Version classiqueVersion mobile

Droit romain, jus civile et droit français

 | 
Jacques Krynen

Images de Rome

Images de Rome dans la littérature française du xviie siècle

Marie-Bernadette Bruguière

Texte intégral

  • 1 SIDOINE APOLLINAIRE, Ep., I, 6 ; RUTILIUS NAMATIANUS, De reditu suo, I, v. 47-90 ; SALVIEN, De Gube (...)
  • 2 Sur le XVIIe siècle, J. ROUSSET, La littérature de l’âge baroque en France, Paris, 1983 ; PILLORGET (...)
  • 3 FLEURY (Claude), 1686, Cf. WAQUET (F.), Le latin ou l’empire d’un signe, XVIe-XXe s., Paris 1998, p (...)
  • 4 MOLIÈRE, La Gloire du Val-de-Grâce, 1669, v. 21-22, 83, 89-90.
  • 5 TOLLON (B.) et PRIN (M.), « Un projet inédit pour la façade du Capitole : Toulouse et Rome au XVIIe (...)
  • 6 PURE (Abbé de), Idées des spectacles anciens et nouveaux, Paris 1668, p. 206 et 204- 205.
  • 7 NÉRAUDAU (J.-P.), « Ovide au château de Versailles », Colloque Présence d’Ovide, éd. R. CHEVALLIER, (...)
  • 8 NÉRAUDAU (J.-P.), L’Olympe…, p. 239 et 49.

1Inspiratrice et rivale, Rome en France, et dès avant la France, fascine ou irrite : fierté romaine de Sidoine Apollinaire ou Rutilius Namatianus et rejet de Salvien, parade « auguste » de Clovis à Tours et hostilité à la Ville persécutrice du « grand prologue » de la loi salique, souvenir impérial de Charlemagne et agacement face aux prétentions de la Rome des Césars germains ou des papes se sont tour à tour inscrits dans les mémoires. Le XVIe siècle a opposé à la Rome providentielle et évangélisatrice du catholicisme la Babylone pontificale des protestants, et suscité un « mythe d’origine » germanique face à la légende troyenne gallo-franque1. Mais si à l’aube du grand siècle2 les images sont variées, voire contradictoires, un seul mot s’impose pour caractériser Rome, « omniprésente » : ce n’est pas ici de pénétration qu’il s’agit, mais bien d’imprégnation. Une imprégnation qui commence par la langue, à l’école : l’enfant apprend à lire en latin « parce que nous le prononçons plus comme il est écrit que le français », et le collège est le monde du latin, comme l’Université3. En matière d’art, Rome est une référence indispensable : Poussin, Claude le Lorrain, et bien d’autres y font de longs séjours, avant même la création en 1666 de l’Académie de France à Rome ; Molière loue Mignard de déployer au Val-de-Grâce « les précieux trésors / Que le Tibre (l’a) vu ramasser sur ses bords » dans un décor « assaisonné du sel de nos grâces antiques », loin de la barbarie qui « de la grande Rome abattant les remparts, / Vint, avec son empire, étouffer les beaux-arts »4. Louis XIV voit dans la façade du théâtre d’Orange « le plus beau mur du Royaume », et le projet de Rivalz, à Toulouse, pour la façade du Capitole vers 1676, s’inspire d’une « tradition qui vient de la Rome antique et dont les exemples du palais des Conservateurs et de la Rome du Bernin s’imposaient avec plus d’autorité »5. L’abbé de Pure en 1668 souhaite voir observer en France « cette coutume de Rome d’ériger des arcs triomphaux solides et durables pour y conserver contre le temps le souvenir des belles actions et des mérites des héros », et ajoute « S’il est quelque chose parmi nous qui puisse être comparé aux triomphes romains […], ce sont sans doute les entrées que les bonnes villes font à leurs souverains »6. Ovide inspire la décoration de Versailles, dans les tableaux des salons et les fontaines du parc7. Le Roi importe des « antiques », non seulement pour orner ses jardins mais pour « affirmer que l’imperium jadis détenu par Rome revient à la France. Pour la même raison, et avec la même illusion magique, il se fait représenter en imperator romain », un costume qu’il avait déjà revêtu dans les carrousels8

  • 9 Cf l’épisode de Phaéton, Métamorphoses, II, v. 211-263.
  • 10 Métamorphoses, I, v. 89-150 ; pour les quatre âges de la création.
  • 11 La moisson de nos champs lassera nos faucilles, / Et les fruits passeront la promesse des fleurs(...)
  • 12 Phaéton (1683), prologue : Astrée : « Ma félicité ne peut être parfaite, / Que le Ciel n’ait rendu (...)
  • 13 « A ce coup nous voyons qu’Astrée/ Veut encore en cette contrée/ Faire éclater la splendeur de ses (...)
  • 14 Deuxième discours à madame de la Sablière.
  • 15 Enéide, VI, 771-772.
  • 16 TALLEMANT DES RÉAUX, Historiettes, Vicomtesse d’Auchy, Marquis d’Assigny, M. de Lisieux, etc. ; SAI (...)
  • 17 SÉVIGNÉ (madame de), Lettre à madame de Grignan, du 19 septembre 1677 (éd. R. DUCHÊNE, « Pléiade », (...)
  • 18 ALARIC, 1654 ; Clélie, 1654-1660 ; La Carithée, 1621 ; LE VAYER DE BOUTIGNY, Mithridate, 1648-1651  (...)
  • 19 SOREL (C.), Histoire comique de Francion (1623), éd. E. Roy, Paris 1924, I, p. 179 ; MAINARD, La be (...)
  • 20 RACINE, Les Plaideurs, III, 3 ; CORNEILLE, Le menteur I, 6 (On ne peut dire aux dames « Si vous ave (...)
  • 21 CORNEILLE, Horace, 1640 ; CHEVREAU, La Lucrèce romaine, 1637 ; DU RYER, Lucrèce, 1638 ; Thomas CORN (...)

2La littérature reflète la même omniprésence. Certes, on ne connaît aujourd’hui qu’assez peu cette littérature : la poésie héroïque est oubliée, le roman à peu près inconnu. Le théâtre même, en ce siècle qui en voit la véritable naissance, ne survit que sous forme d’anthologie, et pour préparer cette étude, il a fallu, pour bien des auteurs, procéder uniquement par sondages. Il est vrai que nous disposons en revanche de textes qui n’étaient pas destinés à une publication immédiate ou systématique, correspondance ou mémoires : tant dans cette littérature « intime » que dans la littérature « commerciale », Rome, par son histoire ou sa propre littérature, est toujours là. Saint-Amant s’inspire d’Ovide pour décrire « l’Eté de Rome »9. Les Métamorphoses se mêlent à la IVe églogue de Virgile pour inspirer les évocations du retour de l’âge d’or10, de Malherbe11 à Quinault12, en passant par Racan, Mairet ou Benserade13. La Fontaine court « en un moment de Térence à Virgile »14. Plaute inspire à Rotrou Les Sosies, à Molière Amphitryon ou l’Avare. Scarron s’amuse à « travestir » Virgile, « Tous ceux-là couronnés de chêne, / Qui se tiennent comme une chaîne, / Sont tes illustres descendants, / Lesquels feront bien les fendants… », mais qui pourrait s’amuser de ces impertinences sans connaître l’Enéide 15, ou en 1666 rire au Ballet des Muses de voir Arlequin et Scaramouche caricaturer Cicéron et Hortensius, sans une teinture de littérature latine ? De même Ovide bouffon ou les Métamorphoses burlesques de Richer, en 1649, Ovide en belle humeur de d’Assoucy en 1650, ou la même année l’Hératotechnie ou l’Art d’aimer d’Ovide en vers burlesques, prudemment signée des seules initiales D.L.B.M., ne peuvent intéresser que les lecteurs familiers des textes parodiés. Tallemant fourmille de références romaines, Saint-Simon compare les mœurs de César et du prince de Conti, la Bruyère promène son Dorus « en litière sur la voie Appienne, précédé de ses affranchis et de ses esclaves... ; il ne lui manque que des licteurs »16 ; madame de Sévigné se baigne « à la Sénèque », le cardinal de Retz évoque le cheval de Caligula, Agrippa d’Aubigné assimile Michel de l’Hospital à Papinien, Pascal suspend le sort du monde au nez de Cléopâtre, et Boileau se compare à Caton17 Georges de Scudéry compose un long poème héroïque sur Alaric, ou Rome vaincue, sa sœur Madeleine transpose ses contemporains dans la Rome antique dans Clélie, histoire romaine, Gomberville, dans La Carithée, narre les amours d’Agrippine et de Germanicus, et de Caius et Bérénice sous Tibère, et le roman « héroïque » choisit souvent des sujets romains18. Le Francion de Charles Sorel, avant de découvir les romans, « n’avait jamais rien lu que les Épîtres familières de Cicéron et les Comédies de Térence » ; Mainard, sur les bords du Tibre, rêve à Cloris « Au lieu de chercher Rome en ses vastes débris » ; à Paris, il se reproche de faire de sa « pauvre tête / Une boutique de latin », en se nourrissant de « la rhétorique et la doctrine / Des vieux Grecs et des vieux Romains ». Malebranche se moque des gens qui « ne savent pas la généalogie des princes qui règnent présentement... mais qui vous apporteront plusieurs autorités pour vous prouver qu’un citoyen romain était allié d’un empereur ». Saint-Evremond approuve la formation des vieux Romains : « Il n’y a guère eu de grands personnages à Rome qui n’aient passé par les dignités du sacerdoce, qui n’aient été du Sénat et tirés du Sénat pour commander les armées ». Tristan l’Hermite « console » Idalie de la mort d’un amant en rappelant que « César est dans la tombe aussi bien qu’un infâme », et Lortigue dans le Désert en 1637 est sensible à la poésie des ruines, « J’aime à voir ces vieux Colisées. Qui sont à demi ruinés... ». Chez Molière, Métaphraste abrutit Albert d’un cours de littérature latine, et Mascarille veut « mettre en madrigaux toute l’histoire romaine »19. La comédie ironise, sans méchanceté, sur le droit romain et ceux qui l’étudient : Racine « enrichit » le Digeste d’une loi Si quis canis et d’un paragraphe caponibus ; Dorante, le menteur, se prétend officier, et non étudiant en droit, pour mieux plaire aux belles ; Mathieu Crochet « sait tout son Cujas sur le bout de son doigt » ; Monsieur de Bonnefoy, notaire de Béline, expose qu’en pays de droit écrit, un mari peut tester en faveur de sa femme, mais que « la coutume y résiste » ; le Pancrace du Mariage forcé se vante d’être docteur in utroque jure, et l’avocat bredouilleur de Pourceaugnac énumère « Législateurs et glossateurs, / Justinian, Papinian, / Ulpian et Tribonian, / Fernand, Rebuffe, Jean Imole, / Paul, Castre, Julian, Barthole, / Jason, Alciat et Cujas, / Ce grand homme si capable... »20. Mais surtout la tragédie, de Sophonisbe de Montchrestien en 1596 à Manlius Capitolinus de la Fosse en 1698, emprunte massivement ses sujets à Rome (encore nous bornerons-nous ici aux emprunts à l’histoire, et non à la littérature romaine, notamment l’Enéide) : d’Horace ou Lucrèce à Stilicon, Bélisaire ou Héraclius 21, toute l’histoire romaine est passée en revue, sans restriction (c’est seulement après la révolution française que les tyrannicides ou les complots contre le souverain tendront à être bannis de la scène). Pour l’abbé d’Aubignac, « il faut enseigner des choses qui maintiennent la société publique, qui servent à retenir les peuples dans leurs devoirs et qui montrent toujours les souverains comme des objets de vénération, environnés des vertus comme de la gloire et soutenus de la main de Dieu ». Directement ou a contrario, les sujets romains peuvent illustrer ce programme et l’illustrent en effet.

  • 22 Œuvres de J.L. de Guez, sieur de Balzac, éd. L. MOREAU, Paris 1854, Discours 1er, Le Romain, p. 212

3Dans l’ensemble, l’image de Rome est positive : « elle a su mêler comme il faut l’art avec l’aventure, la conduite avec la fureur, la qualité divine de l’intelligence dans les actions brutales de la partie irascible », affirme Guez de Balzac22 ; elle est une référence nécessaire en matière de grandeur et d’intelligence politique. Les critiques sont généralement nuancées, et l’admiration l’emporte largement sur le ressentiment.

« Ah ! Que le nom de Romain est un nom précieux…! »23

  • 23 CORNEILLE, Tite et Bérénice, IV, 3.
  • 24 Discours sur l’histoire universelle, éd. B. VELAT et Y. CHAMPAILLER, «Pléiade», Paris 1961, p. 1006 (...)
  • 25 Contra Symmachum, I, 287-290 ; II, 586-609.
  • 26 Discours…, p. 948-949 ; p. 1026 ; p. 949, 748, 761.

4C’est sans doute Bossuet qui a le mieux expliqué et justifié cette admiration, dans le Discours sur l’Histoire universelle. Certes, les Romains, « quand ils eurent goûté la douceur de la victoire, voulurent que tout leur cédât, et ne prétendirent à rien moins qu’à mettre premièrement leurs voisins, et ensuite tout l’univers, sous leurs lois. Leurs injustices étaient d’autant plus dangereuses qu’ils savaient mieux les couvrir du prétexte spécieux de l’équité, et qu’ils mettaient sous le joug insensiblement les rois et les nations, sous couleur de les protéger et de les défendre […] Mais s’ils étaient injustes et cruels pour conquérir, ils gouvernaient avec équité les nations subjuguées […] Les Romains rendaient meilleurs tous ceux qu’ils prenaient, en y faisant fleurir la justice, l’agriculture, le commerce, les arts mêmes, et les sciences. C’est ce qui leur a donné l’empire le plus florissant et le mieux établi, aussi bien que le plus étendu qui fût jamais. Les honneurs du peuple victorieux peu à peu se communiquèrent aux peuples vaincus : le sénat leur fut ouvert, et ils pouvaient aspirer jusqu’à l’empire. Ainsi, par la clémence romaine, toutes les nations n’étaient plus qu’une seule nation, et Rome fut regardée comme la commune patrie […] Si les lois romaines ont paru si saintes, que leur majesté subsiste encore malgré la ruine de l’empire, c’est que le bon sens, qui est le maître de la vie humaine, y règne partout, et qu’on ne voit nulle part une plus belle application des principes de l’équité naturelle »24. Mais Rome a de plus servi les desseins de la Providence : comme le disait déjà Prudence25, la dimension de l’empire a permis la diffusion du christianisme : « Dieu qui avait résolu de rassembler dans le même temps le peuple nouveau de toutes les nations, a premièrement réuni les terres et les mers sous ce même empire. Le commerce de tant de peuples divers, autrefois étrangers les uns aux autres, et depuis réunis sous la domination romaine, a été un des plus puissants moyens dont la Providence se soit servie pour donner cours à l’Evangile. Si le même empire romain a persécuté durant trois cents ans ce peuple nouveau qui naissait de tous côtés dans son enceinte, cette persécution a confirmé l’Église chrétienne, et a fait éclater sa gloire avec sa foi et sa patience. Enfin l’empire romain a cédé […] Les empereurs ont employé leur pouvoir à faire obéir l’Eglise : et Rome a été le chef de l’empire spirituel que Jésus-Christ a voulu étendre par tout la terre ». Rome enfin, toujours selon le plan de Dieu, a préparé la gloire de la France : Bossuet évoque « la fortune de Rome de Romulus à Charlemagne » ; « les nations qui ont envahi l’empire romain y ont appris peu à peu la piété chrétienne, qui a adouci leur barbarie ; et leurs rois, en se mettant chacun dans sa nation à la place des empereurs, n’ont trouvé aucun de leurs titres plus glorieux que celui de protecteurs de l’Eglise », Clovis « mérita le titre de très-chrétien à ses successeurs », et « enfin l’an 800 de Notre-Seigneur, ce grand protecteur de Rome et de l’Italie, ou pour mieux dire de toute l’Église et de toute la chrétienté, élu empereur par les Romains sans qu’il y pensât, et couronné par le pape Léon III, qui avait porté le peuple romain à ce choix, devint le fondateur du nouvel empire »26.

