Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

VI Partie. Économie - Société - Gestion

Robespierre avait-il une doctrine économique ?*

Texte intégral

  • * Par Germain et Mireille Sicard, Extraits des Mélanges offerts à Max Cluseau, Toulouse, Presses I.E. (...)
  • 1 Une bibliographie exhaustive de Robespierre se confondrait avec celle, illimitée, de la Révolution (...)

1Tous les jeunes Français ont été habitués à considérer Maximilien Robespierre comme la principale personnalité du Panthéon révolutionnaire. On l’imagine à partir du portrait rendu célèbre dans les éditions successives du manuel d’histoire Mallet-Isaac, avec des vêtements soignés, les cheveux poudrés, ses lèvres minces, les yeux durs, le visage froid tendu par on ne sait quel guet1.

2 Sa brève et fulgurante carrière résume les ambitions de cette bourgeoisie intellectuelle dont le rôle fut capital dans la préparation, la réalisation, l’enracinement de la Révolution française.

3Né en 1758 à Arras, orphelin de mère à six ans, il puise dans le goût des études la volonté de surmonter l’isolement et la pauvreté. Élève au collège oratorien d’Arras, puis boursier à Louis-le-Grand, il découvre l’Antiquité romaine, Montesquieu, puis Rousseau dont il restera le disciple. Devenu homme, il s’installe avocat à Arras, condition ordinaire des intellectuels dépourvus de la fortune nécessaire pour acquérir une charge. Il se fait remarquer au barreau comme à l’Académie d’Arras par son éloquence précise et son habile dialectique.

  • 2 Œuvres, IV (Le défenseur de la Constitution), p. 34.

4Dès l’annonce de la convocation des États-Généraux, il pressent l’approche des grandes mutations, s’engage dans le combat politique, choisit son camp, celui de la lutte contre ceux qu’il juge “ennemis du peuple”, et d’abord, les “aristocrates”. Au moment d’entrer dans la carrière publique, il s’adresse à son modèle Jean-Jacques : “Ton exemple est là devant mes yeux. Je veux suivre ta trace vénérée… heureux si dans la périlleuse carrière qu’une révolution inouïe vient d’ouvrir devant moi, je reste constamment fidèle aux inspirations que j’ai puisées dans tes écrits”2.

5Il sait se faire élire député du Tiers aux États-Généraux. Assez vite, il s’y distingue parmi les orateurs les plus incisifs de la gauche : dès le 18 mai, il propose au Tiers d’inviter le clergé à se joindre au “corps national” ; le 20 juillet, devant l’Assemblée devenue Nationale et Constituante, il glorifie l’insurrection du 14 juillet, “quelques têtes abattues sans doute, mais des têtes coupables”, et “c’est à cette émeute que la Nation doit la liberté”. Ses nombreuses interventions, soit à l’Assemblée, soit au club des Jacobins (Société des Amis de la Constitution, puis Amis de la Liberté et de l’Égalité) sont inspirées des mêmes desseins : anéantissement de l’Ancien Régime, hostilité vis-à-vis des aristocrates, lutte pour l’égalité des citoyens, abaissement du pouvoir royal. Il se pose en champion infatigable de la “Nation” et du peuple. Dans son périodique Le défenseur de la Constitution, il expose de la manière suivante ses sentiments (printemps 1792) : “Le spectacle de ces grandes Assemblées éveilla dans mon cœur un sentiment sublime et tendre, qui me lia pour jamais à la cause du peuple… le peuple seul est bon, juste, magnanime”. Il est contre le veto, contre la distinction qui réserve les prérogatives de citoyen actif à ceux qui paient une contribution directe. Il n’emporte pas souvent la décision, se situant “en avant“d’une Assemblée qui veut consolider les positions des classes moyennes, mais il est soutenu par les acclamations des tribunes. Il se venge par des attaques redoublées contre tous ceux qu’il juge liés à la Cour (septembre 1791). Il obtient que les constituants (qui l’avaient déçu) décident d’être inéligibles à l’Assemblée Législative.

6Rendu à la vie privée, Robespierre continue ses luttes aux Jacobins et dans la presse. Devant l’aggravation de la conjoncture (fuite du roi, schisme religieux, émigration, guerre, tensions sociales, pénurie des subsistances), il contribue à donner un nouvel élan à la Révolution. Il propose le 29 juillet, la déchéance du roi et le renouvellement de l’Assemblée. À la suite de l’insurrection du 10 août qu’il glorifie, il devient membre de la nouvelle Commune de Paris (qui constituera désormais l’une des assises de son pouvoir). Élu triomphalement à la Convention, vénéré par le peuple parisien comme “l’Incorruptible”, orateur prestigieux de la Montagne, il fait place nette dans la course au pouvoir. Le roi est pris, jugé, guillotiné. Les Girondins, a leur tour, sont accusés, mis en minorité à la Convention, arrêtés, jugés, guillotinés (mai-octobre 1793).

7Devenu membre du Comité de Salut public, Robespierre exerce pendant douze mois (27 juillet 1793 – 8 thermidor an 2) un véritable leadership de la Révolution. Il l’utilise, avec ses fidèles, pour consolider le gouvernement révolutionnaire, véritable dictature de la République absolue.

8Au moyen d’une mobilisation générale des hommes et des ressources de la Nation, les armées ennemis sont repoussées et vaincues. Au prix d’une répression implacable (Terreur), les adversaires du régime sont éliminés ou forcés de se terrer. Les épurations atteignent tous ceux qui s’écartent de la “Ligne générale“ : les “Enragés” (Hébert et Jacques Roux) puis les “Indulgents” (Danton, Desmoulins) sont envoyés à la mort. Mais les assises révolutionnaires ont été réduites par les éliminations, les enthousiasmes lassés par les dénonciations successives, comme conspirateurs, des gloires d’un moment. Ceux que Robespierre a menacés osent s’allier contre lui, des modérantistes aux ultra-terroristes (Fouché, Tallien) et aux “techniciens” (Carnot, Cambon). Et l’orateur qui avait tant de fois foudroyé ses adversaires depuis la tribune de l’Assemblée Nationale est à son tour vaincu, mis hors la loi par un vote de ses collègues, arrêté, guillotiné (9-10 thermidor an II : 27-28 juillet 1794). On acclamera la mort du “Tyran Robespierre”.

  • 3 Cf. J. Godechot, L’histographie française de Robespierre, art. cité, note 1.

9Notre propos ne saurait être d’ajouter un jugement de plus sur celui qui a été si âprement discuté, sur sa personnalité et ses actions dans les années de sa carrière publique et dans l’Histoire, vilipendé par les uns comme l’animateur hypocrite et froid d’une Terreur systématique, glorifié par les autres comme le défenseur intraitable du peuple, des pauvres et de la Vertu. Nous n’avons pas non plus à reconstituer à partir des centaines d’ouvrages et des milliers d’articles publiés sur lui une historiographie, qui épouserait depuis près de deux siècles les contours des attitudes intellectuelles dominantes de chaque époque3.

10Notre enquête dans ce volume d’hommage rendu à un maître de l’économie financière, qui enseigna l’histoire des doctrines économiques, est singulièrement plus restreinte dans sa focalisation. S’interroger sur la pensée économique de l’homme en qui s’est incarné, plus qu’en tout autre, le mouvement révolutionnaire français, constitue une démarche d’autant plus naturelle que les Assemblées révolutionnaires ont été amenées maintes fois à discuter des problèmes et à définir des politiques économiques : depuis les débats sur la situation des finances publiques à l’automne 1789, sur la liberté des commerce et du travail (printemps 1791), jusqu’à l’adoption d’une politique sévère de blocage des prix en 1793, et à l’édification d’un véritable système de contrôle national des subsistances.

  • 4 Saint Just, lui, réalise une analyse économique solide à propos des assignats ; cf. C. A. Michalet, (...)

11Une réflexion sur les vues économiques de Robespierre recoupe le débat actuel sur la signification de l’interventionnisme économique des Jacobins : s’agit-il d’une démarche déjà socialiste, ou seulement d’un ensemble de mesures de circonstances rendues nécessaires par les besoins des armées et des “sans-culottes” ? L’utilisation des sources (les écrits et surtout les discours de Robespierre lui-même) place immédiatement le chercheur devant un paradoxe : cet orateur infatigable et pugnace, dont les gazettes relèvent plus de 500 interventions à la Constituante, qui a pris la parole presque chaque jour aux Jacobins ou à la Convention durant certaines semaines de 1793, intervient peu, ou point dans les débats économiques. Il se tait dans les débats sur les biens du clergé (1789-1709). Il se tait dans le débat qui conduit à la loi Le Chapelier (juin 1791) qui prohibe et punit toute association d’employeurs ou de salaires pour la défense de “leurs prétendus intérêts communs”. Il n’intervient pas dans les débats qui aboutissent au vote de la taxation (maximum) des grains (4 mai 1793). Il prononce quelques mots à peine dans la discussion qui conduit au vote du maximum général (29 septembre 1793) ; on ne relève aucune intervention de sa part à l’occasion des décrets de Ventôse an II qui organisent le séquestre des biens des suspects et leur vente en petits lots au profit des patriotes indigents4.

12Il convient alors de poser en forme d’interrogation le problème d’une pensée économique de Robespierre ; pour tenter de l’élucider, il faut avoir recours à ses discours à caractère politique, et à ses interventions à propos des troubles du fait des subsistances.

13Les bases mêmes du système libéral auquel les contemporains de Robespierre étaient habitués, sont en somme la propriété privée et la liberté du marché. C’est à propos de ces deux institutions que peuvent s’ordonner les interventions de Robespierre.

