Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Dieu et la France dans les enseignements de trois “Princes de l’Église” du xxe siècle, Baudrillart, Pacelli et Saliège1 1

Texte intégral

  • 1 Extrait de : Clovis, Histoire et mémoire, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 1997, t. II, p (...)
  • 1 La nature de la présente communication n’implique pas la présentation d’une bibliographie. Le lecte (...)

1La Révolution française a rompu avec la tradition d’alliance entre le Trône et l’Autel, établie par Clovis et Rémi, en sécularisant dès 1789, les principes du droit public, puis, à partir de 1792. en réalisant une répression sévère contre les catholiques romains, clergé et fidèles.

2Plusieurs communications viennent de décrire comment de grandes figures du XIXe siècle ont relevé le thème de la “France chrétienne”. Le pape Léon XIII, commence son encyclique Nobilissima Gallorum Gens (1884) :

  • 2 Édité dans Sanct. D.N Leonis papae XIII allocutiones, epistulae, constitutiones vol. II (1883-1887) (...)

“La très noble nation française, par les grandes choses qu’elle a accomplies dans la paix et dans la guerre, s’est acquis envers l’Église catholique des mérites et des titres à une reconnaissance immortelle et à une gloire qui ne s’éteindra pas”2.

3La présente contribution se rapproche encore de notre temps en rapportant les enseignements sur la vocation chrétienne de la France de trois pasteurs d’une exceptionnelle autorité.

  • 3 Éd. SPES, Paris, 1928, in 8°, 261 p.
  • 4 Principaux ouvrages : Philippe V et la Cour de France, Paris, Didot, 1890, 5 vol. ; Saint Paulin év (...)

4Le document le plus étendu, et le plus élaboré est constitué par l’ensemble des six conférences de carême prononcées en 1928, à la cathédrale Notre-Dame de Paris par Mgr Albert Baudrillart, l’une des personnalités les plus respectées de l’Église de France en ce temps là (1859-1942) : né en 1859, normalien, agrégé d’histoire, prêtre de Saint Sulpice, professeur, puis recteur de l’Institut Catholique de Paris en 1907, membre de l’Académie Française, et finalement cardinal de la Sainte Église Romaine. Ses conférences portent le titre “La vocation catholique de la France et sa fidélité au Saint-Siège à travers les âges3. L’orateur sacré annonce des paroles “de vérité, de paix et de sérénité”. Il a connu le temps des offensives du laïcisme anticatholique, de Jules Ferry à Émile Combes. Il a été aussi engagé dans la mobilisation générale de catholiques pour la patrie en péril, en créant le Comité Catholique de propagande française à l’étranger4. Sa prédication intervient à la demande du cardinal Dubois, archevêque de Paris, au moment où la condamnation abrupte de l’Action Française déconcerte beaucoup de catholiques de droite, bien au-delà des militants de ce mouvement. Les conférences ont pour but de rappeler à tous les catholiques les gloires de leur tradition chrétienne, et de souligner que cette vocation chrétienne est inséparable de la fidélité au Siège Romain.

5Les développements suivent, comme il est naturel, l’ordre historique. La première conférence traite des premiers siècles de la Cité chrétienne en Gaule, des origines à Charlemagne. Mgr Baudrillart, après avoir rappelé la profession de foi de l’apôtre Pierre, à Césarée de Philippe, (alors institué par Jésus comme la Pierre sur laquelle il bâtira son Église) évoque les chrétiens des premiers siècles, qui doivent rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Quant à la Gaule romaine, la prédication chrétienne s’y diffuse lentement, dans les villes puis les campagnes, par l’action d’évêques dont saint Martin est le plus populaire. L’évêque ne manque pas d’insister sur l’union des diocèses de Gaule avec l’Église Romaine. Ces évêques de Gaule recourent, en cas de difficultés au pape comme arbitre, le reconnaissent comme législateur pour toute la chrétienté.

