Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Le rôle de l’État selon les “Encycliques sociales“*

Texte intégral

  • * Extrait du colloque de Toulouse, avril 1991, “État et pouvoir”, de l’A.F.I.P., vol. VIII, Aix P. Un (...)

1Le centenaire de cette encyclique du pape Léon XIII a été célébré, en cette année 1991, par tant de colloques que l’historien E. Poulat a pu écrire, cum grano salis, que l’anniversaire a fait mille fois plus de bruit que le document lui-même. L’occasion paraît bonne, pour notre association, d’examiner le rôle reconnu à l’État par ce texte fondamental de la pensée chrétienne moderne.

  • 1 L’édition officielle des encycliques est publiée, en latin, dans les Acta Apostolici Sedis, dans le (...)

2La présente communication ne prétend ni à l’originalité, ni à l’exhaustivité. Nous compléterons l’examen de ce texte, qui confirme et consacre les idées du catholicisme social du XIXème siècle, par Quadragesimo anno, du pape Pie XI, qui en célèbre le quarantième anniversaire, et par quelques textes de Pie XII, sans aborder les amplifications de perspectives intervenues depuis le pontificat de Jean XXIII, et le Concile Vatican 111.

3Le vocable même désigne une lettre par laquelle le pape se prononce sur des problèmes de doctrine ou de comportement, avec l’autorité de “docteur universel”, qui enseigne à toute l’Église, et de Vicaire du Christ, chargé de conduire tous les hommes vers le Salut. Rerum Novarum est adressée explicitement à tous les évêques catholiques du monde, et, à travers eux, aux clergés et aux fidèles, mais aussi à tous les responsables politiques, chrétiens ou non.

4 La lecture de cette lettre évoque une symphonie dans laquelle les thèmes se succèdent et se combinent, pour donner une orientation globale à la fois complexe et cohérente.

5Le point de départ se trouve dans la double constatation des transformations de la société (Rerum Novarum) et du désir des changements qui anime les hommes eux-mêmes, avec leurs conséquences bénéfiques ou dramatiques.

6Le premier “motif” (au sens musical) de cette symphonie me paraît être la déploration des conditions nouvelles de la vie sociale, des misères qui les accompagnent et des luttes qu’elles entraînent.

7Léon XIII constate que le siècle a été caractérisé par le développement du machinisme, les innovations techniques, la concentration des richesses. Cette analyse intervient au cœur d’une phase de récession des économies industrialisée marquée par de multiples grèves et affrontements. La fusillade de Fourmies n’est pas loin (1er mai 1891). Le diagnostic est grave, formulé en termes pleins de sollicitude pour les travailleurs et les pauvres, et de sévérité contre ceux qui les exploitent. Léon XIII a été formé à la spiritualité franciscaine en même temps qu’à la philosophie thomiste.

8Il constate dans l’introduction de son “encyclique” l’altération des rapports entre les ouvriers et les patrons, l’affluence de la richesse entre les mains du petit nombre, à côté de l’indigence de la multitude…”. “Les travailleurs isolés et sans défense se sont vus avec le temps livrés à la merci de maîtres inhumains et à la cupidité d’une concurrence effrénée… Une usure vorace est venue s’ajouter encore au mal… condamnée à plusieurs reprises par le jugement de l’Église, elle n’a cessé d’être pratiquée sous une autre forme par des hommes avides de gain, et d’une insatiable cupidité. À tout cela il faut ajouter le monopole du travail et des effets de commerce devenus le partage d’un petit nombre de riches et d’opulents qui imposent ainsi un joug presque servile à l’infinie multitude des prolétaires”.

  • 2 Sur le catholicisme social, Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, Pari (...)

9On pourrait citer bien d’autres passages condamnant la rapacité des riches et les conditions misérables faites aux ouvriers. Léon XIII développe un thème évangélique déjà utilisé par les catholiques sociaux depuis Villeneuve-Bargemont2.

10Le second motif ou thème de cette symphonie accompagne immédiatement le premier : la proclamation du droit et du devoir de l’Église de porter témoignage des vrais principes de justice, devant les patrons et les ouvriers antagonistes, pour les inviter à dépasser injustices, haines, lutte des classes.