5On peut aisément trouver dans la littérature, et particulièrement dans la tragédie, l’illustration de ces trois thèmes, la grandeur, le rôle providentiel, la préparation de la France.

Rome, modèle de grandeur :

6C’est peut-être Du Ryer qui a donné de ce thème la formulation la plus éclatante, en 1646 dans Scévole, avec cette proclamation du héros : « Je suis Romain, Porsenne, / Et tu vois sur mon front la liberté romaine […] / Le propre des Romains, en tous lieux invincibles, / C’est de faire et souffrir des choses impossibles ». Cette grandeur altière va se décliner dans tous les domaines.

  • 27 HERLAND (L.), Horace ou Naissance de l’Homme, Paris 1952, p. 106-107.
  • 28 RACINE, Bérénice, IV, 5 : souvenir de Régulus, Manlius Torquatus et Brutus l’Ancien.

7Grandeur dans le sacrifice tout d’abord, avec Horace : le vieil Horace, bien sûr (« Que des plus nobles fleurs leur tombe soit couverte ; / La gloire de leur mort m’a payé de leur perte... »), mais aussi et surtout Horace lui-même, dans sa vérité restituée par Louis Herland, où la fameuse tirade, « Le sort qui de l’honneur nous ouvre la carrière […] », « est à sa manière un sublime Fiat voluntas tua, non pas résigné mais vibrant, un consentement, une adhésion totale à la volonté divine […] Il a supprimé le malheur en lui trouvant un sens. Ce n’est plus un malheur qui tombe sur eux, c’est un sacrifice, effroyable mais sublime, auquel il sont appelés »27. Les Romains de Corneille feront de cette grandeur une habitude ; le Régulas de Pradon (1688), le Brutus (l’Ancien) de Catherine Bernard et Fontenelle (1690) s’efforcent d’y atteindre. Titus se remémore leur exemple pour tenter de les imiter : « Rome a de mes pareils exercé la constance. / […] L’un, jaloux de sa foi, va chez les ennemis / Chercher avec la mort la peine toute prête ; / D’un fils victorieux l’autre proscrit la tête ; / L’autre, avec des yeux secs et presque indifférents, / Voir mourir ses deux fils, par son ordre expirants. / Malheureux ! Mais toujours la patrie et la gloire / Ont parmi les Romains remporté la victoire »28.

  • 29 CORNEILLE, Cinna, V, 3 ; GUÉRIN DU BOUSCAL, La mort de Brute et de Porcie ou la vengeance de la mor (...)

8Grandeur aussi dans le courage, la fierté, le sens de l’honneur et la maîtrise des passions : « Je suis maître de moi comme de l’univers, / Je le suis, je veux l’être ». Nul ne rejoindra Auguste sur cette cime altière, mais le stoïcisme aide certains émules à en approcher, ainsi dans La Mort de Brute et de Porcie : « j’estime une âme sage / A qui nul accident ne change le visage / et qui, goûtant des maux ou des félicités, / Ne se porte jamais dans les extrémités » ; Marc Antoine évoque « cette noble chaleur / Qui d’un cœur héroïque excite la valeur » ; « Veuve du jeune Crasse et veuve de Pompée, / Fille de Scipion, et pour dire encor plus, / Romaine, mon courage est encore au-dessus », affirme Cornélie ; Virginie, qui doit céder au chantage ou passer pour esclave, demande à son père de la tuer et se frappe finalement elle-même, alors que l’insurrection allait la sauver ; Lucrèce s’effraie des interprétations calomnieuses qui pourraient souiller sa mort : « Hélas ! de quels malheurs est ma gloire suivie ! / Je la perds par ma mort, je la perds par ma vie », mais seule cette gloire lui importe. Cette grandeur doit être défendue : otage, ou plutôt prisonnière au camp d’Attila, Honorie répète que « le sang des Césars ne souffre pas de maître » ; face à l’offre de paix d’Alaric, Honorius s’inquiète : « Pouvez-vous m’y porter sans vouloir qu’on déclare / Que sous Honorius Rome a craint un barbare ? ». Et cette grandeur en impose aux ennemis ou aux vainqueurs eux-mêmes : « Sauvez l’impératrice en sauvant votre gloire », demande à Genséric son propre fils ; « Si Crassus est défait, Rome n’est pas détruite », rappelle Eurydice à Pacorus, « De nouveaux escadrons leur vont enfler le cœur ; / Et vous avez besoin encor de son vainqueur ». Et Nicomède déjà avait reconnu : « Du grand art de régner (Rome) sait la maxime. / […] toute âme généreuse / D’avoir votre amitié doit se tenir heureuse ». Rome est un exemple moral : quand Attale dit à Arsinoé « je n’ai vu que des vertus à Rome », il est sincère, et ce souvenir compte autant que l’exemple de son frère dans son revirement final29.

  • 30 DESMARETS DE SAINT-SORLIN, Scipion, 1640 (Cf aussi PRADON, Scipion l’Africain, 1697) ; LA CALPRENÈD (...)

9Rome est grande aussi dans la générosité envers les vaincus : « J’admire ta valeur, ta grâce, ta noblesse. / Pour notre honneur commun, fais que j’admire encor / La sagesse qu’en toi tout l’univers admire », dit Olinde à Scipion, et Scipion sera magnanime. Rome n’est impitoyable qu’envers les ennemis irréconciliables : Mithridate ne peut « implorer la clémence et recevoir des lois / De ceux que (sa) valeur a vaincus tant de fois », et sait que ce serait inutile : « J’ai versé trop souvent le sang de cette ville, / Et celles de l’Asie en ont assez reçu / Pour étouffer l’espoir que j’en aurais conçu. / Cent mille citoyens, de qui la destinée se finit dans le cours d’une seule journée, / Flacce, Cotta, Fimbrie, et Triaire vaincus, / Cent trophées dressés de leurs pesants écus, / Et mille autres témoins d’une sanglante haine / Ne me peuvent laisser qu’une espérance vaine ». Et tandis que Pharnace insinue hypocritement « Rome en votre faveur, facile à s’apaiser […] », Xipharès interrompt avec lucidité : « Rome poursuit en vous un ennemi fatal, / Plus conjuré contre elle et plus craint qu’Annibal. / Tout couvert de son sang, quoi que vous puissiez faire, / N’en attendez jamais qu’une paix sanguinaire, / Telle qu’en un seul jour un ordre de vos mains / La donna dans l’Asie à cent mille Romains ». Pour de semblables raisons, Rome ne peut épargner Sophonisbe : des trois pièces consacrées à la fille d’Asdrubal dans le premier siècle du théâtre français, la première n’est qu’une longue déploration, mais dont le sous-titre, La Carthaginoise, est révélateur ; la seconde, qui « inaugure avec éclat le règne de l’histoire romaine dans la tragédie française » est le drame d’un amour maudit, mais aussi de la haine entre Carthage et Rome : Syphax reproche à Sophonisbe de lui avoir fait trahir Rome, et Lélie rappelle à son tour à Massinisse : « Avant que le poison de ses regards charmants / Eut mis le vieux Syphax au rang de ses amants, / Ce prince était-il pas, ôté la perfidie, / Le plus grand que jamais ait vu la Numidie ? / […] Elle ne cessa point que pour plaire à sa haine, / Il n’eût abandonné la puissance romaine. / […] Voyez si sans sujet nous craignons aujourd’hui, / Que le même rocher ne vous perde avec lui ». Chez Corneille, Sophonisbe devient l’incarnation d’une haine envers Rome qui dicte toutes ses actions : « Quand j’épousai Syphax, je n’y fus point forcée […] / Je vous quittai sans peine, et tous mes vœux trahis / Cédèrent avec joie au bien de mon pays. / En un mot, j’ai reçu du ciel pour mon partage / L’aversion de Rome et l’amour de Carthage », explique-t-elle à Massinisse, et tout en l’épousant, elle espère aussitôt : « Peut-être avec le temps j’en aurai l’avantage / De l’arracher à Rome et le rendre à Carthage./ […] Il est à mon pays puisqu’il est tout à moi ». Syphax la peint à Lélius : « C’était une Alecton que déchaînait Carthage : / Elle avait tout mon cœur, Carthage tout le sien. / […] Ce vainqueur avec elle épousera Carthage ». Lélius à son tour s’indigne « que le même artifice / Qui nous ôta Syphax nous vole Massanisse », et il ajoute plus tard « quant à Sophonisbe, il m’est permis de dire / Qu’elle est Carthaginoise ; et ce mot doit suffire » ; pourtant, il lui fait promettre que Scipion la traiterait en reine, si elle revient à Syphax ; Rome ici serait donc prête à se laisser fléchir, à condition de protéger son allié ; et Lélius, apprenant le suicide de Sophonisbe, conclut « une telle fierté devait naître romaine ». Corneille, au mépris de l’histoire, prête même à Rome des désirs généreux envers Annibal, qu’auraient seules perdu la haine de Flaminius et les machinations ambitieuses d’Arsinoé, qui s’en ouvre à Cléone : « Ne leur impute pas une telle injustice : / Un Romain seul l’a faite, et par mon artifice. / Rome l’eût laissé vivre, et sa légalité / N’eût point forcé les lois de l’hospitalité./ […] Elle aurait vu couler sans crainte et sans envie / Chez un prince allié les restes de sa vie »30.

  • 31 Voir le tableau tracé par Rutile (LA FOSSE, Manlius Capitolinus, III, 5) : « Il faut qu’en ce repos (...)
  • 32 Cf. HERLAND (L.), « Cinna » ou le péché et la grâce, fragments édités par S. DOSMOND, Toulouse 1984 (...)
  • 33 CORNEILLE, Sertorius, III, 1 ; LA FOSSE, Manlius Capitolinus, I, 1 ; V, 1 ; I, 3.

10Cette grandeur, on la retrouve, dévoyée mais généreuse, chez des rebelles ou des conjurés, dont le tort est de vouloir rétablir la justice par une rébellion qui susciterait de plus grands maux31 et qui, depuis saint Thomas d’Aquin au moins, est donc condamnable. Emilie, Cinna, et Maxime défendent, outre leurs intérêts, une noble cause32. Sertorius s’indigne de la dictature de Sylla et de l’obéissance de Pompée : « Est-ce être tout Romain qu’être chef d’une guerre / Qui veut tenir aux fers les maîtres de la terre ? / Ce nom, sans lui et vous, nous serait encor dû : / C’est par lui, c’est par vous que nous l’avons perdu. / C’est vous qui sous le joug traînez des cœurs si braves ; / Ils étaient plus que rois, ils sont moindres qu’esclaves ; / Et la gloire qui suit vos plus nobles travaux / Ne fait qu’approfondir l’abîme de leurs maux : / Leur misère est le fruit de votre illustre peine, / Et vous pensez avoir l’âme toute romaine ! » Puisqu’à Rome le pouvoir est désormais illégitime, il veut refaire Rome : « Le séjour de votre potentat, / Qui n’a que ses fureurs pour maximes d’Etat ? / Je n’appelle plus Rome un enclos de murailles / Que ses proscriptions comblent de funérailles : / Ces murs, dont le destin fut autrefois si beau, / N’en sont que la prison, ou plutôt le tombeau ; / Mais pour revivre ailleurs dans sa première force, / Avec les faux Romains elle a fait plein divorce ; / Et comme autour de moi j’ai tous ses vrais appuis, / Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis ». Manlius Capitolinus, à qui l’aristocratie romaine a préféré Camille, veut certes se venger : « Quand pourrai-je à la fois payer tant d’injustices / Dont ces tyrans de Rome ont payé mes services ? ». Mais il avait bien servi Rome, plaide Servilius qui, « s’opposant aux sénateurs sévères, / A produit, à leurs yeux, quatre cents citoyens / De l’horreur des prisons rachetés de vos biens, / Tant d’autres par vos mains sauvés dans les batailles, / Tant d’honneurs remportés en forçant des murailles, / Dix couronnes, / Le prix de dix combats fameux, / Et votre sang versé cent et cent fois pour eux. / […] Quelle rougeur subite a couvert leur visage, / Quand montrant à leurs yeux témoins de vos exploits / Ce mont d’où votre bras foudroya les Gaulois, / De nos dieux, dont alors vous fûtes la défense, / Sa voix, sur ces ingrats, attestait la vengeance ! ». Et le but de sa rébellion est d’améliorer le sort du peuple romain : « Dois-je pour ennemis prendre tous ceux qu’offense / D’un sénat inhumain l’injuste violence ? / […] C’est moi, c’est mon appui qui les conserve à Rome. / Vous demandez d’où vient qu’un Romain, un seul homme, / Des misères d’autrui soigneux de se charger, / Offre à tous une main prompte à les soulager. / D’une pitié si juste est-ce à vous de vous plaindre ? / Si c’est une vertu qu’en moi l’on doive craindre, / Si du peuple, par elle, on se fait un appui, / Pourquoi suis-je le seul qui l’exerce aujourd’hui ? / […] Ne peut-on du Sénat apaiser les alarmes / Qu’en affligeant le peuple, en méprisant ses larmes ? L’avarice, l’orgueil, les plus durs traitements, / Du salut d’un Etat sont-ils les fondements ? »33.

  • 34 Cf. CARRINGTON LANCASTER (H.), A history of French dramatic Literature in the XVIIth century, Paris (...)
  • 35 Cinna, II, 1 ; Horace, V, 3 (le Vieil Horace : « Horace, ne crois pas que le peuple stupide / Soit (...)
  • 36 Cinna, II, 1 ; Manlius Capitolinus, III, 5 ; Cinna, II, 1.
  • 37 Cinna, I, 3 ; II, 1 ; II, 2 ; Sertorius, II, 2 ; Tite et Bérénice, I, 1 ; II, 1 ; III, 5 ; IV, 1 ; (...)
  • 38 Cinna, II, 1 (cf. MESTRE (J.L.), « La tyrannie dans le théâtre de Corneille (étude juridique) », An (...)

