Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

L’encyclique Divini Redemptoris condamnant le communisme athée devant la Presse quotidienne parisienne (Mars 1937)*

Texte intégral

  • * Extrait des Mélanges à la mémoire de Pierre Montané de la Roque, Presses I.E.P. Toulouse, 1986, t. (...)
  • * Orientation bibliographique
    Histoire du catholicisme en France – 3ème partie, L’époque contemporaine(...)

1Les enseignements pontificaux, comme toutes les œuvres, ont leur destin. L’encyclique Divini Redemptoris a été considérée, lors de sa parution, comme une somme des jugements de l’Église Catholique sur le communisme. L’étude de l’impact de ce document sur l’opinion française, par le moyen des principaux medias de l’époque, constitue, en soi, une contribution nécessaire à la connaissance des rapports entre catholicisme et marxisme, ces deux idéologies complètes et affrontées*.

2Que cette condamnation intégrale et rigoureuse, qui avait été saluée à sa publication, par divers auteurs, comme l’un des actes essentiel de ce pontificat bien rempli de Pie XI, comme le zénith de la doctrine sociale de l’Église, soit tombée ensuite dans le silence ou l’oubli, même dans le clergé catholique, suscite bien des interrogations. Le renouveau des débats sur des théologies de la libération proche de la praxis marxiste confère un intérêt renouvelé aux actes successifs par lesquels les papes ont porté, sur le communisme, leurs jugements de pasteurs suprêmes du peuple chrétien.

3Cette encyclique, qui se présentera sous forme d’une importante brochure de 126 pages, a été connue des lecteurs français dès le 19 mars, fête de Saint-Joseph, par un résumé officiel assez long, publié à Rome la veille, en italien.

  • 1 Pie XI rappelle que le communisme a été maintes fois condamné par ses prédécesseurs (Pie IX dès 184 (...)

4Le pape affirme qu’il est nécessaire d’élever à nouveau1 la voix, en s’adressant à tous les esprits libres. “L’écho de Notre voix, Nous en avons la ferme confiance, sera entendu partout où se trouvent des esprits libres de préjugés et de cœur sincèrement désireux du bien de l’humanité, d’autant plus que Notre parole est aujourd’hui délibérément confirmée par le spectacle des fruits amers produits par les idées subversives. Les effets que nous avions prévus et annoncés se multiplient terriblement. Ils se réalisent dans les pays déjà dominés par le communisme, ou ils menacent tous les autres pays du monde”.

5Pie XI remonte aux principes de l’explication marxiste du monde, le matérialisme athée, fondement de tous les régimes communistes. Selon ce système, le monde, les êtres, la société ne sont que les produits de l’évolution de la matière. De telles conceptions éliminent jusqu’à l’idée de Dieu. “Il n’y a plus de différence entre l’esprit et la matière, ni entre l’âme et le corps. Il n’y a plus de survivance de l’âme après la mort, et par conséquent, nulle espérance d’une autre vie”. Au niveau de l’organisation sociale, l’homme n’est plus une personne libre mais un rouage d’une collectivité toute puissante. “Toute hiérarchie, toute autorité est annulée. Détruite la dignité et l’indissolubilité du mariage, profanée la famille… La religion est appelée l’opium du peuple et combattue par tous les moyens. Toute idée de Dieu est niée, est vilipendée”. Le pape condamne vigoureusement ces principes : “un système social rempli d’erreurs et de sophismes, opposé à la raison comme à la Révélation divine…, système qui méconnaît la véritable origine, la nature et la fin de l’État, ainsi que les droits de la personne humaine, sa dignité et sa liberté”.

  • 2 Le paragraphe 17 de l’encyclique, relatif au système communiste de propagande constitue l’un des te (...)

6L’encyclique et son résumé abordent ensuite le problème historique de la diffusion du communisme : “Qu’un système aussi ouvertement erroné ait pu avoir une lamentable diffusion, cela est dû à un faux idéal de justice et d’égalité que le communisme a fait miroiter aux yeux de la foule en promettant la suppression de tant d’abus indéniables et l’amélioration de la condition des ouvriers besogneux…”. “Sous prétexte de ne vouloir que l’amélioration du sort des classes laborieuses, de supprimer les abus réels provoqués par l’économie libérale, et d’obtenir une répartition plus équitable des richesses, objectif parfaitement légitime sans aucun doute, en profitant de la crise économique mondiale, le communisme réussit à faire prévaloir son influence même dans les milieux sociaux où, par principe, on rejette le matérialisme et le terrorisme”. S’ajoutent à ces causes “l’abandon dans lequel l’économie libérale avait laissé les masses ouvrières”, l’astuce d’une propagande habile et “le silence inexplicable d’une grande partie de la presse devant la diffusion du communisme” et sa nocivité2.

  • 3 Pie XI (qui avait été nonce à Varsovie) angoissé par la situation des populations en Union Soviétiq (...)

7Le pape continue en évoquant “les tristes effets du mal” dans plusieurs pays où le communisme s’est implanté : le Mexique (où la répression anticatholique fut impitoyable), l’Espagne (déchirée par une guerre civile implacable), et particulièrement la Russie qui est comme “le champ d’expérience pour les doctrines nouvelles”. “Au vrai peuple russe, opprimé et affligé, le pape adresse l’expression de sa paternelle sympathie…”3.

8L’encyclique, comme son résumé, se poursuivent par les développements qui proposent aux hommes, à l’encontre des “erreurs du communisme”, les éléments de la doctrine chrétienne : elle “reconnaît en Dieu un Créateur, un Juge, un Père plein d’amour. Elle proclame l’égalité et la fraternité des hommes”. L’État et la famille, l’un et l’autre voulus par Dieu doivent respecter les droits des personnes, et leur finalité spirituelle. Le Saint Père précise que l’Église se tient à égale distance des “erreurs extrêmes, des exagérations des partis et des systèmes” ; qu’elle s’applique à concilier “la dignité de l’individu et celle de l’État”, l’amour ordonné de soi-même et des siens avec celui des autres groupes, et l’amour de Dieu-Père.

9Il rappelle et précise les directives de l’Église à propos de l’usage des biens temporels : elle accueille et favorise les progrès, mais en indiquant qu’ils doivent être ordonnés aux valeurs spirituelles, et aménagés pour le bien de la société. Le pape juge nécessaire d’inviter ceux qui “ne sont pour ainsi dire que des catholiques de nom“à se convertir réellement, à pratiquer le détachement des richesses, la charité et la justice, particulièrement vis-à-vis de l’ouvrier, qui a “droit de recevoir un salaire convenable pour lui et sa famille”, droit “de voir sauvegarder sa dignité”.

10Venant à la détermination des formes d’action désignées aux chrétiens, Pie XI condamne dans les termes les plus forts toute collaboration avec le communisme. « Le communisme est intrinsèquement pervers, et on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne. Si quelques-uns, induits en erreur, coopéraient à la victoire du communisme dans leur pays, ils tomberaient les premiers, victimes de leur égarement, et plus les régions où le communisme réussit à pénétrer se distinguent par l’antiquité et la grandeur de leur civilisation chrétienne, plus la haine des “sans Dieu“se montre dévastatrice ».

11Puis, le pape assigne à chacun sa tâche : “Dans ce combat contre le communisme, la première place revient aux prêtres qui tous doivent entrer en lutte par la parole et par l’action”. Les mouvements d’Action Catholique et les diverses organisations chrétiennes doivent s’associer, à leur manière à l’effort pastoral. Le pape invite les catholiques à la concorde ; s’adressant particulièrement aux ouvriers catholiques, “que par leur exemple, par leurs paroles [ils] fassent comprendre à leurs frères égarés que l’Église est une tendre mère pour ceux qui travaillent et qui souffrent”.

  • 4 Sur ce point de la mobilisation contre le communisme, le résumé officiel (publié à Rome le 18 mars) (...)

12“Dans ce combat engagé par la puissance des ténèbres contre l’idée même de la Divinité”, le pape espère le soutien de tous les croyants, et invite les “États chrétiens“à concourir à la lutte4.

13 Enfin, dans une exhortation qui retiendra particulièrement l’attention des contemporains, le souverain pontife s’adresse “à ceux de Nos fils qui sont atteints déjà, ou presque, du mal communiste… Nous prions le Seigneur de les éclairer, afin qu’ils abandonnent la voie glissante qui les entraîne tous à une immense catastrophe, qu’ils reconnaissent eux aussi que l’unique sauveur est Notre Seigneur Jésus Christ..

14Un tel document, rédigé dans le style ample et solennel de Rome, animé de l’esprit de majesté paternelle du pontificat, ne pouvait manquer de susciter de multiples réactions, d’autant qu’il procédait par approches multiples, tantôt par mises en garde sévères, tantôt par objurgations pastorales.

15En outre, cette encyclique, en préparation depuis plusieurs mois, était publiée dans des circonstances qui en renforçaient l’impact : la dictature stalinienne s’affermissait en U.R.S.S. ; la guerre civile en Espagne entraînait de terribles répressions que le pape relève avec une particulière vigueur : “Là où, comme en Notre chère Espagne, le fléau communiste n’avait pas eu le temps encore de faire sentir tous les effets de ses théories, il s’est déchaîné, hélas ! avec une violence plus furieuse. La fureur communiste ne s’est pas contentée de tuer des évêques et des milliers de prêtres, de religieux et de religieuses… Mais elle fit un nombre beaucoup plus grand de victimes parmi les laïcs de toute classe, qui… sont massacrés en masse pour le seul fait d’être bons chrétiens ou du moins opposés à l’athéisme communiste…”.

  • 5 L’attitude du cardinal archevêque de Paris, invitant à souscrire à l’emprunt pour la Défense Nation (...)

16Pour ce qui est de la France, les événements de 1935-1936 ont révélé une très importante progression du communisme, particulièrement chez les jeunes (et le paragraphe 17, qui décrit les formes et l’ampleur de la propagande communiste, pourrait se référer à cette situation). Le chef du gouvernement, Léon Blum, souhaite, au moment où le Front Populaire se heurte à de sérieuses difficultés, au moins la neutralité de l’épiscopat5. Et des catholiques militants, ouvriers ou intellectuels se montrent sensibles aux séductions communistes et à la fameuse politique de la “main tendue” de Maurice Thorez (discours du 17 avril 1936).

