fascisme-, à une apologie de la politique fasciste en faveur du monde du travail ou au "catéchisme du bon Italien en France" du député italien Pedrazzi, directeur du journal II Regno, en visite dans le sud-ouest en 1925. Le journal français reprend dans ses colonnes l’analyse effectuée par Pedrazzi à l’issue de son voyage. Celui-ci voit dans l’émigration italienne un "énorme service" rendu à la France par l’Italie, dont les ressortissants ne se sont installés en France qu’à cause du coût moins élevé des terres. Généreusement, le député italien consent à ce que "les bras et les cerveaux italiens aident la France", mais se refuse à lui donner des citoyens, s’opposant en cela à toute idée d’assimilation23. Une autre chronique du 25 novembre 1925 précise encore un peu plus la pensée de Pedrazzi. Les Italiens sont "venus apporter la contribution de leurs bras, de leur expérience, de leur activité et de leurs capitaux". Et rien d’autre, ce qui exclut toute possibilité d’intégration pour l’auteur de ces lignes.

32La date de publication de ces articles coïncide trop bien avec la création du consulat pour que l’on ne puisse y voir un appui à la nouvelle politique "d’italianité" déployée par les autorités consulaires. Quant à la visite dans la région de Pedrazzi, elle ressemble fort à une mission d’inspection des nouveaux cadres du fascisme.

  • 24 Il Corriere délia Sera, 30 octobre et 3 novembre 1925.

33Cette campagne nationaliste est également relayée par des journaux de la péninsule. Il Corriere délia Sera publie à la même époque deux articles très négatifs sur l’émigration italienne en Gascogne24.

34Toute cette agitation met en évidence l’importance que revêt la création du consulat italien aux yeux du gouvernement fasciste.

B – La création du consulat et son fonctionnement

  • 25 Le consulat sera élevé au rang de consulat général dès juin 1927.

35Dans la Dépêche de Toulouse du 26 mars 1925, un court entrefilet à la rubrique "dans nos consulats" de la page "vie toulousaine" informe ses lecteurs : "le Journal Officiel italien vient de publier un décret instituant un consulat d’Italie de première catégorie, première classe à Toulouse"25.

  • 26 MA. E., Italie, Rappresentanze diplomatiche. Francia, Buste n° 142 et 144.

36Les archives du ministère des Affaires étrangères italien sont à peine moins laconiques : "en mars 1925, est institué le consulat de première catégorie de première classe à Toulouse avec juridiction sur : Aude, Ariège, Aveyron, Haute-Garonne, Pyrénées-Orientales, Lot, Lot-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne, Lozère, Tarn et Hérault. Le décret n° 970 du 11 mars 1928, sur la réorganisation générale des services consulaires italiens, englobe l’actuelle République d’Andorre dans la circonscription du consulat de Toulouse", tandis que les départements de Lozère, Hérault et Aveyron en sont exclus (de plus, le vice-consulat de Sète est désormais rattaché à Marseille)26.

  • 27 Ancien nom de la ville de Sète dans l’Hérault. "Cette" devient "Sète" par un décret paru au J.O. du (...)

37Mais longtemps avant la création du consulat, l’Italie est représentée à Toulouse. Dès avant la première guerre mondiale, en 1911 exactement, Mazelié est nommé agent consulaire d’Italie ; en mars de l’année suivante, un décret royal le nomme consul honoraire, dépendant administrativement du consulat d’Italie à Cette27. Il est maintenu dans ses fonctions par un décret de Mussolini du 11 mars 1923. En fonction depuis quatorze ans à la création du consulat général, décoré de la cravate de commandeur de la couronne, confirmé à son poste par Mussolini en personne peu de temps après son arrivée au pouvoir, le consul honoraire semble pouvoir s’effacer dignement de la scène diplomatique toulousaine à l’arrivée du nouveau consul italien nommé par Rome en 1925.

38Il n’en est rien. C’est par la presse que Mazelié apprend la création du nouveau consulat italien à Toulouse. Manière on ne peut plus cavalière de traiter le consul honoraire. Celui-ci en ressent d’ailleurs une grande amertume et l’écrit à l’ambassadeur d’Italie à Paris. Pas rancunier pour autant, Mazelié indique à l’ambassadeur qu’il est prêt à faire "tout ce qui dépendra de [lui] pour rendre service à [son] remplaçant et lui faciliter dans la mesure de [ses] moyens et de [son] temps la prise dans le Sud-Ouest de ses nouvelles fonctions". Difficile d’être plus serviable !

  • 28 Journal de Mussolini fondé par celui-ci le 14 novembre 1915.
  • 29 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Bus ta n° 91.

39Cependant, son remplaçant ne semble pas vouloir lui rendre la pareille et, très vite, une polémique l’oppose aux nouvelles autorités consulaires. Cette polémique met parfaitement en lumière l’état d’esprit des nouveaux représentants transalpins. Les premières attaques contre le consul honoraire proviennent d’Italie, du journal il Popolo d’Italia28 et sont relayées en France par le journal nationaliste l’Express du Midi, dans sa cronaca italiana. Le fait que la polémique soit lancée par le propre journal du Duce, démontre que l’intention des nouveaux représentants italiens de se démarquer de l’attitude précédente de neutralité politique de Mazelié est directement dictée par le gouvernement romain. L’ancien consul honoraire se voit reprocher ses liens avec des membres de la colonie italienne notoirement antifascistes. Il a beau arguer du fait que, de par sa fonction, il a en charge tous les Italiens, quelles que soient leurs opinions politiques, rien n’y fait ; le consul général se refuse, non seulement à le soutenir malgré ses demandes répétées, mais lui reproche également d’avoir fait part aux "autorités locales des malentendus qui ont pu s’élever entre [lui] et quelques membres de la colonie", c’est-à-dire d’avoir voulu se justifier des accusations qui avaient été publiquement portées contre lui29.

  • 30 Le critère de nationalité est également important, ainsi que le démontre le consul Tamburini lorsqu (...)

40L’ère des polémiques s’ouvre à Toulouse. Mais, peut-il en être autrement de la part d’hommes envoyés à Toulouse afin de répandre la pensée fasciste et de reprendre en main la colonie italienne de la région ? De plus, les motifs qui conduisent le gouvernement italien à créer un consulat à Toulouse militent en faveur de la nomination d’un consul énergique et acquis au fascisme30.

  • 31 Bolletino del ministero degli Afffari esteri, 1927, p. 315 et s. .

41C’est ce que Grandi, alors sous-secrétaire d’état pour les Affaires étrangères, explique très clairement dans un discours à la Chambre des députés durant la session du 31 mars 192731. Ce discours explique ce que doit être "le consul fasciste" pour le régime de Mussolini. Il n’est rien de moins que "l’élément nécessaire et fondateur de l’expansion italienne dans le camp politique, économique et culturel. Le consul est le pionnier d’une nouvelle civilisation que le Fascisme a instauré. [...] Le consul est nécessaire là où existent ou ont la possibilité de se créer des intérêts italiens, qu’ils soient politiques, ou surtout de nature commerciale et économique”. Le consul revêt donc une grande importance aux yeux du régime de Mussolini. Il est donc hors de question que celui-ci ne soit pas acquis aux idées fascistes. C’est l’idée qu’exprime Grandi lorsqu’il présente les nouveaux consuls de la nouvelle "civilisation fasciste" comme les "soldats de la grande milice fasciste".

  • 32 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

42Et ce n’est pas autrement que les consuls italiens à Toulouse comprennent leur mission. L’un d’eux envoie ainsi un rapport à son ministère sur "l’activité remplie par [le] consulat général pour obtenir la consolidation et l’amélioration de la situation [des] concitoyens, du point de vue moral, matériel, économique et politique"32. Il est donc extrêmement clair, à la vue de ces documents, que la propagande politique fait partie intégrante des missions du consulat italien de Toulouse.

  • 33 MA. E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 220.

43A l’origine, le siège du consulat est situé 22 rue des Arts, au domicile du consul honoraire. Mais, ce ne peut être qu’un siège provisoire dans l’attente de locaux adaptés. Dès juillet 1925, le consulat est transféré au 41 rue de Metz ; le 2 janvier 1934, il s’installe au numéro 2 des allées Alphonse Peyrat. Ces nouveaux locaux sont trouvés par le consul Berri en juin 1933. Il s’agit d’un vaste appartement -douze pièces- qui occupe tout le premier étage d’un immeuble en construction. Les cloisons n’ayant pas encore été construites, le consul peut même moduler la taille des pièces à sa convenance. Berri estime que ce local permettra enfin au consulat d’avoir "un siège, non seulement agréable, mais répondant aussi aux exigences du fonctionnement pour ce qui regarde les divers services et la division du travail". En effet, le consul juge les locaux de la rue de Metz trop étriqués pour l’activité du consulat. Le conseiller d’émigration arrivé peu de temps auparavant, n’a pas de bureau disponible ; le vice-consul n’en en jamais eu et se contente d’un coin de couloir. Mais tout cela change dès 1934, si l’on en croit Berri33.

  • 34 Lanouvelle organisation du réseau consulaire italien en France de 1928, élève Auch au rang de vice- (...)

44Côté organisation consulaire, des agents consulaires sont installés à Montauban, Agen, Auch34, afin de renforcer l’influence du consulat sur la colonie italienne.

45Cette politique de création de bureaux se poursuit jusqu’à la veille de la guerre, chaque consul ayant son idée sur la création, la suppression ou la modification du statut des bureaux consulaires dans le district toulousain. Avis allant toujours dans le sens d’une extension des implantations, avis parfois contradictoires les uns par rapport aux autres, mais avis qui ne sont pas toujours suivis par le ministère des Affaires étrangères italien.

  • 35 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busla n° 167.
  • 36 Voir infra.

46En 1929, un rapport du consul général Galleani d’Agliano met en évidence l’extension des services consulaires dans le sud-ouest de la France. Il existe désormais des agences consulaires à Agen, Montauban, Port-la-Nouvelle et Port-Vendres, ces deux dernières étant encore dirigées par des Français. Dans ce rapport à son ministère, le consul estime que l’agence consulaire de Port-Vendres devrait être dirigée par un fonctionnaire italien car il s’agit d’une "localité de grand intérêt35 et avenir"... avenir qui lui donnera raison lorsque l’agent consulaire italien devra rentrer précipitamment en Italie pour éviter une arrestation pour complicité d’attentats terroristes36.

  • 37 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Buste n° 209, 220, 230 et 255.

47En 1932, un autre consul, Tamburini, estime qu’il est urgent d’instituer une agence consulaire à Carcassonne. Pourtant, malgré l’avis positif de l’ambassadeur italien, il faudra attendre 1938 pour que l’agence soit créée37.

  • 38 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

48En 1936, c’est Berri qui propose la création, non pas d’agences consulaires, mais de vice-consulats. Un à Agen, l’autre à Albi. Corrélativement, le vice-consulat d’Auch deviendrait une simple agence consulaire38.

  • 39 MA. E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 283.

49Difficile de s’y retrouver dans toutes ces idées d’organisation du district consulaire toulousain. D’autant plus que les idées d’organisation du réseau consulaire italien par les consuls successifs se heurtent bien souvent au refus de Rome, fréquemment motivé par des raisons financières. Malgré tout, en 1938, le consulat général de Toulouse est à la tête d’un réseau regroupant un vice-consulat à Auch et quatre agences consulaires à Agen, Montauban, Port-Vendres et Port-la-Nouvelle39.

  • 40 Obéissant en cela aux instructions du pouvoir qui affirme, tout au long de l’entre-deux-guerres, sa (...)
  • 41 Décret du 10 juin 1926. Bolletino del ministère) degli Affari esteri. Parte amminis2trativa, 1926.

50Quant au personnel subalterne du consulat, difficile de s’en faire une idée exacte, compte tenu des lacunes des archives. Selon certains témoins de l’époque, le consul arrive avec un personnel de consulat digne d’une ambassade. Des rapports de police -très sommaires, mais qui démontrent que les autorités françaises surveillent le consulat dès sa création40. attestent simplement de l’augmentation du personnel du consulat en juillet 1926 : une nouvelle dactylographe et un second vice-consul41.

  • 42 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

51Les archives du ministère des Affaires étrangères italien contiennent, très logiquement, plus de renseignements sur le personnel du district consulaire toulousain. Les changements d’affectation y sont fréquents. Rien de plus normal pour des fonctionnaires des Affaires étrangères. Mais les agents consulaires ne sont pas tous, loin s’en faut, des diplomates de carrière. Beaucoup sont recrutés dans les colonies italiennes locales. Ce qui pose parfois des problèmes au consul ; ainsi, "le manque d’éléments locaux adaptés" pour le poste d’agent consulaire à Carcassonne est une des raisons pour lesquelles l’ouverture d’une agence est aussi longue à se faire42.

52Un autre inconvénient du recrutement local est la difficulté que peuvent rencontrer les consuls à trouver des personnes dignes de confiance, tant au plan politique que moral, ce qui revient au même pour le régime fasciste italien. En 1931, Fabri, agent consulaire de Montauban, est renvoyé suite à des malversations financières au dépend de l’agence. Son successeur, le professeur Lerede, secrétaire de zone des Faisceaux, ne semble pas faire l’affaire non plus. Ancien chancelier à Auch, il aurait laissé à son départ un déficit de quatre mille francs selon le nouveau consul en poste. De plus, toujours selon le nouveau consul Tamburini, il aurait trafiqué la comptabilité de l’agence consulaire de Montauban. Tamburini lui reproche enfin ses liens avec les milieux maçonniques de la colonie italienne montalbanaise. Beaucoup de reproches pour un homme qui avait la pleine confiance du consul précédent !

  • 43 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 197.

53Lerede est remplacé par d’Anneo, "jeune, capable [et] actif”43. Celui-ci semble faire mieux l’affaire à en juger la demande du consul Berri à l’ambassade en 1934 afin que lui soit conférée la croix de chevalier de la couronne d’Italie. La justification de cette requête est que d’Anneo a "démontré un haut sens du devoir uni à un esprit d’abnégation et à de l’enthousiasme fasciste". Distinction qui est malgré tout refusée dans un premier temps par le ministère car le postulant n’est pas inscrit au Parti national fasciste. Mais, preuve que la machine administrative fasciste n’est forcément plus efficace que les autres, cela est en fait inexact, et après vérification de son appartenance au Parti, d’Anneo reçoit la distinction demandée. Une autre indélicatesse est à mettre à la charge d’un fonctionnaire des Affaires étrangères en poste à Toulouse. Ferraris, chef du "Patronage", quitte la France pour un poste à Buenos Aires sans s’acquitter d’une facture d’un commerçant toulousain, et après avoir, de surcroît, emprunté une somme importante au consulat pour ses frais de voyage.

  • 44 A.D. H.-G., M 970.
  • 45 Le Quotidien, 14 octobre 1926.
  • 46 WIEGANDT-SAKOUN (C.), "Le fascisme italien en France", dans MILZA (P.), Les Italiens en France de 1 (...)

54Ces petites indélicatesses de certains membres du personnel italien en poste à l’époque peuvent être mises en parallèle avec les moyens financiers dont dispose le consulat. Un rapport d’octobre 1926, signale l’augmentation des moyens alloués au district consulaire de Toulouse, qui se traduit par l’octroi d’une première voiture pour le consulat (une Fiat nous précise le rapport du commissaire), et d’une seconde pour le patronage (une Peugeot, cette fois-ci, et dont l’intérêt peut se discuter pour le rédacteur de la note)44. Allant au-delà de ces rapports sur le nombre de voitures dont disposent les autorités fascistes à Toulouse, le Quotidien 45 assure que le gouvernement italien alloue au consulat et au patronage des sommes considérables qui témoignent de l’importance qu’il accorde au district consulaire toulousain. En 1926, environ un million de francs serait ainsi attribué à Toulouse. À ce chiffre, il faut ajouter le remboursement des "nombreux frais d’agents de liaison, d’hommes de confiance, d’émissaires divers". Ces importants moyens financiers ne semblent pas être alloués à tous les consulats. En effet, bien que le secrétariat particulier du Duce lui-même et le ministère des Affaires étrangères dépensent des sommes énormes à la mise en place de structures fascistes en France46, Toulouse semble être particulièrement privilégiée dans la distribution des fonds.

55Cependant, en sens contraire, le ministère refuse fréquemment les demandes d’augmentation de traitement, d’octroi de primes ou d’embauche. En mai 1935, la demande du consul Berri en vue d’obtenir un employé supplémentaire de juin à octobre -période de congés du personnel consulaire-pour le travail de renouvellement des cartes d’identité, se heurte à un refus de l’ambassade : ce n’est pas nécessaire, étant donné la somme qu’il faudrait débourser.

56L’année suivante, Berri écrit cette fois-ci à son ministère pour lui demander l’augmentation des rétributions du personnel consulaire toulousain du fait de la hausse du coût de la vie en France. Pour lui, les rémunérations, déjà faibles auparavant, le sont encore plus de ce fait. Mais les arguments du consul n’émeuvent en rien les Affaires étrangères italiennes qui restent sourdes à ses appels. En mars 1938, c’est au tour de l’agent consulaire de Montauban et de ses deux employés de se plaindre de leur faible traitement à Rome qui met alors une grande célérité à leur refuser toute augmentation.

