Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse et la “Révolution Nationale”*

Texte intégral

  • * Esquisse bibliographique – Perspectives générales :
    Mgr. Guerry, L’Église catholique en France sous (...)

1 Nous avons évoqué, voici deux ans, les enseignements politiques et sociaux, durant les années d’avant-guerre, de cet évêque qui devait s’illustrer en prenant avec éclat la défense des juifs persécutés, dans une lettre pastorale d’août 1942.

2La présente contribution ne prétend pas traiter globalement des rapports de l’archevêque de Toulouse et du gouvernement de l’État Français ; ni la complexité des situations, ni l’état de la documentation, ni la personnalité du prélat ne le permettraient. Elle se propose plus modestement de relever les enseignements publics de ce pasteur, et de contribuer ainsi à une meilleure connaissance de cette période douloureuse et proche de l’histoire méridionale, dans cet esprit de lucidité compréhensive pour les acteurs, qui doit être de règle pour les historiens.

3Jules Géraud Saliège, né en 1870 a été élevé dans l’amour de la patrie, comme tous les Français de sa génération ; ordonné prêtre en 1895, l’abbé Saliège, professeur, puis directeur de séminaire, a été marqué, comme tant de ses confrères par le “Ralliement” et la démocratie chrétienne. Il sera lecteur de l’Aube. Il ne ménage guère les foucades contre la droite, et se montre sensible, dés avant 1940, aux tribulations des juifs d’Allemagne. Né dans le Cantal, fils de montagnards, élevé à la dure, il conserve le goût des vertus robustes, de l’effort, de la discipline, il dédaigne confort et mièvrerie. Comme Péguy, son contemporain, il se sent proche des humbles, et croit à leurs vertus.

4Évêque de Gap en 1926, puis archevêque de Toulouse en 1929, il appartient à cet “épiscopat de Pie XI”, fermement attaché au siège romain et à l’orthodoxie doctrinale, attentif en même temps aux droits de la personne, aux exigences de la justice sociale, et à l’Action catholique spécialisée.

  • 1 Lettre pastorale du 19 novembre 1939, sur l’Encyclique de Pie XII, Summi Pontificatus : “On a brisé (...)

5Ajoutons que Mgr. Saliège considère de son devoir de pasteur de guider les comportements moraux et sociaux du clergé et des fidèles. Il le fait dans ses “Lettres pastorales”, assez étendues, qui partent d’une réflexion religieuse pour aboutir à des préceptes de morale civique ; la “Semaine Catholique de Toulouse”, organe de l’archevêché, publie aussi des “Menus propos”, en forme de maximes, souvent heureuses, parfois obscures dans leur forme laconique. L’archevêque déplore la déchristianisation de la société française“qu’il fustige comme un risque pour la patrie, et une régression de la civilisation même. Lorsque la guerre éclate, il tonne : “On a brisé la croyance en Dieu. Voilà ce qui est arrivé… Le devoir fonde le droit, et Dieu est le fondement du devoir, il faut le dire, il faut le répéter… Ce n’est pas Dieu qui est responsable de la guerre, c’est le péché” (du 19 novembre 1939) et encore “Tout le travail qui a été fait contre le christianisme a été fait contre l’homme”1.

6Quant à la “Révolution Nationale”, nous définirons par cette expression les thèmes majeurs du programme de redressement proposé par le chef du gouvernement, à l’Assemblée Nationale, dans la séance du 10 juillet 1940, où les pleins pouvoirs lui sont attribués : “Au moment le plus cruel de notre histoire, la France doit comprendre et accepter la nécessité d’une Révolution Nationale”. Ils seront explicités dans la célèbre devise “Travail, Famille, Patrie” (les deux premières valeurs figurant déjà dans le préambule de la constitution de 1848). Pour respecter l’importance relative de ces trois thèmes dans le discours de Mgr. Saliège, il convient d’en inverser l’ordre, et d’étudier successivement ses enseignements sur la Patrie, la Famille (et l’éducation), et le Travail. On ne doit pas oublier qu’à partir de juillet 1940, la presse est soumise à plusieurs séries de contraintes, et que le non-dit acquiert, dans une situation de plus en plus sombre, valeur d’expression.

7Sur le thème de la Patrie, les enseignements du pasteur surabondent avant et après l’été 1940, ils se succèdent et se complètent.

8Pour cet ancien combattant de 1914-1918, la mobilisation idéologique de 1939-1940 prolonge les enseignements des évêques ses prédécesseurs, qui avaient tous prêché, dans l’ambiance d’Union Nationale, les vertus de la France, son bon droit, le devoir de tous les citoyens de combattre pour la France jusqu’au sacrifice suprême.

  • 2 De même, au numéro du 4 juin 1939, sous le titre “Le peuple français et la deuxième vertu : “França (...)

9Mgr. Saliège associe naturellement l’honneur de Dieu et celui de la Patrie, relevant le traditionnel “Gesta Dei per Francos”. Il expose et reprend, s’inspirant de Péguy, le thème des vertus, et de la mission singulière des Français : “Quant à vous, Français, gardez l’Espérance, car si vous n’existiez pas, il y a des choses que je fais, et que je ne pourrai plus faire. Il y a des injustices que je répare et que je ne pourrai plus réparer”2.

  • 3 Dans le même sens, Lettre pastorale du 3 décembre 1939, Sur quelques précisions doctrinales nécessa (...)

10Dans l’esprit et sous la plume de l’évêque, les saints et saintes du pays de France sont les protecteurs de la Patrie, et les garants de la dilection particulière de Dieu : “Il est beau, le ciel de France, ils sont nombreux les Saints et Saintes que la Terre de France a envoyés, comme intermédiaires, auprès du Trône de Dieu. Faut-il nommer les Geneviève, les Jeanne d’Arc, les Saint-Louis, les Saint-Vincent de Paul, les Bernadette de Lourdes et notre Germaine de Pibrac. Faut-il rappeler que la Sainte Vierge est la patronne de la France, que le pays de France est parsemé de cathédrales en l’honneur de Marie, qu’il renferme Lourdes, Paray-le-Monial, Lisieux… le pays des messages divins, le pays des résurrections miraculeuses…, le pays de la Sainte Vierge et du Sacré-Cœur (Menus propos, 3 septembre 1939)3.

11Tel est l’attachement enthousiaste du pasteur à son pays, à son peuple, qu’il ose l’expression de “sang français” (qui serait aujourd’hui suspecte à tant de bien-pensants !) : “Le Français on le dit insouciant, on le dit léger… Cela n’empêche qu’il est réfléchi et profond… Il est optimiste par nature. Il sait que dans les grandes circonstances, Dieu travaille avec lui, et pour lui… Il aime la justice et la liberté… Il ne peut pas supporter l’injustice, la menace de la tyrannie… Il n’aime pas la guerre, mais il la fait, quand c’est nécessaire, avec courage et succès… Le génie des batailles lui est favorable. Quel merveilleux sang que le sang français !” (Menus propos sur les Français, 10 septembre 1939).

12Dans la ligne de cet enseignement si vigoureusement patriotique, Mgr. Saliège justifie évidemment l’effort de guerre, attitude dans laquelle il s’accorde avec tous les évêques de France : “Les morts de la guerre sont tombés pour une juste cause, ils mouraient pour Dieu et pour la France” (5 novembre 1939).

13Au moment de la bataille de France ce culte de la patrie atteint le pathétique : “Aux grandes heures, la France se retrouve toujours égale à elle-même, fidèle à une incomparable tradition de foi et de grandeur : “gesta Dei per Francos”, jamais le vieux cri de guerre de nos pères n’a été plus vrai. Aujourd’hui encore, la France est le soldat de Dieu contre la ruée des Barbares, (la) ruée des puissances de l’enfer ! Confiance en la France immortelle. Confiance en Dieu (26 mai 1940)… ”.

  • 4 Dans la lettre pastorale du 4 février 1940, “Sur la Vocation de l’Humanité”. transcendant les horiz (...)

14Il serait injuste de ne pas ajouter que ce patriotisme chaleureux, intraitable, s’écarte du nationalisme intégral en subordonnant la Patrie à Dieu, et en exprimant sa croyance dans l’Humanité en marche vers son unité. La lettre du 3 décembre 1939 marque avec sérénité les limites du patriotisme : “Même en temps de guerre, Dieu demeure le père de tous les hommes. Il poursuit son plan, qui est d’amener à l’unité les membres de la famille humaine. Nous voulons que notre Patrie soit victorieuse. Nous avons raison de le vouloir (mais) ne nourrissons aucune haine contre les ennemis que nous combattons. Le patriotisme est un devoir. Le quatrième commandement de Dieu nous fait l’obligation de défendre notre Patrie contre un injuste agresseur. Mais nous ne tombons pas dans les erreurs que nous reprochons à nos ennemis. Nous ne parlons pas de la religion de la Patrie. Religion de la Patrie, religion de la Race, religion de la classe sont des idolâtries indignes de tout chrétien… Sans doute, on peut penser que le Bon Dieu a donné jusqu’ici trop de témoignages d’amour à la France pour que notre cause ne triomphe pas, (mais) seule l’Église possède les promesses d’immortalité. Oui, la France immortelle, mais si les Français le veulent… “4.

  • 5 “L’illustre Kremlin s’est transformé, le 28 septembre en une caverne de brigands. On y a achevé le  (...)