17 Les contemporains français, publicistes ou simples lecteurs, n’ont pas manqué de relever dans l’encyclique, à la fois le rappel de principes doctrinaux bien connus et les références au vécu de 1936-1937. Le contenu de la presse quotidienne fait apparaître immédiatement trois tendances principales, dans les commentaires et les éditoriaux : celle de l’adhésion claironnante aux condamnations du communisme (droite et centre), celle de la riposte véhémente, et enfin, celle de l’approbation nuancée.

  • 6 Les nouaelles religieuses tiennent une place importante dans le Figaro : interview de l’abbé Bergey (...)

18La cohorte des journalistes qui accueillent et proclament l’encyclique est de très loin la plus nombreuse. Relevons d’abord le cas du Figaro, quotidien d’orientation modérée, de “bonne compagnie”, s’adressant aux catégories moyennes ou aisées, soucieux d’informer les catholiques6.

  • 7 L’abbé Bergey (1881-1950) fut entre les deux guerres, l’un des orateurs les plus célèbres de la dro (...)

19Il n’est pas indifférent d’observer que la matière même de l’encyclique (rapports entre communisme et catholique) était bien d’actualité pour les catholiques français : Le Figaro publie, le 17 mars, une interview de l’abbé Bergey, ancien député de Bordeaux7 sous le titre : Catholiques et marxistes peuvent-ils collaborer ? Cette personnalité bien connue du catholicisme français penchait pour là négative : “… Je doute qu’on puisse associer dans une tâche commune vraiment sincère et féconde le Vatican, Barcelone et Moscou”.

20Dans cette conjoncture les rédactions apprennent de Rome qu’une encyclique condamnant le communisme athée est publiée. L’édition du 19 mars au matin (préparée dans la soirée ou la nuit précédente) communique au lecteur la nouvelle sous une forme destinée à retenir fortement l’attention : en première page, sous le gros titre : “Une encyclique capitale. S.S. Pie XI condamne solennellement le communisme”, le sous-titre porte la formule percutante : “Le communisme est intrinsèquement pervers et on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne”. Une longue analyse est donnée en p. 4, qui cite ou condense le résumé officiel (mentionné plus haut) connu à Rome la veille. Elle en suit l’économie : rappel des principes du matérialisme historique, de ses dangers pour la religion, les personnes et leur liberté, rappel des circonstances de sa diffusion, évocation du Mexique, de la Russie et de l’Espagne, rappel de la doctrine sociale constructive de l’Église. Le Figaro reprend les passages dans lesquels le Souverain Pontife appelle tous les chrétiens à une conversion profonde, à la pratique de la justice et de la charité. Le rédacteur souligne l’interdiction de collaborer avec les communistes : “Un des passages les plus importants de l’encyclique concerne l’interdiction formulée si opportunément par le Pape de collaborer avec les communistes sur quelque terrain que ce soit”. Puis viennent les passages du résumé invitant les prêtres à la lutte contre le communisme, avec le concours de l’Action Catholique, des associations, des militants, de tous les croyants. L’auteur ajoute : “Les dernières lignes du document pontifical sont une émouvante exhortation pleine de charité chrétienne à l’adresse des catholiques qui sont déjà atteints, ou presque, du mal communiste”.

  • 8 Georges Goyau (1869-1939) a été l’un des intellectuels catholiques les plus prestigieux de la premi (...)

21Cette présentation “à chaud” de l’encyclique, signée de Paul Lesourd, est suivie, le lendemain (20 mars), par un long article, plus élaboré, sous la signature d’un écrivain catholique illustre en ce temps, l’historien Georges Goyau8. L’auteur souligne l’ampleur des perspectives du Souverain Pontife : “Les yeux fixés sur la Russie, sur le Mexique, sur l’Espagne, Pie XI a pu parler à bon escient : ses douloureuses expériences politiques servent d’assise à sa dialectique : il fait acte d’observateur en même temps que de docteur. Le communisme est intrinsèquement pervers [suit la citation complète de l’alinéa]. Tel est l’inflexible principe solennellement posé par Pie XI en vue de conjurer tous les périls, de prévenir toutes les compromissions”. Et l’académicien de souligner que les directives pontificales aux militants de l’action catholique, s’adressent particulièrement à cette J.O.C., espoir de l’Église en France, œuvrant dans le monde ouvrier, en contact avec les marxistes : “La prépondérance naturelle qu’acquéraient dans la vie de tels groupements des préoccupations d’ordre social pouvait, en certaines circonstances, suggérer entre eux et les communistes quelque parallélisme d’action. D’un regard sagace, anxieux, Pie XI a vu toute la portée du problème. Comme il importe que la J.O.C. sauve la civilisation chrétienne -et Pie XI sait qu’ils veulent la sauver- il ne peut admettre sur aucun terrain leur collaboration avec une doctrine authentiquement athée. Des barrières sont ainsi dressées : la sollicitude même -dont les J.O.C. doivent être animés pour le salut des âmes communistes- peut et doit les protéger, farouchement, contre les offensives intellectuelles et la doctrine communiste”.

  • 9 G. Goyau ne craint pas de se référer à un passage de l’encyclique qui sera pris à partie par la pre (...)

22G. Goyau ajoute, dans cette perspective de “Halte-là” au communisme, que le pape, en face des “coquetteries de certains communistes, à l’endroit de certains catholiques” persiste à dresser, en face des négations du communisme, qui supprime Dieu, les affirmations souveraines de l’Église”9.

23L’écrivain évoque enfin, dans une invitation aux jeunes prêtres des banlieues rouges, leur tâche prochaine de commenter “du haut, de leurs chaires populaires, ces mots d’avertissement et d’alarme. Ils accompliront le programme du pape en ne marchandant à leurs fidèles aucunes vérités, quelque dures qu’elles puissent être pour la doctrine communiste“… ; à l’aide de ce document même et de Quadragesimo anno, ils montreront les principes d’un renouveau social ; “Quarante-huit heures durant, ils vont entendre murmurer autour d’eux que Pie XI ferait d’eux les défenseurs d’un ordre économique périmé. L’encyclique Quadragesimo Anno en mains, ils répondront à cette calomnie…”.

24Ainsi, le Figaro avait fait en deux jours le nécessaire, par la rapidité de l’information, le volume des titres, la vigueur des commentaires pour convaincre les lecteurs de l’importance de ce document pontifical en insistant sur son contenu de condamnation absolue du communisme et de mobilisation contre lui de l’Église et de tous les croyants. Le quotidien met en valeur le rappel à l’ordre paternel mais formel aux catholiques tentés par les appels communistes.

25Puis le contenu du quotidien s’orientera vers d’autres événements. Ils foisonnent en ce fiévreux printemps 1937 : troubles sociaux multiples, violences politiques (émeutes de Clichy), difficultés financières du Front populaire, retards dans la réalisation de l’exposition universelle de Paris, et surtout comme sources constantes d’inquiétude, l’impérialisme germano-nazi et la guerre civile d’Espagne.

  • 10 Les informations sur le conflit entre Rome et le nazisme sont données selon le calendrier suivant : (...)

26 Dans le domaine des informations religieuses, l’attention se porte, à partir du lundi 22 mars, sur une autre encyclique pontificale destinée, celle-là, au public allemand, qui proteste contre les violations par le gouvernement du Reich du Concordat de 1933 et condamne les excès nationaux socialistes. La manière de présenter et suivre cette seconde intervention pontificale est à peu près symétrique de la précédente : gros titres, transmission des nouvelles de Rome et Berlin, éditorial de G. Goyau : “Le pape contre l’Hitlérisme”, analyse sévère des positions politico-religieuses nazies10.

  • 11 L’Écho de Paris, qui tire à 100 000 exemplaires est un “journal de signatures“ qui se montre partic (...)

27Ces modalités de réception et de répercussion de l’action du pape, nous aurions pu les évoquer aussi bien à partir d’un autre quotidien, L’Écho de Paris, assez proche du Figaro par l’allure sérieuse, le style, l’importance donnée aux nouvelles religieuses, la clientèle, mais plus nettement engagé “à droite”, proche du P.S.F., avec participation du vigoureux publiciste Kérillis11.

28Nous y retrouvons les mêmes attitudes : communication immédiate (19 mars) de la nouvelle, sous gros titre, en page 1 (col. 6 et 7) : “Une grande Encyclique : le pape condamne solennellement de façon absolue le communisme athée”, mise en valeur de la condamnation sans échappatoires, mais aussi des orientations constructives du texte. L’éditorial qui accompagne la nouvelle est dû aussi à une plume estimée, celle du diplomate Charles Pichon : “C’est le communisme, non seulement le communisme théorique fondé sur le matérialisme de K. Marx, mais le communisme pratique, celui dont les ravages ont ensanglanté la Russie, le Mexique et l’Espagne, nommément désignés – que le chef de l’Église saisit à bras le corps, et auquel, avec une vigueur singulière, il fait toucher la terre”.

29 L’auteur ne manque pas de souligner la signification immédiate de la parole du pape pour les Français : “Désormais, pour les croyants, pour toute intelligence droite, l’incompatibilité du communisme avec la simple morale naturelle est établie. C’est un immense service que le Pape, une fois de plus rend à la société en montrant ce qu’est en fait la main tendue : un baiser de Judas”. On peut ajouter que l’Écho de Paris publie intégralement le résumé officiel de l’encyclique, dans ce numéro du 19 mars, et que l’éditorialiste rappelle que le pape avait suivi de près le développement des dangers, et préparait depuis fin 1936, malgré sa maladie, un document solennel.

  • 12 N° du 23 mars, p. 1, col. 3-4, titre : “Après des années de patience, le pape adresse au Reich une (...)

30Enfin comme Le Figaro, L’Écho de Paris, à partir du 23 mars, informe amplement ses lecteurs de la publication de l’encyclique destinée à l’Allemagne, et des conflits entre l’Église romaine et l’État nazi12. Il mentionne, à ce propos, un écho du Vatican : le pape se montre aussi catégorique envers le nazisme qu’envers les soviets.

