Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Le mythe de la France et du peuple français dans les enseignements du cardinal Saliège1 2

Texte intégral

  • 1 Extrait de : Mythes et politique, s. dir. C.O. Carbonell et J. Rives, Presses I.E.P. Toulouse, repr (...)
  • 2 Sur Mgr. Saliège, Vie (L.), “le Cardinal Saliège, archevêque de Toulouse”, 1956 ; Guitton (J.), “Le (...)

1Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse de 1929 à 1956, est à coup sûr la figure la plus célèbre de l’épiscopat français du second quart du 20ème siècle, par sa lettre du 20 août 1942 prenant la défense des Juifs. Elle se termine par une apostrophe passionnée.

  • 1 À la demande du préfet régional Mgr. Saliège retoucha légèrement la rédaction primitive de sa lettr (...)

2“France, patrie bien aimée, France qui portes dans toutes les consciences de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces horreurs”1.

3Une réflexion sur l’image de la patrie qui inspirait les actes et les paroles de l’évêque peut trouver place dans le présent colloque.

  • 2 Sur les rencontres du nationalisme et du catholicisme au début du 20è siècle voir : J. Fontana, “At (...)

4Jules-Géraud Saliège, né près de Mauriac, en 1875 a été, comme tous les Français de sa génération, élevé dans cet amour profond de la patrie qui animait également, à cette époque, école chrétienne et école laïque2. Lui même mobilisé en 1914, infirmier, aumônier dans les tranchées, il sera cité pour son courage lors de l’offensive du mont Cornillet (1917).

  • 3 Le lecteur curieux des conditions de vie dans les écoles de cette époque pourra lire les souvenirs (...)

5Ce Cantalien, fils de montagnards, élevé à la dure. dédaignera toute sa vie confort et mièvrerie3. Il conserve le goût des vertus robustes et des traditions chrétiennes. Comme son contemporain Péguy, il se sent proche des humbles (du “populo”, disait-il).

6L’abbé Saliège, prêtre de Saint-Sulpice, ordonné en 1895, professeur de philosophie, puis directeur de séminaire, a été marqué, comme les intellectuels catholiques de son époque par le renouveau du thomisme, le “Ralliement”, les débats sur le “modernisme”. Absolument fidèle à Rome, aux dogmes et à la morale de l’Église, il inclinera vers les valeurs de la démocratie chrétienne. Il sera lecteur de “l’Aube”, accueillera avec faveur “Sept”. Il ne ménage pas les hostilités à “l’Action Française“ni les foucades à la droite. Sensible, dès les années 30 aux tribulations des Juifs, il manifeste une hostilité constante vis-à-vis du national-socialisme, qu’il perçoit comme une autre religion, adversaire de celle du Christ.

  • 4 Nous avons publié “Les enseignements politiques et sociaux de Mgr. Saliège, archevêque de Toulouse (...)

7Les enseignements publics de Monseigneur Saliège à Toulouse nous ont été conservés par la Semaine Catholique de Toulouse qui les publiait. Il s’agit, soit d’homélies et allocutions, soit de lettres pastorales qui contiennent des préceptes de morale civique, soit à partir de 1937 de “menus propos”, non signés, mais dont l’auteur n’était pas ignoré. Les infirmités et l’expérience avaient amené le pasteur à user d’un discours de plus en plus dense, rythmé par des formules énergiques, des images frappantes. On doit relever que sur les vingt-six années d’épiscopat à Toulouse, c’est surtout de 1938 à 1945, dans le danger et dans l’épreuve de la guerre, que le pasteur évoque la patrie. Cette France tant aimée de lui est successivement menacée, éprouvée, triomphante4.

– I-

  • 5 Ce thème sera repris plus d’une fois après 1945.

