Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Les enseignements politiques et sociaux de Mgr Saliège archevêque de Toulouse (1934-1939)*

Texte intégral

  • * Extrait des Actes de Colloque d’Aix en Provence de l’A.F.I.P., (I) P.U. Aix-Marseille, 1982.
  • 1 La personnalité de Mgr Saliège a fait l’objet de l’ouvrage de Jean Guitton, Le Cardinal Saliège, Pa (...)

1Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse de 1929 à 1956, devenu célèbre par sa “Lettre“d’août 1942 sur les droits des juifs, a été l’une des personnalités les plus marquantes de l’épiscopat français contemporain. On ne peut, dans le cadre d’une communication, exposer tous les aspects de sa pensée1. Notre propos est seulement de relever les orientations principales de son enseignement pastoral durant ces années où la France glisse de la “crise“à la guerre, des divisions à l’angoisse. Mgr Saliège, professeur devenu évêque, s’est appliqué à enseigner et régir ses ouailles, avec une liberté de pensée et de ton qui dédaignait les modes et les convenances. Les documents essentiels ont été publiés dans la “Semaine catholique de Toulouse”. Les uns prennent la forme de “lettres pastorales“étendues, dans lesquelles la méditation débute par un commentaire religieux qui se prolonge en jugements et préceptes d’ordre social et politique ; d’autres sont imprimes sous le titre “Menus propos”, rédigés en propositions laconiques et percutantes, exprimant au plus juste les sentiments d’un écrivain que ses infirmités contraignent à la concision.

2Cette documentation nous informe à la fois sur les attitudes d’un évêque français, en matière sociale et politique, et sur les orientations catholiques de ce temps, que ce pasteur énergique entend mobiliser, consacrer, diriger.

  • 2 Et aussi, dans sa fameuse lettre pastorale d’août 1942 “France bien-aimée, France qui porte dans la (...)

3Jules Géraud Saliège, né en 1870, a été élevé, comme tous les Français de sa génération, dans l’amour de la Patrie, meurtrie par la défaite, mais unie, au-delà des rivalités politiques, par la certitude de la gloire. Le patriotisme le plus fort lui est si naturel qu’il glorifie une France personnalisée, à la fois soldat de Dieu et guide de l’Humanité2 : “Il est beau le ciel de France. Ils sont nombreux les saints et les saintes que la terre de France a envoyés comme intercesseurs auprès du trône de Dieu… Sous un pareil ciel, comment ne pas avoir confiance” (Menus propos, Semaine Catholique de Toulouse 1939, p. 832). “Quel merveilleux sang que le sang français, sang généreux, chevaleresque et chrétien…” (Menus propos, Semaine Catholique de Toulouse, 10 septembre 1939).

4Ce fils de montagnards, né dans le Cantal, près de Mauriac, garde de ses origines la solidité, le goût du travail, des vertus robustes, le dédain des conventions, le mépris des mièvreries. Tel son contemporain Péguy il aime les humbles, se sent proche d’eux, croit à leurs vertus.

5Ordonné prêtre en 1895, ayant achevé ses études à Saint-Sulpice, sa formation intellectuelle a été marquée par les dominantes d’une époque charnière dans l’histoire de l’Église de France : la politique vaticane du “Ralliement“signifie l’abandon de fidélités inutiles. La fin du système concordataire signifie une Église amoindrie, décapée, libre dans sa pauvreté. L’Église, par l’encyclique Rerum Novarum indique à nouveau les voies chrétiennes de la société économique et sociale. Un jeune clergé (et laïcat) s’intéresse à la justice sociale, aux droits de la personne humaine. Le mouvement s’amplifiera et dérivera jusqu’aux engagements politiques des “abbés démocrates” et du “Sillon” de Marc Sangnier. L’abbé Saliège a gardé de ce mouvement (et beaucoup de futurs évêques ses contemporains), la volonté d’accueillir l’avenir, de christianiser le monde moderne, avec une dilection certaine pour les humbles, les jeunes, les travailleurs manuels.

6Dans l’ordre des préceptes relatifs à la vie sociale et politique, ses enseignements peuvent s’articuler autour d’une volonté de “Présence chrétienne au Monde”, et d’une “Défense des chrétiens“contre les doctrines ennemies.

7Le vocable “présence“vient spontanément pour illustrer la manière dont cet évêque entendait se situer, lui chef et docteur de son peuple chrétien. Il décrit sans aménité, de ses phrases lapidaires, cette société d’une France en décadence, divisée par les passions et les ambitions, atteinte par la crise économique et le chômage, affaiblie par les égoïsmes, menacée par son dur voisin germanique.

