Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

Trois ambassadeurs de France à Rome : Camille Barrère (1897-1924), Henry de Jouvenel (1933), André Francois-Poncet (1938-1940) d’après les Bulletins de presse étrangère du Quai d’Orsay

Jean Bastier

Texte intégral

1Ces trois ambassadeurs, qui furent d’admirables "Français en Italie", se donnèrent la même mission, à savoir créer une amitié franco-italienne. Tous les trois eurent la même méthode, d’abord détacher l’Italie de l’Allemagne, ensuite construire une Entente franco-italienne étroite, débouchant sur une solide alliance militaire. Le premier, Camille Barrère, réussit, puisque l’Italie intervint, en 1915, aux côtés des Alliés ; cependant sa mission prit fin, en 1924, dans le désenchantement. Le deuxième, le sénateur Henry de Jouvenel, sembla réussir, puisqu’il signa le pacte à quatre, mais ce pacte ne fut pas ratifié.

  • 1 Rendons hommage aux familles franco-italiennes qui souffrirent de ce drame. En 1942 et 1943, dans l (...)

2Le troisième, André François-Poncet, qui fut auparavant ambassadeur à Berlin, échoua tragiquement, puisqu’il reçut de Ciano, le 10 juin 1940, la déclaration de guerre de l’Italie. Ces trois ambassadeurs de France se heurtèrent au phénomène du fascisme et aux tensions européennes, aux inimitiés franco-italiennes, assoupies (ou supprimées) après 1945. Le maréchal Lyautey a qualifié la guerre de 1914-1918 de "guerre civile européenne" ; combien l’expression est-elle encore plus vraie lorsque l’on considère la guerre de 1939-1945, en particulier sous l’angle du conflit franco-italien, conflit fratricide1.

  • 2 À partir de 1916, le 2e Bureau du G.Q.G. de l’Armée française, puis le ministère des Affaires étran (...)
  • 3 VALERY (Paul), Cahiers, éd. du C.N.R.S., qui reproduit, par impression anastatique, le manuscrit co (...)

3L’inimitié franco-italienne transparaît dans des articles de presse : ceux des journaux et revues italiens ont été analysés par les Bulletins périodiques de la presse étrangère 2du quai d’Orsay, et souvent ces articles polémiquent avec des journaux français, qu’ils citent ; le phénomène existe déjà dans la presse libre, dans l’Italie pré-fasciste. En fait, ce malaise est antérieur à 1900. Paul Valéry est un bon témoin des relations franco-italiennes, par ses origines génoises ; or il note dans un de ses Cahiers, le 10 juin 1940 : "Déclaration de guerre de d’Italie. Cette canaillerie, je la sais qui cuisait sur le feu caché depuis 1885 – époque où je m’en suis aperçu à Gênes. J’avais 15 ans. Dieu sait ce que vont devenir la France et l’Europe de jadis !"3 .

  • 4 Voir la revue intitulée Académie des Sciences morales et politiques, 1933, SIEGFRIED (A.), La psych (...)
  • 5 Voir VALIANI (Léo), L’historiographie de l’Italie contemporaine, Genève, 1968.
  • 6 Voir BASTIER (J.), "La Revue des Vivants et l’avenir de l’Europe, 1927-1932", dans L’Europe entre d (...)

4L’histoire diplomatique n’a pas été sans poser, outre les questions de géographie ou de géopolitique, le problème des relations psychologiques, sentimentales même (avec toute la force de l’irrationnel et de l’irraisonné) entre les nations, problème de psychologie des peuples, d’image de l’étranger, susceptibilités nationalistes, irrédentismes fondés sur des déceptions, des rancunes basées sur les souvenirs historiques, etc. En 1933, devant l’Académie des sciences morales et politiques, André Siegfried, Paul Hazard, Albert Rivaud analysèrent la psychologie des peuples français, italien, allemand4... En 1968, analysant l’historiographie italienne, Léo Valiani a fait des considérations comparables5. Pour nous, ces travaux complètent les réflexions, faites sur le vif, par Valéry en juin 1940, ou celles qu’il publia, dès 1927, dans la Revue des Vivants d’H. de Jouvenel : "Les nations sont étranges les unes aux autres, elles se regardent anxieusement, sourient, font la moue... sont mordues de jalousie ou dilatées par le dédain... Plus d’une est convaincue qu’elle est en soi ou par soi la nation par excellence, l’élue de l’avenir infini"6.

  • 7 Cahiers, t. 23., précité, p. 365.

5Le 15 juin 1940, recevant à Dinard la visite de Jean Tharaud, qui lui annonce que la France va déposer les armes, que Weygand a dit que la lutte était sans espoir, Valéry note : "La France expie le crime d’être ce qu’elle est. Je voudrais n’avoir pas vécu jusqu’à ce jour...", suivent des réflexions de psychologie du peuple français, "la ruine de la France est son œuvre. Petitesse des ambitions, sécurité généralisée, hiérarchie d’argent, fausses valeurs, impuissance (voyez nos journaux) de l’imagination, et du soin d’exécution... La formation du Français, 1830-1940 (grandes entreprises, chemin de fer, Panama, idée du bas de laine (milliards), presse conformiste, publicité financière. L’Allemand, c’est l’excès"7.

  • 8 Voir article précité, p. 178-184.
  • 9 Cahiers..., p. 373.

6En 1933, André Siegfried observe que, dans le monde de l’après-guerre, qui se transforme si vite, la France..."Est l’image même de la stabilité”. Celle-ci, en effet, est restée foncièrement paysanne, les Français sentent ou réagissent en terriens, l’esprit artisan survit dans l’industrie et celui du boutiquier dans le commerce. "Nous restons un pays de bourgeois, on pourrait dire le pays des bourgeois... Son accession, par l’épargne, à un équilibre économique stable, qu’il transmettra à ses héritiers, répond, dans l’esprit du bourgeois, à une assurance contre les vicissitudes sociales... Mais ici, attention, ne nous méprenons pas ! Si la France est ainsi, elle est terriblement seule de son espèce... Ni le paysan, ni l’artisan, ni le bourgeois moyen ne sont des types susceptibles de contacts internationaux fréquents... Nous ne regardons guère au-delà de nos frontières... Bonheur domestique, la France est toujours un peu tentée de vivre en pantoufles... Or cette belle sécurité cesse d’exister dès que nous nous tournons vers le domaine politique ou militaire"8. Rapprochons ces lignes de 1933 de ce que Valéry écrit le 18 juin 1940, jour de l’appel du général de Gaulle : "Ce qu’ont obtenu les Allemands suppose un travail immense, ils ont enlevé un poids. Nous avons perdu en quelques jours toute sécurité et sommes sur une pente épouvantable. Rien de ce que l’on peut craindre n’est chimérique, et l’on peut absolument tout craindre, tout imaginer"9 .

  • 10 Cahiers..., p. 421, voir l’ensemble de ces textes, p. 391, 427, 435, 436. Citons l’excellente thèse (...)
  • 11 Voir art. précité, p. 183-185.

7D’où vient ce drame ? Plus loin, Valéry note que les Français ont vécu "en vase clos" : de paysan français (ou autres) ses qualités et traditions. Mais tout cela n’a de sens que si on suppose cet homme et ses environs d’échanges enfermés dans une enceinte impénétrable. Et cette enceinte existe pour une partie des choses : les douanes. Ainsi peut-il ignorer le changement du monde, mais ce monde change : l’on voudrait bien que la paroi du monde soit perméable et imperméable pour soi seul, mais c’est impossible"10. André Siegfried écrit : "Du point de vue économique, les préoccupations françaises ne sont pas, normalement, tournées vers le dehors. Notre attitude psychologique est en conséquence. Économie relativement autonome, la France ne dépend profondément ni de ses importations, en ce qui concerne son alimentation, ni de ses exportations en ce qui concerne la prospérité de son industrie"11. Précisément, de 1927 à 1935, H. de Jouvenel se proposa, dans la Revue des Vivants, , de donner aux Français "un esprit international" en publiant des articles sur les pays étrangers, en ouvrant ses colonnes à des auteurs étrangers, comme Thomas Mann, et le premier numéro de cette revue fut consacré à l’Italie...

  • 12 Art. cité, p. 185.
  • 13 Cahiers..., p..434.

8Le désastre de 1940 résulta de la faillite de la politique étrangère : "les affaires extérieures prennent aisément chez nous je ne sais quel air d’irréalité... Mais nous avons le sentiment qu’il faut, coûte que coûte, défendre nos frontières"12 (Siegfried) "Démocratie ne peut vivre qu’à l’abri des voisins. Ainsi Grande Bretagne et Amérique ont la mer pour gardienne de leurs aises et libertés..." (Valéry)13. Barrère, Jouvenel, François-Poncet ont à l’évidence partagé de telles convictions, communes à tous les Français éclairés. Avec Philippe Berthelot et Briand, ils ont voulu (après 1918) consolider la frontière du Rhin par le pacte de Locamo, où l’Allemagne reconnaissait la frontière alsacienne. Et le pacte à quatre se voulait, en 1933, une réitération de Locarno et de son esprit. Avant 1914, Barrère avait souhaité la neutralité de l’Italie, pour libérer l’état-major du soud de défendre les Alpes et Nice, puis l’intervention des armées italiennes contre l’Autriche-Hongrie. L’on imagine la tristesse de Barrère, mort le 6 octobre 1940, lorsqu’il assista à l’effondrement de sa politique...

I – Camille Barrère, ambassadeur de France à Rome (1897-1924)

  • 14 Sur C. Barrère, voir les suggestifs ouvrages de CHARLES-ROUX (F.), Une grande ambassade à Rome, Van (...)

9Pierre-Eugène-Camille Barrère naquit le 10 octobre 1851, six semaines avant le coup d’État, à la Charité-sur-Loire14. Son père dirigeait une institution libre d’enseignement secondaire et était républicain. Arrêté, bientôt libéré, il emmena ses cinq enfants (bientôt six) et son épouse en Angleterre. Il y donna des leçons, parvenant à nourrir les siens ; c’est pourquoi le jeune Camille acquit une formation essentiellement britannique. D’ailleurs, l’un de ses frères, distingué professeur de français, ne quitta jamais le pays d’adoption. Nous verrons combien Barrère, qui publia peu, eut des idées politiques anglaises, qu’il exposa, le 20 avril 1928, dans son discours de réception à l’Académie des sciences morales et politiques, prononçant l’éloge de Léon Bourgeois.

  • 15 F. Charles-Roux rapporte que, dans le cabinet d’ambassadeur à Rome de Barrère, il y avait une grand (...)

10À Londres, Barrère fréquenta et admira Martin Nadaud, exilé, ancien maçon creusois, disciple de Cabet, l’auteur du Voyage en Icarie. Après la déchéance de Napoléon III, Nadaud fut nommé préfet de la Creuse par le Gouvernement de la Défense nationale, Barrère lui servit de secrétaire. Nadaud démissionnant, Barrère se fit journaliste, écrivit des articles élogieux pour la Commune dans le journal La Sociale, prenant à parti les Versaillais. Apprenant qu’il serait l’objet de poursuites, il s’exila à nouveau, se réinstalla à Londres, accomplissant un labeur acharné, traduisant des textes français, dont ceux de Rochefort, écrivant des articles pour le Manchester Guardian, la Fortnightly Review, le Frazer’s Magazine. Entré au Times, il fut envoyé observer la guerre russo-turque. À Constantinople, il rencontra une jeune catholique arménienne, d’éducation française, qu’il épousa en 1879. Il représenta encore le Times à la Conférence de Berlin. C’est là qu’il fut remarqué par les délégués français, Waddington, ministre des Affaires étrangères, aussi d’éducation anglaise par ses origines, et Saint-Vallier, ambassadeur à Berlin. Ces diplomates, auxquels il avait fourni des renseignements étonnants, le firent revenir à Paris et le présentèrent à Léon Gambetta. Celui-ci fit entrer Barrère à la rédaction de la République Française, journal qu’il avait fondé en 187915. Gambetta se prit d’affection pour Barrère, prévoyant pour lui un avenir d’exception ; il lui fit connaître Spuller, Challemel-Lacour, Paul Bert, Freycinet, Eugène Étienne, Gabriel Hanotaux, les trois frères Charmes et Delcassé, qui devint son ami intime et dont il allait réaliser la politique extérieure, associé aux frères Cambon, Jules, ambassadeur à Berlin, et Paul, ambassadeur à Londres.

11En 1880, Gambetta fit entrer Barrère dans la diplomatie : il le fit nommer délégué de la France à la Commission européenne du Danube, et secrétaire d’ambassade de première classe. En 1883, Challemel-Lacour le chargea de représenter la France au Caire, auprès du Khédive avec le rang de consul général. Là il négocia, avec succès, pour défendre auprès des Britanniques les intérêts de la France dans la Compagnie du Canal de Suez. La mort de Gambetta le désola : "Une dure épreuve pour ses disciples et une perte immense pour le pays”. Fidèle aux idéaux et aux conceptions du disparu, Barrère vit en Delcassé un de ses continuateurs. Il se lia aussi d’amitié avec Jules Ferry : ce dernier, ministre des Affaires étrangères en 1884, fut impressionné par la qualité des dépêches de Barrère, qu’il ne connaissait pas. Il lui écrivit : "Je lis toutes vos dépêches, je suis toutes vos démarches, j’admire votre activité et votre vigilance. Vous tenez, dans une situation extrêmement difficile (l’immense mésaventure égyptienne), tout ce que le département attendait de vous..."

12En 1885, Camille Barrère quitte l’Égypte pour devenir ministre de France à Stockholm ; trois ans après, il se voit confier la légation de France à Munich et demeure en Bavière un peu plus de cinq ans. Dès cette époque, il adresse de remarquables rapports sur la politique allemande, le caractère sans équilibre et les tendances inquiétantes de Guillaume IL En 1885, Barrère a un entretien important avec Bismarck, lequel lui dit sa sympathie pour Ferry "et son regret que la France n’eut pas assez fait taire ses griefs contre l’Allemagne, pour chercher un modus vivendi avec elle... Devrons-nous faire la guerre encore une fois ?"...

  • 16 Voir SERRA (Enrico), C. Barrère et l’Entesa italo-francese, préf. de C. Sforza, Milan, 1950 ; CHARL (...)

13En 1894, Gabriel Hanotaux nomme Barrère ambassadeur à Berne. Là, il négocie un traité de commerce qui accroît notablement les échanges franco-suisses. En fait, le poste auquel il aspire, c’est bien Rome. Léon Noël cite une étonnante note inédite de Barrère, à caractère intime, écrite en 1919 : "Depuis trente ans (donc depuis 1889), je considérais que l’Allemagne ne pouvait être vaincue qu’en détachant l’Italie de son alliance. C’est dans ce dessein que je vins à Rome en 1897". L’on voit que, en 1933, en 1938, H. de Jouvenel et A. François-Poncet eurent exactement le même dessein16.

  • 17 Voir BILLOT (A.), La France et l’Italie, Histoire des années troubles, 1881-1899, Paris, 2 vol., 19 (...)
  • 18 CAMBON (Paul), Correspondance (1870-1924), Paris 1940, t. 1, p. 332-333, t. 2, p. 140, P. Cambon éc (...)

14Quand, à la fin de décembre 1897, Barrère fut appelé à remplacer Billot, ancien collaborateur de Jules Ferry, qui occupait le Palais Farnèse depuis près de huit ans, les relations franco-italiennes étaient médiocres, elles avaient même connu une crise aiguë en 1888. D’abord, après le désastre de 1870, l’Allemagne bismarckienne exerçait un attrait fort net sur la maison de Savoie. Ensuite, les Italiens reprochaient aux Français l’occupation de la Tunisie, ils n’oubliaient pas l’appui jadis apporté à la Papauté, ils s’imaginaient que la politique du Ralliement cachait de sombres desseins associés aux rivalités coloniales des deux pays. Ils accusaient le Protectionnisme de Méline d’aggraver le malaise agricole italien. Dans ses souvenirs, intitulés Histoire des années troubles, 1881-1899, Billot rappelle nombre d’incidents franco-italiens : en 1891, manifestations anti-italiennes de pèlerins français à Rome ; en 1894, nouvelles manifestations anti-italiennes à la suite de l’assassinat du président Sadi-Carnot par Caserio, à Lyon, suivies d’incidents de frontières et d’expulsions de Français de Rome17. En outre, Crispi était ouvertement pro-allemand. Mais il démissionna après le désastre d’Adoua, en mars 1895. Son remplaçant fut le marquis di Rudini, très favorable à un rapprochement avec la France, qu’approuvait le nouveau ministre des Affaires étrangères, Visconti Venosta. Conclue le 10 juin 1895, l’alliance franco-russe donnait une bonne image de la république voisine en Italie. Lorsque Barrère arriva, des conversations étaient engagées sur la situation des Italiens de Tunisie, sur une négociation de commerce. Autre chance, Delcassé s’installait au quai d’Orsay, pour sept ans. Dès lors, toute la conduite de Barrère allait consister à appliquer les principes de Gambetta, repris par Delcassé et les Cambon, principes qu’avec une lucidité admirable Paul Cambon développait dans une lettre à Spuller, personnelle, du 11 mars 1889 : "Je considère la réconciliation de la France et de l’Italie, et plus tard l’entente de ces deux puissances avec l’Angleterre, comme le but indiqué de la politique française. Il est impossible à la France de subsister avec une double menace sur les Vosges et sur les Alpes. Il lui est encore plus impossible de poursuivre ses entreprises coloniales et de se garder contre l’introduction des Allemands en Méditerranée avec l’hostilité ou simplement le mauvais vouloir de l’Angleterre. La brouille avec l’Italie nous met une épée dans le dos le jour du duel avec l’Allemagne, elle nous aliène l’Angleterre qui la considère, à l’évidence comme notre contrepoids dans la Méditerranée. Le raccommodement avec l’Italie, c’est l’égalité des forces avec l’Allemagne et l’obtention du bon vouloir de l’Angleterre". Cruelle ironie du sort, cette lettre fut publiée en 1940...18

  • 19 Voir "lettres de C. Barrère à Delcassé", Revue de Paris du 15 avril 1937, p. 721-763, lettre du 23  (...)

15En 1898, Delcassé et Barrère négocient avec Luigi Luzzatti, éminent économiste, une convention commerciale mettant fin à dix ans de guerre douanière. Les Français font des concessions aux Italiens, ébréchant les dogmes protectionnistes de Méline. Le 23 novembre 1898, de retour à Rome après la signature de cet accord, Barrère écrit une lettre personnelle à Delcassé : "L’accord commercial a produit ici un véritable coup de foudre... D’un coup, nous venons de rendre impossible la participation de l’Italie à une guerre maritime. Les francophobes ne trouveraient plus prise sur l’opinion pour forcer la main du gouvernement. Celui-ci serait tenu à une neutralité véritable... Les Italiens deviennent vraiment intéressés à la paix". Notons que les lettres de Barrère à Delcassé furent publiées par la Revue de Paris en avril 1937 ; l’on imagine le désenchantement des lecteurs au fait des clameurs de la presse fasciste...19

  • 20 Voir NOËL (L.), ouvr. cité, p. 50- 56.

16En décembre 1900, après six mois de négociations, Barrère et Visconti-Venosta enregistrent par un simple échange de lettres leur entente sur les questions coloniales : la France se désintéresse de la Tripolitaine et l’Italie du Maroc. En mer Rouge, les délimitations franco-italiennes consolident les accords des deux pays avec les Anglais. Le 10 janvier 1901, une dépêche de Barrère à Delcassé note : "l’accord supprime pour l’Italie une cause de crainte et de jalousie qui, si elle avait subsisté, rendait avec elle impossible dans l’avenir tout rapprochement sincère et sérieux". D’ailleurs, Barrère apprit que l’amiral Von Tirpitz estimait que les ambitions italiennes allaient cesser de regarder vers la Méditerranée pour se tourner vers les terres irrédimées comprises dans l’empire austro-hongrois, Trentin, Camiole, Istrie, ce qui se vérifia en 191520.

  • 21 Ce texte est publié dans la notice C. Barrère, non signée, au tome 5, p. 67-68 de l’indispensable D (...)

17Au printemps de 1901, l’escadre italienne, commandée par le duc de Gênes, vint en visite à Toulon ; une escadre française, sous les ordres de l’amiral Rieunier, rendit cette visite à Naples. Les opinions publiques comprirent dès lors qu’un rapprochement franco-italien était patent. En effet, dans un rapport du 10 mars 1912, Barrère écrit à Poincaré, président du Conseil et ministre des Affaires étrangère21 : "Sans remonter trop loin dans le passé, l’on peut assigner pour point de départ aux pourparlers qui devaient aboutir, en 1902, à l’accord secret, la situation créée entre la France et l’Italie par la visite que fit à Toulon en 1901 l’escadre italienne. À ce moment, le rapprochement franco-italien était un fait accompli. Les négociations sur la Tunisie, l’arrangement commercial, la délimitation des possessions des deux pays en mer Rouge, enfin l’accord relatif à la Tripolitaine et au Maroc, intervenu en décembre 1900, en avaient marqué les étapes. Ce dernier protocole était secret, mais si l’on en ignorait le texte, on en connaissait l’existence... Le présent était satisfaisant, la France et l’Italie avaient dissipé entre elles les causes de trouble et de malaise, mis fin à leur rivalité méditerranéenne. Toutefois, l’existence de la Triplice donnait à ces accords une certaine précarité. Pour assurer une stabilité à ces bons rapports, il fallait éclaircir le point de savoir si la Triplice était compatible avec une amitié franco-italienne... La Triplice avait une caractère offensif, qu’il convenait de faire disparaître dans l’intérêt de la sécurité française et des rapports d’amitié des deux pays". Barrère ajoute que lors des conversations avec Prinetti, il avait remarqué que celui-ci, en butte à des attaques des Allemands, avait une sympathie personnelle pour la France, et qu’il était encouragé par Luzzatti, Rattazzi, très partisan d’une amitié franco-italienne. C’était aussi le point de vue de Zanardelli, président du Conseil, de Giolitti, ministre de l’Intérieur, et, dans l’opposition, du baron Sonnino. Il y eut un an de négociations... "Prinetti devait rencontrer à Venise, M. de Bülow. Nous eûmes une conversation en mars 1902. Prinetti ne croyait pas possible la modification du texte même du traité, la France avait à se préoccuper non du texte même du traité, mais de ses actes annexes, or ajoutait-il, ceux-là devaient tomber et disparaître car ils visaient des conjonctures qui ne pouvaient plus se produire”. De tels propos ouvraient la porte à une négociation et à une entente. À Venise, Prinetti essaya d’amener Bülow à une modification du traité de la Triplice ; Bülow refusa, ce qui détermina Prinetti à souhaiter une entente directe avec la France : "Il fut décidé entre Prinetti et moi que le moment était venu de discuter d’un accord". Barrère expose qu’il se rendit à Paris pour demander des instructions à Delcassé. Sans attendre, Prinetti demanda à Tomielli, ambassadeur d’Italie à Paris, de faire à Delcassé une déclaration rassurante. Ceci avait pour but de permettre à Delcassé d’édairer le Parlement français, de faire une allusion nette, sans divulguer de texte secret, mais en évoquant la déclaration spontanée de l’Italie et en la soulignant comme rassurante. Ce document traitait la Triplice comme purement défensive, et considérait que la Triplice était dépourvue de document annexe destiné à altérer ce caractère défensif. De retour à Rome, Barrère négocia avec Prinetti ; ils aboutirent à l’échange de lettre du 1er novembre 1902 (pour ne pas paraître signer un contre-traité). C’est le gouvernement italien, précise Barrère dans ce rapport à Poincaré de 1912, qui prit l’initiative d’interpeller le gouvernement français, mais pour les lettres interprétatives, l’initiative vint des Français. Ces lettres (restées secrètes et publiées en 1920 dans un Livre Jaune français) commençaient par des déclarations sur le Maroc et la Tripolitaine. Barrère concluait en 1912 : "l’accord n’est pas un contre-traité mais une contrepartie de la Triplice”.

  • 22 Les textes complets des accords de 1900 et 1902 sont par ex. dans NOËL (L.), ouvr. cité, p. 127 à 1 (...)

18Citons l’accord franco-italien de 1902 : "... Chacune des deux puissances pourra librement développer sa sphère d’influence dans les régions susmentionnées, au moment qu’elle jugera opportun, et sans que l’action de l’une d’elles soit nécessairement subordonnée à celle de l’autre... Au cas où la France serait l’objet d’une agression directe ou indirecte de la part d’une ou de plusieurs puissances, l’Italie gardera une stricte neutralité. Il en sera de même au cas où la France... se trouverait réduite à prendre l’initiative d’une déclaration de guerre..."22 ; ces textes ne furent communiqués qu’à un petit nombre de personnalités. Ce n’est qu’en 1909 qu’ils furent révélés au général Brun, alors chef d’état-major général, qui transféra aussitôt les XIVe et XVe corps d’armée des Alpes à la frontière lorraine.

  • 23 NOËL (L.), ouvr. cité, p. 53, 59, note 2. Voir LAROCHE (Jules), Quinze ans à Rome avec Camille Barr (...)

19En dépit du secret diplomatique ou d’État, Delcassé fit des discours bien nets au Sénat, en mars 1902, et à la Chambre, en juillet 1902, où il répéta "la certitude que la politique de l’Italie, par suite de ses alliances, n’est dirigée ni directement, ni indirectement contre la France ; qu’elle ne saurait, en aucun cas, comporter une menace pour nous, pas plus sous une forme diplomatique que par des protocoles ou des stipulations militaires internationales". Le 1er janvier 1902, dans son allocution à la colonie française de Rome, Barrère avait dit : "l’un des malentendus franco-italiens sur un terrain où leurs intérêts vitaux sont en jeu (le bassin méditerranéen) appartient désormais au passé"23. À cause du secret, L. Salvatorelli estime que les accords Prinetti-Barrère n’eurent pas l’influence sur l’opinion italienne en 1914, mais il note que, lors de la crise marocaine de 1905, et lors de celle de 1911, les Italiens n’appuyèrent pas l’agressivité allemande contre la France. En vérité, c’est Barrère lui-même qui prit l’initiative d’engager Visconti-Venosta à demander à être envoyé à la conférence d’Algésiras. Après avoir hésité, à cause de son âge et de sa santé, Visconti-Venosta se fit nommer représentant de l’Italie et se comporta en ami de la France, modérant toutes les exigences de son alliée triplicienne, au point que le chancelier Von Bülow se vengea par un discours d’ironie mordante au Reichstag, comparant l’Italie à une épouse qui va valser avec un étranger, ce qui était peu diplomate.

  • 24 Sur le voyage du président Loubet, voir LAROCHE (J.), ouvr. cité, chap. 8, qui cite un rapport de B (...)
  • 25 Sous l’influence d’un diplomate entré dans les ordres, Mgr Chaptal, C. Barrère devint un fervent ca (...)

20C’est qu’entre temps les voyages officiels des souverains italiens en France, et du président Loubet à Rome24, avaient mis en scène et consolidé une amitié franco-italienne. L’on sait que le voyage de Loubet aboutit à la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican, ce que Barrère n’avait pas prévu. F. Charles-Roux révèle, en 1941, que l’ambassadeur déplora "l’absurde frénésie anticléricale qui s’empara alors de nos cercles gouvernementaux25... J’ai toujours entendu Barrère condamner et déplorer ces excès. Il les portait au passif de Combes et consorts et les prétendait exclus des desseins de Waldeck-Rousseau, pour qui il professait de l’admiration... Le seul reproche à lui faire était de s’être démis du pouvoir, par fatigue et détachement de grand bourgeois”. D’autre part, F. Charles-Roux a révélé jadis combien l’accord franco-italien avait engendré le rapprochement franco-anglais de 1904, établi par Paul Cambon.

