Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

“L’Action Française”, défenseur de l’Église et du pape durant la Première Guerre mondiale (1914-1917)*

Texte intégral

  • * Extrait de Hommage à Romuald Szramkiewicz, Paris, Litec, 1998, p. 57-75.

En souvenir des délicates responsabilités exercées par notre regretté collègue. qu’il nous soit permis de dédier à sa mémoire cette recherche aux confins de la politique et de la religion.

  • 1 Dans l’abondante littérature relative à l’Action Française et à Charles Maurras, nous renverrons se (...)
  • 2 Le sentiment patriotique et nationaliste n’est pas l’apanage de la droite ; il a été l’une des comp (...)

1 L’Action Française, créée comme bulletin en 1899, devenue quotidien en 1908, a constitué pendant quarante ans, sous le magistère de Charles Maurras, l’organe d’une école de pensée, et l’expression la plus intransigeante du nationalisme français. Maurras et l’Action Française ont combattu, dans l’espoir du rétablissement d’une monarchie organique, la république démocratique, les mœurs parlementaires, le germanisme et tout ce qui leur paraissait menacer l’intégrité nationale1. L’Action Française a contribué pour sa part au renouveau, dans les années 1910, d’un vigoureux patriotisme français, lui-même âme de la résistance extraordinaire des combattants pendant les quatre années et quatre mois de la plus terrible des épreuves2. Elle soutient sans réserve l’effort de guerre de la France.

  • 3 G. Cholvy et Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, ch. 2 et 3 (Toulo (...)

2L’Action Française, bien que mouvement politique et non confessionnel a soutenu énergiquement les intérêts catholiques contre la politique anticléricale des coalitions de gauche (mesures de Waldeck-Rousseau et de Combes, séparation avec confiscation des patrimoines ecclésiastiques, exclusion des congrégations). Elle a mobilisé -au-delà sans doute des souhaits du clergé- des cohortes de laïcs pour s’opposer aux inventaires, aux expulsions3. Cette double orientation, de défense nationaliste et de défense du catholicisme, qui paraît aller de soi pour les publicistes d’Action Française (catholiques comme Dimier, agnostiques comme Maurras) se trouve mobilisée dans les circonstances de la guerre de 1914.

3Toutes les forces catholiques s’associent immédiatement, naturellement, fondamentalement à “l’Union Sacrée” de tous les Français. Tous les historiens de cette période l’ont souligné. Dans son numéro du 15 août 1914, la Revue du Clergé Français donne le ton : “Nous combattons pour défendre contre les barbares agresseurs la terre sacrée de nos pères. Nous combattons pour le droit et la civilisation”. Évêques et curés prêcheront sans réserve que la cause de la France est juste. Plus de 25.000 prêtres et séminaristes sont mobilisés en 1914. Ils serviront comme combattants, ou comme infirmiers, ou comme aumôniers.

  • 4 Nous renvoyons à l’excellent chapitre 6 de l’ouvrage cité à la note précédente.

4Le gouvernement, quoique à dominante anticléricale, a accepté le 2 août 1914, de suspendre l’application des lois de 1904 contre l’enseignement congréganistes. Il fait entrer des personnalités catholiques dans les Comités de Secours National4.

  • 5 G. Sicard : Du P. Gratry au pape Benoît XV Apôtres de la Paix du Christ au temps de la “Paix Armée”(...)

5À Rome, les papes Léon XIII et Pie X, conscients des risques que la course aux armements et l’affrontement des nationalismes font courir aux peuples, ont tenté assez vainement des efforts de défense de la Paix. Pie X a été bouleversé par l’enclenchement de la course à la guerre, en juillet 1914 et Benoît XV multipliera les initiatives en faveur des victimes, et les prédications pour la Paix5.

6Dans la France en guerre, les interventions de l’Action Française s’ordonnent en deux temps : de 1914 à 1916, Charles Maurras prend la défense du clergé, des catholiques, du pape lui-même, contre les suspicions, les rumeurs, les critiques dont ils sont l’objet de la part de la gauche. Ces articles seront réunis dans un volume : “Le Pape, la Guerre et la Paix“publié par la Nouvelle Librairie Nationale en 1917. La publication par le Saint-Siège, en août 1917, de propositions en vue d’amener les belligérants à conclure une paix équitable et durable, suscite aussitôt des remous de réprobation chez les alliés. Louis Dimier, dans plusieurs articles de l’Action Française d’août et septembre 1917, s’applique à la fois à défendre le pouvoir spirituel du pape, et les intérêts vitaux de la France.

– I –

7 L’Action Française défend inlassablement le catholicisme et ses fidèles contre les attaques anticléricales : on peut relever plus de cinquante articles de Ch. Maurras sur ce thème de septembre 1914 à juillet 1916 réunis ensuite dans le volume “Le Pape, la Guerre et la Paix”. C’est que l’Union sacrée, associant autour du gouvernement de la République tous les Français, de Ch. Maurras aux socialistes, ne désarme pas l’hostilité de la gauche contre le catholicisme.

8Devant l’épreuve de l’invasion, plusieurs évêques ont été au premier rang pour protéger les populations civiles et assurer les secours. Un article du 14 septembre 1914, salue l’évêque de Meaux comme defensor civitatis des nouveaux temps de violence. Mais déjà, une “rumeur infâme“ s’est répandue contre le catholicisme, les prêtres : l’Action Française la dénonce et la combat (avec d’autres publications catholiques) : dès le début de la guerre, en mainte contrée, court une rumeur : la guerre serait due aux curés, au pape (à ce grand pape qui en est mort”, s’indigne Maurras). “Une vague rumeur répète que l’immense effusion de notre sang français a été provoquée, désirée, payée même par les prêtres, ou par les nobles, ou par les riches, ou par les bourgeois (du 4 octobre 1914, p. 87, “La guerre des curés”). La rumeur se gonfle de précisions : dans l’Indre, on va jusqu’à préciser combien chaque famille notable a pu donner de subsides à l’Allemagne. Le “bobard“atteint l’ahurissant – “Plus les familles font “d’action sociale”, “plus elles sont visées par ces rumeurs”. L’une d’elles, qui ne cesse “d’aller au peuple“est soupçonnée d’avoir donné une somme tellement énorme que l’empereur Guillaume est venu en aéroplane lui porter ses remerciements !” (ibidem). Cette “rumeur infâme“a couru les campagnes : le Berry, le Périgord, la Bourgogne, le Lyonnais, la vallée du Rhône, et même la Bretagne (un paroissien de Ploeur se rétracte publiquement après avoir accusé son curé d’avoir porté de l’argent aux Allemands. Un territorial demande s’il est vrai que son curé a payé les allemands).

  • 6 Maurras reprend une quinzaine de fois la défense des catholiques contre la “rumeur infâme“ : Le pap (...)

9 La rumeur couve encore en 1915, Maurras s’indigne que la grande presse n’ait pas combattu ces calomnies, que le gouvernement ne les ait pas fait poursuivre ; seuls le préfet de la Savoie, le sous-préfet de Chateaubriand et un commandant d’armes ont rectifié6. Pourquoi le gouvernement est-il resté muet devant cette campagne de calomnies ?

10 L’Action Française juge que seule la propagande allemande peut avoir été assez abjecte pour tenter de diviser les Français par un procédé aussi grossier que ridicule. Avec le recul du temps, on ne peut manquer d’observer que la diffusion de ces “bobards” contre les curés et les notables trouvait au moins un terrain favorable dans l’anticatholicisme français de gauche.