  • 13 Le Temps, le très sérieux quotidien du soir n’accorde, lui, à l’encyclique qu’une place chichement (...)
  • 14 Intran du 20 mars, p. 1, col. 5, “Il est grave que le communisme prépare tant de ruines matérielles (...)

31Il serait fastidieux d’analyser en détail le contenu d’autres quotidiens13 d’information, qui s’adressent plus ouvertement au grand public et cherchent à retenir l’attention par l’abondance des illustrations, les “articles-chocs”, la recherche de l’actualité. Ils relatent les événements religieux. Leur sensibilité politique est modérée, mais sans indulgence pour le Front Populaire. Citons l’Intransigeant qui mentionne l’encyclique dans son numéro du 20 mars (p. 1, col. 4 et 5), et la présente sous la plume de Gallus. Ce dernier, comme tant de ses contemporains, se montre sensible à la vigueur des formules pontificales, et à leur opportunité en présence de la dérive de maints chrétiens vers le communisme : “Il est excellent, il est nécessaire…[que le père des fidèles leur rappelle la doctrine]. Car en ces temps derniers beaucoup ont paru l’oublier et l’Humanité ne ment pas quand elle se flatte de compter des catholiques parmi ses troupes. On a même pu lire, en certaines revues, des articles rédigés par des religieux, et qui étaient fort propres à troubler des consciences chrétiennes [ce qui vise l’hebdomadaire Sept]. C’en est désormais fini ; le Pontife a parlé. Gallus est évidemment satisfait et rassuré. Gallus dégage aussi de l’enseignement pontifical ce qui concerne la dignité de l’homme et sa liberté, promises à l’anéantissement par le marxisme14.

  • 15 Le tirage d’Excelsior avoisine 130 000 exemplaires.

32 Excelsior, de son côté, annonce l’encyclique en p. 1 de son numéro du 19 mars, avec photo du pape et sous le très gros titre : “Système rempli d’erreurs, doctrine subversive de l’ordre social et menaçant tous les pays. C’est en ces termes que le pape, dans une longue encyclique condamne solennellement le communisme athée”. Suit un texte qui reprend assez fidèlement, mais en le réduisant de peu près de moitié, le résumé officiel communiqué au Vatican le 18 mars. Excelsior informera ses lecteurs, le 23 mars, des démêlés entre Rome et le IIIe Reich15.

  • 16 Son tirage avoisine 400 000 exemplaires.

33 Le Journal consacre, lui aussi, une bonne partie de ses colonnes du 19 mars (rubrique ” dernière heure“avant-dernière page) à l’événement, en reprenant des passages essentiels du résumé officiel, tant sur la condamnation proprement dite que sur l’interdiction de collaboration et sur les droits des ouvriers16.

  • 17 Tirage : 1 million 600 exemplaires en juin 1937 (animateurs : Prouvost et Lazareff). L’autre géant (...)

34 Paris-Soir, le plus fort tirage de la presse française, informe ses lecteurs de la parution de l’encyclique contre le communisme17. La précipitation d’un correspondant mal avisé aboutit à une interprétation paradoxale (page 2, col. 27. “Le Saint-Père dénonce l’œuvre dissolvante et dangereuse du communisme en Europe… L’encyclique apporte également son approbation presque complète aux régimes d’autorité. Cette nouvelle attitude est en contradiction avec des encycliques antérieures du pape Pie XI, qui, plusieurs fois, n’avait pas caché sa méfiance envers les régimes autoritaires”. On peut juger que cette présentation maladroite suscita des rappels à l’ordre : au numéro du 22 mars, Hubert Forestier essaie de rattraper la gaffe. Le 26 mars (est-ce compensation ?) Paris-Soir communique une déclaration du Cardinal Verdier, dont l’analyse prendra place plus bas.

  • 18 De tous les quotidiens étudiés, Le Matin semble le plus favorable aux régimes autoritaires. Il se f (...)

35 Le Matin, comme ses homologues présente l’événement le 19 mars, en p. 1, sous un gros titre : “Le pape flétrit le communisme dans une vigoureuse encyclique. Il affirme la légitimité et la hiérarchie de l’autorité et condamne le “communisme chrétien”. L’encyclique “est d’abord un grand acte d’accusation contre la doctrine moscovite dont le Vatican détaille les effets néfastes” ; suivent des extraits de son résumé officiel18.

36Deux quotidiens, enfin, méritent une attention spéciale :

  • 19 Selon Le Jour M. Thorez reprenait, dans l’Internationale communiste de septembre 1936, les directiv (...)

37 Le Jour de L. Bailly, accueille l’encyclique comme un désaveu éclatant de toutes les “indulgences dangereuses” de certains catholiques, dans le climat de Front Populaire. Les citations du résumé sont accompagnées d’un commentaire significatif, de G. Bernoville, sous le titre : L’invitation au voyage dans les transports en commun du Front Populaire (n° du 20 mars, p. 1, col. 1). “Tous les catholiques, tous les Français remercieront le Souverain Pontife d’avoir, par son encyclique, mis le point final à la farce de la “main tendue”… Après avoir repris les fameuses phrases condamnatoires (Le communisme est intrinsèquement pervers…) le publiciste en déduit les applications concrètes, en présence du “grand danger où l’Église et la France sont engagées”. “Depuis la formation du Rassemblement populaire, de nombreux catholiques s’enfonçaient dans la périlleuse illusion d’un rapprochement, voire d’une collaboration possible, au moins sur le plan social, avec le marxisme et même avec le communisme qui en est la forme la plus virulente. Ce rapprochement s’effectuait tantôt de façon délibérée et ouverte, tantôt, le plus communément, de façon larvée, oblique, et par là d’autant plus nocive”. Les chefs communistes “multiplient à l’égard des catholiques l’invitation au voyage dans les transports en commun du Front populaire”, selon la tactique de Lénine19. Ils y gagnent “d’enregistrer de nombreuses sympathies, dont quelques-unes fort militantes dans les milieux catholiques, prêtres ou laïcs” (“J’en ai la preuve en main” précise l’auteur) ; il évoque en outre cette interview récente de L. Blum (qui fit quelque bruit) dans l’hebdomadaire Sept, en vue d’une collaboration avec les catholiques.

38Après avoir indiqué que les militants J.O.C., au contact des communistes subissent des avanies, des brimades, voire des violences : “chaque fois qu’il s’agit de réaliser, d’entreprendre, la main tendue devient le poing fermé…” ‟… La tactique communiste, cousue de fil blanc, n’a pu abuser tant de gens qu’en raison de la confusion et du désarroi actuel des esprits”, et Bernoville de conclure : “Non seulement les catholiques mais tous les Français lucides remercieront le Souverain Pontife d’avoir mis le point final à la farce de la main tendue”.

  • 20 Toutefois l’A.F. ne relate pas le passage critiquant le libéralisme économique.
  • 21 La brièveté et la modération des réactions de l’Action Française ne manquent pas de surprendre. Est (...)

39À côté de ce discours dru et batailleur du Jour, L’Action Française exprime des sentiments analogues, dans un discours plus maîtrisé. Le fameux quotidien ne manque pas de publier la nouvelle le 19 mars, sous le titre : “Dans une nouvelle encyclique, le Pape condamne formellement le communisme”. Suit la publication de la majeure partie du résumé officiel20. Le numéro du 21 mars comporte en première page un éditorial de l’historien Gaxotte, qui prend vivement la défense des enseignements pontificaux contre les attaques de la presse d’extrême gauche, salue l’encyclique comme un grand bienfait, déplore la confusion “qui règne un peu partout, et dont le monde religieux occidental n’est pas exempt. Le document pontifical peut dissiper cette confusion. Mais elle est extrême… Que l’on mesure la subversion mentale et morale exprimée par l’adhésion d’un fort contingent de catholiques basques à la cause la moins catholique du monde”. Il achève prudemment : “C’est un événement dont il faudra suivre de près les conséquences”21.

40Face à ces publicistes qui approuvent vigoureusement la condamnation, avec les nuances propres à leur profil rédactionnel et politique, les réactions ouvertement hostiles à l’encyclique pontificale sont rares. Les journaux de gauche, sans doute moins directement informés des affaires religieuses, réagiront avec un jour ou deux de retard. L’affaire, en outre, méritait qu’on tournât sept fois la plume dans l’encrier pour essayer d’informer -métier oblige- tout en limitant la portée politique des condamnations. L’Humanité, organe officiel du parti communiste, accuse le premier réception, le 20 mars, de ce qu’il baptise une “diatribe forcenée contre le communisme” ; l’article intitulé aussi “diatribe papale contre le communisme”, paraît seulement au bas de la troisième page, où il n’occupera que deux colonnes.

41 La modestie de cette place témoigne du désir de minimiser l’événement ; le ton même confirme cette impression. L’éditorialiste n’engage aucune polémique sur les principes mêmes de la condamnation, ni aucune discussion sur le matérialisme athée. Les communistes ont préféré le silence. Ils jugent inutile de blesser les catholiques dans leurs convictions religieuses ou dans leur respect du souverain pontife. Le ton reste mesuré, les insinuations malveillantes sont feutrées, l’argumentation contourne habilement les problèmes. On s’étonne de l’encyclique plus qu’on ne s’en indigne ; pour un peu, on donnerait au pape des leçons de christianisme : l’éditorialiste, citant la condamnation de toute collaboration avec le communisme “intrinsèquement pervers“déplore ce manque de charité chrétienne, cet interdit est pour le moins une atteinte à la “fraternité des hommes”. Ce même argument lui servira pour condamner les agissements des catholiques franquistes : “qu’avaient-ils fait des enseignements de l’évangile et de l’Église catholique qui, d’après les propres paroles du pape “proclame l’égalité et la fraternité des hommes“ et défend la liberté de l’homme et les droits de la personnalité ?”.

