Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

III. Droit de la famille

Catholicisme contre néo-malthusianisme : la presse catholique française devant l’encyclique Casti Connubii (1931)*

Texte intégral

  • * Paru in Mélanges offerts à Pierre Vigreux, Collection Travaux et recherches de l’I.P.A., I.A.E. de (...)

1 Le juriste, en présentant au professeur Pierre Vigreux l’hommage d’une étude d’histoire démographique, peut s’autoriser d’une double justification : “ratione personae”, parce que le jubilaire, dans ses enseignements d’Économie Politique, s’est toujours montré attentif à la signification des phénomènes démographiques ; “ratione materiae”, parce que les acteurs et les destinataires du processus économique sont les hommes, et que les phénomènes de population constituent la trame de la vie sociale.

2Quand aux données démographiques elles-mêmes, celles qui concernent les décisions de procréation, qui tiennent au plus intime des attitudes, elles expriment les résultantes de données complexes, parmi lesquelles les croyances religieuses. Dans une perspective de démographie historique, portant sur des populations catholiques habituées à recevoir de la hiérarchie, au nom de Dieu, des directives de morale sociale, il est essentiel de retenir le “discours” des papes, chefs visibles de l’Église. La lettre encyclique “Casti Connubii”, de Pie XI, venant cinquante ans après l’encyclique “Arcanum” de Léon XIII (1880), précédant de trente-huit ans “Hunumae Vitae” de Paul VI (1968), constitue le résumé et le couronnement des enseignements de l’Église, opposés aux doctrines néo-malthusiennes.

  • 1 Nous avons retenu aussi les articles de P. Creusen, parus dans la Nouvelle Revue Théologique (P. Jé (...)

3Dans le cadre de la présente contribution, notre dessein ne peut être d’étudier l’ensemble du document, ni de le situer dans l’histoire des doctrines démographiques ; il s’agit seulement d’observer l’impact de ce "message” sur le peuple chrétien, au travers de la presse catholique française de l’année 19311 ; ces quelques pages souhaitent conduire à une réflexion sur l’évolution des attitudes vis-à-vis de la procréation, au cours de cette décennie cruciale 1930-1940.

  • 2 P. Creusen, loc. cit., n° 2, fév. 1932, p. 136 et suivant, démontre par une analyse des principales (...)
  • 3 Sont condamnés, notamment, le laïcisme (qui exclut le caractère religieux du mariage), le divorce ( (...)

4 Casti Connubii, qui prend forme d’une instruction adressée par Pie XI, pasteur universel et suprême, à tous les évêques et à tous les chrétiens, traite de l’ensemble des problèmes du mariage, en se rattachant à la tradition doctrinale catholique2 et selon des perspectives dont les commentateurs soulignent l’ampleur et la vigueur. La première partie est consacrée à la définition des caractères du mariage chrétien, la seconde à la condamnation des erreurs, pratiques et vices qui lui sont contraires, la troisième, aux remèdes opportuns pour restaurer le mariage3.

5 C’est dans cette seconde partie que se trouve le développement dont l’impact constituera l’objet principal de notre étude : la condamnation absolue de tout artifice anticonceptionnel dans l’union sexuelle.

6Pie XI, après avoir rappelé que « l’acte du mariage est, par sa nature même destiné à la génération des enfants », confirme la doctrine catholique avec une solennité que relèveront tous les commentateurs : « l’Église catholique, debout au milieu des ruines morales élève bien haut la voix par Notre bouche, en signe de sa divine mission, … et elle promulgue de nouveau que tout usage du mariage, quel qu’il soit, dans l’exercice duquel l’acte est privé, par l’artifice des hommes, de sa puissance naturelle de procréer la vie, offense la loi de Dieu et la loi naturelle, et que ceux qui auront commis quelque chose de pareil se sont souillés d’une faute grave ».

7Le dépouillement des principaux titres de la presse catholique française montre que la "réception" a été générale et rapide, tant sur ce point que dans son ensemble ; le document a été accueilli, particulièrement dans ses condamnations des "erreurs modernes" comme un coup d’arrêt éclatant à la "vague de démoralisation" et au "néo-malthusianisme" ; de notables théologiens prendront appui sur ce texte pour développer des directives de conduite sexuelle pour les chrétiens, par le truchement des confesseurs.

*
* *

8L’encyclique, datée du 31 décembre 1930, publiée d’abord en forme officielle latine dans les Acta Apostolicae Sedis du 8 janvier 1931, a été rapidement traduite dans différentes langues. Pour la France, la première traduction est publiée dans La Croix, numéros des 10 et 11-12 janvier 1931 ; suivent les traductions améliorées publiées dans La Vie Catholique (24 janvier) et La Documentation Catholique (31 janvier). Viendront bientôt des publications intégrales en forme de brochure (Bonne Presse, fédération Nationale Catholique, puis SPES). Le texte est également publié par de nombreux périodiques diocésains ou régionaux. Un article de la Documentation catholique (21-28 février 1931, n° 554-555, col 445 et suiv.) en dressera le relevé avec soin : publication intégrale dans les Semaines catholiques de trente-cinq diocèses, et publication de résumés dans vingt autres. Il n’est pas indifférent d’observer que ces publications sont réalisées entre la seconde quinzaine de janvier et la première de février. Compte tenu du temps nécessaire à la composition et à la mise en page, il apparaît que les responsables de ces publications ont décidé, aussitôt les traductions parues (10-11 janvier) de procéder d’urgence à l’impression de ce texte assez long. Cela démontre à la fois le respect pour les directives romaines, et l’importance reconnue à cet enseignement.