11Ces calomnies ont suscité quelques réactions de curés et d’évêques, que cite l’Action Française : l’archevêque de Tours a adressé à ses diocésains une lettre émue d’indignation où il énonce les dévouements sacerdotaux, le retour des religieux exilés du fait des lois laïques, qui reviennent dans la patrie pour prendre leur part des épreuves. L’évêque de Montauban, Mgr Marty, a répliqué vivement : “Quoi donc, le pape meurt de la tristesse que lui cause la guerre, vingt mille prêtres sont occupés à défendre la France et dix mille vont être appelés. Le premier fusillé des Allemands est un prêtre. Nous multiplions nos efforts pour soulager nos blessés, nous faisons des prières solennelles pour que Dieu nous donne la paix et la victoire… Et nous sommes avec les Prussiens“ (Maurras, Un Acte public, A.F. du 7 oct. 1914 ; op. cit., p. 92). L’évêque de Grenoble, excédé par la diffusion des rumeurs calomnieuses a invité prêtres et fidèles à l’en informer, afin qu’il défère devant les tribunaux ceux qui colportent des imputations infamantes pour le clergé (Maurras, A.F., du 22 nov. 1914 ; op. cit., p. 118-120).

12Maurras reproche à plusieurs reprises à l’Humanité des attaques contre le clergé. Il le défend également contre “La Dépêche du Midi”, le grand quotidien radical de Toulouse, qui ne manque pas de s’en prendre “aux curés“ : pendant que les armées françaises se battent sur l’Aisne, l’Oise, la Somme, la Dépêche du Midi insère, sous le titre “La situation“une campagne acharnée contre la France catholique”… “les catholiques français sont au front et tirent sur les Allemands. À l’arrière, La Dépêche n’est pas moins occupée : de Toulouse, elle tire sur les catholiques français”. (Maurras, A.F. du 10 oct. 1914 ; op. cit., p. 99-100). Mgr Marty, évêque de Montauban, interdit aux fidèles la lecture de ce quotidien qui “tient le Sud-Ouest”. Mais la censure “caviarde“ses instructions jusque dans le “Bulletin catholique de Montauban”. La “Dépêche du Midi“persiste dans son agressivité : en février 1916, ce journal publie “une lettre venu du front : je mets à défi n’importe quel poilu… de dire qu’il a vu monter la garde aux tranchées à un curé ou à un millionnaire”. Maurras réplique qu’on n’a que l’embarras du choix pour citer les conduites héroïques de prêtres en première ligne ; il mentionne l’abbé Lamy, devenu sergent, sept fois blessé (A.F. du 25 février 1916, op. cit., p. 177). Maurras réplique aussi, en maintes livraisons, aux multiples attaques de l’Humanité : cette dernière publication s’en est prise en février 1916, à un jésuite, officier, dans les termes suivants, “Il est déjà surprenant que l’on ait eu la faiblesse de donner les galons d’or à un membre de l’ordre qui, au commencement de la guerre, témoigna sa sympathie à l’Allemagne en termes dithyrambiques”. Maurras révèle que ce jésuite, le père Boutin à été tué au combat le 31 octobre 1915. L’Humanité est obligé de publier une rectification embarrassée (A.F. du 28 fév. 1916 : op. cit., p. 179, “Une provocation nouvelle”).

13Les exemples qui précèdent suffisent à montrer l’importance des rumeurs anticatholiques -malgré l’Union Sacrée- et la mobilisation constante de l’Action Française pour défendre l’Église et mettre en lumière les comportements patriotiques de ses membres.

14Ces polémiques concernent aussi les manifestations de piété chrétienne qualifiées par la gauche de prosélytisme inacceptable : l’Humanité s’indigne que l’archevêque de Paris ait béni les blessés d’une ambulance. Maurras réplique vertement “La main d’un prêtre vénérable levée sur des blessés et des agonisants ne saurait offenser que des anthropophages professant la religion de l’inhumanité” (11 avril 1915, op. cit., p. 143). Les distributions d’images pieuses ou de médailles par des religieux ou des dames d’œuvres zélées, mais peut-être indiscrètes, a suscité des critiques de la gauche. Maurras répond que ce sont, le plus souvent, les militaires qui demandent ces objets. “Il suffit de s’être trouvé sur le quai d’une gare, au passage d’un train portant des troupes au feu, ou ramenant des blessés, pour le constater”. Maurras ajoute qu’en ces temps de péril national (octobre 1914) : “Nous avons besoin de toutes nos forces morales et vouloir, à une heure pareille, retrancher de ce total précieux les précieuses forces morales inspirées par la foi catholique serait, si le fait était volontaire, un crime contre la patrie” (op. cit., p. 111-112).

  • 7 Maurras, op. cit., p. 167, 24 oct. 1915. L’Humanité reproche au général de Castelnau, adjoint au gé (...)

15Maurras défend Albert de Mun, le célèbre publiciste catholique “Un Français convaincu que des multitudes de ses compatriotes, en faisant leur devoir devant l’ennemi vont risquer plus que leur vie, vont affronter l’abîme des biens ou des maux étemels, ce Français là a-t-il le droit de parler, d’écrire, d’agir conformément à cette foi, à cette espérance ?“op. cit., p. 85, 1er octobre 1914). Est-il scandaleux que le clergé ait demandé des prières publiques pour la Patrie ? (op. cit., p. 89, 4 oct. 1914) ; qu’un colonel invoque le nom de Dieu ? Que des officiers invitent leurs hommes à se réconcilier avec Dieu ? Que le général de Castelnau se réfère à la gloire de Dieu. “Un chef musulman qui combat sous notre drapeau a toute liberté pour invoquer Allah. Un officier socialiste est libre de mêler à des paroles destinées à entraîner ses hommes, ses rêveries et ses conceptions particulières du passé et de l’avenir de l’Humanité. Et toute référence religieuse serait refusée aux généraux français catholiques ?7”.

16Maurras, quoique agnostique lui-même, comprend et justifie les efforts d’apostolat des catholiques. Dans les périls de mort que représente la guerre, vouloir empêcher des croyants de travailler à faire croire autour d’eux, essayer de leur défendre de sauver… des âmes menacées d’une éternité de souffrances et capables d’une éternité de bonheur, c’est faire acte de férocité pure et simple envers ces croyants” (8 avril 1916, op. cit., p. 196).

  • 8 À supposer qu’il y ait eu des excès de prosélytisme, il était facile de les faire cesser en interve (...)

17 L’Humanité a accusé des religieuses hospitalières des Bouches-du-Rhône de “prosélytisme clérical répugnant”. En réalité, l’hôpital est tenu de façon parfaite, et les insinuations anticléricales injustifiées. À supposer, écrit Maurras, qu’il y ait eu des pressions indiscrètes, ce seraient là des procédés inadmissibles. Sont-ils établis ? Et, s’ils l’étaient il conviendrait d’intervenir auprès des autorités religieuses elles-mêmes pour faire cesser les maladresses, plutôt que d’accentuer les divisions entre Français par des polémiques8.

18De “débordements cléricaux assez hypothétiques, et à tout prendre, bien anodins, on a fait sortir une campagne anticléricale génératrice ou régénératrice de discordes devant l’ennemi” (A.F., 8 sept. 1915, op. cit., p. 165).

  • 9 Maurras dans l’A.F. du 11 octobre 1914 op. cit., p. 100-102 s’associe au “magnifique discours prono (...)
  • 10 0p. cit., p. 118-120, A.F. du 22 nov. 1914. L’abbé Etchat de Saint Étienne de Baïgorry est acquitté (...)
  • 11 Op. cit., p. 171, A.F. du 11 nov. 1915 : l’incident est un déplorable malentendu lié à cet état de (...)

