Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Du père Gratry au pape Benoît XV : apôtres de la paix du Christ au temps de la “Paix Armée”*

Texte intégral

  • * Extrait des Mélanges Pierre Vellas, Paris, Pedone, 1995, p. 517-530.

Que Pierre Vellas, animateur infatigable, promoteur du développement économique et humain, initiateur des “Universités du troisième âge”, illustration de l’Université française trouve dans les lignes qui suivent un hommage déférent et amical.

  • 1 Parmi bien d’autres études, R. Coste, Les fondements biblico-théologiques de la justice et de la pa (...)
  • 2 Cet enseignement de la paix ne doit pas faire oublier qu’en maint passages, la Bible glorifie les e (...)

1Le thème de la paix constitue un élément important de cette “Bonne Nouvelle”, reçue de Jésus par ses disciples, et enseignée ensuite par les apôtres et leurs successeurs. Ce thème est déjà présent dans les livres de l’Ancien Testament. La traduction inévitable “paix“réduit la richesse du concept hébraïque de shalom qui implique justice, bons rapports avec Dieu, harmonie avec les autres personnes et avec la nature, bonheur, santé, fécondité1. Le prophète Isaïe annonce une ère de paix : “Martelant leurs épées, ils en feront des socs de charrue, de leurs lances, ils feront des serpes ; on ne brandira plus l’épée nation contre nation (IS, 2,4) et ailleurs ; “Ainsi parle le Seigneur : voici que je vais arriver jusqu’à elle la paix comme un fleuve” (IS, 66-12). Pour le prophète, paix et justice sont imbriquées l’une dans l’autre2.

  • 3 Le rituel occidental de la célébration eucharistique (messe) comporte la prière pour la paix, “Seig (...)

2La prédication de Jésus insère paix et justice dans l’annonce du royaume de Dieu, thème central des Évangiles. La paix est au premier plan du “Sermon sur la montagne“ : “Heureux les pacifiques, parce qu’ils seront appelés enfants de Dieu ! Heureux les doux, car ils posséderont la Terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !” et dans saint Jean, “Je vous donne ma paix, je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix” (Jean, 14, 27). L’apôtre Paul, à son tour évoque à plusieurs reprises “la Paix de Dieu”, le “Dieu de la paix”, “Le règne de Dieu n’est pas affaire de nourriture et de boisson, il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint“3. Les textes de la célébration eucharistique, les prières des obsèques mentionnent la paix.

3Les enseignements de saint Augustin fondent la doctrine chrétienne de la “juste guerre”. “Notre devoir, c’est de vouloir la paix et de ne faire la guerre que par nécessité” (Lettres, 189-6). “C’est l’injustice de l’adversaire qui contraint le sage à des guerres justes” (Cité de Dieu, XIX, 7). Canonistes et théologiens du moyen âge affineront les prescriptions relatives à la juste guerre, et condamneront celles qui sont engagées par cupidité, par orgueil, par désir de vengeance Les évêques inviteront les rois à faire respecter paix et justice.

  • 4 Le mouvement pour la “paix de Dieu” débute à la fin du Xe siècle, par les conciles du Puy, de Charr (...)
  • 5 Érasme et Fénelon ont insisté sur l’importance de la paix dans la vie des peuples.

4Après la dislocation de l’empire carolingien en une multitude de principautés et de seigneuries, devant la banalisation de l’insécurité et des violences, les évêques complètent la prédication et la prière par l’organisation de temps et de zones de paix (XIe- XIIe siècle). À défaut de pouvoir exclure le recours aux armes, ils tentent d’en limiter l’emploi dans le temps (Trêve de Dieu), et de protéger ceux dont les occupations sont pacifiques (Paix de Dieu)4. Lorsque les rois, à partir des XIIe-XIIIe siècle reconstituent leurs pouvoirs souverains, ils se réservent la fonction de protéger les sujets, de leur garantir justice. La paix, la guerre relèvent de la responsabilité et du pouvoir du souverain temporel seul. Les prédicateurs continuent à déplorer les ravages des guerres, à souhaiter de Dieu les bienfaits de la paix, et à inviter dans le vide les rois à gouverner en princes chrétiens5.

5 La sécularisation des valeurs sociales, en Occident, au XVIIIe siècle, concourt à l’effacement des enseignements chrétiens : qui songerait au temps des guerres européennes de la Révolution et de l’Empire à recourir aux théories scolastiques de la “guerre juste” et à la prédication de paix du Christ !

6Ces thèmes chrétiens fondamentaux sont repris en compte par les militants de l’ample effort de rechristianisation de l’Europe, au XIXe siècle, après les épreuves des sociétés et des Églises. Chateaubriand, dans son célèbre Génie du Christianisme, rappelle les efforts des pasteurs pour civiliser les barbares, protéger la paix, prêcher la justice. Joseph de Maistre invite les nations européennes, pour éviter le retour des affrontements fratricides, à constituer une fédération sous l’égide du Pape. La préoccupation de la paix anime, à plusieurs niveaux, les espérances des chrétiens de ce dix-neuvième siècle trop dédaigné.

I – Gratry

  • 6 Gratry, fils d’un père incroyant, intendant de la Grande Armée, sera marqué par la piété de sa mère (...)

7Le père Gratry (1805-1872), aumonier de l’École Normale Supérieure, restaurateur de l’Oratoire, prédicateur, apologiste, académicien, touchait ses auditeurs par ses évocations grandioses de l’histoire du salut et des malheurs de l’humanité, par son attachement chaleureux au message de l’Évangile, par son ouverture à toutes les souffrances humaines, par ses espoirs dans le progrès de la Science6.

8Il a publié en 1861, “La Paix, méditations historiques et religieuses“réédité la même année, puis oublié, réédité encore en 1916, puis négligé à nouveau. L’ouvrage prolonge la grande tradition du providentialisme chrétien ; par l’attention sympathique pour les besoins des temps nouveaux, il appartient au catholicisme “libéral”. La référence constante aux enseignements du Christ en fait un témoignage de spiritualité politique chrétienne, prédécesseur oublié de tant d’auteurs notoires des temps subséquents. Dans un monde déjà surarmé, il défend, en véritable apôtre, la cause chrétienne de la paix entre les nations.

  • 7 La prédication de Gratry procède d’une théologie de la Paix, qui reprend avec enthousiasme, en les (...)
  • 8 “Assurément dans ces armées qui s’exterminent par le fer et par le feu, des deux côtés, la plupart (...)

