Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

Charles Giraud : À propos de son article : "Sixte-Quint, son influence sur les affaires de France au xvie siècle"

Jacques Bouineau

Texte intégral

  • 1 Voir notre article : "Charles Giraud (1802-1881)", Revue d’histoire des facultés de droit et de la (...)
  • 2 DUCRET (Patricia), Le concours d’agrégation des Facultés de droit de 1856 à la première guerre mond (...)

1Né le 17 février 1802 à Pemes dans le Vaucluse, Charles Giraud décède le 13 juillet 1881 à Paris1. D’abord suppléant à la Faculté de droit d’Aix en 1830, il est élu dès 1838 membre correspondant de l’Institut et membre titulaire en 1842. Cette nomination bouleverse sa vie : la qualité de membre de l’Institut impose alors une résidence effective à Paris. En 1844 il devient inspecteur général des Facultés de droit et, en cette qualité, préside de nombreux concours de recrutement au sein des Facultés de droit. Membre de la section permanente du Conseil supérieur de l’instruction publique (1850), puis ministre de l’Instruction publique et des Cultes (1851), il revient à l’inspection générale, pour peu de temps, pour n’avoir pas soutenu le coup d’État. Professeur de droit romain en 1852, il est à nouveau inspecteur général à partir de 1861 et le restera jusqu’à son décès. À ce titre, il sera président du concours d’agrégation des Facultés de droit pendant vingt ans2.

2Charles Giraud produit deux cent quarante-quatre livres, articles, discours, rapports... dans les domaines les plus variés. Homme à la curiosité et au talent exceptionnels, il ne se limite pas à une étroite spécialisation, ce qui le conduit à ne pas mener toutes ses recherches à leur terme. Sa période la plus productive est la dernière (1874-1881). À la date de publication de l’article "Sixte-Quint, son influence sur les affaires de France au XVIe siècle", Charles Giraud s’intéresse beaucoup à l’histoire.

  • 3 Septembre-octobre 1872, p. 462-486, 624-650 et 848-877.

3L’article que nous nous proposons de commenter a été publié dans le Revue des Deux-Mondes en trois livraisons3. Dans la deuxième partie de sa vie, Charles Giraud consacre beaucoup d’écrits à l’histoire, et les années 1870-1872 sont parmi les plus fécondes dans ce genre. L’article sur Sixte-Quint est donc représentatif des préoccupations de l’auteur au moment où il écrit. Les productions historiques de ces années-là privilégient l’Allemagne, en raison bien sûr du contexte international, sans exclure pour autant d’autres thèmes. Cet article est en fait un compte-rendu du livre du baron de Hubner : Sixte-Quint, d’après les correspondances diplomatiques, inédites, tirées des archives d’État, du Vatican, de Simancas, de Venise etc. (Paris, 1870, 3 vol.). Mais les quatre-vingt-deux pages de cet énorme article dépassent le simple compte rendu. Charles Giraud profite de cette publication pour analyser la vie et l’action politique de la papauté vis-à-vis de la France.

  • 4 Les courtes notices que le Robert et le Mourre lui consacrent ne sont pas du tout de même tonalité.
  • 5 II était d’origine très humble.

4Sixte-Quint fait partie de ces hommes à la personnalité et à l’action contestées qui se prêtent aux prises de position personnelles4. D’obscure extraction5, Felice Peretti, prêtre à vingt-six ans (1547), ami d’Ignace de Loyola et de Philippe Neri, se retrouve cardinal à quarante-cinq ans et pape de 1585 à 1590. Doué d’une grande énergie, il remédie aux abus qui désolent Rome, embellit la ville et, sur la scène internationale, joue de finesse pour maintenir l’équilibre entre les puissances catholiques (la France d’Henri III déchirée par la Ligue, l’Espagne extrêmement catholique de Philippe II) et pour affronter les protestants (il encourage l’Invincible Armada contre les Anglais -tout en prévenant Élisabeth, dit-on, du départ de la flotte espagnole-, mais traite favorablement Henri de Navarre). On se souviendra qu’on le surnommait l’"Âne de la Marche", en raison de la feinte stupidité qu’il afficha pendant le pontificat de Grégoire XIII pour n’être pas soupçonné de briguer le trône de Pierre.

  • 6 Voir les références en première note.

5Dans le premier article que nous avons écrit sur Charles Giraud6, nous écrivions que la pensée de cet auteur était de nature "manichéenne inégalitaire, reposant sur des présupposés et ouvrant sur une conscience nationaliste". Nous voudrions préciser certains termes et approfondir l’analyse.

  • 7 Préface à XU ZHEN ZHOU, L’art de la politique chez les légistes chinois, Economica, Paris 1995, p.  (...)
  • 8 Qu’elles soient "de droite" ou "de gauche", toutes les idées politiques construites sur ce schéma p (...)
  • 9 C’est à partir de l’enseignement que nous avons reçu du professeur Martres que nous avons mené l’an (...)
  • 10 Op. cit., p. 31.
  • 11 Le "code de valeurs" est constitué par le "Bien" et le "Mal" autour desquels une pensée politique s (...)

6D’après l’enseignement de Jean-Louis Martres, que nous suivrons ici, le système manichéen inégalitaire "réside dans l’opposition radicale du Bien et du Mal”7 ; selon les régimes politiques, la définition du "Bien" et du "Mal" changera évidemment du tout au tout8, mais la manière de raisonner demeurera identique9. La construction du "Bien" se trouve être définie comme le symétrique inverse du Mal perçu et observable. "Le ’Bien’ est alors d’une nature totalement différente du ’Mal’, en ceci qu’il est abstrait et théorique, alors que le Mal est de l’ordre du positif et du concret"10. Évidemment, cette pensée n’est pas stable : toute mise en pratique d’un code de valeurs en démontre les limites. Dès lors, soit en rupture, soit en complément, apparaît une nouvelle définition du "Bien", plus pure aux yeux de ses thuriféraires. Cette définition nouvelle s’assimile à une idéologie, dont on sait qu’elle fonctionne en trois temps : elle exprime un besoin dans une situation donnée, propose une explication globale du monde qui justifie l’état de choses présent, rend compte des errements et avance des remèdes, et enfin elle cherche à conquérir le pouvoir, jusqu’au jour où elle devient code de valeurs11 d’un nouveau monde, susceptible d’être renversée par une idéologie nouvelle. Le fonctionnement de nos démocraties occidentales obéit en tout point à cette logique intellectuelle.

  • 12 Op. cit., p. 37 et 41.

7À côté de ce "code n° l", comme il l’appelle, Jean-Louis Martres propose un "code n° 2" auquel il donne le nom de "pensée stratégique", conçu en ces termes : "Il est parfaitement possible d’estimer soit que le Bien et le Mal n’existent pas en dehors de l’Homme qui en définit le contenu, soit que ces notions sont en continuité et ne représentent que des pôles extrêmes de comportement, soit même que ce sont des notions complémentaires et inséparables" ; il ajoute : "Philosophie désespérée, elle est aussi celle de l’action"12. Il range Machiavel, par exemple, dans cette seconde catégorie. Nous appellerons cette pensée la pensée "réaliste", suivant en cela le mot qu’il retenait dans son enseignement d’histoire des idées politiques bordelais, car ce type de pensée considère la politique comme une res.

  • 13 Les événements récents de Yougoslavie en sont bien sûr le dernier exemple.
  • 14 Nous ne signifions pas que la première démarche (manichéenne inégalitaire) est abstraite et la seco (...)

8À partir de ces deux codes, nous voudrions en proposer un troisième, que nous qualifierons de "pensée de gouvernement". Nous partirons du discours que l’on entend à satiété dans les démocraties : les hommes au pouvoir n’appliquent pas les promesses des périodes électorales et, pire, trahissent parfois leurs engagements. La pensée de notre démocratie contemporaine s’inscrit dans un système manichéen inégalitaire, nous l’avons dit : le "Bien" est incarné par les droits de l’homme, dont le bras armé est le "politiquement correct" ; l’action législative est donc entreprise dans cet élan, tout comme l’action internationale13. Simplement, les contraintes économiques, les relations diplomatiques, les pressions du commerce gauchissent parfois le train des démocraties occidentales et il faut accepter des entorses, voire des reniements, au code de valeurs. Les contraintes de l’action obligent en effet à adopter des attitudes plus conciliatrices, sous peine de transformer son pays en ce que fut l’Albanie sous Enver Hodja ; on peut dire que les dirigeants abandonnent l’empyrée de l’idéal pour prendre en compte un équilibre, dans une démarche "réaliste"14. Ils n’abandonnent pas pour autant, bien sûr, les principes qui les animent ; ils tentent de tempérer l’idéal et d’idéaliser l’action. C’est-à-dire qu’ils mettent en œuvre à la fois une logique manichéenne inégalitaire et une logique réaliste. Cette combinaison, propre à tous les gouvernements, sauf les plus "purs”, nous l’appelons la pensée de gouvernement.

