Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

L’encyclique Divini Redemptoris condamnant le communisme athée devant la Presse toulousaine1 (Mars-Avril 1937) 2

Texte intégral

  • 1 Extrait des Actes de colloque de Bastia (avril 1984) de l’Association Française des historiens des (...)
  • 2 Orientation bibliographique :
    La bibliographie proposée en tête de l’article précédent doit être com (...)

1Le destin de cette lettre du Pape Pie XI est singulier : lors de sa publication, elle a été saluée par les publicistes de tendances diverses comme le “zénith” de la doctrine sociale de l’église, comme l’acte principal de ce pontificat si bien rempli. Ce document illustre a glissé ensuite dans un silence proche de l’oubli.

2Notre propos, dans le cadre de la présente rencontre, est d’examiner comment cette condamnation intégrale et rigoureuse du marxisme par le chef de la Chrétienté a été reçue et répercutée par la presse d’une grande cité méridionale. Cette recherche dépasse le cadre de l’histoire locale : Toulouse, cité passée à la gauche depuis la fin du XIXème siècle, compte aussi une droite traditionnelle, minoritaire mais convaincue. Le principal quotidien, la Dépêche du Midi, radical-socialiste, est reconnu, à juste titre, comme l’un des plus influents et des mieux rédigés de la presse de province. L’archevêque, Mgr. Saliège deviendra célèbre par ses prises de position contre le racisme nazi en 1942. Il s’est déjà imposé, par sa forte personnalité, dans son diocèse et dans l’épiscopat. Les manifestations toulousaines de l’accueil -ou de refus- de la condamnation, comparées à celles de la presse parisienne au même moment, nous fourniront une certaine “coupe” des opinions françaises.

  • 1 Pie XI s’est montré, dès les premiers mois de la terrible guerre civile en Espagne, très sensible a (...)

3Cette encyclique, en préparation depuis plusieurs mois, était publiée dans des circonstances qui en renforçaient l’impact : la dictature stalinienne s’affermissait en U.R.S.S. ; la guerre civile en Espagne entraînait de terribles répressions que le pape relève avec une particulière vigueur : “Là où, comme en Notre Chère Espagne, le fléau communiste n’aurait pas eu le temps encore de faire sentir tous les effets de ses théories, il s’est déchaîné, hélas ! avec une violence plus furieuse. La fureur communiste ne s’est pas contentée de tuer des évêques et des milliers de prêtres, de religieux et de religieuses… Mais elle fit un nombre beaucoup plus grand de victimes parmi les laïcs de toute classe, qui… sont massacrés en masse pour le seul fait d’être bons chrétiens ou du moins opposés à l’athéisme communiste…”1.

4Pour ce qui est de la France, les événements de 1935-1936 ont révélé une importante progression du communisme, particulièrement chez les jeunes (le paragraphe 17 de l’encyclique, qui décrit les formes diversifiées de la propagande communiste pourrait avoir été rédigé en relation avec cette situation).

5Les communistes ont décidé, de rechercher des alliés, en vue de constituer ce front “antifasciste” qui devient, à partir de 1935, leur objectif premier. La fameuse politique de la “main tendue” est inaugurée par Maurice Thorez, secrétaire général du P. C. dans son discours retentissant du 18 avril 1936 (en pleine campagne électorale) : “Nous te tendons la main, catholique, ouvrier, employé, artisan, paysan, nous qui sommes des laïcs, parce que tu es notre frère, et que tu es, comme nous, accablé des mêmes soucis…”. Bien des catholiques militants, ouvriers, intellectuels, prêtres même, se révèlent sensibles aux séductions communistes.

  • 2 Cf. dans le Figaro du 17 mars 1937, interview de l’abbé Bergey, ancien député de la Gironde : il s’ (...)

6La coalition de Front populaire a rencontré un accueil hostile ou réservé de la plupart des catholiques français, mais leur aile gauche est sensible aux espérances de progrès social qu’il propose. Le chef du gouvernement, Léon Blum, dans un interview à l’hebdomadaire Sept, juge une collaboration des catholiques possible et souhaitable (19 février 1937). Cet épisode suscitera de vives controverses2.

7Ainsi, le problème des relations avec le marxisme se trouvait posé aux catholiques, aux militants, au clergé. Dans ce contexte, les Français, publicistes ou simples lecteurs de l’encyclique, n’ont pas manqué de chercher dans ce document, à la fois le rappel des principes doctrinaux bien connus, et les références transparentes à la situation de 1936-1937. Pour ce qui est de Toulouse, la situation de la presse conduit à distinguer les journaux politiques (Express du Midi, Dépêche du Midi, Midi Socialiste), et les publications religieuses, La Croix du Midi, et La Semaine Catholique.

  • 3 Son tirage était de l’ordre de 25 000 exemplaires à cette époque, bien supérieur à celui de la Croi (...)

8L’Express du Midi, quotidien de bon ton, est le porte-parole des hommes et courants “de droite”, minoritaires certes à Toulouse, “ville rouge” et dans la Haute-Garonne. Beaucoup de catholiques figurent dans sa clientèle3. Il ne manque pas de communiquer des informations religieuses, et de défendre la religion (et l’ordre, la famille et la patrie) contre les offensives de gauche.

9L’importance du document romain est bien perçue par le quotidien : le numéro du 20 mars porte en première page un article de Gaston Guèze qui accueille et commente l’encyclique. Il indique d’abord sa portée condamnatoire, et souligne qu’il n’était pas inutile de rafraîchir la mémoire de certains chrétiens abusés : “Dans l’encyclique dont-elle vient d’ordonner la publication, Sa Sainteté Pie XI ne se contente pas de condamner le communisme, ce qui pourrait paraître superflu s’il n’y avait pas un certain nombre d’esprits paradoxaux, chagrins ou illuminés, dont la sympathie pour tout ce qui vient des partis de gauche est faite seulement de leur désir de paraître affranchi des “préjugés” de droite et qui passent leur temps à chercher -bien que cela soit le plus souvent difficile à trouver- dans les avances, les discours et les actes des hommes de gauche, fussent-ils communistes, des analogies, fussent-elles lointaines, avec les prescriptions de la doctrine chrétienne. Une importante partie de l’encyclique est donc consacrée à montrer ce que la doctrine communiste et le matérialisme sur lequel elle est fondée ont au contraire d’opposés, non seulement à la doctrine catholique, mais à la conception que nous devons nous faire de l’origine, de la nature et de la fin de l’État, ainsi que des droits de la personne humaine, de sa dignité et de sa liberté. Le pape déclare : “le communisme “intrinsèquement pervers” et précise, en conséquence, “que l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation”. Le Saint-Père invite fermement les catholiques à lutter contre le communisme, à en démasquer les embûches. Les prêtres doivent être au premier rang de l’action, et, avec eux l’Action catholique et les divers organismes sociaux et professionnels catholiques”.

  • 4 Ces expressions sévères ne doivent pas surprendre. Il n’est pas inutile de rappeler, en présence de (...)

10L’éditorialiste ne manque pas de relever que le pape s’adresse avec une “sollicitude paternelle“à tous ses fils égarés attirés par les séductions communistes. Il retient aussi les passages de l’encyclique dans lesquels le souverain pontife s’interroge sur les causes de cette funeste séduction communiste, certes “le faux idéal de justice et d’égalité“que le marxisme sait faire miroiter aux yeux des masses, mais aussi les abus indéniables dont les ouvriers ont été victimes, leur désir légitime d’une répartition plus juste des biens, les méfaits d’une économie libérale, soucieuse seulement de profit, et qui abandonne à leur sort ouvriers et pauvres. “Ces méfaits dénoncés par la Tour du Pin sont réprouvés par tous ses disciples qui malheureusement restent en France, éloignés du pouvoir”. Le publiciste s’inspire encore de l’encyclique en observant que “le Patronat a des devoirs qui ne sont pas tous inscrits dans la loi. Chaque fois qu’il y manque, il fait plus pour la propagande communiste que la plupart des batteurs d’estrade dont un peuple aussi matériellement favorisé que le peuple français est plutôt porté à dénoncer les sophismes“4.

  • 5 L’étude de la “réception” de l’encyclique Divini Redemptoris par la presse quotidienne parisienne e (...)

11L’auteur se fait enfin l’écho de l’appel de Pie XI à une véritable conversion : “Mais il y a aussi chacun de nous (comme responsable de la diffusion du communisme). En demandant aux catholiques de participer, chacun en ce qui le concerne à un renouvellement de la vie chrétienne, ce n’est pas seulement la vertu de l’exemple que Pie XI les a engagé à multiplier ; c’est un certain égoïsme qu’il leur demande d’abdiquer”. Une telle méditation sur la responsabilité personnelle n’est point courante dans la littérature journalistique sur l’encyclique5.

12L ’Express comporte un autre article à propos de l’encyclique Divini Redemptoris, imprimé au numéro du 7 avril, p. 1, col. 7. Il est signé de Jean Clastre et présenté sous le titre “La main tendue aux catholiques”. L’auteur indique que la fameuse initiative de Maurice Thorez n’est que l’application pour la France d’une directive de l’Internationale Communiste : au 6ème congrès, réuni à Moscou en juillet-août 1935 une motion a été votée à l’unanimité, imposant aux communistes de s’infiltrer dans toutes les organisations créées par les partis “bourgeois démocrates”, et dans les groupements religieux, afin de travailler dans ces organismes “à l’établissement d’un large front unique de toutes les organisations non fascistes de masse de la jeunesse”. Le tournant est amorcé par une campagne d’affiches, en France, dès décembre 1935. Elles portent le titre “Vive l’union de la jeunesse française”. Les communistes déclarent “n’éprouver aucun ressentiment envers les jeunes ouvriers chrétiens”. Le 1er juin 1936, lors de la célébration triomphale du cinquantenaire de l’A.C.J.F. au Parc des Princes, des jeunes communistes portaient aux environs des banderoles, ou collaient des affiches portant l’invitation : “Nous te tendons la main…”.