19 Maurras est amené encore à prendre la plume pour défendre quelques prêtres accusés d’avoir présenté les épreuves de la guerre comme un châtiment de la Patrie. Dans le climat de mobilisation patriotique de 1914, l’exercice n’était pas exempt de difficultés. Maurras répond au Temps – “Le catholicisme admet qu’il y a relation entre les fautes collectives et les malheurs collectifs. Pourquoi, si le catholicisme est admis… faire grief à cet autre prélat qui rattache les calamités nationales aux erreurs de la Nation ? (op. cit., p. 81 : A.F. 30 sept. 1914). Et, quelques jours plus tard : un écrivain catholique parle des pêchés de la France, expiés sur l’immense autel des batailles. “Paroles odieuses” écrit un socialiste. “Il faut avertir bien clairement ce socialiste que l’odieux, ici, c’est lui. Il ne s’en doute pas, et c’est son excuse” (op. cit., p. 89 : A.F. 4 octobre 1916)9. Maurras a pris la défense non sans embarras, d’un curé basque poursuivi pour avoir déclaré que la guerre était le châtiment voulu par la Providence, à cause des persécutions anti-catholiques10.. Il défend également l’abbé Lagardère, puni de quinze jours d’arrêts pour un sermon sur l’expiation”11.

  • 12 Op, cit., p. 165, A.F du 8 sept. 1915 : Un mutilé de guerre se présente au concours spécial de prép (...)

20Dans un ordre d’idées voisin, Maurras approuve les paroles du cardinal archevêque de Paris : “On peut demander humblement le bien de la paix aux Puissances mystérieuses sans vouloir conspirer contre la victoire (2 fév. 1915, op. cit., p. 10-11). Il s’indigne que, sous prétexte de séparation le préfet interdise à Autun la procession publique des reliques de saint Lazare, autorisée par la municipalité, que la suspicion politique continue à s’exercer à l’encontre des mutilés de guerre postulant des emplois12.

21 Dans de multiples chroniques, Maurras dépasse l’horizon des controverses franco-françaises pour évoquer le zèle international de l’Église, et la position exceptionnelle du pape, au-dessus des rivalités nationales.

  • 13 Op. cit., p. 1-2 ; A. F., 8 nov. 1914, Le corps diplomatique au Vatican, p. 21, 8 fév. 19 15.
  • 14 Bien que Sa Sainteté Benoît XV ait fait sentir le regret de ne pas trouver devant lui un ambassadeu (...)
  • 15 M. René Bazin à Rome, op. cit., p. 60-61, A.F du 5 avril 1915 (René Bazin écrivain catholique alors (...)

22Il s’est fait l’écho des nouvelles de Rome : Pie X ami de la France malgré les avanies que lui a réservé la République anticléricale, a déploré la course à la guerre européenne en juillet 1914 ; a refusé de bénir les armées de l’Autriche, a tenté vainement de sauver la paix. Le nouveau pape Benoît XV est lui aussi un ami de la France13. Maurras déplore que la France ayant rompu les relations diplomatiques avec le Vatican ne dispose d’aucun représentant pour défendre les intérêts de la Nation auprès du Saint-Siège. Les anticléricaux sont mal venus à se plaindre que les Empires centraux avec leurs ambassadeurs sont bien placés pour faire valoir leurs arguments. Maurras demande sans se lasser le rétablissement de l’ambassade de France au Vatican dans l’intérêt évident de la Patrie. Il s’indigne des refus et des arguments qui les soutiennent14. Il se réjouit au contraire des influences bénéfiques de la venue à Rome de voyageurs français influents de la mobilisation des personnalités catholiques derrière Mgr Baudrillart dans le “Comité catholique de propagande française à l’étranger”15.

  • 16 Op. cit., p. 63, A.F. du 2 mai 1915 (don du cardinal archevêque de Paris au Secours National et “ad (...)

23Maurras reprend à plusieurs reprises l’un des thèmes habituels de l’Action Française, qui voit dans le catholicisme une composante fondamentale de la culture française. Il se réjouit que le gouvernement fasse appel aux diverses “forces historiques” de la Nation en associant de hautes personnalités religieuses au “Secours National“qu’il se fasse représenter aux obsèques du cardinal Sevin, archevêque de Lyon. De leur côté, prêtres et évêques inciteront les Français à souscrire de leur mieux aux emprunts nationaux16.

  • 17 Op. cit., p. 112-114, A.F. du 31 octobre 1914 L’indignation de Pelletan” op. cit., p. 53, A.F du 9  (...)

24Maurras regrette les soupçons ou les attaques anticléricales contre le pape. Comment des pacifistes peuvent-ils critiquer ses appels pour la paix ? Pourquoi ceux qui luttent pour la défense du droit s inquiètent-ils que le pape appelle au respect du droit ? Quelle incohérence de la part de tous ceux qui militent pour la séparation, l’exclusion de l’Église des affaires publiques et voudraient en même temps que le pape se range au côté de la France !17.

  • 18 Le catholicisme et la paix, op. cit., p. 34, 14 nov. 1914 et p. 58, Portée politique et morale de l (...)

25À l’encontre des publicistes de gauche Maurras ne manque pas de citer et de souligner les initiatives pontificales en faveur des victimes des hostilités ; Benoît XV propose aux belligérants l’échange des prisonniers incapables de porter les armes (19 déc. 1914) ; il obtient l’hospitalisation en Suisse des prisonniers malades ou blessés des deux camps. Maurras commente avec respect l’encyclique Ad beatissimi, du 1er novembre 1914, qui débute par une déploration véhémente de la guerre : “Qu’enseigne le pape ? La paix. Et l’autorité qu’il exerce, la continuité de son autorité, le respect dont l’entourent d’innombrables populations suffit à témoigner que cet enseignement pacifiste n’est pas un vain mot, il s’étend aux réalités. L’alliance d’un tel pouvoir en faveur de la paix européenne serait à solliciter si les pacifistes étaient sérieux”. Mais les pacifistes, qui devraient se réjouir du concours de l’autorité pontificale sont presque tous anticléricaux, comme les socialistes18. Il analyse l’encyclique dans le numéro du 17 novembre 1914 (Portée politique et morale de l’encyclique) – “Les paroles de paix du pontife catholique romain auront-elles la force de vaincre la ruée de la haine internationale ?… C’est une autre question, et qui porte sur un autre plan. Mais là encore il faut admirer la gravité, on voudrait oser dire le réalisme avec lequel l’encyclique, pour viser l’avenir, s’applique à peser et à mesurer exactement les données du passé”. Le publiciste retient particulièrement les analyses pontificales qui s’accordent avec celles de l’école d’Action Française : l’injustice dans les relations sociales, le fondement illusoire de l’autorité légitime dans la libre volonté des hommes, la recherche effrénée de bien-être, l’égoïsme des personnes et des groupes. Maurras qui observe la faillite du “pacifisme humanitaire”, reconnaît au contraire que “le pacifisme catholique et pontifical se présente comme une doctrine intelligente, liée, rationnelle, supérieure aux réalités, mais en accord avec toutes les lois des choses”.

26La défense de la papauté par Charles Maurras ne se limite pas à approuver la déploration des morts et misères infinies, les déclarations condamnant les violations évidentes du droit des gens (invasion de la Belgique). Il prend acte avec respect de la dimension internationale de l’Église, et de la spécificité du pouvoir spirituel exercé par le pape, au-dessus des nations. Le catholicisme est la seule internationale qui subsiste, en présence de l’affrontement des nations, après l’échec de l’Internationale socialiste : “Alors que les autres internationales ont suivi le sort de la nation à laquelle elles étaient attachées, le catholicisme conserve une existence distincte, et une loi indépendante”. Son “internationalité“est suffisamment forte pour que, à la nouvelle de l’arrestation du cardinal Mercier, archevêque de Malines, l’émotion des catholiques allemands ait été telle que l’autorité allemande d’occupation a dû faire marche arrière. “Ainsi, jusque chez les Barbares, il a brillé comme un rayon d’humanité intelligente, et cela par la seule vertu de l’Église” (op. cit., p. 11, 2 février 1915).

