Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

III. Droit de la famille

Rôles des époux et rôles des parents d’après les catéchismes français du xviie siècle1

Texte intégral

  • 1 Paru in Mélanges offerts à Jean Dauvillier, Université des Sciences Sociales de Toulouse, 1979.
  • 1 Dict. Théol. cath., v° catéchisme, t. III, col. 1895-1968 ; cf. préface de R. Remond à l’ouvrage de (...)

1Parmi les documents qui informent sur les règles et les attitudes d’autrefois, les catéchismes méritent une attention primordiale : ils renseignent sur la doctrine chrétienne, telle que retenue et décantée par les ministres qui éduquent ; ils orientent les comportements du peuple chrétien, jeunes et adultes, pour lequel ils constituent le « donné de la foi ». De la Réforme jusqu’à la diffusion de la grande presse et de l’instruction primaire obligatoire, ces petits livres, par demandes et par réponses, humbles et innombrables, ont constitué l’un des plus habituels et peut-être le plus influent des "médias"1.

  • 2 L’histoire de la famille et du ménage, longtemps traitée surtout du point de vue juridique, s’est e (...)

2En hommage au savant historien du mariage en droit canonique, nous essaierons de relever dans ces catéchismes quelques informations sur le couple et la vie de famille, qui suscitent en nos années de multiples recherches2. La présente enquête s’attache aux catéchismes rédigés dans les temps où la Réforme tridentine atteint, dans le clergé diocésain, la plénitude de son développement.

3Dans l’ambiance de cette réforme, des efforts multiples et soutenus sont accomplis pour assurer la formation doctrinale, le plus souvent négligée, du peuple chrétien, jeunes et adultes. Après Richelieu (Instruction du Chrestien, première édition, 1618), les évêques rédigent ou approuvent des catéchismes. Des prêtres se consacrent à la catéchèse, et l’on recueille avec soin leurs enseignements (Du Bus, Bourdoise, Olier, Démia, etc.).

  • 3 Sur le Concile de Trente, cf. D.T.C. V° Trente (Concile) et V° Mariage ; textes dans : A. Theiner, (...)

4Dans le domaine du mariage comme ailleurs, le concile de Trente définit avec force les doctrines catholiques mises en cause par les humanistes, puis les réformés. Il en précise la discipline, raffermissant ainsi le « modèle » du mariage chrétien, que le clergé devait faire observer aux ouailles3.

5Au niveau du droit canonique, le célèbre décret Tametsi établit, à peine de nullité et nonobstant tout privilège contraire, que le mariage devra être célébré après publication des bans, devant le propre curé et deux ou trois témoins (Ch. 1).

  • 4 Le célèbre Catéchisme du Concile de Trente ou Catéchisme romain, réalise l’un des desseins du Conci (...)
  • 5 Le concile « désirant arrêter la témérité de tous ceux qui en ce siècle ouvrent la porte à la liber (...)
  • 6 Les canons 5 et 6 condamnent expressément les contempteurs de l’indissolubilité du mariage. Le Cat. (...)

6Dans l’ordre doctrinal, le Concile, et après lui, le Catéchisme romain qui en développe les principes4 définit le mariage à la fois comme fondé dans la nature humaine par Dieu qui a créé l’homme et la femme, et comme l’un des sacrements institués par Jésus-Christ5. Sa grâce propre est d’unir indissolublement les époux « par le lien d’une mutuelle charité »6.

7Le Concile évoque la doctrine paulinienne (et le catéchisme en précise les termes) de comparaison de l’union du mari et de la femme avec le mystère de l’union du Christ et de son Église (De matrim., XV).

  • 7 Ainsi divers catéchismes résument la réglementation canonique conformément au décret Tametsi : âge (...)
  • 8 On sait que l’opposition gallicane, particulièrement vive au Parlement de Paris avait fait obstacle (...)
  • 9 P. Canisius a publié trois catéchismes gradués : l’un pour la jeunesse cultivée (Major, 1555, le se (...)

8L’impulsion tridentine inspire nettement les catéchismes français. Tous affirment ou supposent l’indissolubilité du mariage, son caractère sacramentel, son institution divine. Bon nombre d’entre eux résument la réglementation canonique selon le décret Tametsi : présence du propre curé et des témoins, absence d’empêchements, temps licites et prohibés, âge des conjoints7. Cette conformité s’explique d’elle-même : les décisions doctrinales de Trente ont été bien accueillies par le Clergé de France. L’épiscopat, en 1615, décide unanimement de les recevoir. Plusieurs synodes provinciaux, en avaient décrété l’application dès la fin du XVIe siècle8. Les ouvrages des catéchistes catholiques, Canisius, Bellarmin sont connus des auteurs français9.

  • 10 Armand du Plessis, futur cardinal de Richelieu, précise que Dieu a voulu que le mariage « qui de so (...)
  • 11 Parmi les renseignements de nos documents sur les mœurs populaires, relevons, sans pouvoir y insist (...)

9Cette conformité dominante n’exclut pas cependant, des traits spécifiques : ainsi quelques auteurs évoquent la distinction entre le sacrement et le contrat civil sur lequel il est fondé10. La plupart mentionnent le rôle des parents dans le mariage des enfants, comme on le verra plus bas. Notre propos, dans le cadre du présent hommage ne saurait être de relever tous les aspects d’une catéchèse qui renseigne aussi bien sur la spiritualité que sur les mœurs populaires11. Il s’agira seulement de définir les enseignements des pasteurs quant aux rôles des époux et des parents dans la cellule familiale.

  • 12 Le Catéchisme romain oppose les grands biens qui résulteraient du mariage « si les chrétiens connai (...)

10Les catéchismes, des plus développés aux plus simples, ne manquent pas de marquer les devoirs des époux, soit sous la forme d’obligation, soit par manière de conseils. Cette catéchèse de la vie conjugale leur paraît essentielle, car le mariage, s’il était vécu chrétiennement, procurerait de « grands biens spirituels » aux époux ; tandis que si l’on voit tant de mariages malheureux, constatent-ils avec peine, c’est par ignorance de la signification chrétienne du mariage, ou par péché contre elle12.

11Ils distinguent volontiers les obligations communes de celles qui concernent soit le mari, soit la femme et font l’objet de questions et réponses séparées.

  • 13 Cat. Romain, De matri., XIII, « Prima igitur ratio est haec ipsa diversi sexus naturae instinctu ex (...)

12La doctrine tridentine, s’appuyant sur la fameuse épître de Paul aux Ephésiens, rappelle que le mari doit aimer sa femme, et la femme son mari. L’union matrimoniale a pour première cause le secours réciproque, particulièrement dans la maladie et la vieillesse13.

  • 14 Cat. de Meaux, éd. 1688, p. 265.
  • 15 Cat. de Reims, éd. 1692, p. 357 ; formules reprises dans le Cat. de Mirepoix, éd. 1699, p. 251.

