Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

I. Ancien droit public français et féodalité

Monocratie et féodalité l’exemple des comtes de Toulouse (ixe – xiiie siècles)1

Texte intégral

  • 1 Article paru in Recueils de la Société Jean Bodin, T. XXII : "La Monocratie", Éd. de la Société enc (...)
  • 1 Georges Boyer, professeur et doyen honoraire de la Faculté de droit de Toulouse, fut l’auteur de di (...)
  • 2 Augustin Fliche, membre de l’Institut, professeur et doyen de la Faculté des Lettres de Montpellier (...)
  • 3 Hubert Richardot, alors chargé de cours à la Faculté de droit de Toulouse, avait rédigé une importa (...)

Cet aperçu consacré aux institutions méridionales doit débuter par un hommage rendu aux travaux de trois savants tôt disparus : Georges Boyer1, Augustin Fliche2, Hubert Richardot3. Leurs études avaient contribué à enrichir la connaissance du passé de nos régions et à développer chez leurs disciples le goût de la recherche historique.

  • 4 Principales sources imprimées : Une documentation très riche est constituée par les textes imprimés (...)

1L’hospitalité que la Société Jean Bodin offre à ces pages consacrées à l’une des grandes principautés féodales de l’Occident, ne saurait être prétexte à narrer les détails des luttes engagées ou soutenues par les comtes. Quant à renouveler l’histoire des institutions méridionales grâce aux multiples études érudites et aux recueils de documents accessibles4, un gros volume serait nécessaire.

  • 5 Orientation Bibliographique – Études Générales : Devic et Vaissette, Histoire Générale de Languedoc(...)

2La précédente contribution se limitera à une esquisse des éléments de « pouvoir » de ce chef de principauté que fut le comte de Toulouse5.

3Les états modernes se définissent par l’existence d’un pouvoir institutionnel souverain, régissant une population établie sur un territoire. Dans la société féodale c’est essentiellement par le jeu des liens personnels que s’exercent les prérogatives du pouvoir ; le pays toulousain sera même caractérisé par l’émiettement poussé à l’extrême des éléments de puissance publique . La délimitation rigoureuse des prérogatives des comtes est déjà une pierre d’achoppement, tant la situation mise sous nos yeux diffère des types modernes. Les terres et les droits des comtes s’étendent bien au delà des limites du « comté de Toulouse » proprement dit. Les termes habituellement utilisés, « principauté », « mouvance », « nébuleuse toulousaine », évoquent la complexité de la situation sans en définir les éléments.

4La genèse de cette puissance, son imprécision même, la disparition finale de cette principauté autonome qui ne pût devenir monarchie indépendante, illustrent les étapes du passage de la puissance d’un chef à la consolidation d’un pouvoir territorial.

*

5Jusqu’au temps de la Croisade des Albigeois, qui transforme brusquement l’ensemble des conditions historiques dans le Midi, l’histoire de l’ensemble toulousain est caractérisée par le contraste entre les allures princières de la dynastie et le caractère incertain des assises de leur puissance. La désagrégation du système monarchique franc permet aux comtes d’accéder au rang de grands « princes territoriaux » ; mais ils ne parviennent pas à assurer leur puissance sur des bases institutionnelles solides et précises.

6N’ayant point substitué assez tôt, aux structures traditionnelles affaiblies, des liens fermes et certains, ils vont se trouver aux prises, dans la seconde moitié du XIIe siècle, avec la nécessité de consolider les bases d’une puissance menacée, tout en affrontant l’ascension des monarchies revigorées.

7Du IXe au XIIIe siècle, la dynastie de Toulouse occupe une place exceptionnelle en Occident, par l’étendue de ses possessions, et l’allure souveraine de ses princes.

8Le lignage toulousain, comme d’autres lignées princières, a tiré sa puissance de la réunion sous un seul chef de divers comtés du royaume franc. Le pays toulousain avait été primitivement organisé en « marche ». L’autorité du marquis ou duc s’étendait, non seulement au comté de Toulouse proprement dit (ou pagus tolosanus), mais aux différents comtés de Septimanie. Ce trait de l’organisation de l’empire franc facilitera sans nul doute l’extension de la suprématie des comtes de Toulouse au Midi languedocien.

  • 6 Sur les origines de la dynastie et du Comté de Toulouse : Devic et Vaissette, Histoire Genérale de (...)
  • 7 Durant le IXe siècle, l’histoire des comtes de Toulouse est liée à deux problèmes obscurs : celui d (...)

9L’ancêtre de la lignée paraît être un certain Fulcoald, comte sous Louis le Pieux, auquel succèdent ses fils Frédelon et Raymond. Ce dernier est souche de la dynastie qui devait conserver, de mâle en mâle, le comté de Toulouse et les autres possessions jusqu’au milieu du XIIIe siècle6. La famille comtale va profiter de l’affaiblissement du pouvoir royal et de la pression des particularismes locaux pour constituer une principauté territoriale, qui s’accroîtra progressivement par l’adresse des hommes et les hasards des successions héréditaires7.

  • 8 Les possessions de la Maison de Toulouse sont partagées entre les deux héritiers mâles du comte-mar (...)
  • 9 Guillaume IV déshérite ainsi sa fille, mariée au roi Sanche d’Aragon ; Cf. : J.H. Hill et L. L. Hil (...)
  • 10 Hist. de Languedoc, t. V, n° CCCXI, col. 738-739, daté de 1095 : donation à titre de douaire, par B (...)

10Au début du Xe siècle, les luttes entre Carolingiens et Robertiens facilitent l’émancipation des grands ; le comte de Toulouse, Eudes, est un très puissant personnage ; le comté de Toulouse a déjà absorbé, par force ou succession légitime, les comtés de Rouergue, Quercy et Albigeois. Le comte de Toulouse porte en outre le titre de « marquis de Gothie » et domine sous ce vocable, en bas Languedoc. Après une période de démembrements, dus aux partages entre descendants8, l’unité de l’ensemble sera reconstituée dans la seconde moitié du XIe siècle. Raymond de Saint-Gilles devenu, en 1093, héritier de son frère Guillaume IV9 possède les comtés de Toulouse, Albi, Cahors, Rouergue, Agenais, Lodève, avec autorité sur le Périgord et l’Astarac. À la place du vieux titre « marquis de Gothie », il prend celui de « duc de Narbonne ». Il se juge suzerain des comtés de Nîmes, Narbonne, Gévaudan, Béziers, Agde et Carcassonne. Il domine en Vivarais10.

  • 11 En 1125, un accord mettra fin aux démêlés entre les comtes de Toulouse et de Barcelone. Le titre de (...)

11Enfin, les comtes de Toulouse portent aussi le titre de « marquis de Provence » : la lignée des comtes de Provence étant tombée en quenouille, les comtes de Toulouse sont devenus seigneurs de la Provence par mariage, conjointement avec les comtes de Barcelone, et sous la suzeraineté de l’Empereur11.

  • 12 Rien n’indique que les comtes de Toulouse aient exercé la moindre suzeraineté sur les comtes de Fen (...)

12Ainsi, l’influence de la dynastie domine de la Gascogne aux Alpes, des confins pyrénéens à l’Auvergne12. Le domaine toulousain ne connaîtra point d’extension sensible plus tard : il constitue un agrégat de seigneuries situées autour d’un axe reliant les pays d’Aquitaine à ceux du Rhône.

*

13Les princes de la maison toulousaine se sont comportés durant plusieurs siècles en chefs de principauté autonome, par l’étendue de leurs pouvoirs, par le lustre de leur politique, et par le souci d’assurer la transmission du patrimoine à un seul chef.

  • 13 Les actes des comtes continuent normalement à mentionner le roi de France régnant.
  • 14 Le roi Louis VI effectue, en 1134, une donation en faveur de l’église du Puy (Hist. de Languedoc, t (...)

14Sans contester expressément leur appartenance au regnum francorum13 les comtes se comportent en princes indépendants. Dès la fin du Xe siècle, ils exercent les fonctions publiques en leur propre nom et à leur profit. On relève encore, en 932, le serment de fidélité au roi Raoul des comtes Ermengaud et Raimond-Pons, puis plus rien. Les comtes sont-ils encore les fidèles du roi ? La question demeure théorique jusqu’au milieu du XIIe siècle, la royauté demeurant étrangère aux affaires méridionales14.

