Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

I. Ancien droit public français et féodalité

Le moine et les princes*

Texte intégral

  • * Extrait de : Saint Bernard et la recherche de Dieu. Actes du Colloque organisé par l’Institut catho (...)

1L’honneur qui m’incombe aujourd’hui de prononcer la première communication de ce colloque consacré à saint Bernard se double d’une lourde responsabilité : comment un simple laïc pourrait-il prononcer les paroles idoines sur ce moine ardent, ce dernier des Pères de l’Église, salué par les historiens comme la plus haute figure de la Chrétienté de son temps ?

2Il fut à la fois organisateur, prédicateur, ascète, mystique, poète, polémiste, toujours pour Dieu. À l’intérieur de ses activités multiples, le secteur qui nous est imparti comporte lui-même de nombreux éléments, car l’abbé Bernard s’est voulu présent, au nom de Dieu, dans les affaires du siècle. Les moines et les princes appartiennent à une même Chrétienté.

3Les moines ? À chaque siècle, des hommes et des femmes, gagnés à l’idéal d’une vie plus proche du Christ ont quitté le monde pour vivre en communauté. Parmi eux, la grande famille bénédictine des moines qui partagent leur vie entre le travail matériel et la louange de Dieu. Leurs maisons se sont multipliées en Occident. Ils ont recopié et diffusé les lettres antiques et les Livres saints. Ils ont vivifié les campagnes par leur labeur et leurs exemples. Ils ont sanctifié l’Église et contribué puissamment au renouveau grégorien.

4Parmi les dizaines de milliers de jeunes saisis par l’appel du cloître, un fils de chevalier, Bernard, né près de Dijon, entre à Cîteaux en 1113, âgé de 23 ans, entraînant avec lui, dans le sillage de son zèle irrésistible, une trentaine de parents et amis. Dès 1116, deux ans après sa profession, il est abbé de Clairvaux, « troisième fille de Cîteaux ». Sa personnalité et son enseignement rayonnent vite au-delà de son monastère, sur son Ordre, sur la Bourgogne, sur le royaume de France, sur toute la Chrétienté.

5 Bernard, en devenant moine, a orienté vers Dieu ses qualités de chef et ses accointances avec le monde des grands auxquels il appartenait par ses ascendances paternelle et maternelle.

6Dans l’espace de l’empire carolingien brisé, des royaumes affirment leur autonomie : royaume de France, royaume de Germanie. Chaque roi règne sur son peuple au nom de Dieu. Le roi de France est placé au-dessus du commun des hommes par le sacre qui le marque.

7Mais à l’intérieur de chaque royaume, le pouvoir politique s’est émietté. Les ducs et les comtes se comportent en véritables princes. Les seigneurs rendent justice, lèvent les redevances, tiennent garnison dans leurs châteaux, gouvernent leur contrée. L’abbé Bernard n’oublie pas que les chevaliers (milites) assurent dans cette société à haut risque une fonction essentielle : garantir par l’épée la paix, la sécurité, la justice. Il sera l’un des rédacteurs de la règle des chevaliers du Temple, ces moines soldats, institués en 1119, et qui reçoivent leur règle en 1128. Il rédige en outre, à leur intention un petit traité : De laude novae militiae ; les Templiers, moines par leurs vœux de chasteté, de pauvreté, de vie commune, restent des chevaliers par leur fonction militaire, l’obéissance aux chefs, leur bravoure. Il leur est interdit de reculer même devant trois ennemis.

8Bernard se montre lyrique pour louer la simplicité de leur vie, leurs équipements sans vain apparat, leur fonction toute consacrée au combat pour Dieu. Le templier, pense Bernard (et toute la Chrétienté) fait œuvre pie quand il occit un sarrazin, ennemi du Christ. Et s’il meurt au combat, c’est en véritable martyr, puisqu’il a combattu pour le Christ.

9L’abbé de Clairvaux, qui a quitté le monde des puissants (patentes) pour entrer dans l’Église, a exprimé une théologie des rapports entre l’Église et les princes. Elle est évoquée dans les ouvrages d’histoire des idées politiques sous le nom de « théorie », ou « allégorie des deux glaives ».