13Nos catéchismes français détaillent habituellement en deux ou trois obligations ce devoir d’amour et d’entraide : selon le Pédagogue chrétien (Cerné) : la fidélité à se rendre le devoir conjugal, l’amour mutuel, la vie commune (p. 152-153). Jean Eudes met l’accent sur le climat de douceur et de compréhension : « Sur toutes choses, conserver la paix et la dilection mutuelle très soigneusement (sauf l’honneur de Dieu) craignant et fuyant plus que la mort tout ce qui est capable de l’altérer, supportant et excusant bénignement les défauts les uns des autres, le mari aimant sa femme comme Jésus- Christ aime son Église, selon la parole sacrée » (Cat. éd. 1651, p. 143). Bossuet, tout proche des formules romaines, énumère ainsi les obligations réciproques : « C’est de s’unir ensemble et s’entre secourir par la charité, se supporter mutuellement et toutes les peines du mariage par la patience »14. Le catéchisme pour le diocèse de Paris, porte : « Vivre ensemble dans une sainte société », « se garder mutuellement la foi conjugale », « s’assister dans les besoins ». Le catéchisme de Reims : « C’est de s’aimer réciproquement d’un amour cordial de se garder mutuellement la foi conjugale ; de s’assister l’un, l’autre dans tous les besoins spirituels et temporels, et principalement dans les maladies »15. Le catéchisme de Nantes invite les pasteurs à rappeler à leurs ouailles « quel mal sont les querelles et les dissensions entre les personnes mariées » (sd. 1689, p. 73). Le Catéchisme historique de l’abbé Fleury affirme : « Ils doivent s’aimer comme s’ils n’avaient qu’un même corps à deux âmes, se secourir l’un l’autre dans tous les travaux de la vie » (éd. Toulouse, 1683, p. 181). Le catéchisme de Châlons se fait plus précis : « Que doit faire le mari pour se sauver dans le mariage ? Il doit aimer sa femme, la traiter avec honneur, la porter au bien par son exemple, estimer ses avertissements, sans jamais la mépriser, faire que Dieu soit servi par tous ceux de la maison, en chasser les serviteurs vicieux qui sont incorrigibles » (éd. 1676, p. 325). L’ample catéchisme de Montpellier, rédigé « à l’usage des anciens et nouveaux catholiques et de tous ceux qui sont chargés de leur instruction », fonde les devoirs mutuels des époux sur l’Écriture : épîtres de Paul et Pierre, livre de Tobie ; ils doivent s’aimer mutuellement, s’entraider, se supporter, vivre en paix, travailler de concert et selon Dieu dans la famille (éd. 1739, p. 217).

14Cette obligation d’amour et d’entraide implique que les conjoints se gardent fidélité mutuelle : elle est symbolisée, rappelle l’auteur du Pédagogue Chrétien par l’anneau du mariage (p. 154). Pour Jean Eudes, violer la fidélité mutuelle est un très grand crime, et la source d’une infinité de maux (Cat., éd. 1651, p. 136). Le catéchisme de Châlons en Champagne n’est pas moins sévère contre « l’infidélité, soit du corps, soit du cœur qui est le plus grand crime que des personnes mariées puissent commettre l’une envers l’autre et contre la sainteté d’un si grand sacrement » (éd. 1676, p. 326).

  • 16 Cerné, Pédagogue chrétien, p. 154, cf. pour le siècle suivant l’œuvre de M. Castan, Honnêteté et re (...)

15On ne s’étonnera point, dans cette « société d’ordre » où l’honneur est règle de conduite, que les moralistes ordonnent aux conjoints de « s’honorer l’un l’autre »16.

  • 17 De matrimonio, VI, cf. éd. française, 1686, p. 381. « Le mariage n’est pas une simple promesse, mai (...)

16L’évocation de « l’amour » entre conjoints, conduit à s’interroger sur la signification donnée par nos catéchismes à ce vocable, qui peut en recouvrir tant ! Une traduction française du Catéchisme romain porte qu’il n’y a « point d’amour pareil à celui qui est entre le mari et la femme » (éd. 1686, p. 386). L’union conjugale n’est certes pas absente de leurs représentations. L’obligation au « devoir conjugal » est souvent évoquée. Le catéchisme de Trente rappelle, sans ambages, que les époux se font cession de leurs corps17. Des formules aussi abruptes ont peu d’écho dans nos écrits d’un siècle de « civilité ». Ils s’attachent surtout à « diriger l’intention » des époux, afin qu’ils « usent saintement » du mariage. L’identité d’orientation exprime la volonté commune de soulever les époux au-dessus de la recherche des « voluptés » ; la répétition des préceptes montre que le peuple innombrable des mariés ne se pliait pas aisément à une telle ascèse.

  • 18 Éd. 1688, p. 256 ; selon le Catéchisme de Montpellier : les chrétiens doivent se comporter dans le (...)
  • 19 Jean Eudes, Cat., éd. 1651, p. 136 : « la sainteté du mariage est profanée par ceux qui n’en usent (...)

17Les catéchismes rédigés à l’usage des jeunes indiquent que l’on ne doit pas rechercher le mariage ou en user par pure sensualité : le catéchisme de Châlons range parmi ceux qui n’usent pas du mariage comme Dieu le leur commande, les conjoints « qui s’abandonnent entièrement à leur sensualité et à leur convoitise, comme s’ils n’avaient point de raison » (éd. 1676, p. 323) ; Bossuet, plus succinctement qualifie de « manière défectueuse » d’entrer dans le mariage « seulement pour satisfaire la sensualité »18. Les moralistes qui écrivent pour les adultes dénoncent nettement les « excès notables », « saletés » et « infamies », exhortent les époux chrétiens à garder sobriété, « honnêteté et décence dans leur couche nuptiale »19.

  • 20 De matr., XXX et XXXIII : « Nihil est faedius quant uxorem amare quasi adulteram ».

18Déjà le catéchisme de Trente enseignait que les conjoints devaient s’aimer d’amour saint et pur, et non avec la passion de l’adultère20. Le mari doit aimer son épouse « comme Jésus-Christ aime l’Église » (Jean Eudes). Le mariage doit être décidé et vécu, non pas selon des « considérations humaines ou naturelles » mais « en se conformant aux desseins de Jésus-Christ, qui a institué ce sacrement et aux intentions de l’Église » (Pédagogue chrétien, p. 151) non pas selon la passion, mais selon la raison. On redoute l’affection trop intense (J. Eudes, p. 136) l’amour excessif qui détournerait du devoir (Cat. Montpellier, II, p. 217).

  • 21 Instruction du chrétien, éd. Poitiers, 1621, p. 420. Selon le Catéchisme du Concile de Trente, le p (...)
  • 22 Sur ce point, l’auteur s’inspire des formules de Cerné, Pédagogue Chrétien, éd. 1662, p. 153.

19Dans une telle perspective, le mariage est destiné primordialement à la génération des enfants. Richelieu l’expose clairement : « Afin que la multiplication (des hommes) se fasse en pureté et sainteté, Dieu a voulu que le mariage… soit fait sacrement de sa grâce, par le moyen duquel non seulement l’homme puisse s’employer à la conservation du genre humain sans péché, mais même avec mérite »21. Sont fermement condamnées toutes pratiques anticonceptionnelles et, à plus forte raison l’avortement : Cat. Châlons, éd. 1676, p. 323 : 2, ceux qui empêchent l’effet de la génération ; 3, ceux qui renversent l’ordre établi par Dieu pour avoir des enfants22 ; Bossuet écrit : « éviter d’avoir des enfants… est un crime abominable » (Cat. Meaux, éd. 1688, p. 257).

  • 23 Le Concile de Trente a condamné ceux qui prétendaient l’état de mariage préférable à la virginité ( (...)
  • 24 Catéchisme de Nantes, éd. 1689, p. 73 ; Cat. de Bourges, éd. 1708, t. II, p. 287. L’abbé Fleury ind (...)

20La défiance des auteurs vis-à-vis de la sexualité s’accompagne aussi, logiquement, d’un « discours » sur l’excellence de la virginité, conformément à la doctrine traditionnelle, confirmée à Trente23, l’un ou l’autre rappellent que si l’état de mariage est, de soi, licite et bon, virginité et viduité par consécration à Dieu24 sont encore préférables.

  • 25 Cat. Romain, de matr., XXXIV ; Jean Eudes, Cat., éd. 1651, p. 141 (76 Conseil) ; Cerné, Pédagogue C (...)

21Les mêmes ouvrages prônent la pratique temporaire de la chasteté dans le mariage, à l’exemple de Tobie, pour maîtriser la sensualité et par esprit de pénitence25.

22En définissant les devoirs communs des époux, le catéchisme les traite comme également soumis aux obligations du mariage. Il serait injuste de négliger ou minimiser ce que l’Église introduit, ou souhaite, en cela, d’égalité entre mari et femme.

  • 26 De Matr., XXVI, éd. française 1686, p. 394.