  • 19 0p. cit., p. 32-33 A.F du 21 avril 1915 : Le principe [catholique] n est pas dans la vie sociale ma (...)

27Quoique nationaliste, Maurras n’exclut nullement les valeurs universelles de l’humanité. Il s’en explique en ces jours de février 1915 (ibidem, p. 12-15) : “Nous sommes de ces nationalistes qui ne méprisent ni n’avons jamais méprisé dans les choses humaines, l’humanité, l’universel, ni par conséquent la seule institution organique et vivante dont l’esprit soit universel, le catholicisme. C’est justement parce que les nations se font, à ras de terre, une guerre atroce qu’il nous paraît honorable que dans le ciel, plus haut, plus loin que le chemin des taube (avions militaires allemands) existe un lieu où se rencontrent et puissent converger des prières du même rite, exhalées d’âmes ennemies”. L’universalité du catholicisme est précieuse pour fonder les valeurs futures. “Il nous paraît aussi beau et bon qu’il subsiste malgré tout des ponts communs sur lesquels établir plus tard des éléments de communication”19.

  • 20 Op. cit., p. 40, 9 février 1916 : Un article des Études : le pape et les lois de la guerre. Maurras (...)

28Cette “internationalité“catholique ne s’oblige pas à empêcher les guerres. “Ce n’est pas en ce monde que le catholicisme déclare vouloir essentiellement établir en fait son ordre et sa paix“op. cit., p. 71,8 février 1915). Dans certains écrits, Maurras distingue l’ordre temporel (qui relève des nations) de l’ordre spirituel qui est tout autre (op. cit. p. 32, 21 avril 1915) : “au-dessus de la terrible logique de la guerre -tuer pour ne pas être tué, dompter, pour ne pas être dompté, existe le rôle international de la papauté” (op. cit., p. 49, International ou National, 10 fév. 1916)20.

  • 21 Op. cit., p. 15, 2 fév. 1915 ; thème repris dans A.F. du 10 février 1916 : op. cit. p. 49 : “Le pou (...)

29Maurras complète ses enseignements à l’adresse de tous ceux qui critiquent le pape pour ne pas s’être aligné sur le point de vue des Alliés : la nature même de ses fonctions de père commun des chrétiens, de ses efforts pacificateurs au-dessus des violences des nations armées impliquent qu’il ne s’engage pas de l’un ou de l’autre côté : il doit se placer au-dessus des sentiments nationaux : “pour conserver à l’homme dè tous les pays et de tous les temps, l’avantage de son bienfait, … la papauté doit… commencer par s’abstraire même des sentiments qui sont pour nous non seulement légitimes mais obligatoires. Il devrait nous suffire d’imaginer une papauté suivant une autre conduite pour vérifier aussitôt que son pouvoir international deviendrait national, qu’elle tomberait de l’état de juge à celui de plaideur, et du rang de père pacifique et silencieux, au rang de fils armé et belligérant…! Forte de son rôle et de son devoir, la papauté tient à ne formuler devant personne aucune parole de rupture qui puisse couper court à son ministre international”21.

  • 22 Maurras se fait l’écho de nouvelles de Rome : le pape Benoît XV lors de la cérémonie dite de l’homm (...)
  • 23 “Huit voix de princes de l’église qui donnent à la France la certitude des avantages de toutes sort (...)

30Cette obligation pontificale d’impartialité entre les belligérants, que Maurras justifie et que les combattants supportent mal, n’exclut nullement que Benoît XV, ait protesté contre les violations de droit, marqué sa compassion aux Belges, en la personne du cardinal Mercier22 et qu’il accueille les défenseurs de la France : quand il nomme trois nouveaux cardinaux français, s’ajoutant aux cinq précédents, l’Action Française proclame que ce choix constitue une preuve de la dilection pontificale, s’étonne que la “grande presse“reste indifférente à cette nomination et adresse au Saint Père, une lettre de remerciements enthousiaste et déférente23.

  • 24 Op. cit., p. 53-54, A.F. du 9 février 1915, Le Saint Siège et la politique française. Dans son bill (...)

31Les évêques français, eux, appartiennent à cette nation fortement mobilisée pour la défense du droit. L’Action Française cite leurs interventions et particulièrement celles par lesquelles ils explicitent les enseignements pontificaux : “À supposer… qu’il se fut élevé un malentendu entre le centre romain et les Français catholiques, l’épiscopat a fait spontanément, avec une promptitude remarquable tout ce qu’il fallait pour donner leur véritable signification à des termes qui n’étaient pas le moins du monde douteux. Successivement, les félicitations du cardinal de Cabrières au cardinal Mercier, l’adresse des évêques de la province de Lyon, le document signé par tous les cardinaux français, et finalement, la traduction donnée par le cardinal Amette en terme si clairs et si forts ont fixé l’opinion si elle eut été tentée de flotter”24.

  • 25 La critique radicale du “germanisme” à partir de Luther et jusqu’à Bismark et Guillaume II en passa (...)

32À l’argumentaire diversifié en faveur du pape et de l’Église, Maurras ajoute un thème qui lui est cher : la culture latine, ou romani té, qui est au cœur des choix du publiciste, est indéfectiblement associée au catholicisme, alors que le germanisme implique individualisme, impérialisme et conduit au “bochisme”. Relevons au passage que Maurras refuse le racisme : c’est par la culture que se définit la latinité25.

– II –

33Ainsi, de 1914 à 1917, Maurras a défendu contre les attaques ou les incompréhensions le clergé et la papauté, en associant attachement indéfectible à la Nation française, et approbation respectueuse du catholicisme. Cette double fidélité sera mise à l’épreuve en août 1917, lorsque sera officiellement connue la note adressée par Benoît XV aux gouvernements belligérants, après quelques pourparlers discrets : le pape, après avoir évoqué une fois de plus, l’atrocité du conflit, et les risques de destruction de la civilisation, rappelle qu’il s’était fixé, dès le début du conflit, trois objectifs : garder une parfaite impartialité à l’égard de tous les belligérants, s’efforcer de venir en aide aux victimes, sans acception de nationalité ou de religion, essayer de convaincre les chefs et les peuples de rechercher une paix juste et durable. Maintenant, “renouvelant un appel pressant à tous ceux qui tiennent en leurs mains les destinées des nations”, il pense que le moment est venu de formuler des propositions concrètes en vue d’une paix juste et durable, tout en laissant aux gouvernants “le soin de les préciser et de les compléter”. Le texte propose quelques principes d’organisation des rapports entre les Nations : “qu’à la force matérielle des armes soit substituée la force du droit”, une réduction simultanée et réciproque des armements, puis en substituant à la force des armes “l’institution de l’arbitrage, selon des normes à concerter et des sanctions à déterminer contre l’État qui refuserait, soit de soumettre les questions internationales de l’arbitrage, soit d’en accepter la décision”. Suit la proposition de la liberté des mers et du commerce international.

  • 26 Ph. Levillain, Le Saint Siège et la première guerre mondiale, dans Les Internationales et le problè (...)

34Le document aborde ensuite les problèmes encore plus épineux relatifs au retour à un ordre pacifique : “Le retour à la paix postule la restitution réciproque des territoires actuellement occupés”, par conséquent, du côté de l’Allemagne, évacuation totale de la Belgique, avec garantie de sa pleine indépendance politique, militaire et économique ; évacuation du territoire français, et aussi, de la part des alliés, restitution des colonies allemandes. Quant aux énormes dommages de guerre, “nous ne voyons d’autres moyens de résoudre la question qu’en posant, comme principe général une compensation entière et réciproque, justifiée du reste par les bienfaits immenses à retirer du désarmement… Quant aux revendications territoriales, justification de la guerre pour les Alliés, la note reste ouverte “Pour ce qui regarde les questions territoriales, comme par exemple celles qui sont débattues entre l’Italie et l’Autriche, entre l’Allemagne et la France, il y a lieu d’espérer qu’en considération des avantages immenses d’une paix durable avec désarmement, les parties en conflit voudront les examiner avec des dispositions conciliantes, tenant compte des aspirations des peuples”. Le document se termine par l’invitation à négocier dans un esprit d’équité et de justice le statut des États balkaniques, de l’Arménie (où les populations chrétiennes viennent de subir un véritable génocide), de l’ancien royaume de Pologne tellement éprouvé26.