42Les silences ne sont pas fruits de l’ignorance mais d’une volonté délibérée de laisser dans l’ombre les questions délicates. L’encyclique est présentée comme une réaction au succès du communisme, le pape “reconnaissant implicitement que par sa politique juste, le communisme a su rallier à lui les grandes masses ouvrières et les petites gens catholiques ou non“… L’essentiel paraît être de conserver les sympathies des catholiques déjà attirés par la collaboration en vue d’une meilleure société. L’intervention du pape leur est présentée comme mal venue en ce temps de “politique de la main tendue“aux catholiques français. Pour ce qui est de l’Espagne en feu, l’éditorialiste, conformément à la stratégie dialectique, oppose “les catholiques sincères, amis du peuple et de la liberté” et “les fanatiques autoritaires et moyenâgeux complices des militaires félons”. “Les premiers luttent, ajoute l’Humanité, dans les rangs des républicains”.

43Ce catholicisme ” de gauche”, cette collaboration avec le communisme que l’encyclique vient de condamner sans équivoque, sont présentés comme le fruit de l’amour du peuple et de la liberté. L’argumentation est de nature à séduire les ouvriers français, généreux et imbus des grands principes de 89.

44Si l’on en croit l’Humanité, le Pape pécherait aussi par inopportunité “au moment où les forces de guerre et de désordre nourrissaient le soulèvement militaire en Espagne, menaçant ainsi la paix de l’Europe”. Quant aux exemples que donne le Pape des tristes effets du communisme au Mexique, en Espagne et en Russie, l’éditorialiste s’étonne : pourquoi le pape ne mentionne-t-il pas : “La liberté de conscience garantie par la nouvelle constitution soviétique, la réouverture des églises mexicaines à la demande de la population” ; l’éditorialiste s’étonne aussi que l’encyclique ne dise rien des mauvais traitements que l’Allemagne réserve aux populations catholiques “silence suspect” ; et de conclure, mais sous forme interrogative, sur le vieux reproche d’ambition temporelle dont l’Église est si souvent accusée : “ce que le Pape défend ne serait-ce pas le pouvoir temporel… et matériel de l’Église catholique ?“

  • 22 Les caricatures du bas de la première page du numéro du 21 mars, sous le titre “le pape a raison”, (...)

45Plus qu’une critique en forme, l’article communiste est un escamotage de l’encyclique, traitée comme une péripétie. “Les ouvriers catholiques et tous les autres à l’unisson continueront leur lutte émancipatrice avec la ferme conviction que leur ennemi, c’est le fascisme autoritaire”. L’article pourrait s’intituler : “le Pape se trompe d’ennemi”, ou encore, “les ouvriers catholiques, toujours avec nous contre le fascisme”22.

  • 23 II est significatif que Le Soir, d’inspiration communiste mais destiné à toucher le grand public, p (...)

46Il n’est pas indifférent d’observer que l’Humanité donnera à la condamnation du nazisme par Pie XI une bonne publicité : en première page, dans le numéro du 24 mars, elle mentionne les persécutions contre les catholiques allemands ; un article de 100 lignes souligne la violence de la presse nazie contre la papauté. Désormais, il n’est plus question de l’encyclique précédente23. Le 27 mars, la revue de presse de l’Humanité cite avec faveur de longs extraits d’un écrivain catholique, Robert Honnert, favorable à une collaboration. “Il est impossible de défendre la juste cause des humbles sans l’aide des communistes“… Pour l’Humanité, la “main tendue“aux ouvriers en vue de réaliser des actions communes reste l’objectif ; le temps et le silence vont étouffer la voix pontificale. Attitude habile que ne manqueront pas de dénoncer les journaux de droite les plus combatifs, et qui, à la longue, portera ses fruits.

  • 24 L’éditorialiste invoque les critiques marxistes contre “le matérialisme vulgaire et les thèses de F (...)

47L’organe du parti socialiste, Le Populaire réagit avec quelque retard (le principal article est seulement du 21 mars) mais avec beaucoup plus de virulence et sans souci de ménager les catholiques, ni la hiérarchie. La condamnation de toute collaboration avec le communisme, en ces temps de Front Populaire paraît avoir réveillé le vieil anticléricalisme. L’article commence par nier qu’il y ait le moindre rapport entre l’action du Vatican et la morale chrétienne. L’encyclique n’est pas dictée selon lui par “le souci de marquer les frontières doctrinales qui séparent le catholicisme de ce qu’elle appelle le communisme athée”, ce qui est déjà fait. À propos de matérialisme athée, l’éditorialiste dénonce l’ignorance du “pape infaillible”, qui ne sait pas apprécier, dans le socialisme, “le plus grand acte de foi dans la possibilité… d’humaniser la matière”24.

  • 25 Le Populaire fait allusion à la politique du chancelier d’Autriche, Dolfuss, chrétien-social, qui g (...)

48Des sphères de la philosophie, André Leroux qui signe cet article, redescend à la politique. Le titre même de l’éditorial, “l’encyclique fasciste et la politique internationale du Vatican” donne le ton. Le Pape est accusé d’intervenir dans la vie internationale avec “des buts très précis qui coïncident pratiquement avec ceux que poursuivent Hitler et Mussolini“ pour “empêcher que dans les pays menacés par le fascisme… L’union se fasse… Et pour assurer à Hitler et Mussolini la neutralité bienveillante ou la complicité d’une partie des catholiques”. Le Populaire dénonce “la collaboration étroite, presque soudure” du Vatican avec l’État italien, et accuse de “livrer au fascisme l’âme de la jeunesse italienne pour le plat de lentilles de son concordat”. Le document pontifical est accusé de prôner les principes corporatifs (même “sagement interprétés”). L’éditorialiste s’en prend aussi à la politique du Vatican en Pologne et en Autriche… “Le Vatican approuve… M. Schusnigg” et “l’écrasement par tous les moyens, dans le sang s’il faut comme à Vienne, … des organisations syndicales libres”25. L’éditorialiste s’emporte contre les conseils donnés aux États pour empêcher les propagandes athées : c’est un nouvel appel au bras séculier de l’État contre ceux “qui cherchent à la société d’autres bases… que l’autorité fondée sur le droit divin”.

  • 26 L’auteur s’abstient de faire grief au Pape, si ce n’est d’un mot, de la situation espagnole : les p (...)

49Le Vatican est accusé de transformer en “une nation militaire“le peuple italien “assagi” et d’avoir frayé la voie à Hitler contre une social-démocratie allemande “pacifiste et locarnienne”26. L’auteur poursuit : “Si nous avons une seconde guerre mondiale, c’est parce que le Vatican a trahi par haine réactionnaire les valeurs essentielles qui avaient fait la grandeur de la première prédication chrétienne”. Sans doute conscient de la démesure de sa hargne, il se défend de parler “en sectaire”, il dénonce la politique pontificale (d’encyclique il n’est plus question) “au nom des intérêts supérieurs de l’Humanité”.

50 Les lignes que le Populaire consacre aux problèmes allemands les jours suivants, après la condamnation du racisme par le pape, renouvellent les accusations : c’est au nom de l’antibolchévisme que le nazisme a pris le pouvoir ; le Vatican “a fourni à Hitler les verges avec lesquelles les catholiques allemands sont fouettés”.

51Les outrances du Populaire susciteront, comme nous le verrons plus loin les répliques des catholiques (La Croix notamment). La presse de droite ne manquera pas de relever cette violence. Ainsi l’Action Française : “La réponse (à l’encyclique) a été directe et même grossière, Blum peut négocier avec les catholiques, envoyer des ambassadrices à Rome [Mme Brunschweig, sous-secrétaire d’État] et mobiliser les autorités religieuses pour son emprunt ; son journal est revenu d’un bond au langage des petits journaux anticléricaux de sous-préfecture contemporains de Combes et de Pelletan” (21 mars, p. 1).

  • 27 L’auteur persifle l’attitude du Pape qui réussit à se mettre tout le monde à dos. Il s’offre être s (...)

52Quant à L’Oeuvre, quotidien fort lu de la gauche libérale, et animé d’un anticléricalisme vigilant, un sarcastique billet du pamphlétaire La Fouchardière tient lieu, le 25 mars, de faire-part pour les deux encycliques27.

  • 28 Ce quotidien se fera même gloire (le 20 mars, p. 4, col. 1) d’être le seul à Paris à avoir publié i (...)

53Enfin, un troisième groupe de quotidiens se caractérise par la complexité des réactions. Elles manifestent l’obéissance nécessaire aux instructions de Rome, mais avec une volonté de rééquilibrer l’impact de la condamnation, qui s’accompagne de critiques contre la droite. Nous rencontrons d’abord ces attitudes dans L’Aube28, organe de ralliement de la “gauche du Christ” (pour employer l’heureuse expression de M. Duquesne). L’obéissance au pape s’exprime d’abord par la publication intégrale immédiate, le 19 mars, p. 1, du résumé officiel de l’encyclique, sous le gros titre “Le pape condamne dans une encyclique le communisme athée”, sur deux colonnes.

  • 29 “… La Rome éternelle ne se détermine pas par opportunisme. Déclaration de guerre ? Mais le marxisme (...)

54Le lendemain, L’Aube publie une dépêche de Rome de Mgr Fontenelle, correspondant de La Croix, qui résume les documents. Le numéro du 23 mars s’ouvre par un éditorial de Georges Bidault, le brillant leader des démocrates chrétiens. Il commence par justifier nettement la condamnation de Rome auprès des lecteurs [surpris ou réticents ?]. “L’encyclique du 19 mars a suscité quelques étonnements, qui sont eux-mêmes bien étonnants. Elle ne fait que reprendre en forme solennelle les enseignements précédents, les enseignements de l’Église… Elle ne constitue pas un calcul politique, mais la nécessaire défense des principes chrétiens”29.

55Comme tant d’autres publicistes, il observe que ces principes sont inconciliables avec ceux du marxisme, et que la nouvelle tactique communiste de la “main tendue” sent la manœuvre ; mais il n’écarte pas, lui, la possibilité de changements ultérieurs : “S’il se manifeste ailleurs, non plus une tactique inédite, toujours et forcément suspecte d’être une manœuvre, mais une modification essentielle et fondamentale, alors, mais seulement alors, des problèmes nouveaux se posent, que nous n’avons pas qualité pour résoudre… Ce que sera demain, Dieu le sait. Ce qui est aujourd’hui nous le savons”. Avec l’autorité d’un chef, il acquiesce à la “consigne impérative que nous transmet Rome à ce sujet… Les circonstances de fait ne permettaient pas qu’elle fût autre. Cette consigne sera écoutée et suivie”.