9Charles Giraud, peut-être parce qu’il a été un homme de pouvoir, décrivant l’attitude de Sixte-Quint face aux affaires de France, épouse cette logique intellectuelle. C’est pourquoi, afin de le démontrer, nous observerons, dans chacun de nos développements, comment l’auteur pense de manière manichéenne inégalitaire, puis de manière réaliste. C’est-à-dire que nous proposons un commentaire de l’article : "Sixte-Quint, son influence sur les affaires de France au XVIe siècle".

I – Le pape allié de la France

10Ainsi que nous l’avons annoncé en introduction, l’analyse à laquelle nous allons nous livrer sera de type politique. Puisque nous nous trouvons au sein d’une pensée manichéenne inégalitaire, nous réfléchirons en premier lieu sur le code de valeurs auquel se réfère Charles Giraud. Son objet principal n’est en effet pas seulement de s’interroger sur le rôle de Sixte-Quint, mais bien de montrer en quoi le pape a pu servir la France. Dès lors l’opposition que souligne l’auteur est simple : la monarchie représente le Bien, la Ligue incarne le Mal. Puisque le pape est allié des affaires de France, nous le voyons tour à tour soutien de la monarchie (A) et adversaire de la Ligue (B).

A – Sixte-Quint soutien de la monarchie

11Quatre pages sur les quarante-quatre qui intéressent notre sujet sont consacrées à cet aspect, soit un peu moins du dixième de l’ensemble. Chronologiquement ce thème se trouve situé à la fin du premier tiers du travail (p. 483 à 486) ; ces pages signent la chute que Charles Giraud luimême a retenue pour clore le premier volet de son triptyque. La cause (1) qui permet au souverain pontife d’agir réside dans le comportement du roi luimême ; les modalités (2) de l’action soulignent davantage encore les qualités politiques de l’évêque de Rome.

1 – Les raisons d’agir du pape

  • 15 P. 483-484.

12Juridiquement, Sixte-Quint obéit à deux impératifs : d’une part le roi de France est dans l’erreur, d’autre part le royaume est seul susceptible de faire contrepoids à une Espagne fanatisée. Cela ressort clairement du passage ci-après : "C’est au moment où Henri III venait d’accomplir ainsi une des plus grandes fautes de son règne que Sixte-Quint fut élu pape (1585). Il n’avait point approuvé les complaisances compromettantes de ses prédécesseurs pour Philippe II et la ligue, et sous le nom de cardinal de Montalte il avait vécu pendant les dernières années du pontificat de Grégoire XIII dans une sorte de disgrâce. C’était un personnage important dans le sacré-collège, et dès l’ouverture du conclave les ambassadeurs étrangers le signalent à leurs cours comme un cardinal papabile. Il était porté principalement par le parti des Médicis, resté fort influent à Rome, et représenté par un cardinal habile, qui ménagea une élection par adoration, c’est-à-dire par acclamation, à son candidat. L’ambassadeur espagnol à Rome ne se méprit point sur les conséquences de l’élection. Grégoire XIII avait été dévoué à l’Espagne. La correspondance diplomatique fit pressentir à Philippe II un pape qui ne devait pas être de son bord. Henri III et les Guise eurent promptement aussi l’occasion de s’en convaincre. L’association de Henri III avec la ligue était également repoussée par l’intérêt personnel du roi et par l’intérêt politique de la France. Elle avait jeté le royaume dans les bras de Philippe II, car les Guise étaient impuissants pour fonder un État indépendant, en les supposant vainqueurs des huguenots et de la royauté. De la part d’Henri III, cette association était l’abdication même ; elle ôtait à la couronne son dernier prestige, car nul ne la pouvait croire sincère, et certes elle ne l’était pas. Sixte-Quint s’exprima sur cet acte de faiblesse avec une rudesse qu’attestent tous les monumens [sic]"15.

13Sur la première raison, on remarquera que Charles Giraud nuance luimême son propos : il assure d’abord qu’Henri III venait de commettre "une des plus grandes fautes de son règne". En somme nous voici en présence d’un roi peccamineux, qui a failli à sa mission de monarque et qui est donc indigne d’être suivi. Henri III a fait plus que cela, il n’a pas été capable de choisir le Bien, contrairement à ce à quoi son office aurait dû le porter. Dès lors, c’est au pape qu’il incombe de se substituer à un roi défaillant. Toutefois la faute du roi n’est pas rédhibitoire pour l’institution ; Charles Giraud tempère lui-même son appréciation quand il clôt son paragraphe par l’"acte de faiblesse" royal. Que la faute eût été trop grave et c’en était fini de la crédibilité du Valois ; en fait, il n’y a eu qu’une incapacité de gestion, le fondement du pouvoir n’est pas atteint. Si l’on approfondit un peu l’analyse, on peut accepter l’idée que Charles Giraud apprécie la royauté à un double niveau : sur le plan des idées où la critique n’est pas concevable, car le raisonnement émane d’un homme qui a servi l’État toute sa vie ; à ses yeux une institution de la res publica n’est pas condamnable en soi. C’est à ce stade de l’analyse qu’il laisse glisser sa plume de la "faute” à la "faiblesse". Toutefois notre auteur n’envisage pas la royauté qu’en théorie ; considéré dans l’exercice effectif de son pouvoir, le système monarchique souffre des critiques qui ne touchent plus un principe mais l’expression momentanée de ce principe, c’est-à-dire la personne physique du roi.

14Sur la seconde raison, à savoir le rôle assigné au royaume de France par rapport au royaume d’Espagne, on remarquera tout d’abord qu’il s’agit d’une incise dans le raisonnement précédent, présentée au milieu du paragraphe. C’est un peu comme si Charles Giraud, s’interrogeant sur la res publica royale envisageait deux dimensions à la fois : une fonction, d’un niveau plus élevé, dont tout part et où tout revient, et un titulaire de cette fonction, chef tangible d’une réalité juridique, agent, en quelque sorte, à la tête d’une corona. En d’autres termes, le royaume est la traduction matérielle du principe qui préside au gouvernement. Or ce royaume pourrait bien être concurrencé par un autre imperium, l’espagnol, celui de Philippe II. Henri III et Philippe II sont équivalents en dignité et en mission, puisque tous deux rois chrétiens. Mais la France et l’Espagne abritent des pouvoirs différents : l’Espagne est un péril pour Rome car un pouvoir extrémiste s’exerce dans ce royaume alors qu’en France le pouvoir extrémiste n’est pas celui du roi, mais celui de la Ligue.

15Sixte-Quint est ce personnage qui, aux yeux de Charles Giraud, constitue l’allié de la monarchie (institution de droit divin), mais un allié raisonnable, pondéré, et de facto hostile à Philippe II et à la Ligue.

2 – Les modalités de l’action pontificale

16Après avoir clairement justifié que le pape était fondé à agir pour soutenir la monarchie, Charles Giraud expose simplement la manière dont le chef de l’Église doit s’y prendre : "En présence des événemens [sic] dont la France était le théâtre, Sixte-Quint entreprit en effet deux choses, difficiles à concilier en apparence, mais qui ont fini par triompher toutes les deux. L’une était la conservation du catholicisme, gravement compromis en France ; l’autre était le maintien de la France à l’état de puissance capable de faire tête à l’Espagne. Si Henri de Navarre était vainqueur de haute lutte, il le serait à la tête des huguenots, soutenus par des auxiliaires de même religion fournis par l’Angleterre, l’Allemagne et la Suisse réformée. Sa victoire serait le triomphe complet et final de la nouvelle confession. Telle était l’opinion générale, car l’Europe vivait alors sous le régime du principe cujus est regio, illius est religio ; les sujets suivaient la religion du souverain. En Allemagne, le recès d’Augsbourg avait donné force de loi à la maxime, et l’Angleterre avait passé deux fois avec son prince d’une religion à l’autre. Il était donc permis de croire que le triomphe de Henri de Navarre équivaudrait à la perte de la religion catholique en France ; et la perte du catholicisme en France entraînait peut-être sa perte en Europe. L’Allemagne n’aurait plus qu’à compléter son œuvre à cet égard, l’Italie était sérieusement menacée, la réforme était en faveur à Ferrare, et l’Espagne allait devenir impuissante pour arrêter seule les ravages du torrent. Toutes les correspondances montrent que telle était l’appréciation générale à ce moment, pour les uns avec effroi, pour les autres avec espoir.