13Or, pendant que les communistes s’efforcent ainsi de séduire les ouvriers catholiques, leurs sentiments véritables vis-à-vis de la religion chrétienne sont démontrés, observe l’auteur, par leur comportement lorsqu’ils détiennent le pouvoir, en U.R.S.S., au Mexique, en Espagne. En outre, les avanies ou les violences qu’ils font subir aux jocistes sont un signe de leur duplicité (il évoque des agressions récentes en Seine-et-Oise). Il achève en montrant que le pape avait bien vu et dénoncé la manœuvre, non seulement dans l’encyclique même, tout à fait explicite, mais dans des actes antérieurs, en particuliers, l’allocution du 14 septembre 1936 à cinq cent réfugiés espagnols : “C’est pour nous un devoir de mettre tout le monde en garde contre le piège grâce auquel les hérauts des forces subversives cherchaient à créer quelques possibilités de rapprochement des catholiques pour obtenir quelque collaboration de leur part”.

  • 6 Numéros du 22 mars (fin de la p. 2, une demi-colonne) ; du 23 mars (deux colonnes à la une et en se (...)

14C’est par la voie de ces deux articles -guère plus de trois cent lignes-que l’Express du Midi fait connaître à ses lecteur cette encyclique Divini Redemptoris. Puis l’actualité emporte l’attention vers tant d’autres problèmes : au plan des informations religieuses, on relève à partir du 22 mars les échos de l’encyclique Mit Brennender Sorge destinée à l’Allemagne, dans laquelle le pape se plaint vivement des violations du concordat par le IIIe Reich, et condamne les excès du nazisme6. L’Express du Midi commente avec sévérité les comportements de l’Allemagne hitlérienne. Tant d’informations et tant d’inquiétudes assaillent de toute part les Français : conflits sociaux, retard dans la réalisation de l’Exposition Universelle, difficultés financières (qui vont conduire bientôt à la chute du gouvernement Blum), violence dans la rue (les incidents sanglants de Clichy soulèvent les passions) ; enfin, en toile de fond, le réarmement allemand et la guerre d’Espagne, prodromes d’une nouvelle conflagration générale.

15Le “message” du quotidien toulousain est proche de celui de ses homologues parisiens de tendance modérée (tels Le Figaro). L’encyclique est vite connue et brièvement commentée, la condamnation du communisme par l’Église, une nouvelle fois, va si bien de soi, pour l’Express du Midi qu’elle ne suscite pas de longs commentaires : on souligne seulement que l’enseignement du pape doit mettre fin à la dérive de divers responsables catholiques vers le communisme. Ajoutons que le rédacteur de l’Express du Midi rend compte des invitations pontificales à mieux vivre selon les exigences de la doctrine sociale de l’Église.

  • 7 “La suprématie de “la Dépêche du Midi“dans tout le Sud-Ouest prenait en 1939 presque figure de mono (...)
  • 8 Cette courtoisie du rédacteur de la revue de presse, dans La Semaine Catholique (28 mars, p. 308) v (...)

16L’autre quotidien de Toulouse est La Dépêche du Midi, fondée en 1870, devenue l’un des principaux journaux de province, et l’un des piliers du radical-socialisme7. La rédaction ne se dégage que lentement de l’anticléricalisme virulent qui l’avait animée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. L’encyclique Divini Redemptoris est presque absente : dans le numéro du 23 mars 1937, un bref article en p. 2, 6ème colonne, à propos de l’encyclique “Sur la situation de l’Église en Allemagne“porte aussi le sous-titre : “L’Église rejette avec la même force les doctrines communistes et racistes”. L’auteur résume en quelques lignes l’encyclique Mit Brennender Sorge et ajoute que la publication coup sur coup des deux encycliques montre comment le Vatican juge les deux tendances qui entendent se partager le monde : “Du communisme, l’Église rejette et condamne tout ce qui est doctrine matérialiste, prétention d’amener sur terre un monde meilleur par des moyens exclusivement matériels. Mais elle oppose à cette théorie une doctrine sociale dans laquelle sont précisés les devoirs de l’État à l’égard des travailleurs, et les droits de ceux-ci en matière de salaire, assurance, liberté d’association… etc. Cette doctrine extrêmement sévère à l’égard du capitalisme n’a rien à envier aux programmes les plus avancés”. Ces lignes succinctes8 vaudront à La Dépêche une mention courtoise de La Semaine Catholique, organe de l’archevêché (n° du 28 mars, p. 308) “Des journaux radicaux comme La Dépêche ont publié une analyse sommaire, mais objective”.

  • 9 Le Midi Socialiste déclare tirer à 18 000 exemplaires, mais sa diffusion était en réalité plus faib (...)

17Bien plus combatif est l’accueil de l’autre quotidien, Le Midi Socialiste, organe des “rouges” de la région depuis 19069. La condamnation pontificale de toute collaboration avec les communistes atteignait le Front Populaire au moment où il tentait de s’élargir vers des catholiques. Ce désaveu était d’autant plus douloureux pour les socialistes que la presse de droite ne manque pas de souligner la vigueur des directives pontificales. L’aigreur des ripostes socialistes traduit la déception, et manifeste un anticléricalisme profond, un temps masqué par les desseins électoraux et les opportunités gouvernementales.

  • 10 Le gouvernement avait envoyé Mme Brunschwig sous-secrétaire d’État à l’Éducation Nationale en missi (...)

18L’attaque la plus violente et aussi la plus maladroite est imprimée la première. Une chronique sur deux colonnes (au numéro du 21 mars, signée Léon Hudelle) ouvre le feu, sous le titre méprisant : “Vaticaneries”. Le contenu du document pontifical est expédié en quelques mots “une encyclique contre le communisme et d’une particulière vigueur… avec le communisme le pape stigmatise la doctrine de Marx”. Suivant une méthode assez courante dans ce quotidien toulousain, l’auteur construit sa critique à partir de l’article d’un autre journal, ici l’Ère nouvelle, de tendance radicale. Ce dernier écrit s’interrogeait ironiquement sur ce que pouvaient penser de la condamnation socialistes et communistes ; il ne manquait pas de rappeler perfidement les avances discrètes faites aux catholiques : “Léon Blum récemment présent à la réception du nonce apostolique à Paris… Mme Brunschwig… laquelle s’inclinait récemment aux pieds du Saint Père…”10 La réponse vient fort froide -englobant les radicaux dans la désapprobation. Pour Léon Blum, pour les socialistes et les communistes, ils pensent, comme l’Ère nouvelle, sans doute, que l’encyclique est un “acte de courtisanerie à l’égard de M. Mussolini”.

19Cette accusation, que l’on trouve sous la plume de journalistes parisiens, s’accompagne chez notre Toulousain d’une critique de fond de la condamnation du marxisme doctrinal. À l’Express du Midi, “qui prétend que le marxisme est contraire à la doctrine catholique”, il répartit “qu’il ne faut pas confondre la doctrine catholique avec l’enseignement et l’esprit de l’enseignement du Christ”. L’éloge du marxisme qui “poursuit la libération et l’émancipation des travailleurs, dénonce et veut abolir les excès de l’organisation sociale actuelle”, se conclut sur une condamnation globale du catholicisme et de l’encyclique en particulier “qui prouve péremptoirement que le catholicisme se complaît -par intérêt sans doute-à l’esclavage et à l’exploitation de la majorité des hommes au profit d’une poignée d’autres hommes. Nous le savions depuis longtemps !”, l’indignation du chroniqueur est à son comble ” et dire après cela qu’un curé a le toupet de s’étonner par T.S.F. que le peuple laborieux se détache de la religion”.

  • 11 L’U.S.R. (Union Socialiste Républicaine) groupe les socialistes non marxistes ; elle se situe à dro (...)

20Le lendemain, (22 mars) Le Midi Socialiste, dans une chronique anonyme, revient sur les remous provoqués par l’encyclique dans les cercles politique français, (p. 2). En réponse à l’Écho de Paris qui en tirait des conséquences pratiques évidentes : “Blum collaborant avec les communistes, aucun catholique même de “Sept“ne peut le soutenir”, le Midi Socialiste se lance à son tour ironiquement dans la course aux excommunications : “les radicaux collaborent avec Léon Blum qui collabore avec les communistes et l’U.S.R. collaborant avec les radicaux, lesquels collaborent avec Léon Blum qui collabore avec les communistes ne valent donc pas mieux que ces derniers, on pourrait allonger encore la chaîne”11 ; et d’essayer pour conclure de transformer en bulletin de victoire cette condamnation “preuve que même les ouvriers catholiques font passer -et ils ont bien raison- le pain du corps avant le pain de l’âme”.

21Le quotidien local utilise en outre, en p. 2, l’article d’André Leroux paru la veille dans Le Populaire de Paris. Le titre donne le ton : “Encyclique fasciste et politique internationale du Vatican”. écartant en quelques lignes le contenu philosophique et théologique de l’encyclique “qui n’apporte à cet égard rien de nouveau”, le chroniqueur se place résolument au plan des rapports internationaux “l’importance de l’encyclique doit être cherchée dans le domaine de la politique extérieure”. Sur deux colonnes l’auteur s’efforce de prouver que cette intervention du Vatican a “des buts précis qui coïncident pratiquement avec ceux que poursuivent Mussolini et Hitler”. La “croisade anticommuniste”, proclamée selon lui par l’encyclique, arrive, “au même moment où Hitler et Mussolini se sont mis à la tête de cette croisade” ; elle ne peut que contribuer à diviser l’Europe et “trouver à l’intérieur des pays démocratiques des appuis pour affaiblir ou paralyser leur résistance”.