57En définitive, si le consulat toulousain est généreusement doté financièrement, il ne semble pas en être de même pour ses membres.

  • 47 En effet, la carrière de diplomate fasciste n’est pas sans risques ; ainsi, peu de temps avant l’ou (...)

58Malgré tout, le consulat de Toulouse, créé afin de contrôler la colonie italienne de la région, se doit d’avoir à sa tête des hommes énergiques, acquis aux thèses du pouvoir et convaincus de la justesse de leurs vues47.

C – Les autorités consulaires italiennes

59Le premier titulaire du poste consulaire est le chevalier Emanuele Grazzi, nommé officiellement consul à Toulouse en 1925. Il reste en fonction jusqu’au 17 septembre 1927, date à laquelle il est nommé au même poste à New York.

  • 48 La Dépêche de Toulouse, 19 juin 1925.
  • 49 Le Midi Socialiste, 20 juin 1925.

60La première apparition du consul d’Italie à Toulouse remonte à juin 1925. Celui-ci, accompagné de Mazelié, ne veut pas entamer ses visites officielles sans avoir préalablement déposé une gerbe au monument aux morts de la Première Guerre mondiale. Geste habile, qui révèle l’adresse de Grazzi et fait mieux comprendre pourquoi Rome le choisit pour occuper ce nouveau poste. Ancien combattant de la Grande Guerre sur le front français, Grazzi, par ce geste et son passé glorieux, ne peut que s’attirer les sympathies de tous. La Dépêche de Toulouse ne manque pas d’en parler dans ses colonnes dans un article courtois48 (le ton changera par la suite), tandis que le Midi Socialiste, pourtant bien peu partisan du régime de Mussolini, insère dans ses pages un communiqué du Comité franco-italien de Toulouse et du sud-ouest. Celui-ci "remercie très cordialement" le nouveau consul d’être venu se recueillir sur le monument du "Souvenir Français" avant de commencer ses visites officielles. Le comité, "très touché par ce geste [...] en augure une collaboration bienfaisante pour le rapprochement de plus en plus étroit entre la France et l’Italie"49.

  • 50 Le Quotidien, 20 septembre 1925.
  • 51 L’ "Honorable", titre donné en Italie aux députés.

61Le nouveau consul fait l’objet d’autres articles, dans L’Express du Midi et dans Le Quotidien 50. Ces articles permettent de mieux connaître le consul. Âgé de trente-cinq ans à son arrivée à Toulouse, Grazzi semble jouir d’une grande réputation parmi les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères italien. L’ "Onorevole"51 Peddrazi, cité par le journaliste du Quotidien, considère Grazzi comme "un des plus avisés et des plus fervents [consul] que possède l’Italie, l’un des trop peu nombreux qui possède encore le feu sacré". Donc, tout dévoué au régime fasciste.

62Le choix d’un consul politiquement sûr et énergique s’explique aisément. La création de toutes pièces d’un consulat nécessite beaucoup de travail et seul un homme énergique peut en surmonter les difficultés.

63De plus, les autorités romaines ont soin d’envoyer à Toulouse plusieurs hommes destinés à aider le nouveau consul dans sa tâche. Ces trois hommes qui inaugurent l’ère des polémiques par journaux interposés, sont les Commendatore Guido de Clementi et Ferrata ainsi que le Cavalière Ludovico Gabriel.

  • 52 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Bus ta n° 91.
  • 53 Ibid.

64Guido de Clementi arrive à Toulouse avec le titre de vice-consul, idée de l’ambassadeur italien, "afin de faciliter [son] action"52. Le 5 décembre précédent, l’ambassadeur italien avait informé le consul de la mission pour laquelle De Clementi est envoyé à Toulouse. "Par disposition du gouvernement, il [De Clementi] est chargé d’aider le consul dans le service d’information et de surveillance des Italiens résidant ou de passage dans le district consulaire et inscrits à des partis antinationaux". L’ambassadeur précise à bon escient que "sa qualité réelle ne devra pas être connue, en particulier des autorités locales"53.

  • 54 Article intitulé "Qu’est-ce qu’ils sont venus faire à Toulouse ?", et sous-titré "Les fascistes ita (...)
  • 55 Affirmation à rapprocher de celle du consul italien dans une lettre au préfet du 4 janvier 1926 dan (...)
  • 56 A.D. H.-G., 2008 W 136.
  • 57 À noter qu’à la même époque des incidents opposent la police spéciale niçoise et le fonctionnaire d (...)

65Dix jours plus tard, le Midi Socialiste, dans un article au vitriol54, dénonce l’arrivée à Toulouse de trois fascistes, envoyés par Mussolini. Ces hommes viendraient troubler les Italiens vivant dans la région, qui sont "dans leur presque totalité des antifascistes"55. De Clementi est particulièrement visé par le journal. Policier en Italie, le Midi Socialiste voit en lui le responsable de la création au consulat d’un service de police ; ce qu’un rapport du préfet à Paris confirme56. En effet, fin 1926, De Clementi rend visite au commissaire spécial toulousain afin de lui proposer de rétribuer un indicateur. De cette manière, l’Italien aurait disposé d’un service de renseignements sous le couvert de la police française. Ingénuité ou volonté de sonder les dispositions des autorités toulousaines à l’égard du fascisme ? En tout état de cause, le commissaire rend compte de cette visite au préfet qui en réfère à Paris, et l’affaire s’arrête là57.

  • 58 À Nice à la même époque et à Marseille l’année suivante, des représentants de la sûreté italienne s (...)

66Le préfet souligne également dans son rapport que De Clementi bénéficie de l’immunité consulaire puisqu’il organise ses activités au consulat même et a la charge de vice-consul ; ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cela arrive, rappelle le préfet, tant avec le gouvernement fasciste qu’avec ceux qui l’ont précédé en Italie58. La mission de De Clementi consiste à surveiller les antifascistes et à signaler à son gouvernement ceux qui se mettraient en état d’infraction avec la loi récemment votée sur les émigrés, à étudier les moyens employés par la France pour absorber les étrangers en général et les Italiens en particulier, afin de pouvoir faire obstacle à leur intégration. Malgré ces informations, le ministre des Affaires étrangères ne s’oppose pas à la nomination de De Clementi comme vice-consul, mais demande au préfet de surveiller ses agissements.

  • 59 Ce qui démontre à la fois, l’importance du consulat de Toulouse pour le gouvernement italien, et le (...)
  • 60 MAF., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 109.

67Le nouveau vice-consul semble être d’une redoutable efficacité puisque, dès le premier août 1926, il est envoyé à Nice sur l’ordre du ministère des Affaires étrangères, pour assurer un "service spécial", sans autres précisions. Son rappel en Italie -il est nommé questeur à Novare dans le Piémont- démontre également l’estime que lui porte le consul Berri pour le travail accompli à Toulouse. En effet, le consul fait tout ce qui est en son pouvoir pour que la nouvelle affectation de De Clementi soit annulée ou tout au moins, retardée. Une lettre envoyée au ministre des Affaires étrangères nous apprend par la même occasion que De Clementi est le fonctionnaire de police qui a le "grade le plus élevé de ceux qui ont été envoyés en mission en France’"59. Dans cette même lettre, Grazzi souhaite conserver la "précieuse collaboration" du vice-consul, laquelle "inspirée par des sentiments d’absolue dévotion au régime et au gouvernement national, a déjà donné de très utiles fruits dans le milieu particuliérement difficile de Toulouse"60.

  • 61 La police toulousaine constitue durant l’entre-deux-guerres, des dossiers nominatifs sur les consul (...)

68Grazzi revient plusieurs fois à la charge en août et septembre, tant auprès de l’ambassadeur que de son ministère afin de conserver De Clementi. Mais rien n’y fait et celui-ci quitte définitivement Toulouse en septembre 1926, remplacé selon les dossiers de la police toulousaine61, par le marquis Giovanni Fomari. Proposé au poste de vice-consul au ministère des Affaires étrangères français en juillet 1926 -pour exequatur-, arrivé à Toulouse ce même mois, Fomari remplace De Clementi au poste de vice-consul à son départ en septembre. Mais le retour de ce dernier en novembre ne provoque pas le départ du marquis, et ce sont désormais deux vice-consuls qui opèrent à Toulouse. Selon la préfecture de police, De Clementi, bien que seulement vice-consul honoraire, semble avoir la prépondérance sur Fornari. Le préfet voit dans cette dualité de vice-consuls la preuve que le gouvernement de Mussolini organise et renforce la surveillance des colons italiens établis dans le midi de la France. Il considère d’ailleurs le marquis comme un "fasciste ardent, à l’attitude correcte mais qui professe visiblement les mêmes sentiments que les amis de Mussolini". Le préfet termine son analyse en conseillant de "surveiller avec précaution et se méfier” de Fomari. En mai 1928, celui-ci est nommé vice-consul à Grenoble.

69Le chevalier Ludovico Gabriel, officier de la couronne d’Italie, fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères italien est quant à lui chargé de la direction du Patronage de l’émigration italienne. Le quotidien Le Midi Socialiste estime que Gabriel, sous couvert du patronage, est chargé par Rome de la constitution d’un Fascio dont les ramifications s’étendraient à Agen, Auch et Montauban, villes où sont implantées des agences consulaires.

  • 62 Le Midi Socialiste, 15 décembre 1925.

70Gabriel remplace l’ancien directeur du patronage (dont les archives ne nous ont pas révélé le nom), car la constitution du Fascio marche trop lentement. C’est le premier signe visible de la difficulté pour les fascistes italiens d’implanter leurs organisations dans la région. Dans sa tâche, Gabriel est aidé par De Clementi. Ces deux hommes sont décrits par le journal socialiste comme les "missi dominici de Mussolini" dans la région à laquelle s’intéresse tout particulièrement le gouvernement italien. Leur mission consiste à "empêcher les Italiens de s’adapter au milieu français", mais aussi à "renseigner [le gouvernement romain] sur l’attitude des Italiens socialistes résidant dans la région, afin que la nouvelle loi [contre les émigrés] puisse frapper à bon escient"62.

71Quant au troisième homme, Ferrata, il est décrit comme un membre de l’organisation fasciste pour la Suisse et serait chargé de constituer un noyau de fascistes italiens armés dans la région. Il quitte Toulouse au début du mois de janvier 1926 pour retourner en Suisse, sans avoir fait parler de lui. Il ne reviendra plus à Toulouse.

72Une enquête prescrite par le préfet à la suite de l’article du Midi socialiste corrobore ces informations sur les trois hommes. Le rapport de police adressé au préfet, en date du 30 décembre 1925, atteste de l’existence d’un Fascio à Toulouse dont les locaux se situeraient au consulat. Composé d’une vingtaine d’hommes, le rapport précise que le consul Grazzi en ferait partie, et qu’il se livrerait à une active propagande fasciste auprès de ses compatriotes.

  • 63 Le 10 juin 1940.

73Les dossiers constitués par les services de police révèlent que sept consuls et onze vice-consuls officient à Toulouse de 1925 à la déclaration de guerre de Mussolini63. Tous les vice-consuls en poste à Toulouse sont connus, au moins nominalement. Mais, sur les onze qui se sont succédés, seuls quelques-uns ont laissé des traces dans les archives.

74De Clementi et Fomari sont les premiers titulaires de la charge de vice-consul. Les archives, tant à Toulouse qu’à Rome, contiennent peu de renseignements sur des hommes qui sont restés en poste un peu plus d’un an seulement en moyenne et qui, de par leur fonction, restent en retrait par rapport au consul général. D’autres sont un peu mieux connus tel Raffaelle Casertano en poste à Toulouse de juin 1931 à janvier 1932, date à laquelle il est nommé vice-consul à Auch. Celui-ci remplit les fonctions de consul général entre le départ du comte de Caravonica et l’arrivée de Tamburini. Très bien vu de la population au dire du rapport du commissaire spécial, ce dernier précise également que Casertano a toujours désiré entretenir des relations cordiales avec la préfecture ainsi qu’aplanir toutes les difficultés.

  • 64 Les journaux locaux relatent abondamment l’incident et la polémique qui s’ensuit. Voir, notamment, (...)

75Le vice-consul qui laisse indéniablement le plus de traces entre 1925 et 1940 est le prince Alfonso d’Aquino. En poste durant un an et demi, soit à peine plus que la moyenne des vice-consuls italiens à Toulouse, celui-ci entretient les relations les meilleures et les plus courtoises avec la préfecture en général et le préfet en particulier. Mais le prince, membre d’une des plus vieilles familles napolitaines et comptant dans sa famille le personnage illustre de saint Thomas d’Aquin, n’a pas d’aussi courtoises relations avec tout le monde. Un incident à Muret le 10 avril 1932 lors de l’inauguration d’un cours de langue italienne, incident au cours duquel le vice-consul fracasse d’un coup de revolver la mâchoire d’un militant italien antifasciste, l’atteste. L’altercation qui oppose le diplomate italien, entouré du secrétaire du consul général et du président de l’association des anciens combattants italiens, à un groupe de manifestants antifascistes, représente certainement un sommet dans les affrontements qui dressent les représentants de l’Italie fasciste contre les antifascistes dans la région toulousaine. Une véritable bataille rangée a lieu, des coups de feu sont échangés de part et d’autre, en plein cœur d’une agglomération. Il faut l’intervention de la gendarmerie pour mettre fin à la bagarre. Bilan, deux blessés par balles64.

76Les consuls généraux sont également l’objet de nombreux incidents ou polémiques, la première dès février 1926, à l’issue d’une cérémonie en l’honneur de la Reine mère d’Italie, Marguerite de Savoie, décédée le 4 janvier précédent.

77Le dénominateur commun de tous les consuls nommés à Toulouse est leur adhésion indubitable au fascisme. De manière générale, à partir des années 1926-1927, tous les consuls nommés par le pouvoir sont des hommes sûrs, dévoués aux idéaux fascistes. Le district consulaire de Toulouse, même nouvellement créé, ne fait pas exception à la règle, bien au contraire.

78Ainsi, le remplaçant de Grazzi en septembre 1927, Guiseppe Gentile, est dès le mois de décembre de la même année nommé consul général à Paris, poste éminemment important, pour lequel une "profonde conviction fasciste" s’impose.

79Son successeur, Luigi Maccota est député dans un parlement italien où depuis bien longtemps seuls des fascistes sont admis. Celui-ci ne connaît cependant pas l’avancement de son prédécesseur puisqu’il est muté à Salonique, suite à un différend avec Antonio Stalteri, secrétaire du consulat et surtout, chef du Fascio local.

80Il est remplacé par Renato Galleani d’Agliano, comte de Caravonica, dont on trouve peu de traces aux archives départementales. Il faut attendre son départ pour le consulat de Bombay en mai 1931 pour connaître un peu le comte. Comme toujours, l’Express du Midi publie une notice biographique à l’occasion du départ du consul. Appartenant à une très ancienne famille du Piémont, le comte, selon le journaliste, "avait toutes les qualités d’un gentilhomme de race : distinction de manières, loyauté de caractère, grande finesse d’esprit”. Ancien combattant de la Grande Guerre, il sut se créer de nombreuses relations dans la société et dans le monde officiel "où son départ sera regretté". Pour finir, le journalistes indique que "dans des circonstances délicates, le consul général apporta une haute conscience aux fonctions qui lui revenaient".

81Avis que ne partage pas l’ensemble de la communauté toulousaine puisque ni le Midi Socialiste, ni La Dépêche de Toulouse ne font état de son départ. Silence qui remplace bien des paroles.

  • 65 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 197.

82En fait, le départ du consul est une mesure disciplinaire suite aux malversations de l’agent consulaire de Montauban. À l’occasion de cette affaire, un rapport de l’ambassade au ministère critique sévèrement le consul. L’ambassadeur y dénonce "le manque de contrôle opportun de la part du consulat général sur les bureaux dépendant de lui" et conseille "lorsqu’il devra être fait des mutations dans la direction du consulat général de Toulouse [de nommer] un titulaire [...] ayant une bonne pratique du service à l’étranger"65. Un mois plus tard, d’Agliano est transféré à Bombay.

83Il est remplacé en juin 1931 par Tamburini. Le nouveau consul fait davantage parler de lui. À peine en poste, il est déjà critiqué par les milieux antifascistes italiens de Toulouse qui lui reprochent d’être l’ancien consul de la milice de Florence, responsable à ce titre des nombreux assassinats qui y auraient été commis par les fascistes en 1925. Il est envoyé à Toulouse pour donner un regain d’activité à la propagande fasciste.

  • 66 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 209.

84Il semble que l’activité du nouveau consul soit plus efficace que celle de son prédécesseur. En témoigne un article de la Nuova Italia du 3 mars 1932 qui signale une "reprise notable de l’activité italienne dans les départements du sud-ouest de la France". Quelques jours plus tard, c’est l’ambassadeur italien en France qui approuve les initiatives prises par le consul Tamburini et lui exprime sa satisfaction pour les premiers résultats déjà obtenus66.

