Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

IV. Pensée politique - Religion et Politique

Villeneuve-Bargemont promoteur du Catholicisme social (1784 – 1850)*

Texte intégral

  • * Communication à l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, mai 1999 ; un (...)
  • * Villeneuve-Bargemont est évoqué en quelques lignes dans certaines Histoires de la pensée économique(...)
  • 1 La publication à Paris de l’Économie Politique Chrétienne… en 3 volumes in 8° (B. N., R. 53. 577 à  (...)

1Ce nom n’évoque plus aucun écho en notre temps, si ce n’est pour un tout petit nombre de spécialistes d’histoire des doctrines économiques, qui le rangent aux côtés de Villermé, parmi ceux qui ont décrit et déplorés les misères ouvrières*. Il fût en son temps, un personnage notable, préfet, député, académicien. Il a publié à Paris, en 1834, une Économie politique chrétienne, ou Recherche sur la nature et les causes du paupérisme en France et en Europe et sur les moyens de le soulager et de le prévenir, titre long, à la mode du temps, qui explicite les préoccupations et le programme de l’auteur ; on lui doit aussi une Histoire de l’Économie Politique ou Études historiques, philosophiques, et religieuses sur l’économie politique des peuples anciens et modernes (Paris, 1841), qui est la reproduction d’un cours professé au Collège de Juilly en 1835, 1836, 1837. Il a publié le Livre des affligés, qui mérita quatre éditions successives de 1841 à 1858 ; on conserve encore de lui quelques écrits académiques, et le texte de son discours devant la Chambre des Députés, en décembre 1840, pour soutenir le projet de loi relatif au contrôle du travail des enfants dans les manufactures, première mesure législative (assez timide), pour la défense des jeunes salariés1.

2Né en 1784, appartenant à une famille de gentilshommes provençaux qui ont traversé la Révolution sans trop de mal, Alban de Villeneuve-Bargemont expose, dans une copieuse préface, de quelle manière il a été confronté à la misère, et avec quels élément il a édifié progressivement son œuvre économique :

3“Entré de très bonne heure dans une carrière [Administration préfectorale] qui fournit à l’observateur les occasions les plus fréquentes et les plus sûres d’étudier les véritables besoins des hommes et les effets divers des institutions sociales, j’avais dû souvent contempler le spectacle de la misère. Par obligation et plus encore par sympathie, je m’étais associé aux moyens de le soulager ; mais cette misère, ces degrés d’intensité et ses causes surtout ne devaient se révéler à mes regards que progressivement…, on verra comment j’ai été amené à parcourir, dans l’étude du paupérisme, un cercle qui s’est constamment élargi devant moi”.

4En respectant l’itinéraire intellectuel de Villeneuve-Bargemont, et la logique de sa pensée, nous pouvons dégager d’une œuvre ample, solidement documentée mais touffue, trois orientations principales comportant : la découverte de la misère, la détermination des causes de ce “paupérisme”, la proposition des remèdes dans une véritable “Économie Politique chrétienne”, où la Religion éclairerait la Science.

– I –

  • 2 Économie Politique Chrétienne, préface (Édition Bruxelles, 1837).

5Villeneuve-Bargemont, auditeur au Conseil d’État, devient en 1811 sous-préfet de l’un des arrondissements des “Bouches de l’Escaut”, réunies à la France. En raison de la guerre, qui fait obstacle à la pêche et au commerce, principales activités de ces pays maritimes, la situation n’est pas brillante. Cependant, l’esprit d’association, le maintien d’anciens établissements de charité permettent de limiter les misères. “La paix devait tôt ou tard ouvrir pour la population indigente toutes les sources du travail, de l’aisance et du bonheur”2. Puis l’auteur est envoyé administrer le département des Bouches-de-l’Ebre (Chef-lieu : Lerida) ; il constate encore que la guerre a ruiné la prospère Catalogne. Le tableau de l’opulente Barcelone est saisissant : il n’y restait que quelques milliers de vieillards, de femmes et d’enfants, pâles, silencieux, affamés, “que l’excès de misère et la terreur réduisaient à la plus déplorable et souvent la plus honteuse dégradation”.

  • 3 “L’autorité parvint, non sans mal à contenir la fureur de ces nouveaux “luddistes”. On déplorait le (...)
  • 4 Il contribue avec lui à créer la ferme expérimentale de Roville.

6Devenu en 1814 préfet du Tarn-et-Garorme, il décrit en royaliste sincère l’enthousiasme des populations lors du retour à la paix. Dans ce département essentiellement agricole, il observe que les conditions de la vie rurale limitent la misère. Mais il découvre aussi les effets pervers de l’industrialisation : des ouvriers licenciés s’attaquent aux machines substituées aux forces humaines. Les beaux arguments des économistes libéraux ne donnent ni travail, ni pain3. À ce moment, Villeneuve-Bargemont pense que le développement de l’industrie permettra ultérieurement de soulager les populations ouvrières misérables, les actions charitables devant assister les plus malheureux. À Montauban, un professeur à la Faculté de Théologie protestante lui révèle Malthus. Notre préfet restera marqué par L’Essai sur le principe de population. Villeneuve-Bargemont administre ensuite la Charente et sa confiance dans les bienfaits de l’agriculture se confirme. Puis, comme préfet de la Meurthe, il constate le développement industriel vigoureux de ce département, l’efficacité d’institutions charitables nombreuses. Ses rencontres avec le célèbre agronome Mathieu de Dombasle l’ancrent dans la certitude qu’une agriculture prospère est indispensable à une société paisible et saine4.

7Préfet de la Loire-Inférieure, il constate qu’après les ruines de la période révolutionnaire, le nouvel élan du négoce et des manufactures entraîne l’accumulation de grandes fortunes à Nantes ; mais la misère publique se développe encore plus vite ; l’extrême opulence côtoie la pauvreté excessive. Dans cet univers de misère, les corps épuisés ne trouvent de secours que dans les œuvres de charité, et les âmes découragées, dans la religion consolatrice. Le préfet, toujours prêt à imaginer et mettre en place des remèdes (ou palliatifs) crée une maison de refuge pour les mendiants invalides, et une école d’agriculture dans l’ancienne Abbaye de Meilleraie.

  • 5 Ibidem, p. 10 et suivantes : “tous les secours consistent en quelques souscriptions philosophiques (...)

8 Enfin, devenu préfet du Nord en 1828, Villeneuve-Bargemont mesure l’immensité de la pauvreté dans un pays industriel. Du quart à la moitié de la population (selon les critères retenus), vivrait dans l’indigence ou la misère. “J’essaierai vainement de donner une idée de l’état de dénuement, de souffrance, d’abjection et de dégradation morale et physique dans lequel étaient plongés les ouvriers indigents des principales villes du Nord. La situation n’est guère meilleure en Artois, en Picardie, en Belgique5.

  • 6 “Je lus avec une douleur prophétique les ordonnances qui firent éclater une grande révolution socia (...)
  • 7 “Je résolus de consacrer mes loisirs et le peu de forces que me laissait ma santé fort altérée à tr (...)

9Villeneuve-Bargemont envisage aussitôt les moyens de lutte : appel pressant à la charité privée, réforme dans le mode de distribution des secours publics ; il propose au gouvernement l’établissement de colonies agricoles, à l’exemple des Pays-Bas, qu’il a pris soin d’étudier lui-même. Il décide l’établissement d’une maison de refuge pour travailleurs dans chacun des sept arrondissements. Il adresse à son ministre un projet d’organisation d’une sorte “d’Agence générale de bienfaisance“dont nous aurons à évoquer les principes. Le projet, bien accueilli au Conseil d’État devait être publié au “Moniteur Universel”. Mais les ordonnances de juillet provoquent la révolte de Paris, la chute de Charles X, l’élimination du personnel gouvernant légitimiste6. Villeneuve-Bargemont consacrera les vingt dernières années de sa vie à développer les enquêtes sur la pauvreté qu’il avait commencées à Lille. Il rassemble en France et à l’étranger les informations sur les situations de pauvreté, sur les législation d’assistance. À partir de ces éléments, animé par l’espoir de l’amélioration du sort des pauvres, il compose son “Économie Politique Chrétienne“qui entend associer l’esprit de charité au système de production des biens7.