10Théorie des deux glaives ? Qu’est-ce à dire ? Les deux glaives (ou les deux épées) symbolisent le pouvoir de l’Église et celui des princes, le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.

11Saint Bernard, selon l’usage du temps, argumente à partir des Saintes Ecritures et particulièrement des Évangiles dans lesquels il trouve les critères des conduites humaines.

12Dans l’Évangile de la Passion du Christ selon saint Luc, XXII, se trouvent les versets suivants (36 à 38) : « Maintenant, que celui qui n’a pas d’épée vende son manteau pour en acheter une… ». Ils lui dirent alors : « Seigneur, voici justement deux épées », et il leur répondit : « Cela suffit » (satis est).

13 L’autre fondement scripturaire est le passage de l’Évangile de la Passion selon saint Matthieu, relatant l’ordre donné par Jésus à Pierre, qui vient de tirer l’épée et d’en frapper un serviteur du grand prêtre (XXVI. 52) : « Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée » : Couverte gladium tuum in locum suum. Omnes enim qui acceperunt gladium gladio peribunt.

14Sur ces bases scripturaires (assez sommaires selon des auteurs contemporains), saint Bernard développe sa théologie pastorale, essentiellement dans un petit traité : De consideratione, qu’il rédige vers 1150 pour le pape Eugène III, lui-même cistercien, ancien moine de Clairvaux, complété par une lettre au même pape.

15Le pape, chef de l’Église, use du glaive spirituel. Bernard invite le souverain pontife à gouverner l’Église avec la plénitude de puissance (plenitudo potestatis) non par ambition et dans un esprit de domination, mais avec bienveillance, pour le service de tous. Le pape gouverne l’Église comme Vicaire du Christ, avec autorité sur tous les chrétiens, la primatie sur toutes les Églises.

16Quant à la seconde épée, au glaive temporel, il appartient également à l’Église et au pape. Bernard insiste : « Celui qui le nierait n’a pas suffisamment pris garde à la parole du Seigneur » ; à Pierre : « Remets ton glaive au fourreau », (Couverte gladium tuum in vaginam).

17Chacun des deux glaives appartient à l’Église. Elle use du glaive spirituel et délègue l’usage de l’autre. L’un est tiré par l’Église, l’autre pour l’Église. « L’un par le prêtre, l’autre par le chevalier, mais sur le signe du prêtre et sur l’ordre de l’empereur » (IIIe sacerdotis, is militis, sed sane ad nutum sacerdotis et jussum imperatoris). Et, dans la lettre 256 (antérieure à la prédication de la seconde croisade) : Petri uterque est, alter suo nutu, alter sua manu.

18L’Église ne gère pas elle-même les affaires temporelles, notamment parce qu’elle ne doit pas faire couler le sang. Cela relève des princes. Dans une lettre au duc de Lorraine, Bernard admet qu’il est un ensemble d’activités humaines qui relèvent des princes, et que l’impôt doit être payé au prince qui les gère (inspiration évidente du conseil du Christ « Rendez à César… »). Mais le temporel, loin d’être indépendant du spirituel, doit être en concorde avec lui et même lui être subordonné. Les princes doivent soutenir et défendre l’Église qui leur a confié ce glaive et pourrait le leur retirer.

19Cette mystique des deux glaives de saint Bernard s’inscrit dans la conception dite « théocratique » de la réforme grégorienne. Déjà Grégoire VII comparait les deux pouvoirs au soleil et à la lune. Bernard n’innove pas complètement. Avant lui, divers auteurs avaient pris les deux glaives comme symboles des pouvoirs.

20L’éclat des images, l’énergie du discours et le prestige de son auteur confèrent à l’allégorie des deux glaives une autorité singulière. Elle sera reprise par les docteurs d’inclination « sacerdotaliste ».

21Les spécialistes discutent la portée de cette allégorie : est-ce une doctrine solidement mûrie, ou bien une formule brillante de prédicateur cherchant à convaincre un pape incertain ?

22Il convient, en ce qui nous concerne, d’éclairer les expressions de saint Bernard par l’examen de ses interventions, en évoquant successivement le pédagogue des grands, la conscience des princes, le prédicateur de la croisade.

