Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

V. Repression – Terreur

Vadier (1736-1828) et la Terreur en Ariège*

Texte intégral

  • * Extrait de : Pays de Foix et Couserans, Fédération des Sociétés Académiques et Savantes Languedoc, (...)

1Il ne saurait être question, dans le cadre d’une brève communication de présenter l’histoire complète de la Révolution en Ariège, mais seulement d’évoquer les rapports entre la destinée d’une forte personnalité et la situation dans le département qu’il représente à la Convention.

2La vie de Vadier est exemplaire à deux égards : elle constitue l’ascension d’un “petit juge”, parvenu aux cercles du pouvoir souverain après cinquante trois ans de vie obscure ; elle montre les liaisons entre réseaux locaux et pouvoirs révolutionnaires ; Vadier sera en mesure de “régler ses comptes” avec ses concitoyens et adversaires, notamment lorsqu’il assurera pendant douze mois la direction du Comité de Sûreté Générale, véritable ministère collectif de la police politique du “gouvernement révolutionnaire”.

3Les circonstances mêmes de la vie de Vadier conduisent à étudier successivement : sa vie en province, ses actions à Paris, où, derrière les acteurs célèbres Danton, Marat, Robespierre, il joue les “seconds couteaux”. Enfin les trente cinq années de retraite amère hors du pouvoir.

I – Un notable de petite Ville

4Marc-Guillaume Vadier a vu le jour en 1736 à Pamiers, dans une famille de petits bourgeois venue d’Amiens à la suite d’un évêque. Dans cette cité épiscopale, la famille s’était poussée au premier rang de la bourgeoisie, mais certains la considéreraient, en 1789 encore, comme “étrangère”. Il poursuit ses études au collège de Pamiers, alors tenu par les jésuites, puis au collège de l’Esquile à Toulouse tenu par le Doctrinaires (1749-1753). Cette éducation ne le disposera pas à une carrière ecclésiastique ; il se montrera, dans la vie publique, hostile à toute religion. Il s’engage brusquement dans l’armée, à 17 ans, nul ne sait pourquoi. Il participe à l’offensive des troupes françaises que Frédéric II arrête à Rossbach. De tous les leaders révolutionnaires, il est le seul à avoir eu l’expérience de la vie militaire. Peut-être en a-t-il conservé le goût de la précision, de l’exécution rapide des décisions. Son colonel, le comte d’Esparbès, qui l’a remarqué, lui fait attribuer une lieutenance, mais, Vadier, déçu par l’armée démissionne après Rossbach et retourne au pays natal. On le retrouve à Foix. Il se marie avec une fille qui lui apportera 12 000 livres de dot (au niveau des fortunes moyennes) qu’il emploie en achetant la seigneurie du Carla. Il rencontre des protestants dans ce lieu, illustré par l’un de ses enfants, le célèbre Bayle.

5À propos de droits seigneuriaux, il se trouve en démêlés avec le juge seigneurial du marquis d’Usson. Vadier supporte aussi mal les vexations des gentilshommes que les prétentions du clergé. Il décide de faire son droit, obtient ses grades à la va-vite, s’inscrit comme avocat. Pour acquérir un “état”, il achète une charge de conseiller au Présidial de Pamiers (l’un des treize sièges présidiaux relevant du Parlement de Toulouse). Mais l’avocat du roi François Darmaing fait opposition à sa réception, motif pris de la rapidité de ses études et de l’absence d’une attestation d’assiduité comme avocat. L’opposition est finalement levée, mais l’incident laisse une blessure de plus dans l’esprit de Vadier. Sa mère dira de lui : “Il n’oublie rien et quand il peut se venger, il ne se venge pas à moitié”.

6Il participe à l’activité du Présidial, assez peu occupé, adhère aux idées nouvelles, fait figure d’esprit rebelle. Il est affilié à la loge maçonnique (fondée en 1769) et se trouve par sa fortune et sa personnalité à la tête d’un réseau de relations, qui se heurte au clan des Darmaing, lui aussi représenté au Présidial. Ainsi s’opposent, dans l’ennui de la vie de province, les prétentions et les côteries. La réunion des États Généraux offre une carrière inattendue à l’ambition de Vadier. Il est élu député du Tiers État de Pamiers, ce qui atteste de son entregent, et de la force de sa personnalité. Il a participé à la rédaction des cahiers de doléances de ce Tiers État qui demande des réformes radicales, suppression des droits seigneuriaux et des justices seigneuriales, égalité des droits, égalité devant les charges publiques, pouvoir législatif des États Généraux. Une miniature de ce temps le représente portant la perruque simple, l’habit à rayures, l’ample cravate à la mode, l’œil vif, l’air dominateur avec les sourcils forts et hauts plantés. On le décrit à l’Assemblée comme un homme “fort long et sec” ; il vote avec la gauche ; le roi, “un mannequin courroné“dit-ìl le 15 juillet 1790.

