Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

VI Partie. Économie - Société - Gestion

Jalons pour une histoire de l’enseignement de la gestion*

Texte intégral

  • * Extraits de : Histoire, gestion, organisation, Quatrièmes rencontres, nov. 1995, Toulouse, E.S.U.G. (...)

1J’ai accepté avec plaisir la proposition de présenter un rapport introductif à ce nouveau colloque, en songeant aux temps déjà lointains de mes recherches et enseignements en histoire économique.

2Mais il s’est avéré, chemin faisant, que ces “jalons“pour une histoire de l’enseignement de la gestion balisaient un terrain pauvre. Il ne s’agira guère que de coups de projecteur sur les cheminements séparés de la gestion et de l’enseignement.

  • 1 S. Noah Kramer, L’histoire commence à Sumer, Arthaud, 1957.

3Prenons les documents les plus anciens qui témoignent encore de la réalité des opérations de gestion, après cinq millénaires, les tablettes cunéiformes des différents sites de Mésopotamie, conservées par centaines de milliers. Elles nous permettent de connaître la diversité des opérations d’administration et de commerce. Quant aux scribes qui les enregistrent sur les tablettes, nous savons seulement qu’ils étaient formés dans des écoles, où ils apprenaient, avec l’écriture, des rudiments de connaissances mathématiques et linguistiques1.

  • 2 Valbelle, La vie dans l’Ancienne Égypte, 2° éd., Paris, P U. F, 1992, Que Sais je ? n° 1302. B Menu(...)

4Dans les temples et les palais de la Vallée du Nil, durant ces mêmes siècles lointains, d’autres scribes tenaient les comptes des domaines des rois, des dieux, des grands. La fameuse statue du “Scribe accroupi“nous montre l’homme attendant les ordres du maître, tenant d’une main le rouleau de papyrus, de l’autre le calame. La savante communication de Mme Menu, ici même, voici deux ans nous a révélé la complexité de ces comptes, établis par jour, par décennie, par mois, la manière dont étaient enregistrées les entrées et sorties des produits, le solde disponible pour la consommation. Mais nous n’avons guère d’informations sur la manière dont les scribes, intégrés dans des administrations hiérarchisées, étaient formés à leur besogne2.

5Pour ce qui est de Grecs et Romains, la formation aux négoces est étrangère à la culture de l’honnête homme.

  • 3 H. I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Nelle éd., Seuil, Paris, 1971.

6Ouvrons le monument d’érudition constitué par l’Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, d’H.I. Marrou3 ; nous y relevons la description successive de l’éducation homérique, de l’éducation Spartiate, de l’éducation à Athènes, où l’on forme au bien parler. Dans le monde hellénistique se fonde le modèle des “arts libéraux”, ceux de la parole, (grammaire, rhétorique, dialectique) ; ceux du nombre (arithmétique, géométrie, astronomie, musique). Mais on ne trouve pas trace d’une formation technique pour les arpenteurs et les ingénieurs (capables cependant d’édifier des constructions gigantesques). On peut supposer qu’ils ont appris l’arithmétique et la géométrie. Le reste est acquis par apprentissage.

7Le monde romain a utilisé les modèles et les doctrines des Grecs, en les adaptant aux besoins d’un empire de soldats, d’administrateurs, de bâtisseurs. L’organisation d’enseignement du droit constitue la seule innovation. Dès le temps de Ciceron (1er siècle avant J.C.) les jeunes vont apprendre le droit auprès d’un maître réputé. Des bureau de consultation et d’enseignement ont existé, à l’ombre des temples ; ainsi auprès du Temple d’Apollon, sur le mont Palatin. Le genre des “manuels de droit“ existe, avec les “Institutes” de Gaius (IIe siècle P. C.). Plus tard, l’enseignement est assuré par des professeurs fonctionnaires, à Beyrouth puis Constantinople. Quatre années d’études au moins sont nécessaires. Mais nous ne savons rien de formations éventuelles à la gestion.

  • 4 P. Riche, De l’éducation antique à l’éducation chevaleresque. Éducation et culture dans L’Occident (...)

8Point de trace, non plus, de formation des negociatores dans les systèmes d’éducation étudiés par P. Riche. Ils sont destinés à ceux qui prient et à ceux qui combattent4 .