– I –

  • 5 “La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la (...)
  • 6 L’édit d’août 1669 portant règlement général pour les eaux et forêts autorisait les seigneurs à se (...)

14C’est au printemps 1793 seulement, à l’occasion de la préparation de la nouvelle “Déclaration des droits de l’homme“que Robespierre développera solennellement sa doctrine de la propriété. Il n’intervient pas au mois d’août 1789 devant les séances de la Constituante qui rangent le droit de propriété privée parmi les droits naturels, inviolables et sacrés, et le protègent si fortement par le fameux article 17 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen5. Est-ce prudence, ou bien le signe qu’il s’en tient encore aux conceptions libérales dominantes ? On ne peut décider. Mais il intervient dès mars 1790, selon la logique des combats politiques où il excellera désormais : contre les seigneurs, il prend la parole dans le débat sur le droit de triage, ce tiers des biens communaux attribué aux seigneurs en vertu des édits qui organisaient les partages des communaux6.

  • 7 Œuvres, t. VI, Discours, 1er partie, p. 272.

15S’il demande l’abolition des droits acquis par les seigneurs sur cette base durant les quarante dernières années, Robespierre se garde d’attaquer le principe même de la propriété. Au contraire, il entend démontrer, dans son discours du 4 mars 1790, qu’il fonde son argumentation sur le droit des véritables propriétaires, les communautés rurales “volées“par le prélèvement au profit du seigneur. “Que l’on nous dise bien quel est le véritable propriétaire, de celui qui a été dépouillé de son bien par la force ou de celui entre les mains duquel ont passé ses dépouilles7”. Même s’il préfère déjà la propriété du peuple à celle du seigneur, c’est au nom de la propriété qu’il combat.

  • 8 Œuvres, t. VI, Discours, p. 552 (séance du 23 octobre 1790).

16Cette propriété privée qu’il accepte, il soutient, dès 1790, qu’elle mérite moins de respect que le principe primordial de l’égalité civile des citoyens. À la majorité des Constituants, qui entendent réserver la “capacité d’exercice” du pouvoir politique et administratif à ceux qui ont quelque bien, Robespierre oppose fermement le principe que l’homme est “citoyen par la nature“8.

  • 9 Ibidem., p. 611, séance du 5 décembre 1790
  • 10 Œuvres, t. VII, Discours, p. 158 : “Si vous portez au Trésor Public une contribution plus considéra (...)

17 Prétendre que “les propriétaires seuls étaient dignes du nom de citoyens“est un abus des riches, c’est aggraver encore les inégalités que de priver les pauvres de “ces biens imprescriptibles qu’aucune loi humaine ne peut ravir”. En octobre 1790 il tente de combattre le suffrage censitaire ; le 5 octobre, il soutient que tous les citoyens9, riches ou pauvres, ont le même droit de faire partie des gardes nationales. Avec la détermination qui caractérisera toute son action politique, il conteste le bien fondé des décrets rendus contre sa volonté. Faute de pouvoir les attaquer à la tribune de la Constituante, il les critique dans les sociétés populaires. Il fait imprimer en avril 1791 son “Discours sur la nécessité de révoquer les décrets qui attachent l’exercice des droits de citoyen à la contribution du marc d’argent”, opposant l’égalité naturelle des droits au suffrage censitaire, fruit de la propriété des biens : “C’est blesser tous les principes sociaux que de la [l’autorité publique] placer entre les mains des riches”10.

  • 11 Ibidem., La Déclaration des droits de l’homme reconnaissait l’égalité civile entre les citoyens. Ce (...)
  • 12 Œuvres, t. VII, Discours, p. 166, (avril 1791).

18Robespierre regrette les inégalités de fortune, et déplore les conséquences morales de l’opulence : “Croyez-vous de bonne foi qu’une vie dure et laborieuse enfante plus de vices que la noblesse, le luxe, l’ambition… Et si nous voulons presser cette idée, quelle est la source de cette extrême inégalité des fortunes qui rassemble tant de richesses en un petit nombre de mains ? Ne sont-ce pas les mauvaises lois, les mauvais gouvernements, enfin, tous les vices d’une société corrompue ?”11. Il accepte cependant la propriété privée, source de ces inégalités, qui sont “un mal incurable ou nécessaire”, mais poursuit un parrallèle, qui prolonge Rousseau et annonce Babœuf, entre “les riches”, qu’il vitupère, et le peuple, qu’il glorifie. “Le peuple ne demande que le nécessaire ; il ne veut que justice et tranquillité… Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple. L’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier”12. La formule pourrait justifier une mobilisation des masses contre les riches, mais Robespierre ne poursuit pas dans ce sens.

19 À l’occasion des discussions sur la réforme du droit des successions. Robespierre condamne à nouveau “toute institution qui tend à augmenter l’inégalité des fortunes“comme “mauvaise et contraire au bonheur social”.

20Toujours enclin à traiter des conditions économiques sous l’angle de la moralité, il use de formules superbes pour dénoncer Mammon : “Les grandes richesses enfantent les excès du luxe et des voluptés qui corrompent à la fois ceux qui les possèdent et ceux qui les envient”. Il en vient à concevoir la puissance de l’argent comme un instrument “d’aliénation“ : “L’extrême inégalité est la source de tous les maux… c’est par elle que l’homme avilit l’homme, et fait de son semblable l’instrument de son orgueil, le jouet de ses passions ou le complice de ses crimes… les lois elles-mêmes ne sont plus que des instruments entre les mains des riches pour opprimer les pauvres”.

21Ne fait-il pas à cet égard la transition entre le communisme antique d’un Platon contempteur de la ploutocratie, et le communisme contemporain qui combat le capitalisme privé ?

22Mais Robespierre ne définit jamais riches et pauvres en termes de “rapports dans le processus de production”. Et sa dénonciation de “l’exploitation“dans une période oratoire ne le conduit pas à des propositions destructives du système libéral.

23Dans ce débat sur le régime des successions, il s’attaque aux institutions qui tendent à la consolidation des fortunes et des inégalités, droit d’aînesse, substitutions : comme bon nombre de ses contemporains, il redoute que les pères de famille ne désavantagent les enfants les plus “patriotes”. Il voit dans l’égalité successorale des descendants le moyen d’écarter l’intervention des volontés politiques particulières, et celui de tendre vers une égalité des droits qui est “la source de tous les biens“ mais “mille causes différentes doivent nécessairement la déranger plus ou moins”.

24Dans cette Assemblée Constituante où les intérêts de la bourgeoisie libérale étaient bien défendus, Robespierre avait reconnu la propriété privée, mais critiqué les inégalités.

25Inéligible à l’Assemblée Législative, en vertu d’une loi qu’il avait lui-même inspiré, il intervient par la plume, prend la parole dans les sociétés politiques ; les débats de politique générale mobilisent son activité, toujours avivée par la crainte des complots et des trahisons.

  • 13 Œuvres, t. IX, Discours, p. 109 et suiv. (séance du 2 décembre 1792).

26Avec la réunion de la Convention, il retrouve une tribune à la mesure de sa popularité et de son talent. Il est à nouveau confronté aux choix économiques. Dans une Nation mobilisée, où le ravitaillement devient difficile, le problème des subsistances et leur prix va susciter les mécontentements, voire les troubles. Lorsque la Convention, à la suite de troubles dans l’Eure-et-Loire, délibère sur les difficultés de ravitaillement, Saint-Just dénonce l’inflation des moyens de paiement (les assignats) comme cause principale de la hausse des prix, et propose de faciliter la libre circulation des biens ; Robespierre au contraire pose à nouveau le problème sous l’angle du fondement du droit de propriété (décembre 1792) : “La première loi sociale est donc celle qui garantit à tous les membres de la société les moyens d’exister… ; la propriété n’a été instituée ou garantie que pour la cimenter ; c’est pour vivre d’abord que l’on a des propriétés. Il n’est pas vrai que la propriété puisse jamais être en opposition avec la subsistance des hommes. Tout ce qui est indispensable pour la conserver [la vie] est une propriété commune à la société tout entière. Il n’y a que l’excédent qui soit une propriété individuelle et qui soit abandonné à l’industrie des commerçants”13.

  • 14 Ses adversaires ne sont pas insensibles au contraste, Barbaroux s’écrie par dérision : “Quand le pe (...)

27Cette conception singulièrement restrictive du droit de la propriété rappelle les positions de divers théologiens médiévaux sur la “propriété commune” des premiers temps. Robespierre, par ailleurs, ne se soucie pas d’exploiter ces prémisses et ajoute, par prudence ou dédain, qu’il ne cherche pas à “blesser les droits de la propriété” et qu’il souhaite même être “utile aux riches et à tous les propriétaires“car “le plus grand service que le législateur puisse rendre aux hommes, c’est de les forcer à être honnêtes gens”. Robespierre attribue plus d’importance au progrès moral qu’à une réglementation pratique14.

28Enfin Robespierre choisit l’occasion solennelle de la nouvelles déclaration des droits de l’homme, afin de proclamer sa théorie de la propriété, et d’attaquer en même temps, devant le peuple de Paris ses adversaires girondins, partisans du libéralisme économique. Robespierre, qui a fait applaudir son projet à la séance des Jacobins du 21 avril 1793, le défend à la Convention par son discours du 24 avril. Le projet du Comité de Constitution, rédigé par Condorcet, lui paraît faible, et fait “non pour les hommes, mais pour les riches, pour les accapareurs, pour les agioteurs, pour les tyrans”.

  • 15 Œuvres, t. IX, Discours, p. 459. La Convention, encore marquée par l’influence girondine avait décr (...)
  • 16 Ibidem. : Il continue, en rhétoricien expérimenté dans l’usage des parallèles ; “la chaumière de Fa (...)