23D’autre part, nos auteurs, en vertu du principe longtemps indiscuté de la diversité des rôles masculins et féminins dans la société et le ménage, énumèrent aussi les devoirs propres à chacun des conjoints. Le Catéchisme romain, se fondant sur les préceptes biens connus des apôtres Paul et Pierre indique qu’il appartient au mari, chef de la femme, comme le Christ est chef de l’Église, de diriger la famille, dont il doit assumer l’entretien. Il doit traiter son épouse avec honneur et douceur26.

24Ces deux orientations : autorité du mari et obligations d’honorer son épouse, se retrouvent dans tous les catéchismes, plus développées dans les ouvrages pour adultes, plus succinctes dans ceux qui sont rédigés pour les jeunes de tout le peuple.

  • 27 Éd. 1662, p. 153, le Catéchisme romain faisait allusion à certains auteurs qui déduisaient, du fait (...)

25L’auteur du Pédagogue Chrétien, après avoir indiqué que le mari doit aimer sa femme comme Jésus-Christ l’Église, précise qu’il doit tenir son épouse au rang qui est le sien, comme la moitié de lui-même, en se souvenant que Dieu la lui a remise comme compagne, et non comme chambrière27. Avec finesse, l’auteur ajoute que le mari, s’il doit reprendre sa femme, le fera sans colère, avec modestie, hors de la présence d’enfants ou de serviteurs. L’auteur, écrivant pour un milieu cultivé, juge sans doute inutile de proscrire a fortiori les brutalités. En outre, le mari doit éviter les familiarités suspectes avec d’autres femmes, par respect pour son épouse et la sainteté du mariage.

  • 28 Cat. de Châlons, éd. 1676, p. 325 ; Cat. d’Agen, éd. 1724, p. 233 : « que doit faire le mari pour s (...)

26Bossuet, à son habitude, relie le précepte moral à l’enseignement scripturaire : la perfection du mariage, « c’est que le mari représente Jésus-Christ, l’époux de l’Église… ». Le mari représente particulièrement Jésus-Christ « en aimant sa femme cordialement comme le fils de Dieu a aimé l’Église, recherchant l’utilité de l’Église, et non pas ses propres intérêts » (éd. 1688, p. 257). Le Catéchisme de Châlons énumère de son côté, « ce que doit faire le mari pour se sauver dans le mariage : 1, aimer sa femme ; 2, la traiter avec honneur ; 3, la porter au bien par son exemple ; 4, estimer ses avertissements sans jamais la mépriser ». Claude Joly, évêque d’Agen, théologien réputé, écrit de même, en ajoutant qu’il doit « souffrir ses défauts »28. Les mêmes devoirs sont mentionnés dans le Catéchisme de Bourges, qui ajoute « l’entretien, honnête et conforme à leur condition » (éd. 1708, p. 282). Quant au Catéchisme de Montpellier, il introduit une nuance nouvelle. Il reprend, avec sensibilité, les conseils de douceur habituels : les maris doivent « les aimer, les protéger, les traiter avec douceur, leur donner bon exemple, leur témoigner de la complaisance, avoir égard à leurs faiblesses et leurs infirmités, s’ouvrir à elles de leurs affaires autant que la prudence le peut permettre, ne point souffrir qu’elles les maîtrisent et dominent, mais conserver toujours dans la famille l’autorité du chef » (p. 217). Ne doit-on pas voir dans ce dernier catéchisme, rédigé vers 1700, l’écho critique du mouvement d’émancipation féminine dans sa première phase, celle des Philamintes, prélude au « siècle de la femme » ?

  • 29 Catéchisme romain, XXVII (Se fondant sur les épîtres de Paul), les femmes doivent être soumises, ob (...)

27Symétriques aux devoirs des maris, sont ceux des épouses, que les mêmes catéchismes indiquent aussitôt après29. Ils dérivent aussi des écrits apostoliques : la femme doit aimer et respecter son mari, à l’image de l’Église, rendre « honneur et obéissance à son mari comme à celui qui représente Jésus-Christ » (Jean Eudes, Catéchisme, éd. 1651, p. 143). Cerné, en traçant ses devoirs, révèle ce qu’on attendait des femmes au milieu du siècle, et quels défauts leur étaient reprochés : la femme « prendra mary avec humilité et crainte de Dieu », « avec l’intention d’avoir lignée et non pour le plaisir », en considérant « qu’elle s’est obligée d’être sujette à son mari toute sa vie » ; « elle obéira en toutes choses honnêtes et licites qui ne sont point péché contre Dieu et conscience ; elle doit être dévote tant dehors sa maison que dedans, ne doit point trotter ça et là et se promener par les rues et lieux publics ou maison d’autruy », se garder « de parler mal à propos avec ses compagnes de l’honneur d’autruy », « avoir grand soin de sa ménagerie, de conserver le bien de sa maison sans faire tort à personne » (p. 154).

  • 30 Éd. 1724, p. 233.

28Cette image de la femme chrétienne – soumission, économie, discrétion – que l’on trouverait aussi dans les "Quatrains" cher à l’Arnolphe de L’École des femmes inspire peu ou prou les catéchismes courants. Bossuet conseille à la femme « le respect et la soumission qu’elle doit avoir pour son mari, comme l’Église en a pour Jésus-Christ » (éd. 1688, p. 257). Joly, évêque d’Agen précise qu’elle doit : « aimer son mari d’un amour chrétien, l’estimer et l’honorer, lui obéir, supporter et excuser ses défauts, parler de lui avec respect, n’en dire jamais du mal… conserver le bien de sa famille »30. Le Catéchisme de Reims (imité par plusieurs autres), indique brièvement que la femme est spécialement obligée envers son mari « à lui être soumise, à lui obéir comme au chef de famille » (éd. 1692, p. 357). Le Catéchisme de Châlons insiste sur les vertus d’économie domestique : elle doit « être fidèle en ce qui est du mariage et du bien de famille… avoir soin du ménage et de ses domestiques » (éd. 1676, p. 326). Le Catéchisme de Bourges contient les mêmes exigences : amour, respect, obéissance, fidélité, « soin de la famille et de la conservation des biens » (éd. 1708, t. II, p. 282).

29Seul, le Catéchisme de Montpellier introduit, à sa manière, l’influence mondaine, qu’il réprouve et tolère à la fois : après avoir rappelé leur devoir de soumission, il ajoute que leur parure doit être « honnête, suivant leur condition, sans immodestie, sans fard, ni mouche, sans somptuosité, sans vanité ». Toutefois, si leur mari tient à ce qu’elles soient « parées et habillées magnifiquement », elles doivent obéir en cela encore (était-ce tellement pénible ?) sauve la modestie, en conservant dans ces atours le détachement de la pieuse Esther. N’y a-t-il pas là quelque atténuation du climat de rigueur des moralistes du milieu du siècle, et quelque accommodement avec les vanités du monde ?

*
* *

30Aux devoirs que la religion impose aux époux, les catéchismes ajoutent préceptes ou conseils aux parents, plus ou moins détaillés, selon la destination et l’ampleur des volumes : la fin primordiale du mariage chrétien étant selon l’Église, la naissance des enfants, les époux doivent être dirigés dans leur rôle de parents.

31Les conseils, souvent empreints d’une grande finesse psychologique tendent à épurer et tourner vers Dieu les réactions trop humaines de l’amour paternel. Ils tempéreront sévérité et autorité excessive, prérogatives que les siècles classiques accordaient volontiers aux parents, mais aussi les ambitions et les faiblesses que pouvaient éveiller la naissance d’un héritier.

  • 31 Ce thème que reprendront régulièrement les catéchismes français se trouve déjà dans le catéchisme d (...)
  • 32 Catéchisme de Montpellier, éd. 1739, t. II, p. 52 ; et Cat. du P. Bougeant, éd. 1741, t. III, p. 15 (...)
  • 33 Éd. français 1686, p. 392 ; Catéchisme… diocèse de Châlons, p. 315 « quand les parents sont soigneu (...)