  • 27 Cholvy et Hilaire, op. cit., p. 256. Les Empires Centraux ont répondu de manière courtoise et dilat (...)

35Cette proposition d’une “paix blanche“fut rejetée par les deux coalitions de belligérants, on le sait27.

36Quant à l’Action Française, tout en reconnaissant les motifs élevés de l’intervention pontificale et les bienfaits de la paix, elle exprime le refus d’entrer dans le processus de négociations proposé par Benoît XV.

37Les articles de l’Action Française sont signés Louis Dimier. Il rédige un texte en première page du journal le 16 août, le second le 17 août, sous le titre La note pontificale, le 18 août, encore page 1, sous le titre La note pontificale et l’opinion ; il rédige encore un texte le 22 août (Les catholiques et la note pontificale), le 25 août (La note pontificale : le pape roi), le 26 août (Le pape, la guerre et la paix) complété par un texte de Maurras, Du bienfait d’un pouvoir purement spirituel, le 27 août (Les catholiques français et la paix), le 28 août (Une lettre du cardinal de Cabrières) ; le 29 août (Les catholiques français et la paix), le 30 août (Les notes pontificales), le 3 septembre (Le pape, la guerre et la paix). Ces articles sont placés presque tous en première page, ce qui souligne l’importance de l’enjeu pour la direction du quotidien et les lecteurs.

  • 28 Y. Hilaire, cite la péroraison du P. Sertillange – “Très Saint Père, nous ne pouvons pour l’instant (...)

38Puis les articles s’espacent ; nous relevons le 12 septembre (retour de Rome du Cardinal de Cabrières et son allocution) les 22 et 23 septembre (réponse des Empires Centraux à la note du St Siège), le 25 septembre, le 23 octobre. D’autres préoccupations sont désormais en premier plan : les conflits en Russie, la prise du pouvoir par les bolchevicks, les négociations conduisant au traité de Brest-Litovsk et en France, le gouvernement de Clémenceau (“je fais la guerre”), les poursuites contre les défaitistes dénoncés par l’Action Française. Relevons encore dans le numéro du 2 décembre “L’épiscopat français et la guerre”, toujours de Louis Dimier, et, le 11 décembre 1917, sous le titre : Les catholiques de France et la paix française, l’évocation de la cérémonie patriotique et religieuse célébrée à la Madeleine la veille, à l’occasion du troisième Emprunt National. La prédication du père Sertillanges avait rappelé la fermeté des positions françaises devant l’initiative pontificale28.

39L’appréciation de l’Action Française se fixe dès que le texte de la note du Saint Siège est connu, dans les numéros du 16 août et du 17 août 1917. Elle ne diffère pas de celle de l’ensemble des catholiques français et du clergé. Elle s’analyse en deux éléments : respect renouvelé des intentions pacificatrices de Benoît XV et défense de son rôle international, mais rejet d’une “paix blanche”, comme incompatible, dans les circonstances, avec les intérêts évidents et les droits de la France.

  • 29 A.F., du 17 août et encore, A.F. du 22 août, 1 ère page, col. 6 du 25 août, art. de Maurras : “Du b (...)

40Dimier comme Maurras affirment que le pape est guidé par les pensées les plus hautes dans son effort pour inviter les nations à arrêter de se combattre pour négocier. “Les catholiques du monde entier ne peuvent que recevoir avec reconnaissance ce témoignage nouveau de la sollicitude du pontife. Les Français y verront, à côté de l’intérêt que le Saint-Siège témoigne aux autres peuples par toute la terre, celui qu’il porte à leur Nation. Ajoutons qu’il n’est pas un homme, ayant au cœur des sentiments humains, qui n’ait à se sentir ému de la pitié profonde dont cet acte témoigne, envers les victimes d’un si grand cataclysme”29. Maurras écrit dans le numéro du 26 août 1917 : “L’immense bienfait romain est assuré par des mains immatérielles”. Le pape a fait visiter les blessés, obtenu l’échange de prisonniers. Il a demandé une trêve des armes pour la Noël. Il n’a pas été écouté. Que les villes ne soient pas bombardées. Il n’a pas été écouté non plus. “C’est qu’à ces points précis, les nationalités modernes, condamnées à anéantir pour n’être pas anéanties, opposaient leur cri de nécessité barbare à la voix qui prolonge l’esprit civilisateur de l’Europe… Alors d’un accent d’une mélancolie inégalable, cette voix cessant de heurter les parois des ministères et des chancelleries, a dirigé vers le troupeau décimé des peuples sa plainte des maux de la guerre, sa condamnation des atrocités, son vœu sacré pour la conclusion d’une paix juste et durable. Cette puissance de l’esprit est telle que les belligérants qui ont pour eux, avec le bon droit, le plus solide espoir de vaincre, en sont à craindre que l’appel ne profite aux pires vaincus”.

41 La fonction internationale, spirituelle, pacificatrice de la papauté implique que ce pouvoir se place au-dessus des vues, des intérêts propres à chaque nation. “L’intervention dont il s’agit et dont le caractère ressortit au genre de puissance qu’il exerce n’est pas seulement concevable sans cette forme d’impartialité. L’impartialité du pape est impliquée par son rôle. Il n’avait pas a distinguer agresseurs et agressés“ (A.F. du 17 août 1917, L. Dimier). Le quotidien ne se scandalise pas que le pape se pose en arbitre : “Plut à Dieu que les conditions fussent telles que l’arbitrage du pape fut possible“ (A.F. du 18 août, p. 1, col. 6). L’Église romaine reste la seule “internationale“qui tienne (A.F. du 25 août 1917, p. 1, col. 5).

  • 30 A.F du 18 août, revue de la Presse. Par ailleurs Dimier rejette les appréciations exprimées par J. (...)

42La révérence de l’Action Française vis à vis de la papauté et de ses actions l’amène, comme durant les mois précédents, à répliquer aux réactions anticléricales que la diffusion de la note provoque aussitôt. Ses rédacteurs protestent contre les invectives lancées contre Rome, contre la méconnaissance de ses sentiments désintéressés et pacifistes : G. Hervé qui écrit “c’est la paix, cette morale que notre Très Saint Père va nous offrir dans une corbeille de paix béante. Très Saint Père, fichez-nous la Paix“30.

  • 31 A.F. du 17 août de même dans A.F. du 27 août “Les catholiques français et la paix“ : la paix est ce (...)

43Ce respect vis à vis du pape s’accompagne d’un refus net de ses propositions concrètes en vue de pourparlers de paix. Les justifications sont exprimées dès le 16 et le 17 août, et seront reprises en plusieurs occasions. “Le seul fait d’engager des négociations avec l’Allemagne, dans l’état présent de la guerre mettrait en péril l’existence du pays. Tout ce qu’il y a de clairvoyant et de patriote dans la presse en a jugé comme nous“31. “L’intérêt vital de la France défend d’envisager des négociations de paix dans les circonstances actuelles. Tous les patriotes sont d’accord là dessus, l’existence de leur pays comme la tranquillité de l’Europe défendent de prêter l’oreille à des conditions de paix avant qu’on n’obtienne des résultats décisifs. Le motif du refus ne tient pas aux considérations générales sur les biens de la paix et du désarmement mais aux incertitudes sur le sort de l’Alsace- Lorraine, et surtout, sur le fait qu’après une paix “blanche”, l’Allemagne reconstituerait ses forces et préparerait une nouvelle agression. Ce serait la prépondérance définitive de l’Allemagne et la fin de la France (A.F. du 25 août, Le pape, la guerre, la paix) Dimier insiste : le renforcement de l’Allemagne, c’est celui de la politique de Bismark, du pangermanisme, du Kulturkampf contre les forces latines, catholiques, françaises.