9La plupart des évêques ont accompagné ces publications d’un communiqué ou d’une lettre : ainsi les cardinaux Andrieu (Bordeaux), Liénart (Lille), Verdier (Paris) ; les archevêques d’Auch, Bourges, Albi, Avignon, Rouen, Alger, Chambéry, Sens, Cambrai, Toulouse ; et avec eux trente-huit évêques. Significative est l’attitude du cardinal archevêque de Paris, qui publie une lettre pastorale « portant promulgation de l’encyclique » (Semaine religieuse de Paris, 14 février 1931) : « Je ne puis oublier que le foyer chrétien a été pendant des siècles, le salut de notre cher pays de France. Les régimes politiques les plus divers ont pu se succéder, les révolutions elles-mêmes ont pu bouleverser nos institutions, tant que nos foyers sont restés sous l’abri titulaire des deux lois divines de l’unité et de l’indissolubilité du mariage et de la chasteté conjugale, la famille française est restée la famille exemplaire, et la France a gardé substantiellement sa physionomie propre ».

10L’épiscopat invite volontiers les prêtres ayant charge d’âme à diffuser à leur tour ces enseignements aux fidèles : ainsi, le cardinal Liénart prescrit, dans le dispositif de carême pour le diocèse de Lille « à MM. les curés, dans leurs instructions du dimanche, à MM. les supérieurs et aumôniers, dans leurs cours supérieurs de catéchisme, de faire connaître ces enseignements, qui intéressent au plus haut point la morale chrétienne et l’avenir des familles ».

  • 4 Le Figaro du 12 janv. 1931 (Lucien Corpechot), du 19 janv. 1931 (Abel Hermant), du 11 janv. 1931 (P (...)
  • 5 Dans Vie nouvelle, le rédacteur, quoique "antipapiste", « félicite » le pape (30 janv. 1931) ; tand (...)

11La diffusion du message pontifical parmi les laïcs eux-mêmes est assurée en outre, directement par la presse : la plupart des quotidiens mentionnent l’encyclique, en reconnaissent l’importance. L’historien catholique Georges Goyau dans Le Figaro du 20 janvier, sous le titre "Paroles pontificales" indique les orientations générales des documents, et souligne que les « anxiétés de l’Église », dans la crise de la famille et de la civilisation, rejoignent celles de toutes les « consciences éclairées ». Bien d’autres auteurs, proches ou non du christianisme soulignent tel ou tel aspect bénéfique de la doctrine catholique du mariage, et notamment son utilité sociale dans un monde à la dérive4 ; quelques-uns, plus rares se montrent réservés ou critiques5.

  • 6 Notamment, du même auteur, "Une doctrine et un programme d’action", 3 février ; "La crise de la fam (...)

12 L’écho des enseignements pontificaux est particulièrement accentué, comme on pouvait s’y attendre, dans les périodiques catholiques : l’historien Jean Guiraud, dans La Croix du 17 janvier, sous le titre "l’Église et la famille" : « Gardien de la morale familiale, le Souverain Pontife a vu la nécessité de rappeler au monde entier les enseignements de l’Évangile qui avaient rendu à la famille toute sa splendeur… Telle est la raison de son encyclique sur le mariage où, avec une connaissance admirable des maladies qui travaillent la famille moderne et des symptômes qui traduisent sa faiblesse, il expose au monde entier, avec une force de pensée et une autorité souveraine, les doctrines qui sont pour le foyer, la voie, la vérité et la vie ». D’autres articles du grand quotidien catholique d’information seront consacrés au même sujet6. Les publications plus spécialisées font écho aux enseignements pontificaux : dans la Vie catholique du 24 janvier, plusieurs articles sont consacrés au mariage et à la famille ; Mgr L. Prunet observe : « Ce qui différencie… cette véritable charte du mariage chrétien de l’Encyclique Arcanum, ce qui est nouveau et répond aux préoccupations actuelles de beaucoup de moralistes, prêtres ou laïques, c’est que le Saint-Père, avec une liberté et une vigueur tout apostoliques, ne craint pas d’aborder les problèmes les plus délicats de la morale conjugale, pour y projeter la lumière de la raison et de la foi, dire ce qui est permis et ce qui est défendu… ». La Documentation catholique, hebdomadaire du groupe La Bonne Presse, après avoir publié le document le 31 janvier, consacre plus de 40 colonnes à la recension des éditions et commentaires dans la presse du monde entier (n° 554-555 du 21-28 février). Les Études des pp. jésuites comportent une présentation du texte dans le numéro de janvier-mars 1931 (t. 206, p. 350-356) ; suivront les articles du P. Brouillard (t. 207, p. 400 et suiv., 208, p. 578 et suiv.).

  • 7 Dans cet hebdomadaire, la publication commence au numéro 1880 du 1er février et se poursuivra jusqu (...)