32Le nouveau né doit être « amoureusement reçu » précise le Catéchisme de Bourges (p. 282) ; mais Dieu n’accorde pas cette bénédiction pour satisfaire des intérêts profanes, même honnêtes. Dans cette société où famille et alliance jouaient un si grand rôle, avoir des enfants pour continuer la lignée, perpétuer le nom et le patrimoine ou seulement être une aide pour les parents, allait de soi. L’Église rappelle que les chrétiens doivent regarder plus haut : la « propagation du genre humain doit servir à la gloire de Dieu »31, à « peupler le ciel », « augmenter le nombre des fidèles qui croient en Jésus-Christ »32. Pour le Catéchisme du Concile de Trente, avoir des enfants ne doit pas être désiré « tant pour les laisser héritiers de ses biens et de ses richesses que pour les élever dans la vraie foi et religion »33.

  • 34 Catéchisme… diocèse de Luçon, p. 27 ; « non seulement pour qu’ils naissent au monde, mais pour qu’i (...)
  • 35 Jean Eudes, Catéchisme, éd. 1651… p. 144 ; « sans délai » ; Cat. de Montpellier…, p. 219.

33Père et mère seront donc soucieux « de procurer aux enfants que Dieu leur donnera une seconde naissance qui les fasse enfants de Dieu et héritiers du royaume des cieux »34. Pour cela, les parents les feront baptiser dès la naissance « sans différer aucunement »35, car aucune considération extérieure ne saurait retarder le baptême.

  • 36 Cat. Bellarmin, éd. 1635, p. 415, Pédagogue Chrétien, éd. 1662, p. 149 ; Cat. de Bourges, éd. 1708, (...)
  • 37 Jean Eudes, Cat., p. 144 ; Cernay…, p. 155.
  • 38 Sic., Catéchisme… Lyon… Éd. 1706, p. 102.

34Devançant même ce moment, saint Jean Eudes conseille aux parents de « consacrer l’enfant à Dieu par l’entremise de la bienheureuse Vierge Marie, dès qu’on vient à connaître qu’ils commencent à "avoir l’être et la vie" ». L’éducation religieuse est, après le baptême, la première tâche à laquelle ils doivent se dévouer, car il convient d’élever les enfants « dans la crainte de Dieu »36, en leur inspirant « une grande crainte et un grand amour pour Dieu ». D’aucun y ajoutent « l’horreur du péché »37 ; tous, sont d’accord pour insister sur la nécessité d’élever « chrétiennement les enfants », « selon Dieu »38. Pour cela, l’enseignement de la foi doit commencer dès le plus jeune âge : « afin que les grâces qu’ils ont reçu du Créateur et les services qu’ils sont obligés de lui rendre, soient les premiers objets qui fassent impression sur leur esprit ». (Catéchisme des diocèses de la Rochelle et Luçon, éd. 1676, préface).

  • 39 Mandement d’Henri, évêque de la Rochelle et Henri, évêque de Luçon, éd. 1676.

35Jean Eudes recommande de prononcer souvent les noms de Jésus et Marie afin que ce soient « là leur première parole » (éd. 1651, p. 144). Quant au petit catéchisme, dont les évêques multiplient les versions, il sera enseigné dès « la plus tendre jeunesse ». « Dès que leur langue commencera à se délier » (Cat. de Luçon) Il convient donc que les futurs parents soient eux-mêmes suffisamment instruits de cette religion qu’ils auront, à leur tour, à enseigner. Les fiancés, trop ignorants – ou peut-être catholiques de trop fraîche date – se prépareront au sacrement de mariage en étudiant les « principaux mystères du christianisme », les commandements de Dieu et de l’Église et les prières essentielles : Pater, Ave, Credo, Confiteor. Il est même fait défense aux curés des diocèses de Luçon et de La Rochelle d’admettre à la bénédiction nuptiale les futurs époux trop ignorants de ces vérités39 car « s’ils ne savent pas ces choses, comment les enseigneraient-ils à leurs enfants ? », Jean Eudes, éd. 1651, p. 141.

  • 40 Cemay… Pédagogue Chrétien, éd. 1662.
  • 41 Catéchisme… diocèse d’Agen, p. 232.
  • 42 P. Bougeant… p. 196 « ne donneront aucun mauvais exemple de nature à détourner l’enfant de la vertu (...)

36Ce n’est pas tout que d’apprendre à connaître Dieu ; la pratique religieuse (prière et fréquentation des sacrements), selon les obligations de leur âge, fera l’objet d’une surveillance attentive. La mère devra inspirer à ses grandes filles, précise le Catéchisme de Montpellier, « un grand amour pour la prière, pour la lecture des livres saints, pour tout ce qui a rapport au culte de Dieu, pour les pauvres » (éd. 1739, t. II, p. 222). Le meilleur guide sera l’exemple des parents. Pour les « porter à servir Dieu avec piété » ceux-ci auront à cœur de se confesser et communier souvent et de prier en leur présence « se recommandant, à genoux, à Dieu soir et matin ». Ils donneront aussi à l’enfant le goût de la charité en donnant l’aumône40 et devront pratiquer toutes les vertus d’un honnête chrétien dans leur vie quotidienne. À eux, de prendre garde, de ne « jurer ou jouer excessivement devant eux »41, d’éviter les propos « déshonnêtes », car, ajoute un moraliste « une seule parole déshonnête, les orientera plus vers le mal que les plus belles leçons pour les porter au bien »42 ; pour ne point les scandaliser, le Pédagogue des familles chrétiennes enjoint « d’oter les tableaux lascifs des salles ».

  • 43 Catéchisme… diocèse de Lyon (éd. 1706), p. 102.

37L’usage des biens de ce monde sera aussi l’occasion de les former à la vertu en les acquérant « bien et loyalement » (Pédagogue chrétien, p. 155). En un mot, les enfants seront élevés « selon les maximes de Jésus-Christ, et non selon celles du monde »43. L’auteur du Catéchisme pour le diocèse de Montpellier insiste sur les devoirs des mères vis-à-vis de leurs grandes filles ; il faut se garder de « les élever dans un esprit de vanité, dans l’amour des vains ajustements… Ne point souffrir qu’elles assistent aux bals, aux spectacles et autres assemblées profanes, leur inspirer de l’éloignement pour le jeu, pour le promenades publiques, pour la conversation des jeunes hommes. » (éd. 1739, 2, p. 221).

  • 44 L’auteur précise que les parents devront se garder de placer leurs filles « dans des maisons ou com (...)

38Personne, autour d’eux, ne doit être un obstacle à leur salut. Les parents veilleront aux « compagnies qu’ils fréquentent », les « retireront des mauvaises », choisiront leurs maîtres « de bonnes moeurs et religieux » ; ils ne doivent leur procurer ou laisser prendre en mariage « que des partis honnêtes qui ne soit point obstacle à leur salut ». Colbert, évêque d’un diocèse où les « nouveaux catholiques » étaient nombreux, craignait les mauvaises influences que des « mal convertis » risquaient d’avoir sur leurs conjoints44.

39Dieu doit être ainsi « premier servi » ; seuls les catéchismes les plus succincts bornent au domaine spirituel les devoirs des parents. Toute la vie du chrétien est sous le regard de Dieu qui inspirera les parents, même dans le domaine profane. L’enseignement de l’Église les guidera aussi dans ce chemin.

  • 45 P. Bougeant, S.J., Exposition de la doctrine chrétienne… en trois catéchismes, t. III, p. 196 (éd. (...)
  • 46 Respectivement, Catéchisme d’Agen, éd. 1726, p. 233 et Catéchisme de Montpellier, éa. 1739, t. 2, p (...)