  • 32 A.F. du 17 août, “La politique du pape n’est pas tenue de coïncider partout avec l’intérêt français (...)

44 L’Action Française ne manque pas de souligner que le respect vis à vis du pape ne dispense nullement les catholiques de leurs devoirs vis à vis de la patrie. “il n’y a pas de respect de la politique du pape, de déférence envers Benoît XV, qui nous dispense de notre devoir envers la patrie, envers nos femmes, nos enfants et nos morts”. Le pape est libre dans ses actes politiques, mais la politique de la France doit défendre les intérêts français. La conscience des catholiques n’est pas engagée par la note pontificale. Elle n’est pas du domaine de l’infaillibilité. Il a pu arriver, dans l’histoire que la politique pontificale soit distincte des intérêts de la France32.

45 L’Action Française, comme le reste de la presse, considère que, même si la situation des armées alliées était inquiétante, l’acceptation de la procédure conduisant à une “paix blanche“serait un aveu dramatique de faiblesse. Or, les forces de l’Allemagne diminuent (de fait, c’est du côté des Empires Centraux que des flottements se produisent. L’accueil fait à la note pontificale laisse entrevoir une grande lassitude de ce côté-là). Les forces des alliés augmentent. Il serait inconcevable de baisser la garde.

  • 33 Selon La Croix, l’intervention pontificale a fait faire un grand pas à la paix. L’A.F. se montre pl (...)
  • 34 A. F. du 30 août 1917 (Wilson) ; du 29 août allocution du P. Vaughan : les alliés ne peuvent discut (...)

46 L’Action Française exprime sa méfiance vis-à-vis d’interprétations trop iréniques de la note pontificale33. Elle ne manque pas de rapporter tous les faits qui corroborent sa position : le désir de paix qu’expriment bien des hommes politiques allemands en 1917, la réponse du président Wilson qui tout en déplorant l’horreur de la guerre, déclare que la procédure suggérée par Rome ne conduirait pas à une paix juste et durable : les empires centraux invaincus, reprendraient force et impérialisme. Il est impossible de traiter avec le gouvernement actuel de l’Allemagne. Le cardinal Mercier a renouvelé ses condamnations des crimes commis par l’envahisseur, l’heure du pardon et de la compassion ne sonnera qu’après l’aveu, la réparation, la pénitence. L’épiscopat français s’est évertué à formuler des interprétations de l’intervention pontificale compatibles avec le patriotisme français à son point le plus fort : la France n’a pas voulu la guerre. Elle combat pour le droit. Elle doit continuer la lutte pour assurer le triomphe du droit, la paix, l’honneur et la sécurité du pays34. À la nouvelle de la prise de Jérusalem, un Te deum est chanté dans la cathédrale de Paris. Le cardinal Amette, dans son homélie, célèbre la délivrance du tombeau du Christ, présage de la victoire définitive du droit (17 décembre 1917).

47Les textes que nous avons cités en abondance conduisent à quelques conclusions. Il est évident, d’abord, que l’Action Française participe à cette mobilisation intense des Français, conscients de combattre pour le droit, la justice, et la survie de leur Nation. Un tel combat doit être poursuivi jusqu’à la victoire. Il y a identité entre l’esprit “d’Union Sacrée”, et la doctrine de l’Action Française. S’agissant du clergé et de Rome, les comportements de l’Action Française sont bien éloignés de la vision réductrice et défavorable qui s’est généralement imposée depuis 1926. Non seulement Maurras et les siens défendent le clergé contre toutes les attaques (y compris celles qui visent des pastorales aux moins maladroites), mais ils témoignent d’un respect profond pour le pontife romain, chef d’une internationale efficace, exerçant un magistère spirituel et moral suprême pour le bien de l’Humanité.

  • 35 En dernier lieu l’ouvrage de Ph. Prévost : La condamnation de l’Action Française“ vue à travers les (...)

48Cette défense du catholicisme et de son chef au long de la Grande Guerre n’épargnera pas à l’Action Française la fameuse condamnation foudroyante de 1926, pour des mobiles et selon des cheminements encore controversés35. Le journaliste anticlérical La Fouchardière se gaussera alors de cette Église qui condamne l’un de ses plus ardents défenseurs Il ne sera pas le seul, à gauche Jusqu’à quel point les “décideurs“ romains -Gasparri notamment- avaient-ils apprécié le soutien éclatant de l’Action Française pendant la Grande Guerre ? N’avaient-ils pas été mécontents de tous ces Français qui concevaient le salut de la Patrie comme l’exigence suprême, et de ces journalistes, Maurras, Dimier, qui distinguaient nettement le pouvoir spirituel du pape et les enjeux temporels, qui devaient être déterminés par les intérêts de la Nation ? On leur reprochera tant leur “politique d’abord”.

Notes

1 Dans l’abondante littérature relative à l’Action Française et à Charles Maurras, nous renverrons seulement à deux synthèses récentes : E. Weber, L’Action française, Paris, Hachette, 1990, 665 p. (critique) et P. Boutang, Maurras, le destin et l’œuvre, Paris, La différence, 1993, 693 p. (favorable).

2 Le sentiment patriotique et nationaliste n’est pas l’apanage de la droite ; il a été l’une des composantes majeures de la culture diffusée auprès des jeunes français par le discours des instituteurs et le contenu des manuels d’histoire, d’instruction civique, de lecture. Cf. G. Sicard, La République dans les manuels d’histoire de l’enseignement primaire public, extrait de Nation et République, A.F.I.P., Xe Colloque, Dijon, 1994, éd. P.U., AixMarseille, 1995 ; pour l’évolution du message après 1920, G. Sicard, La démocratie dans les manuels d’histoire de l’enseignement primaire public de 1920 à nos jours, extrait de La pensée démocratique, A.F.I.P., XIe Colloque, Aix, sept. 1996, éd. P.U. Aix-Marseille, 1996, p. 269-272. Le patriotisme-nationalisme des manuels français d’histoire a suscité les critiques du pacifiste Prudhommeau, Enquête sur les livres scolaires en France et en Belgique dans : Dotation Carnegie pour la Paix internationale, 1923, p. 29-137.

3 G. Cholvy et Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, ch. 2 et 3 (Toulouse, Privat, 1987).

4 Nous renvoyons à l’excellent chapitre 6 de l’ouvrage cité à la note précédente.

5 G. Sicard : Du P. Gratry au pape Benoît XV Apôtres de la Paix du Christ au temps de la “Paix Armée”, dans Mélanges P. Vellas, Paris, Pédone, 1996, t. II, p. 517-529.

6 Maurras reprend une quinzaine de fois la défense des catholiques contre la “rumeur infâme“ : Le pape, la guerre, la paix, op. cit., pp. 85, 87, 92, 109, 114, 118, 129, 159, 173, 179, 190 : A.F., 1er oct. 1914, 4 oct. 1914, 7 oct. ; 21 oct., 1er nov., 22 nov. 1914 ; 23 fév. 1915, 8 sept. 1915 ; 16 fév. 1916, 28 février 1916. C’est seulement dans le numéro du 2 avril 1916 que Maurras peut citer une récente lettre du président du Conseil aux députés de la droite, les informant qu’il avait prescrit aux autorités civiles et militaires de poursuivre “ceux qui tenteraient de troubler le pays par des campagnes de calomnies” (op. cit., p. 192).

