Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

L’émigration italienne en France : l’exemple du sud-ouest de 1920 à 1939

Aimé Mucci

Texte intégral

  • 1 ROUCH (Monique) et MALTONE (Carmela), Comprar un prà des paysans italiens disent l’émigration (1920 (...)

1Le phénomène migratoire, au cours des XIXe et XXe siècles, revêt dans les pays occidentaux une importance particulière. Son étude permet d’affronter des problèmes historiques, socio-linguistiques, anthropologiques ou littéraires. En France, dans plusieurs universités, des équipes de recherche s’intéressent à ces questions, des enquêtes sont effectuées, des ouvrages sont publiés1.

2L’émigration italienne, commencée vers 1860 et achevée environ vers 1980, est l’une des plus importantes pour le nombre et la durée ce qui lui permet de représenter une sorte de prototype. À bien des égards les éléments qui la caractérisent peuvent s’appliquer à d’autres pays. L’objet de notre article concerne les émigrés italiens venus dans le sud-ouest de la France mais avant de procéder à notre analyse il nous semble nécessaire d’évoquer les grands moments de ce mouvement.

Bref rappel historique

  • 2 Nous avons le Royaume de Piémont-Sardaigne, la Lombardie-Vénétie, occupées par l’Autriche, les Etat (...)
  • 3 Ouvriers sans qualification qui n’ont que leurs bras pour travailler
  • 4 Pour les paysans, le mois du blé était le plus difficile car presque toujours le blé de la récolte (...)

3Avant l’unité qui a lieu de 1860 à 1870, l’Italie est formée de petits États2. Ceux-ci ne connaissent pas la prospérité mais comme ils n’ont pratiquement pas d’armée à entretenir, de grandes infrastructures à réaliser ni d’industrialisation à effectuer en raison de l’absence de matières premières, les impôts ne sont pas très élevés. S’ils ne connaissent pas la prospérité, la pauvreté reste dans les limites du supportable. Dans le Mezzogiomo qui est encore soumis à un régime semi-féodal, les gros propriétaires retiennent sous leur autorité les paysans et les braccianti 3qui travaillent leurs terres. Presque chaque année, ils leur avancent le peu de blé qui leur permet de gravir la "lunga costa di maggio"4.

4Avant l’unité certes existe l’idée de l’émigration, ce "long sentier migratoire" tracé par des pionniers plus ou moins légendaires.

5Pour les Piémontais, il s’agit d’ouvriers saisonniers qui franchissent les Alpes pour venir en Provence, de mai à décembre, afin d’aider aux récoltes du blé, aux vendanges ou à la cueillette des olives. Les habitants du nord-est de l’Italie se dirigent vers les plaines allemandes, parfois jusqu’en Pologne. Les plus forts exercent le métier de colporteur et vont vendre les produits de l’artisanat local. D’autres plus aventureux se dirigent vers les côtes septentrionales d’Afrique et même vers les pays de la Plata.

6En Égypte, en 1820, il y a plus de 6 000 Italiens et l’italien est la langue officielle pour le service postal. En Tunisie, en 1870, on compte plus de 9 000 Transalpins. Le nombre de ceux qui se dirigent vers la France va croissant. C’est ainsi qu’à Marseille la communauté italienne est très importante. En 1870, sur une population de 200 000 habitants, 30 000 sont des Italiens, et en 1881 ce nombre passe à 57 900 pour une population de 360 000 personnes. La classe ouvrière est représentée dans tous les corps de métiers : maçons, marbriers, tailleurs de pierres, sculpteurs sur bois, pêcheurs, maraîchers-laitiers, ouvriers des tuileries, des savonneries, des huileries, des moulins à blé et des sucreries. Les Italiens s’installent facilement dans cette ville d’accueil et en pleine expansion, le commerce et l’industrie y sont très actifs.

7Les employeurs comme les travailleurs y trouvent leur compte. Dans les usines, les fabriques, leur activité sociale est débordante, ils créent les premiers noyaux d’union syndicale et les premières mutuelles pour mieux se garantir contre les maladies, les accidents du travail, la vieillesse. Les notables de la communauté italienne de Marseille contribuent à l’essor économique de la cité. Ce sont des négociants, des armateurs, des industriels, des artisans, des artistes, des musiciens. En 1864, ils créent la Société italienne de bienfaisance, institution qui apporte toute son aide aux immigrés en difficulté.

Les débuts d’un grand exode.

8Après les années 1860-1970 et l’unité italienne, les progrès de la science entraînent une forte diminution de la mortalité, surtout infantile provoquant une augmentation démographique importante. Le jeune État italien a besoin de beaucoup d’argent pour doter le pays des infrastructures indispensables et développer l’industrie. L’agriculture doit supporter le poids fiscal de ces efforts. Les habitants des régions pauvres sont obligés d’aller chercher ailleurs les moyens de subsistance.

9Au même moment, les pays d’Europe comme la France, l’Allemagne, la Suisse ou bien des Amériques comme les États-Unis, l’Argentine ou le Brésil ont un besoin important de main-d’oeuvre. Les États-Unis, par exemple, envoient des "sergents recruteurs" dans les villages déshérités du Mezzogiomo pour inciter les paysans pauvres à émigrer. Des affiches alléchantes font rêver les candidats au départ.