7Il s’est imposé parmi ses concitoyens en obtenant la création d’un département de l’Ariège, réunissant le comté de Foix et le Couserans. Intervenant comme député à l’occasion de troubles à Pamiers, dont son ennemi Darmaing était devenu maire, il fait suspendre ce dernier de ses fonctions par la Constituante, en l’accusant d’incapacité et de tyrannie. Entre les deux hommes et leurs alliés, la rancune est devenue haine.

8Vadier, secrétaire de la Constituante au moment de la fuite manquée de Varennes, se signale par un violent discours contre Louis XVI (alors que La Fayette et la majorité de l’Assemblée veulent faire croire à un enlèvement). Il demande que le roi soit suspendu de ses fonctions et renvoyé pour jugement devant la Haute Cour. Vadier qui s’est fait connaître par son éloquence froide et ses opinions obstinées est devenu une des cibles des journaux royalistes ; il est au contraire soutenu par la presse “patriote”.

9Le mandat des constituants achevé, Vadier se fait élire président du Tribunal de district de Pamiers, regroupe ses partisans dans un club des “Amis de la Constitution“qui s’affilie au club des jacobins de Paris.

10Une fois la monarchie détruite, l’Assemblée Législative fait place à une “Convention Nationale”. Vadier y est élu sans difficultés, et se comporte en leader des autres députés de l’Ariège. Il fait partie du comité de législation, et vote pour la mise en jugement du roi, et ensuite pour sa condamnation à mort. L’Ariège est le seul département dans lequel tous les députés voteront pour la mort (ceux de la Haute-Garonne se partagent).

11À la Convention, Vadier est proche de la Montagne. Robespierre et Marat l’apprécient. Il approuve l’arrestation des “girondins”, s’en prend particulièrement à Condorcet qu’il traite d’aristocrate, et contribue à le faire mettre en accusation.

12Le 14 septembre 1793, Vadier est élu au Comité de Sûreté Générale et de Surveillance de la Convention, composé de douze montagnards, et le présidera. La Terreur a été mise à “l’ordre du jour”. Un tribunal criminel extraordinaire fonctionne depuis mars 1793. Des lois punissent de mort les prêtres réfractaires, les émigrés, les adversaires de la Révolution ou les mécontents. Vadier sera l’un des principaux protagonistes de cette Terreur, à Paris et dans ses départements.

II – Joseph Vadier, “Grand Inquisiteur” de la République

13Vadier appartient pendant un an au groupe dirigeant de la République, comme membre du Comité de Sûreté Générale, dont les plus fortes personnalités, avec lui, sont Amar, David, Le Bas, Lebon. Ce Comité doit agir de concert avec le Comité de Salut public, où Robespierre jouit d’une autorité prééminente. La Convention entendait briser les oppositions et les soulèvements, extirper les mécontentements, mobiliser toutes les énergies pour la défense et la victoire de la République.

14Vadier joue sa partie dans cette politique, avec sa volonté ferme, son esprit méticuleux, son ardeur au travail, sa longue pratique des procédures judiciaires. Le vocabulaire qu’il emploie traduit sa volonté d’épurer, d’extirper, d’éliminer. On le sait intègre, ardent au travail, prudent. Il se fait assister de quelques fidèles seulement, dont Héron, son bras droit, Sénart, son secrétaire, agent double (ou triple). Quelques agents d’exécution l’accompagnent. Il utilise de multiples agents de renseignements (mouchards) hommes et femmes.