8Les textes qui s’échelonnent du temps de Munich à mai 1940 expriment les sentiments mêlés d’admiration de la France et d’inquiétude. L’évêque porte un regard lucide sur les menaces qui pèsent sur son pays : elle a été déchirée par les conflits politiques et sociaux. Elle cet affaiblie par la dénatalité, elle-même fruit de l’égoïsme, du désir de confort et de jouissance contre lequel le pasteur multiplie les avertissements5. Relevons par exemple la lettre “sur la vie facile” du 21 avril 1940 : “Vie de facilité, vie de jouissance où le seul bien-être matériel compte, la mystique du paradis terrestre d’où tout effort serait banni, la technique remplaçant la morale… Cependant, les campagnes se dépeuplaient, les berceaux étaient vides, la famille méconnue. Noue devenions un peuple de vieillards et de vieux garçons… À l’envi, les cinémas, les théâtres, les romans, les illustrés travaillaient à rendre polissons les Français…”.

9Monseigneur Saliège invite les jeunes à revenir aux vertus solides, à supporter les sacrifices, à faire preuve de discipline, d’ardeur au travail, de générosité, à rejeter la mollesse. “Qui donnera une âme à la France ?… Qui donc préparera les jeunes à la discipline des mœurs, des volontés, des cœurs ? Qui donc leur imposera le respect des lois morales, qui donnera aux femmes le goût des enfants, aux hommes, le respect de la maternité ?” (mars 1939, Semaine catholique, p. 185).

  • 6 Les critiques du laïcisme, fréquentes avant 1939, se rencontrent encore, plus rares après 1945. L’u (...)

10Le pasteur accuse notamment, en maint passage, l’esprit laïciste, l’athéisme affiché ou insidieux, l’éducation sans Dieu6.

11Mais les sentiments de fierté française et d’espoir l’emportent et de loin, durant ces mois où monte l’orage de la Guerre Mondiale. Il pense que la France est en train d’accomplir son redressement, les Français de prendre conscience de l’unité nécessaire, le gouvernement de mieux accueillir les valeurs religieuses.

12Relevons, à l’occasion du vote des pleins pouvoirs au président Daladier, cette évocation du caractère français (25 mars 1939) :

“Le Français moyen n’aime pas les pleins pouvoirs… mais il aime encore moins l’indécision intérieure et la menace étrangère. Il reconnaît que la discipline et l’union sont la condition de salut commun”.

13Une fois la patrie engagée dans la guerre, la description du “Français moyen” devient une évocation, jaillie du cœur, du peuple français tout entier, dans son histoire et son présent. Les “menus propos” sur “le Français” du 10 septembre 1939 ont la saveur et le rythme de Péguy. “On le dit insouciant, on le dit léger, cela n’empêche qu’il est réfléchi et profond…” Il est optimiste par nature… Il ne s’en fait pas, il sait qu’il s’en tirera, il sait que dans les grandes circonstances, Dieu travaille avec lui et pour lui. Il aime son foyer, sa terre, son usine, son atelier ;

14Il aime la justice et la liberté. Pour ses biens il est prêt à tous les sacrifices. Il a supporté les injures, les insolences sans frémir.

15Il n’est pas jaloux. Il n’est pas envieux. Il n’aime pas la guerre, mais il la fait, quand c’est nécessaire avec courage et succès.

  • 7 Ajoutons que le responsable de la Semaine Catholique de Toulouse, ne manque pas une occasion de s e (...)

16Il aime son indépendance, mais il sait obéir. Le génie des batailles lui est favorable. Quel meilleur sang que le sang français, sang généreux, chevaleresque et chrétien”.7

17Pour Mgr Saliège, comme pour tous ses collègues de l’épiscopat de 1939 (après tous les évêques de la première guerre) la France est le soldat du droit. Le patriotisme est une vertu. La cause de la France est juste. Il l’enseigne dans la lettre du 3 décembre 1939 “sur quelques précisions doctrinales nécessaires en temps de guerre”.

18“Nous voulons que notre Patrie soit victorieuse, nous avons raison de la vouloir…”.

19“Le patriotisme est un devoir, le quatrième commandement de Dieu nous fait un devoir de défendre notre patrie contre un injuste agresseur…”.

  • 8 Ces méditations sur l’espérance font songer, pour le fond plus que pour la forme au Péguy du “Porch (...)