Renaissance du grand commerce et formation des marchands

  • 5 L’instruction des marchands au Moyen-Age. Annales d’histoire économique et sociale, t. I, 1929, p.  (...)

9C’est seulement dans les temps et pour les lieux de développement du grand commerce occidental que nos informations deviennent moins lacunaires. Henri Pirenne, le savant historien de l’économie médiévale a consacré un article a “L’instruction des marchands au Moyen Age“5.

10Dans les temps où reprend le grand commerce, c’est dans l’Église et pour l’Église qu’une éducation était assurée. On peut supposer que les marchands ont pris à leur service des “clercs“sachant lire et écrire. Dès le milieu du XIe siècle, la gilde des marchands de Saint Omer avait à son service, observe-t-il, un “notaire“qui peut passer pour le plus ancien teneur de livres commerciaux connu. Les Gesta Sanctorum de l’abbaye de Villers en Brabant contient le destin du fils d’un marchand, confié au couvent, à la fin du 12e siècle, “afin de s’y rendre capable de tenir note des opérations commerciales et des dettes de son père”, mais il préfère devenir moine. Ainsi les écoles monastiques accueillaient des jeunes pour leur apprendre les connaissances de base : lire, écrire, compter.

11Mais le cycle de formation organisé pour les religieux convenait mal aux laïques ; un document concernant Ypres, daté de 1253, indique que certains négociants faisaient instruire leurs enfants à domicile par un précepteur. À Gand (et dans d’autres villes) les bourgeois, qui sont à la tête de la cité ont ouvert des écoles et obtenu d’en nommer les régents, non sans conflit avec les autorités ecclésiastique et comtale.

12Qu’apprenait-on dans ces écoles au-delà de la lecture et de l’écriture ? Nous le savons à peine : un manuscrit gantois de la fin du 13e siècle comporte des modèles de correspondance commerciale. Les documents, écrits en petite cursive gothique, commençaient à employer la langue vernaculaire. À la même époque, les rédacteurs des lettres de foire ont substitué le français au latin.

  • 6 Dans : Le marchand italien au Moyen-Age Conférences et bibliographie, A. Colin. 1952, p. XXI et sui (...)

13Les documents concernant les grandes villes marchandes d’Italie confirment les aspirations à une éducation spécifique, en fournissant des informations plus précises. Armando Sapori, dans une conférence consacrée à la “Culture des marchands italiens“6, montre qu’ils savent tôt calculer les rapports entre les nombreuses monnaies qui ont cours autour de la Méditerranée, qu’ils usent de systèmes comptables permettant de suivre l’évolution des affaires, qu’ils pratiquent des formes complexes de société. Chaque firme commerciale dispose de secrétaires-comptables.

14La formation est acquise d’abord dans les petites écoles. Les marchands italiens, comme leurs homologues de Flandre, ont d’abord envoyé leurs fils apprendre à lire et écrire dans les écoles épiscopales et monastiques. Mais ils attendent autre chose qu’une culture conçue pour le clergé. Dès le 12e siècle, des marchands entretiennent, à domicile, des précepteurs qui apprennent à leurs enfants à tenir une comptabilité, à écrire des lettres en langue vulgaire, à comprendre les actes notariés.

15Dès ce même 12e siècle, les négociants qui dirigent les cités organisent des écoles municipales. En 1338, le chroniqueur Villani indique qu’il y avait à Florence, 10.000 enfants qui apprenaient à lire, 1.000 à 1.200 qui fréquentaient six écoles “moyennes“où l’on enseignait orthographe et mathématiques et 500 ou 600 dans les grandes classes, initiés à la grammaire et à la logique. Ensuite venaient éventuellement les années d’Université.

16Après l’école, la culture des adolescents destinés aux affaires et à la marchandise se complète dans la boutique (fondaco), siège de la firme. Là, le disciple s’instruit à la pratique des affaires auprès d’agents expérimentés. Dans chaque boutique étaient centralisées les informations, stockées les marchandises, accueillis les clients. Au fond de la boutique, conte Sapori, dans un lieu bien préservé des indiscrétions, les clercs travaillaient à enregistrer les rapports d’affaires en écritures couchées sur les registres conservés dans des placards bien fermés. Les jeunes s’initiaient à la pratique de la comptabilité au moyen d’échiquier (scacaria) ou d’abaques permettant de faire mouvoir dans les deux sens des jetons. En les déplaçant de case en case, par de gestes prestes, les comptables réalisaient des opérations arithmétiques, et dictaient les résultats aux scribes.