11Le chef visible de l’Église intervient avec une audacieuse autorité au cœur d’un domaine profane où on ne l’attendait guère, celui des relations de travail. Au XIXème siècle, les légistes français gallicans interprètent le Concordat comme limitant l’Église à la fonction d’un service public du culte et de la morale. En Italie, le Risorgimento vient d’anéantir les États de l’Église, et de conquérir Rome pour capitale de l’Italie. En Allemagne, Bismark s’engage dans le Kulturkampf, au nom de la souveraineté de l’État. Rerum Novarum s’encadre entre deux imprécations anticatholiques fameuses, celle de Gambetta : “Le cléricalisme, voilà l’ennemi”, et celle de Viviani : “Nous avons éteint dans le ciel des lumières qu’on n’allumera plus”.

12Léon XIII, sans acrimonie, au rythme d’un largo enseigne avec force “c’est avec assurance que nous abordons ce sujet, et dans toute la plénitude de notre droit, car la question dont il s’agit [la question sociale], est de telle nature qu’à moins de faire appel à la religion et à l’Église, il est impossible de lui trouver jamais une solution efficace”. Parce que ces questions concernent tous les hommes, tous fils de Dieu, tous rachetés par le Christ, l’Église se doit d’intervenir (à défaut de l’expression : “l’Église experte en humanité, qu’utilisera Paul VI, l’idée est implicitement utilisée par Léon XIII). L’Église, pour venir en aide aux pauvres a multiplié dans les siècles passés, les interventions et les institutions. Il lui appartient maintenant de rappeler aux hommes groupés en deux classes affrontées, riches et pauvres, leurs devoirs mutuels, et avant tout ceux qui dérivent de la justice. Aux ouvriers d’accomplir leur travail avec conscience et de se garder de la violence dans la défense de leurs justes revendications “quant aux riches et aux patrons, ils doivent ne point traiter l’ouvrier en esclave mais respecter en lui la dignité de l’homme, relevée encore par celle du chrétien”.

13L’Église intervient parce qu’elle a toujours enseigné que les hommes, selon leur nature, ont besoin de vivre ensemble, de s’entraider, d’œuvrer en vue du bien commun.

14Le pape, restaurateur des études thomistes, use des concepts thomistes sur la nature et la société. Il condamne les socialistes, qui “poussent à la haine jalouse des pauvres contre ceux qui possèdent” ; le socialisme “viole les droits légitimes des propriétaires, dénature les fonctions de l’État et tend à bouleverser de fond en comble l’édifice social”.

15 L’Église intervient parce que tous les hommes sont fils de Dieu, frères en Jésus Christ, tous appelés au même salut en Dieu. Elle enseigne aux hommes à vivre dans la justice, “et même dans l’amitié qui préfigure le Royaume de Dieu, que Jésus propose à tous”.

  • 3 En laissant cette alternative, le pape intervenait, dans un esprit irénique, au milieu d’une contro (...)

16Le troisième motif de la symphonie ne doit pas nous retenir ici : c’est la valorisation des associations privées sur le terrain social. Léon XIII reprenant un thème habituel aux catholiques sociaux en France et hors de France, évoque avec intérêt l’exemple des corporations d’autrefois : “Le dernier siècle a détruit, sans rien leur substituer, les corporations anciennes” (qui constituaient notamment une protection pour les travailleurs). Sans nostalgie passéiste, il invite à multiplier des associations adaptées aux conditions des temps nouveaux, et à la diversité des situations et des intérêts : “Aussi, est-ce avec plaisir que nous voyons se former partout des sociétés de ce genre, soit composées des seuls ouvriers, soit mixtes, réunissant à la fois des ouvriers et des patrons“3. Le pape affirme que le droit à l’association ne doit être ni anéanti ni brimé par l’État car le besoin d’entraide et de solidarité tient à la nature humaine, et transcende les normes posées par l’État. Les associations doivent jouer un rôle essentiel dans le rétablissement d’un ordre économique juste.

17Nous examinerons plus particulièrement le quatrième thème, celui des interventions de l’État dans la vie économique et sociale. La troisième partie de l’encyclique lui est consacrée pour l’essentiel, ce qui témoigne de l’importance de ces problèmes aux yeux de Léon XIII.

  • 4 Le pape indique qu’il a rappelé les principes chrétiens et réfuté les opinions modernes erronées su (...)
  • 5 Une conception chrétienne du développement économique avait été énoncée par les catholiques sociaux (...)

