Version classiqueVersion mobile

Mélanges Germain Sicard

 | 
Germain Sicard

Préface

Henri Gilles

Texte intégral

1La longue amitié qui me lie à Germain Sicard me vaut d’introduire ce recueil de Mélanges que l’Université des sciences sociales de Toulouse lui offre à l’occasion de son départ à la retraite. C’est en effet une amitié nouée il y a près d’un demi-siècle, un beau jour de printemps, sous le préau de notre ancienne Faculté de Droit. À cette époque, Georges Boyer, Jean Dauvillier et Paul Ourliac, qui composaient à eux trois la section d’Histoire, avaient entrepris d’initier les jeunes docteurs toulousains aux arcanes de la leçon d’agrégation. Déjà, leurs disciples Jean Imbert et Jehan de Malafosse étaient victorieusement entrés dans la carrière, André Viala et Henri Morel allaient bientôt les rejoindre et nous étions impatients de suivre le même chemin. Je revenais moi-même à l’Alma Mater après un long détour et il me fallait obtenir un troisième diplôme d’études supérieures, jusqu’alors négligé : je n’oublierai jamais la gentillesse avec laquelle Germain Sicard et Mireille Castaing ont alors accueilli le "clerc vagant" que j’étais et la générosité dont ils ont fait preuve envers moi en me communiquant la documentation dont ils disposaient et qui m’était nécessaire. Pourtant, sitôt jointes, nos routes se sont séparées pour un temps : la mienne conduisait aux bords du Tibre, pour un séjour d’érudition, celle de Germain Sicard, pensionnaire de la renommée Fondation Thiers, le menait aux bords de Seine. Revenu deux ans à Toulouse comme assistant à la Faculté, il partait, chargé de cours, à Grenoble, puis, professeur agrégé, allait enseigner pendant trois ans à l’Université encore française d’Alger. Nous nous rejoignîmes ensuite à Toulouse et renouâmes notre première amitié ; elle ne s’est jamais démentie tandis que se déroulaient nos carrières parallèles dans la Ville rose.

2Le présent volume témoigne de l’activité scientifique considérable de Germain Sicard. Cette activité, il l’a poursuivie sans relâche malgré les lourdes tâches administratives qu’il a constamment accepté de remplir : directeur d’UER pendant plusieurs années, fondateur du Centre d’histoire du droit de la Faculté et quasi-créateur, de toutes pièces, de la bibliothèque adjointe à ce Centre, il a encore participé à un jury d’agrégation et siégé comme membre, puis comme président, à la section d’histoire du droit du Comité national des Universités. En sus de ces fonctions officielles, déjà absorbantes il faut mentionner son engagement, au plan régional et national, dans les mouvements et associations familiales, où il n’a refusé ni son temps ni sa peine.

3Les articles réunis ici révèlent dans quel sens s’est exercée cette activité et, outre leur intérêt scientifique, les amis de Germain Sicard y trouveront avec plaisir le reflet de la personnalité de l’auteur. Pour ma part, en médiéviste impénitent, j’aime à y constater une certaine fidélité aux enseignements de son maître Georges Boyer, dont l’influence se fait sentir dans le choix des articles consacrés aux institutions médiévales de Toulouse et de sa région et ce m’est l’occasion de rappeler combien sa thèse sur les moulins de Toulouse a renouvelé nos connaissances sur les mécanismes juridique de l’économie au Moyen-Age et a mis en évidence leur intérêt pour la genèse des sociétés par actions.

4Mais Germain Sicard a très vite tourné sa curiosité vers des périodes plus modernes : du XVIIIe siècle à nos jours, les thèmes de ses travaux correspondent à trois de ses préoccupations constantes : la famille, la religion et l’époque de la révolution française de 1789, thèmes d’ailleurs si étroitement liés dans son œuvre qu’il est parfois difficile de les classer en l’une ou l’autre catégorie.