22Il accuse le pape d’empêcher “l’union… autour de la défense de certaines libertés“en assurant “à Mussolini et à Hitler la neutralité bénévole et la complicité d’une partie au moins des catholiques”, sans doute ceux qui obéiraient au Saint Père… Leroux n’hésite pas pour parfaire sa démonstration à utiliser un passage de l’adversaire traditionnel, l Écho de Paris en reprenant quelques lignes de M. de Kerillis qui dans “un des ses rares moments de lucidité”, accusait les Allemands de viser derrière le communisme, la Russie et derrière celle-ci la France seule capable de contrecarrer leurs plans”.

  • 12 La gauche française n’a pas pardonné au chancelier d’Autriche, Dollfuss, ni aux démocrates chrétien (...)

23L’auteur va parfaire sa démonstration en accusant le Vatican de travailler en Pologne “contre la Russie et contre le pacte oriental”, en Autriche contre tout rapprochement avec la Petite Entente, “en un mot d’encourager“par tous les moyens l’exclusion de la Russie du concert Européen. La faveur du Vatican pour “les principes corporatifs bien connus et sagement interprétés“lui paraît bien entendu suspect de renforcer l’autorité des fascistes : “sagesse qui consiste dans l’écrasement par tous les moyens -dans le sang s’il le faut comme à Vienne12- des organisations syndicales libres”. Si le Vatican demande aussi aux États d’empêcher une propagande athée, “car il ne saurait y avoir d’autorité sur la terre si l’autorité de la majesté divine est méconnue, c’est que les “espoirs de Restauration” sont ranimés par la poussée fasciste” et que le pape en est arrivé “à nouveau à invoquer le bras séculier de l’État contre les hérétiques…”.

24C’est au nom de la morale chrétienne que le polémiste poursuit l’offensive contre le Vatican, accusé de livrer au paganisme l’âme de la jeunesse italienne “pour le plat de lentille de son concordat”, de “faciliter la victoire du fascisme en participant à l’écrasement du mouvement ouvrier et socialiste”. Rien de bon ne saurait sortir de tout cela : “Si nous avons une seconde guerre mondiale, c’est parce que le Vatican a trahi par haine réactionnaire les valeurs essentielles qui avaient fait la grandeur de la première prédication chrétienne” ; et de parfaire la démonstration en reprochant au pape d’aider à faire du peuple italien assagi “une nation militaire” et d’avoir, “pour laisser la voie libre à Hitler” provoqué en Allemagne la rupture du Centre catholique avec les socialistes.

  • 13 Le publiciste affirme “nous dénonçons, non pas en sectaire, mais au nom des intérêts supérieurs de (...)

25La diatribe s’achève par un bilan insolent : “jamais peut-être pape de l’Histoire n’avait accumulé sur son chemin tant de ruines et de sang versé, Vienne, l’Espagne, et peut-être demain la guerre mondiale”13.

  • 14 Le ton modéré de la chronique du 23 mars fait contraste avec la vigueur des diatribes précédentes e (...)

26Le silence serait peut-être retombé rapidement sur ce texte pontifical gênant, si la condamnation des théories nationales-socialistes n’était venue inciter les journalistes de tout bord à souligner le parallélisme des deux condamnations. Le dernier texte est présenté le 23 mars sous le titre “le pape condamne le racisme” ; cette fois ce ne sont plus des allusions mais un résumé d’une vingtaine de lignes propres à éclairer pleinement les lecteurs du Midi socialiste. D’un ton mesuré, la chronique réunit les deux documents pontificaux comme propres à indiquer “clairement quelle position l’Église a entre deux tendances politique qui, à l’heure actuelle, prétendent se partager le monde”, le sous-titre de l’article insistait sur la similitude des textes “l’Église condamne avec la même force les doctrines communiste et raciste”. Au commentaire détaillé de la dernière condamnation, le chroniqueur ajoute à peine une allusion assez brève et fort édulcorée de la première encyclique “du communisme, l’Église rejette et condamne tout ce qui est doctrine matérialiste, prétention d’amener sur terre un monde meilleur par les moyens purement matériels”14.

  • 15 La Semaine catholique (28 mars 1937, p. 309) repousse “les insultes du Populaire”, et observe : “An (...)

27Les éditions des jours suivants se bornent à rapporter les difficultés religieuses qui se multiplient en Allemagne jusqu’au samedi 30 avril où l’irascible André Leroux reprend ses accusations : L’antibolchévisme du pape est “une trahison à l’égard de l’Europe et de la paix”. Ce sont les catholiques allemands qui ont assuré le triomphe d’Hitler et ce dernier applique maintenant aux catholiques allemands “les méthodes que le Vatican l’a aidé à appliquer contre les marxistes” et de conclure : “tu l’as voulu, Georges Dandin… ”. Ces attaques, tantôt lourdes invectives dans le droit fil de la Calotte, tantôt insinuations malveillantes, montrent que pour le Midi socialiste, les décisions pontificales sont dictées seulement par le désir de puissance et l’esprit de réaction anti-démocratique. Pour les socialistes toulousains, rien de bon ne peut sortir du Vatican. Ces diatribes socialistes susciteront de vives répliques dans la presse parisienne ou locale15.

  • 16 La Croix du Midi relevait du groupe de “La Presse régionale”. Elle était liée au Télégramme, quotid (...)

28La Croix du Midi s’est présentée, depuis son premier numéro, en mai 1895, comme un organe catholique ; elle est devenue indépendante de la Croix de Paris, et rayonne, à son tour, sur plusieurs départements16.

  • 17 Numéro du 3 janvier, cite le passage du message de Noël de Pie XI : les violences de la révolution (...)

29L’attitude générale de la Croix du Midi est caractérisée par sa vigilance dans la défense du catholicisme. On y relève des mentions ou articles sévères pour les révolutionnaires espagnols17, des lignes qui dénoncent les menées anticléricales. L’hebdomadaire est attentif aux efforts du président du Conseil, Léon Blum, pour ménager les catholiques. Sous le titre : M. Léon Blum et les catholiques, un article du 28 février (p. 1, col. 4) observe que le leader socialiste a évité, dans sa politique, tout anticléricalisme “combiste”. Il s’est fait représenter officiellement au Te Deum chanté à Notre-Dame-de-Paris pour l’anniversaire de l’avènement de Pie XI au souverain pontificat ; mieux, il s’est rendu lui-même, accompagné d’un ministre et de deux secrétaires d’État, à la réception donnée à cette occasion à la nonciature. Il a envoyé Mme Brunsweig, secrétaire d’état, au Vatican, pour transmettre les vœux du gouvernement français pour le rétablissement du pape. Ces avances ne manquent pas d’irriter les anticléricaux tandis que la presse de droite dénoncera la “manœuvre”. Enfin notre auteur (qui signe Alceste) souligne l’importance de l’interview accordée à l’hebdomadaire Sept, dirigé par les dominicains de Juvisy ; cet entretien, dans lequel le chef du gouvernement juge possible et souhaitable une collaboration des catholiques avec le Front Populaire, avait suscité quelque fièvre dans les milieux catholiques, comme l’on a vu plus haut ; la publication de l’encyclique, qui condamnait toute collaboration avec le communisme, parut à bien des contemporains la réponse adéquate et solennelle.

30La Croix du Midi donne bien entendu une importance de tout premier plan à l’instruction pontificale. Le numéro daté du dimanche 21 mars (dont la composition étant vraisemblablement achevée avant que l’événement ne soit connu) annonce seulement cette parution sous le titre “Une encyclique du pape contre le communisme athée”. Le contenu du résumé officiel (signalé plus haut) est condensé en une quarantaine de lignes : “encyclique très importante sur le grave péril du communisme athée, qui constitue une menace terrible pour tous les peuples”. La rédaction prévient les lecteurs que le numéro en reprendra l’étude.

  • 18 Le paragraphe 73 de l’encyclique invite “l’État chrétien“à aider l’Église dans ses tâches de “const (...)

31De fait, le numéro du dimanche 28 mars donne la vedette au Souverain Pontife : la première page, à côté d’une grande photo de Pie XI, porte le gros titre “Le Souverain Pontife publie deux importantes encyclique”. L’article du C. Martel, qui suit, en colonne 2 et 3, glorifie le Saint Père en termes enthousiastes : “Pie XI, notre glorieux Pontife suprême, continue à étonner le monde par la netteté de ses interventions à tous les carrefours de la pensée et de l’histoire humaine. Cette semaine, deux magnifiques encycliques, sorties de sa main que la maladie ne réussit pas à appesantir, répondent à deux questions angoissantes, l’une pour les catholiques d’Allemagne, l’autre pour les catholiques du monde entier… Ces deux importants documents seront une source de lumière pour les hommes de bonne foi appartenant à toute confession“… L’encyclique Divini Redemptoris sur le communisme bolchevique et athée “aura dans les sphères politiques et sociales, un retentissement plus grand encore que celui de Quadragesimo Anno… L’exposé des doctrines communistes… Le rappel de la doctrine de l’Église… L’énumération des puissants remèdes… Qu’elle offre à la société si elle ne veut pas tomber dans le bolchevisme destructeur, tout cela est exposé avec une précision scientifique, une propriété des termes et une objectivité qui forcent l’admiration“… La rédaction annonce la publication intégrale du texte de l’encyclique dans ses colonnes, et invite les lecteurs à remarquer particulièrement les paragraphes 8 à 12, décrivant les doctrines communistes, 15 à 18 sur les différentes causes de leur “diffusion terrifiante”, 20, sur les horreurs du communisme en Espagne, 46-48, sur la charité chrétienne, remède aux mains qui favorisent le communisme. Le rédacteur ajoute : “les derniers alinéas contiennent de fraternelles et pressantes monitions. Les plus importantes sont celles adressées aux ouvriers catholiques (paragraphe 70) et celle aux États chrétiens dont les devoirs actuels sont énoncés avec une grande charité et une douce autorité”18.