40Aimer ses enfants est chose si naturelle, qu’aucun évêque ou moraliste ne songe à en faire un devoir explicite. Il faudra attendre le sensible XVIIIe siècle pour que l’un d’eux leur enjoigne de « les aimer avec tendresse »45. Les autres auteurs semblent plus préoccupés de redresser les déviations de ce sentiment, que d’en suspecter l’existence. À l’image de l’amour divin, celui des parents doit être égal pour tous leurs enfants ; « il ne faut point leur donner de la jalousie pour en aimer quelqu’un plus que les autres ». « La paix et l’union » nécessaires entre les enfants d’une même famille, sont au prix de cette égalité. Et les parents sont implicitement tenus pour responsables des désordres que pourrait susciter leur partialité46.

  • 47 Cernay, éd. 1662… p. 155 ; Catéchisme… Agen, éd. 1724, p. 233 ; Catéchisme… Montpellier, éd. 1739, (...)
  • 48 Catéchisme… Reims, éd. 1692, p. 358.

41Exempt de préférence, l’amour paternel et maternel doit aussi éviter l’aveuglement, et corriger les enfants si nécessaire. Mais la correction doit être empreinte de charité, sans déraison, ni colère47. L’enfant ne doit être châtié que lorsqu’il le mérite, avec prudence et sans que les reproches se traduisent en « injures et malédiction »48.

42Aucune précision n’est donnée sur les châtiments corporels qui sont, à l’époque, d’usage courant ; l’interdiction de s’abandonner à la colère, devait, en elle-même, en éviter les excès.

43Nos catéchismes descendent à des détails profanes qui traduisent l’obligation faite aux parents de « prendre soin de leur progéniture ». Les tout petits enfants doivent être « pourvus de toutes choses nécessaires pour leur nourriture et leur vêtement ». Le Catéchisme de Montpellier assortit cette nécessité de préceptes où se mêlent règles d’hygiène et de morale : la mère doit, pendant sa grossesse, accepter chrétiennement les inconvénients de son état, mais elle doit aussi se ménager et nourrir elle-même le nouveau-né, à tout le moins, choisir une bonne nourrice (choix pour lequel ce catéchisme, donne de judicieux conseils). Il défend aussi de faire dormir le bébé dans le lit des parents, « avant l’an et jour ». On écartera ainsi une cause d’accident et… la tentation d’un infanticide.

  • 49 Catéchisme… diocèse de Montpellier ; t. II, p. 219-220.
  • 50 Catéchisme… Agen, p. 233.
  • 51 Cat. Reims, éd. 1692, p. 358 ; Cat. Mirepoix, éd. 1699, p. 252.
  • 52 Pour mettre fin au scandale de donations à leur second mari, par lesquelles des veuves dépouillaien (...)

44Plus tard, pour éviter une trop grande promiscuité, les parents feront coucher l’enfant, seul, dès qu’il atteint l’âge de raison49. Dans la mesure du possible et selon l’état de la famille, on lui fera apprendre « les lettres » ou seulement à lire et écrire ; ceux qui le peuvent, leur procureront « bons maîtres et précepteurs ». Les autres, plus modestement, sont tenus de « leur faire apprendre, quand ils seront en âge, un métier ou quelque profession qui leur soit convenable »50. On les mettra à même de gagner leur vie honnêtement et les parents leur donneront l’occasion de « servir le public » par leur profession51. De leur côté, les filles seront « accoutumées de bonne heure au travail ou à une vie sérieuse et occupée aux soins du ménage » (Cat. Montpellier, éd. 1739, 2, p. 222). Père et mère devront leur laisser à leur mort, « les biens temporels que Dieu leur a donné ». Les catéchismes du diocèse de Montpellier, Reims (éd. 1692, p. 358) et Mirepoix (p. 252) portent cette obligation morale, renforçant les limites juridiques que les ordonnances mettaient aux libéralités, notamment en cas de remariage de l’un des époux52.

45Sans attendre les dispositions à cause de mort, les parents doivent pourvoir à l’établissement de leurs enfants. Le Catéchisme de Montpellier énumère les devoirs « par rapport aux enfants plus âgés » : sacrifiant aux habitudes de la société, l’auteur recommande de préparer tôt cet établissement, « en le proportionnant à la naissance ». Les parents chrétiens doivent, cependant, se déterminer « sans cupidité », et, d’autre part, « ne leur procurer que des partis honnêtes, qui ne soient point obstacle à leur salut » (éd. 1739, t. II, p. 221).

46De graves questions, que plusieurs catéchismes ne manquent pas d’aborder, se posent à propos des oppositions éventuelles des parents et des enfants devenus grands, à l’occasion de leur « état » ou établissement.

47Dans ce domaine, on relève de sensibles différences d’un auteur à l’autre, qui dépassent les nuances de rédaction et de tempérament.

48Parmi les moralistes du milieu du XVIIe siècle, Jean Eudes se distingue par l’énergie avec laquelle il défend la liberté des enfants contre les abus d’autorité des parents : il répète à ces derniers, qu’il ne faut point « obliger », à « forcer », « contraindre » ou même simplement, « pousser les enfants à embrasser, contre leur gré, un parti ou une condition », même souhaitables en eux-mêmes. C’est « attirer de grandes malédictions de Dieu sur les familles que de pousser à l’état ecclésiastique ou religieux ceux qui n’y sont pas appelés ou en détourner les autres ».

49De même, obliger ou forcer les enfants à se marier contre leur volonté, est une des sources de ces désordres et malheurs qu’on rencontre si souvent dans le mariage : il ne faut pas imposer « des partis pour lesquels ils n’ont point d’affection, ou qui sont d’âge trop inégal, méchants ou de religion contraire » (Catéchisme, éd. 1651, p. 130, 135, 137, 138). Le souci des âmes et du respect du plan de Dieu dans les enfants, l’emporte, malgré les usages du temps. Même pour le choix d’une orientation professionnelle, le même auteur conseille aux parents de « tâcher de reconnaître à quoi Dieu appelle leurs enfants » et, pour cela, conférer avec eux et les aider à suivre leur vocation.

  • 53 L’édit d’Henri II de février 1557 exige le consentement des parents au mariage jusqu’à trente ans p (...)

50Plusieurs catéchismes diocésains reflètent, au contraire, la tradition qui souligne l’autorité des parents. La politique royale et la jurisprudence gallicane tendaient à proscrire les mariages des fils de famille décidés contre le gré des parents53. L’apport tridentin exprime une double tendance : d’une part, les pères du Concile, par le décret Tametsi, confirment que les mariages ne sont pas nuls du fait d’absence du consentement des parents (Ch. I) ; d’autre part, le Catéchisme romain rappelle les exigences de publicité, et invite les pasteurs à rappeler aux enfants de ne pas se marier sans le consentement des parents, et, à plus forte raison malgré eux (éd. française, 1686, p. 395).

51Des catéchismes diocésains, plusieurs insistent sur la seconde orientation : Richelieu, dans son catéchisme pour le diocèse de Luçon, reprend la définition du rapt dans les termes gallicans. Le Catéchisme du diocèse de Châlons énumère parmi les « abus » qui ont « accoutumé » de précéder le mariage, « le fait » de « se marier contre la volonté des parents » (éd. 1676, p. 318) ; s’il y a eu mariage, l’auteur, sans contester la validité du lien, incite les époux à se faire pardonner « de la faute qu’ils ont faite, si la volonté de leurs parents estoit juste ».

52Bossuet, lui aussi, range parmi les « manières défectueuses dans le mariage », de « se marier contre la juste volonté des parents », (éd. 1688, p. 256). L’évêque d’Agen, Claude Joly, concilie, à sa manière, les deux tendances : les parents ne peuvent pas contraindre leurs enfants à se marier, mais seulement, « le leur conseiller quand ils le jugent nécessaire pour leur salut » (éd. 1724, p. 230) ; mais les enfants sont obligés « sous peine de péché », « de demander le consentement de leur père et mère » (ibidem, p. 231).