  • 15 Cf. en dernier lieu, J. H. Hill et L. L. Hill Raymond IV, op. cit., p. 25 et s.
  • 16 Il n’est pas possible de déterminer les sources de ces richesses, en l’absence d’un relevé des ress (...)

15Les comtes de Toulouse figurent au premier rang des princes chrétiens par leur richesse et leur prestige. Dans la tradition littéraire des troubadours, leur cour est chantée avec complaisance. Lorsqu’à la fin du XIe siècle, le pape essaie d’unir les forces de la milice chrétienne pour reconquérir la Terre Sainte, il songe en premier lieu à obtenir l’adhésion du comte de Toulouse Raymond IV ; le comte s’engage à assister de ses richesses ceux qui n’avaient point les ressources nécessaires pour l’expédition. Les chroniques n’hésitent point à le décrire comme le plus riche des princes croisés15 et le chef du contingent le plus nombreux. À maintes reprises, Raymond IV consacre des sommes si considérables à l’entretien de l’armée des Croisés et à la rétribution de ses chefs16, qu’il apparaît comme le bailleur de fonds principal de l’expédition.

  • 17 Higounet, "Un grand chapitre de l’histoire du XIIe siècle : La rivalité des maisons de Toulouse et (...)
  • 18 Mentionnons parmi d’autres, le mariage de Raymond 1er, comte de Rouergue, marquis de Gotnie avec Be (...)

16Dans les rapports avec les puissances voisines, les comtes de Toulouse ont mené la politique indépendante et ambitieuse de véritables souverains, soit pour se ménager des alliés dans les conflits avec les maisons princières, soit pour donner corps à leurs ambitions méditerranéennes17. Leurs alliances matrimoniales avec les maisons régnantes témoignent aussi du prestige du lignage toulousain18.

  • 19 Il n’y a pas lieu d’examiner si les règles successorales suivies par la famille de Toulouse, avant (...)
  • 20 Toutefois, les possessions conquises en Terre Sainte (Comté de Tripoli) seront conservées par la br (...)

17La cohésion des possessions du lignage toulousain ne pouvait être assurée qu’en renonçant aux règles de partage successoral en usage pour les patrimoines privés. À partir du XIe siècle, le souci d’assurer l’unité de la principauté l’emporte sur les usages primitifs de partage ou maintien d’indivision entre les héritiers19. Depuis Guillaume IV, les possessions seront dévolues en bloc, à l’aîné des mâles20 ; cette règle assurait l’avenir de la famille et l’unité de ses possessions.

  • 21 Jusque vers 1060, la chancellerie est représentée par un seul notaire. Au temps de Raimond IV, appa (...)
  • 22 E. G. Leonard, Catalogue des actes de Raymond V de Toulouse. (Thèse compl. Lettres, Paris), Nîmes, (...)

18Les comtes de Toulouse font encore figure de chefs de principauté par la manière dont ils s’entourent de subordonnés pour gérer des possessions trop étendues pour le gouvernement d’un seul homme. Les agents des temps carolingiens avaient subsisté sous le nom de vice comités, ou vicarii. Dès la fin du XIe ou le début du XIIe siècle, sous Raymond IV et Alphonse-Jourdain, les comtes de Toulouse paraissent avoir ressenti la nécessité d’assurer la cohésion de leur domaine en établissant progressivement des agents à eux. Le comte réunit autour de lui une Cour pour rendre la justice, il est assisté d’un chancelier, de notaires21. Les droits du comte sont exercés, aux échelons locaux, par des viguiers, des châtelains et des bayles, aux attributions comparables à celles des prévôts capétiens. Les lignes de force de cet effort assez imparfait vers la centralisation administrative se préciseront seulement au cours du XIIe siècle22. Finalement, le comte possédera comme un monarque, un ensemble de grands officiers : connétable, chanceliers, sénéchaux ; il dispose même, au XIIIe siècle, d’une garde personnelle de sergents et d’arbalétriers.

*

19Mais les faiblesses de cette dynastie, qui vit de plain pied avec les rois, sont graves et multiples.

20L’hétérogénéité même des immenses possessions des comtes était un obstacle majeur à la constitution d’une principauté solide et centralisée ; la réunion d’une série de comtés entre les mains d’un seul homme lui attribuait une zone d’action trop étendue pour être constamment surveillée. Point d’unité géographique, ni de traditions communes à ces territoires qui vont des Alpes à l’Aquitaine. Le Midi est constitué d’une multitude de petites contrées séparées par le relief, les préoccupations économiques, les particularismes. Point de capitale centrale : Toulouse et Avignon, les villes principales, sont situées aux extrémités des possessions, à quatre cent kilomètres l’une de l’autre. Les possessions du Midi toulousain et celles du Midi rhodanien sont si imparfaitement soudées par l’unité de seigneur que les comtes établissent deux séries de chanceliers et sénéchaux, en deçà et au-delà du Rhône.

21Le titre même de « comtes de Toulouse » est révélateur : il ne désigne qu’une ville, qu’un pagus. Le groupement de comtés et seigneuries, réalisée par la dynastie ne correspond pas à un territoire individualisé. Il manque de centre comme de frontières naturelles. Les comtes de Toulouse à la différence d’autres princes territoriaux ne peuvent tirer parti de l’existence de régions naturelles, ou de traditions locales d’unité.

22Pour transformer un agrégat de possessions familiales en État unitaire et solide, il aurait fallu que les comtes bénéficient d’une autorité précise et incontestable dans leur zone d’influence. Tel n’était point le cas.

23L’autorité des comtes se heurte d’abord à celle des comtes ou vicomtes du Midi, qui reconnaissent seulement à la Maison de Toulouse une primauté de rang, non une véritable supériorité. Des maisons comtales ont réussi à conserver leur indépendance depuis l’époque carolingienne : celles des comtes de Comminges, de Foix, de Melgueil.

  • 23 Il ne saurait être question, dans le cadre de cette brève étude, de chercher à déterminer la nature (...)

24D’autres comtés, réunis à la Maison de Toulouse, sont gouvernés en fait par leurs vicomtes qui se sont rendus indépendants des comtes de Toulouse comme ces derniers l’étaient devenus, vis-à-vis des rois. L’autorité des comtes de Toulouse sur la Septimanie est si amenuisée que les titres de « marquis de Gothie » ou « duc de Narbonne » sont plus éclatants qu’efficients23.

25La puissante famille des Trencavels possède tout ou partie des comtés d’Albi, Carcassonne, Béziers et Agde séparant ainsi les possessions toulousaines en deux fragments : celui du Toulousain et Quercy, celui des pays Rhodaniens. Cette situation affaiblit d’autant plus la dynastie de Toulouse que les vicomtes Trencavels seront généralement dans le camp de leurs adversaires constants : les comtes de Barcelone.

26Dans d’autres secteurs de leur zone d’influence, les comtes ont réussi à conserver une suzeraineté sur les seigneuries héréditaires qui se sont constituées par fragmentation du pagus. Mais les possessions personnelles des comtes paraissent avoir été bien amenuisées par les donations pieuses, les rémunérations, les usurpations ; dans le pagus tolosanus même, berceau de la puissance familiale, des territoires importants sont inféodés à d’autres seigneurs : comtes de Foix pour la basse vallée de l’Ariège, comtes de Comminges pour la plaine de la Garonne jusqu’à Muret, seigneurs de l’Isle-Jourdain pour la vallée de la Save. Des vicomtes sont installés en Lauragais.

  • 24 Sur les villes du Midi Toulousain, outre les études déjà citées de A Dupont, voir P. C. Timbal, "Le (...)
  • 25 Sur la ville de Toulouse, on peut lire les études générales de Ramet, Histoire de Toulouse, 1935, e (...)

27Les habitants des villes eux-mêmes s’appliquent à conquérir leur autonomie au XIIe siècle. L’ampleur du développement économique, et la pression des élites urbaines (chevaliers et bourgeois) ont incité les comtes à octroyer de larges privilèges à leurs cités. Elles constituent ainsi des corps autonomes dans l’ensemble toulousain24. Toulouse même, berceau et palladium de la dynastie, possède à la fin du siècle ses chefs, ses juges, ses finances, sa milice25. Le loyalisme habituel de la ville vis-à-vis de ses comtes ne doit pas faire oublier qu’elle se comporte en véritable seigneurie.

