Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

V. Repression – Terreur

Le procès de Marie-Antoinette*

Texte intégral

  • * Extrait de : Mémoires de l’Académie des Jeux Floraux, Toulouse, 1994, p. 78-97.

1C’est le 16 octobre 1793, peu après midi, que Marie-Antoinette d’Autriche, veuve Capet, a été guillotinée.

2C’est donc avec un an et quelques semaines de retard sur le bicentenaire de cette date que nous sommes réunis pour remettre en mémoire son procès et son calvaire.

3Tout procès criminel politique évoque le drame d’une corrida, avec son décor, ses rites, ses acteurs intervenant à leur tour pour aboutir à la mise en mort. Parmi les innombrables tragédies humaines qui ont constitué cette période de la Terreur, bien nommée, la plus poignante peut-être est celle de cette jeune femme, précipitée du sommet du pouvoir à la fin la plus ignominieuse, des gloires de Versailles aux angoisses de la Conciergerie.

4Le premier août 1793 commence le procès de la Reine, prisonnière au Temple depuis l’insurrection révolutionnaire du 10 août 1792, veuve depuis le 21 janvier, séparée brutalement de son fils, “son chou d’amour”, le 3 juillet 1793.

5Depuis la Restauration bien des écrivains ont exposé la destinée tragique de la Reine : les Goncourt, Pierre de Nolhac, Funk-Brentano, Henri Robert, S. Zweig, G. Lenôtre, pour ne citer que les plus connus. Parmi nos contemporains, André Castelot a écrit : Marie-Antoinette et Le procès de Marie-Antoinette. La pièce mise en scène par Robert Hossein “On m’appelait MarieAntoinette”, vient de connaître à Paris un grand succès.

6Les étapes de cette vie dramatique peuvent être illustrées par quelques portraits réalisés à des moments cruciaux de l’existence de la Reine.

7Le premier représente dans toute la fraîcheur de sa jeunesse, l’archiduchesse adolescente qui sera bientôt fiancée à l’héritier du royaume de France. Marie-Antonia, ou Antoinette, née le 2 novembre 1755, était la dernière des 15 enfants de Marie-Thérèse de Habsbourg, impératrice, et de son époux François de Lorraine.

8Le “mariage autrichien“a été imaginé pour consolider la nouvelle entente avec l’Autriche, fondement pour Choiseul et Louis XV d’un équilibre européen qu’il faut consolider face aux ambitions de la Grande-Bretagne et de la Prusse. Mais les Cours anticipaient sur les sentiments des peuples. Le surnom “l’Autrichienne“le montrera. L’Impératrice avait accueilli avec faveur les ouvertures de la Cour de France. Elle fait initier sa fille à la langue et aux manières du royaume qui devait être le sien par l’abbé de Vermond, institué son mentor. Le mariage est décidé en 1769. Le portrait de la future, adressé selon l’usage à Versailles, révèle son charme. Le 16 avril 1770, l’ambassadeur de France présente solennellement la demande en mariage à la Cour de Vienne. La mère y consent avec empressement, sa fille acquiesce. Elle accueille avec plaisir un portrait du Dauphin.

9Marie-Antoinette quitte bientôt, non sans regret, sa famille et son pays. Elle vient en France sous les auspices de la Paix, du charme et de la jeunesse. Elle est reçue à Strasbourg en fête, le 7 mai, et traverse son nouveau pays, accueillie partout avec enthousiasme : “Quelle est jolie, notre dauphine“disent les villageois. Elle est mariée à Versailles le 16 mai au milieu de festivités somptueuses. Mais la grande fête réalisée à Paris le 30 mai pour célébrer ce mariage s’achève par une atroce bousculade où plus de cent personnes périssent écrasées. Triste présage parmi les jours de bonheur.

10La Cour découvre le charme de la jeune dauphine. Bien des femmes jugent irréguliers les traits de son visage, mais les hommes sont tous, jusqu’au roi Louis XV vieillissant, séduits par sa prestance, son aisance, sa féminité.

11Quant le dauphin et la dauphine font leur “joyeuse entrée“à Paris le 7 juin 1770, le duc de Brissac peut déclarer à la dauphine “que tous les Parisiens sont amoureux d’elle”, ce qui est à peine exagéré. La dauphine s’habille bien, sait choisir les belles étoffes. Bientôt, elle lancera la mode.

12Marie-Antoinette apporte aussi avec elle un air de fraîcheur de simplicité, qui fait neuf dans cette Cour de France, la plus raffinée, la plus blasée, la plus perverse aussi d’Europe, que la sage impératrice Marie-Thérèse redoutait pour sa fille. En 1770, cet air de nouveauté entraîne ceux qui espèrent un nouveau bonheur pour la France et plus de simplicité, de vertu, de liberté.

13La dauphine cherche à échapper aux contraintes d’une étiquette trop lourde. Elle veut choisir ses compagnons et ses amies. Elle a le goût de la promenade, elle aime la campagne, elle monte à cheval.

14 Ces comportements juvéniles d’une dauphine qui n’a pas vingt ans paraissent, de nos jours, bien innocents. Mais sa gaieté, sa pétulance déplaisent vite au parti dévot. Son mépris pour la favorite, la du Barry de médiocre extraction, lui aliène le duc d’Aiguillon. “Mesdames Tantes du roi“la trouvent trop frivole. La spontanéité de Marie-Antoinette blesse plus d’un familier de Versailles. Elle sera vite détestée par son beau-frère, Provence (le futur Louis XVIII). Le mariage autrichien a été tôt critiqué par les partisans de l’ancienne politique d’hostilité à la Maison d’Autriche.

15– On sait, enfin, que la vie conjugale de la jeune dauphine fut bien peu satisfaisante. Le mariage ne sera consommé, après intervention chirurgicale sur la personne du roi, qu’en 1777. Que de dédain, à la Cour, pour ce monarque si indigne de ses fougueux prédécesseurs. Que d’humiliation pour une reine de France dont la population attendait avant tout qu’elle donne un héritier à la Couronne. “Petite reine de vingt ans, commence-t-on à siffloter, vous repasserez la barrière”.