7 Maurras, op. cit., p. 167, 24 oct. 1915. L’Humanité reproche au général de Castelnau, adjoint au généralissime Joffre, d’avoir fait suivre sa signature, dans une dépêche communiquée aux troupes de la citation latine : Non nobis, Domine, non nobis sed nomini tuo da gloriam. Maurras explique qu’il ne s’agit pas, dans la pensée du général de méconnaître la gloire des combattants, mais, pour un chef croyant de s’adresser à Dieu pour lui renvoyer cette gloire par eux méritée, “car disent ces croyants, quel qu’ait pu être notre effort, d’où venait-il sinon de l’auteur et du Père céleste… en nous mettant dans son cœur comme ses enfants, nous rendons plus facile l’écoulement naturel de toutes les grâces divines dont la France profitera”.

8 À supposer qu’il y ait eu des excès de prosélytisme, il était facile de les faire cesser en intervenant auprès des autorités religieuses, qui auraient agi efficacement op. cit., p. 105106, oct. 1914). Même appréciation dans A.F., du 8 sept. 1915, op. cit., p. 165 ; A.F., 8 avril 1916, op. cit., p. 196-198.

9 Maurras dans l’A.F. du 11 octobre 1914 op. cit., p. 100-102 s’associe au “magnifique discours prononcé par le P. Janvier à Notre-Dame de Paris le 29 septembre pour le pèlerinage de supplication à Jeanne d’Arc. Pourquoi la presse anticléricale a-t-elle poussé des cris de fureur à ce propos : la doctrine catholique de l’expiation rejoint “des vues communes à la philosophie étemelle”. Même défense du thème catholique de l’expiation le 8 sept. 1915 (op. cit., p. 159).

10 0p. cit., p. 118-120, A.F. du 22 nov. 1914. L’abbé Etchat de Saint Étienne de Baïgorry est acquitté par le tribunal de Bayonne puis par la Cour d’appel de Pau cette dernière ayant déclaré “déplorables les paroles du curé bien que ne tombant pas sous le coup de la loi”. Maurras se demande s’il n y a pas eu “un abominable malentendu” si les audiences ont vraiment élucidé la question”. Le châtiment providentiel évoqué par le curé en chaire ne signifie pas comme l’insinue la Dépêche du Midi, la défaite et la disparition de la France.“

11 Op. cit., p. 171, A.F. du 11 nov. 1915 : l’incident est un déplorable malentendu lié à cet état de décadence auquel la Presse et la Tribune ont réduit le langage français…” il faut penser que les faits qui motivent sont encore mal connus ou qu’il y a eu méprise et surprise en haut lieux”.

12 Op, cit., p. 165, A.F du 8 sept. 1915 : Un mutilé de guerre se présente au concours spécial de préposé des contributions indirectes. Le sous-préfet fait demander confidentiellement des informations sur : aptitude, . moralité, opinions et attitudes politiques.

13 Op. cit., p. 1-2 ; A. F., 8 nov. 1914, Le corps diplomatique au Vatican, p. 21, 8 fév. 19 15.

14 Bien que Sa Sainteté Benoît XV ait fait sentir le regret de ne pas trouver devant lui un ambassadeur de France… notre absence est plus qu’un scandale et qu’une sottise c’est une inconvenance et une laideur” (5 novembre 1914, op. cit., p. 1-2) Maurras demande à Poincaré Viviani, Delcassé et à leurs collègues ministres et députés de décider sans tarder. Le thème est repris le 2 février 1915 (op. cit., p. 15) ; le 24 février 1915 (op. cit., p. 53) ; le 2 mai 1915 (op. cit., p. 63 : Du Vatican au Secours National). La justification du refus : écarter tout ce qui pourrait diviser lui parait bien faible.

15 M. René Bazin à Rome, op. cit., p. 60-61, A.F du 5 avril 1915 (René Bazin écrivain catholique alors célèbre pour des romans où il exaltait les vertus traditionnelles). Maurras cite parmi les défenseurs de la France à Rome le très savant et très ferme cardinal Billot, rénovateur de l’enseignement thomiste ; le pape Benoît XV pénétrant diplomate juge divinateur sait condamner l’injustice. Ch. Maurras cite avec éloge la publication dirigée par Mgr Baudrillart “La guerre allemande et le catholicisme“comme exemple de la mobilisation efficace des intellectuels catholiques. Cet ouvrage diffusé à 100.000 exemplaires comprend une dénonciation argumentée des méthodes allemandes de guerre, des extraits de lettres pastorales des évêques, des listes d’ecclésiastiques tués au combat ou victimes civiles de l’ennemi. Le comité catholiques organisera des tournées d’informationpropagande à l’étranger. L’Action Française du 17 sept. 1916 souligne que les voyages de Mgr. Baudrillart et des autres autorités catholiques montrent qu’il est essentiel, pour la France de ne pas laisser sans emploi la religion, la tradition de l’immense majorité des Français.

16 Op. cit., p. 63, A.F. du 2 mai 1915 (don du cardinal archevêque de Paris au Secours National et “admirable lettre” du cardinal Secrétaire d’État) ; op. cit., p. 66-67 du 1er déc. 1915 : dès la création du Secours National en août 1914, on y convia le cardinalarchevêque de Paris ; Maurras évoque la lettre “si spirituelle et si pressante, pressante en faveur de l’emprunt de la victoire”. Le Trésor Public n’oublie pas l’utilité du clergé catholique pour tenir “sa part dans la récolte du capital rédempteur” ; op. cit., p. 212,12 mai 1916 (obsèques du cardinal Sevin).

17 Op. cit., p. 112-114, A.F. du 31 octobre 1914 L’indignation de Pelletan” op. cit., p. 53, A.F du 9 février 1915 “Les partis qui ont le plus violemment combattu la politique de Pie X recommencent contre Benoît XV. Ces violences systématiques exercees contre le seul îlot de l’humanité que puisse montrer la planète nous arrive aujourd’hui couvert du masque de patriotisme blessé“… “mais le Pape ne nous fait pas justice ! Il aurait donc à vous la faire ? joli aveu ; et encore qu’un docteur habillé de blanc et vénéré par trois cent millions de fidèles apporte à la cause de droit universel le prestige le charme l’influence la majesté de son autorité c’est là, parait-il, une usurpation inadmissible c’est un insupportable attentat” (ibid., p. 44, A.F. du 9 février 1916).

18 Le catholicisme et la paix, op. cit., p. 34, 14 nov. 1914 et p. 58, Portée politique et morale de l’encyclique, p. 5-8. 17 novembre 1914. Maurras cite favorablement l’étude La guerre et la doctrine catholique, du P. de la Brière parue dans la revue Les Études des pp. jésuites. Maurras avait fait état de l’efficacité des interventions du Vatican par voie diplomatique pour protéger des personnes contre l’arbitraire.

19 0p. cit., p. 32-33 A.F du 21 avril 1915 : Le principe [catholique] n est pas dans la vie sociale mais dans la foi interne de la personne humaine”. Elle ne se propose aucunement pour fin directe de réaliser sur cette planète un plan de fraternité politique. Tout en spécifiant que l’observation de la foi augmenterait la valeur des sentiments fraternels entre les hommes son royaume est ailleurs et c’est en vue de cette vie future quelle a rassemblé les humains”.

20 Op. cit., p. 40, 9 février 1916 : Un article des Études : le pape et les lois de la guerre. Maurras évoque l’article du p. de la Brière publié dans les Études et complète Nous y avons souvent rêvé il existe un pouvoir international solide et ancien. Pourquoi les internationalistes n’ont-ils jamais parlé que pour le combattre ?“

21 Op. cit., p. 15, 2 fév. 1915 ; thème repris dans A.F. du 10 février 1916 : op. cit. p. 49 : “Le pouvoir international dont nous traitons [la papauté] ne pourra qualifier comme nous les pays en guerre“sinon il ne serait ni commun ni supérieur à toute [nation] ainsi l’est et doit l’être le siège romain. Il est donc obligé d’être impartial”.