18Le pape développe un enseignement remarquable par l’ampleur des perspectives et la précision des recommandations. Il rappelle d’abord à tous les gouvernants leur devoir général d’œuvrer pour le bien commun4 . “Ils doivent faire en sorte que, de l’organisation même et du gouvernement de la société découle spontanément et sans effort la prospérité tant publique que privée”. Il décrit ces composantes d’une vraie prospérité : mœurs pures, familles solides, religion respectée, pratique de la justice, impositions modérées et équitables (ce qui correspond à l’une des préoccupations des catholiques sociaux) développement de l’industrie, du commerce et de l’artisanat5. Le pape précise qu’il s’agit là d’activités normales de l’État qui ne méritent pas le “reproche d’ingérence“exprimé par les libéraux extrêmes.

19L’État, comme garant du bien commun doit en outre s’intéresser à une répartition équitable des richesses produites : “Le pauvre étant citoyen comme le riche”, la puissance publique ne peut se désintéresser des intérêts du monde ouvrier, la stricte justice voulant que l’on rende à chacun ce qui lui est dû (ce qui rejoint les expressions traditionnelles de droit romain).

20Léon XIII écarte le programme socialiste égalitaire : il est normal que ceux qui exercent de hautes responsabilités et assument des risques importants soient mieux rétribués ; il condamne le collectivisme et justifie la propriété privée. Mais l’État, dans une société bien constituée doit s’appliquer à ce qu’une part convenable des valeurs produites revienne aux ouvriers, car leur travail est source de richesse pour la collectivité. “Il importe souverainement à la Nation que les hommes qui sont pour elle le principe de biens aussi indispensables ne se trouvent pas continuellement aux prises avec les horreurs de la misère”. Ainsi, par un raisonnement d’inspiration thomiste, le pape dépasse le dilemme : révolution (avec les socialistes) ou “laissez-faire, laissez-passer”, avec les libéraux.

21Léon XIII développe les conséquences du principe de “bien commun” de la collectivité : toute autorité venant de Dieu, les dépositaires de l’autorité dans le monde doivent exercer cette autorité “à l’instar de Dieu, dont la paternelle sollicitude ne s’étend pas moins à chacune des créatures en particulier qu’à tout leur ensemble”. Le bien commun n’est pas respecté si les intérêts d’une classe sont lésés ou simplement menacés. Dans de tels cas, “il faudra de toute nécessité recourir à l’autorité publique “s’il est impossible d’y remédier autrement”. L’expression pontificale montre qu’il souhaite de préférence l’intervention efficace des associations privées, en prévoyant à défaut l’intervention de l’État.

22Cette intervention de l’État est particulièrement nécessaire pour protéger les droits des plus pauvres. Certes, la communauté politique doit assurer à chacun des citoyens la protection de ses droits (parmi lesquels celui de propriété privée, dont le pape défend nettement la légitimité) ; mais elle doit intervenir tout particulièrement au secours des plus pauvres : “la classe indigente au contraire de la classe possédante, sans richesses pour la mettre à couvert des injustices, compte surtout sur la protection de l’État : que l’État se fasse donc, à un titre tout particulier, la providence des travailleurs, qui appartiennent à la classe pauvre en général” (§ 30).

23Les conseils et même les directives du pape concernent certains aspects concrets de la vie ouvrière ; il revendique, pour tous les travailleurs, le droit à un minimum de repos, à la fois comme condition d’une vie digne et véritablement humaine, et comme moyen de permettre à l’ouvrier d’accomplir ses devoirs religieux. Ce droit, le Vicaire du Christ le justifie par la nature humaine, et l’appel pour tous les hommes à la perfection qui implique la recherche du bien de l’âme. La dignité de la personne et sa finalité en Dieu postulent que le travail n’absorbe pas tout le temps des travailleurs, ne le réduise pas à la situation d’une bête de somme. Nul n’a le droit d’avilir le travailleur, nul n’a le droit d’asservir son âme. Car la fin suprême de tout homme est de parvenir à la connaissance du Bien, à l’amour du Vrai, à la perfection de l’être, image de Dieu.

24Il n’est pas surprenant que le pontife distingue ce repos bienfaisant de la “stérile oisiveté, et du “chômage fauteur de vices et dissipateur des salariés”.