  • 30 Bidault s’en prend aussi à ceux qui comptent sur la répression institutionnelle pour briser la péné (...)

56Ainsi, G. Bidault réserve clairement l’avenir. Il s’applique, par ailleurs, à rééquilibrer l’impact de la condamnation. En indiquant, d’abord, que Rome n’est pas moins hostile au “racisme néo-païen”, condamné par l’encyclique Mit Brennender Sorge ; en développant, ensuite, une diatribe contre l’anti-communisme et la droite, en partant des critiques contenues dans l’encyclique même contre le libéralisme économique et l’égoïsme des nantis. Cette contre-attaque ardente occupe plus de place dans l’éditorial que l’indication de la condamnation elle-même, et son argumentaire sera ultérieurement repris par divers publicistes catholiques inclinés à gauche. “Ceux qui croient réduire la foi catholique à l’anti-communisme se trompent d’une manière dont la lecture de l’encyclique dévoile énergiquement le danger. Si le communisme athée rencontre aujourd’hui une si évidente faveur auprès de la classe ouvrière dont tant d’éléments sont sains… La faute en est sans doute aux meneurs révolutionnaires… Mais ces meneurs n’ont pas toute la responsabilité. Pour une part d’autres hommes, sans s’en rendre compte le plus souvent, coupables cependant parce qu’ils avaient mission d’être des porteurs de lumière et qu’ils ont trahi cette mission… D’autres hommes ont joué le rôle de recruteurs pour la Révolution qu’ils détestaient…” Il continue, en reprenant ou amplifiant ces anathèmes des Évangiles et de l’encyclique contre les riches égoïstes, accuse ces derniers d’avoir été “pourvoyeurs de misère et de révolution”… “Aux ouvriers, l’Église prêche que le paradis n’est pas sur Terre. Aux riche, elle prêche qu’ils ne doivent pas créer ou laisser créer l’enfer sur Terre. Et c’est aux plus malheureux, aux démunis que va sa prédilection, comme y allait celle du Christ”. Ainsi, avec un beau talent de polémiste, G. Bidault entend détourner l’autorité du pape contre ceux-là même qui répercutaient sa condamnation du communisme30.

57On peut rapprocher de L’Aube, La Croix, en raison de son contenu bien que la position de cet ancien et célèbre quotidien catholique soit fort nuancée. Cette prudence convient à une publication considérée comme le porte-parole officieux de la hiérarchie. Elle tient aussi à la coexistence, parmi les rédacteurs, de publicistes en place avant le grand tournant de 1926-27 [la condamnation de l’Action Française] tandis que d’autres, plus récemment nommés, expriment une sensibilité différente.

58 La Croix accueille avec empressement et répercute avec éclat les enseignements du pape : le 19 mars, en p. 1, sur trois colonnes, le quotidien publie intégralement le texte du résumé, communiqué depuis Rome, sous le gros titre : “Une encyclique contre le communisme athée, menace terrible pour tous les peuples, faux idéale de justice et d’égalité qu’ont favorisé des abus indéniables et un christianisme superficiel”. Cette publication est précédée d’une présentation rédigée par Mgr. Fontenelle, correspondant romain de La Croix, qui en souligne les principaux éléments. Les lecteurs ont donc sous les yeux les développements résumés plus haut, les condamnations du communisme dans ses principes et dans ses réalisations, ainsi que les rappels de la doctrine sociale de l’Église, l’invitation aux chrétiens à s’en inspirer loyalement pour respecter les droits des travailleurs, l’interdiction de toute collaboration avec le communisme, et l’appel final aux chrétiens qui sont influencés par lui.

  • 31 Mgr. Fontenelle écrit : “Les résumés téléphoniques de ce document grandiose qui turent composés et (...)

59L’encyclique est encore à la une de La Croix le lendemain 20 mars (col. 6-7), sous le gros titre : “Importance de la nouvelle encyclique”, accompagné d’un sous-titre qui en évoque le balancement : “Elle montre l’incompatibilité absolue du communisme et du catholicisme et glorifie la doctrine sociale de l’Église qui réconcilie les hommes dans la pratique de la justice et de la charité”. Les lignes qui suivent, de Mgr. Fontenelle, tout en glorifiant l’encyclique (“document grandiose”, précision vraiment scientifique”, “objectivité”, “plénitude”), reflètent quelque irritation devant certains commentaires publiés le 19 mars (par la presse de droite), et des résumés “si hâtifs”, si “raccourcis” qu’ils devaient même en altérer certains aspects31. Il invite à lire et méditer dans le texte intégral le document.

60 La Croix elle-même le met à la disposition de tous ses lecteurs L’encyclique est publiée intégralement, en traduction française dans le numéro du 23 mars (deux pages et demie).

61On doit mentionner, sous le titre “La collaboration et l’encyclique”, un éditorial de Jean Guiraud, l’un des plus anciens animateurs de La Croix, vétéran de la défense du catholicisme. Il est imprimé en bonne place (p. 1, col. 2 et 3) du numéro du 14 avril. L’historien ne mâche pas ses mots : les communistes font appel à la collaboration des catholiques. Léon Blum, dans son interview à Sept, a jugé la collaboration possible et souhaitable… “des catholiques se sont laissés prendre à ces invites et on a vu un publiciste se disant catholique-communiste fonder une revue dont la couverture porte une croix rouge sur laquelle le marteau et la faucille remplacent le crucifix”. Le danger est grand, mais le Saint-Père “a mis en garde les catholiques en des termes d’une telle netteté qu’ils coupent court à toute équivoque et à toute casuistique” (suit le passage du paragraphe…). “Ce n’est pas seulement l’athéisme du communisme qui est condamné, mais tout le communisme, parce qu’il est intrinsèquement pervers, et que, mauvais arbre, il ne peut produire que de mauvais fruits. Qu’on ne distingue donc pas, comme je l’ai vu faire parfois, entre sa doctrine antireligieuse et sa doctrine sociale, afin de collaborer avec lui sur le terrain social après avoir réprouvé son erreur religieuse. Sur tout terrain, son œuvre est dévastatrice”.

62Mais cependant, La Croix n’entend nullement s’identifier à un camp d’anti-communisme politique. Cette préoccupation n’est pas absente de la revue de la presse parisienne consacrée à l’encyclique (publiée au numéro du 20 mars dernière page, col. 2 et 3). La rédaction constate que l’ensemble de la presse a annoncé l’apparition de la nouvelle encyclique contre le communisme, en ajoutant que l’Aube en a publié intégralement le résumé officiel, L’Écho de Paris à peu près intégralement, et la plupart des journaux des paragraphes, surtout ceux de la première partie (condamnant formellement le communisme). Il cite le Figaro, et très complètement, l’éditorial de Ch. Pichon dans l’Écho de Paris. Ce dernier article, nous l’avons observé plus haut, relevait la condamnation complète du communisme comme système philosophique et politique, ainsi que son incompatibilité à nouveau proclamée avec le droit naturel. La citation s’étend au relevé, par Pichon des remèdes indiqués par Pie XI, un ordre juste et vrai à partir de la doctrine sociale de l’Église.

63Le rédacteur relève aussi les attaques de l’extrême gauche. Il réfute les critiques du Populaire : “Karl Marx a toujours enseigné qu’il n’existe qu’une seule réalité, la matière, élément primordial de toute existence ; et la matière reste, pour les commentateurs les plus autorisés parmi les maîtres de la pensée communiste, la seule et unique réalité qui soit à la base de tout. Les insultes gratuites du Populaire n’y changeront rien”. Plus loin : “Sous le titre : l’Encyclique anticommuniste du pape fasciste, André Leroux fait des réflexions odieuses qui montreront à nos lecteurs le sectarisme des rédacteurs du Populaire”.

64Il réfute aussi les attaques de l Humanité et achève : “encadrons cette perle, qui est pure ignominie : “Ce que le pape défend, ne serait-ce pas le pouvoir temporel… Et matériel de l’Église catholique ?“L’Humanité, en écrivant cela, sait qu’elle écrit une contre-vérité. Quant aux catholiques sincères d’Espagne ou d’ailleurs, ils savent qu’ils n’ont qu’un Pasteur et qu’un Père, non le dictateur rouge de Moscou, mais le Vicaire du Christ ; en le suivant, ils réaliseront, dans la liberté et la dignité, le juste idéal, qu’il faut toujours poursuivre, de la fraternité humaine”. Le ton des réfutations est ferme et mesuré.

  • 32 La Croix, 20 mars 1937.

65Quant à l’attaque du bord opposé, de l’Intransigeant contre “les articles rédigés par des religieux… qui étaient fort propres à troubler des consciences religieuses”, La Croix ne lui fait écho que pour la contrer vivement ; “[il] oublie le grave reproche fait par le pape aux journaux qui se prétendent catholiques et font silence sur la doctrine sociale de l’Église”. La manchette du Matin : “Le pape… condamne le communisme chrétien”, attire la réplique sèche : “Inutile d’ajouter qu’il n’y a pas de communisme chrétien, une opposition irréductible séparant l’erreur de la vérité, le communisme du catholicisme“32.

66L’éditorial du 24 mars, signé de l’abbé Thellier de Poncheville, l’un des chefs de file des chrétiens sociaux tourne l’attention des lecteurs vers l’apostolat social. Sous le titre “L’approbation du chef”, (p. 1., col. 2 et 3) il retient de l’encyclique que le pape, en invitant le clergé à l’apostolat en milieu ouvrier, justifie l’action des “missionnaires du travail” et glorifie ces précurseurs qui s’étaient heurtés à de multiples suspicions : “S’il y a eu en ce temps là des jours d’épreuve, voici venir les jours de gloire”. À partir du passage du paragraphe 16 et du paragraphe 50 de l’encyclique, l’abbé écrit : “L’une des causes les plus pernicieuses du communisme, … Ce sont les abus scandaleux du régime économique actuel. En promouvant de profondes réformes, nos amis, loin de pactiser avec l’émeute, ont donc pris le vrai moyen de la combattre“… Et il ajoute que l’encyclique justifie l’attitude, dans les années précédentes du courant auquel il appartient : il a écarté les catholiques d’une atmosphère de neutralité religieuse et de fièvre politique” (ce qui vise l’Action française). Cet éditorialiste ne relève en somme dans le document pontifical que ce qui s’accorde avec ses propres engagements.