11Dans un siècle où la tragédie est éminemment politique34, c’est un sujet romain qui a offert le plus beau débat de théorie politique, le débat inégalé de Cinna. Rome est un modèle d’intelligence politique. Ses institutions sont passées en revue, et louées avec impartialité. On relève néanmoins une constante méfiance envers les mouvements populaires, dès le temps d’Horace. Manlius certes loue le résultat des actions populaires : « Ils ont fait des tribuns, dont l’appui salutaire / A l’orgueil des consuls est un frein nécessaire ; / Aux plus nobles emplois on les voit appelés ; / Les plus fiers des Romains sont par eux exilés ; / Ils ont forcé les grands en leur donnant leurs filles, / A souffrir avec eux l’union des familles. / Ils se font partager les terres des vaincus » ; mais Albin se méfie d’un « peuple variable, incertain et timide, / Dont le zèle d’abord ardent, impétueux, / Prête à ses protecteurs un apport fastueux, / Et qui dans le péril tremble et les abandonne », et Valérie s’effraie des projets de son mari : « De qui prétendez-vous sauver votre pays ? / Du sénat, des consuls, par le peuple haïs ? / Ah ! d’un peuple insensé suivez-vous les caprices ? ». La même méfiance retient Pison de s’appuyer sur le peuple contre Néron : « Au peuple ? présenter des vœux et des requêtes ? / Tu veux que je me fie à ce monstre à cent têtes, / D’opinion diverse et sans docilité, / Qui n’embrasse l’honneur qu’avec l’utilité ? / Quoi, tu veux que Pison dans le péril se voue / A ces courages bas, à ces âmes de boue, / Qui de leur joug honteux ne sauraient s’ennuyer, / Et qui m’accableraient au lieu de m’appuyer ? »35. En outre, si la grandeur de la république romaine est saluée avec respect, il est clair que, pour le XVIIe siècle, la grandeur de Rome a été aussi de revenir à la monarchie. Maxime n’invoque guère que la coutume en faveur du consulat. Mais Rutile en fait un symbole de tyrannie : « Demain le consulat est éteint pour jamais. / De nos prédécesseurs quelle fut l’imprudence, / Qui, détruisant d’un roi la suprême puissance, / Sous un nom moins pompeux se sont fait deux tyrans, / Qui pour nous accabler sont changés tous les ans, / Et qui tous, l’un de l’autre héritant de leurs haines, / S’appliquent tour à tour à resserrer nos chaînes ? ». Cinna bien que d’un point de vue opposé, ne dit guère autre chose : « Mais quand le peuple est maître, on n’agit qu’en tumulte. / […] Ces petits souverains qu’il fait pour une année, / Voyant d’un temps si court leur puissance bornée, / Des plus heureux desseins font avorter le fruit, / De peur de le laisser à celui qui les suit. / Comme ils ont peu de part aux biens dont ils ordonnent, / Dans le champ du public largement ils moissonnent, / Assurés que chacun leur pardonne aisément, / Espérant à son tour un pareil traitement. / Le pire des États, c’est l’État populaire »36. Certes l’odium regni est régulièrement rappelé, et on salue la mémoire de « Brute et de Cassie »37. Mais Cinna légitime lui-même le pouvoir d’Auguste : « Vos armes l’ont conquise et tous les conquérants / Pour être usurpateurs ne sont pas des tyrans ; / Quand ils ont sous leurs lois asservi des provinces, / Gouvernant justement, ils s’en font justes princes ». Et Livie « inspirée » lui apporte l’aveu des dieux : « Rome, avec une joie et sensible et profonde, / Se démet en vos mains de l’empire du monde ; / Vos royales vertus lui vont trop enseigner / Que son bonheur consiste à vous faire régner : / D’une si longue erreur pleinement affranchie, / Elle n’a plus de vœux que pour la monarchie ». Désormais la grandeur de Rome s’incarne dans celle de son prince, même dans la Tétrarchie où chacun connaît le vrai maître : « Quelques associés qui règnent avec lui, / Il est de ses Etats le plus solide appui : / S’ils sont les matelots d’une si grande flotte, / Il en tient le timon, il en est le pilote »38.

12Maîtresse du monde et d’elle-même, enfin bien gouvernée, Rome est aussi l’instrument de Dieu.

Rome, instrument de la Providence

  • 39 CORNEILLE, Horace, I, 1 ; III, 5 ; LA FOSSE, Manlius Capitolinus, I, 6 ; MAIRET, La Sophonisbe, III (...)

13Par l’existence d’un vaste empire, Dieu a préparé la facile diffusion de la Révélation. Cet empire providentiel de Rome est régulièrement annoncé ou décrit, dès les débuts de la Ville ; « Rome, […] / Je sais que ton État, encore en sa naissance, / Ne saurait, sans la guerre, affermir sa puissance ; / Je sais qu’il doit s’accroître, et que tes grands destins / Ne la borneront pas chez les peuples latins ; / Que les dieux t’ont promis l’empire de la terre / […] Je voudrais déjà voir tes troupes couronnées, / D’un pas victorieux franchir les Pyrénées. / Va jusqu’en Orient pousser tes bataillons ; / Va sur les bords du Rhin planter tes pavillons ; / Fais trembler sous tes pas les colonnes d’Hercule ; / Mais respecte une ville à qui tu dois Romule », plaide Sabine : et le vieil Horace rappelle « Un jour, un jour viendra que par toute la terre, / Rome se fera craindre à l’égal du tonnerre, / Et que tout l’univers tremblant dessous ses lois, / Ce grand nom deviendra l’ambition des rois : / Les Dieux à notre Enée ont promis cette gloire ». Après l’invasion gauloise, Servilius montre Rome à son épouse : « Voyez-vous ces murs si glorieux, / Où tant de grands héros ont reçu la naissance, / Où la faveur des dieux fait sentir leur présence, / Où de tout l’univers, s’il faut croire leur voix, / Les peuples asservis prendront un jour la loi, / Cette Rome en un mot, ma patrie et la vôtre ? ». Au temps des guerres puniques, Massinisse salue la puissance romaine : « Je ne refuse pas, invincibles Romains, / Ni ces cœurs généreux, ni ces puissantes mains, / Qui par tout l’univers, quand les causes sont bonnes, / Otent comme il leur plaît et donnent les couronnes ». Pompée, au nom de Rome, « la Reine des Rois », donne la couronne à Pharnace : « Et vous la recevrez de celle qui les donne, / Qui dispose à son gré de la pourpre des rois, / Et contraint l’univers de vivre sous ses lois ». Ptolomée prédit à Cléopâtre « César, à vos lois soumettant son courage, / Vous va faire régner sur le Gange et le Tage », et César se dit bien « le premier et de Rome et du monde ». Maxime dit Auguste « maître de l’univers », comme Sertorius disait les Romains « les maîtres de la terre », et Cinna assure « Rome est dessous vos lois par le droit de la guerre, / Qui sous les lois de Rome a mis toute la terre «. « Rome qu’on peut nommer le Chef de l’Univers / Pour une urne fumante aujourd’hui se peut prendre », par la folie de Néron. Othon jure à Plautine qu’il « n’accepte le nom de maître des Romains / Que pour mettre avec (lui) l’univers en (ses) mains «. Titus rappelle, « Maître de l’univers, je règle sa fortune », tandis que Tite se plaint, « Maître de l’univers sans l’être de moi-même ; / Je suis le seul rebelle à ce pouvoir suprême », et rêve de « renoncer à ce titre, / Qui de toute la terre en vain (le) fait l’arbitre »39.

  • 40 CORNEILLE, Sophonisbe, I, 4 ; Nicomède, I, 2 ; Sertorius, II, 2 ; RACINE, Bérénice, IV, 4 ; CORNEIL (...)

14Mais l’équité et la clémence de Rome ont su faire de cet empire une patrie commune. Eryxe, rappelant à Sophonisbe l’origine de Carthage, pressent ce jour : « Syphax sert, comme lui, des étrangers comme eux. / Si nous les voulions tous bannir de notre Afrique, / Il faudrait commencer par votre république, / Et renvoyer à Tyr, d’où vous êtes sortis, / Ceux par qui nos climats sont presque assujettis. / […] Ou si le temps a pu vous naturaliser, / Le même cours du temps les peut favoriser. / J’ose vous dire plus : si le destin s’obstine / A vouloir qu’en ces lieux leur victoire domine, / Comme vos Tyriens passent pour Africains, / Au milieu de l’Afrique il naîtra des Romains ; / Et si de ce qu’on voit nous croyons le présage, / Il en pourra bien naître au milieu de Carthage / Pour qui notre amitié n’aura rien de honteux, / Et qui sauront passer pour Africains comme eux ». Nicomède ironise, certes, sur la citoyenneté romaine donnée à son frère : Rome « vous dégraderait peut-être dès demain / Du titre glorieux de citoyen romain. / […] Songez qu’il faut du moins, pour toucher votre cœur, / La fille d’un tribun ou celle d’un préteur ; / Que Rome vous permet cette haute alliance, / Dont vous aurait exclu le défaut de naissance, / Si l’honneur souverain de son adoption / Ne vous autorisait à tant d’ambition ». Mais Viriate en joue pour persuader Sertorius de l’épouser : « Regardez-moi, Seigneur, comme dame romaine : / Le droit de bourgeoisie à nos peuples donné / Ne perd rien de son prix sur un front couronné ». Titus rêve d’un tel artifice pour épouser Bérénice : « Et qui sait si, sensible aux vertus de la Reine, / Rome ne voudra point l’avouer pour Romaine ? / Rome peut par son choix justifier le mien », et c’est bien ce que le sénat offre à Tite : « C’est le prix qu’a jugé lui devoir le sénat ; / Et pour ne vous prier que pour une Romaine, / D’une commune voix Rome adopte la Reine ». Et cet empire échappe aux dangers qui le menacent : les complots des conseillers de Ptolomée échouent lamentablement, car le succès de Rome est nécessaire au plan de Dieu40.

  • 41 TRISTAN, La Mort de Sénèque, V, 4.
  • 42 TROTEREL, Sainte Agnès, 1615 ; BOISSIN DE GALLARDON, le Martyre de saint Vincent, 1618, II, fin ; P (...)
  • 43 Cf. BARO, Saint Eustache martyr, 1639 ; DESFONTAINES, Le Martyre de saint Eustache, 1643. Voir NADA (...)

15Mais au sein de cet empire, Dieu se révèle et le christianisme se répand. Tristan l’Hermite, reprenant une vieille légende, fait de Sénèque un converti de saint Paul, qui se baptise avant de mourir, sous le regard incompréhensif du centenier : « Il a dit en poussant sa voix faible et tremblante, / Dans le creux de sa main prenant de l’eau sanglante, / Qu’à peine il a jetée en l’air à sa hauteur : / Voici ce que je t’offre, ô Dieu Libérateur ! / Dieu, dont le nouveau bruit a mon âme ravie, / Dieu, qui n’es rien qu’amour, esprit, lumière et vie, / Dieu de l’homme de Tarse où je mets mon espoir : / Mon âme vient de toi, veuille la recevoir »41. Diverses tragédies retracent, à partir de vies de saints et de la Légende dorée, les tourments et le triomphe des martyrs : sainte Agnès prie, « O Dieu, ne permettez qu’il me vienne toucher » ; saint Vincent « s’est vu déchirer jusque dans les entrailles, / Les glaives acérés lui ont fait des batailles » ; sainte Catherine repousse l’amour de l’empereur Maximin – « le mal est infini qui me vient de t’aimer », soupire-t-il en vain –, et subit les tortures sans se plaindre : « ce corps tendrelet durant tant de tourment / Criait toujours JESUS pour son soulagement »42. De Troterel à La Serre, cependant, les auteurs semblent se complaire soit dans l’horreur, soit dans les péripéties romanesques plus que dans la signification du martyre43

  • 44 Inspiré en partie du Sanctus Adrianus en latin du Père Cellot (1630), dont 1500 vers environ ont ét (...)

16Les choses changent avec Corneille et Polyeucte en 1643, suivi de Théodore en 1645, à peu près contemporaine du Véritable Saint Genest de Rotrou44.

  • 45 CORNEILLE, Polyeucte, I, 1.
  • 46 HERLAND (L.), Cinna, p. 47.
  • 47 Polyeucte, V, 5 (« Mon époux en mourant m’a laissé ses lumières ; / Son sang, dont tes bourreaux vi (...)
  • 48 COUTON (G.), Corneille et la tragédie politique, p. 34.
  • 49 Théodore, II, 7 (« je connais les chrétiens : la mort la plus cruelle / Affermit leur constance et (...)

17Polyeucte court au martyre avec enthousiasme : « Allons aux yeux des hommes / Braver l’idolâtrie, et montrer qui nous sommes : / C’est l’attente du ciel, il nous la faut remplir ». Il dédaigne le conseil de Néarque, « Vivez et protégez les chrétiens en ces lieux » ; il a l’enthousiasme du néophyte comme le dit Néarque : « Vous sortez du baptême, et ce qui vous anime, / C’est sa grâce qu’en vous n’affaiblit aucun crime »45. Que sa provocation n’est pas gratuite et téméraire, le dénouement le prouve : Polyeucte « entraîne dans son sillage les âmes, rachetées par son sang, de Pauline et de Félix : triple montée dans la lumière qui constitue le final le plus triomphal qui ait jamais été écrit pour une tragédie »46. Plus que la conversion de Pauline, qui « a trop de vertus pour n’être pas chrétienne », celle de Félix, aussi brutale et imprévisible que celle de saint Paul, révèle le plan de Dieu : « Celle (= la dignité) où j’ose aspirer est d’un rang plus illustre ; / Je m’y trouve forcé par un secret appas ; / Je cède à des transports que je ne connais pas ; / Et par un mouvement que je ne puis entendre, / De ma fureur je passe au zèle de mon gendre. / […] J’en ai fait un martyr, sa mort me fait chrétien ». Sévère, qui s’interrogeait déjà sur les chrétiens, ne se convertit pas (pas encore ?), mais veut préparer la politique de tolérance qui sera soixante-dix ans plus tard celle de l’édit de Milan : « Sans doute vos chrétiens, qu’on persécute en vain, / Ont quelque chose en eux qui dépasse l’humain : /... Se relever plus forts, plus ils sont abattus, / N’est pas aussi l’effet des communes vertus. / Je les aimai toujours, quoi qu’on m’en ait pu dire ; / Je n’en vois point mourir que mon cœur n’en soupire ; / Et peut-être qu’un jour je les connaîtrai mieux. / J’approuve cependant que chacun ait ses dieux, / Qu’il les serve à sa mode, et sans peur de la peine. / […] Servez bien votre Dieu, servez votre monarque. / Je perdrai mon crédit envers Sa Majesté, / Ou vous verrez finir cette sévérité »47. « Polyeucte est aussi une pièce historique : Polyeucte a joué son rôle dans l’évangélisation du monde : il a préparé la défaite du paganisme : Constantin peut venir »48. Théodore est moins riche à cet égard : nul ne s’y convertit, et nous ne voyons que la fermeté des chrétiens dans leur foi, malgré les efforts de Valens pour forcer Théodore à l’apostasie ; Théodore n’a pas cherché le martyre, mais l’affronte sans crainte, dès qu’elle voit le but des propos de Marcelle : « Puisque je suis chrétienne, il suffit pour mourir » ; Didyme s’offre au martyre pour éviter le déshonneur à Théodore : « Conservez une vierge en faisant un martyr ». Tous deux résistent aux tentatives de persuasion, Théodore de Paulin ou de Placide, Didyme de Cléobule : « Va, dangereux ami que l’enfer me suscite, / Ton damnable artifice en vain me sollicite. / […] Ma raison s’est troublée et mon faible a paru ; / Mais j’ai dépouillé l’homme, et Dieu m’a secouru ». Tous deux se disputent la gloire du martyre, qu’ils recevront ensemble : « Pensez-vous m’arracher la palme de la main ? […] -Rends, Didyme, rends-moi le seul bien où j’aspire : / C’est le droit de mourir, c’est l’honneur du martyre. / […] -C’est à moi qu’appartient, quoi que vous puissiez dire, / Et le droit de mourir, et l’honneur du martyre ; / De sort comme d’habits nous avons su changer »49.