15Il vit simplement avec une servante-maîtresse, dans un logement proche du lieu des séances du Comité, qui siège aux Tuileries. Selon ses contemporains, il est caustique, impérieux, animé d’un grand zèle révolutionnaire, méfiant, rancunier. “La République est tout, il faut la sauver sans acception de personne”, écrit-il. Il doute de la constance républicaine de Desmoulins et Fabre d’Églantine. Il déteste Danton (“ce gros turbot farci”, dit-il). Il écrit sans cesse, correspond avec les autorités chargées de la surveillance, compulse l’énorme correspondance qui charrie les dénonciations. Chaque soir, l’accusateur public (Fouquier-Tinville) vient prendre ses ordres, c’est-à-dire recevoir les informations à partir desquelles il rédige les actes d’accusation. Chaque soir, le Comité tient séance de 8 heures jusqu’à 11 heures environ. On y décide, à la majorité absolue, de la délivrance des mandats d’arrêt, aussitôt exécutés avec le concours de la force publique. Une fois par semaine, les membres du Comité de Salut Public et ceux du Comité de Sûreté Générale délibèrent en commun sur les mesures essentielles de salut public. L’émouvant fils de Wajda “Danton“reconstitue la séance dramatique des deux comités qui s’achève par la décision d’arrêter Danton sur rapport de Saint Just, corroboré par Vadier (10 germinal II = 30 mars 1794).

16Très jaloux de son autorité, Vadier impose ses choix aux autres membres, lui-même lié avec Lindet, membre du Comité de Salut Public. Il s’intéresse à l’affaire dite de la “Compagnie des Indes“qui permettra de compromettre Desmoulins et Danton avec les agitateurs notoires. Il participe au “montage”, qui permet d’éliminer Hébert et les “enragés”, accusés de complot militaire (arrêtés les 23 et 24 ventôse an II, guillotinés quelques jours après). “Si nous ne les faisons pas guillotiner, disait Vadier, nous serons guillotinés nous-mêmes”. Vadier fit de son mieux pour perdre Danton. Il assiste à chaque séance (en vue ou caché). Il intervient avec Amar dans la salle de délibération du jury et contribue à faire décider de la mort. Il atteint au plus haut des honneurs en présidant la Convention du 21 janvier au 9 février 1794, ce qui permet de proclamer l’anniversaire de la mise à mort du “tyran“Louis XVI. (La Convention, par crainte du pouvoir personnel, avait décidé que le mandat du Président ne durait que quinze jours).

17Vadier, cheville ouvrière de la Terreur, constamment occupé à surveiller, animer la répression (il fera ordonner 1814 arrestations), trouve encore le temps de s’informer de ce qui se passe en Ariège et de multiplier les instructions à ceux qui sont sur place. Ce département est caractérisé, aux dires des révolutionnaires “purs et durs”, par le “mauvais esprit” de ses habitants.

18La plupart des prêtres réfractaires sont en exil ou en prison, mais bon nombre continuent, au péril de leur vie, à exercer un culte clandestin dans les lieux retirés. L’attachement des populations au “fanatisme“ exaspère les “patriotes”. Parmi les nobles, quelques uns ont émigré, d’autres se font oublier. Des rafles de suspects ont lieu, en septembre 1792 et surtout en août-septembre 1793.

19Un mécontentement endémique a remplacé l’enthousiasme de 1789. L’économie est languissante (du fait des incertitudes, du départ ou de la ruine des notables). Les paysans se défient des assignats, malgré le cours forcé. La mobilisation générale des hommes, à partir de mars 93 a suscité plus de résistance que d’enthousiasme. En bien des lieux, les jeunes ont invité les officiers municipaux -exemptés de service, à donner l’exemple en partant les premiers pour l’armée- ; insoumis et déserteurs sont d’autant plus nombreux que la proximité de l’Espagne favorise les fuites ; le relief et les forêts facilitent la clandestinité ; le réseau des solidarités familiales et villageoises protège les réfractaires. Le rassemblement de Montaut illustre cet état d’esprit.

20Le 25 août 1793 se produit, sur le territoire de ce village “un rassemblement contre-révolutionnaire considérable, composé de volontaires qui avaient lâchement déserté leurs corps et d’autres citoyens“selon un rapport. Que s’est-il exactement passé, Selon l’accusation, la constitution d’une armée contre-révolutionnaire, avec destruction d’arbres de la liberté, chants “inciviques”, menaces contre les patriotes. Une personne a été tuée. Selon les accusés, cette réunion n’était qu’une rencontre fortuite, une sorte de partie de campagne entre jeunes. La répression n’est pas immédiate, mais elle vient : le tribunal criminel de l’Ariège, condamne à mort, le 17 ventôse an II, Jean Barès, contumax, considéré comme meneur, et chef d’émeute. Sept autres hommes arrêtés, convaincus d’avoir participé au rassemblement “quoiqu’ils sussent qu’il avait pour objet la désobéissance à la loi et aux autorités”, sont condamnés à la déportation à vie.