20“On peut penser que le Bon Dieu a donné jusqu’ici trop de témoignages d’amour à la France pour que notre cause ne triomphe pas“8.

21Le même texte, il convient de le préciser, pose les limites de cet esprit patriotique qu’il justifie et exalte : “Nous ne nourrissons aucune haine contre les ennemis que nous combattons. Même en temps de guerre Dieu demeure le père de tous les hommes. Il poursuit son plan qui est d’amener à l’unité les membres de la famille humaine… Nous ne tombons pas dans les erreurs que nous reprochons à nos ennemis. Religion de la patrie, religion de la race, religion de la classe, sont des idolâtries indignes de tout chrétien… Seule l’Église possède les promesses d’immortalité : “Oui, la France immortelle mais si les Français le veulent”.

22Mgr Saliège s’est toujours démarqué du nationalisme intégral.

23Cette France, l’évêque la perçoit et la glorifie comme particulièrement aimée de Dieu, et marquée de sa protection. Les “menus propos” du 3 septembre 1939 expriment ces sentiments dans le rythme d’une litanie :

24“Il est beau le ciel de France. Ils sont nombreux les saints, et les saintes que la terre de France a envoyés comme intercesseurs auprès du trône de Dieu. Faut-il nommer les Geneviève, les Jeanne d’Arc, les Saint Louis, les Saint Vincent de Paul les Bernadette de Lourdes, et notre Germaine de Pibrac et tant d’autres. Faut-il rappeler que la sainte Vierge est la patronne de la France ?…

25Souvenons nous que le pays de France est parsemé de cathédrales élevées en l’honneur de Marie, qu’il renferme Lourdes, Paray le Monial, Lisieux… Le pays des messages divins, le pays des résurrections miraculeuses, le pays qui aime la paix, qui ne fait la guerre, comme Jeanne d’Arc, que contraint et forcé, le pays de la Vierge Marie et du Sacré Cœur.

26Qu’il est beau le ciel de France ! Sous un pareil ciel comment ne pas avoir confiance ?..

27Deux mois plus tard, dans sa lettre pastorale déjà citée du 3 décembre 1939, “sur quelques précisions doctrinales nécessaires particulièrement en temps de guerre”, on peut relever une variation sur le même thème de la dilection de Dieu pour la France :

“Quelle Nation a reçu de Dieu plus de marques visibles d’un amour de prédilection ? En retour, quelle nation a fourni plus de Saints et d’apôtres à la Chrétienté. Malgré tous les poisons qu’on lui a inoculée, tout sang français garde quelques gouttes au moins de sang chrétien. C’est une garantie pour l’avenir”.

28Cette espérance sera bientôt mise à l’épreuve. En écho aux désastres de mai-juin 1940, les invocations du pontife de Toulouse se font pathétiques. “Aux grandes heures, la France se retrouve toujours égale à elle même, fidèle à une incomparable tradition de foi et de grandeur, Gesta Dei per Francos, jamais le vieux cri de guerre de nos pères n’a été plus vrai.

29Aujourd’hui encore, la France est le soldat de Dieu contre la ruée des Barbares, (la) ruée des puissances de l’enfer ! Confiance en la France immortelle, confiance en Dieu !” (26 mai 1940).

– II-

30France éprouvée : les armées françaises ayant été détruites, l’armistice sanctionnant la défaite, la France est maintenant la Patrie plus aimée dans son infortune : “La France a connu au cours d’une étonnante histoire, des heures plus sombres… À tous ses fils, elle paraît plus noble et plus chère sous les coups de l’infortune que dans l’éclat de sa gloire (23 juin 1940).

31Parmi les causes de la défaite, il fustige à nouveau l’esprit de jouissance. “L’esprit de jouissance avait fini par vider la France des Français“ en même temps il vidait les Français des vérités étemelles, des grandes vérités qu’un peuple n’a jamais méconnues en vain.