  • 6 Cette lutte pour le repos hebdomadaire dominical a mobilisé les catholiques sociaux français à la f (...)

25Le pape, en évoquant la nécessité du repos du dimanche, intervient au cœur d’un vif débat de ces années 1890-1900 entre les partisans du repos du dimanche (parmi lesquels tous les catholiques) et ceux du repos du lundi, défendu par certains anticléricaux6.

26La durée du travail doit être limitée chaque jour. Léon XIII insiste. Tout au long du siècle, bien des observateurs, parmi lesquels les catholiques sociaux depuis Villeneuve-Bargemont, avaient déploré la durée exténuante du travail quotidien, imposée aux salariés par la logique des entrepreneurs. “L’autorité publique“doit tout d’abord arracher les malheureux ouvriers “aux mains de ces spéculateurs qui ne faisaient point de différence entre un homme et une machine, abusent sans mesure de leurs personnes pour satisfaire d’insatiables cupidités, écrasent le corps et en consument les forces jusqu’à l’épuisement ; c’est une conduite que ne peuvent tolérer ni la justice ni l’humanité” (§ 33).

27Le pape précise que les temps de repos doivent être proportionnés aux circonstances de temps, de lieux, de climat, qui rendent les besognes plus ou moins pénibles. Les temps de repos seront plus importants pour les activités les plus harassantes, en particulier pour les mineurs. La brièveté de leur labeur devra compenser la peine et la fatigue, ainsi que le dommage physique qui peut en être la conséquence. Ainsi, le pape, toujours en se référant aux principes généraux de justice et d’humanité, appelle à une législation spécifique pour les travaux les plus éprouvants, et la prise en compte des risques professionnels.

  • 7 Tous les philanthropes du XIXème siècle ont déploré les conditions inhumaines dans lesquelles les e (...)
  • 8 “Il est des travaux moins adaptés à la femme que la nature destine plutôt aux ouvrages domestiques  (...)

28Il évoque aussi les difficultés particulières des femmes et des enfants, soumis au dur régime du salariat durant ce siècle de fer de l’industrialisation. L’enfant ne doit entrer à l’usine que lorsque ses forces physiques intellectuelles et morales auront été suffisamment développées, sinon sa santé serait compromise, et son éducation impossible7. Quant aux femmes, il est certain que Léon XIII écrivant à une époque où le travail salarié féminin est vécu comme une dure contrainte, ne lui est guère favorable8.

29Le pape conclut ce développement relatif à la durée du travail par une véritable directive, qui s’adresse à tous les chefs d’entreprises chrétiens ou non : “Le droit au repos de chaque jour ainsi que la cessation du travail le jour du Seigneur doivent être la condition expresse ou tacite de tout contrat passé entre patrons et ouvriers. Là où cette condition n’entrerait pas, le contrat ne serait pas honnête, car nul ne peut exiger ou promettre la violation des devoirs de l’homme envers Dieu ou envers lui-même”.

30Léon XIII aborde enfin un autre problème crucial de la condition ouvrière, celui du “juste salaire”. Il le traite à partir des principes d’une vraie justice, ayant en mémoire les écrits des théologiens sur le “juste prix”, qui ne saurait être abandonné aux spéculations des plus forts. Il ne suffit pas que le salaire ait été déterminé par un contrat. Selon les positions des économistes libéraux, la puissance publique ne pouvait intervenir qu’en cas de refus d’accomplir les obligations accordées. Ce raisonnement, souligne Léon XIII, omet une donnée essentielle : travailler c’est exercer une activité pour acquérir ce qui est nécessaire pour la vie. Le travail ne doit pas être traité comme une marchandise qu’on achète en la payant et dont on dispose ensuite à son gré. Le travail est acte de la personne. Il est propriété de celui qui use de ses forces. Du droit incontestable de chaque homme à conserver son existence découle le droit pour le salarié de se procurer par son travail le nécessaire.

  • 9 Notamment par Villeneuve-Bargemont, supra, note 2.

31 Le pape reprend et canonise une définition du salaire minimum qui avait été proposée depuis un demi siècle par des économistes chrétiens9 ; il conclut fortement : “Il est une loi de justice, à savoir que le salaire ne doit pas être insuffisant pour faire vivre l’ouvrier sobre et honnête. Que si, contraint par nécessité ou poussé par la crainte d’un mal plus grand, l’ouvrier accepte des conditions dures, parce qu’elles lui sont imposées par le patron ou par celui qui fait offre de travail, il subira une violence contre laquelle la justice proteste” (§ 34).