  • 26 Question posée par L. Valiani, ouv. cité, p. 68, par B. Vigezzi, La neutralità italiana del luglio- (...)
  • 27 Ces mots sont cités par F. Charles-Roux, d’une confidence, souvent répétée, de Barrère, voir L’œuvr (...)

21Léo Valiani affirme que tous les gouvernements italiens, y compris celui de 1902, avec Prinetti et Zanardelli, jugeaient la Triplice indispensable à l’Italie, qui, sans elle, serait restée dangereusement isolée. Cette constance fondamentale dura trente ans26. S’explique-t-elle par les investissements allemands en Italie ? Barrère, quant à lui, estimait "qu’entre le retour effectif de l’Italie à la Triplice et son adhésion à l’Entente, entre son entrée en guerre avec ses alliés officiels et son intervention contre eux, il n’avait dès le début pas vu de moyen terme. La neutralité ne pouvait, estimait-il, être pour l’Italie qu’une position provisoire, une étape sur la voie de l’intervention d’un côté ou de l’autre"27.

  • 28 Voir La France et l’Italie pendant la Première Guerre mondiale, précité, Les relations politiques, (...)

22L’intervention italienne de 1915 a été largement étudiée, en particulier Il Patto di Londra, par Mario Toscano. Barrère ne joua pas le rôle essentiel puisque les négociations furent conduites à Londres par Edward Grey et le marquis Imperiali. C’est à Rome que Barrère agit avec une efficacité prodigieuse ; il invoqua l’accord de 1902 auprès deSan Giuliano mais fit preuve de réserve et de tact auprès de son successeur Sydney Sonnino, francophobe. Ce dernier négocia entre les partis ennemis, rusant, sans se découvrir, jusqu’au dernier moment. Barrère en conçut pour lui de l’estime : "il avait fallu à cet homme taciturne une possession de soi peu commune”... L’ambassadeur de France surclassait ses collègues austro-allemands, Bülow fut dépêché à Rome pour sauver la situation, en vain28.

  • 29 Voir L. Valiani, ouv. cité, p. 85, 95, 96, 149, 151 ; voir F. Gaeta, Nazionalismo italiano, Naples, (...)

23Le front italien, situé en haute montagne, souvent dans les neiges, fut un des plus épouvantables de la Grande Guerre. Les photographies parues dans L’Illustration montrent avec quelles difficultés il fallait acheminer le ravitaillement, voir monter, à l’aide de treuils et de câbles, des pièces d’artillerie aux premières lignes. Avant 1939, les historiens italiens portaient un jugement très favorable sur l’intervention, B. Croce ou Omodeo, libéraux, s’accordant sur ce point avec le fasciste Volpe. Au contraire, après 1950, l’intervention fut de plus en plus interprétée comme un coup porté aux tendances démocratiques en politique intérieure et le triomphe du nationalisme en politique extérieure. C’est que, avec le recul du temps, peut-être a-t-on été induit à mieux apercevoir l’essor du nationalisme avant 1914. À la différence du nationalisme français de Maurras, il y a une filiation nette, souvent, entre les idées révolutionnaires et romantiques du XIXe siècle et la prise de conscience nationaliste de l’époque 1910-1914 : le cas est net pour G. Gentile, le philosophe du fascisme. C’est aussi avant-guerre que Enrico Corradini élabora avec succès le mythe de la lutte entre les nations prolétaires, comme l’Italie, et les nations riches et repues appelées ensuite ploutocratiques. L. Valiani estime qu’il y a là une des raisons de la fascination que le nationalisme exerça sur les étudiants et les intellectuels italiens. Le nationalisme italien a enfin reçu un appoint décisif d’A. Rocco et de G. d’Annunzio : le premier, spécialiste de droit commercial, homme de lettres, soutenu par des groupes financiers, a apporté une doctrine là où Corradini ne proposait que des attitudes ou des sentiments, la gloire d’un empire, la terre et les morts, les souvenirs de l’Antiquité, Jules César, etc. Le second, poète apprécié en France, apporta le souffle épique... Ainsi le nationalisme put-il agir sur de larges couches du peuple italien, en 1915, qui y virent un élément de vigueur, de hardiesse, de conquête du prestige et de la puissance. Autre facteur, il y avait aussi dans l’opinion italienne un sentiment de Mazzinianisme anti-autrichien et un sentiment de solidarité démocratique avec la France, de 1789 et 1848, et avec la Belgique, catholique et martyre. Après le désastre de Caporetto en 1917 (nous verrons la presse le souligner), l’Italie se posa le problème de sa survie comme nation, la notion d’Union sacrée apparut et le nationalisme, voire la susceptibilité nationaliste, presque toujours outrée, se renforça, donnant raison à ceux que l’on continuait d’appeler les interventistes : Garibaldiens qui s’étaient engagés en France et avaient combattu en Argonne dans le 4e Etranger d’infanterie, exclusivement italien, rédacteurs au journal L’Idea Nazionale, Corradini, Forges-Davanzati, Federzoni, Coppola, socialistes dissidents comme Mussolini et son Papolo d’Italia, Raimondo, Bissolati, libéraux de Milan du Carrière délia Sera, dirigé par Albertini, libéraux romains du Giornaled’Italia, lié à Sonnino, ou de La Tribuna, avec Marello...29

24De l’opinion publique dans les pays étrangers, avant 1914, le quai d’Orsay ne se souciait guère... Sans reprendre le mot féroce de Paul Claudel, qui disait que le quai ne connaît pas l’Étranger, au sens biblique du verbe connaître, remarquant que l’on ne se souciait pas, par exemple, de scruter les mouvements de la presse étrangère. La diplomatie était d’abord affaire de salons, cercle restreint d’intimités bourgeoises ou de cour. En somme le diplomate se souciait surtout des autres diplomates et des gens du monde. Tous les livres de souvenirs de diplomates d’avant 1914 insistent sur ce point, ceux de Paléologue, du baron Beyens, de Jules-François Blondel, de Jules Laroche qui fut le collaborateur de Barrère de 1898 à 1913. Ce dernier dit : "La société romaine, d’une grande amabilité de surface, était assez réservée vis-à-vis des étrangers, fussent-ils diplomates... En recevant bien, sans ostentation, et surtout en se donnant la peine de plaire, on arrivait, peu à peu, à pénétrer dans les milieux les plus fermés... On acquérait, par ces contacts, une compréhension plus grande au caractère national et aussi des sympathies qui pouvaient devenir précieuses".

25La guerre permit-elle une évolution des procédés diplomatiques ? Y-eut-il chez les politiques une prise de conscience les nécessités du "moral" et d’une organisation plus méthodique de la cueillette des informations et de la propagande, vite surnommée “le bourrage de crâne" en vue de la "mobilisation des consciences" suivant la belle expression du pacifiste Demartial ? C’est au début de 1916 que, Briand détenant les Affaires étrangères et la Présidence du conseil, Ph. Berthelot organisa la Maison de la Presse, dont, curieusement, la section de traduction et d’analyse de la presse étrangère dépendait de l’état-major de l’Armée. Les traducteurs, souvent des universitaires mobilisés, ou des hommes de lettres comme F. de Miomandre, produisirent, dépouillant près de quatre-cents périodiques, des bulletins de renseignements confidentiels de qualité. L’on a dit beaucoup de mal de la Maison de la presse, persiflage d’hommes de lettres ? Ou rancune mystérieuse de Clémenceau, qui en voulait aussi aux journalistes mobilisés comme censeurs, comme Paul Allard ? Les historiens ont souvent à leur tour accablé les analystes de la presse étrangère. Pourtant, leurs bulletins sont d’une haute qualité, le travail fourni est énorme, surtout pour les bulletins quotidiens. Les collections, pour la période 1916-1940, que nous avons pu consulter, représentent plusieurs mètres linéaires de feuillets imprimés en très petits caractères, à la manière du Journal Officiel. Il nous semble que très peu d’historiens citent cette source, d’une utilisation très difficile, les textes étant allusifs, austères, elliptiques, répétitifs... Cependant, les articles de la presse italienne font bien voir, dès 1916, les sentiments et le malaise qui vont aboutir au drame de juin 1940. Essayons de reconstituer cette évolution d’un univers mental sur un assez long terme de vingt-quatre années, lequel constituait, un ensemble aux yeux d’un témoin comme Paul Valéry. Et imaginons quelle devait être la situation de Camille Barrère en ces années qui préparaient l’avènement du fascisme.

26Mars 1916, le grand événement est la conférence de Paris qui, pour la première fois va unifier et intensifier l’effort de guerre et organiser une vraie guerre économique, mêlant "l’or et le sang"... Sauf l’Avanti (journal d’extrême gauche socialiste, que dirigeait Mussolini en 1914, et qui restait obstinément neutraliste) et L’Osservatore romano (de célèbre quotidien officieux du Vatican), tous les journaux italiens sont unanimes à témoigner leur faveur à la conférence de Paris. Le Bulletin périodique de la Presse italienne n° 4 (presse du 26 mars au 4 avril 1916) commente : "Si neutraliste que soit d’ailleurs un Italien, il reste italien avant tout et, à ce titre, les plus irréductibles ennemis de la guerre, flattés par le rôle de premier ordre joué à Paris par les représentants de l’Italie, MM. Salandra et Sonnino, n’en ont pas caché leur satisfaction ; ils se félicitent de ce qu’à Paris l’Italie soit entrée dans l’histoire, non plus comme protégée des grandes puissances, mais comme grande puissance, protectrice, au même titre que la France, l’Angleterre, la Russie, les petits États sacrifiés par l’Allemagne".

27La presse italienne de mars 1916 fait une large place au récit des réceptions et acclamations qui ont accueilli Salandra et Sonnino ; elle souligne le toast de Briand saluant "la valeur idéale et effective de l’intervention italienne”..."Seule l’Italie, a-t-il déclaré, est entrée dans la guerre après réflexion, se rendant compte du caractère d’horreur sans précédent et des difficultés de la lutte". Briand a repris aussi une des idées les plus chères au public d’Italie : que le front italien est de tous le plus ardu et le plus difficile. Mais il y a des fausses notes. L’Idea Nazionale (journal nationaliste précité de Corradini, etc.) du 29 mars écrit : "la solidarité, pour les Français, signifie que la France ayant fait jusqu’ici les plus forts sacrifices, elle doit être aidée, en particulier par l’Italie... Pourquoi l’Italie enverrait-elle des soldats à la France puisque celle-ci a des hommes à envoyer à Salonique et que des centaines de milliers d’Anglais attendent d’être employés ?" Francesco Coppola, dans L’Idea Nazionale du 2 avril 1916, se plaint : "La France prend à Salonique et en Orient la place de l’Italie. Elle y fait sa guerre, défensive et conservatrice. La guerre de l’Italie est impérialiste. La guerre, pour les Français, c’est la lutte contre l’Allemagne, pour l’Italie, c’est l’Adriatique, la Méditerranée, l’Orient". Rappelons que l’Italie n’a déclaré la guerre à l’Allemagne qu’à l’été 1916.

28La Gazzetta del Popolo, où s’exprime l’opposition démocratique, avec Leonida Bissolati pour chef, affirme, le 31 mars, que "la politique italienne se débat dans l’équivoque". En avril 1916, notre Bulletin n° 6 fait écho aux débats parlementaires italiens et au discours du célèbre théoricien socialiste Labriola qui "a critiqué le mystère dont s’entoure trop volontiers et sans nécessité la diplomatie italienne. Il voudrait, au nom des partis démocrates, que le Parlement soit plus complètement mis à même de se prononcer et le peuple de juger. Ainsi, actuellement même, a-t-il dit, le pays ne sait rien du traité de la Triple alliance. Certains actes, des plus importants de la politique étrangère, échapperaient même au conseil des ministres. Le sort du pays est dans les mains d’un triumvirat formé par le président du Conseil (Salandra), le ministre des Affaires Étrangères (Sonnino) et le chef d’état-major général (Cadoma)... Sonnino a répliqué à ce discours par un vif éloge du secret diplomatique".

29Le 4 août 1916, à la veille de la rupture italo-allemande, le célèbre historien Gaetano Salvemini publie dans Il Secolo un article où il demande "un peu de clarté dans les relations avec l’Allemagne. On a voulu distinguer dans la Triplice un traité entre l’Allemagne et l’Italie et un traité entre l’Italie et l’Autriche. Il en était ainsi en 1887, mais non plus en 1902. Les renouvellements successifs de l’alliance ont réduit les accords à un seul traité en plusieurs articles... L’attitude de l’Italie est une énigme inquiétante, voire une mystification de la très noble et très stupide corporation des diplomates. Diplomates de tous les pays, unissez-vous pour maintenir des secrets qui, si on les connaissait, feraient éclater de rire tout le monde. Nous voyons clairement tous des inconvénients de notre situation énigmatique, à savoir que les avantages politiques nous échappent peu à peu"... Il Popolo d’Italia ajoute, le même jour : "Les Alliés croient que les Italiens ont peur. Notre guerre menace de rester une rixe personnelle avec les Autrichiens. L’on prépare ainsi à l’Italie de tristes lendemains de guerre" (Bulletin n° 17).

30La presse italienne publie sans arrêt des articles sur la France, mais, en février 1917, à la suite d’une visite de parlementaires français sur le front italien, les journaux donnent nombre de textes sur les Français, que le Bulletin n° 37 analyse. La Gazzetta del Popolo donne une interview de l’historien Guglielmo Ferrero, bien connu, où est exprimée une vibrante admiration pour le moral français et une grande joie face à la sympathie franco-italienne. Dans La Tribuna du 21 février, le député Sarti demande que l’enseignement de l’Italien devienne obligatoire en France comme celui du Français l’est en Italie. La presse parle beaucoup de l’édition d’une plaquette illustrée et bilingue signée de M. Barres et relatant son voyage au front italien. La Tribuna détaille les éloges de Barres sur l’armée italienne, mais déplore une phrase de l’écrivain : "En Italie, nous avons jadis éprouvé l’amer sentiment d’aimer sans être aimés". Il Giornale d’Italia fait l’éloge de Barrés, "l’auteur de Mensonges" (sic !), qu’il confond donc avec Paul Bourget ! Dans II Resta del Carlino, c’est Giovanni Papini qui attaque Gustave Le Bon, qui aurait parlé du caractère italien avec insuffisamment d’admiration ; et Papini de vitupérer aussi Faguet, Paud Adam, Le Dantec et André Suarès... (Bulletin n° 37).

31C’est le 29 octobre 1917 que les journaux italiens révèlent le désastre de Caporetto, l’aile gauche du front italien rompue, la perte de l’Isonzo, l’invasion du Frioul. Le 30, toute la presse a un mot d’ordre spontané : "Le moment est venu de n’être plus que des Italiens. C’est pour nous l’heure de l’Union sacrée”. Le résultat est que le cabinet Orlando-Nitti se trouve soutenu même par les catholiques intransigeants et les socialistes, jusque-là d’opposition irréductible. Le 31 octobre 1917, l’on annonce l’arrivée des premiers renforts franco-anglais. C’est le 9 novembre 1917 que le général Cad orna est remplacé par le général Diaz ; il est victime, non d’une défaite, mais d’un tragique malheur" (Resta del Cardino). Le dernier acte de Cadoma a été la publication de l’ordonnance du 2 novembre donnant aux soldats débandés un délai de cinq jours pour se présenter à l’autorité militaire, sous peine d’être fusillés dans le dos. Dès le 1er novembre, la presse salue d’arrivée des alliés, demande à la population de faire apprécier l’Italie aux Britanniques et aux Français, dépaysés. Il est question de "la grande solidarité de la France". Même L’Idea Nazionale relate "l’unanime participation affectueuse de la France à l’effort de guerre italien... Nous n’oublierons pas". De fait, la presse (fin novembre) va insister sur l’accueil triomphal fait aux soldats franco-anglais ; Il Giornale d’Italia, libéral, donne une interview du, ministre de l’Instruction publique Berenini sur "la fraternité franco-italienne, le geste magnifique de la France" ; le message officiel d’Orlando saluant l’entrée en ligne des Français est commenté, avec éloges, par tous les journaux. Il Carrière délia Sera du 28 novembre exalte "la fraternité d’armes et de foi qui anime les deux nations latines, qui se sentent plus fraternellement rapprochées face à l’ennemi : il n’y a plus qu’une seule armée, une armée latine qui prépare le jour suprême de la vengeance et de la justice".

  • 30 Bulletin périodique de la Presse italienne n° 58, 59,61.

32Mais déjà percent des fausses notes, les Français prendront l’offensive, avec des pertes douloureuses, et prendront le Mont Tomba... Or, dès le 271l Carrière souligne (ce qui est d’ailleurs vrai sur le plan militaire) que les Italiens ont rétabli leur front tous seuls, après Caporetto, sur la Piave : l’ennemi se heurte à une barrière inébranlable derrière laquelle il voit une Italie ennoblie et raffermie par le malheur, une Italie où les imitateurs de Lénine et de Trotzky sont entourés du mépris public. L’armée, depuis quinze jours, accomplit des prodiges ; les Alliés et le monde civilisé sont d’accord pour reconnaître que la réorganisation des forces a prévenu, par sa rapidité, les espérances et les impatiences. Mais le résultat moral l’emporte sur le résultat militaire : l’ennemi a été arrêté par les seules armes italiennes. Les Italiens lui ont prouvé que l’Italie possède encore une armée capable de vaincre. Nos compagnons d’armes ne viennent pas reconstituer ses troupes ébranlées, arrêter les Austro-allemands pour permettre à nos divisions de se réorganiser : ils viennent prendre leur poste de combat au milieu de soldats valeureux qui ont déjà su infliger à l’ennemi des pertes sanglantes30 ; Avons-nous tort de parler de fausses notes ? Ne s’agit-il pas d’une légitime fierté ? L’arrêt sur la Piave prépare la victoire de Vittorio-Veneto. Rappelons qu’en 1918 les Italiens ont envoyé un corps d’armée sur le front français, un des meilleurs, qui s’est avéré (jusqu’au 11 novembre) d’un dévouement héroïque...

33Le 4 novembre 1918, la victoire italienne a imposé la capitulation et l’armistice à l’empire austro-hongrois, lui-même en pleine décomposition. Après l’effondrement allemand, dans la semaine du 2 au 10 décembre 1918, la presse italienne développe une inquiétude, selon le Bulletin n° 98, "où se manifeste la préoccupation dominante de maintenir tous les droits que l’Italie tient de sa victoire, dont l’importance décisive n’est pas assez comprise de tous des Alliés". Ainsi, dans L’Idea Nazionale, Forges-Davanzati commente un article de l’Action française du 30 novembre où il se félicite de voir ce journal royaliste reconnaître enfin que l’Italie et la France ont des droits égaux en ce qui concerne le problème de l’Europe centrale. "Mais notre offensive, notre belle victoire de Vittorio-Veneto, ses conséquences extraordinaires, ont été trop souvent traitées comme un détail par la presse française, comme un simple aspect de la décomposition autrichienne... En outre, la presse française adhère à la violente hostilité des Yougoslaves (sic) envers les Italiens... Notre victoire définitive, affinant notre sensibilité, a aussi fortifié notre dignité". Notons l’apparition du problème italo-yougoslave, tension qui aboutira à la guerre, en 1941, entre les deux pays. Rappelons que le fameux pacte de Londres, de 1915, avait promis aux Italiens l’annexion d’une partie de la Dalmatie, peuplée de Slaves, pour des besoins stratégiques... Cette promesse (et bien d’autres, on le sait) ne fut pas tenue par les Alliés, d’où l’apparition, en Italie, de la blessure douloureuse, de la grande et cruelle déception de "la victoire mutilée" (avec l’occupation de Fiume par D’Annunzio, etc.), malaise dont sortira le fascisme...

34Le 3 décembre 1918, dans L’Idea Nazionale, Tomaso Monicelli réplique à un article de Paul Painlevé, paru dans Le Petit Parisien, sur les lendemains de Caporetto : "Ce n’est pas le maréchal Foch qui a choisi la Piave comme digne de résistance, mais le général Cadoma, dès le 25 octobre 1917, et les divisions françaises n’ont pas participé à cette glorieuse résistance". Dans II Popolo d’Italia du même jour, Benito Mussolini écrit : "Les Italiens ont bien peu de choses à se reprocher à l’égard des Français... Il faut que les Français réalisent ce qui est la donnée dominante dans l’âme italienne à présent : une plus haute conscience, une plus délicate sensibilité nationale. La petite Italie, effacée, modeste, sans prétention, l’Italie aubergiste, est morte ! Les hommes de vingt à trente ans sont des exaspérés d’italianité. Nous sentons dans nos veines au plus profond de nous-mêmes, le dynamisme de l’Italie ; c’est la guerre qui nous a révélés à nous mêmes".

  • 31 Bull. n° 118.

35Le fossé franco-italien se creuse en 1919. Ce ne sont pas seulement des récriminations des nationalistes qui agissent ; il se développe des courants qui font profession de francophobie hors des milieux pré-fascistes. Ainsi La Nazione est un quotidien de Toscane, dont Carlo Scarfoglio, a fait, depuis qu’il en a pris la direction, un organe anti-français. Or c’est un journal conservateur éloigné de Mussolini. Lisons, le 3 août 1919 : "Paris vit un été troublé, toute sa joie factice est tombée au lendemain des défilés militaires du 14 juillet, et la tristesse et la lassitude ont repris le dessus. La fatigue de la guerre a laissé la France si épuisée et si résignée que le coup de fouet de la victoire elle-même n’a pu ranimer le pays. C’est que la France a jeté dans la guerre non seulement son corps mais aussi son âme... Elle a traversé toute la période de guerre dans un esprit d’angoisse tragique, elle a dû fournir un effort de résistance nerveuse qui l’a épuisée pour longtemps. Au point de vue économique, l’élasticité de la France est incomparable. Elle rebondit mieux encore que l’Angleterre, qui ne pourrait résister sans ce qui lui vient d’outre-mer. La France doit à elle-même presque toutes ses ressources, mais au point de vue moral, il semble qu’elle soit à bout, elle a besoin de repos. Sa production intellectuelle est tarie... Sa littérature se réduit aux mauvaises publications posthumes de Mirbeau, aux radotages séniles d’Anatole France, centenaire (sic !) ; et l’on ne trouve qu’un seul écrivain, qui est dans les rangs internationalistes, Barbusse. La vie politique française n’existe plus, les forces de l’opposition sont éteintes, la vraie critique politique a cessé, la presse vit dans une servitude volontaire, médiocre et triste, qui est la conséquence de cinq années (sic !) de discipline et de contraintes... Les Français ne sont plus ni rebelles, ni inventifs, tout se ressent de cette anémie cérébrale française, la mode elle-même. Les Parisiennes ne sont plus bien habillées et les grands couturiers s’avouent à court d’idées et de créations"... Article qui commence par des observations bien prises et dérape, s’achève sur un dénigrement. En contrepoint, ne rappelons que les prix littéraires 1919 : Marcel Proust Roland Dorgelès, Jérôme et Jean Tharaud, Pierre Benoit ; quant à Anatole France, il avait soixante-dix-sept ans en 1921, lorsqu’il reçut le prix Nobel de littérature. Il était vieilli et non sénile, mais il s’était rapproché de l’extrême gauche, ce qui devait déplaire à C. Scarfoglio...31.

  • 32 Bull. n° 118 également.

36Certes, le grand grief historique des Italiens, c’est l’injustice de la paix de Versailles. Dès le 12 août 1919, Goffredo Bellonci, dans II Resto del Carlino demande "la révision du traité de Versailles. Les clauses de ce traité sont les articles d’un contrat d’affaires rédigés par quelques instituts bancaires et industriels contre des concurrents. La défense du traité sera toujours une défense des intérêts de certaines aristocraties financières françaises et anglo-saxonnes. Les armées futures seront des armées de mercenaires envoyées au massacre par des potentats de l’ader et du charbon, plus arrogants encore que les Hohenzollem. Et nous n’avons guère confiance dans des partis socialistes français ou britanniques, car les Samuel Gompers, Henderson, Longuet se sont montrés partisans de protéger les privilèges des seuls ouvriers anglo-saxons et français. Les prolétariats des pays vaincus et asservis se dressent aujourd’hui contre les prolétariats des nations victorieuses et dominatrices avec une haine qui grandira de jour en jour"32.

  • 33 Bull. n° 119.
  • 34 Voir J. Bastier, L. F. Céline, Le cuirassier blessé (1914-1916), Éditions du Lérot, Tusson 1999.

37À l’été 1919, la presse italienne se passionne pour les travaux de la commission d’enquête sur Caporetto. Mais cette enquête aboutit à des déceptions. Le Carrière délia Sera se livre à des sarcasmes : "Cette enquête s’enlise, la commission a accumulé un fatras de documents et de témoignages, sans plus". La grande question est : le général Cadoma est-il responsable ? Une polémique oppose l’Avanti, organe des socialistes unifiés, et Il Popolo d’Italia, de Mussolini : le premier attaque tous les généraux et le second veut les défendre tous. Dans Il Secolo au 24 août 1919, G. Ferrero donne un très bel article de réflexion sur Caporetto : "La clef de la défaite de Caporetto se trouve dans les conditions d’une guerre offensive à laquelle les forces armées italiennes ne pouvaient suffire et qui fut imposée à l’Italie non par la faute d’un général, mais par les conditions mêmes dans lesquelles plus d’un demi-siècle d’histoire obligea l’Italie à intervenir dans la guerre mondiale. Telle est la vérité ; si l’Italie avait quitté la Triplice en 1911 et si, au début de la guerre de 1914, elle était entrée tout de suite en campagne aux côtés des Alliés, par suite de ses engagements, son armée aurait pu, après avoir croisé le fer avec l’ennemi, se retrancher sur une ligne et y attendre des mois et des années en préparant des offensives partielles comme le firent les Anglais et les Français de 1914 à 1918. Nous dûmes au contraire intervenir sept mois après le début de la guerre, en brisant une alliance vieille de plus de trente ans, sans être tous d’accord, et en justifiant notre intervention par un plan de revendications nationales précises. Pour ces raisons, nous devions faire une guerre offensive, aucun italien ne pouvait mettre l’armée sur la défensive, avant d’avoir conquis au moins Trente et Trieste. L’armée italienne avait-elle la puissance nécessaire pour soutenir un tel effort offensif ? Hélas, non... Au début, les armes manquèrent, l’encadrement fut un peu faible, l’instruction des soldats trop rudimentaire et trop courte, la préparation morale des masses à peu près nulle. Pour les masses, la guerre a été une épouvantable surprise, qui les a étourdies. Enfin, et ce fut le plus grand malheur peut-être, il y avait les Alpes. L’expérience des siècles montre que les guerres se gagnent en plaine. Deux pays séparés par une chaîne de montagnes ne peuvent pas livrer de bataille décisive. Fallait-il reculer dans la plaine du Pô pour y vaincre en plaine l’armée autrichienne ? C’était là une solution insensée que le peuple, d’ailleurs, n’eût pas acceptée. D’autre part, l’armée italienne n’a jamais eu les forces suffisantes pour porter la guerre en Autriche au-delà des Alpes et atteindre Vienne... De plus, l’Autriche avait la peau dure, l’armée italienne s’épuisa dans des offensives stériles. Il n’y a pas besoin d’incriminer ni les socialistes, ni le pape pour expliquer l’indiscipline croissante. Aucune armée n’aurait pu supporter pendant des années un effort aussi surhumain de guerre en haute montagne. La commission (d’enquête sur Caporetto) a fait des révélations sur la terreur disciplinaire intermittente, celles que fait Avanti tous les jours sont horribles. Le gouvernement devrait entreprendre une prompte révision de tous les procès et condamnations, et punir, dans la mesure du possible, les abus commis. Mais il serait injuste de voir dans tous nos généraux des tigres altérés de sang. La terreur disciplinaire n’était pas fille de leur férocité, mais de leur angoisse... La guerre mondiale, de masses et de machines, a jeté le monde dans l’immense confusion présente, où les hommes n’arrivent plus à se reconnaître, et où ils feront bien de ne pas trop se fier à la victoire elle-même, car il semble désormais que, dans ce monde bouleversé, tout agit au rebours de sa nature... Il faut réformer radicalement les systèmes militaristes absurdes et inhumains que l’Europe a constitués à la suite d’exagérations graduelles depuis la Révolution française de 1789 ; c’est là la cause première et la plus profonde de tous les maux qui ont affligé l’Europe et menacent de la conduire à sa perte”33. Cette dernière remarque rejoint une pensée de Céline, dans Voyage au bout de la nuit, où Bardamu explique qu’une dimension de l’horreur de la Grande Guerre vient du fait que l’on a mobilisé des millions d’hommes, les "couillons drapeautiques", héritiers de la levée en masse de Valmy..."Armées en haillons dans la boue et le sang” (Jaurès)34.