8Si la France est malade, c’est d’abord parce qu’elle a voulu s’organiser sans Dieu. Mgr Saliège observe que le peuple de sa jeunesse était encore imprégné de valeurs chrétiennes. Il prend acte des progrès de la déchristianisation -le mot ne l’effraie pas- et de ses effets pernicieux. Sa lettre pastorale du 3 mars 1935 : “Sur ces mots du “Pater“ : “Que votre nom soit sanctifié”, exprime ses vues et sa manière : déduire d’un principe de la vie chrétienne les conséquences logiques dans l’ordre de la vie sociale. Il dénonce les athéisme, athéisme doctrinaire du laïcisme, athéisme pratique de l’égoïsme jouisseur. L’athéisme laïciste a établi ses centres de propagandes, ses “séminaires”. L’évêque résume ce laïcisme en simplifications vengeresses. “Dieu n’existe pas et son nom est vain. Nous n’avons pas besoin de lui pour expliquer l’Univers et l’Homme. Tout ce qui est en nous, toutes les pensées de nos orgueils, de nos sensualités, de nos égoïsmes sont légitimes parce que nécessaires”. L’homme s’est voulu centre de tout, refusant son Créateur et Souverain . Il se condamne, sans Dieu, à la solitude du laisser-aller, de la jouissance, du troupeau, ou à la dictature des régimes totalitaires.

9Quand approche le cataclysme du conflit mondial, l’évêque redouble ses mises en garde :

10 “La religion est nécessaire à l’homme pour vivre sa vie, comme le sabot est nécessaire au cheval pour galoper“… D’où vient la guerre ? L’homme s’est fait Dieu. Il a dit : je me gouvernerai à ma guise, je ferai ma volonté. Et alors, on verra le règne de toutes les vertus, de tous les bonheurs. Cela, on l’a dit, on l’a enseigné. On l’a imprimé… École sans Dieu, État sans Dieu, Pays sans Dieu… Dieu n’existe pas, donc personne n’a le droit de commander à l’homme… on peut faire ce qu ’on veut… Il n’y a plus que le droit du plus fort… ” (Lettre sur l’encyclique de Pie XII, Summi Pontificatus, Semaine Catholique de Toulouse 1939, p. 991).

11Et encore, reprenant pour la combattre, la fameuse apostrophe de Viviani : “Nous avons éteint beaucoup d’étoiles au firmament… L’homme est bon… Laissez le vivre sa vie. Son corps lui appartient…”. Le résultat ? “Les Temps barbares sont revenus parce que les hommes ont cru ces fadaises. Tout le travail qui a été fait contre le christianisme a été fait contre l’homme” (Menus propos sur la Barbarie”, Semaine Catholique de Toulouse, 1939, p. 995).

12Les prescriptions suivent le diagnostic : il faut reconstituer la société à partir de la vraie nature de l’homme. L’Homme trouve en Dieu son origine et sa fin. Nul ne doit prétendre asservir les âmes, qui appartiennent à Dieu seul. “À qui appartiennent les âmes ? À Dieu seul. Nul ne peut les engranger, les domestiquer”. “Ne me touche pas, j’appartiens à César” ; “Ne me touche pas, j’appartiens à Dieu”. Le premier mot est païen, le second, chrétien (Menus propos, Semaine Catholique de Toulouse 1939, p. ). Mgr Saliège oppose volontiers à la volonté de puissance du dictateur, à la soumission de ses fidèles abusés, la vraie liberté de l’homme, qui est projet et image de Dieu. Tout homme a le droit de vivre, et dans la dignité. Les puissances établies doivent respecter les droits de l’homme. Tous les hommes sont frères, créés et rachetés comme une seule famille, et non des étrangers lancés les uns contre les autres.

13En liaison avec ces principes, où l’on perçoit l’écho des “personnalismes”, Saliège rappelle la nécessité d’établir un ordre social juste, non pas tourné vers l’exhumation du passé, mais à réaliser constamment et sans trève, selon les vrais principes chrétiens, d’amour, de justice, de respect de la dignité de chaque homme.

14L’ordre social véritable est celui qui respecte et favorise la famille, menacée par la crise, la montée des égoïsmes. Il souhaite, comme dans les campagnes de sa jeunesse, des familles unies, solides et nombreuses.

