Version classiqueVersion mobile

La France et l’Italie

 | 
Jean Bastier

Analyse rhétorique, logique et politique de l’Apologie de Lorenzino de Medici (1544)

Gilles Revelles

Texte intégral

1En 1537, un événement trouble l’opinion et attire l’attention de la foule sur Florence. Le jeune duc Alexandre, depuis peu gendre de Charles Quint, est assassiné par son cousin Lorenzo de Medici (1514-1548), dit Lorenzino. La chose suscite une curiosité inouïe et fait l’objet de discussions publiques. Beaucoup parlent et écrivent en lieu et place d’Alexandre et de Lorenzino. Comme nul ne prend, dans le débat, la défense du meurtrier, celui-ci entreprend de le faire lui-même et écrit des lettres à ses proches, Francesco de Medici, Filippo Strozzi... puis, l’histoire réduite en souvenirs, le meurtrier finit par donner à cette défense une forme rhétorique parfaite destinée à demeurer, à figer un fragment de la ligne du temps, en lui donnant un sens digne de son geste et de ses intentions.

  • 1 Selon un mot de Ludwig Wittgenstein.

2Cependant, ce texte, par sa nature même, qui combine rhétorique et logique pose le problème intime des convictions et des intentions de son auteur. Certains commentateurs ont vu dans l’écriture de Lorenzino une influence machiavélienne, d’autres la nient fermement. Or, l’Apologie de Lorenzino est, sans doute, machiavélienne. Si la vie peut être considérée comme un exercice de calcul1 quelle que soit la question discutée, Lorenzino, qui a opéré un calcul politique machiavélien, l’a, en partie, résolu et l’a analysé.

  • 2 Pour l’édition française : MÉDICIS (Lorenzino de), Apologie, éditions Allia, Paris 1995, édition ét (...)

3Alors que Lorenzino y habite encore, le Prince paraît à Rome en 1532. Il est difficile de douter que Lorenzino n’ait jamais eu cet opuscule entre les mains. Toute l’Apologie est remplie de la logique machiavélienne. Sa structure, ses exemples, ses figures de rhétorique en sont des échantillons. Cinq ans plus tard, Lorenzino, de retour à Florence, exécute son projet qu’il veut tout entier fidèle aux maximes de son célèbre maître à penser. Douze ans, enfin, séparent l’édition romaine du Prince de la rédaction de l’Apologie. Ces douze années n’ont pas effacé le souvenir que le jeune Lorenzino pouvait avoir du Prince, au contraire, ces douze années semblent avoir intellectuellement profité au meurtrier qui est désormais en état de rendre un compte théorique et moral exact de son acte. Lorenzino est alors en France, au service du roi. Le texte circule sous sa forme manuscrite. L’Apologie n’est imprimée, en Italie, qu’en 1723 dans le huitième tome du Thésaurus anti-quitatum et historiarum Italiæ 2. Un mythe national naît.

  • 3 Voir BROMFIELD (J.G.), De Lorenzino de Médicis à Lorenzacdo. Étude d’un thème historique, Didier, P (...)

4Tout comme le Cid de la littérature n’a que très peu, voire pas du tout, de rapport avec le Cid de l’histoire, le Lorenzino de 1537 ne se reconnaîtrait sûrement pas dans les nombreux Lorenzaccio qu’il inspirât aux littérateurs dès le XVIe siècle3 Tout son discours est empreint d’un souci permanent de loi morale. À travers sa propre expérience et la lecture serrée de Machiavel, il tire un plan complet de morale publique, fondement strict de l’action politique, qu’il ne réduit pas à un contenu rhétorique donnant la réplique aux adjectifs exprimant la bonté ou la méchanceté, mais qu’il borne à une structure logique qui, en trois points, ramène l’essentiel à un contenant pouvant redistribuer, dans chaque cas, les rapports entre les adjectifs et les substantifs exprimant le bien, le beau et le vrai. C’est la naissance d’une morale machiavélienne qui n’est pas, contrairement au jugement de ses détracteurs, un singulier retournement de valeurs.

5L’oeuvre de Lorenzino est d’une très grande rigueur logique et stylistique mais, loin d’être un exercice de pure cérébralité, elle constitue un petit traité moral et pratique de l’action. Pour retrouver dans le travail de Lorenzino l’ébauche d’une morale machiavélienne, il faut procéder à l’envers de lui-même et partant du texte, dans l’enquête, en trouver la structure rhétorique (la dispositio), puis en examiner la structure logique (l’inventio), pour enfin éprouver sa structure politique (la discussio) et faire la preuve de son fondement moral.

I – Enquête : La disposition (structure rhétorique)

6Afin d’analyser la structure rhétorique de l’Apologie de Lorenzino, les deux livres de la rhétorique, appelés De l’Invention, le livre De l’Orateur, les Divisions de l’art oratoire et Brutus de Cicéron ont été utilisés ou consultés. La structure rhétorique canonique admise est celle des deux livres de la rhétorique ou De l’Invention. Il existe plusieurs traductions-éditions de ces textes de Cicéron, seules les éditions Bouquin de 1944 et Budé, Les Belles-Lettres, de 1960 ont été retenues.

7La version française de l’Apologie retenue pour l’analyse rhétorique est l’édition française citée. Le texte est traduit de l’italien par Denis Authier d’après l’édition établie par Francesco Erspamer (Lorenzino de Médicis, Apologie, éditions Allia, Paris 1995). L’appareil critique et la postface d’Erspamer seront discutés par la suite.