38L’horreur des champs de carnage de 1914-1918 pouvait aboutir à la folie (cas de Bardamu, de Moravagine, le héros de Cendrars, l’amnésie, cas de Siegfried, le héros de Giraudoux) ; cette horreur pouvait aboutir à une prise de conscience chrétienne (cas de Georges Bernanos) ou humaniste, exaltant l’amour de la création (cas de Maurice Genevoix). Mais l’épouvante des massacres pouvait aussi engendrer révolte et nihilisme (cas de Drieu La Rochelle), choix de la révolution et du communisme (cas, pour citer encore des exemples français, de Barbusse, Bernier, Vaillant-Couturier, etc.). Guglielmo Ferrero a admirablement entrevu la menace révolutionnaire. C’est en effet le titre de l’article qu’il publie dans Il Secolo du 15 décembre 1919, lequel, en vérité, reproduit une déclaration qu’il fit alors à Bruxelles à la Conférence pour l’institution de la S.D.N.

39"La seule question qui domine toutes nos pensées et tous nos débats est celle-ci : comment une civilisation qui, il y a six ans, semblait l’image même de l’ordre, a-t-elle pu se changer toute entière en ce gigantesque tourbillon de désordre qui dévaste la terre ?... Méditons ensemble sur l’expérience italienne, puisqu’elle anticipe -comme un avertissement à la folie universelle- l’avenir de tous les États qui passeront à côté d’elle sans la comprendre. Il y a trois mois le monde stupéfait vit tout à coup quelques poignées de soldats italiens se révolter et proclamer leur volonté de résoudre par la force ces problèmes de la conférence de Paris... Lors des élections, les socialistes italiens ont déclaré que la guerre mondiale a été un crime et ils proposent d’anéantir un ordre des choses impuissant et pourri. L’Europe s’est demandée si l’Italie ne voulait pas défier le monde au lieu de fonder la S.D.N.... De plus, ici et là, les socialistes invitent les peuples à acclamer les noms scythes des nouveaux réformateurs du monde, Lénine, Trotzky... Dans les villes et les campagnes, des milliers d’hommes se sont levés pour choisir le symbole de la révolution sociale comme expression de leur volonté. En même temps, le parti catholique descend dans la lice, en désignant la parole du Christ comme seul remède à la barbarie savante qui a envahi ce monde redevenu païen. D’autres millions d’électeurs ont eu confiance dans l’inconnu, dans un parti qui n’avait pas encore de passé et ne comptait presque que des hommes nouveaux. Que se passe-t-il donc dans cette nation, qui admire la force capable de se faire justice elle-même, en même temps qu’elle lève les yeux vers des images oubliées du Christ, qu’elle s’imagine que l’âme des peuples, dans la culture européenne, pourra trouver son salut à l’école des Scythes encore à demi barbares ? Est-ce là une folie multiforme qui l’agite ? Non. Ce désordre psychologique naît d’une seule cause : les incertitudes, les lenteurs, les oscillations et les contradictions de la conférence de Paris. Dans l’espace de cent-trente ans, l’Europe a livré deux guerres universelles, dont la seconde fut plus courte, mais plus meurtrière, plus féroce, plus effroyable que la première. La première fois, l’Europe put facilement se préserver de l’anarchie et du désordre qui, autrement, eussent été déjà alors son châtiment certain... Parce qu’en 1814 elle trouva, pour remettre l’ordre et pacifier les États, une autorité -la monarchie- et un principe -la légitimité. Mais une telle fortune ne semble pas devoir se répéter aujourd’hui. Il n’y a aucune autorité qui compte ; et quant aux principes, ils sont trop nombreux, peu clairs, confus, contradictoires, fertiles en malentendus : nationalités, autodécision, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, équilibre des puissances, S.D.N. ; de là découle une incertitude universelle dont les intérêts, les ambitions et les cupidités anciennes et nouvelles ont profité pour opprimer, une fois encore, la justice et le droit, quoique dans une proportion bien moindre que trop de personnes ne l’affirment. Cette conclusion d’une guerre si importante ne saurait satisfaire personne.

40L’Italie est la première, parmi les grandes puissances, à exprimer son mécontentement. Voilà l’explication des phénomènes contradictoires qui ont étonné l’Europe et l’Amérique ces derniers mois. Une partie des classes cultivées a cru protester à bon droit en se faisant justice elle-même. Et le gouvernement a dû la laisser faire et se renfermer dans une nullité et une passivité lamentables, parce qu’il ne pouvait opposer aucun principe clair, précis, et rendu impératif par sa justice souveraine, à cette passion véhémente, irritée par trop de contradictions et de confusions. À leur tour, les multitudes ont protesté en prodiguant leurs suffrages aux deux partis qui n’étaient point responsables de la guerre et qui avaient affirmé avec le plus de force la nécessité suprême de débarrasser le monde de ces guerres sans fin et sans loi... Les multitudes ont résisté à toutes les tentations tapies dans la pensée angoissante que la neutralité de l’Italie leur eût épargné tant d’indicibles souffrances ; elles ont tout sauvé à l’automne de 1917, quand tout espoir semblait perdu. Mais elles avaient accepté la guerre comme le moyen suprême de pacifier l’Europe, et elles ont dit, dans les élections récentes, à leur gouvernement, aux Alliés, à l’Europe : "le destin nous avait placées en dehors de la mêlée, nous nous y sommes jetées pour sauver la civilisation occidentale... On nous avait promis en récompense, pour nous et pour nos enfants, une paix juste et durable, et la fin des horreurs dont nous fûmes témoins et victimes dans les tranchées. Le moment est arrivé de tenir cette promesse. Plutôt que de nous voir déçues, nous sommes prêtes à tout, même à tenter l’aventure d’une révolution sociale"...

  • 35 Voir Bulletin quotidien de Presse étrangère n° 1331. Sur G. Ferrero, l’excellent livre de B. Bianco (...)

41Nous ferons tout ce qui dépend de nous pour épargner à nous-mêmes et à la civilisation, le malheur immense d’une révolution qui éclaterait en Occident... Mais la réussite ne dépend pas seulement de nous, mais aussi de nos alliés, et d’autres puissances. Le danger terrible qui menace l’Italie, et avec elle de si nombreux pays européens, provient en partie de la déception occasionnée par la S.D.N., laquelle avait excité tant d’espérances, il y a un an... Puisque l’Italie est, de toutes les grandes puissances, celle que cette paix défectueuse et chancelante a fait le plus souffrir, permettez-moi de vous dire franchement qu’il n’y a plus de temps à perdre. Les digues craquent, et cela non seulement en Italie, mais dans l’Europe entière". Ce beau texte méritait d’être cité largement tant il est lucide et prémonitoire. Il est rare que nos Bulletins donnent une aussi longue traduction d’un article de presse. Sans doute le traducteur a-t-il perçu le génie de G. Ferrero, qui allait devenir l’historien célèbre, en France, de Napoléon, mais aussi un des meilleurs essayistes ou chroniqueurs de L’Illustration...35

  • 36 Voir J. B. DUROSELLE, La Grande Guerre..., p. 259, 267, 269, 271, 272, 275, 276,332, et la thèse de (...)

42Cette modeste évocation des pulsations de l’opinion publique italienne en 1916-1919 ne nous éloigne pas de Camille Barrère : en son ultime livre, J.B. Duroselle a bien montré comment, à cause de la guerre, ces diplomates avaient changé d’univers, comment, de cet univers feutré des cours et des chancelleries d’avant 1914, où ils se souciaient surtout de l’opinion des autres membres du corps diplomatique et d’une élite politique et mondaine, ils ont dû s’adapter à un univers de guerre dite psychologique, affrontant la lecture des journaux, voire le bruit des manifestations populaires, de liesse ou de grogne. Ainsi, dans les milieux catholiques, Barrère dut s’accommoder de l’action du Comité de propagande animé par Mgr. Baudrillart, Mgr. Duchesne, Maurice Vaussard... Mais l’ambassadeur s’entendit fort mal avec Julien Luchaire, directeur de l’Institut français de Florence, personnalité qui, plus tard, allait se trouver fort contestée à la S.D.N., critiqué pour sa vie privée et ses maladresses en tant que directeur de l’Institut international de coopération intellectuelle. La guerre, par contre, allait rapprocher Barrère de Sonnino, au point que l’on a pu les qualifier de compagnons d’armes 36.

  • 37 Voir les remarques de J. B. Duroselle, La Grande Guerre..., p. 333-335. Outre les Mémoires de Cadom (...)

43En 1919, deux faits ont créé la mésentente franco-italienne, faits qui ont commencé d’empoisonner les relations entre les deux pays et d’irriter l’opinion en Italie, au point d’aboutir aux incidents de Venise, en 1921, où Barrère s’est trouvé aux prises, physiquement, avec l’hostilité populaire, drame symbolique de la mutation de la vie diplomatique. D’abord, les Français n’ont cessé de sous-estimer, voire de mépriser l’armée et le soldat italien. Ce préjugé a continué d’exister en 1940-1944, alimenté par l’antifascisme, les défaites italiennes en Grèce, en Libye, près de Stalingrad, préjugé fort injuste si l’on regarde les énormes difficultés des soldats italiens creusant des tranchées en haute montagne, dans le granit au Monte Carso, démunis d’armes lourdes en 1940, succombant sous le nombre et le froid en Russie. Un second fait résidait dans l’hostilité aux Italiens du président du Conseil Clemenceau, le Père La Victoire détestait l’Italie d’un point de vue philosophique, c’était pour lui le pays du césarisme, le pays qui avait conquis la Grèce et opprimé le génie grec, c’était le pays du catholicisme, la résidence de la papauté37.

44Le mépris du Tigre éclata dans son fameux discours à la Chambre des députés du 24 décembre 1919 ; les journaux italiens s’enflammèrent de colère et d’indignation. Il Resta del Carlino au jour de Noël dit : "Le despote a parlé !... La S.D.N. sera l’organe de la domination française et anglaise sur le monde... Unies, la France et l’Angleterre vont dicter leur paix... Clemenceau croit qu’un accord italo-yougoslave garantirait la paix future. Nous constatons que les bureaux de la S.D.N. sont occupés par les Français et les Anglais exclusivement, Sir Éric Drummond, secrétaire général de la S.D.N. ignore jusqu’au nom du délégué de l’Italie, le professeur Anzilotti". Il Carrière d’Italia du 28 décembre 1919 : "Clemenceau reproche à l’Italie de ne pas respecter le pacte secret de Londres, où elle renonçait à Fiume. Il appelle les Serbes valeureux combattants de la première heure, façon élégante de reprocher à l’Italie de n’être intervenue qu’en 1915. Avec une sincérité de caporal, il confond les Serbes avec les Croates qui, eux, ont combattu dans les rangs autrichiens, courageusement... Nous ne sommes pas de ceux qu’une exaspération nationaliste amène à tirer des conclusions exagérées, mais Clemenceau ne prit pas le soin de dire un seul mot aimable à l’égard de l’Italie. N’a-t-il pas un état d’âme étrange envers nous ?"

45Nos Bulletins remarquent que, dès cette époque, la presse allemande fait écho aux doléances italiennes. Cela préfigure-t-il déjà l’axe Rome-Berlin ? Certes, de telles considérations seraient imprudentes et l’historien ne saurait s’abstenir de nuancer. Walter Oehme, dans le Berliner Volkszeitung du 23 décembre, écrit : "L’Italie a été trop déçue par la paix de Versailles ; c’est qu’on y a trop senti l’égoïsme des Anglais, des Français, des Américains. Dès que l’Italie sera sortie de son effroyable détresse économique, et se trouvera ainsi plus indépendante de l’Éntente, elle orientera différemment sa politique étrangère, et elle trouvera d’Allemagne prête à nouer avec elle des relations économiques, à l’aider, à défendre ses droits nationaux. Les deux peuples n’ont nulle raison de se reprocher mutuellement les erreurs de leurs anciens gouvernements".

46Le 29 décembre, Il Tempo (Rome) s’encolère encore contre Clemenceau : "son discours encourage le triomphe des partis populaires et du parti socialiste, hostiles à la paix de Versailles, le gouvernement français a envoyé en Italie des agents spéciaux, déguisés en touristes, pour une enquête politique sur les sentiments italiens et la situation parlementaire, les conséquences de la mauvaise humeur du président français envers l’Italie. Ils ont appris que l’Italie n’est pas disposée à conclure une alliance militaire avec l’entente contre l’Allemagne et la Russie bolcheviste. Clemenceau a exalté les courageux yougoslaves, or ils ont combattu sous le drapeau des Habsbourg contre nous ! Au Sénat, M. Mazziotti a protesté dans un discours énergique, il a eu raison de dire que ce n’est pas de cette façon-là que peuvent se resserrer les liens entre les deux nation latines, sous les applaudissements". Il Giornale d’Italia, au même jour, s’ exprime dans les mêmes termes.

  • 38 Bull, quolid. de Presse étr. n° 1339 du 29 décembre 1919, n° 1341 du 31 décembre 1919, n° 1342 du j (...)

47À La fin de 1919, après un accord passé entre Barrère et le comte Sforza, les textes des accords de 1902 sont publiés dans un Livre Jaune français. Le Bulletin du quai d’Orsay constate : "Le Livre Jaune révèle soudain l’existence, antérieure de douze ans à la guerre, d’un traité de contre-assurance qui garantissait la neutralité de l’Italie envers la France en cas de guerre défensive. L’Italie est restée fidèle à la Triplice, notent les journaux italiens, car elle la considérait comme un élément d’ordre. Cet argument réfute le machiavélisme défaitiste de certains Italiens, selon lequel l’Italie aurait dû, au début d’août 1914, négocier sa neutralité. Or celle-ci se trouvait promise dès 1902. Le Livre Jaune français prône une conception morale des rapports entre les nations. L’histoire de la Triplice est triste, à cause du péché originel de l’arbitraire bismarckien... La presse italienne remarque que les journaux français ne respirent que fraternité et bonne volonté, qu’ils profitent de cette publication pour souligner la dette de gratitude de la France envers l’Italie en 1915-1918. Mais les journaux d’Italie réalisent que le gouvernement français, s’exprimant par la bouche de Clemenceau, a été d’une malveillance qui frise la brutalité, le président ayant dit des insolences et humilié une nation dont l’amitié pourrait demain lui être indispensable. La France est pour l’Italie un enfer pavé de bonnes intentions". Cette note de synthèse utilise un éditorial au Corriere délia Sera du 29 décembre 1919. En 1920, la tempête ne se calme pas. En glanant des textes, nous remarquons le 20 mars une campagne déclenchée par Il Secolo : la reprise de relations diplomatiques entre la France et le Vatican inquiète les Italiens. Un député français a demandé si les diplomates français avaient fait le nécessaire pour que "nulle équivoque ne pût s’élever entre la France et l’Italie, son amie et alliée... Qu’arriverait-il si M. Deschanel venait à Rome se demandent les Italiens ?". Le 1er mai, le Corriere délia Sera s’indigne "Il y a des journaux français de premier ordre et des journalistes de valeur qui ont imprimé dernièrement des insolences contre notre président du Conseil (Nitti) d’une crudité telle qu’aucun journal italien sérieux n’imprima les pareilles contre Clemenceau". Le 6 mai 1920, l’Idea Nazionale déclenche une campagne contre la guerre douanière déclarée par les Français au commerce italien : Ces tarifs douaniers français frappent les importations de marchandises d’Italie de taux prohibitifs. Le journal annonce qu’un décret est à l’étude pour frapper aussi lourdement les produits français, qui constituent 80 % des articles de luxe importés par les Italiens...38.

48Cette hostilité culmine avec les incidents de Venise les 22 et 23 septembre 1921. Une mission française, présidée par le maréchal Fayolle, qui commanda des soldats français expédiés en Italie en 1917, vient dans la région de l’ancien front inaugurer un monument aux morts sur le Monte Tomba où les Français remportèrent une victoire contre les Autrichiens. Le 22 au soir, à Venise, après un discours de Fayolle sur la fraternité latine, qui fut écouté dans un silence glacé, la Marseillaise ne fut pas acclamée, tandis que l’on acclama la marche royale. Ensuite fusèrent les cris de "A bas la France ! Vive Fiume ! Vive l’Italie !". À la fin de la matinée du 23, la délégation française visitait la basilique San Marco ; à là sortie, le général Diaz, le ministre de la Guerre Gasparotto, le maire de Venise exhortèrent, avec sévérité, la foule à respecter les hôtes français. Mais quand les personnalités françaises traversèrent la place Saint-Marc pour aller au Campanile, la foule rompit les barrages, des jeunes fascistes entourèrent un moment le maréchal Fayolle, Camille Barrère et des officiers de la mission française en vociférant. Tous les journaux d’Italie signalent que l’ambassadeur saisit soudain au collet un manifestant en l’invitant à répéter son cri de "A bas la France !", et que ce manifestant se serait aussitôt perdu dans la foule. Un troisième incident a éclaté le soir du 23 à 21 h 30 lors d’un concert donné place Saint-Marc et commençant par la Marseillaise : des jeunes fascistes ont interrompu l’exécution et ont même chassé les musiciens. Le ministre Gasparotto est venu immédiatement présenter des excuses à Camille Barrère, au nom de son gouvernement. À Paris, l’ambassadeur d’Italie, Bonin Longare est allé présenter à A. Briand les excuses du gouvernement italien. Le maire de Venise a démissionné à titre de protestation contre les fascistes.

49Dans son journal, Il Popolo d’Italia, Benito Mussolini a pris la défense des manifestants et montré que le voyage de la délégation française avait pris un caractère politique, justifiant les réactions de "la population italienne" (sic !). D’autres journaux en profitent pour énumérer les torts des Français depuis 1917, le règlement à trois de la question turque, sans l’Italie, négociation d’une paix séparée avec l’Autriche, et, depuis 1920, suppression du Monténégro, menées en faveurs des Habsbourg, affaire de Haute-Silésie, entente Loucheur-Rathenau pour créer une hégémonie franco-allemande aux dépens de l’Italie, mépris permanent des Français à l’égard des Italiens, pays de la mandoline et des macaronis, tout juste bon pour le tourisme, les voyages de noces et les cartes postales...

  • 39 Voir Bull, de la Presse italienne n° 169 (presse du 16 septembre au 5 octobre 1921), Bulletins quot (...)

50Avec l’avènement du Fascisme, la situation de Barrère est devenue désagréable. Mussolini ne l’aimait pas du tout. Jules Laroche, Léon Noël ont tracé un portrait attachant de l’ambassadeur, de ses talents de violoniste et de musicologue, de son art consommé de la chasse au renard et de l’équitation. Aristocrate au bon sens au terme, artiste, trop influent sur les hommes d’État italiens, Barrère ne pouvait qu’être jalousé et détesté par le dictateur, qu’il tenait pour un aventurier mais dont il n’escomptait pas la chute rapide. Une lettre de Paul Cambon à son fils a révélé qu’en 1920 Barrère aurait aimé quitter Rome pour terminer sa carrière à Londres, pays de son exil et de sa jeunesse. En 1924, il eut la joie de recevoir le maréchal Foch, son ami intime, qu’il appelait "le frère de son âme". En visite privée, Foch fut reçu par le Pape et par Mussolini. Barrère avait joué un rôle déterminant à la conférence de Rapallo, en 1917, et avait obtenu l’envoi sur le front italien des troupes commandées par Fayolle. L’on imagine son amertume lorsqu’il dut entendre les jeunes fascistes crier "A bas la France" en un moment où il s’agissait de poser la première pierre du monument du Monte Tomba pour les soldats français, pour beaucoup des jeunes gens aussi, qui avaient donné leur vie pour l’Italie...39

51Précisément, alors que Barrère recevait Foch, la presse italienne fasciste s’enflammait à cause des attentats antifascistes en France : Niccolo Bonservizi, correspondant à Paris du Popolo d’Italia avait été assassiné, une manifestation fasciste à Nice avait été troublée par les antifascistes, deux militants fascistes agressés au Bois de Boulogne, enfin une bombe avait été mise à Paris rue Fortuny au siège du Fascio. En moins d’un an, il y avait eu en France trois tués et dix-huit blessés du fait des attentats antifascistes. Presque toujours ces attentats étaient l’œuvre d’Italiens réfugiés en France : "La canaille émigrée" (L’Impero du 3 mai 1924), "l’organisation terroriste italienne agit en pleine liberté en terre de France, avec la complicité des organisations pseudo-intellectuelles rattachées aux loges franc-maçonnes, lesquelles ont fait récemment une précieuses recrue italienne : Ricciotino Garibaldi" (L’Idea Nazionale, 6 mai 1924). Rappelons que le 10 juin 1924 a lieu l’enlèvement de Matteotti et son assassinat... C’est le 1er décembre qu’arrive à Rome le successeur de Barrère, lequel n’est pas un diplomate de carrière mais un politique, ami de Poincaré, avocat, René Besnard, qui eut pour premier portefeuille, en 1915, le sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique militaire.

52Mis à la retraite à l’âge de 73 ans, Barrère se dévoua à la présidence de l’Office international d’hygiène, dont le but était de combattre les épidémies. Cet organisme collaborait avec les services de l’hygiène de la S.D.N., dont L.F. Céline, le docteur Destouches, était alors un fonctionnaire... Sans doute l’ambassadeur voyait-il que ces institutions techniques étaient plus efficaces que les aspects politiques de la S.D.N., en laquelle il tendait à voir "une dangereuse chimère", redoutant, pour la France, "l’illusion du désarmement". Son opinion rejoignait celles de Foch, Weygand, Jules Cambon. Le premier inspira la Revue de France d’Horace de Carbuccia, pour demander une frontière sur le Rhin et une armée française puissante. Le deuxième et le troisième écrivirent, en 1930, dans la Revue des Vivants d’Henry de Jouvenel, des articles pour protester contre l’évacuation anticipée de la Rhénanie et pour demander, aussi, une armée forte et respectable, seul moyen à leurs yeux de faire respecter la France en Europe...

53En 1926, Camille Barrère fut élu à l’Académie des sciences morales et politiques ; il prononça un éloge de Léon Bourgeois et, dans un excursus, exposa ses idées politiques sur la démocratie, pénétrées de culture anglaise et de droit anglais. Ce discours contient un rare aveu de l’ambassadeur sur lui-même : "Durant cinquante ans, il m’a été donné de parcourir sans interruption les grands chemins de la politique européenne avec le soud constant d’y défendre l’intérêt et la sécurité du pays. J’ai pu me demander souvent, au cours de ce long voyage, si les voies que je suivais étaient les meilleures. Souvent aussi, j’ai dû prendre beaucoup sur moi-même et jeter dans la balance tout ce qu’un homme peut sacrifier aux intérêts supérieurs dont il a la charge. Ma prétention n’est certes pas d’avoir toujours évité l’erreur ; mais, dans ce que j’ai tenté et quelquefois accompli, je n’ai pensé qu’à la chose publique. Je n’ai pensé qu’à elle, à la grandeur et à la sauvegarde des intérêts nationaux dont j’avais la charge. C’est bien là, si je ne m’abuse, ce que vous avez voulu distinguer en moi. Je ne saurais dire combien j’en suis touché. Suit l’éloge de Léon Bourgeois qui "possédait à un rare degré l’art de plaire et de séduire, il savait écouter les autres et se faire écouter d’eux. Il donnait aux controverses un caractère de courtoisie et de conciliation, une persuasion oratoire qui en imposait à ses auditeurs". Bourgeois était né, comme Barrère, au temps du coup d’État... Après avoir retracé la carrière de celui qui "à cause de cet art de plaire, comme inconscient chez lui, et qui coulait de source, ne connut jamais l’inimitié et l’ingratitude publique", l’orateur s’arrête pour poser une question : "Quelle liberté d’action, le travail fructueux, de méditation nécessaire, la pratique du régime laissait-elle aux hommes appelés à gouverner, aux cabinets qui se succédaient avec une inquiétante rapidité ?"

54"... Il y a là une question intéressante à étudier, les choses n’ont pas changé depuis" (le discours est prononcé le 28 avril 1928). Barrère propose une comparaison avec le pays "générateur du parlementarisme". La Chambre des lords a perdu une part considérable de ses prérogatives, la base électorale du suffrage de la Chambre des Communes s’est étendu par étapes, sans atteindre encore un suffrage universel... Les femmes ont voté, portant au pouvoir le Labour de Macdonald et se prononçant, en masse, moins d’un an après, pour Baldwin et les Conservateurs. "Ces transformations profondes ont modernisé le Parlement britannique. Cependant, elles ne lui ont nullement enlevé le caractère de grand Conseil d’administration des affaires nationales qui fait sa force et lui assure la confiance et l’attachement du peuple anglais... Ce Parlement se recrute au scrutin de majorité. Ne l’emporte-t-il que d’une voix, le candidat est déclaré élu sans deuxième tour de scrutin... Les députés aux Communes ne peuvent voter par délégation, leur présence réelle est exigée pour certifier leurs votes. Ils ne peuvent non plus proposer une augmentation de crédits sans y joindre une contrepartie de réduction équivalente. Enfin la tribune est inconnue au Parlement anglais ; les orateurs parlent de leur place. Il leur est interdit de produire des discours écrits ; les notes sommaires sont seules admises... Parmi les pouvoirs attribués à l’exécutif, il en est un qui prime tous les autres et dont l’exerdce domine la vie politique de nos voisins ; c’est le droit de dissolution. Ce droit, le gouvernement le possède sans restriction et en use sans appel. Tous les partis considéreraient le régime parlementaire comme un vain mot, s’il n’était conditionné par la faculté du gouvernement d’en appeler au pays quand il juge qu’il ne peut conserver le pouvoir sans les conditions normales ou bien que la représentation nationale a perdu la faveur publique". Barrère loue l’usage, fréquent, de la dissolution ; la conséquence est qu’il "est fort rare qu’un cabinet soit mis en minorité au cours d’une législature. S’il finit par succomber, c’est devant le vote hostile du pays".

55Ayant noté que c’est à partir de l’institution du suffrage universel en Italie, par Giolitti (hostile à la France et chef des neutralistes en 1915), "que ce pays connut des tribulations qui ont conduit à la dictature intégrale", Barrère fait l’éloge de la décentralisation anglaise : "Cette décentralisation administrative, sur laquelle repose la vie publique, aide les ministres à gouverner. En effet, elle attribue aux autorités locales le choix du plus grand nombre des fonctionnaires. Les ministres compétents, ayant peu à donner, sont à l’abri des brigues et des sollicitations. Ils peuvent consacrer tout leur temps aux intérêts généraux de la nation et la question d’existence ministérielle devient, pour ces serviteurs de la chose publique, une considération secondaire".