6La conversion du roi Clovis est évoquée comme étape essentielle de la formation de la France chrétienne. L’Empire romain s’est disloqué, l’appareil administratif désagrégé, les peuples germaniques s’installent. « Au milieu des périls et des terreurs de l’invasion [l’évêque demeure], il est devenu le “défenseur de la cité”, le représentant de toutes les traditions de Rome, en même temps qu’il est demeuré le ministre du Seigneur ». Mgr Baudrillart souligne le rôle déterminant des évêques : “O grands évêques de ces temps troublés, où tout l’avenir de notre pays était en germe, Ô vous surtout Remi, l’évêque de Reims, déjà la ville prédestinée, quelle ne fut pas votre clairvoyance lorsqu’il vous fut donné d’entrevoir, de comprendre, de développer le rôle providentiel du peuple et du roi des Francs ! Quel trait de votre génie d’avoir saisi que, par la conversion de ces païens à la foi catholique, se révérait l’unité de la Gaule, et que l’unité politique aurait pour fondement principal l’unité religieuse ! Ce que vous aviez deviné se réalisa”.

7Clovis, converti, s’est fait le défenseur de la foi catholique contre les rois hérétiques, ceux des Burgondes et des Wisigoths. Avit, évêque de Vienne lui écrit une lettre célèbre : “Toutes les fois que vous combattez, c’est nous qui remportons la victoire ; votre foi, c’est notre victoire”. Et il invite le roi à se faire, à sa manière, le propagateur de la foi catholique : “Puisque Dieu a fait de votre peuple son peuple, il convient que de votre côté, vous partagiez le trésor de votre foi avec les nations plongées dans l’ignorance”. De fait, selon les pratiques du temps, le triomphe du prince est celui de la religion qu’il professe.

8Dès ces temps reculés de l’époque française, le Siège apostolique reconnaît à la monarchie franque une dignité particulière. Le pape Grégoire I, dans une missive de 595 au médiocre Childebert II, lui écrit “qu’elle est autant au-dessus des autres couronnes du monde que la dignité royale surpasse les fonctions particulières”, parce que le roi des Francs “fait briller le flambeau de la foi au milieu des ténèbres d’infidélité qui enveloppent encore les autres peuples”.

9À leur qualité de successeurs du premier roi à s’être converti au catholicisme, les monarques francs joignent au VIIIe siècle, celle de champions victorieux de la Chrétienté et de l’Église. Mgr Baudrillart évoque la situation dramatique des chrétiens après la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne par les guerriers musulmans. “L’Évangile allait-il succomber devant le Coran ? Charles, duc des Francs, maire du palais, vainc près de Poitiers, en 732, les cavaliers d’Abderraman. C’est fait, le royaume des Francs, la Patrie, la Chrétienté sont sauvés. Pour la seconde fois, et bien plus que pour la première, la guerre nationale des Francs prend l’allure d’une croisade. Chevalier du royaume des Francs, nos pères sont aussi les chevaliers du Christ et jusqu’à Charlemagne, ils vont poursuivre la Guerre Sainte contre l’Islam”.

10En Italie, en ce même VIIIe siècle, ce sont les monarques francs qui défendent la liberté de l’évêque de Rome contre les Lombards et les Byzantins. Par leurs donations, ils constituent ces possessions temporelles, ou “États de l’Église“qui garantiront jusqu’au XIXe siècle l’indépendance du Siège apostolique. Les papes, reconnaissants, déclarent que le roi des Francs est “fils adoptif de saint Pierre”, “que, de toutes les nations, aucune n’avait montré autant de dévouement que celle des Francs”. Le pape Léon III, en couronnant empereur des Romains, Charles, roi des Francs, à la Noël de l’an 800, entend reconstituer l’unité du populus christianus sous les autorités, associées, de l’empereur et du pape.

11Chemin faisant, le savant orateur évoque, un sérieux problème théologique : peut-on croire qu’une Nation, le peuple juif mis à part, soit prédestinée, élue ? “Si je considère la rigueur des termes, je ne le pense pas. Mais il est des prédestinations providentielles… et ces prédestinations, dans notre histoire à nous, apparaissent avec une telle clarté que sans nulle présomption et sans diminuer le rôle d’autres nations, nous nous croyons en droit de nous appliquer la parole du psalmiste, non fecit taliter omni nationi. L’évêque va jusqu’à découvrir quelque harmonie préétablie entre le caractère français et l’idée catholique : “le Français, individualiste, possède aussi le sens de l’Universel. Il ne se réserve pas la vérité, le bien comme un privilège mais se hâte de les partager et de les répandre. Quoi de plus catholique”.