15L’ordre social juste est celui qui place l’homme avant le profit. Écrivant dans le contexte de crise économique et de débats idéologiques des années 35, le pasteur formule une sorte de doctrine du Travail (elle-même écho des enseignements des Pères et des docteurs médiévaux) et de la répartition des produits. Il la développe dans sa Lettre pastorale pour le carême, 1939. Sur ces notes du “Pater : Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien” (Semaine Catholique de Toulouse, 1939, p. 189 et suiv.) ; le travail est une dimension nécessaire de la dignité et de l’action de l’homme. Par lui, l’homme coopère à la création. “D’ordinaire, c’est par le travail que les hommes se procurent le pain quotidien, la nourriture nécessaire à la vie, travail qui est une obligation, un honneur, une collaboration à l’œuvre divine. Dans une société bien organisée… chacun devrait pouvoir, par son labeur, assurer sa subsistance et celle des siens. Loin de servir à la spéculation et de grossir par elle, le capital a le devoir d’investir dans les entreprises, et ainsi de favoriser la vie matérielle d’un plus grand nombre d’hommes… La Nature nous est livrée. À nous de la maîtriser, de la dominer, de la faire servir à des fins utiles et vraiment humaines”. On observera au passage l’orientation “volontariste” de ces enseignements ; ils conduisent à une éthique économique qui répudie à la fois l’égoïsme capitaliste et la lutte des classes ; ils proposent l’association des différents acteurs de la création, entrepreneurs et salariés ; ils espèrent le passage du salariat à l’association.

16Bien entendu, la justice sociale implique que chaque travailleur reçoive au moins ce qui est nécessaire pour lui et sa famille, et qu’il soit équitablement protégé contre les risques d’accident, de maladie, de vieillesse. Cette préoccupation de justice s’accompagne d’un souci particulier des pauvres, des humbles, des salariés, d’une attention aux “élites pauvres” des travailleurs et artisans (qui correspond à l’esprit de 1848). L’évêque entend que son clergé “aille aux pauvres”. Il cherche lui-même à les rencontrer, les écouter, les connaître.

17L’appel à une société plus humaine et plus juste, qui concerne tous les aspects de la vie, s’étend évidemment aux relations entre les Nations : elles doivent être fondées, non sur la force et la ruse, mais sur des principes moraux : justice, liberté des peuples et des personnes, respect des traités et des principes du droit naturel.

18Cette présence chrétienne, dont la nécessité est fortement et souvent rappelée au “clergé et aux fidèles de son diocèse”, doit être réalisée par les voies traditionnelles : participation aux sacrements et prières, enseignements du clergé, exemples de la vie et des vertus chrétiennes. Elle doit s’accomplir aussi par le moyen de structures appropriées.

19Mgr Saliège, ancien élève des Frères, défend les Écoles chrétiennes. Il se préoccupe d’assurer leur qualité, leur présence et leur rayonnement. Il en justifie fermement l’existence pour l’Église et pour la Nation :

20 “Le monde sans Dieu est dur à toute vie humaine. Infuser le christianisme au corps social est le grand moyen de lui faire reprendre vie et prospérité… Quel enseignement, mieux que l’enseignement libre travaille par conséquent à la reconstruction de la cité future ? Quel enseignement, mieux que l’enseignement libre, s’efforce de faire des chrétiens vivants ? Quel enseignement donc mérite mieux les sympathies et la générosité de tout catholique, de tout Français. L’enseignement libre doit vivre et se développer… “ (Lettre à l’occasion de la souscription pour l’enseignement libre, Semaine Catholique de Toulouse, 1936, p. 31).

21 Il compte tout particulièrement sur l’Action Catholique spécialisée : selon le choix pastoral fermement établi par Pie XI, et l’épiscopat des années 30, les élites chrétiennes doivent être mobilisées pour animer dans un sens chrétien leur milieu de vie. Telle est bien la ligne d’action de Mgr. Saliège. La Semaine Catholique ne manque aucune occasion d’évoquer et de proposer en exemple l’action des mouvements de jeunesse chrétienne spécialisée. Parmi eux, la]. O.C. porte particulièrement les espoirs et les soutiens de l’évêque. Il sait à quel point les masses ouvrières sont déchristianisées. Pour lui, la faute en retombe en grande partie sur les bourgeois égoïstes et un clergé trop peu attentif. Il fait siens les objectifs des fondateurs de la J.O.C. : des jeunes pleinement ouvriers, solidaires des valeurs de leur milieu, et pleinement chrétiens, vivant leur religion sans crainte, ni restriction. Il cite maintes fois la J.O.C. en exemple (est-ce pour désarmer des critiques ?). Ainsi, dans sa “Lettre” à propos du Congrès International de la J.O.C. de 1938 qui renforcera sa réputation “ouvriériste” (Semaine Catholique de Toulouse, 1938, p. 1043-1044) :