32Quelques lignes plus loin, le pape ajoute que le salaire devra permettre à l’ouvrier de faire face à ses besoins, à ceux de sa famille, et d’épargner un peu. Léon XIII reprend à soixante années de distance, la définition du “salaire minimum“que formulait Villeneuve-Bargemont dans son Économie Politique Chrétienne : celui qui permet à l’ouvrier actif, sobre et honnête de vivre avec sa famille, et de constituer une petite épargne pour faire face aux imprévus, à la maladie, et à la vieillesse. Léon XIII espère même que l’ouvrier pourra acquérir quelque petit bien, et passer ainsi du monde des prolétaires, prêts à la révolte, à celui des petits propriétaires, ce qui contribuerait à résoudre la question sociale en réduisant les différences.

33Ces considérations et ces directives constituent une véritable doctrine de l’intervention de l’État dans le domaine économique et social. Elle dirime la querelle entre l’École de Liège des catholiques sociaux, qui acceptait cette intervention et l’école d’Angers qui l’excluait.

34Le document pontifical, ferme et prudent, condamnait le socialisme révolutionnaire et aussi le libéralisme intégral. Il ouvrait une troisième voie, non par la conciliation en grisaille des contraires, mais en élevant le problème social au niveau de la Justice, du Bien Commun, de la dignité de la personne, de la charité enfin “qui résume tout l’Évangile”, conclut le pape.

  • 10 L’encyclique pourrait viser Albert du Mun, Léon Harmel, “L’Action populaire”, les “Semaines sociale (...)
  • 11 La faveur pontificale au profit des syndicats ouvriers chrétiens (CFTC) s’accompagne de regrets à l (...)

35Ce texte, lui-même nourri des écrits et des expériences du catholicisme social depuis les années 1830, devait inspirer les générations chrétiennes suivantes, dans l’ordre de la réflexion et des enseignements sociaux et syndicaux. Les encycliques sociales suivantes commémorent et complètent “Rerum Novarum”. Il en est ainsi de Quadragesimo Anno publiée le 15 mai 1931, au moment où les syndromes de la “grande dépression“s’étendent à l’ensemble des sociétés développées, où le chômage s’amplifie. Le pape Pie XI souligne d’abord les effets heureux des enseignements de son prédécesseur qui ont suscité tant d’études et d’initiatives, et présidé au développement d’un vigoureux syndicalisme chrétien. S’agissant spécialement du rôle de l’État, le souverain pontife salue l’attitude novatrice de Léon XIII, qui “franchit avec audace les barrières dans lesquelles le libéralisme avait contenu leur intervention”. À son appel, “Les hommes d’État prenant plus pleinement conscience de leur mission, s’appliquèrent à pratiquer une large politique sociale“ (§ 32). Un nouveau droit est né, dans le sillage de Rerum Novarum “assurant aux ouvriers le respect des droits sacrés qu’ils tiennent de leur dignité d’hommes et de chrétiens”, protégeant leur santé, leur rétribution, l’assurance contre les risques du travail. Des prêtres et des laïcs ont été les promoteurs d’une nouvelle législation10. Il ajoute que l’encyclique a suscité l’action des travailleurs chrétiens11 groupés en syndicats que le pape encourage (c’est le temps du développement de la C.F.T.C., de la J.O.C., des mouvements familiaux).

36En outre, Pie XII juge nécessaire d’adapter les directives aux nouvelles circonstances et de fixer des points incertains ou discutés. Le rôle de l’État comme garant de l’ordre, protecteur de la justice, animateur des activités économiques est reconnu de nouveau avec la précision qu’il ne doit pas nuire à la propriété privée, institution du droit naturel, ni l’accabler d’impôts ; l’État doit aider les autres collectivités à vivre, non les réduire ou les détruire. C’est l’affirmation expresse de ce qu’on nommera “principe de subsidiarité“ : l’autorité centrale doit laisser les collectivités inférieures agir chacune selon ses attributions, car elles sont plus efficaces, plus libres, plus proches des besoins, et meilleures éducatrices des hommes aux responsabilités. À l’État de diriger, de stimuler, de surveiller, non d’étouffer. Les commentateurs verront volontiers dans l’accent mis sur ce “principe de subsidiarité” une limitation à l’étatisme fasciste.