12La seconde conférence est consacrée à la monarchie chrétienne de Charlemagne à saint Louis, temps de l’âge d’or de la Chrétienté. Charlemagne s’emploie à défendre et étendre par les armes la Chrétienté, à assurer l’organisation chrétienne de la société. Le savant Alcuin le conseille : “Il vous appartient d’exalter et de conserver la Sainte Église de Dieu parmi le peuple chrétien et d’ouvrir à tous la voie du salut étemel”.

13Certes la reconstitution de l’Empire, le rétablissement de la paix sont fragiles et le règne bénéfique de Charles fut suivi au IXe siècle, d’un enchevêtrement de guerres, d’invasions, toutes génératrices de misère. Puis, aux siècles suivants les conflits entre papes et empereurs ensanglantent la Germanie et l’Italie. Les Normands, les Sarrasins pillent. Pour ce qui est de la France, une nouvelle dynastie, celle des Capétiens prend le relais, avec le souci d’assurer justice au peuple, et de vivre en paix avec l’Église. Le rituel du sacre, utilisé à partir du roi Pépin signifie à tout le peuple que le roi, marqué par l’huile sainte comme les rois de la Bible, gouverne le peuple comme lieutenant de Dieu. L’alliance du Trône et de l’Autel, inaugurée par Clovis, perdure.

14Mgr Baudrillart montre que le roi de France, aux XIIe et XIIIe siècles, a maintes fois apporté son soutien à la papauté. Innocent III déclare que la France est “la préférée de l’Église, la monarchie de l’Europe qui lui est la plus chère”.

15La participation des chevaliers français aux croisades a été déterminante. Certes, tous les croisés ne viennent pas de la terre de France, mais c’est à Clermont, que le pape Urbain II a lancé le mouvement de la croisade. Ce sont d’abord les Français, seigneurs et roturiers qui ont répondu à l’appel du pape par le fameux cri “Dieu le veut”. “C’est du souffle de l’âme française que les croisades s’enflammèrent”, si bien que depuis lors, au Moyen Orient, les deux termes “Chrétiens” et “Francs“ sont restés synonymes. Longtemps, la France a exercé un certain protectorat moral sur les chrétiens de ces contrées. C’est à propos de cette première croisade que son chroniqueur Guibert, abbé de Nogent, emploie la formule célèbre Gesta Dei per Francos associant vocation catholique et honneur de la Nation.

16Il revenait à Louis IX d’exercer la fonction royale en parfait chrétien, sans se laisser subordonner aux intérêts des clercs. Respecté comme un saint, et bientôt béatifié officiellement, il a su vivre cette entente du prince et des évêques, chacun dans leur domaine, pour le bien du peuple chrétien, qui est enseignée comme principe du système politique par son contemporain Thomas d’Aquin.

17L’orateur de conclure : “Non, le gouvernement chrétien des nations, réclamé par l’Église n’est pas une chaîne”, car “jamais la France ne connût, de l’Occident à l’Orient, une prééminence égale à celle que lui avait assuré le plus juste et le plus vertueux des rois”.

18La troisième conférence traite des temps troublés qui s’étendent du règne de Philippe le Bel à la fin des guerre de religion. Les crises de l’Église, de la société, des valeurs s’enchevêtrent. L’évêque décrit sévèrement la politique de Philippe le Bel, culminant dans la violence d’Anagni contre le pape Boniface VIII. Il y voit l’aboutissement d’un naturalisme exagéré aboutissant à l’absolutisme. Le XIVe siècle est le temps des schismes. L’orateur sacré ne dissimule pas les causes de mécontentement des clercs et des fidèles. C’est aussi le temps des grandes contestations doctrinales, celle de Wyclif en Angleterre, de Jean Huss en Bohème, précurseur de Luther et Calvin.

19Quelques lumières d’espérance éclairent ces temps de combats, de ravages, d’épidémies, de misère, de “grande pitié du Royaume de France”. L’épopée de Jeanne d’Arc associe mystérieusement les destinées de la France et celles de l’Église : Jeanne accomplit une mission d’ordre national, faire sacrer à Reims le dauphin Charles et bouter les Anglais hors de France : et aussi une mission religieuse, restaurer l’unité chrétienne. L’évêque indique que l’oraison composée pour la fête de Jeanne d’Arc (béatifiée en 1909, canonisée en 1920) associe la foi et la patrie : “Ô Dieu, qui avez admirablement suscité la bienheureuse vierge Jeanne pour défendre la foi et la patrie”.