*

23Il a dénoncé avec indignation les goûts de luxe et les comportements orgueilleux, qui amènent à mépriser les pauvres, les humbles, les faibles. Il déplore l’usage de vêtements précieux. Cette inclination pervertit même les chevaliers, qui usent d’étoffes somptueuses et portent les cheveux longs. L’abbé fustige sans relâche la frivolité féminine, le goût des parures, des dépenses somptuaires. Ce n’est point qu’il entende imposer aux laïcs la rigueur de la pauvreté cistercienne. Les hommes ont besoin de biens matériels pour vivre. Il ne conteste pas la propriété acquise par le travail personnel ou celui des ancêtres.

24Mais les biens matériels sont un don de Dieu, et qui les possède par bon droit doit en user avec modération, en se gardant de toute iniquité et en s’appliquant à venir en aide aux pauvres. Il met dans la bouche de ces pauvres de violentes apostrophes contre les riches : « Ils crient, ceux qui sont nus, ils crient, ceux qui ont faim. Il est à nous [les pauvres], ce que vous prodiguez. Nous aussi nous sommes des créatures de Dieu… Nous sommes donc vos frères. Voyez de quoi vous vous rendez coupables en nourrissant vos yeux de la part d’un frère ». Il va même jusqu’à menacer les riches du jour où les pauvres « s’élèveront avec une grande assurance contre ceux qui les auront accablés d’angoisse », (on peut reconnaître les réminiscences des paroles du Christ : « Tout ce que vous avez refusé à l’un des plus petits d’entre les miens, c’est à moi-même que vous l’aurez refusé »).

25L’abbé de Clairvaux critique sans relâche les vanités du monde, et parmi elles, toutes les distractions du monde chevaleresque : il condamne les jeux, les danses, les farces, les poésies. Il condamne même et en termes d’une grande vigueur les conversations inutiles, comme du temps perdu : « Il y a plaisir à s’entretenir pour passer le temps, pour perdre une heure ! Cette heure que la miséricorde de Dieu vous donne pour faire votre pénitence… pour mériter la gloire de l’au-delà promis ! Ce temps que vous pourriez employer… à vous hâter vers la société des anges… à pleurer sur vos péchés… ».

26Saint Bernard invite au contraire les princes à pratiquer charité et miséricorde.

27Il écrit à Mélisande, reine de Jérusalem : « À quoi sert de régner quelques jours sur la terre pour être privé ensuite de royaume étemel ? Intéressez-vous aux étrangers, aux pauvres, aux prisonniers, car c’est par l’intercession de telles victimes que vous mériterez Dieu ». Il invite le duc et la duchesse de Lorraine à se montrer compatissants avec les petits et les humbles, les félicitant, par exemple, d’avoir renoncé à un droit de péage, qui augmentait le prix des denrées.

28La correspondance de l’abbé de Clairvaux avec le comte Thibaud de Champagne est particulièrement riche de tels conseils ; il le persuade de distribuer gratuitement aux pauvres, en cas de famine, le contenu de ses greniers. Il intervient pour l’inviter à tempérer par la miséricorde la sévère justice : un certain Hubert avait été banni et ses biens confisqués. Bernard, sans discuter du bien-fondé de la condamnation, invite le comte à se montrer compatissant vis-à-vis de l’épouse et des enfants, et demande que les biens leur soient rendus, car ils ne sont pas coupables du méfait de leur père. En l’espèce, Bernard devra revenir à la charge avant d’obtenir que la stricte justice cède à la générosité. Il intervient auprès du même comte de Champagne en faveur de la femme et des enfants d’un homme vaincu en duel judiciaire. Selon les rigoureuses coutumes de l’époque, le vaincu, considéré comme abandonné de Dieu parce que coupable, avait eu les yeux crevés et les biens confisqués. Bernard demande qu’on laisse de quoi vivre à la malheureuse épouse, privée de tout.