  • 12 L’accent mis par le pape sur les limites du rôle de l’État devant les droits et responsabilités de (...)

37Le rôle de gardien du bien public de l’État ne l’autorise nullement à restreindre l’autonomie des personnes, à réduire la part légitime des intérêts privés12.

  • 13 Les tenants du corporatisme, chrétiens ou non, ne manqueront pas de tirer argument de cette orienta (...)

38L’État doit favoriser la reconstitution de corps professionnels aptes à dépasser les conflits de classes. Le pape exprime sa préférence pour les groupements par ordre ou professions ; les doctrines des “corporations“ ont connu un grand succès durant ces années trente : “On ne saurait arriver à une guérison parfaite (du malaise social) que si, à ces classes opposées, on substitue des organes bien constitués, des “ordres“ou des “professions“qui groupent les hommes non pas d’après la position qu’ils occupent sur le marché du travail, mais d’après les différentes branches de l’activité sociale auxquelles ils se rattachent… ainsi la nature incline les membres d’un même métier ou d’une même profession… à créer des groupements corporatifs, si bien que beaucoup considèrent de tels groupements comme des organes sinon essentiels, du moins naturels dans la société” (§ 144)13.

  • 14 Pie XI évoque les catholiques qui attendent de Rome la reconnaissance d’un socialisme assagi. Il ré (...)

39Le pape critique d’une part, la concentration du pouvoir entre les mains de puissants groupes capitalistes, véritable “internationale de l’argent”, qui pervertit le jeu de la libre concurrence et pousse aux luttes économiques et politiques. Il souligne, comme Léon XIII, la nécessité de dépasser dans un esprit de justice, les excès du libre échange, en mettant spécialement en garde contre la propension des États à restreindre les droits naturels des personnes et à limiter les initiatives privées. Était-ce une manière de mettre en garde contre les dérives totalitaires du fascisme ? Pie XI condamne aussi, et très fermement le communiste athée, et même le socialisme plus modéré, “car sa conception de la société est on ne peut plus contraire à la vérité chrétienne“ : il limite exagérément l’espace de liberté de chaque homme, il prône une éducation étatisée et laïque, “personne ne peut être en même temps bon catholique et vrai socialiste”14. On sait qu’il renouvellera en 1937, dans Divini redemptoris la condamnation formelle du communisme.

40Pie XII, commémorant à son tour, en pleine guerre mondiale le cinquantième anniversaire de Rerum novarum, rappelle que son prédécesseur a exprimé le message social de l’Église, non pour fixer des règles techniques, qui relèvent des compétences profanes, mais pour examiner les principes de l’organisation sociale à la lumière du droit naturel, de la justice et de la charité (radio-message de Pentecôte 1941).

41Il enseigne comme son prédécesseur que l’État a le devoir de faciliter aux personnes l’accomplissement de leur fonction, mais sans entraver l’autonomie des actions individuelles. Il reprend l’enseignement de Rerum Novarum sur le travail humain, qui n’est pas une marchandise, les enseignements de Pie XI sur le “principe de subsidiarité“ : l’organisation du travail relève d’abord des intéressés eux-mêmes et de leurs associations. À leur défaut “il rentre dans les attributions de l’État d’intervenir sur ce terrain… dans la mesure que demande le bien commun justement compris”. Il ajoute que l’intérêt de l’État, même légitime et bienfaisant, doit respecter les droits et les devoirs des personnes, les droits des époux et des parents, et notamment la liberté de choix d’une profession. Cette défiance à l’encontre de décisions totalitaires d’embrigadement s’exprime encore dans le radio-message de Noël 1942, sur les justes fondements de la vie sociale : l’État doit être ramené “au service de la société, au respect absolu de la personne humaine et de son activité pour l’obtention de ses fins étemelles”.

42Ceux qui tentent de “décripter” la langue prudente des encycliques interpréteront volontiers l’invitation à “dissiper les erreurs qui tendent à détourner l’État et son pouvoir du sentier de la morale” comme une condamnation discrète des puissances de l’Axe.