32L’auteur met ensuite en lumière les caractères de l’autre encyclique (sous-titre “Contre l’hitlérisme”) : l’encyclique aux évêques d’Allemagne sur la situation de l’Église catholique dans le IIIe Reich, datée à Rome le 14 mars, a été lue sans doute dans toutes les églises catholiques d’Allemagne, le dimanche 21 mars. Il annonce qu’un résumé très substantiel avec citation des principaux passages sera publié par la Croix du Midi elle-même. Le document comprend trois parties : la première reproche au gouvernement hitlérien les violations nombreuses du concordat qu’il a commises. La seconde, les points doctrinaux les plus méconnus par la mystique national socialiste ; là sont condamnés le racisme et le nationalisme absolu… ; la troisième partie invite les catholiques allemands au courage et implore la miséricorde divine.

  • 19 En réalité, les deux textes ne sont pas complètement symétriques : l’un ne concerne qu’un pays ; l’ (...)

33La présentation symétrique des deux encycliques exprime le dessein (qui sera celui de la hiérarchie catholique en France) de montrer que Rome se méfie également du nazisme et du communisme. La fin de l’article souligne ce point de vue, sous le sous-titre significatif “Heureuse conjonction“ : “Nous avions remarqué déjà que les différents discours ou actes antérieurs du Saint Siège condamnant le communisme anti-chrétien signalaient en même temps la nocivité du paganisme national-socialiste. Pareillement, les deux documents solennels parus cette semaine se répondent et se complètent. Ils indiquent clairement quelle position l’Église prend entre les deux mystiques qui, à l’heure actuelle, prétendent se partager le monde ou plutôt se le disputent. C’est la position d’une sereine impartialité opposant à l’une et l’autre des tendances abusives l’esprit de justice, de charité et de liberté de l’Évangile…19

34La Croix du Midi va consacrer, dès ce numéro du 28 mars et dans les numéros des semaines suivante (4 avril, 11 avril et 18 avril), de nombreuses colonnes à la publication du texte intégral de cette longue encyclique. Elle débute par un bref texte de présentation qui en souligne l’importance concrète “L’importance des enseignements rappelés par le Souverain Pontife… réside aussi dans la nature particulièrement grave de la situation actuelle religieuse et sociale à la fois, et dans le devoir qui s’impose aux catholiques sincères de lutter contre le terrible fléau qu’est le communisme athée. Pour le combattre, il faut le connaître… Connaissant mieux la doctrine de l’Église, nous aurons à cœur d’employer les remèdes et les moyens qui nous sont indiqués par le Souverain Pontife..

35Il est hors de question, évidemment, de citer à nouveau ce long document qui a été publié aussi, dans son intégralité par La Croix (de Paris) et les Croix des départements, ainsi que par plusieurs éditeurs. Les lecteurs de ces publications, des millions de personnes peut-être, ont pu prendre connaissance du contenu de ce “message”, que nous avons résumé plus haut. Ils ont pu lire l’analyse et la condamnation des bases philosophiques du marxisme, le matérialisme historique, les développements sévères sur les ruines et persécutions en Russie, au Mexique, en Espagne. Ils ont pu enregistrer le diagnostic pontifical sur les causes de la diffusion du communisme, les invitations très pressantes adressées aux forces chrétiennes à se mobiliser pour le combattre, l’interdiction formelle de toute collaboration avec lui, le salut aux ouvriers catholiques, le rappel des enseignements de l’Église sur les droits et devoirs sociaux.

36Il n’est pas indifférent d’observer quels passages du texte sont publiés en caractère gras, pour ranimer l’attention des lecteurs au milieu d’un ouvrage complexe : il en est ainsi du paragraphe 43, invitant ceux qui ne sont que des “catholiques de nom”, à se comporter selon les exigences chrétiennes dans toutes les dimensions de leur vie ; du paragraphe 58 : “Veillez, vénérables frères, à ce que les fidèles ne se laissent pas tromper. Le communisme est intrinsèquement pervers et l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui…” ; De même, sont imprimés en caractère gras le paragraphe 65, relatif à L’Action Catholique et à son intervention pour porter la lumière de la vérité et soulager les détresses matérielles et spirituelles “… Moyen le plus apte pour préserver des embûches communistes ces fils bien-aimés (les ouvriers)”. Le paragraphe 80 (appel à “ceux de nos fils qui sont atteints déjà ou presque du mal communiste”) et l’invocation finale à Saint-Joseph, ouvrier et pauvre, sont imprimés aussi en caractère gras. La typographie met donc l’accent, et sur la mission pastorale en direction du monde ouvrier, et sur la perversion fondamentale du communisme et l’interdiction de toute collaboration.

  • 20 Publié chez Plon, en 1937, dans la collection “Présences”, sous la direction de Daniel Rops, avec l (...)

37Le problème de l’attitude pratique des catholiques devant le communisme préoccupe particulièrement La Croix du Midi, comme bien des Français à cette époque. Il est abordé à nouveau dans le numéro du 2 mai, en première page, sous le titre : Le communisme devant le christianisme : “Le problème si grave que le communisme pose aux chrétiens a trouvé sa solution dans les réponses si explicites qu’ont prononcé les chefs de l’Église… Mais est- il sûr que le grand public catholique… ait fait un effort suffisant pour approfondir les données de cette délicate question ? On entend souvent dire dans certains milieux : “les communistes tendent la main aux catholiques. Faut-il la refuser ? Pourquoi opposer pareille mauvaise volonté à des hommes qui assurément n’ont pas notre foi, mais veulent un monde meilleur, une organisation économique plus juste, qu’attendons-nous pour collaborer ?”. “À cette question, qui montre la séduction exercée sur les catholiques par la “main tendue communiste”, l’éditorialiste, André Servan répond que “de telles phrases témoignent d’une complète ignorance des principes mêmes de l’Église”. Il invite à lire et méditer l’ouvrage qui vient d’être élaboré par un groupe d’intellectuels catholiques. “Le communisme et les chrétiens”. L’homme communiste n’est pas l’homme catholique20.

38En comparant le contenu de La Croix du Midi, à ceux des principaux quotidiens de la presse parisienne, que nous avons examinés dans une étude récente, nous pouvons conclure que notre hebdomadaire toulousain répercute d’une manière particulièrement fidèle la substance des enseignements du pape, sans assourdir la fermeté ni la portée des condamnations (tentation immédiate des catholiques de gauche) sans réduire la sévérité des critiques pontificales contre certains comportements du patronat, même catholique (tentation inverse). On ne relève pas, dans la Croix du Midi les traces de cette irritation contre la droite catholique que l’on peut observer dans le même temps, dans l’Aube, et même dans certains articles de la Croix (de Paris). La sensibilité se place au centre, la fidélité à Rome est absolue.

  • 21 La Semaine Catholique de Toulouse, fondée en 1861, a été dirigée par l’abbé Albouy qui en fait dona (...)

39L’autre hebdomadaire religieux de Toulouse “La Semaine Catholique“ témoigne d’un tempérament plus affirmé. Cette publication, essentiellement lue par le clergé, vit sous l’autorité de l’énergique archevêque, Mgr. Saliège, contient ses écrits, et exprime ses directives21. On peut résumer le comportement de la Semaine catholique envers l’encyclique Divini Redemptoris en trois termes : Accueil réfléchi du texte pontifical ; rééquilibrage de son contenu dans le sens d’une pastorale ouvrière ; suspicion contre l’anticommunisme de droite.

  • 22 Semaine Catholique de Toulouse, n° 13, 28 mars 1938, p. 304. “Sa Sainteté Pie XI vient de publier d (...)

40Il va de soi qu’une publication ecclésiale devait réserver une place de choix à l’accueil du texte du Souverain Pontife. Il est présent d’abord dans le numéro du 28 mars 1937, dans la rubrique : “Nouvelles Romaines”, et sous le titre : “Deux Encycliques de S.S. Pie XI”. Les lignes de présentation soulignent le parallélisme entre les deux actes, manifestant ce désir de la hiérarchie de situer l’Église à égale distance des deux dangers : communisme et nazisme22. Le fascicule publie un résumé substantiel de chacune des encycliques.

41Pour Divini Redemptoris, il reproduit, avec quelques coupures le résumé publié au Vatican le 18 mars (communiqué par les correspondants de presse, et utilisé par la presse parisienne dès le 19 mars ; il avait été publié intégralement par la Croix de Paris, L’Aube, Le Figaro ; des extraits plus ou moins complets figuraient à la une de divers quotidiens de droite ou du centre). Ce résumé qui lui-même condense ou cite le texte intégral de l’encyclique, débute par une définition de la base philosophique du communisme, le matérialisme historique, et souligne fortement son incompatibilité avec les principes chrétiens : “Cette doctrine enseigne qu’il n’existe qu’une seule réalité, la matière, avec ses forces aveugles. La plante, l’animal, l’homme sont le résultat de son évolution. De même, la société humaine n’est pas autre chose qu’une apparence ou une force de la matière qui évolue selon ses lois… Dans une telle doctrine, c’est évident, il n’existe pas de différence entre l’esprit et la matière, ni entre l’âme et le corps. Il n’y a pas survivance de l’âme après la mort, et par conséquent, nulle espérance d’une autre vie. La religion est appelée l’opium du peuple et combattue par tous les moyens”.