  • 26 Ainsi, le droit de battre monnaie appartient, non seulement au comte de Toulouse, mais à un nombre (...)
  • 27 Sur les institutions féodales, outre l’article récent de A. R. Lewis (Ann. Midi, 1964, t. 76, pp. 2 (...)
  • 28 A. Fliche, "L’État toulousain", art. cité, p. 79 et s.

28Ce phénomène de désagrégation du pagus en seigneuries est sans doute commun à toutes les principautés. Il se révèle particulièrement dangereux pour la puissance des comtes, car la société méridionale se caractérise par la fragmentation poussée des éléments de puissance publique et la faiblesse des liens féodaux. Dans ces contrées où les traditions individualistes sont demeurées vivaces, la dégradation du pouvoir central laissait place à une situation quelque peu anarchique. Les droits seigneuriaux sont morcelés à l’extrême26. Une subordination féodale précise est lente à s’établir27. Les devoirs vassaliques – notamment l’aide militaire – ne sont ni fréquemment demandés, ni exactement rendus28.

  • 29 Ainsi, Alphonse Jourdain tente d’imposer les principes féodaux de contrôle seigneurial sur une mine (...)
  • 30 Raymond IV, s’est croisé en 1095 en faisant vœu d’achever sa vie en Terre Sainte. Son puissant vois (...)
  • 31 En 1163, après une série de guerres, Raymond V fait reconnaître sa suzeraineté par le vicomte de Ca (...)

29La nécessité de consolider leur pouvoir en tirant parti des principes féodaux et de leur situation éminente n’a pas échappé aux comtes, notamment Raymond IV et Alphonse-Jourdain29. Mais les comtes de Toulouse se sont tournés trop constamment vers la Terre Sainte, durant les temps favorables à la consolidation des principautés. Soit piété sincère, soit fascination des aventures lointaines, trois comtes iront successivement combattre et mourir outre Méditerranée, en laissant leurs possessions exposées aux convoitises et à l’agitation30. Leur successeur Raymond V, plus réaliste, va consacrer à la gestion de ses états les quarante années de son règne, dans la seconde moitié du XIIe siècle ; les possessions de la dynastie s’en trouvent consolidées31.

  • 32 Le voyage de Louis VII, en 1154, annonce le regroupement futur. Les villes et les établissements re (...)

30Mais la croissance des monarchies entraîne de nouveaux périls : les comtes doivent défendre leurs états contre les rois d’Aragon, successeurs des comtes de Barcelone et les rois d’Angleterre, ducs d’Aquitaine tandis que le roi de France se soucie à nouveau des affaires du Midi et y paraît en souverain32.

  • 33 La liaison entre episcopatus et comitatus, qui avait favorisé avant la Réforme la main-mise de la f (...)
  • 34 Cf. les études de M. Foreville et de M. R. Folz in Recueil de la Société Jean Bodin, Éd. de la Libr (...)

31Enfin, l’Église, arrachée à l’emprise laïque par la Réforme Grégorienne entend acquérir l’indépendance, même dans ses fiefs. Plus d’un évêque exerce les pouvoirs de comte33. Les comtes de Toulouse ne réussissent même pas à conserver l’appui de l’Église, devenue première puissance internationale. Les évêques du Midi se tourneront progressivement vers le roi et le pape ; ils soutiendront la croisade du Nord contre les forces de résistance méridionales. Dans le cadre de la principauté féodale de Toulouse, on retrouve cette influence corrosive de l’Église vis-à-vis du pouvoir monarchique, relevée déjà pour des princes souverains34.

  • 35 Sur la Croisade des Albigeois, A. Luchaire, Innocent III. La Croisade des Albigeois, Paris 1905 ; A (...)

32Au début du XIIIe siècle, la situation du comté de Toulouse est brusquement mise en cause à propos de l’hérésie albigeoise : le comte de Toulouse et les barons méridionaux sont vaincus (bataille de Muret, 1213) et dépouillés de leur patrimoine par le 4e Concile du Latran. Simon de Montfort, vainqueur, devient maître du Midi, sous la suzeraineté du roi. C’est maintenant lui qui s’intitule « comte de Toulouse » et « duc de Narbonne »35.

*

33Au XIIIe siècle, les possessions des comtes de Toulouse se présentent comme un ensemble plus ferme dans ses institutions, et plus cohérent dans ses fondements. Mais le temps de l’indépendance est bien achevé. La principauté est placée dans le sillage des Capétiens, avant d’être absorbée dans le domaine des rois.

  • 36 Dès la fin de l’année 1209, Simon de Montfort prend le titre de vicomte de Béziers et Carcassonne, (...)
  • 37 Les articles I à XI des Statuts de Pamiers sont consacrés aux droits du clergé et aux obligations r (...)
  • 38 Les biens des hérétiques, confisqués, seront soumis aux conquérants.
  • 39 Les barons de France et leurs chevaliers doivent répondre à l’appel du comte avec le nombre de guer (...)

34Lorsque Simon de Montfort devient maître du pays36, il s’applique à transformer les institutions pour constituer un fief solide et asseoir définitivement la victoire de l’orthodoxie. Les statuts de Pamiers, au 1er décembre 1212, organisent le pays conquis. L’Église reçoit une position privilégiée37. La puissance de la féodalité méridionale est détruite, au profit des guerriers conquérants38. L’établissement d’un réseau strict de subordination féodale doit assurer la cohésion de l’ensemble, et la solidité de la nouvelle principauté39.

  • 40 Histoire Générale de Languedoc, t. V, n° 270-271.

35Cependant, le règne de Montfort est de courte durée. Raymond VII, alliant la constance au courage, s’efforce dès 1216, de reconquérir pièce à pièce les domaines de ses pères, avec l’aide des barons et du peuple méridional. La royauté saisit alors l’occasion de recueillir les fruits de la guerre. Au traité de Paris, en 122940 Raymond VII, conserve une partie de ses possessions : le comté de Toulouse avec une partie de l’Albigeois, l’Agenais, le Quercy, sauf Cahors, la suzeraineté sur le Rouergue. Mais il s’engage à prendre pour gendre et successeur le frère du roi Louis IX. L’ancien duché de Narbonne, incorporé au domaine royal, constitue les deux sénéchaussées de Carcassonne et Beaucaire. Le Marquisat de Provence, et les possessions d’outre Rhône, confisquées au profit de Rome, seront restituées au comte Raymond VII à partir de 1234.

  • 41 Ibidem, t. V, n° 288-318, 323, 324, passim. Sur l’histoire de Raymond VII outre les études générale (...)
  • 42 Sur les bastides : Curie-Seimbres, Essai sur les villes fondées dans le Sud-Ouest de la France (pri (...)
  • 43 A. Molinier, "Étude de l’administration féodale en Languedoc", dans Histoire Générale de Languedoc, (...)

36Raymond VII avait pris conscience des faiblesses de l’œuvre de ses pères. Rentré en possession de territoires moins étendus, mais mieux @concentrés qu’autrefois, il s’attache à consolider patiemment ses possessions, à l’imitation peut-être des Capétiens. Grâce à une fortune encore importante en dépit des confiscations, il acquiert avec constance des parts dans les seigneuries et péages, il parcourt inlassablement ses états, se fait inféoder les châteaux, reçoit les hommages, crée des chevaliers41 ; il s’assure de la fidélité des villes, intervient dans les élections consulaires ; il crée des bastides, centres de peuplement et de défense42 ; il s’applique à renforcer les liens féodaux et à perfectionner l’encadrement administratif43.

37Mais le dernier comte de la lignée de Saint-Gilles n’est plus en mesure de contrecarrer avec succès la suprématie de l’Église et de la royauté.

  • 44 Sur l’Université de Toulouse : C. E. Smith, The University of Toulouse in the Middle age. Its Origi (...)
  • 45 Sur l’Inquisition dans le Midi, voir notamment : J. Guiraud, Histoire de l’inquisition au Moyen Age(...)