  • 16 P. 486.

17"Voilà pourquoi, malgré l’opinion personnelle de Sixte-Quint sur le fond des choses, la bulle privatoire préparée par Grégoire XIII contre Henri de Navarre, et adoptée en consistoire avant la mort du pontife, fut lancée par le nouveau pape. La chancellerie l’emporta sur l’opinion individuelle du chef de l’église. M. de Hubner rapporte une dépêche curieuse de Philippe II, qui montre que cet esprit profond ne fut pas dupe de la démonstration de la cour romaine. Sixte-Quint était deviné. Il était prouvé que, malgré certaines démonstrations commandées par d’inévitables exigences, le catholicisme intolérant et ambitieux devait céder la place, à jour donné, aux conseils de la tolérance et de la bonne politique"16.

  • 17 Le principe cujus regio, ejus religio a connu dans certains pays une application extrême : en Suède (...)

18Ici, on le voit, l’auteur se fait très pragmatique. En vertu des principes définis par Luther et effectivement acceptés par la confession d’Augsbourg, les sujets suivaient la religion de leur prince : cujus regio, ejus religio. Comme dans toutes les puissances protestantes, on peut craindre en effet la conversion automatique du royaume17. Derrière cette crainte, se cache peutêtre aussi pour Charles Giraud une autre angoisse : le triomphe définitif de l’Allemagne par le biais de la religion. Son travail paraît en 1872 ; il a donc été rédigé soit pendant, soit peu de temps après la parade triomphante des Prussiens sur les Champs-Élysées et l’humiliation sans pareille qu’a constitué le couronnement de l’empereur dans la galerie des glaces. Rappeler le rôle essentiel de la France au XVIe siècle, n’est-ce pas le moyen de réaliser la mission qui lui incombe à la fin du XIXe ? Apparemment vaincue au XVIe (comme elle l’est au XIXe), elle laissait se propager dans l’Europe entière la R.P.R. Empêcher cette propagation constitue donc pour le pape une impérieuse nécessité dans laquelle tout faux pas serait fatal.

  • 18 Le roi de France en interdit la publication en France ; Henri de Navarre fit afficher une violente (...)

19Voilà pourquoi Charles Giraud justifie la méthode utilisée par Sixte-Quint. Le pape précédent, Grégoire XIII, avait préparé contre Henri de Navarre une "bulle privatoire", c’est-à-dire une bulle d’excommunication, laquelle n’avait cependant jamais eu d’existence réelle. En revanche, c’est bien Sixte-Quint qui lance l’excommunication contre Henri et le prince de Condé, et des menaces effroyables contre tous les gouvernements terrestres18. Le nouveau pape n’apprécie pas cette méthode, dit Charles Giraud, mais il s’y rallie en raison des contraintes du moment. C’est là présenter les choses de manière tendancieuse : ce n’est pas Grégoire XIII qui a obligé Sixte-Quint à agir ; c’est Sixte-Quint qui a choisi d’appliquer une excommunication que Grégoire XIII n’avait pas mise à exécution. Si l’on se place au niveau théorique, on notera que le raisonnement du pape n’obéit pas ici à une logique manichéenne inégalitaire, mais revêt une dimension réaliste. Cette ambiguïté, que l’on constate régulièrement dans le discours politique occidental, cesse de surprendre si l’on accepte l’idée que la réflexion politique possède une double logique : théorique et tendant vers l’idéal dans l’énoncé, contrainte et donc limitée dans les implications pratiques ; c’est-à-dire qu’elle est bien de nature manichéenne inégalitaire classique, teintée de réalisme. C’est sur ce modèle que s’élabore la pensée de gouvernement. Or, précisément, Charles Giraud est un homme de pouvoir. Par conséquent il n’y a pas à proprement parler de contradiction dans le choix retenu par le pape entre la solution qu’il préconise et la conscience qu’il a du Bien à mettre en oeuvre, mais simplement une expression de nature différente.

20La méthode pontificale se justifie en outre par le rôle dévolu à la France : frein au protestantisme, frein à l’ultra-catholicisme. Cette troisième voie suppose que soit mise en oeuvre non pas une attitude irresponsable parce qu’uniquement théorique, mais au contraire une attitude "réaliste" au sens politique du terme, qui inclut dans sa logique même la prise en considération des contraintes du moment. Cette voie de la sagesse est présentée par Charles Giraud comme la seule viable, parce que porteuse d’avenir ; cette affirmation se vérifie bien lorsque, à la fin de l’extrait considéré, l’auteur oppose "catholicisme intolérant et ambitieux" à "tolérance et... bonne politique".

B – Sixte-Quint et la Ligue

  • 19 Cette deuxième livraison commence à la p. 624 et la première de celles qui nous intéressent est num (...)

21Charles Giraud consacre plus d’un sixième de son texte à démontrer pourquoi Sixte-Quint s’oppose à la ligue. Intellectuellement cette démarche est complémentaire de celle que nous relevions dans le premier point, puisqu’il s’agit ici d’assimiler Ligue et Mal. Chronologiquement ces pages se situent au tout début de la deuxième livraison19 de l’article. Comme précédemment, Charles Giraud réfléchit en tenant compte de deux logiques : il commence par justifier l’opposition italienne à la ligue (1) avant de définir une intervention sans ingérence (2).

1 – L’opposition italienne a la Ligue

  • 20 P. 631.
  • 21 "Un gouvernement de désordre fut donc substitué par le traité de Nemours au gouvernement régulier d (...)
  • 22 "Rien n’y manque, on le voit, pour constituer une véritable société secrète", p. 628
  • 23 Dans la pensée manichéenne inégalitaire, le Mal est dépeint non seulement comme un ensemble de vale (...)
  • 24 "L’Internationale n’est pas mieux organisée", p. 629.
  • 25 On en aura une idée dans cette remarque : "L’administration royale [...] fut dissoute par l’organis (...)

22Si l’on en croit Charles Giraud, Sixte-Quint éprouve un rejet de la Ligue à cause de son aspect révolutionnaire : "Quant à la papauté, elle fut débordée par les passions de la Ligue, et pour ce qui est de Sixte-Quint en particulier, sa correspondance, relevée par M. de Hubner, et la correspondance du duc de Nevers prouvent que la ligue lui fut toujours profondément antipathique. Il n’était plus le maître de diriger un mouvement engagé, mais, quand il fut libre d’agir, il montra sa préférence pour une autorité réglée et tutélaire : catholique sans doute, Sixte-Quint pape ne pouvait rêver autre chose, mais avec une profonde aversion pour les procédés révolutionnaires, quelle qu’en fût la couleur. Philippe II lui écrivait : "C’est à sa Sainteté de pourvoir à ce qu’un but aussi important que l’extermination de l’hérésie en ce royaume ne soit pas manquée par défaut de zèle". Sixte Quint possédait le trésor le mieux garni de la chrétienté, sans en excepter l’Espagne. On ne put jamais lui arracher une obole pour soutenir en France la ligue catholique. Il était plein de mépris pour Henri III, et il n’avait aucun penchant pour l’ambition désordonnée des Guise, malgré une certaine estime pour leurs personnes. Il ne voulut pas leur donner de l’argent. Le détail des intrigues qui furent inutilement ouvertes pour obtenir des subsides du pape est très intéressant dans la correspondance. En une lettre d’Olivarès à Philippe II, on voit que Sixte-Quint avait refusé même toute approbation publique de la ligue "parce que l’ambassadeur de France (M. de Pisani) avait montré à sa Sainteté des pièces qui prouvaient que la Sainte Union et les princes coalisés poursuivaient d’autres fins que celles qu’ils avouaient, et étrangères à la cause de la religion" ce qui n’empêcha pas plus d’une fois, comme nous l’avons dit, que le pape n’eût la main forcée par les partis espagnol et ultramontain, et ne fût contraint à des démonstrations compromettantes"20. Pour l’homme d’ordre qu’est l’auteur, les passions de la ligue sont délétères21. Le vocabulaire utilisé par Charles Giraud est un modèle de langage politique ; ce Mal (la Ligue) est dépeint en symétrique inverse du Bien : il s’agit tout d’abord d’une "société secrète"22, ce qui s’oppose à la notion d’État qui incarne l’ordre23. Cette "société secrète" est tellement perfide que Charles Giraud la rapproche de l’internationale24, entachée à ses yeux de deux maux : c’est une organisation de gauche et c’est une contre-structure. De plus, une contre-autorité, démoniaque littéralement, a suscité ce Mal : Philippe II et la maison de Guise ; ces personnages ne peuvent que provoquer la détestation et le rejet du pape : ce sont bien des catholiques, mais il font un usage pervers de leur qualité, ce qui fait d’eux des hérétiques25.