15Il est vrai que Mgr. Saliège, en attendant, ne ménage pas les adversaires de la France. La Semaine Catholique fourmille d’attaques contre Hitler et Mussolini. On peut relever quelques foucades contre Moscou, à l’annonce du pacte germano-soviétique, et surtout après le dépeçage de la Pologne, qui suscite l’indignation5. Bien plus nombreuses sont les prises de position contre le fascisme italien et hitlérien. Il n’est pas de numéro (jusqu’à la défaite de juin 1940) qui ne comporte des diatribes contre Mussolini, ou des critiques contre le nazisme, ou des mises en garde contre l’esprit germanique, l’impérialisme allemand, et jusqu’au luthérianisme.

16 Pour l’archevêque de Toulouse, comme pour tous ses concitoyens, les certitudes sont renversées par l’offensive allemande. Tous sont confrontés aux dures réalités de la défaite, de l’exode, de l’armistice. En tout la vie change. Un régime meurt. Un autre naît.

17Entre Mgr. Saliège et l’idéologie du nouveau régime, il existe à coup sûr des convergences. D’abord, la conscience douloureuse de l’étendue du désastre, de la dilapidation du prestige français durement gagné par les efforts de 1914-1918.

18Le message du 10 juillet 1940 du Maréchal Pétain formule le diagnostic : “Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu’on n’a servi. On a voulu épargner l’effort. On rencontre aujourd’hui le malheur”. Mgr Saliège, qui avait plus d’une fois déploré la dégradation des vertus françaises exprime le même thème dans son allocution de la journée de deuil national du 28 juin : “Nous demanderons à l’esprit de sacrifice de réparer les ruines accumulées par l’esprit de jouissance”.

  • 6 Lettre sur la patience, du 22 septembre 1940 : “Beaucoup de Français ont été dupes de doctrines per (...)

19L’archevêque de Toulouse, qui avait tant critiqué avant 1940, le laïcisme et l’éducation athée, s’associe à la condamnation des erreurs du régime tombé, à la volonté d’édifier une France nouvelle, nourrie d’esprit chrétien. Pour le maréchal Pétain, les valeurs chrétiennes restaurées constituent des composantes de l’ordre nouveau à construire. L’archevêque espère, lui aussi, dans une éducation rénovée. Dans sa lutte pastorale du 1er juillet 1940 “Sur le parti à tirer de l’épreuve”, après avoir cité le message du chef du gouvernement, il ajoute “retenez ces paroles, l’éducation athée, la démocratie athée, quelle chute depuis vingt-deux ans”. Il s’en prendra encore à son vieil adversaire, le laïcisme6.

20L’archevêque s’associe à la réaction à peu près générale de ses diocésains, qui voient dans le vainqueur de Verdun le sauvegarde de la Patrie. Dans les textes de fin juin et juillet 1940, il salue son désintéressement, son patriotisme, sa loyauté. Ajoutons à ces convergences d’autres réactions communes à ces deux hommes âgés, et anciens combattants : confiance dans les vertus traditionnelles, respect de la terre, de la paysannerie.

21 L’archevêque et le diocèse participent évidemment à ce culte de la patrie, du drapeau, des grands ancêtres qui constitue l’une des manifestations essentielles de la Révolution Nationale, en 1940-42.

22Aux cérémonies publiques, l’archevêque est invité, et présent au premier rang, malgré ses infirmités. Il sait gré au régime nouveau d’accueillir officiellement l’Église, après les temps de la république anticléricale. Pasteur du diocèse, il entend représenter lui-même l’Église, comme d’habitude.

23Que de drapeaux tricolores aux cérémonies d’Église ! Le rite du lever des couleurs a lieu désormais au petit séminaire, comme en toutes institutions d’éducation. Pour la première fois, l’archevêque est présent, et la cérémonie s’accomplit devant un portrait du maréchal. Il en est de même pour la fête nationale des Cœurs vaillants et Âmes Vaillantes, mouvement de jeunes alors en pleine croissance. Lors de la fête de la Légion Française des Combattants, le 13 juillet 1941, Mgr. Saliège préside la messe et bénit les fanions des différentes sections de la Haute-Garonne.

24La prédication de Mgr. Saliège continue à développer les thèmes patriotiques, en insistant sur le sens chrétien des épreuves, la solidarité entre les Français, le nécessaire dépassement des égoïsmes. Dans sa lettre du 31 août 1941, sur “Le redressement national”, il associe dans une même invocation toutes les gloires de la France : “Cœur chrétien, cœur français, épris de liberté, héritier des rois qui firent les communes, héritier des héros de la Révolution et de l’Empire, héritier de tous ceux et toutes celles qui firent la France si belle et si profondément chrétienne…”.

25Il n’est pas indifférent d’observer que cette ferveur patriotique anime toute l’équipe de la Semaine Catholique. Le temps n’est plus où elle pouvait s’en prendre nommément à Adolf Hitler et Benito Mussolini, Mais les éditoriaux constituent une véritable anthologie de la littérature patriotique. Ils fustigent les temps de laisser-aller et de scepticisme ; ils exaltent les héroïsmes, et suscitent l’espérance des résurrections. Ça et là, l’esprit “germanique” est évoqué sans aménité par l’éditorialiste et responsable de la publication, le chanoine Vié. La déploration des malheurs présents tient moins de place que l’évocation des espérances : dès le 30 juin 1940, au creux de la vague, il évoque “l’alouette gauloise, qui continue à chanter le chant du renouveau et de l’espoir”.

26La ligne vigoureusement patriotique de l’archevêque de Toulouse est inséparable d’un loyalisme officiel envers le chef de l’État Français, le maréchal Pétain. La “Semaine Catholique” ne manque pas de signaler les voyages du maréchal, de souligner l’accueil enthousiaste qu’il reçoit, de citer des passages de ses déclarations. Lors de la visite du maréchal à Toulouse les 5 et 6 novembre 1940, l’archevêque lui fait les honneurs de la cathédrale, et l’accueille à la maison des Petites sœurs des Pauvres. L’archevêque adhère à la fameuse déclaration de fidélité des cardinaux et archevêques de juillet 1941, que la “Semaine Catholique” du 31 août cite : “Nous voulons que sans inféodation, soit pratiqué un loyalisme sincère et complet envers le pouvoir établi, nous vénérons le chef de l’État et nous demandons instamment que se réalise autour de lui l’union de tous les Français… Nous encourageons nos fidèles à se placer à ses côtés dans l’œuvre de redressement qu’il a entreprise sur les trois terrains de la Famille, du Travail et de la Patrie, en vue de réaliser une France forte, unie, cohérente”.

27Les sentiments personnels de Mgr. Saliège sont exprimés en plusieurs autres documents de 1940 et 1941 : “À qui devez-vous de n’être pas en territoire occupé ? À un homme, à un Français qui a fait le don de sa vie au pays. S’il n’avait pensé qu’à lui, il aurait continué à jouir en paix d’une gloire justement acquise. Ses réactions sont nationales, son cœur nous appartient. Il vit et travaille pour la Patrie (lettre du 5 janvier 1941 sur La Communauté Nationale). “C’est le devoir de tous les Français de sauvegarder l’unité du pays, de travailler au redressement matériel et moral de la France. Cette œuvre nécessaire ne peut être accomplie que si tous les Français se groupent autour du gouvernement légitime. Le gouvernement légitime du pays est à Vichy et non pas ailleurs. Il a à sa tête un homme qui a fait don de sa personne à la France, magnifique exemple de renoncement à tout égoïsme et d’amour généreux de la Patrie” (lettre du 13 juillet 1941 sur l’Union).

28Mgr. Saliège apporte ainsi, sans détours, son soutien à l’idéal de rénovation nationale et au maréchal. Mais un soutien lucide et sans flagornerie.

29Nous avons déjà relevé que le thème de l’espoir est présent tôt dans la prédication, et aussi celui de l’association de tous les Français à la gloire de la patrie, sans en excepter les héros de la Révolution. La vigilance reste entière contre le racisme. La glorification de Jeanne d’Arc se fait sans trace d’anglophobie. La “Semaine Catholique“mentionne les nouvelles du monde dans un style neutre, censure oblige ; mais il est aisé d’y relever, à mots couverts, la mention des échecs allemands contre l’Angleterre et l’U.R.S.S., l’attente du soutien américain, l’espoir d’un changement progressif du cours de la guerre.

30Dans l’ordre des relations avec le pouvoir d’État, l’archevêque de Toulouse se montre plus distant, dans son loyalisme que tel ou tel de ses confrères en épiscopat.

31 Le second thème de la Révolution Nationale, non moins fait pour conquérir Mgr. Saliège, est celui de la famille, avec le complément de l’éducation.

  • 7 Cf. du 11 juin 1939, Menus propos sur l’esprit de pauvreté, “Se restreindre pour multiplier la vie. (...)

32Bien avant la défaite, l’archevêque avait déploré la dénatalité, l’égoïsme, la liberté des mœurs, le déclin des valeurs familiales traditionnelles. Il répète, conscient d’aller à contre-courant de la facilité, qu’il faut des berceaux et des familles saines pour redonner vie à la France. Significative est sa lettre pastorale de février 1939 : Sur ces mots du Pater : donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien : “Qui donc donnera une, âme à la France ?… Qui donc préparera les jeunes à la discipline des mœurs, des volontés, des cœurs. Qui donc donnera aux femmes le goût des enfants, aux hommes le respect de la maternité“7.

  • 8 Autre témoignage de la vigilance du pasteur en matière de moralité : la lettre du 21 janvier 1940 p (...)