9Le père Gratry associe dans la logique de sa pensée, et dans l’architecture de sa démonstration, l’appel à la Parole de Dieu7 et la démonstration des malheurs de l’humanité menacée par les guerres. Sa première méditation construite sur le modèle des “Élévations” de saint Augustin, débute par l’effusion d’un pasteur qui a consacré ses forces à la conversion de ses contemporains ; “Ne serais-je jamais témoin selon l’indomptable espérance de ma jeunesse, d’un retour des âmes vers la paix… vers Vous, O Dieu fécondateur, béatificateur des âmes”… “Le genre humain ne pourrait-il pas, “croître et se développer dans la justice et dans la vérité ?”. “Qui sait que le royaume de Dieu est dès aujourd’hui parmi nous et que les hommes pourraient, s’ils le voulaient, l’étendre à toute la Terre ne s’arrête pas à l’évocation (qui fait songer à Maistre) des “peuples couchés dans les ténèbres et l’ombre de la mort”. Mais le Seigneur lui même l’invite à discerner les espérances des nouveaux siècles, à “reconnaître les signes du temps”, “J’ai vu le mal…. j’ai vu baisser la foi…, la charité se refroidir…. La vérité, la paix, l’amour, la pitié semblent fuir la Terre“8. “Ne regarde plus la mort qui s’épuise et se débat contre la vie… Le Christ te charge d’une mission de choix : parler aux hommes, “tu leur feras lire dans leur âme même, mon Évangile et les merveilles de mon Royaume…. Parlez, unissez vous pour répandre et transmettre la paix. Partez et annoncez ma paix. Bienheureux les pacifiques, car ils seront appelés enfants de Dieu ! et bienheureux ceux qui sont doux car ils possèdent la Terre“…

10La démonstration du P. Gratry descend du Ciel vers la Terre et décrit à l’intention de tous les hommes les risques concrets des armements et les misères le la guerre (4ème méditation) : “Ne touchons-nous pas à une lutte générale, plus sanglante que toutes les guerres de l’Empire ? L’Europe toute entière se couvre de citadelles et se barde de fer. On invente tous les jours, avec la précipitation et l’inspiration de la fièvre, de nouvelles formes de destruction. On multiplie les flottes, on cuirasse les vaisseaux… les marchands se changent en soldats… L’Allemagne savante, la Suisse neutre et paisible s’exercent au maniement des armes. La fureur gagne les États-Unis d’Amérique ; ils en ont en effet besoin car ils vont s’égorger entre eux pour le maintien de l’esclavage… Quant à la France, elle a doublé depuis dix ans son impôt de guerre, comme l’Angleterre double le sien. La France emprunte des milliards pour la guerre, et l’Angleterre en fait autant. L’Autriche emprunte, la Russie emprunte, le Piémont emprunte, tous sans exception empruntent… et toujours pour la guerre”. Il observe, pour le déplorer, que chacune des armées ennemies croit combattre pour Dieu.

  • 9 “Allons nous jeter aux pieds de ceux qui ont quelques pouvoirs ; embrassons leurs genoux ; prions e (...)
  • 10 “Je vois quel est en ce moment de l’histoire du monde, la prodigieuse grandeur de cette puissance… (...)

11Mais comment renverser concrètement cette concurrence des armements. arrêter cette course à la guerre ? “Les prudents et les sages viennent dire : “Vous ne changerez pas les peuples. Vous ne soumettrez pas à la justice les nations qui possèdent la force”. Le pasteur espère convaincre les puissants9, et d’abord l’opinion publique universelle, le “Sacerdoce de génie et de la Parole“qui étend maintenant son empire à toute l’Humanité10.

12Il faut mobiliser l’opinion contre la guerre : “Tous les hommes qui, dans le monde entier, n’ont pas perdu le sens doivent s’interposer, afin de rappeler à la raison, s’il est possible, les peuples qui paraissent ivres, qui se disposent à s’égorger, et qui vont faire reculer d’un siècle la civilisation”.

  • 11 Et encore : “Il y a une manifeste vérité, que je pose avec autant de certitude qu’un théorème géomé (...)

13Il faut gagner les esprits en démontrant les bienfaits de la paix : “Regardons en face, je vous prie, l’admirable idéal d’une paix habituelle, générale et croissante, d’une paix sociale et internationale, dans la justice et le progrès d’abord au milieu des chrétiens, puis sur le globe entier. Sans rien prédire ce qui, sera, j’affirme que le devoir et la gloire de tout homme serait de travailler jusqu’à son dernier souffle à établir cette paix de Dieu au sein du monde entier. Qui osera me contredire ? (1ère Méditation, éd. 1916, p. 2)11.

14Le Père Gratry s’adresse à la raison et à l’expérience de ses contemporains : l’esprit de conquête conduit à la ruine des conquérants eux-mêmes. En témoignent les effets de l’orgueil conquérant des monarques d’Espagne, Charles Quint et Philippe IL Dans le temps d’un siècle, l’Espagne est devenue pauvre, dépeuplée, ruinée, vaincue. En témoigne l’orgueil conquérant de Napoléon : le plus grand capitaine de tous les temps et l’un des plus grands génies qu’ait vu le monde”, après avoir apporté à son pays les bienfaits de l’ordre et de la pacification, s’est laissé emporter par l’ambition belliqueuse. Il laisse “la France plus petite qu’il ne l’avait trouvée, humiliée, démantelée, ruinée et occupée par l’étranger”.

  • 12 “Le procédé sauvage, païen et satanique de la domination de l’homme sur l’homme est donc jugé et co (...)

15Ainsi l’histoire confirme ce qu’enseigne l’Évangile ; qui s’exalte sera humilié. Qui prend l’épée périra par l’épée12.

16Le père Gratry s’adresse au sentiment d’humanité de ses contemporains : en tous lieux, l’oppression et la domination tournent à la malédiction de l’oppresseur : “Est-ce que l’esclavage des noirs n’est pas la honte, la malédiction, la ruine et la dissolution des États-Unis d’Amérique ? [qui s’engagent alors dans la terrible “Guerre de Sécession“]… Est-ce que l’Irlande n’est pas le fardeau, la honte, la plaie et la faiblesse de l’Angleterre ? Est-ce que la Pologne d’un côté et le servage de l’autre ne sont pas la faiblesse, la honte, la ruine de la Russie… Est-ce que la rage de vouloir posséder l’Italie n’a pas toujours été le malheur de l’Allemagne et le crime de l’Autriche… Où voyez-vous, sur la face de l’Europe ou du monde une seule des grandes iniquités qui serait heureuse ? Et plus sont grands l’orgueil et la brutalité de la domination plus le châtiment est rapide, l’humiliation profonde”.

17L’Évangile et l’Humanité convergent : “Le procédé sauvage, païen et satanique de la domination de l’homme par l’homme est donc jugé et condamné par l’histoire, par le spectacle du monde contemporain, par la Science et par la conscience”.