13Les Dossiers de l’Action populaire, organe respecté des promoteurs de l’action catholique sociale, publient l’essentiel du document dans le numéro 246 (25 janvier 1931) et des commentaires dans les numéros suivants (251, 260) ; L’Ami du clergé, hebdomadaire fort répandu dans le clergé, consacre plusieurs articles à l’analyse et au commentaire du texte pontifical (n° 9 du 26 février, n° 11 du 12 mars). La Nouvelle Revue théologique, de son côté, publie le texte latin intégral (n° 2, février 1931, p. 141-180). Les périodiques régionaux d’inspiration catholique répercutent aussi texte et commentaires auprès de leurs lecteurs, le plus souvent par une succession d’articles : ainsi, La Croix du Midi, dans son numéro du dimanche 18 janvier annonce, en première page la parution de l’encyclique, la présente, la résume et souligne qu’elle doit être mise en pratique : « Sa Sainteté Pie XI insiste auprès des archevêques et évêques afin qu’ils propagent ces importantes vérités dans les familles chrétiennes, afin que tous connaissent parfaitement la véritable doctrine du mariage et qu’ils vivent selon les règles de la Sainte Église, et selon aussi la sagesse, la justice et la piété. Le pape souhaite et désire ardemment que refleurissent et revivent, dans les foyers chrétiens, une fécondité bénie de Dieu, une foi sans souillure, une inébranlable fermeté… ». Le numéro suivant (25 janvier) évoque les retentissements de l’instruction pontificale « L’encyclique sur le mariage est commentée dans la presse catholique du monde entier. Les catholiques sont heureux que le Saint Père ait rappelé les grands devoirs de chacun en cette matière… » ; au numéro du 1er février : « La lettre encyclique Casti Connubii produit dans l’Univers entier une profonde sensation. En général, l’accueil de la presse a été sympathique. Les apôtres d’erreurs qui se sont sentis visés ont en vain essayé de protester contre ce courageux document ». Et le rédacteur d’annoncer que la publication en sera faite par extraits, dans les numéros qui suivent7. En particulier, le passage relatif à la condamnation des pratiques anticonceptionnelles est reproduit in extenso.

14Les exemples ci-dessus montrent que l’ensemble de l’enseignement pontifical a été diffusé vite et complètement, auprès du clergé et des fidèles, par l’ensemble des réseaux de diffusion de la presse, et spécialement les media catholiques de l’époque. L’adhésion à ces directives, la révérence vis-à-vis de l’autorité qui les proclame sont illustrées par la plume enthousiaste du P. de la Brière qui, dans les Études (édité par les jésuites) célèbre ainsi l’encyclique : « Un document d’aussi puissante portée que l’encyclique Casti Connubii symbolise merveilleusement le rôle magnifique de l’Église et de la Papauté dans l’universel désarroi du monde contemporain. Une fois de plus, le message immortel du salut est promulgué pour tous les peuples de la terre. Que chacun lève les yeux vers la clarté, la Cité construite au sommet de la montagne ».

15Les multiples auteurs clercs ou laïcs qui ont commenté Casti Connubii peu après sa publication soulignent que l’enseignement de Pie XI, rappelant avec éclat la doctrine traditionnelle de l’Église, venait à point nommé pour lutter contre le laxisme des mœurs, la diffusion de doctrines antifamiliales, le néo-malthusianisme en particulier. Les notations précises des spécialistes de morale familiale rejoignent les déplorations des publicistes, pour constater « le désarroi des consciences dans notre monde contemporain ». Les observateurs connaissent et redoutent l’accentuation de la dénatalité particulièrement en France, et ils évoquent fréquemment le vieillissement de la race, la faiblesse de la patrie. Les commentateurs observent que l’accueil favorable (ou défavorable) a concerné particulièrement les passages condamnant les pratiques nouvelles : contraception, avortement, divorce, mariage à l’essai. De la vigueur des réactions, ils déduisent l’étendue du mal.

  • 8 Le P. Brouillard, dans les Études, n° 207, p. 44 et suiv., observe que le gouvernement britannique (...)

16Parmi les causes générales de « l’influence grandissante… des théories perverses et pratiques immorales » (P. de la Brière), ils relèvent le laïcisme, la déchristianisation, la recherche du confort et du plaisir, tous les systèmes de la « société permissive ». Les mieux informés soulignent le rôle de « ligues malthusiennes », la propagande pour « l’eugénisme », intense déjà dans les pays anglo-saxons, au nom du. bien-être ou de la pureté de la race8. Le ton est donné dans les Dossiers de l’Action populaire par L. Berne ("Le problème du mariage : Dans la lumière des Encycliques", n° 260, 15 septembre 1931, p. 1743 et suiv.), qui approuve comme salvatrice : « la nouvelle parole que Rome a jugé nécessaire de dire devant un péril non seulement nouveau, mais il semble bien, le plus radical qui ait jamais menacé à la fois et les mœurs de la race humaine et la propagation de cette race… Péril extrême, car il effleure, ou peut-être même atteint déjà, non seulement des esprits chrétiens en dehors du catholicisme, mais l’esprit même, peut être bien, de certains catholiques inquiets ».

  • 9 À la majorité de 193 voix contre 67 et une quarantaine d’abstentions, cette conférence épiscopale, (...)