A – Structure générale de l’Apologie :

* Exergue : Si j’avais a justifier mes actes... si je ne l’avais fait. (p. 9-10 de l’édition française)

* Narration : Et pour commencer par les choses les plus connues... et assurer sa propre vie dans l’avenir, (p. 11-16)

* Division :
Litige, point à juger :
C’est pourquoi ils se trompent... toutes les raisons et successions du monde, (p. 16-18)

Plan :
Mais pour ne pas consommer plus de mots... il ne se fia jamais a moi volontairement, (p. 18-19)

* Confirmation : Lorenzino confirme son droit en réfutant les interdits (p. 19-29)

A/ Réfutation en n’accordant pas les prémisses (p. 19-23)
➜ Valet, parent, confident

B/ Réfutation en n’accordant pas le raisonnement et les conclusions (p. 23-29)
➜ Les tyrans doivent être tués ; exemples

* Réfutation : Lorenzino réfute les accusations d’ambition et de scélératesse en confirmant le bien-fondé et le désintéressement de ses intentions et résolutions (pp. 29-41)

A/ Point d’appui (p. 30-38) :
Jugement des hommes avertis
Impossibilité de faire autrement, de faire plus, de faire mieux

B/ Force de conviction (p. 38-41) :
➜ Libérer Florence, le but/tuer Alexandre, le moyen

* Péroraison : (p. 41-43)
a Résumé ➜ pas d’erreurs (p. 41)
b Invective ➜ être seul (p. 41-42)
c Pathétique ➜ servir la patrie (p. 42-43)

B – Structure détaillée de l’Apologie :

8L’exergue est direct car il s’agit de justifier le meurtre d’Alexandre devant un jury (l’histoire ?). On y trouve beaucoup de sentences fondées sur une dichotomie essentielle la liberté vs la tyrannie amplifiée par une architecture complexe d’oppositions (ceux qui savent vs ceux qui ne savent pas ; bien vs mal ; principe général vs principe particulier) ; on y trouve peu d’éclat car il s’agit de s’adresser à ceux qui ne savent pas (enseigner les principes) et de s’adresser à ceux qui savent (expliciter une action) en même temps tout en dissociant, dans les deux cas les résultats des résolutions. Il lui faut être entendu par tous.

9La narration renferme la cause et ne constitue pas une digression. Lorenzino porte son attention sur les faits en mêlant deux récits : le récit historique (Alexandre a été fait duc par Clément VII) et le récit dramatique (interventions d’acteurs différents dont l’auteur lui-même). Il porte son attention sur les personnes à travers un récit mythique et pittoresque : par opposition de personnes privées (Alexandre de Médias, Néron, Caligula, Phalaris) qui illustrent la scélératesse et l’impiété à une personne collective (le peuple de Florence) qui incarne tout à la fois la patience et la lâcheté.

10La division expose le point à débattre (Alexandre était-il un tyran ?) et le point à juger (Pouvait-on tuer Alexandre ?). Le point à juger, ou litige, expose le point de désaccord de Lorenzino avec ses détracteurs : Alexandre n’est pas un tyran, il tient son pouvoir de l’empereur (question auxiliaire), et le point d’accord des protagonistes : Alexandre est un tyran par ses moeurs (question principale). Vient ensuite le plan, en deux parties, par confirmation (Lorenzino pouvait tuer Alexandre) et par réfutation (les intentions de Lorenzino était bonnes puisqu’il s’agissait de libérer Florence).

11D’un point de vue topique, les mots utilisés en tête de chaque section indiquent en eux-mêmes la nature rhétorique du ou des paragraphes qui suivent : l’exergue commence par une formule positive reprise en négatif pour la terminer afin de mieux illustrer le jeu d’opposition déjà signalé ; la narration commence par Et pour commencer par les choses les plus connues... ; la division expose le litige par les mots C’est pourquoi ils se trompent... ; et le plan commence par Mais pour ne pas consommer plus de mots.... Plus tard la péroraison commencera par ces mots Pour toutes ces raisons.... Lorenzino prend bien soin d’être le plus exact rhéteur possible et ne prend pas la peine de cacher sa rhétorique car il n’entend pas être accusé de vouloir manipuler la foule. Il utilise des règles communes, les donne à voir et à entendre. Le débat devra porter sur le contenu et non sur les intentions que l’on pourrait attribuer au discours lui-même comme tentative de révision spéculative. Il prévient ainsi toute accusation de langue de bois ou de langue d’apparat en ne cachant pas la langue d’appareil.

12La confirmation inverse l’ordre rhétorique puisque Lorenzino, habilement, confirme son droit par la réfutation des interdits. Il s’agit d’une justice du résultat, "Je pouvais tuer Alexandre”. Cette confirmation-réfutation se fait en deux temps : par la réfutation des prémisses (A) puis par la réfutation du raisonnement (B). La réfutation des prémisses (A) nie les trois présupposés de la question : Lorenzino n’était ni le serviteur d’Alexandre, ni le parent d’un prétendu Médicis, ni le confident du duc. Par la conclusion d’un raisonnement à une branche, Lorenzino pose une nécessité logique. La réfutation du raisonnement (B) se fait en deux temps : d’abord en niant que l’on puisse tirer une conclusion des prémisses, il s’agit de la vraisemblance logique (si mon parent...) ; puis en montrant que le raisonnement est défectueux, c’est une question de nécessité logique (si confident alors...).

13La réfutation procède de la même inversion. Lorenzino réfute les accusations d’ambition en confirmant ses louables intentions. Il s’agit d’une justice des résolutions "Je voulais libérer Florence". Lorenzino utilise des points d’appui pour établir la force de sa conviction. Ses points d’appui sont les attributs des hommes et des choses : les attributs d’Alexandre (cruauté et tyrannie) et des hommes avertis (capacités cognitives) ; et les attributs des circonstances (ne pas pouvoir faire davantage) et des conséquences (danger pour Lorenzino). Le but de Lorenzino est sa force de conviction, elle se construit par un passage de la nécessité vers le vraisemblable qui le dédommage du devenir de son acte.

(le but de Lorenzino)
a/ la nécessité tuer Alexandre exécuter seul ou demander de l’aide
mais
ne pas compter sur le peuple ne pas compter sur les soldats b/ le vraisemblable libérer Florence avec
ceux de dedans ou ceux du dehors (incertain, douteux) (probable) mais Cosme de Médicis

14De plus la réfutation partant d’un argument nécessaire parvient à un autre argument nécessaire en alternant nécessité et vraisemblable dans la construction de l’argumentation.