  • 67 En remplacement du titulaire du poste, décédé.
  • 68 Berri fut le correspondant du Corriere délia Sera en Albanie lors des troubles de 1920 (et notammen (...)
  • 69 Berri avait combattu au Chemin des Dames durant la Grande Guerre et y avait gagné la Croix de guerr (...)
  • 70 La Dante Alighieri dispense des cours du soir, gratuits (ce qui contribue à leur succès).
  • 71 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 243.

85Nommé consul général à Lyon moins de deux ans plus tard67, Tamburini est remplacé par Gino Berri, ancien journaliste68, auparavant consul à Rotterdam. Il reste en poste jusqu’en avril 1940, soit sept années, date à laquelle il est nommé au même poste à Barcelone. Berri semble être très apprécié par certains milieux toulousains. Ainsi, la Garonne publie un article élogieux sur Berri qualifié "d’homme du monde et d’ami de la France"69, l’article du journal français est élogieux sur l’homme et sur son action en tant que consul. Ainsi, le journaliste nous apprend que c’est à son initiative que l’onxioit l’institution de la chaire de langue et de littérature italiennes à l’Université et l’enseignement de l’italien au lycée. C’est également sous son impulsion que les cours de langue italienne de la Dante Alighieri se développent aussi bien70, ce que le gouvernement de Mussolini est loin de désapprouver. C’est également Berri qui, en 1933, installe le consulat dans de nouveaux locaux. Autre admirateur, le comité France-Italie qui en 1935, voulant lui témoigner "toute sa sympathie", demande à son président d’honneur Gaston Doumergue d’intervenir auprès du gouvernement français pour que lui soit conféré la croix de chevalier de la Légion d’honneur. Selon le comité, le préfet de Haute-Garonne qui a, lui aussi, "beaucoup de sympathie pour le Commandeur Berri est [également] tout disposé à formuler cette proposition"71. L’ambassadeur italien semble lui aussi apprécier le travail du consul de Toulouse, allant même jusqu’à écrire à son ministère en novembre 1936 pour faire l’éloge de son oeuvre dans le service d’information sur la guerre civile espagnole.

86Et pourtant, Berri s’ennuie à son poste de consul toulousain. Depuis juillet 1935 au moins, il informe régulièrement l’ambassadeur qu’il souhaite être transféré dans un poste de plus grande importance politique. Celui-ci en avise le ministère des Affaires étrangères italien, mais il faudra attendre 1940 avant que Berri soit transféré à Barcelone.

  • 72 Il peut être intéressant de rappeler à cette occasion une déclaration de ce même Mussolini avant l’ (...)

87D’avril à juin 1940, Ferrucio Luppis n’a pas le temps de faire parler de lui. La seconde guerre mondiale qui éclate rend son séjour à Toulouse très bref. Cela explique l’absence d’informations à son sujet. Le lendemain de la déclaration de guerre de l’Italie ou, devrait-on peut-être dire, de Mussolini à la France72, le consul accompagné de sa femme, du vice-consul, du conseiller à l’émigration Vaquetti et de sa femme, tous détenteurs d’un passeport diplomatique, quittent la France.

D – L’activité du consulat

88Le consulat a officiellement été créé afin d’aider l’importante colonie italienne émigrée dans la région toulousaine. Son activité est multiple en ce domaine et dépasse parfois la seule aide pour devenir un véritable prosélytisme politique. De plus, la frontière est bien souvent délicate à tracer entre l’activité du consulat ou des organisations qui dépendent de lui car il y a souvent confusion dans les dirigeants ou dans les activités.

89En fait, l’activité du consulat peut se résumer à deux aspects majeurs : d’une part, surveillance et endoctrinement de la colonie italienne ; d’autre part, défense de l’ "italianité", c’est à dire lutte contre l’assimilation.

90Mais les autorités consulaires italiennes mènent aussi parfois des actions très ponctuelles, sur ordre de Rome.

1 – Les activités ponctuelles du consulat

91Ces activité sont ponctuelles, parce que liées à la situation internationale. La guerre d’Ethiopie, celle d’Espagne puis la menace toujours plus grande d’un second conflit mondial expliquent les tâches discrètes confiées par Rome à ses autorités consulaires toulousaines.

  • 73 A.D. H.-G., 1960 W 13.
  • 74 Le centre de propagande est domicilié au numéro 22 de la rue des Arts, premier siège du consulat en (...)
  • 75 L’agression de l’Ethiopie par l’Italie provoque le vote de sanctions économiques contre elle par la (...)
  • 76 L’Express du Midi, 6 juin 1936.

92Un rapport de police de juin 193673 signale ainsi au préfet, l’apposition en ville par le Centre de propagande d’action latine et d’union méditerranéenne"74, d’affiches appelant à la levée des sanctions contre l’Italie75. Cette campagne d’affichage a été très vraisemblablement organisée par le consulat italien. C’est la première fois dans son histoire qu’il prend une telle initiative. Les affiches ne provoquent pourtant aucune réaction des milieux antifascistes, devenus amorphes depuis quelques temps. L’Express du Midi, en revanche, ne manque pas d’en parler... pour la reproduire dans ses pages et tenter de lancer une campagne de pétitions pour demander la levée des sanctions, "ruineuses, vexatoires, dangereuses"76.

  • 77 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

93Pendant la guerre civile espagnole, le consulat général de Toulouse se transforme en centre de renseignements sur les événements qui ont lieu au-delà des Pyrénées. Le consulat prend alors une importance encore plus grande pour Rome, que les affaires d’Espagne intéressent au plus haut point comme nous le savons. Le ministre des Affaires étrangères Ciano va même jusqu’à refuser plusieurs fois le départ en vacances du consul Berri, du fait de la situation en Espagne et des renseignements qu’il fournit. Il est vrai que le travail du consul est très apprécié par ses supérieurs. Ainsi, l’ambassadeur d’Italie à Paris écrit en novembre 1936 à son ministère pour faire l’éloge de l’œuvre de Berri dans le service d’informations sur la guerre civile espagnole77.

94Rien de très ennuyeux jusque là pour la France. Mais les difficultés commencent lorsque les représentants de l’Italie fasciste exercent leurs talents dans le renseignement sur le territoire français. En un mot, la police française leur reproche des faits d’espionnage.

  • 78 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 308.

95En la matière, les autorités françaises ne font pas preuve de paranoïa mais tout au contraire d’une grande clairvoyance. Un consulat de l’Italie fasciste auteur de faits d’espionnage en France n’est pas une simple hypothèse de travail. Les agissements en la matière du consulat général d’Italie à Bastia durant l’année 1940 et jusqu’à la déclaration de guerre du 10 juin sont révélateurs78. Ce consul mène une véritable action d’espionnage. D’importantes informations à caractère militaire sont recueillies et transmises à Rome par les services du consulat : renseignements sur la défense passive, les mouvements de troupes, les emplacements de la D.C.A., l’artillerie de campagne, les ponts minés, l’état de l’aviation, etc. Le consul fournit même à Rome une carte géologique de l’île ainsi que des conseils pour mettre en déroute les défenseurs (en mettant le feu au maquis selon lui) !

  • 79 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Buste n° 167 et 184.
  • 80 Giardini fait déjà parler de lui en 1927, giflant un journaliste à la suite de la parution d’un art (...)

96Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il en soit de même à Toulouse. Les premières traces d’espionnage relevées dans la région font suite à l’accroissement des tensions entre la France et l’Italie. Mais, bien avant tout risque de conflit entre ces deux pays, les autorités consulaires italiennes se soucient déjà de procurer des renseignements à Rome. En janvier 1929, le consul Galleani d’Agliano attire l’attention de son ministre sur l’importance de l’agence consulaire de Port-Vendres. La raison en est que la cité est située "à une vingtaine de kilomètres de la frontière espagnole, gare ferroviaire très importante où se conjuguent toutes les lignes qui convergent sur l’Espagne, base aérienne et maritime pour les liaisons militaires entre la France et le Maroc que le gouvernement français a destinée à devenir un des nœuds vitaux les plus importants pour ses liaisons coloniales". L’année suivante, redoutant une fermeture de l’agence par Rome, il revient à la charge dans un autre rapport et avec les mêmes arguments79. Pour diriger l’agence en remplacement de l’agent consulaire français, le consul choisit Roberto Giardini, homme de confiance qui était auparavant secrétaire du Fascio d’Agen80. Le nouvel agent, nommé à titre provisoire, fait preuve d’efficadté avec, entre autres, la constitution d’un Faisceau local, l’individualisation de plusieurs "subversifs" et la découverte d’un réseau d’agents d’émigration clandestine et de falsificateurs de passeports italiens. Il faut pourtant attendre 1932 pour que Giardini devienne gérant titulaire de l’agence de Port-Vendres. Cinq ans plus tard, celui-ci doit quitter précipitamment la France, une instruction étant ouverte contre lui avec à la clé une probable arrestation.

  • 81 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 271.
  • 82 Bien qu’agent consulaire, Giardini ne peut dans le cas présent se prévaloir de la convention consul (...)
  • 83 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 271.

97Cette affaire met en lumière les activités d’espionnage auxquelles se livre cet agent consulaire italien dans la région. C’est le 30 septembre que Rome a connaissance pour la première fois des risques qui pèsent sur son agent consulaire. Le consul de Montpellier l’informe que, "de source confidentielle", la Cour d’appel de cette ville a reçu un dossier dans lequel il est fait mention de "l’activité de renseignement" remplie par Giardini81. Le 20 octobre 1937 l’ambassade d’Italie à Paris informe son ministère qu’un représentant du Quai d’Orsay lui a fait savoir, de manière informelle, qu’il allait rapidement demander la mutation de Giardini du fait de ses activités d’informations sur les mouvements de personnes et de marchandises vers ou en provenance d’Espagne. Le 28 octobre, un nouveau télégramme de l’ambassade au ministère italien des Affaires étrangères est encore plus inquiétant pour Giardini. Celui-ci peut être arrêté d’un moment à l’autre car une instruction est ouverte contre lui pour crime de complicité dans la préparation d’attentats terroristes82. Le ministre de la Justice a déjà demandé à son homologue du Quai d’Orsay l’autorisation de l’arrêter. Celui-ci ne souhaitant pas prendre la responsabilité de la décision, porte l’affaire devant le Conseil des ministres qui, "après un long et agité débat" nous dit le télégramme, décide d’entériner la proposition du ministre des Affaires étrangères de prier le gouvernement italien de faire partir immédiatement son agent consulaire. Le premier novembre au matin, Giardini quitte la France83.

  • 84 Le Journal, 28 janvier 1939.

98Une autre affaire d’espionnage concernant les autorités consulaires de la région va éclater en 1939. Cette fois-ci, elle concerne directement le consulat général de Toulouse. En janvier, le Journal publie un court article. Sous le titre "une enquête est ouverte sur l’activité du consulat italien à Toulouse”, le journaliste affirme que le consulat d’Italie se livrerait, par l’intermédiaire de Beninca, secrétaire général du consul, à des actes d’espionnage. Le secrétaire rechercherait ainsi les emplacements des dépôts d’essence et autres services de ravitaillement de l’armée dans la région. Les renseignements qu’il recueillerait auprès de ses compatriotes employés dans les chantiers de constructions militaires semblent également trop minutieux aux autorités françaises. Toujours d’après cet article, ces agissements auraient provoqué la décision du ministère de l’Intérieur d’ouvrir une enquête "sur les agissements du consulat italien à Toulouse et sur l’activité générale des Italiens habitant la région"84. Le journal Paris-Soir se fait également l’écho de ces agissements. L’ambassade d’Italie réagit vivement à ces articles. Elle y voit la main d’un inspecteur de police, déjà dénoncé par le consul pour son soi-disant acharnement contre le consulat de Toulouse. Quant aux actes qui sont reprochés au consulat toulousain, ils sont vivement démentis. Pourtant, Beninca, arrêté par la police le lendemain de la déclaration de guerre de Mussolini à la France, avouera avoir commis des faits d’espionnage avec l’aide du consul.

2 – La surveillance de la colonie italienne

99Elle va se trouver facilitée par le caractère même du consulat. En effet, avant toute autre chose, le consulat italien a pour mission de représenter l’Italie dans la région toulousaine, tant vis-à-vis des autorités ou des simples citoyens français, que de ses nationaux. Mais cette mission traditionnelle de toute représentation diplomatique prend une coloration particulière du fait du régime en place dans la péninsule.

  • 85 En application de la loi du 31 janvier 1926.
  • 86 Beaucoup d’autres antifascistes seront frappés par la même sanction. Bolletino del ministero degli (...)

100Par représentation de l’Italie, il faut entendre de l’Italie fasciste. Tout ce qui n’est pas fasciste est occulté. Tous ceux qui ne sont pas fascistes sont considérés comme "antinationaux” et sanctionnés comme tels. Ainsi, par un décret de septembre 192685, Ettore Cuzzani, collaborateur du Mezzogiorno, est déchu de la citoyenneté italienne et voit ses biens confisqués pour avoir porté atteinte par ses articles antifascistes "à la renommée et au prestige de l’Italie"86. Logiquement, les autorités consulaires italiennes vont surveiller le plus étroitement possible les faits et gestes des nombreux antifascistes résidant dans la région.

101Le consulat sert également de courroie de transmission entre le gouvernement fasciste et la région entendue au sens large, c’est-à-dire tant les autorités que les simples citoyens français ou que les ressortissants italiens y vivant. Dans cette optique, le consulat tient soigneusement informé Rome des événements importants qui s’y déroulent ainsi que des faits et gestes de la colonie italienne. Pour ce faire, les consuls successifs rédigent de nombreux rapports adressés à leur ministère. La colonie italienne y est soigneusement étudiée sous plusieurs aspects : répartition géographique (par département), répartition par corps de métier, problèmes qu’elle peut rencontrer sur le plan matériel, financier, moral et politique. Le consulat surveille l’ensemble de la colonie ; des rapports sont périodiquement adressés à Rome dans lesquels la crainte de la contagion antifasciste transparaît fortement.

  • 87 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.
  • 88 Souligné dans le texte.

102Un rapport du consul Galleani d’Agliano de 192987 livre ainsi un aperçu de la colonie italienne, rapport dans lequel les préoccupations politiques sont fortes. En effet, un tiers du document traite des opinions politiques -pro ou antifasciste- des membres de la colonie. Les antifascistes y sont bien sûr décrits dans les termes les plus méprisants. Les autorités locales sont, elles aussi, largement décriées, "les provinces françaises du Sud-Ouest" ayant pour tort d’être aux yeux du consul, "parmi les plus vulgairement 88 démocratiques et maçonniques".

103La crainte des autorités consulaires italiennes est de voir les antifascistes noyauter la colonie italienne. En plus du contrôle des opinions de la colonie transalpine dans son ensemble, le consulat surveille étroitement les faits et gestes des opposants au régime fasciste. De nombreux rapports des consuls italiens à leur ministère attestent de cette surveillance continue, élément indispensable dans la lutte d’influence que se livrent le consulat et les organisations antifascistes pour le contrôle de la colonie italienne.

104Les relais du consulat dans la région constituent des sources d’information non négligeables sur l’activité des antifascistes dans leur commune. De nombreux rapports de vice-consuls ou d’agents consulaires relatent les faits et gestes des organisations antifascistes ou de leurs chefs, tels que Trentin ou Campolonghi par exemple.

  • 89 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busia n° 144.

105Il arrive même parfois que le personnel consulaire italien pèche par excès de zèle dans sa quête d’informations. Ce qui peut avoir des conséquences inattendues. C’est ainsi que l’ambassade d’Italie à Paris reçoit un jour la visite d’un fonctionnaire du Quai d’Orsay qui lui signale "de manière confidentielle" que l’agent consulaire en poste à Agen a écrit le premier mars 1928 une lettre à la mairie de cette ville pour demander des informations sur la conduite privée et politique d’un dénommé Antonio Ponzi ! La mairie en a immédiatement informé le ministère des Affaires étrangères français. L’ambassade italienne, fort ennuyée par cette affaire, écrit au consulat toulousain -à charge pour lui de répercuter auprès de l’agent consulaire- afin d’exprimer son mécontentement. Selon l’ambassadeur, la demande d’informations politiques était "inopportune”. De plus, la lettre au consulat révèle que l’agent consulaire a demandé que les informations soient données avec "le plus grand soin et la plus complète exactitude" ( !). Pour l’ambassadeur, un tel style est hors de propos à l’occasion d’une demande faite à une autorité étrangère qui n’a aucune obligation de fournir des indications de ce genre. Il demande en conséquence au consul de donner des instructions au fautif pour que "sa correspondance avec les autorités locales soient empreintes d’un plus grand sens de l’opportunité"89.

106Habitué à procéder ainsi dans l’Italie fasciste, l’audace du fonctionnaire italien ne semble pas connaître de limites. De plus, cette histoire met en évidence la volonté des représentants consulaires italiens de recueillir des informations sur les membres de leur colonie jugés suspects, politiquement parlant bien entendu. Enfin, la modération dont font preuve les autorités françaises à l’égard des agissements des représentants officiels de l’Italie fasciste dans le pays est incontestable. Il aurait été facile de monter cette affaire en épingle en la dévoilant au grand jour. Pourtant, le Quai d’Orsay se contente d’envoyer, de manière confidentielle, un fonctionnaire à l’ambassade italienne.