38Les institutions destinées à extirper l’hérésie : l’Université de Toulouse, fondée en 122944, et le tribunal de l’Inquisition, établi en 123345, ne manquent pas de faire régresser l’esprit d’autonomie des méridionaux. Raymond VII échoue lorsqu’il essaie d’assurer la survie de sa maison et de ses états en se remariant pour obtenir un héritier mâle et rompre le traité de Paris. Le comté de Toulouse n’échappe pas à l’étreinte capétienne. À la mort de Raymond VII, en 1249, ses possessions passent sous l’autorité de son gendre Alphonse.

  • 46 Notamment en ce qui concerne la réception d’hommages, l’acquisition de droits seigneuriaux, l’établ (...)
  • 47 Notamment par l’usage des enquêteurs, l’accroissement des pouvoirs des agents du comte, la lutte co (...)
  • 48 Aux témoignages d’avidité que sa correspondance multiplie, on peut joindre le curieux document sign (...)

39Le gouvernement d’Alphonse de Poitiers accentue les efforts de consolidation de l’autorité et de centralisation administrative entamés par son prédécesseur46. Il y joint un souci d’information et d’efficience tout capétien47. L’avidité d’Alphonse et de ses auxiliaires aggrave le poids des charges financières imposées aux populations méridionales48. En droit, c’est en 1271 seulement que s’éteint la dynastie des comtes, à la mort sans postérité d’Alphonse et de Jeanne, fille de Raymond VIL En fait, le comté avait été progressivement absorbé dans l’orbite capétienne. Il sera incorporé sans heurt au domaine royal par les commissaires de Philippe III le Hardi.

*

  • 49 Cf. A. Luchaire, "Les Premiers Capétiens" (Histoire de France publiée sous la direction d’E. Laviss (...)

40La disparition d’une dynastie si brillante, aux possessions si étendues, est généralement attribuée au contraste entre les ambitions vastes et multiples des comtes et leurs pouvoirs imprécis et contestés. Tantôt les historiens critiquent cette absence de réalisme, tantôt ils s’avouent touchés par la grandeur de cette « généreuse imprévoyance »49 ou plaignent le sort d’une dynastie qui avait consacré le meilleur de ses ressources au service de l’Église et fut victime d’une croisade. Au niveau des techniques institutionnelles, la dynastie de Toulouse ne semble pas avoir pris conscience à temps de la nécessité de substituer une nouvelle forme de pouvoir cohérente à la situation confuse issue des temps carolingiens.

  • 50 Ce n’est point que les notions d’utilité publique ou commune soient absolument ignorées. Mais elles (...)

41Plus imaginatifs que réalistes, les comtes ne songent guère à utiliser à leur profit les nouveaux courants des droits laïques et religieux. Rien de comparable aux forces que les Capétiens sauront trouver dans le rite du sacre, les concepts de garde du royaume et des églises, de bien commun50. Entre les Capétiens et la dynastie de Toulouse, le contraste des destins est éclatant : les premiers, qui ne possédaient plus, au XIe siècle, qu’un mince prestige et un domaine restreint, ont su ménager leurs forces, calculer leurs efforts, orienter leur politique selon leurs intérêts et leurs moyens ; les seconds longtemps plus riches et plus glorieux, ont dispersé leurs efforts, sans réussir à accéder au statut de souverain, ni à constituer un fief stable et unifié.

42L’histoire de l’effort des comtes de Toulouse pour affermir leur monocratie dans la société féodale, indique quels sont les éléments favorables à l’affermissement d’un pouvoir monarchique : une suprématie fondée sur des principes nets, des liens solides assujettissant les gouvernés aux gouvernants, une politique pragmatique et réfléchie. Leur échec même souligne qu’une forme de pouvoir ne conserve ses chances de durer qu’en renouvelant constamment ses ressources et ses justifications par l’utilisation avisée des forces sociales du temps.

GÉNÉALOGIE DES COMTES DE TOULOUSE

GÉNÉALOGIE DES COMTES DE TOULOUSE

Bibliographie

Compléments bibliographiques

La constitution des lignages "princiers" et les formes de leur gouvernement ont été étudiées, après M. Bloch, M. L. Ganshof et J. Dhondt, Étude sur la naissance des principautés en France (Xe-XIe siècles), Bruges, 1948, par de nombreux historiens, principauté par principauté dans le cadre d’études globales de la société (Poly, La Provence, op. cit., 1976 ; Bonnassie, La Catalogne, op. cit., 1973, Rouche, L’Aquitaine, …, op. cit., 1979) ; Magnou-Nortier, La province ecclésiastique de Narbonne, op. cit., 1974 ; Fossier, Picardie, 1968, Duby, Maçonnais, 1963 ; Mussot-Goulard, Gascogne, 1982 ; Lauranson-Rosaz, Auvergne, 1987, op. cit. ; Ourliac, Les pays de Garonne…, op. cit., 1993.

D’autres historiens ont orienté leurs recherches vers un lignage princier : J. Boussard, Le comté d’Anjou sous Henri Plantagenet et ses fils (1151-1204) ; O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, 1972 ; Y. Sassier, Recherches sur le pouvoir comtal en Auxerrois du Xe siècle au début du XIIIe siècle, Auxerre, 1980 ; J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation de duché (du XIe au XIVe siècle), Dijon, 1956 ; Bur, La formation du comté de Champagne, vers 950- vers 1150, Nancy, 1977 ; E. Bournazel, Le gouvernement capétien au XIIe siècle.

Parmi les ouvrages de synthèse, K. F. Werner, Les origines (avant l’an mil) et J. Favier, "Le temps des principautés", dans l’Histoire de France, sous la direction de J. Favier ; J. P. poly et E. Bournazel, La mutation féodale, X-XIIe siècle, P.U.F., Nelle Clio, 2e éd., 1991.

Les maisons comtales et vicomtales dans le bas Languedoc ont suscité des recherches récentes : J. Caille, "Les seigneurs de Narbonne dans le conflit Toulouse-Barcelone au XIIe s.", Ann. Midi, juill.-sept. 1985, t. 97, n° 171, pp. 227-243 ; H. Katsura, "Serments, hommages et fiefs dans la Seigneurie de Guilhem de Montpellier (fin du Xle-début du XIIIe siècles)", Ann. Midi, 1992, t. 104, pp. 141- 164 ; Th. Strasser, "La maison vicomtale de Narbonne aux Xe et XIe siècles", Ann. Midi, 1993, t. 105, n° 204, pp. 489-537 ; M. de Framond, "La succession des comtes de Toulouse autour de l’an mil (940- 1030)”, Ann. Midi, oct.-déc. 1993, t. 105, n° 204, pp. 461-488 ; Strasser, "Autour de Roger le Vieux, les alliances matrimoniales des comtes de Carcassonne", Ann. Midi, t. 108, n° 215, avril-juin 1996, pp. 165-186. En dernier lieu : D. Baudis, Raymond le Cathare, Toulouse, 1997 et Raymond d’Orient, 1999.

Notes

1 Georges Boyer, professeur et doyen honoraire de la Faculté de droit de Toulouse, fut l’auteur de divers articles consacrés au droit toulousain : ils ont été réunis dans le premier volume de : Georges Boyer, Mélanges d’histoire du droit occidental, Toulouse, 1962, publiés par les soins de l’Académie de Législation de Toulouse. Le dernier volume, en préparation, comprendra les travaux inédits consacrés au droit toulousain. Nous signalerons ici, les études relatives au sujet traité : "La Faculté de droit de l’Université de Toulouse" (1229-1929), pp. 68 et s. ; "Un texte inédit du XIIe siècle sur l’atelier monétaire de Toulouse", pp. 151 et s., "La nature juridique de l’exécution testamentaire", pp. 159 et s. ; "Remarques sur l’administration de Toulouse au temps d’Alphonse de Poitiers", pp. 198 et s.

2 Augustin Fliche, membre de l’Institut, professeur et doyen de la Faculté des Lettres de Montpellier est connu de tous les médiévistes pour ses études d’histoire religieuse. Peu de temps avant son décès, il avait rédigé un article sur "l’État toulousain" pour le volume collectif : Histoire des Institutions françaises au Moyen Age, tome I, Institutions seigneuriales, sous la direction de F. Lot et R. Fartiez, Paris, P.U.F., 1957. Cette étude, bien précise et dense, constitue le meilleur résumé d’une histoire du fief toulousain.