“Chers Jocistes… vous avez fait confiance à la classe ouvrière… Vous avez démontré que la classe ouvrière était capable de prendre ses responsabilités, de donner des chefs, des hommes aptes à diriger et à construire… Votre succès ne m’étonne pas… Il y a une vocation ouvrière… Il y a un plan divin… Vous êtes l’un des miracles contemporains… ”.

22Dans la même ligne de préoccupations, Mgr Saliège encourage un syndicalisme chrétien, conçu comme indépendant à la fois de l’autorité patronale, des factions politiques, et des doctrines anti-chrétiennes. Il justifie les actions syndicales et même les luttes, par le droit des travailleurs à la liberté, à la dignité, à une protection sociale légitime. De tels syndicats sont conçus comme ouvertement chrétiens, sans alignement sur le marxisme, ou allégeance à la C.G.T.

23Les espoirs que nourrit l’archevêque (notamment dans les jeunes), les prémisses, qu’il croit déceler, d’un renouveau chrétien, ne lui dissimulent nullement la montée des périls. Mgr Saliège multiplie les mises en garde qui sont à la fois combats contre les adversaires, et défenses faites aux chrétiens de se laisser gagner par des enseignements pernicieux.

24On peut passer vite sur les condamnations qui corroborent les positions habituelles de l’Église : condamnation du laïcisme, du naturalisme, de l’Action Française (vis-à-vis de ce dernier mouvement, la Semaine Catholique exprime par le rappel des consignes répressives, une vigilance sans faiblesse ; puis la réconciliation sera signalée par la publication des documents échangés, suivie de deux lignes sèches).

25De plus ample portée doctrinale sont les condamnations du capitalisme libéral, du communisme marxiste et du nazisme.

26 Pour ce qui est du capitalisme libéral, Mgr Saliège lui reproche son matérialisme intrinsèque, impliquant oubli de Dieu, développement de l’égoïsme et du laxisme moral ; il lui reproche aussi, dans la ligne de Rerum novarum, de traiter le travail comme une simple marchandise, sans souci des besoins et de la dignité du salarié. Dans le contexte de la crise économique, il l’accuse encore de favoriser le chômage par la concurrence effrénée, d’aggraver les inégalités par la concentration des richesses, de désespérer les travailleurs par la précarité de leur condition. D’autre part, Mgr Saliège fait écho à la retentissante condamnation par Pie XI, dans son encyclique Divini Redemptoris, du communisme marxiste comme intrinsèquement pervers. Dans sa lettre pastorale sur cette encyclique, Mgr Saliège reprend en le résumant l’enseignement pontifical : le communisme est par nature athée et matérialiste ; il nie Dieu ; considère la religion comme aliénation destinée à disparaître avec le progrès des lumières ; il ne conçoit l’homme que comme producteur ; selon cette doctrine, l’histoire n’est que l’expression de la lutte des classes, ce qui exclut les principes moraux constants, expression du plan de Dieu sur l’humanité ; les comportements dans chaque société ne seraient que le reflet des intérêts de ceux qui maîtrisent le pouvoir. Mgr Saliège observe que le communisme est semeur de haine partout où il a pu s’affirmer et dominer (Russie, Mexique, Espagne) ; il traite le christianisme en ennemi (Semaine Catholique de Toulouse, 1937, p. 426).