  • 15 La “nationalisation” de secteurs entiers de l’économie constituait un des éléments principaux du pr (...)

43Au lendemain de la victoire des Alliés, Pie XII sera amené à reconnaître la légitimité des nationalisations accomplies par les gouvernements de gauche, avec la participation des catholiques sociaux15. L’aire de légitimité reconnue aux actions de la puissance publique s’en trouvait bien amplifiée.

44 Avec Jean XXII (Mater et Magistra), le Concile Vatican II (Gaudium et Spes) Paul VI (Populorum progressio), les principes d’une doctrine élaborée initialement en vue des relations sociales en Occident ont été étendues aux relations entre économies développées et Tiers Monde.

45Ces temps derniers, le pape Jean-Paul II a célébré à son tour le centenaire de Rerum Novarum dans la lettre Centesimus Annus qui en reprend les principes, en les appliquant, au terme d’analyses approfondies, aux situations diverses d’un monde complexe et contrasté.

46Les commentateurs de Rerum Novarum n’ont pas manqué de souligner que ce document ouvrait des voies nouvelles, invitant les chrétiens à une présence conquérante au monde, et à s’engager pour la justice sociale. Certes, cet enseignement de Léon XIII a été rédigé dans le climat particulier d’une économie occidentale déprimée, marquée par l’opposition virulente entre “capitalisme sauvage” et socialisme révolutionnaire. Mais ses enseignements dépassent et de loin ces circonstances. Ils contribuent à mobiliser les élites chrétiennes vers les actions sociales.

47Dans l’ordre de la société profane, une multitude de réformes ont été accomplies dans le sillage de l’encyclique. Elles ont contribué à la protection des travailleurs et de leur dignité, à réduire la violence des oppositions sociales. Ces enseignements méritent une place de choix dans l’histoire de la pensée politique.

Notes

1 L’édition officielle des encycliques est publiée, en latin, dans les Acta Apostolici Sedis, dans le volume correspondant à leur date. Plusieurs traductions françaises ont été publiées, tant pour Rerum Novarum que pour Quadragesimo Anno. Il existe, en outre, plusieurs recueils des encycliques et autres expressions de la doctrine sociale de l’Église, par exemple : Marcel Clément, L’Économie Sociale selon Pie XII, 2, Documents pontificaux, N.E.L., 1953 ; Encycliques, messages et discours de Léon XIII, Pie XI, Pie XII sur les questions sociales, Édition Croix du Nord, Lille s.d. (1954) ; Les encycliques sociales, Paris, Bonne Presse, s. d. (1962). Nous utilisons cette dernière édition dans la présente communication.

2 Sur le catholicisme social, Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, Paris, PUF, 1951 ; sur Villeneuve-Bargemont, notre communication à l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, mai 1999 (Mémoires de l’Académie, 17è série, t. XII, 1999).

3 En laissant cette alternative, le pape intervenait, dans un esprit irénique, au milieu d’une controverse qui divisait les catholiques. Fallait-il encourager seulement des associations mixtes, selon le modèle de “l’Œuvre des Cercles“d’Albert de Mun et Patrice de la Tour du Pin, ou accepter des syndicats exclusivement ouvriers au risque de les engager dans la lutte des classes. Les échos de cette controverse sont perceptibles jusque dans les années 1930.

4 Le pape indique qu’il a rappelé les principes chrétiens et réfuté les opinions modernes erronées sur la souveraineté politique, la liberté, la constitution chrétienne des États. Il fait allusion à ses encycliques Diuturnum illud (1881), Immortale dei (1885), Libertas (1888) dont l’ensemble constitue une véritable doctrine pontificale sur le pouvoir politique et social.

5 Une conception chrétienne du développement économique avait été énoncée par les catholiques sociaux des années 1830-1840 ; on en retrouve les éléments dans l’encyclique (cf. supra note 2).

6 Cette lutte pour le repos hebdomadaire dominical a mobilisé les catholiques sociaux français à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Est-il indifférent d’observer que cette “conquête sociale“est actuellement remise en cause par les entreprises de distribution qui entendent ouvrir le dimanche ?

7 Tous les philanthropes du XIXème siècle ont déploré les conditions inhumaines dans lesquelles les enfants travaillaient dans les fabriques. La loi du 22 mars 1841 défendue par les catholiques sociaux avait introduit de timides limitations. La loi du 19 mars 1874 et le caractère obligatoire donné à la scolarisation, de 6 à 12 ans avaient sensiblement réduit le recours à la main d’œuvre juvénile.