  • 50 Polyeucte, IV, 6 (« On les hait ; la raison, je ne la connais point, / Et je ne vois Décie injuste (...)
  • 51 En fait saint Adrien a été martyrisé en 306 ou 310, et Genest en 285 ou 303. Campistron a écrit un (...)
  • 52 Le Véritable saint Genest, II, 4 ; II, 7 ; IV, 4 ; III, 7 ; IV, 5 et 7 ; II, 5 (« Poursuis, Genest, (...)

18Remarquons que ni dans Polyeucte ni dans Théodore, ce n’est véritablement Rome qui persécute ; certes les chrétiens tombent sous le coup de la loi, bien que Sévère s’en demande la cause. Mais c’est la peur qui pousse Félix à refuser toute grâce ; c’est Marcelle qui veut écarter la rivale de sa fille dans le cœur de Placide, et qui finit par poignarder de sa main Théodore et Didyme ; quant à Valens, sauvé jadis par son mariage de la vengeance de Dioclétien, il voudrait, en obtenant une apostasie éclatante, gagner la faveur impériale et s’affranchir des menaces de sa femme. Saint Genest nous montre au contraire les persécuteurs impériaux, mais qui n’apparaissent pas comme des brutes fanatiques : Dioclétien s’explique ainsi : « Les Dieux, premiers auteurs des fortunes des hommes, / Qui dedans nos États nous font ce que nous sommes, / […] Y doivent être aussi notre premier objet./ […] Nous devons sous leurs lois contenir les humains, / Et notre autorité, qu’ils veulent qu’on révère, / À maintenir la leur n’est jamais trop sévère ; / J’espérais cet effet, et que tant de trépas / Du reste des chrétiens redresseraient les pas : / Mais j’ai beau leur offrir de sanglantes hosties, / Et laver leurs autels du sang de ces impies, / En vain j’en ai voulu purger ces régions, / J’en vois du sang d’un seul naître des légions. / Mon soin nuit plus aux Dieux qu’il ne leur est utile ; / Un ennemi défait leur en reproduit mille ». Mais l’empereur, s’il comprend et admet la pitié de sa fille, ne comprendra pas la cause de son échec. Le Véritable saint Genest montrait pourtant, comme Polyeucte, la contagion de la grâce : Genest s’est rendu célèbre par « l’inimitable adresse / Dont (il) feint d’un chrétien le zèle et l’allégresse, / Quand, le voyant marcher du baptême au trépas, / Il semble que les feux soient des fleurs sous (ses) pas »50. II se plaît, pour se moquer des chrétiens, à représenter le martyre d’Adrien qui, lui-même farouche persécuteur, s’est finalement converti51. Mais tout en répétant son rôle, Genest se sent peu à peu touché par d’autres sentiments : « Dieux, prenez contre moi ma défense et la vôtre ; / […] Je feins moins Adrian que je ne le deviens, / Et prends avec son nom des sentiments chrétiens ». Sur le théâtre, il joue Adrien, sur le point de confesser sa foi : « La querelle du ciel à ce combat t’appelle. / La torture, le fer et la flamme t’attend. / […] Il serait, Adrian, honteux d’être vaincu ; / Si ton Dieu veut ta mort, c’est déjà trop vécu. / J’ai vu, Ciel, tu le sais par le nombre des âmes / Que j’osai t’envoyer par des chemins de flammes, / Dessus les grils ardents et dedans les taureaux, / Chanter les condamnés et trembler les bourreaux ; / J’ai vu tendre aux enfants une gorge assurée / A la sanglante mort qu’ils voyaient préparée, / Et tomber sous le coup d’un trépas glorieux / Ces fruits à peine éclos, déjà mûrs pour les cieux. / […] cette vertu, Seigneur, vient de ta main / […] C’est du ciel que me vient cette noble vigueur / Qui me fait des tourments mépriser la rigueur ». Adrien est conforté dans sa foi par sa femme Natalie, chrétienne en secret : « Un Dieu te soutiendra, si tu soutiens sa foi. / Cours, généreux athlète, en l’illustre carrière / Où de la nuit du monde on passe à la lumière » ; Natalie d’ailleurs aspire elle-même au martyre, et s’encourage par le souvenir de celles qui l’ont précédée : « En cette illustre ardeur mille m’ont devancée ; / D’obstacles infinis mille ont su triompher, / Cécile des tranchants, Prisque des dents de fer, / Fauste des plombs bouillants, Dipné de sa noblesse, / Agathe de son sexe, Agnès de sa jeunesse, / Tècle de son amant, et toutes du trépas ; / Et je répugnerais à marcher sur leurs pas ! » Enfin, sur le théâtre, la conversion s’accomplit, et Genest proclame : « Le Dieu que j’ai haï m’inspire son amour ; / Adrian a parlé, Genest parle à son tour ! / Ce n’est plus Adrian, c’est Genest qui respire / La grâce du baptême et l’honneur du martyre./ […] Ecoutez donc, Césars ; et vous, troupes romaines, / La gloire et la terreur des puissances humaines, / Mais faibles ennemis d’un pouvoir souverain / Qui foule aux pieds l’orgueil et le sceptre romain ; / Aveuglé de l’erreur dont l’Enfer vous infecte, / Comme vous des chrétiens j’ai détesté la secte / […] Je renonce à la haine et déteste l’envie / Qui m’a fait des chrétiens persécuter la vie ; / Leur créance est ma foi, leur espoir est le mien, / C’est leur Dieu que j’adore, enfin je suis chrétien ». La grâce a agi par l’imitation, comme l’avait promis la voix céleste52, et le plan de Dieu est accompli, en pleine cour impériale. Bientôt l’empire romain va céder ; il pourra faire triompher la foi et préparer la France.

Rome, prélude à la France

  • 53 Tutte le opere di Tomaso Campanella, éd. L. Firpo, Milan 1954, p. 282 s., trad. J.P. NÉRAUDAU, L’Ol (...)
  • 54 Adson de Montier-en-Der, dans sa Vie de Clotilde, et surtout dans son De ortu et tempore Antichrist (...)
  • 55 Anonyme, Imitation et amplification de l’églogue faite en latin par le P. Campanella sur la naissan (...)

19Campanella paraphrasait la IVe églogue pour saluer la naissance du futur Louis XIV : « Que les Muses d’Ennius, le Calabrais, qui ont nourri Virgile, […] fassent revenir ma jeunesse. J’ai de grands chants à entonner. Voici que revient le règne de Saturne ; voici qu’une nouvelle génération descend des hauteurs du ciel, comme l’ont prévu les chants sacrés et vénérables des prophètes […] Frappé à l’intérieur et à l’extérieur par la sédition et les complots, vainqueur toujours, vaincu jamais, tel est ton père. Pour lui, tu es l’achèvement de ses épreuves, héritier des vertus de soixante-quatre rois pieux, né sous un astre heureux […] Les rois viendront ainsi que les cortèges de peuples, dans la ville que construira l’illustre héros ; et au milieu, il placera, comme dans le ciel, le temple, qui sera la cour du prêtre supérieur et le sénat royal, et il déposera les sceptres des royaumes au pied des autels du Christ »53. Mêlant les présages virgiliens aux prophéties d’Adson de Montier-en-Der54 le Calabrais croyait trouver en France le fondateur de sa Cité du Soleil et le monarque ultime attendu depuis des siècles. Un poète anonyme glosa en français le latin de Campanella : « Et comme vous joindrez les terres du Japon, / Celles de l’Amérique et celle du Lapon, / Et celles-là que voit le bon Cap d’Espérance, / Pour de tout l’univers faire une seule France, / Pour vous, ô grand Dauphin, deux fois trente-deux rois / Ont laissé votre père héritier de beaux droits / Promis à leurs vertus, acquis à leurs mérites, / Pour vous un siècle vient semé de marguerites, / De saphirs, de rubis, et de fins diamants, / Et dessus d’un fond d’or seront les bâtiments. / […] Ô monarque naissant, le grand jour du Soleil, / La cité de son nom vous fait un appareil »55. Rome doit donc s’accomplir pleinement en France, sous le règne de Louis le Grand, dans un empire plus universel encore que celui des Césars.

  • 56 CORNEILLE, Attila, I, 2 (la même grandeur dans l’exercice du « métier de ro »» est décrite dans Oth (...)

20Cette continuité ou ce relais de Rome à la France, Corneille l’a évoquée à plusieurs reprises dans Attila : « le plus grand des rois. / Je le dis le plus grand, non qu’encor la victoire / Ait porté Mérouée à ce comble de gloire ; / Mais si de nos devins l’oracle n’est point faux, / Sa grandeur doit atteindre aux degrés les plus hauts ; / Et de ses successeurs l’empire inébranlable / Sera de siècle en siècle enfin si redoutable, / Qu’un jour toute la terre en recevra des lois / Ou tremblera du moins au nom de leurs François », « Un grand destin commence, un grand destin s’achève ; / L’empire est prêt à choir, et la France s’élève ; / […] Appuyez donc la France et laissez tomber Rome », « Mais le grand Mérouée est un roi magnanime, / Amoureux de la gloire, ardent après l’estime, / Qui ne permet aux siens d’emploi ni de pouvoir, / Qu’autant que par son ordre ils en doivent avoir. / Il sait vaincre et régner ; et depuis sa victoire, / S’il a déjà soumis et la Seine et la Loire, / Quand vous voudrez aux siens joindre vos combattants, / La Garonne et l’Arar ne tiendront pas longtemps./ […] Vous aurez avec lui la Gaule à partager, / D’où vous ferez savoir à toute l’Italie / Qu’alors que la prudence à la valeur s’allie, / Il n’est rien à l’épreuve, et qu’il est temps qu’enfin / Et du Tibre et du Pô vous fassiez le destin ». Si déjà ce premier croquis de Mérovée ressemble à Louis XIV, capable de tenir lui-même les rênes du pouvoir, le portrait plus complet qu’en brosse Octar à l’acte suivant est plus éloquent encore, en contrepoint au fréquent rappel des incapacités de Valentinien III : « Je l’ai vu dans la paix, je l’ai vu dans la guerre, / Porter partout un front de maître de la terre. / J’ai vu plus d’une fois de fières nations / Désarmer son courroux par leurs soumissions. / J’ai vu tous les plaisirs de son âme héroïque / N’avoir rien que d’auguste et que de magnifique ; / Et ses illustres soins ouvrir à ses sujets / L’école de la guerre au milieu de la paix. / […] Je l’ai vu, tout couvert de poudre et de fumée, / Donner le grand exemple à toute son armée, / Semer par ses périls l’effroi de toutes parts, / Bouleverser les murs d’un seul de ses regards, / Et sur l’orgueil brisé des plus superbes têtes / De sa course rapide entasser les conquêtes » ; Octar enchaîne en précisant « Combien son jeune prince est digne qu’on l’admire. / Il montre un cœur si haut sous un front délicat / Que dans son premier lustre il est déjà soldat : / Le corps attend les ans, mais l’âme est toute prête. / D’un gros de cavaliers il se met à la tête, / Et l’épée à la main, anime l’escadron / Qu’enorgueillit l’honneur de marcher sous son nom. / Tout ce qu’a d’éclatant la majesté du père, / Tout ce qu’ont de charmant les grâces de la mère, / Tout brille sur ce front, dont l’aimable fierté / Porte empreints et ce charme et cette majesté »56. Sous le père et le fils, la France va grandir et relayer Rome en tant qu’incarnation de la grandeur.

  • 57 Montchrestien ne la mentionne pas dans son Hector, pourtant dédié au prince de Condé ; Racine n’y f (...)
  • 58 CORNEILLE, Héraclius, I, 2 (« J’ai falsifié la naissance de ce dernier, pour lui en donner une plus (...)

21Si la légende troyenne semble désormais négligée57, un autre souvenir légendaire peut avoir guidé le choix qu’a fait Corneille d’Héraclius ; à cet ancêtre prétendu de Berthe au grand pied, il a d’ailleurs donné une généalogie prestigieuse autant que falsifiée : « Apprends que si jadis quelques séditions / Usurpèrent le droit de ces élections, / L’empire était chez nous un bien héréditaire ; / Maurice ne l’obtint qu’en gendre de Tibère ; / Et l’on voit depuis lui remonter mon destin / Jusqu’au grand Théodose et jusqu’à Constantin » ; les rois de France depuis longtemps revendiquaient ces aïeux, qui légitimaient leur prétention à la succession de Rome58.

  • 59 Hésione, tragédie en musique en un prologue et 5 actes, Académie royale de musique, 21.12.1700. Cf. (...)

22A l’Opéra enfin, pour le changement de siècle, Hésione de Danchet et Campra montre encore cette filiation ; pour persuader Anchise, désespéré d’avoir perdu Hésione, de céder enfin à l’amour de Vénus, les dieux lui révèlent en songe l’avenir, la naissance d’Enée et la gloire de Rome ; mais au Prologue, si les Jeux Séculaires étaient bien célébrés à Rome, le Soleil invitait le peuple à faire des vœux pour le roi qui lui donnait le bonheur : la translation de Rome en France est donc bien accomplie59.

  • 60 DUPLEIX (S.), Histoire générale de la France avec l’état de l’Eglise et de l’Empire, Paris 1621-162 (...)