29Dans un exorde habile et dédaigneux, il prétend “n’alarmer personne”, “compléter votre théorie sur la propriété”. Il s’écrie : “Âmes de boue, qui n’estimez que l’or, je ne veux point toucher à vos trésors, quelqu’impure qu’en soit la source”. Il fustige ceux qui affectent de redouter le partage des propriétés (loi agraire) : “Vous devez savoir que cette loi agraire dont vous avez tant parlé n’est qu’un fantôme créé par les fripons pour épouvanter les imbéciles”15. Il continue par une variation sur l’un de ses thèmes favoris : “L’extrême disproportion des fortunes est la source de bien des maux et bien des crimes ; mais nous n’en sommes pas moins convaincus que l’égalité des biens est une chimère. Pour moi, je la crois moins nécessaire encore au bonheur privé qu’à la félicité publique ; il s’agit bien plus de rendre la pauvreté honorable que de proscrire l’opulence”16.

  • 17 “Demandez à un marchand de chair humaine ce que c’est que la propriété ; il vous dira en vous montr (...)

30Puis il aborde sa démonstration. “Posons de bonne foi”, dit-il “les principes du droit de propriété ; il le faut d’autant plus qu’il n’en est point que les préjugés et les vices des hommes aient cherché à envelopper des nuages plus épais” ; par un procédé de polémiste il entend discréditer les fausses notions au moyen d’exemples propres à exciter l’imagination de l’auditoire : propriété du négrier sur sa cargaison d’hommes “encaissés et enferrés”, propriété a du gentilhomme qui a des terres et des vassaux et donnera sur la propriété des idées à peu près semblable”17 ; autre propriété encore “celle des Capétiens qui vous diront que la plus sacrée de toutes les propriétés est sans contredit le droit héréditaire dont ils ont joui de toute antiquité d’opprimer, d’avilir et de pressurer légalement…”. Quel est donc le vice de toutes ces possessions infâmes ? Nous allons une fois encore retrouver le souci premier de Robespierre : “Aux yeux de tous ces gens-là la propriété ne porte sur aucun principe de morale”. Les rédacteurs du projet de Déclaration des droits ont commis l’erreur de ne pas donner à la propriété les “bornes du droit d’autrui”, ils ont a multiplié les articles pour assurer la plus grande liberté à l’exercice de la propriété” sans “en déterminer le caractère légitime”. Pour “réformer ces vices”, il propose aux conventionnels de consacrer “les vérités” en 4 articles :

  1. – La propriété est le droit qu’a chaque citoyen de jouir et de disposer de la portion des biens qui lui est garantie par la loi. IL – Le droit de propriété est borné comme tous les autres par l’obligation de respecter les droits d’autrui.
  2. – Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à la propriété de nos semblables.
  3. – Toute possession, tout trafic qui viole ce principe est illicite et immoral.

31Le droit “inviolable et sacré” de 1789 se ramène désormais à ce que le législateur acceptera de laisser au propriétaire, compte-tenu des exigences politiques (sûreté et liberté) et sociales (existence et propriété d’autrui).

32La loi, chargée de garantir l’étendue des propriétés peut aussi bien les restreindre. La “loi agraire“dont se gaussait Robespierre est-elle si loin ? Pourtant, il n’admettra pas lui-même les projets de redistribution des richesses des “Enragés”, et les éliminera en mars 94.

33Et la Convention elle-même, quoique dominée par la Montagne (après le coup de force des 1-2 juin 1793 contre les Girondins), n’ose pas retenir les formules inquiétantes de l’Incorruptible. La déclaration des droits du 24 juin entérine la conception libérale du droit de propriété comme “celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens et de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie”.

34Les Montagnards ont-ils préféré cette formule concrète et bénigne pour rassurer les millions de propriétaires, moyens et petits qui constituaient le gros de la classe politique ?

35L’attitude même de Robespierre ne laisse pas de surprendre : nous le voyons prêt à dénoncer le riche, l’oppression, les inégalités aliénantes, mais peu empressé à tirer contre la propriété privée elle-même les conséquences de ses propres analyses.

  • 18 Œuvres, t. X, Discours, p. 9. Rappelons que la Convention avait décrété la peine de mort aussi bien (...)

36Il conseille d’œuvrer avec une grande prudence dans le sens d’une réduction des inégalités : “Diminuer les nécessités de l’indigence, diminuer le superflu de la richesse, c’est un but auquel doivent tendre toutes nos institutions, mais il faut que la justice comme la prudence règle notre marche”. Il n’est pas indifférent d’observer que c’est le 29 juillet 1793, dans le cadre de son discours sur l’éducation, où il présente à la Convention le plan Lepelletier, qu’il évoque la nécessité de concilier propriété privée et modération des différences sociales : “On ne peut s’avancer que pas à pas, tout moyen convulsif est inadmissible, la propriété est sacrée, et ce droit a reçu de votre premier décret une nouvelle et authentique garantie… La mesure la plus douce comme la plus efficace de rapprocher l’immense distance des fortunes… se trouve dans le mode de répartir les charges publiques… soulager celui qui a peu, que le poids porte principalement sur le riche… en deux mots, l’enfant du pauvre sera élevé par le riche…”18.

  • 19 Robespierre use de ces expressions dans son Défenseur de la Constitution, (n° 4, avril ou mai 1792) (...)

37Pourquoi cette prudence (qui rejoint celle de la majorité des conventionnels) ? Pourquoi souligner tant de fois que l’égalité des biens est une chimère, qu’elle est impossible, injuste, impraticable19.

  • 20 Œuvres, VII, Discours, p. 181.

38Cela tient d’abord, semble-t-il, à la manière d’envisager les problèmes, même économiques, sous l’angle politique et moral. Les diatribes contre la richesse et les risques d’aliénation ne doivent pas abuser, malgré leur son “pré-marxiste”. Robespierre ne s’intéresse guère au “système de production”. Aussi bien dans son discours devant la Constituante sur le “marc d’argent”, que dans son intervention à la Convention sur la propriété, il s’exprime en avocat qui veut convaincre son auditoire, et ne craint pas d’user de conceptions floues : pour prouver (discours d’avril 1791) que le pauvre lui-même est un propriétaire, il énumère comme propriété ses habits, son salaire, et même le droit “d’exercer librement toutes les facultés du cœur et de l’esprit”. Il présente comme une forme de possession ou de propriété “la liberté, la vie, le droit d’obtenir protection des lois… le droit de repousser l’oppression”. Il accuse “les riches“d’avoir par un étrange abus des mots… restreint à certains objets l’idée générale de propriété”20. Ce bizarre raisonnement traduit-il l’affectation dédaigneuse de se placer sur le terrain même de ses adversaires, la défense des propriétaires (en 1791) ? ou bien correspond-il à une habitude invétérée d’user du concept de propriété privée, axiome du courant dominant de l’idéologie des lumières ? Il montre à coup sûr que Robespierre se soucie peu d’analyse économique rigoureuse.

39En somme, au travers des circonstances politiques diverses dans lesquelles il rencontre, de 1790 à 1794, les problèmes des inégalités sociales, Robespierre accepte l’appropriation privée des fortunes comme un mal nécessaire, quitte à limiter la propriété par le droit à la subsistance, à déplorer les effets pervers d’inégalités trop accentuées, et l’insolente suprématie des riches. N’était-ce pas là un lieu commun des prédicateurs médiévaux ? Les réactions de Robespierre ne sont-elles pas en somme celles de la petite bourgeoisie urbaine ?

– II –

40L’autre dimension de la vie économique, celle des échanges, est abordée à plusieurs reprises par Robespierre, selon sa perspective habituelle de combat politique.

  • 21 C’est l’affaire des “acquits à caution”. Robespierre invite l’Assemblée Constituante à s’opposer à (...)
  • 22 Œuvres, t. IX, Discours, p. 114.
  • 23 Œuvres, t. X, Discours, p. 570. La volonté de discréditer Cambon inspire ce passage d’un discours l (...)

41On relève chez lui, comme chez ses contemporains, l’habitude de raisonner dans le cadre d’une économie de marché. Il croit que l’abondance naturelle des productions de la France devrait permettre à chacun de subvenir à ses besoins. Dans une de ses premières interventions (janvier 1790), il se montre favorable à la libre circulation des grains et hostile au contrôle administratif, qui lui paraît inquisitoire21. Dans son discours du 2 décembre 1792 sur les subsistances, il juge nécessaire la circulation des grains, la compare à la circulation du sang qui irrigue tous les organes. “La circulation est celle qui met la denrée de première nécessité à la portée de tous les hommes, et qui porte dans les chaumières l’abondance de la vie”. Cette libre circulation doit être rétablie malgré les malveillances et les cupidités qui la perturbent22. Dans son ultime discours à la Convention, le 8 thermidor, il accuse Cambon et ses associés du Comité des finances “d’ébranler le crédit public”, il propose de “ramener la République à un régime naturel et doux qui seul peut entretenir l’abondance”23.

  • 24 Œuvres, t. IX, Discours, p. 586, (21 juin 1793).

42Il avait critiqué vivement, à l’occasion du projet d’emprunt forcé proposé par le même Cambon, le recours “à une inquisition cruelle, qui rapprocherait l’esprit de cette loi de celui de l’ancienne fiscalité”24.

  • 25 Œuvres, t. X, Discours, Discours du 26 ventôse an 2 aux Jacobins. La démarche intellectuelle de Rob (...)