  • 26 "L’espérance subsidiaire de chacun était au moins le partage du territoire et le démembrement de la (...)
  • 27 Ibid. loc.

23De plus les agissements de la Ligue dissimulent un vaste complot. Il s’agit à la fois de s’emparer de la couronne de France (l’Église ne saurait ratifier un tel coup d’État), et à la fois de démembrer la France26, "c’en était fait de l’unité française". Ici, on comprend bien l’horreur qu’un tel programme provoque chez Charles Giraud ; il établit d’ailleurs lui-même une gradation : "La ligue a commencé par être seulement anti-calviniste ; la passion l’a conduite à être antifrançaise"27. En somme le pape, qui incarne l’ordre et l’unité, qui ne peut qu’être favorable à la mission historique de la France et ne peut parallèlement qu’être hostile à tout processus visant un autre objectif, même si les visées de départ pouvaient lui sembler acceptables (en l’occurrence la lutte contre le calvinisme), ne peut que s’élever contre un tel complot.

24C’est donc parce que le pape est le vivant symbole de la lutte contre le Mal qu’il refuse d’accorder le moindre subside pour soutenir la Ligue. Nous sommes toujours ici dans la phase d’analyse théorique : certes Charles Giraud précise bien que le trésor pontifical est le plus important de la chrétienté, ce n’est donc pas la gêne financière qui empêche Rome d’agir, c’est la prise de position de principe : "Sixte-Quint avait même refusé toute approbation publique de la ligue". La logique de la position italienne est donnée juste après : c’est parce que le pape a compris qu’il y avait mensonge de la part des ligueurs, en ce que le but par eux poursuivi était en fait étranger à la religion.

25En somme, c’est au nom de la morale que l’État désapprouve la Ligue. Non seulement l’existence de la Ligue permet de définir un Mal absolu, mais de plus elle valorise l’Église dans sa dimension de martyre, puisque le pape, "la main forcée par les partis espagnol et ultramontain", a dû faire des "démonstrations compromettantes” d’attachement à la Ligue.

26On peut dire, en faisant une lecture complexe, que Sixte-Quint incarne le Bien en soi (l’Église souffrante et attaquée) et dans l’esprit de l’auteur (l’Église est un principe d’ordre), tandis que la Ligue est le Mal en soi (le mensonge) et dans l’esprit de l’auteur (le désordre).

28– Une intervention sans ingérence

  • 28 12 mai 1588 : malgré l’interdiction du roi, le duc de Guise entre à Paris. Le roi riposte en faisan (...)

27Charles Giraud mène un raisonnement en deux temps, assortis d’un exemple concret pour expliquer de quelle manière le pape a été appelé à intervenir dans les affaires intérieures de la France.

  • 29 15-20 juillet 1588 ; il confirme le traité de Nemours.
  • 30 P. 643-644.

28Tout d’abord il rappelle : "Les Espagnols avaient deviné juste à son endroit, le pape était un ami de la France"." Nous nous situons dans le premier moment de la démarche, celui de l’énoncé d’une réalité abstraite, reprise en quelque sorte des considérations développées peu auparavant. Ce premier moment en implique un second, beaucoup plus long dans son exposé : "Peu de jours avant de signer l’humiliant traité d’union29, Henri III avait fait entendre à Rome un long cri de douleur, exposé ses embarras, son désespoir. Il demanda au Saint-Siège des secours, tout en exprimant ses hésitations sur le parti à prendre, laissant même entrevoir les résolutions les plus contradictoires, la paix ou la guerre, soit avec les huguenots, soit avec la ligue. Il demanda l’envoi d’un légat à Paris et députa le cardinal de Gondi à Rome pour solliciter cet acte éclatant duquel il attendait les meilleurs effets sur l’opinion publique dont il se sentait abandonné ; et le pape accorda non-seulement cette légation extraordinaire, pour laquelle il avait peu de penchant par des motifs de politique générale, mais encore il signa la nomination de Morosini à cette grande charge, nomination qui, dans les circonstances présentes, devait avoir une signification particulière. Évidemment le pape, plus exactement informé de la vérité, envisageait la journée des barricades 2 et l’audacieuse entreprise de la ligue catholique sous l’aspect de l’intérêt royal, qui lui était cher comme souverain et comme esprit politique"30. Charles Giraud adopte dans cet extrait une démarche de nature réaliste, comme nous l’avons constaté ci-dessus. Le roi Henri III, que, pour toutes sortes de raisons, le pape avait de sérieux motifs de condamner, est dépeint comme l’ordre légitime humilié qui appelle Rome à l’aide ; et le pape répond à cet appel, par le moyen de l’envoi d’un légat, conformément aux voeux royaux, qui devra montrer à l’opinion française que l’Italie pontificale vient au secours du bon droit offensé. Cette aide sera l’occasion pour Sixte-Quint d’affirmer que le roi lui est "cher comme souverain et comme esprit politique". Cette vision réaliste de la politique autorise Charles Giraud à justifier une action positive de lutte contre le Mal que la Ligue représente.

  • 31 P. 644.

29Et il amplifie sa démonstration dans un deuxième temps en se référant tout d’abord à un principe : "Il [le pape] voulait bien qu’on réduisît les huguenots à l’obéissance, mais il voulait avant tout la subordination des sujets à l’autorité de leur roi". Le raisonnement de notre auteur revient pour ainsi dire à son point de départ : l’autorité bonne et légitime repose sur la tête d’Henri III, dès lors ce n’est pas une ingérence, mais une mesure de sauvegarde de l’État, donc bien supérieure, qui lui permet, dans un second moment, d’enchaîner : "Telle est l’intention et la lettre de ses actes. M. de Hubner nous apprend qu’à cette occasion un ancien projet d’intervention du Saint-Siège avec des forces pontificales (30 ou 40 000 hommes) dans les affaires de France revint à l’esprit de Sixte-Quint, pour remettre la paix dans ce royaume au moyen d’une entente particulière du pape avec la royauté. Toute chimérique qu’elle était, cette pensée, qui paraît avoir été l’objet d’une correspondance entre le pape et Morosini, atteste la politique vers laquelle penchait l’âme altière, généreuse et sage du pontife"31. Charles Giraud sous-entend bien que si cette intervention armée italienne s’était jointe aux troupes royales, il n’y aurait eu que l’application d’une vision "altière, généreuse et sage". En somme, ce que définit l’auteur, c’est la façon dictée par la sagesse politique empirique de venir au secours d’une idée théorique (la condamnation de la Ligue comme symbole de Mal et de ruine).

30Ainsi Charles Giraud mêle-t-il habilement deux natures différentes de raisonnement politique, allant dans le même sens, que l’on peut percevoir comme deux facettes d’une même réalité.

  • 32 Les deux extraits se trouvent p. 646.