16Mère, Marie-Antoinette le sera quatre fois : le 18 décembre 1778 naît une fille, qu’on nommera Madame Royale, la “mousseline blonde” de sa mère, qui sera incarcérée avec elle et survivra seule à la Terreur, ayant perdu père, mère, tante et frère. Un garçon naît le 22 octobre 1781. De santé délicate, il meurt en juin 1789. Un second garçon naît en 1785, le futur Louis XVII, au sort déplorable ; enfin une fille née en 1786, qui meurt a un an.

17Le tableau bien connu de Madame Vigée Lebrun, peint en 1787, représente Marie-Antoinette, dans sa maturité radieuse (elle a trente-et-un ans), entourée de ses quatre enfants, au sommet de sa gloire de souveraine du “plus beau royaume sous le ciel”.

18On ne sait s’il vaut mieux admirer dans ce tableau l’adresse de la composition, qui souligne la quadruple maternité, par des attitudes naturelles ou l’aisance de l’artiste pour représenter la somptueuse robe de velours incarnat, la majesté de la Reine, accentuée par la coiffe compliquée de mode en ces années-là. Elle présente à la postérité cet “air imposant”, que ses admirateurs appelaient de la dignité et ses détracteurs, de la morgue. Elle regarde au loin, comme inquiète des orages à venir.

19En ces dernières années de la “douceur de vivre”, les fêtes se succèdent. La Reine aime les bals, les bijoux, les toilettes, et son mari a bien du mal à limiter les dépenses. Autour d’elle, des familiers avides, notamment le clan des Polignac. Elle est intervenue, beaucoup trop, dans les affaires publiques, non pour faire adopter une ligne de conduite déterminée, mais pour faire attribuer des places à ses fidèles, pour faire écarter ceux qui lui déplaisaient. Elle a mal supporté les efforts de Turgot, de Necker, pour réduire les dépenses de la Cour.

20Il lui arrive de s’ingérer dans les relations internationales, dans l’intérêt de sa famille, qu’elle considère comme associé à celui de la France. Bien qu’elle ait peu marqué, en définitive, les décisions essentielles du règne, les échos de ses interventions ont vite fait murmurer la Cour et la Ville. Or, la tradition de la Monarchie française avait tenu les femmes à l’écart du pouvoir politique.

21L’image de la Reine, positive au début du règne, se dégrade vite. Dès 1779, les acclamations font place à un silence blessant. Les médisances et les calomnies montent à l’assaut du trône. On l’accuse d’être hautaine, ou au contraire trop familière. On lui reprochera ses promenades, son Trianon, ses visites, l’Opéra, ses toilettes, ses amis avides et mal choisis. Son comportement heurte à la fois les nostalgiques de la “Vieille France“ et les partisans des idées nouvelles de liberté et d’égalité qui foisonnent. Partout la calomnie “s’enfle et tourbillonne”. Les pamphlets orduriers se multiplient. On lui prête bien des amants.

22Les remous de l’affaire du Collier dorment une bonne mesure de son impopularité : on sait que le Cardinal de Rohan, croyant rentrer en grâce auprès de la Reine, acheta à très haut prix une splendide parure, qu’il ne put payer et qui fut en réalité subtilisée par une intrigante. La Reine, quoi que parfaitement innocente, fut éclaboussée par le scandale, à la jubilation de tous les ennemis du Trône. Les parlementaires, la foule, les patriotes sont contre la Reine (1785-1786).

23Dans ce climat détérioré, la situation financière du royaume s’est si bien aggravée, en 1786-1787, que les ministres cherchent désespérément à faire accepter de nouveaux impôts. Devant les oppositions associées des privilégiés et des “patriotes”, Louis XVI est contraint de réunir les États Généraux en mai 1789. Ce sera, on le sait, en quelques semaines, la contestation de l’ordre ancien, la Révolution qui emporte la monarchie et l’Ancien Régime.

24Le troisième portrait a été peint par Kucharski. Il représente la Reine, en 1792, après trois années d’épreuves. L’Assemblée Nationale s’est attribuée, dès l’été 1789, le pouvoir souverain, a proclamé la Déclaration des droits de l’homme, réorganisé selon les principes nouveaux la constitution de la France, ne laissant au roi qu’une ombre de pouvoir. Les 5 et 6 octobre, une foule menaçante s’est portée sur Versailles. La reine a été insultée, menacée. Plusieurs de ses défenseurs ont été massacrés. Depuis lors, la famille royale, installée aux Tuileries, à Paris, est quasi prisonnière des forces révolutionnaires. L’équipée de Varennes révèle le fossé qui s’est creusé entre la tradition monarchique et le pouvoir populaire. La reine a mesuré, une fois de plus, son impopularité et l’audace de ses ennemis.

25L’Assemblée Législative, succédant à la Constituante, impose au Roi la guerre contre l’Autriche, ouvrant un quart de siècle d’hostilités internationales.

26En ces années sombres, la Reine a fait front avec détermination. La jeune femme frivole a fait place à une souveraine lucide et courageuse. Mais les amis sont rares, les royalistes en minorité, les appuis font défaut, les uns après les autres.

27Au retour de Varennes, les clubs de gauche demandent la déchéance du roi. Tel est désormais l’enjeu principal du combat politique. Les pamphlets, la chanson, se déchaînent contre “le gros Véto” et “Madame Véto”. Les émeutes se succèdent : lors de l’invasion des Tuileries, le 20 juin, la reine et le roi sont à nouveau confrontés à la fureur des foules surexcitées.

28Le portrait montre que ces trois années d’épreuves ont épuré, sans l’anéantir, la beauté de la reine. L’ovale de son visage est parfait, les cheveux déjà grisonnants ajoutent à la majesté, le teint délicat est rendu par l’habile pinceau. La mélancolie du regard, perdu dans les regrets et les appréhensions, dément le port altier, l’expression sereine.

29Le portrait est inachevé, car la Commune insurrectionnelle a fait donner l’assaut, au matin du 10 août, au palais des Tuileries. Les derniers défenseurs du roi sont massacrés. Partout ses ennemis triomphent, réclamant sa tête après celle du roi. Son amie Lamballe a été massacrée en septembre 1792. La famille royale, qui a demandé asile à l’Assemblée Législative, est emprisonnée au Temple, d’où le roi ne sortira que pour être jugé par la Convention et guillotiné le 21 janvier 1793.