21La correspondance des autorités, et les actes des juridictions répressives révèlent bien d’autres incidents, d’inégalité gravité, qui attestent à leur manière des tensions entre les autorités et les populations. Le tribunal criminel juge, au printemps 1793 des habitants de Mérens pour propos et chants contre-révolutionnaires.

22Le 19 août 1793, un prévenu d’injures à la municipalité est acquitté faute de preuves. Le 9 septembre 1793, Castel est condamné à mort pour propos et actes contre-révolutionnaires.

23Le 13 nivôse an II, “un travailleur de terre” du village de Miglos “notoirement suspect de trafics contre-révolutionnaires (contrebande de tabac) est acquitté. Le 17 nivôse, le tribunal acquitte un officier municipal qui avait reçu (puis restituées) 6 livres en numéraire pour soustraire le fils d’un laboureur à la réquisition ; le jury répond qu’il est bien convaincu du délit, mais qu’il ne l’a pas accompli “méchamment et à dessein”, le 4 pluviôse an II, le tribunal décide l’élargissement de Catherine Lavigne, “suspecte d’actes inciviques”. Mais le 9 ventôse an II, il applique la peine de mort, conformément à la loi du 28 mars 1793 à Gilles Calvet, qui avait émigré. Le 19 floréal, le jury acquitte un citoyen accusé d’avoir menacé de mort un maire, d’avoir ameuté le peuple. Le 23 floréal, le jury acquitte également treize habitants du village de Rabet, accusés d’avoir assailli la garde qui venait d’arrêter un prêtre. Le tribunal juge cependant nécessaire de les maintenir en détention par mesure de sûreté contre ceux “qui par des trames liberticides voudraient s’opposer aux progrès de la Raison”.

24En novembre 1793, le représentant Paganel a établi un comité de surveillance, chargé notamment de ficher les suspects pour les faire arrêter : “Très suspect”, “très fanatique et très suspect”, “Aristocrate décidé, n’ayant rien fait pour la Révolution, il fuit les sociétés populaires“ portent les notes.

25Jusqu’à l’automne 1793, la succession de décisions soit sévères soit indulgentes ne témoigna pas d’un zèle révolutionnaire vigoureux.

26Depuis Paris, Vadier se tient informé de ce qui se passe en Ariège. Il intervient souvent, et avec force, auprès des autorités locales, pour faire écarter les incertains, arrêter et juger les adversaires de la Révolution. Il correspond avec les représentants en mission chargés de l’Ariège : Paganel, Chaudron-Rousseau. Il correspond avec les sociétés populaires avec Baby, nommé commissaire civil, chargé d’assurer la répression. Il correspond avec son propre fils, Jacques Honoré, dit “Carpe”, assez médiocre personnage, officier de police, puis juge militaire. Il trouve que la répression traîne, invite à arrêter et faire transférer à Paris divers suspects. Il se fait adresser une première fournée de dix personnes, parmi lesquelles ses adversaires, les Darmaing, François, administrateur du département, Jérôme, juge du district de Tarascon, accusés de compromission ou de mollesse dans l’affaire de Montaut “pour purger le pays des ennemis du peuple”. Ils sont condamnés à mort et guillotinés le 23 prairial an II Quatre autres appaméens les suivent le 28 messidor an IL Trente sept autres ont eu plus de chance : le représentant Chaudron-Rousseau les a dirigés lentement vers Toulouse, et de là vers Paris, où ils ne parviendront qu’après le 9 thermidor. Ils seront sauvés.

27Il ne fait pas de doute que Vadier est intervenu en personne pour hâter la répression. Fouquier-Tinville, le célèbre accusateur public auprès du Tribunal Révolutionnaire, le précisera. La correspondance atteste qu’il aiguillonnait le zèle des agents révolutionnaires.