A/ Nécessité (les bonnes lois et les bons exemples, première leçon de Machiavel : tuer Alexandre)
Induction
Analogie : or sachant... conduire a terme Proposition : je résolus d’agir... demander de l’aide Conclusion : Cette conclusion... je l’avais tué
Vraisemblable (demander de l’aide)
Déduction
Proposition : obligé donc de demander... de ceux du dedans Preuves : ayant vu avec... sauf deux ou trois Ire mineure : ces gens qui me blâment... le tyran mort
Preuves : selon eux, les paroles... rien en attendre
Antipreuves : Ne devais-je pas plutôt... n’en a pas été ainsi
2e mineure : Certains autres peuvent dire... convenait de le faire
Preuves : Que ceux-ci font ces raisonnements... détourner celle des autres
Conclusion : Si bien que, de la première façon... plutôt que tout autre
Nécessité (saisir l’occasion)
Induction
Analogie : Jamais, je le confesse... néfaste ambition
Proposition : Il y a autant de... et après les fait
Conclusion : Aussi ceux qui aujourd’hui... a celui dont ils sont maintenant
B/ Vraisemblable (les bonnes armes et les bons amis, 2e leçon de Machiavel : délivrer Florence avec les exilés)
Déduction
Proposition : Bref, la chose se réduit... la plupart favorable
Preuves : et si nous étions... nuire ou nous arrêter
Mineure : Si donc j’avais trouvé... lavais imaginé
Preuves : Ce que l’on peut prouver... de doute pour personne
Conclusion : Aussi, sauf a vouloir... peut-être alléguée
Nécessité (les atermoiements des exilés ont fait échouer le plan de Lorenzino)
Induction
Analogie : Encore une fois... de recouvrer la liberté
Proposition : eh bien, moi, je ne veux pas... occupation dangereuse
Conclusion : Mais qu’ils considèrent le tout... non plus vain
Conclusion générale
Enchaînement logique du développement.
Ire partie : Confirmation Je pouvais tuer Alexandre (et je lai fait)
A/ nécessaire : réfutation des prémisses
B/ vraisemblable : négation de la conclusion
C/ nécessaire : démonstration des vices du raisonnement
2e partie : Réfutation Je voulais libérer Florence (mais les exilés n’ont pas su saisir l’occasion)
A/ Tuer Alexandre
nécessaire (induction) : agir seul puis demander de l’aide vraisemblable (déduction) : ne pas compter sur ceux du dedans (peuple, soldats) nécessaire (induction) : saisir l’occasion
B/ Délivrer la patrie
vraisemblable (déduction) : faire appel aux exilés nécessaire (induction) : l’indécision des exilés est responsable de l’échec du projet de libération de Florence
Péroraison : Conclusion générale

II – Examen : L’invention (structure logique)

Étapes logiques Étapes rhétoriques
Exergue
(mettre en évidence le problème)
1 / genre démonstratif judiciaire
il s’agit dans l’affrontement de deux thèses de plaider et gagner la cause de Lorenzino
Enquête
(poser le problème)
2 / invention :
a / état de cause : nature du problème
– fait : mort d’Alexandre
– mot : meurtre, homicide vs exécution, tyrannidde
(odieux) (vertueux)
– qualification : scélératesse vs action héroïque
(Caïn) (Brutus)
acte aventureux vs acte politique
– procédure :
jurididaire : Lorenzino a saisi l’occasion de libérer la patrie négodale : Lorenzino a tué seul Alexandre puis sen est remis aux exilés
b/ nombre : questions pour interroger le problème
– Lorenzino avait-il le droit de tuer Alexandre ?
– Si oui, pourquoi l’a-t-il fait ? (motivations)
Examen
(analyser le problème)
c / origine du problème :
– débat qui repose sur un raisonnement
* question implidte
Quelle est la personnalité de Lorenzino ?
* réponses explicites
réponse générale : un nouveau Brutus, Timoléon
réponse particulière : un calculateur politique
– explications
replacer l’acte de Lorenzino dans l’histoire de Florence dans
un contexte de guerre dvile et de tyrannie
replacer l’acte de Lorenzino dans l’histoire de l’Italie sous la
domination de l’Espagne
personnalité trouble ou troublée de Lorenzino, égocentrisme du personnage
Quelle était exactement l’intention de l’auteur ? Mettre fin à la
tyrannie, s’emparer de l’État ou faire parler de lui ?
Pourquoi l’analogie avec Brutus ? Pourquoi les références aux exemples ? Pourquoi ces exemples ?
questions de la liberté et de la tyrannie (amphibologie et définitions)
épreuve
(résoudre le problème)
d / litige :
– point à débattre
Lorenzino pouvait tuer Alexandre vs Lorenzino ne pouvait pas tuer Alexandre
– système de défense
Lorenzino et Alexandre ne sont pas parents ; Lorenzino n’est ni le serviteur ni le confident d’Alexandre
– point à juger
Quel dessein animait Lorenzino ?
– moyen fondamental
Libérer Florence avec laide des exilés
écriture
(présenter le problème)
e / plan :
Lorenzino alterne bien les arguments nécessaires avec les arguments vraisemblables selon les plans de la rhétorique, afin d’engendrer chez l’auditeur la persuasion psychologique née d’un solide encadrement logique des arguments douteux par des arguments indiscutables qui tend à écarter toute contestation ou opposition.

III – Épreuve : La discussion (structure politique)

  • 4 L’édition du Prince utilisée est celle qui se trouve dans BONFANTINI (Mario), Niccolô Machiavelli, (...)

Perché, cosÌ corne coloro che disegnano e paesi si pongono bassi nel piano a considerare la natura de monti e de luoghi alti, e per considerare quella de bassi si pongano alto sopra monti, similmente a conoscere bene la natura de populi bisogna esser principe, et a conoscere bene quella de principi bisogna esser populare.
Machiavel, Le Prince, dédicace4

151. Ainsi, de même qu’il existe, en tout état, deux points de vue auxquels il faut se placer tour à tour pour tenir un compte exact des vérités effectivement accessibles, de même Lorenzino, dans sa lettre adressée à Francesco de Medici, un mois à peine après la mort du duc Alexandre, et dans son Apologie, écrite, au plus tard, sept ans après, apprend à observer les fragments de la ligne du temps selon les leçons de Machiavel.

  • 5 MÉDICIS (Lorenzino de), Apologie, op. cit., édition établie par Francesco Erspamer, postface, p. 45 (...)
  • 6 MÉDICIS (Lorenzino de), op. cil., p. 53.