56L’orateur a l’audace de dire que la démocratie française n’est plus "qu’une déformation flagrante du système parlementaire" ! "... Alors que tout, dans l’activité politique de nos voisins, a contribué à garantir la stabilité du pouvoir, tout a tendu chez nous à créer l’instabilité chronique, à affaiblir la fonction gouvernementale. Faute de majorités stables, l’existence des gouvernements, constamment menacée, est devenue chancelante, précaire et peu compatible avec la gestion des grandes affaires de l’État. Et peu à peu s’est créé un régime de faiblesse et d’instabilité, dont les accès sont ouverts à la démagogie. Ceux qui en avaient la charge, absorbés par les sollicitations, se sont vus contraints de réserver à l’intérêt local et particulier le temps qu’ils devaient à l’intérêt général. Les empiétements constants du pouvoir législatif sur l’exécutif ont limité leur champ d’action. Trop souvent les gouvernants ont été les gouvernés. Pour se maintenir aux affaires, force leur a été donnée de suivre les partis au lieu de les diriger, de compter avec la confusion des pouvoirs, de subir la triste loi de l’instabilité, de laisser inachevée les tâches de longue haleine arrêtées par les crises ministérielles multipliées". Outre Delcassé qui sut se maintenir sept ans au quai d’Orsay et Stéphen Pichon qui parvint à y demeurer plus de six ans, Barrère connut, durant sa carrière, 22 ministres des Affaires étrangères, sans compter ceux qui eurent le portefeuille plusieurs fois ; durant le même temps, le Foreign Office ne connut que sept titulaires.

57Nous avons insisté sur ces idées politiques car elles rejoignent celles d’Henry de Jouvenel de façon lumineuse. Dans la Revue des Vivants, avec le concours de ses amis, celui qui sera ambassadeur à Rome en 1933 a aussi préconisé l’usage du droit de dissolution institutionnalisé, par exemple chaque fois que le Parlement renverserait le gouvernement. Lui aussi a demandé que les députés ne soit pas admis à proposer des augmentations de dépenses publiques sans proposer des ressources correspondantes, règle instituée en France sous la Ve république. Jouvenel aussi a critiqué les flots d’éloquence, des longs discours écrits, l’omnipotence des partis, l’obligation de se soucier de rester au pouvoir plutôt que de gouverner. Ouvrant les colonnes de sa revue à Alain, il a insisté avec le philosophe sur le fait que le député devenait un moyen d’influence de ses électeurs, distributeur de menues faveurs, d’adductions d’eau ou de crédits aspergés aux clientèles électorales. Au 6 février 1934, Jouvenel, Paul Reynaud ont cru que l’instabilité allait cesser, que l’on allait réformer le régime, instituer le référendum, un régime proportionnel en vue de supprimer le clientélisme, le droit actif de dissolution par le seul président du Conseil, sans avis du Sénat, l’interdiction aux députés d’accroître les dépenses publiques par des propositions démagogiques, etc.

58Dernier trait, Léon Noël a montré comment C. Barrère était devenu un ardent catholique, ayant d’ailleurs toujours eu des liens avec les ecclésiastiques français en poste au Vatican. Le regretté J.B. Duroselle a parlé à tort d’un anticléricalisme de l’ambassadeur. Jouvenel, lui, est incroyant mais respectueux du catholicisme, puisqu’il fut l’élève, très brillant, au collège Saint-Stanislas et le condisciple de Sangnier (plus âgé), de Monzie, de Louis Gillet. André François-Poncet, quant à lui, était un catholique pratiquant et, lors de son séjour à Rome, en butte aux vexations de Mussolini, il trouva du réconfort dans l’amitié du Pape Pie XII, d’ailleurs également impuissant à raisonner le dictateur. Continuité, remarquons qu’André François-Poncet, qui connaissait admirablement les questions économiques, était un bon ami de Henry de Jouvenel et qu’il écrivait également dans la Revue des Vivants, avec Monzie, Reynaud, Jules Cambon, Jean Giraudoux, René Cassin, Lucien Romier, Georges Scapini et aussi Marcel Déat, qui allait évoluer comme l’on sait vers la collaboration avec le nazisme en 1940-1944.

Il – Henry de Jouvenel, ambassadeur de France à Rome (1933)

59Sénateur de la Corrèze de 1921 à sa mort brutale en 1935, délégué de la France à la S.D.N. en 1920, 1924, 1925, 1926, Henry de Jouvenel (1876-1935) se passionna pour les problèmes des réparations et des dettes interalliées, de la limitation des armements. Son ami Paul Boncour, président du Conseil, le nomma ambassadeur à Rome pour six mois en 1933. Étant sénateur, Jouvenel avait le droit d’être en position de détachement, mais le délai de six mois ne pouvait être dépassé. André François-Poncet, quant à lui, renonça à son mandat et à une carrière prometteuse pour rester ambassadeur. Jouvenel y pensa mais s’estima plus utile, pour développer sa politique de paix, en tant que sénateur et sans doute promis à la présidence du Conseil.

  • 40 Voir Dict. dipl. précité, T. 5, p. 533-534, notice H. de Jouvenel par A.F. Frangulis.

60Ce sénateur de la Corrèze fut d’abord un enthousiaste de la S.D.N. ; admirable orateur, il fit à Genève un discours souvent reproduit : "Il y a cent-trente ans, dans les premiers jours de la Révolution française, résumant dans une expression saisissante, à la fois toutes les espérances que la Révolution apportait à l’Europe et toutes les difficultés qu’elle y rencontrait, un orateur s’écriait : "Souvenez-vous que le bonheur est une idée neuve en Europe". Cette idée-là, elle a été désertée, elle a été trahie ; mais je sais un peuple qui n’y a jamais renoncé et qui considérerait que ce n’est pas la peine d’avoir laissé tant de sang à toutes les stations de tous les calvaires pour ne pas laisser enfin un peu de lueur sur les dmes. En face de cette conception de la civilisation, il y en a une autre, c’est celle qui a dit, avec Bismarck : "La force prime le droit", celle qui a dit, avec Bethmann-Hollweg : "Les traités sont des chiffons de papier", celle qui, avec le philosophe le plus connu de l’Allemagne moderne, Nietzsche, a dit que la vérité était la formule la moins efficace de la connaissance. Entre ces deux civilisations, il faut que l’une ait raison, car la victoire, ce ne sont pas des flottes dispersées, des armées détruites, des terres regagnées, la victoire, ce sont les esprits qu’on amène à sa conception de la civilisation humaine" (discours du 25 septembre 1922)40.

61Le 25 septembre 1925, Jouvenel déclara à la S.D.N. que l’arbitrage, des sanctions, de désarmement constituaient un tout indivisible. Il fut un des apôtres de la doctrine française au désarmement : "Sécurité d’abord ! ; c’est en 1927 qu’il perdit sa foi en la S.D.N., il considéra qu’elle "n’était pas en mesure de prendre les responsabilités qui s’imposaient. Notons que cette année-là, il publia "L’Italie et nous", premier numéro de sa Revue des Vivants où l’on pouvait lire de beaux articles de Pierre Benoît, Henri Béraud, Laurent-Eynac, Jean Fabry, Claude Farrère, Paul Hazard, Georges Suarez, Jérôme et Jean Tharaud, René Cassin, Léon Gerville-Réache, journaliste...

  • 41 Voir M. Vaisse, Sécurité d’abord, La politique française en matière de désarmement, 9 décembre 1930 (...)

62Dans sa thèse, désormais classique, Maurice Vaîsse a étudié le projet de Jouvenel, en 1930, de l’internationalisation de l’aviation, qui aboutissait à la suppression de l’aviation de bombardement. Le 27 novembre 1931, au Trocadéro, la revue L’Europe Nouvelle, où Louise Weiss joue un rôle déterminant, organise un Congrès au Désarmement qui réunit 1098 délégués venus de tous les pays : Jouvenel y représente la France aux côtés d’Herriot, Paingavé, Paul-Boncour, Louise Weiss. Les Croix de Feu interrompent l’ouverture de la manifestation, empêchant Herriot de parler, et c’est le colonel de La Rocque qui lit un discours affirmant pourquoi la France ne doit pas désarmer...41

  • 42 Dans Les relations franco-italiennes de 1933 à 1938, a cura di J.B. Duroselle e Enrico Serra, Roma, (...)

63La mission à Rome de Jouvenel comme ambassadeur extraordinaire, nommé à la suite du décès soudain de Beaumarchais, a été étudiée par notre collègue Maurice Vaîsse42. Notre modeste ambition est, ici, de confronter simplement la figure de cet ambassadeur aux réactions de l’opinion italienne, analysée par les Bulletins de presse du quai d’Orsay, ou même aux réactions de la presse d’autres pays, et d’évoquer aussi l’écho et les impressions de Jouvenel lui-même, retenues par la Revue des Vivants.

64À partir de mai 1932, le gouvernement français essaie de se rapprocher de l’Italie fasciste, mais l’atmosphère est décourageante. Ed. Herriot rencontre Dino Grandi et note, dans ses papiers intimes : "Tout à craindre, rien à espérer". Fin septembre 1932, toute la presse italienne s’enflamme contre le livre de l’amiral Docteur, Carnet de bord 14-18, qui ose faire des réserves sur l’importance de la contribution de la marine italienne en 1915-1918. Le ton au Corriere délia Sera est violent : "L’amiral Docteur est le plus grand comique et le plus malheureux champion d’une mentalité dont nous, Italiens loyaux et prodigues d’enthousiasme et de sang, ne soupçonnions même pas l’existence... Ce livre est un outrage aux 650 000 morts italiens" (27 septembre).

65Pourtant, du côté français, un courant se dessine en faveur d’une réconciliation franco-italienne (en dépit du fascisme) : Louis Gentizon, correspondant à Rome au quotidien Le Temps, le quotidien Le Petit Parisien, outre Jouvenel, nombre de sénateurs proches de Caillaux, comme Émile Roche ou Henry Bérenger, président de la commission des affaires Étrangères au Sénat, préconisent un dialogue. Aussi, à Toulouse le 5 novembre 1932, lors du congrès du Parti radical, Herriot dit : "Rien ne peut être plus pénible que la persistance d’un malentendu nous opposant à un grand peuple entré avec nous dans la guerre et pour lequel nous n’avons pas été justes moralement". Dans La Stampa au lendemain, Concetto Pettinato reproduit cette phrase et la suite : "En politique étrangère, la République française ne doit pas tenir compte des questions de régime, questions qui sont du domaine de la compétence exclusive des États, et qui sont en dehors du domaine des intérêts internationaux... L’Italie a fait tout son devoir en 1915-1918... Je souhaite que les rapports franco-italiens continuent à se développer dans le respect de la Liberté des Peuples" ; La Stampa loue ce discours et note avec intérêt qu’il a été bien accueilli par la fraction de gauche du parti radical. Beaucoup de fascistes considéraient comme leurs amis potentiels (à l’exception des communistes) des gens de gauche français plutôt que ceux de droite conservateurs. Le 9 novembre, Il Tevere (très fasciste) ironise : "Ces exercices oratoires (d’Herriot) sont excellents dans un congrès politique, ils sont splendides pour Toulouse, magnifiques pour un auditoire radical-maçonnique, ils sont inutiles pour un pays sérieux comme l’Italie".

66Dans le Carrière délia Sera du 22 octobre, Aldo Valori décrit la politique extérieure fasciste depuis 1922 et analyse les rapports franco-italiens : "Des négociations amicales ont été engagées plusieurs fois, mais elles n’ont abouti à rien devant l’obstruction tenace des milieux politiques et bureaucratiques de Paris. La France, en vertu d’une antique tradition, estime qu’il est de son intérêt de déprécier la puissance italienne, d’empêcher la juste expansion de l’Italie, de lui refuser dans les assises internationales l’égalité morale à laquelle sa haute civilisation, ses 42 millions d’habitants, la gloire de Vittorio-Veneto lui donnent droit. Une jalousie instinctive et une inquiétude constantes, surtout à l’idée d’une entente italo-germanique, conseillent à la politique française de faire obstacle à tous les progrès d’une Italie jeune et mise en valeur par le fascisme... Une partie de l’opinion publique française veut un accord franco-italien, mais le quai d’Orsay est dominé par des courants italophobes. L’influence de la franc-maçonnerie politique et parlementaire française nourrit ces courants ainsi que l’action souterraine des émigrés antifascistes... En plus, la France a cru de son intérêt de susciter, au flanc de l’Italie, une menace chronique en armant et en finançant la Yougoslavie dans un but ouvertement anti-italien". En novembre 1932, Virginio Gayla, directeur du Giornale d’Italia publie une série d’articles sur les sociétés secrètes maçonniques pan-serbes et terroristes.

67De tels textes justifiaient l’attitude de beaucoup de Français qui désespéraient des relations franco-italiennes. C’était en partie le cas de l’importante association, politique et savante, du Redressement Français, qui tenait des colloques et en publiait les communications dans d’intéressants Cahiers. En 1932, une journée d’études sur les questions méditerranéennes avait été tenue sous la présidence de l’amiral Lacaze, ancien ministre de la Marine : le général Niessel, René Pinon, le chroniqueur de la Revue des Deux-Mondes, le professeur Ladreit de Lacharrière, Lucien Romier, etc. avaient pris la parole. Le rapport sur les relations politiques franco-italiennes était si pessimiste que son auteur souhaita garder l’anonymat et qu’il ne fut pas publié : l’intendant-général Grandclément, président de séance dit seulement que ces relations y étaient définies comme détestables, à l’appui de faits, de constatations, d’anecdotes, de quantités d’articles de presse..." Ce qui était très grave, "c’est que le rapport concluait que cette situation ne pouvait pas être modifiée sous le régime fasciste". Le président ajoutait que tout le monde, au comité du redressement français, ne partageait pas ce point de vue, mais il ajoutait : "Il faut que les Italiens sachent que nous sommes froissés, profondément, par leur continuelle attitude, quasi agressive, et par les injures de leur presse". (Les Cahiers du Redressement français, Politique extérieure, Paris 1932).

68Fin décembre 1932, la nouvelle de la nomination d’Henry de Jouvenel est accueillie favorablement : la presse italienne publie des notices élogieuses de ses correspondants à Paris sur le nouvel ambassadeur, mais elle souligne le caractère temporaire de sa mission et sa brièveté ; le Bulletin de renseignements ajoute que selon la presse, "à cause des résistances du quai d’Orsay, H. de Jouvenel obtiendra difficilement des résultats tangibles". La Gazzetta del Popolo du 30 décembre dit en effet : "Le choix semble heureux, même s’il ne rencontre aucune adhésion ou approbation du quai d’Orsay, ni de la part de ces journaux de l’ultra-traditionalisme qui préfèrent les hésitations et des méandres de la vieille diplomatie aux discours clairs, francs, loyaux du réalisme moderne. On peut être sûr que le sénateur de Jouvenel fera tout son possible pour se rendre compte de l’importance que l’Italie a aujourd’hui dans le monde, et qu’il ne dénigrera ni le fascisme, ni notre pays. Il cherchera à arrondir les angles et à trouver un terrain d’entente entre l’Italie et la France... Mais nous ne pensons pas que son œuvre puisse atteindre le but qu’il souhaite, aussi longtemps que l’air des milieux bureaucratiques du quai d’Orsay ne sera pas renouvelé. Le changement de l’ambassadeur de France à Rome n’a pas pour conséquence, hélas 1, le changement des milieux responsables de Paris qui, systématiquement depuis un demi-siècle, sont irréductiblement italophobes. La politique étrangère de la France est dirigée par la machine bureaucratique du quai d’Orsay qui, par tradition, mentalité, culture, est opposée à tout ce qui est italien".

69Il Lavoro Fascista du 5 janvier 1933 : "Nous verrons si, Son Excellence de Jouvenel, une fois arrivé à Rome, après avoir pris connaissance exactement de la situation existant entre la France et l’Italie, des sentiments réels du peuple italien, et de nos demandes justes et modérées, commencera vraiment à agir”. Dans La Tribuna du 11 janvier, l’écrivain fasciste Roberto Forges-Davanzati ironise : "M. de Jouvenel a accordé à notre correspondant de Paris : "Je crois connaître assez bien l’opinion du paysan français, qui constitue la masse de notre population moyenne. Eh bien, cet homme, qui pense exactement de la même manière que moi, ne peut pas et ne pourra jamais comprendre qu’il y ait des dissentiments fondamentaux entre la France et l’Italie". Il sera donc opportun qu’avant de partir M. de Jouvenel interroge les paysans français sur la prétention de la France, au fait de son alliance avec la Yougoslavie, à intervenir dans la vie de l’Italie et dans ce que les Italiens ont fait en vue de la paix sur leur frontière orientale et maritime. Est-ce là la politique du bon paysan français ?"

70Le même écrivain, dans la Tribuna du 12, s’en prend à un article du correspondant au Temps à Rome, Gentizon, pourtant italophile. Cet article s’intitulait "L’Italie et la France". Forges-Davanzati écrit : "Le Temps sabote l’arrivée de M. de Jouvenel à Rome quand il prétend que la presse italienne est indifférente à cette nomination. En vérité, Le Temps fait campagne pour la Petite Entente, liant la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, la Roumanie, les créatures de Versailles, sachant que leur alliance est anti-italienne, Le Temps prétend que l’on ne peut parler de bonnes relations franco-italiennes si l’on porte atteinte à l’alliance franco-yougoslave. M. Gentizon avoue donc ici que le problème des rapports italo-yougoslaves dominera et conditionnera les rapports italo-français". Le quotidien La Tribuna évoque sans arrêt des oppositions entre Croates et Serbes, il démontre ce qu’il appelle "la désagrégation de la Yougoslavie... La France sacrifiera-t-elle ses relations avec l’Italie à des agrégats de petits États, à cette Yougoslavie factice, dont la situation intérieure chaotique est dénoncée par des journaux français eux-mêmes". Dans le premier numéro précité de la Renne des Vivants, Jouvenel et Cassin écrivaient qu’ils craignaient un nouveau Sarajevo, où la Yougoslavie et l’Italie tiendraient les rôles tenus en 1914 par la Serbie et l’Autriche. La facticité et la fragilité de la Yougoslavie ne se vérifieront pas en 1940 car, contre les nazis et les fascistes, les différentes ethnies yougoslaves résisteront en commun...

71La prise de possession, par Jouvenel, de l’ambassade de France à Rome fait l’objet de relations dans tous les journaux italiens. Mais, dès le 14 janvier 1933, Francesco Scardaoni, dans La Tribuna (dont il est le correspondant à Paris) écrit : "L’alliance franco-yougoslave est dirigée contre l’Italie. Que l’on ne vienne plus nous dire que la France entend maintenir les mêmes rapports d’amitié avec l’Italie et avec la Yougoslavie". Forges Davanzati, dans le même journal le lendemain, renchérit : la presse française viole les réalités ; les Croates et les Slovènes demandent la suppression de l’unité yougoslave et de la dictature des serbes, c’est là un fait intérieur car la France veut maintenir une Yougoslavie unie afin, uniquement, de faire pression en Adriatique. Cette absurde politique française envers son alliée italienne a été crûment exprimée, en 1919, par Clémenccau et en fait, dès les négociations de novembre 1918, cette politique des Français se poursuit face au fascisme. La dure expérience de ces 14 années est reniée au point qu’à la première occasion la France pose comme condition à l’amitié avec l’Italie le maintien de son alliance balkanique. Cela signifie la conservation d’une situation anti-historique et des troubles en Adriatique, cela signifie rester en arrière lié à une politique d’aveuglement bureaucratique et militaire, ne pas admettre les manifestations d’une histoire nouvelle de la civilisation européenne, laquelle ne peut plus admettre que les grandes puissances soient soumises à la politique aventureuse de petits états improvisés". Ces articles montrent bien combien, en fait, les Italiens accueillent mal le nouvel ambassadeur. Le baron Aloisi écrit dans son Journal intime que les milieux politiques italiens y voient une "manœuvre de politique intérieure française", ce qui est faux puisque Jouvenel a été volontaire comme plus tard François-Poncet. M. Vaïsse indique que les Italiens vont jusqu’à penser que la durée de six mois de la mission de Jouvenel montre qu’elle n’est pas sérieuse, "que le quai d’Orsay a probablement voulu envoyer un homme politique pour lui casser les reins". Il montre aussi que Jouvenel commence à explorer, avec Mussolini, la question navale et le problème yougoslave, et que la discussion s’enlise aussitôt.

72A.F. Frangulis, qui fut délégué de son pays à la S.D.N. de 1922 à 1927 a écrit une admirable notice sur Jouvenel dans le Dictionnaire diplomatique précité, dont il était d’ailleurs le maître d’œuvre : "En janvier 1933, l’opportunité d’une entente franco-italienne apparaissait à Jouvenel comme une base essentielle au développement de la situation internationale en Europe. Le système des pactes enveloppant le continent dans un réseau juridique, ne lui semblait pas capable de maintenir le rapport des forces européennes par l’effet de son seul prestige".

73Jouvenel était porteur des instructions suivantes (de son ami Paul-Boncour) : "Vous éviterez d’émietter une négociation d’ensemble en concessions de détail, qui n’ont d’autre résultat que d’irriter l’opinion d’un pays par les abandons qu’elles marquent et de décevoir celle de l’autre pays en lui rappelant l’étendue de ses ambitions insatisfaites. Ce qui importe, ce n’est point d’améliorer les relations franco-italiennes pour quelques mois, mais de fixer, pendant ces quelques mois, les principes d’une entente durable, associant pour longtemps les intérêts des deux pays". La première audience que Mussolini accorda à Jouvenel n’eut lieu que le 3 mars. L’on a souvent remarqué cette attente du dictateur, cette attitude dilatoire d’autant plus désagréable que la mission de Jouvenel allait prendre fin en juin. Était-ce machiavélisme du Duce ? Jouvenel fit semblant de ne pas s’en inquiéter.

74Son séjour à Rome avait mal commencé, sous les coups des journalistes fascistes, lesquels avaient annoncé que, à peine arrivé, Jouvenel avait demandé son rappel. Paul-Boncour avait publié un démenti que son ambassadeur se trouvait dans une situation difficile et qu’il renonçait à sa charge. Le Giornale d’Italia, La Tribuna n’en avaient que davantage ironisé : "Les intrigues maçonniques et anti-fascistes, la conjuration internationale de groupements obscurs, et la Serbie, ont créé des difficultés au nouvel ambassadeur... Ce sont des journaux français qui, les premiers ont annoncé qu’il renonçait, le communiqué de Paul-Boncour vise la presse française anti-italienne, qui a déclenché une vive campagne d’hostilité juste au moment où S.E. l’ambassadeur d’exception venait pour éclaircir en un sens favorable les rapports franco-italiens”. Plusieurs journaux italiens en profitent pour décrire la presse de Paris : "instabilité dans la contradiction, jeu des partis, impossibilité d’élaborer une politique européenne, ce qui engendre le trouble, l’invention calomnieuse, les impertinences épisodiques, bref une balkanisation de la vie politique française".

75Dans La Tribuna du 7 février 1933, Forges Davanzati commente un nouveau discours d’Herriot conciliant à l’égard de l’Italie ; il dte le ministre français : "Que le fascisme, malgré quelques exagérations de langage, n’était pas sans beauté, que l’on ne pouvait nier l’action bienfaisante du fascisme pour l’agriculture, l’urbanisme, la production industrielle. Mais on ne peut s’empêcher de constater que l’Italie est à la tête du mouvement qui tend, à travers la révision des traités, à transformer le statut pacifique de l’Europe". Il Tevere des 18, 19, 20 janvier 1933 faisait une critique du Libéralisme, commentant une déclaration de Lloyd George sur le déclin de ce courant de pensée : "Il y a bien des années, Mussolini disait que le fascisme était le fossoyeur du libéralisme... Oui, le libéralisme n’a pas d’avenir... C’est en vain que le monde se débat dans les spirales de la crise en cherchant une voie de salut, la tête tournée vers le passé... Il faut abandonner les vieilles idéologies, dépouiller d’une soit-disant immortalité les cadavres déjà décomposés des "immortels principes"... Démocratie et Libéralisme déclinent, emportant avec eux ce qui reste d’un mythe usé, et la doctrine fasciste brille comme un verbe nouveau, attendu par le monde entier". Le 29 janvier, c’est le Carrière délia Sera qui développe : "La machine parlementaire est incapable de garantir le minimum d’autorité nécessaire à la vie élémentaire des peuples civilisés, c’est pourquoi la crise politique est ouverte un peu partout... Le pouvoir, dans les régimes parlementaires, ressemble de plus en plus à un fantôme, et la vie des cabinets n’est vraiment qu’un songe, comme celle des personnages de Caldéron.– Ils passent comme des ombres sur un écran". Le 31 janvier 1933, la démission du cabinet Paul-Boncour est annoncée ; Il Tevere commente : "Poincaré ayant été mis hors d’usage, les cabinets français se suivent, en tombant, jusqu’à cette dernière tentative de gouvernement confiée à un sans-parti mais prisonnier des partis... Le pouvoir, en régime parlementaire, appartient nominalement au gouvernement, mais substantiellement il n’est à personne, il est res nullius... La France n’a pas encore touché le fond de l’abjection parlementaire. Quelle est la solution ? Une dictature ? il faut souligner l’impossibilité d’une dictature quelconque, l’expérience de Primo de Rivera vient de le prouver. La seule dictature efficace est celle qui se fonde sur le fascisme et un ordre nouveau".

  • 43 Bull. per. Presse Ital., n° 289 à 291.

76Au début de février 1933, la presse italienne se répand en imprécations contre la France à la suite d’affaires qui relèveraient presque du fait divers. Un certain professeur Eydoux, scientifique, est arrêté pour avoir pris des photographies de fortifications italiennes à la frontière yougoslave. Le procès qui lui est fait est relaté avec d’interminables détails ; il aurait agi pour rendre service à un officier français ; le procès s’enlise dans des péripéties grotesques, les journaux expliquent sentencieusement que la secrétaire du professeur est en vérité sa maîtresse et qu’elle fait des aveux à propos des dites photographies pour sauver son amant. Cette affaire ridicule se conclut sur un jugement : cinq ans de prison. Mieux encore, le paquebot français Atlantique a été victime d’un incendie ; le responsable de l’accident serait corse, or Le Populaire, le quotidien socialiste de Léon Blum, a publié que ce responsable était, en vérité, un Italien. La presse italienne s’enflamme et hurle à l’insulte et à l’outrage : Le Populaire vient d’outrager l’Italie, même si ce supposé italien est corse. Il Carrière Mercantile, après avoir laissé entendre, avec plus d’un de ses confrères, que les Corses sont des Italiens, traite longuement les Français de "beceri" (voyous)... (11 février)43.

77D’où vient la mésentente franco-italienne ? La presse anglaise pose la question. The Economist (Londres) répond : "Cette mésentente date de loin. Quoique depuis la guerre elle ait été plus flagrante, elle ne fut pas suspendue pendant les années de guerre ; dans la période d’avant-guerre, elle remonte à l’occupation de la Tunisie par les Français, mais la difficulté fondamentale est d’ordre psychologique. L’Italie, ayant réussi par un effort surhumain à s’élever au cours d’un siècle au rang de grande puissance s’irrite de la supériorité que sa sœur latine maintient sans effort... L’envie inapaisée de l’Italie a été exacerbée lorsqu’on 1918 sa sœur resurgit de l’éclipse dans laquelle elle tomba en 1871... En France, il existe une appréhension à l’égard de l’Italie, car, si conscient que l’on soit d’être plus fort que son voisin, l’hostilité persistante et agressive de ce voisin est une épreuve extrêmement pénible à endurer aussi bien pour une nation que pour un individu... La mission de M. Henry de Jouvenel est de reprendre les conversations avec le gouvernement italien en vue d’un règlement général de tous les différends franco-italiens en suspens. Dans tout rapprochement, ce sera la France qui aura à fournir les plus grosses concessions pour une bonne entente... En effet, le problème est : comment un pays à population dense et de plus en plus nombreuse peut-il subvenir à ses besoins, alors que, dénué de ressources minières, pauvre en terres agricoles, il est aussi dénué de débouchés d’exportation et de terres à coloniser ? La solution pourrait résider en un consortium économique européen, comprenant les colonies des pays européens et la réalisation, en commun, du développement de l’Europe orientale et de l’Afrique du nord. Là, il y aurait du travail et des profits pour tous. Le rapprochement franco-italien devrait aboutir à un consortium de l’Europe continentale. Espérons que la mission de M. de Jouvenel sera le premier pas vers ce but" (17 janvier 1933). Ces idées n’illustrent-elles pas, précisément celles de Jouvenel, dans la Revue des Vivants en 1930, son projet d’une Fédération, reprenant le mémorandum Briand à la S.D.N.? La notion de Marché commun fut avancée dès ce moment, ainsi que celle d’une politique économique commune, avec des compensations pour les industries défavorisées. La réconciliation franco-italienne sera consolidée par le traité de Rome, en 1957 ; mais l’essor économique européen de l’après-1945 ne se fondera pas sur une mise en valeur coloniale, mais sur le "miracle", fondé sur les nouvelles technologies, le libre échange, le Plan Marshall, la C.E.C.A., la nouvelle énergie électrique, les matières plastiques, l’automobile, l’aviation, etc.