30Le quatrième portrait nous mène au moment du procès. Il a été peint lui aussi par Kucharsky, en service au Temple comme garde national. Il rencontra la reine à deux reprises et en profita pour dessiner une esquisse puis la peindre. L’épisode a été évoqué dans un des interrogatoires. La reine n’est plus que la veuve Capet, vêtue d’une médiocre robe de deuil, le visage amaigri par les épreuves, les traits ravagés par les angoisses. Elle a été séparée de son fils le 3 juillet 1793, au cours d’une longue scène d’une heure de supplications. Elle sentait qu’elle ne le verrait plus et que la République, ferait procéder, par le geôlier Simon, au “lavage de cerveau” de son petit “chou d’amour“sur lequel elle avait reporté son affection et ses espoirs.

31Le premier août 1793, sur intervention de Barrère – autrefois avocat au Parlement de Toulouse et Mainteneur des Jeux Floraux (XXIXe Fauteuil), la Convention Nationale vote un décret déférant la “Veuve Capet“devant le tribunal criminel extraordinaire siégeant à Paris. C’est une réponse à l’avancée des armées alliées qui prennent Valenciennes.

32Ce tribunal criminel extraordinaire, passé à la postérité sous le nom de “Tribunal Révolutionnaire”, a été institué par décret du 10 mars 1793 pour éliminer les ennemis de la République. Les révolutionnaires considéraient que les tribunaux de droit commun n’étaient pas assez expéditifs. Abandonnant les principes mêmes exprimés dans la Déclaration des droits de l’homme ils veulent une répression qui ne s’encombre pas de formes. Cette juridiction de circonstance est instituée pour juger toutes actions tendant à rétablir la monarchie, toutes manœuvres contre la sûreté de l’État, tous attentats à la liberté, à l’égalité, à l’indivisibilité de la République.

33Les juges et les jurés sont nommés par la Convention, sur proposition du Comité de Salut Public, qui choisit des révolutionnaires purs et durs. Faire juger un vaincu par ses ennemis politiques constitue le moyen le plus sûr pour le perdre. Telle est la logique de la dictature révolutionnaire.

34Herman a remplacé comme président Montané (autre Toulousain) trop modéré. Comme accusateur public, Fouquier-Tinville fait ses preuves et son nom passera à la postérité. Depuis le 6 avril, ce tribunal a prononcé 63 condamnations à mort, sans possibilité de recours en cassation.

35L’inculpation entraîne aussitôt transfert d’une prison à l’autre : la famille royale était détenue au Temple par mesure de sûreté. Elle occupait quelques pièces, avec un ameublement sommaire, conservait quelques serviteurs. Dans la nuit du 1er au 2 août, les prisonnières sont réveillées : les administrateurs de la Police de la Commune de Paris, accompagnés de gardes nationaux, donnent lecture du décret qui transfère la Reine à la Conciergerie, “maison de justice“où les détenus attendaient le jugement, conduisant lui-même à la guillotine pour le plus grand nombre. Après tant d’épreuves, la pauvre femme résignée réunit quelques hardes et fait ses adieux à sa fille et à sa belle-sœur, Madame Elisabeth. Cette dernière sera elle aussi sacrifiée à la guillotine. Madame Royale sera libérée en 1795, après trois ans de détention. On fouille les poches de la reine, ne lui laissant qu’un mouchoir et un flacon de sels. Le reste est mis sous scellés.

36En traversant la cour, la reine jette un dernier regard sur le donjon. Au second étage, son petit “chou d’amour”. est rééduqué. Au troisième, sa “mousseline blonde“sanglote dans les bras de sa tante.

37 Le cortège, encadré de gendarmes à cheval, conduit la reine au Palais de Justice. Le concierge de la prison procède à la formalité de l’écrou, l’inscrit comme deux cent quatre vingtième détenue, “prévenue d’avoir conspiré contre la France”. On conduit Marie-Antoinette à son logis, un cachot humide de trois mètres sur quatre, prenant le jour sur la “cour des femmes“par deux fenêtres presque au ras du sol. Le mobilier se réduit à un lit de sangle, une table, deux chaises, un fauteuil et un bidet. Un paravent sépare la reine de deux gendarmes qui se relaient jour et nuit pour la surveiller.

38L’épouse du concierge Simon, qui n’est pas une mauvaise personne, procure à la reine déchue une paire de draps fins. Sa servante Rosalie Lamorlière servira respectueusement la reine jusqu’au dernier jour.

39Les heures, les jours se passent, dans le vide et la tristesse. La reine se lève à 7 heures, boit une tasse de café ou de chocolat, fait rapidement sa toilette avec un miroir que lui prête la jeune Rosalie. Un bonnet de deuil en linon couvre les cheveux maintenant tout blancs, coiffés en simple chignon. La Reine pourra faire venir au Temple quelques vêtements, chemises, bas fichus, qui seront inventoriés après son décès. Elle a obtenu de disposer d’encre, de papier, de plume. Elle s’empresse d’écrire à sa fille pour la rassurer ; mais la lettre sera confisquée par l’autorité. Elle n’a pu amener du Temple l’ouvrage qu’elle avait commencé, ni le nécessaire de couture : pas d’aiguille, ni de ciseaux pour les prisonniers. On l’autorise à lire quelques ouvrages, des récits de voyages. Elle n’a d’autre distraction que de regarder les gendarmes jouer aux cartes ou au jacquet.

40Un jour, la femme du concierge lui amène son plus jeune enfant, un blondinet qui lui rappelle son dauphin perdu. Elle le prit dans ses bras, conte Rosalie Lamorlière, le couvrit de baisers et de caresses et se mit à pleurer. Le souvenir de ses enfants accompagne la prisonnière. Elle en parle sans cesse. Elle avait réussi à dissimuler dans son corsage une miniature représentant son fils et un petit sac de peau renfermant une boucle de ses cheveux. Rosalie contera plus tard que la reine “se cachait souvent près de son misérable lit de sangle pour embrasser en pleurant ces objets”.

41Ainsi se passent quelques semaines de purgatoire. Des visiteurs obtiennent l’autorisation de voir la Reine, parfois d’entrer. Les uns sont mus par la curiosité, d’autre par la compassion. L’abbé Magnin, prêtre réfractaire incarcéré, apportait ses secours aux autres prisonniers. Il a confessé la Reine et lui a remis la communion.