3 Hubert Richardot, alors chargé de cours à la Faculté de droit de Toulouse, avait rédigé une importante étude sur : "Le fief roturier à Toulouse au XIIe et XIIIe siècles", parue dans la Revue historique de droit français et étranger, 1935, pp. 307-359 et 495-569. Cette monographie fondée sur un dépouillement très soigné des sources, constitue un point de départ indispensable pour toute recherche sur la féodalité en pays toulousain.

4 Principales sources imprimées : Une documentation très riche est constituée par les textes imprimés dans les volumes II, V, VIII et l’Histoire Générale de Languedoc, de doms Cl. Devic et J. Vaissette, nouvelle éd., Toulouse, Privât 1872- 1879.
À compléter par : Teulet (A), De Laborde (J.), Berger (E.), Delaborde, Layettes du Trésor de Chartres, Paris, 5 vol., 1863-1909 ; Molinier (A.), Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers, Paris, 1894-1900, 2 vol., (Coll. doc. inédits hist de France) ; Fournier (P. F.) et Guebin (P.), Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers ; arrêts de son parlement tenu à Toulouse et textes annexes (1249-1271), Paris, 1959, 1 vol., (Coll. doc. inédits hist. de France) ; Leonard (E. G.), Catalogue des actes de Raymond V de Toulouse (Thèse complém. Lettres, Paris), Nîmes, 1932 ; Limouzin-Lamothe (R.), La Commune de Toulouse et les sources de son histoire, étude historique et critique, suivie de l’édition du Cartulaire du Consulat, Toulouse, 1932 ; Tardif (A.), Coutumes de Toulouse. (Recueil de textes pour servir à l’enseignement de l’histoire du droit), Paris, 1884.
La bibliographie des Cartulaires méridionaux est donnée par : Stein (E.), Bibliographie générale des cartulaires français, Paris, 1907. À compléter par : Contrasty (J.), Cartulaire de Sainte-Foy-de-Peyrolières, Toulouse, 2 vol., 1917-1919 ; ROUQUETTE (J.), Cartulaire de Béziers, Livre Noir, Paris, 1918 ; Verlaguet (P. A.), Cartulaire de l’abbaye de Bonnecombe, Rodez, 1925, Arch. hist. Rouergue, t. V ; Verlaguet (P.A.), Cartulaire de l’abbaye de Bonneval, Rodez, 1938, Arch. hist. Rouergue, t. XIV ; Couderc (C.), Cartulaire de l’abbaye de Nonenque , Rodez, (s.d.), Arch. hist. Rouergue, t. XVIII.
On utilisera aussi le recueil commode et fort riche de : Brunel (C.), Les plus anciennes chartes en langue provençale. Recueil de pièces originales antérieures au XIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1926 et 1952.

5 Orientation Bibliographique – Études Générales : Devic et Vaissette, Histoire Générale de Languedoc, nouvelle éd., t. III à VIII, 1872-1879 ; et les notes parues dans ces volumes. (Notamment, les notes généalogiques du tome IV : notes VII et VIII, XI, XIV à XVII, XX à XXVI, XXXIII, XXXVI, et Molinier (A.), "Étude sur l’administration féodale en Languedoc (900-1250)", dans le tome VII, note XLVI, pp. 132-212). Dupont (A.), Les Cités de la Narbonnaise première depuis les invasions germaniques jusqu’à l’apparition du Consulat, 1942, (Thèse lettres). Catel (G.), Histoire des comtes de Tolose, Toulouse, 1923 ; il convient d’ajouter les études actuelles de A. R. Lewis, "La féodalité dans le Toulousain et la France méridionale (850- 1050)", dans : Ann. Midi, 1964, t. 76, pp. 247-259, et The development of Southern French and Catalan Society, pp. 718-1050, à l’excellente mise au point déjà citée de A. Fliche, "L’État toulousain" (dans Histoire des Institutions françaises au Moyen Age, tome I, Institutions Seigneuriales, 1957).

6 Sur les origines de la dynastie et du Comté de Toulouse : Devic et Vaissette, Histoire Genérale de Languedoc, t. III, pp. 88-90 et t. IV, pp. 24-27 et notes sur les différents lignages féodaux du Midi, ibidem ; F. Lot, Fidèles et vassaux, (thèse lettres Nancy), 1903, pp. 93-127 ; Auzias, L’Aquitaine carolingienne, pp. 441 et suiv. ; J. Calmette, "Comtes de Toulouse inconnus", dans Études médiévales, Toulouse, 1946, p. 72 et s. ; du même : "Les Comtes de Toulouse et de Rodez sous Charles le Chauve" dans Ann. Midi, 1905, p. 5 et s.

7 Durant le IXe siècle, l’histoire des comtes de Toulouse est liée à deux problèmes obscurs : celui de l’identification des divers comtes Bernard, celui de la fragmentation de la vaste « Marche de Toulouse » primitive en trois territoires soumis à trois marquis : celui de Toulouse, celui de Gothie, celui d’Espagne. Cf. Calmette, "Les comtes Bernard sous Charles le Chauve, état actuel d’une énigme historique", Mélanges Halphen, Paris, 1951, pp. 103-109 ; R. d’Abadals y Vinyals, Els primers comtes Catalans, Barcelona, 1958.

8 Les possessions de la Maison de Toulouse sont partagées entre les deux héritiers mâles du comte-marquis Eudes. Pendant un siècle, il y a lieu de distinguer la branche des comtes de Toulouse, qui prennent pendant quelque temps le titre de ducs d’Aquitaine et la branche des comtes de Rouergue, qui portent le titre de marquis de Gothie. Le comte de Rouergue, Hugues, meurt en 1053, sans postérité. À la mort de Berthe, comtesse de Rouergue et marquise de Gothie, les possessions de cette branche seront dévolues à Raymond de Saint-Gilles.

9 Guillaume IV déshérite ainsi sa fille, mariée au roi Sanche d’Aragon ; Cf. : J.H. Hill et L. L. Hill, Raymond IV de Saint-Gilles (1041 ou 1042-1105). Texte français traduit et mis au point par F. Costa et Ph. Wolff, Toulouse, Privat 1959, Bibl. Mérid., 2e série, t. XXXV, p. 19 et s.

10 Hist. de Languedoc, t. V, n° CCCXI, col. 738-739, daté de 1095 : donation à titre de douaire, par Bertrand, fils du comte Raymond, à son épouse Hélène de Bourgogne, de plusieurs comtés et évêchés, dont ceux de Viviers.

11 En 1125, un accord mettra fin aux démêlés entre les comtes de Toulouse et de Barcelone. Le titre de marquis de Provence est indivis entre eux. La zone réservée au comte de Toulouse s’étend entre l’Isère et la Durance, mais il ne possède directement que le Venaissin. Les vicomtes de Gap, les comtes de Diois et Valentinois sont, en principe, vassaux du comte de Toulouse. Un partage entre les maisons de Toulouse et de Forcalquier a lieu en 1129 (De Manteyer, La Provence, du premier au douzième siècle – Étude d’histoire et géographie politique, Paris, 1908, p. 322 et s.).

12 Rien n’indique que les comtes de Toulouse aient exercé la moindre suzeraineté sur les comtes de Fenouillèdes et de Roussillon, dépendant de la Marche d’Espagne. Le comté de Substantion et Melgueil paraît avoir été un alleu, jusqu’au moment où le comte Pierre, en 1085, le donne au Saint-Siège, pour le tenir de lui en fief. Au XIIIe siècle les comtes de Fezensac et d’Armagnac porteront l’hommage aux comtes de Toulouse, au moins pour une partie de leurs terres. (Histoire de Languedoc, t. VIII, col. 686-687 ; 929-930 ; c. 1162-1165). En ce qui concerne les rapports des comtes de Comminges avec les comtes de Toulouse, cf. les observations nuancées de : Higounet, Le Comté de Comminges de ses origines à son accession à la Couronne, pp. 186 et 187 et notes. Le comte de Comminges se reconnaîtrait l’homme du comte de Toulouse, pour l’ensemble du comté, seulement le 18 novembre 1244.