23Divers auteurs d’ailleurs n’hésitent pas à proclamer la supériorité de la France sur Rome et de Louis sur César : on l’a déjà dit sous Louis XIII, en prenant Charlemagne pour référence intermédiaire ; « Voici le siècle des armes martiales sous le gouvernement d’un héros. Voici l’honneur des Muses sous un Apollon. Voici l’avancement des conquêtes françaises sous un prince conquérant. Voici la gloire de l’empire français sous un empereur très Auguste », proclamait Scipion Dupleix en 1621 dans son Histoire générale de France ; et Mézeray ajoutait en 1643 dans son Histoire de France depuis Faramond que Charlemagne avait « égalé les beaux exploits de César et d’Alexandre ». En 1667, Aubery, démontrant le droit du roi de France à l’empire, dit Paris « rivale à bon droit de l’ancienne et de la nouvelle Rome dont l’on peut dire qu’elle a déjà non seulement égalé mais dépassé la gloire ». L’abbé Esprit en 1672, dans son Ode pour le roi sur ses conquêtes de Hollande, réaffirme : « Toute l’Antiquité s’offre mal à propos : / Placer notre vainqueur parmi tous ces héros, / Ce n’est pas l’élever, c’est le faire descendre ; / Et si ce que j’en dis se peut dire d’autrui, / Soit Hercule, César, ou le Grand Alexandre, / L’éloge, je l’avoue, est indigne de lui ». Charpentier en 1676 réclame pour un arc de triomphe dédié au roi une inscription en français : « Ce grand Arc de Triomphe sera un Orateur véritable plus éloquent que les orateurs ordinaires, et qui parlera tant que le marbre sera durable », « il s’agit d’examiner si la langue française, à qui il appartient d’offrir à Votre Majesté l’hommage de ses sujets, comme la langue latine offrit aux Césars les hommages du Sénat et du Peuple Romain, est aujourd’hui si défectueuse qu’il faille la priver de ce droit qui lui est acquis, et qu’on ne doive pas lui confier l’Inscription de ce Monument ». En 1682, Guyonnet de Vertron souligne : « Alise tint deux mois et Besançon huit jours ; / C’est César d’un côté, Louis le Grand de l’autre. / Rome, tu vois par là ce qu’on verra toujours, / De combien ton héros est au-dessous du nôtre »60.

24Rome a préparé la France, comme le latin a préparé le français : on conserve à la mère une admiration respectueuse et reconnaissante. Mais chez certains l’admiration se nuance de lassitude, qui va parfois s’aigrir jusqu’au ressentiment.

« Rome, l’unique objet de mon ressentiment ! »61

  • 61 CORNEILLE, Horace, IV, 5.
  • 62 Le LABOUREUR (L.), Les avantages..., p. 25 (Cf. FUMAROLI (M.), « Le génie de la langue française », (...)
  • 63 Sur ce point s’accorderont finalement, lors de la « Querelle des Anciens et des Modernes », Boileau (...)

25Il fallait, évidemment, que la citation fût faite. Elle est sans doute cependant ici quelque peu excessive : le ressentiment envers Rome ne va pas toujours à une hostilité aussi furibonde que chez la sœur d’Horace. Pour certains, il s’agit simplement d’une affirmation de la grandeur française, qui ne se distingue que par de minces nuances des exemples précédents. Ainsi, Louis Le Laboureur proclame en 1667 et redit en 1669, Les Avantages de la langue française sur la langue latine pour l’instruction du Dauphin : « De la façon dont notre roi se prend à étendre les bornes de son Empire, il portera la langue française plus loin que n’a été la langue latine » ; le français est d’ailleurs supérieur au latin par sa clarté, comme le montre l’anecdote du cavalier qui, après s’être fait traduire Cicéron, s’écrie « qu’il était guéri du latin, grâce à Dieu, et qu’il m’était bien obligé de l’avoir ainsi consolé de son ignorance : qu’il voulait demeurer Français jusqu’à sa mort et s’en tenir au langage de sa nourrice qui s’expliquait bien plus naturellement que Cicéronè ; Le Laboureur, vantant son propre poème héroïque, Charlemagne, n’hésite pas à voir dans le français la langue épique, « je n’ai point éprouvé que nos Muses Françaises aient tremblé ni pâli au milieu du sang et du carnage » et il veut proscrire les « marchandises étrangères », langue et littérature. De Charlemagne, Boulainvilliers dira plus tard : « Rome même dans sa splendeur n’avait jamais eu plus d’éclat et de grandeur que la sagesse de ce monarque en procurait à sa nation assemblée en Parlement »62. Louis le Laboureur est le frère de Jean, l’homme des ducs et pairs, et on connaît les opinions de Boulainvilliers. Il pourrait donc être tentant de voir dans l’hostilité à Rome une signification politique, Rome s’assimilant à l’absolutisme. Ce serait toutefois une erreur : parmi les défenseurs du français, on l’a vu, beaucoup sont simplement convaincus que le « siècle de Louis le Grand » l’emporte sur celui d’Auguste63, et ce sont de sincères et enthousiastes fidèles du roi. En outre, les hostilités à Rome viennent d’horizons politiques hétéroclites. Surtout, cette hostilité peut présenter bien des nuances et elle est rarement totale.

  • 64 « Ce grand Dis Samothès, incontinent après la division des hommes, à cause de la confusion des lang (...)
  • 65 L’Astrée, 2e partie (publiée en 1610).
  • 66 Cf. BEAUNE (C.), Naissance de la nation France, Paris 1985, p. 36-38.

26Parmi les rejets de Rome, le premier que nous offre le siècle est celui d’Honoré d’Urfé dans l’Astrée : les explications religieuses et historiques du druide Adamas à Céladon en sont un bon témoignage, et permettent en même temps de déceler l’origine de cette hostilité : « depuis que ces usurpateurs de l’autrui, je veux dire ces peuples que l’on appelle Romains, apportèrent avec leurs armes leurs dieux étrangers dans les Gaules, et que perdant notre ancienne franchise, nous fûmes contraints de sacrifier en partie à leur façon, nous avons eu des temples où notre Dieu a été adoré parmi les leurs […] (Samothès) fut le premier roi des Gaules, qui fut tant agréable à Dieu64 et aux hommes, qu’il régna longuement en paix, et après lui sa postérité, avec tant d’heur qu’il n’y a eu endroit de la terre qui n’ait connu le nom et la valeur des Gaulois. Que si ce peuple que nous nommons Romain, s’est usurpé la domination des Gaules, ce n’a point été par les armes, mais plutôt par châtiment de nos dissenssions qui, étant pleines d’animosités entre nous, ont été cause de nous le faire appeler et demander secours à ceux de qui l’ambition nous a depuis dévorés […] Mais d’autant que le vainqueur donne des lois qu’il lui plaît au vaincu, ils en firent de même en Gaule, où s’usurpant avec une extrême tyrannie, non seulement nos biens, mais nos âmes aussi, ils voulurent changer nos cérémonies et nous faire prendre leurs dieux […] Et parce que les druides s’opposèrent vertueusement à leur abus, il y eut un de leurs empereurs qui par édit du sénat, voulut abolir toute notre religion, chassant et bannissant les druides hors de l’empire ». Mais Teutatès a permis la survie du druidisme, « et maintenant que les Francs ont amené avec eux leurs druides, faisant bien paraître qu’ils ont été autrefois Gaulois, il semble que notre autorité et nos saintes coutumes reviennent en leur splendeur » ; quant aux statues d’Hercule dans les bocages sacrés, elles n’ont pour but que d’honorer sa mémoire, « tant pour avoir été plein de toutes vertus héroïques, que pour avoir épousé la belle Galathée notre princesse et fille de Celte notre roi »65. A l’évidence, d’Urfé reprend ici tout ce que le XVIe siècle avait greffé sur la légende troyenne des Francs, et en particulier, les Illustrations de Gaule et singularités de Troie de Jean Lemaire de Belges66 : un mythe d’origine destiné à assurer la supériorité de la France sur Rome, et à donner aux Francs et aux Gaulois une origine commune. L’ancien Ligueur se réfère donc à une ancienne tradition et non à des controverses modernes ; au moment où il écrit cette deuxième partie de l’Astrée, il n’est d’ailleurs pas question en France de monarchie absolue, la reconstruction après les troubles n’est pas encore achevée, il s’en faut.

  • 67 NICOLE, Traité de la Comédie, 1667 ; PASCAL, Pensées, 31. Cf. ibid., 132 : « César était trop vieil (...)
  • 68 FENELON, Dialogues des Morts, VIII à X ; XIII.
  • 69 Cf. KRYNEN (J.), L’empire du roi, p. 110-124.
  • 70 Dialogues des Morts, XXXIV à XLVI, XLIX à LI.

27On peut en revanche associer à l’anti-absolutisme la violente attaque contre Rome du janséniste Nicole en 1667 à propos du théâtre et surtout des tragédies de Corneille : « Toutes les pièces de M. de Corneille ne sont que de vives représentations de passions d’orgueil, d’ambition, de jalousie, de vengeance et principalement de cette vertu romaine qui n’est autre chose qu’un furieux amour de soi-même ». Pascal, qui critique « les fausses beautés de Cicéron »67 , n’aime guère Rome, lui non plus. Mais Fénelon, hostile au jansénisme comme à l’absolutisme, n’a pas plus de sympathie pour Rome : dans ses Dialogues des Morts, tous les personnages romains sont présentés de façon à paraître mesquins. Cela commence par Romulus, opposé successivement à Rémus, Tatius et Numa : « pour la gloire, vous ne l’aurez jamais. Avant que d’être grand homme, il faut être honnête homme, et on doit s’éloigner des crimes indignes des hommes, avant que d’aspirer aux vertus des dieux. Vous aviez l’inhumanité d’un monstre et vous prétendiez être un héros », attaque Rémus ; face à Tatius, Romulus se vante « d’avoir fondé une ville éternelle qui n’aura d’autres bornes que celles de l’univers » et d’avoir « formé une nation invincible d’une foule de criminels réfugiés » ; Tatius rétorque que la ville « durera tant qu’il plaira aux dieux. Mais elle est élevée sur de mauvais fondements. Pour ton empire, il pourra aisément s’étendre, car tu n’as appris à tes citoyens qu’à usurper le bien d’autrui. Ils ont grand besoin d’être gouvernés par un roi plus modéré et plus juste que toi. Aussi dit-on que mon gendre Numa t’a succédé. Il est sage, juste, religieux, bienfaisant. C’est justement l’homme qu’il faut pour redresser ta république et réparer tes fautes » ; Tatius reproche ensuite à Romulus de l’avoir assassiné par trahison, et se dit vengé par l’assassinat de Romulus, qui lui rappelle sa propre perfidie envers Tarpéia. Enfin Numa expose à Romulus les principes du bon gouvernement : « Vous voyez donc qu’il n’y a rien de si solide que d’être bon, juste, modéré, aimé des peuples […] On est toujours en paix. On n’a point d’encens, on ne passe point pour immortel, mais on se porte bien, on règne longtemps sans trouble, et on fait beaucoup de bien aux hommes qu’on gouverne […] La puissance est trop dangereuse quand on est jeune et ardent […] Je commençai par me défaire des trois cent gardes que vous aviez choisis […] Un homme qui accepte avec peine la royauté, qui ne la veut que pour le bien public, et qui serait content de la quitter, n’a point à craindre la mort comme un tyran. Pour moi, je croyais faire une grâce aux Romains de les gouverner. Je vivais pauvrement pour enrichir le peuple. Toutes les nations voisines auraient souhaité être sous ma conduite […] J’ai fait revivre l’âge d’or. Le labourage mis en honneur a adouci les peuples farouches, et les a attachés à la patrie sans leur donner une ardeur inquiète pour envahir les terres de leurs voisins » ; mais quand Romulus rétorque : « si on fût venu vous attaquer, qu’auriez-vous fait, vous qui n’aviez jamais rien vu pour la guerre ? Il aurait fallu dire aux ennemis d’attendre jusqu’à ce que vous auriez consulté la nymphe », Numa n’a pas de réponse. On sait que les Dialogues ont été « composés pour l’éducation d’un prince », et que Fénelon, sous le nom de Romulus, insultait ouvertement le grand-père de son élève. Justinien ne trouve pas davantage grâce devant lui : Solon (qu’il semble presque croire Spartiate, tant il lui prête l’éloge de Lacédémone) ridiculise la masse des lois de Justinien et leur complication, rappelle que Tribonien « n’a fait qu’une compilation des lois de divers temps qui ont souvent varié, et vous n’avez jamais eu un vrai corps de lois faites ensemble par un même dessein pour former les mœurs et le gouverment entier d’une nation : c’est un recueil de lois particulières pour décider des prétentions réciproques des particuliers », et conclut : « Jamais on n’a vu tant de lois que de votre temps ; jamais on n’a vu votre empire si lâche, si efféminé, si abâtardi, si indigne des anciens Romains qui ressemblaient assez aux Spartiates. Vous-même n’avez été qu’un fourbe, un impie, un scélérat, un destructeur des bonnes lois, un homme vain et faux en tout […] Je reviens aux lois ; elles ne sont lois qu’autant qu’elles sont facilement connues, crues, aimées, suivies, et elles ne sont bonnes qu’autant que leur exécution rend les peuples bons et heureux. Vous n’avez fait personne bon et heureux par votre fastueuse compilation ; d’où je conclus qu’elle mérite d’être brûlée […] la majesté impériale se croit au-dessus de la vérité »68, critique traditionnelle d’ecclésiastique envers le droit romain, avec in cauda, l’allusion perfide au princeps legibus solutus 69. Coriolan, Camille, Fabius Maximus, les deux Caton, Scipion, Lucullus, Crassus, Sylla, Catilina, César, Pompée, Cicéron, Auguste, Caligula, Néron, Antonin le Pieux et Marc-Aurèle défilent ensuite, sans qu’aucun trouve pleinement grâce aux yeux de l’auteur, qu’Horace et Virgile seuls semblent réconcilier avec Rome70

  • 71 TRUCHET (J.), Théâtre du XVIIe siècle, III, Pléïade, Paris 1992, p. 1041.
  • 72 CORNEILLE, Sertorius, II, 1 ; Sophonisbe, III, 2 ; MAIRET, La Mort de Sophonisbe, V, 1 et 2 ; CORNE (...)