107Cette affaire met également en lumière l’organisation du réseau consulaire italien dans sa quête d’informations. Constitué comme une vaste toile d’araignée, les renseignements concernant la colonie italienne circulent des agences consulaires ou des vice-consulats vers le consulat qui les centralise. L’organisation est la même à l’échelon supérieur ; les consulats italiens transmettent les informations collectées à l’ambassade parisienne qui, à son tour, envoie à Rome les renseignements obtenus. En retour, le ministère italien des Affaires étrangères transmet des ordres mais aussi des informations provenant essentiellement, mais non exclusivement, du ministère de l’Intérieur.

  • 90 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busia n° 134.

108Les rapports circulant dans les deux sens, il arrive que ce soit le ministère des Affaires étrangères italien qui informe son ambassade parisienne des informations reçues, sur les éléments antifascistes résidant en France. En mai 1928, c’est un document extrêmement détaillé que reçoit l’ambassade à Paris90. Il y est fait mention des divers courants de l’antifascisme ainsi que de leurs principaux chefs (antécédents professionnels et politiques en Italie, activités professionnelle et politique en France, lieu de résidence). La création de la Concentration antifasciste, son organisation et son activité fait l’objet d’une mention spéciale. Enfin, un paragraphe mentionne les "Italiens retenus capables de troubler l’ordre public", c’est-à-dire ceux considérés comme les plus dangereux par les autorités fascistes.

  • 91 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 155.
  • 92 Ibid.

109Parfois, Rome demande des informations sur des personnes précises qui auraient une "activité subversive", c’est-à-dire une "activité antifasciste et antinationale"91. Le consulat de Toulouse, informé de cette demande via l’ambassade, envoie alors un rapport sur les "subversifs" résidants dans son district. C’est ainsi qu’il est fait mention du sénateur Délia Torre et des relations qu’il entretient avec Campolonghi. Relations coupables car Campolonghi est accusé par le consul Maccotta de mener une "action de propagande très active et malveillante, non seulement contre le régime fasciste, mais aussi contre l’Italie" car il se serait soumis, "tout particulièrement en ce qui concerne la dénaturalisation [sic] de nos émigrants, à la politique du gouvernement français"92.

110Ces renseignements ainsi obtenus par le truchement des consulats permettent au ministère des Affaires étrangères italien de compléter les nombreux dossiers individuels qu’il détient sur les antifascistes vivant à l’étranger.

3 – La défense de l’ "italianité"

111La politique d’ "italianité" menée par le gouvernement romain consiste à maintenir un lien avec l’Italie et à lutter contre l’assimilation par la France. La crainte de voir les Italiens se détacher de leur patrie d’origine et de s’assimiler aux Français est une des préoccupations majeures du gouvernement italien. Celui-ci, par l’intermédiaire de son consulat toulousain, entend lutter par tous les moyens possibles contre cela.

  • 93 Le Patronato emigranti italiani a pour but de doubler l’action des agents du corps consulaire tenus (...)
  • 94 MAE, Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

112Cette politique va être appliquée avec zèle par les représentants consulaires italiens. Ainsi, dans un rapport au ministère des Affaires étrangères italien daté du premier septembre 1933, le consul Berri explique que le consulat général à travers son Service d’émigration et d’assistance qui remplace le Patronage des émigrants italiens93 avertit "les maires des communes d’origine des [Italiens] dont l’intention de demander la nationalité française a été notée afin que ceux-ci n’envoient pas les documents d’état civil"94.

  • 95 L’aller en deuxième classe, le retour en troisième, précise une note du ministère italien des Affai (...)

113Par ailleurs, d’autres initiatives, provenant de Rome, voient le jour. Ce sont, par exemple, les subsides aux femmes enceintes pour accoucher en Italie. Par ce biais, le ministère des Affaires étrangères italien permet aux femmes enceintes des colonies italiennes vivant à l’étranger de venir accoucher en Italie, aux frais du ministère. Les avantages ne sont pas minces. Outre, le prix du billet aller-retour pour la future mère95, le ministère permet à deux enfants de moins de huit ans d’accompagner leur mère à la charge des Affaires étrangères.

  • 96 À charge pour le consulat de rembourser le Fascio.
  • 97 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

114Le Fascio local verse également à la femme enceinte une petite somme pour les dépenses de voyage (en moyenne soixante-dix francs)96. Par l’intermédiaire du secrétaire du Fascio, le chef du gouvernement (Mussolini) verse également une somme de cent francs après l’accouchement. Une note du ministère des Affaires étrangères italien précise qu’ "avec cette disposition on veut favoriser le maintien des rapports entre la femme enceinte et le Fascio et aussi donner un plus grand caractère d’assistance au Fascio comme cela a été reconfirmé [...] par des ordres récents du grand Conseil"97.

  • 98 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

115Ces avantages importants donnés aux membres de la colonie italienne sont bien nécessaires pour contrebalancer la généreuse politique sociale française. En effet, l’Assistance publique constitue une concurrence sérieuse aux mesures édictées par le gouvernement fasciste. Autre problème, le manque de moyens pour le financement de ces mesures par le ministère des Affaires étrangères italien. Celui-ci doit contingenter le nombre de personnes que chaque consulat peut faire bénéficier des mesures d’aide à l’accouchement en Italie. Pour le consulat général de Toulouse, la limite est de seulement dix par trimestre. Cela provoque la stupeur de ce consulat qui voit ce nombre atteint dès avant la fin du premier mois et est donc obligé de refuser tout concours pendant plus de deux mois, ce qui n’est pas sans provoquer des mécontentements au sein de la colonie italienne, donc une perte de prestige des autorités fascistes. C’est la raison pour laquelle, le consul général à Toulouse demande immédiatement, en termes diplomatiques, l’ "absolue et immédiate abolition de ces mesures", persuadé qu’elles porteraient "préjudice à notre prestige et à cette défense de la nationalité qui jusqu’alors avait été soutenue avec tant de zèle et avait donné d’excellents résultats"98.

116Autre mesure allant dans ce sens, les vacances en Italie offertes par le Fascio, que nous étudions dans la partie concernant cette organisation fasciste.

  • 99 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 118.

117Pratiquement dès le début de l’activité du consulat, nous trouvons dans les archives des indications sur l’importance que revêt la lutte contre l’assimilation pour les fascistes. Ainsi, le consul italien Grazzi, dans un rapport sur la "colonie italienne du Languedoc et de la Gascogne" en date du 12 mai 1927, informe son ambassade que "du point de vue national l’ensemble de la colonie se tient bien. Excepté une infime minorité de fuorusciti [...], l’ensemble de la colonie se compose de paysans sans aucune couleur politique mais généralement dévoués à la Patrie. La dispersion de la colonie dans les campagnes, obstacle quasi-insurmontable pour la création d’écoles, constitue cependant un grave danger pour la conservation du caractère national des familles de colons"99.

118"Pour continuer à tenir la colonie liée à la Patrie", le consul préconise, d’une part, de favoriser le plus possible la protection de ses intérêts matériels. D’autre part, le développement des associations -Faisceaux, Association nationale des combattants, consortium agraire, etc.– permettrait de pallier la dispersion des italiens dans la région, cause de leur progressive assimilation.

  • 100 Ibid.

119À la création du consulat à Toulouse, le consul Grazzi affirme qu’il n’existe aucune association italienne. Au 12 mai 1927, plusieurs associations sont constituées à Toulouse, dont notamment un Faisceau avec des sections locales à Agen, Béziers, Cette (Sète), Agde, Luz Saint-Sauveur, Montauban, et l’association nationale des combattants comptant des sections locales à Agen, Auch, Eauze, Condom, Fleurance, Cette, Montpellier, Béziers, Montauban, Martres-Tolosane, Léguevin, Muret100. Ces diverses associations, créées par le consulat dépendent de lui.

120Le consulat royal d’Italie à Toulouse constitue donc la partie émergée d’une vaste organisation fasciste destinée à contrôler et répandre ses thèses au sein de la colonie italienne de la région toulousaine. Pierre angulaire de ce système d’encadrement, voire d’embrigadement de la colonie, ses membres les plus importants détiennent une double casquette ; représentants officiels de l’Italie, ils sont également bien souvent les dirigeants d’associations destinées à maintenir l’ "italianité" de leurs compatriotes.

II – Installation et développement des organisations liées au consulat. Le fascisme officieux

121Ces associations, toutes liées de près ou de loin au fascisme italien, sont nombreuses et variées. L’action de ces différentes associations se chevauche constamment. De surcroît, elles agissent toutes sous le contrôle étroit du consulat ou du Fascio, à tel point que souvent, le président de telle ou telle association est le consul. C’est par exemple le cas pour la Dante Alighieri ou le Circolo Sportivo Roma. Une autre preuve de l’étroite dépendance de ces diverses associations à l’égard du consulat est constituée par les nombreux rapports envoyés à Rome sur leur activité, rapports rédigés par les services consulaires.

  • 101 Tout est sujet à commémoration : l’entrée des troupes italiennes à Addis-Abeba, l’anniversaire de l (...)

122C’est pourquoi, nombre d’initiatives des représentants italiens sont difficiles à attribuer à l’une ou l’autre de ces institutions. L’entre-deux-guerres est fertile en réunions, commémorations, fêtes, conférences, organisations de cours d’italien, de vacances dans la péninsule, etc.101, tel point que parfois, il est difficile de dire si l’organisateur de la manifestation est le Fascio, la Dante Alighieri ou le Dopolavoro.

  • 102 D’autres "Casa degli Italiani" voient le jour dans différentes villes de la région. C’est le cas à (...)
  • 103 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 205.

123Mais là n’est pas l’essentiel, puisque quel que soit l’organisateur, celui-ci dépend étroitement du consulat général d’Italie et que le but de la manifestation est le même, la défense de l’ "italianité" et la glorification du régime. Pour preuve, il suffit de se rendre compte que toutes ces associations (sauf la banque bien évidemment, et le Patronato qui reste dans les locaux du consulat, signe de son importance) sont regroupées en un même lieu, la Casa degli Italiani. Lieu de rassemblement de la communauté italienne, la "Maison des Italiens” constitue toujours dans un district consulaire, une des premières préoccupations des autorités italiennes. Le but d’un tel local est de lutter contre l’assimilation en instituant un lieu de rencontre et de réunion réservé à la colonie italienne, ainsi que de faciliter l’influence exercée sur cette même colonie. 0 Toulouse, la Casa degli Italiani est constituée de bureaux loués au numéro 2 de la rue Cantegril102. Elle est inaugurée le 17 avril 1932 par une cérémonie qui fut, selon le consul, une "belle et digne affirmation d’italianité ainsi qu’une significative revue d’éléments dévoués au régime"103. Plus prosaïquement, le consul donne des instructions afin que les Italiens viennent et quittent la cérémonie par groupe de quatre ou cinq. Ces précautions sont destinées à éviter que des partisans de Mussolini soient attaqués isolément par des antifascistes. De plus, la police assure une surveillance vigilante autour de la cérémonie et les antifascistes préférèrent rester discret.

124Les organisations dépendant du consulat peuvent être divisées en quatre branches, le patronage tout court, le patronage politique, le patronage culturel et sportif, le patronage financier.

A – Le Patronato emigranti italiani

  • 104 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

125"Le patronage pour les émigrants est une institution qui a rendu par le passé d’utiles services et qui pourrait en rendre de plus importants, non seulement à des buts d’assistance immédiate des italiens, mais aussi à des fins nationales et politiques". Tel est le but que le consul Galleani d’Agliano104 entend assigner au Patronato.

126C’est par l’intermédiaire de cette association que le consulat italien apporte son aide à ses ressortissants. C’est d’ailleurs une mission fondamentale de tout consulat. L’originalité réside dans le fait que l’aide est subordonnée à une condition essentielle, n’être pas classé "antinational", c’est-à-dire antifasciste. Officiellement, le patronage est destiné à aider les Italiens ayant émigré à l’étranger. L’aide est de toute sorte, économique, financière, morale ; les fascistes y rajouteront "l’aide politique". Pour cela, le consulat va se servir du patronage en transformant une organisation bien souvent embryonnaire en une machine de propagande bien rodée.

  • 105 Ibid.

127C’est le cas dans le département du Gers. Un rapport du nouveau vice-consul à Auch, Strigari, stigmatise l’activité de l’association. À son arrivée dans la capitale gersoise, il trouve un service du patronage mal organisé. En effet, celui-ci est assuré, un peu par l’ex-agent consulaire, un peu par Grassi, également président de l’association nationale des combattants et secrétaire du Faisceau d’Eauze, ce qui met en lumière l’imbrication des différentes institutions, culturelles ou politiques, relevant du consulat. Pour remédier à cette situation, Strigari embauche Grassi et lui confie à partir de janvier 1929 la charge exclusive du patronage. Selon le vice-consul, celui-ci "s’est mis au travail avec un élan vraiment fasciste [et] a démontré [...] d’excellentes qualités d’organisateur et de propagandiste et une parfaite connaissance des problèmes agricoles locaux"105. Allant au-delà du ton emphatique propre aux représentants fascistes de l’époque, il est loisible de discerner dans ces propos le mélange entre assistance proprement dite (la "parfaite connaissance des problèmes agricoles locaux"), et propagande politique (l’ "élan vraiment fasciste" allié aux "excellentes qualités d’organisateur et de propagandiste"). Mélange des genres qui reflète très exactement la façon d’opérer du patronage. Le bilan du travail opéré par le chef du patronage d’Auch met également en évidence l’imbrication des notions d’assistance et de propagande. Le rapport du vice-consul fait explicitement référence au "point de vue consulaire et d’assistance" (la solution de vingt-six litiges pour une valeur de 3 5 0 000 francs) et au "point de vue politique" (la constitution imminente de huit groupes supplémentaires du Fascio). Strigari termine son exposé en qualifiant ces résultats de "satisfaisants" si l’on considère les obstacles continuels "à notre propagande et à notre pénétration" qui sont posés par les groupes antifascistes locaux mais aussi par les autorités françaises qui exercent une forte pression sur les Italiens pour en obtenir la naturalisation.

  • 106 Ibidem.

128L’activité du patronage est un rouage essentiel de la politique du gouvernement fasciste à l’égard des émigrants italiens. Le vice-consul d’Auch l’atteste sans ambiguïté lorsqu’il affirme que "c’est seulement en assistant de manière ininterrompue nos nationaux dans leurs affaires [...] que l’on peut se rendre indispensable à la masse émigrée, la portant à se rapprocher toujours plus du consulat et des institutions d’assistance italienne et à devenir complètement étrangère à la vie française locale". C’est ainsi qu’avec "une assistance bien comprise, tout en rejoignant le but social d’améliorer les conditions de nos émigrants, on rejoint aussi celui d’attirer toujours les nationaux, jusque-là dispersés, dans l’orbite des autorités consulaires et fascistes, favorisant de la manière la plus pratique et complète la récupération spirituelle de l’émigré, étape nécessaire pour cette récupération économique et totale qui fait partie des finalités politiques du régime"106.

129Toute la philosophie de la politique fasciste envers les émigrés italiens est résumé dans ce rapport.

  • 107 Selon une note du consul Tamburini. M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta a° 197.

130L’activité du Patronage peut également révéler de nombreuses surprises de par son étendue. C’est ainsi que le 15 novembre 1931, Angelo Beninca est nommé à la tête du Patronage de Toulouse par le consul Tamburini. Ce "jeune, sérieux, capable, ayant une bonne pratique du service et de toute confiance"107, avouera en 1940 à la police française des activités d’espionnage.

  • 108 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

131Le Patronage est remplacé quelques années plus tard par le Service d’émigration et d’assistance. Nom différent, mais finalité identique. Ce nouveau service continue tout simplement l’action du patronage, et même, "l’intensifie, [...], la perfectionne" selon le consul Berri108.

132Le Patronato, officiellement destiné à l’aide aux émigrés italiens, a donc également des finalités politiques. D’autres institutions dépendant tout aussi étroitement du consulat servent également à l’encadrement idéologique de la colonie italienne.

B – Le patronage politique

133Il se présente sous la forme de deux groupements, l’Association nationale des anciens combattants italiens et le Fascio. Ce dernier, le plus important des groupements politiques fascistes à Toulouse du point de vue idéologique mais non sur le plan des effectifs, est celui qui fait le plus parler de lui.

1 – Le Fascio

134C’est très rapidement, dans les six mois de l’ouverture du consulat italien, que les autorités fascistes envoient à Toulouse plusieurs hommes avec pour mission de constituer un Fascio local.

  • 109 A.D. H.-G., 1960 W 85.