17Les contemporains ont observé que l’encyclique Casti Connubii constituait, dans son fonds, une réfutation sévère de ces doctrines et propagandes et dans certains passages, le rejet catégorique des positions laxistes que venait de prendre, en écho à l’évolution des mœurs, la conférence des évêques anglicans, réunis à Lambeth au mois d’août 19309. À cette "15e résolution de Lambeth", vivement critiquée par les auteurs catholiques et beaucoup d’anglicans, le pape fait une allusion sans équivoque ni complaisance lorsqu’il condamne toute manœuvre contraceptive : « En conséquence, comme certains, s’écartant manifestement de la doctrine chrétienne telle qu’elle a été transmise depuis le commencement, et toujours fidèlement gardée, ont jugé bon, récemment, de prêcher d’une façon retentissante, sur ces pratiques, une autre doctrine, l’Église catholique… promulgue de nouveau… ».

  • 10 L. Berne, dans Dossiers de l’Action populaire, n° 251, 10 avril 1931, p. 713 observe que la contrac (...)
  • 11 Nouv. Rev. Théol., 2 février 1932, p. 132 ; l’auteur continue : « Dans les condamnations répétées d (...)
  • 12 Cependant, outre les positions d’évêques et théologiens on peut relever les mises en garde collecti (...)

18La diffusion des tendances au Birth Control n’a pas été sensible seulement dans les populations de tradition protestante. Des milliers de catholiques aussi ont été atteints, déplorent les moralistes. Non seulement l’onanisme est fort répandu (tel confesseur a constaté la soumission de ses pénitentes aux « coutumes nationales ») mais]a diffusion des mœurs plus libres, le développement de l’esprit critique, les contacts avec les influences anglo-saxonnes amènent des « flottements » parmi les catholiques conscients10. P. Creusen observe : « surtout en ces dernières années, on rencontrait des laïcs instruits et même des prêtres qui niaient ou mettaient en doute l’opposition de ces pratiques à la loi naturelle »11. Bien des curés témoignaient à leur manière de ces difficultés en s’abstenant d’interroger et d’enseigner sur ce point délicat. D’autres regrettaient l’absence, pour la France, d’une déclaration commune de l’épiscopat12. En Allemagne, en cette même année 1930 paraissait, dans une revue catholique, un article aussitôt remarqué qui mettait en question la position traditionnelle de l’Église catholique.

19Certes, les théologiens catholiques avaient réagi (P. de la Brière, P. Coulet, P. Vermeersch) ; les associations catholiques multipliaient rencontres et conférences autour du mariage chrétien. Le cardinal Bourne, dès le 4 octobre, avait publié une instruction rappelant les principes catholiques, et notamment que « tout obstacle mis directement à… la conception… est un vice contre nature ».

  • 13 Bien des théologiens ont reconnu dans le document un acte revêtant le caractère de définitions infa (...)

20En présence de telles controverses, et devant le « dérèglement des mœurs » le Saint Siège avait jugé nécessaire d’éclairer solennellement le monde : la solennité du ton, l’ampleur des perspectives, la force des interdits expriment la vigoureuse personnalité du pontife, comme ses inquiétudes devant les infiltrations d’une nouvelle éthique sexuelle. Désormais, les devoirs des chrétiens sont définis nettement et sans échappatoires13.

21Reste à préciser, selon les media du catholicisme français de 1930, dans quel sens seront appliquées ces définitions. Les auteurs les perçoivent au travers de leurs propres préoccupations et responsabilités. Nous avons déjà relevé les textes fréquents qui glorifient l’encyclique comme confirmation des principes traditionnels de la morale chrétienne face au laxisme des mœurs, à la crise du mariage, au dépeuplement, à la recherche du plaisir, au néo-malthusianisme. Elle est également reçue comme soulignant la dignité éminente de la maternité et de la paternité, le respect dû à l’enfant, aux familles nombreuses.

  • 14 Pie XI affirme que le régime économique et social doit être constitué de façon que tout père de fam (...)

22Plusieurs auteurs soulignent avec raison la manière dont le pape relie la promotion de la famille aux principes de justice sociale et de solidarité humaine. Rome dénie au pouvoir politique le droit de réglementer au nom de l’eugénisme le droit naturel des personnes au mariage, mais rappelle que chaque travailleur a droit, en équité à une rétribution qui lui permette de vivre décemment avec sa famille ; les responsables sont invités à réaliser les réformes qui assureraient par les moyens appropriés le transfert de charges sociales, au profit des familles, qui sont l’avenir et l’espoir de chaque collectivité. Pie XI évoque avec dilection les initiatives privées ou publiques en faveur des familles. Ainsi, la papauté soutient les efforts déjà anciens des catholiques sociaux en faveur du soutien des familles par la collectivité14. Ces initiatives et cette adhésion éclatante doivent être prises en compte dans l’histoire des politiques familiales, qui s’esquissent dans cette décennie 1930-1940, et favoriseront la reprise de natalité, en France notamment.

  • 15 Notons également dans le même article : « Lorsqu’en effet, devant les hommes politiques surgit l’in (...)
  • 16 Dossier de l’Action populaire, n° 260, sept. 1931, p. 1754, note 1. L’Ami du clergé, au contraire, (...)
  • 17 Les 3/4 des pratiquantes en âge de procréation, observe un curé (Ami du clergé, 1931, n° 11, p. 177 (...)
  • 18 Sur les attitudes pastorales dans l’Église de France au XIXe siècle et les directives romaines au r (...)
  • 19 L’éventail des solutions est extrême avant l’encyclique, depuis le pasteur strict qui finit par éca (...)