20Au XVIe siècle, les tensions se sont exacerbées ; les attentes de réformes deviennent rejet de l’Église romaine, derrière Luther, Calvin et leurs épigones. Passent à la réforme la plupart des principautés et villes de l’Empire, les Pays-Bas, les royaumes Scandinaves, l’Angleterre. La France, le plus riche, le plus peuplé des États de l’Europe, reste le grand enjeu. Vers 1560, la situation du catholicisme “semblait humainement désespérée”. Mais les Français, dans leur majorité, princes, magistrats, simples sujets restèrent fidèles à l’Église catholique durant trente deux années d’épreuves et de combats.

21La quatrième conférence débute par un tableau de la France à l’avènement d’Henri IV. Les Français veulent, dans leur grande majorité, rester catholiques, sous un roi catholique. “Honneur au peuple de nos villes et de nos campagnes qui constituèrent la Sainte Ligue pour défendre la foi si mal servie par ceux qui gouvernent l’État“… Bon Français en face de tout prétendants étrangers, bon catholiques en face du prétendant protestant, “leur fermeté détermina la décision suprême d’Henri de Navarre de se convertir. Ainsi se réalise la paix civile, l’union des Français sous un seul prince, et c’est le début d’un nouvel âge d’or pour la France chrétienne, l’accomplissement, progressif certes, d’une “seconde évangélisation de la France”. “Un très grand siècle chrétien allait commencer”. L’orateur sacré évoque l’essor historique du printemps dans les régions septentrionales. Tel fut le spectacle que présente notre France après le long et rude hiver des guerres de religion, suivi d’un des plus splendides renouveaux de vie chrétienne qu’elle ait connu au cours de son histoire. Il le décrit avec sa ferveur d’historien familier avec ce XVIIe siècle chrétien. Les gouvernants soutiennent les réformateurs : Louis XIII, Richelieu, Anne d’Autriche, Louis XIV. Les évêques entreprennent, dans le sillage du concile de Trente, la réforme du clergé, l’établissement des séminaires. “Œuvres de prière, œuvres de pensée, œuvres de charité, tout ferma à la fois et la moisson fut incomparable”, grâce aux Vincent de Paul, Eudes, Olier. Les congrégations rivalisent de zèle pour former une jeunesse chrétienne : Jésuites, Oratoriens, Frères des écoles chrétiennes.

22Mais le tableau de ce grand siècle chrétien, comporte des ombres : le renforcement d’un gallicanisme anti-romain qui se joint au développement du jansénisme. D’autre part, l’absolutisme ombrageux de Louis XIV se tourne contre la papauté. Baudrillart n’approuve pas les violences contre les protestants. L’orateur termine cette conférence par l’évocation du Canada, cette Nouvelle France, soutenue par tant d’actions héroïques : évêques, prêtres, religieuses rivalisent d’ardeur et d’abnégation : “pour les missionnaires français, les sauvages sont des frères. Nulle persécution, nul martyre ne lasse leur courage”.

23“En ce siècle, toutes les puissances de l’âme furent au service de l’esprit chrétien”.

24La cinquième conférence décrit les temps nouveaux, temps d’épreuves sous le titre significatif : “La conjuration contre l’Église Romaine. Le martyre, le triomphe de la fidélité française à l’Église romaine. 1715-1815”.

25Au XVIIIe siècle, dans le cadre d’un royaume pacifié et prospère, contre la France traditionnelle, s’organise progressivement une autre France, qui part à l’assaut de toutes les traditions nationales et chrétiennes, qui se donne pour programme d’arracher le peuple français à sa vocation et y réussit presque, le temps de la Terreur. L’orateur évoque les dissensions des catholiques, l’ultra-gallicanisme des Parlements, la montée de l’incroyance, la diffusion d’un esprit philosophe qui dédaigne les traditions, prêche la tolérance, se moque des dogmes et ne jure que par la Nature et la Raison.