28Ces rejets « en bloc », néanmoins, sont rares. La critique de Rome est généralement plus nuancée, « cette Rome en quelque sorte transcendante, référence obligatoire et valeur quasi-mystique, mais souvent inhumaine »71. Certes, l’impérialisme romain est dénoncé, et blâmé le joug que Rome impose à ses alliés. Viriate s’en plaint : « Rome seule aujourd’hui peut résister à Rome. / […] Depuis qu’elle a daigné protéger nos provinces, / Et de son amitié faire honneur à leurs princes, / Sous un si haut appui nos rois humiliés / N’ont été que sujets sous le nom d’alliés ; / Et ce qu’ils ont osé contre leur servitude / N’en a rendu le joug que plus fort et plus rude » ; Eryxe en avertit Massinisse : « Je sais que les Romains vous rendront la couronne, / Vous en avez parole, et leur parole est bonne ; / Ils vous nommeront roi ; mais vous devez savoir / Qu’ils sont plus libéraux du nom que du pouvoir ; / Et que sous leur appui ce plein droit de tout faire / N’est que pour qui ne veut que ce qui doit leur plaire. / Vous verrez qu’ils auront pour vous trop d’amitié / Pour vous laisser méprendre au choix d’une moitié. / […] Vous allez hautement montrer notre faiblesse, / Dévoiler notre honte, et faire voir à tous / Quels fantômes d’Etat on fait régner en nous. / Oui, vous allez forcer nos peuples de connaître / Qu’ils n’ont que le sénat pour véritable maître ; / Et que ceux qu’avec pompe ils ont vu couronner / En reçoivent les lois qu’ils semblent leur donner ». Le Massinisse de Mairet se lamente et s’irrite : « Que me sert la puissance et le titre de roi / Si dans mon propre Etat on me donne la loi ? / […] Me perdre, et par ma mort apprendre à tous les rois / A ne suivre jamais ni vos mœurs ni vos lois, / Cruels qui, sous le nom de la chose publique, / Usez impunément d’un pouvoir tyrannique, / Et qui pour témoigner que tout vous est permis, / traitez vos alliés comme vos ennemis. /... Ha ! que si le passé pouvait se rappeler, / Je m’empêcherais bien de servir de matière / A la sévérité de ton humeur altière, / Peuple vain, qui croirais n’avoir pas triomphé, / A moins d’un pauvre roi sous tes fers étouffé ». Attale, peu à peu, comprend ce qu’est l’amitié de Rome : « Veux-tu le nom de roi pour avoir tant de maîtres ? / […] Montrons-leur hautement que nous avons des yeux, / Et d’un si rude joug affranchissons ces lieux », « C’est blesser les Romains que faire une conquête. / […] Eux, qui pour gouverner sont les premiers des hommes, / Veulent que sous leur ordre on soit ce que nous sommes, / Veulent sur tous les rois un si haut ascendant, / Que leur empire seul demeure indépendant », et Nicomède pose ses conditions : « toute âme généreuse / D’avoir votre amitié doit se tenir heureuse. / Mais nous n’en voulons plus avec ces dures lois / Qu’elle jette toujours sur la tête des rois : / Nous vous la demandons hors de la servitude, / Ou le nom d’ennemi nous semblera moins rude ». Ptolomée s’étonne de voir César commander chez lui : « Etant né souverain, je vois ici mon maître ; / Ici, dis-je, où ma cour tremble en me regardant, / Où je n’ai point encore agi qu’en commandant, / Je vois une autre cour sous une autre puissance, / Et ne puis plus agir qu’avec obéissance », cependant que les Egyptiens s’irritent de cette domination : « Tout le peuple est pour nous. Tantôt, à son entrée, / J’ai remarqué l’horreur que ce peuple a montrée / Lorsqu’avec tant de faste il a vu ses faisceaux / Marcher arrogamment et braver nos drapeaux ; / Au spectacle insolent de ce pompeux outrage / Ses farouches regards étincelaient de rage : / Je voyais sa fureur à peine se dompter ; / Et pour peu qu’on le pousse il est prêt d’éclater »72.

  • 73 CORNEILLE, Sophonisbe, V, 6 ; Cinna, III, 4 ; Nicomède, V, 6 ; II, 3 ; IV, 2 ; RACINE, Mithridate, (...)

29Lélius certes nie ce joug : « voyez dans l’Asie / Nos dignes alliés régner sans jalousie, / Avec l’indépendance, avec l’autorité / Qu’exige de leur rang toute la majesté. / Regardez Prusias, considérez Attale, / Et ce que souffre en eux la dignité royale ». Mais Emilie nous éclaire sur ce même Attale : « Pour être plus qu’un roi tu te crois quelque chose ! / Aux deux bouts de la terre en est-il un si vain / Qu’il prétende égaler un citoyen romain ? / […] Attale, ce grand roi, dans la pourpre blanchi, / Qui du peuple romain se nommait l’affranchi, / […] Eût encor moins prisé son trône que ce titre ». Quant à Prusias… l’impérialisme romain trouve des complices indigènes, et en Bithynie le roi Prusias est le premier, qui « veut bien n’être roi qu’en peinture », et dont l’unique souci est « ne me brouillez pas avec la République » ; Arsinoé se sert de Rome pour assurer à son fils le trône de Bithynie, et en fait pour son mari un épouvantail, fût-ce ironiquement : « Et n’appréhendez point Rome ni sa vengeance ; / Contre tout son pouvoir il a trop de vaillance : / Il sait tous les secrets du fameux Annibal, / De ce héros à Rome en tous lieux si fatal, / Que l’Asie et l’Afrique admirent l’avantage / Qu’en tire Antiochus, et qu’en reçut Carthage ». Chez Mithridate, Rome a trouvé pour complice la mère de Xipharès : « aux offres des Romains ma mère ouvrit les yeux ; / Ou pour venger sa foi par cet hymen trompée, / Ou ménageant pour moi la faveur de Pompée, / Elle trahit mon père, et rendit aux Romains / La place et les trésors confiés en ses mains » ; Pharnace devient pour Rome ensuite un allié plus utile, et « dès longtemps tout Romain dans le cœur, / Attend tout maintenant de Rome et du vainqueur » ; il est prêt à livrer son père : « Il te tarde déjà qu’échappé de mes mains / Tu ne coures me perdre, et me vendre aux Romains » ; il soulève enfin une mutinerie dans l’armée : « tous vos soldats refusent de partir. / Pharnace les retient, Pharnace leur révèle / Que vous cherchez à Rome une guerre nouvelle. / […] Et le seul nom de Rome étonne les plus fiers. / […] Ils demandent la paix, et parlent de se rendre. / Pharnace est à leur tête ; et flattant leurs souhaits, / De la part des Romains il leur promet la paix ». Mithridate toutefois sait que Rome, finalement, le vengera : « Tôt ou tard il faudra que Pharnace périsse. / Fiez-vous aux Romains du soin de son supplice ». La Calprenède décrit la « persécution » de Mithridate par les Romains, qui ont « indignement usurpé […] les titres insolents de maîtres de toute la terre », mais chez lui aussi, c’est Pharnace qui est le pire ennemi de son père, et le valet de Rome. Ainsi le voit-on dire aux habitants de Sinope, « Je veux pour votre bien accepter la couronne, / Mais vous reconnaîtrez Rome qui me la donne. / C’est à la République à vous donner des lois, / Et d’elle désormais vous recevrez des rois ». Mithridate se dit « des Romains traité plus doucement ». Mais il prédit à Pharnace le prix final de sa trahison : « Rome pour son profit aime la trahison, / Mais elle hait le traître avec trop de raison. / […] Peux-tu voir sans frayeur ces âmes déloyales / S’enrichir tous les jours de dépouilles royales ? / Fouler sensiblement tout ce qu’ils ont soumis, / Et tenir tous les Rois pour mortels ennemis, / Leur ravir la franchise avec le diadème, / Sans te représenter qu’ils te feront de même ? », « Tu seras ruiné par cette République, / Et ces mêmes Romains, à qui tu fais la cour, / Te mettront à néant par la guerre d’un jour. / Un plus puissant guerrier que Luculle et Pompée / Te vaincra sans effort presque d’un coup d’épée ; / Et prenant l’intérêt des Romains et de moi, / Sa main me vengera de Pompée et de toi ». Enfin, dans l’Arminius de Campistron, Ségeste, rallié aux Romains, prône longuement la paix avec Rome dans un débat qui l’oppose à Arminius73.

  • 74 SCUDÉRY, La Mort de César, 1635, V, 4 ; CHEVREAU, Coriolan, I, 2 et 3 ; CHAPOTON, Le véritable Cori (...)

30Plus intéressante peut-être est l’hostilité à Rome dans Rome même. Il peut s’agir d’une sorte de « dépit amoureux » de vaincus : ainsi à la fin de La Mort de César, quand Brute dit à Cassie « Sortons, mon cher armi, de cette infâme Rome, / Où le vice est masqué sous le visage d’homme, / Où l’avarice règne avec la lâcheté, / Où l’on voit chacun libre et point de liberté » ; il en va de même dans les imprécations de Coriolan74. Mais il y a surtout l’opposition entre les « généreux » et les autres.

  • 75 Cinna, III, 1 ; RACINE, Britannicus, IV, 2 ; II, 8 ; IV, 3 ; IV, 4 ; CORNEILLE, Othon, II, 4 ; Sert (...)

31Les traîtres ou les tristes personnages, affranchis ou Romains, de basse ou noble extraction, pullulent : Euphorbe, avant de se faire délateur, tente d’y pousser Maxime en calomniant Cinna : « Peut-être qu’il (Cinna) prétend, après la mort d’Octave, / Au lieu d’affranchir Rome, en faire son esclave, / Qu’il vous compte déjà pour un de ses sujets, / Ou que sur votre perte il fonde ses projets ». Agrippine confesse cyniquement les crimes de son ambition : « Mes promesses aux uns éblouirent les yeux ; / L’exil me délivra des plus séditieux. / Claude même, lassé de ma plainte éternelle, / Eloigna de son fils tous ceux de qui le zèle / […] pouvait du trône encor lui rouvrir le chemin. / Je fis plus : je choisis moi-même dans ma suite / Ceux à qui je voulais qu’on livrât sa conduite ; / J’eus soin de vous nommer, par un contraire choix, / Des gouverneurs que Rome honorait de sa voix. / […] Claudius penchait vers son déclin / […] De ses derniers soupirs je me rendis maîtresse. / Il mourut. Mille bruits en courent à ma honte. / J’arrêtai de sa mort la nouvelle trop prompte / […] Enfin des légions l’entière obéissance / Ayant de votre empire affermi la puissance, / On vit Claude ; et le peuple, étonné de son sort, / Apprit en même temps votre règne et sa mort / […] Voilà tous mes forfaits. En voici le salaire […] ». Néron est sadique et hypocrite : « Je mettrai ma joie à le désespérer. / Je me fais de sa peine une image charmante », « J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer » ; Narcisse trompe Britannicus et pousse Néron au crime : « Seigneur, j’ai tout prévu pour une mort si juste : / Le poison est tout prêt. La fameuse Locuste / A redoublé pour moi ses soins officieux : / Elle a fait expirer un esclave à mes yeux ». Lacus affiche son arrivisme : « Et qu’importe à tous deux de Rome et de l’Etat ? / Qu’importe qu’on leur voie ou plus ou moins d’éclat ? / Faisons nos sûretés, et moquons-nous du reste. / Point, point de bien public s’il nous devient funeste. / De notre grandeur seule ayons des cœurs jaloux ; / Ne vivons que pour nous, et ne pensons qu’à nous ». « Avez-vous oublié cette grande maxime, / Que la guerre civile est le règne du crime, / Et qu’aux lieux où le crime a plein droit de régner, / L’innocence timide est seule à dédaigner ? / L’honneur et la vertu sont des noms ridicules », souffle Aufide à Perpenna, qui se fait assassin, délateur et maître-chanteur : « J’ai même entre les mains un assez bon otage / Pour faire mes traités avec quelque avantage », « Je vous ai de la paix immolé l’adversaire, / L’amant de votre femme et ce rival fameux / Qui s’opposait partout au succès de vos vœux. / Je vous rends Aristie […] / Et je vous affranchis de ce jaloux ennui / Qui ne pouvait la voir entre les bras d’autrui. / Je fais plus : je vous livre une fière ennemie, / Avec tout son orgueil et sa Lusitanie ». Sejanus, conspirant contre Tibère, se vante de ses crimes et affiche son impiété : « J’ai six mois pour le moins à me moquer des dieux, / Ensuite je ferai ma paix avec les cieux. / Ces dieux […] / Oui, mais s’il en était, serais-je encore au monde ? ». Néron hésite-t-il à « perdre » ouvertement Sénèque ? Sabine lui susurre « Il vient pour ses pareils des poisons d’Orient / Dont la douce rigueur fait mourir en riant » ; et l’empereur un instant plus tard accueille Sénèque : « Mon père, que veux-tu ? / Puis-je de quelque grâce honorer ta vertu ? »75.

  • 76 La Mort de Sénèque, V, 4 ; MONTEVERDI, L’Incoronazione di Poppea, Venise 1642.
  • 77 Britannicus, V, 6.

32Souvent ces infâmes triomphent, ou semblent triompher. Mais leur succès n’est jamais définitif : si Euphorbe reçoit une grâce méprisante, Aufide et Perpenna sont tués par Pompée, Lacus se suicide, Séjanus est exécuté (bien que sa mort ne sauve pas Agrippine). Sabine triomphante, à la mort de Sénèque, est repoussée par Néron, saisi de remords : « fuis promptement, Sabine, / De peur que ma colère éclate à ta ruine » ; contraste spectaculaire avec l’amoralisme triomphant et cynique de l’Incoronazione di Poppea deux ans plus tôt à Venise76. Même dans Britannicus, la pièce peut-être la plus noire (Racine n’est-il pas lié aux jansénistes ?), le peuple romain fait justice de Narcisse, Agrippine sait que ses crimes ont été vains et que son fils la tuera : « Dans le fonds de ton cœur je sais que tu me hais. / Tu voudras t’affranchir du joug de mes bienfaits », et Néron, privé de celle qu’il aimait, sait déjà que son « nom paraîtra dans la race future, / Aux plus cruels tyrans une cruelle injure »77.

  • 78 Cinna, I, 3 (« Je leur fais des tableaux de ces tristes batailles / Où Rome par ses mains déchirait (...)
  • 79 Attila, I, 2.

33Rome ne peut être vaincue, au moins momentanément, que par elle-même : « Qu’elle-même sur soi renverse ses murailles », souhaitait Camille. La littérature évoque les guerres civiles, et Cinna, notamment, par les voix successives de Cinna et d’Auguste, nous offre deux rappels saisissants des proscriptions, tandis qu’Othon ou Tite et Bérénice nous montrent des luttes pour le pouvoir déjà plus byzantines, avec d’un côté le poids menaçant, en coulisse, des troupes mutinées, de l’autre, le spectre du fratricide : Tite, s’il épouse Bérénice, doit craindre son frère et Domitie autant ou plus que le peuple et le sénat. Mais seul un Romain peut en tuer un autre, l’assassinat de Pompée le prouve : « Septime et trois des siens, lâches enfants de Rome, / Percent à coups pressés les flancs de ce grand homme / Tandis qu’Achillas même, épouvanté d’horreur, / De ces quatre enragés admire la fureur »78. Mais nous ne verrons pas « le dernier Romain à son dernier soupir ». Au contraire : écoutons Ardaric le dire à Attila : « Cependant regardez ce qu’est encor l’empire : / Il chancelle, il se brise, et chacun le déchire ; / De ses entrailles même il produit des tyrans. / Mais il peut encor plus que tous ses conquérants »79.

  • 80 Romulus, II, 1 ; II, 3.

34Les images vraiment négatives de Rome ne viendront que plus tard. En 1722 encore, Houdar de la Motte montre dans Romulus un grand-prêtre charlatan et un roi blasphémateur, mais Hersilie juge encore Romulus « un héros magnanime, équitable, / Que la nécessité seule a rendu coupable », et Romulus affirme à Tatius « Un triomphe éternel est le destin de Rome, / Et nous devons toujours compter dans nos projets / Les dieux pour alliés, et les rois pour sujets »80. Mais, sous l’influence peut-être de Montesquieu puis de Gibbon, le ton évolue : en 1760, dans la préface de Spartacus, Saurin écrit : « J’ai cru ne pouvoir pas trop rendre odieux cet esprit d’orgueil et de domination qui, de ce peuple roi, disons vrai : de ce peuple tyran, a fait l’oppresseur systématique de tous les autres peuples », et il conclut ainsi sa pièce « Spartacus expirant brave l’orgueil du Tibre ; / Il vécut non sans gloire et meurt en homme libre ». En 1786, Numa Pompilius, roman très fénelonien de Florian, est hostile à la Rome conquérante. La « turpitude » romaine viendra avec le romantisme. Mais le grand siècle n’avait pas de goût pour les crépuscules, des dieux ou des idoles.