  • 8 Ibidem, p. 15. Villeneuve-Bargemont revient à plusieurs reprises, sur le thème de l’indigence, et d (...)

10 Il distingue la pauvreté, situation individuelle, du paupérisme (nous dirions aujourd’hui l’exclusion), véritable maladie sociale généralisée dans les sociétés industrielles de son temps. “La pauvreté individuelle, c’est-à-dire la privation plus ou moins absolue des biens nécessaires à l’existence d’un homme ou d’une famille, est une situation douloureuse à laquelle la sympathie naturelle qui unit l’homme à ses semblables nous force impérativement à compatir”. Certes, la pauvreté est une des conséquences de la chute de l’homme, mais le chrétien doit s’efforcer de la soulager partout où il la rencontre. Ainsi, Villeneuve-Bargemont dégage le principe d’une action nécessaire des chrétiens convaincus en faveur des pauvres. La pauvreté “est aussi une cause de dégradation physique et morale que la société a intérêt à prévenir ; enfin le philosophe ne saurait y voir qu’une grande injustice morale dès qu’elle n’est pas l’effet d’un malheur mérité“8.

11Si la pauvreté a existé dans les siècles passés, le “paupérisme“est une véritable maladie sociale, qui envahit des classes entières de la population en raison même de l’accroissement de la production industrielle. La misère devient la condition forcée d’une grande partie des membres de la société. “On ne peut méconnaître dans un tel système de souffrances généralisées un vice profond survenu dans l’état de la constitution sociale, et l’indice prochain de plus graves et plus funestes perturbations”.

12Il décrit, à partir de ses enquêtes sur le prolétariat de Lille, les conditions de vie dramatiques : logement dans d’infâmes taudis, greniers ou caves, mobilier réduit à un grabat et quelques planches, vêtements élimés, travail écrasant, mortalité élevée. Les salaires insuffisants ne permettent aucune épargne ; en cas de chômage, de maladie, d’accident, c’est le glissement inévitable de la gêne à la misère, à la mort.

  • 9 Ibidem, p. 46, livre I, Des causes de l’indigence, ch. I, Considérations religieuses sur l’indigenc (...)

13Il trace un portrait poignant des indigents : “Tandis que ses semblables, ses frères jouissent de toutes les douceurs de la vie, l’indigent manque d’aliments, de vêtements et quelquefois d’asile. En proie à la faim, au froid, et aux maladies qui naissent de son extrême dénuement, chaque instant de sa vie est tourmenté par le besoin ou la souffrance. C’est peu, il voit endurer les mêmes maux aux objets de ses plus chères affections et ne peut les soulager… Pour l’indigent, point de repos, point de joie durable, point d’avenir, point de liberté, surtout… L’intelligence s’affaiblit. Affaissé sous le malheur, l’indigent fini par méconnaître la dignité de son être“9. Cette aliénation par la misère conduit à la révolte. Villeneuve-Bargemont quoique ami de l’ordre, n’est pas loin de comprendre, sans excuser : “Peut-on s’étonner qu’il accuse la Providence d’une énorme injustice, ou l’ordre social d’une intolérable imperfection. Quel autre refuge, quel autre désespoir lui restera-t-il que la violation des lois sociales ? Certes, le crime est bien voisin d’un tel désespoir”.

– II –

14Notre préfet ne se contente pas de déplorer. Il s’interroge sur les causes de cette dérive vers le paupérisme alors que se multiplient les innovations et les richesses. Ses explications – peut-être simplistes – se fondent sur une masse d’observations d’administrateurs et de savants.

15Pour lui, la cause première n’est autre que “l’influence funeste que le système industriel et politique de l’Angleterre a exercé sur la France, sur l’Europe et sur une partie de l’univers”. Il s’attaque à la fois aux pratiques britanniques et au capitalisme libéral intégral qui les inspire. “Le véritable paupérisme, c’est-à-dire, la détresse générale permanente et progressive des populations ouvrières a pris naissance en Angleterre, et c’est par elle qu’il a été inoculé au reste de l’Europe”. La critique virulente du “système anglais“court au long de l’œuvre. Certes, un membre éminent de l’administration a pu partager les méfiances de ses contemporains vis-à-vis d’une nation rivale et finalement victorieuse, à la fois enviée et redoutée. Mais la philippique anti-anglaise est d’autant plus significative que l’auteur nous apprend lui-même qu’il avait adopté dans sa jeunesse le libéralisme anglo-saxon, à la manière d’Adam Smith, qu’il avait été séduit par la réussite commerciale, financière et industrielle de l’Angleterre, avant d’apprendre au prix de quelle misère cette prospérité s’était installée.

  • 10 Ibidem, L. I, ch. III, Des deux théories de la civilisation, qui oppose la tradition spiritualiste, (...)
  • 11 Ibidem, pp. 12 et 13, et p. 68 : “L’opulence, l’élégance, le confort régnaient parmi les heureux ch (...)

16Il critique ce mouvement capitaliste par d’éloquentes périodes à la Chateaubriand : “Depuis trois cents ans, cette puissance n’a cessé d’exciter l’amour des richesses, du luxe, des jouissances matérielles, une aristocratie souveraine, un clergé enrichi des dépouilles du catholicisme [le catholique fervent s’exprime], des spéculateurs habiles et heureux placés à la tête du pouvoir, de la propriété, des capitaux et de l’industrie”. Ce libéralisme économique dérive d’une philosophie sensualiste a-chrétienne10. Il tend vers la concentration des richesses, l’opposition aggravée entre un patriciat opulent et des masses prolétarisées. “Telle a été la marche incessante de la classe avide et orgueilleuse devenue maître de la population. C’est ainsi, qu’on l’a vue exploiter partout la race humaine, et tandis qu’elle cherchait à améliorer chez elle tous les types d’animaux utiles, ne s’occuper de ses ouvriers que pour abuser de leur force et de leur vie”11.

  • 12 “Ce n’est pas assez d’avoir englouti toutes les richesses de la Grande-Bretagne. Sa cupidité insati (...)
  • 13 Ibidem, p. 25, note : “On trouve dans le cours d’économie politique de M. Say les axiomes suivants… (...)

17Cette accusation énergique d’exploitation des travailleurs accompagne une diatribe contre l’impérialisme britannique12, et le regret de voir la France, depuis le retour à la paix, s’engager à son tour dans les voies de ce que nous appellerons pour simplifier le “libéralisme intégral“ : “On était avide de jouissance : il fallait obtenir des richesses, largement et promptement”. Villeneuve-Bargemont s’en prend au théoricien français de ce libéralisme, Jean-Baptiste Say, qui a publié en 1803 son Traité d’Économie Politique, consacré à la production, à la distribution et à la consommation des richesses. Ce dernier proclame sa conception du bonheur par la croissance de la consommation : “Le bonheur de l’homme est attaché au sentiment de son existence et au développement de ses facultés. Or, son existence est d’autant plus complète, ses facultés s’exercent d’autant plus qu’il produit et consomme davantage”13. Villeneuve-Bargemont ne se satisfait pas de cette “société de consommation”, des risques évidents de susciter des besoins factices.

18Notre auteur, au contraire, dénonce les consommations pernicieuses, “on prétend rendre les classes ouvrières riches, heureuses, paisibles, en excitant et en multipliant leurs désirs… c’est pour les exciter au travail, dit-on, qu’on les excite à de nouveaux besoins, mais le goût du jeu, des liqueurs fortes, de la loterie, de la débauche, les encourage-t-il au travail…? “Pour lui, le véritable progrès serait dans la qualité de la vie du plus grand nombre. “Commencez donc par leur donner le nécessaire, prenez soin de leur sort, attachez-vous à élever leur salaire par une meilleure répartition du produit du travail, rendez-leur surtout leur dignité d’hommes, consolez les misères” (p. 67).

  • 14 Ibidem, p. 145, ch. douze du livre IL L’auteur cite l’opinion de Morogues, qui considère la substit (...)