26Dès 1789, la fameuse “Déclaration des droits de l’homme“ignore l’autorité de Dieu et de l’Église. La Constituante ne conserve le clergé que comme service public des cultes, et nationalise tous ses patrimoines. Les évêques et prêtres, qui ont accepté le nouvel ordre politique et supporté la confiscation de leurs biens, résistent quand il s’agit de se soumettre à une Constitution Civile du clergé qui méconnaît les droits de l’Église et l’autonomie du pouvoir spirituel. La répression tourne vite à la persécution contre le clergé fidèle à Rome. Mgr Baudrillart ne craint pas d’évoquer les prisons, les pontons, les massacres de septembre, les “Saintes Victimes”. Pendant sept ans, d’un bout à l’autre de la France le sang des prêtres, des religieux, et des religieuses coula (il aurait dû ajouter, celui d’innombrables fidèles). Partout “ce fut le même héroïsme et la même fidélité”. Les pasteurs sont pourchassés, les trésors confisqués, les cloches fondues, les églises fermées, le culte suspendu, le pape même prisonnier. L’orateur compare la passion de l’Église à celle du Christ, suivie, comme cette dernière d’une résurrection. Entre le saint pape Pie VII et le prestigieux vainqueur Bonaparte, la réconciliation s’accomplit, après d’âpres négociations et au prix de sévères pertes. Le 18 avril 1802, jour de Pâques, la messe et le Te Deum sont célébrés à Notre-Dame de Paris devant le gouvernement, les autorités civiles, militaires et religieuses. On célébrait le Concordat, “la réconciliation officielle de la France avec l’Église romaine, le retour avéré de la France, à sa vocation catholique. Du champ de bataille de Marengo était sorti le nouveau pacte entre l’Église et la France, comme celui de l’Ancien Régime du champ de bataille de Marignan, et le premier, le plus décisif, du champ de bataille de Tolbiac”.

27La sixième conférence, la plus délicate à composer peut-être, est présentée sous le titre : “L’Église romaine, la France moderne et le règne de Jésus-Christ”, (Rappelons que le pape Pie XI a institué en 1925 la fête du Christ Roi). L’orateur ne manque pas d’évoquer les institutions de la papauté, privée de ses domaines temporels, contestée ; mais les épreuves amplifient le prestige du siège Romain, que les pontifes qui se succèdent à partir de Pie IX renforcent par leur charisme propre. Pour ce qui est de la France, il existe maintenant deux peuples sur un même sol, une France catholique et une France révolutionnaire et voltairienne. Appartenant à une génération qui a souffert les multiples avancées du laïcisme républicain, il rappelle que les catholiques, exclus et méprisés, ont participé au premier rang à la défense de la Patrie en 1914-1918. Il montre, en outre, que la France catholique s’est illustrée dans tous les domaines du savoir, qu’un magnifique renouveau chrétien s’accomplit dans la littérature, les arts, la pensée. Il espère des temps d’apaisement. Il montre quelle place éminente tiennent les catholiques dans les actions de soutien de malheureux, et le rôle essentiel des Français dans l’évangélisation des terres lointaines.

28L’évêque conclut en souhaitant que la France moderne puise son énergie à la source chrétienne comme le fit la France autrefois. Il invite les auditeurs à se sentir accueillis tous dans la maison de Dieu, “notre père qui fut et demeure le nôtre”. Il demande aux hommes d’État de ne pas détourner “le pauvre peuple de notre pays de la seule puissance qui soit à même de lui infuser quelque chose de la vie spirituelle et morale de ses aïeux”. Il termine : “Fidèles à l’Église, fidèles au pape, Dieu le veut”.

  • 5 “Vous qui incarnez les traditions politiques des siècles passés avec l’espoir de les voir revivre p (...)

29Le lecteur averti perçoit, dans ces conférences, et surtout la dernière, les échos des épreuves subies par les catholiques de la génération de Baudrillart, expulsion des congrégations, confiscation des biens ecclésiastiques, laïcisation de l’enseignement. Il perçoit aussi les inclinaisons au ralliement, à la communion de tous les Français de ce temps à la défense des valeurs patriotiques. Enfin, les rappels du devoir de soumission à Rome visent évidemment les fidèles et sympathisants de l’Action Française5.

30Mais le fil conducteur de toute l’œuvre est bien la démonstration, solidement argumentée, de la pérennité de la vocation chrétienne de la France.

31Mil neuf cent trente sept ! Les Français sont plus divisés que jamais après les affrontements de 1934, 1935, 1937, gauche contre droite. Les mésententes séparent les catholiques eux-mêmes. Quant à l’Europe, les espoirs de paix consolidée du temps de Briand sont moribonds. Les pays réarment. Les dictateurs multiplient les déclarations agressives. On s’est battu en Éthiopie, on se bat en Espagne. Les menaces d’une nouvelle conflagration mondiale montent.