42D’autres visites ont un motif caché. La réclusion de la famille royale au Temple a incité quelques fidèles audacieux à concevoir des plans d’évasion. Ainsi, Jarjaye, gentilhomme dauphinois, qui avait accompli plusieurs missions secrètes pour la Reine, se fait passer pour garde national avec l’aide de Michonis, Commissaire de la Commune et de Toulan. On devait apporter des habits d’hommes et profiter de la relève de la garde pour fuir. Mais l’affaire traîne en longueur, il paraît impossible de faire fuir les enfants avec leur mère. Alors elle préfère rester avec eux. Elle écrit à Jarjaye un dernier billet : “Nous avons fait un beau rêve”.

43L’insaisissable baron de Batz a comploté de son côté. Un peu plus tard, le chevalier de Rougeville réussit à s’introduire à la Conciergerie et à faire passer à la Reine un petit message dans un œillet. Mais les gendarmes veillent. Alexandre Dumas tirera de l’épisode la trame de son “Chevalier de Maison Rouge”.

44La crainte des complots exaspère les montagnards. Le concierge et sa femme sont arrêtés, la garde renforcée, la reine transférée dans un cachot plus sûr.

45Un dernier complot sera éventé, celui des “perruquiers”, qui regroupe de petites gens ; ils espèrent réunir des centaines de partisans, assaillir l’escorte qui conduira la Reine à l’échafaud et s’échapper avec elle. Mais la police infiltre le groupe, les acteurs sont arrêtés, ses chefs guillotinés.

46Tandis que les chevaliers de la Reine multipliaient leurs efforts infructueux, le gouvernement révolutionnaire balançait entre deux voies : utiliser la personne de la Reine comme monnaie d’échange avec la Cour de Vienne ou la mettre en jugement. Cambon défendait la première solution, mais Hébert menace : “J’ai promis la tête d’Antoinette aux sans-culottes qui me la demandent, l’instinct de la République les pousse à vouloir s’unir à nous par ce sacrifice expiatoire, et vous hésitez !“Les pétitions des clubs et des sections s’accumulent pour exiger le règlement de la condamnation.

47Fouquier Tinville fait nommer le 8 septembre de nouveaux juges pour être plus assuré de l’issue.

48La Reine a été interrogée dans la nuit du 3 au 4 septembre par deux députés, Amar et Sevestre, membres du Comité de Sûreté Générale.

49Elle répond avec autant de dignité que d’à propos à des questions captieuses, destinées à la piéger par des contradictions, ou à lui faire avouer des faits condamnables. Ainsi : “Vous intéressez-vous au succès des armes de nos ennemis ?“

50R. : “Je m’intéresse au succès de celles de la nation de mon fils !“

51 Q. : “Quelle est la nation de votre fils” ? À question impudente, réponse fière : “Pouvez-vous en douter ? N’est-il pas Français ?“

52Un peu plus tard : “Vous êtes donc bien aise qu’il n’y ait plus de Roi en France ?“À quoi ]a réponse fuse : “Que la France soit grande et heureuse, c’est tout ce qu’il nous faut”.

53Les deux députés essaient de lui faire avouer que l’abolition de la royauté est un bien, pour la prendre dans le dilemme : ou désavouer toute sa vie passée, ou de regretter publiquement la royauté (ce qui constitue à ce moment un crime puni de mort). Elle répond : “Si la France doit être heureuse avec un roi, je désire que ce soit mon fils ; si elle doit l’être sans roi, j’en partagerai avec lui le bonheur”. Corneille n’eut pas trouvé mieux, commente A. Castelot.

54La Reine, quoique épuisée par la longueur de l’interrogatoire, se défend habilement et ses réponses ne servent guère l’accusation.

55Fouquier-Tinville trouve que c’est bien peu pour nourrir son dossier. Il obtient communication des papiers utilisés dans le procès du Roi et de ceux qui ont été saisis dans l’appartement de la Reine, aux Tuileries, après la fuite arrêtée à Varennes.

56Le 3 octobre, la Convention décrète que le tribunal révolutionnaire s’occupera sans délai du jugement de la “veuve Capet”. L’audience publique de jugement doit débuter le 14 octobre (= 23 vendémiaire An II).

57Auparavant, la prisonnière subit, conformément à la loi, un nouvel interrogatoire, cette fois devant Herman, le président du Tribunal, qui ne ménage pas l’accusée. Il l’accuse d’avoir dilapidé la fortune de la France : “fruit des sueurs du peuple pour vos plaisirs et vos intérêts”. Elle répond qu’il s’agit de calomnies qu’elle aimait trop le roi, son mari, pour dilapider l’argent de son pays.

58Il l’accuse d’avoir poursuivi après 1789 ses manœuvres contre la liberté, d’avoir négocié avec les puissances étrangères. Elle répond : “Depuis la Révolution, je me suis interdit personnellement toute correspondance au dehors et je ne me suis jamais mêlée de l’intérieur”. Ce qui n’est pas vrai, mais le droit pénal et la mentalité moderne reconnaissent à tout accusé le droit de se défendre comme il l’entend, même au détriment de la vérité. Ajoutons que pour Marie-Antoinette, fille d’impératrice, épouse de roi, demander l’intervention des rois d’Europe constituait le dernier espoir de sauver la monarchie et l’intérêt public.

59Il l’accuse d’avoir incité son mari à adopter une politique de dissimulation. Mais aucun document n’étaie l’imputation.

60 Il l’accuse d’avoir ouvert elle-même les portes pour le départ manqué vers la frontière. Elle a beau jeu de lui répondre : “Je ne pense pas qu’une porte ouverte prouve qu’on dirige quelqu’un”. Herman s’emporte : “Vous voulez régner à quelque prix que ce fut et remonter au trône sur les cadavres des patriotes”. Il s’attire la réplique : “Nous n’avons pas besoin de monter sur le trône, nous y étions”.

61Le président-accusateur préfère changer de sujet, comme le chat qui lâche la souris pour mieux la reprendre : il accuse la Reine d’avoir poussé l’Autriche à rompre avec la France, ce qui lui vaut la réplique que c’est bien au contraire la France qui a déclaré la guerre le 20 avril 1792, et que le Roi ne s’est résolu à cette déclaration que sur demande réitérée de l’Assemblée.

