Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

De Voltaire à Verdi : regards sur la liberté à l’opéra

Emmanuelle Cauquil-Darrouy

Texte intégral

"Tout le monde en parle, personne ne sait en quoi elle consiste"
Aulu-Gelle

  • 1 COVIAUX (J.-Cl.), "Le discours de la Révolution sur les droits de l’homme", in Les droits de l’Homm (...)
  • 2 VOVELLE (M.), "La Révolution française et les droits de l’homme", p. 65.
  • 3 Livret de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, musique de Saliéri. Création à Paris, juin 1787.
  • 4 Livret de Claude-François Fillette-Loraux, d’après le roman Les amours du chevalier de Faublas de J (...)
  • 5 Livret de Michel Dieulafoy et Charles Briffaut, d’après l’œuvre de Voltaire, musique de Gasparo Spo (...)
  • 6 Livret d’Etienne de Jouy et Hippolyte Bis d’après l’œuvre de Schiller, musique de Rossini. Création (...)
  • 7 Livret de Piave d’après l’œuvre de Victor Hugo, musique de Giuseppe Verdi. Création au théâtre la F (...)
  • 8 Livret de Salvatore Cammarano d’après l’œuvre de Voltaire, musique de Giuseppe Verdi. Création à la (...)

1À partir de la fin du XVIIIe siècle, deux revendications voient le jour. Toutes deux de même esprit, elles sont en fait deux facettes d’une seule et même notion, née de la philosophie des lumières. Ce sont d’une part, la liberté, et d’autre part le droit au bonheur. Ces deux aspirations vont de pair et ne peuvent être envisagées l’une sans l’autre. La déclaration de 1789 visait à promouvoir le bonheur des hommes en société. Le droit au bonheur, la revendication de l’importance des sentiments est par ailleurs la pierre angulaire des opéras. Nous avons souhaité examiner si les conceptions des compositeurs et librettistes correspondaient aux idées dites nouvelles de la période. L’apport du romantisme, en ce qu’il a conduit à la soumission aux passions et aux sentiments, a donné une nouvelle approche du bonheur. Se situant dans une vision progressiste de l’histoire et de l’humanité, les acteurs politiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle ont souhaité inscrire ce droit au bonheur dans les textes constitutionnels de la période, en se fondant sur la raison. La légalité devait ainsi inaugurer le règne de la raison, et, par conséquence viser au bonheur de chacun. Car c’est bien le bonheur public que visait la déclaration de 1789, et non pas la norme juridique pour sa valeur intrinsèque et personnelle1. Or, admettre la primauté de la raison, c’est admettre l’unicité de la vérité, ce qui ouvre le champ, surtout en matière de bonheur à un véritable totalitarisme. Le régime instauré à partir de 1792 en fut l’illustration. Pourtant, progressivement, les constituants du début du XIXe siècle, semblent avoir compris que la réalisation du bonheur des citoyens ne dépendait pas des seuls textes juridiques. Tout au plus visèrent-ils à la défense des droits de l’homme, et de fait, le thème du droit au bonheur disparut des textes constitutionnels postérieurs à 17932. Pour illustrer la revendication de liberté, nous avons choisi six opéras : Tarare 3, Lodoïska4, Olympie5, Guillaume Tell6, Ernani7 et Alzira8, que nous mettrons en parallèle avec les textes juridiques de la période, à savoir, la déclaration de 1789, les constitutions promulguées entre 1791 et 1848 et la première rédaction du code civil, dans la mesure où les hommes politiques de la période ont souhaité transformer la société. Le choix des opéras résulte de critères simples : de Voltaire, chantre de la liberté au XVIIIe siècle, nous avons retenu deux adaptations, l’une écrite pour Paris, l’autre, représentant la seule rencontre entre l’homme des lumières et Verdi, l’incarnation du romantisme musical. Tarare s’imposait comme manifestation "pré-révolutionnaire" et à cause de son librettiste, Beaumarchais ; Lodo’iska, par sa date de création, juillet 1791 : un moment où certains ont pu croire à la fois au triomphe de la liberté et à la fin de la Révolution, ce que le dénouement de l’opéra pourrait illustrer. Guillaume Tell est le grand opéra "révolutionnaire" de la Restauration (avec La Muette de Portici, bien sûr, mais il fallait id illustrer les rapports France-Italie, donc se borner à des compositeurs italiens). Enfin, Ernani réunit deux titans du romantisme, dans une œuvre qui fut, à elle seule, une révolution. Quelle liberté (ou quelles libertés) privée ou publique, nous offrent ces opéras ?

La liberté de l’individu

  • 9 LEFEBVRE-TEILLARD (A.), Introduction historique au droit des personnes..., p. 104 et s.
  • 10 BART (J.), "Les entraves à la liberté de se marier à la fin de l’Ancien Régime", in Les droits de I (...)
  • 11 Lodoïska, acte II, sc. 4.
  • 12 Constitution de 1791, titre II, art. 7. Ce même article prévoit que l’Assemblée législative établir (...)
  • 13 GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 239.
  • 14 Ibid. p. 244.
  • 15 Olympie, acte III.
  • 16 Olympie, acte II, finale.
  • 17 Alzira, acte 1, sc. 4.
  • 18 Alzira, acte 1, sc. 2.
  • 19 Alzira, acte 11, sc. 3.
  • 20 ERNANI, première partie, sc. 7.
  • 21 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 332-334. Voir également LEFEBVRE-TEILLARD (A (...)
  • 22 BEAUMARCHAIS, Œuvres, édition de la Pleiade, p. 1433.
  • 23 Tarare, Couronnement de Tarare, sc. 1.
  • 24 L’évolution démographique de la France des aimées antérieures avait engendré une importante populat (...)

2Dans le domaine privé, l’idée de la "jouissance paisible de son indépendance privée" semble avoir prévalu. Il s’agit ici de traiter de la liberté de jouissance, du penchant moderne de la liberté d’exercice des andens, et de conférer à chacun une partidpation et une liberté d’action dans la vie politique mais de façon à ce que cette liberté ne nuise pas à "la jouissance paisible de son indépendance privée" (B. Constant). On reconnaît ici de futurs thèmes du romantisme ; c’est la raison pour laquelle les propos relatifs aux sentiments sont si amplement développés. Les sentiments et plus particulièrement l’amour sont, dans les opéras, la base de toute l’intrigue ; ils apparaissent fréquemment comme la transposition de nombre de questions importantes, des allégories des préoccupations, politiques ou autres, du temps. Un des aspects souvent développés est donc celui de la liberté matrimoniale. Le principe était, à la fin de l’Ancien Régime, celui en vigueur depuis l’ordonnance de Blois de 1579 à savoir la nécessité du consentement des futurs époux, mais également celui de leurs parents9. Ces dispositions légales contrariaient la liberté individuelle des jeunes gens, et ces derniers réclamaient la possibilité pour tout être, de pouvoir épouser et vivre avec la personne de son choix, sans que quiconque ne puisse intervenir dans cette résolution, et ce, dans la certitude qu’aucun pouvoir exorbitant ne permettra à une tierce personne de réduire à néant l’union contractée10. Ainsi accepte-t-on fort mal, à la veille de la Révolution, des propos tels que ceux de Dourlinski dans Lodoïska : "Je veux vous entretenir seule. J’ai résolu d’obtenir votre main". Et Lodoïska de s’enquérir : "Et de quel droit ?" Réponse du puissant Dourlinski :"Du droit d’un amant qui vous tient en sa puissance"11. À cette conception du mariage s’ajoutait l’aspect sacré conféré par la religion chrétienne. Mais les révolutionnaires devaient tenter d’en abolir cet aspect puisque la constitution de 1791 ne souhaitait envisager dans le mariage qu’un pur contrat civil12. C’était en 1789 une des aspirations du peuple, que de pouvoir passer outre l’avis des parents en matière de mariage. Déjà le XVIIIe siècle avait connu quelques assouplissements, tout au moins dans les moeurs. Pourtant, le consentement des parents était théoriquement requis jusqu’à l’âge de trente ans pour les hommes et de vingt-cinq ans pour les femmes13. L’Assemblée législative réduisit le consentement parental ou familial à l’âge de la minorité, c’est-à-dire pour les personnes de moins de vingt-et-un ans14. Mais l’on retrouve pourtant cet aspect du droit familial dans les opéras étudiés. Ainsi, Statira ordonne-t-elle à sa fille Olympie, amoureuse de Cassandre : "Fille de Stahra, respecte encore ta mère ! / Fille d’Alexandre, obéis !"15 et, plus loin : "Sèche les pleurs que je te vois répandre, / oublie un criminel !"16 Dans le même sens, Ataliba, dans Alzira désigne à sa fille son futur époux en ces termes : "Quando il padre impone, / Ubbidisce la figlia17. Lodoïska de Chérubini ne met pas en scène le père de l’héroïne. Il apparaît en revanche dans Lodoïka de Rodolphe Kreutzer (créé à Paris moins de quinze jours après sa concurrente), et il y fait usage de sa puissance paternelle face aux prétendants de la jeune fille et à Lodoïska elle-même. Néanmoins, cette revendication n’est pas la plus fréquente dans les opéras étudiés. Plus généralement, les interventions autoritaires sont dénoncées. Ainsi, dans Alzira, Gusmano, le jeune gouverneur des Incas, nouvellement promu et amoureux d’Alzira demande-t-il à son père : "Ardore / Io provo che non tollera / Indugio alcun. Signore, / Ai voti miei la piega / Sei padre... Fosti re.../ Imponi... esorta... prega..."18. Ne parvenant pas à ses fins, il finit par offrir à Alzira de laisser la vie sauve à Zamoro, qu’elle aime, si elle consent à l’épouser : "Seguimi all’ara / E compiuto l’imen, giuro che salvo / andrà lontan sa questi regni"19. Même idée dans Ernani, lorsque Don Carlo, futur Charles Quint, cherche à obtenir la main d’Elvira contre son gré : "Cedi, El vira, a’ voti miei ; / Puro amor da te desio"20. L’on trouve enfin, mais plus rarement, certaines revendications en faveur du divorce21. Ce n’est pas un hasard, si le seul des opéras étudiés à le mentionner est celui de Beaumarchais, Tarare, dans sa version de 1790, en pleine période révolutionnaire22. La loi l’autorisant, ne sera cependant promulguée que le 20 décembre 1792. Ce sont ici Spinette et Calpigi les deux valets mariés qui réclament : "Cette loi si douce et si sage, / Qui fait tant d’heureux parmi vous, / Du divorce l’antique usage, / Daignez l’étendre jusqu’à nous"23. Un courant, en grande partie véhiculé par la philosophie des lumières, et Rousseau revendique la possibilité de se laisser émouvoir, laisser poindre les accents du coeur, voire de la passion, et ce au détriment de la raison24

  • 25 Tarare, acte 1, sc. 4.
  • 26 Guillaume Tell, § 24.
  • 27 Alzira, acte 1, sc. 4.
  • 28 Olympie, acte III.
  • 29 Voir également les interventions de Bonaparte lors de la préparation du code civil.
  • 30 Alzira, acte 1, sc. 2.
  • 31 Alzira, acte 1, sc. 2.
  • 32 Ernani, acte 1, sc. 6.
  • 33 Alzira, acte 1, sc. 2.
  • 34 Le droit de gracier semble aller à l’encontre des impératifs de 1789 : d’une part, il contredit le (...)
  • 35 Alzira, Acte II, sc. 6.

3pouvant paraître desséchante d’une part, et éventuellement des intérêts du groupe d’autre part. Il semble y avoir ici une négation, certes relative, des liens du sang et des réseaux inhérents, dont les impératifs pouvaient aller à l’encontre des aspirations personnelles des individus. Ainsi, Atar reproche à Tarare comme contraire à la raison de pleurer sa femme disparue, ne comprenant pas qu’on puisse s’attacher à une seule femme25. Nous assistons ici à un véritable culte des sentiments. Cette même question prend une tournure plus politique dans l’opéra de Rossini, Guillaume Tell, quand Arnold doit choisir entre Mathilde, qui appartient à la famille du tyran opprimant sa propre patrie, et la cause des siens26. Pareillement, dans Alzira, Ataliba le chef des Incas, sacrifie les sentiments de sa fille dans l’intérêt de son peuple : "... Or pensa / A questi oppressi, e di regnanti a numi / Populi orbati, cui soltanto avanza / Un’ultima speranza ; / Il vivo amor, che nudre / Per te Gusmano...”27. L’on voit ici les intérêts personnels affronter les impératifs du groupe, ou ce que l’on peut appeler le "bien commun”, témoignant du courant individualiste de la période. Dans Olympie, Statira offre la main de sa fille à Antigone, qu’elle croit être le sauveur de sa famille : "Oui, seigneur ! la main de ma fille / est due au protecteur de ma triste famille"..."Reconnais en lui mon vengeur, ton époux !", et l’intéressée de répondre : "Qu’exigez-vous de la triste Olympie ! / Au pied des saints autels je veux finir ma vie, / j’y pleurerai le mortel généreux / dont me sépare un sort funeste, / Mes larmes sont, hélas, le seul bien qui me reste, / laissez-moi les verser dans l’asile des Dieux !"28. Cette tendance à la reconnaissance de l’individu apparaît nettement également dans les textes constitutionnels de l’époque. Les différentes mesures prises en faveur de l’émandpation des jeunes personnes en témoignent29. Au-delà, la prise en considération marquée du "citoyen", se situe dans une perspective individualiste appuyée, au regard de la société d’ordres naguère prise en compte. Toujours dans la perspective de la glorification des sentiments, figure le thème du soldat ou du "puissant", malchanceux en amour, fort fréquent dans les opéras de la période. Dans Alzira, le soldat victorieux avoue son impuissance avec une certaine humilité devant celle qu’il aime : "Intendo appieno ! / Etema la memoria / D’un folle amor l’ingombra / Dal regno delle tenebre / Me la contrasta un’ombra / Chi vivo debellai / Forza temer m’è estinto.../ Mille battaglie ho vinto / Vincer non posso un cor !"30. C’est toujours l’idée selon laquelle il est inutile d’aller à l’encontre des sentiments. La seule chance réside dans l’apposition de sentiments similaires et Alvaro lui conseille : "Persisti, e vincerai ; / Amor produce amor"31. L’attitude diffère de celle des autres opéras où le puissant éconduit tente de se faire aimer par la force : Dourlinski fait enfermer Lodoïska, Don Carlos, après avoir regretté : "Perché Elvira rapi la pace mia ? / lo l’amo, e il mio potere, / L’amor mio ella non cura, / Ed io preferito mi veggo / Un nemico giurato, un masnadiero..."32, enlève l’objet de sa flamme. Antigone veut épouser de force Olympie et Atar fait enlever Astasie et la tient prisonnière dans son sérail. Dans Alzira, le plus récent des opéras étudiés, le comportement de l’amoureux malheureux diffère : c’est qu’au milieu du XIXe siècle (Alzira date de 1845), le romantisme a marqué les esprits et l’attitude du héros s’en ressent : "Ah ! Senza il cor d’Alzira II mondo è poco a mé"33. Cependant, quand Alzira demande grâce pour son amant, comme les personnages éconduits qui l’ont précédé, Gusmano lui propose de l’épouser si elle veut sauver la vie de son amant34. Elle finit par accepter avec la résolution de se suicider devant l’autel. Zamoro a ici perdu son ardeur guerrière en raison de la captivité de celle qu’il aime (et non pas du triste état de son pays comme il l’affirme) : "Miserandi avanzi / Di caduta grandezza, / Che più ne resta ornai ?"35. Il a failli mourir et cette situation lui paraissait presque préférable à l’absence d’Alzira.