13 Les actes des comtes continuent normalement à mentionner le roi de France régnant.

14 Le roi Louis VI effectue, en 1134, une donation en faveur de l’église du Puy (Hist. de Languedoc, t. V, n° 527 – Col. 1002-1003). C’est au cours du voyage effectué dans le Midi en 1154, à l’occasion du pèlerinage à Saint-Jacques, que le roi Louis VII, paraît inaugurer une politique de largesses au profit des églises méridionales (ibidem, col. 1175, 1195, 1199, passim). Il avait déjà tenté une expédition en 1141, pour soutenir les prétentions aux possessions toulousaines de son épouse Aliénor, héritière d’Aquitaine.

15 Cf. en dernier lieu, J. H. Hill et L. L. Hill Raymond IV, op. cit., p. 25 et s.

16 Il n’est pas possible de déterminer les sources de ces richesses, en l’absence d’un relevé des ressources financières de la dynastie ; l’état de la documentation nous réduit à des hypothèses. Les comtes ont dû se réserver de nombreux péages dans l’étendue de leurs domaines. La main-mise sur les bénéfices ecclésiastiques pouvait être profitable. Le Midi languedocien a vu circuler d’importantes quantités d’or, jusqu’au temps des premières croisades. Il est vraisemblable que le financement de ces expéditions a absorbé la meilleure part des ressources des aristocraties méridionales. Cf. en dernier lieu, M. Castaing-Sicard, "Monnaies féodales et circulation monétaire en Languedoc (Xe-XIIIe siècles)", dans Cahiers Assoc. Marc Bloch : n° 4, Toulouse, 1961, pp. 70-71.

17 Higounet, "Un grand chapitre de l’histoire du XIIe siècle : La rivalité des maisons de Toulouse et de Barcelone pour la prépondérance méridionale" dans Mél. Halphen, 1951, pp. 313-322. Sur la politique des comtes de Toulouse voir notamment : A. Dupont, Les relations commerciales entre les cités maritimes du Languedoc et les cités méditerranéennes d’Espagne et d’Italie du Xe au XIIIe siècles (thèse complém. Lettres, Montpellier), Nîmes 1942 ; A. Dupont, "Les vues méditerranéennes des Comtes de Rouergue aux Xe et XIe siècles", dans : Actes XIVe Congrès Fédér. Soc. Sav. Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Rodez (1958), pp. 143-151.

18 Mentionnons parmi d’autres, le mariage de Raymond 1er, comte de Rouergue, marquis de Gotnie avec Berthe, nièce du roi d’Italie, Hughes ; le troisième mariage de Raymond IV avec Elvire de Castille ; le mariage de Raymond V avec Constance, sœur du roi de France, Louis VII ; les mariages de Raymond VI avec Jeanne d’Angleterre (4ème noce) et Eléonore d’Aragon (5ème noce) ; le mariage de Raymond VII avec Sanchie d’Aragon. (Histoire de Languedoc, passim).

19 Il n’y a pas lieu d’examiner si les règles successorales suivies par la famille de Toulouse, avant la fin du XIe siècle, étaient celles du droit de leur race (celui des Francs) ou les coutumes d’inspiration romaine (qui dominaient dans l’ancien Provincial J. H. Hill et L. L. Hill, op. cit., p. 4, note 4, observent que les comtes auraient suivi le principe agnatique pour les terres patrimoniales, cognatique pour les terres de Provence. Sur le régime successoral dans le Midi : outre les thèses de droit anciennes de Jarriand (Paris, 1889) et Auffroy (Paris, 1899), les études de P. C. Timbal (dans Études… dédiées à A. Dumas, 1950, pp. 283-306 et dans Rev. hist. droit, 1955, pp. 51-82), et Charrin (thèse droit, Montpellier, 1958).

20 Toutefois, les possessions conquises en Terre Sainte (Comté de Tripoli) seront conservées par la branche issue du comte Bertrand, fils aîné de Raymond IV, demeuré en Terre Sainte ; tandis que son frère puîné, Alphonse, succédera aux possessions continentales ; l’unité organique des territoires prévaut sur l’ordre des naissances. Cette plasticité des réglés successorales dans les familles princières a permis l’établissement dans mainte dynastie couronnée, d’un régime d’aînesse qui assurait l’unité de territoire (cf. M. Bloch, La société féodale : la formation des liens de dépendance, pp. 314-315). Le droit d’aînesse ne s’est pas implanté aisément dans les familles vicomtales du midi ; en 1130, lorsque meurt Bernard-Aton, vicomte de Carcassonne, Razès, Béziers, Agde, Nîmes, ses domaines sont partagés entre ses trois fils (Hist. Lang., op. cit., t. III, pp. 670-673).

21 Jusque vers 1060, la chancellerie est représentée par un seul notaire. Au temps de Raimond IV, apparaît le titre de chancelier. Par la suite, la fonction se dédouble, et les comtes créent un chancelier pour les pays d’outre Rhône. Le titre de connétable n’apparaît dans les documents qu’après 1160, celui de sénéchal, qu’après 1210. Cf., À. Molinier, Histoire de Languedoc, t. VII, note XLV, Organisation féodale, p. 128 et s. et p. 197 et s.

22 E. G. Leonard, Catalogue des actes de Raymond V de Toulouse. (Thèse compl. Lettres, Paris), Nîmes, 1932, p. XXII et s. : « Tout est ici embryonnaire, changeant et étroitement influencé par les conditions et les habitudes locales », observe l’auteur, à propos des usages de la chancellerie, reflet d’une organisation administrative elle-même imprécise. En ce qui concerne l’exercice de la justice, une organisation régulière de la cour des comtes de Toulouse est attestée aux environs de 1130 (G. Sicard, "Sur l’organisation judiciaire en Languedoc, milieu du Xe siècle-milieu du XIIe siècle" dans Annales publiées par la Faculté de droit d’Alger, 4° série, 1960).

23 Il ne saurait être question, dans le cadre de cette brève étude, de chercher à déterminer la nature des rapports entre le comte de Toulouse et les autres grands seigneurs méridionaux. Beaucoup de points restent obscurs, et l’économie des situations a certainement varié du IXe au XIIe siècle. Il semble, pour le Languedoc, que les vicomtes soient devenus seigneurs indépendants durant la seconde moitié du Xe siècle (cf. Histoire générale de Languedoc, tome IV notes XI, XX et XXI : tome VII, note 46, pp. 192-193, note LV p. 399 et s.). A. Grabois décrit l’échec d’une tentative du comte Alphonse Jourdain pour imposer une autorité efficace sur la vicomté de Narbonne (1134-1143) ; dans : Ann. Midi, t. 78, 1966, pp. 23-36. La constitution d’une lignée vicomtale peut résulter aussi de la prise du titre de vicomte par le seigneur d’une vicaria (cf. E. Boutaric, "Organisation judiciaire en Languedoc", dans Bibliothèque de l’École de Chartes, 4e série, tome I (1855), pp. 206-207. Sur les Vicomtes, outre les ouvrages déjà mentionnés : L. Noguie, ’’Les Vicomtes de Béziers", dans : Bull. Soc. Archéol., Béziers, 2e série, t. XIII, 1885, pp. 237-505 ; J. P. Cros-Mayrevielle, Histoire du Comté et de la vicomté de Carcassonne, Paris-Carcassonne, 2 vol. 1846-1896. Sur l’organisation féodale à Béziers, voir aussi : M. Vidal, “Episcopatus“ et pouvoir épiscopal à Béziers à la Veille de la croisade albigeoise, Thèse droit, Montpellier, 1951.

24 Sur les villes du Midi Toulousain, outre les études déjà citées de A Dupont, voir P. C. Timbal, "Les Villes de Consulat dans le Midi de la France, histoire de leurs institutions administratives et judiciaires", dans : Publications de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des Institutions, Tome VI, La Ville, Institutions administratives et Judiciaires, Bruxelles, 1954 ; et G. Sautel, "Les Villes du Midi Méditerranéen au moyen-âge : Aspects économiques et sociaux", ibidem, tome VII, La ville, Institutions économiques et sociales. Parmi les études déjà anciennes : A. Martin, Histoire de la ville de Lodève, Montpellier, 1900, 2 vol. ; F. Fabrege, Histoire de Maguelonne, Paris, Montpellier, 1894-1911, 3 vol. ; A. Germain, Histoire de la Commune de Montpellier, Montpellier, 1851,3 volumes.