  • 44 Voir Bull, quotid. de la presse étr., 5251, 5260, 5272, 5277, 5306.

78Le Times (Londres) juge H. de Jouvenel : "C’est une personnalité éminente de la politique française qui s’en va à Rome au moment où les relations franco-italiennes sont dans une phase critique et délicate. M. de Jouvenel a la résolution de consacrer son grand talent à une franche discussion des différends qui séparent les deux nations, et qui ont, jusqu’ici, délié tout accord... M. de Jouvenel n’a pas d’expérience diplomatique, mais c’est un Français tout à fait représentatif, il a fait souvent partie de la délégation française à la S.D.N., il a la réputation d’un bon Européen, à l’école de Briand, il a été nombre d’années directeur du journal Le Matin (Paris), il a été en mission en Syrie en 1925, où il a eu de bonnes relations avec l’administration britannique (d’Irak et de Jordanie). Il a montré qu’il savait s’affranchir des conventions en écrivant, depuis sa nomination à Rome, un article sur les relations franco-italiennes pour un journal britannique, et un autre article dans un quotidien parisien, ce qui est vraiment exempt de tout formalisme diplomatique ! Le problème majeur est celui de la limitation des armements. Or l’Italie demande l’égalité mathématique des forces armées avec la France. L’argument opposable des Français est que leur frontière côtière est plus étendue, que celle-ci doit veiller à la fois en Atlantique et en Méditerranée, que cette même frontière englobe les lignes coloniales, fort longues. La brièveté de six mois de cette mission introduit un élément de hâte qui représente rarement un élément utile dans la diplomatie officielle, car celle-ci dépend trop de contacts personnels intimes" (25 janvier 1933)44.

  • 45 Ultime numéro de la Revue des Vivants, nov. 1935, hommage à Jouvenel ; cette revue est introuvable (...)

79Précisément, Jouvenel comptait sur des contacts personnels, sur sa puissance de séduction et son talent pour aboutir auprès de Mussolini, pour créer un rapprochement franco-italien, éloigner l’Italie de l’Allemagne, reprendre la politique de C. Barrère en 1902, un pacte de neutralité suivi d’une alliance militaire. Après la mort brutale de Jouvenel, son ami et voisin estival corrézien André Maurois a écrit un article d’hommage à son talent de diplomate : "Ce qui était charmant en lui, et presque unique, c’était qu’il avait conservé, malgré les succès de la maturité, la curiosité d’esprit d’un adolescent. Avec lui, tout de suite, la conversation s’élevait aux idées générales... Je l’avais interrogé sur son ambassade de Rome, je crois encore entendre cette voix nonchalante, toujours un peu teintée d’humour, mais où passaient de manière fugitive des inflexions si tendres. – On a raconté qu’au début Mussolini vous avait mal reçu parce qu’il était fâché de vous voir arriver pour un séjour limité, lui avais-je confié...– Mais pas du tout, Mussolini est un homme très simple, très direct. C’est moi-même qui lui ai annoncé, en lui remettant mes lettres de créance : "je suis ici pour six mois, je n’ai pas la prétention de tout arranger en six mois. Mais vous dites que la France ne veut pas négocier, elle vous envoie un négociateur peint en tricolore pour qu’il se voie mieux". Mussolini m’a répondu : "Je ne demande qu’à causer". Malheureusement, là-dessus, presque tout de suite, est arrivée la venue au pouvoir d’Hitler. Je me suis dit : "Je n’ai pas de chance" et j’ai attendu. Suvich (secrétaire d’État italien aux Affaires étrangères) me répétait : "Il faut demander une audience au Duce". Je répondais : "Non ! Non ! J’attends que Hitler soit venu à Rome, il faut laisser passer les fanfares"... Quand Jouvenel rencontra Mussolini, ils parlèrent de la révision des traités. L’ambassadeur de France se montra direct : "Révisionniste, vous ? Vous n’êtes pas plus révisionniste que moi ! – Comment ? s’étonna le Duce – Mais non ! L’Italie veut-elle une révision de la frontière du Brenner ? (et donc restituer à l’Autriche une région et la population de langue allemande qui y vit, jusqu’à nos jours, le Sud-Tyrol) – Mussolini se mit à rire et dit à Jouvenel : "Vous avez raison, je changerai cette rédaction"... C’est ainsi que l’ambassadeur extraordinaire obtint la suppression, dans le texte qui allait devenir le pacte à Quatre, d’une proclamation de principe de la révision des traités45.

80Parler avec Mussolini, le désarmer par de bons procédés paraissait concevable. Mais un autre obstacle opposait la France à l’Italie, qui nous semble aujourd’hui immense, l’obstacle idéologique entre fascisme et démocratie. Paradoxalement, en 1933, cet écueil ne paraissait pas si terrible. Que l’on en juge par cette très étonnante analyse du Times du 18 mars 1933, donc quelques jours après l’entrevue évoquée par André Maurois : "L’opinion italienne est extrêmement sensible à ce que la France pense et à ce que les publicistes français écrivent sur l’Italie fasciste... Les Italiens n’ont que du mépris pour les concessions de la France envers l’Allemagne. Ils voient que la France cède sur tous les points, dans la Ruhr, en Rhénanie, sur les réparations et le réarmement, et ne réussit pas, cependant, à gagner en quoi que ce soit l’amitié de l’Allemagne. Ils soupçonnent que la peur de l’Allemagne est la raison des avances que la France leur fait. Mais surtout, ils reprochent à la France d’avoir condamné d’avance le Fascisme et de s’être montrée absolument incapable d’apprécier ses réussites sociales... Quand la France donne asile aux adversaires du fascisme au nom de la liberté politique, les fascistes y voient une complicité avouée avec des criminels et des traîtres. Mais le point principal de la doctrine fasciste est que la démocratie a échoué et que la ploutocratie a remplacé en Europe les forces abattues lors de la Révolution française de 1789. Même si la liberté de l’individu n’était pas, déjà, devenue un faux semblant, il n’y aurait pas place pour elle dans l’État moderne, puisque son aboutissement logique est l’anarchie. Et depuis que la tyrannie des intérêts privés a abouti à l’asservissement des masses, le Fascisme seul a montré qu’il peut protéger l’individu contre la tyrannie démocratique. Il faut tenir compte de pareilles considérations pour apprécier les chances de succès de M. Henry de Jouvenel. On a présenté au monde le tableau d’une France très nerveuse, cherchant l’assurance d’un appui auprès de la Grande Bretagne et des États Unis considérés comme les derniers défenseurs du principe démocratique ; la France est inquiète du nombre grandissant des États qui ont abandonné le parlementarisme et les libertés individuelles pour des formes diverses de dictature. D’ailleurs, n’y a-t-il pas, en France, un nouveau courant politique qui n’a plus confiance en la démocratie parlementaire ? Les essais du président Tardieu (Sur la pente) illustrent ce courant qui doute du parlementarisme... L’opinion française a évolué d’une haine passionnée du fascisme à une neutralité presque bienveillante : Tardieu demande que l’on recherche une solution non dans une réforme constitutionnelle, mais dans les profondeurs les plus intimes de la nation" (18 mars 1933).

81Le Bulletin quotidien de presse étrangère n° 5306 du quai d’Orsay fait suivre cette traduction de celle d’un autre article du Times (du même jour) envoyé par le correspondant du célèbre quotidien londonien à Paris. Ce texte est, pour le moins, étonnant : "On a fait observer que le fascisme (ou quel que soit le nom que l’on donne à l’action collectiviste) (sic !), atteindra les vieilles nations parlementaires en dernier lieu. Que la question en soit arrivée en France à la phase de la discussion, c’est peut-être un signe des temps (sic !). L’évolution de l’opinion française dans la voie d’une entente avec l’Italie en est la preuve. Dans ses brochures, M. Tardieu semble impliquer que le régime électif, tel qu’il a évolué dans la France d’après-guerre, est au-dessous des tâches qui lui incombent..."

82Précisément, dans le dernier numéro, précité, de la Revue des Vivants de novembre 1935, d’hommage à Jouvenel, l’article de Wladimir d’Ormesson avait le mérite de prendre la mesure de l’obstacle idéologique franco-italien "Si aucune ambassade, du point de vue privé, n’était plus enviable que celle du palais Farnèse, aucune non plus, sur le plan politique, n’était plus périlleuse ; depuis la guerre, les rapports franco-italiens avaient passé par une série de malentendus... L’Italie se plaignait de ne pas avoir reçu sa part dans la redistribution des colonies allemandes en Afrique... Au lieu d’apaiser les choses, la presse, comme il arrive souvent, ne fit que les irriter. D’autre part, à ses débuts, le fascisme fut mal compris en France. Quelques déclarations de M. Mussolini, par leur ton, par les idées qu’elles agitaient, émurent l’opinion publique. Bref, France et Italie semblèrent s’engager de plus en plus sur des chemins différents. Cependant, la France ne s’habituait pas à cette mésentente. Malgré les partis pris doctrinaires de certains éléments de gauche contre le régime dictatorial de l’Italie, l’ensemble de la masse française, qui a toujours professé la plus sincère amitié pour le peuple italien, ne pouvait admettre que les deux pays se tournassent le dos".

83W. d’Ormesson explique ensuite pourquoi l’allusion, précitée, à la frontière du Brenner, de la part de Jouvenel, impressionna si fort Mussolini : "L’avènement du Ille Reich fit réfléchir l’Italie. Ce n’est pas une raison parce qu’une dictature voit apparaître dans un autre grand pays un régime semblable au sien pour qu’elle ait toujours à s’en féliciter. L’explosion de nationalisme et de militarisme qui éclata en Allemagne à partir de 1933 devait, au contraire, remettre en évidence à Rome certains dangers... L’Italie sentit d’autant plus la menace qui réapparaissait, qu’en signant un accord avec la Pologne, le Ille Reich semblait s’interdire toute politique d’expansion vers l’est, et se proposer l’annexion de l’Autriche comme premier objectif. Le fait même que le dictateur allemand était autrichien de naissance et n’avait jamais caché son désir passionné de réaliser l’Anschluss... menaçait directement l’Italie. Si la frontière du Brenner devenait frontière allemande, bien loin d’avoir gagné la guerre en abattant la puissance austro-hongroise à ses portes, l’Italie l’aurait irrémédiablement perdue en substituant à ce danger un nouveau danger dix fois plus sérieux. L’Italie sentit donc que le moment était venu pour elle de rectifier ses positions politiques. Cependant, elle était tellement engagée vis-à-vis de l’Allemagne (et contre la France) qu’une telle opération ne pouvait se réaliser qu’avec d’infinies précautions. C’est dans ces conjonctures politico-psychologiques qu’Henry de Jouvenel vint à Rome. Il avait une grande puissance d’intuition, il sentit que, si jamais le rapprochement franco-italien pouvait être tenté, c’était dans les circonstances présentes".

84Wladimir d’Ormesson explique que c’était une gageure, presque une imprudence que de vouloir négocier en quelques mois, mais l’ambassadeur, certainement promis à la présidence du Conseil, ne pouvait démissionner du Sénat..."Mussolini commença par lui faire sentir son imprudence. Un travail considérable était à entreprendre pour réviser les positions franco-italiennes. Il fallait passer en revue les malentendus qui existaient entre les deux pays, il fallait les discuter dans leurs détails et dans leur ensemble. C’était la question européenne elle-même dont il fallait envisager toutes les perspectives. Jouvenel disposait de fort peu de temps pour abattre une telle besogne. Il n’y avait donc pas une minute à perdre. Or M. Mussolini ne semblait guère se prêter à la conversation, pourtant, il en mourait lui-même d’envie. Mais, par amour-propre, et aussi par tactique, il entendait que le nouvel ambassadeur de France sentit que le rapprochement franco-italien dépassait, par son importance et par sa complexité, les limites d’un congé parlementaire. Jouvenel sut attendre, il sut attendre jusqu’au jour où il sut attaquer. Et il ne le fit pas alors par quatre chemins. "Il y a un point qui nous rapproche singulièrement, dit-il un jour à Mussolini, c’est que nous sommes tous les deux journalistes”. Dès cet instant, la glace fut brisée. Jouvenel avait su prendre le dictateur italien par son point faible. On ne comprend rien, en effet, à la politique de M. Mussolini si l’on n’admet pas qu’il a été et est resté, d’abord, un journaliste. C’est bien cela qui crée de constants malentendus entre les chancelleries, pénétrées de traditions diplomatiques, et lui. Or il se trouve qu’en tant que journaliste, M. Mussolini avait le même tempérament que H. de Jouvenel. Dès cet instant, le Duce cessa de considérer son interlocuteur comme un ambassadeur avec lequel il fallait finasser et compter ses mots. Il le considéra, tout au contraire, comme un homme qui le comprenait et qu’il comprendrait. Une sorte de confiance amicale s’établit entre les deux négociateurs. L’atmosphère était créée. Depuis lors, M. Mussolini n’a cessé de rendre hommage à l’esprit d’à propos et au courage dont fit preuve Jouvenel en ces circonstances".

85Maurice Vaïsse a montré comment le rétablissement de relations correctes franco-italiennes, obtenu à la faveur des négociations du pacte à quatre et de la mission d’H. de Jouvenel, avait été limité par la tendance italophobe de la diplomatie française. Ceci donne un élément de légitimité aux récriminations, précitées, de la presse italienne fasciste contre les bureaux du quai d’Orsay.

  • 46 Voir G. Tabouis, Chantage à la guerre, Paris, 1938, p. 24-25, Vingt ans de suspense diplomatique, P (...)

86Un aspect essentiel du contexte dans lequel se trouva notre ambassadeur résida dans les initiatives des Britanniques, le Premier ministre Macdonald et J. Simon chargé du Foreign Office. Leur idée est ainsi résumée par la célètre journaliste Geneviève Tabouis, "Cassandre", nièce de Jules Cambon, confidente de Bénès : "Macdonald imagina qu’il fallait essayer de neutraliser les excès possibles des pays totalitaires en "noyautant" leurs dictatures au sein d’un organisme limité, un "Peace Club", première formule du pacte à quatre. Ce projet suscita des tempêtes : toutes les petites puissances se voyaient délibérément éloignées de l’étude et de la solution des grandes questions internationales et elles avaient des raisons de penser que les "Quatre Gros" se mettraient toujours d’accord sur leur dos". C’est le 16 février 1933, face au péril hitlérien que fut créée la Petite Entente, qui réunissait en une seule entité diplomatique Tchécoslovaquie, Roumanie et Yougoslavie. L’idée anglaise plût aux Italiens, désireux d’amoindrir les petites puissances et la S.D.N. ; Macdonald reçut une invitation à un voyage officiel à Rome, il accepta aussitôt alors que, depuis l’avènement du fascisme, jamais aucun chef d’État ne s’était rendu en Italie. Simon et le Premier ministre présentèrent au Duce leur plan de Pacte à Quatre, quarante pages et quinze chapitres. Le 19 mars 1933 au matin, un communiqué fut publié à Rome. G. Tabouis raconte qu’à l’hôtel de Bergues à Genève, Paul-Boncour entra dans la plus grande colère de sa vie : "En théorie, les quatre États se partagent la suprématie de l’Europe. Mais au cours des discussions, ce sera l’Angleterre qui arbitrera, et non pas entre trois puissances égales, mais entre une puissance isolée, la France, et deux puissances unies, l’Allemagne et l’Italie, auxquelles l’Angleterre promet des colonies ! Ce Pacte à Quatre, c’est un Pacte à trois contre un !"... Agir aux dépens des petits pays, n’est-ce pas le souhait réalisé à Munich en 1938 ? Mussolini ayant fait sienne l’idée du Pacte à Quatre, l’on comprend la position de Paul-Boncour, qui demanda à Jouvenel d’agir "en ne paraissant pas repousser la proposition italienne, mais en la vidant de sa substance"... La position française est logique : pour défendre les petits pays, il faut modifier le projet de façon à le replacer dans le contexte institutionnel de la S.D.N., en somme effacer le Peace Club !46

87Jouvenel commença par attendre. Fallait-il rester silencieux ? Il transmit au quai d’Orsay la proposition mussolinienne, avec ce commentaire, du 25 mars : "Je suis convaincu que la France doit à ses traditions, à ses engagements, à ses intérêts, de conduire la négociation entre les grandes puissances et les autres. La négociation et non le procès". Les petits pays s’émeuvent : un mémorandum belge demande, le 2 avril, "que les grandes puissances négocient dans le cadre de la S.D.N." et Bénès déclare devant le Parlement, à Prague : "L’idée d’une société de grandes puissances qui imposeraient leurs décisions aux autres États, appartient, selon nous, à un passé définitivement aboli”...

88Devant la Chambre des Communes, le 23 mars 1933, Macdonald osa admettre l’idée de la révision des traités ; le 6 avril, devant la Chambre des députés, Daladier dit approuver la générosité britannique, mais il affirma le maintien du principe de l’égalité des États et rejeta l’idée d’un directoire qu’il compara, avec dérision, à la Sainte Alliance. Le lendemain, le Corriere délia Sera commentait : "En face de l’attitude vraiment loyale du gouvernement anglais, nous constatons les hésitations et les ajournements du gouvernement français, qui n’a pas encore pris une position nette, coincé qu’il est entre la majorité de l’opinion publique, sincèrement favorable aux accords d’une part, et d’autre part les protestations et les suggestions des groupes parlementaires de droite et de la presse financée par l’industrie lourde, tandis que des capitales de la Petite Entente arrivent les hurlements des hommes politiques et des journaux qui déjà voient menacé leur salaire, de presse vénale, si l’accord des quatre grands se fait... Quant au respect du Covenant et à la nécessité d’encadrer l’action des quatre grands dans le pacte de Genève de la S.D.N., il sera facile d’arriver à un accord pourvu qu’on regarde plus à la substance qu’à la lettre des formulaires désuets de la S.D.N. Le plan Mussolini donnera une vie nouvelle à cette institution cachectique en la faisant sortir des nuées du Wilsonisme". La presse italienne ne cessait de critiquer la S.D.N. ; G. Tabouis rappelle que, dès 1923, Salandra se fâcha contre Hymans qui évoquait la modération latine : "Nous en avons assez de ce cliché de l’Italie mère des arts... Vous devez compter maintenant avec une Italie trempée dans la guerre". Plus tard, Coppola, délégué à la S.D.N., théoricien fasciste, aimait à se dire "délégué italien contre la S.D.N." !

8912 avril 1933. Tous les journaux italiens annoncent la remise, par Jouvenel à Mussolini (en caractères gras) d’un mémorandum, sans commentaires. À dater de ce jour, les polémiques contre le gouvernement français cessent, mais continuent, précise le Bulletin du Quai d’Orsay, contre des hommes politiques ou des journaux français ou anglais hostiles au pacte à quatre, par exemple Sir Winston Churchill, Sir Austen Chamberlain. Le lendemain 13 avril, tous les journaux italiens publient, en première page et en gros caractères, un article de Mussolini contre la Petite Entente, avec des ironies "sur l’accompagnement parisien à grand orchestre, une inflation qui ne peut que sombrer dans le ridicule. Ces trois États de la Petite Entente n’ont rien de commun. La Yougoslavie est une mosaïque où il n’y a que 52 % de Serbes. La Roumanie et la Tchécoslovaquie ont aussi des minorités en lutte contre l’État central, ce qui engendre une infériorité militaire. Les nouveaux riches de l’Europe centrale et danubienne de 1918 veulent conserver leur butin de guerre, or la révision des traités est en marche, rien ne l’arrêtera, car le monde veut la paix”. Le Prager Montag Blatt, de Prague, en allemand, réplique aussitôt : "Si M. Mussolini avait fait la guerre, il aurait vu l’infériorité des soldats italiens se mesurer avec la supériorité des soldats tchèques ou bosniaques. Les dix races de nos trois États sont prêtes à s’unir en cas de conflit avec l’Italie". Le Carrière délia Sera proteste que ce sont là des insultes, le Duce ayant fait la guerre, et que de tels articles reflètent la survivance de la mentalité austro-hongroise d’avant 1915.

90En mai 1933, la presse italienne se montre réservée sur les négociations du pacte à quatre. Des bruits de rupture ayant couru, une note officieuse est publiée dans tous les journaux annonçant que les négociations se poursuivent utilement...

91Le 2 juin, Virginio Gayda, directeur du Giornale d’Italia révèle : "L’adhésion française paraît désormais certaine". Le 7, Mussolini, dans un discours au Sénat, annonce que le Pacte sera paraphé (il le fut à 19 h.) et explique le sens de ce Pacte : "Il ne s’agit pas d’introduire dans un protocole une hiérarchie immuable entre États. Cette hiérarchie, en ce qui concerne les quatre États de l’Europe occidentale, existe objectivement, historiquement, mais hiérarchie ne signifie pas suprématie ni directoire, imposant sa volonté aux autres. Dans la S.D.N. elle-même, organisme qui fut inspiré par des conceptions d’une parfaite orthodoxie démocratique et égalitaire, une hiérarchie entre les États fut établie par le Covenant ou acte de fondation, puisque seuls les quatre grands eurent un siège permanent au Conseil... Ni dans mon schéma primitif, ni dans mes projets successifs, il ne fut jamais question d’imposer, par la force, une révision quelconque des traités de la part des quatre... Mais un processus d’adaptation des traités est en route, il est absurde de le nier... Depuis 1919, on a maintenu des positions strictes au point de créer une atmosphère de tension. Des révisions ont eu lieu cependant, mais sous des formes brusquées, sous la pression de situations parfois inquiétantes pour la stabilité de l’Europe, et sans qu’il s’ensuivit une amélioration organique des rapports entre États". Notre Bulletin périodique de la presse italienne n° 293 commente : "M. Mussolini s’est attaché à montrer que si la rédaction du pacte est sur certains points "très éloignée du projet primitif’, du moins "les principes fondamentaux sont demeurés intacts"...

92C’est que, sous l’impulsion de Jouvenel, le Duce avait accepté le texte français et avait même insisté auprès des Allemands pour qu’ils l’acceptent comme base de discussion... La veille du discours au Sénat, précité, de Mussolini, Jouvenel écrivait à Paul-Boncour : "À l’heure où votre excellence va poser devant le conseil des ministres, au sujet du pacte à quatre, la question "Oui ou Non", il me parait honnête d’appeler l’attention du gouvernement sur un ensemble de vérités dont la publication d’un Livre Jaune ne manquerait pas detablir l’évidence. Sauf opposition de l’Allemagne à la dernière minute, le mémorandum français reste sans réplique, le préambule est français et vous n’en avez pas laissé effacer une virgule, les articles sont français. Comment de ces résultats nous arriverions à tirer un insuccès diplomatique, ce n’est pas mon affaire".

93En effet, Jouvenel avait arraché à Mussolini des concessions énormes : le mémorandum français, à l’instigation de Paul-Boncour, contenait des références au Covenant ou pacte fondateur de la S.D.N., que l’intégrité du territoire des États de la S.D.N. était garantie, qu’aucune décision concernant les dits États ne pouvait être prise sans qu’ils y soient associés. Ceci faillit rompre la négociation ! Finalement, ayant gagné le maintien de ces points, Jouvenel fut autorisé à parapher le pacte. Rendant hommage à Paul-Boncour, après la guerre, René Cassin écrivit : "Lui, homme de Gauche, il accepta la proposition italienne du pacte à quatre, écartant de son contenu tout ce qui pouvait nuire au fonctionnement de la S.D.N. ; il a eu le mérite, en tendant une passerelle entre Paris et Rome, d’éviter, à ce moment, la formation d’un premier axe "Rome-Berlin".

  • 47 Voir Bull. per. Presse ital. N° 293 et 294, voir Bull, quotidiens 5400 à 5404, voir la notice Pacte (...)

94Le texte du pacte à quatre était assez simple : un court préambule et cinq articles. "Convaincus que l’état de malaise qui règne dans le monde ne peut être dissipé que par un renforcement de leur solidarité susceptible d’affermir la confiance et la paix [...]" Cet attendu était suivi de références au traité de Locamo, au Covenant, au Pacte Briand-Kellogg excluant la guerre pour la résolution des conflits, à la résolution du non-recours à la force, prise à Genève le 11 décembre 1932, et adaptée par la conférence du désarmement le 2 mars 1933. Il se terminait ainsi : "[...] Respectueux des droits de chaque État, dont il ne saurait être disposé en dehors de l’intéressé". Les hautes parties contractantes 1° devaient "se concerter sur toutes les questions qui leur seraient propres [...] Dans une politique de collaboration effective dans le cadre de la S.D.N. ; 2° examiner entre elles les méthodes propres à donner effet aux articles 10, 15, 19 du pacte de la S.D.N. ; 3° s’engager à faire tous efforts en vue du succès de la conférence du désarmement ; 4° se concerter sur les questions économiques dans le cadre de la S.D.N...". L’art. 5 indiquait que le traité était conclu pour dix ans, à dater de sa ratification par les Parlements des quatre pays. Cette ratification n’eut jamais lieu... Dix ans, le pacte à quatre eût expiré en 1943, l’année de la destitution de Mussolini par le Grand conseil fasciste...47"

95Pourquoi le Duce avait-il accepté le texte français, qui soumettait ce pacte à celui de la S.D.N., qui affirmait les principes briandistes, qui ne disait rien du tout de la révision des traités de 1919 et affirmait au contraire l’intégrité des États, comme le demandait la Petite Entente ? W. d’Ormesson révèle que l’Italie considérait ce pacte à quatre comme une transition vers une alliance avec la France, comme le voulait Jouvenel, pour reprendre la politique de C. Barrère en 1902. "On ne pouvait, du jour au lendemain, demander à l’Italie de renverser ses positions. Il fallait donc établir une transition. Et c’est à l’aide du procédé diplomatique du pacte à quatre que l’Italie devait régler son évolution vers la France, se désolidariser de l’Allemagne sans lui tourner le dos. Première étape – après laquelle le rapprochement franco-italien proprement dit, serait bien plus facile à établir. Telle était l’idée maîtresse qui (sans être articulée) inspirait les négociations Mussolini-Jouvenel... Dès le premier instant, continue d’Ormesson, H. de Jouvenel avait distingué que M. Mussolini n’attachait d’importance à son projet de pacte à quatre qu’en tant qu’il lui fournirait une formule de transition entre la politique qu’il avait pratiquée ces temps derniers et celle qu’il se proposait d’instaurer. Quant à la révision des traités, elle n’était, dans l’esprit du Duce, qu’une clause de style secondaire. La meilleure preuve que Jouvenel voyait juste, c’est que M. Mussolini accepta, sans aucune difficulté, de modifier son projet primitif en l’ajustant au texte que nous lui proposions et qui ne contenait plus rien de subversif à l’égard des traités". Jouvenel avait vu juste lorsqu’il avait demandé, à brûle pourpoint, à Mussolini s’il voulait réviser la frontière du Brenner, ce qui voulait dire restituer le Tyrol du sud. Oui, ce col du Brenner avait la plus haute importance aux yeux des Italiens, c’était la région conquise au lendemain de la grande guerre, la seule annexion vraiment réussie par l’Italie. Rappelons que lors de l’Anschluss, Mussolini fut le seul à exprimer une véritable hostilité à l’égard des nazis en envoyant deux divisions à la frontière du Brenner. Mais entretemps, il y avait eu l’attaque de l’Éthiopie et la guerre d’Espagne, une recrudescence de l’hostilité franco-italienne.