53Ainsi, les enseignements de l’épiscopat français, sans contredire expressément le décret Tametsi, traitent le mariage en affaire de famille et rejoignent, non sans nuances, les efforts du roi et des juges, pour consolider l’autorité parentale. Le Catéchisme de Montpellier, le plus étendu et aussi le plus sensible aux influences du siècle, ose aller plus loin, et donner aux princes pouvoir d’établir empêchement au mariage : « La défense du Prince, n’est-elle pas un empêchement au mariage ? »« Oui, car on est obligé d’obéir aux princes souverains ; c’est un crime de se marier contre leur défense et contre les lois » (pp. cit., p. 219). L’auteur a tourné le dos à la tradition romaine qui reconnaissait aux conjoints pleine liberté de choix.

54En définitive, nos catéchismes expriment une certaine conformité aux tendances principales de cette société de la France louis quatorzième : les hiérarchies sont acceptées ; la vie familiale orientée vers la durée, les inclinations individuelles subordonnées à la raison ; on prône la conservation des patrimoines et des bonnes mœurs. La vision de la vie conjugale est plus pragmatique qu’exaltante. L’amour n’est accepté qu’assagi, raisonnable, et mesuré. Les auteurs mentionnent souvent les « peines du mariage », rarement les joies. Plaisir et bonheur n’apparaissent pas au niveau des affaires humaines. Faire son salut doit être le but suprême.

  • 54 Cerné, Pédagogue chrétien, 1662, p. 152 ; de même, Cat. de Châlons, éd. 1676, p. 326.
  • 55 Cat. de Meaux, pp. 254, 256, Cat. de Toulouse, éd. 1710, p. 69, Cat. de Montpellier, éd. 1739, II, (...)

55La catéchèse s’efforce – on ne saurait s’en étonner – d’élever l’homme au-dessus des appétits et soucis « du monde », pour l’orienter vers Dieu. Les époux doivent se sanctifier l’un l’autre par les bons exemples et les pieux entretiens (Cat. de Nantes-Vannes, 1689, p. 73). Il est significatif que plusieurs auteurs conseillent de marquer les anniversaires du mariage par des efforts de progrès spirituels : « non pas avec récréations mondaines et sensuelles, mais en se confessant et en communiant ce jour-là, recommandant à Dieu plus fermement… les progrès de leur mariage… en reprenant haleine en Notre Seigneur pour le support des charges de leur vocation »54. Le climat religieux même met l’accent sur les devoirs, les œuvres, les pratiques pieuses plus que sur la spiritualité. L’équation paulinienne Christ-Église, mari-femme, nettement posée dans les documents tridentins, ne trouve d’écho que dans un petit nombre d’ouvrages55.

56Mais ils reflètent aussi, et diffusent une attitude critique de cette société, et invitent les fidèles à changer leurs comportements. Les conseils répétés de douceur et compréhension qu’ils dorment aux maris sont autant d’éléments tendant à l’amélioration de la condition féminine. En rappelant et soulignant les devoirs des parents vis-à-vis de leur progéniture, les catéchismes révèlent un souci constant des enfants, de leurs « établissement », de leur santé, de leur égalité, de leur liberté même. L’attention à la personne, qui est l’une des orientations du droit canon, s’exprime avec une amplitude particulière chez Jean Eudes. Le respect des enfants n’est pas né au XVIIIe siècle ; il constitue l’une des colorations des efforts d’évangélisation et d’éducation qui caractérisent la réforme catholique et son "École Française".

57Quant aux comportements profanes habituels, nos pédagogues essaient de réformer les mœurs, critiquent les « vanités », « superfluités », « dissolutions mondaines » ; ils déplorent la prétention et l’avarice ; ils se défient de la richesse. Ils incitent à rechercher dans le choix du conjoint, plutôt que l’éclat et la fortune, les vertus et la conformité des caractères et des habitudes, recettes de sagesse humaine autant que d’esprit chrétien.

  • 56 Nous avons pris connaissance, après achèvement de la présente étude, de l’ouvrage de Charles B. Par (...)

58Dans la symphonie des orientations générales que l’on vient de décrire, chaque auteur joue son rôle, accentuant telle tendance, précisant tel point selon sa formation, son expérience, ses penchants. Il serait bien trop long de rechercher ces traits spécifiques56. Mais à comparer les vocables et les solutions des moralistes du milieu du XVIIe siècle (Jean Eudes, Cerné) et ceux des catéchismes des années 1700 (celui de Montpellier notamment), on relève l’amorce d’un changement de climat : une plus grande attention aux modes, le désir de « rendre la vertu aimable », un plus grand souci de ne point peiner les enfants, le recours à la « tendresse », à la « douceur ». « Ce siècle est devenu plus éclairé… l’esprit des enfants plus avancé et plus ouvert » (La Chêtardie, éd. 1708, préface). Quelques décennies plus tard (1741), le P. Bougeant, dans son Catéchisme (III, p 196), morigénera les parents faibles avec leurs enfants « jusqu’à s’aveugler sur leurs défauts et n’avoir pas le courage de les punir de leurs fautes ». D’un siècle à l’autre, les préoccupations des pasteurs ne se sont-elles pas déplacées, en présence de l’évolution des mœurs ?

Notes

1 Dict. Théol. cath., v° catéchisme, t. III, col. 1895-1968 ; cf. préface de R. Remond à l’ouvrage de E. Germain, Langages de la foi à travers l’histoire, Paris, Fayard, 1972.

2 L’histoire de la famille et du ménage, longtemps traitée surtout du point de vue juridique, s’est enrichie depuis quelques années de nombreuses recherches dans les perspectives de la démographie, des mentalités, des comportements. Citons seulement : F. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris Colin, 1975 ; A. Armengaud, La famille et l’enfant en France et en Angleterre du XVIe au XVIIIe siècle, aspects démographiques, Paris, Sedes, 1975 ; R. Mousnier, La famille, l’enfant et l’éducation en France et en Grande-Bretagne du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, C.D.U., 1975 ; J. L. Flandrin, Famille, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976 ; R. Pillorget, La tige et le rameau. Familles anglaises et françaises (Coll., Archives Sociales), Paris, Calmann-Lévy, 1979, p. 328.

3 Sur le Concile de Trente, cf. D.T.C. V° Trente (Concile) et V° Mariage ; textes dans : A. Theiner, Acta genuina S.S. œcumenici concilii Tridentini, Zagreb, 1874 et S. Ehses, Concilii Tridentini actorumpars sexta, Fribourg-en-B., 1924 ; édition récente des textes conciliaires dans Conciliorum œcumenicorum décréta, Ist. par le scienze religiose, Bologna, 1973, p. 754, Canones de Sacramento matrimonii, p. 755, Canones super reformationem circa matrimonium (décret Tametsi). Les définitions relatives au mariage ont été données dans la 24e session du Concile (11 novembre 1563).

4 Le célèbre Catéchisme du Concile de Trente ou Catéchisme romain, réalise l’un des desseins du Concile : fournir aux prêtres et aux fidèles un texte sûr et suffisamment complet exprimant la foi catholique, en face des catéchismes réformés. L’œuvre prévue par Pie IV, n’est achevée qu’en 1565 par une commission de théologiens, sous la direction de Charles Borromée. Il a été approuvé par Pie V en 1566, Grégoire XIII en 1583, et Léon XIII, en 1899, a recommandé particulièrement son usage (Lettre encyclique au Clergé de France, du 8 septembre 1899). Ce catéchisme a été édité maintes fois en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans le texte latin ou en traduction française (la première, Bordeaux 1567). Nous utiliserons l’édition de Paris, 1686.

5 Le concile « désirant arrêter la témérité de tous ceux qui en ce siècle ouvrent la porte à la liberté de la chair » prononce l’anathème contre ceux qui prétendent que le mariage n’est pas un sacrement, mais une simple institution humaine (c. 1).

6 Les canons 5 et 6 condamnent expressément les contempteurs de l’indissolubilité du mariage. Le Cat. romain précise : « … dicendum est huius sacramenti gratia effici ut vir et uxor mutuæ charitatis vinculo conjunci, alter in alterius benevolentia conquiescat, alteros que et illicitos amores et concubitus non quaerat, sed in omnibus sit honorabile connubium et thorus immaculatus… ».