162. Francesco Erspamer, dans la postface de son édition de l’Apologie 5, soutient que, ne formulant plus les propositions d’intervention politique défendues dans la lettre à Francesco de Medici, l’objet de Lorenzino est d’empêcher que l’histoire, telle qu’il la faite, soit dans l’écriture des autres falsifiée, erronée ou incomplète. Usant alors préférentiellement de rhétorique, plus que de logique réelle, Lorenzino explique pourquoi Alexandre était un tyran ; pourquoi aucune loi ou coutume ne lui interdisait de le tuer, puisque lui, Lorenzino, n’était d’aucune façon payé par lui, qu’ils n’étaient pas parents et qu’il n’y avait pas de confiance entre eux ; pourquoi la décision de fuir Florence après le crime pour rejoindre les ennemis des Médicis fut juste et inévitable6. Le tout est construit selon la rigueur des règles techniques de la dispositio [voir enquête] pour la structure et de la partitio pour la dynamique. Bien plus qu’une hypothétique influence de Machiavel, aux yeux d’Erspamer, il s’agit d’exigences d’ordre littéraire.

  • 7 Ibid., p. 55.

173. Dans une lettre adressée à Francesco de Medici en 1537, dans la foulée de l’événement, Lorenzino montre le souci de justifier la date choisie et sa fuite au-devant des exilés, car le jeune tyrannicide croyait en une science machiavélienne de la politique, permettant (sous réserve des interventions aléatoires de la fortune) de prévoir les effets d’une action sur la base d’une analyse exhaustive de ses prémisses7.

18Tout cela n’a plus de sens dans l’Apologie (probablement écrite en France avant 1544) et Lorenzino en vient à formuler une philosophie relativiste de l’histoire qui nie la possibilité et même la légitimité d’un jugement a posteriori des événements, il n’existe pas de réalité en dehors du sujet qui la vit en un instant précis rajoute Francesco Erspamer. Cette négation de la validité d’une histoire de la politique se fondant sur les résultats, plutôt que sur les résolutions (les intentions), rend impossible la fondation d’une science machiavélienne de la politique qui, par essence, ne pourrait connaître que des résultats.

  • 8 Ibid., p. 59.
  • 9 Ibid., p. 72.

19D’ailleurs dans l’Apologie le rédt des événements est interrompu et affaibli par des digressions hypothétiques alors que les principes sur lesquels s’appuie son action sont affirmés axiomatiquement avec une tension gnomique8. De discours politique, l’Apologie devient un discours sur le moi dénué de rhétorique, une introspection narcissique chargée de figer le sens de l’histoire, piédestal de la haute personnalité de Lorenzino. Francesco Erspamer continue par cette juste remarque, un geste peut devenir mémorable de par son énergie morale et sa cohérence -sans considérer ses conséquences pratiques-9, ce qui l’amène tout naturellement au chapitre VII du Prince qui tire, de l’histoire du Valentinois, une conduite modèle ayant valeur d’exemple qui rachète jusqu’à l’adversité de la fortune et les conclusions déplorables d’un trajet politique ; louant les résolutions en dépit des résultats.

20Dans son raisonnement, Francesco Erspamer, s’enfermant dans la prémisse sous-entendue, savoir commun et va-sans-dire, que la science machiavélienne de la politique est et ne peut pas être autre chose que la realpolitik du grand Bismarck, se contredit dans l’évocation assez juste du chapitre VII du Prince ;

Raccolte io ; anzi mi pare, come ho fatto, di preporlo imitabile a tutti coloro che per fortuna e con l’arme d’altri sono ascesi allo imperio. Perchè lui, avendo lanimo grande e la sua intenzione alta, non si poteva governare altrimenti ; e solo si oppose alli sua disegni la brevità della vita di Alessandro e la malattia sua.
Machiavel, Le Prince, chapitre VII

21Si la narration historique de Lorenzino est interrompue et affaiblie par les digressions hypothétiques alors que les principes sont puissamment affirmés, c’est que Lorenzino, plus machiavélien que ne l’aura jamais été Bismarck, suit dans l’ordre les étapes de la démarche, apparemment inversée, de la science politique machiavélienne.

22Il s’agit d’abord d’être conséquent avec ses principes, au regard de la conclusion (des résultats si l’on veut), puis d’avoir de bons principes, au regard des hypothèses (des résolutions...), et enfin de poser la question de principe, au regard d’un double rapport entre la conclusion et les hypothèses. Dans la lettre à Francesco de Medici, Lorenzino montre qu’il a été conséquent avec ses principes qu’il tenait fermement pour bons ; il s’agit en quelque sorte d’une esthétique machiavélienne de l’action politique. Dans l’Apologie, Lorenzino pose la question de principe avec rigueur et exigence ; il s’agit dès lors d’une éthique machiavélienne de la politique.

234. Au contraire, contre la thèse d’Ersparmer, il est légitime de penser et de soutenir que la structuration binaire du discours relève d’un usage consciencieux et machiavélien de la logique au détriment des effets de la pure rhétorique. Ce double langage logique et rhétorique permet à Lorenzino de s’adresser à ceux qui savent, les hommes avertis qui calculent en secret selon la logique et parlent en public selon la rhétorique, mais aussi à ceux qui ne savent pas, qui ne connaissent qu’un langage, celui de la rhétorique, habitués à prendre le vraisemblable pour le vrai logique ou empirique, et n’ayant d’autre alternative que spéculative entre le paraître vrai et l’être vrai ; à ceux qui examinent et pèsent les résolutions et à ceux qui ne s’attachent et ne comptent que les résultats.

... li uomini in universali indicano più alli occhi che alle mani ; perchè tocca a vedere a ognuno, a sentire a pochi. Ognuno vede quello che tu pari, pochi sentono quello che tu se’ ; e quelli pochi non ardiscano opporsi alla opinione di molti, che abbino la maestà dello stato che li difenda : e nelle azioni di tutti li uomini, e massime de principi, dove non è indizio da reclamare, si guarda al fine.
Machiavel, Le Prince, chapitre XVIII

24L’analyse de Lorenzino ne cesse pas d’être machiavélienne mais si, quand il écrit à Francesco de Medid, il se fonde sur le chapitre VI du Prince, dans l’Apologie l’argumentation est également redevable au chapitre VII du Prince. Quand l’occasion est toujours à saisir, Lorenzino s’adresse aux grands pour lesquels le calcul est celui de la valeur d’usage des phrases qui font double emploi pour effectuer les opérations de partage du lien civil (social) et pour estimer la valeur des sujets tenus pour les auteurs du partage, et au tout premier plan, le prince. La fortune, dans son arbitrage, ayant donné tort au parti républicain, dans l’Apologie, Lorenzino s’adresse alors au peuple pour qui le calcul est celui du bon usage d’une phraséologie (d’où le besoin de rhétorique) employée pour apprécier les objets de valeur (la liberté par exemple) à partager sur la base des rapports de puissance.