135Un dossier établi par le commissariat spécial sur le Faisceau toulousain109, stipule que celui-ci est créé en décembre 1925. Sa fondation coïncide avec l’arrivée à Toulouse de Ludovico Gabriel, "chargé pour la forme, de la direction du Patronage des émigrants italiens", de Guido de Clementi, "questeur du ministère de l’intérieur italien" et du commandeur Ferrata, chef des Faisceaux suisses chargés de la création des groupes fascistes dans le sud-ouest. Le siège du Fascio se situe au consulat et il compterait une vingtaine de membres environ, dont le consul Grazzi. L’auteur du dossier précise que cette organisation se livre à une "propagande effrénée" en faveur des idées fascistes, de nombreuses manifestations étant organisées sous n’importe quel prétexte à des fins politiques. Le Faisceau agit en étroite liaison et sous le contrôle du consulat général d’Italie.

  • 110 Le parti fasciste, le P.N.F. est créé au congrès de Rome en septembre 1921. Il résulte en fait de l (...)
  • 111 BERSTEIN (S.) et MILZA (P.), L’Italie fasciste.

136L’origine du Fascio est à rechercher en Italie. Institution antérieure au fascisme proprement dit110, son origine remonte à l’immédiat après-guerre. C’est à Milan que se réunit le 21 mars 1919 un groupe d’une soixantaine de personnes répondant à l’appel de Benito Mussolini et de son journal il Popolo d’Italia. La réunion aboutit à la création du Faisceau milanais de combat, organisation destinée à perpétuer l’inspiration révolutionnaire de la guerre. Deux jours plus tard, la création des Faisceaux italiens de combat donne une envergure nationale au mouvement. Le programme, arrêté au cours de la réunion du 23 mars, mêle revendications nationales et sociales111.

  • 112 Ancien squadriste de Pérouse, il fit partie de l’état-major qui prépara la marche sur Rome.
  • 113 WIEGANDT-SEKOUN (C.), op. cit..

137Le prolongement des faisceaux italiens de combat à l’étranger est une idée de Mussolini en personne, antérieure à la création du Parti national fasciste. Bastianini112 rapporte que, dès le congrès de San Carlo du 24 août 1921, "Mussolini considère comme indispensable une meilleure tutelle des émigrés italiens"113. C’est au congrès de Milan de 1922 qu’est prise la décision de constituer des Fasci all’estero.

  • 114 Le statut des "Fasci all’estero" n’est défini par Mussolini qu’en 1928.
  • 115 La marche sur Rome n’a lieu que fin octobre 1922.
  • 116 Mussolini envoie bien, antérieurement à la création du consulat de Toulouse, un dénommé Curti, anci (...)

138À la même époque, et bien que l’organisation proprement dite des Faisceaux à l’étranger ne commence à être mise en place qu’en 1923114, des créations plus ou moins spontanées de Fasci ont lieu en France, parmi la communauté italienne disséminée sur le territoire. Les premiers Faisceaux apparaissent avant la marche sur Rome et la prise du pouvoir par Mussolini115. Ainsi, Nicola Bonservizi tente d’organiser un Fascio à Paris dès août 1922. Mais les débuts sont durs, et il faut attendre l’arrivée au pouvoir de Mussolini pour que l’organisation parisienne commence à s’étoffer. A Marseille, un premier Fascio est constitué au début de 1923, mais lui aussi rencontre de grosses difficultés qui culminent en 1925 avec la création d’une organisation dissidente baptisé "Ordre des fils d’Italie" et disposant de son propre journal, Fiamma. À Toulouse, rien de tel. Rien du tout même. Il faut en effet attendre la création du consulat et l’envoi d’émissaires du gouvernement fasciste pour qu’apparaisse un Fascio local116.

  • 117 Paradoxalement, Mussolini est plus modéré que Bastianini, à qui il rappelle la nécessité de respect (...)

139Rien de spontané donc, mais une mise en place décidée par Bastianini, qui devient le premier secrétaire des Fasci all’estero en octobre 1923 (il le reste jusqu’en 1926). Partisan de la lutte à outrance contre les organisations antifascistes et de la sauvegarde de l’ "italianité" à l’étranger, le secrétaire estime que toutes les actions des associations italiennes à l’étranger doivent prendre un caractère politique fasciste117. La première de ces associations, celle qui doit montrer l’exemple, étant le Fascio.

  • 118 SANTARELLI (E.), Storia del movimento e del régime fascista.

140Le mouvement se dote d’un journal, il Legionario, "organe des faisceaux italiens à l’étranger, édité par le secrétariat général"118, destiné à résister à la "dénationalisation" des émigrés italiens et à stimuler la collaboration entre les représentations diplomatiques et les organes politiques. Le fait que le siège des faisceaux à l’étranger soit situé au ministère des Affaires étrangères à Rome explique les liens étroits unissant le consulat toulousain et le Fascio local. Ces liens sont pudiquement appelés dans les rapports officiels des services consulaires, "collaboration entre les représentations diplomatiques et les organes politiques".

  • 119 En 1927, le gouvernement fasciste crée 40 nouveaux postes consulaires et accroît de 103 le nombre d (...)
  • 120 Mussolini devra même apporter son concours financier personnel.

141Ce n’est qu’à partir des années 1927-1928 que l’activité des Faisceaux à l’étranger se développe grâce à l’aide de la diplomatie italienne et à ses représentations plus nombreuses119. Un rapport de novembre 1927 de Di Marzio, nouveau secrétaire des Faisceaux à l’étranger, au Duce montre que la situation n’est pas brillante. Les causes en sont un manque d’organisation, de moyens financiers, mal endémique de l’institution120, et de personnel (le secrétariat des Faisceaux ne compte qu’un seul employé !)

  • 121 Un article de Camille Pellizi dans l’Epoca du 24 février 1925 donne un bon aperçu de l’état d’espri (...)
  • 122 Comelio Di Marzio de novembre 1926 à janvier 1928, Piero Parini à partir de 1928.

142Malgré une organisation décrite par Di Marzio comme "pleine d’enthousiasme, fervente"121, l’implantation des Fasci en France n’est qu’un demi-succès. C’est pourquoi les successeurs de Bastianini122 orientent la politique générale de l’organisation dans un sens différent. Les statuts élaborés par Mussolini et Turati en 1928 posent clairement, ce qui est nouveau, les objectifs de l’organisation. Ceux-ci sont doubles, la "lutte contre la dénationalisation [sic]" et l’assistance aux nationaux.

  • 123 Les archives départementales de Haute-Garonne contiennent de nombreux rapports du préfet du départe (...)
  • 124 Rapport du 30 décembre 1925 du commissaire spécial au préfet, A.D. H.-G., M 970.

143À la forte politisation des actions du mouvement par Bastianini, ses successeurs opposent une nouvelle ligne de conduite en plus étroite collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et limitée au double objectif défini par les statuts de 1928. Cette nouvelle politique est due à la volonté du Duce de ne pas se voir reprocher de s’immiscer dans les affaires intérieures des divers pays. Les autorités françaises ne manquent d’ailleurs pas de faire grief à l’Italie de ses agissements tendant à contrôler la colonie italienne et à lutter contre les éléments qui lui sont hostiles. Informé par les préfets123, le gouvernement français est parfaitement conscient que les Fasci opèrent à l’abri des consulats124

144Les fascistes implantent ainsi des Faisceaux dans plus d’une vingtaine de villes françaises, dont Toulouse. À Toulouse, la constitution d’un Faisceau semble rencontrer au moins autant de difficultés que dans le reste de la France puisque Gabriel, arrivé fin 1925 -le consulat a ouvert ses portes seulement cinq mois auparavant-, est déjà destiné à remplacer l’ancien directeur du Patronage car la constitution du Fascio marche trop lentement. Bien qu’aidé dans sa tâche par le vice-consul De Clementi, il semble que Gabriel ne rencontre pas plus de succès. La création du Faisceau toulousain suscite en effet une nouvelle réunion au Patronage le 6 février 1926. Prévenue, la police dépêche un agent avec pour mission d’en surveiller l’entrée. Son rapport conclut à un échec de la réunion du fait du petit nombre de présents, une quinzaine tout au plus.

145En septembre 1926, des heurts entre le consul et Gabriel entraînent un voyage à Rome des deux protagonistes. Raison est donnée au consul et à l’issue de ce voyage, Gabriel est remplacé. Extrêmement bien renseigné, le préfet analyse bien la situation en précisant dans un rapport à Paris qu’il existe dans les consulat italiens deux catégories d’agents, dépendant tous deux du ministère des Affaires étrangères, les fonctionnaires du consulat et ceux du commissariat à l’émigration. Toujours selon le préfet, ces deux catégories "ayant constamment lutté l’un contre l’autre pour la prépondérance", Mussolini remplace dès 1927 le commissariat par une Direction générale des Italiens à l’étranger au ministère des Affaires étrangères. Ces observations éclairent d’un jour nouveau les difficultés d’implantation des institutions fascistes à l’étranger et les raisons de la nouvelle politique de collaboration plus étroite avec le ministère des Affaires étrangères, qu’adopte les Faisceaux à l’étranger à partir de 1927.

  • 125 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

146Les difficultés ne se résolvent pas pour autant. Ainsi, en 1928, c’est cette fois le chef du Fascio qui obtient gain de cause. Appelé à Rome à la suite d’un différent avec le consul Maccotta, il revient peu après à Toulouse et le consul est nommé à Salonique. Mais cette crise provoque de sérieux remous au sein de la colonie italienne proche du fascisme et handicape le développement, déjà problématique, du Faisceau local. De plus, le chef du Fascio toulousain est lui aussi remplacé la même année, par un nommé Stalteri dont le consul d’Agliano affirme, en janvier 1929, qu’il a "commencé une oeuvre d’organisation et de propagande qui était auparavant pratiquement inexistante"125. Cela fait pourtant près de quatre ans que le consulat a été créé à Toulouse. Le travail à accomplir par le nouveau responsable est considérable. Celui-ci doit ; entre autres choses, effacer les traces des dissensions au sein du Faisceau local en reconsidérant quelques-unes des sanctions prises contre "certains éléments indisciplinés" lors de la crise de l’année précédente.

  • 126 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

147Cette nouvelle politique semble porter ses fruits. Un rapport du consul Berri126 concernant la colonie italienne de la région toulousaine durant le premier semestre 1933 atteste du développement des Faisceaux dans le sud-ouest. À la date de rédaction du rapport, il existe désormais quatre Faisceaux dans la circonscription du consulat royal, à Toulouse, Auch, Agen et Montauban. Ceux-ci sont désormais forts d’un peu plus de neuf cents membres. Cependant, le nombre des adhérents ayant payé leur cotisation est quant à lui, beaucoup plus faible.

  • 127 A.D. H.-G., 1960 W 85.
  • 128 En fait, le Faisceau de Toulouse regroupe non seulement la Haute-Garonne, mais aussi le Tarn, l’Ari (...)

148Les informations des autorités françaises sur le Faisceau de Toulouse attestent également de son développement. Une notice de renseignements établie par le commissariat spécial127, visant le recensement des associations d’étrangers, non datée mais qui ne peut être antérieure à la fin de l’année 1932 et postérieure au début de l’année 1933, précise que depuis la venue de Gabriel et de De Clementi, "de gros efforts ont été faits par le Duce, et aujourd’hui le Faisceau de notre département128 est en pleine prospérité”. La notice stipule également que le Faisceau "agit en étroite liaison et sous le contrôle du consulat général d’Italie à Toulouse", ce qui confirme le rapprochement entre Fasci all’estero et ministère des Affaires étrangères.

149Un autre rapport de police précise qu’en 1938 le Fascio compterait à Toulouse 930 membres. Progrès considérable si l’on compare ce chiffre à la "vingtaine de membres" de décembre 1925 et aux 374 inscrits de 1933. Mais la source de cette information n’est autre que Fontana, attaché au consulat d’Italie, ce qui doit inciter à la prudence.

  • 129 Bollelino del Mimstero degli Affari esteri, 1931, p. 887 et s. .

150Le Fascio comporte des sections d’enfants, les Arditi et les Balilla. Chaque année, des vacances sont offertes par le mouvement fasciste à certains d’entre eux, en Italie bien évidemment. Ces voyages font partie de la "défense de l’italianité” mise en oeuvre par les Faisceaux à l’étranger. C’est depuis la seconde moitié des années vingt que le régime fasciste organise dans toute l’Europe des colonies de vacances pour les enfants italiens expatriés. La philosophie de ces colonies est résumée dans le bulletin du ministère des Affaires étrangères italien129. Il s’agit d’un "bain d’italianité auquel tous les jeunes qui vivent loin de la Patrie, aspirent avec l’esprit et la foi". Mais, comme il n’y a jamais rien sans rien, le bulletin conclut en augurant que "le travail d’organisation des colonies estivales ne sera pas perdu si de la part des familles et des jeunes [...] on trouve la parfaite compréhension de l’effort fait et la gratitude pour les bénéfices obtenus. Gratitude qui doit être matérialisée par des faits, et qui doit orienter la pensée des jeunes, maintenant et toujours, vers leur Pays, vers le Roi, et vers le Chef qui a conduit la Nation sur ce pied de rénovation". Difficile d’être plus clair.

  • 130 WIEGANDT-SEKOUN (C.), op. cil..

151Ces colonies de vacances en Italie sont une réussite incontestable du régime fasciste130. Pour l’été 1928, ce sont ainsi sept mille enfants en provenance de toute l’Europe qui sont attendus. La colonie parisienne a envoyé à elle seule 850 enfants. Les enfants des colonies italiennes plus petites, comme celles du Havre, de Rouen ou de Caen, se joignent à ceux de Paris. En 1931, les immigrés italiens en France envoient 3 870 enfants.

  • 131 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.
  • 132 Réflexion qui éclaire la philosophie de ces colonies de vacances organisées par les autorités fasci (...)

152À Toulouse, il n’y a aucune trace de départs avant l’année 1930. C’est un rapport du consul de l’époque qui mentionne cette première colonie de vacances131. L’année suivante voit une augmentation notable des demandes de la part des familles. Cependant, les fascistes doivent compter avec la concurrence des colonies de vacances estivales organisées par les autorités françaises. Concurrence redoutable car celles-ci offrent des avantages considérables à tous les enfants des écoles françaises, sans distinction de nationalité. En effet, le voyage aller-retour et les frais de séjour des enfants sont totalement gratuits alors que les autorités italiennes demandent une participation financière des familles. Ceci fait craindre au consul d’Agliano une désaffection des colonies dans la péninsule au profit de celles organisées par les autorités françaises, "avec pour corollaire un préjudice pour notre propagande"132.

153Il faut attendre 1938 pour voir la mention de départ hors vacances d’été. Cette année-là, le consul organise des départs pour les vacances de Pâques 1938. Pour le premier convoi, ce sont neuf cents enfants italiens provenant des départements du sud-ouest qui partent de la gare Matabiau pour la péninsule. Le consul prend soin d’avertir le préfet de la date du départ. Ce dernier ne manque pas d’envoyer quelques agents de police afin d’exercer une surveillance de routine. Le but est toujours le même, éviter de possibles incidents, et obtenir des informations sur l’attitude des représentants italiens.

154Ce sont ainsi des trains entiers de jeunes Italiens qui partent en vacances outre-Alpes. Les départs ont lieu pour les vacances de Pâques et d’été. Mais, les trains spéciaux ne sont pas seulement affrétés pour les enfants italiens. Les familles italiennes désireuses de passer leurs vacances en Italie sont les bienvenues. Pour Pâques 1939, il y a ainsi 570 Italiens résidant à Toulouse et dans les communes des environs qui profitent des convois mis à leurs dispositions par le consulat.

  • 133 Ceux-d reviennent d’Italie en uniformes fascistes. À une époque où l’armée italienne n’a même pas a (...)

155Les rapports rédigés par les agents de surveillance attestent de la présence régulière du consul sur le quai de la gare pour assister au départ. Cela marque l’importance qu’une telle opération revêt à ses yeux, et donc à ceux du gouvernement romain. Pour une fois la formule est un succès, à l’échelon européen, mais aussi à Toulouse, et ced, malgré la concurrence des camps organisés par les autorités françaises. Du fait de cette concurrence, la participation substantielle du gouvernement romain aux frais est obligatoire pour contribuer au succès de cette opération, dont le but est toujours le même, à savoir maintenir les liens avec la patrie d’origine, contrecarrer l’assimilation par la France, tout en inculquant des prindpes fasdstes aux enfants133.

156Ce but ne peut qu’agacer le gouvernement français, d’autant plus que les années précédant la guerre sont marquées par une aggravation des tensions entre la France et l’Italie. Mais encore, ces départs en vacances ne sont pas des plus préoccupants. Tout au plus irritants.

2 – L’Association nationale des combattants italiens

  • 134 Le but officiel de l’association est de "maintenir les liens de camaraderie entre les membres, de l (...)
  • 135 A.D. H.-G., 1960 W 85.

157Cette association est, dès sa naissance, l’objet de polémiques entre le consulat et la fraction antifasciste de la colonie italienne. Rien d’étonnant puisque sa création n’est qu’une autre façon d’encadrer la colonie italienne134. La section de la Haute-Garonne de l’Assodation est créée en novembre 1926 par Migrazioli, alors directeur du Patronage. C’est à lui que l’on doit son développement et l’efficacité de sa propagande. Elle comporte des sous-sections à Muret, Cazères et Martres-Tolosane. Affiliée à la Fédération nationale siégeant à Paris, elle dépend également de l’Assodation nationale des combattants italiens, reconnue d’utilité publique par un décret royal du 24 juin 1923, et dont le siège est à Rome135.