19L’économiste chrétien dénonce les risques du machinisme, s’il conduit au chômage, et s’il déshumanise le travail par la fragmentation des opérations. “Quant à l’extrême division du travail résultant des machines, elle contribue à la célérité de la production et au bon marché des produits, mais aussi au rétrécissement moral dont se trouvent nécessairement frappés les hommes exclusivement et continuellement occupés d’un détail parcellaire de travail manuel. C’est en effet faire faire à l’homme les fonctions de manivelle”14. Cette formule n’anticipe-t-elle pas, dès 1830, sur des analyses contemporaines, et même sur les fameuses images des “Temps Modernes” de Chaplin ?

  • 15 P. 107, L. I, ch. VIII, De la formation, de la consommation et de la distribution des richesses, et (...)

20Un autre ordre de critiques s’en prend aux conceptions erronées des libéraux sur le travail humain. Il ne saurait être traité comme un simple facteur concourant à la production, une “marchandise“qui se loue et se vend. Villeneuve-Bargemont défend une conception humaniste qui pose des jalons pour une “théologie de travail humain”. Le travail est créateur de richesses. Le travail, avec ses multiples professions, entre dans le plan de Dieu ; “Le travail inhérent à la nature de l’homme, isolé ou social avait acquis, depuis le christianisme une puissance morale réelle. En effet, devenu un lien de charité entre les riches et les pauvres, il s’élevait naturellement au rang des vertus, quoiqu’il servit toujours d’expiation à la faute originelle. Il n’était plus l’indice de la longue punition du genre humain, il était au contraire la source de ce progrès qui doit incessamment rapprocher l’homme de sa condition primitive. Uni à la charité, il concourt à améliorer chaque jour la situation du corps et de l’âme. Il produit l’aisance et la richesse, il développe l’intelligence au profit de tous les hommes15”. Or, ce travail de l’ouvrier, cette activité humaine essentielle, ne reçoit dans le libéralisme intégral, ni la dignité qu’il mérite, ni sa juste rétribution.

  • 16 Chapitre II, De l’inégalité des conditions humaines, du Livre I, p. 53 “Cette inégalité est, comme (...)
  • 17 Villeneuve-Bargemont cite avec ferveur l’opinion de son contemporain Droz, pour lequel il est juste (...)

21Villeneuve-Bargemont ne conteste ni la propriété privée, qui lui parait nécessaire à la civilisation, ni l’inégalité des conditions humaines, qu’il justifie aisément par la “chute originelle”. Il se sépare nettement en cela des socialistes, qu’il critique par ailleurs16. Il admet bien que le capital soit rémunéré, que l’entrepreneur mérite une confortable rétribution en contrepartie de son labeur, de ses aptitudes, des risques encourus, des investissements réalisés17. Mais il ne se résigne pas à ce que les inégalités des hommes soient portées à l’extrême et les foules de travailleurs réduits à la gêne, voire à la misère.

  • 18 Ibidem ; p. 110. Le thème est maintes fois repris : “L’opulence, l’élégance, le confort règne parmi (...)
  • 19 Ibidem, pp. 111-112.

22 Il déplore l’oppression des ouvriers : “L’industriel riche et puissant est partout légalement en présence de l’ouvrier faible et misérable, partout une population nombreuse et souffrante est à la discrétion des possesseurs des manufactures et des capitaux18. Son esprit et son coeur rejettent la dure logique de la “loi d’airain”. Le cœur se serre lorsqu’on voit la science [économique] poser en quelque sorte le principe que c’est seulement pour fournir à l’industrie une population ouvrière suffisante qu’il convient de donner à ceux-ci un salaire juste suffisant pour vivre”. J.B. Say lui-même, le champion français de l’économie libérale ne cache pas que les salaires sont à peine suffisants pour survivre19. Qu’importe : dans la logique libérale, le salaire est réglé par le contrat de travail conclu entre le patron et l’ouvrier, et dès qu’il y a accord, il doit être respecté. Villeneuve-Bargemont répond que les partenaires sont inégaux, que les patrons ont l’avantage de leur prestige, de leurs capitaux, de leurs ententes pour ne pas élever les salaires. Les ouvriers, au contraire, ne peuvent guère s’entendre sans que leurs ligues aient un air de révolte que la police s’empresse toujours d’étouffer. Le fameux mot de Lacordaire n’est pas loin ; “Entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui libère”.

  • 20 Ibidem, p. 113. Villeneuve-Bargemont dénonce une contradiction entre les principes libéraux : pour (...)

23La logique de course à la consommation implique la baisse des prix et les patrons ne manquent pas de chercher à réduire le coût de la main d’œuvre pour vendre à meilleur compte20.

24L’affirmation de la dignité du travail et du travailleur traverse, comme un leitmotiv l’Économie politique chrétienne : le travail de l’ouvrier est à la base de la prospérité de la société toute entière. Le travail de l’ouvrier est la manière dont cet homme contribue au progrès pour tous les hommes. Parce que le travail est action honorable et nécessaire de la personne humaine, il doit permettre en bonne justice à l’ouvrier de vivre dignement. Sur ce fondement, notre auteur élabore une véritable doctrine du salaire minimum de l’ouvrier (notamment chapitre IX, livre I, Des profits et salaires) : “Le salaire de l’ouvrier est insuffisant toutes les fois qu’il ne peut pas fournir à l’ouvrier, selon les habitudes et les exigences du pays qu’il habite. 1°) De quoi exister convenablement c’est-à-dire avoir une nourriture saine, des vêtements solides et propres, un logement aéré et qui le mette à l’abri des rigueurs de la saison ; 2°) De quoi entretenir et faire subsister sa famille (qu’on suppose composée d’une femme et de deux enfants âgés de moins de quatorze ans) ; 3°) De quoi soutenir ses parents, vieux et infirmes ; 4°) De quoi faire quelque épargne pour ses jours de repos, de maladie et enfin pour sa vieillesse”.

  • 21 Ibidem, ch. IX, Des profits et salaires, pp. 110-113 (citation de Droz) et surtout P. 115.

25Il est évident que Villeneuve-Bargemont, avec son expérience d’administrateur trace le modèle d’un SMIG, qui sera généralisé quelque cent vingts ans après. On aura relevé que notre auteur, à la différence de ceux (libéraux ou socialistes) qui raisonnent pour le travailleur isolé, conçoit l’ouvrier comme chef d’une famille qui doit subsister de son salaire. Nous avons déjà nettement évoqué le concept de “salaire minimum familial“qui constituera jusqu’à nos jours, pontife après pontife, militant après militant, l’un des éléments spécifiques de la doctrine catholique du juste salaire21.

  • 22 Longue note pp. 115-116. Pour lui, il faudrait gagner 1051 francs par an, sans personne âgée ou inf (...)

26Chez notre auteur, le statisticien n’est jamais loin du moraliste et il s’applique à calculer ce que devrait être le montant de ce salaire minimum, sensiblement supérieur au salaire moyen effectif22.

  • 23 Ibidem pp 14 et 15. Citations de Droz, approuvées par Villeneuve-Bargemont : “C’est un grand crime (...)

27Il n’hésite pas à condamner vigoureusement l’injustice des bas salaires : “Si le salaire ne peut donner tous ces moyens à l’ouvrier, nous n’hésitons pas à le dire, il n’est plus conforme aux lois, non seulement de la nature, de la justice et de la charité, mais encore à celles de la prudence politique”23.

– III –

  • 24 “Les temps de monopole et d’oppression sont accomplis… Une grande transition approche. Elle ne peut (...)

28Pour aller d’un présent déplorable vers un meilleur avenir, un changement de cap est indispensable, et notre auteur ne dissimule pas que cette conversion sera pénible pour les riches indifférents à la misère et aux injustices. Les oppositions d’intérêts et de situations entre le petit nombre d’opulents et la masse des misérables ne peuvent être résolus que par une mutation pacifique ou la révolution destructrice24.