28“Si les pièces que je t’envoie ne pouvaient suffire à une légitime condamnation, je t’invite à recueillir le moyen de compléter l’instruction par des témoignages indiqués dans la même pièce” (lettre du 4 prairial an II à Fouquier-Tinville) et du 18 nivôse : “Il y en a, je crois, plus qu’il n’en faut, avec les documents que je t’ai fait passer – pour purger la République de ces quatre monstres” (du même). Il ne fait pas de doute qu’il a contribué à faire guillotiner ceux qui avaient été, avant 1789 ou depuis lors, ses adversaires à Pamiers. Il a été accusé formellement, après la chute de Robespierre, d’avoir fait condamner à mort par vengeance personnelle, Cazes qui avait refusé de donner sa fille en mariage à son fils.

29Il a contribué à faire envoyer à la mort, via le tribunal révolutionnaire, son presque compatriote Autier, dit Léonard, ancien coiffeur de la Reine, qui s’était chargé des diamants de cette dernière pendant l’équipée de Varennes.

30Mais il semble bien avoir sauvé la vie du marquis d’Usson, autrefois son compagnon d’armes en Allemagne, arrêté comme suspect, condamné à mort le 8 thermidor, “oublié“puis élargi.

31Vadier, l’attention toujours en éveil, toujours suspectant, toujours accumulant l’information, joue son propre jeu au milieu des alliances fluctuantes entre les premiers rôles de la dictature révolutionnaire. Le Comité de Sûreté Générale, une fois Danton éliminé, s’inquiète de l’ascendant de Robespierre “l’incorruptible”. Robespierre fait espionner Vadier par Taschereau, originaire du Mas d’Azil, mais Vadier le “retourne” et fait espionner Robespierre. Vadier juge grotesque l’apparat de la Fête de l’Être suprême, présidée par Robespierre. Il lance une attaque oblique en faisant arrêter Catherine Theot, une visionnaire qui révérait Robespierre. Ce dernier voit dans le rapport de Vadier à la Convention sur cette affaire, une opération contre lui. Vadier s’oppose à toutes les propositions émanant de Robespierre, et organise, avec Barère, l’offensive contre lui. Dans la séance dramatique du 9 thermidor, il attaque à fond : “Catilina est dans le Sénat”. Robespierre et les siens mis en minorité, sont décrétés hors la loi et guillotinés (10 thermidor).

III – De la puissance à l’oubli

32Le rôle décisif, mais en second plan, joué par Vadier dans l’élimination de Robespierre ne l’a pas protégé longtemps des attaques contre les “terroristes”. Il est réélu au Comité de Sûreté Générale le 14 thermidor, mais bientôt accusé lui-même d’avoir été l’un des principaux responsables de la Terreur. Il se défend énergiquement par de multiples brochures, soutenant toujours qu’il n’a eu d’autres ennemis que ceux de la République, et qu’il a respecté la loi dans tous ses actes. Il quitte le Comité de Sûreté Générale le 22 fructidor. Quand il est à son tour décrété d’accusation, (14 ventôse an III), il juge prudent de se cacher jusqu’au moment où il peut profiter de l’amnistie générale décrété par la Convention avant de se séparer (4 brumaire an IV = 26 octobre 1795).

33Il réapparaît à Pamiers, à Toulouse, où sa présence fait scandale. Il est bientôt accusé de complicité avec Gracchus Baberf, arrêté sur ordre de l’accusateur public Janole, renvoyé à Paris, acquitté, mais gardé en détention par mesure de sûreté, envoyé à Cherbourg pour être transporté à Cayenne. La chance le favorise encore. Il est mis en liberté le 1er vendémiaire an VIII, amnistié par le Consulat. Il mène à Paris, une vie discrète, avec sa servante-maîtresse, sous la surveillance lointaine de la police, recevant quelques survivants de la grande époque révolutionnaire. Un retour au pays natal en 1807, lui permet de constater que ses fils ont pillé ses biens.

34Lui qui s’était tenu à l’écart de la gloire impériale accueille avec joie “le retour de l’aigle“en mars 1815. Il se précipite chez un notaire de Toulouse pour approuver l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire, et figure en tête de la délégation de l’Ariège aux “Champs de Mai“ solennels où l’empereur accueille les résultats (d’ailleurs maigres) de la consultation populaire. C’était se révéler encore un adversaire dangereux de la monarchie. Une fois l’autorité royale établie, Vadier banni comme régicide, est courtoisement invité à quitter la France. Il s’installe à Bruxelles, où il retrouve d’autres conventionnels, compagnons de lettres et de souvenirs. Il meurt nonagénaire en 1828, n’ayant rien renié de ses idéaux, ni de ses actes.