43Entre temps, au cours des offensives qu’il mène contre les “Enragés“ ou “Hébertistes”, Robespierre leur reproche de chercher à discréditer tous les marchands, et à rendre par conséquent les échanges impossibles, et la disette assurée : “Hébert disait il y a quelque temps que tout commerce était un despotisme, qu’où il y avait commerce, il ne peut y avoir en même temps de liberté. Si le marchand est nécessairement un mauvais citoyen, il est évident que personne ne peut plus vendre ; ainsi cet échange mutuel qui fait vivre la société est dissous”. Pour Robespierre, le commerce privé reste donc l’instrument normal des échanges25.

44Mais le recours au “laisser faire“doit se combiner avec les nécessités de la subsistance des citoyens, et particulièrement du peuple des pauvres, dont Robespierre se veut le défenseur attitré.

  • 26 Œuvres, t. IV, Journaux, p. 132 : “Plus le blé renchérit, plus le salaire des travaux diminue, et t (...)

45Ce problème des subsistances, il l’aborde au printemps 1792 dans son périodique Le défenseur de la Constitution, sous l’angle de la théorie économique : plus le blé renchérit, plus la misère augmente, plus l’emploi se raréfie et les salaires diminuent par l’effet de la concurrence26.

  • 27 Œuvres, VI, Discours, p. 341, discussion à la Constituante sur une adresse de la municipalité de Di (...)

46Le sentiment qu’il est juste de prendre en compte les besoins vitaux du peuple détermine Robespierre à nuancer tôt les principes de liberté du commerce. Dès avril 1790, il se montre réservé vis-à-vis du libéralisme intégral27 ; il accusera la Constituante d’avoir suivi les errements de l’Ancien Régime (sur la libre circulation des grains).

  • 28 Cf. sur la pensée économique de Saint-Just, Ch. A. Michalet, Économie et potitique chez Saint-Just. (...)

47 À l’automne 1792, lorsque la pénurie des denrées s’aggrave à Paris, la Convention, confrontée aux mouvements populaires, discute des moyens d’assurer les subsistances à des prix abordables ; Robespierre entre en lice. Son discours du 2 décembre s’en prend aux partisans du “laissez-faire, laissez- passer”, nombreux parmi les députés girondins. À son habitude Robespierre souligne le côté juridique et moral des problèmes, tandis que Saint-Just, dans le même débat attribue principalement la hausse des prix à l’inflation des assignats28. La disette ne peut être imputée qu’aux vices de l’administration ou des lois, “les mauvaises lois et la mauvaise administration“ont leurs sources dans les faux principes et dans les mauvaises mœurs. “La liberté du commerce est nécessaire jusqu’au point où la cupidité homicide commence à en abuser”. Puis il souligne les erreurs des “libéraux”, selon un raisonnement qui ne pouvait manquer de toucher les “sans-culottes”, particulièrement sensibles au coût des denrées de première nécessité.

  • 29 Œuvres, t. IX, Discours, p. 109 et suiv.
  • 30 Robespierre esquisse ainsi un parallèle entre les principes valables pour les temps de tranquilité, (...)

48D’une part, les partisans de la liberté illimitée ont oublié que les denrées de première nécessité ne sont pas seulement des marchandises dont le prix est déterminé par les lois du marché ; elles constituent aussi l’aliment indispensable à la vie des hommes : (ils) “n’ont mis aucune différence entre le commerce du bled… et celui de l’indigo… ils ont plus disserté sur le commerce des grains que sur la subsistance du peuple et faute d’avoir fait entrer cette donnée dans leurs calculs, ils ont fait une fausse application… Ils ont compté pour beaucoup les profits des négociants et des propriétaires et la vie des hommes pour à peu près rien”29. D’autre part, ils n’ont pas su tenir compte des “circonstances orageuses que les révolutions amènent“30.

49En ajoutant aux principes d’une économie de marché le correctif d’un “droit aux subsistances”, Robespierre reprenait ici encore un thème des théologiens médiévaux, et qui avait pu demeurer familier aux juristes.

  • 31 Œuvres, t. IX, Discours, p. 112, séance à la Convention du 2 décembre 92.

50 Au-delà d’une simple critique de l’avidité des riches, il développe une véritable théorie du droit à la subsistance ; il admet bien que “les denrées qui ne tiennent point aux besoins de la vie peuvent être abandonnées aux spéculations les plus illimitées des commerçants” ; mais “nul homme n’a le droit d’entasser des monceaux de blé à côté de son semblable qui meurt de faim”. “Il n’est pas nécessaire que je puisse acheter de brillantes étoffes ; mais il faut que Je sois asssez riche pour acheter du pain, pour moi et mes enfants”. On retrouve ainsi l’hostilité de l’auteur vis-à-vis des situations trop inégales. C’est à partir du principe suprême du droit à la vie qu’il résout par une dialectique pressante les contradictions possibles entre les intérêts des nantis et des pauvres : “Quel est l’objet de la société ? C’est de maintenir les droits imprescriptibles de l’homme. Quel est le premier de ces droits ? Celui d’exister. La première loi sociale est celle donc qui garantit à tous les membres de la société les moyens d’exister ; toutes les autres sont subordonnées à celle-là“31. Après avoir fondé, comme nous l’avons déjà relevé le droit de propriété sur celui de vivre, il affirme que la législation sur les subsistances doit “assurer à tous les membres de la société la jouissance de la portion des fruits de la terre qui est nécessaire à son existence ; aux propriétaires et aux cultivateurs le prix de leur industrie, et de livrer le superflu à la liberté du commerce”.

  • 32 Œuvres, t. IX, Discours, p. 454, lecture à la société des Jacobins d’un projet de Déclaration des d (...)

51Les thèmes du discours sont présentées en formules vigoureusement ciselées. La prééminence hautement reconnue du droit de chacun au nécessaire fait songer au futur programme socialiste : “à chacun selon ses besoins”. Dans son discours sur le projet de déclaration des droits de l’homme, Robespierre proposera que la Convention proclame que “la société est obligée de pourvoir à la subsistance de tous ses membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant des moyens de subsistance à ceux qui sont hors d’état de travailler“32. Les invectives contre les riches égoïstes, les marchands monopoleurs doivent atteindre aussi la Gironde, hostile aux mesures de contrainte. L’assimilation des accapareurs et des assassins annonce la loi du 26 juillet 1793 punissant de mort l’accaparement.

52Cependant, les conclusions manquent de fermeté. Selon les comptes rendus des séances, ce discours reçut un accueil mitigé. Dans la péroraison, l’orateur rappelle la nécessité d’assurer une véritable circulation des grains, avec déclaration des récoltes et vente obligatoire au marché. Des interrupteurs l’invitent à proposer lui-même des “lois sages”. Barbaroux ironise “Quand le peuple demandera du pain, nous lui donnerons le discours de Robespierre”.

  • 33 Œuvres, t. VI, Discours, p. 127 (À propos de la “loi martiale”).
  • 34 Œuvres, IV, Journaux, Le Défenseur de la Constitution, p. 15.
  • 35 Œuvres, X, Discours, p. 93-94.

53 Dans chacun des débats où il intervient à propos des subsistances et des troubles résultant des disettes, il se répand en propos amers sur les “monopoleurs” et les “accapareurs”. Il suspecte les nantis de complots renouvelés contre le peuple : dès le 21 octobre 1789, il demande que l’on recherche les accapareurs, plutôt que de réprimer les mouvements des citoyens qui réclament du pain ; les difficultés de ravitaillement révèlent “la trame qui reste ourdie contre la Nation”. Il réclame déjà que l’Assemblée Constituante s’érige en Tribunal pour juger les coupables33. Au printemps 92, pratiquant hardiment l’amalgame, il accuse la cour, les praticiens, les agioteurs de faire la guerre au peuple34. En septembre 1793, la crise du ravitaillement suscitant à nouveau l’agitation parmi les patriotes, il reprend sa diatribe au club des Jacobins : “Quant aux subsistances, nous ferons des lois sages et en même temps terribles, qui, en les assurant au peuple, détruiront à jamais les accapareurs, pourvoiront à tous les besoins du peuple, préviendront et déjoueront les complots qu’ourdissent ses ennemis pour l’insurger par la faim, l’affaiblir par le dénuement, l’exterminer par la misère”. L’orateur amplifie ses menaces jusqu’à l’appel au massacre : “Si les fermiers opulents ne veulent être que des sangsues du peuple, nous les livrerons au peuple lui-même ; si nous trouvions trop d’obstacles à faire justice des traîtres, des conspirateurs, des accapareurs, nous dirions au peuple de s’en faire justice lui-même“35. S’agissant du sérieux Robespierre, on ne peut croire à des rodomontades. Les massacres de septembre ont précédé d’un an ; les guillotines sont dressées sur les places publiques. Il s’agit bien plutôt d’affermir la confiance des sans-culottes dans le gouvernement révolutionnaire.

  • 36 Œuvres X, Discours, p. 115 – même attitude en octobre 1789 (Œuvres, VI p. 127. À l’occasion des éme (...)

54Robespierre, par ailleurs, n’a jamais manqué de prendre la défense du “peuple”, même en état d’émeute : “Les alarmes mêmes des citoyens doivent être respectées. Les mesures même qu’on propose ne fussent-elles pas aussi nécessaires que nous le pensons, il suffit qu’il [le peuple] les désire… pour vous déterminer à les adopter“36. Il déplore que la loi donne tort au peuple et avantage au riche.

  • 37 Œuvres, IX, Discours, p. 117.

55De même on retrouve constamment sa dialectique moralisatrice : la politique des subsistances doit rendre les négociants à la vertu. Dans ce discours du 2 décembre 1792 si sévère pour eux, il leur promet comme compensation (inattendue) aux contraintes, d’être forcés à redevenir honnêtes : “Apprenez à goûter les charmes de l’égalité et les délices de la vertu…” ‟le plus grand service que le législateur puisse rendre aux hommes, c’est de les forcer à être honnêtes gens“37.