62Il en revient à la fameuse accusation d’avoir participé au fameux banquet du 1er octobre 1789, durant lequel la cocarde tricolore aurait été foulée aux pieds par des gardes du corps. Elle répond : “Il n’est pas à croire que des êtres aussi dévoués… voulussent changer la marque que le roi lui-même portait”.

63Il reprend le jeu des questions captieuses : “Quel intérêt portez-vous aux armes de la République ?“pour enfermer la Reine dans le dilemme d’un oui ou d’un non également dangereux. Elle répond, toujours maîtresse d’elle-même : “Le bonheur de la France est celui que je désire par dessus tout”.

64Le jeu terrible de l’interrogation dure des heures et des heures. À la fin, le Président commet d’office deux avocats, Chauveau-Lagarde et Tronson du Coudray. Les formes sont respectées, mais en prenant la précaution de ne pas laisser aux défenseurs le temps nécessaire pour connaître le dossier.

65Chauveau-Lagarde a conté dans ses Souvenirs, publiés sous la Restauration, qu’étant à la campagne, il fut averti par le greffier, le matin du 13 octobre, qu’il était commis d’office et que les débats commenceraient le lendemain 14 octobre à 8 heures du matin. Il revient à Paris, arrive à la Conciergerie à deux heures de l’après-midi, accède au cachot de la Reine qui le reçoit, écrit-il, “avec une majesté pleine de douceur”, toujours en présence des deux gendarmes. Il monte au greffe pour prendre connaissance de l’acte d’accusation, demande à consulter le dossier et “recule d’épouvante” devant le monceau de documents accumulés. Il était impossible, en quelques heures, d’en connaître le contenu et de préparer la défense. Il redescend chez la Reine pour la décider à demander un report d’audience à la Convention. Elle refuse d’abord de rien solliciter d’une assemblée qui a fait périr son mari. L’avocat s’entête et finit par la convaincre qu’il est nécessaire, pour la postérité et pour les siens, qu’il puisse combattre les calomnies de l’accusation. Elle rédige sous sa dictée une protestation contre une précipitation qui constituait un déni de justice et demande un délai de trois jours pour pouvoir se justifier. Chauveau-Lagarde remonte au Parquet et remet le document à l’accusateur public, qui promet de le transmettre au président de la Convention. La lettre ne sera pas remise au destinataire. On la trouvera dans les papiers de Robespierre, après le 9 thermidor.

66Les avocats devront improviser leur défense au cours d’un bref entretien avec la Reine, sur le vu de l’acte d’accusation et à partir des affirmations des témoins.

67Fouquier-Tinville, lui, a disposé de plusieurs jours pour rédiger un acte d’accusation qui est un modèle de grandiloquence haineuse. Il ne retient de l’affaire que ce qui pouvait nuire à la reine. Dès l’exorde, il la compare à Messaline, pour ses prétendues débauches, à Frédegonde et Brunehaut. Il reprend les lieux communs des pamphlets : “dilapidations excessives…”, “fléau et sangsue de la France… fertile en intrigues criminelles”. Il prétend qu’à la veille de l’assaut contre les Tuileries, elle s’était rendue auprès des soldats pour les encourager et les faire boire. Il ne manque pas d’exprimer l’accusation la plus sérieuse : qu’elle avait fait parvenir aux puissances étrangères les plans de campagne arrêtés en Conseil du Roi, ce qui expliquerait les défaites françaises en Belgique. Mais aucune preuve n’étaie l’accusation.

68Il ose enfin écrire “qu’elle n’a pas craint de se livrer avec son fils et de l’aveu de ce dernier, à des indécences dont l’idée et le nom seul font frémir d’horreur”. On retrouvera l’écho de cette accusation dans l’évocation de l’audience publique.

69Il conclut en la qualifiant “d’ennemie déclarée de la Nation française, principale instigatrice des troubles qui ont eu lieu en France depuis 1789 et ont causé tant de victimes”. Il l’accuse “d’intelligence avec l’ennemi, d’intrigues tendant à la révolte contre l’autorité constituée et à la guerre civile”, toutes incriminations punies de mort par la loi pénale.

70Le 14 octobre, à huit heures du matin, comme prévu, les gendarmes vont chercher la prisonnière dans son cachot pour la conduire à la salle d’audience, “libre et sans fers”, selon la loi.

71Les témoins ont observé que le public qui se pressait dans la salle d’audience découvrait avec stupeur une femme vieillie, amaigrie, vêtue d’habits médiocres, à la place de la souveraine triomphante d’autrefois, que dénonçaient tant de pamphlets. Elle est assise entre ses avocats ; en face, Fouquier-Tinville. Sur l’estrade, au- dessus, le président Herman, assisté de quatre juges, tous portant le chapeau empanaché “à la Henri IV”. Sur un des côtés, les douze membres du jury.

72À la question rituelle du président : vos noms, âge, qualité, lieu de naissance et demeure, elle répond : “Je m’appelais Marie-Antoinette Lorraine d’Autriche, née à Vienne, âgée d’environ 38 ans, veuve du Roi de France, arrêtée dans le lieu des séances de l’Assemblée Nationale”.

73La suite est conforme au rituel de la procédure criminelle établi par la loi des 16 septembre-6 octobre 1791 (et conservé jusqu’à nos jours, presque sans changement, devant les Cours d’assises). Le greffier lit l’acte d’accusation rédigé par Fouquier-Tinville. Le président fait ensuite entrer et déposer les témoins. Une quarantaine de témoins des deux sexes et de toute condition se succéderont, pendant deux longues journées (14 et 15 octobre).

74Le premier, Lecointe, ancien marchand de toile à Versailles, maintenant député à la Convention, s’étend sur les fêtes qui se succédaient à Versailles, qu’il fustige comme des orgies, et cause de l’assèchement du Trésor. C’est une des attaques habituelles contre la Reine. Il évoque le fameux banquet des gardes du corps, autre lieu commun de la propagande contre la Souveraine. La Reine répond que le Roi et elle-même se sont contentés de faire le tour de la salle.

75Herman la questionne sur la séance royale du 23 juin 1789, au cours de laquelle le Roi tente de reprendre le contrôle de la procédure des États, en acceptant une partie des revendications des cahiers de doléances et en invitant les députés à reprendre leurs délibérations par ordre, suivant la tradition. La Reine répond que le contenu de la déclaration du roi avait été délibéré en Conseil, que son mari la lui avait lue parce qu’il avait bien confiance en elle, mais qu’elle ne s’est permis aucune observation.