18Le Père Gratry s’adresse à l’esprit de justice de tous les hommes de bonne foi : Que de dépenses mutiles d’armement, de fortifications, de munitions, d’hommes mobilisés. L’économie de ces coûts écrasants permettraient aux nations européennes de se consacrer à l’abolition des pires injustices, de réaliser les progrès économiques, et de combattre les injustices sociales. On trouve déjà chez lui le germe de cette liaison entre paix et développement qui sera développée par le Père Lebret, et le pape Paul VI : “Le jour où la paix de l’Europe s’établira sur le principe absolument nécessaire de la justice et de la paix du peuple à peuple, ce jour là, deux grandes et immenses entreprises commenceront. La force des peuples chrétiens unis s’appliquera aussitôt à délivrer le globe de toutes les abominations barbares qui souillent encore notre commune demeure. Et en même temps, la force recueillie de chaque peuple commencera l’entreprise immense, nouvelle, jugée impossible, de donner à chacun des membres du corps, à chaque enfant de la patrie commune, la paix, la liberté, la dignité, la vie morale et la vie intellectuelle” (4ème Méditation, éd. 916, p. 93).

19L’enseignement enthousiaste du Père Gratry reste proche des réalités institutionnelles : la paix est inséparable de la justice. L’esprit de conquête des princes équivaut aux violences des brigands. L’auteur s’inspire de saint Augustin et de Fénelon : “Il est aussi honteux et aussi criminel de prendre par le fer et par le feu le patrimoine d’un peuple que de prendre avec un bâton la bourse d’un voyageur” (4ème Méditation, éd. 1916, p. 80).

  • 13 Gratry, très sensible aux atrocités commises contre les chrétiens du Liban, déplore la timidité des (...)
  • 14 “je compris (après avoir relu St Paul) que le chrétien aime Dieu d’abord… ensuite il aime le genre (...)
  • 15 “Tout peuple qui opprime et possède la patrie d’un autre, possède le bien d’autrui. viole la loi de (...)

20La vraie paix n’est pas le consentement à l’iniquité13. La paix doit s’organiser entre les nations, chacune d’elle constituant une entité naturelle, nécessaire, sacrée même14. Les rapports entre elles doivent suivre les règles de la justice, non celles de la violence. Une nation qui en opprime une autre viole la loi de Dieu. Mais celui qui libère une nation est béni de Dieu15. Les nations doivent abandonner les comportements impérialistes, se comporter selon l’esprit du Christ, esprit de sacrifice et de justice”.

  • 16 “Les nations sont cohéritières ; elles sont les organes d’un même corps et solidaires dans les prom (...)
  • 17 4ème Méditation, de 1916, p. 77 : Il n’y a plus qu’une seule justice universelle qui s’applique aux (...)
  • 18 “J’en conclus que les peuples et les gouvernements doivent renoncer au droit païen de la conquête e (...)

21Les nations doivent être solidaires, et non ennemies : selon l’apôtre Paul, elles sont cohéritières des promesses du royaume de Dieu. Entre les nations, la justice doit être respectée comme entre particuliers. La justice ne se divise pas, elle est universelle et internationale. Ce qu’on nomme “raison d’État“ou “politique“n’est que “l’aveugle barbarie du vieux monde… condamnée par l’Évangile et par l’Église”16. Dans l’ordre des propositions immédiates, l’auteur invite les hommes à pencher vers la paix universelle, à renoncer à tout esprit de conquête, à s’inspirer des idéaux d’avant le temps des nationalismes exacerbés : la Respublica christiania médiévale, le projet pacificateur d’Henri IV17, “la paix européenne, la paix chrétienne, voilà le devoir et le salut”18.

  • 19 “Ayons confiance ! l’avenir du monde est plus clair qu’il n’était il y a cent ans. Aujourd’hui. Ce (...)

22Dans cette Europe où le souvenir des hécatombes des années 1792-1815 reste tout proche, où les guerres franco-anglo-russes (1856-1855) et franco-autrichienne (1859-1860) présageaient des affrontements intra-européens encore plus sanglants, le Père Gratry laissait cependant place à l’espérance : son siècle avait vu renaître la liberté, la justice, l’humanité. L’opinion publique lui paraissait plus qu’autrefois accessible à la prédication de paix. La Science Sociale pouvait accueillir les principes évangéliques19.

  • 20 Le père Gratry, apprécié par les cercles cultivés pour la profondeur de ses convictions, et pour l (...)

23On sait que ces vues ont été démenties par le renforcement des nationalismes armés, les guerres de 1870-81 et surtout 1914-1918. Les appels chaleureux du Père Gratry à la conversion des cœurs n’ont pas reçu l’écho qu’il espérait. La gauche accueille froidement une doctrine qui part de la Révélation Chrétienne et s’y réfère constamment. Ceux qui gouvernent les hommes et l’opinion en France et à l’étranger souhaitent renforcer le potentiel de défense nationale. Dans l’Église même les positions en franc-tireur du Père Gratry lui vaudront des déboires20.

  • 21 Sur Le Sillon, Caron, Le Sillon et La démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris Plon, 1966, notamment (...)

24Une prédication si humaine, si ample et si bien argumentée n’est pas cependant restée sans effets. La pensée de Marc Sangnier, promoteur du “Sillon“lui devra beaucoup, ainsi que le courant chrétien pacifiste du début du XXe siècle21. Ce sont là faits connus. Mais il est opportun d’évoquer maintenant la prédication des mêmes thèmes de paix, de justice, d’accord entre les nations par les pasteurs suprêmes de la Chrétienté.

II – Léon XIII et Pie X

25Les interventions du pape Léon XIII en matière de relations internationales ont moins retenu l’attention que Rerum Novarum ou la politique de “Ralliement”. Elles méritent d’être tirées de l’ombre. Elles expriment une pensée ferme, inspirée par les Écritures et les Pères de l’Église, attentive aux réalités politiques du siècle, dépouillée de l’emphase romantique de Gratry.

  • 22 Allocution aux cardinaux du 11 février 1889 (dans : Les enseignements pontificaux – La Paix interna (...)

26Le pape regrette que les principes chrétiens aient été répudiés : “peu à peu a prévalu dans l’ordre international un système d’égoïsme jaloux par suite duquel les nations, se regardent mutuellement, sinon toujours avec haine, du moins certainement avec la défiance qui anime des rivaux”. Il déplore la course aux armements – accélérée depuis le temps de Gratry, les risques d’une conflagration plus atroce que les précédentes du fait des capacités de destruction des armes modernes”. Dès le temps de paix, cette “multiplication menaçante des armées fait peser sur les peuples des charges telles qu’on peut douter si elles sont plus tolérables que la guerre22”.

  • 23 Les mêmes thèmes sont repris dans la Lettre apostolique à l’épiscopat universel, “Parvenu à”, du 19 (...)