25 Sur la ville de Toulouse, on peut lire les études générales de Ramet, Histoire de Toulouse, 1935, et Ph. Wolff, Histoire de Toulouse, 1958. Pour la période féodale, outre les livres de A. Dupont, et Limouzin-Lamothe, déjà cités, on doit retenir : J. H. Mundy, Liberty and political power in Toulouse, 1050-1230, New York, Columbia Univ. Press, 1954.

26 Ainsi, le droit de battre monnaie appartient, non seulement au comte de Toulouse, mais à un nombre élevé de seigneurs (cf. M. Castaing-Sicard, Monnaies féodales et circulation monétaire en Languedoc, op. cit., passim). Sur les institutions monétaires en Languedoc on peut consulter aussi : A. Germain, "Mémoire sur les anciennes monnaies de Melgueil", dans : Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1ère série, t. III, p. 132 ; J. Chalande, "Monnaies épiscopales et baronnales de la province de Languedoc" dans Histoire Générale de Languedoc, t. VII, note LV, pp. 388-418 ; G. Pierfitte, "Monnaies des Comtes de Toulouse", dans Revue Numismatique, 1935, pp. 47-65. À Toulouse, les droits sur les monnaies se trouvent eux-mêmes morcelés, cf. : G. Boyer, "Un texte inédit sur l’atelier monétaire de Toulouse" dans Ann. Fac. droit Aix, 1950, pp. 37-65 et Mélanges d’histoire du droit occidental, p. 151 et s. Les droits de péage sont également fort morcelés. En ce qui concerne les cours d’eau navigables, les comtes ont pu conserver des prérogatives de puissance publique, tandis que les particuliers, de leur côté, n’hésitent pas à se comporter en propriétaires sur la Garonne (cf. G. Sicard, Aux origines des Sociétés Anonymes, les moulins de Toulouse au Moyen-Age, p. 55 et s.).

27 Sur les institutions féodales, outre l’article récent de A. R. Lewis (Ann. Midi, 1964, t. 76, pp. 247-259), quelques monographies significatives : R. Michel, "Les chevaliers du château des Arènes de Nîmes au XIIe et XIIIe", dans Revue historique, t. CII, 1909, pp. 4-50 ; H. Richardot, "Le fief roturier à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles", dans Revue historique de droit français et étranger, 1935. En matière d’administration de la justice, les institutions carolingiennes commencent à se déformer dès la première moitié du Xe siècle. Une organisation judiciaire féodale ferme ne se reconstitue que vers 1130-1140. Durant près de deux siècles, la situation est fort confuse.

28 A. Fliche, "L’État toulousain", art. cité, p. 79 et s.

29 Ainsi, Alphonse Jourdain tente d’imposer les principes féodaux de contrôle seigneurial sur une mineure, héritière de la vicomté de Narbonne (A. Grabois, "Un épisode dans l’évolution vers la désagrégation de l’État toulousain au XIIe siècle : l’intervention d’Alphonse Jourdain à Narbonne – 1134-1143", dans : Ann. Midi, t. 78,1966, pp. 23- 36.

30 Raymond IV, s’est croisé en 1095 en faisant vœu d’achever sa vie en Terre Sainte. Son puissant voisin, le duc d’Aquitaine en profite pour envahir le Comté de Toulouse en 1098 ; Bertrand, fils de Raymond IV, à qui son père avait laissé les possessions continentales en partant pour la Terre Sainte, paraît avoir reconquis ses domaines vers 1100 (Histoire Générale de Languedoc, t. V, n° 8, p. 399, 400, 408). Mais il s’embarque à son tour après le décès de son père laissant le comté de Toulouse à son jeune frère Alphonse (Ibidem, t. III, pp. 566-581 et t. V, n° 433). La longue minorité de ce dernier favorise une nouvelle invasion du pays toulousain par le duc d’Aquitaine (ibidem, n° 451, 453, 454). Alphonse ne reconquiert ses États que vers 1120 (ibidem, n° 478, 482). Comme ses deux prédécesseurs, il répondra a l’appel du Saint-Siège. Il meurt en Palestine en 1148, durant la seconde croisade.

31 En 1163, après une série de guerres, Raymond V fait reconnaître sa suzeraineté par le vicomte de Carcassonne, la vicomtesse de Narbonne et le seigneur de Montpellier. Il place également le comté de Melgueil sous son autorité et rétablit son pouvoir sur celui de Nîmes, cf. : E. G. Léonard, Catalogue des actes de Raymond V de Toulouse, op. cit. ; A. Fliche, "L’État Toulousain" art. cité, pp. 86-87.

32 Le voyage de Louis VII, en 1154, annonce le regroupement futur. Les villes et les établissements religieux reprennent conscience de l’existence du roi. Celui-ci ne manque point de multiplier les chartes en faveur des églises ou de les soutenir contre la féodalité laïque (Histoire Générale de Languedoc, t. III, pp. 796-795 et 804-805, t. V, n° CCCXCV, DIII, DIV, DV ; t. VI, pp. 56-57). Le roi entre également en rapport avec les vicomtes et les attire dans l’orbite capétienne (ibidem, t. III, pp. 843-850). Sous Philippe-Auguste, il n’est plus douteux que le comte de Toulouse soit l’un des grands vassaux du roi.

33 La liaison entre episcopatus et comitatus, qui avait favorisé avant la Réforme la main-mise de la féodalité sur les évêchés, permettra ensuite aux évêques de se mettre en possession des droits régaliens. Au XIIe siècle, la plupart des évêques ont obtenu ou revendiqué les pouvoirs comtaux dans leur diocèse (A. Fliche, art. cité, passim ; H. Vidal, "La première vie de Saint-Fulcrand et le triomphe de l’episcopatus lodèvois au XIIe siecle", dans Ann. Midi, t. 77, 1965, pp. 7-20). Guillaume IV, fort respectueux du Saint-Siège, avait rendu une complète liberté à l’Église de Toulouse dès 1077 et 1079 ; cf. en dernier lieu : E. Magnou, "L’introduction de la réforme grégorienne à Toulouse, fin du XIe-début XIIe siècle", Cahiers de l’Association Marc Bloch – Études d’histoire méridionale, n° 3, Toulouse 1958, 93 + 42 p. ; sur la politique des comtes de Toulouse vis-à-vis de l’Église, voir A. Fliche, art. cit., pp. 86-87.

34 Cf. les études de M. Foreville et de M. R. Folz in Recueil de la Société Jean Bodin, Éd. de la Librairie Encyclopédique, Bruxelles, 1969.

35 Sur la Croisade des Albigeois, A. Luchaire, Innocent III. La Croisade des Albigeois, Paris 1905 ; A. Fliche, Ch. Touzellier, Y. Azais, "La chrétienté romaine, 1198-1274", (Histoire de l’Église des Origines à nos jours, tome X) ; P. Belperron, La Croisade contre les Albigeois et l’union au Languedoc à la France, 2é éd., Paris, 1952. Des recherches actives sur l’histoire religieuse mentale, sociale en Languedoc aux XIIe et XIIIe siècle sont organisées dans le cadre des "Colloques de Fanjeaux", publiant les Cahiers de Fanjeaux, t. 1, 2 et 3, éd. Privat, Toulouse.

36 Dès la fin de l’année 1209, Simon de Montfort prend le titre de vicomte de Béziers et Carcassonne, à la place du vicomte Raymond-Roger, mort en prison le 10 novembre. Après la bataille de Muret, il s’empare de la majeure partie du territoire toulousain. Le concile de Montpellier le désigne comme souverain légitime des anciennes possessions de la Maison de Toulouse. Le Concile de Latran, en 1215 décide que Simon dominerait le pays conquis par les Croisés. Simon de Montfort prend le titre de Seigneur d’Albi et de Razès au printemps 1211 (Histoire Générale de Languedoc, t. VIII, n° 157-158-159). Il paraît avoir pris le titre de comte de Toulouse et duc de Narbonne à la suite du Concile de Latran (cf. Histoire Générale de Languedoc, t. VIII, n° 187-189). Le roi Philippe-Auguste reçoit l’hommage pour le comté de Toulouse et le duché de Narbonne en avril 1216 (ibidem, n° 187- I et II).