  • 136 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

158La section de la Haute-Garonne de l’Assodation des combattants italiens est la plus nombreuse des différentes sections qui existent dans le ressort du consulat général d’Italie. D’autres sections existent également, souvent dans des villes où la colonie italienne est importante. Des sections existent ainsi à Montauban (avec une sous-section à Cahors), Agen, Lauzun, Nérac, Marmande, Bouglon, Carcassonne, Auch. En 1933, le nombre total des inscrits est d’environ 1 300, chiffre supérieur de plus d’un tiers à celui des membres des Faisceaux à la même période136.

  • 137 Une première participation de l’association à la commémoration de l’entrée en guerre de l’Italie au (...)
  • 138 L’armistice sur le front italien intervient le 3 novembre 1918 (et non pas le 11), faisant suite à (...)
  • 139 La Dépêche de Toulouse, 12 novembre 1926. Voir également M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Franc (...)
  • 140 Victor-Emmanuel III, dont c’est également l’anniversaire.

159L’Association des anciens combattants italiens, section de la Haute-Garonne, fait sa première apparition dans les rues toulousaines le premier novembre 1926137 en défilant aux côtés des combattants français de la Grande Guerre, pour commémorer l’anniversaire de l’armistice italien138. La fête inaugurale se déroule le 11 novembre suivant. La création d e l’association donne lieu à un banquet dans les salons de l’hôtel de l’Europe, autour du consul Grazzi et de Torino, président de l’assodation. Destabeau, président de la section toulousaine de l’Union nationale des combattants représente les anciens combattants français. Le repas se déroule dans une très bonne ambiance et est ponctué de chants militaires et de discours sur l’amitié et la fraternité d’armes franco-italiennes139. Le consul lève son verre "à la gloire et à la prospérité de la France". Les hymnes français et italiens marquent la fin du banquet, clôturé au cri de "vive le roi"140. À aucun moment, il n’est fait allusion au fascisme.

  • 141 Aumomer militaire italien.
  • 142 L’Express du Midi, 12 et 13 novembre 1926.

160Auparavant, dans la matinée, l’association participe, aux côtés du consul italien, à l’inauguration par Billières, maire de Toulouse, du monument aux morts de la ville durant la première guerre mondiale, érigé au cimetière de Terre-Cabade. Les deux cents Italiens, après une cérémonie privée à la chapelle Sainte-Anne au cours de laquelle le drapeau de l’association est béni par l’abbé Gallo141, tiennent à assister au service de la Croix-Rouge à la Métropole comme preuve de fraternité d’armes avec la France142.

161Pour connaître plus précisément la genèse de l’association, il faut se tourner vers les journaux antifascistes. C’est ainsi que le Midi Socialiste publie, dans son numéro du 9 novembre 1926, une lettre commune de De Ambris, "ancien député italien, volontaire de guerre, décoré", d’Adelmo Pedrini, "volontaire de guerre, décoré" et d’Alberto Virgili, "prisonnier de guerre, évadé, décoré". Ceux-ci mettent en garde les Toulousains contre l’association, création du consulat, donc une émanation du fascisme. La section toulousaine adhère à /’Associazione Nazionale dei Combattenti qualifiée de "succursale du parti fasciste". Organisation indépendante à sa fondation, destinée à défendre les intérêts matériels et moraux des anciens combattants, Mussolini en a chassé les dirigeants en 1925, pour y substituer des fascistes. Dès lors, adhérer à l’association équivaut à adhérer au fascisme, raison pour laquelle "presque tous les anciens membres sont partis".

  • 143 Il Mezzogiorno, 13 novembre 1926.
  • 144 Durant sa brève existence, il Mezzogiorno s’efforce d’inculquer l’idée que fascisme et Italie sont (...)

162Un autre journal143 partage l’avis de ces trois anciens combattants italiens et donne des précisions sur la section toulousaine de l’association. Le consul aurait, l’année précédente, substitué ses dirigeants régulièrement élus par les membres, par un triumvirat choisi par Mussolini, ce qui aurait provoqué le départ de "presque tous les anciens membres, afin "de ne pas cautionner le fascisme”. Par voie de conséquence, l’association est dès lors considérée par le journal comme un "appendice du fascisme, une avant-garde de l’impérialisme fasciste, et non pas italien"144.

  • 145 Il Mezzogiorno, 11 décembre 1926. Le Fascio toulousain dont la création aurait été annoncée à plusi (...)
  • 146 Le 31 octobre 1926, un attentat manqué contre Mussolini provoque de violentes attaques verbales du (...)
  • 147 Le Midi Socialiste, 9 novembre 1926. Ce journal précise également dans son numéro du 15 novembre 19 (...)

163La création de l’Association des anciens combattants italiens, ou plutôt la prise de contrôle par le consulat italien, est vraisemblablement due au peu de succès que rencontre le Fascio parmi la communauté italienne. Ce que les deux journaux précédents traduisent par des formules comme "n’ayant pas réussi à s’implanter à Toulouse avec ses chemises noires145, le fascisme essaye maintenant avec la veste du combattant". Ces journaux rappellent également que ces fascistes sont les mêmes qui, peu de temps auparavant, ont attaqué des cheminots français à Vintimille et envahi des consulats français dans la péninsule146. Pour l’occasion, les fascistes sont traités par de "mangeurs de cadavres"147.

  • 148 Ibid.

164Les anciens combattants italiens sont également mis en garde par ce même journal qui prévient que "ceux qui s’inscrivent à l’association nationale des combattants s’inscrivent au fascisme : ce sont des ennemis et nous les traiterons comme tels"148.

165Malgré ces avertissements qui ont le mérite de la clarté, nous retrouvons l’association des anciens combattants italiens l’année suivante pour la commémoration de l’anniversaire de la victoire de 1918. Un banquet de trois cents couverts est donné au Grand Hôtel, sous la présidence du nouveau consul général d’Italie, Gentile. À la différence de l’année précédente, le portrait de Mussolini orne la salle, à côté de celui de Victor-Emmanuel, tous deux entourés de faisceaux et de drapeaux italiens. Les convives se quittent sur un toast à l’Italie, aux nations alliées, à la famille royale, au roi et, cette fois-ci, à Mussolini.

  • 149 Célébrée par Dom Gallo, aumônier de la colonie italienne.
  • 150 Le préfet en personne assistera à la messe de novembre 1930 et 1933.
  • 151 On note la présence du président de la Cour d’appel Coste à la cérémonie de 1928 et celle du recteu (...)

166Désormais, chaque année, dans les premiers jours du mois de novembre, un banquet réunit l’association. Dans la matinée, une cérémonie religieuse149 à la mémoire des morts de la guerre a également lieu en présence de nombreuses personnalités toulousaines. On y retrouve régulièrement les représentants consulaires italiens ainsi que les présidents des diverses associations dépendant du consulat (Dopolavoro, Fascio, Dante Alighieri). Le corps consulaire toulousain est bien représenté. La présence de consuls étrangers (Espagne, Portugal, Belgique, Roumanie, notamment) se renouvelle chaque année. Les autorités civiles et militaires françaises sont également présentes par le biais de représentants, un pour la préfecture150 et un pour le général commandant la région militaire. Des représentants du rectorat et de la Cour d’appel assistent parfois à la cérémonie151.

167Signe le plus visible de la présence de l’Italie fasciste à Toulouse, la commémoration annuelle rassemble un grand nombre de fascistes italiens.

  • 152 Le Midi Socialiste, 2 novembre 1931.

168Mais, les antifascistes français et italiens ne voient pas d’un bon oeil ce qu’ils considèrent comme "une provocation malsaine des proscrits vivant en France"152. Et ainsi, plusieurs fois, la commémoration est le théâtre d’échauffourées entre militants antifascistes et fascistes, la police devant régulièrement intervenir pour mettre un terme à la bagarre.

  • 153 L’Express du Midi, 2 et 4 novembre 1931.

169L’année 1927 est calme. Les deux années suivantes également. Mais, en novembre 1930, des incidents ont lieu à la sortie de la messe célébrée à Saint-Sernin. La cérémonie de 1931 se termine par l’arrestation de cinq jeunes, âgés de quinze à dix-sept ans "pour cris séditieux et injures à agent"153. D’autres incidents ont également lieu en 1933. Puis, la commémoration prend un aspect plus discret. À partir de 1934, nous ne trouvons plus trace de cérémonies religieuses. La commémoration s’effectue à la maison des Italiens. Tout au plus, remarque-t-on la présence du consul d’Italie au service funèbre de la Croix-Rouge célébré le 11 novembre, ou le dépôt d’une gerbe au monument du Souvenir français. En novembre 1939, il semble que le consulat s’abstienne même de toute manifestation, très certainement du fait de la déclaration de guerre de septembre.

  • 154 A.D. H.-G., 1960 W 85.

170L’Association nationale des combattants semble être l’institution fasciste ayant le plus de succès à Toulouse. Mais l’action d’encadrement des autorités italiennes vis-à-vis de leurs ressortissants s’exerce également dans le domaine culturel et sportif. Tout est bon, en fait, pour contrôler la comrnunauté italienne, ce qu’un rapport de police explique de la manière suivante : "de nombreuses manifestations sont organisées sous n’importe quel prétexte à des fins politiques"154.

C – Le patronage culturel et sportif

171Quatre associations se partagent la tâche, de manière inégale. Il s’agit du Dopolavoro, du Circolo Sportivo Roma, de la Societa Nazionale Dante Alighieri et du Doposcuola.

1 – Le Dopolavoro

  • 155 BERSTEIN (S.) et MILZA (P.), op. cit.., p. 222.

172Créée par Mussolini par deux lois du 25 octobre 1925 et du 9 juillet 1926, l’Opéra Nazionale Dopolavoro (O.N.D.) rencontre un modeste succès en Italie sous la direction de Starace, secrétaire général du parti fasciste. L’organisation compterait 4,6 millions d’adhérents à la veille de la guerre155.

  • 156 Selon Bastianini, il y aurait 332 Dopolavoro à l’étranger en 1939.
  • 157 Bolletino del ministero degli Affari esteri., 1927, p. 302.

173À l’étranger, l’O.N.D. est dirigée par la direction générale des italiens à l’étranger du ministère des Affaires étrangères et fonctionne sur le modèle de son homologue italien156. Une circulaire de la Direction générale des écoles italiennes à l’étranger du 10 mars 1927 précise que, selon une circulaire du Commissariat général à l’émigration, "la fondation et la tutelle de l’Institut du Dopolavoro à l’étranger est tout particulièrement confiée aux représentants royaux", c’est-à-dire aux ambassadeurs et aux consuls157.

  • 158 Un rapport de police du 26 juillet 1938, précise que le Dopolavoro de Toulouse a organisé quatre se (...)

174Malgré cela, le résultat en France ne dépasse semble-t-il guère celui du Dopolavoro italien. L’œuvre de l’organisation hors d’Italie est triple. Elle consiste à assister les Italiens qui vivent loin de leur patrie, à leur procurer des distractions saines par l’organisations de jeux, de tournées théâtrales, de fêtes, de manifestations sportives, etc.158 et à maintenir leurs sentiments patriotiques et ce fameux esprit d’ "italianité".

  • 159 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 205.

175Dans la région toulousaine, le Dopolavoro est présent dans plusieurs communes. Un rapport du consul Berri à son ministère159 nous apprend qu’en 1935 il en est ainsi à Toulouse bien sûr, mais aussi à Montauban, Auch ou Agen.

176À Toulouse, composé d’une centaine de membres, le Dopolavoro fonctionne sous le contrôle étroit du Fascio et ne compte que des personnes fermement attachées au régime fasciste. Le secrétaire de l’œuvre en 1938, n’est autre que le capitaine Silvio Pierrotti, également secrétaire général du Fascio et attaché au consulat. Parmi les autres animateurs du Dopolavoro toulousain, nous trouvons le secrétaire du Fascio pour la région de Rieumes et l’attaché du consulat chargé des questions de main-d’œuvre.

177Les informations que recueille la police démontrent que l’association ne vit pas de cotisations mais de subsides en provenance de Rome, ce qui explique l’importance des ressources dont elle dispose. Ainsi pour l’Épiphanie de 1937, devenue fête fasciste sous le nom de Befana fascista, elle distribue 2 200 paquets aux enfants italiens de la région.

  • 160 A.D. H.-G., 1960 W 85, recensement des associations étrangères par le commissariat spécial.

178Le but du Dopolavoro consiste à "développer et vivifier l’esprit de patriotisme, propager la connaissance des devoirs envers le pays qui donne l’hospitalité à ses membres, organiser des réunions amicales après le travail, des conversations, jeux, soirées dansantes et conférences"160. Il organise pour cela la venue de dirigeants fascistes d’Italie en certaines occasions.

179En tout état de cause, les autorités françaises ne sont pas dupes de l’activité de l’œuvre. Ses activités sont surveillées de près sur ordre de Paris. Dans une lettre du 2 juin 1938 adressée à Sarrault, ministre de l’Intérieur, Rivollet, secrétaire général de la Confédération nationale des anciens combattants, dénonce l’action de l’O.N.D. qu’il considère comme "une propagande non conforme aux intérêts français et contraire aux lois de l’hospitalité". II reproche également au Dopolavoro de n’avoir été créé par le consulat que pour s’efforcer de maintenir parmi ses ressortissants "la tradition de leur patrie et le culte du régime fasciste".

2 – Le Circolo Sportivo Roma

  • 161 Le sport est l’objet de soins très attentifs de la part du gouvernement italien.

180Au Dopolavoro toulousain, peut se rapprocher une autre association, le Circolo Sportivo Roma, composé d’une vingtaine de membres environ. Le président en est le consul d’Italie et son but semble exclusivement sportif : culture physique et football161. Cette association se réunit une fois par mois et organise des fêtes sportives placées sous le patronage du consul. À la différence du Dopolavoro, dont le but est d’attirer le plus grand nombre possible d’Italiens, le Circolo ne groupe que des jeunes gens dont les familles professent des opinions fascistes. En d’autres termes, c’est un club sportif réservé exclusivement aux fascistes.

3 – La Societa Nazionale Dante Alighieri

  • 162 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

181Elle apparaît tardivement à Toulouse. Ce n’est en effet qu’en 1929 qu’une succursale y est ouverte, soit quatre ans après la création du consulat. Quelques années après sa création, les autorités françaises estiment à une soixantaine le nombre de ses membres, chiffre corroboré par le consul Berri qui indique dans un long rapport qu’ elle compte cinquante-deux membres au premier trimestre 1933162.

  • 163 Un compte rendu du rapport au congrès de Paolo Boselli, président de la Dante Alighieri en 1931, pr (...)
  • 164 Ibid.

182Sous le contrôle direct du consulat (son président est le consul), la Dante Alighieri a pour but avoué de faire connaître aux étrangers la langue et la culture italienne. Elle poursuit ce qu’elle appelle une "oeuvre d’italianité". Pour cela, elle coopère à la diffusion de livres italiens à l’étranger par la création de bibliothèques et l’envoi de livres163 ainsi qu’à la création de cours de langue italienne. La Dante organise également des manifestations culturelles de toutes sortes, telles que des conférences ou des concerts. Les grands thèmes de l’idéologie fasciste comme la famille ou la patrie font également l’objet de conférences appelées "conférences de patriotisme et de culture"164. Les concerts de musique concernent le plus souvent de la musique italienne interprétée par des musiciens italiens. Parfois, des projections de films sont organisées dans un cinéma de la ville, projections privées sur invitation du consulat, afin d’éviter tout incident.

  • 165 A.D. H.-G., 1960 W 13.

183Car, en fait, la Dante, sous couvert de propagation de la langue et de la culture italienne à l’étranger, a surtout pour but le maintien et le développement de l’esprit national, le culte et la glorification des vertus militaires. Pour en juger, il suffit de regarder une séance de cinéma organisée en 1937 au cinéma Odéon. Le thème est simplement "l’Italie". La projection est composée de trois tableaux. Le premier traite de l’Italie avant son entrée en guerre en 1914, puis un second volet parle de la désillusion du traité de Versailles et des conflits sociaux, la séance s’achevant avec la reconstruction de l’Italie par Mussolini et le fascisme165. Le consulat, par l’intermédiaire de la Dante Alighieri organise plusieurs séances de projection de ce type. Ces soirées regroupent généralement environ cinq cents personnes, soit le plus fort taux de participation à des manifestations organisées par le consulat.

  • 166 La déclaration de guerre à l’Allemagne en septembre 1939 et la proclamation de l’état de siège qui (...)
  • 167 WIEGANDT-SAKOUN (C.), op. cit., p. 455.

184Les archives démontrent que la Dante Alighieri du sud-ouest est très active, et ced malgré de chroniques problèmes d’argent. En 1938 et 1939166, elle organise de nombreuses manifestations, réunions, fêtes, séances de cinéma au profit de la colonie italienne. Pour les années antérieures nous disposons de moins de renseignements. Selon ceux-ci, de 1933 à 1938, la sodété aurait organisé une moyenne de quatre spedacles par an, concerts, conférences d’art et littérature ou sur l’Italie contemporaine167. Les conférenders sont indistinctement français et italiens. Les thèmes sont très variés, de "syndicalisme et fasdsme" à "la poésie de Giovanni Pascoli et sa profonde humanité”. Les conférences ont régulièrement lieu à la Maison des Italiens.