96Certes, avec le recul du temps, nous privilégions le différend idéologique entre une Italie en proie au fascisme et une France qui en 1932, avait élu une Chambre des députés à cinq grandes tendances où les gauches avait du poids, qui -après le drame du 6 février 1934- allait élire un front populaire en 1936... Démocratie, libertés publiques, empire colonial, soutien de la Yougoslavie, germanophobie et antinazisme rejoignaient, pour les Français l’antifascisme, bientôt mis au premier plan par le cabinet L. Blum. De nos jours, un historien a-t-il le droit de dire que l’opinion française a eu des torts envers l’Italie ? Un premier élément est évident : la politique hitlérienne a rendu le pacte à quatre inopérant, même pour les Italiens. Notons ensuite que, pour Jouvenel, l’aspect idéologique, tel qu’il se présentait à ce sénateur de la gauche démocratique en 1933, n’était pas prééminent puisqu’il "avait pour seul dessein de détacher l’Italie de l’Allemagne" (W. d’Ormesson). Il semble bien qu’en 1933 l’on pouvait concevoir une reprise du modèle diplomatique de 1902 et de Barrère. Il nous semble que Maurras eut un raisonnement comparable, lorsqu’il s’opposa, en 1936, au vote des sanctions contre l’Italie après l’attaque de l’Éthiopie. Maurras craignait un rapprochement italo-allemand. Ces questions demeurent très délicates : l’affaire d’Éthiopie est la fracture ; les relations italo-anglaises furent rompues brutalement à cette date. Dans le contexte de l’époque, dans l’opinion catholique, par exemple, la conquête de l’Éthiopie ne suscita pas une grande indignation car ce pays, pourtant de vieille chrétienté, maintenait l’esclavage... L’Illustration, autre exemple, rend compte des opérations militaires, avec photographies et aquarelles en couleurs, sans beaucoup d’indignation non plus.

  • 48 Sur la psychologie du Fascisme, nous apprécions les remarques de Maurice Bedel, Fascisme an VII, Pa (...)

97Au moment de sa mort, en octobre 1935, l’on trouva sur la table de travail d’Henry de Jouvenel l’esquisse d’un article manuscrit "où il criait sa foi dans l’amitié franco-italienne” (d’Ormesson) ; or Jouvenel ne pouvait, en aucune façon, être supposé avoir la moindre sympathie pour l’idéologie du fascisme, en particulier les notions de parti unique, d’autoritarisme absolu de la notion d’État, issue de l’hégélianisme de droite de G. Gentile, de négation des libertés publiques au sens du droit français, etc. Jouvenel a-t-il sous-estimé le poids de l’idéologie ? Pourtant nous verrons, en 1938, André François-Poncet adopter la même démarche, celle de Barrère en 1902, tenter de séparer l’Italie de l’Allemagne. Pour un Français, risquait-on d’être considéré comme fasciste dès lors que l’on adoptait un point de vue critique à l’égard du parlementarisme ou du Front populaire ? Les passions semblèrent imposer cette dichotomie à partir de 1936 : un André Tardieu ne put créer un courant de pensée. En ses Principes d’anarchie pure et appliquée, carnet resté inédit jusqu’en 1980, Paul Valéry faisait une vive critique du régime politique français sans pour autant verser dans le fascisme... Disons que son point de vue nous paraît admirable, or P. Valéry était un ami affectionné de Jouvenel, qu’il avait connu à la commission (française) de coopération intellectuelle, au service de la S.D.N. Comment aurait évolué Jouvenel s’il avait vécu ? Aurait-il réussi à empêcher l’essor de l’hostilité franco-italienne ? Mis à part l’opposition Front populaire-fascisme, aurait-il pu désarmer cette sorte de mépris des Français à l’égard des Italiens, surnommés "les macaronis" ? Aurait-il pu démontrer aux Français qu’en attaquant l’Italie fasciste sans distinguer entre le peuple italien et ses gouvernants (comme on le fit après 1945 pour l’Espagne), l’on contribuait lourdement à rapprocher le peuple italien de son gouvernement et à mieux ancrer le fascisme dans le pays, en particulier avec la politique des sanctions internationales, laquelle créa en Italie un mouvement de solidarité impressionnant48,

98Peut-on oser considérer qu’une incompréhension franco-italienne naquit dès 1933, ou plutôt qu’elle rebondit de façon irrémissible, comme une maladie, dès cette époque ? A.F. Frangulis, qui écrivit, après 1945, un éloge de Jouvenel, note que le Sénat italien acclama le nom de la France le 7 juin 1933, tandis qu’au Parlement français Daladier rencontrait de grosses difficultés. Des journaux français attaquèrent violemment Jouvenel, ainsi que des parlementaires français qui s’en allaient répétant "Le pacte à quatre, c’est la guerre !"..."L’œuvre de Jouvenel resta en suspens, à demi répudiée par le Parlement français, qui inclinait vers les vieilles sécurités de droit... Jouvenel eut le sentiment que l’Italie soutiendrait l’Allemagne après des hésitations, il voulut dissocier les forces des deux pays, il ne tint pas à lui d’y parvenir" (A.F. Frangulis).

99Outre le Duce, les autres signataires du pacte furent l’ambassadeur Ulrich Von Hassel, séduisant gentilhomme hanovrien, diplomate de carrière, pendu le 11 septembre 1944. Il devait prendre en charge les Affaires étrangères si le complot du 20 juillet réussissait... Sa disgrâce était intervenue en 1938. Le quatrième signataire du pacte, aux côtés de Jouvenel et du Duce, était Sir Ronald William Graham (1870-1949), diplomate britannique de carrière, ambassadeur à Rome de 1921 à 1933...

  • 49 Voir Pietro Quaroni, ambassadeur d’Italie, Valiglia diplomatica, trad. fr., paris, 1958, voir les e (...)

100Tragédie européenne des années d’inquiétude, selon l’expression de J. Chastenet, cette tragédie eut-elle pu se dénouer autrement ? Et heureusement ? Si l’on suspend le vol du temps en 1933, beaucoup d’éléments positifs existent, si l’on considère le ton de la presse italienne ou le témoignage de l’ambassadeur Pietro Quaroni : "Je ne crois pas, écrit ce dernier, qu’il y ait eu un seul ambassadeur étranger qui soit parvenu à avoir sur le Duce l’influence personnelle qu’avait acquise de Jouvenel. À telle enseigne que, sur la fin de sa mission, certains s’adressaient à lui pour se faire recommander auprès de Mussolini". Quaroni, en un chapitre fort suggestif, note combien Jouvenel sut séduire les notables italiens "qui avaient tellement perdu l’habitude d’être traités avec beaucoup d’égards par leur maître"... Le nouvel ambassadeur sut se servir du téléphone : tout en se sachant écouté par les Italiens, il téléphonait à son ministre au quai d’Orsay, développant des arguments en faveur d’une amitié franco-italienne, à telle enseigne que les rapports d’écoute démontrèrent au Duce qu’il avait en Jouvenel un ami... Au moment de son départ, l’ambassadeur confia à Quaroni : "Mon cher, les difficultés italo-françaises ne sont pas ici, elles sont à Paris". La description des négociations du pacte à quatre, du rapprochement Mussolini-Jouvenel que donne Quaroni rejoint assez précisément celle, précitée, de W. d’Ormesson. "Nul ne saura jamais ce que visait Mussolini en proposant ce pacte. Avait-il été impressionné par les premières manifestations d’Hitler au pouvoir ? Ou irrité de voir Berlin considérer l’amitié italienne comme un fait acquis ? Il avait soutenu le national-socialisme dans la presse, il ne pouvait donc le lâcher à présent sans être taxé d’incohérence. Or le pacte à quatre pouvait constituer, en l’occurrence, une brillante porte de sortie"49.

101L’Italie pouvait-elle réellement évoluer, comme le voulait Jouvenel, vers une amitié avec la France ? L’on peut répondre par l’affirmative à la lecture de la presse italienne, laquelle, certes, étant aux ordres de son gouvernement, ne reflète que l’opinion des fascistes, mais une opinion qui, il faut le reconnaître, ne rencontrait alors guère d’opposition en Italie, ce qui fut vrai jusqu’en 1943, si l’on en juge par les énormes manifestations populaires de sympathie (les dernières), qui saluèrent les obsèques du fils de Mussolini en 1942...

102Le Bulletin quotidien de presse étrangère n° 5371 donne la traduction intégrale du discours du Duce au sénat le 7 juin 1933 ; le Bulletin périodique de la presse italienne n° 293 en donne de larges extraits, met en valeur son hommage à la France, "élément fondamental de progrès et de paix [...] Elle apporte une contribution efficace et précieuse à la reconstruction de la vie européenne (très vifs et unanimes applaudissements)... L’esprit du pacte à quatre met fin à l’histoire de l’après-guerre et commence une autre histoire, il doit garantir dix ans de paix à l’Europe, durant lesquels les angoissants problèmes de caractère intérieur et international seront résolus"...

103Le Carrière délia Sera du 9 juin 1933 évoque "la détente que le pacte est destiné à amener, qu’il a déjà amené dans les rapports franco-italiens... Retour, bon gré, mal gré, aux meilleures traditions diplomatiques". Le Popolo d’Italia s’enthousiasme : "L’Europe respire aujourd’hui pour la première fois depuis quinze ans. Le château des préventions stupides et grossières, des spéculations malignes tombe en ruines. Mussolini est le pacificateur de l’Europe... Le fascisme part à la conquête de la conscience universelle". Le culte de la personnalité mussolinienne fait songer, pour la France, à la rhétorique des discours officiels du Premier Empire. Les journaux italiens du 10 juin se félicitent de ce que Daladier ait obtenu une majorité à la Chambre, ce qui assure la signature définitive du Pacte. Alredo Signoretti écrit dans la Stampa : ”On a souvent entendu crier, dans les capitales de la Petite Entente, "la révision, c’est la guerre !" Tout beau ! dans une atmosphère troublée, chargée de haine, alors que sévit la course aux armements, les surprises les plus douloureuses sont possibles, mais le Pacte tend à changer cette atmosphère, à créer les conditions d’une collaboration spontanée et sincère... En observant les choses avec sérénité, on verra que les thèses les plus inconciliables offrent des possibilités de solutions équitables, parce que l’esprit de lutte et d’intransigeance à outrance sera dissipé". Virginio Gayda, dans le Giornale d’Italia (10 juin) croit que le pacte va mettre fin à la crise de 1929 car il est la garantie de dix ans de paix : "Dix ans représentent un délai suffisant pour créer l’atmosphère nécessaire à la floraison des initiatives, à de nouveaux placements d’argent, à la reprise des affaires... D’autre part, la définition des rapports franco-italiens a fait un pas en avant. Depuis longtemps, l’Italie avait précisé que la prémisse nécessaire, pour un rapprochement substantiel, était un rapprochement des conceptions générales sur l’ordre européen. Ce point est atteint, du moins pour ce qui a trait à la procédure".

104La signature du pacte à quatre a lieu le 15 juillet 1933 au palais de Venise. Le Popolo d’Italia fait un long éloge du Duce : "Cet acte, selon le parfait style fasciste, s’est déroulé sans aucune forme et sans aucune intention théâtrale... Les gouvernements viennent de s’engager à adapter la situation du continent aux nécessités de la vie économique des peuples". En fait, l’article insiste sur la possibilité de la révision des traités de 1919, il va donc à l’encontre des concessions faites par Mussolini à Jouvenel et des positions françaises, ce qui montre bien l’immense difficulté du dialogue, puisqu’il s’agit du journal de Mussolini... A-t-il inspiré l’article ? C’est comme une reprise ou un désistement des promesses (ou bien est-ce pour donner le change aux militants déçus ?) : "Qui a dit que le pacte de Mussolini excluait une révision plus ou moins graduelle et radicale des traités ? Le pacte exclut simplement l’éventualité d’une révision violente et se réfère pour cela aux organes de la S.D.N.". Ce quotidien, ainsi qu’A. Signoretti, dans La Stampa, opposent le pacte à quatre, réussite de la diplomatie directe, de style fasciste, disent-ils, à l’échec des conférences internationales de 1933, méthode libérale : échec de la conférence économique de Londres et ajournement sine die de la conférence du désarmement. Or l’échec de ces deux conférences s’explique par des motifs philosophiques, selon Ugo d’Andrea (Giornale d’Italia du 16 juillet) : "La réalité, c’est que la justice universelle intégrale et parfaite ne se réalise jamais, parce que c’est un mensonge démocratique, et que l’accord de tous est impossible dans quelque domaine que ce soit. Il faut que les acteurs principaux étudient les situations réelles et tendent à des accords limités quant aux buts, à la durée, et réalisent entre eux une entente pour le salut commun... Mussolini a rendu à l’occident européen la conscience de son unité romaine, cette fois, la politique a le visage de l’histoire". Signoretti (Stampa du 16) s’inquiète de la politique d’isolationnisme de Roosevelt, lequel déçoit les espérances des Italiens : "L’absence d’un élément aussi important que les États-Unis dans le domaine de la production diminue les possibilités de reprise rapide".

105Les journaux italiens du 16 et du 17 consacrent des colonnes à la reproduction de commentaires favorables au pacte parus à l’étranger. Le Bulletin quotidien de presse étrangère du quai d’Orsay du 21 juillet 1933 fait état des déclarations d’Henry de Jouvenel à la presse italienne sur le pacte : tous les journaux d’Italie ont reproduit en première page les propos de notre ambassadeur sur l’amitié franco-italienne. Deux notes discordantes, si on les compare à l’unanimisme de la presse fasciste, certes, émanent de deux organes étrangers. Ces textes sont lumineux et signés de deux célébrités.

106Dans Ahora (Madrid) du 16, Francisco Melgar a l’intelligence de percer à jour la pensée de Jouvenel ; il écrit que le Pacte à Quatre est le prélude à un rapprochement franco-italien..."Un rapprochement entre les hommes politiques des deux pays, qui, jusque-là, avaient peu l’occasion de se voir et de s’entendre [...] Pour l’instant, l’intérêt le plus évident réside dans la cordiale poignée de mains qu’ont échangé les représentants de l’Italie et de la France. Jamais aucun homme d’État français n’est allé à Rome pour avoir un entretien avec Mussolini, chose que l’orgueil italien interprète comme un manque d’égards". Et dans le Sunday Times, Wickham Steed doute de l’efficacité du pacte à quatre. Le célèbre directeur du Times a la prémonition de l’avenir : son doute vient de "l’attitude de l’Allemagne à l’égard de l’Autriche. Ce pacte, sous sa forme définitive, ne convient pas aux intentions premières de ses auteurs, Mussolini et Hitler. Un Livre Bleu français vient de jeter une lumière sur le sujet, car il présente les six projets ou amendements proposés par les quatre gouvernements entre le 18 mars et le 7 juin. La situation a été dramatique pour la France, car elle était liée à la Petite Entente par des traités d’alliance défensive enregistrés à la S.D.N. à l’instigation de Jouvenel lui-même. Le revirement dans les relations franco-italiennes provient des craintes de Mussolini face aux revendications allemandes sur l’Autriche". Cet article contraste avec l’éditorial du Manchester Guardian du 17 qui "craint que le rapprochement franco-italien ne se fasse contre l’Allemagne... Il y a un danger que le pacte n’évolue vers un pacte à trois contre un, et il ne faut pas que l’Allemagne se sente isolée avec l’impression que le pacte à quatre n’est qu’un instrument de plus pour la maintenir assujettie au système de Versailles".

107Le 13 août 1933, le roi d’Italie reçut au Quirinal le nouvel ambassadeur de France, qui lui présenta ses lettres de créance. C’était un diplomate de carrière qui succédait à Jouvenel : le comte de Chambrun. "Son habileté et son tact, selon P. Quaroni, ne furent sans doute pas inférieurs à ceux de son prédécesseur, mais il ne disposait pas, en France, du poids politique dont disposait Jouvenel, d’où un handicap. Je n’ai jamais pu savoir s’il s’entendait ou non avec Mussolini, lequel, à l’époque, voulait aboutir à un accord avec la France, et, au fond, peu lui importait que ce nouvel ambassadeur lui fut sympathique ou non". Ceci étant, Quaroni voyait mal comment les deux hommes auraient pu sympathiser, car Chambrun ressemblait assez à Barrère : aristocrate, descendant de Lafayette et se disant le dernier des libéraux... Mais Chambrun aimait les Italiens, savait se rendre agréable et sympathique ; les diplomates et la société romaine l’apprédaient, et rien ne prouve que le Duce n’ait pas été sensible à son charme et à son influence. Aussi Chambrun fut-il consterné, et blessé irrémédiablement au tréfonds de son être, lorsque Léon Blum, par une simple dépêche en 1936, à la suite des événements d’Éthiopie, mit fin à sa carrière, remplaçant l’ambassadeur de France à Rome par un simple chargé d’affaires. Jamais les relations entre les deux pays n’avaient été aussi mauvaises le rapprochement italo-allemand était en route, l’axe Rome-Berlin en gestation. Outre l’antifascisme du Front populaire, n’y eut-il pas imprudence, de la part des Français à se croire si forts que l’on pouvait impunément se créer un ennemi sur les Alpes ? Le désastre de 1940 était, lui aussi, en gestation : ayant contre soi Rome, Berlin et Moscou, le gouvernement français se croyait capable de défendre la frontière de Pologne, d’envoyer un corps expéditionnaire en Finlande pour attaquer l’U.R.S.S., défendre la Norvège, tout en protégeant la Belgique et la Hollande. "Nous vaincrons, parce que nous sommes les plus forts” dit Paul Reynaud... Chambrun, lui, était peu sensible à la bataille idéologique et aux exigences d’un antifascisme. En 1947, de l’Académie française, il fut de ceux, d’ailleurs nombreux, note Quaroni, qui défendirent l’idée de la réconciliation franco-italienne, "car l’atmosphère était encore lourde autour de l’ambassade d’Italie en ce printemps de 1947".

108Comment conclure sur l’ambassade de Jouvenel et sur le pacte à quatre ? Écrire sur cette époque tragique de l’avant-guerre, qui endeuilla la vie de nos parents, ne va pas sans créer un malaise pour l’historien, tant certaines plaies, s’agissant du fascisme, du nazisme, du communisme, sont loin d’être refermées en cette fin de XXe siècle. Certain lecteur pourra nous reprocher de sembler qualifier de folie la déclaration de guerre de 1939, il pourra nous imputer une sympathie pour le fascisme, peut-être (quoique à tort car nos sympathies vont vers l’anarchisme de Paul Valéry et les Exigences chrétiennes en politique de Ch. Journet) ; bref, peut-on dire qu’il était fondé de s’acharner à un dialogue avec les dictatures en 1933 ? C’est ce que croyait Jouvenel... Concluons sur ce beau discours sur son séjour à Rome, prononcé à Figeac, au banquet du Conseil général du Lot le 17 septembre 1933. Ce fut "une mission qui eut ses moments difficiles"... elle s’inspira d’une "politique de la présence [...] se résignant à comprendre que ce n’est pas avec ses amis qu’on a besoin de faire la paix, pas plus qu’il n’est utile de rétablir des relations avec les gens qu’on n’a pas quittés, mais que c’est justement, comme l’eût dit notre maître M. de La Palisse, là où il y a discorde qu’il y a intérêt à rétablir la concorde. Telle fut l’ambition du pacte à quatre". L’orateur insiste sur "les résistances, les répugnances instinctives” qu’a suscitées le Pacte..."S’il ne s’était agi que de conclure un pacte de plus avec la Grande Bretagne, en laquelle nous continuerons à voir, fut-ce malgré elle, notre alliée, ou de renouer avec cette Italie dont les Français n’ont jamais admis d’être séparés, pas un de nos concitoyens qui n’eût signé des deux mains. Mais après la désillusion de Stresemann, un pacte avec l’Allemagne de Hitler !" et d’évoquer, puisque le nazisme a commencé, aussitôt, ses violences, "les persécutions, violations du droit des gens, otages prélevés jusque dans ses propres villes... Oui, il était trop naturel que devant ces perspectives, notre démocratie eut un mouvement de recul”. Évoquant la S.D.N., qui a accepté la présence des Allemands après la guerre, sans leur demander quelle était la forme de leur gouvernement, il ajoute : "Mesurant seulement le poids dont 65 millions d’Allemands pèsent sur les destinées de notre continent, chacun a reconnu ce fait d’évidence que si on pouvait faire la guerre contre l’Allemagne, on ne pouvait pas organiser la paix sans l’Allemagne. En ce printemps de 1933, il s’agissait de rendre confiance à une Europe découragée par la crise économique, la crise de la S.D.N., la crise de la conférence du désarmement et l’échec de la conférence économique de Londres. Qu’aurait signifié un pacte sans la signature de l’Allemagne ?... Continuation et mise en œuvre des accords de Locamo a dit l’autre jour M. Paul-Boncour face au monument d’Aristide Briand... Le pacte à quatre garantit la frontière franco-allemande, l’Allemagne renouvelle, en pleine liberté, la reconnaissance de la restitution de l’Alsace-Lorraine. Voilà que par le pacte à quatre, l’Italie et la Grande Bretagne nous offrent de contrôler cet engagement, de nous prêter assistance en cas de manquement à la parole donnée... Par cette initiative de Mussolini, l’agresseur serait averti par l’Italie et la Grande Bretagne... Le pacte à quatre complète Locamo, c’est un second Locamo, passé en vue de la collaboration et de l’entente". Jouvenel insiste sur une idée lancée par la Revue des Vivants en 1927 : qu’il faut un Locamo oriental garantissant les frontières entre l’Allemagne et la Pologne, la Tchécoslovaquie ; or il affirme que le pacte de Rome a atteint cet objectif et que, désormais, autre rêve, toute agression serait frappée d’une sanction... Mais, à la fin du discours, Jouvenel revient sur ce qui hante ses auditeurs : l’avènement du national-socialisme ; "est-il vrai que l’Allemagne réarme en secret ? Que les usines Krupp fabriquent des munitions, que les fabriques de Hambourg et de Dresde augmentent leur production de gaz et que l’on prépare une aviation militaire ?... Le pacte nous rapproche des Britanniques et des Italiens". L’orateur réaffirmait sa doctrine, mais l’angoisse des lendemains, face aux violences hitlériennes, subsistait...

III – André François-Poncet, ambassadeur de France à Rome (1938-1940)

  • 50 Voir aussi la notice "André François-Poncet", Dict. dipl., p. 349-350.

109Agrégé d’allemand, professeur au lycée de Montpellier en 1911, puis chargé de conférences à l’École polytechnique en 1913, journaliste à L’Opinion, belle revue d’idées d’alors, où écrivait Jean de Pierrefeu, André François-Poncet (1887-1978) fut avec son ami Heruy de Jouvenel, un des plus brillants et des plus attachants hommes politiques français de l’entre-deux-guerres. Détaché au service de presse à l’ambassade de France à Berne, en 1917-1919, chargé de mission économique aux États Unis en 1919, membre de la délégation française à la conférence de Gênes en 1922, attaché à l’état-major du général Dégoutté en occupation en Rhénanie, il fut aussi, de 1920 à 1924, pour le compte du comité des forges, le directeur du Bulletin quotidien de la Société d’Études et d’informations Économiques. Membre du parti républicain-démocrate et social, dont il rédigea le programme, il fut élu député de la Seine en 1924 et en 1928. Dès 1927, il publia dans la Revue des Vivants de Jouvenel des articles très documentés sur les questions économiques. Il débuta dans la carrière d’homme d’État comme sous-secrétaire d’État aux beaux arts, puis à la présidence du conseil (sous Poincaré) et chargé de l’économie (1928). Délégué-adjoint à la S.D.N. en 1930 et 1931, il fut ensuite ambassadeur à Berlin de 1931 à 1938. Écrivain de haute valeur, il a publié plusieurs volumes de souvenirs, en particulier un livre sur son ambassade à Berlin qui est une des plus belles et des plus pénétrantes descriptions de l’essor du nazisme et de la personnalité d’Hitler. Ce dernier le craignait un peu, car, dit-on, notre ambassadeur parlait mieux l’allemand que le Führer... Après son ambassade en Italie, A. François-Poncet fut inquiété par la maladresse du gouvernement français qui, dans le célèbre Livre]aune paru en 1939, publia un certain nombre de dépêches diplomatiques confidentielles de l’ambassadeur qui portaient des opinions personnelles accablantes sur la personnalité d’Hitler. Ceci valut à leur auteur d’être déporté en Allemagne en 1943-1945, non dans un camp de la mort, mais dans les lieux de détention réservés aux personnalités. André François-Poncet continua une carrière diplomatique après-guerre : il fut attaché auprès du général commandant en chef en Allemagne occupée (1948) puis ambassadeur en R.F.A. à Bonn de 1949 à 1955. Il fut élu à l’Académie française en 1952. Dans la collection "les Quarante", précisément, il a publié chez Arthème Fayard, en 1961, un petit volume savoureux intitulé Au Palais Farnèse, Souvenirs d’une ambassade a Rome, 1938-1940. 50.

110En octobre 1938, après la conférence de Munich sur les Sudètes, François-Poncet demanda à être nommé ambassadeur auprès de Mussolini : "J’étais comme saturé du Troisième Reich... des bruits de bottes et de grosses caisses... J’avais envie de respirer un air moins étouffant, de me mouvoir sous un del plus clair, parmi des hommes moins inhumains... Il était d’autre part convaincu, comme Daladier, et à la différence du naïf Chamberlain, que Hitler voulait la guerre, qu’il estimait qu’il avait été trompé dans la négociation de Munich. L’ambassadeur avait vu (et les documents d’époque donnent cette impression) un Hitler comme intimidé face à Mussolini qui, par ses dons en langues étrangères, avait paru dominer la scène..."Hitler ne quittait pas le Duce des yeux, il le couvait du regard avec une déférence admirative... J’en avais conclu que Mussolini était le seul qui pouvait le retenir sur la pente de la guerre et qu’en conséquence, la clef de la paix n’était plus à Berlin, mais à Rome".

111En 1936, Léon Blum avait retiré l’ambassadeur de France du Palais Famèse, car il était hors de question d’accréditer un représentant auprès du roi d’Italie qui avait pris le titre d’empereur d’Éthiopie ; c’eut été reconnaître le coup de force italien qui avait bafoué la S.D.N.... Mais, après Munich, voyant la bonne volonté du Duce (auquel, sur les photographies de l’époque, Chamberlain n’avait pas marchandé ses effusions), le gouvernement français avait décidé d’accomplir un geste solennel en rétablissant, proprio motu, un ambassadeur de France à Rome.