33Une autre lettre, du 21 avril 1940 comporte cette diatribe significative contre la vie facile, les mœurs corrompues “vie de facilité, vie de jouissance d’où tout effort serait banni, la technique remplaçant la morale… Cependant, les campagnes se dépeuplaient, les berceaux étaient vides, la famille méconnue. Nous devenons un peuple de vieillards et de vieux garçons. Aucun effort n’était fait pour sauvegarder la moralité publique. À l’envi, les cinémas, les théâtres, les romans travaillaient à rendre polissons les Français“8.

34En attendant que le gouvernement et le public ouvrent enfin les yeux sur la nécessité d’un redressement moral, l’archevêque comptait sur les couples conscients des valeurs du mariage chrétien (à l’occasion du congrès, qu’il salue, de “l’Association du mariage chrétien”, à Toulouse, fin avril 1939) ; il invite les jeunes des mouvements d’action catholique à inclure dans leur apostolat la restauration des valeurs morales.

35L’orientation de la pensée de Mgr. Saliège en faveur des familles rencontre la politique de Révolution Nationale qui entend placer l’ordre familial et les vertus traditionnelles au centre de la rénovation sociale. “Le relèvement se fera par la restauration de la famille sur une base chrétienne”, affirme l’évêque (lettre du 29 septembre 1940). Il prend acte avec intérêt des innovations législatives en faveur des familles, de l’intention des dirigeants d’honorer et protéger les mères. La Fête des mères, désormais officielle, lui fournit annuellement l’occasion d’enfoncer le clou, sur le thème de la rénovation de la France par les familles chrétiennes.

36Cette rénovation indispensable passe par une réforme complète de l’éducation. L’archevêque ne tarit pas sur les méfaits conjugués du laïcisme et de la mollesse ; les consciences sont assoupies ; il annonce, avant juin 1940, que les lendemains seront durs : “L’après-guerre imposera, écrit-il, le 17 décembre 1939, un déploiement d’énergie plus grand que la guerre elle-même. Elle imposera des sacrifices, des générosités, une rude montée… Les régimes de facilité mènent aux catastrophes. Si la génération qui est actuellement sur les bancs de l’école n’est pas une génération formée aux habitudes de travail, de haute moralité, d’entraide mutuelle, de mépris pour la jouissance, d’estime pour les valeurs chrétiennes, si elle n’est pas entraînée à comprendre tout au moins, et à pratiquer quelquefois l’héroïsme… l’œuvre des pères sera détruite par la mollesse et l’incompétence des enfants”.

37Par l’importance reconnue à l’éducation, par la volonté de la retrouver virile, patriotique, chrétienne, l’archevêque rencontre la volonté de réforme éducative et morale exprimée par le maréchal Pétain. L’Église revendique sa place dans le processus nouveau d’éducation et latent des réformes annoncées.

38Lorsque le philosophe catholique Jacques Chevallier est nommé secrétaire d’état à l’Éducation Nationale, Mgr. Saliège écrit : “Le relèvement se fera par l’éducation des enfants, virile et vraiment française, éducation qui suppose des conceptions nettes sur la destinée de l’homme et sur le rôle de la Patrie. Le nouveau programme d’instruction civique de l’enseignement primaire comporte les devoirs envers Dieu et envers la Patrie”. Mais ce retour à Dieu était trop fort, après soixante ans de laïcisme officiel et militant, pour les centaines de milliers d’instituteurs publics. Jacques Chevallier fut vite remplacé par l’illustre historien Carcopino, homme d’ordre, mais nullement clérical. Les programmes, réformés aussitôt qu’établis, ne comportent plus Dieu. Restent les devoirs envers la Patrie, la famille, le chef de l’État, l’enseignement des exemples de héros et des saints, des valeurs spirituelles, de la civilisation chrétienne.

39Mgr. Saliège s’accommode mal du recul. Sa déception transparaît dans un laconique communiqué du 6 avril 1941 : “Ne soyons ni dupes, ni naïfs. Les écoles chrétiennes demeurent à la charge des catholiques… Le pays a été prévenu que Dieu ne rentrerait pas à l’école officielle… La vie n’est pas neutre, il faut choisir, a dit le maréchal Pétain. L’École chrétienne a choisi. Elle n’est pas neutre”.

  • 9 Dans le même sens, J. C. Clément, Mgr. Saliège, op. cit., p. 172-175. Sur la politique scolaire du (...)

40 Une certaine hargne se perçoit encore dans les Menus propos du 4 mai 1941 sur “Les forces spirituelles“ : “rien de plus confus que ce mot. Il peut tout signifier : un idéal, par exemple le communisme. Il peut signifier un mythe, par exemple le mythe de la neutralité scolaire. Qui ne connaît la force de ce mythe ? Forces spirituelles, ce mot ne me satisfait pas. Que veut-on dire ? De qui se moque-ton ?”. Il est évident que Mgr. Saliège est beaucoup plus amer de ce qui n’a pas été obtenu du régime de Vichy (Dieu à l’école publique), que satisfait des mesures favorables : disparition du laïcisme anti-catholique, association de l’Église aux activités publiques, soutient financier -certes mesuré- à l’enseignement libre, abrogation des lois contre les congrégations9.

  • 10 Ainsi, le message pour la fête des mères de 1942 manque d’enthousiasme. “On a institué la fête des (...)

41Quant à la politique familiale, en 1942, l’archevêque en mesure les limites plus qu’il n’en loue l’esprit. On ne peut manquer d’être frappé par le contraste entre la revendication énergique d’une réforme familiale et éducative en 1940, et la ténuité des approbations publiques au régime de Vichy, en ces domaines, passé le printemps 194110.

  • 11 Sem. Cath., 1943, p. 201 ; et, du 31 mai 1942, p. 389. à l’occasion de la fête des Mères : “Une rac (...)

42C’est sans référence à la politique du gouvernement, ni faveur pour ses mesures à l’avantage des familles que Mgr. Saliège continue à prôner les vertus familiales, et à déplorer la dénatalité. “C’est le péché qui perd un pays en vidant les berceaux et en tuant la vie”11.

43Il associe cette critique à son combat permanent contre la licence des mœurs.

  • 12 Sem. Cath., juin 1942, p. 479 : “Un État qui songerait à démoraliser la jeunesse ne s’y prendrait p (...)
  • 13 Sem. Cath., 13-20 août 1944, p. 271 et suiv., Lettre sur l’Assomption. Il avait déjà écrit : “L’Éta (...)
  • 14 L’harmonie, l’entente entre l’École et l’Église, l’harmonie, l’entente de la famille avec l’École e (...)

44S’il déplore que tant de mères travaillent hors de leur foyer, c’est pour accuser : “le régime de l’argent” de cette dénaturation : “Honte au régime de l’argent qui a arraché tant de mères au foyer. Qu’il vienne, qu’il vienne vite le régime humain qui rendra la femme au foyer” (21 mai 1944, Semaine Catholique, p. 176). Le retour de la fête des Mères l’amène chaque année à saluer leur rôle et leur dignité ; mais cela peut être aussi l’occasion de foucades contre les écoles géminées, responsables d’immoralité, que le régime maintient12. Dans son dernier écrit publié avant la libération de Toulouse, il prend vigoureusement à partie ceux qui jugent que la famille est une institution dépassée, et doit être remplacée par l’État : “L’État remplira le rôle de la mère poule. Les enfants ne connaîtront ni leur père, ni leur mère, qui ne les comprendront pas davantage13. Pour ce qui est de l’éducation, le pasteur évoque encore le rôle de la famille, souligne que l’accord entre les partenaires est indispensable : il n’oublie pas de lancer des flèches contre cet enseignement resté “neutre“ dans le régime du maréchal14.

45Pour ce qui est du Travail, troisième secteur de la Révolution Nationale, l’archevêque avait appelé de ses vœux, depuis longtemps, une rénovation qui reconnaîtrait la dignité de l’effort et des travailleurs, en dépassant l’antinomie libéralisme-marxisme. Dans les œuvres des années 1940 et 1941, on relève le salut à l’agriculture et aux paysans qui constitue aussi l’un des thèmes les plus connus du régime de Vichy : “Je n’ai jamais mieux compris qu’à l’heure actuelle que le paysan était l’homme du pays, l’homme qui fait vivre un pays… La paysannerie est la force la plus saine de la nation, la première des forces sociales” (lettre du premier juillet 1941, à l’occasion de la fête de sainte Germaine de Pibrac). On relève aussi, plus d’une fois, le thème de la communauté nationale, dépassant l’égoïsme individuel et les dissensions. “On parle d’ordre nouveau, on a raison. On parle de justice, on a raison. On ne parlera jamais assez d’amour, de fraternité, de communauté nationale, de communauté humaine..

46Mais on chercherait en vain une approbation de la législation sociale, des mesures gouvernementales (Corporation paysanne et charte du Travail). Si la Semaine Catholique de Toulouse reproduit les interventions de bien des évêques en conformité avec les orientations du régime de Vichy, Mgr. Saliège se montre de plus en plus réservé. La disparition des syndicats privés (sans en excepter les syndicats chrétiens) suscite des réactions contradictoires parmi les syndicalistes catholiques, et Mgr. Saliège, si proche de ces milieux ne pouvait pas les ignorer.