7 Ainsi divers catéchismes résument la réglementation canonique conformément au décret Tametsi : âge des conjoints, temps licites et prohibés (Bossuet), absence d’empêchements ; présence du « propre curé » et des témoins. Quelques-uns abordent des points discutés en théologie : quel est le « ministre », du sacrement, le curé, ou les conjoints eux-mêmes ? (Cat. de Montpellier, II, p. 204) ; Que sont la « nature » et la « forme » du mariage (Richelieu, p. 409 ; Cat. de Châlons, 1676, p. 316) Cathech. ad ordinandos, Paris, Coignard, 1703, p. 290.

8 On sait que l’opposition gallicane, particulièrement vive au Parlement de Paris avait fait obstacle à la réception officielle des canons du concile comme lois du royaume. Cf. Martin (V.), Le gallicanisme et la réforme catholique. Essai sur l’introduction en France des décrets du Concile de Trente (1563-1615), Paris, 1919. Du côté de l’Église, il avait été reçu dans les synodes provinciaux de Rouen (1581), Reims (1583), Bordeaux (1584), Aix (1585), Toulouse (1590).

9 P. Canisius a publié trois catéchismes gradués : l’un pour la jeunesse cultivée (Major, 1555, le second pour les tout jeunes enfants (Minimus, 1556), le troisième pour la préparation à la communion solennelle, les enfants d’âge scolaire (Parvus ou Minor, 1558). Plusieurs ouvrages français reprendront la forme tripartite, ou du moins la distinction du "petit et du "grand" catéchisme : cf. Catéchisme de La Rochelle et Luçon, 1676 ; Catéchisme de Meaux (Bossuet), 1688, passim.

10 Armand du Plessis, futur cardinal de Richelieu, précise que Dieu a voulu que le mariage « qui de soi n’est qu’un office de la nature soit fait sacrement de sa grâce ». Instruction du chrétien, éd. Poitiers, 1621, p. 420. La distinction Contrat civil-sacrement est faite par le Catéchisme de Montpellier ; Instruction générale en forme de catéchisme, Nlle Ed., 1739, t. II, p. 202 et par La Chêtardie, Catéchismes de Bourges, éd. 1708, t. 2, p. 280.

11 Parmi les renseignements de nos documents sur les mœurs populaires, relevons, sans pouvoir y insister, la critique des « cérémonies vaines et dissolues », des « excès », « vanités », festins qui soulignent l’importance des festivités, dans le peuple comme chez les notables. Observons aussi la fréquence des conseils de retenue donnés aux fiancés. Ils laissent présumer la fréquence des relations sexuelles prénuptiales (cf. notamment : Cat. de Jean Eudes, Cernay, Pédagogue chrétien, Cat. de Châlons, de Meaux, de Montpellier.

12 Le Catéchisme romain oppose les grands biens qui résulteraient du mariage « si les chrétiens connaissaient la sainteté du sacrement et s’ils la conservaient fidèlement », et « l’ignorance ou la négligence (de ces devoirs) qui peuvent causer de très grands maux » (éd. franç. 1686, p. 377). Le thème se trouvait dans Canisius, (éd. 1586, p. 107-108). Il est amplement développé par Jean Eudes (La vie du chrétien ou le catéchisme de la mission, éd. 1651) qui énumère quinze causes principales de tant de désordres et de malheurs qui se rencontrent souvent dans la condition du mariage (p. 131-138) ; même thème brièvement évoqué par Cerné, Le Pédagogue des familles chrétiennes, 1662, p. 148. La question : « pourquoi tant de malheurs dans le mariage et sa réponse : parce que trop de personnes se marient sans apporter les dispositions nécessaires » se retrouve dans maint catéchisme (avec quelques nuances) : Châlons-sur-Marne, 1676, p. 317 ; Agen, éd. 1724, p. 231 ; Toulouse, éd. 1710, p. 68 ; Reims, éd. 1692, p 356 ; Mirepoix, éd. 1699, p. 250 ; Bourges (La Chêtardie) éd. 1708, p. 279.

13 Cat. Romain, De matri., XIII, « Prima igitur ratio est haec ipsa diversi sexus naturae instinctu expertita societas, mutui auxilii spe conciliata, ut alter alterius ope adiutus, vitae incommoda facilius ferre et senectutis imbecillitatem sustentare queat », et XVI. Ce n’est pas le lieu de rechercher qu’elle signification doit être donnée à l’ordre dans lequel le catéchisme de Trente énumère les « causes » du mariage.

14 Cat. de Meaux, éd. 1688, p. 265.

15 Cat. de Reims, éd. 1692, p. 357 ; formules reprises dans le Cat. de Mirepoix, éd. 1699, p. 251.

16 Cerné, Pédagogue chrétien, p. 154, cf. pour le siècle suivant l’œuvre de M. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, Paris, Plon, 1974.

17 De matrimonio, VI, cf. éd. française, 1686, p. 381. « Le mariage n’est pas une simple promesse, mais la cession entière de leurs corps, qui font entre eux le mari et la femme, en sorte que le mari abandonne son corps à la puissance de la femme, de même la femme abandonne le sien à la puissance de son mari ». (cf. Paul, Ephes. 5, 25).

18 Éd. 1688, p. 256 ; selon le Catéchisme de Montpellier : les chrétiens doivent se comporter dans le mariage « avec sagesse, honnêteté, pureté, et non point avec la brutalité des infidèles qui ne connaissent point Dieu, et qui s’abandonnent sans mesure au gré de leurs passions » (éd. 1739, p. 217).

19 Jean Eudes, Cat., éd. 1651, p. 136 : « la sainteté du mariage est profanée par ceux qui n’en usent que pour assouvir leur passion et brutalité sicut equus et mulus… ou… se persuadent faussement qu’étant mariés, il leur est permis de se vautrer en toutes sortes de saletés et d’infamies… » Pédagogue Chrétien, p. 153 (« perversions » de « l’ordre établi pour la production des enfants » et « impuretés »), p. 154.

20 De matr., XXX et XXXIII : « Nihil est faedius quant uxorem amare quasi adulteram ».

21 Instruction du chrétien, éd. Poitiers, 1621, p. 420. Selon le Catéchisme du Concile de Trente, le plaisir sexuel constitue compensation des « peines » (incommoda) qui accompagnent l’état de mariage.

22 Sur ce point, l’auteur s’inspire des formules de Cerné, Pédagogue Chrétien, éd. 1662, p. 153.

23 Le Concile de Trente a condamné ceux qui prétendaient l’état de mariage préférable à la virginité (Session XXIV, canon 10).
La proposition, essentielle dans la polémique contre les réformés, se trouve aussi dans P. Canisius (Grand catéchisme, VII, 5), Bellarmin (Catéchisme, trad. française, éd. 1635, p. 415) ; l’édition française de Bellarmin comporte, un élément significatif, des « histoires pieuses » qui célèbrent la chasteté en ménage.

24 Catéchisme de Nantes, éd. 1689, p. 73 ; Cat. de Bourges, éd. 1708, t. II, p. 287. L’abbé Fleury indique prudemment que « la continence parfaite est une grâce singulière, qui n’est pas donnée à tous » éd. Toulouse, 1683, p. 181.

25 Cat. Romain, de matr., XXXIV ; Jean Eudes, Cat., éd. 1651, p. 141 (76 Conseil) ; Cerné, Pédagogue Chrétien, p. 152. Conseils aux conjoints de s’abstenir de l’union conjugale, d’un commun accord, dans les premiers jours du mariage, les jours de communion, les dimanches, les jours de jeûne et d’oraison.
Le Catéchisme de Bourges évoque les époux « qui vivent comme des anges dans le mariage, et qui s’élèvent au-dessus de la condition humaine pour garder une virginité parfaite… Virginité extrêmement héroïque, à cause des occasions continuelles où on se trouve de la perdre sans péché » (t. 2, p. 282), cf. également Cat. de Montpellier, t. II, p. 237 (proposé aux nouveaux mariés).