31L’exemple par lequel il achève cette étape de sa réflexion, la convocation des états généraux de Blois, se structure en peu de mots autour de la même articulation du raisonnement, même si la notation théorique intervient après la mention réaliste. Niveau réaliste : "Cependant les états avaient été convoqués à Blois pour la mi-septembre ; les élections agitaient quelque peu Paris et les provinces. La ligue obtint une grande majorité, et le duc ne s’épargna point pour ce résultat". Niveau théorique : "Sixte-Quint désapprouva cette convocation ; la pacification du royaume ne lui sembla pas devoir y gagner"32.

32On peut résumer cette première partie en termes simples : Charles Giraud s’inscrit dans une logique manichéenne inégalitaire. Cela se vérifie si l’on dissèque le code de valeurs qu’il présente : d’un côté un Bien où il montre les intérêts que le pape a d’agir pour soutenir la monarchie française, de l’autre un Mal où il justifie l’opposition romaine à la Ligue. Mais cette pensée manichéenne inégalitaire est doublée d’une réflexion de type réaliste qui tient sans doute à la qualité d’homme d’État de l’auteur ; il explique en effet d’une part comment le pape a agi pour faire triompher le Bien, d’autre part comment, par une intervention sans ingérence, il a pu faire reculer le Mal.

Il – Le pape sauveur de la France

  • 33 Voir par exemple ce qu’il écrit p. 853 : "Et d’abord, ce personnage avili d’Henri III, en qui sembl (...)

33Ce que nous voudrions montrer ici se situe dans un autre schéma d’analyse politique. Quel peut être, d’après Charles Giraud, le remède aux faiblesses et erreurs de la monarchie33, dans cette période difficile qu’est la fin du XVIe siècle ? Le personnage qui, seul, peut être plus éclairé et plus sage que le roi lui-même sera le pape. On pourrait s’attendre à voir développée à cette occasion une idéologie ultramontaine. Tel n’est pas le cas : certes la personne du pape, parce qu’elle est une vivante image de la sagesse (A) exprime les insatisfactions du moment en offrant une véritable antithèse à l’image du roi ; certes Sixte-Quint triomphant de l’erreur (B) explique le monde et, mieux encore, le sauve. Or la fonction d’expression et la fonction d’explication sont les deux premiers moments de la pensée idéologique. Mais il manque le troisième élément, la volonté de prendre le pouvoir, pour que l’on se trouve à proprement parler en présence d’une pensée idéologique.

34Charles Giraud se borne à opposer non pas une référence contraire, mais une référence complémentaire à la monarchie essoufflée ; il ne souhaite ni sa destruction ni sa ruine totale, il cherche au contraire à fortifier son image en expliquant en quoi la papauté peut lui fournir un appoint.

A – Le siège de Pierre, vivante image de la sagesse

  • 34 P. 639 et 648-650.
  • 35 P. 853-854,872-873 et 639-640.

35Un cinquième de notre corpus est consacré à cette fonction d’expression allouée à Sixte-Quint. La pensée de Charles Giraud est ici très intéressante : dans un premier temps, il met en scène le pape incarnant philosophiquement la sagesse (I)34 ; dans un deuxième temps35, il le montre comme un véritable politique, quittant le mode manichéen inégalitaire de raisonnement pour privilégier un fonctionnement réaliste (2).

1 – Le pape est la sagesse

  • 36 P. 639.

36Ainsi que nous l’avons expliqué en introduction, dans une critique de type idéologique, le code de valeurs manichéen inégalitaire de substitution que l’on propose face à une situation que l’on réprouve, se présente en règle générale comme le symétrique inverse de la réalité vécue. Tel n’est pas exactement le cas de la présentation faite par Charles Giraud. Voici ce qu’il écrit : "si nous en croyons de Thou, d’ordinaire bien informé, lorsque Sixte-Quint apprit que le duc de Guise était rentré à Paris malgré la défense du roi, il s’écria : ’Ô le téméraire, ô l’imprudent, d’aller se mettre ainsi dans les mains d’un prince qu’il a tant offensé’, puis, quand il apprit que le roi l’avait laissé sortir du Louvre, il s’écria plus vivement encore : ’Ô le lâche prince, ô le pauvre souverain, d’avoir ainsi laissé échapper l’occasion de se défaire d’un homme qui semble né pour le perdre !’ Enfin l’on ajoute qu’il ne mettait plus de termes à ses exclamations, quand il apprit que le duc luimême avait laissé le roi s’échapper du Louvre. Ces propos de Sixte-Quint furent rapportés au roi, et nous verrons bientôt quelle en fut peut-être l’épouvantable conséquence"36.

37Dans le climat français de l’époque, le roi semble le jouet des événements. Alors que sa fonction devrait le contraindre à se tenir au-dessus des passions, qu’il devrait apparaître d’une autre nature que celle de ses sujets, le voici de la même trempe : la partie semble égale entre Henri III et Guise quant à la dignité. C’est ainsi que le pape déplore les erreurs réciproques de comportement. Mais ne pourrait-on pas voir chez Charles Giraud, sinon une excuse, du moins une absolution du meurtre de Guise dont Henri III s’est rendu coupable, lorsqu’il écrit : "[...] et nous verrons bientôt quelle en fut peut-être l’épouvantable conséquence" ? Certes l’auteur réprouve l’issue fatale, elle est "épouvantable", mais elle est peut-être une conséquence quasi mécanique et rien d’autre d’une série d’événements dans lesquels le roi avait perdu sa vocation de gardien de la paix.

38La réaction du pape aux assassinats de Blois fut en effet, elle, et contrairement aux tergiversations de Henri III, une réaction d’homme politique sage, pour ainsi dire de véritable roi. Voilà comment les choses sont présentées par notre auteur : "Quel effet l’annonce de ces assassinats produisit-elle à Rome, et quelle fut l’attitude de Sixte-Quint en face de cet événement ? La première nouvelle du meurtre du duc et du cardinal de Guise fut portée à Rome par un courrier de l’ambassade de Savoie. Le lendemain 5 janvier on en reçut la confirmation par les rapports du légat Morosini et les lettres du roi lui-même à M. de Pisani, son ambassadeur...

39"M. de Pisani fut reçu le 6. Il trouva le pape irrité, mais contenu, affectant un calme sévère. Il fut très bref avec l’ambassadeur, vis-à-vis duquel il se réservait ; mais il s’emporta en causant de l’événement avec l’ambassadeur de Venise, qui suivait celui de France, et il accusa Grégoire XIII et ses conseils d’être les principaux auteurs de tous ces maux. Olivarès se rendit aussi au Vatican, et s’anima beaucoup dans l’entretien qu’il eut avec le pape. Après Olivarès, ce fut le tour du cardinal de Joyeuse, protecteur de la France dans le sacré collège. L’abord fut vif, et une discussion s’engagea. Le pape dit qu’il devait blâmer le duc de Guise de s’être armé contre son roi ; quoiqu’il choisit la religion pour prétexte, il n’avait pas le droit de s’insurger contre son prince et de lui imposer la loi ; que, si pour ce motif le roi l’avait fait juger et punir, il n’y aurait eu rien à dire, on n’eût pu que l’approuver. Quant à l’acte du duc de Guise, d’être venu à Paris malgré la défense du roi, il était également coupable ; on aurait pu pour cela lui faire son procès, et, quand il eut la hardiesse de se présenter au Louvre, si le roi l’avait fait arrêter et jeter par la fenêtre, personne n’aurait bougé et tout eût été dit. Le roi l’aurait puni flagrante delicto ; mais, au lieu d’agir en prince courageux et outragé, le roi s’était enfui et retiré à Chartres ; il s’était ensuite réconcilié avec le duc de Guise et avait traité avec lui ; il l’avait appelé dans son conseil et admis publiquement dans son intimité ; après de telles démonstrations, l’appeler dans sa chambre royale et l’y faire massacrer était un homicide scandaleux et un abominable guet-apens. Toutefois Sixte-Quint voulait s’abstenir de prononcer d’autorité sur l’acte d’un souverain envers un de ses sujets ; mais en ce qui touchait le meurtre du cardinal de Guise, le pape croyait avoir un grand devoir à remplir ; ce meurtre était un sacrilège, un attentat contre la pourpre romaine, et il le voulait punir d’une censure exemplaire. Comme le cardinal de Joyeuse allait répondre à tous ces griefs, le pape lui coupa la parole.