8 “Il est des travaux moins adaptés à la femme que la nature destine plutôt aux ouvrages domestiques : ouvrages d’ailleurs qui sauvegardent admirablement l’honneur de leur sexe, et répondent mieux par leur nature, à ce que demandent la bonne éducation des enfants et la prospérité de la famille” (§ 33).

9 Notamment par Villeneuve-Bargemont, supra, note 2.

10 L’encyclique pourrait viser Albert du Mun, Léon Harmel, “L’Action populaire”, les “Semaines sociales”, et l’abbé Lemire, prêtre député.

11 La faveur pontificale au profit des syndicats ouvriers chrétiens (CFTC) s’accompagne de regrets à l’encontre des milieux patronaux ; après avoir salué les associations ouvrières et le développement d’utiles associations parmi les agriculteurs et la classe moyenne…” il ajoute : on n’en peut dire autant, il est vrai des associations que notre prédécesseur désirait si vivement voir se former entre patrons et chefs d’industrie ; nous regrettons beaucoup qu’elles soient si rares. Sans doute, ce n’est point seulement la faute des hommes…”. Ce passage fait allusion aux conflits qui venaient d’opposer le consortium des textiles de Roubaix et la CFTC. Rome tranche en faveur de ces derniers soutenus par le nouvel évêque de Lille, Mgr. Liénart.

12 L’accent mis par le pape sur les limites du rôle de l’État devant les droits et responsabilités de la personne sera interprété, non sans raison, comme une critique du système fasciste.

13 Les tenants du corporatisme, chrétiens ou non, ne manqueront pas de tirer argument de cette orientation pontificale.

14 Pie XI évoque les catholiques qui attendent de Rome la reconnaissance d’un socialisme assagi. Il répond : “Nous décidons ce qui suit : “qu’on le considère soit comme doctrine, soit comme fait historique, soit comme action, s’il demeure vraiment socialisme… ne peut pas se concilier avec les principes de l’Église catholique, car sa conception de la société est on ne peut plus contraire à la vérité chrétienne”.

15 La “nationalisation” de secteurs entiers de l’économie constituait un des éléments principaux du programme sur lequel s’étaient accordés les mouvements de Résistance, y compris les démocrates chrétiens. Pour la France, ces nationalisations réalisées en 1945 et 1946 ont porté sur quatre secteurs, outre l’entreprise Renault : les banques principales, les principales sociétés d’assurances, les sources d’énergie (charbon, gaz, électricité), les grandes compagnies de transports. Le principe de nationalisation des “secteurs clés” avait été déjà admis dans Quadragesimo anno (§ 123). “Il y a certaines catégories de biens pour lesquels on peut soutenir avec raison qu’ils doivent être réservés à la collectivité lorsqu’ils en viennent à conférer une puissance économique telle qu’elle ne peut sans danger pour le bien public, être laissée entre les mains des personnes privées”. C’est dans une allocution du 11 mars 1945 au Congrès de l’Association chrétienne des travailleurs italiens que Pie XII exprime ses préceptes : les nationalisations ne peuvent être admises comme armes de combat pour lutter contre l’entreprise privée, mais seulement lorsqu’elles constituent le moyen efficace pour remédier à un abus, pour éviter un gaspillage, ou pour assurer une organisation rationnelle d’un secteur. Elle doit être accompagnée d’une indemnisation convenable. L’année suivante, écrivant au président des Semaines Sociales, Pie XII exprimait la crainte que les nationalisations, même licites, n’améliorent guère les conditions de travail. Il exprimait sa préférence pour les associations professionnelles (10 juillet 1946). Cet enseignement fut critiqué par la gauche française, et suscita meme des remous chez les “militants” chrétiens. Pie XII affirme plus tard que l’économie n’est pas de sa nature, une institution de l’État et que les nationalisations ne doivent pas être la règle (allocution du 7 mai 1949 aux membres de l’Union Internationale des Associations Patronales Catholiques.

Notes de fin

* Extrait du colloque de Toulouse, avril 1991, “État et pouvoir”, de l’A.F.I.P., vol. VIII, Aix P. Universitaire 1992, p. 97-107.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search