  • 6 La description des cérémonies et le texte des homélies sont contenus dans la Documentation Catholiq (...)

32Cependant, le monde et l’Église espèrent beaucoup en la France. Pour présider les fêtes de la consécration de la basilique de Lisieux et le Congrès eucharistique qui les accompagne, en juillet 1937, le pape Pie XI a désigné, comme légat son plus proche collaborateur, le cardinal secrétaire d’État Eugenio Pacelli6. Ce choix est aussitôt reçu par les autorités civiles et religieuses comme la preuve de la dilection pour la France du Souverain Pontife, qui vient de condamner fermement à la fois le communisme athée et le racisme nazi. Orateurs et journalistes catholiques, ne manqueront pas de broder sur le thème de la France, fille aînée de l’Église. Le gouvernement de la République (qui est le second gouvernement du Front Populaire) accueille le légat du pape avec les honneurs réservés aux chefs d’États : accueil par des détachements de troupe (que le cardinal Pacelli passe en revue), musique militaire jouant l’hymne pontifical et la Marseillaise. Le cardinal légat se rendit à l’Arc de Triomphe, fut reçu par l’Élysée, à l’Hôtel de Ville. Tout ce que la France compte de notables catholiques se pressa aux cérémonies, évêques, académiciens, publicistes (de Francisque Gay au général de Castelnau). Les autorités françaises, dans leurs discours, ne manquent pas d’accueillir chaleureusement le légat et de saluer la haute figure du souverain pontife.

33De son côté, le cardinal légat se montre sensible à la courtoisie des autorités et à l’accueil chaleureux de la foule.

34La consécration solennelle de la basilique de Lisieux constitue le premier temps fort d’un voyage de quatre jours. La longue homélie du cardinal Pacelli se termine par l’invitation à reconnaître la souveraineté spirituelle du Christ. Un message personnel du pape a été transmis par Radio Vatican aux 200 000 fidèles massés autour de l’édifice. Il y déplore les malheurs des peuples opprimés, les dangers pour la paix ; il invite les Français à mettre en pratique les exigences évangéliques de justice et de charité, particulièrement au profit des plus démunis et à reconnaître la divine souveraineté du Christ.

35Le 13 juillet, le cardinal Pacelli célèbre à Notre-Dame de Paris une messe pontificale, devant une assistance considérable et recueillie, et prononce, en français une nouvelle homélie, sur la vocation de la France. Cette vocation chrétienne, née avec les premiers évêques des Gaules, consolidée par Clovis et Clotilde, Charlemagne et saint Louis, est illustrée par les saints de tous les siècles, évêques, docteurs, orateurs. “A la France d’aujourd’hui qui l’interroge, la France d’autrefois va répondre en donnant à cette hérédité son vrai nom, la vocation. Mes frères, les peuples comme les individus ont leur vocation providentielle ; comme les individus ils sont prospères ou misérables, ils rayonnent ou demeurent obscurément stériles selon qu’ils sont dociles ou rebelles à leur vocation”. L’orateur invite ses auditeurs, en ces heures graves, à prier, à aimer comme le Christ l’a enseigné, à être vigilant en se gardant des nouvelles idoles. “Soyez fidèles à votre traditionnelle vocation. Jamais heure plus belle pour y répondre. Ne laissez pas passer l’heure, ne laissez pas s’étioler des dons de Dieu, à adapter à la mission qu’il vous confie”. Ce long discours comporte à la fois, des envolées mystiques et des allusions à décrypter. Quand il évoque les adversaires de la foi chrétienne “dont la force et l’orgueilleux défi ne le cèdent en rien au Goliath de la Bible”, ne désigne-t-il pas les deux géants hostiles, Hitler et Staline ? “Dans un instant, quand debout à l’autel j’élèverai vers Dieu la patène avec l’hostie sainte et immaculée pour l’offrir au Père étemel, je lui présenterai en même temps la France catholique, avec l’ardente prière que consciente de sa noble mission et fidèle à sa vocation, unie au Christ dans le sacrifice, elle lui soit unie dans son œuvre d’éternelle rédemption”.