42Bien entendu, le pape condamne fermement ce système “opposé à la Raison comme à la Révélation divine, doctrine subversive de l’ordre social… Qui méconnaît la véritable nature et la fin de l’État ainsi que les droits de la personne humaine, sa dignité et sa liberté”.

  • 23 “Qu’un système aussi ouvertement erroné ait pu avoir une lamentable diffusion, cela est du à un fau (...)
  • 24 “Elle garde toujours l’équilibre de la justice et de la vérité. Elle réclame la juste mesure dans l (...)

43Puis le résumé (et l’encyclique) posent le problème des causes de la diffusion “d’un système aussi ouvertement erroné : l’exploitation adroite de l’idéal populaire de justice et d’égalité, les abus de l’économie libérale23. La seconde partie du résumé, présentée aux lecteurs sous le titre “La doctrine de l’Église et ses bienfaits”, indique les orientations principales des enseignements de l’Église en soulignant leurs caractères de mesure et d’équilibre, “à égale distance de l’erreur extrême, de l’exagération des partis ou des systèmes qui s’y attachent“… Conciliant “les droits et les devoirs de tous, l’autorité et la liberté, la personnalité humaine du subordonné avec l’origine divine du pouvoir…”24.

44La troisième partie (Remèdes et moyens) invite les catholiques au détachement des biens terrestres, à la pratique de la charité et de la justice sociale : “l’ouvrier ne doit pas recevoir à titre d’aumône ce qui lui revient en justice”. La pape invite les prêtres à se trouver au premier rang du combat contre le communisme, avec le soutien de l’Action Catholique. Le document comporte la fameuse définition : “Le communisme est intrinsèquement pervers et l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne”. Il comporte aussi l’appel (qui constitue le paragraphe 80) à ceux de nos fils qui sont déjà atteints, ou presque, du mal communiste”, les exhortait “à abandonner la voie glissante qui les entraîne tous à une immense catastrophe”. Ajoutons que cet article de fond comporte en seconde partie l’analyse détaillée de l’encyclique “sur l’Allemagne et le racisme”, et l’évocation de l’impression profonde qu’elle a causée dans le monde.

45Cette diffusion du résumé de l’encyclique est complétée au numéro du 25 avril par une “Lettre pastorale de Mgr. l’archevêque de Toulouse au clergé et aux fidèles de son diocèse au sujet de l’encyclique Divini Redemptoris”. L’éminent prélat avait coutume d’enseigner ses diocésains par des lettres étendues consacrées aux dimensions religieuses et sociales de l’actualité.

  • 25 Mgr. Saliège, qui avait été professeur de philosophie, résume avec pertinence et mesure le système (...)

46En l’espèce, il recompose, pour ses diocésains, avec son style dense et coloré, les amples périodes du document pontifical. Pour le communisme “Il n’y a que matière et mouvement… L’homme ne fait pas exception : son esprit n’est qu’un reflet de la matière… Dieu n’est pas, l’âme spirituelle immortelle non plus… À la mort, l’esprit se dissout avec la matière ; l’homme n’a pas de nature stable, tout ce qui est en lui est perpétuel mouvement25… Rien de fixe, rien de stable, donc la famille et le mariage soumis eux aussi à ce devenir. La morale, c’est ce qui est utile à un moment donné. La religion, expression d’un état économique disparaîtra avec cet été économique, et parce qu’elle affirme l’absolu, elle est le grand ennemi du communisme, avec lequel elle ne peut ni pactiser, ni collaborer…”.

47Mgr. Saliège poursuit, sur les thèmes des paragraphes 19 à 23 de l’encyclique, par ces termes sévères, “Le communisme est semeur de haine ; partout où il a pu s’affirmer et dominer, il a fait couler des fleuves de sang. En Russie, en Espagne, au Mexique, sans aucun souci de la vie et de la dignité de l’homme ; et cela avec une haine, une barbarie, une sauvagerie qu’on n’aurait pas crues possibles en notre temps. Il a été partout un ferment de guerre civile, de ces guerres civiles qui sont plus atroces que les guerres entre nations. L’homme sans Dieu devient un fauve. Nier la paternité divine, c’est tuer la fraternité humaine”.

  • 26 “L’homme est une personne qui s’appartient, il est doté du droit à la vie, à l’intégrité du corps, (...)

48Puis l’archevêque expose, en face de l’athéisme négateur les principes chrétiens, en insistant sur leur dimension humaniste26 et la dignité des travailleurs : “Le christianisme reconnaît… La grandeur du travail matériel productif. Il présente au monde un Dieu… ouvrier manuel… Il divinise le travail. Il préconise la lutte contre tout ce qui est la source de toute guerre… à savoir l’égoïsme… La haine qui s’allume si aisément dans les poitrines humaines… Lutte qui est l’agent le plus actif du progrès social aussi bien qu’individuel..

49Il reprend l’interrogation sur les causes de la rapide diffusion du communisme en insistant sur l’habileté du communisme à mettre en avant des revendications justifiées et des promesses attrayantes, en dissimulant “la brutalité repoussante et inhumaine de sa doctrine et de ses méthodes”. Avec force, il observe que ressort puissant est le mythe d’un paradis terrestre qui enchante les masses populaires et les entraîne à la suite du Parti.

  • 27 “La richesse n’est pas un but, elle est un moyen… La charité chrétienne… nous apprend à voir Jésus (...)

50Il continue, suivant le plan de l’encyclique, par l’énumération des remèdes proposés : “Le Saint Père n’hésite pas : le remède fondamental, c’est le renouveau de la vie chrétienne… Ne s’affirmant pas seulement dans les pratiques cultuelles, mais dans toute l’activité humaine, professionnelle et civique, ce qui implique le détachement des richesses, l’esprit de charité et de justice sociale, que les patrons doivent suivre dans le “domaine du travail, de l’industrie ou de la profession”27. L’application des enseignements sociaux de l’Église suppose qu’ils soient connus “Que les éducateurs chrétiens prennent de plus en plus conscience de leur redoutable responsabilité”. “Quel remède encore ? Le Saint Père indique l’Action catholique, sous la forme non équivoque des mouvements spécialisés… Les Semaines Sociales pour répandre largement par la parole et par la plume les principes fondamentaux qui doivent servir à la construction d’un ordre social chrétien“… La mention expresse des mouvements spécialisés, par un évêque qui les soutient et promeut, celle des Semaines Sociales, dont il apprécie les orientations, ne sont pont dues au hasard.

  • 28 Ils ont reçu une mission très noble et très ardue… Ce sont eux qui doivent ramener à l’Église et à (...)

51Il est de même significatif que Mgr. Saliège -soutien énergique de la J.O.C.– reprenne intégralement à l’adresse de ses diocésains, l’appel de Pie XI aux ouvriers catholiques28.

52Les préférences de Mgr. Saliège se révèlent aussi par ce qu’il passe sous silence. Il ne fait point allusion aux mouvements de dérive vers le communisme de beaucoup de chrétiens engagés, auquel le paragraphe 80 de l’encyclique faisait allusion (l’évêque ne pouvait évidemment ignorer le problème, amplement discuté dans la Presse). Il fait silence sur les passages de l’encyclique relatifs au devoirs des États de lutter contre la propagande communiste. C’est qu’il souhaite, comme beaucoup de responsables ecclésiastiques français, concourir à un certain rééquilibrage de l’impact de cette encyclique, accueillie et acclamée avant tout comme condamnation du communisme et de toute collaboration avec lui.

53Nous avons déjà relevé la volonté de montrer que l’Église n’est pas moins hostile au nazisme qu’au marxisme. Relevons aussi la distinction très nette faite par Mgr. Saliège entre la doctrine et les personnes communistes elles-mêmes. Tel est le passage final de la lettre pastorale à ses diocésains, et non le moins important : “L’encyclique s’attaque aux erreurs, non pas aux personnes. Il y a une incontestable générosité chez les communistes de bonne foi. Puissions-nous la redresser par notre sens de la justice, par notre amour du prochain, par notre intelligence des enseignements de l’Église”.

54Ce thème de la compréhension nécessaire vis-à-vis des ouvriers communistes, de leurs idéaux, de leurs luttes, nous le retrouvons dans une autre instruction de l’archevêque, publié quelques jours plus tard (le 2 mai 1937), destinée, elle, au seul clergé, et dans laquelle les orientations pastorales apparaissent plus clairement : “Le langage du Souverain Pontife est très clair .. Aimons vraiment et à nos dépens. Reconnaissons loyalement que pour beaucoup, le communisme, c’est la doctrine qui est pour l’ouvrier, pour la justice, pour la paix, contre la tyrannie des puissances d’argent, contre les abus du capitalisme, contre le fascisme. Pour beaucoup d’ouvriers, le communisme, c’est cela, et ce n’est que cela”.

  • 29 Le même numéro de la Semaine Catholique porte, p. 426, une lettre de Mgr. Saliège aux syndicats chr (...)