32La lettre du 22 septembre 1940 sur “La patience” s’en prend au matérialisme et à l’athéisme. “Ceux qui ont compté sur le régime athée ont été bien servis, il s’est détruit lui-même et il a perdu la France”. Mais il ne s’attarde pas aux déplorations. L’un des premier, sans doute, parmi les grands, il exprime des paroles d’espérance au plus profond de l’épreuve : du 28 juin 1940, au cours d’une allocution lors de la cérémonie de deuil national à la cathédrale : “Que cette épreuve ouvre nos yeux à la vérité ; tous responsables de nos malheurs, travaillons ensemble avec une courageuse loyauté à relever notre pays. Que chacun de nous sente en lui l’âme même de la France” ; du 14 juillet 1940, l’homélie de la messe célébrée à l’occasion de la fête nationale (célébration qui par elle-même signifie l’union des Français). “C’est l’union de la France qui nous réunit aujourd’hui. C’est notre désir, notre volonté ferme à tous de travailler… Au relèvement de notre patrie bien aimée”. Dans son passé, elle a connu d’autres épreuves après lesquelles toujours grâce à son génie, au courage de ses enfants et à l’aide de Dieu elle a repris son élan vers les sommets. “Ce jour, cette heure marquent un point de départ. Nous sommes en route Messieurs, ayons confiance, nous arriverons. Dieu protège la France”.

33L’archevêque appellera de ses vœux une France nouvelle, plus courageuse, plus généreuse, plus féconde, plus communautaire ; une France fondée sur l’éducation chrétienne ; une France fidèle à ses traditions : du 14 août 1940, en écho à la lettre du pape Pie XII s’adressant avec sollicitude à la France malheureuse : “Courage, il ne tient qu’à chacun de nous que la paix soit gagnée et la paix, nous la gagnerons par notre dignité, par notre inlassable fidélité à nos traditions françaises”.

34Lettre du 29 septembre 1940 “Sur l’espérance“ : De quoi s’agit-il ? Il s’agit du relèvement matériel et moral de la France. Le relèvement se fera par la restauration de la famille sur la base chrétienne par l’éducation des enfants, virile et vraiment française, éducation qui suppose des conceptions nettes sur la destinée de l’homme et sur le rôle de la Patrie. Il s’agit de faire une France nouvelle, plus intelligente, plus travailleuse, plus disciplinée, plus fraternelle… Temps de l’épreuve, temps de l’espérance… Nous sommes en route vers la douce France… Nous arrivons. L’espérance, c’est la vertu de la route”.

35Nous retrouvons dans les messages de ces années de deuil d’autres thèmes favoris du pasteur intrépide : nécessité de l’union, du courage, de la générosité, rejet des rancunes et des vengeances, exemple des saints et saintes. Sur Jeanne d’Arc, par exemple, systématiquement honorée par l’Église et l’État de ces années :

“Sang chrétien et sang français fondus ensemble ont fait cet être que nulle civilisation ne dépassera, n’égalera peut-être” (4 mai 1941).

36Il n’est pas indifférent de relever que dans le culte des valeurs patriotiques (qui est alors banalisé sous tant de plumes), l’archevêque de Toulouse associe sans discrimination toutes les gloires de la France dans l’amour de la Patrie. Dans sa lettre du 31 août 1941 sur le “redressement national”, après avoir rappelé que l’amour de la patrie est inclus dans le quatrième commandement de Dieu, il invoque : “Cœur chrétien, cœur français, épris de liberté, héritier des rois, héritier des héros de la Révolution et de l’Empire, héritier de tous ceux et celles qui firent la France si belle”.

37Après la lettre du 20 août 1942 sur les juifs, que nous avons citée au début, l’archevêque gardera pendant deux années un silence intégral et volontaire sur les affaires politiques, se bornant en 1944 à déplorer les victimes des assassinats et des bombardements.