36Dans sa péroraison, il prie Notre Dame pour que la Nation française revienne s’abreuver aux sources de la foi, qu’elle s’établisse dans la justice et la paix, que par l’harmonie de la patrie de la Terre et de la patrie du Ciel naisse la prospérité des individus et de la Société, que la France, fidèle à sa vocation constrbue à construire un monde où règne le Christ, prince de la Patrie.

37Les contemporains, catholiques ou non, ont gardé de ce voyage, outre le souvenir des cérémonies triomphales, le sentiment de retrouvailles entre l’Église et la France, sa fille aînée au travers du rappel des traditions chrétiennes du pays. Les discours avaient évoqué ainsi le rôle de la France comme nation civilisatrice, comme terre du droit et de la liberté, comme garant de la paix internationale menacée. Le pape comptait sur la France pour maintenir les traités, et endiguer l’impérialisme hitlérien. Il fut déçu par les événements de 1938.

  • 7 Sur le cardinal Saliège. J. Guitton Le Cardinal Saliège, Grasset, 1957 ; J.-L, . Clément Mgr Salièg (...)

38Mil neuf cent trente neuf. Pour la seconde fois, l’impérialisme allemand conduit à la guerre. Comme en 1914, évêques et curés prêchent que la guerre de la France est celle de la justice et du droit. Retenons parmi bien d’autres, les enseignements de l’archevêque de Toulouse, Jules-Gérard Saliège7, dont le nom est passé à la postérité pour avoir pris la défense des juifs.

  • 8 Semaine Catholique de Toulouse, mars 1939, p. 185.

39Il enseigne par des lettres pastorales et des “menus propos“publiés dans la Semaine Catholique de son diocèse. Ses jugements associaient lucidité et espérance. Il sait que la France est affaiblie par les dissensions, la dénatalité, l’égoïsme. Sa lettre “sur la vie facile” du 21 avril 1940 n est pas complaisante : “vie de facilité, vie de jouissance où le seul bien-être matériel compte, la mystique du paradis terrestre d’où tout effort serait banni, la technique remplaçant la morale… Cependant, les campagnes se dépeuplaient, les berceaux étaient vides, la famille méconnue. Nous devenons un peuple de vieillards et de vieux garçons“… L’archevêque invite au contraire les jeunes à revenir aux vertus solides, à faire preuve de discipline, d’ardeur au travail, de générosité. “Qui donnera une âme à la France ?… Qui donc préparera les jeunes à la discipline des mœurs, des volontés, des cœurs ? Qui donc leur imposera le respect des lois morales ?“8

40Mais les sentiments de fierté et d’espoir l’emportent. Il pense que la France est en train d’accomplir son redressement, les Français, de prendre conscience des disciplines nécessaires.

41Ses “Menus propos” sur les Français, du 10 septembre 1939, ont le rythme et la saveur de Péguy :

“Il est optimiste par nature… Il sait que dans les grandes circonstances Dieu travaille avec lui et pour lui… Il aime la justice et la liberté. Pour ces biens, il a supporté tous les sacrifices… Il n’aime pas la guerre, mais il la fait, quand c’est nécessaire, avec courage et succès. Il aime son indépendance, mais il sait obéir. Le génie des batailles lui est favorable. Quel merveilleux sang que le sang français, sang généreux, chevaleresque et chrétien”.

42Pour lui, la cause de la France est juste, bien entendu (lettre du 3 décembre 1939, Sur quelques précisions doctrinales nécessaires en temps de guerre). “Nous voulons que notre Patrie soit victorieuse, nous avons raison de le vouloir… Le patriotisme est un devoir… On peut penser que le Bon Dieu a donné jusqu’ici trop de témoignages d’amour à la France pour que notre cause ne triomphe pas… Oui, la France est immortelle si les Français le veulent” (par ailleurs, l’archevêque se démarque du nationalisme intégral, et croit que le plan de Dieu est d’amener à l’unité la famille humaine).

43Quelle Nation a reçu de Dieu plus de marques visibles d’un amour de prédilection ? En retour, quelle nation a fourni plus de saints et d’apôtres à la chrétienté ? “Malgré tous les poisons qu’on lui a inoculés, tout sang français garde quelques gouttes de sang chrétien. C’est une garantie pour l’avenir.” (3 déc. 1939).