67Enfin, le texte qui exprime le mieux une volonté de diversifier, chez les lecteurs chrétiens, l’impact de l’encyclique, est l’éditorial du P. Merklen, son directeur, le 21 mars (p. 1, col. 6 et 7 ; titre : “L’Encyclique sur le communisme athée”). En face de l’idéologie communiste, le pape déclare qu’il n’y a qu’un remède, la doctrine sociale de l’Église. Il appartient donc aux prêtres, à l’Action Catholique, aux ouvriers catholiques, à l’État chrétien, de sauver le monde”.

68L’éditorialiste glorifie l’enseignement pontifical, évoque en quelques lignes les condamnations qu’il porte contre le communisme, et consacre l’essentiel de son article à souligner les critiques du pape contre les abus du libéralisme économique, et contre certaines pratiques reprochées à des dirigeants catholiques. Des travailleurs “étaient exaspérés de n’avoir pas été compris ni traités avec le respect auquel ils avaient droit“… Il est malheureusement trop vrai “ajoute le pape“que les pratiques admises en certains milieux catholiques ont contribué à ébranler la confiance des travailleurs dans la religion de Jésus-Christ. Trop de catholiques “n’ont qu’une religion de façade”, et ne veulent pas comprendre “que la charité chrétienne exige la reconnaissance de certains droits qui appartiennent à l’ouvrier et que l’Église lui a explicitement reconnus”. Le P. Merklen ne manque pas de dégager un passage qui visait particulièrement certains milieux patronaux français : “Que faut-il penser des manœuvres de quelques patrons catholiques qui, en certains endroits, ont réussi à empêcher la lecture de notre encyclique Quadragesimo Anno dans leurs églises patronales ? Que dire de ces industriels catholiques qui n’ont pas cessé jusqu’à présent de se montrer hostiles à un mouvement ouvrier que nous avons nous-mêmes recommandé”.

69Après avoir rappelé que le pape avait déjà invité les catholiques, dans son allocution du 12 mai 1936, à “se prémunir contre les ruses du communisme”, l’éditorialiste indique que Divini Redemptoris renouvelle cette grave recommandation. Il cite la fin du paragraphe 57 et la 1ère partie du paragraphe 58 (17 lignes) consacrées à la mise en garde contre les appels à la collaboration avec les communistes. “Ainsi, sans rien abandonner de leurs principes pervers, ils invitent les catholiques à collaborer avec eux sur le terrain humanitaire et charitable… Ailleurs ils poussent l’hypocrisie jusqu’à faire croire que le communisme, dans les pays de plus grande foi et de civilisation plus avancée revêtira un aspect plus doux… Veillez, Vénérables Frères à ce que les fidèles ne se laissent pas tromper. Le communisme est intrinsèquement pervers et l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne”.

70Dans la troisième partie de l’éditorial, le père, “ne pouvant tout signaler”, dégage un certain nombre d’enseignements destinés aux prêtres et à l’Action Catholique : vis-à-vis des premiers, il reprend longuement (27 lignes), l’invitation de l’encyclique à développer l’action pastorale en milieu ouvrier. La finalité de l’action catholique est confirmée. Le rôle primordial des ouvriers catholiques est salué : “En récompense de leur fidélité parfois héroïque, ils ont reçu une mission très noble et très ardue, … Ramener à l’Église et à Dieu leurs frères de travail” et cela pour le salut de la classe ouvrière…

71L’État est invité, tout en laissant pleine liberté à l’Église dans l’accomplissement de sa mission spirituelle, “à ne rien négliger pour créer les conditions matérielles de vie sans lesquelles une société ordonnée ne peut subsister, et fournir du travail, spécialement aux pères de famille et à la jeunesse”. Les classes possédantes (paragraphe 75) doivent supporter “vu l’urgente nécessité du bien commun“les charges sans lesquelles la société humaine ne peut être sauvée, ni ces classes elles-mêmes ne sauraient trouver le salut”.

72Le P. Merklen ne manque pas de citer l’invitation pontificale à tous les catholiques d’éviter les dissensions, ni de citer l’invocation finale à Saint-Joseph, “qui appartient lui, à la classe ouvrière et a fait la dure expérience de la pauvreté”. Mais il ne reprend pas l’adjuration du pape aux chrétiens qui sont atteints déjà, ou presque, du mal communiste“ (paragraphe 80).

73En définitive, la lecture obvie de cet éditorial de P. Merklen laisse une impression différente de celle de la majorité des commentateurs catholiques ou modérés. Par rapport au texte même de l’encyclique, l’équilibre est déplacé. L’aspect condamnatoire est quantitativement réduit. Des éléments entiers disparaissent ou presque (condamnation des bases philosophiques du marxisme, de ses violences antichrétiennes, de ses dangers pour la civilisation ; condamnation de la sécularisation des sociétés contemporaines, justification de l’autorité, appel au combat, etc.). Passent au premier plan la primauté d’une pastorale des ouvriers, les critiques d’une certaine droite chrétienne.

74Nous avons ainsi analysé le comportement des principaux medias parisiens, en suivant le cheminement de la pensée des différents rédacteurs. La méthode s’imposait pour apprécier dans ses différentes dimensions l’impact sur l’opinion publique, et pour photographier sans retouches les réactions des publicistes.

75Il convient, pour conclure, de regrouper les informations que nous apportent ces quotidiens, à la fois sur l’événement et sur les interprétations multiformes.

76La publication de l’encyclique condamnant le communisme athée a fait choc. En font foi les articles sous gros titre, le 19 mars et les premiers jours suivants. Les catholiques contemporains conserveront mémoire de cette condamnation. La personnalité des éditorialistes qui interviennent confirme l’importance de l’événement. Mais on ne peut affirmer qu’il ait été suivi de multiples ondes dans le grand public. La logique même de l’information quotidienne conduit à ce que les sujets d’attention se succèdent au jour le jour. Tant de nouvelles, tant d’inquiétudes surgissent des imprimés, chaque matin, et assaillent les Français : affaires criminelles, impôts nouveaux, controverses économiques, séances passionnées à la Chambre, déclarations des chefs d’État, conflits sociaux, retard de l’exposition de 1937, réarmement, nouvelles tragiques de l’Espagne ensanglantée. Pour ce qui est des nouvelles romaines, la publication de l’encyclique vis-à-vis du IIIe Reich mobilise à partir du 23 mars l’attention des publicistes. Les porte-parole de la hiérarchie se fonderont sur la symétrie des publications pour répéter que l’Église condamne aussi bien Hitler que Staline et se tient à égale distance des doctrines extrêmes et perverses. L’accueil fait à l’encyclique révèle l’attention générale pour les décisions romaines, le respect pour la haute personnalité de Pie XI (extrême gauche mise à part), la révérence vis-à-vis de ses décisions que chacun salue et que nul (sauf les anticléricaux déclarés) ne conteste, si peu que ce soit. Chaque commentateur s’appliquera à fonder son argumentation sur l’exégèse d’un texte vénéré. Cette situation montre que l’autorité pontificale est à son zénith dans l’Église. Si l’on tient compte des tirages des quotidiens, les 2/3 au moins de la presse parisienne rendent un son d’approbation déférente voire enthousiaste.

77Cependant, cet accueil révèle aussi la diversité et la profondeur des divisions entre catholiques. L’opposition droite-gauche, résultante des luttes nombreuses et âpres des Français les uns contre les autres depuis le XVIIIe siècle, a été exacerbée depuis les années 1934-1936 par les affrontements internes ou les enjeux internationaux. Elle soutend les accueils divers de la parole pontificale par les catholiques diversement engagés. Les uns, de beaucoup les plus nombreux à cette époque, retiennent avant tout de l’encyclique ce qu’elle est primordialement : la condamnation absolue du communisme et l’interdiction de collaborer avec lui. Les autres, autour de l’Aube, de La Croix (pour partie), ou de périodiques qui n’entrent pas dans le champ de la présente enquête, s’appliquent à dégager les convergences entre tels passages de l’encyclique et leurs propres engagements (contre le libéralisme économique, pour l’apostolat ouvrier, l’Action Catholique… etc.). Les divergences, elles-mêmes susceptibles de nuances importantes d’un publiciste à l’autre, tiennent aussi aux conceptions de l’Église et de la religion même, les premiers attachés d’abord à la foi et à la hiérarchie, les seconds à l’action pastorale vers le monde ouvrier. Les appels du pape lui-même, ou des évêques à l’unité d’action des catholiques, ne suffiront pas à réduire les dissonances.

78Vis-à-vis du monde catholique français en 1937, notre enquête permet de conclure à sa déférence vis-à-vis de l’autorité romaine, mais aussi aux divergences profondes des sensibilités politiques et sociales. Qu’il s’agisse de l’Espagne, de l’Italie, de la Défense Nationale, du Front populaire, de crise économique, les attitudes divergent. Les controverses, voire les polémiques sont prêtes à jaillir. L’encyclique Divini redemptoris déçoit les catholiques “de gauche“par les éléments mêmes qui confortent les autres catholiques. On perçoit bien, dès mars 1937, dans les textes cités plus haut, selon quelles lignes ceux-là continueront leurs réflexions sur les rapports entre christianisme, marxisme et monde ouvrier.