47Après les déceptions résultant de la politique scolaire de Vichy, une autre espèce de conflit, feutré mais net, apparaît à propos des mouvements de jeunesse. L’épiscopat tout entier tenait à ces mouvements spécialisés d’Action catholique, nés une quinzaine d’années plus tôt, alors en plein essor, et qu’il regardait comme les meilleurs artisans de la régénération de la Patrie et de la rechristianisation de la France. De son côté, le gouvernement, soucieux d’éducation civique et patriotique fondait ses espoirs sur la jeunesse. Le mouvement des “Compagnons de France” s’organise, sans attache confessionnelle. Autour du maréchal Pétain, certains rêvent d’une organisation unifiée de la jeunesse, qui mobiliserait les meilleurs éléments au service du régime et du pays. L’épiscopat ne dissimule nullement sa froideur : la déclaration de loyalisme des cardinaux et archevêques en juillet 1941, que nous avons citée plus haut, comporte aussi le refus de toute intégration des mouvements de jeunesse dans un organisme d’État et de toute limitation de l’autonomie des mouvements catholiques : “Jeunesse unie au service du pays, oui ; jeunesse unique, non…”. “Si pour quelque cause que ce soit (le) jaillissement (de ce dynamisme des mouvements catholiques) devait être contenu, il faut qu’on sache que nous nous opposerions de toute notre énergie… (à) un tel état de choses…”.

48Mgr. Saliège, protecteur vigilant des jocistes, fait écho fermement aux directives de l’épiscopat dans sa lettre “Sur notre volonté de servir”, du 23 novembre 1941 : “À quoi pourrait-on aboutir avec un mouvement totalitaire systématiquement neutre… On aboutira à la vie neutre, à un laïcisme pratique, à une conception matérialiste de la vie… Nous ne reconnaissons pas à l’État le droit de violer le droit naturel… Et d’empêcher le développement du christianisme… Nous croyons que le christianisme est capable de former des chefs pour nos masses ouvrières, nos masses paysannes. Que l’État leur donne la technique, mais quelle âme pourrait-il leur donner… L’Église entend contribuer autant et plus que tout autre corps au redressement national. Elle ne peut le faire que dans la liberté”.

  • 15 Sem Cath., 7 juin et 14 juin 1942. Les autorités civiles (préfet, maire) ont assisté à la messe sol (...)

49Ce dernier texte, qui témoigne d’une énergie d’expression rare en ces temps, n’est pas moins remarquable par son argumentation : l’archevêque exprime un penchant de sa pensée qui réserve à l’Église, comme l’aurait fait un Grégoire VII, le gouvernement des âmes, étendant l’aire du pouvoir spirituel au domaine social. Il se pose aussi en interprète et défenseur d’un droit naturel qui, selon la tradition de Cicéron et saint Thomas, transcende la législation positive de l’État et peut s’y opposer. Dans les mois qui suivent, la Semaine Catholique ne manque pas d’évoquer les jocistes avec une faveur significative. Le rassemblement national de la J.O.C. à Toulouse, le 7 juin 1942 pour fêter le 15ème anniversaire de la création du mouvement donne lieu à d’amples cérémonies que l’hebdomadaire décrit avec satisfaction, louant l’enthousiasme, le nombre, la parfaite tenue de cette jeunesse, qui porte l’espoir d’un monde nouveau et rechristianisé. On mentionne que cette réunion n’a rien coûté à l’État (ce qui souligne l’indépendance du mouvement) et que les jocistes sont fraternels et sans haine15.

  • 16 Menus propos sur l’amour de l’esclavage, “La victime, séduite par son agresseur… Tout plutôt que pe (...)
  • 17 Sem. Cath., 1941, p. 565 et suiv. : le chef doit savoir gagner la confiance, respecter les personne (...)
  • 18 Cette mise en garde paraît bien destinée à des prêtres ou laïques attirés par des thèmes fascistes.
  • 19 Sem. Cath., p. 423 et 444-441,14 et 21 juin 1942. Au cours de la cérémonie (à laquelle assiste l’ar (...)

50Les inquiétudes du pasteur, à mesure qu’elles se font jour, s’orientent contre un certain “esprit nouveau” qui lui paraît fort peu chrétien. Plus d’une fois, il a fustigé la perte d’espérance et l’adhésion avilissante au vainqueur16 ; il a flétri le recours à la brutalité ou à la délation. Dès septembre 1941, une note sur “le chef” exprime une attitude mitigée vis-à-vis de la “mystique du chef”, un des thèmes de la Révolution Nationale17. À propos de la fête du Sacré-Cœur de 1941, Mgr. Saliège écrit : “C’est l’avenir de l’esprit chrétien qui se joue en ce moment. Beaucoup de prêtres, beaucoup de catholiques ne les voient pas. C’est pourquoi je les préviens, je les avertis officiellement. Qu’ils prennent garde à ne pas se laisser imprégner par des erreurs condamnées, ou impressionner par des mots dont le sens demeure vague et imprécis. Ils ont pour mission de sauver et de propager l’esprit chrétien. Qu’ils le gardent intact en eux-mêmes sans défaillance, sans mélange”18. En 1942, il est clair que Mgr. Saliège tient à marquer les distances. Certes, lorsque le maréchal Pétain visite à nouveau Toulouse le 14 juin 1942 à l’occasion de la fête de la Légion française des combattants, il reçoit les honneurs réservés à un chef d’État. L’archevêque l’accueille, mais se borne à déclarer : “qu’il avait été très heureux de prier et de faire prier pour le chef de l’État et pour la France”. Cette attitude sera interprétée non sans raison, comme une marque de réserve vis-à-vis de la politique du gouvernement par les cercles anti-maréchalistes19.

  • 20 Dans la lettre pastorale du 19 septembre 1942, il enseigne que la France, désormais, ne pourra plus (...)
  • 21 Par exemple, du 14 mai 1944 : “Sa grande leçon d’héroïsme, leçon nécessaire à un peuple qui ne veut (...)

51 Certes, le thème de la patrie blessée20, et qui doit conserver courage, dignité, espoir revient de temps en temps dans les écrits épiscopaux. Il est accompagné d’appels à l’union, à la solidarité, à l’amour. La fête de Jeanne d’Arc fournit l’occasion annuelle d’évoquer ses leçons d’héroïsme, et les qualités latentes des Français21.

  • 22 “C’était un preux, cet homme qui honorait à la fois la France et le catholicisme… L’Église catholiq (...)

52Les obsèques du général de Castelnau, en mars 1944, donnent à l’archevêque l’occasion d’exprimer un vibrant hommage à cet illustre défenseur de la patrie et du catholicisme22.

  • 23 Au numéro du 20 mars 1942, en bas de la page 214 : “Le clergé et la Légion”. Le rôle du prêtre dans (...)

53La Semaine Catholique, qui ne manque pas de publier les nouvelles du monde à partir des dépêches officielles, se fait un plaisir de souligner, dés le 20 mars 1942, à l’intention des prêtres engagés aux côtés de Vichy, que ni les évêques, ni le maréchal lui-même ne souhaitent qu’il y ait confusion23.

  • 24 Sem. Cath., 23 août 1942, p. 540.

54 Au mois d’août 1942, au moment même où Il diffuse sa fameuse intervention sur les juifs, dans une lettre sur l’Action catholique, l’archevêque critique, au détour d’une réflexion sur la manière d’évangéliser un monde indifférent, les prêtres qui participent à des cérémonies mi-patriotiques, mi-religieuses, se lancent dans des homélies boursouflées aussi médiocres que les homélies républicaines de jadis24.

  • 25 Sem. Cath., 1942, 8 février 1942, p. 100 (collecte du blé) ; p. 108 (lettre sur le Secours National (...)
  • 26 Sem. Cath., 22 mars 1942 (à l’occasion de la fête de la J.A. C) et 5 juin 1942, p. 404, à l’occasio (...)
  • 27 “L’ordre nouveau ne sera vraiment tel que s’il restaure le droit naturel, tant mis à mal dans le mo (...)
  • 28 Sem. Cath., 1942, p. 551 et suiv. La diatribe suit de près, et complète, au fond la lettre en faveu (...)

55Mais le chef du diocèse reste muet sur la politique25 et les hommes du gouvernement, se bornant à lancer de temps en temps des allusions malveillantes contre le patriotisme verbal, les célébrations ampoulées des vertus paysannes, les prêches insincères du retour à la terre, les maladresses dans l’organisation du ravitaillement26 ; les diatribes contre “la radio menteuse et le cinéma immoral” devaient être accueillis avec plaisir par les anti-vichyssois. Les observations prennent l’allure de critiques, dés 1942, contre l’esprit de revanche, les mesures injustes. Les notions de “renaissance” et “d’ordre nouveau“sont reçues avec réserve27. Il reprend ses objurgations plus fermement encore fin août 1942 : il est inadmissible que des prêtres lisent en chaire un évangile nouveau dont certains éléments sont opposés aux enseignements de l’Église. Le prêtre doit rester un apôtre, et ne pas devenir un propagandiste28.

  • 29 Sem. Cath., 1942, p. 88 et suiv. (mandement de carême), 16 et 25 août 1942, (p. 538 et suiv.) : “Po (...)
  • 30 Ibidem., 1942, p. 576 (lettre du 19 septembre sur l’Action Catholique).
  • 31 Sem. Cath., 1943, p. 232, 6 juin 1943 ; on peut relever aussi, comme expression de défiance vis-à-v (...)

56Quelles doctrines l’évêque désigne-t-il à demi-mot ? Il s’élève, ailleurs, contre le thème du surhomme, dont on pourrait rire, écrit-il, s’il n’avait incendié le monde (chacun, bien entendu, y voit la condamnation d’Hitler et du racisme) ; Il s’en prend au thème déjà nietzschéen et rénové par Rosenberg, du christianisme, religion des faibles et des résignés ; à la diffusion d’une pseudo-religion de la nature, des forces cosmiques, conduisant au culte de la force, à la suppression des faibles29. Il redoute que de telles orientations fondamentalement incompatibles avec l’esprit chrétien ne se diffusent, notamment dans les milieux aisés (tandis que le peuple s’en gausse, avec son bon sens). Le pasteur de Toulouse se défie tant du racisme qu’il en décèle le risque dans l’eugénisme (après Pie XI, Casti Connubi) ; la formalité du certificat prénuptial (imposé par la loi) ne doit pas conduire à permettre au magistrat d’empêcher des mariages30. En 1943, il met à nouveau en garde ses ouailles contre une religiosité de la force31.