  • 36 Guillaume Tell, acte 1.
  • 37 Ernani, première partie, scène 3.

4Toujours dans une conception très romantique, les héros préfèrent mourir ensemble plutôt que de vivre l’un sans l’autre : "Le trépas nous attend : / Encore une minute, / Et notre amour constant / Ne sera plus en butte / Aux coups d’un noir Sultan", disent Tarare et Astasie. Face à leur confiance en l’au-delà, Atar enrage de n’avoir aucune prise. S’opposant à l’esprit rationnel des lumières, les protagonistes des opéras étudiés s’adonnent entièrement aux sentiments. Ce refus de la raison a pour conséquence évidente, que bien souvent les circonstances s’opposent à leurs inclinations. Ainsi, dans Guillaume Tell, Arnold aime-t-il Mathilde alors que la situation politique et leurs positions sociales respectives les éloignent : "De quel fatal objet tous mes sens sont épris ! / Toi dont le front aspire au diadème, / O Mathilde, je t’aime ! Je t’aime, et je trahis / Le devoir et l’honneur, mon père et mon pays ! /... Ivre d’un fol espoir, ma jeunesse insensée / A prodigué son sang pour les maîtres ingrats : / Avoir connu sous eux la gloire des combats, / Voila ma honte"36. Arnold est un personnage romantique dans l’âme. Tourmenté et passionné, il se laisse emporter par son amour pour la princesse Mathilde et renie tout d’abord sa patrie. Sa décision n’est pas soudaine : durant tout le premier acte, il hésite entre son pays et l’objet de sa flamme. Ce n’est que dans l’acte deux qu’il parvient à décider de s’engager dans les armées autrichiennes pour conquérir au combat la position sociale que sa naissance modeste ne lui a pas offerte. Très vite ensuite, apprenant le meurtre de son père par les soldats autrichiens, il revient sur sa décision première. Ce n’est pas par un acte rationnel et réfléchi qu’il se ravise, il ne connaît comme motivation que ses sentiments personnels (amour filial, honneur). S’il revient parmi les siens, c’est uniquement dans le dessein de venger son père. Avec cette dernière décision, la liberté personnelle d’Arnold coïncide avec celle de sa patrie. Mais sans le meurtre de son père, il se serait sûrement engagé dans les armées ennemies. C’est une illustration de la modification opérée dans les esprits : alors que pendant des siècles l’intérêt du groupe a primé sur celui de l’individu, ce dernier refuse dorénavant de sacrifier ses intérêts personnels. De même, le destin semble éloigner Emani de Dona Sol (Elvira), courtisée par le roi et par son vieil oncle Silva : "Ah, non tornasse ei più ! / Quest’odiato veglio, / Che quale immondo spettro ognor m’insegue, / Col favelar d’amore / Più sempre Ernani mi configge in core"37. Le personnage de Silva représente une certaine marginalité : il a des sentiments de "jeune”. Ne serait-ce son attitude meurtrière du IVe acte, ses états d’âme le rendent plutôt attachant. L’apparence de ce vieil homme a vieilli mais ses sentiments ont conservé toute leur vigueur : oubliant son âge, il provoque Ernani en duel, participe à la conjuration contre son roi, et cela pour de seules raisons amoureuses. Dans le texte original, V. Hugo insiste plus sur la puissance et l’intensité de ses sentiments : "Mais va, crois moi, ces cavaliers frivoles / N’ont pas d’amour si grand qu’il ne s’use en paroles. / Qu’une fille aime et croit un de ces jouvenceaux, / Elle en meurt, il en rit. Tous ces jeunes oiseaux, / À l’aile vive et peinte, au langoureux ramage, / Ont un amour qui mue ainsi que leur plumage. / Les vieux dont l’âge éteint la voix et les couleurs, Ont l’aile plus fidèle, et, moins beaux, sont meilleurs. / Nous aimons bien. -Nos pas sont lourds, nos yeux arides ? / Nos fronts ridés ? Au coeur on n’a jamais de rides". La poignance de son aveu ne parviendra pas à lui obtenir les faveurs de Dona Sol.

  • 38 Olympie, acte III.

5On remarque une importante revendication de la liberté sentimentale au travers de ces œuvres. Cependant, il semble que les jeunes gens préfèrent encore aux déclarations enflammées, le prestige des victoires militaires pour conquérir la femme adorée. Olympie, elle, veut épouser celui qui passe pour être le meurtrier de son père Alexandre : "Cassandre est libre ! Ah, faut-il qu’Olympie / de ce coup imprévue qui l’arrache à la mort / accuse ou bénisse le sort ? / Que dis-je, malheureuse, / et quel espoir impie / de mes esprits vient s’emparer ? / Quand la terre et le ciel veulent que je l’oublie / ne sauraisje que l’adorer !"38. Enfin, dans Alzira, le vainqueur espagnol veut épouser l’héroïne qui préférerait convoler en justes noces avec le chef Inca vaincu. Malgré toutes ces circonstances défavorables les différents protagonistes parviendront généralement à leurs fins amoureuses, fût-ce dans la mort.

  • 39 Des privilèges furent rétablis par le sénatus consulte organique du 28 floréal an XII : art. 3/8 su (...)
  • 40 Ernani, acte 1; sc. 7.
  • 41 Ernani, acte II, sc. 9.
  • 42 Ernani, acte 1, sc. 8.
  • 43 Ernani, acte III, sc. 1.
  • 44 Olympie, n° 10.
  • 45 Alzira, acte I, sc. 8.
  • 46 Tarare, acte V, sc. 10.
  • 47 Tarare, prologue, sc. 3.

6Si les révolutionnaires de 1789 ont souhaité, dans une conception égalitaire, anéantir les privilèges dus au sang, cette notion a toutefois conservé toute sa signification. Appartenir à une lignée noble a continué, bien au-delà de la chute de l’Ancien Régime à être un élément social primordial, notamment dans la ligne de conduite des personnes39. L’opéra illustre cette persistance, dont le poids peut s’opposer à la liberté. Ainsi, dans Ernani, Don Carlos, roi volage, tente, en vain, de séduire la très convoitée Elvira. Cette dernière refuse ses avances, lui opposant avec superbe : "Fiero sangue d’Aragona / Nelle vene in me trascorre, / Lo splendor d’una corona / Leggi al cor non puote imporre. / Aspirar non deggio al trono, / Né i favor vogl’io d’un re. / L’amor vostro, o sire, è un dono / Troppo grande o vil per me"40. De même, le vieux Silva, conscient de l’importance de sa lignée, répond à Don Carlo : "No, de’ Silva il disonore / Non vorrà D’Iberia unre”41. Emani souhaite pouvoir épouser Elvira, mais c’est en fils du duc de Ségovie et de Cardone qu’il s’adresse à don Carlo, c’est en tant que maillon d’un lignée. Dans cette perspective, les individualités ne comptent guère : "Me conosd ? Tu dunque saprai / Con quai odio t’abbora il mio core ; / Béni, onori rapito tu m’hai, / Dal tuo morto fu il mio genitore. / Perché l’ira s’accresca ambi amiamo / Questa donna insidiata de te"42. Enfin, Don Carlo lui-même, épiant les conjurés, se considère non pas dans son individualité, mais dans la chaîne des rois, qui remonte jusqu’au plus glorieux d’entre eux : "Che contro me cospira.../ Degli assassin ! al guardo / L’avel mi celerà di Carlo Magno"43. Nous retrouvons la même conception d’appartenance à une lignée noble dans Olympie, lorsque Statira dévoile son identité au chœur des prêtres, elle se présente en ces mots : "Frémissez de m’entendre ! / Veuve d’un demi-dieu, fille de Darius !"44. Dans Alzira, le vieil Alvaro s’offusque de ce que son fils, Gusmano veuille attenter à la vie de l’Inca qui lui a sauvé la vie : "Nella polve, genuflesso / Ecco il padre innanzi al figlio.../ Involato fui per esso / Délia morte al crudo artiglio.../ E voleme puoi lo scempio ? / Esser puoi si fiero ed empio ? / No, Gusmano, se une stilla / Del mio sangue scorre in te"45. Nulle trace dans les œuvres lyriques d’une quelconque rejet des privilèges dûs au sang. La seule critique réside dans l’opéra de Beaumarchais : "Homme ! ta grandeur, sur la terre, / N’appartient point à ton état : Elle est toute à ton caractère !"46. Il semble s’agir plus ici de la critique des privilèges de naissance, tels que les ordres inhérents au sang. D’ailleurs, dans le prologue, le Génie du feu s’adresse en ces termes à la Nature : "Privés des doux liens que donne la naissance, / Quels seront leurs rangs et leurs soins ? / Et comment pouvoir aux besoins / D’une aussi soudaine croissance”47.

  • 48 Alzira, prologue, sc. 2.
  • 49 Cette conception si confiante de la nature n’apparaît pas dans Ernani, bien au contraire : elle y e (...)
  • 50 Guillaume Tell, ouverture, premier acte.
  • 51 Alzira, acte 1, sc. 9.

7On note par ailleurs une aspiration à un mode de vie simple, instrument et manifestation de la liberté, que ce soit par un véritable retour à la nature, ou par l’apologie de la sagesse populaire. Dans Alzira et surtout dans Guillaume Tell, l’influence du thème rousseauiste du "bon sauvage" est marquée. Dans la première de ces œuvres, Zamoro, le chef Inca libère Alvaro : "Fra tuoi / Ritoma, o vecchio, ed a color, che noi / Chiaman selvaggi, narra / Che ti donno la vita un selvaggio"48. Dans Guillaume Tell, les librettistes, Etienne de Jouy et Hippolyte Bis, nous présentent aussi une véritable apologie de la vie champêtre : plus l’homme reste en accord avec la nature, plus il connaîtra une existence sereine49. Ainsi, dès l’ouverture de Guillaume Tell, les villageois donnent le ton : "Quel jour serein le ciel présage ! / Célébrons-le dans nos concerts / [...] / par nos travaux, rendons hommage / Au créateur de l’univers..." ou "On entend des montagnes / Le signal du repos : / La fête des campagnes / Abrège nos travaux, [...]”50. Cette conception de la nature dispensatrice de bienfaits, puis pervertie par l’action de l’homme et parfois vengeresse, se retrouve également dans l’opéra de Verdi, Alzira : "Ah ! che il genio funesto dell’armi / Agl’insani mostriamo la fronte. / Di nemici cadaveri un monte / Tutto il campo fra poco sarà !"51.

  • 52 Olympie, acte 1.
  • 53 Tarare, acte IV, sc. 2.
  • 54 Tarare, acte III, sc. 4.
  • 55 Tarare, acte IV, sc. 5.

8C’est à la même terre que Statira s’adresse dans Olympie, lorsque désespérée, elle reconnaît en Cassandre le meurtrier de son mari Alexandre : "Je dénonce à la terre : je voue à sa colère, / I’assassin de son roi !"52, Dans Tarare, c’est surtout une apologie de la vie simple que l’on trouve, fondée sur le travail, la fidélité et l’humilité. Ainsi, pour Tarare, ce n’est pas dans la multitude de conquêtes qu’une personne peut trouver le bonheur, comme en témoignent les vélléités de fidélité des deux époux, Tarare et Astasie. Par ailleurs, la servante Spinette reproche à son époux Calpigi, les mœurs de son maître Atar : "Dis à ton maître / Que le grand prêtre / Sera sans doute assez surpris / Qu’à la pluralité des femmes / On ose ajouter chez les brames, / La pluralité des maris"53. La sagesse de l’homme ne consiste donc pas dans l’accumulation des richesses, dans les opéras de Beaumarchais, mais dans les biens et sentiments "vrais", "naturels", tel que la fidélité conjugale, en l’occurence, même si, dans la même œuvre de Beaumarchais, fut, nous le verrons, favorable au divorce : "Chez nous, jamais légère, / L’active ménagère / Pour favori n’a qu’un mari"54. C’est aussi la simplicité d’Astasie qui refuse l’amour du roi Atar, celle de Dona Sol (Elvira), dans Ernani, qui renvoie Don Carlos, celle d’Alzira qui refuse les avances de Gusmano, celle de Lodoïska qui refuse celles de Dourlinski, ou d’Olympie qui agit de même face à Antigone. Ces refus, systématiques dans les œuvres étudiées, face à l’amour d’un "puissant” illustrent une des conceptions du romantisme selon laquelle il ne faut pas aller à l’encontre des sentiments. L’homme étant originellement bon, aller à l’encontre de ce qu’il a de plus inné (les sentiments) serait contraire à la vertu. Astasie se défait sans remords de tous les attributs de la puissance qu’elle vient de recevoir dans l’espoir de pouvoir rester fidèle à son époux : elle préfère sauvegarder son mariage plutôt qu’acquérir la gloire et la puissance : "Prends mes diamants, ma parure ; / Je te les donne, ils sont à toi"55.