– III-

38France triomphante, enfin. On sait bien que Mgr Saliège, qui avait protégé de son mieux juifs et proscrits, fut entouré à la Libération d’une popularité qui a dépassé, de bien loin, le monde catholique. Il laisse tout de suite éclater sa joie dans ces petites phrases qui constituent la forme de son discours à l’occasion des fêtes de la Libération, le 3 septembre 1944, il ajoute un volet à son éloge de la France :

“Je l’affirme une fois de plus, notre cause était juste.
Fidèle à sa vocation, c’est son honneur, la France est restée le soldat du droit…
… Amour et droit double reflet du même esprit de Dieu…
Amour et droit, c’est l’âme de la France qui veut vivre
l’âme chevaleresque qui n’accepte pas la vengeance,
l’âme de la douce France qui ne trahit pas sa parole
qui se porte au secours des malheureux,
qui est incapable de faire souffrir
qui n’est pas tortionnaire
qui regarde toute violation du droit, de la dignité humaine comme une injure personnelle
qui la fait souffrir, qui respecte la personne humaine surtout dans les faibles
l’âme de la douce France qui a le sens de la grandeur qui est la terre des héros et des saints.

Rappelons Saint louis, qui a fait monter la justice sur le trône et Sainte Jeanne d’Arc qui a bouté l’envahisseur hors du territoire”.

  • 9 On peut relever aussi dans le même sens, les appels à l’union et la critique des vagues de dénoncia (...)

39Dans cet hymne à la France en prose rythmée, l’accent mis sur la douceur et l’humanité. Condamne-t-il seulement les violences nazies ? L’archevêque insiste fortement, en ces jours “d’épuration”, sur l’humanité et la justice. Dès le numéro du 27 août, le premier rédigé après la libération de Toulouse on relève : “Actuellement, nous sommes entre Français. Ce n’est pas l’heure de la vengeance. C’est le moment d’aimer la France plus que jamais. C’est le moment de s’aimer entre Français. Je vous demande, mes frères, de garder le calme, la maîtrise de soi, la confiance, et de pratiquer la miséricorde“9. Au numéro du 26 novembre : “Comme Français, je suis accueillant à tout étranger, pourvu qu’il respecte les lois de mon pays. Les nations et les races sont voulues de Dieu Elles ne sont pas opposées, mais complémentaires”.

  • 10 Homélie prononcée lors du Te Deum chanté pour la délivrance de Strasbourg et Metz, décembre 1944 (S (...)

40Le sentiment dominant, en ces temps de victoire, est celui d’un amour nourri de fierté et d’espoir. “Comment ne pas avoir confiance dans l’avenir d’un peuple qui opère de tels redressements ? Comment ne pas sentir en soi la légitime fierté d’être français”10.

41Le pasteur associe le sort de la France, comme par le passé aux modèles des patriotes et des chrétiens que sont les saints de France. “La France est par excellence le royaume de Marie… De sainte Jeanne d’Arc, cette jeune Lorraine si intrépide, la patronne secondaire du pays qu’elle a sauvé et dont elle a fait l’unité. Sainte Thérèse de Lisieux lui est adjointe. La France est bien gardée” (Semaine catholique, n° 8 du 25 février 1945, p. 73-74).

42Mgr. Saliège, quoique avare de confidences sur sa vie intérieure, a révélé en quelque sorte, les clés de sa perception de la France et de sa mystique du peuple français. Dans son allocution, déjà citée du 3 septembre 1944, il conclut : “On l’a dit avec raison, la France c’est une personne, avec son intelligence de feu et de clarté, avec son cœur loyal et chaud, avec sa volonté de fidélité. Elle est la France, c’est tout dire, la Nation qui pense universel et qui constituera demain le front humain. La France sans âme, le monde sans la France, ce serait le chaos sous un ciel de plomb”. Quelques mois plus tard, à l’occasion du Te Deum de la Victoire, il complète sa pensée ; “Ma foi en Dieu, ma foi en mon pays ont mis en mon cœur une fierté invincible. Raisons mystiques si vous voulez, mais qui m’ont fait rejoindre sans raisonnement cette intention du peuple de France dont je suis si proche par le cœur et dont je comprends et saisis toutes les aspirations… L’épopée française n’est pas finie. Elle continuera dans la paix”.