29Les conseils de l’abbé concernent divers aspects de la vie publique et privée. L’apôtre de la chasteté consacrée est aussi celui du mariage chrétien. Si les moines l’emportent sur les gens mariés de toute la grandeur de leur détachement, le mariage est normal et nécessaire pour tous ceux qui n’appartiennent pas à cette élite. Saint Bernard esquisse dans ses lettres une véritable spiritualité du mariage : l’amour de Dieu doit être au centre de la vie des conjoints. Les époux doivent s’aimer « de telle sorte que l’amour du Christ ait la première place dans leurs cœurs ». Il écrit au duc et à la duchesse de Lorraine que les époux chrétiens « font mutuellement leurs délices d’étreintes amoureuses et chastes, en sorte que le seul amour du Christ triomphe en eux ». Mais il conseille à la reine de Jérusalem, veuve, encore jeune, de ne pas se remarier : plutôt que de chercher à plaire à un homme, elle chercherait seulement à assurer le bien du royaume et à plaire à Dieu.

30Saint Bernard défend, bien entendu, l’indissolubilité du mariage contre les pratiques laxistes que l’Église de ce temps s’efforçait d’extirper, non sans mal (ce n’est pas seulement de nos jours, comme on le croit trop facilement, que les mœurs du siècle résistent aux exigences chrétiennes). Il intervient notamment dans un différend qui conduit à une dure guerre féodale : en 1142, le puissant comte de Vermandois, proche parent du jeune roi Louis VII, renvoie son épouse, nièce du comte de Champagne, et décide de prendre pour femme Pétronille la propre sœur d’Aliénor d’Aquitaine, épouse du roi. Passion partagée ou calcul pragmatique, peu importe ; le scandale fut grand. Un concile réuni à Lagny déclare que le premier mariage était bien légitime, et que le second devait être rompu. Le légat pontifical qui préside, excommunie les concubins.

31Mais Louis VII, poussé par sa femme, soutient le couple adultère. Saint Bernard intervient vivement auprès du pape : « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni… ». « Dieu avait uni le comte Raoul et son épouse, par l’intermédiaire des ministres de l’Église, et l’Église l’a fait au nom de Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes. Comment une main laïque peut-elle séparer ceux que Dieu à unis ? » (lettre 216). Cette sainte éloquence ne suffira pas. Le roi entre en guerre contre le comte de Champagne. Il s’en suivra mainte destruction et maint massacre. La paix ne sera rétablie qu’en 1144 par l’entremise du pape et de l’abbé Bernard.

32Les interventions de l’abbé de Clairvaux, si véhément quand il s’engage pour arracher une âme au péché, peuvent prendre la forme de conseils bienveillants, marqués par cette délicatesse qu’on relève dans sa piété mariale : s’adressant à la comtesse de Blois qui se plaignait de la mauvaise conduite de son fils : « Si votre fils vous paraît avoir dépassé la mesure à votre égard, nous en éprouvons du chagrin. Cependant cet adolescent peut invoquer quelques excuses. Les fautes de jeunesse qu’il a commises ont pour excuse les penchants naturels de son âge. Il faut avoir confiance… Prions, afin que Dieu ramène au sentiment du devoir un jeune homme d’un si bon naturel… Mais il faut agir avec lui, avec un esprit de douceur, et lui prodiguer de câlines supplications, car il sera ainsi beaucoup plus entraîné à de bonnes actions, que s’il est aigri par des paroles irritantes et par des reproches ».

*

33 Saint Bernard se comporte maintes fois comme la conscience des rois, pour les rappeler à leur devoir avec la liberté de ton de celui qui intervient au nom de Dieu. Pour lui, le roi doit mettre sont autorité, sa puissance, son glaive au service de Dieu, dont l’Église est l’interprète. Il s’adresse en ces termes au roi Louis VI : « Le roi du Ciel et de la Terre vous a donné la royauté sur terre et vous la donnera dans le ciel si vous vous appliquez à administrer avec justice et sagesse ce que vous avez reçu ». Il a écrit au comte de Champagne : « Le roi des rois de la Terre vous a constitué en ce bas monde pour que, soumis toujours à ses lois saintes, vous preniez soin des bons, vous punissiez les méchants, vous protégiez les pauvres, vous fassiez justice aux opprimés ; si vous vous conduisez ainsi, vous accomplirez vraiment l’œuvre d’un prince ; ayez alors espoir que Dieu fortifiera, étendra même votre puissance ; sinon, craignez d’en être dépouillé ».

34L’abbé de Clairvaux intervient avec la vigueur d’un prophète lorsque le roi manque à son devoir de justicier et de protecteur de l’Église. Le roi, selon une tradition qui remonte aux mérovingiens prend sous sa garde les établissements ecclésiastiques ; mais cette protection peut tourner à la contrainte.