29Mais quels remèdes faut-il appliquer ? Après avoir cité l’opportunité d’un modèle équilibré de croissance économique, la protection des industries nationales, le développement de l’agriculture, nous pouvons relever trois ordres de propositions essentielles : un esprit nouveau, une législation nouvelle, une organisation rénovée.

  • 25 Le thème de la dignité du travail et de l’ouvrier est repris plusieurs fois par exemple, p. 52 : “A (...)

30D’abord, l’adoption d’un esprit nouveau dans les relations entre les hommes et le profit et entre les hommes eux-mêmes. Villeneuve-Bargemont croit avant tout aux vertus de la conversion des cœurs, au retour à la vraie religion. Elle seule enseignera aux ouvriers à bannir la haine et l’envie, à se garder de mœurs dégradantes et de distractions malsaines. Aux patrons surtout de “convertir leur cœur”, ne plus être guidés par le souci exclusif de la richesse, de pratiquer la justice même contre leur intérêt. À eux de reconnaître en chaque ouvrier un fils de Dieu, une créature de Dieu qui a droit à la dignité et au respect25.

  • 26 Il rejette les accusations d’obscurantisme et de passéisme abondamment répandus contre les chrétien (...)

31Villeneuve-Bargemont, profondément chrétien, n’ignore ni l’indifférence religieuse de tant de ses contemporains, ni les attaques redoublées contre le christianisme, dont il se fait le défenseur éloquent, comme ses contemporains, Chateaubriand et Lamennais : le christianisme est civilisation, progrès, prospérité26. La “question sociale“ne sera résolue qu’en faisant appel “au grand élément civilisateur, le christianisme, car ce n’est pas lui surtout qu’il faut invoquer lorsqu’il s’agit d’apaiser les souffrances de la grande société humaine. En effet, les maux de l’humanité, presque tous inhérents à la destinée religieuse de l’homme ne peuvent s’expliquer que par la religion comme ils ne sauraient se guérir que par elle” (p. 38). Le message évangélique constitue un progrès absolu pour l’humanité.

32La charité ne se limite pas à la compassion, ni même à l’assistance ; elle s’identifie à la religion chrétienne qui est amour du prochain. “La religion n’est autre que la charité elle-même, et l’unique base sur laquelle on puisse asseoir désormais la grande réforme de l’indigence” (p. 40). Le chapitre I, De la charité du livre III cite les enseignements de Jésus : “J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger”, la parabole du “bon samaritain”, l’obole de la veuve, puis les enseignements des apôtres et ceux des pères de l’Église”. Quant à l’aumône, elle ne consiste pas à donner quelque secours à l’indigent, elle embrasse toutes les œuvres de miséricorde, tous les égards que les hommes se doivent entre eux. Elle est la charité mise en action (p. 269).

  • 27 “Nous n’avons pas besoin de dire d’avance qu’il nous paraîtrait aussi imprudent qu’impraticable de (...)
  • 28 Cf. discours prononcé à la Chambre des Députés par le Comte Alban de Villeneuve-Bargemont, Bibli. N (...)

33L’esprit de charité se prolonge par la recherche de la justice ; il faudrait animer de cet esprit les institutions publiques et les relations privées. Villeneuve-Bargemont, modéré par tempérament, libéral par inclination, mais haut fonctionnaire, hésite sur le rôle à reconnaître à l’État. S’agissant du salaire minimum, il ne croit pas aux vertus d’une taxation générale autoritaire27, mais admet, ou même propose, en d’autres secteurs, l’intervention de la puissance publique. Il a dénoncé particulièrement l’exploitation des enfants dans les manufactures ; dès 1828, comme préfet du Nord, il avait appelé l’attention du gouvernement sur l’opportunité d’une réforme législative tendant à la protection des enfants. Quelques années plus tard, la Chambre des députés étant saisie d’un projet de loi limitant le travail des enfants, Villeneuve-Bargemont prononce, le 22 décembre 1840, un discours que ses collègues jugent excellent : il dénonce la multitude de drames de l’enfance exploitée dans les usines : “Dans les manufactures qui réclament principalement l’emploi des enfants dont les mouvements ont plus de souplesse et de délicatesse, ont voit des petits enfants de six à huit ans venir passer chaque jour seize à dix-sept heures dans ces ateliers où, pendant treize heures au moins, ils sont enfermés dans la même pièce sans changer de place ni d’attitude… Ces pauvres créatures mal vêtues, mal nourries, habitant de sombres et froides demeures sont quelquefois obligés de parcourir dès 5 heures du matin la longue distance qui les sépare des ateliers et qui achève le soir d’épuiser ce qui leur reste de force. Comment des infortunés qui peuvent à peine goûter quelques heures de sommeil résisteraient-ils à cette espèce de torture ?”. Villeneuve-Bargemont démontre, contre les libéraux inconditionnels que seul le législateur peut limiter cette exploitation, et il contribue à obtenir le vote de la loi du 22 mars 1841. On s’est accordé à juger ce texte trop timide, et son application limitée. Il constitue cependant la première intervention législative dans la France post-révolutionnaire pour protéger les plus faibles, posant de judicieux principes : inspection du travail, interdiction du travail de nuit avant seize ans, repos du dimanche, obligation scolaire28.

  • 29 Économie politique chrétienne, L. IV, ch. 1, De la charité légale, p. 346 “Le principe de l’interve (...)

34Au-delà même de cette situation extrême, Villeneuve-Bargemont justifie le principe de l’intervention de l’État dans l’ordre social, en se fondant sur le bien commun (selon l’esprit thomiste). L’État doit protéger l’intérêt général au prix du sacrifice exceptionnel de certains intérêts particuliers. “Les gouvernements institués pour assurer le bonheur et la paix du peuple trahiraient leur mandat s’ils négligeaient d’écarter tous les éléments de malheur et de désordre qui existent au sein de la Nation”29. “L’inconvénient de pénétrer dans les fabriques, d’établir des pénalités, de choquer quelques amours-propres, de contrarier certaines habitudes, disparaît devant une grande nécessité de justice, d’humanité, d’ordre public. On surveille, on inspecte les lieux publics, les écoles. Loin de s’en plaindre, la société applaudit à ces précautions justes et sages. Pourrait-elle ne pas approuver de même la sollicitude que le gouvernement apporterait à faire régner, dans les grandes réunions d’ouvriers, le bon ordre, la santé, le bien-être, la prévoyance, l’instruction et la moralité ?” (p. 474). Il s’écarte ainsi de la conception de l’État-gendarme des libéraux, qui limitait les fonctions publiques au maintient de l’ordre et condamnait toute intervention des pouvoirs publics dans le domaine économique et social.

  • 30 Ibidem.

35 Notre auteur pousse l’audace plus loin : il soutient que l’État doit protéger spécialement les pauvres : “Ministres visibles de la Providence, les gouvernements ont pour but d’assurer à tous les membres de la société, justice, protection et liberté. Institués uniquement pour le bonheur du peuple, leurs soins doivent s’étendre aux pauvres bien plus qu’aux riches, aux faibles bien plus encore qu’aux puissants. Les malheureux doivent trouver en eux un appui tutélaire“30. Le même raisonnement qui fonde en Dieu le pouvoir des hommes, qui justifie les interventions des gouvernements, et l’engagement prioritaire du côté des pauvres, se retrouvera dans l’encyclique Rerum Novarum et dans les expressions les plus récentes de la doctrine sociale de l’Église.

36Villeneuve-Bargemont propose enfin de nouvelles organisations. Il justifie les innombrables actions caritatives par lesquelles, l’Église est venue, depuis ses premiers temps, au secours des différentes formes de pauvreté. Il évoque avec ferveur et précision, lui, ancien préfet, les interventions de la puissance publique en matière d’assistance. Il souhaite la multiplication des initiatives privées, et la reconnaissance des responsabilités de l’Église. Mais il faudrait aller plus loin. Son enquête s’attache à recenser toutes les expériences charitables et sociales des divers pays évolués, et à mesurer leurs avantages et leurs inconvénients.

  • 31 Ibidem, ch. II, De l’administration générale des secours publics et Préface, p. 11. Notre auteur, é (...)