  • 56 Constitution de 1793, art. 123 : "La République française honore la loyauté, le courage, la vieille (...)
  • 57 Sur l’évolution de la conception de la famille pendant la Révolution, CARBASSE (J.-M.), Introductio (...)
  • 58 Rousseau qui, par son livre, contribua à l’intérêt porté aux enfants, abandonna néanmoins les cinq (...)
  • 59 Olympie, n° 9.
  • 60 Olympie, acte II.

9Cette quête d’une existence en accord avec la nature s’accompagne d’un regain d’intérêt pour la famille, décelable tant dans les œuvres lyriques étudiées que dans les textes constitutionnels de cette même période56. Là encore, Rousseau est à l’origine de ces préoccupations. Le XVIIIe siècle voit naître un intérêt pour la famille, les enfants57. Le mouvement fut amorcé par les élites de l’Ancien Régime, et amplifié par la parution de livres tels que L’Émile58. Les cellules réduites remplacent dès lors les familles nombreuses. Les bourgeois, puis le peuple, tentent de suivre cette nouvelle mode. Dans Guillaume Tell, la notion de famille intervient à plusieurs reprises et chaque fois, avec une connotation de calme, et de paix : " C’est là que dans la paix, / ont vécu mes aieux, / que je fuis les tyrans, / que je cache à leurs yeux, / le bonheur d’être époux, le bonheur d’être père". De même, et Gessler ne s’y est pas trompé, la seule façon debranler Guillaume Tell est de s’en prendre aux siens. Aussi place-t-il une pomme sur la tête de Jemmy et ordonne-t-il à Guillaume de la viser avec son arbalète. Guillaume craint que son émotion ne ruine son adresse légendaire : "Ah, je crains tout de ma tendresse”. L’attaquer sur le terrain des sentiments familiaux était la seule manière de lui faire perdre son sang froid à toute épreuve. La famille est la seule chose qu’il ne puisse sacrifier à un sentiment patriotique pourtant exacerbé. Guillaume se servira également de l’impossibité de subvenir à la sûreté des familles pour entraîner les Helvètes avec lui dans la rébellion : "Courbés aux maux que vous avez soufferts, / Si vous ne sentez plus le fardeau de vos fers, / Songez du moins à vos familles ; / Vos pères, vos femmes, vos filles / N’ont plus d’asile en vos foyers". Dans Olympie, par désespoir lors du décès de son époux et de la disparition de sa fille, Statira s’est retirée du monde. De douleur, elle va entraver le cours de la cérémonie du mariage en maudissant Cassandre qu’elle croit être le meurtrier de son défunt mari : "Et c’est moi qu’on a choisie / pour déshonorer ces autels ! / pour rendre, ici, nos dieux les complices cruels / d’un lâche meurtrier, du fléau de l’Asie !"59. Furieuse, elle blasphème les dieux sans même envisager leur colère. Les sentiments familiaux paraissent ici supérieurs à tout autre, et Statira ignore jusqu’à la puissance divine, quand elle veut exprimer la douleur que lui cause la disparition de sa famille. La puissance des liens familiaux est d’ailleurs telle que Statira et Olympie se reconnaîtront comme étant mère et fille, bien qu’elles ne se soient pas vues depuis plus de quinze ans : Statira : "Mais... quel trouble inconnu s’empare de mes sens ? / Que vois-je ! sur ce front la noblesse empreinte ! / Approchez ! Me redoutez-vous ?" et Olympie de répondre : "La fille ne peut que reconnaître la mère / Ah ! Je sens à vos pieds s’évanouir ma crainte ! / À mon effroi succède un sentiment plus doux !"60. La fin de cet opéra tel que nous l’étudions, diffère de celle de la pièce originelle, et de celle de 1819 où Statira mourrait et Olympie, forcée d’épouser Antigone, se suicidait. Ce dénouement déplut. On ne peut s’en étonner, justement en vertu de l’importance du sentiment familial de l’époque, et aussi des circonstances : lorsque Voltaire créa cette pièce, on ne pouvait y trouver nulle allusion politique, mais en 1819, date à laquelle est créé l’opéra, on pouvait se souvenir de l’empereur déchu et de Marie-Louise. À l’instar d’Antigone qui, après avoir causé la perte d’Alexandre, souhaita épouser sa fille, "l’usurpateur" épousa la petite-nièce par alliance de Louis XVI : Marie-Louise étant la petite-nièce de Marie-Antoinette (par sa mère, Marie-Thérèse de Naples, mais également par son père, l’empereur d’Autriche François II), et, comme elle, d’origine autrichienne. Quelques années plus tard, l’intrigue de la pièce aurait également pu rappeler que Louis-Philippe, duc d’Orléans, épousa en 1809, une nièce de Marie-Antoinette (Marie-Amélie), malgré la part prise par son père (Louis-Philippe Egalité) dans l’exécution de Louis XVI. Dans la seconde version, le bonheur familial triomphe, Statira retrouve sa fille, Olympie épouse Cassandre et Alexandre (l’époux et le père) est vengé.

  • 61 Emani, acte III, sc. 2.

10La manifestation de l’intimité, notion nouvelle, apparaît au XVIIIe siècle. C’est justement un des droits que Don Carlos ignore. Il pénètre chez Elvira sans y être convié à une heure avancée de la nuit. La reconnaissance de ce droit dérive des conceptions romantiques de l’époque. L’intimité des familles apparait au XVIIIe, corrélativement à l’apparition d’un certain confort, incitant les familles à se replier sur elles. De même, à la fin de l’œuvre, Don Carlos, élu empereur, respecte les sentiments d’Emani et d’Elvira, ayant fait le serment : "Ah, délia virtù com’aquila / Sui vanni m’alzéro, ah !"61. Dans Tarare, Atar ne respecte les autres en aucune circonstance. Il ne craint pas de déranger Arthénée en plein deuil, et ce dernier lui en fait le reproche : "Que veux-tu roi d’Ormus, et à quel nouveau malheur / Te force d’arracher un père à se douleur ?" On discerne également la puissance des sentiments liant Tarare à Astasie puisqu’il va jusqu’à pleurer sa belle devant le roi et refuse les avances d’Atar qui lui intime de prendre des maîtresses.

  • 62 Ernani, acte 1, sc. 9.
  • 63 Guillaume Tell, acte II.
  • 64 Les différentes constitutions prennent en compte les héros guerriers : la constitution de l’an VIII (...)

11À la fin de l’Ancien Régime la conception de la famille est bien plus dans la mouvance des idées du XIXe que des siècles précédents. Alors qu’au début du XVIIIe, un tiers des enfants était encore confié aux "Enfants Trouvés", on voit toute l’affection que leur portent les parents à la fin du siècle. Véritable bouleversement, la faculté nouvelle de pouvoir contrôler les naissances joue un grand rôle dans cette modification des mentalités. Il semble que la famille supplée au rôle tenu jusqu’alors par l’important tissu de relations sociales. Au XVIIIe siècle, la famille se replie sur elle-même, créant un phénomène nouveau, celui de l’intimité. Cela devient une véritable revendication : si cette manifestation fût d’abord l’apanage des familles les plus favorisées, elle s’étend alors à toutes les classes de la société. Si l’enfant devient une des préoccupations essentielles, c’est en tant qu’homme en puissance, et pour rien au monde, on ne leur confierait des taches d’une trop grande importance. Au contraire, et cela est la conséquence de l’intérêt qu’ils suscitent, le temps de l’enfance est considérablement allongé. Ce n’est qu’à un âge assez avancé que les "grands enfants" pourront prétendre à certaines fonctions. Des siècles durant, l’enfant était auparavant, dès son plus jeune âge, soit placé pour travailler, soit marié. Les conceptions du XVIIIe siècle lui accordent un temps de maturation plus long. Cela permet aux jeunes gens d’agir en tant que tels et a pour corollaire l’idée qu’ils sont trop fougueux, pour exercer un pouvoir quelconque. Influencés par les idées nouvelles, et notamment par les prémices du romantisme, ces jeunes gens laissent libre cours à leurs sentiments. Ainsi, a contrario, le vieux Silva mis en scène par Verdi regrette t-il : "Ah, perché l’etade in seno, / Giovin core m’ha serbato ?"62. Par ailleurs, enthousiasmés par les événements de l’époque, les auteurs ont souvent imaginé des héros attirés par le prestige de la gloire militaire. Ainsi en est-il d’Arnold, dans Guillaume Tell, qui souhaite par la gloire des armes pallier la pauvreté de son origine, comme le lui demande Mathilde : "Retournez aux champs de la gloire, / Volez à de nouveaux exploits.../ On s’ennoblit par la victoire ; / Le monde approuvera mon choix"63. Pareillement Emani, déchu de ses droits, préfère revêtir les traits d’un bandit, ou de façon bien plus tragique, Gusmano, dont les sentiments bafoués exacerbent toute la cruauté. Dans l’enthousiasme suscité par les sentiments, certains, et notamment ici Arnold dans la pièce de Schiller, oublient ce que d’aucuns qualifient d’essentiel : les racines. Contrairement au patriotisme qui peut se révéler contraire à la liberté amoureuse, la référence aux racines évoque la famille, et donc, a tout à fait sa place dans les idées du XIXe siècle. Arnold, qui par bien des aspects est un personnage de son siècle musical et non "historique”, préfère pourtant se battre dans l’armée64 des oppresseurs plutôt que rester à se morfondre : "Vous parlez de patrie, / il n’en est plus pour nous. / Je quitte ce rivage / Qu’habitent la discorde, la haine, et la peur, / Dignes filles de l’esclavage ; / Je cours dans les combats reconquérir l’honneur". À l’instar du peuple d’Alzira, qui trouve dans les massacres un exutoire à l’occupation qu’il subit, la gloire militaire offre à Arnold l’opportunité de dépasser la situation dans laquelle il se trouve : "Les camps rappellent mon courage, / Aux camps règne la loyauté, / Déjà la gloire y marqua mon passage, / Elle remplace aussi la liberté". Il sacrifiera néanmoins cette gloire qui lui permettrait d’épouser Mathilde en apprenant le meurtre de son père par les soldats autrichiens.

12Les libertés personnelles ne sont pas les seules à être nécessaires à l’homme. Elles apparaissent capitales en ce début du XIXe siècle, mais quelques années plus tôt, des hommes se sont battus, pour obtenir la proclamation des libertés publiques.

Les libertés publiques

Les libertés publiques de la personne en société

13Les libertés publiques sont les libertés nécessaires à l’épanouissement de l’individu au sein de la société. Elles sont garanties ou limitées par l’État. On étudiera parmi ces atégories de libertés : celles relatives à l’homme "personne physique", et celles afférentes à l’homme en tant qu’élément de la société. Ces droits et libertés sont notamment proclamés et parfois définis dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen votée le 26 août 1789. Ce sont le droit à la vie et la liberté individuelle, avec toutes les implications qu’elle comporte. Les idées romantiques étant de plus en plus diffusées, des revendications nouvelles apparaissent et sont aisément décelables tant dans les différentes constitutions de la période, que dans les opéras étudiés. L’homme se conçoit moins dans un schéma rationnel et communautaire que par ses aspirations personnelles. L’homme souhaite la reconnaissance de désirs et besoins nouvellement exprimés, basés sur son individualité. Cela s’accompagne du refus de laisser à la raison le droit de contrôler tous les actes personnels de la vie propre de chacun, même si, paradoxalement, l’époque veut que l’on enserre les droits et libertés de chacun dans des textes juridiques.

  • 65 Tarare, acte III, sc. 2.
  • 66 BERGERON (L.), L’épisode napoléonien..., p. 120.
  • 67 Guillaume Tell, acte 1.
  • 68 Croissance démographique du XVIIIe : 1700/1750 : 20 millions d’habitants en France et en 1789 il y (...)
  • 69 Similitude sémantique entre les textes littéraires et juridiques. On revendique la jouissance paisi (...)
  • 70 Art. 3 : "Le Sénat portera au Premier consul l’expression de la confiance, de l’amour et de l’admir (...)