25Ainsi, de sa croyance en l’occasion de délivrer la patrie à l’aveu et la reconnaissance de l’incapacité des exilés à la saisir, Lorenzino ne cesse, semble-t-il, d’être machiavélien, précisant seulement les étapes d’une morale (faute de mieux) machiavélienne. À la condition de se défaire du mythe de la realpolitik attaché au nom de Machiavel qui d’ailleurs est parfaitement incompatible avec l’exemple de la conclusion essentielle du chapitre VII du Prince. On a bel et bien un exemple illustré de la science (morale et) politique machiavélienne comme art de penser qui s’attaque aux normes périmées d’un savoir-vivre préfabriqué, en obligeant de penser par soi-même et non par procurateur et sous condition de virtù et de fortune. On voit ainsi un Lorenzino déplorant que les exilés n’aient pas su saisir la seconde faute de la première et non pas, il faut le redire, abandonnant l’idée d’une science machiavélienne de la politique.

265. Jugement des yeux : En fait d’esthétique machiavélienne, Lorenzino montre qu’il a été conséquent avec des principes qu’il tient pour bons. Confirmant ses hypothèses par une expérience et une conclusion, Lorenzino explicite son geste par les bons exemples et les bonnes lois.

E coÌ ara duplicata gloria, di avere dato principio a uno principato nuovo, et ornatolo e corroboratolo di buone legge, di buone arme, di buoni amici e di buoni esempli.
Machiavel, Le Prince, chapitre XXIV

27Dès la narration les moeurs d’Alexandre sont traduites par des analogies avec Néron, Caligula et Phalaris, archétypes des tyrans sanguinaires, scélérats et impies, alors que Lorenzino, lui, se réfère et se réclame des meurtriers loués et célébrés de Hiéronyme, tyran violent et arrogant de Syracuse. Dans la confirmatio, c’est à Timoléon que se compare Lorenzino, ayant tué son frère Timophane pour l’empècher d’instaurer sa dictature. À qui voudra bien l’entendre, c’est Brutus que Lorenzino choisit pour exemple (lettres à Francesco Strozzi), mais Alexandre n’était pas Jules César, prince d’un petit état quand l’Italie était aux mains de l’étranger, il ne pouvait guère prétendre à dicter les destinées de la péninsule, c’est pourquoi moins qu’à l’image de Brutus, Lorenzino s’attache, dans l’Apologie, à l’exemple de Timoléon qui correspond à la réalité effective de la chose, laissant le renom de Brutus et l’imagination que l’on s’en fait à ceux qui n’entendent que la rhétorique.

Io addurrò grandissimi esempli ; perche, camminando li uomini quasi sempre per le vie battute da altri, e procedendo nelle azioni loro con le imitazioni, né si potendo le vie d’altri al tutto tenere, né alla virtù di quelli che tu imiti aggiungere, debbe uno uomo prudente intrare sempre per vie battute da uomini grandi, e quelli che sono stati eccellentissimi imitare, accib che, se la sua virtù non vi arriva, almento ne renda qualche odore : e fare corne li arcieri prudenti...
Machiavel, Le Prince, chapitre VI ... e sopra tutto fare corne ha fatto per l’adrieto qualche uomo eccellente, che ha preso ad imittare se alcuno innanzi a lui è stato laudato e gloriato, e di quelle ha tenuto sempre e gesti et azioni appresso di se’...
Machiavel, Le Prince, chapitre XIV

28Quant aux lois, dans l’exergue Lorenzino se fonde sur le droit de cité, le status civitatis des Romains, c’est-à-dire suffragium, honores, conobium et commercium, grande partie du jus civilis, pour affirmer la nécessité de vivre en citoyen et par conséquent en liberté. La divisio établit le droit public de Florence et le droit international, l’empereur ne pouvait pas faire duc Alexandre car Charles Quint avait pris des engagements envers le peuple de Florence, en promettant de préserver la liberté de la ville dans laquelle étaient habitués à vivre dans une longue et antique possession les citoyens de Florence.

  • 10 MACHIAVEL, Le Prince, dédicace.

29Enfin, après avoir réfuté les trois interdits qui aux yeux du plus grand nombre interdisaient à Lorenzino d’assassiner Alexandre, dans la confirmatio ce sont plus généralement les lois morales qui sont invoquées, les lois prescrites contre les tyrans, le devoir de libérer la patrie et de la débarrasser de quiconque voudrait imposer sa tyrannie, fussent un maître, un ami, un parent ou un frère. Dans la certitude des conditions du choix des prémisses (principio) par una lunga esperienza delle cose moderne (les lois de Florence et les pactes internationaux) et una continua lezione delle antique (les exemples pris dans l’histoire)10, Lorenzino tire les conséquences : Alexandre doit mourir, et lui, Lorenzino, non seulement peut mais doit être l’instrument de cette mort réalisant ainsi la maxime (finalement en communauté d’esprit avec Machiavel) de Montaigne : "notre grand et glorieux chef-d’oeuvre, c’est de vivre à propos".

306. Être conséquent avec ses principes, dans un calcul politique, et pour tenir une nomenclature exacte des parties à l’argument, exige d’utiliser les bonnes armes et de s’en remettre aux bons amis.

31Cette entreprise ne devait être exécutée que par un seul homme, comme Lorenzino tient à le rappeler dans la refutatio. Ni auxiliaire, ni mercenaire ne pouvaient avantageusement remplacer l’arme propre de celui qui voulait vaincre en laissant Florence libre et débarrassée de son tyran.

Uno principe, per tanto, savio, sempre ha fuggito queste arme [auxiliaires et mercenaires], e voltosi alle proprie ; et ha volsuto più tosto perdere con li sua, che vincere con li altri, indicando non vera vittoria quella con le arme aliene si acquistassi.
Machiavel, Le Prince, chapitre XIII

  • 11 MACHIAVEL, Le Prince, chapitre VI.