17On a conservé plusieurs “manuale di mercatura”, qui facilitaient les calculs ou apprennaient à les réaliser. Le plus ancien traité d’arithmétique commerciale est celui de Leonardo Pisano.

  • 7 Publié en 1936, The mediaeval Academy of America, Cambridge, Mass, U.S.A.

18Le développement de la culture commerciale est attesté par les “manuels de commerce”, dont le plus connu, La pratica della mercatura est dû à Francisco di Balduccio Pegolotti, l’un des directeurs de la compagnie des Bardi, au 14e siècle7.

19L’ouvrage porte en exergue “Ce livre est appelé le livre des indications des poids et mesures des marchandises produites et négociées et des règles pour leur négociation et d’autres choses que les marchands des différentes parties du monde ont besoin de savoir… Les rapports entre les marchandises d’un pays et d’un autre… en même temps on comprendra quelles marchandises sont les meilleures, d’où elles viennent, la façon de les conserver le plus longtemps possible”. De son côté, le “manuel” de Chiarini annonce : “Ici commence un livre de toutes les mœurs, les changes, les poids, les mesures et les règles de correspondance de change, et les termes employés dans ces lettres, qu’on utilise dans les différents pays et les différents temps”.

20Ces manuels pratiques des marchands contiennent des informations précises sur les frais de voyage et de transport, les impôts et taxes à payer sur les divers articles, des renseignements sur les coutumes commerciales des principales places, des formules permettant de réaliser rapidement les calculs. Pour ce qui est des changes, les plus détaillés de ces manuels comportent non seulement les cours actuels et les mutations récentes, mais aussi des tableaux des variations plus anciennes, des indications sur les procédés d’affinage de l’or et de l’argent et même des calendriers perpétuels. En somme le vademecum du marchand, à la fois “Guide du routard”, cours de bourse, manuel de comptabilité, des changes et de droit commercial pratique.

  • 8 Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, Paris, Plon, 1954, p. 527, 615.

21On ne relève pas, avouons-le, de témoignages d’une formation commerciale aussi approfondie dans une ville “moyenne”, simple marché de redistribution régionale comme Toulouse. Le recours à l’ouvrage essentiel de Ph. Wolff8 “Commerces et marchands de Toulouse“apporte peu : des “maîtres à lire et à écrire“sont mentionnés dans quelques actes. Dans un contrat d’apprentissage au métier de boucher, il est précisé qu’en temps de carême (et de chômage !), l’apprenti pourra se rendre chez un notaire pour y apprendre à écrire. Des marchands ou artisans engagent un étudiant comme précepteur pour leur fils. Parfois, un marchand figure dans l’élite des “mainteneurs du Gay Savoir”. L’auteur conclut que les connaissances professionnelles étaient acquises par apprentissage, non dans les livres, et que le savoir du marchand était tout empirique et routinier.

  • 9 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse vers 1450-1561, thèse lettre, Toulouse (...)

22Quant aux riches épiciers et pasteliers décrits par G. Caster, les Lancefoc, les Bernuy, les Assézat, nous ne sommes pas informés sur leur éducation9.

Le temps des universités et la formation des marchands

  • 10 Sur les Universités médiévales, J. Verger, Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 19 (...)

23On sait bien que les Universités ont constitué à partir du 12e-13e siècles, le lieu où s’élaborait et se diffusait l’enseignement supérieur10. Qu’en est-il des matières et programmes ? On enseigne les “arts libéraux“dans les Facultés des Arts, l’accent était mis sur le trivium (grammaire, rhétorique, dialectique) plus que sur les disciplines du nombre. Il ne s’agit nullement de formation technique destinée aux “gens de métier”, mais d’une formation abstraite et générale, préparant aux “Facultés Supérieures”. Les facultés de médecine héritent des traditions antiques, juives et arabes, par l’intermédiaire des Écoles de Salerne et de Montpellier.