14Le droit à la vie n’est jamais évoqué de façon expresse. Néanmoins dans plusieurs œuvres, en filigrane, ce problème est abordé : ainsi, dans Tarare, le héros éponyme n’exécute pas son rival en duel, Altamort et le laisse repartir sauf : "Ne crains rien, superbe Altamort : / Entre nous la guerre est finie. / Si le droit de donner la mort / Est celui d’accorder la vie / Je te la laisse de grand cœur. / Pleure longtemps ta perfidie"65. Le droit à la vie, c’est avant tout le droit de naître. Dans les déclarations de droits successives, la naissance est un postulat de base ("Les hommes naissent libres..."), qui ne semble jamais devoir être mis en question. Aucune allusion au problème de l’avortement n’est relevée dans les textes juridiques. Bien au contraire d’ailleurs. En ces temps d’ailleurs, cette pratique était légalement considéré comme un crime. Toutefois les idées de Malthus commencaient à être diffusées en France par l’intermédiaire de J.-B. Say66. Sans aller jusqu’à préconiser de telles mesures, Guillaume Tell incite les femmes à ne pas enfanter tant que l’Helvétie sera sous le joug autrichien : "Ecoutez le tyran, / Ecoutez, il vous crie qu’il n’est plus de patrie, / Que pour jamais elle est tarie / La source du sang généreux / Qui bouillonnait au coeur de nos aieux. / Un peuple sans vertu n’enfante plus de braves ! / Que légueriez vous à vos fils ? / Les fers dont vos bras sont meurtris, / Femmes, de vos couches exilez vos maris, / Il est toujours assez d’esclaves"67. On peut se demander de quelle légitimité peut se parer une telle incitation à la régulation des naissances de la part d’un "meneur de révolte". Certes, les propos de Guillaume Tell ne sont animés que par un pur patriotisme. Néanmoins un certain antagonisme apparaît entre le portrait idyllique et traditionnel dont il pare la Suisse qu’il souhaite voir revivre, et ses propos sur la régulation des naissances. Ces exortations sont en tous cas en parfait accord avec la morale de Rousseau, qui souhaite voir éclore une morale basée sur les intérêts de la société. L’auteur de Julie ou de La nouvelle Héloïse n’aurait pu que se réjouir de cette politique eugénique satisfaisant aux nécessités du patriotisme68. La revendication du bonheur aurait dû prendre place plus haut, dans la mesure où c’est un état éminemment personnel à l’homme. Néanmoins, en tant que tel, il n’est point envisagé. Certes, la recherche du bonheur est la base de toutes les intrigues des œuvres lyriques étudiées. Mais il ne peut avoir, bien évidemment, de corollaire juridique. En revanche, le "droit au bonheur" est évoqué par les textes constitutionnels. Ils se réfèrent à la recherche du bonheur au sein de la société. Cette recherche s’avérait ambitieuse, pour ne pas dire chimérique, et très vite d’ailleurs, cette notion disparut des constitutions. Elle témoigne cependant de l’état d’esprit idéaliste des rédacteurs des premières constitutions de la période révolutionnaire : ils souhaitaient instaurer une nouvelle société, et croyait qu’elle pourrait, mieux que la précédente, apporter le bonheur aux citoyens. Le bonheur figure dans le préambule de la déclaration de 1789, dans une acception très teintée de civisme ; mais il n’est pas encore considéré comme un droit ; il n’est en fait considéré que la conséquence de la rédaction écrite des droits de chacun : "Les représentants du peuple français [...] ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme [...] afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution et au bonheur de tous". C’était en revanche un droit mentionné dans la déclaration d’indépendance des Etats-Unis : "Ils -les hommes- sont doués par leur Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se touvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur [...]". La constitution de 1793 reprend l’idée d’un droit au bonheur en son article premier de la déclaration des droits. Elle l’érige même comme raison d’être : "Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles"69. Dans le préambule de cette déclaration, les législateurs avaient repris le préambule de 1789 avec quelques modifications : "Le peuple français, convaincu que l’oubli et le mépris des droits naturels de l’homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que [...] le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur". Si l’on compare les deux exposés de 1789 et de 1793, l’on peut noter une certaine évolution des mentalités. Dans la première de ces deux déclarations, le bonheur est considéré comme le corollaire de l’existence d’un état de droit : le respect des textes juridiques devait d’autant mieux engendrer le bonheur, qu’ils étaient rédigés, et donc aisément accessibles ou invocables. En 1793, la même idée préside, tout en étant toutefois moins péremptoire. L’exposition écrite des droits naturels ne permet désormais plus que de jeter les "bases" de la liberté et du bonheur. Dans la même perspective, le bonheur était associé en 1789 au maintien de la constitution, il l’est, dans celle de 1793, à la liberté. Cette différence tient mieux compte de l’individualisme de la période. Et dès la constitution de l’an III, il n’est plus question de droit au bonheur. Tout au plus, trouve-t-on mention de l’ "utilité générale" pour justifier la contribution des citoyens à l’article 15 de la déclation des droits. Nulle mention du droit au bonheur dans les constitution de l’an VII et de l’an X70, qui ne comportent pas de déclaration, mais l’on trouve dans la proclamation des Consuls de la République du 24 frimaire de l’an VIII : "Les pouvoirs qu’elle [la République] institue seront forts et stables, tels qu’ils doivent être pour garantir les droits des citoyens et les intérêts de l’Etat". L’idée du droit au bonheur réapparaît dans le sénatus consulte organique du 28 floréal an XII, dans le serment prononcé par l’Empereur dans les deux ans suivant son avènement (ou sa majorité) : "Je jure [...] de gouverner dans la seule vue de l’intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français" (art. 53). Il n’est plus question de bonheur dans la charte constitutionnelle de 1814. La paix est le premier des besoins, et cette notion figure dès la deuxième phrase du préambule. À ses côtés, figurent "les effets des progrès toujours croissants des lumières, les rapports nouveaux que ces progrès ont introduits dans la société [...]". Cette même notion de progrès réapparaît dans le préambule de l’acte additionnel de 1815, et il est désormais moins question d’assurer le bonheur des citoyens que "d’accroître la prospérité de la France par l’affermissement de la liberté publique". Enfin, dans la constitution de 1848, l’idée de progrès est maintenue : "En adoptant cette forme [la république], elle s’est proposée pour but de marcher plus librement dans la voie du progrès et de la civilisation, d’assurer une répartition de plus en plus équitable des charges et des avantages de la société, d’augmenter l’aisance de chacun [...] et de faire parvenir les citoyens / à un degré toujours plus élevé de moralité, de lumières et de bien être". Les citoyens doivent par ailleurs "concourir au bien-être commun en s’entraidant fraternellement les uns les autres [...]". Dans la même veine que dans la constitution de l’an VIII, l’ "utilité commune" est évoquée pour fonder le principe de l’impôt et l’ "utilité publique" pour légitimer les expropriations.

15La liberté individuelle fut également proclamée en 1789 : c’est le droit que chaque citoyen a d’aller et venir sans entraves sur le territoire national, d’y être en sécurité, et de pouvoir en sortir et y rentrer. Plusieurs libertés individuelles étaient en fait affirmées : la sûreté, la liberté d’aller et de venir.

  • 71 Elle pouvait d’autant plus leur tenir à cœur que certains d’entre eux en avaient pâti : Voltaire av (...)
  • 72 Déclaration de 1789, art. 2 ; art. 2 de la déclaration des droits de la constitution de 1793 ; art. (...)
  • 73 Art. 7 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ; le 3° du titre 1er, intitulé (...)
  • 74 ler acte.
  • 75 Sous les traits des Autrichiens, promoteurs d’une justice pour le moins expéditive, on peut peut-êt (...)
  • 76 Acte III, 3e tableau.
  • 77 Acte III, 3e tableau.
  • 78 Acte III, 3e tableau.
  • 79 Acte II, scène IV.

16La sûreté, droit du citoyen d’exiger que le corps politique reconnaisse sa liberté, ses propriétés, et les protège, fût proclamée en réaction contre le principe de l’arbitraire en matière pénale de l’Ancien Régime. Que cet arbitraire ait été (ou pas) en accord avec les principes les plus essentiels de la morale ne relève pas de l’étude présente. Ce droit à la sûreté figure dans la déclaration de 1789, mais n’a été défini que dans la déclaration de 1793 comme consistant dans "la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés". Cette aspiration apparaît à maintes reprises tant dans les opéras étudiés, que dans les déclarations et constitutions ultérieures71. Ce droit consiste même dans ce que les rédacteurs qualifiaient de "droit naturel et imprescriptible”, à côté de la liberté, de l’égalité et de la propriété72. Au titre de la sûreté, furent énoncés divers principes parmi lesquels la dénonciation des arrestations arbitraires73. Cette référence à cet aspect de la sûreté apparaît notamment dans l’œuvre issue de la pièce de Voltaire, Olympie, lorsque sur les suppositions de Statira, Cassandre est, à tort, emprisonné, et empêché d’épouser Olympie : "Soldats de mon époux, entre Olympie et lui, / élevez de vos rangs l’invincible barrière !". Peut-être peut-on également trouver dans ce livret une critique non de l’emprise de la religion sur la justice, mais plutôt de la justice ecclésiastique, lorsque le traître Antigone, interprétant l’attitude des prêtres, prononce : "Des dieux je lis l’arrêt sévère / dans leur effroi !". La dénonciation des arrestations "arbitraires" figurait également et surtout, dans Guillaume Tell : c’est en premier lieu un courageux vieil homme, Melcthal, qui après avoir rétorqué à l’autrichien Rodolphe : "Dis au tyran que cette terre / ne porte point de délateur"74, est emmené par les soldats qui entonnent alors "Que du ravage / que du pillage / Sur ce rivage / Pèse l’horreur !" ; bien évidemment Melcthal ne reviendra jamais75. C’est ensuite au tour de Jemmy, le propre fils de Guillaume, d’être prisonnier, comme son père de l’armée autrichienne. Le despote Gessler apprenant leur liens de parenté ("Leur tendresse / éclaire ma vengeance"-76), va jouer des sentiments de Guillaume pour son fils pour l’obliger à se prosterner devant son effigie : "Sa grâce est dans tes mains, et tu peux l’obtenir / Pour un habile archer partout on te renomme ; / Sur la tête du fils qu’on place cette pomme. / Tu vas d’un trait certain l’enlever à mes yeux ; / Ou vous périrez tous les deux"77. Gessler agit ainsi tout en étant parfaitement conscient que le seul crime de Jemmy est "Sa naissance, tes (ceux de Guillaume) discours, / Tes projets, ta coupable insolence"78. C’est enfin le perfide Dourlinski dans Lodoïska qui profère à l’encontre de la jeune fille qui vient de refuser sa main : "Gardes, Altamoras !... conduisez / Madame dans le lieu le plus secret / de la tour et qu’elle y reste ignorée / pour jamais !"79.

  • 80 Art. 14 de la déclation des droits de 1793 ; art. 7 de la déclaration des droits de 1795 ; en ce se (...)
  • 81 Tarare, acte 1, sc. 1.
  • 82 Sur la proportionnalité des peines, voir : art. 8 de la déclaration de 1789 ; art. 15 de la déclara (...)
  • 83 Art. 9 de la déclaration de 1789 ; art. 13 de la déclaration de 1793 ; art. 82 de la constitution d (...)
  • 84 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 293.
  • 85 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 341.

17Il s’agissait également, sous l’influence du réformateur Beccaria, de respecter le principe de proportionnalité ou de légalité des peines80. Ainsi, dans l’opéra de Saliéri, Tarare, une des réparties favorites du despote Atar est de menacer de mort quiconque contrarie ses vues. Las de ces propos comminatoires, Calpigi se plaint : "la mort, la mort, toujours la mort ! / Ce mot étemel me désole..."81. Atar est en fait le pastiche d’un despote tyrannique. Tout comme les mesures visant à prohiber les arrestations arbitraires, celles imposant le principe de proportionnalité des peines furent l’objet de soins attentifs de la part des constituants successifs82. Pareillement, la présomption d’innocence a fait l’objet d’un soin tout particulier de la part des législateurs83. Ce besoin apparaît clairement dans les œuvres lyriques étudiées. Face à l’arbitraire des juges de l’Ancien Régime, les constituants révolutionnaires ont établi des listes de sanction préétablies pour supprimer toute latitude de la part des juges. Ultérieurement, la liberté laissée aux juges put varier. L’influence de Beccaria, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle contribua à faire adopter le principe d’une légalité stricte, notamment en matière pénale84. Ainsi, la loi des 16-24 août 1790 instaure-telle le système du référé législatif, déniant tout pouvoir d’interprétation du juge. Les rédacteurs du code pénal ont rendu aux juges un certain pouvoir d’apprédation en fixant le minimum et le maximum des peines applicables dans les matières non criminelles. La loi de 1832 devait étendre cette capacité des juges à ces dernières affaires en y adaptant le système des drconstances atténuantes85.

  • 86 La Constituante abolit dès le 8 octobre 1789 les lettres de cachet, l’emprisonnement arbitraire, l’ (...)
  • 87 Lodoïska, acte 1, scène 3.
  • 88 Olympie, acte III.

18Dans les dernières années d’Anden régime, nombre d’esprits s’étaient élevés contre la pratique des lettres de cachet jugées contraires à tout sentiment d’équité et de justice. Le librettiste Fillette-Loraux semble appuyer id ces critiques en montrant comment le père de Lodoïska tenta de ravir sa fille à celui qui eut le malheur de voter pour un prince qu’il n’appréciait pas86. Aussi Varbel, fidèle serviteur de Floreski lui reproche-t-il : "Il n’aurait pas fallu voter en faveur d’un prince qui déplaisait au père de Lodoiska"87. De même, dans Olympie, œuvre initialement écrite par Voltaire, l’héroine emmenée dans un endroit secret questionne : "Où me conduisez-vous et quel ordre barbare / m’éloigne d’une mère et sitôt nous sépare ?" et l’hiérophante de répondre : "C’est l’ordre de la reine ! hélas... ignorez-vous / les maux prêts à fondre sur nous ? / Cassandre est libre !"88.

  • 89 À côté de la déclaration de principe de 1789, les constituants ultérieurs s’ingénièrent à multiplie (...)
  • 90 Art. 2 et 8 : "La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun des membres p (...)
  • 91 Art. 122 (affirmation de ce droit).
  • 92 Art. 4 : "La sûreté résulte du concours de tous pour assurer les droits de chacun".

19Si ce thème est très fréquent dans les opéras, il le fut également dans les textes révolutionnaires. L’article 7 de la déclaration des droits de l’homme et du Citoyen, stipulait expressément : "Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis..."89 ; et ce thème fut une constante dans presque tous les textes révolutionnaires. La sûreté est proclamée dès l’article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Ce droit est repris par la déclaration de 1791, dans laquelle il est affirmé et défini90, puis dans la constitution, au titre de la garantie des droits91. Il figure encore dans la déclaration des droits et des devoirs de l’homme et du citoyen de l’an III92. Toutefois, en abolissant les lettres de cachet, mais aussi en voulant supprimer toutes les interventions "arbitraires" de l’Ancien Régime, au profit de la stricte légalité, les révolutionnaires ont effacé toute considération humaine qui aurait pu, dans un sens certes positif mais aussi négatif, pallier à l’automaticité de la réglementation légale. On peut en trouver trace, nous semble-t-il, dans la multiplicité des textes constitutionnels de la période, témoins de l’impossibilité à vouloir régir les rapports humains par des textes légaux, fondé sur l’idée de raison.

  • 93 BART (J.), "Les entraves à la liberté de se marier à la fin de l’Ancien Régime"...
  • 94 Constitution de 1791, titre III, ch. 5, art. 16 : "Tout homme, quelle que soit sa place ou son empl (...)

20La sûreté fait également référence à la liberté d’aller et de venir. Dans les opéras présentés, elle concerne surtout les héroïnes : incapables juridiquement, elles sont à la merci de l’autorité paternelle comme Alzira, ou maternelle, comme Olympie, ou sous la puissance d’une autre personne détenant sur elle tout pouvoir (Elvira, Lodoïska). Ce n’est pas tant la férule paternelle qui est mise en cause mais le pouvoir arbitraire des tierces personnes. Lodoïska, placée par son père chez Dourlinski ne jouit plus d’aucune liberté quant à sa faculté d’aller et de venir puisqu’il la retient prisonnière dans la tour. Ces agissements ne sont juridiquement fondés d’aucune façon, si ce n’est sur d’anciennes pratiques féodales93. La critique de l’inégalité juridique que connaissent les femmes de l’époque est très perceptible dans cet opéra de 1791. Pourtant, cette revendication ne figure guère dans les textes constitutionnels. En revanche, on relève de façon plus générale la dénonciation des formes d’arrestations arbitraires, que ce soit dans les textes juridiques ou lyriques. Ces dernière furent combattues sans relâche par les assemblées constituantes qui les assortissaient de sanctions. Diverses constitutions qualifient de tels actes de crime94. Ainsi, dans Tatare, Astasie est enlevée par un despote jaloux : même venant d’un monarque cet agissement constitue une voie de fait. C’est la revendication d’un droit à la sûreté, et, pour le peuple, de pouvoir évoluer dans un milieu plus favorable.