  • 32 Sem. Cath., 1942, p. 88 (mandement de Carême) ; p. 43 (lettre pour le rassemblement des jeunes aupr (...)
  • 33 Sem. Cath., 1942, p. 261 (lettre pour le jubilé épiscopal de Pie XII : Dieu a voulu les différences (...)
  • 34 On ne sait si le manuscrit original, qui avait fait l’objet de quelques corrections, a été conservé (...)

57L’archevêque, tout en séparant ostensiblement la religion de César, revient au thème du droit naturel antérieur et supérieur aux règlements des hommes, critère suprême du juste et de l’injuste, selon les doctrines traditionnelles des juristes chrétiens. L’ordre nouveau doit respecter le droit naturel. Les Français doivent rester fidèles aux vrais principes du droit naturel et de la civilisation32. L’Église est interprète et gardienne du droit naturel, expression du plan de Dieu. Lorsqu’elle intervient pour le défendre, loin de sortir de son rôle, elle accomplit sa mission salvatrice. Le droit naturel implique la recherche de la justice, le respect des personnes et de leur liberté. Les droits de l’homme ne sont pas l’apanage d’une race ou d’un peuple. Sur ce point se rencontrent les chrétiens et les incroyants. Les droits naturels doivent être respectés dans les minorités elles-mêmes33. Tout n’est pas permis. C’est en défenseur des droits naturels de la personne humaine que Mgr. Saliège déplorera la rigueur des mesures contre les juifs, dans sa lettre du 20 août, soigneusement méditée, habilement diffusée, et qui passera à la postérité34 : “Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine, qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l’homme ; ils viennent de Dieu. On peut les violer… Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer…”.

58“… Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux… Ils font partie du genre humain ; ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier”.

59“France, Patrie bien aimée, France qui porte dans toutes les consciences de tous tes enfants, la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces erreurs (ou “horreurs”, selon les versions)”.

  • 35 Avant la guerre (1933), Mgr. Saliège avait participé à une réunion publique, aux côtés de Me Moro-G (...)
  • 36 Sem. Cath., 1942, p. 603, 27 septembre 1942 : “l’Archevêque de Toulouse s’élève avec force contre l (...)

60Autant qu’un cri de solidarité devant l’oppression, cet acte constitue l’aboutissement d’une pastorale prenant en compte les droits des personnes et leur dignité d’enfants de Dieu35. Mgr. Saliège, tout en justifiant sa position au regard de la théologie, proteste qu’elle ne comporte aucun choix politique, ni l’oubli de la condamnation du communisme par Pie X136.

  • 37 Cet élément est bien souligné par J. Duquesne, Les catholiques français sous l’occupation, Grasset, (...)

61 Aux yeux de tous, cependant, il s’est opposé clairement à la politique de Vichy II apparaît comme le symbole et le protecteur d’une Résistance catholique au nazisme37. L’occupation, en novembre 1942, de la zone libre, la rentrée dans la guerre de l’Afrique du Nord française, l’imbroglio politique, l’évolution sensible des rapports de force et de destin entre belligérants orientent les espoirs de tous vers l’horizon d’une victoire alliée.

  • 38 Il rappelle fermement ces consignes en 1943 (Sem. Cath., p. 321), en 1944 (ibidem., 13 février, 9 j (...)
  • 39 Sem. Cath., 1944, p. 137, p. 169 : “La guerre totale est inhumaine, contraire au droit naturel, au (...)
  • 40 L’archevêque et son entourage n’approuvaient certes pas le témoignage politique de l’abbé Sorel, si (...)
  • 41 Par exemple, du 13 février 1944 : “Le chrétien fort vit dans l’avertir qu’il veut préparer”, du 14  (...)

62Mgr. Saliège impose à son clergé la dignité dans le silence, et l’accueil à toutes les souffrances38. Lui et la Semaine Catholique s’en tiennent désormais à des thèses purement religieuses. Quand les Toulousains périssent dans les bombardement, il condamne la guerre, non les acteurs immédiats, les aviations anglo-américaines39. Quand les violences se multiplient, qu’un prêtre maréchaliste est abattu par un résistant près de l’archevêché, le pasteur condamne toutes les haines, toutes les vengeances, tous les attentats40. À mesure que les mois passent, on voit poindre, associé à celui de la compassion, le thème de l’espoir, de la paix, de la justice sociale, des droits des ouvriers. Mgr. Saliège prépare l’avenir41. La Révolution Nationale est loin.

  • 42 Cf. Cl. Langlois, Le régime de Vichy et le clergé d’après les “Semaines religieuses des diocèses de (...)
  • 43 Dans les conversations privées, Mgr. Saliège se gausse tôt des “Vichyssois” ; il n’a jamais aimé le (...)

63Pour ce qui est des années 1940 et 1941, l’attitude spécifique de l’archevêque de Toulouse appelle trois observations. À la comparer, tout d’abord à celle de ses confrères42 les évêques de la zone libre, on trouve mainte similitude, en particulier, la condamnation des comportements des “années de jouissance”, et l’espoir dans une véritable renaissance morale, où le christianisme aurait place d’honneur ; mais on doit relever aussi l’absence de toute flatterie vis-à-vis des nouveaux dirigeants, l’attention à séparer le domaine de Dieu (celui de l’Église), des affaire. politiques, l’ardeur à défendre les droits des hommes, le culte vivace de l’espoir, de la dignité au cœur de la défaite. Mgr. Saliège s’il affirme sans ambiguïté son loyalisme et son respect de la personne du maréchal Pétain43 prend tôt ses distances vis-à-vis de la politique de Vichy, et se garde précocement de toute approbation des mesures officielles.

64Dès le printemps 1941, le ton est réservé ou mécontent, et les allusions acerbes. On ne peut que supputer les causes possibles de ce mécontentement : il s’exprime, on l’a vu, à propos de l’École catholique, des mouvements de jeunesse. Les dissonances entre l’épiscopat et le gouvernement sont profondes, quoique fort atténuées dans leur expression. Le fougueux défendeur de la J.O.C. ne pouvait certes envisager qu’un Pouvoir attente à l’autonomie de cette œuvre élue.

65 L’entrevue de Montoire, la “collaboration”, les tournants politiques de fin 1940, début 1941, ont-elles ébranlé chez ce patriote intraitablement anti-nazi la confiance dans le nouveau régime ? Les inclinations démo-chrétiennes du prélat ont elles pas été heurtées par les premières mesures contre les juifs (statut du 18 octobre 1940). N’a-t-il pas été déçu par la succession des ministres, les camarillas, les difficultés du gouvernement à maîtriser les problèmes économiques, la lenteur du processus de réforme ? N’était-il pas homme à critiquer l’application par des personnes qu’il n’estimait pas -Darlan, Laval et autres- de principes qu’il avait souhaités ? Ce ne sont là que suppositions, qu’aucune confidence ni témoignage ne permet de conforter pour ces années.

  • 44 Venu à Vichy durant l’été 1940, il y a déclaré : “Je préfère une France victorieuse gouvernée par L (...)

66Il est certain que dans l’entourage de Mgr. Saliège, les opinions anti-vichyssoises l’ont emporté assez tôt. Mgr. de Solages, recteur de l’Institut Catholique, disciple du cardinal Mercier, soutien actif de l’équipe de Sept n’a pas dissimulé, dès l’été 1940, sa répulsion pour le régime et les hommes de Vichy. Ses témoignages auprès d’un “patron“qui l’estimait fort ont pu contribuer, joints à ceux de prêtres ou laïcs de même inclination, au changement précoce d’attitude de Mgr. Saliège44.

  • 45 Sem. Cath., 1942, p. 24. “Il est toujours dangereux de mêler le spirituel au temporel… une réaction (...)

67Il n’est pas inutile d’ajouter que certains catholiques s’appliquaient à combattre le préjugé favorable de l’épiscopat pour un régime qui mettait fin au laïcisme de la Troisième ; ils faisaient craindre que les faveurs officielles ne provoquent un retour d’anticléricalisme populaire. L’argument est présenté par le prévôt du chapitre métropolitain, lors de présentation de vœux du nouvel an 1942 à l’archevêque. Il sera repris dans la Semaine Catholique du 9 août 1942, par citation d’un article de Ch. d’Aragon, publié dans la France Catholique du 30 juillet 194245. Mgr. Saliège était trop soucieux de pastorale ouvrière, trop défiant vis-à-vis des “bien-pensants” et d’une “Église de l’ordre“pour négliger une telle donnée.

68 Il ne faut pas mésestimer non plus la répulsion de l’archevêque et de ses familiers vis-à-vis d’une religiosité pagano-nazi (culte de la race, de la force, de l’instinct vital) écrasée dans l’effondrement du IIIe Reich, mais qui a pu paraître pendant quelques années comme un danger immédiat pour les consciences chrétiennes.

69Il est certain que Mgr. Saliège s’est gardé, dès 1940, de toute inféodation ou servilité vis-à-vis du gouvernement, qu’il a exprimé bien des réserves dès 1941, et qu’il a proclamé sa réprobation des violences contre les juifs en août 1942. Ces comportements lui ont valu, d’emblée une place singulière dans l’épiscopat et un prestige inégalé parmi les résistants.