27On doit compléter cette prise de position fort nette par l’observation qu’elle accompagne la condamnation pontificale, et ne la précède pas ; par le fait aussi que les critiques à l’égard de Staline, associé à Hitler comme deux “duettistes” anglants se multiplieront en 1939, surtout après la publication du pacte germano-soviétique, prodrome tragique de la guerre mondiale. Il faut observer enfin que la condamnation doctrinale du communisme s’accompagne de l’attention pastorale aux communistes. Dans la même lettre pastorale, Mgr Saliège analyse le processus de diffusion du communisme dans les termes suivants, qu’il vaut mieux citer de crainte de les déformer par un résumé : “Pour beaucoup, le communisme c’est la doctrine qui est pour l’ouvrier, pour la justice, pour la paix, contre la tyrannie des puissances d ’argent, contre les abus du capitalisme, contre le fascisme. Pour nombre d’ouvriers, le communisme, c’est cela et ce n’est que cela… La rapide diffusion du communisme s’explique par l’éblouissement des promesses et la part de vérité qu’il contient : amélioration du sort des classes laborieuses, suppression des abus réels provoqués par l’économie libérale, répartition plus équitable des richesses : ce sont là des objectifs parfaitement légitimes. Le communisme s’en sert comme autant de moyens pour faire pénétrer son influence dans tous les milieux sociaux. Il cache la brutalité repoussante et inhumaine de sa doctrine et de ses méthodes, en même temps que, par le mythe d’un paradis terrestre, il crée dans les masses populaires, chez lesquelles le sentiment est si puissant, un état d’âme qui les porte à ne voir en lui, et quoi qu’il fasse, que le défenseur de leurs droits et de leurs libertés”. (Lettre pastorale au sujet de l’encyclique “Divini Redemptoris”, Semaine Catholique de Toulouse, 1937, n° du 2 mai, p. 426).

28L’autre adversaire est l’hitlérisme, maintes fois dénoncé explicitement par Mgr Saliège, pris à parti dans chaque livraison de la Semaine Catholique, tantôt pour la nocivité de la doctrine, tantôt pour les actes de ses promoteurs. Dans cette hostilité constante de Mgr Saliège, se rencontrent la réaction du patriote contre un germanisme peu apprécié, celle de l’évêque attentif aux avanies subies par l’Église en Allemagne, celle d’un libéral allergique à toute dictature, celle d’un chrétien fervent contre un “néo-paganisme”.

29Il condamne dans le nazisme la volonté de constituer un État absolutiste, totalitaire, de réduire les Églises à l’exercice des cultes ; la prétention de mobiliser les consciences, et notamment celles des jeunes par un monopole scolaire. Il est significatif que les conflits entre l’Église, le fascisme, le nazisme à propos des mouvements de jeunes soient fréquemment évoqués.

30Il condamne dans le nazisme la glorification de l’Allemagne, hypostasiée comme une nouvelle divinité, la propagande insidieuse ou spectaculaire, les cérémonies de masses, tout ce qui absorbe les personnes, aliène les libre-arbitres par l’intégration dans un collectif culturel. Il condamne la brutalité, la mauvaise foi, le mépris des faibles.

31Il condamne le racisme, comme conduisant à des attitudes inhumaines vis-à-vis des non-aryens, des juifs, au mépris de la dignité et de l’égalité des hommes. “L’Église croit à l’égalité fondamentale de tous les hommes et elle agit en conséquence… Le racisme brise l’unité humaine, met dans un sang qu’on croit privilégié une valeur surhumaine, qui, à une religion d’amour substitue une religion de haine, de valeur cruelle, inhumaine, une religion sans Dieu personnel” (Lettre pastorale de carême sur ces notes du “Pater” ‟Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, Semaine Catholique de Toulouse, 1939, p. 189 et suiv.). Et lorsque le crescendo des tensions internationales débouche, en septembre 1939 sur l’agression contre la Pologne et la guerre, l’archevêque dénonce avec une vigueur renouvelée Hitler et Staline, les responsables de la tornade qui déchire l’humanité.

32Devant le cataclysme, l’ancien combattant appelle à la défense de la Patrie et de l’humanité, et soutient de ses vœux le succès des armes de la France. Mais il ne se fait guère d’illusions sur les risques de l’avenir immédiat ; dans ses écrits transparaît la perception de la catastrophe imminente. Il attend sans regret la fin d’une époque facile, des illusions et du confort. Il prévoit les souffrances. Il interprétera la défaite de juin 1940 comme le châtiment des erreurs, des lâchetés, la punition d’une Nation qui s’est écartée de Dieu et des vertus des pères.

33Mais il veut aussi regarder au-delà de ce court terme crucifiant. Il espère que l’humanité sera décantée par l’épreuve du paganisme stalinien et du paganisme hitlérien ; il espère que le choc recommencé des nations aveugles débouchera, cette fois-ci, vers une paix solide, par l’entente des peuples, dans le respect de leurs diversités. Il essaie de “discerner les lentes dérives de l’humanité”, pour inciter les chrétiens à évangéliser le monde en devenir.