Notes

1 SIDOINE APOLLINAIRE, Ep., I, 6 ; RUTILIUS NAMATIANUS, De reditu suo, I, v. 47-90 ; SALVIEN, De Gubernatione Dei, V, 6 ; GRÉGOIRE DE TOURS, Historia Francorum, II, 28 ; Loi salique, éd. K.A. ECKHARDT, M.G.H., 1962 ; BEAUNE (C.), Naissance de la nation France, Paris 1985 ; KRYNEN (J.), L’empire du roi, Paris 1993 ; BRUGUIÈRE (M.-B.), « Mythes de fondation et mission de la France : la légende troyenne », L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, Aix-en-Provence 1996, p. 51-75.

2 Sur le XVIIe siècle, J. ROUSSET, La littérature de l’âge baroque en France, Paris, 1983 ; PILLORGET (R. et S.), France baroque, France classique, 2 vol. Paris, « Bouquins» , 1995 ; BLUCHE (F.), (éd.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris 1990.

3 FLEURY (Claude), 1686, Cf. WAQUET (F.), Le latin ou l’empire d’un signe, XVIe-XXe s., Paris 1998, p. 18-23.

4 MOLIÈRE, La Gloire du Val-de-Grâce, 1669, v. 21-22, 83, 89-90.

5 TOLLON (B.) et PRIN (M.), « Un projet inédit pour la façade du Capitole : Toulouse et Rome au XVIIe siècle », M.S.A.M.F., 57, 1997, p. 111-121 (ici p. 119).

6 PURE (Abbé de), Idées des spectacles anciens et nouveaux, Paris 1668, p. 206 et 204- 205.

7 NÉRAUDAU (J.-P.), « Ovide au château de Versailles », Colloque Présence d’Ovide, éd. R. CHEVALLIER, « Caesarodunum » XVII bis, Paris 1982, p. 323-343 ; id., L’Olympe du Roi-Soleil, Paris 1986 ; BARDON (H.), « Ovide et le grand Roi », Etudes classiques, 1957, p. 401-416 ; id., « Sur l’influence d’Ovide en France au XVIIe s. », Atti del convegno internazionale ovidiano, 1959, p. 59-83 ; BARDON (F.), « Les métamorphoses d’Ovide et l’expression emblématique », Latomus XXXV, I, 1976, p. 71 et s.

8 NÉRAUDAU (J.-P.), L’Olympe…, p. 239 et 49.

9 Cf l’épisode de Phaéton, Métamorphoses, II, v. 211-263.

10 Métamorphoses, I, v. 89-150 ; pour les quatre âges de la création.

11 La moisson de nos champs lassera nos faucilles, / Et les fruits passeront la promesse des fleurs (« Prière pour le roi Henri le Grand ») ; Un siècle renaîtra comblé d’heur et de joie […] / La terre en tous endroits produira toutes choses : / Tous métaux seront or, toutes fleurs seront roses, / Tous arbres oliviers ; / L’an n’aura plus d’hiver, le jour n’aura plus d’ombre ;/ Et les perles sans nombre/Germeront dans la Seine au milieu des graviers (Récit d’un berger, au Ballet de Madame).

12 Phaéton (1683), prologue : Astrée : « Ma félicité ne peut être parfaite, / Que le Ciel n’ait rendu tous les Mortels heureux./Quoique leur fureur inhumaine / De leur séjour ait osé me bannir, / J’ai regret de les voir punir ; / Je n’ai quitté la Terre qu’avec peine./ J’espère y voir encor le Siècle fortuné / Qu’à l’Univers naissant les Dieux avaient donné. / Le Sort veut que bientôt ce beau temps recommence » ; Saturne : « Un héros qui mérite une gloire immortelle. / Au séjour des humains aujourd’hui nous rappelle. / Le Siècle qui du Monde a fait les plus beaux jours / Doit sous son règne heureux recommencer son cours. / Il calme l’Univers, le Ciel le favorise […] / Rien ne peut nous troubler, la Discorde est aux fers ».

13 « A ce coup nous voyons qu’Astrée/ Veut encore en cette contrée/ Faire éclater la splendeur de ses lois, / Et que sa puissance divine / Qui sur toute chose domine. / A même soin des bergers que des rois » (RACAN, Les Bergeries, IV, 5). « On dirait […] que de cet âge d’or/ Où nos pères ont vu toutes choses paisibles, / Notre seule terre encor/ En conserve aujourd’hui quelques restes visibles./ […] la contrée/ Où la fugitive Astrée /Imprima ses derniers pas, / Quand la malice des hommes / Encor moins que nous ne sommes, / Trompeurs et malicieux, / Ayant banni la foi qui l’avait retenue, / Elle retournait aux Cieux » (MAIRET, La Silvanire, , I, 6). « Le siècle d’argent : Quel destin fait briller, avec tant d’injustice, / Dans le siècle de fer un astre si propice ? -Le Siècle d’or : « Ce siècle qui du Ciel a mérité la haine/ En devrait augurer sa ruine prochaine./ […] Sitôt qu’elle paraît dans cette heureuse terre, / Vois comme elle en bannit les fureurs de la guerre, / [...] Par quels secrets ressorts un héros se prépare / A chasser les horreurs d’un siècle si barbare, / Et me faire revivre avec tous les plaisirs / Qui peuvent contenter les innocents désirs. -Le siècle de fer : Je sais quels ennemis ont entrepris ma perte […] -Apollon : Il est temps de céder à la loi souveraine. / Que t’imposent les vœux de cette auguste reine ;/ Il est temps de céder aux travaux glorieux / D’un roi favorisé de la terre et des cieux. / […] A de plus doux combats cette lice s’apprête : / Allons la faire ouvrir, et ployons des lauriers / Pour couronner le front de nos fameux guerriers » (BENSERADE, première journée des Plaisirs de l’Ile enchantée, hommage à la reine Marie-Thérèse).

14 Deuxième discours à madame de la Sablière.

15 Enéide, VI, 771-772.

16 TALLEMANT DES RÉAUX, Historiettes, Vicomtesse d’Auchy, Marquis d’Assigny, M. de Lisieux, etc. ; SAINT-SIMON, Mémoires, éd. Y. Coirault, « Pléiade », Paris 1984, III, p. 369 ; LA BRUYÈRE, Caractères, VI, 20.

17 SÉVIGNÉ (madame de), Lettre à madame de Grignan, du 19 septembre 1677 (éd. R. DUCHÊNE, « Pléiade », Paris 1974, II, p. 550) ; RETZ, Mémoires, éd. M. T. HIPP et M. PERNOT, « Pléiade », Paris 1984, p. 295 ; D’AUBIGNÉ, Aventures du baron de Faeneste, IV, 17 ; PASCAL, Pensées, 162 ; BOILEAU, Satires, IX.

18 ALARIC, 1654 ; Clélie, 1654-1660 ; La Carithée, 1621 ; LE VAYER DE BOUTIGNY, Mithridate, 1648-1651 ; CHEVREAU (U.), Hermiogène, 1648 ; LA CALPRENÈDE, Cléopâtre, 1646-1648 ; REGNAULT DE SEGRAIS (J.), Bérénice, 1648-1649 : cf. LEVER (M.), Romanciers du Grand Siècle, Paris 1996.

19 SOREL (C.), Histoire comique de Francion (1623), éd. E. Roy, Paris 1924, I, p. 179 ; MAINARD, La belle vieille, v. 32 ; Un nouveau riche, v. 23-24 et 28-29 ; MALEBRANCHE, Recherche de la vérité, IV, 7 ; SAINT-ÉVRÉMOND, Discours sur les historiens français ; MOLIÈRE, Le dépit amoureux, II, 6 ; Les Précieuses ridicules, sc. IX.

20 RACINE, Les Plaideurs, III, 3 ; CORNEILLE, Le menteur I, 6 (On ne peut dire aux dames « Si vous avez besoin de lois et de rubriques, / Je sais le Code entier avec les Authentiques, / Le Digeste nouveau, le vieux, l’Infortiat, / Ce qu’en a dit Jason, Balde, Accurse, Alciat ») ; REGNARD, Le bal, Scène VIII ; MOLIÈRE, Le malade imaginaire, I, 7 (Rappelons que si les comédies du XVIIe siècle évoquent souvent des points de droit, il ne s’agit pas nécessairement de droit romain mais plus souvent de la coutume de Paris) ; Le mariage forcé, sc. IV (édition de 1682) ; Monsieur de Pourceaugnac, II, 11. Voir aussi REGNARD, La critique du légataire, sc. III.

21 CORNEILLE, Horace, 1640 ; CHEVREAU, La Lucrèce romaine, 1637 ; DU RYER, Lucrèce, 1638 ; Thomas CORNEILLE, Stilicon, 1660 : LA CALPRENÈDE, Bélisaire, 1659 (non publié et perdu) ; CORNEILLE, Héraclius, 1647.

22 Œuvres de J.L. de Guez, sieur de Balzac, éd. L. MOREAU, Paris 1854, Discours 1er, Le Romain, p. 212.

23 CORNEILLE, Tite et Bérénice, IV, 3.

24 Discours sur l’histoire universelle, éd. B. VELAT et Y. CHAMPAILLER, «Pléiade», Paris 1961, p. 1006-1001.

25 Contra Symmachum, I, 287-290 ; II, 586-609.

26 Discours…, p. 948-949 ; p. 1026 ; p. 949, 748, 761.

27 HERLAND (L.), Horace ou Naissance de l’Homme, Paris 1952, p. 106-107.

28 RACINE, Bérénice, IV, 5 : souvenir de Régulus, Manlius Torquatus et Brutus l’Ancien.

29 CORNEILLE, Cinna, V, 3 ; GUÉRIN DU BOUSCAL, La mort de Brute et de Porcie ou la vengeance de la mort de César, 1636 ; MAIRET, Marc-Antoine, 1635 ; CORNEILLE, La mort de Pompée, III, 4 ; CAMPISTRON, Virginie, 1683 ; DU RYER, Lucrèce, IV, 6 ; CORNEILLE (Thomas), Stilicon, 1660, II, 3 ; SCUDÉRY (G. de), Eudoxe, 1639 (d’après un épisode d’Astrée) ; CORNEILLE, Suréna, IV, 3 ; CORNEILLE, Nicomède, V, 9 ; III, 8.

30 DESMARETS DE SAINT-SORLIN, Scipion, 1640 (Cf aussi PRADON, Scipion l’Africain, 1697) ; LA CALPRENÈDE, La mort de Mithridate, IV, 3 ; RACINE, Mithridate, III, 1 ; MONTCHRESTIEN, Sophonisbe ou la Carthaginoise ou la liberté, 1596 ; J. SCHERER, notice sur MAIRET, La Sophonisbe (Théâtre du XVIIe siècle, I, Paris, « Pléiade », 1975), p. 1284 ; MAIRET, La Sophonisbe, I, 1 (« Tu sais que pour complaire à cette vieille haine / Que ta race eut toujours pour la race romaine, / J’ai quitté l’amitié de ce peuple puissant »), IV, 4 ; CORNEILLE, Sophonisbe, II, 4 ; II, 5 ; IV, 2 ; IV, 3 ; V, 6 ; V, 7 ; CORNEILLE, Nicomède, I, 5.

31 Voir le tableau tracé par Rutile (LA FOSSE, Manlius Capitolinus, III, 5) : « Il faut qu’en ce repos où s’endort leur orgueil / La foudre les réveille au bord de leur cercueil ; / Et lorsqu’à nos regards les feux et le carnage / De nos fureurs partout étaleront l’ouvrage, / Du fruit de nos travaux tous ces palais formés / Par les feux dévorants pour jamais consumés, / Ces fameux tribunaux où régnait l’insolence, / Et baignés tant de fois des pleurs de l’innocence, / Abattus et brisés, sur la poussière épars, / La terreur et la mort errant de toutes parts, / Les cris, les pleurs, enfin toute la violence / Où du soldat vainqueur s’emporte la licence, / Souvenons-nous, amis, dans ces moments cruels, / Qu’on ne voit rien de pur chez les faibles mortels / […] Et que l’on ne peut plus, après tant de traverses, / Rendre par d’autre voie, à l’Etat agité, / L’innocence, la paix, enfin la liberté ».

32 Cf. HERLAND (L.), « Cinna » ou le péché et la grâce, fragments édités par S. DOSMOND, Toulouse 1984 , p. 141-143.

33 CORNEILLE, Sertorius, III, 1 ; LA FOSSE, Manlius Capitolinus, I, 1 ; V, 1 ; I, 3.

34 Cf. CARRINGTON LANCASTER (H.), A history of French dramatic Literature in the XVIIth century, Paris-Baltimore 1929 ; MOREL (J.), La tragédie, Paris, 3e. éd., 1968 ; FUMAROLI (M.), « L’héroïsme cornélien et l’idéal de magnanimité », Héroïsme et création littéraire sous les règnes d’Henri IV et Louis XIII, Paris 1974, p. 53-76 ; COUTON (G.), Corneille et la tragédie politique, Paris, 1984 ; PRIGENT (M.), Le héros et l’Etat dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris 1986.

35 Cinna, II, 1 ; Horace, V, 3 (le Vieil Horace : « Horace, ne crois pas que le peuple stupide / Soit le maître absolu d’un renom bien solide. / Sa voix tumultueuse assez souvent fait bruit ; / Mais un moment l’élève, un moment le détruit ») ; Manlius Capitolinus, I, 1 ; III, 2 ; TRISTAN L’HERMITE, La Mort de Sénèque, IV, 2.

36 Cinna, II, 1 ; Manlius Capitolinus, III, 5 ; Cinna, II, 1.

37 Cinna, I, 3 ; II, 1 ; II, 2 ; Sertorius, II, 2 ; Tite et Bérénice, I, 1 ; II, 1 ; III, 5 ; IV, 1 ; V, 2 ; RACINE, Bérénice, I, 5 ; II, 2 et 5 ; III, 1 et 3 ; IV, 4 et 5 ; TRISTAN, La Mort de Sénèque, II, 4, etc.

38 Cinna, II, 1 (cf. MESTRE (J.L.), « La tyrannie dans le théâtre de Corneille (étude juridique) », Annales de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 1975, p. 67-83, ici, p. 74-77) ; Cinna, V, 3 ; ROTROU, Le Véritable saint Genest, I, 1 ; cf. aussi CORNEILLE, Othon, III, 3.

39 CORNEILLE, Horace, I, 1 ; III, 5 ; LA FOSSE, Manlius Capitolinus, I, 6 ; MAIRET, La Sophonisbe, III, 1 ; LA CALPRENÈDE, La Mort de Mithridate, II, 3 et I, 1 ; CORNEILLE, La Mort de Pompée, II, 4 et IV, 3 ; Cinna, II, 1 ; Sertorius, III, 1 ; Cinna, II, 1 ; TRISTAN L’HERMITE, La Mort de Sénèque, II, 2 ; CORNEILLE, Othon, V, 7 ; RACINE, Bérénice, III, 1 ; CORNEILLE, Tite et Bérénice, II, 1 et III, 5.