24L’enseignement des facultés de théologie vise à former les clercs les plus cultivés. Rien ne concerne le commerce, sauf la question souvent débattue “s’il est permis d’embrasser l’état de commerçant sans mettre son âme en péril” (car la prédication de Jésus n’est pas tendre pour les riches), et les débats sur le prêt à l’intérêt, prohibé par l’Église.

25Dans les facultés de droit, on commente Justinien et les autorités du droit canonique. On rencontre les différentes opérations des affaires : vente, mandat, louage société. Parfois les auteurs discutent du permis et du défendu en matière de commerce. Tout cela est peu pour la formation du négociant.

26Prenons le problème par une autre voie : savons-nous quelles études accomplissaient ces “marchands“aux activités souvent indifférenciées : exportateurs, chargeurs, banquiers ? On a relevé quelques fils de marchands dans les registres matricules des universités, bien moins que de fils de robins. N’est-ce pas confirmation que dans le royaume de France, ce sont les gentilshommes, les juristes, les clercs qui tiennent le haut du pavé ?

  • 11 Nous avons utilisé la seconde édition, publiée à Cologne, en 1622, in f°, 926 p. Les traités édités (...)

27C’est en Italie, encore, que l’on relève la publication des plus anciens manuels de droit commercial et cambiaire. Deux d’entre eux, encore rédigés en latin, ont été assez répandus pour figurer dans les bibliothèques des juristes français du 17e siècle : le volume : De Mercatura de Benvenuto Straccha comporte d’abord l’édition commentée de deux cent quinze décisions en matière commerciale du Tribunal de la Rote de la République de Gênes11. Suit le traité composé de quatre “parties“subdivisées elles-mêmes en “questions”, selon l’usage scolastique, de dix “titres”, chacun d’eux consacré à un contrat, ou une institution de droit commercial. L’auteur s’interroge d’abord sur “ce qu’est le marchand et la marchandise ?“puis sur le “statut des marchands”, sur “ceux qui n’ont pas le droit d’exercer la marchandise” ‟pour quelles causes on peut exercer la marchandise”. Suivent les titres : Du mandat, des promesses du capitaine, de la navigation, des faillites ou déconfitures, de la procédure commerciale, des marchandises jetées à la mer (de adjectum) des contrats de commerces, des privilèges des créanciers, des garants. La troisième partie est constituée par l’édition de treize traités, chacun portant sur une matière de droit commercial, terrestre ou maritime. Le titre même de ces traités, les problèmes qu’ils étudiaient concernent des institutions et pratiques juridiques. Quant aux “autorités“citées, elles couvrent tout l’horizon de la culture juridique universitaire : Digeste et Code de Justinien, Décretales et Decrétalistes, les docteurs italiens des 13e, 14e, 15e siècles et même des auteurs français : Budé, Dumoulin, d’Argenté, Tiraqueau. Conformément à la tradition solidement ancrée par Bartole et ses successeurs, le recours au droit romain, raison écrite, permet de résoudre les problèmes pratiques de la société contemporaine.

  • 12 Sigismundi Scaccia, Tractatus de commerciis et cambis, 3° éd., Genève, 1644, in 4° le sous-titre év (...)

28L’ouvrage de Scaccia “jurisconsulte romain“est orienté, lui vers les problèmes de change12. Après avoir discuté le problème, primordial pour un chrétien : “Le commerce est-il prohibé ?”, il consacre l’essentiel de son traité aux opérations de change, à leur liciété, aux effets des lettres de change. Le titre II est consacré au commentaire minutieux d’une lettre de change datée du 21 octobre 1614, et les titres suivants au commentaire d’autres titres bancaires. L’auteur se réfère, lui aussi, aux autorités traditionnelles : selon les cas, les Écritures, Aristote, les théologiens, les canonistes, le Digeste et les civilistes.

  • 13 Les professeurs de droit français, institués par Louis XIV en 1679 dans chaque Faculté de droit, au (...)

29En somme ces auteurs transalpins compilent le savoir universitaire pour fournir aux marchands et aux juristes les solutions appropriées à la solution des litiges commerciaux13.

30La France viendra plus tard, avec le “Parfait négociant” de Savary.

31Concluons : À défaut d’une formation spécifique à la gestion, l’enseignement juridique universitaire fournissait au moins une matière surabondante et adéquate pour l’élaboration d’un droit commercial.