70Il est non moins certain que Mgr. Saliège a vivement critiqué le régime tombé en juin 1940, qu’il a salué, dans le maréchal Pétain (comme en 1940 la plupart des Français) le guide et le garant de la patrie blessée ; qu’il avait appelé de tous ses vœux, avant même la défaite, une France renouvelée par le culte du Travail, de la Famille et de la Patrie.

  • 46 La cardinaux et archevêques de France avaient fait une démarche auprès du président du Conseil Dala (...)

71Dans la réalité française de 1940, le comportement de Mgr. Saliège, des autres évêques (ou du P. Desbuquois, leader si influent de L’Action Populaire) est celui d’une convergence avec la Révolution Nationale, plutôt que d’un “ralliement”. L’une des aspirations les plus fortes du civisme catholique en France, dans les années 1935-1940 n’était-elle pas la régénération de la Patrie par la restauration des valeurs nationales, familiales46 et communautaires ? Cette rencontre entre les attentes chrétiennes et le programme du nouveau régime, le cardinal Gerlier l’a célébrée à sa manière : “Travail, Famille, Patrie, ces trois mots sont les nôtres”. Mgr. Saliège aussi avait anticipé, par ses écrits, sur la célébration de ces trois thèmes. Mais cette Révolution Nationale qu’il avait tant espérée, il s’en démarque à mesure que la politiques et les hommes de Vichy s’éloignent des espoirs il avait placés lui-même sous les trois mots.

Notes

1 Lettre pastorale du 19 novembre 1939, sur l’Encyclique de Pie XII, Summi Pontificatus : “On a brisé les commandements de Dieu, voilà ce qui arrive… Dignité humaine, liberté, fraternité, des mots, des mots sonores et rien de plus si vous ne croyez pas en Dieu, à sa paternité universelle… (Sem. Cath., 1939, p. 991) et quelques pages plus loin (p. 995), Menus propos sur la Barbarie (c’est-à-dire le christianisme vu comme obscurantisme par les laïcistes) : “On avait dit à l’adolescent : les temps barbares sont révolus, l’homme est bon, laissez le développer les virtualités qu’il porte en lui. Son corps lui appartient. Les temps barbares sont révolus. Nous avons éteint beaucoup d’étoiles au firmament (allusion à la fameuse apostrophe de Viviani). Les croyances sont périmées. L’homme intelligent est athée, les nations libres sont athées. Les temps barbares sont revenus parce que les hommes ont cru à ces fadaises”.

2 De même, au numéro du 4 juin 1939, sous le titre “Le peuple français et la deuxième vertu : “Français dit Dieu, c’est vous qui avez inventé ces beaux jardins des âmes… C’est vous qui dessinerez mes jardins de Paradis, qui serez mes jardiniers devant Dieu… Il a dû y avoir quelque chose dit Dieu, entre nos Français et cette petite Espérance. Ils y réussissent si merveilleusement” (Péguy, “Le Porche de la deuxième vertu”).

3 Dans le même sens, Lettre pastorale du 3 décembre 1939, Sur quelques précisions doctrinales nécessaires particulièrement en temps de guerre (Sem. Cath., n° 49) : “Quelle nation a reçu de Dieu plus de marques visibles d’un amour de prédilection ? En retour, quelle nation a fourni plus de saints et d’apôtres à la chrétienté ? Malgré tous les poisons qu’on lui a inoculés, tout sang français garde quelque goutte de sang chrétien. C’est une garantie pour l’avenir”.

4 Dans la lettre pastorale du 4 février 1940, “Sur la Vocation de l’Humanité”. transcendant les horizons des armées affrontées, il enseigne que l’Humanité, par le dessein de Dieu, marche péniblement vers l’unité : “L’idée de communauté humaine fait des progrès… La Communauté Nationale, sans cependant disparaître, se fondra dans la communauté humaine…”.

5 “L’illustre Kremlin s’est transformé, le 28 septembre en une caverne de brigands. On y a achevé le 5ème partage de la Pologne… en bavant de plaisir, (Hitler) a su faire de l’assassinat un moyen de gouvernement. Quant à Staline, le satrape slave, pas un de ses camarades n’a échappé à l’assassinat… méthodique entrepris pour établir sa dictature”, (Sem. cath., 8 octobre 1939, éditorial non signé).

6 Lettre sur la patience, du 22 septembre 1940 : “Beaucoup de Français ont été dupes de doctrines perverses. Ceux qui ont compté sur la matière ont été bien servis. Ils ont été écrasés par la matière. Ceux qui ont compté sur le régime athée ont été bien servis. Il s’est détruit lui-même et il a perdu la France… Nous, chrétiens, nous avons conservé toutes nos raisons de vivre…”. Plusieurs historiens ont relevé, dans le même esprit, le texte publié par la Croix du 28 juin 1940, “Pour avoir chassé Dieu de l’école, des prétoires de la Nation, Seigneur, nous vous demandons pardon”.

7 Cf. du 11 juin 1939, Menus propos sur l’esprit de pauvreté, “Se restreindre pour multiplier la vie. Réduire le train de maison pour entendre les gazouillements qui viennent des berceaux… Et, dans la lettre de décembre 1939, “Quelques précisions doctrinales nécessaires particulièrement au temps de guerre”, à propos de la France, “Les peuples peuvent se laisser mourir par la peur même de la vie. Cette mort menace les pays dont les berceaux sont vides”.

8 Autre témoignage de la vigilance du pasteur en matière de moralité : la lettre du 21 janvier 1940 prescrivant une quête en faveur des “Foyers du soldat”, où il déplore les facilités offertes en France à la prostitution, et l’attrait pour les jeunes soldats, des jouissances faciles et dégradantes.

9 Dans le même sens, J. C. Clément, Mgr. Saliège, op. cit., p. 172-175. Sur la politique scolaire du gouvernement de Vichy, cf. les pages de P. Ourliac dans le volume en l’honneur de J. Carco pino.

10 Ainsi, le message pour la fête des mères de 1942 manque d’enthousiasme. “On a institué la fête des mères. C’est bien. Il y a encore besogne pressante à faire, à savoir, combattre la vague d’immoralité, qui, par le taudis, la rue, l’illustré, le film et dans les campagnes par la gémination déferle sur l’âme des enfants pour la corrompre et la pourrir”.

11 Sem. Cath., 1943, p. 201 ; et, du 31 mai 1942, p. 389. à l’occasion de la fête des Mères : “Une race qui se refuse à transmettre la vie est appelée à disparaître… Un peuple de vieillards, de divorcés, de vieux garçons, n’a pas de lendemains… Après l’orgueil, le plus grave des péchés est le péché contre la vie”.

12 Sem. Cath., juin 1942, p. 479 : “Un État qui songerait à démoraliser la jeunesse ne s’y prendrait pas autrement”. Il revient à plusieurs reprise sur ce thème des écoles géminées.

13 Sem. Cath., 13-20 août 1944, p. 271 et suiv., Lettre sur l’Assomption. Il avait déjà écrit : “L’État peut singer la famille, il ne peut pas la remplacer”, dans la lettre à l’occasion de Noël de 1943 (Sem. Cath., 1943, p. 449).

14 L’harmonie, l’entente entre l’École et l’Église, l’harmonie, l’entente de la famille avec l’École et l’Église, conditions de toute éducation digne de ce nom” (du 24 septembre 1942, Lettres sur l’éducation, Sem. Cath., 1942, p. 601) ; en 1943, dans la lettre du carême, il affirme que l’école séparée du catéchisme réalise l’éducation nivelée par le bas (ibid, 1943, p. 96).

15 Sem Cath., 7 juin et 14 juin 1942. Les autorités civiles (préfet, maire) ont assisté à la messe solennelle en plein air au Congrès jociste (p. 421). La Semaine Catholique, mentionne favorablement (1942, p. 68), la Ligue ouvrière chrétienne, Mouvement populaire des familles. Après le second bombardement de Toulouse l’aviation anglo-américaine, la Semaine mentionne le geste héroïque d’un jociste sauveteur (éditorial du 30 juillet 1944).

16 Menus propos sur l’amour de l’esclavage, “La victime, séduite par son agresseur… Tout plutôt que perdre la vie facile… Et, perdant à la fois la vie facile et le peu qui lui restait de dignité, il devient méprisable, et méprisé, esclave par sa faute Septembre 1940, p. 515 ; et, p. 553, Menus propos sur ce qui se passe : “Il y a des violences qui s’usent… Il y a des colosses qui sombrent… Il y a des brimades qui trahissent le faible… Il y a des radios qui mentent, il y a Dieu qui demeure…”.

17 Sem. Cath., 1941, p. 565 et suiv. : le chef doit savoir gagner la confiance, respecter les personnes et les libertés, entraîner par l’exemple et non par la contrainte, les relations humaines doivent associer fraternité et discipline. “Faire vouloir“ est l’art suprême du chef.

18 Cette mise en garde paraît bien destinée à des prêtres ou laïques attirés par des thèmes fascistes.

19 Sem. Cath., p. 423 et 444-441,14 et 21 juin 1942. Au cours de la cérémonie (à laquelle assiste l’archevêque), le chef de l’État avait rappelé le rôle politique de la Légion : faire connaître et accepter par le pays les principes de la Révolution Nationale. Dans la réponse de l’archevêque aux vœux du chapitre, au jour de l’an 1942, il déclare que la sagesse du maréchal vaudra à la patrie des jours moins malheureux (Sem. Cath., 1942, p. 21 et suiv.). Commentant la parole attribuée au chef de l’État “Je mise sur la France”, il ajoute, “Je ne mise ni sur l’Angleterre, ni sur l’Allemagne ; je mise sur la France, sur Notre Seigneur, sur la Sainte Vierge, les saints et les saintes de France, sus le clergé français. Voilà pourquoi ma confiance est inébranlable”. En septembre 1942, il se couvre encore des paroles du maréchal Pétain pour recommander l’union entre tous les Français (ibidem, p. 601).