76À la question : “Quelle part a-t-elle prise des délibérations tendant à faire entourer l’Assemblée de bayonnettes et à faire assassiner la moitié des députés s’il se pouvait”, – autre fonds de calomnies diffusé depuis 1789, elle répond : “Je n’ai jamais entendu parler de pareille chose”. De fait, il n’y eut de bayonnettes que dans la réponse de Mirabeau.

77Herman l’accuse d’avoir favorisé les Polignac “gorgés d’or”. Elle répond qu’ils étaient rétribués pour leurs fonctions à la Cour.

78Un certain Roussillou, canonnier de la Garde nationale, déclare qu’il avait trouvé, dans les chambres des Tuileries, des bouteilles vides ou pleines. Il en déduit qu’elle avait donné à boire aux Suisses ou aux “chevaliers du poignard“qui selon lui remplissaient le château.

79 Hébert témoigne à son tour. L’animateur de la faction la plus extrémiste des montagnards, violent rédacteur du “Père Duchesne”, accuse la Reine d’avoir traité avec déférence, comme un roi, son fils, après l’exécution de Louis XVI. Il l’accuse surtout sur allégation de Simon, le geôlier du petit prince : l’enfant aurait avoué que sa mère aurait pratiqué sur son corps des attouchements jusqu’à produire des pollutions et qu’il y aurait eu même un acte incestueux.

80La Reine répond d’une voix tremblante : “Je n’ai aucune connaissance des faits dont parle Hébert”. L’un des jurés demande alors au président Herman d’inviter l’accusée à répondre précisément sur ce qui s’était passé entre elle et son fils. Alors, la Reine, se levant et se tournant vers l’assistance : “Si je n’ai pas répondu, c’est que la nature se refuse à une pareille inculpation faite à une mère. J’en appelle à toutes celles qui peuvent se trouver ici”.

81Ce superbe cri de douleur remue la foule, pourtant défiante et blasée. On entend des cris, “un courant magnétique passe dans l’assistance”, observent les témoins. Le président menace les perturbateurs et suspend la séance quelques instants pour que l’ordre se rétablisse.

82Les témoignages se succèdent jusqu’à 14 heures, puis reprennent à 16 heures. On écoute Bailly, l’ancien maire de Paris, qui n’apporte rien contre la Reine. Il sera bientôt guillotiné.

83Un citoyen de Versailles vient raconter qu’au temps de la guerre de l’Empereur (frère de Marie-Antoinette) contre les Turcs, le Trésor royal aurait remis à l’Autriche des sommes considérables aux dires d’un courtisan. Rien ne confirme “l’on dit” de “l’on dit”. Est-ce un écho déformé de l’intervention du gouvernement royal en 1784, qui remet à l’Empereur une partie des sommes qu’il exigeait des Provinces Unies ?

84Après treize heures d’interrogation, la Reine est ramenée dans son cachot. L’audience reprend le lendemain matin et n’ajoute rien de bien significatif. L’amiral d’Estaing dépose avec courtoisie. La Tour du Pin, qui fut ministre de la guerre, fait sa révérence à la Reine avant de témoigner. L’un et l’autre seront bientôt guillotinés.

85Simon, le gardien du petit roi, se borne à témoigner qu’à table, sa mère et sa tante le servaient le premier, comme roi.

86Heure après heure, les témoins se succèdent, les uns sont interrogés sur la vie à Versailles, d’autres sur les comportements des prisonniers royaux au Temple, d’autres sur la “conspiration de l’œillet” (dont la Reine apprend seulement alors les détails).

87 Les témoignages sont vagues, ou réticents. L’audience est brièvement suspendue à quatre heures et demi de l’après- midi.

88Herman questionne la Reine sur les bons du Trésor qu’elle aurait signés, mais dont on n’a pas retrouvé d’exemplaires. Un témoin, indicateur de police sans doute, vient déclarer qu’il en a vus, qui portaient la date du 10 août 1792. À quoi la Reine peut répondre que c’est bien impossible, puisque le 10 août, au matin, la famille royale a quitté les Tuileries pour chercher refuge à l’Assemblée Nationale.

89Avec le député Valazé, qui avait dressé, l’année précédente, l’acte d’accusation du roi et maintenant emprisonné avec les Girondins, on revient à un enjeu essentiel : il affirme avoir vu dans les papiers saisis et utilisés contre le roi, une note dans laquelle le ministre de la guerre priait le Roi de communiquer les plans de la campagne des armées françaises à la Reine. On conçoit le parti que l’accusation aurait pu tirer d’un tel document. Mais il reste introuvable, malgré toutes les recherches.

90Fouquier intervient : “Il paraît prouvé que par votre influence, vous faisiez faire au ci-devant roi, votre époux, tout ce que vous désiriez”. À quoi Marie-Antoinette répond : “Il y a loin de conseiller de faire une chose à la faire exécuter”. Elle ajoute : “il fallait bien que je me conformasse à sa volonté”.

91Quand le président pose la dernière question : “Ne vous reste-t-il plus rien à ajouter à votre défense ?”, la Reine lui répond, à nouveau affermie : “Hier, je ne connaissais point les témoins. J’ignorais ce qu’ils allaient déposer. Hé bien, personne n’a articulé contre moi un fait positif”.

92À la reprise de l’audience, à minuit passé, Fouquier-Tinville prononce son réquisitoire, concluant que l’accusée est l’ennemie déclarée de la Nation française, l’une des principales instigatrices des troubles qui ont eu lieu.

93La parole est à la défense. Chauveau-Lagarde s’est réservé de plaider qu’il n’y a pas eu conspiration contre la France avec les puissances étrangères. Son plaidoyer n’est pas reproduit par la presse, mais il fut assez déterminé pour qu’Hébert s’enrage à son propos dans le Père Duchesne : “Se peut-il qu’il se soit trouvé un bougre assez hardi pour la défendre ! Cependant deux braillards du palais ont eu cette audace. Je ne conçois pas, foutre, comment on peut souffrir que des cuistres de basoche trahissent les consciences et cherchent à jeter de la poudre aux yeux des jurés ! N’ai-je point vu ces deux avocats du diable, non seulement se démener pour prouver l’innocence de la guenon, mais oser pleurer sur la mort du traître Capet et dire aux juges que c’était assez d’avoir puni le gros cochon et qu’il fallait au moins faire grâce à sa saloperie de femme”. Quand Chauveau Lagarde a terminé sa plaidoirie, la Reine le remercie et Fouquier-Tinville le fait arrêter.