32Ce bon principe acquis, Lorenzino se résolut à agir seul (ou presque) puis seulement, Alexandre exécuté, à se découvrir et à s’en remettre à autrui. S’agissant d’éviter une erreur de calcul dans la situation effective, Lorenzino ne devait pas se contenter de suivre les convenances faire un bel appel héroïque aux premiers intéressés gavés de rhétorique mais négocier un arbitrage plus satisfaisant. Sachant qu’il faut considerare, corne non è cosa più difficile a trattare, né più dubia a ruiscire, ne più pericolosa a maneggiare, che farsi capo ad intodurre nuovi ordini. Perchè lo introduttore ha per nimici tutti quelli che delli ordini vecchi fanno bene, et ha tepidi defensori tutti quelli che delli ordini nuovi farebbano bene. Le quale tepidezza nasce, parte per paura delli avversarii, che hanno le leggi dal canto loro, parte dalla incredulita delli uomini ; H quali non credano in verita le cose nuove, se non ne veggono nata una ferma esperienza. Donde nasce che, qualunque volta quelli che sono inimici hanno occasione di assaltare, lo fanno partigianamente, e quelli altri defendano tepidamente ; in modo che insieme con loro si périclita11.

33Dans la narratio, Lorenzino parle de ceux qui, ayant donné leur faveur et pris le parti d’Alexandre, trouvaient à s’enrichir dans le mépris du bien public. Dans la refutatio, Lorenzino, pesant les arguments, ne trouve pas davantage à espérer de ceux du dedans que de ceux du dehors. Cependant, à la mesure de l’expérience, ces derniers montrèrent plus d’ardeur et de grandeur d’âme à recouvrer leur liberté que ceux du dedans (argumentation de la première sous-partie (A) de la deuxième partie (II) de l’Apologie). Ne pouvant se fier ni au peuple trop tiède parce qu’incrédule et apeuré, ni aux soldats que l’ordre ancien avantageait, Lorenzino dut se résoudre à courir au-devant des exilés pour les exhorter à parfaire son œuvre en libérant Florence et en y introduisant de nouvelles institutions conformes à la longue et antique tradition de son peuple (argumentation de la deuxième sous-partie (B) de la deuxième partie (II)). Par contre de l’ardeur des partisans d’Alexandre et de Cosme, la timidité et les atermoiements des exilés furent à l’origine du désastre de Montemurlo et de l’effondrement du parti de la liberté.

34Du chapitre VI du Prince, Lorenzino a bien retenu la leçon et s’est efforcé, dans son exercice de calcul, de bien calculer la valeur des parties à l’argument ; sachant que pour l’argument du vivant, parce qu’il s’agit d’un être situé dans un monde qu’il a fait sien, on a affaire à un objet complexe qui se prend à juste titre pour un sujet mais qui ne peut nier pour autant le rôle de la fortune qu’à son corps défendant.

357. Jugement des mains : Étape de l’éthique machiavélienne, dans l’Apologie, Lorenzino pose la question de principe et montre par là à quel point il est loin de ses détracteurs et de ses contemporains en général. Parce qu’une vie ne se réduit pas à un argument, mais que chacun de son vivant, en soutient un nombre incalculable, Lorenzino, ayant fait le choix de "vivre à propos", c’est-à-dire enfin vivre en homme, examine en logicien l’argument ad hominem.

36Bon calculateur apparent, ayant obéi tant aux lois civiles qu’aux lois morales, selon une conduite ayant valeur d’exemple, et selon les bons exemples, par ses propres armes et ayant choisi les bons amis -même s’ils se sont montré peu vertueux et timorés jusqu’à l’échec et la ruine-, a-t-il, dans un calcul précipité, commis, en fin de compte, un faux calcul en prenant l’aventure ou ses ambitions pour partie prenante à l’argumentation, ou encore a-t-il fait un calcul faux par excès de bon plaisir dans le calcul de la valeur d’un argument ?

37Le tyrannicide est-il un accident mal calculé dans un trajet de vie irréprochable ou un élément d’une aventure désastreuse qu’il convient d’intégrer arbitrairement à sa vie au risque de réviser tout ou partie d’un portrait devenu complaisant ? Le geste de Lorenzino relève-t-il d’un système de vie cohérent ou au contraire relève-t-il d’une ambition brouillonne et désordonnée ? Lorenzino dispose-t-il, pour sa seule vie mais pour toute sa vie qui est unique, d’un ensemble d’arguments tendant à une seule et même conclusion, c’est-à-dire d’une argumentation ayant valeur de système de vie ?

  • 12 MACHIAVEL, Le Prince, chapitre VII.

388. Posant cette question, Lorenzino répond par l’affirmative, et quant à l’échec du résultat, de la conclusion, c’est à la fortune qu’il faut adresser les reproches. De même que la ruine du duc de Valentinois est l’œuvre de la fortune qui mena à la mort presque dans le même temps le père et le fils empêchant la consolidation et la conclusion d’une œuvre dont le maître fut pourtant un homme sage et habile, uno prudente e virtuose uomo 12.

Raccolte io adunque tutte le azioni del duca, non saprei riprenderlo ; anzi mi pare, come ho fatto, di preporlo imitabile a tutti coloro che per fortuna e con l’arme d’altri sono ascesi allo imperio. Perchè lui, avendo lanimi grande e la sua intenzione alta, non si poteva governare altrimenti ; e solo si oppose alti sua disegni la brievita della vita d i Alessandro e la malattia sua.
Machiavel, Le Brince, chapitre VII

39C’est en grande partie le sens de la deuxième sous-partie (B) de la deuxième partie (II) de l’Apologie. Lorenzino fut l’instrument de la fortune, l’offrant aux exilés qui n’eurent pas la vertu nécessaire pour la saisir, car la malignité et l’inepte ambition des chefs les empêchèrent au bon moment de faire l’effort qui aurait rendu à Florence sa liberté.

Et, esaminando le azioni e vita loro, non si vede che quelli avessino altro dalla fortuna che la occasione, la quale dette loro materia a potere introdurvi drento quella forma parse loro ; e senza quella occasione la virtù dello animo loro si sarebbe spenta, e sanza quella virtù la occasione sarebbe venuta invano.
Machiavel, Le Brince, chapitre VI

40Voilà l’argument compris quand on juge d’après les résolutions "sauf à vouloir encore juger d’après les résultats" (Lorenzino). À qui peut encore douter de ses intentions, Lorenzino souligne, dans la dernière partie de la refutatio, qu’il s’occupait depuis longtemps de Florence et qu’il savait que son activité était dangereuse, et que par la suite le désir de la liberté de Florence ne l’a point quitté. Depuis Constantinople jusqu’en France, il a travaillé à cette fin et si le sort ne l’avait poursuivi jusque là-bas la fatigue et la ruine de Lorenzino n’auraient pas été vaines.