56Mais ces thèmes constants de l’éloquence de Robespierre ne sont pas toujours orienté dans la même direction. Ses attitudes sont déterminées par le choix des adversaires qu’il combat. Après avoir contribué, par des discours qui étaient autant de combats, à abattre les monarchistes, les modérés, le roi lui-même, il s’attaque, fin 1792, aux Girondins, à ceux qui demeurent attachés au libéralisme. Il lutte à la tribune pour renforcer l’impulsion révolutionnaire. Les formules vengeresses ne lui manquent pas pour désigner à la vindicte des sans-culottes les riches et les marchands ; c’est un aspect majeur de la lutte contre la Gironde, qui se terminera par le coup de force des 31 mai et 2 juin 1793, la mise en accusation et l’arrestation des Girondins, qui seront condamnés par le tribunal révolutionnaire au terme d’une procédure expéditive.

  • 38 Œuvres, X, Discours, p. 9.
  • 39 J. Godechot montre (Institutions de la Révolution… op. cit., p. 353) que la Convention hésite à s’é (...)

57Après avoir dépêché ses adversaires, Robespierre se montre moins déterminé sur les problèmes de subsistance. Dans la séance du 27 juillet 1793, il fait ajouter, à la nomenclature des produits de première nécessité (qui accompagne le décret de la veille établissant la peine capitale contre l’accaparement) le sucre et le café, bien qu’ils servent seulement, dit-il, à alimenter des besoins factices ; “ce serait priver le peuple d’une grande jouissance que de ne pas lui conserver ces deux denrées coloniales dont il fait un usage si fréquent“38. À peine quelques jours plus tard, le 31 juillet, il reconnaît que la loi portant prix maximum des grains (votée le 4 mai 1793) présente des inconvénients, et suscite bien des mécontentements39 ; pour y couper court, le comité de Salut Public (Robespierre en fait partie depuis le 27 juillet) médite un nouveau projet “qui, sans doute, déjouera les complots des conspirateurs et assurera l’abondance et la paix publique”.

  • 40 Selon la version du “Journal des Débats” (Œuvres, X, p. 92) ; Selon le Moniteur Universel Robespier (...)
  • 41 Col ! ot avait déclaré : “Il est temps que vous portiez un dernier coup à l’aristocratie mercantile (...)
  • 42 Œuvres, t. X, Discours, p. 114-115. Robespierre commence, à son habitude, par un exorde adroit : “L (...)

58Un peu plus tard, le 4 septembre, alors que l’administration municipale se sent débordée par la foule qui manifeste et réclame des mesures efficaces, Robespierre, qui préside la Convention, se borne à répondre que la Convention vient de s’occuper des subsistances, et qu’elle a rendu un décret qui ordonne que les denrées de première nécessité seront taxées40. Lorsque Collot d’Herbois (déjà rapporteur de la loi du 26 juillet contre l’accaparement) propose à la Convention, le 18 septembre 1793, de ranger parmi les suspects les marchands qui vendent les denrées de première nécessité à des prix excessifs41. Robespierre s’y oppose. Il reconnait. que Collot, comme représentant en mission (dans l’Oise, au mois d’août), était fondé à réprimer les agissements de marchands qui vendaient trop cher, car “tout magistrat qui est témoin d’un acte vexatoire doit punir le marchand avide qui veut écraser le peuple”. Il invite la Convention à approuver ces arrêtés (est-ce pour apaiser Collot, mécontent de l’opposition à ses propositions ?). Mais : “il faut mettre une différence entre une mesure particulière prise contre un individu reconnu coupable et une loi générale“… Il soutient qu’une loi étant vague donnerait les moyens à des administrateurs peu patriotes de vexer les bons citoyens… la loi qui peut prêter à l’arbitraire non seulement manque le but mais encore, pèse sur le malheureux seul. Une telle loi entre les mains d’administrateurs aristocrates produirait précisément ces effets…”42. Et Robespierre fait adopter l’ajournement du projet Collot.

59Sa position ne peut manquer de surprendre : Pourquoi découvre-t-il après tant de lois révolutionnaires que la loi peut prêter à l’arbitraire ? Que les marchands peuvent être des victimes ? Est-ce uniquement pour permettre l’achèvement du rapport que prépare la Commission des subsistances ? La Convention, votera effectivement le 29 septembre, la loi du “maximum général“qui range parmi les suspects les commerçants qui vendent au-delà du prix autorisé. Robespierre n’aimait pas Collot, s’irritait de son emphase d’ancien acteur, des fluctuations de ses engagements politiques, de ses positions extrémistes qui l’apparentent aux “enragés”.

  • 43 Œuvres, IX, p. 275, discours aux Jacobins des 25 février et 1er mars 1793 “Le peuple doit se lever (...)
  • 44 Œuvres, t. X, p. 55 (séance aux Jacobins du 7 août 1793), p. 82, séance à la Convention du 26 août  (...)

60C’est à propos de cette lutte contre les “enragés” qu’il en vient à prendre la défense des boutiquiers. Lui qui, maintes fois, a dénoncé des complots destinés à affamer le peuple, méprise les pilleurs de boutiques. Il soupçonne une “faction” de profiter de la pénurie pour “alarmer le peuple“43. Hébert, qui avait acquis une solide popularité parmi les “sans-culottes”, grâce à son vigoureux “Père Duchêne”, réclamait, avec ses partisans, des actions énergiques contre les riches et les marchands, et le soutien des patriotes pauvres. Robespierre, lui, dénonce des manœuvres derrière les émeutes de la faim d’août et septembre 93 : des “scélérats soufflent le feu de la discorde à la porte des boulangers… On veut faire piller les magasins par des hommes inconnus et payés, pour imputer au peuple innocent le brigandage de quelques individus qui ne travaillent qu’à nous égorger”44. Dès le 5 août, à la tribune des Jacobins, il s’en prend à Jacques Roux : “un prêtre, homme seulement connu pour deux actions horribles. La première, d’avoir voulu faire assassiner les marchands, les boutiquiers, parce que, disait-il, ils vendaient trop cher…”.

  • 45 Œuvres, t. X, Discours, p. 376 (25 ventôse) et 384 (26 ventôse). Hébert fut arrêté dans la nuit du  (...)

61Lorsque le conflit avec les Hébertistes tourne à la lutte à mort, Hébert, au club des Cordeliers, accuse Robespierre de modérantisme (14 Ventose An II = 4 mars 1794). Robespierre, lui, les accuse, on l’a relevé plus haut, de vouloir affamer le peuple en pourchassant tous les marchands. Lors de la séance à la Convention du 25 Ventôse an II (15 mars 1794), il enlève la parole aux pétitionnaires de la Section Bonne-Nouvelle qui venaient réclamer que les marchands soient exclus de toute fonction publique. Le lendemain, aux Jacobins, il revient sur l’incident et argumente à nouveau contre Hébert : “La Section de Bonne Nouvelle, égarée par des scélérats, a été l’organe de l’intrigue. Hébert disait il y a quelque temps que tout commerce était un despotisme, qu’où il y a commerce, il ne peut y avoir en même temps liberté”45.

  • 46 Ibidem., t. X, Discours, p. 421, séance à la Convention du 12 germinal an II (1er avril 1794).

62Quelques jours plus tard, au cours de la discussion d’une nouvelle loi sur l’accaparement, Robespierre soutient le projet Oudot, moins sévère que la loi du 26 juillet 1793. Il se montre attentif aux intérêts du commerce et des marchands : “Le but de la loi proposée est de prévenir les fraudes et de ne point décourager le commerce ; la peine proposée par le Comité est suffisante pour atteindre ce but ; une peine trop forte réveillerait la malveillance, et une simple négligence pourrait ruiner un marchand…”46.

  • 47 F. Bornarel, Cambon et la Révolution française, Paris, Alcan, 1905. Les rapports entre les deux hom (...)
  • 48 Ce décret, voté le 23 floréal (= 12 mai 1794) étendait aux propriétaires de rentes viagères crées s (...)

63C’est sous le prétexte de défendre les intérêts des “petits rentiers“ que Robespierre (une fois les “Indulgents” et Danton abattus après les “Enragés”) s’en prend à son adversaire Cambon, véritable responsable des Finances publiques47. Au Comité de Salut Public, Robespierre défend les petits rentiers, qui se plaignent des dispositions de la loi du 23 floréal An II sur la conversion des rentes viagères (préparée par Cambon). Il obtient (ce sera l’une de ses dernières victoires) que l’exécution de la loi soit suspendue et que le Comité de Salut public prépare, par les soins de Barère, un rapport sur les modifications à apporter à cette loi48 ; un nouveau décret, voté par la Convention le 8 messidor An II, corrige, au profit des rentiers, le premier décret.

  • 49 L’incident de l’affrontement Cambon-Robespierre soulève un problème délicat de critique historique. (...)

64Enfin, dans son interminable discours à la Convention du 8 thermidor (contre les factions nouvelles et les députés corrompus), Robespierre s’en prend personnellement à Cambon et à ses associés du Comité des Finances : il les accuse pêle-mêle “d’innovation contre-révolutionnaire déguisée sous le dehors du patriotisme”, de “fomenter l’agiotage”, “d’ébranler le crédit public en déshonorant la loyauté française”, de “favoriser les riches créanciers, de ruiner et désespérer les pauvres”, “d’amener insensiblement la ruine de la fortune publique”. On sait que l’imprudence de cette attaque malavisée devait contribuer à perdre Robespierre. Cambon, connu pour son intégrité et son indépendance, se sent en danger de mort, et contre-attaque énergiquement : “Robespierre critique la loi du 23 floréal. Il n’y a que les agioteurs qui ont intérêt à attaquer cette opération“…. et il ose conclure : “Un seul homme paralysait la volonté de la Convention Nationale ; cet homme est celui qui vient de faire le discours ; c’est Robespierre ; ainsi jugez”. Alors commence l’hallali de celui qui avait subjugué l’Assemblée49.