  • 95 Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, art. 10. Constitution 1795, art. 353. La constitut (...)
  • 96 Art. 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : "La libre communication des pensées (...)
  • 97 TARDU (M.), "La liberté d’expression", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lu (...)
  • 98 Voir notamment la célèbre "loi des suspects du 17 septembre 1793.
  • 99 Tarare, acte 11, scène 7.

21Les révolutionnaires, dans leurs ambitions égalitaires, ont également proclamé les droits et libertés de l’homme en société, du citoyen. Parmi ces dernières, figure en premier lieu la liberté d’opinion, à savoir, la faculté pour chacun de penser et proclamer s’il le souhaite ses principes et prises de positions : "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi"95. Dans la mesure où un gouvernement laisse chacun libre de penser comme il le souhaite, cela a pour corollaire, une liberté d’action, tout au moins relative96. Cela contribue certes au bonheur des peuples que de pouvoir penser et proclamer librement ; au-delà, la reconnaissance de cette liberté témoigne d’une reconnaissance volontairement affichée de la dignité humaine. Et c’est peut-être dans ce sens que cette liberté était si fréquemment insérée dans les cahiers de doléances. La législation en la matière fut, durant notre période, hésitante. La seule constante fut d’instaurer la compétence exclusive de la loi pour définir la notion d’ "abus"à la liberté d’expression97. Et ce monopole légal, pouvait fort bien contrecarrer les principes proclamés. La loi pouvait d’une part brider la liberté d’expression98 ; elle pouvait par ailleurs laisser des zones d’ombres, et il restait alors aux juges de se prononcer sur la légalité des libertés prises. Dans les opéras, la liberté d’opinion est essentiellement évoquée dans Tarare et dans Lodoïska, les deux œuvres les plus anciennes parmi celles étudiées, le premier datant de 1787 et le deuxième de 1791. L’exemple le plus frappant est celui d’Elamir, jeune enfant choisi pour jouer les Augures afin de nommer le nouveau général des armées dans Tarare. Alors qu’Elamir vient de nommer Tarare, Altamort lui reproche son erreur, car il espérait voir nommé son propre fils Altamort99. Et dans Lodoiska, l’on sait que le père de l’héroïne refuse d’accorder sa main à Floreski qui a voté contre un prince qui ne correspondait point aux vues de son futur beau-père. On peut par ailleurs être étonné de ne rien trouver concernant cette liberté dans les opéras tirés de pièces de Voltaire.

  • 100 Un arrêt du Conseil du 5 juillet 1788 avait déjà supprimé la censure préalable. Voir art. 11, décla (...)
  • 101 Seul l’abbé Maury semble avoir défendu cette institution.
  • 102 Si cette commission était fort peu sévère en matière de morale, elle semble l’avoir été plus concer (...)
  • 103 Le 24 août La Harpe fit circuler une pétition pour la liberté complète du théâtre. De son coté, J.- (...)
  • 104 Loi des 13-19 janvier 1791, art. 6 : "Les entrepreneurs et membres des différents théâtres seront à (...)
  • 105 En conséquence de quoi, l’Assemblée imposa la présence d’un commissaire de police pour veiller au b (...)

22Les implications de cette liberté de pensée sont nombreuses, que ce soit dans des domaines aussi divers que l’enseignement, la presse100, la religion ou le théâtre. D’aucuns ont espéré voir alors tomber la censure. Robespierre ou Mirabeau y étaient opposés101. Pour un laps de temps relativement court, ce fut le cas. En matière de théâtre, la règle était, sous l’Ancien Régime, celle de la lecture préalable de l’œuvre par une commission102. Comme dans les autres domaines, la censure était vivement contestée103. La constitution de 1791 instaura la liberté du théâtre104, et ce mode d’expression artistique devint d’ailleurs, durant la période révolutionnaire, un véritable outil de propagande105. La "Terreur" réinstaura pourtant la censure, et ce, de façon bien plus coercitive encore.

23La constitution de 1791 intègre la liberté du culte qui, pour la première fois, fut proclamée dans l’ancienne "fille aînée de l’Église" et condamne des comportements tels que celui d’Arthénée dans Tarare, qui craint que ces chrétiens dont on appréhende l’attaque "aient des dieux jaloux" des siens. Pourtant, si les révolutionnaires de 1790 ont l’impression de franchir un grand pas en votant la constitution civile du clergé, ils n’en continuent pas moins une politique commencée sous le règne de Philippe le Bel, politique qui visait à dégager l’État de l’emprise de l’Eglise.

24La liberté de groupe, quant à elle, vise la possibilité pour chacun de se réunir, ou de s’associer tant que cela ne nuit pas à l’ordre public (art. 10 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen). Cette liberté fut pourtant bientôt remise en question, notamment par les Jacobins. La prohibition de constitution de corps intermédiaires allait de pair avec l’interdiction de toute forme d’association et ce jusqu’en... 1901 pour retrouver une liberté d’association totale, soustraite à un régime de police. Certes en 1884, une loi syndicale fut votée mais elle ne valait que pour les associations de défense professionnelles. Cette défiance à l’égard des corps intermédiaires est le corollaire de l’émancipation -et de la sacralisation- de l’individu. On craignait que la constitution de corps ne lui porte préjudice.

  • 106 Constitution de l’an III, art. 366.
  • 107 Constitution de 1848, art. 8.

25Par ailleurs, la crainte des rébellions, la volonté de forger un citoyen, fût-ce contre son gré, renforça, chez les constituants, le refus de tout corps pouvant avoir des activités politiques ; cette prohibition ne se rencontre point dans les premières constitutions. Mais dans celle de l’an III, on peut trouver : "Tout attroupement non armé doit être également dissipé, d’abord par voie de commandement verbal, et, s’il est nécessaire, par le développement de la force armée106. Cette liberté sera pourtant expressément rétablie, avec certaines limites cependant, par la constitution de 1848 : "Les citoyens ont le droit de s’associer, de s’assembler paisiblement et sans armes, de pétitionner, de manifester leurs pensées par la voie de la presse ou autrement..."107. Il ne faut pas voir dans l’apparente absence de la notion de liberté du groupe, un désintérêt quant à ce principe. Il apparaît de façon détournée dans tous les opéras : dans Alzira, le peuple inca constitue un groupe, tant par ses origines, que par la commune aspiration à la liberté. Il en est de même dans toutes les oeuvres étudiées : la conjuration d’Ernani, la conspiration des hommes des quatre cantons dans Guillaume Tell, la volonté unanime du peuple à placer Tarare sur le trône, ainsi que l’association de fait entre le jeune comte Floreski et les Tartares dans Lodoiska (les Tartares constituant déjà un groupe). Malgré la permanence du phénomène plus ou moins occulte de ces groupements, l’insurrection (sauf dans Tarare) n’est jamais le fait du peuple entier. Il est toujours mené par un personnage doté des meilleures aptitudes et d’une vision plus réaliste de la situation dans laquelle ils se trouvent.

  • 108 POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires, l’utopie et la mort, PUF, coll. Histoires, p. 16 (...)
  • 109 La définition du code civil, art. 544 dérive de celle de Bartole. Voir CARBASSE (J.-M.), Introducti (...)
  • 110 Article 17 de la déclaration de 1789 : "La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peu (...)
  • 111 Ce principe de la propriété pouvait connaître certaines limites. C’est ainsi que la concevaient Rou (...)
  • 112 Art. 544, inchangé à ce jour : "La propriété est le droit de jouir et disposer des c hoses de la ma (...)
  • 113 Même si, lors de l’abolition de la féodalité dans la nuit du 4 août, l’Assemblée nationale avait ab (...)
  • 114 TAINE, Les origines de la France contemporaine, t. Il, 1878, p. 396 : "Quels que soient les grands (...)
  • 115 Article 8 de la déclaration des devoirs.

26La propriété, dans la mesure où elle libère l’homme du besoin, peut être considérée à la fois comme forme et condition de la liberté108. Par trois fois le principe du droit de propriété109 fut consacré de manière solennelle : dans la déclaration du 26 août 1789, c’est un droit imprescriptible110, reconnu inviolable et sacré, suivant l’influence des physiocrates111. Toutefois, ce principe ne fut jamais intégral, et dès 1789, une limite lui était apposée, celle de l’intérêt général, défini bien évidemment par la loi. Le principe de la libre propriété fut également repris dans le code civil de 1804112, ainsi que par la loi de 1807 instituant le cadastre. Ce droit fut un de ceux auquel la bourgeoisie révolutionnaire tenait le plus113. Étant à l’origine de la puissance de la bourgeoisie, cette dernière ne pouvait songer à le remettre en cause, même si certains, ont eu cette vélléité114. La Constitution de l’an III devait même faire de la propriété l’une des bases de la société espérée : "C’est sur le maintien des propriétés que reposent la culture des terres, toutes les productions, tout moyen de travail et tout l’ordre social115.

  • 116 Cet acte tyrannique semble trouver un écho dans l’article 9 de la déclaration de 1791 : "Aucun agen (...)
  • 117 Tarare, acte 1, sc. 6. L’incendie peut correspondre à une préoccupation bien précise, la constituti (...)

27Les événements ultérieurs allaient mettre à mal ce principe de propriété. Outre les droits seigneuriaux, rarement indemnisés, les réquisitions effectuées sous la Terreur, continuaient à vider de sens le principe proclamé. La notion de propriété ne figure guère dans les opéras étudiés, ceux-ci mettant plus l’accent sur les droits et libertés relatifs à la personne même. Toutefois, afin d’illustrer la toute puissance dont Atar estime être investi, Beaumarchais montre comment il n’a pas hésité à envoyer violer le domicile de Tarare pour enlever son épouse Astasie116. Et Tarare de déplorer : "O mon roi ! prends pitié de mon affreux état. / En pleine paix, avare corsaire / Comble sur moi les horreurs de la guerre. / Tous mes jardins sont ravagés, / Mes esclaves sont égorgés, / L’humble toit de mon Astasie / Est consumé par l’incendie..."117.

Les libertés publiques de l’homme en société

28La société d’Anden Régime était une sodété d’ordres, et cette conception sodale imprimait coutumes et traditions. En 1789, et notamment avec l’abolition des privilèges de la nuit du 4 août, cette organisation de la sodété est détruite. L’influence du rationalisme des lumières a amené les individus à avoir de nouvelles revendications. En tant que membres, en tant qu’individus, d’une sodété décrétée égalitaire, ils réclament des droits nouveaux qui sont consacrés par la déclaration de des droits de l’homme et du dtoyen. Elle proclame en premier lieu l’égalité civile, le droit pour chacun de faire tout ce que la loi ne prohibe pas expressément (art. 4).

  • 118 VOVELLE (M.), "La révolution française et les droits de l’homme", in Les droits de la l’homme et la (...)
  • 119 Akira, acte II, sc. 8.
  • 120 Ernani, partie 1, sc. 8.
  • 121 Tarare, acte IV, sc. I.
  • 122 Tarare, acte V, sc. 4.
  • 123 Couronnement de Tarare, sc. 1.

29L’égalité civile fut proclamée à plusieurs reprises : les 4 et 11 août, ainsi que dans l’article 1er de la déclaration des droits de l’homme : "Les hommes et naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sodales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune". Les constituants connaissaient les juristes fondateurs de la théorie du droit naturel. Comme eux, ils considéraient la liberté comme la conséquence de l égalité entre les hommes118. Peu ou pas de mesures nouvelles cependant en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes. Seules quelques mentions épisodiques dans les cahiers de doléances soulèvent le problème. Dans les opéras étudiés, la question n’est guère envisagée non plus. Pourtant, si aucune critique ou revendication expresse ne figure dans ces œuvres, l’on décèle cependant une société inégalitaire en la période. Ainsi, dans Alzira, Gusmano considère que "... Quest’angelo e mio : / Di mille trionfi è gioia maggior !"119. Les femmes attendent, écoutent, prient. Dans Ernani, Elvira trouve comme seule défense la menace sur sa propre vie : "S’anco un gesto vi sfugga, un accento, / Qui traffita cadré al vostro pie’. / No Quest’alma in si fiero momento / Non conosce l’amante né il re"120. Pareillement dans Tarare, Astasie ne peut que songer à se supprimer pour combattre les ardeurs du roi Atar : "O mort ! termine mes douleurs : / le crime se prépare. / Arrache au plus grand des malheurs / L’épouse de Tarare !”121, ou "Si quelqu’un vers lui fait un pas, / Je suis morte avant qu’il arrive"122. Le rôle distinctif de la femme apparaît dans le Couronnement de Tarare de 1790 : le peuple s’adresse à Astasie, nouvelle reine, et voit en elle la douceur nécessaire dans un gouvernement : "Et vous, reine, épouse sensible, / qui connûtes l’adversité, / Du devoir souvent inflexible / Adoucissez l’austérité : / Tenez son grand cœur accessible / Aux soupirs de l’humanité"123.

30On trouve toutefois dans Olympie un pouvoir "de relais" de la femme : Statira, veuve d’Alexandre, sait se faire obéir des prêtres et des soldats, mais son pouvoir s’apparente en fait plus à celui dont étaient dotées les reines veuves de l’Ancien Régime, un pouvoir de régence.

  • 124 Fait parti des doléances systématiques : VOVELLE (M.), La chute de la monarchie..., p. 114. Cependa (...)
  • 125 BEAUMARCHAIS, Œuvres, p. 503.
  • 126 Tarare, prologue, sc. 3.
  • 127 Tarare, prologue, sc. 3.
  • 128 Nous n’abordons point, bien évidemment l’aspect musicologique novateur de l’œuvre. Voir à ce propos (...)