94À son tour, Tronson du Coudray, se lève et plaide, avec courage et flamme, l’innocence de la Reine sur la prétendue conspiration avec les ennemis de l’intérieur. Il est arrêté à son tour, la plaidoirie terminée.

95Le président est chargé, selon les règles de la procédure criminelle, de présenter aux jurés un résumé des débats pour dégager les points qui ont été manifestés soit en faveur, soit contre l’accusé. Il en profite pour prononcer un second réquisitoire : “Vous avez à juger toute la vie politique de l’accusée. Vous devez surtout fixer votre délibération sur les manœuvres qu’elle n’a cessé d’employer pour détruire la liberté naissante, par des liaisons avec d’infâmes ministres, de perfides généraux, d’infidèles représentants du peuple… soit au dehors en faisant négocier cette coalition monstrueuse des despotes de l’Europe”.

96Herman, percevant bien que les preuves manquaient contre l’accusée, invite ainsi les jurés à former leur conviction à partir des “événements politiques dont vous avez été les témoins et les juges”. Pour mieux accabler la reine, il assimile son procès à celui du roi : ayant sa confiance, l’ayant toujours accompagné, elle est “l’instigatrice de la plupart des crimes dont s’est rendu coupable le dernier tyran de la France”.

97Herman rédige les questions auxquelles les jurés doivent répondre à partir des allégations du réquisitoire et de manière à inciter les jurés à répondre positivement :

  1. Est-il constant qu’il ait existé des manœuvres et intelligences avec les puissances étrangères et autres ennemis extérieurs de la République, les dites manœuvres et intelligences tendant à leur fournir des secours en argent, à leur donner l’entrée du territoire français et à y faciliter les progrès de leurs armées ?
  2. Marie-Antoinette d’Autriche, veuve de Louis Capet, est-elle convaincue d’avoir coopéré aux manœuvres et d’avoir entretenu ces intelligences ?
  3. Est-il constant qu’il ait existé un complot et conjuration tendant à allumer la guerre civile dans l’intérieur de la République ?
  4. Marie-Thérèse d’Autriche, veuve de Louis Capet, est-elle convaincue d’avoir participé à ce complot et conspiration ?

98Chacune des incriminations retenues était punie de la peine de mort.

99 À quatre heures du matin, un huissier vient ramener la reine dans la salle d’audience du tribunal. Le président lit la déclaration du jury, positive sur chacune des questions. Puis l’accusateur public reprend la parole pour requérir l’application de la loi. Le tribunal prononce la condamnation à mort, en application des articles premier et deux de la première section du titre premier de la deuxième partie du Code Pénal.

100Le Reine, ses ultimes illusions anéanties, traverse la salle comme sans rien voir, sans rien entendre. Le lieutenant de gendarmerie, qui lui offre le bras pour la reconduire, chapeau bas, sera peu après remplacé et arrêté pour cette marque de respect.

101Juges et jurés vont partager le souper que leur avait fait préparer Fouquier-Tinville, conscients d’avoir accompli leur devoir de citoyens.

102La Reine, elle, rassemble une fois encore son courage pour les quelques heures qui lui restent à vivre, après ces deux journées et une nuit d’audience. Elle écrit à sa belle-sœur une dernière lettre, toute d’héroïsme chrétien. “C’est à vous, ma sœur, que j’écris pour la dernière fois ; je viens d’être condamnée non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère ; comme lui innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ses derniers moments…”. Elle l’invite à prendre soin, autant qu’elle pourra de ses pauvres enfants. Elle la charge de leur transmettre sa bénédiction, de leur renouveler l’exhortation à accomplir leur devoir, à vivre unis. Elle rappelle les derniers mots du roi : ne pas chercher à venger sa mort.

103Elle continue par les formules testamentaires des chrétiens de ces temps : “Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle de mes pères, dans celle où j’ai été élevée et que j’ai toujours professée”.

104N’ayant aucune consolation spirituelle à attendre, elle demande pardon à Dieu, à tous les siens, pardonne à tous ses ennemis le mal qu’ils lui ont fait, espérant “que dans sa bonté, il voudra bien… recevoir son âme dans sa miséricorde et sa bonté”.

105Cette ultime missive ne parviendra pas à sa destinataire. Comme tant d’autres ” dernières lettres”, elle sera conservée par Fouquier et retrouvée dans ses papiers, lors de son arrestation.

106Quand le jour d’automne se lève, la Reine, qui souffre d’un flux de sang change de linge, sans que se détourne l’officier de gendarmerie nouvellement nommé. Puis se succèdent les rites terminaux de la procédure. Les juges entrent. Le greffier lit le jugement de condamnation. L’aide du bourreau coupe ses cheveux et lie ses mains derrière le dos. Elle a refusé l’assistance d’un prêtre jureur, qui cependant l’accompagnera jusqu’à l’échafaud.

107À onze heures, elle quitte la Conciergerie, monte dans la charrette. Trente mille hommes de troupe sont mobilisés depuis le matin, pour contenir le peuple et empêcher toute tentative d’assaut.

108À douze heures, le cortège atteint la place de la Révolution.

109Dans la foule, ça et là des cris hostiles. Ailleurs, tristesse, résignation ou simple curiosité. Les “perruquiers“trop peu nombreux pour tenter l’assaut restent cois. Parmi les témoins, le peintre David esquisse en quelques traits la dernière image de la condamnée.

110Peu après midi, le couperet tombe. Les aides du bourreau déposent plus tard le corps décapité sur la pelouse du cimetière de la Madeleine.

111Les restes de la Reine et ceux du Roi seront exhumés et déposés dans la basilique Saint-Denis le 21 janvier 1815. Sur l’emplacement des sépultures primitives, une chapelle expiatoire sera construite sous la Restauration

112Les narrateurs du procès de la Reine ont tous exprimé le contraste entre les années de gloire de la souveraine et sa fin tragique. La majorité des Français jugent actuellement que les fautes, les imprudences, les maladresses de la jeune femme -et il y en eut- ont été expiées par les humiliations, l’arrachement de son mari et de ses enfants, les prisons, les affres d’un procès inique, la marche à la mort.