35La première intervention de l’abbé Bernard dans les affaires capétiennes date de 1127 ; Étienne de Garlande, clerc issu d’une puissante famille, archidiacre de Paris, avait obtenu la charge de sénéchal du royaume, chef de l’armée royale. Bernard juge que la place d’un clerc n’est pas de conduire les hommes d’armes au combat, et il s’en ouvre, non au roi lui-même, mais à Suger, abbé de Saint-Denis, conseiller écouté du monarque. Mais les remontrances ne feront pas fléchir le roi, pourtant favorable à l’Église.

36Bernard intervient peu après pour soutenir l’évêque de Paris. Ce dernier entendait réformer son chapitre dans la ligne grégorienne. Mais les chanoines résistent et le roi les soutient. L’affaire s’envenime ; le roi enlève à l’évêque les regalia ; l’évêque met le diocèse en interdit. Les gens du roi l’expulsent. Alors Bernard plaide avec chaleur auprès de Louis VI la cause de l’évêque et tance le roi : « L’Église en effet dépose contre vous auprès de son Seigneur une plainte désespérée, parce qu’elle trouve un oppresseur en celui qu’elle avait reçu comme défenseur. Considérez donc quel est celui que vous offensez, ce n’est pas, à parler exactement, l’évêque de Paris, mais le Seigneur du Ciel, un seigneur terrible, celui qui ôte vie aux princes ». Bernard est soutenu par d’autres abbés cisterciens, et finalement la paix est rétablie entre le monarque et l’évêque.

37Un peu plus tard, l’abbé Bernard prend la défense de l’archevêque de Sens, Henri le Sanglier, accusé par ses adversaires de simonie. Bernard envoie une lettre comminatoire où il qualifie le roi de « nouvel Hérode ». Le pape, lui, préfère les voies de la diplomatie, et finalement l’archevêque demeure en fonction.

38Bernard intervient encore auprès du roi et avec le poids décisif de son immense prestige, à propos de l’élection contestée du successeur du pape Honorius II, décédé à Rome le 13 février 1130. Deux partis s’étaient formés parmi les électeurs et dans la noblesse romaine. Aussitôt le pape mort, quatorze cardinaux élisent l’un d’entre eux, Grégoire de Saint-Ange, qui est acclamé sous le nom d’Innocent II et sacré. Mais les autres cardinaux élisent Pierre de Léon, qui prend le nom d’Anaclet IL Ses partisans occupent Rome et contraignent à la fuite Innocent IL Chacun des élus envoie aux rois et aux évêques de la Chrétienté des lettres annonçant son élection et soutenant qu’il est le successeur au Siège apostolique. La Chrétienté se trouvait devant deux compétiteurs.

39Le roi de France Louis VI, très embarrassé, convoque à Étampes une assemblée de barons et d’évêques, selon la coutume capétienne de délibérer à grand conseil sur les affaires importantes. Devaient y assister les archevêques de Reims, Sens et Bourges, Suger, abbé de Saint-Denis, conseiller du roi, et Bernard, abbé de Cîteaux. Ce dernier évoquera qu’il se mit en route avec beaucoup de crainte, mesurant la gravité de l’enjeu pour le royaume et la chrétienté : qui reconnaître comme vicaire du Christ ?

  • 1 Le débat était obscurci par le fait que les deux partis utilisaient deux versions discordantes du f (...)

40Chemin faisant, le grand mystique bénéficie d’une vision qui le console et le détermine : il voit une grande assemblée chantant d’un même cœur la louange du Seigneur. Une fois l’assemblée réunie, après prières et jeûne, le roi, les barons, les évoques s’en remettent à Bernard, tant il était reconnu l’homme de Dieu, et Bernard de nommer pour pape légitime Innocent II, en s’appuyant sur une argumentation qui démontre sa reconnaissance du droit de l’Église et son sens de l’intérêt général : certes, l’une et l’autre des élections présentent des irrégularités, mais celle d’Innocent a été la première. Innocent a bénéficié des suffrages de la majorité des évêques cardinaux1. Il était le plus digne, connu pour son désintéressement, la pureté de ses mœurs et son attachement à l’Église romaine, alors que la moralité de son adversaire, riche et ambitieux, était discutée. L’élection d’Innocent II fut faite par « la plus saine part des cardinaux », . Bernard applique les critères dégagés par Yves de Chartres, en les complétant par un élément extrait de la règle de saint Benoît relatif à l’élection de l’abbé (ch. LXIV), qui doit être élu par la sanior pars (meilleure partie) de la communauté.