31De l’égalité juridique découlent l’égalité civile, l’égalité politique et l’égalité fiscale124. Ce postulat d’égalité omniprésent entraînera la réclamation d’autres droits. Délaissant les prologues d’inspiration mythologique, Beaumarchais illustre fort bien dans Tarare, le courant de ces aspirations égalitaires, et il l’exprima expressément dans son manifeste adressé "Aux abonnés de l’opéra qui voudraient aimer l’opéra" : "Cette maxime, à la fois consolante et sévère, est le sujet de mon ouvrage : Homme ! ta grandeur sur la terre, / N’appartient point à ton état ; / Elle est toute à ton caractère !"125. L’idée soustend par ailleurs tout le prologue, notamment avec la formation des êtres par les génies. Ainsi le génie du feu interroge la nature créatrice : "Privés des doux liens que donne la naissance, / Quels seront leurs rangs et leurs soins ?"126. Et la Nature de répondre : "Enfants, embrassez-vous : égaux par la nature / Que vous en serez loin dans la société ! De la grandeur altière à l’humble pauvreté, / Cet intervalle immense est désormais le vôtre ; / À moins que de Brama la puissante bonté, / Par un décret prémédité, / Ne vous rapproche l’un de l’autre, / Pour l’exemple des rois et de l’humanité". Et les ombres répondent : "Ô bienfaisante Déité ! / Ne souffrez pas que rien altère / Notre touchante égalité, / Qu’un homme commande à son frère !" déjà l’ombre d’Atar s’éloigne avec hauteur. La nature ajoute : "C’est assez. Eteignons en eux / Ce germe d’une grande idée, / faite pour des climats et des temps plus heureux"127. Beaumarchais allégua quelques années plus tard l’esprit révolutionnaire de son oeuvre. Seul l’esprit égalitaire du livret pouvait se parer d’un tel aspect128 : parce que deux ans avant la Révolution, l’égalité des citoyens avait été proclamée, sur scène.

  • 129 VOVELLE (M.), "La Révolution française et les droits de l’homme", p. 64.
  • 130 Constitution de 1848. art. 6.
  • 131 Tarare, acte III, c. 6.
  • 132 Couronnement de Tarare, sc. 1.
  • 133 Alzira, prologue, scène 2.

32Parmi les requêtes égalitaires réclamées dès 1789, figurait l’abolition de l’esclavage. Certes cette volonté n’était pas unanime puisque la loi d’abolition ne devait intervenir que par la loi du 16 pluviôse an IL Néanmoins à cette date, elle fut décrétée sans aucune indemnisation pour les anciens propriétaires129. Après avoir été réinstauré par Napoléon Bonaparte, il fut aboli de façon définitive en 1848, et intégré dans le corps de la constitution promulguée cette même année : "L’esclavage ne peut exister sur aucune terre française"130. Les opéras évoquaient assez fréquemment cette préoccupation. Dans Tarare, Beaumarchais montre comment l’inique Atar méprisait le "Malheureux nègre, abject et nu, / Au lieu d’un reptile inconnu / Que du néant rien ne sépare, / Que n’es-tu l’odieux Tarare !.../ Calpigi, je forme un projet : Coupons la tête à cet esclave. / Défigure-la tout à fait..."131. Aussi, lorsque Tarare finit par monter sur le trône, l’abolition de l’esclavage est une des premières mesures prises : "Plus d’infortunés parmi nous. / Le despotisme affreux outrageait la nature ; Nos lois vengeront cette injure. Soyez tous heureux, levez-vous"132. Le problème de l’esclavage est également abordé dans Alzira, mais dans une perspective différente. Il s’agit plus ici de critiquer les mœurs des colonisateurs : "Un Inca... eccesso orribile ! / Fu dato, a’ cenni suoi, / In man di rei camefici ! / E i barbari siam noi !"133.

  • 134 Art. 6 de la déclaration des droits de 1789 : "La loi est l’expression de la volonté générale. Tous (...)
  • 135 Ernani, acte III, sc. 4.
  • 136 Ernani, acte III, sc. 4.
  • 137 Cette conjuration ne semble pas être inspirée de la réalité, à moins que ce ne le soit de la "Ligue (...)

33Les droits politiques devaient permettre aux individus de participer au pouvoir134. À la fin du XVIIIe siècle, les bourgeois souhaitaient assortir leur pouvoir financier d’un pouvoir politique. La Révolution en porta la trace dans un premier temps. Alors que les nobles tirent parti de l’incapacité de la monarchie à imposer ses mesures (échec de la réforme Maupéou), et tentent de s’immiscer dans les affaires gouvernementales, une réaction anti nobiliaire éclot parmi les bourgeois. Cette bourgeoisie, d’inspiration libérale, profita d’ailleurs du pouvoir acquis lors de la Révolution pour sauvegarder ses intérêts tout en proclamant l’égalité. Ce ne sont pas les bourgeois mais les grands d’Espagne qui, dans Ernani, s’estiment lésés dans leurs droits politiques. Aussi, pour les recouvrir tentent-ils une conjuration contre Don Carlos : "Spento pria qual face cada. / Dell’iberica contrada / Franse i dritti ; s’armera / Ogni destra che qui sta"135 et "... Schiavi inulti più a lungo e negletti / Non sarem finché vita abbia il cor"136. Si Don Carlos put se réconcilier les conjurés en faisant acte de clémence137, il en fut autrement pour Louis XVI. En revanche, l’évocation par les conjurés des "droits des terres ibériques" bafoués n’est pas sans rappeler les critiques adressées aux rois de France, qui avait tenté de restreindre, durant les dernières décennies de l’Ancien Régime, les droits de certains ordres. Une des premières mesures de la Constituante avait d’ailleurs été d’unifier tous les particularismes existants dans la France de l’Ancien Régime, et en premier lieu, l’abolition des privilèges.

  • 138 HINCKER (Fr.), "Condorcet et les droits de l’homme. Condorcet inclassable", in Les droits de l’Homm (...)
  • 139 GAUTHIER (Fl.), "Fraternité", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières au (...)
  • 140 Couronnement de Tarare, sc. 3.

34Le problème de l’égalité politique, avec son corollaire, le suffrage universel fut débattu dans les travaux préparatifs de la déclaration de 1789. Si Condorcet proposa un suffrage pour tous les habitant ayant droit de cité, il semble surtout s’être focalisé sur la conséquence de l’égalité politique : le droit de l’homme de participer directement ou indirectement à la formation de la loi138. La participation à l’élaboration de la loi s’avérait être une question d’importance puisque pour certains, dans la société, la liberté humaine consistait dans le fait de devoir obéir non à des hommes mais à des lois, que l’on avait participé à élaborer. La citoyenneté faisait donc partie des droits naturels139. Un écho à ses préoccupation est perceptible dans le Couronnement de Tarare dans la version de 1790,1e peuple s’adresse à Tarare en ces termes : "Roi, nous mettons la liberté / Aux pieds de ta vertu suprême ; / Gouverne sur ce peuple qui t’aime, / Par les lois et par l’équité. / Il dépose en tes mains lui-même / Sa redoutable autorité". Par ailleurs, parmi les définitions données de la liberté figure celle-ci : "La liberté consiste à n’obéir qu’aux lois"140.

35Dans le texte original d’Ernani, la réflexion politique de Don Carlos prend un tour bien plus démocratique que dans le livret étudié : "-les hommes -c’est-à-dire une foule, une mer, / Un grand bruit ; pleurs et cris, parfois un rire amer, / Plainte qui, réveillant la terre qui s’effare, / À travers tant d’échos, nous arrive fanfare ! / Des hommes ! -des cités, des tours, un vaste essaim, – / De hauts clochers d’église à sonner le tocsin ! – / Base de nations portant sur leurs épaules / La pyramide énorme appuyée aux deux pôles, / Flots vivants, qui toujours l’étreignant de leurs plis, / La balance, branlante, à leurs vastes roulis, / Font tout changer de place et, sur les hautes zones, / Comme des escabeaux font chanceler les trônes, / Si bien que tous les rois, cessant leurs vains débats, / Lèvent les yeux au ciel...– Rois ! Regardez en bas ! / -Ah ! Le peuple ! -Océan ! -Onde sans cesse émue ! / Où l’on ne jette rien sans que tout ne remue ! / Vague qui broie un trône et qui berce un tombeau ! / Miroir où rarement un roi se voit en beau ! / Ah ! Si l’on regardait parfois dans ce flot sombre, / On y verrait au fond des empires sans nombre, / Grands vaisseaux naufragés, que son flux et reflux / Roule, et qui le gênaient, et qu’il ne connaît plus !". Ce monologue n’a pas été adapté pour l’opéra.

  • 141 Tarare, acte II, sc. 7.
  • 142 Après l’abolition de principe du 4 août 1789, les constituants de 1791 revinrent sur cette question (...)

36On relève la dénonciation de ces pouvoirs exorbitants de la part des monarques dans la majeure partie des oeuvres étudiées : dans Lodoïska, Dourlinski tente d’épouser la belle contre son gré et dans l’attente de parvenir à ses fins, la retient prisonnière. Ses objectifs seront contrariés par l’arrivée inattendue du fiancé de la jeune fille. Face au froid machiavélisme du geôlier, Lodoïska préfère Floreski qui n’existe et ne vit que par son amour. De même, pour récupérer celle qu’il aime, Tarare va braver son maître : "J’irai ! / Oui, j’oserai ; Pour la revoir je franchirai / Cette barrière impénétrable / De ton repaire, affreux vautour ! J’irai l’arracher morte ou vive. Et si je succombe au retour, Ne me plains pas, tyran, quoi qu’il m’arrive : / Celui qui te sauva le jour / A bien mérité qu’on l’en prive"141. Mais il n’oublie pas sa modeste condition et a conscience de commettre une faute en allant rechercher Astasie dans la demeure de son souverain. Beaumarchais nous présente une conception du maître tout puissant, alors que, la féodalité a été abolie d’une part142, et que, d’autre part, le romantisme commence a faire des émules. Cette présentation d’un roi ou de n’importe quelle autre personne détentrice de pouvoirs inhérents à ses fonctions, paraît donc difficilement acceptable. Aussi, malgré sa mauvaise conscience, Tarare n’hésite-t-il pas à pénétrer secrètement dans le palais de son roi.

  • 143 "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaqu (...)
  • 144 POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires, L’utopie et la mort, PUF, coll. Histoires, p. 17 (...)
  • 145 SICARD (G.), Histoire des institutions publiques françaises depuis 1789, cours de licence 1989-1990 (...)

37Le droit à la révolte apparaît dans la majorité des opéras, comme dans les constitutions de notre période. Les constituants proclamèrent le droit à la résistance à l’oppression, mais de façon somme toute restrictive. La constitution de 1793 prévoyait en son article 35 le devoir de l’insurrection, mais elle ne fut pas appliquée143. Il s’agissait plus de légitimer les insurrections passées que de permettre des soulèvements éventuels144. Ainsi la Convention punit-elle de peine de mort, dès décembre 1792, ceux qui attenteraient à l’unité de la République, cette notion étant bien évidemment entendue de façon extensive. Et en 1793, les lois sur les suspects continuent à vider le principe de liberté d’opinion proclamé de son sens145. Dans Tarare, le peuple se révolte en vertu du devoir de s’insurger contre l’oppresseur, si celui-ci contrevient aux droits les plus élémentaires de chacun. C’est ce que fait le peuple, détenteur de la souveraineté populaire à la fin de l’oeuvre : "Sur deux têtes la foudre, et l’on m’ose nommer ! / Elle en menace trois, Atar, et ces tempêtes, / Que ta haine alluma, pourront te consumer. / Va ! L’abus du pouvoir suprême / Finit toujours par l’ébranler : / Le méchant qui fait tout trembler, / Est bien prêt de trembler lui même".

  • 146 Articles 365, 366 et 367 de la constitution de l’an III. Les constitutions ultérieures prohiberont (...)
  • 147 Ernani, acte III, sc. 4.
  • 148 Alzira, prologue, sc. 2.
  • 149 Guillaume Tell, acte IL
  • 150 Alzira, acte 1, sc. 9.

38La rébellion dans les opéras est toujours l’œuvre de peuples opprimés et unis ; elle est toujours légitime. Elle peut également l’être selon la déclaration de 1793 ; elle semblerait l’être selon la déclaration des devoirs de l’an III, l’article 7 énonçant : "Celui qui, sans enfreindre ouvertement les lois, les élude par ruse ou par adresse, blesse les intérêts de tous : il se rend indigne de leur bienveillance et de leur estime"146. Néanmoins, les attroupements sont formellement interdits par le corps de la constitution, dans une conception très empreinte des idées de Rousseau. Dans Ernani, les nobles se concertent en vue d’anéantir les aspirations de Don Carlo : "Si ridesti il Leon di Castiglia, / E d’Iberia ogni monte, ogni lito / Eco formi al tremendo ruggito, / Corne un di contro i Mori oppresser. / Siamo tutti una sola famiglia, / Pugnerem colle braccia, co’petti ; / Schiaviinulti più a longo e negletti / Non sarem finché vita abbia il cor. / Morte colga, o n’arrida vittoria, / Pugnerem, ed il sangue de’spenti / Nuovo ardire ai figliuoli viventi, / Forze nuove al pugnare darà. / Sorga alfine radiante di gloria, / Sorga un giorno a brillare su noi. Sarà Iberia Féconda d’eroi, / Dal selvaggio redenta sarà"147. Et dans Alzira, Zamoro annonce : "All’armi sursero / Mille tribù guerriere. / In breve ne raggiungono / La radunate schiere. / Cento vendette e cento / Fremo in un sol di"148. Dans Guillaume Tell, les hommes des différents cantons, unis, se soulèvent contre l’Autrichien et Walter de s’exclamer pour vaincre les dernières résistances précédant le signal de la révolte : "Où est donc votre antique audace ? / Mille ans nos aieux indomptés / Ont défendu leurs vieilles libertés ; Est-ce en vous que s’éteint leur race ?"149. Par ailleurs, la révolte est toujours la réponse à des actes cruels et tyrannique répétés. Même Arthénée, le brame corrompu de Tarare prévient son roi : "Crains de payer de ta couronne / Un attentat sur sa personne ! / Ses soldats seraient les plus forts. / Si, sur un prétexte frivole, / Tu les prives de leur idole, / Cette milice, en sa fureur, / Peut, oubliant ton rang et ta naissance...". Pareillement, dans Alzira, c’est l’enlèvement de Zamoro qui détermine les Incas à prendre les armes : "Il Lima / Varco nemico stuolo ; / Arditi verso Lima / Traggon que’folli a volo ; / E in mezzo al procelloso / Fragor dell’armi loro, / Un grido minaccioso / Domanda a noi Zamoro"150.