27Cette situation de “paix armée“par l’équilibre de forces menaçantes ne peut procurer une tranquillité sûre et stable. La vraie paix doit être fondée sur la justice et le droit naturel. Certes “il est permis par la nature que l’on défende son droit par la force et par les armes ; mais ce que la nature ne permet pas, c’est que la force soit la cause efficiente du droit“ (Vim esse juris efficientem causam). Le pape continue “comme la paix provient de la tranquillité dans l’ordre, il s’ensuit que, pour les États comme pour les particuliers, la concorde repose principalement sur la justice et la charité”. Cette concorde se réalise, dans les rapports entre nations, par la volonté de ne violenter personne, de tenir ses engagements, de respecter les droits d’autrui et de pratiquer une bienveillance mutuelle23.

28Les principes chrétiens auraient été efficaces pour “sceller là fraternité des peuples et pour réunir l’humanité tout entière dans une sorte de grande famille”. Mais ils ont été répudiés par les chefs des nations qui oublient si facilement ces grands principes de moralité, de justice, de protection des faibles et des opprimés.

29Léon XIII, qui eut l’occasion, dans l’affaire de l’archipel des Carolines, d’apaiser par sa médiation, un grave différend entre l’Espagne et l’Empire Allemand, mit en pratique le principe chrétien de paix par la négociation. Et le Saint Siège y gagne un grand prestige. Un peu plus tard, l’annonce de la première conférence internationale de la Paix, convoquée par le Tsar Nicolas II, reçoit l’approbation chaleureuse du Vatican. La note du cardinal secrétaire d’État, Rampolla, rappelle que les principes moraux et naturels doivent inspirer le droit des gens. Dans une seconde note, il adhère au projet de recours à l’arbitrage en cas de conflit entre nations, précisant que l’arbitrage par un organe international permanent apparaît comme le remède le plus opportun et qu’il répond aux souhaits du Saint Siège.

  • 24 P. Fernessole, La papauté et la paix du monde, Paris, Beauchesne, 1947, p 70 et suiv.

30L’hostilité vigilante du gouvernement italien impose que le Saint Siège soit exclu, malgré le souhait du tsar, de la conférence internationale qui s’ouvre le 10 mai 1899. Par la suite, le gouvernement italien fit exclure indirectement le Saint Siège des organisations juridiques internationales qui devaient protéger la paix dans le monde. Malgré sa profonde déception, Léon XIII lors de son allocution consistoriale du 11 avril 1899, formula des vœux ardents pour le succès de la conférence de paix. Il salue l’entreprise en rappelant que “la mission de l’Église est pacifique et pacificatrice par sa nature”. “Rendre plus rare et moins sanglante le terrible jeu de la guerre, et préparer ainsi les voies pour une vie sociale plus calme, c’est une entreprise de nature à faire resplendir dans l’histoire de la civilisation celui qui a eu l’intelligence et le courage de s’en faire l’initiateur”24.

31Ainsi le souverain pontife, avec son autorité exceptionnelle, adressait aux nations, après le père Gratry, un message de paix, à partir des mêmes sources, animé de préoccupations semblables, avec le même dessein de favoriser les règlements pacifiques des conflits, et d’annoncer un ordre international fondé sur la justice.

  • 25 Allocution consistoriale du 27 mars 1905 : “Notre âme est encore contristée par la cruauté de la gu (...)

32Les mêmes angoisses et les mêmes espoirs sont exprimés par son successeur Pie X, qui, pour sa part, fait adresser un message de soutien à la Société internationale de la Paix, tenant son 15e congrès en novembre 1906. Un peu plus tard, le pape exprime son encouragement chaleureux à la Dotation Carnegie pour la paix internationale (sans objecter qu’elle est d’initiative protestante) “C’est avec plaisir que nous avons appris que… des gens éclairés se préoccupent ardemment, aux États-Unis, d’assurer aux Nations les bienfaits de la Paix… En vérité, promouvoir la concorde des esprits, réfréner les instincts belliqueux, écarter les dangers de la guerre, et même supprimer les soucis de ce qu’on a continué d’appeler la “paix armée”, c’est une très noble entreprise. Et cela aujourd’hui plus que jamais, où l’importance numérique des armées, la puissance meurtrière de l’outillage guerrier, les progrès considérables de la science militaire laissent entrevoir la possibilité des guerres qui devraient faire reculer même les princes les plus puissants… C’est pourquoi nous nous réjouissons sincèrement d’une entreprise qui doit être approuvée par tous les honnêtes gens (Lettre Libenter, du 11 juin 1911, au délégué apostolique aux États-Unis)25.

33Les angoisses de tous ceux qui avaient redouté les horreurs d’une conflagration générale n’empêcheront pas, on le sait, le déclenchement de la Grande Guerre, à la suite de l’attentat de Sarajevo, suivi de l’enclenchement du mécanisme des alliances et des mobilisations (juin-juillet-août 1914) .

  • 26 Fernessole, op. cit., p. 108-109 : Les enseignements pontificaux. La Paix internationale, p. 61-62. (...)

34Pie X avait tenté vainement d’incliner à la modération l’empereur François-Joseph. Il exprime sa douleur dans l’exhortation solennelle Dum Europa du 2 août 1914. “Tandis que l’Europe presque entière est entraînée dans la tourmente d’une guerre extrêmement funeste, dont personne ne peut envisager les périls, les massacres et les conséquences, sans se sentir oppressé par la douleur et par l’épouvante, nous ne pouvons pas ne pas nous préoccuper, nous aussi et ne pas nous sentir l’âme déchirée par la plus poignante douleur pour le salut et la vie de tant d’individus et de peuples…”. Il invite les évêques à multiplier les prières publiques “… afin que la miséricorde de Dieu, touchée par la ferveur de ces supplications, écarte le plus possible les sinistres lueurs de la guerre, et qu’il inspire aux chefs des Nations de former des pensées de paix et non des pensées d’afflictions26.

III – Benoît XV

35Le pontificat qui suit, celui de Benoît XV (1914-1922) est assombri par cette guerre civile européenne. Le pape se fait l’apôtre inlassable et impuissant de la paix.

  • 27 “Les enseignements pontificaux”. “La paix internationale”, op. cit., p. 65-66. Fernessole, La papau (...)

36Aussitôt élu, il exprime sa douleur (allocution Ubi primum du 8 septembre 1914) : “Nous avons été frappé d’une horreur et d’une angoisse inexprimable par le spectacle monstrueux de cette guerre, dans laquelle une si grande partie de l’Europe, ravagée par le fer et le feu, ruisselle de sang chrétien”. Il reprend l’initiative de son prédécesseur, en invitant évêques et prêtres à prier pour la paix, en conjurant les dirigeants d’arrêter les massacres et de chercher les voies de la paix27.