37Pour la France, il a proposé à son gouvernement avant la Révolution de 1830, l’institution d’un “Conseil supérieur de la charité”, associant des responsables laïques et ecclésiastiques. Il serait présidé par un évêque assisté d’un haut fonctionnaire. Ce conseil correspondrait avec les préfets en vue d’animer l’ensemble des institutions caritatives publiques et privées. Au niveau des collectivités locales, les administrations seraient associées aux bénévoles pour accueillir les demandes, distribuer les secours, visiter les pauvres. Par l’action coordonnée de ces organismes, Villeneuve-Bargemont espérait donner un nouvel essor aux établissements hospitaliers, susciter les générosités, associer les initiatives dispersées à “un ensemble propre à satisfaire tous les besoins et à donner à l’emploi des secours publics une direction sage et éclaircie“31. Ce plan audacieux intéresse le président du Conseil Martignac, mais tombera dans l’oubli avec la révolution de 1830, malgré la modernité des solutions proposées.

  • 32 Ibidem, p. 227 : Le gouvernement devait interdire aux manufacturiers de recruter des ouvriers âgés (...)
  • 33 L’auteur, dans le chapitre consacré à la pauvreté dans le département du Nord (p. 216 et s.), propo (...)
  • 34 Sismondi, sensible aux inquiétudes exprimées par Malthus propose que le mariage soit interdit aux i (...)

38 Villeneuve-Bargemont prévoit encore l’assistance pour les malheureux hors d’état de travailler, une réglementation relative à la salubrité des locaux, une législation favorisant l’instruction des enfants d’ouvriers et des ouvriers adultes. C’est par le développement de l’instruction que la condition ouvrière pourra s’améliorer en profondeur. Il souhaite l’établissement de “salles d’asile“pour les petits enfants, la multiplication d’écoles primaires gratuites, donnant une instruction religieuse morale et d’initiation professionnelle complétée par des ateliers où les adolescents se formeraient à l’exercice d’une profession (les frères des Écoles chrétiennes avaient expérimenté de tels enseignements)32. La société devrait prendre soin des femmes en couches et des nourrissons33. L’interventionnisme de l’auteur l’amène même à proposer de sanctionner les parents déficients. Il recule cependant devant les propositions de Sismondi qui proposait d’interdire le mariage aux indigents34.

  • 35 Ibidem, p. 474 et suivantes.

39Notre auteur ne parait guère compter sur les initiatives des ouvriers eux-mêmes. Il les voit, il est vrai, misérables, inorganisés, ignorants. Il s’interroge sur l’opportunité de rétablir les corporations, et répond par la négative. Tout au plus pourrait-on établir des jurys professionnels qui délivreraient en fin d’apprentissage, un certificat aux jeunes qui se sont révélés aptes à l’exercice satisfaisant de leur profession. Il compte surtout sur la dynamique de la charité, les formes d’assistance, et l’efficacité des institutions publiques35.

40Il prévoit cependant des Caisses d’Épargne et de Prévoyance, établies avec le concours des communes et des associations charitables, où les ouvriers seraient tenus de placer une partie de leur salaire, s’il devenait un peu moins médiocre.

  • 36 Ibidem, livre V, chapitre 17.

41Il n’est pas satisfait pour autant du régime les lois de 1791, qui interdisent toute association ouvrière. Il serait précieux, observe t-il “d’appartenir à l’association des hommes de sa profession pour en recevoir des conseils, des avertissements et des secours” ; il justifie le besoin qu’éprouvent les ouvriers d’une institution qui, sans gêner le développement de l’industrie (ni de menacer l’ordre public) pourrait assurer à la classe ouvrière et à la société, des garanties36.

42La pensée de Villeneuve-Bargemont peut heurter par certains côtés le lecteur contemporain, ou bien apparaître trop liée aux circonstances : méfiance vis-à-vis de ce qui vient d’Angleterre, fidélité aux Bourbons, culte de l’agriculture, valorisation des traditions françaises, crainte d’une Révolution prolétarienne immédiate, présentation de la religion comme tranquillisant social… Mais l’essentiel est ailleurs : l’auteur a voulu “humaniser“la science économique. Il répète que la doctrine libérale avec sa prétention d’être la seule science économique est réductrice et même inhumaine, parce qu’elle ne tient compte ni des valeurs spirituelles, ni des droits des salariés, ni de la dignité du travail. Il a vu et dénoncé l’aliénation par la misère.

  • 37 P. 102, le luxe est relatif aux temps et aux lieux ; il doit arriver par degré et n’être produit qu (...)
  • 38 Ibidem, p. 73 et p. 150. “Il faudrait aimer et chercher les progrès en toutes choses, mais avec sag (...)
  • 39 Ibidem, p. 41 et p. 150. “Il faudrait voir dans tous les hommes des êtres dont la destinée ne se bo (...)

43À chaque étape de son parcours à travers l’économie, il veut associer l’esprit chrétien aux nécessités du système : conception chrétienne de la production, qui doit aboutir à l’amélioration de la condition de tous ; conception chrétienne du profit et du luxe, qui doit être modéré, accessible aux travailleurs aboutissant à une juste répartition des profits37 ; conception chrétienne du progrès. Il soutient que le christianisme n’est pas l’adversaire de la culture, de la liberté, du commerce, du progrès, mais qu’il les oriente selon les voies de la nature humaine et d’un ordre social juste : le véritable progrès doit favoriser les pauvres. Il n’est de véritables progrès que si tous en bénéficient38. Il anticipe, ainsi, sur le fameux programme de Paul VI, “Le développement de tout homme et de tous les hommes”. Notre auteur insiste sur la finalité de cette économie politique chrétienne, qui associerait principe moral et progrès matériel, religion et économie, travail et charité, action des hommes et desseins de la Providence sur l’Humanité. Il se propose de penser la charité en science morale et politique39.

  • 40 Économie politique… (conclusion). Il développe une idée analogue en conclusion de son Histoire de l (...)

44Il assigne à l’économie politique chrétienne un audacieux programme “à l’aide de la charité et d’une distribution meilleure des richesses et des lumières… autant que possible rétablir l’équité entre les hommes. Elle prescrit le travail, mais elle demande qu’il enrichisse à la fois l’ouvrier et celui qui l’emploie ; elle respecte l’inégalité indispensable au maintien de l’ordre social, mais elle appelle la portion souffrante de la société à une amélioration progressive… Elle dit aux hommes : que votre abondance supplée à l’indigence des autres afin de rétablir l’égalité (Saint-Paul, IIe aux Corinthiens, VIII, 14). Le long cheminement de l’ouvrage parmi les misères décrites et les insuffisances reconnues de l’assistance s’achève en conclusion d’espérance : “Ce que nous n’avons fait qu’indiquer, des mains plus habiles sauront le perfectionner et le compléter. Le siècle est mûr pour comprendre que l’ordre social se meut d’après les lois et dans les limites tracées par une main toute puissante. Revenir aux vrais principes de la nature des choses est le progrès qui doit marquer notre époque et que nous ne cesserons d’évoquer pour le bonheur de l’humanité40.

  • 41 Économie politique ; p. 38 : “Un écrivain habile et religieux, M. de Coux, l’un des collaborateurs (...)

45Villeneuve-Bargemont a conscience de l’importance des enjeux, des difficultés infinies à surmonter, mais il ne se sent pas seul. Il salue l’émergence d’une nouvelle école économique, française et chrétienne, avec Droz, Gérando, de Coux et bien d’autres41.

46Cet aristocrate heurté par les injustices, sensible aux misères, ce haut fonctionnaire conscient du rôle social possible des pouvoirs publics, ce royaliste libéral, ce catholique romantique mérite d’être considéré, quoique marqué par les conformismes de son temps et de son milieu, comme l’un des précurseurs de l’État social “à la française”, par ses vues pénétrantes, ses propositions précises.