26 De Matr., XXVI, éd. française 1686, p. 394.

27 Éd. 1662, p. 153, le Catéchisme romain faisait allusion à certains auteurs qui déduisaient, du fait que selon la Genèse elle avait été tirée de la côte d’Adam, et non de la tête, qu’elle devait être soumise, et non maîtresse. L’enseignement de Cerné ne comporte pas cette nuance de défaveur.

28 Cat. de Châlons, éd. 1676, p. 325 ; Cat. d’Agen, éd. 1724, p. 233 : « que doit faire le mari pour se sauver dans le mariage ? Il doit : 1, aimer sa femme, 2, l’honorer, 3, souffrir ses défauts, 4, lui donner le bon exemple, 5, écouter ses avis ».

29 Catéchisme romain, XXVII (Se fondant sur les épîtres de Paul), les femmes doivent être soumises, obéir avec plaisir au mari, avoir pour souci principal d’élever chrétiennement les enfants, de prendre soin de la maison, et d’y demeurer le plus possible.

30 Éd. 1724, p. 233.

31 Ce thème que reprendront régulièrement les catéchismes français se trouve déjà dans le catéchisme de st Pierre Canisius (Grand Catéchisme, art. VII, qu. 1, éd. 1857, t. 3, p. 260).

32 Catéchisme de Montpellier, éd. 1739, t. II, p. 52 ; et Cat. du P. Bougeant, éd. 1741, t. III, p. 159.

33 Éd. français 1686, p. 392 ; Catéchisme… diocèse de Châlons, p. 315 « quand les parents sont soigneux de les élever chrétiennement » ; Catéchisme… diocèse Nantes, p. 74 « pas seulement d’avoir des enfants, mais d’avoir des enfants qui vivent selon Dieu ».

34 Catéchisme… diocèse de Luçon, p. 27 ; « non seulement pour qu’ils naissent au monde, mais pour qu’ils renaissent en Jésus-Christ » Catechismus… juxta doctrinam catechismi concilii Tridentini, éd. Paris 1703, p. 290.

35 Jean Eudes, Catéchisme, éd. 1651… p. 144 ; « sans délai » ; Cat. de Montpellier…, p. 219.

36 Cat. Bellarmin, éd. 1635, p. 415, Pédagogue Chrétien, éd. 1662, p. 149 ; Cat. de Bourges, éd. 1708, t. II, p. 379, Cat. de Bossuet, éd. 1688, p. 255. Il convient d’observer que le catéchisme "janséniste" ou "des trois Henry" mentionne « dans la crainte et l’amour de Dieu » (Petit catéchisme, éd. La Rochelle, 1676). L’amour de Dieu et du prochain, est évoqué dans plusieurs passages du Grand catéchisme des mêmes évêques de La Rochelle et Luçon (23e leçon, 24e leçon. L’expression « une grande crainte et un grand amour pour Dieu » se trouve dans le Catéchisme de Reims, éd. 1692, p. 358.

37 Jean Eudes, Cat., p. 144 ; Cernay…, p. 155.

38 Sic., Catéchisme… Lyon… Éd. 1706, p. 102.

39 Mandement d’Henri, évêque de la Rochelle et Henri, évêque de Luçon, éd. 1676.

40 Cemay… Pédagogue Chrétien, éd. 1662.

41 Catéchisme… diocèse d’Agen, p. 232.

42 P. Bougeant… p. 196 « ne donneront aucun mauvais exemple de nature à détourner l’enfant de la vertu » : Catéchisme… diocèse de Reims, p. 358.

43 Catéchisme… diocèse de Lyon (éd. 1706), p. 102.

44 L’auteur précise que les parents devront se garder de placer leurs filles « dans des maisons ou communautés qui ne soient pas très réglées et éloignées de l’esprit du monde » (éd. 1739, t. 2, p. 220-222).

45 P. Bougeant, S.J., Exposition de la doctrine chrétienne… en trois catéchismes, t. III, p. 196 (éd. 1741).

46 Respectivement, Catéchisme d’Agen, éd. 1726, p. 233 et Catéchisme de Montpellier, éa. 1739, t. 2, p. 221. Ce dernier ajoute (p. 222) : « Ne point faire injustice à un enfant pour enrichir l’autre, mais observer l’égalité entre eux autant que les lois du pays ou l’on vit peuvent le permettre ».

47 Cernay, éd. 1662… p. 155 ; Catéchisme… Agen, éd. 1724, p. 233 ; Catéchisme… Montpellier, éd. 1739, t. II, p. 221… passim ; Catéchisme de Bourges, p. 282, les enfants doivent être « tendrement nourris ».
Cat. de Montpellier, 2, p. 222 : « les traiter avec bonté pour leur rendre la vertu aimable, ne leur parler jamais avec emportement, jamais par passion, par caprice, par humeur, mais toujours d’une manière raisonnable, et ne les jamais reprendre mal à propos et sans fondement ».

48 Catéchisme… Reims, éd. 1692, p. 358.

49 Catéchisme… diocèse de Montpellier ; t. II, p. 219-220.

50 Catéchisme… Agen, p. 233.

51 Cat. Reims, éd. 1692, p. 358 ; Cat. Mirepoix, éd. 1699, p. 252.

52 Pour mettre fin au scandale de donations à leur second mari, par lesquelles des veuves dépouillaient leur lignage, l’édit de juillet 1560 généralise pour le royaume les dispositions du droit romain. Défense est faite aux veuves de donner sur leur bien personnel à leur nouveau mari, plus d’une part d’enfant le moins prenant ; sont annulées en outre toutes dispositions faites par les veufs ou les veuves, au profit du nouveau conjoint, sur les biens qui leur venaient du conjoint prédécédé ; ces biens doivent être réservés aux enfants du premier lit.

53 L’édit d’Henri II de février 1557 exige le consentement des parents au mariage jusqu’à trente ans pour les fils, jusqu a vingt-cinq ans pour les filles ; passé cet âge, il suffit de requérir leur avis et conseil. Les peines sont sévères : faculté pour les parents d’exhéréder l’enfant récalcitrant, puis déchéance de plein droit de la succession et des avantages résultant du contrat de mariage (Décl. 26 novembre 1639). Les enfants et leurs complices peuvent être punis de peines arbitraires (Ord. de Blois, 1579, art. 40). Selon la jurisprudence des Parlements, le mariage même est nul parce que présumé entaché de rapt (rapt de séduction). Après l’âge de 30 et 25 ans, l’exhérédation était encore possible si l’accord des parents n’avait pas été requis (par sommation respectueuse), mais le mariage n’était pas annulé.

54 Cerné, Pédagogue chrétien, 1662, p. 152 ; de même, Cat. de Châlons, éd. 1676, p. 326.

55 Cat. de Meaux, pp. 254, 256, Cat. de Toulouse, éd. 1710, p. 69, Cat. de Montpellier, éd. 1739, II, pp. 202-203, Cat. de Bourges, éd 1708, II, pp. 278-279.

56 Nous avons pris connaissance, après achèvement de la présente étude, de l’ouvrage de Charles B. Paris, Marriage in XVIIth Century Catholicism, The origins of a religions mentality : The Teaching of “l’École Française” (1660-1680), Desclée, Tournai, 1975. Sa documentation recoupe en partie la nôtre, et certaines conclusions sont parallèles. Mais nous ne pensons pas que les enseignements de "l’École Française" constituent une innovation, ni un appauvrissement. Ils se conforment aux instructions de Trente, et s’inscrivent dans des perspectives sur le mariage et la sexualité qui remontent aux Pères de l’Église, saint Augustin en particulier.

Notes de fin

1 Paru in Mélanges offerts à Jean Dauvillier, Université des Sciences Sociales de Toulouse, 1979.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search