43L’idéal de la patrie et du peuple associés, tendu vers les sommets par les risques et par la gloire, devait être éprouvé bientôt par la retombée dans “la politique”, les querelles, les désillusions de ces années. “Ne pensez-vous pas que ce n’est pas le moment de brailler, mais le moment plus que jamais de s’entraider“écrit-il le 28 janvier 1945 (p. 43). Un peu plus tard, s’adressant à sainte Germaine de Pibrac : “vos compatriotes ne s’aiment pas entre eux. Ils ont de la haine…” (9 juin 1946).

44Il constate le développement d’un nouveau sentiment : “La patrie n’est plus le sol, la patrie c’est la classe à laquelle on appartient, la classe pour laquelle on lutte… Pour laquelle on est prêt à tuer ou à mourir”.

  • 11 Relevons aussi, dans la Semaine Catholique de 1956, p. 853 : “Menus propos”. “Pour beaucoup de Fran (...)

45Mais il conserve son amour pour la France et les Français, sa foi dans le rôle universel de sa patrie : “… Comme catholique et comme Français, nous avons toujours visé à l’universel… L’esprit français ne connaît pas de frontière. Par les influences qui l’ont formé, rien d’humain ne lui est étranger” (Semaine catholique, 1946 p. 7). “Le peuple français n’est pas fait pour l’injustice, ni pour la tyrannie. Il veut pouvoir penser et penser librement” (ibidem, 11 avril 1946, p. 148). Dans son allocution à l’occasion de la mort du maréchal de Lattre de Tassigny, il salue à la fois le chrétien et le patriote (Semaine catholique, 20 janvier 1952, p. 28). Le souci de la patrie et du devoir civique accompagne le cardinal jusqu’à ses derniers jours : il fait publier le 22 avril une lettre aux soldats partant en Algérie : “Vous ne portez pas la guerre – vous êtes les messagers et les artisans de paix. C’est dans cet esprit que la France vous envoie en Algérie. Je sais que vos chefs sont très humains, que rien ne vous sera demandé qui ne soit humain…11.

46Les témoignages de la pensée du cardinal montrent qu’il a constamment associé Chrétien et Français, Dieu et la France, choix de Dieu et destinées de la Patrie. En passant de l’expression singulière d’un homme exceptionnel au niveau de l’histoire des mythes et des mentalités, comment ne pas évoquer le fameux cantique, tant chanté naguère des jeunes et des vieux : “Catholiques et Français toujours” ?

Notes

1 À la demande du préfet régional Mgr. Saliège retoucha légèrement la rédaction primitive de sa lettre : “erreur“ remplaça “horreurs”.

2 Sur les rencontres du nationalisme et du catholicisme au début du 20è siècle voir : J. Fontana, “Attitudes et sentiments du clergé et des catholiques français devant et durant la guerre de 1914-1918”, thèse, Lettres, Aix, 1972 (service de reproduction des thèses, Lille, 1973).

3 Le lecteur curieux des conditions de vie dans les écoles de cette époque pourra lire les souvenirs du cardinal dans La Semaine Catholique de Toulouse, 1951, p. 5-6.

4 Nous avons publié “Les enseignements politiques et sociaux de Mgr. Saliège, archevêque de Toulouse (1934-1939)” et “Mgr. Saliège, archevêque de Toulouse et la Révolution Nationale”, parus dans : Association française des historiens des idées politiques, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, septembre 1981, P.U. Aix, p. 99 à 105 et Actes du colloque de Lyon, septembre 1985, P.U. Aix, 1986, p. 153 à 171

5 Ce thème sera repris plus d’une fois après 1945.

6 Les critiques du laïcisme, fréquentes avant 1939, se rencontrent encore, plus rares après 1945. L’une d’elles suscita même un vif incident à l’Assemblée nationale, (Semaine Catholique du 29 avril 1951), au milieu des discussions sur la liberté d’enseignement.