41Le prestige de l’abbé de Clairvaux et la pertinence de ses arguments entraînent l’assemblée. Dans l’enthousiasme, elle ratifie son choix et promet, en louant Dieu, obéissance à Innocent IL

42Bernard, infatigable, obtient de même le ralliement du roi d’Angleterre Henri I. Auprès du duc d’Aquitaine, Guillaume, son influence, finit par l’emporter, non sans mal, sur celle de l’évêque d’Angoulême, partisan d’Anaclet. En Italie, il intervient sans relâche, pour obtenir le ralliement à Innocent II, à Gênes, à Pise, à Milan. Tout le peuple de Milan voulait l’entendre. On lui portait les malades pour qu’il les guérisse, on se précipitait pour toucher ses vêtements, en détacher des lambeaux, comme reliques. Il revient une troisième fois en Italie, en 1136, cette fois pour détacher du parti d’Anaclet Roger de Sicile et il y parvient finalement. Bernard prie et médite avant de décider puis, une fois son parti pris, il lutte avec persévérance pour le faire accepter.

43Cette détermination, cette flamme mystique, Bernard en est animé au plus haut point, dans les dernières années de sa vie, celles de la prédication de la croisade, qui a pérennisé son souvenir dans la mémoire chrétienne.

44La vie des principautés constituées par les occidentaux depuis la première croisade, sur les bords de la Méditerranée orientale (royaume de Jérusalem, comté de Tripoli, principauté d’Antioche, principauté d’Edesse) a été constamment associée à celle des pays d’Occident par les voyages des hommes, par les transferts de fonds, par les rêves d’un Orient légendaire. Nous le savons bien pour Toulouse, dont le comte Raymond IV, l’un des chefs de la croisade, fonde le comté de Tripoli, qui sera gouverné après lui par son fils Bertrand, et son lignage.

45L’établissement de ces puissances chrétiennes avait suscité l’hostilité des chefs musulmans. En 1144, l’émir d’Alep s’attaque au territoire le plus exposé, la principauté d’Edesse, vainc les chevaliers chrétiens, attaque, emporte et pille la ville d’Edesse elle-même, massacrant l’archevêque, une partie du clergé et des habitants. Les autres principautés sont dès lors menacées. L’écho du désastre et des périls parvient vite en Occident, d’autant que Raymond, prince d’Antioche est oncle de la reine Aliénor, qui incitera son mari, Louis VII, à intervenir.

46 Le roi se décide à partir en croisade, malgré les conseils de prudence de l’abbé Suger. Peu importe pour nous les motifs : conscience des périls menaçant l’Orient chrétien ? Désir de racheter ses fautes (il avait été excommunié à l’occasion de la guerre contre le comte de Champagne, évoquée plus haut) ? À l’assemblée de Bourges (Noël 1145), il fait prêcher la mobilisation par l’évêque de Langres, Godefroy. L’accueil est mitigé. Le roi a-t-il conscience qu’il fallait une parole plus ardente, une personnalité plus prestigieuse pour entraîner les Français ? Il fait appel à l’abbé de Clairvaux qui se montre d’abord réticent (il s’était engagé à ne plus quitter son monastère sauf demande du pape) puis accepte, à la demande d’Eugène III, de devenir le porte-parole du pontife romain, lui-même aux prises avec la révolte d’Arnaud de Brescia.