5Dans sa vie personnelle et privée, la famille a toujours constitué un des piliers de l’existence de Germain Sicard et il est normal qu’il se soit appliqué à fonder intellectuellement cet attachement. Il a été à l’origine d’une grande enquête sur les contrats de mariage dans la région toulousaine au cours du XIXe siècle qui lui a permis de mieux dater l’évolution profonde qui a conduit à l’abandon du régime dotal, traditionnel dans notre région, au bénéfice du régime de communauté, profondément étranger à l’esprit méridional des temps passés. Il lui a paru également utile d’enquêter sur les pratiques testamentaires pour montrer les correctifs apportés aux principes égalitaires trop rigides imposés par le Code civil. Mais il ne s’est pas contenté de scruter les aspects patrimoniaux du droit familial. Il a observé avec finesse les changements divers qu’a connu l’institution familiale tant à l’époque révolutionnaire avec l’apparition du divorce, qu’à l’époque moderne avec la promulgation des lois natalistes votées à l’issue de la Grande Guerre. Père de famille nombreuse, il s’est penché sur le sort des enfants et sur les transformations apparues dans leur éducation et leur instruction. D’où de nombreuses études (qui n’ont pas toutes été reproduites dans ce recueil) sur l’organisation de l’enseignement primaire public, sur l’action en ce domaine de l’administration et plus particulièrement, de nos jours, du Conseil général, sur l’éducation religieuse dispensée au cours des âges aux enfants, en utilisant des sources qui peuvent apparaître bien banales, mais finalement riches de substance : les manuels d’enseignement et les catéchismes.

6L’histoire de l’enseignement religieux ne pouvait en effet laisser indifférent un homme qui, avec simplicité, discrétion mais détermination, n’a jamais fait mystère de son attachement à la religion de ses pères. Son intérêt pour tout ce qui touche à ce domaine nous vaut une série de travaux, qu’il s’agisse de la belle synthèse fournie pour l’époque moderne dans sa contribution à l’Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident, mise en chantier par Gabriel Le Bras, que des articles constituant une partie de ce volume. La personnalité de saint Bernard et son action sur les temps troublés du XIIe siècle l’ont retenu un instant, mais c’est plutôt vers le catholicisme des époques non moins bouleversées du XIX e et du XXe siècle qu’il a tourné ses interrogations. Le choix forcément restreint effectué pour ce recueil ne rend compte que d’une partie de son œuvre mais constitue une vue d’ensemble sur le catholicisme social, depuis sa genèse au début du XIXe siècle jusqu’à son épanouissement au cours de ce siècle et sa codification dans les grandes encycliques du XXe, sans négliger les enseignements de prélats aussi engagés que le fut Monseigneur Saliège, dont le souvenir demeure en bien des Toulousains.

7C’est d’ailleurs sous l’angle de la religion que Germain Sicard avait abordé l’étude de l’époque révolutionnaire qui devait par la suite concentrer une bonne partie de son attention. Il m’a souvent paru fasciné par cette époque brutale, aux éclairages violents et aux ténébreuses profondeurs : en juriste, il en apprécie les innovations institutionnelles, en historien des idées, il en détermine et en scrute la philosophie, en chrétien, il en déplore les excès à l’égard de la religion et du clergé, en homme enfin, il ne peut que compatir au sort des victimes et s’élever contre les violences qu’elles ont subies. Cette somme de réflexions l’a conduit, il y a peu de temps, à l’organisation d’un important colloque sur la Terreur, dont il nous livre la conclusion dans ces Mélanges. Il y donne un compte-rendu sobre et courageux des drames qui ont marqué cette tourmente, s’appuyant sur les travaux d’historiens tels que François Furet, Jean de Viguerie, François Bluche, que les feux d’artifice bruyants de la célébration du Centenaire de la révolution ont peu impressionnés.

8Il me reste à évoquer un aspect plus discret, presque secret, de l’œuvre et de la personnalité de Germain Sicard ; il tient en un mot : c’est un Toulousain. Certes, il ne l’est pas de façon agressive ni exaltée, mais, à travers la plupart de ses travaux, se manifeste son affection pour le pais, l’intérêt constant qu’il a porté tant à son passé et à ses institutions qu’à sa croissance présente et à son avenir, sentiments plus ou moins exprimés mais bien réels. L’homme méridional en lui ne renie jamais ses origines : comment le pourrait-il ? Il respire chaque jour les brises de l’autan, il partage joyeusement avec ses amis les délices gastronomiques de la Cocagne et Mireille Sicard a enseigné à ses enfants l’allègre et charmante musique du vieux Nadal tindayre : C’est là le lien aimable et solide qui relie entre eux les travaux présentés ici : que le lecteur trouve plaisir à le déceler !

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search