32Jadis, les fils de négociants “faisaient leur droit“avant de s’initier aux affaires dans la firme familiale. N’est-ce pas à partir des Facultés de Droit que se sont constituées, dès 1956, les filières spécifiques de “préparation aux affaires” ?

Notes

1 S. Noah Kramer, L’histoire commence à Sumer, Arthaud, 1957.

2 Valbelle, La vie dans l’Ancienne Égypte, 2° éd., Paris, P U. F, 1992, Que Sais je ? n° 1302. B Menu dans : Les sources d’information et leur transmission en gestion et management, collection : Histoire, Gestion, Organisation. Presses Université Science Sociale de Toulouse, 1994, p. 27 et suiv. La “satire des métiers“vante les avantages de l’état de scribe. Mais il faut apprendre à copier des titres de propriété, des instructions administratives, des éléments de comptabilité.

3 H. I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Nelle éd., Seuil, Paris, 1971.

4 P. Riche, De l’éducation antique à l’éducation chevaleresque. Éducation et culture dans L’Occident Barbare, 2° éd., Paris, Seuil, 1967.

5 L’instruction des marchands au Moyen-Age. Annales d’histoire économique et sociale, t. I, 1929, p. 13 et suiv.

6 Dans : Le marchand italien au Moyen-Age Conférences et bibliographie, A. Colin. 1952, p. XXI et suiv.. La formation et la culture des marchands italiens ont constitué ultérieurement le sujet de la thèse de C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence. 1375-1434, Paris. Mouton, 1967 notamment le ch. II de la 3° partie . Formation intellectuelle et culture des marchands.

7 Publié en 1936, The mediaeval Academy of America, Cambridge, Mass, U.S.A.

8 Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, Paris, Plon, 1954, p. 527, 615.

9 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse vers 1450-1561, thèse lettre, Toulouse 1962. Quant au plus célèbre homme d’affaires français du 15e siècle, Jacques Cœur fils d’un riche marchand pelletier de Bourges, il ne semble pas avoir pris de grade universitaire. Il commence sa carrière comme associé d’un monétaire et changeur.

10 Sur les Universités médiévales, J. Verger, Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986.

11 Nous avons utilisé la seconde édition, publiée à Cologne, en 1622, in f°, 926 p. Les traités édités sont les suivants : De discussionibus de Benoit de Piombino, De Subhastatione de Louis Damhoudere, De debitore suspecto et fugitivo, de J.B. Cacialupi, De jus sistendi et manum injectione de P. Pecko Liriaco, De represailliarium seu de injuris et damno data de J.J. a Canibus, De sequestratonibus de Jq. d’Abrena, De sequestris De sequestrorum d’Ange de Perouse, de Cessione actio de Jq. d Arena, De remunciatione juris civilis, de J. Butirago de Bologne, De cessio bonorum. de Mattieu Bruni, de Rimini.

12 Sigismundi Scaccia, Tractatus de commerciis et cambis, 3° éd., Genève, 1644, in 4° le sous-titre évoque : les intérêt, les paiements, les prescriptions, dépôts et compensation, cessions de droit, hypothèque, tutelle et curatelle, procédure, cession de biens. Il commence par une question traditionnelle : “Commercia an sit prohibita ?”.

13 Les professeurs de droit français, institués par Louis XIV en 1679 dans chaque Faculté de droit, auraient pu insérer quelques éléments de droit commercial à l’occasion du commentaire des Ordonnances sur le commerce de 1673 et 1681, L’Ordonnance de 1673 a été commenté par Bornier, Boutaric, Bécamel et Jousse ; celle de 1681 par Mervilly et Valin. La bibliothèque choisie des livres de droit Camus et Dupin. t. II. ne mentionne, outre ces derniers commentaires, que les études de Condillac et Forbonnais et le Dictionnaire de Penchet, (an 7). Les recueils de “Parères”, dont celui de Savary, ont constitué une autre source de connaissance du droit commercial au XVIIe siècle.

Notes de fin

* Extraits de : Histoire, gestion, organisation, Quatrièmes rencontres, nov. 1995, Toulouse, E.S.U.G., 1996, p. 11-16.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search