185De concert avec l’activité de la Dante Alighieri en faveur de la langue et de la culture italiennes, des cours d’italien sont organisés par la direction générale des Italiens à l’étranger qui remplace la direction générale des écoles, abolie par un décret du 16 septembre 1932. C’est le Doposcuola.

4 – Le Doposcuola

  • 168 Responsable du Doposcuola dans le ressort du consulat général de Toulouse.

186Le Doposcuola, traduisible littéralement par "après-école", consiste en cours de langue italienne dispensés en marge de l’enseignement français mais dans les écoles françaises locales. Les classes sont ouvertes aux enfants d’émigrés italiens, naturalisés français ou non, ainsi qu’aux enfants de français de souche. Le but de ces cours est d’apprendre l’italien aux élèves, mais aussi de communiquer "le plus vif et ferme amour de la Patrie, plus que jamais arrivée à ses meilleures et plus grandes destinées", affirme son directeur pour la région toulousaine168.

  • 169 Une chaire de langue et littérature italiennes est créée à l’université de Toulouse dans les années (...)
  • 170 M.A.E., Annuario delle Scuole Italiane all’estero, 1940/41, p. 11.

187Les autorités fascistes accordent un grand intérêt à l’enseignement de l’italien à l’étranger. Pour cela, elles multiplient les bibliothèques, les bourses d’études, les postes de lecteurs de langue et littérature italiennes dans les universités étrangères169, la diffusion d’ouvrages en langue italienne. Tout cela a lieu aux frais du ministère des Affaires étrangères. De nombreuses écoles ou classes d’italien ont lieu à l’étranger, "jusque dans les localités les plus humbles et les plus inaccessibles, moyennant l’œuvre enthousiaste et l’esprit d’abnégation de nos enseignants qui deviennent des missionnaires de la plus pure italianité"170.

188De l’autre côté, les antifascistes voient d’un mauvais oeil ces classes mises sur pied par les autorités consulaires italiennes. Dans notre région, une vigoureuse campagne contre celles-ci a lieu en 1939. Les antifascistes italiens sont appuyés par leurs amis français. Tous les moyens sont bons dans cette lutte : certains parents sont "invités" à ne pas envoyer leurs enfants à ces cours ; dans certaines localités des incidents ont lieu afin de déranger les leçons. Du côté des autorités, une stricte application des conventions franco-italiennes relatives au fonctionnement des Doposcuola entraîne la fermeture de plusieurs classes considérées comme clandestines car tenues dans des locaux privés. Cela oblige les autorités consulaires italiennes à se mettre en règle et renvoie l’ouverture de nombreuses classes à l’année 1940. Et bien que le gouvernement français envoie au bout du compte des instructions afin de ne pas gêner l’établissement des classes d’italien, beaucoup de préfets, inspecteurs académiques, directeurs d’écoles ou maires gênent autant que possible la tenue des cours. L’ouverture de classes est également retardée par le ministère de l’Éducation nationale qui doit donner un avis favorable préalable, ce qu’il rechigne parfois à faire.

  • 171 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 308.

189Malgré ces difficultés de tous ordres, il existe dans le ressort du consulat italien de Toulouse, pour l’année scolaire 1939-1940, cinquante-neuf classes dans quarante-quatre localités et fréquentées par plus de mille élèves171.

190La politique fasciste d’encadrement des émigrés italiens s’exerce également dans le domaine financier. C’est le patronage financier.

D – Le patronage financier

  • 172 MARCEL-REMOND (G.), op. cit.

191L’Italie a toujours cherché à drainer vers ses banques les économies de ses ressortissants vivant à l’étranger. Cela présente un double avantage pour elle, en améliorant la balance des comptes et la défense de la lire, ainsi qu’en favorisant le retour au pays des émigrés ayant déposé leurs économies dans des banques italiennes. Les dirigeants fascistes continuent la politique de leurs prédécesseurs en ce domaine et, par un décret-loi du 15 décembre 1923, Mussolini crée l’Institut national de crédit pour le travail italien. Domicilié à Rome, l’institut a pour but de "financer les entreprises de travail et de colonisation italiennes à l’étranger". Pour Mussolini, cet organisme doit faire en sorte que "le fruit du travail italien, sûrement garanti", contribue à l’expansion morale et économique de la patrie172.

  • 173 Francesco Frôla, avocat et ancien député de Turin.
  • 174 Rapport du commissaire spécial au préfet du 14 décembre 1925. A.D. H.-G., M 970.
  • 175 Ibid.

192Mais, il semble que la première banque italienne créée à Toulouse le soit par un fuoruscito173. Créateur et administrateur du nouvel institut bancaire, Frola lance celui-ci en novembre 1925, ce qui fait dire au commissaire spécial que "la campagne antifasciste [est] commencée de manière indiscutable"174. La présence du maire de Toulouse Billières au conseil d’administration ne serait qu’une couverture "en vue de permettre le groupement des éléments socialistes de la région en même temps que la constitution d’un fonds considérable à orientation politique"175.

  • 176 La justice italienne aurait envoyé une demande d’extradition à la France contre le directeur de la (...)
  • 177 Un article du Corriere délia Sera du 3 mars 1932, signale qu’à cette date l’action des créanciers n (...)
  • 178 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

193Mais ce but ne peut se réaliser car le Crédit franco-italien fait faillite en 1927. Succursale du Crédit franco-italien de Nice, lui-même filiale de la Banque populaire de Turin, l’agence toulousaine est l’objet d’un enjeu entre les fascistes et les antifascistes, le gouvernement de Mussolini étant peu désireux de voir prospérer un institut bancaire entre les mains de ses adversaires politiques, dont le but est de constituer des fonds à la disposition des mouvements antifascistes tout en permettant de limiter les effets de la loi contre les émigrés. Il semble qu’après une série de manœuvres, les fascistes réussissent à s’emparer de la direction de la banque176, rebaptisée Banque commerciale franco-italienne et la laissent péricliter jusqu’à la faillite. Par la suite, les autorités consulaires fascistes encouragent et appuient l’action des créanciers de la défunte banque177 dans l’espoir d’entraîner dans sa chute la Ruche agricole, servant au crédit agraire, et "bastion des antifascistes et seule survivante des instituts créés par la banque franco-italienne"178.

  • 179 MARCEL-REMOND (G.), op. cit. .

194Mais d’autres sources179 prétendent que la situation du Crédit franco-italien est déjà compromise au début de l’hiver 1926 du fait d’une mauvaise administration. La création d’une multitude de succursales non rentables à Agen, Auch, Montauban, Nérac, Eauze, Fleurance, Castelsarrasin aurait notamment compromis les finances de la banque. Après avoir cherché un appui auprès du consulat, et suite au refus de ce dernier, la banque est déclarée en faillite.

  • 180 Ces deux photographies démontrent l’efficacité de la sûreté toulousaine et l’importance que doit re (...)
  • 181 Ce qui contribue à attester l’intérêt qu’il manifeste au district consulaire toulousain.
  • 182 A.D. H.-G., M 970.

195Les journaux liés au mouvement antifasciste accusent le consulat d’être à l’origine de la faillite. Mais des informations sont volontairement laissées dans l’ombre. Les services de la police toulousaine dégagent nettement deux éléments. En premier lieu, le crédit franco-italien est bien créé par les antifascistes en 1925. En deuxième lieu, le gouvernement italien tente de sauver la Banque commerciale franco-italienne, nouveau nom du Crédit franco-italien suite au changement de direction. Cette tentative de sauvetage est attestée par des photographies de deux lettres prises par la sûreté toulousaine180. L’une écrite par le consul d’Italie, l’autre provenant de la chambre des députés italienne, dévoilent le désir du gouvernement italien – en la personne même de Mussolini181 – de sauver la banque, "afin de soustraire à l’influence des adversaires [les émigrés antifascistes] les agriculteurs du sud-ouest de la France qu’ils sont en mesure de s’accaparer"182.

  • 183 La banque est incontestablement étroitement liée au fascisme car, en 1927, lors de la souscription (...)
  • 184 A.D. H.-G., 1960 W 85.

196Dans le même temps, les fascistes tentent de contrecarrer l’action du Crédit franco-italien par la création d’une autre banque, la Banque franco-italienne pour l’Amérique du sud. D’obédience fasciste183, elle ouvre deux succursales dans la région, à Agen et à Toulouse. Cette banque ne connaît pas la destinée du Crédit franco-italien et perdure, puisqu’un dossier de la sûreté mentionne en 1932 en tant que vice-président de la Dante Alighieri, le nom de "Guiseppe Orlando, directeur de la banque française et italienne pour l’Amérique du Sud"184.

197Cette banque, à l’image de sa rivale antifasciste, crée, un consorzio agrario sur le modèle de ce que les banques ont coutume de faire en milieu rural en Italie. Ce consorzio est une sorte de coopérative formée entre agriculteurs. Ceux d’entre eux qui ne peuvent payer comptant les marchandises lui remettent un effet à échéance lointaine. Le consorzio peut alors se le faire escompter auprès de la banque, celle-ci se retournant contre l’agriculteur à l’échéance.

  • 185 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 118.

198A l’image du consul Grazzi, les fascistes sont convaincus de la grande importance que revêt un crédit agraire pour le contrôle de la colonie italienne de la région. Le consul estime que "celui qui assurera le crédit agraire réussira à attirer de manière définitive la colonie"185. En effet, ces banques et leur consortium représentent un formidable moyen de pression et de contrôle des agriculteurs italiens, dans une région où l’immigration transalpine est essentiellement agricole.

199Les antifascistes l’ont également compris et ceci avant les fascistes. La première tentative de création d’un crédit agraire émane d’eux, par l’intermédiaire du Crédit franco-italien.

200Le consorzio de la banque franco-italienne pour l’Amérique du sud est beaucoup moins développé que celui du Crédit franco-italien, qui réunit quatre cents propriétaires au jour de la faillite. C’est là que se trouve la raison pour laquelle le gouvernement italien tente de renflouer le Crédit et d’en prendre le contrôle.

*
* *

201Quel que soit le type de "patronage", les autorités consulaires italiennes n’ont qu’un seul et même objectif, le contrôle de la colonie italienne. Cette mission est le corollaire logique des raisons de la création du consulat d’Italie à Toulouse.

202La version officielle de cette création est l’apport d’une aide aux transalpins installés dans la région. Ceux-ci représentent une très importante colonie dans l’entre-deux-guerres. Il serait dès lors normal et logique que le gouvernement italien se préoccupe de leur sort et installe une représentation diplomatique à Toulouse. Mais si cette idée doit rentrer en ligne de compte, elle ne peut cependant suffire car alors, ce serait oublier la nature du régime fasciste qui domine la péninsule. Prônant le nationalisme le plus dur, défenseur de la "race italienne”, Mussolini ne peut envisager l’implantation d’un consulat que comme un moyen de propager la doctrine fasciste dans la colonie italienne de la région. De plus, la présence d’une communauté d’exilés antifascistes italiens à Toulouse renforce l’intérêt des fascistes à y implanter une représentation.

203Il est indéniable que les autorités fascistes italiennes, ainsi que le Duce en personne, accordent une importance particulière à la représentation toulousaine. L’élévation au rang de consulat général dès juin 1927 constitue, notamment une preuve de cette importance. Le consulat de notre ville est une pure création du fascisme. Créé par lui de toute pièces, il est destiné à propager sa doctrine parmi ses ressortissants.

204Autre preuve du rôle assigné à la représentation consulaire, Rome prend soin de ne nommer que des hommes acquis aux thèses fascistes. Certains sont des hommes d’une grande valeur et obtiennent d’excellents résultats. D’importants moyens financiers et matériels sont également mis à leur disposition. Le sommes allouées sont employées à constituer un réseau associatif, à caractère politique, culturel et sportif. Des structures financières sont également mises en place.

205Le résultat est pourtant décevant. Si la communauté italienne est réceptive à certaines initiatives du consulat, comme les vacances dans la péninsule ou des manifestations à caractère culturel, c’est plus pour profiter des avantages mis à sa disposition que par idéologie. Bien sûr, la politique fasciste consistant à rehausser le prestige de l’Italie provoque l’adhésion d’une partie de la colonie transalpine, d’autant plus facilement qu’elle ne partage pas forcément les thèses socialistes ou communistes. Mais, le ralliement de la colonie italienne de la région au fascisme reste très limité.

206Il en est de même d’ailleurs pour les antifascistes. Beaucoup plus virulents que leurs adversaires, leur influence au sein de la population italienne reste aussi limitée que celle des fascistes. En définitive, la grande majorité des Italiens de la région n’aspire qu’à une chose : pouvoir travailler en paix afin d’assurer la prospérité à leur famille. Ce qui est en somme peu surprenant puisque c’est dans ce but que l’énorme majorité d’entre eux sont venus s’installer dans le sud-ouest de la France.

Notes

1 Les rivalités entre fascistes et antifascistes de la région toulousaine, donneront rapidement lieu à des affrontements, parfois très violents. Ceux-ci, ainsi que l’attitude des autorités françaises à cette occasion, seront étudiés dans une communication lors du 126e congrès des sociétés historiques et scientifiques. Cette communication sera publiée dans les actes du congrès.

2 Districts consulaires de Bastia, Bordeaux, Chambéry, Le Havre, Lyon, Marseille, Metz, Nancy, Nice, Paris, Reims, Strasbourg, Toulon, Toulouse.

3 Archives du ministère des Affaires étrangères italien (M.A.E.), Rappresentanze diplomatiche, Francia, Bus ta n° 91.

4 PAIRAULT (A.), "La politique italienne d’émigration", in Revue politique et parlementaire, 10 décembre 1927.

5 Association catholique fondée au début du XXe siècle par Monseigneur Bonomelli, évêque de Crémone, afin de procurer aux émigrés italiens les secours moraux et matériels dont ils peuvent avoir besoin. On lui reproche une attitude nationaliste et son soutien au fascisme.

6 Association fondée à la fin du XIXe siècle par Loria, philanthrope israélite, pendant socialiste de l’Oeuvre Bonomelli.

7 PAIRAULT (A.), op. cit. .

8 Resta del Car lino, 7 avril 1927.

9 En mai de la même année, Mussolini condamne l’émigration dans un discours retentissant.

10 Le terme de fuorusciti signifie littéralement ceux qui sont "sortis au-dehors". Cette appellation désignait au XIXe siècle les opposants aux régimes autoritaires de la péninsule. Les fascistes l’appliquèrent à leurs adversaires politiques qui le revendiquèrent finalement.

11 Mussolini en personne attache une importance particulière aux affaires toulousaines.

12 Archives départementales de la Haute-Garonne (A.D. H.-G.), 2008 W 136.

13 Cette loi du 31 janvier 1926 prévoit la perte de la nationalité italienne et la confiscation des biens des émigrés antifascistes qui poursuivraient leurs activités politiques à l’étranger.

14 A.D. H.-G., M 970.

15 A.D. H.-G., 2008 W 137.

16 Le Quotidien, 5 octobre 1926.

17 Du fait de la présence de nombreux émigrés italiens dans la région, plusieurs journaux locaux publient une chronique en italien. Il s’agit de l’Express du Midi, du Patriote du Gers, de La Croix du Lot-et-Garonne, de La Liberté du Sud-Ouest et du Télégramme. La Dépêche de Toulouse et la Petite Gironde publient également une chronique, mais de manière éphémère.

18 Lacronaca est signée d’un certain "Luigi". L’identité de la personne qui se cache derrière ce pseudonyme reste mystérieuse. Cependant, et c’est là le point le plus important, il est sûr que ce n’est pas un militant antifasciste.

19 A.D. H.-G., M 970.

20 "Ricorda sempre che di Patria ve n’è una sola. E la tua, è l’Italia, la più bella di tutte le terre. Nessun altro paese deve da te essere amato corne l’Italia".

21 Obéir au consul et aux représentants italiens, acheter le plus possible de produits italiens, etc.

22 "Tieni sempre una condotta séria ed onesta, ricordando che la buona condotta tua all’estero vorra dire la pace e la tranquilità assicurate per la tua famiglia in Italia".

23 Ce que Pedrazzi traduit par l’idée : "Italien tu es né, Italien tu demeures".

24 Il Corriere délia Sera, 30 octobre et 3 novembre 1925.

25 Le consulat sera élevé au rang de consulat général dès juin 1927.

26 MA. E., Italie, Rappresentanze diplomatiche. Francia, Buste n° 142 et 144.

27 Ancien nom de la ville de Sète dans l’Hérault. "Cette" devient "Sète" par un décret paru au J.O. du 4.02.28.

28 Journal de Mussolini fondé par celui-ci le 14 novembre 1915.

29 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Bus ta n° 91.