40"Poursuivant son dessein d’infliger un châtiment public à l’assassinat de Blois, Sixte-Quint assembla le consistoire le 9 janvier, et aucune supplication des Français ne put l’en détourner. À l’ouverture de la séance, un silence profond et solennel s’établit dans la salle. Visiblement ému, le pape fut longtemps sans parler. Enfin il s’écria : ’C’est avec une douleur indicible que nous vous annonçons un crime inouï, le meurtre, le meurtre, le meurtre (sic) de l’un d’entre vous, tué sans procès, sans jugement, contrairement à toutes les lois et sans accusation préalable devant le Saint-Siège’. Continuant son allocution et laissant à l’écart le fait du duc de Guise, le pape proclama le droit et le devoir de procéder canoniquement contre le meurtrier du cardinal, puis il parla durement de la notification qui lui avait été faite de l’événement par une dépêche annonçant l’oubli de tout sentiment moral, et son indignation éclata quand il exposa que le roi, dans cette lettre, prétendait avoir suivi son exemple et ses conseils. Il cita l’histoire ancienne et moderne et termina par une sortie véhémente contre quelques cardinaux qui, oublieux de leur dignité, avaient tenté en sa présence d’excuser un tel crime. Le cardinal de Joyeuse, à qui ces paroles s’adressaient, se leva pour répondre ; mais le pape, d’une voix altérée, lui ordonna de se taire et de s’asseoir, et, comme le cardinal restait debout et paraissait insister, le pape le chassa de la salle.

  • 37 P. 648-650.

41"Tel fut l’effet produit à Rome par la nouvelle de l’assassinat de Blois"37.

42Le pape identifie d’abord un responsable aux déséquilibres français : son prédécesseur Grégoire XIII. Le royaume de France est un royaume chrétien mais le message chrétien ne peut être trop rigide, sauf à conduire à des excès ; c’est précisément ce à quoi l’on est arrivé avec un discours pontifical trop intransigeant.

  • 38 Cf. supra.

43Comme nous l’avons remarqué plus haut38, il s’agit là d’une présentation très tendancieuse.

44De plus le pape commence par remarquer que l’ordre politique doit être incarné par le roi ; c’est sa mission de faire régner la paix dans le royaume. Par conséquent ceux, comme le duc de Guise, qui s’insurgent contre l’ordre établi contreviennent aux volontés de la Providence. Dès lors, le roi était fondé à juger le duc de Guise. En cela Sixte-Quint incarne la sagesse : le droit est une violence légale, quand il engendre un procès politique et aucune voix ne peut s’élever là contre. En revanche l’assassinat est un mal en soi (on se trouve toujours id dans la logique manichéenne inégalitaire) ; d’ailleurs, dans la bouche du pape, ce forfait est désigné par le nom de guet-apens. Néanmoins, il s’agit là d’affaires intérieures françaises et le pape ne voulant pas s’y ingérer concrètement s’abstient de se prononcer. Dans sa diatribe suivante, il laisse "à l’écart" l’assassinat du duc de Guise.

  • 39 Ne pourrait-on pas, par un raisonnement analogue, avancer que l’OTAN, lors de la guère de Yougoslav (...)

45Il en va tout autrement en ce qui concerne l’assassinat du cardinal de Guise. Non seulement, en la matière, le pape doit réagir au niveau de la philosophie politique (donc il se situe à l’intérieur du code de référence manichéen inégalitaire) et il se trouve en face d’une mauvaise action ; mais de plus il doit se prononcer en tant que chef administratif des princes de l’Église. Condamner le geste d’Henri III ne constitue pas pour lui une ingérence dans les affaires intérieures de la France, c’est bien au contraire le crime du roi qui est une ingérence dans les affaires intérieures de l’Église39.

46Charles Giraud nous montre ainsi un pape dépositaire d’un message, mais en même temps un homme de pouvoir participant à une autre logique politique : la logique réaliste. S’il se reproduisait, le geste du roi de France ouvrirait en effet la porte à un contrôle direct sur l’Église, que Rome ne peut tolérer. C’est pourquoi aucune excuse n’est recevable et tout prince de l’Église qui s’y hasarderait serait coupable, car c’est la puissance séculière du Saint-Siège qui est atteinte. Le pape est effectivement sage car d’un côté gardien raisonnable d’un dogme, de l’autre garant inflexible d’une puissance.

2 – Le pape est un homme politique

47Sixte-Quint peut-il pour autant condamner le France ? Certainement pas car la France représente une troisième voie dans le concert international : "Il ne lui restait guère qu’un court espace de temps à parcourir pour arriver au terme de sa carrière pontificale (de 1588 à fin août 1590), et pendant ces jours si tristement remplis il a tout fait, en demeurant le chef éclairé de l’Église catholique, pour ménager un terme aux calamités françaises et pour préparer la pacification d’un royaume dont l’indépendance et la grandeur lui semblaient nécessaires à la prospérité de l’Europe chrétienne.

  • 40 P. 853-854.

48"[...] En un temps de surexcitation passionnée, il n’y eut bientôt plus de limites dans le dédain dont Henri III fut accablé, et de l’intérieur la déconsidération passa facilement à l’étranger. Sixte-Quint en était désespéré pour ses projets sur la France [...] Diplomatiquement parlant, le pape était placé entre la guerre civile, au bout de laquelle il voyait l’acclimatation de la réforme en France, et l’intervention espagnole, au bout de laquelle il voyait une tyrannie pour l’Église et un démembrement pour la France"40.

49Que l’on se rappelle ici les leçons d’Aristote : le gouvernement juste est celui qui assure le bonheur des citoyens, le gouvernement injuste celui qui va contre lui, et transposons. Dans l’ordre international, la voie médiane de la France entre une déferlante protestante et une crispation ultra catholique espagnole apparaît comme une solution de justice. Le pape ne peut pas la condamner, sans se montrer lui-même injuste.

  • 41 Cf. supra.

50Ce sont donc des impératifs de politique empirique qui le contraignent à ne pas rejeter avec violence une attitude qu’il avait des titres théoriques (de gardien du dogme) à écarter. C’est aussi parce qu’il s’appuie sur le dogme qu’il incarne qu’il peut qualifier l’Espagne d’hérétique41.

  • 42 P. 872-873.

51Ce sont ces mêmes impératifs qui le portent à se détourner de l’Espagne qui, pourtant, envisagée sous l’angle du dogme manichéen inégalitaire, se présente comme le zélateur le plus fidèle des intérêts pontificaux : "Telle se dessinait la situation des affaires de l’Église en France après les meurtres de Blois et de Saint-Cloud... : situation fausse, intolérable pour un pape comme Sixte-Quint, obligé par son état à combattre l’hérétique Henri de Navarre, obligé par la raison à faire des voeux pour son triomphe, qui était celui du bon sens, le maître suprême et définitif des affaires humaines ; forcé comme chef de la catholicité à recevoir avec une gratitude apparente les services du seul prince qui la défendît enseignes déployées, Philippe II, et condamné par l’intérêt secret de l’Église romaine elle-même à craindre les succès trop éclatans du roi catholique ; obligé de ménager en face du monde les milices dévouées de la ligue et de Loyola, quelque passionnées qu’elles fussent, car enfin cette passion était celle de la cause catholique, et souhaitant au fond de son coeur la disgrâce et la défaite d’un parti qui poussait la prétention jusqu’à le subjuguer lui-même. Lui, pape et chef suprême, devait être le simple agent des fureurs d’un parti, et le serviteur de la politique espagnole. Aussi que de fluctuations et d’incertitude dans la conduite diplomatique de Sixte-Quint, que les jactances espagnoles affectaient de compromettre à chaque instant par des perfidies, par des indiscrétions et même par des mensonges !"42.

  • 43 Lettre d’Olivarès à Philippe II ; p. 639-640.

52Pour essayer de s’extraire d’une contradiction d’apparence gênante, Charles Giraud montre bien que le pape a en fait été manipulé, ou a été l’objet de manoeuvres, de la part des Espagnols : "Sa sainteté [...] m’a dit avoir fait observer à l’ambassadeur et aux cardinaux dévoués à la France que le roi faisait mal d’être en défiance en même temps avec les Guise et avec Montmorency (chef du parti politique), qu’il fallait se joindre aux uns pour frapper avec eux sur les autres, et qu’après en avoir fini avec ceux-ci, il aurait les bras libres pour tomber sur les autres. De même elle m’a dit nombre de fois que le duc de Guise a mal fait, il y a maintenant trois ans, de ne pas aller à Paris et de ne pas s’emparer du gouvernement [...] De tout ceci votre majesté pourra, si elle ne l’a déjà fait depuis longtemps, se faire une idée du caractère de sa sainteté et de la foi que méritent ses paroles, et comment elle se rangera toujours du côté du plus fort"43.