79Reste à se demander dans quelle mesure l’accueil déférent, mais diversifié de la presse, reflète l’attitude de la hiérarchie française et spécialement de l’épiscopat. Nous ne pouvons ici que relever des indices, une étude plus approfondie impliquant à l’évidence bien d’autres recherches. Quatre éléments paraissent hors de doute : tout d’abord l’adhésion respectueuse et immédiate aux ordres du Souverain Pontife. En second lieu, l’application à souligner que le pape condamne aussi bien le nazisme que le communisme, que l’Église se tient dans un juste milieu en condamnant à la fois les deux adversaires acharnés de l’Église, celui de droite et celui de gauche. Le cardinal Verdier, dans sa déclaration à Paris-Soir (26 mars) conclut aussi : “en condamnant à la fois les deux adversaires du catholicisme, le Souverain Pontife prouve son indépendance absolue et son équité parfaite. C’est une preuve de plus de la beauté et de la vérité de son attitude”. Il faut relever aussi la volonté de ne pas laisser les Français sur la seule impression de condamnation. Le cardinal Verdier, dans ce même entretien souligne que “le pape n’a pas fait seulement œuvre de condamnation, mais que de plus, dans le développement de sa pensée, il a voulu tracer le projet d’une grande œuvre constructive”. D’autres évêques insisteront à leur tour, sur la finalité positive de la doctrine sociale de l’Église, sur la priorité de l’attention pastorale vis-à-vis du monde ouvrier, et sur le fait que la condamnation des principes communistes ne doit pas diminuer la bienveillance vis-à-vis des personnes.

  • 33 Publié sans commentaire dans La Croix du 29 avril, p. 1, col. 2 et 3.
  • 34 Les comportements très nuancés de l’épiscopat, de l’Action Catholique de L’Aube et de La Croix sont (...)

80Enfin, comme l’encyclique continue à susciter des controverses, le cardinal Verdier entend y mettre fin par son communiqué du 29 avril. Ce long communiqué, fort soigneusement rédigé, reconnaît les erreurs de certains chrétiens (engagés à gauche), mais en les enveloppant de formules lénitives : “Des initiatives imprudentes, des compromissions fâcheuses, des paroles et des écrits dans lesquels l’enseignement traditionnel de l’Église est parfois méconnu ou travesti. Toutes ces faiblesses sont humaines et particulièrement à craindre dans un domaine si nouveau“… Ceux qui les critiquent sont invités à se taire. Seule la hiérarchie doit animer et décider : “À l’Église de veiller, sans ralentir les élans… Avec la même énergie, elle défend à ses enfants de s’ériger en censeurs et ce qui est pire, de les condamner aux lieux et places de la hiérarchie”. Dans les circonstances de la controverse, le “leader” de l’épiscopat français protégeait objectivement, par cette intervention, des prêtres et laïcs suspects de complaisances pour ce marxisme solennellement condamné33. On relève, à Toulouse et dans bien d’autres diocèses, des témoignages d’une volonté de prendre ses distances avec l’anti-communisme et les positions de la droite fut-elle majoritaire parmi les laïcs catholiques)34.

81Ainsi, le miroir brisé de la presse parisienne reflète, à propos de cette célèbre condamnation, les multiples séquelles des conflits du passé et annonce les débats ultérieurs, et renouvelés, sur les rapport de Jésus et de Marx.

Notes

1 Pie XI rappelle que le communisme a été maintes fois condamné par ses prédécesseurs (Pie IX dès 1846 (Lettre encycl. Qui pluribus et dans le Syllabus), puis Léon XIII), à plusieurs reprises par lui-même, notamment dans Quadragesimo Anno, que ces documents ont été diffusés et commentés par les évêques, mais qu’un nouvel acte solennel se révèle indispensable, en raison de l’aggravation des dangers communistes. Il est évident que ce fut l’une des préoccupations majeures de Pie XI. Le pape avait décidé la rédaction de l’encyclique fin 1936, en presence de la situation internationale et demandé au général des jésuites, le P. Ledochowski et à une petite équipe (dont le P. Desbuquois} de préparer la matière (P. Droulers, op. cit., p. 196).

2 Le paragraphe 17 de l’encyclique, relatif au système communiste de propagande constitue l’un des textes publics les plus précis et les plus vigoureux en ce domaine : “Cette diffusion s’explique par une propagande vraiment diabolique, telle que le monde n’en a peut-être jamais vue : propagande dirigée par un centre unique et qui s’adapte très habilement aux conditions des différents peuples ; propagande qui dispose de grands moyens financiers, d’organisations gigantesques, de congres internationaux, de forces nombreuses et bien disciplinées ; propagande qui se fait par des tracts et des revues, par le cinéma, le théâtre et la radio, dans les écoles et même dans les universités qui envahit peu à peu tous les milieux, même les meilleurs”… Les études historiques récentes confirment l’existence de multiples réseaux d’inspiration communistes, remarquables par leur pugnacité et leur capacité d’adaptation aux circonstances.

3 Pie XI (qui avait été nonce à Varsovie) angoissé par la situation des populations en Union Soviétique, avait envoyé, dès les premiers mois de son pontificat, une mission destinée a distribuer aux personnes affamées des secours collectés dans le monde entier. Devant les difficultés résultant des autorités soviétiques, les membres de la mission durent quitter le pays (1922-1924).

4 Sur ce point de la mobilisation contre le communisme, le résumé officiel (publié à Rome le 18 mars), que nous citons au texte, qui a été publié le 19 par les quotidiens parisiens et commenté par les éditorialistes, use d’expressions plus pugnaces que les alinéas 60 et suivants de l’encyclique qui lui correspondent et exhortent les prêtres à “aller aux ouvriers” pour le combat du Christ, pour les mettre en garde contre les fausses doctrines. Mais on retrouve par ailleurs, en plusieurs passages de l’encyclique, l’expression de “combat” contre le communisme.

5 L’attitude du cardinal archevêque de Paris, invitant à souscrire à l’emprunt pour la Défense Nationale lancé par le gouvernement de Front Populaire, a été diversement appréciée. Il est vrai que le général de Castelnau et Kérillis, personnalités classées “à droite”, recommandent de souscrire à cet emprunt destiné au réarmement de la patrie. L’une des manifestations les plus connues de cette offensive de séduction est constituée par cet interview de Léon Blum par Sept, hebdomadaire catholique, qui suscitera bien des remous.

6 Les nouaelles religieuses tiennent une place importante dans le Figaro : interview de l’abbé Bergey le 17 mars, publication avec abondants commentaires des encycliques, mention des épisodes du conflit entre le Vatican et le IIIe Reich, célébration des fêtes de Pâques, mention de l’encyclique à l’épiscopat mexicain (28 mars) jubilé sacerdotal du cardinal Verdier (12 avril), réunion salle Wagram des mouvements catholiques (20 avril), communiqué du Cardinal Verdier recommandant l’union entre catholiques (29 avril)… passim. Le tirage du Figaro s’élevait à 80 000 exemplaires après la fin de l’expérience malheureuse Coty.

7 L’abbé Bergey (1881-1950) fut entre les deux guerres, l’un des orateurs les plus célèbres de la droite catholique. Ancien combattant, vice-président de la Fédération Nationale Catholique, il fut député de la Gironde de 1924 à 1932 et curé de Saint- Émilion.

8 Georges Goyau (1869-1939) a été l’un des intellectuels catholiques les plus prestigieux de la première partie du XXe siècle. De formation universitaire il se fit connaître par divers ouvrages d’histoire religieuse. Il contribua à faire connaître la pensée sociale de Léon XIII et figura parmi les “ralliés” de l’Action Nationale Libérale de Jacques Piou.

9 G. Goyau ne craint pas de se référer à un passage de l’encyclique qui sera pris à partie par la presse d extrême gauche, et que les publicistes catholiques inclinant a gauche ne relèveront pas : l’invitation très ferme du pape aux responsables politiques chrétiens à employer “les moyens légaux de coercition” contre les menées communistes est interprété comme une justification de la politique du chancelier d’Autriche Dollfuss contre “les partis subversifs de Vienne” ; cette dernière politique avait été critiquée par maints catholiques français de gauche. Les incertitudes des militants sociaux chrétiens vis-à-vis du communisme et du Front populaire sont indiquées par P. Droulers, Le Père Desbuquois… t. 2 p. 183 et suiv.

10 Les informations sur le conflit entre Rome et le nazisme sont données selon le calendrier suivant : lundi 22 mars, page 3, colonnes 1 et 2, gros titre : “La violation par le Reich du Concordat de 1933”, suivi d’un article de 50 lignes relatant d’après une note du Vatican, la lecture, le 21 mars dans toutes les églises d’Allemagne, de l’encyclique Mit Brennender Sorge. Le 23 mars, page 1, col. 3, gros titre : “L’Encyclique sur le Concordat Allemand. Le pape contre l’Hitlérisme, et, en p. 3, éditorial de G. Goyau, 80 lignes double colonne, critiquant la politique d’Hitler : “La caricature d’un Christ antisémite, collaborateur imprévu des ostracismes hitlériens s’est substituée à la physionomie traditionnelle du Christ”. Le conflit continue à être évoqué les jours suivants. Il rebondit avec l’adhésion provocante d’Hitler au néo-paganisme germaniste du général Ludendorff (5 avril : gros titre, p. 1, col. 5 : “Le Néopaganisme du Général Ludendorff est reconnu comme religion par l’Allemagne hitlérienne”).

11 L’Écho de Paris, qui tire à 100 000 exemplaires est un “journal de signatures“ qui se montre particulièrement attentif à l actualité religieuse et favorable au catholicisme ; il mentionne un Congrès eucharistique (22 mars) la célébration de Pâques à Rome (29 mars), les noces d’or sacerdotales du cardinal Verdier (14 avril). Vis-à-vis de l’Espagne, sa faveur va aux “nationalistes”. L’Écho annonce : “Les Nationaux espagnols ont remis en vigueur l’enseignement religieux”, et applaudit à cette initiative (20 mars, p. 2, col. 5). Dans le n° du 1er février, il évoquait le retour en Espagne du cardinal archevêque de Tolède.

12 N° du 23 mars, p. 1, col. 3-4, titre : “Après des années de patience, le pape adresse au Reich une protestation énergique et une dernière sommation”, sommant un éditorial de Ch. Pichon ; du 26 mars, p. 5, titre : “L’Encyclique sur l’Allemagne porte un coup très grave au prestige moral du IIIe Reich”, et éditorial de Ch. Pichon ; du 29 mars, du 31 mars, du 6 avril, du 10 avril, du 16 avril… passim. La faveur de ce quotidien pour le catholicisme est mesurée par l’abondance des informations.