37 Les articles I à XI des Statuts de Pamiers sont consacrés aux droits du clergé et aux obligations religieuses. Les privilèges et libertés des établissements ecclésiastiques seront respectés : les dîmes et redevances au clergé payées régulièrement ; les privilèges de juridiction des clercs sont confirmés ; il est interdit d’élever des châteaux sur les possessions ecclésiastiques ; enfin, divers articles ont pour but d’imposer l’orthodoxie.

38 Les biens des hérétiques, confisqués, seront soumis aux conquérants.

39 Les barons de France et leurs chevaliers doivent répondre à l’appel du comte avec le nombre de guerriers fixé lors de la concession du fief. Durant vingt années, seuls, les chevaliers « français » sont admis à rendre le service d’ost. Les châteaux doivent être rendus à réquisition du comte. Il est interdit d’en élever sans autorisation du comte. Statuts de Pamiers, Histoire Générale de Languedoc, t. V, col. 626 et s.).

40 Histoire Générale de Languedoc, t. V, n° 270-271.

41 Ibidem, t. V, n° 288-318, 323, 324, passim. Sur l’histoire de Raymond VII outre les études générales sur la dynastie, Belperron, op. cit., p. 341 et s.

42 Sur les bastides : Curie-Seimbres, Essai sur les villes fondées dans le Sud-Ouest de la France (principalement bastides), Toulouse, 1880 ; P. Ouruac, "Les villages de la région toulousaine", Annales E.S.C., 1949 ; O. de Saint-Blanquat, "Comment se sont créés les bastides du Sud-Ouest de la France", Annales E.S.C., 1949 ; Ch. HIGOUNET, “Bastides et frontières”, Le Moyen Age, 1948 ; Ch. Higounet, "La frange orientale des bastides", Ann. Midi 1949… passim…

43 A. Molinier, "Étude de l’administration féodale en Languedoc", dans Histoire Générale de Languedoc, t. VII, p. 128 et s.

44 Sur l’Université de Toulouse : C. E. Smith, The University of Toulouse in the Middle age. Its Origins and growth to 1500, A.D., Milwaukee (Wisconsin), The Marquette University Press, 1958. Plus spécialement consacrés à la Faculté de droit et à l’enseignement du droit au XIIIe siècle : Boyer, La faculté de droit de Toulouse, déjà cité ; E. M. Meijers, "Responsa doctorum Tholosanorum", Haarlem, 1938, Inst. hist. droit Leiden, sér. 11, 6 et E. M. Meijers, Études d’histoire du droit, publiées par les soins de R. feenstra et H. F. W. D. Fischer, III, Le droit romain au Moyen-Age, Première partie : A. L’enseignement du droit dans trois Universités du XIIIe siècle ; B. Histoire des Sources, Leyde, Université, 1959.

45 Sur l’Inquisition dans le Midi, voir notamment : J. Guiraud, Histoire de l’inquisition au Moyen Age, Paris, Picard, 2 vol., 1935- 1938 ; Y. Dossat, Les Crises de l’inauisition toulousaine au XIIIe siècle 1233-1273, Bordeaux, 1959, 403 p.

46 Notamment en ce qui concerne la réception d’hommages, l’acquisition de droits seigneuriaux, l’établissement de pariages, la constitution de bastides. Sur les sources de l’histoire d’Alphonse de Poitiers, voir note 4. Comme éléments principaux de la bibliographie, on peut citer : A. Mounier, Étude sur l’administration de Louis IX et d’Alphonse de Poitiers (1226-1271) ; Histoire générale de Languedoc, tome VII, note LIX, pp. 462-570 ; E. Boutaric, Saint-Louis et Alphonse de Poitiers, Paris, 1870 ; P. Dognon, Les Institutions politiques et administratives du pays de Languedoc, du XIIIe siècle aux guerres de religion, Toulouse, 1895. La politique d’urbanisation d’Alphonse de Poitiers est minutieusement étudiée par Ch. Higounet, dans ses études sur les bastides, citées plus haut note 42.

47 Notamment par l’usage des enquêteurs, l’accroissement des pouvoirs des agents du comte, la lutte constante contre les libertés des communautés urbaines et les particularismes locaux. Cf. A. Fliche, art. cité, pp. 92-98.

48 Aux témoignages d’avidité que sa correspondance multiplie, on peut joindre le curieux document signalé par G. Boyer, "Remarques sur l’administration de Toulouse au temps d’Alphonse de Poitiers", dans : Recueil des Mémoires et travaux… des pays de droit écrit, fasc. VI, 1955, pp. 5-10, réédité dans : G. Boyer Mélanges d’histoire du droit occidental, p. 198 et s.

49 Cf. A. Luchaire, "Les Premiers Capétiens" (Histoire de France publiée sous la direction d’E. Lavisse, t. Il, 2e partie, Paris, 1901), p. 304 : « Avec leur généreuse imprévoyance, leur amour des expéditions lointaines, leur dédain de la politique utilitaire, ces barons toulousains ne manquent pas de grandeur ».

50 Ce n’est point que les notions d’utilité publique ou commune soient absolument ignorées. Mais elles ne sont pas invoquées par les seuls comtes, et ces derniers ne paraissent pas avoir songé à les invoquer systématiquement comme un fondement de leur pouvoir, sauf peut-être au XIIIe siècle. Vis-à-vis des établissements ecclésiastiques, les comtes ont joué un rôle de protection supérieure mais, sans élaborer, à partir de cette situation, une action politique terme et constante, ni des principes institutionnels assurés. Quant au droit romain savant, il a pénétré dans le Midi languedocien et toulousain, aux XIIe et XIIIe siècles, indépendamment semble-t-il de l’action des comtes. Ce nouveau droit est vu avec suspicion ou mépris par l’aristocratie méridionale (P. Ourliac, "Troubadours et juristes", dans Cahiers de civilisation médiévale, avril-juin 1965, pp. 159-177), il sera, au contraire, utilisé au XIIIe siècle par les Capétiens comme moyen de détruire les particularismes et résistance au Midi. Dans la région toulousaine, le droit savant sera plutôt considéré comme un intrus contre lequel il y a lieu de défendre les coutumes locales. Sur l’introduction du droit romain dans le Midi : E. Meynial, "Les renonciations au Moyen Age et dans l’ancien droit", dans : Nouv. rev. hist. droit, 1900, pp. 108-142 ; 1901, pp. 241-277 ; 1902, pp. 49-78 et 649-710 ; 1904, pp. 698-746 ; du même : "De l’application du droit romain dans la région de Montpellier au XIIe et au XIIIe siècles", dans : Atti del Congresso internazionale di Scienze storiche, Rome, 1903, vol. IX ; du même : "Remarques sur la réaction populaire contre l’invasion du droit romain en France aux XIIe et XIIIe siècles", dans Mélanges Chabaneau, Erlangen, 1907, pp. 552-584 ; P. Tisset, "Placentin et l’enseignement du droit de Montpellier, droit romain et coutume dans l’ancien pays de Septimanie", dans Rec. des Mém. et Travaux de la Soc. d’hist. du droit et des Instit. des anciens pays de droit écrit, II, 1951 ; A. Goüron, "L’évolution de la pratique juridique en Rouergue, aux XIIe et XIIIe siècles, usages autochtones et influences extérieures", dans Rouergue et Confins, Actes du Congrès de Rodez (1958) de la Fédération des Soc. Académiques et Savantes, Languedoc, Pyrénées, Gascogne, Rodez, s.d. ; M. Castaing-Sicard, Les contrats dans le très ancien droit toulousain (Xe-XIIIe s.), Toulouse, 1959, p. 528 et s.

Notes de fin

1 Article paru in Recueils de la Société Jean Bodin, T. XXII : "La Monocratie", Éd. de la Société encyclopédique, Bruxelles, 1969.

Table des illustrations

Titre GÉNÉALOGIE DES COMTES DE TOULOUSE
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/12152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search