  • 28 Ses interventions obtinrent des résultats importants dans ce domaine : dans une lettre du 18 octobr (...)

37Le pontife œuvrera sans relâche comme pasteur, en s’efforçant de soulager, par une multitude d’interventions, les souffrances des prisonniers, des femmes, des enfants28. Comme défenseur du droit, il condamne les violations du droit des gens, l’invasion de la Belgique neutre et tant d’autres actes. Il rappelle à leurs devoirs les troupes d’occupation. Il déplore le recours “sur terre et sur mer, à des moyens de combat contraires aux lois de l’humanité et au droit international”. Comme docteur de toute la chrétienté, il reprend et approfondit la théologie de la paix dans plusieurs encycliques : Ad Beatissimi, du 1er novembre 1914 débute par une déploration véhémente de la guerre : “Plus de limites aux ruines et au carnage, chaque jour la terre, inondée par de nouveaux ruisseaux de sang, se couvre de morts et de blessés. À voir ces peuples armés les uns contre les autres, se douterait-on qu’ils descendent d’un même Père, qu’ils ont la même nature, et font partie de la même société humaine”. Il rappelle que Jésus Christ a voulu enseigner aux hommes la paix, fondée sur la justice et la charité, que l’orgueil et la cupidité conduisent à la guerre.

38Le pape propose aux gouvernants, au nom de Dieu de paix, de recourir aux négociations. Il propose aux belligérants une trêve pour la Noël 1914, sans aucun succès. Le 9 février 1916, répondant à une adresse des juifs établis aux États-Unis, il déclare qu’on doit observer les principes du droit naturel à l’égard des juifs comme à l’égard de tous les hommes. À plusieurs reprises, il proteste contre les bombardements de villes non fortifiées.

39Le 28 juillet 1915, un an après la déclaration de guerre de l’Autriche à la Serbie, Benoît XV adresse un nouveau message émouvant aux peuples et à leurs dirigeants : “… Au nom du sang béni de Jésus, prix du rachat de l’humanité, nous vous conjurons, vous que la Divine Providence a préposés au gouvernement des nations belligérantes, de mettre fin désormais à l’horrible carnage qui depuis une année déshonore l’Europe. C’est un sang de frères qu’on répand sur la Terre et sur les mers… vous qui portez devant Dieu et devant les hommes la terrible responsabilité de la paix et de la guerre, écoutez notre prière.. L’on ne peut pas dire que l’immense conflit ne peut se terminer sans la violence des armes. Qu’on abandonne de part et d’autre cette folie de destruction et qu’on réfléchisse que les nations ne périssent pas. Humiliées et opprimées elles portent en frémissant le joug qui leur est imposé et préparent leur revanche, transmettant de génération en génération un triste héritage de haine et de vengeance. Pourquoi ne pas peser, dès maintenant, avec une sereine conscience, les droits et les justes aspirations des peuples ? Pourquoi ne pas entamer, de bonne volonté, un échange direct ou indirect de vues ayant pour but de tenir compte, dans la mesure du possible, de ces droits et de ces aspirations et aboutir ainsi à mettre fin à cette lutte effroyable… Qu’il soit béni celui qui le premier élèvera une branche d’olivier et tendra la main à l’ennemi, en lui offrant des conditions raisonnables de paix ! L’équilibre du monde, la prospérité, la sécurité, la tranquillité des nations reposent sur la bienveillance mutuelle et sur le respect des droits d’autrui, de la dignité d’autrui, bien plus que sur la multitude des armées et la formidable enceinte des forteresses…”.

  • 29 Acta Apostolicae Sedis, 1915. t. VII, pp. 365-368, cité par Fernessole, op. cit., p. 135 et suiv. L (...)

40Cet appel poignant, inspiré par la doctrine multiséculaire de l’Église, adaptée à l’extrême violence de la Grande Guerre, n’eut aucun succès. Il suscita, en France notamment, de violentes diatribes anti-romaines29.

41Malgré les déceptions, Benoît XV, père commun des chrétiens, espère ramener les nations à la paix. En 1917, la lassitude d’une guerre sans fin gagne les populations. Le pape fait sonder le gouvernement de Berlin. Le Reichtag avait voté le 19 juillet, une résolution pour la paix. Le Saint-Père croit le moment venu de proposer aux belligérants les bases d’une paix durable. Tel est le dessein de l’exhortation adressée, le 1er août 1917 à chacun des gouvernements en guerre.

42Il rappelle qu’il s’était fixé, depuis le début du conflit, trois objectifs : garder une parfaite impartialité à l’égard de tous les belligérants, s’efforcer de venir en aide aux victimes, sans acception de nationalité ou de religion, essayer d’amener les peuples et leurs chefs à rechercher une paix juste et durable. Renouvelant “un appel pressant à ceux qui tiennent en leurs mains les destinées des nations”, il croit devoir présenter des propositions concrètes qui semblent devoir être les bases d’une paix juste et durable, en laissant aux gouvernants “le soin de les préciser et de les compléter”.

43Benoît XV propose en premier heu “qu’à la force matérielle des armes soit substituée la force du droit”, par un accord de tous pour la réduction simultanée et réciproque des armements, “puis en substituant à la force des armes “l’institution de l’arbitrage… selon des normes à concerter et des sanctions a déterminer contre l’État qui refuserait soit de soumettre les questions internationales à l’arbitrage, soit d’en accepter la décision”.

44Suit la proposition de la liberté des mers et du commerce international “Quant aux dommages à réparer et aux frais de guerre, nous ne voyons d’autres moyens de résoudre la question qu’en posant, comme principe général, une compensation entière et réciproque, justifiée du reste par les bienfaits immenses à retirer du désarmement… Si pour certains cas, il existe, à l’encontre, des raisons particulières, qu’on les pèse avec justice et équité”.

45Le Saint Père continue : “le retour à la paix postule la restitution réciproque des territoires actuellement occupés”, par conséquent, du côté de l’Allemagne évacuation totale de la Belgique, avec garantie de sa pleine indépendance politique, militaire et économique vis à vis de n’importe quelle puissance : évacuation également du territoire français ; du côté des alliés, semblable restitution des colonies allemandes. La note évoque de la manière suivante l’issue des contestations territoriales. “Pour ce qui regarde les questions territoriales comme par exemple celles qui sont débattues entre l’Italie et l’Autriche, entre l’Allemagne et la France, il y a lieu d’espérer qu’en considération des avantages immenses d’une paix durable avec désarmement, les parties en conflit voudront les examiner avec des dispositions conciliantes, tenant compte, des aspirations des peuples…”

46Le texte se termine en invitant les parties à négocier, dans un esprit d’équité et de justice, le statut des États balkaniques, de l’Arménie où les populations chrétiennes venaient de subir un véritable génocide, et de l’ancien royaume de Pologne tellement éprouvé.