  • 50 L’examen de la politique financière de la Convention, du texte des décrets du 24 août 1793 établiss (...)

65Ainsi Robespierre, le défenseur du peuple, qui avait tant dénoncé l’agiotage, l’accaparement, devenait attentif aux intérêts du négoce, une fois les Girondins éliminés. Au dernier jour de sa carrière, il se faisait accuser de complicité avec les agioteurs50, et ne savait pas répondre.

66On ne peut supposer -malgré les imputations qui accableront sa mémoire- que “l’Incorruptible“ait été gagné par des richesses qu’il méprisait tant. Ne percevait-il pas plutôt les inquiétudes croissantes de toutes ces petites gens qui avaient quelques biens et constituaient la majorité du peuple de Paris : boutiquiers, artisans, petits propriétaires ?

  • 51 Walter a observé, à partir d’un relevé méticuleux des décisions du Comité de Salut public, que Robe (...)

67Au terme de cette revue des interventions de Robespierre en matière économique, que conclure ? Une enquête aussi étroitement circonscrite ne peut guère faire pénétrer plus avant dans la personnalité d’un homme qui a suscité tant de recherches. Nous le voyons dialecticien subtil, raisonneur pressant (et parfois sophistique), haussant sa parole jusqu’à l’éloquence pour défendre le peuple et glorifier la vertu ; redoutable surtout dans l’invective. Homme de loi il se comporte en “procureur” de la Révolution, infatigable pour annoncer les complots, dénoncer les adversaires, désigner pour la mort les ennemis. Qu’il s’agisse des aristocrates, de Lafayette, de Barnave, de Louis XVI, des Girondins, d’Hébert, de Danton, Robespierre requiert. Mais il laisse à d’autres les responsabilités de gestionnaire. Il porte ses vues sur les choix politiques et moraux. L’intendance doit suivre51.

68L’examen des interventions de Robespierre en matière économique confirme son habitude d’analyser les situations en termes de manichéisme moral (la vertu, les fripons), ou politique (les opulents, les pauvres). Les uns sont honorés pour leurs vertus, les autres condamnés pour leurs vices. À la différence des Hébertistes qui suspectent les riches, les négociants en tant que catégories sociales, Robespierre sépare les bons des mauvais selon leur comportement politique (partisans ou adversaires de la Révolution) ou moral. L’analyse des processus économiques ne l’intéresse pas. La division en “classes“qui n’est pas essentielle chez lui, est conçue à partir des niveaux de fortune. Et la fortune elle-même importe bien moins à ses yeux que la dignité et la vertu. La conception d’un progrès technique et économique de l’humanité est extérieure à ses préoccupations.

69Les idées de Robespierre sur les notions et les mécanismes de l’économie ne semblent pas avoir été transformées de 1789 à 1794 : de la Constituante à la Convention on retrouve la même prépondérance des finalités politiques, la même défense du “peuple”, la même hostilité aux grandes inégalités de fortune, le même mépris du luxe. Il va de soit que ces attitudes reflètent à la fois une éducation austère et antiquisante, des habitudes frugales, la fréquentation et l’affection des petits gens et petits bourgeois.

70Les changements d’attitudes nous paraissent se situer plutôt au niveau des tactiques. Dans la première partie de sa vie publique, Robespierre est en position d’attaquant : contre les résistances aristocratiques de 1790, contre la monarchie en 1792, contre les Girondins en 1793 : ses diatribes contre les inégalités, contre les abus des riches s’inscrivent dans un combat politique déterminé : contre le suffrage restreint, contre la liberté absolue du commerce des subsistances. Ses amendements au projet de déclaration des droits de l’homme de 1793, qui limitent singulièrement le droit de propriété, s’intègrent dans le combat contre les Girondins.

71Ces derniers éliminés, Robespierre et les Montagnards, détenant le pouvoir révolutionnaire, sont d’accord pour combattre, mais les objectifs ne sont pas identiques pour tous. Robespierre redoute les troubles nés de la disette, leur exploitation politique par les “aristocrates”, les “factieux” et particulièrement les “enragés”, partisans d’une politique sociale plus audacieuse. Ses interventions laissent transparaître la crainte d’excéder le peuple des boutiquiers par les exactions et les contrôles. Avec un sens politique aigu -informé peut-être par ses liens avec ses hôtes, les Duplay- il souhaite que l’union des gens du peuple, qui avaient réalisé et soutenu la Révolution ne soit pas affectée par des mesures qui mécontenteraient telle ou telle catogorie, celle des artisans et boutiquiers notamment. Ces hésitations au regard des politiques sociales possibles ne contribuent-elles pas à l’énigmatique comportement de Robespierre, qui semble se désintéresser des affaires publiques de fin prairial à début thermidor An II ? N’a-t-il pas pressenti -nous sommes certes dans le domaine des hypothèses- la lassitude du peuple de Paris, les incertitudes des sans-culottes après l’élimination d’Hébert, l’affaiblissement des Cordeliers ? Lui qui n’hésitait pas à accuser, n’a-t-il pas balancé longtemps lorsqu’il s’agissait de réaliser, entre les avantages possibles d’une politique économique plus contraignante ou plus libérale ?

  • 52 Le mouvement et son action sont désormais bien connus grâce au remarquable ouvrage d’Albert Soboul, (...)

72Les hésitations ou les contradictions de l’homme Robespierre ne correspondent-elles pas à la position ambiguë des Jacobins à l’égard de l’économie : libéraux par conviction et par habitude, mais démocrates, ils fondaient leur influence sur l’alliance, consolidée dans les combats, entre les salariés et petits employeurs. La “Sans-culotterie“comprend les uns et les autres52. Les nécessités de la défense de la République ont conduit à une économie contrôlée. La défiance vis-à-vis des “notables”, et le désir d’apaiser les revendications populaires ont conduit aux décrets de ventôse an II (séquestre des biens des suspects, en vue d’être attribués aux “patriotes pauvres”) ; mais la majorité des conventionnels ne souhaitent pas de révolution sociale.

  • 53 Cf. Mad. Reberioux, Jaurès et Robespierre, dans Actes du Colloque Robespierre, Paris, 1967, p. 191  (...)

73L’examen des positions de Robespierre vis-à-vis de l’économie nous a mis en présence des préoccupations ultimes de l’homme politique (rassurer la petite bourgeoisie) et de ses maladresses dernières. Nos interrogations rejoignent la problématique de l’historiographie contemporaine de la Révolution53 :

74“L’Incorruptible”, champion de la démocratie, conserve les modèles et les limites de ses pareils, les avocats. Jaurès, qui admirait son action politique, notait sa “pauvre pensée économique”, . Daniel Guérin voit dans Robespierre un homme d’ordre, qui redoute et brise le mouvement populaire des “bras nus”. Soboul conclut : “Robespierre périt des contradictions de son temps et de ses contradictions propres”. L’arrêt du flux révolutionnaire date-t-il du 9 thermidor an II, chute de Robespierre, ou bien de l’arrestation d’Hébert et de Danton ?

Notes

1 Une bibliographie exhaustive de Robespierre se confondrait avec celle, illimitée, de la Révolution Française. Nous renverrons seulement aux précieux instruments de travail que sont : L. Villat, La Révolution et l’Empire. 1. Les Assemblées révolutionnaires, Paris, P.U.F., 1947 (Clio, VIII) ; J. Godechot, Les Révolutions, 3° éd., 1970 ; P. Caron, Manuel pratique pour l’histoire de la Révolution française, ne éd., 1947. Parmi les multiples “manuels’’ d’histoire de la Révolution, nous distinguerons G. Lefebvre, La Révolution Française, 6° éd., Paris, P.U.F., 1968, (Peuples et civilisations, t. XIII) ; P. Gaxotte, La Révolution Française (éd. universitaire), Paris, Fayard, 1975 ; A. Soboul, La Civilisation et la Révolution Française, Paris, Arthaud, 3 vol., 1983, et pour la description des institutions, J. Godechot, Les Institutions de la Révolution et de l’Empire, 2° éd., Paris, P.U.F. 1968. Les biographies de Robespierre sont nombreuses et inégales ; relevons, parmi les plus significatives ou les plus récentes : A. Mathiez, Études sur Robespierre, Paris, éd. Sociales, 1958 ; G. Walter, Robespierre, éd. définitive, Paris Gallimard, 1961, 2 vol., ; J. Massin, Robespierre, Paris, Club du Livre Français 1956 ; M. Bouloiseau, Robespierre, 4° éd., Paris, P.U.F., 1971. (Que saisje ? n° 724). Les Actes du Colloque Robespierre (12° Congrès International des Sciences historiques, Vienne, 3 septembre 1965) ont été publiés par la Société des Études Robespierristes, Pans, 1967 (avec notamment par J. Godechot, L’historiographie française de Robespierre, p. 167-190). Les Annales historiques de la Révolution Française contiennent fréquemment des articles sur Robespierre. La publication complète de ses œuvres est en voie d’achèvement, sous les auspices du C.N.R.S. et de la Société des Études robespierriste (t. III, Correspondance par G. Michon, Paris, 1926 ; t. IV, Les Journaux – Le Défenseur de la Constitution, par G. Laurent, Paris, 1939 ; t. VI à X. Discours (1789-1794). Nous citerons simplement : Œuvres, suivi de la tomaison et de la page.