55“Essayons de comprendre, de nous mettre à la place, de bien voir la part de vérité qui se mêle à l’erreur, puis de révéler quel est le vrai visage du communisme et de montrer que la doctrine catholique sociale est capable de résoudre les problèmes angoissants de l’heure présente”. Ainsi, l’action critique passe en seconde étape. De même, l’accent est mis sur le dynamisme de l’Action Catholique, et non sur les condamnations : “Ne soyons pas des négatifs“… Dans un “menu propos” (20 juin 1937), Mgr. Saliège, revient sous une autre forme à ses préférences : “Les causes du communisme sont bien connues : d’une part, le laïcisme, l’irréligion, d’autre part, les injustices sociales. Combattre le communisme, c’est lutter contre les causes qui lui ont donné naissance”. Il ajoute que la J.O.C. et la L.O.C. ont une action positive, “parce qu’elles visent à un renouveau chrétien, à une révolution par l’intérieur d’abord… Parce qu’elles mettent l’homme au-dessus de l’argent”29.

  • 30 Cette directive, bien caractéristique du tempérament de l’évêque et de ses préventions contre la “d (...)

56Cette glorification des ouvriers catholiques (d’autant plus appuyée que ces mouvements n’avaient pas trop bonne presse à droite) a pour pendant les traits lancés contre cette droite (les “bien-pensants”), qui agace visiblement le prélat. On les relève d’abord dans la lettre pastorale de l’Archevêque à son clergé, du 2 mai 1937, contenant les consignes qu’il donne à propos de l’application de “Divini Redemptoris’’ : “ne soyons pas des négatifs, comme la plupart des journalistes bien pensants qui n’ont vu dans l’encyclique Divini Redemptoris qu’une condamnation et ont fait un silence impressionnant sur sa partie constructive, en particulier, sur les remèdes que recommande le pape pour vaincre le mal30.

  • 31 Ce communiqué avait été publié le 29 avril (l’Aube, le Figaro, L’Écho de Pans… etc.) En l’espèce, l (...)

57La Semaine Catholique exprime aussi sa sympathie, de manière discrète, mais indubitable, aux organes de presse catholiques de gauche : on relève au numéro du 28 mai, p. 555-556 une allusion favorable à l’hebdomadaire Sept, vivement critiqué à droite comme inclinant à la collaboration avec le Front populaire (et qui disparaîtra bientôt sur injonction de Rome). L’organe de l’archevêché se fait également l’écho (9 mai, p. 450-451) d’un long communiqué du Cardinal Verdier : l’archevêque de Paris, pour mettre fin à des controverses, interdisait aux laïcs (en fait, à la Fédération Nationale Catholique) “de s’ériger systématiquement en censeurs de leurs frères, et ce qui est pire, de les condamner au lieu et place de la hiérarchie“31.

58Enfin, la défiance de Mgr. Saliège se marque vis-à-vis de l’anticommunisme politique (qui avait les préférences de la majorité des catholiques de ce temps). “On préfère les méthodes plus brillantes et moins efficaces. On veut faire front”. Son irritation se révèle dans la fin de cette lettre à son clergé : “… La J.O.C. et la L.O. C… . Font beaucoup plus pour supprimer les causes du communisme que les journaux ou hebdomadaires qui font suivre leurs articles de violence de contes immoraux et d’annonces pernicieuses, et qui combattent le communisme en propageant l’immoralité. Quel est donc le public qui alimente sa pensée et sa vertu à Candide ou à Gringoire et autres de ce genre. Ce public ne peut faire que le succès grandissant du communisme”. L’instruction épiscopale destinée à l’application de Divini Redemptoris s’achevait de telle sorte que le clergé diocésain ne pouvait plus ignorer (s’il les ignorait encore !) les sentiments de son chef vis-à-vis de la droite “dure”.

59Nous avons dû, dans les pages précédentes, suivre le cheminement des différentes rédactions, au risque de redites, afin d’apprécier les diverses attitudes devant l’encyclique et d’observer sans criblage les réactions des intervenants. Il convient maintenant de dégager les lignes de forces de ces communications de la presse toulousaine, en les comparant aux comportements des quotidiens nationaux.

60La publication de l’encyclique condamnant le communisme athée a fait choc : la presse que lisent les catholiques, l’Express du Midi, la Croix du midi, marquent l’importance de l’événement et saluent avec respect le Souverain Pontife. Ce dernier périodique, comme les Croix de Paris et des départements prolonge l’effet de l’information en publiant le texte intégral, sur quatre numéros hebdomadaires. L’encyclique retient particulièrement l’attention des catholiques engagés. Plusieurs mentions lui sont consacrées, dans la Croix du Midi. Les catholiques de cette génération resteront marqués par le souvenir de cette condamnation. L’archevêque de Toulouse rédige à son sujet deux Lettres pastorales. Dans le camp opposé, la virulence des réactions socialistes montre que l’intervention romaine atteignait profondément les sensibilités du “Front populaire”. Mais la masse des méridionaux, lecteurs de la seule Dépêche du Midi, plus que discrète sur l’événement, ont pu l’ignorer. Même l’Express du Midi n’en parle pas longtemps. Est-ce conscience que la condamnation était si bien conforme à la nature du catholicisme qu’il n’était pas besoin d’insister ? Les quotidiens parisiens insistent plus nettement. De toute manière, la logique même de l’information quotidienne conduit à ce que les sujets se succèdent et s’envolent. À Toulouse comme à Paris, tant d’inquiétudes surgissent chaque matin : polémiques de presse, procès scandaleux, difficultés économiques, conflits sociaux, menaces hitlériennes, guerre d’Espagne. Du point de vue catholique même, les difficultés entre le Vatican et le IIIe Reich passent au premier plan.

61La tonalité de l’accueil fait à l’encyclique souligne le prestige de la papauté et l’importance reconnue à son rôle international : l’extrême-gauche les déplore ; les radicaux les constatent ; les catholiques et la droite les acclament. La réception, immédiate et déférente, peut recouvrir, chez les catholiques, des sentiments divers, de l’enthousiasme à la déception. La centralisation romaine est à son zénith dans l’Église. Le souvenir de la condamnation de l’Action Française (1926-1927) et de la situation d’excommuniés faite à ses fidèles est dans les esprits. Chaque commentateur catholique s’appliquera à couvrir son argumentation de l’autorité du Pape (fut-elle sollicitée en des sens divergents).

62Cette révérence unanime vis-à-vis de l’autorité pontificale recouvre de profondes divisions ; les oppositions “droite-gauche“atteignent aussi les catholiques, et sous-tendent les accueils diversifiés des instructions pontificales. Il est certain que les catholiques les plus nombreux ont retenu d’abord de l’encyclique la condamnation sans appel du communisme intrinsèquement pervers dans ses doctrines et ses actions. Cette attitude, qui est celle de la majorité des quotidiens parisiens se reflète aussi dans l’Express du Midi et la Croix du Midi, avec, dans l’un et l’autre, le complément de la doctrine chrétienne de la charité et de la justice sociale. Les textes de la Semaine catholique, rédigés ou inspirés par Mgr. Saliège, ajoutant une dimension nouvelle : primauté de l’apostolat ouvrier, glorification de l’Action catholique, refus d’un anticommunisme “défensif”. En réalité, les sensibilités et les positions politiques des catholiques divergent sur bien des points : l’Espagne, la Défense Nationale, le Front populaire, les politiques économiques. La Fédération Nationale Catholique et les mouvements spécialisés d’Action catholique ne cohabitent pas sans réticences. Les controverses, voire les polémiques sont prêtes à jaillir.

63Il n’est pas indifférent d’observer que les positions de Mgr. Saliège rencontrent celles du cardinal-archevêque de Paris, celles qu’exprimeront l’Aube, les pp. jésuites des Études, et le P. Merklen dans La Croix. Ainsi se pose la question, qui mériterait une étude particulière, de l’attitude de la hiérarchie catholique vis-à-vis du problème global du communisme.

Notes

1 Pie XI s’est montré, dès les premiers mois de la terrible guerre civile en Espagne, très sensible aux souffrances des catholiques, et attentif à toutes les violences contre les églises, les religieux, les fidèles (allocution du 14 septembre 1936, radio-message au 14 décembre 1936).

2 Cf. dans le Figaro du 17 mars 1937, interview de l’abbé Bergey, ancien député de la Gironde : il s’interroge sur le point de savoir qui est le véritable Léon Blum, celui de Sept ou le leader du Front Populaire, aux côtés de Thorez et Marty. L’Écho de Paris, dans son numéro du 20 mars, conclut de l’encyclique : “Blum collaborant avec les communistes, aucun catholique, même de Sept ne peut le soutenir”. Philippe Henriot dans Jeunesse 37 (mars 1937) écrit : “Sept n’a pas à aller demander à M. Blum s’il croit possible la collaboration des catholiques avec le Front Populaire. C’est le pape, le vrai, qui a déclaré que cette collaboration n’était pas possible”. La France catholique, organe de la Fédération Nationale Catholique, alors solidement implantée en France, s’en prend vigoureusement à Sept (n° du 20 mars). Il est possible que le P. Bernardet, responsable de Sept ait obtenu l’aval du cardinal Verdier et du nonce à Paris avant de publier l’interview : cf. A. Coutrot, Un courant de la pensée catholique : l’hebdomadaire “Sept”, Paris, Cerf, 1961.

3 Son tirage était de l’ordre de 25 000 exemplaires à cette époque, bien supérieur à celui de la Croix du Midi et de la Semaine catholique mais faisant pauvre figure à côté des 260 000 exemplaires quotidiens de la Dépêche du Midi.