  • 151 Tarare, acte V, sc. 6.
  • 152 Alzira, acte 1, sc. 1.
  • 153 Couronnement de Tarare, sc. 3.

39Pourtant, à l’instar des textes constitutionnels, les livrets témoignent d’une certaine appréhension vis-à-vis des rébellions. Cette réticence a un double fondement : d’une part, l’illégitimité même des révoltes d’autre part, et la peur des débodements populaires d’autre part. Ainsi, dans Tarare, le héros éponyme, celui que les troupes militaires souhaitent placer sur le trône, leur reproche un acte presque sacrilège : "Arrêtez ! Soldats, arrêtez ! / Quel ordre ici vous a portés ? / O l’abominable victoire ! On sauverait mes jours en flétrissant ma gloire ! / Un tas de rebelles mutins / De l’État ferait les destins ! Est-ce à vous de juger vos maîtres ? / N’ont-ils soudoyés que des traîtres ? / Oubliez-vous, soldats, usurpant le pouvoir, / Que le respect des rois est le premier devoir ?... Seigneur ; ils sont soumis : je demande leur grâce"151. Dans Alzira, la milice espagnole attend l’ordre du roi pour prendre les armes : "Giuse or or, da lido ispano / Un messagio". ... section : "Ne chiama / Forse all’armi ?"152, Par ailleurs, alors que le peuple vient de remporter la victoire sur le despostime et d’installer Tarare sur le trône le soldat adulé, ce même peuple refuse d’obéir aux ordres : ” Tout est changé ; quoi qu’on ordonne, / Nous n’obéirons à personne"153.

  • 154 Déclaraction de 1793, art. 27 : "Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant (...)

40La sanction des rébellions est invariablement la peine de mort en cas d’échec, dans les opéras, comme dans les constitutions154.

  • 155 Préambule de la déclaration 1789 : "Les représentants du peuple français, [...] considérant que l’i (...)
  • 156 Tarare, acte V, sc. 8.

41La philosophie des lumières finissante véhiculait et exaltait l’obéissance aux passions, le droit au plaisir et au bonheur comme fondements de la morale usuelle. Dans la pensée commune de la fin du XIXe siècle et des années suivantes, l’octroi de libertés de façon expresse et même écrite, devait constituer le préalable nécessaire au bonheur des hommes. Leur absence accréditait la thèse des libéraux pour qui il n’est de pouvoir légitime que s’il est encadré de règles strictes et prédéfinies155. On trouve trace de cette idée dans l’opéra de Beaumarchais lorsque, dans sa deuxième version, Urson demande : "Et quel autre sur nous pourrait régner ?", et Tarare de répondre : "La loi ! Sachez jouir d’un bien que le Ciel vous prépare ; / Affranchis d’un joug détesté / Conservez votre liberté". Pourtant, une fois inscrits sur des tablettes, les droits et libertés concédés au titre de la raison s’avérèrent trop rigides. Les révolutionnaires ont combattu tout pouvoir discrétionnaire ou arbitraire de l’Ancien Régime, au nom de la raison. Il y avait cependant dans ces institutions une place pour le facteur humain, qui fit défaut au strict principe de légalité. La demande de ce facteur humain est très perceptible dans les opéras. Ainsi, le peuple acclamant Tarare qui vient d’être proclamé roi s’adresse-t-il en ces termes : "Roi, nous mettons la liberté / Aux pieds de ta vertu suprême ; / Règne sur ce peuple qui t’aime, / Par les lois et par l’équité"156.

  • 157 ROUSSEAU (J.J.), Du Contrat Social, II, 7.
  • 158 Guillaume Tell, acte 4. Il semble que cette conception d’une origine divine de l’ordre terrestre so (...)

42Que ce soit dans les constitutions successives ou dans les opéras, la loi ne s’avère jamais irréprochable ; il en est de même de la liberté des hommes. Ainsi pouvons nous voir dans la multiplicité des constitutions, l’incapacité de leurs auteurs à trouver un palliatif réel et suffisant, à cette absence d’humanité dans la pure légalité. Car, de l’aveu même de Rousseau, pour qu’elles puissent être réellement adaptées, il aurait fallu "des dieux pour donner des lois aux hommes"157. Et, pareillement, après avoir évincé l’Autrichien de l’Helvétie, c’est à Dieu que s’adressent Arnold et Walter pour conclure Guillaume Tell : "À nos accents religieux, / Liberté, redescends des deux, / Et que ton règne recommence, Liberté, redescend des deux !"158.

Notes

1 COVIAUX (J.-Cl.), "Le discours de la Révolution sur les droits de l’homme", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986, p. 393.

2 VOVELLE (M.), "La Révolution française et les droits de l’homme", p. 65.

3 Livret de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, musique de Saliéri. Création à Paris, juin 1787.

4 Livret de Claude-François Fillette-Loraux, d’après le roman Les amours du chevalier de Faublas de Jean-Baptiste Louvet de Couvray, musique de Luigi Chérubini. Création à Paris, 1791.

5 Livret de Michel Dieulafoy et Charles Briffaut, d’après l’œuvre de Voltaire, musique de Gasparo Spontini. Création à Paris, 1819, versions révisées, Berlin, 1821, et Paris, 1826.

6 Livret d’Etienne de Jouy et Hippolyte Bis d’après l’œuvre de Schiller, musique de Rossini. Création à Paris, 1829.

7 Livret de Piave d’après l’œuvre de Victor Hugo, musique de Giuseppe Verdi. Création au théâtre la Fenice de Venise, 1843.

8 Livret de Salvatore Cammarano d’après l’œuvre de Voltaire, musique de Giuseppe Verdi. Création à la Scala de Milan, 1845.

9 LEFEBVRE-TEILLARD (A.), Introduction historique au droit des personnes..., p. 104 et s.

10 BART (J.), "Les entraves à la liberté de se marier à la fin de l’Ancien Régime", in Les droits de I-Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986.

11 Lodoïska, acte II, sc. 4.

12 Constitution de 1791, titre II, art. 7. Ce même article prévoit que l’Assemblée législative établira ultérieurement les modalités de constatations des unions matrimoniales " La loi ne considère le mariage que comme un contrat civil. Le pouvoir législatif établira, pour tous les habitants, sans distinction, le mode par lequel les naissances, mariages et décès seront constatés ; et il désignera les officiers publics qui en recevront et conserveront les actes".

13 GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 239.

14 Ibid. p. 244.

15 Olympie, acte III.

16 Olympie, acte II, finale.

17 Alzira, acte 1, sc. 4.

18 Alzira, acte 1, sc. 2.

19 Alzira, acte 11, sc. 3.

20 ERNANI, première partie, sc. 7.

21 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 332-334. Voir également LEFEBVRE-TEILLARD (A.), Introduction historique au droit des personnes et de la famille.

22 BEAUMARCHAIS, Œuvres, édition de la Pleiade, p. 1433.

23 Tarare, Couronnement de Tarare, sc. 1.

24 L’évolution démographique de la France des aimées antérieures avait engendré une importante population jeune.

25 Tarare, acte 1, sc. 4.

26 Guillaume Tell, § 24.

27 Alzira, acte 1, sc. 4.

28 Olympie, acte III.

29 Voir également les interventions de Bonaparte lors de la préparation du code civil.

30 Alzira, acte 1, sc. 2.

31 Alzira, acte 1, sc. 2.

32 Ernani, acte 1, sc. 6.

33 Alzira, acte 1, sc. 2.

34 Le droit de gracier semble aller à l’encontre des impératifs de 1789 : d’une part, il contredit le principe de légalité pure auquel les révolutionnaires étaient particulièrement attachés ; d’autre part, il introduit une inégalité dans le traitement des coupables. Il fait par ailleurs implicitement référence à la justice retenue du roi. Aussi n’apparaît-il pas dans les premiers des textes étudiés ; il fut pourtant fréquemment réintroduit dans les constitutions ultérieures : constitution de l’an X, art. 86 : "Le Premier consul a droit de faire grâce.– Il l’exerce après avoir entendu dans un conseil privé, le grand juge, deux ministres, deux sénateurs, deux conseillers d’État et deux juges du Tribunal de cassation". Charte de 1814, art. 67 : "Le roi a le droit de faire grâce, et celui de commuer les peines", ce qui est logique puisque, selon l’art. 57, "Toute justice émane du roi. Elle s’administre en son nom par des juges qu’il nomme et qu’il institue". Acte additionnel 1815, art. 57 : "L’Empereur a le droit de faire grâce, même en matière correctionnelle, et d’accorder des amnisties". Constitution 1848, art. 55 : "Il – le Président de la République a le droit de faire grâce, mais il ne peut exercer ce droit qu’après avoir pris l’avis du Conseil d’État..." À l’Opéra, nous sommes dans des états monarchiques, où la grâce a sa place logique ; de plus, Tarare est créé avant la Révolution, et Voltaire, qui a écrit Olympie et Alzira, n’a bien sûr connu que les institutions de l’ancienne France.

35 Alzira, Acte II, sc. 6.

36 Guillaume Tell, acte 1.

37 Ernani, première partie, scène 3.

38 Olympie, acte III.

39 Des privilèges furent rétablis par le sénatus consulte organique du 28 floréal an XII : art. 3/8 sur l’hérédité impériale ; titre III relatif à la famille impériale dont : art. 9 : "Les membres de la famille impériale, dans l’ordre de l’hérédité, portent le titre de Princes français.– Le fils aîné de l’empereur porte celui de prince impérial" ; Titre V : Des grandes dignités de l’Empire ; Titre VI : Des grands officiers de l’Empire. Puis par la Charte constitutionnelle de 1814 : Préambule : " [...] Ainsi nous avons vu dans le renouvellement de la paierie une institution vraiment nationale [...] Le vœu le plus cher à notre cœur, c’est que tous les Français vivent en frères Art. 13 : "La personne du roi est inviolable et sacrée [...]" ; art. 27 : "La nomination des pairs de France appartient au roi". Art. 38 : "Aucun député ne peut être admis dans la Chambre, s’il n’est âgé de quarante ans, et s’il ne paie une contribution directe de mille francs" ; art. 71 : "La noblesse ancienne reprend ses titres. La nouvelle conserve les siens. Le roi fait des nobles à volonté ; mais il ne leur accorde que des rangs et des honneurs, sans aucune exemption des charges et des devoirs de la société". Puis par l’Acte additionnel de 1815, art. 3 : "la première Chambre – législative- nommée Chambre des pairs, est héréditaire".

40 Ernani, acte 1; sc. 7.

41 Ernani, acte II, sc. 9.

42 Ernani, acte 1, sc. 8.

43 Ernani, acte III, sc. 1.

44 Olympie, n° 10.

45 Alzira, acte I, sc. 8.

46 Tarare, acte V, sc. 10.

47 Tarare, prologue, sc. 3.

48 Alzira, prologue, sc. 2.

49 Cette conception si confiante de la nature n’apparaît pas dans Ernani, bien au contraire : elle y est plutôt synonyme de périls : "Par les bois et les versants sauvages, / Nos seuls amis sont le poignard / Et le mousquet" (1ère partie, sc. 1) ou ]orsqu’Elvira promet : "Je te suivrai par les landes sauvages / Et les repaires les plus inhospitaliers. / Auprès de toi, ces lieux sordides / Me seront un eden de délices" (1ère partie, sc. 3).

50 Guillaume Tell, ouverture, premier acte.

51 Alzira, acte 1, sc. 9.

52 Olympie, acte 1.

53 Tarare, acte IV, sc. 2.

54 Tarare, acte III, sc. 4.

55 Tarare, acte IV, sc. 5.

56 Constitution de 1793, art. 123 : "La République française honore la loyauté, le courage, la vieillesse, la piété filiale, le malheur [...]" ; Constitution de l’an III (1795), art. 4 de la déclaration des devoirs : "Nul n’est bon citoyen, s’il n’est bon fils, bon père, bon frère, bon ami, bon époux" ; Préambule de la Constitution de 1848 : "Elle [La République] a pour base la Famille, le Travail, la Propriété, l’ordre Public".

57 Sur l’évolution de la conception de la famille pendant la Révolution, CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 332 et LEFEBVRE-TEILLARD (A.), Introd. hist. au droit des personnes et de la famille, p. 360.

58 Rousseau qui, par son livre, contribua à l’intérêt porté aux enfants, abandonna néanmoins les cinq enfants qu’il avait eu avec Thérèse Levasseur à l’Assistance publique.

59 Olympie, n° 9.

60 Olympie, acte II.

61 Emani, acte III, sc. 2.

62 Ernani, acte 1, sc. 9.

63 Guillaume Tell, acte II.

64 Les différentes constitutions prennent en compte les héros guerriers : la constitution de l’an VIII, art. 86 : "La Nation française déclare qu’il sera accordé des pensions à tous les militaires blessés à la défense de la patrie...", art. 87 : "Il sera décerné des récompenses nationales aux guerriers qui auront rendu des services élcatants en combattant pour la République". Charte constitutionnelle de 1814 : art. 69 : "Les miilitaires en activité de service, les officiers et soldats de retraite, les veuves, les officiers et soldats pensionnés, conserveront leurs grades, honneurs et pensions". Ce dernier article est repris à l’article 60 de la charte de 1830.

65 Tarare, acte III, sc. 2.

66 BERGERON (L.), L’épisode napoléonien..., p. 120.

67 Guillaume Tell, acte 1.

68 Croissance démographique du XVIIIe : 1700/1750 : 20 millions d’habitants en France et en 1789 il y en 26 : cette hausse de la population est due à la disparition des grandes épidémies. VOYELLE (M.), La Chute de la monarchie, p. 56. Mais baisse de la natalité au XIXe. Voir BERGERON (L), L’épisode napoléonien..., p. 124.