10Le phénomène migratoire est officiellement encouragé par les autorités. L’Italie qui n’a pas de produits à exporter se doit d’exporter des bras, pense-t-on, dans les sphères gouvernementales. Les économies, les fameuses rimesse, que les émigrés ne manqueront pas d’envoyer dans leur pays, constitueront un apport important pour les finances publiques. Les départs massifs constituent également un moyen de réduire les tensions sociales qui, dans les villes en particulier, commencent à se manifester.

  • 5 VEGLIANTE (Jean-Charles), Gli lltaliani all’estero, Circe, Paris 1981.

11C’est ainsi que les vallées alpines de Lombardie ou de Vénétie et peu à peu du centre, du sud, de la Sicile et de la Sardaigne voient le nombre de départs augmenter à un rythme soutenu. En un peu plus d’un siècle, vingt-huit millions de personnes quittent leur pays natal ce qui, pour un pays qui, en 1871, compte vingt-six millions d’habitants constitue un chiffre particulièrement élevé. De ces vingt-huit millions, dix-huit millions tôt ou tard (chiffre très approximatif), rentreront chez eux alors que dix millions sont épars à travers les cinq continents. L’exode le plus massif se situe autour des années 1900-1910. Pendant la seule année 1913 les départs atteignent le chiffre impressionnant de 873 0005.

12Même si elle est régulière, l’émigration italienne connaît trois grands moments.

13De 1970 à 1913, le courant migratoire est particulièrement important vers les Amériques : Argentine, Brésil et surtout États-Unis. S’il marque un temps d’arrêt pendant la première guerre mondiale il reprend en 1919 mais les destinations ne sont pas exactement les mêmes.

14Les États-Unis préoccupés par des arrivées en masse d’Asiatiques mettent un frein à l’émigration ; les restrictions s’appliquent également aux Européens et donc aux Italiens. Le Brésil en bute à la crise du caoutchouc, du café et du coton fixe un quota. C’est donc vers les pays européens qui doivent réparer les dégâts causés par la Grande Guerre et remettre en marche leur économie, que se dirigent les Italiens.

15Le troisième mouvement, qui se produit de 1945 à 1970, n’a pas les mêmes caractéristiques que les deux précédents car il s’effectue selon trois grands axes : de la campagne vers les villes et surtout du sud vers le nord de l’Italie qui est en train de vivre "le miracle économique", enfin de l’Italie vers les pays européens (Allemagne, Angleterre, France et surtout Suisse) et transocéanique. Ce dernier mouvement qui perdure jusqu’à la fin des années 1960 se dirige vers l’Amérique du Sud (Argentine, Brésil) et vers l’Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande).

16Très souvent, cette émigration n’est que temporaire et nombreux sont ceux qui, après cinq ou dix ans, reviennent en Italie en plein essor économique. Les connaissances acquises à l’étranger permettent à ces émigrés revenus au pays, de trouver facilement un emploi, d’ouvrir un négoce ou même de créer une entreprise. De nombreux districts industriels se sont développés grâce au retour de ces travailleurs.

Le flux migratoire italien vers la France

17À la fin du XIXe siècle, la France souffre d’une pénurie de bras au moment où elle veut s’assurer le contrôle d’un vaste empire colonial. Ses besoins sont accentués par le développement industriel.

  • 6 Dans ce pays, les incidents sanglants où sont victimes les émigrés italiens sont nombreux. Ceux-ci (...)

18La complémentarité démographique et le décalage de développement entre la France et l’Italie donnent naissance à un flux migratoire continu favorisé par la facilité des communications, la parenté de la langue et de la civilisation. Ce sont plus de 20 000 Italiens qui assurent l’essentiel des vendanges et des travaux horticoles en Provence, mais ce chiffre selon l’historien Pierre Milza doit être porté à un minimum de 30 000 compte tenu de leur présence concomitante dans les marais salants, les oliveraies ou le secteur des travaux publics et du bâtiment où la réputation du terrassier et du maçon italiens ne sont plus à faire. Même si elle ne suscite pas des mouvements xénophobes aussi violents qu’aux États-Unis6 où les assassinats et les lynchages d’Italiens sont fréquents, cette présence donne lieu à des campagnes de presse violentes et racistes.

Les tensions suscitées par la présence italienne

  • 7 CUBERO (José), Nationalistes et étrangers Le massacre d’Aigues-Mortes ; Imago, Paris 1996.

19Depuis les années 1880, la progression des idées protectionnistes en France, devient de plus en plus manifeste. Tous les projets de loi qui se sont succédé en rafale pour protéger le travail national ont échoué. Leurs partisans s’insurgent qu’on ne veuille pas préserver le travail des ouvriers français astreints au service militaire, au paiement des impôts face à la concurrence des immigrés jugée déloyale, alors que l’on protégeait les blés et les moissons. La question des étrangers émerge et le socialiste Jules Guesde luimême, faisant fi de toute notion de solidarité internationale, dénonce dans ses éditoriaux du Cri du Peuple, "les barbares ou nouveaux Sarrasins qui volent le pain des Français et qui campent comme une armée en pays ennemi"7.

20De larges secteurs de la presse, qu’il s’agisse de L’Intransigeant, de l’Autorité ou du Petit journal, donnent des Italiens une image foncièrement négative. Ces ouvriers qui, particulièrement soumis, volent le travail national en acceptant des tâches au rabais, sont aussi ceux qui, animés d’un esprit bagarreur, n’hésitent pas à tirer promptement le couteau dans des rixes qui les opposent à leurs homologues français. Le Petit marseillais ira jusqu’à traiter les Transalpins de "vipères lubriques".