2 Œuvres, IV (Le défenseur de la Constitution), p. 34.

3 Cf. J. Godechot, L’histographie française de Robespierre, art. cité, note 1.

4 Saint Just, lui, réalise une analyse économique solide à propos des assignats ; cf. C. A. Michalet, Économie et politique chez Saint just dans : Idées économiques sous la Révolution, P.U. Lyon, 1989, p. 337-395.

5 “La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment et sous condition d’une juste et préalable indemnité”. Cette définition conforme à la confiance des physiocrates dans les vertus de la propriété, renforçait les prérogatives des propriétaires par rapport aux usages administratifs de l’Ancien Régime en matière d’indemnisation des expropriés.

6 L’édit d’août 1669 portant règlement général pour les eaux et forêts autorisait les seigneurs à se réserver le tiers des biens communaux selon les règles suivantes : “Si néanmoins les bois étaient de la concession gratuite des seigneurs… le tiers pourra en être distrait et séparé à leur profit, en cas qu’ils le demandent et que les deux autres suffisent pour l’usage de la paroisse, sinon le partage n’aura pas lieu“la suite de l’article étend le principe aux “prés, marais, îles, pâtis, landes, bruyères et grosses pâtures (titre 15, art. 4).

7 Œuvres, t. VI, Discours, 1er partie, p. 272.

8 Œuvres, t. VI, Discours, p. 552 (séance du 23 octobre 1790).

9 Ibidem., p. 611, séance du 5 décembre 1790

10 Œuvres, t. VII, Discours, p. 158 : “Si vous portez au Trésor Public une contribution plus considérable que la mienne, n’est-ce pas par la raison que la société vous a procuré de plus grands avantages pécuniaires”. Le principe sera maintenu, malgré Robespierre, dans la Constitution de 1791.

11 Ibidem., La Déclaration des droits de l’homme reconnaissait l’égalité civile entre les citoyens. Cependant, l’Assemblée Constituante, défiante vis-à-vis du suffrage universel, avait établi, dès les lois administratives des 14 et 22 décembre 1789, une distinction entre les citoyens passifs, jouissant seulement des droits civils et les citoyens actifs, participant à l’exercice des pouvoirs publics. Pour etre citoyen actif, il fallait être âgé de 25 ans au moins, ne pas être domestique, être inscrit sur les rôles de la Garde Nationale, avoir prêté serment civique, être domicilié depuis un an dans la ville ou le canton, n’être ni failli, ni interdit, et payer une contribution directe égale au moins à la valeur locale de 3 journées de travail.

12 Œuvres, t. VII, Discours, p. 166, (avril 1791).

13 Œuvres, t. IX, Discours, p. 109 et suiv. (séance du 2 décembre 1792).

14 Ses adversaires ne sont pas insensibles au contraste, Barbaroux s’écrie par dérision : “Quand le peuple demandera du pain, nous lui donnerons le discours de Robespierre” (ibidem.).

15 Œuvres, t. IX, Discours, p. 459. La Convention, encore marquée par l’influence girondine avait décrété la peine de mort “contre quiconque proposerait la loi agraire ou toute autre subversive des propriétés territoriales commerciales et industrielles” (décret des 18-23 mars 1793, Moniteur du 20 mars).

16 Ibidem. : Il continue, en rhétoricien expérimenté dans l’usage des parallèles ; “la chaumière de Fabricius n’a rien à envier au palais de Crassus. J’aimerais bien autant, pour mon compte être l’un des fils d’Aristide élevé dans le Prytanée aux dépens de la République, que l’héritier présomptif de Xerxès né dans la fange des cours pour occuper un trône décoré de l’avilissement des peuples, et brillant de la misère publique”.

17 “Demandez à un marchand de chair humaine ce que c’est que la propriété ; il vous dira en vous montrant cette longue bière qu’il appelle un navire, où il a encaissé et ferré des hommes qui paraissaient vivants : “Voilà mes propriétés, je les ai achetées tant par tête”. Robespierre s’était fait, à la Constituante, l’avocat du droit des noirs des colonies à la liberté et à l’égalité civile. Ces assimilations furent vivement critiquées par les Girondins (ibidem., p. 460, note 9).

18 Œuvres, t. X, Discours, p. 9. Rappelons que la Convention avait décrété la peine de mort aussi bien contre ceux qui proposeraient la “loi agraire“que contre les accapareurs (26 juillet 1793). Dans son discours du 24 avril 1793 à la Convention, Robespierre avait pris parti pour l’impôt progressif conforme à ses yeux à la justice sociale et susceptible de contribuer au rapprochement des conditions (Œuvres, IX, p. 462).

19 Robespierre use de ces expressions dans son Défenseur de la Constitution, (n° 4, avril ou mai 1792), en vue de désarmer l’inquiétude des possédants. Il reprendra la trame de l’argumentation, et le vocabulaire, dans le discours du 24 avril 1793 devant la Convention sur le droit de propriété. (Œuvres, IX, p. 459 et suiv.).

20 Œuvres, VII, Discours, p. 181.

21 C’est l’affaire des “acquits à caution”. Robespierre invite l’Assemblée Constituante à s’opposer à une proclamation du roi imposant autorisation administrative, par acquit à caution, pour le transport des grains. Une simple déclaration des négociants à la municipalité lui paraît suffisante (Œuvres, t. VI, Discours, p. 183, séance du 14 janvier 1790). Peu de temps après, il critique le caractère inquisitorial du décret relatif à la contribution patriotique, et souhaite le rétablissement de la confiance (ibidem., p. 286, séance du 26 mars 1790).

22 Œuvres, t. IX, Discours, p. 114.

23 Œuvres, t. X, Discours, p. 570. La volonté de discréditer Cambon inspire ce passage d’un discours long et ambigu mais l’accent mis sur la nécessité de rassurer par un processus “libéral“n’est pas douteux.

24 Œuvres, t. IX, Discours, p. 586, (21 juin 1793).

25 Œuvres, t. X, Discours, Discours du 26 ventôse an 2 aux Jacobins. La démarche intellectuelle de Robespierre dans cette affaire, sa dialectique acrobatique donnent la mesure de son acharnement contre l’adversaire. Il prétend (il croit ?) qu’Hébert et les siens “en détruisant le commerce… voulaient affamer le peuple et le ramener à la servitude par la faim”, et plus loin “ils voulaient qu’on ne pût ni vendre, ni acheter, et que la famine s’introduisit par ce moyen dans la République”. Robespierre reprend brièvement le même thème dans son discours à la Convention du 22 Germinal an 2 : “Je vous rappelle que dans la dernière crise à laquelle la liberté vient d’échapper une partie de la conspiration consistait à empêcher l’approvisionnement de Paris en décourageant le commerce“ (Œuvres, X, p. 421, 1er avril 1794). Il avait déjà accusé Jacques Roux d’avoir voulu faire assassiner les marchands, les boutiquiers, parce que, disait-il, ils vendaient trop cher (Œuvres, t. X, p. 52 et 55, séances du 5 et 7 août 93).

26 Œuvres, t. IV, Journaux, p. 132 : “Plus le blé renchérit, plus le salaire des travaux diminue, et tout cela parce que, d’un côté, les travaux deviennent plus rares et que d’un autre côté, le nombre de ceux que le besoin presse de louer leurs bras augmente ; d’où il résulte que le malheureux ouvrier, ne trouvant plus de proportion dans ses salaires et dans sa consommation, est obligé de vendre tout ce qu’il a, et de contracter des dettes pour pouvoir subsister avec sa famille”.

27 Œuvres, VI, Discours, p. 341, discussion à la Constituante sur une adresse de la municipalité de Dieppe : en présence de troubles suscité par des “mendiants armés”, aux fins d’obliger la municipalité à taxer les grains et à rechercher les stocks, il demande si les faits allégués ont bien été vérifiés. Il parle contre la proposition d’un décret annulant toute délibération municipale portant taxation des grains et interdisant leur libre circulation. Discours à la Convention du 2 décembre 1792 “J’ai vu naître la législation de l’Assemblée Constituante sur le commerce des grains ; elle n’était que celle des temps qui l’avaient précédée ; elle n’a pas changé jusqu’à ce moment parce que les intérêts et les préjugés qui en étaient la base n’ont point changé…. (Œuvres, IX, p. 109).

28 Cf. sur la pensée économique de Saint-Just, Ch. A. Michalet, Économie et potitique chez Saint-Just. L’exemple de l’inflation (Actes du Colloque Saint-Just, Paris, 1967 : Bibl. hist., 3° série, n° 9, Paris Soc. ét. Robespierristes, 1968), p. 153 et suiv. Le discours de Saint Just a été prononcé le 29 novembre 1792 (Moniteur, XIV, 604). Condisérant que la cause principale des difficultés venait du contraste entre l’abondance croissante des signes monétaires, et la raréfaction des biens sur le marché, il concluait à la réduction de la circulation du papier, à la mise des biens des émigrés sur le marché, au paiement de l’impôt en nature, et à la liberté de circulation.

29 Œuvres, t. IX, Discours, p. 109 et suiv.

30 Robespierre esquisse ainsi un parallèle entre les principes valables pour les temps de tranquilité, et ceux qui conviennent aux périodes exceptionnelles. C’est sur la même opposition qu’il fondera sa célèbre théorie du gouvernement révolutionnaire absolu adapté aux circonstances exceptionnelles (Rapport à la Convention du 25 décembre 1793, 5 nivôse an II), Œuvres, X, p. 274-275.

31 Œuvres, t. IX, Discours, p. 112, séance à la Convention du 2 décembre 92.

32 Œuvres, t. IX, Discours, p. 454, lecture à la société des Jacobins d’un projet de Déclaration des droits.