47À l’occasion de la célébration du Centenaire de Rerum Novarum, le lecteur de Villeneuve-Bargemont ne pouvait éviter de s’interroger sur l’influence éventuelle de cette Économie politique chrétienne sur la pensée de Léon XIII. Non seulement le dessein est le même : introduire les jugements chrétiens dans l’économie. Le mouvement est le même : en partant du constat de la misère ouvrière, proposer des solutions à la “question sociale” ; en outre, certains développements essentiels expriment des consonances : justification de l’intervention de l’Église au nom de sa mission providentielle, utilisation des concepts de bien commun et de dilection pour les plus pauvres, juste salaire familial. Est-il aventureux de supposer que Mgr Pecci, nonce à Bruxelles de 1843 à 1846, a connu l’Économie politique chrétienne, réédité dans cette ville en 1837, et les leçons professées à Louvain par de Coux ?

Notes

1 La publication à Paris de l’Économie Politique Chrétienne… en 3 volumes in 8° (B. N., R. 53. 577 à 53. 579) a été suivie d’une seconde édition à Bruxelles, 1837,1 vol. in 4° (B.N., R. 8747) ; la Bibliothèque Nationale conserve un exemplaire de l’Histoire de l’Économie Politique (B.N., R. 53. 575 à 53. 576) plusieurs exemplaires du Livre des Affligés qui paraît au lecteur contemporain d’une sensibilité quasi larmoyante, la conférence “De l’influence des passions sur l’ordre économique des sociétés et une Notice sur l’état actuel de l’économie politique en Espagne et sur les travaux de Don Ramon de La Sagra”.

2 Économie Politique Chrétienne, préface (Édition Bruxelles, 1837).

3 “L’autorité parvint, non sans mal à contenir la fureur de ces nouveaux “luddistes”. On déplorait leur ignorance aveugle et absurde. On les engageait à prendre patience et à chercher une industrie plus profitable. Moi-même, je puisais dans les écrits d’Adam Smith et de M. Say des conseils apparemment forts bons, mais qui, pour le moment, ne donnaient ni du travail, ni du pain. Des ateliers de charité, des travaux agricoles et surtout l’assistance de la charité religieuse profondément émue furent beaucoup plus efficaces que nos dissertations d’économie politique. L’ordre revint, mais déjà le paupérisme avait jeté de profondes racines que l’on a vu plus tard se développer” (ibidem, p. 7).

4 Il contribue avec lui à créer la ferme expérimentale de Roville.

5 Ibidem, p. 10 et suivantes : “tous les secours consistent en quelques souscriptions philosophiques plus fastueuses que productives, soutenues il est vrai par une effusion de charité inépuisable mais devenue insuffisante. Quant à la haute industrie, elle se bornait à exploiter les forces, j’ai presque dit la misère des classes ouvrières”.

6 “Je lus avec une douleur prophétique les ordonnances qui firent éclater une grande révolution sociale… vingt mille ouvriers plus ou moins misérables, lancés dans les rues de Lille suivirent le signal donné par les ouvriers de Paris. Ma carrière administrative fut dès lors terminée”.

7 “Je résolus de consacrer mes loisirs et le peu de forces que me laissait ma santé fort altérée à traiter dans toute son étendue la question du paupérisme, que les événements avaient encore agrandi. Je m’attachais à recueillir mes souvenirs et mon expérience, à interroger tour à tour l’économie politique, les théories philosophiques de la civilisation, la statistique, la législation et les sciences sociales qui avaient un rapport aux causes de l’indigence… Peu à peu, à l’aide surtout de phares lumineux du christianisme, il me semblait que l’on pouvait distinguer nettement les causes des désordres moraux et matériels de la société. Les faits se classèrent naturellement. Il devint possible de les généraliser, de leur assigner des principes, d’en observer et comparer les conséquences, afin d’approcher autant qu’il était possible de la vérité”, (ibidem).

8 Ibidem, p. 15. Villeneuve-Bargemont revient à plusieurs reprises, sur le thème de l’indigence, et des devoirs du chrétien. Ainsi, p. 45, après s’être demandé si les hommes ne parviendront jamais à anéantir la misère “qui semble le triste héritage de l’espèce humaine déchue de son ancienne dignité”, il ajoute : “mais essayer d’adoucir cette misère, la consoler, la soulager par le travail, la religion, la charité et par le développement de l’intelligence… c’est obéir aussi aux vues de la Providence non moins qu’aux règles de la politique et de la prudence humaine qui n’en sont que les instruments .

9 Ibidem, p. 46, livre I, Des causes de l’indigence, ch. I, Considérations religieuses sur l’indigence. En d’autres passages, il revient sur le spectacle de la misère et de la dégradation qui la suit : débauche, mendicité, contrebande, ivrognerie, prostitution (ibidem, p. 220). La religion chrétienne par ses consolations, lui parait le meilleur remède au désespoir et à la haine.

10 Ibidem, L. I, ch. III, Des deux théories de la civilisation, qui oppose la tradition spiritualiste, et la tradition matérialiste ; la philosophie économique britannique part du sensualisme. Même perspective dans le livre V, ch. I, Travail et charité : la rupture de l’ordre chrétien, la philosophie s’appuyant sur le sensualisme, contribue à la montée de l’égoïsme et de la misère.

11 Ibidem, pp. 12 et 13, et p. 68 : “L’opulence, l’élégance, le confort régnaient parmi les heureux chefs des grandes manufactures. À côté d’eux, des millions d’ouvriers demandent du pain ou la mort”. Et encore, dans la conclusion : l’économie politique anglaise, elle-même dérivée de la philosophie moderne, tournée vers l’égoïsme systématique, aboutit à donner la richesse au petit nombre, les masses ignorantes restant dans la misère.

12 “Ce n’est pas assez d’avoir englouti toutes les richesses de la Grande-Bretagne. Sa cupidité insatiable s’est étendue à toutes les richesses de l’univers. À tout prix, il a fallu la satisfaire, violences, inhumanité, corruption, elle a tout employé tour à tour et n’a reculé devant aucun moyen”, ibidem, p. 12. Villeneuve-Bargemont souligne que les principes libéraux s’accordent avec les intérêts des manufacturiers et commerçants britanniques qui les répandent dans le monde.

13 Ibidem, p. 25, note : “On trouve dans le cours d’économie politique de M. Say les axiomes suivants… Il vaut mieux apprendre à satisfaire ses besoins que de n’en avoir point. Les besoins multiplient les jouissances. Dans son “Histoire de l’Économie Politique”, Villeneuve-Bargemont cite, pour la contester, l’affirmation de J.B. Say : “L’homme est un capital accumulé, qui n’a de valeur que selon la masse de ce capital dans l’intérêt de la production”.

14 Ibidem, p. 145, ch. douze du livre IL L’auteur cite l’opinion de Morogues, qui considère la substitution de la machine au travail humain comme la cause du paupérisme. Son opinion personnelle sur le machinisme est réservée : “Pour qu’une machine puisse s’appliquer avec avantage à l’industrie, il faut qu’elle réunisse rigoureusement les conditions suivantes : 1) Augmenter le travail, les salaires, la consommation, la garantie de l’aisance et du bonheur dans les rangs de la société. 2) Améliorer les forces physiques et morales des ouvriers, ou du moins ne pas leur être nuisible. Tout procédé mécanique qui ne peut contribuer à ces résultats est un funeste présent… Or, parmi les machines dont l’industrie moderne s’enorgueillit, combien peu échapperaient à la réprobation d’un jury d’humanité ?”.

15 P. 107, L. I, ch. VIII, De la formation, de la consommation et de la distribution des richesses, et tout le chapitre VIL Du travail, de même p. 49 et suivantes (L.I. ch. I). Notre économiste cite avec ferveur l’Essai sur l’indifférence, de Lamennais ; et p. 50, “Par une conséquence de cette loi [du travail], l’aisance et la richesse ont été le prix de la persévérance, de l’intelligence, et de la prévoyance dans le travail”. P. 52, il associe le travail à la charité comme finalité de l’homme. “Travailler, secourir son semblable et par là mériter de rentrer dans le glorieux héritage que le premier homme a perdu”.