47Le pape, au début de 1146, envoie plusieurs bulles pour inviter les fidèles à prendre la Croix pour aller défendre la Terre Sainte. Bernard, lui, se multiplie ; partout il prêche avec enthousiasme. Le roi a convoqué à Vézelay une assemblée de clercs et ce barons. Au jour de Pâques (31 mars 1146), Bernard prêche en plein air, devant les grands et une foule innombrable. Il lit les textes pontificaux évoquant la grande pitié des chrétiens d’Orient, les bénéfices spirituels garantis par l’Église aux croisés. Son éloquence fait merveille. Il invite tous les assistants à se mettre en route pour le Christ (la croisade constitue un pèlerinage armé). L’enthousiasme éclate ; chacun, après le roi, veut se marquer de la Croix. Le chroniqueur Eude de Deuil précise que les croix de bois manquent vite, que les branches ne suffisent pas. Bernard, de sa main décharnée marque d’une croix les visages les plus proches : puis il déchire ses vêtements pour en faire des croix que l’on s’arrache comme des reliques.

48L’élan donné se diffuse de proche en proche dans le royaume de France. Le 1er mai, saint Bernard peut écrire au pape : « Vous avez ordonné, j’ai obéi ; l’autorité de celui qui me commandait a rendu ma docilité féconde », et, paraphrasant la Bible : « J’ai parlé, j’ai annoncé, et leur nombre s’est accru au-delà de toute mesure » ; avec quelques exagérations, il devait évoquer les villages désertés par les départs, car il a prêché la croisade pour tous, chevaliers et manants.

49Ce n’est pas tout, loin de là. Il passe en terre d’Empire. Le 12 mai, il prêche la croisade à Toul pour les populations de Lotharingie. Il rejoint à Francfort l’empereur Conrad III pour l’inviter à se croiser à son tour. Le monarque se montre réticent ; il a déjà combattu en Terre Sainte pour son compte ; l’empire est mal pacifié. Bernard se dirige alors vers le Rhin, qu’il joint à Constance et descend jusqu’à Cologne, toujours prêchant la croisade. De passage à Mayence, il intervient pour défendre la communauté juive menacée : « Ne touchez pas aux juifs, ils sont la chair et les os du Messie », et ailleurs : « La Synagogue est mère de l’Église ». Il a rencontré, au cours de son périple germanique la savante abbesse Hildegarde de Bingen. Il poursuit par Aix-la-Chapelle, Liège et Cambrai. Il revient à la charge auprès de l’empereur, le rejoint à Spire pour les fêtes de la Nativité ; au milieu de l’office, il l’interpelle pour lui rappeler toutes les grâces qu’il avait reçues de Dieu, et son devoir de se mobiliser à son service. Et l’empereur, cette fois, se décide et prend la croix le 27 décembre.

50Entre temps, l’abbé de Cîteaux multiplie les missives pour susciter l’élan de croisade dans les terres qu’il ne pouvait pas visiter.

51D’autre part, des croisés allemands, flamands, anglais et bourguignons, sous l’autorité du capétien Alphonse de Bourgogne vont contribuer à reprendre Lisbonne au musulman et à fonder le royaume de Portugal.

52Ainsi, Bernard, sans autres armes que sa conviction, a réussi à mobiliser deux royaumes, deux armées considérables qui vont s’ébranler vers l’Orient, accompagnées d’une foule de toute condition, hommes, femmes et enfants.

53Nous n’avons pas à reprendre ici l’histoire maintes fois décrite de cette seconde croisade avec les illusions, les mésententes entre les chefs. On sait que Louis VII décide de regagner son royaume sans avoir reconquis Edesse, ni pris Damas ; Antioche est près de succomber, Jérusalem en danger. Bernard juge sévèrement les princes « qui n’ont rien su faire de bon sur la Terre du Seigneur, et qui, dans le pays où ils sont revenus si promptement, font preuve d’une incroyable malice ».

54Certains rêvent d’une nouvelle croisade. Un synode réuni à Chartres souhaite que Bernard en prenne la direction. Le pape, d’abord réticent, ratifie ce choix. Le projet, finalement n’aboutit pas.

55Saint Bernard avait quitté une dernière fois son monastère au printemps 1153, pour apaiser une querelle, cette fois entre l’évêque de Metz et le duc de Lorraine. Il meurt le 20 août 1153, et sa réputation de sainteté est si forte que le pape Alexandre III le canonise dès 1174. Il sera salué comme le dernier des « Pères de l’Église ».

56On ne saurait résumer les interventions innombrables de l’abbé de Clairvaux auprès des princes et des grands ; il appartient à d’autres de dégager de son œuvre des leçons pour notre temps.