21Les tensions remontent aux années 1860 lorsque la France prend la défense du Pape contre l’État italien qui veut s’emparer de Rome ; elles sont accentuées au début des années 1880, lorsque la France obtient le protectorat de la Tunisie convoité par les Italiens. Ces tensions atteignent leur paroxysme, lorsque l’Italie reconnaît publiquement en 1888, sa place d’alliée aux côtés des centraux et que de surcroît s’instaure de part et d’autre des Alpes une véritable guerre commerciale. Le climat se détériore encore lorsque, le 24 juin 1894, le Président français Sadi Carnot est victime à Lyon d’un attentat perpétré par un Italien anarchiste, Santo Caserio.

  • 8 CUBERO (José), op. cit.

22De 1915 à 1918, l’Italie participe à la Grande Guerre aux côtés de la France et de l’Angleterre et ses pertes s’élèvent à 634 000 morts et à plus d’un million de blessés. Malgré cela une certaine presse continue à s’insurger contre les émigrés italiens : "ces envahisseurs, ces nomades sans famille et sans contrôle qui contribuent à la perversion de nos moeurs. Invasion donc, comme on pouvait s’y attendre faussement pacifique, invasion insidieuse qui grangrène l’ensemble du corps social et qui ouvre la voie à l’inquiétude”8.

  • 9 José CUBERO, op. cit., p. 248.

23Lors de la crise de 1929, Léon Béraud dans Gringoire amalgame tous les fantasmes ; "par toutes nos routes d’accès, transformées en grands collecteurs, coule, écrit-il, sur nos terres une tourbe de plus en plus grouillante, de plus en plus fétide, c’est l’immense flot de la crasse napolitaine, de la guenille levantine, des tristes puanteurs slaves, de l’affreuse misère andalouse... Sommes-nous le dépotoir du monde ?"9 Les Italiens, ces macaronis ou ces ritals, accumulent sur leurs têtes toutes les manifestations d’une xénophobie qui met en jeu les relations franco-italiennes.

Le drame d’Aigues-Mortes

24La récolte des sels mais aussi les vendanges qui lui font suite, commencent à attirer une population flottante et saisonnière de plus en plus importante. Elle anime bien sûr le commerce local et fait vivre une foule de cabaretiers, d’aubergistes, de tenanciers d’estaminets mais en même temps elle provoque l’inquiétude grandissante des autorités locales.

25Comme tous les ans, les ouvriers transalpins ont entrepris de concert et dans le cadre d’équipes souvent constituées sur une base nationale, les rudes travaux de la récolte des sels. C’est alors que les 16 et 17 août 1893, la Compagnie ayant embauché 600 Italiens et seulement 150 Français, des affrontements ont lieu qui tournent à la tuerie. Sept ouvriers italiens, d’après les rapports officiels, sont tués dans les salins d’Aigues-Mortes. Un huitième succombe des suites de ses blessures quelques jours plus tard. En dépit des efforts désespérés des forces de gendarmerie dépêchées dans l’urgence, rien ne peut contenir une fureur homicide qui prend l’allure d’une chasse à l’italien et qui, si l’on en croit le Times de Londres, porte le nombre réel des victimes italiennes à cinquante morts et à cent cinquante blessés.

26À Aigues-Mortes, malgré l’autorité militaire qui a, par son inertie, une indéniable responsabilité dans le massacre des Italiens, les gendarmes et les autorités départementales s’efforcent dans la limite de leurs moyens, d’en circonscrire les funestes effets. Lors du procès intenté aux meurtriers présumés, le ministère public fait incontestablement son devoir en dépit du verdict d’acquittement prononcé par les jurés de la Cour d’assises d’Angoulême. Quant au préfet du Gard, il n’hésite pas en 1894 et 1895 à réquisitionner la troupe et à mettre Aigues-Mortes en état de siège afin d’assurer la liberté du travail dans une ville que les Italiens évitent pendant de nombreuses années. Les événements d’Aigues-Mortes, au-delà de leurs répercussions locales et indépendamment de leur portée internationale nous révèlent ce que sont les passions d’une époque mais aussi le nature de mécanismes d’exclusion qui perdurent tout au moins en partie.

L’émigration italienne dans le sud-ouest de la France

27Déjà, avant la première guerre mondiale plusieurs départements du sud-ouest comme le Gers, le Tam-et-Garonne, ou le Lot-et-Garonne se sont fortement dépeuplés. Les combats de la première guerre mondiale qui provoque de véritables hécatombes de soldats accentuent le dépeuplement de ces départements qui ont perdu de 20 à 30 % de leurs habitants. Ce sont les émigrés étrangers, Espagnols, Portugais et surtout Italiens qui combleront ces vides par. une émigration organisée.

28En 1921, dans ces départements, les Italiens sont pratiquement absents (moins de 3 000) alors que cinq ans plus tard, on en compte plus de 35 000, c’est-à-dire au moins 10 000 de plus par an. En 1936, leur nombre s’élève à 83 462. Dans ces régions, sur cent étrangers on compte 41 Italiens et 35 Espagnols. Les Transalpins savent travailler la terre et pratiquer l’irrigation et puis la France manque de bras et d’enfants. L’appel aux étrangers est un "mal nécessaire” du point de vue démographique et économique.