1125 octobre 1938, Il Corriere délia Sera publie le communiqué de l’agence Stéfani : "Le ministre des Affaires étrangères français, M. Georges Bonnet, a fait appeler, à l’issue du Conseil des ministres, M. le chargé d’affaires d’Italie à Paris pour lui annoncer que le Conseil avait décidé, à l’unanimité, de faire transmettre au Duce l’expression de la profonde gratitude du gouvernement et du peuple français pour la haute et clairvoyante œuvre de médiation et de paix qu’il a accomplie à Munich", suivait l’annonce de la normalisation des relations par l’envoi d’un ambassadeur. Les journaux d’Italie titrèrent sur deux ou trois colonnes : "L’action concluante de Mussolini à Munich" –"La profonde gratitude du peuple et du gouvernement français pour le Duce"– "L’envoi d’un ambassadeur avec la reconnaissance implicite de l’empire"... Ces trois titres étaient du Corriere délia Sera, par exemple. Il Popolo d’Italia disait : "La France contrainte à une politique réalisatrice"... Il Messagero : "La France reconnaît l’Empire – Gratitude de Daladier"... La presse relatait ensuite le débat de politique extérieure à la Chambre française, elle soulignait que la France s’était adressée in extremis au Duce et qu’il était intervenu en faveur de la paix. La victoire de Daladier à la Chambre allait entraîner un renversement de la politique française, et pour la première fois depuis l’époque de Jouvenel, la presse fasciste faisait l’éloge d’hommes politiques français !

113Le correspondant parisien du Corriere délia Sera comparaît Daladier à Clémenceau et à Poincaré : "Il a fait un coup de maître en s’assurant à la Chambre une majorité toute neuve, sur les ruines du Front Populaire"... Pirazzoli écrivait dans Il Popolo : "L’évolution française est une révolution, ou une contre-révolution. Daladier n’a pas mentionné la S.D.N., il envoie un ambassadeur à Rome, il reconnaît l’Empire italien avec une adresse de gratitude au Duce. Cette révolution répare les erreurs du passé. Le Front populaire s’est écroulé en entraînant les démagogues sous ses ruines, en causant un changement radical de méthodes et d’opinion". Toutefois, le Bulletin du Quai d’Orsay n° 336 note que la presse italienne se montre ensuite très réservée sur l’envoi du nouvel ambassadeur. En effet, V. Gayda, dans Il Giornale d’Italia, du 6, écrit : "Certes, il y a l’écroulement de la S.D.N. et de l’alliance franco-tchécoslovaque, mais il reste trop de nuages à dissiper dans les cerveaux [...] avant que l’on puisse renoncer à la défiance". Polvereli, dans il Popolo, renchérit : "L’Europe de Versailles a vingt ans de retard sur l’Italie, et vingt ans de torts accumulés contre nous". Toutefois, la nouvelle de la nomination d’André François-Poncet est accueillie "comme une mesure pouvant permettre des négociations en vue d’une normalisation" ; mais la presse fasciste ajoute que "ceci est conditionné par une modification de la politique extérieure et intérieure française. Cependant, le ton général est défavorable à la France". Dans ses souvenirs, précités, François-Poncet relate : "Mussolini avait donné des ordres pour que mon arrivée à Rome fut relatée par la presse comme un événement sans importance. Quelques feuilles eurent soin, au surplus, de m’avertir gracieusement que, si je m’imaginais que j’allais pouvoir renouer, en Italie fasciste, la tradition de Camille Barrère, je ferais mieux de ne pas vider mes malles et de rentrer chez moi".

114Grave impolitesse, Mussolini fit attendre l’ambassadeur trois semaines avant de lui accorder audience, le 29 novembre 1938. Pendant ce temps, que remarquait-on dans la presse fasciste ? D’abord la publication d’une nouvelle revue, de doctrine raciste et intitulée Difesa délia Raza qui donnait un article sur la France : "Deux races, deux civilisations : il n’y a pas d’unité raciale latine. Le génie français est transformateur et vulgarisateur plutôt que créateur et inventeur... En politique, les Français se laissent facilement dominer. Par exemple, ils se laissèrent dominer par César ou Napoléon qui étaient italiens. Les Français sont féminins. "Il n’a pas de sang latin", a dit leur célèbre philosophe Alfred Fouillée. Seule la culture française est latine. Les Français ne peuvent pas non plus revendiquer Vercingétorix qui était germain". L’article continue en citant Henri Berr qui a écrit "que les Gallo-romains étaient des Celtes camouflés"... et conclut : "Rome n’a laissé aucune trace dans l’âme et dans le sang français". Ce texte, d’une idiotie surprenante, est cité longuement par Il Popolo d’Italia du 7 octobre. Notre ambassadeur put le méditer en défaisant ses malles... Dans Il Giornale d’Italia, V. Gayda commente une déclaration du ministre de l’Air français, Guy La Chambre au Petit Parisien annonçant l’octroi de seize milliards de crédits supplémentaires pour l’aviation de guerre : "Donc le geste suprême de Bonnet demandant à Chamberlain de s’adresser à Mussolini pour qu’il sauve la paix fut dicté par l’impossibilité où se trouvait la France de faire la guerre, donc par sa peur de la faire... Incommensurable noirceur que celle des partis et de la presse française, qui ont osé parler de la peur italienne de faire la guerre"... Cet article contient une part de vérité : le général Vuillemin, chef de l’aviation française fit parvenir une note à Daladier, à la veille de Munich, l’avertissant que la France n’avait pas d’avions modernes. En septembre 1939, il lui fit parvenir une autre note lui indiquant que la situation de l’aviation n’avait plus de raison de peser sur les décisions gouvernementales...

115Le 23 octobre 1938, le même V. Gayda écrit que "certains journaux français voudraient pouvoir insulter gratuitement l’Italie sans réplique. Donc, qu’on ne dise pas que l’envoi d’un ambassadeur parviendra à tout résoudre ! Cet acte tardif, qui suit celui de plusieurs autres nations, grandes ou petites, ne résout rien. Il ramène seulement à leur état de décence les rapports franco-italiens, mais tous les problèmes généraux des relations des deux pays restent ouverts. Aucun n’a été éclairci, beaucoup au contraire se sont obscurcis et il est enfantin de parler d’un pacte à trois, Italie, France, Grande-Bretagne en Méditerranée, ou d’un accord franco-italien".

116Il Tevere, du 3 novembre, raconte que, lorsque A. François-Poncet fut nommé ambassadeur à Berlin, des journaux français écrivirent "qu’il avait fait la guerre de 1914-1918 avec une canne. Nous le saluons à son arrivée à Rome comme un homme qui a porté une canne et aussi un mètre, car la France a un besoin urgent de mesurer les nouvelles dimensions de l’Italie"... Quelle est cette histoire de canne, nous l’ignorons. Peut-être est-ce une allusion au fait, que, pour faire leur ronde dans les tranchées, la nuit, les officiers ou les sous-officiers se contentaient d’avoir une canne pour s’aider à marcher, et allaient ainsi sans arme. Cela est raconté par Gabriel Chevallier dans le beau livre La Peur... Aussi, certains officiers allaient à l’assaut avec une simple canne, ne s’occupant que de leur commandement, et ne se distrayant pas de leur fonction à faire feu avec une arme. Cela est loin des bêtises du Tevere... Celui-ci, le 10 novembre 1938 appelle le général Weygand "L’amnésique de Paris", car il a écrit un article sur Foch et la victoire du 11 novembre 1918, dans la Revue des Deux-Mondes, où il ne mentionne pas la victoire de l’armée italienne. "L’Italie existe, même si on ne la voit pas sur vos cartes, amis français !"... Le titre d’Ami laissait un espoir.

117C’est le 29 novembre 1938 que le Duce reçut enfin François-Poncet en audience, en présence de Ciano : "II ne fut à mon égard ni froid, ni chaud, mais simple, naturel, et d’une politesse parfaite... Il parla dans un Français aisé, relevé par l’accent méridional : "Les relations de nos deux pays, me dit-il, sont "vexées" par la question espagnole. Il faut d’abord que celle-ci soit réglée, nous verrons après". Mussolini interrogea l’ambassadeur sur la situation intérieure française, le risque d’une grève générale. Il dit que les communistes et les socialistes "n’étaient qu’une vessie, qu’il n’y avait rien derrière. Quand aurez-vous enfin un gouvernement stable ?" ajouta-t-il. Comme François-Poncet émettait l’idée que la paix de l’Europe reposait sur un accord des quatre capitales, Mussolini l’interrompit, songeant au temps du pacte à quatre : "Il y a longtemps que j’ai préconisé l’entente des quatre puissances occidentales, et l’on s’est moqué de moi"... Soyez confiant lui dit l’ambassadeur, avec chaleur, le conflit espagnol touche à sa fin ; dès qu’il sera terminé, nous aurons une conversation fructueuse". Mussolini répliqua que nul plus que lui n’était capable de patience, puis il se leva et raccompagna son visiteur...

118Le lendemain, 30 novembre 1938, eut lieu l’incident de la Chambre des faisceaux où la France fut conspuée. L’ambassadeur considéra qu’il avait été attiré dans un guet-apens. En effet, Ciano, ministre des Affaires étrangères, devait prononcer un grand discours ; "averti par un obscur instinct", François-Poncet n’avait pas l’intention de se rendre à cette séance, mais le chef de cabinet de Ciano insista pour qu’il y assiste, disant que Ciano serait très déçu si l’ambassadeur de France ne venait pas l’écouter... Tandis que le ministre, dans un calme absolu, faisait l’éloge des accords de Munich et parlait de "protéger avec une fermeté inflexible les aspirations naturelles italiennes", une quinzaine de députés se mirent à hurler, aux mots de aspirazioni naturali : "Tunisia ! Corsica ! Savoia !" François-Poncet se leva pour mieux observer la salle : il vit que le président de séance agitait mollement sa sonnette, que, outre la quinzaine de manifestants, les autres députés ne disaient rien, que Mussolini restait bras croisés et yeux baissés. L’ambassadeur quitta la tribune diplomatique avec ostentation. Dehors, la chose avait été machinée à l’évidence, des jeunes fascistes accueillirent le diplomate en criant : "Tunisia ! Corsica ! Savoia !" et même "Djibouti !" Il Popolo d’Italia du 1er décembre 1938 amplifia les faits : "Une ovation impressionnante accueillit les mots "aspirations naturelles", les cris de "Tunisia... (etc.) se firent entendre. Après la séance, un grand nombre de députés, conduit par Starace, secrétaire du parti (fasciste) forma un cortège ; la foule, qui avait entendu le discours par des hauts-parleurs dans les rues, se massa Corso Umberto et devant le Palais de Venise, criant : "Tunisia... (etc.)... Le Duce a salué la foule au balcon, mais n’a pas prononcé de discours". Le même jour, Monelli, correspondant parisien du Carrière délia Sera écrit "qu’à Paris, l’on a éprouvé des regrets, car Ciano n’a pas parlé de la France dans son discours... Que, d’autre part, G. Donnet a reçu au quai d’Orsay S.E. Guariglia, ambassadeur d’Italie". Le 2 décembre, Maurizio Maraviglia, dans La Tribuna, opposa "la légalité des traités internationaux à la justice des exigences vitales et des aspirations naturelles des peuples jeunes, sacrifiés dans le passé". Le même jour, V. Gayda parla du "dynamisme des jeunes nations, mouvement inéluctable de l’histoire", dans un ton hégélien. En fait, le seul organe de presse à parler ouvertement des revendications de la manifestation était Régime Fascista, sur sept colonnes : "À l’annonce de nos légitimes revendications, la Chambre entière se lève aux cris de Tunisia... (etc.), Séance mémorable qui représente l’âme du peuple italien". Et dans Lavoro Fascista, Ugo d’Andrea explique "que l’occupation de la Tunisie a été une grave injure de la France à l’Italie, injure que la France doit réparer pour être l’amie de l’Italie"...

119C’est le lendemain 3 décembre, que Ciano daigne recevoir A. François-Poncet, qui lui représente avec énergie que la France a aussi des "aspirations naturelles, et que celles-ci résident dans l’intégrité de son territoire national et colonial..."Il m’écoutait, le front baissé, l’air sombre et buté... Il me dit que le gouvernement italien ne pouvait être tenu pour responsable des cris de la Chambre et de ceux de la rue, que l’usage italien n’était pas que le gouvernement se désolidarisât des interrupteurs parlementaires... Lui-même, Ciano, n’avait rien dit dont le gouvernement français pût prendre ombrage". André François-Poncet lui dit alors qu’il était vain de résoudre le différend franco-italien concernant l’Espagne si les Italiens se mettaient à réclamer la Tunisie. Ciano mit fin à l’audience sans formuler d’excuses ni de regrets. Plusieurs diplomates étrangers s’émurent des indélicatesses fascistes à l’égard de la France.

120Le Bulletin du Quai d’Orsay n° 337 analysant la presse italienne note : "C’est uniquement par des dépêches de leurs correspondants à Paris, ou par celles de l’agence Havas, que les journaux italiens annoncent les démarches des gouvernements étrangers. La Gazzetta del Popolo du 3 indique que Ciano a reçu l’ambassadeur de France à propos des manifestations. Il Carrière délia Sera dit, en manchette : "Les aspirations naturelles du peuple italien deviennent le centre de l’intérêt international". Voici l’éditorial du Carrière : "Les Français ont cru qu’il suffisait de reconnaître l’Empire, et cela parmi les derniers, et d’envoyer un ambassadeur à Rome, bon dernier, pour rétablir avec l’Italie des rapports cordiaux. À tout le reste devait suppléer l’amour naturel et invétéré que le peuple italien est censé avoir (on ne sait trop pourquoi) pour le peuple français. Si le prétendu incident de Rome a pu dissiper ces illusions pénibles et périlleuses, il sera utile, même en vue d’une reprise sérieuse de bons rapports italo-français... Les Français oublient cette toute petite chose qu’ont été les sanctions contre l’Italie lors de la conquête de l’Éthiopie, il y a seulement trois ans... Il est naturel que les Italiens pensent à la Tunisie car elle leur fut enlevée par fraude. Les Français sont insolents car ils ont pu dominer". Dans La Stampa du 4, A. Signoretti écrit : "Pour la Tunisie, la France a poignardé l’Italie dans le dos... La Corse est une île liée au destin de l’Italie. Quant au comté de Nice, la frontière naturelle franco-italienne est marquée par la rivière Var". L’article poursuit sur la décadence démographique "effarante" de la France, ce qui suppose son illégitimité à détenir tant de terres... Le Popolo publie le 8 décembre un texte intitulé "Dialogue sur la Tamise" où le Négus et Bénès échangent des propos ridicules. L’article est attribué à Mussolini lui-même et est lu à haute voix dans les cercles fascistes, avec rires.

121L’évolution vers l’absurde commence : le 11 décembre, La Gazzetta del Popolo annonce, sérieusement, qu’A. François-poncet vient d’offrir au Duce Djibouti et des actions dans la compagnie du canal de Suez, que Mussolini aurait repoussé cette offre. L’ambassadeur de France est contraint de publier un démenti ! Dans Lavoro Facista du 11, Ugo d’Andrea reproche aux Français les guerres d’Italie, Marignan, etc. "Nos relations sont mauvaises depuis Charles VIII de France". Des manifestations anti-italiennes ont lieu en Corse, les vitres du consulat d’Italie à Ajaccio sont brisées. La presse fasciste s’indigne ; G. Ansaldo, dans La Gazzetta del Popolo, du 6 décembre, écrit : "C’est l’absinthe, les décorations, la pornographie, les pensions de retraite, le prestige de Paris, l’attraction de la Place Pigalle qui ont entraîné peu à peu la dégénérescence de cette fraction du peuple italien qui se dresse aujourd’hui contre sa patrie d’origine".

122Le 1er janvier 1939, Berto Ricci, dans Critica fascista, attaque un article d’Henri Béraud, paru dans Gringoire : "Si l’Italie moderne veut faire de la primauté méditerranéenne le symbole de ses juvéniles ambitions, il nous semble exagéré que ce soit toujours à nous d’en faire les frais", écrivait Béraud dans un article intitulé "Lettre à Benito Mussolini". L’on sait que Béraud était anglophobe et comparait l’Angleterre à Carthage... Carthago delenda est ! B. Ricci l’apostrophait : "Henri Béraud ! L’antagonisme de la Méditerranée moderne demeure entre Rome et Carthage. Comprenez-moi ! La France n’est pas Carthage, même si un afflux de sang sémite peut l’avoir rendue parente de beaucoup de tribus d’Orient, mais la France est de beaucoup la plus coupable". Quel galimatias politique ! Dans l’organe de presse français L’Ordre, le professeur Édouard Guyot, de la Sorbonne, qui avait écrit un article sur H.G. Wells pour la Revue des Vivants en 1928, a écrit : "Dix soldats italiens sont à peine suffisants pour combattre un réformé français", ce qui est idiot. Il Giornale d’Italia réplique deux jours après, le 14 janvier 1939 : "Jules César a conquis la Gaule. À la Renaissance, les généraux et les amiraux français étaient des Italiens. En 1915, l’Italie a sauvé la France par son intervention"... suit un éloge (légitime) des vertus du soldat italien. Notons la survivance, très tenace, du préjugé français à l’encontre des vertus militaires des Italiens, de 1915 à l’après-1945, préjugé "arrogant", comme le dit une source citée par J.-B. Duroselle, qui souligne ce préjugé, dont l’odieux n’a d’égal que le grotesque... Comme tous les préjugés, il fut des plus tenaces dans l’esprit populaire. Un argument du niveau de celui du malheureux professeur Guyot ne servit qu’à alimenter la hargne.

123Dans l’insulte à l’égard des Italiens, certains journaux français descendirent à un degré lamentable de sottise. Le Petit Bleu écrivit : "L’Italie serait aujourd’hui une colonie française si le douloureux épisode de Sainte-Hélène ne s’était pas produit... Les Italiens qui connaissent la véritable histoire doivent avoir la conviction lancinante que la louve romaine ne peut intimider le coq français, qui a le bec dur, et s’en est servi sur tous les champs de bataille du monde".

124Dans ses Souvenirs, André François-Poncet raconte que Mussolini, resté journaliste et polémiste dans l’âme, publiait lui-même des articles : "Les textes sortis de sa plume (signés d’un pseudonyme) se reconnaissaient à leur extraordinaire virulence, au caractère effréné de leurs invectives, de la haine qui s’y manifestait et qui révélait un abîme de vulgarité et de bassesse. J’en étais stupéfait. La plus forcenée de ces diatribes parut dans Il Tevere du 14 janvier 1939 sous le titre "Je crache sur la France". Cet article est reproduit, traduit, dans le Bulletin périodique de la presse italienne, du ministère des Affaires étrangères, n° 337 du 4 février 1939. Il répond précisément à l’article du Petit Bleu précité : Crachats sur la France. Nous autres, Italiens, nous pouvons cracher au visage de ce lâche Français (le journaliste du Petit Bleu) et au visage de tous les citoyens de la lâche République française, sans exception, pour les motifs suivants : 1° les Français ont abandonné Paris aux premiers coups de fusil en 1914 et ils doivent exclusivement à l’Italie le salut de leur capitale... L’armée française, battue à plate couture dans les premiers mois de la guerre, montrait le fond de ses culottes à la pointe des bottes allemandes. Privée de l’aide des Italiens, la France des Tartarins, réfugiée à Bordeaux, vit le limogeage des commandants de deux armées, de douze corps d’armée, de quarante-deux divisions... Ces choses, les Français font semblant de les ignorer, c’est pourquoi il faut leur cracher au visage. 2° Les Français savent que Napoléon était un Italien qui fit de la France une de ses colonies et ne pensa jamais à faire autre chose de l’Italie qu’un royaume, comme il fit de Rome la gemme la plus précieuse de son fils. L’Italie a fourni un demi-million d’hommes à Napoléon, les meilleurs soldats. Pour réveiller une mémoire aussi profondément assoupie, pas de meilleur système que d’abondants crachats au visage !... le coq français est un chapon artério-scléreux qui n’a de dures que les articulations, il perd ses plumes depuis septembre 1938, la France est un poulailler... En somme un crachat italien vaut plus que le citoyen français auquel il est destiné" (signé Telesio Interlandi).

125L’ambassadeur commente : "Un chef de gouvernement s’était-il jamais laissé aller de la sorte ? Dans ce comportement, n’y avait-il pas le signe d’un véritable dérèglement mental ? Comment avais-je pu me tromper au point d’imaginer que ce boutefeu pourrait exercer une influence apaisante et jouer le rôle d’un pacificateur ? En comparaison avec lui, Hitler faisait figure d’homme modéré et de bonne compagnie. Combien j’avais été mal inspiré en quittant Berlin pour Rome ! J’étais tombé de Charybde en Scylla ! Les plus sombres pressentiments m’agitaient. Serait-il possible d’écarter les tempêtes dont je voyais bien que l’avenir était chargé ?" A. François-Poncet rappelle que, afin de riposter aux revendications fascistes, Daladier fit un voyage officiel, très démonstratif par l’accueil chaleureux des populations, en Corse, en Tunisie, en Algérie : "Jamais, répéta-t-il, dans ses discours, jamais nous ne céderons un pouce de ce qui nous appartient ! À Ajaccio, l’on offrit au Président du Conseil un poignard ciselé, Daladier s’amusa à le brandir en roulant des yeux féroces, sous les rires et les applaudissements... Notre Bulletin n° 337 indique que ce voyage officiel "n’est relaté que par de brefs compte-rendus en troisième ou quatrième page, les journaux donnant le maximum de publicité à de petits incidents, vrais ou faux. Par exemple, une manifestation anti-italienne aurait eu lieu à Tunis, où les vitres de magasins italiens auraient été brisées" (Lavoro Fascista du 5 janvier). Il Popolo d’Italia, du même jour, intitule un petit article : "Sur les traces de Pépé le Moko" (allusion au film de J. Duvivier, populisme et criminalité, tourné dans la Casbah d’Alger, avec J. Gabin). "L’Afrique française a enfin vu le visage d’un président du Conseil français !"... Et "un drapeau italien aurait été brûlé, par de la canaille, dans une rue, après les provocations dues aux poses mélodramatiques de Daladier”.

126L’éditorial de Régime Fascista du 24 janvier 1939 s’en prend à Mgr Verdier, cardinal-archevêque de Paris, qui, dans un mandement, a combattu l’antisémitisme. Il est traité de "complice des francs-maçons, des Juifs, "etc. La Tribuna appelle Jérôme et Jean Tharaud "immortels crétins" à cause d’un reportage sur la présence française à Djibouti. Dans II Popolo du 25 janvier, un livre fasciste sur Paris, de Bruno Barilli, permet la présentation suivante : "C’est la ville de la décadence. Paris est désormais entre les mains des nègres. Le nègre est devenu le modèle, le prophète, l’artiste. L’Afrique a étendu son bras tatoué sur la ville-lumière. 70 000 Algériens suent dans les usines, des tribus noires traversent les grands boulevards comme jadis les forêts équatoriales. Dans les grands salons élégants, ceux qui donnent le ton sont les jeunes gens à peau de couleur cigare havane. Au pied du Louvre dansent des pirogues océaniennes sur les flots de la Seine. Des Sénégalais montent la garde à l’Élysée. Des négresses nues dansent au son des tambourins pour le plaisir et la lascivité des derniers exemplaires de la race française mourante... Des bouchons de Champagne et des chapeaux de cotillon roulent près de femmes désespérées et en larmes".

127En ces premiers mois de l’hiver 1939, A. François-Poncet raconte que le Duce avait ordonné qu’il fût isolé, que personne ne lui parlât ou ne se rendit aux réceptions de l’ambassade de France... En outre, sous les fenêtres du palais Famèse, Starace, secrétaire du parti fasciste, organisait des manifestations anti-françaises. Notre ambassadeur les regardait et trouvait qu’elles étaient peu suivies. Un jour, Starace fit défiler ses militants derrière un cercueil recouvert d’un drapeau français. François-Poncet explique qu’il s’appliqua à ne jamais protester, à sourire et à hausser les épaules, tout en étant angoissé de cette haine, personnelle, dont Mussolini le poursuivait... On dit, rapporte-t-il, que cette détestation serait venue de propos ironiques tenus sur le Duce par le diplomate, mais l’ambassadeur écrit dans ses Souvenirs, que ces paroles désobligeantes lui ont été attribuées par un calomniateur. Mussolini s’irritait du sang-froid du Français, il s’irritait aussi du fait que ses consignes d’ostracisme n’étaient pas suivies par les Allemands ! En effet, les personnalités allemandes, adhérentes du nazisme ou autres, rendaient visite à l’ancien ambassadeur à Berlin avec des démonstrations de courtoisie... Quant aux Italiens, "il s’en fallait de beaucoup, écrit François-Poncet, que le mot d’ordre du Duce et des meneurs du fascisme fût observé par tous. La société romaine n’accepta jamais de s’associer au boycottage dont j’étais victime, et je contractais dans ses rangs des amitiés d’autant plus précieuses qu’elles étaient plus courageuses. Grâce à elle, les réceptions de l’ambassade de France à Rome furent toujours abondamment fréquentées et le palais Farnèse ne manqua jamais de convives". L’ambassadeur de France fut aussi reçu au Circolo délia Caccia, l’équivalent de notre Jockey-Club, donc le cercle le plus aristocratique : "On y rencontrait des membres de la haute société, d’anciens présidents du Conseil, d’anciens ministres, des sénateurs en renom, tous plus monarchistes, d’ailleurs, que fascistes. Je fus accueilli, dans ce milieu aussi intéressant qu’agréable, avec la courtoisie la plus raffinée. Par un redoublement de politesse, on tenait évidemment à me donner à entendre que l’on n’approuvait pas l’attitude du Duce et que l’on refusait de s’y associer". François-Poncet ajoute que, devant un tel assaut de prévenances et de manifestations d’amitié, il décida de s’abstenir de reparaître, pour ne pas compromettre ces bonnes gens : un journaliste allemand, de ses amis de jeunesse, qui l’avait reçu chez lui, à Rome, s’était vu menacer d’expulsion par les autorités fascistes en cas de récidive !

128En attendant, les attaques de la presse fasciste continuait ; certains essayaient de se donner une dimension intellectuelle. Carlo Delcroix, dans Il Carrière délia Sera du 4 février 1939, écrivait : "Le siècle dernier peut être considéré comme un siècle français, alors que celui qui vient, c’est le siècle fasciste. La France représente un monde condamné, qui sera remplacé par une nouvelle conception de la vie et de l’histoire. Le fascisme, c’est tout ce qui est contraire aux principes sur lesquels se fondait la primauté française. La France est bourgeoise, et nous sommes peuple, la faculté française est raison, et notre don, c’est le génie, la politique française est fondée sur la mythologie, la notre s’appuie sur l’histoire. La France avait pris la place de Rome et tout ce qui eut Rome pour commencement reviendra à Rome".

129V. Gayda, dans Il Giornale d’Italia du 15 février évoque Camille Barrère en répondant à un article du député (et excellent écrivain et mémorialiste de 14-18, avec l’essai Croire) André Fribourg, paru dans La Tribune des Nations : "La neutralité italienne a été garantie par le traité (sic) de 1902 entre Barrère et Prinetti. Ce traité aurait pu être interprété de diverses façons, l’Italie lui donna l’interprétation la plus favorable à la France. L’Italie a, en 1915, dégagé le front français et elle a fixé le gros des effectifs austro-hongrois sur son front après l’écroulement russe. Il y avait vingt divisions ennemies sur le front italien en 1915, il y en eut soixante en 1917, alors que l’Italie n’a pu ajouter que vingt divisions fraîches. Après l’échec de l’offensive Nivelle au chemin des dames en 1917, le front italien est devenu très actif, avec 300 000 tués et blessés. Caporetto est la conséquence de l’arrêt des offensives françaises, à cause des mutineries et de l’attentisme de Pétain, lequel s’est ajouté, contre nous, à l’écroulement russe. Ces faits ont dégagé les forces des Empires centraux à l’est, qui ont été reportées sur notre front alpin. Et Caporetto n’a pas décidé de l’issue de la guerre, ce fut un épisode rapidement réparé, qui a préparé le sursaut de l’esprit italien, la victoire de la Piave en 1918, Vittorio-Veneto. L’armistice et la victoire finale de 1918 ont été décidés par cette victoire, qui a engendré la capitulation austro-hongroise du 4 novembre, qui a précédé la capitulation allemande du 11 novembre 1918”.