35L’évocation de cette longue vie, avec le contraste des années de maturation des pensées et des comportements et des douze mois de puissance redoutable, au sommet de l’appareil de la Terreur, invite à présenter quelques conclusions.

36Notre documentation confirme, dans un cas exemplaire, que le mouvement de la Révolution s’accomplit, par l’action conjointe d’hommes ardents, sûrs d’eux-mêmes et de leurs vues, qui mobilisent dans toute la France les énergies républicaines par leur correspondance, qui animent les institutions répressives dans le dessein d’éliminer ceux qu’ils considèrent comme des ennemis, des traîtres, des scélérats. Vadier est de ceux qui pèsent sur le choix dans les moments décisifs, et animent, notamment dans son département d’origine, les acteurs locaux de la Révolution. Nos sources confirment que l’action des animateurs des comités révolutionnaires suprêmes a été décisive, à compter de l’été-automne 1793 pour imposer la même ligne générale, celle de la République absolue, à des populations ancrées dans leurs particularismes, incertaines, voire hostiles au gouvernement. Vadier a été de ceux, par tempérament et le jeu des circonstances, qui ont su associer vengeances personnelles et défense de la République, dans ses actes de “Grand Inquisiteur”.

37Qu’après avoir joué l’un des premiers rôles dans la Terreur à Paris et dans son pays natal il ait pu conserver sa vie et son patrimoine, relève de beaucoup de chance, d’astuce, de détermination.

38Enfin, par sa vieillesse interminable et intraitable, il est de ces survivants du gouvernement révolutionnaire qui ont transmis l’héritage de l’an II aux jeunes révolutionnaires de 1830, en traversant leur désert sous le Consulat, l’Empire, la Restauration.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Sources imprimées :

G. Dussert, Vadier le Grand Inquisiteur, l’ouvrage cité plus bas, comporte le relevé détaillé des brochures publiées contre Vadier et des réponses de ce dernier.

Archives :

Cl. Pailhes, Les archives de l’Ariège, Foix, Conseil Général de l’Ariège, 1993, 48 p. En particulier, 8 L 21 et 22, registre des audiences publiques du Tribunal criminel de l’Ariège, 8 L 32 et suivantes, procédures devant le Tribunal criminel de l’Ariège ;

F. Galabert, Les archives révolutionnaires de l’Ariège, La Révolution Française, 1905, p. 437-457.

Bibliographie :

Lafont de sentenac, Bibliographie ariégeoise, Foix, Pamiers, 1899, in 8°, 176 p.

J. Beyssi, La Révolution dans l’Ariège. État des travaux dans : Pays de l’Ariège, 16ème congrès de la Fédération des Sociétés Savantes Languedoc, Pyrénées, Gascogne, Foix, mai 1966, p. 171-185.

H. Duclos, L’Ariège pendant la Révolution, Histoire des Ariégeois, Toulouse, Soubiron, 1881-1887, 7 vol.

De Casteras, La Révolution dans le pays de Foix, Toulouse, 1876.

De Casteras, Révolutionnaires et Terroristes du département de l’Ariège, Toulouse, 1911.

G. Arnaud, Histoire de la Révolution dans le département de l’Ariège (1789-1795), Toulouse, Privat, 1904.

B. Lemee, La société populaire de Foix (1788, an III) dans Pays de l’Ariège, 16ème congrès de la Fédération des Sociétés Savantes Languedoc, Pyrénées, Gascogne, Foix, 1960, p. 187-194.

A. Tournier, Vadier, président du Comité de Sûreté Générale sous la Terreur, Paris, Flammarion, s.d. 348 p.

G. Dussert, Vadier, le Grand Inquisiteur, 1736-1828, Paris Imp. Nale (1989), 274 p. Comporte un relevé détaillé des sources imprimées (brochures contre Vadier et réponses de ce dernier), et une abondante bibliographie.

De Casteras, Le conventionnel Vadier et ses collègues de la représentation de l’Ariège, Revue des Pyrénées, t. 9, p. 322-324.

Notes de fin

* Extrait de : Pays de Foix et Couserans, Fédération des Sociétés Académiques et Savantes Languedoc, Pyrénées, Gascogne, St-Girons, 1998.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search