Comment les Italiens sont-ils perçus ?

29Le journaliste Marcel Rémond écrit à propos des Italiens : "Si l’on s’en tient au domaine économique l’immigration italienne apparaît pour la Gascogne comme un bienfait et une source de richesse mais il ne faut pas hésiter à la condamner s’il est établi qu’elle présente un danger pour la sécurité nationale.

  • 10 Comment peut-on avoir un jugement objectif, pour des gens qui sont dans leur grande majorité analph (...)

30D’une façon générale ces immigrés sont jugés bons travailleurs, dociles, respectueux et dévoués, sobres, assez propres. "Il faut faire une distinction entre les Italiens qui viennent du nord et ceux qui viennent du sud. Ces derniers sont plus nonchalants, plus nomades et moins propres que leurs compatriotes de Nord"10. Ceux-ci au contraire sont actifs et robustes, vifs et intelligents. Très dociles, ils observent scrupuleusement les recommandations qui leur sont faites. Peu lettrés mais très religieux, ils ont en général la morale de leur religion. Pour la plupart d’entre eux, le mot d’ordre semble être : "travailler et se taire".

Les caractéristiques des Italiens venus dans le sud-ouest

  • 11 MUCCI (Aimé), Le Nord-Est italien, un exemple pour l’Europe ?, Éditions universitaires du sud, Toul (...)

31Actuellement le sud-ouest compte environ 600 000 personnes d’origine italienne. La plus grande partie est originaire du Triveneto, région qui comprend la Vénétie, le Trentin Haut-Adige et la Vénitie Julienne. Si le Triveneto constitue de nos jours un ensemble qui est l’un des plus prospères et dynamiques d’Italie et même d’Europe11 au début du XXe siède la misère y était grande. De cette partie de l’Italie qui compte 6 467 000 habitants, 5 490 000 ont dû émigrer dans les diverses parties du monde en Europe, certes, mais aussi en Amérique du sud, Argentine et Brésil, en Australie ou dans d’autres pays.

  • 12 Bonifiées ce sont aujourd’hui, grâce surtout à l’irrigation des plaines particulièrement fertiles.
  • 13 La culture du maïs dont la farine permet de faire la polenta constituait l’essentiel de l’alimentat (...)

32Le nord-est italien, formé de hautes montagnes, de collines et de vallées souvent marécageuses12 est une zone avant tout agricole où l’élevage, la culture du maïs13, celle des vignes et l’arboriculture constituent l’essentiel des activités. La culture du mûrier jadis prospère, est actuellement pratiquement inexistante. Les familles, très nombreuses, ont du mal à subvenir à leurs besoins et l’émigration est la seule issue possible pour espérer avoir des conditions meilleures.

33À la fin du premier conflit mondial, l’Amérique ne pouvant plus être la terre promise, c’est vers l’Europe et surtout la France que vont se diriger les candidats au départ. Ces hommes et ces femmes savent tous travailler la terre. Après un bref séjour, pour certains, dans les mines de l’est et du nord (où ils ont souvent des parents ou des amis) ils se dirigent vers les départements de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine où le travail des champs ressemble de très près à celui de leur terre natale.

34Les zones où ils se dirigent manquent de bras car les jeunes qui restent après le dépeuplement de la fin du XIXe siècle, sont presque tous morts à la guerre et ceux qui ont réussi à revenir ne veulent plus exercer le métier de paysan. Dans ces fermes exploitées par de vieilles personnes, les Italiens vont travailler comme métayers, fermiers, ouvriers agricoles et domestiques. Tous ne sont pas très pauvres, comme cela se produit pour d’autres régions. Certains disposent d’un petit capital qui leur permet d’accéder à la propriété ; ils viennent alors avec leur propre matériel agricole, des animaux et parfois quelques meubles. Nombreux sont ceux qui, après plusieurs années de travail et d’économies, ont pu accéder à la propriété.

Les principales difficultés

  • 14 Connaissant mal la région, ne sachant pas parler le français, ils sont souvent trompés par des gens (...)
  • 15 Une émigrée nous disait un jour les difficultés qu’elle avait eus chez l’épicier pour acheter des a (...)

35La vie de ces personnes n’est pas facile. Émigrer, c’est tout quitter, maison, parents et amis, c’est affronter l’inconnu. L’émotion du départ n’est pas la même pour tous. Souvent, les hommes sont déjà partis à l’étranger pour travailler ou sont déjà venus dans le sud-ouest pour choisir la ferme ou signer le contrat14. Les femmes et les enfants, eux, n’ont jamais quitté leur région, voire leur village. Ils découvrent soudain le train, la frontière, la mer, la France, la langue française. Ah cette langue ! À la messe, impossible de comprendre le sermon du curé et chez l’épider pour se faire comprendre, il faut montrer du doigt l’objet désiré au risque d’acheter un verre de moutarde au lieu d’un pot de confiture15.

36Les femmes, vivent enfermées chez elles ou sont obligées de participer aux travaux des champs. Certes, à cette époque les femmes françaises ont à bien des égards des vies similaires, mais elles ne souffrent pas, comme les Italiennes de la transplantation qui les a, tout d’un coup, exclues de la vie villageoise à laquelle, jusque là, elles participaient pleinement. À cette époque en Italie, la vie se concentre dans les villages ou les hameaux, et les fermes sont rarement éparses et isolées dans les campagnes.