  • 30 “Nous sommes animés d’une douce espérance celle de voir ainsi se terminer au plus tôt la lutte terr (...)
  • 31 G. Cholvy et J-M Hilaire Histoire religieuse de la France contemporaine, 2, 1880-1930 ch. 6, sectio (...)

47Cette proposition d’une paix sans vainqueur ni vaincu n’obtint, on le sait, aucun succès, malgré la péroraison poignante30. Berlin considère que l’affaiblissement de l’armée russe, à la suite de la Révolution va permettre le triomphe des armées allemandes à l’Est, et leur disponibilité pour une offensive décisive à l’Ouest. L’accueil sera également négatif du côté des Alliés31. Les antagonistes ne concevaient la paix que par la mise hors de combat de l’adversaire.

48Les dimensions de la présente contribution ne permettent ni de décrire la violence des réactions anti-romaines (anticléricales ou non) en France ni de relever les correspondances entre le plan de paix de Benoît XV, rejeté, et les “Quatorze points” du Président Wilson, qui serviront de point de départ aux négociations de 1918-1919.

49Avec un siècle de recul, nul ne peut contester la hauteur de vue des pasteurs chrétiens, leur désintéressement, leur préoccupation constante de la paix. Ils méritent, autant que d’autres, d’être salués comme les “Apôtres de la paix”, et les pères fondateurs de l’Europe pacifiée.

Notes

1 Parmi bien d’autres études, R. Coste, Les fondements biblico-théologiques de la justice et de la paix, “Nouvelle revue théologique”, 15e année, n° 2, mars-avril 1983, t. 105.

2 Cet enseignement de la paix ne doit pas faire oublier qu’en maint passages, la Bible glorifie les exploits guerriers d’Israël, que le psalmite invoque le Tout-Puissant pour combattre et anéantir les ennemis. Le principe de la légitime défense d’Israel contre ses adversaires n’est jamais contesté.

3 Le rituel occidental de la célébration eucharistique (messe) comporte la prière pour la paix, “Seigneur Jésus Christ, qui a dit à ses apôtres : Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix, ne regarde pas nos péchés, mais la foi de ton Église ; pour que ta volonté s’accomplisse donne lui toujours cette paix”. La liturgie des chrétiens d’Orient demande à Dieu d’accorder la paix au monde, aux églises, aux gouvernants, à l’armée et à tout le peuple.

4 Le mouvement pour la “paix de Dieu” débute à la fin du Xe siècle, par les conciles du Puy, de Charroux, de Narbonne. Les moines clunisiens s’efforcent de l’étendre au domaine du roi capétien. La “paix de Dieu“protégeait les églises les clercs, leurs biens, les pèlerins, les marchands, les paysans sans armes. Là Trêve de Dieu (XIe siècle) oblige à respecter le jour du Seigneur, puis est élargi aux temps d’Àvant, de Noël, de Carême, de Pâques de Pentecôte, aux jeudi vendredi, samedi. Cf. : R. Bonnaud-Delamare, L idée de paix à l’époque carolingienne, Thèse droit, Montpellier 1939 ; L’idée de paix au XIe siècle, th. Lettres 1945, Mél. Halphen, 1951, et Rec. Soc. J. Bodin, La Paix, 1962, “Paix de Dieu et Guerre Sainte en Languedoc”, Cahiers de Fanjeaux, 4, 1969, Toulouse, Privat, articles de E. Delaruelle, Bonnaud-Delamare, Vicaire, Sicard.

5 Érasme et Fénelon ont insisté sur l’importance de la paix dans la vie des peuples.

6 Gratry, fils d’un père incroyant, intendant de la Grande Armée, sera marqué par la piété de sa mère. Entré à l’École Polytechnique, il revient à la foi, choisit la vie consacrée, est ordonné prêtre, devient aumônier de l’École Normale Supérieure, se brouille avec le directeur Vacherot, reconstitue l’Oratoire avec quelques amis.

7 La prédication de Gratry procède d’une théologie de la Paix, qui reprend avec enthousiasme, en les appliquant au monde du XIXe siècle des thème bien connus de la Révélation : l’annonce par le prophète Isaïe d’une ère de paix. “En ce temps, sous le règne du roi de Justice, les peuples ne lèveront plus l’épée l’un contre l’autre, et ils transformeront leurs épées en fer de charrue”. La religion païenne de la force doit céder devant la religion chrétienne de douceur, la paix évangélique. Celui qui a faim et soif de justice doit redevenir d’abord doux et humble de cœur et pacifique. L’auteur se réfère à plusieurs reprises au Sermon sur la montagne : “Heureux ceux qui sont doux, heureux les pacifiques, heureux ceux qui ont faim et soif de la justice”.

8 “Assurément dans ces armées qui s’exterminent par le fer et par le feu, des deux côtés, la plupart croient combattre pour Dieu, pour la justice et pour le progrès du monde. Cependant, ce que leurs mains opèrent c’est l’évidente continuation du crime primitif de Caïn” (1ère Méditation, éd. 1916, p. 16). On sait que telle fut bien la réaction dominante des belligérants en 1914-1918.

9 “Allons nous jeter aux pieds de ceux qui ont quelques pouvoirs ; embrassons leurs genoux ; prions et supplions afin de les gagner à la Sainte Ligue en faveur de la paix du monde” (1ère Méditation, éd. 1916, p. 22).

10 “Je vois quel est en ce moment de l’histoire du monde, la prodigieuse grandeur de cette puissance… l’humanité toute entière est comme une assemblée unique. Tout homme peut élever la voix, et sa parole est entendue, sur tous les points jusqu’aux extrémités du monde… Lorsque ceux qui parlent se liguent pour le vrai, pour le faux, pour le bien, pour le mal, ils séduisent le genre humain… ils l’entraînent où ils veulent. Presque aucun homme ne pense et ne voit par lui même… Je crois entrevoir que peut être le temps approche où les princes de l’esprit sauront… que celui qui parle… est serviteur de Dieu comme tous ses frères, et qu’il doit être de plus, le serviteur de Tous” (1ère Méditation).

11 Et encore : “Il y a une manifeste vérité, que je pose avec autant de certitude qu’un théorème géométrique… la voici : “La paix universelle, la paix perpétuelle est une limite vers laquelle peuvent et doivent converger sans cesse et de toutes leurs forces, les peuples chrétiens d’abord puis le genre humain tout entier”.

12 “Le procédé sauvage, païen et satanique de la domination de l’homme sur l’homme est donc jugé et condamné par l’histoire, par le spectacle du monde contemporain ; par la science et par la conscience” (14ème Méditation, éd. 1915, p. 88).