20 Dans la lettre pastorale du 19 septembre 1942, il enseigne que la France, désormais, ne pourra plus s’imposer par la puissance matérielle, mais seulement par la force spirituelle. Le devoir de chrétien coïncide avec le devoir de Français : maintenir et développer la force spirituelle de la France (Sem. Cath., 1942, p. 517). Dans une lettre antérieure de quelques jours (ibidem, p. 517), il indique qu’il est des victoires dangereuses, lorsqu’elles conduisent à la paresse et à l’esprit de jouissance et des défaites qui déterminent l’élan vers l’effort, les disciplines, la grandeur. Lors de la veillée de prières des familles des travailleurs. envoyés en Allemagne, “nous tenant au-dessus de toutes les propagandes, nous n’avons aucun sentiment de haine. (Sem. Cath., avril 1943, p. 69).

21 Par exemple, du 14 mai 1944 : “Sa grande leçon d’héroïsme, leçon nécessaire à un peuple qui ne veut pas déserter, qui ne veut pas mourir” (Sem. Cath., 1944, p. 64).

22 “C’était un preux, cet homme qui honorait à la fois la France et le catholicisme… L’Église catholique se devait de rendre hommage à celui qui fut un chevalier de la foi. sans peur et sans reproche… Le général de Castelnau était pour nous une fierté, un appui, un drapeau“… (Sem. Cath., du 26 mai 1944). L’éloge était d’autant plus significatif que le général de Castelnau président de la Fédération Nationale Catholique, se situait sensiblement à droite des inclinations de l’archevêque, lecteur de l’Aube. Comme le général de Castelnau était connu pour anti-pétainiste, on peut se demander si l’intervention de l’archevêque ne constituait pas surtout une critique implicite du gouvernement de Vichy.

23 Au numéro du 20 mars 1942, en bas de la page 214 : “Le clergé et la Légion”. Le rôle du prêtre dans la reconstruction nationale est considérable. Ce rôle doit s’exercer sur le terrain spirituel qui est le sien. C’est l’avis de l’épiscopat et du maréchal. Suit un extrait de la Semaine religieuse d’Albi : un prêtre a démissionné, sur demande de son évêque, de ses fonctions de président d’un groupe légionnaire. Le maréchal, apprenant cela lui répond : “Vous avez bien fait”. Le directeur de la Semaine Catholique, le chanoine Vié, de tendance sillonniste, n’etait guère maréchaliste. L’archevêque avait mal supporté que le secrétaire du bulletin trimestriel y fasse insérer une invitation à soutenir la Légion. Il interdit qu’aucune publication ne se fasse sans son visa personnel (Sem. Cath., 31 août 1941).

24 Sem. Cath., 23 août 1942, p. 540.

25 Sem. Cath., 1942, 8 février 1942, p. 100 (collecte du blé) ; p. 108 (lettre sur le Secours National) ; 1942, p. 64 (collecte du blé : l’État a le droit et le devoir de prendre les mesures necessaires pour assurer le ravitaillement) ; 1944, p. 8, Menus propos sur le marché noir : “Le marché noir augmente chaque jour le nombre des communistes, appelle les malédictions divines… passim”.

26 Sem. Cath., 22 mars 1942 (à l’occasion de la fête de la J.A. C) et 5 juin 1942, p. 404, à l’occasion de la fête de Sainte Germaine. Dans l’allocution traditionnelle du 1er janvier 1942, le prévôt du chapitre, le chanoine Vié, d’inclination silloniste, dressait un tableau critique de la France sous le régime de Vichy, “avec le bien-être, le pays a perdu sa liberté nationale, sa liberté spirituelle est menacée. Le monde actuel devient une prison et pour le corps et pour l’esprit” (Ibidem, p. 23).

27 “L’ordre nouveau ne sera vraiment tel que s’il restaure le droit naturel, tant mis à mal dans le monde contemporain : le droit de la famille, à laquelle ne peut se substituer l’État, droit de la profession, droit des patries, droit du citoyen dans la patrie, droit de l’humanité, et à la base et au sommet de l’édifice, droit de Dieu” (Sem. Cath., 1942, p. 91) ; ibidem., p. 602 : “Tout n’est pas à refaire. Le passé, malgré ces erreurs, avait sa grandeur. Dans ses rêves et ses ambitions, il portait les germes d’une nouvelle organisation du monde” ; ibidem. p. 688, sur le terme “renaissance”.

28 Sem. Cath., 1942, p. 551 et suiv. La diatribe suit de près, et complète, au fond la lettre en faveur des juifs.

29 Sem. Cath., 1942, p. 88 et suiv. (mandement de carême), 16 et 25 août 1942, (p. 538 et suiv.) : “Pour certains, le catholicisme est une religion de faibles, d’infirmes, de résignés. Rosenberg, disait que les catholiques représentent l’élément femelle de l’humanité. Ces idées, reproduites par la presse, surtout en zone occupée, ont pu pénétrer dans tous les milieux”.

30 Ibidem., 1942, p. 576 (lettre du 19 septembre sur l’Action Catholique).

31 Sem. Cath., 1943, p. 232, 6 juin 1943 ; on peut relever aussi, comme expression de défiance vis-à-vis de “l’ordre nouveau”, l’insertion dans la Semaine Catholique du 21 mars (p. 125), d’un extrait du Bulletin du diocèse de Bayonne regrettant les serments collectifs d’enfants sous la présidence des autorités officielles.

32 Sem. Cath., 1942, p. 88 (mandement de Carême) ; p. 43 (lettre pour le rassemblement des jeunes auprès de N.D. du puy) ; Sem. Cath., 1943, p. 18 (réponses aux vœux de nouvel an du clergé, cette allocution répond aux critiques relatives à l’intervention de l’archevêque au regard des mesures contre les juifs) ; ibidem., 1943, p. 450, lettre pour Noël “Nos cœurs compatissants… Sentent de plus en plus le prix et la valeur de l’union des peuples dans le respect du droit naturel… ; et encore, lettre du 2 janvier 1944 (ibidem, 1944 p. 5, lettre sur “le droit à la vie”… “Aucune atteinte au droit naturel n’est normale… Je vous dis clairement la doctrine de l’Église”.

33 Sem. Cath., 1942, p. 261 (lettre pour le jubilé épiscopal de Pie XII : Dieu a voulu les différences de races, de nations ; il réprouve l’oppression des minorités) ibidem., p. 539 (23 août 1942), ibidem., p. 648 (25 octobre, lettre sur le langage des morts).

34 On ne sait si le manuscrit original, qui avait fait l’objet de quelques corrections, a été conservé. Le document avait été remis aux curés réunis en grand nombre à Toulouse, à l’occasion d’une retraite. Quelques exemplaires envoyés par la poste ayant été interceptés, le préfet tenta vainement d’imposer le silence. La plupart des curés le lurent en chaire au prône de la grand messe du 23 août, sans commentaire, comme leur chef l’avait ordonné. Le document n’a pas été reproduit dans la Semaine Catholique, d’août 1942.

35 Avant la guerre (1933), Mgr. Saliège avait participé à une réunion publique, aux côtés de Me Moro-Giafferi, contre les persécutions subies par les juifs en Allemagne. Dès le début de 1939, il fait figurer la question juive dans les programmes d’étude des jeunes prêtres ; il leur conseille la lecture de “Les juifs parmi la nations”, de J. Maritain (marié à une israélite convertie). La narration la plus précise a été publiée par Mgr. de Courrèges (évêque auxiliaire de Mgr. Saliège durant cette période) dans le périodique : Rencontre chrétiens et juifs, 1972, n° 28. Nous la complétons par les informations communiquées par Mgr. Martimort et Mme Denise Dauty (sœur de Thérèse Dauty), que nous remercions de son obligeance. Thérèse Dauty, secrétaire de l’Association catholique d’aide aux prisonniers, était en contact avec les juifs internés au camp du Récébédou (par l’archevêché de Toulouse avaient transité des sommes importantes envoyées par le pape Pie XII). Elle et le curé de Portet informent des conditions faites aux prisonniers l’abbé Gèze, familier de l’archevêque, qui prévient ce dernier, le jeudi 20 août. Aussitôt informé de ces sévices, l’archevêque, revenu dans son bureau, dicte d’un trait la fameuse lettre et la fait distribuer aussitôt aux prêtres présents. Dans ses Mémoires (t. III, p. 27), J. Duclos attribue à un responsable communiste l’initiative d’avoir prévenu Mgr. Saliège. Les témoins catholiques de l’événement ne disposent pas d’information sur cette dernière version.

36 Sem. Cath., 1942, p. 603, 27 septembre 1942 : “l’Archevêque de Toulouse s’élève avec force contre l’usage indécent que certains ont fait de sa récente lettre. Il n’oublie pas la condamnation du communisme par l’Église. Il affirme à nouveau son parfait loyalisme, à l’égard du maréchal et du gouvernement du pays. L’affirmation d’un principe chrétien n’a jamais impliqué la négation d’un autre principe chrétien”. Cette mise au point n est pas seulement une contre-assurance du subtil auvergnat qu’était Mgr. Saliège. Elle correspondait à la logique de sa position : loyalisme vis-à-vis des autorités instituées, réserve du droit de critique sur leurs actes contraires au droit naturel. Dans son allocution du jour de l’an en réponse aux vœux du clergé, il développe sa théologie sur Israël, peuple de Dieu selon l’Ancien Testament ; les péchés de tous les hommes sont responsables de la mort du Christ ; Israël, infidèle certes, ne l’est pas plus que les nations modernes qui se sont éloignées de Dieu (Sem. Cath., 1943, p. 18 et suiv.).