57La logique de saint Bernard est de vouloir attirer au Christ, par leurs voies propres, laïcs et clercs, puissants et pauvres. Il n’ignore pas les fonctions spécifiques de chaque état, les finalités de chacun des pouvoirs. Mais tous doivent tendre vers Dieu : « Les royaumes de la terre et les droits régaliens n’appartiennent aux souverains et ne sont intangibles que dans la mesure où ceux-ci se conforment aux règles et aux dispositions de Dieu ».

58Pourrait-il y avoir des barrières contre Dieu ? « La mesure d’aimer est d’aimer sans mesure ».

The monk and the princes.

Saint Bernard has voiced a theology of the relationships between the Church and the princes : the Church is the holder of the « two swords », spiritual and temporal ; it uses the former and delegates the use of the latter to the princes, who manage wordly concerns and are committed to the defence of christendom. The knights must shun worldly vanities and use their lowfully possessed goods to come to the poor’s help. Bernard advises them to temper justice through mercy toward the weak. He recognizes the greatness of marriage, the indissolubility of which he vindicates. He interferes with the kings’ affairs, to remind them of their duties. And when, in 1130, a clash occurs between two parties among the pope’s electors, he sides with Innocent II and supports his cause before the princes. And in the last years of his life he summons up through his preaching people’s energies for the second crusade, whosefailure he deplores. For him « the earthly kingdoms and regalia belong to the sovereigns and are intangible only in as much as the latter conform to God’s rules ».

Bibliographie

Orientation bibliographique

1. La vie de S. Bernard : Bernard (saint) dans Dictionnaire de Théologie catholique. – E. Vacandard, Vie de saint Bernard, Paris, 1895, 2 vol. – J. Calmette et H. David, Bernard de Clairvaux (Comm. d’Histoire de l’Ordre de Cîteaux), Paris, éd. Alsatia, 1953. – I. Vallery-Radot, Bernard de Fontaines, abbé de Clairvaux, Desclée, 1963. – Id., Le Prophète de l’Occident, Desclée, 1969. – J. Leclercq, Saint Bernard et l’esprit cistercien, Paris, Seuil, 1966.

2. Sur l’argument des « deux glaives » : H. X. Arquilliere, Origine de la Théorie des deux glaives dans Studi Gregoriani, Abbazia di S. Paolo di Roma, I, 1947, pp. 500-521. – J. Leclercq, L’argument des deux glaives dans Recherches de Science religieuse, t. XXI, juin 1931, pp. 293-339 ; XXII, avril 1932, pp. 151-177 ; juin 1932, pp. 281-303.

3. Église et princes au XIIe siècle : M. Pacaut, Alexandre III : la conception du pouvoir pontifical dans sa pensée et dans ses actes, Paris, Vrin, 1956. – Id., Louis VII et les élections épiscopales dans le royaume de France, 1137-1180, Paris, Vrin, 1957. – Id., La Théocratie et le pouvoir au Moyen Age, Paris, Aubier,

Notes

1 Le débat était obscurci par le fait que les deux partis utilisaient deux versions discordantes du fameux décret de 1059 du pape Nicolas II, définissant la procédure d’élection du pape. La version authentique recueillie par la Cour romaine, précisait que les cardinaux-évêques devaient d’abord délibérer sur l’élection puis s’adjoindre les cardinaux prêtres et enfin demander le consentement du clergé et du peuple romain ; cette version recueillie dans la Panormie et le Décret d’Yves de Chartres, et ensuite dans le Décret de Gratien était bien connue des évêques français. L’autre version ne mentionnait pas le rôle spécifique des cardinaux évêques ; elle fut insérée dans certaines collections italiennes (Anselme de Lucques, Deusdedit). Or, la majorité des cardinaux évêques avait bien élu Innocent II, mais les électeurs d’Anaclet II constituaient la majorité de l’ensemble du collège cardinalice, évêques, prêtres, diacres réunis.

Notes de fin

* Extrait de : Saint Bernard et la recherche de Dieu. Actes du Colloque organisé par l’Institut catholique de Toulouse et l’abbaye Sainte Marie du désert (janvier 1991) = Bulletin de Littérature ecclésiastique t. XCII, janvier-mars 1992, p. 7-16.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search