37Même si toute la famille a reconnu l’utilité de quitter l’Italie, l’émigration est la décision du père. Les femmes plus âgées se trouvent à l’écart de la vie sociale. Résignées, elles mènent une vie de recluses, rythmée par les tâches ménagères puisque, même à la messe, elles ne comprennent que ce qui est dit en latin. Des déséquilibres se créent au sein des familles. Le père est touché par la perte de son autorité. Ce sont les enfants qui apprennent rapidement le maniement de la langue française qui les remplacent dans les transactions et dans la tenue des comptes.

  • 16 ROUCH (Monique), "cumpar un prà ", op. cit.
  • 17 Au lieu d’espacer les pieds de 1m 40, les Italiens ne les espacent que de 70 centimètres.

38Un sentiment d’infériorité les animera parfois pendant toute leur vie. "Lorsque nous sommes arrivés en France, dit l’un d’eux, nous avons subi diverses petites humiliations parce que nous étions plus pauvres que les Français ; nous avions vraiment besoin de travailler et de faire attention. Nous ne pouvions pas dépenser et puis nous étions des étrangers qui arrivaient presque comme des intrus. Nous avions l’impression d’avoir des devoirs et nous ne prétendions à aucun droit. Nous étions très appréciés pour notre volonté, notre capacité de travail et pour notre honnêteté, nous avons dû conquérir l’estime de la population par notre conduite et par notre travail. Nous étions des étrangers et si nous avons été presque toujours bien accueillis c’est parce que nous avions quelque utilité. Nous avons apporté une main d’œuvre précieuse"16. Appréciés et utiles au pays, les Italiens du sud-ouest ont rendu la prospérité à ces départements en augmentant le rendement de la terre grâce à l’utilisation du brabant pour les labours et en doublant la productivité du maïs17. Les Italiens n’en restent pas moins des étrangers, c’est-à-dire en quelque sorte des individus de deuxième catégorie.

39Avec les personnes âgées, ce sont les célibataires qui souffrent le plus, car ils se sont trouvés dans une situation d’exclusion, d’où le désir soit de repartir soit d’aller prendre femme au pays. On assiste souvent à des mariages arrangés par les parents ou par les connaissances restées en Italie. Dans les meilleurs des cas, la fiancée sera une voisine qu’on a connue enfant. La jeune promise n’a qu’à obéir à la volonté des hommes qui voient dans le mariage des filles ou des soeurs une solution partielle à la misère dans laquelle ils se débattent.

40Les mariages mixtes posent de gros problèmes. Au début, les jeunes gens doivent affronter le refus presque unanime des parents italiens mais également des Français. Ce fait est vécu comme un attentat qui touche à la descendance et au patrimoine, à la race symbolisée par le nom si une Française épouse un Italien. Dans ce domaine, les Italiens ont été la cible de rebuffades, d’affronts, d’humiliations d’abord parce qu’ils étaient immigrés et que cela semblait une audace inacceptable de jeter les yeux sur une Française et parce qu’ils transmettaient un nom étranger. L’hostilité d’un grand-père autoritaire et obstiné a été l’un des points les plus douloureux qui aient été vécus.

41L’émancipation heureusement réussie des enfants a fini par vaincre le destin contraire, il n’en reste pas moins que ces faits démentent l’image de l’intégration facile des Italiens. Ces comportements montrent que le vécu du "sang mêlé" d’une population étrangère, si proche soit-elle culturellement du pays d’accueil, doit assumer une série de réactions de rejet, qui, sous des aspects et des degrés qui lui sont propres, sont le fait de toute immigration.

42Parmi tous ces obstacles, le problème de la langue est l’un des plus importants. Dans le sud-ouest, la multiplicité des dialectes (frioulan, vénitien, bergamasque...), leur variabilité, leur diversité obèrent fréquemment la communication jusqu’à la nécessité d’avoir recours au français plutôt qu’à l’italien. À l’arrivée en France, l’apprentissage du français et les contacts journaliers avec les dialectes occitans parlés dans les campagnes ne font qu’aggraver la situation. On comprend dès lors que les personnes les plus âgées aient pu s’enfermer dans une sorte de ghetto.

  • 18 Auteur de Gli Italiani all’estero " op.cit.

43Les immigrés provenant du nord-est de l’Italie n’ont pas au fond d’eux-mêmes ce sentiment de "fidélité linguistique" que donne la possession d’une langue nationale unanimement partagée. Comme le dit si bien monsieur Vegliante18, "on peut parler d’une faiblesse de la langue des Italiens en France malgré leur présence massive, et le sud-ouest est typique à cet égard, qui expliquerait non seulement l’absence d’une langue de l’immigration, mais aussi de l’abandon relativement rapide de l’italien et des dialectes de la part des immigrés. Étant donné la force du nivellement linguistique de l’école française, le créneau très étroit de l’enseignement de l’italien en France en général et en Midi-Pyrénées en particulier, contribue à une déperdition culturelle que l’on peut déplorer. C’est en particulier le cas des jeunes de la troisième génération qui abordent une zone de calme, au-delà des crises de l’intégration, où la conscience de l’identité française enfin acquise va de pair, sans complexes avec un intérêt croissant pour leurs racines.