34L’examen de ces enseignements pourrait se prolonger par mainte piste ; dans l’ordre de la genèse de sa pensée, il est évident que les préoccupations premières du pasteur suivent les lignes de l’actualité : attention primordiale d’abord aux éléments de crise de la société française (1935-1937), dénonciation des périls ensuite. Il apparaît que les interventions de Mgr. Saliège qui ont modelé sa célébrité (lettre sur les juifs d’août 1942, accueil des réformes sociales en 1944-1945), ne sont que la mise en action, en présence des circonstances, d’une pensée constituée et exprimée depuis longtemps. N’est-il pas septuagénaire en 1940 ?

35Au niveau du contenu même de sa pensée et de ses origines, il serait trop long de tenter de démêler les nourritures multiples, de saint Augustin à saint Thomas et Ozanam -qui ont pu contribuer à la formation d’une doctrine unifiée par une robuste foi catholique, et la vigueur d’un caractère abrupt.

36Ces enseignements me paraissent refléter le moment privilégié du “temps de Pie XI” ; temps d’une symphonie bien accordée entre les orientations d’un Pontife énergique, les directives d’un épiscopat déférent, et l’activité des chrétiens qui ont “pris les commandes” du laïcat, dans les années 30, par l’Action Catholique spécialisée.

37La volonté de présence au “monde moderne” (non sans foucades contre les “passéistes” et les “bourgeois”), s’articulait alors avec une fidélité absolue au centre romain et à la Tradition catholique. Dans la lignée des pontifes médiévaux, c’est en vertu de sa mission religieuse primordiale, que l’évêque intervient dans “le politique“pour dire les devoirs des chrétiens et les appeler à la “Cité de Dieu”.

Notes

1 La personnalité de Mgr Saliège a fait l’objet de l’ouvrage de Jean Guitton, Le Cardinal Saliège, Paris, Grasset, 1957, 330 p., et de la biographie plus courte de L. Vie, Le cardinal Saliège, archevêque de Toulouse, 1870-1956, Toulouse, La Semaine Catholique, 1956, 142 p.. La période vient de faire l’objet d’une importante étude, malheureusement inédite de Mgr J. Chansou, Sous l’épiscopat du cardinal Saliège – 1929-1956, contribution à l’histoire du diocèse de Toulouse, s.1, s.d., 265 p., ronéot. On doit mentionner plusieurs publications partielles de ses œuvres : Témoignage, Paris, éd. Témoignage chrétien (1944), 183 p. ; Un évêque français sous l’Occupation – Extrait des mémoires de S.E. Mgr Saliège (Paris), Éd.. Ouvrières (1945), 168 p. ; Les “Menus propos” du cardinal Saliège, Toulouse, l’Équipe, s.d., 7 fasc. ; Écrits spirituels. Textes recueillis et présentés par S.E. Mgr Garrone, Paris, Grasset (1960), 326 p. La réalisation de la présente étude a été facilitée par le mémoire de recherches de Melle B. de Gary, La pensée politique et sociale de Mgr Saliège d’après les écrits de la Semaine Catholique entre 1934 et 1940, I.E.P., Toulouse, 1980 ; que son auteur veuille bien trouver ici nos remerciements.
Compléments bibliographiques :
G. Cholvy et Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, 3 (depuis 1930), Toulouse, Privat, 1989. Jq. Duquesne, Les catholiques français sous l’Occupation, nelle éd., Seuil, 1996. E. Fouilloux, Les chrétiens français entre crise et Libération, 1937-1947 , Paris, Seuil, 1997. M. Cointet, L’Église sous Vichy. La repentance en question, Paris, Le Grand Livre du Mois, 1999. J. L. Clément, Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, 1929-1956, Paris, Beauchesne, 1994, 426 p. (thèse de doctorat soutenue le 23 juin 1990, devant l’Université de Paris IV, compte-rendu de soutenance dans Ann. Midi, t. 103, n° 196, octobre-décembre 1991, p. 511-513 ; dans Foi et vie de l’Église au diocèse de Toulouse, 2 sept. 1990, p. 340-341 ; dans Archistra, automne 1990, p. 75-76). L’auteur qui n’a pas connu nos propres contributions aboutit à des conclusions voisines.

2 Et aussi, dans sa fameuse lettre pastorale d’août 1942 “France bien-aimée, France qui porte dans la conscience de tous les enfants la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces erreurs… “On peut se reporter au fascicule2 – Le Français des Menus propos du Cardinal Saliège, Toulouse (s.d.).

Notes de fin

* Extrait des Actes de Colloque d’Aix en Provence de l’A.F.I.P., (I) P.U. Aix-Marseille, 1982.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search