4 Ces expressions sévères ne doivent pas surprendre. Il n’est pas inutile de rappeler, en présence de simplifications erronées, que la droite catholique a conservé une tradition de méfiance vis-à-vis du capitalisme libéral, et d’autre part, que les grandes fortunes capitalistes (banque, industrie, commerce) appartiennent rarement à des catholiques convaincus (mis à par le cas du Nord).

5 L’étude de la “réception” de l’encyclique Divini Redemptoris par la presse quotidienne parisienne en mars 1937 fait l’objet d’un article séparé, rédigé en mémoire de notre collègue Pierre Montané de la Roque, et qui prend place dans le volume que l’Université des Sciences Sociales de Toulouse prépare en l’honneur de ce maître trop tôt disparu. Il est évident que la condamnation du communisme a été accueillie avec satisfaction par la presse de droite ou du centre. Les publicistes appartenant à la “gauche du Christ” (l’équipe de l’Aube, le P. Merklen dans la Croix) accuseront globalement cette droite de n’avoir pas retenu les enseignements positifs du pape, ce qui est inexact vis-à-vis de plusieurs quotidiens importants (Figaro, Écho de Paris, Le Jour, Le Matin). Ces publicistes de la gauche catholique tombent en partie dans le défaut qu’ils reprochent à leurs adversaires : loin de s’appliquer a prendre pour eux les admonestations du pape vis-à-vis de ceux que tente le communisme, ils s’appliqueront à assourdir la portée des condamnations romaines.

6 Numéros du 22 mars (fin de la p. 2, une demi-colonne) ; du 23 mars (deux colonnes à la une et en seconde page), du 24 mars, p. 2, du 28 mars, p. 1. Le nombre de lignes consacrées dans l’Express à l’encyclique destinée au IIIe Reich est sensiblement supérieur à ce qui avait été consacré à Divini Redemptoris, et se répartit sur plus d’une semaine. Le quotidien cite également la lettre de Pie XI à l’épiscopat du Mexique (28 mars, p. 2). L’attention donnée aux démêlés entre le Vatican et le IIIe Reich est un signe, parmi d’autres, de l’inquiétude de la droite toulousaine (et française) vis-à-vis de la politique du IIIe Reich.

7 “La suprématie de “la Dépêche du Midi“dans tout le Sud-Ouest prenait en 1939 presque figure de monopole” (Histoire Générale de la Presse Française, tome III, p. 606). Son tirage est estimé à 260 000 exemplaires. Sur l’histoire de ce quotidien : H. Lerner, La Dépêche journal de la démocratie. Contribution à l’histoire du radicalisme en France sous la IIIe République, Toulouse, Univ. du Mirail, A. t. 35,1978.

8 Cette courtoisie du rédacteur de la revue de presse, dans La Semaine Catholique (28 mars, p. 308) vis-à-vis de la Dépêche du Midi et de l’Ère Nouvelle, de tendances voisines (… “Malgré des critiques superficielles reconnaît : c’est là un acte important étant donné l’influence de l’Église dans le monde”) est à mettre en parallèle avec l’acrimonie dont fera preuve Mgr. Saliège vis-à-vis de la presse de la droite “dure” (voir plus bas).

9 Le Midi Socialiste déclare tirer à 18 000 exemplaires, mais sa diffusion était en réalité plus faible (de 6 000 à 12 000 exemplaires).

10 Le gouvernement avait envoyé Mme Brunschwig sous-secrétaire d’État à l’Éducation Nationale en mission auprès du pape. Ces gestes de courtoisie sont accueillis avec scepticisme par la droite et la majorité des catholiques. La Documentation catholique dans son numéro du 18 août 1936, observe que 25 membres du gouvernement sur 35 appartiennent à la Franc-maçonnerie.

11 L’U.S.R. (Union Socialiste Républicaine) groupe les socialistes non marxistes ; elle se situe à droite de la S.F.I.O., et à gauche des radicaux selon la typologie politique française. Elle compte 26 députés dans la Chambre élue en 1936 et participe à l’alliance et au gouvernement du Front populaire. Paul Boncour en est la principale personnalité. M. Déat et P. Ramadier appartiennent aussi à l’U.S.R. à cette époque.

12 La gauche française n’a pas pardonné au chancelier d’Autriche, Dollfuss, ni aux démocrates chrétiens la sévère répression du soulèvement socialiste de février 1934. Assassiné par les nazis quelques mois plus tard, il avait été remplacé par Schusnigg. L’Autriche vivait depuis mai 1934 sous une constitution mi-autoritaire, mi-corporatiste comme “État chrétien allemand”. L’historien catholique G. Goyau (modéré) considère, en sens opposé, que le pape, en invitant les gouvernants chrétiens à employer les moyens légaux de répression contre la subversion, a justifié cette politique de Dollfuss, critiquée par les catholiques de gauche (Figaro, 20 mars 1937).

13 Le publiciste affirme “nous dénonçons, non pas en sectaire, mais au nom des intérêts supérieurs de l’Humanité menacée par le paganisme”. La violence du ton n’est que plus significative de la vigueur des passions politiques et des rancunes.

14 Le ton modéré de la chronique du 23 mars fait contraste avec la vigueur des diatribes précédentes et ultérieures. Il s’agit vraisemblablement de la transcription d’un texte neutre de ton émanant d’une agence de presse. On le trouve à peu près dans les mêmes termes dans La Dépêche du Midi du 23 mars, p. 2, 6e colonne. L’affirmation “du communisme, l’Église rejette et condamne tout ce qui est doctrine matérialiste“… est quelque peu restrictive. Une telle rédaction pouvait laisser le lecteur juger que d’autres aspects du communisme étaient conciliables avec le catholicisme. Le texte même de l’encyclique est plus extensif et plus rigoureux.

15 La Semaine catholique (28 mars 1937, p. 309) repousse “les insultes du Populaire”, et observe : “André Leroux fait des réflexions odieuses qui prouvent simplement son sectarisme“… ; ces observations reproduisent celles de La Croix (de Paris) du 20 mars, dernière page. Quant à l’Action Française, après avoir observé que les communistes tiennent avant tout à garder le contact “avec les ouvriers catholiques qu’ils se flattent d’avoir enrôlés“… elle prend au collet André Leroux : “… Au Populaire, on s’est souvenu que le socialisme orthodoxe ne faisait qu’un avec le communisme scientifique de Marx et on a violemment réagi… La réponse a été directe et même grossière. Blum peut négocier avec les catholiques, envoyer des ambassadrices à Rome et mobiliser les autorités religieuses pour son emprunt (allusion à l’appel du Cardinal Verdier en faveur de l’emprunt de Défense Nationale), son journal est revenu d’un bond au langage des petits journaux anticléricaux de sous-préfecture contemporains des Combes et de Pelletan (21 mars 1937, p. 1, col. 3).

16 La Croix du Midi relevait du groupe de “La Presse régionale”. Elle était liée au Télégramme, quotidien toulousain de tendance démocrate chrétienne modérée, disparu en 1932. Plusieurs éditions locales ont vu le jour successivement : Aude (1913), Pyrénées-Orientales (1913), Ariège (1914), Tarn (1920), Toulouse-Ville (1935). Le tirage global était de l’ordre de 13 000 exemplaires, dont 2 500 environ pour Toulouse-Ville.

17 Numéro du 3 janvier, cite le passage du message de Noël de Pie XI : les violences de la révolution espagnole constituent “un présage terrifiant de ce qui se prépare dans l’Europe et le monde” (p. 1). . Même numéro, en page une, titre “Le vrai visage de la Révolution espagnole” et article sur le massacre des catholiques barcelonais… passim.

18 Le paragraphe 73 de l’encyclique invite “l’État chrétien“à aider l’Église dans ses tâches de “construction de la société chrétienne” et à “combattre et briser les efforts du communisme”. Il les invite à “tout mettre en œuvre pour empêcher qu’une propagande athée, qui bouleverse tous les fondements de l’ordre, fasse des ravages sur leur territoire”. Il rappelle que les autorités profanes tiennent leur pouvoir de l’Autorité divine Ce passage sera accueilli avec intérêt par les publicistes partisans de régimes autoritaires, et avec suspicion par les démocrates. Il a pu être considéré comme justifiant la politique au chancelier Dollfuss (par G. Goyau, dans Le Figaro) et fut vivement attaqué, à cet égard, par Le Populaire. La presse catholique inclinant à gauche garde le silence sur ce passage de l’encyclique.

19 En réalité, les deux textes ne sont pas complètement symétriques : l’un ne concerne qu’un pays ; l’autre l’humanité entière ; le premier critique les violations du concordat et condamne les aspects néo-païens et racistes de l’hitlérisme ; le second condamne le communisme dans ses principes et son développement comme “intrinsèquement pervers” et appelle tous les hommes à le combattre.

20 Publié chez Plon, en 1937, dans la collection “Présences”, sous la direction de Daniel Rops, avec la participation de P. Ducatillon, qui y reprenait des cours sur le marxisme qui avaient connu un grand succès. L’ouvrage comporte un article liminaire de François Mauriac : “le communisme pose au chrétien le plus grand problème contemporain. Il s’agit de savoir si la leçon de l’Évangile sera efficace, si les chrétiens seront capables de faire naître un monde plus juste et plus humain, ou si les idées de justice et de fraternité qui sont nos raisons de vivre seront revendiquées par un parti politique qui les défigure et qui les mutile”.

21 La Semaine Catholique de Toulouse, fondée en 1861, a été dirigée par l’abbé Albouy qui en fait donation à sa mort, en 1908, à l’archevêché. Elle était dirigée, dans les années 30 par le chanoine Vié. Son tirage est estimé à 2 000 exemplaires.