23Ces orientations sont bien explicitées par les auteurs préoccupés "d’Action Sociale" : Mgr Vanneuville, dans La Croix du 15 janvier 1931 observe « Parmi les clartés que l’Encyclique C.C. répand sur les graves problèmes de la vie, il faudra mettre à coup sûr les précisions qu’on y trouve sur les rapports entre les grands devoirs du mariage et les nécessités matérielles de l’existence… »15. Le même auteur insiste plus loin, à partir de l’encyclique, sur le fait que si les causes de la crise sont avant tout d’ordre moral, il serait erroné de négliger pour autant les conditions « matérielles » de la vie familiale : « L’Encyclique C.C. met en lumière la place effective du régime économique, des œuvres de charité, de la politique familiale, des modes divers d’organisation ou d’assistance sociale… Il s’agit… d’éliminer des difficultés d’ordre extérieur, réelles cependant, qui résultent d’un certain degré d’indigence et de gêne pour l’observation des commandements de Dieu et de l’honnêteté conjugale… » ; l’auteur reprendra les mêmes thèmes dans son étude "L’encyclique sur le mariage, aspects sociaux", parue dans l’organe des Semaines Sociales de France, auxquelles il collabore (Chronique sociale de France, 1931, n° 2, pp. 87-101). La défense du mariage et de la famille conduit à prôner une politique d’assistance et de redistribution (ibidem, p. 97). Dans le même axe de réflexion, mais de manière plus radicale, L. Berne, dans les Dossiers de l’Action Populaire, passe de la condamnation du néo-malthusianisme à celle du libéralisme économique : les « libéraux » ont fait un étrange succès à Malthus pour disculper ce libéralisme économique, véritable cause de tant de misères : le néo-malthusianisme est lié à l’égoïsme, à la cupidité, qui constituent les ressorts de l’individualisme économique. La crise de la famille n’est qu’une manifestation d’un désordre général, l’ordre social tout entier est perverti par « les principes fonciers de l’économie et de la société libérales »16. Un tout autre ordre de conclusion peut être relevé à partir de L’Ami du clergé : il s’agit de l’attitude des confesseurs en matière de morale sexuelle, avant et après l’encyclique. Les articles de cette revue, destinée au clergé catholique, constituent des documents essentiels dans une approche de la connaissance des mentalités. Cette revue a publié, dans son numéro du 26 février, une analyse fouillée de l’encyclique, relevant notamment les erreurs et les fautes condamnées par l’Église ; suivent des études consacrées à des problèmes spécifiques de morale sexuelle. Quant à la situation établie, le diagnostic ne surprend pas : l’onanisme conjugal est des plus répandu. Fréquentes sont les pénitentes qui s’en accusent régulièrement17. Les causes sont dénoncées : désir de limiter le nombre des enfants pour maintenir l’héritage ou le niveau de vie, influence des propagandes malthusiennes, et, aussi, ignorance réelle des préceptes de l’Église : personne ne m’a jamais interrogé sur ce point, répond un pénitent, catholique zélé. De ce fait, l’épiscopat et les confesseurs avaient souvent préféré garder le silence18, plutôt que d’intervenir dans ce domaine intime, au risque de provoquer des réactions de rejet. La plupart des confrères, indique un curé, répondent qu’ils n’instruisent et n’interrogent jamais sur ces questions. Ceux qui « instruisent » le font avec des succès variables. L’un d’eux, après avoir écarté de la confession, pendant deux ans, selon la logique du sacrement, ses paroissiennes qui refusaient d’abandonner l’onanisme, doit faire machine arrière19.

24C’est dans ce climat qu’intervient l’exigeante parole de Pie XL « Quand on sait, écrit le P. Creusen, les ravages causés dans certains pays – la France est sans doute visée – par le silence prolongé des pasteurs, l’abus que des pénitents cultivés font des moindres apparences de concession en cette matière, le scandale, c’est-à-dire les graves excitations au péché causées par l’indulgence excessive de certains confesseurs, on comprend la leçon donnée par le Vicaire de Jésus-Christ à ceux qui, avec lui, répondront devant Dieu du salut des âmes ».

25 De fait Pie XI a insisté solennellement sur le devoir des pasteurs et confesseurs d’informer le peuple chrétien et d’exiger qu’il se conforme aux préceptes de l’Église : « En vertu de Notre Suprême autorité et de la charge que Nous avons de toutes les âmes, Nous avertissons les prêtres qui sont attachés au ministère de la confession et tous ceux qui ont charge d’âme, de ne point laisser dans l’erreur touchant cette très grave loi de Dieu, les fidèles qui leur sont confiés, et bien plus encore, de se prémunir eux-mêmes contre les fausses opinions de ce genre, et de ne pactiser en aucune façon avec elles ». « Si d’ailleurs un confesseur ou un pasteur des âmes – ce qu’à Dieu ne plaise ! – induisait en erreur les fidèles qui lui sont confiés, ou si du moins, soit par une approbation, soit par un silence calculé, il les y confirmait, qu’il sache qu’il aura à rendre à Dieu un compte sévère de sa prévarication ».