  • 44 Cf. supra.

53Ainsi, grâce à Charles Giraud, le prestige de Sixte-Quint est renforcé sur les deux plans à la fois : en tant que gardien du dogme éclairé et non pas aveuglé, en tant qu’homme politique de terrain, sachant voir où se trouvent les véritables intérêts de la société des hommes. On notera que l’un des éléments constitutifs du Mal (l’Espagne) agit de manière occulte et perfide44.

  • 45 P. 854.
  • 46 P. 872.
  • 47 Qu’il a totalement perdue.
  • 48 Ibid. loc.

54C’est pourquoi lorsque se met en place une idéologie subversive, notre auteur la condamne sans appel : "Le régicide était professé comme doctrine reçue [...] ces aberrations furent odieuses à Sixte-Quint"45. Nous sommes bien ici en présence d’une idéologie puisqu’elle exprime un besoin (tuer le roi), qu’elle explique le monde (il existe une alliance entre un mauvais roi et un mauvais pape : "La fureur démagogique des moines ne respecta rien ni personne, et Sixte-Quint lui-même, accusé de modérantisme, fut signalé par les prédicateurs à la haine des catholiques. ’Mes frères ! s’écriait un jésuite espagnol, non seulement la république de Venise favorise les hérétiques, mais [...] silence, silence ! ajoutait-il en mettant le doigt sur la bouche, le pape lui-même les protège"’46) et qu’elle propose une substitution de chefs politiques (il faut supprimer le roi et l’on se réjouit de la disparition du pape : "Bernard Rouillet à Bourges acquit une réputation47 par ses sermons contre le pape, et, quand Sixte mourut, ce qui arriva dès l’an 1590, les prêtres ligueurs de Paris firent des feux de joie"48.

55On peut donc, pour résumer, affirmer que Charles Giraud présente au niveau théorique Sixte-Quint comme l’image vivante de la sagesse (il est défenseur du dogme), de manière réaliste comme un politicien avisé qui sait analyser le contexte, et de même au sein du mouvement de la pensée, puisque l’idéologie de substitution qui lui est opposée (le régicide) ne rencontre qu’une hostilité en fait bénéfique car, même si on se réjouit de la disparition du roi, le régicide ne peut que conduire à des discordes, déstabilisations de la res publica et donc contrevenir implicitement aux ordres de Dieu.

B – Sixte-Quint ou le triomphe sur l’erreur

56On peut relever, en forme de conclusion, la dernière image que Charles Giraud laisse de Sixte-Quint. Le pape sait triompher de l’erreur, tant si l’on se place sur le terrain du dogme que sur celui de la réalité empirique.

57Sur le terrain du dogme, par le choix qu’il fait de Henri de Navarre : "Il est avéré aujourd’hui qu’immédiatement après la mort d’Henri III Sixte-Quint avait cru nécessaire de s’allier à Philippe II pour combattre Henri IV, soit à l’aide des ligueurs, soit à l’aide des adhérens [sic] catholiques qu’il espérait détacher du roi de Navarre ; mais trois mois plus tard un revirement complet s’opéra dans l’esprit du pape, que des renseignements plus assurés informèrent de l’inclination d’Henri IV à l’adoption de la foi catholique. L’Espagne se montra irritée de ce changement des dispositions du pape, et c’est alors que la France et l’Europe furent inondées d’une pluie de pamphlets ayant pour objet de montrer la vaine hypocrisie du nouveau roi de France et l’inadmissibilité de son abjuration, attendu qu’il était relaps, maudit etc. La politique de Sixte-Quint fut, à partir de cette époque, de gagner du temps. ’Pour gagner du temps, dit M. de Hubner, le pape se retrancha sur la nécessité d’être mieux informé des affaires de France, non par les ouï-dire, mais par les rapports officiels’. En attendant, il accablait le légat de son blâme, l’appelant le légat de l’Espagne et non le sien, et craignant cependant de le révoquer. Le pape était d’autant plus confirmé dans ses impressions qu’elles coïncidaient avec des victoires répétées d’Henri IV sur la ligue et avec une communication officielle de ce prince annonçant ses intentions.

  • 49 P. 874-875.

58En effet, après la mort d’Henri III, le nouveau roi proclamé, Henri IV, avait envoyé à Rome un personnage considérable, le duc de Luxembourg, l’un des derniers représentants en France de la maison impériale de ce nom. Cette ambassade fit événement à Rome, et Olivarès employa de singulières violences pour en faire avorter les résultats. Le duc arriva dans les premiers jours de janvier 1590, et fut reçu le surlendemain par le pape malgré les représentations de la faction espagnole. Il y eut de la réserve des deux côtés à cette première entrevue, suivie d’une seconde et de grandes démonstrations de cordialité de la part du pape. Il faut en lire les curieux détails dans l’ouvrage de M. de Hubner, dont le rédt, appuyé de pièces probantes, est ici plein d’intérêt. Olivarès était furieux et demanda, la menace à la bouche, le renvoi du duc de Luxembourg. Aux cardinaux de la cabale espagnole, Sixte répondit : ’Vous voulez donc m’enseigner mon métier ? Qu’avez-vous à me dire que je ne sache ? Je me suis fait moine à l’âge de neuf ans, j’ai depuis lors constamment étudié et observé, j’ai lu les canons, l’histoire sacrée et les docteurs de l’Église. Je n’aime pas que tout le monde se croie appelé à être mon pédagogue, et j’en sais plus long que vous tous. Il n’y a de possible que Béarn, qui se fera catholique, et sera reconnu par l’assentiment universel’, et en consistoire, il dit en s’emportant : ’Il y a des aveugles, des imprudens [sic], qui nous blâment de traiter le duc de Luxembourg avec courtoisie, de ne pas le congédier, de ne pas excommunier ceux qui suivent le roi de Navarre ; mais ceux qui parlent ainsi ne savent pas comment doit se conduire un chef de l’Église. Moi, je le sais. Je ne pactise point avec l’hérésie, mais je l’écoute. Je n’écouterais pas seulement Navarre, mais aussi le Turc, le Persan, tous les hérétiques du monde, et le diable lui-même, s’il venait demander à me parler”49.

59Dans cet extrait, le pape est présenté comme celui qui sait ne pas se fier aux apparences. Henri de Navarre protestant est un adversaire, mais la conversion d’Henri de Navarre est un triomphe et il sait, lui Sixte-Quint, ne pas se fier aux apparences. Cela lui vient du fait qu’il est dépositaire du dogme (il a étudié la doctrine de l’Église) et qu’il y a consacré sa vie. Ce titre lui permet de mesurer la dimension exacte de l’hérésie, et même de prendre la mesure du discours des païens et du diable en personne. Le pape est évidemment exorciste et sait résister aux attaques dont le code de valeurs dont il est le dépositaire responsable pourrait être l’objet.

  • 50 Quand on comprend que le pape va s’entendre avec Henri de Navarre.
  • 51 P. 875-876.

60Mais le pape sait aussi triompher de l’erreur de manière réaliste : "C’est alors50 qu’Olivarès eut recours à l’intimidation. Il fit entrevoir des mesures coercitives contre le pape, des hostilités à main armée, la guerre avec l’Espagne. Sixte se contenta de répondre : ’On veut me prendre par la peur, on se trompe de route’. Les intrigues se croisèrent, devinrent plus pressantes, et le 28 février Olivarès eut avec le pape, au sujet de l’expulsion demandée du duc de Luxembourg, une scène des plus violentes, suivie d’une autre plus violente encore quelques jours après, toutes deux accompagnées de menaces réciproques de se porter aux dernières extrémités. Le sacré collège [sic] et Rome entière étaient dans les angoisses, et un moyen terme ménagé par de prudens intermédiaires suspendit toute décision. Gaëtani était d’accord avec les Espagnols pour faire échouer la mission du duc de Luxembourg ; une nouvelle audience d’Olivarès poussa le pape dans ses derniers retranchemens [sic]. Philippe II lui faisait déclarer qu’il allait se dégager de l’obédience du pontife, en faisant appel à la catholicité désolée, ajoutant qu’il saurait bien pourvoir aux besoins de la cause de Dieu, à défaut du pape qui l’abandonnait. Le pape assembla les cardinaux, mit sous leurs yeux l’exact exposé de la situation, et, contre l’attente générale, le sacré collège [sic] approuva le pontife dans sa prudente lenteur à se prononcer"51.