16 Chapitre II, De l’inégalité des conditions humaines, du Livre I, p. 53 “Cette inégalité est, comme l’indigence, l’un des éléments de la destinée humaine sur la Terre ; comme elle, elle entre dans les desseins de la Providence… La vie sociale est une nécessité pour la race humaine et le droit de propriété, l’inégalité des fortunes et des conditions en sont les conséquences rigoureuses, car sans elles, l’État social ne pouvait évidemment subsister, de même, le chapitre XV, De la propriété, en constitue une apologie (p. 158) ; la propriété est indispensable à l’homme et à la famille, consacrée par la religion ; elle constitue le fondement des idées de vertu, de justice, de progrès. “Le droit public universel n’est autre chose que la reconnaissance du droit de propriété…” Le droit de propriété et l’inégalité des conditions terrestres sont deux lois qui président de concert à l’organisation des sociétés humaines”. Il cite avec ferveur Voltaire prenant à son compte l’idéal anglais : Liberty and property. Il complète son discours en souhaitant que se diffuse cette propriété privée nécessaire et moralisatrice (ibidem, p. 162) ; “formant le vœu que chaque individu, ou du moins le plus grand nombre, puisse devenir propriétaire foncier, nous avons moins en vue les abus de la concentration des propriétés territoriales que l’avantage résultant pour l’ordre public, la dignité, la morale et le bien-être des individus de la possession d’une propriété solide qui forme le lien de famille, excite la prévoyance dans le mariage et dans le travail et inspire les sentiments de l’ordre et de la justice”.

17 Villeneuve-Bargemont cite avec ferveur l’opinion de son contemporain Droz, pour lequel il est juste que la part du fabricant puisse surpasser de beaucoup celle de l’ouvrier (Économie Politique Chrétienne, p. 113). Il écrit lui-même à la page suivante : “Nous reconnaissons volontiers avec l’économie politique qu’il est juste et utile que le spéculateur qui risque ses capitaux dans une grande entreprise, qui y consacre son temps, ses talents et quelquefois une expérience chèrement achetée, obtienne une large rémunération de ses soins et de ses avances, mais nous demandons qu’il trouve la plus grande partie de ses bénéfices dans la consommation abondante des produits, qu il veille à leur santé, à leurs mœurs, à leur instruction, et qu’enfin il ne s’enrichisse pas uniquement de leur sueur et de leur misère.

18 Ibidem ; p. 110. Le thème est maintes fois repris : “L’opulence, l’élégance, le confort règne parmi les heureux chefs des grandes manufactures. À côté d’eux, des millions d’ouvriers demandent du pain ou la mort” (p. 68).

19 Ibidem, pp. 111-112.

20 Ibidem, p. 113. Villeneuve-Bargemont dénonce une contradiction entre les principes libéraux : pour écouler des productions abondantes, il faut inciter les peuples à consommer plus, multiplier les besoins de la classe ouvrière “de l’autre côté vous êtes forcé d’avouer que le bas prix du travail peut seul faire une production facile à consommer et vous établissez que le salaire doit être fixé au strict nécessaire. Vous voulez que l’ouvrier songe à sa vieillesse et place à la Caisse d’Épargne, or, vous ne lui donnez tout justement que ce qu’il faut pour ne pas mourir de faim”. Il cite Droz et l’approuve : “Dans les temps de disette, on voit une concurrence de misère réduire les travailleurs à s’offrir avec anxiété au prix le plus vil”.

21 Ibidem, ch. IX, Des profits et salaires, pp. 110-113 (citation de Droz) et surtout P. 115.

22 Longue note pp. 115-116. Pour lui, il faudrait gagner 1051 francs par an, sans personne âgée ou infirme à charge, sans aucune épargne, ni dépense d’instruction. Or, l’ouvrier ne gagne guère que 1,75 franc par journée de travail (avec une moyenne de 300 jours de travail l’an), son épouse 60 centimes, chacun de ses enfants 53 centimes. La gêne constitue donc l’état habituel au mieux.

23 Ibidem pp 14 et 15. Citations de Droz, approuvées par Villeneuve-Bargemont : “C’est un grand crime que de retenir injustement le salaire des ouvriers, on commet ce délit si on abuse de leur situation, et lorsqu’on les force à travailler pour un prix inférieur à celui qu’on devrait leur donner”.

24 “Les temps de monopole et d’oppression sont accomplis… Une grande transition approche. Elle ne peut s’opérer que de deux manières, ou par l’irruption violente des classes prolétariennes et souffrantes sur les détenteurs de la propriété et de l’industrie, c’est-à-dire, par un retour à l’état de barbarie, ou par l’application pratique et générale des principes de justice, de morale, d’humanité et de charité”. Pour l’Angleterre, un abîme est creusé, sans son piédestal, approche une catastrophe inévitable, et sans doute terrible. L’Angleterre est destinée à périr par les causes qui ont engendré le paupérisme.

25 Le thème de la dignité du travail et de l’ouvrier est repris plusieurs fois par exemple, p. 52 : “Au flambeau du christianisme, l’homme indigent conserve toute sa dignité”, et p. 150 : “Au lieu de n’avoir pour but que la richesse et les jouissances physiques, de n’être guidé que par la cupidité et la morale des intérêts matériels, il faudrait voir dans tous les nommes des êtres dont la destinée ne se borne pas à un court passage sur la Terre, les considérer comme des frères appelés au partage du même héritage”.

26 Il rejette les accusations d’obscurantisme et de passéisme abondamment répandus contre les chrétiens depuis le temps de Voltaire : “Une religion qui a inspiré Corneille, Racine, Chateaubriand, Lamartine et tant d’autres poètes et écrivains, ne condamne pas les sublimes jouissances de l’âme et de l’intelligence“ (p. 39). “La religion chrétienne, loin de s’opposer au développement de la fortune publique, au perfectionnement des sciences, à l’instruction des usages et découvertes qui rendent la vie plus commode, enfin au progrès de l’utile, les encourages… La religion se prête a l’éclat des arts et à la magnificence des villes, au perfectionnement de l’agriculture et de l’industrie. La religion ne blâme et ne craint point les travaux hardis de l’intelligence… Bien loin de s’opposer aux progrès des arts utiles, et même des arts libéraux, la religion les a toujours honorés et encouragés”. Notre auteur, quoique respectueux des traditions et fidèle aux Bourbons, ne se comporte pas en “intégriste”. Il approuve dans les comportements humains ce qui les rapproche du christianisme. Il voit dans la “philanthropie“laïque lorsqu’elle est sincère, une approche de la charité : “Tendons lui la main au lieu de la repousser (p. 274, livre III, ch. 3, De la vraie et de la fausse philanthropie).

27 “Nous n’avons pas besoin de dire d’avance qu’il nous paraîtrait aussi imprudent qu’impraticable de faire intervenir le législateur dans la fixation des salaires ; mais en même temps nous exprimerons la conviction profonde de la société qui a le droit et même l’obligation de garantir l’existence des ouvriers que l’organisation actuelle de la société laisse à la disposition presque despotique des entrepreneurs” (p. 114).

28 Cf. discours prononcé à la Chambre des Députés par le Comte Alban de Villeneuve-Bargemont, Bibli. Nat. (Imp), L 62.664, p. 12. Ce discours a été favorablement commenté par la presse. La Quotidienne légitimiste se montre particulièrement élogieuse.

29 Économie politique chrétienne, L. IV, ch. 1, De la charité légale, p. 346 “Le principe de l’intervention des gouvernements dans l’administration de la charité nous paraît également réclamé par la religion et la politique. Le christianisme, en donnant la charité pour base à la société nouvelle a voulu que cette vertu fut le devoir comme le plus bel apanage des rois et des puissants de la Terre.