  • 20 Ami du clergé, 1931, n° 9, 26 février, p. 155 et suiv. ; n° 11, 12 mars, p. 180 et suiv.

26Ces paroles sévères, répercutées rapidement, on l’a vu, par les multiples ondes de la presse, atteignent les curés. Désormais informés clairement des préceptes moraux et de leurs obligations, ils ne peuvent se refuser à en tirer les conséquences : toute pratique anticonceptionnelle est faute grave. Certes, les grossesses peuvent être espacées, mais seulement par la continence (intégrale ou périodique). Notre documentation n’est certes, ni assez étendue, ni assez fine pour déterminer avec sûreté la progression de l’influence de Casti Connubii. Elle permet cependant d’affirmer que l’éclat même du document, l’efficacité du pouvoir hiérarchique dans l’Église en 1930 ont consolidé dans leurs attitudes les pasteurs stricts, qui condamnaient toute contraception volontaire, et réduit au silence ceux qui jusque là trouvaient des accommodements pour leurs pénitents (et pénitentes). Les enseignements de l’Encyclique diffusés par la presse et les autorités seront connus des pasteurs et des chrétiens : des conférences, des brochures, des cercles d’étude se multiplient à propos du "mariage chrétien". À la suite des injonctions romaines, les prêtres feront connaître à leurs ouailles les principes de la doctrine catholique dans leurs prédications dominicales, les rencontres de jeunes, les réunions de femmes chrétiennes, les conversations et les directions de conscience20. Dans les années qui suivent, il devient fréquent qu’ils interrogent en confession sur les fautes contre ces préceptes, en soulignant la gravité du péché, et en écartant les prétextes d’ignorance et de bonne foi.

  • 21 Les confesseurs paraissent plus soucieux de faire respecter la règle (exclusion de tout contracepti (...)

27Un document aussi riche et complexe que Casti Connubii offrirait maintes pistes de réflexion, par exemple sur l’ecclésiologie, l’efficacité de l’autorité pontificale, les attitudes du clergé vis-à-vis de la sexualité21. Nous retiendrons seulement deux observations qui s’intègrent, l’une et l’autre dans le cadre d’une réflexion sur l’histoire démographique.

28Il est certain que le "néo-malthusianisme" s’est amplement diffusé dans la décennie 1920-1930 dans les pays occidentaux, sous ses différentes formes : contraception traditionnelle des bourgeois et paysans, renforcée par la vague du Birth Control anglo-saxon, "eugénisme" raciste ou médical, etc. Les thèmes et même certaines techniques qui auront un succès déterminant (qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore) dans les années 1960 sont déjà expérimentés et diffusés, même dans les milieux catholiques. En même temps, crise des mœurs et chute des naissances sont dénoncées fermement par les observateurs.

29En présence de cette situation, l’initiative pontificale, appuyée sur les enseignements traditionnels, préparée par les réactions des épiscopats, des moralistes et des groupes catholiques, constitue un événement dont chacun reconnaît l’importance. Pour les populations catholiques – soit plus de la moitié des Européens – elle s’intégre dans le système de références morales qui orientera les comportements. L’encyclique consolide et couronne les enseignements anti-malthusiens de l’Église. Son prestige est tel dans le clergé et les milieux catholiques "engagés" qu’on doit poser le problème de son rôle dans le renversement ultérieur des attitudes européennes vis-à-vis de la procréation, passant de la défiance malthusienne des années 20-30 au renouveau des années 40-60.

Notes

1 Nous avons retenu aussi les articles de P. Creusen, parus dans la Nouvelle Revue Théologique (P. Jésuites de Louvain) en février, avril et mai 1932.

2 P. Creusen, loc. cit., n° 2, fév. 1932, p. 136 et suivant, démontre par une analyse des principales autorités, que les enseignements pontificaux ne font que confirmer ceux des théologiens anciens et récents, des évêques, et la doctrine même du St Siège, exprimée dans près de 20 réponses échelonnées de 1316 à 1929.
Des auteurs actuels tel que Noonan et Flandrin soulignent, au contraire, les différences entre les attitudes des théologiens, qui affaibliraient l’unicité de la Tradition catholique. Il ne fait aucun doute que les pratiques contraceptives ont toujours été condamnées fermement par les moralistes catholiques, les divergences ne se situant qu’au niveau des pratiques pastorales et de la casuistique. S’agissant de la France du XIXe siècle, les confesseurs se divisaient en gros en rigoristes, questionnant leurs pénitents, et imposant l’abandon de pratiques contraceptives, et laxistes, qui jugeaient préférable de garder le silence sur ces matières délicates ou excusaient les pécheurs "de bonne foi".

3 Sont condamnés, notamment, le laïcisme (qui exclut le caractère religieux du mariage), le divorce (contraire à l’indissolubilité), l’avortement, le mariage à l’essai, l’eugénisme raciste.

4 Le Figaro du 12 janv. 1931 (Lucien Corpechot), du 19 janv. 1931 (Abel Hermant), du 11 janv. 1931 (Paul Lesourd) ; Le Journal du 14 janv. 1931 (Frédéric Boutet) et du 16 janv. 1931 (Clément Vautel). Le Temps mêle approbation et réserves (11 janv. 1931)… etc.