13 Le Temps, le très sérieux quotidien du soir n’accorde, lui, à l’encyclique qu’une place chichement mesurée dans le n° du 19 mars, en page 6 ; l’encyclique relative a l’Allemagne aura droit à la page 1 (23 mars).

14 Intran du 20 mars, p. 1, col. 5, “Il est grave que le communisme prépare tant de ruines matérielles. Mais son plus grand danger, c’est l’avilissement de l’homme. Pour quel but croit-on que les générations passées ont tant travaillé, combattu et risqué, sinon pour grandir moralement, pour faire des hommes libres… Pour accomplir… La dignité humaine ? Mais, “la liberté, disait Lénine, est une notion bourgeoise”. Nous savons ce qu’elle est devenue, nous savons ce qu’il en a fait. Voulons-nous, sur notre Terre, le servage ?” (Tirage de l’intransigeant, qui est en décadence, 134 000 exemplaires en mars 1939).

15 Le tirage d’Excelsior avoisine 130 000 exemplaires.

16 Son tirage avoisine 400 000 exemplaires.

17 Tirage : 1 million 600 exemplaires en juin 1937 (animateurs : Prouvost et Lazareff). L’autre géant de la presse d’information, Le Petit Parisien présente l’événement de manière comparable à celle des autres quotidiens modérés.

18 De tous les quotidiens étudiés, Le Matin semble le plus favorable aux régimes autoritaires. Il se fait l’écho d’une réaction des milieux politiques italiens : ces derniers observent que le pape mentionne les corporations “principe essentiel on le sait du régime fasciste . À propos de l’encyclique “contre la violation du Concordat dans le IIIe Reich”, Le Matin résume la condamnation, et ajoute “on déclare cependant à Berlin que les mesures antichrétiennes viennent des juifs”. Il relate l’argumentation des autorités du Reich. Le Matin tire à 300 000 exemplaires environ.

19 Selon Le Jour M. Thorez reprenait, dans l’Internationale communiste de septembre 1936, les directives données par Lénine en 1909 : “la lutte contre la religion ne doit pas être conçue dans l’abstrait (d’un débat théorique) mais dans le cadre de la lutte des classes… Qui, dans l’état actuel du capitalisme, mènera cent fois mieux les travailleurs chrétiens à la social-démocratie et à l’athéisme qu’une prédication athée…”. Le Jour tire à moins de 200 000 exemplaires. Il absorbera en 1938 L’Écho de Paris.

20 Toutefois l’A.F. ne relate pas le passage critiquant le libéralisme économique.

21 La brièveté et la modération des réactions de l’Action Française ne manquent pas de surprendre. Est-ce parce que ses dirigeants considèrent que la condamnation allait de soi ? Est-ce plutôt parce que ce groupe, sanctionné et suspecté depuis 1926 par la hiérarchie catholique, juge inopportun de se mêler à l’événement de la déclaration pontificale ? Ou bien parce que les catholiques d’Action Française, partagés entre deux fidélités, hésitent à s’exprimer par la voie retentissante de la presse ? L’attentisme de l’A.F. à l’égard des conséquences de l’encyclique en France contraste avec l’attitude d’autres catholiques ” de droite“pour lesquels, Rome ayant parlé, le mal sera extirpé.

22 Les caricatures du bas de la première page du numéro du 21 mars, sous le titre “le pape a raison”, confirment cette impression : Hitler, Mussolini, Franco et le colonel de la Roque sont présentés ironiquement comme les suppôts du communisme, des trublions méritant la condamnation romaine.

23 II est significatif que Le Soir, d’inspiration communiste mais destiné à toucher le grand public, par une présentation proche de celle de la presse “bourgeoise“ de grande information, se soit gardé de faire place à l’encyclique Divini Redemptoris ; au contraire, la condamnation du nazisme est annoncée dès le 23 en information de dernière heure sur 40 lignes et le 30 à la “une”, sous le titre “Les difficultés de l’Église et du IIIe Reich”.

24 L’éditorialiste invoque les critiques marxistes contre “le matérialisme vulgaire et les thèses de Feuerbach”. Il qualifie Marx de “dernier grand idéaliste du XIXe siècle”. Pour lui, le socialisme, accusé de matérialisme “a engagé la lutte la plus grandiose contre la matière en proposant de subordonner l’économie que les philosophes bourgeois affirmaient livrée à ses propres lois, aux nécessités supérieures de la solidarité humaine”.

25 Le Populaire fait allusion à la politique du chancelier d’Autriche, Dolfuss, chrétien-social, qui gouverne autoritairement contre la double opposition nazie et marxiste, réprime sévèrement les insurrections ouvrières de février 1934 et organise un état corporatif. Après son assassinat par les nazis, Schusnigg lui succède.

26 L’auteur s’abstient de faire grief au Pape, si ce n’est d’un mot, de la situation espagnole : les palinodies du gouvernement hésitant entre intervention et non intervention rendaient malaisée sans doute toute prise de position.

27 L’auteur persifle l’attitude du Pape qui réussit à se mettre tout le monde à dos. Il s’offre être son dernier fidèle puisque “avec une impartialité remarquable, le Chef de la Chrétienté a coupé les ponts entre le Vatican et le fascisme alors qu’entre le communisme et le Vatican un gouffre était déjà creusé”. Propos dédaigneux d’anticlérical notoire, point trop mécontent toutefois de voir renvoyer dos à dos ses propres adversaires.

28 Ce quotidien se fera même gloire (le 20 mars, p. 4, col. 1) d’être le seul à Paris à avoir publié intégralement ce résumé, et La Croix l’en approuvera. En réalité, L’Écho de Paris l’a publié lui aussi, et Le Figaro presque intégralement.

29 “… La Rome éternelle ne se détermine pas par opportunisme. Déclaration de guerre ? Mais le marxisme accuse la religion d’être l’opium du peuple”.

30 Bidault s’en prend aussi à ceux qui comptent sur la répression institutionnelle pour briser la pénétration communiste (… ne comptez pas sur l’Église pour partager cette confiance en la force brutale où vous conduit comme au seul espoir, votre crainte de la foule et votre mépris des pauvres). Il néglige le paragraphe 74 de l’encyclique ainsi rédigé : “Les États mettront donc tout en œuvre pour empêcher une propagande athée qui bouleverse les fondements de l’ordre, fasse des ravages sur leurs territoires”.

31 Mgr. Fontenelle écrit : “Les résumés téléphoniques de ce document grandiose qui turent composés et envoyés dès son apparition hier après-midi n’ont pu donner qu’une très faible idée de l’ampleur, de la véritable inspiration et du style même de l’encyclique (20 mars, 1ère page, col. 6-7). Ces jugements ne sont pas sans susciter des interrogations. Le résumé est publié par La Croix elle-même et par l’Aube du 19 mars comme un résumé officiel. Les autres quotidiens font de même. Ils publient des fragments plus ou moins complets, en usant des guillemets pour distinguer les citations du texte du 29 avril (p. 4). L’Action Française dénonce les équivoques entretenues selon elle par les publications des catholiques de gauche (L’Aube, la Vie catholique, Sept). Elles interviennent sur le terrain politique et demandent le secours de la hiérarchie quand on les prend à partie : … “L’équivoque ne vient-elle pas de ce que certains, notamment l’Aube se font un monopole du catholicisme…? Que l’Aube, et la Vie catholique et que Sept acceptent d’être considérés comme des organes indépendants relevant de la libre discussion, l’équivoque tombera d’elle-même et le malaise, qui est incontestable, s’atténuera”.

32 La Croix, 20 mars 1937.

33 Publié sans commentaire dans La Croix du 29 avril, p. 1, col. 2 et 3.

34 Les comportements très nuancés de l’épiscopat, de l’Action Catholique de L’Aube et de La Croix sont notablement éclairés par l’étude très solidement documentée du P. Droulers sur le P. Desbuquois (op. cit. p. 97). Ce dernier, qui fut en réalité l’un des prêtres les plus influents de l’Église de France au temps de Pie XI, avait contribué, dans la préparation de l’encyclique à diminuer son aspect condamnatoire et à développer les conseils d’engagement au service des ouvriers. Il n’aimait pas le fameux “le communisme est intrinsèquement pervers”. L’effort systématique de rééquilibrage de l’encyclique correspond à ses vues.

Notes de fin

* Extrait des Mélanges à la mémoire de Pierre Montané de la Roque, Presses I.E.P. Toulouse, 1986, t. II, p. 647-674, par Germain et Mireille Sicard, avec la dédicace :
Civi fortissimo
Christiano fidelissimo
Antecessori praeclaro
Petro Montané de la Roque

* Orientation bibliographique
Histoire du catholicisme en France – 3ème partie, L’époque contemporaine par R. Rémond, Paris, Sfez 1962. J. Marteaux, L’Église de France devant la Révolution marxiste, t. 1, Paris, Table ronde, 1958 ; R. Remond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976. R. Remond, Les catholiques dans la France des années 30, nouvelle ed., Paris, 1979. A. Coutrot, Un courant de la pensée catholique : L’hebdomadaire “Sept”, Paris, Cerf, 1961 ; F. Mayeur, L’Aube, étude d’un journal d’opinion, Paris, Colin, 1966. P. Christophe, 1936, Les catholiques et le Front Populaire, Desclée, 1979. P. Pierrard, L’Église et les ouvriers en France 1840-1940, Paris, Hachette, 1984. P. Droulers, Le père Desbuquois et “l’Action populaire”. Politique sociale et christianisme. t. 2, 1919-1946, Paris, Ed. ouvrières, Rome univ. grégorienne, 1981. Le texte même de l’encyclique a fait l’objet de plusieurs publications : Paris, Spes, 1937 (Action populaire) ; Paris, Bonne Presse, 1937 ; Epinal, Foyer Vosgien, 1937 ; Lyon, éd. du nouvelliste, 1937 ; La Garenne, F.N.C.] 1937 et dans la collection des Actes de S.S. Pie XI… Texte latin et traduction française, t. XV, années 1936-1937 et t. XVI, 1937 Paris [Bonne Presse, 1943-1944].

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search