33 Œuvres, t. VI, Discours, p. 127 (À propos de la “loi martiale”).

34 Œuvres, IV, Journaux, Le Défenseur de la Constitution, p. 15.

35 Œuvres, X, Discours, p. 93-94.

36 Œuvres X, Discours, p. 115 – même attitude en octobre 1789 (Œuvres, VI p. 127. À l’occasion des émeutes qui avaient abouti au meurtre du maire d’Étampes, Simoneau, Robespierre publie dans son Défenseur de la Constitution la pétition d’un curé qui prend la défense des émeutiers, et déplore les injustices faites aux travailleurs.

37 Œuvres, IX, Discours, p. 117.

38 Œuvres, X, Discours, p. 9.

39 J. Godechot montre (Institutions de la Révolution… op. cit., p. 353) que la Convention hésite à s’écarter des voies libérales, même après l’élimination de la Gironde, et qu’elle procède par improvisation. Robespierre était intervenu, le 31 juillet, pour obtenir l’ajournement de propositions tendant à mettre en cause la loi du maximum, pour la rapporter ou la compléter (Œuvres, X p. 45).

40 Selon la version du “Journal des Débats” (Œuvres, X, p. 92) ; Selon le Moniteur Universel Robespierre aurait répondu “Que l’Assemblée s’occupe des subsistances et par conséquent du bonheur du peuple” (ibidem.). Ce même jour, au club des Jacobins, Robespierre prononce le violent discours contre les accapareurs évoqué plus haut. L’outrance de cette éloquence – qui ne débouche sur aucune proposition précise – n’est-elle pas destinée à apaiser les foules, et à consolider l’alliance des Jacobins et du monde des des “sans-culottes” ? Le “maximum général des grains“sera voté le 11 septembre, et le maximum général des prix et salaires sera voté le 29 septembre seulement. L’affirmation de Robespierre anticipe sur les décisions ultérieures.

41 Col ! ot avait déclaré : “Il est temps que vous portiez un dernier coup à l’aristocratie mercantile… C’est elle qui arrête les progrès de la Révolution” et conclu : “Je demande que vous compreniez dans la classe des gens suspects les marchands qui vendent les marchandises de première nécessité à un prix exorbitant…” (Moniteur Universel, 1793, n° 264, p. 1119). Collot ancien acteur et directeur de théâtre, tour à tour modéré, girondin, jacobin rallia la Montagne. Représentant en mission, il fit régner la Terreur à Lyon vaincu. Il échappa à l’arrestation des autres hébertistes, et président de la Convention au 9 thermidor, en profita pour perdre son ennemi Robespierre.

42 Œuvres, t. X, Discours, p. 114-115. Robespierre commence, à son habitude, par un exorde adroit : “L’Assemblée doit se trouver en ce moment combattue par le désir d’étouffer le monstre de l’agiotage, et par les inconvénients que présente une loi trop vague… Quand on pense aux malheurs causés par l’accaparement, on ne trouve pas de peine assez rigoureuse pour le punir ; mais le législateur doit choisir la loi qui vole le plus directement au but, et la loi qui peut prêter à l’arbitraire, non seulement manque le but, mais encore pèse sur le malheureux seul”.

43 Œuvres, IX, p. 275, discours aux Jacobins des 25 février et 1er mars 1793 “Le peuple doit se lever non pour recueillir du sucre, mais pour terrasser les “brigands… “le vrai peuple… sait foudroyer les tyrans et ne visite pas les épiciers”.

44 Œuvres, t. X, p. 55 (séance aux Jacobins du 7 août 1793), p. 82, séance à la Convention du 26 août : “La Convention… a une dernière conspiration à déjouer ; c’est celle qui a pour but d’affamer le peuple…”.

45 Œuvres, t. X, Discours, p. 376 (25 ventôse) et 384 (26 ventôse). Hébert fut arrêté dans la nuit du 23 au 24 ventôse sur rapport de Saint-Just. Il fut condamné à mort avec ses co-accusés sous l’inculpation de conjuration contre la patrie avec le soutien de l’étranger. Ils seront guillotinés le 4 germinal an IL

46 Ibidem., t. X, Discours, p. 421, séance à la Convention du 12 germinal an II (1er avril 1794).

47 F. Bornarel, Cambon et la Révolution française, Paris, Alcan, 1905. Les rapports entre les deux hommes étaient depuis longtemps mauvais. Cambon (1756-1820), fils d’un riche négociant de Montpellier s’était imposé à l’Assemblée Législative puis à la Convention par ses capacités de financier. Il avait fait adopter et appliquer une politique adroite et rigoureuse comportant notamment la création du “Grand Livre de la Dette publique”, qui permettait de convertir les emprunts contractés durant l’Ancien Régime en rente à 5 %. Esprit indépendant, Cambon n’avait dissimilé ni son hostilité à la “dictature” de Robespierre, ni son respect pour les Girondins, ni son aversion pour les massacres et la Terreur. Cambon se sentant menacé, se rapprocha des adversaires de Robespierre (prairial-messidor an 2).

48 Ce décret, voté le 23 floréal (= 12 mai 1794) étendait aux propriétaires de rentes viagères crées sous l’Ancien Régime, le système d’inscription sur le Grand Livre de la dette publique (Duvergier, t. VII, p. 168-170), qui convertissait ces différentes valeurs en rente à 5 %. Des tables de conversion étaient annexées au texte du décret. Le décret prévoyait en faveur des petits rentiers, qu’ils pouvaient conserver une rente viagère jusqu’à un plafond établi selon leur âge (de mille livres s’ils étaient âgés de 30 à 39 ans à 10 000 livres, s’ils étaient âgés de 90 ans et plus). Cet article 28 du décret prenait ainsi en considération les intérêts de la petite bourgeoise, et déjouait le procédé (fort onéreux pour le Trésor public) de constitution de rente viagère sur la tête d’une personne jeune. Le décret du 8 messidor an II (Duvergier, t. VII, p. 206) relève de 500 livres chacun des plafonds établis par l’article 28 du décret du 23 floréal, et assouplit les règles initialement prévues.

49 L’incident de l’affrontement Cambon-Robespierre soulève un problème délicat de critique historique. Le texte du discours de Robespierre est connu par la publication, assurée après sa chute par les thermidoriens, du brouillon saisi dans ses papiers. Bornarel indique (op. cit., p. 342) que Robespierre ne lut pas à la tribune de la Convention ce passage mettant personnellement Cambon en cause : il renvoie au Moniteur Universel, t. XXI, p. 674. Mais les journalistes qui assistaient à la séance “ont été moins prompts et moins prolixes que d’habitude“par prudence. Les extraits publiés sont beaucoup plus brefs que le discours véritable, qui dura environ deux heures (Œuvres, t. X, p. 577 et suivantes). Il ne peut faire de doute que Robespierre a attaqué nommément Cambon et critiqué âprement sa politique financière. Les réponses de Cambon en font foi. Dans la nuit du 8 au 9 thermidor, Cambon aurait écrit à son père “demain, de Robespierre ou de moi, l’un des deux sera mort”. (Duval-Jouve, La Révolution à Montpellier, II, p. 188, cité par Bornarel, op. cit., p. 343, note 1) : nous utilisons aussi Walter, Robespierre, 3e éd., p. 425-428.

50 L’examen de la politique financière de la Convention, du texte des décrets du 24 août 1793 établissant le Grand Livre de la Dette publique et des 23 floréal et du 8 messidor sur les rentes viagères, confirme que c’est Cambon, et non Robespierre, qui se trouvait dans le vrai. Les plafonds prévus par Cambon (et relevés ensuite de 500 livres) épargnent aux petits et même moyens rentiers les rigueurs de la conversion (en 1794, un revenu de 1500 livres dépasse celui des petits artisans et boutiquiers et 10 500 livres représentent une belle aisance). La réplique de Cambon fut jugée convaincante par la Convention qui l’applaudit, et Robespierre dut reconnaître assez piteusement qu’il ne s’était jamais mêlé de finances, et qu’il n’entendait pas critiquer les intentions de Cambon. Cet incident dramatique entre Cambon et lui montre que Robespierre connaissait mal les mécanismes financiers, et qu’il se trouvait sur un mauvais terrain en défendant les rentiers, sous couleur de protéger les “citoyens pauvres”.

51 Walter a observé, à partir d’un relevé méticuleux des décisions du Comité de Salut public, que Robespierre a signé un grand nombre de décisions d’ordre policier et politique, mais bien peu relatives aux subsistances et à l’économie, qui relevaient essentiellement de l’activité de Lindet (Robespierre, 3° éd., p. 523 et suiv.).

52 Le mouvement et son action sont désormais bien connus grâce au remarquable ouvrage d’Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Histoire politique et sociale des sections de Paris. 2 juin 1793-9 thermidor an 2. (Thèse Lettres, Paris, 1958). La Roche-sur-Yon, Potier, 1958, 1170 p. ; Une édition résumée a été publiée sous le titre : Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II (1793-1794), Paris, Flammarion, 1973.

53 Cf. Mad. Reberioux, Jaurès et Robespierre, dans Actes du Colloque Robespierre, Paris, 1967, p. 191 et suiv. ; D. Guérin, La lutte des classes sous la première république bourgeois et bras nus (1793-1797), 2. éd. Paris, 1968 ; A. Soboul, Robespierre, ou les contradictions du jacobinisme, Ann. Hist. Rév. française, janvier-mars 1978, n° 231, p. 1-19.

Notes de fin

* Par Germain et Mireille Sicard, Extraits des Mélanges offerts à Max Cluseau, Toulouse, Presses I.E.P., 1985, p. 635-659.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search