30 Le critère de nationalité est également important, ainsi que le démontre le consul Tamburini lorsqu’on 1933 il demande à son ministère de substituer un Italien à l’agent consulaire français de Port-la-Nouvelle, car celui-ci "ne peut naturellement accomplir ces actions de propagande et d’italianité qu’il incombe à tous les agents à l’étranger d’effectuer". MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

31 Bolletino del ministero degli Afffari esteri, 1927, p. 315 et s. .

32 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

33 MA. E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 220.

34 Lanouvelle organisation du réseau consulaire italien en France de 1928, élève Auch au rang de vice-consulat.

35 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busla n° 167.

36 Voir infra.

37 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Buste n° 209, 220, 230 et 255.

38 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

39 MA. E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 283.

40 Obéissant en cela aux instructions du pouvoir qui affirme, tout au long de l’entre-deux-guerres, sa volonté de surveiller et de réduire les activités politiques des étrangers.

41 Décret du 10 juin 1926. Bolletino del ministère) degli Affari esteri. Parte amminis2trativa, 1926.

42 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

43 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 197.

44 A.D. H.-G., M 970.

45 Le Quotidien, 14 octobre 1926.

46 WIEGANDT-SAKOUN (C.), "Le fascisme italien en France", dans MILZA (P.), Les Italiens en France de 1914 à 1940.

47 En effet, la carrière de diplomate fasciste n’est pas sans risques ; ainsi, peu de temps avant l’ouverture du consulat de Toulouse, Nicolas Bonservizi, chef du Fascio de Paris -et ami personnel de Mussolini- est assassiné par un anarchiste italien.

48 La Dépêche de Toulouse, 19 juin 1925.

49 Le Midi Socialiste, 20 juin 1925.

50 Le Quotidien, 20 septembre 1925.

51 L’ "Honorable", titre donné en Italie aux députés.

52 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Bus ta n° 91.

53 Ibid.

54 Article intitulé "Qu’est-ce qu’ils sont venus faire à Toulouse ?", et sous-titré "Les fascistes italiens veulent troubler le Sud-Ouest". Le Midi Socialiste, 15 décembre 1925.

55 Affirmation à rapprocher de celle du consul italien dans une lettre au préfet du 4 janvier 1926 dans laquelle il estime que les campagnes de dénigrement du gouvernement fasciste par le journal antifasciste italien il Mezzogiorno" provoquent "l’indignation de l’énorme majorité" de la colonie italienne. Affirmation à mettre également en parallèle avec un sondage effectué au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par l’I.N.E.D., dans lequel seulement 9 % des Italiens de Lot-et-Garonne donnent une raison politiques leur départ.

56 A.D. H.-G., 2008 W 136.

57 À noter qu’à la même époque des incidents opposent la police spéciale niçoise et le fonctionnaire de la sûreté publique italienne, M. La Polla.

58 À Nice à la même époque et à Marseille l’année suivante, des représentants de la sûreté italienne sont nettement identifiés parmi le personnel des consulats. Dans la cité phocéenne, il s’agit comme à Toulouse d’un des vice-consuls.

59 Ce qui démontre à la fois, l’importance du consulat de Toulouse pour le gouvernement italien, et le fait que l’envoi en France de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur afin de surveiller les ressortissants italiens (sous couverture diplomatique) était monnaie courante à cette époque.

60 MAF., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 109.

61 La police toulousaine constitue durant l’entre-deux-guerres, des dossiers nominatifs sur les consuls et vice-consuls italiens. Ceux-ci sont disponibles aux archives départementales de Haute-Garonne.

62 Le Midi Socialiste, 15 décembre 1925.

63 Le 10 juin 1940.

64 Les journaux locaux relatent abondamment l’incident et la polémique qui s’ensuit. Voir, notamment, La Dépêche de Toulouse des 11, 12, 13 et 14 avril ; le Midi Socialiste des 11, 12 et 17 avril ainsi que l’Express du Midi des 11, 12 et 14 avril 1932.

65 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 197.

66 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 209.

67 En remplacement du titulaire du poste, décédé.

68 Berri fut le correspondant du Corriere délia Sera en Albanie lors des troubles de 1920 (et notamment durant l’épisode de Vallona).

69 Berri avait combattu au Chemin des Dames durant la Grande Guerre et y avait gagné la Croix de guerre.

70 La Dante Alighieri dispense des cours du soir, gratuits (ce qui contribue à leur succès).

71 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 243.

72 Il peut être intéressant de rappeler à cette occasion une déclaration de ce même Mussolini avant l’entrée en guerre de l’Italie à nos côtés en 1915 : "nous aussi, nous avons dans nos veines l’amour de la France". MANEVY (R.), Histoire de la presse de 1914 à 1939, p, 190.

73 A.D. H.-G., 1960 W 13.

74 Le centre de propagande est domicilié au numéro 22 de la rue des Arts, premier siège du consulat en 1925.

75 L’agression de l’Ethiopie par l’Italie provoque le vote de sanctions économiques contre elle par la S.D.N. En vertu du vote de l’assemblée, tous les États membres doivent s’abstenir d’acheter des marchandises italiennes. Ils doivent également refuser d’exporter des armes et des produits d’intérêt stratégique et d’accorder à l’État agresseur tout crédit pour ses achats à l’étranger. En fait, la façon dont les sanctions sont appliquées les rend largement inefficaces et n’ aboutissent en définitive qu’ à exacerber le nationalisme italien.

76 L’Express du Midi, 6 juin 1936.

77 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 255.

78 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 308.

79 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Buste n° 167 et 184.

80 Giardini fait déjà parler de lui en 1927, giflant un journaliste à la suite de la parution d’un article hostile au fascisme et considéré injurieux envers lui. Condamné par la justice française à une amende et à des dommages-intérêts (un franc symbolique), le consul Graza demande alors à ce qu’il ne soit plus nommé agent consulaire à Montpellier (il le sera malgré tout) car l’incident le mettrait dans une mauvaise position vis-à-vis des autorités locales. Le consul précise à cette occasion qu’il ne met pas en cause la personne de Giardini jugé comme "méritant toute considération". M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 124.

81 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 271.

82 Bien qu’agent consulaire, Giardini ne peut dans le cas présent se prévaloir de la convention consulaire franco-italienne car celle-ci, dans son article six, ne fait bénéficier les agents consulaires de l’immunité que dans les cas de délits et non de crimes.

83 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 271.

84 Le Journal, 28 janvier 1939.

85 En application de la loi du 31 janvier 1926.

86 Beaucoup d’autres antifascistes seront frappés par la même sanction. Bolletino del ministero degli Affari esteri, 1926.

87 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

88 Souligné dans le texte.

89 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busia n° 144.

90 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busia n° 134.

91 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 155.

92 Ibid.

93 Le Patronato emigranti italiani a pour but de doubler l’action des agents du corps consulaire tenus à une certaine discrétion. Plus libres de leurs mouvements, les agents du Patronage ont pour mission de visiter les familles émigrées italiennes, de régler les litiges, de les assister, sans négliger de noter leurs opinions politiques. Ils constituent une sorte de police privée du consulat. MARCEL-REMOND (G.), L’immigration italienne dans le Sud-Ouest.

94 MAE, Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

95 L’aller en deuxième classe, le retour en troisième, précise une note du ministère italien des Affaires étrangères. MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

96 À charge pour le consulat de rembourser le Fascio.

97 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

98 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

99 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 118.

100 Ibid.

101 Tout est sujet à commémoration : l’entrée des troupes italiennes à Addis-Abeba, l’anniversaire de la création de Rome, de la marche sur Rome, de l’armistice de 1918, de la création des "Balilla" même ! Il faut également ajouter à ces commémorations toutes les manifestations sportives et culturelles (conférences, films, etc.)

102 D’autres "Casa degli Italiani" voient le jour dans différentes villes de la région. C’est le cas à Montauban en 1928.

103 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 205.

104 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

105 Ibid.

106 Ibidem.

107 Selon une note du consul Tamburini. M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta a° 197.

108 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

109 A.D. H.-G., 1960 W 85.

110 Le parti fasciste, le P.N.F. est créé au congrès de Rome en septembre 1921. Il résulte en fait de la transformation du mouvement des Faisceaux en parti politique.

111 BERSTEIN (S.) et MILZA (P.), L’Italie fasciste.

112 Ancien squadriste de Pérouse, il fit partie de l’état-major qui prépara la marche sur Rome.

113 WIEGANDT-SEKOUN (C.), op. cit..

114 Le statut des "Fasci all’estero" n’est défini par Mussolini qu’en 1928.

115 La marche sur Rome n’a lieu que fin octobre 1922.

116 Mussolini envoie bien, antérieurement à la création du consulat de Toulouse, un dénommé Curti, ancien parlementaire, en mission spéciale (de propagande) auprès de la colonie italienne de Tam-et-Garonne, mais il obtient peu de succès.

117 Paradoxalement, Mussolini est plus modéré que Bastianini, à qui il rappelle la nécessité de respecter les lois et habitudes locales, de ne pas se mêler des affaires politiques des pays d’accueil, mais plutôt de faire connaître les réalisations du gouvernement italien. Le Duce ne veut pas se voir reprocher, par le gouvernement français notamment, d’ingérence de ses nationaux dans les affaires locales.

118 SANTARELLI (E.), Storia del movimento e del régime fascista.

119 En 1927, le gouvernement fasciste crée 40 nouveaux postes consulaires et accroît de 103 le nombre de ses consuls.

120 Mussolini devra même apporter son concours financier personnel.

121 Un article de Camille Pellizi dans l’Epoca du 24 février 1925 donne un bon aperçu de l’état d’esprit des fascistes implantés à l’étranger : "nous avançons comme des sentinelles qui ont compris cette vérité [la fonction universelle du fascisme] presque épidermiquement et ont essayé de la répandre parmi nos camarades depuis des mois et des années".

122 Comelio Di Marzio de novembre 1926 à janvier 1928, Piero Parini à partir de 1928.

123 Les archives départementales de Haute-Garonne contiennent de nombreux rapports du préfet du département au ministère de l’Intérieur ou au Président du conseil, sur les agissements des représentants de l’Italie fasciste et des organisations antifascistes en Haute-Garonne.

124 Rapport du 30 décembre 1925 du commissaire spécial au préfet, A.D. H.-G., M 970.

125 MA. E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

126 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

127 A.D. H.-G., 1960 W 85.

128 En fait, le Faisceau de Toulouse regroupe non seulement la Haute-Garonne, mais aussi le Tarn, l’Ariège, l’Aude et les Pyrénées-Orientales.

129 Bollelino del Mimstero degli Affari esteri, 1931, p. 887 et s. .

130 WIEGANDT-SEKOUN (C.), op. cil..

131 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

132 Réflexion qui éclaire la philosophie de ces colonies de vacances organisées par les autorités fascistes. M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 191.

133 Ceux-d reviennent d’Italie en uniformes fascistes. À une époque où l’armée italienne n’a même pas assez de chaussures pour équiper ses hommes, cela laisse rêveur et permet de douter du bon sens du Duce.

134 Le but officiel de l’association est de "maintenir les liens de camaraderie entre les membres, de les assister dans tous leurs besoins, de consolider les liens avec les combattants français".

135 A.D. H.-G., 1960 W 85.

136 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

137 Une première participation de l’association à la commémoration de l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des Alliés, prévue pour le 23 mai 1926, n’a finalement pas lieu. Selon le consul, cela est dû à l’annulation de sa venue, pour mauvaises conditions de santé, par le député Ezio Maria Gray qui devait prendre la parole lors de la manifestation. Cependant, cette annulation tombe à point nommée car l’annonce de sa participation à la manifestation avait déclenché une campagne de protestations de la part des antifascistes locaux relayés par les autorités municipales toulousaines, ceux-ci lui reprochant d’être membre du parti fasciste et surtout, ancien partisan tripliste. M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 105.

138 L’armistice sur le front italien intervient le 3 novembre 1918 (et non pas le 11), faisant suite à la victoire du mois de juin sur le Piave et à l’offensive d’octobre contre l’Autriche.

139 La Dépêche de Toulouse, 12 novembre 1926. Voir également M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 105.

140 Victor-Emmanuel III, dont c’est également l’anniversaire.

141 Aumomer militaire italien.

142 L’Express du Midi, 12 et 13 novembre 1926.

143 Il Mezzogiorno, 13 novembre 1926.

144 Durant sa brève existence, il Mezzogiorno s’efforce d’inculquer l’idée que fascisme et Italie sont deux choses différentes, que les Italiens ne soutiennent pas le fascisme mais le subissent.

145 Il Mezzogiorno, 11 décembre 1926. Le Fascio toulousain dont la création aurait été annoncée à plusieurs reprises n’a pas de siège connu et des effectifs fantomatiques.

146 Le 31 octobre 1926, un attentat manqué contre Mussolini provoque de violentes attaques verbales du Duce contre la France et des émeutes antifrançaises dans toute l’Italie.

147 Le Midi Socialiste, 9 novembre 1926. Ce journal précise également dans son numéro du 15 novembre 1926, qu’il n’a envoyé aucun représentant au banquet de l’association italienne des anciens combattants, "ne voulant d’aucune manière cautionner cette manifestation fasciste" (décernant au passage une pique à La Dépêche, dont le délégué, présent, y prend même la parole, chose inadmissible aux yeux du quotidien socialiste).

148 Ibid.

149 Célébrée par Dom Gallo, aumônier de la colonie italienne.

150 Le préfet en personne assistera à la messe de novembre 1930 et 1933.

151 On note la présence du président de la Cour d’appel Coste à la cérémonie de 1928 et celle du recteur Dresch à celle de 1929.

152 Le Midi Socialiste, 2 novembre 1931.

153 L’Express du Midi, 2 et 4 novembre 1931.

154 A.D. H.-G., 1960 W 85.

155 BERSTEIN (S.) et MILZA (P.), op. cit.., p. 222.

156 Selon Bastianini, il y aurait 332 Dopolavoro à l’étranger en 1939.

157 Bolletino del ministero degli Affari esteri., 1927, p. 302.

158 Un rapport de police du 26 juillet 1938, précise que le Dopolavoro de Toulouse a organisé quatre sections sportives (ski, football, boules et tennis). Le club de football du Dopolavoro de Toulouse se forgera dans les années trente un brillant palmarès sportif. A.D. H.-G., 1960 W 14 et M.A.E., Rappresentanze diplomatiche. Francia, Busta n° 209.

159 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 205.

160 A.D. H.-G., 1960 W 85, recensement des associations étrangères par le commissariat spécial.

161 Le sport est l’objet de soins très attentifs de la part du gouvernement italien.

162 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 209.

163 Un compte rendu du rapport au congrès de Paolo Boselli, président de la Dante Alighieri en 1931, précise même que "dans certaines zones frontalières importantes, les livres sont envoyés en bon nombre, choisis avec soin et répondant toujours au but de porter un chaud souffle d’italianité". Bolletino del ministero degli Affari esteri, 1931, p. 890.

164 Ibid.

165 A.D. H.-G., 1960 W 13.

166 La déclaration de guerre à l’Allemagne en septembre 1939 et la proclamation de l’état de siège qui s’ensuit compliquent les activités de la Dante (et des autres associations italiennes) par l’obligation faite de demander un permis de circulation pour les Italiens non résidant à Toulouse ou dans ses communes limitrophes.

167 WIEGANDT-SAKOUN (C.), op. cit., p. 455.

168 Responsable du Doposcuola dans le ressort du consulat général de Toulouse.

169 Une chaire de langue et littérature italiennes est créée à l’université de Toulouse dans les années trente.

170 M.A.E., Annuario delle Scuole Italiane all’estero, 1940/41, p. 11.

171 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 308.

172 MARCEL-REMOND (G.), op. cit.

173 Francesco Frôla, avocat et ancien député de Turin.

174 Rapport du commissaire spécial au préfet du 14 décembre 1925. A.D. H.-G., M 970.

175 Ibid.

176 La justice italienne aurait envoyé une demande d’extradition à la France contre le directeur de la banque, demande retirée contre sa démission et la faculté donnée à l’Ambassade d’Italie à Paris de nommer le conseil d’administration.

177 Un article du Corriere délia Sera du 3 mars 1932, signale qu’à cette date l’action des créanciers n’a toujours pas abouti.

178 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 167.

179 MARCEL-REMOND (G.), op. cit. .

180 Ces deux photographies démontrent l’efficacité de la sûreté toulousaine et l’importance que doit revêtir pour elle la surveillance des faits et gestes des représentants italiens, puisqu’elle se livre en l’affaire à un véritable travail d’espionnage.

181 Ce qui contribue à attester l’intérêt qu’il manifeste au district consulaire toulousain.

182 A.D. H.-G., M 970.

183 La banque est incontestablement étroitement liée au fascisme car, en 1927, lors de la souscription du prestito nationale del Littorio, prêt émis par le gouvernement de la péninsule pour la "revalorisation de la lire, l’équilibre des finances de l’Etat et pour la grandeur de la Patrie", les sommes versées par les émigrés italiens de la région transitent par cette banque. M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 118.

184 A.D. H.-G., 1960 W 85.

185 M.A.E., Rappresentanze diplomatiche, Francia, Busta n° 118.

Auteur

Doctorant, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université des sciences sociales de Toulouse

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search