13 Gratry, très sensible aux atrocités commises contre les chrétiens du Liban, déplore la timidité des réactions européennes dans cette conjoncture, approuve intervention armée de la France, dénonce violemment, l’Empire Turc dont il souhaite la disparition (Organisation de l’iniquité sur la Terre). Gratry, qui connaît la doctrine chrétienne de la guerre juste, admet que l’on tire l’épée pour défendre le Christ, mais ce recours à l’épée ne doit être qu’un accident (4ème Méditation). Il rejette “l’évangélisme déraisonnable qui flétrit l’épée dans tous les cas, même pour la défense actuelle contre l’assassinat” (4ème Méditation, éd. 1916. p. 72). Il considère, par ailleurs, que les croisades médiévales étaient justes et nécessaires, glorieuses mais que mieux vaut encore les croisades de paix”. “Le roi de paix… veut que la religion satanique de la force et que l’apostolat du cimeterre soient vaincus par la douceur céleste et par la paix évangélique” (5ème Méditation, éd. 1916, p. 98).

14 “je compris (après avoir relu St Paul) que le chrétien aime Dieu d’abord… ensuite il aime le genre humain… Puis il aime sa patrie et il révère le pouvoir public qui gouverne le peuple… Ma patrie n’est pas infaillible, le prince en présence de la vie publique, mais que deviendrait la vie de mon pays si je suis en lutte permanente contre les organes nécessaires à la vie ?” (1ère Méditation). Chacune [des nations] est nécessaire, respectable, sacrée. Supprimer une nation serait supprimer un organe dans un corps”. (4ème Méditation, éd. 1916, p. 76). “La Patrie est sacrée, la Nation est sacrée… La patrie de chaque peuple est sacrée comme la famille et comme le patrimoine”. (ibidem, p. 78).

15 “Tout peuple qui opprime et possède la patrie d’un autre, possède le bien d’autrui. viole la loi de Dieu, empêche la paix du monde. Oui, tout peuple qui rendra la vie à un peuple opprimé sera béni de Dieu. Tout peuple qui restituera une proie recevra de Dieu, en grandeur et en force, le centuple de ce qu’il aura restitué (4ème Méditation, p. 88, et 5ème Méditation, p. 100).

16 “Les nations sont cohéritières ; elles sont les organes d’un même corps et solidaires dans les promesses du Christ” (4ème Méditation, p. 76), à partir de Paul, Éphésiens ; III, v. 4, 5, 6 : “Gentes esse coheredes et concorporales et comparticipes promissionis ejus in Christo Iesu, per Evangelium”.

17 4ème Méditation, de 1916, p. 77 : Il n’y a plus qu’une seule justice universelle qui s’applique aux rapports, d’homme à homme et aux rapports de peuple à peuple… Ce qu’on nomme encore la politique n’est que l’aveugle barbarie du vieux monde. Ce qu’on nomme raison d’État est condamné par l’Évangile et l’Église. Voilà le grand principe qu’il s’agit aujourd’hui d’introduire dans les affaires du monde. Voilà la base qui nous donnera la paix, et de la paix, la force d’anéantir, par le seul poids et le seul éclat de la justice toute organisation d’iniquité dans le monde entier”. (5ème Méditation, p. 94 : Il faut introduire dès aujourd’hui dans la réalité des affaires de l’Europe, l’évident principe de justice universelle et internationale. Ce système comporte : équilibre entre les puissances, négociations pour résoudre les conflits. Le Grand dessein d’Henri IV semble avoir été imaginé par Sully dans ses Mémoires des sages économies du roi Henri IV le grand.

18 “J’en conclus que les peuples et les gouvernements doivent renoncer au droit païen de la conquête et reprendre l’idée si simple, si grande et si féconde du Moyen Age, l’idée de République chrétienne. Le grand dessein de Henri IV, savoir : intime alliance des nations chrétiennes, suppression de l’empire Ottoman, effort fait en commun pour mettre en ordre le monde entier” (4ème Méditation, éd. 1916, p. 91).

19 “Ayons confiance ! l’avenir du monde est plus clair qu’il n’était il y a cent ans. Aujourd’hui. Ce me semble nous pouvons parler de paix plus haut qu’on ne pouvait le faire autrefois…” (Première Méditation. p. 20)… “J’ai vu renaître avec magnificence le travail, les lettres, la liberté, les arts, la justice et l’honneur (2ème Méditation. ibid., p. 43). “Ce qui est formidable, ce que nul ne remarque assez, c’est que le monde est mûr [pour la conversion]… à condition que les nations de ceux qui les dirigent consentent enfin à se soumettre à l’Évangile (5ème Méditation, p. 98). “Une science sociale se forme, qui montre à l’évidence que l’Évangile est la loi des Nations, .. L’Évangile aujourd’hui se démontre dans le détail comme la loi de la vie sociale… Et ce qui me ravit de joie, c’est de voir non seulement les évidents principes de justice absolus, mais encore les étranges conseils de charité surabondante pénétrer dans la Science, comme applicables de peuple à peuple (Ibidem, p. 103).

20 Le père Gratry, apprécié par les cercles cultivés pour la profondeur de ses convictions, et pour l étendue de sa culture se laissa engager dans des initiatives malavisées. Sa participation à la “Ligue de la Paix“aux côtés d’incroyants lui valut un blâme de son supérieur et sa position contre la proclamation de l’infaillibilité pontificale (Concile du Vatican, 1870) d’être exclu de l’Oratoire. Le pape Léon XIII a connu et apprécié ses écrits. Il élèvera au cardinalat Perraud, disciple de Gratry, supérieur de l’Oratoire (1893). ce qui passera pour une réhabilitation solennelle de Gratry. Les intuitions de Gratry ont guidé celles des philosophes catholiques Ollé-Laprune et Maurice Blondel. Voir les art. Gratry. du Dictionnaire de théologie catholique, t. VI. 2 (1925) et du Dictionnaire de Spiritualité ascétique et mystique, t. VI, col. 781 et suiv. (1967) et J. R. Palanque, Catholiques libéraux et gallicans en France face au concile du Vatican Aix-en-Provence 1962 ; Calamy. “Le nouvel Oratoire et les catholiques libéraux“dans Les Catholiques libéraux au 19ème siècle, dir. J. Gadille, Grenoble 1979.

21 Sur Le Sillon, Caron, Le Sillon et La démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris Plon, 1966, notamment p. 417 et suiv. M. Barthélémy Madaule, Marc Sangnier 1873-1950, Paris, Seuil, 1973. Le principal leader du pacifisme chrétien, A. Vanderpol a écrit : Le droit de la guerre d’après les théologiens et les canonistes du Moyen Age, Paris, Bruxelles, 1912.