61Non seulement il ne fléchit pas devant les tentations mauvaises qui lui sont offertes par les ultra-catholiques espagnols, mais de plus il sait rallier à sa cause le collège des cardinaux.

  • 52 P. 876.

62En définitive Charles Giraud dresse le portrait d’un homme injustement déprécié : "Il expira le 29 août (1590). On a dit que c’était du poison de l’Espagne. Rien n’est plus faux ; mais le même jour les deux ministres espagnols à Rome expédiaient à Madrid les deux dépêches suivantes. Olivarès : ’L’accès a été si fort que sa sainteté a trépassé. Il est mort sans confession, et pis, pis, pis encore (peor, peor, peor) ; que Dieu lui soit miséricordieux, mais je le vois au plus profond de l’enfer’. Le duc de Sessa : ’Ce soir à sept heures, le pape est mort sans confession. On assure que depuis bien des années il ne s’était pas confessé. Il ne pouvait mourir à plus mauvais moment pour sa réputation. Il laissera le renom du plus mauvais pape qu’on ait eu depuis bien des années’"52. On mesure combien le raisonnement de notre auteur est mené tout en finesse, combien il joue sur plusieurs registres d’analyse. Nous sommes ici en présence d’un grand esprit, servi par une grande plume pour décrire un grand homme, et rendre compte, de manière peut-être très florentine, de cette page particulière des relations entre la France et Rome.

Notes

1 Voir notre article : "Charles Giraud (1802-1881)", Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, n° 20, 1999, p. 121 à 145.

2 DUCRET (Patricia), Le concours d’agrégation des Facultés de droit de 1856 à la première guerre mondiale, mémoire de DEA Paris X, 1999, p. 124.

3 Septembre-octobre 1872, p. 462-486, 624-650 et 848-877.

4 Les courtes notices que le Robert et le Mourre lui consacrent ne sont pas du tout de même tonalité.

5 II était d’origine très humble.

6 Voir les références en première note.

7 Préface à XU ZHEN ZHOU, L’art de la politique chez les légistes chinois, Economica, Paris 1995, p. 30.

8 Qu’elles soient "de droite" ou "de gauche", toutes les idées politiques construites sur ce schéma présentent bien sûr des contradictions de normes mais des similitudes de logique intellectuelle : pour un monarchiste, la religion est un élément essentiel et fondamental du "Bien" ; pour un marxiste l’athéisme est à l’inverse mais avec autant de force un élément essentiel et fondamental du "Bien".

9 C’est à partir de l’enseignement que nous avons reçu du professeur Martres que nous avons mené l’analyse de notre thèse d’État publiée sous le titre : 1789-1799. Les toges du pouvoir ou la Révolution de Droit antique, Eché et Presses de l’Université de Toulouse-le-Mirail, Toulouse 1986, XLV11+ 556 p.

10 Op. cit., p. 31.

11 Le "code de valeurs" est constitué par le "Bien" et le "Mal" autour desquels une pensée politique se définit.

12 Op. cit., p. 37 et 41.

13 Les événements récents de Yougoslavie en sont bien sûr le dernier exemple.

14 Nous ne signifions pas que la première démarche (manichéenne inégalitaire) est abstraite et la seconde (réaliste) concrète ; nous disons que, dans le premier cas, il s’agit de mettre en avant des "valeurs" auxquelles on tient, dans le second de privilégier une observation des réalités et de dégager le meilleur moyen pour parvenir au but poursuivi.

15 P. 483-484.

16 P. 486.

17 Le principe cujus regio, ejus religio a connu dans certains pays une application extrême : en Suède en 1617, au Danemark en 1624, non seulement le luthéranisme sera devenu religion d’État, mais de plus les catholiques y sont interdits de séjour sous peine de mort.

18 Le roi de France en interdit la publication en France ; Henri de Navarre fit afficher une violente réponse à la bulle, jusque dans les murs de Rome, dit-on.

19 Cette deuxième livraison commence à la p. 624 et la première de celles qui nous intéressent est numérotée 628. On se souvient que le premier point (Sixte-Quint allié de la monarchie, c’est-à-dire la définition du Bien dans le code de valeurs de Charles Giraud) se trouvait à la fin de la première livraison.

20 P. 631.

21 "Un gouvernement de désordre fut donc substitué par le traité de Nemours au gouvernement régulier de l’État", p. 629. Le traité de Nemours (7 juillet 1585), conclu entre la Ligue et Henri III, aboutissait en fait à une reconnaissance officielle de la Ligue.

22 "Rien n’y manque, on le voit, pour constituer une véritable société secrète", p. 628

23 Dans la pensée manichéenne inégalitaire, le Mal est dépeint non seulement comme un ensemble de valeurs contraires à celles auxquelles on adhère, mais se trouve la plupart du temps accru par un environnement sulfureux dans lequel le soupçon de complot, d’entente occulte, ou de société secrète joue le rôle de liant. Aux valeurs strictement politiques et morales viennent s’ajouter des considérations de lumière et d’ombre, d’ordre et de chaos.

24 "L’Internationale n’est pas mieux organisée", p. 629.

25 On en aura une idée dans cette remarque : "L’administration royale [...] fut dissoute par l’organisation de la ligue. Les gouverneurs de provinces s’érigèrent en satrapes et n’obéirent qu’aux factions, car, si l’on eut la ligue catholique, on eut aussi la ligue réformée" p. 629. Pour la pensée chrétienne (qui est une pensée manichéenne inégalitaire), l’hérétique est pire que le païen, car tandis que le païen n’a pas reçu le message du Christ, l’hérétique, lui, l’a reçu mais n’a pas voulu se conformer au dogme. Lorsque nous écrivons que Philippe II ou la Ligue sont des hérétiques c’est parce que leur catholicisme extrémiste ne correspond pas au dogme, incarné pour l’heure par Sixte-Quint.

26 "L’espérance subsidiaire de chacun était au moins le partage du territoire et le démembrement de la France", p. 629.

27 Ibid. loc.

28 12 mai 1588 : malgré l’interdiction du roi, le duc de Guise entre à Paris. Le roi riposte en faisant occuper la capitale par ses Suisses et ses gardes. Le peuple de Paris s’insurge et oblige Henri II à quitter Paris.

29 15-20 juillet 1588 ; il confirme le traité de Nemours.

30 P. 643-644.

31 P. 644.

32 Les deux extraits se trouvent p. 646.

33 Voir par exemple ce qu’il écrit p. 853 : "Et d’abord, ce personnage avili d’Henri III, en qui semblaient s’être éteints et avoir disparu tous les prestiges de la royauté. À son avènement à la couronne, l’élégance de ses manières et l’originalité de son esprit avaient dissimulé ses vices" (v. notre première partie).

34 P. 639 et 648-650.

35 P. 853-854,872-873 et 639-640.

36 P. 639.

37 P. 648-650.

38 Cf. supra.

39 Ne pourrait-on pas, par un raisonnement analogue, avancer que l’OTAN, lors de la guère de Yougoslavie, avait décidé d’intervenir sans s’ingérer dans la crise yougoslave et de soutenir les Kosovars menacés par Milosevic ?

40 P. 853-854.

41 Cf. supra.

42 P. 872-873.

43 Lettre d’Olivarès à Philippe II ; p. 639-640.

44 Cf. supra.

45 P. 854.

46 P. 872.

47 Qu’il a totalement perdue.

48 Ibid. loc.

49 P. 874-875.

50 Quand on comprend que le pape va s’entendre avec Henri de Navarre.

51 P. 875-876.

52 P. 876.

Auteur

Professeur à l’Université de La Rochelle, directeur de l’Institut de droit des affaires internationales du Caire

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search