44Il reprend, en matière de litanie, l’invocation à la foule des saints et saintes de France, habituelle dans les homélies ecclésiastiques. “Il est beau, le ciel de France. Ils sont nombreux les saints et les saintes que la Terre de France a envoyés comme intercesseurs auprès du Trône de Dieu. Faut-il nommer les Geneviève, les Jeanne d’Arc, les saint Louis, les saint Vincent de Paul, les Bernadette de Lourdes et notre Germaine de Pibrac et tant d’autres. Faut-il rappeler que la sainte Vierge est la patronne de la France ? Souvenons-nous que le pays de France est parsemé de cathédrales élevées en l’honneur de Marie… le pays des messages divins, le pays des résurrections miraculeuses… le pays de la Vierge Marie et du Sacré Cœur. Qu’il est beau, le ciel de France. Sous un pareil ciel, comment ne pas avoir confiance ? (Menus propos du 3 septembre 1939)”.

45Au moment de l’invasion de mai 1940, les invocations de l’archevêque de Toulouse se font pathétiques : “Aux grandes heures, la France se retrouve toujours égale à elle-même, fidèle à une incomparable tradition de foi et de grandeur. Gesta Dei per Francos, jamais le vieux cri de guerre de nos pères n’a été plus vrai… Confiance en la France immortelle, confiance en Dieu (26 mai 1940)”. Le désastre venu, il garde confiance dans l’avenir de la Patrie, et invite sans relâche les Français à œuvrer, unis, pour relever le pays.

46Sans prétendre comparer les enseignements qui précèdent à ceux de notre temps, nous devons retenir qu’au temps où les fidèles chantaient “Catholiques et Français toujours”, de hauts responsables de l’Église, bien différents par leur formation, leurs fonctions, leur tempérament, Baudrillart, Pacelli, Saliège, se sont rencontrés dans la proclamation solennelle de la vocation chrétienne et spirituelle de la France, et de la dilection particulière de Dieu pour la “Fille aînée de l’Église”.

Notes

1 La nature de la présente communication n’implique pas la présentation d’une bibliographie. Le lecteur pourra se reporter, pour une approche de l’histoire religieuse de l’époque à G. Cholvy et Y. Hilaire, , Histoire religieuse de la France contemporaine, t. Il et t. III, Toulouse, Privat, 1987-1988.

2 Édité dans Sanct. D.N Leonis papae XIII allocutiones, epistulae, constitutiones vol. II (1883-1887) Desclée de Brower, Bruges, 1887, pp. 44-53 du 8 février 1884, trad. française : La France, textes fondateurs. Le livre du 15e centenaire, F.X. de Guibert, Paris. 1996.

3 Éd. SPES, Paris, 1928, in 8°, 261 p.

4 Principaux ouvrages : Philippe V et la Cour de France, Paris, Didot, 1890, 5 vol. ; Saint Paulin évêque de Nole, Paris, 1905 ; Quatre cents ans de concordat, Paris, 1903 ; Vie de Mgr d’Hulst, Paris, 1912 ; L’enseignement catholique dans la France contemporaine, Paris, Bloud et Gay. 1910 ; La Guerre allemande et le catholicisme, Paris. Bloud et Gay (s.d.).

5 “Vous qui incarnez les traditions politiques des siècles passés avec l’espoir de les voir revivre pour le bien de la Patrie, ne les séparez jamais de notre tradition religieuse, qui postule l’union avec le père commun des fidèles” (op. cit., p. 260). L’évocation de l’autorité du Souverain Pontife (pp. 225-226) vise les partisans de “l’Action Française”.

6 La description des cérémonies et le texte des homélies sont contenus dans la Documentation Catholique, juillet 1937, col. 203 à 270.

7 Sur le cardinal Saliège. J. Guitton Le Cardinal Saliège, Grasset, 1957 ; J.-L, . Clément Mgr Saliège archevêque de Toulouse, 1929-1955, thèse doctorat Université Paris-IV, 1990 (Lille. service repro. Thèses, Université Lille-III) et G. Sicard “le Mythe de la France et du peuple français dans les enseignements du cardinal Saliège”, dans Mythes et politiques sous la direction de Ch. O. Carbonnel, Presses I.E.P. Toulouse, 1990.

8 Semaine Catholique de Toulouse, mars 1939, p. 185.

Notes de fin

1 Extrait de : Clovis, Histoire et mémoire, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 1997, t. II, p. 660-670.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search