22 Allocution aux cardinaux du 11 février 1889 (dans : Les enseignements pontificaux – La Paix internationale, t1, p. 40). Le même pontife développe le thème dans sa Lettre apostolique Praeclara gratulationis, du 20 juin 1894, à l’occasion du Jubilé : “Nous avons devant nos yeux la situation de l’Europe. Depuis nombre d’années déjà on vit une paix plus apparente que réelle. Obsédés de mutuelles suspicions, presque tous les peuples poussent à l’envie leurs préparatifs de guerre. De là d’énormes dépenses et l’épuisement du Trésor Public ; de là encore une atteinte fatale à la richesse des nations, comme à la fortune privée ; et on en est au point que l’on ne peut plus porter plus longtemps les charges de cette paix armée (ibidem, p. 45-46).

23 Les mêmes thèmes sont repris dans la Lettre apostolique à l’épiscopat universel, “Parvenu à”, du 19 mars 1902 : Oubli des principes chrétiens, si nécessaires pour sceller la fraternité des peuples, déploration des égoïsmes nationaux, accroissement excessif des préparatifs militaires.

24 P. Fernessole, La papauté et la paix du monde, Paris, Beauchesne, 1947, p 70 et suiv.

25 Allocution consistoriale du 27 mars 1905 : “Notre âme est encore contristée par la cruauté de la guerre, qui depuis longtemps déjà couvre de massacres, d’incendies et de sang les contrées de l’Extrême Orient. Nous qui tenons humblement ici-bas la place de Celui qui est l’auteur et le médiateur de la Paix nous demandons instamment à Dieu d’inspirer en sa bonté, aux princes et aux peuples, les conseils qui portent à la concorde…” Fernessole, Les enseignements pontificaux. La Paix Internationale, p. 53. Télégramme au 15e congrès de la Paix. 3 novembre 1906 : “Très convaincu que tous les apports faits dans le but d’éviter les horreurs de la guerre sont absolument conformes à l’esprit aux préceptes de l’Évangile (remerciements et bénédiction (ibidem, p. 58), lettre du cardinal Merry del Val au président de ce Quinzième congrès de la Paix : “L’auguste pontife y joint aussi le vœu que l’on apprécie à sa juste valeur l’importance de l’idée émise par vous qu’il convient de prévenir et d’empêcher la guerre plutôt que de se borner à en diminuer les horreurs quand il n’est plus possible de l’éviter“ (ibidem, p. 54). Durant le pontificat de Pie X. un conflit territorial entre le Brésil le Pérou et la Bolivie a été réglé par arbitrage sous la présidence du nonce apostolique.

26 Fernessole, op. cit., p. 108-109 : Les enseignements pontificaux. La Paix internationale, p. 61-62. Selon l’illustration du 22 août 1914, p. 155. Le Pape (décédé le 20 août 1914), avait espéré déterminer l’empereur François Joseph à une démarche qui eut assuré la paix. PieX avait refusé de bénir les armées austro-hongroises et répondu à l’envoyé de l’empereur que ce dernier devait s’estimer heureux qu’il ne les maudisse pas.

27 “Les enseignements pontificaux”. “La paix internationale”, op. cit., p. 65-66. Fernessole, La papauté et la paix du monde”, op. cit., p. 118 et suiv.

28 Ses interventions obtinrent des résultats importants dans ce domaine : dans une lettre du 18 octobre 1914 adressée au cardinal-archevêque de Cologne, il intercède en faveur des prêtres et des autres prisonniers français. Le 19 décembre 1914, le pape propose aux nations belligérantes l’échange des prisonniers incapables de se battre. En 1915, il engage des pourparlers qui aboutissent au succès pour obtenir l’hospitalisation en Suisse de prisonniers malades ou blessés des deux camps. Les détails de ces interventions humanitaires sont rapportés par Fernessole, op. cit., p. 126 et suiv.

29 Acta Apostolicae Sedis, 1915. t. VII, pp. 365-368, cité par Fernessole, op. cit., p. 135 et suiv. Le pape tentera, à plusieurs reprises. de faire comprendre que ses interventions ne sont pas en faveur d’une coalition contre un autre. “C’est l’office du pontife romain, établi par Dieu interprète et vengeur de la loi éternelle, de proclamer qu’il n’est permis à personne pour aucun motif de violer la justice… Nous réprouvons de toutes nos forces, toutes les violations du droit partout où elles ont été commises. Mais mêler l’autorité pontificale aux disputes des belligérants ne serait ni convenable ni utile… Le pontife romain, qui tient la place de Jésus Christ, doit embrasser dans sa charité tous ceux qui combattent. Père du monde catholique, il a de chaque côté de nombreux fils, et c’est le salut d’eux tous qu’il doit se procurer. N’étant d’aucun parti, nous nous préoccupons cependant de l’un et de l’autre comme nous l’avons dit (Alloc. au Consistoire du 22 janvier 1915, dans les Enseignements pontificaux, “La Paix internationaleop. cit., p. 85-86).

30 “Nous sommes animés d’une douce espérance celle de voir ainsi se terminer au plus tôt la lutte terrible, qui apparaît de plus en plus comme un massacre inutile Réfléchissez à votre très grave responsabilité devant Dieu et devant les hommes ; de vos résolutions dépendent le repos et la joie d’innombrables familles, la vie de milliers de jeunes gens, la félicité en un mot des Peuples auxquels vous avez le devoir absolu d’en procurer le bienfait… Fasse le Ciel qu’en méritant les applaudissements de vos contemporains vous vous assuriez aussi, auprès des générations futures le beau nom de pacificateur”. “Les enseignements internationaux”, “La paix internationale”, op. cit., p. 108.

31 G. Cholvy et J-M Hilaire Histoire religieuse de la France contemporaine, 2, 1880-1930 ch. 6, section 3, p. 257 et suiv. ; A. Fleury, “Le Saint Siège et les négociations de 1917” dans Conflits Internationaux, avril 1993 n° 170 ; Ph. Levillain “Le Saint Siège et la première guerre mondiale” dans Les Internationales et le problème de la Guerre au XXe siècle, Rome, École Française, 1987 p. 128 et s. ; Chrétiens dans la première guerre mondiale s. dir. N. Chaline, Cerf, 1995. On trouvera dans Les enseignements pontificaux, La Paix internationale, op. cit., p. 108 et suiv., les échos des déceptions du pape devant l’accueil hostile à ses propositions. Pacelli qui avait été associé en 1917 à l’initiative du pape Benoît XV, se trouve de 1940 à 1944 devant le même problème que son prédécesseur, et subira des avanies semblables.

Notes de fin

* Extrait des Mélanges Pierre Vellas, Paris, Pedone, 1995, p. 517-530.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search