22 Semaine Catholique de Toulouse, n° 13, 28 mars 1938, p. 304. “Sa Sainteté Pie XI vient de publier deux encycliques d’une extrême importance et qui ont, dans tous les milieux, un profond retentissement. La première, qui porte la date du 19 mars, condamne “le communisme athée… C’est l’encyclique Divini Redemptoris. La seconde, qui porte la date du 14 mars, a été lue dans toutes les églises d’Allemagne ; elle examine la situation de l’Église catholique dans le IIIe Reich et condamne le racisme. Au cours de ces dernières années, chaque fois que le Pape avait publiquement condamné le communisme en tant que doctrine antichrétienne, il avait en même temps associé les théories religieuses du national-socialisme à sa condamnation. L’encyclique sur le communisme, pour la première fois, ne comportait pas de contre-partie, les doctrines allemandes n’y étant pas signalées. L’encyclique sur l’Allemagne montre que le Saint Père attache la même importance et condamne de la même façon l’attitude du nazisme à l’égard de l’Église et le communisme. Dans les milieux religieux de Rome, on fait remarquer que les deux documents ont, en se complétant, une importance exceptionnelle. Ils indiquent clairement la position de l’Église entre deux tendances politiques qui, à l’heure actuelle, prétendent se partager le monde”.

23 “Qu’un système aussi ouvertement erroné ait pu avoir une lamentable diffusion, cela est du à un faux idéal de justice et d’égalité, que le communisme a fait miroiter aux yeux de la foule, en promettant la suppression de tant d’abus indéniables et l’amélioration de la condition des ouvriers. Ceux-ci séduits par de telles promesses ont suivi aveuglément les apôtres de la doctrine nouvelle sans pouvoir comprendre les très grandes erreurs du communisme. En outre, l’abandon dans lequel l’économie libérale avait laissé les masses ouvrières et la propagande astucieuse et très ample organisée avec une profusion vraiment diabolique, le silence inexplicable d’une grande partie de la presse devant la diffusion du communisme ont, sans aucun doute, favorisé encore cette diffusion…” (ibid., p. 305).

24 “Elle garde toujours l’équilibre de la justice et de la vérité. Elle réclame la juste mesure dans la théorie et en assure la réalisation progressive dans la pratique, s’efforçant de concilier les droits et les devoirs de tous… La juste soumission, l’amour ordonné de soi-même, de sa famille et de sa propre patrie avec l’amour des autres familles et des autres peuples… Elle ne sépare pas le souci modéré des biens temporels de la sollicitude pour les biens éternels. Si elle subordonne les premiers aux autres… Elle est bien loin, toutefois, de se désintéresser des choses humaines et d’entraver le progrès et les avantages matériels. Au contraire, elle les aide et les favorise de la manière la plus raisonnable et la plus efficace… (ibidem, p. 306-307).

25 Mgr. Saliège, qui avait été professeur de philosophie, résume avec pertinence et mesure le système marxiste d’analyse du monde : “L’activité humaine fondamentale est la production économique. Toutes les autres activités de l’homme lui sont subordonnées, se trouvent déterminées par elles, y compris les activités les plus spirituelles, même les activités religieuses. C’est le fait économique qui explique le fait social, politique, religieux. Or, la loi du développement économique est la lutte des classes… Les classes consistent dans une répartition des hommes selon le rôle qu’ils exercent dans la production. Entre ces diverses classes, il ne peut pas ne pas y avoir hostilité et lutte… La lutte des classes est la grande loi de l’histoire. Toutes les autres n’en sont qu’un corollaire, un résultat, un mode. Cette lutte des classes aboutira à une société sans classes, la société communiste où l’homme sera satisfait selon ses besoins, où l’État lui-même disparaîtra.

26 “L’homme est une personne qui s’appartient, il est doté du droit à la vie, à l’intégrité du corps, aux moyens nécessaires à l’existence, du droit de propriété et du droit d’user de cette propriété. Dieu a fait le mariage, et institué la famille sur des bases indissolubles qui ne dépendent ni de la volonté humaine, ni des faits économiques. Dieu à fait la société comme un moyen naturel dont l’homme peut et doit se servir pour atteindre sa fin. La société est faite pour l’homme et non l’homme pour la société (ibidem, p. 401).

27 “La richesse n’est pas un but, elle est un moyen… La charité chrétienne… nous apprend à voir Jésus lui-même dans ceux qui souffrent et nous fait un devoir d’aimer nos frères comme le divin Sauveur nous a aimés… La charité chrétienne remplit toute justice et n’accepte pas que l’on donne comme une aumône ce qui est dû comme un droit… Le Pape les supplie (les patrons et industriels chrétiens) de ne pas contribuer, par méconnaissance des enseignements sociaux de l’Église, à ébranler la confiance des travailleurs dans la religion de Jésus Christ… Si certains hommes apparemment fidèles à remplir leurs devoirs religieux mènent, avec cela, par un déplorable dédoublement de conscience, dans le domaine du travail, de l’industrie ou de la profession… une vie trop peu conforme aux exigences de la justice et de la charité chrétienne, n’est-ce pas par ignorance et incompréhension ?… ” (ibidem, p. 403).

28 Ils ont reçu une mission très noble et très ardue… Ce sont eux qui doivent ramener à l’Église et à Dieu ces multitudes immenses de leurs frères de travail qui, exaspérés de n’avoir pas été compris, ni traités avec le respect auquel ils avaient droit, se sont éloignés de Dieu. Que par leur exemple, par leurs paroles, ils fassent comprendre à leurs frères égarés que l’Église est une tendre mère pour tous ceux qui travaillent et qui souffrent et qu’elle n’a jamais manqué, ni ne manquera jamais à son devoir sacré de Mère qui est de défendre ses fils… ”.

29 Le même numéro de la Semaine Catholique porte, p. 426, une lettre de Mgr. Saliège aux syndicats chrétiens, à l’occasion de leur cinquantenaire pour les féliciter de leur dynamisme et de leur indépendance entre les forces de conservation et de révolution : “Voilà pourquoi, homme d’Église, archevêque de Toulouse, je félicite et je remercie les syndicats chrétiens du bon combat qu’ils ont mené”.

30 Cette directive, bien caractéristique du tempérament de l’évêque et de ses préventions contre la “droite du Christ”, repose sur des analyses partiellement erronées, et exagère les sentiments mitigés qui se faisaient jour dans la récension faite par la Croix (de Paris dans son numéro du 20 mars) de la réception de l’encyclique par la presse quotidienne française. Déjà, la Semaine Catholique de Toulouse, dans son numéro du 28 mars 1937, présentant l’encyclique, ne manquait pas de souligner que le pape dénonçait les “manœuvres de quelques patrons catholiques, qui en certains endroits, ont réussi à empêcher la lecture du Quadragesimo Anno dans leurs églises patronales”, en ajoutant : “Il y a une presse pour soutenir les manœuvres de ces patrons”. En réalité, le Figaro comme l’Écho de Paris ont clairement indiqué, dans les résumés ou les éditoriaux, que les condamnations romaines s’accompagnaient d’enseignements positifs. L’irritation épiscopale pourrait provenir surtout des attaques de l’Intransigeant, du Jour et de la France Catholique, contre les prêtres ou militants influencés par le communisme.

31 Ce communiqué avait été publié le 29 avril (l’Aube, le Figaro, L’Écho de Pans… etc.) En l’espèce, le cardinal archevêque de Paris vient au secours de Sept et des éléments d’Action Catholique accuses de compromissions avec le marxisme ; il réserve à la hiérarchie toute décision relative à l’application de l’encyclique Divini Redemptoris. Le cardinal Verdier était intervenu à la demande du P. Bernardot, responsable de Sept (A. Coutrot, Sept, op. cit., p. 284).

Notes de fin

1 Extrait des Actes de colloque de Bastia (avril 1984) de l’Association Française des historiens des idées politiques, éd. P.U. Aix-Marseille, p. 114-139.

2 Orientation bibliographique :
La bibliographie proposée en tête de l’article précédent doit être complétée par, Ph. Wolff (s. dir.) : Histoire de Toulouse, 3e éd., Privat, 1974 ; Ph. Wolff (s. dir.) : Le diocèse de Toulouse (Histoire des diocèses de France), Paris, Beauchesne, 1984. E. Poulat : Les semaines religieuses, approche socio-historique et bibliographique, Centre Hist. Catholicisme, Lyon, 1973. Darmon Et Lenan : Bibliographie de la presse française, 31, Haute-Garonne, Paris, B.N., 1973. H. Sempéré : La Semaine Catholique de Toulouse – 1861-1908, Thèse 3e cycle, Univ. Toulouse-Mirail, 1971 ; J. C. Clément, Mgr. Saliège, Archevêque de Toulouse (1929-1956), (Thèse Lettre, Paris, IV, 1990), Beauchesne, 1996.
Le texte même de l’encyclique a fait l’objet de plusieurs publications :
Paris, Spes 1937 (Action populaire) ; Paris, Bonne Presse. 1937 ; Épinal, Foyer Vosgien, 1937 ; Lyon, éd. du Nouvelliste, 1937 ; La Garenne, (F.N.C.), 1937 ; et dans la collection des Actes de S.S. Pie XI… texte latin et traduction française, T. XV, années 1936-1937 et T. XVI, 1937, Paris (Bonne Presse, 1943-1944).
Que M. Saturne, ancien Directeur Général de la Croix du Midi trouve ici nos remerciements pour les informations qu’il nous a communiquées.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search