5 Dans Vie nouvelle, le rédacteur, quoique "antipapiste", « félicite » le pape (30 janv. 1931) ; tandis que dans Évangile et Liberté, P. Vergara lui conteste le pouvoir de « se dresser contre le pouvoir civil pour l’amener à modifier sa législation… » (4 fév. 1931). La Documentation Catholique des 21-28 février, col. 486 contient quelques citations extraites des journaux « avancés ou socialistes de France », qui contestent en termes plus ou moins vifs l’encyclique. Un rédacteur de La Croix du Midi écrit carrément : « En France, un seul journal, sous la plume d’un juif, a été impertinent » (18 janv. 1931, n° 1878).

6 Notamment, du même auteur, "Une doctrine et un programme d’action", 3 février ; "La crise de la famille, la laïcisation du mariage1’, 7 février.

7 Dans cet hebdomadaire, la publication commence au numéro 1880 du 1er février et se poursuivra jusqu’au numéro 1889, du 5 avril 1931, à raison de 2 à 3 colonnes d’une quarantaine de lignes par numéro, sous la rubrique : "Gazette régionale".

8 Le P. Brouillard, dans les Études, n° 207, p. 44 et suiv., observe que le gouvernement britannique avait donné, en 1930, l’autorisation d’enseigner le Birth Control dans les services officiels de maternité ; l’auteur précise que si Malthus lui-même ne prévoyait que la continence, un ouvrage anonyme publié en 1854 prône les procédés contraceptifs ; la première ligue néo-malthusienne est fondée en 1877 par le docteur Drysdale (ibidem, p. 599). P. Creuzen note, dans La Nouvelle Revue Théologique, 1931 n° 4, p. 307, note 1 : « On trouve en Allemagne et en Angleterre depuis des années des cliniques où la plupart des consultations n’ont pas d’autre objet que la prévention ou l’interruption de la maternité. À Londres, brochures et préservatifs sont exposés aux devantures de certains magasins ».

9 À la majorité de 193 voix contre 67 et une quarantaine d’abstentions, cette conférence épiscopale, avait voté le texte suivant : « Lorsqu’apparaît clairement l’obligation morale de limiter et d’éviter la paternité, la méthode à suivre doit être décidée selon les principes chrétiens. La méthode naturelle qui se présente d’abord est l’abstinence complète des rapports (sexuels)… Néanmoins dans le cas où apparaît clairement cette obligation morale de limiter ou d’éviter la paternité et qu’une raison moralement saine s’oppose à une complète continence, la conférence admet que d’autres méthodes puissent être employées pourvu que cela se fasse à la lumière des mêmes principes chrétiens. La conférence rappelle son énergique réprobation de toute méthode anticonceptionnelle adoptée pour des motifs d’égoïsme, de volupté ou de simple convenance ».

10 L. Berne, dans Dossiers de l’Action populaire, n° 251, 10 avril 1931, p. 713 observe que la contraception est un thème maintenant discuté « dans certaines sphères catholiques », qui souhaiteraient l’adoucissement de règles, considérées volontiers comme de simples règles disciplinaires ecclésiastiques.

11 Nouv. Rev. Théol., 2 février 1932, p. 132 ; l’auteur continue : « Dans les condamnations répétées du Saint-Siège, ou des évêques, ils essayaient de voir une loi ecclésiastique rigoureuse exigée par de graves abus, mais que les difficultés croissantes d’ordre économique et social forceraient à mitiger. Quelques-uns même accusaient d’individualisme étroit les arguments des moralistes en cette matière. Ils affirmaient la nécessité de remplacer la doctrine commune par une thèse nettement sociale qui tempérerait par de nombreuses exceptions la rigueur des prescriptions actuelles ».

12 Cependant, outre les positions d’évêques et théologiens on peut relever les mises en garde collectives des évêques de Belgique (1920), d’Allemagne (1913) des États-Unis (1920), cités par P. Creusen, NOUV. Rev. Théol., 2 fév. 1932 p. 136 et suiv. Pour ce qui est de la France, où le thème de la dénatalité menaçante était connu depuis le milieu du XIXe siècle par les observateurs pénétrants, les cardinaux et archevêques, par une lettre collective du 7 mai 1919 (Doc. catholique I (1919) p. 578-579), rappelaient qu’il y avait faute grave à frustrer le mariage de sa fin. Cette mise en garde ne semble avoir éveillé que peu d’échos en France.

13 Bien des théologiens ont reconnu dans le document un acte revêtant le caractère de définitions infaillibles (opinion, notamment du P. Vermeersch, du P. Van der Meulen). La lecture sans prévention du passage condamnant l’onanisme amène à conclure, des formules spécifiques employées par Pie XI, que telle était bien sa volonté, et la force du document. Les autres théologiens sans se prononcer sur ce point affirment qu’il s’agit à tout le moins d’une doctrine definitive, fondée sur la loi divine et naturelle. Ainsi P. Creusen conclut dans la Nouv. Rev. Théol., fév. 1932, p. 142 : « La déclaration solennelle de S.S. Pie XI confirme pour le moins et couronne cet enseignement infaillible du magistère ordinaire naturel, l’onanisme conjugal est un acte gravement contraire à la loi divine et même naturelle ».