44Si les anciens et les représentants de la deuxième génération redoutaient les aspects négatifs du dialecte parlé en famille et même de l’italien, pour les jeunes, c’est un attachement d’ordre affectif qui les unit encore profondément à la culture et de façon primordiale à la langue de leur enfance.

Une colonie à part : les bûcherons-charbonniers des forêts tamaises et en particulier de la forêt de Grésigne19

  • 19 L’association TALVHRA 81170, Cordes, en collaboration avec les derniers charbonniers vivants et ave (...)

45Sur les collines toscanes de la commune de Pistoia au nord de Florence, la population était nombreuse et le travail insuffisant. Pour faire vivre leur famille, les hommes exerçaient le métier de bûcheron-charbonnier. Le charbon de bois était alors une matière première indispensable aux besoins domestiques mais aussi industriels. Cette activité était répartie sur deux moments de l’année ou "campagnes”. D’octobre à mai, ces hommes allaient dans les bois des collines ou des basses terres comme les "maremme" toscanes infestées de malaria en été. Après quelques jours passés à la maison avec leurs familles, ils repartaient de juin à fin septembre sur les montagnes des Apennins, des Abruzzes ou de Calabre.

  • 20 Sorte de bouillie faite à partir de la farine de maïs.

46Le travail était organisé de la façon suivante : un marchand de charbon en gros achetait plusieurs dizaines d’hectares de forêt à exploiter. Un de ses contremaîtres allait dans les bourgs et les hameaux perchés sur les collines entourant Pistoia et formait des équipes (souvent les mêmes) de trois ou quatre hommes, presque toujours parents ou voisins. L’un d’eux, le "meo" était un enfant d’une dizaine d’années chargé des corvées compatibles avec ses forces physiques : aller chercher l’eau de source potable, faire la "polenta"20, couper des morceaux de bois pour les besoins de la charbonnière.

47Ces hommes vivaient dans une hutte faite de bois et de branchages recouverte de mottes de terre. Ils dormaient tout habillés sur des feuilles sèches, de la fougère ou de la mousse. La "polenta" et un peu de fromage de brebis constituaient leur seule nourriture. Ils étaient obligés de vivre à l’intérieur de la forêt car la charbonnière, une fois allumée, exige une surveillance constante. Pendant toute la "campagne", ils ne voyaient âme qui vive à l’exception des compagnons de travail.

48Les femmes elles, restaient à la maison où elles gagnaient quelques sous en réalisant des broderies pour les grands magasins de Florence. Les plus âgées, devenues moins habiles, faisaient des tresses avec de la "paille d’Italie" qui étaient utilisées pour confectionner des sacs pour dames ou des chapeaux.

49Les coupes de bois à exploiter commençant à manquer, ces équipes ne se limitent pas au continent italien mais se rendent aussi en Sardaigne, en Corse ou en Afrique du nord. Avec les années 1920, la France manque de bras et les charbonniers français délaissent de plus en plus ce métier. Les Toscans franchissent alors la frontière française pour venir exercer leur métier dans les forêts du Cantal d’abord et du Tarn ensuite et en particulier en forêt de Grésigne et dans les bois environnants. Certains reviennent à leur activité première après une expérience dans les mines du nord ou de l’est.

50Le principe est toujours le même, cependant cette fois, ils ne s’installent pas seulement pour quelques mois mais pour des durées beaucoup plus longues et passent souvent un an ou deux sans revoir leur famille. Le travail est rude, les outils, parfois importés d’Italie, sont rudimentaires et se limitent à des haches, des serpes, des pioches, des sdes à main. Leur vie est difficile et leur nourriture toujours aussi frugale si ce n’est que le pain a remplacé la "polenta". Leur seule distraction est de se rendre le dimanche après-midi, à pied ou à bicyclette au village voisin de Bruniquel, de Montmiral ou de Vaour pour se retrouver entre Italiens autour des chopines de bière. L’hôtel du Parc à Vaour était l’un des endroits les plus fréquentés.

51Avec les années 1930, la vie de la plupart de ces hommes va changer. Ceux qui sont mariés, au lieu de se rendre en Italie, chose de plus en plus difficile à cause du régime fasciste qui est hostile à l’émigration et qui veut la réduire, font venir leurs familles. Ils continuent à vivre dans des cabanes mais améliorées par des planches ou du carton goudronné et les épouses peuvent disposer d’un poêle pour faire un peu de cuisine.

52Pendant ces années-là de véritables petits hameaux de cabanes se sont constitués en forêt de Grésigne. Leurs habitants se connaissent tous puisqu’ils sont parents ou amis et proviennent des mêmes villages de Toscane. Le dimanche, ils s’invitent pour préparer des plats italiens à base de pâtes. Ils ne sortent pratiquement jamais de leur forêt car le boulanger, l’épicier ou le boucher viennent leur livrer les produits à domicile.

53Ces émigrés éprouvent les mêmes difficultés que les paysans de la vallée de la Garonne mais leur isolement est plus grand encore. Pas de messe pour les femmes qui, souvent, ne savent même pas monter à vélo, pas de possibilité de faire des progrès dans l’apprentissage de la langue française puisqu’elles ne voient presque jamais un Français si ce n’est les commerçants qui viennent une fois par semaine.

54Ce sont certainement les femmes qui souffrent le plus de solitude. En Italie, elles avaient des amies et participaient à la vie de leur village, elles vivaient dans des maisons et non dans des cabanes. En France, les aiguilles à coudre ou à broder ont laissé la place à la serpe car elles doivent aider leur mari dans le travail des bois.