30 Ibidem.

31 Ibidem, ch. II, De l’administration générale des secours publics et Préface, p. 11. Notre auteur, écrivant sous la monarchie de Juillet, ne dissimule pas les oppositions que suscitait son projet d’associer à chaque niveau, l’Église aux administrations publiques. Il faudra que la France mérite un gouvernement qui osera “avouer et faire appliquer franchement les principes du christianisme. Les chapitres III à XIV, de ce livre IV abordent les divers éléments d’une politique sociale de l’État : hôpitaux, hospices d’indigents, maternités, hospices d’aliénés, accueil des orphelins et d’enfants abandonnés, soins à domicile, etc…

32 Ibidem, p. 227 : Le gouvernement devait interdire aux manufacturiers de recruter des ouvriers âgés de moins de 12 ans, et au-delà de cet âge, de recruter des ouvriers qui ne sache ni lire ni écrire, p. 346. Le gouvernement doit s’occuper de développer la morale, la religion, l’enseignement. Certes, l’autorité publique ne peut pas tout faire, mais elle doit au moins lever les obstacles, encourager les initiatives. Villeneuve-Bargemont, fort peu favorable à ce qui vient d’Angleterre, envie cependant les salles d’asile ce pays.

33 L’auteur, dans le chapitre consacré à la pauvreté dans le département du Nord (p. 216 et s.), propose une meilleure administration des secours publics, la répression de l’ivrognerie, la suppression des loteries, la fondation des Caisses d’Épargne, le développement de l’instruction morale, religieuse et industrielle, l’établissement de règlements d’hygiène dans les entreprises, la création de conseils de salubrité. Il appartiendrait au gouvernement de surveiller la salubrité des ateliers, d’imposer dans chaque manufacture la création d’une école pour les ouvriers adultes, d’interdire l’embauche de ceux qui ne seraient pas reconnus apte au travail par un “homme de l’art”. Les manufactures devraient assurer, sous la surveillance de l’autorité, le respect de la religion, des bonnes mœurs et la séparation des sexes (p. 227 et s.). “En attendant que les bonnes mœurs fassent les uniques lois de la société, tâchons que nos lois contribuent à faire de bonnes mœurs.” (Ibidem, p. 474). Le chapitre 15 du livre IV (Des enfants de la classe ouvrière) développe un véritable programme de “protection maternelle et infantile”. Soins et entretien de la femme en couches, soins du nourrisson, vaccinations, création de salles d’asile propres et saines pour accueillir les petits enfants des femmes salariées etc… tout un programme qui préfigure les actions sociales du XXe siècle.

34 Sismondi, sensible aux inquiétudes exprimées par Malthus propose que le mariage soit interdit aux indigents. Villeneuve-Bargemont écarte cette solution comme impraticable et contraire à la justice et à la liberté. Mais il souhaite que les ouvriers réduisent leur descendance et pense que les “dignes pasteurs“enseignent aux jeunes ouvriers les principes d’une régulation – naturelle – des naissances (ibidem, p. 410). Villeneuve-Bargemont regrette que les ouvriers préfèrent placer les enfants à l’usine le plus tôt possible, plutôt que de les envoyer à l’école. Il propose de réduire l’exercice de la Puissance paternelle au détriment des pères qui reclament des secours publics. Ils seraient obligés de se soumettre aux règlements relatifs à l’enseignement, et à l’hygiène et de verser une partie du salaire à une Caisse d’Épargne (p. 227).

35 Ibidem, p. 474 et suivantes.

36 Ibidem, livre V, chapitre 17.

37 P. 102, le luxe est relatif aux temps et aux lieux ; il doit arriver par degré et n’être produit que par une plus juste répartition des richesses, p. 179, chapitre Du luxe : Le christianisme condamne les excès du matérialisme et des disparités de condition, “l’école économique chrétienne plus fidèle à ses principes, proscrit le luxe excessif comme nuisible à l’ordre social autant qu’à la morale, mais elle approuve le luxe raisonnable produit par une aisance répandue progressivement dans tous les rangs de la société… Cette aisance est le fruit du travail honnête réuni à la charité. D’accord avec l’humanité et la raison, l’école économique chrétienne approuve le luxe d’une consommation utile aux ouvriers du pays. Il est bon dans l’intérêt public que chacun fasse ses dépenses que sa fortune lui permet. Mais avant tout “le luxe chrétien se réfugie dans la charité” (abbé de Genoude). Les impôts sont nécessaires (ch. XIII, Des impôts publics, p. 172), mais ils doivent être répartis avec justice ; il faut préférer les moins fâcheux pour les classes pauvres.

38 Ibidem, p. 73 et p. 150. “Il faudrait aimer et chercher les progrès en toutes choses, mais avec sagesse, avec mesure, sans égoïsme, sans avidité excessive ; ne point négliger l’acquisition des commodités de la vie, mais ne pas les acquérir aux dépens du bonheur des autres. Il faudrait régler les besoins, les devoirs, les bénéfices, de manière à ce que le travail, les salaires et l’amélioration morale et physique des classes inférieures puissent marcher d’accord avec l’augmentation des richesses”, et p. 274, “La charité religieuse ne saurait répugner à s associer au progrès des sciences morales politiques et économiques en ce qu’elles offrent de bon et de vrai”.

39 Ibidem, p. 41 et p. 150. “Il faudrait voir dans tous les hommes des êtres dont la destinée ne se borne pas à un court passage sur la Terre, les considérer comme des frères appelés au même héritage. La véritable économie sociale est celle qui excite à la fois au travail et à la charité, conseille moins la production des richesses que leur répartition et la diffusion générale des richesses”.

40 Économie politique… (conclusion). Il développe une idée analogue en conclusion de son Histoire de l’Économie Politique, Paris 1841 : “Si, à côté d’un principe de progrès matériel, elle place le principe moral qui doit préserver de l’excès ou de l’erreur, en un mot, si elle répond au besoin de la double nature de l’homme et des sociétés, ou nous sommes dans une profonde erreur, ou cette rénovation de l’économie politique serait une belle et heureuse conquête pour l’humanité”.

41 Économie politique ; p. 38 : “Un écrivain habile et religieux, M. de Coux, l’un des collaborateurs de l’Avenir, semble destiné à remplir avec succès cette noble et vaste mission (Économie Politique Chrétienne). C’est avec un vif sentiment d’intérêt et de satisfaction que nous l’avons vu embrasser la belle carrière dont nous ne parcourons aujourd’hui qu’une partie. Nous nous sommes trouvés heureux d’apercevoir la plus grande analogie entre ses idées et les nôtres” ; ibidem, p. 113 (Droz) ; pp. 54 et 274 (Gérando). Il n’est pas indifférent d’observer que Villeneuve-Bargemont connaît et apprécie, à côté de Burke et Chateaubriand, Lamennais, Sismondi, Adolphe Blanqui, Lamartine, Delille. Ce légitimiste invoque, comme tant de romantiques, la Providence, la Nature, l’Humanité. Il a été lui-même affecté par l’appréciation critique d’Adolphe Blanqui qui lui reproche de tout mettre entre les mains de la Providence, de se réfugier dans la prière, de se comporter comme un apôtre, plutôt que comme économiste ou nomme d’État (Histoire de l’Économie Politique, conclusion).

Notes de fin

* Communication à l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, mai 1999 ; un résumé avait été présenté au colloque organisé en mai 1991 par l’Université de Nantes à l’occasion du centenaire de l’encyclique Rerum novarum. M. André Tiano a publié en 1993 : Alban de Villeneuve-Bargemont (1784-1850), le précurseur de l’État Social, ou un grand notable bien ordinaire, Nîmes, C. Lacour, 360 p.

* Villeneuve-Bargemont est évoqué en quelques lignes dans certaines Histoires de la pensée économique, dans l’Histoire religieuse de la France contemporaine de MM. G. Cholvy et Y. M. Hilaire, Toulouse, Privat, 1985 (T. 1 p. 68), dans l’Église et les ouvriers en France, 1840-1940, de P. Pierrard, Hachette, 1984 (pp. 13, 80, 188, 192). Sur l’histoire de la période : G. Berthier de Sauvigny, La Restauration, 3ème édition, Paris, Flammarion, 1974 ; J. Cabanis, Lacordaire et quelques autres, Politique et Religion, Paris, Gallimard, 1982 ; Sur l’enseignement social de l’Église, Cavallera, Précis de la Doctrine Sociale Catholique, Nelle éd. Spes, 1937 ; E. Chénon, Le rôle social de l’Église, Paris, Bloud et Gay, 1928.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search