37 Cet élément est bien souligné par J. Duquesne, Les catholiques français sous l’occupation, Grasset, 1966, passim. L’archevêque et son clergé ont organisé tôt, avec autant de zèle que d’efficacité la mise à l’abri de nombreuses personnes menacées, Israélites ou résistants.

38 Il rappelle fermement ces consignes en 1943 (Sem. Cath., p. 321), en 1944 (ibidem., 13 février, 9 juillet, passim).

39 Sem. Cath., 1944, p. 137, p. 169 : “La guerre totale est inhumaine, contraire au droit naturel, au droit international. L’Église la condamne comme elle condamne toutes les injustices toutes les cruautés, toutes les barbaries.

40 L’archevêque et son entourage n’approuvaient certes pas le témoignage politique de l’abbé Sorel, simple curé d’un petit village, engagé depuis longtemps dans les actions sociales, nommé en février 1942, membre du Conseil National et fervent maréchaliste. Les rapports n’étaient pas bons entre l’archevêque et ce prêtre, bien qu’il eut averti des prêtres résistants des poursuites qui les menaçaient. La mention dans la Semaine Catholique est laconique. “L’abbé Sorel, que Mgr. Saliège recommande aux prières… a été victime le 20 décembre d’un odieux attentat politique… L’abbé Sorel était partisan convaincu et fervent de la politique du maréchal. Souvent, sous sa seule responsabilité il avait pris la parole dans des réunions de propagande. Cela ne saurait justifier le crime abominable, et c’est avec une profonde douleur que nous nous inclinons devant la malheureuse victime”. La lettre de l’archevêque du 2 janvier 1944, “sur le droit à la vie”, de même trempe que celle d’août 1942, n’eut pas le même succès :
“On tue l’enfant dans le sein de sa mère
L’enfant a droit à la vie
On tue l’homme qui déplaît
On tue l’homme qui n’a pas des opinions conformes
On tue sans jugement, on tue avec jugement
On tue en jetant par la radio, par la presse, des parole de haine.
Aucun assassinat n’est normal, aucune injustice n’est normale, aucune atteinte au droit naturel n’est normale. je ne suis ni un diplomate, ni un partisan. Je vous dis clairement la doctrine de l’Église” (Sem. Cath., 1944, p. 5).

41 Par exemple, du 13 février 1944 : “Le chrétien fort vit dans l’avertir qu’il veut préparer”, du 14 mai 1944 : “Dans la souffrance et la douleur, nous créons l’avenir et nous bâtissons la cité nouvelle”. L’expression “masses” revient en usage dès août 1942 (les masses sont attachées à la tradition française de liberté et de respect de la personne), celle de classe ouvrière, au début de 1944 (éloignée de l’Église, mais s’ouvre aisément à la doctrine des encycliques), “une révolution sociale profonde est nécessaire. Les plus avertis en conviennent. Souhaitons qu’elle se fasse avec la collaboration de tous. On voit revenir à la surface d’autres thèmes exprimés avant la guerre : à la base du communisme, l’aspiration à la justice sociale (Sem. Cath., juin 1943, p. 232), le refus du capitalisme (ibidem., p. 96), les deux internationales (Sem. Cath., 1944, p. 30) : “Menus propos sur les deux internationales. Il y a l’Internationale dorée ; il y a l’internationale Rouge. La première a enfanté la seconde…”.

42 Cf. Cl. Langlois, Le régime de Vichy et le clergé d’après les “Semaines religieuses des diocèses de la zone libre, R. F. S. P., vol. 22, n° 4, août 1972, p. 750-714.

43 Dans les conversations privées, Mgr. Saliège se gausse tôt des “Vichyssois” ; il n’a jamais aimé les “réactionnaires” et se montrait exaspéré par les prédicateurs pétainistes. Mais, respectueux du pouvoir établi, il refuse de recevoir (fin ou début 1942 ?) un émissaire officiel du Général de Gaulle, et d’accepter sa lettre (confirmé par Monsieur le marquis d’Aragon). En 1943, il reçoit un message oral du Général de Gaulle par l’intermédiaire de Closon.

44 Venu à Vichy durant l’été 1940, il y a déclaré : “Je préfère une France victorieuse gouvernée par Léon Blum et les Franc-maçons à une France défaite, gouvernée par le Maréchal”. Plus tard, il répondra à des délégués du gouvernement de Vichy qu’il tient ce dernier pour illégitime (1942 ?). Avec son recteur, l’Institut Catholique de Toulouse est un foyer de résistance (R. et C. de Naurois). Les plus proches collaborateurs de l’archevêque, les chanoines Gèze, Vié et Garail ne sont pas maréchalistes, et soutiendront la Résistance, il en est de même de la majorité des laïcs (dirigeants de mouvements syndicaux et de jeunesse) écoutés à l’archevêché.

45 Sem. Cath., 1942, p. 24. “Il est toujours dangereux de mêler le spirituel au temporel… une réaction anticléricale se dessine déjà sous nos yeux. L’Église a reçu quelques libertés nécessaires, et on accuse de profiter des malheurs publics et on lui prédit des attaques plus violentes que celles qui suivirent la Restauration et le Second Empire… ”, et ibidem., p. 528, 9 août 1942 : “les imprudences des uns, et les compromissions des autres… qui ne reflètent ni l’Évangile, ni les Épîtres… “ (Charles d’Aragon, précocement engagé dans la Résistance, était l’un des principaux correspondants gaullistes de la région).

46 La cardinaux et archevêques de France avaient fait une démarche auprès du président du Conseil Daladier, après le vote du Code de la Famille, pour le féliciter de cette politique familiale (1938).

Notes de fin

* Esquisse bibliographique – Perspectives générales :
Mgr. Guerry, L’Église catholique en France sous l’occupation, Paris, 1547 ; J. Cotereau, L’Église et Pétain, Paris, s. d. (1947 ?) ; Jacques Duquesne, Les catholiques français sous l’occupation, Paris, 1966 ; Les colloques de Grenoble, Église et chrétiens dans la deuxième guerre mondiale, éd. Lyon, 1968, Presses Universitaires de Lyon, 1978 ; de Lille, 1977, L’Église et Vichy, publié dans Revue du Nord, avril et septembre 1978 de Lyon, 1978, ed. P.U. Lyon, 1982 ; C1. Langlois, Le régime de Vichy et le clergé d’après les “Semaines religieuses”, des diocèses de la zone libre, dans Rev. franc. Sc. Pol., vol. 22, n° 4, août 1972, p. 150-774 ; F. O, Le journal “l’Action française”, et la politique intérieure du gouvernement de Vichy, Thèse Sc. Pol., Toulouse, éd. I.E.P. Toulouse, Travaux et documents, 1984. À titre de comparaison : P. Droulers, Le Père Desbuquois et l’Action Populaire. Politique sociale et christianisme, vol. 2, éd. ouvrières, Paris 1981 (p. 353 et suiv.) ; J. Fontana, Attitudes et sentiments du clergé et des catholiques français devant et durant la guerre de 1914-1918, thèse, Aix, 1972, (Lille, serv. reprod. thèse, 1973).
La personnalité de Mgr. Saliège a fait l’objet du précieux ouvrage de Jean Guitton, Le Cardinal Saliège, Paris, Grasset, 1957, 330 p., et de la biographie plus courte de L. Vie, Le Cardinal Saliège, archevêque de Toulouse, 1870-1956, Toulouse, La Semaine catholique, 1956, 142 p.. La période vient de faire l’objet d’une importante étude, malheureusement inédite de Mgr. J. Chansou, Sous l’épiscopat du Cardinal Saliège -1929-1956, contribution à l’histoire du diocèse de Toulouse, s. L, s.d., 265 p. ronéot., repris dans : Histoire du diocèse de Toulouse, Beauchesne, 1983.
On doit mentionner plusieurs publications partielles, Mgr. J.-J. Saliège, Témoignages 1939-1944, Paris, éd. Témoignage chrétien (1944), 183 p. ; Un évêque français sous l’Occupation- Extraits des messages de S E. Mgr. Saliège, éd. ouvrières (1945), Paris, 168 p. ; Les “Menus propos”, du Cardinal Saliège, Toulouse, l’Équipe, s. d., 7 fasc. ; Écrits spirituels- Textes recueillis et présentés par S.E. Mgr. Garrone, Paris, Grasset, (1960), 326 p. Nous avons bénéficié en outre des précieux souvenirs de Mgr. Martimort, en ces temps bibliothécaire à l’Institut Catholique de Toulouse, et l’un des prêtres résistants qui durent s’exiler. Qu’il veuille bien trouver ici l’expression de remerciements chaleureux de l’auteur. Mgr. Martimort a publié des éléments de témoignage : Le cardinal Saliège et Mgr. Bruno de Solages pendant l’occupation, dans La Croix du Midi, 25 novembre 1984. Nous devons encore à Monsieur le marquis d’Aragon de précieuses informations, sur Mgr. Saliège et le climat de ces années ; qu’il en soit ici remercié. Il a publié l’éloge funèbre de Mgr. Saliège dans le Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, Toulouse, 1959.
Complément bibliographiques : voir article précédent.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search