55Les célibataires se rendent le dimanche à bicyclette aux fêtes de village mais il leur est difficile de nouer des liens avec les jeunes Français ou Françaises. Quelques mariages mixtes ont cependant lieu mais le mariage entre fils d’émigrés à leur préférence. Les enfants sont scolarisés mais ce n’est pas très facile pour eux non plus car, tous les jours, ils doivent faire plusieurs kilomètres à pied pour se rendre à l’école et revenir chez eux. La situation évolue cependant. Lorsque, au lieu de la forêt de Grésigne, ces hommes exploitent des bois situés aux alentours, de vieilles maisons abandonnées remplacent les cabanes, ce n’est certes pas parfait mais c’est toujours mieux.

  • 21 Le 7 novembre 1940, une vente aux enchères publiques de coupes en forêt de Grésigne a lieu à la pré (...)

56La France terre d’accueil est aussi terre de liberté. Presque tous ces charbonniers qui travaillaient pour un patron ont pu s’inscrire au registre du commerce et devenir de petits artisans indépendants. Ils se sentaient libres et ne sont pas malheureux malgré des conditions de vie difficiles et quelques rebuffades21.

L’évolution sociale des émigrés italiens

57La coupure de la deuxième guerre mondiale a tout fait basculer. En juin 1940, quelques émigrés rentrent en Italie mais la grande majorité, dont un assez grand nombre a pris la nationalité française, reste et mène une existence normale. Ceux qui ont fui l’Italie fasciste et les fils de ceux qui ont participé aux luttes paysannes en Italie à la fin de la première guerre mondiale, entrent dans la résistance française. Presque tous ont vécu le conflit avec une très forte gêne, oubliés par leur patrie qui a déclaré la guerre à leur pays d’accueil. Ils vivent dans l’ombre mais rencontrent une certaine hostilité, un sentiment d’injustice puisqu’ils sont à l’abri des dangers de la guerre et du S.T.O.

58Après le 8 septembre et la capitulation de l’Italie, les Allemands réquisitionnent les hommes jeunes pour les envoyer travailler dans l’organisation Todt qui construit le mur de l’Atlantique ; nombreux sont alors ceux qui rejoignent leurs camarades résistants français. Les bouleversements dus à la guerre ont fait évoluer les mentalités et les immigrés italiens sont définitivement intégrés. Leur condition matérielle a changé. Grâce à leur ardeur au travail, à leur courage, à leur volonté, les métayers de jadis sont devenus les propriétaires de leurs terres. Souvent ils ont constitué dans la plaine de la Garonne des domaines florissants. D’autres sont devenus des commerçants importants ou même des petits industriels. Ils occupent des postes de responsabilité dans l’économie française. Les enfants d’immigrés ont poursuivi leurs études, sont devenus fonctionnaires et ont souvent des postes importants dans l’administration ou ailleurs. D’autres enfin, attirés par la vie publique, occupent des fonctions électives. Plusieurs d’entre eux sont devenus les maires ou les conseillers municipaux de leur commune.

59Les bûcherons-charbonniers des forêts du Tarn, qu’ils s’agisse de la Grésigne ou de la Montagne noire, ont dû se reconvertir. Le charbon de bois traditionnel appartient au passé. Ceux qui n’ont pas voulu abandonner complètement la profession ne font plus du charbon mais ont monté des scieries et sont devenus eux aussi de petits industriels. D’autres ont acheté des fermes et font les agriculteurs ; il y en a même qui sont devenus des restaurateurs ou des commerçants. Quant à leurs enfants, certains ont poursuivi leurs études et effectuent leur carrière dans l’administration ou l’enseignement.

60De 1945 à la moitié des années 1950, nous assistons à une nouvelle arrivée d’immigrés provenant du nord-est italien. Cette venue est favorisée par les besoins de main-d’œuvre dans les villes et les campagnes françaises mais aussi par le fait qu’ils retrouvent des parents, des amis ou des gens originaires de leur région natale. Ils n’ont pas à affronter les même difficultés que leurs aînés. Les problèmes qui se posent à l’émigration italienne sont aujourd’hui ceux d’autres ethnies. Cependant, quelles que soient l’évolution sociale et les réussites matérielles, surtout chez les femmes et chez les plus anciens, il reste toujours au fond de leur coeur un brin de nostalgie pour le pays qu’ils ont dû quitter.

  • 22 SALAMONE (Maria), L’Emigrante, in VEGLIANTE (J.C.), GH Italiani all’estero, Circe, Sce Publications (...)

61En guise de conclusion nous nous permettons de citer un petit poème de Maria Salamone22 qui exprime bien la pensée profonde de nombreux Transalpins.

L’emigrante

Tra ricordi, speranze e pene,
Lasciando dietro a sè
Un cuor che gli vuol bene,
Colmo di sogni e di chimere,
Va via l’emigrante
Verso terre straniere.

Spesso incompreso, emarginato,
Perché straniero, perché emigrato,
Questo male che gli strugge il core,
Vorrebbe lo sentisse il mondo intero,
Eppure stringendo forte le sue mani,
Dirà in un sospiro :
"Andrà meglio domani”,

Anche se ricco e importante,
Sempre vivrà nel cuor dell’emigrante
Un filo di tristezza, di malinconia,
Pensando alla sua terra con nostalgia.