69 Similitude sémantique entre les textes littéraires et juridiques. On revendique la jouissance paisible", le "droit au bonheur" mais dans les premiers, et notamment dans ceux que nous étudions, cela se fait dans une perspective individualiste, tandis que dans les textes juridiques la référence est collective. GUIBERT-SLEDZIEWSKI (E.), "Daunou et la question des garanties individuelles", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986, p. 150-151 : Primauté de l’individu sur la société dans la déclaration de 1789 et dans celle de 1791 (art. 1 cité au dessus). L’art. 16 de la déclaration de 1789 démontre que la déclaration n’a pas de légitimité intrinsèque : "une société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée... n’a point de constitution" : seul l’individu et ses droits comptent.

70 Art. 3 : "Le Sénat portera au Premier consul l’expression de la confiance, de l’amour et de l’admiration du peuple français".

71 Elle pouvait d’autant plus leur tenir à cœur que certains d’entre eux en avaient pâti : Voltaire avait connu la prison sur lettres de cachet. Voir GODECHOT (J.), Les Institutions de la France..., p. 38.

72 Déclaration de 1789, art. 2 ; art. 2 de la déclaration des droits de la constitution de 1793 ; art. 1er de la déclaration des droits de 1795. Dans ce dernier article toutefois, ces droits sont déclarés être, plus simplement, les "droits de l’homme en société".

73 Art. 7 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ; le 3° du titre 1er, intitulé "Dispositions fondamentales reconnues par la Constitution" ; art. 10, II, 12 de la déclaration des droits de 1793 ; art. 8, 9, 10 de la constitution de l’an III ; art. 77, 78, 79, 81 et 82 de la constitution de l’an VIII ; art. 4 de la charte constitutionnelle de 1814 ; art. 61 de l’acte additionnel de 1815 et art. 4 de la charte constitutionnelle de 1830.

74 ler acte.

75 Sous les traits des Autrichiens, promoteurs d’une justice pour le moins expéditive, on peut peut-être lire une critique des acteurs de la Terreur. POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires..., p. 189.

76 Acte III, 3e tableau.

77 Acte III, 3e tableau.

78 Acte III, 3e tableau.

79 Acte II, scène IV.

80 Art. 14 de la déclation des droits de 1793 ; art. 7 de la déclaration des droits de 1795 ; en ce sens également, le principe de non-rétroactivité des lois, figurant à l’article 14 de la même déclaration des droits.

81 Tarare, acte 1, sc. 1.

82 Sur la proportionnalité des peines, voir : art. 8 de la déclaration de 1789 ; art. 15 de la déclaration de 1793 ; art. 10,12 de la déclaration de 1795.

83 Art. 9 de la déclaration de 1789 ; art. 13 de la déclaration de 1793 ; art. 82 de la constitution de 1799.

84 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 293.

85 CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit, p. 341.

86 La Constituante abolit dès le 8 octobre 1789 les lettres de cachet, l’emprisonnement arbitraire, l’absence de défenseur, la question préalable, l’interrogatoire sur la sellette, la procédure secrète et le serment de l’accusé à l’instruction. GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 59. Selon la constitution de 1795, le Directoire peut décerner des mandats d’amener contre les individus soupçonnés de trâmer une conspiration contre la sûreté intérieure. GODECHOT (J.), Les constitutions de la France..., p. 98. La constitution de l’an XII apporte deux innovations : deux commissions chargées de faire respecter la liberté individuelle (par la liste des personnes arrêtées et non traduites devant le tribunal compétente dans les 10 jours) et la liberté de la presse. Mais leur rôle est très relatif. GODECHOT (J.), Les constitutions de la France..., p. 183.

87 Lodoïska, acte 1, scène 3.

88 Olympie, acte III.

89 À côté de la déclaration de principe de 1789, les constituants ultérieurs s’ingénièrent à multiplier des textes spéciaux contraires à l’esprit affiché. POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires..., p. 170.

90 Art. 2 et 8 : "La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun des membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.

91 Art. 122 (affirmation de ce droit).

92 Art. 4 : "La sûreté résulte du concours de tous pour assurer les droits de chacun".

93 BART (J.), "Les entraves à la liberté de se marier à la fin de l’Ancien Régime"...

94 Constitution de 1791, titre III, ch. 5, art. 16 : "Tout homme, quelle que soit sa place ou son emploi, autre que ceux à qui la loi donne le droit d’arrestation, qui donnera, signera, exécutera ou fera exécuter l’ordre d’arrêter un citoyen, ou quiconque, même dans les cas d’arrestation autorisée par la loi, conduira, recevra ou retiendra un citoyen dans un lieu de détention non publiquement et légalement désigné, et tout gardien ou geôlier qui contreviendra aux dispositions des articles 14 et 15 ci-dessus, seront coupables du crime de détention arbitraire". La même qualification est donnée par la constitution de 1799, art. 81. Celle de 1793 évoque ceux qui agiraient ainsi, sans toutefois donner de qualification juridique précise : art. 12 : "Ceux qui solliciteraient, expédieraient, signeraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables, et doivent être punis".

95 Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, art. 10. Constitution 1795, art. 353. La constitution de l’an X, quant à elle, se borna à préciser que le premier Consul devait "respecter la liberté des consciences". Voir GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 59-60 et 164.

96 Art. 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi". La proclamation de cette liberté est réitérée dans le titre 1er "Dispositions fondamentales reconnues par la Constitution" de 1791 : "La liberté à tout homme de parler, d’écrire, d’imprimer et pulier ses pesnées, dans que les écrits puissent être soumis à aucune censure ni inspection avant leur publication [...]" ; ces dispositions sont reprises dans tous les textes constitutionnels de la période étudiée, avec une étendue plus ou moins grande de la liberté concédée.

97 TARDU (M.), "La liberté d’expression", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986, p. 393.

98 Voir notamment la célèbre "loi des suspects du 17 septembre 1793.

99 Tarare, acte 11, scène 7.

100 Un arrêt du Conseil du 5 juillet 1788 avait déjà supprimé la censure préalable. Voir art. 11, déclaration des 1789. L’article 19 de la constitution de 1792 proclame en la matière une liberté totale, constitution de 1795, art. 353. Voir GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 59-60. Art. 8 de la charte constitutionnelle de 1814. Charles X tenta de supprimer la liberté de la presse dans une de ses ordonnances du 25 juillet 1830. Aucune parution ne pouvait avoir lieu dans de nouvelles autorisations. GODECHOT (J.), Les constitutions de la France..., p. 242.

101 Seul l’abbé Maury semble avoir défendu cette institution.

102 Si cette commission était fort peu sévère en matière de morale, elle semble l’avoir été plus concernant les allusions sur l’administration ou la politique royales. Suard avait ainsi interdit -en vain puisqu’il fut présenté au public dès 1784-, les représentations du Mariage de Figaro. Voir GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 65.

103 Le 24 août La Harpe fit circuler une pétition pour la liberté complète du théâtre. De son coté, J.-M. Chenier attaquait vivement la censure "bonne à tuer les chefs d’œuvres et à protéger l’immoralité des théâtres de bas-étage" à la Comédie française. GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 65.

104 Loi des 13-19 janvier 1791, art. 6 : "Les entrepreneurs et membres des différents théâtres seront à raison de leur état sous l’inspection des municipalités ; ils ne recevront des ordres que des officiers municipaux, qui ne pourront arrêter et défendre la représentation d’une pièce, sauf la responsabilité des auteurs ou des comédiens". La loi prévoyait par ailleurs en son article 1er que "Tout citoyen peut construire un théâtre public et y faire représenter des pièces de tout genre, à condition d’une déclaration préalable à l’établissement du théâtre, à la municipalité". Voir GODECHOT (J.), Les institutions de la France..., p. 65.

105 En conséquence de quoi, l’Assemblée imposa la présence d’un commissaire de police pour veiller au bon déroulement des représentations. Cela ne parvint pas à assurer le calme en toutes circonstances.

106 Constitution de l’an III, art. 366.

107 Constitution de 1848, art. 8.

108 POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires, l’utopie et la mort, PUF, coll. Histoires, p. 169.

109 La définition du code civil, art. 544 dérive de celle de Bartole. Voir CARBASSE (J.-M.), Introduction historique au droit..., p. 331.

110 Article 17 de la déclaration de 1789 : "La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité". Voir GODECHOT (J.), Les constitutions de la France, p. 26.

111 Ce principe de la propriété pouvait connaître certaines limites. C’est ainsi que la concevaient Rousseau, Montesquieu et Voltaire notamment. Par ailleurs, dans les rédactions des constitutions ou déclarations ultérieures de la période révolutionnaire, certains poseront certaines limites : Robespierre par exemple lui dénie un caractère inviolable. Voir GODECHOT (J.), Les institutions de la France, p. 36 et 72. Définition de la propriété par Robespierre : "le droit qu’à chaque individu de jouir et de disposer de la portion de bien qui lui est garantie par la loi", limité par l’obligation de respecter les droits d’autrui". VOVELLE (M.), "La Révolution française et les droits de l’homme", p. 62.

112 Art. 544, inchangé à ce jour : "La propriété est le droit de jouir et disposer des c hoses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements".

113 Même si, lors de l’abolition de la féodalité dans la nuit du 4 août, l’Assemblée nationale avait aboli les droits seigneuriaux de façon immédiate et sans indemnisation, ou contre des indemnisations à venir selon qu’il s’agissait de droits réels ou personnels. POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires..., p. 179.

114 TAINE, Les origines de la France contemporaine, t. Il, 1878, p. 396 : "Quels que soient les grands noms dont la Révolution se décore, elle est, par essence, une translation de la propriété. En cela consiste son support intime, son moteur premier et son sens historique.

115 Article 8 de la déclaration des devoirs.

116 Cet acte tyrannique semble trouver un écho dans l’article 9 de la déclaration de 1791 : "Aucun agent de la force publique ne peut entrer dans la maison d’un citoyen, si ce n’est pour l’exécution des mandements de police et de justice, ou dans les cas formellement prévus par la loi". Ce qui n’était bien évidemment pas le cas dans la pièce Tarare.

117 Tarare, acte 1, sc. 6. L’incendie peut correspondre à une préoccupation bien précise, la constitution de l’an II en son article 359 prévoyant : "La maison de chaque citoyen est un asile inviolable : pendant la nuit nul n’a le droit d’y entrer que dans le cas d’incendie, d’inondation..." Mais en l’occurence, l’incendie était du fait des émissaires d’Atar, et leur intrusion était totalement dénuée de volonté d’entraide.

118 VOVELLE (M.), "La révolution française et les droits de l’homme", in Les droits de la l’homme et la conquête des libertés. Des Lumières aux révolutions de 1848, Bicentenaire de la Révolution française en Dauphiné, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble-Vizille 1986, p. 58.

119 Akira, acte II, sc. 8.

120 Ernani, partie 1, sc. 8.

121 Tarare, acte IV, sc. I.

122 Tarare, acte V, sc. 4.

123 Couronnement de Tarare, sc. 1.

124 Fait parti des doléances systématiques : VOVELLE (M.), La chute de la monarchie..., p. 114. Cependant, ces principes sont en pratique souvent dévoyés, qu’il s’agisse de la distinction entre citoyens actifs ou passifs, et de l’esclavage, maintenu dans les colonies. POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires..., p. 184.

125 BEAUMARCHAIS, Œuvres, p. 503.

126 Tarare, prologue, sc. 3.

127 Tarare, prologue, sc. 3.

128 Nous n’abordons point, bien évidemment l’aspect musicologique novateur de l’œuvre. Voir à ce propos : "Aux abonnés de l’Opéra qui voudraient aimer l’opéra", BEAUMARCHAIS, Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade" p. 497 et s.

129 VOVELLE (M.), "La Révolution française et les droits de l’homme", p. 64.

130 Constitution de 1848. art. 6.

131 Tarare, acte III, c. 6.

132 Couronnement de Tarare, sc. 1.

133 Alzira, prologue, scène 2.

134 Art. 6 de la déclaration des droits de 1789 : "La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents."

135 Ernani, acte III, sc. 4.

136 Ernani, acte III, sc. 4.

137 Cette conjuration ne semble pas être inspirée de la réalité, à moins que ce ne le soit de la "Ligue des communes" de 1520 qui connut un tout autre dénouement puisqu’elle fût réprimée dans le sang.

138 HINCKER (Fr.), "Condorcet et les droits de l’homme. Condorcet inclassable", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986, p. 73 et s.

139 GAUTHIER (Fl.), "Fraternité", in Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, des Lumières aux révolutions de 1848, Presses universitaires de Grenoble, 1986, p. 91.

140 Couronnement de Tarare, sc. 3.

141 Tarare, acte II, sc. 7.

142 Après l’abolition de principe du 4 août 1789, les constituants de 1791 revinrent sur cette question dans le préambule, voulant abolir "irrévocablement les institutions qui blessaient la liberté et l’égalité des droits...". La constitution de 1848 devait à nouveau revenir sur ce point et donner à l’abolition des titres et distinctions un caractère perpétuel (art. 10).

143 "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

144 POITRINEAU (A.), Les mythologies révolutionnaires, L’utopie et la mort, PUF, coll. Histoires, p. 170.

145 SICARD (G.), Histoire des institutions publiques françaises depuis 1789, cours de licence 1989-1990, p. 36 et s.

146 Articles 365, 366 et 367 de la constitution de l’an III. Les constitutions ultérieures prohiberont pareillement les rébellions.

147 Ernani, acte III, sc. 4.

148 Alzira, prologue, sc. 2.

149 Guillaume Tell, acte IL

150 Alzira, acte 1, sc. 9.

151 Tarare, acte V, sc. 6.

152 Alzira, acte 1, sc. 1.

153 Couronnement de Tarare, sc. 3.

154 Déclaraction de 1793, art. 27 : "Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres".

155 Préambule de la déclaration 1789 : "Les représentants du peuple français, [...] considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme [...] afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintient de la constitution et au bonheur de tous", et déclaration de 1793, art. 122 : "La constitution garantit à tous les français l’égalité, la liberté, la sûreté, la propriété [...] la jouissance de tous les droits de l’homme".

156 Tarare, acte V, sc. 8.

157 ROUSSEAU (J.J.), Du Contrat Social, II, 7.

158 Guillaume Tell, acte 4. Il semble que cette conception d’une origine divine de l’ordre terrestre soit plus proche de la mentalité médiévale, que de celle du XIXe siècle.

Auteur

Docteur en droit (histoire des institutions)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search