41Le geste de Lorenzino ne fut ni l’effet d’une malheureuse aventure improvisée ni une saute d’ambition mal maîtrisée. En posant la question de principe, si Lorenzino a tenu techniquement à démonter son calcul politique pour en peser chaque argument et en faire la nomenclature exacte, montrant qu’il ne pouvait y avoir d’erreur possible de jugement de la part du calculateur, il ne peut cependant éviter le risque de s’exposer aux erreurs de goût des arbitres : grands, peuple et fortune. La fortune ayant déjà tranché, grands et peuple sont appelés à l’arbitrage et à chacun Lorenzino s’adresse dans le langage qu’il peut entendre, suprême habileté technique d’une Pentecôte politique ; mais pour le peuple trop habitué à la rhétorique, l’argumentation de Lorenzino peut paraître n’être qu’un habituel procès en redite ou processus de révision locale d’un système total du discours ; pour les grands, calculateurs patentés, habiles logiciens en général, passée la difficulté de savoir quels sont les énoncés à réviser dans cette argumentation si elle s’avère être un système détourné, il leur faudra discerner, difficulté s’il en est, le parti véritable que Lorenzino a choisi à part soi.

42Ultime arbitrage, en fait, entre la vérité et l’usage deux valeurs différentes sur la même place (en haut avec le prince, en bas avec le peuple), il ne s’agit plus seulement de peser le sens du procès d’énonciation (largement négocié par Lorenzino) et du sens du processus d’actualisation des propositions (donné par Lorenzino) mais de la signification même du problème. Si sa mise en équation avait été problématique, ce que la démonstration et la construction de Lorenzino démentent clairement, sa signification aurait été douteuse. Mais, quand Lorenzino s’est mis en mouvement à l’enseigne de la liberté, il n’y a pas de doute, pour lui, sauf à se demander indiscrètement jusqu’où va l’intention, qu’il signifie à ses concitoyens de réviser l’actuel système de valeur au partage de la République et d’en revenir à la liberté.

43En fin de refutatio, en acceptant volontiers de loger à la même enseigne que les exilés, le tyrannicide lance, à la cantonade et avec un certain sens du pathos, un signe de ralliement qui donne à entendre liberté, pour laquelle le citoyen préoccupé par la protection de sa citoyenneté, doit sans cesse renégocier de nouvelles conventions plus satisfaisantes qui prennent et montrent le bon chemin pour un retour salutaire (et quotidien) de la République à son principe... républicain

44Aussi, même si Lorenzino était loin de croire au soulèvement qui aurait renversé la tyrannie, confirma-t-il sa foi et par là ses intentions dans la liberté et l’intégrité de son système de vie. Cosme de Médicis en fut si convaincu que, le 26 février 1548, il fit assassiner son parent, mettant fin à cette vie insolente, plus par calcul politique que par passion de la vengeance.

Conclusion : Esquisse d’une morale machiavélienne

  • 13 Le mot italien dominio signifie d’abord seigneurie, mais il est le plus souvent traduit par souvera (...)

45Ce que l’on peut retenir de tout cela est une ébauche de morale machiavélienne tracée par la main même d’un contemporain et d’un compatriote du secrétaire florentin. Pour Lorenzino, le fondement machiavélien d’une morale et d’une science de l’action politique affirmerait donc un parti pris pour la république contre la seigneurie13, pour la liberté contre la licence, et devrait attester d’un bon usage de la parole pour appréhender le temps dans son rapport avec l’espace livré à l’intention d’un sujet contre la rhétorique livrée au bon vouloir des seigneurs ou des licencieux. Il s’agit d’aller droit à la vérité effective de la chose plutôt qu’aux imaginations que l’on s’en fait habituellement.

Ma sendo l’intento moi scrivere cosa utile a chi la intende, mi è parso più conveniente andare drieto alla verità effetuale della cosa che alla imaginazione di essa.
Machiavel, Le Prince, chapitre XV

46Il s’agit d’une morale mais aussi d’une méthode qui sous-tend un bon usage de la parole pour la mise en ordre d’un état par rapport à un ordre du monde supposé.

Uno principe portando debbo consigliarsi sempre, ma quando lui vuole e non quando vuole altri ; anzi debbo tòrre animo a ciascuno di consigliarlo dalcuna cosa, se non gnene domanda. Ma lui debbe bene essere largo domandatore, e dipoi circa le cose domandate paziente auditore del vero ; anzi, intendendo che alcuno per alcuno respetto non gnene dica, turbarsene... Però si conclude che li buoni consigli, da qualunque venghino, conviene naschino della prudenzia del principe da buoni consigli.
Machiavel, Le Prince, chapitre XXIII

47Or pour bien déterminer la méthode à suivre, il faut commencer par répondre à la question : qui répond à qui et sur quoi ? Et plus encore : qui parle et quand ? Il ne s’agit pas d’un dialogue de type ontologique comme le présuppose un autre contemporain, Baldassare Castiglione, dans son Livre du courtisan où prince et courtisan, sur un pied d’égalité réel et sur le ton de la conversation, dialoguent des choses de l’état et du monde (les imaginations que l’on s’en fait) avec une prime pour le courtisan qui, parce qu’il n’est pas contraint par les nécessités de l’action, peut se prévaloir, sans risques, de la place et du titre d’instituteur du prince. Il s’agit foncièrement d’un monologue qui suppose deux actions : celle de celui qui parle et celle de celui qui écoute. Pour tenir un compte exact, il y a toujours un locuteur et une partie réduite (momentanément ?) au silence. Ce n’est pas un dialogue parce que, fondamentalement, un dialogue suppose trois actions reproductibles ad libitum : donner, prendre (recevoir) et rendre. C’est parce que la troisième action est illusoire que le courtisan de Castiglione a tort et doit se contenter de métaphysique ou même de tromperie pour rendre la cour crédible. Il ne peut y avoir dès lors de morale puisque la troisième action qui la fonderait n’est qu’une chimère qui trompe les naïfs et sert les habiles. Il ne peut y avoir de méthode, dans le monologue, que dans un usage rigoureux et honnête de la rhétorique et de la logique selon la nature de celui qui parle et de celui qui écoute.