14 Pie XI affirme que le régime économique et social doit être constitué de façon que tout père de famille « puisse gagner ce qui… est nécessaire à son entretien et à celui de sa femme et de ses enfants ». Les personnes sont invitées à s’associer pour s’entraider, les riches à secourir les pauvres ; et « si les subsides privés restent insuffisants, il appartient aux pouvoirs publics de suppléer à l’impuissance des particuliers surtout en une affaire aussi importante pour le bien commun que l’est une condition vraiment humaine assurée à la famille et aux époux ». Pie XI reprend le même thème dans Quadragesimo Anno, publié quelques mois plus tard, et approuve le soutien des familles par les assurances sociales et les allocations familiales. En France, les allocations ont été rendues obligatoires par la loi du 21 janvier 1932.

15 Notons également dans le même article : « Lorsqu’en effet, devant les hommes politiques surgit l’inquiétante question de la dépopulation, – où s’inscrivent les conséquences extrêmes, mais fatales du dérèglement des mœurs – on les voit s’empresser à imaginer des encouragements d’ordre matériel, comme des primes à la naissance, des allocations aux familles nombreuses, etc. Et c’est de quoi on ne peut que les louer, pourvu que ces mesures s’intégrent dans une politique familiale d’ensemble, organique et à longue portée ».

16 Dossier de l’Action populaire, n° 260, sept. 1931, p. 1754, note 1. L’Ami du clergé, au contraire, constate que les pratiques contraceptives se sont répandues de préférence dans les classes aisées, et que l’amélioration de la situation matérielle des ouvriers n’entraîne pas, tant s’en faut, le relèvement de la natalité (1931, n° 11, P. 177).

17 Les 3/4 des pratiquantes en âge de procréation, observe un curé (Ami du clergé, 1931, n° 11, p. 177) ; il précise que six ans plus tôt, à Pâques, il avait publié et commenté la déclaration, sur ce sujet, des cardinaux et archevêques de France, pour éclairer ses ouailles.

18 Sur les attitudes pastorales dans l’Église de France au XIXe siècle et les directives romaines au regard du droit canonique et de la confession, cf. Noonan, on. cit., p. 530 et suiv., qui conclut que le clergé français pratiquait dans l’ensemble « le mutisme tolérant ».

19 L’éventail des solutions est extrême avant l’encyclique, depuis le pasteur strict qui finit par écarter des sacrements les pénitentes qui persistent dans les pratiques contraceptives jusqu’au jésuite laxiste qui absout aisément, en considérant que la question est plus économique que morale, tant que la société ne fait pas ce qu’elle doit pour les familles nombreuses (Ami du clergé, n° 11, p. 77).

20 Ami du clergé, 1931, n° 9, 26 février, p. 155 et suiv. ; n° 11, 12 mars, p. 180 et suiv.

21 Les confesseurs paraissent plus soucieux de faire respecter la règle (exclusion de tout contraceptif) que de juger les mobiles des comportements des conjoints (Ami du clergé, 1931, n° 9, p. 155 et suiv. ; n° 11, p. 180 et suiv.). L’examen du degré de faute dans la coopération de l’épouse à des pratiques contraceptives aboutit à des subtilités casuistiques (Nonv. Rev. Théol., 1932, n° 5, p. 403-410, P. Creusen), à partir des préceptes d’Alphonse de Lignori.

Notes de fin

* Paru in Mélanges offerts à Pierre Vigreux, Collection Travaux et recherches de l’I.P.A., I.A.E. de Toulouse, Toulouse, 1981.
Avec la collaboration de Mireille Sicard, maître-assistant à l’Université des Sciences Sociales de Toulouse.
On ne saurait proposer une véritable bibliographie sur un sujet où se rencontrent l’histoire de l’Église, la démographie historique, l’histoire des comportements et des mentalités. Pour ce qui est du premier domaine, une bibliographie et une approche sont fournies par les auteurs de la Nouvelle histoire de l’Église, tome 5, L’Église dans le monde moderne, Paris, 1975 ; cf. également : Histoire du catholicisme en France, t. III, Paris, 1962. Pour ce qui est du second : M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire Générale de la population mondiale, Nouvelle éd., 1968 et Ph. Ariès, Histoire des populations françaises, Paris, 1971. La troisième a vu la multiplication récente d’études sur la sexualité et la famille, ainsi : M. Foucault, Histoire de la sexualité, Paris, 1976 ; J. L. Flandrin, Les Amours paysannes, amour et sexualité dans les campagnes dans l’ancienne France (XVIe-XIXe siècle), Paris, 1975 ; L. Stone, The family, sex and mariage in England, 1500-1800, Londres, 1977. Particulièrement proche du sujet que nous examinons : J.T. Noonan, Contraception, A History of its treatment by tne catholic teologians and canonists, Cambridge, Mass., 1966, XII, 561 p., traduit en français par M. Jossua, sous le titre : Contraception et mariage. Évolution ou contradiction dans la pensée chrétienne, Paris 1969, 723 p., et J. L. Flandrin L’Église et le contrôle des naissances, Paris, 1970, 143 p., qui utilise et résume le précédent. Selon une méthode devenue courante dans l’historiographie contemporaine, les derniers auteurs pratiquent une histoire "engagée", liée à la vague actuelle de contestation des traditions et de l’autorité romaine. L’étude de Flandrin tourne, à la fin, au pamphlet contre Paul VI et Humanae Vitae.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search