113Le juriste retiendra deux ordres d’enseignements. Le rôle de l’opinion publique a été déterminant dans le destin de Marie-Antoinette. Les rumeurs et les calomnies l’environnent tôt. Les pamphlets violents ou orduriers ont préparé, dès avant 1789, les déferlements de haine contre “l’Autrichienne”, “Madame Véto”. la “tigresse altérée de sang”, “l’implacable mégère”.

114Préparé par cette accumulation de propagande et de rumeurs, le procès de la Reine constitue une réalisation parmi des dizaines de milliers d’autres, du système bien dénommé “Terreur”. “La République“selon Saint Just, “se caractérise par la destruction totale de tout ce qui lui est opposé”.

115L’accusateur public près le Tribunal Révolutionnaire accomplit son rôle de maître d’œuvre du système répressif, sous l’autorité de la Convention et du Comité de Sûreté générale : il requiert incarcération, réunit la documentation, convoque les témoins, rédige l’acte d’accusation. Son acolyte, le président du Tribunal, procède à l’interrogatoire préliminaire, préside les débats, interroge les témoins et l’accusé, présente son résumé du procès, rédige les questions pour le jury, prononce la sentence.

116Le mécanisme de la Terreur a été conçu, décidé, réalisé pour anéantir sans délai les adversaires : “il s’agit moins de les juger que de les anéantir”, proclame Couthon.

117Dès lors les principes les plus sacrés des Droits de l’Homme célébrés par les révolutionnaires eux-mêmes sont écartés. Les avocats ont soutenu que la Reine n’était pas coupable au regard même de la législation en vigueur. Le dernier historien Castelot conclut, après recolement du dossier que les débats n’ont pas prouvé la culpabilité de l’accusée, qu’il ne reste rien de ce que Fouquier nomme trahison en supprimant les commérages, les ragots, les on-dit.

118La déclaration des Droits de l’Homme proclame que nul ne peut être poursuivi et condamné que pour des faits qualifiés de crimes ou délits antérieurement à leur accomplissement. Or, la nouvelle Constitution politique du royaume est entrée en vigueur le 1er octobre 1791, et le nouveau Code Pénal à la même époque. Dès lors, selon les principes mêmes de droit nouveau, on ne pouvait rien reprocher à la Reine de ses actes antérieurs à cette date. Ainsi tombaient la plupart des griefs articulés contre elle.

119Quant à ceux qui se fondaient sur des écrits ou des actes accomplis depuis octobre 1791, aucune preuve solide n’était versée aux débats.

120Fouquier et Herman ne l’ignoraient pas. La seule accusation sérieuse, celle d’intelligence avec les puissances étrangères, n’était pas prouvée. C’est dans leur conviction intime, dans la lucidité de leur haine, que jurés et juges déclaraient la Reine coupable, parce qu’ennemie de la Révolution.

121Selon Napoléon, la condamnation de la Reine “fut pire qu’un régicide“

122Ceux qui reconnaissent à la Révolution le droit d’anéantir ses adversaires feront leur l’imprécation de Robespierre : “La République ne doit aux ennemis du peuple que la mort”.

123Les autres adhèrent au jugement des Goncourt : “La mort de Marie-Antoinette a déshonoré la Révolution”.

Bibliographie

Orientation bibliographique

E. et J. de Goncourt, Histoire de Marie-Antoinette, 2é éd., Paris, 1859 ; G. Lenotre, La captivité et la mort de Marie-Antoinette, Paris, 1908 ; Henri-Robert, Les grands procès de l’histoire, 3° série, Paris, 1929 ; S. Zweig, Marie-Antoinette (trad. de l’allemand), Paris, 1933 ; P. de Nolhac, La Reine Marie-Antoinette, Paris s.d. (1959) ; S. Flaissier, Marie-Antoinette en accusation, Paris, 1967 ; P. Lafue, La tragédie de Marie-Antoinette, Genève, 1972 ; Valentino, Marie-Antoinette devant la Révolution, 2e éd., Paris, 1973 ; A. Castelot, Marie-Antoinette, d’après des documents inédits, 3e éd., Paris, 1953 ; A. Castelot, Le procès de Marie-Antoinette, Paris, 1993.

Les principaux documents relatifs au procès ont été publiés par Campardon. Marie-Antoinette à la Conciergerie, Pièces originales conservées aux archives de l’Empire, Paris, 1863, et à nouveau dans la Révolution française, années 1883 et 1884. Les originaux sont conservés dans la série W des Archives Nationales, Tribunal révolutionnaire. Un état détaillé des sources est dressé par A. Castelot, Le procès de Marie-Antoinette, p. 205 et suiv., Chauveau Lagarde, avocat de la Reine, a publié en 1816 : Note historique sur les procès de Marie-Antoinette et de Madame Élisabeth.

La communication qui a eu lieu le 15 novembre 1994 dans la grande salle de l’Académie des Jeux Floraux (Hôtel d’Assézat), a été illustrée par la projection de quelques diapositives : 1. Pastel représentant l’archiduchesse en avril 1769, âgée de quatorze ans. 2. Marie-Antoinette et ses enfants, par Mme Vigée-Lebrun, 1787 (Musée de Versailles). 3. Marie-Antoinette en 1792, peinte par Kurcharsky (Château de Versailles). 4. Marie-Antoinette en veuve, par Kurcharsky (Musée Carnavalet). 5. La dernière communion de Marie-Antoinette (gravure de la Restauration, Bibliothèque Nationale). 6. Le jugement de Marie-Antoinette, gravure de Bouillon de l’époque révolutionnaire (Musée Carnavalet). 7. Marie-Antoinette conduite à l’échafaud, dessin à la plume de David, témoin oculaire (donné à Jullien, Louvre, coll. Rothschild, cab. des Arts Graphiques).

Le catalogue publié à l’occasion de l’exposition “La famille royale à Paris. De l’histoire à la légende”, Musée Carnavalet, octobre 1993-janvier 1994, comporte l’étude, enrichie de reproductions, de l’iconographie de la famille royale dans ses dernières résidences.

Notes de fin

* Extrait de : Mémoires de l’Académie des Jeux Floraux, Toulouse, 1994, p. 78-97.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search