48Une fois que la question de méthode est résolue, et la dichotomie entre méthode du conseiller et méthode du prince est bien assimilée, comme rapport concernant l’écart entre penser et agir, entre la sagesse d’une pensée globale et l’opportunité d’une action locale, et que pareillement est résolue la distinction entre les opérations de calculs et les applications du calcul, il s’agit, pour le calculateur machiavélien, pour relever encore des traces de contenu à cette morale pratique, de prélever tous les signes de liberté, de sûreté et de bien-être possibles pour le peuple, et de richesse et de grandeur imposées par les grands, comme s’est efforcé de le faire Machiavel tant dans le Prince que dans les Discours sur la première décade de Tite-Live, puis Lorenzino dans son Apologie.

49Si la vie est un exercice de calcul, précisément du calcul de la valeur d’un argument, il ne peut y avoir que l’argument du vivant lui-même pour qui fait un choix de vie orienté vers le vivant. Il s’agit d’un choix moral. L’être humain étant un objet d’une extraordinaire complexité puisqu’il se prend à juste titre pour un sujet, tout argument est donc à la fois dans le monde, dans la vie et parmi les hommes : in situ, in vivo et ad hominem. La question posée par cet objet est un problème d’évaluation dont les applications peuvent parfois être réglées avec deux poids et deux mesures. Dès lors l’arbitraire est introduit quand, alchimiste du social, on entend réduire la science politique au langage mathématique en oubliant l’aspect moral du problème qui ne peut ignorer la liberté de l’homme qu’à son corps défendant. En projetant ou proposant de résoudre impeccablement les problèmes de l’action humaine, les calculateurs doivent refuser de dévoiler complètement leur calcul jusqu’à la mise en équation du problème car il serait patent que, en raison de la complexité même de l’objet, la mise en équation et le calcul sont impossibles, sauf à prendre les hommes pour des êtres mathématiques mettant dès lors en péril leur vie et leur pensée dans l’aventure. En posant l’équation de son calcul, Lorenzino fait constamment montre de l’impossible réduction mathématique de celui-ci, pour lui il s’agit avant tout d’une question morale. Il ne peut donc pas s’agir d’un calcul mais seulement d’un exercice de calcul plus complexe. Chaque individu, soutenant un nombre considérable d’arguments durant son existence, doit s’appliquer à corriger ses erreurs de calcul, quitte à les tenir, si possible, secrètes dans le registre intime de ses expériences propres. Ainsi, Erspamer a raison quand il nie l’aspect scientifique de l’action politique machiavélienne mais a tort quand il en nie ou refuse d’en voir l’aspect moral. Or Lorenzino, moraliste à l’extrême, entend nous faire part jusqu’à ses erreurs et ses ratés pour dévoiler le fond de ce calcul complexe, le désir de liberté pour Florence. D’un point de vue moral et pour être tout à fait exact, un individu doit établir méthodiquement la liste de ses erreurs possibles pour contrôler sa situation et vérifier s’il se trouve dans le cas d’un calcul faux parce qu’inexact, ou d’un faux calcul qui n’est pas ce que, d’habitude, l’on nomme ainsi. Partant, en guise de morale pratique pour le calcul politique, Lorenzino, machiavélien, nous enseigne que des trois situations de l’argument homme découlent trois propositions : il s’agit d’être conséquent avec ses principes in situ ; d’avoir de bons principes in vivo ; et de poser la question de principe ad hominem.

50La difficulté technique de l’exercice de calcul n’est pas de savoir conclure, ni même de savoir si tous les arguments tendent à une seule et même conclusion, mais la difficulté réside dans les conditions de choix des prémisses -les principes, les propositions premières- dont on tire les conséquences. Logiquement, les prémisses entretiennent un triple rapport à la conclusion, à l’expérience et entre elles ; d’où, dans l’exercice de calcul, la nécessité de procéder à une triple évaluation de justesse des inférences (I), des hypothèses (II), et du système de vie (III). C’est ce que s’est efforcé de faire Lorenzino de Medid, et ce que nous avons essayé de retrouver à notre tour à travers l’analyse rhétorique (I), logique (II) et politique (III) de son Apologie.

Notes

1 Selon un mot de Ludwig Wittgenstein.

2 Pour l’édition française : MÉDICIS (Lorenzino de), Apologie, éditions Allia, Paris 1995, édition établie par Francesco Erspamer, texte traduit de l’italien par Denis Authier.

3 Voir BROMFIELD (J.G.), De Lorenzino de Médicis à Lorenzacdo. Étude d’un thème historique, Didier, Paris 1972.

4 L’édition du Prince utilisée est celle qui se trouve dans BONFANTINI (Mario), Niccolô Machiavelli, Opéré, volume 29, La letteratura italiana, storia e testi, Riccardo Ricciardi, Milano-Napoli 1954.

5 MÉDICIS (Lorenzino de), Apologie, op. cit., édition établie par Francesco Erspamer, postface, p. 45-76

6 MÉDICIS (Lorenzino de), op. cil., p. 53.

7 Ibid., p. 55.

8 Ibid., p. 59.

9 Ibid., p. 72.

10 MACHIAVEL, Le Prince, dédicace.

11 MACHIAVEL, Le Prince, chapitre VI.

12 MACHIAVEL, Le Prince, chapitre VII.

13 Le mot italien dominio signifie d’abord seigneurie, mais il est le plus souvent traduit par souveraineté, domination, puissance ou pouvoir, parfois par monarchie ; de même le mot principato qui signifie d’abord principal est souvent traduit par principauté ou par monarchie. Il est préférable de s’en tenir à la traduction la plus stricte pour bien aborder le Prince dans toute sa complexité (d’ailleurs principe signifie tout autant prince que principe !). À ce sujet, il est utile de consulter l’édition du Prince, De principatibus, traduit et commenté par Jean-Louis Foumel et Jean-Claude Zancarini, daprès le texte italien établi par Giorgio Inglese, qui comparent les choix des différents traducteurs de Machiavel, P.U.F., Fondements de la politique, Paris 2000.

Auteur

Docteur en droit (histoire des institutions), auditeur de justice

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search