7 Ajoutons que le responsable de la Semaine Catholique de Toulouse, ne manque pas une occasion de s en prendre à Hitler et Mussolini, au fascisme, au nazisme et même à “l’esprit germanique”. Cette hostilité vis-à-vis des pouvoirs et de la culture allemande, avivée, bien entendu, par les événements de la guerre et de l’occupation, inspirera encore maint éditorial après 1945.

8 Ces méditations sur l’espérance font songer, pour le fond plus que pour la forme au Péguy du “Porche de la deuxième vertu“ : “Ce qui m’étonné, dit Dieu, c’est l’espérance”.

9 On peut relever aussi dans le même sens, les appels à l’union et la critique des vagues de dénonciations (Semaine Catholique du 15 octobre 1944, p. 336-337).

10 Homélie prononcée lors du Te Deum chanté pour la délivrance de Strasbourg et Metz, décembre 1944 (Semaine Catholique, 1944, p. 392).

11 Relevons aussi, dans la Semaine Catholique de 1956, p. 853 : “Menus propos”. “Pour beaucoup de Français, le nationalisme n’est digne de respect que lorsqu’il se tourne contre la France. À qui la faute ?”. Il a signé en avril 1956 un appel pour l’Algérie française, en compagnie de diverses personnalités dont Jacques Soustelle. Ces comportements se trouvent dans la ligne de son amour pour la France, sans qu’il soit nécessaire d’invoquer une sénescence, comme J.B. Clément.

Notes de fin

1 Extrait de : Mythes et politique, s. dir. C.O. Carbonell et J. Rives, Presses I.E.P. Toulouse, reprographie, Presses I.E.P. Toulouse, 1990, p. 193-206.

2 Sur Mgr. Saliège, Vie (L.), “le Cardinal Saliège, archevêque de Toulouse”, 1956 ; Guitton (J.), “Le Cardinal Saliège”, Paris, 1957. Saliège (Mgr.), Témoignages, éd. Témoignage chrétien, Paris, 1944 ; “Un évêque français sous l’Occupation”, Paris, éd. ouvrière, 1945 ; “Les “menus propos” du Cardinal Saliège”, Toulouse, s. d., 7 fascicules ; Commémoration du XXXe anniversaire de la mort du Cardinal Saliège, supplément au Bulletin de Littérature ecclésiastique, chronique, n° 2, 1987. Sur la situation politico-religieuse à Toulouse dans les années 1940, Solages (Mgr. B. de), “Billets de Christianus”, Paris, 1948 ; Chansou (Mgr.), “Sous l’épiscopat du Cardinal Saliège, contribution à l’étude du diocèse de Toulouse”, ronéotypé, s. d., 265 p., partiellement repris dans : Histoire du diocèse de Toulouse (s. direct. de Ph. Wolff), Beauchesne, 1985. L’un des collaborateurs du Cardinal, Mgr. Martimort a publié des éléments de témoignage : “Le cardinal Saliège et Mgr. B. de Solages pendant l’Occupation”, dans La Croix du midi, nov. 1984 ; J. B. Clément, Mgr. Saliège, archevêque de Toulouse, Beauchesne, 1994.
Sur la situation et les attitudes dans l’Église de France : Cotereau (J.), L’Église et Pétain, Paris, s. d. (1947) ; Duquesne (J.), Les catholiques français sous l’Occupation, Paris, 1966 ; les colloques de Grenoble (Église et chrétiens dans la deuxième guerre mondiale, Lyon, 1978, P.U., Lyon, 1978) et de Lille (“L’Église et Vichy”, publié dans la Revue du Nord, avril et septembre 1978) ; Langlois (Cl.), “Le régime de Vichy et le clergé d’après les “Semaines religieuses des diocèses de la zone libre”, dans Rev. française de Sc. politique, vol. 22, n° 4, août 1972, p. 750 et s. ; Oge (F.), “Le journal “L’Action française” et la politique intérieure du gouvernement de Vichy”, thèse Sc. Po. Toulouse, éd. IEP Toulouse, 1984 ; Droulers (P.), “Le P. Desbuquois et “l’Action populaire”, vol. 2, éd. ouvrières, Paris, 1981, p. 253 et s.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search