40 CORNEILLE, Sophonisbe, I, 4 ; Nicomède, I, 2 ; Sertorius, II, 2 ; RACINE, Bérénice, IV, 4 ; CORNEILLE, Tite et Bérénice, V, 5 ; La Mort de Pompée.

41 TRISTAN, La Mort de Sénèque, V, 4.

42 TROTEREL, Sainte Agnès, 1615 ; BOISSIN DE GALLARDON, le Martyre de saint Vincent, 1618, II, fin ; POITEVIN, Sainte Catherine, 1619, acte I (même intrigue chez LA SERRE, Le Martyre de sainte Catherine, 1643) ; BOISSIN DE GALLARDON, Le Martyre de sainte Catherine, acte III.

43 Cf. BARO, Saint Eustache martyr, 1639 ; DESFONTAINES, Le Martyre de saint Eustache, 1643. Voir NADAL (O.), Le sentiment de l’amour dans l’œuvre de Pierre Corneille, Paris 1948, p. 184-191.

44 Inspiré en partie du Sanctus Adrianus en latin du Père Cellot (1630), dont 1500 vers environ ont été condensés par Rotrou pour en faire 600 (Cf. Théâtre du XVIIe siècle, I, p. 1327-1334), et d’autre part de Lo Fingido Verdadero de Lope de Vega ; le premier titre de cette pièce fut peut-être Le feint véritable, mais cette traduction obscure de Lope fut remplacée à la publication par « Le Véritable Saint Genest », « véritable » répondant indirectement à L’illustre comédien ou le martyre de saint Genest de Desfontaines joué en 1644.

45 CORNEILLE, Polyeucte, I, 1.

46 HERLAND (L.), Cinna, p. 47.

47 Polyeucte, V, 5 (« Mon époux en mourant m’a laissé ses lumières ; / Son sang, dont tes bourreaux viennent de me couvrir, / M’a dessillé les yeux, et me les vient d’ouvrir. / Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée ») ; IV, 4 ; V, 6 ; IV, 6 (« La secte des chrétiens n’est pas ce que l’on pense. / […] Enfin chez les chrétiens les mœurs sont innocentes […] / Ils font des vœux pour nous qui les persécutons ; / Et depuis tant de temps que nous les tourmentons, / Les a-t-on vus mutins ? Les a-t-on vus rebelles ? / Furieux dans la guerre, ils meurent en agneaux ») ; V, 6 (Sévère n’aura guère le temps d’intervenir auprès de l’empereur : Polyeucte, dans les stances, a prédit la prochaine vengeance de Dieu sur Décie).

48 COUTON (G.), Corneille et la tragédie politique, p. 34.

49 Théodore, II, 7 (« je connais les chrétiens : la mort la plus cruelle / Affermit leur constance et redouble leur zèle / […] Mais la pudeur peut tout sur l’esprit d’une fille / Dont la vertu répond à l’illustre famille », d’où le choix du supplice pour intimider Théodore ; V, 2 : « Un chrétien à nos autels réduit / Fait auprès des Césars un trop précieux bruit ») ; II, 5 ; IV, 5 ; III, 1 (« Soit que vous contraigniez pour vos Dieux impuissants / Mon corps à l’infamie ou ma main à l’encens, / Je saurai conserver d’une âme résolue / A l’époux sans macule une épouse impoilue ») ; III, 3 (« Chrétienne et sous les lois d’un plus puissant époux […] / Mais, seigneur, à ce mot ne soyez point jaloux. / […] C’est le Dieu des chrétiens, c’est le maître des rois, / C’est lui qui tient ma foi, c’est lui dont j’ai fait choix ») ; V, 3 ; V, 4 et 5.

50 Polyeucte, IV, 6 (« On les hait ; la raison, je ne la connais point, / Et je ne vois Décie injuste qu’en ce point. / […] On les tient pour sorciers dont l’enfer est le maître, / Et sur cette croyance on punit du trépas / Des mystères secrets que nous n’entendons pas. / Mais Cérès Eleusine et la Bonne Déesse / Ont leurs secrets, comme eux, à Rome et dans la Grèce ») ; III, 5 ; V, 1 ; Théodore, I, 4 (Marcelle : « Devenez protecteur de cette secte impie / Que l’Empereur jamais ne crut digne de vie ; / Vous pouvez en ces lieux vous en faire l’appui ; / Mais songez qu’il me reste un frère auprès de lui ») ; ROTROU, Le Véritable saint Genest, V, 5 ; V, 6 (Dioclétian : « Je sais que la pitié plutôt que l’injustice / Vous a fait embrasser ce pitoyable office, / Et dans tout cœur bien né tiens la compassion / Pour les ennemis même une juste action ; / Mais où l’irrévérence et l’orgueil manifeste / Joint l’intérêt d’Etat à l’intérêt céleste, / Le plaindre est, au mépris de notre autorité, / Exercer la pitié contre la piété ») ; I, 5.

51 En fait saint Adrien a été martyrisé en 306 ou 310, et Genest en 285 ou 303. Campistron a écrit un Adrien en 1688.

52 Le Véritable saint Genest, II, 4 ; II, 7 ; IV, 4 ; III, 7 ; IV, 5 et 7 ; II, 5 (« Poursuis, Genest, ton personnage ; / Tu nïmiteras pas en vain ; / Ton salut ne dépend que d’un peu de courage, / Et Dieu t’y prêtera la main »).

53 Tutte le opere di Tomaso Campanella, éd. L. Firpo, Milan 1954, p. 282 s., trad. J.P. NÉRAUDAU, L’Olympe…, p. 37.

54 Adson de Montier-en-Der, dans sa Vie de Clotilde, et surtout dans son De ortu et tempore Antichristi, écrit pour la reine Gerberge, prophétisait que l’empire romain durerait autant que les rois francs, à qui il était passé. Des « prophéties » du XIIIe siècle ont précisé le thème, dans l’entourage de Charles d’Anjou. Cf. FOLZ (R.), L’idée d’empire en Occident, Paris 1953.

55 Anonyme, Imitation et amplification de l’églogue faite en latin par le P. Campanella sur la naissance de Mgr le Dauphin, s. 1. 1638.

56 CORNEILLE, Attila, I, 2 (la même grandeur dans l’exercice du « métier de ro »» est décrite dans Othon, II, 4, confirmant le parallèle entre Rome et France : « Sa seule main départ ses libéralités ; / Son choix seul distribue Etats et dignités. / Du timon qu’il embrasse il se fait le seul guide, / Consulte et résout seul, écoute et seul décide. / Et quoique nos emplois puissent faire du bruit, / Sitôt qu’il veut nous perdre, un coup d’œil nous détruit », dit Lacus à Martian) ; ibid. (« Pour Valentinian, tant qu’a vécu sa mère, / Il a paru répondre à ce grand caractère, /Il a paru régner ; mais on voit aujourd’hui / Qu’il régnait par sa mère, ou sa mère pour lui ; / Et depuis son trépas il a trop fait connaître / Que s’il est empereur, Aétius est le maître / Au reste, un prince faible, envieux, mol, stupide, / Qu’un heureux succès enfle, un douteux intimide, / Qui pour unique emploi s’attache à son plaisir, / Et laisse le pouvoir à qui s’en peut saisir ») ; III, 1 (à propos du meurtre d’Aétius : « Craignant qu’il n’usurpât jusqu’à son diadème, / Et pressé des soupçons où j’ai su l’engager, / Lui-même, à ses yeux mêmes, il l’a fait égorger. / Rome perd en lui seul plus de quatre batailles : / Je me vois l’accès libre auprès de ses murailles ; / Et si j’y fais paraître Honorie et ses droits, / Contre un tel empereur, j’aurai toutes les voix ») ; II, 5.

57 Montchrestien ne la mentionne pas dans son Hector, pourtant dédié au prince de Condé ; Racine n’y fait dans la préface d’Andromaque qu’une brève allusion, sur la survie d’Astyanax : « j’écris dans un pays où cette liberté ne pouvait pas être mal reçue. Car, sans parler de Ronsard, qui a choisi ce même Astyanax pour le héros de sa Franciade, qui ne sait que l’on fait descendre nos anciens rois de ce fils d’Hector, et que nos vieilles chroniques sauvent la vie à ce jeune prince, après la désolation de son pays, pour en faire le fondateur de notre monarchie ? » Au XVIIe siècle, la France préfère apparemment recueillir l’héritage romain par Charlemagne.

58 CORNEILLE, Héraclius, I, 2 (« J’ai falsifié la naissance de ce dernier, pour lui en donner une plus illustre, en le faisant fils de Maurice », Examen). Voir nos « Mythes de fondation […] » ; TANNER (M.), The last descendant of Aeneas, Yale 1993 ; CAUQUIL-DARROUY (E.), Légitimité d’origine et légitimité d’exercice : le baptême du pouvoir, de l’empire romain au royaume de France (IVe-XIe siècle), thèse Toulouse I, 1997 (multigraphiée).

59 Hésione, tragédie en musique en un prologue et 5 actes, Académie royale de musique, 21.12.1700. Cf. FAJON (R.), « Hésione », Dictionnaire des œuvres de l’art vocal (M. HONEGGER et P. PREVOST, éd.), Paris 1991, II, p. 874.

60 DUPLEIX (S.), Histoire générale de la France avec l’état de l’Eglise et de l’Empire, Paris 1621-1628, rééd. 1639, p. 297 ; MEZERAY, Histoire de la France depuis Faramond jusqu’à maintenant, Paris 1643, p. 205 ; AUBERY (A.), Des justes prétentions du roi sur l’Empire, Paris 1667, p. 3 ; CHARPENTIER (F.), Défense de la langue française pour l’inscription de l’Arc de Triomphe, dédiée au roi, par M. Charpentier, de l’Académie Française, p. 151 et dédicace au roi ; GUYONNET DE VERTRON, Le nouveau Panthéon ou le rapport des divinités du paganisme, des héros de l’Antiquité et des Princes surnommés grands aux vertus et aux actions de Louis-Le-Grand, Paris 1686.

61 CORNEILLE, Horace, IV, 5.

62 Le LABOUREUR (L.), Les avantages..., p. 25 (Cf. FUMAROLI (M.), « Le génie de la langue française », Trois institutions littéraires, Paris 1994, p. 278-286 ; MORRISSEY (R.), L’empereur à la barbe fleurie, Charlemagne dans la mythologie et l’histoire de France, Paris 1997, p. 242-257), p. 26 ; p. 205 et 12 (Charlemagne a été publié en 1664, et augmenté de 3 chants en 1666, année où parut aussi le Charlemagne, ou le Rétablissement de l’empire romain, poème héroïque de N. Courtin) ; BOULAINVILLIERS, Histoire de l’ancien gouvernement de France, 1727, p. 109-110.

63 Sur ce point s’accorderont finalement, lors de la « Querelle des Anciens et des Modernes », Boileau et Charles Perrault ; La Fontaine prend le parti des Anciens, sans être absolutiste (cf. FUMAROLI, Le poète et le roi, Paris 1997). Guyonnet de Vertron met Louis XIV bien au-dessus de Rome (cf. supra). On pourrait multiplier les exemples.

64 « Ce grand Dis Samothès, incontinent après la division des hommes, à cause de la confusion des langues, étant bien instruit par son aïeul, fût en la religion du vrai Dieu, fût aux sciences les plus cachées, s’en vint […] en cette terre que nous nommons Gaule, et qui peu à peu changeant ce nom, semble prendre celui de France pour l’avenir ; et […] y planta heureusement son sceptre, ensemble y mit la religion de ses pères », a expliqué Adamas ; petit-fils de Noé, Samothès instruit les siens dans la vraie religion, les Gaulois sont pré-chrétiens ».

65 L’Astrée, 2e partie (publiée en 1610).

66 Cf. BEAUNE (C.), Naissance de la nation France, Paris 1985, p. 36-38.

67 NICOLE, Traité de la Comédie, 1667 ; PASCAL, Pensées, 31. Cf. ibid., 132 : « César était trop vieil, ce me semble, pour aller s’amuser à conquérir le monde. Cet amusement était bon à Auguste ou à Alexandre ; c’étaient des jeunes gens, qu’il est difficile d’arrêter ; mais César devait être plus mûr ».

68 FENELON, Dialogues des Morts, VIII à X ; XIII.

69 Cf. KRYNEN (J.), L’empire du roi, p. 110-124.

70 Dialogues des Morts, XXXIV à XLVI, XLIX à LI.

71 TRUCHET (J.), Théâtre du XVIIe siècle, III, Pléïade, Paris 1992, p. 1041.

72 CORNEILLE, Sertorius, II, 1 ; Sophonisbe, III, 2 ; MAIRET, La Mort de Sophonisbe, V, 1 et 2 ; CORNEILLE, Nicomède, IV, 6 ; V, 1 ; V, 9 ; La Mort de Pompée, III, 2 ; IV, 1.

73 CORNEILLE, Sophonisbe, V, 6 ; Cinna, III, 4 ; Nicomède, V, 6 ; II, 3 ; IV, 2 ; RACINE, Mithridate, I, 1 ; III, 1 ; IV, 6 ; V, 5 ; LA CALPRENÈDE, La mort de Mithridate, lettre à la reine ; III, 2 ; I, 2 ; IV, 3 ; CAMPISTRON, Arminius, 1684, II, 4.

74 SCUDÉRY, La Mort de César, 1635, V, 4 ; CHEVREAU, Coriolan, I, 2 et 3 ; CHAPOTON, Le véritable Coriolan.

75 Cinna, III, 1 ; RACINE, Britannicus, IV, 2 ; II, 8 ; IV, 3 ; IV, 4 ; CORNEILLE, Othon, II, 4 ; Sertorius, I, 1 ; V, 4 et 6 ; CYRANO DE BERGERAC, La Mort d’Agrippine, II, 4 ; TRISTAN, La Mort de Sénèque, I, 1 et 2 (Poppaea Sabina est d’habitude appelée Poppée : Tristan a préféré Sabine).

76 La Mort de Sénèque, V, 4 ; MONTEVERDI, L’Incoronazione di Poppea, Venise 1642.

77 Britannicus, V, 6.

78 Cinna, I, 3 (« Je leur fais des tableaux de ces tristes batailles / Où Rome par ses mains déchirait ses entrailles, / Où l’aigle abattait l’aigle, et de chaque côté / Nos légions s’armaient contre leur liberté / […] Romains contre Romains, parents contre parents / […] Je les peins dans le meurtre à l’envi triomphants, / Rome entière noyée du sang de ses enfants ») ; IV, 2 (« Songe aux fleuves de sang où ton bras s’est baigné, / Remets dans ton esprit, après tant de carnages, / De tes proscriptions les sanglantes images, / Où toi-même des tiens devenu le bourreau, / Au sein de ton tuteur enfonças le couteau ») ; Othon, I, 1 à 3 ; II, 2, 4 et 5 ; III, 3 et 5 ; IV, 2, 3 et 7 ; V, 2, 5 et 6 ; Tite et Bérénice, I, 1 ; II, 1 et 7 ; III, 5 ; IV, 1 et 5 ; V, 2 et 3 ; La Mort de Pompée, II, 2.

79 Attila, I, 2.

80 Romulus, II, 1 ; II, 3.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search