22 Maurras se fait l’écho de nouvelles de Rome : le pape Benoît XV lors de la cérémonie dite de l’hommage des cardinaux qui suit son élection a serré dans ses bras l’archevêque de Malines en lui disant : Dans votre personne c’est tout votre peuple que je plains que je bénis” (op. cit., p. 248-250,10 juillet 1915).

23 “Huit voix de princes de l’église qui donnent à la France la certitude des avantages de toutes sortes attachés à l’honneur d’être représentes et d’être entendus à souhait dans le centre du monde moral” (op. cit., p. 75, 19 sept. 1916).

24 Op. cit., p. 53-54, A.F. du 9 février 1915, Le Saint Siège et la politique française. Dans son billet du 9 février 1916, Le pape et les lois de la guerre, (op. cit., p. 43-44) Maurras cite la lettre du cardinal de Cabrières, évêque de Montpellier, à ses diocésains après un voyage à Rome. Elle implique que le Vatican souhaite participer à un futur congrès de la Paix.
L’A.F. du 10 février 1916 évoque la nouvelle aussitôt démentie par Rome d’une mission romaine auprès du roi des Belges en vue de la mauvaise paix”. Le 15 août 1916 Maurras mentionne les conclusions de la conférence des socialistes à La Haye. Ils proposent l’arrêt immédiat des hostilités. Il conclut : que prendrait le Vatican si le moindre chambellan de la Cour papale avait osé rendre publique des déclarations dans ce goût : Fin de la guerre en partie nulle, souhait cynique que l’impunité la plus monstrueuse reste acquise aux agresseurs” (op. cit., p. 250-255)

25 La critique radicale du “germanisme” à partir de Luther et jusqu’à Bismark et Guillaume II en passant par Kant et Hegel revient plusieurs fois dans les billets de Maurras (notamment 17 sept. 1916, op. cit., p. 251-252 Catholicisme et Germanisme) et du 22 octobre 1916. “Sa latinité n’est pas à comprendre à la Boche dans le sens d’une parenté physique d’une unité ethnique ou matérielle. Nous parlons d’un esprit latin nous parlons d’une civilisation latine… Notre grand bien tient à la parenté des langues à leur origine commune à l’identité d’éducation et de tradition… recueillies à l’école athénienne et romaine puis ravivées et transformées par la culture religieuse dont le catholicisme est l’expression définie” (op. cit. p. 253).

26 Ph. Levillain, Le Saint Siège et la première guerre mondiale, dans Les Internationales et le problème de la guerre du vingtième siècle, Colloque de Rome, nov. 1986, École Française de Rome, n° 95, p. 122-149 ; A. Fleury, Le Saint Siège et les négociations de 1917, dans Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 170, avril 1993 ; Chrétiens dans la première guerre mondiale, s. dir. N. Chaline, Cerf, 1995 ; Fernessole, La papauté et la paix du monde, Paris, Beauchesne, 1947, cite les interventions pontificales.

27 Cholvy et Hilaire, op. cit., p. 256. Les Empires Centraux ont répondu de manière courtoise et dilatoire, le 22 septembre. Rome espérera encore, vainement des pourparlers de paix.

28 Y. Hilaire, cite la péroraison du P. Sertillange – “Très Saint Père, nous ne pouvons pour l’instant retenir vos appels à la paix… Convertissez, Saint Père, l’homme dont la Maison Blanche a fini par désespérer”, cit., p. 256). L’A.F. résume l’allocution.

29 A.F., du 17 août et encore, A.F. du 22 août, 1 ère page, col. 6 du 25 août, art. de Maurras : “Du bienfait d’un pouvoir purement spirituel.

30 A.F du 18 août, revue de la Presse. Par ailleurs Dimier rejette les appréciations exprimées par J. Caillaux (que l’A.F. accuse de pacifisme pro-allemand) dans son “Journal du Peuple”. Le pape quelles que soient ses intentions et quelque tardive que soit sa démarche a servi la cause de la paix”. Pour Dimier ce sont les ennemis de la patrie et du catholicisme qui tentent d’établir des négociations entre les Alliés et l’Allemagne.

31 A.F. du 17 août de même dans A.F. du 27 août “Les catholiques français et la paix“ : la paix est certes le bien suprême et le but de la note pontificale est louable mais ses propositions ne sont pas conformes au salut de la France ; le salut de notre pays exclut des pourparlers de paix dans les circonstances actuelles.

32 A.F. du 17 août, “La politique du pape n’est pas tenue de coïncider partout avec l’intérêt français. Au contraire cet intérêt s’il ne commande rien d’immoral doit déterminer la politique française.“A.F du 18 août : les Français n’ont pas à taxer d’erreur la politique pontificale il faut distinguer le rôle du pape comme souverain temporel et comme chef de la chrétienté ; A.F. du 29 août (qui fait allusion aux conflits entre le pape Julien II et le roi Louis XII. Dimier dans une note du 22 septembre 1917, à la suite de la publication de la réponse évasive des Empires Centraux à la note pontificale souligne que le pape manœuvre dans une sphère distincte de celle de l’intérêt national français. La France reste libre d’agir dans sa souveraineté. Attention à la “confusion du spirituel et du temporel“déjà exploitée par la politique du “Ralliement”.

33 Selon La Croix, l’intervention pontificale a fait faire un grand pas à la paix. L’A.F. se montre plus sceptique (le 27 août) elle déplore le même jour l’interprétation “pacifiste“d’un prêtre. Faire croire aux Français que la note pontificale avance les affaires de la France serait les tromper (A.F. du 29 août). Il est imprudent de soutenir que le pape aurait reconnu le principe des nationalités (22 septembre).

34 A. F. du 30 août 1917 (Wilson) ; du 29 août allocution du P. Vaughan : les alliés ne peuvent discuter de la paix avant d être en mesure de dicter cette paix à l’ennemi ; A.F. du 1 er décembre (cardinal Amette) du 28 août lettre du cardinal de Cabrières : “Vous savez que même chez vous chez les fils soumis et reconnaissants du souverain pontife il a paru impossible d’accueillir avec sa portée actuelle une exhortation si paternelle et si bien en harmonie avec le caractère et la mission du chef de l’Église… Continuer la guerre pour conquérir la paix voilà une formule qui répond certainement au voeu de Benoît XV”.

35 En dernier lieu l’ouvrage de Ph. Prévost : La condamnation de l’Action Française“ vue à travers les archives du ministre des Affaires Étrangères, La libraire canadienne, Paris, 1997. La documentation exploitée par cet auteur (favorable à l’A.F.) démontre la convergence entre la politique européenne du Vatican et celle de Briand tendant l’une et l’autre a asseoir la paix européenne par la réconciliation franco-allemande. La fameuse condamnation de 1926 tient au moins en partie à la volonté de Pie XI de combattre l’influence d’un mouvement culturel français caractérisé par le nationalisme intransigeant et l’anti-germanisme. De son côté A. Lacroix-Riz auteur d’un important ouvrage : Le Vatican, l’Europe et le Reich de la première guerre mondiale à la Guerre froide (Paris A. Colin 1996) quoique marquée par une culture politique apparemment opposée à celle de l’AF. retient aussi comme mobile principal de la condamnation la volonté de Pie XI de briser un mouvement germanophobe. Il est piquant de constater que L. Canet auteur probable d’un violent article contre la politique de Benoît XV (in : Revue de Paris, 15 oct. et 1er nov. 1918), jouera un rôle essentiel dans la coalition contre l’Action Française.

Notes de fin

* Extrait de Hommage à Romuald Szramkiewicz, Paris, Litec, 1998, p. 57-75.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search