130Le 26 mars 1939, à 10 h 45, sous la pluie, dans le Stade Mussolini, devant 65 000 miliciens et pour le vingtième anniversaire de la création du fascisme, le Duce a prononcé un discours dont le sommet a été : "Les problèmes italiens vis-à-vis de la France ont un nom. Ils s’appellent Tunis, Djibouti, canal de Suez" (acclamations prolongées) (encore ne parla-t-il ni de Nice, ni de la Savoie, ni de la Corse...) "le fossé qui divise les deux pays devient si profond qu’il est impossible de le combler". A. François-Poncet rapporte que, selon ses renseignements, Mussolini considérait que la guerre devait éclater en 1942. Cette date convenait pour refaire les approvisionnements et les équipements de l’armée italienne, usés et vidés par la guerre d’Éthiopie et la guerre d’Espagne. En effet, l’armée italienne, en 1940, se trouva démunie, même d’équipements élémentaires comme les chaussures, et insuffisamment armée, ce qui explique ses défaites en Libye et en Grèce. Ses chars étaient exclusivement des chars légers, ses avions, les Macchi, les Savoia, étaient excellents mais en nombre insuffisant et manquant de pièces détachées.

131Le 14 juillet 1939, les Français donnèrent de l’éclat à la fête nationale et célébrèrent le cent-cinquantenaire de la Révolution de 1789. Il Messagero, du 22, commente : "Dans une époque de formidables problèmes collectifs complètement indépendants de toute volonté individuelle, il n’y a personne qui puisse admettre que la révolution individualiste de 1789 soit véritablement un événement de portée universelle et que ses institutions aient encore quelque influence sur l’évolution de l’histoire moderne. En France même, il ne manque pas de gens pour penser que la Révolution de 1789 fut un grand malheur ; le pays en sortit désorganisé socialement, affaibli dans sa puissance politique et saigné de ses forces populaires. Invention d’une société raffinée mais légère, et manquant de toute conviction morale, la révolution apparaît comme un mouvement de grande intelligence, mais privé de bon sens". Citant A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, l’auteur de l’article montre que les conquêtes de la révolution ont été réalisées avant 1789 : "La cité féodale avait disparu, la royauté était une institution débonnaire, les classes sociales étaient nivelées... Plus que les droits de l’homme, ce que la révolution a proclamé comme sacré et étemel, c’est le droit de propriété. La soit-disant grande révolution n’est que la proclamation de l’individualisme comme force politique de la propriété et base du développement du capitalisme. Si la révolution a laissé des traces durables, c’est qu’en partageant les biens des nobles et des couvents, elle a créé en France une nouvelle classe de petits propriétaires, une nouvelle bourgeoisie rurale. Actuellement, à cent-cinquante années de distance, les descendants des guillotineurs font figure de Beati Possidentes. Ils cherchent à défendre leurs positions contre les peuples de forte natalité qui revendiquent leur espace vital... Voilà pourquoi le fascisme est en opposition avec le monde de 1789".

132Les passionnants Souvenirs de François-Poncet relatent la marche à la guerre et peuvent se relire en comparaison des Carnets de Ciano. Ce dernier se rapprocha de notre ambassadeur à l’été 1939, au point que les deux hommes eurent coutume de se voir deux fois par semaine. Le diplomate français brosse un portrait de Ciano : "Il était humain", à la différence du Duce, dont beaucoup d’Italiens disaient qu’il était atteint de troubles mentaux... Pourtant, il fit soudain un discours, le 26 mars 1939, où il dit que "la barrière élevée entre la France et l’Italie par la guerre d’Espagne était démolie"... Prenait-il peur d’Hitler et de la guerre ? Était-il animé d’un esprit de paix ? A. François-Poncet estima que le moment était propice pour ouvrir un dialogue et sauver la paix, recréer une amitié franco-italienne. Le quai d’Orsay, hélas, ne voulut rien faire : en France, l’anti-fascisme était très fort, l’on ne pardonnait pas les insultes, les "Tunisia ", etc. Les Italiens s’étonnaient aussi du manque d’agressivité des franco-britanniques à l’égard de Hitler. Ciano dit au chargé d’affaires soviétiques, qui le répéta à François-Poncet : "L’inertie de Paris et de Londres nous pousse dans les bras de l’Allemagne"... Mussolini s’étonna aussi beaucoup de l’inertie des alliés à son égard, après le coup de force sur l’Albanie, en avril 1939.

133Cette inertie ne pouvait, également, que désoler l’ambassadeur de France, mais que faire à l’égard des pays totalitaires, sinon la guerre ? Ou bien fallait-il prolonger l’attentisme, et attendre que les nazis attaquent les communistes ? C’est ce que laissait entendre Raymond Aron, qui approuvait l’attentisme de Munich. Charles Roux, ambassadeur de France au Vatican, soutenait de son mieux son collègue du palais Famèse ; il lui avait indiqué que Pie XII avait été très hostile à l’Anschluss... Lorsqu’il rencontra Pie XII pour la dernière fois, en 1940, A. François-Poncet lui demanda s’il y avait un moyen d’empêcher Mussolini de déclarer la guerre à la France, si le Pape pouvait encore intervenir. Le Pontife répondit qu’il avait épuisé tout son crédit auprès du dictateur, il ajouta avec une grande tristesse que le Duce refusait de l’entendre, de le rencontrer et ne lisait même plus ses lettres, rejetant, par principe toute démarche de sa part. Pie XII, qui n’ignorait pas combien notre ambassadeur était catholique, lui parla avec abandon, lui dit sa douleur, son amour de la France "Un grand Pape, un grand saint".

134Durant la drôle de guerre, vis-à-vis de la France, c’est surtout II Popolo d ’ltalia qui donne des éditoriaux en gros caractères italiques, mais il n’y a rien de sensationnel à dire. Ainsi, le 2 février 1940 : "Météorologie et politique. II n’y a rien eu de nouveau, sinon un hiver exceptionnel, avec des chutes de neige exceptionnelles". Le 8 février, le même organe : "On n’entend plus en France" "À bas le Fascisme", cri de prédilection des communistes, car le parti communiste a été interdit par Daladier. Mais c’était aussi le cri de bataille de la démocratie, et il lui est resté dans la gorge". Et le 23 : "Anastasie a raison de tout censurer. La presse française parle peu des Italiens, car elle ne peut donner à l’opinion française des illusions sur les sentiments réels des Italiens... Il est vraiment hors de question que la France puisse allécher encore une fois l’Italie comme en 1915". Il Tevere du 14 reprend le ton connu : "C’est un symptôme de dégénérescence mentale des Français que de discuter sans cesse sur ce qu’ils vont faire de l’Allemagne. Ils en arrivent à s’empoigner entre eux à propos du dépeçage du Reich. À côté de cela, leur plan de campagne est d’une prudence incommensurable. Ils n’osent pas bouger d’un doigt et ils observent la fonte des neiges”.

135Du 25 février au 20 mars 1940, la presse italienne consacre peu d’articles de fond à l’économie et à la politique de guerre de la France et de la Grande Bretagne, mais un grand nombre d’entrefilets presque toujours polémiques ou malveillants, par exemple sur les mesures de restrictions prises par les alliés. le seul correspondant favorable aux alliés est Luigi Barzini, correspondant à Londres du Carrier e délia Sera. Notons que son père, qui portait le même prénom, fut un journaliste et écrivain de valeur, très francophile, qui publia des livres en France sur la guerre de 14-18.

136Léo Pollini, dans Le Sole du 1er mars 1940, fait un historique de la politique européenne depuis 1919, en citant un discours de Mussolini qui évoque encore "l’humiliation morale infligée à l’Italie par les traités de 1919, les injustices de Versailles et la triste comédie de la S.D.N... Avec le pacte à quatre sembla s’ouvrir un soupirail dans le mur de la négation dogmatique, les nouveaux riches voulurent être plus prudents. À Genève, on se tut, à Prague on admit la révision des traités, mais ce ne fut là qu’une courte illusion. Au lendemain de la conclusion du pacte à quatre commença à Londres et à Paris une campagne furibonde en vue de justifier la trahison des gouvernements démocratiques. Par la trahison du pacte à quatre, Paris et Londres se sont décidés pour la guerre. La France et la Grande Bretagne ont refusé de construire l’Europe sur la seule base possible et elles ont voulu maintenir les abus arrachés à Versailles, en particulier à l’égard de l’Italie".

  • 51 L’on voit que nous utilisons largement le volume de Souvenirs d’A. François-Poncet. Voir aussi Bull (...)

137Enfin du 21 mars au 17 avril 1940, la presse italienne donne peu d’articles de fond sur la guerre, sur l’attitude à venir de l’Italie dans la guerre. Des entrefilets soulignent l’amitié avec l’Allemagne nazie, la haine des démocraties, avec un rappel constant de l’ingratitude des alliés dans l’affaire d’Éthiopie, de leur hostilité et des sanctions. Cette question d’Éthiopie fut-elle la fracture prédominante ? L’hostilité des franco-britanniques parut-elle incompréhensible aux Italiens pour lesquels cette guerre était une guerre coloniale, la dernière, de même que les Français avaient achevé, en 1933, la conquête militaire du Maroc ? Ou bien la question éthiopienne ne joua-t-elle qu’un rôle secondaire dans la dynamique du fascisme, orientée vers une militarisation à outrance, et qui ne pouvait que déboucher sur des conquêtes de territoires, ne serait-ce que pour parer aux échecs intérieurs issus de la crise de 1929 ? Cependant quelle inspiration absurde que de s’emparer de l’Albanie et de l’Éthiopie pour créer un empire, puisqu’il s’agissait du pays le plus pauvre d’Europe et du pays le plus pauvre d’Afrique... L’on peut aussi poser la question du degré d’adhésion des Italiens au fasdsme. Plus d’un observateur a dit que l’idéologie mussolinienne n’avait pas pénétré en profondeur dans l’âme du peuple italien... Est-ce pour cela que II Tevere du 26 mars 1940 met en garde ses lecteurs contre des sympathies irraisonnées à l’égard des alliés ? La presse fasciste publie journellement des informations tendant à montrer sous un angle défavorable et inquiétant la situation en France et en Grande Bretagne. Le Bulletin de presse du quai d’Orsay note, avec inquiétude, que ces informations reproduisent celles de la presse allemande ! C’est le cas, par exemple, de Régime Fascista qui, le 24 mars 1940, publie des articles sur la franc-maçonnerie française, dominée par les Juifs, dit-il, et dont l’action est anti-fasciste...51.

138Dans un tel climat d’hostilité, André François-Poncet ne fut pas très étonné lorsque, le 9 juin, Ciano lui laissa entendre que la déclaration de guerre de l’Italie à la France était proche. Le lendemain, il se présenta devant notre ambassadeur en grand uniforme, et fut mal accueilli : "Ainsi, vous avez attendu que nous fussions à terre pour nous donner un coup de poignard dans le dos. À votre place, je n’en serais pas fier !" Ciano rougit et se fit amical : "Mon cher Poncet, tout cela ne durera que peu de temps. Nous nous retrouverons bientôt autour d’un tapis vert" – "À condition que vous ne soyez pas tué !" répliqua le Français, qui ironisa, disant qu’il était curieux de savoir les raisons de cette déclaration de guerre. Ennuyé, Ciano parla des engagements de l’Italie. L’ambassadeur conclut : "Je ne pourrai pas me résigner à considérer un Italien comme un ennemi". Très belle conclusion, puisque c’était là la pensée de beaucoup d’Italiens et de Français...

Notes

1 Rendons hommage aux familles franco-italiennes qui souffrirent de ce drame. En 1942 et 1943, dans l’est de l’Algérie, des résidents italiens étaient enfermés dans des camps d’internement, tandis que leurs enfants, naturalisés français, étaient mobilisés dans l’armée française pour combattre les troupes de l’Axe ! Sur l’histoire des relations diplomatiques, voir les ouvrages généraux : DUROSELLE (J.-B.) et RENOUVIN (P.), Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris 1991 ; DUROSELLE (J.-B.), La Grande Guerre des Français, Paris 1994 ; RENOUVIN (P.), La crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris 1969 ; BAUMONT (M.), La faillite de la Paix, 1918-1939, 2 vol., Paris 1969 ; SOUTOU (G.-H.), L’or et le sang, Les buts de guerre économiques de la Première guerre mondiale, Paris 1989 ; sous la dir. de BAILLOU (J.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, Paris 1984 ; sous la dir. de GUILLEN (P.), La France et l’Italie pendant la Première Guerre mondiale, Grenoble 1976 ; PASTORELLI (P.), TOSCANO (M.), MOSCA (R.), La politica estera italiana del 1914 al 1943, Turin 1963 ; DOISE (T.) et VAISSE (M.), Diplomatie et outil militaire, 1871-1991, Paris 1992.

2 À partir de 1916, le 2e Bureau du G.Q.G. de l’Armée française, puis le ministère des Affaires étrangères publièrent régulièrement des Bulletins quotidiens de la presse étrangère qui contiennent souvent des traductions d’articles italiens, et un Bulletin périodique de la presse italienne, analysant les journaux de la quinzaine voire du mois écoulé. Cette source, qui était un document confidentiel, est précieuse, nous l’avons exploitée dans trois contributions, BASTIER (J.), "L’opinion espagnole en 1916 d’après les bulletins de renseignements de l’état-major français", Cuadernos informatives de derecho publico, privado, procesal y de la navegacion, Barcelone et Malaga, n° 15-16, 1993, p. 3713-3784. "Les offensives d’avril-mai 1917 et la presse étrangère d’après les Bull, de renseign. du G.Q.G. et du Quai d’Orsay", Mélanges Pierre VELLAS, Paris, Pédone, 1995, p. 451-474 ; "La fin du Libéralisme en Espagne, d’après les Bull, de renseign.... (1917-1923)", Actes des Journées internat, d’histoire du droit, Anvers, Presses univ. S. Ignace, U.F.S.I.A., sous-presse. Ici, notre but est modeste : nous voulons rappeler le portrait de trois grands ambassadeurs et surtout essayer de comparer ce portrait à l’image donnée par la presse italienne, ou parfois étrangère... Mais, jusqu’à 1916, J.B. Duroselle, note bien (La Grande Guerre, précité, p. 259 à 262) combien la diplomatie ne s’intéresse pas à l’opinion publique, préférant parfois même l’ignorer. Aussi notre évocation de Barrère jusqu’à 1916 sera-t-elle une introduction à notre propos.

3 VALERY (Paul), Cahiers, éd. du C.N.R.S., qui reproduit, par impression anastatique, le manuscrit complet, avec les dessins et aquarelles, t. 23, Paris 1960, p. 285.

4 Voir la revue intitulée Académie des Sciences morales et politiques, 1933, SIEGFRIED (A.), La psychologie du peuple français, p. 178-200 ; HAZARD (Paul), La psychologie du peuple italien, p. 224-236 ; RIVAUD (A.), La psychologie du peuple allemand, p. 201-223. D’autres contributions furent publiées sur la psychologie des Espagnols, des Anglais, des Hollandais, des Arabes d’Algérie, des Américains et Latino-américains, des Russes, des Chinois...

5 Voir VALIANI (Léo), L’historiographie de l’Italie contemporaine, Genève, 1968.

6 Voir BASTIER (J.), "La Revue des Vivants et l’avenir de l’Europe, 1927-1932", dans L’Europe entre deux tempéraments politiques, t. 7 de la Coll, de l’A.F.H.I.P., dir. M. Ganzin, Presses univ. d’Aix, 1994, p. 245-272.

7 Cahiers, t. 23., précité, p. 365.

8 Voir article précité, p. 178-184.

9 Cahiers..., p. 373.

10 Cahiers..., p. 421, voir l’ensemble de ces textes, p. 391, 427, 435, 436. Citons l’excellente thèse de QUILLIEN (Ph.-J.), Histoire et politique de P. Valéry, 2 vol.,
I.E.P., Paris 1989.

11 Voir art. précité, p. 183-185.

12 Art. cité, p. 185.

13 Cahiers..., p..434.

14 Sur C. Barrère, voir les suggestifs ouvrages de CHARLES-ROUX (F.), Une grande ambassade à Rome, Vans 1961 ; "L’œuvre diplomatique de C. Barrère", Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1941, p. 172-187, l’admirable essai de NOEL (Léon), Camille Barrère, ambassadeur de France, Bourges-Paris 1948, éd. Tardy, Deux art. non signés (de Charles-Roux) à la Revue des Deux-Mondes, "La France et l’Italie des armistices à Locarno", 15 fév. 1926, p. 803-825, 1er mars 1926, p. 188-207, "L’Italie et les responsabilités austro-allemandes de la guerre", 1er oct. 1927, p. 511-542, qui illustre Le Livre Vert italien, éd. trad. fr. Berger-Levrault, coll. Pages d’histoire, n° 9, 2e série, Nancy-Paris 1915, (contient la corresp. dipl. du 9 déc. 1914 au 4 mai 1915). Au lieu d’écrire ses mémoires, C. Barrère a donné plusieurs art. à la R. des Deux-Mondes, "Les responsabilités du Prince de Bulow", 1er mai 1931, p. 89-101 ; "Le prélude de l’offensive allemande en 1905", 1er fév. 1932, p. 634-641 ; "La chute de Delcassé", 1er août 1932, p. 602-618 ; "Souvenirs diplomatiques", 15 avril 1938, p. 721-734.

15 F. Charles-Roux rapporte que, dans le cabinet d’ambassadeur à Rome de Barrère, il y avait une grande photographie de Gambetta sous laquelle s’encastrait une lettre autographe. Cette image se dressait sur un chevalet, en face de la table à écrire ; elle figurait encore en place d’honneur dans le fumoir du diplomate retraité, à Paris. La vie tragique de Gambetta était le sujet que Barrère abordait le plus volontiers à la fin de sa vie. D’autre part, il faisait confidence du fait que, exilé à Londres de 1871 à 1878, il avait évolué à l’égard de Thiers, "dont il avait commencé par ne pas goûter la rudesse devant le désordre... C’est seulement beaucoup plus tard que, ce qu’il avait appelé, dans sa jeunesse, "la réaction” fut réhabilité à ses yeux par les excès démagogiques de la démocratie. Dans sa vieillesse, je ne l’ai jamais entendu égratigner la mémoire de M. Thiers, et le seul reproche qu’il formulât, parfois contre le maréchal de Mac Mahon, était d’avoir compromis la ressource de la dissolution du Parlement en y recourant mal à propos”, l’œuvre diplomatique... p. 172-173.

16 Voir SERRA (Enrico), C. Barrère et l’Entesa italo-francese, préf. de C. Sforza, Milan, 1950 ; CHARLES-ROUX (F.), Trois ambassades à la veille de la guerre, préf. de J. Seydoux, Paris 1928, p. 3.

17 Voir BILLOT (A.), La France et l’Italie, Histoire des années troubles, 1881-1899, Paris, 2 vol., 1905.

18 CAMBON (Paul), Correspondance (1870-1924), Paris 1940, t. 1, p. 332-333, t. 2, p. 140, P. Cambon écrit à son fils : "Le jour où une bonne entente serait établie entre la France, la Russie et l’Angleterre, avec l’Italie comme soutien éventuel, nous serions en état de causer avec l’Allemagne” (lettre du 13 mai 1904).

19 Voir "lettres de C. Barrère à Delcassé", Revue de Paris du 15 avril 1937, p. 721-763, lettre du 23 novembre 1898, p. 723.

20 Voir NOËL (L.), ouvr. cité, p. 50- 56.

21 Ce texte est publié dans la notice C. Barrère, non signée, au tome 5, p. 67-68 de l’indispensable Dictionnaire Diplomatique, s.d., éd. Acad. dipl. internat. Paris-Genève, le tome 5 est un dictionnaire biographique.

22 Les textes complets des accords de 1900 et 1902 sont par ex. dans NOËL (L.), ouvr. cité, p. 127 à 141.

23 NOËL (L.), ouvr. cité, p. 53, 59, note 2. Voir LAROCHE (Jules), Quinze ans à Rome avec Camille Barrère (1898-1913), Paris 1948, chap. 4, L’accord de 1902, partie. p. 49, Bülow et Goluchowski refusèrent à Prinetti la moindre concession lors du renouvellement de la Triplice et se montrèrent "catégoriques” et "impérieux” avec leur allié italien qui se rapprocha des Français. Citons aussi SALVATORELLI (L.), Histoire de l’Italie, trad. fr., Paris 1973, p. 548.

24 Sur le voyage du président Loubet, voir LAROCHE (J.), ouvr. cité, chap. 8, qui cite un rapport de Barrère après ce voyage : "Le sentiment public s’est manifesté tout à la joie de reconnaître qu’il s’était trompé, qu’on l’avait trompé, que la France n’était pas l’ennemie dont on avait empli l’imagination populaire, qu’elle reconnaissait à l’Italie son droit de vivre comme nation libre et indépendante, et qu’elle ne mettait pas en balance avec son amitié les prétentions temporelles de la papauté... L’Italie est sortie de l’orbite allemande”, p. 136.

25 Sous l’influence d’un diplomate entré dans les ordres, Mgr Chaptal, C. Barrère devint un fervent catholique, voir P. Boisard, Mgr. Chaptal, évêque d’Isionda (1861-1943), Paris, 1945, p. 129.

26 Question posée par L. Valiani, ouv. cité, p. 68, par B. Vigezzi, La neutralità italiana del luglio-agasto 1914 e ilproblema dell’Austria-Unghera, dans Clio, 1965, N° 1 ; M. Fatica, Bilancio di contributi recenti sulle origini e i fini dell’intervento italiano nella primera guerra mondiale, dans Critica Storica, 1966 ; P. Milza, Les rapports économiques franco-italiens en 19141915 et leurs incidences politiques, dans Revue d’hist. moderne et contemp., 1967.

27 Ces mots sont cités par F. Charles-Roux, d’une confidence, souvent répétée, de Barrère, voir L’œuvre diplomatique..., p. 184.

28 Voir La France et l’Italie pendant la Première Guerre mondiale, précité, Les relations politiques, rapport de L. Valiani, et G. Dethan, Barrère et Sonnino en 1914-1918, deux "compagnons d’armes”, p. 512-520.

29 Voir L. Valiani, ouv. cité, p. 85, 95, 96, 149, 151 ; voir F. Gaeta, Nazionalismo italiano, Naples, 1965 ; N. Valeri. La lotta politica in Italia dall’Unita al 1925, Florence, 1958 ; F. Charles-Roux, L’œuvre diplomatique... p. 186.

30 Bulletin périodique de la Presse italienne n° 58, 59,61.

31 Bull. n° 118.

32 Bull. n° 118 également.

33 Bull. n° 119.

34 Voir J. Bastier, L. F. Céline, Le cuirassier blessé (1914-1916), Éditions du Lérot, Tusson 1999.

35 Voir Bulletin quotidien de Presse étrangère n° 1331. Sur G. Ferrero, l’excellent livre de B. Biancotto, La pensée politique de G. Ferrero, Presses univ. d’Aix, 1994, p. 75 et suiv. Pour le philosophe et historien italien, comme pour Céline, la guerre de 1914 est un aboutissement des luttes entamées par la Révolution de 1789.

36 Voir J. B. DUROSELLE, La Grande Guerre..., p. 259, 267, 269, 271, 272, 275, 276,332, et la thèse de Montant, précitée. Sur Julien Luchaire, la Coopération intellectuelle, la S.D.N., les conflits de Luchaire (ami et protégé de Bergson) avec Marie Curie, Gonzague de Reynold, voir J. BASTIER, "Henri Bergson, Gonzague de Reynold, La Société des Nations, (1922-1940)”, dans L’Europe entre deux tempéraments politiques, coll. d’hist. des idées politiques, t. 7, Presses univ. d’Aix, 1994, p. 273-291, nous avons donné dans cet article des lettres inédites de Bergson et de Marie Curie, extraites des Archives Reynold (Berne).

37 Voir les remarques de J. B. Duroselle, La Grande Guerre..., p. 333-335. Outre les Mémoires de Cadoma, édités chez Payot en 1928, il y a peu de livres, en Français, sur le front italien. Voir Luis Trenker, La guerre au Tyrol, Payot 1930, livre admirable, chef d’oeuvre littéraire, l’auteur est aussi devenu un maître du cinéma allemand avec Der Berg ruft... Sur l’hostilité de Clémenceau à l’Italie, voir l’art, de Duroselle, dans La France et l’Italie..., p. 492-511 et la biographie du Tigre, par le même auteur, Paris, 1989.

38 Bull, quolid. de Presse étr. n° 1339 du 29 décembre 1919, n° 1341 du 31 décembre 1919, n° 1342 du janvier 1920, Bull, quotidiens de mars et de mai 1920.

39 Voir Bull, de la Presse italienne n° 169 (presse du 16 septembre au 5 octobre 1921), Bulletins quotidiens 1862 à 1868, et Bull, presse ital. n° 213 (mars-avril 1924).

40 Voir Dict. dipl. précité, T. 5, p. 533-534, notice H. de Jouvenel par A.F. Frangulis.

41 Voir M. Vaisse, Sécurité d’abord, La politique française en matière de désarmement, 9 décembre 1930-17 avril 1934, Paris, 1981, sur Jouvenel, p. 44, 141, 156-157, 178, 255, 295, 298,354, 383, 403,409-410,427, 435, 453, 603-604.

42 Dans Les relations franco-italiennes de 1933 à 1938, a cura di J.B. Duroselle e Enrico Serra, Roma, 1981, la contrib. de M. Vaisse, La mission d’H. de Jouvenel à Rome, janvier-juin 1933. Ces travaux sont d’une grande valeur et nous permettent de mesurer la modestie de notre contribution.

43 Bull. per. Presse Ital., n° 289 à 291.

44 Voir Bull, quotid. de la presse étr., 5251, 5260, 5272, 5277, 5306.

45 Ultime numéro de la Revue des Vivants, nov. 1935, hommage à Jouvenel ; cette revue est introuvable dans les bibliothèques, ne se trouvant guère, à notre connaissance, en collection complète, qu’à Strasbourg.

46 Voir G. Tabouis, Chantage à la guerre, Paris, 1938, p. 24-25, Vingt ans de suspense diplomatique, Paris, 1958, p. 144-145.

47 Voir Bull. per. Presse ital. N° 293 et 294, voir Bull, quotidiens 5400 à 5404, voir la notice Pacte à quatre dans le Die. dipl., t. 2, p. 515-516, et au t. 5 les notices Ulrich Von Hassel, p. 465-466, Joseph Paul-Boncour, p. 827-828. Sir Ronald William Graham (1870-1949) fut d’abord Secrétaire d’ambassade à Paris et à Téhéran (1897), Ministre plénipotentiaire au Caire, diplomate en Crète (1906), Conseiller en Égypte (1907-1909), Conseiller au ministère de l’intérieur du gouvernement égyptien (1910-1916), Sous-secrétaire d’État-assistant aux Affaires étrangères (1916), Ministre en Hollande (1919), ambassadeur en Italie (1921-1933), Directeur-représentant le gouvernement britannique au Canal de Suez (1939-1945).

48 Sur la psychologie du Fascisme, nous apprécions les remarques de Maurice Bedel, Fascisme an VII, Paris, 1929, pourtant précoces.

49 Voir Pietro Quaroni, ambassadeur d’Italie, Valiglia diplomatica, trad. fr., paris, 1958, voir les excellents chapitres consacrés à Jouvenel et à son successeur de Chambrun, p. 183-190, et 223-230.

50 Voir aussi la notice "André François-Poncet", Dict. dipl., p. 349-350.

51 L’on voit que nous utilisons largement le volume de Souvenirs d’A. François-Poncet. Voir aussi Bull. Presse italienne, N° 336 à 349, ces bulletins sont devenus très volumineux en comparaison de ceux du début de la collection.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search