Come una mamma,
Come un bambino,
Come un tesoro,
Resti per me, Italia mia che adoro,
Il sogno più caro ; forse il più grande,
Perché lo sai anch’io...
Sono EMIGRANTE.

L’émigrant

Parmi les souvenirs, les espoirs et les peines,
Laissant derrière lui
Un coeur qui l’aime,
Plein de rêves et de chimères,
L’émigrant s’en va
Vers des terres étrangères.

Souvent incompris, marginalisé,
Parce qu’étranger, parce qu’émigré,
Ce mal qui ronge son coeur
Il voudrait que le monde entier l’éprouve,
Et pourtant en serrant fort ses poings
Il dira dans un soupir :
Ӎa ira mieux demain",

Même s’il est devenu riche et important,
Dans le coeur de l’émigrant vivra toujours
un brin de tristesse, de mélancolie ;
Lorsqu’il pensera à son pays avec nostalgie.

Comme une mère,
Comme un enfant,
Comme un trésor,
Tu es toujours pour moi, mon Italie que j’adore,
Mon rêve le plus cher, peut-être le plus grand,
Parce que, tu le sais,
Moi aussi je suis un ÉMIGRANT.

Notes

1 ROUCH (Monique) et MALTONE (Carmela), Comprar un prà des paysans italiens disent l’émigration (1920-1960), Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Talence 1993.

2 Nous avons le Royaume de Piémont-Sardaigne, la Lombardie-Vénétie, occupées par l’Autriche, les Etats de l’Église, le Royaume de Naples et des deux Siciles, le grand-duché de Toscane et les duchés de Parme et de Modène.

3 Ouvriers sans qualification qui n’ont que leurs bras pour travailler

4 Pour les paysans, le mois du blé était le plus difficile car presque toujours le blé de la récolte précédente était épuisé et le nouveau n’avait pas encore mûri. En leur prêtant le blé qui leur permet d’attendre la récolte suivante sans mourir de faim, les propriétaires exercent des pressions sur eux.

5 VEGLIANTE (Jean-Charles), Gli lltaliani all’estero, Circe, Paris 1981.

6 Dans ce pays, les incidents sanglants où sont victimes les émigrés italiens sont nombreux. Ceux-ci sont presque toujours accusés de crimes qu’ils n’ont pas commis. Le film "Sacco et Vanzetti" est à ce titre édifiant.

7 CUBERO (José), Nationalistes et étrangers Le massacre d’Aigues-Mortes ; Imago, Paris 1996.

8 CUBERO (José), op. cit.

9 José CUBERO, op. cit., p. 248.

10 Comment peut-on avoir un jugement objectif, pour des gens qui sont dans leur grande majorité analphabètes, qui proviennent de régions très pauvres qui souffrent du manque d’eau et dont la plupart a vécu dans des masures faites d’une seule pièce où ils ont souvent partagé leur vie avec des animaux domestiques ? Cf. MUCCI (Aimé), Mezzogiorno 1950-1980, thèse de 3e cycle Université de Lyon 1983 et du même auteur L’État italien et le défi du Mezzogiono, thèse d’Etat, Université de Lyon, Éditions universitaires du sud, Toulouse 1988.

11 MUCCI (Aimé), Le Nord-Est italien, un exemple pour l’Europe ?, Éditions universitaires du sud, Toulouse 1999.

12 Bonifiées ce sont aujourd’hui, grâce surtout à l’irrigation des plaines particulièrement fertiles.

13 La culture du maïs dont la farine permet de faire la polenta constituait l’essentiel de l’alimentation des populations.

14 Connaissant mal la région, ne sachant pas parler le français, ils sont souvent trompés par des gens peu scrupuleux.

15 Une émigrée nous disait un jour les difficultés qu’elle avait eus chez l’épicier pour acheter des allumettes qu’elle appelait "fïammette" de l’italien "fiammiferi” ; bien sûr l’épicier malgré sa bonne volonté ne pouvait pas comprendre.

16 ROUCH (Monique), "cumpar un prà ", op. cit.

17 Au lieu d’espacer les pieds de 1m 40, les Italiens ne les espacent que de 70 centimètres.

18 Auteur de Gli Italiani all’estero " op.cit.

19 L’association TALVHRA 81170, Cordes, en collaboration avec les derniers charbonniers vivants et avec l’aide du Conseil général du Tarn, va sortir un film court-métrage sur l’activité de ces travailleurs et sur leur mode de vie. Le film sera accompagné d’un livret comportant des interviews des familles de descendants de ces hommes des bois.

20 Sorte de bouillie faite à partir de la farine de maïs.

21 Le 7 novembre 1940, une vente aux enchères publiques de coupes en forêt de Grésigne a lieu à la préfecture du Tarn. Presque tous les lots sont enlevés par des Italiens. Des cris se sont élevés dans la salle : "c’est scandaleux, ces macaronis viennent prendre notre pain". Des réclamations sont déposées mais l’adjudication ayant eu lieu normalement l’administration les a rejetées. Il faut dire aussi que de nombreux commerçants français ont prêté leur caution aux artisans italiens.

22 SALAMONE (Maria), L’Emigrante, in VEGLIANTE (J.C.), GH Italiani all’estero, Circe, Sce Publications, 13 rue Santeuil, 75231 Paris.

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Toulouse Le Mirail

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search